14
Août

Festival de l’Art Russe, Deauville

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

2ème Saison Russe

Du jeudi 22  au dimanche 24 août 2019

à Deauville

 

Le génie, la folie et la splendeur de l’âme russe sur la scène historique de Deauville. L’Histoire de Deauville et des Ballets russes sont intimement liées, lors de la saison inaugurale du nouveau casino de Deauville, en août 1912, le Théâtre du Casino, a accueilli durant deux semaines les Ballets russes de Serge de Diaghilev pour sa toute première série de représentations françaises hors Paris. Durant deux semaines Deauville aura été le témoin de cet âge d’or de la troupe de Diaghilev. Les places se vendaient au marché noir. L’étoile de cette troupe était Vaslaw Nijinski, devenu chorégraphe, il venait de créer fin mai, sa version très décriée de L’après-midi d’un Faune. Lorsqu’il dansait sur la scène du Théâtre du Casino dans « Le spectre de la Rose », la presse locale trouvait « qu’il s’envolait dans les airs comme la brise estivale de Deauville».

f

La mission du Festival de l’ Art Russe de Deauville est de prolonger et réinventer les liens artistiques forts, tissés depuis des siècles, entre la France et la Russie. Il associe donc, dans sa programmation, les reprises des grandes œuvres du répertoire classique mises en parallèle et en perspective avec le meilleur de la création artistique russe d’aujourd’hui, portée par des artistes émergents.

d

Jeudi 22 août 2019

Présentation du projet artistique «Moon Pool»

Présentation “Moon Pool” à Figeac.

Présentation du projet artistique «Moon Pool» – Décors pour le ballet imaginaire, interprétées par le peintre et le céramiste peintre et le céramiste Nikolay Koshelev né en 1987 à Moscou, peintre et céramiste, vit à Moscou et à New York.

 Nikolay Koshelev peintre et le céramiste

Il est le plus jeune artiste russe présenté en vente publique internationale de la maison Phillips. Ses œuvres ont été acquises par des collectionneurs internationaux et des musées, au Danemark, en Russie et en Allemagne. Son projet “Moon Pool” a été initié il y a cinq ans. Moon Pool est une redéfinition du contexte historique du symbolisme artistique russe et du patrimoine  artistique des célèbres Saisons russes de Diaghilev.

La première partie du projet Moon Pool prendra la forme d’une exposition lors du Festival d’art russe de Deauville.

17:00
Salle des fêtes de Deauville

Cocktail d’ouverture du Festival (Presse et Invités VIP)

18:30

Ouverture publique de l’exposition 
ainsi que chaque jour jusqu’au 25 août

d

 

Vendredi 23 août 2019

Première du programme créé par le directeur artistique du Festival Sergey Filin et l’étoile du Bolchoï Artem Ovcharenko.

19:00
Théâtre Casino Barrière

Les chorégraphies célèbres ainsi que les nouvelles œuvres de chorégraphes contemporains interprétées par Artem Ovcharenko avec la participation de quatorze étoiles et solistes de ballet des principaux théâtres russes.

Artem Ovcharenko  – Étoile du Bolchoï

Anna Tikhomirova  – Première du Bolchoï

Semen Chundi – Étoile du Bolchoï

Nina Kaptsova – Étoile du Bolchoï

Denis Savin – Étoile du Bolchoï

Natalia Filina – Danseuse du Bolchoï

Tatyana Tkachenko – Soliste du théâtre Mariinsky de Saint-Petersbourg

Ivan Oskorbin– Étoile du Mariinsky Ballet de Saint-Petersbourg

Elena Solomyanko – principale danseuse de ballet soliste de la troupe de ballets du théâtre académique musical de Moscou. K.S. Stanislavsky et V.I. Danchenko

Innocenty Yuldaschev – Étoile du théâtre académique musical de Moscou. K.S. Stanislavsky et V.I. Danchenko

Maria kochetkova – Étoile de ballets russes et américains.

Sebastian Kloborg – Danseur diplômé du Royal Danish Ballet, chorégraphe, soliste dans les plus grands théâtres du monde

Oleg Gabyschev – Premier Danseur  du Ballet Eifman de Saint-Pétersbourg

Lyubov Andreyeva – Première Danseuse du Ballet Eifman de Saint-Pétersbourg

Gala – Dîner SAVVA

.

Andreï Shmakov compte parmi les meilleurs chefs cuisiniers de Russie, le chef de marque de l’hôtel Metropol de Moscou et le restaurant SAVVA.

Après son installation à Moscou, il a repensé et réinventé la cuisine traditionnelle de l’Hôtel historique Metropol. Le guide Gault & Millau lui a décerné en 2018 le titre de ” Meilleur chef cuisinier d’Hôtel”. Andrei Shmakov anime aussi une émission culinaire à la télévision. Il est invité régulièrement comme juré de concours.  Internationaux et a publié: “Four Seasons: Les meilleures recettes de ma cuisine”.  Le restaurant SAVVA de l’Hotel Metropol figure dans le classement des12 Forward de White Guile et de La Liste.

21:30

Salon des Ambassadeurs du Casino Barrière de Deauville

Voyage gastronomique historique dans l’atmosphère de L’âge d’ Argent de la Russie. Auteur du menu – Andreï Shmakov, compte parmi les meilleurs chefs cuisiniers de Russie,

L’ illustre chef du Restaurant SAAVA de l’hôtel Metropol à Moscou. En établissant le menu du dîner de gala du Festival de l’ Art Russe de Deauville, Andreï s’inspire des plats servis au Metropol en 1904 lors d’un dîner donné en l’honneur de Serge de Diaghilev.

d

Le programme vocal cette année est présenté par Daria Davidova,

invitée soliste du Bolshoi. Ce programme sera composé d’œuvres célèbres de grands maîtres de l’opéra russe (N. A. Rimsky-Korsakov, P. I. Tchaïkovski, A. Borodine) et de compositeurs français (C. Gounod, C. Debussy, L. Delibe, F. Poulenc, etc). En outre, Daria chantera des compositions de chambre originales, parmi lesquelles est le cycle vocal de L. Bernstein “La cuisine française”, un chef-d’œuvre musical rare sur un thème gastronomique.

d

Samedi 24 août 2019

«Boîte à musique»
Soirée Gala des étoiles

19:00
Théâtre du Casino Barrière

Les chefs-d’œuvre du ballets légendaires, ainsi que les choreographies originelles créées sur la musique des grands compositeurs russes d’hier (Tchaikovsky, Rachmaninov, Stravinsky, etc) et d’aujourd’hui les œuvres de compositeurs russes contemporains: Rodion Chtchedrine, Yuri Krasavin, Leonid Desyatnikov et Ilya Demutsky interprétées par des danseurs de ballet des principaux théâtres russes, sous la direction de Sergey Filin (le directeur artistique du théâtre Bolchoï 2011 à 2016, lauréat du prix Benois de la danse, artiste émérite de Russie).

3

CASINO BARRIÈRE DEAUVILLE
2 Rue Edmond Blanc
+33 (0)2 31 14 31 14

Contacts : www.festivalrusse.com/main-fr

Renseignements et réservations: 02 31 98 66 00
Réservation en ligne : CLIQUEZ

Tarifs: Vendredi 23 août
Votre soirée de Gala : la place en 1ère série pour le ballet à 19h et le dîner de Gala à 21h30 : 500€

Samedi 24 août : la “Boîte à musique” – Soirée Gala des Étoiles à partir de 125€

Contacts : www.festivalrusse.com/main-fr

19
Juin

Viva Maïa, Cannes

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Gala d’Étoiles Internationales

” VIVA MAÏA”

Samedi 29 juin 2019 à 20H30

Palais des Festivals, Cannes

Au cœur de la saison estivale cannoise, Irma Nioradze, étoile du ballet du Kirov de Saint-Pétersbourg, avec  le Théâtre Mariinsky St Pétersbourg – Théâtre National de Bavière – Le Ballet du Bolchoï – Le Ballet National de Vienne – Académie de Ballet Vaganova – Astana Opéra – Opéra de Berlin – Opéra National de Budapest – Théâtre Mikhaïlovski St Pétersbourg .

d

Un gala exceptionnel, baptisé ” Viva Maïa “, qui veut garder bien vivante la mémoire de la grande Maïa Plissetsskaïa, « Prima ballerina assoluta » disparue en mai 2015, après 50 ans d’une fabuleuse et exemplaire carrière. En 2016, un premier hommage lui avait été rendu par la création du Prix Maïa, décerné à Cannes.

Cette année, l’hommage à Maïa Plissetskaïa prendra la forme d’une soirée réunissant certains des plus grands danseurs des scènes internationales qui portent aujourd’hui l’esprit de cette grande dame de la danse, en alliant la technique la plus remarquable et l’expression la plus dramatique. Maïa Mikhaïlovna Plissetskaïa (Майя Михайловна Плисецкая), née à Moscou le 20novembre 1925 est décédée le 2 mai 2015 à Munich,  considérée comme l’une des plus grandes ballerines et surnommée la « Diva de la danse ». Elle est prima ballerina asoluta  du Bolchoï en 1962.

Maïa Plissetskaïa dans Roméo et Juliette (1961 Théâtre Bolchoï)

Maïa Plissetskaïa reste unique par la hauteur de ses sauts,la fluidité de ses bras et la longévité de sa carrière (elle dansera jusqu’à 70 ans). Unique, également car, sa danse, pleine d’intelligence, allie la technique la plus époustouflante à l’expression la plus dramatique.

Maïa Plissetskaïa en 2011

Les théâtres les plus prestigieux seront représentés, comme le Mariinski Theater, le Bolshoï Theater, le Vienna State Opera, le National Theater München…

Au total, ce sont une quinzaine d’étoiles venues du monde entier qui sont réunies pour un programme composé de tous les plus grands moments du répertoire – Don Quichotte, Diana et Actaeon, Notre-Dame de Paris…– mais aussi de ballets plus spécifiquement russes.

Terre de danse par excellence, avec son école internationale créée par Rosella Hightower et son Festival International de Danse, la ville de Cannes réaffirme son engagement à cet art majeur, en plaçant le gala “Viva Maïa” au cœur de sa saison estivale, permettant une nouvelle fois à la danse de briller sur la célèbre Croisette !

d

1ère Partie :

Carmen – Extraits du ballet
Chorégraphie : Davide Bombana
Musique : Georges Bizet
Direction artistique et pédagogique : Paola Cantalupo
Avec les danseurs du Pôle National Supérieur Danse – Centre International de Danse Rosella Hightower
Carmen : Stella Perniceni – Don José : Auguste Palayer – La Chef des Cigarières : Djié Oiwa

d

Les Flammes de Paris – Pas de deux
Chorégraphie : Vasily Vaynonen et Assaf Mikhaïlovitch Messerer
Musique : Boris Asafiev
Danseurs : Kristina Kretova (Ballet du Bolchoï) et Julian MacKay (Théâtre Mikhaïlovski)

Kristina Kretova (Ballet du Bolchoï), née à Orel. En 2002, elle est diplômée de l’Académie du Ballet du Bolchoï (classes de Lyudmila Kolenchenko, de Marina Leonova et d’Elena Bobrova) et rejoint le Kremlin Ballet Theatre, où elle a tenu de nombreux rôles principaux.

Julian MacKay est né dans le Montana, aux États-Unis, il a suivi une formation de 6 ans à l’Académie de ballet de Moscou. En 2015, il a obtenu un diplôme de russe en tête de sa classe. À la fin de ses études, il interprète Siegfried dans le long métrage du Lac des cygnes avec le ballet russe, en tournée en Allemagne. Il a remporté le Prix de Lausanne 2015 et est devenu apprenti du Royal Ballet (2015-2016). Il a participé aux galas internationaux «Les étoiles du 21e siècle», «Les étoiles d’aujourd’hui à la rencontre des étoiles de demain» et au Gala Marika Besobrasova. En 2016, il a rejoint la compagnie de ballet Mikhailovsky.

d

Fragment – Duo
Chorégraphie : Eno Peci
Musique : John Perkins
Danseurs : Ketevan Papava et Eno Peci (Ballet National de Vienne)

d

Notre-Dame de Paris – Pas de deux,
Chorégraphie : Roland Petit
Musique : Maurice Jarre
Danseurs : Aigerim Beketayeva et Bakhtiyar Adamzhan (Astana Opéra)

Aigerim Beketayeva est née à Taldykorgan. En 2010, elle est diplômée du Collège de chorégraphie A. Seleznev à Almaty. De 2010 à 2013, elle a travaillé comme première danseuse du Théâtre national d’opéra et de ballet K. Baiseitova. Depuis 2013, elle est danseuse étoile du théâtre d’opéra et de ballet d’État «Astana Opera». En 2015, elle a obtenu son diplôme de « professeur-chorégraphe » à l’université pédagogique d’État de Chelyabinsk. Elle est la danseuse soliste invitée avec le théâtre de ballet académique d’État de SaintPétersbourg de Boris Eifman.

Bakhtiyar Adamzhan est né à Sary-Ozek, dans la région d’Almaty au Kazakhstan. De 2003 à 2011, il est formé à l’Ecole chorégraphique d’Almaty appelée A.V. Seleznev. De 2011 à 2013, il est soliste au Ballet de l’Opéra Abaï. Il rejoint l’Opera d’Astana en tant que soliste en 2013 et est nommé danseur Etoile en 2015. Il a le role principal dans de nombreux ballets dont Spartacus, Casse-Noisette, Notre-Dame de Paris, Don Quichotte, etc…. Bakhtiyar a remporté de nombreux prix.

d

Schéhérazade – Duo
Chorégraphie : Michel Fokine
Musique : Nicolaï Rimski-Korsakov
Danseurs : Alina Somova et Vladimir Shklyarov (Théâtre Mariinsky – St Pétersbourg)

Alina Somova est née à Léningrad (Saint-Pétersbourg, )diplômée de l’Académie de ballet russe Vaganova en 2003 (classe de Lyudmila Safronova), admise au sein du Ballet Mariinsky et elle est promue au rang de soliste. En 2004, elle interprète le rôle de Masha dans le ballet Casse-Noisette au Théâtre national de Tokyo. En 2006, début du rôle de Odette-Odile dans Le lac des cygnes (version de Rudolf Noureev) à l’Opéra National de Vienne. En 2008, elle tient ce rôle au Théâtre national académique azerbaïdjanais d’opéra et de ballet puis en 2009,  au Théâtre d’opéra et de ballet de Paliashvili en Géorgie, en 2010, sur la scène du Théâtre de la Scala. En 2011, elle danse dans le ballet Jewels (Joyaux) au Théâtre de la Scala. En 2012, débuts du ballet Excelsior au Théâtre de la Scala. Alina Somova a participé à de nombreux galas en Russie et à l’étranger, ainsi qu’un spectacle dédié à Maïa Plissetskaya en Espagne.

Vladimir Shklyarov est né à Léningrad, diplômé de l’Académie de ballet russe Vaganova en 2003, il est immédiatement accepté au théâtre Mariinsky. En 2011, il accède au statut de Premier danseur. Au début de la saison 2016/17, il rejoint le Ballet National de Bavière en tant que danseur principal, en plus de son poste au sein du Mariinsky. Son répertoire comprend des rôles principaux dans les répertoires classique, dramatique et contemporain, y compris dans des ballets de Frederick Ashton, George Balanchine, August Bournonville ….

d

Le Corsaire – Pas de deux
Chorégraphie : Marius Petipa
Musique : Adolphe Adam
Danseurs : Tatiana Melnik (Opéra National Hongrois) et Daniil Simkin (Opéra de Berlin, ABT)

Tatiana Melnik diplômée de l’École chorégraphique de l’État de Perm (Russie) en 2006, a travaillé jusqu’en 2013 pour le Ballet Russe au théâtre National de Moscou sous la direction de Vyacheslav Gordeev. En 2013, elle devient soliste pour le théâtre musical Stanislavsky et Nemirovich-Danchenko de Moscou. Depuis 2015, elle est directrice du Ballet national hongrois. Parmi les ballets dans lesquels elle danse, les rôles principaux sont Cendrillon, La Bayadère, Giselle, Casse-Noisette, Le Lac des cygnes et La Belle au bois dormant.

Daniil Simkin est né à Novossibirsk, de parents danseurs. Ils ont quitté la Russie en 1990 alors qu’il n’avait que 3 ans, ils se sont installés à Wiesbaden en Allemagne. Dès l’âge de 6 ans, Daniil se produit souvent sur scène aux côtés de son père, Dmitrij Simkin. À 10 ans, il commence sa formation sous la direction de sa mère, Olga Aleksandrova. À 12 ans, il a  participer à des concours de danse à travers le monde. Il rejoint la compagnie de ballet de l’Opéra National de Vienne en 2006, puis l’American Ballet Theatre en tant que soliste en octobre 2008 et devient danseur étoile en 2012. A la saison 2018-2019, Daniil a rejoint Staatsballett Berlin en tant que premier danseur et a conservé son poste chez ABT, se produisant pour les deux compagnies aussi souvent que son emploi du temps le lui permet. Les critiques soulignent les sauts silencieux de Daniil Simkin, son excellent rythme, ses jambes ouvertes facilement en une rotation fendue et stable, avec une capacité rare de s’arrêter sur un pied après une pirouette.

g

2ème Partie :

Le Lac des Cygnes – Pas de deux
Chorégraphie : Marius Petipa
Musique : Piotr Ilitch Tchaïkovski
Danseurs : Alina Somova et Vladimir Shklyarov (Théâtre Mariinsky – St Pétersbourg)

d

Cinque – Solo
Chorégraphie : Mauro Bigonzetti
Musique : Antonio Vivaldi
Danseur : Kristina Kretova (Ballet du Bolchoï)

d

Diana et Acteon – Pas de deux – extrait d’Emeralda
Chorégraphie : Agrippina Vaganova
Musique : Cesare Pugni
Danseurs : Tatiana Melnik et Bakhtiyar Adamzhan (Astana Opéra)

d

Casse-Noisette – Solo
Chorégraphie : Alisher Hasanov
Musique : Piotr Ilitch Tchaïkovski
Danseur : Julian MacKay (Théâtre Mikhaïlovski)

d

La Giselle Rouge – Pas de deux
Chorégraphie : Boris Eifman
Musique : Piotr Ilitch Tchaikovsky
Danseurs : Ketevan Papava et Eno Peci (Ballet National de Vienne)

Ketevan Papava est née à Tbilissi (Géorgie). Après ses études à l’Académie Vaganova de Saint-Pétersbourg, elle est devenue membre du Théâtre Mariinsky de 2001 à 2006. A cette époque, son répertoire comprenait de nombreux rôles de solo classique et temporaire. En outre, elle se produisait à l’Opéra national de Sofia. En 2006, elle a été engagée en tant que demi-soliste au Ballet de l’Opéra national et de l’Opéra Populaire de Vienne. En 2010, elle est nommée soliste du Ballet National de Vienne. En 2015, elle est nommée première soliste.

