Informations

Avant les fêtes Maritimes de Brest 2016

Inauguration le 15 juillet 2016

logo

13620155_1217586448303994_2004866675308736391_n

Installation d’un monument à la gloire des Russes venus à Brest en 1916, près du port à Brest.

Inauguration officielle du monument, le 15 juillet, Journée dédiée à la Russie.

13592314_1217494171646555_6154716162635814411_n

13627226_1217494231646549_5554652265044415691_n

13627215_1217541131641859_1301910431922888503_n

13615505_1217541158308523_1770224484555815948_n

13439012_1217494168313222_6690450578649248820_n

La stèle, sculptée par l’ artiste russe, Andrey Tyrtyshnikov, a été financée par la Russie.

brest-quand-30-000-russes-debarquaient-pour-le-front_0

Andréï Tyrtyshnikov, l’un des quatre sculpteurs.

« En Russie, le débarquement, en 1916, de soldats russes participant à la Première Guerre mondiale aux côtés de la France, c’est quelque chose que l’on enseigne dans toutes les écoles, corrige Andréï Tyrtyshnikov, l’un des quatre sculpteurs avec Dmitry Levin, Ilya et Nikita Feklin. Comme tout ce qui touche à l’histoire militaire et patriotique. »

en-1916-les-soldats-russes-debarquaient-au-port

*************************************

Marushevskii_VV

Général Maruchevski ( à Peterhofet décédé le à  Zagreb).

La 3e Brigade d’infanterie russe spéciale, commandée par le général Maruchevski et constituée de 10.300 officiers, sous-officiers et soldats, quitta Arkhangelsk dans le courant du mois de septembre 1916 à bord de sept bâtiments, qui gagnèrent la France en empruntant une route maritime passant par la Norvège, le canal Saint-Georges et les Nouvelles-Hébrides. L’un d’eux, le DJEMNAH de la Cie des Messageries Maritimes, paquebot – poste avait été réquisitionné comme transporteur. Il quitta BREST le 2 août 1916 arriva à Arkhangelsk le 15, pour repartir pour Brest le 25 août ayant à son bord 903 soldats et officiers, il débarque ces hommes à Brest le 5 septembre 1916.

Numeriser 67

Journal excelsior Brest 1916

Bénédiction du carillon

de la Cathédrale Russe

Quai Branly, juillet 2016

13575932_527425420785449_3209235848514534018_o

Une partie du carillon à dix cloches, après la pose des bulbes en mars (CLIQUEZ)

13615358_527425470785444_4489822299775417265_n

Le carillon composé de dix cloches a été béni par l’Archéparque Nestor de Chersonèse.

13576693_527425574118767_8088108564011898025_o

Monseigneur Nestor de Chersonèse

IMG_2615

Dimitri de Kochko décoré par S.E. l’ambassadeur de la Fédération de Russie en France Alexandre Orlov, et Igor Soloviev attaché culturel auprès de l’ambassade.© Artcorusse

Dimitri de Kochko, Président fondateur de France Oural, Président d’honneur du Conseil de coordination du Forum des russes en France, co-fondateur de l’Union des Russophones de France, ancien journaliste à l’AFP….., a reçu des mains de S.E. l’Ambassadeur de la Fédération de Russie en France, Alexandre Orlov, mardi 21 juin 2016 , la plus haute distinction civile russe, décernée par décret, signé de la main du président Vladimir Poutine : l’Ordre de l’Amitié.

DSC00843

L’Ordre de l’Amitié ( Орден Дружбы, Orden droujby) est une distinction civile russe décernée en Russie, depuis le 22 mars 1992, décerné par oukaze du Président de la Fédération de Russie. Rare sont les étrangers qui l’ont reçue, citons pour mémoire Maurice Druon de l’Académie Française.

IMG_2626

Dimitri de Kochko et Igor Shpynov (directeur du CRSC Centre de Russie pour la Science et la Culture à Paris)©Artcorusse

Assistées à cette cérémonie plus d’une centaine d’amis et présidents d’Associations.

deco dim tikho

Dimitri de Kochko avec Nicolas Tikhobrazoff, président d’Arcorusse.

  Artcorusse était présent à cette occasion à la résidence de S.E. l’Ambassadeur de Russie à Paris,  ainsi qu’un grand nombre de photographes venus pour immortaliser cette cérémonie .

IMG_2624

©Artcorusse

 

summer_card_with_logo7_FRA_abc4079b56

polenovo_FranceWeek_plakatA3_print.indd

Dans le cadre de l’Année franco-russe du tourisme culturel, le musée POLENOVO célébrera, du 19 au 26 juin 2016, la Semaine de la Francophonie !

museum9_70afdf906f

La grande maison actuellement musée de V. Polenov, façade donnant sur Taroussa.

Le programme des festivités s’annonce riche et varié, allant des rencontres littéraires aux concerts de rock français en passant par les spécialités françaises à la carte du restaurant « Mark et Lev » tout au long de la semaine. Et surtout, à ne pas manquer : l’exposition « Vassily Polenov et ses amis artistes : peindre la France en plein air », une opportunité unique de voir les œuvres originales issues des collections du Musée POLENOVO, pour la première fois sorties des réserves et présentées au grand public. Vous pourrez y contempler les tableaux et œuvres graphiques de V.Polenov, I.Repine, V.Vasnetsov, A.Bogolioubov, K.Savitskiï, E.Polenova, M.Yakountchikova, réalisés en France ou bien inspirés de la nature, de l’architecture et des traditions de ce beau pays. Un an après l’inauguration du square Vassily Polenov à Veules-les-Roses, M. Jean-Claude Claire, maire de la ville, nous fera l’honneur d’être présent pour le vernissage de l’exposition.

260px-Polenov_by_Repin

Vassily Polenov (1844-1927)

Le Musée-mémorial national d’histoire et des arts et réserve naturelle Vassily Dmitrievitche Polenov est  dirigé encore aujourd’hui, par les descendants du célèbre peintre Vassily Polenov. Le musée est très actif, il promeut l’œuvre du peintre à l’international et organise, dans cette optique, des expositions-itinérantes à travers le monde. Le musée accueille également en résidence des chercheurs et représentants du monde culturel. Située à 140 km au sud de Moscou.

Lautomne-dOr-672x372

Rives de la Oka, vue de la propriété.

Séduit par la beauté des paysages, Vassily Polenov s’installa avec sa famille sur les rives de l’Oka à la fin des années 1880. Il fit construire de nombreux bâtiments destinés à accueillir ses amis peintres, son propre atelier et une galerie de peinture.

Carte Polenovo

PROGRAMME

19 juin: “Concert-lecture ” Chopin et Georges Sand” avec Bassiniya Shulman au p piano et Yossi Tavor, lecteur de l’échange épistolaire quelque peu fantaisiste entre Gerorges Sand et Frédéric Copin.

Capture d’écran 2016-04-20 à 09.40.06

Bassiniya Shulman grande lauréate de concours internationaux et Yossi Tavor journaliste et critique musical.

22 juin: Rencontres-débats avec un écrivain français contemporain Olivier Bleys, auteur de 29 œuvres (romans, essais, récits de voyage, roman graphique et récit d’anticipation), il n’écrit pas seulement en prose mais également en bande dessiné.

Capture d’écran 2016-04-20 à 11.59.07

En 2014, il est fait Chevalier des Arts et Lettres. Son travail a été récompensé par de nombreux prix, ses ouvrages sont traduits dans une dizaine de langues. Les rencontres auront lieu à POLENOVO ainsi qu’à la “Datcha de Tsiferblat” à Dvorianinovo où il animera un atelier d’écriture ouvert à tous. Il parlera de sa profession d’écrivain et du rôle des nouvelles technologies.

