Evenements

Gala d’Étoiles Internationales

” VIVA MAÏA”

Samedi 29 juin 2019 à 20H30

Palais des Festivals, Cannes

Au cœur de la saison estivale cannoise, Irma Nioradze, étoile du ballet du Kirov de Saint-Pétersbourg, avec  le Théâtre Mariinsky St Pétersbourg – Théâtre National de Bavière – Le Ballet du Bolchoï – Le Ballet National de Vienne – Académie de Ballet Vaganova – Astana Opéra – Opéra de Berlin – Opéra National de Budapest – Théâtre Mikhaïlovski St Pétersbourg .

d

Un gala exceptionnel, baptisé ” Viva Maïa “, qui veut garder bien vivante la mémoire de la grande Maïa Plissetsskaïa, « Prima ballerina assoluta » disparue en mai 2015, après 50 ans d’une fabuleuse et exemplaire carrière. En 2016, un premier hommage lui avait été rendu par la création du Prix Maïa, décerné à Cannes.

Cette année, l’hommage à Maïa Plissetskaïa prendra la forme d’une soirée réunissant certains des plus grands danseurs des scènes internationales qui portent aujourd’hui l’esprit de cette grande dame de la danse, en alliant la technique la plus remarquable et l’expression la plus dramatique. Maïa Mikhaïlovna Plissetskaïa (Майя Михайловна Плисецкая), née à Moscou le 20novembre 1925 est décédée le 2 mai 2015 à Munich,  considérée comme l’une des plus grandes ballerines et surnommée la « Diva de la danse ». Elle est prima ballerina asoluta  du Bolchoï en 1962.

Maïa Plissetskaïa dans Roméo et Juliette (1961 Théâtre Bolchoï)

Maïa Plissetskaïa reste unique par la hauteur de ses sauts,la fluidité de ses bras et la longévité de sa carrière (elle dansera jusqu’à 70 ans). Unique, également car, sa danse, pleine d’intelligence, allie la technique la plus époustouflante à l’expression la plus dramatique.

Maïa Plissetskaïa en 2011

Les théâtres les plus prestigieux seront représentés, comme le Mariinski Theater, le Bolshoï Theater, le Vienna State Opera, le National Theater München…

Au total, ce sont une quinzaine d’étoiles venues du monde entier qui sont réunies pour un programme composé de tous les plus grands moments du répertoire – Don Quichotte, Diana et Actaeon, Notre-Dame de Paris…– mais aussi de ballets plus spécifiquement russes.

Terre de danse par excellence, avec son école internationale créée par Rosella Hightower et son Festival International de Danse, la ville de Cannes réaffirme son engagement à cet art majeur, en plaçant le gala “Viva Maïa” au cœur de sa saison estivale, permettant une nouvelle fois à la danse de briller sur la célèbre Croisette !

d

1ère Partie :

Carmen – Extraits du ballet
Chorégraphie : Davide Bombana
Musique : Georges Bizet
Direction artistique et pédagogique : Paola Cantalupo
Avec les danseurs du Pôle National Supérieur Danse – Centre International de Danse Rosella Hightower
Carmen : Stella Perniceni – Don José : Auguste Palayer – La Chef des Cigarières : Djié Oiwa

d

Les Flammes de Paris – Pas de deux
Chorégraphie : Vasily Vaynonen et Assaf Mikhaïlovitch Messerer
Musique : Boris Asafiev
Danseurs : Kristina Kretova (Ballet du Bolchoï) et Julian MacKay (Théâtre Mikhaïlovski)

Kristina Kretova (Ballet du Bolchoï), née à Orel. En 2002, elle est diplômée de l’Académie du Ballet du Bolchoï (classes de Lyudmila Kolenchenko, de Marina Leonova et d’Elena Bobrova) et rejoint le Kremlin Ballet Theatre, où elle a tenu de nombreux rôles principaux.

Julian MacKay est né dans le Montana, aux États-Unis, il a suivi une formation de 6 ans à l’Académie de ballet de Moscou. En 2015, il a obtenu un diplôme de russe en tête de sa classe. À la fin de ses études, il interprète Siegfried dans le long métrage du Lac des cygnes avec le ballet russe, en tournée en Allemagne. Il a remporté le Prix de Lausanne 2015 et est devenu apprenti du Royal Ballet (2015-2016). Il a participé aux galas internationaux «Les étoiles du 21e siècle», «Les étoiles d’aujourd’hui à la rencontre des étoiles de demain» et au Gala Marika Besobrasova. En 2016, il a rejoint la compagnie de ballet Mikhailovsky.

d

Fragment – Duo
Chorégraphie : Eno Peci
Musique : John Perkins
Danseurs : Ketevan Papava et Eno Peci (Ballet National de Vienne)

d

Notre-Dame de Paris – Pas de deux,
Chorégraphie : Roland Petit
Musique : Maurice Jarre
Danseurs : Aigerim Beketayeva et Bakhtiyar Adamzhan (Astana Opéra)

Aigerim Beketayeva est née à Taldykorgan. En 2010, elle est diplômée du Collège de chorégraphie A. Seleznev à Almaty. De 2010 à 2013, elle a travaillé comme première danseuse du Théâtre national d’opéra et de ballet K. Baiseitova. Depuis 2013, elle est danseuse étoile du théâtre d’opéra et de ballet d’État «Astana Opera». En 2015, elle a obtenu son diplôme de « professeur-chorégraphe » à l’université pédagogique d’État de Chelyabinsk. Elle est la danseuse soliste invitée avec le théâtre de ballet académique d’État de SaintPétersbourg de Boris Eifman.

Bakhtiyar Adamzhan est né à Sary-Ozek, dans la région d’Almaty au Kazakhstan. De 2003 à 2011, il est formé à l’Ecole chorégraphique d’Almaty appelée A.V. Seleznev. De 2011 à 2013, il est soliste au Ballet de l’Opéra Abaï. Il rejoint l’Opera d’Astana en tant que soliste en 2013 et est nommé danseur Etoile en 2015. Il a le role principal dans de nombreux ballets dont Spartacus, Casse-Noisette, Notre-Dame de Paris, Don Quichotte, etc…. Bakhtiyar a remporté de nombreux prix.

d

Schéhérazade – Duo
Chorégraphie : Michel Fokine
Musique : Nicolaï Rimski-Korsakov
Danseurs : Alina Somova et Vladimir Shklyarov (Théâtre Mariinsky – St Pétersbourg)

Alina Somova est née à Léningrad (Saint-Pétersbourg, )diplômée de l’Académie de ballet russe Vaganova en 2003 (classe de Lyudmila Safronova), admise au sein du Ballet Mariinsky et elle est promue au rang de soliste. En 2004, elle interprète le rôle de Masha dans le ballet Casse-Noisette au Théâtre national de Tokyo. En 2006, début du rôle de Odette-Odile dans Le lac des cygnes (version de Rudolf Noureev) à l’Opéra National de Vienne. En 2008, elle tient ce rôle au Théâtre national académique azerbaïdjanais d’opéra et de ballet puis en 2009,  au Théâtre d’opéra et de ballet de Paliashvili en Géorgie, en 2010, sur la scène du Théâtre de la Scala. En 2011, elle danse dans le ballet Jewels (Joyaux) au Théâtre de la Scala. En 2012, débuts du ballet Excelsior au Théâtre de la Scala. Alina Somova a participé à de nombreux galas en Russie et à l’étranger, ainsi qu’un spectacle dédié à Maïa Plissetskaya en Espagne.

Vladimir Shklyarov est né à Léningrad, diplômé de l’Académie de ballet russe Vaganova en 2003, il est immédiatement accepté au théâtre Mariinsky. En 2011, il accède au statut de Premier danseur. Au début de la saison 2016/17, il rejoint le Ballet National de Bavière en tant que danseur principal, en plus de son poste au sein du Mariinsky. Son répertoire comprend des rôles principaux dans les répertoires classique, dramatique et contemporain, y compris dans des ballets de Frederick Ashton, George Balanchine, August Bournonville ….

d

Le Corsaire – Pas de deux
Chorégraphie : Marius Petipa
Musique : Adolphe Adam
Danseurs : Tatiana Melnik (Opéra National Hongrois) et Daniil Simkin (Opéra de Berlin, ABT)

Tatiana Melnik diplômée de l’École chorégraphique de l’État de Perm (Russie) en 2006, a travaillé jusqu’en 2013 pour le Ballet Russe au théâtre National de Moscou sous la direction de Vyacheslav Gordeev. En 2013, elle devient soliste pour le théâtre musical Stanislavsky et Nemirovich-Danchenko de Moscou. Depuis 2015, elle est directrice du Ballet national hongrois. Parmi les ballets dans lesquels elle danse, les rôles principaux sont Cendrillon, La Bayadère, Giselle, Casse-Noisette, Le Lac des cygnes et La Belle au bois dormant.

Daniil Simkin est né à Novossibirsk, de parents danseurs. Ils ont quitté la Russie en 1990 alors qu’il n’avait que 3 ans, ils se sont installés à Wiesbaden en Allemagne. Dès l’âge de 6 ans, Daniil se produit souvent sur scène aux côtés de son père, Dmitrij Simkin. À 10 ans, il commence sa formation sous la direction de sa mère, Olga Aleksandrova. À 12 ans, il a  participer à des concours de danse à travers le monde. Il rejoint la compagnie de ballet de l’Opéra National de Vienne en 2006, puis l’American Ballet Theatre en tant que soliste en octobre 2008 et devient danseur étoile en 2012. A la saison 2018-2019, Daniil a rejoint Staatsballett Berlin en tant que premier danseur et a conservé son poste chez ABT, se produisant pour les deux compagnies aussi souvent que son emploi du temps le lui permet. Les critiques soulignent les sauts silencieux de Daniil Simkin, son excellent rythme, ses jambes ouvertes facilement en une rotation fendue et stable, avec une capacité rare de s’arrêter sur un pied après une pirouette.

g

2ème Partie :

Le Lac des Cygnes – Pas de deux
Chorégraphie : Marius Petipa
Musique : Piotr Ilitch Tchaïkovski
Danseurs : Alina Somova et Vladimir Shklyarov (Théâtre Mariinsky – St Pétersbourg)

d

Cinque – Solo
Chorégraphie : Mauro Bigonzetti
Musique : Antonio Vivaldi
Danseur : Kristina Kretova (Ballet du Bolchoï)

d

Diana et Acteon – Pas de deux – extrait d’Emeralda
Chorégraphie : Agrippina Vaganova
Musique : Cesare Pugni
Danseurs : Tatiana Melnik et Bakhtiyar Adamzhan (Astana Opéra)

d

Casse-Noisette – Solo
Chorégraphie : Alisher Hasanov
Musique : Piotr Ilitch Tchaïkovski
Danseur : Julian MacKay (Théâtre Mikhaïlovski)

d

La Giselle Rouge – Pas de deux
Chorégraphie : Boris Eifman
Musique : Piotr Ilitch Tchaikovsky
Danseurs : Ketevan Papava et Eno Peci (Ballet National de Vienne)

Ketevan Papava est née à Tbilissi (Géorgie). Après ses études à l’Académie Vaganova de Saint-Pétersbourg, elle est devenue membre du Théâtre Mariinsky de 2001 à 2006. A cette époque, son répertoire comprenait de nombreux rôles de solo classique et temporaire. En outre, elle se produisait à l’Opéra national de Sofia. En 2006, elle a été engagée en tant que demi-soliste au Ballet de l’Opéra national et de l’Opéra Populaire de Vienne. En 2010, elle est nommée soliste du Ballet National de Vienne. En 2015, elle est nommée première soliste.

Eno Peci est né à Tirana (Albanie). Il a étudié à l’ Académie de danse de Tirana et à l’Ecole de danse de l’Opéra National de Vienne. En 2000, il rejoint le Ballet du Ballet de L’Opera National de Vienne. En 2003, il a été nommé Demi-soliste et en 2009 soliste du Ballet de l’Opera National et de l’opéra Populaire de Vienne.  En 2009, il commence sa carrière de chorégraphe. Nommé ambassadeur de la République d’Albanie en 2008, il a reçu avec «La clé de Tirana» un autre grand honneur de son pays d’origine. En 2018, le président de l’Albanie lui a décerné le titre de «Chevalier de l’ordre de Skanderbeg».

d

Les Bourgeois – Solo
Chorégraphie : Ben Van Cauwenbergh
Musique : Jacques Brel
Danseur : Daniil Simkin (Opéra de Berlin, ABT)

d

Don Quichotte – Pas de deux
Chorégraphie : Alexandre Gorsky
Musique : Ludwig Minkus
Danseurs : Evelina Godunova (Ballet National de Berlin) et Osiel Gouneo (Théâtre National de Bavière)

Evelina Godunova a étudié le ballet à l’école de ballet de Riga (diplômée en 2010), a suivi des programmes d’été à l’académie de ballet du Bolchoï et à l’école de ballet royale de Covent Garden. En 2010, elle rejoint le CNOB letton en tant que demi-soliste. Depuis 2015, elle est soliste à la Universal Ballet Company à Séoul. Son répertoire: Giselle, Anna Karenina (chor. De B. Eifman), Othello (chor. De A. Sigalova), Casse-Noisette, La Bayadere, La Belle au bois dormant, Le lac des cygnes, Don Quichotte, Roméo et Juliette (chor. De K. MacMillan), Duende (chor. De Nacho Duato).

Osiel Gouneo est né à Matanzas, il a étudié à l’École nationale de ballet cubain de La Havane. En 2008, il rejoint le Ballet national cubain. Nommé danseur principal en 2011, il a tenu de nombreux rôles principaux dans des théâtres prestigieux tels que le London Coliseum, le Théâtre Bolchoï à Moscou ou le Lincoln Center à New York… En 2013, il rejoint le Ballet national norvégien et séduit immédiatement le public par son talent et son charme – dans des rôles romantiques tels que le Prince dans Le lac des Cygnes et Cendrillon ou CasseNoisette et des personnages comme l’Oiseau Bleu dans La Belle au Bois Dormant ou Le Maure dans Petrouchka. Les critiques de différentes parties du monde l’ont nommé «le roi de la danse», «sensation cubaine» et «étoile montante».

3

Programme sous réserve de modifications

BILLETTERIE Palais des Festivals :

1. Sur place : Esplanade G.Pompidou – Accès par l’Office de Tourisme de Cannes

2. Par téléphone : avec transmission carte bancaire +33 (0)4 92 98 62 77

3. Par mail : billetterie@palaisdesfestivals.com

4. En ligne : www.cannesticket.com

Du lundi au samedi de 10h à 18h et 1 heure avant chaque représentation sur le lieu du spectacle En vente également dans les points de ventes habituels

Tarifs : Catégorie 1 Plein : 48€,  Groupe : 40€ Abonné : 38€ -26 ans : 38€ -10 ans : 10 €

Catégorie 2 Plein : 38€ Groupe : 35€ Abonné : 28€ -26 ans : 28€ -10 ans : 10 €

Gargilesse Band et l’Association “Pour Kungur”

Festival “Amitié – les Enfants du Monde”

Jeudi 11 juillet à 19h

(Veille du départ en Russie)

Centre de Russie pour la Science et la Culture

Paris

Au programme le spectacle “Le Petit Prince est de retour” et une exposition de dessins faits par des enfants de la région de Perm, et par des enfants adoptés dans cette région et vivant maintenant dans le Monde.
Le festival aura lieu du 13 au 20 juillet dans la region de Perm, pour les enfants des orphelinats, familles d’accueil, centres pour enfants malades.
Le Festival est parrainé artistiquement : par Mihail Chemiakine, Eva Zaïcik, Ekaterina Shpitsa, Bunny Godillot, Elena Starostina, Viatcheslav Tshuistov,  Laurent Levesque et Alain Figlarz.
.
L’association “Pour Kungur” a pour origine   un collectif de familles ayant adopté leur(s) enfant(s), ou en cours d’adoption à la Maison d’enfants de Kungur (Russie). Depuis 2007,  un véritable lien s’est créé entre les familles  adoptives et le personnel de  l’orphelinat de Kungur, composé de femmes exceptionnelles, qui, avec très peu de moyens, aident les enfants qu’elles ont en charge à se reconstruire et à grandir.

En 2009, nous créons le collectif de familles “From Kungur”. Ces échanges entre familles, et avec la Maison d’enfants sont d’une grande aide psychologique pour les familles, et les enfants adoptés.
Les familles du collectif vivent en France, Espagne, Italie, Suisse, Royaume Uni, Irlande, USA, Argentine, Canada.
.
Plus de renseignements : CLIQUEZ
d
Participation libre
(pour offrir des cadeaux aux orphelinats de la région de Perm)
d
Réservation obligatoire : crsc.paris@crsc.fr
(en précisant votre nom, le nombre de places reservées)
d

L’argent de cette collecte servira à:

– Offrir une collation aux enfants qui viendront voir le spectacle
– Offrir des cadeaux aux orphelinats de la région de Perm et au sanatorium pour enfants tuberculeux.
– Financer l’exposition des dessins des enfants du Monde (une copie de l’exposition  sera plastifiée et offerte à chaque orphelinat et structure pour enfants avec lesquelles nous collaborons dans la région de Perm.)
 3
Centre de Russie pour la Science et la Culture
61 rue Boissière – 750116 Paris –

Téléphone : 01 44 34 79 79.   –   Réservation crsc.paris@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)

Bus : 22, 30, 52, 82

Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp.

Tzigane

de Pétia Iourtchenko

du vendredi 5 au vendredi 26 juillet 2019

à 17h15

( Relâche 16 juillet )

Théâtre du Roi René, Avignon

 

Création & chorégraphie de Pétia Iourtchenko avec la collaboration artistique de Johanna Boyé.

Nouvelle version du spectacle avec trois musiciens live (guitare, contrebasse et accordéon) pour accompagner notre chanteuse Lilia Roos-Dalskaïa et nos huit danseurs de la Compagnie ROMANO ATMO est une compagnie de danse française.

Créée en 1994 à Paris par Pétia IOURTCHENKO et sa femme Anne-Marie IOURTCHENKO, elle est constituée d’amateurs pratiquant la danse tzigane en loisir et d’artistes de tous horizons: danseurs, comédiens, chanteurs, musiciens…

Pétia Iourtchenko est né à Donetzk en 1957, dans la tribu des «Vlach». A l’âge de 16 ans, il passe le concours du prestigieux «Théâtre Romen» de Moscou. Dès son intégration, il participe aux spectacles et devient alors le plus jeune comédien, danseur, chanteur dans l’histoire du théâtre. Il se forme parallèlement à l’institut «Gnesenikh», où il étudie l’art dramatique, la danse, le chant et l’histoire de l’art. Entre 1974 et 1988, Pétia se produit dans toute la Russie, ainsi qu’à l’étranger (Japon, Inde, Yougoslavie, France…) En 1988, il joue avec la troupe pour la première fois à Paris au «Théâtre Mogador». En 1989, il quitte le «Théâtre Romen» et revient à Paris, où il se produit dans différents cabarets. En particulier au «Balalaïka», où tous les artistes de l’Est sont passés. Il rencontre Pascal De Loutchek, chanteur, guitariste d’origine russe; et Lilia Dalskaïa, chanteuse et ex-comédienne du «Théâtre Romen». Ils forment alors le trio «Arbat». Le trio se produit à New-York, Londres, Oslo, Madrid, Budapest … dans différents festivals et enregistre trois albums.

En 1994, Pétia fonde à Paris la compagnie ROMANO ATMO (l’âme tzigane), avec l’aide de son épouse Anne-Marie Iourtchenko.

Les danseurs sont de nationalités et d’origines différentes: en majorité des français “non tziganes” (des “gadjés”) mais aussi des russes, roumains, espagnols, polonais… 

La plus jeune artiste de ROMANO ATMO est agée de huit ans seulement! Certains dansent avec Pétia depuis plus de douze ans, lorsque d’autres ont intégré la troupe cette année.

La compagnie est une famille, soucieuse de faire partager son art et son amour du folklore tzigane au plus grand nombre, à travers ses galas, ses créations, ses soirées dans les restaurants parisiens, ses répétitions ouvertes aux auditeurs libres, et en accueillant chaque année de nouveaux danseurs ayant atteint le niveau de danse requis, désireux de partager leur amour pour cette danse sur scène avec le public.

RÉSERVATION DÈS MAINTENANT

3

C’est au cœur de la ville historique d’Avignon que s’élève le Théâtre du Roi René, derrière les halles. Ce lieu phare du festival off dispose de deux salles aux atmosphères singulières mais à la vocation commune de présenter des spectacles innovants. Amoureux d’éclectisme, ayant le goût de la modernité, osez pousser la porte du Théâtre du Roi René et laissez-vous emporter par une programmation inspirée et inventive !

Théâtre du Roi René

4bis,  Rue Grivolas, 84000 Avignon

Tél : 04 90 82 24 35

Tarifs: 23 16, 18€

Réservations et billeterie : CLIQUEZ

 

Le Clan Mikhalkov – Culture et Pouvoirs en Russie
(1917-2017)

par Cécile Vaissié

Lundi 24 juin à 18h 30. 

 

Centre culturel Alexandre Soljénitsyne
et la librairie “Les Editeurs Réunis”

 

Les Mikhalkov-Kontchalovski constituent sans doute la plus célèbre dynastie dans la culture soviétique, puis russe, des dernières décennies. Le père, Sergueï Mikhalkov (1913-2009), ex-président de l’Union des écrivains de la Russie soviétique, a écrit des pièces et des poésies que tous les enfants ont lues et apprises en URSS. Il est aussi l’auteur des paroles des trois hymnes nationaux : le stalinien de 1943, le brejnévien de 1977 et le poutinien de 2000, ce qui témoigne d’une continuité souhaitée par certains dirigeants politiques. Les fils, Andreï Kontchalovski (1937-) et Nikita Mikhalkov (1945-), actuel président de l’Union du cinéma russe, ont tourné des films qui ont impressionné les cinéphiles, y compris en Occident. Le plus jeune s’est engagé aux côtés de Boris Eltsine et, surtout, de Vladimir Poutine, alors que l’aîné, parti à Hollywood à la fin des années 1970, se partage entre la Russie, l’Europe occidentale et les États-Unis. Leur mère aussi écrivait, tandis que leur grand-père et leur arrière-grand-père étaient des peintres reconnus dont les toiles se trouvent dans de nombreux musées. Malgré son caractère extra-ordinaire ou, peut-être, grâce à lui, ce clan familial agirait comme une sorte de révélateur de ce que la Russie traverse, y compris par le si séduisant conte qu’il semble incarner. Explorer les parcours des Mikhalkov-Kontchalovski implique donc d’étudier l’histoire de la Russie, soviétique et postsoviétique, et d’approfondir les raisons et justifications des artistes qui ont servi le pouvoir en Russie et s’en sont servis. Cette recherche sur une famille est ainsi au croisement des histoires politique, sociale, intellectuelle et culturelle de la Russie, de 1917 à 2017.

g

L’auteure, Cécile Vaissié, docteure en sciences politiques, est professeure en études russes et soviétiques à l’université Rennes 2. Elle est spécialiste de l’histoire des intellectuels en URSS et a consacré à ceux-ci plusieurs livres et de très nombreux articles, en couvrant le champ allant des dissidents aux personnalités les plus officielles de la culture.

3

Implantée au cœur du quartier latin depuis un demi-siècle, la librairie Les Editeurs Réunis propose un vaste choix de livres neufs et d’occasion en russe et en français. Vous y trouverez les grands auteurs de la littérature russe classique et moderne, des livres sur l’histoire et la civilisation russe,sur la pensée philosophique et la théologie orthodoxe, ainsi que des manuels,  des dictionnaires et des guides pour vos voyages. Nikita Struve, professeur, philosophe, Président du Groupe de recherches sur l’Émigration russe, était le directeur d’YMCA Press. Cette maison d’édition a été fondée à Berlin en 1920 puis transférée à Paris en 1925. Il décrit d’ailleurs ce lieu : « Au fil des années “Les Éditeurs réunis” est devenu une maison d’édition de livres russes d’orientation chrétienne orthodoxe bien que créée par des missionnaires américains protestants. »

C’est ici qu’a été publié l’Archipel du goulag d’Alexandre Soljenitsine en 1973/74 pour la première fois. 

 

Centre Culturel Alexandre Soljenitsine

Librairie les Éditeurs Réunis

11 rue de la Montagne Ste Geneviève, 75005, Paris

Téléphone : 01 43 54 74 46
Métro : Maubert-Mutualité.

Librairie ouverte: du mardi au samedi – de 10 h à 18 h 30

 

 

Concert unique exceptionnel

Ensemble vocal ” Jérusalem “

Musique sacrée et folklorique

Dimanche 23 juin 2019 à 17h

Chapelle St Roch, Cannes

 

L’ensemble vocal “Jérusalem” de la Paroisse orthodoxe St Michel Archange de Cannes est réputé parmi les chorales orthodoxes russes.

L’église orthodoxe Saint-Michel Archange a été conçue à la fin du XIXe siècle par un architecte cannois, Louis Nouveau, en 1894 l’église russe fut construite pour l’épouse du tsar Alexandre III, Maria Alexandrovna. Elle s’inspire de la tradition russe elle a un plan en croix grecque, le toit en tuiles vernissées, surmonté d’un clocheton à bulbe en ciel étoilé. L’église est consacrée le 22 novembre 1894 par l Mg r  Palladius Raev(1827—1898), métropolite de Saint Petersbourg et par l’archiprêtre Grégoire Ostrooumoff, des clergés russes de Nice, Menton et grec de Marseille, en présence de membres de la famille impériale, de l’aristocratie russe ainsi que des autorités de la ville de Cannes et des Alpes-Maritimes. Le clocher a été terminé plus tard ; il est béni le 17 mars1896. Les sept cloches amenées de Russie ont été offertes par Ivan Ivanovitch Elaguine. Un presbytère est ajouté (l’actuelle villa Saint-Michel), achevé en 1897.

ENTRÉE LIBRE

PAF (Participation aux frais).

Au profit de l’Église et du chœur

3

Chapelle Saint-Roch

Au lendemain de la peste de 1720, les Cannois érigent la chapelle Saint-Roch à proximité de l’actuelle rue Saint-Dizier. Détruite durant la Révolution, reconstruite durant la Restauration, elle est une nouvelle fois démolie en 1860 pour laisser place au nouveau tracé du chemin de fer puis à nouveau reconstruite, accolée au vieil hôpital Saint-Jacques.

 

Chapelle Saint Roch

9 rue Saint Dizier, 06400, Cannes

Renseignements: 06 15 17 41 79

2ème Saison Russe

Du jeudi 22  au dimanche 24 août 2019

à Deauville

 

Le génie, la folie et la splendeur de l’âme russe sur la scène historique de Deauville. L’Histoire de Deauville et des Ballets russes sont intimement liées, lors de la saison inaugurale du nouveau casino de Deauville, en août 1912, le Théâtre du Casino, a accueilli durant deux semaines les Ballets russes de Serge de Diaghilev pour sa toute première série de représentations françaises hors Paris. Durant deux semaines Deauville aura été le témoin de cet âge d’or de la troupe de Diaghilev. Les places se vendaient au marché noir. L’étoile de cette troupe était Vaslaw Nijinski, devenu chorégraphe, il venait de créer fin mai, sa version très décriée de L’après-midi d’un Faune. Lorsqu’il dansait sur la scène du Théâtre du Casino dans « Le spectre de la Rose », la presse locale trouvait « qu’il s’envolait dans les airs comme la brise estivale de Deauville».

f

La mission du Festival de l’ Art Russe de Deauville est de prolonger et réinventer les liens artistiques forts, tissés depuis des siècles, entre la France et la Russie. Il associe donc, dans sa programmation, les reprises des grandes œuvres du répertoire classique mises en parallèle et en perspective avec le meilleur de la création artistique russe d’aujourd’hui, portée par des artistes émergents.

d

Jeudi 22 août 2019

Présentation du projet artistique «Moon Pool»

Présentation “Moon Pool” à Figeac.

