Informations Internationales

 

Tzigane “

Pétia Iortchenko

Mercredi 6 novembre 2019 à 20h

Alhambra, Genève

 

Un spectacle dans lequel le chorégraphe Petia Iourtchenko et la metteure en scène Johanna Boyé ont décidé de créer un univers qui revisite, modernise et réinvente les idées reçues sur ce peuple nomade.

C’est au travers d’une dizaine de tableaux inspirés l’artistes tels que Hugo, Le Caravage, Mérimée, Picasso, Manet ou Pouchkine, qu’un vieux peintre nous raconte l’histoire de sa vie et de son peuple : un voyage initiatique et poétique entre danse et théâtre, entre liberté et fascination ;  3 musiciens, une chanteuse et 8 danseurs, des rencontres de femmes fières, impudentes, lascives et passionnées et d’hommes bagarreurs, jaloux et possessifs ; un voyage rythmé par le son des chaussures martelant le sol, les volants des jupes virevoltantes et la voix chaude, profonde et enivrante de la chanteuse Lilia Roos-Dalskaïa, accompagnée de ses musiciens : l’accordéoniste Dario Ivkovic, le guitariste Pascal Rondeau et le contrebassiste Fréderick Fraysse. 

Un véritable hommage au peuple tzigane.

.

Pétia IOURTCHENKO est né à Donetzk en 1957, dans la tribu des «Vlach». A l’âge de 16 ans, il passe le concours du prestigieux «Théâtre Romen» de Moscou. Il participe aux spectacles et devient alors le plus jeune comédien, danseur, chanteur dans l’histoire du théâtre. Il se forme parallèlement à l’institut «Gnesenikh», où il étudie l’art dramatique, la danse, le chant et l’histoire de l’art. Entre 1974 et 1988, Pétia se produit dans toute la Russie, ainsi qu’à l’étranger (Japon, Inde, Yougoslavie, France…) En 1988, il joue avec la troupe pour la première fois à Paris au «Théâtre Mogador». En 1989, il quitte le «Théâtre Romen» pour revenir à Paris, pour se produire dans différents cabarets. En particulier au «Balalaïka», où tous les artistes de l’Est sont passés. Il rencontre Pascal De Loutchek, chanteur, guitariste d’origine russe; et Lilia Dalskaïa, chanteuse et ex-comédienne du «Théâtre Romen». Ils forment alors le trio «Arbat». Le trio se produit à New-York, Londres, Oslo, Madrid, Budapest … dans différents festivals et enregistre trois albums.

En 1994, Pétia fonde à Paris la compagnie ROMANO ATMO (l’âme tzigane), avec l’aide de sa femme Anne-Marie IOURTCHENKO. Cette compagnie a été créée dans l’objectif de préserver la culture, la tradition et la danse tzigane. 

4

 

L’architecte Paul Perrin construit l’Alhambra entre 1918 et 1920. La salle est d’abord un théâtre cinématographique. Son nom d’origine : Omnia, dont l’inscription est visible encore au-dessus du péristyle de l’entrée. Elle dispose d’un orchestre symphonique pour accompagner les films.

Entre 1924 et 1926, l’Alhambra  est remplacé par des revues, opérettes, vaudevilles, conférences ou même soirées sportives. L’Alhambra, qui en 1929 reçoit la première installation de cinéma sonore du pays.

Dans le courant du xxe siècle, l’Alhambra change plusieurs fois de propriétaire. En 1961, la Société immobilière Domus vend l’Alhambra à l’État de Genève. Ce dernier possédera la salle jusqu’en l’an 2000, lorsqu’il remettra la salle à la Ville de Genève. En 1995 il frôle la destruction, son comité l’en empèche. En 1996, l’Alhambra est classé monument historique. Après restauration L’Alhambra est inaugurée lors de la 24 ème Fête de la Musique de Genève le 19 juin 2015. L’Alhambra reprend officiellement son activité le

q

ALHAMBRA

Rue de la Rôtisserie 10
1204 Genève
 
Tarifs : Catégorie 1 48 CHF Catégorie 2 : 36 CHF
 
Billets : Fnacspectacle :  CLIQUEZ

Tél :078 966 07 97

LIGNES : 2, 3, 4, 5, 7, 10, 12, 14, 18, 19, 36, D,

ARRÊTS : Molard, Bel-Air

.

Concert exceptionnel

Vladimir Spivakov

et

l’Orchestre des Virtuoses de Moscou

Mercredi 23 octobre 2019 à 20h 30

Centre des Congrès Auditorium Rainier III, Monaco.

 

Vladimir Spivakov – Artiste mondial de l’UNESCO, président de la Maison internationale de la musique de Moscou ainsi que fondateur, directeur artistique et chef d’orchestre de l’orchestre philharmonique national de Russie et de l’orchestre de chambre «Moscow Virtuosi». Le violoniste virtuose s’est produit avec les plus prestigieux orchestres symphoniques du monde. Spivakov a fait ses débuts dans un nouveau rôle de chef d’orchestre avec le Chicago Symphony Orchestra il y a 40 ans. Les critiques l’ont admiré comme l’un des meilleurs maestros du monde.

Spivakov a fondé l’orchestre Virtuoses de Moscou en 1979. Aujourd’hui, il figure à juste titre parmi l’un des orchestres de chambre les plus recherchés. «Virtuosi» se produit dans des salles de concert légendaires telles que «Musikverein» (Vienne), «Albert Hall» (Londres), «Théâtre des Champs Elysées» (Paris) et «Carnegie Hall» (New York). Les musiciens donnent environ 100 concerts par an dans le monde entier. Le lien émotionnel délicat entre musiciens et auditeurs, associé à une performance magistrale, fascine le public et ne laisse personne indifférent.

i

Le vendredi 25 octobre concert au Musikverein Wien, Autriche.

4

CENTRE DE CONGRÉS AUDITORIUM RAINIER III

BOULEVARD LOUIS II 98000 MONACO 

Réservation: Billets Atrium Casino de Monte-Carlo
Horaire des guichets – du mardi au samedi 10h00-17:30

Tél.: (+377) 98 06 28 28

Tarifs : VIP = 150€, Cat 1 = 129€, Cat 2 = 65€

et sur ​​le site: www.montecarloticket.com

 

EXPOSITION

” Regards d’artistes russes sur les villages de la Basilicate”

Mardi 15 au lundi 28 octobre 2019

Musée d’art de l’Académie Stieglitz, Saint Petersbourg

 

La communauté culturelle mondiale célèbre un événement marquant pour la Basilicate et l’ensemble de l’Italie: la ville de Matera (Unesco) a été déclarée Capitale européenne de la culture en 2019.

L’exposition “Villages de la Basilicate à travers les yeux d’artistes russes” coïncide avec cet événement. A.L. Stieglitz, avec le soutien de l’association culturelle «Maison russe à Basilicate» (Italie) et du consulat général d’Italie à Saint-Pétersbourg. L’exposition présentera des œuvres d’artistes, de participants de plein air italiens et d’enseignants SPGHPA. A.L. Stieglitz.

Une partie de l’exposition.

Des artistes de Russie, d’Allemagne, de Lettonie, d’Estonie participent à l’exposition.
Ils ont  étaient dans la région de la  Basilicat, en Italie à l’occasion  d’un  “Plein air” organisé par l’association culturelle “Maison russe en Basilicate”.

Prêts à être accrochés.

Les  professeurs du département de peinture de l’Académie Art-Industriel. A.L. Stieglitz exposants :
Yan Antonishev (Ян Антонышев), Olga Abramenkova (Ольга Абраменкова), Elena Bazanova, (Елена Базанова),  Andrey Bazanov (Андрей Базанов), Youri Vassiliev (Юрий Васильев), Natalya Vishniakova (Наталья Вишнякова), Azat Galimov (Азат Галимов), Elena Grin (Елена Гринь), Alexandre Gushchin (Александр Гущин), Xenia Drozd (Ксения Дрозд), Andreï Dubov (Андрей Дубов), Lev Dutov (Лев Дутов), Dmitry Egoupov (Дмитрий Егупов), Anna Esipova (Анна Есипова), Alexander Zimine ( Александр Зимин), Olga Ivleva (Ольга Ивлева), Alexander Klimenko (Александр Клименко), Natalia Kozhevnikova (Наталья Кожевникова), Irina Kopeïkina (Ирина Копейкина), Andreï Koroltchouk (Андрей Корольчук),  Vladimir Krachmer (Владимир Крачмер),  Tamara Kudravtseva, (Тамара Кудрявцева),  Valéry Kourtou (Валерий Курту), Vladimir Lobanov (Владимир Лобанов), Olga Loutsko (Ольга Луцко), Tatiana Louchnikova (Татьяна Лушникова), Sergueï Lioubimov (Сергей Любимов), Mikhail Liamkine (Михаил Лямкин), Valery Mironov (Валерий Миронов), Sergueï Pen (Сергей Пен), Alla Polkovnitchenko( Алла Полковниченко), Ekaterina Romanova (Екатерина Романова), Alexander Riaptsev (Aлександр Рябцев), Sergueï Roudnev (Сергей Руднев), Véra Stanishevskaya (Вера Станишевская), Alexeï Talaschuk (Алексей Талащук),  Oleg Tchertkov (Олег Чертков),  Elena Tchertkova (Елена Черткова)), Olga Shayounova ( Ольга Шаюнова), Maria Shevchuk (Мария Шевчук), Elena Yaroslavtseva (Елена Ярославцева).

“Rythmes nocturnes”, Matera , 2019 aquarelle de L. Dutov.

 

L’inauguration de l’exposition s’est déroulée en présence des hautes autorités russes et iatliennes.

(De gauche à droite ) : Dr. Djani Mapaniou de la ville de Matera, l’interprète italienne, la Vice-Consul d’Italie à Saint Petersbourg Monica Portone, l’Artiste du peuple de Russie, académicien de l’Académie des arts de Russie, directeur de la création du SPGHPA. A.L. Shtieglittz Alexeï Iourevitch Talatchouk, la recteur de l’académie d’État de l’Art et de l’Industrie e Saint Petersbourg A. L. Stieglitz Anna Nicolaievna Rislitsina, le curateur de l’exposition Lev Dutov et  la responsable de la “Maison russe de Basilicate” Victoria Petrova.

Au centre nous reconnaissons la responsable de la “Maison russe de Basilicate” Victoria Petrova, entourée d’artistes qui ont participé au “plein air”, russes, italiens, lithuaniens, allemands et des professeurs de l’Académie Stieglitz.

 

3

L’école est fondée par décret du tsar Alexandre II en 1876, grâce aux moyens financiers  le  baron von Stieglitz  (1814-1884), banquier et industriel. L’académie prépare des dessinateurs industriels et techniques et de futurs professeurs de dessin des écoles secondaires techniques. Elle enseigne aujourd’hui à environ 1 500 étudiants répartis en trois facultés, art monumental, design et arts décoratifs. Son corps professoral compte quelque deux cent-vingt enseignants. L’Académie à célèbré son 140 ème anniversaire en 2016.

t

 

Musée des Arts Appliqués, Académie Stieglitz

Solyanoi pereulok  15 , Saint- Pétersbourg 191028

Téléphone :+7 812 273-38-04

Ouvert du mardi au samedi de 11h à 17h.

 

 

CATTO GALLERY

Exposition-Hommage

Sergei Chepik

Du jeudi 12 au 30 septembre 2019

Galerie Catto, Londres.

 

Sergei Chepik est certainement l’un des plus grands peintre issu de l’Union Soviétique. Il est né à Kiev en 1953, il s’est installé à Paris en 1988 ou il a vécu et travaillé jusqu’à son décès en 2011.

Le Banc, 1989, technique mixte sur toile, 66 x 102 cm.

L’exposition présente plus de 30 œuvres, dont certaines n’ont pas été exposées depuis  30 ans.

Son chef d’œuvre la “Maison des Morts“, peint en 1987 a été censuré et interdit d’exposition en URSS. Ce tableau l’a contraint à venir s’exiler en France, cette toile en 1988 a été exposée au Salon d’Automne  où elle a obtenu le Grand Prix des Amis du Salon d’Automne.

Le carton préparatoire  sera exposé pour la première fois.

Carton préparatoire de La maison des morts 168×178 cm.

Technique mixte sur carton. 1979-1987

Détail de La Maison des Morts. En bas à gauche.

Il a réalisé les portraits de Noureev, de Margaret Thatcher … , ainsi qu’une série de quatre toiles monumentales pour la cathédrale Saint Paul de Londres.