24 juin: “Poésie sonore:  l’accent français”. Projets humanitaire et éducatif consacré aus enregistrements sonores de textes littéraires et poètiques.

pkr

Pavel Krioutchkov, chercheur émérite du musée National de la Littérature, adjoint à la rédaction du journal “Novyi Mir”, animateur de télévision et de radio, lauréat de nombreux prix littéraires et artistiques, présentera un patrimoine oral d’une grande richesse culturelle. Cela sera l’occasion d’entendre les voix de quelques illustres auteurs français et russes: Léon Tolstoï, Emile Verhaeren, Boris Pasternak, Guillaume Apollinair, Anna Akhmatova, Antoine de Saint Exupery, Albert Camus, Youri Kazakov, René Char ainsi que d’autres traducteurs remarquables de la littérature française.

25 juin : Ouverture de l’exposition “Vassily Polenov et ses amis peintres: peindre la France en plein air“.

7_28053ac4dd

Le cheval blanc. V. Polenov, Normandie, 1874, huile sur toile, 24,7 x 30 cm

Opportunité unique de voir les œuvres originales issues des collections du Musée POLENOVO, pour la première fois sorties des réserves et présentées au public, exposition rassemblant tableaux et œuvres graphiques de V. Polenov, I. Répine, V. Vasnetsov, A. Bogoliubov, K. Savtskii, E. Polenova, M. Yakountchikova, réalisée en France ou bien inspirés de la nature, de l’architecture et de traditions françaises.

23_6a2fe57429

La vieille porte de Veules. V. Polenov, Normandie, 1874, huile sur toile, 24 cm x 30 cm

Les 22, 23, 24 et 25 juin: Concert du groupe français STAMP. A la croisée de multiple influences, du rock à l’électro en passant par le jazz et les musiques du monde, STAMP associe l’informatiquer musicale à la spontanéité, organique des instruments acoustiques. Le groupe transcende les genres avec, pour seul objectif,de créer une musique riche, originale et contemporaine. Le groupe interprétera des morceaux de son nouvel album enregistré fin 2015, et dévoilera en exclusivioté ses dernières créations composées à POLENOVO, inspirées e l’atmosphère qui règne dans ce lieu.

imgres

Durant toute cette semaine le restaurant “Marc et Lev” proposera des plats typiquement français cuisinés à partir des produits de la ferme. Sorbets, sodas, quiches, flanc et tartelettes aux fruits.

Polenovo-2

Natalya Polenova arrière-petite-fille du peintre et directrice du musée-réserve 

L’association Vassily Polenov a été crée à Paris en 2007. Ses objectifs couvrent plusieurs domaines: la présentation à un large public étranger à l’héritage du peintre Vassily Polenov et de ses amis artistes ainsi que l’organisation de la coopération scientifique et culturel entre la france et la russie. Pour plus d’informations, consultez le site officiel: (CLIQUEZ)

Polenovo-carte

Plan géographique du  Musée Vassily Polenov.

Visite panoramique interactive de Polenovo (CLIQUEZ)

Musée-réserve naturelle POLENOVO

Strakhovo,(région de Toula, Russie)

Téléphone :+7 487 342-11-80

Capture d’écran 2016-04-20 à 11.00.38

Capture d’écran 2016-04-20 à 12.37.18

Exposition de photographies

“Carnaval de Venise”

jusqu’au 30 mai 2016

Château Mikhaïlovski

pigktvkzpto

Mikhaïl Chemiakine lors de l’ouverture de l’exposition.

ph32

Au Château des Ingénieurs, le Château Mikhaïlovski,  se tient une exposition de photos sur le thème “Le Carnaval de Venise”, organisé  avec la participation du sculpteur Mikhaïl Chemiakine qui présente ses photos.

 03c5fc592fe89fde0592102128043296

Au total environ une centaine d’œuvres de photographes contemporains, y compris Mikhail Chemiakine, Alexander Tyagny-Riadno, Vladimir Balabneva, Joseph Kiblitsky, Stas Namin et Helena Iarovoy.

01bde9c5d0048ee94e30fcc91f483d78

Chemyakin prend part à Venise au carnaval depuis plus de 20 ans. L’artiste a dit à plusieurs reprises qu’il rêve d’établir à Saint-Pétersbourg “La Venise du Nord “- un carnaval. Ses performances ont lieu sur la place centrale de la ville – San Marco.

Capture d’écran 2016-05-21 à 20.18.09

mikhailovsky-castle

Château Mikhaïlovski, Musée des ingénieurs

 

Billets:

  • adulte – 300 roubles;
  • réduit – 200 roubles.

 Ouverture

  • Lundi, mercredi, vendredi, samedi, dimanche – de 10h00 à 18h00.
  • Jeudi – 13h00 à 21h00.
  • Mardi – jour de congé.

En savoir plus: http://rusmuseum.ru/exhib/lenta/exhibition2016/venecianskij_karnaval/

Décès du professeur Nikita Alekseïevitch Struve

Samedi 7 mai 2016

à l’âge de 85 ans

imgres

Nikita Struve avec Soljenitsyne.

Nikita Alekseïevitch Struve (né en 1931), petit-fils de P. B. Struve, professeur à la Faculté des Lettres de Paris-Nanterre, directeur de la maison d’édition d’YMCA-press à Paris, traducteur de la poésie russe, philosophe, président du Groupe de recherches sur
l’émigration russe, infatigable « propagandiste » de la culture russe en France,
Nikita Struve, ami de Soljenitsyne est le principal traducteur en français de “l’Archipel du Goulag”, devenu un best seller mondial qu’il a publié il y a 40ans.

C’est une immence perte non seulement pour l’émigration russe, mais également pour cette mémoire de la Sainte Russie.

Il avait été, à titre bénévole, conseiller littéraire aux éditions russes Ymca-Press de Paris. Fondée en 1925, cette maison d’édition avait publié la quasi-totalité des œuvres philosophiques et religieuses de l’émigration russe, nombre d’œuvres littéraires aussi, et continuait dans cette voie en s’ouvrant plus largement aux problèmes sociaux et politiques du jour. Nikita Struve était également rédacteur de la revue en langue russe Вестник РCХД  Le Messager de l’Action chrétienne des Étudiants russes qui, à partir des années 60, a commencé à pénétrer par des voies clandestines en URSS et y était très apprécié. Cela lui a permis d’avoir des contacts épistolaires toujours par les mêmes voies clandestines avec la jeunesse orthodoxe « dissidente » qui se regroupait autour du Père Alexandre Men. C’est par cette revue et par ses interventions à Radio Liberty que Soljénitsyne le connaissait de réputation, mais aussi par des intermédiaires, ses « aides invisibles » qui avaient la possibilité de se rendre en URSS (il avait également par principe, refusé de s’y rendre tant que la liberté ne serait pas revenue).
En 1971, à son grand étonnement, il reçu une lettre  lui demandant de publier à Paris “Août 14”, le premier maillon de ce qui allait être “La Roue rouge”, l’immense épopée sur la Révolution, au cas où la revue moscovite Novy Mir ne recevrait pas la permission de le publier… L’autorisation n’est pas venue, et c’est ainsi qu’il est devenu l’éditeur de Soljénitsyne et son collaborateur, jusqu’au retour de la liberté en Russie, soit pendant près de 30 ans. Deux ans après “Août 14”, Soljénitsyne lui a confié une tache encore plus responsable, la publication dans des délais très brefs et dans le secret le plus total, du premier volume de “L’Archipel du Goulag” qui, comme on pouvait le prévoir, allait entraîner son bannissement de l’URSS. Le livre parut la veille de Noël 1973 et le 13 février 1974, Nikita Struve  fit sa connaissance personnelle à son arrivée à Zürich ; le contact a été direct, simple entraînant  de bonnes relations, on pourrait même parler d’amitié, qui ne se sont jamais altérées, malgré quelques divergences d’ordre politique ou stratégique.

