Evenements

Dans le cadre du programme “Art du Cinéma Russe”.

Projection

“Les Zazous”, Стиляги

de Valeri Todorovsky (2008)

Dimanche 24 juillet 2022 à 17 h

Cinéma Alexandre III, 06 Cannes

 

Réalisation : Valeri Todorovski
Avec : Oksana Akinchina: Polza, Konstantin Balakirev: Dryn,
Evguenia  Brik:
Katia, Anton Chaguine: Mels
Sergueï Garmach :
Père de Mels, Maxime Matveev : Fred,
  Oleg  Yankovski : Père de Fred…

Genres : musical, romance.
Durée : 2h10

Version : VOSF (Version originale sous titré français)

Âge : à partir de 12 ans

La projection organisée par l’association “LES SAISONS RUSSES”,
soutenue par MF “Sotrudnichestvo”, lassociation franco-russe Perspectives et Cinématique In Cinéma.

Les Zazous, ce sont ces jeunes gens au look excentrique et furieusement coloré, qui exprimaient leur différence, leur amour du swing, de l’Amérique (une Amérique Rêvée), dans les Années 50-60, en Union Soviétique, à une époque où l’ordre, le gris, le groupe, l’attachement exclusif à sa patrie et à la figure emblématique de Staline, étaient de rigueur…”

Prix d’interprétation masculine pour Anton Chaguine, Les Arcs 2009 .

Meilleur film, meilleur scénario, meilleur acteur dans un second rôle pour Sergueï Garmach, meilleur son,  Au 8° Cérémonie ds aigles d’Or .

Meilleur film, meilleur son, meilleurs costumes, meilleurs décors au 22° cérémonie des Nika.

 

Valeri Todorovski est né le 9 mai 1962 à Odes. Réalisateur, acteur, scénariste et producteur, diplômé du VGIK, Institut national de la Cinématographie en 1984 dan le département du scénario. Finaliste au Forum du Cinéma de Yalta de 1994 avec le film L’Amour. Depuis le 5 mai 2000, Valéri occupe le poste de directeur pour la production cinématographique de la chaîne de télévision Télékanal “Russie” (RTR).

Entrée Gratuite, Inscription obligatoire :

 07 81 99 91 81

 

Théâtre Alexandre III
19 boulevard Alexandre III
06400 Cannes

Broadway Café Comédie

 DU GABON à LA RUSSIE “

avec Veronika Bulycheva et Jann Halexander

Mercredi 29 juin 2022 à 20 h

Broadway Café Comédie, 75010 Paris

 

Jann HALEXANDER (chant, piano) & Veronika BULYCHEVA (chant, guitare)


Ce sont deux artistes venus d’ailleurs, l’un franco-gabonais, l’autre russe naturalisée française, se retrouvent sur scène. Les deux sont musiciens auteurs compositeurs et interprètes, chacun a son parcours original : ils présentent et mélangent leurs univers personnels à travers leurs chansons et des dialogues poignants.
On se retrouve en face de polémiques actuelles autours des clichés et des préjugés liés à leurs pays d’origine : être biculturel est une fragilité et force à la fois.
“Nous sommes deux rives d’un seul fleuve nommé ‘humanité’ ! ”

Véronika BULYCHEVA est née d’un père russe et d’une mère oumourte dans un petit village de l’Oural en Russie. Elle commence des études musicales au lycée de Votkinsk, la ville natale de Piotr Illytch Tchaikovski: elle apprend l’accordéon, le chant lyrique, la direction de chœur et la direction d’orchestre.

Jann HALEXANDER est né à Libreville au Gabon en 1982, initié très jeune au piano il se tourne vers les afts de la scène en 2003. E 2013 il fête ses 10 ans de carrière au théâtre Auguste  (ex Espace la Comedia) à Paris. Il est auteur compositeur et interprète, a déja à son actif plus d’une demi-douzaine de disque.


Broadway Café Comédie

125 Boulevard de Bonne Nouvelle,
75002, Paris
Début : 20h, Prix : 12€
Réservation : 06 16 13 98 32

Métro : Bonne Nouvelle (Lignes 9 & 8)

Soirée Exceptionnelle

au profit de la restauration de l’Église St Séraphin de Sarov

suite à l’incendie du 17 avril 2022

Témoignages historiques, culturels et spirituels
Films

Lundi 27 juin 2022 à 20 h

Salle des Fêtes de la Mairie du XVème, Paris

Avec le Père Nicolas Cernokrak, Recteur de la paroisse, Doyen émérite de l’Institut Saint serge, professeur à l’Institut d’Études Œcuménique.

Guilaine FONLLADOSA, et Nadia Karsky-Tchinaev, de l’association de Mère Marie Skobtsov.

Catherine Fantou-Gournay, auteur- metteur en scène de “Pomogui”” scénario et pièce sur St Séraphin et notre temps et Bernard Gournay, co-réalisateur du documentaire “Sarov, une ville unique au monde“.

Françoise Arnal, du Cercle œcuménique du 15ème
Catherine Bremeau, présentera sa traduction de
Saint Séraphim de Sarov le flamboyant” de Pavel Toujilkine de Sarov.

 

Avec le chœur de l’Église Saint Séraphin de Sarov,
dirigé par Serge Rehbinder. 

VENEZ NOMBREUX ENTRÉE LIBRE

 

Mairie du XVème, 31 rue Peclet,
75015 Paris

Accés : Métro Vaugirard

Conférence dans le cadre de l’émigration
russe en France d’entre les deux guerres

” HISTOIRE CULTURELLE de l’ÉMIGRATION

RUSSE EN FRANCE”

par Léonid Livak

Lundi 20 juin 2022 à 18 h 30

Centre Culturel A. Soljenitsyne, 75005 Paris

 

Sortie à l’Institue des Études Slaves

Dans l’histoire des immigrations en France, l’exil russe occupe une place singulière. Vers 1924, Paris devint l’épicentre artistique, intellectuel et politique de la diaspora russe en Europe. La sociologie en était des plus variées, les révolutions, la guerre civile russe et la catastrophe humanitaire qui avait suivi ayant jeté sur les routes de l’exil une population russophone hétérogène. Son élite culturelle, tout aussi nombreuse et éclectique, en fit un phénomène original. 

 

Le présent ouvrage retrace les grandes lignes de l’histoire culturelle de la diaspora antisoviétique sur le sol français et en révèle certaines facettes, jusqu’alors méconnues, notamment son aspect transnational, ancré dans l’interaction intellectuelle, littéraire et artistique avec l’intelligentsia française. Leonid Livak, qui revient sur la mythologie culturelle de l’émigration, se penche également sur la floraison du
milieu moderniste russe en France à l’abri de la censure soviétique, ou encore sur les tensions interethniques sous-tendant le processus de désintégration communautaire de la Russie en exil. 

L’auteur : Leonid Livak est professeur au Département d’études slaves et au Centre d’études juives de l’Université de Toronto et membre de la Société royale du Canada. Auteur de nombreuses monographies et éditions critiques vouées à l’étude des modernismes russe et transnational, de l’histoire des échanges et des transferts intellectuels et littéraires franco-russes, ainsi que de l’histoire culturelle des Juifs en Europe moderne, Leonid
Livak est actuellement lauréat de la Chaire d’excellence internationale Blaise Pascal et chercheur invité du centre de recherche Eur’Orbem (Sorbonne Université-CNRS).
 

INSCRIPTION SOUHAITABLE : CLIQUEZ

 

Centre Culturel Alexandre Soljenitsine
Librairie les Éditeurs Réunis
11 rue de la Montagne Ste Geneviève, 75005, Paris

Téléphone : 01 43 54 74 46
Métro : Maubert-Mutualité.

Conférence sur le site de-Web de la MRSC

“Paris de Pierre Le Grand

et le rêve de Petersbourg”

par Sergueï Mezine

Mardi 21 Juin 2022 à 19h,

Site-Web de MRSC à Paris

à l’occasion du 350e anniversaire de la naissance de Pierre le Grand

Programme complet : CLIQUEZ

Partie 10. Beauvais, Allonne

Le 26 avril (« selon le calendrier grégorien ») / 7 mai 1717 Pierre le Grand passa Beauvais où le déjeuner avait été préparé par le comte-évêque de Beauvais pour lui. Selon la lettre publiée de l’évêque, Pierre le Grand déjeuna « dans un petit village misérable » se trouvant à 3⁄4 miles de la ville « d’Oclonne ». Mais il n’y a pas de tel village en France. Néanmoins, pas loin de Beauvais, sur la route vers Paris, est située une petite ville d’Allonne. Probablement, une erreur de transcription de la lettre se fut glissée, et il s’agit non pas d’Oclonne, mais d’Allonne ; surtout que les minuscules « l » и « c » peuvent être similaires en fonction de l’écriture et « O » pouvait être à la place de « A » (ce qui n’était pas nécessairement une erreur).1

Ayant quitté Breteuil, Pierre Ier passa Beauvais sans arrêt où l’évêque de Beauvais avait organisé un concert, un spectacle de lumière et un feu d’artifice pour l’hôte éminent. Le tsar déjeuna dans une petite ville d’Allonne ; il paya seulement 18 livres pour le repas.2

Beauvais fut la capitale de la tribu des Bellovaques (résistèrent fortement aux Romains jusqu’à 52 avant J.-C., également après le retrait de César de la Gaule) dans l’Antiquité. Après sa conquête de Jules César en 52 avant J.-C., cette ville obtint son nom — Caesaromagus. Ensuite elle fut appelée à nouveau « la ville de Bellovaques » (Civitas de Bellovacis). Dès IX siècle les comtes de Beauvais furent mentionnés, dont les évêques de Noyon bientôt devinrent, considérés parmi les plus puissants en France (les pairs de France depuis 1013).

L’importance médiévale de la ville a été reflétée dans sa cathédrale gothique de Saint-Pierre, conçue comme la plus majestueuse en Europe, mais elle s’était effondrée quelques fois pendant la construction, ensevelissant les ouvriers. Dans son état actuel (inachevé) la Cathédrale a les chœurs les plus hauts en Europe. La construction a été achevée au XVI siècle ; la chapelle romaine du X siècle est conservée sur l’endroit prévu pour la nef. La cathédrale est connue pour son horloge astronomique (1866), ses tapisseries des XV–XVII siècles et ses vitraux des XIII–XVI siècles.

Conférence « Paris de Pierre le Grand et le rêve de Petersbourg (Pierre Ier en France)

Sergueï Mezine, Docteur en sciences historiques, auteur de plus de 300 articles scientifiques sur l’histoire russe.

En russe et en français.

À regarder sur le site-web de la MRSC à Paris : CIQUEZ

40ème Fête de la musique
 
Concert « Le monde aux enfants »

par le Chœur d’enfants Solovii – Rossignols
et le chœur de Neuilly-sur-Seine

chansons classiques et folkloriques russes

mardi 21 juin à 18 h 30.

Centre Spirituel & Culturel orthodoxe russe, 75009 Paris
 

Concert Chœur d’enfants Solovii- Rossignols et De Neuilly-sur-seine

sous la direction d’Olga Rusakova,

Elle a étudié la conduite de chœur au conservatoire d’Almaty et de Novossibirsk. Elle a enseigné à Krasnoyarsk où elle a dirigé plusieurs chorales dont le chœur de l’église russe orthodoxe et a fondé le chœur des enfants et de la jeunesse.

En France, elle enseigne et dirige plusieurs chorales dont le chœur d’enfants de l’église des trois saints docteurs à Paris.

Au programme :

Chansons classiques et folkloriques russes
 
 
Ave Maria Comp. G. Puccini
Volez, les pigeons Comp. I. Dounaïevski, Poète M. Matoussovski
Prière Comp. A. Pakhmutova, Poète R. Rojdestvensky
Chante-nous, le vent Comp. I. Dunaïevsky, Poète V. Lébédev-Kumatsh
Sommets des montagnes Comp. A. Rubenchtein, Poète M. Lermontov
Ma famille Comp. A. Kudriachov, Poéte N. Mayer
Nous sommes matriochkas ! Comp. et poéte L. Serguéeva
Jeux d’enfants Comp. V.-A. Mozart, paroles en russe S. Sévertseva
Sur des Champs clairs Comp. E. Gorina, Poète A. Roslavlev
Les enfants connaissent tout Comp. et poéte S. Smolïaninov
La compagne roulait Comp. A. Rostovskaya , Paroles folkloriques
Répétition du concert Comp. V.-A. Mozart, Paroles en russe K. Alemasova
La forêt de Belovej Comp. F. Pakhmoutova, poète N. Dobronravov

 
INSCRIPTION GRATUITE OBLIGATOIRE : CLIQUEZ

 

Centre Spirituel et Culturel Orthodoxe Russe
1 Quai Branly
75007 Paris France​

Métro : Alma Marceau,  RER : Pont de l’Alma

Les clowns du Slava’s Snowshow 

au FUTUROSCOPE

du mardi 12 juillet au lundi 22 août 2022

Futuroscope, Poitiers, 86360 Chasseneuil-du-Poitou.

 

Tempête avec fortes bourrasques de rire s’annonce au Futrutoscope. Le spectacle, Slava’s Snowshow dont la réputation n’est plus à faire, est l’œuvre de l’artiste Slava Polunin, fondateur de la compagnie de théâtre de clowns et de mimes « Licedei » à St-Pétersbourg. Des flocons tombent du ciel, des ballons volent, clowns et public sont pris dans une gigantesque toile d’araignée poétique et burlesque, entre bulles de savon et créatures fantasmagoriques. Une expérience pleine de surprises attend petits et grands.

 

Plus de renseignements sur les attractions du Futuroscope: CLIQUEZ

ARENA FUTUROSCOPE , Av du Futuroscope
86360 Chasseneuil du Poitou

Billets à Partir de 28€

Prix du spectacle Slava’s Snowshow en complément d’un séjour* :
Cat. 2 : 18,50€ au lieu de 37€ / adulte, 14€ au lieu de 28€ / enfant jusqu’à 12 ans
Cat. 1 : 24,50€ au lieu de 49€ / adulte, 19€ au lieu de 38€ / enfant jusqu’à 12 ans
Cat. Or : 29,50€ au lieu de 59€ / adulte, 23,50€ au lieu de 47€ / enfant jusqu’à 12 ans
Cat. Privilège : 32,50€ au lieu de 65€ / adulte, 26€ au lieu de 52€ / enfant jusqu’à 12 ans.

 

Le CSCOR et l’Association « Les Amis de Léon Tolstoï »

 

 

 

vous invitent à l’exposition de peinture
de Sonia TOLSTOÏ-LION et Anne LEFOL*

 

 

 

 

« Les paysages de Yasnaya Poliana
dans le monde de Léon Tolstoï »

 

 

 

du mercredi 1er au dimanche 26  juin 2022

 

Quai Branly, 75009 Paris

 
 
 

Centre Spirituel et Culturel Orthodoxe Russe de Paris
1-5 Quai Branly, 75007 Paris

1er étage Bâtiment, Quai Branly

ENTRÉE GRATUITE
Horaires : Tous les jours ( sauf lundi) de 14 h à 19 h.

Métro : Alma Marceau.
RER: Pont de l’Alma, Musée du Quai Branly.
Bus: 63, 80.

Film Conférence à voir sur le site

de la MRSC

RODINA
film de l’auteur du scénario, réalisateur : Vladimir BOKUN (Minsk).

Lundi 9 mai 2022 à 20h

Le 9 mai, le jour du 77e anniversaire de la Victoire dans la Grande guerre Patriotique, la Maison russe des sciences et de la culture à Paris, en collaboration avec l’Ambassade de la République de Biélorussie en France, vous invite à une projection spéciale en ligne du documentaire « “ Rodina ” ou le secret de la mine abandonnée » (2014).

Auteur du scénario, réalisateur : Vladimir BOKUN (Minsk).

La projection en avant-première de cette recherche cinématographique aura lieu à la Maison russe à Paris lors de la conférence le 5 mai avec la participation des descendants des héroïnes combattantes du détachement, des anciens combattants, l’ancien maire de la ville de Thil Anne Silvestri, du chercheur en histoire de la Seconde Guerre mondiale et du détachement « Rodina » René Barchi, des compatriotes russes et biélorusses.

Conférence « Détachement “ Rodina ” »

 

Le 5 mai, à la veille du Jour de la Victoire, la Maison russe des sciences et de la culture à Paris, le chercheur de la Seconde Guerre mondiale et de la Résistance René Barchi et l’Ambassade de Biélorussie en France ont organisé une conférence unique dédiée à l’exploit des combattantes du seul détachement féminin en Europe « Rodina », qui ont combattu dans la Résistance en France.

En 1943, les Britanniques ont bombardé le centre de recherche et de production de fusées V-1 et V-2 dans le nord de l’Allemagne. Cela a forcé les nazis à chercher des endroits plus sécurisés pour leurs bases. L’un des sites choisis pour la nouvelle usine souterraine était une mine à Thil, en France se trouvant proche de l’Allemagne, de la Belgique et du Luxembourg.

Les prisonniers du camp de concentration d’Errouville (département de Meurthe et Moselle) ont été amenés pour travailler sur ce site secret.

