24
Juil

Théâtre Bolchoï de Moscou

   Publié par: artcorusse   dans Articles de fond

Le Théâtre Bolchoï en restauration

de 2005  à  2011 soit

six ans de restauration, de restructuration et de réaménagement

va réouvrir avec 3 ans de retard en octobre 2011.

La troupe du “Bolchoï” a été fondée en mars 1776 par Pierre Ouroussov et l’Anglais Mikhaïl Medoks, ils reçurent la permission de l’impératrice Catherine II pour donner des représentations théâtrales, des concerts. Commença la construction du théâtre,  nommé Petrovsky en raison de sa situation sur la Place Petrovskaya.

Le premier Théâtre Bolchoï Petrovsky.

Mais, le premier théâtre russe à Moscou a brûlé avant son inauguration.  Le théâtre Petrovsky du prince Ouroussov et de Medoks n’a duré que 25 ans – en 1805 le bâtiment ayant brûlé (il avait déjà brûlé et reconstruit à plusieurs reprises).

Les affaires du prince allant mal, il passe le flambeau à son associé Mikhaïl Medoks, qui fait  assainir le terrain vague inondé régulièrement par la Neglinka,  et il reconstruit le théâtre dont le nom restera dans   l’histoire comme le Théâtre Bolchoï, (grand théâtre) pour le distinguer du Maly (petit théâtre).

En 1821-1824, selon le projet de Mikhaïlov et l’architecte Joseph Beauvais (Ossip Ivanovitch Bovet, ou Bové ou Beauvais, lequel avait également bâti le théâtre Maly un an avant), ils construisirent le bâtiment monumental, que l’on admire aujourd’hui.

Plans du bâtiment de 1821

Le Théâtre à huit colonnes  surmonté du  char du Dieu Apollon sur le portique, symbole du mouvement permanent de l’art et de la vie.

Le Théâtre du Bolchoï (Photo 1905)

Le bâtiment de style classique, décoré à l’intérieur de couleur rouge et de dorures était, selon les contemporains, le plus beau théâtre en Europe, rivalisant avec « La Scala » de Milan. Il est inauguré le 18 janvier 1825.

Vue sur le square du char d'Apollon (Photo 1929)

La salle de spectacle à cinq travées de fauteuils est célèbre par sa dimension et son acoustique exceptionnelle, ses dorures, la peinture murale de son plafond ( 1000 m2) et son immense lustre de cristal.

La salle mesure 21 mètres de hauteur, 25 mètres de longueur et 26 mètres de largeur. Elle peut recevoir  2153 spectateurs. Devant le Théâtre Bolchoï il y a un square avec une fontaine. Cependant, l’ histoire du Bolchoï commence en 1776, et en 2006 on a célébré  ses 230 ans.

Lorsque l’empereur Napoléon Ier et ses troupes “visitèrent” Moscou et que par voie de conséquence la ville fut quasiment anéantie par les flammes du tristement légendaire Grand Incendie (1812), l’ architecte Andreï Mikhaïlov conçut dans le cadre du programme de reconstruction après les incendies napoléoniens, les plans du nouveau théâtre sur le style de l’ancien Petrovsky. Le tsar Alexandre Ier ayant approuvé le projet décréta par la même occasion ce théâtre propriété de l’État, et offrit ainsi à Moscou son premier Théâtre Impérial.

Poursuivi par le mauvais sort le malheureux Théâtre Bolchoï Petrovsky fut une seconde fois réduit en cendres par un violent incendie qui se déclara cette fois pour une raison inconnue au petit matin du 11 Mars 1853. Le feu se propagea pendant deux jours malgré les efforts des pompiers et le chantier fumait encore, parait-il, une semaine plus tard.
Ce fut horrible de voir ce géant dévoré par les flammes, c’était comme si l’un de nos proches était en train de mourir devant nous” écrivit un témoin.

Incendie du 11 mars 1853.

L’importance des dommages fut telle qu’il ne subsista de l’édifice que les colonnades de l’entrée principale et les murs extérieurs qui s’écroulèrent en partie les jours suivants. Tout avait entièrement disparu car le brasier s’était propagé à une vitesse telle que rien ne put être sauvé: costumes, décors, bibliothèque, archives et instruments de musique (certains très vieux et précieux) furent réduits en cendres.

La reconstruction du bâtiment fut confiée à l’architecte du Mariinski, Alberto Cavos. Ce dernier utilisa les murs extérieurs et conserva le plan initial de Bovet, mais augmenta la hauteur du bâtiment et en améliora l’acoustique. Les travaux furent achevés en un peu plus d’un an et le théâtre rouvrit ses portes le 20 Août 1856 devant la famille impériale et les représentants de différents États.

Réouverture du Théâtre après des travaux le 20 août 1856.Chromolithographie M.Zichy.

Le Bolchoï est  la fierté de la culture russe,  centre d’attraction des meilleures opéras et des ballets russes.

Théâtre Bolchoï en 1896.

Plusieurs œuvres majeures de compositeurs russes ont vu le jour sur la scène de ce théâtre, sa troupe comprend les noms des plus célèbres chanteurs, chefs d’orchestre, metteurs en scène, maîtres de chorégraphie.

Endommagé par les bombardements pendant la Seconde Guerre Mondiale, mais rapidement remis en état, le temple élevé à la gloire de la culture russe n’a cessé depuis de soigner le prestige  d’un des plus beaux fleurons: son corps de ballet.

Le théâtre est en cours de restauration. Les travaux devaient prendre fin en février 2009, mais s’achèveront finalement en 2011. L’ensemble du théâtre, intérieur comme extérieur, a été rénové, notamment la façade, qui d’après une décision du conseil héraldique russe d’avril 2007, verra les armoiries de l’URSS remplacées par celles de la Fédération de Russie.

En 2005, le Bolchoï a fermé pour des travaux de reconstruction qui auront coûté au moins 660 millions $, soit 16 fois le montant prévu initialement.

Maquette des travaux du Théâtre Bolchoï.


Une partie des intérieurs était perdue, la machinerie était devenue complètement obsolète, les salles de répétitions et les locaux techniques manquaient…

La façade a été entièrement refaite, le quadrige d’Apollon, les colonnes, mais le plus gros des travaux a été certainement la création d’une structure de machinerie scénique en sous-sol de plus de 23m de profondeur, soit 5 étages.

Après reconstruction, la superficie totale du théâtre Bolchoï a presque doublé. Cela grâce à l’aménagement de cinq niveaux techniques sous la principale scène. C’est là que seront entreposés de nombreux décors pour les spectacles, que seront cachés les mécanismes de changement de décors.

Il est prévu une salle de répétitions et une petite salle, ainsi que des locaux de fonction pour les

employés. La facade ouest a été deplacé de 10m, agrandissant ainsi la scéne d’autant, la surface du théatre est passée de 40 000 m2 à 80 000 m2.

2311 personnes ont travaillé pour redonner au  Bolchoï le titre du plus grand théâtre du monde

Façade du théâtre Bolchoï.

Détails de la restauration des colonnes.

Restauration du quadrige d’Apollon.

Quadrige (© A. Koudenko).
 

Création d’une salle de concert.

Restauration de la grande salle

Salle avant la dernière grande guerre.

On a mis particulièrement de soins à recréer l’acoustique de la grande salle, initialement  étudiée par Beauvais à l’instar de la caisse d’un instrument de musique. Il a fallu donc revêtir à nouveau la salle de bois de sapin à effet acoustique et refaire intégralement la décoration.

Grande salle en 2007





Détails des étapes de restauration des corbeilles et dorure.

Objets de décoration en bronzes dorés.


Aigle impérial en bois sculpté de la loge impériale, avant dorure.

Restauration  des  1000m2  de  plafond peint.

Plafond avec les muses d'Apollon.




Lustre de la grande salle.



 
Grande salle restaurée.


 Escaliers.

Restauration des couloirs et des salles des pas perdus.

Il a fallu recréer les tentures murales dont certaines sont en soie.

Métier à tisser.

La nouvelle scène principale.





 Détails de décors aprés restauration.

 Remise en place des cloches récupérées en 1929 sur des églises.

Le 1er août une commission d’Etat évaluera la qualité des travaux accomplis. On planifie que le Bolchoï rénové ouvrira ses portes aux spectateurs début d’octobre.

Le gala, qui marquera en octobre prochain la réouverture du Bolchoï après les longues années de rénovation, sera diffusé à la télévision en Russie et en Europe, a annoncé vendredi le directeur général du théâtre, Anatoli Iksanov, lors d’une conférence de presse à Moscou.

Une série de manifestations se déroulera du 28 octobre au 31 décembre prochains à l’occasion de la réouverture solennelle du Bolchoï. Elles débuteront le 28 octobre par un gala qui aura lieu sur la scène principale du théâtre, réunissant le président russe et les chefs d’Etat et de gouvernement d’autres pays. Le 2 novembre, le public assistera à une première de l’opéra Rouslan et Lioudmila de Glinka dans la version de Dmitri Tcherniakov. Le 18 novembre, la compagnie de danse du Bolchoï représentera La Belle au bois dormant dans la chorégraphie de Iouri Grigorovitch et les magnifiques décors d’Ezio Frigerio qui seront en parfaite harmonie avec les tapisseries rouges et or de la salle de spectacle“, a déclaré M. Iksanov.

************************

2
Nov

“Cabaret des trois sœurs” Théâtre de l’Épée de Bois

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

“Le Cabaret des Trois Sœurs”

du jeudi 8 au jeudi 25 novembre 2018

Théâtre de l’Épée de Bois, Cartoucherie, Paris

 

Moscou d’hier et d’aujourd’hui
Conception, mise en scène, scénographie : Bruno Niver
Texte et poèmes : écriture collective, Anton Tchékhov, Bertolt Brecht , Alexandre Blok, Vladimir
Maïakovski…
Avec : Evguenia Peters (Génia), Daria Lovat (Dacha), Tatiana Paramonova (Tania),
Sergueï Vassiliev (Sergueï)
Danse, mime : Eléna Garcia-Benites
Musique : Daria Lovat (violoncelle), Evguénia Peters (piano) et Mike Ellis (saxophone)
Chansons : Cabaret soviétique, romances russes et tsiganes, Marlène Dietrich, Liza Minelli,
Alexandre Vertinski, Kurt Weill/Bertolt Brecht, Hanns Eisler/Vladimir Maïakovski, Egor Létov,
Barbara, Edith Piaf, Frehel, Lucienne Delyle, Dépêche mode, Muse, chant lyrique, etc.

Durée du spectacle 1h20, spectacle en français et en russe surtitré

A l’instar des trois soeurs de Tchékhov, qui vivaient isolées dans une province russe, ces trois soeurs vivent à Moscou, et rêvent de partir…de partir où ? Ailleurs ! A travers des monologues étonnants, elles nous parlent de leurs rêves,
leurs espoirs, leurs échecs, dans la Russie d’aujourd’hui. Leurs chansons russes, françaises, anglaises, allemandes, nous font voyager dans le temps, et dans l’espace.

