archives

Association “Meudonsk”

Fête de Saint Georges

Samedi 18 mai 2019 à partir de 15h

Potager du Dauphin, Meudon

 

 

Conférence-Vidéo

” Ce n’est pas l’ histoire d’un famille, c’est celle de la Russie”

Docteur Michel Jouravleff, ancien interne des Hôpitaux de Paris, chirurgien à la retraite, n’avait jusque là que des bribes de son histoire familiale, quelques documents sur les propriétés de sa famille en Russie et les photos de ses grands parents et de sa Niania et surtout le testament de son arrière grand père Михаил Николаевич Журавлев.
 Siège du Comptoir de Saint-Pétersbourg où l’arrière grand-mère  du docteur Jouravleff est  décédée.

De retour de Rybinsk, où  il fut invite par le musée , le docteur Michel Jouravleff découvre la terre de ses ancêtres et reconstruit l’histoire de sa famille après être descendu aux Archives de la ville et avoir ouvert les anciens albums de photos  des siens. C’est l’histoire d’un des plus gros marchands de Russie.

d

Présentation du livre

” Mon service dans l’ancienne Garde Impériale

du Régiment Sémionovski (1907- 1917)”

de Youri Makaroff par Nadège Lvoff.

 Couverture du livre de Юрий Макаров “Mon service…”

L’auteur dévoile son quotidien à l’intérieur du régiment : manœuvres, fêtes religieuses, traditions, commémorations, gardes etc….  L’officier, engagé dans la conflagration mondiale, décrit les combats, l’héroïsme, les liens qui pouvaient s’établir entre les officiers et les soldats. Car si certains chefs sont perçus comme exceptionnels, les critiques sur la façon dont la guerre est conduite ne manquent pas. L’auteur se désole notamment ici des pléthoriques Etats-majors, des ordres absurdes ou encore du tragique déficit d’armement.

Groupe d’officiers du régiment Semionevski

Né en 1886 dans la région de Iaroslavl, Iouri Makaroff entre à neuf ans au Corps des cadets de cette ville, puis à l’École militaire Pavlovski, enfin dans la Garde du régiment Semionovski, avant de participer à la Première Guerre mondiale. Il accueille d’abord la révolution de Février avec sympathie. Il gagne Iaroslavl, sa région d’origine et y participe bientôt à l’insurrection contre les bolcheviques, qui sera violemment réprimée. Exilé en Bulgarie, il émigre définitivement en Argentine. Ses mémoires ont déjà été publiés trois fois en russe, avant de l’être ici, en français.

L’histoire de Y. Makaroff présentée par Nadège Lvoff, conférencier,  petite nièce de l’auteur.

d

” Concert de musique et de chants russes “

Chorale d’enfants du Conservatoire Rachmaninov.

Chef de cœur Ekaterina Ferrari, Elina Akinova (piano)

d

Marina Pervychine-Poulet et Thierry Poulet (violon)

Valeria Montfort – Shuchkovo (piano)

Ekaterina Yanoff, Nina Zabarovskaya et Mikhaïl Dyadichenko (Moscou)

Evgueni Melchakov (accordéon)

d

” BUFFET RUSSE “

” Vente de livres “

3

Le Potager du Dauphin a été crée en 1681. D’abord potager du Marquis de Louvois, ministre de Louis XIV, il devient ensuite la résidence du Grand Dauphin, fils héritier du Roi-Soleil. L’histoire royale a laissé place aujourd’hui à un lieu de culture regroupant de nombreux services ouverts aux Meudonnais.

De nombreux fils de russes blancs orthodoxes sont passés au Potager du Dauphin dès 1946 nommé ” l’Internat St Georges”, dirigé par des pères jésuites de rite bysantin. L’ensignements du russe et des traditions russes étaient de rigueur. L’ appartenance à l’Église orthodoxe est respectée. Une chapelle byzantine est créée dans ce qui était autrefois une serre. La cour vitrée devient une bibliothèque riche de 100 000 ouvrages en langues slaves. L’effigie de Saint Georges est toujours visible sur le mur extérieur de la chapelle. À l’intérieur, des fresques ont été peintes par le père Igor Sendler.

A la chute de l’URSS en 1992 et la fin des répressions religieuses, l’Internat Saint-Georges perd progressivement de son attrait, car les jeunes Russes et autres vont étudier directement en Russie, plutôt qu’à Meudon. C’est pourquoi, les pères Jésuites vendent cette propriété en 2002, rachetée par la ville de Meudon.

d

POTAGER du DAUPHIN

15 rue Porto-Riche, 92190 Meudon

Accés: Gare de Bellevue, gare de Meudon ( départ de Paris par Montparnasse)

Bus: 169 arrêt Place Stalingrad.

Participation aux frais

Réservation: 06 62 42 03 06 et 06 10 15 44 19

céline.charlet12@gmail.com

nataliasoldatkina@yahoo.com

MASLENITSA 2019

Lundi 4 mars au dimanche 10 mars

 

Chaque année, une semaine avant le carême * , on célèbre Maslenitsa, le mardi gras.  Fête qui est née à l’époque des Russes de Kiev. C’est le jour de la fête des blinis (crêpes) où il est de coutume de manger, de s’amuser et de brûler un épouvantail. Chaque jour de cette semaine porte un nom spécial.

Il existe plusieurs légendes et versions. Selon l’une d’elles, en Russie, on a voulu attirer la miséricorde du soleil pour le persuader de réchauffer un peu plus la terre. Et des crêpes jaunes cuites au four rappellent la chaleur du soleil. Nos ancêtres croyaient que c’était leur façon de «cajoler» le soleil, l’implorant d’être plus gentil.

Selon une autre version ultérieure, le nom de la fête  Maslenitsa serait apparu en Russie après l’adoption du christianisme. La semaine précédant le carême s’appelle viande-sucrée, beurre-fromage. Il y avait beaucoup de produits laitiers. Et les crêpes sont richement maculées de beurre. Par conséquent, ils ont appelé la semaine Maslenaya et la fête elle-même – Maslenitsa. De “maslo” (масло), le beurre.

Il y a une autre version plus amusante et romantique. À la fin de l’hiver dans le nord, Frost a eu une fille, Frost – Shrovetide. Les hivers à cette époque étaient longs, durs et froids. Les personnes torturées par les tempêtes de neige et les gelées, complètement fanées. Et puis Frost a eu pitié d’eux et a envoyé sa fille pour aider les gens à se réchauffer et les encourager. Et ce n’est pas une fille fragile qui vint à eux, mais une belle femme majestueuse. Elle a attiré les gens, leur a fait oublier l’hiver, les a attirés pendant une semaine avec son rire, et réchauffé le sang. Et elle avait les joues grasses. Ainsi a-t-on appelé cette semaine: Carnaval.

Programme de la semaine:

Lundi 4 mars. Jour de la Réunion.

ВСТРЕЧА

C’est le premier jour de la semaine des blinis. Déjà, d’après le nom, il est clair que ce jour-là, on va rencontrer Mardi. Son attribut le plus important est, bien sûr, un épouvantail. Le jour des blinis se présentait sous la forme d’une grande poupée en paille. Lundi, l’on décorait les maisons et préparait des esplanades  pour les futures festivités. Glissades sur glace, jeux comiques, blinis. La toute première crêpe est faite pour commémorer les défunts. Un blin (en russe : блин, pluriel блины bliny, blini parfois retranscrit comme blinis. Le mot blin vient du vieux slave mlin, qui signifie « moudre ». Le même jour, les marieurs vont rendre visite aux parents de la belle-fille.

h

Mardi 5 mars. Jour du joueur.

ЗАИГРЫШ (заигрывания молодых)

 

Le deuxième jour de la semaine de fête, de jeunes hommes et femmes ont décidé d’échanger des messages d’amour, de se draguer, de flirter, de sortir de la montagne ou de jouer aux boules de neige, bien sûr, ensemble. Donc, même aujourd’hui, vous pouvez vous rencontrer et flirter ce mardi, et des couples forts et bien établis peuvent se retrouver dans le parc. C’était le jour du match, de sorte que plus tard, sur la colline rouge, vous pourriez avoir un mariage.

h

Mercredi 6 mars. Journée gourmande. 

ЛАКОМКА (у тещи на блинах)

 

Il est de coutume de régaler les parents avec des blinis. Belle-mère particulièrement éprouvée – devrait certainement être traitée comme une belle-fille. Les visites traditionnelles “chez la belle-mère pour les “blinis” sont pertinentes à notre époque.

h

Jeudi 7 mars. Journée des combats. 

РАЗГУЛ (широкий четверг)

 

À partir de ce jour, de grandes célébrations ont commencé: sauter par dessus des feux de joie, des promenades en traîneau, des combats de luttes et d’autres divertissements et compétitions folkloriques.

h

Vendredi 8 mars. Soirée Toschiny.

ТЕЩИНЫ ВЕЧОРКИ

 

  Ce jour là, c’était le gendre qui demandait à la belle-mère de lui rendre visite. Les parents de sa femme devaient régaler des meilleurs plats pour montrer son importance.

h

Samedi 9 marsRassemblements Zolovkine.

ЗОЛОВКИНЫ ПОСИДЕЛКИ

 

Ce jour-là, les jeunes fiancées et épouses, invitent la belle-sœur et d’autres membres de la famille de son mari. Bien sûr, tout occupées à faire des blinis et à les manger.

h

Dimanche 10 mars. Dimanche du Pardon.

ПРОВОДЫ (сожжение Масленицы — ритуал проводов зимы)

 

C’est le dernier jour de la semaine des blinis. Dimanche, l’effigie de paille de Maslenitsa a été brûlée solennellement et les cendres ont été dispersées dans les champs. Dans de nombreux endroits, ils ont installé une grande roue sur un poteau, symbole du soleil, et l’ont brûlée. Le dimanche s’appelle Pardon, et la tradition consiste à demander pardon à des proches pour des fautes occasionnelles est toujours vivante. Selon l’ancienne coutume, ce jour est aussi un jour de commémoration: il était de coutume d’apporter et de laisser des blinis au cimetière. Dans de nombreuses régions, les restes de nourriture sont brûlés et les gens vont au bain thermal, ce qui correspond aux rites de purification (eau et feu). On n’a dit au revoir à l’hiver que le dernier jour de mardi gras. Dans chaque maison, une riche table était dressée, au centre de laquelle se trouve une grande assiette avec des blinis.

d

Toile Maslenitsa de L. Solomatkine 1878.

Malheureusement de nombreuses traditions de Maslenitsa en 2019 ont disparu ou sont devenues symboliques. Cependant, rien n’empêche cette semaine, en particulier le week-end, d’inviter parents et amis à vous rendre visite ou à vous de rendre visite.