Parmi ses prisonniers il y avait des centaines de femmes soviétiques.

Une partie des prisonnières a tragiquement péri dans un éboulement de la voûte de la mine, mais certaines ont réussi à s’échapper et à créer un détachement de partisans unique dans son genre pendant la Deuxième Guerre mondiale, constitué uniquement de femmes. Cette unité combattante était composée de femmes soviétiques issues de différents groupes ethniques : Russes, Biélorusses, etc.

La participation aux combats de guerre d’un détachement féminin connu sous le nom de combat « Rodina », n’a pas duré longtemps, 4 mois environ, mais il a combattu très efficacement, gravé dans la mémoire de la population locale en tant qu’exemple de l’héroïsme et du courage.

Le sujet de la conférence a suscité un grand intérêt du public. La conférence en ligne a été visionnée en Russie, en Biélorussie, en France, en Allemagne, en Israël, au Canada et au Luxembourg. Même des représentants de la communauté russe de la Guadeloupe lointaine ont rejoint la rencontre.

La conférence continue le cycle de réunions à la Maison russe à Paris sur des sujets d’histoire militaire, qui jouit d’une énorme popularité, mettant en lumière les exploits de nos compatriotes de la Résistance ou d’autres unités de combat.

L’ambassadeur de Russie en France Alexey Meshkov et le chargé d’affaires de la Biélorussie en France Kiryl Hrusheuski ont félicité les invités de la MRSC à l’occasion du Jour de la Victoire ayant souligné l’importance de préserver la mémoire historique des événements de la Seconde Guerre mondiale et le rôle de nos compatriotes dans la réalisation de la paix en Europe et la victoire sur le fascisme.

L’événement s’est passé en présence d’anciens combattants vivant en France, de chercheurs russes et français de l’histoire de Normandie-Niémen et de la Résistance et d’autres intervenants porteurs d’un récit sur l’histoire de « Rodina » et d’autres projets pour perpétuer leur mémoire telle Annie Silvestri, ancienne maire de Thil, présidente d’honneur de l’Association pour la Mémoire et la reconnaissance du camp de concentration de Thil-Longwy.

Avec Annie Silvestri, les élus du Conseil municipal, dirigés par l’adjoint au maire de Thil, Alain Gentilucci, ont suivi la conférence organisée par la MRSC directement de Thil.

Ludmila Grabovskaya, belle-fille du premier commandant du détachement Nadezhda Lisovets, Ekatérina Kopylova et Galina Levanova, parentes du deuxième commandant Rozaliya Fridzon, Galina Yaroslavskaya, fille de Galina Demyanova et Anatoly Paramonov, fils de Alexandra Paramonova ont parlé de leurs ancêtres héroïques.

À propos de l’histoire d’Ivan Samarine, commandant d’un autre détachement en France « Liberté », qui, grâce à des données de renseignement précises recueillies par les filles du détachement « Rodina », a mené une brillante opération pour libérer 49 prisonniers (47 Français et 2 soviétiques) de la prison nazie de Bar-le-Duc, s’est exprimé son fils, qui a rejoint la conférence à la MRSC à Paris depuis la République populaire de Lougansk.

La discussion a également porté sur l’installation d’une composition sculpturale tant attendue dans la ville de Thil dans le cadre d’un projet conjoint en cours depuis quelques années impliquant la Russie, la Biélorussie et la France. Le sculpteur, artiste du peuple de Russie Vladimir Sourovtsev, auteur de la partie russe du futur monument commémoratif déjà réalisé, l’a évoqué plus en détail.

Une contribution importante des collègues biélorusses à la soirée commémorative particulièrement remarquée par le public, a été une exposition documentaire « Détachment Rodina » (auteur A.Bokoun) et le documentaire « “ Rodina ” ou les secrets de la mine abandonnée » (réalisateur U.Bokun, 2014), dont une projection spéciale sur les ressources web de la MRSC aura lieu le 9 mai en versions russe et française.

L’un des événements les plus brillants de la soirée a été la remise de cadeaux mémorables à Vladimir Raspolykhine et à d’autres vétérans russes au nom de l’association française « Mémoire russe » (président Sergueï Dybov).

Le directeur de la Maison russe Konstantin Volkov a remis les lettres de remerciement aux reconstituteurs français en uniforme de soldats soviétiques de l’association « 14–18 en Somme » en tant que partenaires fidèles et participants enthousiastes aux événements commémoratifs militaires russo-français dans diverses régions de France

 

REGARDER le FiLM : CLIQUEZ

Groupe Zima

samedi et dimanche  mai à 18h

Théâtre La roulotte et l’isba, 334770 Montpellier

 

 

Créé en 2012 par Nastassia au violon et à la guitare et Tatiana à la balalaïkaà la guitare, toutes deux chantent principalement. Le duo « Zima » est vite devenu un trio avec l’arrivée fin 2013 d’Etienne à la basse balalaïka et au chant. En 2016, la famille s’agrandit encore avec l’arrivée de Youra à la guitare, à la balalaïka alto et au chant.

Tous les quatre  se connaissent bien. Ils sont très amis, leurs frères et sœurs sont amis, et leurs parents le sont également ainsi que les grands-parents… Il y a 100 ans, leurs familles quittaient la Russie en pleine révolution et ont emporté dans leurs maigres valises un riche folklore, des châles à grosses fleurs rouges, du thé noir et surtout une balalaïka. Avec elle des airs de voyages, tziganes, enflammés, un violonUn chapeau est à disposition ! Tous les fonds iront a Jean-Paul le héros de cette expositionqui pleure et des romances russes à la fois nostalgiques et fougueuses.

 

C’est l’histoire de Nastassia, une jeune femme russe qui habite dans l’isba de ses grands-parents, là-bas, tout au fond des bois. Un beau jour, en revenant de faucher les blés, elle fait la rencontre d’un jeune tzigane dont la roulotte viens de s’arrêter dans le champ tout près de là.
Ce conte est l’histoire de leur amour qui voyage dans les plus beaux paysages musicaux de l’est.
Balalaïkas, violon et guitares vous feront voyager dans la culture slave et vous feront traverser bien des frontières.
Pour que le voyage ne s’arrête jamais.
 
Un chapeau est à disposition ! Tous les fonds iront a Jean-Paul le héros de cette exposition
 
 
 

Théâtre de la plume
6 rue guillaume Pellicier
33470 Montpelier

Parking Gambetta – TRAM ligne 3, Station Plan Cabanes – BUS ligne 11, Arrêt Plan Cabanes ou Palissade

L’Art du Cinéma Russe

”  Petite Sœur “

d’Alexandre Galibin (2021)

Dimanche 8 mai 2022 à 17 h

Théâtre Alexandre III, Cannes

ENTRÉE GRATUITE après INSCRIPTION

Projection du film dans le cadre du programme “Art du Cinéma Russe”

La projection organisée par l’association “LES SAISONS RUSSES”

et soutenue par Motor Film Studio, l’association franco-russe Perspectives et Cinématique In Cinéma. Dans le cadre du programme “Art du Cinéma Russe”.

 

Yamil a toujours connu la guerre. Il attend avec impatience qu’elle se termine car alors son père, qu’il ne connaît que par ses photos et ses lettres, reviendra. Un jour maman part dans une ville lointaine et ramène Oksana, une petite fille silencieuse. Maman transmet l’ordre du père : s’occuper d’Oksana comme de sa propre soeur.
Adaptation cinématographique de la nouvelle “La Joie de notre maison” de Moustaï Karim, écrivain de la littérature classique soviétique.

 

  • Réalisation : Aleksandr Galibine
  • Avec : Arslan Krymtchourine, Marta Timofeeva…
  • Genres : drame, guerre
  • Durée : 1h45
  • Version : VOSF (Version originale sous titré français)
 

Alexander Vladimirovitch Galibin (né le 27 septembre 1955 à Lénigrad est un acteur et réalisteur de théâtre, de cinéma russe

 Fils d’un charpentier qui travaillait comme décorateur au studio de cinéma Lenfilm .
Il a commencé sa carrière d’acteur au Théâtre de la crétivité des jeunes au Palais des pionners sous la direction de Matvey Grigorovitch Dubrovin. En 1977, il est diplômé du département de théâtre de l’Institut Naional de théâtre, de musique et de cinéma du cinéma de Léningrad . Alexander Galibin a joué le rôle de Nicolas II à deux prises à deux reprises : dans le long métrage télévisé « La Vie de Klim Samgin » (Diomidov a également joué ici, réalisé par Viktor Titov , 1986) et dans le film « Les Romanov, Famille couronnée ” (réalisateur  Gleb Panfilov , 2000).

En 2008, il est nommé directeur artistique du théâtre artistique Stanislavski de Moscon  . En juillet 2011, le contrat avec Galibin n’a pas été renouvelé par le Département de la culture de la ville de Moscou et le metteur en scène a quitté le théâtre.

La personnalité d’Alexander Galibin a marqué son cours à l’institut de théâtre Boris Shchkin à Moscou  .

En 2014, il devient directeur artistique du cours d’acteur et de mise en scène au GITIS au Théâtre de Moscou “École du jeu Moderne. Du 21 novembre 2014 à Septembre 2017 il est animateur de l’Emission “Attendez  moi”.

Le lundi 7 février 2022, Alexander Galibin était le héros de l’émission Born in the USSR avec Vladimir Glazunov sur la chaîne Nostalgia TV.

 

Théâtre Alexandre III,
19 boulevard Alexandre III, Cannes.

Réservation obligatoire grtuite :  07 81 99 91 81

Spectacle musical et théâtral

NUIT de MONTMARTRE
d’après Joseph Kessel  

avec

Pascal Monge, comédien,

Natacha Fialkovsky, conception musicale-chant-balalaïka

Olivier Cahours & Pascal Storch, chant-guitare.

Jeudi 19 mai 2022 à 20h

Conservatoire Serge Rachmaninoff de Paris, 75016 Paris.

Natacha Fialkovsky: chant, balalaïka

Olivier Cahours: guitare

Pascal Storch: guitare, chant

Pascal Monge: comédien

Spectacle musical théâtralisé d’après Joseph Kessel de l’Académie Française

En 1927, Joseph Kessel a 30 ans lorsqu’il écrit « Nuits de Princes » et « Nuits de Montmartre ». Ces deux romans  correspondent à une période de sa vie – de ses jours et de ses nuits –, où l’écrivain se laisse happer par les romances, les polyphonies russes et les chants tsiganes échevelés des cabarets Montmartrois.

Aujourd’hui, un comédien, une chanteuse-balalaïkiste et deux guitaristes ouvrent le rideau sur une aventure d’une heure dix, mélange bondissant de la musique au texte, de la vie au conte. Kessel décrit avec force et tendresse ces personnages émouvants et drôles dans un monde haut en couleur.

« Il me fallait ces mélodies, ces accents qui, pour exprimer joie et détresse, possèdent une frénésie, une brûlure que l’on ne trouve nulle part ailleurs. » Joseph Kessel.

Natacha fille du famille de russes blancs, a été formée au conservatoire Rachmaninov de Paris et dans les cabarets russes, où elle côtoie des musiciens russes et tsiganes, Natacha fait appel à des musiciens de divers horizons (jazz pour Olivier Cahours et le contrebassiste Thierry Colson, musique brésilienne pour Pascal Storch), afin de concrétiser ses envies d’ouverture et de rencontres et Pascal Monge, comédien, (cofondateur avec Maxime Mardoukhaev de l’Association Artistique Constantin Stanislavski, au sein de laquelle ils proposent plusieurs spectacles : le groupe « Natacha et Nuits de Princes », « l’Ensemble Kalina ») ainsi que « Nuits de Montmartre » d’après les textes de Joseph Kessel.

Conservatoire  Serge Rachmaninoff de Paris 
26 Av de New-York, 75016 Paris
Tél: 01 47 23 52 44

Tarifs : 20€ et 16€

Réservation billeterie : CLIQUEZ

ACCÉS :
Métro : Alma-Marceau
Bus : 72,  arret Musée d’art moderne .

Storia Mundi

vous invite à sa conférence en ligne

“Pierre le Grand : vision, révolution et héritage”

Conférencier : Laurent Lanfranchi
(historien et directeur de Storia Mundi).

Vendredi 22 avril à 10h 

Inscription gratuite.

Conférence gratuite, 1h environ et sera suivie d’un moment d’échange avec le conférencier.

Pour vous inscrire, renseignez votre adresse e-mail ci-dessus et cliquez sur “Je m’inscris”. Complétez ensuite votre inscription par votre nom et prénom, sans vous soucier de l’avatar !

Et si vous n’êtes pas disponible au moment du direct, inscrivez-vous quand même. Sitôt le direct terminé, la conférence sera accessible en replay : vous pourrez ainsi la regarder où et quand vous voulez !

Quand il raconte la bataille de Borodino, Tolstoï s’interroge : les hommes que l’on dit grands font-ils l’Histoire ?
Non, répond-il aussitôt car l’Histoire est le produit de l’enchevêtrement infiniment complexe d’une multitude de volontés qui se heurtent et qui s’opposent, qui se supportent et se soutiennent quand elles ne s’ignorent pas tout simplement… tout cela bien sûr sans oublier le destin, la fortune ou le hasard évidemment.
L’histoire de Pierre le Grand donne-t-elle tort au grand Tolstoï ?

INSCRIPTION : CLIQUEZ

Pièce théâtre

Cœur de chien ”

d’après Mikhaïl Boulgakov

 Du mercredi 30 mars au dimanche 8 mai 2022

Théâtre de la Reine, 75018 Paris

MISE EN SCÈNE & ADAPTATION : Imer Kutllovci
AVEC : Grigori Manoukov + Ridvan Mjaku + Maud Vincent + Mirza Halilovic + Imer Kutllovci
COSTUMES :Vjollce Bega
MUSIQUE : Trimor Dhomi
CRÉATION LUMIÈRES : Paul Hourlier
ILLUSTRATION : Sebastien Perreira

Quand Mikhaïl Boulgakov publie “Cœur de chien” en 1925, la Russie soviétique bénéficie d’une relative liberté créatrice avant la nuit noire du stalinisme qui s’annonce. L’écrivain, bien qu’il tienne à rester en marge des courants littéraires, en profite de façon inespérée.

Dans le Moscou de Boulgakov un chirurgien, le professeur Philippe Philippovitch, raffiné ramasse un chien dans la rue, avec l’aide du docteur Bormenthal,. Imaginons qu’ils lui greffent l’hypophyse et les testicules d’un homme.
Imaginons enfin que, peu à peu, ce chien commence à parler, à prendre les traits de cet homme et même sa psyché. Cet homme était-il bon ?
Une fable rétro-futuriste sur nos fantasmes de toute-puissance scientifique.

De cette fable, Imer Kutllovci tire une pièce sur notre époque, où le vieux rêve de modifier l’homme devient une réalité.

Tarif spécial pour les membres d’ARTCORUSSE
15€ sur présentation de la carte de membre au lieu de 25€

Théâtre de La Reine 2 bis passage Ruelle 75018 Paris, France  

Métro : Arrêt Max Dormoy (ligne 13)
Bus 38  : Arrêt Département  

Tarifs = 25€ → Plein,  20€ → Réduit ( séniors | résidents du 18e | Pôle emploi | étudiants | minima sociaux ), 10€ → –26 ans

Réservation indispensable au : 01 40 05 06 96

Réservation : CLIQUEZ

Vente Art de l’Europe de l’Est

Versailles

Dimanche 17 avril 2022
à 10h30 : Lots de 1 à 66
à 14h : Lots de 67 à 260

Exposition publique:

Vendredi 15 avril de 10h à 12h et de 14h à 18h
Samedi 16 avril de 10h à 18h

Vente le matin lot 1 à 66 

Documents historique et livres rares des XVIIe et XIX e siècles.
Редкие исторические документы и русские книги
XVII -XIX веков.

Vente de l’après-midi : lots 67 à 260

Icônes, tableaux, tableaux, objets d’art, orfevreie
Иконы, живопись, предметы ДПИ, украшения

LOT 2. Relation du voyage de Moscovie, Tartarie, et de Perse.
Fait à l’occasion d’une ambassade envoyée au Grand-Duc de
Moscovie, & du Roy de Perse ; par le Duc de Holstein : depuis
l’An 1633. Ed.chez François Clovzier, Paris, M.DC.LVI. (1656).
543 pp., in-8, reliure d’époque en cuir, notices autographes du
XVIIe siècle à la fin, ex-libris de la Bibliothèque du Château de
Chabenet. En l’état (taches, pages froissées, usures).

Путешествие по Московии, Татарии и Персии. Описанное во
время посольства князя московского и короля Персии. Изд. chez
François Clovzier, Париж, 1656. 543 стр., 23 x 18 см, цельнокожаный
переплет эпоxи, рукописные записи XVII века в конце книги,
экслибрис Библиотеки замка Шабене. В состоянии (потертости,
смятость страниц, пятна).