Le cabaret des trois soeurs mêle la tradition russe de la mise en scène, laquelle privilégie la personnalité profonde de l’acteur sur le rôle, à une vision atypique de la Russie : celle des paradoxes et de l’irrationalité intemporelle.De la Russie traditionnelle aux cabarets des années 20, soviétiques, berlinois, ou parisiens, du chant lyrique au rock’n roll baroque, jusqu’au Moscou actuel, où sont semées les graines d’une joyeuse révolte.
Embarqués dans l’univers de ces trois soeurs contemporaines, nous voguons au grès de leur fantaisie, qui nous fait rire, pleurer, chanter, rêver et où les sujets les plus sérieux sont abordés avec ironie. Textes, chansons, improvisations musicales et numéros de mime et de danse, s’enchaînent sur un rythme endiablé.

 “Dans Le Cabaret des trois soeurs, les personnages parlent par monologues. Comme dans Tchékhov, ils cherchent l’impossible et rêvent de partir…mais ne partent pas. Comme dans Tchékhov, le spectacle se termine par un drame existentiel.

Le Cabaret des trois soeurs est construit « en damier », mosaïque de numéros joués, chantés, dansés, avec une culmination dramatique, organisés sur un fil conducteur : le destin des personnages, le destin d’une époque, de cette époque absurde d’après la Pérestroïka à nos jours, où après la véritable explosion de liberté des années 90, l’on assiste à une sorte de restauration baroque d’une URSS fantasmée, mâtinée de capitalisme. Règne des illusions et de la désillusion, où personne ne croit plus en rien.
Sur ce fond de paradis perdu, Tania, Dacha et Génia, ces trois soeurs modernes moscovites, ont une passion commune : la chanson. Si elles sont différentes les unes des autres, leur origine russe et un passé historique
commun les unit.
Elles chantent des romances russes. Ces chansons évoquent pour elles une époque mythique d’avant la révolution de 1917. Une époque où tout était stable, une époque dorée dans laquelle il leur semble avoir vécu…En rêve ou en réalité ?

Les comédiens chantent leurs destins désenchantés, racontent leurs vies et leur époque. Ils évoquent Moscou en  iligrane : communisme, prostitution, pureté, idéal, monde moderne, cruel et sans pitié de la machine et des gratte-ciel, New-York européen au rythme trépidant, danse ininterrompue des voitures, et en même temps l’intemporalité de la
Russie traditionnelle et éternelle.

Le cabaret des trois soeurs est constitué de cinq actes, avec un prologue et un épilogue.
1èr acte : AVANT LA RÉVOLUTION
2ème acte : LES RÊVES /PARTIR
3ème acte : LA RÉVOLUTION
4ème acte : AUJOURD’HUI
5ème acte : ÉPILOGUE

L’action du spectacle se situe dans une Russie plutôt imaginaire, fantasmée, que réelle…mais au fil des dialogues et des chansons, on se rend compte que pour ces personnages, le rêve et la réalité, le présent et le passé, existent sur le même plan.

 

Inspirés des Trois soeurs de Tchékhov, trois comédiennes-musiciennes et un comédien-chanteur évoluent sur scène, voyageant dans le temps, à travers l’histoire et la musique :
Tania (Tatiana Paramonova) incarne la soeur « émigrée » à Paris, celle qui est perpétuellement en voyage, elle ancre le Cabaret des trois soeurs dans la tradition séculaire de l’émigration russe en France, cet échange perpétuel entre les cultures russes et françaises qui a lieu depuis Catherine II.
Dacha (Daria Lovat) rêve éveillée. Elle trouve son plaisir à jouer sur scène en chantant, elle adore se métamorphoser, devenir tour à tour une héroïne de Brecht, une fille des bas-fonds, un personnage de tchékhov, une aristocrate russe déchue échouée à Paris…
Génia (Evguenia Peters) est musicienne avant tout. Elle chante et parle de ses expériences à travers son piano dont elle joue dans tous les styles. Comme elle est la plus jeune des soeurs, ses monologues nous interpellent sur la Russie d’aujourd’hui.
Serguei (Sergueï Vassiliev ) est un Pierrot lunaire, dont les chansons de cabaret nous transportent directement dans le Moscou des années 20. C’est aussi un révolutionnaire sans pitié, un rocker de notre temps qui ne peut s’empêcher de briser les rêves que se forgeaient les trois soeurs, par esprit de révolte ou désenchantement.

Accompagnées par :
Léna (Eléna Garcia-Benites) : ballerine issue du Bolchoï, fait quelques apparitions fantastiques sur les pointes, et
quelques numéros de mime.
Mike (Mike Ellis): saxophoniste américain à Paris, qui interprètera quelques solos de jazz.

DARIA LOVAT, comédienne, violoncelliste, chanteuse (soprano) Née à Moscou, elle étudie le violoncelle au Conservatoire d’Etat de Moscou avec Alla Vassilieva, une élève de Msislav Rostropovitch. Parallèlement, elle étudie le chant baroque et contemporain avec Evguény Jouravkine à l’Académie d’Art Théâtral de Moscou. Par la suite, Daria poursuit des études de chant baroque et jazz à l’Académie de musique de La Haye (Hollande) avec Rachel Gold.
Daria a été violoncelliste dans plusieurs orchestres (Métrophilarmonique, l’orchestre de musique baroque Canto vivo, etc.). Elle a participé comme comédienne-violoncelliste à de nombreuses mise en scènes théâtrales (La ménagerie de verre, et notamment les contes de Pouchkine mis en scène par Bob Wilson, etc.). Elle participe à de nombreux projets musicaux allant, du cabaret-rétro (L’Electro-cabaret), au jazz, blues et rock. Avec son groupe « Les rêves de Moscou », elle interprète ses propres compositions. Daria enseigne le violoncelle et le chant lyrique.

TATIANA PARAMONOVA, comédienne, chanteuse (mezzo-soprano) Née à Nijni Novgorod. Elle commence le théâtre à l’Université Dobrolioubov, où elle poursuit de brillantes études de français. En 1999, elle obtient des premiers prix aux concours de langue et de chansons françaises, qui lui permettent de voyager et d’étudier en France pendant un an. Mais sa passion pour le théâtre la motive à entrer à l’Institut d’Art Théâtral de Moscou qu’elle termine en 2012. Parallèlement, Tatiana étudie le chant lyrique et traditionnel. Elle est aujourd’hui comédienne dans la troupe du théâtre « L’Ecole d’Art Dramatique » créé par Anatoly Vassiliev, et collabore avec l’Electro-théâtre de Boris Ioukhananov. Elle donne des récitals de chant lyrique et de chanson française. Elle a obtenu plusieurs prix Concours au de chant lyrique « Romanciada ». Sa véritable passion est le voyage.

 

EVGUENIA PETERS, pianiste, comédienne. Née à Orsk, dans la région d’Orenbourg, Evguénia joue du piano depuis l’âge de 3 ans. Après avoir suivi une formation de linguiste à l’Université d’Etat de Moscou Lomonossov, elle décide de se consacrer entièrement à la musique, plus particulièrement au jazz. Evguénia accompagne avec brio les chanteurs dans tous les genres musicaux, joue dans plusieurs formations de jazz moscovites, et donne des récitals en solo, au cours desquels elle interprète aussi bien des oeuvres classiques que du jazz.

 

SERGUEÏ VASSILIEV, comédien, chanteur. Né à Moscou. Il a étudié le chant et le métier d’acteur à l’Institut International d’Etudes Slaves de Moscou. Puis la mise en scène à « L’Atelier de mise en scène Individuelle » sous la direction de Boris Ioukhananov. Il fait actuellement partie de la troupe de l’Electrothéâtre Stanislavski (Moscou). Par ailleurs, il montre régulièrement des spectacles populaires de Cabaret des années 20 dont il est l’auteur et l’interprète : « Le cabaret de Pierrot le fou » et « Le Cabaret électrique ».

ELENA GARCIA, ballerine. Née à Cuba (La Havane), elle étudie à l’Académie chorégraphique d’Etat, entre dans la troupe de ballet V.Vassiliev et N.Kassatkina en 2002 avec laquelle Elena fera plusieurs fois le tour du monde. En 2012, elle entre dans la troupe du Bolchoï. Elle a dansé la plupart des ballets du répertoire classique (Le lac des cygnes, Giselle, Don Quichotte, Casse-noisette, etc) en tant que soliste ou dans le corps de ballet. Elle participe aussi aux séquences dansées d’opéras mis en scène au Bolchoï, par Adrian Noble (Don Carlos), Katy Mitchel (Alcine), Francesca Zambello(La Traviata), Davido Livermore (Le Bal masqué), Kirill Sérébrennikov (Le coq d’or, Noureev), etc.

 

MIKE ELLIS Saxophoniste (Artiste invité). Compositeur, arrangeur, pédagogue est né à New York City, élevé par des parents artistes dans les années soixante. Il s’intéresse à la musique dès l’âge de 8 ans et travaille en tant que professionnel à 17 ans. Après des études à Berkelee Music College et à la New School de New York, il étudie en début de carrière auprès de mentors tels que Billy Pierce, Steve Lacy, Steve Grossman et David Liebman. La musique l’a emporté aux quatre coins de monde, du Tchaikovsky Hall de Moscou à la scène jazzistique de Tokyo, en passant par New York.
Mike Ellis est en résidence à Paris avec de nombreux projets professionnels qu’il espère monter à New York et au Brésil. Sa participation est active dans les clubs de jazz parisiens le Baiser Salé et le Babilo avec des musiciens tels que John Betsch, J.J. Avenel, Michael Felberbaum, Brice Wassy, Bobby Few, Alain Jean Marie, Munir Hossn. Avant de s’établir à Paris, Mike Ellis a animé une centaine de concerts à New-York avec « Speak in Tones » avec la collaboration, entre autres d’Antoine Roney, Graham Haynes, Terreon Gully, Phoenix Rivera, Taurus Mateen, Brian Carrott, Curtis Lundy, Bruce Cox, Daniel Moreno…
Ses deux derniers albums ont été enregistrés à Salvador de Bahia au Brésil : “Subaro” Speak in Tones and “Bahia Band” avec son label AlphaPocket Records. Jerry Gonzalez, Cheikh Tidiane Seck, Mo Brasil, Bira Reis, Adam Rudolf, Jean-Paul Bourelly and Darryl Hall ont participé à ces projets.

BRUNO NIVER : conception, mise en scène, scénographie et costumes. Bruno Niver est né à Paris. Poète, plasticien, créateur de mode, acteur, il étudie la mise en scène à Moscou, auprès de maîtres réputés tels que Guerman Sidakov et Boris Ioukhananov. Ses recherches sur la mise en scène théâtrale et la psychologie de l’acteur le mènent à la conception d’un théâtre total, synthétisant les arts de la scène, et basé sur l’improvisation. Auparavant, il a créé plusieurs spectacles poétiques et musicaux dans lesquels il jouait le rôle principal : « L’Amour de la Révolution ou la Révolution de l’Amour » (Maison de la Poésie de Paris-2002), « Tchaïkovski-Elsa-Aragon—Ils se sont rencontrés à Paris » (Théâtres des Déchargeurs et du Marais a Paris, Festival d’Avignon 2011 et 2012-116 représentations) ; « Danser Baudelaire » (Festival d’Avignon 2012 et 2013). Ces spectacles ont connu un vif succès public et critique.

