Archive pour mars 2019

Exposition Sergei Chepik

 

PROLONGATION JUSQU’AU 14 AVRIL.

 

Centre Spirituel et Culturel Russe

du samedi 2 au dimanche 31 mars 2019

h

Sergei Chepik. © S. Chepik

Après la rétrospective qui a eu lieu en novembre-décembre 2018 à la maire du Vème  arrondissement de Paris pour le 65e anniversaire de la naissance de l’artiste, le Centre spirituel et culturel russe à Paris rend hommage à Sergei Chepik (1953–2011).

Salle thème russe et Paris.© Artcorusse

2 salles consacrées à des œuvres majeures de l’artiste: l’une consacrée à la peinture religieuse, l’autre aux thèmes de la Russie et de Paris.

Rédemption.© S. Chepik

Dans la partie consacrée à la Russie, outre des paysages peints en plein air,
des œuvres sur papier inspirées du folklore slave et des compositions sur l’histoire
russe passée et plus contemporaine, le visiteur découvrira un tableau magistral
rarement sorti de l’atelier du peintre : Petrouchka (ou l’Automne), réalisé à
Pétersbourg de 1984 à 1986, ainsi qu’un documentaire présenté pour la première fois
accompagnera pendant toute la durée de cette exposition.

Pétrouchka, 150×130 cm. Technique mixte sur bois.© S. Chepik

Dans ce film de 30 mn, Sergei Chepik commente lui-même cette œuvre, avec humour et bonhomie, en réponse aux questions qui lui ont été posées en 2006 dans son atelier de Montmartre que le spectateur découvrira par la même occasion, et où Petrouchka, venu avec Chepik de Russie, a accompagné jusqu’à sa mort les travaux et les jours de l’artiste.

Sergei Chepik peignant.© S. Chepik

Peintre russe, diplômé l’Académie des Beaux Arts Répine de Saint-Pétersbourg, depuis 1988  vivait et travaillait à Paris naturalisé français depuis 1993.

Le Lapin Agile à Montmartre.© S. Chepik

Il a exposé principalement à Londres, comme à Milan ou Paris, ses œuvres sont liées aux nouveaux thèmes et passions de l’artiste, nés de ses voyages ou de ses réflexions, villes où il a été accueilli par un public enthousiaste , le qualifiant même de “visionnaire sensible” et de “l’un des plus grands artistes russes contemporains“.

© S. Chepik

Sergei Chepik et son épouse Marie-Aude Albert-Chepik, curatrice de l’exposition.

d

Marie-Aude Albert Chepik, sous le dernier tableau de Sergei Chepik la représentant.

d

Plus de renseignements sur l’artiste:  CLIQUEZ

Voir l’article sur Sergei Chepik sur Artcorusse : CLIQUEZ

d

La Russie crucifiée.© S. Chepik

Cette nouvelle exposition, comprend de nombreux tableaux, pastels, estampes, dessins et céramiques.

Le vol – 1995, céramique diamètre 30 cm.© S. Chepik

L’exposition met l’accent sur les thèmes de cet artiste faisant autorité et inimitable: des compositions sur la Russie, dans lesquelles le peintre pose une question sur le sort tragique de sa patrie; panoramas de Paris; la fantasmagorie, souvent autobiographique, dans laquelle se dévoile l’imagination débridée de l’artiste; portraits et peintures religieuses, auxquels cet artiste orthodoxe et croyant, accorde une place essentielle.

h

Centre Culturel et Spirituel Orthodoxe Russe

1 quai Branly, 75007 Paris.

Métro : Alma Marceau.

RER: Pont de l’Alma, Musée du quai Branly.

Bus: 63, 80.

Entrée libre

Exposition ouverte tous les jours sauf le lundi, de 14h à 19h.

 

5ème Festival du Cinéma Russe à Niort   Z

5й Фестиваль Русского Кино в Ньоре

Lundi 1er au samedi 6 avril 2019

CGR Niort

 

h

 

h

L’association Festival de Cinéma Russe de Niort organise depuis 2015 le festival de cinéma russe qui est devenu un événement important dans l’univers culturel niortais. Notre Festival a lieu tous les ans au cinéma CGR de Niort. Le Festival se déroule sur une semaine, 10 films russes en VOSTF sont programmés avec 2 cycles : les films des années 90  ou l’on pourra voir notamment « Le Frère », « Salades Russes », « La Jalousie Des Dieux », le premier film russe de Gérard Depardieu et l’autre cycle sur des nouveaux films plus récents comme «Dovlatov» d’Alexeï Guerman, « L’Histoire de Vronski », « Pétersbourg, seulement par amour » ou «Gloss» du réalisateur Andreï Kontchalovski. Ce dernier donnera lieu à une soirée autour de la mode, le mercredi 3 avril. Tous les films seront projetés au CGR en version originale sous-titrée en français pour une immersion totale dans l’univers slave.

d

Les comédiennes Fiona Gelin, Katia Tchenko et Elèna Cosson-Kisilova seront les invitées de ce 5e Festival ainsi que la célèbre pianiste russe Ludmila Berlinskaia qui se produira en concert le mercredi 3 avril à 20h30 dans le salon d’honneur de l’Hôtel de ville de Niort.

d

Ludmila Berlinskaïa, fille du célèbre violoncelliste Valentin Berlinskin, fondateur du quatuor Borodine. Elle commence le piano à 5 ans et se produit à 14 ans avec le quatuor Borodine. A 17 ans elle rentre au conservatoire de Moscou, elle a été la protégée de Sviatoslav Richter. Elle est considérée comme une des grandes spécialistes de la musique de Chostakovitch. En 2001, elle crée son deuxième Festival, “Printemps Musical à Paris”,  elle est également la codirectrice artistique d’un nouveau festival de musique dans le Loir et Cher, “La Clé des Portes”, créé sous l’impulsion du Club d’Entreprises des Portes de Chambord.

h

La sélection se partagera en deux cycles. L’un portera sur les films des années 90 avec, entre autres, La jalousie des dieux, le premier film russe de Gérard Depardieu. L’autre sur des nouveaux films plus récents comme Dovlatov d’Alexeï Guerman ou Gloss du réalisateur Andreï Kontchalovski. Ce dernier donnera lieu à une soirée autour de la mode, le mercredi 3 avril. Tous les films seront projetés au CGR en version originale sous-titrée en français pour une immersion totale dans l’univers slave.

d

Lundi 1er avril

17h 30

L’actrice française Fiona Gelin inaugurera ce festival au Cinéma CGR de Niort à 19H30 avec la projection du film “Parole de flic” suivi d’un débat avec l’actrice.

 

 Elle est la fille de l’acteur Daniel Gélin et de Sylvie Hirsch(ancien mannequin chez Dior).Elle débute sa carrière cinématographique à 6 ans dans Mayerling de Terence Young. Elle exerce ses talents au cinéma, à la télévision et au théâtre, ainsi que dans le domaine de la littérature.

d

La jalousie des dieux (2000)

De Vladimir Menchov.  Avec Véra Alentov, Gérard Depardieu, Anatoli Lobtski

“Sonia , l’héroïne, est rédactrice de télévision. Sonia a un fils adolescent ainsi qu’un mari, écrivain de talent, qui gagne mal sa vie. Dans le cadre d’un dîner professionnel où le couple reçoit à son domicile un général français  , Sonia rencontre un interprète, André, français également. Coup de foudre. Commence alors une passion torride, qui ne durera que quelques jours : le 2 septembre, un avion Boeing Sud Coréen est abattu par les forces armées soviétiques; André publie un article très critique à l’égard de l’URSS et, il est expulsé sur le champ”.

d

17 h 30

Les frères, 1996

Rélisateur Alekseï Balabanov, avec: Sergueï Bodrov jr., Viatechlav Boutoussov, Sergueï Debijev, Maria Joukova.

Six jours dans la vie de l’auteur Sergei Dovlatov, alors journaliste pour des magazines au service de la propagande du régime – mais qui rêve avant tout d’écrire un grand livre.
Six jours dans l’intimité d’un artiste brillant et caustique, qui se bat pour continuer à écrire avec intégrité malgré les persécutions d’une écrasante machine politique.
Six jours qui façonnent le destin d’un des plus grands écrivains russes du XXème siècle, qui fut capable de penser au-delà des limites imposées par le régime soviétique

Film présenté au Festival de Cannes dans la section “Un certain regard”, le film a été considéré come l’un des principaux succés du cinéma post-soviètique.

 

d

A partir de 19 h 30

Soirée d’Ouverture avec Agnès Soral

“Les Salades russes” 1993

De Youri Mamine avec Nina Oussativa, Agnès Soral, Serguei Dontsov, Victor Mikhaïlov

A Saint-Pétersbourg, Tchijov, jeune professeur de musique, loue une chambre dans l’appartement de Gorokhov. Un soir, après quelques vodkas, il y découvre, éberlué, une armoire dont le fond s’ouvre sur les toits de Paris. Dès lors, un incessant va-et-vient s’établit entre les deux villes…”

d

Mardi 2 avril

14 h

Le barbier de Sibérie

de Nikita Mikhaïlkov, avec Julia Ormond, Oleg Menchikov Alekseï Petrenko

En 1885, Jane Callahan, séduisante Americaine, part pour la Russie. Au cours de son voyage, elle fait la connaissance d’Andrey Tolstoiï jeune cadet avec lequel elle partage le même amour pour la musique. A Moscou Jane retrouve Douglas McCracken, un inventeur qui tente de vendre aux Russes une imposante machine a deboiser. Il demande a Jane, qu’il fait passer pour sa fille, de séduire le général Radlov, qui peut lui amener le marche. Ce dernier tombe sous le charme de Jane et, ignorant les sentiments que Tolstoï éprouve pour la jeune femme, il demande au cadet de l’accompagner chez Jane.

d

18 h

Katia Ismaïlevna – Подмосковные вечера.

Rélisateur:  Valeri Todorovski sorti en 1994, adaptation du roman de Nikolaï Leskov “Lady Macbeth du district de Mtsensk.”

Avec: Ingeborga Dapkünaité: Katia. Vladimir Machkov: Sergueï. Alissa Freindlich: Irina. Aleksandre Feklistov: Mitia. Youri Kouznetsov: enquêteur Romanov. Avangard Léontiev: rédacteur en chef. Nataliua Chtchoukina: Sonia.

Katia travaille pour sa belle-mère, écrivain Irina Dmitrievna, qu’elle accompagne dans leur maison de campagne afin de terminer la dactylographie du dernier roman. Elle y fait connaissance de Sergueï, un homme à tout faire venu réparer les meubles. Le coup de foudre soudain que la jeune femme éprouve pour lui va mettre à l’épreuve sa loyauté envers ses proches et révéler le côté obscur de sa personnalité.

d

20 h

Dovlatov

Réalisateur Alexeï Guerman Jr, 2018

Avec: Artur Beschstany, Milan Maric, Danila Kozlovsky, Helena Sujeck

URSS 1971, six jours dans la vie de l’auteur Sergei Dovlatov,  journaliste pour des magazines au service de la propagande du régime, mais qui rêve avant tout d’écrire un grand livre.
Six jours dans l’intimité d’un artiste brillant et caustique, qui se bat pour continuer à écrire avec intégrité malgré les persécutions d’une écrasante machine politique.
Six jours façonnant le destin d’un des plus grands écrivains russes du XXème siècle, qui fut capable de penser au-delà des limites imposées par le régime soviétique

d

Mercredi 3 avril

14 h

Le frère.

(Voir plus haut 1er avril).

d

17 h 30

Histoire de Wronski, Anna Karnine

Réalisateur: Karen Chakhnazarov (2017)

Acteur: Max Matveev, Elizaveta Boyarskaya, Vitaliy Kishchenko, Kirill Grebenshchikov

Un hôpital de campagne, en 1904, en Mandchourie, en pleine guerre russo-japonaise. On amène un officier blessé au médecin commandant l’unité sanitaire, Sergueï Karénine. Celui-ci reconnaît le colonel Vronski qui fut l’amant de sa mère, Anna Karénine, une femme distinguée, séduisante, mariée et mère d’un jeune garçon. Sa vie simple et organisée est bouleversée par la rencontre d’un jeune officier charmeur qui a le coup de foudre pour elle : Alexis Vronski. Anna est malgré elle sensible à son charme, et va finir par tomber dans ses bras, à l’insu de son mari qui la croit totalement fidèle. Le temps passe et bientôt, pour Anna et son amant, tout va mal : cette dernière a quitté son mari mais il ne veut pas le divorce, de plus, elle est partagée entre le désir de garder son fils, et celui de rester avec Vronski. Tourmentée par ces pensées, Anna n’en mène pas moins une vie agréable avec son amant. Pourtant, elle a l’impression que celui pour qui elle a tout quitté se refroidit, et la pensée qu’il en aime une autre obsède son esprit. Dans un élan irraisonné, elle va finir par mettre fin à ses jours en se jetant sous un train, suicide qu’elle
regrette au dernier moment mais il est trop tard. Vronski quant à lui s’engagera dans l’armée, espérant ainsi mourir tout en servant son pays.

Tolstoï avait en 1877avait entrepris de décrire la société russe de son temps. Une réflexion sur la morale et la religion. Il ne recherchait pas les effets de style. Son récit s’appuyait en fait sur le traitement de plusieurs couples antinomiques. Karen Shakhnazarov s’est, lui, concentré sur la passion de Karénine et Vronski. Se laissant aller à sa passion, mais se sachant en même temps coupable d’infidélité vis-à-vis de son mari. «Anna Karénine – L’histoire de Vronski» est ainsi une superbe étude de caractères placés dans une société figée et décadente.

d

de 19 h 30 à 22 h 15

Gloss
d’Andrei Konchalovski,
avec Yulia Visotskaia, Irine Rozanova, Alexei Serebriakov
“Galia, jeune ouvrière d’une usine de province, rêve de devenir mannequin. Elle quitte, un beau jour, ses parents alcooliques et son petit ami fruste et violent et monte à Moscou. Elle se fait embaucher, au culot, par un grand couturier qui la prend comme petite main, puis lui fait faire des ménages chez un homme qui dirige une agence de jolies filles qu’il marie à des oligarques. Galia, qui ne pense qu’à faire carrière, avance dans ce monde du luxe et de l’argent et parviendra à ses fins”.
Un défilé de mode aura lieu lors de cette scéance de projection.

d

Jeudi 4 Avril

10 h

Est-Ouest

de Régis Wargnier (1999)

Avec: Oleg Menchikov, Sandrtine Bonnaire, Catherine Deneuve, Sergueï Bodrov JR, …..

En juin 1946, Staline propose à tous les ressortissants russes qui ont fui la Révolutionde 1917, réfugiés à l’Ouest de revenir s’établir en URSS. Comme beaucoup d’autres citoyens installés en France, Alexeï Golovine, un médecin, répond favorablement et décide de rejoindre sa terre natale avec son épouse française, Marie, et leur fils, Serioja. Mais dès son arrivée à Odessa, le couple réalise qu’il est pris au piège. Alexeï et Marie doivent désormais faire face à la réalité du régime communiste. Mais tandis qu’Alexeï semble s’accommoder de sa nouvelle vie en URSS, Marie n’aura de cesse de lutter pour revenir en France.

d

14 h

“Katia Ismaïlevna”

d

17 h

 “Le Barbier de Sibérie”

d

20 h

“Histoire de Wronski, Anna Karénine”

d

Vendredi 5 avril

14 h

Premier Amour

Réalisateur et Scénariste: Stepan Burnashev

  Dir. Photographie : Iskander Ivanov. Assistante de réalisation : Liubov Borisova. Son : Stepan Atastyrov. Producteurs: Aleksei Ivanov, Dmitri Shadrin. Compositeur : Moïseï Kobiakov. Production : New Era. Titre original : Man’najgy taptal. Durée : 71’

“Volodia, éleveur de chevaux, monte à la capitale pour s’acheter un fusil de chasse. Il manque de se faire écraser par la voiture d’une femme d’affaire. Tous les deux ne mettent pas longtemps à reconnaître en l’autre son premier amour.”

d

17 h

“Dovlatov”

 

d

19 h 30

En présence de Katia Tchenko, formée au centre National d’Art Dramatique de la Rue Blanche, sortie avec le Ier Prix, puis Conservatoire National Supérieur de Musique (Ier Prix), Ballet Irina Grebina. Katia a tournée dan plus de 80 ilms au cinéma à la télévision, elle a chanté, et dansé dans des opérettes et comédies musicales et à interprété e nombreux rôle au théâtre. Elle a commencé sa carrière en 1967 au cinéma dans “J’ai tué Raspoutine” de Robert Hossein, et au théâtre en 1968 dans “Que les hommes sont bêtes” avec Suzy Delair. Katia Tchenko a reçu les insignes de Chevalier de l’Ordre National du Mérite en 2005 .

