Informations

Natacha et Nuits de Princes en Concert

Vendredi 8 novembre 20 h 30

Péniche Demoiselle, XIX°, Paris 

Natacha Fialkovsky,  formée au conservatoire Rachmaninov de Paris et dans les cabarets russes, où elle côtoie des musiciens russes et tsiganes, Natacha fait appel à des musiciens de divers horizons (jazz pour Olivier Cahours et le contrebassiste Thierry Colson, musique brésilienne pour Pascal Storch, ou musique populaire russe pour la joueuse de domra Natalia Trocina, issue du prestigieux conservatoire Gnessine de Moscou), afin de concrétiser ses envies d’ouverture et de rencontres

Cinquième album du groupe depuis sa formation au tout début des années 2000, le titre « Gamayun » renvoie à une « demi-déesse » ayant inspiré beaucoup de poètes (d’Alexandre Blok à Vladimir Vyssotski), sorte de sirène vivant dans les arbres, « moitié oiseau-moitié femme, et qui chante à qui veut l’entendre ».

À travers quatorze titres, Gamayun chante la misère de l’exil et la splendeur des voyages, le poids des mots et le réconfort des silences, la gaieté de la vie et la légèreté de la mort. Ce qu’il prédit, Gamayun, c’est un rêve — le corps à corps dans un lit, l’Occident et l’Orient enfin réunis, le toi et le moi solidaires en un nous, la terre entière autour d’une table.

Il chante l’amour, il chante la liberté ; il chante si juste. À nous donc, passants que nous sommes, de savoir lui prêter une oreille absolue.

R

 

Le projet de cette Péniche est né en 2005 du désir collectif de créer une salle culturelle sur le thème du voyage, de la musique et de la danse. Nous souhaitions un espace propice à la création avec des propositions d’ateliers, de stages pour les petits et les grands. Une programmation vivante et ouverte sur les musiques et les danses traditionnelles et actuelles. Des projets engagés, au service de l’Education Populaire consacrés aux cultures d’ici et d’ailleurs.

y

Péniche Demoiselle

est amarrée face au 33/35 quai de l’Oise,19ème

(à 600 mètres de son ancien emplacement en face de l’hôtel Ibis).

Métro : Corentin Cariou (7), Ourcq (5).

Tarif : 18€, réduit : 15€ (TR pour les chômeurs, étudiants, adhérents sur présentation de la carte).

Bar et restauration sur place à partir de 19h30.

Paiements acceptés : Chèque ou espèces. Nous n’avons pas la CB à bord la péniche.

 

Nouvelle romance russe

de Veronika Bulycheva

Samedi 26 octobre 2019 à 21h

 Bar Le Challenge, 49100 Angers

Chanteuse, guitariste et compositrice, Veronika Bulycheva nous vient d’une région profonde de la Russie, l’Oural. Originaire de ce pays, que l’on considère comme frontière naturelle entre l’Europe et l’Asie, Veronika est ce trait d’union artistique qui permet de retrouver l’intimité et l’émoi d’un univers poétique commun.

À travers ses chansons, Veronika invite à plonger a cœur de cette Russie, belle et complexe. Un univers sensible, qu’elle ouvre avec bienveillance et hospitalité, en mêlant russe et français. Un voyage au sein de l’âme slave, où l’on sait rire d’un drame autant qu’en pleurer, et que l’on porte longtemps en soi.

3

Bar Le Challenge

12 Place Pierre Mendès France, 49100 Angers

Tél : 06 74 76 46 08

Entrée : participation libre aux frais.

 

 

 Le Gargilesse-Band et “Pour Kungur”

Jeux, goûter, apéro, projection du film :

” Gargillesse-Band en Russie”

Samedi 26 octobre de 15h à 21h

La Ferme du château de Gargilesse

Depuis 2007, l’association “Pour Kungur”,
un véritable lien s’est créé entre les familles  adoptives et le personnel de  l’orphelinat de Kungur, composé de femmes exceptionnelles, qui, avec très peu de moyens, aident les enfants qu’elles ont en charge à se reconstruire et à grandir.
En 2009, nous créons le collectif de familles “From Kungur”
Ces échanges entre familles, et avec la Maison d’enfants sont d’une grande aide psychologique pour les familles, et les enfants adoptés.
Les familles du collectif vivent en France, Espagne, Italie, Suisse, Royaume Uni, Irlande, USA, Argentine, Canada.
Plus de renseignements sur l’association “Pour Kungur” : CLIQUEZ
3
Château de Gargilesse, monument historique du XIIe et XVIIIe siècle, planté au coeur d’un des plus beaux villages de France, présente le meilleur de la création artistique.
.
La ferme du Château de Gargilesse
 Le Bourg, 36190 Gargilesse-Dampierre
Renseignements  : 06 60 84 06 77
.

SPÉCIAL AUTOMNE

l’Association Rivages Russie évènements

présente le film

“Retour à Kotelnitch”

et rencontre avec le réalisateur Emmanuel Carrère

Jeudi 17 octobre à 20h

Film pour qui  veut en savoir plus sur la Russie et sur la vie dans la province russe.

Productrice : Anne-Dominique Toussaint
Coproducteur : Raphaël Berdugo
Directeur de la photographie : Philippe Lagnier
Compositeur : Nicolas Zourabichvili
Son : Ludmilla Rubina, Hervé Guyader, Emmanuel Croset
Montage : Camille Cotte
Production : Les Films des Tournelles
Production : Roissy Films
Distribution : Diaphana Films

Réalisateur et metteur en scène : Emmanuel Carrère

Fils d’Hélène Carrère d’Encausse, avant de publier son premier livre, Bravoure, en 1984, Emmanuel Carrère, petit-fils d’immigrés russes, ancien étudiant à Sciences-Po, rédige des critiques de cinéma pour la revue Positif et le magazine Télérama. En 1982, il publie une monographie consacrée à Werner Herzog. Par la suite, l’intérêt de l’écrivain pour le Septième Art ne se démentira pas : dans les années 90, il est scénariste sur plusieurs téléfilms, comme Léon Morin, prêtre ou Monsieur Ripois, d’après des oeuvres littéraires déjà portées à l’écran, ou Denis de Catherine Corsini.
En 1998, Carrère co-écrit le scénario de La Classe de neige, adaptation par Claude Miller du livre qui lui avait valu le Prix Femina en 1995. Passionné par l’intrusion du fantastique dans la réalité, succès de librairie, L’Adversaire donne lieu en 2002 à un film de Nicole Garcia.