Théâtre de l’Epée de Bois – Cartoucherie
Route du Champ de Manoeuvres, 75012 PARIS
Tel réservation : 01 48 08 39 74
Tarifs : 22 € Plein Tarif. 15 € Tarif Réduit 1, Seniors (plus de 60 ans), enseignants, habitants du XIIe
arrondissement, carte Cezam. 12 € Tarif Réduit 2Étudiants (moins de 26 ans), demandeurs d’emploi,
intermittents du spectacle, Carte Loisirs, Pass Vincennes, Pass Culture 12, personnes en situation de
handicap. 10 € Tarif Réduit 3: Enfants (moins de 12 ans) et groupes scolaires
Accès :
Métro, Ligne 1, arrêt Château de Vincennes, Sortie n°3 (en tête de train) et ensuite prendre le
bus n°112 Navette Cartoucherie Départ : près de la station de taxis de Château de Vincennes, 1
heure avant et retour / 1 heure après (pas de navette les lundis soir et samedis après-midi)
En voiture Depuis l’Esplanade Saint-Louis (derrière le Château de Vincennes). Longer le Parc Floral
jusqu’au rond point de la Pyramide. Prendre à gauche. Continuer sur la Route du Champ de
Manoeuvre quelques mètres jusqu’à l’entrée du parking. Parking gratuit

 

Le 7e festival «Cercle de lumière» démarre le samedi 23 septembre à Moscou et invite ses hôtes à assister à des spectacles de lumière dont les thèmes principaux sont cette année les classiques du théâtre et de la musique, les chefs-d’œuvre de l’architecture mondiale et des richesses naturelles de la Terre. Cette action peu commune propose également des dessins de lumière, une chorégraphie des fontaines et des feux d’artifices.

On y admirera encore une fois les jeux de lumière projetés sur la sublime façade du Théâtre Bolchoï ou celle de l’impressionnant palais néogothique de Tsaritsyno, et on découvrira le tout premier spectacle multimédia de l’Étang des Patriarches. Parcourez Moscou à la recherche des installations les plus originales et laissez-vous transporter par la magie des lumières.

PROGRAMME

Les 23 et 24 septembre à 20h – Cérémonie d’ouverture du festival avec spectacle multimédia à Ostankino,l’un des lieux principaux du Festival International du Cercle de Lumière

Les 23, 24, 25, 26 et 27 septembre à 19h30-Théâtre Bolchoï (métro Teatralnaïa) et

Tsaritsyno (métro Tsaristyno)

Le 25 septembre à 20h30-Étang des Patriarches (métro Mayakovskaïa)

Le 27 septembre à 21h30 – Cérémonie de clôture du festival avec feux d’artifice-

Strogino (métro Strogino). Une performance pyrotechnique unique de 30 minutes de fabricants japonais.

Evénements à admirer du samedi 23 au mercredi 27 septembre, à partir de 19h30, un peu partout dans Moscou. Plus de renseignements sur : (CLIQUEZ)

20
Avr

Gala des Etoiles au Grand Théâtre Luxembourg.

   Publié par: Ann-Dee Lamour   dans Informations Internationales

Etoile auLuxembourg

Gala de danse internationale avec Vladimir Malakhov.

Evénement incontournable, le Gala des Etoiles qui s’inscrit dans la durée en célébrant déjà sa cinquième édition, va offrir une fois de plus un panorama de danse de qualité, fidèle aux grands classiques, tout en se montrant ouvert à la création et aux jeunes talents.
Ce spectacle, unique en son genre au Luxembourg, va vous séduire tant par la richesse des oeuvres proposées, que par la qualité exceptionnelle des artistes invités. C’est le rendez-vous à ne pas manquer pour la danse classique au plus haut niveau.
Non seulement que le Gala réunira les danseuses et danseurs Etoiles des plus prestigieuses compagnies mondiales: Théâtre du Bolchoï Moscou, Staatsballett Berlin, Wiener Staatsballett, The Royal Ballet London, Australian Ballet Melbourne, Teatro Colon Buenos Aires, Ballett Dortmund, Mikhailovsky Theatre St.Petersburg, mieux encore, le Gala des Etoiles accueillera cette année des mégastars comme Vladimir Malakhov, Lucia Lacarra, Beatrice Knop, Iana Salenko, Maria Yakovleva et bien d’autres.

Billets : 55 €-65 €
www.luxembourgticket.lu

gd theatre luxembourg

Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg

1 Rond-point Schuman
L-2525 LUXEMBOURG
Luxembourg

Contact: 003524708951

lestheatres@vdl.lu

13
Mar

Le Ballet en direct de Moscou, Cinéma Pathé

   Publié par: artcorusse   dans archives

Logo Pathé

Les Cinémas Pathé présentent

SOIRÉE CONTEMPORAINE

logo theatre bolchoï

Les étoiles du Bolchoï se confrontent aux plus grands noms du ballet contemporain dans SOIRÉE CONTEMPORAINE en direct de Moscou au cinéma partout en France, Suisse et Belgique !
Séance unique dimanche 19 mars à 16h !

138-affiche-1472116031

Musique d’Igor Stravinsky, Carl Czerny, Leonid Desyatnikov. Chorégraphie de Jérome Robbins, Harald Lander, Alexeï Ratmansky.

Le temps d’une soirée, les étoiles du Bolchoï s’essaient à un nouvel exercice tout en audace avec The Cage de Jerome Robbins, Études de Harald Lander, et enfin Saisons Russes d’Alexeï Ratmansky.

PRÉSENTATION

Cette exception au répertoire classique auquel est rompue la troupe russe amène les danseurs à la rencontre de certains des plus grands chorégraphes contemporains. Pari réussi : ils s’adonnent avec tout leur talent à ce style nouveau, faisant vibrer l’énergie de Robbins, la virtuosité de Lander, et l’esprit de génie de Ratmansky.

Dans les 176 salles Cinéma Pathé

17203191_1269769126439395_7639889293504500645_n

Un français nommé à la tête du

Théâtre Stanislavski de Moscou

LAURENT HILAIRE

654442_sans-titre

Laurent Hilaire

Ancien danseur-étoile de l’Opéra de Paris, le français Laurent Hilaire prendra, en janvier 2017, la direction artistique de la troupe de ballet du théâtre Stanislavski et Nemirovitch-Dantchenko de Moscou. La nomination marque un changement radical à la tête de l’une des institutions les plus prestigieuses de la capitale russe.

Dès janvier 2017, l’étoile française, qui s’est engagé pour cinq ans, dirigera les 120 danseurs et danseuses de la troupe, pour au moins 125 représentations annuelles.

Un sacré défi pour ce Français de 54 ans, premier Européen à diriger une compagnie russe depuis Marius Petipa, chorégraphe français et père du ballet classique russe, mort en 1910.

Au nombre de ses atouts, principalement : un grand professionnalisme et une expérience de danseur et de professeur.

laurent-hilaire-et-noureev

Rudolf Noureev (au centre) Laurent Hilaire à droite) et Elisabeth Maurin.

Élevé au rang d’étoile de l’Opéra de Paris par Rudolf Noureev à l’âge de 22 ans, en 1985, Laurent Hilaire a dansé tous les grands rôles de son maître, de Raymonda à Don Quichotte, en passant par Casse-noisette et La Bayadère.

du 16 Novembre au 31 Décembre 2012

Le danseur a également interprété les pièces néo-classiques de George Balanchine, Roland Petit ou Angelin. Régulièrement invité en tant que soliste, il s’est produit avec de nombreuses compagnies prestigieuses, telles le Royal Ballet de Londres ou la Scala de Milan.

img-4305942ca6

Sylvie Guillem et Laurent Hilaire dans Manon.

En 2005, il est passé de l’autre côté de la barrière en devenant le maître de ballet de l’Opéra de Paris, avant de passer directeur adjoint, en 2011. Longtemps pressenti comme successeur potentiel de la directrice de la danse de l’institution parisienne, Brigitte Lefèvre, Laurent Hilaire a été écarté par Stéphane Lissner, en novembre 2014. Le nouveau directeur lui a préféré l’ancienne étoile du New York City Ballet, Benjamin Millepied. Laurent Hilaire a alors décidé de quitter l’Opéra de Paris et travaille aujourd’hui avec plusieurs ballets dans le monde.

teatr_stanislavskogo_moskva_jpg_1347530177

Le théâtre académique musical de Moscou (MAMT ; Московский академический музыкальный театр) est une salle de concert, de  ballet et d’opéra réputée de Moscou. Elle a été fondée en 1941 après la réunion des troupes de l’Atelier de l’Opéra de Constantin Stanislavski issu du Bolchoï   et de l’Atelier musical du théâtre d’art de Moscou de Vladimir Nemirovich-Dantchenko, dont les noms sont accolés au théâtre. En 1926 les deux studios se réunissent sous le même toit, à son emplacement actuel, dans l’ancienne propriété des comptes Saltikov devenue ensuite le Club des Marchands (considérablement aménagé).
C’est ici qu’en 1934 eut lieu la première de l’opéra du jeune Chostakovitch “Lady Macbeth” du district de Mtsensk, sévèrement critiqué par la propagande soviétique. Aujourd’hui son directeur général est M. Vladimir Ourine et la direction artistique est dirigée depuis 1991 par M. Alexandre Titel (pour l’opéra) et depuis 2011 par M. Igor Zelenski (pour le ballet). Le chef d’orchestre principal est Felix Korobov.

Depuis le début de la saison 2016, Igor Zelenski, outre le ballet du Stanislavski, dirige la danse au ballet d’État de Bavière, ce qui a poussé des artistes –notamment Sergueï Polounine– à quitter le théâtre moscovite pour suivre leur maître à Munich.

igor-zelensky

Pris par ses nouvelles fonctions, Igor Zelenski s’est progressivement détaché de Moscou, au point de manquer l’ouverture de la saison du Stanislavski, en septembre dernier. Et ne laissant d’autre choix à Anton Guetman que de trouver un nouveau directeur pour son ballet, Laurent Hilaire fut choisi.

 

 

28
Mar

Le théâtre Bolchoï à 240 ans ce 28 mars

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Le Théâtre Bolchoï fête ses 240 ans

le 28 mars 2016

doc620y35p1lma2gyi4msg_800_480

©Vladimir Astapkovich / TASS
En ce jour 28 mars 1776 (le 17 dans l’ancien calendrier), l’impératrice Catherine II a signé au Prince Pierre Urusov le «privilège» pour le maintien des performances, des mascarades, des balles et autres événements de divertissement à Moscou. Cet événement est considéré comme une condition préalable à l’apparition du Théâtre Petrovsky, il est détruit par un incendie. Ce théâtre va être reconstruit  en 1824 presque à l’identique, par l’architecte Joseph Beauvais, qui avait également bâti le Théâtre Maly un an avant. Il a été surnommé « Bolchoï » (grand théâtre) pour le distinguer du Maly (petit théâtre). Le théâtre est inauguré le . Il présentait d’abord uniquement des spectacles russes, mais à partir de 1840, de nombreux compositeurs étrangers ont contribué à étendre son répertoire. Il est à nouveau ravagé par un incendie en 1853, puis reconstruit à l’identique en 1856.

“Le bâtiment du Bolchoï” a été pendant de nombreuses années considéré  par tous comme l’une des principal attractions de Moscou, il est réouvert au public le 20 Octobre 1856  lors du couronnement d’Alexandre II.

vente de volaille plsc Bolchoï theatre 1900

Place du Bolchoï avant la révolution.

Le 29 octobre 2002 la troupe de théâtre aura une nouvelle scène sur laquelle se déroulait et ses activités au cours de la rénovation complète d’un bâtiment historique, “- rapporté sur le site du théâtre. La modernisation et la restauration du bâtiment historique a duré 6 ans jusqu’en 2011.

bolchoi-restauration_802697

Il est à l’identique  de l’ancien Théâtre du Bolchoï, avec ses colonnes sumonté d’un quadrige de bronze d’Apollon Pyotr Klodt.

