Expositions

I Galerlery

« Il était une fois… »
Toiles de Stanislav ILYIN
12 – 30 mai 2015

garçon endormi

Garçon endormi.

Stanislav Ilyin

Stanislav Ilyin est né à Kazan en 1972. En 1999 il est diplômé de l’Institut d’Art Sourkov de Moscou. Après avoir terminé ses études, il a participé dans la reconstitution de fresques de la coupole et de la peinture de l’autel de la cathédral Christ Sauveur de Moscou.

Capture d’écran 2015-04-20 à 11.57.48

Coupole de la Cathédrale Christ Sauveur de Moscou.

En 2000 il entre dans  l’Union internationale des artistes sous les auspices de l’Unesco et en 2010  rejoigne l’Union des Artistes de Moscou (section d’art monumental). Il expose ses œuvres depuis 1995 : Ses tableaux se trouvent dans des collections privées en Russie, au Japon,  aux Etats-Unis, … .

unnamed

Les tableaux de Stanislav Ilyin fixent des moments éphémères qui reflètent un regard d’une femme, un petit-déjeuner aux aurores, un garçon endormi devant l’assiette… Ces images, à la fois instantanées et figés, devient l’histoire. Certains des beaux moments vécus s’évaporent, d’autres  restent  avec nous toute la vie. Le sens d’esprit de l’autour ne permet pas d’alourdir l’idée transmis par l’image. Flora, Grace, Eva sont magnifiques et bien reconnaissables, comme des femmes autour de vous, ils sont des déesses. Le peintre est un monumentalise par son éducation et son parcours, tandis que ses œuvres reflètent des vies minuscules qui deviennent visible grâce à l’attentive loupe de notre mémoire.

Vernissage vendredi 15 mai 2015 de 18h à 21h.

I-Gallery « Instant » est située au  cœur de Paris à Montmartre et participe à la promotion d’œuvres artistiques contemporains. La galerie soutient des artistes actuels internationaux et propose différents styles, genres et orientations dans l’art.

I Galerlery

I-Gallery Instant, 12 rue Durantin 75018 Paris
Galerie ouverte tous les jours, sauf lundi de 16h – 20h et sur rendez-vous
Olga Karasseva 0663874209
Olga Khlopova 0632773588

Exposition d’Alexey Begov  ( 1951 – 2014 )

31 mars –  18 avril 2014

Association Franco-Russe

Begov

Alexey Sergueïevitch Begov, peintre russe  né le 27 mars 1951 dans la ville Kozine Région de Kiev en Ukraine. Il a fait ses études de 1969 à 1972, à l’Académie d’Alma Atinsk de peinture dans l’atelier de G. P. Kabatchovo. Il vit en Ukraine de 1951 à 1961 puis au Kazakhstan de 1961-1974, au Kyrgyzstan de 1974 à 1978 de nouveau au Kazakhstan de 1978 à 1983, puis à Moscou jusqu’en 1998. Il arrive à Paris en 1998 où il s’installe. Il vient de nous quitter le 17 février à Moscou, après  une longue maladie.

a. Begov 1998

Alexey Begov à Paris en 1999.

Il fit dés 1980 de nombreux voyages en Russie et dans les anciennes républiques de l’Union soviétiques (il a été sur le lac Baïkal en Géorgie en Crimée et sur le lac de Senetch). Dans les années 1990 il fait de courts voyages aux USA et en Europe. Il devient membre des peintres d’URSS en 1969.  En 1995 il a une exposition personnel à la Galerie Trétiakov de Moscou puis il enseigne à l’institut pédagogique au Kyrgyztan, section de dessin de 1974 à 1978, puis de 1978 à 1979 à l’académie des Beaux Arts de Alma Ata. De 1999 à 2004 il vit en France ou il a travaillé sur les murs de la chapelle St Nicolas  près du château de Gilloisin aux environs de Paris .

1951

Dans les années 1990, il a créé un tableau de 10 mètres intitulé  «La fin du XX e siècle» dans le cadre de la communauté internationale « Mur de la Paix ». C’était une occasion rare de créer en un espace unique, une seule image, En 2006 il revient dans sa patrie pour exposer au Manège à Moscou. En 2007 il est nommé membre de l’Académie des peintres de Russie, membre Honoraire de l’Académie des Beaux-Arts de Russie,  Médaille d’Or Chevalier des Arts-Sciences-Lettres de la Société Académique d’Éducation fondée par l’Académie Française.

Vernissage avril 2010 commandrie St Jean

Vernissage à la Commanderie St Jean en présence de l'ambassadeur de Russie 
en France et d'A. Begov, (avril 2010).

