Informations

 

Maison de ventes ROSSINI

 

Vente tableaux et objets

de la famille royale de Grèce, famille impériale russe

Jeudi 26 novembre 2020 à 14h

Salle Rossini,7 rue Rossini, 75009,  Paris

 

 

 

EXTRAIT  du  CATALOGUE

 

 

LOT 81 : ICÔNE CHRIST PANTOCRATOR Tempera sur bois. Oklad en argent doré, gravé, repoussé et émaillé, 1899-1908.
Russie. Début du XXème siècle.
H.: 11,5 cm – L.: 9 cm.
300 €/400 €

 

j k j

 

LOT 83 : ICÔNE DU CHRIST PANTOCRATOR.
Tempera sur bois, avec beau travail de reparure, de style Byzantin.
Travail grecque, fin XVIIIème siècle.
Restaurations, petit manque au contour en bas à droite.
38 x 30 cm
400 € / 700 €

 

j k j

 

 

LOT 147 : ALEXANDRA FÉODOROVNA, impératrice de Russie, née princesse Charlotte de Prusse (1798-1860). Gant en chamois, bordé d’un liseré en cuir blanc avec deux petits boutons, ayant appartenu à l’épouse de l’empereur Nicolas Ier (1796-1855), porte à l’intérieur la trace d’un tampon de fabricant russe. Ce précieux souvenir historique est accompagné d’une lettre autographe signée « Tara », 3 pages, in-4°, texte en français, expliquant l’origine de ce gant : « Madame, depuis 1860, ce gant est dans un album de souvenirs. Je ne puis assez vous dire combien il m’est agréable de vous le confier. Vous comprenez le culte du passé. C’est au lendemain même de la douloureuse nouvelle que, à Tsarskoïé Sélo la fidèle Mme Rohbeck m’a donné ce gant porté par votre aïeule, l’Impératrice Alexandra Féodorovna, qui déjà comme la princesse Charlotte de Prusse, avait été si particulièrement bonne pour ma mère que tant que j’aurais une lueur de mémoire, j’en garderai un souvenir des plus profonds. Reportant aux jeunes générations la respectueuse affection que j’avais contractée alors que je n’avais pas soixante-douze ans. Je vvous prie de croire, Madame, que je la conserverais jusqu’à la mort de votre dévouée et toute respectueuse Tara ».

Provenance : offert par l’ancienne propriétaire à un membre de la famille Romanoff, descendant de l’impératrice Alexandra Féodorovna de Russie, vivant en France, très probablement, la grande-duchesse Victoria Féodorovna de Russie. Vente Beaussant Lefèvre Paris-Drouot, 13 novembre 2002, puis vente Massol Paris-Drouot 6 décembre 2010.

1200 € / 1500 €

 

 

j k j

 

 

 

LOT 94: PAIRE DE KOVCH EN ARGENT.
À décor gravé d’une frise géométrique stylisée et de l’inscription gravée en facsimilé
« Fra Olga 91 ». Traduction du danois : « de la part d’Olga, 1891 ».
Usures du temps, mais bon état général. Poinçon de titre : Copenhague, 1887 et 1890.
Poinçon d’orfèvre : Michelsen. H. : 4,5 cm – L. : 15 cm.
Poids total : 286 grs.
Provenance : Présent offert par la reine Olga de Grèce, née grande-duchesse
Olga Constantinovna de Russie (1858-1926), probablement offert à son
beau-père, le roi Christian IX de Danemark, puis conservé par descendance.
1000 €/1200 €

 

j k j

 

 

LOT 145 : FIGURINE EN PORCELAINE.
Représentant un paysan russe buvant de l’eau assis à côté d’un baquet à eau.
À décor polychrome. Reposant sur un socle rectangulaire. Bon état.
Manufacture impériale Gardner, Moscou.
H. : 14 cm – L. : 12 cm – P. : 7 cm.
Historique : selon la tradition familiale, ce personnage en porcelaine proviendrait
du palais de Gatchina, résidence de l’empereur Alexandre III et aurait appartenu
à son épouse, l’impératrice Maria Féodorovna (1847-1928), née princesse
Dagmar de Danemark, soeur du roi Georges Ier de Grèce.
600 € / 800 €

 

j k j

 

 

LOT 149 : NICOLAS II, empereur de Russie (1868-1918).
Clé de chambellan en bronze doré finement ciselé, ornée de l’aigle bicéphale
de l’empire russe et appliquée au centre du chiffre de l’empereur Nicolas II et
d’une guirlande de feuilles de chêne. Conservée avec son ruban d’origine en
taffetas de soie moirée bleu ciel aux couleurs de l’Ordre de Saint-André.
Usures à la dorure, en l’état.
Travail russe – Période : Nicolas II (1894-1917).
H. : 14,5 cm – L. : 6 cm.
1800 € / 2000 €

