Bataille de Borodino ou bataille de la Moskova.

Nous ne pouvons pas inviter l’Autriche-Hongrie, mais nous pouvons inviter l’Autriche“, ainsi que les dirigeants d’autres pays qui n’existaient pas il y a 200 ans, a pour sa part indiqué le chef de l’administration présidentielle russe Sergueï Ivanov, qui présidait la réunion. Il a appelé le ministère à étudier cette question. Plusieurs ambassadeurs seront invités mais pas les chefs d’états.

Reconstitution de la bataille de Borodino

Plusieurs pays européens participeront aux célébrations. Selon le vice-premier ministre russe Alexandre Joukov, un descendant de Napoléon se rendra en Russie pour les festivités. Une traversée équestre de trois mois reliant la Russie à la France est organisée en juin 2012.

Une fête se déroulera sur le champ de Borodino, théâtre de la fameuse bataille franco-russe de 1812 que les Français appellent la bataille de la Moskova, avec la participation de clubs de l’histoire militaire de France, de Pologne, de Belgique et d’Ecosse. Fêtes lancées en juin, qui se prolongeront jusqu’à la fin de l’année, soit une durée équivalente à celle des combats qui ont fait rage en Russie en 1812.

Carte de la bataille de Borodino le 7 septembre 1812.
En bleu l'armée française et en rouge l'armée russe.

Les informations présentées par le projet présentent de manière détaillée les prémisses et les conséquencesde la guerre, la répartition des forces avant le début des combats et les pertes militaires des pays, les équipements et les armes du début du XIXe siècle et le bilan desbatailles. Les principaux événements de la campagne, la disposition des forces ennemies, les déplacements des armées et les lieux des batailles seront présentés sur une carte interactive.

 Les cuirassiers saxons de Latour-Maubourg attaquent les cuirassiers russes.
La redoute Raevsky se trouve à droite, dans la fumée.
À l'arrière-plan, on distingue l'église de Borodino

Le 26 août 1812, les deux armées immenses – russe, dirigée par Koutouzov et la Grande Armée de l’Empereur français Napoléon se sont rencontrées face à face. Les français fonçaient vers Moscou, l’ancienne capitale russe pour frapper la Russie eau cœur. Koutouzov a décidé de donner l’ assaut général dans le champ de Borodino, ayant  appliqué au préalable la politique de la terre brûlée sur près de 2 000 km entre la frontière russe et Moscou

Le général Koutouzov sur le champ de bataille de Borodino.

Dans le village de Gorki, où était situé son poste de commandement, s’élève le monument à Koutouzov, raconte Ludmilla Tourachova,  employée du musée militaire et historique de Borodino:
” Cet obélisque tétraédrique en granit rouge est couronné par l’aigle de bronze qui plane – le symbole de la victoire. Sur l’obélisque, on voit une  épée dorée – l’avertissement  aux ennemis sur le châtiment. Sur le bas-relief de bronze, est  représenté Koutouzov avec ses compagnons d’armes le jour de la bataille. Sur le piédestal, on peut lire ces paroles : l’Ennemi est rejeté ».

Monument à la gloire du général Koutouzov.

Tout le champ de Borodino est couvert de monuments. Ils s’y trouvent par groupes, ou séparément, au milieu

des vastes prairies. Ce sont des tours, des obélisques, des colonnes,  des pierres de forme irrégulière.

Principal monument (27 mètres de hauteur) à la gloire de cette victoire .

Sur eux, on voit des aigles en  bronze, des bas-reliefs, des couronnes de laurier et des croix de Saint-Georges.

Un des monuments.

Au centre du champ de Borodino, il y a un musée militaire. Le bâtiment moderne a été construit en 1912.

Musée historique de Borodino .

Devant le musée, on voit  les canons de l’armée napoléonienne. Au seuil du 200ème  anniversaire de la bataille de Borodino et le jour de la bataille, le 7 septembre, à Borodino se passeront diverses manifestations. Une fête se déroulera sur le champ de Borodino, théâtre de la fameuse bataille franco-russe de 1812 que les Français appellent la bataille de la Moskova, avec la participation des clubs de l’histoire militaire de France, de Pologne, de Belgique et d’Ecosse.

Un musée de la Guerre de 1812 sera inauguré dans la capitale russe à l’automne prochain, cent ans après l’adoption de la décision portant sur sa création. Il sera rattaché au Musée historique d’Etat“, a déclaré M.Boussyguine intervenant lors d’un congrès des descendants de participants à la Guerre de 1812.

La décision de créer ce musée a été prise en 1912. Une importante collection a été rassemblée grâce aux familles des participants des campagnes de 1812-1814. La Première Guerre mondiale, la révolution bolchévique de 1917 et l’instauration du pouvoir soviétique ont empêché la réalisation de cette initiative.

M. I. Koutouzov sur le champ de bataille de Borodino(toile de Guerasimov) 

Moscou possède un musée-panorama “Bataille de Borodino”, hébergeant une installation panoramique consacrée à l’une des plus grandes batailles de la Guerre de 1812.

Musée du panorama de Borodino à Moscou.(38, Kutuzovsky prospect)

C’est à moins de 150 km de Moscou que se déroula à Borodino, le 7 septembre 1812, l’une des batailles les plus importantes de la campagne de Russie.

Elle opposa les armées françaises de Napoléon (130 000 hommes, 28 000 cavaliers, 587 canons) aux armées russes dirigées par Koutouzov (135 000 hommes, 25 000 cavaliers, 624 pièces d’artillerie).

Korneev et ses cuirassiers contre les troupes françaises.  

Les combats durèrent plus de quinze heures sous un feu ininterrompu, semblable au roulement du tonnerre selon les dires des témoins.

Napoléon a dit:”Des cinquante batailles que j’ai données, la plus affreuse est celle livrée par moi devant Moscou. Les Français s’étaient montrés dignes d’être vainqueurs, les Russes avaient conquis le droit d’être considérés comme invincibles“.

La bataille de Borodino fut terrible en pertes humaines : 20 000 blessés et 10 000 tués chez les Français dont les généraux Montbrun, Caulaincourt, Compère, Plauzonne, Lanabère, Romeuf, Marion et Tharreau ; 35 000 blessés et 15 000 tués chez les russes dont les généraux Bagration, Kutaizov et Toutchkov.

Reconstitution d'une charge .

Le projet spécial “1812. Guerre et Paix. Nouvelle vision” faite suite à la série de programmes éducatifs, informationnels et historiques réalisés par RIA Novosti, comme les projets Titanic, Gogol. 200 ans, Bataille de Poltava, Tchekhov-2010, Gagarine, qui présentent sous une forme accessible et populaire des faits historiques célèbres, en les combinant avec des éléments interactifs divers et variés – jeux, quiz, mots-croisés, concours et contenu multimédia.

Pour le 200ème anniversaire sont attendus pas moins de 300 000 spectateurs venant des quatre coins du monde.
Participeront à la reconstitution près de 3000 fantassins, 250 cavaliers et un grand nombre d’artilleurs et leurs canons.

Les reconstitutions se passeront les 1er et 2 septembre 2012, sur la grande plaine de Borodino à quelque 100km à l’ouest de Moscou. La grande reconstitution ayant lieu le 2 septembre .

Des invités de France, d’Autriche, de Pologne et d’autres pays européens, les représentants des milieux scientifiques, culturels et religieux russes, ainsi que des descendants des participants à la bataille de Borodino de 1812 et les anciens combattants de la Grande guerre patriotique de 1941-1945 participeront aux festivités.

Le président russe Vladimir Poutine assista dimanche 2 septembre à une cérémonie commémorative.

Toute la population s’est élevée contre les envahisseurs. Son héroïsme sans précédent, sa force spirituelle et son attachement profond à sa terre ont donné à notre pays une immense force qui n’avait jamais été observée auparavant“, a déclaré M. Poutine au pied d’un monument érigé sur l’ancien champ de bataille.