Aboutissement logique de ce flirt avec le cinéma, Emmanuel Carrère signe en 2003 son premier film comme réalisateur, Retour à Kotelnitch, un documentaire très personnel, à la fois portrait d’une ville russe, enquête policière, et réflexion sur l’identité -un thème récurrent chez l’auteur.

Emmanuel Carrère passe à la fiction deux ans plus tard avec La Moustache. Vincent Lindon y campe un homme qui bascule dans le cauchemar car personne, dans son entourage, ne remarque qu’il s’est rasé la moustache. Inspirée d’un roman publié en 1986, cette œuvre perturbante est très remarquée à la Quinzaine des Réalisateurs.

u

Retour à Kotelnitch, film documentaire réalisé par Emmanuel Carrère en 2003 sélectionné à la Mostra de Venise. Durée : 106 minutes en 35 mm.

Emmanuel Carrère en plein tournage.

Parti pour faire un reportage  sur un soldat hongrois resté pendant 55 ans dans un hôpital psychiatrique à Kotelnitch , siyué à 800 km à l’est de Moscou, oublié de tous. Emmanuel Carrère s’est pris au jeu de l’égo-documentaire. Ayant commencé par filmer des personnes au gré des rencontres, il fit la connaissance d’Ania, musicienne, parlant un excellent français et mariée à Sacha, à l’époque membre du FSB.

Puis il s’en retourna en France, estimant n’avoir pas de matière suffisante pour un film autre que le reportage (Le Soldat perdu, moyen-métrage de 52 minutes présenté en bonus du DVD de notre film). Mais par la suite Ania fut assassinée. par un fou. Le cinéaste retourna dans la ville, pour montrer à la famille les séquences prises autrefois, tout en continuant à filmer.

Avec l’histoire même d’Ania, le film dépeint la Russie d’aujourd’hui loin de Moscou et la recherche introspective d’Emmanuel sur les refoulements de ses propres origines (son propre grand-père a aussi disparu à la fin de la dernière guerre de 1940. Ces trois tournages, étalés sur deux ans racontent une histoire et que celle-ci est la sienne.

8

Ancienne salle de jeu de paume, il commence sa « carrière » de bâtiment d’utilité publique en accueillant des États Généraux sous la Révolution Française. Il abrite au 19e siècle un bal populaire, avant de se convertir en théâtre dans les premières années du 20e siècle. Puis, il se transformant en cinéma mono-salle, rebaptisé pour l’occasion Le Méliès.  Par la suite, Le Méliès deviendra Le Celtic, avant d’être racheté par le groupe Parafrance qui en fera Le Jean Cocteau.

En 1980, le groupe Action le rachète, le rebaptise Le Grand Action, et le  transforme deux ans plus tard en cinéma doté de deux salles.

Lsabelle Gibbal-Hardy avec Jean-Marie Rodon co-fondateur du groupe Action, ont créé la “société Moteur”, qui s’est rendu acquéreur du fonds de commerce du Grand Action le 26 janvier 2005 et des murs le 18 septembre 2014.

k

LE GRAND ACTION

5 Rue ds Écoles, 75005,  Paris

Téléphone : 01 43 54 47 62
Métro : Cardinal Lemoine ou Jussieu

.

Hommage à  Sergueï Eisenstein (1898 – 1948)

Cinéaste à la croisée des Arts.

 Samedi 28 septembre 2019 au 24 février 2020

Centre Pompidou – Metz (57000)

 Sergueï EisensteinL’Œil Extatique, monstre sacré du 7ème art, le Centre Pompidou de Metz  présente le parcours du cinéaste à la croisée des arts : décorateur et metteur en scène de théâtre, dessinateur, réalisateur, innovateur, collectionneur, théoricien et historien de cinéma… Visionnaire, cet artiste total a inventé un nouveau langage visuel basé sur une esthétique du montage.

Le Centre Pompidou Metz avait à cœur depuis sa création, il y a 9 ans déjà, de consacrer une exposition sur cet artiste légendaire à la croisée des arts. Une exposition qui a vocation à « montrer comment il s’inscrit dans une histoire mondiale des arts, passée et contemporaine » pour Ada Ackerman, commissaire de l’exposition et chercheuse au CNRS.

Cette exposition est comme une grande machine de montage, une « fabrique des images einsteiniennes ». Dès l’entrée, un triptyque d’extraits connus des films de l’artiste est monté en parallèle. De manière aléatoire naissent des échos en raison de motifs récurrents dans l’œuvre de l’artiste : foules, visages en souffrance, ferveur populaire et ombres inquiétantes se reflètent presque sur le sol métallique de la Grande Nef.

Sergueï Eisenstein est né à Riga le 10 (22) janvier 1898, en 1907 lors de la Ière révolution russe la famille part pour Paris, pour revenir à Riga, ou il fait sa scolaririté. Il apprend l’art de la photographie, il aime faire ds dessins animés et ds caricatures. Après de divorce de ses parents il vit à Saint Petersbourg avec sa mère. En 1915 il obtint un diplôme qui lui a permis de rentrer à l’institut des ingenieurs civils.