Il a été le premier à publier l’ouvrage prophétique de Boulgakov «Cœur de chien»: le manuscrit s’était répandu et avait été envoyé à l’étranger. Il a également participé à la publication des œuvres de Pasternak. Nikita Struve était responsable du Messager orthodoxe (périodique semestriel publié par l’ACER-MJO)

struve3

Nikita Struve à la librairie les Éditeurs Réunis.

J’ai un souvenir personnel, invité en qualité de Pdt d’Artcorusse, lors de la réception qui s’est déroulée il y a 5 ans,  une centaine de personnes étaient réunies pour fêter les 80 ans de Nikita Struve, directeur des éditions YMCA-PRESS, à la librairie russe des Éditeurs Réunis à Paris, rue de la Montagne Sainte Geneviève. Des félicitations et des discours furent prononcés par de nombreux invités : l’Archevêque Gabriel, Victor Moskvine de la Maison de l’étranger russe à Moscou, Cyrille Sollogoub président de l’ACER-MJO, Youri Koublanovsky écrivain et poète pour ne citer qu’eux. Tous soulignèrent l’importance du travail de Nikita Struve au service de la Russie, de la culture et de l’orthodoxie.

13151960_1089236944456440_1148851998131334715_n-1

Nikita Struve présentant un ouvrage d’Andreï Korliakov (Ed. YMCA-Press)Photo ©A.Korliakov

La librairie des Editeurs Réunis est l’un des rares endroits où se retrouvent encore à certaines occasions plusieurs générations de personnes liées à l’émigration russe en France, des ex-dissidents vivant entre Moscou et Paris, des professeurs de russe, des chercheurs, des peintres et des écrivains, des prêtres et quelques trop rares grand-mères issues de cette première émigration.

IMG_0290

Nikita Struve avec son épouse à l’occasion de l’exposition en 2011 du Jubilé de la Cathédrale Alexandre Nevski, à la mairie du VIII° arrondissement de Paris.

Artcorusse adresse toutes ses condoléances à sa famille.

Вечная Память

La panikhida aura lieu vendredi  13 mai 2016

La Liturgie débutera à 10h à la Cathédrale Saint Alexandre Nevski,

suivi de l’office des morts.

Le départ pour le cimetière de Sainte Geneviève des Bois se fera à 14h

 

ed0ff249c34c2f77f9556cc4aff9955c

Plusieurs journaux russes ont annoncé que le peintre russe Ilya Glazounov vient de rentrer dans une clinique de Moscou dans un état grave ce samedi 7 mai, des suites d’une longue maladie.

Une source, au sein du ministère de la Santé, déclare que les médecins ne font aucun pronostic  sur  une amélioration de son état de santé. Son entourage proche dément l’information.

Ilya Glazounov – Artiste du peuple de l’URSS, lauréat du Prix d’Etat de Russie (pour la restauration du Kremlin de Moscou), il a créé en 1987  l’Académie russe de peinture, de sculpture et d’architecture.

En 1977, lors de l’exposition, qui a présenté la toile d’ Ilya Glazounov “Roads of War” (sa thèse de maîtrise de 1957), a été fermé comme “contraire à l’idéologie soviétique.” La toile a été détruite. Par la suite, l’artiste en a réalisé une  copie.

Ilya Glazounov est également connu comme collectionneur et restaurateur de vieilles icônes russes.

La salle du Paon à l’Ermitage

Horloge de nouveau visible au public

517_o

Après un mois et demi de restauration, la salle de Paon, qui conserve la plus grande horloge automate au monde, l’horloge de paon, devenue l’un des symboles du musée, est de nouveau accessible au public. Il s’agit en fait, d’une grande horloge automate animée comportant des animaux mécaniques grandeur nature, enfermés dans une cage de cristal, dorée et ornées de pierres précieuses, on y voit un paon, un coq, une chouette, une libellule posée sur un champignon (indiquant l’heure) et un écureuil qui entrent en mouvement toutes les heures avec une sphère à carillon sonnant d’un son cristallin les heures.

12733988_924594400941946_7378134623767967575_n

Fin des travaux de rénovation avril 2016

Cette horloge a été imaginée et construite par James Cox vers 1775 au Royaume-Uni et achetée pour Catherine II en 1781 par le Prince Grigori Potemkine, l’un des favoris de Catherine II. L’horloge de paon est exposée de manière permanente dans le musée de l’Hermitage, de nouveau visible à partir du 4 avril 2016.

Admirez le mouvement de l’horloge automate (CLIQUEZ)

4ème saison de

L’EXPOSITION ” EN ROUTE”

du 2 au 21 avril 2016

Hall d’Exposition du District de Moscou

Saint Petersbourg.

12321513_1323120944381657_8400681174780641907_n

 Exposition de peintures et de graphiques  de 9 artistes plasticiens dans le cadre du projet «Petite ville russe.”

Valentina Guilazuidinova, Elena Dubskaya, Lev Dutov, Boris Jikov, Dmitri Levitine, Natalia Pouchnina, Igor Soukhov, Iouri Tkatchev et Olga Chaiunova.

Capture d’écran 2016-04-03 à 10.48.59

Discours inaugural au cours du vernissage.

Lev Dutov

Leo Dutov “Nikolskaya Street”, huile sur toile, 2013

Capture d’écran 2016-04-03 à 10.57.53

Dmitry Levitine “Midi,Grande Oustioug”, huile sur toile, 2013

Capture d’écran 2016-04-03 à 11.00.17

Olga Shayunova “Une soirée à Souzdal”, Aquarelle sur papier 2015


 CBG Moskovsky District, Art.

Chernyshevskogo Sq., 6, Saint-Pétersbourg,

Métro Victory Park

Horaire : tous les jours de 10h à 20h

Samedi et dimanche de 11h à 18h

Capture d’écran 2016-04-03 à 11.34.09

 

Capture d’écran 2016-03-29 à 16.38.39

Forte des succès remportés pour l’organisation des jeux olympiques d’hiver de Sotchi en 2014 et la Coupe du Monde de la FIFA 2018, la Russie tient à continuer à affirmer sa présence dans le monde en essayant à nouveau de convaincre les pays membres du Bureau International des Expositions (BIE), établi à Paris, de confier cette fois à  Ekaterinbourg, capitale de l’Oural et quatrième ville de Russie selon les décomptes, pour accueillir les visiteurs de l’Exposition Universelle en 2020.

Paris proposera comme pavillon français certains monuments comme:

  • Le Château de Versailles avec ses meubles et tableaux, afin de montrer le savoir faire français.
  • Le Sacré Cœur avec la Savoyarde (la plus grosse cloche de Paris)
  • Le pont d’Avignon que l’on finira de construire sur place.

Capture d’écran 2016-03-29 à 16.48.55

Tous les trois seront déplacés à cette occasion.