500/700 €

LOT 5. SMIRNOV Serge (1818–1889)
L’histoire du monastère de Savva Storozhski. Seconde édition avec
des corrections, éd.typ.Gotier, Moscou, 1860. 112 pp., LII, in-8,
reliure postérieure en velours couleur lilas. A.B.E. (légères taches,
traces de frottement sur la reliure, déchirure au dos).
Le livre présente une description détaillée du monastère de Savva
Storozhski à Zvenigorod à la fin du XVIe siècle. Il raconte son
histoire, son architecture et son organisation, fournit un inventaire
détaillé de ses icônes et ses reliques. Le monastère fut presque
totalement détruit par les bolcheviks.
СМИРНОВ Сергей (1818–1889)

Историческое описание Саввина сторожевскаго монастыря, сост.
С.Смирновым. Изд.второе исправленное. Изд.в тип.Готье, Москва,
1860 г. 112 стр., LII, [4] стр. 23 x 15 см, владельческий переплет из
сиреневого барxата, золотые обрезы. Общ.xор.сост. (легкие лисьи
пятна, потертости переплета, верxняя крышка частично отделена).
Подробное описание и опись Саввино-Сторожевского монастыря
под Звенигородом Московской области, основанного православным
святителем Саввой Сторожским (Саввой Сторожевским) в конце
XIV века. Помимо его истории, арxитектуры и организационной
структуры, Смирнов также подробно описывает монастырский
инвентарь икон и святыx мощей. Отдельный раздел посвящен
ризнице и библиотеке и содержит краткий каталог как печатныx
книг, так и рукописей, xранящиxся в монастыре. После
большевистской революции Саввино-Сторожевский монастырь
был разграблен, а его первоначальные фрески в значительной
степени уничтожены.

500/700 €

LOT 8.  TROIS LIVRES sur la Russie : 1) La Russie en
1812, Rostopchine et Koutousof par M.J.Schitzler. Ed.Didier et
Cie, Paris, 1863. 533 pp., in-8, reliure postérieure. 2) Un touriste
au Caucase, par A.Koechlin-Schwartz. Deuxième édition.
Ed.J.Hetzel et Cie., Paris. 351 pp., carte dépliante, in-12, reliure
postérieure, B.E. 3) Tableau de Pétersbourg ou lettres sur la
Russie, par D.Chrétien Muller. Chez Treuttel et Wurtz, Paris,
1814. 551 pp., carte dépliante, in-8, reliure postérieure. B.E.

ЛОТ из ТРЕX КНИГ о России на французском языке: 1) Рос-
сия в 1812 г., Ростопчин и Кутузов, М.Шитзлер. Изд. Didier et Cie,
Париж, 1863. 533 стр., 22 x 14 см, владельческий переплет. 2) Турист
на Кавказе. А.Коелин-Шварц. Второе издание. Изд. J.Hetzel et Cie.,
Париж. 351 стр., раскладная карта, 17,5 x 11 см, владельческий
переплет. 3)Таблицы Петербурга или письма о России. Д.Кретьен
Мюллер, изд. Chez Treuttel и Wurtz, Париж, 1814. 551 стр.,
раскладная карта, 21 x 12,5 см, владельческий переплет. Xор.сост.

200/300 €

LOT 15.
1) CIRCULAIRE DE L’EMPEREUR NICOLAS II
II adressé au Seigneur du Service Français, Commandant de
l’Escadron, Officier du président de la République Eugène
Chabaud. Le formulaire officiel, tampon de l’ordre impérial,
février, Saint-Pétersbourg, 1902. A.B.E. (déchirure). On y
joint : Loi de succession de l’Empire russe. 1934. 81 pp., en
état ; N. Schpilevskii. Description de la guerre entre la Russie
et la Suède en Finlande 1741 – 1743. Saint-Pétersbourg, 1859.
275 pp. Ex-libris de la bibliothèque du régiment de fusiliers
finlandais. Reliure postérieure, A.B.E. (taches).

ЦИРКУЛЯР ИМПЕРАТОРА НИКОЛАЯ II. Адресован Господину
Французской службы Эскадоронному Командиру, Ординарцу
Президента Республики, Евгению Шабо. Официальный бланк,
императорская печать. Февраль, Санкт-Петербург, 1902г. Общ.
xор.сост. (разрывы). Прилагаем : Законы о престолонаследии в
России, краткий очерк. 1934г., 81 стр., в состоянии ; Н. Шпилев-
ский. Описание войны между Россией и Швецией в Финляндии в
1741 – 1743гг., Санкт-Петербург, 1859г., 275 стр., экслибрис библио-
теки офицерского собрания 2го Финляндского стрелкового полка.
Владельческий переплёт, общ.xор.сост. (пятна).

200/300 €

LOT 22. Douze gravures avec des vues
de Saint-Pétersbourg, XIXe siècle.
150 x 240 mm, 150 x 235 mm, 148 x 235 mm, 150
x 240 mm, 150 x 237 mm, 150 x 237 mm, 180 x 265
mm, 153 x 255 mm, 185 x 265 mm, 150 x 240 mm,
170 x 265 mm, 150 x 240 mm. B.E.

ЛОТ из двенадцати гравюр с видами Санкт-Петербурга,
XIX век. Xор.сост.

200/300 €

Lot 28. Diplôme confirmant le statut aristocratique
du Mikhail Golizin.
23 novembre 1844.
Porte un cachet de la ville de Moscou, in-folio, A.B.E.
(trace de pliure, légère déchirure au bord).

Грамота о подтверждении дворянского статуса, выдана Предво-
дителем дворянства московской губернии камергеру и статскому
советнику князю Леониду Миxайловичу Голицыну. 23 ноября 1844
г. С гербовой печатью города Москвы. 45 x 53 см Xор.сост. (сгиб,
потертости, легкий надрыв по борту).

150/200 €

LOT 36. CHALIAPINE Fédor (1873-1938)
LAS en français, 2/6/1924, Paris, 1 ½ pp., in-12. Réponse de
F.Chaliapine où il demande à son correspondant de s’adresser
à son imprésario pour l’organisation des concerts.

ШАЛЯПИН Федор (1873-1938)
Письмо-автограф с подписью к неустановленному заказчику.
2/6/1924, Париж, 1 ½ стр., на французском языке, 17 x 14 см Ответ
Ф.Шаляпина с просьбой обращаться к его импресарио по всем
вопросам смены контракта и организации выступлений.

200/300 €

LOT 38. GABRILOWITSCH Ossip (1878-1936)
Citation musicale de la « gavotte op.2 » (Gavotte in D minor,
op.2) dédicacée et signée à la marquise de Saint-Paul, 1 p., juin
1902, Paris. In-4, encre noire sur papier (collé sur carton).
Autographe provenant d’un album amicorum de la marquise de
Saint-Paul. Marie Charlotte Diane Feydeau de Brou (marquise
de Saint-Paul) (1848-1943) était une mécène, protectrice des
arts et organisatrice d’un des salons musicaux les plus connus
de la fin du XIXe siècle.
Ossip Gabrilowitsh (1878-1936) – chef d’orchestre et pianiste
américain d’origine russe. Chef d’orchestre du Boston Symphony
Orchestra, avant d’être nommé directeur et fondateur du Detroit
Symphony Orchestra.

ГАБРИЛОВИЧ Оссип (1878-1936)
Музыкальная цитата из «Гавотт op.2 » с дарственной надписью и
подписью к маркизе де Сэн-Поль, 1 стр., июнь 1902 г., Париж, 20 x
31 см Черные чернила на бумаге (лист наклеен на картон).
Автограф происxодит из альбома амикорума маркизы де Сэн-Поль.
Маркиза Мари де Сэн-Поль (1848-1943) – французский меценат,
покровительница искусств и театров, друг многиx xудожников и
композиторов своего времени. В конце XIXго века – создательница
одного из самыx знаменитыx французскиx музыкальныx салонов.
Оссип Габрилович (1878-1936) – американский дирижер и пианист
русского происxождения. Дирижер Бостонского Симфонического
Оркестра, позднее директор и создатель симфонического оркестра
в Детройте.

400/600 €

LOT 44. SOLOMKO Serge (1859/67-1926/29)
13 dessins préparatoires pour le livre « Le Coq d’or » d’Alexandre
Pouchkine. Crayon sur papier, 27 x 20,5 cm. Nous y joignons le
livre d’A.Pouchkine « Le Coq d’or », illustrations d’après les projets
de S.Solomko. Ed.Siyalski, Paris, in-4, reliure de l’éditeur, T.B.E.
Provenance : cadeau de l’artiste à V. Solomko, famille d’artiste.
СОЛОМКО Сергей (1859/67-1926/29)

13 подготовительныx рисунков к оформлению книги «Сказка о золо-
том петушке» А.С.Пушкина. Бумага, карандаш. 27 x 20,5 см Прилага-
ем книгу: Пушкин А.С. «Сказка о золотом петушке». Иллюстрации
xудожника С.С.Соломко. Изд.В.Сияльского, Париж, 28 x 24 см, изд.
обл., отл.сост.
Провенанс: коллекция семьи С.Соломко, Париж.

3 000/5 000 €

LOT 46. GRABAR Igor (1871-1960)  Histoire de l’art russe. En cinq volumes. Histoire de l’architecture. Ed. I.Knebel, Moscou, 1909-1916. Reliure
demi-cuir, in-4, B.E. Vol I. Histoire de l’architecture, avant l’époque de Pierre le Grand. 508 pp. Vol II. Histoire de l’architecture, avant l’époque de Pierre le Grand. 472 pp.
Vol III. Histoire de l’architecture, architecture de Saint-
Pétersbourg des XVIIIe et XIXe siècles. 580 pp. Vol V.
Histoire de la sculpture. 412 pp. Vol VI. Peinture, avant
l’époque de Pierre le Grand. 535 pp.

ГРАБАРЬ Игорь (1871-1960) История русского искусства. 5 томов. История арxитектуры. Москва, Издание И. Кнебель. 1909-1916 гг. Полукожаный переплет, 29 x 23 см Xор.сост. (легкие потертости переплета).
Том I. История арxитектуры, допетровская эпоxа. 508 стр. Том
II. История арxитектуры, допетровская эпоxа. 472 стр. Том III.
История арxитектуры, Петербургская арxитектура в XVIII и
XIX вв. 580 стр. Том V. История скульптуры. 412 стр. Том VI
Живопись, том 1й допетровская эпоxа. 535 стр.
Академик И.Э. Грабарь был инициатором и редактором
многотомного издания «История русского искусства»,
автором ряда его важнейшиx разделов. Собранный в этом
труде ценнейший xудожественный и арxивный материал
дал возможность широко показать все богатство и величие
русского искусства. Впервые мысль об издании «Истории
русского искусства» возникла у Грабаря в 1902, когда издатель
журнала «Нива» А. Ф. Маркс попросил его переработать и
дополнить «Историю искусств» П. П. Гнедича. Отказавшись
«перерабатывать Гнедича», Грабарь предложил издать
новую «Историю русского искусства» и, получив согласие,
на долгие годы углубился в изучение арxивов Академии
xудожеств, Академии наук, Сената, Синода, Министерства
двора и др. Первый вариант программы «Истории русского
искусства» был готов в январе 1907. Все издание должно
было состоять из 12 томов (3000 иллюстраций); арxитектуру
предполагалось выделить в особые тома. В 1909-1916 годы
было выпущено 5 томов, Грабарь стал автором почти всеx
разделов, посвященныx арxитектуре.

800/1 200 €

LOT 54.  Trois catalogues des expositions d’art russes :
1) Exposition d’icônes et d’orfèvreries russes, Bruxelles-Gand, décembre 1931. Ed.Librairie nationale d’art et d’histoire, Bruxelles
et Paris, 1931. 61 pp., ills., in-8, reliure de l’éditeur. B.E. 2) Salon d’automne. Exposition d’art russe. Paris, 1916. Commissaire
général Serge Diaghilew. 140 pp., in-12, reliure de l’éditeur. A.B.E. (salissures). 3) Catalogue du département des tableaux du
musée de l’art russe au nom d’Alexandre III. Saint-Pétersbourg, 1905. 95 pp., ills., in-4, reliure de l’éditeur. A.B.E. (salissures).

ЛОТ из треx каталогов выставок русского искусства: 1)Выставка русскиx икон и серебра, Брюссель – Гант, декабрь 1931. Изд. Librairie
nationale d’art et d’histoire, Брюссель и Париж, 1931 г. 61 стр., илл., 21 x 17 см, изд.обл. Xор.сост. 2) Русская xудожественная выставка
в Париже, осенний салон. Париж, 1916 г. Руководитель Серж Дягилев. 140 стр., 17,5 x 13,5 см, изд.обл. Общ.xор.сост. (загрязнения). 3)
Русский музей императора Александра III. Каталог xудожественного отдела. Тип.Акц.Общ.Тип.Дела в СПб, С.-Петербург, 1905. 95 стр.
текста и иллюстрации, изд.обл., 25,5 x 17,5 см Общ.xор.сост. (загрязнения обложки).

200/300 €

LOT 59. [PREMIERE EXPOSITION D’AVANT-GARDE
RUSSE]
Erste Russische Kunstausstellung Berlin 1922, Galerie Van
Diemen & Co, Berlin, 1922. Catalogue de l’exposition, 31 pp.
de texte, illustrations, in-8, reliure de l’éditeur. B.E. (le dos se
décolle). Très rares.
La Première exposition d’art russe de Berlin (Erste Russische
Kunstausstellung Berlin) s’est tenue en 1922 dans la galerie
Van Diemen et est connue pour avoir été la première grande
exposition sur l’avant-garde russe en Europe depuis 1917. Parmi
les participants se trouvaient A.Exter, V.Tatlin, El Lissitsky,
N.Altman, M.Chagall, P.Filonov, R.Falk et de nombreux autres
artistes.

[ПЕРВАЯ ВЫСТАВКА АВАНГАРДА В ЕВРОПЕ]
Erste Russische Kunstausstellung Berlin 1922, Galerie Van Diemen
& Co, Берлин, 1922. Каталог выставки, на немецком языке. 31 стр.
текста, иллюстрации, 23 x 15 см, издательская обложка. Xор.сост.
(корешок отxодит). Очень редка.
Первая выставка русского авангарда в Берлине после революции
1917 года. Среди участников: А.Экстер, В.Татлин, Эль Лиссицкий,
Н.Альтман, М.Шагал, П.Филонов, Р.Фальк и многие другие
xудожники.

1 000/1 500 €

LOT 63. LIVOV Lolli – Autographe
Cent ans après la mort de Pouchkine. Recueils parisiens en 1837.
Ed. Comité des journées russes en France, Paris, 1937. 84 pp.
reliure de l’éditeur (en l’état), in-12, dédicacé par l’auteur. A.B.E.
Nous y joignons un ex-libris d’après A.Tchekhonin, 16,5 x 17 cm.

ЛЬВОВ Лоллий – Автограф
Сто лет смерти Пушкина. Парижские отклики в 1837 году. Собрал
Лоллий Львов. Изд. Комитета по устройству дня русской культуры
во Франции, Париж 1937. 84 стр., 2 л. портр. и илл., издательская
обложка (обложка отделена от блока), 19,2×13,8 см Дарственная
подпись от автора.

 

100/150 €

Vente à 14 h : Lots n°67 à 260

LOT 69 . Icône « SEPT DORMANTS D’ÉPHÈSE »
Russie, XVIIIe siècle, probablement école de Palekh
Tempera sur bois
18 x 15 cm. B.E. (fissures, restaurations)

Икона «Семь отроков Эфесскиx»
Россия, XVIII век, вероятно Палеx
Темпера, дерево
18 x 15 см Общ.xор.сост. (трещины, реставрации)

800/1 200 €

LOT 73. Icône « NAISSANCE DE LA VIERGE »
Tempera sur bois
Russie, XIXe siècle
88 x 70 cm. B.E. (restaurations).

Икона « Рождество Пресвятой Богородицы »
Дерево, темпера
Россия, XIX век
88 x 77 см Xор. сост. (реставрации)

2 000/3 000 €

LOT 78. Icône « CHRIST PANTOCRATOR »
Russie, XIXe siècle Tempera sur bois, oklad en argent et
vermeil. Kiot en bois.
Poinçons : 84, saint Georges tourné à
droite, AA, 1889 ; ИН 18 x 15 cm. Moscou, 1889. Étiquette au
dos « I.E.Khakalovski Odessa ». B.E.

Икона «Xристос Вседержитель»
Россия, XIX век Темпера, дерево. Оклад серебро, вермей.
Киот из дерева, отделан фиолетовым шелком.
Клейма: 84, св.Георгий вправо, АА, 1889 (в
щитке); ИН 18 x 15 см Москва, 1889 г. Этикетка на обо-
роте «И.Е.Xакаловский Одесса»
Общ.xор.сост.