Après la révolution d’octobre il coupe les ponts avec sa famille. Au printemps 1917, il fut appelé au service militaire et inscrit à l’école des adjudants des troupes de génie, puis il rejoignit l’armée rouge. Pendant près de deux ans, Eisenstein a également voyagé avec le train, pendant ce temps, il a tenu des journaux détaillés, où il a enregistré ses voyages, ses réflexions sur l’art et le théâtre en particulier  Au même moment, il travailla comme décorateur dans des groupes de théâtre de l’armée rouge. En 1921, Eisenstein entra dans les studios du directeur supérieur de l’État. Eisenstein a commencé sa carrière dans le cinéma en rééditant le film de Frtiz Lang “Docteur Mabuse, le joueur”. Eisenstein conçut un cycle de huit films intitulé “Vers une dictature”. Le réalisateur commence immédiatement à tourner avec la cinquième photo intitulée ” le coup”, qui est publiée le 28 avril 1925.Elle contenait divers éléments novateurs (notamment des angles de caméra inhabituels et des métaphores de film) et avait reçu des critiques mitigées de la part de la presse et du public. On l’appelait révolutionnaire et novatrice, mais en même temps, on lui reprochait la complexité du langage cinématographique. En 1925 il sort le film ” le Cuirassé Potemkine “, qui remporta un énorme succès tant en URSS qu’à l’étranger.

Le film eut une forte influence sur la cinématographie de ces années et fut par la suite qualifié de «meilleur film de tous les temps».

En 1927  il réalisa le film ” Octobre “, dans lequel l’image de Lénine était présentée pour la première fois dans des longs métrages (interprétée par le travailleur Nikandrov).

En octobre 1928 Eisenstein et son équipe de tournage, part à l’étranger pour étudier l’expérience occidentale. Voyage officiel dont le but était de permettre à Eisenstein et à son équipe de tournage d’approfondir ses connaissances sur le cinéma de qualité, ainsi que de présenter personnellement des artistes soviétiques célèbres à l’Occident capitaliste. A son retour en 1932,  il se consacra aux activités scientifiques et pédagogiques, devint le chef du département de réalisation de l’Institut dÉtat de la cinématographie.

En 1938,  Eisenstein écrivit le scénario du film historique et patriotique Alexandre Nevski . Il a reçu un doctorat en histoire de l’art (sans défendre de thèse). Sur le tournage du film, la collaboration créative de S. Eisenstein avec Serge Prokofiev le compositeur commenca.

En 1941-1945, le réalisateur tourne le film “ Ivan le Terrible“. Le tournage a commencé à Moscou, puis, après l’évacuation du studio Mosfilm en 1942, s’est poursuivi à Alma-Ata.  Le rôle principal a été joué par Nicolaî Tcherkassov.

La première série de peintures a été publiée au début de 1945.

Cet espace de la Grande Nef a été spécialement choisi pour cette exposition en raison de sa grande hauteur sous plafond (près de 20 mètres) ce qui a permis au scénographe de réaliser un observatoire au centre de l’exposition, tour d’échafaudages et d’écrans faisant référence au projet architectural et cinématographique avorté de la « Glass House ». Eisenstein voulait tourner un film dans un building de verre à l’architecture moderne et se servir des jeux de transparence pour créer un « cinéma de l’apesanteur ».

On découvrira ses expérimentations théâtrales, ses dessins riches de symboles ou ds projets inachevés qui font de lui :

” Le Léonard de Vinci russe “

k

L’exposition est accompagnée d’une riche programmation d’évènements associés :

– Les chefs d’œuvres du cinéaste sont projetée dans l’Auditorium Wendel, les vendredi, samedis et dimanches.

– Une programmation de spectacles, un ciné-concert de la Grève par Pierre Jodlowski ou d’Alexandre Nevski par l’orchestre national de Metz, une “Nuit des Morts” avec une projection de Que Viva Mexico et le,concert pop psychadélique du Xixa, pour finir par une représentation exceptionnlle de l’École de théâtre du Gitis de Moscou, inspiré par l’œuvre d’Einsenstein, lui-même metteur en scène.

3

Le Centre Pompidou-Metz est la première décentralisation d’un établissement culturel public national. Le Centre Pompidou porte en région son modèle et met à disposition son savoir-faire et ses collections, dans un partenariat inédit avec les collectivités territoriales qui apportent le financement tout en garantissant l’autonomie des choix scientifiques et culturels.

k

Centre Pompidou-Metz
1, parvis des Droits-de-l’Homme
57000 Metz
Tél : +33 (0)3 87 15 39 39

À pied à 2 min de la gare TGV de Metz Ville, à 10 min du centre historique.

Tarifs : 7€, 10€, 12€

Horaire : Mercredi au lundi  10h à 18h, Vendredi, samedi et dimanche de 10h à 19h

Fermé le mardi.

 

 

Ouverture d’une Annexe du GITIS de Moscou

au Théâtre de l’Atalante

Premier stage 11 au 23 novembre 2019.

Inscription avant le 15 octobre 2019

En suivant un ou plusieurs stages, vous connaîtrez les bases de l’enseignement théâtral russe transmis par les disciples directs des maîtres : Stanislavski, Meyerhold, Mikhaïl Tchekhov.

Le GITIS (Institut National des arts du théâtre) est le plus ancien établissement de formation théâtrale de Russie. Son histoire commence en 1878 avec une école de musique et de théâtre,  qui cinq ans plus tard fut dénommée « Institut musical et dramatique ».

C’est là que de 1891 à 1901 enseigna Vladimir Nemirovitch-Dantchenko dont toute une promotion forma, en 1898, la première troupe du Théâtre d’art qu’il dirigea avec Constantin Stanislavski. Mais c’est avec Vsevolod Meyerhold que cet institut prend le nom de GITIS.

Après avoir créé à Petrograd les premiers Cours de mise en scène en Europe (1918-1919), Meyerhold s’installa à Moscou. Là il en fit la fusion avec les Ateliers supérieurs nationaux de théâtre qu’il avait organisé et cela donna naissance en 1922 au GITIS.