3

You are invited to the private view of an exhibition of paintings by
Russian Artist Sergei Chepik
Thursday 12th September 6pm – 8.30pm
r

Catto Gallery

100 Heath Street, London, NW3 1DP

Tél : +44 (0) 207 435 6660

Mail : art@cattogallery.co.uk

Open : du lundi au samedi 10h – 18h , dimanche de 12h30 à 18h

XXIème Congrès de Mendeleev

sur la Chimie Générale et Appliquée

Lundi 9 au vendredi 13 septembre 2019

Saint Pétersbourg

 Le XXIème Congrès de Mendeleev sur la chimie générale et appliquée se tiendra du 9 au 13 septembre 2019 à Saint-Pétersbourg. Sous les auspices de l’UICPA et dans le cadre de l’Année internationale du tableau périodique des éléments chimiques.

Le congrès de Mendeleïev a lieu tous les trois ou quatre ans en Russie et commence en 1907, à la mort de Dimitri Mendeleïev. Il diffère des autres grandes conférences sur la chimie en ce qu’il réunit un nombre considérable de participants (environ 3 000 personnes) et couvre également tous les aspects de la chimie et de la technologie chimique.

En 2019, lors de la session plénière, sont attendus les rapports de deux chimistes français remarquables, le Prix Nobel Jean-Pierre Sauvage et le Professeur du Collège de France Jean-Marie Tarascon.

D. I. Mendeleev (1834 – 1907)

Le premier congrès de Mendeleïev tenu à Saint-Pétersbourg en 1907 était dédié à la mémoire du grand scientifique russe D.I. Mendeleev (1834-1907). Des congrès se sont tenus à Moscou, Léningrad (Saint-Pétersbourg), Kazan, Kharkov, Kiev, Almaty, Bakou, Tachkent, Minsk et Volgograd. Le précédent XX Congrès de Mendeleïev avait eu lieu en 2016 à Ekaterinbourg. En 2019, 150ème anniversaire de la création du  tableau périodique des éléments chimiques de D.I. Mendeleev,  la plus célèbre réalisation scientifique de la Russie dans le monde depuis toutes les époques de l’existence de la science russe. Il est également important de célébrer en 2018 les 150 ans de la Société chimique russe (maintenant la Société chimique russe), créée à l’initiative de D.I. Mendeleev à l’Université de Saint-Pétersbourg. C’est pourquoi le XXIe Congrès s’est tenu à Saint-Pétersbourg – un centre majeur de la chimie et de l’industrie en Russie. Les congrès de Mendeleïev ont lieu tous les 4 à 5 ans dans les principaux centres scientifiques et culturels de la Russie et déterminent les grandes orientations du développement de la chimie et de l’industrie chimiques dans notre pays.

Le XXIe Congrès de Mendeleev sur la chimie générale et appliquée aura lieu au complexe multifonctionnel de Gorny (sur l’île Vassikevki), à l’hôtel Park Inn by Radisson Baltic et université d’État de Saint Petersbourg. Sont attendus 2 200 à 2 500 personnes pour participer aux travaux du 21ème Congrès Mendeleïev à Saint-Pétersbourg, dont 300 scientifiques étrangers, y compris le lauréat du prix Nobel  de chimie 2016.

Jean Pierre Sauvage, Prix Nobel de chimie 2016,  de l’Institut de Science et d’Ingénierie Supramoléculaires, Strasbourg, France.

r

 

Jean-Marie Tarascon, Professeur au Collège de France depuis janvier 2014 à la chaire Chimie du solide et énergie.

r

 

Renseignements sur le XXIème Congrès : CLIQUEZ

 

r

 

CONTACTS :

Secrétaire scientifique Julia Gorbunova (Membre correspondant de l’Académie des sciences de Russie)
E-mail: mendeleev2019@gmail.com
Tel: +7 495 954 54 83

Pour des questions d’inscription en ligne, procédure de soumission des résumés,  paiement des frais d’inscription, réservation d’hôtel et le paiement, les transferts individuels, les billets d’avion et de train, veuillez contacter le partenaire technique du congrès:
Coordinateur du projet Dmitry Alekseev 
E-mail: mendeleev2019@mesol.ru
Tél.: +7 921 433 94 51

 Festival Tour Spasskaïa 2019

Vendredi 23 août au dimanche 1er septembre

2019

Place Rouge, Moscou

Le plus grand défilé d’orchestres militaires au monde se déroule  pied des murs du Kremlin de Moscou depuis 2007.

Le message principal de cette célébration haute en couleurs des meilleures formations militaires du monde: “La musique est le langage de la paix, pas de la guerre.”

Chaque année, des dizaines de milliers de spectateurs et invités de la tour Spasskaïa lancent un spectacle coloré dans lequel ils ont réussi à combiner la grâce des unités de gardes d’élite des chefs d’État, l’élégance des meilleurs groupes de cavalerie, le son époustouflant des ensembles militaires et folkloriques de nombreux pays du monde et les performances de stars de la pop mondiale.

Tout cela se marie harmonieusement aux éléments théâtraux mis en scène avec talent, aux installations lumineuses et aux feux d’artifice à couper le souffle.

La tour Spasskaïa est le meilleur exemple de la manière dont l’art unit les nations, le désir des peuples du monde entier de créer, d’expérimenter audacieusement dans le domaine des plus grands dons de l’humanité – la musique et la danse “, a déclaré Alexander Mikheev, directeur général de « Rosoboronexport. »

La géographie des pays participant au projet couvre traditionnellement toutes les régions du monde. Arrivera cette année à Moscou l’Orchestre central des forces terrestres des forces d’autodéfense du Japon, l’école supérieure militaire de l’Azerbaïdjan, Heydar Aliyev, l’orchestre Armoni des forces armées turques, l’orchestre militaire de l’armée populaire de la RPDC, le groupe de musique Khan-Nuri de la République de Corée, Orchestre Tireurs alpins «Tridentina» d’Italie, fanfares «Stremsgodset» et «Twight Union» de Norvège, Orchestre exemplaire de la garde nationale de la République du Kazakhstan, Égypte Symphonie militaire, Exposition exemplaire L’Orchestre des forces armées de la République de Biélorussie, ainsi que l’Orchestre mixte celtique des cornemuses et tambours et l’équipe internationale de danse celtique.

 Pour les enfants, le Festival a préparé le programme “Tour Spasskaya pour les enfants” – un concours de fanfare pour enfants.

Des groupes d’enfants de différentes villes et pays, des gardes d’honneur se produisent dans un lieu spécialement construit pour les invités, des concerts, des programmes interactifs, des studios de création et des animations éducatives sont également organisés.

Une partie importante du festival Spasskaïa Tower est un vaste programme caritatif prévoyant la distribution gratuite de plusieurs milliers de billets entre des groupes de personnes socialement non protégés, ainsi que dans des institutions et des écoles pour enfants à Moscou, dans la région de Moscou et dans d’autres régions de la Russie.

k

PROGRAMME

Vendredi 23 août 2019 , 20h-22h30

Cérémonie d’ouverture avec parmi les participants:

– L’orchestre supérieur de l’école militaire azerbaïdjanaise doit son nom à Heydar Aliyev.

  • Orchestre exemplaire des forces armées de la République de Biélorussie

– Cornemuse celtique internationale et orchestre de tambours

– Orchestre Symphonique Militaire Egyptien

– L’orchestre de tir alpin “Tridentina” porte le nom du caporal principal Andrea Morand

– Orchestre modèle de la garde nationale de la République du Kazakhstan

– Orchestre de l’ Armée Populaire de Libération de la République Populaire de Chine

– Marching Orchestra Stremsgodset

– Armoni Orchestra des Forces Armées de Turquie

– Armée militaire de la République populaire démocratique de Corée

– Groupe musical “Khan-nuri”.

– Orchestre Central des Forces Terrestres Japonais.

– Orchestre présidentiel du Kremlin de Moscou.

– Compagnie de la garde spéciale du régiment présidentiel du service du Kremlin de Moscou.

– Orchestre militaire central du ministère de la Défense de la Fédération de Russie.

– Le Concert Central Orchestre Modèle de la Marine de la Fédération de Russie N. A. Rimsky- Korsakov.

– Garde d’honneur modèle militaire orchestre.

– L’Orchestre Suvorov du Collège de  musique militaire de Moscou Lieutenant général V.M. Khalilov.

  • Ensemble de percussions du pensionnat pour élèves du ministère de la Défense de la Fédération de Russie.

– Orchestre Militaire du Quartier Général de l’ Ordre du Nord – Ouest de l’Etoile Rouge du District de la Garde Nationale Troupes de la Fédération de Russie.

– Orchestre Militaire (Garnison de Moscou) du 154ème Régiment Commandant Séparé de la Transfiguration.

  • Orchestre de démonstration de l’EMERCOM de Russie.

– Ensemble central des frontières du Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie.

k

Samedi 24 août 2019

 14h 30 :  ” Club équestre ” Ecole d’équitation du Kremlin “

 

18h 30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie.

k

Dimanche 25 août 2019

 

10h : Concours de sauts d’enfants pour le prix du festival Spasskaya Tower

14h 30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie.

18h 30 : Performance de manège du Kremlin, cascade équestre.

k

Lundi 26 août 2019

14h 30 à 15h 30 : Spectacle équestre, au profit des pupilles du Conseil public des parents élevant des enfants handicapés au Département de la protection sociale de la ville de Moscou.

  • “Le départ solennel de la police montée de Moscou”, prestation des cavaliers du 1er régiment de police opérationnelle de la direction générale du ministère de l’Intérieur de la Russie devant la ville de Moscou
  • Spectacle lumineux et fougueux avec des étalons andalous et des chevaux miniatures de l’élevage Hidalgo de Saint-Pétersbourg
  • Salle de magie avec pegasus et licornes formés du théâtre équestre de Yana Shanikova
  • Un spectacle coloré avec des chevaux miniatures du complexe de créateurs équestres et de l’Association russe des chevaux miniatures américains,
  • Prestation du groupe de cérémonie équestre pour les enfants de l’école d’équitation du Kremlin.

 

18h30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie

k

Mardi 27 août 2019

14h30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie.

18h30 : Association autonome ” Club équestre ” Ecole d’équitation du Kremlin “.

k

Mercredi 28 août 2019

14h30 : Association autonome ” Club équestre ” Ecole d’équitation du Kremlin “.

18h30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie

k

Jeudi 29 août 2019

14h30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie.

18h30 : Association autonome ” Club équestre ” Ecole d’équitation du Kremlin “

k

Vendredi 30 août 2019

10h : Concours de Djiguitovka pour enfants en lice pour le prix du festival Spasskaya Tower.

Djiguitovka est une exercice militaire historique de la culture équestre nationale. La jiguitovka était un élément important de l’entraînement des cavaliers et avait une signification appliquée par l’armée .

Vingt lauréates et lauréats du concours de sélection de djiguitovka, se dérouleront dans le cadre du 3ème festival Open Moscow de l’ art et du sport équestres pour enfants et jeunes .

Les jeunes athlètes démontreront leurs succès et compétences dans l’exécution d’éléments tels que: «hirondelle», «couché sur la selle», «pendaison de cosaque», «falaise de cosaque», «chevauchant sur la selle», «debout sur l’étrier», «ciseaux» , “Assis sur le cou” et d’autres sur la marche et le trot.

18h30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie.

k

Samedi 31 août 2019

14h30 : Association autonome ” Club équestre ” Ecole d’équitation du Kremlin “

18h30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie.

k

Dimanche 1er septembre 2019

10h30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie.

18h30 : Association autonome ” Club équestre ” Ecole d’équitation du Kremlin “

3

Vous pouvez acheter des billets officiels pour le festival international de musique militaire Spasskaya Tower 2019 à Moscou

LLC “Ticket”

Adresse actuelle: 109029, Moscow, st. Kalitnikovskaya SR., D. 15, apt. 2

Adresse légale: 109029, Moscou, st. Kalitnikovskaya SR., D. 15, apt. 2

 

Radio Russe, Russian Media Groupe

et SOVA Production.

mardi 13, mercredi 14  et jeudi 15 août

2019  à 20h

Espace Fontvieille, Monaco

L’animateur du festival, Dmitry Olenin,
.
est l’un des présentateurs et animateurs les plus recherchés de Russie, le présentateur de la radio russe, dont la voix est connue et aimée par des millions d’auditeurs. 

