Archive pour février 2018

“Kedroff Balalaïka Trio” au 26ème Rencontres Internationales 2018

de la guitare à Antony

Le Festival international de la guitare d’Antony toujours en quête de découvertes de jeunes talents venus du monde entier pour participer au concours, découvertes d’interprètes de renom pour exprimer par leur musique des facettes originales de la guitare.  Le programme de cette année ne déroge pas à la règle, en vous invitant à voyager en musique avec des artistes de tous les horizons. Les Rencontres vous permettront notamment de vous immerger dans deux univers particuliers : celui de la Russie, grâce à un concert de balalaïka, petit instrument à cordes pincées emblématique de la musique populaire russe, et celui des sonorités espagnoles, au cours d’une soirée de flamenco, où la guitare règne en maître. Conférences, master class, expositions aiguiseront aussi votre curiosité durant ces cinq jours. Des moments riches en émotions et en découvertes !

Soirée russe

Jeudi 22 mars 2018 à 20h 30

LE KEDROFF BALALAÏKA TRIO

Nicolas Kedroff, Gaspard Panfiloff, Oleg Ponomarenko 

Cette soirée propose de voyager au cœur de la culture populaire russe à travers son instrument emblématique : la balalaïka. Parent très proche de la guitare, variété de luth, la balalaïka est un instrument populaire russe à cordes pincées, à manche long et à la caisse triangulaire. Elle se joue au doigt pour la prima (la soprano de la famille des balalaïkas) et avec un plectre pour les autres tailles. Un répertoire particulier a été développé pour cet instrument par ailleurs assez souple pour s’adapter à tous types de musiques.

 

(De gauche à droite)Oleg Ponomarenko,Gaspard Panfiloff et Nicolas Kedroff

Nicolas Kedroff est issu d’une famille de célèbres artistes russes, sa réputation est internationale. Il a été séduit par le son et le caractère de cet instrument. «La balalaïka, c’est sa vie, mon destin», dit-il, lorsqu’on lui demande pourquoi le choix de cet instrument. Lauréat de plusieurs concours, Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres. Il a su extraire de ce petit instrument triangulaire à trois cordes une telle richesse d’expression musicale qu’on l’a décrit comme «Le Paganini de la balalaïka» (Le Parisien). Il a su créer son propre style de jeu, à la fois mélancolique et plein d’humour, intelligent et brillant grâce à une virtuosité à couper le souffle. Nicolas enregistre actuellement un nouveau disque solo. Il participe à trois formations: un duo avec Oleg Ponomarenko, né en France dans une famille issue de l’émigration russe. Il s’est très tôt intéressé à la guitare et au chant russe. Il a été le premier à faire connaître en France les chansons les plus connues en Russie : Les Millions de Roses, Krokodi… et a accompagné de nombreux ensembles en tant que guitariste et chanteur. Un trio avec, en plus, Gaspard Panfiloff, qui a été initié par son père dès son plus jeune âge à la musique russe. Adolescent, il rencontre Nicolas Kedroff avec lequel il poursuit passionnément sa formation. A dix-neuf ans, il étudie la balalaïka et la direction d’orchestre à la renommée Académie de Musique Gnessin à Moscou, auprès des plus grands maîtres, il forge son caractère de musicien à travers de nombreux voyages dans le monde entier.

Nicolas Kedroff dirige un ensemble professionnel de balalaïka d’une dizaine de personnes. Il donne également des cours de balalaïka à Paris

 

Avec Tatiana Yurkova (soprano), chanteuse lyrique diplômée du Conservatoire National Supérieur de Rimsky-Korsakov de Saint-Petersbourg. Après avoir travaillé au Théâtre Mikhailovsky (anciennement Moussorgski) et participé aux concerts et spectacles au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg elle s’installe en France où elle se perfectionne au CNR de Saint-Maur et obtient un premier prix. Actuellement elle collabore avec l’Opéra de Paris, le Théâtre du Châtelet, l’Orchestre d’Orléans…

Buffet russe !

Tarifs de la soirée: de 7 à 19€

Plus de renseignements sur ces 26ème Rencontres Internationales de Guitares: CLIQUEZ


Auditorium Paul-Arma du conservatoire.

140 av. de la Division-Leclerc, 92 Antony

Tél: 01 40 96 72 82

Tarifs: Pass pour 3 concerts: 48€, unconcert 19€, 15€, 10€,  tarif réduit 7€

Tarif unique pour la final du concours de guitare: 12€

Achat de billet en ligne: www.ville-antony.fr

RER B : Antony

Expose du 7 au 31 mars 2018

“Janna Yakovleva”

1 quai Voltaire 75007 Paris

 

Elle est née le 7 avril 1963 à Moscou.et travaille à Moscou. Son parcours est sans faute: 1980 École d’art secondaire de Moscou Sourikov
1990 Ecole Supérieure d’Art de Moscou Industrial
College (b. Stroganov.) Au cours de ses études en 1976 et 1978 lui ont  été décernés des diplômes de l’Académie des Beaux-Arts pour son travail créatif. Depuis 1991 elle a participé à plus de 100 expositions en Russie et à l’étranger. Elle a travaillé à Paris à la Cité des Arts.

La ligne, le clair-obscur, la couleur, telles sont les préférences de Janna dans son œuvre. C’est aussi l’ordre de son travail. La ligne va en tête puisqu’elle représente le chemin le plus court et le plus rapide pour fixer ce qu’on vient de voir, pour « arrêter l’instant ».


L’élément naturel préféré de Yakovleva, sont le brouillard, la brume, le paysage crépusculaire. Cela ne veut pas dire que Jeanne ne se fie pas à la réalité évidente et à la détermination matérielle des objets, même cette détermination excessive l’ennuie. La base décorative reste un des fondements de la construction de sa peinture.


L’introduction délicate des couleurs dans ses paysages n’annule pas la primordialité du graphisme. La structure graphique tient toute image – ponts, maisons, églises, bateaux, arbres… La couleur se couche comme un brouillard, un crépuscule ou un rideau de pluie…

Lors des expositions, les paysages parisiens sont suivis par ceux d’Amsterdam, les visions « sudistes » du Provence de Cézanne sont à côté des espaces nordiques de Bretagne. L’artiste est loin d’oublier Moscou, sa ville natale, ainsi que la province russe, souvent aussi exotique.

 

1 Quai Voltaire 75007 Paris, France

Courriel: o.khlopova@i-gallery.fr

Tél: 09 50 44 99 10

Horaires: Mardi au Dimanche de 14h – 19h

Voyage au Pays des Chamanes

du vendredi  2 au dimanche 4 mars 2018

à La Datcha, Eguilles

 

Exposition unique

Andreï Cherkassov

“Ville de porcelaine”

22 février au 15 mai 2018

Palais Alexandre Mikhailovitch, Kolomenskoï

 

Andreï Cherkassov, né en décembre 1957, diplomé de l’académie des Beaux Arts de Moscou en 1982. Il a travaillé dans l’art monumental et décoratif, durant 15 ans, pour des conceptions architecturales de bâtiments à Moscou, Jurmala, Tynda, Yelets, dans différentes grandes villes d’Union soviétique qui semblaient indestructibles.

Que dois-je faire maintenant ?”. La chance l’a amené à l’atelier de “sculpture en porcelaine“. Plusieurs années d’expériences se sont révélés être importantes pour l’artiste qui le conduisent à créer un monde unique de miniatures en porcelaine.

 

Dans une des salles d’exposition du palais du tsar Alexis Mikhaïlovitch à Kolomenskoye a été inaugurée l’exposition “Porforograd”, “ville de porcelaine”. En visitant cette exposition, le spectateur sera en mesure de se familiariser avec la manière créative inhabituelle de l’artiste contemporain Andrei Cherkassov, son travail avec la masse vitrée peinte sur la céramique.

