9
Juin

Trésor Narichkine présenté au Palais Constantin

   Publié par: artcorusse   dans Informations

” Mystère de Saint Petersbourg: Trésor Narichkine

Palais Constantin.

Présentation d’une partie du trésor Narichkine (voir l’article CLIQUEZ). L’ouverture de l’exposition s’est déroulée le 4 juin, en présence du Président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, ainsi que des représentants de l’Union européenne.

José Manuel Barroso Président de l'Union Européenne et
Vladimir Poutine Président de la Fédération de Russie
devant une vitrine présentant des décorations militaires.

L’exposition présente  340 objets rares,  sur les deux milles découverts lors de la restauration

de la maison rue Tchaïkovski, le 29 mars 2012.

Les objets sont exposées en l’état dans lequel ils ont été trouvés.

Service en vermeil avec son plateau.

Sur les 55 trésors découverts à Saint-Pétersbourg au cours des 200 dernières années,

le trésor Narychkine,  est peut- être le plus important.

Objets d'un des services de table (salières, pots, sucriers ...)

Au total l’on a retrouvé dans une cache, 6 services complets de  table d’apparat, en métaux précieux (argent, vermeil et en or). Ainsi que des objets de décoration, bougeoirs, coupes sur pieds, service à thé, des lustres, des samovars, des produits décoratifs et de l’artisanat, des bijoux en or, en argent,  des pierres précieuses, ainsi que des médailles et des décorations – retrouvés en parfait état,  ” Comme s’ ils venaient d’être utilisés hier “.

Les plus grands orfévres et bijoutiers du XIX et  début du XXe siècle ont crée ces merveilles.

Les plus connus de Russie:
I.Sazikova, P.Ovchinnikova, I. Khlebnikov, les frères Gratchev, Fabergé
et européens comme Falize, Aucocaine , Touron.

Couteaux d'un des services.

Déja près de 300 personnes ont eu l’honneur de visiter cette exposition exceptionnelle.

Exposition sécurisée au moyen de vitrines  blindées, vidéo surveillance  et sous la protection

permanente de gardiens. Il est à préciser que sur cartels  pour les vitrines présentent seulement des informations générales, telles que le créateur  d’un ensemble de plats et de l’année approximative de la création. Nomination d’éléments individuels, longtemps hors d’usage, même dans «la haute société”. Par conséquent, les guides sont présents pour répondre aux questions tels que :”Qu’est-ce que c’est?” où “A quoi cela servait il?”

C’est l’espoir que cela permettra de relier le passé et le présent.”Beaucoup d’entre nous aiment à étudier l’histoire, mais dans l’abstrait. Lorsque vous étudiez les choses, les objets de l’époque, il y a  un sentiment tout à fait différent, “a déclaré monsieur Vladimir Kojine lors de la  conférence de presse le 4 juin, “et la preuve de la renaissance de la Russie en restaurant ses palais, édifices et maisons anciennes“.

Renseignements pour les visites :

 au bureau d'excursion de l'Etat Complex "Palais des Congrès" par téléphone:
(812) 438-53-60.
Les visites guidées par petits groupes ont débuté à partir du 5 juin.


 Se déplacer dans le parc, à côté du palais des Congrès, n'est autorisée que dans des
véhicules spéciaux - Rapellons que le Palais Constantin  est la propriétée du
Bureau des affaires présidentielles de la Fédération de Russie et
sert de lieu pour les sommets internationaux.

Un trésor a été découvert lors des travaux de restauration d’un l’hôtel particulier du 18 siècle, rue Tchaïkovski, à Saint-Pétersbourg. La famille aristocratique Narychkine-Troubetskoï, propriétaire de l’hôtel, a quitté la Russie après la révolution Bolchevik, en novembre 1917.

Le porte  parole de la société Intarsi chargée de la restauration de ce manoir a annoncé la découverte du trésor  le 19 mars.

Ces objets étaient dissimulés dans une petite pièce secrète située sous  un plancher  entre le deuxième et le troisième étages du bâtiment. Les objets avaient  été enveloppés dans du papier et des journaux datant de mars, juin, août et septembre 1917.

Ce trésors se compose de services de table d’apparat , en argent massif, vermeil provenant des plus grands orfèvres de la moitié  du XIX° et du début  du XX°, comme  Sassikov, Ovchenikov, Khlebnikov, les Frères Grachev et Fabergé (Сазиков, Овчинников, Хлебников, братья Грачевы, Фаберже).

Soit près de 2 168 objets  comprenant 4 services complets pour divers occasions ( service de table, à café, à déssert) fin XIX° et début XX°.  Le tout se trouvait dans des sacs en tissu, emballé dans du papier et des journaux datés de mars juin aout et septembre 1917, imbibé de vinaigre permettant un état de conservation  parfait , prêt à être dressé sur une table.