Eno Peci est né à Tirana (Albanie). Il a étudié à l’ Académie de danse de Tirana et à l’Ecole de danse de l’Opéra National de Vienne. En 2000, il rejoint le Ballet du Ballet de L’Opera National de Vienne. En 2003, il a été nommé Demi-soliste et en 2009 soliste du Ballet de l’Opera National et de l’opéra Populaire de Vienne.  En 2009, il commence sa carrière de chorégraphe. Nommé ambassadeur de la République d’Albanie en 2008, il a reçu avec «La clé de Tirana» un autre grand honneur de son pays d’origine. En 2018, le président de l’Albanie lui a décerné le titre de «Chevalier de l’ordre de Skanderbeg».

d

Les Bourgeois – Solo
Chorégraphie : Ben Van Cauwenbergh
Musique : Jacques Brel
Danseur : Daniil Simkin (Opéra de Berlin, ABT)

d

Don Quichotte – Pas de deux
Chorégraphie : Alexandre Gorsky
Musique : Ludwig Minkus
Danseurs : Evelina Godunova (Ballet National de Berlin) et Osiel Gouneo (Théâtre National de Bavière)

Evelina Godunova a étudié le ballet à l’école de ballet de Riga (diplômée en 2010), a suivi des programmes d’été à l’académie de ballet du Bolchoï et à l’école de ballet royale de Covent Garden. En 2010, elle rejoint le CNOB letton en tant que demi-soliste. Depuis 2015, elle est soliste à la Universal Ballet Company à Séoul. Son répertoire: Giselle, Anna Karenina (chor. De B. Eifman), Othello (chor. De A. Sigalova), Casse-Noisette, La Bayadere, La Belle au bois dormant, Le lac des cygnes, Don Quichotte, Roméo et Juliette (chor. De K. MacMillan), Duende (chor. De Nacho Duato).

Osiel Gouneo est né à Matanzas, il a étudié à l’École nationale de ballet cubain de La Havane. En 2008, il rejoint le Ballet national cubain. Nommé danseur principal en 2011, il a tenu de nombreux rôles principaux dans des théâtres prestigieux tels que le London Coliseum, le Théâtre Bolchoï à Moscou ou le Lincoln Center à New York… En 2013, il rejoint le Ballet national norvégien et séduit immédiatement le public par son talent et son charme – dans des rôles romantiques tels que le Prince dans Le lac des Cygnes et Cendrillon ou CasseNoisette et des personnages comme l’Oiseau Bleu dans La Belle au Bois Dormant ou Le Maure dans Petrouchka. Les critiques de différentes parties du monde l’ont nommé «le roi de la danse», «sensation cubaine» et «étoile montante».

3

Programme sous réserve de modifications

BILLETTERIE Palais des Festivals :

1. Sur place : Esplanade G.Pompidou – Accès par l’Office de Tourisme de Cannes

2. Par téléphone : avec transmission carte bancaire +33 (0)4 92 98 62 77

3. Par mail : billetterie@palaisdesfestivals.com

4. En ligne : www.cannesticket.com

Du lundi au samedi de 10h à 18h et 1 heure avant chaque représentation sur le lieu du spectacle En vente également dans les points de ventes habituels

Tarifs : Catégorie 1 Plein : 48€,  Groupe : 40€ Abonné : 38€ -26 ans : 38€ -10 ans : 10 €

Catégorie 2 Plein : 38€ Groupe : 35€ Abonné : 28€ -26 ans : 28€ -10 ans : 10 €

13
Jan

Récital Timur Abdikeyev

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Concerts exceptionnels

Timur ABDIKEYEV chanteur d’opéra

St Cloud le Samedi 12 janvier 2019  à 16h30

Garches le Dimanche 20 janvier 2019 à 14h30

Timour Abdikeyev, né en 1979 à Bakou (République d’Azerbaïdjan) dans une famille tatare, diplômé en 1990 d’une école musicale (accordéon et piano). En 1996, il entre au Conservatoire Gadjibekov à Bakou. En 2000, il remporte les prix et les distinctions lors de deux concours : Concours républicain Shovget Mamedova (Azerbaïdjan) et au concours international Bul-Bul. Il reçoit le prix « Nadejda » (Espoir) du fonds d’Irina Arkhipova. Ce prix reçu des mains de la grande cantatrice russe ouvre au chanteur basse, les portes d’une carrière internationale.

Timur est lauréat du concours international des vocalistes (présidé par Vladimir Atlantov) et finaliste du concours du théâtre La Scala à Milan (présidé par Leila Gendger).

En 2004, il débute avec succès sur la scène du Théâtre Mariinsky (Saint-Pétersbourg) où il donnera la plupart de ses récitals. Depuis, il s’est produit sur cette scène dans plus d’une soixantaine de rôles, comme dans beaucoup de salles du monde : l’Opéra Bastille à Paris, l’Opéra Royal de Stockholm, le Barbican Hall à Londres, le Teatro Real à Madrid, le Bolchoï à Moscou, le John F. Kennedy Center à Washington et le Carnegie Hall à New York.

Il participe aux concerts de gala donnés à l’occasion du 300e anniversaire de la ville de Saint-Pétersbourg et au 1000e anniversaire de la ville de Kazan (Tatarstan), diffusion télévisée de ses récitals et des concerts des solistes du Théâtre Mariinsky, participation à une vingtaine de premières du Théâtre, concerts avec des artistes émérites tels que Vladimir Galousine, Maria Goulegina, Nicolai Poutiline, Anna Netrebko, Ferruccio Furlanetto, avec des chefs d’orchestre tels que Valerii Guergiev, Gienandrea Noseda, Keri-Lynn Wilson, Rafael Fruhbeck de Burgos.

En septembre 2004 Timur Abdikeyev a donné son premier récital au Suntory Hall au Japon. Ce concert a eu un grand retentissement qui lui a apporté un succès et une renommée internationale. Sa carrière prend de plus en plus d’ampleur et s’étend désormais aux États-Unis, à la Grande-Bretagne, à l’Italie, l’Allemagne, l’Autriche, la Hongrie, la France, au Japon, à la Lettonie, à la Russie, à la Turquie, et à l’Azerbaïdjan. Le 27 août 2010 le Président de la République du Tatarstan (Fédération de Russie) a décoré Timur Abdikeyev du titre de l’Artiste émérite de la République du Tatarstan.

Samedi 12 janvier à 16h30

Musée des Avelines

 60 Rue Gounod, 92210 Saint-Cloud

Inscription: taconcert@yahoo.com

Renseignements: 06 95 17 40 76

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Dimanche 20 janvier à 14h30

Centre Culturel Sydney Bechet

86 Grande RueGarches 92380

Inscription:01 47 41 39 32

Renseignements: 06 95 17 40 76

3
Jan

Nouvel An Russe au Bateau Daphné

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

” Nouvel An Russe “

« starii novii god »

 

Dimanche 13 janvier 2019 à 19 H

 

avec “les Cosaques”

 

Bateau Daphné

 

LES COSAQUES ont une musique folkloriques et traditionnels russe composé de chants à grandes voix et de musiciens sans égale qui perpétuent les traditions artistiques de l’ancienne Russie des Tzars.

Une infinie richesse de mélodies reconnaissables entre mille autres, dès les premières notes de balalaïka et d’accordéon diatonique et par la magie des voix russes exceptionnelles, toujours émouvantes et rythmées, doublées d’un sens certain du spectacle.

Les chants cosaques vont de paire avec les chants tziganes, les deux étant liés par leur amour vers la liberté, les chevaux et leur mode de vie nomade.

Mikhaïl Syrokvachine, est né en Russie. Il possède une voix large et puissante de baryton, qui rend aussi bien le volume et la profondeur des classiques russes que la douceur des mélodies populaires. Diplômé de l’Ecole Supérieure d’Art Théâtral à Moscou (GITIS), il est soliste de nombreux spectacles musicaux sous la direction de M. OCHEROVSKI (Théâtre Comédie Musicale, Odessa), M. ANSIMOV (Théâtre du Bolchoï). Il a également été soliste du chœur de l’Armée Rouge à Kiev (Ukraine) et de l’ensemble « Les Cosaques de Russie » à Paris.

yzyzyzyzyzy

Depuis 1985, le bateau Daphné, péniche traditionnelle aménagée avec sobriété et élégance, accueille tout événement relationnel profitant de l’atmosphère privilégiée de la Seine à Paris, à l’ombre de la cathédrale Notre-Dame.

Bateau Daphné

face au 11 Quai Montebello 75005 Paris
Métro : Saint-Michel, Maubert-mutualité

Tarif : 20 € par personne le concert-cocktail
Réservations au 01 30 36 18 88 ou info@bateaudaphne.com

19
Août

XXI° Festival d’Art russe à Cannes

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

Co-produit par la Fondation de la culture russe, la Ville de Cannes et le Palais des festivals et des congrès, c’est l’un des rendez-vous majeurs de l’amitié franco-russe. Depuis 2006, cinq journées du mois d’août durant lesquelles concerts, danse, peinture, cirque font plonger le public dans une fabuleuse ambiance russe. Le Festival du Jeune Art Russe s’est imposé comme un véritable tremplin pour les talents prometteurs des deux nations.

Jeudi 23 août 2018 – Théâtre Claude Debussy à 20h30

Ensemble du Tatarstan

La culture millénaire des peuples du Tatarstan puise sa richesse dans les origines de chacune de ses éthnies. Dispersé entre la Volga et l’Oural, de la Sibérie orientale à la Crimée, chaque groupe a su conserver son identité.
Trésors culturels : les danses des Tatars d’Oufa, de Perm, de Nijni-Novgorod, de l’Asie centrale, les rituels folkloriques des Tatars de Nogaïbak, les chants d’Orenbourg et de Samara, la transmission fidèle des traditions, de la poésie, des contes et des légendes.
C’est un héritage soigneusement rassemblé et précieusement sauvegardé par l’Ensemble National des chants et danses de la République du Tatarstan.

L’ensemble propose au public un répertoire vaste, habile équilibre entre tradition, authenticité et modernité : ses danses populaires, pleines de charme et d’humour, ses chansons pénétrées de lyrisme accompagnées d’instruments musicaux traditionnels (kourraï, koubyz, petits accordéons à boutons…), la splendeur de ses costumes et l’excellence de ses danseurs et chanteurs séduisent le public tant en Russie qu’à travers ses tournées internationales.

Tarifs: de 50€ à 15€

Vendredi 24 août 2018 Parvis du Palais des Festivals à 18h

La fête traditionnelle tatare« SABANTOUÏ »

Il est impossible de présenter la culture tatare, ses arts et coutumes traditionnelles, sans évoquer Sabantouï, cette fête populaire qui a pour racines les plus anciens rites païens.

La nuit russe Dîner-Spectacle

Salon des ambassadeurs

Une fête des sens orchestrée autour de la gastronomie et de la scène russes : folklore, variété, musique classique et feu d’artifice !

Tarif Unique : 160€

Samedi 25 août 2018  Salle Estérel

Journée du cinéma (V.O. ss titré)

●14h30 : « Le lichen des caribous » de Vladimir Toumaev
(2014, 98 min.)

Avec Pyotr BasnaevErzhena BuyantuevaSeseg Hapsasova

Aliocha vit dans un campement dans la toundra, entouré de rennes et de quelques familles. Sa mère le marie. Mais Aliocha espère toujours le retour d’Aliko, son amour d’enfance, partie étudier à la ville… Une intrigue qui pourrait être classique si elle n’avait pour protagonistes des Nenets, peuple… Lire la suite

Aliocha, membre de la communauté des Nenets, peuple du Grand Nord, s’est marié pour céder à la pression familiale. Mais il espère toujours le retour d’Aliko, son amour d’enfance, partie étudier à la ville… Cette intrigue entre traditions et modernité a été le premier film russe à recevoir le prix du public au Festival international de Moscou.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

●16h30 : « Rock » d’Ivan Chakhnazarov
(2017, 90 min.)

Avec Dmitri Shebotarev, Kirill Frolov, Ivan Ivashkin et Vitaly Kishchenko

Trois jeunes musiciens, invités à se produire sur une station de radio moscovite dédiée au rock, partent à la conquête de la capitale. Mais ce voyage va se révéler plein de surprises et de périls inattendus…

 ≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

●18h30 : « Bolchoï » de Valéry Todorovski
(2017, 132 min.)

Avec Alissa Freindlich, Margarita Simonova, Ekaterina Samouïlina, Valentina Telitchkina

Youlia Olchanskaïa, jeune danseuse de talent originaire d’une petite cité minière est remarquée par un ancien danseur qui lui prédit un avenir de grande ballerine. Mais la voie qui mène à la légendaire scène du Bolchoï est semée d’épreuves et de doutes et passe par le conservatoire, où la jeune provinciale insoumise est prise en charge par une professeure fantasque. Pour devenir danseuse étoile, il lui faudra faire de grands sacrifices et découvrir la rude école du Bolchoï.

 

Dimanche 26 août 2018 au Théâtre Claude Debussy à 20h30

GALA DE DANSE : « HOMMAGE A MARIUS PETIPA »

A l’occasion du bicentenaire de la naissance à Marseille du plus russe des chorégraphes français, Marius Petipa (1818-1910), le Théâtre Natalia Sats rend hommage au grand maître de ballet incontesté du théâtre impérial de Saint-Pétersbourg où il a travaillé pendant plus de 50 ans et créé des chefs-d’œuvre du ballet classique.

A travers des pas de deux, variations de solistes et le déploiement du corps de ballet emblématiques, ce gala célèbrera le génie de celui qui a posé les fondements de l’école du ballet classique, formé plusieurs générations de danseurs exceptionnels dont Anna Pavlova et Agrippina Vaganova et enrichi le répertoire classique des grandes institutions.

 

LE CORSAIRE, musique d’Adolphe Adam et CASSE-NOISETTE, musique de Piotr Ilitch Tchaïkovski : Extraits (Pas de deux).

Soliste : Andreï Batalov, soliste et étoile du Mariinski Théâtre de Saint-Pétersbourg

CASSE-NOISETTE, musique de Piotr IlitchTchaïkovski : Divertissements
LA MORT DU CYGNE, musique de Camille Saint-Saëns : Solo
PETROUCHKA, musique de Igor Stravinski : Extraits
CARNAVAL, musique de Robert Schumann : Papillons
L’OISEAU DE FEU (Zhar-Ptitsa), musique de Igor Stravinski : Duo, extrait du ballet

 

LE THÉÂTRE NATIONAL DE BALLET ET D’OPERA DE MOSCOU NATALIA SATS

Aujourd’hui, le Théâtre Natalia Sats s’enorgueillit d’être à la fois un théâtre d’opéra et de ballet de niveau international et de proposer un répertoire conçu pour les enfants, les jeunes et un public familial.

Il offre un répertoire de plus de 50 spectacles représentatifs de tous les styles : opéras, ballets contemporains et classiques comme les légendaires Saisons Russes de Diaghilev, concerts symphoniques, musiques baroque et de la Renaissance.

Le Théâtre se produit non seulement en Russie mais aussi beaucoup à l’étranger. Ses dernières tournées l’ont amené à Paris, Londres, Dublin, Venise, Tallin, Dubaï…

Il participe également à des festivals nationaux et internationaux et a été notamment récompensé par des prix prestigieux tels que « Le Masque d’Or », « l’Arlekin », l’International Opera Awards (2017).

 

Lundi 27 août 2018 au Grand Auditorium

BALLETS « SHEHERAZADE », « CHOPINIANA» ET « LES DANSES POLOVTSIENNES ».

SHÉHÉRAZADE
Musique Nicolas Rimski-Korsakov
Chorégraphie : Michel Fokine
Recréationchorégraphique : Andris Liepa, Artiste du peuple de la Fédértion de Russie
Décors : Anatole et Anna Nejny d’après les esquisses de Léon Bakst

En 1910, Michel Fokine adapte le poème symphonique de Nicolas Rimski-Korsakov pour les ballets russes de Diaghilev. Cette œuvre s’inspire du recueil de contes Les mille et une nuits.

Après avoir été trompé par sa première femme, le Sultan Shahryar épouse chaque soir une jeune vierge qu’il fait tuer au matin de la nuit de noces pour se venger… Afin de faire cesser ce massacre, Shéhérazade, fille du Grand Vizir, imagine un stratagème : elle épouse le Shah et lui raconte chaque nuit une aventure captivante dont la suite est reportée au lendemain.

-CHOPINIANA
Musique : Frédéric Chopin
Chorégraphie : Michel Fokine
Recréation chorégraphique : Andris Liepa, Artiste du peuple de la Fédération de Russie
Décors : Anna Nejny d’après les esquisses d’Alexandre Bénois

Chopiniana est le nom originel du célèbre ballet Les Sylphides.

Au début du XX° siècle, Michel Fokine tombe sous le charme de quatre œuvres de Chopin. Il décide de les chorégraphier et en 1907 la première se tient au Mariinski de Saint-Pétersbourg sous le titre de Chopiniana. Anna Pavlova, Vera Fokina (épouse du chorégraphe) et Anatole Oboukhoff interprètent ce ballet en un acte. Deux ans plus tard, une seconde version est présentée à Paris sous le nom des Sylphides  dans le cadre de la première saison des « Ballets Russes » de Diaghilev. Les rôles principaux ont été formidablement portés par Tamara Krasavina, Anna Pavlova et Vaslav Nijinski.

-DANSES POLOVTSIENNES
Musique : Alexandre Borodine
Chorégraphie : Michel Fokine
Recréation chorégraphique : Andris Liepa, Artiste du peuple de la Fédération de Russie
Décors : Anna Nejny d’après les esquisses de Nicolas Roerich

En 1890, Le Prince Igor, opéra d’Alexandre Borodine, est présenté pour la première fois au Théâtre Mariinski. Tirées du deuxième acte de l’opéra et chorégraphiées par Michel Fokine, Les Danses Polovtsiennes sont proposées au Théâtre du Châtelet à Paris en 1909. Première œuvre des ballets russes de Diaghilev programmée en France, elles connurent un grand succès et lancèrent la renommée des ballets russes.

Michel Fokine écrit sur cette création : « Comment j’ai inventé les pas pour ce spectacle ? C’est la musique qui m’a inspiré. Je voyais le dessin des danses très clairement, et même si les Polovetsiens dansaient autrement sous la musique de Borodine, ils devaient danser comme je le voyais… »

 

Du 18 au 23 août

Festival du Jeune Art Russe

Dimanche 19 août 
19h – 
Temple Protestant de Cannes – 7 Rue Notre-Dame
Concert de jeunes chanteurs de l’Académie Gnessine de Moscou

Avec les chanteurs lyriques Farukh Pirov (contre-ténor) et Daiana Osidaïé (soprano) accompagnés au piano par Oleg Khoudiakov

Lundi 20 août 
19h – 
Temple Protestant de Cannes – 7 Rue Notre-Dame
Concert d’orgue avec Alexeï Sazonov de l’Académie Gnessine de Moscou

Mardi 21 août
19h – T
emple Protestant de Cannes – 7 Rue Notre-Dame
Concert partagé :

Conservatoire de musique de Cannes : Sara Marroni (soprano lyrique), Salat Hanga Kriszta (mezzo-soprano), Clément Douziech (contrebasse), Matteo Sausse (percussion) et Robin Lanfranchi (trompette) accompagnés au piano par Eugénie Goldobine.

Académie Gnessine de Moscou et du Conservatoire de musique de Moscou : Farrukh Pirov (contre-tenor) et Dayana Asadziaye (soprano), accompagnés au piano par Oleg Khudiakov.