Sous l’égide de ces grands noms du théâtre russe,  le GITIS n’a cessé de se développer et de multiplier  les disciplines enseignées. Les maîtres les plus renommés y ont été invités à enseigner. La célèbre pédagogue Maria Knebel, élève de Mikhaïl  Tchekhov et disciple de Stanislavski, y a développé la méthode de l’analyse par action.

Parmi les anciens élèves du GITIS, on compte Jerzy Grotowski, Anatoli Vassiliev, Eimuntas Nekrosius. Et c’est du GITIS qu’est sortie une promotion formée par Piotr Fomenko : elle devint une troupe qui enchanta l’Europe entière.

L’annexe de cette grande école de théâtre qui s’ouvre maintenant à Paris, à l’Atalante, propose des master-classes, dirigées par des professeurs du GITIS, consacrées à la formation des acteurs sachant que traditionnellement, l’art de l’acteur est au centre de l’enseignement de la mise en scène en Russie.

h

Première partie

Masterclass de 2 jours avec Serguei GENOVATCH, actuel directeur artistique du Théâtre d’Art de Moscou Anton Tchekov. Ancien élève de Piotr Fomenko au GITIS, il y dirige depuis 2004 le département de mise en scène.

Programme :

– Les particularités de l’enseignement commun des acteurs et des metteurs en scène au GITIS

– Comment créer la complicité entre les acteurs lors des répétitions

– Les grands axes du travail du metteur en scène avec l’acteur

 

Deuxième partie

Masterclass de 10 jours avec Youri Boutoussov, professeur du GITIS, un des metteurs en scène les plus en vue aujourd’hui en Russie. De 2011 à 2018 il a été directeur artistique du Théâtre Lensoviet de Saint-Pétersbourg, actuellement le metteur en scène du Théâtre Vakhtangov de Moscou

Programme:

L’Analyse par l’action (les notions de bases du Système Stanislavski et son développement d’après la méthode de Maria Knebel, son disciple, professeur du GITIS).

Alternant sur le plateau travail théorique et épreuves pratiques le stage va  se dérouler d’une manière suivante – prenant pour base la pièce d’A.Tchekhov « La Cerisaie», nous procéderons à :
– L’analyse verbale
– L’analyse par la méthode d’études (exercices pratiques avec l’improvisation dirigée)
– La préparation d’un travail scénique sur l’extrait de la pièce.

Horaires : 12h-19h

Prix Individuel : 400€

3

Renseignements: https://www.theatre-latalante.co

Soirée Gatronomique Russe

” Dîner – A la table de la Tsarine “

Vendredi 11 octobre, à 20h

La Datcha, 13510 Eguilles

Dans le cadre de l’année de la gastronomie en Provence, à l’occasion de la conférence et de la parution du livre de Nicolas de la Bretèche “A la table des tsars”  un dîner aux saveurs typiquement russes sera servi à la Datcha « A la table de la tsarine »

k

Places limitées uniquement sur réservation

k

La Datcha

315 chemin des petites Fourques, 13510, Eguilles

Prix du repas : 45€

Adhérents Datcha Kalina et Kibitka : 35€

Renseignements et réservations :

04 42 92 68 78 / 06 20 97 35 68

contact@datchakalina.com

www.datchakalina.com

 

 

Les Éditions Nouvelle Marge et Mauvaise Nouvelle

Scéances de dédicaces avec :

Anna Gichkina, Marc Obregon et Rodolph Arfeuil

Jeudi 10 octobre 2019 à 18h30

Café de la Mairie, Paris VI°

 

Anna Gichkina, depuis sa double culture, détaille les ressorts d’un éloignement et explore les particularités des deux filles de l’Eglise que sont la Russie et l’Europe occidentale.

Comment naviguer sereinement vers l’avenir sans perdre de vue notre port d’attache ? La patrie de Tolstoï, entée sur l’Évangile, a su conserver ce qu’un Occident amputé de lui-même, par souci d’universalisme, s’est consacré à déconstruire , donc à annihiler. Selon l’auteur, la Russie nous révèle nos maux à travers son mystère, pour peu que l’on prenne la peine de tourner notre regard vers lui.

Pour savoir plus : CLIQUEZ

h

La chute est sans fin car nous sommes dans les temps de l’apocalypse et il appartient à chaque époque de savoir le lire et le dire. Marc Obregon est ce prophète qui sait lire les chutes d’aujourd’hui en écho à celles d’hier, en préfiguration de celles à venir. La chute est protéiforme et Obregon parvient à la débusquer dans l’organisation de nos cités, dans la nature de nos divertissements, dans de nos cités, dans la nature de nos divertissements, dans la pornocratie ambiante… Dans notre modernité, tout est dévoré par la fiction : la vie, la mort, l’être et même le néant.Marc Obregon s’est donné la mission de déniaiser les enfants du millénaire, de leur insuffler une grande gifle, un uppercut dans leurs gencives mondialisées pour faire chuter tout ce qu’ils a dorent comme des veaux d’or, jusqu’à eux-mêmes héros de leurs selfies.

h

Rodolphe Arfeuil dit raouldebourges, chroniqueur de Mauvaise Nouvelle sort le deuxième volume de ses chroniques pour une révolution conservatrice

 

3

Café de la Mairie,

8 Place St Sulpice, 75006, Paris

Tél : (0)1 43 26 67 82

Métro : St Sulpice, Mabillon, St Germain.

EURUS

Groupe de recherches Europe-Russie

Séminaire de recherche « La Russie et le monde occidental » 


avec la participation 
du Centre Roland Mousnier (UMR 8596), CNRS/Sorbonne Université
 de l’UFR d’Histoire et son programme international « France-Russie, regards croisés » (Sorbonne Université) du Centre de Recherches en Histoire des Slaves, Université Paris I Panthéon Sorbonne du Laboratoire Identités cultures territoires EA 337, Université Paris Diderot .

