Activités du CRSC Paris

Février  2021

Site-Web du CRSC, Paris

g

Dimanche 28 février à 16 h

 Conférence d’ Andreï Chevtchouk     

Film-Découverte  

” Chaliapine en France”

Sur le site Web CRSC

Rencontre en russe et en français

Le Centre de Russie pour la science et la culture à Paris invite son publique à la première d’un nouveau film-découverte créé par le maestro Andreï Chevtchouk dans le cadre de son cycle d’auteur «Encyclopédie musicale».

Les thèmes abordés par le CRSC dans le format de ce cycle culturel et éducatif, représentent une palette de faits historiques et d’œuvres musicales qui, à leur tour, reflètent la richesse du patrimoine musical russe en France et la biographie de l’art français en Russie.

Andreï Chevtchouk est connu comme directeur artistique des festivals d’opéra, dirigeant de l’association des chorales, qui travaille depuis plus de vingt ans en Russie, France, Belgique, Allemagne et dans d’autres pays.

Les conférences musicales, les conférences-concerts, qu’il prépare, sont toujours accompagnés d’une histoire fascinante, de références historiques bien rares, de photographies d’archives et d’enregistrements vidéo précieux.

Article ci-dessous :

INSCRIPTION : CLIQUEZ

d

PROGRAMME  COMPLET  CI-DESSOUS

d

Du lundi 1 au dimanche 28 février 2021

EXPOSITION EXCEPTIONNELLE

“La parole créatrice de l’artiste”

Exposition extérieure et en ligne sur le site : crsc.fr

Année croisée de la coopération interrégionale Russie—France.

Exposition photo-documentaire pour le 100e anniversaire (2020) de l’écrivain russe, d’une personnalité publique éminente Fiodor Alexandrovitch Abramov, originaire de la région d’Arkhangelsk.

Fiodor Abramov est un célèbre écrivain soviétique et russe, critique littéraire, publiciste, officier de contre-espionnage militaire, professeur de philologie et personnalité publique du XXe siècle.

Avec Vassili Choukchine, Victor Astafiev et Valentin Raspoutine, il était l’un des principaux représentants de la « prose rurale » — un mouvement significatif dans la littérature russe des années 1960–1980.

Les œuvres les plus célèbres de Fiodor Abramov sont des romans du cycle « Les Priasline » (« Frères et Sœurs », « Deux hivers et trois étés », « À la croisée des chemins », « La Maison »), où sont dépeintes toutes les épreuves endurées par les villageois pendant la Grande guerre Patriotique (1941) : les années de famine, la réception des avis de décès de soldats, les dures journées de travail.

Le credo de vie d’Abramov est « Faire lever, par tous les moyens, faire lever l’Humain dans l’homme ». Cet appel est aussi important aujourd’hui qu’il l’était à l’époque.

Le CRSC à Paris présente une exposition photo-documentaire sur les panneaux d’affichage exterieurs « La parole créatrice de l’artiste », qui raconte la vie de l’écrivain Fiodor Abramov — son enfance troublée, ses études à l’université, son service militaire, son cheminement créatif difficile et son activité publique. Mais aussi ses inquiétudes sur le sort du pays et de son village natal, sur le sort d’un simple ouvrier. Elle raconte le patrimoine et les messages moraux qu’il nous a laissés, sa position citoyenne, littéraire et de vie.

Ce récit est enrichi de citations tirées des œuvres et des discours publics de Fiodor Abramov, il est illustré avec des photographies de l’écrivain, de ses parents, de ses compatriotes et de ses amis, ainsi que de son village natal de Verkola.

La présentation de l’exposition à l’étranger ne relève pas du hasard. L’œuvre de Fiodor Abramov est connue non seulement des lecteurs russes, mais aussi des lecteurs étrangers. Ses livres ont été publiés dans de nombreux pays du monde — aux États-Unis, en Allemagne, en Angleterre, aux Pays-Bas, en Serbie, en Chine et en France. L’écrivain lui-même a beaucoup voyagé à l’étranger.