Le président russe a ensuite salué les personnalités et notamment Valéry Giscard d’Estaing qu’il a remercié “infiniment” d’être venu à Borodino assister à cette reconstitution à laquelle l’Etat russe a consacré 36 millions de roubles (près de 900.000 euros).

“La France et la Russie ont été du même côté pendant les deux guerres mondiales”, a dit l’ancien président français à M. Poutine, selon les images de la chaîne de télévision publique Rossia 24.

“On a passé plus de temps ensemble qu’à se faire la guerre”, lui a répondu M. Poutine, soulignant que “la France avait presque toujours été un partenaire stratégique de la Russie”.

Sur le champ de bataille entouré d’une forêt, des cavaliers de la garde impériale russe ont affronté des soldats à cheval de la Grande Armée de Napoléon équipés de fusils à silex (l’arme des guerres napoléoniennes).

Fusil à silex Pressol et Martin.

Parmi les 3.000 acteurs, des centaines d’hommes en costume d’époque de part et d’autre, armés de sabres et d’épées, ont avancé en rangs serrés et se sont livrés à des combats sous les yeux et les acclamations de nombreux spectateurs – jusqu’à 300.000 selon les organisateurs – hommes, femmes et enfants qui ont bravé le froid automnal (10 degrés Celsius) et la pluie fine.

Pour vous rendre à ces manisfestations Artcorusse vous propose

de cliquez dans la bannière ci-dessous:

Les adhérents d'Artcorusse ont un avantage non négligeable 
renseignements à notre secrétariat.


Le 12 août à Moscou, les cosaques en cosatumes d'apparat, ont entamé leur route qui
les mènera en Biélorussie, en Pologne, en Lituanie, en Allemagne, puis en France.
Crédits photo : SERGEI KARPUKHIN/REUTERS

Autre fait marquant des célébrations du bicentenaire, une vingtaine de cosaques russes sont

partis début août de Moscou à cheval en direction de Paris, randonnée  organisée par Pavel Mochtchakov, sous la direction de l’Ataman  Alexandre Koliakine.

L'Ataman Alexandre Koliakine

Pour un voyage de plus de 2.500 kilomètres sur les traces de leurs ancêtres qui avaient

poursuivi Napoléon en 1812 après sa campagne en Russie.

Six pays vont être traversés, la Russie, le Bélarus, la Pologne, la Lituanie, l’Allemagne et la France

Video Ria Novosti: (CLIQUEZ)

Ils ne pourront rentrer dans la capitale, le Quai d’Orsay ayant décidé de les recevoir

sollennellement à Fonteinebleau, où Napoléon Ier avait abdiqué en 1814.

Une fois sur place, ils espèrent, mais sans les chevaux cette fois,

aller jusqu’à Paris et se “laver les pieds dans la Seine”,

ironise le chef Alexandre Koliakine.

l'Ataman Alexandre Koliabine

Les cosaques russes, qui participent à une traversée équestre Moscou-Paris à l’occasion du bicentenaire de la victoire russe dans la Guerre patriotique de 1812, ont quitté jeudi 6 septembre Varsovie, soit 26 jours après leur départ de Moscou et ont déja parcourue 1 250 km.

16
Août

“De Koutiepov à Miller”, de Nicolas Ross, Editions des Syrtes

   Publié par: artcorusse   dans Livres

Syrtes_Logo-e1444220409196

Nicolas Ross, “De Koutiepov à Miller”

Le Combat des Russes blancs (1930-1940)

NR koutiepov miller

Sortie en librairie le 7 septembre 2017 

Livre faisant suite à celui paru en 2016 “Koutiepov“, du même auteur, le combat d’un général blanc, de la Russie à l’exil. (Voir sur Artcorusse: CLIQUEZ). Il décrit les dernières péripéties du combat des Russes blancs en сes années d’avant-guerre où ils n’avaient pas encore perdu l’espoir de combattre en Russie l’ennemi bolchevique et de revenir un jour, vainqueurs, dans leur patrie bien-aimée.

“Le 26 janvier 1930, enlevé en plein Paris par des agents soviétiques, disparut à jamais le général Koutièpov, chef de l’Union Militaire Général Russe (ROVS), la plus importante des organisations d’anciens combattants russes émigrés. Il fut remplacé par le général Miller, estimé et respecté, mais loin d’égaler en prestige son prédécesseur. La même année, le 10 septembre, fut recruté par les services secrets soviètiques le plus brillant de leurs agents infiltrés chez les russes blancs: le général Skolbine. Aux yeux de beaucoup, exemple idéal  du chef blanc héroïque. Skolobine reçut pour mission de tenter de parvenir à des fonctions de responsabilités dans la ROVS et d’amplifier en sous-main les conflits entre ses principaux responsables.

Le 22 septembre 1937, avec la participation de Skolobine, Miller était à son tour enlevé à Paris, détenu à la prison du NKVD à Moscou et exécuté le 11 mai 1939. Dès avant sa disparition, la ROVS, qui n’avait pas renoncé à poursuivre son combat clandestin contre les bolcheviques, fut affaiblie par des luttes de pouvoir et des querelles internes”. 

L’auteur, Nicolas Ross, docteur en histoire est l’auteur de nombreux ouvrages :«  Aux sources de l’émigration russe blanche”  (2011),« Le Crimée blanche du Général Wrangel (1920)” (2014), «Saint Alexandre-Nevski: centre spirituel de l’émigration russe ( 1918-1939)” (2011) ….
Lien: Éditions des Syrtes

Editions des Syrtes

ISBN : 978 2940 523 573

Nombre de pages: 440

Prix : 23 €

15
Août

Symphonie des fleurs à St Jean Cap Ferrat

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Événement culte de l’été:

La Symphonie des Fleurs.

 

Programme:

20:00    Welcome-cocktail (caviar,champagne)

L’expo des photos et des oeuvres de la Galerie Saleya

21.00   Le dîner Gastronomique par LENÔTRE

Programme musical par Aidar Gainulin et son orchestre EUPHORIA ORCHESTRA

Aidar Gainulin c’est une célébrité mondialement connu , le musicien étoilé, Diva

de l’Opera Delia Grace Noble va interpréter les œuvres de Verdi, Puccini, Bizet….

 

  Aydar Gaynullin est un acteur, un chanteur et un compositeur d’accordéon de renommée mondiale, membre de l’Académie de la cinématographie. Gagnant du National Cinematographic Nika Award et du Prix national de la presse cinématographique et critique “White Elephant” pour la composition de la musique pour le film “Euphoria” d’Ivan Vyrypaev. Prix ​​”Best Film Music” du XXème Festival du film Kinotavr Open Open-Russie (Sochi, 2009) pour le film “Oxygen” d’Ivan Vyrypaev. Vainqueur de 18 concours internationaux d’accordéon et d’accordéon de boutons incluant la Coupe mondiale d’accordéon à Londres en 2001. Aydar se présente dans les meilleures salles de concert du monde: la Grande salle de l’Orchestre philharmonique de Berlin, Gaveau Hall à Paris, Wigmore Hall à Londres, Concertgebouw à Amsterdam, Kennedy Center à Washington, Moscou International House of Music, State Kremlin Palace et autres.

Aydar est né le 12 janvier 1981 à Moscou. Il a commencé à jouer au bouton d’accordéon lorsqu’il était âgé de 8 ans dans la JS Bach Children Musical School # 21 (Professeur T. Krupchanskaya). En 1994, Aydar a remporté le prix «Nouveaux noms» de Russian Culture Foundation et International Association of Peace Fundations. Diplômé du Collège de musique Alfred Schnittke de Moscou (Professeur A. Ledenev) en 2000. La même année a été inscrit à Gnessin Russian Music Academy (classe du professeur F.Lips). Diplômé avec honneurs en 2005 et inscrit au cours de troisième cycle de l’Académie de Gnessin (Professeur F.Lips). Il est également entré à Hanns Eisler School of Music Berlin (professeur Gudrun Wall).