Capture d’écran 2016-03-29 à 16.54.23

Il a été proposé la Tour Eiffel, mais compte tenu qu’elle a en son sommet les antennes de télécommunications (radio, télévision et autres), le projet a reçu un refus catégorique  du ministère de la Culture et de la Communication, ainsi que de la DGPT.

525222_562048653834838_1024666936_n

Le Théâtre Bolchoï fête ses 240 ans

le 28 mars 2016

doc620y35p1lma2gyi4msg_800_480

©Vladimir Astapkovich / TASS
En ce jour 28 mars 1776 (le 17 dans l’ancien calendrier), l’impératrice Catherine II a signé au Prince Pierre Urusov le «privilège» pour le maintien des performances, des mascarades, des balles et autres événements de divertissement à Moscou. Cet événement est considéré comme une condition préalable à l’apparition du Théâtre Petrovsky, il est détruit par un incendie. Ce théâtre va être reconstruit  en 1824 presque à l’identique, par l’architecte Joseph Beauvais, qui avait également bâti le Théâtre Maly un an avant. Il a été surnommé « Bolchoï » (grand théâtre) pour le distinguer du Maly (petit théâtre). Le théâtre est inauguré le . Il présentait d’abord uniquement des spectacles russes, mais à partir de 1840, de nombreux compositeurs étrangers ont contribué à étendre son répertoire. Il est à nouveau ravagé par un incendie en 1853, puis reconstruit à l’identique en 1856.

“Le bâtiment du Bolchoï” a été pendant de nombreuses années considéré  par tous comme l’une des principal attractions de Moscou, il est réouvert au public le 20 Octobre 1856  lors du couronnement d’Alexandre II.

vente de volaille plsc Bolchoï theatre 1900

Place du Bolchoï avant la révolution.

Le 29 octobre 2002 la troupe de théâtre aura une nouvelle scène sur laquelle se déroulait et ses activités au cours de la rénovation complète d’un bâtiment historique, “- rapporté sur le site du théâtre. La modernisation et la restauration du bâtiment historique a duré 6 ans jusqu’en 2011.

bolchoi-restauration_802697

Il est à l’identique  de l’ancien Théâtre du Bolchoï, avec ses colonnes sumonté d’un quadrige de bronze d’Apollon Pyotr Klodt.

1024px-Moscow_Bolshoi_Theatre_Quadriga_2011

Au Bolchoï se sont produites les plus grandes légendes de l’opéra et de ballet, comme une ballerine Maya Plissetskaïa, Galina Ulanova, les chanteur d’opéra Galina Vishnevskaya et Irina Arkhipova, ainsi que bien d’autres étoiles.

Moskva, Budova orlího klubu

Théâtre Bolchoï en 1895

Voir sur Artcorusse plus de renseignements et la restauration:

(CLIQUEZ)

 

cathédrale projet

Samedi 19 mars 2016 en présence du Prince Dimitri Romanov et des instance religieuses orthodoxes, Mgr Nestor, Mgr Michel, parmi les officiels qui ont pris la parole lors de la cérémonie de pose figuraient, côté français, le secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, et, côté russe, l’ambassadeur de Russie Alexandre Orlov ainsi que le vice-premier ministre russe Sergueï Prikhodko, il y a eu la  bénédiction des croix et la pose la plus grande des coupoles sur les cinq coupoles prévues sur le toit de cette future église (cathédrale) orthodoxe de la Sainte Trinité, quai Branly. C’est l’élément clé de l’architecture du bâtiment, celle qui accrochera en premier le regard des passants. Jean-Michel Wilmotte, l’architecte, en parle comme « un phare urbain dans le paysage parisien »… Construites par Multiplast, une entreprise vannetaise et acheminées par convoi exceptionnel à Paris, ces coupoles sont constitués de vingt pétales qui ont été dorés.

Ce samedi, uniquement la coupole centrale a été posée à 37 mètres, elle pèse neuf tonnes, fait 12 mètres de haut et 11 m de diamètre, dorée à la feuille d’or. Il a fallu une semaine pour la plus grande des coupoles et pas moins de 90 000 feuilles d’or, larges de 8 cm sur 8 cm, pour couvrir une surface de 600 m2. Technique très particulière menée par deux salariées des ateliers parisiens Robert Gohard, qui ont travaillé sur le dôme de l’Hôtel des Invalides et la place de la Concorde à Paris, ou encore la statue de la Liberté à New York. L’opération de la pose a pris toute la matinée, les quatre autres coupoles de six mètres de diamètre et de six mètres de haut seront posées ultérieurement.

inbter coupol branly

Fabrication de la grande coupole  chez Multiplast

bientot coupoles

Emplacement des coupoles.©Alexis Tchertkoff

montage de la gde coupole

Montage sur place de la grande coupole pétale par pétale, boulonnés et soudés, arrivées à Paris par convoi spécial de Vannes.

Croix 19:3:16

Croix qui seront placées sur les coupoles,  représentant les quatre évangélistes et le Christ.©Alexis Tchertkoff

benediction des coupoles

Bénédiction des croix par Mgr Nestor. ©Alexis Tchertkoff

levage de la grde coupole 19:3:16

Grande coupole au sol.©Alexis Tchertkoff

gdes coupoile au dessus du sol 19:3:16

Levage de la grande coupole.©Alexis Tchertkoff

coupole arrive 19:3:16

Arrivée sur la zone de dépôt.©Alexis Tchertkoff

gdr coupole posée 19:3:16

Pose et mise en place de la grande coupole. ©Alexis Tchertkoff

10406520_1718269431751642_7846655573989441962_n

Pose de la croix sur la grande coupole centrale.©Alexis Tchertkoff

10415676_1718269528418299_7835584482679535342_n

Approche de la croix du sommet de la coupole.©Alexis Tchertkoff

1235535_1718269608418291_6239082882530262370_n

Ajustement de la croix sur la coupole.©Alexis Tchertkoff

10547611_1718269681751617_1833289466853400408_n

Mise en place de la croix.©Alexis Tchertkoff

10530792_1718269655084953_8089374977767393470_n

Le protodiacre Alexandre Kedroff devant la coupole  coiffée de sa croix. ©Alexis Tchertkoff

Vue en direction de la Tour Maine Montparnasse

Voir sur Youtube le reportage filmé de RT France : (CLIQUEZ)

A 45mn 40, discours officiels : Bernard Mounier président de la société Bouygues Bâtiment Ile de France,  le vice-premier ministre russe Sergueï Prikhodko (à 52mn30), Jean-Michel Wilmotte architecte du projet (à 1h00mn37), Jean Marie Le Guen, secrétaire d’état auprès du Premier ministre (à 1h08mn53).

Samedi 19 mars 2016 dans le cadre de l’action écologique:

“Une heure pour la planète”

Plus de 900 édifices moscovites seront dans le noir.

Plus de 170 pays participeront samedi à la 10e édition de l’action écologique en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique, qui se déroulera de 20h30 à 21h30 (heures locales) sur l’initiative du Fonds mondial pour la nature (WWF).

La Russie se joindra également à l’opération écologique. Le président russe Vladimir Poutine a  décidé pour l’occasion de faire éteindre les lumières du Kremlin, sa résidence officielle.

Une Heure pour la Terre 2015
                       © AFP 2016 Dmitry Serebryakov

L’action débutera aux îles Fidji puis gagnera ensuite l’Asie, l’Europe et l’Amérique. A cette occasion, plus d’un millier d’édifices et monuments célèbres à travers le monde seront plongés dans le noir. Parmi ces édifices prestigieux figurent notamment la tour Eiffel de Paris, l’Empire State Building de New York et le Golden Gate Bridge de San Francisco.