 

j k j

 

LOT 154 : ÉCOLE RUSSE DE LA FIN DU XIXe SIÈCLE.
Portrait du tsar Alexandre III de Russie entouré de sa famille.
Pyrogravure sur bois, ornée à chaque angle de l’aigle impérial des Romanoff.
Élément en bois provenant d’un guéridon de forme carrée. Manque son
piètement. Légères usures du temps.
H. : 42,5 cm – L. : 40 cm.
Historique : la représentation illustrant notre plateau fut faite d’après un portrait
photographique représentant l’empereur Alexandre III et sa famille en 1888, Et
offert par le tsar Alexandre III (1845-1894), à sa cousine, la grande-duchesse
Olga Constantinovna de Russie, reine de Grèce.
600 € / 800

 

j k j

 

 

LOT 155 : BRACELET en or 14k, argent et émail polychrome composé de 6 jetons de
chemins de fer décernés à Nicolas Ossipovitch Mikhnevitch, haut fonctionnaire
de l’Empire russe, directeur du bureau du ministre des chemins de fer en 1889
sous le règne d’Alexandre III (1881-1894), comprenant de gauche à droite
réunis par des maillons:
– Jeton en l’honneur de l’achèvement de la construction du canal maritime de
Saint Pétersbourg en or et émail polychrome. Bon état.Empire russe, fin du
XIXème siècle. Sans marque apparente. Un jeton similaire est reproduit dans
Werlich R., Jettons of Imperial Russia, 1985, p.68.
– Jeton en l’honneur de l’achèvement de la construction des chemins de fer
Varsovie-Bromberg et Varsovie-Vienne en or, argent et émail polychrome. Un
manque à l’émail.
Empire russe, règne d’Alexandre II, vers 1870. Sans marque apparente.
– Jeton en l’honneur de l’achèvement de la construction du chemin de fer
Moscou-Koursk le 5 septembre 1868 en or et émail polychrome. Bon état.
Empire russe, règne d’Alexandre II, vers 1868. Sans marque apparente.
– Jeton en l’honneur de l’achèvement de la construction du chemin de fer
Riazan-Oural de 1865 à 1892 en or et émail polychrome. Bon état. Empire
russe, après 1892.
– Jeton en l’honneur de l’achèvement de la construction du chemin de fer
Ivangorod-Dombrovskaya de 1881 à 1885 en or et émail polychrome.
Bon état. Empire russe, règne d’Alexandre III, après 1885.
-Jeton en l’honneur de l’achèvement de la construction du canal de Novosvirsky
de 1878 à 1882 en or et émail polychrome. Bon état.Empire russe, règne
d’Alexandre III, après 1882.
Poids brut total: 93 gr
Dimensions: 23 cm
Historique: Des jetons en or et argent nominatifs ont été distribués pour célébrer
l’achèvement de la construction des chemins de fer, les plus importants ont
été réalisés sous le règne des tsars Alexandre II (1855-1881) et Alexandre III
(1881-1894). Le jeton donnait droit à des voyages gratuits à vie sur le trajet
en question dans les wagons de 1ère classe pour les jetons en or, et dans les
wagons de 2ème classe pour ceux en argent.
2000 € / 2500 €

 

j k j

 

CATALOGUE  COMPLET : CLIQUEZ

 

Vente à huis clos
Pour examen des lots et visites virtuelles
nous contacter:
+33 (0) 1 53 34 55 29
contact@rossini.fr

 

ROSSINI – MAISON DE VENTES AUX ENCHÈRES

– BUREAU D’ESTIMATIONS GRATUITES

– Sans RDV du lundi au vendredi, de 9h30 à 13h et de 14h à 18h –
7, rue Drouot 75009 Paris – Tél. : 01 53 34 55 00 – Fax : 01 42 47 10 26 – contact@rossini.fr – www.rossini.fr
Rossini – Société de ventes volontaires de meubles aux enchères publiques agréée sous le n° 2002-066 RCS Paris B 428 867 089

Commissaire-priseur habilité :
François-Xavier PONCET
Directeur Général Commissaire-priseur habilité
Maître Pascale MORELLE MARCHANDET

 

Cyrille Boulay, Membre de la FNEPSA et de la CEDEA. Lots 90 à154, 156

Expert : Art Russe & Souvenirs Historiques

Téléphone :  +33 (0)6 12 92 40 74
Courriel : cyrille.boulay@wanadoo.fr

 

 

 

 

 

 

 

Activités du CRSC Paris

Novembre 2020

Site-Web du CRSC, Paris

 

8

 

Mardi 24 novembre 2020 à 15 h

(GMT+2:00) Paris

Conférence

” Histoire du Régiment

Normandie Niémen “

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

Le premier rendez-vous en ligne était consacré au 75e anniversaire du retour des pilotes vainqueurs français sur le sol natal (septembre 1945) le 15 Octobre.

