Informations

Cérémonie officielle de remise du

13ème Prix Russophonie

Samedi 16 février 2019

Le Prix Russophonie est un prix qui récompense la meilleure traduction d’un ouvrage littéraire du russe en français, quelle que soit la nationalité de son auteur. Le jury est composé d’universitaires, des journalistes et d’écrivains.

Le jury 1019 était composé de : Elène Balzamo, Gérard Conio, Françoise Genevray Natalia Jouravliova et Irène Sokologorsky, avec Christine Mestre, directrice du Prix Russophonie.

Créé en 2006 à l’initiative de la Fondation Eltsine et de l’Association France-Oural, le Prix Russophonie a pour ambition de contribuer à promouvoir la littérature en langue russe, à mieux faire connaitre ses acteurs : auteurs, traducteurs, éditeurs et à créer un lien culturel fort entre la Francophonie et le monde russophone.

 

Les Cinq traducteurs sélectionnés pour le prix avec les membres du jury lors de la remise du Prix: Sophie Benech, Marie-Luisa Bonaque, Hélène Henry et de Frère Bertrand Jeuffran.

Cette année trois anciennes lauréates au palmarès sont avec deux nouveaux venus, tous deux issus d’une maison d’édition renaissante qui vient s’ajouter à celles récemment crées (Louison, Mirobole, Augullo, Macha Publisching) et qui donnent toutes les raisons d’envisager avec confiance l’avenir de la littérrature russe en France… ( Christine Mestre, directrice du Prix Russophonie).

La remise du prix s’est déroulée en présence du ministre conseiller auprès de l’ambassade la Fédération de Russie, Monsieur Artem Studenniko.

d

Du directeur du Centre Russe pour la Science et la Culture  Monsieur Constantin Volkov.

d

Et de Madame Florence Berthout, maire du Vème arrondissement.

d

Christine Zeytounian-Beloüs, lauréate 2019.

Christine Zeytounian-Beloüs, régulièrement présente au palmarès, est lauréate en 2019 de son 2ème Prix Russophonie pour “ L’IMPARFAIT du TEMPS PASSÉ “ de Grischka Bruskin. Christine Zeytounian-Beloüs, est née à Moscou. Sa famille s’installe en frane alors qu’elle avait 6 ans. Elève de l’École Normale Supérieure, elle choisit de se consacrer à la littérature. Elle publie de nombreux textes de poèsie en russe et en français dans des revues et des recueils collectifs et un recueil “Khiscnye dni“. Elle est membre du groupe poètique russe DOOS, elle est l’auteur de très nombreuses traductions, de la littérature classique et contemporaine dont V. Makanine ( le Retardataire, l’Intermède, La Brêche…..) Elle est également peintre et illustratrice, pour les éditions Flammarion, La Différence et de nombreux journaux.

En décernant cette année ce Prix au livre de Grisha Bruskin, le jury à choisi une œuvre qui répond au principal critère de sélection, à savoir la convergence entre la qualité du texte et la qualité de la traduction.

 

L’Imparfait du temps passé appartient à cette forme de récit qui dans le monde russe s’inspire de la tradition orale, part d’un « discours improvisé » : réel, imagination, histoire, mythologie et religion, humour, larmes et nostalgie… tout élément se fond dans une infinie tendresse humaine. Cette promenade dans le temps passé s’ouvre sur un questionnement fondamental pour tous ceux qui se sont jamais posé la question d’écrire.

« Dans ma jeunesse, écrit Bruskin, lisant mes livres préférés, je pensais souvent : “Ces auteurs ont vraiment de la chance d’avoir connu une enfance si marquante et riche en événements. Une vaste source d’inspiration pour leur œuvre littéraire.” Je me disais : “Si l’envie me prend d’écrire un livre, que pourrais-je donc tirer de ma vie d’enfant, tellement ordinaire et banale ?” » Mille choses extraordinaires, répond le lecteur, telles qu’elles lui sont apparues au cours de cette confession sentimentale et artistique : trahisons de l’enfance, premier dessin du père de la nation, Staline, les quatre sœurs aînées, premières amours, camps de pionniers socialistes…

h

Madame Florence Berthout, maire du V ème arrondissement, félicitant Christine Zeytounian-Beloüs en présence de monsieur Dimitri de Kochko, Président de France-Oural, organisateur du Prix Rusophonie et des 10èmes Journées Européennes  du Livre Russeet des Littératures Russophones.

h

Concours de traduction du russe au français

d’une œuvre de Tourgueniev

participants de moins de 18 ans.

Envoie avant le 15 mars 2019

 

Nous vous invitons à participer au concours de traduction du russe en français que l’association Tremok organise avec le Centre Pouchkine. Le texte choisi est celui du plus français des écrivains russes Ivan Tourgueniev dont la communauté internationale a célébré le bicentenaire de sa naissance en 2018.

Pour la catégorie « enfant » (âge limite 18 ans) il est proposé un extrait de la nouvelle « Moumou ». C’est un des moments les plus émouvants où Guérassime recueille un petit chiot et y trouve une consolation après avoir subi un des caprices de sa propriétaire qui l’a séparé de la femme qu’il voulait épouser.

La nouvelle « Moumou » a été publiée en 1854. Selon plusieurs études , cette histoire est vraie.
Guérassime était un serf, un sourd-muet qui a vécu dans le domaine de la mère de l’écrivain, une riche propriétaire terrienne. Tourgueniev a tracé son portrait impitoyable au travers de la vieille aristocrate aigrie et excentrique. Depuis son enfance Ivan Tourgueniev a gardé de mauvais souvenirs de l’institution du servage en Russie. Impuissant devant une telle injustice, toute sa vie il a dénoncé cette institution honteuse de la Russie. Ses seules joies étaient la nature, les parties de chasse et le contact avec le peuple dont il parle dans ses « Mémoires d’un chasseur ».

b
Résultats proclamés
Samedi 27 avril 2019, M.J.C. Jean Savine à Villers les Nancy 54600. sous la prési dence de Marc Zviguilsky, (Pdt du musée Tourgueniev de Bougival).
b
Envoie avant le 15 mars 2019,
Format: texte en Word, doc ou PDF, Ne pas omettre de joindre vos coordonnées.
Courriel: concours.traduction.nancy@gmail.com
g

M.J.C. Jean Savine

 3 Boulevard des Essarts, 54600 Villers-lès-Nancy

 

Eglise russe de la Présentation de la Très Sainte Mère de Dieu au temple,

Le choeur de la paroisse située au 91 rue Olivier de Serres, 75015 Paris, fut dirigé jusqu’en 1961 par Théodose Spasky ; puis se succédèrent jusqu’en 1968 ses fils S. et N. Spasky, M. Javoronkov, A. Kirianenko, Z. Sérikoff, A. Sérikoff, M. Davidenkoff, A. Ciolkovitch et T. Smolensky.

Depuis 1968, Oleg Lavroff est le chef de choeur de l’église de la Présentation.

Le grand chœur de la Présentation de la Très Sainte Mère de Dieu au temple, a été fondé en 1988 par Oleg Lavroff à l’occasion du millénaire du Baptême de la Russie.

Le grand chœur est issu du chœur de la paroisse (une quinzaine de personnes), qui assure les offices de manière permanente.

Le chœur s’est donné pour but de faire connaître la beauté et la richesse du chant liturgique orthodoxe russe et de perpétuer ainsi la tradition transmise par les émigrés russes installés en France après la Révolution russe.

Nadia Lebedeff (assise) avec la chorale.

 g

Cette église, construite de 1933 à 1935, fait partie des constructions de l’œuvre des Chantiers du Cardinal. Elle est en béton armé à remplage de briques  l’époque de saint Antoine. Le clocher, d’une hauteur de 46 mètres, est flanqué de 4 statues: St François, St Louis, Ste Claire et Ste Elisabeth réalisée par Raymond Delamarre et Élie-Jean Vézien (qui sont également auteurs des statues de l’intérieur).  Les vitraux ont été dessinés par Robert Poughéon et réalisés par Louis Barillet. Le chœur est décoré d’une fresque de Jean Bernard.

R

 

Eglise St Antoine de Padoue

52 Bd Lefevre, 75015  Paris

métro: 12 Porte de Versailles

Tram 3a Georges Brassens – je

Visite du musée Jacquemart – André

Jeudi 14 février 2019 à 19h
Coupe de champagne au Grand Salon & concert:
 ” Trio Makarenko “
Musique Russe: “Voyage à Saint-Pétersbourg”.

 

Trio Makarenko(de gauche à droite): Micha, Anne & Pierre.

Reconnu par le monde musical comme l’une des formations les plus étonnantes, le Trio Makarenko , Micha, Pierre & Anne Makarenko : Balalaïka, Hautbois et Piano, envoûte les mélomanes les plus exigeants. Virtuosité, rythme, équilibre des instruments, le répertoire de la musique russe qu’ils défendent fait l’unanimité dès la première pièce qu’ils offrent à leur auditoire. Invités récemment à la Philharmonie de Berlin où ils ont joué à guichet fermé, ils reçurent   ” l’ovation ” d’une salle convaincue de s’être rendue, l’espace d’un concert avec eux, … à St Pétersbourg !

 

A l’origine ils étaient “Le Duo Piano-Balalaïka” engagant une formidable croisade pour faire connaître et aimer la balalaïka et la musique russe. Le duo est invité en France, à Paris (Gaveau, Châtelet, Pleyel, Cortot, Musée Jacquemart-André…), à l’étranger, au Maroc, en Suisse, Italie, Belgique, Espagne…, dans des festivals renommés (Besançon, Sceaux, Le Suquet, Vannes, la Puisaye, Tahiti, Île Maurice, La Réunion, Caraïbes). Anne et Micha Makarenko interviennent également dans des émissions à la radio et à la télévision et lors de conférences sur l’histoire de la balalaïka. Ils sont très présents en Russie où ils ont joué à la salle Glinka de Moscou, à la Grande Philharmonie de Saint-Pétersbourg et à la télévision : la critique et le public les plébiscitent.

Le Duo devient un Trio lorsque Pierre, leur fils, jouant du hautbois, les rejoint en 2000 à l’occasion du festival du millenium à Louxor, organisé par France Clidat. Depuis, c’est en Trio qu’ils parcourent le monde.

X

Musée Jacquemart-André.

Commandé en 1868 à l’architecte Henri Parent de cet hôtel particulier par Édouard André.

Il avait acquis un terrain de 5 700 m2pour la somme considérable de 1 520 000 francs. Les travaux, se déroulent de 1869 à 1875, créant un hôtel dévolu aux fêtes et à la réception, équipé de toutes les commodités modernes, dans un décor théâtral.

En 1872, E. André amateur d’art, ayant  racheté la gazette des Beaux Arts  et à la direction de l’Union Central des Arts Décoratifs; il a le projet de constituer une collection de tableaux, de sculptures, de tapisseries et d’objets d’art du XVIIIe siècle. En 1881 il épousa Nélie Jacquemart, une jeune artiste peintre qui s’associa aux projets de son mari.