Présentation du projet artistique «Moon Pool» – Décors pour le ballet imaginaire, interprétées par le peintre et le céramiste peintre et le céramiste Nikolay Koshelev né en 1987 à Moscou, peintre et céramiste, vit à Moscou et à New York.

 Nikolay Koshelev peintre et le céramiste

Il est le plus jeune artiste russe présenté en vente publique internationale de la maison Phillips. Ses œuvres ont été acquises par des collectionneurs internationaux et des musées, au Danemark, en Russie et en Allemagne. Son projet “Moon Pool” a été initié il y a cinq ans. Moon Pool est une redéfinition du contexte historique du symbolisme artistique russe et du patrimoine  artistique des célèbres Saisons russes de Diaghilev.

La première partie du projet Moon Pool prendra la forme d’une exposition lors du Festival d’art russe de Deauville.

17:00
Salle des fêtes de Deauville

Cocktail d’ouverture du Festival (Presse et Invités VIP)

18:30

Ouverture publique de l’exposition 
ainsi que chaque jour jusqu’au 25 août

d

 

Vendredi 23 août 2019

Première du programme créé par le directeur artistique du Festival Sergey Filin et l’étoile du Bolchoï Artem Ovcharenko.

19:00
Théâtre Casino Barrière

Les chorégraphies célèbres ainsi que les nouvelles œuvres de chorégraphes contemporains interprétées par Artem Ovcharenko avec la participation de quatorze étoiles et solistes de ballet des principaux théâtres russes.

Artem Ovcharenko  – Étoile du Bolchoï

Anna Tikhomirova  – Première du Bolchoï

Semen Chundi – Étoile du Bolchoï

Nina Kaptsova – Étoile du Bolchoï

Denis Savin – Étoile du Bolchoï

Natalia Filina – Danseuse du Bolchoï

Tatyana Tkachenko – Soliste du théâtre Mariinsky de Saint-Petersbourg

Ivan Oskorbin– Étoile du Mariinsky Ballet de Saint-Petersbourg

Elena Solomyanko – principale danseuse de ballet soliste de la troupe de ballets du théâtre académique musical de Moscou. K.S. Stanislavsky et V.I. Danchenko

Innocenty Yuldaschev – Étoile du théâtre académique musical de Moscou. K.S. Stanislavsky et V.I. Danchenko

Maria kochetkova – Étoile de ballets russes et américains.

Sebastian Kloborg – Danseur diplômé du Royal Danish Ballet, chorégraphe, soliste dans les plus grands théâtres du monde

Oleg Gabyschev – Premier Danseur  du Ballet Eifman de Saint-Pétersbourg

Lyubov Andreyeva – Première Danseuse du Ballet Eifman de Saint-Pétersbourg

Gala – Dîner SAVVA

.

Andreï Shmakov compte parmi les meilleurs chefs cuisiniers de Russie, le chef de marque de l’hôtel Metropol de Moscou et le restaurant SAVVA.

Après son installation à Moscou, il a repensé et réinventé la cuisine traditionnelle de l’Hôtel historique Metropol. Le guide Gault & Millau lui a décerné en 2018 le titre de ” Meilleur chef cuisinier d’Hôtel”. Andrei Shmakov anime aussi une émission culinaire à la télévision. Il est invité régulièrement comme juré de concours.  Internationaux et a publié: “Four Seasons: Les meilleures recettes de ma cuisine”.  Le restaurant SAVVA de l’Hotel Metropol figure dans le classement des12 Forward de White Guile et de La Liste.

21:30

Salon des Ambassadeurs du Casino Barrière de Deauville

Voyage gastronomique historique dans l’atmosphère de L’âge d’ Argent de la Russie. Auteur du menu – Andreï Shmakov, compte parmi les meilleurs chefs cuisiniers de Russie,

L’ illustre chef du Restaurant SAAVA de l’hôtel Metropol à Moscou. En établissant le menu du dîner de gala du Festival de l’ Art Russe de Deauville, Andreï s’inspire des plats servis au Metropol en 1904 lors d’un dîner donné en l’honneur de Serge de Diaghilev.

d

Le programme vocal cette année est présenté par Daria Davidova,

invitée soliste du Bolshoi. Ce programme sera composé d’œuvres célèbres de grands maîtres de l’opéra russe (N. A. Rimsky-Korsakov, P. I. Tchaïkovski, A. Borodine) et de compositeurs français (C. Gounod, C. Debussy, L. Delibe, F. Poulenc, etc). En outre, Daria chantera des compositions de chambre originales, parmi lesquelles est le cycle vocal de L. Bernstein “La cuisine française”, un chef-d’œuvre musical rare sur un thème gastronomique.

d

Samedi 24 août 2019

«Boîte à musique»
Soirée Gala des étoiles

19:00
Théâtre du Casino Barrière

Les chefs-d’œuvre du ballets légendaires, ainsi que les choreographies originelles créées sur la musique des grands compositeurs russes d’hier (Tchaikovsky, Rachmaninov, Stravinsky, etc) et d’aujourd’hui les œuvres de compositeurs russes contemporains: Rodion Chtchedrine, Yuri Krasavin, Leonid Desyatnikov et Ilya Demutsky interprétées par des danseurs de ballet des principaux théâtres russes, sous la direction de Sergey Filin (le directeur artistique du théâtre Bolchoï 2011 à 2016, lauréat du prix Benois de la danse, artiste émérite de Russie).

3

CASINO BARRIÈRE DEAUVILLE
2 Rue Edmond Blanc
+33 (0)2 31 14 31 14

Contacts : www.festivalrusse.com/main-fr

Renseignements et réservations: 02 31 98 66 00
Réservation en ligne : CLIQUEZ

Tarifs: Vendredi 23 août
Votre soirée de Gala : la place en 1ère série pour le ballet à 19h et le dîner de Gala à 21h30 : 500€

Samedi 24 août : la “Boîte à musique” – Soirée Gala des Étoiles à partir de 125€

Contacts : www.festivalrusse.com/main-fr

THÉÀTRE VAKHTANGOV (Moscou) 

 100ème anniversaire

12 représentations exceptionnelles

Eugène Onéguine “

du vendredi 20 au jeudi 26 septembre 2019

” Oncle Vania “

du vendredi 27 septembre au jeudi 3 octobre 2019


L’histoire officielle du Théâtre Vakhtangov a commencé en 1921 avec la première du spectacle “Le miracle de Saint Antoine” d’après la pièce de Maurice Maeterlinck mise en scène par Evgeny Vakhtangov, célèbre élève de Konstantin Stanislavski. L’adresse est toujours la même : 26 rue Arbat, au cœur du Moscou historique.
En 1922 les acteurs du Théâtre Vakhtangov ont joué la première du spectacle “La princesse Turandot” d’après Carlo Gozzi. Pour plusieurs décennies ce spectacle est devenu la carte de visite du Théâtre.

Depuis 2007 le directeur artistique du Théâtre est Rimas Tuminas, une nouvelle ère a débuté. En plus de la scène historique principale qui peut accueillir 1055 spectateurs, 5 autres salles de théâtre ont été ouvertes. Le répertoire du Théâtre Vakhtangov compte plus de 50 titres et près de 700 spectacles sont joués chaque année. Tournées mondiales, invitations de metteurs en scène internationaux… le Théâtre Vakhtangov est aujourd’hui le fleuron de la culture nationale russe. Une des plus grandes institutions théâtrales mondiales qui est considéré comme La Comédie-Française russe.

g

12 représentation exceptionnelles au Théâtre Marigny :

Eugène Onéguine d’Alexandre Pouchkine et Oncle Vania d’Anton Tchekov.

g

Eugène Onéguine

D’après Alexandre Pouchkine
Adaptation et mise en scène: Rimas Tuminas
Scénographie : Adomas Jacovskis
Costumes : Marina Danilova
Musique : Faustas Latenas
Lumières : Maya Shaudatuashvili

.

Il n’est finalement pas fréquent de monter Eugène Onéguine au théâtre. On le présente la plupart du temps dans ses versions opératique ou chorégraphique. Et même si tout le monde connaît Pouchkine en Russie, peu sont capables de comprendre la portée du poète.
Rimas Tuminas a choisi de ne mettre en scène que la ligne principale de l’œuvre, à savoir l’amour que porte Tatiana à Onéguine. Avec cette mise en scène, il pénètre au cœur de l’âme russe avec lyrisme et passion.

g

Oncle Vania

D’après Anton Tchekov
Adaptation et mise en scène : Rimas Tuminas
Scénographie et Costume : Adomas Jacovskis
Musique : Faustas Latenas
Lumières : Maya Shaudatuashvili

.

Déjà présenté dans le monde entier (Russie, Grande-Bretagne, Espagne, Italie, Suisse, Etats-Unis et Canada), cette mise en scène d’Oncle Vania sera jouée pour la première fois à Paris. Théâtre, mime, musique… tous les arts sont réunis autour d’une vision propre à Rimas Tuminas qui s’est rapproché le plus possible du texte de Tchekov. La tragédie et la farce sont ici étroitement liées et on retrouve ce que Tchekov appelait « comédie ».
La scène est le champ de bataille des passions, des illusions perdues et des espoirs non concrétisés.
Cette mise en scène d’Oncle Vania, drôle et bouleversante à la fois, est portée par des comédiens exceptionnels.

3

THÉÂTRE MARIGNY

 

En 1835, un physicien-prestidigitateur propose ses attractions au carré Marigny. Après la révolution de 1848, une petite salle, le Château d’enfer, dirigée par Lacaze et régie par un certain Hippolyte Léon Denizard Rivail présente des spectacles de « physique amusante, fantasmagorie et curiosité ».

Jacques Offenbach jugeant l’emplacement idéal dans la perspective de l’exposition universelles de 1855  obtient d’en disposer, il ouvre le théâtre des Bouffes-Parisiens en 1855. En 1859, à l’expiration du bail d’Offenbach, la salle devient le théâtre Deburau, du nom de son directeur, avant de devenir en 1865 les Folies-Marigny, sous la direction du ménage Montrouge.

Le théâtre est démoli en 1881 pour un panorama construit par Charles garnier on y voir des diaporamas de Paris à travers les âges en huit tableaux. Le Panorama est transformé en théâtre en rotonde en 1894. La salle est encore agrandie et modernisée en 1925 par son nouveau directeur, Léon Volterra, à la tête du théâtre de Paris et de l’Eden.

En 1946, il cède la gestion de la salle à son épouse, qui fait appel à des anciens membres de la Comédie française pour constituer une troupe « maison » autour de Jean-Louis Barrault, la compagnie est née. En 1954, Jean-Louis Barrault aménage dans le théâtre une seconde petite salle, le Petit-Marigny. Puis se succéda Elvire Popesco (1965-1978), holding Artémis de François Pinault, Robert Hossein, Pierre Lescure .

g

Théâtre Marigny

 Carré Marigny, 75008 Paris

(à l’angle de l’Av. des Champs-Élysées et de l’Av. de Marigny)

Métro : Champs Élysées (ligne 1)

Tarifs : De 17 à 45 euros

Réservation ticket master : CLIQUEZ, 

Billeterie Parisien étudiant: CLIQUEZ

 

Soirée unique

Alexeï Koudryavtsev

Jeudi 20 juin 2019 à 19h30

AREA 12, Paris.

Alexeï Koudryavstev, auteur compositeur dès l’âge de 14 ans, il est né à Moscou, lauréat en 2003 au XXXème festival de Gruschin, Lauréat du prix du public du festival “Une Russie à la guitare” (République tchèque, 2010).
Gagnant du concours “Song Peak” au Kremlin dans la nomination “La chanson du meilleur auteur de l’année” (2012).
Lauréat du prix du public du festival “Music of leaf fall” (Estonie, 2012).

Acteur de  théâtre  “Voice”, auteur-compositeur pour le théâtre et le cinéma. Il a joué dans les films “Sous le drapeau de Saint-André”, “Show-fight”, “Killer”. Membre de l’Union des écrivains de Russie. 

3

AREA 12

140 rue de Picpus, 75012 Paris,

Métro : Michel Bizot (ligne 8)

Участие в расходах – Participation aux frais 12 euros.

Запись Inscription : ksp.paris@gmail.com

 

9ème Édition des “Étoiles Noires”

Marina Tsvetaeva.

Vendredi 14 juin 2019 à partir de 18h

Librairie Quilombo

 

18h :  Projection du film Élégie de Paris : Marina Tsvetaeva, écrit et réalisé par Aleksandra Svinina.

g

19h :  rencontre et discussion avec Estelle Gapp, auteure de “Je t’aime affreusement” (Éditions des Syrtes) et Aleksandra Svinina. Le livre est une lettre fictive qu’Ariadna aurait pu écrire, depuis le premier jour de sa libération, en 1955, jusqu’à sa mort, en 1975. Une lettre d’outre-tombe adressée à sa mère qui lui a transmis le meilleur et le pire, le goût de la littérature et la condamnation à l’exil. À celle qui est morte depuis longtemps pour lui dire ce qu’elle n’a jamais su : les sentiments qu’elle, Alia, a éprouvés auprès d’une mère à la personnalité excentrique et exaltée, qui lui a transmis le meilleur et le pire, le goût de la littérature et la condamnation à l’exil. Une lettre où elle laisserait enfin éclater sa colère, face à l’injustice, face au sacrifice d’une vie vouée à ce seul devoir : sauver de l’oubli la poésie de Marina. Pour y dire aussi l’impuissance, le pardon, et le mystère d’un père absent. Pour faire entendre la voix de cette fillette aux grands yeux bleus, qui a vécu à l’ombre de sa mère, à l’ombre de l’histoire.

Complété par des lettres inédites en français de Marina Tsvetaeva à sa fille.

g

Formée à la philosophie et au théâtre Estelle Gapp, collabore depuis dix ans à l’émission Ça peut pas faire de mal de Guillaume Gallienne sur France Inter. En 2017, elle a produit, sur France Culture, un documentaire intitulé Ariadna Efron (1912-1975), dans les labyrinthes de l’histoire. “Je t’aime affreusement”, est son premier récit.

g

21h  : concert de la Cavale, qui nous entraîne entre le faste du cabaret, le swing manouche et la malédiction tzigane. Dans un tapage d’accordéon, de violon, de clarinette, de contrebasse et de guitare, la Cavale chante l’exil et l’inconscience ; l’urgence de dériver, la poésie pour seule boussole.

Buffet & bar tenus par la librairie

ENTRÉE LIBRE.

3

Librairie Quilombo

23 rue Voltaire,75011 Paris

Tél : 01 43 71 21 07

Métro : Rue des Boulets

 

3ème festival de l’Académie Russe d’Echecs

Samedi 29 juin 2019

 Centre Russe pour la Science et la Culture, Paris

 

Sous le patronage de la 12ème championne du monde

ALEXANDRA KOSTENIUK

Александра Константиновна Костенюк, née le 23 avril 1984 à Perm,  est une joueuse d’échecs russe, grand maître internationale et championne du monde entre 2008 t décembre 2010. Au 1er mars 2015, avec 2 529 points Elo, elle est est la 9ème joueuse du classement fémibibn et la 559 ème joueuse mondial.

L’inscription est ouverte aux jeunes de moins de 18 ans, jusqu’au 20 juin, 12€ par chèque à l’ordre de « Champs d’Echecs », à envoyer à l’adresse : Champs d’Echecs, 170 av. Daumesnil, 75012 Paris.

Veuillez remplir le formulaire ici pour vous inscrire :

www.champsdechecs.com, www.idf-echecs.com.

3

Centre Russe pour la Science et la Culture
61, rue Boissière 75116 Paris
Contacts : www.champsdechecs.com/festival2019/annonce-2

Vente d’Art Russe

Samedi 15 juin 2019 Salle 14 à 14h

Expositions publiques:

Vendredi 14 juin 2019, de 11h à 18h

Samedi 15 juin 2019, de 11h à 13h

Drouot-Richelieu, 75009, Paris

Responsable de la vente : Alexandra Gamaliy.

Experts : Arthur Gamaliy, Nicolas Tchernetsky, Piotr Kasznia.

h

Sommaire de la vente:

4 Gravures-Lithographies-Affiches, Photographies, Ephemera-Manuscrits-Documents.

4 Deux siècles de typographie russe (Livres anciens et modernes)

4 Lifar et les ballets russes

4 Médailles-Militaria-Numismatique

4 Argenterie

4 Orfèvrerie-Porcelaine-Objets d’art

4 Icônes

4 Peinture-Sculptures-Dessins

4 Paul Cmaroff (1874-1950)

h

Extrait du Catalogue

Tannauer, Johann Gottfried (1680 – 1737), d’après.
Gravée par Wortmann Christian-Albert (1680 – 1760).
Portrait d’Anna Petrovna de Russie et la Duchesse de Holstein- Gottorp.
35,5 x 24 cm; 38 x 26,3 cm. 250 / 300€

f

Portrait de Pougatchev dans la captivité. Gravure par Hillers, circa 1780. 24,1 X 15,8 cm . Rare.  250 / 300 €

f

La Maison Romanov. 1613-1917 lithographies en couleurs, porte-folio d’editeur.

200 / 300€

f

L’affiche publicitaire pour les timbres patriotiques eu profits des orphelins des combattants de la guerre.
Petrograd, impr. Lavrov, 1915, 33 x 41,5 cm. 350 / 400 €

 f

LECUIRE Pierre. Dédale. Paris, Pierre Lecuire, 1960 ; in-4 (33,5 x 19 cm), en feuilles, sous chemise en cuir comportant une eau-forte de Lanskoy, emboîtage muet cartonné à attaches de l’édition. Edition originale et premier tirage illustrée limité à 190 exemplaires, ex. N° 157 sur vergé pur chiffon signés à la plume par l’éditeur et l’artiste. 650 / 800€

h

Ensemble de photos de Moscou.  Nouveau temple du Sauveur, Grand palais impérial, la Tour Spasskaya, monastère Tchudov, Grand Canon, la cathédrale de l’Assomption, la cathédrale Wassili Blagenny.

Les épreuves sur papier salé, albuminé contrecollés sur cartons, entre 18 x 25 cm et 19,5 x 25,5 cm. 800 / 1000 €

f

Des invités aux fiancailles du Tsarevitch Nicolas et de la princesse Alex de Hessen à Cobourg. Photographie pzr E. Uhlenhuth, Coburg 1894. 21,5 X 16 cm. 500 / 600€

f

Portrait de Saint Jean de Cronstadt. Vers 1890.Photographie par Y. Yakovlev. Cronsdadt. 0,5 X 16,” cm. 300 / 400€

h

Declaration Sr. Groß-Czaarischen Majestät Bestallter General-Feld-Marschall Und der Zeit bey denen Hohen Nordisch-Alliirten Trouppes in Vor-Pommern… General Menchikov19,5 x 15,2 cm) de 4 pp. 150 / 200 €

f

Ensemble de 5 décrets (oukaz) des empereurs russes et de 2 ephemera. 1722-1778.

1000 / 1200 €

f

Stieglitz, Ludwig, baron 1779- 1843. Lettre au baron Rothschild, 18 janvier 1838, Saint Petersbourg, 4pp 21 X 27 cm, en français. 200 / 300€.

f

Perovski, Léon, comte, 1792 – 1856, Loujine Ivan 1802 – 1868. Certificat d’enterrement de Mlle Chambeau à Moscou en 1845. 170 – 200€

f

KAVELINE, Alexandre Alexandrovitch (1793–1850), Gouverneur général de guerre de Saint-Pétersbourg.
Passeport de Félix de Bouquet, conseiller d’État au service de Russie, attaché au conseiller secret et ministre des Finances de Pologne prince Franciszek Ksawery Drucki–Lubecki. Délivré le 07.05.1843. Signé par le général A. Kavelin. 4 pp., 42 cm. 450 / 500 €

f

Prince Romanovsky Serge Géorguievitch, 8-ème duc de Leuchtenberg (1890–1874). Seize pages en russe, 27 x 20,5 cm. 800 / 1000 €

f

ANNENKOV, Georges (1889-1974) Ensemble de correspondances, contrats, etc.

300 / 400 €

f

KERSNOVSKI, Anton Antonovitch. 1907-1944. L.A.S. adressée à Nicolas Touroveroff, 19.07.1943, 4 pp., 21 x 13,5 cm. On joint une enveloppe à l’adresse de N. Touroverov, signée au verso par Kersnowski. 1 200 / 1 500 €

f

Doboujinsky, Mstislav Valerianovitch (1875 – 1957) L.A. en carte pôstale adressées aux artistes Nicolas et Maria Iszelenoff, représentant la tableau “Vytautas le Grand” peint par Douboujinsky pour l’ambassadeur de Lithuanie en 1930.
600 / 800€
f

KRIOUKOFF, Vassili. 1893-1955. L.A.S. à Nicolas Turoveroff. Vanves, 23 mai 1938. – 1 pp. in-4. 200 / 220 €

f

DANILOFF, Ivan. Poème autographe. 31 avril 1941. – 1 p. in-4. 150 / 200 €

f

POLIAKOVA-Cantacuzène, Irina, princesse. Poétesse, L.A.S. à Nicolas Turoveroff.
Paris, 18 septembre 1941. – 2 pp. in-4. 150 / 200 €

h

Agoult, Charles de, “Bon dieu! qu’ils sont bêtes ces français!” Traduit de l’allemand pr un étudiant de l’Université Impériale de Moscou I. Venssovic. Moscou, imp. A. Réchetnikov, 1793. 8°, reliure de l’époque. 1 100 / 1 200 €

f

KEPPEN, Petr. Sur la viticulture et le commerce du vin en Russie. St.-Pétersbourg, imp. de Karl Kray, 1832. 1 000 / 1 200 €

f

JOUKOVSKI, Vassili. Le chant à l’occasion du serment de l’héritier. Musique par le comte Micha Wielhorski, Saint Petersbourg, 1834. 500 / 600 €

f

FILIMONOV, Georges. Description des objets faisant partie du Musée russe de Paul Korobanov. Moscou, 1849. Folio. Manquent toutes les planches lithographiées. 400 / 600 €

f

LASAREV, Alexandre & BESTOUJEV, Alexandre. L’Addio: Arietta. St.- Pétersbourg, 1850. Envoi autographe. 300 / 400 €

f

L’évangéliaire. Vienne, 1857. Grand in-4°, tranches dorées, quatre portraits d’évangelistes en gravure. 400 / 500 €

f

Almanach du Ministère de la Marine pour l’année 1882. St.-Pétersbourg, 1882. 350 / 400 €

f

Maltsev, Alexis, “Bon Voyage ” calendrier de voyges à l’étranger. Saibnt Pétersbourg, 1892. 320 / 350 €

f

Lot de 4 ouvrages francais sur l’histoire militaire russe:
1) LABAUME, Eugène. Relation circonstanciée de la campagne de Russie en 1812. Paris, 1820. Le prepier récit de la campagne de Russie par un témoin oculair. Labaume (1783–1849) était un ingénieur hydrographe au service du Prince Eugène Napoléon.
3) COMTE PHILIPPE DE SÉGUR (Général). 1812-1912. Napoléon. Texte tiré de La Campagne de Russie 1812. 54 planches en couleurs. 2 Planches double. Paris, Ernest Flammarion, Lapina, 1912.
4) Les uniformes de l’armee russe. Paris, 1888.

300 / 400 €

f

OSTROGORSKI, Alexandre. La parole vivante. St.- Pétersbourg, 1917. Desin Bilibine. 50 / 80 €

f

les pensées de Casaques. N° 6-1, 14-15 pour 1923 et N° 20, 22, 23 poour 1924.
500 / 600 €
f
Kerensky, Alexandre. La Révolution russe (1917); Paris Payot 1928.
40 / 60 €
f
Berdaiev, Nikolaï, autographe; La philosophie de l’exprit libre. Paris édition Ymca press 2 vol. 1929. 1 000 / 1 200 €
f

( Alexandre Benois et Alexandre Serebiakoff) POPOFF, Alexandre. Grégoire Orlov. Paris, édition de l’auteur, Illustrations d’Alexandre Benois et A. Sérebriakoff. Envoi autograph. 2 000 / 2 500 €

h

Les Ballets Russes et AlII, Bel ensemble de 31 programmes 1907-1950. Comodia illustré 1912, La Chauve-souris de Moscou de Nikita Balieff, le tsar Ivan le Terroble , Serge de Diaguilev – Ballets russes: programmes officiel 1928, Anna Pavlovna, Chaliapine; Original Bllet Ruse u Col. W. de Basil. 600 / 800€

f

Target, Jean (1910 – 1997). Masine, Léonide – autographe. Deux dessins représentant Masine dans le ballet “Tricorne”. Grand Bllet de Monte crlo Sion de Paris oct-nov 1949. Sanguine signée en bas à droite et dedicacée par L; Massine à gauche: “A Jean Targuet, Léonid Masine“. 31 X 22,5 cm. 400-500 €

f

LIFAR, Serge (1905-1986)
Ensemble de trois tirages argentiques par S. LIDO, Boris LIPNITZKI et anonyme.

400 / 450 €

f

Icar.
Feutre sur papier. 27,0 x 20,6 cm. Dédicace autographe a André Hofmann.

400  / 500€

f

Serge Lifar à l’Opéra. Paris, Thibault de Champrosay, 1943. In-4, cartonnage d’éditeur. Illustré en couleurs. Exemplaire numéroté. Envoi autohraphe de Serge Lifar a Jacques ROUCHé (1862-1957). 800 / 1 000€

f

ANNENKOV, Georges (1889-1974) Paris. Lithographie. 59 x 40 cm.

100 / 150 €

h

PAUL Ier (1796-1801) 5 Roubles 1800. Or.

3 500 – 4 000 €

f

Médaille en mémoire de Ivan Betskoy, de la part du Sénat, le 20 novembre 1772. Médalier Carl von LEBERECHT. Bronze, 65 mm.
Provenance: Collection John Lawson (notice dans l’étui). 400 – 500 €

f

Médaille commémorative de 250 ans de la Garde russe et de 250 ans de la bataille de Narva en 1700. Bronze, diamètre : 59 mm. Portrait profil de Pierre
le Grand par Du Vivier. Monnaie de Paris 1970 pour l’Association des Amateurs du Passé Militaire Russe. 300 – 400 €

f

Insigne de l’ÉCOLE D’ARTILLERIE CONSTANTIN DE SAINT-PÉTERSBOURG
d’orfèvre (illisible). 47 x 32,5 mm. Poids : 24 g.

d Insigne de l’ÉCOLE D’ASPIRANT N° 6 DE MOSCOU
Argent et émail modifié sous le gouvernement provisoire, les insignes impériaux arasés sur l’aigle, le monogramme et écrou. 39 x 39 mm. Poids : 24 g.

d Insigne du CORPS DES PAGES Bronze doré et émaillé (accidents restaurés). Fixation par vis et écrou. 45 mm.

d Insigne de l’ORDRE DE SAINT-NICOLAS LE THAUMATURGE pour la Croix Rouge Bronze doré émaillé. Croix anglée d’aigles impériaux et de glaives. 41 x 38 mm.

300  – 500 € chaque insigne.

f

KOZLOV, Feodor Efimovitch, caporal au Bataillon combiné de la Garde.
Ensemble de 2 objets:
1) Insigne du Bataillon combiné de la Garde (pour la troupe). Créé en 1883. Bronze argenté et émail. Remis au caporal Kozlov.
L’insigne était payé par le Cabinet de l’Empereur et représentait un brevet de bonne conduite.