 

Les Grandes personnes (2008)

Réalisation Dimitri Tomashpolsky. Avec Katia Tchenko, Daria Moroz, Pavel Barchak, Vladimir Laptev, Oleg Ossin.

Irtina est remarié avec un français, elle vit en France avec son fils Sergueï. Mais Anton, son exmari russe, veut ramener Sergueï en Rusie ….  ”

d

22 h 15

“La jalousie des dieux”

d

Samedi 6 avril

10 h 45

“Premier Amour”

d

14 h

L’Ange a une angine -У ангела ангина,

Réalisation : Oxana Karas (2018)

Avec: Sémion Treskounov, Mrai Krylova, Evgueni Tsyganov, Nikoaï Fomenko.

1940. Amis depuis l’orphelinat, Tolia, Kostia et Volodia vivent ensemble sur l’île Vassilievsky à Leningrad. Kostia aime flirter et faire la fête, Volodia écrit des vers et rêve d’entrer dans un institut militaire. Tolia rencontre l’amour de sa vie, Liolia. Ils sont jeunes, insouciants et heureux, comme ils ne le seront sans doute plus jamais, car la guerre arrive et va bouleverser toute leur vie. Un quart de siècle plus tard, il s’avére que les événements de leur lointaine jeunesse ont gardé sur eux un étonnant pouvoir.

d

17 h

Gloss

d

19 h 30

Soirèe de Clôture en présence d’Eléna Cosson-Kizileva, elle a réalisé et joué le rôle principal, film coproduit avec Alexandre Cosson, l’on peut dire que l’amourles  conduit à accoucher de ce premier film.

Moscou-Royan

Réalisé en 2018 par Elena Cosson-Kizilova. Durée

Avec Elen Coson-Kizeleva, Donia Eden, Manuel Sorroche, Jérôme Soubeyrand, Paco Perez.

Olga, 30 ans, expatriée en France, est le fruit de la pression sociale. Obnubilée par sa promotion, à l’aube de l’été, Olga reçoit enfin une convocation de Moscou, sa maison mère. Un rendez-vous tant attendu qui va réveiller les vieux démons d’Olga ! Il n’en faut pas moins pour que Muriel, sa meilleure amie, anticapitaliste et libérée, défie Olga de trouver sa voix entre le « socialement acceptable » et ses plus profonds désirs inavoués. Bienvenu sur ce parcours initiatique d’Olga qui va tester les technologies comme source d’accomplissement de ses rêves. Rien de mieux que de laisser les algorithmes décider à sa place la gestion de ses vacances !
h

Chaque film sera commenté par la journaliste parisienne, Présidente de Kinoglaz,- Françoise Navailh.

CGR Niort

Place de la Brèche, 79000, Niort

UNIQUE  CONCERT

LES MÉLODIES D’OR DES STEPPES 

Vendredi 5 AVRIL à 19H30

SALLE GAVEAU,  PARIS

 

b


Orchestre Kazakh “Naryn”.

L’orchestre des instruments folkloriques kazakhs “Naryn” de la philharmonie régionalе d’Atyrau, nommé d’après Nurmukhan Zhanturin, a été fondé en 1987 en tant que ensemble folk-ethnographique. En 1999, l’orchestre a été agrandit et est devenu un orchestre d’instruments folkloriques. Le répertoire de l’orchestre comprend plus de 500 œuvres musicales, dont des chansons folkloriques et des kyuis (romans musicaux aux instruments kazakhs), des chansons et des kyuis de compositeurs kazakhs, ainsi que des œuvres musicales de compositeurs d’Outre-mer. L’orchestre “Naryn” s’est non seulement produit sur scène en concert dans une multitude de régions du Kazakhstan, mais également en Europe, en Russie, en Corée du Sud, en Turquie, en Mongolie, aux Émirats Arabes Unis, ainsi que dans d’autres pays d’Outre-mer.

La musique kazakhe est à la fois un reflet de la vie quotidienne, une mémoire du passé et une ouverture au monde des esprits aruakh. La musique traditionnelle est rurale et elle est colportée par les pasteurs nomades. Il existe trois types d’instruments:

Vents: Bayan, guimbarde, sakpan ….

Cordes: Adyrma (petite harpe), Domra, Kobiz (viéle) ….

Percussions: Sherter, asatayak, dangyra ….

Costumes et instruments traditionnels.

b

ENTRÉE LIBRE

b

SALLE GAVEAU

45-47 Rue la Boétie  75008 PARIS
Métro: Mirosmenil

Réservation : artambassadeurs@gmail.com
TEL: +33 695234453
+33 607045926

Vente publique

 “Ballets russes”

mardi 2 avril 2019 à 15h

Hôtel des ventes de Monte-Carlo

Exposition  du jeudi 28 mars au 1er avril

de 10h à 13h et de 14h À 18h 30

Exceptionnel ensemble de 300 œuvres graphiques composées d’aquarelles, de dessns, et de gouaches, signées des plus grands artistes….Le choix de la mise en vente de ce trésor artistique à Monaco est aussi hautement symbolique, de par la place importante que la principauté de Monte-Carlo a prise en accueillant chaque année la Saison des Ballets Russes durant plus d’un demi-siècle. Dès 1910, la troupe de Diaghilev se fixe en principauté, où suivra chaque année la « Saison des Ballets Russes de Monaco ». La tradition de la danse sera perpétuée à partir de 1947 par le Marquis de Cuevas et le Grand Ballet de Monte-Carlo, puis en 1975 par la création de l’Académie de Danse Princesse Grace, et depuis plus de 30 ans, par la Compagnie des Ballets de Monte-Carlo fondée par S.A.R. la Princesse Caroline de Hanovre. Cette collection de près de 300 œuvres est le témoignage de la révolution esthétique provoquée par les Ballets Russes, dans l’art scénique de la danse, en termes de chorégraphies, mais aussi de décors et de costumes. Autour de la danse, les plus grands chorégraphes et danseurs ont formé un art total fusionnant œuvres graphiques, musique et costumes, avec les compositeurs et les peintres les plus brillants de l’avant-garde internationale. En conclusion laissons à Alexandre Benois le soin de dire : « le ballet est la plus intéressante forme d’art, qui, par miracle, a survécu en Russie alors qu’elle a disparu partout ailleurs ». Cyrille Boulay

d

Extraits du catalogue

 

KOUSTODIEV Boris Mikhaïlovitch (1878-1927). Projet de costume probablement pour le personnage de Salomé dans le Ballet «La tragédie de Salomé». Aquarelle et mine de plomb signée en bas à droite par l’artiste et datée 1914. Conservée dans son encadrement d’époque en bois sculpté. Bon état général. A vue : H. : 44, 5 cm – L. : 28 cm. Cadre : H. : 58 cm – L. : 41, 5 cm. 10 000/15 000 €

h

Masque

MELLER Vadim Gueorguievitch (1884-1962). Étude de costume pour l’un des personnages du spectacle le «Masque» de Bronislava Nijinska (1891-1972), joué au Téâtre de Kiev. Gouache et mine de plomb sur carton, signée en bas à droite par l’artiste circa 1919. Conservée dans son encadrement d’origine en bois noirci. Traces d’humidité, petites déchirures, mais bon état général. A vue : H. : 46 cm – L. : 31 cm. Cadre : H. : 71 cm – L. : 56, 5 cm. 5 000/6 000 €

h

NARBOUT Georges Ivanovitch (1886-1920). Projets de costumes pour les personnages du «Cœur Ardent». Aquarelle, encre et mine de plomb sur carton, non signée, avec annotations manuscrites en haut et au revers du document. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Légères usures du temps, mais bon état. A vue : H. : 44, 5 cm – L. : 55 cm. Cadre : H. : 61, 5 cm – L. : 72 cm. 1 500/2 000 €

h

Turandot (1922)

PETRITSKI Anatoli Galaktionovitch (1895-1964). Projet de costume pour un personnage de l’opéra «Turandot» d’après une œuvre du comte Carlo Gozzi (1720-1806). Aquarelle, encre, rehaut d’or et collage sur papier, signée en haut à droite par l’artiste et datée 1922. Conservée dans un encadrement moderne en bois naturel. Bon état général. A vue : H. : 41, 5 cm – L. : 28, 5 cm. Cadre : H. : 68, 5 cm – L. : 55 cm. 6 000/8 000 €

d

SCHWARTZ Paul Fridrikhovitch (1875-1934). Projet de costume du bourreau pour l’opéra «Turandot» sur une musique de Giacomo Puccini (1858-1924). Aquarelle et encre sur papier, signée en bas à droite par l’artiste. Conservée dans un encadrement moderne. Rousseurs, mais bon état général. A vue : H. : 48 cm – L. : 37 cm. Cadre : H. : 62, 5 cm – L. : 50 cm. 1 500/2 000 €

h

BAKST Léon, né Lev Samoïlovitch Rosenberg (1866-1924). Projet de costume pour l’opéra «Le Dieu bleu». Lithographie rehaussée à l’aquarelle, or et argent sur papier, découpage collé sur fond noir, signée en bas à droite et datée 1912. Conservée sous verre. Bon état général. H. : 50 cm – L. : 50 cm. 800/1 000 €

h

La Dame Fantôme (1924)

EXTER Alexandra Alexandrovna (1882-1949). Esquisse d’un projet de costume pour le personnage du spectacle de «La dame-fantôme» adapté d’une œuvre de Pedro Calderon de la Barca, produit par Mikhaïl Tchekhov et mis en scène par Ignati Nivinsky (1880-1933), joué le 9 avril 1924 au Téâtre des arts de Moscou. Aquarelle et mine de plomb sur papier, signée par l’artiste en bas à droite et datée 1924. Conservée dans un encadrement ancien bois noir et doré. Rousseurs et pliures, mais bon état général. A vue : H. : 36 cm – L. : 28 cm. Cadre : H. : 74 cm – L. : 57 cm. 8 000/10 000 €

h

Aïda (1925)

SCHWARTZ Paul Fridrikhovitch (1875-1934). Décor de scène pour l’opéra «Aïda» joué en 1925. Aquarelle et mine de plomb sur carton, signée en bas à droite par l’artiste et datée 1925, avec annotations manuscrites et étiquette au revers. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état général. A vue : H. : 35, 5 cm – L. : 51 cm. Cadre : H. : 52 cm – L. : 68, 5 cm. 1 500/2 000 €

h

Trimbi (1925)

ATTRIBUÉ À YOURI YOURIÉVITCH PAVLOVITCH (1872-1947). Projet d’un décor de scène pour le ballet «Trimbi». Aquarelle, encre et rehaut d’or et d’argent sur carton, avec annotations manuscrites au revers, circa 1925. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Légères usures du temps, mais bon état général. A vue : H. : 49 cm – L. : 39, 5 cm. Cadre : H. : 66 cm – L. : 56 cm. 2 000/3 000 €

h

Faust (1925)

MULLER Vladimir Nicolaïévitch (1887-1979). Projet de costume pour le personnage de Méphistophélès dans l’opéra «Faust» joué en 1925. Gouache et mine de plomb sur papier, signée par l’artiste en bas à gauche et datée 1925, avec identification manuscrite en caractères cyrilliques du sujet en haut à droite du document. Porte des annotations manuscrites en caractères cyrilliques. Conservée dans un encadrement moderne. Légères pliures, bon état. A vue : H. : 26 cm – L. : 16, 5 cm. Cadre : H. : 39 cm – L. : 30, 5 cm. 1 500/2 000 €

h

Lohengrin (1925)

FEDOROVSKI Feodor Feodorovitch (1883–1955). Projets de costumes d’un noble du Brabant et d’Henri l’Oiseleur pour l’opéra «Lohengrin» joué en 1925. Gouache, mine de plomb et rehaut d’or sur papier, signée des initiales de l’artiste en bas à droite et datée 1925, avec identification manuscrite du sujet en caractères cyrilliques au bas du document, annotations, cachet à l’encre au revers et porte le n°58. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue : H. : 33 cm – L. : 42, 5 cm. Cadre : H. : 50 cm – L. : 69, 5 cm. 6 000/8 000 €

h

Tsar Saltan (1925)

GOLOVINE Alexandre Iakovlevitch (1863-1930). Projet de costume pour le personnage de la 3ème jeune fille dans l’opéra «Le conte du Tsar Saltan» joué en 1925 sur une musique de Nicolas Rimski-Korsakov (1844-1908) adapté d’une œuvre d’Alexandre Pouchkine (1799-1837). Aquarelle et encre marouflée sur carton, signée en bas à droite des initiales de l’artiste, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques. Planche portant le n°3. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état général. A vue : H. : 31 cm – L. : 23 cm. Cadre : H. : 48 cm – L. : 40 cm. 6 000/8 000 €

h

Bagatelle (1926)

GONTCHAROVA Natalia Sergueïevna (1881-1962). Projet de décor de scène pour «Bagatelle». Aquarelle et mine de plomb sur papier signée par l’artiste en bas à gauche et datée 1926. Porte au dos l’étiquette de l’exposition «Les Maitres Russes» organisée par la Galleria del Levante à Milan et au dos du projet le titre de l’œuvre. Conservée dans son encadrement d’origine en bois noirci. Bon état général. A vue : H. : 15 cm – L. : 24 cm. Cadre : H. : 32 cm – L. : 41 cm. 8 000/10 000 €

h

AKIMOV Nicolas Pavlovitch (1900-1968). Projet de costume pour le personnage d’Evgraf l’aventurier. Gouache, encre et rehaut d’argent sur carton, signée des initiales de l’artiste en bas à gauche, datée (19)26. Collage sur carton conservé dans un encadrement moderne en bois argenté. Pliures, bon état. A vue : H. : 38 cm – L. : 23 cm. Cadre : H. : 65, 5 cm – L. : 53, 5 cm. 2 000/3 000 €

h

 La tempête sur la mer (1928)

VOLNENKO Anatoli Nikonovitch (1902-1965). Étude de costume pour l’un des personnages de la pièce «La tempête» de Vladimir Naumovitch Bill-Belotserkoski (1884-1970). Dessin à la mine de plomb sur papier, non signé, avec annotations manuscrites au bas du document. Conservé dans un encadrement moderne en bois doré. Légères rousseurs, mais bon état général. A vue : H. : 23, 5 cm – L. : 15 cm. Cadre : H. : 40 cm – L. : 31 cm. 2 000/3 000 €

h

Marko en enfer (1929)

KOSSAREV Boris Vassilievitch (1897-1944). Ensemble de neufs esquisses pour le maquillage des personnages du ballet de G. Kotcherguine «Marko en enfer» joué en 1929 au théâtre Artéma de Donetsk. Gouaches et mines de plomb sur papier marouflé sur carton, signées en bas à droite par l’artiste et datée en bas 17. III. 1929, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques au revers du document. Conservées dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue : H. : 16, 5 cm – L. : 10 cm. Cadre : H. : 51, 5 cm – L. : 80 cm. 2 000/3 000 €

d

KOSSAREV Boris Vassilievitch (1897-1944). Projet de costume du personnage du Démon Bélier pour le ballet «Marko en enfer». Gouache sur papier, signée en bas à droite et datée du 15 X 1928, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques et cachet à l’encre du théâtre d’état de l’usine de la ville de Kherson. Planche portant le n°14. Conservé dans un encadrement moderne en bois doré. Légères rousseurs, bon état. A vue : H. : 38 cm – L. : 28, 5 cm. Cadre : H. : 55, 5 cm – L. : 45, 5 cm. 2 000/3 000 €

h

Le signe de Zorro (1929),

VOLNENKO Anatoli Nikonovitch (1902-1965). Projet de costume pour l’un des personnages de la comédie musicale «Le signe de Zorro» d’après une œuvre de M. Borisov, jouée en 1929. Gouache sur carton non signée, conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue: H. : 23, 5 cm – L. : 13, 5 cm. Cadre: H. : 39, 5 cm – L. : 30 cm. 2 000/3 000 €

h

Jeux d’amour – Le Diamant (1935)

