12
Oct

Souvorov traversée des Alpes, Divonnes les Bains

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

L’AUTOMNE RUSSE

220 ans la traversée des Alpes par l’armée de Souvorov

Conférences, concerts, ventes de produits russes,

buffet, film documentaire “Souvorov”

Vendredi 25, samedi 26 et dimanche 27 octobre 2019

À la Blanchisserie, 01220, Divonne-les -Bains

Autour de la Russie organise ses trois jours au profit d’enfants défavorisée en Russie. Elle remet les fonds recueillis intégralement en mains propres aux directeurs des établissements russes et contrôle leur utilisation. La réalisation de chaque projet est suivie jusqu’au bout. Lors de chaque événement à Divonne-les-Bains, le public est tenu informé de l’aide apportée aux orphelinats. Il peut consulter les dossiers de l’association et les livres de photos. Les orphelins envoient eux-même des photos et des vidéos, et même des objets de leur fabrication qui sont vendus dans les expos-vente.

r

 

Dix ans après la Révolution française de 1789, la France occupe la Suisse qui est devenue la République helvétique. Les monarchies européennes s’unissent pour affronter la France révolutionnaire.

Portrait Général Alexandre W. Souvorov (1729–1800), 1799. par Josef Kreuzinger. 

En 1799, pour vaincre les Français, le tsar de Russie envoie en Suisse le général Alexandre Souvorov qui a été victorieux sur les champs de bataille italiens. Depuis Lugano, le général et ses 21 000 hommes franchissent les Alpes par le Gothard, les gorges de Schöllenen, le col du Kinzig, le Muotathal, le Pragel et le col du Panix.

.

Combat sur le Pont du Diable, vers 1800, anonyme. Photo: Musée national suisse

Odyssée alpine Alexandre Vassilievitch Souvorov a 69 ans et une longue carrière militaire derrière lui lorsque le tsar Paul 1er le nomme chef des armées austro-russes, appelées à reconquérir l’Italie aux mains de la France révolutionnaire. En septembre 1799, le général traverse les Alpes depuis le sud par le Gothard pour rejoindre le général Korsakov, qui combat les Français du côté du lac de Zurich. Ses 21 000 hommes parviennent à marcher de Lugano à Altdorf en cinq jours d’escarmouches et d’accidents. Mais le pire est à venir. Trahi par les Autrichiens, battu par les Français, Souvorov se replie en direction de l’Allemagne avec les restes de son armée. Il rentre à Saint-Pétersbourg et trouve un ordre du tsar le vouant à l’exil; il meurt en disgrâce, un an plus tard.

t

Tous les jours de 14 h à 19h.

Programme des conférences:

Vendredi 25 octobre à 18h :

Film documentaire “Souvorov. La traversée des Alpes”, de Tatiana Denisova en russe, sous-titres en français.  39 minutes réalisé en 2010.

Tatiana Denisova est diplômée du département de cinéma de l’Institut culturel Krupskaya de Leningrad, elle a commencé à travailler pour la télévision en 1989, au studio de télévision de Leningrad, puis depuis 1991 en tant que directrice du bureau de la chaîne Rossia à Saint-Pétersbourg. Elle a été nominée deux fois pour le prix de la région TEFI.
Durée 50′ documentaire et conférence.

A la Blanchisserie – Entrée libre.

 

Samedi 26 octobre de 14h à 19h :

Exposition d’objets russes, photos, Buffet – Traktir.

17h : ensemble de danses russes et tzigane de Genève, Romano Art, dirigé par Olga Fiaes, qui interprètera quelques danses folkloriques russes.

Ensemble Romano Art.

Dimanche 27 octobre à 15h :

Conférence d’Oxana Mouromtseva, historienne, a déjà fait régulièrement des conférences pour Autour de la Russie. “ 220 ans de la traversée des Alpes de l’armée de Souvorov. ” en russe, la traduction par Elisabeth Golovanow.