1ère partie avec les jeunes solistes du Conservatoire de musique de Cannes :

-Emmanuel Séjourné : Goodbye pour marimba solo
-Karl Ditters von Dittersdorf : concert pour contrebasse et piano en Mi Majeur
-Jean-Baptiste Arban : Fantaisie brillante pour trompette et piano
-Georges Bizet : Carmen, La Séguedille
-Leo Delibes : Lakmé, Air des clochettes
-Leo Delibes : Lakmé, Duo des Fleurs

2ème partie : Avec les chanteurs lyriques de l’Académie Gnessine de Moscou et du Conservatoire de musique de Moscou

-Franz Liszt : Mefisto-valses
-César Franck : Panis Angelicus
Jean-Sébastien Bach : Petit prélude et fugue en si bémol majeur
-Christoph Willibald Gluck :Air de Pâris de l’opéra « Pâris et Hélène
Johann Adolf Hasse Air d’Artabano de l’opéra « Artaserse »
-Jean-Sébastien Bach : Prélude en la mineur, BMW 642
Wolfgang Amadeus : Ave Verum corpus
Frédéric Chopin Etudes opus 10 N°1, 2, 4
-Nikolaï Rimski-Korsakov, paroles Alexis Tolstoï : L’alouette
A. Vlasov, texte d’Alexandre Pouchkine : La Fontaine de Bakhtchisaraï
-Georg Andreas Sorge :  Trio en do majeur
Sergueï Rachmaninov Sonate N°2 op.36 (deuxième rédaction), parties 2 et 3

 

Du 23 au 26 août 2018

Exposition de peintures

Foyer du Théâtre Debussy  du Palais des Festivals de 19h30 à 22h

Présentation des travaux des élèves d’écoles des Beaux-Arts de Russie réalisés à Cannes

Palais des festivals et des congrès –
1 boulevard de la Croisette
06400 Cannes

Billetterie: 04 92 98 62 77
Renseignements: 04 92 99 84 22

21
Juin

Festival de l’Art Russe, Deauville

   Publié par: artcorusse   dans Informations

“Les Ballets Russes”

Samedi 18 août à 19h30 spectacle et dîner de Gala

Dimanche 19 août à 20h spectacle

Théâtre du Casino Barrière – Deauville

 

Les étoiles du ballet russe vont remonter sur la scène mythique du Théâtre du Casino Barrière, après une longue absence. La troupe sera notamment composée de danseurs du Bolchoï, du Théâtre Mariinsky (ex. Kirov) et du Théâtre musical Stanislavski et Nemirovitch-Dantchenko. Lors de cet événement exceptionnel, vous pourrez découvrir ou redécouvrir des extraits des spectacles qui ont autrefois révélé les ballets russes aux yeux du monde ainsi que les plus grandes chorégraphies contemporaines.

À son ouverture en 1912, le Théâtre du Casino, a accueilli durant deux semaines les « Ballets Russes » de Serge de Diaghilev pour l’une de ses toutes premières représentations hors Paris. Tel un trésor caché, cette histoire est peu connue du grand public et il est aujourd’hui grand temps de la découvrir.

Plus d’un siècle après le triomphe des « Ballets Russes » de Diaghilev, artistes et danseurs remettent l’art russe sur le devant de la scène internationale.

La France a toujours eu une importance particulière pour la Russie. Elle représentait à la fois une source d’inspiration, un avant-gardisme et un exemple de culture et de courage moral”, dit Veronika Bogatyreva, la créatrice de cet événement. “Ce pays, foyer culturel de l’Ancien monde est donc devenu pour la Russie, une scène lui permettant de présenter le meilleur de sa culture”.

Le début du XXe siècle marque le point culminant de cet échange artistique et s’inspire notamment du succès retentissant des « Ballets Russes » de Serge de Diaghilev en France et à travers le monde. Diaghilev, considéré comme l’une des figures les plus importantes de la vie artistique comptait parmi son entourage des artistes tels que Pablo Picasso ou Jean Cocteau. Au fil des années, André Derain, Juan Gris, Joan Miró, Marie Laurencin, Georges Braque, Georges Rouault, Max Ernst, Coco Chanel et Giorgio de Chirico vont tous participer à l’aventure des « Ballets Russes ». Stravinsky, Debussy, Richard Strauss, Manuel de Falla, Erik Satie et Sergey Prokofiev composeront eux les musiques des spectacles. De grandes carrières ont ainsi été lancées comme celles de George Balanchine qui créera le New York City Ballet, de Ninette de Valois qui fondera l’école de danse « The Royal Ballet » ou encore de Serge Lifar qui fera renaître le Ballet de l’Opéra de Paris.

M. Sergey Filine, le directeur artistique affirme: ”Aujourd’hui, il est impossible d’évoquer la danse, la musique ou l’art visuel du XXe siècle sans mentionner le nom de Serge de Diaghilev, cet homme de génie qui aura rassemblé autour de son projet tous les plus grands artistes de son temps et qui aura ouvert un nouveau chapitre dans l’Histoire de l’art”.

En août 1912, Deauville aura été durant deux semaines le témoin de cet âge d’or et du talent exceptionnel de la troupe de Diaghilev. (Les places se vendaient au marché noir!). A l’époque, l’étoile de cette troupe n’était autre que Vaslaw Nijinsky. Lorsqu’il dansait sur la scène du Théâtre du Casino Barrière dans « Le spectre de la Rose », on disait de lui qu’il volait dans les airs comme la douce brise estivale de Deauville. En 1912, la guerre, la désolation et les tragédies étaient encore bien loin. Au sein de ce tout nouveau théâtre, de jeunes et beaux danseurs ravissaient alors par leur virtuosité un public des plus sophistiqués. L’édition 2018 du Festival de l’Art russe rend ainsi hommage à ces précurseurs philanthropes, à ces penseurs romantiques, et à l’amitié profonde qui unit les peuples français et russe.

A l’occasion du Festival de l’art Russe de Deauville seront organisés différents événements culturels et pédagogiques ainsi que des divertissements. Le point d’orgue du festival sera la soirée de gala « Sergey D. » dédiée à Serge de Diaghilev, l’homme qui a permis au monde de découvrir le ballet russe et l’Art nouveau russe.

Sergueï Filine, © Mikhail Metzel/AP/SIPA

Le programme artistique de cette soirée est créé et dirigé par M. Sergey Filine (directeur artistique du Théâtre Bolchoï de Moscou de 2011 à 2016. Aujourd’hui Directeur Artistique des Jeunes talents du Ballet Bolchoï. Prix Benois de la danse, Prix international du Masque d’Or, Prix international du ballet – Les étoiles du XXIe siècle). Lors de cette représentation inoubliable vous retrouverez les premiers danseurs du Bolchoï: Olga Smirnova, Denis Rodkin, Artem Ovcharenko, Vyacheslav Lopatin, Anastasia Stashkevich ; les solistes du Théâtre Mariinsky (ex. Kirov): Tatiana Tkachenko et Ivan Oscorbin ainsi que les solistes du Théâtre Stanislavski & Nemirovitch-Dantchenko, Elena Solomyanko et Innokentiy Yuldashev. Spectacle avec entracte de 20 minutes.

 

Samedi 18 août à 19H 30

19h30: Théâtre Casino Barrière. Avant-Première mondiale du chef-d’œuvre «Les Ballets Russes».

21h30: Salon des Ambassadeurs «Diner Russe» Découverte de la gastronomie russe contemporaine .

Le plus grand, le plus prestigieux et le plus célèbre Salon de réception du casino. La structure du Salon des Ambassadeurs est d’origine – décoration style empire. Le salon accueille les plus belles manifestations historiques de Deauville comme le célèbre Festival du Film Américain mais aussi le festival mondial de Bridge, des grandes soirées caritatives.

Au Salon des Ambassadeurs, vous aurez l’opportunité de découvrir des mets de la cuisine russe contemporaine élaborés par l’un des meilleurs chefs russes, 5 plats, boissons incluses.

Le chef du restaurant de Moscou White Rabbit, Vladimir Mukhin est l’ un des meilleurs chefs russes de la « nouvelle vague ». Pendant 2 ans, son restaurant est nommé dans les vingt meilleurs restaurants internationaux « 50 Best Restaurants du monde ». La publication de la version russe du guide gastronomique français Gault & Millau  décernée au restaurant whiterabbit avec 17,5 sur 20 points possibles. C’est un chef issu d’une famille de restaurateurs, il est même la 5ème génération et a travaillé dans la cuisine de son père à la préparation de plats classiques de l’ère soviétique ! Alors, comme des générations de jeunes avant lui, Vladimir Mukhin a commencé à se rebeller contre son père, il a quitté sa petite ville natale d’Essentuki pour partir à Moscou et est devenu obsédé par les techniques modernes et la gastronomie européenne et mondiale ! Et ce n’est qu’au moment où il travaillait comme sous-chef en France avec le chef Christian Etienne que Vladimir Mukhin a réalisé que la cuisine russe avait toute sa place dans la cuisine moderne. «Les clients français qui y ont mangé ont été surpris » dit-il. « Ils ont aimé la cuisine russe ! »
Vladimir est parmi les meilleurs chefs du monde et représente la cuisine russe dans tous les grands festivals gastronomiques du monde.

Ne manquez pas ce Festival à la fois élégant et divinement informel qui sera sans aucun doute l’un des événements majeurs de la saison estivale sur les côtes Normandes.

THÉÂTRE CASINO BARRIÈRE DEAUVILLE

2 Rue Edmond Blanc
14800 Deauville

Contacts : tél. : +33 670633540
press@festivalrusse.com
www.festivalrusse.com

Tarifs de 120 à 350€

Réservation et renseignements: 02 31 98 66 00

Réservation samedi 18 août dîner de Gala Russe:  (CLIQUEZ)

Réservation dimanche 19 août spectacle Ballets Russes: (CLIQUEZ)

5
Juin

Concert Eugène Onéguine

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

L’Orchestre Symphonique Alfred Wenguth est un orchestre amateur avec une ambition : celle de présenter des programmes de qualité et de partager des moments musicaux intenses dans une ambiance conviviale. Engagement et plaisir partagés sont leurs mots d’ordre.

LE CHŒUR RUSSE DE PARIS ZNAMENIE :
Ensemble formé depuis 2009, sous la direction d’Ekaterina Anapolskaya.
Le répertoire de l’ensemble est constitué de plus de soixante pièces de musique liturgique russe bien souvent écrites par les plus illustres compositeurs russes (Tchaïkovski, Rachmaninoff, Balakirev, Tchesnokov, Gretchaninoff, …) mais aussi de musique profane : chœurs d’opéra, musique de chambre, chants populaires.
Le choeur se produit régulièrement en concert (le plus souvent à Paris) dans le cadre de manifestations consacrées à la musique liturgique orthodoxe russe : concerts de Noel et de Pâques, célébration des 150 ans de la cathédrale orthodoxe russe de Paris, heures musicales de Saint-Roch… .
De plus, la présence en son sein de nombreux solistes permet à l’ensemble d’assurer l’interprétation d’extraits d’opéra. C’est ainsi que l’ensemble a pu proposer récemment des soirée-concerts plus spécifiquement consacrées à l’ exécution de larges extraits (chœurs et ensembles) de certaines œuvres phares du répertoire : Rigoletto et la Traviatta de Verdi, Eugène Onéguine et La Dame de Piques de Tchaïkovski, Prince Igor de Borodine, Roussalka de Dargomijski.

EKATERINA ANAPOLSKAYA est diplômée de l’université pédagogique de Moscou-faculté de musique. Elle est également titulaire d’un master en musicologie à la Sorbonne (Paris IV) et prépare actuellement un doctorat. Ekaterina compte parmi ses professeurs : Maya Pouchkina, soliste du Bolchoï et de la troupe de l’Opéra du conservatoire Tchaïkovski de Moscou et Luciana Serra (professeur à l’Académie de la Scala de Milan) dont Ekaterina suit le master class.
De 1992 à 1998, elle participe à des tournées et festivals avec l’ensemble des solistes « Slavianski Lik » en Russie comme à l’étranger. Entre 1994 et 2004, elle a interprété les rôles de Madame Larina (Eugène Onéguine – Tchaïkovski), de Yaroslavna (Prince Igor – Borodine), de Liza (La Dame de Piques – Tchaïkovski) à l’occasion de représentations et concerts. Au sein de « Slavianski Lik », Ekaterina reçoit en 1998, le prix de la « Voix d’ange de Russie ». Récemment, elle a participé à des concerts en Italie à Ancone (théâtre Del Muse – 2011 et 2012) et au festival Val d’Eure musical (2012).
Ekaterina est également à la tête de l’association artistique «ADEA» qui organise des concerts de musique classique avec différents chanteurs et instrumentistes. En plus de l’organisation et de la direction artistique, elle participe à ces concerts en tant que soliste et chef du chœur russe de Paris Znamenie.

 

Réservation obligatoire, association l’Envol: 01 81 69 49 71
Participation libre.

Vendredi 8 juin à 20h30

ÉGLISE PROTESTANTE UNIE DE PENTEMONT-LUXEMBOURG

106 Rue de GrenelleParis 75007

Métro : Rue du Bac, Solférino

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Dimanche 17 juin à 15h

Église Saint-Ambroise de Paris

 71 bis Boulevard Voltaire, Paris 75011
Métro: St Ambroise,

 

 

20
Mar

Bicentaire de la naissance de Marius Petipa, en Yvelines

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

BICENTENAIRE DE LA NAISSANCE  DE MARIUS PETIPA

Jeudi 29 MARS 2018 À 20H00

“MARIUS PETIPA HIER ET AUJOURD’HUI”

Spectacle de Ballet russe

Palais des Congrés, Versailles

Du 24 au 28 mars: Rencontres franco-russes de la danse

 

En 2018, le monde de la danse fête le bicentenaire de naissance du danseur, chorégraphe et maître de ballet français Marius Petipa (1818-1910), né à Marseille et installé à Saint-Pétersbourg en 1847. Il y crée l’école russe de ballet et ses magnifiques chorégraphies des ballets mondialement connus aujourd’hui comme Belle au bois dormant, Casse-Noisette, Lac des cygnes.

 

Les spectacles Petipa hier et aujourd’hui et Magique Petipa rendent hommage à Marius Petipa en montrant ses chorégraphies ou en revisitant son œuvre. Venez assister aux belles performances qui vous offriront un certain regard et une belle reprise de cet héritage du ballet classique par les jeunes danseurs russes et français, ainsi que les étoiles du ballet de Saint-Pétersbourg.

Avec la participation des solistes du Théâtre Mikhaïlovski et du Théâtre d’Etat de ballet pour enfants (Saint-Pétersbourg) et des élèves de l’Ensemble de danse « Obraz » (Kalouga ), de l’Ecole de ballet d’Egor Simatchev  (Moscou), du Théâtre de ballet pour enfants, de l’Ecole nationale du ballet russe Ilze Liepa et du conservatoire de Versailles

L’école nationale de ballet russe Ilze Liepa, Moscou et Saint-Pétersbourg

L’école fut fondée en 2001 par Ilza Liepa, danseuse du Bolchoï et artiste du peuple de Russie, et Mariya Soubbotinskaïa, coach fitness. Le réseau d’école, à Moscou et Saint-Pétersbourg, fonctionne d’après un programme unique élaboré par Ilze Liepa à base de la technique de Pilates et des traditions du ballet russe classique. Les écoles accueillent les enfants à partir de deux ans et jusqu’à l’adolescence, ainsi que les adultes. L’enseignement et la motivation des élèves leur permettent d’entrer dans des écoles chorégraphiques supérieures du plus haut niveau.

L’ensemble de danse « Obraz », Kalouga

L’ensemble de danse « Obraz », fondé en 1996 à Kalouga, est lauréat de concours russes et internationaux, primé de Grand-Prix à Moscou et d’une Coupe d’Argent au Concours international de création artistique de Budapest. Depuis 2001, l’ensemble est dirigé par la chorégraphe Elena Goloub.

Programme des rencontres

SAMEDI 24 MARS À 20H30

Participation des élèves ds conservatoires de Poissy, Plaisir et Sartrouville

THÉÂTRE DE POISSY, Placement libre, Buffet russe à l’entracte,

TARIFS : 15 € (plein tarif), 10 € (groupes, séniors, étudiants), 5 € (moins de 18 ans)

DIMANCHE 25 MARS À 16H00

MAGIQUE PETIPA, Ballet en trois actes avec la participation des élèves de l’Association danse de l’Île de France

THÉÂTRE DE POISSY, Placement libre, Buffet russe à l’entracte,

TARIFS : 15 € (plein tarif), 10 € (groupes, séniors, étudiants), 5 € (moins de 18 ans)

MARDI 27 MARS À 20H00

AVEC LA PARTICIPATION DES ELEVES DE L’HAUTIL ESPACE LOISIRS,

 1, avenue du Cœur Battant- 95490 VAURÉAL

L’ANTARES, Placement libre

TARIFS : 18 € (plein tarif), 8 € (moins de 18 ans)

 

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

JEUDI 29 MARS À 20H00

PALAIS DES CONGRÈS DE VERSAILLES
Exposition de l’artiste peintre Alisa Kazakova

10 , rue de la Chancellerie

TARIFS : 20 €,  15€ (groupes), 10 € ( – de 18 ans)

TARIF mécène : plus de 25 €

RÉSERVATION : 06 31 89 97 50, 06 21 88 43 81

BILLETERIE (pour Poissy): Office de tourisme : 2, bd. Robespierre POISSY. Du mardi au vendredi : 9h-13h, 14h-17h30. Tél : 01 30 74 60 65

www.billetreduc.com

30
Nov

Concert du soliste de Timur Abdikeyev, Auditorium St Germain

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

 Mardi 5 décembre  à 20H 

Grand concert du soliste du Théâtre Mariinsky

Timur Abdikeyev

Auditorium St Germain, Paris

Récital exceptionnel dédié à l’anniversaire de l’Association des Amis de l’Art avec la participation du célèbre chanteur d’opéra, Soliste du Théâtre Mariinsky TIMUR ABDIKEYEV. Au programme du grand concert: interprétation d’œuvres célèbres de Gounod, Rossini, Verdi, Bizet, chansons populaires italiennes, françaises, russes et orientales interprétées par des artistes invités d’Allemagne, de France, de Russie et d’Azerbaïdjan 

TIMUR ABDIKEYEV

Né en 1979 à Bakou, République d’Azrbaïjian dans une famille tatare, il est diplômé en 1990 d’une école musicale (accordéon et piano). En 1995, après le baccalauréat, il entre à l’Académie d’administration publique. En 1996, il change son destin d’une façon radicale en abandonnant ses études à l’Académie d’administration publique pour se consacrer entièrement à sa vocation. La même année il entre au Conservatoire Gadjobekov à Bakou.

Doté d’une voix exceptionnelle liée à un charme et à une puissance rare, le chanteur a commencé sa carrière en 2004. Il débute avec succès sur la scène du Théâtre Mariinsky de Saint Pétersbourg (Opéra Kirov), où il donnera la plupart de ses performances à cette époque-là, dans plus d’une soixantaine de rôles, endroit légendaire dont le nom s’inscrit aux côtés des grands artistes comme Chaliapine, Noureev et Barychnikov
 Il a chanté aussi dans les plus prestigieux théâtres du monde: l’Opéra Bastille, le Teatro Real à Madrid, l’Opéra Royal de Stockholm, Santory hall à Tokyo, le Bolchoï à Moscou, le Kennedy Center Washington et le Carnegie Hall à New York

Une soirée formidable vous attend avec la participation des artistes :

Elkhan AGAKOULIEV (Basse) Opéra de Braunschweig , Allemagne
Regina RUSTAMOVA (Mezzo-soprano) Théâtre Mariinsky , Russie
Aleksandra TENISHEVA (Soprano), France
Anna SOUKHORUKOVA (Flûte), France



AUDITORIUM SAINT GERMAIN 
4 rue Félibien, 75006  Paris   
Métro Mabillon

Accès au parking rue Clément
Tarifs: 20€ ou 30€ .
Billets : (CLIQUEZ)

Décés du célèbre baryton

Dmitri Khvorostovsky

à l’âge de 55 ans des suites d’une tumeur au cerveau

Le 10 octobre dernier, la presse russe annonçait déjà le décès de Dmitri Khvorostovsky, information qui avait aussitôt été démentie par ses proches.