      En Russie, au moins 80 villes et 20 millions de personnes se joindront à l’action, selon Igor Tchestine, directeur du WWF Russia. A Moscou, près de 300 édifices et monuments parmi lesquels le Kremlin, les cathédrales de Basile-le-Bienheureux et du Christ-Sauveur, le théâtre Bolchoï et les sept célèbres gratte-ciels de l’époque soviétique éteindront leurs lumières.

Toutefois, les éclairages de la sécurité publique: feux de balisage des aéroports, feux tricolores dans les rues et les éclairages de secours seront toujours opérationnels.

En 2015, près de 2 milliards de personnes de 172 pays ont participé à la plus grande action annuelle en faveur du climat.

Jeudi 3 mars 2016

banner

L’académie française accueille sous la Coupole

Andreï Makine

-ecrivain-andrei-makine-pose-sur-le-plateau_37f35dec15a77fff53ce817e43ededb1

L’écrivain d’origine russe Andreï Makine, lauréat du prix Goncourt et du Médicis pour Le testament français, a été élu jeudi à l’Académie française au fauteuil d’Assia Djebar,disparue en février 2015. Une consécration pour ce romancier longtemps boudé par les éditeurs et qui dut batailler pour obtenir la nationalité française.

Andreï Makine, né le à Kranoïarsk en Sibérie, petit-fils d’un émigré français, qui a vécu en Russie depuis la révolution de 1917. Bien qu’ayant eu une scolarité erratique, brillant élève de philosophie et de français qu’il étudie depuis l’école primaire, en URSS. Boursier, il rédige une thèse de doctorat sur la littérature française à l’Université de Moscou. Il collabore à la revue Littérature contemporaine à l’étranger (современная художественная литература за рубежом), et enseigne la philologie à l’Institut Novgorod. Au cours d’un voyage en France en 1987, il obtient l’asile politique, âgé de 30 ans, il s’installe à Paris, professeur de russe, dépose une thèse de doctorat sur Ivan Bounine à la Sorbonne.

XVMa6437e6c-e126-11e5-aae9-9374fdb5c9df

© Louis Monier

Premier roman La Fille d’un héros de l’Union soviétique (1990). Choisit le français comme langue scripturale.

Capture d’écran 2016-03-04 à 00.00.31

Prix Goncourt, Prix Médicis, Prix Goncourt des Lycéens 1995 (Le Testament français) ;

87304-pic_1

Prix Eeva Joenpelto (Finlande) 1988 (Le Testament français); Prix RTL-Lire 2001 (La Musique d’une vie); Prix de la Fondation Prince Pierre de Monaco 2005 (pour l’ensemble de son œuvre); Prix Lanterna Magica du Meilleur Roman Adaptable à l’Ecran 2005 (La Femme qui attendait).

makin-andrejj_0

Andreï Makine vit actuellement à Paris mais se tient, autant que possible, à l’écart de la vie littéraire, se consacrant entièrement à la littérature. L’obtention du Goncourt lui valut, entre autres, la nationalité française préalablement refusée en 1991

À 58 ans, Andreï Makine, Russe naturalisé français en 1996, est l’auteur de seize livres publiés sous son nom et quatre sous le pseudonyme de Gabriel Osmonde. Ces romans sont traduits dans plus de 40 langues y compris en russe.

Sa grande maîtrise du français lui a valu de rallier tous les suffrages des critiques,  le comparant à un « Proust russe » ou à un « Tolstoï français ».

Andrej_Makin

Andreï Makine a aussi publié plusieurs romans sous le pseudonyme de Gabriel Osmonde. Cela lui permet de faire passer un autre message dans un tout autre style. Ses romans sont traduits dans plus d’une trentaine de langues.

Makine est ainsi le cinquième immortel d’origine russe, emboîtant ainsi le pas aux Troyat, Kessel, Druon et Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuel de l’Académie, laquelle a consacré toute son œuvre à la Russie. Il est élu au premier tour par quinze voix sur 26 votants.

finkielkraut_250_0

Election d’Andreï Makine

L’Académie française (26 votants), dans sa séance du jeudi 3 mars 2016, a procédé à l’élection au fauteuil de Mme Assia Djebar (F5). Les voix obtenues au premier tour sont les suivantes :

  1. M. Michel Carassou : 0
  2. M. Yves-Denis Delaporte : 0
  3. M. Éric Dubois : 0
  4. M. Andreï Makine : 15
  5. M. Olivier Mathieu : 0
  6. M. Valentin Ogier : 0
  7. M. Eduardo Pisani : 0
  8. M. Arnaud-Aaron Upinsky : 2

Bulletins blancs : 3

Bulletins blancs marqués d’une croix : 6

M. Andreï Makine est élu au premier tour par 15 voix. Il devra patienter pendant au moins un an avant de revêtir l’habit vert et d’être officiellement reçu sous la Coupole.

La reine d’Angleterre offre un décoration.

victorian-chain-1000

Collier royal de Victoria. Crédit Press service of Moscow Kremlin

Lors d’une cérémonie célébrée dans la capitale russe, une décoration à l’origine accordée au tsar Nicolas II a officiellement été exposée au Musée du Kremlin, selon le souhait de la reine Elisabeth II d’Angleterre, au moment ou débute à Londres “l’Année de la langue et de la littérature Russie-Royaume-Uni” .

Cette décoration avait été offerte il y a un peu plus de cent ans  par le roi Edouard VII au tsar Nicolas II. Elle devait revenir, au décés du récipiendaire à la famille royale britannique.

En 2015, alors que le Kremlin de Moscou organisait l’exposition « Les ordres de chevaleries européens », le Collier avait été retrouvé parmi des ordres appartenant au collectionneur Andreï Khazine.

« Le fait que cette cérémonie se déroule à la veille du centenaire des tragiques évènements de 1917 ayant causé la mort de Nicolas II est hautement symbolique », souligne Vladimir Aristarkhov, premier vice-ministre russe de la Culture.

L’ordre royal de Victoria (Royal Victorian Order) est un ordre honorifique du  Royaume-Uni et du Commonwealth  établi en avril 1896 par la reine Victoria. Divisé en 5 classes, l’Ordre comprend également des médailles d’or, argent et bronze.

collier-grand-croix

Collier royal de Victoria.

De par la constitution, les décorations, bien que décernées par la reine, l’étaient sur  proposition du gouvernement ou des ministres  de la couronne  pour les Donimions; la reine ne sachant que faire pour distinguer personnellement, elle s’inspira des plus anciens ordres comme l’ordre de la Jarretière et l’ordre du Chardon.

Capture d’écran 2016-02-29 à 12.06.19

Insignes de l’ordre royal Victoria.
Il est décerné suivant les seules volontés du souverain aux personnes qu’il souhaite distinguer, sans consultation du Premier ministre – ce qui était une nouveauté à l’époque de sa création. Le Général de Gaulle a reçu des mains de la reine ElisabethII, lors de sa visite officielle en Grande Bretagne  le 5 avril 1960, le collier royale Victoria, qu’elle a offert à la famille au décés du Général (marqué n° 16 – 1904) .

