29
Mar

Exposition S.P. Diaghilev, MRSC Paris

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Exposition de photos

150ème anniversaire naissance S. P. Diaghiliev
(1872 -1929)

du vendredi 1er au 30 samedi 30 avril 2022

Grille de la Maison Russe des Sciences et de la Culture, 75016 Paris

Du 1er au 30 avril, la Maison russe des sciences et de la culture à Paris propose aux parisiens sa nouvelle exposition documentaire d’auteur, qui ouvre une série d’événements de la Maison consacrés au 150e anniversaire de la naissance du grand Diaghilev (fêté le 19 mars en fonction du calendrier ).

L’activité de Serguei Pavlovich Diaghilev (1872 à Selichtchi – 1929 à Venise) est entrée dans l’histoire du monde comme un phénomène tout à fait unique, exceptionnel et multiforme.

La figure théâtrale et artistique russe, le personnage exceptionnel de S.P. Diaghilev, a présenté de manière vivante et avec une compétence sans précédent l’opéra, le ballet et la peinture russes à l’étranger. Le succès des ballets russes est si écrasant qu’il contribue à la vague de mode “pour tout ce qui est russe” qui s’empare de l’Europe au début du XXe siècle.

Il a ressenti et pressenti l’esprit du temps, compris et identifié avec précision les talents, ainsi il leur a donné la possibilité de se réaliser et de se développer. Il a su réunir des personnes complètement différentes, mais en même temps exceptionnellement douées pour un objectif commun.

Les panneaux extérieurs de la Maison russe présenteront des photographies de ballerines exceptionnelles et de danseurs, acteurs et compositeurs célèbres, des reproductions de peintures, des dessins, des croquis de costumes et de décors de théâtre, des affiches et des programmes créés par des artistes exceptionnels du début du XXe siècle. La mémoire de tous ceux qui, sous la direction et l’inspiration de Diaghilev, ont créé un véritable miracle qui est entré dans l’histoire sous le nom de “Saisons russes de Diaghilev“.

S.P. Diaghilev est né dans la province de Novgorod dans la famille d’un militaire de carrière. Son enfance et son adolescence se sont déroulées à Saint-Pétersbourg, où son père a servi à un moment donné, et à Perm, où toute la famille a déménagé après sa démission. Selon les souvenirs de camarades de classe du gymnase (l’école) de Perm, Diaghilev s’intéressait déjà assidument à la littérature russe et étrangère, au théâtre, parlait couramment l’allemand et le français et jouait de la musique.

En 1890, Diaghilev arriva à Saint-Pétersbourg et entra à la Faculté de droit, mais il n’était pas intéressé par les études. Mais il consacre beaucoup de temps à son éducation musicale, prend des cours de chant, compose des compositions musicales. Et bien que Diaghilev ne soit pas devenu compositeur ou musicien professionnel, toutes ces activités ont joué un rôle important – il connaissait bien le patrimoine musical mondial, il ressentait subtilement le travail des compositeurs contemporains.
Au cours des mêmes années, Diaghilev a fait une connaissance significative de la jeunesse talentueuse de son temps – A.N. Benois, L.S. Bakst, K.A. Somov, V.F. Nouvel et d’autres, qui ont ensuite formé le noyau de l’association artistique “Le Monde de l’Art”.

En 1898, avec A.N. Benois, Diaghilev a commencé à publier le magazine “Le Monde de l’Art”, il a participé à l’organisation d’expositions de peintures d’artistes faisant partie de l’association. En 1905, il organise une grande exposition historique et artistique de portraits russes (plus de 2 000 œuvres) des XVIIIe et XIXe siècles.
Diaghilev a fait plusieurs voyages à travers l’Europe, après quoi il s’est imposé l’idée qu’il était nécessaire de donner la possibilité de voir l’art russe à l’étranger. Il croyait que seul l’art avec un caractère national russe prononcé pouvait obtenir une reconnaissance internationale et contribuer au développement de la culture d’autres pays. La tâche était extrêmement difficile, et Diaghilev l’a bien compris.

C’étaient des entreprises à ses risques et périls, au prix d’énormes efforts, avec de nombreuses difficultés à surmonter.

Depuis 1906, la longue histoire de la mission Diaghilev a commencé – la connaissance des pays étrangers avec l’art russe.
En 1906, il organise une exposition de peinture russe à Paris, en 1907 il donne cinq concerts de musique russe avec la participation de S.V. Rakhmaninov et F.I. Chaliapine. En 1908, “Boris Godounov” avec la participation de F.I. Chaliapine est présenté sur la scène de l’Opéra de Paris. En 1909, il montra des spectacles de ballet russe à Paris.

De cette époque jusqu’à la mort de Diaghilev en 1929, à Venise, une série de «saisons russes» a ouvert à l’Europe les hautes réalisations de la culture russe: sa peinture, sa musique, sa chorégraphie, sa danse et sa performance de pantomime. Ce fut une véritable révélation pour l’Occident.

Diaghilev a présenté aux Européens les classiques musicaux russes – les œuvres de Glinka, Moussorgski, Borodine, Tchaïkovski, Rimski-Korsakov. De nombreux spectacles ont été créées selon son plan et sous son influence. I.F. Stravinsky, S.S. Prokofiev, Claude Debussy, Maurice Ravel, Francis Poulenc, Manuel de Falla et d’autres ont écrit de brillantes musiques de ballets. Les œuvres créées par eux ont enrichi le trésor mondial du patrimoine musical.

Des stars du ballet telles que M.M. Fokine et A.P. Pavlova, T.P. Karsavina et Vatslav Nijinsky, Ida Rubinshtein ont brillé dans les spectacles de Diaghilev. Il a nourri toute une galaxie de grands maîtres de la danse : L.F. Myasine, G.M. Balanchine, S.M. Lifar.

La conception théâtrale et décorative de ses spectacles a été réalisée par des artistes de premier ordre: B.I. Anisfeld, L.S. Bakst, A.N. Benois, I.Ya. Bilibine, A.Ya. Golovine, N.S. Dobuzhinsky, KA Korovine, MF Larionov, NK Roerich, FF Fedorovsky. Diaghilev a également attiré des maîtres étrangers : Georges Braque, André Derain, Henri Matisse, Pablo Picasso. Il a créé le maximum d’opportunités pour révéler leurs talents dans ce domaine.

« Je suis un charlatan, d’ailleurs plein de brio – Un grand Charmeur – Un Insolent – Un Homme possédant beaucoup de logique et peu de préjugés –Un être affligé, semble-t-il, d’une absence totale de talent. Du reste, je crois avoir trouvé ma véritable vocation : c’est le mécénat. Pour cela j’ai tout ce qu’il fut, sauf l’argent. Mais çà viendra !… » , disait-il.

Le public étranger attendait invariablement quelque chose de nouveau et de surprenant de la part de Diaghilev. Il a répondu aux attentes : il en a surpris plus d’un, sans jamais se répéter.

L’art russe, si brillamment présenté à l’étranger, a eu un impact significatif sur la culture de l’Occident dans son ensemble. Le théâtre et l’école de ballet russes n’avaient pas de rivaux. Grâce aux “saisons”, le ballet a progressivement commencé à renaître en Europe occidentale et en Amérique. Leurs propres écoles et troupes ont commencé à y apparaître, généralement associées aux noms de diverses figures de la chorégraphie russe.
Voir sur Artcorusse les articles et vidéos-conférences. CLIQUEZ

Maison Russe des Sciences et de la Culture
61 Rue Boissière, 75016 Paris

Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp.

10
Nov

Diaghilev et les Ballets russes 24 novembre à Neuilly

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

14
Oct

Diaghilev à l’Hôtel Cail

   Publié par: artcorusse   dans Expositions

Mairie du 8e arrondissement

Salle des conférences

Mardi 3 novembre 2009, à 18 heures.

diag-11

Dans le cadre des “Echanges artistiques franco-russes”

François Lebel, maire du 8e arrondissement, Christine Piredda, adjointe au maire chargée de la culture et Danièle Prévost, présidente de la Société Historique et Archéologique des 8e et 17e arrondissements, ont invité le président fondateur du Club franco-russe de la Culture et des Arts (ARTCORUSSE) N. Tikhobrazoff, pour évoquer les débuts artistiques russes en France.

Vidéo-conférence sur le thème des Ballets russes: Diaghilev, Nijinsky, Fokine, Lifar, et leurs partenaires féminines, Anna Pavlova, Tamara Karsavina, les compositeurs, les artistes décorateurs, les stylistes costumiers …

Pour Serge Diaghilev, une des grandes figures cosmopolites de son époque, Paris est la ville élue, berceau et couronnement de son entreprise artistique. Il s’attaquera ensuite à toute l’Europe occidentale en passant par Monaco, de 1909 à 1929.

Je suis: un charlatan, d’ailleurs plein de brio – Un grand Charmeur – Un insolent – Un homme possédant beaucoup de logique et peu de préjugés – Un être affligé, semble-t-il, d’une absence totale de talent. Du reste, je crois avoir trouvé ma véritable vocation: c’est le mécénat. Pour cela, j’ai tout ce qu’il faut, sauf l’argent. Mais ça viendra!… “ disait-il.

Mairie du VIII° arrondissement, Hôtel Cail

Salle des conférences

3, rue de Lisbonne, Paris 75008

Métro St Augustin.

Entrée libre.

12
Juil

Diaghilev et les Ballets Russes

   Publié par: artcorusse   dans Reportages filmés

Cours résumé de l’histoire de Serge Diaghilev et des Ballets Russes.


Diaghilev et les Ballets Russes
envoyé par artcorusse. – Regardez d'autres vidéos de musique.

27
Fév

Programme de mars MRSC àParis

   Publié par: artcorusse   dans Informations

.

Voir article plus bas .

La Maison russe des sciences et de la culture à Paris,
regrette de vous annoncer, que la MRSC est contrainte de reporter les événements à une date ultérieure.
Pour des raisons administratives les portes de la Maison russe seront également temporairement fermées.
 
 

Exposition extérieure

“Le Ballet et l’Architecture”

Du Mardi 1 au jeudi 31 mars 2022

La Maison russe des sciences et de la culture à Paris présente sur ses panneaux extérieurs une exposition unique d’œuvres d’un photojournaliste spécial de l’agence de presse internationale et de la radio “Spoutnik” Valery Melnikov.

Le ballet russe est traditionnellement associé à la Russie dans la culture mondiale. Ce projet s’appuie sur la grande tradition chorégraphique russe présentée à travers le prisme de la photographie, l’un des arts les plus marquants de l’époque moderne. Le projet «Le ballet et l’architecture» présente plus de 20 œuvres de Valeri Melnikov, lauréat de plusieurs concours russes et internationaux, notamment du prix le plus réputé de la photographie mondiale le World Press Photo.

Ces images illustrent le passé triomphal et l’histoire contemporaine de la danse russe dans le décor des villes russes, notamment de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Les photos de l’exposition s’accompagnent d’extraits d’œuvres des poètes russes célébrant la beauté de la danse et de l’architecture.

L’exposition est associée par ses organisateurs à la Journée mondiale du ballet, fêtée le 2 octobre.

La Maison russe à Paris tiens à consacrer cette exposition au 150e anniversaire de la naissance de l’éminente figure théâtrale et artistique russe Sergueï Diaghilev (le 19 mars), dont le nom est inextricablement lié au développement du ballet russe et français.

Voir l’exposition : CLIQUEZ

Rencontre avec Christelle Louri.

Pour les Journées de la femme

” AMOUR, TENDRESSE, SOUVENIRS “

Jeudi 10 mars 2022 à 19H

 

Christelle Lourie, célèbre chanteuse française, lauréate du Concours international de télévision vocale “Route pour Yalta” (2020), participante à de nombreux concerts à Moscou et dans d’autres villes de Russie, présentera un programme spécial de 15 œuvres françaises les plus romantiques.

Le concert “Amour, Tendresse, Souvenirs” est un cadeau de l’actrice aux femmes – le public de la Maison Russe à Paris – pour les Fêtes de Printemps et de la Femme .

J’ai choisi un nouveau format. L’idée est de laisser les chansons vivre d’elles-mêmes et que le public puisse ressentir les paroles des chansons. Je veux faire appel aux différents sentiments que les femmes éprouvent : joie, passion, amour, tendresse, solitude, souvenirs d’enfance, liberté et affirmation de soi ….. Je veux parler avec eux de nos principales pensées et préoccupations, de ceux qui nous sont chers ... ” a déclaré Christel Lourie.

Jean-Christophe Cotsiras (piano) se produira en tant qu’accompagnateur.
La Maison Russe invite tout le monde à une soirée musicale festive.

Entrée libre. Nombre de places limité.

Une pré-inscription est obligatoire (crsc.paris@crsc.fr).

L’admission s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un certificat de vaccination (pass-vaxinal).

Projection et rencontre avec l’auteur

Film documentaire de 

Cédric Gras

” Oural, à la poursuite de l’automne ”

Lundi 28 mars à 18 h

REPORT à UNE DATE ULTÉRIEURE

Centre de la Société Russe de Géographie à la Maison Russe des Sciences et de la Culture à Paris rassemble les passionnés de voyages et les spectateurs du célèbre Paris Film Club « Firebird ».

Voyageur passionné, écrivain, membre de la Société Française des Explorateurs Cédric Gras, qui a vécu plus de 10 ans en Russie et en Ukraine, et son co-auteur. Présentation du film par Christian Reylat.

Les spectateurs verront une vue française de l’un des endroits les plus significatifs de Russie – la ligne de partage des eaux entre l’Europe et l’Asie, le berceau des contes de fées de P.P. Bazhov, la source des richesses incalculables extraites des profondeurs de ces montagnes légendaires. L’Oural est très varié. Les paysages de l’Oural, saisissants par leur beauté, la vie des peuples autochtones locaux du nord de l’Oural, le sud industriel – tout cela est présenté dans le film.

Après la projection, le public rencontrera son auteur Cédric Gras et des Uralologues russes – voyageur, blogueur et le photographe Oleg Chegodaev et géographe, membre de la branche Oural de la Société géographique russe O.Yu Gouryevskikh.

La conversation aidera les téléspectateurs à regarder l’Oural de différents points de vue, à comprendre sa place dans la culture et la conscience du soi russe, et découvrir son riche potentiel touristique.

La prochaine session du ciné-club aura lieu dans la salle de conférence avec une diffusion en ligne avec traduction en russe et en français.

Entrée à l’événement sur rendez-vous. Nombre de places limité.

Pour participer à la conférence en ligne, vous devez également vous inscrire.

Maison Russe des Sciences et de la Culture
61 Rue Boissière, 75016 Paris
Tél : 01 44 34 79 79
Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp.

31
Jan

Programme Février, MRSC

   Publié par: artcorusse   dans Informations

 

Voir l’article plus bas .

Conférence avec

Ioury Vaguin

” Harry Potter , comme guide de psychologie
des profondeurs “

Mardi 1er février 2022 à 19h

Salles des conférences et site de la MRSC

Rencontre avec un psychologue de renom : “Harry Potter comme guide de la psychologie des profondeurs

Le 1er février, la Maison russe des sciences et de la culture à Paris invite les téléspectateurs à une conférence avec la participation du célèbre scientifique russe, auteur d’études et d’une série de livres sur la psychologie populaire Yuriy Vaguin.

Un psychothérapeute, psychologue clinicien, candidat en sciences médicales dira comment, à première vue, un conte de fées ordinaire révèle non seulement des problèmes psychologiques profonds, mais offre également des solutions, parfois plus équilibrées et adéquates que les manuels de psychologie.

En utilisant l’exemple du célèbre livre pour enfants, une conversation avec un spécialiste se concentrera sur la façon de nouer des relations correctement, ce qu’est la véritable amitié, comment les souvenirs de moments heureux de la vie aident une personne à faire face à la dépression.

En tant que psychothérapeute, psychologue clinicien, candidat ès sciences médicales, Iouri Vaguine parlera de la façon dont un conte fantastique, à première vue, ordinaire nous révèle non seulement des problèmes psychologiques profonds, mais propose également des solutions, parfois plus équilibrées et adéquates que celles exposées dans les manuels de psychologie.
A l’exemple du célèbre livre pour enfants, le spécialiste se focalisera sur la façon de construire correctement des relations, sur ce qu’est la véritable amitié et la façon dont le souvenir de moments heureux de la vie aide une personne à faire face à la dépression. Il abordera également ce que signifie réellement la peur de mourir, pourquoi il ne faudrait pas avouer son amour hâtivement, sans omettre de parler de la trahison, des valeurs de la vie, du danger des fantasmes et de plusieurs autres points psychologiques importants.

« Au début, je pensais que c’était un livre ordinaire pour enfants et adolescents, mais quand j’ai constaté avec surprise que non seulement les enfants lisaient Harry Potter, mais aussi les “ sorciers de la sagesse ”, à savoir les professeurs et enseignants dans les universités et lycées professionnels, quand j’ai découvert que ils trouvaient un sens profond dans le roman, des idées brillantes et des leçons pour la vie réelle, j’ai prudemment pris le premier volume, je l’ai ouvert et j’ai vu de brillantes étincelles de sagesse luire à chaque page », écrivait le célèbre philosophe américain contemporain Tom Morris.

L’univers magique créé par Joanne Kathleen Rowling cohabite avec nous depuis vingt ans. Il y a suffisamment de secrets, d’énigmes et de magie, mais ce qui constitue le miracle, la magie et le mystère majeurs, c’est le roman lui-même et son auteur.
Depuis plus de vingt ans, Iouri Vaguine se sert du roman de Joanne Kathleen Rowling pour travailler avec lui-même, ses clients et ses patients. Les sujets qu’y sont abordés (l’amour, l’amitié, la fidélité, le courage, le choix, la solitude, le désespoir, la trahison, le sacrifice, l’injustice) sont toujours d’actualité et pour de très nombreux.

L’invité de la Maison russe racontera en détail tout ce qu’il a identifié professionnellement dans cette oeuvre surprenante.

En 2021, Iouri Vaguine a sorti son livre « Docteur, pourquoi Harry Potter ? » à la maison d’édition moscovite « AST ». La première édition a été épuisée instantanément, et actuellement le livre est à nouveau réimprimé.

Iouri Vaguine répondra aux questions du public présent dans la salle et en ligne. La conférence sera organisée en français et diffusée en direct sur Zoom et sur la chaîne YouTube de la MRSC à Paris.

La conférence avec cet expert en psychologie de l’enfant serait particulièrement intéressante à de nombreuses écoles russes d’enseignement complémentaire en France et d’autres établissements d’enseignement pour enfants.

Entrée libre, sur inscription préalable. Nombre de places limité.

L’entrée à la MRSC s’effectue à condition de port obligatoire du masque et de respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un passe sanitaire.

Iouri Robertovitch Vaguine (brève notice biographique)

1988 — diplômé de l’Académie de médecine d’Etat de Perm. (AMEP)
1990 — résidanat clinique auprès du Département de psychiatrie et de psychologie médicale, AMEP.
1990–2004 — assistant au Département de psychiatrie et psychologie médicale, AMEP.
1994 — soutenance de la thèse à Novossibirsk sous la direction du professeur César Korolenko pour le diplôme de candidat ès sciences médicales. Le thème de la thèse est « Particularités des conduites addictives chez les adolescents qui abusent des inhalants ».
1994–2004 — activités pratique, théorique et pédagogique au sein du centre psychothérapeutique MUZ 7 GB à Perm.
2004–2006 — professeur associé à l’Institut de psychologie de l’Université pédagogique de Perm.
2006–2009 — professeur agrégé de l’AMEP.
2009 – jusqu’à présent — directeur du Centre psychologique du docteur Vaguine à Perm.

Exposition des peintres français et russes

“Échanges croisés entre Tikhvine et Hérouville

autour de l’eau”

Du lundi 7 au lundi 21 février 2022

Dans la salle de marbre de la MRSC

A l’occasion des 30 ans du jumelage de Tikhvine avec les Français d’Hérouville – une exposition croisée d’artistes des deux pays

Parmi la cinquantaine de couples jumelés entre les villes de Russie et de France, il y a ceux qui ont atteint une véritable amitié, ayant réussi à remplir le programme des relations intercommunales avec des événements bilatéraux vraiment intéressants et pratiques qui sont nécessaires d’un point de vue pratique .

Tikhvine et Hérouville-Saint-Clair font partie de ces ensembles partenaires depuis maintenant trente ans. Depuis 30 ans, environ 500 événements communs ont été mis en place entre les villes. Certains d’entre eux sont suivis par la Maison Russe à Paris.

A l’aube du partenariat, ses initiateurs ne pouvaient ignorer le fait que les deux villes – la ville clé en 1942 pour la défense de Leningrad et Hérouville, banlieue cannoise, sont unis par une histoire mémorielle militaire pour chérir la mémoire des ancêtres, dans l’histoire française de la Seconde Guerre mondiale , Chaque année, des jeunes et des vétérans organisent des actions commémoratives et rendent hommage à leurs libérateurs.

Un tissu d’interaction très dense d’actions culturelles sont réalisées avec la participation des deux villes. Un programme culturel spécial, dans le cadre duquel pendant un mois entier (15 novembre – 15 décembre), les citadins se sont vu proposer divers événements dédiés au 30e anniversaire de l’établissement des relations entre villes sœurs, qui a été célébré en 2021.

Le 7 février, la Maison russe des sciences et de la culture à Paris accueillera l’inauguration d’une exposition d’art croisé avec la participation de maîtres des beaux-arts de Tikhvine et d’Hérouville. Le sujet d’inspiration créative des auteurs russes et de leurs collègues français était l’élément eau.

L’exposition, présentée précédemment à l’Hôtel de Ville et au Conservatoire d’Hérouville-Saint-Clair, associe des œuvres de peintres de Tikhvine et d’Hérouville.