Ensemble, ils constituèrent méthodiquement leur collection, Nélie s’intéressant plus particulièrement à la peinture italienne, des primitifs des XIVe et XVe siècles à la Renaissance. En 2894 Edouard André décède, Nelie prévoit alors de léguer l’hôtel à l’Institut de France,  afin de préserver l’intégrité de sa collection et de la faire découvrir au plus grand nombre, à condition qu’il fût ouvert au public et transformé en musée.  Depuis 1913 , date effective du legs, l’Institut de France et la Fondation Jacquemart-André s’efforcent de conserver, protéger et valoriser ce patrimoine,

En 1995 l’Institut de France confie la gestion du musée à la société Culturespaces, qui gère la mise en valeur des espaces et des collections et qui organise des expositions temporaires, l’accueil des visiteurs, la communication…

Musée Jacquemart André

158 boulevard Haussmann, 75008 Paris

Tarifs: 48€50

Réservation: ( CLIQUEZ )

Première fois à Paris, concert unique de

“Valeriya”

26 février 2019 à 20h

 

Casino de Paris, Paris

 

Valériya est une chanteuse avec une voix très forte et belle! Elle est lauréate de 13 prix « Grammophone d’or », quatre prix « Muz-TV » (« Meilleure interprète 2004 », « Meilleure interprète 2010 », « Meilleure vidéo 2014 », « Meilleure interprète de la décennie 2015 ») et de deux récompenses MTV Russia Music Awards. Elle a obtenu 13 fois le prix de la « Chanson de l’année ».
Le secret du succès des concerts de Valeria ? En plus de magnifiques chansons (son répertoire est constamment enrichi de nouveaux hits) et d’une tessiture de deux octaves et demi, elle offre à ses spectateurs un show inoubliable.

Son programme est  “Le chemin du soleil” – tous les meilleurs vieux et nouveaux succès!  Spectacle crée par Andreï Sytchev, en décembre 2017.

b y b

Casino de Paris 
16 rue de clichy, 75009 Paris

Métro: Trinité

Tarifs: de 55 à 115€

Billets en ligne: vladimir-events.com
tel. pour les réservations: 06 16 12 63 55

Ensemble de danse “Obraz”

“Les Quatre Saisons en Russie”

r

 

Samedi 26 janvier à 19 h,

L’Antéres à Vauréal

r

 

Dimanche 27 janvier à 15h30 

Forum Armand  Peugeot  à Poissy

 

L’ensemble de danse « Obraz » a été créé en 1996 par Elena Golub à Kalouga, en Russie. En 2001, il a reçu le titre honorifique de l’Ensemble populaire. L’ensemble réunit des passionnés de danse de 4 à 35 ans.
L’école de danse « Obraz » forme des danseurs universels qui sont capables d’interpréter des danses classiques, traditionnelles russes et danse de caractère du monde.

Direction artistique : Elena Golub

Chorégraphes : Nikolaï Sorokine, Svetlana Gourouleva, Elena Ivanichina et Olga Chemarykina

Durée : 2h avec entracte – buffet avec spécialités Russes.

 

Le spectacle « Quatre saisons en Russie » vous fera voyager à travers le pays à différentes époques de l’année et découvrir les fêtes et les traditions de nombreuses régions russes

Au programme :

Kalinka, Valse de neige, Souvenir russe, Lezginka, Danse tzigane et autres.

h

26 janvier: Cinéma L’Antarès,  1, place du Coeur battant à Vauréal

h

27 janvier: Forum Armand Peugeot, 45, rue Jean-Pierre TimbaudPoissy 78300 

Métro : Poissy  

Tarifs:15€ plein tarif/ 10€ tarif réduit

Billeterie: CLIQUEZ

Informations : linguarik@gmail.com – 06 31 89 97 50

“Noël Russe”

Dimanche 6 janvier 2019 à 12h

Hôtel de l’Ange, Guebwiller.

 

Fêter Noël orthodoxe russe à l’Hôtel de l’Ange à Guebwiller !

Déjeuner russe surprise : apéritif, entrée, plat, dessert, boissons. Tarif : 35 euros tout compris !

Chansons russes traditionnelles interprétées par Anna Gichkina et Franco Fancello ! + deux artistes invités :
– Éric Kaija Guerrier, cofondateur et ancien membre du groupe de chanson française Weepers Circus.
– Nadejda Medvedeva-Martini, pianiste et interprète des romances russes.

Célébrons ensemble l’amitié franco-italiano-russe !

 

Réservation obligatoire au 03 89 76 22 11

.

gggg

.

Hotel de l’Ange

Rue de la Gare, 68500 Guebwiller

.

Ciné Russia de Niort

 

La Dame de Pique”

 

de Pavel Lounguine

 

Lundi 21 janvier 2019 à 20h

 

 

La Dame de Pique, l’un des sujets les plus russes qui soient, adaptation moderne de Pouchkine et Tchaïkovski qui met à nu les vertiges de l’âme humaine. Un livre, un opéra, un film, trois Dames de Pique. Trois compositeurs. Saint-Saëns pour le leit motiv, Kozma Bodrov pour la partie moderne, et Tchaïkovsky pendant les répétitions et le final de l’Opéra, seule scène de l’opéra qui est montrée achevée dans le film.Le tournage a eu lieu de mars à juillet à Moscou. Le tournage a duré 60 jours, dans 20 lieux différants. Pour le film, un théâtre a été spécialement construit à Mosfilm et un casino a été construit à Plyushchikha

Duré du film: 120 mn.

Les acteurs: Ksenia Rappoport (Sophia Mayer) , Ivan Yankovski (Andrei), Maria Kurenevitch (Liza ), Igor Mirkurbanov (Oleg,) Natalia Kolyakanova (Elvira) …

Un jeune chanteur d’opéra rêve d’interpréter le rôle de Guerman dans l’opéra de Tchaïkovski “La Dame de pique”. Une nouvelle inattendue va bouleverser sa vie : une célèbre diva européenne, Sofia Mayer, vient monter cet opéra et interprétera le rôle de la comtesse. Le chanteur a une chance de réaliser son rêve. Pour plaire à la diva il décide d’apprendre tout sur elle. Mais sa filature va avoir des conséquences imprévues…”

Film sortie en Russie en 2016, il a été nominé en 2017 pour le Prix Nika dans quatre nominations, dont le meilleur film de fiction. Quatre nominations pour le prix Golden Eagle 2017 et deux statuettes pour le meilleur rôle masculin au cinéma et la meilleure œuvre de l’artiste pour le maquillage et les effets spéciaux en plastique.

fffff

Ksenia Rappoport est née le 25 mars 1974 à Leningrad. Elle entre à l’Académie des arts du théâtre de Saint-Pétersbourg. En 2000, elle a obtenu son diplôme de la classe de V. M. Filshtinsky à SPSATI et a immédiatement commencé à travailler au théâtre dramatique Maly de Saint-Pétersbourg. Ksenia est actuellement l’une des actrices principales du MDT. Elle a joué le rôle de Nina Zarechnaya dans «La Mouette», les filles dans «La claustrophobie», Sophia dans «Un jeu sans nom», Béatrice dans «Le serviteur de deux maîtres». En 2003, Ksenia Rappoport a reçu le prix Golden Soffit du meilleur rôle féminin (Elena Andreevna dans Uncle Vanya). Au début des années 2000, Rappoport a joué dans plusieurs productions au Théâtre dramatique d’État sur Liteiny.

hhhh

 

Monique HELVADJIAN
 
Monique HELVADJIAN se consacre très tôt à la musique en général (étude du piano) et l’art vocal en particulier. Diplomée en 1969 du conservatoire national de Poitiers, de 1969 à 1987, elle suit différents cours privés et obtient durant cette période une troisième place au concours national de l’U.F.A.M à Paris (Union des Femmes Artistes et Musiciennes), un premier accessit au concours national Léopold BELLAN à Paris ainsi qu’une première médaille à l’unanimité au concours Musical de France. Artiste lyrique, Monique HELVADJIAN partage actuellement son temps entre l’enseignement du chant, de la technique vocale, les récitals et les concerts.

hhhh

 

Pavel Lounguine vit en France, il a quitté la Russie en 1990. Vivre hors du pays natal n’est pas une donnée inconnue pour l’artiste, fort attaché à sa culture d’origine, comme en témoignent ses longs métrages. Pavel Lungin n’a réalisé le premier film qu’à l’âge de 40 ans, le cinéma de Lounguine n’évite pas celle de son temps, de la fin du communisme (Такси блюз, 1990) aux dérives mafieuses (Олигарх, 2006), la religion avec “l’Ile, primé en 2007.

CGR Cinéma

Place de la Brèche, 79000 Niort

 

 

“BALALAÏKA – MIX”

 

Samedi 5 janvier 2019 à 20h

 

Les Ponts de Cé. Maine et Loire

 

rtrtrtrtrtr

 

Le duo “Balalaika MIX” a été créé fin 2012, par Anton Kabunin et Igor Oryadin, associant l’énergie des hommes à des mélodies populaires. Duo vraiment unique, car il n’y en a pas d’autres analogues dans aucun pays. Le répertoire des musiciens comprend de nombreux succès connus d’autres artistes et leurs propres œuvres personnelles, interprétées dans le traitement de la danse moderne. Les musiciens soumettent magistralement leur instrument, pour lequel l’auditeur se fige simplement de stupéfaction de ce qu’il a entendu. Ils refont complètement le son habituel d’un instrument à cordes. Anton, avec Igor, accompagne ses performances avec un nouveau style et un art unique.

rtrtrtrtrtr

 

Selon une légende locale, la ville, divisée en deux parties par la Loire enjambée par une multitude de ponts, aurait été construite par César. Quelqu’un voulut la baptiser « Les Ponts de César ». En réalité, l’élément  représente le nom primitif du village voisin. En 869, le roi Charles le Chauve construit un pont fortifié aux Ponts-de-Cé, afin de bloquer la remontée de la Loire aux pillards vikings. Le 7 août 1620 eut lieu la bataille des Ponts de Cé, connue également sous le nom des « Drôleries des Ponts-de-Cé », entre les partisans du roi Louis XIII et ceux de sa mère Marie de Médécis, que son fils avait écartée de la Régence trois ans plus tôt, et qui tentait de revenir au pouvoir. Par la défection de certains de ses alliés, les troupes de Marie de Médicis furent bientôt sans commandement avant le combat. L’armée royale n’eut plus qu’à disperser ses fantassins dans une « drôlerie » générale.

Salle, 5 rue Marceau, 49130 Les-Ponts-de-Cé

Tarifs incluant zakouski et boisons: 25€

Réservation: 06 29 33 39 97

 

2 Romanes Le Dernier Cirque Tzigane 2

 

La  TRAPEZISTE  DES  ANGES ! ” 

Samedi 22 décembre 2018 ! à 16h et 20h30

 

FOLIE  TZIGANE  EN  ZONE  LIBRE ! “

Lundi 31 décembre 2018 à 21h

 

La famille Romanes organise un Grand Réveillon… Ambassadeur sérieux de la Culture Tzigane et Gitane, Alexandre Romanès met en lumière une communauté mal comprise, à travers ses spectacles poétiques, remèdes efficaces contre la mélancolie… Des évènements à ne pas manquer dans la Capitale !

ggg

” La  TRAPEZISTE  DES  ANGES ! ” 

Alexandra , « La Trapéziste des Anges » , 5ème fille d’Alexandre et de Délia, vous fera faire un voyage poétique hors du Temps !
Autour d’elle, trapèze, funambule, jonglage, cerceaux diamantine, les musiques et les danses Tziganes des Balkans… Et un chat qui se promène sur la piste et qui fait des bêtises quand il en a envie, car ce n’est pas « horreur » du dressage…
Sous le ciel du Cirque Romanès, toute la tribu est reunie, d’autres cousins et cousines sont venus les rejoindre pour vous faire partager la joie de vivre … Et les plus jeunes redoublent d’énergie pour vous émerveiller !