Croix de Victoria

Du 7 au 14 mars 2016

Maslenitsa

maslenitsa-dame-mascotte-festival

Maslenitsa (“Масленица” en russe) est une ancienne fête traditionnelle russe célébrant le retour du printemps. Après un long hiver, les russes sont d’humeur festive et sont heureux de célébrer tous ensemble la fin de la saison froide. La coutume est de préparer des crêpes, symboles du soleil.

served place setting: pancake with red caviar and greens

Chaque jour de la semaine a une signification spéciale:

Le premier jour le lundi 7 mars est celui de la “Rencontre”. On prépare les festivités en fabriquant des tobboggans de glace et le mascotte de paille de la Maslenitsa et son costume avant que tout le monde  la promène dans les rues.

Le mardi 8 mars est celui des “Jeux”. C’est le début des divertissements. On s’amuse, on danse, et on mange des Blinis.

Le mercredi 9 mars est le jour “Gourmand“. On mange beaucoup de Blinis, et la coutume est d’inviter les gendres.

Le jeudi 10 mars est le jour principal des “Festivités“. On fait des balades en troïka.

static1.squarespace

Les vendredi 11 et le samedi 12 mars sont consacrés aux parents: les “Blinis de la belle-mère” et la “Soirée de la belle-fille”.

Enfin le dernier jour de la semaine,  le dimanche 13 mars a lieu la célébration principale  (cette année le 13 mars 2016),  c’est le jour du “Pardon“?

C’est également ce jour que l’on brûle  la poupée de paille de “Maslenitsa“. C’est le dernier dimanche avant le Carême qui dure 48 jours se terminant à  Pâques, célébré cette année le 1er mai.

maslenitsa-feu

blini-maslenitsa-festival-russie

Recette pour faire des blinis:

  • 1 . Clarifier les oeufs (séparer les blancs des jaunes). Garder les blancs.
  • 2 . Dans une casserole, faire tiédir le lait et la crème (la température ne doit pas dépasser 40 °C) et délayer la levure dedans.
    Placer la farine dans un saladier et la mélanger avec les jaunes d’oeufs, incorporer progressivement le mélange à base de lait. Mélanger soigneusement, puis couvrir le tout d’un linge humide et laisser reposer pendant 1 h à 2 h.
  • 3 . Battre les blancs en neige et les incorporer délicatement à la pâte. Ajouter le sel et le sucre.
  • 4 . Dans une poêle antiadhésive chaude, verser un peu de pâte pour former des cercles de 10 cm de diamètre et laisser cuire pendant 1 min. Retourner ensuite les blinis avec une spatule et les cuire sur l’autre face.
  • 5 . Servir aussitôt ou conserver sous un torchon propre jusqu’à dégustation, napper de crème fraîche puis mettre du saumon ou du caviar ou des harengs …..

Plus de renseignements voir les articles des années mrécérantes:(CLIQUEZ)

FÊTE DE LA FEMME  Mardi 8 mars

En 2016, la journée de la Femme (8 mars) sera célébrée pendant la semaine de Maslenitsa. Cette fête est très populaire en Russie, les hommes russes profitant de ce jour pour offrir des fleurs et cadeaux à toutes les filles et femmes de leur entourage.

Exposition du 25 février 2016 au 26 mars 2016

pour le 140ème anniversaire

de l’Académie Stieglitz de Saint Petersbourg

Mukhinskoe-300x336

Le 25 février 2016 à 15h00 cérémonie célébrant les 140 ans de l’Académie Stieglitz. Cinq expositions consacrées à différentes périodes de la vie de l’académie.  Une des salles d’apparats porterat le nom de Vera Moukhina.

0003

L’école est fondée par décret du tsar Alexandre II en 1876, grâce aux moyens financiers de son fondateur, le  baron von Stieglitz  (1814-1884), banquier et industriel. Il a laissé à sa mort un capital de sept millions de roubles pour assurer le fonctionnement de l’école qui prépare des dessinateurs industriels et techniques et de futurs professeurs de dessin des écoles secondaires techniques.  Son premier directeur, de 1879 à 1896, est l’architecte M.E. Messmacher.

Alexander_Baron_Stieglitz

Baron Alexander von Stieglitz ((1814-1884) 

L’école reçoit sa dénomination actuelle en 2006. Elle enseigne aujourd’hui à environ 1 500 étudiants répartis en trois facultés, art monumental, design et arts décoratifs. Son corps professoral compte quelque deux cent-vingt enseignants.

Общая-B-Def_79081

Dans la grande salle d’exposition se tiendra une exposition des meilleurs projets de fin d’études  au cours des 10 dernières années.

ecole dess techniq

La plupart des œuvres de l’exposition sera présentée dans les disciplines enseignées: la céramique, le verre, le métal, les meubles, les textiles, les peintures, les dessins d’architecture, l’aménagement des différents objets de design industriel.

museum-saint-petersburg-art-industry-academy-russia-october-baron-stieglitz-s-state-monumental-industrial-arts-design-st-61348693

La Bibliothèque de l’académie, qui stocke un fonds unique sur la littérature sur l’art et l’industrie de l’art, montrera des publications qui ont été éditées par les enseignants et les professeurs de l’Académie depuis 140 ans.

3b9bd2f9291a75a5ddac1ba0e5b9a8d0

Parmi eux seront présentés des catalogues uniques émis au cours de ses 140 ans de l’École centrale de dessin technique du baron Stieglitz.

Gd hall Acad Stieglitz

Deux salles d’exposition seront ouvertes au deuxième étage, avec une exposition de photographies d’archives présentant la chronologie inédite de la vie de l’académie depuis son origine. La Galerie des Papes accueillera une exposition de photographies contemporaines des intérieurs conçus par le premier directeur en 1879 de l’académie du baron Stieglitz, l’architecte Maximilian Messmacher – il y aura également des images prises dans diverses demeures et palais de Saint-Pétersbourg.

Messmacher

Maximilian von Messmacher (1842-1906)

Musée des Arts appliqués présentera dans les halls d’expositions ses collections, les grandes œuvres de dessin des cours techniques, des projets de Maximilian von Messmacher, ainsi que les travaux

0_6f187_b9efbd13_xl

sur le verre, sur des objets en céramique et textiles créés par les étudiants durant ces 140 ans.

12745908_1012114948834042_6181138866925274556_n

Exposition sous la grande verrière (25/02/2016)

Académie Stieglitz
Solyanoy per., 13, St Petersburg, Russie, 191028
Téléphone :+7 812 273-38-04

Capture d’écran 2016-02-18 à 12.40.15

Léon Bakst. 1866-1924

au Musée Russe du 24 février 2016 à mai 2016

Capture d’écran 2016-02-17 à 12.28.35

Pour le 150e anniversaire de la naissance de Léon Bakst à Saint-Pétersbourg, le Musée Russe  propose une grande exposition issue  de ses réserves  et d’autres collections. Sont présentés   peintures,  dessins de costumes, affiches et peinture de chevalet.

121_1

Leon Samoylovich Bakst (de son vrai nom – Leib Haim Izrailevich ou Leo Samoylovich Rosenberg , le 27 Janvier (8 février) 1866 à Grodno, décédé le 27 décembre 1924 à Paris, peintre russe, scénographe, illustrateur de livres, maître de la peinture de chevalet et des tableaux de théâtre, l’un des dirigeants syndicaux les plus en vue du “Monde de l’Art ” et des projets théâtraux et artistiques de Serge Diaghilev.

Capture d’écran 2016-02-17 à 12.33.05

La figure lumineuse dans l’art de moderne, Bakst a assisté après avoir accompli des études au lycée de la capitale impériale,de 1883 à 1886, à l’Académie des Beaux-Arts de Saint Ptersbourg. En 1891, il voyage en Italie, en Allemagne et en France où il se lie avec Alexandre Benois et ses amis. Il fréquente l’atelier de Jean-Léon Gérôme, suit des cours de l’Académie Julian et travaille à Paris avec Albert Edelfert entre 1893 et 1896.