Soupière aux armoiries de la famille Narichkine

Une autre partie de ce trésor se trouvait dans des  écrins en bois à tiroirs pour les couverts, l’ensemble également imbibé de vinaigre. Sur beaucoup d’objets se trouvent les armes de la famille Narichkine,objets fabriqués par les meilleurs ateliers d’orfévreries et de bijoutiers russes du milieu du XIX.

L’on a trouvé des plats caractéristiques de Fabergé, salières, quelques bijoux pascals sur une chaine en sautoir et une montre.

Le vaisselle de table est en argent et en vermeil, les couteaux sont français à manche de perles et porcelaine peinte dans  les écrins à tiroirs. Se trouvent également des objets aux armes impériales, des décorations : St Vladimir avec épées, des médailles en souvenir du 300° anniversaire de la Maison des Romanov et une médaille du 100° anniversaire de la guerre de 1812 ainsi qu’une décoration de l’ordre de la Serbie et du Monténegro.

Il n’est pas rare de découvrir à l’occasion de restauration ou de transformation des objets qui furent cachés dans les murs d’appartements au moment de la Révolution de 1917.

Il y a une dizaines d’années, l’on a découvert une pièce murée dans laquelle le propriétaires avait installé, dans l’espoir de revenir: de la nourriture, du tabac, des allumettes des bougies des livres et un modeste mobilier. A la suite de cette découverte beaucoup de propriétaires de logement se sont mis  à fouiller: les murs, les plafond et les planchers à la recherche de trésors.

La cache du fabuleux trésor Narichkine.

Pour Intarsi ce n’est pas la première fois que l’on fait des découvertes lors de restauration  à Saint Petersbourg durant ces 20 dernieres années, souvent lors de restaurations l’on découvre des choses étonnantes. Quelques œuvres artistiques  ont une certaine valeurs d’autres seulement culturelle. Le trésor Narichkine est une découverte comme jamais nous n’en avons eue, déclare M. Novikov porte parole de la société. L’on a découvert lors de la restauration de l’Arc de Triomphe une étonnante collection de 5000 fume cigarettes représentant une valeur culturelle. Lors de travaux aux Griffons au Pont de la Banque l’on a découvert 1860  pièces de monnaies anciennes, dans un hôtel particulier sur la Moïka 122 pièces de monnaies sous le plancher, et sous un couche de plâtre des fresques et des panneaux décoratifs de sgraffites( techniques de finitions décoratives).

Certains particuliers inventeurs de trésor ne dirent mot !

Toutes les hypothèses sont envisagées pour le placement de ce trésor , soit au Palais Constantin ou directement au manoir Narichkine  ou  dans un musée comme l’Ermitage ou le musée de Pavlosk ou ailleurs, en attendant la fin des investigations du gouvernement, des experts, des fonctionnaires et bien sûr des propriétaires, s’il y en a ?

Un des représentants de la famille Narichkine, Piotr Narichkine, âgé de 65 ans, vit en Afrique du Sud. Il n’exclut pas être un prétendant pour hériter du trésor familial à Saint Petersbourg. Mais il n’est pas le seul descendant de la famille Narichkine !

Le musée de l’Ermitage souhaite obtenir ce trésor ainsi que le musée de Pavlosk.

28
Mar

Trésor Narychkine à Tsarskoïe Selo

   Publié par: artcorusse   dans Informations Internationales

Transfert du trésor Naryschkine à Tsarskoïe Selo.

 

Plus de deux mille objets découverts en mars 2012 dans une pièce secrète  d’un ancien hôtel particulier nommé  Troubetskoy-Naryshkine à Saint-Pétersbourg, sous l’égide du ministère de la Culture de la Fédération de Russie, ont été déposés dans la réserve-musée de Tsarskoïe Selo, pour y être exposés.

 

Voir l’article d’Artcorusse: CLIQUEZ

 

Rappelons qu’en 2012, lors de la rénovation du manoir situé rue Tchaïkovski au 29, des ouvriers ont trouvé ce trésor.

 

Hôtel particulier de Troubetskoï-Narychkine

 

d

 

Certains objets avaient été emballés dans les journaux Russkaya Volya, datés de juillet à septembre 1917.

Tous les objets sont parfaitement conservés, pour la plupart en métaux précieux.

 


Le Trésor des Naryshkine peut être considéré comme le plus important de l’histoire de la Russie (presque toutes les familles nobiliaires de Russie après la révolution avaient été exilées, expropriées, les objets précieux volés, cédés à des musées ou vendus séparément).

