” Correspondances avec la Mouette “

d’après Anton Tchekhov & Liza Mizinova

Traduction, adaptation et mise en scène

Nicolas Struve

du mardi 4 au samedi 29 février 2020 à 19h

Théâtre Les Déchargeurs, 75001 Paris

Correspondance avec la Mouette  :

« C’est avec plaisir que vous ébouillanterais »

Geste scénographique : Georges Vafias
Lumières : Antoine Duris
Chorégraphie : Sophie Meyer

Avec :

Stéphanie Schwartzbrod – David Gouhier

1889- 1900, Anton, Lika. Il est célèbre, elle, d’une beauté qu’on dit sublime.
Elle a 19 ans, lui 29. Lui, c’est Anton Tchekhov, elle, c’est Lika Mizinova. 10 ans de correspondance. Ils se plaisent, se désirent, se titillent, s’agacent, se manquent. Elle se verra figurer dans la Mouette sous les traits de Nina.

Il existe 64 lettres de Tchekhov à Mizinova et 98 d’elle à lui.

Les lettres de Mizinova n’avaient jamais été traduites en français. Nicolas Struve s’y est attelé, comme à celles de Tchekhov. À ce jour, la totalité des lettres de Tchekhov et d’une quarantaine de celles de Mizinova et des extraits de plus d’une quarantaine d’autres. Extraits trouvés dans diverses publications biographiques et scientifiques.

4

Nicolas Struve a participé à plus d’une soixantaine de spectacles. Il a joué avec Valère Novarina, Lars Noren…, avec La Cie Jolie-Môme sur des textes notamment de Tchekhov, Racine, V. Wolff, Brecht, Ibsen, Boulgakov, Hugo, Witkievicz, Dostoievski, Aristophane, Chrétien de Troyes, Dumas, Feydeau… Il a mis en scène, Tartuffe ou l’imposteur de Molière (2012, Th. Académique de Kazan – Culture France), Une Aventure de M. Tsvétaieva (Rencontre internationale de théâtre, Dijon, 2000).  Il a co-mis en scène Sacré Sucré Salé de Stéphanie Schwartzbrod (NEST- CDN Thionville, Th. De l’Aquarium, SN Cergy-Pontoise, 2012/2015. Il a traduit du russe : L’Analyse-Action de M. Knebel (Actes-Sud 2007) une dizaine de pièces d’O. Moukhina, A. Tchekhov, N. Erdmann, des frères Presniakov, et de M. Tsvetaeva, dont il a aussi traduit la correspondance avec K. Rodzevitch (Lettres de la montagne et de la fin, Clémence Hiver 2007 – mention spéciale du prix Russophonie 2008).

7

Situé dans le plus vieux quartier de Paris, le 1er arondissement, depuis trente-cinq ans, un théâtre s’est épanoui dans des bâtiments inscrits à l’inventaire des monuments historiques où ont été accueillis autrefois Nicolas Flamel spécialiste de l’écriture de billets doux, la première Poste, le premier directeur de l’Opéra de Paris ou encore le magistrat le plus éloquent du XVIIème siècle.

En 1979, une troupe d’amis comédiens, architecte, peintre, à la tête de laquelle Vicky Messica (1939-1998) poète-comédien se donne rendez-vous au 3 rue des déchargeurs. Vicky Messica y fonde le théâtre Les Déchargeurs, un lieu pour la poésie, pour l’écriture contemporaine.

h

Les Déchargeurs

3 rue des Déchargeurs 75001 PARIS

Métro: Châtelet

Tarifs: €.

Réservations:  01 42 36 00 50 du lundi au samedi de 16h à 23h

www.lesdechargeurs.fr