ADEN Victor Bogdanovitch (1880-1942). Décor du studio pour le film «Jeux d’amour». Intérieur du restaurant. Dessin à l’encre et mine de plomb sur papier, signé par l’artiste en bas à droite et daté 1935, avec inscriptions manuscrites en caractères cyrilliques, conservé dans un encadrement moderne. Bon état. A vue : H. : 21, 5 cm – L. : 27, 5 cm. Cadre : H. : 34, 5 cm – L. : 41 cm. 400/600 €

h

La foire de Sorotchinsy (1937)

KRICHEVSKY Vassili Gregoriévitch (1872-1952). Projet de costume pour l’un des personnages du film «La Foire de Sorotchinsy» tourné en 1937, d’après une nouvelle de Nicolas Gogol (1809-1842). Aquarelle et mine de plomb sur papier, signée en bas à gauche par l’artiste et datée 1937, avec annotations manuscrites au bas et revers du document. Planche portant le n°94. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Petit accident, mais bon état. A vue : H. : 31, 5 cm – L. : 22 cm. Cadre : H. : 47 cm – L. : 35 cm. 1 200/1 500 €

h

Perekop (1938)

PETRITSKI Anatoli Galatianovitch (1895-1964). Costume du personnage du Général Johnson pour l’opéra «Perekop» sur une musique de Yuli Meïtus (1903- 1997), joué en 1938. Aquarelle et mine de plomb sur papier, signée en bas à droite par l’artiste et datée 1938, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques sur la partie haute et au revers du document. Planche portant le n°13. Conservée dans un encadrement moderne. Légères déchirures, mais bon état. A vue : H. : 28 cm – L. : 19, 5 cm. Cadre : H. : 40, 5 cm – L. : 30, 5 cm. 3 000/5 000 €

h

Le Revizor (1938)

ERDMAN Boris Roberovitch (1899-1960). Costume du personnage de Rostakovski (le fonctionnaire à la retraite) pour la pièce «Le Revizor» écrite par Nicolas Gogol en 1836. Aquarelle et mine de plomb sur papier, non signée, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques en bas et au revers du document. Planche portant le n°2. Conservée dans un encadrement moderne. Petites tâches, mais bon état général. A vue : H. : 20 cm – L. : 15 cm. Cadre : H. : 36 cm – L. : 30, 5 cm. 600/800 €

h

Taras Shevchenko (1940)

PETRITSKI Anatoli Galatianovitch (1895-1964). Projets de costumes pour le docteur (Kouliaba) et Petrisky, pour l’opéra «Taras Shevchenko» joué en 1940 au Théâtre National d’Ukraine. Aquarelle et mine de plomb sur papier, avec inscriptions manuscrites en caractères cyrilliques sur le document et au revers. Conservée dans un encadrement moderne. Légères déchirures et pliures, en l’état. A vue : H. : 41 cm – L. : 30, 5 cm. Cadre : H. : 55 cm – L. : 44, 5 cm. 3 000/5 000 €

h

Les Dames et les Hussards (1946)

DOUKHNOVSKI Nicolas Ivanovitch (1908-1999). Décor de scène pour l’opéra «Les dames et les hussards» d’Alexandre Fredro (1793-1876), joué en 1946 au Théâtre Lessia Ukraïnka à Kiev, sur une adaptation de Nicolas Sokolov. Gouache sur carton, signée en bas à droite par l’artiste et datée (19)46, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques en haut et au revers du document. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue : H. : 47, 5 cm – L. : 69 cm. Cadre : H. : 65 cm – L. : 86, 5 cm. 1 000/1 500 €

h

La Chanson du Bois (1958)

VOLNENKO Anatoli Nikonovitch (1902-1965). Décor de scène pour le ballet «La chanson du bois». Gouache sur papier, signée par l’artiste en bas à droite datée 1958, avec annotations manuscrites au revers du document. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue : H. : 62, 5 cm – L. : 97 cm. Cadre : H. : 80 cm – L. : 115 cm. 2 000/3 000 €

h

Nazar Stodolya (1960)

VOLNENKO Anatoli Nikonovitch (1902-1965). Costumes des personnages des marieurs pour l’opéra «Nazar Stodolya» joué au Téâtre de l’Opéra et du Ballet de Kiev en 1960, sur une musique de Constantin Dankevych (1905-1984). Gouache sur papier, non signée, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques en haut et au revers du document. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Légères déchirures, mais bon état. A vue : H. : 63 cm – L. : 47 cm. Cadre : H. : 80 cm – L. : 65 cm. 2 000/3 000 €

h

Les Noces de Figaro (1969)

PISARENKO Léonid Opanasievitch (1907-1979). Projet de costume du personnage d’Antonio pour l’opéra «Les noces de Figaro» de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), joué en 1969. Aquarelle, gouache et mine de plomb sur carton, non signée, avec inscriptions manuscrites en caractères cyrilliques sur le document et au revers. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Usures du temps, mais bon état général. A vue : H. : 37, 5 cm – L. : 28 cm. Cadre : H. : 55 cm – L. : 45 cm. 1 000/1 500 €

h

Aïda (1976)

ZLOCHEVSKI Piotr Afanasievitch (1907-1987). Décor de scène pour l’opéra «Aïda» de Giuseppe Verdi (1813-1901), joué en 1976 au Téâtre d’Opéra et de Ballet d’Odessa. Gouache et rehaut d’or sur papier non signée, datée en bas à gauche 1976 et située à Odessa, avec annotations manuscrites et étiquette au revers document. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue : H. : 49 cm – L. : 73 cm. Cadre : H. : 57 cm – L. : 44, 5 cm. 1 000/1 500 €

h

Par Magie (1978)

DOUKHNOVSKI Nicolas Ivanovitch (1908-1999). Projet de costume du trompettiste, joué en 1978 au Téâtre des marionnettes de Kiev. Aquarelle, mine de plomb et rehaut d’argent sur papier, signée en bas à gauche des initiales de l’artiste et datée (19)78, avec inscriptions manuscrites en caractères cyrilliques au revers. Conservée dans un encadrement moderne. Bon état. A vue : H. : 42, 5 cm – L. : 31 cm. Cadre : H. : 57 cm – L. : 44, 5 cm. 600/800 €

h

Madame Butterfly (1985)

WAKHEVITCH Georges (1907-1984). Ensemble de sept projets de costumes pour des ballets et opéras russes. Gouaches et mines de plomb signées en bas à droite, certaines titrées avec des échantillons d’étoffes, conservées dans des encadrements modernes. Bon état. À vue environ : H. : 41, 5 cm – L. : 28, 5 cm. 500/700 €

h

 

Hôtel des Ventes de Monte Carlo

10-12 Quai Antoine Ier, 98000 Monaco.

Tél: 00377 93 25 88 89 • info@hvmc.com

Expert: Cyrille Boulay, Membre de la FNEPSA

Tél: 00 33 (0)6 12 94 40 74

 

 

Transfert du trésor Naryschkine à Tsarskoïe Selo.

 

Plus de deux mille objets découverts en mars 2012 dans une pièce secrète  d’un ancien hôtel particulier nommé  Troubetskoy-Naryshkine à Saint-Pétersbourg, sous l’égide du ministère de la Culture de la Fédération de Russie, ont été déposés dans la réserve-musée de Tsarskoïe Selo, pour y être exposés.

 

Voir l’article d’Artcorusse: CLIQUEZ

 

Rappelons qu’en 2012, lors de la rénovation du manoir situé rue Tchaïkovski au 29, des ouvriers ont trouvé ce trésor.

 

Hôtel particulier de Troubetskoï-Narychkine

 

d

 

Certains objets avaient été emballés dans les journaux Russkaya Volya, datés de juillet à septembre 1917.

Tous les objets sont parfaitement conservés, pour la plupart en métaux précieux.

 


Le Trésor des Naryshkine peut être considéré comme le plus important de l’histoire de la Russie (presque toutes les familles nobiliaires de Russie après la révolution avaient été exilées, expropriées, les objets précieux volés, cédés à des musées ou vendus séparément).

Ce trésor est unique à bien des égards : il comprend plus de deux mille objets en argent du XIXe-début du XXe siècle (la plupart des objets sont estampillés du poinçon  des joailliers de la fin du XVIIIe siècle).

Toute la collection appartenait à la même famille. Sur la plupart des objets, il y a le blason princier de la famille Naryshkine, sur certains d’entre eux celui des Somov.

Armoiries des Narychkine et Somov, sur un plat

Sergei Somov, lieutenant du régiment de hussards de sauveteurs, aurait été le dernier propriétaire du trésor, selon des chercheurs de “Tsarskoïe Selo”. Il était marié à Natalia Naryshkina, la fille du propriétaire du manoir, un responsable du ministère des Affaires étrangères, Vassily Narychkine.

Le trésor comprend  de la vaisselle et argenterie de table, des objets allant des passoires à des samovars de cinq kilogrammes en argent, des boules, des articles ménagers en provenance de Russie et de l’étranger,  de minuscules épingles, des peignes, bijoux, montres,  des articles de toilette jusqu’à  des candélabres pesant près de 20 kilogrammes en argent.

 “Les spécialistes ont pesé et déterminé le contenu en argent, en or et en platine. Près de 412 kg d’argent ont rempli notre collection“, a déclaré Tatiana Serpinskaya, conservatrice principale de la réserve-musée Tsarskoïe Selo.

L’ essentiel du trésor est l’œuvre de maîtres russes, des célèbres frères Sazikovs et Grachevs. Mais il y a des articles de bijoutiers français. Ils ont été amenés à Saint-Pétersbourg pour y être refaits, afin de ne pas se distinguer du style général de l’ensemble du service. Ce trésor a été collecté par des générations du clan Naryshkine

d

 La première fois que le nom de Naryshkine  est cité: Natalia Kirillovna Naryshkina , la deuxième épouse d’Alexei Mikhailovich et la mère de Pierre le Grand.

Les trois frères de la tsarine Natalia Kirillovna étaient des boyards; il n’y avait que 8 boyards dans la famille Naryshkine.

D’après l’ouvrage de référence “Tout Pétersbourg” pour 1916, Lev Vassilyevich (1875), Kirill Vassilyevich (1877), Vassily Vassilyevich (1885) et leur sœur, la comtesse Irina Vorontsova-Dashkova (1879.R.) Les frères avec leur mère après la révolution de février se sont rendus en Finlande, puis en France. Fevroniya Pavlovna est décédé en 1930. Dans le même annuaire téléphonique “Tout Petrograd”, il est dit que, dans la maison de Serguiyevskaya, vivaient Pavel et Alexander Vassilyevich Naryshkine, ainsi que Natalia Somova. 

C’étaient peut-être les enfants illégitimes du propriétaire de la maison, car dans les mémoires de contemporains, il est souvent fait référence au comportement volage de Vassily Lvovich et au caractère effacé de son épouse Fevronia Pavlovna.

 

 

 

Concert unique

Ivanna Nechay

chante les plus beaux vers de Marina Tsetaeva

Samedi 30 mars 2019 à 16h30

Médiathèque Marina Tsvetaeva , Moret / Loing

 

Ivanna Nechay est la directrice artistique du ThéâtrePopulaire, l’auteur et l’interprète de ses chansons et aussi l’organisatrice du festival international ethnique et écologique « Le zen slave ».

À partir de 2013, elle est professeure dans l’école internationale de la culture traditionnelle, des arts et de l’artisanat « Le chemin slave » à Nessebar en Bulgarie. Dans cette école, elle organise des événements créatifs où elle transmet ses connaissances dans la culture des rites slaves traditionnels et le folklore russe.

 

Médiathèque Marina Tsvetaeva

6 allée de la Céramique,  77250 Ecuelles Moret-Loing-et-Orvanne

Entrée libre

” Onéguine “

d’ Alexandre Pouchkine

Samedi 23 mars au samedi 20 avril 2019

 

Mise en scène par Jean Bellorini, d’après le roman en vers “Eugène Onéguine” de Pouchkine, traduction André Markowicz, scénographie, lumière Jean Bellorini , assistanat à la mise en scène Mélodie-Amy Wallet

Composition originale librement inspirée de l’opéra Eugène Onéguine de Piotr Tchaïkovski enregistrée et arrangée par Sébastien Trouvé et Jérémie Poirier-Quinot
Flûte: Jérémie Poirier-Quinot
Violons: Florian Mavielle, Benjamin Chavrier
Alto: Emmanuel François
Violoncelle: Barbara Le Liepvre
Contrebasse: Julien Decoret
Euphonium: Anthony Caillet

Avec: Clément Durand, GérômeFerchaud, Antoine Raffalli, Matthieu Tune, Mélodie-Amy Wallet.

Eugène Onéguine est un esthète qui aime le luxe et la fête. atiana, jeune fille noble de la ampagn, belle et sombre, tombe amoureuse de lui. Il l’éconduite avec une certaine indolence. Par desœuvremen, il séduite lors d’un bal la fiancée de son meilleur ami. C dernier, fou de douleur, le provoque en duel “.

Le roman en vers d’Alexandre Pouchkine, écrit à partir de 1823, occupe une place unique dans le panthéon de la littérature russe. Mêlant les styles avec aisance, il est, tour à tour, poème éclatant dardant les feux d’une culture éternelle, poème clairvoyant sur la vanité de l’existence et la perte des illusions, poème léger comme une ritournelle que l’on apprend enfant et que l’on garde, talisman précieux, tout au long de sa vie.

Rencontre avec les artistes le dimanche 7 avril à l’issue de la représentation.

d

Jean Bellorini ©Bénédicte Deramaux

Jean Bellorini a été nommé à la direction du Théâtre Gérard Philipe, il a pris ses fonctions le 1er janvier 2014. Né en 1981, Jean Bellorini a été formé à l’école Claude-Mathieu. Avec sa compagnie Air de lune, il a été accueilli au Théâtre du Soleil puis associé au centre dramatique national de Toulouse et au centre dramatique national de Saint-Denis. Son travail au plateau se distingue notamment par ses brillantes adaptations de textes littéraires majeurs ou d’œuvres du théâtre contemporain dans lesquelles il instille une grande vitalité issue du travail collectif de la troupe.

Son projet solide et joyeux s’appuie sur sa bonne connaissance du Théâtre Gérard-Philipe et de son territoire. Il fait la part belle aux liens entre musique et théâtre et associe à son premier mandat trois auteurs-metteurs en scène et leurs équipes. Jean Bellorini a reçu le prix Jean-Jacques Gautier 2012 de la SACD et le prix de la révélation théâtrale 2012 décerné par le syndicat de la critique. Paroles gelées a reçu le prix de la mise en scène au Palmarès du Théâtre 2013. En 2014, il reçoit le Molière du meilleur spectacle pour Paroles gelées et le Molière de la mise en scène à la fois pour Paroles gelées et La Bonne Âme du Se-Tchouan de Bertolt Brecht.

d

 

Ancienne salle des fêtes municipale construite en 1902.  Après la Seconde Guerre mondiale, Jean Vilar installe sa troupe. La ville attribue le lieu au théâtre et le baptise en 1960 en hommage au comédien Gérard Philipe disparu l’année précédente. Jacques Roussillon est le premier directeur. En 1965, le théâtre abrite le Centre lyrique populaire de France dirigé par Jacques Luccioni. José Valverde succède à Jacques Roussillon en 1966 jusqu’en 1976. Le théâtre obtient de l’État le statut de Centre dramatique national en 1963.

h

 

Théâtre Gérard Philipe, Salle Mehmet Ulusoy

Centre dramatique national de St Denis

59, Bd Jules Guesde, 93200 Saint Denis.

Scéances: Lundi, jeudi, vendredi et samedi à 20h30, dimanche à 16h

(Mardi et mercredi relâche)

Tarifs: de 6€ à 23€

Réservation: 01 48 13 70 00

 

 

 

 

1er Salon ” L’Art ô Féminin “

Vendredi 5 au jeudi 18 avril 2019

Galerie Thuillier, Paris

 

L’association «Nasledié-Heritage» dont la présidente est Natalia Dupont-Dutelloy, en partenariat avec la galerie Thuillier
organise un événement culturel qui réunit les
meilleures représentants d’arts internationaux: artistes peintres, sculpteurs,
photographes et autres créateurs.