Hélas, cette fois, la nouvelle est confirmée sur Facebook par la famille de l’artiste , aujourd’hui, à Londres, le baryton a donc bel et bien  succombé au cancer du cerveau contre lequel il se battait depuis deux ans. Voici le message qui a été diffusé :

 « Au nom de la famille Khvorostovsky, c’est le cœur gros que nous annonçons la disparition, à l’âge de 55 ans, de Dmitri Khvorostovky, baryton, mari, père, fils et ami chéri. Après deux ans et demi de lutte contre un cancer du cerveau, il s’est éteint paisiblement ce matin, 22 novembre, entouré par sa famille, près de son domicile à Londres. Puisse la chaleur de sa voix et de son âme être toujours avec nous ».

Dmitri Aleksandrovitch Khvorostovski (Дмитрий Александрович Хворостовский) baryton, né le 16 octobre 1962 à Krasnoïarsk en URSS.

Sa carrière débuta en Russie dès la fin des années 1980, elle prend un essor international en 1989, lorsqu’il remporte le concours BBC Singer of the World compétition, à Cardiff où il interprète en finale Eri tu d’ Un ballo in maschera de Guiseppe Verdi. La même année, il fait ses débuts en Occident, dans le rôle du prince Jeletski de la Dame de Pique de Tchaïkovski, aux côtés de Martha Mödi (comtesse) et Youri Maroussine (Hermann) à l’Opèra de Nice.

Depuis, Dmitri Khvorostovski s’est illustré sur la plupart des grandes scènes du monde, au Metropolitan Opera de New York, Covent Garden de Londres, Wiener Staatsoper, Opèra Bastille, Festival de Strasbourg …., et avec de prestigieux partenaires: les chanteurs Samuel Ramey, Luciano Pavarotti, Renée Fleming, Roberto Alagna, René Pape, …., les chefs d’orchestre: James Levine, Nikolaus Harnoncourt, Valéri Gerguiev, James Conlon….

Son répertoire s’étend de Mozart ( le Comte des Noces de Figaro, Don Giovani à Giuseppe Verdi rôle -titre de Simon Boccanegra, comte de Luna dans Il trovatore, Renato dans Un bal masqué, Rodigo dans Don Carlos, tout en incluant de nombreuses figures de l’opéra russe avec le rôle-titre d‘Eugène Onéguine et le Prince Jeletzki dans La Dame de pique de Tchaïkovski.

En début d’été 2015, Hvorostovski annonce l’annulation de tous les concerts programmés après avoir appris qu’il souffre d’une tumeur au cerveau. Il est soigné à Moscou puis à Londres et à l’hôpital de Rochester de NY. Son traitement par radiothérapie n’est pas encore terminé quand il remonte sur scène pour donner un récital à l’ambassade de Russie à Londres. Puis, il retrouve son public pour la première fois après l’interruption, le 25 septembre 2015, au Metropolitan Opera. Son activité artistique reprend. Il apparait notamment aux côtés de Elina Garanca, mezzo soprano au Palais d’État du Kremlin le 29 octobre 2015.  En automne 2016, Khvorostovski annule sa participation au spectacle Simon Boccanegra pour le 30 novembre à l’Opéra de Vienne, pour suivre une chimiothérapie. Après ce traitement, il apparait sur scène du Vieil opéra de Francfort le 16 octobre 2016, puis il donne un récital au Théâtre du Châtelet à Paris le 12 novembre 2016, mais ne sera pas présent dans Don Carlosau au Théâtre Bolchoï les 7 et le 10 décembre 2016. Sur son site, l’artiste dit rencontrer des difficultés à trouver son équilibre à cause de la maladie et renoncer pour cette raison aux scènes d’opéras pour une durée indéterminée.

Il livre une prestation remarquable le 27 mai 2017 à Saint-Pétersbourg, à l’occasion de la célébration du 314e anniversaire de la ville. Il remonte sur scène de la Grande salle de concerts de Krasnoïarsk, sa ville natale, le 2 juin 2017, où il interprète l’air de Démon de l’opéra Le Démon d’Anton Rubinstein et la Cavatine  d’Aleko de l’opéra Aleko de Sergueï Rachmaninov accompagné par l’orchestre symphonique de Krasnoïarsk. Après le concert il se voit élevé au rang de citoyen d’honneur de la ville de Krasnoïarsk.

Вечная память!

11
Nov

VII festival «Soirées du cinéma russe de Bordeaux»

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

VIIème Festival du Cinéma Russe

Bordeaux

Mercredi 29 novembre au samedi 4 décembre 2017

VIIème édition du festival « Soirées du cinéma russe de Bordeaux » organisé dans le cadre de la coopération Bordeaux – Saint-Pétersbourg par l’Association Centre des Festivals France-Russie et l’Association Slave de l’Université Bordeaux Montaigne.

Ce projet est mis en œuvre avec le soutien de la Ville de Bordeaux, La Direction de la Jeunesse de la Région Nouvelle Aquitaine, l’Agence régionale ECLA, l’Université Bordeaux Montaigne, le CROUS de Bordeaux et l’Université de Bordeaux ainsi que les partenaires russes : Centre de Russie pour la Science et la Culture à Paris, l’Ambassade de Russie en France, la Commission gouvernementale pour les Compatriotes à l’Étranger.

Créées en 2009 par une équipe de jeunes enthousiastes de l’Université Bordeaux Montaigne, pleins d’initiatives, ouverts au nouveau monde de la culture, de l’art et du cinéma, les « Soirées du cinéma russe à Bordeaux » sont portées par une motivation, celle de promouvoir la culture internationale à Bordeaux.

Le Festival « Soirées du cinéma russe de Bordeaux » offre au public aquitain une occasion unique de visionner des films slaves très rarement, voire jamais, projetés en France, d’apprendre l’histoire et la culture à travers le cinéma.

Mercredi 29 novembre 2017, Cinéma Le Festival, Begles (151 Boulevard Albert 1er, 33130 Bègles)

21.00
CÉRÉMONIE D’OUVERTURE DU FESTIVAL en partenariat AVEC LE FESTIVAL « LES NUITS MAGIQUES »

Film « Switchcraft »Réalisation : Konstantin BRONZIT (Константин БРОНЗИТ) Images : Irina ERCHOVA (Ирина ЕРШОВА)
Production : Zis Production, Russie, 1995, 8 mn – Couleur, Sans paroles, animationChaque fois que la lumière était éteinte, le petit rat faisait son apparition … Et cela malgré la présence du chat!

Film « Le Dieu »Réalisation : Konstantin BRONZIT (Константин БРОНЗИТ)
Production : Melnitsa, Russie, 2003, 5 mn – Couleur, Sans paroles, animationUn dieu en lutte avec une mouche…

Film « Histoire de toilettes – histoire d’amour »Réalisation : Konstantin BRONZIT (Константин БРОНЗИТ)
Production : Melnitsa, Russie, 2006, 10 mn – Sans paroles, animationL’amour est souvent inattendu. Personne n’est surpris s’il éclot au travail, même si le lieu est insolite ! Ainsi, pourquoi ne porterait-on pas un regard tendre sur une dame pipi seule et triste qui recherche l’âme sœur ?

Film « Le chat et la renarde »Réalisation : Konstantin BRONZIT (Константин БРОНЗИТ)
Production : Studio d’animation Pilot, Melnitsa, Russie, 2004, 13 mn – Couleur, animationUn chat abandonné par son maître dans les bois fait connaissance avec une renarde.
Pour obtenir d’elle le gîte et le couvert, il lui fait croire qu’il est le gouverneur de Sibérie.

Film « Au bout du monde »Réalisation : Konstantin BRONZIT (Константин БРОНЗИТ),
Production : Studio de films d’animation “Melnitsa”, Russie, 2014, 4 mnLes aventures d’une maison à l’équilibre fragile. Posée sur le pic d’une colline, elle balance alternativement de droite à gauche au grand dam de la famille de paysans qui l’occupe.

Film « Nous ne pouvons pas vivre sans le cosmos »Réalisation : Konstantin BRONZIT (Константин БРОНЗИТ),
Production : Studio de films d’animation “Melnitsa”, Russie, 2014, 4 mnDeux amis rêvent d’aller dans le cosmos et font tout pour atteindre leur but. Mais le film ne parle pas seulement du cosmos et des rêves… La complicité est mise en avant, l’entraide, mais aussi le rêve d’un destin.

En présence du réalisateur des films d’animation, lauréat d’OSCAR Konstantin BRONZITKonstantin Bronzit est né le 12 avril 1965 à Saint-Pétersbourg. En 1983, il termine ses études à l’Académie des Beaux-Arts et, de 1985 à 1990, il collabore comme animateur dans un studio de film de sciences populaires. C’est dans ce studio qu’il crée son premier court-métrage, Le rond-point. Depuis 1988, il montre un fort intérêt pour l’illustration destinée à des revues et des journaux russes. En 1994, il reçoit son diplôme de Hautes Études de scénariste et metteur en scène avec Fjodor Khitruk à Moscou. Son film le plus connu, Au bout du monde, est réalisé au Studio Folimage. Il est à noter également que Konstantin Bronzit est membre des académies de cinéma russe, français et américain

 

Jeudi 30 novembre Lycée Camille Jullian (29 Rue de la Croix Blanche, 33074 Bordeaux)

15.00 Master – Class pour les lycéens et les élèves des collèges qui apprennent le russe
16.00 Programme Nouveau cinéma Russie
Cinéma Utopia (5 Place Camille Jullian, 33000 Bordeaux)

Programme Nouveau cinéma Russie

Film « Aliocha Popovitch et Tougarine Zmeï » (sous-titres français)Réalisation : Konstantin BRONZIT (Константин БРОНЗИТ)
Production : CTB, Melnitsa, Russie, 2004, 75 mn – Couleur, animationAliocha Popovitch est le prototype du héros légendaire populaire. Il est l’un des trois chevaliers des bylines (contes épiques de Russie chantés, datant du moyen âge et transmis oralement par des bardes) avec Ilia Mouromets et Dobrynia Nikititch. Fils de prêtre (pope, d’où Popovitch), originaire du Nord russe, pas très fort, mais très malin, il n’hésite pas à tromper les adversaires qu’il ne peut vaincre par la force. Sa naissance magique est accompagnée par le tonnerre. Très jeune, il est capable de se tenir à cheval et de manier l’épée. Il part très tôt dans le vaste monde. Ses plaisanteries ne sont pas toujours fines et son plus grand exploit est l’anéantissement du monstre Tougarin Smeï qui voulait s’emparer de Kiev. Source : www.ctb.ruRencontre avec le réalisateur de films d’animation, lauréat d’OSCAR Konstantin BRONZITCinéma Utopia (5 Place Camille Jullian, 33000 Bordeaux)

 

20.15 Programme Nouveau cinéma Russie

Film « Une vie à l’étroit »Kantemir BALAGOV, 2017, Russie, 1h58

Ce film a été présenté au Festival de Cannes en 2017 dans la sélection Un Certain Regard1998, Nalchik, Nord Caucase, Russie. Ilana, 24 ans, travaille dans le garage de son père pour l’aider à joindre les deux bouts. Un soir, la famille et les amis se réunissent pour célébrer les fiançailles de son jeune frère David. Dans la nuit, David et sa fiancée sont kidnappés et une rançon réclamée. Au sein de cette communauté juive repliée sur elle-même, appeler la police est exclu. Comment faire pour réunir la somme nécessaire et sauver David ? Ilana et ses parents, chacun à leur façon, iront au bout de leur choix, au risque de bouleverser l’équilibre familial.Présentation du film et analyse critique par la spécialiste du cinéma russe Irina PAVLOVA, Saint Pétersbourg

Vendredi 1 décembre Cinéma Le Festival, Begles (151 Boulevard Albert 1er, 33130 Bègles)

15h00 Rencontre avec Konstantin BRONZIT, réalisateur Cinéma Utopia (5 Place Camille Jullian, 33000 Bordeaux)
« Peinture Vivante – Ateliers Cinéma »
Atelier animé par le réalisateur de Saint – Petersbourg acteur Konstantin Bronzit qui présentera la technique de pose de la voix pour les films d’animation. Les Ateliers Cinéma du festival ont pour objectif d’approfondir les connaissances des étudiants en études cinématographiques de Bordeaux des pratiques de la création du cinéma contemporain
Rencontre avec Konstantin BRONZIT, réalisateur
18h00 Programme Nouveau cinéma Russie
Film « Classe à part » d’ Ivan TVERDOVSKI Drame, 2014, Russie, 1h25
Lena, adolescente en fauteuil roulant, a enfin l’occasion d’étudier dans un lycée « normal », dans une classe pour handicapés. Au contact des autres, elle se sent enfin vivante, découvre l’amitié, l’amour, mais aussi la violence.
Présentation du film par le réalisateur Ivan Tverdovski
20h00 Master-Classe avec Ivan TVERDOVSKI
Né en 1988 à Moscou (Russie), il obtient en 2011 son diplôme de l’Institut national de la cinématographie Guerassimov de Moscou. Ses courts et longs métrages documentaires reçoivent de nombreux prix en Russie et dans des festivals internationaux. Il est responsable des courts métrages russes au Festival de Moscou. Le film Class à part est inspiré du roman éponyme de la psychologue Ekaterina Murashova, est son premier long métrage de fiction.
Simeone dell’Arte (10 Place Camille Jullian, 33000 Bordeaux)

21 h

 

Dasha Baskakova « Musique du monde/Nu Russian Songs »Chanteuse, auteur-compositrice interprète. Sibérienne de naissance et bordelaise d’adoption, slave dans l’âme et française de cœur, Dasha Baskakova est décidément une artiste à part, à cheval entre deux cultures et un bon millier d’aspirations qui ne connaissent pas de frontières

Samedi  2 décembre Institut du journalisme Bordeaux Aquitaine (1 rue Jacques Ellul 33080 BORDEAUX Cedex)

10h00 Billets
Cinéma Documentaire
Film « Tableaux saints » d’Ella Tukharelli, 44 m
Un film sur la contrebande d’anciennes icônes russes. Dans les années 1970, à Berlin-Ouest, parmi les contrebandiers, l’expression «conduire des planches à travers la rivière» était courante. Cela faisait référence à la contrebande de vieilles icônes russes de l’Union soviétique à l’Ouest, à travers la Spree et le mur de Berlin. Comment la contrebande d’icônes orthodoxes est-elle devenue une affaire criminelle lucrative et qu’est-elle devenue aujourd’hui?
Présentation par le producteur Alexandre Dukov
11h00 Billets
Présentation du film « Zoya Kosmodemianskaia» d’Olga et Alexey TOVMA, 25m
Présentation du film qui raconte la courte vie de l’écolière moscovite Zoe Kosmodemyanskaya qui, au début de la Grande Guerre patriotique, est devenue saboteur partisan et exécutée par les Allemands dans le village de Petrishchevo près de Moscou en novembre 1941. Pour son exploit on lui a attribué à titre posthume le titre de héros de l’Union Soviétique.
Le tournage aura lieu en 2018.
Présentation par un journaliste Alexandre Dukov ainsi que l’équipe de tournage
12.00 Billets
Classique du cinéma Russe
Film « Le Bras en diamants » de Leonid Gaidai, URSS, 1968, 100 mn, Couleur
Dans une petite ville du littoral sud, agit une bande de trafiquants de devises dirigée par le Chef et son aide Graf. Ce dernier, chargé d’une mission du Chef, part en voyage touristique à l’étranger et se trouve en compagnie du paisible et modeste économiste Semion Semionovitch. Les événements vont se poursuivre de telle façon que Graf ne peut absolument plus se séparer de son nouvel ami sans faillir à sa mission…
14h00 Billets
Compétition « Le monde vu par les jeunes »
Thème 2017 – « In Ciné Veritas »
Film « Parallèle des siècles » de Vladimir BAZYNKOV, 25 min
C’est un film qui n’est pas sur la foi, mais sur les gens. Les gens ne changent pas facilement, au premier échec. Ce n’est qu’après avoir commis de multiples erreurs et péchés qu’une personne peut changer. Ce film n’est pas religieux au sens premier du terme. Il questionne les spectateurs sur la foi, sur l’idée que chaque personne est toujours récompensée selon ses paroles et ses actes. Usant de motifs bibliques dans sa dramaturgie, l’auteur du film veut mettre ses contemporains face à une vérité simple mais selon lui très importante: le destin donne toujours à chacun une chance de changer.
Présentation par l’auteur du film Vladimir BAZYNKOV
Film « Papa, au revoir » de Ksenia BASKAKOVA, 25 min
Alexandre, un riche homme d’affaires, perd son père. Cet événement est le choc le plus puissant de sa vie. Après une série d’actions impulsives, Alexander se rend dans son village natal où il a vécu avant de déménager à Moscou, afin de se souvenir de son enfance et de son père.
Présentation par l’auteur du film Ksenia BASKAKOVA
Cinéma Utopia (5 Place Camille Jullian, 33000 Bordeaux)
11h00
Programme « ECLA: Focus sur la Région »
Jeunes réalisateurs français primés en Russie
Ce programme est conçu en partenariat avec l’action culturelle de l’Agence régionale ECLA, Films soutenus par la Région Nouvelle-Aquitaine.
Film « Peau-Rouge »
Maya HAFFAR, 2017, France, court-métrage, fiction, 24 min
Un été caniculaire, au milieu de nulle part. Une petite équipe est envoyée en pleine forêt pour implanter le tracé d’une voie, en amont d’un chantier d’aménagement routier. Diane, topographe et seule femme du groupe, émet des doutes quant à la faisabilité des travaux.
Film « Et là-bas souffle le vent »
Laetitia MIKLES, 2015, France, documentaire, 59 min
Des chemins, Laurent Pariente en a suivi de toutes sortes. Le chemin tortueux de la fugue, très jeune. Puis, très vite, les chemins obliques de la création plastique. Laurent a offert aux spectateurs des parcours labyrinthiques dans lesquels perdre pied. Un jour, Laurent Pariente a bifurqué : il est devenu chef cuisinier à New York. Pour lui, ces tracés multiples forment un seul et même parcours ; il continue de creuser le même sillon de la création, et de l’émerveillement.
Présentation et débat en présence des réalisatrices Laetitia Mikles et Maya Haffar
15h00
Programme spécial « ECLA: Focus sur la Région »
Film « Gorki – Tchekhov, 1900 »
Fabrice CAZENEUVE France, 2016, 1h20
Programme est créé en partenariat avec la Région Nouvelle-Aquitaine et l’Agence régionale ÉCLA.
Après avoir longtemps baroudé, Gorki se lance dans la littérature et envoie ses premiers textes à Tchekhov, qu’il admire, pour qu’il lui donne son avis sincère. Celui-ci répond aussitôt, une correspondance s’engage sur la littérature et le sens de la vie, avec des mots tout simples. Dans cet échange se noue une forte amitié.
Le film tourné dans les paysages de l’île d’Oléron et au théâtre d’Ardoise est interprété par deux jeunes actrices qui s’engagent elles aussi sur le chemin de la création.
Présentation et débat en présence du réalisateur Fabrice Cazeneuve et de la comédienne Mathilde Cazeneuve
Institut du journalisme Bordeaux Aquitaine (1 rue Jacques Ellul 33080 BORDEAUX Cedex)
CLUB POUR LES ENFANTS
15h30 Billets
ATELIERS ET DÉMONSTRATIONS
• Poupées traditionnelles russes par Anna Trofimova
• Fabrication de décoration de Noël par Irina Malachkina
• Atelier « Portrait » par Lena Tereshonok
• Atelier de couture pour les petites princesses par Olga Buzinova
• Atelier de la création des cartes postales par Oksana Sultanbekova
Démonstration des arts martiaux par Marshal SAVCHUK
Champion d’Europe en combat SAMBO (WCSF),
Champion du Monde de Greppling (WFMC, Allemagne).
Entraîneur émérite de la Russie au combat Sambo (WCSF)
16h30
Film « Aliocha Popovitch et Tougarine Zmeï »
17h30
Exposition « Aquitaine vue par les Jeunes »
Remise des diplômes aux participants
École de dessin « Atelier de Lena »
Institut du journalisme Bordeaux Aquitaine (1 rue Jacques Ellul 33080 BORDEAUX Cedex)
NOUVEAU CINEMA RUSSE
19h00 Billets
Film « Rock » d’Ivan CHAKHNAZAROV Russie, 2016, fiction, 1h30
Ce “roadmovie” raconte l’histoire de trois musiciens de rock de province, partis à Moscou pour participer à une émission de radio. Ce voyage devient l’aventure la plus grande, la plus brillante, la plus dangereuse et la plus inoubliable de leur vie. Le mot «rock» dans le titre du film fait référence non seulement au style musical, mais aussi au « destin ». Les auteurs du film ont voulu partager le sentiment de faire partie d’une force appartenant à un autre monde. Ce sentiment est ce qui conduit les hommes. Cette force influe sur leur parcours professionnel et personnel.
Présentation du film et analyse critique
par la spécialiste du cinéma russe Irina PAVLOVA
21h00 Billets
Film « Arythmie » de Boris KHLEBNIKOV, 2017, 1h56 min
Le Grand Prix au Sochi International Film Festival Kinotavr 2017
Oleg est un médecin talentueux, qui travaille au SAMU. Il se presse de patient en patient, conscient qu’il peut sauver des vies. Son succès rend le monde meilleur, c’est pourquoi il est prêt à surmonter tous les obstacles, à faire l’impossible. Le reste peut attendre: sa famille, sa carrière, sa vie … Mais qu’est-ce que sa vie? Alors qu’Oleg a sauvé tant d’inconnus, sa femme désespérée a décidé de demander le divorce. Et à l’hôpital, un nouveau patron, qui ne se soucie que des statistiques et des règles, lui mène la vie dure. Mais Oleg, dévoué entièrement à son métier, se précipite toujours pour répondre aux appels des malades, venir à leur secours…. Et qui sait quelle tâche est la plus facile: sauver les autres, ou se sauver soi-même?
Présentation du film et analyse critique