Ce trésor est unique à bien des égards : il comprend plus de deux mille objets en argent du XIXe-début du XXe siècle (la plupart des objets sont estampillés du poinçon  des joailliers de la fin du XVIIIe siècle).

Toute la collection appartenait à la même famille. Sur la plupart des objets, il y a le blason princier de la famille Naryshkine, sur certains d’entre eux celui des Somov.

Armoiries des Narychkine et Somov, sur un plat

Sergei Somov, lieutenant du régiment de hussards de sauveteurs, aurait été le dernier propriétaire du trésor, selon des chercheurs de “Tsarskoïe Selo”. Il était marié à Natalia Naryshkina, la fille du propriétaire du manoir, un responsable du ministère des Affaires étrangères, Vassily Narychkine.

Le trésor comprend  de la vaisselle et argenterie de table, des objets allant des passoires à des samovars de cinq kilogrammes en argent, des boules, des articles ménagers en provenance de Russie et de l’étranger,  de minuscules épingles, des peignes, bijoux, montres,  des articles de toilette jusqu’à  des candélabres pesant près de 20 kilogrammes en argent.

 “Les spécialistes ont pesé et déterminé le contenu en argent, en or et en platine. Près de 412 kg d’argent ont rempli notre collection“, a déclaré Tatiana Serpinskaya, conservatrice principale de la réserve-musée Tsarskoïe Selo.

L’ essentiel du trésor est l’œuvre de maîtres russes, des célèbres frères Sazikovs et Grachevs. Mais il y a des articles de bijoutiers français. Ils ont été amenés à Saint-Pétersbourg pour y être refaits, afin de ne pas se distinguer du style général de l’ensemble du service. Ce trésor a été collecté par des générations du clan Naryshkine

d

 La première fois que le nom de Naryshkine  est cité: Natalia Kirillovna Naryshkina , la deuxième épouse d’Alexei Mikhailovich et la mère de Pierre le Grand.

Les trois frères de la tsarine Natalia Kirillovna étaient des boyards; il n’y avait que 8 boyards dans la famille Naryshkine.

D’après l’ouvrage de référence “Tout Pétersbourg” pour 1916, Lev Vassilyevich (1875), Kirill Vassilyevich (1877), Vassily Vassilyevich (1885) et leur sœur, la comtesse Irina Vorontsova-Dashkova (1879.R.) Les frères avec leur mère après la révolution de février se sont rendus en Finlande, puis en France. Fevroniya Pavlovna est décédé en 1930. Dans le même annuaire téléphonique “Tout Petrograd”, il est dit que, dans la maison de Serguiyevskaya, vivaient Pavel et Alexander Vassilyevich Naryshkine, ainsi que Natalia Somova. 

C’étaient peut-être les enfants illégitimes du propriétaire de la maison, car dans les mémoires de contemporains, il est souvent fait référence au comportement volage de Vassily Lvovich et au caractère effacé de son épouse Fevronia Pavlovna.

 

 

 

4
Juin

Trésor livresque au Musée Polytechnique

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Découverte de plus de 30 000 ouvrages

et des périodiques étrangers du XIX°

au Musée Polytechnique de Saint Pétersbourg

Ce trésor a été découvert dans une cache  secrète contenant des livres et magazines anciens. On ignore quand, qui et, de surcroît, pourquoi cette cachette a été constituée, aprés la révolution, mais tous les livres sont uniques et revêtent une valeur inestimable, non seulement en raison de leur ancienneté, mais aussi du point de vue des connaissances scientifiques qu’ils recèlent.

Une carte ancienne de la Russie .

Selon certains, la niche de deux mètres de longueur comprenait environ 30 000 livres considérés comme perdus. La cache contient principalement des livres prérévolutionnaires en langues étrangères : français, allemand, latin et grec. « Tous les scientifiques et les gens instruits du XIXe siècle connaissaient plusieurs langues, de sorte qu’il n’y avait pas de livres en russe” .

Dans une autre cache l’on a découvert des magazines techniques étrangers et des ouvrages en  russe.

Parmi les livres en russe, une attention particulière a été accordée à celui intitulé “Les forces productives de Russie”, qui recense toutes les usines de tous les secteurs industriels. « Quand vous lisez un tel livre, vous prenez conscience que notre pays était prospère et avait atteint un niveau de progrès qui n’a peut-être pas été atteint par certains pays occidentaux », déclare Olga Pleshkova, bibliothécaire en chef de l’entrepôt.

Un livre d’histoire datant de 1906 et appartenant au lycéen Sergueï Chelnokov constitue une véritable tranche de vie de l’époque. Entre les pages, on trouve des feuilles avec des notes au crayon prises par ce garçon.