Cette exposition, organisée par le CRSC à Paris en coopération avec l’Administration de la région d’Arkhangelsk, s’inscrit dans le cadre du programme de l’Année croisée de la coopération interrégionale Russie-France et a pour ambition de faire découvrir la contribution littéraire et autres richesses de cette belle région russe.

d

Jeudi 4 février 

vidéo avec Mikhaïl Veller

sur le site Web CRSC 

Mikhail Iossifovitch Veller est né en 1948 en Ukraine dans un milieu médical. Jusqu’à 16 ans il change souvent d’école, en fonction des affectations de la famille, en 1969 sur un différend familial il part de Léningrad pour se rendre au Kamtchatka. En 1971 il réintégre l’université, il publie son histoire pour la première fois dans le journal du mur de la faculté “Philolog”. En 1972, il défendit à deux reprises sa thèse de fin d’étude sur le thème: “Types de composition de l’histoire soviétique russe moderne” .

De 1973 à 1986 il travaille dans différents secteurs ( ouvrir du baâtiment, guide, correspondant de presse, chasseur, pêcheur, archéologue…). De 1987 à 1990 il est chef du département de littérature russe du magazine Raduga à Tallinn. De 2006 à 2014, il a animé une émission hebdomadaire sur Radio Russie  “Parlons avec Mikhail Veller” et du 18 octobre 2015 au 27 avril 2017 – l’émission de l’auteur “Think Only” à la radio ” Echo Moscou “.

d

Lundi 8 février 2021 à 14h

Conférence internationale

” Le Futur et la Pandémie “

Sur ZOOM

En partenariat avec :
La Mission culturelle russe au Danemark;
L’Association dano-russe;
La Représentation de Rossotroudnitchestvo en France

Les défis de la nouvelle décennie :

LES ÉPIDEMIES ET LES PANDÉMIES.

Les approches innovantes à la prévention et la lutte contre la propagation des virus et infections.
Les impacts sociaux .

Recherchez des moyens de prévenir et de combattre la propagation de nouvelles infections.

L’événement réunira des spécialistes et des experts de premier plan, des scientifiques et des travailleurs médicaux, de grands instituts scientifiques et universités d’État en Russie, au Danemark, en France et aux États-Unis.

En russe et en anglais.

Le lien : https://us02web.zoom.us/j/82365607497

d

Vendredi 12 février 2021

Conférence  de Victor Erofeev

Antioche Cantemir

sur le site Web CRSC 

Le prince Antioche Dimitriévitch Cantemir, fils du souverain moldave Dimitri Cantemir, il est né en 1708 à Constantinople, considéré comme le fondateur de la poésie russe moderne. Ambassadeur de Russie à Paris de 1738 à 1744, il avait une parfaite connaissance de la langue française, il a poursuivi se travaux littéraires, et composa ses dernières satires  sur le modèle d’Horace et de Boileau, et où l’inspiration des Caractères de La Bruyère se fait nettement sentir. Leurs premières édition russe ne date que de 1762. Dans ses œuvres poétiques, Cantemir utilise des vers syllabiques qui, après la «Lettre sur les règles de la poésie russe» de Lomonosov (1739), cèdent progressivement la place à la  vérsification syllabo-tonique.

Le prince fait ce qu’on appellerait aujourd’hui la « diplomatie culturelle », qui est particulièrement remarquable. Sa prestance et son aménité font merveille dans les salons. Par sa formation et ses écrits, il est un « digne fils des Lumières », recherché par les philosophes, comme Voltaire avec qui il correspond. Il renforce les échanges entre savants russes et français, fait entrer son ami Maupertuis à l’Académie russe, et tente la même démarche en faveur du mathématicien Clairaut. Il fréquente également les artistes, appuyant ceux que tentent les opportunités offertes par la Russie. Mais sa santé fragile se détériore de plus en plus, malgré des cures à Plombières, et il meurt le 11 avril 1744.