Dimanche 3 décembre Institut du journalisme Bordeaux Aquitaine (1 rue Jacques Ellul 33080 BORDEAUX Cedex)

Cinéma Documentaire
10h00 Billets
« Kamchatka – un guérisseur pour la haine » de Julia Mironova, 2014, Russie, couleur, 44 min
Le journaliste, Viatcheslav Nemyshev a couvert en 1991 la guerre en Tchétchénie pour la TV Russe. 13 ans plus tard, il vit dans une île de l’Est de la Russie, loin de Moscou et des souvenirs de cette période. Il filme la vie quotidienne de l’île, la remontée des saumons, le travail des pêcheurs, tournant parfois l’objectif vers lui-même, tandis que la caméra de Julia Mironova le suit et alterne les scènes de sa vie actuelle et les réminiscences de ses anciens reportages. Si loin qu’on aille, il n’est pas évident d’échapper au cauchemar de la guerre.
11h00 Billets
« Comment devenir une garce » d’Alina Rudnitskaya, 2008, Russie, couleur, 31 m
Des femmes russes participent à des séminaires où un professeur leur enseigne comment séduire les hommes, comment être sexy, comment avoir du succès. Chacune rêve de harponner un millionnaire. Ce tournage est une méthode d’observation. Par moments la camera se fait oublier et les comportements deviennent tout à fait naturels. Ce film pourrait s’appeler « Une bonne comédie documentaire » sur les femmes.
12h00 Billets
« Le cygne solitaire » de Vladimir VOROKOV, ORTK « NAlchik » 2014, 59 mn
Histoire poétique sur la vie d’une danseuse russe Ludmila Tcherina (1924-2004), d’origine circassienne, qui est devenue une grande ballerine, sculpteur, actrice. Elle a laissé une marque brillante dans l’histoire des différents arts, a reçu un certain nombre de prix dans les festivals de films internationaux. Une personne forte et riche, une femme d’une beauté extraordinaire et d’un talent aux multiples facettes, Ludmila Cherina a reçu de nombreuses recompanses en France. Sa vie et ses œuvres sont racontées par ses amis les plus proches: Sophiede Mazeno et Jean-Claude Ancelin.
15.30 Billets

« Marchand de toutes les saisons: le musée virtuel de Sergei Diaghilev » de Svetlana ASTRECOVA, 2017, Russie, 44’
Le film est dédié au créateur de “Monde d’Art ” et des “Saisons Russes” et “Ballets Russes” – Sergei Diaghilev. Le film est conçu comme un voyage à travers un musée « virtuel » où chaque chambre raconte les différentes facettes de l’activité de Diagilev.
Présentation des films par Inna Soukhoveeva
14.00 Billets
Compétition « Le monde vu par les jeunes »
Thème 2017 – « In Ciné Veritas »
«Beaujolais Caucase» d’Alexandre MIROSCHNICHENKO, 20 m
Film-voyage au Caucase, dans la région de la République de Karachaevo Tcherkessia, où sur la montagne de Shoana, à une altitude impressionnante, se trouve une ancienne cathédrale. Construit par les Grecs au IXe siècle, il se trouve au milieu de la République musulmane. “Pourquoi la cathédrale est-elle érigée dans un endroit aussi éloigné? Pour qui? Que vivent et respirent les habitants de cet endroit? Que cherchent-ils? “- l’auteur du court-métrage a essayé de répondre à ces questions et bien d’autres.
Présentation des films par l’auteur du film Alexandre MIROSCHNICHENKO
« Le rêve de la Reine Rouge » de Maria Melnik, 29 min
L’héroïne du film Lera vit une paralysie somnolente. C’est un état où l’esprit se réveille et le corps continu à dormir. Afin d’aider à guérir Lera, nous l’avons amené chez un thérapeute à la session de « conte de fei ». Docteur raconte une histoire basée sur la vie de Lera et fait entré la jeune femme en transe pour l’aider à trouver un moyen de sortir du monde magique de son esprit. Pendant la transe, elle doit faire face à ses peurs et les vaincre.
À PROPOS DE COMPETITION « Monde vue par les Jeunes »
Programme qui, depuis 2012, cherche à promouvoir le travail des jeunes cinéastes français et russes et à valoriser le court-métrage comme forme d’expression artistique à part entière.
Le Jury est composé de partenaires du festival, de spécialistes de la région viticole de Bordeaux et de cinéastes de France et de Russie. Le concours proposera également un Prix du public.
Les gagnants du prix principal (1 cinéaste français et 1 cinéaste russe) recevront le certificat permettant d’effectuer une co-production sur l’histoire de l’un des châteaux de Bordeaux.
Les participants de la compétition « Monde vu par les jeunes »
Action soutenue par Direction de la Jeunesse du Conseil Régional d’Aquitaine.
Maison de l’Autre (19 bis rue Formigé Le Bouscat)
15.00 Billets
Cinéma Documentaire

Film « Le Kremlin. Le cœur sacré de Moscou » d’Aliona Folomeva, 2017, Russie, documentaire, couleur, 1h26min
Un documentaire sur le Kremlin dans lequel le mystère des sanctuaires du Kremlin et leur signification d’état sont révélés. Le spectateur apprendra l’histoire de la spiritualité russe et pourra plonger dans le monde de la sainteté, des traditions, des valeurs qui y sont conservées et transmises de génération en génération. Et aussi découvrir beaucoup de documents inédits : photos, cartes, tableaux et documents des musées historiques et des archives. Le film raconte les structures architecturales les plus célèbres et les plus inaccessibles de la principale résidence gouvernementale de la Russie.
Présentation du film par la réalisatrice Alena Folomeva
Mega CGR Le Français (9 Rue Montesquieu, 33000 Bordeaux)
18h00 Billets
Nouveau Cinéma Russe
Film « L’oiseau » de Ksenia Baskakova, Russie, 2016, 90 mn
« Oleg Ptitsyne est mort », « Oleg Ptitsyne se cache en prison » s’étalent à la une de tous les journaux et magazines. Mais la célèbre rock star à la réputation sulfureuse est juste soignée pour sa tuberculose dans une clinique. Là, s’intéresse à lui Katia, une adolescente qui maltraite tout l’établissement. Même sa mère ne peut avoir le moindre contrôle sur elle. Entre Oleg et Katia se noue une amitié et Oleg décide d’aider la gamine à guérir et à aimer enfin la vie. Cette rencontre fortuite bouleverse leurs deux destins. Après avoir surmonté diverses épreuves, Oleg et Katia entament une nouvelle vie.
Présentation du film par la réalisatrice Ksenia Baskakova
Châteaux dans les environs de Bordeaux ou Cité du Vin

 

20:30 Billets

Cinéma délicieux
Au programme:
– Cocktail-dinatoire
– Animation musicale
– Projection d’une sélection de scènes de cuisine mémorables au cinéma
– Ambiance «cinéma» festive, remplie de bonne humeur et de créativité
La soirée sera animée par
• Le compositeur, pianiste, arrangeur, artiste du peuple de la Russie Levon Oganezov
• L’acteur, réalisateur, chanteur, animateur de télévision, artiste honoré de la Russie Andrey Ankoudinov

Tarif Unique 4 €

Les réservations des places sont à partir de 10 Novembre!!!

Saledi 4 décembre RETROSPECTIVE DES FILMS DE KONSTANTIN LOPUSHANSKI

Konstantin Lopouchanski est né le 12 juin 1947 à Dniepropetrovsk. En 1970, il a terminé des études de violon au conservatoire de Kazan. De 1973 à 1975, il enseigne la musique d’abord au conservatoire de Kazan puis à celui de Léningrad et il fait parallèlement une thèse d’histoire de l’art. En 1978, il obtient le diplôme des Cours supérieurs de formation des scénaristes et réalisateurs. Elève d’Andreï Tarkovski, Lopushanski travaille constamment selon les principes spirituels et esthétiques du maître. Lopushansky n’accepte aucun compromis sous quelque forme que ce soit et surtout par rapport à lui-même. Il met en scène les tâches artistiques les plus complexes, chacun de ses films – preuve d’un travail intellectuel et d’expériences personnelles profondes. Les repères esthétiques du réalisateur sont Ingmar Bergman, Robert Bresson et Kenji Mizoguchi. Le lieu de la recherche spirituelle et artistique est la Russie. “La mission principale du cinéma est de donner un début spirituel au spectateur, de l’aider à se développer en tant qu’individu, de grandir au-dessus de lui-même et d’évaluer adéquatement la société dans laquelle il vit, en soulignant ses défauts. Chaque personne est confrontée à la fois à des valeurs durables (amour, amitié, trahison) et à des cataclysmes universels (guerres, conflits ethniques, faim et pauvreté). Tout cela doit être filmé, c’est avec l’aide de ses instruments qu’il est possible d’attirer l’attention du spectateur sur les problèmes qu’il rencontre dans la vie de tous les jours. “
Université de Bordeaux – Campus Bastide (35 Avenue Abadie, 33100 Bordeaux)
10h30 à 12h30
Rétrospective des classiques du cinéma russe
Film “Lettres d’un homme mort” (en russe : Письма мёртвого человека) de Konstantin LOPOUCHANSKI 1h28min
Lettres d’un homme mort est le journal intime d’un ex prix Nobel adressant des lettres à un fils disparu qu’il croit encore vivant. Le film donne une vision déprimante du monde avec une humanité en voie de disparition. Avec peu de moyens, le réalisateur Konstantin Lopouchanski frappe le spectateur par des images très fortes : les rues bondées de cadavres laissés à l’abandon sous la pluie ; les lieux détruits ; les explosions incessantes. Lettres d’un homme mort présente une poignée de gens tentant de survivre mais qui n’ont plus le goût de vivre dans ce monde dévasté et voué à sa perte. Malgré tout, une lueur d’espoir subsiste avec les enfants qui continuent d’aller de l’avant. Voilà sans conteste une œuvre lancinante mais très riche, à découvrir sans plus tarder. Nicolas Bonnes
14h00 à 16h00
Rétrospective des classiques du cinéma russe
Film « Visiteur du musée » de Konstantin LOPOUCHANSKI, 2h16 min
Après une catastrophe écologique, dans un monde de vestiges et de ruines. Des mutants renouent avec des cultes primitifs dans une pénurie totale.
16h00 à 18h00
Rétrospective des classiques du cinéma russe
Film « Rôle » de Konstantin LOPOUCHANSKI, 2h12 min
Film en noir et blanc sur les événements qui se sont produits à Petrograd au début des années 20 du siècle dernier. L’histoire d’un acteur de talent, un homme habité par les idées de l’Âge d’Argent, et en accord avec celles du symbolisme est prêt à vivre la vie d’un autre, et plus précisément, de l’interpréter comme si c’était un rôle. L’acteur est fait prisonnier par les Rouges, et se trouve ressembler comme deux gouttes d’eau au commandant “Rouge” qui s’apprête à le fusiller. Après la mort du commandant, l’artiste décide de jouer le rôle du mort, selon la nouvelle tendance du théâtre – quand une partie de la communauté théâtrale estimait que le théâtre devait sortir dans la rue, que le théâtre doit se fondre dans la vie.
Présentation du film et analyse critique par la spécialiste du cinéma russe Irina PAVLOVA, Saint Pétersbourg
Institut du journalisme Bordeaux Aquitaine (1 rue Jacques Ellul 33080 BORDEAUX Cedex)
14.00 Billets
Programme des films « Les Vainqueurs »
Film documentaire « KVN. Certificat de naissance », d’Inna TKACHENKO, Russie, 2017. 1h15min
Histoire du jeu télévisé russe KVN (Kloub Veselykh i Nakhodtchivykh), une émission humoristique en URSS puis en Russie. C’est une compétition entre plusieurs équipes d’étudiants représentant chacune leur université respective, qui s’affrontent en se posant ou en répondant à des questions, ou à travers l’interprétation de petites scènes comiques. Cette émission était très novatrice à l’époque de son apparition à la télé dans les années 60, car elle était diffusée en direct et demandait une réaction rapide à des situations données. Le film présentera aussi la vie du journaliste russe Serguei Mouratov qui a inventé ce jeu.
Présentation du film par la veuve de S. Mouratov Marina TOPAZ
15.30
Table ronde « Jeu télévisé : une forme de communication interactive interculturelle »
Héritage créatif de Serguei Alexandrovich Mouratov
La discussion sera consacrée au travail du journaliste russe Serguei Alexandrovitch MOURATOV, réalisateur de films de télévision et l’auteur de nombreux scénarios pour la télévision soviétique et russe. Il est l’un des fondateurs du jeu télévisé russe KVN, concept novateur interactif qui est apparu à la télévision soviétique dans les années 60. Expert russe dans le domaine de la critique télévisée et lui-même critique de cinéma, scénariste, chercheur, professeur de la Faculté de journalisme à l’Université d’état MGU, MOURATOV a écrit de nombreux livres et articles sur l’importance de la profession de journaliste, son rôle social et éthique».
Participants de la discussion
– Marina B. TOPAZ, Peintre, journaliste, veuve de S. Muratov
– Irina VOLKOVA, Dép des médias l’Université Russe d’Amitié des Peuples, Élève de S. Muratov
– Svetlana СHARONOVA, Institut des langues étrangères URAP, Spécialiste de la sociologie du jeu
Salutation Directeur de l’Institut de Journalisme de Bordeaux Aquitaine Arnaud SCHWARTZ
Modérateur professeur François SIMON
Traduction des articles de S. Mouratov et du film – Natalia KOSAK et Artiom VALIULIN
Mairie de Bordeaux (Place Pey Berland, 33000 Bordeaux)
18.30
CÉRÉMONIE DE CLÔTURE. PRIX ET RÉCOMPENSES.
Mega CGR Le Français (9 Rue Montesquieu, 33000 Bordeaux)
21.00
Film de clôture “Bolchoi” de Valeri Todorovski, Russie, 2017, 132 mn, fiction
Youlia Olchanskaïa, jeune et talentueuse danseuse qui a grandi dans une petite ville minière, a tiré « un billet gagnant » : elle a été remarquée par Pototski, un ancien danseur qui lui prédit un grand avenir de ballerine, digne de la salle la plus prestigieuse du pays. Mais tout diamant brut demande à être taillé et le chemin vers le Bolchoï passe, pour Youlia, par l’école de ballet où elle est prise en charge par une professeure fantasque, la très sévère Galina Beletskaïa. Devenir une étoile exige des sacrifices inouïs et Youlia découvre que le ballet classique, ce ne sont pas seulement les tutus blancs, les loges dorées et les rubans de soie qui glissent. Mais aucun obstacle ne peut arrêter celle qui a un Grand Rêve.
Présentation du film et analyse critique par la spécialiste du cinéma russe Irina PAVLOVA, Saint Pétersbourg

RÉSERVATION DES BILLETS
Téléphone +33 642 00 12 80 Email : cffr@centerfest.ru
www.fr.centerfest.fr/bxfest
Les réservations des places sont à partir de 10 Novembre!!!

17
Août

XX° Festival de l’Art russe à Cannes

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 La Fondation de la culture russe, la Ville de Cannes et le Palais des festivals et des congrès, c’est l’un des rendez-vous majeurs de l’amitié franco-russe. Depuis 2006, cinq journées du mois d’août durant lesquelles concerts, danse, peinture, cirque font plonger le public dans une fabuleuse ambiance russe.