Mardi 13 août

Les spectateurs du Festival entreront dans l’histoire ! Le festival présentera comme concert sur la Côte d’Azur Leningrad Band  ! Véritables icônes de la scène musicale russe, lauréats de nombreux prix musicaux, artistes exceptionnels, garantie d’un spectacle inoubliable !

g

Mercredi 14 août,

La scène du Festival réunira trois divas qui sont au sommet de leur popularité :

LOBODA une véritable star lauréate de nombreux prix musicaux, qui vient de terminer avec succès sa tournée européenne.

e

MARUV, l’une des principales découvertes de l’année, auteur-comositrice et interprète.

e

Lena Temnikova, connue depuis longtemps par le public russophone.  Elle a fait partie du groupe Serebro.

g

Jeudi 15 août 

Place aux hommes sur la scène.

Dima Bilan, artiste qui a conquis le cœur de l’Europe et est devenu le vainqueur de “Eurovision 2008”. Il a également été membre du jury de “The Voice. Russie”.

e


Vous serez émus par chaque chanson romantique de EMIN qui sera une véritable déclaration d’amour !

e

 Zemlyane Band qui célèbre cette année ses 40 ans, saura plaire comme toujours avec des nouvelles chansons. Le responsable et directeur musical en est Sergueï Skachkov. C’est un groupe de rock soviétique et russe, l’un des groupes les plus en vue de la période de VIA dans la musique soviétique, qui a introduit des éléments de la musique rock sur la scène soviétique.

3

Espace Fontvieille
5, avenue des Ligures
98000 Monaco
TARIFS:

Abonnement pour 3 jours de concert: VIP*: 1 200 €, Premium: 500€, Basique: 220€

Parterre: 100€

Prix du billet pour chaque concert: VIP*: 500€, Premium: 250€, Basique: 100€,

Parterre: 50€

*VIP – le prix comprend: coin salon, service de bar à la carte, service de voiturier

SUPER VIP (pour groupes de 15 personnes) – 800 euros par personne. Pour plus d’informations sur ce tarif, appelez le 06 40 62 79 79

RÉSERVATION:
Russian Music Festival
https://www.billetweb.fr/rmf
Tél. : +33 763 95 33 33

Exposition organisée par

La Banque de Russie

250 ans de papier-monnaie russe ” .

 Jeudi 1er  au vendredi 30 août 2019

Rue Arbat et Boulevard Tverskoï, Moscou

Il présentera 30 photographies de billets de banque appartenant à la collection du musée de la Banque de Russie, illustrant l’évolution des méthodes de fabrication de l’argent. En outre, les visiteurs pourront voir des billets de banque modernes, démontrant le design et les avancées technologiques de nos jours.

L’ exposition Bd Tverskoï rassemblera des photographies de bâtiments (monuments historiques et culturels d’importance fédérale, régionale et locale) dans lesquelles se trouvent les institutions de la Banque de Russie.

g

L’impératrice Catherine II a signé le manifeste sur l’établissement de “banques d’État pour l’échange de billets de banque” le 29 décembre 1768 (sur le nouveau style – 9 janvier 1769). Ce fut le début de la circulation de la monnaie de papier en Russie. Les premières notes ont été imprimées la même année 1769.
Le papier pour les premiers billets a été fabriqué dans une usine de papier à Krasnoe Selo, l’imprimerie du Sénat se livrant à l’impression. Et depuis 1818, la production de papier et l’impression de papier-monnaie ont été combinées dans une entreprise – l’Expédition de l’approvisionnement en papiers d’État (depuis 1919 – Goznak).

Les premiers billets – appelés assignations – ont été imprimés sous Catherine II. Les billets étaient devenus indispensables, car le Trésor manquait de pièces d’argent : le pays dépensait des sommes importantes pour ses besoins militaires et les notes étaient réglées en pièces d’or et d’argent, surtout avec les fournisseurs étrangers. La première émission s’est élevée à un million de roubles en billets de 25, 50, 75 et 100 roubles. Ces assignations se prêtaient facilement à la contrefaçon et les billets de 25 roubles devenaient souvent des billets de 75.

g

1897 – Fin de la réforme monétaire qui a établi l’étalon-or, un système dans lequel l’unité monétaire est définie en référence à un poids fixe d’or. Les billets émis portaient l’inscription suivante : « La Banque nationale convertit les billets en or sans aucune restriction ».

g

1898 – Année de parution, pour la première fois, de la plus grosse coupure d’un montant de 500 roubles.

g

1907 – Sur fond de perfectionnement des moyens d’impression, l’Etat émet progressivement de nouveaux billets de 3, 5, 10, 25, 100 et 500 roubles.

g

1912 – Une nouvelle coupure de 50 roubles paraît. Les dimensions du billet de 1912 sont de 275×126 mm

g

1917 – Titres de compte du gouvernement soviétique. Après la Révolution d’Octobre de 1917, l’Empire russe a cessé d’exister. La République socialiste fédérative soviétique de Russie (RSFSR) se devait d’avoir sa monnaie. En 1919, elle émet de nouveaux roubles avec les armoiries de l’Etat. Officiellement, ce sont des « titres de compte » et non de l’argent, car le gouvernement soviétique se fixe pour objectif d’édifier une société communiste où l’argent n’existera plus.

g

1921 – L’aspect du rouble a été simplifié pour des raisons d’économie.

g

1922 – A cette date, l’émission de billets a pris une ampleur catastrophique. Le rouble se situant parmi les monnaies les plus faibles, les ménages les plus modestes comptaient l’argent en millions. Au final, le pays a créé un nouveau rouble en supprimant plusieurs zéros : 1 rouble de 1922 valait 10 000 anciens roubles. Les nouvelles coupures avaient une finition graphique plus soignée.

g

1923 – Billets de l’URSS d’une valeur de 10 00, 15 000 et 25 000 roubles. Les billets sont frappés, pour la première fois, des armoiries de l’URSS (formée en décembre 1922) avec un ruban qui s’enroule six fois autour des épis, d’après le nombre de républiques regroupées au sein de l’Union soviétique. Les inscriptions sur les billets sont également faites en six langues : russe, biélorusse, ukrainien, géorgien, arménien et azerbaïdjanais.

g

1924 – Rouble soviètique. Les billets de 1923 ont été rachetés à la population à raison d’un rouble d’or en billets de trésorerie contre 50 000 anciens roubles. A l’issue de toutes ces réformes, le pays a obtenu le rouble soviétique valant 50 milliards de roubles d’avant 1922.

g

1925 – Les coupures de 3 et 5 roubles changent de look.

g

1924 – Nouveau changement esthétique pour les billets de 1, 3 et 5 roubles. Ils comportent désormais la signature du commissaire du peuple des Finances, Grigori Grinko. Toutefois, ce dernier a été arrêté et il a été décidé de réémettre des billets de même valeur et de même apparence, mais sans sa signature.

g

1938 – Les billets de 1, 3 et 5 roubles changent encore une fois de look et arborent les images d’un mineur, d’un soldat de l’Armée Rouge et d’un pilote. Les coupures de valeur supérieures sont nominées en tchervonets (monnaie intérieure valant 10 roubles).

g

1947 – Réforme monétaire. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la population recevait les produits alimentaires et ménagers contre des cartes de rationnement à des prix fixes. Suite à la réduction de la vente au détail, le pays comptait des billets superflus en circulation. Il a été décidé que 10 anciens roubles vaudraient 1 nouveau rouble. Le pays a émis plusieurs coupures d’une valeur allant de 1 à 100 roubles.

g

1961 – L’argent, les prix et les tarifs sont évalués en nouveau rouble valant 10 anciens roubles. De nouvelles coupures, d’une valeur de 1 à 100 roubles, et des pièces sont mises en circulation. L’argent « version 1961 » a été celui qui a duré le plus longtemps de toute l’histoire de l’Union soviétique : jusqu’à la réforme du 23 janvier 1991.

g

1991 – Réforme dont l’objectif est d’éliminer une masse fiduciaire superflue. Selon les projets, les coupures de 50 et 100 roubles de 1961 devaient être échangées contre des billets moins importants toujours de 1961 et des billets de 50 et 100 roubles de 1991. Toutefois, les conditions étaient strictes : pas plus de 1000 roubles par personne. Ceci a permis de retirer de la circulation 14 milliards de roubles en espèces.

g

1992 – L’Union soviétique a cessé d’exister fin 1991, mais les billets à armoiries de l’URSS ont continué à être émis. 1992 a vu apparaître des coupures réactualisées d’une valeur de 50 à 1000 roubles : ce furent les derniers billets soviétiques.

g

1993 – Unique moyen de paiement. Réforme monétaire qui a mis hors circulation les billets de toutes les émissions précédentes et reconnu en qualité d’unique moyen de paiement les coupures de la Banque de Russie de 1993.

g

1995 – Le pays fait imprimer de nouveaux billets de 1000 à 500 000 roubles avec des changements au niveau esthétique et mieux sécurisés. Les coupures représentent des vues de villes russes comme Vladivostok, Novgorod, Krasnoïarsk, Saint-Pétersbourg et Moscou.

g

1998 – Le pays a supprimé plusieurs zéros de sa monnaie et a imprimé de nouveaux billets de 5, 10, 50, 100 et 500 roubles.

g

2013 – Mise en circulation d’un billet de 100 roubles avec la date « 2014 » consacré aux Jeux olympiques de Sotchi.

g

2018 – Le 22 mai, un nouveau billet de banque commémoratif consacré à la Coupe du Monde de la FIFA 2018 a été lancé. Le revers de la nouvelle facture est un garçon avec un ballon de football à la main et un gardien de but dans un saut pour le ballon. La figure du gardien de but capture facilement l’image du célèbre footballeur russe Lev Yashin. Au verso du billet se trouve un ballon de football, stylisé en globe terrestre, sur lequel, outre les losanges habituels – pentagones, le territoire de la Fédération de Russie est mis en évidence en couleur.

3

En outre, l’exposition «Maison de la banque» ouvrira ses portes le 1 er août . L’exposition sur le boulevard Tverskoï rassemblera des photographies de bâtiments (monuments historiques et culturels d’importance fédérale, régionale et locale) dans lesquelles se trouvent les institutions de la Banque de Russie.

Entrée est gratuite.

 

Exposition

«L’échelle dans l’esprit, la vie et l’art»

avec André et Vladimir Hofmann

Jusqu’au 29 septembre 2019

Centre Mikhaïl Chémiakine, Saint Petersbourg.

 

«L’échelle dans l’esprit, la vie et l’art» ouvre un nouveau sujet de recherche pour plus d’un demi-siècle de recherches intitulé «Musée imaginaire» de l’artiste et sculpteur Mikhail Chemiakine. 700 images vous présenteront l’image de l’escalier dans les œuvres de différents maîtres de l’Antiquité à nos jours. À travers le prisme du thème choisi, vous verrez de l’art primitif, des complexes de temples anciens, une icône russe, des manuscrits médiévaux, des affiches de cirque, des performances et toutes sortes d’expositions d’art moderne.

Pendant six mois, le Centre pour Mikhail Chemiakine a organisé un concours d’artistes contemporains sur le thème «L’échelle dans l’art», associé aux recherches du Musée imaginaire de Mikhail Chemiakine. Au total, environ 300 demandes de participation. Parmi les sélectionnés primés du concours, figurent les Frères Hofmann, Vladimir et Andreï dit Sadko.

f

Vladimir Hofmann, sculpteur d’origine russe né et vivant à Paris comme il aime à le dire “Je suis Russe parisien“, français de papiers mais russe de cœur. Descendent d’une illustre famille pétersbourgeoise, le russe que toute la famille parlait à la maison fut sa première langue, il n’a appris le français qu’à l’école.  Son credo artistique a été influencé par son origine russe et l’ambiance familiale, oscillant entre la musique, la danse et les arts plastiques.

Vladimir Hofmann devant une sculpture

Depuis les années 1970, il expose en France et à l’étranger avec son frère jumeau, André dit Sadko (décédé en décembre 2016), et, depuis 2001, en Russie, terre de ses ancêtres, où il effectue de fréquents séjours, notamment à Saint-Pétersbourg, le berceau familial.

Andreï Hofmann dit Sadko

(10 novembre 1945 – 18 décembre 2016) 

“L’artiste donne a voir ce qui est inaccessible a l’oeil; il montre l’invisible… Par son art, il révèle son propre univers et sa personnalité.” Vladimir Hofmann.

Vladimir Hofmann, en sculpture, est titulaire de la médaille de vermeil de la Ville de Paris. Ses œuvres se trouvent dans les collections privées de par le monde.