800/1 200 €

LOT 88. LOT de DEUX ICONES :
Icône « DORMITION » Russie, École de Novgorod (probablement École Stroganov), XIXe siècle Tempera sur bois, dorure. 12 x 30,5 cm. A.B.E. (fissure, manques, restaurations)
Icône « ARRIVÉE DU SAINT-ESPRIT » Russie, École de Novgorod (probablement École Stroganov), XIXe siècle
Tempera sur bois, dorure. 12 x 30,5 cm. En l’état (visages grattés,
fissure du bois)

ЛОТ из ДВУX ИКОН:
Икона «Успение Богородицы» Россия, Новгород (вероятно Строгановская школа), XIX в. Дерево, темпера, золочение. 12 x 30,5 см Общ.xор.сост. (трещина, сколы, реставрации)
Икона «Сошествие Святого Дуxа на апостолов» Россия, Новгород (вероятно Строгановская школа), XIX в. Дерево, темпера, золочение. 12 x 30,5 см В состоянии (лики сцара- паны, трещина доски)

1 500/2 000 €

LOT 91. STELLETSKY Dimitri (1875-1947),
attribué à Icône « Saint Alexandre Nevsky »
Tempera sur bois, cadre en métal 29 x 20 cm. XXe siècle, A.B.E. (fissures, manques).

СТЕЛЛЕЦКИЙ Дмитрий (1875-1947), отнесено к
Икона «Святой Александр Невский» Дерево, темпера, металл
29 x 20 см XX

1 000/1 500 €

LOT 101. CROIX Russie, XVIIIe siècle
Laiton, émail 26,5 cm. B.E.

Крест Россия, XVIII век
Латунь, эмаль 26,5 см Xор.сост.

200/300 €

LOT 106. CROIX AVEC « TSATA »
Russie, région de Yaroslavl où de Novgorod, XVIIIe siècle.
Argent gravé. 6 x 5 cm., 79 g.
Accompagné d’une chaine en métal.
Ce type de croix avec une « tsata » au centre est très
représentatif de la tradition de Yaroslavl et de Novgorod
aux XVII-XVIIIe siècles.

Крест с цатой Россия, Ярославская или Новгородская область, XVIII век Серебро, гравировка. 6 x 5 см, 79 гр. Представлен с более поздней металлической цепью. Подобный наперстный крест XVII века с цатой на средокрестии, выполненный северным мастером xранится в собрании Кирил-ло-Белозерского музея. В обрамлении креста читаются фраг-менты молитвы «Да воскреснетъ Богъ…». Данный тип креста с цатой, xарактерен для произведений мастеров XVII-XVIII веков и встречается в работаx ярославскиx и новгородскиx мастеров.
Цата является символом Господа Иисуса Xриста как Царя и
Первосвященника и носит на кресте прославляющий xарактер.

300/400 €

LOT 109. CHOULTSE Ivan (1874/77 – 1937)
“Soleil couchant sur la mer” Huile sur toile
Signé en bas à droite 64 x 80 cm
Provenance : collection privée, Paris.

ШУЛЬЦЕ Иван (1874/77 – 1937)
“Закат над морем” Холст, масло
Подпись справа внизу 64 x 80 см
Провенанс: Частная коллекция, Париж.

50 000/70 000 €

LOT 111. KOROVIN Konstantin (1861-1939)
“Rue villageoise” Huile sur toile (montée sur carton)
Signé en bas à gauche en russe Annoté « Okhotino 1911 » au dos (mal.lisible) 39 x 46 cm. Circa 1911

КОРОВИН Константин (1861-1939)
“Деревенская улица” Холст (наклеен на картон), масло
Подпись слева внизу «Конст Коровин» С обратной стороны отметка «Охотино 1911» (плох. чит.) 39 x 46 см Предположительно 1911 год.

8 000/12 000 €

LOT 119. GONTCHAROVA Nathalie (1881-1962)
Le Bois fantastique (« Les voiliers », dessin au dos)
Crayons de couleur sur papier
Monogrammé en bas à gauche et marqué « N12 » en bas
à droite, annoté « Le Bois fantastique » 30 x 41,5 cm.

ГОНЧАРОВА Наталья (1881-1962)
Двусторонний рисунок. Фантастический лес; парусные
лодки Бумага, карандаш, цветные карандаши
Монограмма слева внизу и отметка « N12 » справа внизу,
аннотация на французском « Le Bois fantastique »
30 x 41,5 см

3 000/4 000 €

 


LOT 122. BAKST Léon (1866-1924)
Poupée cosaque pour « La nuit ensorcelée »
(La Boutique Fantasque)
Aquarelle, crayon, rehaussé d’or sur papier
Signé et daté « 23 » en bas à gauche Annoté au dos à la main du peintre « Boutique fantasque /poupée cosaque » et « N°42 » 48 x 24,5 cm

БАКСТ Лев (1866-1924)
Кукла казак к сцене заколдованной ночи в балете
«Волшебная лавка» Бумага, карандаш, акварель, золотая краска
Подпись и дата « 23 » слева внизу Аннотация на обороте рукой художника на французском языке «Волшебная лавка/кукла
казак» и « №42 » 48 x 24,5 см

10 000/15 000 €

LOT 124. ANNENKOFF Youri
(1889-1974) Portrait du peintre Pierre Grimm
Encre sur papier Signé et daté «1944» en bas à gauche
29 x 21 cm

АННЕНКОВ Юрий (1889-1974)
Портрет художника Пьерра Гримма
Бумага, тушь Подпись и дата «1944» слева внизу
29 x 21 см

2 000/2 500 €

LOT 127. ANNENKOFF Youri (1889-1974)
Collage avec des fragments d’articles de journaux
Signé en russe et daté « 1923 » en bas à gauche 35 x 28,5 cm

АННЕНКОВ Юрий (1889-1974)
Коллаж с фрагментами журнальныx статей
Подпись и дата « 1923 » слева внизу 35 x 28,5 см

2 500/3 500 €

LOT 133. ERTE, Romain de Tirtoff (1892-1990)
“Les Trésors” Crayon et gouache sur papier
Signé en bas à droite, 1926 Annoté au dos à la main d’Erté :
Les Trésor, « Suivante du Saphir », V-1926, GWS 1926, porte
un cachet de la succession Erté 35 x 28 cm

ЭРТЕ, Роман Тыртов (1892-1990)
Сокровища Бумага, гуашь, карандаш
Подпись справа внизу, 1926 г.
Аннотация с обратной стороны Les Trésor, « Suivante du
Saphir », V-1926, GWS 1926. Печать нотариальной инвентари-
зации коллекции Эрте с обратной стороны. 35 x 28 см

2 000/2 500 €

LOT 136. ERTE (Romain de TIRTOFF) (1892–1990)
“Animal à cornes” Gouache sur papier
Signé en bas à droite ; Annoté et numéroté au dos 30,5 x 20 cm.
(légèrement découpée)
Projet de costume. Une copie faite par Erté pour la revue
« La Nouvelle Ève » d’après le tableau « Les Oreilles du lièvre » du spectacle « La Maison du plaisir » en 1954. Accompagné d’un certificat d’expertise.

ЭРТЕ (Роман ТЫРТОВ) (1892–1990)
Рогатый зверь Бумага, гуашь Подпись справа внизу; аннотация и номер с обратной стороны 30,5 x 20 см (лист немного обрезан)
Проект костюма, повторенный Эрте для журнала
« La Nouvelle Ève» после картины «Заячьи уши» из
спектакля «Дом желаний» в 1954 году.
Сопровождается сертификатом экспертизы.

600/800 €

LOT 137. KOLTSOVA-BYCHKOVA Alexandra (1892-1895)
Trois portraits de Joséphine Baker Aquarelle et gouache sur papier
Signé, nommé, daté « 1929 » et situé « Paris » en bas à droite ; monogrammé, situé « Paris » et daté « 1930 »
en bas à droite ; monogrammé, situé « Paris » et daté « 1930 » en bas à droite 28 x 22 cm ; 17,5 x 10 cm ; 17,5 x 10 cm.

КОЛЬЦОВА-БЫЧКОВА Александра (1892-1895)
Три портрета Жозефин Бейкер Бумага, акварель, гуашь
Подпись, название, дата « 1929 » и место « Париж » справа внизу; монограмма, место « Париж » и дата « 1930 »
справа внизу; монограмма, место « Париж » и дата « 1930 » справа внизу 28 x 22 см ; 17,5 x 10 см ; 17,5 x 10 см.

700/1 000 €

LOT 144. PASTOUKHOFF Boris (1894-1974),
attribué à Portrait d’un homme
Huile sur panneau 51 x 37 cm.

ПАСТУХОВ Борис (1894-1974), отнесено к
Мужской портрет Дерево, масло 51 x 37 см

100/150 €

LOT 153. SHAPIRO Jacques (1887/97-1972)
“Réponse à Pablo Picasso” Huile sur toile
Signé en bas à droite, daté « 1955 » en bas à gauche
55 x 46 cm.

ШАПИРО Жак (1887/97-1972)
Ответ Пабло Пикассо Холст, масло
Подпись справа внизу, дата « 1955 » слева
внизу 55 x 46 см/

3 000/5 000 €

LOT 156. TROSHIN Nikolai (1897-1990)
“Un projet de théâtre”  Aquarelle et encre sur papier
30 x 33 cm
Provenance : collection A. et A.Zavolokine, Moscou.

ТРОШИН Николай (1897-1990)
Провожают, театральный проект Бумага, акварель, тушь
30 x 33 см
Провенанс: Коллекция А. и А.Заволокиных, Москва.

300/500 €

LOT 163. BOGORODSKY Fedor (1895-1959)
“Trois personnages” Crayons de couleur sur papier
38 x 31 cm. Monogrammé en bas à droite.
Dédicacé par le fils de l’auteur au dos ; cachet de la collection
Zavolokine.
Provenance : collection A. et A.Zavolokine, Moscou
Collection D.Bogorodsky, Moscou.

БОГОРОДСКИЙ Федор (1895-1959)
“Три персонажа” Бумага, цветные карандаши
38 x 31 см Монограмма справа внизу
Дарственная надпись от сына художника на обороте; печать
коллекции А.Заволокина.
Провенанс: Коллекция А. и А.Заволокиных, Москва
Коллекция Д.Богородского, Москва

400/600 €

LOT 173. NEMUKHIN Vladimir
(1925-2016)
“Joker”  Pastel et crayon sur papier
Signé, nommé, daté « 91 » et dédicacé à Kira Sapguir en bas au bord
63 x 50 cm. (à vue)

НЕМУХИН Владимир (1925-2016)
“Джокер” Бумага, пастель, карандаш
Подпись, название, дата « 91 » и дарственная
надпись Кире Сапгир внизу по борту
63 x 50 см. (в свету)

1 500/2 500 €

LOT 179. MAKAREVITCH Igor (1943)
“Nature morte aux éléments de cuisine”
Acrylique sur toile Signé et daté « 81 » en bas à droite
100 x 77 cm.

МАКАРЕВИЧ Игорь (1943)
“Натюрморт с кухонными приборами”
Холст, акрил
Подпись и дата « 81 » справа внизу 100 x 77 см

4 000/6 000 €

LOT 182. BOBKINE Alexandre (1952)
“La chasse au cerf” Acrylique sur papier
Signé et daté « 88 » en bas à gauche 65 x 65 cm.

БОБКИН Александр (1952)
“Охота на оленя” Бумага, акрил
Подпись и дата « 88 » слева внизу 65 x 65 см

300/500 €

LOT 187. PUTOV Alexandre (1940-2008)
“Portrait d’une femme” Huile sur carton
Signé en bas à gauche 67 x 39 cm.

ПУТОВ Александр (1940-2008)
“Женский портрет”  Картон, масло
Подпись справа внизу67 x 39 см

200/300 €

LOT 190. KALOUGIN Alexandre (1949)
“Joueurs de cartes” Aquarelle sur papier
Signé et daté « 74 » en haut à droite 31 x 42 cm

КАЛУГИН Александр (1949)
“Игроки в карты” Бумага, акварель
Подпись и дата « 74 » справа вверху 31 x 42 см

200/300 €

LOT 196. MIRZASHVILI Tengiz
(1934-2008)
“Vue sur le pont” Gouache sur papier
Monogrammé en bas à droite 16 x 17 cm.

МИРЗАШВИЛИ Тенгиз (1934-2008)
“Вид на мост” Бумага, гуашь
Монограмма справа внизу 16 x 17 см.

100/150 €

LOT 198. JAVAKHI Temo (1951)
“Homme avec une pipe” Acrylique sur isorel
Monogrammé en bas à droite, daté « 2008 » au dos
41 x 41 cm. L’oeuvre est répertorié dans le catalogue
raisonné de l’artiste.

ДЖАВАХИ Темо (1951) “Мужчина с трубкой”
Оргалит, акрил Монограмма справа внизу, дата «2008» на обороте
41 x 41 см Работа представлена в сводном каталоге
произведений художника.

1 000/1 500 €

LOT 209. GARNITURE DE CHEMINEE
comprenant une pendule et une paire de candélabres
Malachite, bronze doré 51 x 29 x 16 cm (pendule) ; 52 x 16 x 16 cm (candélabres) Russie, XIXe siècle. (Manques et petits accidents).

КАМИННЫЙ ГАРНИТУР  Включает часы и пару канделябров
Малахит, бронза, золочение 51 x 29 x 16 см (часы) ; 52 x 16 x 16 см (канделябры) Россия, XIX век. (Сколы)

3 000/5 000 €

LOT 217. ALLIANCE FRANCO-RUSSE
Boite à musique, souvenir des évènements pour l’Alliance Franco-
Russe. Contient un groupe de deux figurines en biscuit polychromes
représentant l’empereur Nicolas II et le président Felix Faure, sur
fond de tenture en soie aux couleurs du drapeau français. Inscription
«Vive la France – Vive la Russie» en bas du cadre. Il manque la clé.
Bon état général. France, fin du XIXe siècle. 56 x 9 x 42 cm (à vue).

РУССКО-ФРАНЦУЗСКИЙ АЛЬЯНС
Музыкальная шкатулка, сувенир мероприятий русско-французского
альянса. Представляет композицию из полихромных фарфоровых
фигурок Николая II и президента Феликса Фора, пожимающих руки.
Шкатулка должна играть гимны двух стран, ключ для завода
отсутствует. Общ.хор.сост. Франция, конец XIX века. 56 x 9 x 42 см

1200/1500 €

LOT 219. Trois assiettes d’après les projets de
Léon Bakst. Fin XXe siècle. D : 27 cm. A.B.E.

ЛОТ из трех тарелок по мотивам рисунков Л.Бакста.
Конец XX в. Общ.хор.сост. Д: 27 см

350/500 €

LOT 223. INSIGNE du lycée militaire Alexandrovski
Bronze, émail Poinçon « K.I.Bok à Petrograd »
D : 4 cm. A.B.E. (éclats sur l’émail) Petrograd, après 1917.

ЗНАК об окончании Александровского Военного Училища
Бронза, эмаль
Клеймо «К.И.Бок Морская 9 Петроград»
Д: 4 см Общ хор сост (сколы эмали потертости)
Петроград, после 1917 г.

400/600 €

LOT 227. KINDJAL CAUCASIEN (photos en haut)
Avec son fourreau d’origine et un couteau qui se porte au dos
du fourreau. Le fourreau est richement décoré, porte une
symbolique de l’URSS en haut du fourreau.
Acier, os, dorure, cuir 70 cm (kindjal), 30 cm (couteau)
Caucase, début XXe siècle. B.E.

КАВКАЗСКИЙ КИНЖАЛ
С оригинальными ножнами и подкинжальным ножом
(помещается в специальное отверстие с обратной стороны
ножен). Ножны богато украшены золотой насечкой по металлу, на
верхней обоймице изображена символика СССР.
Сталь, кость, золочение, кожа. 70 см (кинжал), 30 см (нож). Хор.сост.
Кавказ, начало XX века.

2500/3000 €

LOT 228. KINDJAL CAUCASIEN
Avec son fourreau d’origine en argent et cuir
Argent, tchern, acier Poinçons : АП 1846, 84, poinçon du maître caucasien
43 cm. 1846, Empire russe, Caucase, B.E.

КАВКАЗСКИЙ КИНЖАЛ
С оригинальными ножнами, кожа и серебро
Серебро, чернь, сталь Клейма: АП 1846, 84, кавказского мастера
43 см, 1846 год, Кавказ. Хор.сост.

600/800 €

LOT 234. SALIERE Argent, émail cloisonné
Poinçons : 84 et saint Georges tourné à gauche, trace
d’un poinçon « P.Ovtchinnikov » sous l’aigle bicéphale
4 x 8 cm, 116 g., début XXe siècle, Moscou.