Cf.: Gmeline, Patrick de & Gorokhoff, Gérard. La garde impériale russe : 1896-1914. Paris, Charles-Lavauzelle, 1986, pp.137-142.
2) Certificat pour l’insigne du Bataillon combiné de la Garde remis au caporal Kozlov. Signé par le commandant du Bataillon Serge Ozerov (1852-1920).

f

SOLOGOUB, Léonid Romanovitch (1884-1957) Ensemble de 3 objets lui ayant appartenu : Photo de Léonid Sologoub, une croix et l’insige de l’Académie d’Architecture. 800 – 900€

f

Général-major Christo Koïtcheff (1863-1917), héros de la Grande guerre, avec son envoi. Portrait photographique parM. Knijnik, 1913. 17,2 X 11 cm. 300 – 400€

f

Pistolet caucasien à silex. Travail de Koubatchi, vers 1850-1870.
Monture recouverte de garnitures en argent ouvragées et niellées. Boule de calotte à anneau également en ornements dorés. Mécanisme à revoir. Absence de baguette. Long. 48 cm. 2 500 – 2 800 €

h

Boîte à thé en argent, de forme rectangulaire, arrondie aux angles, reposant sur quatre pieds- boule. Sur quatre faces, les appliqués, repoussés et ciselés en relief représentant des scènes à la chinoiserie. Mikchailovitch, Nigni-Novogorod, 1887. Maître- 1872-1901. Haut. 17,5 cm – L. 10,5 cm Poids : 632 gr.

2 200 – 2 500€

f

(de gauche à droite ) d Cuillère à dessert en argent vermeillé et niellé.
Long. 17 cm. Poids : 26,5 gr. 100- 200 €

d Cuillère à caviar en argent et vermeil.
Long. 16,5 cm. Poids : 31 gr. Dans son écrin orné d’une église. 300 – 400 €

d Cuillère à bortsch en argent vermeillé et niellé. Long. 20 cm. Poids : 51 gr.
Dans son étui. Provenance du château de Kériolet, propriété  Charles ou Henri Chauveau, épou de la princesse Zénaïda Youssoupoff, née Narychkine (1809-1893). 300 – 400 €

f

Deux timbales en argent. Poinçon d’orfèvre: ” HAC “. Haut : 9 cm. Moscou, 1878. Poids : 42,7 gr. 120 – 150 €

f

Ménagère en argent composée de 18 pièces. Russie 1908-1917. Poiçon de titre : 84 Kokochnik à droite. 150 – 200 €

f

MONTRE À ANCRE ornée de médaillon représentant l’Empereur Napoléon Ier et le Tsar Alexandre Ier de Russie se serrant la amin ) Tilsit en 1807.
Ray & Montague, London, XIXe siècle. Cadran en émail blanc, chiffres arabes, aiguilles en métal blanc. Mouvement en laiton doré, coq uni portant l’échelle et index pour la réglage, échappement à ancre de côté, balancier en laiton, piliers cylindriques, cache poussière. Boîtier en métal doré, ciselé en relief. Diam. 59 mm.

Conservée dans un étui en maroquin rouge doré doublé de soiue portant les initiales brodées “N 0 ”
Medaillon: Peibntre anonyme du début du XIX siècle, Ecole Française. Miniature de forme ronde en émail polychrome. Début du XIXe siècle.

Diam.: 4,4 cm.
Accidents et usures à l’émail. 2 000 – 2 500 €

f

Présentoir à caviar en porcelaine provenant du Service du Grand duc Paul Alexandrovitch de Russie. France, Paris, début du XXeme. 12,6 X 9,6 cm.

Ce présentoir fait partie du service commandité par le Grand-duc Paul lors de son exil à Paris de 1902 à 1913. Rare et beau. 1 200 – 1 300 €

f

Paire de candélabres en bronze à six lumières représentant un couple de faunes juvéniles. (Ils portent dans leurs bras une chouette et ses petits, chaun sous un cep de vigne dont les brabnches forment bras de lumière, desquelles sort un serpent, le piètement à patin dorée repose sur quatre escargots bruns).

Saint-Pétersbourg, Manufacture de F. Chopin, 1852.
Haut. 68 cm.
Quelques bobèches restaurées et détachées, manquent une tete de serpent et un bras de lumière. ( Ces candélabres sont d’après le modèle de Clodion (1738 – 1814) commandité pour l’Arsenal du Palias de Gatchina, actuellement au Palais de Pavlovsk. Il existe une autre paire au musée de Gatchina, c’est donc une troisème paire connu à nos jours.) 3 000 – 5 000 €

f

Ensemble de 8 assiettes en porcelaine aux armes de la famille Narychkine, à bords chantournés à décor en relief, légèrement creuses, ornées au centre des armoiries polychromes et or de la famille sous couronne, filet or sur le bord.
Vers 1900. Diam. 24,5 cm.
Marque de la manufacture de Pirkenhammer. Karlsbad, Empire Austro-Hongrois, 1873-1918. Bon état. 500 – 600 €

h

Triptyque de voyage avec au centre la Vierge Marie, le Christ et St Jean Baptiste. A gauche Pierre et Paul entourant Saint Nicolas, à droite, la Mère de Dieu secourant les égarés.
Tempera sur bois. Conservée dans un encadrement en argent 84 zolotniks ciselé avec crochets de suspension et fermoir. Orfèvre en partie illisible.
Russie, vers 1800.
Poids brut: 108,1 g. H. 9 x L. 14,5 (ouverte) – 5 (fermée) cm. 600 – 800 €

f

Triptyque de voyage représentnt au centr la ormition de la Vierge, conservé sous un oklad en argent.Entouré à droite de la nativité de la Vierge Marie et à gauche la Vierge de Petchersk-Svensk, à ses côtés se tiennent les deux fondateurs du célèbre monastère: Kievo-PetcherskaÏa Lavra. Cette icône fut en effet peinte par un religieux de ce monastère le bienheureux Alipi. Poiçon tite illisable, Poiçon d’orfèvre “H.A. “, non identifié. Tempera sur bois, dans un encadrement en métal. Travail russe de la fin du XVIII-e siècle. Ouvert : H. 9 cm – L. 24,5 cm
Fermé : H. 9 cm – L. 8 cm. 1 200 – 1 500 €

f

Icône de Sainte martyre Barbara. Tempera sur bois, sous oklad en vermeil, conservée sous verre dans son coffret d’origine en bois noirci incrusté de filets de laiton et bronze doré. Poiçon – titre : 84, Moscou, 1880-1890. Poiçon d’orfèvre : “C.R.” non identifié.
Icône : H. 5cm -L. 4,5 cm. Coffret: H. 9,5 cm-L. 8,7 cm.

400 – 450 €

h

LADURNER, Wilhelm-Adolf (1799-
Portrait du Grand-Duc Michel Pavlovitch de Russie. Circa 1830. Huile sur toilr, 37,5 X 24,5 cm

Il est representé en surtout du Régiment de la garde à cheval avec les insignes de aide-de-camp de l’empereur. 6 000 – 8 000 €

f

Gagarine, Grégoire Grigorovitch, prince 1810-1893. Portrait de Cosaque de la ligne du Caucase. Deuxième quart du XIXe siècle. Aquarelle 29,0 X 23,0 cm

2 500 – 3 000 €

f

Stein, vera Fedorovna (Théodorovna 1881-1971) Portrait de Jacob Solnychkine, sous officier de la L.G. Sotnia du Terek de l’Escorte personnells de l’Empereur (Konvaï) 1915. Plâtre Colorié. Haut 45,5 cm. Signa en bas sur la base en caractère cyrilliques : ” V. Stein “. Au revers de la base, étiquette avec une mention manuscrite idantifiant le modèle, localisé à Mogilev et daté du 4 oct 1915.

4 500 – 5 000 €

f

Ivan Ivanovitch KOWALSKI (1839- 1937) Paysage avec fleuve
Huile sur toile, signée an bas à gauche, petits craquelures, 60 x 73 cm

200 – 300 €

f

BENOIS, Albert Nikolaévitch (1852 – 1936)
lettre: paysage avec un pont ferroviaire, signée en bas à droite et datée 1929, 4 pp., 19 x 15 cm. 1 600 – 1800 €

f

STELLETSKI, Dimitri Semionovitch (1875 – 1947)
Dans une chapelle.
Dessin à la mine de plomb, 29 x 29 cm. Signé en bas à droite.

3 000 – 4 000 €

f

SOLOGOUB, Léonid Romanovitch (1884-1957) Ensemble de 7 dessins de l’époque de la Grande Guerre. Crayon, acquarelle sur papier. Divers formats.

800 – 1 000 €

f

Doboujinsky, Mtislav Valerianovitch (1875-1957). Projet de décoration théatrale. 1923. Signé en bas à gauche et daté en bas à droite. 2 500 – 2 800 €

h

Paul (Pavel Dmitrievitch) CHMAROFF, né en 1874 à Voronej
Il fut élève de I. REPINE à l’Académie des Beaux-Arts de Saint- Petersbourg et de Jean-Paul LAURENS à Paris.
il portraiturait aussi d’autres membres de la famille impériale russe. Les grandes batailles étaient le deuxième sujet principal de sa peinture à cette époque.
fut étroitement liée avec la Russie
A part des portraits de commande et des travaux de décoration, il a peint, principalement, des sujets de baigneuses, et de paysannes russes.
Ses exceptionnelles qualités de coloriste ont fait que souvent,
Paul Chmaroff est mort à Boulogne Billancourt près de Paris en 1950.
La majorité des dessins présentés ici sont ,sans doute, des oeuvres préparatoires pour ses tableaux. ( Voir sur ARTCORUSSE).

Paul CHMAROFF (1874-1950) Baigneuse
Huile sur toile, signée en bas à droite, manques de peinture, repeints, coulures, craquelures, toile renforcée au bords, 193 x 183,5 cm

10 000 – 15 000 €

f

Paul CHMAROFF (1874-1950)
Portrait de Olga Vinogradova, femme de Paul Chmaroff
Huile sur toile, sans chassis, 40x28cm
A rapprocher du portrait de M.Chmaroff, huile sur toile, 38,5 x 31,5

400 – 600 €

f

Paul CHMAROFF (1874-1950)

Portrait d’une femme
Huile sur toile , sans chassis, 48 x 38,5 cm
Sotheby’s Londres, 20 mai 2005
on joint: attribué à Paul Chmaroff, Portrait de femme
huile sur toile sans chassis, importants manques de peinture
env. 30 x 30 cm (ens. 2 tableaux). 600 – 800 €

f

Paul CHMAROFF (1874-1950)
Deux baigneuses et un enfant, vers 1925-1928
Crayon et fusain sur papier, signé en bas à droite, petites taches et pliures
p.19, 31 X 24 cm. 200 – 300 €

f

Paul CHMAROFF (1874-1950) Baignade
Fusain sur papier, 13,5 x 19,5 cm. Dessin préparatoire pour le tableaux “La baignade ” 58 X 78 cm, reproduit dans “Paul Chmaroff”, idem, pag 26. Au verso “baignade”, encre sur paier 13,5 X 19,5 cm. tableau “Les Baigneuse” 206 X 258 cm, vente Sothebys, 29 novembre 2005

200 – 300 €

f

Paul CHMAROFF (1874-1950)
Les amants
Fusain, craie blanche sur papier kraft, petites taches, 25 x 32 cm

100 – 200 €

f

Paul CHMAROFF (1874-1950) Les baigneuses
Aquarelle et crayon sur papier, env. 16,5 x 25 cm, 200 – 300 €

f

Paul CHMAROFF (1874-1950)
Etudes de chiens
3 dessins au crayon, annotations sur l’un, insolés, légères pliures Env. 9 x 14, 7 cm chacun, 200 – 300 €

f

Paul CHMAROFF (1874-1950)
Etude de fleurs
Crayon sur papier , monogramme en bas à droite, mouillure, 24,5 x 32 cm.

200 – 300 €

f

Paul CHMAROFF (1874-1950) Etude d’arbres
Fusain sur papier kraft
31,5 x 16, 3 cm. 100 – 200 €

f

Paul CHMAROFF (1874-1950)
Baigneuse
Fusain sur papier, signé en bas à droite, déchirures, insolation, mouillure
Au dos: Etude de paysage
31,3 x 24 cm. 200 – 300 €

f

Paul CHMAROFF (1874-1950) Les baigneuses
Encre sur papier
9,4 x 26,2 cm. 100 – 200 €

f

Paul CHMAROFF (1874-1950)
Nu
Crayon sur papier, amincissement du papier sur le bord de la feuille 16,8 x 11 cm.

100 – 200 €

f

Paul CHMAROFF (1874-1950)
Baigneuses
Aquarelle sur papier, petits manques de papier, traces de colle
7 x 10 cm. 100 – 200 €

f

Paul CHMAROFF (1874-1950) Paul CHMAROFF (1874-1950) Baigneuse
Crayon et aquarelle sur papier 18,5 x 6,8 cm. 300 – 400 €

f

Paul CHMAROFF (1874-1950)
Les baigneuses , projet de décoration d’un appartement Crayon, encre et aquarelle sur papier, pliures, taches 24,9 x 85 cm
on joint: projet de décoration d’un appartement, fusain sur papier kraft, au verso: baigneuse
24,5 x 31,5 cm. 200 – 300 €

f

Paul CHMAROFF (1874-1950), lot de 5 dessins, sujet, techniques et dimensions différents; visage, projet de décoration de cadre, berceau.

150 – 200 €

3

Florent MAGNIN – François WEDRYCHOWSKI

Commissaires-Priseurs habilités n° d’agrément 2002-257

14, rue Drouot – 75009 PARIS Tel.: 01 47 70 41 41 – Fax: 01 47 70 41 51

VENTE AUX ENCHÈRES PUBLIQUES

Salle 14 – Drouot-Richelieu 9, rue Drouot – 75009 Paris

 

Pèlerinage annuel au Cimetière militaire

Saint-Hilaire le Grand (Mourmelon)

Dimanche 9 juin 2019 (week-end de Pentecôte)

Association du souvenir du corps

expéditionnaire russe en France (1916-1918).

“ HOMMAGE à LA LÉGION RUSSE “

h

Chapelle du Cimetière militaire de Saint Hilaire Le Grand (Mourmelon) où reposent les combattants russes tombés au champ d’honneur en France au cours de la 1ère Guerre Mondiale

Un peu moins d’un millier de soldats russes du corps expéditionnaire de quelques 50.000 hommes qui fut envoyé en France et dans les Balkans de 1916 à 1918, y sont enterrés autour d’une chapelle orthodoxe et d’un monument aux morts, qui existe depuis 1916 et est entretenu depuis 1925 par les autorités françaises.

Une association des officiers, anciens combattants du corps expéditionnaire, remplacée depuis la disparition du dernier survivant, dans les années 90, par l’association pour le souvenir, organise chaque année un pèlerinage et veille à la mémoire du rôle du Corps expéditionnaire en France et pour les relations franco-russes. La Russie a délaissé durant toute la période soviétique la mémoire de ses quelque trois millions de morts dans l’effroyable guerre de 14-18.

PROGRAMME

g Envoi des couleurs

g Liturgie célèbrée dans la Chapelle commémorative

g Procession et bénédiction des tombes au cimetière militaire russe.

g Buffet russe

g Repas russe de “Tradition” ( 14€ et -25 ans 10€ )

g Cérèmonie au Cimetière avec les autorités civiles et militaires ainsi que les associations d’Anciens d’Anciens Combattants de la région.

g Suivi de la visite guidée de la Chapelle-mémoriale.

La chapelle orthodoxe de style Novgorod, a été édifiée en 1937 à proximité du cimetière militaire où elle perpétue le souvenir des soldats russes tombés aux combats pendant la Première Guerre Mondiale. 871 soldats reposent là sur les 4000 victimes du contingent russe qui participa à partir de 1916 aux combats sur le sol français. Albert Alexandrovitch Benois, architecte russe de lointaine origine française a signé ce monument qui offre à la vue ses murs blancs, son toit vert clair (symbole de la terre), son clocheton bleu (symbole du ciel) et son clocheton d’or dans le style caractéristique des églises Novgorod dont la cathédrale Sainte-Sophie est le plus ancien fleuron. 

g Repas du soir : Barbecue ( 15€ -25 ans 12€ ) suivi d’un feu de camp.

Ambiance musicale russe.

3

Chapelle, Cimetière militaire

51600, Saint Hilaire Le Grand

Informations : Mme Elisabeth Obolensky, présidente de l’ASCERF.
Renseignements: www.ascerf.com

ACCÈS :

D21, 51600 Saint-Hilaire-le-Grand ( 49°9’28″ N – 4°24’1.32″E )
Pour y accéder, deux options peuvent être envisagées:
– Arrivée par le nord :
Sortir de l’autoroute A4 à Reims-Cormentreuil (sortie n° 26)
Tourner à gauche sur la N244 (avenue Nicéphore Niepce)
Après 1,2 km, prendre la bretelle d’accès vers la N 44 (route vers Chalons-en-Champagne).
Après 6,2 km sur la N 44, tourner à gauche – Après 20 m, prendre la D931 (voie de la Liberté).
Suivre la D 931 sur 18 km jusqu’au croisement « L’Espérance » avec la D21 (« Auberive-Mourmelon-le-Grand »)
Prendre à droite direction Mourmelon.
La chapelle et le cimetière sont à 1,8 km sur la droite.

 Arrivée par le sud:
Sur l’autoroute A4, après Reims-Cormentreuil, prendre la direction de Metz
Peu après la bifurcation vers Metz, sortir de l’autoroute à « La Veuve »
Tourner à gauche, direction Mourmelon-le-Grand
Traverser Mourmelon jusqu’à l’église.
Devant l’église, tourner à droite et rouler sur 150 m.
Tourner à gauche et prendre la D19 direction Saint-Hilaire-le-Grand.
À 1,5 km après la sortie de Mourmelon, en lisière de bois, prendre la bifurcation sur la gauche.
Un panonceau signale généralement la direction « cimetière russe », lequel se trouve à 1 km sur la gauche.

 

Exposition
” Couleurs de Maka Be”
Larissa Noury
du vendredi 7 juin au mercredi 10 juillet 2019
 “Le Serment de l’Hippolyte”, Montmartre

Larissa Noury

– Artiste peintre – Architecte- Styliste-
Un art tactile effleurant de délicates nuances “intuitistes”.

Elle est née en Biélorussie, vit et travaille à Paris-Montmartre. Docteur en Architecture de l’école polytechnique de Minsk et de l’académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg, docteur en Histoire de l’Art de l’Université de Montaigne de Bordeaux. Chercheur-coloriste, créatrice et innovatrice, cette artiste nous entraîne dans son univers qui relie le ciel à la terre, le rêve au réel, l’intuition à la science… Ses tableaux tactiles explosent de magnifiques couleurs, de sentiments… le public pourra les toucher pour mieux les « sentir ».

Plus de renseignements : CLIQUEZ

h

Le Serment de l’Hippolyte
59 rue d’Orsel, Montmartre, 75018 Paris
Métro: Blanche (2) et Abbesses (12)

Exposition d’Icônes

“Un prophéte de la Beauté incrée”

du moine Grégoire ( KROUG )

Mardi 11 mai au 30 juin 2019

Centre spirituel et Culturel Russe, Paris

 

À l’occasion du 50e anniversaire de son rappel à Dieu en 1969 d’un prophète de la beauté incrée du moine Grégoire (Kroug)

Une exposition d’icônes et de l’œuvre du moine iconographe Grégoire (Kroug),  Georges Ivanovitch Krug naquit à Saint-Pétersbourg le 5 janvier 1908. Fils d’un industriel protestant d’origine suédoise et d’une mère russe et orthodoxe, il fut élevé dans la religion luthérienne. Il passa son enfance à Narva en Esthonie où sa famille s’installa en 1921. Études secondaires, suivit au  lycée russe. Là, il commença sa formation artistique en s’initiant à la technique de l’aquarelle, dans l’atelier du peintre Semionov. Ses études terminées, il entra en 1926 à l’Ecole des Arts et Métiers de Tallin dans l’atelier graphique dirigé par Reindorf. Il y réalisa une série de gravures qui furent exposées parmi les meilleurs travaux des élèves diplômés de l’Ecole. Le Musée National de Tallin remarqua son talentueux travail et acheta deux de ces eaux-fortes. C’est le thème urbain qu’il choisit à cette époque pour illustrer son oeuvre : “ville moderne aux murs sinistres, des maisons sombres, rues désertes, enserrées comme dans un labyrinthe”.

En 1931 il part à Paris pour perfectionner ces techniques artistiques auprès de N.D.Milioti avec un groupe d’étudiants de l’Académie Russe de Peinture qui avait dû fermer à ce moment là à cause de problèmes financiers. C’est alors qu’il fait la connaissance avec Léonide Ouspensky, iconographe et théologien russe, dont il gardera en amitié jusqu’à la fin de sa vie.
Les années 30 apportent à Gueorguiï beaucoup de rencontres artistiques, il participe à des studios à Granville auprès de K.A. Somov, fait la connaissance des peintres d’avant garde N.Goncharova et M.Larionov. Ces dessins et études de ce période sont conservés au musée Ashmolean d’ Oxford. Il peint de paysages des environs de Paris, de dessins de vieilles églises, d’un cycle d’aquarelles pour illustrer «Le Nez» de N.Gogol, de panneaux décoratifs (peints avec Goncharova ).
 A la fin des années 30 il peint avec Ouspensky la chapelle de la Protection de la Vierge dans une ferme russe à Grosrouvre. Cette chapelle a disparu, son iconostase et ses peintures murales sont connues grâce aux photos d’archive de Léonide A. Ouspensky.
En 1948 suivant les conseils du recteur de la paroisse de Vanves et de son père spirituel, le père Serge (Chevitch), il prend l’habit et le nom de Grégoire (en l’honneur de l’iconographe Saint Grégoire de la Laure de Kiev). Après la prise d’habit il s’installe à l’ermitage du St Esprit au Mesnil St Denis, qu’il décore avec de remarquables icônes, qui ont été restaurées  à partir du début des années 50 jusqu’à 1968.
Intérieur du skit du Saint Esprit à Mesnil Saint Denis.
Les plus grandes compositions qu’il affectionnait particulièrement, ornent les murs des églises orthodoxes de Saint-Séraphin de Sarov, rue Lecourbe à Paris, de la Paroisse des Trois Saints Docteurs rue Patel à Paris 15e, de Moisenay, de la Sainte-Trinité à Vanves, mais aussi à Clamart, à Mongeron, à Hauteville en Bretagne et de La Haye (Pays-Bas).

Sa plus belle iconostase est celle qu’il réalisa pour la maison de retraite de Noisy-le-Grand. Mais le couronnement de son œuvre est l’église du Saint-Esprit au Mesnil-Saint-Denis où le Père Grégoire fit pratiquement toute l’ornementation intérieure. Ses “Carnets d’un peintre d’icônes” ont été publiés en 1983.

3

COLLOQUE
Le samedi 8 juin, de 10h à 17h, commémoration du cinquantième anniversaire du rappel à Dieu du père Grégoire Kroug – Six conférences, à l’auditorium du Centre Culturel et Spirituel Orthodoxe Russe.

d

EXCURSIONS
En complément de l’exposition consacrée à l’oeuvre du père Grégoire Kroug, sont proposées des visites commentées par Mr. Grégoire Aslanoff dans les églises et chapelles qu’il a ornées d’iconostases et de peintures murales. C’est l’occasion de découvrir ou de revoir un pan essentiel de son travail. Pour chacun des sanctuaires dont il a eu la charge, le père Grégoire a conçu des programmes originaux, adaptés à la spécificité de ces différents lieux.

d

PUBLICATIONS
– Rééditions des Carnets d’un peintre d’icône en français ;
– Réédition des Pensées sur l’icône en russe ;
– Réédition du recueil d’articles composé par l’archimandrite Barsanuphe (Ferrier) Le
père Grégoire, moine du skite du Saint Esprit ;
– Réédition du fascicule consacré au père Grégoire en 2009 pour le 40ième anniversaire
de son rappel à Dieu : Le père Grégoire Kroug, un prophète de l’icône.

d

UN FILM
Le père Grégoire, la voie vers la Lumière”, réalisé par Alexis Vozniuk

d

VISITES DE L’EXPOSITION
Tous les dimanches à 16h nous vous proposons les visites commentées de l’exposition (durée 1h30). Participation aux frais de 10 euros.
Le nombre de participants étant limité, l’inscription est obligatoire par e-mail : expokrug@gmail.com

h

Centre culturel et spirituel Orthodoxe russe du quai Branly

1 quai Branly, 75007,  Paris

Métro : Alma Marceau,  RER : Pont de l’Alma
Ouvert: de 10h à 13h et de 14h à 19h tous les jours sauf lundi.

Noblesse & Royauté

Jeudi 13 Juin 2019

Collection Lobanov – Rostovsky

& Collection Romanov

Vente nocturne de 18h30 à 21h00

du n°1 au n°184

d

Vendredi 14 Juin 2019

Collection Royale de la Maison de Savoie

 

COLLECTION DES PRINCES LOBANOV-ROSTOVSKY

Extraits du catalogue

De droite à gauche:

Icône de St Jean-Baptiste. Tempera sur bois, conservée sous riza et oklade en métal doré. Travail russe du XIXe siècle. H. : 18 cm – L. : 14 cm.