1024px-Moscow_Bolshoi_Theatre_Quadriga_2011

Au Bolchoï se sont produites les plus grandes légendes de l’opéra et de ballet, comme une ballerine Maya Plissetskaïa, Galina Ulanova, les chanteur d’opéra Galina Vishnevskaya et Irina Arkhipova, ainsi que bien d’autres étoiles.

Moskva, Budova orlího klubu

Théâtre Bolchoï en 1895

Voir sur Artcorusse plus de renseignements et la restauration:

(CLIQUEZ)

 

27
Nov

Maria Alexandrova au Théâtre des Champs-Élysées

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

unnamed

Blanca Li  : direction artistique
Blanca Li, Maria Alexandrova  : chorégraphie et danse
Tao Gutierrez  : musique
Pierre Attrait  : décors
Charles Carcopino  : vidéo lumières

Le Théâtre des Champs-Elysées aura l’honneur d’accueillir Maria Alexandrova, danseuse étoile du Ballet du Bolchoï pour la nouvelle création de la Chorégraphe Blanca Li, Déesses et Démones, du 22 décembre au 3 janvier.La danseuse étoile du Ballet du Bolchoï Maria Alexandrova fera, à cette occasion, sa première apparition dans une création française.

DEESSES_ET_DEMONS (c) Nico Bustos redim

Déesses et Démones, ou la rencontre de deux étoiles de la danse pour une création «mythologique». Comme au temps des dieux grecs, elles s’allient et s’affrontent, se transforment en démones ou en divinités bienfaisantes pour changer le destin des humains, semant autour d’elles force, joie et énergie.
Pour Blanca Li, la chorégraphe inclassable, et Maria Alexandrova, la danseuse étoile du Ballet du Bolchoï, il s’agit d’une opportunité d’explorer ensemble leurs personnalités. Malgré leurs parcours différents, elles se retrouvent ici en jumelles, tant dans l’harmonie que dans la violence. Elles affirment leurs différences et leurs ressemblances. Différentes et égales à la fois, avec une gestique très lyrique et puissante, elles évoquent la force des figures mythologiques et totémiques.

IMG_8873

Maria Alexandrova

Maria Alexandrovna Alexandrova est né à Moscou le 20 juillet 1978. Enfant, elle a dansé avec l’ensemble “Kalinka” où sa mère l’avait emmenée. Après avoir vu une émission de télévision sur l’Ecole Vaganova, Maria a décidé qu’elle voulait étudier le ballet, et en 1988 elle rentre à l’Académie de danse de Moscou.Alexandrova a étudié dans la classe de la Kolenchenko. Maria Alexandrova a passé les deux dernières années d’études dans la classe de Sofia Golovkina et pendant cette période elle a tout d’abord dansé les variations du Grand Pas de «Paquita», «pas de deux classique» d’Adam (chor. L. Lavrovski), “Grand Pas Classique” d’Auber (chor. Gsovsky), et la septième Waltz dans “Les Sylphides” (son partenaire dans les trois derniers rôles était Nikolay Tsiskaridze).

10895111_885229774855206_538888058_n

Maria Alexandrovna Alexandrova et Nikolay Tsiskaridze

Après avoir était diplômé en 1996, Alexandrova passa une autre année à l’école en tant qu’apprenti. En Juin 1997, Maria Alexandrova a reçu le premier prix et la médaille d’or au Concours international de ballet de Moscou. En 2004, elle remporte le Masque d’or de la meilleure danseuse pour sa prestation dans Le Clair Ruisseau , une chorégraphie d’Alexeï Ratmansky, arrivé en début d’année à la direction de la compagnie du Bolchoï, et dont le premier geste aura été de la nommer principale (c’est-à-dire danseuse étoile). En 2005, la Fédération de Russie lui décerne le titre d’ Artiste Émérite.En 2010, elle reçoit le Prix Benoix de la danse au pour son interprétation de Gamzatti dans La Bayadère et du rôle-titre d’Esmeralda.

Le 24 avril 2009, Maria Alexandrova reçoit des mains du président russe la distinction d’Artiste du peuple de la Fédération de Russie, la plus haute récompense décernée à un artiste.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

media

Blanca Li

Blanca Gutiérrez, dite Blanca Li, née à Grenade le 12 janvier 1964, est une danseuse-chorégraphe, metteur en scène, actrice et réalisatrice espagnole. Elle est reconnue pour son éventail d’expression corporelle allant du flamenko au hi-hop  en passant par la danse classe ou baroque. Le Centre Calentito, un ensemble de studios situés à Paris et destinés au travail de la compagnie, ainsi qu’à d’autres professionnels du théâtre et de la danse, sert de base au travail de la chorégraphe depuis 1998.

Theatre-des-champs-elysees-

Théâtre des Champs-Elysées

15 avenue Montaigne
75008 PARIS

Les adhérents d’ARTCORUSSE ont 15% de réduction:

 demandez le code par mail, au siége de l’association: artcorussse@gmail.com

Capture d’écran 2015-11-27 à 18.28.50

plan-danse

Téléphone réservation 01 49 52 50 50

Réservation en ligne: (Cliquez)

ATTENTION : Suite au renforcement du plan Vigipirate, les caisses sont désormais ouvertes de 12h à 14h (lundi au samedi) et à partir de 18h les soirs de concert.

ACCÉS:
Métro station Alma-Marceau (ligne 9) ou Franklin-Roosevelt (ligne 1)
RER station Pont de l’Alma (ligne C)
Bus lignes 42, 63, 72, 80, 92
Station de taxi Place de l’Alma, angle avenue George V
Station Vélib’ en face du Théâtre

 

 

 

 

 

 

 

THEATRE DES CHAMPS-ELYSEES

15 AVENUE MONTAIGNE 75008 PARIS

  1. +33 (0)1 49 52 50 62

 

theatrechampselysees.fr

31
Mar

Saison 2014-1015 Bolchoï au Cinéma

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

LA NOUVELLE SAISON 2014-2015 DU BALLET DU BOLCHOÏ DE MOSCOU
7 BALLETS DIFFUSÉS EN EXCLUSIVITÉ AU CINÉMA

logo-bt-fond-blanc-bandeau-rouge

BOLCHOI-Saison14-15_Visuel-affiche-HD-PL-e1406019243227

A l’occasion de sa 239ème saison, le Théâtre Bolchoï de Moscou annonce le renouvellement de sa collaboration avec Pathé Live.

744px-Большой_театр_1883

Théâtre du Bolchoï en 1883.

A partir du 26 octobre prochain, pour la 5ème année consécutive, le Ballet du Bolchoï de Moscou diffusera en exclusivité au cinéma 7 ballets dont 4 retransmis par satellite en direct de Moscou et 3 enregistrés.
Pathé Live et la plus grande compagnie de ballet au monde proposent une nouvelle saison 2014-2015 spectaculaire composée de 5 grands classiques parmi lesquels Casse-noisette et Le Lac des cygnes présentés en direct et 2 ballets inédits retransmis également en direct : Légende d’amour (Première mondiale) et Ivan le Terrible.

Ces ballets sont ainsi accessibles à tous dans plus de 110 salles de cinéma à travers la France : Les cinémas Gaumont et Pathé, Kinépolis, mk2, Cinéville, Cap-Cinémas, Ciné-Alpes et des dizaines de cinémas indépendants. Liste de tous les cinémas, à la fin de cet article.

PROGRAMME

Dimanche  26-octobre à 16h
LÉGENDE D’AMOUR (Direct)
Melikov / Grigorovitch

legende d'amour

PREMIÈRE MONDIALE
Musique Arif Melikov
Livret Nâzım Hikmet
Chorégraphie originale Youri Grigorovitch
Distribution : Les Etoiles, les Solistes et le Corps du Ballet du Bolchoï

“Dans les appartements royaux, la princesse Shyrin se meurt. Atteinte d’une grave maladie, seule la beauté de sa sœur la reine peut la sauver. Cette dernière se sacrifie mais regrette ensuite son geste quand elle se voit défigurée et que Shyrin tombe amoureuse de son amant, le peintre Ferkhad.
Légende d’amour est l’une des premières œuvres chorégraphiques du grand maître russe Youri Grigorovitch. Son scénario explore le conflit entre l’amour et le devoir à travers ses deux héroïnes. Cette magnifique histoire d’amour interdit, de sacrifice, de jalousie et de souffrance revient sur la scène du Bolchoï après plus de 10 ans d’absence. Doté de mouvements de danse, décors et costumes inspirés du Moyen-Orient (les ballerines sont presque toujours voilées), ce ballet exceptionnel est sublimé par l’incomparable talent des danseurs du Bolchoï.

Dimanche 23-novembre à 16h
LA FILLE DU PHARAON (Enregistré)
Pugni / Lacotte

La fille du pharaon

Musique Cesare Pugni
Livret Jean-Henry Saint-Georges et Marius Petipa
Chorégraphie, décors et costumes  Pierre Lacotte
Distribution Svetlana Zakharova (Aspicia), Ruslan Skvortsov (Lord Wilson), Nina Kaptsova (Ramze, esclave d’Aspicia)
“Le jeune Lord Wilson voyage à travers l’Egypte lorsqu’une puissante tempête éclate. Il se réfugie dans la pyramide la plus proche, où la fille de l’un des plus puissants pharaons d’Egypte repose. Lord Wilson s’endort et rêve que la belle princesse revient à la vie…”
Cette fastueuse production, brillamment remontée en 2000 par le chorégraphe français Pierre Lacotte spécialement pour la troupe russe, tire son intrigue du grand classique de Théophile Gauthier, “Le Roman de la momie”. Cadre exotique, défilés impressionnants, variations spectaculaires et grandes scènes de groupe, ce chef-d’œuvre du 19ème siècle longtemps oublié est l’une des productions les plus remarquables du répertoire du Bolchoï. Les étoiles du Bolchoï Svetlana Zakharova, Nina Kaptsova et Ruslan Skvortsov portent cette gigantesque fresque égyptienne.
(Enregistré le 25 novembre 2014)

Dimanche 07-décembre à 16h
LA BAYADÈRE (Enregistré)
Minkus / Grigorovitch

la Bayadere

Musique Léon Minkus
Livret Marius Petipa et Sergueï Khudekov
Chorégraphie originale Marius Petipa
Nouvelle version Youri Grigorovitch
Distribution Svetlana Zakharova (Nikiya), Maria Alexandrova (Gamzatti) et Vladislav Lantratov (Solor).