L’œuvre d’Alexey est particulièrement intense, un style particulier, de la couleur, beaucoup de sentiments pour la terre nourricière mais aussi pour les êtres humains.

vertgoriz_b
D’ailleurs, lorsqu’on lui demande parler de lui, il déclare : « La peinture, c’est ma vie et ma croix. J’y suis lié par chacune de mes fibres. Si je ne pouvais pas peindre, ma vie s’arrêterait. Je suis complètement dans chacun de mes tableaux. »

Alexis Begov

A partir de 2008 il se partageait entre la Russie et la France ou il vivait dans son atelier de Montmartre à Paris .

Association Dialogue Franco-Russe

120 Avenue des Champs Elysées

75008  Paris

Ouverts du lundi au vendredi de 11h à  17h

Renseignements: 01 53 89 60 16

Plus de renseignements sur l’Association Franco-Russe ( Cliquez )

Exposition « Les quatre »
Oskar Rabine, Vladimir Titov, Vladimir Kara, Samvel
du 
4 au 23 mars 2014

I-Gallery « Instant » présente les dessins de quatre célèbres artistes russes connus à Paris depuis trente ans : Oskar Rabine, Vladimir Titov, Vladimir Kara, Samvel.

image001

Montmartre , Oscar Rabine.

Oscar Rabine est né le 2 janvier 1928 à Moscou en URSS. De 1946 à 1948, il étudie à l’Académie des Beaux-Arts de Riga. En 1948-1949, il continue ces études à l’Ecole des Beaux-Arts art Vassili Sourikov de Moscou d’où il fut expulsé pour formalisme. À la fin des années 1950, avec sa femme peintre Valentina Kropiwnicki, il devint le fondateur du groupe d’art informel Lianozovo. Au printemps de 1974, Rabine est l’initiateur et l’un des principaux organisateurs de l’exposition d’œuvres d’artistes non-conformistes à Belyayevo, l’Exposition Bulldozer. En 1978, durant un voyage en France il se voit refuser la citoyenneté soviétique par un décret spécial du Præsidium du Soviet suprême de l’URSS. En 1985, il acquiert la nationalité française. En 1990, la Pérestroïka rétablit son droit à la citoyenneté et en 2006, l’ambassadeur russe de France lui restitue son passeport russe. En 2007, il expose ses œuvres au musée Pouchkine.

image002

Vladimir Titov.

Vladimir Titov est né en 1950 à Moscou. Il a fait ses études à l’école des Beaux-Arts en Russie. Il s’est consacré à la peinture dès son enfance et sa formation artistique a suivi plusieurs étapes. Mais c’est en 1982 qui il voit le début de son véritable parcours artistique. Rejetant ses opinions précédentes sur son évolution, il réalise alors sa percée actuelle dans le Grand Art. La particularité de son style est l’utilisation des techniques anciennes comme le sfumato inventée au XVI siècle. Il n’utilise que trois couleurs dans ses peintures ainsi que le blanc.
Il appelle son style New Renaissance car d’une part pour lui c’est le retour aux valeurs de la Renaissance et d’autre part il utilise les techniques de l’époque. En 1987 il a immigré en France.

image003

Vladimir KARA

Vladimir Kara est né à Moscou,  en 1979 il termine École des BEAUX ARTS de Moscou et vit et travaille à Paris depuis 1985. Il  a exposé dans des lieux prestigieux comme le Palazzo Lenzi, l’Institut français à Florence, le Centro per l’arte contemporanea Luigi Pecci à Prato, le musée MOCA à Beijing, le musée Jean-Cocteau à Villefranche-sur-Mer; mais aussi dans de nombreuses galeries dans le monde : l’Inter Art Gallery à New York, la Galerie Modevormgeving à La Haye, la Galerie Dialogue à Genève, la Galerie Anderes Ufer à Berlin. Plusieurs de ses tableaux appartiennent à différentes collections privées et institutions culturelles françaises dont l’Alliance française de Paris et La Grande Loge de France. La recherche de Vladimir KARA porte sur le renouveau d’un symbolisme figuratif : « Que l’inspiration soit historique ou contemporaine, un jeu subtil a lieu, qui se déroule sur une imperceptible frontière, dans l’entre-deux où l’évidence figurative n’est plus que la limite et le masque d’une figuration symbolique. Faisant appel à un vocabulaire symbolique et figuratif, je tente de résoudre la perpétuelle problématique posée par la surface picturale. Dans une importante partie de mon œuvre, je cherche à mettre en lumière la manière dont les sujets mythologiques et bibliques – toujours contemporains – sont construits en reposant aujourd’hui les questions éternelles.»

image004

Samvel.