Le thème est :
Femme artiste, femme muse, femme modèle, au nom de la femme…

Yuylia Kouznetsova,(Russie)

Ce salon est un rendez-vous artistique et culturel très attendu, qui permettra aux visiteurs d’apprécier un éventail très riche de techniques et styles diversifiés, allant de l’abstraction, à la figuration et à la photo d’art.

Gulnara Vali,(France).

Cette vaste palette d’exemples d’expressions et de sensibilités fait la richesse des cultures et des peuples, afin de protéger l’héritage et le patrimoine par l’art.

Gyorgy & Dorka Dobus,(Hongrie).

Tels sont les objectifs de ce Salon avec 40 artistes venant de 7 pays:  Finlande, France, Hollande, Hongrie, Italie, Ukraine, Russie.

Vadilaslava Yakovenko,”Paris Oder”,(Ukraine)

Nous pouvons citer:

Irina Alaverdov. Natalia Bodganovska, Natalia Dupont Dutilloy artistes russes vivant en France.  Yuylia Kouznetsova, Yulia Fomina de Russie. Paola Grillo, Amellia Perrone, Nelly Fonte d’Italie, etc….

Natalia Dupont Dutilloy, « Pluie nocturne II » 46 x 54cm, huile au couteau sur toile,(France)

h

Les peintures présentées seront soumises à un jury international.

h

La cérémonie de remise des prix aura lieu le

dimanche 7 avril 2019 à 18h

à “La Bonne Franquette”

18 Rue Saint-Rustique, 75018 Paris ( Réservation: 06 60 28 57 04 )

h

 

Galerie Thuillier

13, rue de Thorigny, 75003  Paris

Tél: 06 12 80 88 36

Horaires du mardi au samdi de 13h à 19h

Métro: St Sébastien Froissart, St Paul.

 

 

 

 

organise une soirée exceptionnelle

” Voyage au pays des Chamanes “

  • Conférences.
  • Chants et instruments
  • Projection “Premier Amour”

Jeudi 4 avril 2019 de 18h à 23h30

Cinéma Le Balzac, Paris

 

Soirée exceptionnelle à l’occasion de la venue à Paris d’Olena Uutai

Olena-Olga Podluzhnaya- Uutaï

h

PROGRAMME DÉTAILLÉ

– 18h30 : Ouverture des portes au public
– 19h à 19h10 : Introduction aux peuples de Sibérie par Anne-Victoire Charrin
– 19h10 à 19h30 : Le chamanisme des peuples du Nord et de la Mongolie par Roberte Hamayon
– 19h30 à 19h50 : La guimbarde en Yakoutie : voix des esprits, chants animaux par Emilie Maj
– 19h50 à 20h50 : Projection du film ” Premier amour“, du réalisateur yakoute Stepan Burnashev (70 min)
– 20h50 à 21h20 : Pause dégustation : buffet sibérien (participation à partir de 2 euros par plat)
– 21h20 à 22h50 : Concert d’Olena Uutai et performance des chamanes Nikolaï et Amir Oorzhak et Elena Kokorina
– 23h20 : Rencontre avec les artistes et fin de la soirée

BUFFET SIBÉRIEN (participation de 2 à 4 euros par plat ou boissons)
et STAND de livres, CD, films et guimbardes (Khorum)

h

INTRODUCTION AUX PEUPLES DE SIBÉRIE – à leur musique et à leurs croyances; 3 interventions par des spécialises
Spécialiste de la littérature et des peuples de Sibérie, Anne Victoire Charrin voyage depuis 1978 auprès des autochtones du Grand Nord russe.

Anne Victoire Charrin

Elle proposera une présentation complète des peuples de Sibérie et de leurs traditions.

 

 Roberte Hamayon

Auteure de « Le chamanisme. Fondements et pratiques d’une forme religieuse  d’hier et d’aujourd’hui », Roberte Hamayon est spécialiste du chamanisme de Mongolie et de Sibérie. Elle introduira aux croyances des peuples de Sibérie et à la notion de transe.
Ethnologue de formation, spécialiste de la relation de l’homme au sauvage et des traditions musicales du peuple yakoute, Emilie Maj souhaite aujourd’hui transmettre a parole autochtone à travers les livres qu’elle édite avec Borealia, sa maison d’édition.

Émilie Maj anthropologue, directrice de Boréalia.

 

d

 

LE CHANT DES ESPRITS – 3 chamanes en concert
Chamane de République Touva, Nikolaï Oorzhak a créé une école de sagesse autour d’une méthode de soin qu’il a créée, basée sur les propriétés du chant diphonique touva, principe d’harmonie avec la nature et d’équilibre du corps.

Nikolaï Oorzhak

Enchanteur et mystérieux, son chant rituel sera accompagné des voix, des tambours et des vièles de son fils Amir et de Elena Kokorina guérisseuse du sud de la Sibérie. Moment de méditation, leur performance fascinante, thérapie vibratoire, donnera souplesse au corps et détente à l’esprit.

d

LES VOIX ANIMALES – concert exceptionnel D’OLENA UUTAI,Olga Podluzhnaya
Née le 25 mars 1986 en République de Sakha (Yakoutie) en Russie, Olena commence à jouer de la guimbarde à 6 ans et grandit en se nourrissant des croyances et de la langue du peuple yakoute.

Olena Podluzhnaya  dite UUTAi,  traduction littéraire de la langue yakoute par “Le mystère créé par l’eau”. Olena commencé à jouer du khomus (vargana, guimbarde) à l’âge de 6 ans, elle a participé en 1997 à un concours télévisé républicain “Polar Star”, où, en 1997 et 1998, elle fut la 1ère.

Aujourd’hui internationalement reconnue, elle emmène son public dans le Grand Nord sibérien à travers l’harmonie de la guimbarde, les chants surprenants des peuples de Sibérie et l’imitation à s’y méprendre du hurlement du loup, du hennissement du cheval et du chant des oiseaux de la taïga et de la toundra.
Accomplissant sa mission de faire revivre les traditions ancestrales du peuple yakoute, elle vient pour la première fois à Paris et offrira, à travers un concert d’exception, un message de respect de la nature destiné à tous les peuple et toutes les générations.

d

PREMIER AMOUR (film)
“Volodia, éleveur de chevaux, monte à la capitale pour s’acheter un fusil de chasse. Il manque de se faire écraser par la voiture d’une femme d’affaire. Tous les deux ne mettent pas longtemps à reconnaître en l’autre son premier amour.” Au-delà de toutes frontières, ce film du réalisateur yakoute Stepan Burnashev sorti en salles le 27 février 2019 fera naître en vous des émotions à fleur de peau, vous transportant le temps de quelques images dans un ailleurs qui vous apparaîtra familier. C’est l’un de ses 7 longs-métrages. Il est loin d’être le seul réalisateur dans cette République de la Fédération russe. Le film permet d’introduire non seulement à cette région du monde, mais à un cinéma naissant ainsi qu’à la littérature de ce peuple, car le film est une adaptation d’une nouvelle de l’écrivain yakoute Nikolaï Gabyshev.

h

 

Le Balzac

1 rue Balzac, 75008, Paris

Tarif: 30€, Tarif club: 22€

Réservation et règlement auprès du cinéma Balzac et sur place le soir du concert

(à partir de mardi 26 mars): CLIQUEZ

Plus de renseignement : contact@borealia.eu et 06 07 62 93 77

Concours international d’exposition

“Palette moderne”

 

du 14 au 28 mars 2019

Académie Schtieglitz, Saint Petersbourg.

 

4C4A3488

Le 14 mars 2019, le grand hall d’exposition de l’Académie Stieglitz a accueilli l’inauguration du concours international d’exposition «Palette moderne», devenu la 13ème édition du projet «Nous sommes différents, nous sommes ensemble».

 

L’exposition présente les enseignants et les étudiants de l’Académie  A. L. Stieglitz, ainsi que des artistes venus de nombreux pays du monde: États-Unis, Chine, Corée du Sud, Espagne, Inde, Éthiopie, France, Estonie, Moldavie, Arménie, ainsi que des enseignants d’Académies amicales.

d

“Il ne suffit pas de se taire, il faut savoir dire autre chose” huile sur toile 61X46

Nicolas Tikhobrazoff ,représentant la France, expose une toile en anamorphose.

L’exposition présente un large éventail de travaux créatifs sur le dessin, la peinture, la sculpture et les arts décoratifs et appliqués.

Le but de l’exposition est de stimuler l’activité créatrice des étudiants, des enseignants et du personnel des Académies, de soutenir et de populariser les arts visuels et décoratifs modernes, de promouvoir l’interaction et l’enrichissement de différentes écoles d’art et de cultures.

d

Le jour de l’inauguration par le Recteur de l’Académie de Stieglitz, Anna Nikolaevna Kislitsyna , était accompagnée d’ invités et des participants à l’exposition:

Alexey Yuryevich Talashchuk – Académicien de l’Académie des arts de Russie, Artiste du peuple de Russie, directeur artistique de l’Académie de Stieglitz.
Alexander Evgenievich Reife,  – Recteur de l’Institut de biotechnologie.
Andrey Sklyarenko – Vice-Recteur de l’Institut Académique. I. E. Repin.
Sh. Jayasekara Pushpakumara – Professeur à l’Université internationale d’éducation fondamentale (IUFS), membre du personnel de l’UNESCO;
Hwang San Qun – Professeur, République de Corée;
Beibutyan Leva – Professeur du département de sculpture monumentale et décorative de l’académie de Stieglitz;
Alexander Bartenev – Directeur du musée des arts appliqués de l’Académie de Stieglitz;
Azbeha Negga Tesfaye – originaire d’Éthiopie, participant au projet, professeur associé du département de peinture et de dessin SPBSTDD;
Victor Y. Semenov – Professeur au département de dessin de l’Académie Stieglitz, président du comité d’organisation de l’exposition.

h

L’école est fondée par un oukaze d’Alexandre II de 1876, grâce aux moyens financiers de son fondateur, le baron von Stieglitz (1814-1884), banquier et industriel.

 

Académie Schtieglitz

13-15 rue Solianoï (Соляной пер., 13-15)

Heures d’ouverture: 12h00 – 16h00 tous les jours, sauf le dimanche.

ARTESIENNE
Portes ouvertes
” Couleurs du Printemps “
de Larissa Noury
WE du 23 & 24 mars 2019  – 11h à 20h
WE du 30 & 31 mars 2019 – 11h à 19h
Larissa Noury – Artiste peintre – Architecte-coloriste – Styliste
et son art tactile effleurant de délicates nuances “intuitistes”. Président Fondatrice de l’Association internationale «Color-Space-Culture» Larissa Noury, Docteur en Arts (Bordeaux, 2003) et Architecture (Saint-Pétersbourg, 1988), auteur de deux livres “Color in the city” et “Symbolic of colors”, est le coloriste le plus original de Montmartre, France. Ses œuvres offrent le luxe de combiner liberté et force intérieure. Cette alliance caractérise toutes ses œuvres, empreintes de poésie où règnent l’amour et la fantaisie onirique; nous rappelant l’impressionnisme de Monet, les peintures de Chagall aux couleurs romantiques ou les compositions de Kandinsky à l’aide de mouvements improvisés.
Son travail fait partie de nombreuses collections privées et de cinq musées. Elle a créé une collection de robes peintes avec JMPujol qui travaillait dans l’atelier d’Yves Saint Laurent et a présenté son film “Dream of Harmony” qui traite des nouvelles technologies dans l’art. La combinaison d’images et de musique vous fait plonger à l’intérieur de vous-même dans une contemplation magnifique.
h
ARTESIENNE
20, rue Tholozé, 75018 Paris
Métro: Abbesses, Blanche

Présente

“En se couchant il a raté son lit”

d’après Daniil Harms

du 11 au 31 mars 2019

Salle Roger Blin, Théâtre Gérard Philipe

Mise en scène: Lilo Baur et Jean-Yves Ruf

Avec: Elissa Allouba, Joan Beliviure, Jean-Christophe Cochard, Isabel Aimé, Gonzales Sola, Laurence Mayor, Vincent Mourlon, Pierre)Yves Poudou.

Lumière: Jean Bellorini.

Scénographie: Laure Pichat.

Son: Xavier Jacquot.

Costumes: Agnès Falque, Marlène Hervé.

Durée: 1h 15 environ.

d

Les textes de Daniil Harms sont des petits trésors d’humour, vifs et cruels. Le titre du spectacle en témoigne. Pourtant, si l’on plonge dans la biographie de cet auteur, on ouvre en même temps l’une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe  siècle. Poète proche du peintre Kazimir Malevitch et cofondateur de l’Oberiou, dernière organisation littéraire de gauche en Russie soviétique avant l’avènement d’une censure totale, né en 1905 et mort de faim pendant le siège de Leningrad en 1942, Daniil Harms a connu un destin heurté, marqué par la grande confusion de son époque. Harms n’a pas eu le temps de se faire connaître avant de se voir interdire toute publication. Il n’a vu paraître de son vivant que deux courts poèmes (en 1926 et 1927). Réhabilité en URSS en 1956, il reste aujourd’hui méconnu en France, malgré une œuvre étonnante, mêlant le tragicomique à l’absurde, maniant la forme courte – poésie, théâtre et prose – dénonçant, par l’humour et le non-sens, la violence et la monstruosité de son temps.

© Serge Bloch

Lors d’un stage mené il y a deux ans au TGP, les metteurs en scène Lilo Baur, Jean-Yves Ruf et Jean Bellorini avaient choisi ces écrits. Les saynètes s’enchaînent, très physiques, rythmées, précises. On y voit des chutes, des exactions impunies, des vaudevilles tragiques. La musicalité de la langue, la truculence des personnages, les répétitions, les accélérés et les ralentis composent l’ensemble en une symphonie cruelle. Le groupe de sept comédiens – belle équipe aux caractères sensibles et rugueux – se jettent à corps perdu dans ce tourbillon de mots. Poètes prêts à en découdre et à combattre l’arbitraire par le rire.

h

dit Harms

Daniil Harms est né le , décédé le 

 

Daniil Iouvatchev dit Harms, enfant.

entretenait une correspondance avec Tchekhov, mais également avec Volochine et Tolstoï,

 

Lettre de D. Harms avec son autoportrait

 

Grâce à lui, en URSS, les enfants ont lu ses traductions du livre illustré en vers de l’artiste et poète Wilhelm Bush, le recueil de poèmes humoristiques “Max & Moritz”, l’histoire de deux garnements insupportables et espiègles.

Max et Moritz (1865) du poète Wilhelm Bush

Daniil a également publié des œuvres composées en collaboration avec des collègues de l’atelier de création. Alors, en 1937, les “Histoires en images”. Les illustrations ont été dessinées par Nikolai Radlov, tandis que le texte lui-même a été écrit par Nina Gernet, Natalya Dilaktorskaya et Daniel Kharms. La biographie de l’auteur pendant longtemps était connue principalement pour ce livre.

Accusé d’activités anti-soviétiques, il est exilé à Koursk près de la frontière ukrainienne en 1931, où il a des problèmes de santé causés par une mauvaise alimentation et un manque de soins. Il est libéré en 1932,  puis il est arrêté en août 1941, afin d’échappé à la peine mort il se déclara fou et il est interné dans un asile psychiatrique, en pleine famine lors du blocus de la ville, où il meurt à 36 ans en 1942.

Photo d’écrou de Danniil Iouvatchev dit Harms.

Considéré comme un ennemi du régime stalinien, Harms ne peut publier de son vivant que deux textes, l’essentiel de son œuvre fut diffusée clandestinement. Il est réhabilité en 1960, mais longtemps, seules en 1962 ses poésies pour enfants sont republiées en URSS. Son œuvre est aujourd’hui appréciée en Russie. Elle a été traduite en français, allemand, anglais, italien, polonais, tchèque, et suédois.

h

Théâtre Gérard Philipe, salle Roger Blin

59 boulevard Jules-Guesde 93200 Saint-Denis
Tarifs:23€, tarif réduit de 6 à 17€
Réservation: 01 48 13 70 00

 Métro : Saint-Denis – Basilique (13)

RER : Saint-Denis (ligne D1).
Transilien : Saint-Denis (ligne H).
Bus : arrêt Eglise – Théâtre Gérard Philippe (lignes 255, N44)
Tram : Théâtre Gérard Philippe (ligne 1)
Voiture : Depuis Paris : Porte de la Chapelle – Autoroute A1 – sortie n°2 Saint-Denis centre (Stade de France), suivre « Saint-Denis centre ». Contourner la Porte de Paris en prenant la file de gauche. Continuer tout droit puis suivre le fléchage « Théâtre Gérard Philipe » (emprunter le bd Marcel Sembat puis le bd Jules Guesde).