SCÉANCES

Samedi 22 décembre à 16h et 20h30
Dimanche 23 décembre à 16h et 20h30
Lundi 24 décembre à 16h et 20h30
Mardi 25 décembre à 16h et 20h30
Mercredi 26 décembre à 16h et 20h30
Jeudi 27 décembre à 16h et 20h30
Vendredi 28 décembre à 16h et 20h30
Samedi 29 décembre à 16h et 20h30
Dimanche 30 décembre à 16h et 20h30

ggg

« FOLIE TZIGANE EN ZONE LIBRE ! »

En Roumanie, il parait que démarrer une année avec des Gitans porte bonheur ! Et si c’était également le cas en France ?
La Famille Romanès au grand complet avec d’autres artistes, organise le Grande Réveillon Tzigane!

Alexandre Romanes dit en souriant : « Dans les tribus gitanes toutes les femmes sont des Reines ».
Après la représentation du spectacle « La Trapeziste des Anges ! »,toute la nuit vous pourrez manger des
côtelettes de mouton sur le barbecue, des choux farcies des Balkans, plus une grande variété de plats… vins et
boissons à volonté !!!
Vous passerez la nuit avec la Famille Romanès et son Ensemble de musique Tzigane des Balkans, qui vous fera
danser jusqu’à l’Aube. De nombreux artistes invités se joindront à la fête : danseuses
tziganes du monde, danseuses orientales, danseuses flamenco, fanfare Tzigane de l’Europe de l’Est, chanteuses…

  •  Au programme :
  • spectacle du Cirque Romanès, Diner –Dansant et d’autres spectacles, musiques, chants… jusqu’à l’Aube !…

Israël Galvan dansant sur la piste du Cirque Romanes

  • Et nous sommes très heureux de vous présenter l’Immense danseur sévillan ISRAEL GALVAN  qui fera danser les étoiles sur la scène du Cirque Romanès, pendant la Nuit de notre Réveillon Tzigane du 31 Décembre 2018 à partir de 21h …

dfdfdfdfdfd

Il y a aussi la parution de 2 nouveaux livres d’Alexandre Romanès 

« Les Corbeaux sont les Gitans du ciel ! » Ed. L’Archipel. 19€

Dans son nouveau livre il raconte sa vie, depuis sa naissance jusqu’à aujourd’hui…

En Occident, dans un passé pas très éloigné où les femmes comptaient si peu, nos femmes étaient la colonne vertébrale de la tribu !
Et la misogynie, cette chiennerie n’existait pas, ce qui leurs a permis à nos femmes d’êtres fortes. Quand elles traversaie nt les villages seins nus, jamais elles ne baissaient la tête !
… Notre Cirque vient de là!

Et « Le Luth Noir », Editions Lettres Vives (Editions de Luxe), 15€

son dernier recueil de poèmes

Ma femme est une gitane hongroise redoutable.
À la seconde où je l’ai vue, j’ai su que c’était l’ange qu’on m’avait envoyé !
erererererere
SCÉANCES

Tarif Unique : 150 € par personne
Spectacle-Diner-Soirée Dansante jusqu’à l’Aube… !

Tenue Tzigane souhaitée

Cirque Romanes, Square Parodi, Bd de l’Amiral-Bruix – 75016 Paris
Métro : Porte Maillot ( Ligne 1 – Sortie 5 ) ou Métro : Porte Dauphine ( Ligne 2 – Sortie 3)
Renseignement et réservation : 01 40 09 24 20 / 06 99 19 49 59.
Email : cirque.romanes@wanadoo.fr
Site Internet : www.cirqueromanes.com

 

 

2ème STAGE INTERNATIONAL DE CHANT CHORAL
en AUVERGNE

” Polyphonies orthodoxes slaves “

Du 29 JUILLET au 3 AOÛT 2019

CHAMPAGNAT-le-JEUNE (63580)

Direction : Brigitte INGELRELST
Organisé par le Choeur SLAVITSA de Clermont-Ferrand

Après le 1er stage de chants polyphoniques orthodoxes slaves au début de l’été 2018, voilà lancée la préparation du 2ème stage pour l’été 2019 !

2 concerts de fin de stage : le vendredi soir dans la belle église du village qui nous accueille …

et le samedi soir … église pas encore définie !

 Brigitte Ingelrelst, née en Belgique en 1958, depuis 1996 vit à Clermont-Ferrand. Elle a été formée lors de plusieurs stages par an avec des chefs de chœurs de pays slaves (Bulgarie, Crimée, Russie) en France et en Bulgarie. A travaillé avec le Chœur de Crimée et participé à 2 concerts à St Pétersbourg et Novgorod d’une grande œuvre de Gavriline.

olololololololol

PARTIE MUSICALE
– Assurée par Brigitte Ingelrelst, formée lors de plusieurs stages par an avec des chefs de choeurs de pays slaves (Bulgarie, Crimée, Russie) en France et en Bulgarie. A travaillé avec le Choeur de Crimée et participé à 2 concerts à St Pétersbourg et Novgorod d’une grande oeuvre de Gavriline en 2017.
– Chants polyphoniques à minimum 4 voix. Selon les inscriptions et les capacités de certains stagiaires à assurer une partie de soliste, des chants plus complexes avec voix dédoublées, solos … pourront être proposés.
– Travail vocal basé sur l’écoute des harmoniques, la recherche d’une unité vocale, les techniques spécifiques nécessaires pour le répertoire orthodoxe « comme en Russie », quelques notions importantes de théorie indispensables pour travailler la justesse de la voix par pupitre et pour tout le choeur.

Horaires de travail : 9h30 – 12h30 et 14h – 17h30 avec pauses. Ces horaires sont adaptables.
– Possibilité de travail par pupitre en fonction des besoins ou des demandes en dehors de ces horaires ou sur proposition spécifique du chef de choeur.
– L’objectif est non seulement de prendre du plaisir dans la découverte pour certains peut-être de toute la richesse de ce répertoire magnifique des polyphonies orthodoxes slaves mais surtout de travailler la qualité vocale, technique et d’interprétation pour pouvoir présenter les chants choisis pour ce 2è stage lors de 2 concerts le vendredi 2 août et le samedi 3 août en soirée en fin de semaine de stage.
Le travail est sérieux, en profondeur, dans les détails et tout en finesse avec des choristes motivés qui auront déchiffré leur voix (AVEC SUPPORTS FOURNIS si nécessaire) dans une ambiance conviviale, chaleureuse et volontaire. Nous serons là pour progresser individuellement et tous ensemble dans une ambiance de partage et d’encouragements.

HEBERGEMENT :
Chaque stagiaire choisit son hébergement : différents gîtes, chalets, campings, chez l’habitant, gîtes adaptés aux personnes handicapées, Airbnb sur place et dans les villages environnements.
Nous sommes à votre disposition pour vous aider si besoin.

ACTIVITES DANS LES ENVIRONS :
Village situé dans une très belle région que vous pourrez découvrir en soirée ou le samedi matin en fonction de l’avancement du stage … ou éventuellement un moment dans la semaine à décider sur place, la priorité étant quand même donnée au stage. Randonnée, plan d’eau … visites …

REPAS : Les repas pourront être pris sur place (livraison) ou dans le restaurant du village … encore à définir.
Les petits-déjeuners pourront être pris soit sur vos lieux d’hébergement, soit sur place. Le petit déjeuner du dimanche pour ceux qui reprendront la route le dimanche 4 août peut également être servi en fonction des demandes. ATTENTION : si certains d’entre vous ont des particularités alimentaires à suivre, merci de nous
les signaler si vous choisissez les repas en commun ou de prévoir vous-mêmes ce dont vous avez
besoin.

CONCERTS :
– Un premier concert de fin de stage est prévu le vendredi soir à l’église de CHAMPAGNAT-le-JEUNE avec les stagiaires et le choeur SLAVITSA
2ème concert le samedi le soir 3 août : lieu à définir.
– Tenue pour les concerts : tous les vêtements seront de couleur noire. Vêtements longs pantalons, jupes, robes) de couleur noire, chaussures ou sandales noires.
Les accessoires (foulard, bijoux …) uniquement de couleur rouge profond (pas trop vif)
et/ou or.
– Les stagiaires qui ont un porte-partitions noir (ou rouge) peuvent l’apporter.
– Pensez à amener vos pupitres si vous en avez besoin lors du stage.

Inscription:
Merci de bien vouloir nous envoyer votre fiche d’inscription accompagnée de votre acompte de 150 € dès que vous le pouvez … pour faciliter l’organisation et le choix du programme des chants !!!
Nous vous enverrons le recueil de partitions à déchiffrer avant le stage début avril, ce qui vous laissera presque 4 mois pour apprendre votre voix.
EN CAS DE DESISTEMENT APRÉS LE VERSEMENT DE L’ACOMPTE, IL NE SERA PAS REMBOURSÉ. (Les motifs graves seront vus au cas par cas).
Le chèque d’acompte ne sera pas déposé sur le compte avant le 1er JUILLET sauf si demande de votre part de le faire avant.
Le solde vous sera demandé le 1er jour du stage, en 1 ou plusieurs chèques si besoin.
Pour toute demande particulière, n’hésitez pas à nous contacter pour échanger ensemble.
CHEQUES à libeller à « ASSOCIATION CHOEUR DE COEURS » et à adresser à :
Choeur SLAVITSA – 13 impasse de l’ASTRE – 63000 Clermont-Ferrand
POSSIBILITE DE VIREMENT BANCAIRE pour ceux qui le souhaitent.

cxcxcxcxcxcx

Choeur SLAVITSA – 13 impasse de l’ASTRE – 63000 Clermont-Ferrand

Tél: 06 58 43 76 87

Courriel: slavitsa3@gmail.com

Site: www.choeur-slavitsa.fr

MARCHÉ DE NOËL

Samedi 15 décembre 2018 de 10h à 19h

Espace Oxygène, Paris 20ème.

Le samedi 15 décembre 2018, nous vous attendons à Espace Oxygène entre 10h et 19h , pour notre marché de Noël au profit de l’association “Pour Kungur”, qui oeuvre pour les orphelinats de la région de Perm (Oural-Russie) .

…Artisanat russe, bijoux, décos, livres, jouets, cartes de Noël… venez compléter vos cadeaux de Noël!!!! (merci à nos boutiques et artisans partenaires pour leur participation!!!)”
Café, thé,….vin chaud! On attend votre visite.

Ensemble vocal “Galimatias”

Cette journée sera suivi par la soirée chant de l’ensemble vocal “Galimatias”, organisée par Marie-Josée Keller, également au profit de “Pour Kungur”.

