Sergeï Mikhailovich Prokudin-Gorskii (1863-1944)

Précurseur de la photo couleur.

Sergeï Mikhailovich Prokudin-Gorskii
pose près d'un ruisseau de montagne, considéré comme
le fleuve Karolitskhali dans les montagnes du Caucase près du
port de Batoumi, sur la côte orientale de la mer Noire.

La Russie en couleur, il ya un siècle

Sergueï Mikhaïlovitch Prokoudine-Gorski (en russe: Сергей Михайлович Прокудин-Горский), né le  30 août 1863 à Founikova Gora (province de Vladimir, Russie)  et mort le  27 septembre 1944 à Paris.
Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorsky appartenait à une des plus anciennes familles nobles russes, dont les membres ont fidèlement servi son pays pendant plus de cinq siècles.

Armoiries de la famille Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorsky 

Il appartenait à une des plus anciennes familles nobles russes, dont les membres ont fidèlement servi son pays pendant plus de cinq siècles.

On ne sait rien à propos de l’éducation de Sergei enfant, il est possible qu’il ait été scolarisés à domicile, il aurait étudié au Lycée impérial Alexandrovsky, à Saint-Petersbourg. Il termine l’Institut technologique de Saint-Pétersbourg, où il suit les cours de Dmtri Mendeleïev, poursuivant ensuite ses études de chimie à   Berlin puis à Paris. Il collabore avec de célèbres chimistes et inventeurs dont l’Allemand Adolf Miethe (de).. Ensemble, ils travaillent à l’élaboration de méthodes de photographies en couleur.

Bureau de Dmtri Mendeleïev photo de Prokoudine-Gorski.

De retour en Russie dans les années 1890,  il se marie vers 1895 avec Anna Alexandrovna Lavrova (1870—1937), fille du célèbre industriel russe A. S. Lavrov, savant, un des fondateurs de la production nationale de l’acier, et un membre actif de la Société impériale russe technique, il était ainsi directeur de la Société de Bell, de la fusion du cuivre et de Steel Works dans la ville de Gatchina, près de Saint-Pétersbourg.

Le jeune Prokoudine-Gorski avec la famille Lavrov.

Prokoudine-Gorski devient directeur de l’entreprise métallurgique de son beau-père. Bien que son emploi principal (Demidov House) était situé à Saint-Pétersbourg, Prokudin-Gorsky vivait à Gatchina, où ses trois enfants sont nés: Dmitry (1892), Catherine (1893) et Michael (1895).

Prokudin-Gorsky avec ses trois enfants .

En  1898, il est nommé membre de l’Institut technique impérial russe (ITRS) en reconnaissance de ses travaux sur la photographie.

Le 2 Août 1901, le “Studio Photozinkographic et phototechnique” de SM Prokudin-Gorsky a ouvert à Saint-Pétersbourg, 22 rue Bolshaya Pod’yacheskay . En 1902 Prokudin-Gorsky travaillé sur technique  appelée Color Separation (ou trois photographies couleur) au laboratoire de l’École Technique Supérieure à Charlottenburg, près de Berlin, sous la direction du professeur Adolf Miethe, un autre savant éminent et le principal spécialiste de la méthode de séparation des couleurs.

Cependant, comme la presse russe a écrit alors, «l’élève a dépassé le maître“. Grâce à son excellente connaissance de la chimie, de Prokudin-Gorsky a créé sa propre recette pour sensibiliser l’émulsion, ce qui a conduit à la plus évoluée, la vie-comme la transmission des couleurs naturelles à ce moment-là.

Ses propres recherches ont donné lieu à des brevets pour la production de  films couleur et pour des “diapositives”. En 1903, les meilleures entreprises allemandes Görtz et Bermpohl selon les dessins de A. Miethe réalisent des équipements spéciaux pour Prokudin-Gorsky afin de prendre des photos en trois couleurs et projetant des diapositives couleur. Prokudin-Gorsky  imprimait leurs photographies en couleur de qualité très correcte, sous la forme de cartes postales et des illustrations de livres, mais leur vraie beauté et la qualité ne peuvent être obtenue que par la projection d’images directement à partir de plaques de verre sur un grand écran.

Au cours de la première démonstration de ces lames (en termes modernes) à Saint-Pétersbourg et à Moscou en hiver de 1905, les spectateurs ne pouvaient  cacher leur étonnement et leur plaisir, en saluant l’auteur avec un tonnerre d’applaudissements. L’ère de la photographie couleur en Russie a commencé! Vers 1907 Prokudin-Gorskii  a imaginé et élaboré un plan visant à utiliser les avancées technologiques en émergence qui avaient été faites dans la photographie couleur.

Il mit au point un appareil permettant d’impressionner successivement 3 plaques monochromes à travers trois filtres. En projetant simultanément ces trois images rouge, verte et bleue avec des sources de lumière judicieusement filtrées on reconstituait les couleurs originales par synthèse additive.

Filtres et le resultat .