La peinture à l’huile est techniquement plus difficile… mais beaucoup plus belle esthétiquement que les peintures à l’eau… Mais c’est “l’eau” qui est devenue le principal thème fédérateur de l’exposition. Après tout, l’eau est un élément vital qui, de par sa nature, ne peut être représenté qu’en mouvement, ou plutôt dans les effets qu’il produit sur l’environnement. Le spectateur de la Maison russe devra découvrir comment les artistes des deux pays ont fait face à cette tâche.

Notre rendez-vous culturel à Paris revêt une grande importance dans les deux villes – une importante délégation conduite par le maire d’Hérouville, Rodolphe Thomas, prévoit d’arriver spécialement pour le vernissage à la Maison Russe. Des membres de l’administration municipale et des artistes, auteurs des peintures exposées l’accompagneront.

Parmi les invités, la présidente de l’Association d’amitié et de solidarité avec Tikhvine, Nina Hervie, et ses proches, membres de cet organisme public, qui a été la principale « courroie de transmission » pour le développement de la coopération entre villes jumelées, sont attendus.

Des représentants de l’administration municipale de la ville de Tikhvine, avec qui les partenaires français auront à nouveau un dialogue direct et intéressé, ont été invités à l’ouverture pour s’exprimer en ligne.

L’exposition est disponible pour des visites individuelles et de groupe.

Entré sur inscription gratuite: CLIQUEZ

L’admission au RDNC s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des autres règles sanitaires établies.


Concert exceptionnel

Arseny Mun, lauréat des concours internationaux (piano)

Jeudi 10 février 2022 à 19 h

Salle de musique de la MRSC à Paris

Arseny Mun est né en 1999 à Saint-Pétersbourg.
À l’âge de six ans, il a commencé à jouer du piano sous la direction d’Eléna Ziabréva.
Entre 2010 et 2017, il a fait ses études auprès d’Alexandre Sandler : d’abord à l’école secondaire spéciale de musique du Conservatoire national Nikolaï Rimski-Korsakov à Saint-Pétersbourg, ensuite au Conservatoire.

Actuellement il est élève de Sergueï Babayan à la Juilliard School de New York. En 2009, il a fait ses débuts avec un orchestre symphonique à l’Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg, et en 2014, il a donné son premier concert solo à la Maison Mozart à Vienne.

Il est lauréat de nombreux concours internationaux.

Il a remporté le IIIe prix et le prix spécial au concours pour jeunes e-Piano à Minneapolis (Etats-Unis), le IIe prix Van Cliburn à Fort Worth (Etats-Unis), le Ier prix au Concours International de Piano Arthur Rubinstein in memoriam à Bydgoszcz (Pologne), le 1er Prix au Concours International de Piano à Saint-Priest (France).
Il est également lauréat du prix du gouvernement de Saint-Pétersbourg. Entre 2010 et 2016, il a gagné la bourse Sviatoslav Richter de la Fondation Mstislav Rostropovitch. En 2016, il a reçu le prix personnel de Iouri Temirkanov. La même année, il reçoit le prix spécial du meilleur pianiste de la Verbier Festival Academy.

Il s’est produit au Festival international Iouri Bachmet à Minsk, aux festivals « Visages de pianistes contemporains » (Saint-Pétersbourg), « Visite chez Larissa Guerguieva » (Vladikavkaz), « Moscou accueille ses amis ». Il est participant régulier aux programmes de la Maison de la musique de Saint-Pétersbourg.

Il a joué entre autres avec l’Orchestre de chambre de Tallinn, l’Orchestre symphonique académique d’État de Saint-Pétersbourg, le Grand orchestre symphonique Piotr Tchaïkovski, l’Orchestre symphonique d’État « Nouvelle Russie », l’Orchestre de chambre de Lituanie, l’Orchestre de l’Ermitage, l’Orchestre symphonique de Fort Worth, l’Orchestre du Minnesota et l’Orchestre « Symphonie du Nord ». Il a collaboré avec les chefs d’orchestre Alexandre Titov, Dmitri Liss, Alexandre Skulski, Fabio Mastrangelo, Stanislav Kotchanovski, May-Ann Chen, Mark Russell Smith, Ian Hobson, Zaürbek Gougkaev, Yaroslav Zaboyarkin et bien d’autres.

Il se produit avec des orchestres et en solo dans de grandes salles en Europe, aux États-Unis et en Russie (salle de concert du théâtre Mariinsky, Centre Krannert pour les arts du spectacle (Urbana, Illinois), Salle Cortot à Paris, etc.). A l’automne 2019, il a effectué une tournée dans les villes européennes (Strasbourg, Luxembourg, Paris, Bruxelles), et a également donné un concert sur Radio France. Parmi ses engagements pour la saison 2020–2021 figurent des concerts solo en Russie, en Suisse, en France et en Pologne.

Depuis 2019, il est artiste officiel de la compagnie Yamaha.

Au programme :

  • Sonate n° 31 op. 110
  • Impromptu op. 90 n° 3
  • Andante spianato et Grande Polonaise brillante op. 22
  • Mazeppa

Entrée sur inscription préalable. Nombre de places limité.

L’entrée à la MRSC s’effectue à condition du port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un pass sanitaire.

INSCRIPTION PRÉALABLE : CLIQUEZ

Conférence dans le cadre des
13èmes Journées du livre russe

” La France, la deuxième Patrie Littéraire
d’Alexandre Zinoviev “

avec Olga Ziniviev son épouse
et des écrivains contemporains

Dimanche 13 février 2022 à 14 h

Salle de Conférences et sur le site de la MRSC

Programme spécial dédié à Alexandre Alexandrovitch Zinoviev.

En 2022, tout le monde célébrera le 100e anniversaire de la naissance d’Alexandre Alexandrovitch Zinoviev (1922-2006), écrivain, philosophe, logicien, sociologue, poète, artiste, idéologue, combattant, patriote et citoyen d’exception. Capitaine des gardes des avions d’attaque de la Grande Guerre patriotique, a reçu des ordres militaires.

Le monde découvre le phénomène d’Alexandre Zinoviev – une personnalité de type Renaissance, l’un des mystères les plus frappants et les plus attrayants des XXe et XXIe siècles, un héros de notre temps, un homme du futur.

Il a consacré toute sa vie au service de la Vérité. Récompensé par l’étoile d’or de l’Université d’État de Moscou “Pour la fidélité à la vérité“.

Membre des Académies des sciences de Finlande, d’Italie, de l’Académie bavaroise des beaux-arts, de nombreuses académies russes ; prix internationaux et européens – Médicis, 1978; Tevere, 1992; Prix ​​de littérature française du meilleur roman, 1979 ; Prix ​​européen du meilleur roman de science-fiction, 1980 ; le seul lauréat soviétique et russe du prix international Alexis de Tocqueville pour l’humanisme (reçu pour la création de la théorie du communisme réel), 1982 et autres.

Nominé en 1984 et 1999 pour le prix Nobel de littérature en tant que créateur d’un nouveau genre (ne l’a pas accepter en raison d’une position ferme sur le bombardement de la Serbie).

Citoyen d’honneur des villes de France et d’Italie (Avignon, Orange, Ravenne), à ​​titre posthume – Kostroma.

Le président russe V.V. Poutine classe Alexander Zinoviev parmi la galaxie des écrivains russes exceptionnels.

Le génie d’AA Zinoviev a été admiré par Mstislav Rostropovich, Vladimir Ashkenazy, Mikhail Shemyakin, Eugene Ionesco, Federico Fellini, Valery Giscard d’Estaing, Jorge Luis Borges, Daniel Barenboim, Ekaterina Maksimova, Vladimir Vasiliev, Ernst Neizvestny, Valery Panov, Kirill Kondrashin , Friedrich Dürrenmatt, Mikhail Rud, Gidon Kremer, Hans Magnus Enzentsberger, Cardinal Gianfranco Ravasi, Raymond Aron, Simone Weil, Karl Popper, Max Gallo, Jurgen Habermas…

Au cours des événements à la Maison russe, une série de rencontres aura lieu le 13 février, avec des écrivains russes contemporains et l’épouse du philosophe O.M. Zinovieva. Des films documentaires et une exposition consacrée à la vie et à l’œuvre du brillant écrivain seront projetés.

L’entrée est gratuite, sur rendez-vous. Nombre de places limité.

L’admission au RDNC s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un certificat sanitaire (pass-sanitaire).
En ce qui concerne les films, nous ne pouvons certainement pas faire de traduction. YouTube a la capacité de traduire automatiquement les sous-titres. La traduction n’est pas importante mais à mon avis il sera possible de l’utiliser. Nous aimerions un film de Shargunov 12 min et Grigoriev 26 min.

Jusqu’ici, les noms de deux scénaristes avec qui on va échanger sur zoom ne suffisent pas.

VOIR la CONFÉRENCE : CLIQUEZ

Concert avec le maestro
Andreï Chevtchouk

« Enfants à l’Opéra »

Mardi 15 février à 19 h  

Ce concert était prévue le 18 janvier a été reporté à mardi 15 février.

Maestro Andreï Shevtchouk et le chœur d’enfants de l’Académie SheremetyevGrad sous la direction d’Ekaterina Ferrari présenteront à votre attention une conférence – concert “Les enfants à l’opéra”.

L’art lyrique est-il réservé aux adultes ? Bien sûr que non. De nombreuses sujets d’opéra ont des choses en commun avec le folklore, avec des histoires romantiques, il y a beaucoup d’imaginaire en eux, ce qui est si proche des enfants. D’ailleurs, si vous regardez bien, il y a beaucoup d’enfants sur les scènes d’opéra. Ils participent à l’action comme des acteurs à part entière : ils jouent leurs rôles, dansent et chantent.

Vous découvrirez les personnages d’enfants dans des opéras célèbres, parmi lesquels Boris Godounov de Moussorgski, Madame Butterfly de Puccini et bien d’autres, et vous serez également surpris par la variété des chœurs d’enfants que l’on entend et dans « Roussalka » de Dargomyzhsky et dans « La Dame de piques » de Tchaïkovski et , bien sûr, dans ” Carmen ” Bizet. Les enfants, dont on ne remarque souvent pas la présence, se concentrant sur les artistes adultes, occupent une place importante sur la scène lyrique.

Si vous vous posez la question « comment attirer les enfants vers l’opéra classique ? – venez écouter cette conférence avec eux. Vos enfants feront connaissance avec des œuvres célèbres de l’opéra en interprétation classique, auront l’occasion de voir comment les autres enfants chantent et, pourquoi pas, ils s’imagineront dans la peau de vrais artistes.

La Maison russe invite à la soirée musicale qui se déroulera, comme d’habitude, en russe et en français.

L’entrée à l’événement est gratuite. L’inscription préalable à paris@rs.gov.ru est obligatoire, le nombre de places est limité.

INSCRIPTION : CLIQUEZ

L’entrée à la MRSC s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un pass sanitaire.

Concert Conférence avec le maestro
Andreï Chevtchouk

” Le Monde musical d’ Alexandre Scriabine “

avec la participation du professeur Igor Lazko

REPORTÉ le Jeudi 14 avril  2022 à 19h

Salle de musique de la MRSC

Dans les murs de la Maison russe à Paris, où le Conservatoire Alexandre Scriabine existe depuis plus d’une décennie, le maestro Andreï Chevtchouk, auteur et présentateur permanent de l’Encyclopédie musicale, parlera de la vie et du parcours créatif de Scriabine, de son séjour en France, puis s’entretiendra avec le célèbre pianiste et professeur exceptionnel, Igor Lazko, sur la musique de Scriabine.
 
Des pianistes jeunes, mais déjà reconnus, lauréats de concours internationaux, Josquin Otal, John Gade et Elizaveta Frolova, interpréteront les oeuvres du grand compositeur, dont les sonates n° 3 et n° 5, «Deux poèmes» op.32 et le poème «Vers la Flamme» op.72.

Alexandre Nikolaïevitch Scriabine ou Skriabin ( Александр Николаевич Скрябин) est un pianiste et compositeur russe né à Moscou en 1871 (6 janvier 1872 dans calendrier grégorien), mort à Moscou le 14 avril 1915 ( 27 avril dans calendrier grégorien)

Personnalité singulière par le symbolisme flamboyant de son langage musical et atypique par le refus de toute référence au folklore national, il n’en demeure pas moins un compositeur marquant de la musique russe de la fin du xixe siècle. Longtemps incompris des critiques et du public, ce mystique de l’extase influencé par la théosophie et la synesthésie laisse une œuvre profondément originale d’où se détachent son corpus imposant de dix soniates pour piano, son Poème de l’extase pour grand orchestre, son Prométhée ou Poème du feu et de nombreux préludes et études  au style virtuose et coloré.

Dans les murs de la Maison russe à Paris, où le Conservatoire Alexandre

Inscription préalable souhaitée : CLIQUEZ

Point de vue des juristes russes et français

” Problèmes actuels du droit Russe et Français “

Lundi 21 février 2022 à 15h

 

La Maison Russe des Sciences et de la Culture à Paris accueille sur sa plateforme virtuelle la présentation d’une monographie collective d’auteurs russes et français intitulée « Problèmes actuels du droit en Russie et en France : le point de vue des juristes russes et français ». L’ouvrage est consacré à l’étude des problèmes d’actualité du droit en Russie et en France dans le contexte des transformations socio-économiques contemporaines au niveau mondial.

La conférence en ligne est organisée dans le cadre d’un accord de coopération signé en octobre 2021 entre l’Université d’État juridique de Moscou Oleg Koutafine (angl. MSAL) et Rossotroudnitchestvo.

La monographie est publiée sous la direction du professeur Victor Blajeïev, recteur de la MSAL, juriste émérite de la Fédération de Russie, coprésident de l’Association des juristes de la Russie, membre du Conseil russe des affaires internationales (CRAI), et sous la direction de la professeure Maria Egorova, chef du Département de coopération internationale de la MSAL, coprésidente de l’Alliance internationale des Juristes et Economistes (France), membre du Conseil russe des affaires internationales (CRAI).

La publication a été préparée avec le soutien de Rossotroudnitchestvo et de l’Ambassade de France en Russie.

Renforçant l’intérêt mutuel envers l’étude du droit russe et français, les chercheurs en droit portent une attention particulière aux méthodes appliquées dans la régulation juridique de nouveaux domaines, tels que l’intelligence artificielle, les crypto-monnaies, les technologies numériques en droit médical, environnemental et en droit d’auteur.

Le livre est destiné aux enseignants, chercheurs et praticiens, fonctionnaires, étudiants en Licence, Master et Doctorat, ainsi qu’à tous ceux qui s’intéressent aux problèmes et orientations du développement de la science juridique contemporaine.

Parmi les participants à la présentation de la monographie seront :

  • Polikanov Dmitri, chef adjoint de Rossotroudnitchestvo ;
  • Benjamin Danlos, Magistrat de liaison en Russie à l’Ambassade de France en Russie ;
  • Alain Duflot, avocat, maître de conférences à l’Université Jean Moulin Lyon 3, coprésident de l’Alliance internationale des Juristes et Economistes (France) ;
  • Béatrice Espesson-Vergeat, docteur en droit, maître de conférences à la faculté de droit de l’université Jean Monnet (Saint-Etienne) et de l’université de Lyon, membre du Centre d’études juridiques critiques, membre de l’UMR 5137 du Centre national de la recherche scientifique ;
  • Evdokimova Maya, docteur en philosophie, vice-recteur à la recherche de l’Académie d’État russe de la propriété intellectuelle ;
  • Claude Ferry, docteur en droit, professeur à la faculté de droit du Centre du droit de l’entreprise de l’Université de Montpellier (France) ;
  • Koubychkine Alexeï, avocat au cabinet d’avocats « SanktaLex » (n° 36) du barreau « Ordre des avocats de barreau de Moscou », partenaire de la collaboration scientifique « Alliance des développements juridiques dans le domaine du génome (LeGenDA) », docteur en droit ;
  • Marine Michineau, docteur en droit, Maître de conférences à l’Université Paris Nanterre, Directrice du Master 2 Analyse et pratique du droit des affaires ;
  • Ponomareva Daria, docteur en droit, chef adjoint du département de droit pratique de l’Université d’État juridique de Moscou Oleg Koutafine (MSAL) ;
  • Slepak Vitaliy, docteur en droit, professeur associé au Département d’intégration et de droit européen, l’Université d’État juridique de Moscou Oleg Koutafine (MSAL) ;
  • Tsitoviеch Lyubo, docteur en droit, professeur associé, département de droit civil et commercial de l’Académie russe de la propriété intellectuelle.

En outre, des scientifiques de Russie et de France représentant de grandes universités russes et françaises, des enseignants l’Université d’État juridique de Moscou Oleg Koutafine (MSAL), le Conseil russe des affaires internationales, l’Association des diplomates russes, des scientifiques d’Italie et d’Espagne ont reçu une invitation à la conférence.

Pour participer à la conférence, l’inscription est obligatoire : https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_XLfRX71oS0iG0ssSmbUHMA.

La conférence Zoom sera organisée en russe et en français avec traduction simultanée et possibilité de communication directe avec les invités.

La diffusion en direct peut être visionnée sur la chaîne de la MRSC à Paris sur YouTube (sans traduction).

A partir de 15h (heure de Paris) / 17h (heure de Moscou).

L’enregistrement complet de la réunion sera publié en deux versions linguistiques sur les sites Internet et des réseaux sociaux de la MSAL et de la MRSC.

Conférence

” Secrets français des russes à l’étranger “

Sépultures russes en France

Mardi 22 février à 18 h 

Salle de conférence et sur le site de MRSC

la Maison russe des sciences et de la culture à Paris poursuit les discussions sur les lieux culturels et historiques russes d’une valeur particulière.

L’une des directions importantes du travail historique et mémoriel complet de Rossotrudnichestvo est la préservation des lieux de sépulture d’une importance historique et mémorielle particulière situés à l’étranger.

Les mesures d’entretien et de préservation de ces lieux à l’étranger sont prises dans le cadre d’une liste spéciale du gouvernement de la Fédération de Russie, qui comprend aujourd’hui des cimetières situés dans 14 pays.

Deux de ces lieux spéciaux sont situés en France : « Le secteur russe du cimetière municipal de Sainte-Geneviève-des-Bois, Léo Lagrange » et « Ivry-sur-Seine”, lieu de sépulture des artistes Natalya Sergeevna Goncharova et Mikhail Fedorovich Larionov …..

Dans le même temps, il est évident que pour la “capitale de la diaspora russe“, qui est à juste titre considérée comme la France, la liste gouvernementale des tombes russes particulièrement précieuses dans ce pays doit être recontituée. Dans le même temps, le travail d’évaluation et de sélection de ces lieux doit être systématiquement organisé et réfléchi. Une expertise scientifique sérieuse et un débat public responsable sont nécessaires. C’est pour tenter de réaliser un projet d’inventaire de nos sépultures particulièrement précieuses, à savoir cette catégorie de monuments historiques russes, à l’exception des sépultures militaires, que Rossotrudnichestvo a été chargé de traiter, la MRSC a invité les hommes les plus éminents de Russie et de France pour parler.

T.V.Anguladze (Marseille), spécialiste du domaine de la danse
D.B. de Koshko, journaliste et personnalité publique
F. Kutseff, Président de l’Association des Russes de Provence, écrivain 
A.N. Miller de la Cerda, historien, consul honoraire de Russie à Biarritz 
K.I. Mogilevsky, Membre du Présidium du Conseil, Président du Conseil d’administration de la Société historique russe, Directeur exécutif et Président du Conseil d’administration de la Fondation Histoire de la Patrie
V.A. Moskvin, Directeur de la Maison des Russes de l’étranger 

T.E. Mozhenok, écrivain, chercheur, historien de l’art 
D.M. Shakhovskoy, historien, président de l’Assemblée des Nobles de Russie 
A. Shevchuk,  chercheur du patrimoine musical russe en France, le maestro A. Shevchuk – telle est la composition des experts invités à cette passionnante conférence.

Le résultat devrait être des propositions sélectionnées pour l’inclusion d’un projet dans la liste gouvernementale, en tenant compte de la discussion sur la signification historique, la valeur spirituelle, l’état de conservation et la hiérarchisation approximative des sépultures russes.
La conférence sera organisée dans un format hybride (en salle et en ligne) en russe et en français, avec traduction simultanée et diffusion en direct sur Zoom et sur la chaîne YouTube MRSC  à Paris.

Des experts répondront aux questions des invités dans le hall et des téléspectateurs en ligne.

L’entrée est gratuite, sur rendez-vous. nombre de places limité.

 RV à 18h00 (Paris).

L’admission à la MRSC s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un certificat sanitaire (pass-sanitaire).

INSCRIPTION à LA DISCUSSION : CLIQUEZ

Inscription pour assister dans la salle : CLIQUEZ

Stella International expose

” ESPRIT RENCONTRE “

12 artistes 

du mardi 22 au lundi 28 février 2022

Salle de marbre de la MRSC

L’association « Stella Art International », association fondée par Stella Kalinina est un véritable lien entre les artistes et le public. Les artistes vous proposent de découvrir une exposition diversifiée de l’art contemporain…

Stella Art International est une association à but non lucratif, fondée en 1999 à l’initiative de Stella Kalinina, passionnée d’art.

L’association est située au cœur de Paris, à deux pas de l’Arc de Triomphe, au Centre de Russie pour la Science et la Culture, partenaire de l’association pour la plupart des grands évènements. Son but est de favoriser la création artistique et culturelle, en organisant un grand nombre d’évènements internationaux dans le domaine des arts : peinture, musique, mode, littérature, cinéma, théâtre et danse.

Elle présente une grande diversité de styles, de techniques et de modes d’expression, toujours à la recherche de nouveaux talents.