Le travail d’Andrei Cherkassov est unique. La manière dont l’artiste conçoit et crée ses œuvres aujourd’hui n’a pas d’équivalent. La caractéristique stylistique des œuvres se situe entre la sculpture et le panneau de céramique peinte. Dans les grandes compositions, la peinture a également réalisé l’illusion de l’espace et du trompe l’œil. Tous les croquis, les idées, le dessin d’une liste sont pensés par l’auteur pour chaque nouveau sujet, ne sont pas compilés et ne se répètent pas, et à cet égard ils sont absolument exclusifs.

 

Les visiteurs de l’exposition seront en mesure de se familiariser avec la variété des histoires de l’auteur et la variété de composition typique des peintures, par exemple, “petit néerlandais”.

Un grand nombre de parcelles de “puzzle” en porcelaine donne la liberté de combiner ses parties séparées en compositions indépendantes.

Des hôtels particuliers, des temples, des tours de feu, des huttes, des puits et des centaines de personnages urbains les plus divers, peints sous émail aux techniques de peinture les plus fines, constituent des compositions uniques de la vie urbaine russe.

L’artiste est fiable et spirituel en transmettant les détails les plus subtils de la vie dans les villes métropolitaines.

 

Les sculptures, peintes dans les traditions de la peinture réaliste russe, ressuscitent devant le spectateur les maisons, les rues, les églises, les manoirs des vieilles villes russes avec leurs habitants.

Des sculptures de porcelaine souple et arrondies, une peinture chaude, produisent une impression si salutaire que même un visiteur sombre apporte un sourire. Les principales histoires de composition d’Andrei Cherkassov.

Palais du tsar Alexis Mikhaïlovitch

 

Palais du tsar Alexis Mikhaïlovitch

Avenue Andropov, N°39

Métro”Kashirskaya”, avenue Andropov, 39, p.69

Horaires : mardi-dimanche de 10h00 à 18h00, i; du 1er avril au samedi – de 11h00 à 19h00
Les billets sont en vente aux guichets de la réserve-musée de 9h45 à 17h30, du 1er avril au samedi – de 10h45 à 18h30, ainsi que sur le site de la réserve-musée

Le prix du billet: 200 roubles, tarif réduit: 70 roubles

Concert unique

dimanche 4 mars à 18h 30

à “La Camillienne”

 

Timour Shaov né en 1964 en Karatchaïèvo-Tcherkessie, tient une place particulière dans le genre de la chanson.Il n’a pas d’éducation musicale classique, après avoir obtenu son diplôme de médecine en1987, il officie durant 12 ans. Durant cette période il se consacre également à la chanson. De 1999 à 2002, il a vécu à Dubna, dans la région de Moscou et en 2002 il s’installe à Moscou ou il s’engage dans le genre de chanson bardique. On l’appelle  le Zhvanetsky chantant, et il est comparé à Galitch et Vyssotski. Mais sans aucun doute, il a son propre style, bien à lui. Il est très difficile de le classer par un seul genre musical. Car il en combine plusieurs: sous le format de la chanson d’auteur il fait du rock n’roll, de la romance, de la ballade, et même des chansons de type folklore russe (comme tchastouchkas). Ses chansons sont diffusées sur les radios comme Écho de Moscou ou Radio Chanson. Et ses chansons sont chantées aussi bien à des festivals de rock qu’à des festivals de chanson d’auteur.
Timour est lauréat du prix le plus prestigieux dans le domaine de l’humour et de la comédie “Ostap d’Or”, des prix “Chanson de l’année”, “Plume d’Or Russe » et du prix de la Fondation Vyssotski “Barde russe”.

Ses chansons sont le miroir de notre époque, toujours avec espoir et optimismer, il sera accompagné des musiciens  russes:
Nikolay Grigoriev (guitare) – 1er prix du concours musical « Sigma »,
Mikhail Makhovitch, la “mandoline d’or” russe.

 “La Camillienne”

12, rue des Meuniers, 75012, Paris.

Tarif: 20 euros et 17 euros (tarif réduit).

Ballet National de Russie Kostroma


Le chef d’œuvre de la Danse Russe

Dimanche 18 mars 17h00

Théâtre Armande Béjart (TAB) d’Asnières-sur-Seine 

 

 


Direction artistique Elena TSARENKO
45 artistes sur scène    

    Durée : 2h10 avec entracte 

Magnifique voyage à travers l’histoire de la Grande Russie retraçant l’âme mystérieuse de la Russie d’antan, avant la révolution, jusqu’à la Russie moderne avec ses talents et ses richesses.
La performance physique des danseurs impressionnent dans le monde entier.

Plus de 200 magnifiques costumes ornés de perles, d’argent et de cristaux ont été spécialement conçus pour ce spectacle féérique.

Théâtre Armande Béjart
16 P lace de l’Hôtel de Ville
92600 Asnière sur Seine

Tarif : 20 € au lieu de 35 € (-25ans 15€)

Réservation: CLIQUEZ

Soirée du cinéma russe « Le soleil blanc du désert »

Projection du film « Le soleil blanc du désert » 

lundi 5 mars 2018 à 19h30 

cinéma Bellecombe, Lyon

AU PROGRAMME
Présentation du film: « Le soleil blanc du désert »  long métrage de 1970 réalisé par Vladimir Motyl.
Film en VOSTFr sur grand écran dans une salle des années 30;
Friandises typiques russes à déguster disponibles à la vente ;
Rencontre-échange dans une atmosphère très cordiale au café après le film (bar « Au Rendez-vous des Amis » – 249 Cours Lafayette, 69006 Lyon)

Venez passer une soirée dans une ambiance 100% cinéma russe!

​POURQUOI VOIR LE FILM
Un « eastern » soviétique, où les codes du genre sont transplantés dans l’Asie centrale d’après 1917. Drôle et décoiffant !

Son thème musical est une chanson culte dans les pays russophones Votre Honneur Madame la Chance (Ваше благородие, госпожа Удача) qui a été composée par Isak Schwarz et boulat Okoudjava et chantée dans le film par Pavel Louspekaïev.

(Ce film est traditionnellement visionné par les cosmonautes russes avant que leur fusée ne soit lancée dans l’espace).

SYNOPSIS

“L’histoire se passe sur les bords orientaux de la mer Caspienne au Turmenistan et met en scène le soldat Fiodor Soukhov qui combat pendant la Guerre civile russe . Le film commence par des scènes bucoliques de la campagne russe, où la femme de Soukhov, Ekaterina, se trouve dans un champ. En fait c’est un rêve de Soukhov qui se trouve à ce moment dans un désert d’Asie centrale. Il tombe ensuite sur Saïd, austère Turkmène, qui a été à demi enterré, pour une mort lente dans le sable, par ses ennemis menés par Djavdet qui a tué son père et pillé la maison familiale. Soukhov le sauve et dès lors commence une amitié inextinguible.

Ils se trouvent ensuite pris entre les lignes de l’Armée rouge et des rebelles basmatchis. Le commandant du régiment de cavalerie, Rakhimov, ordonne à Soukhov et au jeune soldat Petroukha de garder l’ancien harem du chef basmatchi, Abdoullah, qui s’est sauvé, et de capturer ce dernier. Soukhov escorte les femmes jusqu’à un village du bord de la Caspienne, tout en leur conseillant d’ôter leur burga et de renoncer à la polyganie. Mais elles ne comprennent pas et décident de considérer leur nouveau protecteur comme un mari.

Bientôt Abdoullah et sa bande parviennent au village. Soukhov demande des armes et de l’aide à Verechtchaguine (un ancien officier des douanes de l’Arme impériale, le seul Russe à vivre dans cette contrée), mais influencé par sa femme méfiante, il refuse. Malgré tout Soukhov trouve un fusil-mitrailleur et des munitions pour se défendre contre Abdoullah, qui entretemps a retrouvé les femmes du harem qu’il veut punir de leur « déshonneur », car elles auraient dû se suicider pour avoir été vues par un étranger.