Programme

En préambule, le Festival du Jeune Art Russe propose, avec le concours du Conservatoire à rayonnement départemental de musique et théâtre de Cannes et le Syndicat d’initiative, un regard inédit et croisé sur le futur de la scène artistique russe et française avec 3 concerts gratuits de lauréats du Conservatoire de Cannes et de jeunes talents russes

Du samedi 19 au mercredi 23 août

Festival du jeune Art Russe

  • Lundi 21 août – 21h : Église Notre-Dame de Bon voyage

Cécile Lo Bianco et Valentin Ferrari, Soprano et Ténor lyriques
Rinaldo, « Lascia ch’io pianga », Georg Friedrich Haendel
Kuda Kuda de l’Opéra Eugène Onegin, Piotr Illitch  Tchaïkovski
La Bohème, Valse de Musette « Quando m’en vo », Giacomo Puccini
Air de Don José, Opéra Carmen, Georges Bizet
La Veuve Joyeuse, duo « heure exquise », Franz Lehár

Dmitry Khodanovich, Bayan
Fantaisie chromatique et fugue en ré mineur, Jean-Sébastien Bach
Deux sonates, Domenico Scarlatti
Valse en do dièse mineur, Frédéric Chopin
Caprice en sol mineur, Félicien David
Ouverture de l’opéra « le Barbier de Séville », Gioachino Rossini

Sara Di Costanzo, Flûtiste
Ballade pour flûte et piano, Frank Martin

Cyril Galamini, Trombone
Ballade pour trombone et piano, Frank Martin

Rem Gataullin, Bayan
« Menuet », Jean Sébastien Bach
« Sonatina », Muzio Clementi
Danse Allemande, Ludwig Van Beethoven

  • Mardi 22 août – 21h : Salle Miramar

Cécile Lo Bianco et Valentin Ferrari, Soprano et Ténor lyriques
Una furtiva lagrima, Opéra l’Elixir d’Amour, Gaetano Donizetti
La Reine de la nuit, La flûte enchantée, Wolfgang Amadeus Mozart
Air de Roméo issu de Roméo et Juliette, Charles Gounod
La fille du Régiment, Gaetano Donizetti
La Traviata, « Brindisi » pour Soprano et Ténor  Giuseppe Verdi

Dmitry Khodanovich, Bayan
Ouverture de l’opéra « le Barbier de Séville », Gioachino Rossini
La lumière de la lune, Claude Debussy
Danse ‘’La Nuit de Walpurgis’’ tirée de l’opéra « Faust », Charles Gounod
Deux images musicales russes : dans le champ et danse russe, Vladimir Bonakov
Adagio et final du ballet « Le Lac des Cygnes » , Piotr Illitch Tchaïkovski

Loana Gaïo, Pianiste
3ème mouvement, Quelques aspects des images oubliées « Nous n’irons plus au bois parce qu’il fait un temps insupportable », Claude Debussy
L’étude-tableau 6 op. 39, Sergueï Rachmaninoff

Benjamin Sayaque, Trompette
Concerto en Mib pour trompette et piano, Jan Křtitel Jiři Néruda

Rem Gataullin, Bayan
Menuet, Jean Sébastien Bach
Sonatina, Muzio Clementi
Danse Allemande, Ludwig Van Beethoven
Deux poules, Evgeny Derbenko
Un chameau , Evgeny Derbenko
Les clowns, Dmitri Kabalevski

Du 23 au 27/08 Exposition des oeuvres des jeunes peintres russes, artistes d’École des beaux-arts de Russie “Les arabesques de la côte d’Azur”. Vernissage le 23/08 à 19h dans le foyer du Grand Auditorium au Palais des Festivals et des Congrès.


Mercredi 23 août à 20h30

Palais des festivals et des congrès – Grand auditorium

 

Avec plus d’un siècle d’existence, le chœur Piatnitsky, composé du chœur lui-même mais aussi d’une troupe de danseurs et d’un orchestre, est aujourd’hui un acteur majeur de la scène artistique russe. Originaires de plus de 30 régions de Russie, et pour beaucoup lauréats de multiples concours, ses membres sont parmi les meilleurs chanteurs, danseurs et musiciens du pays. Son répertoire est composé de pièces emblématiques du folklore national : adaptées, modernisées et interprétées avec brio, elles connaissent un grand succès sur la scène folklorique contemporaine. Très souvent reprises par des troupes amateurs ou de grandes formations professionnelles, elles contribuent à l’extrême popularité actuelle du Chœur Piatnitsky, vanté pour sa créativité et la grande maîtrise technique de ses interprètes. Direction artistique : Alexandra PERMYAKOVA,

 

Jeudi 24 août à 20h

Palais des festivals et des congrès – Salon des Ambassadeurs

Le 24 août est une journée de commémoration de la libération de Cannes en 1945. C’est au Salon des Ambassadeurs, au coeur du Palais des Festivals, que seront accueillis les convives de la désormais traditionnelle « Nuit Russe ».

Ce dîner-spectacle original, festif et spectaculaire représente désormais pour les festivaliers un des temps forts du Festival de l’art russe. Cette soirée est un voyage passionnant à travers l’histoire du Festival qui fête sa vingtième édition. Nous allons feuilleter ensemble l’album photos du Festival et nous rappeler les pages les plus éclatantes de son histoire.

Tout au long de la soirée se succèderont sur scène les solistes de l’Académie des jeunes chanteurs du Théâtre Mariinski, Maria Bayankina (soprano) et Grigory Chernetsov (baryton), le lauréat du concours international « Grand Prix de France »,
Dmitry Khodanovich (bayan), le duo de jeunes accordéonistes « Largo », la chanteuse et compositrice Ekaterina Kovskaya, ainsi que les artistes de la République d’Arménie qui seront mis à l’honneur lors de cette soirée.

Pour la première fois dans l’histoire de la Nuit Russe, la scène des Ambassadeurs accueillera la chanteuse française Christelle Loury. Ce rendez-vous sera également l’occasion d’honorer le chorégraphe français Laurent Hilaire, directeur artistique du ballet de Théâtre musical Stanislavski et Nemirovich-Danchenko de Moscou qui recevra un prix pour sa contribution exceptionnelle au renforcement des relations culturelles entre la Russie et la France.

Au programme de la Soirée :
• Remise d’un trophée à Laurent Hilaire, chorégraphe français, directeur artistique du Ballet du Théâtre musical Stanislavski et Nemirovich Danchenko de Moscou, pour sa contribution au renforcement des relations culturelles entre la Russie et la France
• Solistes du Choeur Piatnitsky
• Défilé de costumes populaires féminins de la collection du Choeur Piatnitsky
• Solistes de l’Académie des jeunes chanteurs du Théâtre Mariinski : Maria Bayankina (soprano) et Grigory Chernetsov (baryton)
• Dmitry Khodanovich (bayan), lauréat du Concours international « Grand Prix de France »
• Duo « Largo » avec Vera Selezneva (bayan) et Irina Barysheva (accordéon)
• Ekaterina Kovskaya, chanteuse et compositrice
• Groupe musical de la République d’Arménie, invitée spéciale du Festival
• Christelle Loury, chanteuse française, invitée spéciale de la Soirée
• Dîner préparé sous la direction d’Alain Roy, Chef du Casino Barrière Cannes Croisette

Et à 22h les participants auront le privilège d’assister, depuis la terrasse, au feu d’artifice de la société Panzera.

Réservation obligatoire, tenue de soirée, tarif 160€ par personne, Tél : 04 92 98 62 77

 

Vendredi 25 et dimanche 27 août, cinéma russe

25/08 – Salle Estérel – Palais des Festivals et des Congrès

17h – « Miser sur l’amour »
Russie, 2016 – 95 mn.

Réalisation : Аrtiom Mikhalkov
Scénario : Alekseï Liaporov, Suren Mkrtchian
Images : Marat Adelchin
Décors : Fiodor Saveliev
Musique : Ivan Kanaev, Igor Poptsov, Dlitri Vorontsov, Alekseï Massalitinov
Produit par : Edouard Iloian, Vitali Shliappo, Alekseï Trotsyuk, Denis Zhalinsky, Artiom Mikhalkov, Rezo Guiguineichvili, Irakli Rodonaya, Mikhail Tkachenko

Avec : Ovannes Azoian, Andreï Bourkovsky, Katerina Chpitsa, Ian Tsapling, Vadim Andreev, Olga Toumaikina, Aleksandr Revva

Cette comédie consacrée à l’amour et à l’amitié, raconte comment l’esprit d’aventure aide à sortir de situations difficiles. Deux amis d’enfance, David, un Arménien, et Kostia, un Russe, sont confrontés à de graves problèmes : David, gérant d’un petit restaurant, veut épouser Anna, fille de parents riches qui n’apprécient pas le choix de leur fille. Kostia, vendeur de voitures, cherche à gagner de l’argent pour participer à un championnat de poker. Pour reconquérir l’amour d’Anna et arracher Kostia à ses dettes, David se rend à Moscou pour rencontrer Joker, un célèbre aventurier, qui doit lui apprendre le secret des cartes et le préparer à aller à Monte-Carlo pour participer au championnat international de poker.

Le film met en évidence des problèmes de notre époque : les inégalités sociales, les rapports entre communautés, la passion pour les jeux d’argent…

 

19h – « Innokenty Sibirinov. Aidez-moi…Je suis si riche ! »
Russie, 2016 – 60 mn

Le film a été créé à l’occasion du 1000e anniversaire de la présence russe au Mont Athos.

Scénario et Régie : Аlexandre Karpov
Décors : Natalia Levina
Images : Alekseï Strelov, Аlexandre Soloviev
Montage : Rinat Khalekov
Productrice Générale : Yulia Ivanova
Production : compagnie «RussTeleFilm»

Avec : Sergueï Zotov, Anna Julia Scrufari Hadjes, Vladimir Laptev, Andreï Bazhin, Artur Ivanov, Viktor Semimestnov, Artemy Padalka, Oleg Rudenko-Travin

À l’automne 1894, le gouverneur de Saint-Pétersbourg Viktor von Whal, engage une procédure judiciaire retentissante à l’encontre d’un riche exploitant de mines d’or en l’accusant de folie et de complicité avec les révolutionnaires. Il exige de confisquer ses biens et de le mettre sous tutelle. Quelques années plus tard, Innokenty Sibiriakov sera reconnu en tant que saint par les moines du Mont Athos.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Projection en avant-première Européenne


17h – « Аnna Karénine. L’histoire de Vronski »
Russie, 2017 – 138 MIN.

Régie : Кaren Chakhnazarov
Scénario : Alekseï Buzin, Karen Chakhnazarov
Musique : Yuri Poteenko
Images : Аlexandre Kouznetsov
Décors : Sergueï Fevralev, Yulia Makuchina
Son : Gulsara Mukataeva
Productrice Exécutive : Galina Chadur
Producteurs : Anton Zlatopolski, Karen Chakhnazarov
Production : Studios « Mosfilm »

Avec : Elizaveta Boiarskaia, Maksim Matveev, Vitali Kichtchenko, Kirill Grebenschikov, Makar Mikhalkine…

Il n’y a pas une seule vérité amoureuse. Chacun traverse son propre chemin. Que devrait prévaloir – la passion ou le devoir ? Qu’est-ce qu’il faut choisir ? Qui peut juger ? Ce sont des questions éternelles que la vie nous posent sans remords. Anna Karénine a fait son choix. Son fils a essayé de comprendre pourquoi sa mère a osé faire ce pas tragique. Le Compte Vronski n’a pu non plus oublier Anna et durant 30 ans a été tourmenté par sa mort.

En 1904 pendant la guerre russo-japonaise, Sergueï Karénine et Alekseï
Vronski se sont rencontrés par hasard dans un village éloigné de Manzhouli. Le destin leur offre une chance de revivre les événements passés et de trouver finalement la réponse si longtemps attendue.

Gratuit sur invitations à retirer à la Billetterie du Palais des Festivals à partir du 7 août, dans la limite des places disponibles.

 

Samedi 26 août à 20h30, Théâtre de ballet et d’opéra Marie El

Palais des festivals et des congrès – Grand auditorium

ESMERALDA

Ballet en 2 actes de Jules Perrot, adapté du roman « Notre-Dame de Paris » de Victor Hugo. Livret de Cesare Pugni.

Toute la féérie du ballet mythique où l’on retrouve la belle EsmeraldaQuasimodoPhoebus et Frollo, protagonistes de ce drame romantique à la portée éternelle.

Après un demi-siècle de présence sur la scène artistique russe, le théâtre d’Opéra et de Ballet Mari El a franchi une nouvelle étape grâce aux initiatives de son dynamique directeur artistique Konstantin Ivanov, ex 1er danseur du Bolchoï. En mettant en place une formation chorégraphique et en invitant régulièrement des solistes parmi les meilleurs de Russie, tout en favorisant la création de nouveaux spectacles, celui-ci a hissé la compagnie parmi les 10 meilleurs théâtres musicaux de Russie et lui a donné une aura internationale. Danseurs et chanteurs se distinguent dans les plus grands concours nationaux et internationaux et la troupe se produit à travers toute la Russie, mais aussi en Europe, en Amérique latine et aux USA, grâce à un répertoire remarquable composé des plus grands ballets classiques de Tchaïkovski, Prokofiev, Pugni…Direction artistique et chorégraphie : Konstantin IVANOV

 

Dimanche 27 août à 20h30 Théâtre de ballet et d’opéra Marie El

Palais des festivals et des congrès – Grand auditorium

Roméo et Juliette

Ballet en 2 actes de Sergueï Prokofiev, adapté de la pièce de William Shakespeare

Sans nul doute une des plus belles partitions du compositeur, marquée d’une force mélodique irrésistible et de thèmes mémorables comme la célèbre « Danse des chevaliers »…

Après un demi-siècle de présence sur la scène artistique russe, le théâtre d’Opéra et de Ballet Mari El a franchi une nouvelle étape grâce aux initiatives de son dynamique directeur artistique Konstantin Ivanov, ex 1er danseur du Bolchoï. En mettant en place une formation chorégraphique et en invitant régulièrement des solistes parmi les meilleurs de Russie, tout en favorisant la création de nouveaux spectacles, celui-ci a hissé la compagnie parmi les 10 meilleurs théâtres musicaux de Russie et lui a donné une aura internationale. Danseurs et chanteurs se distinguent dans les plus grands concours nationaux et internationaux et la troupe se produit à travers toute la Russie, mais aussi en Europe, en Amérique latine et aux USA, grâce à un répertoire remarquable composé des plus grands ballets classiques de Tchaïkovski, Prokofiev, Pugni… Direction artistique et chorégraphie : Konstantin IVANOV

RÉSERVATION BILLETTERIE : 04 92 98 62 77

 

Du 23 au 27 août Exposition Zourab Tseretely

Palais des Festivals – Foyer du Théâtre Debussy

ouvert de 16h à 22h

“Le voyageur enchanté”

Zourab Tsereteli est né le 4 janvier 1934 à Tbilisi (Géorgie). Il est diplômé de l’Académie des Beaux-Arts de Tbilisi en 1958 et a eu la chance de faire ses études sous la direction de grands artistes comme George Tchitaya, Ucha Dzhaparidze, Boris Charlemagne ou encore Vasiliy Choukhaev.

Il s’est passionné pour la peinture, la sculpture, le graphique et le design
et a eu un grand succès dans tous ces domaines. En 1970–1980 Tsereteli a travaillé en tant qu’artiste en chef au Ministère des affaires étrangères de l’URSS et a été le directeur artistique des Jeux Olympiques de Moscou. Ses travaux sont présentés dans de nombreux pays du monde entier, dont les États-Unis, l’Espagne, l’Italie, le Portugal, le Japon, la Grande Bretagne, la Syrie, la Turquie, l’Uruguay ou encore Israël.
En France, Tsereteli a installé sept sculptures, dont la statue du Pape
Jean Paul II et « La naissance du nouvel homme », une sculpture installée au siège de l’UNESCO à Paris.

Exposition du peintre, sculpteur et architecte russe d’origine géorgienne, président de l’Académie des beaux-arts de Moscou.

 

Grand auditorium

Tarifs: pour le Chœur Piatnitsky du mercredi 23 à 20h30 et les ballets:

Carré d’Or 50€, 1re série : public 36€ – Réduit 33€ –  Abonné 30€*
Jeunes -26 ans 30€ – Enfants -10 ans 15€

2e série : public 30€ – Réduit 27€ –  Abonné 24€*
Jeunes -26 ans 15€ – Enfants -10 ans 10€

Billetterie du Palais des Festivals et des Congrès
Tél: 04 92 98 62 77

Bateau Daphné, Nouvel An Russe

Dimanche 15 janvier 2017 à 19H

avec “les Cosaques”

241550-nouvel-an-russe-2017-au-bateau-daphne

Envie de fêter le  Nouvel An Russe 2017 en musique ?

Le Bateau Daphné propose de célébrer le Nouvel An Russe 2017, grâce à des chants et musiques folkloriques et traditionnels russes interprétés par Les Cosaques à 19h

Mikhaïl Syrokvachine, chant
Serguei Fanine, accordéon diatonique

Chants et musiques folkloriques et traditionnels russes. Les chants cosaques vont de pair avec les chants tziganes, les deux étant liés par leur amour vers la liberté, les chevaux et leur mode de vie nomade.

Une infinie richesse de mélodies reconnaissables entre mille autres, dès les premières notes de balalaïka et d’accordéon diatonique, est représentée par la magie des voix russes exceptionnelles, toujours émouvantes et rythmées, doublées d’un sens certain du spectacle.

Cependant, ce groupe n’est pas purement folklorique, il marie parfaitement dans son œuvre les notes de la tradition ancienne et les tendances musicales contemporaines.
Le groupe LES COSAQUES avait déjà impressionné son public lors du Festival du cinéma russe à Honfleur, de la Foire Internationale à Strasbourg…

Le directeur artistique du groupe, Mikhaïl Syrokvachine, est né en Russie. Il possède une voix large et puissante qui rend aussi bien le volume et la profondeur des classiques russes que la douceur des mélodies populaires. Diplômé de l’Ecole Supérieure d’Art Théâtral à Moscou (GITIS), il est soliste de nombreux spectacles musicaux sous la direction de M. OCHEROVSKI (Théâtre Comédie Musicale, Odessa), M. ANSIMOV (Théâtre du Bolchoï). Il a également été soliste du chœur de l’Armée Rouge à Kiev (Ukraine) et de l’ensemble « Les Cosaques de Russie » à Paris.

Le concert suivi d’un cocktail « russe » : zakouzkis & vodka !

Daphne

Depuis 1985, le bateau Daphné, péniche traditionnelle aménagée avec sobriété et élégance, accueille tout événement relationnel profitant de l’atmosphère privilégiée de la Seine à Paris, à l’ombre de la cathédrale Notre-Dame.

Bateau Daphné

face au 11 Quai Montebello 75005 Paris
Métro : Saint-Michel, Maubert-mutualité

Tarif : 25 € par personne le concert-cocktail
Réservations au 01 30 36 18 88 ou info@bateaudaphne.com

 

19
Oct

Exposition Paul (Pavel) Chmaroff

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

L’Assoiciation Dialogue Franco-Russe

et Joël Garcia Organisation

présentent

 Paul Chmaroff (1874-1950)

100 œuvres dont la plupart n’ont jamais été exposées

Exposition du jeudi 20 au lundi 24 octobre 2016 à

Art Elysées

capture-decran-2016-10-01-a-10-52-32

Exposition sous le haut patronage de SE l’Ambassadeur de la Fédération de Russie , Monsieur Alexandre Orlov et de Hugues Galls, Membre de l’Institut, directeur de la Fondation Claude Monet.

img_2908

Paul Chmaroff : Extrait de la biographie détaillée,  réalisée par Catherine Boncenne, historienne d’art.

Paul Chmaroff nait à Voronej le 22 septembre 1874, de son véritable nom, Pavel Dmitrievitch Chmyrov. On sait peu de chose de son enfance….   A 11 ans, Paul rentre à l’école du district au numéro 17  de l’actuelle rue Sacco et Vanzetti.  Paul montre déjà des dispositions pour le dessin. Il complète son éducation artistique dans l’atelier de Lev Soloviev (1837 ?-1919),  qui insiste pour que ses étudiants travaillent le dessin, et peignent d’après nature. Lors d’une de ces leçons,vers 1890, Soloviev fait un portrait au pastel de  Chmaroff.

img_2911

Une des salles d’exposition à Art Elysées 2016

 Les meilleurs éléments de l’école de dessin suivront  les cours de l’Académie impériale des Beaux-Arts à Saint-Pétersbourg, Paul Chmaroff en fait partie.  A l’automne 1894, Chmaroff entre comme auditeur libre, à l’Académie. Il y étudie en compagnie de Anna Ostroumova-Lebedeva, qui note dans ses mémoires : « De mes camarades, je me souviens de Somov, Fedorov, Maliavine, Chtcherbinovsky, Rozanov, Bobrovsky, Bogatyrev, Chmaroff, Schreter, Landezen. Grabar et Kardovski tout juste arrivés de leur séjour à Munich où ils étudiaient chez Ažbe ». Elle le décrit plus loin : « …Chmaroff. Entre amis, nous l’appelions Mitritch, pour plaisanter sur son enfance provinciale. Il promettait beaucoup. Il faisait de difficiles et monumentales compositions à l’huile. » Fedorov, Maliavine, Chmaroff et elle sont inséparables. Ils ont ensemble des discussions enflammées, en particulier sur la religion. Soloviev, le premier maître de Chmaroff, est un ami de Nikolaï Fiodorov, le fondateur du cosmisme russe, dont les idées sont très prisées de l’intelligentsia de cette époque. Paul, comme ses amis, ne peut qu’avoir été influencé par cette idée d’un prolongement de la vie et de résurrection des morts par des méthodes scientifiques et psychiques. En 1897, Repine écrit à Marianna von Verefkin : « Mon atelier est maintenant terriblement bondé, Chmaroff va de l’avant ; dans ce garçon, désespérément inculte, il y a un grand peintre. Prions Dieu pour qu’il ne perde pas la raison d’une façon ou d’une autre et qu’il ne s’arrête pas en chemin dans le développement comme il arrive souvent aux natures incultes. Mais quelle chaleur, quelle intégrité, quelle souplesse, et plasticité dans ses études ! Combien il y a d’impression et de grandiose dans ses esquisses ! Et dans tout cela, des tableaux presque aboutis ». Fin décembre 1897, Chmaroff part à Munich.