” L’effervescence créative du début du XX siècle russe doit énormément à une brillante pléiade de connaisseurs inspirés qui ont accompagné et soutenu bon nombre d’artistes.
Que serait cette prodigieuse époque sans Tretiakov, Morozov, Diaghilev? Véritables passeurs entre les créations et le grand public, ils savaient qu’au savoir-faire d’un artiste il fallait ajouter le “Faire-Savoir” d’une médiation. Aujourd’hui quand la pression de la culture de masse devient écrasante, l’artiste a plus que jamais besoin de ces interprètes passionnés qui traduisent sa démarche créatrice auprès d’un monde de plus en plus sourd et technocratique.
C’est une noble mission que se donne Stella Kalinina.
Stella Art International est devenue un trait d’union irremplaçable entre les artistes et le public. La vivifiante synergie que naître son activité a déjà donné des exemples très convaincants.
Le ballet, la peinture, la musique, la poésie trouvent, grâce à cette médiatrice engagée, un champ d’action plein de promesses.”
Andreï Makine

Maison Russe des Sciences et de la Culture
61 rue Boissière, 75116 Paris
Tél : 01 44 34 79 79

Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp

4
Mai

Vente Art Russe, Versailles

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Vente ART RUSSE

Versailles

Samedi 12 & Dimanche 13 juin 2021

Samedi 12 juin à 10 h Lots de 1 à 77

EXTRAITS du CATALOGUE

LIVRES RARES
DES XVIIIE ET XIXE SIÈCLES
Pусские книги
XVIII-XIX веков

Lot 3 : [Franc-Maçonnerie russe]
Les discours des maçons libres racontés lors des réunions des frères du Système de la croix rose dorée. Circa 1810-1820. [Manuscrits].
106 pp., in-8, reliure en tissu bardeau du début du XXe siècle. Texte entièrement manuscrit à l’encre marron. B.E.
Le manuscrit reprend le texte du livre des francs-maçons allemands, traduit par Nicolas Novikov et édité en 1784. Le livre fait
partie de textes interdits par Catherine II. La quasi totalité du tirage fut détruite. Les anciens manuscrits maçonniques russes sont
très rares.

[Русское масонство]
Вольнокаменщические речи, говоренные в собраниях братьев Златого-Розоваго Креста древней системы. 1810-1820-е гг. [Рукопись]. 106 л.
21,8 х 15 см. В бордовом цельнотканевом переплете начала ХХго века, наклейка из черной кожи с золотым тиснением по корешку, тройной
золоченый обрез.
Каллиграфический рукописный текст, выполненный коричневыми чернилами, декоративные каллиграфические заголовки и названия.
Во второй половине XVIII века значительная часть деятелей русского Просвещения состояла в масонских ложах, среди них Михаил Херасков
(1733-1807), Николай Новиков (1744-1818), Иван Шварц (1751-1784), Иван Лопухин (1756-1816) и др. Причастность Новикова к масонству
наиболее известна и связана с привлечением масонского капитала в книжное дело. Несмотря на существенный вклад его в издание обычной
литературы, выпускавшейся для отвода глаз, следует отметить, что основной целью Новикова оставалось издание переводов английских
и немецких мистических и философских произведений. Данная книга – пример русской масонской рукописи, воспроизводит текст печатного
издания (ок. 1784, находится только в РГБ). Автор Ганс Генрих фон Эккер унд Экхоффен (1750-1790) – немецкий масонский писатель,
розенкрейцер, который занимал должность мастера Венской ложи и лоббировал свой собственный тайный « Орден рыцарей и Братьев
света », который, что примечательно, был открыт для приема евреев.
Печать книги, очевидно, была прервана, текст обрывается на с. 192, и рукопись также содержит только шесть из одиннадцати
выступлений, найденных в немецком оригинале.
В 1790-х годах Екатерина II начинает решительное преследование масонского движения, называя их “противонелепым обществом”.
Издания Новикова были конфискованы, некоторые масоны – арестованы или изгнаны. Известно, что во время обыска дома Новикова в 1792
году “Вольнокаменщические речи” были среди многочисленных книг, конфискованных и сожженных по приказу Екатерины.
Очевидно, что несколько копий удалось сохранить, но только одна из них документально зафиксирована и хранится в РГБ (см. Сводный
каталог 8581). Ранние масонские рукописи очень редки.
1 500 / 2 000 €

t

LOT 7 : Enseignement de base pour un homme souhaitant
apprendre la Bible. St-Pétersbourg, éd. de Sinod, 1857,
64 pp., in-12, reliure de l’éditeur en papier. B. E.

Начальное обучение человеком, хотящим учитися книге
Божественного писания. СПб.: в Синодальной тип., 1857. – 64 с.,
17х11 см. Бумажная типографская обложка. Бледный развод по
обложке, незначительные надрывы корешка. Хорошая сохранность.
Издание содержит русско-славянскую азбуку, некоторые молитвы,
чтения из Священного Писания в форме катехизиса, а также
церковный счет.
100 / 200 €

t

LOT 9 : POUCHKINE Alexandre (1799–1837)
Eugène Onéguine. Roman poétique d’Alexandre Pouchkine. Sixième chapitre. Ed. de la typographie du département d’éducation.
Saint-Pétersbourg, 1828. 46 pp., in-12, reliure demi-cuir d’époque. B.E. (tache au bord sur les pages 1-11). Cachet de la Société sociale de Kiev sur la page du titre (1913) et même cachet sur la page 7.
Alexandre Pouchkine a commencé à écrire Eugène Onéguine sans vraiment espérer que le roman soit publié un jour. Le roman a été pensé comme une vision satirique de la société de l’époque et Pouchkine avait raison de penser que la censure n’accepterait jamais une oeuvre semblable. Le premier chapitre a été achevé assez rapidement, mais le roman dans sa totalité a nécessité huit ans de travail du poète.
Pouchkine décide de publier « Eugène Onéguine » par chapitre sans attendre de terminer l’oeuvre. Le succès est extraordinaire.
Les petits livres qui étaient assez chers partent en vente très rapidement. L’éditeur pense que ce roman permettra probablement de sauver la situation financière du poète et décide de publier Boris Godounov qui est presque terminé aussi. Le fait que Pouchkine soit parvenu à publier entièrement Eugène Onéguine par chapitre est assez surprenant car au cours de ces huit années il a rencontré de nombreux problèmes avec la censure et avec le tsar Nicolas Ier lui-même pour d’autres poèmes. En
1833, le roman est publié dans son intégralité.
Le sixième chapitre du roman présenté aux enchères a été publié en tirage de 1200 exemplaires qui sont pratiquement introuvables aujourd’hui. Eugène Onéguine est sans aucun doute l’une des oeuvres les plus marquantes de toute la littérature russe.

ПУШКИН АЛЕКСАНДР (1799–1837)
Евгений Онегин. Роман в стихах. Сочинение Александра Пушкина. Глава шестая. СПб.: в типографии Департамента Народного Просвещения, 1828. 46 стр. 16,3х10,5 см. В полукожаном переплете эпохи. В хорошем состоянии, временное пятно сбоку блока на с.1-11.
На титуле штамп Киевского Общественного Собрания (1913). На с.7 еще один штамп Киевского Общественного Собрания.
« Пушкин начал писать « Евгения Онегина », не надеясь увидеть это произведение в печати. Роман был задуман как сатирическое изображение современного общества, и поэт имел все основания полагать, что цензура не пропустит подобного сочинения. Первые главы
« Евгения Онегина » писались довольно быстро, но общая работа над романом заняла у Пушкина почти восемь лет, восемь лет лучшей поры его творчества. » (Ник.Смирнов-Сокольский)
Издавался роман в своем первом тиснении также не сразу, а отдельными главами, выходившими из печати раз в год. Книги разбирались в продаже практически сразу. Издание романа по главам с достаточно высокой ценой каждой « главы » было принято Пушкиным на свой страх и риск. Как писал издатель глав П.А. Плетнев: « Вообрази, что тебе надобно будет иметь уже капитал, когда ты и роман напишешь:
иначе не на что будет его печатать. Это ведь не глава Онегина в два листика, где и в долг поверят бумагу, набор и печатание. У тебя и
Годунов растет для печати. А из каких доходов мы его отпечатаем? » Главы он старался сдавать в печать максимально быстро, в надежде
выровнять свое финансовое положение. Как пишет Н.Смирнов-Сокольский: « С особенным удовольствием Плетнев напечатал вслед за сдвоенной книжкой с четвертой и пятой главами отдельно главу шестую и, вероятно, был уверен, что Пушкин не задержится и со
следующей — седьмой. Увы! Седьмую главу Пушкин передаст ему для издания только через два года, а последнюю — через четыре. » Факт
того, что Онегина-таки удалось издать по главам в период, когда А.Пушкин регулярно имел проблемы с цензурой и лично Николаем Iм за другие произведение – практически чудо. Первое полное издание выйдет только в 1833 году. Представленная на торги шестая глава вышла, как и предыдущие, тиражом 1200 экземпляров. На рынке они чрезвычайно редки. Важность романа « Евгений Онегин » для русской литературы – не оспорима.

16 500 / 20 000 €

t

LOT 16 : STREMOUKHOV M., SIMANSKI P.
La vie d’Alexandre Souvorov. Recueil de portraits, des tableaux,
des gravures, des dessins, des caricatures, des statues, des
médailles, etc. Ed.A.Livenson, Moscou, 1900. 388 pp., 18 pl.
d’illustrations, in-folio, reliure demi-cuir (garde reliure de
l’éditeur). B.E. (traces de frottements).

СТРЕМОУХОВ М.Б., СИМАНСКИЙ П.Н.
Жизнь Суворова в художественных изображениях. Собрание
портретов, картин, гравюр, рисунков, карикатур, снимков со
статуй, медалей и других произведений живописцев, граверов,
скульпторов и других художников. Изд. Т-во скоропечатни А.А.
Левенсон, Москва, 1900. 388 стр., 18 л. ил., 32,9 х 25,7 см. В
издательском полукожаном переплете, верхняя переплетная
крышка украшена портретом Суворова. Сохранена издательская
обложка. Хор.сост. (потертости корешка, надрывы)
Богато иллюстрированное издание, подготовлено к празднованию
100-ой годовщины смерти А.В. Суворова. Составители книги
офицеры Генерального Штаба М.Б. Стремоухов и П.Н. Симанский,
занимаясь изучением деятельности великого русского полководца
Александра Суворова (1730-1800).

1 000 / 1 500 €

t

LOT 20 :   4 lithographies sur le sujet
de l’Armée Impériale. 25 x 20,5 cm. C.1930.

ЛОТ из 4х литографий на тему Русской Императорской Армии.
25 х 20,5 см. Ок.1930е гг.
100 / 200 

t

DOCUMENTS HISTORIQUES
Редкие исторические документы

LOT 27 : [SOUVENIRS DE LA VISITE DE L’ESCADRE
RUSSE à Paris en 1893]
Lot comprenant : MENU du dîner officiel, le 19 octobre 1893
à l’Hôtel de Ville. Exemplaire de Ch. Fouquet (homme politique, préfet, sénateur, ministre et président du Conseil). Reliure en cuir rouge et blanc, ornée d’or. In-12. T.B.E. ; CARNET DE BAL. Bal donné à l’Hôtel de Ville en l’honneur des Officiers de l’Escadre Russe. Le 20 octobre 1893. 4 pp., in-18 , reliure en papier avec des blasons russes. Nous y joignons deux cartes
décorées des portraits de l’Empereur Nicolas II et de l’Impératrice
Alexandra Feodorovna. Souvenir de leur visite à Paris en 1896.
15 x 7,5 cm. Parfait état.

[РУССКАЯ ЭСКАДРА во Франции]
Сувениры по случаю визита русской эскадры во Францию в 1893 году. Лот включает: Меню званого ужина в Мэрии Парижа 19 октября 1893 года. В кожаном оригинальном переплете с золотым тиснением. Экземпляр CH.Floquet (политический деятель, адвокат и министр Совета). 20 х 13,5 см. Хор.сост.; Бальная книжка. Бал в мэрии Парижа 20 октября 1893 г. по случаю визита русской эскадры во Францию. 4 стр., 13 х 8 см., оригинальный бумажный переплет с тиснеными гербами, переплетен шелковым шнуром с кисточкой.
Прилагаем две карточки по случаю визита Императора Николая II и
Императрицы Александры Федоровны в Париж в 1896 году. 15 х 7,5
см. Украшены портретами царствующей четы. Отл.сост.

1 500 / 1 800 €

t

LIVRE D’OR DE LA BALERINE MATHILDE KSCHESSINSKA ET DU GRAND DUC ANDREÏ VLADIMIROVITCH DE RUSSIE.
PROVENANT DE LA VILLA « ALAM » A CAP D’AIL.

ГОСТЕВАЯ КНИГА МАТИЛЬДЫ КШЕСИНСКОЙ И ВЕЛИКОГО КНЯЗЯ АНДРЕЯ ВЛАДИМИРОВИЧА
ИЗ ВИЛЛЫ « АЛАМ » В КАП Д’АЙ ВО ФРАНЦИИ.

Mathilde Kshessinska – danseuse étoile des théâtres impériaux de Saint Pétersbourg de 1890 à 1917 (elle obtient le statut de danseuse étoile en 1896). Après son spectacle final de l’École de danse, Mathilde fait la rencontre du tsarévitch Nicolas Alexandrovitch (futur empereur Nicolas II). Alexandre III l’invite à leur table en disant : « Soyez la gloire de notre ballet.» Ce soir-là, le jeune tsarévitch tombe amoureux de la belle danseuse. A compter de ce jour, Nicolas Alexandrovitch ne manquera aucun spectacle de Kshessinska, il lui offrira un hôtel particulier à Saint-Pétersbourg et restera en relation avec la ballerine jusqu’à la mort d’Alexandre III. Plus tard, Mathilde racontera dans ses mémoires comment le tsarévitch dansait les parties du ballet « Le Petit chaperon rouge » dans le salon de sa nouvelle maison.
La romance s’arrête à la mort d’Alexandre III quand Nicolas Alexandrovitch doit reprendre le règne et annonce son mariage avec Alix de Hessen-Darmstadt (future Alexandra Feodorovna). Malgré la rupture, ils ont pu garder de bonnes relations et Mathilde a dansé lors des spectacles accompagnant le couronnement de Nicolas II.
Peu après, la ballerine deviendra la maitresse du petit-fils du Nicolas Ier – le grand-duc Sergeï Mikhailovitch. Le grand général ne cacha jamais son amour pour Mathilde et vécut plusieurs années avec elle. Pendant la soirée des dix ans de sa carrière, Mathilde fait une rencontre avec un cousin de Nicolas II – le grand-duc Andreï Vladimirovitch et tombe amoureuse de lui. Elle passe l’automne 1901 avec lui en Europe d’où elle revient enceinte. La famille impériale n’accepte pas cette union et Mathilde reste pendant plusieurs années avec Sergeï Mikhailovitch qui élève son fils comme le sien. Après la Révolution, les bolcheviks confisquent son hôtel particulier et Mathilde décide quitter Petrograd pour rejoindre Andreï Vladimirovitch au sud à Kislovodsk. Peu après son départ, Sergeï Mikhailovitch est assassiné à Alapaievsk.
En 1920, Andreï Vladimirovitch prend la décision douloureuse de quitter la Russie et part avec Mathilde et leur enfant. Ils s’installent à la villa « Alam » en France et se marient en 1921. Mathilde et Andreï resteront ensemble jusqu’à la mort du grandduc à Paris en 1956.

LOT 30 : KSCHESSINSKA Mathilde (1872-1971) – Autographe
Andreï Vladimirovitch de Russie, grand-duc (1879-1956) – Autographe
Livre d’or de la villa « Alam » à Cap d’Ail sur la Côte d’Azur. Reliure en cuir rouge, orné d’or, dos aux nerfs, « Villa Alam » orné au dos. Les pages sont numérotées au crayon jusqu’à la page 133 et contiennent du texte, ensuite
les pages sont blanches. In-8, B.E. (légères traces de frottement sur la reliure). Accompagné de son coffret d’origine en bois et cuir rouge foncé. En l’état (il manque du cuir au dos du coffret, salissures). 29 x 6 x 21,5 cm.
Nombreuses notes autographes des invités de la famille venus à la villa à l’occasion de différentes soirées entre 27 février/12 mars 1914 et 20 janvier 1929. Une interruption des notes du 2/15 mai 1914 et au 12/25 mars 1920 quand la famille reste bloquée en Russie à cause de la Révolution russe. Le grand-duc Andreï Vladimirovitch écrira dans ce livre le 12/25 mars 1920 : « Retour à la maison, après une longue absence, à la Villa Alam. Andreï, Malitchka, Vova ».

КШЕСИНСКАЯ Матильда (1872-1971) – Автограф Андрей Владимирович (1879-1956), Великий Князь – Автограф Гостевая книга из виллы « Алам » в Кап Д’Ай на Лазурном берегу Франции. Цельнокожаный красный переплет с золотым тиснением. На корешке указание « Villa Alam ». Страницы до 133 нумерованы карандашом и содержат текст, остальные пустые. 26,5 х 20 см. Хор.сост. (легкие потертости по корешку, небольшая деформация крышки).
Представлена с оригинальным кофром (дерево, темно-красная кожа с золотым тиснением), 29 х 6 х 21,5 см., в состоянии (отсутствует кожа по корешку, потертости, загрязнения). Многочисленные записи с 27 февраля/12 марта 1914 года по 20 января 1929 года. Перерыв в записях с 2/15 мая 1914 г. по 12/25 марта 1920 г. Запись от 12/25 марта 1920 г.:
« Приезд домой, после долгой разлуки à Villa Alam. Андрей, Маличка, Вова ».

2 000 / 3 000 €

t

LOT 37 :[Ballets russes]
Programme pour l’opéra Boris Godounov au théâtre des Champs-Elysées, 8e saison de Serge Diaghilev (1912-1913), 27 mai. F. Chaliapine chante la partie principale. 46 pp., in-4, reliure illustrée de l’éditeur. Parfait état.

[Русские сезоны]
Программа к постановке оперы « Борис Годунов » в театре на Елисейских полях. 8й сезон Дягилевских сезонов 1912-1913 гг, постановка 27 мая, в главной партии Ф.Шаляпин. В программе представлены репродукции оформления сцены К.Юона, фотографии артистов. 46 стр., 28,5 х 19 см., издательская иллюстрированная обложка. Коллекционная сохранность.

500/600 €

t

LOT 42 : ALLILOUÏEVA Svetlana (Lana Peter) (1926-2011), fille de Joseph STALINE. – Autographe Lettre autographe signée à deux journalistes du Figaro. 6 pp. in-4 en anglais sur papier bleu. Enveloppe autographe.
Londres, 4 avril 1993.
Très intéressante lettre de la fille de Staline, préparant une autobiographie et livrant ses pensées sur son père, les Américains et les Russes. « Que mon interlocuteur soit homme ou femme m’est égal (…) mais s’il vous plait (…) qu’il ne soit pas « contaminé » ni par la nostalgie russe, ni par le concept américain du « super man ». (…) les médias soviétiques, comme américains, ont cherché à me présenter comme une femme au foyer névrosée ne sachant rien sur rien. »

АЛЛИЛУЕВА Светлана (1926 – 2011), дочь Иосифа Сталина. – Автограф
Письмо-автограф, с подписью Lana Peters к журналисту газеты « Le Figaro » Морису Далинвалю (Maurice Dalinval). 6 стр. in-4° на английском, на светло-голубой бумаге. Прилагается конверт с адресами. Лондон, 4 апреля 1993г.
« Ни в коем случае мы не должны пытаться создать новую биографию Иосифа Сталина. Оставим это Академикам и историкам. »
Большое и подробное письмо к известному журналисту газеты « Le Figaro » Морису Далинвалю, где Светлана посвящает его в свое видение ее биографии, которую предполагается писать совместно. Неизбежность обсуждений личности отца расстраивает Светлану « Нам не нужна еще одна биография Сталина и нам не нужно делать его центром книги (…) ». В надежде, наконец, представить себя, как космополита и личность, прошедшую через много тяжелых историй. « (…) советская пресса, как и американская, пытались выставить меня невротичной домохозяйкой, совершенно ничего не зная (…) ». Светлана хочет, хотя бы в своей последней биографии решать  амостоятельно о чем она будет. « Я уже не терплю, что бы мне говорили, как делали это американцы, что писать и как писать, потому что я должна решать это, как автор. ». По ходу письма,
Светлана неоднократно делиться своими взглядами на американцев и Советы. « (…) и пожалуйста, что бы она (***книга) не была заражена ни ностальгией по России, ни американским концептом « супер мена ». Я устояла! Концепт американского превосходства в мире, для меня смешон ». Представленное письмо относится к достаточно позднему периоду жизни Светланы Аллилуевой, на тот момент находящейся во второй эмиграции в Великобританию (после временного пребывания в СССР и повторного отказа от гражданства). Периодически след ее теряется, а пресса все чаще упоминает ее, как полусумасшедшую интриганку. Но личность столь необычной женщины продолжает интересовать современников. Работа над статьями в « Le Figaro » выливается в идею совместной работы над биографией, что становится для Светланы своеобразной отдушиной и возможностью показать публике себя настоящую.

1 500 / 2 000 €

t

LOT 46 : Album de « L’Exposition rétrospective des objets d’art en 1904 à Saint-Pétersbourg », sous le patronage de l’impératrice Alexandra Feodorovna. Texte par A.Prakhov, éd. Goliké et Vilborg,
Saint-Pétersbourg, 1907 (1908 sur la couverture). En russe et en français.
273 pp., 19 ills., in-folio. En l’état (il manque le dos, déchirures). Rare.

Альбом исторической выставки предметов искусства, устроенной в 1904 году в Санкт-Петербурге, под августейшим покровительством Ее Императорского Величества Государыни Императрицы Александры Федоровны в пользу раненых воинов. Текст А.Прахова, издательство товарищества Р. Голике и А. Вильборг, Санкт-Петербург, 1907 г. (1908 г. на обложке). Издание отпечатано параллельно на русском ифранцузском языках. 19 иллюстраций, 273 стр., 35,5 х 29 см. В состоянии (утрата корешка, надрывы). Историческая выставка предметов искусств проводилась с февраля по март 1904 г. в выставочном зале музея барона Штиглица в Санкт-Петербурге. На выставке были представлены предметы прикладного искусства из частных собраний России и Австрии.