Soukhov parvient à s’emparer d’Abdoullah qu’il tient prisonnier, mais celui-ci s’échappe grâce à Guioultchataï, la plus jeune du harem, puis Abdoullah la tue ainsi que Petroukha qui était amoureux d’elle.

Le conservateur du musée local montre à Soukhov un ancien passage qui conduit à la mer pour qu’il puisse s’échapper. Soukhov et les femmes du harem prennent donc le passage et arrivés au bord de la mer se cachent dans un ancien réservoir à pétrole vide. Abdoullah apprend leur présence et projette de mettre le feu au réservoir.

Entretemps, Verechtchaguine, qui trouvait que Petroukha ressemblait à son fils mort il y a longtemps, décide de se venger de l’assasinat de sang-froid du jeune soldat et apporte son aide à Soukhov, comme le fait aussi Saïd. Le bateau d’Abdoullah et sa bande arrive en vue. Malgré les avertissements que Soukhov lui crie, Verechtchaguine meurt pendant que le bateau dynamité explose. Soukhov tue Abdoullah et rend le harem à la protection de Rakhimov.

Il commence ensuite son chemin du retour à pied. On ne saura pas s’il arrive à bon port, car la guerre civile n’est pas terminée en Asie centrale.

L’association Projet Russe organise les Soirées du cinéma russe sous-titré en français tous les premiers lundis du mois (d’octobre au décembre et de février au juin).

 

Cinéma Bellecombe,

61 rue d’Inkermann, 69006 Lyon
Parking GRATUIT à disposition le temps de la séance.

​INFORMATION PRATIQUE
Tarif associatif (séance) : 5€
Réservation en ligne ! (CLIQUEZ)
Projections sont ouvertes uniquement pour les adhérents de l’Association Projet Russe;
Adhésion annuelle obligatoire 2017-2018 de 3€. Vous pouvez adhérer en ligne dès maintenant ou avant la projection sur place:(CLIQUEZ)

Accés:

Métro : arrêt Charpennes

Bus C3 : arrêt Ste Geneviève

Tram T1 : arrêt Collège Bellecombe

Voiture : possibilité de stationner dans la cour

A pied : courage, c’est bon pour la santé !

 

Ballet National de Russie

“Kostroma”

mercredi 21 mars 2018 à 19h30

Salle Métropole, Lausanne

Organisé par le Consulat honoraire de la Fédération de Russie à Lausanne

Le Ballet National « Kostroma » a été fondé il y a 25 ans par Elena et Youri Tsarenko,  tous deux Maîtres émérites des Arts de Russie. La compagnie porte le nom d’une très ancienne ville russe riche en histoire puisque c’est là qu’est née la Dynastie des Romanov.

Le « Show National de Russie » met en scène avec talent et originalité l’histoire de la Russie et de son peuple. Tel un voyage dans le temps et l’espace, le ballet illustre les différentes moeurs et traditions russes aussi bien à l’époque des tsars qu’à la période soviétique, à la fois au Nord, au Centre et au Sud, en Sibérie comme au Caucase.

Ce spectacle féérique d’envergure impressionnante allie les danses traditionnelles aux ballets modernes. Sur la scène, ornée d’un décor unique prolongé par des projections, des tableaux saisissants sont interprétés par une quarantaine de danseurs hors pair, vêtus de costumes lumineux aux couleurs vives spécialement conçus pour ce spectacle. Plus de 600 costumes spécialement conçus pour ce spectacle rendent le show inoubliable. Un « must » pour les familles !

Le « Show National de Russie » met en scène avec talent et originalité l’histoire de la Russie et de son peuple.

Tel un voyage dans le temps et l’espace, le ballet illustre la vie et les traditions des peuples de la Russie du Nord au Sud et de la Sibérie au Caucase, aussi bien à l’époque des tsars qu’à la période soviétique.

Salle Métropole

Place Bel-Air 1, 1003 Lausanne

Vous pouvez acheter les billets sur STARTICKET.CH

Tarifs: Cat 1: CHF 90.00,  Cat 2: CHF 60.00,   Cat 2: CHF 30.00

 

 

Programme du séjour

Mardi 31 juillet :

Accueil à l’aéroport, installation à l’hôtel (ou chez l’habitant à Irkoutsk).

Visite guidée de la ville d’Irkoutsk.

Irkoutsk est probablement l’une des plus belles villes de Russie.
On la surnomme d’ailleurs « le Paris Siberien » !

La ville d’Irkoutsk a 356 ans. L’histoire d’Irkoutsk est étroitement liée aux Décembristes, elle suscite de l’intérêt tant par son histoire que par sa diversité architecturale. Cet héritage culturel est palpable à chaque coin de rue.

Mercredi 1 août :

Visite du musée en plein air de l’architecture sibérienne “Taltsy” du village Listvianka (à 67 km d’Irkoutsk, au bord du lac Baïkal) et du musée limnologique du lac.

 

Le musée de l’architecture sibérienne « Taltsy », en bois et en plein air, est situé à 47 km d’Irkoutsk sur la route de Listvianka, au bord de l’Angara. L’exposition de ce musée (70 hectares) comporte un ensemble architectural mêlant villages évennes, bouriates et russes.

Jeudi 2 août :

Départ pour le lac Baïkal

Installation dans un hôtel en bois au bord de la “Petite mer”.

Promenade dans le village “Sakhurta”

Soirée francophone.

Vendredi 3 août :

Cours de russe le matin.

Croisière en bateau.

Soirée russe.

Samedi 4 août :

Départ pour l’île d’Olkhon.

L’île d’Olkhon se trouve au centre du lac. Sa longueur est de 71,7 km et sa largeur de 15 km. Située près du point le plus profond du lac(1637m),cette île est le coeur historique et culturel du lac Baïkal. Les paysages de l’ île sont extraordinairement beaux et imprégnés des anciennes légendes bouriates.

Installation au village central de l’île “Khoujir”.

Cours de russe l’après-midi.

Visite guidée du village “Khoujir et du rocher “Bourkhan” à pied.

Le Rocher du Chaman, l’un des neufs lieux sacrés de l’Asie, était autrefois appelé le Rocher Temple. Il y a de nombreuses années, des rites chamaniques se déroulaient dans une grotte de ce rocher.

Dimanche 5 août – jeudi 9 août :

Cours de russe le matin

2 excursions l’après-midi (cap Khoboï en 4X4, accueil au sein d’une famille bouriate)

Le cap Khoboy, à la pointe nord de l’île. Les routes y sont peu praticables, mais le « ouazik », véhicule tout terrain de fabrication russe, se fera un plaisir de vous y conduire ! Une vue imprenable à 360° s’offrira alors à vous… Ici, vous aurez le sentiment d’être au centre même du lac et pourrez alors en mesurer l’immensité.

Jeux russo-français (chasse au trèsor, scrabble, Loup-garous, pétanque, mölkky, Journée d’un ami, soirée karaoké.

Rencontre avec un chamane, banya (sauna russe optionnel).

Rencontre avec un chaman qui vous parlera des particularités de
la vie du peuple bouriate et des rites chamaniques.

Vendredi 10 août :

Retour à Irkoutsk.

Samedi 11 août:

Visite du musée des Décabristes.

L’histoire d’Irkoutsk est étroitement liée aux Décembristes, révolutionnaires russes du début du XIXeme siècle, issus de la noblesse. Deux maisons-musées (celles de Troubetskoï et de Volkonski), abritent des objets ayant appartenus
aux décembristes : meubles, dessins et lettres de leurs épouses françaises…

Pratique concrète du russe sur le marché local.

Dîner de départ.

Dimanche 12 août :

Départ des participants.

 

BULLETIN D’INSCRIPTION Séjour au Baïkal en été 2018

Monsieur  Madame  Mademoiselle  Nom :

…………………………………………………………………………..

Prénom : ………………………………………………………………………..

Date de naissance : . . . . . . . . / . . . . . . . . . / . . . . . . . . .