RECETTE de Grand MÈRE pour faire des BLINIS

Lait – 600 ml, Œufs – 4, Farine – 500gr, Levure de boulanger ou à défaut sèche – 30gr, Sucre – 100gr, Une pincée de sel. Huile végétale – 1 cuillère à soupe.

1. Dans un grand récipient : mettez la farine, le sel, la levure, les jaunes d’œufs et verser le lait tiède, mélangez. Mettez la pâte dans une pièce chaude pendant une heure recouvert d’un linge, afin qu’elle monte.
2. Dans le mélange, ajoutez le sucre, de l’huile végétale, les blancs d’œufs battus en neige. Battez le mélange.
3. Laissez reposer 1/2 h. Cuire les crêpes dans une poêle graissée.

Servir avec un filet de beurre fondue, de la crème fraîche (smetana), mettre dessus du hareng, ou du saumon, ou des anchois ou du caviar. Accompagner de Vodka bien glacé.

BON APPÉTIT.

h

* La date change en fonction de la Fête de Pâques, différante avec les 
occidentaux en raison des calendrier:
julien pour les orientaux et grégorien pour les catholiques et les 
protestants,calendrier établi 15 octobre 1582.
Cette année la Pâques orientale est le 28 avril et la Pâques occidentale 
le 21 avril.

Projection du film:

” ALBATROS où les Russes Blancs à Paris “

en présence du réalisateur Alexandre Moix

présenté par Vladimir Fédérovski

Récital franco-russe de Xénia Devi

Jeudi 28 février 2019 à 14h30

CUM, Nice

 

d

Dans la nuit du 8 février 1920, à Yalta, au sud de la Russie, un groupe de cinéastes russes embarque clandestinement sur un cargo. Ce sont des Russes blancs, des intellectuels, qui fuient la terreur bolchevique… « Il faut savoir que cette année-là, deux millions de personnes ont préféré quitter leur pays, dont 500.000 sont arrivées en France. Parmi elles, Ivan Mosjoukine, un acteur de cinéma aussi connu que Gabin et Depardieu à leur époque, s’enfuit avec sa troupe de chef opérateurs, décorateurs, producteurs… », souligne Alexandre Moix. Une fois à Paris, la firme Pathé leur concède un local à Montreuil (Seine Saint-Denis), à l’est de Paris. « Et là, ils vont faire ce qu’ils savent le mieux : du cinéma. En quatre ans, ils créent le studio Albatros et signent les films français les plus connus du moment, dont Le Brasier ardent(1923), film qui va même donner à Jean Renoir l’envie de faire du cinéma ! »

 

Le réalisateur et journaliste orléanais Alexandre Moix a été « happé par une histoire humaine incroyable ».

« Aujourd’hui, nombre des descendants de ces Russes blancs sont des célébrités du cinéma français : Robert Hossein, Mylène Demongeot, Jacques Tati, Marina Vlady, Pierre Tchernia mais aussi Michel Polnareff, Serge Gainsbourg… et Macha Méril, la voix off de mon film ! »

h

Présentation avec Vladimir Féderovski, écrivain et ancien diplomate russe d’origine ukrainienne, et aujourd’hui français, né le 27 avril 1950 à Moscou.

h

Récital franco-russe à 16h30

avec la chanteuse Xénia Devi

Xénia Devi viendra spécialement de Russie pour chanter en français et en russe, des chansons et quelques unes avec de poèmes de sa plume. Elle est née en 1981 à Kharkoff, d’une famille de militaire. Très jeune elle aimait la littérature et la musique grâce à sa grand mère professeur de français et d’allemand. Xénia reçu la médaille d’or, elle se produit régulièrement sur les scènes russes et pour le première fois en France.

h

Le Centre Universitaire Méditeranéen a été créé en 1933 (son premier administrateur fut Paul Valéry), le CUM fut jusqu’en 1965 un espace intellectuel et culturel. Il servit ensuite à l’installation de la nouvelle Université niçoise avant de redevenir, aujourd’hui, un centre d’échanges et d’expression.

Un joli palais, blanc et rouge, sur la Promenade des Anglais. Au seuil, deux palmiers. A droite, le souvenir du pin de Marie Bashkirtseff, qui projetait une ombre légère sur la vaste fenêtre du bureau-bibliothèque de Paul Valéry. A l’intérieur, un bijou digne de l’écrin : le fini du dallage et des parquets répond à l’art des boiseries, un secrétariat moderne, une salle des actes, avec des glaces, des dorures et de l’ocre pompéien, faite pour accueillir l’élite des intellectuels. Enfin, un amphithéâtre considéré comme le plus beau de France.

d

CUM Centre Universitaire Méditerranéen

65 promenade des Anglais,  06000 Nice

Renseignements et inscriptions obligatoires

Maison des Seniors Félix-Faure:  04 89 04 65 03

 

 

Ilya Rashkovskiy, pianiste

 

Samedi  23  février  2019  à  20h 30

 

Salle Cortot, Paris

 

Programme:

Jean-Sébastien Bach: Ouverture française.

César Franck: Prélude, Chorale et fugue en Si bémol

Robert Schumann: Sonate N° 1 en Fa dièse mineur.

Ilya Rashkovskiy né à Irkoutsk le 17 novembre 1984, commence le piano à l’âge de 6 ans, à 7 ans il se met à composer. Il donne son premier concert avec l’Irkousk Chamber Orchestra en 1992. De 1993 à 2000, il étudie au Conservatoire d’État de Novossibirsk avec Mary Lebenzon. De 2000 à 2009, il étudie à la Musikhochschule de Hanovre avec Vladimir Krainev et à l’École Normale Supérieure Alfred Cortot à Paris avec Marian Rybicki. Passionné par la direction d’orchestre et la composition, il suit aussi les enseignements de Dominique Rouits et de Michel Merlet.

Lauréat de nombreux concours internationaux : le Concours de Piano Hamamatsu ( Premier prix et Prix du Public, Japon, 2012), le Concours Citta di Pinerolo (Italie, 2012), le Concours International Jaen (Espagne, 2005), et le Concours international de Hong Kong (2005). Le Concours Long – J. Thibaud à Paris (2ème Prix), le Concours Reine Elisabeth à Bruxelles (4ème prix) et Artur Rubinstein Piano Masters à Tel Aviv (3ème prix).

Ilya s’est produit dans des salles de concert prestigieuses à travers le monde: le Théâtre du Châtelet, la Salle Playel, la Philharmonie de Cologne, la Philharmonie d’Essen, le Royal Concertgebouw d’Amsterdam, le Grand Hall du Conservatoire de Moscou, le Suntory Hall en Tokyo. Il a été invité à se produire au Festival Joy of Music à Hong Kong, au Festival International de Piano à La Roque d’Anthéron et au Festival International Chopin à Duszniki-Zdroj (Pologne).

Il est soliste avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre Gulbenkian, l’Orchestre National de Belgique, l’Orchestre Symphonique de Maastricht, l’Orchestre Symphonique National Tchèque, l’Orchestre National de Roumanie, l’Orchestre Symphonique de Tokyo, le New Japan Symphony Orchestra, l’Orchestre Académique National de la Fédération de Russie, l’Orchestre Philharmonique National d’Ukraine et l’Orchestre Symphonique de Montevideo parmi tant d’autres.

En 2016, il donne plusieurs concerts en Russie, notamment avec l’Orchestre du Théâtre Mariinsky à Saint-Pétersbourg. Il participe au concert de gala organisé en hommage à Sergueï Prokofiev à la salle de concert Tchaïkovski de la Société philharmonique d’État de Moscou.

En avril 2018, il a joué au Verdi Hall de Milan ainsi qu’à la Salle Gaveau à Paris. En septembre 2018, Ilya est invité au Japon pour une série de concerts. Il jouera le 2ème concerto de Rachmaninov avec le Tokyo Metropolitan Symphony Orchestra.

Ilya Rashkovskiy grand amateur de musique de chambre, il partage les scènes avec des violonistes prestigieux tels que Ji-Yoon Park, Valeriy Sokolov et Andrej Bielow. Il collabore également avec des chanteurs: Brigitte Balleys et Orianne Moretti.

Il est activement engagé dans la promotion des jeunes talents et a donné des Master Class à plusieurs reprises à Hong Kong, en Nouvelle-Zélande et en France. Il a été  membre du jury au Concours International de Piano Animato pour les trois dernières éditions à Paris.

g d g

Son dernier CD avec les œuvres de compositeurs russes (Moussorgski, Rachmaninov et Tchaïkovski) est paru en octobre 2016 (La Musica, France). En 2015, il enregistre l’intégrale des sonates pour piano de A. Scriabin en commémoration du centenaire de la mort des compositeurs (NAR, Japon). Il a enregistré les Seasons et Sonata en ut mineur de Tchaïkovski (Naxos Label – 2008), Fantasies de Mozart, Chopin, Liszt et Scriabin (Alpha Omega Music Hong Kong – 2009), ainsi que les Études complètes de Chopin en 2013 (Victor Japon).

b s b

Salle Cortot

Hôtel particulier construit en 1881 par l’architecte Léopold Cochet pour la famille Rozard. Depuis 1924, l’édifice accueille l’Ecole normale de musique de Paris Alfred-Cortot, la salle de concerts (dite salle Cortot) occupe l’emplacement des écuries et remises de l’hôtel.La salle Cortot a été réalisée par Auguste et Gustave Perret après la salle Pleyel [1924-1927] due à Jean-Marcel Aubertin.
Le problème principal à résoudre était l’acoustique. Auguste Perret  avait dit :
“Je vous ferai une salle qui sonnera comme un violon”.
Il a dit vrai. Mais il se trouve – ce qui dépasse nos espérances-que ce violon est un Stradivarius.
Celle de la salle Pleyel avait été étudiée par le physicien Gustave Lyon. Il avait donné à la couverture une forme ovoïde pour empêcher la production d’échos et assurer une meilleure propagation des sons. Pour amortir les vibrations et atténuer les échos, Gustave Lyon avait disposé un molleton de coton sur les murs du fond. La salle Pleyel était considérée comme la référence en acoustique. C’est pourquoi Auguste Pleyel a conçu la salle Cortot en opposition aux principes mis en œuvre dans cette salle.


La surface disponible était petite: 9 x 29 mètres.
L’originalité de la salle va être de placer l’orchestre au milieu du grand côté. La faible distance entre orchestre et auditeurs va limiter le phénomène d’écho.
Pour atténuer les effets des vibrations acoustiques, Auguste Perret a choisi de revêtir le béton de feuilles de contreplaqués en bois d’okoumé de 4 mm d’épaisseur percées d’ouïes, distantes de 3 cm des parois. Ce revêtement permet de créer des chambres de résonance qui emprisonnent les vibrations.

Avec plus de 160 concerts chaque année, c’est un lieu unique en son genre, tant pour la musique que l’on y produit que l’ensemble architectural qu’elle constitue. Depuis 1987, la salle Cortot est classée Monument Historique.