400 / 600 €

g

Icône du Christ Pantocrator. Tempera sur bois, conservée sous riza et oklade ajourée en argent. Porte au revers l’inscription manuscrite en caractères cyrilliques : « Par cette icône je bénis ma sœur Nadejda Lobanov- Rostovsky (1870-1945) et Alexandre Makeïeff (1870-1940). Que Dieu vous bénisse de Sion en recevant les bienfaits de Jérusalem. Catherine Arsénieva, le 31 mars 1896 ». Poinçons titre : 84, Moscou, 1896. Poinçon d’orfèvre : illisible. H. : 22 cm – L. : 17 cm. 1 200 / 1 500 €

g

Portrait d’un prêtre  russe. Conservé dans son encadrement d’origine en bois peint, avec pied chevalet au dos. Tirage argentique d’époque avec dédicace autographe signée au bas du document en caractères cyrilliques : « A mon cher filleul Nicolas en souvenir de la part de Gregory Ep. (Epantchine) ». Tirage argentique. À vue : H. : 20 cm – L. : 14, 5 cm. Cadre : H. : 35 cm – L. : 29 cm. 150 / 200 €

g

Icône triptyque de voyage. En bois sculpté, représentant la Vierge à l’Enfant entourée de saint Alexis et de saint Antoine. Manque un élément sur la partie haute, mais bon état.Travail russe de la fin du XIXe siècle. Ouvert : H. : 15, 5 cm – L. : 16 cm. 300 / 500 €

g

Lampada pour icône. En argent, par Potsov, Moscou, 1848. À décor de motifs floraux en filigrane d’argent sertie de six cabochons en pierres dures de l’Oural, retenue par trois chainettes à maillons ajourés. Poinçons titre : 91, Moscou, 1848. Poinçon d’orfèvre : Vassili Potsov, actif de 1816 à 1868. H. : 51 cm – Diam. : 10 cm. Poids brut : 172 grs. 3 000 / 5 000 €

g

Icône de St Nicolas. Aquarelle sur papier, conservée dans son encadrement d’origine en bois doré. Travail russe en émigration, porte au revers l’inscription en caractères cyrilliques : « À Nicolas de la part de Maman, le 14 janvier 1917 ». Légères insolations, petits accidents au cadre. À vue : H. : 22, 5 cm – L. : 13 cm. Cadre : H. : 27 cm – L. : 17, 5 cm. 300 / 500 €

g

Icône de St Mitrophane. Tempera sur bois, conservée sous riza en vermeil, ornée de deux plaques en porcelaine bleue portant des inscriptions en caractères cyrilliques en lettres d’or. Manque son oklade, en l’état. Poinçons titre : 84, Moscou, 1839. Poinçon d’orfèvre : A. P., non identifié. H. : 18, 5 cm – L. : 14, 5 cm. 1 200 / 1 500 €

g

Icône de St Séraphin de Sarov. Aquarelle sur papier, conservée dans son encadrement d’origine en bois doré. Travail russe en émigration, vers 1917/1920. Bon état. À vue : H. : 18 cm – L. : 12 cm. Cadre : H. : 20, 5 cm – L. : 15 cm. 200 / 300 €

g

Makeïeff Nicolas Vassilievitch (1887-1975). Portrait du tsar Nicolas II de Russie (1868-1918). Dessin à la mine de plomb, signé en bas à gauche et daté 1928, conservé dans un encadrement en marqueterie de bois, appliqué au bas du cadre de l’aigle impérial des Romanoff en bronze doré, avec pied chevalet au dos. Porte au revers du dessin une dédicace manuscrite en caractères cyrilliques : « A mon cher Michel Mikhaïlovitch Pliguine de la part de Nicolas Makeieff, Pâques, 1924 ». À vue : H. : 23 cm – L. : 17 cm. Cadre : H. : 27 cm – L. : 21 cm. 1 200 / 1 500 €

g

Portrait du prince Dimitri Ivanovitch Lobanov-Rostovsky (1758-1838). École russe du XIXe. Huile sur toile, d’après une œuvre peinte entre 1820 / 1830, conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Avec identification du sujet au revers sur la toile. Petits accidents et manques, remontage sur un châssis moderne, mais bon état général. À vue : H. : 72 cm – L. : 59 cm. Cadre : H. : 90 cm – L. : 77 cm. 8 000 / 10 000 €

Historique : le prince occupa les fonctions de général d’infanterie dans l’armée impériale de Russie, avant d’être nommé par le tsar Alexandre Ier gouverneur militaire d’Arkhangelsk de 1799 à 1801, puis gouverneur militaire de Saint- Pétersbourg de 1808 à 1809. Après la défaite russe lors de la bataille de Friedland le 14 juin 1807, la Russie demanda l’armistice et le document signé à cette occasion le fut pour la France par le Maréchal Berthier et pour la Russie par le prince Lobanov-Rostovsky. Il participa ensuite avec le prince Kourakine aux négociations et à la signature du traité de Tilsit signé le 7 juillet 1809. Il deviendra ensuite ministre de la justice de 1817 à 1827, avant de finir sa carrière comme membre du conseil d’État sous le règne de l’Empereur Alexandre Ier de Russie. Durant sa jeunesse il fréquentât assidument la cour de l’impératrice Catherine II. En remerciement de ses services il reçut les plus hautes distinctions comme celles que nous pouvons apercevoir sur ce portrait, où il porte l’écharpe et la plaque de l’ordre de Saint-André ; le ruban, l’insigne et la plaque de commandeur de l’ordre de Saint-Alexandre Nevski; l’insigne de commandeur de l’ordre de Saint-Georges et la plaque de l’ordre de Saint-Vladimir.

g

Portrait du prince Yakov Ivanovitch Lobanov-Rostovsky (1760-1831), 2cole russe du XIXe. Posant en habit de gouverneur général de Malorossiya, vers 1811. Huile sur toile, d’après une œuvre peinte en 1829, conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Avec identification du sujet au revers sur la toile. Restaurations, mais bon état général. À vue : H. : 75, 5 cm – L. : 62 cm. Cadre : H. : 92, 5 cm – L. : 79, 5 cm. 8 000 / 10 000 €

Historique : en 1808, le prince Yakov est nommé gouverneur de la Petite Russie (Malorossiya), puis en 1816 il rentre au conseil d’Etat. Il fut un des héros de la guerre de 1812 contre Napoléon. À ce titre il reçut les plus hautes distinctions comme celles que nous pouvons apercevoir sur ce portrait, où il porte l’écharpe et la plaque de l’ordre de Sainte-Anne, le ruban avec insigne de commandeur de l’ordre de Saint-Alexandre Nevski, et la plaque et le ruban de l’ordre de Saint-Wladimir.

g

Portrait du comte Nikita Ivanovitch Panine (1718-1783). École russe du XIXe. Huile sur toile, conservée dans son encadrement d’origine en bois doré. Avec identification du sujet au revers sur la toile. Bon état, accidents au cadre. À vue : H. : 43, 5 cm – L. : 31 cm. Cadre : H. : 65 cm – L. : 53 cm..

6 000 / 8 000 €

Historique : Le comte entre très jeune dans l’armée impériale de Russie, et devient très vite officier. En 1741 il est nommé par l’impératrice Elisabeth Ière chambellan privé de la souveraine, puis devient diplomate en 1747 avant de devenir l’éducateur du grand-duc héritier Paul Petrovitch de Russie (futur tsar Paul Ier). Sous Catherine II il assurera les fonctions de ministre des Affaires étrangères durant près de 20 ans. Lors de cette période il se distinguera à l’occasion du traité signé entre Catherine II et Frédéric II, en vue de soutenir l’élection de Stanislas Poniatowski au trône de Pologne, élu le 7 septembre 1764, mais aussi lors de la guerre contre les Turc et le traité de Koutchouk-Kaïnardji (1774), et lors de la déclaration de neutralité armée contre l’Angleterre (1780). Il est souvent considéré à juste titre, comme l’un des hommes les plus cultivés de son époque. Catherine II l’appelait « L’Encyclopédie ». Il reçut les plus hautes distinctions comme celles que nous pouvons apercevoir sur ce portrait, où il porte l’écharpe et la plaque de l’ordre de Saint-André et l’insigne de commandeur de l’ordre de Saint-Alexandre Nevski.

g

 Portrait de la princesse Fétinia Iakovleva Cheremetieff, née princesse Lobanov-Rostovsky (1711-1777). École russe der laz fin du XIXe. Huile sur toile, de forme ovale, conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Avec identification du sujet au revers sur la toile. Bon état. À vue : H. : 28 cm – L. : 22 cm. Cadre : H. : 35 cm – L. : 29 cm. 2 000 / 3 000 €

g

Portrait du comte Pierre Ivanovitch Panine (1721-1789). École russe du début du XXè.  Huile sur toile, avec identification du sujet au revers sur la toile. Restaurations et accidents. H. : 46 cm – L. : 36 cm. 3 000 / 5 000 €

Historique : Général du Régiment Ismaïlovski, le comte prit part à la guerre de Crimée lors de la prise de Perekop et de Bakhtchisaraï en 1736. Durant la guerre de 7 ans (1756-1763), il devint le héros de la victoire de Francfort en 1759 et de la prise de Berlin l’année suivante. Nommé général-lieutenant et gouverneur de l’est de la Prusse (Prusse orientale) par l’impératrice Catherine II, il accède ensuite aux plus hauts postes grace à son frère, éducateur du tsarévitch Paul Petrovitch (futur Paul Ier), puis ministre des Affaires étrangères. Commandant des troupes russes lors de la révolte menée par Emelian Pougatchev, il écrasa ce mouvement populaire en 1775. Après cette date il se retire des affaires militaires. Il reçut les plus hautes distinctions comme celles que nous pouvons apercevoir sur ce portrait, où il porte l’écharpe et la plaque de l’ordre de Saint-André, l’insigne de commandeur de l’ordre de Saint-Alexandre Nevski et la plaque de l’ordre de Saint-Georges.

g

Rafraîchissoir à bouteille en porcelaine, provenant du service du pavillon de la Ferme impériale de Peterhof appartenant au tsarévitch Alexandre Nicolaïévitch de Russie, futur tsar Alexandre II (1818-1881). De forme cylindrique légèrement évasée vers le haut, en porcelaine blanche, à décor sur chaque face de son monogramme “A” (Alexandre) en lettre d’or sous couronne impériale polychrome et or, orné sur les côtés de prises or à décor de feuilles de palmier et de filets or, reposant sur un socle piédouche. Marques au revers dans la pâte en lettres bleues H.I. sous couronne impériale. Circa 1840. Bon état général. Manufacture impériale, Saint-Pétersbourg. Époque : Nicolas Ier (1825-1855).
H. : 17, 5 cm – Diam.: 18, 5 cm. 2 500 / 3 000 €

Historique : Service commandé en 1840-1841 par le grand-duc Alexandre Nicolaïévitch de Russie, futur empereur Alexandre II, pour la Ferme de Peterhof dans le parc Alexandre.

g

Poupée en tenue traditionnelle russe. En tissu rose brodé de perles et de strass colorés. En l’état. Travail russe du début du XXe siècle. H. : 33 cm.

300 / 500 €

g

Six fourchettes à entremet en argent. Par FABERGÉ, Moscou, 1908-1917.
Manche plat à décor ciselé d’un cygne ailé et gravé d’un monogramme, pointes en vermeil. Bon état. Poinçons titre : 84, Moscou, 1908-1917. Poinçon d’orfèvre : K. F. (Carl Fabergé). L. : 16, 5 cm. Poids total : 221 grs.

1 200 / 1 500 €

g

Grande timbale en argent. Par Sokolov, OKOLOV, Moscou, 1908-1917.
De forme légèrement évasée vers le haut, reposant sur un pied circulaire, gravée du monogramme entrelacé M.L.R. (M. Lobanov-Rostovsky) sous couronne princière dans un entourage floral. Poinçons titre : 84, Moscou, 1899-1908. Poinçon d’orfèvre : V. T. Sokolov, actif de la fin du XIXe siècle à 1908. H. : 15, 5 cm – L. : 7, 5 cm. Poids : 164 grs. 300 / 500 €

g

Dupuis Adolphe (1824-1891). Portrait photographique signé Charles Bergamasco (1830- 1896) à Saint-Pétersbourg daté 1860, le représentant jeune homme. Tirage albuminé d’époque monté sur carton. On y joint deux autres portraits photographiques le représentant à divers moments de sa vie. Formats divers. 150 / 200 €

Programme officiel (à gauche), de la comédie intitulée « L’oncle en smoking et la tante en robe de chambre » suivie d’ « Une tasse de thé », jouées au palais du grand-duc héritier Alexandre Alexandrovitch en 1871. Les personnages principaux furent joués par le prince Galitzine et le grand-duc Wladimir de Russie. Texte imprimé en russe et en français, illustrations colorisées et rehaussées à l’or par Adolphe Charlemagne (1826-1901), daté janvier 1871 à Saint-Pétersbourg, imprimé par A. Paterson, surmonté du monogramme de l’empereur Alexandre II et de son épouse l’impératrice Maria Alexandrovna sous couronne impériale. Usures du temps, en l’état. H. : 38 cm – L. : 26 cm. 300 / 500 €

Programme officiel (à droite). D’une charade en trois tableaux intitulée « Amischka », jouée le 5 avril 1871, au théâtre Michel à Saint-Pétersbourg, en l’honneur de l’empereur Alexandre II, dont les personnages principaux furent joués par les membres importants de la cour impériale et de la famille impériale : Comtesse Keller, prince Jean Galitzine, les grands-ducs Wladimir et Alexis Alexandrovitch, le baron Freedericksz, le prince Eugène de Leuchtenberg, la Comtesse Apraxine, etc…. Texte imprimé en russe et en français, illustrations colorisées et rehaussées à l’or par Adolphe Charlemagne (1826-1901), imprimé par A. Paterson, surmonté du monogramme de l’empereur Alexandre II et son épouse l’impératrice Maria Alexandrovna sous couronne impériale. Usures du temps, en l’état. H. : 38 cm – L. : 26 cm.

300 / 500 €

g

États de service d’Adolphe Dupuis au théâtre impérial Michel. École russe du XIXe. Panneau composé d’un portrait photographique le représentant entouré d’une aquarelle illustrant les différents personnages dont il joua le rôle au Théâtre Michel, surmonté du blason de la ville de Saint-Pétersbourg. Apparaissent dans cette composition un portrait photographique du tsar Alexandre II signé Serge Levitsky (1819-1898), portant l’inscription manuscrite probablement de la main du tsar « A Monsieur Dupuis », une petite photographie et un dessin signé C. Montigny représentant le Théâtre Michel et la liste de tous les spectacles et comédies qui furent joués sur la scène du Théâtre Michel lors de ses fonctions au théâtre durant 17 ans. L’ensemble est conservé sous verre dans son encadrement d’origine en bois doré. Usures du temps, manque un élément, accidents au cadre, mais bon état général. À vue : H. : 54, 5 cm – L. : 70 cm. Cadre : H. : 60 cm – L. : 76 cm.

600 / 800 €

g

Dupuis Adolphe (1824-1891). Très intéressant journal manuscrit autographe, rédigé par Adolphe Dupuis contenant l’inventaire précis de tous les spectacles, comédies et pièces de théâtres joués au Théâtre Michel à Saint-Pétersbourg et à la cour impériale de Russie durant la période de son engagement datant du 15 septembre 1860 au 29 mai 1877, suivi de tous les comptes, recettes et dépenses durant cette période pour tous les spectacles en question. Chaque jour il note le nom du spectacle joué, le nom des acteurs principaux, dont le sien lorsqu’il joue sur scène, les lieux où sont donnés ces évènements, mais surtout il précise par une lettre majuscule le nom des membres de la famille impériale assistant à la représentation. Par exemple E : Empereur Alexandre II ; I : impératrice Maria Alexandrovna ; GDH : grand-duc Héritier (future Alexandre III) ; GDHe : grande-duchesse Héritière (future Maria Féodorovna) ; GDA : grand-duc Alexis Alexandrovitch ; GDW : grand-duc Wladimir Alexandrovitch ; GDH : grande-duchesse Hélène Petrovna ; GDMa : grande-duchesse Maria Alexandrovna ; GDM : grand-duc Michel Nicolaïévitch ; GDG : grand-duc Georges : GDMl : grand-duc Michel Nicolaïévitch, etc… Il note également quelques événements politiques importants, obligeant de ce fait le théâtre à fermer ses portes. Texte en français, 172 pages, format in-folio, reliure en percaline violette, usures du temps, en l’état. 1 200 / 1 500 €

Extraits : Jeudi 20 octobre 1860 : mort de Sa Majesté l’Impératrice mère, relâche : 6 semaines ; Dimanche 26 mars 1861 : lecture chez la grande-duchesse Hélène du Molière : Le Misanthrope, le second acte seulement ; Mercredi 26 avril 1861 : Lecture de Henri le Balafré (E. I. GDH) ; Dimanche 29 octobre 1861 : Le dernier couplet de Philiberte (Gala) à Tsarskoïé-Sélo ; Samedi 2 décembre 1861 : Deux filles à mariés (E. I.) ; Vendredi 12 octobre 1862 : Sur la Grande route à Gatchina (palais du grand-duc héritier) ; Lundi 30 décembre 1863 : Lecture du Calendrier vert (E. I. Grand-duc de Mecklembourg- Strelitz) ; Le samedi 11 janvier 1864 : Le Bossu (E.I.) ; dimanche 22 novembre 1864 : Les beaux conseils, gala à Tsarskoïé Sélo ; Lundi 12 avril 1865 : nouvelle de la mort de SAI le Grand-duc Héritier : relâche 9 jours ; Mercredi 16 mars 1866 : Lecture dans la loge d’opéra pour le roi de Wurtemberg avec GDH ; Lundi 4 avril 1866 : attentat contre S.M. L’empereur au Jardin d’été ; Samedi 17 septembre 1866 : entrée de la princesse Dagmar (future impératrice Maria Féodorovna) à Saint-Pétersbourg : relâche ; Dimanche 23 octobre 1866 : Les Jurons de Cadellac (GDM, GDH, GDMa) ; Vendredi 18 novembre 1866, grande représentation de gala chez la Grande-duchesse Hélène On n’aurait penser à tout (E.I. GDH. GDHe) ; Samedi 9 décembre 1867 Aimons notre prochain, maitre Guérin, rôle joué par Adolphe Dupuis (1237 représentations) (E.I. GDH, GDMa, GDG, GDW) ; Dimanche 4 février 1868, Par droit de Conquête, cérémonie conduite avec E.I. et toute la cour, retraite de Madame Volmys (20 ans de services) ; Samedi 27 avril 1868, Un baisé anonyme, pour la fête des hussards au palais chinois à Tsarskoïé Sélo, (toute la cour, E. I. GDH. GDHe) ; Dimanche 6 décembre 1870, Cendrillon, (GDH. GDHe. GDMa. GDMl.) ; Mardi 9 janvier 1873, mort de la Grande- duchesse Hélène Pavlovna de Russie : relâche 8 jours ; Jeudi 3 janvier 1874, La jeunesse de Mirabeau, GDH & prince de Galles ; Vendredi 11 janvier 1874, mariage de la grande-duchesse Maria Alexandrovna ; Jeudi 31 janvier 1874, Le demi-Monde, prince de Galles, prince de Danemark ; Mardi 23 avril 1875, Après le bal, Les chevaux et ma femme, (princesse Youssoupoff, E. GDA. GDW.) ; Samedi 31 janvier 1876 : L’affaire est arrangée, (E. Roi de Wurtemberg, GDH. GDHe. GDW. grande-duchesse Wladimir, grand-duc Paul, grand-duc Serge) ; Lundi 9 février 1876, mort de la grande-duchesse Marie, relâche 5 jours ; Lundi 17 janvier 1877 La Famille Riquebourt, petite noblesse pour la Croix Rouge ; Vendredi 4 Mars 1877, mort du grand-duc Alexandre Vladimirovitch : relâche 3 jours ; etc…

g

Portrait de l’empereur Alexandre II de Russie (1818-1881). Attribué à Nicolas Svertchkoff (1817-1898). Huile sur toile signée en caractères cyrilliques par l’artiste (légèrement effacés), en bas à droite, circa 1871. De forme ovale, conservée avec son encadrement d’origine en bois doré à décor sculpté et surmonté de la couronne impériale. Rentoilage et restaurations, mais bon état général.
Accidents et manques au cadre, en l’état.
À vue : H. : 88 cm – L. : 74 cm.
Cadre : H. : 138 cm – L. : 95 cm. 12 000 / 15 000 €

Provenance : Ce portrait fut offert personnellement par le tsar à Adolphe Dupuis (1824-1891), en souvenir des bons et loyaux services rendus durant ses 17 années comme administrateur général du Théâtre impérial Michel à Saint-Pétersbourg et conservé depuis dans sa descendance.

g

Famille impériale de Russie. Grand album de photographies en cuir contenant 60 portraits photographiques signés Charles Bergamasco (1830-1896), H. Laurent et Serge Levitsky (1819-1898), à Saint-Pétersbourg, représentant : l’empereur Nicolas Ier (1756-1855) ; l’impératrice Alexandra Féodorovna (1798- 1860) ; l’empereur Alexandre II (1818-1881), en 1860 ; l’impératrice Maria Alexandrovna (1824-1880); l’empereur Alexandre II en 1870 ; l’impératrice Maria Alexandrovna en 1867, l’empereur Alexandre II, le jour de l’attentat du 4 avril 1866 ; le grand-duc héritier de Russie (1845-1894), futur Alexandre III ; la grande-duchesse héritière de Russie (1847-1928), future impératrice Maria Féodorovna ; la grande-duchesse Marie Nikolaïevka (1819-1876), en 1860 ; le grand-duc Wladimir Alexandrovitch (1847-1909), en 1863 ; le grand-duc Alexis Alexandrovitch (1850-1908), en 1863 ; le grand-duc héritier Nicolas mort à Nice (1843- 1865); la grande-duchesse Constantin (1830-1911); le grand-duc Constantin Nicolaïévitch (1827-1892), en 1865 ; le grand-duc Constantin en 1864 ; la grande-duchesse Olga Constantinovna (1851-1926), future reine de Grèce, en 1860 ; le grand-duc Nicolas Constantinovitch (1850- 1918), en 1860 ; le grand-duc Michel Nicolaïévitch (1832- 1909); la grande-duchesse Olga Féodorovna (1839-1891); le grand-duc Nicolas Nicolaïévitch (1831-1891); la grande- duchesse Alexandra Petrovna et son fils ainé (1838-1900); la princesse Eugénie de Leuchtenberg (1844-1932); la princesse Marie de Leuchtenberg, princesse de Bade (1841-1914); le prince Nicolas de Leuchtenberg (1843-1891), en 1860; le prince Eugène de Leuchtenberg (1847-1901), en 1860 ; la grande-duchesse Hélène Pawlovna ; le grand-duc Georges de Mecklembourg ; Alexandre II en 1855 et en 1871 ; le grand- duc Wladimir Alexandrovitch (1847-1909), en 1860 ; le grand-duc Alexis Alexandrovitch (1850-1908), en 1860 ; le grand-duc Nicolas Alexandrovitch (1843-1865); le grand-duc Alexandre Alexandrovitch (1845-1894); la grande-duchesse Maria Alexandrovna (1853-1920), en 1860, duchesse d’Edimbourg ; les grands-ducs Serge (1857-1905) et Paul Alexandrovitch (1860-1919), en 1864 ; le comte Wladimir Arenberg, ministre de la Maison de l’empereur ; le prince Gortchakoff ; le prince Souwaroff ; le prince Dolgorouki ; l’archimandrite de Saint-Pétersbourg ; le plus vieux Pope ; Komissaroff, le jour de l’attentat en 1864, prétendu sauveur de l’empereur ; le grand-duc Paul Alexandrovitch (1860- 1919); etc… Tirages albuminés d’époque datant de 1860 à 1865, montés sur carton avec noms des photographes, format carte de visite. Usures du temps à l’album, quelques petits trous sur certaines photographies, mais bon état général. 2 000 / 3 000 €.

g

Célèbrités françaises et étrangères. Ensemble de 39 cartes de visites adressées à Adolphe Dupuis (1824-1891) : Jules de Glouvet (1834-1923), magistrat et écrivain français ; Jacques Normand (1848-1931), écrivain français ; Madame Alexis, ex-artiste du Vaudeville ; Albert Millaud (1844-1892), journaliste et auteur dramatique français ; Charles Cuvillier (1877-1955), compositeur français ; Léon Bernard-Derosne (1839-1910), écrivain et journaliste ; Comte et Comtesse Louis de Montesquiou ; F. Mauricio Girardin ; Georges Peutat, administrateur du Vaudeville ; Alexandre Bisson (1848-1912), dramaturge et romancier ; Jules Barbier (1825-1901), poète, avec notes autographes signées de l’auteur ; Georges Duval (1847-1919), journaliste et dramaturge ; Georges Ohnet (1848-1918), écrivain ; Camille Doucet (1812-1895), poète, avec notes autographes signées ; Albert Carré, directeur du Vaudeville ; J. Valadier ; Adolphe Racot (1840-1887), auteur, avec notes autographes signées ; Olivier de Penne (1831-1897), peintre et illustrateur ; etc… On y joint trois cartes de visites au nom d’Adolphe Dupuis. 200 / 300 €

g

Importante et rare collection de portraits photographiques représentant les principaux membres de la famille impériale de Rusie du tsar Alexandre II au tsar Nicolas II provenant de la collection d’une famille aristocratique russe.

Acteurs français et russes. Ensemble de 46 portraits photographiques anciens, représentant les principaux acteurs et actrices ayant joué sur la scène du Théâtre Michel à Saint-Pétersbourg. Certains documents portent des dédicaces autographes signées adressées à Adolphe Dupuis. Formats cabinet et carte de visite, signés Bergamasco, Walery, Chalot, Carjat, Laurent, etc… On y joint une gravure signée de Madame Alexis en costume de Nabab. En l’état. 200 / 300 €

g

53. MARIA NICOLAÏÉVNA, princesse de Leuchtenberg,
née grande-duchesse de Russie (1819-1876).
Portrait photographique la représentant d’après le portrait peint par Franz Winterhalter en 1857. Tirage albuminé d’époque, vers 1870 avec rehauts à l’encre et à la gouache, contrecollé sur carton. Bon état.
H. : 21 cm – L. : 15, 5 cm. 400/600€

54. MARIA NICOLAÏÉVNA,
princesse de Leuchtenberg,
née grande-duchesse de Russie (1819-1876).
Portrait photographique signé Serge Levitsky (1819-1898) à Saint-Pétersbourg, la représentant posant de face, vers 1860. Tirage d’époque monté sur carton, couleur sépia, avec nom, 400/600€

55. MARIA MAXIMILÏÉVNA,
princesse de Leuchtenberg (1841-1914).
Portrait photographique signé Charles Bergamasco (1830- 1896) à Saint-Pétersbourg, la représentant posant de profil, vers 1865. Tirage d’époque monté sur carton, couleur sépia, avec cachet à sec du photographe. Bon état.
Format cabinet. 400 / 600 €

56. MARIA MAXIMILÏÉVNA, princesse de Bade,
née duchesse de Leuchtenberg (1841-1914).
Portrait photographique la représentant posant en compagnie de ses enfants, le prince Maximilien de Bade (1867-1929) et la princesse Marie de Bade, vers 1870. Tirage d’époque monté sur carton, couleur sépia, avec cachet à sec du photographe. Découpé sur la partie basse. Bon état. H. : 16 cm – L. : 11, 5 cm. 300 / 500 €

57. MARIA MAXIMILÏÉVNA, princesse de Bade,
née duchesse de Leuchtenberg (1841-1914).
Portrait photographique signé Schultz & Suck à Karlsruhe, la représentant posant en compagnie de ses enfants le prince Maximilien de Bade (1867-1929) et la princesse Marie de Bade, vers 1873. Tirage d’époque monté sur carton, couleur sépia, avec nom du photographe. Bon état. Format cabinet. 200 / 300 €

58. MAXIMILIEN, prince de Bade (1867-1939).Portrait photographique signé L. Kauffmann à Bade- Greuznach, le représentant enfant posant en compagnie de sa sœur la princesse Marie de Bade, vers 1869. Tirage d’époque monté sur carton, couleur sépia, avec nom du photographe. Bon état. Format carte de visite. 200 / 300 €

59. NICOLAS NICOLAÏÉVITCH, duc de Leuchtenberg (1828-1928).
Portrait photographique signé Charles Bergamasco (1830- 1896) à Saint-Pétersbourg, le représentant posant en costume déguisé pour le bal costumé des Boyards organisé du 11 au 13 février 1903 au Palais d’Hiver par le tsar Nicolas II. Tirage d’époque monté sur carton, avec nom du photographe. Bon état. Format cabinet. 300 / 500 €

60. EUGÉNIA MAXIMILÏÉVNA, princesse d’Oldenbourg,
née duchesse de Leuchtenberg (1845-1925).
Portrait photographique signé Charles Bergamasco (1830- 1896) à Saint-Pétersbourg, la représentant posant de profil, vers 1870. Tirage d’époque monté sur carton, couleur sépia, avec cachet à sec du photographe. Découpé sur la partie gauche, mais bon état. Format cabinet. 300 / 500 €

61. EUGÉNIA MAXIMILÏÉVNA, princesse d’Oldenbourg,
née duchesse de Leuchtenberg (1845-1925).
Gravure signée K. A. Fischer à Moscou, la représentant posant légèrement de trois quarts avec au bas du document un fac- similé de sa signature. Bon état. H. : 20, 5 cm – L. : 15 cm. 200 / 300 €

62. NICOLAS NICOLAÏÉVITCH, grand-duc de Russie (1831-1891).
Portrait photographique signé Charles Bergamasco (1830- 1896), à Saint-Pétersbourg, le représentant posant en uniforme d’officier de l’armée impériale de Russie, vers 1875/1880. Tirage albuminé d’époque, couleur sépia, contrecollé sur carton, avec cachet à sec du photographe. Bon état.
Format cabinet. 400 / 600 €

63. ALEXANDRA PETROVNA, grande-duchesse de Russie, née princesse d’Oldenbourg (1838-1900). Portrait photographique signé W. Wysocki à Kieff, la représentant en tenue de sœur, posant alitée, vers 1890. Tirage albuminé d’époque, couleur sépia, contrecollé sur carton, avec nom imprimé du photographe. Bon état. H. : 14 cm – L. : 21, 5 cm.  300 / 500 €

64. PIERRE GEORGUÏÉVITCH, prince d’Oldenbourg (1812-18810).
Portrait photographique le représentant en uniforme d’officier de l’armée impériale de Russie, vers 1870. Tirage albuminé d’époque, couleur sépia, contrecollé sur carton.Lgèrement insolé. Format cabinet. 200 / 300€

65. CONSTANTIN NICOLAÏÉVITCH, grand-duc de Russie (1827-1892).
Portrait photographique signé Charles Bergamasco (1830- 1896) à Saint-Pétersbourg, le représentant posant en uniforme d’officier de la Marine impériale, vers 1880. Tirage albuminé d’époque, couleur sépia, contrecollé sur carton, avec cachet à sec du photographe. Bon état. Format cabinet.