En 2003, Aydar Gaynullin a été inclus dans le Golden Book of Talents of Russia du président pour l’art exceptionnel de jouer à l’accordéon bouton. La même année, les bourses de Mstislav Rostropovich, Friedrich Lips et les fondations russes de spectacles ont été reçues. En mai 2003, Aydar a reçu l’Honorable Ordre des membres du Conservatoire de Kaunas (Lituanie). En 2007, il a été récompensé par l’ordre gouvernemental Young Gift of Russia et Best of the Best Award. Membre du jury pour les prestigieux festivals de musique russes et internationaux. Participant permanent du festival de musique Crescendo.

Tombola Caritatif avec les lots à gagner: Baccarat, Blumarine, Trussardi, Cristofle, Villeroy Boch et la vente caritative des tableaux.

Défilé des robes en fleurs par TRIDVORNOVA Art-Bureau

La villa Ephrussi de Rothschild, appelée aussi villa Île-de-France, est un des plus beaux palais de style Renaissance de la Côte d’Azur, construit sur un sommet de la presqu’île du cap Ferrat entre 1905 et 1912, par la baronne Béatrice Ephrussi de Rothschild (1864-1934). Béatrice de Rothschild est naît le 14 septembre 1864 de l’union du baron Alphonse de Rothschild et de Léonora von Rothschild (1887-1911) issue de la branche dite des “Rothschild de Londres”.

Elle épouse à 19 ans, le banquier milliardaire russe, Maurice Ephrussi le 5 juin 1883. Maurice Ephrussi banquier français né le 18 novembre 1849 à Odessa (Russie), il est mort le 29 octobre 1916 agé de 66 ans à Paris. Le couple passionné d’architecture, de nature, d’art, ils collectionnent les objets rares. Ils se sépareront en 1904, la baronne reprochant à son mari son addiction au jeu.

La baronne légua à sa mort en 1934, la gestion de sa villa à une fondation portant son nom gérée par la Fondation de France, pour y ouvrir un musée. Le 2 avril 1928 , le musée s’ouvre au public après un travail de remise en état de la villa et de son jardin mais doit rapidement fermer au début de la Seconde Guerre Mondiale. Même par la suite, sa fréquentation reste confidentielle et ce n’est qu’en 1960, avec le changement de conservateur qu’elle commence à se faire connaître avec environ 60 000 visiteurs annuels.

Dans les années 1990, sa gestion est confiée à la société privée Culturespaces  et une nouvelle scénographie remplace celle de 1960. Visite du parc et du musée de 10h à 19h. Plein tarif : 14 € Tarif réduit : 11 € .

 

Villa Ephrussi de Rothschild

1 Avenue Ephrussi de Rothschild, 06230 Saint-Jean-Cap-Ferrat

Tél: 04 91 01 33 09

Renseignements pour le gala: +33 7 88 31 74 61 Jana Jurcenko

tridvornova@mail.ru

Trois générations de femmes russes parlent à bâtons rompus, se confient et racontent leur pays…

En toile de fond de leurs récits de vies ordinaires, c’est l’histoire de la Russie qui défile : l’immense Union soviétique, le chaos libéral des années 1990 et la Russie de Poutine.

Plus concrètement, elles parlent de petites filles, de femmes et de grands-mères qui ont vécu dans différentes Russies. Et au-delà, ce sont des hommes dont elles parlent le plus, et le regard qu’elles posent sur eux, que ce soit un mari, un père, est révélateur et sans appel. Pour citer l’une d’elles : « L’homme est la tête, et la femme est le cou, la tête ne bouge que grâce au cou qui la commande. »

Voici des portraits intimes qui révèlent des héroïnes aux vies bigarrées mais qui se ressemblent : des femmes fortes, battantes, féminines et maternelles, qui s’opposent tristement à un modèle masculin souvent trop dégradé à leurs yeux… Le mot « Amour » n’apparaissant nulle part… Leur donner la parole a semblé important à l’auteur, à cause de la place prégnante de la femme en Russie, pilier autant de la famille que de la société, et surtout parce qu’elles n’ont jamais été entendues.

L’auteur

Maureen Demidoff a vécu à l’étranger plus de dix ans dont huit ans à Moscou où elle y a fondé un journal d’actualité sur le web, Russieinfo.com, géré par une équipe de rédacteurs, animé des communautés à travers les réseaux sociaux, et qui rédige, bien entendu, des articles sur différents sujets.

En parallèle, elle  travaille pour la presse écrite comme correspondante pour le quotidien bruxellois L’ECHO.

Maureen Demidoff a écrit trois livres sur la Russie, dont le dernier, plus personnel et dont le sujet lui tenait particulièrement à coeur, “La Tête et le Cou”, publié aux Editions des Syrtes.

Éditions des Syrtes

ISBN 9782940523566 (août 2017)

Prix 15€

12
Août

15ème Estivales en Puisaye avec Micha Makarenko

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

15ème estivales du 17 au 27 août 2017

Concert du mercredi 23 août à 20h30

en l’église de Saint Sauveur en Puisaye.

Vous pourrez y retrouver la magistrale symphonie Pastorale de Beethoven, dirigée par Rémi Gousseau, ainsi que l’ouverture puissante et dramatique Coriolan, l’une des plus célèbres du compositeur allemand, Ludwig Von Beethoven. Le président d’honneur donnera également en introduction le concerto pour balalaïka de sa propre création, donné en création mondiale lors des précédentes éditions des Estivales, dans lequel nous retrouverons Micha Makarenko pour notre plus grand des plaisirs.

Micha  est né à Paris, de parents russes. Après des études de langues et de gestion à l’Université, il décide de se consacrer entièrement à sa passion, la musique, si ancrée dans la tradition familiale. Dès 1975, il enseigne la balalaïka au Conservatoire russe de Paris Serge Rachmaninoff. En 1988, il est nommé par Pierre-Petit professeur à l’Ecole Normale de Musique de Paris et il ouvre une classe de Balalaïka au Conservatoire Russe Alexandre Scriabine. Il est l’auteur de : – Méthode de Balalaïka-classique, éd. musicales russes (www.musicdoo.fr). – 2 cds : l’Art de la balalaïka classique et piano-balalaïka, duo.(Plus de renseignements sur Micha Makarenko et son trio:(CLIQUEZ)

Orchestre de chambre Camerata Bohemiana de Prague (Viktor Mazacek, violon solo)
Rémi Gousseau, direction.



La Puisaye, berceau des Estivales

Le Festival se déroule dans le Pays de Puisaye-Forterre, territoire de Bourgogne créé en 1995 par association de la Puisaye et de la Forterre. Située à 150 km de Paris, entre les autoroutes A6 et A77, la Puisaye est découpée en 6 cantons (Toucy, Charny, Bléneau, Saint-Fargeau, Saint-Sauveur-en-Puisaye, Saint-Amand) et à cheval sur deux départements, puisque le canton de Saint-Amand est Nivernais. Les 69 communes associées constituent une population d’environ  35000 habitants.

La Puisaye est une petite région ravissante et secrète, toute de forêts giboyeuses et d’étangs cachés, où vivent en harmonie agriculteurs, artisans du bâtiment, adeptes du télétravail, résidents secondaires, travailleurs du bois, potiers, musiciens et artistes divers. Berceau de Colette et de Pierre Larousse, ce territoire sauvage et pudique offre aux visiteurs ses châteaux et ses vieilles églises, ses sous-bois et ses marais, ses chemins de randonnées et ses centres équestres, mais aussi quelques richesses inattendues :
le son et lumières de Saint-Fargeau, le chantier médiéval de Guédelon, le bric-à-brac de Mézilles, le marché de Toucy, le musée de la Fabuloserie, les sept écluses de Rogny, les poteries de Saint-Amand, le château de Ratilly, et à présent les Estivales en Puisaye.

Eglise du St Sauveur en Puisaye

L’église fut construite vers 1020 à l’extérieur des murs d’enceinte du village. En effet, Dans le village se trouvait un monastère dont la petite chapelle ne pouvait accueillir tous les paroissiens. Ces derniers ont exigé la construction d’une église plus vaste, mais les moines ont imposé qu’elle soit hors les murs et que les habitants continuent à assister aux offices au monastère.