Salle Cortot
78 rue Cardinet, 75017 Paris

Métro : ligne 3, station Malesherbes | ligne 2, station Monceau
Bus : lignes 31, 94
Voiture : parking Villiers, 14 avenue de Villiers

Réservation: http://www.lesamisdemarielaure.org

www.billereduc.com
Tarifs: 30€, 20€, étudiants 10€

Sortie de l’ouvrage

Histoire  des  armées  Blanches “

(1917 – 1922)

par Vitaly Joumenko

Éditions Ymca-Press

Ouvrage bilingue, français et russe,  illustrations et textes sur 752 page.  Sous la direction d’Andreï  Korliakov auteur de la maquette, numérisation et restauration des photos et des textes.


Diffusion  officielle  janvier 2019.

Commande possible actuellement en direct pour Noël.

Il y a 16 exemplaires avec la couverture française et 4-avec le russe.
 En deux langues (Français et russe).

Frais postaux:  France-16 euro-4 kg.,  Europe 32 euro, États-Unis et Russie-56 euros.
 
Peut être acheté directement:  Auprès d’ André Korliakov: Tél: ‭06 10 39 04 35‬
 
 



Tournée en France du Cirque National de Russie

“L’ÎLE des RÊVES”

 

Aimez-vous lire? Rêver?

La qualité du spectacle est à l’image de sa directrice artistique, Darya Kostyuk, également maître de cirque et membre de l’académie de l’art du théâtre de Russie.

Darya Kostyuk

Darya KOSTYUK issue d’une grande famille du cirque, elle a commencé son activité en 1997 comme ‘djiguitovka” (cavaliere djiguitik), puis comme dresseuse de singes au grand Cirque de Moscou. En 2009 elle est diplomée d’étude Academique de l’art de Théâtre de Russie. Darya a de nombre prix professionnels:
2000 – Lauréat du prix National “CIRQUE”
2000- Prix d’Argent du Festival international en Italie
2001 – Prix du Festival International de Cirque “PREMIER RAMPE” a Monte-Carlo (Monaco)
2004 – Prix de Bronze au III-ieme Festival-Concours de Cirque de Russie
2009 – Laureat du Prix d’Etat de Russie
2013 – Prix d’OR du YI Festival International de Cirque a IjevskAuréolée de nombreux prix de festivals internationaux réputés (festival international de Cirque de Monte Carlo, des Pays Bas, Italie…), elle a créé 20 spectacles différents dont “L’île des rêves”, le dernier en date.

La découverte de “L’île des rêves”, un livre antique déniché au fond d’une bibliothèque, propulse au cœur d’un tourbillon de fantaisie et d’émotions aux quatre coins du monde. Ouvrons vite sa première page et plongeons dans un océan de fantaisies et d’émotions!

Comme par enchantement, chaque étape de ce voyage fabuleux inspire un numéro magique. Sur scène, plus de trente artistes virtuoses — gymnastes, clowns, jongleurs, acrobates, illusionnistes (il y a même des chiens savants…) sont résolus à surprendre et faire rêver.

Vous visiterez  Venise,  un carnaval du Brésil, les fresques d’Egypte, vous vous promènerez sur Montmartre et deviendrez les témoins de l’aurore boréale…

Les transformations, les illusions et intrigues, le vol sur ballon, la  grâce et la virtuosité des gymnastes, le charme de la beauté mystique!

 

Vendredi 08/12/2017 à 20h30 — Centre Culturel Guy Gambu,27950 St-Marcel,Réservation  02.32.64.34.64

Samedi 09/12/2017 à 20h — LES ARENES, Parc Lavoisier, rue Michel Chasles, 59494 Petit Fôret, Réservation: 03 27 32 47 91

Dimanche 10/12/2017 à 16h, ESPACE DE FORGES – 76440 Forges les Eaux, Réservation: 02 32 89 80 80

Jeudi 14/12/2017 à 20h30  — VENDESPACE, 85555 Mouilleron le Captif, Réservations 02 47 31 15 33
Samedi 16/12/2017à 15h30 — ZENITH D’ORLEANS, 45000 Orléans,Réservation: 02 47 31 15 33

Dimanche 17/12/2017 à 15h30 — L’ACCLAMEUR, 79000 Niort, Réservation 02 47 31 15 33

 

Tarifs: de 16 à 48€ en fonctions des villes et de la catégorie des places.

 

 

 

LE CHŒUR RUSSE DE PARIS ZNAMENIE :


Ensemble formé depuis 2009, sous la direction d’Ekaterina Anapolskaya.
Le répertoire de l’ensemble est constitué de plus de soixante pièces de musique liturgique russe bien souvent écrites par les plus illustres compositeurs russes (Tchaïkovski, Rachmaninoff, Balakirev, Tchesnokov, Gretchaninoff, …) mais aussi de musique profane : chœurs d’opéra, musique de chambre, chants populaires.
Le choeur se produit régulièrement en concert (le plus souvent à Paris) dans le cadre de manifestations consacrées à la musique liturgique orthodoxe russe : concerts de Noel et de Pâques, célébration des 150 ans de la cathédrale orthodoxe russe de Paris, heures musicales de Saint-Roch… .
De plus, la présence en son sein de nombreux solistes permet à l’ensemble d’assurer l’interprétation d’extraits d’opéra. C’est ainsi que l’ensemble a pu proposer récemment des soirée-concerts plus spécifiquement consacrées à l’ exécution de larges extraits (chœurs et ensembles) de certaines œuvres phares du répertoire : Rigoletto et la Traviatta de Verdi, Eugène Onéguine et La Dame de Piques de Tchaïkovski, Prince Igor de Borodine, Roussalka de Dargomijski.

Ensemble Slava

L’ensemble Slava est composé d’une quinzaine d’artistes qui s’attachent à travailler et à faire connaître le répertoire sacré orthodoxe à la croisée des sources orientales et des influences occidentales. Dirigé par Marina Pervychine-Poulet
Cet ensemble est unique en France : c’est le seul choeur de musique liturgique orthodoxe russe composé uniquement de voix féminines. Il donne régulièrement des concerts en France.

Chorale russe de Paris Izbor

Créée en 2010, la chorale russe IZBOR (ИЗБОР) réunit des choristes amateurs russophiles. Direction Olga Rusakova chef de chœur. Elle a étudié la conduite de chœur au conservatoire d’Almaty et de Novossibirsk. Elle a enseigné à Krasnoyarsk où elle a dirigé plusieurs chorales dont le chœur de l’église russe orthodoxe et a fondé le chœur des enfants et de la jeunesse. Elle enseigne et dirige plusieurs chorales dont le chœur d’enfants de l’église des trois saints docteurs à Paris.

Chœur Viesna de Brest

Créé en 2012 et dirigé pendant 2 ans par Zariéma Evloeva à Brest, le Chœur Viesna est aujourd’hui passé sous la prestigieuse baguette de Nodar Tchnba. Après 5 ans d’existence et près de 48 choristes, quelques russes, russophones et une majorité de français, tous passionnés de musique russe et amoureux de la dusha « l’âme slave », le Choeur Viesna compte déjà plusieurs concerts à son actif dont certains dans des lieux prestigieux (Soirée à l’Amirauté, Fête de la musique au Centre d’Art Contemporain Passerelle à Brest, Rencontres musicales de Trévarn, concert russe au Château de Kergroardez, concert à l’église de l’abbaye historique de Daoulas...).

Temple protestant Passy-Annonciation

19, rue Cortemberg

75016  Paris

Métro: Rue de la Pompe

Tarif: 10€

Réservation: 06 50 81 40 52

 

Le livre a été publié le  à Moscou par les éditions Pomorié, tiré à 1 000 exemplaires. L’essentiel du texte a été écrit en 1902 quand Florensky étudiait les mathématiques à l’université de Moscou. À l’occasion du 600e anniversaire de la mort de Dante le 14 septembre 1921, Florensky ajouta un dernier chapitre qui déplut fortement à la censure laquelle bloqua l’impression du livre. Le livre sera finalement imprimé après une lettre du  de Florensky au département politique.

La maison Pomorié disparaîtra avec la fin de la Nouvelle politique économique. Une réimpression en russe du livre par cette maison d’édition est prévue en 2016.

La couverture est une gravure sur bois réalisée par Vladimir Andréévitch Favorsky .

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Pavel Aleksandrovich Florensky  9 (21) Janvier 1882 à Yevlakh dans la province d’Elizavetpol (aujourd’hui Azerbaïdjian), en Russie. Il est décédé le 8 décembre 1937. Prêtre orthodoxe, thélogien, scientifique, poête.

 

En 1899 il est diplômé du 2e Tiflis Gymnasium et il entre au département de physique et de mathématique de l’Université impériale de Moscou. À l’université, il fait la connaissance d’Andréï Bely, et à travers lui avec Bryusov, Balmont, Zinaïda Gippius, il écrit dans les revues la “Route nouvelle et “Libra” . Durant ses années d’étudiant il a été fasciné par les enseignements de Vladimir Soloviov (poète mystique) et par l’Archimandrite Serapion (Maschkine). À la fin de l’université, avec la bénédiction de Mgr Antoine (Florensov), il entre à l’Académie théologique de Moscou. Où il écrit « pilier et fondement de la vérité » , qu’il a terminé à la fin de sa formation théologique en 1908 pour lequel il reçu le prix Makarii. Il est ordonné prêtre en 1911 et de 1912 à 1921, il a servi dans l’église du Refuge des Soeurs de la Miséricorde de la Croix-Rouge à Serguiev Possad, après sa fermeture il est  nommé rédacteur en chef du journal universitaire “Tribune Théologique” .

 

Le père Florensky était profondément intéressé par l’affaire Beilis – l’accusation falsifiée d’un Juif dans le meurtre rituel d’un garçon chrétien. Il a publié des articles anonymes, étant convaincu de la vérité de l’accusation et de la réalité de l’utilisation par les juifs du sang des bébés chrétiens. Les opinions de Florensky ont évolué de l’anti-judaïsme chrétien à l’antisémitismeracial. Selon lui, «même une goutte insignifiante de sang juif» suffit à provoquer des traits corporels et spirituels «typiquement juifs» dans l’ensemble des générations suivantes.

Le père Paul Florensky se promenant avec Serge Boulgakov. Huile de Mikhaïl Nesterov 1917.