600 / 800 €

66. ALEXANDRA IOSSIFOVNA, grande-duchesse de Russie,
née princesse Alexandra de Saxe-Altenbourg, (1830-1911). Portrait photographique signé Charles Bergamasco (1830- 1896) à Saint-Pétersbourg, la représentant assise portant le deuil de son époux, mort en 1892. Tirage albuminé d’époque, couleur sépia, contrecollé sur carton, avec cachet à sec du photographe. Bon état. Format cabinet. 600 / 800 €

67. OLGA CONSTANTINOVNA, grande-duchesse de Russie, reine de Grèce (1851-1926). Portrait photographique signé Abram Yasvoyine à Saint- Pétersbourg, la représentant posant en buste, vers 1875. Tirage albuminé d’époque, couleur sépia, contrecollé sur carton, avec cachet à sec du photographe. Bon état. Format cabinet. 400 / 600 €

68. ALEXANDRA CONSTANTINOVNA, grande- duchesse de Russie, née princesse de Grèce (1870-1891). Portrait photographique signé Carlini, la représentant jeune femme à l’époque de son mariage avec le grand-duc Paul Alexandrovitch, vers 1889. Tirage albuminé d’époque, couleur sépia, contrecollé sur carton, avec cachet à sec du photographe. Légèrement insolé. Format cabinet. 400 / 600 €

69. ALEXANDRA CONSTANTINOVNA, grande- duchesse de Russie, née princesse de Grèce (1870-1891). Portrait photographique signé Alexandre Alexandrovitch Pasetti (1850-1903) à Saint-Pétersbourg, la représentant posant en compagnie de sa fille la grande-duchesse Maria Pavlovna de Russie, vers 1890. Tirage albuminé d’époque, couleur sépia, contrecollé sur carton, avec nom imprimé du photographe. Légèrement insolé. Format cabinet. 300 / 500 €

70. ENFANTS DU GRAND-DUC CONSTANTIN CONSTANTINOVITCH DE RUSSIE. Portrait photographique signé V. Yasvoyne à Saint- Pétersbourg, représentant les princes Jean (1886-1918), Gabriel (1887-1955), Tatiana (1890-1970) et Constantin (1891-1918), vers 1892/1893. Tirage albuminé d’époque, couleur sépia, contrecollé sur carton, avec nom imprimé du photographe. Bon état. Format cabinet. 400 / 600 €

71. ANASTASIA MIKHAÏLOVNA, grande-duchesse de Russie (1860-1922).
Portrait photographique signé Charles Bergamasco (1830- 1896) à Saint-Pétersbourg, la représentant jeune femme à l’époque de son mariage avec le grand-duc Frédéric-François III de Mecklembourg-Schwerin, (1851-1897), vers 1879. Tirage albuminé d’époque, couleur sépia, contrecollé sur carton, avec cachet à sec du photographe. Bon état.
Format cabinet. 400 / 600 €

72. ANASTASIA MIKHAÏLOVNA, grande-duchesse de Russie (1860-1922).
Portrait photographique signé Charles Bergamasco (1830- 1896) à Saint-Pétersbourg, la représentant jeune fille posant accoudée à un guéridon, à l’époque de son mariage avec le grand-duc Frédéric-François III de Mecklembourg-Schwerin, (1851-1897), vers 1879. Tirage albuminé d’époque, couleur sépia, contrecollé sur carton, avec cachet à sec du photographe. Bon état. Format cabinet. 400 / 600 €

73. ALEXANDRE II, empereur de Russie (1818-1881). Portrait photographique, vers 1860 / 1863, le représentant posant en buste légèrement de trois-quarts, en uniforme d’officier de l’armée impériale de Russie. Tirage albuminé d’époque, couleur sépia, contrecollé sur carton. Découpé sur les bords, de forme ovale, en l’état. H. : 8, 5 cm – L. : 6 cm.

300 / 500 €

74. MARIA ALEXANDROVNA, impératrice de Russie, née princesse de Hesse-Darmstadt (1824-1880). Portrait photographique signé Serge Levitsky (1819-1898) à Saint-Pétersbourg, vers 1863/1865, la représentant posant en buste de trois-quarts. Tirage albuminé d’époque, couleur sépia, contrecollé sur carton, avec signature imprimée du photographe. Bon état. Format carte de visite.

200 / 300 €

138. OLGA ALEXANDROVNA, grande-duchesse de Russie (1882-1960).
Portrait photographique la représentant posant en compagnie de son second époux Nicolas Koulikovsky (1881-1958) et de ses deux fils Tikhon Nicolaïévitch Koulikovsky (1917- 1993) et Gouri Nicolaïévitch Koulikovsky (1919-1984), avec sa signature autographe au bas du document en caractères cyrilliques « Olga – 1935 ». Tirage argentique d’époque. Bon état. H.: 11, 5 cm – L.: 13, 5 cm. 300 / 500 €

3

Expert: Cyrille Boulay Membre grée de la F.N.E.P.S.A.

Courriel: cyrille/boulay@wanadoo.fr

50ème anniversaire !

Association des Chants Liturgiques

Orthodoxes

 

Dimanche 2 juin 2019 à 15h30

Église St Roch, Ier Paris

L’Association Chants Liturgiques Orthodoxes, connue par ses concerts annuels en juin à l’Eglise Saint-Roch de Paris, va fêter cette année son 50ème anniversaire

Il y aura à cette occasion différentes manifestations : conférences et concerts du jeudi 30 mai au dimanche 2 juin.

h

L’ensemble Slava est composé d’une quinzaine d’artistes qui s’attachent à travailler et à faire connaître le répertoire sacré orthodoxe à la croisée des sources orientales et des influences occidentales.

Cet ensemble est unique en France : c’est le seul choeur de musique liturgique orthodoxe russe composé uniquement de voix féminines .
Il donne régulièrement des concerts en France.

h

Le chœur d’hommes de “l’Eglise des Trois Saints Docteurs”

Sous la direction de Serge Rehbinder, maître de chapelle en l’église orthodoxe russe de Saint Séraphin de Sarov à Paris, l’ensemble vocal « Chantres Orthodoxes Russes » est composé de chanteurs professionnels et amateurs qui ont fait leur classe dans de grands chœurs en Russie et en France.

h

Chœur de la cathédrale de la Sainte-Trinité

Chœur dirigé par Marina Politeva nouvellement nommée chef de la chorale.

h

Chorale Chœur d’hommes “Katalsky

Le chœur du Conservatoire de Moscou sous la direction d’Alexeï Rudnetvsky, a été créé en 2004 rassemblant des chanteurs professionnels ayant une grande expérience du chant à l’église. Le répertoire est constitué d’œuvres sacrées de compositeurs russes, de musique classique russe et d’autres pays, ainsi que de chants populaires russes et donne des concerts en Russie et à l’étranger. Chaque saison voit un nouveau programme avec des œuvres de compositeurs de l’École synodale de Moscou, de l’émigration russe et des compositions plus contemporaines.

Le chœur est dirigé par Alexis Rudnevsky, titulaire de la chaire de direction chorale au Conservatoire Tchaïkovski, qui est le Conservatoire national de Moscou; il est lauréat d’un concours international, et directeur artistique du chœur de chambre masculin «Kastalsky» ainsi que du chœur des étudiants du département de direction chorale du Conservatoire de Moscou.
A. Rudnevsky dirige des master-class avec des chœurs russes et étrangers en Autriche, Biélorussie, Bulgarie, Grande-Bretagne, Allemagne, Chine. Il préside le jury du concours de chœurs «Cyrille et Méthode»

 La saison 2017-2018 fut ouverte par un grand concert du chœur « Kastalsky et Rachmaninov » avec A. Pisarev dans la salle Rachmaninov.

« La richesse des compositeurs de musique sacrée de l’émigration. Cent ans d’héritage musical et spirituel 1917-2017. » Pour la première fois le public put entendre des œuvres d’A. Gretchaninov, N. Tcherepnine, B. Ledkovsky, écrites en émigration. Les chefs de chœur étaient A. Rudnevski, P. Ermikhov (États-Unis), les consultants V. Morozan (États-Unis) N. Schidlovsky (États-Unis), M. Rakhmanova.

Le chœur donnera un concert vendredi 31 mai en la Cathédrale Saint  Alexandre-Nevsky 12 rue Daru 75008 Paris, à 19h30.

h

Chœur russe de Paris “Znamenie”

Sous la direction d’Ekaterina Anapolskaya

Ensemble formé depuis 2009, sous la direction d’Ekaterina Anapolskaya.
Le répertoire de l’ensemble est constitué de plus de soixante pièces de musique liturgique russe bien souvent écrites par les plus illustres compositeurs russes (Tchaïkovski, Rachmaninoff, Balakirev, Tchesnokov, Gretchaninoff, …) mais aussi de musique profane : chœurs d’opéra, musique de chambre, chants populaires.
Le choeur se produit régulièrement en concert (le plus souvent à Paris) dans le cadre de manifestations consacrées à la musique liturgique orthodoxe russe : concerts de Noel et de Pâques, célébration des 150 ans de la cathédrale orthodoxe russe de Paris, heures musicales de Saint-Roch… .

h

Chœur de la Cathédrale Alexandre Nevsky

Sous la direction du Protodiacre Alexandre Kedroff

Avant 1917, ce sont des chanteurs professionnels français qui y font office de choral. Alors qu’après la révolution russe de 1917 et avec l’arrivée de la première vague d’émigration, ce sont des chanteurs d’opéra russes qui prennent la relève. La nomination au poste de maitre de chapelle d’Evguény Evetz en 1962 permet une toute nouvelle dynamique. Diplômé du conservatoire de Varsovie et excellent pédagogue, il élargit le répertoire du choeur et crée un nouveau style d’interprétation qui se caractérise par la rigueur, la justesse d’intonation et la précision rythmique. Travailleur infatigable, Evetz fait connaître le choeur de la cathédrale à travers le monde, comme l’un des meilleurs choeur de l’émigration russe. En 1988 il passe le flambeau à son fils aîné Basile (1937-2008).
Lorsque Basile Evetz se retire en 2007, c’est le protodiacre Alexandre Kedroff qui prend la tête du choeur de la cathédrale. Issu d’une génération illustre de musiciens, le protodiacre Alexandre Kedro hérite naturellement du patrimoine culturel familial. Après des études de musique, complétées par un cursus de théologie à l’Institut St-Serge de Paris, il est ordonné diacre à la cathédrale St-Alexandre-Nevsy, où il seconde le Maître de Chapelle Basile Evetz jusqu’en 2007.
Depuis sa nomination à la tête du choeur de la cathédrale, Alexandre Kedroff se consacre entièrement à cette fonction et contribue à l’enrichissement du répertoire par des compositions de son père et de son grand-père, ainsi que des oeuvres basées sur des mélodies anciennes russes du chant neumatique “znamenny”.

3

L’association « Chants Liturgiques Orthodoxes » a été fondée en 1969 par un groupe de « zélateurs » du chant orthodoxe. Voyant peu à peu disparaître, après la seconde guerre mondiale, les chefs de chœur qui avaient jusqu’alors assumé leur rôle dans les paroisses orthodoxes russes en France et à l’étranger, ils comprirent l’urgence de transmettre à la jeune génération cette tradition du chant apportée dans les années 20 de Russie par leurs parents, les émigrés russes.

A l’initiative de Nicolas Spassky, Igor Vassilieff et Alexandre Filatieff, une assemblée de plus de cinquante personnes fut réunie, regroupant les principaux spécialistes (chefs de chœur, compositeurs, chantres …) de toutes les juridictions. Les objectifs suivants furent définis : la conservation, le développement, l’étude du chant liturgique orthodoxe. Un comité de travail fut créé comprenant des personnes comme A. Javoronkoff, N. Ossorguine, M. Kovalevsky, N. Kedroff, E. Evetz, G. Grigorieva et d’autres. Des personnes de l’étranger, comme I. Gardner, ou de province s’y joignirent par la suite. Le bureau élu de l’Association comprenait : Igor Vassilieff (président), Maxime Kovalevsky et Alexandre Filatieff (Vice-présidents), Nicolas Spassky (secrétaire), Pierre Nikitine (trésorier). Depuis peu le bureau de l’association a changé, le protodiacre Alexandre Kedroff (Président), Nadia Lebedeff (secrétaire) et Marina Pervichine-Poulet(trésorière).

Plus de renseignements sur l’Association : CLIQUEZ

3

ENTRÉE LIBRE.

 

ÉGLISE SAINT ROCH
296 Rue Saint Honoré 75001 Paris

Téléphone    01 42 44 13 20

Métro: Pyramides, Palais Royal

 

L’Association Européenne de Saint Vladimir

” 1000 ans de présence russe au

Mont Athos “

Vendredi 24 mai 2019 à 18 h 30

Soirée au profit des fresques de la Cathédrale

Sainte Trinité

 

Ambassade de Russie, Paris

 

Sous le Haut Parrainage et en présence de Son Excellence Monsieur Alexey MESHKOV, Ambassadeur de la Fédération de Russie en France,

Son Eminence Monseigneur JEAN, Métropolite de Chersonèse et d’Europe Occidentale,

Madame Hélène CARRERE d’ENCAUSSE, Secrétaire perpétuel de l’Académie française,
Le Prince Constantin MOUROUSY, Président-Fondateur de l’Association Européenne de Saint Vladimir,
Le Comte Michael de LANTIVY de TREDION, Président Exécutif,

Monsieur Nicolas MARTYNOV, Vice-Président.

 ” Mille ans de la présence russe au Mont Athos “
Intervention du Docteur Nicholas FENNELL, éminent médiéviste, Professeur à Oxford.

Projection du film inédit sorti en 2016 :

« INNOKENTI SIBIRIAKOV. Aidez moi… Je suis extrêmement riche… »

en présence du producteur Mme Ioulia Valerievna IVANOVA

Le film est dédié à la mémoire d’Innokenty Mikhailovich Sibiryakov (1860-1901), bienfaiteur, philanthrope, futur habitant du mont Athos. Élevé par ses parents dans la tradition de piété et de miséricorde orthodoxes, par la miséricorde de Dieu, il possédait toute l’âme, même pour le peuple russe, en aidant les pauvres, finançant des centres de recherche et d’enseignement en Sibérie et dans la capitale, mais faisant surtout des dons généreux aux églises et aux monastères orthodoxes. Commencement de la vie marchand millionnaire héréditaire réussie, I.M. Sibiryakov a terminé son voyage terrestre avec un modeste moine schéma- tique sur le mont Saint Athos dans son monastère de Saint-André, construit sur ses fonds et dons secrets.

” À l’automne 1894, le gouverneur de Saint-Pétersbourg Viktor von Whal, engage une procédure judiciaire retentissante à l’encontre d’un riche exploitant de mines d’or, grand philanthrope russe, en l’accusant de folie et de gaspillage de son héritage au profi t des pauvres.
Il exige de confisquer ses biens et de le mettre sous tutelle. Quelques années plus tard, Innokenti Sibiriakov se retire dans le monastère Saint Pantéléimon du Mont Athos où, après sa mort, il sera vite reconnu en tant que saint par les moines athonites “.

Participation de Chœur de la Cathédrale russe de la Sainte Trinité.

Cocktail

h

L’ASSOCIATION EUROPÉENNE DE SAINT VLADIMIR, fondée en 1987 par le Prince Constantin MOUROUSY, a pour objectif de resserrer l’amitié millénaire entre la France et la Russie. Composée de bénévoles, elle organise des manifestations culturelles qui mettent en valeur les liens entre la Russie et la France. Ces événements permettent de récolter des fonds et de les distribuer à diverses œuvres d’aide à l’enfance et aux personnes âgées en Russie, et de soutenir l’Église Orthodoxe Russe.
Un coelioscope, appareil médical d’une valeur de 35.000 Euros, a pu être offert à l’Hôpital d’enfants Sainte Marie-Madeleine à Saint-Pétersbourg, grâce à la générosité des 520 participants et des artistes du Gala du 30ème anniversaire de l’Association Européenne de Saint Vladimir du 23 Janvier 2018 à l’Ambassade de Russie et tout particulièrement grâce à l’accueil bienveillant de S.E. Monsieur Alexey Meshkov, Ambassadeur de Russie en France.
Notre profonde gratitude va à nos chers amis-mécènes, pour leur fidèle et élégante participation à l’œuvre de cette manifestation.

d


LA CATHÉDRALE DE LA SAINTE-TRINITÉ DE PARIS est une cathédrale orthodoxe de styles architecturaux byzantin et russe, surmontée de cinq clochers à bulbe traditionnels en matériau composite recouvert d’or mat, et d’une croix orthodoxe. Elle fait partie du Centre spirituel et culturel orthodoxe  usse (CSCOR) placé sur le même site. Elle a trouvé son écrin entre le Champ de Mars et le Pont Alexandre III.
L’intérieur blanc attend d’être complété par des fresques religieuses, comme le veut la tradition orthodoxe. (Les visites gratuites sont autorisées entre 15h et 19h).

h

Fiche de réservation obligatoire

Règlement impérativement avant le 20 mai 2019

Soirée et cocktail comprenant champagne et vin: 90€ par personne.

 

3

Association Européenne Saint Vladimir

8 rue Garancière 75006 Paris

Téléphone : 01 43 54 17 18

Fax : 01 43 29 14 98

Courriel : associationsaintvladimir@gmail.com

BANQUE POSTALE CCP n° 2253375B020 – IBAN : FR61 2004 1000 0122 5337 5B02 014 – BIC PSSTFRPPPAR

Exposition

“ Art et utopie rouge au pays des soviets

1917–1953 “

Mercredi 20 mars au lundi 1er juillet 2019

Grand Palais, Paris

La galerie Tretiakov, le musée des Beaux-Arts Pouchkine et le musée russe participent à l’exposition «Rouge» au Grand Palais après Londres.
L’exposition a repensé l’art politique de la première moitié du vingtième siècle. Ce ne sont pas seulement des images, mais aussi des chefs-d’œuvre d’architecture, de design, de cinéma et de théâtre. L’exposition a été programmée pour le centenaire de la révolution. En 1932, la notion de «réalisme socialiste» est officiellement formulée, mais elle s’applique alors à la littérature. Son étendue aux arts plastiques reste extrêmement vague jusqu’à la fin des années 1930.

Alexandre Deïneka,”Le chantier de nouveaux ateliers”,1926,Galerie Tretiakov.
Jusque-là subsiste une relative variété dans la production picturale, articulée autour de thèmes comme l’ouvrier, le kolkhozien (ouvrier agricole), le soldat, le sportif ou bien sûr la figure du chef.
“Au nom de la Paix et du Progrès”
d
A. Labas “Dirigeable” 1931© Gal. Tretiakov
L’exposition couvre la période allant de la révolution d’Octobre à la mort de Staline, elle nous invite à replonger dans l’histoire de l’Union soviétique et dans l’expression artistique se confrontant aux contraintes idéologiques après la Révolution d’octobre en 1917.
K. Malevitch, “Travailleur” 1933 ©Musée russe.
Plus de 400 œuvres conçues dans un contexte social et politique particulier. Son parcours chronologique commence en 1917 avec la révolution d’Octobre et se termine en 1953, année de la mort de Staline.
Boris Korolev, M.A. Bakounine 1918 Bronze, 83 x 25 x 22,5 cm Galerie Tretiakov.
Elle interroge la manière dont le projet de société communiste a engendré des formes d’art spécifiques.
V. Moukhina, “L’ouvrier et la kolkhozienne”, 1937
Des années 1920, marquées par un grand nombre de propositions d’avant-garde, aux années 1930 qui voient l’affirmation d’un dogme esthétique, le parcours aborde tous les domaines des arts visuels : peinture, sculpture, architecture, photographie, cinéma, design, arts graphiques avec des œuvres, pour la plupart jamais montrées en France.
Natan Altman, Esquisse de décor pour la Place Ouritski pour le 1er anniversaire de la révolution d’Octobre, 1918, papier, encre, aquarelle, crayon graphite, 30,6 x 82,7 cm, Saint-Pétersbourg, Musée Russe.
Les artistes tels que Rodchenko, Pimenov, Fuzheron, Neushoul, Rivera, Petrov-Vodkin, Malevitch et beaucoup d’autres, ont voulu accompagner par leurs œuvres l’édification du socialisme et contribuer à la transformation du mode de vie des masses. C’est cette histoire, ses tensions, ses élans comme ses revirements que relate l’exposition en posant la question d’une possible politisation des arts.
Alexandre Deïneka, “Pleine liberté”, 1944, huile sur toile, 204 x 300 cm, Saint- Pétersbourg, Musée Russe.
La galerie Tretiakov a apporté une trentaine d’œuvres d’art à Paris, le musée Pouchkine montre également le même montant et sculpture, architecture, photographie, cinéma, design…des œuvres pour la plupart jamais montrées en France.
d
Le grand Palais a édité à cette occasion un catalogue, vue d’ensemble de l’art soviétique, depuis les répercussions de la révolution d’octobre 1917 sur la création artistique avec l’adhésion de nombreux artistes d’avant-garde au projet communiste jusqu’au réalisme socialiste de l’époque stalinienne, au travers d’œuvres emblématiques de différents domaines (cinéma, théâtre, peinture, etc.). 288 pages, 45€
h
© RmnGP 2019

Grand Palais, Galerie Clémenceau.

3 Avenue du Général Eisenhower
75008 Paris 8

Métro:  Champs-Elysées Clemenceau

Tarifs
Tarif réduit : 11 €
Plein Tarif : 15 €

Site officiel
www.grandpalais.fr

VENTE d’ART RUSSE

Mercredi 29 mai 2019 – Vente  

 —

Expositions Publiques

Mardi 28 mai de 11h à 18h

Hôtel Drouot, salle 7  à 11h et 13h30

ÉTUDE MILLON

EXTRAITS DU CATALOGUE

ICÔNES & ART RELIGIEUX

 

Mitre d’évêque orthodoxe en velours de soie noir et broderies de fils d’argent incrustée de verres facettés, au sommet une icône circulaire du Seigneur Sabaoth, au pourtour quatre icônes avec oklads en argent 84 zolotniks (875 millièmes) représentant Saint-Jean Baptiste, Saint-Nicolas le Thaumaturge, la Mère de Dieu et notre seigneur Jésus-Christ, surmontant des séraphins. Quelques pierres manquantes, usure au velours. Travail probablement des années 1940 en émigration. Icônes : Moscou, 1908-1917. Orfèvre : Semyon GALKIN. H. 18,5 x D. 22,5 cm. 800/1 000 €

d

Rare évangile ayant appartenu à l’archevêque Nikolai Dobronravrov (Архиепископ Николай). Les saints évangiles. Imprimé à Moscou, 1901.  Contient son ex-libris et sa signature autographe en page de titre ainsi qu’un autre ex-libris chiffré. Format in-4 (H. 26 x L. 18 cm). Demi-reliure en cuir rouge. Fatiguée.

Редкое Евангелие, принадлежавшее архиепископу Николаю Добронравову. Напечатано в Москве, 1901 г. Содержит экслибрис, подпись хозяина на титульном листе и еще один экслибрис, зашифрованный. Формат в-4 (26 x 18 см). Имеется половина обложки, обтянутая кожей. Потертости. 800/1 200 €

d

Icône de la Mère de Dieu Feodorovskaya. Tempera et or sur bois. Bon état. Russie, première moitié du XIXe siècle. Son origine (entre 1164 et 1239) varie selon trois versions mais sa vénération date de la venue à Moscou du premier tsar Romanov, Michel, qui en emporta une copie. Du type Vierge de tendresse, le Christ entoure de sa main le visage de sa mère, il a le genou gauche découvert. Au côté gauche la représentation de l’Archange protecteur, de Sainte Véra et Sainte Sophie. À droite, Saint Cyriak, Sainte Lioubov et Sainte Nadejda. Ces saintes martyres : Véra, Lioubov, Nadejda et leur mère Sophie, sont dites de Rome. Texte au bas du panneau indiquant que cette icône a été peinte selon le modèle de Borisoglebsk .  H. 36 x L. 30 cm.

Икона Божией Матери Феодоровской. Россия, конец XVIII в. Происхождение иконы (между 1164 и 1239) варьируется в зависимости от трех версий, но ее почитание датируется прибытием в Москву первого царя династии Романовых, Михаила, который привез ее копию. Богородица Умиления, Христос обнимает мать за шею и прижимается к ее щеке. Его левое колено обнажено. Слева – покровитель Архангел, Святая Вера и Святая София. Справа – Святой Кириак, святая Любовь и Святая Надежда. Эти святые мученики: Вера, Надежда, Любовь и их мать София, из Рима. 1 500/2 000 €

d

Icône de la Mère de Dieu «Joie inattendue». Tempera et or sur bois. Très bon état, légères usures. Russie, XIXe siècle. L’icône est écrite conformément à la narration de Saint Dmitry, l’évêque de Rostov, partiellement écrite dans la partie inférieure de l’icône. Une personne vivant dans le pêché a prié tous les jours devant son icône. Un jour, il vit le sang couler des plaies de notre Seigneur. Le pécheur a demandé pourquoi? La Vierge Marie a répondu: «Vous et tous les pécheurs, continuez à crucifier mon fils.» Réalisant ses péchés, l’homme demanda pardon et obtint finalement la «joie inattendue» du pardon. Les figures de l’archange Saint-Michel et Saint-Alexis, «L’Homme de Dieu», sont situées sur les bords de l’icône. H. 13,5 x L. 11 cm.

Икона Богородицы «Нечаянная радость». Россия, конeц XIX в. Икона написана по повествованию святого Дмитрия, епископа Ростовского, частично написанного в нижней части иконы. Человек, живущий во грехе, молился каждый день перед своей иконой. Однажды он увидел, как кровь течет из ран нашего Господа. Грешник обратился с вопросом, почему? Богородица ответила: «Ты и все, кто грешен, продолжаете распинать моего сына». Осознав свои грехи, человек умолял о прощении и, наконец, ему была дарована «Нечаянная радость» прощения. Фигуры Архангела Святого Михаила и Святого Алексия, «Человека Божьего», расположены по краям иконы. Картина в исключительно хорошем состоянии. Обратите внимание на необычное изображение на иконе диалога Богородицы с грешником. 300/500 €

d

Icône à la Croix. Tempera sur bois, la croix en bronze argenté émaillé polychrome. Fentes. Russie, XIXe siècle. Saint-Vladimir et Sainte-Alexandra au pied de la croix orthodoxe incrustée dans le bois. Au côté gauche les Saintes martyres Nadejda et Andriana, au côté droit Sainte Marie-Madeleine et une sainte. H. 35 x L. 30 cm.