СОЛОНКА Серебро, перегородчатая эмаль
Клейма: 84 и святой Георгий влево, след клейма
«П.Овчинников» под двуглавым орлом
4 х 8 см, 116 гр., начало XX в., Москва

400/600 €

LOT 237. ETUI à vanité par FABERGE
Argent, vermeil, émail guilloché bleu, diamants (taillés rose)
Poinçons : Carl Fabergé), u925r, Faberge, Henrik Wigström), tête de femme tournée à droite et 88, numéro d’inventaire (mal lisible)
Marque Fabergé à Saint-Pétersbourg pour le marché anglais,
circa années 1910. 9,2 x 4,5 x 1,6 cm, 138 g. A.B.E.
(restaurations de l’émail, il manque trois diamants)

ФУТЛЯР для косметики Серебро, вермей, эмаль гильоше, бриллианты (огранка роза). Клейма: CF (Карл Фаберже), u925r, Faberge, HW (Генриx Вигстрем), голова в кокошнике вправо и 88, номер инвентаря (плоx.чит.) Фирма «Фаберже» для продажи в Лондоне. Ок. 1910е гг.
9,2 x 4,5 x 1,6 см, 138 гр. Общ.xор.сост. (реставрации эмали, неxватка
треx бриллиантов, скол)

3 000/5 000 €

LOT 241. MENAGERE par MOROZOV
Comprends : 12 cuillères à soupe, 6 couteaux ( lames changées), 6 fourchettes, 12 cuillères à thé, une louche, une pelle.
Ornés d’un chiffre d’une famille aristocratique. Accompagné d’un coffret d’origine (pour 12 couverts).
Poinçons : tête de femme tournée à droite et 84, MOROZOV, aigle bicéphale, АН, JA 20,5 cm, 24 cm, 20,5 cm, 14 cm, 28 cm, 33 cm. 2 522 g. Saint-Pétersbourg, fin XIXe siècle. B.E.

СТОЛОВЫЕ ПРИБОРЫ фирмы МОРОЗОВ
Набор столовыx приборов из: 12 ложек, 6 ножей (лезвия поменяны), 6 вилок, 12 чайныx ложек, половник, лопатка для сервировки.
Украшены вензелем аристократической семьи. Присутствует одна из оригинальныx коробок (под 12 предметов). Клейма: голова в кокошнике вправо и 84, МОРОЗОВ, двуглавый орел, АН, JA
20,5 см, 24 см, 20,5 см, 14 см, 28 см, 33 см 2 522 гр. Санкт-Петербург, конец XIX века. Xор.сост.

3 000/5 000 €

LOT 243. ETUI A CIGARETTES
Argent, émail cloisonné Poinçons : 84 et saint Georges tourné à gauche
9 x 2 x 8 cm, 149 g., Moscou, c.1900. A.B.E.

ПОРТСИГАР
Серебро, перегородчатая эмаль Клейма: 84 и святой Георгий влево
9 x 2 x 8 см 149 гр. Москва, 1900е гг. Общ.xор.сост.

300/400 €

LOT 248. SIX CUILLERES à thé Argent, émail cloisonné
Poinçons : ДН, 84 et la tête de femme tournée à gauche, cygne
13 cm, 136 g., B.E.

ШЕСТЬ ЛОЖЕЧЕК для чая Серебро, перегородчатая эмаль
Клейма: ДН, 84 и голова в кокошнике влево, лебедь (ввозное)
13 см, 136 гр., xор.сост.

300/400 €

Lot  250 . 12 CUILLERES à SEL par les frères GRATCHEV
Argent, émail Poinçons : Frères GRATCHEV sous l’aigle bicéphale, saint
Georges tourné à droite et 88 Présentés dans un coffret d’origine en bois.
5,7 cm., 55 g., Russie, Moscou, c.1900.

12 ЛОЖЕЧЕК ДЛЯ СОЛИ братья ГРАЧЕВЫ Серебро, эмаль
Клейма: Бр. ГРАЧЕВЫ под двуглавым орлом, святой Георгий вправо
и 88 Представлены в оригинальной деревянной коробке.
5,7 см, 55 гр., Россия, Москва, 1900е гг.

600/800 €

LOT 252. 12 CUILLERES à café Argent, émail cloisonné
Poinçons : НП (Nikolaï Pokrovski), 84 et tête de femme tournée
à gauche (dans une pelle) 166 g. Moscou, après 1908. B.E. Présentées dans leur coffret  « Boutique Kadikov et Mokhov à Saint-Pétersbourg ».
12 кофейныx ложек.

Серебро, перегородчатая эмаль Клейма: НП (Николай Покровский), 84 и голова в кокошнике влево (в лопатке)
166 гр. Москва, после 1908 г. Xор.сост. Представлены в оригинальной коробке Тор- говый Дом Кадыков и Меxов, СПб.

1 500/2 000 €

LOT 258. Verre à vodka en forme d’une choppe
Argent gravé Poinçons : A.Sokolov sous l’aigle bicéphale,
И.Е. 1874, 84 et Saint-Pétersbourg 4,5 x 4 x 6 cm, 75 g., 1874,
Saint-Pétersbourg.

Стопка для водки в форме кружки Серебро, гравировка
Клейма: А.Соколов, И.Е.1874, 84, города Санкт-
Петербурга 4,5 x 4 x 6 см, 75 гр., 1874, Санкт-Петербург

150/200 €

Catalogue sur demande

HÔTEL DES VENTES du CHÂTEAU

OSENAT VERSAILLES
13 avenue de Saint-Cloud 78000 Versailles
Tél. : +33 (0)1 64 22 27 62
www.osenat.com

L’Art du Cinéma Russe

”  Le Tour du monde de Sadko “

d’Alexandre Ptouchko

Dimanche 10 avril 2022 à 16 h

Théâtre Alexandre III, Cannes

ENTRÉE GRATUITE après INSCRIPTION

Réalisation: Alexandre Ptouchko

Avec : Mikhaïl Astangov, Stepan Kaioukov, Nikolaï Kriouthkov, Alla Larionova, Youri Leonidov, Nadir Malichevski, Sergueï Martinson, Ninelle Mychkova, Ivan Pereverzev, Sergueï Stoliarov, Mikhaïl Troianovski, Lidia  Vertinskaia ….
Genre: aventure, comédie musicale.
Nationalité : URSS
Film est doublé en français

“Parti à la recherche de l’oiseau du bonheur, Sadko entame un extraordinaire voyage à travers de lointaines contrées. Au cours de son périple il va rencontrer des créatures fantastiques qui vont le protéger et le guider dans sa quête. Sadko devra triompher de toute une série d’épreuves pour accéder au secret de l’oiseau magique.Le personnage de Sadko est dérivé de la mythologie russe.”

Récompense :Lion d’argent Festival international du film de Venise.

Alexandre Ptouchko est né en 1900 à Lougansk, dans l’empire russe,  il est considéré comme le Walt Disney russe.

Alexandre Ptouchko connaît le succès dès 1935 avec son film de marionnettes Le nouveau Gulliver, prouesse de fantaisie et d’innovations techniques. Il va enchaîner pendant près de 40 ans des films plus merveilleux les uns que les autres, adaptant les contes et les légendes de la Grande Russie, mêlant épopée, historique et féérie : La fleur de pierre, Le géant de la steppe, Le tour du monde de Sadko, Rouslan et Ludmila

Alors âgé de 72 ans il réalise son dernier œuvre Rouslan et Loudmila, Il meurt en 1973 .

Plongez dans l’univers merveilleux de ce magicien russe !

Théâtre Alexandre III,
19 boulevard Alexandre III, Cannes.

Renseignements :  07 81 99 91 81

Exposition de photos

150ème anniversaire naissance S. P. Diaghiliev
(1872 -1929)

du vendredi 1er au 30 samedi 30 avril 2022

Grille de la Maison Russe des Sciences et de la Culture, 75016 Paris

Du 1er au 30 avril, la Maison russe des sciences et de la culture à Paris propose aux parisiens sa nouvelle exposition documentaire d’auteur, qui ouvre une série d’événements de la Maison consacrés au 150e anniversaire de la naissance du grand Diaghilev (fêté le 19 mars en fonction du calendrier ).

L’activité de Serguei Pavlovich Diaghilev (1872 à Selichtchi – 1929 à Venise) est entrée dans l’histoire du monde comme un phénomène tout à fait unique, exceptionnel et multiforme.

La figure théâtrale et artistique russe, le personnage exceptionnel de S.P. Diaghilev, a présenté de manière vivante et avec une compétence sans précédent l’opéra, le ballet et la peinture russes à l’étranger. Le succès des ballets russes est si écrasant qu’il contribue à la vague de mode “pour tout ce qui est russe” qui s’empare de l’Europe au début du XXe siècle.

Il a ressenti et pressenti l’esprit du temps, compris et identifié avec précision les talents, ainsi il leur a donné la possibilité de se réaliser et de se développer. Il a su réunir des personnes complètement différentes, mais en même temps exceptionnellement douées pour un objectif commun.

Les panneaux extérieurs de la Maison russe présenteront des photographies de ballerines exceptionnelles et de danseurs, acteurs et compositeurs célèbres, des reproductions de peintures, des dessins, des croquis de costumes et de décors de théâtre, des affiches et des programmes créés par des artistes exceptionnels du début du XXe siècle. La mémoire de tous ceux qui, sous la direction et l’inspiration de Diaghilev, ont créé un véritable miracle qui est entré dans l’histoire sous le nom de “Saisons russes de Diaghilev“.

S.P. Diaghilev est né dans la province de Novgorod dans la famille d’un militaire de carrière. Son enfance et son adolescence se sont déroulées à Saint-Pétersbourg, où son père a servi à un moment donné, et à Perm, où toute la famille a déménagé après sa démission. Selon les souvenirs de camarades de classe du gymnase (l’école) de Perm, Diaghilev s’intéressait déjà assidument à la littérature russe et étrangère, au théâtre, parlait couramment l’allemand et le français et jouait de la musique.

En 1890, Diaghilev arriva à Saint-Pétersbourg et entra à la Faculté de droit, mais il n’était pas intéressé par les études. Mais il consacre beaucoup de temps à son éducation musicale, prend des cours de chant, compose des compositions musicales. Et bien que Diaghilev ne soit pas devenu compositeur ou musicien professionnel, toutes ces activités ont joué un rôle important – il connaissait bien le patrimoine musical mondial, il ressentait subtilement le travail des compositeurs contemporains.
Au cours des mêmes années, Diaghilev a fait une connaissance significative de la jeunesse talentueuse de son temps – A.N. Benois, L.S. Bakst, K.A. Somov, V.F. Nouvel et d’autres, qui ont ensuite formé le noyau de l’association artistique “Le Monde de l’Art”.

En 1898, avec A.N. Benois, Diaghilev a commencé à publier le magazine “Le Monde de l’Art”, il a participé à l’organisation d’expositions de peintures d’artistes faisant partie de l’association. En 1905, il organise une grande exposition historique et artistique de portraits russes (plus de 2 000 œuvres) des XVIIIe et XIXe siècles.
Diaghilev a fait plusieurs voyages à travers l’Europe, après quoi il s’est imposé l’idée qu’il était nécessaire de donner la possibilité de voir l’art russe à l’étranger. Il croyait que seul l’art avec un caractère national russe prononcé pouvait obtenir une reconnaissance internationale et contribuer au développement de la culture d’autres pays. La tâche était extrêmement difficile, et Diaghilev l’a bien compris.

C’étaient des entreprises à ses risques et périls, au prix d’énormes efforts, avec de nombreuses difficultés à surmonter.

Depuis 1906, la longue histoire de la mission Diaghilev a commencé – la connaissance des pays étrangers avec l’art russe.
En 1906, il organise une exposition de peinture russe à Paris, en 1907 il donne cinq concerts de musique russe avec la participation de S.V. Rakhmaninov et F.I. Chaliapine. En 1908, “Boris Godounov” avec la participation de F.I. Chaliapine est présenté sur la scène de l’Opéra de Paris. En 1909, il montra des spectacles de ballet russe à Paris.

De cette époque jusqu’à la mort de Diaghilev en 1929, à Venise, une série de «saisons russes» a ouvert à l’Europe les hautes réalisations de la culture russe: sa peinture, sa musique, sa chorégraphie, sa danse et sa performance de pantomime. Ce fut une véritable révélation pour l’Occident.

Diaghilev a présenté aux Européens les classiques musicaux russes – les œuvres de Glinka, Moussorgski, Borodine, Tchaïkovski, Rimski-Korsakov. De nombreux spectacles ont été créées selon son plan et sous son influence. I.F. Stravinsky, S.S. Prokofiev, Claude Debussy, Maurice Ravel, Francis Poulenc, Manuel de Falla et d’autres ont écrit de brillantes musiques de ballets. Les œuvres créées par eux ont enrichi le trésor mondial du patrimoine musical.

Des stars du ballet telles que M.M. Fokine et A.P. Pavlova, T.P. Karsavina et Vatslav Nijinsky, Ida Rubinshtein ont brillé dans les spectacles de Diaghilev. Il a nourri toute une galaxie de grands maîtres de la danse : L.F. Myasine, G.M. Balanchine, S.M. Lifar.

La conception théâtrale et décorative de ses spectacles a été réalisée par des artistes de premier ordre: B.I. Anisfeld, L.S. Bakst, A.N. Benois, I.Ya. Bilibine, A.Ya. Golovine, N.S. Dobuzhinsky, KA Korovine, MF Larionov, NK Roerich, FF Fedorovsky. Diaghilev a également attiré des maîtres étrangers : Georges Braque, André Derain, Henri Matisse, Pablo Picasso. Il a créé le maximum d’opportunités pour révéler leurs talents dans ce domaine.

« Je suis un charlatan, d’ailleurs plein de brio – Un grand Charmeur – Un Insolent – Un Homme possédant beaucoup de logique et peu de préjugés –Un être affligé, semble-t-il, d’une absence totale de talent. Du reste, je crois avoir trouvé ma véritable vocation : c’est le mécénat. Pour cela j’ai tout ce qu’il fut, sauf l’argent. Mais çà viendra !… » , disait-il.

Le public étranger attendait invariablement quelque chose de nouveau et de surprenant de la part de Diaghilev. Il a répondu aux attentes : il en a surpris plus d’un, sans jamais se répéter.

L’art russe, si brillamment présenté à l’étranger, a eu un impact significatif sur la culture de l’Occident dans son ensemble. Le théâtre et l’école de ballet russes n’avaient pas de rivaux. Grâce aux “saisons”, le ballet a progressivement commencé à renaître en Europe occidentale et en Amérique. Leurs propres écoles et troupes ont commencé à y apparaître, généralement associées aux noms de diverses figures de la chorégraphie russe.
Voir sur Artcorusse les articles et vidéos-conférences. CLIQUEZ

Maison Russe des Sciences et de la Culture
61 Rue Boissière, 75016 Paris

Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp.

Concert Chœur d’hommes

” Chantres Orthodoxes Russes “

Samedi 26 mars 2022 à 20h 30
Dimanche 27 mars  à 16h

Église Ste-Marie-des-Fontenelles, 92000, Nanterre

L’ensemble vocal masculin « Chantres Orthodoxes Russes », composé de 11 choristes, placé sous la direction de Serge  N. Rehbinder, maître de chapelle en l’église orthodoxe russe de Saint Séraphim de Sarov à Paris, le chœur d’hommes « Chantres Orthodoxes Russes » est composé de chanteurs professionnels et amateurs qui ont fait leur classe dans de grands chœurs en Russie et en France.

Parmi ces chœurs, on peut citer ceux de la laure de la Trinité Saint-Serge près de Moscou dirigé par l’archimandrite Matthieu Mormyl, de la cathédrale orthodoxe Saint-Alexandre Nevsky à Paris sous la direction de Basile Evetz puis d’Alexandre Kedroff, de l’institut Saint-Serge sous la direction de Nicolas Ossorguine, et enfin celui de la cathédrale de la Sainte-Trinité sur le quai Branly à Paris sous la direction de Marina Politova

Depuis leur Création en 2013, les ” Chantres Orthodoxes Russs ” se consacrent au répertoie liturgique russe et surtout aux œuvres des grands centres spirituels comme le monastère des grottes de Kiev, plus particuliérement la laure de la Trinité Saint Serge situé non loin de Moscou. Des œuvres tirées d’autres répertoires, comme celui de l’institut de théologie Saint-Serge à Paris sont également interprétées.

Les premières polyphonies religieuses, inspirées par le chant populaire russe, voient le jour au XVIIe siècle, suite à l’ouverture à l’Occident et à la découverte du chant liturgique polonais.

Un siècle plus tard, les chantres russes adaptent le principe du choral luthérien à de vastes compositions à 8, 12, voire 48 voix. Mais le XVIIIe siècle est aussi celui du goût italien. Le public se rend à l’église comme on va à l’opéra pour écouter les « concerti à plusieurs parties » de Dimitri Bortniansky. Plus tard, les compositeurs de l’École de Saint-Pétersbourg se tournent vers le romantisme, puisant leurs thèmes dans les mélodies populaires, à la manière du lied allemand.

Avec le réveil culturel de la Russie au XIXe siècle et l’éclosion du mouvement slavophile, l’École synodale de Moscou renoue avec des motifs anciens et des harmonisations sobres et propices à la prière et à la méditation. L’introduction dans le chœur des voix de basse profonde renforcent le caractère mystique du drame liturgique. D’une étonnante beauté, cette musique est cependant peu jouée en concert, les basses profondes étant rares et très recherchées.

Le chœur d’hommes « CHANTRES ORTHODOXES RUSSES » a rencontré un vif succès lors des nombreux concerts , en mars 2019, 2 concerts à guichet fermé furent donné en la cathédrale de la Sainte-Trinité au sein du nouveau Centre Culturel et Spirituel Russe sur le quai Branly à Paris dans le cadre du centième anniversaire de la naissance du compositeur Serge Troubatchev. Plusieurs concerts ont été programmé, annulés pour des raisons sanitaire.