En 1905, il obtient des récompenses aussi bien de l’Exposition Universelle de Liège que du club de photographie de Nice. Il devient éditeur de Fotograf-lioubitel (Фотограф-любитель, « Le Photographe amateur »), la plus importante revue de photographie russe, fondée en 1890, à laquelle il donne une orientation plus scientifique en publiant une série d’articles sur la photographie couleur.

Il ne savait toutefois pas en faire des tirages sur papier, seulement des reproductions par un procédé d’imprimerie (llitographie) de faible qualité quant au rendu des couleurs du fait de la transformation nécessaire de l’image additive en soustractive. Malgré l’intervalle de temps réduit entre les 3 photos (une seconde semble-t-il), les sujets en mouvement donnaient des images floues.

Au début des années 1900 Prokudin-Gorskii a formulé un plan ambitieux: effectuer un relevé photographique de l’Empire russe et ceci avec  l’appui du tsar Nicolas II. Entre 1909-1912 et de nouveau en 1915, il a mené des enquêtes dans onze régions, voyageant dans une voiture de chemin de fer spécialement équipé fourni par le ministère des Transports.

Carte de l'empire russe en 1900.


Train spécialement aménagé avec la chambre noire.

Grâce à ce projet aussi ambitieux, son but ultime était d’éduquer les écoliers de la Russie avec ses “projections de couleurs optiques» de l’histoire vaste et diversifié, de la culture et la modernisation de l’empire.


Sergei Mikhailovich Prokudin-Gorskii et les membres de son équipe
photographiques sont présentés ici dans leur
campement poour la nuit  à proximité de
la rivière Chusovaia, sur la côte ouest
de l'Oural qui divisent l'Europe de l'Asie.

Équipé d’une chambre noire dans le wagon spécialement équipé, fourni par le tsar Nicolas II, en possession de deux permis qui lui  accordait l’accès aux zones réglementées et de la coopération de la bureaucratie de l’empire, Prokudin-Gorskii faisait le relevé photographique de l’Empire russe.

Au retour de ses expéditions il faisait de nombreuses conférences illustrées de son travail.Prokudin-Gorskii a quitté la Russie en 1918, après la révolution russe, et f s’installa à Paris, où il mourut en 1944.

Sergei Mikhaïlovitch Prokudin-Gorskiia avec un procédé très particulier a réalisé un  incroyable travail photographique.  Chaque photographie est en fait le résultat de trois clichés pris très rapidement.

Appareil utilisé par Sergueï Mikhaïlovitch Prokudin-Gorskiia

Chacun était en noir et blanc mais prises avec des filtres rouge, vert et bleu. Les trois prises de vues pouvaient alors être recombinées et les couleurs étaient très proches de la réalité.

Vue de la plate forme arrière du train sur la sation Simsk Samara-Zlatooust.

La vraie force de ces photographies,
est l’exeptionnelle, voire extaordinaire qualité visuelle.

Photo 1905-1907

L’impact tient à la conjonction d’une grande précision et de couleurs
vives et singulières, assez loin de celles, délavées, qu’on retrouve
trop souvent dans les appareils numériques du grand public.

Toutes ses photos offrent un portrait vivant d’un monde perdu – l’Empire russe à la veille de la Première Guerre mondiale et la révolution à venir. Ses sujets variait entre les églises médiévales et monastères de l’ancienne Russie, aux chemins de fer et les usines d’une puissance industrielle émergente, à la vie quotidienne et le travail de la population diversifiée de la Russie.


Page de l'album créé en 1915 lors de son dernier voyage documentaire connue.

On voit ici l’un des milliers de négatifs sur plaque de verre faites par Prokudin-Gorskii. Les négatifs ont été utilisés pour produire des lames de verre positifs pour ses conférences illustrées sur l’Empire russe. Prokudin-Gorskii l projetait  les diapositives à travers des filtres rouge, vert et bleu avec un dispositif connu sous le nom de «lanterne magique», qui superpose les images sur un écran et réalise  une image en couleur. Deuxièmement, Prokudin-Gorskii utilisé les négatifs pour  dévelloper  des photos de référence de ses voyages qui étaient classées et anotées dans des albums..

On retrouve en outre un aspect parfois jauni propre aux vieilles photos argentiques.

  Prisonniers de guerre autrichiens 1915.(quelque part près de la mer blanche)

La comparaison avec aujourd’hui est d’autant plus étonnante que de
nombreuses images plus récentes existent mais sont toujours en noir et blanc. On pense
notamment aux images d’archive de la seconde guerre mondiale. La qualité
des photos est en fait d’une telle qualité, qu’il est difficile d’imaginer que l’on
contemple des images d’une Russie vieille de plus d’un siècle.

Il a utilisé une caméra spécialisée pour capturer trois images en noir et blanc dans la succession assez rapide, en utilisant des filtres rouge, vert et bleu, ce qui leur permet ensuite être recombinés et projeté avec des lanternes filtrée pour afficher les images en couleurs vraies près.

La haute qualité des images, combinées avec les couleurs vives, font qu’il est difficile pour les spectateurs de croire qu’ils sont à la recherche d’une époque faisant une bond 100 ans en arrière dans le temps. Lorsque ces photos ont été prises, ni la Révolution russe, ni la Première Guerre mondiale n’avait encore commencé.