 

Après la conférence le chœur « Chantons ensemble » dirigé par Elisabeth Golovanow interprètera quelques chansons russes.

À la Blanchisserie – Entrée libre.

g

.

Sur le versant nord du St Gothard, le monument dédié à Alexandre Souvorov a été dressé en mémoire des soldats russes morts au combat lors de leur traversée des Alpes en septembre 1799 sous le commandement du général Alexandre Souvorov, rappellant  les combats qui se sont déroulés dans la région le 25 septembre 1799 entre les troupes russes et celles commandées par le général napoléonien Lecourbe.

Le monument a été érigé en 1895-1898 selon des plans d’A. Werschinsky, avec l’approbation de la Suisse. Le terrain sur lequel il se dresse est la propriété de l’État russe; cependant, contrairement à une légende urbaine, la parcelle n’est ni une zone extraterritoriale, ni une enclave russe en Suisse. Il est situé dans les gorges des Schöllenen, près du pont du diable, sur le territoire de la commune uranaise d’Andermatt en Suisse.

r

 

 

“Blanchisserie” (salle de l’Office de Tourisme)

Office de Tourisme
4, rue des Bains 01220 Divonne-les-Bains
Tél.: +33 (0)450 20 01 22

Heures d’ouverture: 
jeudi et vendredi. 14 h-19 h
Samedi: 10 h-12 h. et 14 h-19 h
dimanche: 10 h-18 h.

;

 

C_ANDOLENKO_Souvorov

Suvorov_Alex_V

Qui était le généralissime Alexandre Souvorov (1729-1800)? Le barbare qui a massacré les citoyens de Varsovie en 1794? L’extravagant énergumène dont les excentricités frappaient l’imaginaire des Européens? Le sauvage guerrier qui mit en déroute les armées ottomane et française? La réalité est plus subtile.

Cultivé, lettré, armé de connaissances de la littérature classique, d’une volonté de fer, Souvorov a permis la renaissance de l’armée de Pierre le Grand. Son génie tenait en ces trois principes: le coup d’œil, la rapidité et le choc. Son Art de vaincre, résumé de sa science militaire, étonnait ses contemporains. Ses décisions imprévisibles et, à première vue, funestes lui ont pourtant valu ses victoires; il livra soixante-trois batailles, et les remporta toutes.

Mais son originalité et sa modernité tiennent en ce que pour lui, à une époque où les soldats n’étaient que chair à canon, l’homme représentait sa préoccupation première. Education, formation, humanité, hygiène sont les qualités qu’il exige de la troupe. Le soldat est son frère, à qui il s’adresse dans son langage qui, tout comme son comportement désintéressé et fantasque, étonnera et offusquera les généraux issus de la noblesse européenne.

Le livre du général Serge Andolenko, solidement documenté, relate la vie, les idées et l’héritage d’un des plus célèbres meneurs d’hommes de l’histoire, génie militaire qui contribua à la renaissance de la Russie.

L’auteur

Serge Andolenko (26 juin 1907-27 août 1973) est un militaire français d’origine russe qui fut général de brigade de larmée de Terre française. Né à Volotchysk en 1907 dans l’Empire russe, en Ukraine, fils unique, il est issu d’une famille aristocratique de vieille tradition militaire (noblesse cosaque par son père et lignée de la famille Chéïne par sa mère Marie). Son père, Paul, capitaine des dragons dans l’armée impériale, après avoir combattu l’armée allemande en  1914, combat les  Bolchéviques à Kiev pendant la guerre civile (il décèdera dans un camp en 1931, déporté pour “origines nobles”). A la Révolution, le jeune Serge (il a 12 ans) et sa mère sont contraints de s’exiler en France. Admis à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1924 (“promotion du Rif”), il y sert avec le prince Dimitri Amilakvari.
Nommé sous-lieutenant à titre étranger, il est affecté à la Légion étrangère à la fin de sa scolarité. Il servira tour à tour aux 1er, 3e, 4e,5e et 6e Régiment étranger, ainsi qu’à l’Inspection de la Légion étrangère (1959-1960).