 

 

Exposition

Le renouveau de l’École de Vitebsk”

7 artistes significatifs.

du lundi 18 au dimanche 31 mars 2019

 

Entre Art Naïf, Néo-Primitivisme et Néo-Modernisme, l’école de Vitebsk contemporaine s’inscrit dans la lignée de ses illustres prédécesseurs. L’avant-garde russe a laissé place à une nouvelle génération d’artistes-peintres prisée et talentueuse. L’éventail des visions artistiques représentées par :

Skovorodko, Zakharevitch, Dundzin, Davidovich, Kroshkin, Plotnikov et Shilko nous aident à mieux comprendre à quel point cette école petite a influencer de nombreux courants artistiques.

Vernissage jeudi 21 mars de 18h au 23h

d

 I-gallery.Intelligence 

1, quai Voltaire, 75007 Paris
Horaires:du mercredi au dimanche de 14h à 19h 

 Sur rendez-vous:  0676380567 et 0753567107

Originaux détruits d’ œuvres du musée 

Andrei Rublev à jamais perdus.

 

Lors d’un incendie survenu au cours du week-end dans un entrepôt de peintures situé dans la rue principale de Moscou, à savoir:

62 copies des anciennes fresques de Théophane le Grec et une copie de l’autel de l’église de la Nativité de la Vierge dans le monastère de Ferapontov en taille réelle.

40 œuvres ont été exportées vers des expositions à l’étranger. Ils ont connu un énorme succès, car les originaux sont perdus. Des objets exposés du musée de la science Andrei Rublev ont été détruit.

Des chefs-d’œuvre et des pièces exceptionnelles gérés par le Musée central de la culture et des arts russes, baptisés du nom d’Andrei Rublev, sont restés intacts. Des copies du XXe siècle ont été endommagées, a déclaré vendredi 15 mars, Svetlana Lipatova, directrice adjointe du musée du développement. Ce ne sont pas les objets d’expositions, mais les copies du XXe siècle qui ont souffert de l’incendie.

Selon le ministère des Situations d’urgence, le feu a pris dans dans un local voisin, l’entrepôt était en train de brûler du troisième au premier étage sur une superficie d’environ 2 000 mètres carrés et c’est propagé à l’entrepôt de peinture d’Anton Rublev

Concert de l’orchestre d’instruments folkloriques

de l’École d’Arts G.V. Sviridov

de Saint-Pétersbourg


Concert de l’orchestre d’instruments folkloriques de l’Ecole d’Arts G.V. Sviridov de Saint-Pétersbourg.

Directeur artistique et conducteur Andreï Demidov.

 

«CENTRE HUIT»

 8, rue de la Porte de Buc,  Versailles 78000,

(RER) Gare de Versailles Chantiers

Entrée : 5€

Réservation 06 76 29 15 09
russophone@mac.com
www.ecolerusse.fr

Film

” L’homme qui a surpris tout le monde “

” Человек, который удивил всех”

de Natscha Merkulova & Alexey Chupov

Sortie en salle le 20 mars 2019

Réalisation, Scénario : Natasha Merkulova et Aleksey Chupov

Image : Mart Taniel
Montage : Vadim Krasnitsky
Son : Vladimir Pryamov, Aleksandr Fedenyov, Stas Krechkov

Designer de production : Sergey Avstrievskikh

Production musicale : Andrey Kurchenko Casting : Maria Sudnitsyna
Costumes : Anna Bartuli
Maquillage : Tatyana Kolomyitseva

Evgeniy Tsyganov : Egor, Natalya Kudryashova : Natalia,  Yuriy Kuznetsov : le Grand-père,  Vasiliy Popov : Artem, Pavel Maykov : Zakhar, Aleksey Filimonov : Sepka, Elena Voronchikhina : la Chamane, Maksim Vitorgan : le Professeur

Durée: 105 mn, 2018

d

” Aux confins la Taïga sibérienne, Egor, garde forestier, est un bon père de famille et un bon mari, respecté par ses quelques concitoyens. Lui et sa femme Natalia attendent un deuxième enfant. Quand Egor découvre qu’il est atteint d’une maladie incurable, ni la médecine traditionnelle, ni la sorcellerie des chamans ne peuvent rien contre sa maladie et, en fin de compte, Egor se résout à un acte désespéré: il va tenter de tromper la mort… au risque de surprendre tout le monde. “

h

Prix

Festival International du Film de Venise 2018 (Italie): Prix Orizzonti de la meilleure actrice, Prix Spécial du Jury, Pingyao Crouching Tiger Hidden Dragon (Chine), Prix du public Crouching Tiger, Festival International du Film Indépendant de Bordeaux (France), Festival du Film Russe de Honfleur (2018), Grand Prix de la Ville de Honfleur Meilleur Film, Prix de la Meilleure Actrice, Prix du Meilleure Acteur.

Sélection:

Festival International du Film de Busan (Corée du Sud),  Festival International du Film de Janela (Brésil), Tallinn Black Nights Film Festival (Estonie)
Festival International du Film Cineuropa (Espagne)

d

Natasha Merkulova est née le 19 septembre 1979 à Orenburg en Russie. Elle est diplômée de l’Université d’Irkutsk et de la Haute Ecole des Scénar- istes et Réalisateurs de Moscou. Elle a travaillé en tant que présentatrice à la télévision d’Irkutsk.

d

Alexey Chupov est né le 25 mai 1973 à Moscou. Il est diplômé de l’Université d’Etat de Moscou et a également étudié le Cinéma à l’Université Wake Forest aux Etats-Unis. Il a commencé sa carrière en tant que journaliste pour la télévision.

Son premier film, Lieux Intimes (2013), a été acclamé par la critique et a gagné pas moins de 30 sélections et prix dans des festivals russes et à l’international.

En 2013, il a écrit et réalisé Lieux Intimes avec sa femme Natasha Merkulova, un premier film acclamé par la critique.

100 ANS d’ÉMIGRATION RUSSE

Dimanche 24 mars 2019 à 16h annulé

REPORT DU CONCERT:

SAMEDI 6 AVRIL à 16 h

Salle Sapiens, Brussels

 

2019 marque le début des commémorations du centenaire de présence Russe en Europe qui se poursuivront jusqu’en 2023. Tout au long de cette période nous ferons de notre mieux pour faire connaître notre histoire, valoriser notre patrimoine, susciter de nouvelles initiatives.
Maison Russe asbl commence par le concert de Groupe Karandash qui est composé de musiciens d’origine russe, Yashko Golembiovsky, Iliya Stepanow et Iliyoucha Stepanow,  nés en Belgique, de parents ou grands parents issus de l’émigration.

Ils vont vous faire revivre l’expression lyrique russe, qui parle de la haine de la guerre, du goût de la liberté, des peines et des joies de l’amour, de la fraternité humaine, de la tendresse, de la bonté, du courage. Avec le groupe Karandash vous sentirez l’espace d’un instant les plaines de la Russie avec des chevaux volants dans les steppes avec la fougue des tziganes qui les montent.

Soyez les bienvenus !
Ce projet est soutenu par la Service de Relations internationales de Commune de Saint-Josse-ten-Noode

L’entrée est gratuite, le buffet est proposée avec les prix démocratiques.

Salle Sapiens

1, Rue Merines 1210 Bruxelles

 

5ème Festival du Cinéma Russe 2019

“Quand les Russes s’enflamment”

Lundi 11 au lundi 18 mars 2019

Paris

Crée en 2014, au Grand Action, à Paris, des soirées mensuelles dédiées au patrimoine cinématographique russe. Le succès fut immédiat !

Après quand les Russes rient, aiment, chantent, rêvent.

Voici : ” Quand les russes s’enflamment”

Vous allez découvrir quarante films à voir et revoir au Balzac, en haut des Champs Elysées, au Christine 21 à Saint Germain des Prés, au Studio 28 aux pieds de la Butte et au Max Linder sur les Grands Boulevards…

d

 

Calendrier susceptible de modifications.

d

Ouverture


Cinéma Le Balzac
Hommage à Michel Legrand avec Nathalie Dessay.
d

VAN GOGHS – ВАН ГОГИ
Russie . 2018 . Couleur . 1h43
Production : Leopolis
Réalisation : Sergueï Livnev ; Scénario : Sergueï Livnev ; Opérateur : Youri Klimenko ; Musique : Léonide Dessiatnikov, Alexeï Sergounine
Avec : Alexeï Serebriakov, Daniel Olbrychski, Elena Koreneva, Polina, Agoureeva, Natalia Negoda, Alexandre Sirine, Svetlana Nemoliaeva…
“Le père est un chef d’orchestre reconnu ; le fils un artiste talentueux mais inconnu. Entre eux depuis toujours des relations d’amour-haine. Plus haine qu’amour, en fait.
Ils habitent chacun aux antipodes et s’efforcent de ne jamais se croiser. Cependant un impondérable surgit qui va les obliger à se rapprocher et prendre, qui sait, le chemin de la réconciliation.”

Sergueï LIVNEV (Сергей Ливнев), né en 1964.Réalisateur, scénariste et producteur russe. Parmi ses scénarios : Assa (Асса 1987) de Sergueï Solovev. Il n’a réalisé que trois films : 1991 : Кiks (Кикс),  1994 : La Faucille et le marteau (Серп и молот),  2018 : Les Van Gogh (Вангоги)

h


Cinéma Le studio 28

CINÉ CONCERT
TROIS DANS UN SOUS-SOL – ТРЕТЬЯ МЕЩАНСКАЯ

URSS . 1927 . N&B . 1h24 Production : Sovkino (Moscou)

Réalisation : Abram Room, Scénario : Victor Chklovski, Abram Room, Image : Grigori Guiber

Avec : Nikolaï Batalov, Ludmila Semenova, Vladimir Fogel, Maria Yarotskaïa, Léonide Yourenev, Elena Sokolova…

h

Cinéma Le Balzac

Réalisation : Vassili PITCHOUL
Scénario : Maria KHMELIK
Images : Efim REZNIKOV
Ingénieur du son : Pavel DROZDOV
Interprétation : Andreï FOMINE, Maria KHMELIK, Youri NAZAROV, Natalia NEGODA , Aleksandr NEGREBA, Andreï SOKOLOV, Lioudmila ZAITSEVA

En présence de l’actrice principale Natalia Negoda

Le film scandale de la Pérestroïka qui suscita de violentes réactions, signé par un couple de trentenaires, le réalisateur et sa femme scénariste. Vera, une jeune fille délurée, étouffe dans l’atmosphère étriquée de sa ville provinciale et dans son temps : conflits avec son entourage médiocre, avenir bouché…Le titre est un jeu de mots car le prénom Vera signifie aussi « foi ». Dans un pays figé, enlisé dans le piège afghan, plus personne ne croit à rien.

Dernier film soviétique dépassant les 50 millions de spectateurs.

h

Cinéma Le Christine 21

 

Réalisation : Youri Bykov
Scénario : Youri Bykov
Image : Vladimir Ouchakov
Musique : Youri Bykov et Ivan Issianov
Avec : Vladislav Abachine, Denis Chvedov, Andreï Smoliakov, Alexandre Boukharov, Alexandre Bachirov, Maxime Vitorgan…
 Russie-France . 2018 . Couleur . 1h49
Production : Kinovista, Forever Films Media, Sharm, Coda, Wild Bunch
Sélection officielle TIFF Toronto 2018 / Les Arcs Film Festival 2019
Six travailleurs décident de rebuter l’oligarque, qui ferme l’entreprise pour une bonne affaire. Qui va gagner – riche ou pauvre, cupidité ou désespoir? Regardez le nouveau thriller provocateur de “Plant” de Yuri Bykov dans les cinémas à partir du 7 février 2019.
L’usine de formation de la ville est fermée quelque part dans l’outback russe: le propriétaire, l’oligarque Kalugin, annonce sa décision à une foule de travailleurs contrariés mais silencieux, qui n’ont pas vu leurs salaires depuis des mois. Aux cheveux gris – un travailleur qui a perdu un œil dans une guerre et qui souffre d’un syndrome post-traumatique – persuade ses camarades de kidnapper un millionnaire et d’exiger une rançon. Cependant, un détachement de sa garde personnelle, dirigé par un combattant expérimenté, Tuman, arrive pour sauver Kalugin. Même les forces de sécurité qui les ont emmenées ont arrêté le convoi. La tension augmente, les coups de feu retentissent de plus en plus souvent, la matinée arrive et le nouveau jour ouvrable arrive. Il est évident que loin de tout sortira vivant de cette confrontation.
h

Cinéma Le Balzac

LES MÉANDRES DU SUCCÈS – ЗИГЗАГ УДАЧИ

URSS . 1968 . N&B . 1h28, Production : Mosfilm, Scénario : Emile Braguinski, Eldar Riazanov, Image : Vladimir Nakhabtsev, Musique : Andreï Petrov

Avec : Evgueni Léonov, Valentina Talyzina, Evgueni Evstigneev, Irina Skobtseva, Guéorgui Bourkov, Valentina Telitchkina, Alexandre Gribov…

h


Cinéma Le Balzac

LA BALLADE DU HUSSARD – ГУСАРСКАЯ БАЛЛАДА

URSS . 1962 . Couleurs . 1h36 .Production : Mosfilm,Scénario : Alexandre Gladkov, Eldar Riazanov, Image : Léonide Kraïnenkov, Musique : Tikhon Khrennikov

Avec : Larissa Goloubkina, Youri Yakovlev, Igor Ilinski, Nikolaï Krioutchkov, Tatiana Chmyga, Youri Belov…

C’est une des comédies musicales les plus appréciées en Russie. Cette aventure rythmée, raconte l’histoire de Nadejda Durova durant les guerre napoléoniennes, pleine d’activités et remplie d’humour est ingénieusement mélangée à un bravade par intérim et à des opérettes mémorables.

h

Cinéma Le Christine 21
 .

AU BORD DU RAVIN ABRUPT – У КРУТОГО ЯРА

URSS . 1961

N&B . 43mn Production : Studios Gorki Réalisation : Kira Mouratova, Alexandre Mouratov, Scénario : Kira Mouratova, Alexandre Mouratov, Image : Andreï Maslennikov,  Musique : Oleg Karavaïtchouk

Avec : Valéri Issakov, Marcella Tchebotarenko, Victor Markine, Guéorgui Svetlani-Penkovski, Piotr Lioubechkine, Valéri Ivanov…

h


Cinéma Le Balzac
Une jeunesse russe

h


Cinéma Le Balzac

UNE JEUNESSE RUSSE – МАЛЬЧИК РУССКИЙ

Réalisation : Alexandre Zolotoukhine
Scénario : Alexandre Zolotoukhine
Image : Aïrat Yamilov
Musique : Sergueï Rachmaninov…
Avec : Andreï Pavlioutine, Sergueï Dvoïnikov, Danil Tiabine, Dimitri Belov, Igor Chlykov…

Russie . 2017 . Couleurs . 1h13
Production Lenfilm, Fondation Primer Intonatsii

C’est l’histoire d’un petit gars de la campagne qui, en 1916, s’engage comme volontaire. Mais dès le premier engagement, il perd la vue à cause des gaz. Il va quand même rester sur le front et continuer à se battre. Equipé d’énormes engins acoustiques, il devient « écoutard » (« sloukhatch »), autrement dit « il écoute le ciel » pour détecter l’arrivée des avions allemands ennemis.

h

Cinéma Le Balzac

LE CYGNE DE CRISTAL – ХРУСТАЛЬ

Réalisation : Daria Jouk ; Scénario : Helga Landauer, Daria Jouk ; Opérateur : Carolina Costa

Avec : Alina Nasboullina, Ivan Mouline, Svetlana Anikeï, Ilya Kapanets…Biélorussie-Allemagne-USA-Russie . 2018 . Couleur . 1h35 .