350 / 450 €

t

LOT 49 : DOBOUZHINSKI Mstislav (1875-1957)
Biarritz Chiberta. Ed. Le golf les villas, Paris, 1929. Les horstexte
et dessins d’après un projet de M. Dobouzhinski. En français, 21 pp., papier velin, in-folio, reliure de l’éditeur. A.B.E. (taches sur les pages).

ДОБУЖИНСКИЙ Мстислав (1875-1957)
Biarritz Chiberta. Ed. Le golf les villas, Париж, 1929. Рисунки по
проектам М.Добужинского. На французском языке, веленевая
бумага, 21 стр., 37 х 28 см., издательская обложка. Общ.хор.сост.
(пятна на страницах).

200 / 300 €

t

LOT 58 : GRIGORIEFF Boris (1886-1939) LOT de deux livres : 1) Visages de la Russie. Texte de Louis Réau, Clare Sheridan, André Levinson, Claude Farrère et André Antoine. London, 1924. – 100, [8] p .: il. In-folio. Exemplaire numéro 78 (sur 500). En français.
Nombreuses planches des illustrations réalisées dans la technique de la zincographie et de l’autotypie coloriée. Reliure d’origine demi-cuir beige
(légères salissures). B. E. Boris Grigorieff (1886-1939) – peintre de l’avant-garde russe. En 1922 – 1923 Grigoriev travaille sur une série de portraits des acteurs du théâtre MHT de Moscou (le plus avant-gardiste de l’époque). Une partie de cette série rejoindra l’album « Les Visages de la Russie ».
2) Rasseja. Potsdam, Mueller & Co.; Petersburg-Berlin, S. Efron Verlag, 1921. En allemand, reliure de l’éditeur, 52 pp., 46 ill., in-4. A.B.E. (traces d’eau sur un coin de plusieurs pages à la fin).

ГРИГОРЬЕВ Борис (1886–1939) ЛОТ из ДВУХ КНИГ: 1) Лики России; текст Луиса Рео, Клэр Шеридан, Андрэ Левинсона, Клода Фаррера и Андрэ Антуана. Лондон, 1924. На французском. 100, [8] с.: ил.; 34,5х27 см. – 500 экз., номер 78. Многочисленные полностраничные иллюстрации воспроизведены в технике цинкографии и цветной автотипии. Листы с иллюстрациями защищены папиросной бумагой. В издательском полукожаном переплёте с золотым тиснением по верхней крышке и корешку. Хор.сост. (незначительные загрязнения переплёта).
Григорьев, Борис Дмитриевич (1886–1939) – живописец, график, художник книги, художник театра, педагог и литератор, блестящий мастер рисунка, соединивший академическую традицию с авангардом. В 1922–1923 годах Б. Григорьев исполнил серию, в которой отобразил культурную среду современной России через портреты актеров Московского Художественного театра: К.С. Станиславского, В.И. Качалова, В.В. Лужского, О.Л. Книппер и др. Эти и некоторые другие работы вошли в альбом « Лики России ».
2)[Рассея]. Берлин: С. Ефрон, 1921. – 52 c.: ил., 46 л. ил.; 25,5 x 20 см. – На нем. яз. Издательский переплет. Сборник статей Оскара Бие, Павла Барнаха, А. Бенуа и самого Б. Григорьева, 70 репродукций в тексте и на отдельных листах с картин и рисунков Б. Григорьева. Общ.хор.сост.
(следы влаги на уголках последних страниц).

800 / 1 500 €

t

60. DELAUNAY Sonia (1885-1979)
Tract publicitaire formant invitation permanente à son atelier. 1927.
1p., in-4, impression en rouge et noir, en-tête à ses noms, adresse et
activité : « Robes, manteaux, écharpes, sac-tapis, tissus, « simultané ».
T.B.E.
« Faire de votre vie une oeuvre d’art » : « femme…amie ! Si vous sentez
que le rythme de l’existence a changé : si vous cherchez vainement les
éléments d’un cadre pour une vie d’aujourd’hui : allez voir, « Sonia
Delaunay procéder à la réforme du costume » (« Guillaume Apollinaire,
la femme assise »).
Nous y joignons une carte postale de la série Exposition des arts
décoratifs. Paris, 1925. Vue photographique d’un manteau et une
automobile constructivistes. B.E. Très rare.
Sonia Delaunay (1885-1979) fit deux longues incursions dans les arts
de la mode, d’abord à Madrid (1918-1921), avec ses activités de la « Casa
Sonia », puis à Paris (1921-1930). Pour présenter à Paris ses créations
inspirées du constructivisme russe et de l’ornementation Art Déco.

ДЕЛОНЕ Соня (1885-1979) Рекламная листовка, приглашение в ателье Делоне. 1927 г. На французском, 1 стр., 27 х 21 см., печать черными и красными красками. С указанием имени художницы и адреса ателье, а так же «Платья, пальто, шарфы, умки-ковры, ткани, ¢симультанэ¢ ». Хор. сост. Редка.
« Сделать из вашей жизни произведение искусства »: « женщина…
друг! Если вы чувствуете, что ритм жизни изменился: если вы
ищите новые рамки для жизни сегодняшней, приходите посмотреть
« Соня Делоне приступает к реформированию костюма ».
Прилагаем почтовую открытку из серии Выставка декоративного
искусства. Париж, 1925 г. Фотопредставление конструктивистского
пальто и автомобиля. Хор.сост. Редка.

300 / 400 €

t

LOT 66 : REMCHKIN M.D. – Autographe
Arrière-front de l’armée pendant la Grande Guerre. La lutte avec l’espionnage, l’alcoolisme et la prostitution. D’après les souvenirs du chef de la police de Riga. Cannes, 1935.
Recueil d’ articles.

РЕМЧКИНЪ М.Д. – Автограф Изнанка тыла Действующей Армии в Великую войну. Борьба со шпионажем, пьянством и проституцией – из воспоминаний последнего полицеймейстера г.Риги за 1915-1917 гг. Канны, 1935 г. Подборка статей по тематики.

200 / 300 €

t

LOT 69 : Les nouvelles de la littérature étrangère.
Ed. Bureau de la littérature révolutionnaire. Moscou, 1930.
№ 2. 215 pp., in-8. Tirage 4500 exemplaires. Reliure de l’éditeur.
A.B.E.

Вестник иностранной литературы. Орган Международного бюро
революционной литературы. 1930. № 2. М.: Гос. изд-во, 1930. 215
стр., ил.; 24,9 × 17,6 см; тираж 4500 экз. В издательской
иллюстрированной обложке работы художника С.Б. Телингатера
(?). Хор.сост. (надрывы по корешку).

200 / 300 €

t

LOT 76 : SOKOLOFF N. Enquête judiciaire sur l’assassinat de la famille impériale russe. Édition complétée, avant-propos de N. Sakhanovsky. Ed. de
l’ordre impérial russe (éditeur N.Skhakovsky), Buenos Aires, 1978. 299 pp., in-8, reliure de l’éditeur en papier (traces d’eau). Nous y joignons une carte postale représentante la maison d’Ipatiev où l’empereur et sa famille furent assassinés. Rare (interdite après l’impression).

СОКОЛОВ Н. Убийство Царской Семьи. Дополненное издание судебного следователя Н. Соколова, изданная Н.И. Сахновским. С
предисловием Н. Сахновского. Изд. российского императорского союза ордена, Буэнос-Айрес, 1978 г. 299 стр., 21,5 х 17,5 см., издательская обложка (следы влаги). Помимо материалов следователя Соколова, впервые опубликованных в первом издании, в данное издание вошли, ранее не публиковавшиеся приложения. Хор. сост. Редка.
Издатель Н.И.Сахновский – бывший капитан 5-й штурмовой
бригады Ваффен-СС, после войны руководитель Российского
Имперского Союза. Прилагаем почтовую карточку с изображением дома Ипатьева в г. Екатеринбурге, где был заключен и расстрелян Император Николай II и его Семья. Редка (запрещена в СССР почти сразу после издания)

150 / 200 €

t

Samedi 12 juin à 14 h Lots de 78 à 213

ICÔNES
Иконы

LOT 92 : Icône « Archange Michael présente Le Mandylion »
Tempera sur bois Russie, XIXe siècle 35 x 31 cm. En l’état.

Икона « Архангел Михаил представляет Спас Нерукотворный »
Дерево, темпера Россия, XIX век 35 х 31 см
В состоянии

500 / 700 €

t

LOT 104 : Icône « Les Douze Fêtes » Tempera sur bois
Russie, XIXe siècle 31 x 26,5 cm.

Икона « 12 праздников и Воскресение Господне »
Дерево, темпера Россия, XIX век 31 х 26,5 см

500 / 700 €

t

LOT 105 :  Icône « Crucifixion ». Tempera sur bois, croix en laiton. Russie, XIXe siècle. 36 x 28 cm. Icône « Le Ménologe pour le mois de février ». Tempera sur bois. Russie, XIXe siècle. 36 x 28 cm.

ЛОТ: Икона « Распятие Христово » Дерево, темпера, медь
Россия, XIX век 31 х 26 см. В состоянии.
Икона « Месяцеслов на февраль » Дерево, темпера Россия, XIX век
36 х 28 см

400 / 500 €

t

LOT 107 : Icône « Christ Pantocrator » Tempera sur bois, oklad en argent
Poinçons : C Г, 84 et tête de femme tournée à gauche Russie, XXe siècle
26,5 x 22 cm. Peinture accidentée

Икона « Христос Вседержитель » Дерево, темпера, оклад из серебра
Клейма: C Г, 84 и голова в кокошнике влево Россия, XХ век
26,5 х 22 см. В состоянии

400 / 600 €

t

LOT 118 : Icône ouvrante en trois parties.
« Christ Pantocratore, Vierge Marie, Jean le Baptiste ». Laiton,
émail bleu et blanc. Russie, XVIII – XIXe siècle. 15 x 40 cm.
(ouvert).

Медный трехчастный складень. Христос Вседержитель в окруже-
нии Богоматери и Иоанна Предтечи. Медь, белая и голубая эмаль
Россия, XVIII – XIX век 15 х 40 см. (открытый)

150 / 200 €

t

OBJETS D’ART
Предметы ДПИ

LOT 119 : PORTRAIT de NICOLAS Ier, Bronze France, XIXe siècle
31 x 17 x 13 cm.

Бюст Николай I Бронза Франция XIXй век
31 х 17 х 13 см.

1 500 / 2 000 €

Lot 120 :  Jeton pour le couronnement d’Alexandre Ier
1801, argent 4,8 g., d : 2,3 cm. B. E.

Жетон в память коронации Александра I, 1801 г.
Серебро, 4,8 гр., Д: 2,3см., хор.сост.

200 / 300 €

t

LOT 124 : OMERTH Georges (1895-1925) Cosaque brandissant son fusil
Bronze doré Signé sur la terrasse
H : 32,5 cm.

ОМЕРТ Жорж (раб. 1895–1925) Казак с поднятым ружьем
Бронза, золочение Подпись на основании
Высота: 32,5 см.

300 / 400 €

t

LOT 131 :  PLAT de présentation du service ordinaire avec un petit aigle bicéphale. Porcelaine Marque verte « НII » под короной
61 x 31 cm. XXe siècle.

БЛЮДО презентационное из ординарного сервиза с малым
двуглавым орлом Фарфор. Марка зеленая надглазурная « НII » под короной 61 х 31 см. XXй век.

200 / 300 €

t

LOT 137 :  Théière. Porcelaine peinte. Manufacture
M.S. Kouznetsov. 1900. 12 cm ; Théière. Porcelaine peinte.
Manufacture M.S.Kouznetsov. 1900. 11 cm ; Théière. Porcelaine
peinte. Manufacture Gardner à Moscou. 1880-1890. 11 cm ;
Théière. Porcelaine peinte. Manufacture M.S. Kouznetsov. 1900.
9,5 cm ; Tasse et sa sous-tasse. Porcelaine peinte. Manufacture
M.S. Kouznetsov. 1900. ; Paire de tasses et sous-tasses.
Manufacture M.S. Kouznetsov à Doulevo. 1880-1890.

ЛОТ: ЧАЙНИК. Фарфор, роспись. Т-во М.С.Кузнецова. 1900е гг.
12 см.; ЧАЙНИК. Фарфор, роспись. Т-во М.С.Кузнецова. 1900е гг.
11 см.; ЧАЙНИК. Фарфор, роспись. Фабрика Гарднера в
Москве. 1880-1890е гг. 11 см.; ЧАЙНИК. Фарфор, роспись. Т-во
М.С.Кузнецова. 1900е гг. 9,5 см.; ЧАШКА с БЛЮДЦЕМ. Фарфор,
роспись. Т-во М.С.Кузнецова. 1900е гг.; КОФЕЙНАЯ ПАРА.
Фабрика М.С.Кузнецова в Дулеве. 1880-1890е гг.

100 / 150 €

t

LOT 151 : SAMOVAR, Cuivre, Toula, 1878. Manufacture des frères Batachev.
Avec son plateau et bol d’origine. 67 x 40 cm. T.B.E.

САМОВАР Тула, 1878 г. Василий, Александр и Павел Баташевы
С подносом, чашей и дымоотводом. Отл.сост. 67 х 40 см.

400 / 600 €

t

LOT 157 : POIGNARD Avec son fourreau d’origine
Géorgie, fin XIXe siècle. 51 cm. B.E.

КИНЖАЛ С оригинальными ножнами
Грузия, конец XIX века. 51 см. Хор.сост.

800 / 1 200 €

LOT 158 : POIGNARD Avec son fourreau d’origine en argent. Décoré d’un motif ottoman.
Caucase, XIXe siècle. 52 cm. A.B.E.

КИНЖАЛ С оригинальными ножнами из серебра. Украшен оттоманским мотивом. Кавказ, XIX век. 52 см. Общ.хор.сост.

1 200 / 1 500 €

t

COLLECTION DE MONTRES OFFERTES POUR
DES FAITS MILITAIRES
(Collection d’un amateur parisien).
Подарочные армейские часы (Частная коллекция, Париж).

LOT 180 : MONTRE DE GOUSSET cadeau « Pour la compétition de tir »
Henri Khan à Saint-Pétersbourg (fournisseur de la cour impériale)
D’après l’année 1911, offerte à Kuzma Shanker
Argent gravé, Poinçons : 84 0.875; 564435; 163 (gravé)
5,5 х 5,5 cm., avec la chainette, 64 g.

Подарочные часы « За отличную стрельбу »
Генрих Канъ СПб (Поставщик частей Императорской гвардии)
За 1911 год Л.Гв. Гренадерского п. 2 подпрапорщик Кузьма Шакранъ.
Серебро гравировка, Клейма: 84 0.875; 564435; 163 (гравирован)
5,5 х 5,5 см., с цепью, 64 гр.

300 / 400 €

t

LOT 183 : KOVSH Argent, émail cloisonné
Poinçons : 84 et tête de femme tournée à gauche, НЗ. 10 cm.

КОВШ Серебро, перегородчатая эмаль
Клейма: 84 и голова в кокошнике влево, НЗ. 10 см.

400 / 500 €

t

LOT 184 : BOL par FABERGE
Argent, repoussage Poinçons : tête de femme tournée à droite et 84 ;
K.Fabergé sous l’aigle bicéphale 8 x 20 x 13 cm., 585 g. Moscou, 1908-1917

ЧАША ФАБЕРЖЕ Серебро Клейма: голова в кокошнике вправо и 84, К.Фаберже под двуглавым орлом 8 x 20 x 13 см., 585 гр. Москва, 1908-1917

5 000 / 8 000 €

t

LOT 186 : POT A LAIT Argent, émail cloisonné
Poinçons : tête de femme tournée à droite et 88, 6A
8,5 x 10 cm.

МОЛОЧНИК Серебро, перегородчатая эмаль
Клейма: голова в кокошнике вправо и 88, 6А
8,5 х 10 см.

400 / 500 €

t

LOT 196 : SUCRIER Argent, vermeil, gravé
Poinçons : 84 И(СПб)Е 1884, МН 11 x 15 cm. Saint-Pétersbourg, 1884.

САХАРНИЦА Серебро, вермей, гравировка
Клейма: 84 И(СПб)Е 1884, МН 11 х 15 см. Санкт-Петербург, 1884 г.

300 / 400 €

t

LOT 200 : LOT d’argenterie de table
Argent gravé. Poinçons différents. Russie, XIX-XXe siècle.

ЛОТ СЕРЕБРА 2 кольца для салфеток; ложка для сахара и маленькая вилочка; Две ложки и две вилки; 3 ложки для сахарной пудры; 8 чайных ложек Серебро, гравировка Клейма разных мастеров
Россия, XIX-XX в.

200 / 300 €

t

LOT 203 : ENSEMBLE comprenant un POT A LAIT et une PINCE A SUCRE
Argent, vermeil ciselé et gravé
Poinçons : 1875, Tête de femme tournée à gauche ; Н Ф Л, 84, 255 gr.

МОЛОЧНИК и ЩИПЦЫ для сахара Серебро, вермей, гравировка
Клейма: 1875, голова в кокошнике влево, Н Ф Л, 84, 255 гр.

150 / 200 €

t

LOT 208 : Verre à vodka. Argent gravé
Poinçons : П Д, 84 et Odessa ? 63 gr. Russie, début du XXe siècle

Cтопка для водки Серебро, гравировка
Клейма: П Д, 84 и Одесса 63 гр. Россия, начало ХХ века

150 / 200 €

t

Télécharger le catalogue : CLIQUEZ

Drouot Digitl : CLIQUEZ

HÔTEL DES VENTES du CHÂTEAU

OSENAT VERSAILLES
13 avenue de Saint-Cloud 78000 Versailles
Tél. : +33 (0)1 64 22 27 62
www.osenat.com

23
Jan

Conférence-Concert solistes Opéra de Moscou

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

 

Conférence de Maestro Andreï Chevtchouk

Concert des solistes

du nouvel Opéra de Moscou

Samedi 30 janvier 2021

Sur le site web du CRSC : crsc.fr

 

 

Les traditions des entrepreneurs théâtraux russes, si brillamment poursuivies par Sergei Diaghilev en Europe, ont été posées en Russie au XIXe siècle, loin des sentiers battus des théâtres impériaux officiels de Saint-Pétersbourg et de Moscou.

Il y en avait beaucoup de petits, n’apparaissant que pour une saison ou deux, et disparaissant tout aussi vite, «entreprise», comme on les appelait alors à la française. Dans son nouveau programme, le maestro Andrei Chevtchouc parle des théâtres musicaux les plus grands et les plus célèbres, à savoir: l’Ermitage d’été de Moscou de Mikhail Lentovsky, l’opéra privé de Moscou de Savva Mamontov et, bien sûr, l’imagination impressionnante, le jardin d’été reconstruit et le nouvel Ermitage. “- la création de Yakov Chtchoukine, où des stars européennes sont venues se produire. Au même endroit à la fin du XIXe et au XXe siècles. avant le départ définitif de la Russie, la remarquable basse russe Fyodor Chaliapine a brillé.

Au XXe siècle, le Théâtre d’été de Moscou, rue Karetny Ryad, a poursuivi ses activités. Cependant, ce lieu vraiment emblématique est devenu un symbole théâtral à l’époque de la nouvelle Russie, lorsque, dans les années 90, grâce à l’énergie du chef-symphoniste, figure théâtrale Evgeny Vladimirovich Kolobov, le théâtre d’opéra Novaya a été lancé dans le jardin d’été.

L’attachée de presse de ce théâtre unique Oksana Volkova nous racontera l’histoire de son origine et sa continuité créative.

L’auteur et animateur du cycle, le maestro Andrey Chevtchouc, présentera au public les solistes du Nouvel Opéra, parlera du patrimoine culturel musical, des traditions et de la modernité, chefs-d’œuvre de la musique russe et française.

Le programme montrera des vidéos rares d’archives personnelles, gracieusement fournies par l’artiste émérite de Russie Vitaly Efanov (bsse), Irina Kostina (soprano).  En outre, des rencontres auront lieu avec la soprano Irina Kostina (Efinova), chef du département du répertoire du théâtre, et le chef invité du New Opera, président de l’Artistic College, le maestro Jan Latham-Kœnig (Grande Bretagne).

 

                      Vitaly Efanov, Irina Kostina, Irina Kostina & Jan Latham-Kœnig

 

Le chef d’orchestre et pianiste Andreï Chevtchouc, né à Saint-Pétersbourg en 1970. Après une solide formation de chef d’orchestre et de chef de chœur, Andreï Chevtchouk exerce ses fonctions en Russie, en Allemagne, en Belgique, puis en France où il réside actuellement.

Si la direction d’orchestre symphonique est sa principale vocation, tous types de formations lui offrent l’occasion de livrer un art accompli de chef d’orchestre : la valorisation des œuvres et des musiciens de l’orchestre, la pédagogie, l’énergie et l’investissement auprès du public, sont les maîtres mots de ce chef d’orchestre charismatique et polyvalent.

Dans le domaine lyrique, il est invité régulièrement au festival d’opérettes d’Aix les Bains, à Grenoble, à Boulogne sur Mer, et s’est produit au festival de Lamalou. Le désir de partager son expérience de professionnel de haut niveau le conduit à donner régulièrement des conférences en France et à l’étranger. Il collabore avec des solistes nationaux et internationaux.

 

 

j

 

Nouvel Opéra de Moscou

 

.