3

Le Centre Mikhail Сhémiakine organise régulièrement des conférences, des master classes, des pièces de théâtre, des concerts et bien sûr des expositions d’œuvres de Shemyakin et de ses contemporains.

3

Centre Mikhaïl Chémiakine

Sadovaya St. N°7, Saint Petersbourg, Russie.

Tél: +7(921)849-41-89

Horaires: du mardi au dimanche de 11h00 à 20h00.

Fermeture les 28 et 29 mai 2019.

” L’ èpoque du 6ème Soleil “

Alexei Talashchuk

Vendredi 26 juillet au dimanche 11 août 2019

Musée d’Art de Saint Pétersbourg

Le musée d’art de Saint-Pétersbourg. XX-XXI siècles. (MISP) présente une exposition des œuvres du célèbre artiste Pétersbourgeois, le  professeur Alexei Yuryevich Talashchuk, né le 15 juin 1944 à  Chernyakhi, dans la région de Rivne (Ukraine). Académicien de l’Académie des arts de Russie, artiste national de Russie, membre de l’Académie des sciences naturelles de Russie, ancien directeur de l’Académie Moukhine à St Petersbourg (Académie des Beaux Arts Stieglitz).

S’inspirant d’anciennes icônes et de fresques, il crée un monde surréaliste, parfois plus convaincant et plus profond que la réalité visible, remplit les images de signification symbolique. Le désir de connaître la vérité secrète conduit le maître à l’incarnation associative et allégorique de scènes bibliques, motifs associés au patrimoine culturel de l’Orient antique, de l’Inde, de l’Europe et de l’Amérique du Sud.

 D’où le nom de l’exposition – “L’époque du sixième soleil“. C’est ainsi que l’artiste comprend l’heure actuelle et le voit dans ses œuvres, dans lesquelles apparaît de temps en temps le thème prophétique du chemin, le chemin en tant que symbole de la quête éternelle. Ses œuvres laissent invariablement un sentiment de joie frémissante et mystérieuse.


Le langage de l’art d’Alexeï Talashchuk se caractérise par la clarté des formes, l’harmonie des couleurs, la musicalité des lignes, quelle que soit la technique utilisée. Chez le graphiste, il préfère les grandes feuilles, qu’il mouille abondamment, fabrique des doublures colorées, combine le pastel à l’aquarelle, compacte progressivement la surface et augmente l’intensité de la couleur. La même saturation des couleurs se distingue également par ses compositions picturales basées sur la précision du motif expressif et la généralisation maximale des formes illustrées qui créent l’apparence du volume.

Dans ses émaux, le dessin apparaît encore plus clairement et plus lourd que dans les toiles. Au cours du travail de cadrage, le maître trouve toujours une solution qui peut améliorer le son de l’émail en tant que matériau précieux et en révéler les qualités intrinsèques: brillance, profondeur colorée et variation tonale. Il se tourne vers des techniques telles que  la découpe, la gravure, le forgeage d’art, la soudure, la peinture monumentale.

Toutes les œuvres d’Alexeï Talashchuk, quelle que soit leur appartenance à un type d’art particulier, se caractérisent par une belle esthétique visuelle basée sur une combinaison harmonieuse de décorations raffinées et d’images associatives.

L’exposition, consacrée au 75e anniversaire de l’artiste, comprend plus de 50 aquarelles, émaux et peintures créés à différentes années et donnant une image complète de son style créatif.

3

VERNISSAGE jeudi 25 juillet 2019 à 18 h.

Merci à Maria Vasilyeva pour les photos du vernissage.

3

Musée d’Art de Saint-Pétersbourg XX-XXI siècles. (MISP)

Quai du Canal Griboïedov, N° 103, Saint Pétersbourg

Horaires : Mardi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche 12h-20h.

mercredi 14h -21h , Lundi – fermé

Tarifs : de 50 à 150 roubles

Métro : M. Admiralteyskaya, M. Gostiny Dvor, M. Sadovaya, (à pied 15mn).

 

Spectacle national de Russie “Kostroma”

du 15 juin au 15 septembre 2019

Théâtre Chanson Russe “Русская песня”

Moscou.

 L’exposition nationale de la Russie présente l’histoire de notre pays multinational

Sur la scène du théâtre “chanson russe”, 50 artistes de “Kostroma” présentent plus de 600 costumes uniques de différents peuples de Russie. Pas moins de 17 tableaux scéniques aident à faire revivre l’histoire et à raconter la danse durant les principales époques du pays, ses héros et ses traditions.

Des amulettes, des souliers nationaux, des tambours, des jararas et des petites assiettes ont été fabriqués à la main par des maîtres des traditions culturelles autochtones de la Tchoukotka, de la République de Tyva, du Daghestan et du Tatarstan.

Les spectateurs qui ont assisté à la pièce de théâtre Spectacle national de Russie «Kostroma »se souviennent de l’impressionnant numéro« Navigation sur la Volga », qui symbolise le plus long fleuve d’Europe, sur la rive de laquelle se trouve l’ancienne ville russe Kostroma.

Le costume de la puissante mère Volga a été créé comme une sculpture délicate. L’artiste a aligné l’image, la silhouette, la proportionnalité calculée, la dynamique du mouvement, le jeu des couleurs et la texture des tissus.

Pour recréer l’image des vagues, cela a nécessité plus de 100 mètres de tissu. 12 ont été cousues. Pour créer l’effet d’éblouissement sur l’eau, l’artiste a combiné une grande variété de nuances de tissus bleus et bleus. Plus de dix heures ont été nécessaires uniquement pour assembler tous les volants multicouches en tissu de différentes nuances pour un costume, les volants, qui créent un effet de mousse.

Pour créer une image dynamique du mouvement des rivières, le costume était composé de deux parties: une jupe épaisse à volants et une ceinture allongée, répétant les lignes de vagues en ébullition, et une robe légère et fluide aux manches transparentes luxuriantes, personnifiant le vent d’une rivière épris de liberté. Un élément marquant et mémorable du costume de la Volga est une grande kokoshnik en forme de coiffe galichienne traditionnelle, reprenant les contours du bateau Kostroma, représentés sur le blason de la ville de Kostroma.

La deuxième partie du spectacle ouvre sur la suite “Légende du Nord”.

C’est le seul numéro de programme qui utilise des costumes sophistiqués en plusieurs pièces. Lors de la présentation les artistes se  changent trois fois. Au total, 97 tableaux sont présentés. Chacun d’entre eux a son propre effet et révèle le sens profond de la culture des peuples du Nord.

L’intrigue est une légende, c’est l’occasion de voir l’histoire racontée par le langage de la danse rituelle, dont les mouvements ont plus de deux mille ans. C’est l’histoire d’une fille qui, par la volonté du destin, a séparé son père de sa bien-aimée et, ne la trouvant pas digne de son mari, l’a jetée à la mer pour qu’elle reste pure. Et la vierge transformée en Sedna – la patronne des créatures marines, devenant une divinité et un grand esprit, vénéré par les chasseurs.

Ce costume aux tons argentés crée une image de légende, de conte de fées, de dieu de la mer. À travers l’apparence sophistiquée de la beauté terrestre, vous pouvez voir les ailes d’une mouette, le scintillement des écailles de poisson, la pente d’une vague marine et même la silhouette d’un dauphin. En plus de l’image saturée de symboles, le costume est richement décoré de pierres, perles, paillettes et dentelles à la main.

La robe de Sedna affiche l’image collective des vêtements de printemps des peuples du Nord. Il combine des nuances de couleur sable qui imitent la peau des animaux. Pantalon, veste, gilet garni de fourrure, décoré de motifs nationaux à l’aide d’appliqués. Le vêtement le plus coloré est les chaussures du chasseur. Sur ses pieds, il porte de vraies bottes à haute fourrure de Tchouktches – la torbosa en peau de cerf d’origine.

Le héros coloré et brillant de la question est le chaman. Son costume reflète les vues religieuses et les attributs des peuples du Nord, symbolisant le culte des esprits en tant que partie intégrante de leur culture. Dans l’incarnation du costume, les artistes ont utilisé un grand nombre d’amulettes métalliques, une frange et une coiffe spéciale, ce qui lui confère un mystère.

3

Théâtre folklorique “Chanson Russe“.

Le théâtre « Русская песня » est situé au nord de la ville, dans une enceinte moderne, sur l’avenue Olympiyskiy, au 14, (stations de métro : Prospekt Mira, boulevard Tsvetnoy ou Dostoevskaya). La polyvalence de cette plate-forme théâtrale permet de ne pas se limiter à des projets de thèmes folkloriques exclusivement traditionnels, mais d’organiser des événements de différentes échelles et orientations: concerts pop et symphoniques, festivals. , forums, performances musicales et dramatiques.

L’une des caractéristiques de la scène, équipée des dernières technologies – des stalles transformantes. Si nécessaire, 200 stands sont automatiquement supprimés, ce qui permet d’organiser un concert de chambre ou une performance dans une petite salle confortable, ainsi qu’un événement de grande envergure pour un millier de spectateurs. La qualité de la salle de théâtre acoustique occupe l’une des principales places en Europe. Cette particularité crée les conditions les plus confortables pour les téléspectateurs lorsqu’ils regardent des productions filmées.

d

Théâtre “Chant russe”: Avenue Olympique, 14,  Moscou.

Tarifs :  à partir de 800 roubles.( 57, 27€ )

Réservation : Téléphones: +7 (495) 681-34-10

Horaires de la billetterie: du lundi au dimanche de 11h00 à 20h00

Site :  http://www.nationalrussianshow.ru/

Métro : Prospekt Mira, boulevard Tsvetnoy ou Dostoevskaya.

 

Festival d’été de Monte-Carlo 2019

Dîner et concert avec

Philip Kirkorov

Samedi 27 juillet 2017

Salle des Étoiles, Sporting de Monte-Carlo.

Le célèbre festival d’ été de Monte – Carlo (Monte – Carlo Sporting Summer Festival ) accueille deux interprètes russophone.

Nous nous sommes habitués à ce que chaque été Monaco offre à ses habitants et à ses invités des concerts de stars mondiales. Des divas d’opéra aux musiciens de rock. Mais récemment, des artistes russes se sont rendus en tournée dans la Principauté. L’année dernière, les habitants de Monaco ont pu découvrir la créativité de Stas Mikhailov, du groupe de Leningrad et de la chanteuse ukrainienne Svetlana Loboda. Cette année sur la Côte d’Azur a décidé d’accueillir le roi de la musique pop russe Philip Kirkorov. Sa représentation est prévue pour le 27 juillet à la “Salle des Etoiles”. Le concert aura lieu avec un dîner de gala et le prix du billet est de 457 euros. Ainsi que la chanteuse ukrainienne Svetlana Loboda.

Phillip Kirkorov a choisi le destin de l’éternel vagabond, échangeant le confort de son foyer contre la “kibitka nomade” de l’artiste … Cependant, le destin lui-même l’a plutôt choisi pour ses routes. Lorsque le petit Philippe tomba gravement malade, ses parents, qui vivaient alors en Bulgarie, se rendirent chez la célèbre prophétesse Vanga. Elle leur a dit: “Je vois votre fils sur une haute montagne, il se lève et brandit un bâton de métal.” Quelques années plus tard seulement, il était clair que cette montagne était un Olympe musical, et le «bâton de métal» était un micro ordinaire …

Philipp Kirkorov (son vrai nom – Philip Kirkorov Bedros ), né le 30 avril 1967 à Varna en Bulgarie. Chanteur russe de pop, acteur, compositeur et producteur. Artiste de la Fédération de Russie en 2008, artiste du peuple d’Ukraine en 2008, artiste du peuple de Moldavie en 2018. D’origine arménienne par son père qui avait changé son nom  Krikorian en Kirkorov, car c’était une condition préalable à l’entrée dans l’école bulgare.

Dès l’âge de cinq ans, il part en tournée avec ses parents. Enfant, il a vécu à Moscou. On pense que pour la première fois, Philip a assisté au concert de son père , dans le théâtre de Petrozavodzk. Bedros a chanté sa chanson autobiographique «Son», dédiée aux tankistes soviétiques rencontrés en 1944 à Varna. À la fin de la chanson, Philip entra sur la scène et offrit un œillet à son père . Il est diplômé de l’école de Moscou numéro 413 avec une médaille d’or.