“Lorsque la belle danseuse Nikiya et le guerrier Solor se rencontrent en secret, ils se jurent amour éternel. Cependant, le grand brahmane, également amoureux de Nikiya les surprend. Il révèle cet amour interdit au Rajah, lequel a décidé que Solor épousera Gamzatti, sa fille bien-aimée…”
Production grandiose, reflet d’une Inde mystérieuse et de l’amour impossible entre la danseuse sacrée Nikiya et Solor, La Bayadère est une œuvre-clé du répertoire classique. L’une des scènes, connue sous le nom  du « Royaume des Ombres », est l’une des plus célèbres dans l’histoire du ballet. La chorégraphie de Marius Petipa, ici dans une nouvelle version scénique de Youri Grigorovitch, ensorcèlera les romantiques, les amoureux du classique  et  des fastes somptueux de l’Orient indien. Avec les étoiles du Bolchoï Svetlana Zakharova, Maria Alexandrova et Vladislav Lantratov.
(Enregistré le 27 janvier 2013)

Dimanche  21-décembre à 16h
CASSE-NOISETTE (Direct)
Tchaïkovski / Grigorovitch

Casse noisette

Musique Piotr Tchaïkovski
Livret Youri Grigorovitch
Chorégraphie Youri Grigorovitch
Distribution Les Etoiles, les Solistes et le Corps du Ballet du Bolchoï

“La veille de Noël, le mystérieux parrain de Marie, Drosselmeyer, lui offre un jouet étrange : un casse-noisette en bois sculpté en forme de soldat. A minuit, lorsque la fête est terminée, tous les jouets s’animent comme par magie. Le casse-noisette grandit, prend la tête des soldats de plomb et vole au secours de Marie, menacée par le roi des souris et son armée…”
Basée sur l’histoire d’E.T.A Hoffmann, Casse-noisette est l’un des ballets les plus merveilleux et les plus célèbres au monde. Musique emblématique de Tchaïkovski, décors et costumes féériques, ce beau conte initiatique reprend les thèmes universels de l’amour, du pouvoir et du bien contre le mal. Cette version chorégraphique, créée pour le Bolchoï par Youri Grigorovitch, est pleine de romantisme et de réflexions philosophiques sur l’amour idéal. Avec les danseurs du Bolchoï, Casse-noisette prend une dimension supplémentaire qui le conforte dans son statut de pièce maîtresse du répertoire classique. Un spectacle magique qui séduira petits et grands à la veille de Noël.

Dimanche 25-janvier à 16h
LE LAC DES CYGNES (Direct)
Tchaïkovski / Grigorovitch

Le lac des cygnes

Musique Piotr Tchaïkovski
Livret Youri Grigorovitch
Chorégraphie Youri Grigorovitch
Distribution Les Etoiles, les Solistes et le Corps du Ballet du Bolchoï

Au palais, la famille royale et ses invités sont rassemblés pour célébrer la majorité du prince Siegfried. Sa mère lui annonce qu’il devra choisir une épouse lors du grand bal donné pour son anniversaire. Accablé par ses futures responsabilités, il s’échappe dans la nuit et rencontre une étrange nuée de cygnes près d’un lac magique …
Cygne blanc de jour et femme de nuit, la belle Odette attend qu’un serment d’amour brise la malédiction jetée par le terrible Von Rothbart. Siegfried saura-t-il éviter le piège tendu par le sorcier et être à la hauteur ? Elégance, style et harmonie d’ensemble caractérisent ce joyau du répertoire classique qui, plus d’un siècle après sa création, reste le ballet le plus joué au monde. Sublime musique de Tchaïkovski, chorégraphie ici revue par Youri Grigorovitch ; la légende de l’énigmatique danseuse-cygne reste un chef-d’œuvre universel, riche en tensions dramatiques et émotionnelles, toujours aussi excitant à revoir.

Dimanche 08-mars à 16h
ROMÉO ET JULIETTE (Enregistré)
Prokofiev / Grigorovitch

romeo et juliette

Musique Sergueï Prokofiev
Livret Sergueï Prokofiev, Sergueï Radlov et Adrian Piotrowski
Chorégraphie Youri Grigorovitch
Distribution Alexander Volchkov (Roméo), Anna Nikulina (Juliette), Mikhail Lobukhin (Tybalt), Andrei Bolotin (Mercutio)

“A Vérone, la rivalité entre les Capulet et les Montaigu ensanglante la ville. Lorsque Roméo et Juliette se rencontrent au cours d’un grand bal masqué, ils tombent fous amoureux l’un de l’autre. Ils sont désespérés d’apprendre qu’ils appartiennent à des familles déchirées par la haine…”
Roméo et Juliette, histoire d’amour mythique inspirée de la pièce de théâtre de William Shakespeare, est l’un des ballets les plus populaires au monde. S’il séduit par ses mélodies, sa grande variété rythmique, son thème universel et sa célèbre et sinistre « Danse des chevaliers », c’est cependant la version du chorégraphe Grigorovich qui reste la plus connue et la plus appréciée du public. La légende des amants de Vérone est ici servie par une troupe d’excellence avec en vedette, Anna Nikulina et Alexander Volchkov.
(Enregistré le 12 mai 2013)

Dimanche 19-avril à 17h
IVAN LE TERRIBLE (Direct)
Prokofiev / Grigorovitch

Ivan le terrible

Livret Youri Grigorovitch
Chorégraphie originale Youri Grigorovitch
Distribution Les Etoiles, les Solistes et le Corps du Ballet du Bolchoï

“Après son couronnement, le tsar Ivan IV doit choisir pour femme l’une des filles de treize aristocrates afin de consolider son royaume. Il est séduit par Anastasia : tous deux tombent profondément amoureux et se marient. Lorsque les aristocrates complotent contre lui et empoisonnent son épouse bien-aimée, Ivan, entouré d’ennemis et hanté par de sombres fantômes, s’enfonce lentement dans la folie …”
S’appuyant sur la musique composée par Prokofiev pour le film d’Eisenstein de 1944, Youri Grigorovitch crée avec Ivan le Terrible une épopée lyrique puissante et riche en couleurs sur la Russie médiévale et le règne controversé d’Ivan IV. Son écriture chorégraphique pleine de vigueur et de force s’assouplit cependant pour évoquer la grâce et la fragilité de manière bouleversante. Récemment remontée, Ivan le Terrible est une œuvre essentielle du répertoire de la compagnie, un classique du 20ème siècle et une expérience théâtrale palpitante.

Devenue classique, la mise en scène du ballet Ivan le Terrible a été créée en février 1975 par le chorégraphe légendaire Iouri Grigorovitch sur la musique de Sergueï Prokofiev.
« Cela a généré une grande résonance. L’été même, la troupe était en tournée aux États-Unis, où le ballet a fait la sensation. L’année suivante, le ballet a été présenté sur la scène de l’Opéra de Paris, où il a également été très bien accueilli. Lors de la saison d’été, il a été interprété au Louvre », se souvient M. Grigorovitch.
Ce spectacle figurait dans le répertoire du Bolchoï jusqu’en 1990. Durant cette période, il a été interprété une centaine de fois. Par ailleurs, plus d’une centaine de fois, la troupe s’est produite avec ce spectacle sur les scènes internationales, notamment en Allemagne, en Grande-Bretagne et en France.
Le spectacle est revenu en 2012 dans le répertoire du principal théâtre russe avec une nouvelle version chorégraphique, également signée Iouri Grigorovitch. Les rôles principaux sont incarnés par de célèbres solistes du Bolchoï, parmi lesquels Mikhaïl Loboukhine, Anna Nikoulina et Denis Rodkine.
Les amateurs de ballet présents en Russie pourront suivre la retransmission en direct sur la chaîne officielle du théâtre sur YouTube. La diffusion du ballet dans plus d’un millier de théâtres à travers le monde sera assurée par Pathé Live.

La retransmission débutera en France le 19 avril à 17h00 et durera 2h15.

 

(Liste des cinémas ouverts à la réservation sur www.pathelive.com)

ABONNEMENTS « SAISON COMPLETE»
et billets à l’unité actuellement en vente
– SUR LES BILLETTERIES FNAC.COM (CLIQUEZ) et CARREFOURSPECTACLES (CLIQUEZ)
– POUR LES CINEMAS GAUMONT PATHE (France) (CLIQUEZ)
– POUR LES CINEMAS KINEPOLIS (France) (CLIQUEZ)

Liste de tous les cinémas diffusant les Saisons du Bolchoï

Capture d’écran 2014-10-05 à 12.13.12liste 2liste 3Liste 4liste 6liste 7

27
Fév

Irina Kolesnikova au Théâtre des Champs Elysées

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Irina Kolesnikova, Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre

Irina-Kolesnikova-as-Odette-2-Photo-KT

Irina Kolesnikova

Lundi 9 et mardi 10 mars 2015 à 20 heures.

Le Lac des cygnes

Ballet en quatre actes
Musique de Piotr Illitch Tchaïkovski
Livret de Vladimir Begichev
Chorégraphie de Marius Petipa
Irina Kolesnikova Odette / Odile
Vadim Muntagirov (Royal Ballet de Londres) Prince Siegfried

Solistes et corps de ballet du Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre
Orchestre du Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre
Direction Vadim Nikitin

ff1dd15b4f246b373d776f17f753aeb011f8549d

La célèbre troupe du Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre, cette fois-ci en compagnie de sa star, la danseuse étoile Irina Kolesnikova, fait une nouvelle fois halte avenue Montaigne avec au programme trois grands classiques du répertoire romantique, trois joyaux illustrant avec faste et brio la grande tradition de l’Ecole russe du ballet. L’irrésistible parfum du trio amour – trahison – sortilège servi ici notamment par Marius Petipa, l’un des plus grands maîtres de ballet de tous les temps.

Mercredi 11 et jeudi 12 mars à 20h

86374ae5a6d2d8c89accdb621f9306095489f6f8
La Bayadère Ballet

en trois actes

Musique de Léon Minkus
Livret de Sergei Khudekov
Chorégraphie de Marius Petipa
Direction artistique Konstantin Tachkin
Irina Kolesnikova (11 mars), Natalia Matsak (12 mars) Nikiya
Denis Rodkin (Ballet du Bolchoï de Moscou) Solor

Solistes et corps de ballet du Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre
Orchestre du Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre
Direction de Vadim Nikitin

Vendredi 13 et samedi 14 mars à 20h

ce62cc2b49dad6f7f7cd3f426b45af44fc2ccd87
Roméo et Juliette

Ballet en trois actes

Musique de Sergei Prokofiev
Livret de Sergei Radlov
Chorégraphie de Leonid Lavrovski
Direction artistique Konstantin Tachkin

Irina Kolesnikova: Juliette
Solistes et corps de ballet du Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre
Orchestre du Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre
Direction de Vadim Nikitin

Marius Petipa

Marius_Ivanovich_Petipa_-Feb._14_1898

Michel-Victor-Marius-Alphonse Petipa (en russe Marius Ivanovitch Petipa, Мариус Иванович Петипа, né à Marseille le 11 mars 1818 et mort à Gourzouf en Crimée le 14 juillet 1910) est un danseur, maître de ballet et chorégraphe français qui vécut en Russie de 29 ans jusqu’à sa mort.

LE SAINT PETERSBOURG BALLET THEATRE
Créé par Konstantin Tachkin en 1994, le Saint Petersbourg Ballet Théâtre (SPBT) est une des grandes compagnies de ballet classique, connue dans le monde entier. Elle compte dans son répertoire les chefs-d’œuvre de la chorégraphie mondiale tels que « Giselle » de A.Adam, « Don Quichotte », « La Bayadère » et « Paquita » de L.Minkus, « Le Lac des cygnes », « Le Casse-noisette » et « La Belle au bois dormant » de Piotr Tchaïkovsky, « Chopiniane »…
Chaque année, le SPBT donne en moyenne entre 200 et 250 représentations et reste la seule compagnie de ballet classique absolument indépendante de l’aide de l’Etat et du soutien des mécènes. Le ballet ne doit son existence qu’à la vente de ses tickets et de ses produits dérivés, ce qui en fait un exemple unique dans le monde de la danse.