Les événements de la Révolution perçoivent comme une apocalypse  vivante et, dans ce sens, la bienvenue métaphysiquement, mais philosophiquement et politiquement de plus en plus inclinée vers le monarchisme théocratique. Plus proche de Vassily Rozanov  qui est devenu son confesseur, exigeant la renonciation à toutes les œuvres hérétiques. Il essaie de convaincre les autorités que la laure de la Trinité St Serge  est la plus grande valeur spirituelle et ne peut pas être conservée comme un musée mort et doit être réhabilitée. Florensky reçoit des dénonciations, dans lesquelles il est accusé de créer un cercle monarchique.De 1916 à 1925, P. A. Florensky a écrit un certain nombre d’ouvrages religieux et philosophiques, dont “Essais sur la philosophie du culte” ( 1918 ), “L’iconostase”(1922), travaillant sur les souvenirs. Parallèlement à cela, il retourne à des études en physique et en mathématiques, travaillant également dans le domaine de l’ingénierie et des sciences des matériaux. Puis en 1921  il travaille au Commissariat des industries lourdes (Glavenergo NKTP) prenant part à l’électrification, en 1924 il fait des communiqués publiés une monographie sur les isolateurs.

Photo tirée du dossier d’enquête de P.A. Florensky

Il est arrété le 26 février 1933 suivie d’une arrestation et 5 mois plus tard il est condamné à 10 ans d’emprisonnement. Exilé dans le camp de Sibérie orientale sur la ligne Baïkal-Amour, arrivé le 1er décembre 1933, il a été affecté à travailler dans le département de recherche de l’administration Bamlag. En prison, le père Florensky a écrit l’ouvrage “La structure d’Etat proposée dans le futur”.

Camp d’internement de Solovetski, redevenu monastère.

Le 17 août 1934 il est placé à l’isolement du camp et le 1er septembre 1934 il est envoyé par convoi spécial au camp d’internement de Solovetski. dés le 15 novembre, il commence à travailler à l’ usine d’iode du camp , où il s’occupe de l’extraction de l’iode et de l’ Agar-Agar, autre substance extraite des algues, il en fera des plats en gelée, des enduits pour imperméabiliser les bottes, des colles, il donnera des cours sur la technologie des algues et le calcul vectoriel, etc…. Il fait breveté plus de dix découvertes scientifiques. Le 25 nov 1937 il a été condamné par le tribunal de la troïka du NKVD, à la peine capitale et est abattu. Il est réhabilité le 5 mai 1958 (verdict de 1933) et le 5 mars 1959 (d’après le verdict de 1937).

En 1982, se tient la première conférence scientifique sur le père Florensky est faite à la Laure de la Trinité-Saint Serge, dans les locaux de l’Académie de Théologie, pour le centenaire de sa naissance. En janvier 1988, la première conférence internationale a eu lieu en Italie, à Bergame à l’initiative du Pr. Nina Kautschischwili. Chaque année des nouveaux textes de lui sont publiés à l’initiative de ses petits-fils entourés d’un groupe de spécialistes.

 

Les Éditeurs Réunis

11 rue de la Montagne Sainte Geneviève 75005,   Paris
(Métro : Maubert-Mutualité).

Courrieled.reunis(at)wanadoo.fr

Tél: 01 43 54 74 46

Concert unique

Vendredi 24 novembre 2017 de 20h00 à 23h00

Veronika Bulycheva – chant, guitare, acompagnée d’Aleksandre Berlin – violon

La Place Rouge KB (carré rouge) Bar, restaurant franco-russe

Kremlin-Bicêtre, Val de Marne.

Concert exclusif en l’honneur de l’anniversaire de Veronika Bulycheva. Qui est-elle?

Elle fête son demi-centenaire au bar-resto culturel “La Place Rouge” au Kremlin Bicêtre (94), est-ce un hasard?
Cette année est aussi le centenaire de la Révolution russe, elle a eu son berceau à la Commune de Paris, aussi le hasard?

Avec Aleksandre Berlin au violon, sa voix, sa guitare et garmochka (accordéon russe), ils sont déjà quatre.

« Veronica Bulycheva – femme russe, une fille française d’un village lointain Oudmourtie, une femme vivant à Paris, chanteur, auteur-compositeur … Veronica Bulycheva – “homme du monde” (selon sa propre définition), qui a vécu plusieurs vies . Qu’est-ce qui nous donne la force de la suivre?
La musique, qui est la seule chose constante dans sa vie.
Musique de Veronica, qui a absorbé différentes vies, villes, gens, langues …

C’est la musique de la vie et de l’amour qui va du cœur au cœur à travers l’espace et les frontières .

www.veronikabulycheva.com
https://www.facebook.com/pg/LAPLACEROUGE.KB

 

La Place Rouge KB (carré rouge)
Bar, restaurant franco-russe
53 avenue de Fontainebleau
94270-Kremlin Bicêtre
Info: 01 46 72 74 27
Métro: Le Kremlin-Bicêtre, ligne 7

L’entrée est gratuite, le paiement gratuit au chapeau, consommation obligatoire

Ne manquez pas les concerts annuels organisés par Datcha Kalina et la Kibitka
clôturant la 13 e Saison russe en pays d’Aix.

Samedi 25 novembre à 19h


Salle Duby, Eguilles 

TCHAYOK
Musique russe et tzigane 

Né d’une passion pour la musique russe & tzigane, Tchayok fait ses débuts en 2012 dans les Alpes. Le trio est composé de Vladimir et Romain GOURKO, deux frères d’origine russe et de Florian VELLA. Tous guitaristes et chanteurs, ils jouent aussi de la balalaïka (prima et contrebasse). Leur premier album “Zavarka”, sort en 2014.

S’inspirant de cette musique traditionnelle et de leur multiples influences (jazz, swing, musique sud-américaine), ils ravivent le style avec des compositions et des arrangements originaux où la musique écrite côtoie la spontanéité de l’improvisation.

Les rythmes tziganes endiablés ou les romances déchirantes sont interprétés avec poésie, nuances, virtuosité et magnifiés par la puissance de trois voix harmonisé.

Après plusieurs années entre tournées et voyages, le répertoire s’étoffe et évolue grâce à d’intenses rencontres avec des musiciens de renom (Marcel Ramba, Tcha Limberger, Pierre Blanchard, Nicolas Hauzer…). Le trio se produit à plusieurs reprises à l’étranger notamment en Belgique, Allemagne, Roumanie et Turquie.

Ils collaborent régulièrement avec d’autres artistes (J.C Gairard, J.B Frugier, Gaspard Panfiloff, Pascal de Loutchek).

Ces nombreuses aventures et leur sensibilité commune font de Tchayok un trio au son et au caractère singulier.


Vladimir Gourko – chant guitare
Jean Baptiste Frugier –  violon
​Romain Gourko – chant guitare balalaïka
Florian Vella​ – contrebasse

 

Participation aux frais: 14€
Adhérents Datcha Kalina et Kibitka: 13€

 

Le site: Tchayok

 

Tournée en décembre du goupe: 1er décembre, Karkadé, Grenoble 
2 décembre, Cabaret Pop, Gap 
3 décembre, Embrun
≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Samedi 16 décembre à 19h

La Datcha, Eguilles

 Récital de piano Aliya Sabirova


“Chopin et Schumann – Deux génies de l’époque romantique” 

 

Aliya Sabirova lauréate de concours nationaux et  internationaux.

Née  à Moscou en 1989, elle suit des cours de musique et de piano dès l’âge de 5 ans. Dès son plus jeune âge elle est lauréate de concours nationaux et internationaux.

Elle a étudié à l’Univertsité d’Etat de musique Schnittke et obtenu son diplôme de pianiste (classe de Mozdikov A.V.) Aliya a donné de nombreux concerts et  participé à plusieurs festivals et concours. Actuellement, en plus des concerts elle est aussi professeur de musique à Moscou.

Aliya  a déjà fait le plaisir et l’honneur de se produire à la Datcha à Eguilles.

Lors d’un concert du Salon Russe , elle accompagnait les sopranos Nataliya Brazhkhina et Vera Sankovskaya et avait interprété avec brio une œuvre de Rachmaninov, en octobre 2015 le Salon russe de la Datcha Kalina a accueilli la concertiste Aliya Sabirova  qui interprétait avec brio les œuvres de Chopin, Scriabine, Debussy et Rachmaninov. En octobre 2016, Aliya a fait un concert en solo avec le Récital de piano  au Conservatoire Daruis Milhaud à Aix-en-Provence. En mars 2017, Alyia Sabirova a interprété avec brio des œuvres de Debussy, Scriabine, Vladimir Ryabov et pour clôturer le tout elle a offert le fameux Moment Musical Op. 16 No. 4 de Sergueï Rachmaninov lors du concert “Œuvres choisies  ” avec Ekaterina Mamysheva.

Renseignements et réservations :
04 42 92 68 78 / 06 20 97 35 68

contact@datcha-kalina.com
www.datcha-kalina.com

 

20éme RENDEZ-VOUS de l’HISTOIRE

à Blois

Mercredi 4 au 8 octobre 2017

Salon du livre, Café Littéraire, Les Rendez-vous de l’histoire

Conférences avec Philippe Videlier et Nicolas Werth

” De la Révolution Russe aux Goulags”

Dimanche 8 octobre à 11h 15 – 12h 15

Les rendez-vous de l’histoire pour les 20 ans du festival. EURÊKA Inventer – découvrir – innover
Philippe Videlier se penche, en 14 nouvelles, sur la Russie soviétique et nous propose un « roman d’histoire ». Nicolas Werth, quant à lui, croise les témoignages et la littérature des camps avec les archives produites par la bureaucratie du Goulag. À l’occasion du 100ème anniversaire des révolutions de 1917, écrivain et historiens reviennent sur ces événements, sur le régime et le système qu’ils ont produits.
Intervenants le dimanche 8 octobre : Philippe Videlier, (historien et écrivain) et Nicolas Werth (Professeur, IHTP, Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre)
Modérateur : Philippe Bertrand, journaliste à France Inter
Salon du livre, Café Littéraire, Les Rendez-vous de l’histoire,
4 ter rue Robert Houdin , 41000 Blois

3ème Salon du Livre russe

du vendredi 6 octobre au dimanche 8 octobre 2017

Centre Spirituel et Culturel orthodoxe Russe de Paris

 

Que reste-t-il de la Révolution de 1917 ?
Un siècle plus loin, que reste-il d’un événement qui a façonné l’histoire du vingtième
siècle, se propageant par vague dans l’ensemble des pays du monde.
À l’heure d’une mondialisation qui semble avoir balayé toute idée révolutionnaire, la
question mérite un large débat transdisciplinaire qui interrogera des historiens, des
philosophes, des économistes, des auteurs et des journalistes, russophones et
francophones, proposant une lecture du présent sous le prisme d’un passé qui
pourrait remonter à la surface compte tenu des disparités de richesse croissantes dans
le monde d’aujourd’hui. Et si l’histoire recommençait ?

A cette occasion concert exceptionnel

samedi 7 octobre à 20h

dans l’auditorium du centre.