La particularité de cette église est qu’elle n’a pas de clocher. Edifiée sur un éperon rocheux de grès ferrugineux, une source jaillit sous la construction, deux raisons pour attirer immanquablement la foudre à chaque orage. Le clocher est reconstruit 3 fois en 1107, aux alentours de 1120 à 1140 et en 1797. En 1922, toiture et fenêtres ont été restaurées, mais le clocher n’a pas été reconstruit.

Infos et réservations sur le site www.estivales-puisaye.com 

ou directement  : http://www.vostickets.fr/ESTIVALES_EN_PUISAYE/

 – à Saint-Sauveur-en-Puisaye.

11
Août

Concert poètique “Kliatva” Strasbourg

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

logo aliance fronco rus

Spectacle

“Kliatva”

Jeudi 14 septembre 2017,14h & 19h

Consulat Général de Russie, Strasbourg

&èsep strabour

Длительность спектакля 1 ч 30 минут
На русском языке. (Spectacle en russe durée 1h30)

Entrée libre  Inscription obligatoire : CLIQUEZ

consulat de Russie Strasbourg

Consulat Général de Russie

6 Place Sébastien Brant, 67000  Strasbourg

Capture d’écran 2017-06-11 à 18.42.15

 

8
Août

Découverte en Sibérie…..

   Publié par: artcorusse   dans Art-chéologie

Des mégalithes de 3000 tonnes découverts en Sibérie.shoria18

Les chercheurs s’interrogent sur l’origine de ces énormes blocs. Certaines des pierres travaillées sont deux fois plus lourdes que le précédent détenteur du « record de poids », le mégalithe de Baalbek.

mount-shoria-monolith

Un mégalithe (grec megas (μέγας), « grand », et lithos (λίθος), « pierre ») est un monument lié au mégalithisme et constitué d’une ou plusieurs pierres de grandes dimensions, érigées (ou levées) par les hommes, sans l’aide demortier ou de ciment pour fixer la structure.

mégalithes sibérie

Ces grands mégalithes ont été découverts dans l’oblast de Kemerovo, dans le sud de la Sibérie à  l’est des montagnes de l’Altaï . Les chercheurs estiment que certaines des pierres découvertes pèsent 3000 tonnes et le site date de 100 000 ans. Les blocs ont des côtés rectangulaires et sont délimités par des surfaces plates. Ils ont été empilés l’un sur l’autre jusqu’à 40 m de hauteur, avec une grande précision sur 200 mètres. La longueur des pierres qui composent la construction est d’environ 20 mètres de longueur et la hauteur est de 5-7 mètres. Les mégalithes considérés auparavant comme les plus grands sur Terre sont situés à Baalbek, au Liban.

magalit Baabek

Mégalithe de Baalbek.(20mX4m)

Les larges pierres trouvées à Baalbek ne pèsent « que » 1500 tonnes. Les mégalithes découverts dans le Kemerovo en 2014 pèsent jusqu’au double.

megalit

Ces blocs taillés sont faits de granite, un matériau particulièrement dur et difficile à travailler. Les mégalithes sont de plus sur le sommet d’une montagne et ont dû être transportés jusque là.

maga + personnages

Comment des pierres de 3000 tonnes ont-elles pu être découpées, transportées sur une montagne et empilées à 40 m de hauteur avec une exactitude extrême, sans avoir la technologie moderne ?

N. Kedroff

 

trio kedroff

(De gauche à droite)Oleg Ponomarenko,Gaspard Panfiloff et Nicolas Kedroff

Nicolas Kedroff est issu d’une famille de célèbres artistes russes, sa réputation est internationale. Il a été séduit par le son et le caractère de cet instrument. «La balalaïka, c’est sa vie, mon destin», dit-il, lorsqu’on lui demande pourquoi le choix de cet instrument. Nicolas enregistre actuellement un nouveau disque solo. Il participe à trois formations: un duo avec Oleg Ponomarenko, un trio avec, en plus, Gaspard Panfiloff et un ensemble professionnel de balalaïka d’une dizaine de personnes. Il donne aussi des cours à Paris

Plus de renseignements: labalalaika.com.

vladimir-gombas-basse

Vladimir Gomba, chanteur basse originaire de Crimée, qui entame depuis peu une nouvelle carrière en France.Diplômé de l’Université Nationale de la Culture de Crimée. Il a chanté lors des premières productions en Crimée de La Couronne de Pouchkine de Sviridov sur un texte de Pouchkine, de Chimes (Les carillons) de Gavrilin, de L’Ange scellé de Shchedrin, les Chants de Devotion de Denissova ainsi que de l’opera folklorique ukrainien Koupalo – La Fleur de Fougere de Stankovitch. Vladimir Gomba a participé en tant que soliste à plusieurs enregistrements du Chœur de Crimée.

Eglise_saint_louis_en_l'ile

L’Église Saint-Louis-en-l’Île est une église française située dans l’actuel 4° arrondissement de Paris, sur l’île Saint Louis. L’église se trouve à l’intersection de la  rue de Saint Louis-en-l’île  et de la rue Poulletier. Cet édifice a été construit en plusieurs étapes de 1624 à 1726. Son saint patron est Saint Louis de France qui régna sous le nom de Louis IX. Inscrite aux Monuments historiques depuis 1915, l’église Saint-Louis-en-l’île est consacrée à Saint Louis, qui a régné sur la France au XIIIe siècle sous le nom de Louis IX. Il avait en effet pour habitude de venir prier sur l’île aux Vaches, qui a par la suite été rattachée à l’île Saint-Louis. Au XVIIe siècle, l’église d’origine se révèle trop petite alors que la population de l’île augmente rapidement : on décide donc de la détruire. Les travaux de reconstruction d’une nouvelle église paroissiale plus grande débutent en 1656 et s’achèvent soixante-dix ans plus tard.
Si Saint-Louis-en-l’île perd son orgue et une grand partie de son mobilier lors de la Révolution française, la décoration actuelle de l’église est due à la fortune personnelle de l’évêque Louis-Auguste Napoléon Bossuet, qui consacre ses moyens à l’achat de nombreuses œuvres d’art venues de toute l’Europe (à l’exception des vitraux, offerts par la Ville de Paris), transformant cette église sobre et dépouillée en un édifice baroque. Ce changement de style se poursuit jusqu’en 2005, avec l’inauguration d’un nouveau grand orgue, construit sur le modèle des orgues d’Allemagne du Nord de l’époque baroque, et dont les titulaires actuels sont Vincent Rigot et Benjamin Alard.

Église Saint-Louis-en-l’Île

19 bis rue Saint-Louis-en-l’Île
75004 Paris 4e
Métro : Pont Marie (7)

Tarifs: 20€, 16€ et réduit 14€

Infos et réservation: 01 44 62 00 55

3
Août

Ciné Club à Strasbourg

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Vendredi 11 août 2017

cine club aout

“Le jeune Pierre Ier s’efforce de s’emparer
de la forteresse turque d’Azov,
travaille sur les chantiers navals aux Pays-Bas,
où il apprend toutes les astuces du génie maritime
et réprime la rébellion des Streltsys…”

Entrée Libre (dans la limite des places disponibles)

Consulat général de Russie

5 place Sébastien-Brant

Strasbourg

Tél: 06.10.20.29.37

2
Août

“Mémoire Blanche” à Lyon

   Publié par: artcorusse   dans Informations

PRÉPARATION de l’EXPOSITION

“Mémoire Blanche”

Les samedis 7 et 14 octobre 2017

lyon

La Documentation régionale de la Bibliothèque municipale de Lyon commémore le centenaire de la Révolution russe en organisant une balade patrimoine sur les traces des émigrés russes de l’entre-deux-guerres à Lyon.

Nous faisons appel à la mémoire des descendants de cette émigration russe blanche pour enrichir notre balade ! Photographies anciennes, récits et souvenirs de famille… nous pouvons numériser vos anciens tirages et autres diapositives avant de vous les restituer.

