Exposition

“Nicolas de Staël : Traditions et Cultures”

du dimanche 4 juillet au dimanche 10 octobre 2021

Le Doyenné, 43100 Brioude

 

Nicolas Vladimirovitch de Staël, von Holstein a connu une période d’intense recherche picturale de 1945 à 1955. Николай Владимирович Шталь фон Гольштейн né à St Petersbourg en 1913, issue d’une famille de militaire.  À la Révolution de 1917,  comme de nombreux la famille est contrainte à l’exil. Les parents de Nicolas de Staël meurent en 1919 après s’être installés en Pologne. Il est confié à une famille belge les Fricero, qui l’inscrit au collège jésuite Saint-Michel en Belgique, Nicolas se passionne pour la littérature française et les tragédies grecques et dans le même temps découvre la peinture dans les musées et les galeries. Sorti de l’École Centrake de Paris, son père adoptif  souhaite voir Nicolas s’orienter vers les sciences et le pousse à entreprendre des études d’ingénieur. Mais dès ses études terminées, Nicolas se tourne vers la peinture.

Après avoir découvert la peinture flamande, il entre en aux Beaux Arts de Bruxelles, il voyage en eEurope découvre Matisse, Cézanne, Soutine …. Il rencontre en 1935 Jeannine Guillou peintre,  ils partent visiter l’Italie. Il rompt avec ses parents adoptif pour s’installer à Paris avec Jeannine, prend des cours auprès de Fernand Léger, il s’engage dns la Légion Étrangère et puis il vient s’installer à Nice rejoignant Jeannine. Sa peinture est en constante évolution.

Nicolas de Staël meurt à 41 ans en se jetant de la terrasse de l’immeuble où il avait son atelier à Antibes.  Il reste une énigme pour les historiens d’art qui le classent aussi bien dans la catégorie de l’École de Paris que dans les peintres abstraits ayant inspiré les jeunes peintres à partir des années 1970

Durant près de cinq années, entre 1946 et 1951, Nicolas de Staël emploie des moyens novateurs. Il offre à la peinture une énergie peu courante. Les élans de la brosse et l’acuité du couteau se conjuguent afin de donner un pouvoir exaltant à la matière conquise par les tons raffinés , complémentaires et opposés. « Eau de vie » de 1948, « Jour de fête » de 1949 jouent les plans larges et rapprochés d’une palette dont les couleurs enchâssées dans les formes trament singulièrement et fortement ces compositions. Le peintre traque la vérité. Le style frontal est vif et ne s’accorde pas de repentirs. Tout est livré avec hâte mais avec précision et concision. En 1950, Nicolas de Staël retrouve le paysage. Sur des petits et grands formats d’égales puissances, il ancre ses révélateurs, paysages de la Provence et du Lavandou. Tout se joue alors entre matière, lumière et couleur” Jean Louis Prat, Commissaire de l’exposition.

 

 

Le Doyenné
place Lafayette
43100 Brioude

Tél : +33 (0)4 71 74 51 34

Entrée libre sur billeterie : CLIQUEZ 

Horaires: Tous les jours sauf lundi matin

Juillet – Août :
Lundi
: 14h – 18h30 (sept. et oct. 10h – 12h30, 13h30 – 18h)
Du mardi au dimanche : 10h – 18h30 (sept. et oct. 10h – 12h30, 13h30 – 18h )