Responsable :

Francine-Dominique Liechtenhan (Centre Roland Mousnier, CNRS-Sorbonne Université ; École française de Rome). Directrice de recherches au CNRS, née à Bâle, Suisse, de nationalité française et suisse. Habilitée à diriger des recherches (Université Paris-Sorbonne [Paris IV], 1996), docteur ès lettres (Université de Bâle, Suisse, 1988…

Coordination scientifique :

Boris Vinogradov (Sorbonne Université, Secrétariat scientifique (Site internet, communication) Doctorant en Histoire à l’Université Paris-Sorbonne (École doctorale 2). Formation 2016 – en cours Doctorat en Histoire à Université Paris-Sorbonne. 2015 – 2016 – Université Paris-Sorbonne, Faculté d’histoire, Master…

Horaires : Lundi, de 18 h à 20 h, selon annonce.

k

Calendrier de l’année universitaire 2019-2020

Lundi 21 octobre : Dominique Bourel (Centre Roland Mousnier) : Abel Burja, pasteur, mathématicien et voyageur.

Lundi 2 décembre : Pavel Ouvarov (École des hautes études en sciences économiques, Moscou) : Le capitaine Jacques Margeret, mercenaire au service de la Pologne et de la Russie.

2020

Lundi 27 janvier : Pascal Cauchy (Institut d’Etudes politiques, Paris) : La coopération scientifique entre la France et la Fédération de Russie, bilans et perspectives.

Lundi 3 février : Tatiana Goncharova (Université d’État de Saint-Pétersbourg) : La vie des diplomates français à Saint-Pétersbourg et le regard qu’ils portent sur la Russie (1814‒1848).

Lundi 24 février : Rodolphe Baudin (Sorbonne Université), Wladimir Berelowitch (EHESS) : “Christophe Guillaume Koch, historien strasbourgeois de la Russie et son rôle dans l’éducation de la noblesse russe dans le dernier tiers du 18e siècle”.

Lundi 23 mars : Aleksandr Vershinin (Université d’Etat de Moscou) : Les échanges militaires entre la France et la Russie dans les années 1930.

Lundi 11 mai : Laurent Tatarenko (CNRS) : Les uniates et les orthodoxes de Pologne-Lituanie face aux autorités moscovites pendant la guerre de 1654-1667.

Lundi 8 juin : Sophie Coeuré (Université Paris Diderot) : Circulations mathématiques France-Russie à l’épreuve de la dissidence.

Juin : Table ronde sur les fonds d’archives sur l’histoire de Russie en France et sur l’histoire de France en Russie.

3

Centre Roland Mousnier, salle Pardailhé-Galabrun

escalier G, en Sorbonne, entrée rue Saint- Jacques ou 17, rue de la Sorbonne

Métro : Cluny

Conférence & Vernissage de l’exposition

Vassily Polenov et sa famille,

France comme terre de création et d’exil.

Lundi 7 octobre de 18h à 21h

Les Éditeurs Réunis, Paris

Vasily Dmitrievich Polenov est né le 20 mai 1844 à Saint-Pétersbourg dans une famille où la culture artistique a joué un grand rôle. Son père, Dmitry Vassilievitch Polenov (1806-1872), était un connaisseur de l’art, et sa mère, Maria A. MGO (1816-1895) – était un peintre école Briullov portrait talentueux, il est décédé le 18 juillet 1927  au domaine de Borok dans le région de Tula.

PROGRAMME :

19h: Mot d’ouverture par Natayala Polenova, directrice du musée national Vassily Polenov.

19h30 : Visite guidée de l’exposition pat Tatiana Mojenok. Commissaire de l’exposition, docteure en histoire de l’art, chercheur spécialsé en histoire des relations artistiques franco-russes du XIX ème siècle.

20h : Visite guidée de Natyala Solopova, scénographe de l’exposition, architecte, docteur en histoire de l’architecture et d’urbanisme.

La soirée se terminera autour du verre de l’amitié.

Voire annonce exposition sur Artcorusse : CLIQUEZ

k

LES ÉDITEURS RÉUNIS

11 rue de la Montagne Ste Geneviève, 75005, Paris

Métro : Maubert-Mutualité.

 

 

 

 

Inauguration de la Boutique BOREALIA Éd.

Lecture de contes russes & ukrainiens

Dimanche 29 septembre 2019 à 16h30

33 rue de la Villette, Paris XIXème

Ce qui a motivé la création de Borealia en 2011, c’est faire connaître les productions littéraires et cinématographiques des peuples qui portent le nom d’autochtones, peuples premiers, aborigènes…
Plusieurs années après sa création, Borealia partage avec passion avec vous des productions des régions du mondes essentiellement polaires (avec quelques incartades plus au sud chez les Mongols ou les Tekos de Guyane).
Chaque livre, chaque production de Borealia, a son histoire. Ils sont souvent le fruit de rencontres avec des personnes passionnées et passionnantes, que Borealia a envie de faire connaître.

Borealia a décidé d’avoir pignon sur rue à Paris en ouvrant une boutique près des Buttes Chaumont au 33 rue de la Villette dans le XIXème.

Plus de renseignements sur borealia éditions: CLIQUEZ

h

Estelle Delavennat est au coeur des projets de Lado. Chanteuse depuis de nombreuses années, elle assure les parties solistes pour les prestations du groupe lors des concerts. Linguiste de formation, elle aide aux membres de LADO dans le travail de prononciation de chaque chanson pour interpréter, au plus juste,  les chants en dialecte local. Elle effectue également la surveillance des traductions en français et anime ponctuellement les répétitions du groupe.

k

Venez à la boutique ” BORELIA ” située :

33 rue de la Villette, 75019, Paris

Renseignements: 06 07 62 93 77

Métro : Jourdain

 

Collections d’ouvrages uniques

 

ÉMIGRATION  RUSSE  1917 – 1947

d’Andréï Korliakov, aux Éditions Ymca-Press

 

g

André Korliakov né en 1957, en URSS à Ekaterinbourg, vit et travaille en France depuis 1991. Historien et iconographe de l’émigration russe. Il y a 20 ans en 1999 : Il a réuni, trié, scanné, retouché des milliers de clichés, tous identifiés, indexés .. Des heures de recherche, des jours, des nuits d’examens minutieux, de recoupements, pour vous servir ces albums,  certains déjà épuisés mais déja en cours de réédition, après avoir été révisés et enrichis …

Il organises des conférences avec projection de photos, des visites personnalisées sur les thèmes de l’émigration russe, salons des livres, à Paris comme en province.