Si vous souhaitez participer à cette exposition en nous apportant vos témoignages et vos documents, contactez-nous au 04 78 62 18 84 aux horaires d’ouverture de la bibliothèque de la Part-Dieu. Nous vous accueillons de même au 4e étage à la Documentation régionale, aux horaires d’ouverture.

Vous pouvez aussi nous contacter par mail à:  docreg@bm-lyon.fr

“Garder traces, au-delà de la balade”

2
Août

Au Pré catelan “Mariages à la Tchekhov”

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Les Tréteaux Bleus, présentent:

Trois comédies en un acte d’Anton Tchekhov: 
– “La demande en mariage”
– “Les Méfaits du Tabac”
– “L’ours”

Au Jardin Shakespeare, Pré Catelan.

les samedis et dimanches à 16h

du 1 juillet au 12 août 2017

19424417_10155348480164870_7253352598225775212_n

Mariages à la Tchekhov !

Trois comédies en un acte D’Anton Tchekhov: 
La demande en mariage
– Les Méfaits du Tabac
– L’ours

Mise en scène : Claude Gisbert
Avec : Gaëlle Pauly, Frédéric Roger et Claude Gisbert
Chorégraphie : Roger Bergerin
Costumes : Frédéric Morel

Durée: 1h 15 minutes

Anton Tchekhov

Anton Tchékhov écrivain russe né à Taganrog en 1860, décédé à Badenweiler en Allemagne en 1904. Sa biographie se résume à quelques dates dans un calepin et beaucoup de pages blanches. Il ne se passe rien ou à peu près rien dans la vie de l’écrivain, comme il ne se passe rien ou à peu près rien dans son théâtre.

Une enfance triste dans une bourgade reculée, des études de médecine, une impérieuse vocation littéraire, quelques voyages à l’étranger, des séjours en sanatorium, un mariage sur le tard : bref une vie sans histoires, une vie de routine, partagée entre le travail, les factures à régler et les médicaments.

Sur ce fond de grisaille l’homme souffre continuellement, rongé par un mal inexorable, la tuberculose. Il tousse et crache le sang ; le visage fin et bon, la bouche légèrement moqueuse expriment la mélancolie, et les rides trahissent la crispation de la souffrance. Cette vie ne tient qu’à un fil. Mais chaque instant, si douloureux soit-il, est une victoire sur la maladie. Chaque souffle d’air, le frémissement des feuilles, le bruit des pas sur la neige sont un miracle de la vie d’Anton Tchekhov.

Mariages et douceur de vivre au temps du grand Tchekhov … douceur ? Peut-être pas pour tout le monde… Trois célèbres mariages en un acte : « La Demande en mariage, Les Méfaits du tabac, L’Ours ».
On ne peut pas dire qu’elles soient faciles à vivre les femmes chez Tchekhov. Déterminées, colériques, indépendantes, rouées, passionnées… Il faut, aux hommes qui les entourent, une sacrée dose de bonne santé pour ne pas succomber à tant de fougue !

Capture d’écran 2017-07-02 à 10.49.21

Une âme douce est une interrogation sur le théâtre de Tchekhov et sur la littérature, sa place dans la vie et sa dimension éthique. Grand amoureux du théâtre, dans une « dramaturgie » savamment orchestrée, Claude Gisbert revient aux indications scéniques de Tchekhov et à ses intentions initiales, en insistant sur des détails concrets, qui abondent le plus souvent en coulisses. Sa réflexion vise à redonner au théâtre son épaisseur existentielle et son impact social. Le spectateur y découvrira un Tchekhov simple, proche, revitalisé et une approche sensible de l’art théâtral, ainsi qu’une exploration originale des voies de la culture dans le monde contemporain. Mais, en filigranne, il devinera également un plaidoyer pour la littérature et la langue russe.

Capture d’écran 2017-07-02 à 10.51.54

Un des plus beaux théâtres de verdure d’Europe !!!

Sortie culturelle en plein air à Paris.

Logo théatr verd Shakespeare

Théâtre de verdure Jardin de Shakespeare
Route de la Reine Marguerite Au Pré-Catelan, Bois de Boulogne (Site en plein air)
PARIS 75016

Métro : Porte Maillot (ligne 1)
RER : Porte Maillot (ligne C)
Bus : arrêt Bagatelle-Pré Catelan (ligne 244)

Réservation : 06 12 39 30 69

Renseignements: (CLIQUEZ)

    • Plein tarif : 16€

Tarif réduit : 12€

2
Août

Trio Makarenko au Festival Richelieu

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

banniere_2017

TRIO MAKARENKO

au 11ème FESTIVAL DE Musique de RICHELIEU

(Indre et Loire)

Samedi 5 Août 2017 à 19h

à La Teinturerie.

” UN VOYAGE À ST-PÉTERSBOURG “

trio Makar

Trio Makarenko

Anne et Micha se rencontrent en 1981 lors d’une répétition pour une tournée au Maroc. Le Duo Piano-Balalaïka engage une formidable croisade pour mieux faire connaître et aimer la balalaïka et la musique russe en France et dans le monde. Le duo est invité à donner de nombreux concerts à Paris, en Russie et dans des festivals renommés. Ils interviennent également dans des émissions à la radio et à la télévision et lors de conférences sur l’histoire de la balalaïka. Très présents en Russie où ils ont joué à la Salle Glinka de Moscou et à la Grande Philharmonie de Saint-Pétersbourg, la critique et le public les plébiscitent.

trio Makarenko

Le Duo devient un Trio lorsque Pierre, leur fils, les rejoint en 2000, à l’occasion du Festival du Millenium de Louxor.

Plus de renseignements sur le trio : (CLIQUEZ)

Suivi d’un dîner sur place à 20h, réservation obligatoire.

FESTIVAL DE RICHELIEU (Indre et Loire)

Invité par des amis à visiter la cité du Cardinal de Richelieu, en 2007, Nicolas Boyer découvre le parc et tombe sous le charme du Dôme, l’un des derniers vestiges du château. Par ses dimensions, son emplacement et son acoustique, il se révèle idéal pour réaliser des concerts de piano ou de musique de chambre, dans une atmosphère féerique. Ainsi naît le premier festival avec neuf concerts « Autour du piano », qui remporte déjà un franc succès.

La Teinturerie

19 rue des Ecluse,  (à deux pas de la Place Louis XIII)

37120 Richelieu
Dîner sur réservation au 06 78 07 41 90

Renseignements et réservations / Ligne Festival : 02 47 58 13 62

Renseignements sur le 11ème Festival de Musique de Richelieu: (CLIQUEZ)
www.tourisme-richelieu.com

accés festi Richelieu

2
Août

Denis Matsueïv au Théâtre des Champs Elysées le 13/09/2017

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Rare concert au

Matsuev

PROGRAMME

Beethoven Sonate n° 17 op. 31 n° 2 « La Tempête »
Sonate n° 31 op. 110
SchumannScènes d’enfants op. 15
TchaïkovskiMéditation op. 72 n° 5
Prokofiev Sonate n° 7 op. 83

ART_Matsuev3_2264

A 38 ans, le musicien fait partie du club restreint de l’élite mondiale du piano. Arpentant les scènes d’un continent à l’autre, dirigeant plusieurs festivals, ce passionné incarne autant qu’il la revendique la grande tradition russe. Une bonne école pour les pianistes, s’il en est, à laquelle pourtant il serait faux de le cantonner. Improvisateur hors pair, Denis Matsuev est aussi un amoureux du jazz. Denis Leonidovitch Matsouïev ( Денис Леонидович Мацуев) est un pianiste russe né le 11 juin 1975 à Irkousk . Il a remporté le premier prix au prestigieux Concours international Tchaïkovski de 1998 à Moscou. Sa mère est professeur de piano et son père est un compositeur et pianiste  reconnu, il commence l’étude du piano sous la tutelle de son père puis poursuit ses études musicales à l’école de musique d’Irkoutsk jusqu’à l’âge de 15 ans. À côté de ses activités musicales, Denis Matsouïev pratique le hockey sur glace et le football. En 2012, Denis a été le directeur artistique du Premier Festival et Concours International pour Jeunes Pianistes Astana Passion Piano. Ambassadeur de bonne volonté depuis Avril 2014 auprès de l’UNESCO

Un récital du colosse russe du piano à la technique transcendante ne se manque pas et celui-ci promet un feu d’artifice dans la Septième sonate de Prokofiev. Mais le digne héritier d’Emil Gilels est également un grand poète du piano classique. Le voici dans les Scènes d’enfants de Schumann – Schumann qui fut l’inspirateur de Prokofiev pour le mouvement lent de sa Septième Sonate – et pour la première fois à Paris au cœur du Beethoven le plus pur et le plus intérieur : La Tempête et l’opus 110.