ESPACE OXYGÈNE

Impasse Cordon Boussard – 75020 Paris

(à la hauteur du 247 rue des Pyrénées)

Métro: Gambetta
Bus: 26, 60, 61, 69, 102
Renseignements sur l’association “Pour Kungur” : (CLIQUEZ)
Contacts: espace.oxygene@wanadoo. fr
pourkungur@gmail.com

 

“Le vendeur de jouets” de YOURI VASSILIEV 

Cinéma CGR de Niort.

Lundi 17 décembre 2018

 

Dans le cadre du Ciné club russe de Niort “CinéRussia” est programmé le film russe “Le vendeur de jouets” de Youri Vasiliev, avec Pierre Richard. Sortie en 2013, 90 mn.

Le film a été tourné à Moscou et à Paris, non pas en studios, mais sur des sites naturels, historiques et culturels uniques (musée, aéroport de Vnoukovo, patinoire de la Place Rouge, maison Pashkov, etc.). Le compositeur Igor Krutoï n’avait encore jamais écrit de musique de film. Pour le film «Le vendeur de jouets», il a composé et écrit non seulement la musique, mais également trois chansons, en anglais, en français et en russe.


 Pierre Richard est un riche entrepreneur français, qui gagne un revenu confortable, qui s’ennuie et vieillit. En attendant, remporter le jeu télévisé lui permet de se rendre à Moscou avec sa mère pour admirer le pays de leurs ancêtres.

Synopsis: “ Nikolia Bersène est un français aux racines russes vivant à Paris ou il vend des jouets. Ni sa mère ni sa fiancée, fille d’un pâtissier célèbre n’approuvent son comportement bizarre. La veille de Noel Nikolia s’en va en Russie, afin d’approfondir ses recherches sur ses origines. Le voyage va changer sa vie en Russie l’attendent des aventures, la chaleur familiale et le véritable amour…”

Youri Vasiliev ( Юрий Борисович ВАСИЛЬЕВ) Né le 30 novembre 1954 à Novossibirsk. Acteur, réalisateur, artiste honoré de la RSFSR (05/29/1987) et artiste du peuple de Russie (15 janvier 2001).  Alors qu’il était encore au lycée, il travailla dans le studio du Théâtre pour la jeunesse de Novossibirsk. En 1976, il est diplômé de l’école supérieure de théâtre. Shchukin (bien sûr Y. Katina-Yartseva).  Depuis 1976 – acteur du théâtre de la satire. De septembre 1999 à août 2003, il a travaillé sur Channel One (ORT) en tant qu’animateur des programmes «Sami avec une moustache» et «Sept problèmes-une réponse  ». Actuellement il est directeur et directeur artistique du Théâtre de Satire.

 

CGR Niort

Place de la Brèche, 79000, Niort

 

 

ACER-MJO

Hommage à Jean Morozov

Dimanche 16 décembre à 16h

Jean Morozov (Ivan Vassiliévitch) est né le 14 août 1919 à Davydov Konets (Estonie),  fut pendant près de 30 ans un pilier de l’ACER mais aussi de l’orthodoxie en France, secrétaire général de l’ACER, directeur des éditions YMCA-PRESS et de la librairie des Éditeurs Réunis, rédacteur de la revue Vestnik ВЕСTНИК РСXД (Messager de l’ACER), enseignant à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge et membre du conseil diocésain.

Il se plongeat dans l’activité bouillonnante de l’ACER des régions Baltes, fondée à l’initiative de Jean Lagovsky, dont le but était « de faire croitre la libre et haute soumission au Christ qui se transforme en filiation » luttant contre les idées du bolchevisme. Jean savait qu’il existait à Paris un Institut de théologie et son rêve était de partir y étudier afin de revenir ensuite dans sa patrie et d’y servir en tant que prêtre.

 Il arriva à Paris en 1938 et intégra l’Institut de théologie Saint Serge.  « Vania impressionnait les autres étudiants ainsi que les professeurs par son esprit de réflexion, son amour passionné pour la pensée religieuse russe, et sa passion pour tout ce qui pouvait l’aider à résoudre les questions théologiques et philosophiques les plus profondes qui le préoccupaient », déclarait le protopresbytre Alexis Kniazeff.

À l’automne 1942, en pleine occupation allemande de Paris, il termina une thèse en théologie dont le sujet était « La liberté de la créature » et qu’il présenta au père Serge Boulgakov. Il fut reçu au titre de « candidat » ès théologie et fut diplômé de premier rang.

La crise politique internationale de l’époque l’empêcha de retourner auprès des siens, il resta en France en tant qu’apatride. En mai 1966, il reçut la nationalité française tout en restant inexorablement russe dans son âme.

Il prit le poste de psaltiste dans l’église N.D. des Affligés, rue de la Tour à Paris, dont le recteur était le hiéromoine Sylvestre (Владика Сильвестp Ченчански). Le 19 novembre 1944, il épousa Alexandra Bourda et eurent trois enfants.

En 1945, le père Basile Zenkovsky, président de l’ACER, lui proposa le poste de secrétaire général, qu’il accepta. Il relança divers cercles d’étude ainsi que les congrès du mouvement.

En 1948, il fut la cheville ouvrière de l’acquisition par l’ACER aidé de la paroisse de la Présentation de la Vierge au Temple, de la maison du 91 rue Olivier de Serres à Paris qui devint le siège du mouvement et le lieu où toutes les activités de l’ACER se concentrent encore jusqu’à aujourd’hui. Jean relança l’organe de presse de l’ACER, le Vestnik ВЕСТНИК РСКД (Messager de l’ACER) et il en fut le premier rédacteur de la période de l’après-guerre.

© Archives paroisse de la Présentation de la Très Sainte Mère de Dieu au Temple à Paris

À partir des années 1950, entouré d’une solide équipe composée de Cyrille Eltchaninoff, de Georges Demidov et du père Alexis Kniazeff, il devint le directeur des camps de l’ACER et le resta jusqu’en 1972. L’été, à Saint Théoffrey (Isère), lui-même lisait à l’auditoire attentif des chapitres des livres d’Alexandre Soljenitsyne, avant même leur parution : « Le premier cercle », « le pavillon des cancéreux » « l’archipel du Goulag ». Très populaire auprès de la jeunesse .

Jean Marozov sous la direction de W. P. Soubotine, créa à l’ACER un groupe théâtral amateur,un spectacle était donné dans la grande salle des fêtes d’Issy-les-Moulineaux, événement théâtral en langue russe, réunissant près de 700 spectateurs.

En 1953, Jean fut nommé par le comité international d’YMCA à la tête de la maison d’édition russe YMCA-PRESS à Paris, rue Saint-Didier dans le 16e arrondissement de Paris. Jean Morozov organisa le déménagement dans un local plus grand et mieux placé: 11 rue de la Montagne Sainte-Geneviève dans le 5e arrondissement. Les grands auteurs de la littérature russe classique et moderne, des livres sur l’histoire et la civilisation russe, sur la pensée philosophique et la théologie orthodoxe y furent édités.

Lorsque la maison d’édition commença à éditer en russe les œuvres d’Alexandre Soljenitsyne elle connut une réputation mondiale. En 1962, le père Basile Zenkovsky, président de l’ACER avant son décés, confia à Jean le mouvement : « Surtout continuez le travail de l’ACER ».

Sur l’avis de ses médecins, en 1972 il dut réduire son rythme de travail et il mit un terme à toutes ses fonctions au sein de l’ACER.  Il resta responsable de la maison d’édition, YMCA-PRESS et continua d’enseigner à l’Institut de Théologie Saint Serge.

Le 6 novembre 1978, Jean Morozov décéda tragiquement. Par sa vie pleine de bonté, d’honnêteté, de foi profonde et de dévouement à la cause de l’ACER, Jean Morozov a incarné l’idéal que l’ACER propose à ses membres, « l’ecclésialisation de leur vie », c’est-à-dire de vivre de façon créatrice à la lumière de l’expérience et de l’enseignement de l’Église.

Maison de l’ACER-MJO

91 rue Olivier de Serres, 75015 Paris.

Métro: Porte de versailles

 

 

 

Samedi 16 et dimanche 17 FÉVRIER 2019

Mairie 5, ° 21, place du Panthéon 75005 Paris

10E JOURNÉES EUROPÉENNES DU

LIVRE RUSSE 

ET DES LITTÉRATURES RUSSOPHONES

10-ые Европейские Дни Русской Книги и Русскоязычных Литератур

Programme à venir.

EXPOSITION – VENTE de NOËL

Marché du Carré d’Or, STRASBOURG

23 novembre au 24 décembre 2018

 

Concert de Noël

“Chœur de la Cathédrale russe St Alexandre Nevsky de Paris”

Dimanche 2 décembre 2018 à 16h

 

Le chœur de la cathédrale russe Saint-Alexandre-Nevsky, a été fondé à Paris avec la nomination au poste de maitre de chapelle d’Evguény Evetz en 1962 qui permet une toute nouvelle dynamique. Diplômé du conservatoire de Varsovie et excellent pédagogue, il élargit le répertoire du choeur et crée un nouveau style d’interprétation qui se caractérise par la rigueur, la justesse d’intonation et la précision rythmique. Travailleur infatigable, Evetz fait connaître le choeur de la cathédrale à travers le monde, comme l’un des meilleurs choeur de l’émigration russe.

En 1988 il passe le flambeau à son fils aîné Basile (1937-2008), et en 2007 c’est Alexandre Kedroff qui en prend la direction. Issu d’une génération illustre de musiciens, après des études de musique, complétées par un cursus de théologie à l’Institut St-Serge de Paris, il est ordonné diacre à la cathédrale St-Alexandre-Nevsy, où il seconde le Maître de Chapelle Basile Evetz jusqu’en 2007. Le protodiacre Alexandre Kedroff hérite naturellement du patrimoine culturel familial (le quatuor Kedroff fondé en 1897).

 

Depuis sa nomination à la tête du chœur de la cathédrale, il se consacre entièrement à cette fonction et contribue à l’enrichissement du répertoire par des compositions de son père et de son grand père, ainsi que par des œuvres basées sur les mélodies anciennes russes du chant neumatique « znamenny ».

Le chœur de la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky, en plus de la liturgie, donne des concerts en France et à l’étranger. En 2010 à Saint-Pétersbourg, pour la première fois de son histoire, le chœur traverse les frontières de la Russie et vient chanter sur sa terre d’origine. Le temps d’une soirée, il nous transporte, là-bas, au cœur de cette profonde et émouvante musique orthodoxe qui nous parle d’une culture à la fois proche et lointaine.

ENTRÉE LIBRE, LIBRE PARTICIPATION.

 

CD enregistré à l’occasion des 150 ans de la cathédrale en 2011.

Pour la petite histoire, Alexandre Nevsky est un prince et héros russe du XIIIeme siècle, vainqueur des Suédois dans la bataille de la Néva. La cathédrale orthodoxe russe a été construire en 1861 au 12 Rue Daru dans le VIII ème arrondissement de Paris.

Devenue monument historique en 1983, elle est aujourd’hui le siège de l’Archevêché des Eglises orthodoxes russes en Europe occidentale.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Dès le xvie siècle, une chapelle St Pierre et St Paul se trouvait à cet endroit. En 1790 fut érigée l’église grâce à l’abbé Pierre Herbert (1742-1794), homme dynamique et dévoué, une dénonciation calomnieuse le conduit à l’échafaud le 25 juillet 1794 avec le poète André Chénier.