Production Demarchfilm, Crystal Goose, Turnstyle TV

Années 1990, en Biélorusse. La jeune Vélia, une DJ pleine d’ambition de Minsk, rêve de partir en Amérique. A la suite d’une erreur dans sa demande frauduleuse de visa, elle se retrouve hébergée par une famille inconnue dans une petite ville où toute la vie tourne autour de la Cristallerie. Tandis que ses hôtes sont pris dans leurs préparatifs de mariage, elle va se battre envers et contre tout (tous ?) pour réaliser son rêve.

h
Cinéma Le Balzac

ROMANCE DE BUREAU – СЛУЖЕБНЫЙ РОМАН

URSS . 1977 . Couleurs . 2h39, Production : Mosfilm, Scénario : Eldar Riazanov, Emile Braguinski, Image : Vladimir Nakhabtsev, Musique : Andreï Petrov

Avec : Andreï Miagkov, Alissa Freindlich, Svetlana Nemoliaeva, Oleg Bassilachvili, Lia Akhedjakova…

“Anatoli Novosseltsev, modeste employé, se trouve mis au placard à son Institut de statistique. Pour décrocher un nouveau poste son collègue Youri Samokhvalov,lui conseil de faire usage de ses charmes auprès de sa gorgonne de directrice. Mais le projet de Novoseltsev va se retrouver contrarié à plus d’un titre…il tente de séduire sa directrice Lioudmila Kalouguina, une femme autoritaire et peu séduisante, pour qui le travail a remplacé la vie privée”.

h

Cinéma Le Balzac

LA NUIT DU CARNAVAL – КАРНАВАЛЬНАЯ НОЧЬ

URSS . 1956 . Couleurs . 1h18, Production : Mosfilm, Scénario : Boris Laskine, Vladimir Poliakov, Image : Arkadi Koltsaty, Musique : Anatoli Lepine

Avec : Igor Ilinski, Ludmila Gourtchenko, Youri Belov, Sergueï Filippov, Olga Vlassova, Guéorgui Koulikov, Andreï Toutychkine, Tamara Nossova…

“Un nouveau directeur d’une Maison de la Culture prévoit d’organiser un concert de Nouvel An terriblement ennuyeux. Un groupe de jeunes acteurs amateurs font de leur mieux pour animer le concert, malgré les points de vues imposés par le directeur”.

h

Cinéma Le Balzac

Le cœur du Monde
Pays: Russie, Lithuanie,  2018
Réalisatrice: Natalia Mechtchaninova
Scénariste: Natalia Mechtchaninova, Boris Khlebnikov, Stepan Devonine,
Acteurs: Stepan Devonine, Dmitri Podnozov, Yana Sekste, Vitia Ovodkov, Yevgeni Syty, Ekaterina Vasilieva.
Genre: Drame
Sortie le 27 septembre 2018
Durée: 2h 04 mn
Grand Prix du 29ème festival à Sotchi en 2018

À la station de prtravochny, entourée de cerfs, de renards, d’Alabaï et d’autres êtres vivants, Egor travaille (Stepan Devonine) comme vétérinaire , homme doux avec des compétences médicales, observant les chiens de chasse et les animaux vivants élevés ici (principalement des renards, mais aussi des blaireaux). Avec les animaux, c’est plus facile qu’avec les gens. Il accepte n’importe quel travail, juste pour devenir le sien pour le propriétaire de la station, Nikolai Ivanovich et ses proches. Yegor veut quelque chose de presque impossible – faire partie de cette famille. Chaque soir, il vient dîner chez le maître, il souffre de grognements de la part de son patron ( Dmitry Pozdnov ), n’interfère pas et ne tolère pas la cour auprès de sa fille (Jane Sextus) , évite habilement les cris coquins de son fils ( Vitya Ovodkov). Toute cette beauté fragile et cette compréhension mutuelle s’effondrent en un jour: Egor est informé du décès de sa mère, alcoolique, avec qui il a rompu tout lien; le passé, d’où il s’est échappé dans le désert, à la vie d’une pierre dans la forêt du même type, se fait sentir – et toute harmonie se transforme en cacophonie; jusqu’à ce que le tas apparaisse “vert”.

d

 

h


Cinéma Le Christine 21

LES AILES – КРЫЛЬЯ

URSS . 1966 . N&B . 1h25 Production : Mosfilm, Réalisation : Larissa Chepitko, Scénario : Valentin Ejov, Natalia Riazantseva, Image : Igor Slabnevitch, Musique : Roman Ledenev

Avec : Maïa Boulgakova, Jeanna Bolotova, Panteïlemon Krylov, Léonide Diatchkov, Vladimir Gorelov, Rimma Nikitina-Markova…

Nadejda Petroukhina, ancienne pilote de chasse auréolée de nombreuses victoires, ne peut oublier son passé à la fois glorieux et dramatique. Ses blessures de guerre ne lui permettent plus d’exercer le métier d’aviatrice. Bien qu’elle soit devenue une femme respectable, directrice d’une école d’apprentissage et députée au Conseil communal, elle se sent seule et incomprise. Ses rêveries autour du terrain d’aviation lui rappelle l’appel du ciel”.

h


Cinéma Le Balzac

BOULE DE SUIF – ПЫШКА

URSS . 1934 . N&B . 1h09

Production : Moskinocombinat / Mosfilm, Réalisation : Mikhaïl Romm, Scénario : Mikhaïl Romm, Image : Boris Voltchek

Avec : Galina Sergueeva, Andreï Faït, Fanny Ranevskaïa, Anatoli Goriounov, Tatiana Okounevskaïa, Piotr Repnine…

Pendant l’hiver 1870 la ville de Rouen en Normandie  est envahie par les Prussiens. Pour fuir l’occupation, un groupe de dix personnes dont l’héroïne: Pyschka prend la diligence de Dieppe. Le voyage s’annonce difficile, les voyageurs ont faim et seule la jeune femme a pensé à emporter des provisions, qu’elle partage généreusement.Ils font étape dans une auberge occupée par des soldats prussiens. Un officier leur interdit de repartir tant que Pyshka n’aura pas accepté ses avances. Patriote, elle refuse, approuvée par ses camarades. Mais ils perdent patience et trament un complot contre elle. Enfin, elle finit par céder sous la pression des autres voyageurs. Malgré le service rendu à ses camarades, ils la couvrent de honte. L’officier les autorisant à partir, ils continuent leur voyage sous la protection d’un soldat prussien. La compagnie, sauf Pyshka qui n’a pas eu l’occasion de s’approvisionner, commence à se goinfrer en ignorant Pyshka. Celle-ci pleure puis se fâche sur les neuf autres voyageurs. Ce sera le soldat qui aura quelque compassion et lui offrira un quignon de pain.

h

Vendredi 15 mars 2019 – 11 h

Cinéma Le Balzac

CRYSTAL – ХРУСТАЛЬ

Biélorussie-Allemagne-USA-Russie . 2018 . Couleur . 1h35 . Production Demarchfilm, Crystal Goose, Turnstyle TV

Réalisation : Daria Jouk ; Scénario : Helga Landauer, Daria Jouk ; Opérateur : Carolina Costa

Avec : Alina Nasboullina, Ivan Mouline, Svetlana Anikeï, Ilya Kapanets…

Années 1990, en Biélorusse. La jeune Vélia, une DJ pleine d’ambition de Minsk, rêve de partir en Amérique. A la suite d’une erreur dans sa demande frauduleuse de visa, elle se retrouve hébergée par une famille inconnue dans une petite ville où toute la vie tourne autour de la Cristallerie. Tandis que ses hôtes sont pris dans leurs préparatifs de mariage, elle va se battre envers et contre tout (tous ?) pour réaliser son rêve”.

Daria JOUK (Дарья Жук) Née en 1980. Réalisatrice et scénariste biélorusse et américaine. Le Cygne de cristal est son premier long métrage.

h


Cinéma Le Balzac

CHÈRE ELENA – ДОРОГАЯ ЕЛЕНА СЕРГЕЕВНА

URSS . 1988 . Couleurs . 1h34, Production : Mosfilm, Scénario : Ludmila Razoumovskaïa, Eldar Riazanov, Image : Vadim Alissov, Supervision musicale : Sergueï Skripka

Avec : Marina Neelova, Natalia Chtchoukina, Fedor Dounaevski, Dimitri Marianov, Andreï Tikhomirnov.

Des élèves sont venus féliciter leur institutrice pour son anniversaire. Ils sont venus par intérêt, avec un bouquet et un cadeau car ils savaient qu’Elena Sergeevna avait la clé du coffre-fort où se trouvent les papiers d’examen. Tout le monde a une raison et une justification pour vouloir : corrigez les mauvaises notes, et tout le monde semble avoir du remords. Cependant, les événements se déroulent de manière inattendue pour tout le monde. Les étudiants, à leur manière, montre le côté obscur de leur âme .

Elena Sergeevna, malgré sa simplicité et sa douceur, refuse de donner la clé supportant les moqueries des adolescents.Finalement la clé restera dans l’appartement d’Elena Sergeevna, il n’y aura pas non plus de vainqueur dans ce «combat».

h

Cinéma Le Balzac

7h de projection entrecoupées d’ entractes gourmands.

“Guerre et Paix”

INTÉGRAL

de Sergueï Bondartchouk

1ère partie

URSS . 1965-1967 . Couleurs
Quatre époques :
André Bolkonski 2h27,
Natacha Rostova 1h40,
1812 1h24,
Pierre Bezoukhov 1h40.

Production Mosfilm
Réalisation : Sergueï Bondartchouk, Scénario : Sergueï Bondartchouk,
Vassili Solovev
Images : Anatoli Petritski, Musique : Viatcheslav Ovtchinnikov
Avec : Ludmila Saveleva, Viatcheslav, Tikhonov, Sergueï Bondartchouk, Oleg Tabakov, Oleg Efremov, Vassili Lanovoï, Irena Skobtseva, Nikolaï Rybnikov, Anatoli Ktorov,
Nonna Mordioukova… (le plus simple serait de lister les acteurs qui n’en sont pas)

Si Léon Tolstoï a rédigé plus de mille pages, c’est qu’il ne pouvait se contenter d’une nouvelle. Disons simplement que l’histoire va de 1805 à 1820, d’Austerlitz à la paix retrouvée en Europe en passant par la campagne de Russie quand Napoléon a la funeste idée d’envahir ce pays. Il s’installe au Kremlin, regarde Moscou brûler (au fait, la faute à qui ?) et ordonne la retraite de la Grande Armée qui se désintègre dans la grande plaine glacée.

2ème partie à 20h

3ème et 4ème partie à 22h30

h


Cinéma Le Balzac
Russie . 2018 . Couleurs . 1h38
Production : Studio Slon, Truemen Pictures
Réalisation : Alexandre Gortchiline, Scénario : Valéri Petcheïkine, Image : Xenia Sereda
Avec : Philippe Avdeev, Alexandre Kouznetsov, Arina Chvetsova, Savva Savelev, Alexandre Rebenok, Rosa Khaïroullina…

Sacha et Petia mènent la vie déjantée de musiciens dans la Moscou d’aujourd’hui : folles soirées, exaltations et baisses de moral, engrenage fatal de relations instables avec leur entourage et mal-être personnel. C’est la génération des jeunes de 20 ans qui ont entendu parler de «l’amour», de «la famille» et des «pos- sibilités» mais qui sont dévorés par un sentiment de totale solitude. Et soudain un événement va obliger nos deux garçons à se regarder avec lucidité.

Alexandre Gortchiline (Александр Горчилин) né le 3 mars 1992, acteur, réalisateur. Après ses études il a joué sur la scène du théâte de Dubrovka, puis en 2006 au cinéma dans une série humoristique. En 2008 il rentre à l’École de Théâtre d’Art de Moscou il est diplômé en 2012 et il est admis dans la troupe Gogol Center. En 2018, il joue le rôle du punk dans le film « Summer », réalisé par Kirill Serebrennikov. Il a fait ses débuts en tant que réalisateur d’un long métrage, tirant le film “Acid“, qui a reçu le prix du concours “Kinotavr.

h


Cinéma Le Christine 21

BRÈVES RENCONTRES – КОРОТКИЕ ВСТРЕЧИ

URSS . 1967 . N&B . 1h36

Production : Studios d’Odessa,  Réalisation : Kira Mouratova, Scénario : Kira Mouratova, Léonide Joukhovitski, Image : Guennadi Kariouk, Musique : Oleg Karavaïtchouk

Avec : Kira Mouratova, Vladimir Vyssotski, Nina Rouslanova, Lydia Bazilskaïa, Valéri Issakov, Olga Wiklandt, Alexeï Glazyrine, Svetlana Nemolaeva…

Valentina est responsable du logement au Conseil municipal d’une ville de province. Elle doit faire face à la fois à l’impatience de ceux qui attendent un logement et à la corruption de ceux qui les fabriquent. Elle a un amant géologue, Maxime, qui est surtout soucieux de sa propre liberté. Valentina prend comme femme de ménage une autre et plus jeune maîtresse de Maxime”.

h


Cinéma Le Balzac

L’IRONIE DU SORT – ИРОНИЯ СУДЬБЫ ИЛИ С ЛЁГКИМ ПАРОМ

URSS . 1975 . Couleurs . 2h35

Production : Mosfilm,  Scénario : Emile Braguinski, Eldar Riazanov, Image : Vladimir Nakhabtsev, Musique : Mikaél Tariverdiev

Avec : Andreï Miagkov, Barbara Brylska, Youri Yakovlev, Lioubov Sokolova, Lioubov Dobrjanskaïa, Lia Akhedjakova, Alexandre Chirvindt, Guéorgui Bourkov, Valentina Talyzina…

 La veillée du Nouvel An est devenu tradition dans tous les foyers. Cette belle comédie lyrique raconte l’histoire aléatoire du destin du personnage principal du film -“ Le moscovite Eugène Loukachine. Chaque année, le 31 décembre, lui et ses amis se rendent dans une maison de bain où, traditionnellement, ils accompagnent l’année écoulée. Après avoir bien bu, les amis se souviennent qu’ils doivent emmener l’un d’eux à l’aéroport, car ils se souviennent exactement que l’un d’eux allait prendre l’avion pour Leningrad. Mais qui? Eugene à moitié réveillé a mis par erreur dans un avion. En fait, à la maison, sa mère l’attend avec sa petite amie, à qui il doit faire une offre. Ici tout le plaisir commence …”

h
Cinéma Le Balzac

kinopoisk.ru

LE GARAGE – ГАРАЖ

URSS . 1979 . Couleurs . 1h41

Production : Mosfilm, Scénario : Emile Braguinski, Eldar Riazanov, Image : Vladimir Nakhabtsev, Musique : Andreï Petrov

Avec : Lia Akhedjakova, Iia Savina, Svetlana Nemoliaeva, Valentin Gaft, Andreï Miagkov, Guéorgui Bourkov, Viatcheslav Nevinny, Igor Kostolevski, Borislav Brondoukov…

Lors de la réunion de la coopérative de garage de choisir quatre “extrêmes”, qui doivent eux-mêmes abandonner l’avenir de leur propre garage. Que pensez-vous, en votant pour la liste des exclus, dans laquelle il n’y a pas votre nom? Maladresse et soulagement. Et si le nom est? Humiliez-vous, car tout a déjà été convenu. Mais il y avait une émeute …”

h


Cinéma Le Christine 21

LES PETITES MARGUERITES – SEDMIKRÀSKY

Tchécoslovaquie . 1966 . Couleurs . 1h15

Production : Studio Barrandov, Réalisation : Verà Chytilovà, Scénario : Verà Chytilovà, Ester Krumbachovà, Pavel Juracek, Image : Jaroslav Kucera, Musique : Jiri Slitr, Jiri Sust

Avec : Jitka Cerhovà, Ivana Karbanovà, Julius Albert, Maria Ceskovà, Jan Klusàk…

Marie 1 et Marie 2 s’ennuient fermement. Par jeu, elles décrètent que plus rien n’a d’importance et se lancent à l’assaut des conventions dans une épopée de destruction espiègle et désespérée. Leur occupation favorite est de se faire inviter au restaurant par des hommes d’âge mûr puis à les éconduire”.

h

Cinéma Le Balzac

RASPOUTINE. L’AGONIE – АГОНИЯ

URSS . 1974 . Couleurs . 2h23, Production : Mosfilm, Réalisation : Elem Klimov, Scénario : Semion Lounguine, Ilya Noussinov, Image : Léonide Kalachnikov, Musique : Alfred Schnittke