Victor Erofeev est lauréat du prix Vladimir Nabokov (1992), titulaire de l’Ordre des Arts et des Lettres de France (2006) et de l’Ordre de la Légion d’honneur (2013). Il est l’auteur d’ouvrages sensationnels tels que « La Belle de Moscou », « La vie avec un idiot », « Le dernier jugement », « L’encyclopédie de l’âme russe », « La souris rose », dont beaucoup ont été traduits et publiés en dizaines des langues.

L’écrivain a passé une partie de son enfance en France, à Paris, où son père Vladimir Erofeev a travaillé dans le service diplomatique. L’écrivain a conservé une attitude très chaleureuse et personnelle envers ce pays.

À l’invitation du CRSC, Alexandre Miller de la Cerda, le Сonsul honoraire de Russie à Biarritz, a aimablement accepté de faire entendre la version française du podcast sur le diplomate russe exceptionnel. Qui plus est, Monsieur Miller de la Cerda a préparé son propre commentaire sur le podcast de l’histoire du service diplomatique russe en France d’antan.

d

Mardi 17 février de 16 h à 17 h

” Séminaire méthodique … “

Natalia Soldatkina

sur le site Web CRSC 

▪ Apprentissage rapide de la perception des matériaux sonores auditifs
▪ Étudier la grammaire, le vocabulaire et les études régionales basé sur des documents audios

Thème « La météo ».

Natalia Soldatkina, professeur de russe langues étrangère. Expérience professionnelle de plus de 20 ans.

Auteur de plusieurs méthodes didactiques du russe langue étrangère :
▪ grammaire appliquée,
▪ littérature russe,
▪ civilisation russe.

Travaille avec des enfants ainsi qu’avec des adolescents et adultes. Quelle que soit leur maitrise de la langue russe (А1–С2).

La géographie de carrière professionnelle : France, Suisse, Italie.

En russe.

INSCRIPTION : CLIQUEZ

d

Jeudi 18 février à 16 h

Rencontre avec

Kirill Privalov

” L’arme secrète de l’Histoire “

sur le site Web CRSC 

 

Kirill Privalov, journaliste de renom, spécialiste littéraire sur Radio Cultura et Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres, est aujourd’hui une personnalité respectée dans le milieu intellectuel russe. Il est l’auteur de plusieurs livres en russe et en français dont l’essai satirique Un Soviet au pays de Tonton, publié en 1991 chez Robert Laffont – premier livre avec le nouveau drapeau russe paru en France, vendu à plus de 5 000 exemplaires. Il a vécu plus de vingt ans en France, il a été correspondant de plusieurs médias russes, mais a également collaboré avec des médias français comme Courrier du dimanche, Paris Match ou Le Monde.

Si, en 2018, l’affaire Skripal a rappelé au monde l’existence du poison comme arme mortelle, son utilisation est pourtant récurrente à travers les siècles.

La mort de Hannibal, la malédiction d’Alexandre le Grand, la vengeance de Gengis Khan, Les poisons de la “sainte famille” Borgia, le principe toxique de Talleyrand, le Novitchok aux origines ouzbèkes — ce livre est un recueil d’histoires liées aux intrigues et aux complots de pouvoir.

C’est un essai qui foisonne d’une multitude de faits historiques, d’histoires liées aux intrigues et complots politiques, est une mine d’informations qui se lit comme un roman. Aboutissement d’une longue recherche documentée. En levant le voile sur les coulisses de notre mémoire collective, ce livre vous fait découvrir les événements réels parfois très sombres à l’origine de ces bouleversements qui ont façonné notre Histoire, et vous révèle le rôle incontournable et stratégique joué par l’utilisation de poisons en tous genres, à l’origine de bouleversements majeurs qui ont façonné notre Histoire. Éditions Macha.