Il fait ses études à l’école musicale Gnessine de Moscou en 1985-1988 qu’il termine avec un diplôme rouge (équivalent de la mention très bien). Il commence sa carrière dès 1985 avec son apparition à la télévision dans une chanson bulgare Aliocha, mais c’est en 1987 qu’elle prend un véritable tournant avec une tournée à Berlin Est et sa rencontre quelques mois plus tard avec la célèbre chanteuse Alla Pougatcheva qui l’invite à ses spectacles télévisés Rencontres de Noël.

Alla Pougatcheva avec Philip Kirkorov

Les années 1990 consacrent sa popularité avec de nombreuses chansons et dès lors Kirkorov ne quitte plus le devant de la scène dans toute la Russie et les anciens pays du bloc soviétique.

Huit fois vainqueur du prix Ovation, cinq fois vainqueur du World Music Awards en  tant que chanteur le plus populaire de Russie, plusieurs fois vainqueur du Golden Gramophone.

Le 31 décembre 2014, il chante à la télévision russe la chanson de Mireille Mathieu:  Tous les enfants chantent avec moi en français pour le réveillon. En 2017 il est décoré de l’Ordre de l’Honneur par le président Vladimir Poutine.

h

SPORTING MONTE-CARLO

Salle des Étoiles 
26 Avenue Princesse Grace
98000 – MONACO

Dîner spectacle: 465€

Réservation : CLIQUEZ

Le 28 mai 2019, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le représentant plénipotentiaire présidentiel, Igor Shchegolev, le Chef du Département de la culture de Moscou, Alexander Kibovsky, le Directeur de la DRZ, Viktor Moskvin, membres du Conseil mondial de coordination des compatriotes russes (WKS),  Natalya Soljenitsyne la veuve de l’écrivain , conseillère présidentielle pour les affaires culturelles de la Fédération de Russie, Vladimir Tolstoï, chef du département des relations extérieures de Moscou,ont inauguré ce nouveau musée dans un bâtiment de la rue Nizhnyaya Radischevskaya à Moscou.
.

L’inauguration du premier musée d’État de la diaspora russeà l’étranger, présente une exposition  consacrée à l’histoire des communautés russes multinationales et multiconfessionnelles à l’étranger. Le vingtième siècle a été très difficile pour le peuple russe. Beaucoup de Russes ont été forcés de quitter leur pays. Cependant, malgré des conditions de vie difficiles, ils ont réussi à préserver leur identité culturelle et civilisationnelle et à la transmettre à leurs enfants et petits-enfants. Ces émigrés ont sauvé des héritages de famille, des photographies, des journaux intimes, des lettres qui en disent long sur le destin dramatique du destin de leurs propriétaires, sur l’histoire de notre pays dans son ensemble.

Les expositions situées au rez-de-chaussée portent sur le thème : «Dans l’épître: l’émigration russe dans le monde» et au second étage : «En exil: la première vague d’émigration russe».
L’exposition commence par un historique de l’émigration russe. Les visiteurs découvriront les différentes étapes de la formation de l’émigration russe post-révolutionnaire, de sa formation et de son développement.
Des reliques de musée, des documents d’archives, des objets typologiques, des installations, du contenu multimédia, des programmes vidéo et audio les y aideront. Les visiteurs découvriront l’histoire du célèbre “Philosopher’s Steamer” (objets exposés dans l’espace muséal pour la première fois, dont un fragment d’une couverture tricotée appartenant à Tsarevich Alexei, un album photo du légendaire yacht “Standart” de la famille Botkin, des dessins authentiques du futur empereur Alexandre II de la garde russe époque et plus.
Au total, le musée possède plus de 1.2 mille pièces authentiques, offertes à la Maison des Russes de l’étranger par des émigrés russes de la “première vague” ou leurs descendants.
Une vitrine distincte est consacrée au travail de Soljenitsyne sur la préservation du patrimoine de l’émigration russe.

Le prince Alexandre Troubetzkoï,  membre du Conseil mondial de coordination des compatriotes russes, a fait don de reliques du régiment de grenadiers à cheval  au premier musée national des Russes à l’étranger. Il a qualifié l’ouverture du musée de la diaspora russe de moment très important dans l’histoire de la Russie. Les membres de la famille Sikorsky, descendants d’un scientifique et d’un concepteur aéronautique renommés, ont remis leurs archives au Musée.

Comme l’a dit Alexandre Troubetzkoï, le 29 mai 2019, une réunion a eu lieu à la Maison des russes de l’étranger, au cours de laquelle des personnalités originaires de Suisse, d’Australie et de France ont participé, pour apporter des documents souvenirs pour le Musée. Lors de la table ronde, ils ont évoqué les contributions des compatriotes à l’étranger à l’économie russe, ainsi que les questions relatives à l’extension de l’action “Immortal Regiment” à la Deuxième guerre mondiale, mais également à la Première Guerre mondiale et à toutes les guerres du XXe siècle.

Les expositions du Musée ont été rassemblées grâce à des compatriotes à l’étranger – plus de 500 donateurs du monde entier ont déjà fait don de leurs souvenirs.

3

Musée de l’Émigration Russe

Nizhnyaya Radischevskaya ul., 2, Moscou, Russie

Tél :  +7 495 915 10 47

Ouvert jusqu’à 19h.

Métro : Taganskaya (5)

XIXème Festival

“Le bouquet impérial”

Samedi 20 et dimanche 21 juillet 2019

Jardin de Pavlosk, Saint Petersbourg

Musée-réserve Pavlovsk invitera les Pétersbourgeois et les invités de la ville à la célébration annuelle la plus vivante et la plus célèbre, le festival du bouquet impérial des fleurs et de l’art du paysage. Le festival XIX actuel est consacré à l’Année du théâtre en Russie.

Photo lors du XVIII° festival.

L’ensemble du district de Pridvortsovy du parc Pavlovski et de la vallée de la rivière Slavyanka se transformera en une série de scènes théâtrales alternées sur lesquelles se déroulera le jeu enchanteur “Jeu de fleurs”.

Photo lors du XVIII° festival.

Le premier festival des fleurs s’est tenu à Pavlovsk en 2001. Aujourd’hui, les réunions de fleuristes dans le parc de Pavlovsk se sont transformées en vacances lumineuses pour les professionnels et les amateurs.

 L’ensemble du district de Pridvortsovy du parc Pavlovski et de la vallée de la rivière Slavyanka se transformera en une série de scènes théâtrales alternées dans lesquelles se déroulera ce festival.

Une surprise attend les visiteurs du festival: le spectacle de gala «Les trésors du théâtre musical», qui se tiendra sur la scène ouverte sur la rive de la Slavyanka. Des chanteurs célèbres de Petersbourg interprèteront un pot-pourri d’opéras, d’opérettes et de comédies musicales célèbres. 

Ce n’est que pendant les jours du festival que vous pourrez visiter le parc Pavlovski et tous les lieux du festival avec un seul billet.

3

Horaires: 9 hà 19h

Tarifs : adultes – 200 roubles, étudiants (7-18 ans) – 150 roubles.

Retraités, anciens combattants – 150 roubles

Pour plus d’informations : +7 (812) 452-12-14.

Musée Pavlovk : CLIQUEZ

Incendie vendredi 12 juillet 2019

dans le bâtiment des Archives Littéraires et d’ Art

à Moscou

Le batiment des archives russes de littérature et d’art ont pris feu à Moscou. vendredi 12 juillet. 100 personnes  ont été évacuées d’un bâtiment situé dans la rue Vyborgskaya. L’incendie se situait au quatrième étage. À 14 h 55, il était possible de localiser le feu sur une surfce de près de 150 m2. On ignore si des documents d’archives ont souffert.

Il est à noter que les archives constituent la plus grande collection de documents sur l’histoire de la culture nationale du pays. Elle a été fondée à 1941. Une partie de sa collection comprenait des données du Musée littéraire d’État – Goslitmuzeya. Il comprend également des fonds provenant des archives centrales de l’URSS, du musée d’histoire de l’État, de l’Académie d’architecture centrale et de la galerie Tretyakov.

3

 

Association Kungur

” Le Petit Prince”

Mardi 16 juillet 2019

Palais de la Culture à Kundur (Russie)

Dans le cadre du Festival des Enfants du Monde, du 13 au 20 juillet dans la region de Perm, pour les enfants des orphelinats, familles d’accueil, centres pour enfants malades. La troupe de Gargilessband et la troupe théâtrale de Perm, vont jouer ” Le Petit Prince”.

 L’association “Pour Kungur” organise le festival “Amitié – Les enfants du Monde”, pour les enfants des orphelinats, familles d’accueil et centres pour enfants malades de la région de Perm (Russie), en collaboration avec l'”Ambulance Théâtre” de Perm, et avec la participation de la compagnie d’enfants français “Le GargilesseBand”.

Nous offrons une tournée de spectacles  dans les villes de Perm, Kungur, Nevolino, Solikamsk, Chaikovski, Kudimkar, Dobrianka….Pour les enfants défavorisés (et tous ceux qui voudraient nous rencontrer!)

Une exposition de dessins (sur le thème de “Mon Héros!” ) faits par les enfants de la région de Perm, et par les enfants adoptés dans cette région , vivant maintenant dans le Monde , sera installée dans chaque lieu où sera joué le spectacle.

Vous pouvez découvrir les détails du projet sur ce site: https://sites.google.com/view/le-gargilesseband-en-russie/

Vous pourrez suivre le festival en direct sur le blog que nous tiendrons en direct! (Nous vous communiquerons le lien dès qu’il sera en ligne!)

Lors de la soirée du 11 juillet au Centre de Russie pour la Science et la Culture à Paris

L’association “Pour Kungur”, depuis 2014, organise des projets d’aide materielle pour les orphelinats de la région de Perm.
En 2016, elle réalise son 1er festival “Amitié – les enfants du Monde”. L’enthousiasme des enfants et leur joie de rencontrer des français, venus spécialement pour eux jusqu’au fin fond de l’Oural n’a fait que nous motiver pour réïtérer le projet.
Site de l’association “Pour Kungur” : https://sites.google.com/site/associationpourkungur/home

A quoi servira l’argent collecté ?

– Offrir une collation aux enfants qui viendront voir le spectacle
– Offrir des cadeaux aux orphelinats de la région de Perm et au sanatorium pour enfants tuberculeux.
– Financer l’exposition des dessins des enfants du Monde (une copie de l’exposition  sera plastifiée et offerte à chaque orphelinat et structure pour enfants avec lesquelles nous collaborons dans la région de Perm.)

Dimanche 7 juillet a été annoncé que

La cité médiévale russe de Pskov

voit son patrimoine rejoindre

la liste de l’UNESCO

sous l’intitulé

«Églises de l’école d’architecture de Pskov»

t

La liste de l’UNESCO comprend aujourd’hui une trentaine de noms d’objets et de monuments situés sur le territoire de la Fédération de Russie. Celles-ci incluent, par exemple, la Place Rouge, le monastère Solovki, le lac Baïkal, l’ensemble architectural Kizhi, la Trinité-Sergius Lavra, les volcans du Kamchatka et l’isthme de Courlande. Ce sont des endroits spéciaux, et une attention particulière est portée à eux. Des millions de touristes du monde entier viennent ici. Les photos de ces monuments ou de leurs symboles sont parmi les plus reproduites et les lieux eux-mêmes parmi les plus reconnaissables.

Pskov a demandé à plusieurs reprises son inscription sur la Liste du patrimoine mondial. Pour les habitants de cette ville frontalière qui défendait depuis des siècles les frontières de l’État, chaque monument, chaque recoin méritait cette attention. Initialement, l’application comprenait 18 objets. Mais en 2016, puis en 2017, les demandes de Pskov ont été rejetées. Argument: La documentation n’est pas complètement présentée.

Pskov est arrosée par la rivière Velikaïa et se trouve à 20 km de la frontière avec la Lettonie, à 263 km au sud-ouest de Saint Pétersbourg et à 610 km au nord-ouest de Moscou. La ville, d’abord appelée Pleskov, est mentionnée pour la première fois en 903 lorsqu’ Igor de Kiev épouse Olga de Kiev,  originaire de la ville. Les Pskoviens prennent parfois cette date pour la date de fondation de la ville, et un grand jubilé a eu lieu en 2003 pour fêter son 1 100eanniversaire. Le premier prince de Pskov fut le dernier fils de vladimir 1er de Kiev.

k

Eglises, cathédrales, monastères, tours de fortification et bâtiments administratifs composent cet ensemble de monuments situé dans la ville historique de Pskov, sur les rives de la Velikaya, dans le nord-ouest du pays. Volumes cubiques, dômes, porches et beffrois font partie des caractéristiques de ces édifices produits par l’école d’architecture de Pskov, dont les éléments les plus anciens remontent au XIIe siècle. Les églises et cathédrales s’intègrent dans leur environnement naturel au moyen de jardins, de murs d’enceinte et de clôtures. Sous l’influence des traditions byzantines et de Novgorod, l’école d’architecture de Pskov, qui atteignit son apogée aux XVe et XVIe siècle, fut l’une des plus influentes dans le pays. Elle influa sur l’évolution de styles architecturaux en Russie pendant cinq siècles.