Икона с крестом. Россия. XIX в. Святой Владимир и святая Александра у основания православного креста, бронза, эмаль. С левой стороны святые мученики Надежда и Андриана, с правой – святая Мария Магдалина и святая? Повреждение в нижней части ионы, скол на задней ее стороне. Образ в хорошем состоянии. 400/600 €

d

Icône de la Mère de Dieu de Tikhvine. Chromolithographie sur bois. Conservée sous son oklad en métal argent et doré. Nimbes à refixer. Russie, vers 1900. H. 22,5 x L. 18 cm.

Тихвинская икона Божией Матери. Хромолитография по дереву. Оклад, посеребрённый и позолоченный металл. Россия, около 1900 года. 180/250 €

d

Icône de voyage de la Mère de Dieu Okovitskaya. Tempera sur bois. Conservée sous son oklad en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor repoussé avec nimbe et cadre fixés à suspendre. Usures. Saint-Pétersbourg, vers 1860. Orfèvre : illisible. Poids : 38,2 g. H. 8,8 x L. 7,2 cm. Путешествие икона Божией Матери Оковицкой. Темпера, деревo. Санкт-Петербург, около 1860 г. 300/500 €

d

Icône de la Vierge à l’enfant. Grèce. XIXe siècle. Plutôt de type Eleousa bien que les visages ne se touchent pas. Importants rizza en métal argenté estampée et ciselée, seuls les visages sont apparents et peints. 33 x 27 cm. Икона Богородицы с младенцем. Греция. XIX век. Солидная штампованная и резнaя серебрянaя риза, видны и окрашены только лица. 600/800 €

d

Icône de la Mère de Dieu Joie de Tous les Affligés. Huile sur bois, conservée sous son oklad en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor repoussé, nimbes en vermeil, légendée en russe. Bon état, légères usures. Koursk, 1838. Orfèvre : МПП, non identifié. Poids : 440,0 g. H. 27,7 x L. 22,5 cm. Икона, Божия Матерь «Скорбящих Радость» Масло, дерево.

1 200/1 500 €

f

LITHOGRAPHIES

Lithographie réhaussée à l’aquarelle représentant la Promenade de KamannoiOstrow à Saint-Pétersbourg. Légères tâches. Encadrée. XVIIIe siècle. H. 28,5 x L. 40 cm (à vue). Прогулка по Каменному Oстрову в СанктПетербурге. Цветная гравюра XVIII в. На вид: 28,5 х 40 см. В рамке. Состояние хорошее. 150/200 €

d

Scènes populaires russes. Lithographie réhaussée à l’aquarelle d’après un dessin de Rudolf Joukowski représentant une famille de marchand à la promenade. Publiée par Daziaro à Moscou et SaintPétersbourg. Encadrée. Russie, XIXe siècle. H. 24 x L. 26 cm (à vue). Купеческая семья на набережной. Цветная гравюра XIX века. Изд. Daziaro, Москва и Санкт-Петербург. На вид: 24 х 26 см. В рамке. 200/300 €

d

Changeurs russes. Lithographie réhaussée à l’aquarelle et à la gouache représentant une scène de change de monnaie avec des Juifs en Russie. Par V. Adam, d’après H. Mitreuter. Encadrée. XIXe siècle. H. 26 x L. 31,5 cm (à vue). МИТРЕЙТЕР Генрих Дитлев (1818-?), репродукция. Русские сменщики. Цветная гравюра XIX века. На вид: 26 х 31,5 см. В рамке. 400/600 €

d

Comte Platov. Lithographie réhaussée à l’aquarelle titrée : Count Platoff, Hetman of the Cossacks. Par Thomas Kelly à Londres. Encadrée. H. 22 x L. 19 (à vue). Граф Платов, гетьман казаков. Цветная гравюра. Томас Келли, Лондон. На вид: 22 х 19 см. В рамке. 350/400 €

f

TABLEAUX DU XIX Éme SIÈCLE

SHISHKIN Ivan Ivanovitch (1832-1898). Eau-forte, d’après un paysage de forêt de 1893. Encadrée. H. 30,5 x L. 22 cm (à vue). ШИШКИН Иван Иванович (1832-1898). Офорт, пейзаж леса. На вид: 30,5 х 22 см. В рамке. 700/900 €

d

CHILTSOV Pavel Savvich (1820-1893). Portrait de femme. Huile sur toile, signé en haut à droite en cyrillique et daté 1855. H. 48 x L. 37,5 cm. Un certificat d’authenticité délivré par la Fondation culturelle ukrainienne sera remis à l’acquéreur. ШИЛЬЦОВ Павел Саввич (1820-1893). Портрет женщины . Масло, холст. Подписано вверху справа кириллицей и датировано 1855. Сертификат подлинности, выданный Украинским Культурным Фондом, будет передан покупателю. 1 000/1 500 €

d

TKATCHENKO Mikhail Stepanovich (Ukraine 1860-1916). Nature morte aux tomates vertes et rouges. Huile sur toile d’origine, signée en bas à droite. Cadre d’origine en bois. H. 27 x L. 46 cm. ТКАЧЕНКО Михаил Степанович (Украина, 1860- 1916). Натюрморт с зелеными и красными помидорами. Масло, холст, подпись внизу справа. 2 000/3 000 €

d

TKATCHENKO Mikhail Stepanovich (Ukraine 1860-1916). Bateau à vapeur et voiliers au coucher de soleil. Huile sur toile, signée en bas à droite. Cadre d’origine en bois doré. H. 59,5 x L. 80 cm. ТКАЧЕНКО Михаил Степанович (Украина, 1860- 1916). Пароход и парусники на закате. Масло, холст, подпись внизу справа. 6 000/8 000 €

d

MOROZOV N., école russe de la fin du XIXe siècle. Bâteau dans la tempête. Huile sur toile, signée en bas à droite en cyrillique. Accidents et craquelures (en l’état). Dans un beau cadre en bois doré à décor de grecques. H. 79,5 x L. 49 cm. МОРОЗОВ Н., русская школа конца XIX века. Лодка в бурю. Холст, масло. Подпись внизу справа кириллицей. 2000/3000 €

d

Chapelle de campagne en Russie (1892). Aquarelle sur papier, signé en bas à gauche en cyrillique et datée 1892. H. 24 x L. 20 cm. БЕНУА Альберт Николаевич (1852-1936). Деревенская часовня в России (1892). Акварель, бумага. Подписано внизу слева кириллицей и датировано 1892. 200/300 €

d

CHOULTSÉ Ivan Federovich (1874- 1932). Coucher de soleil sur lac en montagne. Huile sur toile d’origine. Signé et daté en bas à droite In F Choultse 22. H. 52 x L. 78 cm. ШУЛЬТЦЕ Иван Фёдорович (1874-1932). Закат на озере в горах. Масло, холст. Подписано и датировано внизу справа In F Choultse 22. 10 000/15 000 €

d

PLEVAKO V., école russe de la fin du XIXe siècle. Bord de mer la nuit. Huile sur toi signée en bas à gauche en cyrillique. Cadre d’origine H. 30 x L. 43,5 cm. Historique: Cet artiste, peu connu, était le copieur officiel d’Ivan Aïvazovsky (1817-1900). ПЛЕВАКО В., русская школа конца XIX века. Побережье ночью. Масло, холст, подпись внизу слева кириллицей.

2 500/3 000 €

d

VOLKOV Efim Efimovich (1844- 1920). Promenade en forêt. Aquarelle sur papier, signée en bas à gauche en cyrillique. Encadrée. H. 29 x L. 19 cm. ВОЛКОВ Ефим Ефимович (1844- 1920). Прогулка по лесу. Акварель, бумага, подпись внизу слева. 400/600 €

d

MALICHEV Vladimir, école russe du début du XXe siècle. Portrait d’une femme au foulard. Aquarelle sur papier, contresignée au dos. B.E. Encawdrée. Étiquette manuscrite au dos : «Acquis à Moscou en mai 1997 auprès du docteur Alekanov Valentin, relation du peintre, ayant acquis certains dessins, aquarelles, études etc., à la mort de ce dernier.» H. 29 x L. 19 cm (à vue). Малышев Владимир, русская школа начала ХХ века. Портрет женщины в платке. Акварель, бумага. 150/200 €

f

POST IMPRESSIONNISME

KOROVINE Constantin Alexeievitch (Moscou 1861-1939). La danse dans la neige. Huile sur carton. Encadrée. Signée et annotée en bas à gauche C. Korovine Russie. H. 32 x L. 41,5 cm. КОРОВИН Константин Алексеевич (Москва 1861-1939). Танец на снегу. Масло, холст. Подписано и аннотировано внизу слева К. Коровин. 12 000/15 000 €

d

MALIAVINE Philippe (Orenburg 1869 – Nice 1940).  Études de têtes de femmes. Mine de plomb et crayons de couleurs sur papier. Accidents. H. 42 x L. 30 cm.  МАЛЯВИН Филипп (Оренбург 1869 – Ницца 1940). Этюды женских голов. Свинцовый карандаш, цветные карандаши, бумага. Повреждения. 500/600 €

d

Grande Duchesse Olga Alexandrovna de Russie (Peterhof 1882 – Cooksville 1960). Vaste plaine sur fond de ciel violacé. Aquarelle, signée en bas à droite Olga. Encadrée. H. 19 x L. 20 cm (à vue). Великая Княгиня Русская Ольга Александровна. Широкая равнина на фоне фиолетового неба. Акварель, подпись справа внизу Ольга. 1 500/2 000 €

d

FILATOFF A., école russe du début du XXe siècle. Vue de la médina d’Alger (1932). Aquarelle sur papier, signée en bas à droite, localisée et datée Alger 1932. H. 25 x L. 34,5 cm (à vue). ФИЛАТОВ А., русская школа начала ХХ века. Вид на медину Алжира Акварель, бумага, подпись внизу справа 100/200 €

f

FUTURISME, CUBO – FUTURISME

KULBIN Nicolas Ivanovich (1868-1917). Portrait décomposé (1914). Aquarelle et crayon sur papier, monogrammée en bas à gauche et datée 1914. Porte une inscription en russe laissant supposer la collaboration de Filippo Tommaso MARINETTI (1876-1944). H. 34 x L. 20 cm (à vue). КУЛЬБИН Николай Иванович (1868-1917) Распадающийся портрет (1914). Акварель, карандаш, бумага. 200/300 €

d

STENBERG Vladimir (1899-1982) & Georgi (1900-1933). Projet pour l’affiche du film «La Onzième année» (1928). Gouache sur papier, signée en bas à droite, avec un portrait du cinéaste Dziga VERTOV (1896- 1954). Usures et petites taches. H. 37,5 x L. 25 cm. СТЕРНБЕРГ Владимир (1899-1982) и Георгий (1900-1933). Проект для афиши фильма «Одиннадцатый год» (1928). Гуашь, бумага. Подписано внизу справа, с портретом режиссера Дзиги Вертова (1896–1954). Износ и небольшие пятна. 500/800 €

d

MELLER Vadim Georgévich (1884-1962). Étude pour un costume d’ouvrier. Aquarelle sur papier, monogrammée en bas à gauche en cyrillique, inscrit en bas à droite en russe “GAZ”. Vers 1916. Notes à la mine de plomb au dos avec une étude de la tête de l’ouvrier. H. 40 x L. 25 cm. Très rare travail de l’artiste constructiviste ukrainien Vadim Meller. Il a conçu ce costume d’ouvrier pour la pièce de théâtre “Gas 1” de l’écrivain allemand Georg Kaiser (1878-1945). L’aquarelle faisait partie de la collection d’art d’un représentant de la société Amsterdam Heydenrijk. Les notes au dos du papier au crayon sont très probablement faites par un propriétaire néerlandais de cette aquarelle. МЕЛЛЕР Вадим Георгиевич (1884—1962). Этюд для костюма рабочего. Акварель, бумага. Присутствует монограмма художника внизу слева кириллицей и подпись “ГАЗ” внизу справа. Около 1916. 300/500 €

f

THÉÂTRE & BALLETS

DOBUZHINKSY Mstislav Valerianovich (1875-1957). Étude pour Mademoiselle Agnès. Gouache sur papier gris, signée en bas à droite et titré en cyrillique en haut à droite. H. 28,5 x L. 22,5 cm. ДОБУЖИНСКИЙ Мстислав Валерианович (1875-1957). Этюд для мисс Агнес. Гуашь, серая бумага. Подписано снизу справа. Имеется название вверху справа. 200/300 €

d

GOLOVIN Alexandre Yakovlevich (1863-1930). Décor de théâtre sur fond de cathédrale. Aquarelle et encre sur papier, signée en bas à droite en cyrillique. Encadrée. H. 33 x L. 54,5 cm (à vue). ГОЛОВИН Александр Яковлевич (1863- 1930). Театральные декорации на фоне собора. Бумага, акварель и тушь, подпись внизу справа.  

d

DOBUZHINSKY Mstislav (1875-1957). Étude de figures à l’antique (1932). Aquarelle et gouache sur papier, monogrammée en bas à gauche et datée 1932. Encadrée. H. 21,5 x L. 49 cm. ДОБУЖИНСКИЙ Мстислав Валерианович (1875-1957). Этюд античных фигур (1932). Бумага, акварель, гуашь. 1800/2000 €

d

BENOIS Alexandre (1870-1960). Étude pour un lieutenant d’infanterie de marine. Aquarelle et mine de plomb, non signée. Préparatoire au grand tableau “Défilé militaire avec l’empereur Paul Ier devant le Palais Mikhailovsky”(Musée russe, SaintPétersbourg). H. 30,5 x L. 23,5 cm. БЕНУА Александр (1870-1960). Этюд лейтенанта морской пехоты. Акварель, свинцовый карандаш. 800/1 000 €

d

ERTÉ, Romain de Tirtoff dit (1892- 1990), attribué à. Mercure et Mars. Paire de gouaches sur papier. Non signées, légendées au dos. H. 36 x L. 27 cm. “ЭРТЕ” Роман Тыртов (1892-1990), приписано Лот из двух рисунков. Меркурий и Марс. Гуашь, бумага. Без подписи, описание на обороте. 400/600 €

f

ÉCOLE DE VKHUTEMAS

TER-GEVONDIAN (1908-2000), élève d’Alexandre Rodchenko et Lev Bruni. Composition constructiviste. Gouache sur papier, esquisse pour un tissus. Contresignée et datée 1928. École de Vhutemas, Moscou, 1920-1930. H. 33 x L. 33 cm ТЕР-ГЕВОНДЯН (1908-2000), ученик Александра Родченко и Лева Бруни. Конструктивистская композиция. Гуашь, бумага, эскиз для ткани. Школа ВХУТЕМАС, Москва, 1920-1930. 1000/1200 €

d

TER-GEVONDIAN (1908-2000), élève d’Alexandre Rodchenko et Lev Bruni. Composition constructiviste aux emblèmes soviétiques. Gouache sur papier, esquisse pour un tissu. Contresignée et datée 1928. École de Vhutemas, Moscou, 1920-1930. H. 27 x L. 25 cm ТЕР-ГЕВОНДЯН (1908-2000), ученик Александра Родченко и Лева Бруни. Конструктивистская композиция с советскими гербами. Гуашь, бумага, эскиз для ткани. Школа ВХУТЕМАС, Москва, 1920-1930. 1000/1200 €

f

ART SOVIÉTIQUE

SYCHEV Vladimir Isakovich (1917-1995). Lénine en pied. Statuette en bronze à patine brune. Marquée en russe «Monument sculpture» en russe et gravée sur la terrasse: «Pour le 50e anniversaire du camarade de travail». Bon état. Leningrad, circa 1958. H. 36 x L.12 cm.

Un sculpteur monumental Vladimir Sychev est né en 1917 en Ukraine. Son père, potier, lui transmet un intérêt pour la créativité artistique. En 1940, après avoir obtenu son diplôme de l’école d’art d’Odessa, il s’installe à Leningrad, où il entre à l’Académie des arts de Russie, sous la direction de A.T. Matveev, il sera diplômé en 1947. Dans les années 50, il s’engage dans la petite matière plastique, et coopére avec l’usine de porcelaine de Leningrad, avec une célèbre série d’œuvres sur le thème du ballet (Le cygne mourant, La ballerine avec une fleur, Shurale, Danse espagnole, etc.). Dans les années 60-80, Sychev s’engage dans la sculpture monumentale, créant plus de 300 œuvres en bronze, granit et marbre. Parmi les plus célèbres figurent les hauts-reliefs et les bas-reliefs des stations de métro Frunzenskaya, Narvskaya et Ploshchad Vosstaniya, le monument de l’usine Elektrosila, ou encore le buste de Lénine au palais Tauride.

СЫЧЕВ Владимир Исакович (1917-1995). Ленин в полный рост. Бронза, Ленинград, 1958. 600/800 €

d

MELNIKOVA Elena Cosntantinovna (1902-1980). Chaque minute compte dans un travail difficile. Aquarelle et gouache sur papier, signée en bas à gauche en cyrillique. Affiche de propagande, circa 1938. H. 60 x L. 88 cm. МЕЛЬНИКОВА Елена Константиновна (1902-1980). Ударный труд дорожит минутой. Акварель, гуашь, бумага. Подпись внизу слева кириллицей.

1 500/2 000 €

d

SANDYREV Ivan Tarasovich (1932-2002). Les jeunes mariés. Huile sur toile, monogrammée S et datée 1979 sur le côté. H. 170 x L. 260 cm. САНДЫРЕВ Иван Тарасович (1932-2002). Молодожёны. Масло, холст. Датировано сбоку 1979. 10 000/15 000 €

Ivan Sandyrev était un artiste talentueux de Sergiev Posad, qui a intégré la stylistique des icônes dans ses œuvres d’art. Il a suivi sa formation professionnelle à l’Institut d’art Surikov à Moscou, dans l’atelier d’Alexandre Deïneka. Sandyrev est membre de l’Union des artistes depuis 1968 et devient ensuite un artiste honoré de la Fédération de Russie. Ses peintures sont conservées dans des collections de plusieurs musées publics en Russie, ainsi que dans des collections privées au Japon, en Allemagne, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en France et en Russie.

d

MAREVNA, Marie Vorobieff dite (1892-1984). Tête de Marika. Bronze à patine brune, signé MAREVNA, circa 1950, reposant sur une base en bois. H. 46 cm. МАРЕВНА, Мария Брониславовна ВоробьёваСтебельская (1892- 1984). Портрет Марики. Бронза. Подпись МАРЕВНА. Приблизительно 1950 г. 3 000/5 000 €

d

MAREVNA, Marie Vorobieff dite (1892-1984). Portrait cubiste (1950). Mine de plomb sur papier, signé en bas à gauche et daté 1950. H. 30 x L. 20,5 cm. МАРЕВНА, Мария Брониславовна ВоробьёваСтебельская (1892-1984) Кубистический портрет (1950). Свинцовый карандаш, бумага, подписано внизу слева и датировано 1950 годом. 300/500 €

d

SOLOGOUB Léonid Romanovich (1884-1956). Village en Crimée. Pastel et mine de plomb, signé en bas à droite et contresigné au dos. H. 31,5 x L. 44 cm. СОЛОГУБ Леонид Романович (1884-1956). Деревня в Крыму. Пастель, свинцовый карандаш. 200/300 €

d

POGEDAIEFF Georges (1887 – 1971). Portrait de femme à déterminer Technique mixte sur papier, signé en bas à gauche. Encadrée. H. 49,5 x L. 38 cm (à vue). ПОЖИДАЕВ Григорий (1897 – 1971). Портрет неизвестной женщины. Акварель, гуашь, бумага. Подпись внизу слева Georges A. de Pogedaieff. 600/800 €

d

TCHISTOVSKY Lev (Pskov 1902 – Cenevières 1969). Roses dans un vase. Huile sur toile d’origine, signée en bas à droite, datée 1938 et localisée à Paris. H. 65,5 x L. 101 cm. ЧИСТОВСКИЙ Лев. Розы в вазе. Холст, масло.

6 000/8 000 €

d

KUZNETSOV Pavel Varfoloméevich (1878-1968). Nature morte à la pastèque. Aquarelle et rehauts de gouache sur papier, signé en bas à droite en cyrillique. Pliure. H. 41 x 29,5 cm (à vue). Provenance: Ancienne collection Yakov Rubinstein (1900-1983) à Moscou, acquis auprès de ce dernier par l’ambassadeur d’Italie en Union soviétique. КУЗНЕЦОВ Павел Варфоломеевич (1878-1968). Натюрморт с арбузом. Акварель, гуашь, бумага, подпись внизу справа. Прoвенанс: Коллекция Якова Рубинштейна, из которой картина была приобретена послом Италии в СССР. 800/1 200 €

f

ÉCOLE DE VLADIMIR

MOKROV Nicolas Alexeevich (1926-1996). Chevaux sous la neige. Huile sur carton, signée en bas à droite et datée 1991. Encadrée. H. 35,5 x L. 47,5 cm. МОКРОВ Николай Алексеевич (1926-1996). Лошади в снегу. Картон, масло, подписано справа внизу и датировано 1991 годом.

150/200 €

d

SOUKHOROUKIKH Anatoli I. (né en 1935). Nu au balcon au bord de la mer. Huile sur toile, signée en bas à droite en cyrillique et contresignée au dos. H. 85 x L. 60 cm. СУХОРУКИХ Анатолий Иванович (род. 1935). Обнаженная на балконе у моря. Холст, масло, подпись внизу справа. 

200/400 €

d

SKOUBKO S. M. (né en 1922). Nature morte au samovar. Huile sur toile, signée en bas à droite et datée 1991. Encadrée. H. 54 x L. 65 cm. СКУБКО С. М. (род. 1922). Натюрморт с самоваром. Холст, масло, подпись внизу справа. 300/500 €

d

LITVINIENKO Vladimir Nicolaïevich (1930-2011). Arbres en fleurs. Huile sur toile, signée en bas à gauche. H. 62 x L. 77 cm. ЛИТВИНЕНКО Владимир Николаевич (1930-2011). Деревья в цвету. Холст, масло, подписано внизу слева. Ш. 62 х Д л. 77 см.

300/500 €

d

MIKHAILOV Oleg (1934-1997) Printemps au monastère. Huile sur toile, signée en bas à gauche. Encadrée. H. 60,5 x L. 73 cm. МИХАЙЛОВ Олег (1934-1997). Весна в монастыре. Холст, масло, подпись внизу слева. 200/300 €

d

PALKIN Igor (né en 1951). Rue animée en hiver Huile sur toile, signée en bas à droite en cyrillique et datée 1993. H. 30 x L. 40 cm. ПАЛКИН Игорь (род. 1951). Улица зимой Холст, масло, подписано в нижнем правом углу кириллицей и датировано 1993 годом. 200/300 €

d

SAVITSKIY Evgeny Mikhaïlovich (1912-?). Les fleurs et fruits. Huile sur toile, signée en bas à droite en cyrillique, contresignée et datée 1975. H. 60 x L. 50 cm. САВИЦКИЙ Евгений Михайлович (1912-?). Цветы и фрукты. Холст, масло, подписано внизу справа, датировано 1975.. 150/200 €

f

ART CONTEMPORAIN

KRASNOPEVSTEV Dmitry Mikhaïlovich (1925-1995). Nature morte à l’étoile de mer (1979). Huile sur isorel, signée en bas à droite et daté 79. H. 40 x L. 50 cm. КРАСНОПЕВЦЕВ Дмитрий Михайлович (1925- 1995). Натюрморт с морской звездой (1979). Масло, изорель. Подписано внизу справа и датировано 79. 5 000/8 000 €

d

YANKILEVSKY Vladimir (1938-2018). Sans titre (1967). Encre sur papier, signée en bas en cyrillique et daté 67. H. 32 x L. 29,5 cm. Provenance : Acheté directement auprès de l’artiste à Moscou en 1972. Puis collection privée française. ЯНКИЛЕВСКИЙ Владимир (1938-2018). Без названия (1967). Чернила, бумага. Подписано внизу кириллицей и датировано 67. 2 000/3 000 €

d

RUKHIN Evgeny (1943-1976). Composition avec morceau de cadre. Huile sur toile, signée en bas à droite en cyrillique et datée 1972. H. 69,5 x L. 66,5 cm. Provenance : Acheté directement auprès de l’artiste à Moscou en 1972. Puis collection privée française. РУХИН Евгений (1943-1976). Композиция с куском рамки. Масло, холст. Подписано внизу справа кириллицей и датировано 1972. 5 000/7 000 €

d

KOMAR Vitaly Anatolyevich (né en 1943). Sans titre (1971). Huile sur panneau, non signée. H. 90 x L. 70 cm. Provenance: Vente Sotheby’s Londres, 1er décembre 2009. КОМАР Виталий Анатольевич (род. 1943). Без названия (1971). Масло, панель, без подписи. Провенанс: аукцион Sotheby’s в Лондоне, 1 декабря 2009. 6 000/8 000 €

Vitaly Komar (né le 11 septembre 1943) entre à l’Académie d’État des arts industriels et appliqués Stroganov de Moscou (ancienne école impériale Stroganov) en 1963 et rencontre Alexander Melamid (né en 1945) dans une classe de dessin d’anatomie. En 1972, ils développent un nouveau style, Sots Art. Le projet «Komar & Melamid» était né. En 1974, les artistes ont participé à la «Bulldozer Exhibition». La première exposition de K & M à l’étranger intitulée «La couleur est un pouvoir puissant» a eu lieu à la Ronald Feldman Gallery de New York en 1976. En septembre 1978, à l’invitation de Ronald Feldman, K & M s’installe à New York. En 1999, K & M participe à la Biennale de Venise. Le projet «Komar & Melamid» a cessé d’exister en 2003. Le Centre Pompidou lui a consacré un événement en 2017 et le MMOMA de Moscou une exposition actuellement (2019).

d

JURAVLIOVA Liubov (née en 1963). Les trois Grâces. Acrylique sur toile, signée en bas à droite. H. 150 x L. 100 cm. ЖУРАВЛЁВА Любовь (род. 1963). Три грации. Холст, акрил, подпись внизу справа.

1 500/2 000 €

f

BASHBEUK-MELYKYAN REDÉCOUVERTE D’UNE ŒUVRE MAJEURE DE L’AVANT-GARDE GÉORGIENNE

BASHBEUK-MELYKIAN ou MELYKOV Alexandre Alexandrovich (Tbilissi, 1891-1966). Le magicien (1919). Huile sur toile d’origine, monogrammée en bas à droite en cyrillique « A.Б.-M. » et datée 1919. Encadrée. H. 76,5 x L. 70 cm. 20 000/30 000 €

d

BASHBEUK-MELYKIAN ou MELYKOV Alexandre Alexandrovich (Tbilissi, 1891-1966). Performance théâtrale (1919). Huile sur toile d’origine, signé en bas à gauche en cyrillique « A. Бажбеук-Mеликов » et datée 1919. Encadrée. Possible représentantion de Pétrouchka dans le vieux Tbilissi. H. 45,5 x L. 40,5 cm. Provenance: Succession Melykoff.