En 1991 Evgueni Kolobov, chef d’orchestre  démissionne du Théâtre académique musical de Moscou et il trouve un appui auprès du maire de Moscou qui donne son accord pour la fondation du « Nouvel Opéra », dont il devient le chef d’orchestre et le directeur artistique. Son épouse, Natalia Popovitch, est nommée chef des chœurs.

La programmation s’ouvre à de grandes œuvres en version concert, comme Le Trouvère, La Pucelle d’Orléans ou Le Prince Noir. Le Nouvel Opéra fait de nombreuses tournées à l’étranger et s’est produit en France au Théâtre des Champs Elysées.

 

 

 

23
Déc

Programme CRSC de Paris en février

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Activités du CRSC Paris

Février  2021

Site-Web du CRSC, Paris

g

Dimanche 28 février à 16 h

 Conférence d’ Andreï Chevtchouk     

Film-Découverte  

” Chaliapine en France”

Sur le site Web CRSC

Rencontre en russe et en français

Le Centre de Russie pour la science et la culture à Paris invite son publique à la première d’un nouveau film-découverte créé par le maestro Andreï Chevtchouk dans le cadre de son cycle d’auteur «Encyclopédie musicale».

Les thèmes abordés par le CRSC dans le format de ce cycle culturel et éducatif, représentent une palette de faits historiques et d’œuvres musicales qui, à leur tour, reflètent la richesse du patrimoine musical russe en France et la biographie de l’art français en Russie.

Andreï Chevtchouk est connu comme directeur artistique des festivals d’opéra, dirigeant de l’association des chorales, qui travaille depuis plus de vingt ans en Russie, France, Belgique, Allemagne et dans d’autres pays.

Les conférences musicales, les conférences-concerts, qu’il prépare, sont toujours accompagnés d’une histoire fascinante, de références historiques bien rares, de photographies d’archives et d’enregistrements vidéo précieux.

Article ci-dessous :

INSCRIPTION : CLIQUEZ

d

PROGRAMME  COMPLET  CI-DESSOUS

d

Du lundi 1 au dimanche 28 février 2021

EXPOSITION EXCEPTIONNELLE

“La parole créatrice de l’artiste”

Exposition extérieure et en ligne sur le site : crsc.fr

Année croisée de la coopération interrégionale Russie—France.

Exposition photo-documentaire pour le 100e anniversaire (2020) de l’écrivain russe, d’une personnalité publique éminente Fiodor Alexandrovitch Abramov, originaire de la région d’Arkhangelsk.

Fiodor Abramov est un célèbre écrivain soviétique et russe, critique littéraire, publiciste, officier de contre-espionnage militaire, professeur de philologie et personnalité publique du XXe siècle.

Avec Vassili Choukchine, Victor Astafiev et Valentin Raspoutine, il était l’un des principaux représentants de la « prose rurale » — un mouvement significatif dans la littérature russe des années 1960–1980.

Les œuvres les plus célèbres de Fiodor Abramov sont des romans du cycle « Les Priasline » (« Frères et Sœurs », « Deux hivers et trois étés », « À la croisée des chemins », « La Maison »), où sont dépeintes toutes les épreuves endurées par les villageois pendant la Grande guerre Patriotique (1941) : les années de famine, la réception des avis de décès de soldats, les dures journées de travail.

Le credo de vie d’Abramov est « Faire lever, par tous les moyens, faire lever l’Humain dans l’homme ». Cet appel est aussi important aujourd’hui qu’il l’était à l’époque.

Le CRSC à Paris présente une exposition photo-documentaire sur les panneaux d’affichage exterieurs « La parole créatrice de l’artiste », qui raconte la vie de l’écrivain Fiodor Abramov — son enfance troublée, ses études à l’université, son service militaire, son cheminement créatif difficile et son activité publique. Mais aussi ses inquiétudes sur le sort du pays et de son village natal, sur le sort d’un simple ouvrier. Elle raconte le patrimoine et les messages moraux qu’il nous a laissés, sa position citoyenne, littéraire et de vie.

Ce récit est enrichi de citations tirées des œuvres et des discours publics de Fiodor Abramov, il est illustré avec des photographies de l’écrivain, de ses parents, de ses compatriotes et de ses amis, ainsi que de son village natal de Verkola.

La présentation de l’exposition à l’étranger ne relève pas du hasard. L’œuvre de Fiodor Abramov est connue non seulement des lecteurs russes, mais aussi des lecteurs étrangers. Ses livres ont été publiés dans de nombreux pays du monde — aux États-Unis, en Allemagne, en Angleterre, aux Pays-Bas, en Serbie, en Chine et en France. L’écrivain lui-même a beaucoup voyagé à l’étranger.

Cette exposition, organisée par le CRSC à Paris en coopération avec l’Administration de la région d’Arkhangelsk, s’inscrit dans le cadre du programme de l’Année croisée de la coopération interrégionale Russie-France et a pour ambition de faire découvrir la contribution littéraire et autres richesses de cette belle région russe.

d

Jeudi 4 février 

vidéo avec Mikhaïl Veller

sur le site Web CRSC 

Mikhail Iossifovitch Veller est né en 1948 en Ukraine dans un milieu médical. Jusqu’à 16 ans il change souvent d’école, en fonction des affectations de la famille, en 1969 sur un différend familial il part de Léningrad pour se rendre au Kamtchatka. En 1971 il réintégre l’université, il publie son histoire pour la première fois dans le journal du mur de la faculté “Philolog”. En 1972, il défendit à deux reprises sa thèse de fin d’étude sur le thème: “Types de composition de l’histoire soviétique russe moderne” .

De 1973 à 1986 il travaille dans différents secteurs ( ouvrir du baâtiment, guide, correspondant de presse, chasseur, pêcheur, archéologue…). De 1987 à 1990 il est chef du département de littérature russe du magazine Raduga à Tallinn. De 2006 à 2014, il a animé une émission hebdomadaire sur Radio Russie  “Parlons avec Mikhail Veller” et du 18 octobre 2015 au 27 avril 2017 – l’émission de l’auteur “Think Only” à la radio ” Echo Moscou “.

d

Lundi 8 février 2021 à 14h

Conférence internationale

” Le Futur et la Pandémie “

Sur ZOOM

En partenariat avec :
La Mission culturelle russe au Danemark;
L’Association dano-russe;
La Représentation de Rossotroudnitchestvo en France

Les défis de la nouvelle décennie :

LES ÉPIDEMIES ET LES PANDÉMIES.

Les approches innovantes à la prévention et la lutte contre la propagation des virus et infections.
Les impacts sociaux .

Recherchez des moyens de prévenir et de combattre la propagation de nouvelles infections.

L’événement réunira des spécialistes et des experts de premier plan, des scientifiques et des travailleurs médicaux, de grands instituts scientifiques et universités d’État en Russie, au Danemark, en France et aux États-Unis.

En russe et en anglais.

Le lien : https://us02web.zoom.us/j/82365607497

d

Vendredi 12 février 2021

Conférence  de Victor Erofeev

Antioche Cantemir

sur le site Web CRSC 

Le prince Antioche Dimitriévitch Cantemir, fils du souverain moldave Dimitri Cantemir, il est né en 1708 à Constantinople, considéré comme le fondateur de la poésie russe moderne. Ambassadeur de Russie à Paris de 1738 à 1744, il avait une parfaite connaissance de la langue française, il a poursuivi se travaux littéraires, et composa ses dernières satires  sur le modèle d’Horace et de Boileau, et où l’inspiration des Caractères de La Bruyère se fait nettement sentir. Leurs premières édition russe ne date que de 1762. Dans ses œuvres poétiques, Cantemir utilise des vers syllabiques qui, après la «Lettre sur les règles de la poésie russe» de Lomonosov (1739), cèdent progressivement la place à la  vérsification syllabo-tonique.

Le prince fait ce qu’on appellerait aujourd’hui la « diplomatie culturelle », qui est particulièrement remarquable. Sa prestance et son aménité font merveille dans les salons. Par sa formation et ses écrits, il est un « digne fils des Lumières », recherché par les philosophes, comme Voltaire avec qui il correspond. Il renforce les échanges entre savants russes et français, fait entrer son ami Maupertuis à l’Académie russe, et tente la même démarche en faveur du mathématicien Clairaut. Il fréquente également les artistes, appuyant ceux que tentent les opportunités offertes par la Russie. Mais sa santé fragile se détériore de plus en plus, malgré des cures à Plombières, et il meurt le 11 avril 1744.

Victor Erofeev est lauréat du prix Vladimir Nabokov (1992), titulaire de l’Ordre des Arts et des Lettres de France (2006) et de l’Ordre de la Légion d’honneur (2013). Il est l’auteur d’ouvrages sensationnels tels que « La Belle de Moscou », « La vie avec un idiot », « Le dernier jugement », « L’encyclopédie de l’âme russe », « La souris rose », dont beaucoup ont été traduits et publiés en dizaines des langues.

L’écrivain a passé une partie de son enfance en France, à Paris, où son père Vladimir Erofeev a travaillé dans le service diplomatique. L’écrivain a conservé une attitude très chaleureuse et personnelle envers ce pays.

À l’invitation du CRSC, Alexandre Miller de la Cerda, le Сonsul honoraire de Russie à Biarritz, a aimablement accepté de faire entendre la version française du podcast sur le diplomate russe exceptionnel. Qui plus est, Monsieur Miller de la Cerda a préparé son propre commentaire sur le podcast de l’histoire du service diplomatique russe en France d’antan.

d

Mardi 17 février de 16 h à 17 h

” Séminaire méthodique … “

Natalia Soldatkina

sur le site Web CRSC 

▪ Apprentissage rapide de la perception des matériaux sonores auditifs
▪ Étudier la grammaire, le vocabulaire et les études régionales basé sur des documents audios

Thème « La météo ».

Natalia Soldatkina, professeur de russe langues étrangère. Expérience professionnelle de plus de 20 ans.

Auteur de plusieurs méthodes didactiques du russe langue étrangère :
▪ grammaire appliquée,
▪ littérature russe,
▪ civilisation russe.

Travaille avec des enfants ainsi qu’avec des adolescents et adultes. Quelle que soit leur maitrise de la langue russe (А1–С2).

La géographie de carrière professionnelle : France, Suisse, Italie.

En russe.

INSCRIPTION : CLIQUEZ

d

Jeudi 18 février à 16 h

Rencontre avec

Kirill Privalov

” L’arme secrète de l’Histoire “

sur le site Web CRSC 

 

Kirill Privalov, journaliste de renom, spécialiste littéraire sur Radio Cultura et Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres, est aujourd’hui une personnalité respectée dans le milieu intellectuel russe. Il est l’auteur de plusieurs livres en russe et en français dont l’essai satirique Un Soviet au pays de Tonton, publié en 1991 chez Robert Laffont – premier livre avec le nouveau drapeau russe paru en France, vendu à plus de 5 000 exemplaires. Il a vécu plus de vingt ans en France, il a été correspondant de plusieurs médias russes, mais a également collaboré avec des médias français comme Courrier du dimanche, Paris Match ou Le Monde.

Si, en 2018, l’affaire Skripal a rappelé au monde l’existence du poison comme arme mortelle, son utilisation est pourtant récurrente à travers les siècles.

La mort de Hannibal, la malédiction d’Alexandre le Grand, la vengeance de Gengis Khan, Les poisons de la “sainte famille” Borgia, le principe toxique de Talleyrand, le Novitchok aux origines ouzbèkes — ce livre est un recueil d’histoires liées aux intrigues et aux complots de pouvoir.

C’est un essai qui foisonne d’une multitude de faits historiques, d’histoires liées aux intrigues et complots politiques, est une mine d’informations qui se lit comme un roman. Aboutissement d’une longue recherche documentée. En levant le voile sur les coulisses de notre mémoire collective, ce livre vous fait découvrir les événements réels parfois très sombres à l’origine de ces bouleversements qui ont façonné notre Histoire, et vous révèle le rôle incontournable et stratégique joué par l’utilisation de poisons en tous genres, à l’origine de bouleversements majeurs qui ont façonné notre Histoire. Éditions Macha.

Voir sur Youtube : CLIQUEZ

d

Vendredi 19 février à 10 h

Visioconférence pour les jeunes

” L’Éspace de la Réunion “

en direct

Youtube CRSC Bratislava

d

Mardi 23 février à 19 h

film documentaire de 

Didier Feldman

” Chroniques de Volga “

sur le site Web CRSC 

” Chroniques de la Volga ” de Didier Feldman est un hommage à la mémoire des soldats, du peuple soviétique, qui ont vaincu les nazis. En mai 2020, le monde a célébrer le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les Chroniques de la Volga ont le devoir de se rendre compte que c’est l’URSS qui a joué un rôle décisif dans la victoire sur le fascisme et a payé le prix le plus élevé pour la libération de l’Europe du nazisme: avec 16 millions de civils et 10 millions de soldats.
Didier Feldman a souligné que «Chroniques de la Volga» est un reflet cinématographique de la guerre passée «sans images d’archives, sans pathos ni performances». Et les formes scéniques et les émotions seront véhiculées par des mots.
L’auteur présente le film comme un souvenir de ses ancêtres – arrière-grands-mères et grands-pères, ainsi que d’un grand-père du côté de son père, né dans la ville de Nikolaev en Ukraine.
Le titre  “Chroniques de la Volga” est un manifeste nécessaire à la société moderne pour rappeler les jours tragiques de l’histoire du monde et la grande victoire sur le mal mondial sur les rives de la Volga dans l’héroïque Stalingrad.
Le film est une vue d’un citoyen français sur la bataille de Stalingrad, sur son rôle et son importance dans le sort de ses proches, dans le sort de son pays et du monde entier.
Le film a été tourné avec le soutien actif de l’organisation à but non lucratif de Volgograd, la Battle of Stalingrad Foundation.
L’histoire de la création du film a commencé en février 2018. La Fondation de la bataille de Stalingrad a présenté l’exposition «Stalingrad dans le sort de la France» au Centre spirituel et culturel orthodoxe russe à Paris. L’un des visiteurs de l’exposition était le parisien Didier Feldmann. Lors d’une conversation avec les dirigeants de la Fondation de la bataille de Stalingrad, il a parlé de son rêve de faire un film sur la bataille de Stalingrad.

Ce film a reçu le Grand Prix du Festival “Flamme de Volgograd” en septembre 2020

La projection du film en première était prévue en janvier à Paris au cinéma St-André-des-Arts, mais repoussée vers juin prochain à cause des restrictions contre la pandémie.

Nous vous invitons à l’avant-première du film de Didier Feldmann sur le web-site du CRSC à Paris en vous souhaitant un bon visionnage.

d

Mercredi 24 février à 11 h

Rencontre avec

Sergueï et Nikita Zimov

” Le Futur de l’Antartique “

sur le site Web CRSC

Rencontre en russe et en français

Le parc du Pléistocène  est une réserve naturelle au nord-est de la Yakoutie dans le cours inférieur de la rivière Kolyma, à 30 kilomètres au sud du village de Chersky, à 150 kilomètres au sud de la côte de l’océan Articque. Le créateur et responsable scientifique de la réserve est l’écologiste russe Sergueï Afanassievitch Zimov.

Une expérience est en cours dans la réserve pour recréer l’écosystème toundra-steppe mammouth du pléistocène qui existait dans de vastes zones de l’hémisphère nord lors de la dernière glaciation.

Unir les efforts pour la “préservation des écosystèmes arctiques”, mis en œuvre par notre association avec le soutien du forum civil “Trianon Dialogue” et du Centre Russe pour la Science et la Culture à Paris.

Réunion en ligne aura lieu avec les scientifiques Sergueï et Nikita Zimov, qui mettent en œuvre le projet de parc du Pléistocène sur la côte de l’océan Arctique, où la tâche grandiose de restaurer la «forêt-toundra mammouth» – un paysage naturel écologiquement équilibré.

S.A. Zimov est chercheur principal à la branche Extrême-Orient de l’Académie russe des sciences, l’un des scientifiques russes les plus cités dans le domaine des sciences de la terre.
Les événements se déroulent à distance et seront accompagnés d’une traduction simultanée en deux langues (russe et français). Après une brève présentation des conférenciers principaux, les participants pourront poser des questions.

L’objectif du projet est de faire découvrir l’Arctique et de vous familiariser avec des projets environnementaux et scientifiques uniques mis en œuvre dans cette région par des organisations à but non lucratif russes.
Les participants pourront obtenir des informations de première main sur les défis auxquels sont confrontés les habitants de l’Arctique russe, y compris ceux liés au changement climatique, ainsi que sur les efforts déployés par l’État et la société civile.

Voir sur Youtube : CLIQUEZ

d

JEUDI 25 février 2021 à 16 h

Présentation du livre Patrimoine

” Philanthrope russe Princesse Maria Tenicheva”

par Irina Alekséevna Kenia et René Guerra

 

Présentation d’un nouveau livre Patrimoine de M.K.Tenicheva.

” Philanthrope russe Princesse Maria Tenicheva “

Maria Klavdievna Tenisheva par I. Répine (1896)

La princesse Maria Klavdievna Tenisheva, née en 1858 Saint Petersbourg décédée  à Paris en 1928 (née Pyatkovskaya ), noble , figure publique, artiste travaillant l’émail , professeur, philanthrope et collectionneur. Fondatrice d’un studio d’art à Saint Petersbourg , d’une école de dessin et d’ un musée sur l’Antiquité russe à Smolensk,  d’une école d’artisanat à Bejiitsa, ainsi que d’ateliers d’art et d’industrie sur son propre domaine de Talachkino. 

Elle  épousa Rafail Nikolaevich Nikolaev en 1876, le mariage battant de l’aile Maria Klavdievna avec sa petite fille partit pour Paris pour étudier le chant elle était mezzo soprano, elle y rencontre I. Tourguenev, K. Makovsky et A. Rubinstein. De retour en Russie elle s’installe à Talashkino et fonde sur les conseils d’Ilya Repin, un atelier d’atelier, où les étudiants étaient préparés à être admis à l’Académie des Arts. La princesse a également cofondé le magazine “Le Monde de l’Art”, parrainant des expositions du monde de l’art. En parallèle, elle a commencé à collectionner des peintures, elle a ensuite transféré de nombreuses peintures au Musée russe. En 1893, elle acquiert un domaine à Talashkino et en fait un centre culturel, non inférieur aux ateliers d’Abramtsevo. Repin, Bakst, Vroubel, Serov et d’autres artistes célèbres sont venus ici. Elle crée également une école pour enfants de paysans. A Moscou elle rencontre le prince  le prince Viacheslav Nicolaïevitch Tenishev, un grand industriel russe, Maria l’épousa en 1892.

Elle eut un grand succès en travaillant l’émail qu’elle remit au goût du jour, sa véritable passion était les antiquités russes qu’elle collectionnait, exposée à Paris. Elle fit en 1911 don de sa collection qui est devenue la base du Musée de l’antiquité russe à Smolensk. A Talashkino elle développe le concept de «domaine idéologique», c’est-à-dire un centre de lumières, de renaissance de l’art populaire traditionnel et, en même temps, de développement de l’agriculture, elle ouvre une école d’agriculture unique à l’époque, rassemblant d’excellents professeurs et une riche bibliothèque. L’utilisation des réalisations les plus avancées de la science agricole a permis à l’école de former des agriculteurs très efficaces, stimulée par la réforme de Stolypine.En 1903 so époux décéde et  bientôt toutes ses créations bien-aimées périrent. Après la révolution, la vie dans «l’Athènes russe», comme on l’appelait Talashkino, a cessé. Les pommes de terre étaient stockées dans l’église construite par la princesse et peinte par Rœrich, la tombe de Tenishev a été détruite, les ateliers ont été fermés.

En 1919 en raison des évènement révolutionnaires elle quitte la Russie pour Paris. Maria Tenisheva organise avec Serge Diaguilev une exposition d’objets d’art décoratif et appliqué de sa collection  Paris était submergé par la mode des motifs russes. Lors de la première guerre mondiale, la princesse a vu la trahison des élites en Russie, elle s’est fermement prononcée sur les positions du peuple, même lorsque ce n’était pas à la mode et provoquait le ridicule de certaines personnes arrogantes. Parmi les nombreux artistes avec lesquels M.K.Tenisheva est entré en contact, il y avait Vrubel et Rœrich qui étaient  très proches et particulièrement agréables.

Les auteurs :

René Guerra, célèbre professeur des études slaves, collectionneur et conservateur du patrimoine culturel russe à l’étranger;

Irina Alekséevna Kenia, Doctorat en droit, Maître de la conférence de la filiale de l’Académie russe de l’économie nationale et du service public à Briansk, Président de l’administration de la Fondation caritative frères Moguilevtsev.

En russe et en français.

INSCRIPTION obligatoire : CLIQUEZ

d

Vendredi 26 février 2021 à partir de 9h

1er Forum franco-russe sur l’intelligence artificielle 

en visioconférence

Dans le cadre de l’événement, il est prévu de discuter l’application des technologies utilisant l’intelligence artificielle dans des domaines suivants: Santé, Environnement, Industrie, Transports, Energie.

Les représentants des milieux d’affaires français et russes, des organisations scientifiques, des instituts du développement et des autorités exécutives chargées de ce sujet, ainsi que des représentants de l’Alliance pour le développement de l’intelligence artificielle des deux pays sont invités à participer au Forum.

Le Forum est organisé à l’initiative de la Mission commerciale de Russie en France avec le soutien du Ministère russe du Développement économique , sous la tuttelle de la plateforme franco-russe des sociétés civiles «Dialogue de Trianon» et en partenariat avec le Centre de Russie pour la science et la culture à Paris.

Langues de travail: russe et français.

Pour participer au Forum l’inscription préalable est obligatoire:

CLIQUEZ

d

Dimanche 28 février 2021

Conférence d’ Andreï Chevtchouk

Film

” Chaliapine en France “

sur le site Web CRSC

Rencontre en russe et en français

Février 2021 marque le 148e anniversaire de la naissance de l’artiste russe de génie — Féodor Chaliapine.