Avec : Alexeï Petrenko, Velta Line, Anatoli Romachine, Alissa Freindlich, Léonide Bronevoï, Alexandre Romantsov…

” 1916 La chute de l’empire russe. Des milliers de prolétaires insatisfaits de leur sort marchent dans les rues de Pétrograd. L’armée perd une bataille après l’autre. Le rouble devient moins cher sous nos yeux. Mais le plus haut monde de Pétersbourg se moque de ces bagatelles. Ils tournent la table avec enthousiasme, discutent avec les esprits et visitent les salons du célèbre médecin bouriate Badmaev. La capitale est en ébullition. Tout le monde dit cela à propos du mystérieux paysan sibérien Raspoutine, qui sait faire des merveilles. Et surtout, la famille impériale et le maître de toute la Russie, le Grand, le Petit et le Blanc, Nikolai Romanov, ont besoin d’un miracle” .

h


Cinéma Le Christine 21

LES LONGS ADIEUX – ДОЛГИЕ ПРОВОДЫ

URSS . 1971 . N&B . 1h35

Production : Studios d’Odessa, Réalisation : Kira Mouratova, Scénario : Natalia Riazantseva, Kira Mouratova, Image : Guennadi Kariouk, Musique : Oleg Karavaïtchouk

Avec : Zinaïda Charko, Oleg Vladimirovski, Tatiana Mytchko, Youri Kaïourov, Svetlana Kabanova, Lydia Bazilskaïa, Marcella Tchebotarenko…

Prix FIPRESCI au Festival de Locarno en 1987

Sacha était le sens de sa vie. Maintenant, quand son fils a grandi, elle a plus de temps libre et elle a permis à un sensible, Nikolai Sergeïevich, de prendre soin de lui-même. Après le voyage d’été de son fils chez son père, elle a commencé à remarquer des changements à Sasha. Après avoir secrètement lu la lettre de son père, elle a appris que son fils voulait partir“.

h

Cinéma Le Balzac

UNE GARE POUR DEUX – ВОКЗАЛ НА ДВОИХ

URSS . 1982 . Couleurs . 2h21, Production : Mosfilm, Scénario : Eldar Riazanov, Emile Braguinski, Image : Vadim Alissov, Musique : Andreï Petrov

Avec : Ludmila Gourtchenko, Oleg Bassilachvili, Nikita Mikhalkov, Mikhaïl Kononov, Nonna Mordioukova, Alexandre Chirvindt…

Sélectionné en compétition officielle à Cannes en 1983.

La ville de Zastupinsk, quelque part entre Moscou et Alma-Ata, plus proche de Voronej. Vera serveuse au buffet de la gare et le pianiste Platon Ryabinin de Moscou se sont rencontrés dans des conditions de vie très peu attrayantes. En conséquence, Vera perdit son époux , mais retrouva son amant, qui doit partir loin purger une peine… (pour une faute qu’il n’a pas commise)”.

 h

Dimanche 17 mars 2019 – 11 h

Cinéma LE BALZAC

ATTENDS UN PEU ! – НУ, ПОГОДИ !

URSS . 1969-1985 . Couleurs . 58mn, Production : Soyouzmoultfilm

Réalisation : Viatcheslav Kotenovitch, Scénario : Félix Kamov, Alexandre

Kourliandski, Arkadi Khaït, Direction artistique : Svetozar Roussakov, Musique : Tamàs Deàk

Avec : Anatoli Papanov (le Loup), Clara Roumianova (le Lapin), Vladimir Sochalski (l’Hippopotame)

h


Cinéma Le Max Linder

Compétition court métrage
Séance déconseillée aux moins de 16 ans

 

JOL/СЧАСТЬЕ – BONHEUR – Russie – 2018 – 23′

Réalisation : Vladimir Munkuev, Production : Moscow School of New Cinema

“Kolia travaille comme agent de sécurité quelque part dans l’extrême nord de la Russie. Il n’en peut plus de son train-train déprimant et de sa solitude. Il veut trouver l’amour, mais à sa manière, bien étrange.”

h


Cinéma Le Max Linder Panorama

 

Compétition court métrage
Séance déconseillée aux moins de 16 ans

LIONELLA – ЛИОНЕЛЛА – Russie – 2018 – 15′

Réalisation : Sergey Borovkov
Production : Black Sea Film Studio

Mahomet est vendeur de réfrigérateurs dans une zone reculée du Caucase. Un jour, il apprend que son fils, qui vit à la ville, va avoir un enfant.

h


Cinéma Le Max Linder Panorama

Compétition court métrage
Séance déconseillée aux moins de 16 ans

POSITIVER – ДУМАЙ ПОЗИТИВНО – Russie – 2019 – 15′

Réalisation : Irina Khodush
Production : Take Shot Film Studio, Moscow School of New Cinema

“Raïssa travaille à la police sanitaire des animaux et sa carrière est au top. Mais ce qui la rend si performante dans son métier est aussi la cause de sa vie privée chaotique.”

h


Cinéma Le Max Linder Panorama

Compétition court métrage
Séance déconseillée aux moins de 16 ans

SIX DEUX HUIT – ШЕСТЬ ДВА ВОСЕМЬ – Russie – 2018 – 25′

Réalisation : Anna Kuznetsova
Production : Moscow School of New Cinema

Sacha a 18 ans. Elle est amoureuse de sa colocataire et déteste le petit copain de celle-ci, qui occupe leur chambre illégalement. Sacha souhaite plus que tout se débarrasser de lui. Peu importe la manière. Elle ne sait pas encore qu’un rêve qui se réalise est la pire chose qui puisse arriver.

h


Cinéma Le Max Linder Panorama

Compétition court métrage
Séance déconseillée aux moins de 16 ans

ЛОЛА, ЖИВАЯ КАРТОШКА – LOLA, LA PATATE VIVANTE – Russie, France – 2018 – 17′

Réalisation : Leonid Shmelkov
Production : Shar-School Studio, Amopix

“Lola, six ans, habite dans une grande maison à la campagne, avec sa maman, son tout jeune frère et leur chien. Lola a l’imagination débordante, et nous entraîne au quotidien dans son univers chargé de poésie et de personnages animés. Tout bascule quand elle apprend leur déménagement.”

h


Cinéma Le Balzac
Quand passent les cigognes Летят журавли.
Film soviétique de Mikhïl Kalatozov de 1957, adaptation cinématographique de la pièce de Rozov, éternellement vivants  En 1958, Palme d’Or au festival de Cannes
h

Cinéma Le Christine 21

ADOPTION – ÖRÖKBEFOGADÀS

Hongrie . 1975 . N&B . 1h25 Production : Hunnia Studio, Réalisation : Màrta Mészàros, Scénario : Ferenc Grunwalsky, Marta Mészàros, Gyulia Hernadi, Image : Lajos Koltai, Màrta MészàrosMusique : György Kovàcs

Avec : Katalin Berek, György Vigh, Péter Fried, Làszlo Szabo, Istvan Szöke, Flora Kàdar…

Ours d’Or à Berlin en 1975

” Le film évoque la vie de deux femmes: Kata, veuve âgée, et Anna, une jeune femme opprimée, gardée dans une institution pour enfants par ses parents sans amour. Son propre sens de la valeur personnelle est renforcée par une histoire d’amour malheureuse (elle réalise que tout est de la faute de l’homme), Kata aide à libérer Anna de l’influence de sa famille. Anna se marie, tandis que Kata adopte un enfant de l’institution où elle avait habité auparavant”.

h


Cinéma Le Christine 21

EN DÉCOUVRANT LE VASTE MONDE – ПОЗНАВАЯ БЕЛЫЙ СВЕТ

URSS . 1978 . Couleurs . 1h19 Production : Lenfilm, Réalisation : Kira Mouratova, Scénario : Grigori Baklanov, Kira Mouratova, Image : Youri Klimenko, Musique et textes des chansons : Valentin Sylvestrov

Avec : Nina Rouslanova, Sergueï Popov, Alexeï Jarkov, Natalia Leblé, Lena et Natacha Chelgounova, Ludmila Gourtchenko, Victor Aristov…

Une histoire d’amour triangulaire. Liouba l’ouvrière sort avec Nikolaï, chauffeur de camion, dragueur qui la maltraite. Un jour, elle découvre le timide Mikhaïl ; ils vont tomber amoureux l’un de l’autre”. C’est le premier film où apparaît, baignée de lumière, Natacha Leblé, actrice fétiche de Mouratova. On a là une des œuvres les plus épanouies de la réalisatrice, sorte d’hymne au bonheur qui évoque Le Milicien amoureux, bien plus tardif (1992).

h


Cinéma Le Balzac

Anton Roublev, Aндрей Pублёв
1966, 185 mn d’Andrei TARKOVSKI (1932-1986)
Dans la Russie du XVème siècle soumise à des princes cruels et ravagée par les incursions des Tatares, l’amour et la foi du moine Andrei Roublev sont mis à rude épreuve. Il a entrepris de peindre sur les murs des églises ses rêves d’un monde meilleur.

h

Cinéma Le Balzac

ROMANCE CRUELLE – ЖЕСТОКИЙ РОМАНС

URSS . 1984 . Couleurs . 2h25, Production : Mosfilm, Scénario : Eldar Riazanov, Image : Vadim Alissov, Musique : Andreï Petrov

Avec : Larissa Gouzeeva, Alissa Freindlich, Nikita Mikhalkov, Andreï Miagkov, Alexeï Petrenko, Victor Proskourine, Guéorgui Bourkov, Tatiana Panova…

“L’action se déroule sur les rives de la Volga dans la ville fictive de Bryakhimov, en 1877-1878. Kharita Ignatievna Ogudalova, femme noble d’une famille respectable, veuve avec trois filles adultes, s’est appauvrie après la mort de son mari, mais elle met tout en œuvre pour organiser la vie de ses filles et les épouser avec des prétendants assez riches et distingués. En l’absence de fonds, elle tient une journée portes ouvertes dans l’espoir qu’une société composée de jolies et jolies demoiselles musicales attirera des hommes célibataires assez riches pour qu’ils épousent par amour des femmes sans dignité.  La seule fille «sans attache» de Kharita, et la plus jeune – Larisa Dmitrievna Ogudalova, à qui plusieurs riches messieurs ne sont pas indifférents, y compris Sergey Sergeevich Paratov – un “barin” beau, charmant, intelligent, irréfléchi et riche….”

h


Cinéma Le Balzac
L’Île, Остров
de Pavel Louguine
Huitième film de réalisé en 2006, qui a clôturé le festival de Venise et a remporté le prix de l’Aigle d’or récompensant les films russes, ainsi que le prix Nika. Film tourné dans un village de Carélie.

Une plongée dans l’âme russe, Pavel Lounguine part à la découverte du trésor spirituel de l’orthodoxie. Ce film nous plonge au plus profond des ténèbres, la tendresse de Dieu réchauffe l’humanité. Un film russe… tout en intériorité.  Avec Piotr Mamonov, Viktor Soukhoroukov, Vika Issakova. (1 h 52).

Un monastère orthodoxe sur une île du nord de la Russie. Un moine perturbe la vie de sa congrégation par son comportement étrange. En effet, selon la rumeur, l’homme posséderait le pouvoir de guérir les malades, d’exorciser les démons et de prédire l’avenir… Le film aborde les thèmes de la rédemption et du pardon, à travers le parcours singulier d’un moine, le père Anatoli, vivant retiré sur une île au bord de la mer blanche au nord de la Russie, avec d’autres moines. Il devient par sa sagesse un héros, mais se considère indigne de l’intérêt qu’il suscite, souffrant d’avoir commis une terrible faute dans sa jeunesse.C’est en tout cas ce que croient les étrangers qui se rendent sur l’île. Mais le moine, qui souffre d’avoir commis une terrible faute dans sa jeunesse, se considère indigne de l’intérêt qu’il suscite…”

Le film aborde les thèmes de la rédemption et du pardon, à travers le parcours singulier d’un moine, le père Anatoli, vivant retiré sur une île au bord de la mer blanche au nord de la Russie, avec d’autres moines. Il devient par sa sagesse un héros, mais se considère indigne de l’intérêt qu’il suscite, souffrant d’avoir commis une terrible faute dans sa jeunesse.

 h

Cinéma Le Christine 21

QUELQUES INTERVIEWS SUR DES QUESTIONS PERSONNELLES

URSS/Géorgie . 1978 . Couleurs . 1h35

Production : Grouzia-Film, Réalisation : Lana Gogoberidzé, Scénario : Zaïra Arsenichvili, Erlom Akhvlediani, Lana Gogoberidzé, Image : Nougzar Erkomaïchvili, Musique : Guia Kantchéli

Avec : Sofiko Tchiaouréli, Guia Badridzé, Ketevan Orakhelachvili, Janri Lolachvili, Salomé Kantchéli, Levan Abachidzé, Nana Djordjadzé…

L’héroïne du film s’estime heureuse: elle a un travail intéressant, mari bien-aimé, enfants. Elle est constamment parmi les gens, connaît leurs problèmes et leurs préoccupations. Cependant, souvent lors de voyages d’affaires, elle n’a pas remarqué que le bien-être de sa famille était compromis” .

h

PLUS DE RENSEIGNEMENTS: CLIQUEZ

h

Lieux des projections

 

Cinéma Le Balzac: 1 rue Balzac, 75008 Paris

q

Cinéma Max Linder, 24 Boulevard Poissonnière – 75009 Paris

q

Cinéma Le Christine 21, 4 rue Christine – 75006 Paris

q

CINÉMA STUDIO 28, 10 Rue Tholozé, 75018 Paris

h

Film-Ballet “La Belle au bois dormant”

Dimanche, 10 Mars 2019, 16h et  21h30

 Cinéma Megarama

Durée : 02h50, ballet filmé en direct le 22/01/17

Chorégraphie : Yuri Grigorovich
Danseurs: Olga Smirnova, Semyon Chudin, Alexei Loparevitch

La Princesse Aurore est l’objet d’une malédiction de la terrible Fée Carabosse : le jour de son seizième anniversaire, elle sera plongée dans un profond sommeil. Une seule chose pourra la ramener à la vie : le baiser passionné d’un Prince charmant…

Pourquoi aller voir ce ballet ? C’est sans doute le plus mythique des ballets de Tchaïkovski. Dansée par le Bolchoï, La Belle au bois dormant déploie toute sa magie. Avec virtuosité, les Étoiles s’élancent dans des décors somptueux dignes des plus grands contes de Fées. La Princesse Aurore est dansée par l’une des plus jeunes Étoiles du ballet, Olga Smirnova, dont la grâce se prête à merveille à ce bijou classique, idéal pour s’initier à l’art du ballet. (Dans le cadre de Bolchoï Pathé-Live)

Cinéma Mégarama
Gare d’Orléans, 7 Quai de Queyries, 33100 Bordeaux

 

39 ème Salon du Livre de Paris, Porte de Versailles

Editions des Syrtes  Stand L 42

du vendredi 15 au lundi 18 mars 2019

h

Collectif
“Les 20 ans des Syrtes”
Disponible fin mars 2019

Pour marquer les deux décennies des éditions des Syrtes, ils ont
demandé à quelques-uns de leurs auteurs une nouvelle inédite sur le thème des 20
ans.
Parce que « éditer c’est découvrir », le choix s’est arrêté sur des auteurs la
plupart découverts par les Syrtes, qu’ils soient francophones ou non.
Le résultat, des variations sur un sujet universel, ancrées dans la fiction et au style
très divers, qui ressemblent à leurs auteurs.
Maureen Demidoff : Vouvoiement
Luba Jurgenson : Ulysse écrivant à Télémaque
Sacha Filipenko : Un demi-mètre carré à Odinbourg
Florina Ilis : Secrets du passé
Tatiana Tibuleac : Pointes

Ce recueil sera offert aux lecteurs dans le cadre d’une opération
commerciale en librairie à partir de mars 2019 et sur le stand L 42, au Salon du livre.

r

 