Il peut retoucher vos photos anciennes.

g

Uniquement pour que la mémoire demeure, Andreï a su éditer des volumes d’une œuvre maîtresse, résidant dans l’intérêt historique du livre, dictionnaire biographique abondamment et utilement illustré. Il a réussi à dépasser l’histoire, qu’il aborde en filigrane, de la première à la dernière page, la philosophie de l’histoire, car elle pousse, lorsqu’on lit les courtes biographies (en français et en russe)et plus encore lorsqu’on observe dans le détail les photographies, à s’interroger sur son sens… ou à lui en donner un.

 

Andreï Korliakov sur le stand de Radio Courtoisie avec N. Tikhobrazoff (2018 Espace Champerret, Paris XVII°)

Andreï Korliakov, est devenu la mémoire des “Russes Blancs”, Ses livres commémorent l’exode des victimes et des opposants de la révolution bolchevique de 1917. Ils sont une référence pour les historiens, les russophones et les bibliophiles.

g

Tout démarra il y a maintenant 20ans, en 1999, avec l’édition du Volume I, épuisé, très rapidement, en cours de réédition !

En vente fin août 2019!

Vol I : Emigration russe en photos, 1917-1947, 2650 photos, 160 pg L’émigration russe en photos. Ce livre contient un échantillon de photographies prises durant l’entre-deux-guerres.
Elles concernent sans doute la meilleure part du peuple russe, celle qui à été arrachée à sa patrie.

Photos extraites du Vol I.

La plupart des clichés reproduits dans ce livre n’a jamais été publiée. De nombreuses photos sont l’œuvre d’amateurs. Elles présentent autant d’intérêt que les autres, car on peut leur appliquer ce qu’écrivait le peintre Alexandre Benois : « il y a des portraits – photos qui par leur humour et leur élégance ne le cèdent en rien aux portraits de Gainsbourg et d’Ingres, en particulier les scènes de la vie quotidienne, scènes d’intérieur ou champêtres. On ne se lasse pas de les regarder, elles suscitent un émoi particulier et offrent un instantané poétique de la vie ». Espérons que la réédition de cet album Vol I, permettra de ressentir à nouveau le souffle de cette époque difficile, à la fois tragique et douce, et de se représenter visuellement les émigrés russes, tels qu’ils étaient en ces années-là.

g

Ce premier ouvrage publié en 1999 est exclusivement en russe. Il fait partie de la collection d’ouvrages sur l’émigration russe. Il sera réédité avec toutes les légendes des photos en français et en russe, comprenant de nouvelles images découvertes  et de 160 pages il passera à 200 pages.

Réédition pour la rentrée 2019, à l’occasion des 2O ans de cette merveilleuse collection et à la mémoire de la mère d’Andreï Korliakov et de son père.

Les parents d’Andreï Korliakov :
Tatiana Kapitonova & Alfred Korliakov

Le premier ouvrage avait été financé en grande partie par sa mère, qui vivait avec son mari à Ekaterinbourg et Andreï, lui,  à Paris. Elle n’avait aucune notion de l’existence des Russes Blancs, elle fit confiance à son fils, dans cette démarche insolite et inhabituel de rétablir l’histoire, tout au moins un pan ignoré pas la majorité du monde, surtout en Russie

3

Dés maintenant commander votre réédition du Vol I

Expédition du colis le jour même de réception du règlement. Références de suivi ou recommandé communiqués par courriel. Le délai de réception est de 48 heures à 10 jours. Le colis est soigné : les albums et surtout les angles sont protégés avec du papier-bulle. La boîte du COLISSIMO RECOMMANDÉ est très solide et supporte facilement 1-3 albums.

Toutes les livraisons à Paris sont gratuites !

Préciser si vous voulez une dédicace de l’auteur.  Possibilité d’envoi en Amérique (USA, Canada, Argentine…) par bateau, au prix de 15 euros ( l’envoi prend de 2 à 3 mois)

Adressez la commande à : korliakov@emigrationrusse.com

” L’ÉMIGRATION RUSSE en PHOTOS” VOL I bis

50€

Plus de renseignements: CLIQUEZ

 

3

Prochainement va sortir le Volume VII

3

Plus de renseignements sur Emigration Russe et Andreï Korliakov: CLIQUEZ

Librairie les Éditeur Réunis, Ymca Press

11 rue de la Montagne Ste Geneviève, 75005, Paris

Tél: 01 43 54 74 46

Horaires :du mardi au samedi – de 10 h à 18 h 30

 

 

Exposition

Larissa Noury

” Saveurs de Couleurs Parfumées “

Mardi 10 septembre – jeudi 10 octobre 2019

EDNH Diderot Éducation

 

Larissa Noury fondatrice de l’Association CEC est architecte, diplômée de l’École polytechnique de Minsk, et artiste. Elle expose régulièrement en France et à l’étranger. En 2004, elle a soutenu une thèse de doctorat en histoire de l’art à l’université de Bordeaux intitulée : Rôle de la polychromie dans l’environnement architectural et spatial de la ville (président du jury, Michel Pastoureau). Elle a réalisé plusieurs études chromatiques pour des villes, notamment à Caen, à Vilnius, à La Rochelle, à Daegu en Corée et à Yaoundé au Cameroun, Montbard en Bourgogne et Joinville en Champagne. Elle a été chercheur invitée à l’Institut scandinave de la couleur à Stockholm de 1994 à 1996, et a enseigné la couleur comme professeur invitée à l’université de Bordeaux III et à l’École supérieure des arts et techniques de Paris. Actuellement Professeur de la Couleur à l’Ecole ITECOM ART&DESIGN, Paris, elle participe régulièrement à des colloques sur la question de la couleur dans la ville. En 1997, elle a obtenu le grand prix de la Fondation Soros (États-Unis) pour son projet Écologie de la couleur et stratégie environnementale, préfigurant la création d’un centre international de la couleur.