Réservation dès maintenant

01 49 50 52 52

(Tarif préférentiel pour les adhérents Artcorusse

demandez le code au siège de l’association)

(5% de remise sur les billets toutes catégories) jusqu’au 10 juillet

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Theatre-des-champs-elysees-

C’est un bâtiment construit en 1913 de style mixte art déco et classique abritant trois salles de spectacle et un restaurant au sommet aligné sur les immeubles voisins de trois niveaux.

Initialement prévu en acier Van de Velde fait la connaissance d’Auguste Perret et c’est en 1911 que la structure fut envisagée en béton. Ayant fait appel à l’entreprise Perret pour l’ossature en béton, qui a ici habillé la façade de plaques de travertin et le cadre de scène de plaques de marbre de l’Allier, où sont intégrés les exceptionnels bas-reliefs en marbre blanc de Bpourdelle. Les quatre groupes de poteaux intérieurs ont été laissés visibles. La façade est classée aux monuments historiques.

Le bâtiment comporte trois salles de spectacles : une grande salle à l’italienne de 1905 places, dédiée à l’opéra et à la musique ; une salle moyenne de 601 places (la Comédie) et une petite de 230 places (le Studio), toutes deux consacrées au théâtre.

TheatreGalerie.451.710x0

Théâtre des Champs-Élysées

15 avenue Montaigne
75008 Paris 8e

  • Métro : Alma – Marceau (9)
  • Réservation : 01.49.52.50.50 lun au ven 11h-18h, sam 14h-18h

TARIFS

CAT 1. 165 € CAT. 2 :50 €

CAT. 3 :38 € CAT. 4 :26 €

CAT. 5 (1):10 € CAT. 6 (2):5 €

1)Visibilité réduite en vente uniquement aux caisses

(2)Sans visibilité en vente aux caisses 1h avant le spectacle

1
Août

Datcha de Donville à l’heure russe !

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

la-datcha-fait-revivre-la-tradition-russe-la-gerbette

Michel Lesnoff-Poliakoff, sur le perron de la Gerbette, propriété familiale depuis 1899.

L’association « la Datcha de Donville » organise trois évènements.

 

  • Le jeudi 3 août, à 18h00, Jean Noël BENOÎT, qui nous présentera son livre « la faucille et la vodka ».
  • Le vendredi 4 août, à 18h30, Jean Lamontagne, nous fera connaître la vie et l’œuvre du grand auteur russe Alexandre Pouchkine.
  • Le samedi 5 août, à partir de 16h, nous accueillerons Jacques Ibanez, poête, conteur, chanteur et comédien multirécidiviste, qui donnera son spectacle « Passion Tolstoï ».
  • L’après-midi continuera avec le spectacle musical « les nuits de Montmartre », d’après Joseph KESSEL, mis en scène et interprété par Pascal MONGE, avec Natacha FIALKOVSKY et Pascal STORCH.

Capture d’écran 2017-08-01 à 11.10.43

Le Théâtre Quantique, avec Laurent BOULASSIER, metteur en scène, comédien, nous proposera quelques poésies russes et autres intermèdes…

Histoire de ce manoir, petit morceau de Russie dans la Manche.

Héritier d’une longue lignée originaire de Russie, Michel Lesnoff-Poliakoff est, installé à la Gerbette, une propriété construite à Donville, en 1875, et acquise, en 1899, par son ancêtre, Alexandra Adine Philosophoff, demoiselle d’honneur à la cour impériale du dernier tsar de Russie, Nicolas II.

La propriété est restée dans la famille au fil des ans, une famille qui compta de nombreux artistes. Les grands-parents de Michel Lesnoff-Poliakoff, émigrés de Russie après la Révolution de 1917, s’étaient réfugiés en France « Mon grand-père, Vladimir de Poliakoff, était chanteur d’opéra, et ma grand-mère, Militza Envald, danseuse étoile. » La mère de Michel, née Hélène de Poliakoff, fit une carrière de comédienne, plus connue sous le nom d’Hélène Vallier. « Ma mère était la soeur des actrices Marina Vlady et Odile Versois et de la réalisatrice Olga Varen, toutes trois connues sous le nom de soeurs Poliakoff. »

 

trois-jours-de-festivites-la-datcha-la-gerbette-donville

 Association La Datcha de Donville,

15, rue Marcel-Gayet. 50350 Donville les Bains.

Tél.: 06 84 29 34 06.

Tarifs: Entre 5 € et 10 €, la soirée.

datcha donville

Souvenirs de teffi

Nadejda Teffi

Nadejda Alexandrovna Lokhvitskaïa dite Teffi (1872-1952)

Dix ans après son arrivée à Paris, la grande satiriste et humoriste russe Nadejda Alexandrovna Lokhvitskaïa, plus connue sous le nom de Teffi (Saint-Pétersbourg 1872, Paris 1952) relate dans cet ouvrage son extraordinaire traversée de la Russie en pleine révolution.Dans ce récit, Teffi parle peu d’elle-même, mais décrit tout ce qui l’entoure d’une plume acérée et avec une bonne dose d’humour. Sa prose toute en finesse dépeint, avec retenue, humour et délicatesse, le périple invraisemblable d’une troupe d’artistes quittant Moscou pour se produire en Ukraine, puis à Odessa, avant de fuir le pays dévasté.

Davantage qu’un reportage sur les événements tragiques d’un empire en décomposition, ce livre, qui se lit comme un roman, est une allégorie poétique de l’exil, émaillée de portraits inoubliables dont les lecteurs se souviendront avec tendresse.

Une oeuvre unique, une vision féminine, intime, lucide et drôle d’une tragédie au retentissement universel.

À Novorossiisk, tandis que le bateau qui l’emmène à Constantinople s’éloigne du quai, Teffi fixe sa patrie perdue: « De mes yeux grand ouverts jusqu’à être glacés. Je regarde. Sans bouger. J’ai transgressé ma propre interdiction. Je me suis retournée. Et voilà que, comme la femme de Loth, je me suis figée. Pétrifiée jusqu’à la fin des siècles, je verrai ma terre s’éloigner doucement, tout doucement. »

n. Teffi

Nadejda Tefi à Paris.

Pleurer de rire, rire d’avoir trop pleuré, essuyer ses larmes d’un revers de mots et d’humour. Le remède de Nadejda à la vie, c’est l’ironie, la conscience que tout de même, tous les événements que nous traversons ont en eux autant de comique que de tragique. Si Nadejda était encore en vie, elle dirait : « Surtout, ne m’enterrez pas loin, là-bas ».

« Il y a des jours d’ivresse dans l’histoire d’un peuple. Il en a besoin pour survivre. Mais vivre précisément ces jours-là, c’est impossible. »

Teffi était l’auteur la plus lue par l’émigration russe entre 1920 à 1940. Elle est enterrée au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois.

Éditions des Syrtes

ISBN : 978 2940 523 436

Prix : 19 €

26
Juil

exposition d’Alexandre Serebriakoff au CSCOR de Paris

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Exposition des œuvres de Alexandre Serebriakoff

« Paris »

jusqu’au 14 août 2017

exposition-alexandre-serebryakov

 

L’originalité de l’exposition réside dans le fait que, sous le toit de la salle d’exposition seront recueillies par l’artiste, consacrée au thème de Paris: les façades du Quartier Latin, le Marais, la digue Seine, le majestueux Notre Dame et élégante Tour Eiffel.

vosges-1926

Alexandre Borissovitch Serebriakoff (1930)

Alexandre Borissovitch Serebriakoff est un artiste peintre, aquarelliste et décorateur russe, né en 1907 à près de Kharkov , mort à Paris en 1994. Son père, Boris, est emprisonné par les bolchéviques : il meurt en 1919 du typhus  contracté durant son incarcération. Sa mère emmène ses enfants à Pétrograd pour essayer de survivre, mais, devant les difficultés, elle se résout à émigrer seule à Paris en 1924.