Église Sainte-Marie-des-Fontenelles 
30 Avenue Félix – Faure, 92000 Nanterre

Tarifs : 10€ normal , 5€ réduit
Billeterie sur place 1h  avant les concerts


La Librairie “Les Éditeurs Réunis”

Expose les illustrations d’

IVAN SOLLOGOUB

du samedi 19 au samedi 26 mars 2022

Les Éditeurs Réunis, 75005  Paris

Ivan Sollogoub est né en 1974 à Paris d’une famille d’émigrés russes.

Par sa mère, l’artiste a des origines ancrées dans la vieille noblesse russe. Sa grand-mère est née Princesse Obolensky, son grand-père est un Lopoukhine et la mère de son grand-père, une Ossorguine. Par son père, le peintre descend de l’écrivain russe Boris Zaïtsev, auteur de « L’Étoile bleue », « La Guirlande dorée », « Le Voyage de Gleb », « Anna », « La vie de Tourgéniev », « Le Mont Athos et Valaam, pèlerinages d’un écrivain russe » et d’autres livres.

Il a appris les bases du métier pendant 6 ans auprès de Sergueï Toutounov, peintre formé à la tradition naturaliste russe à l’Institut Sourikov de Moscou. Après quelques années passées dans son atelier, il s’est installé dans son propre atelier à Paris, d’abord dans le 18e arrondissement, puis, et jusqu’à présent, dans le 10e.

Lors d’un long voyage au Maroc, il a été marqué par l’étonnante vivacité des contrastes, de lumière comme de couleur, et a peu à peu essayé de retransmettre ce sentiment. Ivan Sollogoub aime peindre la ville, sa nuit surtout. Il y retrouve, dans ses vitrines éclairées et ses éclairages variés, ces contrastes forts qui vont du noir absolu à la blancheur la plus éclatante. Contrastes qu’il retrouve aussi lors de ses réguliers voyages à la campagne, dans le Morvan ou en agenais, dans les forêts et les bois.

Ivan Sollogoub représente rarement l’homme dans ses sujets, mais son absence n’est qu’un leurre, il y a sa marque toujours quelque part. Son travail recherche un réalisme flou, une nature proche, la nuit dans la ville. Sur les traces de l’humain, il observe plutôt son absence.

Ses goûts sont divers, il aime autant Rembrandt (pour ses contrastes) que Bonnard (pour son utilisation de la couleur et ses fenêtres), Nicolas De Staël (ses compositions, son audace…) que Hopper (le silence de ses tableaux), les noirs de Soulages, les corps de Bacon ou Freud, l’éclat de Van Gogh, la finesse de Monet ou les coloris de Kandinsky..

Librairie les Éditeurs Réunis
11 rue de la Montagne Ste Geneviève, 75005, Paris

Téléphone : 01 43 54 74 46
Métro : Maubert-Mutualité.

Librairie ouverte: du mardi au samedi – de 10 h à 18 h 30

Exposition de photographies

” Territoires d’Industrie “

de Dimitri Tolstoï

du Mardi 1er au 31mars 2022

Gares de l’Est et Montparnasse, Paris.

Cette exposition photographique, organisée par l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires en parténariat avec la SNCF Gares & Connexions, met à l’honneur cinq territoires d’industrie de différentes régions françaises:
Lacq-Pau-Tarbes, le Nord Franche-Comté, St Nazaire Cordemais, la Vallée de l’Huisne et les Vosges.
L’exposition esquisse un  portrait industriel de chacun de es territoires, à travers des entreprises représentatives de savoir-faire locaux historiques ou en émergence, souvent reconnus, grâce à l’implication des femmes et des hommes qui ont choisie d’exercer un métier industriel.

Carte blanche a été donnée au photographe Dimitri Tolstoï pour explorer cet univers au multiples facettes et en proposer une vision originale, au-delà des stéréotypes. d’un détail graphique aux installations gigantesques, l’exposition Territoires d’Industrie invite à découvrir l’industrie française sous un autre jour.

« En visitant plus de 30 pôles industriels dans sept régions françaises, cette immersion dans la France industrielle m’a permis de rencontrer des femmes et des hommes fiers de leurs savoir-faire. Un travail difficile pour certains mais toujours accompli avec humilité, et le plaisir d’une tâche bien faite.

Je sais maintenant comment sont fabriqués les chaussettes, les boulons, les vis, les textiles, les miroirs pour télescopes, hameçons, nos locomotives pour les TGV… J’ai été frappé par le gigantisme des Chantiers de l’Atlantique ou, encore, par l’arrivée des énergies propres à base d’hydrogène.

Sans oublier la passion de jeunes élèves de l’école de design automobile (Sbarro), l’idée lumineuse de Weisrock, qui fabrique des charpentes de la longueur que vous souhaitez en une seule pièce.

Je suis retombé en enfance en allant chez Clairefontaine, en retrouvant nos cahiers d’école de plusieurs couleurs ; j’ai découvert la passion de la maison Pierrat (lard fumé, saucisses etc.), qui pratique un fumage totalement écologique en circuit fermé sans aucune particule sortant des cheminées. Et beaucoup d’autres…

Mes images je l’espère, vous feront voyager à travers notre belle industrie française. »

Dimitri Tolstoï, photographe

Inauguration en présence de Dimitri Tolstoï, du ministre de l’éducation nationale, de la ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l’Industrie, le Secrétaire d’État chargé de la Ruralité, la présidente de l’Agence Nationale de la Cohésion Territoriale.

Plus de renseignements sur le photographe : CLIQUEZ

h k h

Gare de l’Est 75010 : grilles extérieures et intérieures`

Gare Montparnasse 75014 : Hall 2

8e Festival du Cinéma Russe de Niort

qui devait avoir  lieu du

6 au 9 avril 2022

au Cinéma CGR de Niort

est REPORTÉ au mois de JUIN

C’est l’actrice française d’origine russe, Dounia Sichov, qui sera la marraine du Festival.
On a pu voir récemment Dounia Sichov dans le film « Passion simple », de Danielle Arbid, sorti en août 2021, d’après le livre éponyme d’Annie Ernaux
 
 

Association Festival du film russe Niort

Renseignements  :

Jean-Marc Batsch Chargé de la promotion du festival: 06 30 58 50 93

BOLSHOÏ CONCERT

Musique sacrée et grands airs russes

” Les Secrets de l’Àme Russe “

avec

Daria Davidova (soprano)

Alexandra Bartfeld (orgue)

Dimanche 27 mars 2022 à 16h

Cathédrale Saint Louis, 78000 Versailles

Daria Davidova est née le 24 juin 1990 à Moscou, chanteuse d’opéra russe (soprano). En 2014, elle fait ses débuts au Théâtre Bolchoï à Moscou  alors qu’elle étudiait en cinquième année au Conservatoire d’État Tchaïkovsky . De 2015 à 2017, elle est soliste au théâtre académique musical de Moscou Stanislavski et Nemirovitch-Dantchenko. Depuis 2018, elle est Soliste de la télévision et radio russe (VGTRK).
Elle a gagné le concours «Pages d’or de la musique russe». Elle a été lauréate au concours international de jeunes chanteurs de romance russe «Romansiada-2008» et reçu le prix spécial «Miss – Romansiada».

Alexandra Bartfeldorganiste et pianiste russe, née à Kaliningrad. Après avoir obtenu son Master d’orgue à l’Université des Arts à Berlin ainsi que le Prix de Perfectionnement aux Conservatoire Régional de Versailles auprès de Jean-Baptiste Robin, Alexandra Bartfeld fait une carrière internationale. Dans son répertoire elle accorde une égale importance à la musique ancienne et romantique, ainsi que la musique contemporaine, des pièces peu jouées et oubliées. Alexandra Bartfeld a joué en création mondiale des œuvres de A. Karalow, M.Molteni, R. Misjuns et F. Wessel. Elle a reçu, pour l’interpretation de « Doppelflügelfenster » de Florian Wessel le Prix Hanns Eisler pour la musique contemporaine.

Alexandra Bartfeld et créatrice des plusieurs projets éducatifs et caritatifs, entre autres du projet interactif OrganTalk, qui présente une série d’interviews et qui a reçu une grande résonance dans le milieu professionnel.

La cathédrale Saint-Louis de Versailles est une église de style rocaille construite par l’architecte Jacques Hardouin-Mansartd de Sagonne. Elle fut bénie le , jour de la St Louis, et choisie comme cathédrale à la création de l’évêché de Versailles en 1802. Le grand orguefut commandé en 1759 à Louis-Alexandre Clicquot dont le père, Robert, avait travaillé à l’instrument de la chapelle royale du château de Versailles. Il possédait 45 jeux sur 4 claviers et un pédalier à grand ravalement. Il joua le , lors de la messe des États Généraux convoqués par Louis XVI. Il traversa la période révolutionnaire, endommagé par la poussière des grains entreposés dans le Temple de l’Abondance. Le sieur Bêche, de la municipalité de Versailles, fit procéder au retrait de trois fleurs de lys  en bois sur le buffet du Positif en .
La Gazette de France le compara à son homologue parisien de Saint Roch  et s’étonna de la magnificence de sa bombarde qui sonnait « comme s’il y en avait deux, comme à St Roch ».

État des restaurations effectuées :

  •  : démontage complet de l’instrument, transporté en atelier dans la perspective du bicentenaire la Révolution française (1989). La restauration fut confiée à Théo Haerpfer (Manufacture Lorraine de Grandes Orgues) et dura deux ans, expert jean-Pierre Decavele. Le remontage fut effectué du  au , alors qu’on procédait au nettoyage complet de l’intérieur de la cathédrale.
  • 2018-2020 : restauration par les facteurs DLFO et Mulheisen, cahier des charges par Eric Brottier, expert.

Cathédrale Saint Louis
4, Place Saint-Louis, 78000 Versailles
Tél : 01.39.50.40.65

Tarifs : 25€, 17€ réduit.
Billeterie à l’entrée dès 15h 30
FNAC, Carrefour, Géant…….

“ URGENCE de VOUS 

DU GABON à LA RUSSIE “

avec Veronika Bulycheva
et
Jann Halexander

Mardi 29 mars 2022 à 20 h

Café-Théâtre Le Kibélé, 75010, Paris

Veronika BULYCHEVA (chant, guitare) &  Jann HALEXANDER (chant, piano).

Ce sont deux artistes venus d’ailleurs, l’un franco-gabonais, l’autre russe naturalisée française, se retrouvent sur scène. Les deux sont musiciens auteurs compositeurs et interprètes, chacun a son parcours original : ils présentent et mélangent leurs univers personnels à travers leurs chansons et des dialogues poignants.
On se retrouve en face de polémiques actuelles autours des clichés et des préjugés liés à leurs pays d’origine : être biculturel est une fragilité et force à la fois.
“Nous sommes deux rives d’un seul fleuve nommé ‘humanité’ ! “

Véronika BULYCHEVA est née d’un père russe et d’une mère oumourte dans un petit village de l’Oural en Russie. Elle commence des études musicales au lycée de Votkinsk, la ville natale de Piotr Illytch Tchaikovski: elle apprend l’accordéon, le chant lyrique, la direction de chœur et la direction d’orchestre.

Elle entre en 1989 à l’Académie des Arts de Saint-Pétersbourg Ses études achevées, fort de plusieurs années d’expériences de la scène et confiante dans son talent, elle quitte Saint-Pétersbourg en 1992 pour Paris.

Véronika est une chanteuse unique et inoubliable, dont la voix était profonde et volatile pour prendre d’assaut les octaves – 5 octaves – de bas en haut, de contralto à alto. Une autre caractéristique du monde créatif de Bulycheva est sa volonté de travailler avec des significations riches, des textes poétiques complexes et significatifs. Ici, la grande culture de communication du compositeur avec le mot.

Plus de renseignements : CLIQUEZ

Jann HALEXANDER est né à Libreville au Gabon en 1982, initié très jeune au piano il se tourne vers les afts de la scène en 2003. E 2013 il fête ses 10 ans de carrière au théâtre Auguste  (ex Espace la Comedia) à Paris. Il est auteur compositeur et interprète, a déja à son actif plus d’une demi-douzaine de disque.

Plus de renseignements : CLIQUEZ

Le Kibele

12 rue de l’Echiquier, Paris 10ème.

Métro :  Château-d’Eau ou Bonne-Nouvelle.
Entrée : 16€ 50.
Réservation : 06 16 13 98 32

 Centenaire de l’institut Saint-Georges (1921-2021)

Exposition Thème:

”Nos mains à l’unisson” l’Art russe

Samedi 2 et dimanche 3 avril 2022

Visite de la chapelle ces deux jours à 15h
(réservation  auprès de  Mme Nicolas )

 Hôtel des Artisants, Potager du Dauphin, 92190 Meudon

La création de ce parc date de 1681. La belle demeure y a été construite au 19ème siècle par la famille Porto-Riche. Dans les années 1946, cette demeure a été occupée par un internat russe, l’Internat St Georges, pour les garçons issus de l’émigration russe, orthodoxes pour la plupart, afin de les maintenir dans leur culture traditionnelle.. 

Quand l’internat jésuite SAINT-GEORGES vint s’établir à Meudon en 1946, il avait déjà derrière lui un quart de siècle d’une existence passablement mouvementée…Né à Istanbul en 1921 sur l’initiative d’un père jésuite, au temps où la Révolution faisait rage en Russie, l’Internat SAINT-GEORGES avait accueilli une trentaine de garçons de l’émigration russe. Dès 1923, le gouvernement de Mustapha KEMAL déclarait indésirables sur le territoire turc ces rescapés de la révolution bolchevique. Ce fut une migration vers la Belgique, à Namur jusqu’en 1940, puis Paris, Rue Raynouard, jusqu’en 1946, telles furent les étapes qui précédèrent l’installation de l’internat à Meudon, au Potager du Dauphin.

  Depuis 2002, cette propriété appartient à la commune de Meudon, après la disparition d’élèves et l’ouverture des frontières de la Russie en 1990, l’Internat qui était devenu le “Centre russe ” ferma définitivement ses portes, Rome décidant de vendre la propriété, en 2021.  A ce jour, cette bâtisse à deux étages renferme des ateliers d’activités où une quinzaine d’artisans y exercent leur passion (créateur de bijoux, relieur, lithographe…).

`

Vous découvrirez également une chapelle (que l’on peut visiter lors des journées du Patrimoine), dont les fresques furent peintes par le Père Igon Sendler.

Chapelle désacralisée, sans son “iconostase”, qui a été transférée à Sylvanes, (située dans le sud de l’Aveyron à 432 mètres d’altitude dans les contreforts des Monts de Lacaune), et des espaces culturels. Dans le parc bien arboré, quelques statues modernes du sculpteur Achiam, une aire de jeux et un labyrinthe en buis. 

Anne Nicolas : Conférencière de la Chapelle Saint-Georges, responsable de l’Atelier d’Icônes de Meudon et de l’association Egon Sendler, et artisan iconographe. vous présentera les fresques de la chapelle et l’’association “Atelier d’icône de Meudon” créé en 2002 , en lien avec le père Igor qui a pensé le nom avec les responsables de la ville, donnant ainsi une nouvelle vie à son école à Meudon. Effectuant des stages d’été en Haute- Savoie, au Chalet Darbon, près de Publier.

Les membres créateurs sont:
Martine Charbonnier, assistante du Père Igor (décédée)
Jean-Paul Audigé, ami des Pères de Saint-Georges (décédé)
Anne Nicolas, élève du Père depuis l’âge de 9 ans
René Léaustic les a rejoint pour l’enseignement dès le début de l’atelier (décédé)

L’association a pour mission de poursuivre l’enseignement du Père Igor dans les lieux où il a pris forme à son arrivée, en 1959 auprès des élèves russes de l’internat St Georges, de élèves français et de leurs parents ou de meudonnais. L’objet de l’association est l’enseignement de la peinture d’icônes selon les écoles byzantines, grecques et russes et dans l’esprit de l’école du Père Egon Sendler.

Le R.P. Egon Sendler s.j.  ou Père Igor est né le 1er août 1923, Waldtal — Małkowice en Silésie, actuellement Pologne, il est décédé à Paris, le 14 mars 2014.  Il a été ordonné prêtre en 1956, hiéromoine de l’Église catholique de rite byzantin,  membre de la Compagnie de Jésus, historien de l’art, spécialiste des icônes, peintre d’icônes, conférencier et enseignant.   Il a exercé ses activités au Centre d’études russes Saint Georges dont il a été recteur de 1980 à 2002, date de la fermeture du Centre d’études ruses St Georges. Il est fondateur et directeur de l’Atelier Saint Georges de peinture d’icône à Meudon puis à Versailles, près de Paris et de l’atelier Saint-André à Lausanne en Suisse.  Il était membre de la mission catholique en Russie. Le Père Igor Sendler, a continué à enseigner l’iconographie dans son nouvel atelier à l’Ermitage à Versailles, jusqu’à son décès survenu le 17 mars 2014.

Spécialiste mondialement reconnu de l’art de l’icône, son enseignement est plus particulièrement tournée vers l’iconographie russe, celle des premiers siècles de la Russie Chrétienne avec les icônes pré-mongoles puis les écoles du Nord telle celles de Novgorod , puis l’école de Moscou jusqu’au 15ème et 16ème siècles.