Peut-on par les mots décrire la ligne ou par la ligne décrire les mots ? Des mots à propos d’un mot, des croquis et des dessins, tracés dans un souffle, un regard sur la réalité sans mot… simplement une ligne! Sur la surface, couverte de lignes, de ce qui s’appelle un dessin, apparaît une nudité paisible… C’est probablement ce à quoi on aimerait ne pas penser, ce qu’on aimerait simplement ressentir…

I-Gallery Instant

12 rue Durantin,  75018,  Paris

Métro: Abbesses
Ouverte tous les jours, sauf lundi, de 16h à 20h et sur rendez-vous:
Olga Karasseva:  0663874209
Olga Khlopova:  0632773588

Plus de renseignements sur la galerie I-Gallery Instant: ( CLIQUEZ )

Exposition de peinture tactile de

Larissa Noury

du 7 janvier au 7 mars 2014

EXPOSITION LARISSA NOURY, SAMA WARv1

AU « SAMAWAR »

5 rue du Maréchal Joffre 92700 Colombes

Possibilité de dîner sur place RSVP au 09.80.71.78.65

Unknown

EXPOSITION RETROSPECTIVE de

YOURI VICHNEVSKI

“œuvres de 1993 à 2013 “

du 03 au 29 novembre 2013

Flyer1993-2013noir+copie

Yuri Vichnevsky peintre russe, vit et travaille à Paris ou il a élu domicile depuis plus de 20 ans. Cette exposition presente son travail depuis son arrivée à Paris .

Il est utile d’examiner avec attention son travail. Sa créativité se situe dans la complexité de deux opposés – “ figuratif – non figuratif » et « ligne – tache . ” Le premier, le figuratif  est plus proche de l’ idéologie artistique de l’auteur, et le second le non figuratif est lié à la technologie . Première étape – à partir de 1966, lorsque Yuri Vichnevsky a participé pour la première fois à une exposition à Kiev. Seconde étape à partir de 1992, quand il s’installa à Paris. On peut dire que l’ensemble de ses créations sont néanmoins figuratives . Ce n’est certainement pas un réalisme traditionnel , expressionniste , symboliste, surréaliste , digression dans le réalisme métaphysique , etc…  Mais déja à cette époque se sont des œuvres à tendances abstraites , cependant , la part réaliste de l’ensemble n’existe pas.

A Paris, Yuri Vichnevsky délibérément et systématiquement ” régler des comptes ” avec son passé réaliste , ou plutôt avec les principes realistiquement descriptifs. Rester dans le thème de paysage, du figuratisme ou des visages – Yury refuse, les formes d’imitation de la réalité extérieure ou littéraire ( au sens où l’image peut être nommée , expliquée  et décrite avec des mots . En littérature c’est un genre spécial la description des œuvres d’art devient comme dans Homère des contes.) . Les formes de la réalité extérieure sont le principe organisateur  dans les transparences de ses création, cèdant la place à la couleur. Les couleurs , tout comme en musique, sont les blocs de construction de l’ouvrage et se comportent tout à fait au hasard , quelles que soient les intentions figuratives de l’auteur , mais obéissant aux lois de la composition formelle – couleur, tonalité , dynamique , structure plastique , mouvement rythmique , etc… Cependant, ces dernières années, Youri Visnievski crée des cycles d’œuvres abstraites. Par exemple , ” Empreintes “, “verticaux” . Et l’on peut dire que le principe formel derrière les constructions est purement abstrait , et il travaille avec le résiduel figuratif  . C’est – «ligne –tache».

Galerie des 13 regards

4 rue du Docteur Leray – 75013 Paris.

« Un art très soviétique »

Maison du livre ancien de Moscou

du 19 au 20 septembre

Le 19 septembre, l’exposition de Galina Bandourkina intitulée « Un art très soviétique » a ouvert à la Maison du livre ancien de Moscou.

Des affiches publicitaires des années 1920-1930 sont proposés aux visiteurs.

Ces affiches sont très populaires auprès des collectionneurs, mais aussi auprès des historiens de l’art et des concepteurs – rédacteurs, qui sont souvent à la recherche de l’inspiration dans les œuvres du passé.

Cela n’est pas surprenant: les affiches des années 1920-1930 ont été créées par les meilleurs artistes du pays.

La collection qui se trouve à la base de l’exposition, a commencé à se former il y a relativement longtemps.

L’intérêt pour l’affiche est survenu presque par hasard: Galina Bandourkina s’est intéressée à cet événement se trouvant à la recherche des solutions de design pour son entreprise.

Selon elle, en plus de la valeur artistique des affiches soviétiques, il est important de comprendre leur signification historique.

Artistes-affichiste 1920-1930-s et série d’affiches de cette période sont connus dans le monde, Rodchenkoь Maïakovski, et Klutsis Dlugach, affiches série “Mosselprom” et “Glavhleb” .