Adresse : ……………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………..

Code postal : ………………………………………………………………….

Ville : …………………………………………………………………………..

Tél. : …………………………………………………………………………..

E-mail : …………………………………………………………………………..

Niveau de russe :
débutantfaux débutantintermédiaireavancé

Type de chambre : SimpleDouble

 

Les inscriptions seront closes le 31 mai 2018

  • 980 € par personne en chambre double non-mixtes
  • 1200€ pour une chambre simple
  • Offre pour les lycéens : 1200 € par personne , avec encadrement dès l’aéroport Paris CDG (groupe de 3 personnes minimum)Ce prix comprend :
  • L’invitation en Russie (nécessaire pour obtenir le visa)
  • L’enregistrement administrative à votre arrivée
  • Le transfert depuis/vers l’aéroport
  • 20h de cours de russe
  • L’hébergement (3 nuits chez l’habitant à Irkoutsk et 9 nuits sur l’île Olkhon au lac Baïkal)
  • Tous les repas (à l’exception de 3 dîners à Irkoutsk qui seront à votre charge)
  • Les déplacements à l’intérieur d’Irkoutsk
  • Les excursions et les entrées des musées
  • Ce prix ne comprend pas l’acheminement A/R entre Irkoutsk et votre domicile, l’assurance médicale et les frais de visa .
    1. Pour ceux qui souhaitent prolonger le séjour, il faut compter 20 euros par nuit supplémentaire.
  • Pour information, il vous faudra partir de Paris dans la matinée du 30 juillet pour arriver le 31 juillet à Irkoutsk, date du début du stage. Il faut compter à peu près 12 heures de voyage (incluant une escale à Moscou) et +7 heures de décalage horaire.

 

RENSEIGNEMENTS & INSCRIPTION:

Alliance française d’Irkoutsk – 25, rue Gorkogo, 664011 Irkoutsk, Russie

Courriel: irkoutsk@afrus.ru

Tél: +7 3952 500 792 (+7 heures de décalage horaire)

L’Aéro-Club de France et l’Association Française des Femmes Pilotes

 Les « Sorcières de la nuit » 

(Unité combattante soviètique de la  Grande Guerre Patriotique)

 conférence par Martine Gay 

vendredi 9 mars 2018 à 19 heures

à l’Aéroclub de France

Polikarpov-Po-2

Soirée organisée dans le cadre de la Journée Internationale de la Femme, L’Aéro-Club de France et l’Association Française des Femmes Pilotes, conférence sur une partie de l’histoire peut connue voire inconnue en France.

Entre 1941 et 1945, elles furent 400 aviatrices soviètiques à s’engager dans les bataillons de combat de l’armée rouge. Leur dévouement et leur courage les ont faites entrer dans la légendes, au même titre que Normandie Niemen

 

Martine Gay pilote membre de l’AFFP, depuis plus de 25 ans, est psychomotricienne de formation, sophrologue et relaxologue, spécialisée dans la gestion du stress et de la fatigue. Mais sa vraie passion est le vol et l’écriture consacrée à l’aérien, avec une cause à défendre et à faire connaître : celle des femmes pilotes.

 

A la rencontre d’Irina Rakobolskaya et de Galina Beltsova

Portant très souvent un foulard rouge qui évoque les komsomols, il est normal qu’elle se soit attachée à nous faire mieux connaître ces femmes russes hors du commun que furent les sorcières de la nuit. Avec opiniâtreté elle a obtenu toutes les autorisations pour se rendre en Russie et rencontrer les deux icones survivantes que sont le lieutenant-colonel Irina Rakobolskaya qui fut chef d’Etat-major du 588ème régiment de bombardement de nuit et le capitaine Galina Beltsova navigatrice du 587ème régiment de bombardement en piqué de jour.

Près d’un million de femmes ont servi dans l’Armée Rouge, dès les premiers mois de l’invasion allemande, dès l’opération Barbarossa, souvent en première ligne. Et parmi elles, plus de 400 pilotes amatrices s’engagèrent massivement dans les bataillons d’aviation de combat.

La Grande Marina

Bien entendu une part significative est consacrée à l’évocation de Marina Raskova figure majeure des Sorcières de la Nuit. Fille d’un chanteur d’opéra, elle est elle-même virtuose du piano, mais sort diplômée de l’Institut de l’Aviation Civile de Leningrad, et commence sa carrière de navigatrice, puis devient pilote, en 1925.

Et le 24 octobre 1937, avec Valentina Grizobudova, elle enregistre un record du monde féminin de distance, 1.445 km non stop, aux commandes d’un Yakolev AIR-12 ! L’année 1938 est pour elle celle de trois nouveaux records mondiaux : à bord d’un hydravion MP-1, couvrant 1.749 km puis 2.241 km, avec Valentina Grizodubova et Paulina Osipenko en ANT-37 parcourant 6.450 km, en un vol non-stop de Moscou au Pacifique.

Au terme de ce très long périple, les trois femmes doivent effectuer un atterrissage d’urgence dans la taïga, et ne seront retrouvées que dix jours plus tard, devant la vie à quelques barres de chocolat… A l’âge de 26 ans, le 2 novembre 1938, elle reçoit l’Etoile d’or, numéro 106, des Héros de l’Union Soviétique.

Un vibrant hommage rendu aux aviatrices russes

Elle devient une intime de Staloine. Pendant la Seconde Guerre mondiale,  des femmes intègrent déjà les forces armées, notamment l’aviation, mais Staline lui demande de former des escadrons constitués exclusivement de femmes en 1941. Elle forme ainsi 3 régiments à Engels . Elle meurt durant la bataille de Syalingrad . Elle convoyait des bombardiers vers le front lorsqu’une tempête de neige l’a surprise près de Saratov le 4 janvier 1943.

Conférence suivie de la signature de l’ouvrage  de Martine Gay:« FEMMES DANS UN CIEL DE GUERRE – Sorcières la nuit … Furies le jour  –Aviatrices russes 1941-1945 ».

Cet ouvrage est un vibrant hommage rendu aux aviatrices russes de la Seconde Guerre mondiale, des jeunes filles qui avaient alors entre 17 et 25 ans. On les a surnommées les Sorcières de la nuit, les Diablesses, les Faucons, les Furies, parfois même les Soeurs… Sous le commandement de Marina Raskova, trois régiments d’aviation ont été constitués pour combattre aux côtés d’unités masculines. C’est un récit authentique, passionnant de vaillance, de dépassement de soi et de sensibilité féminine emportée dans une guerre impitoyable.
Ces Grandes Dames, pilotes et navigatrices ont par leur courage, leur idéal, leur jeunesse, conquis le coeur des nations et attiré le respect de l’adversaire.

Ce livre se présente comme un puzzle ; ne vous attendez pas à une écriture linéaire de biographe. Mais vous trouverez, outre les récits des deux héroïnes principales, des renseignements de tous ordres sur l’organisation de l’aviation soviétique, les cartes des terrains d’entrainement, de brefs portraits de combattantes..

(151 pages. 19,90 euro. ISBN : 2373010720)

Aéroclub de France
6 Rue Galilée
75116 Paris

Métro: Boissières

Réponse souhaitée avant le 19/02/2018 à : communication@aeroclub.com en indiquant noms et nombre de personnes présentes. Participation 5€ pour le pot de l’amitié.

 

 

A l’occasion du centième anniversaire des premiers martyrs de l’Eglise Orthodoxe Russe, la cathédrale de la Sainte-Trinité accueillera le chœur d’hommes «Chantres Orthodoxes Russes» pour deux concerts exceptionnels les 8 et 9 mars prochains.