La troupe réunit 60 artistes professionnels de ballet, diplômés de l’Académie du ballet russe Vaganova et des plus grandes écoles de danse russes. Ils sont dirigés par de grands maitres de ballet, anciens danseurs émérites, tels que Lioubov Kounakova, artiste du peuple de Russie, Anatoli Sidorov, Tatiana Linnik et Anna Podlesnaïa.

Le Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre est fier de ses artistes qui, grâce à leur talent et à leur créativité, garantissent le succès et la pérennité de la compagnie. Pour combler le spectateur, il allie un très bon niveau artistique, une scénographie magnifique et l’accompagnement avec son orchestre symphonique.

Le Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre, en donnant des représentations dans les meilleures scènes du monde, telles que les célèbres Colysée et Albert Hall à Londres, le Théâtre des Champs-Elysées et le Palais des Congrès à Paris, le Bunkamura Hall à Tokyo, le Théâtre National à Tapei et le Théâtre National à Pékin, le Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre, attire un grand nombre de média.

Irina Kolesnikova

Kolesnikovabook_000

Irina Kolesnikova est sortie de l’Académie de ballet Vaganova de Saint-Pétersbourg, en 1998. Elle a eu comme professeur Elvira Kolkorina. Elle n’a pas pu intégrer le théâtre Mariinsky et a rejoint le théâtre de ballet de Saint-Pétersbourg de Constantin Tachkine.

Elle a participé à de nombreuses tournées à l’étranger, jouant le rôle-titre de Giselle et Odette-Odile du Lac des cygnes. Elle a aussi dans son répertoire la princesse Aurore de La Belle au bois dormant, Macha dans Casse-noisette. Elle s’est distinguée à Paris, lorsqu’elle a dansé au Gala des Étoiles Shéhérazade, en septembre 2007 avec Dmitri Semionov.
Irina Kolesnikova suit les cours d’Alla Ossipenko et de Lioubov Kounakova.

Théâtre des Champs Elysées

Theatre-des-champs-elysees-

Le théâtre des Champs-Élysées est une salle de spectacle situé dans le 8e arrondissement de Paris et inaugurée le 2 avril 1913.
Théâtre privé, il est propriété de la Caisse des dépôts et consignations depuis 1970.

Le bâtiment abrite en réalité trois salles : le Théâtre des Champs-Élysées (1905 places), la Comédie des Champs-Élysées (601 places) et le Studio des Champs-Élysées (230 places).

Théâtre des Champs Elysées

15 avenue Montaigne
75008 Paris
01 49 52 50 50
contact@theatrechampselysees.fr

Tarifs: de 37€ à 89€ suivant la catégorie.

Réservations: du lundi au vendredi (sauf jours fériés) de 11h à 18h
le samedi de 14h à 18h par téléphone: 01 49 52 50 50

En ligne et aux caisses du Théâtre.

FNAC: ( CLIQUEZ )

Plan de la salle et catéghories:

Capture d’écran 2015-02-27 à 10.22.35

anée russ Monaco

Forum Grimaldi reçoit 

le Ballet du Théâtre Bolchoï

vendredi 19, samedi 20 et Dimanche 21 décembre 2014

“La Mégère Apprivoisée”

Les 19, 20 et 21 décembre 2014, le mythique Ballet du Théâtre du Bolchoï interprétera La Mégère Apprivoisée, chorégraphiée par Jean-Christophe Maillot. Ovationnée lors de sa première en juillet 2014 à Moscou, cette création constitue un événement inédit : c’est la première fois que le Bolchoï invite un chorégraphe étranger à créer pour ses danseurs un ballet narratif d’une soirée entière.

La mégère pprivoisée

Pour revisiter la pièce de Shakespeare opposant le flamboyant Petruchio à l’acariâtre Catharina, Jean-Christophe Maillot s’est entouré d’Ernest Pignon-Ernest (scénographie), Dominique Drillot (lumières), Augustin Maillot (costumes), Jean Rouaud (dramaturgie), et également Bernice Coppieters qui a participé à cette aventure en l’assistant. Pour la musique, le chorégraphe a construit une partition musicale d’œuvres diverses de Dimitri Chostakovitch qui seront interprétées par l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo sous la baguette du talentueux Igor Dronov.

10422183_10152669256258645_4300222863993278869_n

Un grand rendez-vous chorégraphique à ne pas manquer !

Capture d’écran 2014-12-12 à 18.19.10

Grimaldi Forum.

GRIMALDI FORUM
10, av Princesse Grace
98000 MONACO.

Vendredi 19 Décembre 2014 – 20h
Samedi 20 Décembre 2014 – 20h
Dimanche 21 Décembre 2014 – 16h
RÉSERVEZ VOS PLACES: Tel.+377 99 99 30 00

Sur internet: Monaco-Spectacle: ( CLIQUEZ )
TARIFS : 35€ / 45€ / 48€

plan grimaldi monaco

6
Juil

Exposition “Le Grand Bal” au Palais Tsaritsino à Moscou

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Exposition jusqu’au 13 octobre 2013

Tsaritsino-1

Le palais de Tsaritsyno est situé au sud de Moscou, il a été commandé par Catherine II à l’architecte Vassili Bajenov en 1776. Resté inachevé, il est restauré à partir de 1984, terminé selon les plans initiaux et inauguré officiellement en 2007. Il se trouve au milieu d’un grand parc de plus de 100 ha et abrite plusieurs musées et bâtiments.

афиша

L’exposition “Le Grand Bal” a été ouverte le 23  juin et fermera ses portes le 13 octobre. Un phénomène particulier dans l’histoire de la société russe XVIII-XX siècles, les plus belles images de balles siècle dernier, et les épisodes les plus intéressants de son histoire de 300 ans en Russie.

Capture d’écran 2013-07-06 à 10.41.48

Une rare collection de scènes de bal aide à voir la «vie quotidienne» russe Ballet apprendre comment passer honoraires, qui portaient des tenues qui mangeaient et buvaient à la balle qui danse exécutée, et enfin, incarnée poétique mythe “Bal russe” dans l’art – sur la scène du Théâtre du Bolchoï.

vbb15

vbb11

Une place particulière est accordée à l’exposition “maskeradam”Ici sont exposées des croquis pour le jeu “Masquerade” sur le jeu M. . Lermontov, Des costumes du siècle XII et une une collection unique d’affiches bals masqués fin du XIXe – début du XXe siècle.

Capture d’écran 2013-07-06 à 11.11.21

L’Exposition comprend plus de 460 objets provenant de 10 musées de Moscou et Saint-Pétersbourg. Les principaux partenaires du Musée d’Etat “Tsaritsyno” dans l’organisation de l’exposition étaient de Moscou Musée-Estate “Ostankino” et le Musée du Théâtre du Bolchoï. Parmi les participants du projet – la Bibliothèque d’Etat russe, Galerie nationale Tretiakov, le Musée d’Etat russe, l’État Musée Théâtre Central. AA Musée Bakhrushina de l’histoire de Saint-Pétersbourg, le Musée de la culture musicale, leMusée Glinka de Tropinina et des artistes de son temps, ainsi que des collectionneurs privés. 
map
Le Palais Tsaritsyno
1, rue Dolskaya, Moscou,
Métro : Tsaritsino
Horaires:
de 11h00 à 18h00  – Mardi, mercredi, jeudi, vendredi;
11,00 à 20,00  – Samedi;
11,00 à 19,00  – dimanche et jours fériés.

Fermeture le Vendredi .

3
Juil

Les Saisons Russes au Théatre des Champs Elysées

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

“Les Saisons Russes” du 9 au 12 juillet 2013

Théâtre des Champs-Elysées

Capture d’écran 2013-07-03 à 16.46.28

LE COQ D’OR
Opéra Ballet

Musique de Nikolaï Rimski-Korsakov
Chorégraphie de Michel Fokine
Décors et costumes de Natalia Gontchareva
Livret d’après Alexandre Pouchkine
Créé le 24 mai 1914 à l’Opéra de Paris

Repertoire-383x383-01
Nouvelle production 2013 :
Direction Artistique : Andris Liepa et George Isaakyan
Décors et Costumes de Vyacheslav Okunev,
d’après les maquettes originales de Gontcharova
Direction Musicale : Alevtina Ioffe
Chorégraphie : Gali Abaidulov
Avec l’Orchestre, le Chœur et le Ballet du Théâtre National Musical « Natalia Sats » de Moscou.

L’opéra « Le Coq d’Or » de Rimski-Korsakov, créé à Moscou en 1909, est chorégraphié en 1914 par Michel Fokine pour les Ballets Russes de Diaghilev. Tous les rôles de chanteurs sont dédoublés sur scène par des danseurs. Diaghilev a confié la conception des décors et des costumes à une jeune artiste peintre, Natalia Gontcharova, qu’il avait découverte l’année précédente lors de son exposition à Moscou. Le poète Ilia Zdanevitch note à l’époque que « Les Ballets Russes ont été les premiers à porter sur scène la nouvelle peinture en créant un art décoratif théâtral nouveau. L’événement qui a tracé la frontière entre les deux phases de l’existence de l’entreprise de Diaghilev a été la mise en scène de l’opéra-ballet Le Coq d’Or avec décors et costumes de Gontcharova. Son succès grandiose conforta définitivement Diaghilev dans la justesse de la voie choisie et fut la cause d’une séparation inéluctable avec les amis de jeunesse, Léon Bakst et Alexandre Benois.

01-AndrisLiepa

           Andris Liepa , Directeur Artistique
Après des études de danse à l’Académie de Ballet de Moscou, Andris Liepa rejoint le Ballet   du BolchoÏ. Il y interprète les rôles principaux d’un très grand nombre de productions de la compagnie. En 1988, il devient le premier danseur russe à obtenir l’autorisation de travailler en occident. Il est engagé par le New York City Ballet puis par l’American Ballet Theatre où il interprète le rôle de Siegfried dans Le Lac des Cygnes de Mikhail Baryshnikov. Il danse également dans le Roméo et Juliette de Kenneth McMillan et dans Violin Concerto de George Balanchine. De retour en Russie, il rejoint le Ballet du Kirov-Mariinski  avec lequel il tourne dans le monde entier. Parallèlement à sa carrière de danseur étoile, Andris commence à chorégraphier des ballets. En 1995, il réalise “Le Retour de l’Oiseau de Feu” un film en 35mm qui présente sa version de trois très fameux ballets de Michel Fokine : L’Oiseau de Feu, Shéhérazade et Petrouchka. Liepa a su capturer l’esprit du chorégraphe et des Ballets Russes de Diaghilev. Il dirige la Fondation caritative Maris Liepa qu’il a créée avec sa sœur Ilse, et qui a pour vocation de remonter de manière méticuleuse les célèbres productions des Ballets Russes de Diaghilev et de les présenter dans le cadre des “Saisons Russes du XXIème Siècle”.