Capture d’écran 2016-02-17 à 12.32.14

Après avoir maîtrisé une variété de techniques, il a développé son propre style, qui se caractérise par des frottis,  des lignes simples, accentué de contraste et de couleurs.

Capture d’écran 2016-02-17 à 12.32.49

Autoportrait du peintre.

En tant que peintre Bakst se distingue dans le genre du portrait citons: Comtesse Keller, Walter Nouvel, Alexandre Benois, Andrew White, Zinaida Gippius, Jean Cocteau, Isaac Levitan, Isadora Duncan – les portraits de ces gens non seulement démontrent l’exceptionnel talent de Bakst, mais aussi sa capacité à comprendre la nature de l’homme et sa psychologie.

Capture d’écran 2016-02-17 à 12.32.34

Depuis 1902, Bakst a travaillé comme directeur artistique du Théâtre de l’Ermitage et Alexandrinsky, et en 1911 il devient directeur artistique des “Saisons russes” de Diaghilev. Sa scénographie pour ‘Cleopatra’, “Firebird” et “Sleeping Beauty”, avec une synthèse de la tradition théâtrale romantique .

L’exposition ouvre le 24 Février à 16h00 dans l’aile Benois du Musée russe.

imgres

Le Musée russe est le premier musée d’Etat des Beaux-Arts russes dans le pays. Il a été établi en 1895 à Saint-Pétersbourg par un décret de l’empereur Nicolas II. Son inauguration et ouverture au public a eu lie  le 19 Mars (Mars 7, le vieux style) 1898.

Musée Russe
4, Injéniernaïa oulitsa
Métro “Nevski prospekt” ou “Gostiny dvor”
Ouvert de 10.00 à 18.00 (10.00 à 17.00 le lundi)
Fermé le mardi
Plus de renseignements: (CLIQUEZ)
Capture d’écran 2016-02-17 à 14.19.51

 

Exposition du sculpteur Vladimir Hofmann

à la Molbert Art Gallery, Saint Petersbourg

25 février au 30 mars 2016

12670581_945490715486503_2034483909952229733_n

Vladimir Hofmann, d’origine russe né et vivant à Paris comme il aime à le dire “Je suis Russe parisien“, français de papiers mais russe de cœur. Le russe que toute la famille parlait à la maison fut sa première langue, il n’a appris le français qu’à l’école. Dès son enfance il s’intéressait à la sculpture, qu’il pratiquait avec de la pâte à modeler.

VH

Plus tard il étudia dans les ateliers d’ Annenkov peintre avantgardiste et du sculpteur Zadkine. Il termina les Beaux-Arts dans la classe d’Etienne Martin. Vladimir exposa pour la première fois avec son frère André dit “Sadko” dans un petit restaurant du Quartier Latin  (près de St Germain des Prés à Paris) le coin des étudiants. Dès lors, il fit de très nombreuses expositions ainsi que son frère. Il exposa également dans sa ville préférée en Russie : Saint Petersbourg, ville où se trouvaient ses racines familiales. Ses œuvres se trouvent dans les musées de la ville de Paris, à la Bibliothèque Nationale de France, en Russie et dans des collections privées à travers le monde. Il reçut de nombreuses distinctions comme: la médaille d’Or de la Ville de Paris.

vla1

A partir de 2002 Vladimir avec son frère André ont organisé de nombreuses  expositions en Russie. En 2007 le public russe a pu admirer les œuvres des frères Hofmann au musée Akhmatova, sur la Fontanka. En 2010 ont eu lieu des expositions au Palais Constantin à St Ptersbourg et au musée Bourganov à Moscou.

vladi

Vladimir Hofmann présente des sculptures de la série “Le train de la vie” et “Promenade à l’intérieur de soi” ainsi que des collages.Vladimir Hofmann est Expert de l’art Russe de l’Alliance Européenne des Experts.
Auteur des ouvrages “le Ballet” et “Les artistes russes hors frontière”.

Molbert Gallery

Большая Конюшенная 11 (дворы Капеллы),  11 grandes Ecuries
Saint-Pétersbourg
+7 812 438-01-14

Capture d’écran 2016-02-09 à 11.14.51

Canonisation du Docteur Eugène Sergueïevitch Botkine

Médecin de la famille impériale russe

12592289_1005550879516486_8331610908590542616_n

Evgueni Sergueïevitch Botkine, né le 27 mars 1865 à Tsarskoïe Selo, mort fusillé le 17 juillet 1918 à Iekaterinbourg. Il fut le médecin de la famille impériale de Russie.

Moscou. 3 février. 2016  INTERFAX.RU – Le Conseil des évêques de l’Église orthodoxe russe lors d’une réunion ce mercredi adopte une décision sur la canonisation du Dr Eugène Sergeïevitch Botkine.

Dr Eugène Sergueïevitch Botkine

(1865-1918)

Jeunesse

Il est difficile d’imaginer un médecin ayant prêté le serment d’Hippocrate plus sérieux que le Dr Eugène (Evgeny Serguéïevitch) Botkine, médecin du dernier tsar. Son dévouement à Nicolas II, Alexandra et leurs enfants lui a coûté son mariage et finalement sa vie. Malgré son énorme sacrifice, peu a été écrit sur ​​lui. Toute personne au courant des faits de sa vie et des détails de son service auprès de la famille impériale doit tenir compte de ses efforts héroïques. Eugène Botkine est né à Saint-Pétersbourg en 1865. Son père, le Dr Sergueï Petrovich Botkine (1832-1889), a servi, comme médecin, à la fois Alexandre II et Alexandre III. Il est considéré comme le père de la médecine russe. Le Botkine aîné introduit les pratiques de triage et post-mortem à la médecine russe et a créé le premier laboratoire médical expérimental du pays. En 1872, il a aidé à organiser les premiers cours de médecine en Russie, pour les femmes. Il a établi le système de Saint-Pétersbourg de médecins à la Douma, un groupe de médecins payés par le gouvernement pour fournir des soins médicaux pour les pauvres de la ville, et également mis en place un système de contrôle sanitaire de l’école. En tant que professeur à l’Académie de médecine chirurgicale, parmi ses étudiants beaucoup sont devenus des scientifiques de premier plan, y compris le Prix Nobel Ivan Pavlov. Il a contribué à la fondation de l’Hôpital Alexandrovskaya, caserne des maladies infectieuses, plus tard rebaptisé l’Hôpital Botkine des maladies infectieuses en son honneur. Son père SP Botkine est l’auteur de plus de soixante-quinze communications traitant divers aspects de la médecine. Ses conférences publiées apparaissent dans son évolution clinique de médecine interne. Saint-Pétersbourg : Académie impériale des sciences, 1976.  Le frère d’Eugène Botkine, Peter Serguéïevitch, qui a servi comme ministre russe plénipotentiaire à Lisbonne, l’a décrit comme un enfant “studieux et consciencieux» qui avait «horreur de toute forme de lutte ou de combat». Jeune homme, Botkine était libéral et libre-penseur. Ses croyances découlaient de son idéalisme inné plutôt que de toutes convictions politiques radicales. Pendant ses études à l’Académie de médecine, il est victime d’exclusion temporaire pour sa défense fougueuse de camarades qui avaient maille à partir avec l’administration du collège. Comme l’un des cinq anciens élus par sa classe, il a envoyé une pétition à Alexandre III pour défendre les étudiants. Bien que le tsar ai été touché par les sentiments exprimés, il ne pouvait pas recevoir une pétition signée par les étudiants et les anciens ont été expulsés. Il n’était pas rare que les fauteurs de troubles de bonne famille, qui ne pouvaient pas être ouvertement arrêtés, disparaissaient  simplement entre les mains de la police secrète. SP Botkine savait que même son statut de premier plan en tant que médecin d’ Alexandre III ne pouvait pas garantir la sécurité de son fils Eugène. Il a exhorté son fils Eugène de faire profil bas et d’éviter de sortir seul la nuit. Les cinq jeunes hommes se sont rencontrés pour le dîner le jour de leur expulsion et se sont engagés à se réunir chaque année à cette date anniversaire. Tous les cinq ont été bientôt réadmis à l’Académie. Fidèles à leur parole, les anciens se sont réunis chaque année pour dîner ensemble et faisaient un portrait de groupe . Si un membre était décédé, les autres devaient inclure une photo de lui dans le portrait de groupe. Eugène Botkine a assisté à toutes les réunions de 1889 jusqu’à 1916. Ses démêlés avec l’autorité au cours de ses années d’étudiant lui ont probablement donné une position à la cour peu attrayante. Après son retour en Russie, Botkine a vécu dans  la pauvreté. À cette époque, il était difficile pour les médecins de vivre une vie décente en Russie, car ils n’étaient pas autorisés à facturer les patients pour les consultations, mais devaient prendre soin de toute personne nécessitant des soins médicaux indépendamment de ses moyens. Plus tard, il est devenu professeur à l’Académie de médecine et a été nommé médecin-chef à l’hôpital St. Georges, poste qui lui a fourni un revenu modeste pour sa femme Olga et pour leurs enfants Dmitri, Georges, Tatiana et Gleb. Au cours de la guerre russo-japonaise de 1904-1905, le Dr Botkine a servi en tant que bénévole à l’avant du train à l’Hôpital de Saint-Georges. Il a ensuite reçu le Grand Cordon de l’Ordre de Sainte-Anne pour son service en temps de guerre, distingué et nommé commissaire en chef de la Croix-Rouge russe.