Placé sous la direction de Serge Rehbinder, le chœur d’hommes «Chantres Orthodoxes Russes» est composé d’une douzaine de chanteurs qui ont évolués dans de grands chœurs en Russie et en France comme ceux de la laure de la Trinité Saint-Serge près de Moscou dirigé par l’archimandrite Mathieu Mormyl, de la cathédrale Saint-Alexandre Nevsky à Paris dirigée par Monsieur Basile Evetz, de l’ensemble vocal Kedroff ou de l’institut de théologie orthodoxe Saint-Serge.
Depuis leur création en 2013, les « Chantres Orthodoxes Russes » se consacrent au répertoire liturgique russe et plus particulièrement aux œuvres issues de la tradition de la laure de la Trinité Saint-Serge.
Salué par la presse locale, après plusieurs concerts donnés dans des endroits aussi prestigieux que les églises Saint-Germain l’Auxerrois et Saint-Louis-en-l’Ile à Paris ou l’abbatiale Saint-Mathurin de Larchant, les « Chantres Orthodoxes Russes » continuent à promouvoir cette musique qui perpétue la tradition russe aux mélodies vibrantes de profondeur.
Le programme présenté sera articulé autour du requiem orthodoxecommémorant ainsi, le centenaire des premiers martyrs de l’Eglise Orthodoxe Russe.
Cathédrale de la Sainte Trinité
1 quai Branly, 75007  Paris
Réservation: CLIQUEZ
Tarif: minimum 15€

Concert russe pour

“La journée Internationale de la Femme”

Samedi 10 mars à 80h

à Houston, Texas

 

La musique tzigane est connue dans le monde entier sous le nom de musique tzigane, et Vadim Kolpakov est l’un des plus grands virtuoses au monde de la guitare russo-romaine (tsigane) à sept cordes, ainsi qu’un danseur et un chanteur, représente cette culture autour du globe. Diplômé de l’école des arts du spectacle rom, Gilori, Vadim a étudié la guitare avec son oncle et mentor, Alexander Kolpakov, à Moscou. À l’âge de 15 ans, Vadim a rejoint le Romen Gypsy Theatre de Moscou en tant que guitariste, chanteur, danseur et acteur dramatique. Depuis lors, Vadim a beaucoup joué en Russie et à l’étranger; il a donné des concerts au Carnegie Hall (New York City) ainsi qu’au Kremlin (Moscou). Il a participé à de nombreux projets musicaux sur le russe, le canadien, Télévision et radio européennes et américaines et a été artiste en résidence à l’Université de Caroline du Nord à Charlotte en 2006-2007. En 2008-2009, Vadim Kolpakov a fait une tournée avec Madonna dans le cadre de sa tournée mondiale “Sticky & Sweet”. Il est le fondateur et directeur artistique de l’ensemble basé aux États-Unis Via Romen et membre du Trio Kolpakov (Russie), et se produit également en tant qu’invité spécial auprès de divers artistes et groupes américains.

Vadim Kolpakov, Alla Rada & Anastasia

Place du marché, Downtown Houston
809 Congrès,  Houston, TX 77002

Téléphone: 713-222-0003

Tarifs: $ 20

Dîner concert Tzigane et russe

Auberge de la tour, Saint-pierre d’Argencon

Vendredi 9 mars 2018

Deux frères, Vladimir et Romain Gourko, issus de l’immigration russe à Paris, ont grandi au son des balalaïkas, de la guitare russe et des chants tziganes.

 Issu d’une famille de musiciens, Romain baigne dans l’atmosphère des cabarets et des fêtes russes dès sa plus tendre enfance. Il se passionne naturellement pour la musique et commence à pratiquer la balalaïka à l’âge de onze ans. Attiré par d’autres styles musicaux (jazz manouche, musique brésilienne), il s’oriente vers la guitare et commence à chanter durant son adolescence. Ce n’est qu’à partir de 2011, son diplôme d’ingénieur en poche, que Romain décide de se consacrer pleinement à la musique

Né à Paris, Vladimir grandit au contact de la musique, caché sous les tables des légendaires cabarets et fêtes russes. Il pratique la guitare et le chant depuis son plus jeune âge et se consacre pleinement à la musique à l’âge de 15 ans.

Il travaille dans de nombreux cabarets comme le “Balalaïka”, le “Raspoutine”, le “Jaguaroff”, les “Trois maillets”… ainsi qu’avec de nombreux musiciens reconnus (Angelo Debarre, Raya, Petro Ivanovitch, Boulou Ferre, Thomas Dutronc, Sébastien Giniaux, Bako Jovanovic  etc…).

Attiré par le jazz et la musique brésilienne, il joue dans différents ensembles, compose et fonde Balya, Oulitsa puis Tchayok, mélange de ses influences multiples.   Il fait partie de l’Orchestre de St Georges.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Pascal de Loutchek a grandi dans une famille de musiciens russes.
De formation musicale au Conservatoire Rachmaninov de Paris, il enrichit sa sensibilité musicale au Brésil.
Compositeur, chanteur, guitariste, il a participé à de nombreuses tournéees de musiques tsiganes dans toute l’Europe de l’Est et aux USA, Canada, Japon et Afrique du Sud.
C’est un virtuose de la guitare qui a travaillé dans tous les styles. Il accompagna, entre autres, Ivan Rebroff.

Auberge de la Tour

05140 Saint-Pierre-d’Argençon, France

Réservation: 04 92 58 71 08

Centre Culturel russe Paris

Projection du film

“L’Île “

Dimanche 18 février 2018 à 15h

Rencontre avec Pavel Lounguine à 17h

“L’Île”, “Остров”

Une plongée dans l’âme russe, Pavel Lounguine part à la découverte du trésor spirituel de l’orthodoxie. Ce film nous plonge au plus profond des ténèbres, la tendresse de Dieu réchauffe l’humanité. Un film russe… tout en intériorité.  Avec Piotr Mamonov, Viktor Soukhoroukov, Vika Issakova. (1 h 52). Le film aborde les thèmes de la rédemption et du pardon, à travers le parcours singulier d’un moine, le père Anatoli, vivant retiré sur une île au bord de la mer blanche au nord de la Russie, avec d’autres moines. Il devient par sa sagesse un héros, mais se considère indigne de l’intérêt qu’il suscite, souffrant d’avoir commis une terrible faute dans sa jeunesse.

 

Un monastère orthodoxe sur une île du nord de la Russie. Un moine perturbe la vie de sa congrégation par son comportement étrange. En effet, selon la rumeur, l’homme posséderait le pouvoir de guérir les malades, d’exorciser les démons et de prédire l’avenir… Le film aborde les thèmes de la rédemption et du pardon, à travers le parcours singulier d’un moine, le père Anatoli, vivant retiré sur une île au bord de la mer blanche au nord de la Russie, avec d’autres moines. Il devient par sa sagesse un héros, mais se considère indigne de l’intérêt qu’il suscite, souffrant d’avoir commis une terrible faute dans sa jeunesse.C’est en tout cas ce que croient les étrangers qui se rendent sur l’île. Mais le moine, qui souffre d’avoir commis une terrible faute dans sa jeunesse, se considère indigne de l’intérêt qu’il suscite…”

 

Huitième film de Pavel Loungine réalisé en 2006, qui a clôturé le festival de Venise et a remporté le prix de l’Aigle d’or récompensant les films russes, ainsi que le prix Nika. Il a été tourné dans un village de Carélie.

 

Centre culturel russe

61 rue Boissière, 75016  Paris

ENTRÉE GRATUITE (Вход бесплатный!)
RÉSERVATION OBLIGATOIRE: 01 44 34 79 79

MÉTRO: Victor Hugo, Boissières

 

Le théâtre Populaire Ivanna Nechay

“Les Grandes Inspiratrices du XXè siècle”

Jeudi 8 mars à 19h30

Café Viaduc

Ivanna Netchay est la directrice artistique du Théâtre Populaire, l’auteur et l’interprète de ses chansons et aussi l’organisatrice du festival international ethnique et écologique « Le zen slave ».