Notes: Authenticité confirmée par la petite fille du peintre, Mme Mariam Foukara (fille de Lavinia Bashbeuk-Melykian, elle-même fille du premier mariage d’Alexandre Bashbeuk-Melykian avec Nektar). Historique: Il n’existe dans le monde pas plus de 200 toiles de l’artiste, qui supprimait beaucoup de ses oeuvres. L’artiste vivait avec sa famille dans un appartement d’une seule pièce à Tbilissi qui lui servait d’atelier, il était ainsi obligé de détruire régulièrement des tableaux par manque de place. БАЖБЕУК-МЕЛИКОВ Александр Александрович / ალექსანდრე ბაჟბეუქმელიქიანი (Тбилиси, 1891-1966). Театральное представление (1919). Холст, масло, подпись внизу слева. 6 000/8 000 €

f

SOUVENIRS DE LA FAMILLE IZMAÏLOVA

MOSCOU. Lot de cinq lithographies encadrées représentant des vues de Moscou: une vue colorée du Kremlin et de ses environs par Dubois d’après Courvoisier, une vue du Kremlin par Cuvillier d’après Indiessof, deux vues de la Porte Sainte du Kremlin, une d’après André Durand et la seconde colorée par Jules Arnout, une vue de la Basilique Saint-Basile par Bichebois. Taches, en l’état. On y joint une lithographie d’après une étude de portrait à la sanguine. H. 54 à 55 x L. 40 à 42 cm. МОСКВА. Лот из пяти гравюр с изображением видов на Москву. Пятна. 80/120 €

d

Icône de voyage pendentif de la Mère de Dieu de Tikhvine, conservée sous son oklad en argent 84 zolotniks (875 millièmes). Probablement Moscou, fin du XIXe siècle. Poids brut : 18,8 g. H. 4,8 x L. 4 cm. Путевая икона-подвеска Тихвинской Богоматери. Серебряный оклад. Проба 84. Вероятно, Москва, конец XIX века. 150/200 €

d

Jeton pendentif avec une chaîne en or 56 zolotniks (583 millièmes) offert à Antonina Guerassimovna Izmaïlova (1897-1995) à l’occasion du 50e anniversaire de la Société Moscovite d’Assurance contre les Incendies (1858- 1908), l’une des plus grosses compagnies d’assurance de Russie (2 millions de roubles de l’époque de capital). À décor émaillé polychrome, orné au centre d’une vue du siège de l’assurance qui se trouvait sur la Vieille Place à Moscou construite en 1901. Gravé au dos en cyrillique «A. I. Izmaïlova». Bon état, légères usures. Probablement Moscou, circa 1908. Orfèvre : VG en cyrillique, non identifié. Poids brut total : 29,6 g. Jeton : H. 3,7 cm. Chaîne : L. 18,5 cm. Жетон-подвеска с золотой цепочкой, проба 56. Подарок Антонине Герасимовне Измайловой (1897-1995) по случаю 50-летия Московского пожарного страхового общества. Москва, приблизительно 1908 г. 800/1 000 €

d

Croix orthodoxe pendentif en argent (925 millièmes), à décor gravé, le revers inscrit « Sauve et protège » en russe. Travail anglais pour le marché russe, vers 1900. Poids brut : 2,1 g. H. 2,5 cm. Православный крест, нательный. Cеребрo. Проба 925. Украшен гравировкой, надпись на обороте : «Спаси и сохрани» на русском языке. Английская работа для русского рынка, примерно 1900 г. Вес брутто: 2,1 г. Высота : 2,5 см. 100/150 €

d

Broche pendentif en argent 84 zolotniks (875 millièmes) doublée d’or 56 zolotniks (583 millièmes) en forme de flocon de neige à décor ajouré, sertie de quinze diamants taille ancienne entourés de roses diamantées. Bon état. Probablement Moscou, 1908-1917. Orfèvre : possiblement Alexander FULD. Poids brut total : 23,8 g. D. 5,1 cm. Подвеска-брошь. Серебро. Проба 84. Дублирована золотом (проба 56 ), в форме снежинки, с ажурной отделкой. Украшенa пятнадцатью бриллиантами старой огранки, окруженных бриллиантами новой огранки. Состояние хорошее Вероятно, Москва, 1908-1917. Ювелир: возможно, Александр ФУЛЬД. Общий вес брутто: 23,8 г. Диаметр: 5,1 см. 3 000/5 000 €

d

Partie de service à thé comprenant un pot à lait, un sucrier, une pince à sucre et une corbeille à gâteaux en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à décor ciselé d’un cartouche de style rocaille gravé au centre du monogramme NI sous couronne de marquis et de la date du « 6 février 1900 », intérieur vermeil. Bon état, choc à la anse. La pince à sucre rapportée. Moscou, 1899-1908. Orfèvre : V. AKIMOV. Poids total : 912,0 g. Corbeille : L. 20,5 cm. Кувшин для молока, сахарница, щипцы для сахара и серебряная корзинка проба: 84. Москва, 1899-1908. Ювелир: В. АКИМОВ.

600/800 €

d

Porte-verre à thé en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à décor ajouré et ciselé de style Art Nouveau. Chocs. Avec son gobelet en verre. Moscou, 1908-1917. Orfèvre : KHLEBNIKOV. Poids : 137,9 g. H. 10 cm. Подстаканник. Серебро. Москва, 1908-1917. Ювелир: ХЛЕБНИКОВ. 300/500 €

d

Couverts de service composé d’une grande fourchette, d’un grand couteau et d’une pelle à poisson en argent (800 millièmes) en partie doré, lames en acier, à décor ciselé de style néogothique. Dans leur écrin. Réparations. Allemagne, vers 1900. Poids brut total: 298,0 g. L. 28 à 33 cm. Столовые приборы: большая вилка, большой нож и лопатка для рыбы из частично позолоченного серебра. В коробке. Германия, приблизительно 1900 г. 100/150 €

d

Boucle de ceinture caucasienne en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), en forme de deux feuilles entrelacées se formant par un kindjal miniature avec sa chainette, à décor de rinceaux feuillagés et fleuris en émail polychrome cloisonné. Bon état, légers sauts d’émail. Saint-Pétersbourg, 1908-1917. Orfèvre : Grigory PANKRATYM. Poids brut total : 36,4 g. L. 7,5 cm. Кавказская бляха. Позолоченное серебро, проба 84. Санкт-Петербург, 1908-1917. Ювелир: Григорий ПАНКРАТЫМ. 300/500 €

d

Serge LIFAR (1905-1986). Émouvant album dédié au célèbre danseur des Ballets russes composé d’une transcription manuscrite de la nouvelle «Borée» de Joseph Kessel parue dans La nouvelle revue française en 1924 avec des anecdotes sur Lifar, et d’autre part de nombreuses coupures de presse, illustrations et documents légendés sur la vie de l’artiste. Porte une dédicace autographe signée en russe de Serge Lifar à Zoé L. Izmaïlova (1923-2009), datée de 1938 à Paris. Couverture cartonnée décorée à la main. Bon état, légères usures. H. 23,5 x L. 17 cm. Серж ЛИФАР (1905-1986). Альбом, посвященный известному танцору русского балета. Содержит автограф на русском языке, подписанный Сержем Лифаром для Зои Л. Измайловой (1923-2009), датированный 1938 годом в Париже.

300/500 €

f

BIJOUX, FABERGÉ & OBJETS DE VITRINE

FABERGÉ Étui à vanité en or 56 zolotniks (583 millièmes) à décor cannelé, de forme rectangulaire à angles arrondis, à quatre compartiments s›ouvrant à charnières, chacun avec ses accessoires d›origine utilisés par l›actrice dont notamment son rouge à lèvres coulissant en or, le plus grand compartiment au centre à décor émaillé vert sur fond guilloché festonné, appliqué du monogramme EB d›Elisabeth Balletta en argent serti de roses diamantées (une manquante), bordé de deux frises de feuilles de laurier et renfermant un miroir, le poussoir également serti de diamants taille rose. Très bon état général, des rayures d›usage. Saint-Pétersbourg, vers 1900. Orfèvre: probablement par August Hollming pour Fabergé. Sans aucun poinçon apparent. Poids brut: 129,2 g. H. 1,6 x L. 11 x P. 4 cm. Provenance : – Elisabeth BALLETTA (c.1870- 1959), cadeau du grand-duc Alexis Alexandrovich de Russie (1850-1908). – Conservé depuis dans sa descendance. Références : Deux étuis identiques mais émaillés de couleurs différentes, par Hollming, vendus chez Christie’s Londres, 24 novembre 2014, lot 223 et 5 juin 2017, lot 202. ФАБЕРЖЕ Золотой набор туалетных принадлежностей. Проба 56. Санкт-Петербург, приблизительно 1900 г. Ювелир: вероятно, Август Холлминг для Фаберже. 6 000/8 000 €

d

FABERGÉ. Renard en cornaline (famille des agates) finement sculptée et polie au naturel, les yeux sertis de cabochons de pierre rouge (une manquante, monture en or). Bon état général. Saint-Pétersbourg, vers 1910. Sans marque apparente. H. 2,5 x L. 7 cm. Provenance: – Elisabeth BALLETTA (c.1870-1959), cadeau du grand-duc Alexis Alexandrovich de Russie (1850-1908). – Conservé depuis dans sa descendance. Références: La Balletta avait semblet-il une superbe collection d’animaux par Fabergé offerts par le grand-duc, qui lui avait notamment fait faire une superbe copie miniature de leur bulldog Cody en agate, passé en vente chez Sotheby’s NY le 28-29 juin 1979, lot 405 (conservé au MFA de Boston). ФАБЕРЖЕ. Фигурка лисы из агата , глаза из красного камня (один утрачен, оправа из золота). Санкт-Петербург, приблизительно 1910 г. Без видимой маркировки. 2 000/3 000 €

d

FABERGÉ Souris en calcédoine finement sculptée et polie au naturel, les oreilles et la queue en vermeil (875 millièmes) serties de diamants taillés en roses, les yeux en or serti de cabochons de rubis. Très bon état. Saint-Pétersbourg, vers 1908-1914. Sans marque apparente. Poids brut: 75,2 g. H. 3 x L. 5,9 x P. 4 cm. Références : – Le Walters Art Museum conserve une souris identique mais taillée dans du quartz fumé (inv. 42.1514). – Une souris et un rat similaires en calcédoine et diamants commandés par Edouard VII en 1907, se trouvent toujours dans la collection royale britannique (inv. RCIN 40013 et 40056), qui conserve en tout huit souris ou rats par Fabergé (cf. Caroline de Guitaut, Fabergé’s Animals: A Royal Farm in Miniature, 2010). ФАБЕРЖЕ Фигурка мыши из халцедона. Санкт-Петербург, приблизительно 1908-1914. Без видимой маркировки. 6 000/8 000 €

d

FABERGÉ Pommeau d’ombrelle en or 56 zolotniks (583 millièmes) ciselé de style néoclassique, composé d’un manche cylindrique à décor émaillé rose translucide sur fond guilloché de vagues, appliqué d’une frise de guirlandes feuillagées et enrubannées en or vert et rose, les bordures ciselées de feuillages, supportant une prise sphérique en bowénite taillée et polie, également appliquée d’une frise de guirlandes feuillagées et enrubannées en or vert et rose. Bon état général. Saint-Pétersbourg, vers 1900. Sans poinçon apparent. Poids brut : 66,3 g. H. 6 x D. 3,4 cm. Références : – Le Virginia Museum of Fine Arts conserve un pommeau comparable par Fabergé, en or, émail rose et bowénite (inv. 47.20.171). – Un pommeau similaire par Wigström se trouve à la Fondation David Roche (Australie), ancienne collection du prince Valdemar de Danemark puis de la reine Anne de Roumanie (inv. 2369). ФАБЕРЖЕ Ручка зонтика. Золото, проба: 56. Санкт-Петербург, приблизительно 1900. Без видимого клеймa. 6 000/8 000 €

d

FABERGÉ Pot à colle en calcédoine taillée et polie en forme de pomme, le pédoncule servant à recevoir le pinceau (manquant) en or (583 millièmes) émaillé guilloché vert incrusté au sommet d’un diamant taille ancienne. Très bon état. Saint-Pétersbourg, vers 1905. Orfèvre : Henrik WIGSTRÖM, pour Fabergé. Poids brut : 326,6 g. H. 9,5 cm. Réferences : Une pomme similaire en bowénite par Michael Perkhin vendue chez Christie’s NY le 19 octobre 2001 (lot 131), adjugée 23.500 $. Une pomme en aventurine par Henrik Wigström vendue chez Christie’s Londres le 15 décembre 2016 (lot 151), adjugée 68.750 £. ФАБЕРЖЕ Боуэнитовый горшочек в форме яблока. Золото, эмаль, бриллиант. Санкт-Петербург, приблизительно 1905 года. Ювелир: Хенрик ВИГСТРОМ, для Фаберже. 8 000/10 000 €

f

ORFÈVRERIE

FABERGÉ Nécessaire de voyage en argent 84 zolotniks (875 millièmes) composé de 4 pièces: une timbale sur un réchaud quadripode, une boîte ronde couverte, un récipient ovale et une saupoudreuse couverte. Décor ciselé de style néoclassique orné d’une frise de grecques surmontant des guirlandes feuillagées. L’ensemble gravé aux armes de la famille Soldatenkov. Bon état. Moscou, 1899-1908. Orfèvre: Carl Fabergé, avec aigle de Fournisseur de la Cour impériale. Poids total: 135,4 g. Hauteur timbale: 7,5 cm. Diamètre boîte: 7 cm. Largeur récipient: 11,5 cm. Hauteur saupoudreuse: 8,5 cm. Provenance: Probablement Kozma Soldatenkov (1818-1901), important entrepreneur et collectionneur russe. 3 000/5 000 €

d

Curieux porte-lettres en argent 80 zolotniks (833 millièmes) anciennement doré, en forme de coq stylisé, à décor ciselé et ajouré, le plumage orné de pierres de couleur, s’ouvrant pour insérer la correspondance. Bague au col avec inscription en cyrillique définissant la fonction de cet objet : «réceptacle à lettres». Socle avec quatre orifices pour fixation. B.E. (quelques manques et usures). Saint-Pétersbourg, 1764. Maître-essayeur : Ivan Frolov (actif 1738-1779).  Poids brut : 508,9g. H. 25,5 x L. 22,5 cm. Стилизованный петух для хранения писем. Серебро. Оперение украшено цветными камнями (несколько утраченных). Подставка с 4 отверстиями для фиксации. Клейма: Санкт-Петербург 1764. «80». Пробирный мастер: Фролов Иван. 700/900 €

d

Important samovar en argent 84 zolotniks (875 millièmes) de forme balustre à base circulaire, muni d’une anse à charnière avec prise en matière imitant la corne, avec son couvercle amovible, à décor guilloché d’ondes horizontales. Reposant sur son support quadripode servant de réchaud en argent, à décor en trompe-l’œil de branches d’arbre entrecroisées. Intérieur vermeil. Très bon état, légères usures. Moscou, 1887. Orfèvre : KHLEBNIKOV, avec marque de Fournisseur de la Cour impériale.

H. 36 (avec anse) x L. 20,5 x P. 18 cm. Poids : 3841,2 g. Серебряный самовар. Москва, 1887. Ювелир: ХЛЕБНИКОВ, с отметкой поставщика Императорского двора. 4000/6000 €

d

Corbeille à pain à anses en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor en trompe l’œil imitant la vannerie avec napperon, montée sur quatre pieds torsadés. Très bon état. Gravée en Français : « St. Pétersbourg, 30 juin 1872 ». Moscou, 1871. Orfèvre : OVCHINNIKOV, avec aigle de fournisseur de la Cour impériale. Poinçon ET. Poids : 470,6 g. L. 27 x P. 18 x H. 3,5 cm. Хлебная корзина с серебряными ручками. Очень хорошее состояние. Гравировка по-французски: «Санкт-Петербург, 30 июня 1872 года». Москва, 1871. Ювелир: ОВЧИННИКОВ, с орлом поставщика Императорского двора. 2 000/3 000 €

d

Ensemble de 19 couverts de service à dessert en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à décor ciselé de rinceaux fleuris et gravés d’un monogramme entrelacé, comprenant notamment 6 fourchettes à deux dents, des couteaux à fromage et à tarte, des pelles à glace et à tarte, etc. Bon état. Conservés dans leur écrin d’origine de la Maison I. E. Morozov à Saint-Pétersbourg, fournisseur de la cour impériale de Russie, en bois et velours de soie verte. Saint-Pétersbourg, 1908-1917. Orfèvre : V. MOROZOV avec les poinçons de plusieurs maitres-orfèvres. Lames en acier signées de la Maison I. E. Morozov. Poids brut total : 1507,8 g. L. 15 à 28 cm. Набор из 19 десертных столовых приборов из серебра, украшенных цветочными завитками и гравировкой с переплетенной монограммой. 6 вилок с двумя зубчиками, ножи для сыра и пирога, лопатки для мороженого и пирога и т. д. Состояние хорошее. Сохранился в оригинальной коробке Дома И. Е. Морозова в Санкт-Петербурге, поставщика Российского императорского двора, из дерева и зеленого шелкового бархата. Санкт-Петербург, 1908-1917. Ювелир: В. МОРОЗОВ. 4 000/6 000 €

d

Nécessaire de baptême en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor amati gravé du monogramme WH, comprenant un coquetier, un rond de serviette, une cuillère, un saleron et sa pelle. Très bon état. Conservé dans son écrin d’origine en bois et velours de soie beige. Saint-Pétersbourg, 1908-1917. Orfèvre : N. LIUBAVIN, fournisseur de la Cour impériale. Poids total : 133,2 g. Écrin L. 17 cm. Набор для крещения из серебра с гравировкой монограммы WH, включающий подставку для яйца, кольцо для салфетки, ложку, солонку и её лопатку. Очень хорошее состояние. Сохранился в оригинальной коробке из дерева и бежевого бархата. Санкт-Петербург, 1908-1917. Ювелир: Н. ЛЮБАВИН, поставщик Императорского двора. 800/1 000 €

f

ÉMAUX CLOISONNÉS

Importante boîte à sel en forme de trône en argent 91 zolotniks (947 millièmes), à décor émaillé polychrome champlevé de rinceaux feuillagés, motifs géométriques et oiseaux fantastiques. Le couvercle s’ouvrant à charnière est gravé au revers d’une dédicace en français : «Au docteur / César Roux / famille Bothine / reconnaissante», intérieur en vermeil. Transformée postérieurement en encrier. Bon état, quelques manques à l’émail et un choc. Moscou, 1875. Orfèvre : Pavel OVCHINNIKOV. Poids brut : 853,0 g. H. 17,5 x L. 9,7 x P. 8,8 cm. Солонка, редкая, в форме трона. Серебро. Проба 91. Полихромная эмаль. Украшена завитками листьев, геометрическими узорами и фантастическими птицами. Крышка на петлях выгравирована с посвящением по-французски: «Доктору / Сезар Ру / Семья Ботин / благодарна». Внутри позолоченное серебро. Переделана в чернильницу. Состояние хорошее. Некоторые изъяны в эмали. Москва, 1875 г. Ювелир: Павел ОВЧИННИКОВ. Вес брутто: 853,0 г Высота: 17,5 см х Длина 9,7 cм х Глубина: 8,8 см. 1 500/2 000 €

d

Rond de serviette en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), à décor émaillé polychrome cloisonné de rinceaux feuillagés sur fond amati, bordé de perles turquoises, au centre un monogramme WC entrelacé et émaillé. Très bon état. Moscou, vers 1890. Orfèvre : illisible. Poids brut: 69,9 g. L. 6,2 cm. Круглая подставка для салфеток из позолоченного серебра. Проба 84. Гравировка WC в центре. Очень хорошее состояние. Москва, приблизительно 1890. 400/600 €

f

SCULPTURES & BRONZES

CARNIELO Rinaldo (1853-1910). Buste de la princesse Valentine Galitzine (1859-1938). Terre cuite signée au revers, circa 1876. Inscription manuscrite au revers : “Valentine Bénédite 1876 princesse Galitzine”. Restaurations anciennes au niveau des épaules et haut de la poitrine (probablement liées à des fêles de cuisson). Piédouche anciennement restauré à l’intérieur (plâtre visible au-dessous) et probablement sur le devant. Un léger encrassement de la chevelure. H. 54,5 x L. 28 x P. 22,5 cm. КАРНИЕЛО Ринальдо (1853-1910). Бюст принцессы Голицыной (1859-1938). Терракота, подпись, около 1876 г. Старые реставрации на плечах и верхней части груди. Подставка также ранее восстановлена внутри (внизу виден гипс) и, вероятно, спереди. Небольшое засорение на волосах. 600/800 €

Connu pour ses oeuvres à la sensibilité étrange, au réalisme fin de siècle au ton Art nouveau, la renommée de Carnielo s’accrut en 1878 avec son “Mozart Expirant”, critiqué en Italie mais bien reçu à Paris. Née le 19 août 1859 à Marseille, Valentine a pour parents Salon Bénédite et Anna Bénédite, née Crémieu, dont le musée d’Orsay possède un tableau de cette dernière peint par Paul Baudry (1828-1886). Mariée le 19 janvier 1879 à Etienne Galitzine, elle accède par cette union au titre de “princesse Galitzine”, la famille Galitzine (ou Golitzine) étant une famille princière de l’aristocratie russe. Rinaldo Carnielo, au temps fort de sa carrière, reçut de nombreuses commandes de la part de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie. Il est vraisemblable que ce buste ait été réalisé à l’occasion du mariage de Valentine, alors âgée de 20 ans, ou postérieurement, la mention manuscrite de la date 1876 et du nom Galitzine figurant sous le buste.

d

SZCZEBLEWSKI Vlaclav (actif 1875-1901). Le marchand de poules. Bronze à patine brune, non signé. H. 46 cm. ЩЕБЛЕВСКИЙ Влаклав (активен в 1875-1901). Торговец курами. Бронза. Без подписи. 400/600 €

d

Paire de bougeoirs en bronze en forme de soldats tenant des lances dorées et reposant sur une base hexagonale en placage de malachite. Accidents et manques à la base. Russie, seconde moitié du XIXe siècle. H. 24,5 x L. 8 cm. Пара бронзовых подсвечников в форме солдат, держащих золотые копья и опирающихся на фанеру из малахита. Россия, вторая половина XIX в. 400/600 €

d

Prince Paul TROUBETZKOY (1866- 1938). Amazone. Bronze à patine noire, signé sur la terrasse. Fonte de la seconde moitié du XXe siècle. H. 45,5 x L. 34 x P. 13,5 cm. Князь Павел Трубецкой (1866-1938). Амазонка. Бронза. Подпись на основании. Литьё второй половины ХХ века. Высота с основанием: 45,5 см, основание: 34 х 13,5 см.  1 500/2 000 €

d

TOURGUENEFF Pierre Nicolaiévich (1854-1912). Chien de berger couché. Bronze, signé sur la terrasse «P. Tourgueneff». Grand modèle. Bon état. Fonte à la cire perdue par Susse Frères, éditeurs à Paris, début du XXe siècle. H. 19 cm x L. 39 cm. П.H Тургенев (1854-1912). Немецкая овчарка, сидящая. Бронза, Susse Frères. Париж, начало XX в. Воск утерян. Подпись ‘’П. Тургенев’’ на основании. Состояние хорошее. 800/1 000 €

f

PORCELAINE

 

Rare assiette en porcelaine du Service Raphaël. À décor polychrome au centre d›une scène mythologique façon camée dans un cartouche hexagonal, marli à fond bleu glacier orné de cartouches à sujets néoclassiques bordés de filets or. Un éclat restauré sur le bord et deux fêles. Manufacture Impériale de Porcelaine, SaintPétersbourg, circa 1891. Marque au chiffre de l’empereur Alexandre III en or. D. 24 cm

Ce service est «Raphaël» car il reprend les décors des Loges peintes par Raphaël dans les Palais du Vatican. Il fut commandé par le tsar Alexandre III en 1883, destiné à l’usage exclusif du palais de Tsarskoïe-Selo. En 1904, par ordre de l’impératrice Marie Féodorovna, le service fut transféré au palais Anichkov. Редкая фарфоровая тарелка из сервиза Рафаэль. Императорская мануфактура фарфора, СанктПетербург, около 1891 года. Отметка с фигурой императора Александра III в золоте.

5 000/7 000 €

d

 

Saucière en porcelaine du service impérial pour le palais de Gatchina, à décor central de l’aigle impériale de Russie, représenté selon le « style ancien », filets or sur les bords. Légères usures à l’or, l’anse probablement redorée. Manufacture impériale de Porcelaine, SaintPétersbourg, époque Alexandre II. Marque au tampon vert, marque du peintre E. L. 26,5 x H. 16,3 cm. Соусник из правительственного сервиза. Императорский фарфоровый завод, царствование Александра II. Белый фарфор с золотой росписью, сеточкой, императорский орел с расправленными крыльями. Легкая потертость. Длина: 26,5 см. Высота: 16,3 см 400/600 €

d

 

Assiettes en porcelaine à bords contournés, à décor polychrome de groupes de fleurs et de fruits alternés de papillons. Un fêle. Manufacture impériale de Porcelaine, Saint-Pétersbourg, époque Nicolas Ier. D. 23,5 cm. Фарфоровая тарелка. Полихромная отделка из цветов, фруктов и бабочек. Императорский фарфоровый завод, Санкт-Петербург, эпоха Николая I. 250/300 €

d

Groupe en biscuit de porcelaine polychrome figurant une paysanne russe assise sur un banc préparant la nourriture, à ses pieds deux jarres avec leurs couvercles. Très bon état. Manufacture GARDNER, Moscou, fin du XIXe siècle. Marque au tampon et marques en creux au revers. H. 14,5 x L. 12,5 cm. Статуэтка из фарфора с изображением русской крестьянки, сидящей на лавочке, готовящей еду, у ее ног две банки с крышками. Производство ГАРДНЕР, Москва, конец XIX века. Имеются печать и метка на подошве основания. 800/1 000 €

d

Lot de 7 œufs de Pâques en porcelaine à décor polychrome et or : – un orné de motifs floraux et décoratifs. – un orné de deux médaillons représentant la Résurrection et la descente de l’Esprit Saint.  – un orné de roses, avec inscription en russe «Le Christ est ressuscité». – un orné d’oiseaux avec inscription en russe «Le Christ est ressuscité». – un orné d’une allégorie de la Résurrection. – un orné de guirlandes de fleurs d’une allégorie de la Résurrection dans un médaillon. – un orné de la Mère de Dieu et du Christ enfant avec inscription en russe «Le Christ est ressuscité». Russie, 1850-1910. H. 9,5 à 4,5 cm. 7 фарфоровых пасхальных яиц с полихромным и золотым орнаментом. Россия, 1850-1910 гг.

1 200/1 500 €

d

Service à thé complet en porcelaine comprenant six tasses et leurs soucoupes, une théière couverte, un sucrier couvert et un pot à lait, à décor de fleurs sur fond bleu rehaussé d’or d’inspiration japonaise. Très bon état. Manufacture de Doulevo, circa 1960 (ancienne manufacture Kouznetsov). Marque au tampon rouge sur couverte. Théière: H. 11,5 cm. Полный чайный сервиз: производство Дулево. 1960 (бывший завод Кузнецова). 6 чашек с блюдцами, чайник, сахарница и молочник. Фон, королевский синий с цветочными мотивами в японском стиле. Высота чайника: 11,5 см. Все в идеальном состоянии. 300/500 €

f

Lot de deux boîtes en papier mâché laqué à décor polychrome par la firme V.I. VICHNIAKOV : – une boîte à thé à décor d’une troïka l’été, avec son cocher et un couple, couvercle à charnière (petits éclats). Marque pour la période 1887- 1896. 13,8 x 9,2 x 4,6 cm. – boîte à timbres à deux compartiments à décor de trois paysans buvant le thé devant un samovar, couvercle à charnière (bon état). Marque pour la période 1882-1887. 6 x 4 x 2,4 cm. Набор из 2 коробок из лакированного папье-маше с полихромной отделкой В.И. ВИШНЯКОВА: – чайная коробка с откидной крышкой – коробка для марок с двумя отделениями и откидной крышкой. 