Totalement apolitique, le salon Russkaya Literatura a l’ambition de fortifier ce
dialogue littéraire si riche que la Russie entretient avec la France depuis trois siècles et
de présenter la vie littéraire russe d’aujourd’hui en réunissant dans un même lieu des
auteurs, des éditeurs des deux pays, des libraires, spécialistes et des traducteurs.
Le Comité littéraire franco-russe qui est à l’initiative de cet évènement n’a cessé
depuis sa création en 2007 de créer des liens et des passerelles entre nos deux littératures. Il est à l’origine de nombreuses manifestations et rencontres entre
écrivains, tant en France qu’en Russie.

Des tables rondes, présentations de livres, conférences et signature seront
organisées à cette occasion. Des expositions, des lectures poétiques, des concerts et des projections
viendront renforcer cette offre culturelle.

LISTE DES AUTEURS invités

PROGRAMME

Vendredi 6 octobre 2017

AUDITORIUM

18h : “Histoire secrète de la Révolution russe” : 100 documents d’archives inédits présentés par Victor Loupan, auteur du livre „Histoire secrète de la Révolution russe“. Секретная история Русской революции : сто документов из неизданных архивов в представлении Виктора Лупана, специалиста по русской истории, автора одноименной книги.  

19h : Inauguration du salon en présence du ministre de la communication de la Fédération de Russie, Monsieur Mikhail Seslavinsky et de de S.E. ambassadeur de la Fédération de Russie en France, Alexandre Orlov.

Церемония открытия Салона в присутствии Михаила Сеславинского, руководителя Федерального Агенства РФ по печати и массовым коммуникациям и Александра Орлова, посла Российской Федерации во Франции.

 

ESPACE LIVRE

18h : Lyane Guillaume présente son dernier ouvrage “Mille et un jour en Tartarie“,une évocation de l’Ouzbékistan à travers les femmes de ce pays. Лиан Гийом представит свою книгу “Тысяча и одна ночь Татарии”, открытие Узбекистана, через судьбы женщин этой страны.

SALLE DE CONFERENCE

15h :  Les contes utiles:  atelier présenté par Elena Zhurek, écrivain et psychologue. “Полезные сказки от Елены Журек”.  Ателье детского писателя,  психолога Елены Журек.

 

Samedi 7 octobre 2017

AUDITORIUM

12h:  Piotr Alechkovsky son livre « Forteresse » présente la situation actuelle de la restauration de patrimoine en Russie. Петр Алешковский представит свою книгу “Крепость” – рассказ о ситуации, сложившейся сегодня в России в реставрации памятников старины.

12h40:  “Voyager le coeur ouvert”. Varlamov nous parle de ses rencontres lors de ses voyages en Russie et à travers le monde, de ses voyages à travers l’histoire,  l’âme humaine et la mémoire.

“Путешествие с открытым сердцем” Алексей Варламов расскажет о своих встречах с интересными людьми в России и о том, как эти сюжеты отражаются в его книгах.

13h00: Agent litteraire, Irina Goriunova présentera les livres de Tatiana Bogatireva, Irina Vitkovskaya, Elena Gordina et Svetlana Vasilenko.  Литературный агент Ирина Горюнова представляет книги Татьяны Богатыревой, Светланы Василенко Ирины Витковской и Елены Гординой. 

 

14h: Art et Révolution : une expérience singulière,  avec la participation de Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur au Musée national d’art moderne / Centre Pompidou, d’Alain Gesgon qui présentera sa collection unique d’affiches anciennes (Ocna Rosta, Demi Moor, Viktor Deni ), Catherine Bertho, auteur du livre “Révolution, 100 ans d’octobre rouge”. Modérateurt Alin Siciliano

16h: La guerre civile russe (1917—1922) et les émigrés de la Révolution  avec  Alexandre Jevakoff, auteur du livre “La guerre civile russe (1917—1922)“ et Sophiе Hasquenoph, auteur de “Les français de Moscou face à la révolution russe“. “Гражданская война и эмиграция” при участии Александра Жевакофф, автора книги “Гражданская война в России (1917-1922) ” и Софи Аскеноф, автора книги “Французы в революцию в Москве”.

17h: Vladimir Rekchan: ses livres et ses chansons: dédicace à la Révolution russe. Концерт Владимира Рекшана: книги и песни, столетию русской революции посвящается.

18h: Les succès littéraires de l’année 2016—2017 en  Russie:   avec Piotr Alechkovski, Prix Booker Russe 2016, Valery Bochkov, Youlia Zaitseva, Victor Erofeiev, Ingvar Korotkov, Alexandre Melihov, Vladimir Rekchan, Alexei Varlamov.  Moderateur: Irina Goriunova.” Литература России в 2016-2017 гг. при участии Петра Алешковского – лауреата премии Русский букер 2016, Валерия Бочкова, Виктора Ерофеева, Юлии Зайцевой, Ингвара Короткова, Александра Мелихова, Владимира Рекшана, Алексея Варламова. Модератор: Ирина Горюнова.

20h: Concert de romances russe de “l’âge d’argent“. Youlia Bouslenko-soprano,  Yana Younker-piano, direction artistique-Elena Nesterova

SALLE DE CONFERENCE

11h : Comment la littérature pour les enfants est devenue une  affaire sérieuse avec Kira Sapgir, écrivain, poète et traductrice. “Как детская литература стала серьезным делом”. Встреча с Кирой Сапгир – поэтессой, писательницей, переводчиком.

11h45 : Irina Filippova présentera son livre « Les champignons pas comme les autres » avec leur démonstration. Ирина Филиппова представит свою книгу « Необычные грибы » с их демонстрацией.

12H30 Les contes utiles:  atelier présenté par Elena Zhurek, écrivain et psychologue. Ирина Филиппова представит свою книгу « Необычные грибы » с их демонстрацией.

12h50:  Lire ou ne pas lire avec Ludmila Sukhostavetz, auteur de livres pour enfants, poète.  “Читать или не читать”.  Встреча с Людмилой Сухоставец, поэтессой, детским писателем.

13h20: Irina Kudesova présentera son 4e roman “Kokliko, le journal intime de Lili, une histoire d’amour qui changera votre vie et fera rougir votre maman”. Présence spéciale de la dessinatrice qui a illustré le journal. Ирина Кудесова представит свой 4-й роман “Коклико. Дневник Лили” : история любви, которая изменит вашу жизнь и заставит краснеть вашу маму. С участием художницы, иллюстрировавшей дневник. Буктрейлер – на www.kokliko.ru

14h: Elena Minkina-Taitcher. L’histoire de la Russie du XXème siècle à travers une saga familiale. La vie, grâce à l’histoire et malgré elle. Елена Минкина-Тэтчер. «История России двадцатого века в семейной саге. Жизнь благодаря и вопреки”.

14h40: Lectures poétiques : Geneviève Dispot , Anna Nelidova, Elena Truuts, Svetlana Vasilenko. Поэтические чтения: Светлана Василенко, Женевьева Диспот, Анна Нелидова, Ольга Семенова, Елена Труутс. 

15h20: Dmitri Birman présentera son livre « Les gens étranges ». Дмитрий Бирман представит свою книгу “Странные люди”.

16h: Alexandre Melikhov. “Et ils ne recevront jamais leur dû”, histoire d’une famille juive qui reflète le destin de la Russie après 1917. Александр Мелихов. « И нет им воздаяния » – история еврейской семьи, в которой отражена судьба России, рожденной в 1917 г. 

16h30: Herman Sadoulaev.  Chevaliers et monstres face au “monde russe” : problèmes de la littérature russophone aux pays des frontières de la Russie. Герман Садулаев. Витязи и чудовища в пограничье “русского мира” : проблемы русскоязычной литературы национальных окраин России. 

 

17h15: Andrei Astvatsatourov présentera son livre “Les gens à nu” (ed. Macha Publishing). Андрей Астватцатуров представит свою книгу ” Люди в голом”.

 

18h: Emelian Markov. L’age de rubis dans les romans d’Emelian Markov (« Troisième pas »,

« Le masque »). Емельян Марков. Рубиновый век в романах Емельяна Маркова  (« Третий ход », « Маска »). 

 

17H00:

Concert de Vladimir Rekchan 

Dédicace à la Révolution russe.

18h00: Les succès littéraires de l’année 2016-2017 en  Russie: avec Piotr Alechkovski, Prix Booker Russe 2016, Valery Bochkov, Youlia Zaitseva, Victor Erofeiev, Ingvar Korotkov, Alexandre Melihov, Vladimir Rekchan, Alexei Varlamov.  Moderateur: Irina Goriunova.

20h00: Concert de romances russes sur les paroles des poètes de “l’âge d’argent”.

Youlia Bouslenko-soprano,  Yana Younker-piano, direction artistique-Elena Nesterova. 

 

Dimanche 8 octobre 2017

AUDITORIUM

13h : Rencontre avec l’écrivain Alexei Ivanov présenté par Alexei Varlamov. Histoire avec la géographie dans l’ oeuvre d’Alexey Ivanov.

14h : La Russie dans le monde littéraire français en 2016—2017: les livres des auteurs russes traduits en France et les livres des auteurs français inspirés par la Russie avec la participation de Andrei Astvatsatourov , Peutr Alechkovsky, Cedric Gras, Erik Orsenna, Olivier Rollin, Herman Sadoulaev. Modérateur: Hélène Mélat.

16h : “100 ans plus tard, un nouveau regard sur la révolution de 1917” avec Alexandre Jevakhoff.

18H: “Les femmes russes” avec la participation de Maureen Demidoff, auteur de «La Tête et le cou, Histoire de femmes russes».

SALLE DE CONFÉRENCE

12h :   “Lire ou ne pas lire” avec Ludmila Sukhostavetz, auteur de livres pour enfants.

12h40 : “Qui habite dans la forêt d’émeraude?”, atelier présenté par Elena Zhurek, écrivain et psychologue.

13h20 : ” Pourquoi la littérature jeunesse russe peut-elle être intéressante pour le public français?”  avec Piotr Vlassov, auteur de livres pour enfants.

14h : Jean-Louis Gouraud  présente son dernier livre «Petite géographie amoureuse du cheval».

14h45 : Youlia Zaitseva. «Dans les débris de la Sibérie» :présentation de l’essai d’Alexeï Ivanov et de Youlia Zaïtseva intitulé «Débris».

15h30 : Marina Jorgensen : « Bonheur comme moyen de voyage »

16h15 : Yves Gauthier  présente  “Souvenez-vous de Gelé“.

17h : Valery Botchkov: « Chronique de l’Apocalypse russe »

17h45 : Ingvar Korotkov présente son livre “L’enfant soviétique le plus heureux du monde : histoires d’enfance, photographies d’époque

19H:   Lessya Tyshkovskaffre ses chansons sur les paroles de B.Pasternak, M. Tsvetaeva, A. Akhmatova, J. Brodsky, V. Amoursky et L.Tyshkovska.