À partir de 2013, elle est professeur dans l’école internationale de la culture traditionnelle, des arts et de l’artisanat « Le chemin slave » à Nessebar en Bulgarie. Dans cette école, elle organise des événements créatifs où elle transmet ses connaissances dans la culture des rites slaves traditionnels et le folklore russe.

Le Théâtre Populaire est une jeune association dont les membres de différentes origines sont animés par l’amour du théâtre, de la chanson populaire et des traditions culturelles ethniques diverses.

Le Viaduc Café
43 av Daumesnil 75002 Paris
Réservation souhaitée: 01 44 74 70 70
Tarif: 10€ + consommation.
Métro: Gare de Lyon

 

Grigory Victorovich Lepsveridze (Григо́рий Ви́кторович Лепсверидзе), né le 16 juillet 1962 à Sotchi, chanteur russe d’origine géorgienne, compositeur, producteur, membre de l’Union internationale des artistes. Artiste émérite de la République d’Ingouchie (2004), Artiste émérite de la Fédération de Russie  (2011), Artiste du peuple de Karachaevo-Cherkessia2015). Le lauréat des World Music Awards, Chanson de l’année, Golden gramophone, Lauréat du prix Chanson of the Year (Au Kremlin), etc.De son style originel qui était la chanson russe (Русский шансон, Russkiy chanson), il a évolué vers le soft rock. Il est connu pour sa puissante voix de baryton.

 

Dès 1730, là où l’on voyait des prés et des arbres, un site est aménagé pour les distractions du Duc de Richelieu. Fréquentée ensuite plus démocratiquement, la « Folie Richelieu » devient un lieu de spectacles jusqu’en 1811. Elle est remplacée par le Tivoli, un très vaste parc d’attractions animé par un artificier du nom de Ruggieri, aujourd’hui encore le grand nom des feux d’artifice de Paris.

En 1851, on construit l’église de la Trinité sur l’emplacement du Tivoli. Est-ce la fin de la vocation de plaisir et de gaieté du lieu ? Non, car le Baron Haussmann, l’aménageur tout puissant de Paris, la fait démonter et reconstruire un peu plus bas ! Un immense hall est construit sur le site. Diverses distractions y sont proposées dont une patinoire, qui recueille un grand succès. En 1880, sur une partie de patinoire on construit le Palace théâtre. On s’y promène dans un décor très Belle Epoque et on suit des attractions sur un grand podium. La vocation du lieu se précise…

C’est durant la sombre période de la guerre de 1914-1918 que le Casino de Paris va adopter la formule qui en fera une légende du Music Hall parisien. Puis vient Mistinguett restera la reine incontestée du Casino jusqu’en 1925, à son départ revient Maurice Chevalier.

En 1930, le Casino de Paris est une institution du spectacle parisien. Il est dirigé par Henri Varna, qui cherche à créer l’événement. Il engage Joséphine Baker et, pour accentuer son image d’exotisme, il lui achète un léopard nommé Chiquita. 1934 débute Tino Rossi.

Après la guerre, les revues reprennent : en 1959, Line Renaud, devenue une très grande vedette, inaugure sa revue « Plaisirs de Paris »; il y a plus de 100 personnes sur scène. La revue durera 4 ans.

Aujourd’hui scène ioncontournable pour les pus grands noms de la chanson françaises et internationales.

 

 

LE CASINO DE PARIS
16, rue de Clichy, 75009 Paris

Métro: Trinité d’Estienne d’Orves (ligne 12)

Réservation: 06 16 12 63 55

Tarifs de 55€ à 150€ en fonctions de catégories.

 

Sortie en salle le mercredi 7 mars 2018

du premier film de  Kantemir Balagov

 

” TESNOTA “

 

Avec Darya Zhovner, Veniamin Kac et Nazir Zhukov. Durée : 1h58.

Kantemir Balagov

 Kantemir Balagov   réalisateur du film Tesnota, il présente en 2017 au Festival de Cannes son premier long métrage dans la section “Un Certain Regard, lequel s’inspire d’un fait divers qui s’est déroulé en 1998 à Naltchik, capitale de la république autonome de Kabardino-Balkarie, dans le Caucase du Nord, où cohabitent  trois peuples : des Russes, des Kabardes et des Balkars.

Révélation cannoise: c’est ce premier long-métrage russe du jeune Kantemir Balagov, né en 1991 à Naltchik, ­capitale de la République caucasienne de Kabardino-Balkarie. Elève du prince de l’élégie Alexandre Sokourov, Balagov a retenu un fait divers qui s’est précisément déroulé dans sa ville natale en 1998 pour passer à l’action cinématographique. Il a bien fait, tout dans son film – où se télescopent la montée des antagonismes ethniques, la tragédie familiale et le polar – évoque le James Gray de Little Odessa.
L’écriture qu’il déploie, le rapport d’intimité bouleversant qu’il instaure avec ses personnages, Kantemir Balagov les a affinés auprès d’Alexandre Sokourov, dont il a suivi l’enseignement au sein de l’école de cinéma de l’université de Nalchik, que l’auteur de L’Arche russe a dirigée.

Daya Zhovner

Dans cette ville très pauvre, « aussi bien économiquement que culturellement », Sokourov cherchait « quelque chose de brut, loin du raffinement d’une certaine jeunesse russ». Il voulait transmettre son savoir-faire à « des gens ayant vécu des choses fortes, avec des personnalités fortes ». Parmi les étudiants, il y avait des Kabardes, comme lui, des Tchétchènes, des Balkars, des Russes… Sokourov voulait les conduire à trouver leur style propre et les incitait fortement, pour cela, à lire. « La grande littérature est une exploration de l’humain. Elle nous apprend…

Traditions anciennes et nouvelles de

“Maslenitsa”

Le nom russe de la fête signifie «la rencontre». Maslenitsa a une double ascendance : païenne et chrétienne.
Du côté païen, Maslenitsa fut une fête héliocentrique, célébrant la fin imminente de l’hiver.

En occident dans la Rome antique, il s’agissait d’une fête en l’honneur du dieu Pan. Toute la nuit, les croyants parcouraient les rues de Rome en agitant des flambeaux.  Chez les chrétiens c’est la fête de la présentation au Temple de l’enfant Jésus.

En Russie cette fête dure huit jours une semaine avant le grand carême, cette année du lundi 12 au 18  février 2018*. Elle est l’équivalent slave de la chandeleur ou du Mardi gras, célébrant la fin de l’hiver. Les éléments indispensables de Maslenitsa sont les blinis, sortes de crêpes épaisses rondes et dorées , symbole païens du soleil. Ils sont faits d’ingrédients autorisés par la tradition orthodoxe pendant le Carême soit: le beurre, les œufs et le lait.

La “mascotte” de Maslenitsa est généralement une effigie habillée de couleurs vives (rouge, orange, jaune,…) qui s’appelle Dame Maslenitsa, autrefois Kostroma.

"L'adieu à l'hiver; Maslenitsa". Toile Simon Kashin.

Les blinis faits à la maison sont servis avec du beurre fondu chaud, de la crème fraîche (smetana), du caviar rouge, du saumon fumé, des anchois …, mangés en  dessert avec du miel. Et comme boisson, bien entendu de la vodka (bien fraîche) .
Un blin (en russe : блин, pluriel блины bliny, blini parfois retranscrit comme blinis. Le mot blin vient du vieux slave mlin, qui signifie « moudre ».

Maslentsa” vient du mot russe “Maslo“, qui signifie Beurre. la crèpe représente le soleil, le beurre, le symbole de l’aisance.

Quoi qu’il en soit, s’il fait beau temps, dit-on, le jour de la Chandeleur, si le soleil brille, le printemps sera chaud, sans pluies, le vent promet une bonne récolte. D’après la tradition chrétienne actuelle, les bougies sont bénies ce jour pendant la liturgie divine. Le feu le jour de la Chandeleur a une force miraculeuse et protège la maison contre le tonnerre et la foudre, contre tous les maux.