Alexandre et sa sœur Catherine la rejoindront peu après. C’est là qu’Alexandre commence une carrière de décorateur d’intérieur. Il séjourne à Camaret sur Meret et à Voncarneau.

SKMBT_C25013040313420_l

Il a pratiqué la rare spécialité du portrait d’intérieur, laissant un témoignage minutieux des décors et fêtes de la haute société française.

Capture d’écran 2017-07-26 à 14.11.28

Il a souvent signé ses œuvres avec sa sœur, Catherine.

Capture d’écran 2017-07-26 à 13.19.00

Catherine Serebriakova (1913-2014)

Sa mère, Zinaïda Serebriakova, est la première femme russe à être reconnue comme un peintre important, apparentée aux Benois, célèbre dynastie d’artistes russes émigrée de France au XVIIIème siècle. Son grand-oncle est le peintre, décorateur et scénographe Alexandre Benois, fondateur de Mir Iskousstva et ami de Serge Diaghilev. Son grand-père Eugène est sculpteur. L’un de ses oncles, Eugène Lanceray, est sculpteur, peintre et graphiste, l’autre, Nicolas Lanceray, un architecte reconnu. Il meurt en 1994, il est enterré près de sa mère au cimetière de Saint Geneviève des bois.

Entrée gratuite.

Centre spirituel et culturel orthodoxe russe

1, quai Branly, 75007, Paris

Dates: 07 juillet – 14 août 2017
Horaires: 12h – 14h et de 15h à 19h.

25
Juil

Ensemble Cyrillique à Ventabren

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

sigle Datcha Galina

Capture d’écran 2017-07-19 à 18.01.26

Comme chaque année l’ensemble de solistes de st Petersbourg “Cyrillique” lors de sa tournée en France au départ de la cathédrale de Chartres, fait une halte à la Datcha.

 

ilya

lya Demutskiy baryton et chef de chœur de l’ensemble a gagné le masque d’or et a été déclaré « Meilleur compositeur de Russie en 2016 ». Il a composé un  ballet à la demande du théâtre Bolchoï, nommé   le meilleur ballet contemporain en juillet 2015. Devant ce succès le Bolchoï a passé commande pour un deuxième ballet.

Lauréat d’un concours en 2014 le président de la république d’Italie a offert une médaille à Ilya. Il a aussi composé des œuvres sacrées pour l’Ensemble Cyrillique.

ensemble cyrillique

Cinq solistes constituent l’Ensemble Cyrillique : Nadezda Snegova,  Nadezda Isaeva, Daniil Sokolov,  Ilya Demutskiy et Alexander Minchenko. 

Le chef artistique du groupe, Ilya Demutskiy est lauréat de plusieurs Concours Internationaux (notamment aux Etats Unis, en Italie ou le Président de la République l’a décoré personnellement). Récemment, il a reçu le Prix d’Etat de Russie parmi les plus prestigieux, fait exceptionnel pour un compositeur de son âge. Sous sa direction l’ensemble “Cyrillique” interprète les œuvres arrangées par ses soins et dont les partitions sont maintenant demandées par de nombreux chœurs.

eglise St denis Vertaben

Bâtie en 1650, de type roman, l’église de Ventabren est dédiée à la Mére de Dieu et à Saint-Denis en souvenir d’une relique insigne offerte par la reine Jeanne et consistant en la mâchoire inférieure de Saint-Denis l’aréopagite. Restaurée et agrandie en 1877, l’église romane possède peu d’ouvertures, elle est surmontée par un magnifique clocher, elle possède à l’intérieur divers tableaux de valeur, un maître d’autel en bois doré du XVIIe siècle et les fonts baptismaux du XVIe siècle. Par ces différents aspects, l’église Saint-Denis se montre digne d’intérêt et demeure un témoignage de l’importance des préoccupations religieuses dans la vie des villages comme Ventabren.

Église Saint Denis

Place de l’église 13122 Ventabren

Réservation: 04 42 92 68 78 et 06 20 97 35 68

Libre participation.

Capture d’écran 2017-07-19 à 18.22.50

19
Juil

Collection Morozov s’exposera en 2020 à la Fondation Vuitton

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Après Chtchoukine, la collection Morozov

s’exposera en 2020 à la Fondation Vuitton

à Paris

The Louis Vuitton Foundation is pictured in Paris, on May 20, 2017. The building of the Louis Vuitton Foundation. It is an art museum and cultural center sponsored, designed by the architect Frank Gehry, and is adjacent to the Jardin d'Acclimatation in the Bois de Boulogne of the 16th arrondissement of Paris. (Photo by Alberto Pezzali/NurPhoto)

 La collection d’art moderne français et russe des frères Morozov, grands mécènes moscovites du début du 20e siècle, comprenant des Cézanne, Gauguin, Van Gogh, Renoir, Monet, Bonnard, Denis, Matisse, Derain et Picasso, mais aussi des artistes de l’avant-garde russe, soit quelque 200 oeuvres de cette remarquable collection, conservée entre Moscou et Saint-Pétersbourg, seront présentées pendant quatre mois à la fondation.

Mikhail_Abramovich_Morozov

Mikhaïl Abramovitch Morozov (Михаил Абрамович Морозов), né le 7 (19) août 1870 à Moscou et mort le 12 (24) octobre 1903 à Moscou.

Ivan_Morozov1

Ivan Abramovitch Morozov, en russe: Ивáн Абрáмович Морóзов (né à Moscou le 27 novembre 1871 et mort le 21 juillet 1921 à Calsbad )

Les frères Mikhaïl et Ivan Morozov étaient de riches industriels moscovites amateurs d’art, comme leur compatriote Serguei Chtchoukine  (dont l’exceptionnelle collection a fait l’objet du 22 octobre 2016 au 5 mars 2017 d’une exposition à la Fondation Louis Vuitton vue par plus un nombre record de 1,2 million de visiteurs).

“Les Morozov et les Chtchoukine forment (…) les deux principales familles qui ont dominé la vie culturelle moscovite au début du 20e siècle, inventé le concept de philanthropie artistique et directement contribué à la reconnaissance internationale des peintres modernes français”, rappelle la fondation dans un communiqué conjoint avec le musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, le musée Pouchkine et la galerie Tretiakov à Moscou.

220px-Семья_Маргариты_Морозовой

Margarita Morozova et sa famille devant le portrait du défunt Mikhaïl Morozov (1904)

Nationalisées peu après la révolution de 1917 par les Bolchéviques, les collections Chtchoukine et Morozov étaient devenues les première et deuxième sections du “Musée de la nouvelle peinture occidentale” finalement dissout par Staline en 1948. La collection Morozov a ensuite été répartie entre les trois musées.

C’est un ensemble majeur d’oeuvres modernes du début du 20e siècle qui sera présenté, c’est un événement international du même niveau que l’exposition Chtchoukine”, a déclaré Jean-Paul Claverie, conseiller de Bernard Arnault, président de la Fondation Louis Vuitton.

Morozov-Morozov

Les frères Morozov ont acquis des toiles emblématiques des mouvements impressionnistes, post-impressionnistes et modernes français, mais aussi des oeuvres d’art russes, à la différence de Chtchoukine, qui n’a collectionné que de l’art français.