 Elle offre le rare exemple d’une construction religieuse en pleine tourmente révolutionnaire. Son plan atypique est imposé par l’exiguïté du terrain. Deux nefs dissemblables sont accolées et dessinent un T : la première, de forme elliptique, est coiffée d’une vaste voûte ovale percée d’un oculus central ; la seconde, rectangulaire, est prolongée vers 1868.

Le célèbre appel destiné à venir en aide aux sans-abri, est lancé par l’abbé Pierre le dimanche 31 janvier 1954 du haut de la chaire de l’église Saint-Pierre-Saint-Paul de Courbevoie. Il est relayé le lendemain par différentes stations de radio.

 

 Église Saint-Pierre-Saint-Paul

Place Herot– 92400 COURBEVOIE

Métro : Esplanade de la Défense  

Gare SNCF: Courbevoie

Bus: 175, 275.

 

Vente Art Russe “Русское Искусство”

samedi 8 décembre 21018

Hôtel Drouot, salle 15 11h et 14h

Icones & art religieux, Gravures & lithographies , Archives & manuscrits, Numismatique,  Romanov, Affiches, Argenterie, Émaux ,Objets de vitrine, bijoux & Fabergé , Porcelaine,  Bronzes, Art populaire & folk art, Militaria, Ballets russes, Livres,Tableaux.

Expositions Publiques Vendredi 7 décembre de 11h à 18h

Extraits du catalogue

Belle croix pectorale en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes) sertie de brillants de différentes tailles, surmontée d’une couronne impériale. Médaillon central peint sur métal ornée d’une scène de la Crucifixion. B.E. (quelques manques). Moscou, vers 1890. Orfèvre : A. A. Moukhine. H. 15 x L. 7,3 cm. Poids brut : 57,6 g,1000/1500 €

 

Icône de voyage de la Mère de Dieu de Kazan. Tempera sur bois. Russie, fin du XIXe siècle. Dans sa belle oklad en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes) à décor émaillé polychrome cloisonné. T.B.E. Moscou, vers 1890. Orfèvre : EAK, non identifié. H. 9 x L. 7,5 cm. Poids brut : 103,7 g. Икона Казанской Божьей Матери, путевая. 3000/5000 €

 

Icône du Christ Sauveur de Smolensk. Tempera sur bois. Russie, fin du XVIIIe – début du XIXe siècle. Dans son oklad en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor ciselé et repoussé. Légendes gravées des noms des saints entourant le Christ en pied. B.E. Moscou, 1801. Orfèvre : Alexei Ratkov. H. 38, 2 x L. 32 cm. Poids brut : 2346,0 g. Икона, Христос Спаситель Смоленский. Темпера на дереве. 3000/5000 €.

Cartes de la Russie. Lot de 7 lithographies : Carte des régions limitrophes de la mer Caspienne, c.1728, rehaussée à l’aquarelle. – Carte de l’Empire russe par Eman Bowen, XVIIIe siècle. – Carte de Tartarie, XVIIIe siècle. – Carte de la Russie, atlas Clouet, 1787, rehaussée à l’aquarelle. – Carte de Tartarie, XVIIe siecle, rehaussée à l’aquarelle. – Gravure de Moscou, 1743, rehaussée à l’aquarelle. B.E. Formats divers. Карты России. 7 литографий: карта приграничного Каспия, c.1728, акварель. – Карта Российской империи Эмана Боуэна, XVIII в. – Карта Татарии, XVIII в. – Карта России, атлас Clouet, 1787г., акварель. – Карта Татарии, XVII в., акварель. – Гравировка Москвы, 1743 г., акварель. Состояние хорошее Различные форматы 300/500 €

 

Brevet de nomination au poste de Consul général à Hambourg de l’assesseur de collège Bacheracht, Kameny Ostrov, le 31 août 1825. Signé par Alexandre Ier et le comte Nesselrode. Avec le sceau impérial. Pliures mais complet. On y joint la traduction officielle en allemand du précédent document. Manque le sceau. Pliures. Грамота о назначении на должность генерального консула в Гамбурге колледжского ассесора Бачерахт, Камени Остров, 31 августа 1825 г. Подписано Александром I и графом Нессельроде. Императорская печать. В сложеном виде. Прилагается официальный немецкий перевод предыдущего документа. Печать утрачена. В сложенном виде. 200/300 €

 

Tolstoï et Gorki. Lot de 7 tirages argentiques de presse représentant : – Léon Tolstoï : deux fois seul dont en promenade, une avec sa famille, une avec Maxime Gorki (divers formats). – Maxime Gorki : portrait seul, anniversaire 1868-1936 avec des acteurs, anniversaire avec Mark Twain. 7 фотографий. Изображены Л.Толстой и М.Горький. 150/200 €

 

Pendule en bronze doré et patiné représentant le tsar Pierre le Grand sur le lac Ladoga. L’Empereur se tient à la barre d’une embarcation en pleine tempête. Décor de palmettes et rinceaux. Chiffres romains. B.E. (mouvement vendu en l’état). Russie, milieu du XIXe siècle. H. 35 x L. 26,5 x P. 10 cm Historique : « Alors de Piter (Saint-Pétersbourg) Pierre Ier s’embarqua sur la Neva et sur le Ladoga ; tout à coup la tempête s’élève, une bourrasque, un orage épouvantable. A grand’peine ils arrivèrent au nez de Storojevski. Le tsar débarqua. Entouré des flots, la tête lui tourna de voir la mer bleue. « Allons, toi, mère humide, la terre, ne t’agite pas, ne prends pas exemple sur ce stupide lac. « Aussitôt il ordonna de knouter et de fouetter les vagues irritées. Le lieu, où il les fustigea de ses mains impériales s’appelait l’Ecueil sec, et depuis ce temps on l’appelle l’Ecueil du tsar. Depuis lors le Ladoga est devenu plus paisible ; il a ses jours de calme comme les autres lacs, et vous voyez, continue le narrateur : nous y naviguons, nous y prenons du poisson. » (V. Barsof, Petr Veikii v narodnykh predaniakh Siévernago kraïa (Pierre le Grand dans les traditions populaires du pays septentrional), Moscou, 1872.) Часы, бронза позолоченная и патинированная. Царь Петр I. На циферблате римские цифры. Состояние хорошее. Россия, середина XIX в. 2000/3000 €

 

Alliance Franco-Russe. 1- Foulard de l’alliance. 1896 Kronstadt 1891-Toulon 1893. Paris Louvre 1896. Par G. Laveissière et Chamont. Déville Rouen. 42 x 48. B.E. – 2- Médaille pour la revue des 9-10 octobre 1896 par le Tsar. Liste des bataillons de chasseurs à pied et alpins ayant participé. Diamètre : 39 mm . B.E. 3- Médaille avec l’aigle impériale russe et au revers les armoiries de la république française. Diamètre : 36,5 mm B.E. 4- Médaille à l’ancre entouré de l’Aigle impériale et RF. Souvenir de Cronstadt 1891- Toulon 1893. Diamètre : 25,5 mm B.E. 5- Médaille « France-Russie », Cronstadt-Toulon, 1891-1893. Représentation d’un navire de guerre. 30 x 36 mm. B.E. 6- Bouton à l’effigie de Nicolas II en uniforme. Diamèttre : 31 mm. B.E. 7- Médaille France-Russie, Cronstadt-Toulon . Juillet 1891- Octobre 1893. Représentation de matelots et de navires en rade, éclairés par la « Paix ». Diamètre : 30,5 mm. B.E. 8- Médaille de table Paris octobre 1896, profils de Nicolas II et de l’impératrice. Diamètre :35 mm. B.E. 9- Médaille France- Russie, Nicolas II empereur de Russie. Buste de l’empereur en uniforme. Diamètre : 32,5 mm Sans anneau 10- Deux Petits aigles impériales, avec drapeaux et sans, fabrication française des années 1890- 1900. B.E 11- Médaille souvenir de Paris-Toulon, octobre 1893 ; Revers : Cronstadt-Toulon avec portrait de l’empereur et du président de la République. Diamètre : 43 mm. B.E. 12- Médaille « Vive la Russie, Union et fraternité ». Souvenirs La flotte française à Cronstadt 23 .7.1891, la flotte russe à Toulon 13.10.1893. Avec ruban français et russe impérial combiné. Diamètre : 27,5 B.E. Лот 12 значкоб и медалей Франко-Российский альянс. 600/800 €

Affiche de l’Exposition russe hippique et ethnographique. 1895. Au Champ de Mars. Par Houbrac. Représentations de cosaques de l’escorte impériale. Konvoï. H. 120 x L. 82 cm. Entoilée. T.B.E. Représentations de cosaques de l’escorte impériale. Konvoï. – Афиша русской конно-этнографической выставки. 1895. Марсово Поле. Houbrac. Представления казаков Императорского конвоя. 120 х 82 см. Дублирование. 600/800 €

Quatre planches polychromes de Bilibine, Les contes des mille et une nuits. Fernand Nathan éditeurs. B.E. Lithographies en couleur, numérotées et signées dans la planche. Vers 1932-1938 – Le cheval enchanté – Sindab le marin – Le Chasseur – Alladin ou la lampe merveilleuse H. 34,2 x L. 90,5 cm. Entoilées. B.E. – Четыре полихромных билибинских листа, сказки «Тысяча и одна ночь». Изд. Фернан Натана. Дублирование. – Алладин – Синдбад Мореход – Очарованная лошадь – 34,2 х 90,5 см. Дублирование. 6000/8000 €

 

Rare samovar en argent 84 zolotniks (875 millièmes) repoussé et ciselé, le corps piriforme avec anses élevées, le couvercle pourvu de deux boutons, le fut balustre en partie ajouré à décor floral, la base polylobée reposant sur quatre pieds boules, garnitures en corne, intérieur vermeil. Très bon état, léger accident à la garniture du robinet. Saint-Pétersbourg, 1861. Orfèvre : I. SAZIKOV, avec aigle de Fournisseur de la Cour impériale. Maître-essayeur : A.N Mitine (actif 1842-1877). Porte également les poinçons d’importation du grand-duché de Finlande (d’après 1810, de titre « 813 H » et de la ville d’Helsinki). H. 44 x L. 33 cm. Poids brut : 3925 g (environ). Références : Ignati Pavlovitch Sazikov (1793-1868), fils du fondateur de la firme, Pavel Fedorovitch, reçoit en 1837 le privilège de fournisseur de la Cour impériale de Russie. Références : Ignati Pavlovitch Sazikov (1793-1868), fils du fondateur de la firme, Pavel Fedorovitch, reçoit en 1837 le privilège de fournisseur de la Cour impériale de Russie. Редкий самовар. Серебро, резное и чеканное. Проба 84. Грушеобраный корпус с высокими ручками. Крышка с двума хватками. Поддон украшен цветочным орнаментом, на четырех ножках в виде шариков. Отделка из кости. Внутренняя часть корпуса позолоченная. Состояние очень хорошее. Незначительное повреждение отделки крана. Санкт-Петербург, 1861 г. Ювелир: И. САЗИКОВ, клейма : изображение орла – поставщик Императорского двора. Пробирный мастер: А.Н. Митин (годы службы:1842-1877 гг). Имеются также клейма для импорта в Великое княжество Финляндское (после 1810 г. проба «813 H» и город Хельсинки). 44 x 33 см. Вес брутто: 3925 г (приблизительно). 6000/8000 €

 

Centre de table servant de coupe à fruits en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à double anse en forme de buste de femme, monté sur quatre colonnes corinthiennes reposant sur un socle ovale en onyx vert. Il est gravé d’une dédicace en russe « À notre cher directeur F.F. Proillar. En souvenir. La direction et les ouvriers des verreries du sud de la Russie ». Plaquettes avec les dates 18/VI 1902 et 13/VI 1911. Avec une doublure en cristal taillé. B.E. (usures et petit accident au socle). Moscou, 1908-1917. Orfèvre : Mikhaïl TARASOV. H. 22,5 x L. 32 cm. Poids brut : 3790 g (environ). Украшение центральной части стола. Чаша для фруктов. Серебро. Проба 84. Две ручки в форме женского бюста. На четырех коринфских колоннах, на подставке из оникса. На пластинке выгравировано посвящение «Нашему дорогому директору Ф. Ф. Пройларь. На память. шефы и рабочие зеркальных заводов юга России ‘’. Даты 18 / VI 1902 и 13 / VI 1911. Хрустальная обкладка. Состояние хорошее. (потертости и незначительные повреждения у основания). Москва, 1908-1917 гг. Ювелир: Михаил ТАРАСОВ. 1800/2500 €.