Issu d’une famille paysanne, grâce à son talent, sa persévérance et le soutien des entrepreneurs du théâtre russe (Lentovsky, Mamontov, Diaghilev), le plus grand basse d’opéra russe, Féodor Chaliapine brilla dans des théâtres les plus prestigieux du monde — le Bolchoï, Mariinsky, La Scala, L’Opéra Garnier, le Metropolitan Opera et autres. Il incarna sur scène des personnages tels qu’Ivan Susanin et Méphistophélès, Boris Godunov et Dosifei, Don Quichotte et Don Basilio, Konchak et Galitsky, Ivan le Terrible et Varlaam, qui sont à jamais restés dans l’histoire de l’opéra mondial.

Une histoire de longue date relie Féodor Chaliapine à l’art français et à la France. Maestro Andreï Chevtchouk découvrira cette histoire passionnante, à commencer par la première visite du jeune artiste à Paris qui l’a tellement impressionné, sa participation aux célèbres Ballets russes de Diaghilev et, bien sûr, la période d’émigration de 1922 jusqu’à la mort du célèbre chanteur.

Pour reproduire les événements de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle, les émotions des participants de ces événements, les souvenirs de Féodor Chaliapine lui-même ainsi que les témoignages de ses amis et contemporains nous serviront de base.

Comment il a été possible il y a plus de 30 ans, malgré toutes les difficultés, de faire accorder la rapatriation de France en Russie des cendres du grand chanteur? Cette histoire sera dévoilée par Olga Semenova, fille de l’écrivain ruse Julian Semenov, qui fut le principal initiateur de ce projet.

e h e 

CALENDRIER du PROGRAMME COMPLET

Centre de Russie pour la Science et la Culture  à Paris

61, rue Boissière, 75116, Paris 

Téléphone : 01 44 34 79 79

Site:  https://crsc.fr/

10
Sep

CRSC Paris en septembre

   Publié par: artcorusse   dans Informations

 

Activités du CRSC Paris

Septembre 2020

Site-Web du CRSC, Paris

 

 

Plus de renseignement plus bas.

La participation avec la possibilité de poser une question dans le chat de la téléconférence nécessite l’inscription, qui sera ouverte sur le site web du CRSC à Paris.

Dans le même temps, une diffusion en direct sans inscription préalable sera effectuée sur la page Facebook du CRSC.

Sur le site : https://crsc.fr/

 

7 7

 

 

Exposition d’ouvrages des Éditeurs russes, dans les salons du Centre.

Du Mercredi 16 septembre au vendredi 16 octobre 2020

g

 

Sur le site : https://crsc.fr/

 

3

 

Mercredi 2 septembre 2020

DICTÉE en RUSSE

” VICTOIRE” – “ПОБЕДЫ”

sur le site du CRSC, Paris

Mercredi 2 septembre à partir de 11h

 

 

Voir sur le site ARTCORUSSE : CLIQUEZ

 

h

 

Mercredi 3 septembre 2020

 

 

A voir sur le Site  : https://crsc.fr/

 

h

 

Mardi 8 septembre 2020 à 19 h

Pour le 150ème anniversaire

IVAN BOUNINE

Soirée exceptionnelle :

Vidéo-conférence, artistes, musiciens, récitants

 

Voir sur ARTCORUSSE : CLIQUEZ

 

h

 

Exposition

Du lundi 14 septembre au mercredi 14 octobre 2020

“Le chemin vers la victoire”

 

Une exposition intéractive exceptionnelle.

 Le projet est élaboré par la Fondation « Blavatnik Archive » (New-York Etats-Unis) et l’Agence Rossotrudnichestvo avec le soutien de mécènes à l’occasion du 75ème anniversaire de la Grande Victoire sur le fascisme. La Fondation « Blavatnik Archive » est une organisation à but non lucratif fondée en 2005 par L.Blavatnik, philanthrope et industriel américano-britannique.

 

Léonid Valentinovitch Blavatnik (Леонид Валентинович Блаватник),

dit Len Blavatnik.

L’activité de la fondation vise à rassembler, préserver et disséminer un large éventail de documents et de mémoires destinés au grand public. Ils recouvrent des aspects divers de l’histoire juive et mondiale du XXème siècle où la période de la Seconde guerre mondiale occupe une place particulièrement importante.

Des histoires personnelles inoubliables d’anciens combattants sont présentées dans des entretiens vidéo, des photographies, des lettres et des journaux intimes issus de la collection des « Archive Blavatnik ».

A voir sur le Site  : https://crsc.fr/

 

 

h

 

100ème anniversaire de l’Exode de la Crimée

Mardi 15 septembre 2020

Film

” Des russes blancs” d’ Yves Riou

 

 

Au lendemain de la révolution d’octobre, 400 000 « russes blancs » arrivent en France. Un exil souvent douloureux pour ces princes et princesses déchus. L’ « âme russe » va ainsi rencontrer le coeur français par le biais des cabarets, de la littérature, ou de la musique. Une immigration qui va bouleverser la vie artistique française…

 

 

Qui sont ces 400 000 russes surnommés sommairement “russes blancs” qui débarquèrent en France après octobre 1917 ? Des aristocrates certes, mais aussi des membres de la grande et petite bourgeoisie ainsi que des juifs, des artistes et toutes sortes de gens qui, fuyant la guerre civile et la Russie des soviets.  ils trouvèrent des emplois comme ouvriers dans les usines Renault, Nina Berberova raconte ces princes embauchés comme manœuvres, qui recréèrent une petite Russie autour des usines. Joseph Kessel, l’amoureux des tziganes et amateur de vodka, nous fait revivre la folie des cabarets russes de la capitale. Macha Méril nous décrit “l’âme russe” en exil, cette nostalgie galopante et cette croyance chevillée au corps d’un retour au pays débarrassé des Bolcheviks. Marina Vlady n’oublie pas que ses concitoyens se faisaient traiter de “sales russkofs”. Malgré cela, l’historien Ralph Shor nous dépeint cette mode russe qui déferla sur Paris dans les années 20 : la musique avec Stravinsky, la danse avec Diaghilev, la littérature avec Henri Troyat, mais aussi les beautés russes devenues mannequins, les spectacles, les actrices…. Une princesse russe ayant eu 50 personnes à son service dut se reconvertir en dame pipi, d’autres en péripatéticiennes, au point qu’il était du plus chic de “se faire une princesse russe”. Mais lesquelles étaient véritables ?

Yves Riou.

Auteur et réalisateur, il a signé avec Philippe Pouchain de très nombreux documentaires sur le monde artistique, parmi lesquels Entre deux Mai 1968-1981 – Les artistes et la politique et Des artistes au pouvoir ? 1981-1988 (sélections compétition, Pessac 2015 et 2016) ou Michel Audiard. “J’parle pas aux cons, ça les instruit” (2015). Metteurs en scène, acteurs, ils ont joué dans des films au cinéma et à la télévision et présenté leurs propres spectacles dans de nombreux théâtres et festivals.

Sur le site : https://crsc.fr/

 

h

 

Exposition de livres

Du mercredi 16 septembre au vendredi 16 octobre 2020

 

Exposition et présentation de livres par l’association des Éditeurs russes

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.

h

 

Conférence

Mardi 22 septembre 2020 à 19 h

” Histoire de la photo russe “

 

Olga Sviblova Lvovna (né le 6 Juin 1953 à Moscou. Critique d’art soviétique et russe, documentaire cinéaste , docteur en histoire de l’ art, professeur. Initiateur de la création et directeur de la Maison de la photographie de Moscou, aujourd’hui Multimédia Art Muséum).

Depuis 1984, elle a été le commissaire de nombreuses expositions d’art et de photographie, y compris à l’étranger. Depuis 1986, elle réalise des films sur l’art (réalisateur, scénariste); quatre films ont été récompensés par des festivals internationaux de films documentaires entre autres en 1995 – “Dina Verny” (prix du Festival du film de l’UNESCO. En 2007 et 2009, elle a été commissaire des pavillons russes des 52ème et 53ème Biennale d’art de Venise.

Le cycle de conférences en ligne sera consacré à l’art photographique russe de la fin du IXe siècle à nos jours. Il révèlera de nombreux aspects historiques : comment s’est développé l’art de la photographie en Russie, à quoi ressemblaient les communautés photographiques internationales, les œuvres de quels photographes russes ont été présentés lors d’expositions de l’époque, les nouvelles tendances et perspectives dans le contexte des réalités contemporaines, etc.

La première conférence sera dédiée à Alexandre Grinberg, l’un des représentants les plus brillants et les plus talentueux du « pictorialisme », une tendance stylistique populaire dans la photographie russe de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

L’idée de ce fascinant projet en ligne est née lors d’une rencontre avec Olga Sviblova au CRSC à Paris, à laquelle elle a participé en tant qu’experte lors d’une soirée artistique d’une figure centrale de l’art contemporain, Erik Boulatov.

Il ne serait pas exagéré de dire que tout ce qui est associé au nom d’Olga Sviblova est synonyme d’excellence. Elle fait partie des 50 personnes les plus influentes de l’art russe contemporain et classée parmi les 100 personnes les plus influentes du monde de l’art. C’est une chance d’avoir un tel conférencier.

Son histoire personnelle est étroitement liée avec Paris. Outre l’exposition d’Alexandre Grinberg, dont elle était la commissaire en 1996, nombreux autres projets internationaux, ainsi qu’un véritable amour l’unit avec cette ville.

La rencontre aura lieu sur la plateforme Zoom.

La participation avec la possibilité de poser une question dans le chat de la téléconférence nécessite l’inscription, qui sera ouverte sur le site web du CRSC à Paris.

Dans le même temps, une diffusion en direct sans inscription préalable sera effectuée sur la page Facebook du CRSC.

Sur le site : https://crsc.fr/

 

h

.

Dialogue musical

Jeudi 24 septembre 2020 à 19 h

” Tchaïkovski et la France “

animé par le maestro Andreï Chevtchouk

et le pianiste Igor Alekseevich Lazko

 

 

Cette rencontre musicale, qui sera consacrée au 180e anniversaire de la naissance du grand compositeur Piotr Tchaïkovski, promet d’être exceptionnelle.

Les œuvres du compositeur seront interprétées en ligne par le pianiste de renom, professeur au Conservatoire Russe Alexandre Scriabine, Igor Lazko (voir plus bas). Le célèbre cycle pour piano de Piotr Tchaïkovski Les Quatre Saisons deviendra une sorte de reflet du cycle temporel avec des chroniques biographiques de la vie du compositeur.

Même du vivant du compositeur, les journaux ont parlé de son « impressionnante puissance de maestria ». Piotr Tchaïkovski est entré dans l’histoire de la musique classique mondiale en tant qu’auteur d’opéras, de ballets et de symphonies.

Lors de cette nouvelle conférence musicale, l’auteur et animateur immuable du projet Andreï Chevtchouk présentera la biographie du compositeur à travers le prisme de sa relation avec la France, où il venait souvent et où il aimait composer et créer.

Au cours de la conférence Tchaïkovski et la France, le Maestro mettra la lumière sur les racines françaises du grand compositeur russe, ses projets et son inspiration créatrice.

 

 

Pyotr Ilitch Tchaïkovski  est né le 25 avril – (7 mai) 1840,  province de Vyatka  – décédé le 25 octobre – (6 novembre) 1893, Saint Petersbourg. Compositeur, enseignant, chef d’orcjestre et critique musical russe.

En tant que compositeur professionnel, Tchaïkovski a émergé dans les années 1860-1870, marqué par une grande recrudescence de la vie sociale et culturelle de l’Empire russe : le développement multiforme de la musique, de la littérature et de la peinture russes, l’épanouissement des sciences naturelles rusesdes russes et des réalisations marquantes dans le domaine de la philosophie et de l’esthétique.

Fin décembre 1875, Tchaïkovski se rend en Europe avec son frère Modeste, que les parents de son futur élève Kolya Konradi envoient à Lyon pendant un an pour étudier les méthodes d’enseignement des sourds-muets. Les frères ont passé environ deux semaines à Berlin, Genève et Paris, puis se sont séparés. A Paris, le compositeur a entendu l’opéra “Carmen” de Bizet, qui a été frappé par sa simplicité et sa sincérité, il «l’a appris presque par cœur, du début à la fin ».

En été 1876, après un traitement sur les eaux de Vichy, de Tchaïkovski , avec la famille de Modest Ilitch, se reposa en France dans la ville de Palavas sur la mer Méditerranée.

 

g

 

 

Maestro Andreï Chevtchouk est né à Saint-Pétersbourg en 1970. Après une solide formation de chef d’orchestre et de chef de chœur, Andreï Chevtchouk exerce ses fonctions en Russie, en Allemagne, en Belgique, puis en France où il réside actuellement.

Si la direction d’orchestre symphonique reste sa principale vocation, tous types de formations lui offrent l’occasion de livrer un art accompli de chef d’orchestre.

Réside à Lyon, il est actuellement directeur musical du grand chœur classique lyonnais la Schola Witkovski, du festival Opéra et Châteaux de la Drôme, du Festival Opéra des Champs en Charente et du chœur Crescendo d’Amiens.

 

j

 

 

Igor Alekseevich Lazko (né en 1949, Leningrad) – pianiste soviétique et français. À l’âge de 14 ans, il devient lauréat du Concours International. JS Bach à Leipzig. Il est diplômé de l’École secondaire spéciale de musique du conservatoire de Lénimgrad, puis du Conservatoire de Moscou (classe du professeur Y. Zak). Il a donné de nombreux concerts à travers le monde. En 1981, il devient lauréat du Concours International de Musique Contemporaine de Saint-Germain-en-Laye,

Il est professeur au Conservatoire russe. A. Scriabine et à la “Schola Cantorum” à Paris. Fondateur et organisateur en France des concours internationaux de pianiste eux. Nikolai Rubinstein (1996), nommé d’après Alexander Scriabin (2001) et le concours international nommé d’après A.K. Glazunova (violon, alto, violoncelle) depuis 2000.

Une rencontre en ligne sera organisée sur le site web du CRSC à Paris.

Le site : https://crsc.fr/

 

h

 

Conférence

Mercredi 30 septembre 2020 à 19 h

” La Science et les défis mondiaux”

 

 

Le membre correspondant de l’Académie des Sciences Vladimir Viktorovich Ivanov est l’invité du premier numéro. Ses intérêts de recherche comprennent la recherche sur les processus mondiaux, la théorie de la révolution humanitaire et technologique, l’écologie de la technologie et le développement de systèmes nationaux d’innovation.

V. V. Ivanov a accordé beaucoup d’attention au développement de territoires à forte concentration de potentiel scientifique et technique. Ces dernières années, il a travaillé sur les prévisions, la planification stratégique, la science, la technologie et la politique d’innovation.

Le thème de son discours est «La science. Global Challenges of Our Time »est plus que jamais d’actualité: crises économiques, changement climatique, catastrophes d’origine humaine, la pandémie COVID-19 a particulièrement mis l’accent sur le rôle de la science dans la société moderne, appelée à trouver des réponses aux défis et menaces majeurs. Aujourd’hui, les enjeux de la vie humaine dans les nouvelles conditions économiques, dans l’environnement changé sont en train de prendre le dessus.

Pour cette conférence, vous devez vous inscrire sur le site Web du RCSC et recevoir un lien d’invitation. La conversation aura lieu sur les plateformes Zoom en russe et en français. Ainsi, les participants auront l’opportunité de recevoir des réponses de nos invités à leurs questions.

À la fin de la téléconférence, des liens vers le dossier complet seront affichés sur le site Web et les pages des médias sociaux du RCSC de Paris.

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

.

t e t

 

L’Inscription préalable est obligatoire : coursderusse@fra.rs.gov.ru

 

Centre de Russie pour la Science et la Culture  à Paris

61, rue Boissière,75116, Paris 

Téléphone : 01 44 34 79 79

Site:  https://crsc.fr/

 

 

ANNULATION 

 

Venue exceptionnelle à Paris

de la ” tsarine de la danse ”

Svetlana Zakharova

pour célébrer l’univers de Gabrielle Chanel.

Samedi 24  à 20 h et dimanche 25 octobre à 16 h

Théâtres de Champs Elysées, VIII° Paris

 

 

 

Voilà bien deux dates automnales qui feront courir le tout Paris tant l’événement est somptueux et exceptionnel. En premier lieu, la présence de la « tsarine de la danse » Svetlana Zakharova, immense artiste pour laquelle tous les superlatifs d’excellence sont insuffisants. Entourée des solistes du Ballet du Bolchoï, elle vient présenter un spectacle qui lui tient particulièrement à cœur, celui de célébrer « l’amitié entre le ballet et la mode » au travers de la personnalité et de la vie de Gabrielle Chanel. Pour cela, 85 costumes ont été créés dans les ateliers de couture du temple de la danse moscovite sur les « croquis exclusifs » de la Maison Chanel. Pour autant, il ne faudrait pas réduire le projet à un défilé de mode car il s’agit bien d’un ballet qui retrace la vie de Gabrielle Chanel, symbole du chic à la française et figure de la libération de la femme, une femme qui aux yeux de l’Etoile a doublement « révolutionné la notion de mode féminine et celle de liberté ». Tout est ainsi réuni pour que ces deux soirées soient l’événement « le plus chic et le plus couru » de la danse cette saison.

.

H g G

.

 

Svetlana Iourievna Zakharova (Светлана Юрьевна Захарова), prodigieuse ballerine russe surnommée « La tsarine de la danse ». Elle est prima Ballerina du ballet Bolchoï et de la Scala de Milan, considérée comme l’une des plus grandes danseuses classiques.

Svetlana Zakharova est née le 10 juin 1979 à Loutsk (Ukraine), époque où ce pays faisait partie de l’URSS  Elle est donc de nationalité russe. Âgée de 10 ans, Svetlana Zakharova est admise à la Kiev Choreographic School.  Svetlana doit quitter l’école de danse quatre mois plus tard pour suivre ses parents, lorsque la famille revient en Ukraine, elle se présente de nouveau au concours d’entrée et réintègre la Kiev Choreographic School où elle étudie sous la houlette de Valeria Souleguina.

En 1995, elle remporte la médaille d’argent du Concours international des Jeunes Danseurs de Moscou, ce qui lui permet de prétendre à la classe de promotion de l’Académie Vaganova,  vivier des futurs danseurs de la troupe du Mariinky. À 17 ans, Svetlana Zakharova rejoint l’effectif de la compagnie du Mariinsky, son ascension au sein de la troupe sera fulgurante, puisqu’elle n’attendra qu’un an avant d’être nommée « principale », c’est-à-dire danseuse étoile.

La carrière de Svetlana Zakharova ne prend véritablement son essor qu’en 2003, lorsqu’à la suite d’un différend avec le Mariinski elle rejoint la compagnie rivale, Le Théâtre Bolchoï (qui l’avait déjà invitée alors qu’elle débutait au Mariinsky) . Elle commence alors à travailler avec Ludmila Semenyaka (également diplômée de l’Académie Vaganova). Elle est également sous contrat avec la Scala de milan, devenant la première Russe à y obtenir le titre de Prima Ballerina, et y danse régulièrement : Le Lacdes cygnes, Giselle, La Belle au boia dormant et la Baladay§re avec Roberto Bolle, partenaire privilégié.

.

H g G

.

PROGRAMME

COME UN RESPIRO

Georg Friedrich Haendel | musique
Mauro Bigonzetti | chorégraphie
Helena De Medeiros | costumes
Carlo Cerri | lumières
Svetlana Zakharova | Etoile du Bolshoï Ballet

avec Denis Savin, Jacopo Tissi, Mikhail Lobukhin, Vyacheslav Lopatin, Ana Turazashvili, Anastasia Stashkevich, Victoria Litvinova, Marfa Fyodorova, Tatiana Osipova, Anita Pudikova, Karim Abdullin, Alexei Gaynutdinov, Anton Gaynutdinov

 

GABRIELLE CHANEL

Ilya Demutsky | musique
Yuri Possokhov | chorégraphie
Alexei Frandetti | livret
Maison Chanel | costumes originaux
Maria Trebugova | décors
Ilya Starilov | vidéo
Ivan Vinogradov | lumières
Svetlana Zakharova | Etoile du Bolshoï Ballet

avec Ana Turazashvili, Mikhail Lobukhin, Jacopo Tissi, Nelli Kobakhidze, Svetlana Pavlova, Victoria Litvinova, Anita Pudikova, Vyacheslav Lopatin, Denis Savin, Karim Abdullin, Vasily Danilchuk, Dmitry Efremov, Alexei Gaynutdinov, Anton Gaynutdinov, Marfa Fyodorova, Anna Grigorieva, Tatiana Osipova

La deuxième partie est consacrée au ballet « Gabrielle Chanel », une histoire basée sur la vie et le travail de la grande couturière, figure emblématique de la mode du XXe siècle. Gabrielle Chanel entretenait des liens forts avec la Russie : elle a aussi vécu une aventure amoureuse avec le Grand-Duc Dimitri Pavlovich en 1922-23 et a fait travailler la Grande-Duchesse Maria Pavolvna en tant que brodeuse. Elle a également financé la reprise du Sacre du Printemps, le ballet de Serge de Diaghilev sur une musique d’Igor Stravinsky et elle a hébergé le compositeur russe et sa famille pendant plusieurs mois dans sa maison de Garches.

.

Conçu spécialement pour Svetlana Zakharova, le ballet retrace le parcours de la jeune provinciale inconnue à la fondatrice de l’une des maisons de mode les plus influentes de la planète. Les 85 costumes ont été créés à partir de « croquis exclusifs » de la Maison CHANEL et conçus par les ateliers du Bolchoï.

La danseuse de 40 ans, au Bolchoï depuis 2003, fait revivre sur scène une Gabrielle Chanel « majestueuse et solitaire » et parle d’une femme « qui a révolutionné la notion de la mode féminine, la notion de sa liberté ».

(Musique enregistrée)

.