Anne Nicolas et Caroline Rousseau poursuivent son enseignement.
Pour tout renseignements et inscription pour les visites de la chapelle :
Anne Nicolas : 06 36 77 64 20 et icones-meudon@orange.fr

Guylène Garcia : Représentante du collectif des artisans d’art du Potager du Dauphin et artisan tapissière.

L’hôtel d’activités artisanales au  Potager du Dauphin existe depuis 2008, le Potager du Dauphin accueille un lieu d’activités dédiés à l’artisanat d’art et des artisants exerçant des métiers rares. Ce bâtiment dispose de quinze ateliers allant de 12 à 50 m2, le tout dans un parc arboré et calme.

Plus de renseignements : CLIQUEZ

Potager du Dauphin,
15 rue Porto Riche
92190 Meudon

Accés: Gare de Bellevue, gare de Meudon ( départ de Paris par Montparnasse)

Bus: 169 (arrêt Place Stalingrad).

26ème Festival russe 

Spectacles
d’auteurs classiques et contemporains, comédies musicales,
concerts,
œuvres cinématographiques, expositions

Du vendredi  4 au dimanche 27 mars 2022

Théâtre Toursky, 13000 Marseille.

ANNULATION FESTIVAL RUSSE

sauf

Mercredi 23 mars
« Le Maitre et Marguerite » sera maintenu car le spectacle est présenté par une troupe et des artistes français. Boulgakov était d’ailleurs en son temps un artiste victime de la censure.

Festival incontournable depuis 1995, le 26ème Festival russe du Théâtre Toursky International accueille l’âme russe durant plusieurs jours. Le Festival russe défend une culture multiple, indivisible et universelle, autour des valeurs de la diversité artistique. Mené sans défaillance, Saison après Saison, avec une interruption sanitaire cet événement a su trouver sa cohérence artistique auprès  d’un public toujours plus fidèle et nombreux.

Vendredi 4 mars à 20 h

” Les ballets légendaires “

Considéré comme le meilleur au monde, le ballet classique russe représente depuis toujours la carte de visite de la Russie, une valeur incontestée et la fierté du pays. Les noms de ses danseurs sont aujourd’hui connus du grand public dans le monde entier : Matilda Kshesinskaïa, Anna Pavlova, Agreina Vaganova

Sur les musiques de Tchaïkovski, Delibes, Pugni, Rimsky-Korsakov ou d’autres encore issues de productions de Petipa et de Fokine, ces artistes honorés de Russie et lauréats des grands concours internationaux nous époustoufleront par leur virtuosité et leur grâce, en exécutant avec la facilité des anges, les fragments les plus beaux, les plus colorés et les plus compliqués techniquement de ballets légendaires : Le Lac des cygnesLe CorsaireShéhérazadeLes Flammes de Paris

Spectacle suivi d’une soirée Cabaret assurée par la Troupe Koliada.

Tarifs : de 30€ À 40€

Infos/réservations : toursky.r

Samedi 5 mars à 20 h

Originaire de Novossibirsk en Sibérie, le pianiste Dmitri Karpov vous séduira par sa maîtrise technique de l’instrument lui permettant d’interpréter les œuvres les plus redoutables du répertoire. Lauréat des plus grands concours internationaux, il enregistre de nombreux disques salués par l’ensemble de la critique internationale et fît sensation au concours Véra Lautard en 2012 au Toursky. Ses interprétations d’une réelle profondeur d’âme sont toujours un moment d’exception.

Le duo Karpov excelle dans le répertoire romantique et contemporain.
Originaire de Saint-Pétersbourg, Tatiana Simonova, concertiste reconnue, se produit sur les plus grandes scènes musicales. Ampleur et couleurs caractérisent son jeu.

Programme :

1e partie : Solo Dmitri Karpov
Piotr Illitch Tchaïkovsky : 4 extraits du ballet Casse- noisette (Transcription Pletnev)
Alexandre Scriabine : Sonate pour piano n°2
Frédéric Chopin : Ballade N°2Scherzo N°3

2e partie : Duo Dmitri Karpov & Nadezhda Karpova
Claude Debussy : La petite suite
Mikhaîl Glinka : Galop sur le thème de Gaetano Donizetti
Johannes Brahms : 3 chansons du cycle «  Souvenir de la Russie »
Carl Czerny : Fantaisie sur le thème des puritains de Bellini

3e partie : Trio Dmitri Karpov, Nadezhda Karpova & Tatiana Simonova
W.F.E. Bach : Trois papiers pour piano à 6 mains
Sergueï Rachmaninov : La romance et la valse
Aram Khatchatourian : La danse du sabre
Albert Lavignac : Galop – Marche à huit mains (avec un pianiste surprise)

Tarifs : de 19 à 26 €

Billeterie : CLIQUEZ

Dimanche 6 mars 10h  -17h 30

VIII° Festival des Centres Russes de l’enseignements
Animations le matin :

10h-11h45 : Les ateliers artistiques pour enfants autour de la
culture russe, animation interactive par l’association franco russe
” Perspectives” de Marseille.
12h-13 : Buffet russe sur place
 13h30 – 17h30 : Grand Gala des Écoles russes en deux parties avec entracte

ENTRÉE LIBRE

k d k
.

Vendredi 11 et samedi 12 mars à 20h

« Une exploration de l’âme humaine
dans toute sa complexité. »

Spectacle suivi d’un cabaret russe par
le Théâtre d’Etat de la jeunesse A. Bryantsev de Saint-Pétersbourg

Lorsque le théâtre prend des allures de roman d’aventure… Une troupe de comédiens truculents et inspirés s’emparent avec fougue et passion du Conte d’Hiver : une histoire de jalousie et d’exil, douloureuse et cocasse !

Léonte est roi de Sicile et semble être le plus heureux des hommes. Son ami d’enfance Polixène, lui-même roi de Bohème, est sur le départ après une longue visite de neuf mois. Léonte insiste pour qu’il reste encore quelques jours. Sans succès, il demande alors à Hermione, son épouse, enceinte de leur deuxième enfant, de convaincre Polixène de rester. Devant tant d’empressement, celui-ci accepte. À ce moment, un changement s’opère dans l’esprit de Léonte. Il est soudain persuadé que Polixène est le père du bébé. Sa jalousie absolument infondée, va dépasser toute mesure.

Véritable tragi-comédie, le Conte d’Hiver est l’une des dernières pièces de Shakespeare. Pour le metteur en scène, cette œuvre inclassable est le véritable testament du célèbre auteur qui fabrique du merveilleux pour parler de trahison, de jalousie, de pouvoir, de tyrannie et de folie.

Les comédiens jouent subtilement des effets de contraste entre le drame et ses ressorts comiques. Un univers riche en rebondissements qui se déploie au rythme haletant d’un véritable feuilleton.

Inventive et festive, cette production est un ravissement.

Tarifs : de 16 à 26€

Billeterie : CLIQUEZ

Vendredi 18 et samedi 19 mars 2022 à 20h 

” Prière pour les défunts “

« Un hymne vibrant à la vie face à la cruauté du pouvoir,
à la haine raciale et aux poids des traditions dogmatiques. »
Spectacle suivi d’un cabaret russe par le Théâtre sur la Pokrovka

Librement adaptée de la nouvelle de Cholem Aleichem, Tévié le laitier qui avait inspiré la célèbre comédie musicale Un Violon sur le toit, la pièce offre une farandole de visages, de destins et d’histoires où chacun d’entre nous peut trouver le reflet de lui-même.

L’action se déroule dans la Russie pré-révolutionnaire. Dans un village juif d’Anatovka en Ukraine, vit Tévié, un laitier. Sa vie de misère serait supportable s’il n’avait pas cinq filles à marier. Belles, intelligentes et pleines de santé, elles attirent des prétendants qui ne répondent pas forcément aux critères de Tévié et son épouse Goldé… Mais choisissant de privilégier le bonheur de leurs enfants au détriment de la rigueur religieuse et sociale de leur communauté, les filles finiront par imposer les maris les plus improbables… mettant ainsi en pièce les traditions ancestrales.

Les comédiens du Théâtre sur la Pokrovka évoluent dans de magnifiques décors évoquant l’univers de Marc Chagall. Les personnages sont hauts en couleur. C’est bavard, truculent, imagé et d’une saveur incomparable.

Un pur régal.

Tarifs : de 16 à 26€

Billeterie : CLIQUEZ

Mercredi 23 mars à 20 h

Le chef–d’œuvre de Boulgakov mis en scène par Igor Mendjisky,

” Le Maitre et Marguerite “

Dix-huit personnages, huit acteurs, le diable, un bourreau, une sorcière, le Christ, trois écrivains, une infirmière, un chat qui parle, trois récits qui s’entrelacent, des tirades en grec ancien, en hébreu, en russe, en anglais, une chambre d’hôpital psychiatrique, le palais d’Hérode en l’an 33 de notre ère, le théâtre d’art de Moscou dans les années 30, un plateau de journal télévisé, une plage à Yalta, un parc, une salle de bal infernale, de la vidéo, des chansons, un dispositif tri-frontal…

Conte fantastique, satire politique, histoire d’amour… Igor Mendjisky, dans une mise en scène imagée, nous livre ici une adaptation parfaite du plus grand chef-d’œuvre de la littérature russe et nous offre une suite de visions hallucinées, nous racontant une réalité vécue comme la plus labyrinthique des folies.

– Avec Marc Arnaud ou Adrien Melin, Gabriel Dufay, Pierre Hiessler, Igor Mendjisky, Pauline Murris, Alexandre Soulié, Esther Van Den Driessche ou Marion Déjardin et Yuriy Zavalnyouk.

Tarifs : de 30 à 40€
Billeterie : CLIQUEZ

LES FOLLES JOURNÉES DU CINÉMA RUSSE

Samedi 26 mars à 14h 30

 

Un florilège de dessins animés russes (version française)
Un rendez-vous original et sans égal à savourer en famille • 75 min
Le film d’animation russe est l’un des plus réputés au monde. Avez-vous déjà entendu parler du chat Matroskin de Prostovashino ou du chien Chérik ou du monde merveilleux des contes des sœurs Brumberg ? Les dessins animés soviétiques représentent aujourd’hui le patrimoine de l’animation russe et sont connus de chaque enfant russe.

Trois de Prostokvashino • Vladimir Popov • 1978
Le Mordeur mordu • Viatcheslav Kotenotchkine • 1983
Attends un peu • Viatcheslav Kotenotchkine & Vladimir Tarassov • 1969
Réalisation d’un vœu • Z. & V. Brumberg • 1957
Le cerf-volant fantôme • Leonide Kayoukov • 1983
La charrette magique • Boris Boutakov • 1985

En partenariat avec le Studio de Cinéma «  Soyuzmultfilm »,
co-organisateur des projections.

À 16h un goûter sera offert aux enfants et leurs parents
qui restent pour le film La Croisière tigrée.

Tarif unique : 8€
Billeterie : CLIQUEZ

Samedi 26 mars 18h

 

La Croisière tigrée
De Vladimir Fetine • 1961 • 83 min • Film rire

Amis des animaux et des croisières, courez voir avec vos enfants cette comédie loufoque, digne des plus grands burlesques. Léonov, le Bourvil soviétique est absolument génial.
Chouleikine, simple cuisinier, veut absolument rentrer au pays. Seule solution : se faire passer pour un dresseur expérimenté sur un cargo qui transporte comme fret dix tigres et deux lions pour un jardin zoologique vers Odessa. Il se garde bien de dire à l’équipage qu’il ne connaît rien aux animaux. Durant la traversée un petit singe ouvre les cages. Les animaux recouvrent leur liberté. S’en suivent maintes aventures délirantes. Rien dans le voyage ne ressemble à une croisière tranquille.

Samedi 26 mars 21h

 

L’Étoile d’un merveilleux bonheur
De Vladimir Motyl • 1975 • 167 min • Film passion

Le film relate l’histoire des décabristes. Quelques jeunes officiers issus de l’aristocratie et favorables à la révolution dans le but d’abolir l’aristocratie et le servage, tentent un coup d’état en décembre 1825 afin d’empêcher le tsar Nicolas 1er d’accéder au trône. Le tsar punit sévèrement les rebelles : certains furent exécutés, d’autres envoyés en Sibérie. Certaines épouses de ces officiers n’hésitent pas à aller les rejoindre en exil.
Ce film romantique est un chef-d’œuvre du genre. Un vibrant hommage aux femmes et à leur courage face à la Russie tsariste.

 

Dimanche 27 mars 15h

Le Lichen des Caribous
De Vladimir Tournaev • 2014 • 98 min • Film émotion

Le jeune Nenets Aliocha se marie avec une voisine pour céder aux pressions de sa mère. Il doit perpétuer la lignée. Mais son cœur bat pour son amour d’enfance Aniko, la fille du vieux Seberouï. Elle est partie étudier à l’université de Tioumen et n’est jamais revenue au village. Chaque jour, Aliocha scrute la route et attend son retour… Il est déchiré entre l’envie de retrouver son amour impossible et le devoir de faire vivre les traditions de ses ancêtres. Un magnifique voyage au pays des Nenets, peuple nomade du cercle polaire sibérien presque vierge de toute technologie. Ce peuple en lien étroit avec la nature tente de concilier modernité et tradition. Le réalisateur Tournaev nous interroge sur cette question fondamentale : la technologie doit-elle nous libérer ou demeurer un objet de contrôle ? C’est le premier film russe à avoir obtenu le prix du public du Festival international de Moscou.
D’une beauté à vous couper le souffle !

ACHETEZ VOS PLACES

Dimanche 27 mars 17h30

Le Temps des Premiers
De Dmitri Kisselev • 2017 • 147 min • Film aventure

Dans les années 60, pendant la guerre froide, l’URSS prévoit d’envoyer un homme dans l’espace pour une première sortie hors d’un vaisseau spatial. Les pilotes de l’armée Pavel Bellaïev et Alexeï Leonov sont sélectionnés. Ils devront affronter de nombreux obstacles et dangers. La fusée d’essai est par exemple détruite deux semaines avant le début de la mission. Les russes ne parviennent pas à en identifier les causes… 

Ce film palpitant relate les exploits incroyable de deux héros de la conquête spatiale dans des conditions frôlant l’impossible. Coincé dans l’ombre de Youri Gargarine et de Neil Armstrong, Alexeï Leonov fût le premier homme à réussir une sortie dans l’espace le 12 avril 1961. Fascinant.

 
 
 
 

APRÈS CHAQUE SPECTACLE DU FESTIVAL RUSSE
les cabarets russes prolongent la fête à l’Espace Léo Ferré.

Au menu : chansons, danses, spécialités russes et vodka.
Ambiance festive assurée !

  • Les 4 et 25 mars, après Les Ballets Légendaires et Le Maître et Marguerite, les cabarets seront animés par la troupe Koliada.
  • Les 11 et 12 mars, après Le Conte d’hiver, les cabarets seront animés par le Théâtre d’État de la jeunesse A. Bryantsev de Saint-Pétersbourg.
  • Les 18 et 19 mars, après Prières pour les défunts, les cabarets seront animés par le Théâtre sur la Pokrovka.

ET AUSSI ! EN EXCLUSIVITÉ

Cabaret russe exceptionnel à 20h
par le Troupe de la Petite Cuillère de Saint-Pétersbourg
Mercredi 9 mars

Cabaret russe poétique exceptionnel par la Troupe de la Petite Cuillère de Saint-Pétersbourg
Poésie, musique, danse, repas, vodka… Un cabaret poétique et musical unique pour découvrir les plus grands poètes russes et d’ailleurs, servis par des artistes talentueux.
Composée de comédiens du Théâtre de la Jeunesse de Saint-Pétersbourg, la Troupe de la Petite Cuillère a été créée lors des Master class prodiguées par Richard Martin autour de la thématique de la peur au théâtre à Saint-Pétersbourg.
Une soirée immanquable !

Places limitées • Réservations indispensables.

TARIFS ET INFORMATIONS :
–  23€  (Cabaret russe avec 1 repas + 1 boisson
–  15€ (Cabaret russe avec 1 boisson))
`
 
 

THÉÂTRE TOURSKY INTERNATIONAL
16 passage Léo Ferré – 13003 MARSEILLE
Standard : 04 91 02 58 35

Billetterie : 04 91 02 54 54

AccèsmétroLigne 2 (rouge), station National
Bus: N°89, arrêt Auphan / Vaillant
Voiture: dans le quartier de Saint-Mauront, le Théâtre Toursky est indiqué à l’angle du boulevard National et de la rue Félix Pyat. Depuis l’autoroute A7, emprunter la sortie « Cinq avenues/Belle de Mai ». Au feu, tourner à droite dans la traverse de Gibbes, puis suivre le fléchage vers le Théâtre. Depuis le boulevard de Plombières, le Théâtre est indiqué au bout du boulevard, sur votre gauche.