Symbole de l’époque et des marques reconnaissables.

L’exposition mettra en vedette certains d’entre eux – «Morse. Mosselprom “,” A chaque rue, dans chaque ruelle connaître délicieux pain russe “(série Glavhleb),

Des affiches Artistes A.Zelenskogo, K.Zdanevicha, etc N.Troshina.

Chaque visiteur pourra se sentir un “plus l’art soviétique” la complexité et l’intensité de la vie en Russie en 1920-1930 .

Galina Bandourkina

Présidente du groupe «Astarté»
Vice-présidente de l’Académie russe des affaires
Membre de la “All-Russian Public Organisation” d’affaires en Russie

Membre de “l’Association” Femmes en affaires

Association mondiale des femmes chefs d’entreprise

Anastasia Nikolaeva

Du 25 janvier au 17 février 2012

Espace Atrium


Anastasia Nikolaeva

Elle est l’arrière-petite-fille de Zinaïda Serebriakova, peintre très connue en Russie et enterrée au cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois.

La  Elle est diplômée de MVHPU (ex-Stroganov). Membre fondateur de l’Serebryakova fonds Zinaida (France).

Anastasia née en 1962 est issue d’une grande famille dont les membres sont artistes depuis plusieurs générations. Certains sont exposés à l’Ermitage, au Musée Russe de Saint-Pétersbourg, ou encore à la Galerie Trétiakov de Moscou.

Elle est la fille d’Ivan Nikolaev Valentinovitch et la petite-fille de l’artiste Tatiana Serebryakova Borisovna. Son père Muraliste. Le fils de l’artiste Tatiana Serebryakova Borisovna et Valentin Nikolaev Filippovich. Artiste émérite de Russie (1996). En 1964, il est diplômé de l’École de Moscou supérieur de la propriété industrielle Art (ancien Stroganov). Il travaille en tant que graphiste, peintre de chevalet et monumentale. Conçu de la station de métro “Borovitskaya” et “Otradnoe” à Moscou (en collaboration avec ses grands-parents épouse Marina Mikhaïlovna, Dzedushinskoy).

L’exposition présente la diversité de l’œuvre d’Anastasia: des paysages estivaux réalisés lors de ses voyages, des panoramas de Paris, source d’inspiration importante pour l’artiste, des portraits de ses proches et des icônes de grand format.

ESPACE ATRIUM
76 rue des Saints-Pères
75007 Paris
Métro: Saint-Germain-des-Prés, Sèvres-Babylone

Exposition du peintre Nikolaï Kojoukhovski

et du sculpteur Armanda de Sucre

8 – 26 août 2011

Né à Kiev, Nikolaï Kojoukhovski termine en 1972  I’école secondaire d’art de Kiev, il rentre à I’ Académie de peinture  d’Etat de Kiev. II est trés apprécié par ses maitres,  il décide en 1983 de s’installer et de travailler à Moscou. En 1986 il rejoint I’association des Peintres de la Russie, ce qui lui permet d’entrer dans les cercles d’artistes peintres célèbres et reconnus. II en tire une expérience fructueuse, tout en  restant fidèle à sa manière de peintre : réaliste, fine, vraie, un peu impressionniste.

Nikolaï Kojoukhovski, peignant sur le terrain en Bretagne.

Ses paysages et ses fleurs sont de vraies déclarations d’amour à la nature, il l’admire, l’honore dans son ceuvre. Nikolaï Kojoukhovski peint également des mo­numents, des églises : Ie Kremlin, la cathédrale de S-Petersbourg…. Son art dénote d’un grand intéret pour tout ce qui est du monde rural russe: samovars, paniers de champignons, vases paysans, maisons de villages, etc.

Contact: 06 72 17 46 48     et :  niko23@yahoo.com

ARTemisia

Village Roquebrune

Ouvert tous les jours de 14h30 à 17h

www.artemisia-galerie.com

Exposition d’art populaire traditionnel russe

Musée Russe de Saint Petersbourg.

21 juillet – 15 septembre.

Rare présentation d’art traditionnel de la collection du musée russe.

Le musée est créé le 13 avril 1895 sous le règne de Nicolas II en hommage à son père Alexandre III. Cette ancienne résidence du grand-duc Michel, de style néoclassique, fut construite entre 1819 à 1825 sur des plans de l’architecte italien Carlo Rossi et fut la demeure de sa veuve, la grande-duchesse Hélène, de ses enfants et petits-enfants dont le duc Georges-Alexandre de Mecklembourg-Strelitz (1859-1909).

Kvoch de la région de Perm XIX°.

