Dédicace par Micha Komaroff-Kurloff

(petit-fils du général Paul Kourloff)

et Pierre Rosniansky, historien

SAMEDI 24 OCTOBRE de 11h à 17 h

Centre de Russie pour la Science et la Culture à Paris

Mémoir gen Kourloff

“Mémoire du général Paul Kourloff, l’agonie de la Russie Impériale”
Paul Kourloff
Préface de Vladimir Fédorovski, traduction de M.N. Komaroff-Kourloff et P. Rosniansky

Komaroff Rozianski

À droite Michel Komaroff-Kourloff et à gauche P. Rosniansky.

Témoignage historique de premier plan, les mémoires du général Paul Kourloff passent en revue les évènements et personnalités qui ont marqué la période russe prérévolutionnaire qu’il a qualifiée d'”agonie de la Russie impériale“. Il parle de ceux qu’il a côtoyés : le tsar Nicolas II, les responsables de la lutte antiterroriste, Raspoutine, etc. Sa carrière fut brutalement interrompue par l’assassinat de P. Stolypine, président du Conseil des ministres et grand réformateur. Ce témoignage illustre la question du terrorisme en Russie à l’époque.

Dédicace dans le cadre du 9ème Salon du livre russe au CRSC

 

Harmattan

ISBN : 978-2-343-04665-5 • mars 2015 • 310 pages
Prix éditeur :  29,45 €

Commander la version numérique (Pdf texte) : Commander la version numérique au format Pdf 24,99 € | 3 172 Ko
EAN Ebook format Pdf : 9782336371283

Centre de Russie pour la science et la culture

61, rue Boissière 75116 Paris, France

Métro: Victor Ugo , Boissières

Suite à l’ouvrage de Paul Kourloff

“Mémoires du Général Paul Kourloff”

voir sur Artcorusse

Numériser 2

Numériser 2

5 Sens Editions
Genève
Tél. +41 (0)76 789 05 92
Registre du Commerce – IDE : CHE-293.511.358
contact@5senseditions.ch

Piotr Borisovitch Rosniansky (10 juillet 1944- 30 octobre 2017)

Les paroissiens de l’Église de la Tourelle , l’Union des descendants des combattants russes de Gallipoli, les choristes de l’ensemble vocal Rossa i Nota, les membres de la Fondation pour la Préservation du Patrimoine Russe dans l’Union Européenne (FPPR), ainsi que des associations SLAWA et VITIAZ de Belgique ont la profonde tristesse de vous faire part du décès de Piotr Borisovitch Rosniansky.

Retracer son histoire en quelques mots n’est pas chose facile
car il y a tant et tant de choses à dire…

Des années d’enfance et de jeunesse dans les camps VITIAZ, par exemple. Enfant unique, il avait trouvé là une bande de copains et copines avec qui il vivait des expériences captivantes d’aventures en groupe qui n’étaient pas antinomiques d’une certaine discipline. Issu d’une lignée de militaires gradés au temps de la Russie blanche, il avait conservé de son éducation un profil droit, un savoir-vivre, une haute idée de la dignité indispensable à tout être humain, une galanterie peu commune vis-à-vis des dames. A ce propos, je dois bien dire que ses yeux du plus pur azur ne laissaient pas ces dernières indifférentes. Je salue en lui l’ami joyeux, facétieux à ses heures, qui nous enchantait de sa voix de ténor en s’accompagnant à la guitare.

Avant de quitter Bruxelles pour Genève où il avait déjà vécu, il était chef de chœur de l’ensemble choral « Rossa i Nota ». Les choristes Rossa i Nota : Lonick, Yashko, Iliya, Georges, Venceslas, Volodia, Sacha, Vania, Nikita, Alex et Daniel vivent donc en ce moment des instants douloureux.

Pieux sans être obtus, il se dévouait pour que reste vivante la mémoire des russes chrétiens orthodoxes, victimes de la guerre civile, venus en Belgique pour trouver refuge et pratiquer leur culte à la « Tourelle », leur église, son église de cœur. (Église St Pantéleimon, St Nicolas – 47, rue de Mol à 1040 à ETTERBEEK).
Il faisait d’ailleurs aussi partie des descendants des Combattants Russes de Gallipoli.

Administrateur actif de la « Fondation pour la préservation du patrimoine russe » sous la Présidence de Nicolas Bieliavsky, il ne niait pas certaines racines ukrainiennes et parlait des peuples en ces termes : « … Les PEUPLES, ce sont eux qui m’intéressent, avec leur sensibilité, leur esprit, leur spiritualité et non la politique, la géostratégie, les simples liens du sang ou les relations commerciales… »
Ainsi, c’est au nom de la fraternité des peuples qu’il participait à l’animation de soirées culturelles russes, arméniennes, bulgares, tchèques et serbes en Belgique et en Suisse, représentant « SLAWA », une ASBL dont il était membre fondateur. Pétia, c’était l’ami cultivé, pétri d’Histoire, de Littérature, auteur lui-même, poète toujours (comme l’était aussi avant lui, son père, Boris)!

Piotr ROSNIANSKY, à droite lors de la fête de RC en 2015 à Paris avec Michel Komaroff-Kourloff et assis, N.N. Tikhobrazoff

    Il avait publié plusieurs livres, dont à titre d’exemple  :

  • Un recueil de poèmes dont il était l’auteur : « Rosée claire sur Bise noire » ;
  • « Le terrorisme sous STOLYPINE » (complément aux « Mémoires du général Paul Kourloff » où était abordé le thème de l’agonie de la Russie impériale) ;
  • « L`Esprit de la forêt », conte pour petits et grands et autres poésies
    …d’autres ouvrages plus philosophiques également.

Enseignant la langue et la littérature russes à Genève, secrétaire général de la société philosophique « Europa SACRA », il ne se montrait jamais avare de diffuser certaines publications personnelles…

  • Le service funéraire aura lieu à Genève le 10 novembre 2017 à 10 heures en la Cathédrale orthodoxe russe à l’adresse suivante : rue R. Toepffer 9, CH-1206 Genève.
    Il y aura d’abord une liturgie dans les règles de l’art et des « Поминки » après l’incinération au cimetière vers 14 heures.
  • Une panikhida suivie d’un repas convivial est prévue après la liturgie dominicale du 26 novembre 2017 à l‘Église orthodoxe russe des Saints Pantéleimon et Nicolas, rue de Mot 47, B-1040 Bruxelles (Etterbeek).

Contact : Inna Harapuchyk, tél.: +41 79 619 89 27, courriel : piotr.rosniansky19 at gmail.com

Rédaction : Anne WUIDAR
Artcorusse en la personne de son président, présente ses condoléances à Boris et Georges, ses deux fils et à Inna Harapuchyk, sa compagne.
ВЕЧАЯ ПАМАТЬ