 

Belle paire de cuillères à caviar en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), à décor niellé représentant notamment la cathédrale de l’Annonciation au Kremlin de Moscou, manches torsadés. Dans leur écrin de présentation de la Maison Proudnikov. B.E. (taches). Moscou, 1908-1917. Orfèvre : MC possiblement pour Maria Semenova. L. 18,5 cm. Poids brut total : 170,6 g. Две ложки. Серебро. Черная эмаль 1000/1500 €

 

Étui à cigarettes en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à décor repoussé d’une jeune amazone avec son cheval. Fermoir avec pierre verte. B.E. Inscription gravée : « Cher Robik, de papa et maman, 3/VII/ 51 ». Moscou, 1908-1917. Orfèvre : M.oHb, non identifié. H. 11x L. 8,5 cm. Poids brut : 222,6 g. Портсигар. Серебро. Амазонка и лошадь. Застежка с камнем Клеймо «84» Московский кокошник 1908 г. Ювелир: М. онб, неизвестен. Выгравированная надпись: «Дорогому Робику, от папы и мамы, 3 / VII / 51». 11x 8,5 см 400/600 €

 

Boucle de ceinture caucasienne en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor émaillé polychrome cloisonné de rinceaux feuillagés, se fermant par un kindjal miniature également émaillé. B.E. (légères usures). Saint-Pétersbourg, 1908-1917. Orfèvre : A.K. Dalman. L. 7,5 cm. Poids brut : 54,2 g. Эмалированная кавказская бляха. Серебро. Два полихромных эмалированных элемента, закрытых эмалевым кинжалом. Клеймо, 84, Петербургский кокошник 1908 г. Ювелир А.К. Далман. 7,5 см, 300/500 €.

 

Pot couvert probablement à col en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), à décor émaillé polychrome cloisonné de tulipes stylisées à la manière des émaux de Solvychegodsk ou Usolsk du XVIIe siècle sur un fond crème dans des réserves se dégageant d’un fond vert olive, le corps en forme de bulbe reposant sur un piédouche bordé de perles émaillées rouge. B.E. Moscou, 1899-1908. Orfèvre : Feodor RÜCKERT. H. 7,5 cm. Poids brut : 81,6 g. Сосуд с крышкой, вероятно, для клея. Проба 84. Полихромная эмаль. Москва, 1899-1908 гг. 400/600 €.

 

Épingle en or russe 56 zolotniks (583 millièmes) retenant deux œufs miniatures pendentifs montés en or (750 millièmes, probablement non russes), l’un en pierre dure bleue, l’autre émaillée rouge guilloché. Bon état. Saint-Pétersbourg, 1908- 1917. Orfèvre : illisible. L. 3 cm. Poids brut total : 11,4 g. Булавка русская, золото. Проба 56. Два миниатюрных яйца-подвески, проба 750. Вероятно, не русские. Состояние хорошее. Санкт-Петербург, 1908- 1917 гг.` 200/300 €.

 

Cafetière en porcelaine du service du Cottage de Péterhof. À décor central sur chaque côté du blason du palais à fond bleu figurant une épée traversant une couronne de roses, entouré de l’inscription en russe sur fond or : “Pour la Foi, le Tsar et la Patrie”. Deux éclats à la base, un au bec verseur avec un fêle et anciennes restaurations (en l’état). Manufacture impériale de Porcelaine, Saint-Pétersbourg, époque Alexandre III, datée 1885. H. 21,2 cm. 600/800 € Provenance : Service commandé entre 1827 et 1829 par l’empereur Nicolas Ier (1825- 1855) pour le Palais Alexandria dit “Cottage”, demeure néogothique construite dans le parc Alexandria de Péterhof par l’architecte A. A. Menelaus et offerte par le tsar à son épouse l’impératrice Alexandra Féodorovna. Ce service, utilisé pour le dîner, le dessert et le thé/café, était composé à l’origine de 530 pièces, il fut doublé en 1835 puis réassorti jusqu’au règne de Nicolas II, et était accompagné d’un service en cristal orné du même blason dont nous présentons ci-après un verre. Ce motif intitulé “Fleur Blanche”, conçu par le poète Joukovski, fut inspiré d’un des personnages du roman de “L’Anneau magique” par le chevalier de La Motte-Fouqué, et c’est ainsi que l’on surnommait l’impératrice Alexandra Féodorovna, née princesse Charlotte de Prusse, qui utilisa ce blason pour sa résidence privée du Cottage. Кофейник, фарфор. Из сервиза « Коттеджа » в Петергофе. Каждая сторона украшена дворцовым гербом. 500/700 €.

 

Rare assiette en porcelaine, réassort du service “aux camées” de l’impératrice Catherine II. Manufacture impériale de Porcelaine, SaintPétersbourg, époque Nicolas Ier (1825-1855). Marque en bleu sous couverte au chiffre du tsar Nicolas Ier. B.E. (légères restaurations au fond bleu). D. 27 cm. Provenance : – Au mois de Juillet 1776, une commande particulière de l’impératrice Catherine II de Russie parvient à la manufacture royale de Sèvres par l’intermédiaire de son ambassadeur le prince Bariatinsky. Il s’agit d’un service de table pour 60 convives, qui sera le « plus important et le plus onéreux » que la Manufacture ait jamais réalisé. Из сервиза «Камея», императрицы Екатерины II. Осуществлялось пополнение. Императорский фарфоровый завод. Санкт-Петербург, при Николае I (1825-1855). Клеймо синего цвета, вензель Николая I. 4000/6000 €

 

Ensemble de 4 tasses de forme évasée et leurs soucoupes en porcelaine, à décor noir et or sur fond violet ou vert représentant la flèche de l’île Vassilievski à Saint-Pétersbourg et d’un trophée à la Marine avec ancres dans des cartouches de style néoclassique. Bon état. Manufacture Lomonosov, Léningrad, époque soviétique (marquées). H. 9,5 x D. 16 cm. Чашка в форме факела и блюдце. Фарфор с черным и золотым орнаментом на фиолетовом фоне. Памятник гавани и трофей с якорями, для морского флота. 600/800 €.

 

TOURGUENEFF Pierre Nicolaiévich (1854-1912). Cheval au pas. Bronze, signé sur la terrasse “P. Tourgueneff” (manque le rêne fixe sur sa gauche). Fonte du début du XXe siècle. H. 31 x L. 34 cm. П. H Тургенев. Лошадь на прогулке. Бронза. Подпись ‘’’П. Тургенев’’ на основании. Начало XX в. Состояние хорошее. 1800/2000 €.

 

Tirelire en cuivre martelé, de forme circulaire, la prise formée par la figure de Baba Yaga, ouverture à charnière, avec fermoir. B.E. Manufacture Stroganov, vers 1900. Marque au dos. H. 11,7 x L. 11 cm. L’école de Stroganov fut fondée à Moscou par le comte Sergei Grigoryevich Stroganov en 1825 et devint officiellement l’Institut Impérial Stroganov pour les Arts Industriels en 1901 lorsqu’elle fut placée sous le patronat de la sœur de l’impératrice, la grande-duchesse Elisabeth (1864-1918). L’atelier de cuivre de l’Institut ouvrit ses portes en 1902, les étudiants suivaient alors un cursus de 8 ans et étaient encouragés à créer leur propre style en plus de copier les œuvres de renom. Ce plat apparaît comme une composition originale. Pour le Tricentenaire des Romanov en 1913, les étudiants de l’école Stroganov ont réalisé plusieurs objets pour les membres de la Famille impériale, notamment le plat monumental représentant des scènes de l’élection de Michael Romanov au rang de tsar, qui fut présenté à l’empereur Nicolas II. Копилка. Медную, чеканная. Форма круглая. Ручка в виде силуэта Бабы Яги. Шарнирное отверстие с застежкой. Завод: СТРОГАНОВ, около 1900 г. 800/1200 €.

 

Grande aiguière en cuivre, à décor repoussé et martelé de style Art Nouveau, l’anse, le bec verseur et la base dorés. Gravé sur la base circulaire en russe et en latin de la devise : “Au cher Prince de la part de Kostia, Otto, ?, in vino veritas, 1914, II, 25”). Bec verseur à ressouder. Russie, circa 1914. H. 36 cm. Большой кувшин. Медь. Стиль ар-нуво. Ручка и носик позолоченные. Выгравированы на круговой основе на русском и латинском девизе: «Дорогому Князю оть Кости, Отто, Гаврюши, Истина в вине, 1914, II, 25». Носик кувшина нуждается в пайке. 800/1000 €

 

Paire de bottes de jeune fille en cuir brun et polychrome, intérieur en tissu rouge. B.E. Russie, début du Xxe siècle. H. 34 x L. 22 cm (taille environ 33). Пара сапог. Кожа. Коричневый фон и полихромная отделка. Внутренняя отделка из красной ткани. Состояние хорошее. Россия, начало XX в 200/300 €.

 

Plaque de l’ordre de Saint André le Premier grade. Russie, début du XIXe siècle. Modèle typique des fabrications de la première partie du règne d’Alexandre I. Aigle noire brodée avec croix de Saint André sur la poitrine. Inscription pour la Foi et la Fidélité brodée, rayons argent garnis de canetilles. D. 11 cm. E.M. Premier ordre russe créé par Pierre le Grand en 1698. Il ne fut jamais largement attribué, moins de 900 récipiendaires à la fin de la monarchie. D’abord brodées, les plaques en argent et émail commencent à apparaître vers 1812 et ne se généraliseront qu’au milieu du XIXe s. Шитая звезда ордена св. Андрея Первозванного. Начало XIX в. Металические звезды появились только в 1812 г. Типичный образец начала царст. Александра I. 11 см 2500/3000 €.