17
Juil

17 juillet 1918 à Ekaterinbourg …

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Funeste date !

download

Il y a 99 ans, Nicolas II  , dernier tsar de Russie était assassiné avec toute sa famille, sa femme, et ses cinq enfants à Ekaterinbourg, dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, tous fusillés dans l’une des pièces du sous-sol de la maison Ipatiev, sur ordre du chef local de la  Tchéka,  Iakov Iourovski , huitième de dix enfants “d’une famille juive orthodoxe”, un jorloger, fils d’un criminel déporté en Sibérie, où était né le rejeton – qui avait été mis en juillet 1918 à la tête de la maison Ipatiev… (précise Alexandre Soljénitsyne dans son ouvrage “Deux siècles ensemble“).

GeoliersRomanov

Yakov Yourovski (le commandant de la maison Ipatiev), Ermakov, Nikouline et Medvedev sont quatre des dix ou onze assassins ayant pris part au massacre de Nicolas II et de sa famille.

 Pour éviter qu’elle ne soit délivrée par les armées blanches victorieuses sur le front de l’Oural à ce moment-là.

MAISON D`IPATIEFF 1918

Les corps furent achevés à coup de hache et de baïonnette, brûlés puis aspergés de barils d’essence et d’acide sulfurique pour empêcher leur identification s’ils étaient retrouvés.

Les victimes sont au nombre de onze :
Nicolas II, sa femme Alelandra Fedorovna, ses quatre filles OlgaTatianaMaria etAnastasia, son fils Alexis, le médecin de famille Ievgueni Botkine, la femme de chambreAnna Demidova, le valet de chambre Alekseï Trupp et le cuisinier Ivan Kharitonov.

visiteurs salle du crime

De 1923-1932 la maison Ipatiev devient “Musée de la Révolution”, où la principale «attraction» était la salle de tir, ce qui a conduit à vendre les billets pour les visiteurs  5 kopecks pour les membres les syndicats, 10 kopecks, et pour les autres. – 25 kopecks. Mais en 1932 , le Kremlin a décidé de ne plus perpétuer la mémoire du crime et le musée a été fermé. La maison fut détruite sur ordre d’un certain Michel Souslov, le 27  juillet 1977, afin qu’il n’y ait plus la continuité de la maison Ipatiev comme lieu de repentance. Le terrain fut  remis par les autorités russes à l’Eglise Orthodoxe dès 1990. Elle lança en l’an 2000 les travaux d’une Eglise, “l’Eglise de tous les Saints” qui fut consacrée en 2003. Ainsi malgré sa destruction, la maison Ipatiev est bien encore vivante dans les mémoires!

Lire l’article sur Artcorusse: (CLIQUEZ)

famille Nicolas II couleur

Mémoire éternelle, Вечная память !

300 ans après la visite du Tsar Pierre le Grand,

Exposition au Musée de la Ville d’eaux de Spa (Belgique)

Du 15 juillet au 1er octobre 2017.

expo spa pier le gd

Une personnalité hors norme

En 1717, le tsar de Russie Pierre le Grand arrivait à Spa pour s’y faire soigner durant près d’un mois. Son séjour et sa guérison par les eaux de Spa eurent un retentissement international. A l’aube du 18ème siècle, le séjour et la guérison par les eaux de Spa du tsar Pierre le Grand eurent un retentissement international.

Pierre le Grand

Venant de Paris passant par Liège, Pierre le Grand arrive le 20 juin à Spa, accompagné  de son médecin Areskin, pour soigner une maladie de foie et des coliques bilieuses. Dès le lendemain de leur arrivée, ce dernier analyse les différentes sources et conclut, en accord avec les principaux médecins de Spa, que l’eau de la Géronstère est la plus utile à sa santé.

fgontaine Pouhon

Fontaine “Pouhon”

Pierre le Grand n’a pas le profil du patient docile. Ingurgitant parfois des quantités excessives d’eau minérale, il ignore également le régime prescrit par ses médecins.

La veille de son départ pour Aix-la-Chapelle, des réjouissances sont organisées par les magistrats spadois en l’honneur de « sa majesté Czarienne ».

pavillon Pierre le Grand Spa

Le Pouhon et la Place Pierre le Grand.

Soucieux de perpétuer le souvenir de sa cure et de sa guérison, il laisse à Spa, outre un certificat rédigé par Areskin, une plaque en marbre noir, gravée d’une inscription latine. Cette table votive est surmontée d’un écusson sculpté des armes impériales de Russie.
Longtemps encastré au-dessus de la porte du Pouhon dit « à colonnes », le petit monument subira plusieurs avatars. La tablette en marbre se brisera et sera remplacée par une plaque en cuivre.

statuepierre spa

Elle surplombe à présent l’émergence de la source dans le Pouhon Pierre le Grand et est coiffée d’un buste du tsar offert par le prince Démidoff en 1856.

Une exposition sur cet hôte d’honneur

Le Musée de la Ville d’eaux rendra hommage à la visite du tsar en invitant une dizaine de peintres russes contemporains qui évoqueront à leur manière le personnage de Pierre le Grand. Les oeuvres aborderont également la ville qu’il a créée, à savoir, Saint-Pétersbourg.

Statue-Pierre-1

Statue de Pierre le Grand dans l’atelier du sculpteur Alexandre Taratynov. Au départ, il n’était question que d’un buste, mais la proposition du sculpteur de représenter un souverain debout, la main sur le cœur, partageant symboliquement son esprit progressiste avec l’Occident, a convaincu les commenditaires.

Capture d’écran 2017-07-16 à 10.26.56

Inauguration à Liège © Alexandre Chichlo

La statue de bronze du premier empereur russe Pierre le Grand a été inaugurée mercredi 21 juin sur la place Saint-Pierre de la ville belge de Liège, sera aussi présentée.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Musées de la Ville d’eaux 

Villa Royale,  77b Av Reine Astrid, 4900 Spa, Belgique

Renseignements:  +32 (0) 87 77 44 86

Ouvert: Tous les jours de 14h à 18h

 

villa Spa

 

12
Juil

Gazeta France-Oural – Newsletter n°56

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Bandeau Gazeta France Oural

Parution n°56 (11/07/2017).

Chers amis, chers lecteurs,

La Gazeta France-Oural remet en ligne cette semaine 4 articles (déjà parus) qui concernent la mémoire, le travail mémoriel, l’évocation des passés.

Passés soviétiques, histoire individuelle, critiques actuelles liées aux références et aux identités antérieures, respect pour les ainés, ces 4 articles sont un reflet de la diversité et de la richesse des sentiments éprouvés pour ces questions toujours vives, dans la société russe d’aujourd’hui.

Plus que quelques jours pour remplir notre mini-sondage aux lecteurs : ICI

Aidez-nous à mieux vous connaître, vous et vos attentes de lecture, concernant les sujets traités par la Gazeta ! Nous souhaitons avoir vos retours pour rendre l’expérience Gazeta plus efficace, pertinente et interactive !

Répondez à notre SONDAGE aux lecteurs et EXPRIMEZ-VOUS !!

Bonne lecture !! До Скорого !

Equipe Gazeta France-Oural

 

Parution de la Semaine
1 mai 2017
Un héros se venge de Staline
Un habitant de Tomsk a réussi à retrouver les noms des bourreaux staliniens qui ont tué son arrière-grand-père. Denis Karagodine a mené sa propre enquête et compte à présent traduire…
Lire l’Article →

 

15 janvier 2017
La Grande Guerre Patriotique: une nouvelle religion ?
Les faits Le 6 septembre, le Parti Communiste de la Fédération de Russie a présenté à la Douma une proposition de loi. Les rédacteurs demandent que “l’outrage aux sentiments des…
Lire l’Article →

 

3 septembre 2016
Une longue vie, car bien remplie
L’habitante la plus âgée de Kyzyl, Anastasia MikhailovnaVinokourova, a eu 100 ans le 8 mars [1] dernier. Pendant la Seconde guerre mondiale, elle a travaillé à l’usine textile Marina Raskovaqui…
Lire l’Article →

 

14 août 2016
Les gardiens de l’histoire
Depuis le début de l’année, le musée ethnographique  d’Adyguée a reçu une bonne trentaine de nouvelles pièces qui ont été vues par plus d’un millier de visiteurs, habitants de la…
Lire l’Article →