Voir sur Youtube : CLIQUEZ

d

Vendredi 19 février à 10 h

Visioconférence pour les jeunes

” L’Éspace de la Réunion “

en direct

Youtube CRSC Bratislava

d

Mardi 23 février à 19 h

film documentaire de 

Didier Feldman

” Chroniques de Volga “

sur le site Web CRSC 

” Chroniques de la Volga ” de Didier Feldman est un hommage à la mémoire des soldats, du peuple soviétique, qui ont vaincu les nazis. En mai 2020, le monde a célébrer le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les Chroniques de la Volga ont le devoir de se rendre compte que c’est l’URSS qui a joué un rôle décisif dans la victoire sur le fascisme et a payé le prix le plus élevé pour la libération de l’Europe du nazisme: avec 16 millions de civils et 10 millions de soldats.
Didier Feldman a souligné que «Chroniques de la Volga» est un reflet cinématographique de la guerre passée «sans images d’archives, sans pathos ni performances». Et les formes scéniques et les émotions seront véhiculées par des mots.
L’auteur présente le film comme un souvenir de ses ancêtres – arrière-grands-mères et grands-pères, ainsi que d’un grand-père du côté de son père, né dans la ville de Nikolaev en Ukraine.
Le titre  “Chroniques de la Volga” est un manifeste nécessaire à la société moderne pour rappeler les jours tragiques de l’histoire du monde et la grande victoire sur le mal mondial sur les rives de la Volga dans l’héroïque Stalingrad.
Le film est une vue d’un citoyen français sur la bataille de Stalingrad, sur son rôle et son importance dans le sort de ses proches, dans le sort de son pays et du monde entier.
Le film a été tourné avec le soutien actif de l’organisation à but non lucratif de Volgograd, la Battle of Stalingrad Foundation.
L’histoire de la création du film a commencé en février 2018. La Fondation de la bataille de Stalingrad a présenté l’exposition «Stalingrad dans le sort de la France» au Centre spirituel et culturel orthodoxe russe à Paris. L’un des visiteurs de l’exposition était le parisien Didier Feldmann. Lors d’une conversation avec les dirigeants de la Fondation de la bataille de Stalingrad, il a parlé de son rêve de faire un film sur la bataille de Stalingrad.

Ce film a reçu le Grand Prix du Festival “Flamme de Volgograd” en septembre 2020

La projection du film en première était prévue en janvier à Paris au cinéma St-André-des-Arts, mais repoussée vers juin prochain à cause des restrictions contre la pandémie.

Nous vous invitons à l’avant-première du film de Didier Feldmann sur le web-site du CRSC à Paris en vous souhaitant un bon visionnage.

d

Mercredi 24 février à 11 h

Rencontre avec

Sergueï et Nikita Zimov

” Le Futur de l’Antartique “

sur le site Web CRSC

Rencontre en russe et en français

Le parc du Pléistocène  est une réserve naturelle au nord-est de la Yakoutie dans le cours inférieur de la rivière Kolyma, à 30 kilomètres au sud du village de Chersky, à 150 kilomètres au sud de la côte de l’océan Articque. Le créateur et responsable scientifique de la réserve est l’écologiste russe Sergueï Afanassievitch Zimov.

Une expérience est en cours dans la réserve pour recréer l’écosystème toundra-steppe mammouth du pléistocène qui existait dans de vastes zones de l’hémisphère nord lors de la dernière glaciation.

Unir les efforts pour la “préservation des écosystèmes arctiques”, mis en œuvre par notre association avec le soutien du forum civil “Trianon Dialogue” et du Centre Russe pour la Science et la Culture à Paris.

Réunion en ligne aura lieu avec les scientifiques Sergueï et Nikita Zimov, qui mettent en œuvre le projet de parc du Pléistocène sur la côte de l’océan Arctique, où la tâche grandiose de restaurer la «forêt-toundra mammouth» – un paysage naturel écologiquement équilibré.

S.A. Zimov est chercheur principal à la branche Extrême-Orient de l’Académie russe des sciences, l’un des scientifiques russes les plus cités dans le domaine des sciences de la terre.
Les événements se déroulent à distance et seront accompagnés d’une traduction simultanée en deux langues (russe et français). Après une brève présentation des conférenciers principaux, les participants pourront poser des questions.