Sa vie à la cour

Dr Botkine

En 1907, le Dr Hirsch, médecin personnel de la tsarine Alexandra, meurt. En 1908, le Dr Botkine a été nommé pour le remplacer. Anna Vyroubova, l’ami et le confident d’Alexandra, a été envoyé pour transmettre à Botkine les nouvelles de sa nomination, et a indiqué qu’il a reçu la nouvelle avec étonnement. Ayant grandi comme le fils d’un médecin de la cour, il a réalisé combien le travail serait exigeant . Alors qu’il doit avoir été flatté par la confiance du tsar en lui, il se sentait «un lourd fardeau, une responsabilité envers non seulement la famille, mais l’ensemble du pays”. Jusqu’en 1917, les grandes-duchesses étaient généralement prises en charge par le pédiatre Dr Ostrogorsky ; Tsarévitch Alexis était suivi par le Dr Vladimir Dérévenko, qui a été embauché par Botkine en tant qu’assistant. Sa manière calme et agréable fait du Dr Botkine le médecin parfait pour la tsarine, qui avait des idées précises sur ses affections et n’aimait pas être contredite.  Alexandra pensait avoir une maladie cardiaque, alors que Botkine croyait que ses symptômes étaient dus à un «état nerveux» provoqué par le stress et l’anxiété. Il a immédiatement freiné plusieurs des activités de la tsarine, indiquant que de longues périodes de repos devaient rythmer sa journée et qu’elle utilise un fauteuil roulant lorsqu’elle accompagne ses enfants lors des longues promenades. Il lui a rendu visite en général deux fois par jour à 9 h et à 17 heures. Botkine  conversait avec Alexandra dans sa langue maternelle, l’allemand, et en raison de sa maîtrise des langues étrangères, a parfois servi d’interprète quand elle recevait des dignitaires étrangers. Les membres de la famille impériale aimaient et respectaient le Dr Botkine.

Nicolas-II-et-sa-famille

Les enfants impériaux étaient particulièrement friands de lui et faisaient de lui un partenaire involontaire de leurs jeux.

Son exécution
ipatiev-house444
Maison Ipatiev, dernière demeure du Tsar et de sa famille. Elle doit son nom à son ancien propriétaire, l’ingénieur Nicolas Ipatiev , détruite sur ordre d’Eltsine (juillet 1977).

Dans les premières heures du matin du 17 Juillet 1918, Botkine a été réveillé par le commandant Yurovsky et lui demande d’informer les prisonniers ( la famille impériale) que l’armée blanche approchait et qu’ils doivent être déplacés vers le sous-sol pour leur propre protection.

Quarante minutes plus tard, le Dr Botkine a été assassiné par un peloton d’exécution avec la famille impériale et les autres membres à son service.

DemidovaBotkineTruppKharitonov

Anna Demidova (1878-1918), Evgueni Botkine (1865-1918), Alexei Trupp (1858-1918) et Ivan Kharitonov (1872-1918) sont les derniers servants des Romanov.

Botkine a été abattu de deux balles dans l’abdomen. Une balle a touché ses vertèbres lombaires et l’autre son bassin. Une troisième balle a frappé ses jambes brisant ses rotules et ses jambes, une autre en pleine tête. Plus tard, les enquêteurs de l’Armée Blanche ont trouvé une  lettre inachevée que le Dr Botkine avait commencé à écrire à son frère Alexandre :

Je fais une dernière tentative pour écrire une vraie lettre – au moins d’ici – même si cette qualification, je crois, est tout à fait superflue. Je ne pense pas que j’étais destiné à tout moment à écrire à chacun, de partout. Mon confinement volontaire ici est limité à moins de temps que mon existence terrestre. En substance, je suis mort – mort pour mes enfants – morts pour mon travail … Je suis mort mais pas encore enterré ou enterré vivant – selon, les conséquences sont presque identiques … La journée d’avant-hier, comme je l’ai dit a été tranquillement à lire … je vis une vision réduite de mon fils le visage de Yuri, mais il est mort, en position horizontale, les yeux fermés. Hier, à la même lecture, j’ai soudain entendu un mot qui ressemblait Papulya. Je faillis éclater en sanglots. Encore une fois – ce qui n’est pas une hallucination parce que le mot a été prononcé, la voix était semblable, et je ne doute pas un instant que ma fille, qui était censé être à Tobolsk, me parlait … Je ne vais probablement plus jamais entendre cette voix si chère… Si la foi sans les œuvres est morte, puis actes peuvent vivre sans la foi … Cela justifie ma dernière décision … quand je me sens hésiter, je suis  orphelin mes propres enfants, afin de mener à bien mon devoir de médecin à la fin, comme Abraham qui n’a pas hésité, à la demande de Dieu, à sacrifier son fils unique.”

MurIpatiev

Pièce où furent assassinés la famille impériale et leurs servants.

8967424-14226976


Dernière photographie du docteur Botkine avec sa fille Tatiana et son fils Gleb à Tobolsk où il ouvrit un cabinet médical gratuit pour les habitants en 1918 avant d’être transféré en avril de la même année avec le couple impérial de Tobolsk à Ekaterinbourg. A ce moment-là, il avait encore la possibilité de quitter la famille impériale, mais le médecin n’abandonna pas la famille impériale..