 

 ENTREE LIBRE

Un lieu prestigieux :
Le Centre spirituel et culturel orthodoxe de Paris, réalisé par le cabinet d’architecture Wilmotte, a été inauguré octobre 2016 est un témoignage des liens culturels et humains qui unissent nos deux pays. La mission du centre est de faire connaître à un large public la richesse culturelle et spirituelle de la Russie, de promouvoir l’apprentissage de la langue russe en France, tout en contribuant au développement des relations franco-russes. Le complexe de quatre bâtiments, installé sur l’ancien site parisien de Météo France, occupe désormais un terrain de plus de 4 000 m2. Il abrite notamment une librairie, une salle d’exposition ou encore une école bilingue franco-russe et la cathédrale orthodoxe de la Sainte- Trinité, surmontée de ses cinq bulbes dorés.

 

Centre Spirituel et Culturel russe à Paris

1 Quai Branly, 75007 Paris

RER: Alma Marceau

Métro: Alma Marceau

Horaires d’ouverture :

Vendredi 6 octobre: 15h-20h

Samedi 7 octobre: 10h30-20h

Dimanche 8 octobre: 10h30-20h

Plus d’informations sur : https://www.russkayaliteratura.fr/

 

« L’occupation Russe de 1816-1818 dans le Nord, les Ardennes et la

Thiérache »

La zone d’occupation Russe 1816-1818  

​ De Valenciennes aux Ardennes, la zone était occupée par 150 000 hommes de troupes. Au frais de la population. Ils étaient logés, nourris, éclairés – car les chandelles, coûtaient cher ! Bavay était la ville des adjudications, des affaires économiques pour les soldats. Maubeuge, c’était la capitale. Le tsar Alexandre Ier y venait de temps en temps. Le gouverneur Vorontsov (1782-1856) habitait sur la place Verte. Ce qu’on appelle les maisons du Chapitre (aujourd’hui le lycée Notre-Dame de Grâce), c’était son état-major. »

Mikhaïl Semionovitch Vorontsov ( Михаил Семёнович Воронцо)

Comme le disait Marcel Carnoy dans son étude sur l’occupation Russe en Thiérache :

« Chaque puissance reçut un secteur, le secteur Russe sous le commandement  du général Vorontzov, comprenait le département du Nord toute la partie se trouvant à l’est de l’Escaut (Mais Wellington en fit excepter Cambrai où il fixa son Grand Quartier Général) et dans le département des Ardennes les trois arrondissements de Rocroi, Rethel et Vouziers.

L’Aisne n’était donc pas initialement comprise dans la zone russe. Cette ligne militaire est bordée par une bande de territoire neutralisée où il ne doit y avoir ni troupes Alliées, ni troupes Françaises.

Pas de doute possible ; l’arrondissement de Vervins limitrophe du Nord et des Ardennes devait  donc être neutralisé.

Le comte Vorontzov  qui avait établi son QG à Maubeuge comprit vite que toutes les liaisons avec les Ardennes traverseraient forcément l’arrondissement de Vervins. Il était donc vital pour lui de l’occuper. Peu de vestiges de l’occupation subsistent, (près de Givet, Notre Dame de Walcourt et sa chapelle orthodoxe, des bornes 35-85 à l’usage des cosaques). Maubeuge, pendant cette période, est complètement russifiée. Cependant la population locale souffre. Les allocations attribuées aux propriétaires maubeugeois pour loger les officiers sont une faible compensation eu égard aux demandes importantes des troupes d’occupation en vivres, chevaux, voitures, corvées… Bientôt, la tendance sera de loger les Russes entre eux, à Thiant, Maing, Haspres, Givet, Château d’Hugemont….. Vorontsov tient ses troupes avec fermeté mais avec justice. Le supplice des baguettes (500 ou 1 000 coups de bâton) le supplice du knout, donnent à réfléchir à la troupe russe qui commet très peu d’exactions pendant cette période. Leurs officiers fréquentent les loges maçonniques de Valenciennes, Maubeuge et Avesnes, avant que la franc-maçonnerie ne soit interdite en Russie en 1821.

L’occupation Russe en Thiérache (1816-1818)

Borne 95 de la Cité de Fumay © Buno Ballery.

Un inventaire complet est en cours, réalisé par l’ A.S.P.H.N (Association de Sauvegarde du Patrimoine et de l’Histoire Napoléonienne) du sud de l’Aisne, de nombreuses Bornes restent à découvrir ! –

Elles furent placées sur le bord des routes, environ tous les 5 kilomètres. Ces bornes sont parmi les dernières traces visibles de l’occupation russe dans le nord-est de la France.

 

Borne 90 du Clos Bertaux © Buno Ballery.

Sans les découvreurs,  ces bornes auraient disparu de nos mémoires. Ces bornes de Vorontzov seront-elles protégées ?

Un habitant de La Capelle, qui en savait beaucoup plus sur l’occupation russe, que la plupart de ses congénères, a eu la chance de trouver une borne… dans une décharge. Sauvée de la benne par le Capellois au nez creux, la borne trône aujourd’hui dans son jardin. Elle porte une inscription : «  De Maubeuge, 35 verstes.  » Cette mesure russe était égale à 1,0068 km. Pour savoir où elle se situait approximativement, il convient donc de compter 35,200 km à partir de Maubeuge.

Borne 85 de la croix de Ste Anne © Bruno Ballery

9 Bornes ont été retrouvées, d’autres ont été détruites, il en reste encore à découvrir.

A Propos du cimetière militaire Russe de Givet

D’après les sources de Thierry Maquet.

Des soldats Russes ont été inhumés au cimetière militaire du Bayot (Givet) qui a été désaffecté en 1849.

« Hommage en France à des soldats Russes – Le gouvernement français vient d’autoriser le prince  Galitzine à faire ériger dans le cimetière de Givet (Ardennes), un monument à la mémoire de 76 soldats russes du corps d’occupation, tombés en cet endroit pendant l’invasion de 1815 et enterrés sur les lieux mêmes. La municipalité de Givet a gracieusement offert le terrain et se propose d’offrir toute la solennité possible à la cérémonie d’inauguration du monument ».

L’historien Thierry Maquet a dressé la liste des soldats Russes décédés à Givet, il a aussi répertorié sur le cadastre de 1823, l’emplacement du cimetière des militaires et  sa localisation actuelle.

Chapelle Notre-Dame de Walcourt

« Il ne semble pas que cette bonne intention ait été réalisée  –  à  l’occasion du bicentenaire de la présence des Russes à Givet, une plaque apposée sur la chapelle Notre-Dame de Walcourt serait tout à fait appropriée pour en perpétuer le souvenir ».

Ces soldats Russes reposent à tout jamais sur les terrains (Jardins) entre la Rue du point du jour – l’avenue du Président Roosevelt – la Rue d’Altkirch. Aucun document ne stipule le rapatriement de ces corps dans le cimetière de Givet, depuis 1815-18 ils reposent ici ! Aucune plaque concernant cet épisode n’a été apposée, ni au cimetière de Givet, ni à la Chapelle Notre-Dame de Walcourt.

Nous avons la lise des 77 soldats russes décédés à l’hôpital de Givet de 1816 à 1818.  Autre recensement, la liste des mariages qui ont eut lieu entre « des officiers Russes et des filles de Givet », ( les officiers étaient les seuls qui avaient des papiers). Pour les soldats, il faudra attendre la fin de l’occupation célébrée le 29 septembre 1818, sous le patronage de Wellington, pour rester en France et y fonder un foyer. L’occupation russe a bénéficié d’un préjugé favorable par rapport à l’occupation anglaise ou prussienne.

Parmi ces exemples le 21 janvier 1818, furent mariés Diomi Jartow, capitaine du 10e régiment des Chasseurs à pied, né à Jarinsk, région de Wolgodie, et Marie Thérèse Angélique Poulet.  Les  preuves de mariages sont nombreuses.

 77 Soldats qui méritent un hommage particulier. Il est grand temps de réparer cette injustice,  qu’une plaque commémorative ou un monument voit le jour, soit sur la rue du Point du Jour, à Givet,  soit à la chapelle Notre-Dame de Walcourt (qui contient déjà d’autres signes votifs à la gloire d’autres soldats).

Par exemple “Pour sa mémoire  Karchignov  Petr, 28 ans, Carabinier du 10e d’infanterie légère mort le 30 juillet 1817. Un des 77 soldats qui méritent notre devoir de mémoire.

 Espérons que cette information circule afin que nos deux pays fassent le nécessaire pour ne pas les oublier.

Si vous avez des renseignements concernant cette période contactez:

Bruno Ballerey par courriel: bruno.ballery@orange.fr

 

Situé dans le 9ème arrondissement de Paris, le centre bilingue franco-russe Artima propose des activités artistiques et musicales, qui leur permettra aussi de favoriser l’apprentissage de langues étrangères. Pour les enfants et adolescents de 3 à 16 ans, plusieurs ateliers linguistiques, musicaux et artistiques, des stages, et la possibilité d’organiser vos anniversaires.

Activités scolaires Centre franco-russe Artima

Vous avez la possibilité de choisir un ou plusieurs ateliers parmi les suivants pour vos enfants de 3 à 16 ans :
Musique, cours collectifs et individuels de pratique instrumentale,
Ensemble de violon,
Théâtre,
Théâtre de la mode,
Danse et expression corporelle,
Chant et pratique vocale, classique et moderne,
Arts Plastiques,
Langue russe,
Langue anglaise,
Mathématiques,
Bande dessinée.

 Infos pratiques sur Centre franco-russe Artima

Adresse

17, rue Bleue
75009, Paris,
Paris, Ile de France

Email : artima@live.fr

Horaires d’ouverture

Mercredi et samedi de 9h30 à 12h30 ou/et de 13h30 à 16h30, vendredi après-midi.

Tarifs

Enfant de 3 ans à 16 ans : 12 € / heure de cours collectif.
Pour les cours individuels, contacter le centre.

” NOS GRANDS-MÉRES “

Samedi 16 septembre à 19h

Château des Clayes

Création de Nathalie CONIO

Théâtre documentaire

                                

Concept et mise en scène:  Nathalie Conio

Dramaturgie/texte : Laurent Dubost

Distribution : Rachel Auriol, Nathalie Conio, Laurent Dubost, Elios Dubost-Auriol, Francesca Giromella, Wilma Levy, Lima Lisboa, Maroussia Thauvin, Adèle Quartier de Andrade, Irina Vavilova et aussi: Gaspard et Augustin Dubost, Marius Thauvin (enfants)

Création son et Musique originale: Romain Quartier

Elements de décors et accessoires: Paulina Komarova

Création vidéo: Romain Quartier et Luc Thauvin

Lumières: Marc Martinez, Hakim Bouata avec la complicité de Richard Psourtseff

 

Nos grands-mères” est un spectacle documentaire et familial bâti sur le témoignage de deux femmes pendant la guerre: Jacqueline Auriol et Valentina Vavilova, qui racontent leur histoire
à leurs petites filles: Nathalie Conio-
Thauvin et à Rachel Auriol, pendant la seconde guerre mondiale.