L’objectif du projet est de faire découvrir l’Arctique et de vous familiariser avec des projets environnementaux et scientifiques uniques mis en œuvre dans cette région par des organisations à but non lucratif russes.
Les participants pourront obtenir des informations de première main sur les défis auxquels sont confrontés les habitants de l’Arctique russe, y compris ceux liés au changement climatique, ainsi que sur les efforts déployés par l’État et la société civile.

Voir sur Youtube : CLIQUEZ

d

JEUDI 25 février 2021 à 16 h

Présentation du livre Patrimoine

” Philanthrope russe Princesse Maria Tenicheva”

par Irina Alekséevna Kenia et René Guerra

 

Présentation d’un nouveau livre Patrimoine de M.K.Tenicheva.

” Philanthrope russe Princesse Maria Tenicheva “

Maria Klavdievna Tenisheva par I. Répine (1896)

La princesse Maria Klavdievna Tenisheva, née en 1858 Saint Petersbourg décédée  à Paris en 1928 (née Pyatkovskaya ), noble , figure publique, artiste travaillant l’émail , professeur, philanthrope et collectionneur. Fondatrice d’un studio d’art à Saint Petersbourg , d’une école de dessin et d’ un musée sur l’Antiquité russe à Smolensk,  d’une école d’artisanat à Bejiitsa, ainsi que d’ateliers d’art et d’industrie sur son propre domaine de Talachkino. 

Elle  épousa Rafail Nikolaevich Nikolaev en 1876, le mariage battant de l’aile Maria Klavdievna avec sa petite fille partit pour Paris pour étudier le chant elle était mezzo soprano, elle y rencontre I. Tourguenev, K. Makovsky et A. Rubinstein. De retour en Russie elle s’installe à Talashkino et fonde sur les conseils d’Ilya Repin, un atelier d’atelier, où les étudiants étaient préparés à être admis à l’Académie des Arts. La princesse a également cofondé le magazine “Le Monde de l’Art”, parrainant des expositions du monde de l’art. En parallèle, elle a commencé à collectionner des peintures, elle a ensuite transféré de nombreuses peintures au Musée russe. En 1893, elle acquiert un domaine à Talashkino et en fait un centre culturel, non inférieur aux ateliers d’Abramtsevo. Repin, Bakst, Vroubel, Serov et d’autres artistes célèbres sont venus ici. Elle crée également une école pour enfants de paysans. A Moscou elle rencontre le prince  le prince Viacheslav Nicolaïevitch Tenishev, un grand industriel russe, Maria l’épousa en 1892.

Elle eut un grand succès en travaillant l’émail qu’elle remit au goût du jour, sa véritable passion était les antiquités russes qu’elle collectionnait, exposée à Paris. Elle fit en 1911 don de sa collection qui est devenue la base du Musée de l’antiquité russe à Smolensk. A Talashkino elle développe le concept de «domaine idéologique», c’est-à-dire un centre de lumières, de renaissance de l’art populaire traditionnel et, en même temps, de développement de l’agriculture, elle ouvre une école d’agriculture unique à l’époque, rassemblant d’excellents professeurs et une riche bibliothèque. L’utilisation des réalisations les plus avancées de la science agricole a permis à l’école de former des agriculteurs très efficaces, stimulée par la réforme de Stolypine.En 1903 so époux décéde et  bientôt toutes ses créations bien-aimées périrent. Après la révolution, la vie dans «l’Athènes russe», comme on l’appelait Talashkino, a cessé. Les pommes de terre étaient stockées dans l’église construite par la princesse et peinte par Rœrich, la tombe de Tenishev a été détruite, les ateliers ont été fermés.