Distinction : Grand Prix de l’Institut Suédois, Stockholm,  Médaillle d’Argent de la Société Académique ”Arts-Sciences-Lettres”, Médaillle d’Or, Concours International Lèpine, Foire de Paris 2019.

Larissa Noury recevant le Prix Lépine 2019.

Plus de renseignements : CLIQUEZ

Vernissage et défilé de l’exposition

jeudi 12 septembre 2019 à 19h

3

EDNH

8 rue Hautefeuille, 75006 Paris

Métro : Odéon, Saint Michel

Le Cercle du bon sens

Interview d’Anna Gichkina et de Maximilien Friche

Jeudi 26 septembre 2019 à 18h30

Retsaurant le Mandala, 67000, Strasbourg

Anna Guichkina vient de sortir son ouvrage:

” L’Europe face au mystère russe:transcendance, nation,littérature. “

 Plus de renseignements: CLIQUEZ

§z§

L’Impasse du salut est un roman qui nous parle de nos contemporains et de notre postmodernité mieux que la plupart des essais philosophiques ou sociologiques qui se sont donné pour mission de les décrire. Mais ce n’est pas là son plus grand mérite.

Son auteur Maximilien Friche est : écrivain, rédacteur en chef de Mauvaise Nouvelle, Directeur littéraire des éditions Nouvelle Marge.

3

Restaurant Le Mandala

14 Rue du Faubourg de Savernes, 67 000 Strasbourg

Tél :  03 88 10 18 18

 

 

 

Visites guidées de

la Maison de Marina Tsvetaeva à Vanves

Samedi 21 septembre 2019 – 11h – 14h – 16h

Dimanche 22 septembre 2019 – 11h – 14h

Concert poétique dimanche à 17h

 

Marina Tsvétaïéva (1892-1941) est aujourd’hui reconnue comme l’un des grands poètes du XXe siècle. Femme de tous les paradoxes, à la fois russe et universelle, prosaïque et sublime, elle commence très jeune à écrire et à publier. Prise dans la tourmente révolutionnaire après l’écrasement de l’Armée blanche dans laquelle son mari s’est engagé comme officier, elle vit un douloureux exil de dix-sept ans à Berlin, à Prague, puis à Paris. De retour dans son pays natal en 1939, elle se suicide deux ans plus tard. Il est des talents si impétueux que les évènements les plus dévastateurs de l’histoire ne sauraient les étouffer. Réduite à néant par la terreur stalinienne, Marina Tsvétaïéva ne cesse aujourd’hui de revivre et de rayonner. Cette « Danseuse de l’âme », ainsi qu’elle se nommait, traverse, subit et transcende les malédictions de l’Histoire comme une comète fracassée. Par sa poésie, fulgurante, rétive et exaltée, elle fraternise d’emblée avec toutes les victimes. La singularité tragique de son itinéraire, d’une indestructible intégrité, garde aujourd’hui toute sa charge libératrice.

Marina Tsvetaeva a vécu avec sa famille au deuxième étage de la maison toujours visible au 65, rue Jean-Baptiste Potin à Vanves de 1934 à 1938.  Elle y a écrit plusieurs œuvres majeures, notamment le poème “La Maison”, qui immortalise ce lieu. Une plaque commémorative a été apposée en 2010 sur la façade de cette émouvante demeure.

.

k

Concert chant et piano autour de la vie et de l’œuvre de Marina Tsvetaeva

Concert autour de la vie et de l’oeuvre de Marina Tsvetaeva avec Lessya Tyshkovska (chant) et Florent Delporte (piano).

3

Maison de Marina Tsvetaeva

65, rue Jean-Baptiste Potin, 92170,  Vanves

 

Lundi 2 septembre 2019,

Commémoration du 15ème anniversaire

de l’attentat terroriste de Beslan.

Centre Cultuel et Culturel  Orthodoxe Russe, Paris

.

Nous vous invitons  à participer aux cérémonies, anniversaires de l’attentat terroriste contre les 1125 enfants de Beslan, et d’hommages aux  victimes du  même terrorisme islamiste de Paris et  Nice.
k
17h Cathédrale  de la Sainte Trinité: Office religieux “Mémoire Éternelle” , pour les disparus de Beslan  et  pour les victimes  des attentats de   Paris et de Nice
 (Père Ioan Dimitrov et  chœurs  de la liturgie orthodoxe,  dirigés par Michel Grabar)
.
18 H Amphithéâtre du Centre Culturel:  cérémonies civiles : 
Hommages  à toutes les victimes  du même terrorisme islamiste Beslan Paris Nice. Témoignage du Doct Rochal, négociateur
19 H  Dialogues avec les intervenants et  verres de l’amitié.
3
Pour faciliter les préparatifs et la logistique, confirmer votre
présence auprès de la seule association habilité dont le Président
est Henri-Paul Falavigna
contact@enfantsdebeslan.fr
Créée en septembre 2004, à l’appel de la Croix Rouge Internationale à Genève.
h
Commémoration le 3 septembre 2019 à Beslan.
Lacher de ballons.
Entrée du gymnase lieu de l’attentat.
Intérieur du gymnase
Intérieur du gymnase
Centre du gymnase .
Procession vers le cimetière
Arrivée au cimetière.
Monument à la mémoire des enfants morts.
k

Centre culturel et spirituel Orthodoxe russe du quai Branly

1 quai  Branly 75007 Paris

Métro : Alma Marceau,  RER Pont de l’Alma

Montparnasse russe

Balade guidée avec Dimitri Pylaev

Samedi 21 septembre 2019 

RDV M° Odéon à 14h.