C’est certainement le musée le plus important de Russie. Il comprend près de 400 000 œuvres d’art : peintures, sculptures et autres objets de décoration. Les plus remarquables sont une collection de 6 000 îcones russes remontant pour certaines au xe siècle, 10 000 œuvres de peintres russes du XVIIIe au XXe siècle.

Boîte en bois peint du XVII°

Pour la première fois des réserves les visiteurs pourront admirer une petite partie de la collection d’art traditionnel populaire de la Russie. Des objets provenant de différantes régions de ce vaste pays.

Coiffe du XIX en perles et pierres semi-précieuses.

Toile brodée au point de croix du XIX°, dessin de la région de Toula.

Exposition d’art contemporain russe-français et américain

du 28 avril au 4 mai 2011

Centre russe pour la Science

et la Culture

61, rue Boissière

75116, Paris

Métro: Victor Hugo (ligne 2) ou Boissière (ligne 6)

Exposition du 16 décembre 2010 au 27 janvier 2011

Salle Titien

Académie des Beaux-Arts de Russie

Saint Pétersbourg


Dans les salles où Pavel Dimitrievitch Chmaroff (1874-1950) a lui-même accroché ses oeuvres lors des Salons de Printemps de l’Académie Impériale des Beaux Arts de Russie.

L’inauguration s’est déroulée en présence des plus hautes personnalités du monde artistiques de St Petersbourg.

Aprés le succés de cette magnifique exposition cet été à Moscou, puis à Voronej en présence du ministre de la Culture A. Avdeev,

90 œuvres de cet artiste méconnu en Russie, puisqu’il a vécu et France en raison de la Révolution, sont présentées au public russe.

Elève d’Ilya Répine à l’Académie des Beaux Arts de St Petersbourg, nommé académicien en 1916, il parcouru l’Europe pour s’installer à Paris en 1924. Portraitiste,  dessinateur, aquarelliste, il avait une prédilection pour les baigneuses.

Grâce au collectionneur français, Joel Garcia qui est tombé amoureux des œuvres de ce peintre, une grande partie de ces œuvres

reviennent sur sa terre natale, et à l’Académie des Beaux Arts de Saint Petersbourg où il a fait ses armes

et obtenu ses dîplomes et son titre d’académicien.

Conférence de Presse.

Joel Garcia ( à gauche) et Catherine Boncenne (à droite) commissaire de l’exposition.

Ouverture officielle de l’exposition

Durant l’exposition le film ” Pavel Chmaroff” du réalisateur français Nicolas Tikhobrazoff, film selectionné

au festival Zerkolo 2010 (Ivanovo) est présenté. Voir des extraits ( Cliquez)

Académie des Beaux-Arts de Saint Petersbourg

Universitetskaya nab., 17

199034, Saint-Pétersbourg

Ouverture et horaire:
Mercredi –Dimanche – 11.00-18.00

Accés:

Métro Vasileostrovskaya ,

Trolleybus 1 et 10 ,

Bus: 7, К-147 et К-187tel: (812) 3236496, (812) 3233578

Renseignements: ( Cliquez ) site en russe.

15ème Salon d’ARTMANEGE  de Moscou

au Manège.

Les dernières toiles de Volodia Popov

du 1 au 5 décembre 2010

Volodia Popov va à l’occasion de ce salon prestigieux exposer ses dernières œuvres.

Peintre russe,  né à Mitchourinsk (Russie) en 1961, en 1993 obtient le diplôme de l’Académie d’art et de design Moukhine à Saint Ptersbourg, (département peinture monumentale), depuis 2002 il vit et travaille  à Paris. Le public russe va le découvrir et sera entraîné dans des délires de formes, de couleurs, de situations, bref dans un monde qui pour être issu de sa réalité quotidienne n’en est pas moins transfiguré par son imagination galopante. Tout y est symbolique, tout y est référence à la culture, la tradition, la religion, la mythologie à la Vie.

La fille à la poupée.

Volodia Popov peut difficilement renier ses origines russes qui ont laissé des empreintes indélébiles dans toutes ses toiles. Il place en chaque tableau des allusions non dissimulées à la culture, à la religion, au quotidien de ce pays. Jusqu’à la composition de ses toiles dont la personnalité s’est nourrie d’une tradition bien établie.

L'Eglise sur l'Île  (65X54)

Si Volodia Popov prend toute liberté envers la perspective et la figuration des objets et des lieux, telles que les conçoit la peinture occidentale, sans nul doute il se réfère en partie au dessin et aux couleurs que l’on retrouve dans toutes les icônes. c‘est ce qui donne tant de richesse et de signification à son œuvre.

(Clara Pozniakoff)

ЗОЛОТАЯ РЫБКА (90Х90) Le poisson d'or. 