200/300 €

f

SOUVENIRS HISTORIQUES

École russe du début du XIXe siècle. Portrait en diptyque du grand-duc Constantin Pavlovitch (1779-1831) et de son épouse la princesse Joanna Grudzińska (1791-1831). Paire d’huiles sur papier marouflées sur bois, présentées dans leur coffret d’origine en bois naturel avec fermoirs (fentes). Circa 1820. La princesse d’après un portrait de Józef Sonntag (1784- 1834), le grand-duc probablement d’après Henri Benner (1776–c.1829). Légères griffures. H. 24 x L. 19 cm (chacune) – H. 28,5 x L. 44,5 cm (ouvert). Русская школа начала XIX века. Диптих-портрет великого князя Константина Павловича (1779- 1831) и его жены княгини Джоанны Грудзиньской (1791-1831). Масло, бумага, оригинальная коробка из натурального дерева с застежками (прорезями). Около 1820. 5 000/7 000 €

Provenance: – probablement Constantin Pavlovitch (1779-1831), grand-duc de Russie. – Joanna Grudzińska (1791-1831), à la mort du grand-duc Constantin. – puis leg à son neveu, le comte Jean de Broël Plater. – conservé depuis dans sa descendance. Selon la tradition familiale, ce coffret a été offert au grand-duc Constantin par son épouse et ce dernier ne le quittait jamais lors de ses déplacements. Historique: Fils de l’empereur Paul Ier et frère cadet d’Alexandre Ier, le grand-duc Constantin Pavlovitch divorça en 1820 pour épouser morganatiquement Joanna Grudzińska. Ce mariage l’écarta de la succession au trône de Russie après le décès officiel de son aîné en 1825, au bénéfice de Nicolas Ier. Remarqué pour sa bravoure lors des campagnes napoléoniennes, devenu de facto le véritable viceroi de Pologne après le congrès de Vienne, le grand-duc Constantin décèdera sans postérité légitime à Vitebsk en 1831. Réputée pour sa beauté, la comtesse Grudzińska entama une liaison avec le grandduc Constantin dès 1815. Suite à son mariage elle fut titrée princesse de Lovitch. Après le décès de son époux, elle vécut quelques mois à Tsarskoié-Selo avant de décéder à son tour et d’y être inhumée aux côtés de son mari. En 1929 sa dépouille fut ramenée en Pologne.

d

École russe de la fin du XIXe siècle. Portrait de Platon Zoubov (1767-1822), dernier favori de la Grande Catherine. Miniature ovale peinte à la gouache sur ivoire, signée à droite en cyrillique «Sabaï», dans son cadre d’origine en cuivre doré ajouré. Manques à la peinture. H. 9 x L. 7 cm. Русская школа конца девятнадцатого века. Портрет Платона Зубова (1767-1822), последнего фаворита Екатерины Великой. Овальная миниатюра, расписанная гуашью по слоновой кости. 200/300 €

d

Nicolas Ier. Portrait miniature lithographié rehaussé représentant le tsar en uniforme de général, en buste de trois-quarts à droite. Dans un cadre rectangulaire en verre. Russie, seconde moitié du XIXe siècle. Cadre: H. 8,2 x L. 7,3 cm. Николай I. Миниатюрный портрет с изображением царя в форме генерала. Россия, вторая половина XIX в. 100/150 €

d

CONDY Nicholas (1793-1857). La frégate à vapeur russe «Vladimir». Huile sur toile (restaurations). Signature N. M. Condy et date 184- (visibles aux rayons X). Circa 1846-1848. Anciennement signé en cyrillique I. Aïvazovsky et daté 1869 (effacé lors de la restauration). Le navire est représenté au mouillage dans le port de Plymouth, après sa livraison aux Russes en 1848. Les jets de vapeur indiquent que la frégate est à l’exercice ou en manoeuvre au moment où le peintre anglais la représente. L’Angleterre n’étant pas supposée fournir à la marine russe des navires de guerre, le Vladimir arbore le pavillon de la marine marchande. Néanmoins, les trois mâts sont surmontés de pavillons affichant la Croix de Saint-André et l’aigle impérial. Dans son cadre d’origine en bois et stuc doré de fabrication anglaise, orné en haut au centre de l’aigle impériale de Russie et d’une ancre. H. 51 x L. 81 cm.

Описание фрегата: Водоизмещение: 1200 т. Длина: 61 м Ширина: 10,90 м Флотация: 43 м Скорость: 11 узлов Мощность: 400 л.с. Вооружение: 9 пушек до Крымской войны, затем 11: двe – 10-дюймовых, три – 68-фунтовых, четыре – 24-фунтовых пушки-мортиры и двe 24-фунтовых мортиры. На картине корабль находится на якоре в порту Плимут, после поставки его русским в 1848 г. Англия не должна была поставлять России военные корабли, поэтому «Владимир» носил русскиe флаги, государственный и торгового флота, а не Андреевский. Рама, украшенная императорским орлом и якорем, может наводить на мысль, что это был подарок капитану Корнилову, будущему герою Севастополя, приехавшему наблюдать за постройкой корабля. Н.М. Конди известен прежде всего своими морскими работами и вниманием к деталям, которые характеризуют изображенные им корабли, морe или атмосферу порта. Преждевременная смерть художника, в возрасте 35 лет, к сожалению, прервала его творческий путь. Состояние хорошее.

40 000/60 000 €

d

LIETO Alexandre, école française du XIXe siècle. Vue de la chapelle du tsarévitch Nicolas Alexandrovitch (1843-1865) à Nice. Huile sur toile d’origine, dans son cadre en bois doré et noirci, orné aux angles supérieurs du monogramme du grand-duc «NA» en cyrillique, le centre était orné de l’aigle impériale de Russie mais a été enlevé, possiblement volontairement après la Révolution de 1917. Le dos est inscrit en français: «Intérieur du monument commémoratif à Nice de S.A.I. le Grand-Duc Nicolas, héritier de Russie». Signée en bas à gauche Al Lieto. Vers 1865. H. 33 x L. 28 cm (à vue). H. 51 x L. 45 cm (cadre). Historique: Surnommé «Nika», le deuxième enfant et premier fils du tsar Alexandre II était préparé dès sa naissance à endosser le rôle d’Empereur de Toutes les Russies. Pour le familiariser avec son peuple, son père, se souvenant de son propre apprentissage, l’oblige à parcourir la Russie dès l’âge de 18 ans. Ces voyages continuels semblent fatiguer le tsarévitch. Il se plaint de malaises qui déroutent les médecins : selon les uns, il se serait froissé la colonne vertébrale en tombant de cheval, selon les autres, il souffre de rhumatismes. À tout hasard, on lui recommande un traitement de bains de mer à Scheveningue, près de La Haye. Et dans l’espoir d’une rapide guérison, ses parents décident de le fiancer à la princesse Dagmar de Danemark. Mais malgré les médicaments, les ablutions et les massages, les douleurs s’aggravent de jour en jour. Les docteurs l’expédient à Nice, française depuis 1860). Lorsqu’il y arrive en novembre 1863, il est squelettique et peut à peine se mouvoir. Alors seulement, on s’avise qu’il s’agit sans doute de la tuberculose. Nicolas y reste pour se soigner. L’impératrice Marie Alexandrovna s’installe aussi à Nice, villa Bermond. Elle suit avec angoisse les progrès de la maladie de son fils. Dans la nuit du 23 au 24 avril 1865, le tsarévitch succombe à une crise foudroyante de méningite cérébro-spinale. De Nice, son corps est emmené à Villefranche et embarqué à bord de la frégate Alexandre Nevski pour être inhumé dans la cathédrale SaintPierre-et-Saint-Paul à Saint-Pétersbourg. Le tsar Alexandre II décide de construire un monument commémoratif à l’endroit où est mort son fils aîné, il achète donc la villa Bermond. Mécontent des projets qui lui sont proposés, Alexandre II demande à David Ivanovitch Grimm, professeur à l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Petersbourg, de faire les plans de la chapelle en s’inspirant de l’église qu’il venait de construire à Kherson. La propriété Bermond est démolie pour construire la chapelle à l’emplacement de la chambre du tsarévitch. La première pierre de la chapelle est posée le 2 mars 1867. L’inauguration de la chapelle a lieu le 25 mars 1868 en présence du nouveau tsarévitch, futur Alexandre III. L’édifice est classé au titre des monuments historiques le 11 août 1987. ЛЕТО Александр, французская школа XIX века. Вид на часовню царевича Николая Александровича (1843-1865) в Ницце. Холст, масло, в позолоченной и почерневшей деревянной раме, украшенной в верхних углах монограммой великого князя «Н» кириллицей. Подпись слева внизу. Около 1865 года.

1 500/2 000 €

d

Portrait photographique argentique représentant le grand-duc André Vladimirovich posant en tenue de fauconnier du XVIIe siècle, lors du Bal des Boyards de février 1903. Avec sa signature autographe «André» en bas à droite. Cachets à froids en bas à droite et sur le carton en bas à gauche du photographe. Taches. Encadré. Ce bal masqué grandiose, donné pendant deux jours à l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, fut dédié au 290e anniversaire de la Maison Romanov. H. 21,5 x L. 16,8 cm. Provenance : Collection du grand-duc André Vladimirovich de Russie (1879-1956), villa Molitor (Paris). 400/600 €

d

Portrait photographique représentant la grande-duchesse Victoria Féodorovna, née princesse Victoria-Mélita de Saxe-CobourgGotha, princesse de Grande-Bretagne (1876- 1936), épouse du grand-duc Cyrille Vladimirovich de Russie.  Grand tirage d’époque à la gomme bichromatée sur papier d’Émile Marcovitch (1894-1981), Paris, 1935.  H. 28,5 x 22 cm. Provenance : Collection du grand-duc André Vladimirovich de Russie (1879-1956), villa Molitor (Paris). Великая Княгиня Виктория Фёдоровна, урождённая принцесса Виктория-Мелита СаксенКобург-Готская, Принцесса Великобритании (1876-1936), жена великого князя Кирилла Владимировича. Фотограф Эмиль Маркович (1894-1981). Париж, 1935. 100/150 €

d

Portrait photographique représentant le grandduc Wladimir Kyrilovich de Russie (1917-1992), portant le brassard de deuil pour son père, le grand-duc Cyrille (1876- 1938), dont le portrait se trouve en bas à gauche. Il lui succède comme chef de la Maison impériale de Russie le 13 octobre 1938, avec le titre de grandduc et la qualification d’Altesse impériale. Encadré. H. 38 x L. 27,5 cm. Provenance : Collection du grand-duc André Vladimirovich de Russie (1879-1956), villa Molitor (Paris). Князь Владимир Кириллович после смерти своего отца возглавил императорский дом России, 13 октября 1938 г. Был титулован Великим князем с обращением к нему «Ваше императорское величество». Здесь он носит траурную повязку по своему отцу, великому князю Кириллу, чей портрет находится слева снизу. Провенанс: собание великого князя Андрея Владимировича (1879- 1956), вилла Молитор (Париж). 150/200 €

d

Lot comprenant une aigle impériale de Russie en bois sculpté polychrome et une plaque rectangulaire en métal argenté repoussé ornée de l’aigle impériale de Russie dans un médaillon. On y joint deux portedocuments de la Barclays Bank en cuir. H. 12 cm. Provenance : Collection du grand-duc André Vladimirovich de Russie (1879-1956), villa Molitor (Paris). 150/200 € 

Montre de poche mécanique en laiton et verre bombé, cadran émaillé à chiffres romains. En l’état. Par Fritz Roskopf, vers 1910. D. 5,5 cm. Provenance : Collection du grand-duc André Vladimirovich de Russie (1879-1956), villa Molitor (Paris). 80/100 €

d

Boîte ronde en bois ornée sur le couvercle d’un sceau en métal doré aux armes du comte Nikolaï Vladimirovich ADLERBERG (1819- 1892), général d’infanterie et homme politique russe. Il fut conseiller d’État (1881), gouverneur général de Simféropol (1854-1856), gouverneur de Tauride (1854-1856), gouverneur de Taganrog de 1853 à 1854, et gouverneur général de Finlande de 1866 à 1881. Bon état. Russie, XIXe siècle. D. 6 cm. Николай Владимирович Адлерберг 200/300 €

d

 

Lot de quatre lithographies et images d’Épinal figurant : la famille impériale de Russie, les drapeaux et pavillons russes, les uniformes et drapeaux de l’armée russe, le tsar Nicolas II et la tsarine Alexandra Feodorovna en médaillon suite à la mort d’Alexandre III. Bon état. H. 29 à 42 x L. 22 à 32 cm. Лот из четырех гравюр и изображений Эпиналя: Императорская семья России, русские флаги, униформа и флаги русской армии, царь Николай II и царица Александра Феодоровна после смерти Александра III. 100/150 €

d

Deux assiettes en faïence fine de Sarreguemines, l’une représentant le tsar Alexandre III dans un médaillon entouré de l’aigle impériale, l’autre représentant Nicolas II dans un médaillon entouré de scènes diplomatiques franco-russes. Bon état. Travail français vers 1900. D. 21 cm. Две глиняные тарелки Саргемин, одна изображающая царя Александра III в медальоне в окружении императорского орла, другая – Николая II в медальоне в окружении франко-русских дипломатических сцен. Состояние хорошее Французская работа около 1900 года. 80/120 €

f

DÉCORATIONS

Étui à cigarettes en argent 84 zolotniks (875 millièmes), de forme rectangulaire arrondi aux angles avec compartiment pour allumettes et pour mèche à amadou, à décor strié appliqué de mémentos en or, argent et émail, ornés de monogrammes et signatures, d’un jeton du régiment des hussards de la garde de Grodno et entre autres d’un sabre de cavalerie légère et de la date de 1914. Le fermoir en or serti d’un cabochon de pierre, intérieur vermeil. Bon état, légères usures et manques. Saint-Pétersbourg, 1899-1903. Orfèvre: Mikhaïl OVCHINNIKOV, avec marque de fournisseur de la Cour impériale. Poids brut: 219,0 g. H. 10 x L. 7 cm. Портсигар. Серебро и золото, проба 84. Ювелир Овчиников ,изображение орла-поставщик Императорского двора. Прямоугольной формы. Застежка с камнем. Многие памятные элементы : Инициалы, надпись, жетон л.гв. Гродненского гусарского полка, сабля легкокавалерийская,… дата: 1914. 1 500/2 000 €

d

Brochette avec Ordre de Saint Stanislas, croix de 4e classe, civile. Or. Marquage : A.K. Albert Keibel (1882-1910). Aigle de fournisseur de la cour. Titre 56 de SPB avant 1899. Bon état, avec rubans. 41 mm Médaille souvenir du règne d’Alexandre III 1881- 1894 .argent. Montage d’origine. Колодка с орденом Святого Станислава, крест четвертой степени, без мечей. Золото. Производство Kейбель. Клейма: А. К. Альберт Кейбель (1882-1910). Орел придворного поставщика. 56 СПБ до 1899 г. Cостояние хорошее, C лентой 41 мм Медаль, в память о царствовании Александра III ,1881-1894 гг. Серебро. Cборка родная. 500/700 €

d

Tricentenaire des Romanov. Croix pour le clergé. Vermeil. Poinçons: « 88 « et kokochnik de 1908, Saint Petersbourg. Haut. 65 mm. TBE.

200/300 €

d

Brochette de décorations comprenant quatre médailles : – une en or 56 zolotniks de l’Ordre de Sainte Anne de 3e classe, sans glaive. Orfèvre : Iohann Linsted (actif 1906-1910) pour EDOUARD. – une en or 56 zolotniks de l’Ordre de 3e classe, sans glaive. Orfèvre : Vera Ditvald (actif 1910-1917) pour EDOUARD. – médaille du jubilé de 1812. – médaille du tricentenaire des Romanov. Montage d’origine sur support ancien. Poids brut : 92,7 g. L. 14 cm. Набор украшений, в том числе четыре медали: – ордена Святой Анны 3й степ , без мечей, золото. Ювелир: Иоганн Линстед (активен 1906-1910) для ЕДУАРД. – ордена 3й степ, без мечей, золото. Ювелир: Вера Дитвальд (активна 1910-1917) для EДУАРД. – Юбилейная медаль 1812 года. – Медаль 300-летия Романовых. 1200/1500 €

d

Insigne du 101e d’infanterie « Permski ». Officier. Bronze. Fabrication Edouard, émail abimé. Avec molette et contre plaque. Знак 101-го пехотного полка «Пермский». Офицер. Бронза. Производство Edouard, поврежденная эмаль. С закруткой и контрпластиной. 500/700 €

d

Chachka d’officier. Mod. 1909. S.F. Garde au monogramme de Nicolas II, lame avec l’aigle impériale et le monogramme de Nicolas II. Eclat à la fusée. Dragonne de cavalerie (usée). Long. 93,5 cm Шашка офицерская. обр. 1909. Без ножен.Эфес с вензелем Николая II, клинок с императорским орлом и вензелем Николая II. Фрагмент рукояти утрачен. Кавалерийский темляк (потерт). Длина : 93,5 см.  400/500 €

d

Kindjal caucasien. Garde en os, garnitures ainsi que celles du fourreau en acier gravé et noirci. Lame à 3 pans creux ornementés, deux poinçons. Bon état. Petite ceinture à garnitures métal. 200/250 €

d

 

Chachka caucasienne. Garde et garnitures de fourreau argent niellé. Lame richement décorée, fabriquée par « Julius Voos, fabrique d’armes à Solingen « . Long. Totale 97 cm. Bague avec anneau de bélière de remplacement. Dragonne. Шашка кавказская. Рукоять и прибор ножен, серебро, отделанное чернью. Клинок богато украшен, изготовлен « Julius Voos, fabrique d’armes à Solingen » (оружейный завод в Золингене). Общая длина : 97 см. Гайка с кольцом, неродная. Темляк. 1 200/1 500 €

d

 

Petit kindjal caucasien pour enfants. Garde en corne, garnitures niellées. Fourreau bois et velours, garnitures niellées, lame à 2 pans creux, marquage d’étoiles. Long. Totale 35 cm. Petit kindjal courbe. Garde en os à garnitures niellées. Fourreau bois et cuir, sans garnitures. Long. Totale 33 cm – Маленький кавказский детский кинжал. Рукоять роговая. Прибор, отделанный чернью. Деревянные ножны, обтянутые бархатом. Прибор, отделанный чернью. Клинок двудольный, звездообразная маркировка. Общая длина : 35 см. – Маленький кинжал, изогнутый. Рукоять костяная. Прибор, отделанный чернью. Деревянные ножны, обтянутого кожей, без прибора. Общая длина : 33 см.  100/120 €

f

TABLEAUX ET DOCUMENTS

 

François (1793-1867). Portrait de cosaque. Mine de plomb sur papier, signé en bas à gauche «F. Grenier», légendé en bas «Cosaque». Encadrée. H. 44 x L. 30,5 cm. Франсоа (1793-1867). Портрет казака, свинцовый карандаш, подпись слева внизу. 200/300 €

d

 

Régiment Preobrajenski. Brevet de promotion au grade d’aspirant dans la garde du baron Alexandre Kreuz. 25 décembre 1830. Document parfait état avec le sceau. Преображенский полк. Грамота, выданная барону Александру Крeйцу, на повышение до звания гвардейского прапорщика. 25 декабря 1830 г. Документ в идеальном состоянии с печатью.

300/400 €

d

 

Lot de 3 ouvrages: G. Gorokhoff. The Russian Imperial Guard. Édition Reittar, Moscou, 2002. 318 pages. Russe-Anglais. TBE. A.Y. Bondarenko. Les Chevaliers Gardes. Ed. militaires, Moscou, 1997. 398 pages. En Russe. Couverture en partie jaunie. V.S. Grigoriev. Les décorations de la nouvelle Russie. Ed. Dokar, Victory, 1997. 112 pages. En Russe. Ж.А. Горохов. Русская императорская Гвардия. Изд. Рейттар Москва 2002г. 318 стр. А.Ю. Бондаренко. Кавалергарды. Полки русской армии. Воен. Изд. Москва 1997г. 398 стр. В.С. Григорев . Награды новой России. Изд. ДОКАР. Вистория. 1997г. 112 стр. 100/150 €

d

V.V. Orekhov-E. Tarousski. Armée et Marine Annuaire militaire. Edition « La sentinelle ». Paris années 30. Historiques régimentaires, Répartition des sections du ROVS dans le monde… Nombreuses illustrations. Relié, ex libris de Paul Pachkoff. Bon état. 170 pages. – E. Kravtchenko. Armée et Marine. N°7 Janv.-Fev. 1939. Revue sur le passé et le présent des armées. 50 pages – Manuel pour sous officiers. IIe partie. La cavalerie. Edition « La Sentinelle ». Paris 1930. Edition du manuel de l’armée soviétique de 1929. Avec schémas. 117 pages. Tampon de J.N. Adamovitch. – E.G. V.- VAL. Les manœuvres de cavalerie du général Kaledine. 1914-1915. Edition de l’auteur, Talline 1933. Photos et plans. 64 pages. В.В. Орехов- Е. Тарусски. Армия и флотъ Военный справочникъ. Изд. Часовой. Париж 30 гг. Истории полков. Детали организации РОВС в мире. Многочисленные иллюстрации. Экслибрис Павла В.Пашкова. Сост. Хорошее. 170 стр. Е. Кравченко. Армия и флотъ N°7 Янв.- Февр. 1939 г. Вестник сухопутных, морских и воздушных сил. 50 стр. Руководство для унтеръофицеровъ. Частъ II. Кавалерия. Изд. Часовой, Париж 1929 г. Переиздание с советского учебника. Схемы. 117 стр. Штамп Ивана Н.Адамовича . Э.Г. ф. Валъ Кавалерийские обходы Генерала Каледина 1914-1915 гг. Издание автора, Таллинъ 1933г. Фотофрафии и схемы. 64 стр. 200/250 €

3

MILLON Trocadéro

5, avenue d’Eylau 75116 PARIS T +33 (0)1 47 27 56 55 F +33 (0) 1 47 27 70 89 russia@millon.com

EXPERTS:

Maxime CHARRON 124 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris expert@maxime-charron.com 06 50 00 65 51

Gérard GOROKHOFF 1 square Villaret de Joyeuse 75017 Paris g.gorokhoff@orange.fr 06 75 10 64 94

Cecile RITZENTHALER critzenthaler@millon.com Pour les lots : 82, 90, 92, 93, 119, 134, 135, 148

9ème Festival de Musique

“LES MUSICALES DE SAINT-MARTIN”

du Samedi 18 au 26 mai 2019

3 concerts dont :


Voyage à Saint Pétersbourg “

Dimanche 19 mai 2019 à 16h

Église Saint-Martin, Sartrouville (Yvelines)

Créé à l’initiative de trois musiciens sartrouvillois : le violoniste Vadim Tchijik, le pianiste Pascal Mantin et le clarinettiste Tristan Clédat, cet événement a pour objectif de promouvoir la musique classique dans la région et les liens qui unissent la ville de Sartrouville à la culture.

Vadim Tchijik,le pianiste Pascal Mantin et le clarinettiste Tristan Clédat

Ce festival est un véritable événement musical au cœur du patrimoine culturel de la ville, l’église Saint-Martin. Cette manifestation est très largement médiatisée tant sur le plan local que national.

PROGRAMME

Samedi 18 mai à 18h 
La grande famille Bach

Les oeuvres de J.S.Bach et ses proches
Ensemble vocal de Poissy, chef de choeur : Stéphane Laberdure
Pascal Mantin, piano;
Claire de Kermel, orgue; Pierre Avedekian, violoncelle

d

Dimanche 19 mai à 16h
Voyage à Saint-Pétersbourg

Trios de Rachmaninov, Glinka, Tchaïkovski
Anna Golubkova-Carrère, piano
Vadim Tchijik, violon; Igor Kirichenko, violoncelle

Anna Golubkova-Carrère est née en Russie dans une famille de pianistes. A 5 ans, elle choisi d’étudier le violon, puis deux ans après le piano. A 15 ans elle rentre à l’Académie de Musique de Donetsk en Ukraine. En parallèle elle suit les cours du célèbe professeur Victor Makarov à Kharkov.
En 1998, elle rentre au Conservatoire Supérieur de Musique de Kiev et termine sa formation avec le professeur Valery Kozlov. Elle joue en soliste avec l’orchestre et en récital en Ukraine et lors de concerts à travers l’Europe. Elle participe également aux master-classes avec des grands maîtres tels que Vladimir Krainev et Oxana Yablonskaya à Nice. Remarquée par Thérèse Dussaut, grande pianiste française, lors d’un concert en soliste avec l’orchestre symphonique de Kiev, elle est invitée à venir se perfectionner dans sa classe au conservatoire régional de Toulouse.
Lauréate de concours internationaux de « S. Prokofiev » à Donetsk (Ukraine) et « B. Smetana » à Plzen (République Tchèque), elle remporte en 2004 le deuxième Prix au concours international de piano ‘Arts du 20ème siècle’ à Kiev.
Depuis 2004 elle vit en France et poursuit sa formation auprès de la célèbre pianiste russe Oxana Yablonskaya.

f

Igor Kirikenko est né à Odessa (Ukraine) Il étudie aux conservatoires d’Odessa, Moscou, Paris, avec L.Evgrafov, A. Meunier, V. Berlinsky (Quatuor Borodine) et H. Beyerle (Quatuor Alban Berg). Il est L

lauréat du Concours International de Violoncelle à Belgrade, il devient membre du Quatuor Anton (1989-1995) et remporte avec cet ensemble le Grand Prix au Concours International d’Evian ainsi que le Prix du Jury de la Presse Internationale et le Prix Spécial de la SACEM, le Premier Prix au Concours International Chostakovitch à St. Petersbourg ainsi que le Prix Spécial pour la meilleure interprétation de la musique russe.

f

Vadim Tchijik est né en 1975, il commence à étudier le violon à l’âge de six ans et donne son premier concert à huit ans. Il termine ses études avec la mention « Excellent » à l’Ecole Centrale Spéciale de Musique du Conservatoire Tchaïkovski de Moscou.Ensuite il se perfectionne en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et aux Etats-Unis. Il a étudié avec Boris Belkin, Ivry Gitlis, Herman Krebbers, Eduard Schmieder, Mihaela Martin et Irina Botchkova.

Il mène une carrière internationale de soliste en se produisant avec l’Orchestre Symphonique de Moscou, de Mexico, le Philharmonique de Kharkov, l’Orchestre Symphonique du Nord des Pays-Bas, l’Orchestra di Teatro di Genova, l’Orchestre Symphonique de Freiburg….

Vadim Tchijik est Professeur au CRR de Toulouse et donne des master classes en Europe, en Amérique latine et en Asie. Il s’occupe de rédaction des partitions du grand répertoire violonistique pour les éditions Zen-On au Japon. Fondateur et directeur de l’Ensemble “Les Virtuoses” et directeur du Concours de Cordes des Virtuoses du Coeur, il joue un violon de Ferdinando Gagliano fait à Naples en 1775.

Co fondateur avec deux autres musiciens sartrouvillois :  le pianiste Pascal Mantin,et le clarinettiste Tristan Clédat, des Musicales de St Martin à Sartrouville

d

Dimanche 26 mai à 16h
Soirée de musique Klezmer

Musique populaire et traditionnelle des pays de l’Est
Quatuor de clarinettes “Les chats noirs”
avec Hugo Clédat

h

Église Saint-Martin,

1 Place du Champ de Mars, Sartrouville (Yvelines)

Tarifs: 1 concert: 16€, 12€

2 concerts : 28€, 20€

3 concerts : 36€, 24€

Réservation:Tél : 06 51 44 57 86

Accès: Par la route : depuis la Défense, direction Cergy-Pontoise, autoroute A86. Sortie 2 Bezons puis direction Poissy-Sartrouville centre (N308).
RER A : direction Cergy ou Poissy (20 min de Châtelet), arrêt : Sartrouville puis bus : ligne 9
Transilien : gare Saint-Lazare direction Maisons-Laffitte ou Poissy, arrêt : Sartrouville puis bus : ligne 9