Nos Grands Mères © La Gare Franche / Marseille.

Valentina Vavilova, la grand mère de Nathalie Conio. A 80 ans Valentina Vavilova écrit son histoire pour sa famille. Pour transmettre à ses enfants et petits-enfants son expérience, mais aussi pour « offrir une deuxième vie » à ceux qu’elle a connu et aimé et qui sont maintenant disparus. A sa mort, Nathalie, sa petite fille trouve le cahier dans lequel elle raconte sa vie.

Jacqueline Auriol, la grand mère de Rachel Auriol a écrit dans son livre de mémoires “Vivre et Voler” son histoire pendant la seconde guerre mondiale. Avec son mari Paul et toute sa belle-famille dans la résistance, Linette passe la guerre, seule, dans la clandestinité, sous un faux nom avec ses deux enfants en bas âges.

Deux parcours de deux jeunes femmes de jadis, épouses, mères, filles. L’une est russe, l’autre est française, toutes deux s’engagent dans l’armée.
Au travers des fenêtres de la grande maison qui sert de décor, deux regards sur la Grande Histoire se tracent.

Le spectacle “Nos grands-mères” ouvre ses portes aux témoignages d’autres femmes, grands-mères, petites filles par la réalisation de films-témoins réalisés dans chaque ville visitée par le spectacle. Le spectacle se joue aux fenêtres et sur le parvis d’une maison. Les personnages apparaissent aux fenêtres s’interpellent. D’autres scènes sont jouées en extérieur. Utilisant l’espace de manière ad hoc du lieu investie : balcon, escalier, perron…

Nathalie Conio, comédienne et metteur en scène, formée à l’École de Chaillot à
Paris et à l’Académie d’Art Dramatique de Russie (GITIS) à Moscou.
Pendant ses quatre années d’études de metteur en scène dans la classe de Léonide
Kheifets, elle organise de nombreux spectacles (Le mariage de Figaro de Beaumarchais,
Rozine d’après une nouvelle de Youri Miloslavsy, Katarina d’après Ostrovski et La Ronde d’Arthur).

En France elle est l’assistante de Micha Mokéîév (L’Orage aux Laboratoires
d’Aubervilliers) et de Tatiana Stépantchénko (Le Meurtre de Gonzague -2002- au Phénix
de Valenciennes). Elle a collaboré à l’écriture de la pièce Sans Voix d’Estelle Lépine (Prix Beaumarchais), qu’elle met en scène au théâtre du Revest.

Puis elle a mis en scène Le trio en Mi bémol d’Eric Rohmer au Théâtre du Chaudron
(Cartoucheries) et au Théâtre du Renard à Paris.
Elle a travaillé comme comédienne avec le Théâtre de l’Unité : Un Brecht pour Muguette,
Terezin, Noce et banquet ainsi qu’avec le Cosmos Kolej : Alpenstock, Koursk.

 

Irina Vavilova, comédienne depuis plus de quarante ans, elle a commencé sa carrière à
Moscou dans les années 70. Pensionnaire du Théâtre Maly durant huit ans. Elle a
travaillé à Bratislava (Slovaquie) et enfin en France pendant vingt-cinq ans avec
le metteur en scène Wladyslaw Znorko (Cosmos Kolej ).
En Russie, elle a interprété de nombreux rôles principaux dans le répertoire classique du
Théâtre Maly et a tourné dans une dizaine de longs métrages du cinéma soviétique dans des rôles principaux.
En France , elle a travaillé avec Jacques Livchine et Hervée de Lafond du Théâtre de
l’Unité : Blue Lagoon et Le Bourgeois Gentilhomme et surtout pendant 25 ans avec le Cosmos
Kolej dans des créations de W. Znorko : L’attrapeur de rats , La Cité cornue , Schweik au terminus du monde , Un grand Meaulnes, Ulysse à l’envers , Alpenstock , Koursk , Les boutiques de cannelle, Le Golem etc..
Elle a également tourné des seconds rôles dans plusieurs longs métrages et des Téléfilms

ENTRÉE LIBRE

 

Château des Clayes

2 bis Allée Henri Langlois,
78340 Les Clayes-sous-Bois    

Accés:

Des Portes de Chatillon, Orléans, d’Italie

  • Prendre la N.186 – Direction Versailles
  • Rester sur la N.186 jusqu’à Saint-Cyr – A l’entrée de Saint-Cyr, prendre à droite Saint-Cyr / Centre-ville
  • Au centre-ville, direction Fontenay-le-Fleury puis Les Clayes-sous-Bois

De la Porte de Saint-Cloud :

  • Autoroute de l’Ouest (A13)
  • Direction St-Quentin-en-Yvelines
  • Sortie : Bois d’Arcy
  • Prendre ensuite la direction : Fontenay-le-Fleury puis Les Clayes-sous-Bois

Par le train:

Ligne N à Paris-Montparnasse, direction Mantes-la-jolie. Descendre à Villepreux-les-Clayes (30 minutes de trajets). A la descente du train,  5 minutes à pied du château.

Dernier train pour Paris Montparnasse à 23h17 (fin de spectacle à 21h30).

 Anne et Micha se rencontrent en 1981 lors d’une répétition pour une tournée au Maroc. Ils jouent la romance russe « Je vous ai rencontrée » et ne se quittent plus!

       Le Duo Piano-Balalaïka engage une formidable croisade pour mieux faire connaître et aimer la balalaïka et la musique russe. Le duo est invité en France, à Paris (Gaveau, Châtelet, Pleyel, Cortot, Musée Jacquemart-André…), à l’étranger, au Maroc, en Suisse, Italie, Belgique, Espagne…, dans des festivals renommés (Besançon, Sceaux, Le Suquet, Vannes, la Puisaye, Tahiti, Île Maurice, La Réunion, Caraïbes).

 Micha Makarenko est né à Paris de parents russes. Sa jeunesse est marquée par l’histoire familiale : son grand frère l’initie à la balalaïka, instrument présent dans toutes les fêtes familiales et dans l’orchestre de son école. Il ouvre des classes de balalaïka aux conservatoires S. Rachmaninov et A. Scriabine, puis à l’Ecole Normale de Paris afin de développer la connaissance de cet instrument et de toute la famille des balalaïkas. Pédagogue il écrit la première Méthode de Balalaïka Classique française, préfacée par les éminents balalaïkistes russes Alexandre Chalov et Andréï Gorbatchev. Micha Makarenko est dédicataire d’oeuvres de compositeurs contemporains français (Michel Merlet, Rémi Gousseau, Aurélien Dumont) qu’il a jouées en créations mondiales. Par ailleurs, il a fondé plusieurs ensembles d’instruments traditionnels russes qu’il dirige, « Kroujok » et « Skazki » et est l’auteur d’articles musicologiques et d’anthologies de chansons et romances russes.

Anne Makarenko, née à Vienne (Autriche) de parents français, étudie à Berlin le piano avec Hans Rhode et la danse avec Tatiana Gsovsky qui l’initient à la musique et à la danse russes.  A douze ans, sous l’égide de Jean Martin, elle intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Elle y obtient ses premiers prix de piano et de musique de chambre, auprès de Lélia Gousseau et de Jean Hubeau, puis entre au cycle de perfectionnement du CNSMDP où elle est admise 1ère nommée à l’unanimité. Elle remporte le Grand prix au concours international Viotti à Vercelli (Italie), est lauréate du concours de Sénigallia (Italie), et finaliste au concours International de Münich. Parallèlement, elle fait une Maîtrise de musicologie à la Sorbonne. Anne Makarenko joue en soliste de nombreuses années, mais passionnée de musique de chambre elle préfère s’épanouir dans des formations des plus diverses.

Pierre Makarenko, leur fils, intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et y obtient son diplôme de formation supérieure en hautbois en 2008 dans la classe de David Walter ainsi que celui de musique de chambre en quintette à vent, avec mention très bien à l’unanimité, dans la classe de Jens Mc Manama. En mars 2007, il gagne un 3ème Prix au Concours International de quintette à vent Henri Tomasi (Marseille) et obtient le Prix de la SACEM au Concours International de hautbois de Ville-d’Avray. Pierre Makarenko est invité comme Hautbois solo dans de prestigieux orchestres : Orchestre Symphonique de Mulhouse, Orchestre Colonne, Orchestre de Chambre de Paris, Orchestre des Lauréats du Conservatoire, Ensemble Multilatéral, Orchestre National de Montpellier, Orchestre Pasdeloup, Orchestre des Régions Européennes, Opéra en plein Air… sous la direction de chefs tels que E. Krivine, S. Billard, Sir J. L. Gardiner, C. Levacher, G. Bourgogne, D. My, P. Bernold, T. Ceccherini, S. Kuijken, K. Mazur, P. Boulez, S. Mälkki, J. Deroyer… Il a gravé plusieurs enregistrements dont Cassandre de Michael Jarrell avec l’ Ensemble InterContemporain.

Petite histoire de la balalaïka.

     Les skomorokhi (troubadours russes) qui se gaussaient des autorités et du clergé dans leurs couplets satiriques sont persécutés en 1648-49 par les oukases du Tsar Alexeï Ier Mikhaïlovitch, dit le Très-Doux, puis par les anathèmes du patriarche Joseph et surtout ceux de Nikon, dès 1652. Les instruments de musique sont confisqués et brûlés dans d’immenses autodafés. Amendes, bastonnades et exils s’abattent sur les musiciens. L’art des skomorokhi s’étiole ou se marginalise au fin fond des campagnes ou en lointaine et froide Sibérie ! Dépossédé de ses instruments de musique, le peuple russe, rusé, va en créer un, dérivé de la domra, aux origines mongolo-tatares. Celle-ci était fabriquée par d’habiles artisans, luthiers en devenir, pour les skomorokhi, musiciens professionnels ; la balalaïka, elle, sera construite et jouée d’abord en amateur par les moujiks. Le mot même procède des verbes russes balakat’, balagourit’, balabonit’, balamoutit’, boltat’, qui signifient bavarder, baliverner, babiller, plaisanter, cancaner. Instrument au nom pas sérieux, donc à ne pas prendre au sérieux par les autorités !

            La première mention écrite du mot balalaïka se trouve dans un mandat d’amener du 13 juin 1688, découvert en 1968, où les Streltsy gardant la Porte de Iaouza à Moscou, notifient que « deux moujiks, montés sur une télègue, chantaient en jouant de la balalaïka ». Autre mention, en l’an 1700, où un certain I. Pachkov battait à coup de balalaïka deux cochers ! Et, en 1714, de la main même de Pierre le Grand dénombrant et nommant dans son « Registre » 4 balalaïkistes qui jouaient dans un orchestre de 200 musiciens, lors d’une mascarade de noces. (…. suite) (CLIQUEZ)

ENREGISTREMENT

Ne manquez pas le CD du Trio Makarenko !