 

Croix de Saint-Stanislas de 3e classe avec glaives. Or 56 zolotniks (583 millièmes) et émaux. Orfèvre : Vera Dietvald pour Edouard. 1908-1917. Ruban d’origine, avec une boîte ancienne. D. 4 cm. Poids brut : 16,1 g. Крест святого Станислава, «3-й степ. с мечами. Золото. Клеймо: Вера Дитевальд. Эдуард. «56» кокошник 1908 г. Кокошник на рукояти мечей. Собственная лента с коробкой, старого образца. 800/1000 €.

 

Lot de 3 décorations : – Jeton du 4e Tirailleurs de la Famille Impériale. Attribué à A. Tchernichev, 25/VIII/ 1915. 1ere promo. Bronze avec sa chainette. 24,8 mm. B.E. – Médaille pour le zèle. Nicolas II. Argent. 30 mm. – Médaille pour la guerre Russo-Turque. 1877-1878. Bronze foncé. 26,5 mm. On y joint un œuf pendentif à décor émaillé (H. 2 cm) et un bouton de col niellé (D. 3 cm). Жетон л.г. 4-го Стрелкового полка (Императорской семьи). Вручена А.Чернышову, 25/VIII/ 1915. Бронза. 24,8 мм Медаль за усердие. Николай II. Серебро. 30 мм Медаль за Турецкую войну, 1877-1878. Темная бронза. 26,5 мм Небольшое пасхальное яйцо. Бронза. Эмаль. 10 x 19 мм Пуговица, выполненная в кавказском стиле. Диаметр: 30 мм 150/200 €.

 

Uniforme de petite tenue de chambellan, règne de Nicolas II. Bon état et complet, doublure soie. On y a rajouté des pattes d’épaule de fonctionnaire. A la poitrine médaille argent « pour le zèle » et aigle de cuivre fabriquée en France lors de l’Alliance franco russe. Avec une épée de fonctionnaire modèle 1855, de belle qualité, avec fourreau et dragonne en cannetille. Вицмундир придворных чинов 1855-1917 гг. Шпага гражданских чиновников, обр. 1855 г. С темляком 4500/6000 €

 

Giberne d’officier de la cavalerie de la Garde. Mod. 1889. Une pointe de rayon de l’étoile cassée. H:8,5 x L: 16,5 x P: 3,5 cm Лядунка офицерская, Гвардейская кавалерия. Обр. 1889 г. Утрачен кончик одного луча. 1000/1200 €.

 

Sabre caucasien, Daghestan. Début XXe s. Eléments métalliques à gravure profonde, travail de Lak. Garde à croisée entièrement en argent avec tête d’aigle. Lame réglementaire russe mod. 1909 avec monogramme d’Alexandre III (Empereur sous le règne duquel l’officier a été breveté) et sur l’autre face l’aigle impériale. Fourreau bois et cuir, trois garnitures argent niellé, sur une, face intérieur, inscription « Caucase ». Usure au cuir. L. 96 cm. Сабля кавказская. Дагестан. Начало XX в. Крестовина рукояти полностью серебряная с головой орла. Лакская работа. Русский армейский клинок, обр. 1909 г. С вензелем Александра III и Императорским орлом. Ножны из дерева и кожи. Три прибора, черненое серебро. Надпись «Кавказ». Дл. 96 см- 1800/2000 €.

 

Boîte pour sceau impérial en cuivre estampé, frappé de l’aigle impériale de Russie. B.E. Russie, époque Catherine II (1762-1796). D. 17,5 cm. Коробка для хранения печатей. Штампованная медь, с изображением Императорского орла. Царствование Екатерины II. Диаметр 17,5 см, толщина 2,2 см. Хорошее состояние. 400/600 €.

 

BRUCKOY, école russe du début du XXe siècle. Portrait en pied d’un chevalier-garde. Sculpture en régule, sur un socle circulaire inscrit Russie et signé sur la terrasse en lettres latines. Sur un socle rond en bois noirci. Usures, traces de dorure. H. 54 cm (hors socle). Статуэтка. Кавалергард в полный рост. Баббит. На круглом цоколе, надпись «Россия». Основа, деревянная, круглая. 700/1000 €

 

SAINT-PETERSBOURG. Plan-Guide dressé par le Conseil municipal de St. Pétersbourg en 1897, SaintPétersburg, imprimerie P. Jablonsky, 1897, 128 p., in-8, reliure en percaline bleue ornée en couverture du blason de la ville, texte en français. САНКТ-ПЕТЕРБУРГ. ПЛАН-ГИД, 1897 г. 180/250 €.

 

DRONNIKOV Nikolaï (né en 1930). Portrait de Serge Lifar. Encre sur papier, monogrammée en bas à droite et daté 9. VII. (19)81. Encadré. H. 32 x L. 24,5 cm. ДРОННИКОВ Николай (род. в 1930 г) Портрет Сергея Лифаря. Бумага.Чернила. Инициалы внизу справа и дата 9. VII. (19) 81. В раме. 200/300 €

BOGDANOFF-BELSKY Nikolaj (1868 – 1945) Paysan à la croix de l’ordre de Saint Georges. Huile sur toile d’origine 48 x 58 cm Signe en bas à gauche en cyrillique Bogdanoff – Belski. Sera inclus ds le catalogue raisonné d’Alexandre Kuznetscov БОГДАНОВ-БЕЛЬСКИЙ Николай (1868-1945) Крестьянин с крестом ордена Святого Георгия. Масло, холст. Подпись внизу слева на кириллице. 5000/7000 €.

 

ZANKOVSKY Ilya Nicolaiévitch (1832-1919). Vallée dans le Caucase au clair de lune. Huile sur toile, signée en bas à gauche et datée 1919. Restaurations et léger accident. H. 105 x L. 60 cm. Provenance : collection Antonina Klichova (1909- 2002), amie de l’artiste, puis par descendance. Biographie : Zankovsky a suivi des cours à l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg (1862-1863). Il vécut dans le Caucase, à Tiflis, où il a principalement peint des paysages, travaillé la technique de l’aquarelle. Ses peintures ont été exposées à la Société caucasienne pour la promotion des beaux-arts, à la Société d’assistance mutuelle des artistes du Caucase, ainsi qu’a la Société des aquarellistes russes. Ses œuvres sont représentées dans un certain nombre de collections régionales de musées en Russie (musée régional des beaux-arts d’Omsk, musée d’art d’Odessa, musée régional du Daghestan), au Musée national russe ainsi que dans des collections privées et à l’étranger. ЗАНКОВСКИЙ Илья Николаевич (1832-1919). Долина в лунном свете на Кавказе. Холст, масло. Подпись слева внизу. Датировано 1919 годом. Провенанс: Коллекция Антонины Клишовой (1909-2002). 15000/20000 €.

 

KOROVINE Aleksei (1897 -1950) Paysage au manège Huile sur isorel 74,5 x 106 cm Non signé КОРОВИН Алексей (1897-1950). Пейзаж с каруселями. Масло, изорель. Без подписи. 5000/7000 €

 

 

ERTÉ, Romain de Tirtoff dit (1892-1990), d’après. La demoiselle à la balancelle. Miroir rond orné d’une superbe monture en bronze argenté de style Art Nouveau. Signé au dos dans un triangle ERTÉ PARIS 1907. Modèle tiré à 10 exemplaires. H. 45 cm. La Demoiselle à la balancelle est une des premières sculptures, si ce n’est la première, de Roman Petrov de Tyrtov (Erté). Réalisée à l’âge de 15 ans lors d’un premier voyage à Paris en 1907, cette œuvre est d’une facture moins précise que les autres de ses sculptures, mais contemporaine de l’Art Nouveau. Erté l’a tellement considérée comme mineure qu’elle ne parait pas dans sa biographie officielle. ЭРТЕ, Роман Тыртов (1892-1990). Девушка на качелях. Круглое зеркало украшено превосходной серебряной бронзовой рамкой в стиле ар-нуво. Подписано на оборотной стороне ERTÉ PARIS 1907. 1500/2000 €.

 

Constantin TERECHKOVITCH (Moscou 1902 – Monaco 1878) Femme à la voilette Huile sur toile d’origine 62 x 51 cm Signé et daté sur le côté à droite C. Terechkovitch 37 ТЕРЕШКОВ.ИЧ Константин Андреевич (1902-1978). Женщина в фиолетовом. Холст, масло. Подписано C. Terechkovitch и датировано 1937 годом с правой стороны. 2500/3500 €.

 

KALMAKOFF Nicolas (1873 – 1955) Princesse au cerf.  Huile sur carton 38 x 72,5 cm Signé du cryptograme et daté 1925 en bas à gauche КАЛМАКОВ Николай (1873-1955). Принцесса с оленем. Масло, картон. Подпись в виде криптограммы внизу слева. Датировано 1925 годом. 10000/15000 €.

 

LARIONOV Mikhaïl (1881-1964), attribué à. Composition rayonniste. Aquarelle sur papier, monogrammée en bas à droite. H. 24 x L. 39 cm. ЛАРИОНОВ Михаил (1881-1964). Конструктивистская композиция. Акварель, бумага. Присутствует монограмма художника внизу справа. 700/1000 €.

 

RUSAKOV Svetozar Kuzmich (1923-2006). Le loup et le vieux pécheur. Celluloïd. Séquence de film animé, 16e série. Numéroté 67 et 41A. Encadré. H. 25 x L. 32,5 cm. Provenance : conservé par la fille de l’artiste РУСАКОВ Светозар Кузьмич (1923- 2006). Волк и старый рыбак. Целлулоид. Анимированная раскадровка, 16 серия. 67 и 41A номер. 600/800 €.

En vente une série de 28 gouache à vendre également de cet artiste, qui travailla dans le studio d’animation «Soyuzmultfilm» dans le département d’animation dessinée à la main et il etait le chef de production de la plupart des films de V.M. Kotenochkin. 

 

DRONNIKOV Nikolaï (né en 1930). Début de l’hiver. Huile sur toile, monogrammée en bas à droite et datée 1997. Encadrée. H.72 x L.99 cm. ДРОННИКОВ Николай (род. в 1930 г.). Начало зимы. Холст, масло. Имеется монограмма автора внизу справа, Датировано 1997 годом. 600/800 €.

 

Expositions Publiques:  Vendredi 7 décembre de 11h à 18h

Experts:  Maxime CHARRON 124 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris expert@maxime-charron.com 06 50 00 65 51

Gérard GOROKHOFF Tél: 06 75 10 64 94

Hotel Drouot: salle 15 vente à 11h et 14h

9 rue Drouot, 75009 Paris

Métro: Richelieu Drouot (lignes 8 & 9)

Exposition Chagall
“Du noir & blanc à la couleur”
Hôtel de Caumont, Aix en Provence
Du 1er novembre 2018 au 24 mars 2019
 Le Cirque, 1961. Gouache et pastel sur papier. 57,5 x 51 cm.
© Marc Chagall ADAGP
Découverte d’une dimension inexplorée de l’oeuvre de Marc Chagall, célébre maître de la couleur par les artistes et les critiques de son temps. L’exposition, consacrée à la deuxième partie de la carrière de l’artiste, met en lumière son renouvellement artistique et révèle chaque étape de création de son oeuvre à partir de l’année 1948 jusqu’à son décès, en 1985.
© Culturespaces / S. Lloyd
130 oeuvres (peintures, dessins, lavis, gouaches, collages, sculptures, céramiques) témoignent de l’exploration du noir et blanc vers une maîtrise revisitée de couleurs particulièrement lumineuses, intenses et profondes.
© Culturespaces / S. Lloyd

Marc Chagall (Марк Захарович ШагалMark Zakharovitch Chagal ; Марк Захаравiч ШагалMark Zakharavitch Chagal), né Moïche Zakharovitch Chagalov (Мойшe Захарович Шагалов),Peintre, graveur, né le 7 juillet 1887 à Lenzna en Biélorussie ( intégré à l’empire russe)naturalisé français en 1937 mort le 28 mars 1985 à Saint Paul de Vence.