Les années 20, appelées les “Années folles”, font de Paris la ville la plus cosmopolite de la planète. Et c’est le quartier de Montparnasse qui devient le cœur de la vie intellectuelle et artistique de cette ville en pleine effervescence.

Ce qui s’y est passé en à peine une dizaine d’années a eu un impact colossal grâce à des artistes de génie dont les noms sont mondialement connus: Braque, Modigliani, Cocteau, Dali, Foujita, Picasso, Chagall, Zadkine, Soutine… Au cours de notre balade commentée, nous ferons revivre cet âge glorieux de Montparnasse et connaîtrons l’histoire de ses célèbres habitants.

Bien sûr les artistes intellectuels russes seront plus particulièrement à l’honneur!

La balade nous conduira à la mythique brasserie La Coupole pour une pause gourmande…

Réservation obligatoire par mail avant le 14 septembre

3

Tarifs: 10€, réduit : 7€

Pause goûter La Coupole : 15€

 Courriel : associationmirfrancorusse@gmail.com

 

Dernière représentation

” Le Petit Prince est de retour “

par le GargilesseBand

Samedi 10 août 2019 à 20h

Église St Pierre, 36190 Dampierre

 

En juillet 2019, l’association est aller présenter un spectacle “Le Petit Prince est de retour” par le GargilesseBand, dans le cadre du Festival des Enfants du Monde, dans la région de Perm, pour les enfants des orphelinats, familles d’accueil, centres pour enfants malades.
Voir l’article sur Artcorusse: (CLIQUEZ)
Plus de renseignements sur l’Association Pour Kungur : CLIQUEZ
g
Eglise Saint Pierre à Dampierre se trouve sur la commun de Gargilesse- Dampierre à 5 km du bourg de Gargilesse, dans l’Indre en région Centre Val de Loire.  Elle fut construite entre le XIIème et le XVIIème siècle. Église romane, très belle dans ses proportions, a un clocher caractéristique en bardeaux de châtaignier ; dans la chapelle droite, pierre tombale de Pierre de Muzard ( vers 1595-1631), seigneur de Chanlebon et de Forges. Elle est inscrite depuis le 11 mai 1932 aux monument historiques.

Sortie en salle

 Mercredi 24 juillet 2019

“GIVE ME LIBERTY”

de Kirill Mikhanovsky

Le réalisateur Kirill Mikhanovsky livre son troisième film, une comédie touchante et vivifiante, inspirée par les expériences de sa propre jeunesse. L’action se déroule en une journée.

L’histoire de trois générations d’émigration russe, de petits spéculateurs et de charmants marginaux qui se retrouvent dans un minibus en route pour des commémorations bruyantes.

Chris Galust: VIC et Lauren “Lolo” Spencer: TRACY

” Vic, malchanceux jeune Américain d’origine russe, conduit un minibus pour personnes handicapées à Milwaukee. Alors que des manifestations éclatent dans la ville, il est déjà très en retard et sur le point d’être licencié. A contrecœur, il accepte cependant de conduire son grand-père sénile et ses vieux amis Russes à des funérailles.

En chemin, Vic s’arrête dans un quartier afro-américain pour récupérer Tracy, une femme atteinte de la maladie de Lou Gehrig. C’est alors que la journée de Vic devient joyeusement incontrôlable. “

g

Kirill Mikhanovsky
Né en Russie, à Moscou, Mikhanovsky a immigré très jeune avec ses parents aux USA, où il a étudié la linguistique et l’anthropologie à UWM. Il enchaîne les petits boulots et a notamment été conducteur de véhicule pour personnes handicapées. En 1999 il est apparu au cinéma comme acteur.

 En 2006, il fait ses débuts dans la réalisation avec le drame ” Dreams of Fish “, Sonhos de Peixe, son premier long-métrage au Brésil, qui a remporté le prix Regards Jeune lors de la Semaine de la critique du festival de Cannes.

En 2012, Mikhanovsky est devenu l’un des auteur du scénario de l’adaption cinématographique moderne de l’histoire d’Alexandre Puchkine : ” Dubrovsky “.

Ancien étudiant du programme cinématographique de NYU et du Sundance Institute Screenwriters Lab, il a fondé Give Me Liberty Productions avec Alice Austen (scénariste et productrice de Give Me Liberty) en 2015.

Présentation de “Give me liberty” à la presse.

 Son court métrage Inhale Exhale est présenté au Festival du Documentaire d’Amsterdam IFF, au Festival de Clermont-Ferrand et au Festival de Khanty-Mansiysk (Russie) où il remporte le prix spécial du jury. Il prépare Coming To You, actuellement en postproduction, qui a bénéficié de la bourse du Sundance Institute.

Forum Culturel Franco – Russe

27 juin – 4 juillet 2019

Paris – Moscou – Novossibirsk – Bobigny.

d

Le Centre ArtimA est dirigé par Maria Christiany ,violoniste-concertiste, diplômée de CNSM de Paris (Certificat d’Aptitude) et de Conservatoire de Tchaikovski à  Moscou et par Jean-Michel Christiany ( professeur de mathématiques certifié)

      Centre ArtimA est ouvert à tous ceux qui s’intéressent à la culture russe.

d

Séries de concerts:

Dimanche 30 juin à 18h

MCA, rue Bleue, Paris

d

Mardi 2 juillet à 16h

Conservatoire de Bobigny

d

Mercredi 3 juillet à 19h

Centre Culturel d’Azerbaïdjan

d

Jeudi 4 juillet à 16h

Eglise de la Madeleine, Paris

3

MCA,

17, Rue Bleue,

75009, Paris

Plus d’Informations: 06 40 11 18 47