“Le Voyage à Saint-Pétersbourg”

Musique traditionnelle russe

(CLIQUEZ)

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Le Château de Malvignol, est une demeure privée ouverte plusieurs semaines par an à la visite. Les propriétaires de ce château des XIIe et XVIe siècles vous invite à en visiter la tour, la cave, le parc et les jardins. C’est un château situé dans la commune de Lautrec dans le département du Tarn, et inscrit aux monuments historique depuis le 6 juin 1988.

La seigneurie date au moins de 1258, puisqu’un document relate l’hommage rendu au roi Louis IX  par Isarn Capriol, vassal du vicomte de Lautrec. Cette famille reste propriétaire du lieu jusqu’au XVIIIe siècle. Si le château existait avant eux, il ne fait aucun doute que le château actuel leur est du par les travaux qu’ils y firent. D’une maison forteprobable destinée à décourager les grandes compagnies de la Guerre de Cent Ans, ils le transforment en véritable château lors des guerres de religion, faisant partie d’une ligne de fortifications destinée à cantonner lesprotestants dans le sud de l’Albigeois. Le château est néanmoins détruit. Il sera reconstruit dans un style moins défensif et plus confortable.

Le château change de famille deux fois au XVIIIe siècle avant de se retrouver dans la famille qui en a toujours la jouissance. M. Louis Rigaudy propriétaire actuel du château et descendant de cet illustre chef du bataillon des volontaires du Tarn durant la Révolution française.

Château de Malvignol

81440 Lautrec

Réservations: Tél : 05 63 75 96 21

Vendredi 11 août 2017

cine club aout

“Le jeune Pierre Ier s’efforce de s’emparer
de la forteresse turque d’Azov,
travaille sur les chantiers navals aux Pays-Bas,
où il apprend toutes les astuces du génie maritime
et réprime la rébellion des Streltsys…”

Entrée Libre (dans la limite des places disponibles)

Consulat général de Russie

5 place Sébastien-Brant

Strasbourg

Tél: 06.10.20.29.37

Les Tréteaux Bleus, présentent:

Trois comédies en un acte d’Anton Tchekhov: 
– “La demande en mariage”
– “Les Méfaits du Tabac”
– “L’ours”

Au Jardin Shakespeare, Pré Catelan.

les samedis et dimanches à 16h

du 1 juillet au 12 août 2017

19424417_10155348480164870_7253352598225775212_n

Mariages à la Tchekhov !

Trois comédies en un acte D’Anton Tchekhov: 
La demande en mariage
– Les Méfaits du Tabac
– L’ours

Mise en scène : Claude Gisbert
Avec : Gaëlle Pauly, Frédéric Roger et Claude Gisbert
Chorégraphie : Roger Bergerin
Costumes : Frédéric Morel

Durée: 1h 15 minutes

Anton Tchekhov

Anton Tchékhov écrivain russe né à Taganrog en 1860, décédé à Badenweiler en Allemagne en 1904. Sa biographie se résume à quelques dates dans un calepin et beaucoup de pages blanches. Il ne se passe rien ou à peu près rien dans la vie de l’écrivain, comme il ne se passe rien ou à peu près rien dans son théâtre.

Une enfance triste dans une bourgade reculée, des études de médecine, une impérieuse vocation littéraire, quelques voyages à l’étranger, des séjours en sanatorium, un mariage sur le tard : bref une vie sans histoires, une vie de routine, partagée entre le travail, les factures à régler et les médicaments.

Sur ce fond de grisaille l’homme souffre continuellement, rongé par un mal inexorable, la tuberculose. Il tousse et crache le sang ; le visage fin et bon, la bouche légèrement moqueuse expriment la mélancolie, et les rides trahissent la crispation de la souffrance. Cette vie ne tient qu’à un fil. Mais chaque instant, si douloureux soit-il, est une victoire sur la maladie. Chaque souffle d’air, le frémissement des feuilles, le bruit des pas sur la neige sont un miracle de la vie d’Anton Tchekhov.

Mariages et douceur de vivre au temps du grand Tchekhov … douceur ? Peut-être pas pour tout le monde… Trois célèbres mariages en un acte : « La Demande en mariage, Les Méfaits du tabac, L’Ours ».
On ne peut pas dire qu’elles soient faciles à vivre les femmes chez Tchekhov. Déterminées, colériques, indépendantes, rouées, passionnées… Il faut, aux hommes qui les entourent, une sacrée dose de bonne santé pour ne pas succomber à tant de fougue !

Capture d’écran 2017-07-02 à 10.49.21

Une âme douce est une interrogation sur le théâtre de Tchekhov et sur la littérature, sa place dans la vie et sa dimension éthique. Grand amoureux du théâtre, dans une « dramaturgie » savamment orchestrée, Claude Gisbert revient aux indications scéniques de Tchekhov et à ses intentions initiales, en insistant sur des détails concrets, qui abondent le plus souvent en coulisses. Sa réflexion vise à redonner au théâtre son épaisseur existentielle et son impact social. Le spectateur y découvrira un Tchekhov simple, proche, revitalisé et une approche sensible de l’art théâtral, ainsi qu’une exploration originale des voies de la culture dans le monde contemporain. Mais, en filigranne, il devinera également un plaidoyer pour la littérature et la langue russe.

Capture d’écran 2017-07-02 à 10.51.54

Un des plus beaux théâtres de verdure d’Europe !!!

Sortie culturelle en plein air à Paris.

Logo théatr verd Shakespeare

Théâtre de verdure Jardin de Shakespeare
Route de la Reine Marguerite Au Pré-Catelan, Bois de Boulogne (Site en plein air)
PARIS 75016

Métro : Porte Maillot (ligne 1)
RER : Porte Maillot (ligne C)
Bus : arrêt Bagatelle-Pré Catelan (ligne 244)

Réservation : 06 12 39 30 69

Renseignements: (CLIQUEZ)

    • Plein tarif : 16€

Tarif réduit : 12€

banniere_2017

TRIO MAKARENKO

au 11ème FESTIVAL DE Musique de RICHELIEU

(Indre et Loire)

Samedi 5 Août 2017 à 19h

à La Teinturerie.

” UN VOYAGE À ST-PÉTERSBOURG “

trio Makar

Trio Makarenko

Anne et Micha se rencontrent en 1981 lors d’une répétition pour une tournée au Maroc. Le Duo Piano-Balalaïka engage une formidable croisade pour mieux faire connaître et aimer la balalaïka et la musique russe en France et dans le monde. Le duo est invité à donner de nombreux concerts à Paris, en Russie et dans des festivals renommés. Ils interviennent également dans des émissions à la radio et à la télévision et lors de conférences sur l’histoire de la balalaïka. Très présents en Russie où ils ont joué à la Salle Glinka de Moscou et à la Grande Philharmonie de Saint-Pétersbourg, la critique et le public les plébiscitent.

trio Makarenko

Le Duo devient un Trio lorsque Pierre, leur fils, les rejoint en 2000, à l’occasion du Festival du Millenium de Louxor.

Plus de renseignements sur le trio : (CLIQUEZ)

Suivi d’un dîner sur place à 20h, réservation obligatoire.

FESTIVAL DE RICHELIEU (Indre et Loire)

Invité par des amis à visiter la cité du Cardinal de Richelieu, en 2007, Nicolas Boyer découvre le parc et tombe sous le charme du Dôme, l’un des derniers vestiges du château. Par ses dimensions, son emplacement et son acoustique, il se révèle idéal pour réaliser des concerts de piano ou de musique de chambre, dans une atmosphère féerique. Ainsi naît le premier festival avec neuf concerts « Autour du piano », qui remporte déjà un franc succès.

La Teinturerie

19 rue des Ecluse,  (à deux pas de la Place Louis XIII)

37120 Richelieu
Dîner sur réservation au 06 78 07 41 90

Renseignements et réservations / Ligne Festival : 02 47 58 13 62

Renseignements sur le 11ème Festival de Musique de Richelieu: (CLIQUEZ)
www.tourisme-richelieu.com

accés festi Richelieu

la-datcha-fait-revivre-la-tradition-russe-la-gerbette

Michel Lesnoff-Poliakoff, sur le perron de la Gerbette, propriété familiale depuis 1899.

L’association « la Datcha de Donville » organise trois évènements.

 

  • Le jeudi 3 août, à 18h00, Jean Noël BENOÎT, qui nous présentera son livre « la faucille et la vodka ».
  • Le vendredi 4 août, à 18h30, Jean Lamontagne, nous fera connaître la vie et l’œuvre du grand auteur russe Alexandre Pouchkine.
  • Le samedi 5 août, à partir de 16h, nous accueillerons Jacques Ibanez, poête, conteur, chanteur et comédien multirécidiviste, qui donnera son spectacle « Passion Tolstoï ».
  • L’après-midi continuera avec le spectacle musical « les nuits de Montmartre », d’après Joseph KESSEL, mis en scène et interprété par Pascal MONGE, avec Natacha FIALKOVSKY et Pascal STORCH.

Capture d’écran 2017-08-01 à 11.10.43

Le Théâtre Quantique, avec Laurent BOULASSIER, metteur en scène, comédien, nous proposera quelques poésies russes et autres intermèdes…

Histoire de ce manoir, petit morceau de Russie dans la Manche.

Héritier d’une longue lignée originaire de Russie, Michel Lesnoff-Poliakoff est, installé à la Gerbette, une propriété construite à Donville, en 1875, et acquise, en 1899, par son ancêtre, Alexandra Adine Philosophoff, demoiselle d’honneur à la cour impériale du dernier tsar de Russie, Nicolas II.

La propriété est restée dans la famille au fil des ans, une famille qui compta de nombreux artistes. Les grands-parents de Michel Lesnoff-Poliakoff, émigrés de Russie après la Révolution de 1917, s’étaient réfugiés en France « Mon grand-père, Vladimir de Poliakoff, était chanteur d’opéra, et ma grand-mère, Militza Envald, danseuse étoile. » La mère de Michel, née Hélène de Poliakoff, fit une carrière de comédienne, plus connue sous le nom d’Hélène Vallier. « Ma mère était la soeur des actrices Marina Vlady et Odile Versois et de la réalisatrice Olga Varen, toutes trois connues sous le nom de soeurs Poliakoff. »

 

trois-jours-de-festivites-la-datcha-la-gerbette-donville

 Association La Datcha de Donville,

15, rue Marcel-Gayet. 50350 Donville les Bains.

Tél.: 06 84 29 34 06.

Tarifs: Entre 5 € et 10 €, la soirée.

datcha donville