Parmi les monuments classés figurent la tour Pokrovskaïa (de l’Intercession), datant du XVe siècle, la tour Gremiatchaïa du kremlin de Pskov, érigée au XVIe siècle,

g

Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, monastère d’Ivanovo. Sa construction  date des années 1120-1130. Pendant longtemps, elle a servi de tombeau aux princesses Pskov. Elle ressemble à un navire de la foi avec des fenêtres rondes, des hublots.

k

Ensemble du monastère Spaso-Mirozhsky (Cathédrale de la Transfiguration). La cathédrale fait partie du complexe monastique du XIIème siècle. Il y a sous le dôme noir du XIIe siècle des fresques peintes par des maîtres de Byzance. Elle est le seul endroit en Russie où les fresques pré-mongoles sont préservées.

k

Ensemble du monastère de Snetogorski (Cathédrale de la Nativité de la Vierge). Monastère du XIIIe siècle. La cathédrale est remarquable pour le fait qu’elle a conservé la fresque de l’école de peinture d’icônes de Pskov.

k

Église de Saint Michel Archange avec un clocher. Église  du XVe siècle accueille les invités de Pskov à l’entrée de la cathédrale de la Trinité.

k

Église de l’Intercession de Prolom. Église  du XVème siècle.

k

L’église de Cosmas et Damian avec Primotya (vestiges du clocher, porte et clôture). Une église  du XVe siècle, dominant le centre de Pskov, à deux pas du Kremlin.

k

Église de Saint Georges. Église du XVe siècle,  construite dans les limites de la ville d’Okolnoy. Elle a été restaurée en 2016 et les offices religieux ont repris à cette date.

k

Église de l’Épiphanie avec le clocher. Église du XVème siècle, rénovée en 2009.

k

Église de Saint-Nicolas  et l’église de Basile-le -Grand . Église du XVème siècle, érigé au centre ville. Certains dise la plus belle de Pskov.

k

 

Vente Publique

” ART RUSSE “

Samedi 20 juillet 2019 à 15h

Expert Cyrille Boulay

Hôtel de Vente de Monte-Carlo, Monaco

Expositions publiques

Hôtel des ventes de Monte-Carlo
10 – 12 QUAI ANTOINE 1ER – 98000 MONACO

Du mardi 16 au Vendredi  19 juillet 2019

de 10H00 à 12h30 et de 14H00 à 18h30

Samedi  20 juillet 2019
de 10H00 à  12H30

3

Sommaire de la vente :

Icônes, Souvenirs historiques, Bijoux, Objets de vitrine, Émaux polychromes, Étuis à cigarettes, Cristal, Argenterie, Porcelaine, Bronze, Mobilier et Tablaux.

g

Extraits du catalogue :

LA RÉSURRECTION DU CHRIST.
Icône russe du début du XIXe siècle, tempera sur panneau de bois, encadrée de 12 scènes représentant les souffrances de Jésus et complétée de 16 scènes représentant les grandes fêtes de l’Eglise orthodoxe, ornée à chaque angle de saint Marc, saint Luka, saint Mathieu et saint Jean. H. : 35, 5 cm – L.: 30 cm. 600/800 €

h

VIERGE DE IVERSKAÏA.
Icône russe, tempera sur panneau de bois, conservée sous riza en vermeil à décor repoussé, surmontée d’une oclade ajourée. Usures du temps, mais bon état. Poinçon titre : 84, Moscou, 1860.
Poinçon du maître orfèvre : Alexis Froloff, actif de 1860 à 1897. H. : 23 cm – L.: 18 cm. Poids brut : 540 grs.

600/800 €

h

ICÔNE QUADRIPTYQUE.
En bronze à patine brune. Représentant vingt scènes religieuses, sur fond d’émaux polychromes, illustrant les principales fêtes de la liturgie orthodoxe. Bon état. Travail russe du XIXe siècle.
Ouvert: H. : 18 cm – L.: 41 cm. Fermer: H. : 18 cm – L.: 11 cm.

200/300 €

h

CHRIST PANTOCRATOR.
Icône russe, tempera sur panneau de bois, conservée sous riza et oclade en vermeil (postérieur).Légères usures du temps, mais bon état général.
Poinçon titre : 84, Moscou, 181?.
Poinçon d’orfèvre : Alexandre Yarshinov, actif de 1795 à 1826. H.: 31, 5 cm – L.: 26, 5 cm.Poids brut : 1 k 290 grs.

1 800/2 500 €

h

LA CRUCIFIXION DU CHRIST.

Entourée de la Vierge Marie, de sainte Marie-Madeleine, de saint Jean et de saint Longin, surmontée à droite d’une scène représentant la Descente de la Croix et à gauche de la Mise au tombeau. Icône russe, tempera sur panneau de bois, conservée sous riza en argent, à décor repoussé d’arabesques et de motifs floraux, ornée au centre d’une croix en bronze doré sur fond émaillé bleu.
Petits manques, mais bon état général. Poinçon titre : 84, Saint-Pétersbourg, 1860. Poinçon du maître orfèvre : Mikhaïl Karpinsky.
H. : 43 cm – L.: 35, 5 cm.

3 500/5 000 €

h

SAINT NICOLAS ET SAINT PANTALÉON.
Icône russe, tempera sur panneau de bois, conservée sous riza en argent à décor repoussé et encadré d’une frise d’arabesques, avec oclades ajourées, surmontée d’une scène représentant la Mise au tombeau du Christ.
Usures du temps et manques. Poinçon titre : 84, Saint-Pétersbourg, 1865.
Poinçon du maître orfèvre : Pierre Ivanoff, actif de 1858 à 1875. H. : 18 cm – L.: 11 cm. Poids : 235 grs.

1 200/1 500 €

h

CHRIST EN MAJESTÉ (DÉISIS).
Entouré d’une assemblée de saints, icône russe triptyque de voyage, tempera sur panneau de bois, conservée sous riza en vermeil. Usures du temps, mais bon état. Poinçon titre : 84, Moscou, 1783. Poinçon d’orfèvre : illisible.
Ouvert: H. : 10 cm – L.: 27, 5 cm. Fermer: H. : 10 cm – L.: 11 cm.
Poids brut : 408 grs.

1 500/2 000 €

h

CHRIST PANTOCRATOR.
Icône russe de voyage, tempera sur métal, conservée sous riza en argent, surmontée d’une oclade en émaux polychromes cloisonnés. Usures du temps.
Poinçon titre : 84, Moscou, 1899-1908. Poinçon du maître orfèvre : C.K.Z., non identifié. H. : 9 cm – L.: 7, 5 cm. Poids brut : 105 grs.

400/600 €

h

CHRIST PANTOCRATOR.
Entouré de deux archanges protecteurs. Icône russe, tempera sur panneau de bois, conservée sous riza en argent à décor repoussé surmontée d’oclades. Accidents, mais bon état général. Poinçon titre : 84, Iaroslav, avant 1896.
Poinçon du maître orfèvre : illisible. H.:33,5cm-L.:27cm.

1 800/2 500 €

h

CROIX DE PROCESSION.
Représentant le Christ sur sa croix. Travail russe du XIXe siècle, en bronze doré sur fond d’un décor en émaux polychromes. Usures du temps, en l’état.
H. : 21 cm – L.: 11 cm.

300/500 €

h

COURONNEMENT DE LA VIERGE.
Entouré à sa gauche du Christ et à sa droite de saint Sava. Belle icône russe, tempera sur panneau de bois conservée sous riza en vermeil à décor repoussé de motifs foliacés en bordure et surmontée d’oclades en vermeil. Bon état. Poinçon titre : 84, Orel, 1833. Poinçon du maître orfèvre : A. D., non identifié.
H. : 34 cm – L.: 30 cm. Poids brut : 1 kg 830 grs.

3 000/5 000 €

h

SAINT NICOLAS LE THAUMARTUGE.
Surmonté du Christ Pantocrator et entouré à sa gauche de sainte Marie révérende d’Égypte et à sa droite de saint Nikita. Icône russe, tempera sur panneau de bois conservée sous riza en vermeil, à décor repoussé de motifs foliacés et surmontée d’oclades en argent. Bon état.
Poinçon titre : 84, Moscou, 1874. Poinçon du maître orfèvre : illisible.
H. : 31, 5 cm – L.: 27 cm. Poids brut : 1 kg 791 grs.

2 000/3 000 €

h

LAMPADA POUR ICÔNE EN ARGENT.
Par POTSOFF, Moscou, 1848. A décor de motifs floraux en filigrane d’argent sertie de six cabochons en pierres dures de l’Oural, retenue par trois chaînettes à maillons ajourés. Poinçons titre : 91, Moscou, 1848. Poinçon d’orfèvre : Vassili Potsoff, actif de 1816 à 1868. H. : 51 cm – Diam. : 10 cm.
Poids brut : 172 grs.

1 500/2 000 €

h

PIERRE LE GRAND, empereur de Russie (1672-1725).
Par KHLEBNIKOFF, Moscou, 1872. Plaque commémorative en argent, de forme rectangulaire, à décor repoussé et finement ciselé représentant le tsar portant secours à des pêcheurs pendant une tempête sur le lac Ladoga. Quelques usures du temps et petits manques sur les bords, mais bon état général.
Poinçon titre : 84, Moscou, 1872. Poinçon du maître orfèvre : Ivan Khlebnikoff.
H. : 17, 5 cm – L. : 27, 5 cm. Poids : 566 grs.

4 000/6 000 €

h

ÉCOLE RUSSE DU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE. Plaque rectangulaire sculptée en os, ornée de quatre médaillons représentant les profils de l’empereur Pierre Le Grand (1672-1725), de son épouse l’impératrice Catherine Ière (1684-1727), de l’impératrice Elisabeth Ière de Russie (1709- 1762) et du tsarévitch Pierre, future empereur Pierre III (1728- 1762), au centre apparait le tsar Michel, premier souverain de la dynastie des Romanoff et à chaque angle, un ange aux ailes déployées et surmonté de la couronne impériale de Russie, conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Quelques usures du temps, mais bon état général. Travail d’Arkhangelsk, circa 1760.
À vue: H. : 16, 5 cm – L.: 13 cm. Cadre : H. : 23 cm – L. : 19 cm.

1 000/1 500 €

h

ÉLISABETH Ière, impératrice de Russie (1709-1761). Grande coupe commémorative en cristal taillé et gravé, de forme évasée vers le haut à décor sur une face du monogramme entrelacé de l’impératrice Elisabeth Petrovna (E.P.) sous couronne impériale et sur l’autre face d’un cartouche orné de l’aigle bicéphale de l’empire Russe alterné de motifs floraux, reposant sur une base circulaire postérieure en argent. Bon état. Travail russe de la Manufacture impériale de cristallerie, Saint-Pétersbourg. H.:22cm–Diam.:11cm.

1 200/1 500€

h

CATHERINE II, impératrice de Russie (1729-1796). Par KOSINIFF, Moscou, 1787.
Tabatière commémorative souvenir du couronnement de l’impératrice, de forme ronde en argent, sertie au centre du couvercle d’une pièce ancienne en vermeil, datée du 22 septembre 1762, signée Samuel Youdin représentant un profil de la souveraine sur fond ciselé d’une plaque étoilée en vermeil, au revers apparait un motif gravé de trophées et de drapeaux, la bordure principale est bordée d’une frise ciselée de petites perles, intérieur vermeil. Légères usures du temps, mais bon état général. Poinçon titre : 84, Moscou, 1787.
Poinçon du maître orfèvre : Alexis Kosinoff, actif de 1762 à 1791. H. : 2 cm – Diam. : 10 cm. Poids : 241 grs.

3 000/5 000 €

h

GEORGES DE LA BARTH, attribué à.
Vue de Moscou depuis le balcon du Kremlin en regardant vers le pont Moskvoretsky. Aquarelle et encre sur papier conservée sous verre églomisé portant l’inscription « Vue de Moscou » en lettres d’or dans un encadrement d’époque sculpté en bois doré. Circa 1797. Légères rousseurs, accidents au cadre. À vue : H. : 51 cm – L. : 64 cm. Cadre : H. : 64 cm – L. : 77, 5 cm.