 En 1899, il obtient le titre de « Peintre », la médaille d’or et une bourse d’étude à l’étranger, lors d’un de ses séjours à Paris entre 1900 et 1904, il fréquente l’atelier de Jean- Paul Laurens, à l’Académie Julian, il part deux semaines en Espagne : A Madrid où il découvre le Prado et Cordoue. Il participe régulièrement aux salons de Printemps ainsi qu’aux expositions de l’Académie, de la société des Artistes Ambulants et il expose également à l’étranger. Sa peinture monumentale « La Bataille de Borodino », pour laquelle l’Académie des Beaux-Arts a aménagé un local spécial, obtient un vif succès. Vetchernee Vremia écrit : « …les peintres de batailles talentueux sont rares à présent, chez nous, comme à l’étranger. Une agréable exception est faite par les travaux de Chmaroff réussissant à joindre une large et savoureuse écriture, la fidélité du dessin, à une mise en scène conforme à l’histoire ».

img_2909

Une des salles d’exposition, Art Elysées 2016

A 42 ans, Paul Chmaroff est élu académicien. Début 1923, Chmaroff part à l’étranger, d’abord à Rome pendant presque deux ans puis s’installe, fin 1924, à Paris dans le XIVe arrondissement. La vie en émigration s’organise. Paul a comme beaucoup d’émigrés adopté l’usage français du « ff ». La colonie russe poursuit ses activités et fonde diverses associations comme l’Union des Artistes russes, dont fait partie notre peintre. L’obsession de tous ces réfugiés est de gagner sa vie. La diaspora édite livres, journaux et magazines qui seront illustrés par les artistes émigrés. Beaucoup d’entre eux réalisent décors et costumes pour le théâtre et le cinéma. Evreïnoff, Chaliapine, la troupe des Ballets Russes produisent de nouveaux spectacles. Paul, qui travaille essentiellement sur commande comme portraitiste, exécute, en particulier, ceux de Chaliapine et de Lifar tout en continuant à peindre des paysages. Chmaroff s’est marié avec Olga Vinogradova, une ancienne costumière du Théâtre du Bolchoï. Son chef d’œuvre est sans aucun doute le costume brodé de Boris Godounov pour Chaliapine, et c’est dans ce costume que Paul fait le portrait du chanteur. Il dessine des cartons pour ses tapisseries et ses broderies.

La première exposition personnelle de Chmaroff a lieu à la galerie Charpentier, en 1928, où le musée du Luxembourg acquiert une Baignade. Il participe aux expositions d’Art Russe en Europe (Bruxelles, Belgrade, Berlin) et Paris à des expositions collectives ainsi qu’en Angleterre, Belgique, Hollande et Argentine.  L’atelier de Lifar est aussi décoré par lui, de jeunes paysannes et de baigneuses. Chmaroff gagne difficilement sa vie et paye souvent ses loyers en tableaux.  En 1939, il expose au Salon des Artistes Français. Paul Chmarov et son épouse Olga s’installent à Boulogne Billancourt en 1942 au 4e étage d’une rue tranquille, dans un immeuble appartenant à l’entrepreneur en bâtiment pour qui il avait travaillé. En 1946, l’Union des patriotes soviétiques organise, rue Galliera à Paris, l’exposition « Hommage à la Victoire » avec le concours des tous les artistes russes qui ont bien voulu participer à cette manifestation dont Chmaroff qui présente un portrait de Staline en généralissime.

capture-decran-2012-02-22-a-14-50-33

Autoportrait de Pavel Chmaroff

C’est sans revoir sa terre natale et sa famille, qu’il meurt le 2 juillet 1950. Il est enterré dans le cimetière Pierre Grenier de Boulogne-Billancourt. Sa tombe n’existe plus, sa dépouille a rejoint les anonymes dans la fosse commune. Chmaroff laisse en France une œuvre abondante, mariant tradition russe et style Art Déco. En 1955, sa femme et ses amis organisent une exposition rétrospective à la Galerie Charpentier. Olga meurt un an plus tard.

Voir sur ARTCORUSSE rubrique Article de fond:Pavel (Paul) Chmaroff

Dernières expositions:

2009 : Exposition « Paul Chmaroff » à Art Elysées, Paris (22-26 octobre).
2010 : Rétrospective à la Halle Freyssinet, Paris (28 janvier-14 février). Exposition à la Galerie Tseretelli, Moscou
(21 juillet-22 août). Exposition au Musée régional des beaux-arts de Voronej, Russie (16 septembre-31 octobre).
Exposition au Musée de L’Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg(16 décembre-23 janvier 2011).
2011 : Exposition à la Douma d’Etat de la Fédération de Russie, Moscou (25 au 28 février).
2012 : Exposition à l’Espace Pierre Cardin, Paris (11 au 20 mai).
2013 : Exposition au Musée Sellier, Cogolin (Var, 3 juillet-28 septembre)).
2015 : Exposition « Les élèves de Répine » au musée « les Pénates », Repino, Russie (5 juin- 2 août).

Voir film Pavel Chmaroff réalisé par N. Tikhobrazoff : ICI

Exposition au sein d’Art Elysées, Av. des Champs Elysées

Côté pair, entrée côté Place de la Concorde, (sous tente)

Ouvert tous les jours de 11h à 20h sauf lundi de 11h à 18h

Tarifs : 15€

12
Août

“Aleko” opéra tzigane de Rachmaninoff, par François Buhler

   Publié par: artcorusse   dans Brèves, Livres

 

Aleko

Etude très complète de l’opéra de jeunesse de Rachmaninoff,  la première parue dans une langue autre que le russe, seule traduction du livret respectant les textes de Vladimir Nemirovitch-Dantchenko d’après le poème de Pouchkine Цыганы (Les Tziganes) publié en 1824. Aleko composé de la dernière semaine de mars 1892 au 13 avril de la même année et créé à Moscou au Théâtre Bolchoï le 27 avril / 9 mai 1893 avec Bogomir Korsov (Aleko), Maria Deicha Sionitzkaïa (Zemfira), Stepan Vlassov (le vieux tzigane), Lev Mikhaïlovitch Klementiev (le jeune tzigane) et Elizaveta Choubina (la vieille tzigane) sous la direction d’Ippolite Altani.

rachmaninov_1892

Sergueï Vassilievitch Rachmaninov en 1892.

 Rachmaninov a conservé toute sa vie un intéret pour les tziganes et leur musique remontant  à une période précédant la composition d’Aleko. Or, à l’époque de l’opéra, il tombe sous le charme d’une femme mariée d’origine tzigane, Anna Alexandrovna Ladyjenskaïa, son aînée de cinq ans, dont le mari,  Piotr Viktorovitch Lodyjenski, se voit tout d’abord dédier le Capriccio opus 12 sur des thèmes tziganes (1892-1894) avant que Rachmaninov n’ose, sans la nommer expressément, dédier à « A. L. » elle-même sa romance « Oh non, je t’en supplie, ne me quitte pas » puis sa première symphonie. On sait par ailleurs, que Rachmaninov ne se lassait pas d’entendre la sœur d’Anna, Nadejda, une chanteuse bien connue chanter des romances tziganes.

unnamed

Extrait du manuscrit des Tziganes de Pouchkine dont est tiré le livret de l’opéra Aleko de Rachmaninov.

Extrait musical de l’opera Aleko. Fragment. Final.
Armenian National Opera Theater.
Stage director – Irkin Gabitov (St.Petersburg)

(CLIQUEZ)

François Buhler l’auteur de l’ouvrage:

Ancien virtuose de clarinette et professeur de conservatoire dans sept disciplines différentes, François Buhler est aussi musicologue et auteur de diverses publications spécialisées, de français pour étudiants de langue étrangère, traducteur d’anglais, d’italien, d’espagnol et de russe, correcteur, relecteur, rewriter, graphologue et conférencier.

Edition Connaissances et Savoirs

Essai – 152 pages – 145×210

ISBN : 978-2-7539-0320-3

Prix: 19€ 95.

Photo couverture © M. Renaud Musique en cœur

Théâtre du Passage, Neuchâtel, Mai 2015

11
Août

Festival d’Art Russe 2016 à Cannes

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Du 23 au 27 août 2016

à Cannes

Festival d'art Russe Cannes 2016

Depuis 2006, cinq journées du mois d’août durant lesquelles concerts, danse, peinture, cirque font plonger le public dans une fabuleuse ambiance russe. Le Festival du Jeune Art Russe s’est imposé comme un véritable tremplin pour les talents prometteurs des deux nations.

Programme

En préambule du Festival de l’Art Russe nous vous proposons, le Festival du Jeune Art russe du 18 au 23 août , avec le concours du Syndicat d’initiative de Cannes et du Conservatoire à Rayonnement Départemental de musique et théâtre de Cannes, un regard inédit sur le futur de la scène artistique russe, avec 2 concerts gratuits des lauréats du Conservatoire de Cannes et de jeunes talents russes :

Dimanche 21 Août – 21h
Eglise Notre-Dame des Pins

En préambule du Festival de l’Art Russe, le Festival du Jeune Art russe propose 2 concerts gratuits des lauréats du Conservatoire de Cannes et de jeunes talents russes du 18 au 23 août.  Un regard inédit sur le futur de la scène artistique russe.

.600_452340244

*La Joie, choeur orthodoxe de jeunes filles du monastère Tchernoostrovskiy de Saint-Nicolas de Moloyaroslavets.

Lundi 22 Août – 21h
Eglise Notre-Dame de Bon voyage
*La Joie, choeur orthodoxe de jeunes filles du monastère Tchernoostrovskiy de Saint-Nicolas de Moloyaroslavets.
*Ilya Maksakov, piano – Diplômé du Conservatoire de Moscou, élève de la classe musicale de l’École des Cadets de Saint-Pétersbourg.
Maxime Martelot, baryton et Laurène Léoni, piano – Conservatoire de Cannes.

Mardi 23 août à 20h30

Palais des festivals et des congrès – Théâtre Claude Debussy

Ballet Folklorique de Khakassie “Altin Köök”

Khakassie2

Crée en 2014, ce ballet né de la volonté de regrouper sur une même scène les deux ensembles  Koun Souzy et Ulguer de la Philharmonie de Khakassie, offre une plongée envoûtante et d’une grande originalité au cœur de la culture khakasse à travers danses et chants de cette république de Sibérie située au nord de la Mongolie.

Mercredi 24 août à 20h

Palais des festivals et des congrès – Salon des Ambassadeurs

NuitRusse1

Hommage au cinéma franco-russe

Une fête des sens orchestrée autour de la gastronomie et de la scène russes dans l’écrin prestigieux du salon des Ambassadeurs. Au programme : folklore, chansons russes, défilé de mode, puis à 22h les participants auront le privilège d’assister, depuis la terrasse, au feu d’artifice de la société tchèque Flash Barrandov.

TARIF(S)

1re série : Public 36 €  – Réduit 33 € – Abonné 30 €
2e série : Public 30 € – Réduit 27 € – Abonné 24 €
Jeunes -26 ans 12 €

Jeudi 25 août à 11 h

Journée du cinéma russe

Palais des festivals et des congrès – Salle Estérel
1 boulevard de la Croisette
06400 Cannes

11h00 :  «Les oiseaux de ville» de Yulia Belaya (2016 – 87 mn)
Mélodrame
Avec : Evguenya Afonskaya, Evgenya Gromova, Anna Vorkueva
C’est l’histoire de trois amies qui cherchent l’amour. Masha est rédactrice d’une maison d’éditions de livres pour enfants. Corpulente, complexée, issue d’une “bonne” famille, elle se retourve dans une situation imprévue lorsqu’elle se réveille un lendemain de fête dans un club de boxe. Nastia est vendeuse. Elle est indépendante, énergique et loue un appartement avec son petit ami Roman. Un jour Nastia apprend que Roman l’a trahie. Elle décide de se venger. Rita est manager dans un hôtel. Elle est romantique, a peur du vide et ne voyage pas beaucoup. Mais une rencontre avec Harold, un client de l’hôtel lui fait découvrir la vie sous un autre jour.”

*14h00 : « Sur la route vers Berlin» de Sergueï Popov (Russie, 2015 – 1h52)
D’après la nouvelle d’Emmanuil Kazakevich, « Deux soldats dans la steppe », et les carnets personnels de Konstantin Simonov.
Avec : Amir Abdykalov, Yuriy Borisov, Maksim Demcherko, Andrey Deyugin, Artem Lebedev
Été 1942. Au beau milieu de la Deuxième Guerre Mondiale, de lterribles batailles ont lieu pour accéder à Stalingrad. Le jeune lieutenant Ogarkov, chargé des communications, est chargé de convoyer des ordres concernant un redéploiement de la 34ème Division. Dans la confusion qui règne, le lieutenant ne réussit pas à respecter les ordres. La division est encerclée de toutes parts, provoquant la mort de soldats. Ogarkov est traduit en cour martiale et accusé de lâcheté. La cour prononce la peine de mort. Mais en raison d’une soudaine attaque des forces allemandes, la sentence est reportée. Ogarkov est escorté du Kazakh Dzurabaev, avec qui il développe une silencieuse mais sincère amitié.
Ensemble, ils rejoignent les troupes pour se battre contre les Allemands et ils sont même décorés de l’ordre de l’Étoile rouge. Paradoxalement, la décision du tribunal militaire ne fut jamais abrogée.”

*16h30 : « Voyage vers la mère » de Mikhail Kosyrev-Nesterov (2014 – 95 min)
Film dramatique franco-russe adapté d’un roman de Nicolas Planchais.

Avec : Adèle Exarchopoulos (Marie Louise) et Artiom Alexeiev (Maxim)
“Maxim, un jeune russe venu de Moscou, se rend à Aix-en Provence, retrouver sa mère qui vit dans le massif de la montagne Sainte-Victoire. Mais celle-ci meurt et Maxim découvre alors l’existence de Marie-Louise, sa demi-soeur. Etrangers de langues et de cultures, des liens forts vont se tisser entre le Russe et la Française”.

*18h30 : « La fin d’une magnifique époque » de Stanislav Govoroukhine (2015 – 95 min)
Comédie dramatique adaptée du recueil des nouvelles de Sergueï Dovlatov “Le Compromis”.
Avec : Ivan Kolesnikov (Andreï), Svetlana Khodtchenkova (Maria)
Dix ans après la mort de Staline, au coeur des années 60, Andreï Lentoulov, jeune journaliste et écrivain, connu pour la spontanéité et la liberté de ses opinions, se voit proposer de déménager de Leningrad à Tallinn pour travailler dans un journal local. Là, Andreï cède à une aventure pleine de contradictions avec la rédactrice Marina, se lance dans d’innombrables liaisons sans lendemain et livre une violente résistance au système. Comment va-t-il lutter contre la censure et le système et qui sortira vainqueur de cette lutte ?

*21h00 : « La Cage» de Ella Arkhangelskaya (2015 – 120 mn) d’après la nouvelle “La Douce” de Dostoïevski,  Drame
Avec : Daniil Spivakovski, Elena Radevitch, Mikhaïl Gorevoy, Dmitriy Naguiev, Dram-tryller.
Produit par Mosfilm
“Pour satisfaire ses ambitions, un prêteur sur gages âgé épouse une jeune fille, la douce. C’est un mariage convenu, sans amour, ni joie. Une situation banale, mais entre les époux éclate une vraie guerre  psychologique qui les détruit et conduit au drame. L’Iconnu en vient à enfermer son épouse dans une cage mais finalement devient lui-même son prisonnier. Ce film, chronique ordinaire de la tyranie conjugale, questionne l’amour lui-même  : existe-t-il ou n’est-il que calcul, mu par les seuls intérêts personnels ? N’est-il pas aliénation et étouffement du conjoint ? N’est-il pas mépris de l’autre ?”

 

Mercredi 24 août à 20h

Palais des festivals et des congrès – Salon des Ambassadeurs

NuitRusse1

Hommage au cinéma franco-russe

Une fête des sens orchestrée autour de la gastronomie et de la scène russes dans l’écrin prestigieux du salon des Ambassadeurs. Au programme : folklore, chansons russes, défilé de mode, puis à 22h les participants auront le privilège d’assister, depuis la terrasse, au feu d’artifice de la société tchèque Flash Barrandov.

TARIF(S)

Tarif unique : 160 €
(Tenue de soirée)   Réservation obligatoire: 04 92 98 62 77

 

Vendredi 26 août 2016 à 20h30

Villa Domergue et ses jardins, Impasse Fiesole

Concert des Solistes de l’Académie des Jeunes chanteurs du Théâtre Mariinski

Accompagnés au piano par la talentueuse Larissa Guerguieva, les jeunes solistes en formation au sein du Mariinski interpréteront, dans la plus fidèle tradition du chant classique russe, de grands airs d’opéra.

TARIF(S)

Public 25€ – Réduit 22€ – Abonné 19€
Jeune de moins de 26 ans : 12€
(Tenue de soirée)  Réservation :04 92 98 62 77

Samedi 27 août 2016 à 20h30

Palais des festivals et des congrès – Théâtre Claude Debussy

Hommage au ballet classique Russe

BalletLes%204%20saisons

Avec l’école chorégraphique Lavrovsky de Moscou

Les solistes du Théâtre Stanislavski de Moscou : Evgueny Zhukov et Daria Yurchenko

La soliste du Bolchoï : Anastasia Zakharova

Jeunes talents et solistes seront réunis dans ce spectacle hommage àRodolf Noureev, figure mythique de la danse qui a laissé derrière lui un répertoire classique exceptionnel et dont les interprétations ont marqué les mémoires. Avec des extraits de ballets en ouverture et « les Quatre saisons » de Vivaldi en deuxième partie de soirée, nous retrouverons toute la beauté de la grande tradition du ballet russe.