Serge de Pahlen d’origine russe, est le fondateur et directeur des éditions des Syrtes en 1999. Il a voulu combler certains domaines demeurés partiellement inexplorés dans l’immense champ de la littérature russe, les auteurs russes blancs émigrés tels qu’Ivan Bounine, Boris Zaïtsev, Vassili Choulguine, Marina Tsvetaeva et d’autres; et ainsi de permettre au monde francophone d’approfondir sa connaissance de la terreur rouge et du communisme à travers des livres tels que ​Staline de Simon Sebag Montefiore, ​La Terreur rouge en Russie de Sergueï Melgounov, ​Le Soleil des Morts d’Ivan Chméliov et ​Gardien de camp de Dantsig Baldaev et d’autres. En général, faire découvrir par des chemins moins routiniers, moins répétitifs et approfondir le domaine immense et compliqué de la civilisation russe.

h

NOUVELLES PARUTIONS POUR

LE SALON DU LIVRE 2019

( présentation, conférences, lectures ).

b

Parution le 11 avril 2019 – Récit de voyage

 

Vassili GRIGOROVITCH-BARSKI, Pérégrinations (1723-1747)
Traduit du russe par Myriam Odaysky
Parution le 11 avril 2019 – Récit de voyage

Véritable manuel de pèlerinage, les Pérégrinations de Vassili Grigorovitch-
Barski offrent une portée documentaire et historique sur les sociétés des pays de l’Europe et de l’Orient du XVIIIe siècle et s’inscrit dans la tradition des récits de
voyage dans les lieux saints. Les Pérégrinations racontent le parcours d’un moine russe qui, parti de Kiev vers la Terre sainte, traverse l’Europe et atteint le Moyen-
Orient en quête de lieux saints et de reliques chrétiennes. Dans son périple, il traverse la Slovaquie, la Hongrie ou l’Autriche, l’Italie et la région de Venise, visite les
monastères du mont Athos, passe par de nombreuses îles grecques, arrive à
Jérusalem, en Syrie, au Liban et en Égypte, se rend à Constantinople.
Ces carnets de voyage recèlent une multitude de détails et de portraits
extrêmement précis sur la vie, les monuments, le paysage des différents pays qu’il a
visité. Riches en descriptions de sanctuaires, chapelles, églises et autres monastères,
les notes du pèlerin Barski contiennent de véritables envolées lyriques lorsqu’il s’agit
d’icônes miraculeuses ou de la richesse d’une iconostase.
Barski a profité de ses voyages pour étudier les sciences, les langues et les
arts. Son érudition est incontestable quand il s’attarde sur les différences qu’il
observe entre les rites, selon les coutumes romaines ou grecques, dans les églises ou
les monastères qu’il visite.
Ces carnets de voyage documentent également la condition du pèlerin au
XVIIIe siècle, à travers la description du système administratif d’accueil mis en place
par différentes villes ou pays, ainsi qu’à travers l’adversité ressentie ou subie durant
le trajet. Ici et là, des observations ethnologiques sur la diversité des peuples
rencontrés confèrent un caractère plus documentaire et un aspect pittoresque aux
tribulations du pèlerin porté par la foi et malmené par la faim, la dureté du trajet et
l’adversité des gens.
Issu d’une famille noble de Kiev, Vassili Grigorovitch-Barski est né en 1701. Après un
bref séjour au séminaire, il intègre l’Académie jésuite de Lvov sous un faux nom, qu’il
devra quitter lorsque la supercherie sera découverte. Pendant son voyage il fut
ordonné sous-diacre à Damas, puis entra dans les ordres au mont Athos. Il est mort à
Kiev en 1747, avant d’avoir publié ses carnets de voyage, édités pour la première fois
en 1778.

704 pages – 25€
code EAN: 978 2940 628131

d

Parution le 28 mars 2019 – Spiritualité orthodoxe

 

Métropolite Igance TRIANDIS, L’ancien de Patmos Saint Amphiloque Makris (1889-1970)
Traduit du grec par Isabelle Tambrun-Kamaroudis
Parution le 28 mars 2019 – Spiritualité orthodoxe

Le père Amphiloque Makris (1889-1970) qui vient d’être canonisé par le
patriarcat de Constantinople, est une grande figure de la spiritualité orthodoxe du
XXe siècle.
Le futur Amphiloque est né le 13 décembre 1889. À l’âge de dix-sept ans, il
est entré au monastère de Saint-Jean le théologien, à Patmos. Après un séjour au
Mont Athos pour y apprendre la sculpture sur bois, il est tonsuré au grand Schéma
par l’Ancien Antoniadis. En 1919, Amphiloque a été ordonné diacre puis prêtre et est
nommé à la dépendance du monastère sur l’île de Kos. En 1926, il est affecté à la
grotte de l’Apocalypse, à Patmos. Il a consacré beaucoup de temps aux étudiants de
l’Académie ecclésiastique, devenus par la suite des supérieurs de monastères.
Dans les années 1930, dans les îles du Dodécanèse alors sous occupation
italienne, le père Amphiloque s’est consacré au maintien de la foi et de la vie orthodoxes. Il a connu des persécutions et a été exilé en Grèce continentale, où il a
reçu l’hospitalité de la confrérie Zoe à Athènes. De là, il s’est déplacé dans toute la
Grèce, puis en Crète, où il est devenu le père spirituel de l’île. Revenu à Patmos en
1939, il s’est consacré aux dépendances et au monastère féminin de l’Annonciation.
En 1947, Amphiloque a constitué un petit groupe de religieuses pour venir
en aide aux orphelins de Rhodes (alors extrêmement pauvres) en fondant un
orphelinat, ainsi qu’une maison pour les femmes enceintes.
Sa renommée de père spirituel attira à lui de nombreuses personnes venues
de toute la Grèce, mais aussi d’Europe, notamment de France. De nombreux
témoignages et quelques récits de miracles constituent des attestations
supplémentaires de la sainteté du père Amphiloque, aujourd’hui proclamée par
l’Église universelle.
Ce livre, écrit par un disciple du père Amphiloque devenu métropolite de
l’Église d’Albanie, fut un des premiers consacrés à l’Ancien. Il a connu un grand
succès puisqu’il en est à sa cinquième édition et a obtenu le prix de l’Académie
d’Athènes.

304 pages – 21€
code EAN: 978 2940 628162

d

Parution le 25 avril 2019 – Essai

 

Guy METTAN “Le continent perdu”
Plaidoyer pour une Europe libre et souveraine
Comment la Suisse peut sauver l’Europe après l’avoir tuée ! Les événements de ces dernières décennies ont démontré qu’avec son vote contre l’Espace économique européen le 7 décembre 1992, la Suisse a précipité l’Europe dans un élargissement effréné au détriment de son intégration politique. 25 ans après, l’Europe s’étend du Portugal aux pays baltes et au Kosovo, elle a imposé l’ultralibéralisme anglo-saxon et la libre circulation des biens et des personnes sur l’ensemble de ses territoires. Mais à quel prix ? Brexit anglais et sécessionnisme catalan, hégémonie allemande, guerre larvée en Ukraine, invasion massive de réfugiés économiques en Méditerranée, régressions économiques en Europe du Sud, progression des partis identitaires antieuropéens, inégalités sociales, divorce entre les peuples et leurs élites, création d’une monnaie unique désastreuse pour les pays économiquement fragiles…
Pourtant la Suisse, selon Guy Mettan, après avoir participé à cet « attentat » contre l’Europe, peut contribuer à sa guérison. La solution tient en trois mots : fédéralisme, indépendance et souveraineté. Dans ces trois domaines, la Suisse a démontré son savoir-faire : stabilité politique, succès économiques et ouverture au monde. Mais le modèle suisse suscite une levée générale de boucliers, les bénéficiaires du système actuel ont trop à y perdre : les technocrates devraient partager leur pouvoir avec le peuple et les grandes puissances le leur avec les États plus petits. Les Français et les Espagnols ne veulent pas comprendre le fédéralisme.
Quant aux souverainistes, ils ne conçoivent la souveraineté qu’à l’échelle nationale alors qu’il conviendrait d’en déléguer une partie à l’échelon supérieur. Enfin, tous redoutent par-dessus tout la liberté et l’indépendance. Dans une Europe fédérale et souveraine, plus de soumission à l’OTAN et aux États-Unis, plus d’ingérences étrangères, amicales ou hostiles, dans les affaires internes. Une sécurité assurée par soi-même et non plus déléguée à d’autres.
Dans un moment délicat pour l’Europe, nourri de l’expérience politique et journalistique de l’auteur, l’essai de Guy Mettan, volontairement provocateur et à contre-courant du discours politique ambiant, esquisse les grandes lignes d’un véritable programme de gouvernance européenne.
Guy Mettan journaliste, ancien directeur-rédacteur en chef de La Tribune de
Genève, il a exercé des fonctions politiques comme député et ancien président du
Grand Conseil de Genève. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Russie-Occident,
une guerre de mille ans, paru en 2015.

280 pages – 19€
code EAN: 978 2940 628148

h

Rencontre sur le stand Russe J 132

 

Evgueni VODOLAZKINE pour son roman L’aviateur
rencontre, vendredi 15 mars à 13h sur la scène russe (J132) avec l’historien russe Leonid YOUZEFOVITCH (auteur Syrtes d’une biographie du Baron Ungern)
discussion autour de son roman L’aviateur avec Elena Balzamo (Le Monde) toujours sur le stand russe samedi 16 mars à 16h
Innokenti Platonov se réveille amnésique dans une chambre d’hôpital. Geiger, son médecin, lui apprend son nom et lui demande de consigner tout ce dont il pourra se souvenir. Il consigne donc dans un journal des fragments chaotiques de souvenirs: visages, images, histoires, odeurs. Peu à peu sa mémoire fait émerger la ville de Saint-Pétersbourg dans les premières années du XXesiècle. Il se remémore l’enfance et ses bonheurs, sa première jeunesse, les études, l’amour, la révolution dont il a subi d’emblée les contrecoups, et, enfin, le camp des Solovki. Et Platonov devine, petit à petit, atterré, qu’il est né en 1900 et s’est réveillé en 1999…
d
Rencontre sur la scène russe dimanche 17 mars à 14h (J132)
Leonid YOUZEFOVITCH – Le baron Ungern, khan des steppes (Syrtes Poche 2018)
rencontre sur la scène russe dimanche 17 mars à 14h (J132)

L’auteur présente ici le portrait d’un personnage de légende. Roman von Ungern-Sternberg, baron balte converti au bouddhisme. Général de l’armée blanche à trente-cinq ans, il est le dernier combattant à résister contre la marée révolutionnaire rouge qui submerge alors la Russie. Replié en Mongolie, il s’y taille un royaume en libérant le khutukhtu, « Dieu vivant » des Mongols, prisonnier des Chinois. C’est là que commence son règne de violence et que prend forme son rêve fou : reconstituer la horde d’or de Gengis Khan.

Personnage démesuré, être hors norme, Ungern ira ainsi au bout d’un destin aux dimensions shakespeariennes.

d
Stand des Syrtes (L42) samedi 16 mars à 14h
Stand russes ( J132 ) dimanche 17 mars à 17h
Estelle GAPP pour Je t’aime affreusement (parution 7 mars – lettre fictive d’Ariadna Efron à sa mère Tsvetaeva) 
lecture et présentation sur le stand des Syrtes (L42) samedi 16 mars à 14h
lecture et présentation avec Aleksandra Svinina en français et en russe sur le stand des russes (J132) dimanche 17 mars à 17h
Si Marina Tsvetaeva compte aujourd’hui parmi les grands poètes russes du XXe siècle, on le doit à sa fille, Ariadna Efron (1912-1975), qui, après avoir traversé deux guerres mondiales, la révolution, l’émigration, les procès staliniens et la déportation, consacre ses vingt dernières années à faire publier l’œuvre de sa mère. Je t’aime affreusement est une lettre qu’Ariadna aurait pu écrire à sa mère, morte depuis longtemps (en 1941), pour lui dire ce qu’elle n’a jamais su : les sentiments qu’elle a éprouvés auprès d’une mère à la personnalité exaltée. Une lettre où elle laisserait éclater sa colère, face à l’injustice, face au sacrifice d’une vie vouée à ce seul devoir : sauver de l’oubli la poésie de Marina. Ce texte très fort est aussi une rencontre entre Estelle Gapp et Ariadna Efron : en lisant Les Carnets de Tsvetaeva, l’auteur voit émerger le visage d’une petite fille de cinq ans. Une immense tendresse naît pour cette petite fille. Puis une autre rencontre, avec Véronique Lossky, va sceller la naissance de cet ouvrage. La traductrice et spécialiste de Tsvetaeva raconte sa rencontre avec Ariadna Efron : « Je l’ai rencontrée en 1971, c’était une vieille femme acariâtre. À mon retour, je suis tombée malade et j’en ai fait des cauchemars. Je n’ai rien pu écrire pendant sept ans. » Quel mystère pouvait entourer Ariadna au point de provoquer un tel traumatisme ? Un autre détail interpellait Estelle Gapp : « J’avais rencontré Alia petite fille, et Véronique Lossky me parlait d’une vieille dame. Entre l’enfance et la vieillesse, Ariadna Efron n’a pas eu de vie. C’est pour tenter de lui redonner vie, que j’ai eu envie d’écrire ce texte à la première personne. Un “Je” entre réalité et fiction, pour faire entendre la voix de cette fille au tempérament exceptionnel, qui a sauvé de l’oubli l’œuvre de sa mère. » Je t’aime affreusement est un texte très personnel qui fait entendre la colère et le pardon, et rend hommage à cette petite fille aux grands yeux transparents, qui a traversé le siècle le plus sombre de notre Histoire contemporaine. Des lettres inédites de Marina Tsvetaeva à sa fille figurent en fin de volume, de même que Le fil d’Ariane, d’Irina Emélianova. Formée à la philosophie et au théâtre, Estelle Gapp collabore depuis dix ans à l’émission « Ça peut pas faire de mal » de Guillaume Gallienne sur France Inter. En 2017, elle a produit, sur France Culture, un documentaire consacré à Ariadna Efron. 176 pages – 11€ code EAN: 978 2940 628155
d
Rencontre sur la scène russe dimanche 17 mars à 12h
Sacha FILIPENKO – Croix rouges (2018)
Le roman est construit autour du dialogue entre Sacha, jeune homme fraîchement installé à Minsk et sa voisine de palier, une vieille dame de 91 ans atteinte de la maladie d’Alzheimer, Tatiana Alexeïevna. Tous deux ont vécu une tragédie et le destin croisé de ces deux personnages souligne leurs ressemblances mais aussi et surtout leurs différences, qui tiennent essentiellement à la période historique.
d
Table ronde sur la scène AGORA lundi 18 mars à 16h
Jean Claude LARCHET – Les animaux dans la spiritualité orthodoxe et Les fondements spirituels de la crise écologique (2018)
Cette anthologie rassemble des textes de l’Écriture ainsi que de Pères et de spirituels orthodoxes de toutes les époques qui nous permettent de comprendre ce qu’étaient idéalement, au paradis des origines, les relations de l’homme avec les animaux. Car sur les règles éthiques qui doivent régir les relations de l’homme avec les animaux, le christianisme a beaucoup à nous dire à travers les réflexions cosmologiques, anthropologiques, théologiques qu’il a développées au cours de son histoire.

Les témoignages de ses saints anciens et contemporains peuvent également expliquer pourquoi les relations entre les hommes et les animaux se sont ensuite dégradées, et ce que les animaux – des plus familiers aux plus sauvages – peuvent nous apprendre sur la nature, sur nous-même. De même, cela permet de comprendre comment les saints ont réussi à retrouver avec les animaux desrelations non seulement pacifiées, mais familières et amicales, les traitant – mais sans idolâtrie –avec respect et amour, retrouvant ainsi la condition paradisiaque où les rapports de l’homme avec la nature étaient parfaitement harmonieux.Cet ensemble de textes est accompagné par une riche iconographie orthodoxe, ancienne, pro- venant aussi bien des monastères orthodoxes grecs, russes, roumains ou siciliens que des œuvres contemporaines.

d

 

Éditions des Syrtes
Quai Bezanson-Hugues 14
CH – 1204 Genève
Tél.: 00 41 22 318 80 74 – editions@syrtes.ch

h
SALON du LIVRE PARIS, Pavillon 1 
Porte de Versailles, 75015 Paris

Horaires:

Vendredi 15 et samedi 16 mars de 10h00 à 20h00

Dimanche 17 mars de 10h00 à 19h00

Lundi 18 mars de 9h00 à 18h00 (Journée des professionnels de 10h à 12h)

 

d