* La date change en fonction de la Fête de Pâques, differante avec
les occidentaux en raison des calendrier:
julien pour les orientaux et
grégorien pour les catholiques et les protestants, calendrier établi 15 octobre 1582.
Cette année la Pâques orientale est le 08 avril et la Pâques occidentale le 01 avril.

VIème Édition du Festival du Cinéma Russe de Niort

du mardi 27 au samedi 31 mars 2018.

Le rideau du Cinéma CGR à Niort pour la Quatrième Édition du Festival du Cinéma Russe de Niort du 27 au 31 mars 2018 avec six films récents et cinq films des années 80. Plusieurs de ces films sont inédits en France. quatre seront projetés en version française. Le film « Les yeux noirs » ouvrira le festival avec l’inoubliable Marcello Mastroianni, et « Matilda » le clôturera.
La comédienne Macha Polikarpova, vedette de la série « Les mystères de l’amour » sur TMC est la marraine de cette 4e édition. Elle sera présente mardi 27 mars. Une soirée spéciale le mercredi 28 mars sera consacrée à la danse classique avec la présentation du film « Le Bolchoi » qui a connu un immense succès en Russie. La soirée sera organisée avec le concours de l’école de danse « Espace danse » de Magali Tissier.
À l’affiche : les films du Festival, la soirée de Macha Polikarpova et le concert du duo de guitaristes franco-russe « Cantiga ».
« ROMANCE CRUELLE » Le meilleur film russe de 1984 d’Eldar Riasanov, « PARADIS » Le film d’Andrei Kontchalovski de 2017 – le film- évènement de notre Festival, « THE SPACEWALKER » ( « Le Temps des Premiers »)- le film de Dimitri Kisselev de 2017 fondé sur des faits réels- la première sortie d’un homme dans l’espace , « LA PETITE VERA » qui fit scandale en URSS en 1988 réalisé par Vassili Pitchoul, «LE BOLCHOI » le film – étoile de notre Festival du metteur en scène Valéry Todorovski de 2017, “MATILDA”- de 2017 d’Alekseï Outchitel sur Nicolas II – le film qui est au cœur de la polémique actuellement en Russie, “LA CHASSE DU TSAR” une magnifique fresque historique de 1990 de Vitali MELNIKOV sur une belle intrigante qui se fait passer pour la dernière des Romanov, “GUARDIANS” les super- héros soviétiques filmé par Sarik Andreassian en 2017, “LES YEUX NOIRS”- le drame de Nikita Michalkov de 1987 qui a valu à Marcello Mastroianni le Prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes de la même année, “L’AMOUR ET LES PIGEONS” la comédie de l’auteur de «Moscou ne croit pas aux larmes » – Vladimir Menchov – de 1984 sur les mœurs de la Russie profonde et enfin “L’EMPIRE DISPARU” un film de 1990 sur la jeunesse moscovite des années 1970 de Karen Chakhnazarov qui est connu aussi comme étant le directeur du Studio Mosfilm.

Programme

Mardi 27 mars à 14h

“Les Yeux noirs” 1987

Les Yeux noirs est adapté d’une nouvelle de Tchékhov.“Les souvenirs du tendre et faible Romano devenu serveur à bord d’un paquebot au début du siècle. Le jour de l’anniversaire de sa femme, la belle Elisa, il apprend qu’il est ruiné et s’enfuit dans une ville d’eau. Là, il rencontre Anna, jeune et timide Russe qui finit par céder à ses pressantes avances. Effrayée par sa faute, elle rentre brusquement en Russie. Romano devenu fou d’amour décide de la retrouver et part pour cet étrange pays.”

Soirée Macha Polikarpova à 19h

Courts métrages avec Macha à 20h dédicace

“La Brèche” (Prioriv) à 20h 10

La petite Véra”  à 22h 15

(1988)

“Les frasques de la jeune et jolie Vera qui habite dans une petite ville industrielle. Vera a quitté l’école jeune et fait les quatre cents coups, suivant ses désirs afin d’oublier les incessantes disputes familiales, son père alcoolique et le sombre avenir qui l’attend…Véra, montrée du doigt par tous, fait le désespoir de ses parents, dont elle n’a de cesse de brocarder les échecs et la médiocrité. Elle a quitté l’école, porte des mini-jupes, n’aime que le rock, les copains, le haschich, l’amour et la liberté. Et malgré tout, Véra s’ennuie à mourir. Lors d’un bal, elle rencontre le beau Sergueï, succombe à son charme et découvre rapidement qu’elle est enceinte. Et voici Sergueï, coincé dans le minuscule appartement familial où la promiscuité devient vite intenable et où les conflits sourdent…”

Mercredi 28 mars

“La chasse du Tsar” à 14h

“L’histoire de la façon dont une prétendante au trône la Princesse Elizabeth Tarakanov (1745 – 1775), se fait passer pour la fille de l’impératrice Elisabeth, en raison de la trahison du comte Orlov qu’elle aime, qui s’est tourné vers Catherine, elle est arrétée  à son retour en Russie, elle est mise en prison, torturée, défigurée ou elle meurt ignorée de tous.

“L’Amour et les Pigeons” à 18h

“Un homme, travailleur exemplaire et bon père de famille, part en séjour de convalescence au bord de la Mer Noire. Il y rencontre une femme fatale et finit par s’installer chez elle. Commence alors une nouvelle vie, exaltante bien que souvent déconcertante”

“Bolshoï” à 20h

La jeune danseuse de talent Youlia Olchanskaïa, originaire d’une petite cité minière, tire le « bon numéro » : elle est remarquée par un ancien danseur qui lui prédit un avenir de grande ballerine. Mais la voie qui mène sur la légendaire scène du Bolchoï passe par le conservatoire, où la jeune provinciale insoumise est prise en charge par une professeure encore plus fantasque. Pour devenir danseuse étoile, il lui faudra faire des sacrifices inouïs, et Youlia qui fera sa propre expérience du grand ballet, comprendra que tout n’est pas que tutus blancs, loges dorées et rubans de soie.”

“Les yeux Noirs” à 22h15

 

Jeudi 29 mars

“L”Empire disparu” à 14h

Durée : 1h45
Genre: Drame
Année de production: 2008
Réalisation: Karen Chakhnazarov
Acteurs: Aleksandr Liapine, Lidia Miliuzina, Egor Baranovski, Ivan Koupreenko, Armen Djigarkhanyan

Prix et récompenses:
– Meilleure réalisation Prix de l’Aigle d’or, Moscou (Russie), 2009

Sélections dans les festivals :
– Quinzaine du cinéma russe à Strasbourg, Strasbourg (France), 2011
– Moscou, Saint-Pétersbourg : deux visages de la Russie, Paris (France), 2010
– Semaine de cinéma russe au Burg Kino, Vienne (Autriche), 2009
– Festival international du film de Sofia, Sofia (Bulgarie), 2009
– Le Septième Art a une histoire. Cinéma russe, un week-end d’inédits, Nice (France), 2009
– Festival de films russes : Spoutnik au-dessus de la Pologne, Varsovie (Pologne), 2009
– Monaco Charity Film Festival, Monaco (Principauté de Monaco), 2009
– Lone Star International Film Festival, Fort Worth (Texas) (USA), 2009
– Festival du cinéma russe à Honfleur, Honfleur (France), 2008

“Moscou, 1973. Sergueï Narbekov est un étudiant peu studieux. Il préfère les fêtes bien arrosées avec ses amis d’école. Il habite avec sa mère, son frère cadet et son grand-père, célèbre archéologue. En classe, Sergueï fait la connaissance de Lyuba Beletskaya qui lui plaît beaucoup”. Un film sur la jeunesse moscovite des années 1970…

 

“Les Yeux Noirs” à 18h

 

“Paradis” à 20h

“Paradise”, une réflexion du réalisateur Andréï Konchelovski qui est insolite sur trois destins croisés confrontés aux horreurs de la guerre et des camps de concentration.“Olga est arrêtée pour avoir caché des enfants juifs lors d’une rafle organisée par les nazis. C’est Jules qui instruit son affaire. Il s’éprend d’elle et il est prêt à adoucir le sort de la prisonnière. Mais l’espoir illusoire de retrouver la liberté fait place à la cruelle réalité : Olga est déportée dans un camp de concentration. Là, elle rencontre Helmut, qui, autrefois, était amoureux d’elle. Une relation étrange s’établit entre eux. La défaite des nazis étant proche, Helmut décide de sauver Olga et de s’enfuir avec elle en Amérique du Sud. Olga est d’accord, mais, au dernier moment, se rend compte que sa vision du paradis a bien changé.”