Tout est aménagé au sein du théâtre pour vous assurer de passer une belle soirée dans les règles de sécurité et distanciation. Port du masque obligatoire et gel hydroalcoolique à disposition dans la salle et les parties communes.

.

Théâtre des Champs-Elysées

15 avenue Montaigne, 75008 PARIS

Métro station Alma-Marceau (ligne 9) ou Franklin-Roosevelt (ligne 1)
RER station Pont de l’Alma (ligne C)
Bus lignes 42, 63, 72, 80, 92

Station de taxi Place de l’Alma, angle avenue George V
Station Vélib’ en face du Théâtre

Parc de stationnement Alma-George V

Téléphone réservation :01 49 52 50 50

Billeterie : CLIQUEZ

Tarifs : de 20€ à 130€

2
Fév

Vente art russe, Vermot & Associés, Drouot-Paris

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

 

Vente  Art Russe

par Vermot & Associés

Mardi 10 mars 2020

La Salle Rue Drouot, IX° Paris

 

Tableaux Anciens, Modernes et Contemporains (dont tableaux russes) Archéologie, Arts d’Extrême-Orient Objets d’Art et Arts Décoratifs XX°.

Expositions :

Lundi 9 mars de : 10h30 à 18h30

et le matin de la vente de : 10h30 à 12h30

q

 

Extrait du catalogue

Lot 10 : Icône « Saint Nicolas de Myrte » Russie fin XIX° siècle Tempera sur bois, oklad en vermeil, kiot en bois 26 x 23 cm A. B. E

Икона «Святой Николай Чудотворец» Россия, кон. XIX века Темпера, дерево оклад вермей, киот из дерева 26 x 23 см., общ. хор. сост.

Estimation : 300 / 400 €

q

 

Lot 31 : Natalia Gontcharova (1881-1962) – Наталья Сергеевна Гончарова “Composition rayonniste”, vers 1914 Huile sur toile signée en bas à droite 63 x 76 cm.

Un certificat de Monsieur Anthony Parton du 9 avril 2007 sera remis à l’adjudicataire Un certificat de Madame Denise Bazetoux du 17 mars 2007 sera remis a l’adjudicataire.

Estimation : 100 000 / 150 000 €

C’est Larionov et Gontcharova qui développent le rayonnisme après avoir entendu une série de conférences données à Moscou par Marinetti, l’initiateur du futurisme littéraire. En 1913 le groupe de Larionov avec Alexandre Chevtchenko, Ilia Zdanevitch et  Gontcharova publie un recueil comprenant un manifeste intitulé « Des rayonnistes et des aveniriens », un compte rendu des expositions de la « Queue d’âne » et de « La Cible » et un traité du rayonnisme établi par Larionov. Selon lui, cette manifestation de peinture abstraite fait surgir la vie en rendant visible les vibrations inspirées de l’énergie-matière et de la radioactivité. Le principe est de représenter sur la toile la somme des rayons qui partent de l’objet pour le représenter exactement. À cette fin il faut isoler l’objet de manière abstraite pour que les rayons émis par les objets voisins ne perturbent pas la vue. Larionov compare le tableau rayonnisme à un mirage dans le désert Le rayonnisme est très bref, il s’étale de 1911 à 1915 et cesse à l’arrive du couple à Paris rejoignant Serge Diaghilev et travaillant aux décors des ballets russes. Guillaume Apollinaire s’y intéresser et dirigera encore le catalogue d’une exposition à Paris en 1914 Le rayonnisme tient une place importante et précoce dans l’histoire de l’abstraction, de sa théorie et de sa rationalisation. Le rayonnisme est souvent considéré comme le grand frère du futurisme italien que Gontcharova aura beaucoup influencé.

q

Lot 34Ossip Zadkine (1890-1967) Sans titre, 1964

Eau forte sur papier signé et daté en bas à droite 26,5 x 84 cm

Estimation : 200 / 300€

q

 

Lot 48 : J. Schmidt (Russie XX° siècle) Sans titre, 1988 Technique mixte sur papier signé et daté en bas à droite 72 x 125 cm

Estimation : 200 / 300 €

q

 

Lot 49 : Viktor Pivovarov (né en 1937) – Виктор Пивоваров Sans titre, 1985 Huile sur toile signée en bas à droite, datée en bas à gauche, contresignée, titrée et datée au dos 66 x 90 cm Provenance : Galerie Severomoravska, Prague .

Estimation : 3 000 / 5 000 €

q

Lot 50 : Viktor Pivovarov (né en 1937) – Виктор Пивоваров, Sans titre, 1985 Huile sur toile marouflée sur panneau d’isorel signée en bas à droite et datée en bas à gauche, contresignée, titrée et datée au dos 76 x 61cm Provenance : Galerie Severomoravska, Prague.

Estimation : 2 500 / 3 000 €

q

 

Lot 51 : Vladimir Weisberg (1924-1985) – Владимир Григорьевич Вейсберг Portrait de femme, 1981 Huile sur toile monogrammée et datée en haut à gauche 55 x 45 cm Provenance : Collection particulière, Paris

Estimation : 20 000 / 30 000 €

Peintre russe et théoricien de l’art, Vladimir Weisberg, travaille en particulier sur le thème du colorisme tel que le problème a pu se poser après les travaux de Cézanne à savoir la couleur insaturée et la semi-couleur. Il travaillera sur la différenciation pigmentaire et aboutira en 1960 à la création d’une table des principaux types de perception coloristique, de leur signe et de leur structure. Il essaiera toute sa vie de trouver le juste équilibre entre le demi ton, la composition et le dessin dans une douceur et une subtilité qui lui est caractéristique.

q

20 Rue Drouot, 75009, Paris

Exposition :

Lundi 9 de : 10h30 à 18h30 et mardi 10 mars de : 10h30 à 12h30

Vermot & Associés,
26 rue Cadet, 75009 Paris

Tél.: + 33 (0)1 71 19 42 16

14
Août

Festival de l’Art Russe, Deauville

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

2ème Saison Russe

Du jeudi 22  au dimanche 24 août 2019

à Deauville

 

Le génie, la folie et la splendeur de l’âme russe sur la scène historique de Deauville. L’Histoire de Deauville et des Ballets russes sont intimement liées, lors de la saison inaugurale du nouveau casino de Deauville, en août 1912, le Théâtre du Casino, a accueilli durant deux semaines les Ballets russes de Serge de Diaghilev pour sa toute première série de représentations françaises hors Paris. Durant deux semaines Deauville aura été le témoin de cet âge d’or de la troupe de Diaghilev. Les places se vendaient au marché noir. L’étoile de cette troupe était Vaslaw Nijinski, devenu chorégraphe, il venait de créer fin mai, sa version très décriée de L’après-midi d’un Faune. Lorsqu’il dansait sur la scène du Théâtre du Casino dans « Le spectre de la Rose », la presse locale trouvait « qu’il s’envolait dans les airs comme la brise estivale de Deauville».

f

La mission du Festival de l’ Art Russe de Deauville est de prolonger et réinventer les liens artistiques forts, tissés depuis des siècles, entre la France et la Russie. Il associe donc, dans sa programmation, les reprises des grandes œuvres du répertoire classique mises en parallèle et en perspective avec le meilleur de la création artistique russe d’aujourd’hui, portée par des artistes émergents.

d

Jeudi 22 août 2019

Présentation du projet artistique «Moon Pool»

Présentation “Moon Pool” à Figeac.

Présentation du projet artistique «Moon Pool» – Décors pour le ballet imaginaire, interprétées par le peintre et le céramiste peintre et le céramiste Nikolay Koshelev né en 1987 à Moscou, peintre et céramiste, vit à Moscou et à New York.

 Nikolay Koshelev peintre et le céramiste

Il est le plus jeune artiste russe présenté en vente publique internationale de la maison Phillips. Ses œuvres ont été acquises par des collectionneurs internationaux et des musées, au Danemark, en Russie et en Allemagne. Son projet “Moon Pool” a été initié il y a cinq ans. Moon Pool est une redéfinition du contexte historique du symbolisme artistique russe et du patrimoine  artistique des célèbres Saisons russes de Diaghilev.

La première partie du projet Moon Pool prendra la forme d’une exposition lors du Festival d’art russe de Deauville.

17:00
Salle des fêtes de Deauville

Cocktail d’ouverture du Festival (Presse et Invités VIP)

18:30

Ouverture publique de l’exposition 
ainsi que chaque jour jusqu’au 25 août

d

 

Vendredi 23 août 2019

Première du programme créé par le directeur artistique du Festival Sergey Filin et l’étoile du Bolchoï Artem Ovcharenko.

19:00
Théâtre Casino Barrière

Les chorégraphies célèbres ainsi que les nouvelles œuvres de chorégraphes contemporains interprétées par Artem Ovcharenko avec la participation de quatorze étoiles et solistes de ballet des principaux théâtres russes.

Artem Ovcharenko  – Étoile du Bolchoï

Anna Tikhomirova  – Première du Bolchoï

Semen Chundi – Étoile du Bolchoï

Nina Kaptsova – Étoile du Bolchoï

Denis Savin – Étoile du Bolchoï

Natalia Filina – Danseuse du Bolchoï

Tatyana Tkachenko – Soliste du théâtre Mariinsky de Saint-Petersbourg

Ivan Oskorbin– Étoile du Mariinsky Ballet de Saint-Petersbourg

Elena Solomyanko – principale danseuse de ballet soliste de la troupe de ballets du théâtre académique musical de Moscou. K.S. Stanislavsky et V.I. Danchenko

Innocenty Yuldaschev – Étoile du théâtre académique musical de Moscou. K.S. Stanislavsky et V.I. Danchenko

Maria kochetkova – Étoile de ballets russes et américains.

Sebastian Kloborg – Danseur diplômé du Royal Danish Ballet, chorégraphe, soliste dans les plus grands théâtres du monde

Oleg Gabyschev – Premier Danseur  du Ballet Eifman de Saint-Pétersbourg

Lyubov Andreyeva – Première Danseuse du Ballet Eifman de Saint-Pétersbourg

Gala – Dîner SAVVA

.

Andreï Shmakov compte parmi les meilleurs chefs cuisiniers de Russie, le chef de marque de l’hôtel Metropol de Moscou et le restaurant SAVVA.

Après son installation à Moscou, il a repensé et réinventé la cuisine traditionnelle de l’Hôtel historique Metropol. Le guide Gault & Millau lui a décerné en 2018 le titre de ” Meilleur chef cuisinier d’Hôtel”. Andrei Shmakov anime aussi une émission culinaire à la télévision. Il est invité régulièrement comme juré de concours.  Internationaux et a publié: “Four Seasons: Les meilleures recettes de ma cuisine”.  Le restaurant SAVVA de l’Hotel Metropol figure dans le classement des12 Forward de White Guile et de La Liste.

21:30

Salon des Ambassadeurs du Casino Barrière de Deauville

Voyage gastronomique historique dans l’atmosphère de L’âge d’ Argent de la Russie. Auteur du menu – Andreï Shmakov, compte parmi les meilleurs chefs cuisiniers de Russie,

L’ illustre chef du Restaurant SAAVA de l’hôtel Metropol à Moscou. En établissant le menu du dîner de gala du Festival de l’ Art Russe de Deauville, Andreï s’inspire des plats servis au Metropol en 1904 lors d’un dîner donné en l’honneur de Serge de Diaghilev.

d

Le programme vocal cette année est présenté par Daria Davidova,

invitée soliste du Bolshoi. Ce programme sera composé d’œuvres célèbres de grands maîtres de l’opéra russe (N. A. Rimsky-Korsakov, P. I. Tchaïkovski, A. Borodine) et de compositeurs français (C. Gounod, C. Debussy, L. Delibe, F. Poulenc, etc). En outre, Daria chantera des compositions de chambre originales, parmi lesquelles est le cycle vocal de L. Bernstein “La cuisine française”, un chef-d’œuvre musical rare sur un thème gastronomique.

d

Samedi 24 août 2019

«Boîte à musique»
Soirée Gala des étoiles

19:00
Théâtre du Casino Barrière

Les chefs-d’œuvre du ballets légendaires, ainsi que les choreographies originelles créées sur la musique des grands compositeurs russes d’hier (Tchaikovsky, Rachmaninov, Stravinsky, etc) et d’aujourd’hui les œuvres de compositeurs russes contemporains: Rodion Chtchedrine, Yuri Krasavin, Leonid Desyatnikov et Ilya Demutsky interprétées par des danseurs de ballet des principaux théâtres russes, sous la direction de Sergey Filin (le directeur artistique du théâtre Bolchoï 2011 à 2016, lauréat du prix Benois de la danse, artiste émérite de Russie).

3

CASINO BARRIÈRE DEAUVILLE
2 Rue Edmond Blanc
+33 (0)2 31 14 31 14

Contacts : www.festivalrusse.com/main-fr

Renseignements et réservations: 02 31 98 66 00
Réservation en ligne : CLIQUEZ

Tarifs: Vendredi 23 août
Votre soirée de Gala : la place en 1ère série pour le ballet à 19h et le dîner de Gala à 21h30 : 500€

Samedi 24 août : la “Boîte à musique” – Soirée Gala des Étoiles à partir de 125€

Contacts : www.festivalrusse.com/main-fr

7 ème GALA des ÉTOILES RUSSES

Samedi 6 juillet 2019 à 20h

Dimanche 7 juillet à 19h

Grand Théâtre de Luxembourg

(Grand Duché de Luxembourg)

Evénement incontournable, le Gala des Etoiles va offrir une fois de plus un Panorama de danse de qualité, fidèle aux grands classiques, tout en se montrant ouvert à la création et aux jeunes talents.
Ce spectacle, unique en son genre au Luxembourg, va vous séduire tant par la richesse des oeuvres proposées, que par la qualité exceptionnelle des artistes invités. C’est le rendez-vous à ne pas manquer pour la danse classique au plus haut niveau.


Non seulement que le Gala réunira les Etoiles des plus prestigieuses compagnies mondiales, mieux encore, le Gala des Etoiles accueillera cette année des mégastars comme Maria Eichwald, Stuttgarter Ballett, Daniil Simkin, American Ballet Theatre New York, Liudmila Konovalova,Wiener Staatsballett, Young Gyu Choi, The Dutch National Ballet Amsterdam, Evelina Godunova, Staatsballett Berlin, Allessandro Staiano, Teatro di San Carlo Napoli et bien d’autres. Maria Mogsolova, danseuse et mannequin, rendra hommage à Ida Rubinstein, icône de la Belle Epoque.

Ida Lvovna Rubinstein (Ида Львовна Рубинштейн), elle est née à Kharkov, sur de l’Empire ruuse (actuellement en Ukraine)  le 5 octobre 1885, elle est dé”cédé à Vence dans le sud de la Francele 20 septy 1960. Une danseuse et mécène russe icône de la Belle Epoque. Maurice Raval lui dédia son Bolèra qu’elle inbterpréta en 1928 sur scène.

g

Le programme de cette année sera consacré aux célèbres Ballets russes qui ont eu leu première saison au Théâtre du Châtelet à Paris en 1909, sous la direction du grand créateur et impresario de génie Diaghilev, qui a révolutionné le monde du ballet il y a tout juste 110 ans.
Les organisateurs présenteront des Grands Pas-de-Deux et Solos extraits du répertoire classique et néo-classique des chorégraphes Marius Petipa, Yuri Grigorovitch, Mikhail Fokine, Victor Gsosvsky, Nikolai Beriosov, Vasily Vainonen, Pierre Lacotte, Liam Scarlett, Francisco Diaz, Marguerite Donlon et bien d’autres. L’accompagnement musical sera assuré par Maestro Igor Zapravdin, Pianiste à l’Opéra d’Etat de Vienne. Le Gala sera rehaussé par la présence du jeune violiniste Yury Revich, lauréat du ECHO Klassik 2016.
Que vous aimiez la danse classique ou que vous sohaitiez la découvrir, le Gala des Etoiles est l’opportunité de vivre des moments d’émotion uniques avec des artistes d’exception.
La perfection et la virtuosité des danseurs donnent le ton et offrent au public la promesse d’un programme varié où les danses s’enchaînent les unes aux autres. Nous voulons faire découvrir aux spectateurs la tradition des grands ballets russes et leur faire passer un merveilleux moment de rêve et de romantisme.

Programme

Première Partie

1. “Impact” Hommage à Ida Rubinstein et Léon Bakst
Création / Première mondiale
Musique: Nikolai Tcherepin
Chorégraphie: Rafael Avnikjan
Ketevan Papava, Wiener Staatsballett
Piano: Igor Zapravdin, Wiener Staatsballett
Illusionniste: Laurent Beretta, Paris

2. “Sheherazade” Pas de deux
Musique: Nikolai Rimsky-Korsakov
Chorégraphie: Mikhail Fokine
Ketevan Papava, Wiener Staatsballett
Alessandro Staiano, Teatro di San Carlo Napoli

3. “ How much do we dare to see? ” Création / Première mondiale
Chorégraphie: Marguerite Donlon
Annick Schadeck – Rhiannon Morgan, Luxembourg

4. “ Hummelflug ” Solo
Musique: Nikolai Rimsky-Korsakov
Chorégraphie: Alessio di Stefano
Francesco Daniele Costa, Teatro di San Carlo Napoli

5. “ La Bayadère ” Pas de deux
Musique: Leon Minkus
Chorégraphie: Marius Petipa
Liudmila Konovalova, Wiener Staatsballett
Young Gyu Choi, The Dutch National Ballet Amsterdam

6. “ Mozart à 2 ” Duo
Musique: Wolfgang Amadeus Mozart
Chorégraphie: Thierry Malandain
Kiyoka Hashimoto – Navrin Turnbull, Wiener Staatsballett

7. Pas d’esclave ” – from “Le Corsaire”
Musique: Peter von Oldenbourg
Chorégraphie: Marius Petipa
Evelina Godunova, Staatsballett Berlin
Francesco Daniele Costa, Teatro di San Carlo Napoli
Piano: Igor Zapravdin, Wiener Staatsoper

8. “ Meditation ” from “Thais” Pas de deux
Musique: Jules Massenet
Chorégraphie: Roland Petit
Maria Eichwald, Stuttgarter Ballett
Alessandro Staiano, Teatro di San Carlo Napoli
Piano: Igor Zapravdin, Wiener Staatsoper
Violon: Yury Revich, Wien

9. “ Les Bourgeois ” Solo
Musique: Jacques Brel
Chorégraphie: Ben van Cauwenbergh
Daniil Simkin, American Ballet Theatre New York


Deuxième Partie
1. “ Donizetti” Pas de deux
Musique : Gaetano Donizetti
Chorégraphie: Manuel Legris
Kiyoka Hashimoto – Navrin Turnbull, Wiener Staatsballett

2. “ Light-Touch “Solo / Création / Première mondiale
Musique : Frédérique Chopin
Chorégraphie : Alessio di Stefano
Francesco Daniele Costa, Teatro di San Carlo Napoli
Piano : Igor Zapravdin, Wiener Staatsoper

3. “ Cinderella “ Pas de deux
Musique : Sergei Prokofiev
Chorégraphie : Giuseppe Picone
Maria Eichwald, Stuttgarter Ballett
Alessandro Staiano, Teatro di San Carlo Napoli

4. “ Toothpicks “ Duo / Création / Première mondiale
Musique : Rian Treanor
Chorégraphie : Francisco Banos Diaz
Natasa Dudar (L) – Lou Thabart, Leipziger Ballett

5. “ La Cachucha “ from « Le Diable boiteux » Solo
Hommage à Fanny Elssler (Reconstruction historique)
Musique : Casimir Gide
Chorégraphie : Jean Coralli
Ketevan Papava, Wiener Staatsballett
Piano : Igor Zapravdin, Wiener Staatsoper

6. “ Don Quixote “ – Pas de deux
Musique: Leon Minkus
Choréographie: Marius Petipa
Evelina Godunova, Staatsballett Berlin
Young Gyu Choi, The Dutch National Ballet Amsterdam

7. “ Rondocapriccioso “ Solo / Création / Première mondiale
Musique : Camille Saint-Saëns
Chorégraphie : Xenia Wiest
Liudmila Konovalova, Wiener Staatsballett
Piano : Igor Zapravdin, Wiener Staatsoper
Violon : Yury Revich, Wien

8. “ Le Corsaire “ Pas de deux
Musique : Adolphe Adam – Riccardo Drigo
Chorégraphie : Marius Petipa
Tatiana Melnik, Hungarian National Ballet Company Budapest
Daniil Simkin, American Ballet Theatre New York

9. “ The Mysterious Gala des Etoiles ” 
Musique: Alexandre Desplat
Piano: Igor Zapravdin, Wiener Staatsoper

Finale
Musique: Dmitri Shostakovich

avec : Navrin Turnbull, Ludmila Konovalova, EnricoDella Valle et 47 danseurs.

3

Le Grand Théâtre est construit entre 1960 et 1964 sur les plans de l’architecte français Alain Bourbonnais (1925 – 1988, sculpteur et architecte de la station RER Nation en émaux de Briare à Paris), pour célébrer notamment les fêtes du Millénaire de la fondation de la ville. Il fut fermé à la fin de l’année 2002 pour des rénovations et rouvert en septembre 2003. La capaité de la grande salle est de 943 places alors que le studio est une structure modulable de 100 et 400 places. il a accueilli le Concours Eurovision de la chanson en 1973 et en 1984.