Le général Serge Andolenko a écrit plusieurs ouvrages. Il fut général de l’armée française et a servi durant la seconde guerre mondiale et la guerre d’Algérie. Sa naissance en Russie peut surprendre mais c’est un cas exemplaire d’officier de Légion étrangère !  Il est décédé en 1973 .

Beau volume de 336 pages avec une préface de Dominic Lieven, bibliographie, écrits de Souvorov, croquis de batailles et un portrait de l’auteur en n/b.

ISBN 9782940523375 (2016)

Prix :23€

26
Fév

“Les cornes magiques d’Ogaïlo” éditions Boréalia

   Publié par: artcorusse   dans Livres

Chez les libraires fin février 2016.

Sortie de

979-10-93466-11-8

L’auteur:Vassili Panteleimonovich Starodumov

CVP2

Vassili Panteleimonovich Starodumov ( 25 Décembre, 1907 – 13 juillet 1996 Irkoutsk)

Écrivain, conteur, artiste, poète, auteur – compositeur, journaliste, chroniqueur du XX siècle. Il a vécu 89 ans dans sa région d’Orkourtsk et, selon Evgueni Souvorov Adamovich, membre de l’Union des écrivains de la Russie:” La nature l’a doté de tout ce qui est nécessaire à l’écrivain: santé, talent, gaieté, curiosité et … grande crédulité, sans lesquelle on ne peut pas être auteur pour les enfants.”

Starodumov est sans nul doute l’un des meilleurs conteurs non seulement en Sibérie, mais aussi en Russie. Son récit  est un récit poétique sur le Baikal, en parlant de sa richesse, et un fond de “mer sacrée”.

Vassili Starodumova a laissé un riche héritage : 20 chansons, 300 poèmes, 700 pages du roman de la Révolution et de la guerre civile (non encore publié), plusieurs livres de contes de fées de Baikal.

L’ouvrage

Le Baïkal, le plus grand lac du monde, et sans doute aussi le plus mystérieux. Si on l’appelle la Mer Sacrée, c’est parce que tous ses rochers, les fleuves qui y prennent leur source et la nature alentours ont inspiré des mythes et des contes encore racontés aujourd’hui par les habitants des villages de Sibérie.

Depuis la nuit des temps, les contes du lac Baïkal se sont transmis, de génération en génération, parmi les Bouriates, tribus mongoles qui vivaient sur ses rives avant l’arrivée des Russes au 17e siècle.

Les pêcheurs, les bergers et les chasseurs, mais aussi les montagnes, les rivières et les forêts  sont les héros de ces contes. Le plus illustre est Baïkal, honoré du nom de Mer et aussi aimé pour les richesses dont il est prodigue que redouté pour ses tempêtes.
Les sept contes de cet album ont connu un immense succès lors de leur publication en Sibérie, il y a quarante ans. Aujourd’hui, ils sont toujours aussi populaires en Russie. Pour la première fois publiés en français, ils sont proposés avec les illustrations de l’édition sibérienne originelle.
—-

Le traducteur, Philippe GUICHARDAZ,

10569004_693469314062852_4032603778557460157_n
Il est le fondateur d’Eurcasia, une association de jumelage entre le Lac Baïkal et le Lac Léman. Il a acquis au cours des 20 dernières années une connaissance précise de la région du Baïkal.Les amitiés construites au cours de nombreux séjours dans cette région de Russie, lui ont fait découvrir les contes du Baïkal, dont il est aujourd’hui le traducteur. Il est aussi l’auteur de Baïkal Mer sacrée (Pages du Monde Eds)

L’illustratrice : Raïssa BARDINA

bardina

Née en 1930 dans la région de l’Amour, Raïssa Bardina a travaillé toute sa vie comme illustratrice avec les plus grandes maisons d’édition de Sibérie et de Russie. Elle aétudié à l’Ecole d’Art d’ Irkoutsk au département pédagogique de 1949 – 1954 ans  avec Krylov, S. Vinogradov, AP Zhibinova et KA Gruenberg. Depuis 1955, elle a travaillé dans le secteur du livre sur la Sibérie orientale, elle a publié durant plus de trente-cinq ans, poursuivant le dialogue avec la littérature pour enfants dans le “Sibiryachok” magazine.