Le mystère demeure concernant la raison pour laquelle ont été cachés tous ces livres et revues idéologiquement inoffensives concernant la chimie, la physique, la biologie, l’agriculture, les mathématiques, l’histoire, l’astronomie et d’autres sciences.

L’on pense découvrir encore d’autres caches avec d’autres trésors concernant l’histoire et la culture russe non seulement dans ce bâtiment mais également dans d’autres lieux de la ville (conf: le trésor Narichkine)

27
Nov

Vente Art russe à GENÈVE, 9 décembre 2013

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

 

Vente geneve dec 2013

Plus de 230 lettres inédites des Tsars Nicolas Ier, Alexandre II et de leur famille dévoilent au public les convictions politiques et secrets intimes des empereurs et de la dynastie Romanov (lots 75 à 90). Acquises par un capitaine américain, lors d’une mission en Europe pendant la Seconde Guerre Mondiale en tant que reporter de guerre pour le journal Stars and Stripes, ces lettres transportent le lecteur au cœur de la vie et des intrigues politiques de la Russie impériale, du XIXe siècle à la chute des Romanov. Elles s’accompagnent de la découverte d’objets emblématiques de cette époque emprunte d’un luxe rarement égalé. En témoigne une exceptionnelle paire de vases en porcelaine (lot 240) ou encore une rare tabatière en or et diamants (lot 176), cadeaux impériaux des Tsars Nicolas Ier et Alexandre Ier.

Autre découverte d’importance historique, des photographies inédites de la famille du Tsar Alexandre III sauvées des flammes par un artiste allemand, membre du Bauhaus (alors enrôlé dans l’armée), lors de la destruction du palais impérial de Gatchina par les nazis en 1944 (lot 92).

 photos

Une des photos .

Une rare tabatière en or, émail et diamants surmontée d’un portrait en miniature du Tsar Alexandre Ier, signé Bossi. Cette impressionnante boîte, réalisée par l’orfèvre Otto Keibel, est un cadeau impérial pour lequel les matériaux les plus luxueux et les artistes les plus talentueux ont été mis à contribution. Le Tsar Alexandre Ier l’a offerte au comte Comuto lorsque le 7 décembre 1803, il l’a élevé au titre de gouverneur et Prince de l’Etat Septinsulaire à Zante (Grèce).  La tabatière a été conservée dans la même famille depuis 210 ans avant d’être dévoilée pour la première fois au public à l’Hôtel des Ventes (lot 176 estimé CHF 80’000-120’000 ; EUR 65’000-100’000 ; USD 90’000-130’000).

tabatière

La vente du 9 décembre offre également une douzaine de lots de gravures, d’icônes et d’argenterie, provenant directement de la Princesse Vera Sergeievna Narychkine (1883-1963 ), née Comtesse de Witte, et son époux le Prince Cyrille Vassilievitch Narychkine (1877-1950), exilés de Russie après la chute du tsarisme, descendants de la prestigieuse lignée Narychkine. Il s’agit de cette même famille dont on a retrouvé à Saint Pétersbourg il y a un an, à la suite de travaux de réfection, le trésor incommensurable de milliers de pièces d’argenterie dans l’ancien palais Troubetskoy-Narychkine. La famille avait « muré » cet ensemble pour le sauver des bolchéviques au moment de la Révolution de 1917 (lots 55 à 69). (Voir l’article Artcorusse trésor Narichkine CLIQUEZ )

Alexandr Narichkine

Gravure provenant de la Villa Narichkine à Biarritz.

Exposition publique
(portes ouvertes) :

vendredi 6, samedi 7 et dimanche 8 décembre 2013

de 12h00 à 19h00 non-stop.

Calendrier des ventes :
Lundi 9 décembre 19h00 : Russie Impériale.
Lundi 9 décembre à 20h00 : Clôture de la vente silencieuse.
Mardi 10 décembre à 19h00 : Maroquinerie de Luxe, art de la table, argenterie.
Mercredi 11 décembre à 9h30 : Art d’Orient et d’Extrême-Orient, Art Nouveau, Art Déco, varia.
Mercredi 11 décembre 14h00 : Tapis, mobilier, lustrerie, miroirs, objets d’art.
Mercredi 11 décembre à 19h00 : Bandes dessinées & Comics, dessins, tableaux.
Jeudi 12 décembre à 14h00 : pendulettes, bijoux et montres.
Jeudi 12 décembre à 19h00 : Haute joaillerie et montres-bracelets.

Hotel des Ventes

Rue Prévost Martin 51

CH  1205  Genève

Tél: +41 22 320 11 77

Catalogue interactif  et ordre d’Achat