4

Grand Théâtre de Luxembourg

1 Rond-point Schuman
L-2525 Luxembourg, ( Grand Duché de Luxembourg)

TARIFS:

Catégorie de prix Cat. 1 : 65 €
Catégorie de prix Cat. 2 : 55 €
Ticket-Hotline: 00352 4708951
28
Mar

Ventes “Ballets russe”, Monaco

   Publié par: artcorusse   dans Informations Internationales

Vente publique

 “Ballets russes”

mardi 2 avril 2019 à 15h

Hôtel des ventes de Monte-Carlo

Exposition  du jeudi 28 mars au 1er avril

de 10h à 13h et de 14h À 18h 30

Exceptionnel ensemble de 300 œuvres graphiques composées d’aquarelles, de dessns, et de gouaches, signées des plus grands artistes….Le choix de la mise en vente de ce trésor artistique à Monaco est aussi hautement symbolique, de par la place importante que la principauté de Monte-Carlo a prise en accueillant chaque année la Saison des Ballets Russes durant plus d’un demi-siècle. Dès 1910, la troupe de Diaghilev se fixe en principauté, où suivra chaque année la « Saison des Ballets Russes de Monaco ». La tradition de la danse sera perpétuée à partir de 1947 par le Marquis de Cuevas et le Grand Ballet de Monte-Carlo, puis en 1975 par la création de l’Académie de Danse Princesse Grace, et depuis plus de 30 ans, par la Compagnie des Ballets de Monte-Carlo fondée par S.A.R. la Princesse Caroline de Hanovre. Cette collection de près de 300 œuvres est le témoignage de la révolution esthétique provoquée par les Ballets Russes, dans l’art scénique de la danse, en termes de chorégraphies, mais aussi de décors et de costumes. Autour de la danse, les plus grands chorégraphes et danseurs ont formé un art total fusionnant œuvres graphiques, musique et costumes, avec les compositeurs et les peintres les plus brillants de l’avant-garde internationale. En conclusion laissons à Alexandre Benois le soin de dire : « le ballet est la plus intéressante forme d’art, qui, par miracle, a survécu en Russie alors qu’elle a disparu partout ailleurs ». Cyrille Boulay

d

Extraits du catalogue

 

KOUSTODIEV Boris Mikhaïlovitch (1878-1927). Projet de costume probablement pour le personnage de Salomé dans le Ballet «La tragédie de Salomé». Aquarelle et mine de plomb signée en bas à droite par l’artiste et datée 1914. Conservée dans son encadrement d’époque en bois sculpté. Bon état général. A vue : H. : 44, 5 cm – L. : 28 cm. Cadre : H. : 58 cm – L. : 41, 5 cm. 10 000/15 000 €

h

Masque

MELLER Vadim Gueorguievitch (1884-1962). Étude de costume pour l’un des personnages du spectacle le «Masque» de Bronislava Nijinska (1891-1972), joué au Téâtre de Kiev. Gouache et mine de plomb sur carton, signée en bas à droite par l’artiste circa 1919. Conservée dans son encadrement d’origine en bois noirci. Traces d’humidité, petites déchirures, mais bon état général. A vue : H. : 46 cm – L. : 31 cm. Cadre : H. : 71 cm – L. : 56, 5 cm. 5 000/6 000 €

h

NARBOUT Georges Ivanovitch (1886-1920). Projets de costumes pour les personnages du «Cœur Ardent». Aquarelle, encre et mine de plomb sur carton, non signée, avec annotations manuscrites en haut et au revers du document. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Légères usures du temps, mais bon état. A vue : H. : 44, 5 cm – L. : 55 cm. Cadre : H. : 61, 5 cm – L. : 72 cm. 1 500/2 000 €

h

Turandot (1922)

PETRITSKI Anatoli Galaktionovitch (1895-1964). Projet de costume pour un personnage de l’opéra «Turandot» d’après une œuvre du comte Carlo Gozzi (1720-1806). Aquarelle, encre, rehaut d’or et collage sur papier, signée en haut à droite par l’artiste et datée 1922. Conservée dans un encadrement moderne en bois naturel. Bon état général. A vue : H. : 41, 5 cm – L. : 28, 5 cm. Cadre : H. : 68, 5 cm – L. : 55 cm. 6 000/8 000 €

d

SCHWARTZ Paul Fridrikhovitch (1875-1934). Projet de costume du bourreau pour l’opéra «Turandot» sur une musique de Giacomo Puccini (1858-1924). Aquarelle et encre sur papier, signée en bas à droite par l’artiste. Conservée dans un encadrement moderne. Rousseurs, mais bon état général. A vue : H. : 48 cm – L. : 37 cm. Cadre : H. : 62, 5 cm – L. : 50 cm. 1 500/2 000 €

h

BAKST Léon, né Lev Samoïlovitch Rosenberg (1866-1924). Projet de costume pour l’opéra «Le Dieu bleu». Lithographie rehaussée à l’aquarelle, or et argent sur papier, découpage collé sur fond noir, signée en bas à droite et datée 1912. Conservée sous verre. Bon état général. H. : 50 cm – L. : 50 cm. 800/1 000 €

h

La Dame Fantôme (1924)

EXTER Alexandra Alexandrovna (1882-1949). Esquisse d’un projet de costume pour le personnage du spectacle de «La dame-fantôme» adapté d’une œuvre de Pedro Calderon de la Barca, produit par Mikhaïl Tchekhov et mis en scène par Ignati Nivinsky (1880-1933), joué le 9 avril 1924 au Téâtre des arts de Moscou. Aquarelle et mine de plomb sur papier, signée par l’artiste en bas à droite et datée 1924. Conservée dans un encadrement ancien bois noir et doré. Rousseurs et pliures, mais bon état général. A vue : H. : 36 cm – L. : 28 cm. Cadre : H. : 74 cm – L. : 57 cm. 8 000/10 000 €

h

Aïda (1925)

SCHWARTZ Paul Fridrikhovitch (1875-1934). Décor de scène pour l’opéra «Aïda» joué en 1925. Aquarelle et mine de plomb sur carton, signée en bas à droite par l’artiste et datée 1925, avec annotations manuscrites et étiquette au revers. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état général. A vue : H. : 35, 5 cm – L. : 51 cm. Cadre : H. : 52 cm – L. : 68, 5 cm. 1 500/2 000 €

h

Trimbi (1925)

ATTRIBUÉ À YOURI YOURIÉVITCH PAVLOVITCH (1872-1947). Projet d’un décor de scène pour le ballet «Trimbi». Aquarelle, encre et rehaut d’or et d’argent sur carton, avec annotations manuscrites au revers, circa 1925. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Légères usures du temps, mais bon état général. A vue : H. : 49 cm – L. : 39, 5 cm. Cadre : H. : 66 cm – L. : 56 cm. 2 000/3 000 €

h

Faust (1925)

MULLER Vladimir Nicolaïévitch (1887-1979). Projet de costume pour le personnage de Méphistophélès dans l’opéra «Faust» joué en 1925. Gouache et mine de plomb sur papier, signée par l’artiste en bas à gauche et datée 1925, avec identification manuscrite en caractères cyrilliques du sujet en haut à droite du document. Porte des annotations manuscrites en caractères cyrilliques. Conservée dans un encadrement moderne. Légères pliures, bon état. A vue : H. : 26 cm – L. : 16, 5 cm. Cadre : H. : 39 cm – L. : 30, 5 cm. 1 500/2 000 €

h

Lohengrin (1925)

FEDOROVSKI Feodor Feodorovitch (1883–1955). Projets de costumes d’un noble du Brabant et d’Henri l’Oiseleur pour l’opéra «Lohengrin» joué en 1925. Gouache, mine de plomb et rehaut d’or sur papier, signée des initiales de l’artiste en bas à droite et datée 1925, avec identification manuscrite du sujet en caractères cyrilliques au bas du document, annotations, cachet à l’encre au revers et porte le n°58. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue : H. : 33 cm – L. : 42, 5 cm. Cadre : H. : 50 cm – L. : 69, 5 cm. 6 000/8 000 €

h

Tsar Saltan (1925)

GOLOVINE Alexandre Iakovlevitch (1863-1930). Projet de costume pour le personnage de la 3ème jeune fille dans l’opéra «Le conte du Tsar Saltan» joué en 1925 sur une musique de Nicolas Rimski-Korsakov (1844-1908) adapté d’une œuvre d’Alexandre Pouchkine (1799-1837). Aquarelle et encre marouflée sur carton, signée en bas à droite des initiales de l’artiste, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques. Planche portant le n°3. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état général. A vue : H. : 31 cm – L. : 23 cm. Cadre : H. : 48 cm – L. : 40 cm. 6 000/8 000 €

h

Bagatelle (1926)

GONTCHAROVA Natalia Sergueïevna (1881-1962). Projet de décor de scène pour «Bagatelle». Aquarelle et mine de plomb sur papier signée par l’artiste en bas à gauche et datée 1926. Porte au dos l’étiquette de l’exposition «Les Maitres Russes» organisée par la Galleria del Levante à Milan et au dos du projet le titre de l’œuvre. Conservée dans son encadrement d’origine en bois noirci. Bon état général. A vue : H. : 15 cm – L. : 24 cm. Cadre : H. : 32 cm – L. : 41 cm. 8 000/10 000 €

h

AKIMOV Nicolas Pavlovitch (1900-1968). Projet de costume pour le personnage d’Evgraf l’aventurier. Gouache, encre et rehaut d’argent sur carton, signée des initiales de l’artiste en bas à gauche, datée (19)26. Collage sur carton conservé dans un encadrement moderne en bois argenté. Pliures, bon état. A vue : H. : 38 cm – L. : 23 cm. Cadre : H. : 65, 5 cm – L. : 53, 5 cm. 2 000/3 000 €

h

 La tempête sur la mer (1928)

VOLNENKO Anatoli Nikonovitch (1902-1965). Étude de costume pour l’un des personnages de la pièce «La tempête» de Vladimir Naumovitch Bill-Belotserkoski (1884-1970). Dessin à la mine de plomb sur papier, non signé, avec annotations manuscrites au bas du document. Conservé dans un encadrement moderne en bois doré. Légères rousseurs, mais bon état général. A vue : H. : 23, 5 cm – L. : 15 cm. Cadre : H. : 40 cm – L. : 31 cm. 2 000/3 000 €

h

Marko en enfer (1929)

KOSSAREV Boris Vassilievitch (1897-1944). Ensemble de neufs esquisses pour le maquillage des personnages du ballet de G. Kotcherguine «Marko en enfer» joué en 1929 au théâtre Artéma de Donetsk. Gouaches et mines de plomb sur papier marouflé sur carton, signées en bas à droite par l’artiste et datée en bas 17. III. 1929, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques au revers du document. Conservées dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue : H. : 16, 5 cm – L. : 10 cm. Cadre : H. : 51, 5 cm – L. : 80 cm. 2 000/3 000 €

d

KOSSAREV Boris Vassilievitch (1897-1944). Projet de costume du personnage du Démon Bélier pour le ballet «Marko en enfer». Gouache sur papier, signée en bas à droite et datée du 15 X 1928, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques et cachet à l’encre du théâtre d’état de l’usine de la ville de Kherson. Planche portant le n°14. Conservé dans un encadrement moderne en bois doré. Légères rousseurs, bon état. A vue : H. : 38 cm – L. : 28, 5 cm. Cadre : H. : 55, 5 cm – L. : 45, 5 cm. 2 000/3 000 €

h

Le signe de Zorro (1929),

VOLNENKO Anatoli Nikonovitch (1902-1965). Projet de costume pour l’un des personnages de la comédie musicale «Le signe de Zorro» d’après une œuvre de M. Borisov, jouée en 1929. Gouache sur carton non signée, conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue: H. : 23, 5 cm – L. : 13, 5 cm. Cadre: H. : 39, 5 cm – L. : 30 cm. 2 000/3 000 €

h

Jeux d’amour – Le Diamant (1935)

ADEN Victor Bogdanovitch (1880-1942). Décor du studio pour le film «Jeux d’amour». Intérieur du restaurant. Dessin à l’encre et mine de plomb sur papier, signé par l’artiste en bas à droite et daté 1935, avec inscriptions manuscrites en caractères cyrilliques, conservé dans un encadrement moderne. Bon état. A vue : H. : 21, 5 cm – L. : 27, 5 cm. Cadre : H. : 34, 5 cm – L. : 41 cm. 400/600 €

h

La foire de Sorotchinsy (1937)

KRICHEVSKY Vassili Gregoriévitch (1872-1952). Projet de costume pour l’un des personnages du film «La Foire de Sorotchinsy» tourné en 1937, d’après une nouvelle de Nicolas Gogol (1809-1842). Aquarelle et mine de plomb sur papier, signée en bas à gauche par l’artiste et datée 1937, avec annotations manuscrites au bas et revers du document. Planche portant le n°94. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Petit accident, mais bon état. A vue : H. : 31, 5 cm – L. : 22 cm. Cadre : H. : 47 cm – L. : 35 cm. 1 200/1 500 €

h

Perekop (1938)

PETRITSKI Anatoli Galatianovitch (1895-1964). Costume du personnage du Général Johnson pour l’opéra «Perekop» sur une musique de Yuli Meïtus (1903- 1997), joué en 1938. Aquarelle et mine de plomb sur papier, signée en bas à droite par l’artiste et datée 1938, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques sur la partie haute et au revers du document. Planche portant le n°13. Conservée dans un encadrement moderne. Légères déchirures, mais bon état. A vue : H. : 28 cm – L. : 19, 5 cm. Cadre : H. : 40, 5 cm – L. : 30, 5 cm. 3 000/5 000 €

h

Le Revizor (1938)

ERDMAN Boris Roberovitch (1899-1960). Costume du personnage de Rostakovski (le fonctionnaire à la retraite) pour la pièce «Le Revizor» écrite par Nicolas Gogol en 1836. Aquarelle et mine de plomb sur papier, non signée, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques en bas et au revers du document. Planche portant le n°2. Conservée dans un encadrement moderne. Petites tâches, mais bon état général. A vue : H. : 20 cm – L. : 15 cm. Cadre : H. : 36 cm – L. : 30, 5 cm. 600/800 €

h

Taras Shevchenko (1940)

PETRITSKI Anatoli Galatianovitch (1895-1964). Projets de costumes pour le docteur (Kouliaba) et Petrisky, pour l’opéra «Taras Shevchenko» joué en 1940 au Théâtre National d’Ukraine. Aquarelle et mine de plomb sur papier, avec inscriptions manuscrites en caractères cyrilliques sur le document et au revers. Conservée dans un encadrement moderne. Légères déchirures et pliures, en l’état. A vue : H. : 41 cm – L. : 30, 5 cm. Cadre : H. : 55 cm – L. : 44, 5 cm. 3 000/5 000 €

h

Les Dames et les Hussards (1946)

DOUKHNOVSKI Nicolas Ivanovitch (1908-1999). Décor de scène pour l’opéra «Les dames et les hussards» d’Alexandre Fredro (1793-1876), joué en 1946 au Théâtre Lessia Ukraïnka à Kiev, sur une adaptation de Nicolas Sokolov. Gouache sur carton, signée en bas à droite par l’artiste et datée (19)46, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques en haut et au revers du document. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue : H. : 47, 5 cm – L. : 69 cm. Cadre : H. : 65 cm – L. : 86, 5 cm. 1 000/1 500 €

h

La Chanson du Bois (1958)

VOLNENKO Anatoli Nikonovitch (1902-1965). Décor de scène pour le ballet «La chanson du bois». Gouache sur papier, signée par l’artiste en bas à droite datée 1958, avec annotations manuscrites au revers du document. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue : H. : 62, 5 cm – L. : 97 cm. Cadre : H. : 80 cm – L. : 115 cm. 2 000/3 000 €

h

Nazar Stodolya (1960)

VOLNENKO Anatoli Nikonovitch (1902-1965). Costumes des personnages des marieurs pour l’opéra «Nazar Stodolya» joué au Téâtre de l’Opéra et du Ballet de Kiev en 1960, sur une musique de Constantin Dankevych (1905-1984). Gouache sur papier, non signée, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques en haut et au revers du document. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Légères déchirures, mais bon état. A vue : H. : 63 cm – L. : 47 cm. Cadre : H. : 80 cm – L. : 65 cm. 2 000/3 000 €

h

Les Noces de Figaro (1969)

PISARENKO Léonid Opanasievitch (1907-1979). Projet de costume du personnage d’Antonio pour l’opéra «Les noces de Figaro» de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), joué en 1969. Aquarelle, gouache et mine de plomb sur carton, non signée, avec inscriptions manuscrites en caractères cyrilliques sur le document et au revers. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Usures du temps, mais bon état général. A vue : H. : 37, 5 cm – L. : 28 cm. Cadre : H. : 55 cm – L. : 45 cm. 1 000/1 500 €

h

Aïda (1976)

ZLOCHEVSKI Piotr Afanasievitch (1907-1987). Décor de scène pour l’opéra «Aïda» de Giuseppe Verdi (1813-1901), joué en 1976 au Téâtre d’Opéra et de Ballet d’Odessa. Gouache et rehaut d’or sur papier non signée, datée en bas à gauche 1976 et située à Odessa, avec annotations manuscrites et étiquette au revers document. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue : H. : 49 cm – L. : 73 cm. Cadre : H. : 57 cm – L. : 44, 5 cm. 1 000/1 500 €

h

Par Magie (1978)

DOUKHNOVSKI Nicolas Ivanovitch (1908-1999). Projet de costume du trompettiste, joué en 1978 au Téâtre des marionnettes de Kiev. Aquarelle, mine de plomb et rehaut d’argent sur papier, signée en bas à gauche des initiales de l’artiste et datée (19)78, avec inscriptions manuscrites en caractères cyrilliques au revers. Conservée dans un encadrement moderne. Bon état. A vue : H. : 42, 5 cm – L. : 31 cm. Cadre : H. : 57 cm – L. : 44, 5 cm. 600/800 €

h

Madame Butterfly (1985)

WAKHEVITCH Georges (1907-1984). Ensemble de sept projets de costumes pour des ballets et opéras russes. Gouaches et mines de plomb signées en bas à droite, certaines titrées avec des échantillons d’étoffes, conservées dans des encadrements modernes. Bon état. À vue environ : H. : 41, 5 cm – L. : 28, 5 cm. 500/700 €

h

 

Hôtel des Ventes de Monte Carlo

10-12 Quai Antoine Ier, 98000 Monaco.

Tél: 00377 93 25 88 89 • info@hvmc.com

Expert: Cyrille Boulay, Membre de la FNEPSA

Tél: 00 33 (0)6 12 94 40 74

 

 

27
Jan

Esprit des Ballets Russes au Théâtre des Champs Elysées

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

1 concert: Debussy, Rimsky-Korsakov, Stravinsky

Mardi 5 février 2019 à 20h

4 représentations de danse du Ballet de Monaco

du vendredi 8 au dimanche 10 février 2019

Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo

sous la direction de Kazuki Yamada.

Les célèbres Saisons russes, qui ont conquis au début du XXe siècle l’Europe et les États-Unis, doivent leur existence à Serge Diaghilev, homme qui paradoxalement n’avait aucun talent pour la peinture, la composition musicale ou la mise en scène de ballets.

La Belle au bois dormant est l’un des ballets russes les plus connus à l’étrange. Casse-Noisette est sans doute le ballet le plus magique au monde. La première s’est tenue le 18 décembre 1892 au théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg. Tout le monde connaît le légendaire Lac des cygnes, ce ballet né avant la révolution est aussi le symbole du putsch de 1991.

Serge de Diaguilev (1872-1929)

L’histoire de la danse à Monte-Carlo est intimement liée à l’aventure des Ballets Russes de Serge Diaghilev. 1909 marque la première saison des Ballets Russes en France et la troupe de Diaghilev partage alors ses représentations entre le Théâtre du Châtelet à Paris et la salle Garnier de l’Opéra de Monte-Carlo.

Cette belle aventure prend fin à la mort de Diaghilev en 1929 et il faudra attendre plus de 50 ans pour qu’en 1985, sous l’impulsion de S.A.R. la Princesse de Hanovre, renaisse une troupe monégasque.

En 1993, elle nomme Jean-Christophe Maillot Chorégraphe Directeur et dès lors Les Ballets de Monte-Carlo rejoignent avec éclat le club des grandes compagnies internationales. Après une première venue à l’automne 1997, les Ballets de Monte-Carlo feront cet hiver une nouvelle halte au Théâtre des Champs-Elysées en compagnie de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo dirigé par Kazuki Yamada.

S.A.R.Princesse de Hanovre et Jean-Christophe Maillot © Alice Blangero

Quoi de plus symbolique que cette Semaine Ballets Russes où devrait régner un parfum de nostalgie pimenté d’une belle modernité au vu des chorégraphes invités – outre Jean-Christophe Maillot, la fine fleur talentueuse de la danse européenne avec Marco Goecke, Jeroen Verbruggen et Johan Inger -, pour fêter l’une des plus belles pages de l’histoire du ballet moderne.

De Diaghilev à Maillot, Verbruggen, Goecke et Inger De Monaco à Paris, TranscenDanses réunit à Paris les Ballets et l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, conduit par Kazuki Yamada, pour 5 représentations exceptionnelles.


C’est un hommage aux créations passées interprétées par le génial Vasslav Nijinski que les chorégraphes Jean-Christophe Maillot – à la tête du Ballet
de Monte Carlo -, Marco Goecke, Jeroen Verbruggen et Johan Inger livrent pour la 1ère fois à Paris. Ils font revivre l’une plus belles pages du ballet moderne afin de marquer à leur tour l’histoire des ballets russes contemporains à travers leur vision de Daphnis et ChloéAimai-je un rêve ? (le nouveau Prélude à l’après-midi d’un faune), Spectre de la Rose
et Petrouchka.

SEMAINE BALLETS RUSSES
« En compagnie de Nijinsky »

Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo sous la direction de Kazuki Yamada.

Kazuki Yamada.

Concert exceptionnel célèbre trois triomphes de la musique des Ballets russes, sous la baguette de Kazuki Yamada, directeur musical de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo. Tout d’abord: Shéhérazade, poème symphonique op. 35 de Rimsky-Korsakov, puis Jeux de Debussy et enfin L’Oiseau de feu de Stravinsky dans sa version de 1919.