1ère partie : divertissements (45 mn)
– Compositions chorégraphiques sur des musiques de Delibes
– Giselle, adagio, musique de Adolphe Adam
– Coppélia, extraits, musique de Delibes
– Variations sur des musiques de Tchaïkovski, Debussy, Bocharov, Hertel
– Don Quichotte, boléro, musique d’Adolphe Adam
– Composition chorégraphique Tchenomorochka, chorégraphie d’Igor Moiïssev…

2e partie : Les Quatre saisons de Vivaldi, chorégraphie de Miagkov (45 min)

TARIF(S)

1re série : Public 36 €  – Réduit 33 € – Abonné 30 €
2e série : Public 30 € – Réduit 27 € – Abonné 24 €
Jeunes -26 ans 12 €

Réservation obligatoire: 04 92 98 62 77

Du mardi 23 août 2016 au samedi  27 août 2016

Palais des festivals et des congrès

Expositions : Une histoire de cinéma et Les Arabesques de la Côte d’Azur

« Une histoire de cinéma » organisée à l’occasion des 100 ans des célèbres studios Gorki avec le concours du Musée Central de l’Histoire Contemporaine de Russie, propose une plongée dans l’histoire du cinéma soviétique à travers costumes, affiches, photos, caméras, matériel de projection et extraits de films.

Espace Toscan du Plantier – 16h à 22h – Gratuit

« Les Arabesques de la Côte d’Azur – 2016 » met en lumière les travaux de jeunes peintres russes, élèves des plus grandes écoles des beaux-arts de Russie présentés à l’occasion de la master class animée par le professeur Yuriy Krotov.

Foyer Théâtre Debussy – accès réservé aux spectateurs du Festival de l’Art Russe – ouverture des portes une heure avant le début de chaque spectacle – Gratuit

Palais des festivals et des congrès
1 boulevard de la Croisette
06400 Cannes

 

 

Capture d’écran 2016-05-04 à 17.06.38

pgen_logo1

En partenariat avec Artcorusse

Avec le soutien de l’Ambassade de la Fédération de Russie en France.

Deux soirées “Véra Stroeva” durant ce 2ème Festival

Jeudi 9 et mardi 14 juin 2016

Строева_Вера_Павловна

Vera Stroeva (en russe: Вера Строева, 21 septembre 1903 à Kiev – 26 août 1991 à Moscou), réalisatrice, scénariste et comédienne soviétique.

Elle est la fille d’un conseiller de tribunal, qui a changé en 1915 son nom de Richter en Stroyev. En 1920-1922 , elle a étudié au département acteur de l’Institut supérieur de musique et de théâtre, puis en 1924 elle a terminé les ateliers de théâtre pédagogiques. De 1925-1927 ans, elle est actrice, dramaturge, metteur en scène et professeur de théâtre du centre de Moscou. En 1925 elle est directrice du studio de cinéma “Soyuzkino” (maintenant “Mosfilm “). Elle a travaillé comme réalisatrice au studio de cinéma d’Odessa “Ukrainfilm” de 1928 à 1931. Elle épousa, l’auteur et co-scénariste réalisateur Grigory Roshal. Elle est tout d’abord co-scénariste puis co-réalisatrice de plusieurs films dirigés par son mari. Après 1945, elle réalise seule une dizaine de films, souvent des adaptations d’œuvres classiques.  Vera Stroeva est décédée le 26 août 1991 à Moscou et elle est enterrée auprès de son mari au cimetière Kuntsevo.

Vera Stroeva montre un intérêt particulier pour la musique. Ses deux films d’opéras d’après Moussorgski sont considérés comme des classiques : Boris Godounov est montré au Festival de Cannes et Khovantschina reçoit une nomination aux Oscars.

Jeudi 9 juin à 20h

Хованщина
La Khovantchina, de Moussorgski
Un film réalisé par Vera Stroeva (1959, couleur)
Avec Mark Reizen, Aleksei Krivchenia, Anton Grigoriev,
Maïa Mlissetskaia. Orchestre et choeurs du Bolchoï, dirigés
par Evgueni Svetlanov, 2h10

Capture d’écran 2016-05-04 à 17.14.14
Cinq ans après son fameux Boris Godounov et huit ans après son Prince Igor partiel, Vera Stroeva réalisa son dernier film d’opéra et saisit « l’opéra national russe » tel que l’on ne pourra sans doute plus jamais le reproduire. La caméra individualise puis réunit les
visages d’un peuple simple, manipulé mais fort, qui passe en un instant de l’inquiétude à l’espoir. Quelques années après lamort de Staline, on sent que l’art permet tant aux solistes
qu’aux membres du choeur, d’exprimer ouvertement le désarroi ou les ambitions
que crée la fin relative d’une dictature. Svetlanov, âgé de trente ans, donne des couleurs
splendides à la partition révisée par Chostakovitch et la danse de Maïa Plissetskaïa,
jeune liane aux yeux immenses, ensorcelle le prince Ivan et les spectateurs.

Mardi 14 juin à 20

Борис_Годунов_постер
Boris Godounov, de Moussorgski
Un film réalisé par Vera Stroeva (1954, couleur)
Avec Alexander Pirogov, Nikandr Khanayev, Georgi Nelepp,
Maxim Mikhailov, Ivan Kozlovsky, Larisa Avdeyeva, 1h50

 Capture d’écran 2016-05-04 à 17.19.53

Avec son Boris Godounov, Stroeva transforme le monde en un opéra aussi vaste que l’imagination. Nous croyons être assis aux côtés de l’innocent tragique et doux de Kozlovsky, au milieu d’une forêt de bras levés qui réclament du pain. Et lorsqu’il dit doucement qu’il ne peut prier pour le roi Hérode, on croirait que le monde
entier a entendu son chuchotement; et le tsar Boris effrayé ne peut que
cacher son visage et se détourner lentement. L’année même de la mort
de Staline, Stroeva nous plonge en apparence dans la Russie de l’an
1600, pour nous montrer un peuple généreux, porté par la foi et prêt à
remettre en question l’autorité des puissants.

Capture d’écran 2016-05-04 à 17.25.08

La caméra saisit les regards dubitatifs du peuple lors de la profession de foi de Boris, et encourage les femmes à malmener les hommes. Le tsar criminel fuit la folie en s’enfermant dans les vastes architectures de ses palais et ses costumes magnifiques, pendant que l’innocent pleure la Russie affamée au milieu de l’incendie allumé par les luttes pour le pouvoir.

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Opéra-Film-Art: 2e édition!

Les spectateurs de la première édition du festival l’ont tous
remarqué: lorsqu’un grand cinéaste réalise un film d’opéra, les grands moments
d’opéra deviennent de grands moments de cinéma: le foisonnement baroque des
images d’Ophuls et la pureté de celles de Straub (dont nous verrons cette année le
puissant Moïse et Aaron) sont restés longtemps dans les mémoires. Lors de ce deuxième
festival, les langues se succéderont de nouveau, le noir et blanc alternera avec
la couleur, nous mêlerons des films méconnus avec les films célèbres de Losey et de
Mitterrand… La plupart des opéras seront montrés dans de rares copies 35 mm, avec
leur chaleur et leur fragilité (le beau Rigoletto de Carmine Gallone a le charme des vieilles
eaux-fortes). Nous ferons l’expérience de présenter un opéra chinois, grâce au Centre
culturel de Chine, puisque après le Goethe Institut, déjà présent en 2015, plusieurs
centres culturels étrangers participeront à Opéra-Film-Art: le Forum culturel autrichien,
l’Institut culturel italien… Nous bénéficierons également du soutien de l’Ambassade
de la Fédération de Russie en France. Les amateurs d’opéra russe auront la rare
chance de voir le diptyque Moussorgski, réalisé par Vera Stroeva. Ils revivront une grande
époque de l’opéra russe, à la fois grandiose et touchante, qui semble avoir été gravée dans
le souple technicolor des studios soviétiques. La Belle Hélène d’Offenbach, de 1956, montre
ce qu’il est possible de faire à la télévision: ses extraordinaires interprètes procurent un
enivrement loufoque en se laissant totalement aller sous la joyeuse protection de
l’oreille infaillible de Gérard Calvi. Le festival s’achèvera avec un ciné-concert particulier
avec le grand pianiste Pierre-Alain Volondat, enthousiasmé par le dramatisme de Pola
Negri dans la Carmen de Lubitsch, accompagnera pour la première fois un film muet.

Calendrier-programme du 2ème Festival Opéra-Film-Art

Capture d’écran 2016-05-04 à 18.42.09

Plus de renseignemenst sur le 2ème Festival Opéra-Film-Art: (CLIQUEZ)

cinema-balzac1

Cinéma Le Balzac – 1 rue Balzac  75008 PARIS

 

Métro: George V ou Etoile

RER ligne A, Charles de Gaulle Etoile

Bus 22 – 30 – 31 – 52 – 92

Station Velib juste en face du cinéma

Parking Etoile-Friedland (avenue Friedland)

Capture d’écran 2016-05-04 à 19.05.28

 

Affiche-concour

Règlement

Article 1 : Dans le cadre de son action de promotion des langue et culture russes, un concours est organisé par l’Association Française des Russisants (AFR), avec le soutien du Centre de Russie pour la Science et la Culture (Paris), de l’agence de voyages Tsar voyages (Paris & Moscou), des Editions Zlatooust (Saint-Petersbourg), des Editions Ophrys, des Editions L’Asiathèque, de l’association « Lettres russes » (Paris), de la Librairie du Globe (Paris), de la Librairie des Editeurs Réunis (Paris), de l’Association France-Oural, de l’épicerie russe Prestige (Paris), du Restaurant « Le Zakouski » (Paris), du Théâtre des Champs-Elysées (Paris) et des cinémas Gaumont Pathé Live intitulé “Écris une nouvelle policière russe” (en français).

Ce concours est destiné aux élèves des établissements scolaires français, publics et privés, qu’ils apprennent ou non le russe.

Trois catégories de participants sont ouvertes, selon le niveau scolaire:

– Elèves des classes de CM1 et CM2 des écoles primaires

– Elèves des collèges, de la 6e à la 3e

– Elèves des lycées, de la seconde à la Terminale

Article 2 : Conditions de participation. Les participants composeront en français un texte de fiction dans le genre policier, en lien avec la Russie, dans lequel ils devront utiliser un certain nombre de mots (liste jointe). Ces mots devront être soulignés dans le texte. Le texte est limité à 15 000 caractères (espaces non compris) en police Times New Roman, taille 12. Les pages seront numérotées et le nombre de caractères indiqué à la fin du texte. Le texte devra être envoyé uniquement par courrier électronique et sous deux formats :        – Un exemplaire au format .DOC ou .ODT avec le nom de l’élève

  • Un exemplaire au format .PDF ne comportant pas le nom de l’élève (pour préserver l’anonymat) L’envoi doit être fait avant le samedi 30 avril 2016 à l’adresse suivante : concours2016@afr-russe.fr. Chaque participant joindra à son envoi le formulaire ci-joint contenant : nom, prénom, adresse postale, adresse électronique (courriel), téléphone, lieu d’études, âge, – ainsi que la phrase suivante : « J’autorise l’AFR à publier l’intégralité ou un extrait de mon texte sur son site, dans ses publications, dans une publication à part sous forme de recueil, et à le montrer dans des expositions publiques itinérantes. », le tout suivi de la date et de la signature du participant. Remarque à l’attention des élèves de collèges et lycées : en cas de participation de plusieurs élèves d’une même classe dans le cadre d’un travail collectif, nous demandons au professeur de présélectionner cinq textes au maximum et de les envoyer dans les mêmes conditions.
  • Article 3 : Sélection et publication des œuvres. Un jury compétent sera réuni par l’AFR. Il sélectionnera les meilleurs textes, appréciera la qualité et l’originalité de l’œuvre ainsi que le respect du thème et des consignes. Toute tentative de plagiat entraînera le rejet du texte. L’AFR avisera directement les lauréats par courrier électronique. Les œuvres primées paraîtront sur le site de l’AFR et pourront éventuellement être montrées dans des expositions publiques itinérantes et faire l’objet d’une publication à part sous forme de recueil.
  • Article 4 : Récompenses
  • Chaque catégorie de participants se verra décerner trois prix (Premier prix, Deuxième prix, Troisième prix) : livres, DVD, CD, bons d’achat, cadeaux divers, tous liés à la Russie. IMPORTANT : il ne sera décerné qu’une seule récompense par œuvre. En tenir compte en cas de travail en groupe.
  • Article 5 : Réclamations La participation à ce concours implique l’acceptation pleine et entière du présent règlement par les participants

Liste de mots imposés:

Les élèves devront obligatoirement utiliser dans la liste ci-dessous :

– 10 mots pour les élèves des écoles primaires .

– 15 mots pour les élèves des collèges .

– 20 mots pour les élèves des lycées.

Ces mots devront être soulignés dans le texte final.

Liste :

1) Noms communs : ambre, baba-yaga, babouchka, balalaïka, bliny, bœuf Stroganov, boyard, caviar, chapka, cosaque, glasnost, icône, isba, komsomol, kopeck, koulak, matriochka, moujik, nomenklatura, perestroïka, rouble, samizdat, samovar, spoutnik, steppe, taïga, toundra, tsar, tsarevitch, veau Orloff, zakouski, zek.

2) Noms propres (géographiques ou autres): Moscou, Saint-Petersbourg, Irkoutsk, Sotchi, Kremlin, Loubianka, Bolchoï, Oural, Sibérie, Kamtchatka, Baïkal, Volga, Transsibérien, Jigouli, Pravda, Pierre le Grand, Catherine II, Fabergé, Tchaïkovski, Tolstoï, Malevitch, Plissetskaïa, Noureev, Gagarine, Michel Strogoff.

Les élèves sont libres d’insérer des notes de bas de page à l’attention des lecteurs (les notes de bas de page ne comptent pas dans le nombre de caractères) et restent libres d’utiliser en plus d’autres mots de la réalité russe.

Bulletin d’inscription:

au concours “Écris une nouvelle policière russe”

Ce bulletin d’inscription et l’œuvre associée sont à envoyer, avant le samedi 30 avril 2016 minuit, par courrier électronique à l’adresse : concours2016@afr-russe.fr

 

Nom : ……………………………………………………… Prénom : ………………………….

Né(e) le : ……………………………………………………

Elève en classe de :………………….

Etablissement scolaire :………………………………………………………………………………………..

Adresse de l’établissement :

…………………………………………………………………………..………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………..

…………………………………………………………………………………………………………………..

Numéro de téléphone de l’établissement : ……………………………………………………………………..

Eventuellement nom du professeur de russe (si l’élève étudie le russe) : …………………………….……….

Eventuellement nom du professeur de français (si travail dans le cadre scolaire) : ………………………….

Adresse personnelle de l’élève :

…………………………………………………………………………………………………………………..

…………………………………………………………………………………………………………………..

…………………………………………………………………………………………………………………..

Numéro de téléphone des parents :…………………………………………………………………… ……….

Adresse électronique des parents : ……………………………………………………………………………..

En cas de coordonnées différentes :

Numéro de téléphone de l’élève :……………………………………………………………………….……….

Adresse électronique de l’élève :……………………………………………………………………….……….

Je confirme mon inscription au concours ” “Ecris une nouvelle policière russe” organisé par l’Association Française des Russisants (AFR). Je déclare que le texte que je présente est une création personnelle et réalisée spécialement pour ce concours.

Titre de la nouvelle: ……………………………………………………………………..………..………..…..

…………………………………………………………………………………………………………………..

Important : afin d’assurer l’anonymat, ne mettez pas votre nom sur le document PDF !

J’accepte les conditions énoncées dans le règlement du concours. J’autorise l’AFR à publier l’intégralité ou un extrait de mon texte sur son site, dans ses Bulletins de l’AFR, dans une publication à part sous forme de recueil, et à le montrer dans des expositions publiques itinérantes. 

Date :…………………………………………………………………………………………………………….

Signature de l’élève :                                                           Signature des parents :

(précédées de la mention manuscrite : « Lu et approuvé »)

Site de l’organisateur: http://www.afr-russe.fr

Capture d’écran 2016-03-28 à 11.32.23

28
Mar

“Don Quichotte” avec conférence au Club de l’Etoile

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

DIMANCHE 10 Avril

CONFÉRENCE A 15H30 suivie du

BALLET EN DIRECT DU THÉATRE DU BOLCHOÏ DE MOSCOU

A 17H

Don Quichotte affiche

Conférence à 15h30, animée par Ariane Dollfus expliquera l’argument du ballet, ses origines, sa composition, son histoire au fil des années, la place que l’oeuvre occupe dans le répertoire du Bolchoï, qui en furent les grands interprètes… Ariane Dollfus est journaliste, historienne de la danse et auteur d’une biographie de référence, “Noureev, l’insoumis” (Ed. Flammarion)

Bolshoï

BALLET EN DIRECT DU THEATRE DU BOLCHOÏ DE MOSCOU, EN HD ET SON 5.1

Ballet d’Alexeï Fadeyechev (d’après Marius Petipa et Alexandre Gorski) Durée : 3h10 avec entracte(s)

Le farfelu Don Quichotte part à l’aventure accompagné de son fidèle ecuyer Sancho Panza à la recherche de la femme idéale. En chemin, Don Quichotte fait la rencontre de Kitri, fille d’aubergiste qu’il s’imagine être une princesse…

“Le panache et l’excellence du Bolchoï se combinent dans la version acclamée de Fadeyechev de cette oeuvre exaltante sur une musique de Léon Minkus. De nouveaux décors et des costumes inédits accompagnent cette production riche en couleurs et en prouesses, incontournable du répertoire de la troupe russe !”

Musique : Léon Minkus Livret : Marius Petipa (d’après Miguel de Cervantes)

Chorégraphie : Alexeï Fadeyechev (d’après Marius Petipa et Alexandre Gorski)

Avec les Etoiles, les Solistes et le Corps de ballet du Bolchoï

Capture d’écran 2016-01-23 à 10.32.27

Club de l’Étoile

14 rue Troyon
75017 PARIS
FRANCE

Tarif conférence 10€. Scéance: 28€, 23€ (sur présentation du Pass17) 20€ (-12 ans)

Réservez vos places en cliquant sur les liens ci-dessous ou au 01.43.80.73.69 (mardi, jeudi et vendredi de 15h00 à 18h30).

Réservez votre place en ligne sur fnac.com ou Club de l’étoile

Capture d’écran 2016-01-23 à 10.30.48
18
Mar

10ème édition de l’Action écologique en Russie

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Samedi 19 mars 2016 dans le cadre de l’action écologique:

“Une heure pour la planète”

Plus de 900 édifices moscovites seront dans le noir.

Plus de 170 pays participeront samedi à la 10e édition de l’action écologique en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique, qui se déroulera de 20h30 à 21h30 (heures locales) sur l’initiative du Fonds mondial pour la nature (WWF).

La Russie se joindra également à l’opération écologique. Le président russe Vladimir Poutine a  décidé pour l’occasion de faire éteindre les lumières du Kremlin, sa résidence officielle.

Une Heure pour la Terre 2015
                       © AFP 2016 Dmitry Serebryakov

L’action débutera aux îles Fidji puis gagnera ensuite l’Asie, l’Europe et l’Amérique. A cette occasion, plus d’un millier d’édifices et monuments célèbres à travers le monde seront plongés dans le noir. Parmi ces édifices prestigieux figurent notamment la tour Eiffel de Paris, l’Empire State Building de New York et le Golden Gate Bridge de San Francisco.

      En Russie, au moins 80 villes et 20 millions de personnes se joindront à l’action, selon Igor Tchestine, directeur du WWF Russia. A Moscou, près de 300 édifices et monuments parmi lesquels le Kremlin, les cathédrales de Basile-le-Bienheureux et du Christ-Sauveur, le théâtre Bolchoï et les sept célèbres gratte-ciels de l’époque soviétique éteindront leurs lumières.

Toutefois, les éclairages de la sécurité publique: feux de balisage des aéroports, feux tricolores dans les rues et les éclairages de secours seront toujours opérationnels.

En 2015, près de 2 milliards de personnes de 172 pays ont participé à la plus grande action annuelle en faveur du climat.