Festival du Cinéma Russe pour les  400 ans des Romanov

PROGRAMME et DATES.

Pour la première fois en France projection de films originaux issus des archives du Fonds d’Etat des Films de Russie, du fond “Gosfilmofond“. Gosfilmofond  possède près de 70.000 titres et 450.000 affiches, scénarios originaux ou photographies de cinéma  constitue le plus grand établissement de collection de films au monde.

” Gosfilmofond” , Госфильмофонд Р оссии

Jeudi 6 juin, c’est avec une légitime fierté que Christian Estrosi a présenté ce nouvel événement, le premier festival du Cinéma Russe à Nice, qui devrait devenir un événement culturel majeur dans les prochaines années.

Pour la ville de Nice cette commémoration cinématographique des “400 ans de la Maison Romanov” est un symbole des liens, qui hier comme aujourd’hui, unissent Nice à la Russie. Présence patrimoniale, présence économique, présence touristique, présence affective, la Russie a noué avec Nice une belle relation, a déclaré le premier magistrat qui avait à ses côtés l’ambassadeur de Russie en France M. Alexandre Orlov et Gérard Dépardieu  revenu en France pour promouvoir le cinéma… russe !

Monsieur Christian Estrosi, député maire de Nice entouré de
S.E. l'ambassadeur de la Fédération de Russie en France M. Orlov et Gérard Depardieu.
© Guillaume Bertolino

Accueilli par le député-maire de Nice Christian Estrosi à la Villa Massena, Gérard Depardieu a déclaré “très ému” d’être à Nice, “la ville la plus russe de France“, terre d’accueil de la Maison Romanov. Quelque 10 000 Russes y vivent aujourd’hui et 200 000 touristes de ce pays s’y rendent chaque année.

Monsieur Christian Estrosi, député maire de Nice et Gérard Depardieu, © AFP.

Quand je suis arrivé, j’étais très heureux, mon cœur n’avait pas changé de frontière”, a conclu Gérard Depardieu.

J’habite 1, rue de la Démocratie, à l’angle du boulevard du Bolchévisme et je m’y sens très bien“, a lancé Gérard Depardieu à la presse avec un large sourire.

Journalistes lors de la conférence de presse, © Chichkine.

Gérard Depardieu est largement à l’initiative de ce nouveau Festival du cinéma russe à Nice. Les classiques présentés viendront des archives centrales publiques du cinéma en Russie, Gosfilmofond.

Je porte ma culture française ailleurs. J’apprends le russe, je connais leur culture parce que j’ai appris à lire avec les classiques de la littérature russe comme Pouchkine ou Dostoïevski”, a-t-il souligné.

Cette manifestation, qui célèbre les 400 ans de la Maison Romanov, proposera, des projections de films originaux, en version originale avec sous-titrage en français, issus des archives du Fonds d’État des films de la Russie et des rencontres avec les acteurs et les réalisateurs des films.

Le film Raspoutine (2011) de la réalisatrice française Josée Dayan, avec Gérard Depardieu dans le rôle principal, sera présenté la veille de la clôture du festival le dimanche 16 juin, en présence de Gérard  Depardieu.

Gosfilmofond – qui possède près de 70 000 titres et 450 000 affiches, scénarios originaux ou photographies de cinéma – constitue le plus grand établissement de collection de films au monde.

Venu parler essentiellement de cinéma, Gérard Depardieu est toutefois revenu sur son départ en Russie.
Cela fait quinze ans que je vis moins de cinq mois en France et je paie mes impôts, mais ce n’est pas ça l’important, j’ai toujours été un voyageur et un citoyen du monde“, a-t-il commenté.

Je suis très heureux d’être citoyen russe, de payer mes impôts en Russie et aussi, rassurez-vous, en France… Je ne fuis pas le fisc. Sinon, je serais parti depuis longtemps” .

J’adore les Français. Je ne suis pas dans les salons, je suis souvent dans la rue et souvent avec des gens qui travaillent. J’ai transmis des choses, j’ai une centaine d’employés, j’essaie de faire ce que je peux», a précisé Gérard Depardieu, avant de déclarer avec un trait d’humour qu’il était «parfois un peu trop amoureux de la vie. Je m’endors parfois sur un scooter, mais la police est très gentille avec moi“.

© Eric Gaillard Reuters

Pour sa part, le député-maire de Nice, Christian Estrosi, a rendu un hommage chaleureux au “plus grand acteur français des 50 dernières années”. “Qui peut contester à Gérard Depardieu d’avoir été l’un des meilleurs ambassadeurs qui soient de la culture française ? Cet homme a été traîné dans la boue par le gouvernement français. Je le regrette. Ce n’est pas une bonne manière de se comporter à l’égard de ceux qui ont tant donné pour notre pays” a-t-il déclaré, avant de remettre à l’acteur la médaille de la ville.

Deux expositions aura lieu dans le cadre du Ier Festival du Cinéma Russe à Nice :
– Exposition consacrée à la dynastie des Romanov, œuvres du peintre Gueorguïe Chichkine…
– Exposition dédiée au 65e anniversaire du Gosfilmofond de Russie.

(Publi-Reportage Tatiana Chichkine)

Parmi les invités: Irina Alferova, Vadim Abrachitov, Sviatoslav Belza, Stanislas Govoroukhine, Svetlana Belza, Irina Mirotchnenko, Alexandre Mitta, Alexandre Mikhaïkov, Nikita Mikhaikov, Alexeï Petrenko, Alexandre Prochkine, Lev Prygounov, Serguei Soloviev Marlen Khoutziïev, Gérard Depardieu….

Dans le cadre du 1er Festival du Cinéma Russe à Nice :

– Exposition “65 ans au Gosfilmofond de Russie“.

Vendredi 14 juin, à 17h 30

Cinémathèque de Nice: Acropolis

GOSFILMOMOND – Documentaire, SARL “Studio 217″, 2010 , 50 mn réalisateur Ivan Tverdovsky.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Dessins animés en couleurs restaurées:

La Tarte Sucrée“, URSS 1937,  11 mn, réalisateur Dmitri Babitchenko.

“Le Conte d’Hiver“, URSS 1945, 12 mn réalisateur Ivan Ivanov-Vano.

Entrée libre invitation à retirer : Cinémathèque de Nice

3 esplanade Kennedy, 06364 Nice

CINÉMATHÉQUE DE NICE

3 Place Kennedy

06364 Nice

Renseignements:

Tél: 0492040666

www.cinémathèque-nice.fr