8d677a9c-eaf4-479d-9565-16f672ed936a_jpg_800x600_x-True_q85

En 1957 – 1960 elle a enseigné à l’Ecole d’Art d’ Irkoutsk. Depuis 1971 – graphiste dans la maison de création  pour les arts de la Fédération de Russie. Depuis 1974 – elle est membre de l’Union des Artistes. Début 1970, elle exhéle dans la peinture de chevalet, créant des natures mortes, des images fabuleuses, les cycles de paysages naturels du lac Baïkal, Irkoutsk, et des série monumentales.

482002

Une exposition en l’honneur de ses 85 ans lui a été consacrée en 2015, sous le titre «Comment illustrer les contes».

skazki_2_0

Editions Borealia

13 Villa Paul Verlaine 75019 PARIS

Vous pouvez commander l’ouvrage pour 15€ sur http://borealia-boutique.com/produit/les-cornes-dogailo-contes-du-baikal/

15
Oct

Le Général Platov

   Publié par: artcorusse   dans Articles de fond

Matveï Ivanovitch Platov (1753 – 1818) – comte, homme d’Etat russe, général de cavalerie.
Compagnon d’armes d’Alexandre Souvorov, à partir de 1801 – Ataman des troupes des cosaques du Don.

Matveï Platov est né à Cherkassk (actuellement – Starocherkassk de la province de Rostow). Il était originaire des « enfants des adjudants de l’Armée du Don ». En 1766, il a été inscrit au service de la chancellerie de l’armée comme scribe et en 1769 il a obtenu le grade du capitaine des cosaques. Il a participé aux deux guerres russo-turques de la deuxième moitié du XVIII ème s. Il s’est fait particulièrement remarquer lors de la prise d’ Otchakiv (1788) et de l’assaut d’Izmail (1790), et en 1793 devenu l’ataman des cosaques de Iekaterinoslav et de Chouguev.

Ataman Platov (gravure Salomon Kardelli)

Il est fait chevalier de l’Ordre de Saint-Vladimir de 3e classe pour sa participation à l’Expédition russe en Perse de 1796.

Ordre de Saint Vladimir (3e classe)

En 1801, promu au grade de lieutenant général, Matveï Platov est devenu l’ataman de l’Armée du Don. Pendant la campagne de 1807 contre les Français il commandait tous les régiments cosaques. Pour ses mérites dans les combats contre les Turcs il fut promu général de cavalerie.

Disgracié et emprisonné par Paul Ier qui le réhabilitera en lui décernant le titre de Commandeur de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1805.

Ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Dans le combat près du village de Semlevo, l’armée de Platov a remporté la victoire sur les Français et a capturé un colonel de l’armée de Murat. Pendant la retraite de l’armée française, Platov remporta des victoires près de Gorodnya, le monastère de Kolotsk, Gjatsk, près de Doukhovschina et lors du passage de la rivière Vop. En novembre, Platov  prit Smoensk et a vainquu le maréchal Ney sous Doubrovna.

Vitoire du Général Platov à Mourom le 9 juilet 1882, (huile  de Victor Mazourkov)

Sur décret d’Alexandre en 1812, il a reçu le titre du comte. En participant aux campagnes
étrangères, Platov a pris la ville de Malbork à la veille du Jour de l’an 1813, ensuite il s’est emparé de la localité  de Dirsch et a pris la forteresse  de Danzig. Le 13 avril 1813, à Dresde, l’Empereur Alexandre I a reconnu les mérites de «l’Armée du Don» en soulignant sa contribution  à la libération de la Russie.