Charenton le Pont reçoit dans le cadre des Années Croisées France-Russie.

des artistes plasticien russes.

A l’Espace Art et Liberté

Au Conservatoire et à la Maison des artistes.

10° Rencontre Art et Musique RUSSIE ETERNELLE

Dans le cadre de l’Année France- Russie, la Maison des Artistes de Charenton ouvrira ses portes au public les samedi 20 et dimanche 21 novembre de 14h à 20h.
Rencontre avec des artistes charentonnais dans leur atelier, autour d’un thé russe servi au samovar.  Avec comme invités des artistes russes, présents également  du 19 novembre au 11 décembre au Conservatoire André Navarra :

Catherine Bogrow, calligraphe.

Larissa Noury-Shakinko, peintre.

Tikhobrazoff, peintre anamorphosique.

Youri Vichnevski, peintre.

(Crédit photos Artcorusse)

CONFÉRENCE D'HISTOIRE DE L'ART :
Vassily Kandinsky

Vendredi 26 novembre de 19h à 20h45  Tarifs : 8€, 5€

Conservatoire André Navarra Allée des Tilleuls Renseignements : 01 46 76 66 06

Dans le cadre du cycle de conférences “Connaissance de l’Art“,

organisé par l’Atelier d’arts plastiques Pierre Soulages.

Pionnier de l’art abstrait, théoricien de l’art, Vassily Kandinsky, né à Moscou,

a su créer un langage pictural d’une grande liberté,

exprimant ainsi sa “nature intérieure” et tout “le spirituel dans l’art”.

Nous le découvrirons au fil de son œuvre à l’occasion d’une saison russe.

par Christine Kastner-Tardy Conférencière des musées nationaux

Renseignements sur “Russie Eternelle” ( CLIQUEZ )

Maison des artistes:                         Conservatoire André Navarra

9, Place de la Coupole                             La Coupole, 3, place des Marseillais

94220 Charenton le Pont

Mètro: Liberté (ligne Balard-Créteil)

Entrée libre de 14h à 20h.                       Entrée libre de 15h à 21h, sauf dimanche

A partir du 9 octobre 2010 au 23 janvier 2011

Cette exposition est consacrée à l’histoire de la Garde impériale russe, de Pierre le Grand à la Révolution d’octobre, et plus largement à l’histoire de la Russie. Les visiteurs pourront découvrir 130 objets tels que des peintures, des uniformes, des armes et des objets d’arts. La majeure partie de ces pièces provient du musée de l’Ermitage, des collections du musée d’Armée, du musée des cosaques de Courbevoie de collections privées. Evoquant egalement le devenir des membres de la Garde aprés 1917 et l’exil de grandes familles russes.

Cette exposition, fruit d’une coproduction inédite entre les deux établissements, permettra de montrer au grand public plus de 150 objets au caractère exceptionnel et somptueux : des peintures (tableaux et portraits), des effets personnels et des uniformes de personnalités, des armes (sabres, pistolets…) et des objets d’arts (service à thé…). La majeure partie de ces pièces provient du musée de l’Ermitage. Certaines n’avaient encore jamais quitté le sol national. Celles issues des collections du musée de l’Armée et du musée des Cosaques de Courbevoie évoquent le devenir des membres de la Garde après 1917 et l’exil de grandes familles russes à Paris.


Musée de l’Armée – Hôtel national des Invalides

129 rue de Grenelle
75007 PARIS 07

Tarifs: 7€ / Expo+musée 11€

Catalogue “Au service des Tsars”

Du 21 juillet au 31 octobre 2010

Une partie du patrimoine culturel russe s’est construite en exil, souvent à Paris et surtout à Montparnasse. Ces artistes ont contribué à créer l’Ecole de Paris.

« Les Russes nous font remonter le temps du Montparnasse, ils ont marqué les heures chaudes de Vavin et de Port-Royal pendant l’époque d’or de l’entre-deux-guerres. » Pierre Restany

Cette exposition présente les “artistes hors frontière”, qui ont à Paris, et plus spécialement dans le quartier de Montparnasse,  fait partie du mouvement dit: de l’Ecole de Paris.

Natalia Gontcharova (1881-1962) - Troïka

Dans les anciens ateliers de Marie Vassilieff et sa célèbre cantine qui a reçu tant d’artistes, aujourd’hui devenu musée du Montparnasse, le visiteur pourra découvrir des œuvres parfois inédites.