Georges Isaakyan

George Isaakyan,  Directeur Général et Directeur Artistique du Théâtre Musical National « Natalia Sats » de Moscou.
George Isaakyan est né à Erevan en Arménie et il est diplômé de du conservatoire de Erevan (violon, composition et musicologie) En 1991, après avoir obtenu son diplôme à l’Académie d’Etat des Arts du Théâtre de Moscou, il rejoint l’Opéra d’État de Perm en tant que directeur artistique avant d’v être nommé directeur général en 1996. En 2003, il met en place et dirige le Festival international « Diaghelev Seasons : Perm –Peterburg-Paris ». En 2010, George Isaakyan prend la direction du Théâtre Musical National « Natalia Sats » à Moscou. Au cours de sa carrière, George Isaakyan a monté de nombreuses œuvres dont Carmen de Bizet, Eugène Onéguine et La Dame de Pique de Tchaïkovsky, Rigoletto, La Force du Destin, Othello et Aida de Verdi, Le Prince Igor de Borodine, Cosi fan Tutte de Mozart, Pierre et le Loup de Prokofiev, le cycle « Pouchkine dans l’Opéra », La Bohème de Puccini, entre autres. A l’étranger, il a présenté plusieurs productions dont Madama Butterfly de Puccini à l’opéra de Dublin, Die Fledermaus de J. Strauss à Riga, Don Carlo de Verdi à Osaka, La Bohème à Minsk et Almast de Spendiarov à l’opéra national d’Erevan. Il a reçu de nombreux prix dont le très célèbre « Golden Mask » en 2009 pour sa production de  L’Orfeo de Monteverdi et de nouveau en 2012 pour sa production de  L’Amour des Trois Oranges de Prokofiev. Il a reçu également le Prix d’Etat de la Fédération de Russie.

THÉÂTRE DES CHAMPS-ÉLYSÉES
15, avenue Montaigne
75008 PARIS

Réservations: ( CLIQUEZ )

14
Mai

Théâtre Bolchoï diffusé dans les cinémas russes

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Les ballets du Bolchoï diffusés en direct

dans les cinémas russes

Le 11 juin, ce ballet pourra être vu par les habitants de Novossibirsk, Riazan, Mourmansk, Syktyvkar, Krasnodar et Voronej. Depuis quelques années la société française Pathé Live organise la projection de certains spectacles à travers le monde. En France depuis trois ans et cette années dans 69 cinémas du réseau Gaumont Pathé.

Il y eu la diffusion d’un des ballets les plus significatifs du Bolchoï: Roméo et Juliette, interprété pour la première fois à Moscou en 1979, et joué jusqu’en 1995. Le metteur en scène Iouri Grigorovitch le remis dans le répertoire du Bolchoï en 2010.

Le chorégraphe Youri Grigorovitch.

Les habitants de Moscou et de Saint-Pétersbourg vont payer leur billet  450 roubles et pour les autres villes de Russie le billet sera de 350 roubles.

L’orchestre du théatre Mariinsky et son chœur

Piano Denis Matsuev

sous la direction de Valery Gergiev

Lundi 7 et mardi 8 Janvier 2013

Salle Pleyel

Lundi 7 janvier: 20 heures

PROGRAMME

  • Dmitri Chostakovitch
  • Symphonie n° 1
  • Symphonie n° 2
  • Entracte
  • Dmitri Chostakovitch
  • Concerto pour piano n°2, au piano Denis Matsuev
  • Symphonie n° 15

Concert diffusé en direct sur www.citedelamusiquelive.tv et Mezzo
Concert diffusé le 15 janvier 2013 à 20h sur France Musique

Valery Gergiev

Valery Gergiev est né dans une famille d’origine ossète, il est élevé à Ordjonikidzé (redevenue depuis 1991 Vladikavkaz). Il est étudiant à Léningrad (redevenue Saint-Pétersbourg en 1991) au conservatoire Rimski-Korsakov et entre en 1977 au théâtre Kirov (aujourd’hui théâtre Mariinsky ou théâtre Marie) en tant que chef d’orchestre stagiaire avant d’en être le chef d’orchestre principal à partir de 1988. Il en devient également le directeur artistique à partir de 1994, et en 1998, il est nommé directeur général.
Parallèlement, il est, de 1995 à 2008, le directeur musical de l’Orchestre philharmonique de Rotterdam et, depuis 1998, premier chef invité du Metropolitan Opera à New York.
Début 2007, il succède à sir Colin Davis à la tête de l’Orchestre symphonique de Londres. La même année, il reçoit en France les insignes d’officier de la Légion d’honneur.

Il réunit ici dans le même concert la première et la dernière symphonie composées par Dmitri Chostakovitch. Le compositeur n’a que 19 ans lorsqu’est créée à Leningrad sa Symphonie n° 1. Loin de tout académisme, cette œuvre possède déjà une vraie personnalité, en particulier dans le traitement rythmique. Créée, elle, presque cinquante ans plus tard, à Moscou, la Quinzième Symphonie innove par ses emprunts à d’autres œuvres du répertoire, notamment l’Ouverture de Guillaume Tell de Rossini ! Dans le même concert, Valery Gergiev dirige l’Orchestre du Théâtre Mariinsky dans deux autres partitions de Chostakovitch : la Symphonie n° 2, la plus courte de sa production, et le Concerto pour piano n° 2, sous les doigts du virtuose Denis Matsuev, complice de longue date du chef ossète.

Denis Leonidovitch Matsouïev 

Né à dans une famille de musiciens,  il débute le piano sous la tutelle de son père puis à l’école de musique d’Irkoutsk jusqu’à l’âge de 15 ans.
En 1990, Matsouïev part avec ses parents pour Moscou, où il parfait son éducation à l’école centrale de musique de Moscou. En 1993, il participe à son premier concours international de piano en Afrique du Sud, auquel il remporte le premier prix. La même année, il entre au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou sous la direction des professeurs Alekseï Nassedkine puis Sergueï Dorenski.
À l’âge de 23 ans, en 1998, il gagne le premier prix au prestigieux Concours international Tchaïkovski à Moscou, événement qui marque le tournant de sa carrière.
Matsouïev donne aujourd’hui près de 150 concerts par an. Il se produit dans des salles prestigieuses telles que la Salle Gaveau, la Salle Pleyel, le Théâtre des Champs Elysées, le Carnegie Hall, le Mozarteum, ou encore le Tōkyō Opera City. Il est aussi l’organisateur de deux festivals en Russie : Stars on Baikal et Crescendo.

Mardi 8 janvier : 20 heures

PROGRAMME

  • Dmitri Chostakovitch
  • Symphonie n° 3
  • Concerto pour violoncelle et orchestre n°2, op.126,

Mario Brunello : violoncelle

  • Entracte
  • Dmitri Chostakovitch
  • Symphonie n° 13, Mikhail Petrenko : basse

Chœur du Théâtre Mariinsky

Chœur du Théâtre Mariinsky

Trois œuvres contrastées de Dmitri Chostakovitch sont au programme du concert dirigé par Valery Gergiev. La Troisième Symphonie, créée en 1930, se distingue par son écriture à la fois moderne et grandiose. Dans le finale, Chostakovitch fait intervenir un chœur louant la gloire de la Fête du travail.  L’Italien Mario Brunello s’attaque ensuite au Deuxième Concerto pour violoncelle, oeuvre brillante de la maturité, créée en 1966 par Mstislav Rostropovitch. Quant à la Treizième Symphonie, elle réunit une voix de basse, un chœur d’hommes et un orchestre, aux sonorités particulièrement sombres (l’effectif ne comporte aucune flûte). Chostakovitch met en musique des poèmes de Evgueni Evtouchenko décrivant le massacre de Babi Yar, en Ukraine, où les nazis assassinèrent près de 40 000 personnes. Une des œuvres les plus poignantes du compositeur, portée ici par le chœur et l’orchestre du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg.

Mario Brunello

En 1986, le Premier Prix au Concours Tchaïkovski de Moscou lance Mario Brunello dans une éblouissante carrière internationale. Il a joué avec quelques-uns des orchestres les plus prestigieux, notamment avec le London Philhamonic, l’Orchestre National de France, le NHK Symphony de Tokyo ou la Filarmonica della Scala. Il a travaillé sous la direction de chefs comme Valery Gergiev, Riccardo Chailly, Myung-Whun Chung ou Seiji Ozawa. Claudio Abbado l’a invité à plusieurs reprises à jouer sous sa direction avec l’Orchestre du Festival de Lucerne ou avec le Mozart Orchestra. Et nous le plaisir de l’entendre ici Salle Pleyel.

Mikhail Petrenko

Né à Leningrad. Alors qu’il était encore étudiant au Conservatoire de Saint-Pétersbourg , il a été invité à rejoindre l’académie Mariinsky des jeunes chanteurs. A fait ses débuts au Théâtre Mariinsky dans l’opéra de Prokofiev Kotko Semyon , et depuis 1998, a été soliste avec la Compagnie d’opéra.

Mikhail Petrenko a remporté de prestigieux concours internationaux de chant comme le Concours Maria Callas, Nikolai Rimsky-Korsakov de la concurrence, la concurrence Plácido Domingo et le concours Elena Obraztsova. Dans une large mesure, il doit sa naissance en tant que chanteur au maestro Valery Gergiev. Le début de la carrière internationale Mikhail Petrenko est venu avec ses débuts au Staatsoper de Berlin en tant que Hunding ( Die Walküre ) en 2004 sous la direction de Daniel Barenboim.
En Novembre 2011, il a interprété le rôle de Ruslan ( Ruslan and Lyudmila ) lors de la réouverture du Théâtre historique du Bolchoï de Moscou.

Salle Pleyel

252 rue du faubourg Saint-Honoré  75008 Paris
Métro: Ternes ou Étoile

Accés à la salle pour handicapés

Renseignements – réservations
Par téléphone
(0033)01 42 56 13 13
Du lundi au samedi de 11h à 19h. Les dimanches, les jours de concert, de 11h jusqu’à 1 heure avant le début du
concert.
Frais de réservation par téléphone : 2 € par place, sauf pour les détenteurs de la Carte d’abonnement 2011/2012 – 2012/2013.
Aux guichets
Du lundi au samedi de 12h à 19h et de 12h à 20h les soirs de concert. (Attention, de 19h à 20h, la vente du concert du soir est prioritaire).
Le dimanche, deux heures avant le concert.
Les réservations de la Salle Pleyel seront fermées à partir de 17h les 24
et 31 décembre 2012.
En ligne : achat de places à l’unité et abonnements.

TARIFS À L’UNITÉ
Cat. 1    85€
Cat. 2    65€
Cat. 3    45€
Cat. 4    30€
Cat. 5    10€


24
Mar

Ballet du Bolchoï “Flammes de Paris” en direct

   Publié par: artcorusse   dans Année Croisée 2010

bolchoi

Les Flammes de Paris“, sera retransmis en temps réel le 31 mars sur les écrans de 150 cinémas d’Europe, principalement en France, ont annoncé mercredi 24 mars les organisateurs du projet lors d’une conférence de presse à Moscou.

Réalisé dans le cadre de l’Année croisée France-Russie, ce projet fera découvrir la production de l’illustre troupe au public d’Avignon, du Havre, de Lyon, de Nancy, de Nice, de Paris, de Toulon, de Toulouse, de Berne, de Lausanne et d’autres villes européennes.

Selon le directeur adjoint du Bolchoï Anton Guetman, cette initiative sera poursuivie au cours de la prochaine saison théâtrale, quand le Bolchoï et la société de production audiovisuelle Bel Air Média diffuseront en direct des ballets du Bolchoï dans 200 cinémas français.

Les dates des projections sont déjà connues”, a-t-il souligné.

inter-bolchoi

Elles débuteront le 26 septembre par “Le Lac des cygnes” suivi de “Casse-Noisette” (19 décembre), de “Coppélia” (23 janvier), de “Don Quichotte” (6 mars) et enfin de “Giselle” (29 mars).