2 000/3 000 €

h

MARIA ALEXANDROVNA, impératrice de Russie (1824-1880).
Photographie signé Serge Levitsky (1819- 1898) à Saint-Pétersbourg, la représentant posant sur son lit de mort, le 3 juin 1880, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques au bas du document. Tirage albuminé d’époque, couleur sépia, contrecollés sur carton. Découpé sur les bords, rousseurs, mais bon état.
H. : 32 cm – L. : 20, 5 cm ; H. : 14 cm – L. : 9, 5 cm. H.:15cm–L.:11cm; H.:10,5cm–L.:16,5cm.

800/1 000 €

h

ALEXANDRE III, empereur de Russie (1845-1894). Grande plaque commémorative en bronze doré, à décor repoussé et ciselé représentant un profil du souverain, la tête tournée vers la droite dans un entourage de draperie et de rameaux d’olivier surmonté de la couronne impériale, reposant sur un important socle en malachite à pans coupés. Bon état. Travail russe de la fin du XIXe siècle. H. : 35 cm – L.: 27, 5 cm.

3 000/5 000 €

h

ALEXANDRE III, empereur de Russie (1845-1894). Ensemble de portraits photographiques le représentant à divers moments de sa vie signés par Serge Levitsky (1819- 1898) et par Alexandrovsky. On y joint un portrait le représentant posant avec son épouse, l’impératrice Maria Alexandrovna (1847-1928). Bon état. Tirages albuminés d’époque, couleur sépia, contrecollés sur carton. Formats cabinet.

800/1 000 €

h

MARIA FEODOROVNA, Impératrice de Russie (1847-1928).
Ensemble de quatre portraits photographiques la représentant à divers moments de sa vie signés par Charles Bergamasco (1830-1896) et par Serge Levitsky (1819-1898). Bon état. Tirages albuminé d’époque, couleur sépia, contrecollés sur carton. Formats cabinet.

800/1 000 €

h

Présent offert à la Pincese Alix de Hese-Darmastadt(1872-1918), future impératrice Alexandra Féodorovna à l’occasion de ses fiancailles avec le Grand-Duc héritier Nicolas Alexandrovitch de Russie le 5 avril 1894.
Coffret de voyage, en argent, de forme carrée, couvercle à charnières, avec poignée amovible en ivoire, à décor central du blason aux armes de la Maison grand-ducale de Hesse- Darmstadt en émaux polychromes surmonté d’un ruban portant l’inscription en caractères cyrilliques « à la princesse Alix de Hesse » suivie sur la partie basse de l’inscription en caractères cyrilliques : « fiancée du grand-duc héritier Nicolas Alexandrovitch, 1894 » et orné à chaque angle du monogramme de la princesse Alix de Hesse-Darmstadt sous couronne princière. Intérieur capitonné de tissu rose, avec sur le côté droit l’inscription en caractères cyrilliques : « offert avec dévouement par le capitaine K. Persky de l’artillerie impériale ». Bon état.
Poinçon titre : 84, Saint-Pétersbourg, 1894. Poinçon d’orfèvre : A. F., non identifié. Poinçon de maitre essayeur : Alexandre Syeviyer, actif de 1892 à 1895. L. : 30 cm – L. : 30 cm – H. : 15, 5 cm. Poids brut : 6 kg 200 g.

10 000/12 000 €

Historique : c’est lors du mariage du grand-duc Ernst-Louis de Hesse- Darmstadt (1868-1937), célébré le 9 avril 1894 au château d’Ehrenburg à Cobourg, avec la princesse Victoria-Mélita de Grande-Bretagne (1876-1936), que sa sœur cadette, la jeune princesse Alix de Hesse-Darmstadt (1872-1918), accepta la main du fils aîné de l’Empereur Alexandre III, le grand-duc héritier de Russie (1868-1918). Ainsi, la jeune princesse âgée de 22 ans, deviendra quelques mois plus tard l’impératrice Alexandre Féodorovna de Russie. C’est à cette occasion que la délégation russe accompagnant le tsarévitch Nicolas offrit à la future tsarine de nombreux présents. Dont celui-ci qui fût remis par Constantin Dimitriévitch Persky (1854-1906).

h

Maison Impériale de Russie. Brosse sculptée en ivoire, ornée du monogramme H (probablement au chiffre du futur empereur Nicolas II, à l’époque où il est tsarévitch, ou d’un autre membre de sa famille) sous couronne impériale. Tâches et usures du temps. Travail russe du XIXe siècle.
L. : 23 cm – L.: 9, 5 cm.

600/800 €

h

Portrait du tsar Nicolas II de Russie(1868-1918). MAKEÏEFF Nicolas Vassilievitch (1887-1975).
Dessin à la mine de plomb, signé en bas à gauche et daté 1924, conservé dans son encadrement d’origine en marqueterie de bois, appliqué au bas du cadre de l’aigle impérial des Romanoff en bronze doré, avec pied chevalet au dos. Porte au revers du dessin une dédicace manuscrite en caractères cyrilliques : « A mon cher Michel Mikhaïlovitch Pliguine de la part de Nicolas Makeïeff, Pâques, 1928 ». À vue : H. : 23 cm – L. : 17 cm. Cadre : H. : 27 cm – L. : 21 cm.

600/800 €

h

BROCHE DE CORSAGE. Par HOLMSTRÖM pour FABERGÉ, Saint-Pétersbourg, avant 1896. En or rose, ornée de deux anneaux plats entrelacés, dont l’un est émaillé de bleu translucide bleu sur fond guilloché de « grain d’orge » serti d’une émeraude (restauration) et l’autre émaillé de rouge translucide sur fond guilloché de « grain d’orge » serti d’un diamant. Bon état.
Poinçon titre : 56, Saint-Pétersbourg, avant 1896. Poinçon du maître orfèvre : Auguste Holmström (1829-1903). Numéro d’inventaire : 6922.
L. : 3, 5 cm – L.: 1, 5 cm. Poids brut : 6 g.

3 000/5 000 €

h

BRACELET SOUPLE. En or jaune, orné de maillons émaillés de bleu foncé translucide sur fond guilloché de « grain d’orge » serti au centre d’une rose de diamant. Légères usures du temps, mais bon état général.
Poinçon titre : 56, Saint-Pétersbourg, avant 1896. Poinçon du maître orfèvre : CXN, non identifié. L. : 1, 5 cm – Diam.: 5, 5 cm. Poids brut : 41 g.

3 500/4 000 €

h

BROCHE DE CORSAGE. Par HOLMSTRÖM pour FABERGÉ, Saint-Pétersbourg, 1908-1917. En or jaune, à décor d’une tête de cheval entièrement sertie de diamants, dont la crinière est finement ciselée en or jaune, avec une bride en or rose sertie d’une ligne de rubis. L’œil apparent est serti d’un rubis plus important. Manque un rubis sur la bride, mais bon état général. Poinçon titre : 56, Saint-Pétersbourg, 1908-1917. Poinçon d’orfèvre : August Holmström (1829-1903). L.: 4, 5 cm – L.: 4 cm. Poids brut : 18 g.

2 500/3 000 €

h

Montre de col pour dame. Par Perchin et Fabergé , Saint-Pétersbourg, avant 1896. En or jaune, de forme ronde, retenue par une broche de corsage à décor d’un motif floral ajouré serti de roses de diamant sur fond d’une plaque émaillée de bleu foncé translucide guilloché de rayons solaires, conservée dans son écrin d’origine à la forme, en bois d’érable, intérieur en velours et soie couleur champagne, avec tampon en lettres noires et en caractères cyrilliques : « Fabergé – Saint-Pétersbourg – Moscou – Londres ». Mécanisme probablement suisse ou français, cadran en émail blanc, heures en chiffres arabes couleur bleue, aiguilles ajourées en or. Bon état général, usures à l’écrin.
Poinçon titre : 72, Saint-Pétersbourg, avant 1896.
Poinçon de maître orfèvre : Mikhaïl Perchin (1860-1903), maître d’atelier travaillant pour la Maison Carl Fabergé. H. : 6, 5 cm – Diam. : 2, 8 cm.
Poids brut : 29 g.

12 000/15 000 €

h

Paire de bouton de manchette. Par Afanasieff pour Fabergé,  Saint-Pétersbourg, 1908-1917. En or jaune, de forme ronde, ornée de deux disques sertis au centre d’une pierre de lune cabochon entourée d’une frise à motif grec émaillée de blanc opaque sur une face et de noir opaque sur l’autre face, conservés dans son écrin d’origine de forme rectangulaire en maroquin rouge appliqué au centre d’un monogramme entrelacé en caractères cyrilliques K.B. en or jaune et en or rose [probablement le grand-duc Cyrille Wladimirovitch de Russie (1876-1938) voir son portrait ci- dessus], intérieur en velours et soie couleur champagne. Bon état général, usures à l’écrin.
Poinçon titre : 56, Saint-Pétersbourg, 1908-1917.
Poinçon de maître orfèvre : Fédor Afanassieff (1870-1927), maître d’atelier travaillant pour la Maison Carl Fabergé. L. : 4 cm – Diam. : 1, 8 cm.
Poids total brut : 20 g.

15 OOO/18 000€

h

Épingle à chapeau. Par Thieleman pour fagergé, Saint-Pétersbourg, avant 1896.
En or jaune, ornée à l’extrémité d’une tête de Maure finement sculptée dans un bloc d’obsidienne, portant à l’oreille gauche une boucle d’oreille pendentif sertie d’une perle et d’une rose de diamant et au cou un collier serti de diamants et de rubis. Conservée dans son écrin d’origine à la forme, en bois d’érable, intérieur en velours et soie couleur champagne, avec tampon en lettres noires et en caractères cyrilliques : « K. Fabergé, Moscou, Saint-Pétersbourg, Odessa ».
Bon état général, usures et manques à l’écrin.
Poinçon titre : 56, Saint-Pétersbourg, avant 1896.
Poinçon de maître orfèvre : Alfred Thielemann, actif de 1870 à 1910, travaillant pour la Maison Carl Fabergé. L. : 19, 5 cm – Diam. : 1, 5 cm.
Poids brut : 8, 20 g.

15 000/18 000 €

h

 

Bracelet tubulaire. En or jaune, de forme ovale, orné d’un médaillon ajouré serti au centre d’une importante émeraude cabochon de forme ronde, entourée de quatre diamants. Avec chaînette de sécurité. Accidents et usures du temps.
Poinçon titre : 72, Saint-Pétersbourg, avant 1896. Poinçon de maître orfèvre : non apparent. L. : 6, 5 cm – L.: 6, 5 cm. Poids brut : 25, 80 g.

3 000/5 000 €

Provenance : présent offert par Adolphe Dupuis (1824-1891) à son épouse lors de son séjour en Russie, lorsqu’il était directeur du Théâtre Michel (Théâtre français) de Saint-Pétersbourg de 1860 à 1877.

h

Pommeau d’ombrelle. Probablement par FABERGÉ, Saint-Pétersbourg, circa 1899-1908. En or, de forme tubulaire, en néphrite à décor d’une bague émaillée de violet translucide sur fond guilloché d’ondes verticales, encadré d’une frise de laurier ciselée en or jaune sur fond en or rose. Plusieurs manques et accidents. Sans poinçons apparents.
L. : 7 cm – Diam. : 2 cm.

2 000/3 000 €

h

Montre à gousset. Modèle à répétition des quarts, le boîtier intérieur est en or jaune rose. Il est orné de l’insigne de l’ordre du Saint- Esprit sous couronne royale serti de roses de diamant, sur fond émaillé de bleu translucide guilloché d’ondes. Le boîtier extérieur de protection est en laiton doré et porte le monogramme du propriétaire LRD. Mouvement a coq, échappement à verge, sonnerie des heures et des quarts sur timbre. Usures du temps, petits manques, en l’état. Travail français signé Lépine à Paris.
Diam.: 5 cm. Poids brut : 95 g.