 

Chagall est l’un des plus célèbres artistes installés en France en 1910, son œuvre, sans se rattacher à aucune école, présente des caractéristiques du surréalisme et du néo-primitivisme. Inspirée par la tradition juive, la vie du village juif en Europe de l’Est) et du folklore russe, elle élabore sa propre symbolique, autour de la vie intime de l’artiste. Chagall s’est essayé, outre la peinture sur toile, à la gravure, la sculpture, la poèsie, le vitrail, la peinture sur l’émail, …..

Célébré maître de la couleur par les artistes et les critiques de son temps, Marc Chagall instaure dans son oeuvre un dialogue incessant entre la couleur et le noir et blanc. Cette démarche est peu connue et pourtant décisive pour le renouvellement de son art, au tournant des années 1950.

Ce dialogue commence dans les oeuvres des années 1920 et 1930. La maîtrise de la couleur, déjà affirmée chez le jeune artiste, anticipe et nourrit la conception de dessins et de gravures en noir et blanc. Après son retour de l’exil américain, en 1947 il travaille: lavis, gouache, gravure, peinture, mais aussi sculptures en marbre, en plâtre, en bronze et objets en céramique.

 


L’exposition bénéficie des prêts exceptionnels de “L’Arlequin” de la Taisei Corporation à Tokyo et des Amoureux au poteau de la collection Odermatt et présente des œuvres très rarement exposées en Europe, issues de collections privées.
Certains collages de l’exposition, tous sortis de l’atelier de l’artiste après son décès, n’ont encore jamais été exposés, tels que les Esquisse pour Le concert, Esquisse pour Le Clown rouge devant Saint-Paul et Esquisse pour Personnages de l’Opéra.

 

Esquisse pour Le Rappel, 1968-1971 © Marc Chagall ADAGP

Pour la première fois, les grandes huiles des années 1968-1971 (L’Arlequin, Le Nu mauve et Le Village fantastique) sont présentées avec leurs esquisses et collages préparatoires.
Autant de facettes d’une œuvre totale, où la compréhension des contrastes, des tonalités, du clair-obscur, des lumières, des ombres et des demi-teintes donne vie à des couleurs audacieuses, éclatantes et monumentales.

 

Hôtel de Caumont

Le 4 avril 1715, dans le nouveau quartier Mazarin, François Rolland de Réauville, marquis de Cabannes, souhaite construire un hôtel particulie, son déces ne met pas un terme au projet. Grâce aux plans de Robert de Cotte, ses descendants poursuivent le chantier terminé, en 1745. le bâtiment est vendu à François Bruny de la Tour-d’Aigues, le plus riche armateur, marchand et banquier de Marseille. L’hôtel prend ainsi le nom d’Hôtel de Bruny. A sa mort son fils, collectionneur, botaniste et membre de l’académie de peinture de Marseille, y rassemble de nombreuses œuvres d’art mais aussi des minéraux et fossiles. Sa sœur, Pauline, hérite de la demeure, elle avait épousé le marquis de Caumont, Amable de Seytres. C’est ainsi que l’hôtel prend le nom d’Hôtel de Caumont.

Durant la Seconde Guerre Mondiale débute, l’hôtel est divisé en plusieurs appartements tenus par Hélène Ardevol (1892-1976), concierge de l’immeuble et membre de la Résistance. Elle y héberge courageusement de nombreux résistants

L’hôtel dans son ensemble est classé Monument Historique. 65 ans plus tôt, en 1925, l’hôtel avait déjà fait l’objet d’une reconnaissance de la part des Monuments Historiques. Début 2013 démarre la retauration du site pour lui redonner le lustre d’antan,  en premier la façade afin de retrouver le style “baroque aixois”, puis tout l’intérieur. L’Hôtel de Caumont, rebaptisé Caumont Centre d’Art, ouvre ses portes, après restauration, le 6 mai 2015. Il accueille chaque année deux expositions temporaires dédiées aux grands noms de l’art. En parallèle, le film « Cézanne au pays d’Aix » est diffusé tous les jours. Concerts, performances musicales et conférences complétent la programmation.

Hôtel de Caumont-Centre d’art
3, rue Joseph Cabassol. 13100 Aix-en-Provence
T. 04 42 20 70 01

Horaires
— 1er novembre 2018 > 24 mars 2019
— Tous les jours, y compris les jours fériés: 10h-18h.
— (Dernière entrée 30 minutes avant la fermeture).

Tarifs
— Plein tarif : 14 €
— Tarifs réduits : https://www.caumont-centredart.com/fr/preparer-sa-visite/tarifs

La Russie a reçu les effets historiques  de l’empereur Alexandre II

 

Le tsar Alexandre II (né en 1818 à Moscou, mort en 1881 à Saint Petersbourg), peu de monarques ont été honorés dans l’histoire de l’épithète “libérateur”. Alexander Nikolaevich Romanov méritait cet honneur. De plus, Alexandre II est appelé le tsar réformateur, il dirige les écoles militaires et préside les commissions secrètes sur les affaires paysannes de 1846 et 1848. Il comprend très bien les problèmes des paysans et comprend que les changements et les réformes sont attendus depuis longtemps. Alexandre II, prenant le trône en 1855, reçut un lourd héritage. Pendant 30 ans au pouvoir, son père n’a réussi à résoudre aucun des nombreux problèmes graves et anciens de l’État.

À la fin de l’été 1856, à l’occasion du couronnement, le roi pardonna aux décembristes et aux participants au soulèvement de la Pologne. Il a également suspendu les recrutements pendant 3 ans et liquidé les colonies militaires. Le temps était venu de résoudre la question paysanne. L’empereur Alexandre II a décidé d’abolir le servage, qui faisait obstacle au progrès. Alexandre II dans l’histoire russe est considéré comme un réformateur et un libérateur.

 

Lors d’une soirée de gala, célébrant le bicentenaire de la naissance du tsar Alexandre II, dans les salons de  l’hôtel Intercontinental, rue Scribe, organisée par le Prince Alexandre Troubetzkoï, président de l’association Alliance Franco-Russe, à Paris le vendredi 9 novembre,  les effets “reliques” historiques du tsar Alexandre II, furent restituées officiellement et remis à son Excellence Alexey Meschkov, ambassadeur de la Fédération de Russie en France, en présence de Monseigneur Nestor par monsieur Louis Philippe Cadias, conservateur auprès du ministère de la culture(CDAOA Alpes-Maritimes).

Les reliques du tsar Alexandre II, avaient été subtilisées par une association russe de Nice.

 

Parmi lesquel il y avait :  la chemise ensanglantée de l’empereur Alexandre II, qu’il portait dans les dernières heures de sa vie, ainsi qu’un portrait réalisé de son vivant.

Outre la chemise et le gilet d’Alexandre II, dans lesquels il était vêtu lors de l’attentat  du 13 mars 1881, l’ambassadeur de Russie a reçu trois foulards portant les initiales de l’empereur, ainsi que son uniforme et son portrait.

Il est à noter que l’attentat a eu lieu le jour où l’empereur avait décidé de lancer le projet constitutionnel véritablement révolutionnaire de M. T. Loris-Melikov, après quoi la Russie devait suivre le chemin de la constitution.  Il y a eu huit tentatives d’attentat contre le tsar. Une voyante lui avait annoncé qu’il aurait 7 tentatives d’attentats contre lui, et que le dernier lui serait fatal ! La première a été commise par un paysan, Alexei Petrov, alors que le souverain se dirigeait des portes du jardin d’été à sa voiture. La seconde remonte à 1867, quand un émigré polonais manqua et frappa un cheval. La troisième a eu lieu en 1879, explosion préparée par des terroristes. L’année suivante, l’empereur était de nouveau confronté à une explosion, mais par hasard, il était en retard pour le déjeuner et seuls les gardes sont morts pendant l’incident. Le 1er mars 1881, la mort d’Alexandre II est due à la troisième explosion d’une bombe.  Ignatius Grinevitsky lança cette dernère bombe directement sous les pieds du souverain, au bord du canal Catherine (actuellement, canal Griboïedov) à Saint Petersbourg.

L’empereur mourut des suites de ses blessures. Sur le lieu de l’attentat fut construit l’église du Saint Sauveur sur le Sang Versé.

Après la mort de l’empereur en 1881, toutes ces objets ont été apportées à Nice par son épouse, la veuve d’Alexandre II, Ekaterina Mikhailovna Dolgorukova, (morte à Nice le 15 février 1922, agée de 72 ans, la maîtresse puis l’épouse morganatique de l’empereur), qui vivait en France après son assassinat. Elle  avait légué plusieurs biens de l’empereur à la cathédrale Saint-Nicolas qui devait les garder et les conserver, (construite en 1912 avec l’argent de la dynastie des Romanov).

 

Alexandre II et Catherine Dolgoroukova

Mais après la révolution, la cathédrale s’est retrouvée entre les mains d’une association russe de Nice. Récemment, avec l’aide du gouvernement français, les objets ont réussi à revenir dans la cathédrale St Nicolas de Nice. Ils ont été remis officiellement  à l’ambassadeur de Russie en France, Alexey Meshkov.

 

Les affaires personnelles de l’empereur, objets du patrimoine historique,  seront visibles dans la crypte de la cathédrale Saint-Nicolas de l’Église orthodoxe russe de Nice, où elles avaient été conservées naguère.

Dimanche 18 novembre a eu lieu la cérémonie de la remise officielle des effets d’Alexandre II à la cathédrale Saint Nicolas de Nice.

Christian Estrosi, maire de Nice, découvrant les reliques historiques, avec S.E. Alexey Meschkov, ambassadeur de la Fédération de Russie en France et auprès de la Principauté de Monaco.

S.E. Alexey Meschkov, ambassadeur de la Fédération de Russie en France et Monsieur Christian Estrosi, maire de Nice.© J. Kourdukoff

En présence de personnalités du monde russe et de Nice, du Consul général russe Stanislas Aranski de Villefranche, un historique  a été relaté par le conservateur des antiquités et objets d’art, Louis Philippe Cadias ainsi que des discours de remerciements par le maire de Nice et S.E. l’ambassadeur de Russie en France.

Reliques du tsar Alexandre II, exposées dans la crypte de la Cathédrale Saint Nicolas.© J. Kourdukoff

Gilet que portait le tsar Alexandre II lors de l’attentat meurtrier, maculé de son sang.