En 1919 en raison des évènement révolutionnaires elle quitte la Russie pour Paris. Maria Tenisheva organise avec Serge Diaguilev une exposition d’objets d’art décoratif et appliqué de sa collection  Paris était submergé par la mode des motifs russes. Lors de la première guerre mondiale, la princesse a vu la trahison des élites en Russie, elle s’est fermement prononcée sur les positions du peuple, même lorsque ce n’était pas à la mode et provoquait le ridicule de certaines personnes arrogantes. Parmi les nombreux artistes avec lesquels M.K.Tenisheva est entré en contact, il y avait Vrubel et Rœrich qui étaient  très proches et particulièrement agréables.

Les auteurs :

René Guerra, célèbre professeur des études slaves, collectionneur et conservateur du patrimoine culturel russe à l’étranger;

Irina Alekséevna Kenia, Doctorat en droit, Maître de la conférence de la filiale de l’Académie russe de l’économie nationale et du service public à Briansk, Président de l’administration de la Fondation caritative frères Moguilevtsev.

En russe et en français.

INSCRIPTION obligatoire : CLIQUEZ

d

Vendredi 26 février 2021 à partir de 9h

1er Forum franco-russe sur l’intelligence artificielle 

en visioconférence

 

Dans le cadre de l’événement, il est prévu de discuter l’application des technologies utilisant l’intelligence artificielle dans des domaines suivants: Santé, Environnement, Industrie, Transports, Energie.

Les représentants des milieux d’affaires français et russes, des organisations scientifiques, des instituts du développement et des autorités exécutives chargées de ce sujet, ainsi que des représentants de l’Alliance pour le développement de l’intelligence artificielle des deux pays sont invités à participer au Forum.

Le Forum est organisé à l’initiative de la Mission commerciale de Russie en France avec le soutien du Ministère russe du Développement économique , sous la tuttelle de la plateforme franco-russe des sociétés civiles «Dialogue de Trianon» et en partenariat avec le Centre de Russie pour la science et la culture à Paris.

Langues de travail: russe et français.

Pour participer au Forum l’inscription préalable est obligatoire:

CLIQUEZ

d

Dimanche 28 février 2021

Conférence d’ Andreï Chevtchouk

Film

” Chaliapine en France “

sur le site Web CRSC

Rencontre en russe et en français

Février 2021 marque le 148e anniversaire de la naissance de l’artiste russe de génie — Féodor Chaliapine.

Issu d’une famille paysanne, grâce à son talent, sa persévérance et le soutien des entrepreneurs du théâtre russe (Lentovsky, Mamontov, Diaghilev), le plus grand basse d’opéra russe, Féodor Chaliapine brilla dans des théâtres les plus prestigieux du monde — le Bolchoï, Mariinsky, La Scala, L’Opéra Garnier, le Metropolitan Opera et autres. Il incarna sur scène des personnages tels qu’Ivan Susanin et Méphistophélès, Boris Godunov et Dosifei, Don Quichotte et Don Basilio, Konchak et Galitsky, Ivan le Terrible et Varlaam, qui sont à jamais restés dans l’histoire de l’opéra mondial.

Une histoire de longue date relie Féodor Chaliapine à l’art français et à la France. Maestro Andreï Chevtchouk découvrira cette histoire passionnante, à commencer par la première visite du jeune artiste à Paris qui l’a tellement impressionné, sa participation aux célèbres Ballets russes de Diaghilev et, bien sûr, la période d’émigration de 1922 jusqu’à la mort du célèbre chanteur.

Pour reproduire les événements de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle, les émotions des participants de ces événements, les souvenirs de Féodor Chaliapine lui-même ainsi que les témoignages de ses amis et contemporains nous serviront de base.

Comment il a été possible il y a plus de 30 ans, malgré toutes les difficultés, de faire accorder la rapatriation de France en Russie des cendres du grand chanteur? Cette histoire sera dévoilée par Olga Semenova, fille de l’écrivain ruse Julian Semenov, qui fut le principal initiateur de ce projet.

e h e 

CALENDRIER du PROGRAMME COMPLET

Centre de Russie pour la Science et la Culture  à Paris

61, rue Boissière, 75116, Paris 

Téléphone : 01 44 34 79 79

Site:  https://crsc.fr/