Les artistes exposés:
Boris Anisfeld, Georges Annenkov, Alexeï Arapoff, Ivan Babiï, Léon Bakst, Boris Chaliapine, Pavel Chmaroff, Sonia Delaunay, Lydia Dmitrievsky, Robert Falk, Grigory Gluckmann, Pierre Grimm, Constantin Gorbatov, Alexandre Iacovleff, Serge Ivanoff, Nicolaï Kalmakoff, Moïse Kisling, Piotr Kontchalovsky, Pinkus Krémègne, André Lanskoy, Nadia Léger, Tamara de Lempicka, Aristakh Lentoulov, Sonia Lewitska, Mane-Katz, Mania Mavro, Vladimir Naïditch, Boris Pastoukhoff, Elie Anatole Pavil, Jean Peské, Georges Pogedaieff, Liuobov Popova, Ivan Pougny, Véra Rockline, Alexandre Roubtzoff, Olga Sacharoff, Zinaïda Serebriakova, Nicolaï Sinezouboff, Daniel Stepanov, Marc Sterling, Féodor Stravinsky, Léopold Survage, Pavel Tchelitchew, Tchistovsky, Constantin Terechkovitch, Marie Vassilieff, Ossip Zadkine…

Voir des extrait du reportage de l’exposition sur  YOUTUBE

Voir des extraits du reportage de l’exposition sur Dailymotion  ( CLIQUEZ )

“Les artistes russes hors frontière“, textes d’André et de Vladimir Hofmann, 224 pages couleur. Prix public : 35 €.   DVD de l’exposition 20 €.

Tarifs de l’exposition :

Plein tarif : 6 euros

Tarif réduit : 5 euros
(étudiants, enseignants, seniors, – 18 ans, carte chômage, Amis du Louvre, Maison  des artistes.

Musée de Montparnasse
21, Av. du Maine
75015 Paris
Tél: 01 42 22 91 96
Métro: Montparnasse-Bienvenue (sortie n°2)
Ouvert tous les jours sauf lundi de 12h30 à 19h.

Renseignements: ( CLIQUEZ )

Exposition jusqu’au 31 octobre

Exposition au Musée de la Musique

du 12 octobre 2010 au 16 janvier 2011

La Cité de la musique présente une chronique de la vie musicale durant les trente premières années de la Russie soviétique. Cette exposition situe la création musicale dans le contexte des mouvements artistiques et de l’histoire de la Russie de la révolution d’octobre 1917 à la mort de Staline en 1953. Elle examine la place de l’art et des artistes dans l’élan révolutionnaire, et son évolution vers une instrumentalisation par le totalitarisme soviétique.

Réalisée dans le cadre de l’Année France-Russie 2010, l’exposition fait appel à des prêts exceptionnels provenant des principaux musées de Moscou (Galerie Tretiakov, Musée Glinka, Musée central d’histoire, Musée du théâtre et de la musique A. A. Bakhrouchine, Musée Gorki…) et de Saint-Pétersbourg (Musée russe, Musée de la musique et du théâtre, Musée de la ville de Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale…).

France Culture organisera une soirée spéciale autour de l’exposition le 20 octobre de 19h à 21h à la Cité de la musique (entrée libre dans la limite des places disponibles).
L’émission “La Fabrique de l’Histoire” sur France Culture sera consacrée du 18 au 22 octobre aux rapports entre pouvoir et création.

Dans le cadre de l’exposition Lénine, Staline et la musique, la Cité de la musique propose un cycle de concerts, ciné-concerts, forums, conférences et projections.

En savoir plus  :
Du 7 au 17 octobre
Du 18 décembre au 9 janvier

Cité de la Musique

221, Av Jean Jaurés 75019, Paris

Métro Porte de Pantin.

Horaires:
Du mardi au samedi de 12h à 18h, nocturne le vendredi jusqu’à 22h
Le dimanche de 10h à 18h
Ouverture exceptionnelle jusqu’à 20h les 12, 13, 14 et 16 octobre, le 18 décembre et les 5 et 8 janvier.

Pavel Chmaroff ( 1874 – 1950 )
Galerie Zourab Tsereteli
20 juillet – 22 août 2010 et en Septembre à VORONEJ

L’Académie des Beaux Arts de Moscou, Joel Garcia et l’Association “Dialogue franco-russe”, présentent dans les salles de la galerie du sculpteur Zourab Tsereteli,dans le cadre de l’Année croisée France Russie:

Galerie Z. Tsereteli, filiale de l’Académie des Beaux Arts de Moscou

90 œuvres de Pavel Chmaroff, cet artiste né en Russie à Voronej. Elève d’Ilya Répine à l’Académie des Beaux Arts de St Petersbourg, nommé académicien en 1916, il parcouru l’Europe pour s’installer à Paris en 1924. Portraitiste,  dessinateur, aquarelliste, il avait une prédilection pour les baigneuses.

Durant cette exposition un film documentaire  “Pavel Chmaroff ” du réalisateur Nicolas Tikhobrazoff est présenté.