2 000/3 000 €

Historique : Jean Antoine Lépine (1720-1814), devint maître-horloger en 1765 et nommé horloger du Roi. Il fût l’horloger de Louis XV, et de Louis XVI, puis de l’empereur Napoléon Ier.

h

Médaillon pendentif.  En or jaune, orné sur une face du blason de la ville de Saint- Pétersbourg en émaux polychromes entouré d’une guirlande de laurier en or rose surmontée de la couronne impériale de Russie et au dos est gravée l’inscription « Saint-Pétersbourg, 2 avril 1877 à Dupuis ». Important usures du temps, en l’état. Sans poinçons apparents. Diam.: 2, 5 cm.
Poids : 10, 40 g.

600/800 €

Provenance : présent offert par Adolphe Dupuis (1824-1891) à son épouse lors de son séjour en Russie, lorsqu’il fût directeur du Théâtre Michel (Théâtre français) de Saint-Pétersbourg de 1860 à 1877.

h

Ordre de Saint Vladimir.
Modèle commandeur, de 2ème classe, en or et émail rouge, conservé avec son ruban cravate d’origine en taffetas de soie moiré de couleur rouge et noir. Bon état. Poinçon titre : 56, Saint-Pétersbourg, avant 1896.
Poinçon d’orfèvre : illisible. H. : 5, 2 cm – L. : 5, 2 cm.
Poids brut : 22, 30 g.

3 000/5 000 €

h

TIMBALE. Par Fabergé, Saint-Pétersbourg, 1899-1908.
En argent, de forme bombée sur la partie haute, reposant sur une base circulaire entièrement émaillé, à décor de branches de trèfles de couleur vert sur fond d’un dégradé de couleur jaune. Intérieur vermeil. Petites restaurations et usures du temps. Poinçon titre : 88, Saint-Pétersbourg, 1899-1908.
Poinçon d’orfèvre : ФАЬЕРЖЕ : (Fabergé). Numéro d’inventaire : 6319.
H. : 7, 5 cm – L. : 5, 5 cm. Poids brut : 80 g.

4 000/5 000

h

Cadre photographique. Par Perchin et Fabergé, Saint-Pétersbourg, avant 1896.
En vermeil, de forme rectangulaire, allongé aux angles du sommet, la face principale est émaillée de bleu translucide sur fond guilloché de « rayon de soleil », contenant au centre deux médaillons de forme ovale pouvant contenir des portraits photographiques cerclés d’une frise feuillagée retenue par une guirlande de laurier finement ciselée de nœuds croisés retenue par des boutons de fleurs ; la bordure d’encadrement est à décor d’une frise de feuillages d’acanthe. La partie supérieure est surmontée d’un nœud enrubanné (postérieur). Avec dos chevalet en vermeil sur fond ivoire (rapporté). Bon état.
Poinçon titre : 88, Saint-Pétersbourg, avant 1896.
Poinçon d’orfèvre : ФАЬЕРЖЕ : (Fabergé).
Poinçon du maître orfèvre : Mickael Perchin (1860-1903).
À vue : H. : 3, 5 cm – L. : 3 cm. Cadre : H. : 10, 5 cm – L. : 11 cm.
Poids brut : 155 g.

6 000/8 000 €

h

Coupe-papier de bureau. En argent, lame ajourée à décor d’arabesques ornée au centre d’une partie rectangulaire en or rose, le manche est sculpté d’un personnage tenant dans une main une rose et dans l’autre main une coquille sertie au centre d’une petite perle fine, son corps est composé d’une importante perle fine baroque. Travail probablement russe de la fin du XIXe siècle, sans poinçon apparent. Porte un poinçon d’importation étrangère.
L. : 25 cm. Poids brut : 155 g.

16 000/18 000 €

h

Stopa en vermeil. Par Ovtchinikoff,  Moscou, 1895.
De forme évasée vers le haut, à décor d’arabesques alternées de motifs floraux et de motifs géométriques en émaux polychromes cloisonnés sur fond émaillé et sur fond amati or, entourée d’une frise de perles blanches, reposant sur une base circulaire, intérieur vermeil. Bon état. Poinçon titre : 88, Moscou, 1895.
Poinçon d’orfèvre : Pavel Ovtchinikoff et marque du privilège impérial.
H.: 14 cm – Diam.: 8, 5 cm.
Poids brut : 320 g.

7 000/8 000 €

h

Stopa en vermeil. Par Kuzmichoff, Moscou, 1895. De forme évasée vers le haut, à décor de motifs décoratifs alternés de bandes circulaires en émaux polychromes cloisonnés sur fond émaillé turquoise et blanc, entouré de part et d’autre d’une frise croisée émaillée de violet sur fond amati or, reposant sur une base circulaire, intérieur vermeil. Bon état.
Poinçon titre : 88, Moscou, 1895.
Poinçon d’orfèvre : Anti Kuzmichoff, actif de 1856 à 1897. H.: 13, 5 cm – Diam.: 6, 5 cm. Poids brut : 242 g.

7 000/8 000 €

h

Important Kovsh en vermeil. Par le 20ème ARTEL, Moscou, 1908-1917.
De forme bombée, reposant sur une base ovale, à décor de motifs floraux et géométriques en émaux polychromes cloisonnés sur fond émaillé alterné de plusieurs couleurs, d’inspiration Art Nouveau, intérieur vermeil. Bon état. Poinçon titre : 84, Moscou, 1908-1917. Poinçon d’orfèvre : 20ème Artel.
H.: 12, 5 cm – L.: 27 cm – P. : 15, 5 cm. Poids brut : 663 g.

15 000/20 000 €

h

Kovsh en vermeil. Par Fabergé , Moscou, 1908-1917.
De forme bombée, à décor de motifs floraux et géométriques en émaux polychromes cloisonnés sur fond émaillé, d’inspiration Art Nouveau, intérieur vermeil, gravé au revers 9/IX 1912. Bon état.
Poinçon titre : 84, Moscou, 1899-1908.
Poinçon d’orfèvre : K. ФАЬЕРЖЕ : (C. Fabergé) et marque du privilège impérial.
H.: 5, 5 cm – L.: 12, 5 cm – P. : 7, 5 cm. Poids brut : 138 g.

10 000/12 000 €

h

Cache – soupière en argent. Par Ovtchinikoff, Moscou, 1874.
À décor en trompe-l’œil représentant une serviette de table, stylisant par une bande en émaux polychromes champlevés le motif de la dentelle.
Petits accidents, mais bon état général. Poinçon titre : 91, Moscou, 1874.
Poinçon du maître orfèvre : Pavel Ovtchinikoff et marque du privilège impérial.
L.:20cm-L.:50cm. Poids : 582 g.

3000/500€

h

Étui à cigarettes en argent. Par Stepanoff, Moscou, avant 1896.
De forme rectangulaire, à décor ciselé sur chaque face de fines cannelures horizontales, le couvercle à charnières s’ouvre par une prise latérale, appliqué de cinq décorations miniatures en émaux polychromes représentant l’ordre de Saint- Stanislas, l’ordre de Léopold, l’ordre de la couronne, l’ordre Constantinien de Saint-Georges, l’ordre d’Orange-Nassau, avec compartiments pour amadou, allumettes et grattoir d’allumage, intérieur vermeil. Usures du temps.
Poinçon titre : 84, Moscou, avant 1896.
Poinçon du maître orfèvre : Alexis Stepanoff, actif de 1883 à 1895. L. : 10 cm – L. : 7 cm – E. : 1, 7 cm. Poids brut : 191 g.

1 500/2 000 €

h

Étui à cigarettes en cuivre rouge. Par Fabergé, Saint-Pétersbourg, 1914-1915.
De forme rectangulaire légèrement arrondie sur les angles, couvercle à charnières s’ouvrant sur la partie gauche par deux prises en cuivre jaune, à décor repoussé d’un écusson rond orné de l’aigle bicéphale de l’empire de Russie et des inscriptions en caractères cyrilliques « Guerre 1914-1915 » et « K. Fabergé ». Légères usures du temps, petites bosses, mais bon état. Poinçon d’orfèvre : K. ФАЬЕРЖЕ : (C. Fabergé). L.: 9, 5 cm – L.: 6 cm – E.: 2 cm.

2 000/3 000 €

h

 

Étui à cigarettes. Par Selenius, Saint-Pétersbourg, avant 1896.
À décor en trompe-l’œil à l’imitation d’une moufle traditionnelle russe, ciselé d’une frise géométrique en vermeil, l’ouverture se fait par un bouton poussoir en argent, intérieur vermeil. Légères usures du temps, mais bon état général. Poinçon titre : 84, Saint-Pétersbourg, avant 1896.
Poinçon d’orfèvre : Carl Selenius. L.: 12, 5 cm – L.: 7 cm – E.: 2 cm.
Poids : 126 g.

1 400/1 600 €

h

 

Grande boîte à cigare en argent. Par Klingert, Saint-Pétersbourg, 1893.
De forme rectangulaire, à décor finement ciselé à l’imitation en trompe-l’œil représentant les boîtes en bois de 50 cigares commercialisées en Russie à l’époque, par la maison Hermann Upmann. Porte à l’intérieur gravée une dédicace en caractères cyrilliques : « A l’ami des souffrants Théophile Ignatievitch Vdovikovsky de la part d’un patient sincère et reconnaissant V. V. Navrotsky, Odessa, le 28 février 1895 ». Couvercle à charnières, intérieur vermeil. Bon état. Poinçon titre : 84, Saint-Pétersbourg, 1893.
Poinçon d’orfèvre : Gustave Klingert. H.: 6 cm – L.: 21 cm – P.: 12, 5 cm.
Poids : 800 g.

2 000/3 000€

h

Boîte à cigares en argent. Par Osïevtroff, Moscou, 1908-1917.
De forme rectangulaire, arrondie sur les angles, couvercle à charnières s’ouvrant par une prise sertie d’un rubis cabochon, à décor d’une scène repoussée représentant un bogatyr en armure ayant tué un dragon, surmonté de l’inscription en caractères cyrilliques : «Dobrinia a fait couler le sang du dragon d’Est en Ouest » et d’un monogramme entrelacé, intérieur vermeil. Bon état.
Poinçon titre : 84, Moscou, 1908-1917.
Poinçon d’orfèvre : Vassili Osïetroff. H.:7,5cm-L.:13cm-P.:10,5cm.
Poids : 495 g.

2 000/3 000 €

h

Sac pour dame en argent. Par le 2ème ARTEL, Moscou, 1908-1917.
De forme rectangulaire, retenu par une chainette à maillons, à décor repoussé de deux têtes de chevaux. S’ouvrant par un bouton poussoir serti d’une améthyste. Intérieur à compartiments en soie rouge. Bon état.
Poinçon titre : 84, Moscou, 1908-1917.
Poinçon du maître orfèvre : 2ème Artel de Moscou.
L. : 17 cm – L. : 6, 5 cm – E. : 1, 5 cm. Poids brut : 262 g.

1 200/1 500 €

h


Étui à cigares en vermeil. Par Ovtchinikoff, Moscou, 1874.
De forme rectangulaire, couvercle à charnières s’ouvrant par un bouton poussoir, à décor champlevé entièrement émaillé de petits motifs géométriques blancs et bleus encadrant au centre un cartouche encadré d’une rosace, intérieur vermeil. Usures du temps, mais bon état général.
Poinçon titre : 88, Moscou, 1874.
Poinçon d’orfèvre : Pavel Ovtchinikoff et marque du privilège impérial.
L.: 13 cm – L.: 7, 5 cm – E.: 2, 5 cm. Poids brut : 220 g.

800/1 000 €

h


Étui à cigarettes en argent. De forme rectangulaire, légèrement arrondi sur les angles, le couvercle s’ouvrant à charnières, à décor d’imitation en trompe-l’œil d’une boîte de cigares, avec bande niellée sertie de deux petits rubis, gravée de l’inscription « Souvenir » et appliqué du monogramme entrelacé A. L. sous couronne comtale. Petites usures, mais bon état dans l’ensemble. Poinçon titre : 88, Saint-Pétersbourg, avant 1899. Poinçon d’orfèvre : illisible.
L. : 7 cm – L. : 12 cm – E. : 3 cm. Poids : 199 g.

800/1 000 €

h


Paire de coupes de présentation. Par Sazikoff, Saint-Pétersbourg, 1857.
De forme ronde, en cristal dépoli cerclé d’une frise d’arabesques feuillagées et fleuries, ornées de motifs coquilles de style Louis XV, reposant sur une base tripode finement sculptée du même décor en vermeil.
Bon état général. Poinçon titre : 84, Saint-Pétersbourg, 1857.
Poinçon d’orfèvre : Sazikoff. H. : 27, 5 cm – Diam. : 28 cm.
Poids total : 2 kg 295 g.

6 000/8 000 €

h