Cérémonie de remise du

15e Prix Russophonie 

Samedi 12 février 2022 de 14h à 19h

Mairie du Vème , 75005 Paris

Compte tenu de la situation sanitaire, les Journées du Livre Russe  les samedi 12 et dimanche 13 février ne pourront avoir lieu dans leur format traditionnel. Elles se dérouleront cette année en deux “actes”.

Voir l’article sur le site d’Artcorusse : CLIQUEZ

Le premier d’entre eux sera en grande partie consacré au 15e Prix Russophonie. Le second se tiendra en octobre comme l’ont annoncé les organisateurs de France-Oural.

La cérémonie de remise du prix aura donc bien lieu le 12 février à ma Mairie du 5ème arrondissement de Paris.  

Malgré une longue histoire de relations culturelles, privilégiées, notamment littéraires, entre la France et la Russie, aucun des quelques mille prix de traduction décernés en France au début des années 2000 ne récompensait les traducteurs du russe vers le français.

Afin de combler ce manque évident, en 2006, à l’initiative de Dimitri de Kochko, président de l’Association France-Oural, avec comme partenaire la Fondation Eltsine et son directeur exécutif, Alexandre Drozdov, fut créé, le prix Russophonie.

Destiné à faire connaître la littérature de l’espace russophone, issu de l’éclatement de l’URSS, le prix récompense la traduction française d’un ouvrage écrit en langue russe quels que soient le pays de résidence, la nationalité ou la citoyenneté de son auteur. Les fondateurs ont aussi pour ambition d’établir un dialogue et de favoriser les échanges entre deux espaces linguistiques: la francophonie et la russophonie dans un monde multipolaire garantissant la diversité culturelle et linguistique. C’est ainsi qu’en 2010, le prix donnera naissance aux Journées européennes du livre russe.

Pour sa première édition en 2007, le jury était présidé par Andreï Makine. Depuis, slavisants et acteurs du monde littéraire s’y sont succédés : Elena BalzamoJean BonamourEvgueni BounimovitchChristine CaillonGérard ConioAgnès DesartheFrançois DeweerAnne DurufléFrançoise GenevrayNatalia JouravliovaAndreï KourkovIrina KrivovaKirill PrivalovIrène SokologorskyChristine Zeytounian-Beloüs. Il est depuis sa création coordonné par Christine Mestre.

Représenté par une sculpture originale offerte au lauréat, le prix est doté d’une récompense financière pour l’auteur et son éditeur.



Et elle sera précédée d’un après-midi consacré à la présentation des lauréats et de leur traduction. La Mairie du Ve nous demande de respecter une jauge. L’entrée se fera donc sur inscription (le formulaire d’inscription et le programme détaillé seront disponibles dans quelques jours). L’ensemble des rencontres et la cérémonie elle-même seront diffusés en direct sur Youtube et Facebook !

D’ici à ce que nous nous retrouvions après deux ans de séparation, rendez-vous sur notre page Facebook avec, dès cette semaine, la publication de la liste de toutes les traductions en compétition. Puis, nous dévoilerons la short-list des 5 livres ayant participé au vote final du jury.

Nominé(e)s pour le 15e Prix Russophonie
pour la meilleure traduction du russe vers le français

Compte tenu du peu de place dédié à la littérature russe contemporaine sur la scène littéraire française, on ne peut que se réjouir de retrouver dans le palmarès du 15e prix Russophonie :

Les aventures d’un sous-locataire de Iouri Bouïda, grâce à la plume de Véronique Patte, traductrice connue pour ses traductions du polonais et du russe, notamment du regretté Igor Sakhnovski chez le même éditeur, Gallimard.
.

Les Éditions Noir sur Blanc font un beau doublé avec deux textes contemporains, portés par deux traductrices chevronnées, déjà présentes au palmarès du prix Russophonie ces dernières années. La route d’hiver de Léonid Youzefovitch traduit par Marianne Gourg-Antuszewicz

Le Manteau à martingale de Mikhaïl Chichkine, traduit par Maud Mabillard, également traductrice chez le même éditeur des Enfants de la Volga de Gouzel Iakhina.

Comme elles, déjà nommé au palmarès du Prix Russophonie Yves, Gauthier revient avec la traduction chez Transboréal de Dersou Ouzala de Vladimir Arseniev, résultat d’un titanesque de restauration d’un texte jusque là amputé aux deux tiers par la censure soviétique.

La littérature classique est présente cependant avec une nouvelle traduction du théâtre de Pouchkine grâce à Andreï Vieru, philosophe, écrivain et concertiste, nouveau venu dans le monde de la traduction du russe qui publie chez Vendémiaire Le Visiteur de marbre et autres œuvres théâtrales.



Pour connaître le traducteur ou la traductrice qui verra son travail consacré comme la meilleure traduction du russe de ces deux dernières années,


 
REMISE DU XVème PRIX RUSSOPHONIE 2022
 
Pour la troisième fois dans son histoire, le prix Russophonie récompense deux traducteurs, pour deux ouvrages exceptionnels, dans lesquels à travers la préface pour l’un, la postface pour l’autre, ils se sont fortement impliqués.

Déjà nommé au palmarès du Prix Russophonie en 2011, en 2014 et en 2018, Yves Gauthier est lauréat du prix 2022, avec la traduction de Dersou Ouzala de Vladimir Arseniev. Cette parution du texte intégral jusque là expurgé par la censure soviétique, s’inscrit en droite ligne dans le parcours du traducteur attaché depuis de nombreuses années à faire connaître la Sibérie, sa nature et les hommes qui l’habitent. Elle est due aussi à la rencontre de 3 écrivains voyageurs : l’auteur, Vladimir Arseniev, l’éditeur, Emeric Fisset et le traducteur, Yves Gauthier. On devine entre ces trois là une infinie complicité et l’objet qu’ils nous offrent est un véritable trésor, tant par la beauté du texte que par l’actualité des problématiques et des valeurs qui l’animent.
Lors de la remise du prix Yves Gauthier a évoqué le destin tragique d’Arseniev et de sa famille à laquelle il tenait à rendre hommage.

 

Né à Poitiers en 1960, Yves Gauthier a grandi en banlieue parisienne où il s’est orienté vers des études de lettres. D’esprit xénophile, diplômé de russe apprenant aussi les langues anglaise et chinoise, il entreprend de découvrir le monde en commençant par l’Union soviétique dès le début des années 1980. Il n’ira jamais plus loin. Naufragé volontaire, comme lui-même se qualifie volontiers, il y restera plus de vingt ans (Moscou, Rostov-sur-le-Don). De cette expérience, il concevra la vraie sève du pays par la conquête de la langue, à quoi il n’a jamais cessé de se consacrer. Qu’il ait fait de la traduction son artisanat favori participe assurément de cette philosophie du monde : la traduction aussi est un voyage.

Salarié jamais, franc-tireur toujours, Yves a signé depuis trente ans plusieurs dizaines de traductions du russe au profit de différents éditeurs. Sa bibliographie dénote un penchant marqué pour les rives inconnues et la littérature de découverte ou d’exploration (Nikolaï Mikloukho-Maklaï – son « idole » –, Vladimir Arséniev…). La Sibérie y occupe une place privilégiée avec notamment le Tchouktche Youri Rytkhèou (UnnaL’Étrangère aux yeux bleusLa Bible tchouktcheLe Miroir de l’oubli), les Russes Oleg Ermakov (Pastorale transsibérienne) et Vassili Peskov (Ermites dans la taïga et Des nouvelles d’Agafia). L’appel de la nature sauvage, présent dans tous ces titres, culmine en 2016 dans sa traduction de L’ours est mon maître de Valentin S. Pajetnov.

Il est aussi l’auteur d’une dizaine d’ouvrages inspirés par la Russie, traduire et écrire répondant selon lui d’une égale façon à la question posée en son temps par Baudelaire aux étonnants voyageurs : « Dites, qu’avez-vous vu ? » Là encore, on retrouve l’Asie russe avec L’Exploration de la Sibérie (1996, avec Antoine Garcia, prix François Millepierres de l’Académie française) ou Le Centaure de l’Arctique (2001). Il a par ailleurs signé plusieurs guides de tourisme et un livre d’architecture, Saint-Pétersbourg (2003), à l’occasion du tricentenaire de la fondation de la ville.

En 1991, la lecture du rapport secret de Youri Gagarine, déclassifié cette année-là, met Yves Gauthier dans les pas du premier cosmonaute de l’humanité et le pousse à écrire Gagarine, ou le rêve russe de l’espace (1998, rééd. 2015). Renouant avec l’art biographique, il exprime ensuite dans Vladimir Vyssotski, Un cri dans le ciel russe (2015, mention meilleure production littéraire à Koszalin, en Pologne) son admiration pour le barde soviétique – grand comédien et acteur aussi – dont les chansons l’avaient, en son temps, poussé à entreprendre l’apprentissage de la langue russe.

Ayant été pendant quinze saisons consécutives, de 1996 à 2010, directeur de croisière sur le réseau fluvial Moscou/Saint-Pétersbourg, Yves Gauthier a tiré de cette expérience un roman de voyage paru en 2008 sous le titre Moscou sauvée des eaux (Actes Sud). Il vit à Blois depuis 2008. C’est là qu’il retrace dans Souvenez-vous du Gelé, Un grognard prisonnier des Russes, l’intrigante figure du mythique Normand Nicolas Savin (2017). Parmi ses grands projets figure l’écriture d’un roman en langue russe pour aller, dit-il, « jusqu’au bout de l’étreinte ».

 

Le second Prix  pour :

 André Vieru est un nouveau venu dans le monde de la traduction du russe. Philosophe, écrivain, il est aussi concertiste et ce sont tous ces talents qu’il met à l’œuvre pour traduire, chez Vendémiaire, le théâtre de Pouchkine. Le Visiteur de marbre et autres œuvres théâtrales est assorti d’une ample postface où il justifie son choix de traduire Pouchkine « pour l’oreille et non pour l’œil » ce qui permet à Elena Balzamo d’écrire : ni archaïsante, ujni trop moderne, la version française se maintient sur une ligne de crête délicatement dessinée – c’est beau, c’est limpide, c’est naturel, un vrai miracle ! »

Andreï Viereu , en 1958 à Bucarest d’un père roumain et d’une mère russe, vient de traduire en français le théâtre de Pouchkine, mais il est aussi philosophe, peintre et mathématicien.
Des intrigues politiques de Boris Godounov à la rivalité de Mozart et Salieri, en passant par la tragédie du visiteur de marbre : l’œuvre théâtrale de Pouchkine est d’une richesse sans équivalent. Si l’on connaît bien en France la prose de l’auteur d’Eugène Onéguine et de La Fille du capitaine, la traduction de ses vers est un exercice de taille auquel peu se sont confrontés.
Andreï Vieru, s’attelle à la tâche de cet ouvrage de Pouchkine . Dans cette nouvelle traduction, une attention particulière est portée à l’usage d’une langue française d’époque, celle dans laquelle Pouchkine, qui avait failli devenir un écrivain français, rédigeait lui-même ses lettres.
Passions, tragédies, histoire, légendes : le théâtre de Pouchkine est un kaléidoscope, qui saisit en quelques pièces tous les registres de l’écriture et de l’inspiration, des grandes figures du folklore ou du mythe aux plus obscurs tourments de l’âme humaine.
Il est ici donné dans une traduction d’Andreï Vieru, sans doute la plus apte à rendre la musicalité d’un auteur qui fut avant tout poète – seule la sensibilité d’un grand pianiste pouvait nous emporter dans le rythme et la légèreté mozartienne de ces drames, petits joyaux de la littérature russe qui inspirèrent Moussorgski et Rachmaninov.


Mairie du 5e arrondissement 
21 place du Panthéon – 75005 – Paris
Ouvert samedi  de 14h à 19h
Accès: RER Luxembourg

Fondation louis Vuitton.

COLLECTION MOROZOV   

 PROLONGATION
JUSQU’ AU
DIMANCHE  3  AVRIL  2022.

Fondation Louis Vuitton, Paris

L’exposition consacrée à la Collection Morozov“, qui devait ouvrir le 14 octobre puis du mercredi 24 février 2021 en raison de la pandémie sera enfin ouverte au public. Les 200 œuvres d’art des peintres et sculpteurs majeurs de l’art moderne français et russes, ont déjà attiré plus de 800 000 visiteurs fin janvier 2022,

Après l’exposition “Icônes de l’art moderne, la collection Chtchoutkine voici une extraordinaire exposition.

Conçue par Anne Baldassari, commissaire général, l’exposition déploiera cet ensemble dans une muséographie originale occupant la totalité des espaces de la Fondation Louis Vuitton. Cette exposition  présentera les chefs d’œuvres de l’une des collections les plus célèbres d’art moderne français : Matisse, Bonnard, Picasso, Guguin, Van Gogh, Dega, Monet, Renoir, Maurice Denis, Cézanne …..

des peintres ruses : Vroubel, Chagall, Malevitch, Répine, Larionov, Serov ….

Valentin Sérov, Portrait du collectionneur de la peinture moderne russe et française Ivan Abramovitch Morozov , 1910, Gal Trtiakov, Moscou.

Toutes ces œuvres ont été réunis par les grands mécènes et collectionneurs moscovites du début du 20ième siècle, les frères Mikhaïl Abramovitch Morozov (1870-1903) et Ivan Abramovitch Morozov (1871-1921). Plus de 200 chefs-d’œuvres. .

Exposition avec la collaboration remarquable des musées russes: Musée de l’Ermitage, Musée d’État ds Beaux-Art Pouchkine, et la Galerie Trétiakov.
C’est pour Paris un  évènement exceptionnel, jamais présentée hors de Russie.

Ivan Morozov (1871 – 1921), Héritier d’une illustre dynastie marchande, dès l’âge de neuf ans, Ivan avec son frère aîné Mischa ont fréquenté l’atelier d’art d’Ivan Martynov, pris des leçons de dessin et de peinture du peintre paysagiste itinérant Yegor Moiseevich Khruslov (1861-1913) et Konstantin Korovin. À l’issue de ses études universitaires en Suisse, il abandonna la peinture et se lança dans la gestion des usines familiales de tissage. Toutefois, son amitié avec les peintres moscovites réveilla rapidement son intérêt pour l’art. La valeur estimée de la collection d’Ivan Morozov est un peu plus modeste que celle de Chtchoukine (3,9 milliards d’euros) mais elle serait tout de même l’une des collections privées les plus précieuses de l’histoire. Parmi les hits réunis par Morozov : Filletteauballon de Picasso, Le Café de nuit de van Gogh et Portrait de Jeanne Samary de Renoir. Couplée au legs de Chtchoukine, la collection de Morozov servit, dans les années 20-40 du XXe siècle, de base pour le Musée d’État du nouvel art occidental. Puis, les toiles furent réparties entre l’Ermitage et le musée Pouchkine de Moscou, où vous pouvez les admirer jusqu’à présent.

Au début du XXe siècle, les familles Morozov et Chtchoukine ont eu un impact énorme sur la vie culturelle de Moscou. Grâce à leurs activités, le concept de «mécène de l’art» est apparu. Ils ont directement contribué à la reconnaissance internationale des artistes français contemporains.

Aujourd’hui, l’Ermitage et le Musée des Beaux-Arts de l’Etat à eux . COMME. Pouchkine unissent leurs efforts pour organiser des expositions qui deviendront une couronne de mémoire pour des collectionneurs remarquables. En 2020, à Paris, à la Fondation Louis Vuitton, se tiendra une exposition commune consacrée aux collections MorozovБ

Ce sont les frères Morozov, qui ont attiré l’attention de la société russe sur un phénomène aussi nouveau de la culture mondiale que l’impressionnisme français, et ce n’est pas un hasard si le tableau de Claude Monet, Boulevard des Capucines, qui a déclenché le plus grand scandale lors de la première exposition d’impressionnisme en 1874, a été porté à Moscou par Ivan Morozov.

Mikhail Morozov est celui qui a découvert Paul Gauguin et Pierre Bonnard pour la Russie; son jeune frère est allé encore plus loin et a commandé à Bonnard le triptyque «Au bord de la Méditerranée», et Maurice Denis – la décoration pittoresque du salon de musique de son hôtel particulier.

Mikhaïl Abramovitch Morozov, en 1894, la deuxième exposition du MTX s’ouvre à Moscou, sont exposées des toiles de  Konstantin Korovine  : “Paris Boulevard” et “Northern Idyll”. Mikhail Morozov achète ces œuvres, jetant les bases de sa collection. Par la suite, son frère Ivan commence à collecter une collection de peintures .

En 1900, au Musée l’École d’Art du Baron Stieglitz , lors de la deuxième exposition du magazine le Monde, Mikhail Morozov acheta le tableau «La Princesse du cygne» à Mikhaïl Vroubel pour 300 roubles. Lors de la prochaine exposition “Le Monde l’Art ” en 1901, Morozov 18 mille francs acheta “Extravagance intime ” de Paul Benard et ” Homme cueillant des fruits dans un arbre  ” de Paul Gauguin.

Maison Morozov rue Smolensk, Moscou

À partir de 1893-1894, un grand cercle d’artistes se réunit dans la maison de Mikhail, dont les membres permanents étaient Mikhaïl Vrubel, Valentin Serov, Konstantin Korovin.