Extraits du film sur Daylimotion ( Cliquez ), version en français.

Extraits du film sur You tube ( Cliquez ).

En septembre l’exposition sera présentée à Voronej, ville natale de ce grand peintre, au musée I.H. Kramskoï.

Vernissage le 20 juillet en présence de Joël Garcia (le collectionneur), Catherine Boncenne commissaire de l’exposition et les personnalités de l’Académie des Beaux Arts de Moscou.


Ouverture le 9 septembre au Musée I. Kramskoï à VORONEJ.

Aprés le succés à Moscou, les œuvres de Pavel Chmarov sont exposées dans sa ville natale, au musée Ivan Kramskoï, l’inauguration s’est déroulée en présence de Vladimir Dobromirov directeur du musée.

Le vernissage officiel s’est déroule  le 16 septembre,  en présence du ministre de la culture de la Fédération de Russie Monsieur Alexandre Avdeev et, venu spécialement de Paris  Monsieur Joel Garcia, le collectionneur entouré des personnalités locales .

(de gauche à droite),m. Joel Garcia, m. Alexandre Avdeev ministre de la culture,
M. Vladimir Dobomirov directeur du musée Kramskoï et
M. Alexeï Gordeev gouverneur de la région de Voronej.

Vladimir Dobomirov, directeur du musée Kramskoï.

Facade du musée I. Kramskoï à Voronej.

Du 7 au 19 septembre 2010

“Journées des artistes et écrivains Notre Dame de beauté à Montmartre”
14 – 15 et 16 mai 2010

Vendredi 14 mai

18h: Inauguration officielle salle “Art, Culture et Foi” avec la participation de Nicolas Kedroff (balalaïka) et les “Poulbots de Montmartre”, suivie d’une animation sur le parvis avec vers 20h tombola et verre de l’Amitié.

Samedi 15 mai

10h: Musée de Montmartre 12 rue Cortot, Salon du livre franco-russe, vente dédicaces d’ouvrages.
15h 30: Evocation de Féodor Dostoïevski, Léon Tolstoï, Alexandre Soljenitsyne et Paul Evdokimov avec la participation de Mme Lilia Trannoy .
20h: Concert par l’Orchestre de Chambre “Uniart” d’artistes de la Russie et de la C.E.I. sous la direction de Maria Tchouvakhina-Melashvili et Artyum Avetisyan.
Durant cette journée sur le parvis de l’église St Pierre de Montmartre: vente de produits régionaux de l’artisanat russe.

Dimanche 16 mai
11h: Solennité de N.-Dame de Montmartre de Beauté, patronne universelle des artistes. Grande messe présidée par M. l’Abbé Jean-Jacques Launay.

15h: Conférence du Père J.J. Launay “La pensée chrétienne dans l’Art, la Culture et les traditions spirituelles de la Russie”

M. l'Abbé Jean-Jacques Launay et Philippe-Marie Christophe.

Galerie André Roussard durant ce week end exposera des œuvres d’Alechinski, Poliakov, Vladimir Tchernychev, Catherine Bogrow,  Tikhobrazoff et d’autres peintres russes  . Entrée libre . 13 rue du Mont Cenis.( CLIQUEZ )

Catherine Bogrow et Vladimir Tchernychev dans la Galerie André Roussard.

						
					

Musée National de la Marine

du 28 mai au 3 octobre 2010

La diplomatie navale dans l’alliance franco-russe (1891-1914)

Dans le cadre de l’année France-Russie 2010, le musée national de la Marine consacre, une exposition au contexte maritime de l’Alliance franco-russe qui donna lieu à l’échange de nombreuses visites. Alors très populaires, les rencontres diplomatiques étaient des plus festives et les cadeaux des Tsars particulièrement précieux…

Après la visite des marins russes à Toulon en 1893, les deux pays ratifient une convention militaire. Empereurs et Présidents se rencontrent régulièrement dans les plus célèbres ports français et russes jusqu’en 1914 ; l’échange de précieux cadeaux symbolisent alors l’entente fraternelle entre les deux gouvernements.

(entrée comprise dans le billet “collections permanentes”)

Extrait du reportage de l’exposition sur Youtube: ( CLIQUEZ )

Musée national de la Marine

Palais de Chaillot
17 place du Trocadéro
75116 PARIS

– Téléphone : 33 (0)1 53 65 69 69
– Télécopie  : 33 (0)1 53 65 69 65

Métro : Trocadéro
Bus : 22, 30, 32, 63, 72, 82
Batobus : Tour Eiffel

Horaires et ouvertures
ouvert tous les jours de 10 à 18h. Dernier billet délivré à 17h15.
Fermé le mardi.