Créé en 1932 par le chorégraphe Vassili Vaïnonen sur la musique de Boris Assafiev, le ballet “Les Flammes de Paris” évoque les événements de la Révolution française de 1789. Montée à plusieurs reprises à Moscou et à Leningrad (Saint-Pétersbourg), cette production a quitté les affiches du Bolchoï au début des années 1960. Sa version actuelle a été réalisée en 2008 par Alexeï Ratmanski qui dirigeait alors la compagnie de danse du théâtre.

image-26

extrait-flammes-de-p

Six caméras seront placées à différents endroits de la salle et une septième dans les coulisses, afin que les spectateurs en France aient l’impression d’être sur place, a-t-il poursuivi. Le prix des billets d’entrée de ces spectacles dans les cinémas français devrait être de 15-20 euros, a indiqué de son côté le directeur musical du Bolchoï, Leonid Dessiatnikov.

theatr-bolc-jour

Le spectacle du 31 mars fournira l’occasion aux danseurs étoiles Natalia Ossipova, Ivan Vassiliev, Denis Savine et Nina Kaptsova de donner toute la mesure de leur talent dans les rôles principaux.

25
Mai

Bordeaux à l’heure russe

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Musique classique et Danse :

deux évènements culturels passionnants, présentés à Bordeaux par

le Cercle Stravinski,

les 6 et 8 juin 2011

Le premier évènement est une séance spéciale de projection au multiplexe UGC de Bordeaux, le lundi 6 juin à 18 heures : il s’agit de cinq courts métrages d’archives inédites sur les toutes premières tournées à l’Ouest de la troupe du Théâtre Bolchoï de Moscou dans les années 50, époque de la  Guerre froide, « du rideau de fer » et sur les troupes de ballet occidentales accueillies alors à Moscou.

Ces archives seront présentées à l’UGC par leur auteur, Stanislav Vlassov, qui fut pendant 20 ans danseur étoile au Ballet du Bolchoï. Ces documents uniques ont été tournés en 16 mm, ils sont présentés pour la première fois en France, à l’état brut : ils étaient destinés à être vus par un large public soviétique qui, contrairement aux artistes du Bolchoï ‘encadrés’ par leurs accompagnateurs, n’avait pas la possibilité de sortir du pays, et regardait ces témoignages avec l’espoir d’y lire l’admiration de l’Occident pour les artistes d’Union Soviétique. Il s’agit donc là de faire, entre les images proprement artistiques et la précieuse fenêtre de reportage ouverte sur le monde occcidental, une deuxième lecture entre les lignes. Stanislav Vlassov, viendra de Moscou et, 60 ans après avoir réalisé ces films, répondra avec clarté et non sans émotion aux questions du public à l’issue de la projection.

UGC Ciné Cité, 13-15 rue Bonnac, 33000-Bordeaux, salle 6, 18 heures précises le 6 juin.

Prix unique : 10 euros.


Le Cercle Stravinski, qui présente là son troisième concert en Bordelais, a pour objectif la collaboration dans le domaine de la musique et de la danse entre artistes russes, français et américains sur le terrain de rencontre enrichissant qu’a toujours été la France pour les créateurs de tous les pays, comme le fut le musicien Igor Stravinski, génie précurseur de nationalité russe, puis française, puis américaine.

Ce concert-ballet réunira des danseurs de l’Opéra National de Bordeaux, dirigé par Charles Jude, qui fut danseur étoile de l’Opéra de Paris sous la direction de Rudolf Noureev, et des danseurs du Théâtre Moscowia de Moscou, dirigé par Stanislav Vlassov et Liliya Sabitova, ‘narodnij artist’. Les musiciens – le violoniste français Olivier Charlier, le violoncelliste américain Josef Feigelson, et le pianiste d’origine russo-tatare Roustem Saitkoulov – accompagneront le ballet autour d’oeuvres de Stravinski dont l’Oiseau de Feu et Apollon Musagète, de Saint-Saens, Debussy, Bizet, Shchedrine, Prokofiev et Gershwin.

Le programme intégral est indiqué sur le site internet www.cerclestravinski.org

Théâtre Jean Vilar, Le Plateau, 33320-Eysines, à 20 heures 30 le 8 juin. Billetterie Fnac, Tourisme de Gironde et à l’entrée du concert.

Prix des billets : 25 et 15 euros, offerts aux moins de 12 ans.

8
Déc

Bilan de l’Année Croisée France-Russie 2010

   Publié par: artcorusse   dans Année Croisée 2010

L’Année croisée Russie-France 2010 a été marquée par une coopération fructueuse dans le secteur économique (Forum économique international de Saint-Pétersbourg), dans les sports (Régate internationale Vendée – Saint-Pétersbourg), la littérature (participation des écrivains russes au Festival des Etonnants Voyageurs de Saint-Malo et voyage des hommes de lettres français à bord du Transsibérien de Moscou à Vladivostok), la science et l’éducation (création d’un mini-satellite par les étudiants de l’Université de Montpelier-2 conjointement avec leurs collègues de l’’Université technique d’État Bauman de Moscou).

L’Année croisée a permis d’exposer en détail des découvertes scientifiques et leur mise en œuvre, de discuter des nouvelles perspectives dans le contexte d’un développement stable, d’éveiller l’intérêt des jeunes des deux pays et de les impliquer dans ce processus.

Les événements organisés dans le cadre de l’Année croisée n’ont pas seulement eu lieu dans les capitales et les grandes villes des deux pays mais également dans les régions russes, en particulier dans l’Oural et en Sibérie ainsi que dans des départements français.

Les plus grandes agences d’information, RIA Novosti et ITAR-TASS, ont joué le rôle de partenaires informationnels pour la partie russe.

Un soutien informationnel a également été accordé par la Télévision d’Etat et publique de Russie. France Télévisions (les chaînes de la télévision française France 2, France 3, France 4 et France 5) ont assuré la couverture informationnelle des événements du côté français.

L’Année croisée s’est achevée par la tournée du Ballet de l’Opéra national de Paris qui s’est rendu à Moscou en décembre 2010. Les événements solennels se clôtureront le 8 décembre 2010 par un spectacle de gala avec la participation des vedettes du ballet russe et français au Théâtre Bolchoï de Moscou.

Les diverses Associations en France et en Russie ont contribuées à la participation de ces évènements.

Expositions, concerts, spectacles,  colloques, conférences, échanges culturels et économiques, films (documentaires et autres), festivals, voyages de découvertes etc, 2011 offrira encore de trés nombreux sujets de découvertes de la Russie en France.

(Ria Novosti 8/12/2010)

Artcorusse a été et restera le trait d’union des informations pour 2011.

27
Nov

Exposition au Louvre

   Publié par: artcorusse   dans Expositions

qqepun8a

Le musée de Novgorod, prépare l’Exposition “La Sainte Russie“, qui va se dérouler au Louvre en mars 2010, Nous pourrons y admirer des chefs-d’oeuvres du XI-XVI siècle, ainsi que les découvertes archéologiques trouvées ces dernières années.

the-kremlin

Cela sera la première coopération entre ces deux musées.Il est également prévue une participation de différants grands musées de Russie ( musée de l’Ermitage, Galerie Trétiakov, Musée russe, Bibliothéque Nationale de Russie …).

kremlin-novgorod

Comme l’ont fait remarqué les organisateurs de cette extraordinaire exposition l’assurance se chiffre pas loin du milliard d’euros, et ils espérent que cette exposition sera un évènement mondial. Le président russe Dmitri Medvedev inaugurera l’exposition “Sainte Russie” au musée du Louvre le 2 mars prochain, dans le cadre de sa visite d’État en France. Le premier ministre russe Vladimir Poutine participera à la cérémonie d’inauguration de l’Exposition nationale russe qui se déroulera au Grand Palais du 12 au 16 juin. Ce vendredi 27 novembre 2009 , le premier ministre russe Vladimir Poutine, en visite en France, et son homologue français François Fillon ont également convenu d’assister à la cérémonie de clôture des Années croisées Russie-France, en décembre 2010 au Théâtre Bolchoï de Moscou.

13
Jan

Récital Timur Abdikeyev

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Concerts exceptionnels

Timur ABDIKEYEV chanteur d’opéra

St Cloud le Samedi 12 janvier 2019  à 16h30

Garches le Dimanche 20 janvier 2019 à 14h30

Timour Abdikeyev, né en 1979 à Bakou (République d’Azerbaïdjan) dans une famille tatare, diplômé en 1990 d’une école musicale (accordéon et piano). En 1996, il entre au Conservatoire Gadjibekov à Bakou. En 2000, il remporte les prix et les distinctions lors de deux concours : Concours républicain Shovget Mamedova (Azerbaïdjan) et au concours international Bul-Bul. Il reçoit le prix « Nadejda » (Espoir) du fonds d’Irina Arkhipova. Ce prix reçu des mains de la grande cantatrice russe ouvre au chanteur basse, les portes d’une carrière internationale.

Timur est lauréat du concours international des vocalistes (présidé par Vladimir Atlantov) et finaliste du concours du théâtre La Scala à Milan (présidé par Leila Gendger).

En 2004, il débute avec succès sur la scène du Théâtre Mariinsky (Saint-Pétersbourg) où il donnera la plupart de ses récitals. Depuis, il s’est produit sur cette scène dans plus d’une soixantaine de rôles, comme dans beaucoup de salles du monde : l’Opéra Bastille à Paris, l’Opéra Royal de Stockholm, le Barbican Hall à Londres, le Teatro Real à Madrid, le Bolchoï à Moscou, le John F. Kennedy Center à Washington et le Carnegie Hall à New York.

Il participe aux concerts de gala donnés à l’occasion du 300e anniversaire de la ville de Saint-Pétersbourg et au 1000e anniversaire de la ville de Kazan (Tatarstan), diffusion télévisée de ses récitals et des concerts des solistes du Théâtre Mariinsky, participation à une vingtaine de premières du Théâtre, concerts avec des artistes émérites tels que Vladimir Galousine, Maria Goulegina, Nicolai Poutiline, Anna Netrebko, Ferruccio Furlanetto, avec des chefs d’orchestre tels que Valerii Guergiev, Gienandrea Noseda, Keri-Lynn Wilson, Rafael Fruhbeck de Burgos.

En septembre 2004 Timur Abdikeyev a donné son premier récital au Suntory Hall au Japon. Ce concert a eu un grand retentissement qui lui a apporté un succès et une renommée internationale. Sa carrière prend de plus en plus d’ampleur et s’étend désormais aux États-Unis, à la Grande-Bretagne, à l’Italie, l’Allemagne, l’Autriche, la Hongrie, la France, au Japon, à la Lettonie, à la Russie, à la Turquie, et à l’Azerbaïdjan. Le 27 août 2010 le Président de la République du Tatarstan (Fédération de Russie) a décoré Timur Abdikeyev du titre de l’Artiste émérite de la République du Tatarstan.

Samedi 12 janvier à 16h30

Musée des Avelines

 60 Rue Gounod, 92210 Saint-Cloud

Inscription: taconcert@yahoo.com

Renseignements: 06 95 17 40 76

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Dimanche 20 janvier à 14h30

Centre Culturel Sydney Bechet

86 Grande RueGarches 92380

Inscription:01 47 41 39 32

Renseignements: 06 95 17 40 76