Alexandre Ier (1777 - 1825)

Le 13 septembre M. I. Platov  remporta une brillante victoire près d’Altenbourg.Les Coalisés ont un plan : foncer sur Leipzig afin de prendre l’armée française dans un étau. Napoléon, lui, veut concentrer ses forces afin de battre les deux armées coalisées l’une après l’autre, comme à Castiglione et le 4 octobre le Général Platov a participé à la fameuse «Bataille des Nations» sous Leipzig.

Bataille dit de Leipzig

Ici-même le 6 octobre il a capturé toute une brigade de cavalerie, 6 bataillons d’infanterie et 28 canons, ce qui a été récompensé par l’ordre de Saint-André Apôtre le premier nommé remis directement sur le champ de bataille.

Ordre de Saint-André Apôtre.

Le 20 octobre, Platov a pris Francfort-sur-le-Main, en y déployant son principal état-major où sont venus s’installer les dirigeants des Ettats alliés.

Retraite de Napoléon, gravure de Couché fils.

M. I. Platov y reçut la plume en diamants avec monogramme et aux lauriers pour la porter au shako (couvre-chef). En 1814, pendant les combats sur le territoire de la France, M. I. Platov combattit  près de Laon, Epinal, et Charmes et a pris Fontainebleau. Plus tard, Platov a pris la ville fortifiée de Namur. Le 19 mars 1814 les alliés sont entrés à Paris. Les cosaques se sont installés sur les Champs Elysées.


Cosaques installés sur ls Champs Elysées.

Après la signature du Traité de Paris, Platov accompagne Alexandre I à Londres. En Angleterre, l’ataman des cosaques bénéfi ciait d’une extrême popularité. L’université d’Oxford lui a remit un diplôme du docteur honoris causa en droit, son portait fut installé dans l’une des salles d’apparat du Palais royal, un navire anglais de 80 canons fut  baptisé en son honneur. Matveï Ivanovitch a profondément impressionné Walter Scott pendant leur brève rencontre.
De retour sur le Don, Platov s’est entièrement consacré aux affaires de la province du Don. Il vouait l’amour et le soin particulier à l’élevage des chevaux..

Elevage de chevaux du don.

Dans les années 70 du XVIII siècle, Platov a fondé le premier haras en Russie. En suivant Platov, les cosaques de vielle souche et les nobles ont conduits leurs troupeaux dans les steppes d’outre Don: Ilovaïskyï, Kouznetsov, Kalachnikov et beaucoup d’autres.


Matveï Platov est mort le 3 janvier (le 15 janvier) 1818.
Il est inhumé à Novotcherkassk dans le caveau familial près de la Cathédrale de l’Ascension.

Buste du Général Ataman M. Pltonov

En 1911, ses restes ont été transférés dans la sépulture de la cathédrale militaire à Novotcherkassk.

Distinctions et décorations:

– L’ordre impérial de Saint-André
– L’ordre de Vladimir de première classe
– L’ordre impérial de Saint Alexandre Nevski aux diamants
– L’ordre de Sainte-Anne
– L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem
– L’ordre impérial et militaire de Saint-Georges de 2ème classe
– L’ordre prussien de l’Aigle Noir
– L’ordre prussien de l’Aigle Rouge
– L’ordre militaire autrichien de Marie-Thérèse,
– L’ordre de Léopold du 2 degré

Arc de triomphe élevé à Novotcherkassk pour commémorer la victoire
des Cosaques sur Napoléon.

16
Avr

Vassily Ivanovitch SOURIKOV

   Publié par: artcorusse   dans Articles de fond

                                                                                                   Portrait de V.I. Sourikov

Suite »