“La Chasse du Tsar” à 22h15

 

Jeudi 29 mars

“L’Empire disparu”  à 14h

“Les Yeux Noirs” à 18h

“Paradis” à 20h

“La Chasse du Tsar” à 22h15

Vendredi 30 mars

” Romance cruelle” à 14h

“Dans une ville de province sur les rives de la Volga. La jeune Larissa reste la dernière des trois filles à marier de la veuve Ogoudalvova qui veut à tout prix la caser. La très belle jeune femme est follement amoureuse d’un brillant et bel homme, (Nikita Mikhalkov). Au moment de lui déclarer son amour, celui-ci disparaît. Larissa est alors proposée à Karandyshev, un homme qu’elle méprise…”

“La Petite Véra” à 18h

“Guardans” à 20h

Le réalisateur Sarik Andreasyan a décidé de mettre en scène son propre Avengers avec un casting composé d’un super-assassin, d’une femme invisible, d’un homme-pierre et d’un homme-ours qui vont tout faire pour sauver la Russie contre des vilains prêts à tout pour anéantir la planète.”Durant la Guerre Froide, l’organisation secrète Patriot réalise des expériences sur des humains pour créer des super-soldats. Seuls quatre guerriers dotés de super-pouvoirs y survivent, mais ils parviennent à s’échapper. 30 ans plus tard, un ennemi surpuissant surgit et menace d’anéantir le monde. Les Guardians décident alors de sortir de l’ombre et d’affronter celui qui les a créés… Le combat ne fait que commencer !”

“Paradis” à 22h15

Samedi 31 mars

“Bolchoï” à 11h

“The Spacewalker” à 14h

“Les deux superpuissances, l’URSS et les Etats-Unis se battent pour la suprématie dans la course à l’espace. Alors que l’URSS est en avance, la prochaine étape est la sortie de l’homme dans l’espace. 
Deux semaines avant le lancement, une fusée d’essai explose. Il n’y a pas de temps pour analyser les raisons, les risques sont énormes, mais l’URSS ne peut céder la place au concurrent.
Les pilotes militaires expérimentés Pavel Belyaev et son partenaire Alexei Leonov, rêvant d’un exploit sont prêts à entrer dans l’inconnu, après avoir étaient sélectionnés. Mais personne ne pouvait deviner tout ce qu’ils devaient affronter en vol. Durant la mission, tout ce qui est possible toune mal  … mais ils devront affronter de nombreux obstacles et dangers. Le véhicule d’essai est par exemple détruit deux semaines avant le début de la mission et les Russes ne peuvent pas identifier les causes de l’explosion….”

 

“Mathilda” à 17h

C’est une grosse production sur un épisode controversé de la vie de Nicolas II. “L’histoire d’amour entre le dernier tsar de Russie, tué par les bolchéviques, et une jeune ballerine de Saint-Pétersbourg la danseuse étoile Matilda Kshesinskaya qui devient la maîtresse de trois Grands Ducs.”  (Elle est morte à Paris  en 1971).

Leur romance prendra fin en 1894 quand Nicolas II épousera Alix de Hesse, dont il sera éperdument amoureux jusqu’à la fin de sa vie. Mais après leur rupture, l’histoire ne s‘arrête pas là. Nicolas II demande à son petit-cousin, le Grand-Duc Serge, de veiller sur Mathilde. Celui-ci remplit sa tâche au-delà de ce qui lui est demandé puisqu’il tombe amoureux de la jeune danseuse. On ne sait pas si ses sentiments furent réciproques, ou si Mathilde se servit de cette relation pour en tirer des avantages matériels et professionnels, en particulier pour se voir conférer le titre de Première Ballerine que ses relations conflictuelles avec le chorégraphe et maître de ballet Marius Petitpa ne lui auraient pas permis d’obtenir. Puis en 1900, Mathilde tombe amoureuse du Grand-Duc André, cousin germain de Nicolas II. Après avoir accordé ses faveurs à trois grands-ducs et vécu une sorte de ménage à trois avec Serge et André pendant près de 20 ans, Mathilde épousera ce dernier à Cannes en 1921. Le Grand-Duc André reconnaîtra le fils de Matilde, Vladimir, né en 1902, comme étant le sien, bien qu’un doute existe sur sa paternité qui pourrait être attribuée à Serge. Le grand-Duc Cyril, nouveau chef de la famille impériale après le décès de Nicolas II, du tsarévitch Alexis et du Grand Duc héritier Michel, accordera à Matilde et Vladimir le titre de prince et princesse Romanovsky-Krassinsky.

Un film sacrilège aux yeux des Russes traditionalistes et de l’Eglise orthodoxe qui considèrent le dernier tsar de Russie comme un martyr. Durant plusieurs mois, l’on a tenté par tous les moyens de faire interdire le film.

Concert de clôture  du festival

Billets sont en vente pour ce concert à la boutique « 36 Quai des Arts », 36 rue Brisson Niort. Plein tarif : 8 € et réduit à 5 €.

CRG Niort

Place de la Brèche, 79000 Niort
Tarifs: Festival à 24 € et chaque séance à 6 €.

Réservations cinéma CGR Niort: 08 92 68 85 88

Véronika Bulycheva

“Aux Frontières de l’Oural”

Jeudi 22 février à 20h

A “L’Âge d’Or”

Veronika BULYCHEVA – voix, guitare
Kouzma IGNATENKO – violon
Emek EVCI – contrebasse

Véronika Bulycheva, chanteuse guitariste et compositrice, nous vient d’une région profonde de la Russie, l’Oural. Originaire de ce pays, que l’on considère comme frontière naturelle entre l’Europe et l’Asie, Veronika est ce trait d’union artistique qui permet de retrouver l’intimité et l’émoi d’un univers poétique commun.

À travers ses chansons, Veronika invite à plonger au cœur de cette Russie, belle et complexe. Un univers sensible, qu’elle ouvre avec bienveillance et hospitalité, en mêlant russe et français. Un voyage au sein de l’âme slave, où l’on sait rire d’un drame autant qu’en pleurer, et que l’on porte longtemps en soi.

Plus de renseignements sur Véronika Bulycheva: CLIQUEZ

 

L’Age d’Or est un bar-restaurent culturel
Passionnés de musique classique, de jazz et de musique du monde, nous les considérons comme des éléments essentiels de la philosophie de L’Âge d’Or. Nous avons l’envie, à l’image du traitement des vins et de la nourriture, de positionner l’atmosphère musicale sous les mêmes impératifs : Plaisir, découverte et surprise.” Tous les jeudis soirs à partir de 21h, l’Age d’or vous concocte une cuisine musicale éclectique : jazz, musiques du monde, ska, soul, hip hop…
La salle de concert est perchée au premier étage du bar et restaurant gastronomique, devenu un lieu incontournable d’échanges et de découvertes sensorielles dans le 13ème arrondissement.
Les concerts sont là pour vous surprendre et assouvir votre curiosité dans une ambiance conviviale et à petits prix

L’Age d’Or

26, rue du Docteur Magnan, 75013 Paris

Métro: Olympiades, Tolbiac, Place d’Italie

Tarifs: 10€

Réservations : CLIQUEZ 

Téléphone: 01 45 85 10 58