VOIR l’ARTICLE PLUS BAS

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

e k e

 

Lundi 16 novembre au 16 décembre 2020

Exposition historique

”  Les Cosaques pendant la Guerre civile

( 1917–1922 ). L’Exode “

 

Le 100e anniversaire de « l’Exode » de la Crimée de l’Armée russe à l’issue de la guerre civile fratricide.

Exposition historique et documentaire « Les cosaques pendant la guerre civile (1917–1922). L’Exode »

L’exposition sera présentée sur la plateforme web du CRSC à Paris, en russe et en anglais

VOIR l’ARTICLE PLUS BAS

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

e k e

 

 

Prolongation exposition au 14 novembre 2020

« Le chemin vers la Victoire : juifs soviétiques

pendant le Seconde guerre mondiale »

 

 

En l’honneur du 75e anniversaire de la Grande Victoire une nouvelle exposition interactive met en lumière l’expérience des Juifs — vétérans de l’Armée rouge et leur contribution à la défaite de l’Allemagne nazie.

Le projet est élaboré par la Fondation « Blavatnik Archive » (New-York Etats-Unis) et l’Agence Rossotrudnichestvo avec le soutien de mécènes à l’occasion du 75ème anniversaire de la Grande Victoire sur le fascisme. La Fondation « Blavatnik Archive » est une organisation à but non lucratif fondée en 2005 par L.Blavatnik, philanthrope et industriel américano-britannique.

Des histoires personnelles inoubliables d’anciens combattants sont présentées dans des entretiens vidéo, des photographies, des lettres et des journaux intimes issus de la collection des « Archives Blavatnik ».

 

e k e

 

Mardi 3 novembre 2020 à 18 h (GMT+2:00) Paris

 

Histoire de la recherche des planétes lointaines

&  la  COURSE  LUNAIRE

Mikhaïl Marov, de l’Académie Russe des Sciences

Thierry Montmerlet, chercheur à l’Institut d’Astrophysique de paris

Interviewé par Nicolas Pillet, chef de projet « Kosmonavtika.com ».

 

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

 

Le CRSC poursuit les rencontres avec les interlocuteurs les plus compétents : cosmonautes, académiciens, scientifiques, chefs d’entreprises et directeurs d’instituts. Ainsi, les participants aux rencontres du CRSC découvriront toutes les actualités de la recherche des planètes éloignées et proches de « première main ».

Mikhail Marov est chef de département à l’Institut MV Keldish de mathématiques appliquées, Académie soviétique des sciences, Moscou, professeur de physique planétaire à l’Université d’État de Moscou, et a été l’une des principales figures de l’exploration de Vénus avec la série d’interplanétaires Venera vaisseau spatial.

Le scientifique de renommée mondiale joue un rôle de premier plan dans le développement et la mise en œuvre du programme à long terme de recherches spatiales en URSS, dans l’étude de l’espace extra-atmosphérique, de la Lune et des planètes du système solaire.

Avec son implication directe, les premières études sur Vénus et Mars ont été réalisées. Mikhaïl Marov est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire de la recherche spatiale russe.

Les participants à la réunion discuteront des problèmes du patrimoine spatial et technologique russe et mondial avec Anna Sidorenko, chef d’Unité Unité des traités pour la protection du patrimoine culturel, l’un des auteurs de l’Initiative thématique de l’UNESCO « L’Astronomie et le patrimoine mondial ».

Thierry Montmerle est astorphysicien français, ancien secrétaire général de l’Union astronomique inbternationale (2012-2015).

 

Invité par le CRSC Nicolas Pillet, chef du projet Kosmonavtika.com, membre de la Commission Astronautique et Techniques Spatiales de la SAF, responsable du projet web Kosmonavtika.com, dédié à l’histoire et à l’exploration spatiale contemporaine. Il sera l’intervieweur et  le modérateur de cette rencontre.

Organisé par le Centre de Russie pour la science et la culture à Paris et Kosmonavtika.com.

Le dialogue avec MikhaïlMarov sera diffusé avec la traduction simultanée en français sur la plateforme Zoom et sur la page Facebook du CRSC.

 

INSCRPTION OBLIGATOIRE : CLIQUEZ

 

e k e

 

Vendreddi 6 novembre 2020 à 18 h

Histoire des trois Boulgakov

Mikhaïl, Nicolas et Ivan

par Hélène Sédakoff-Boulgakov

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

Hélène Sédakoff-Boulgakov est la petite-nièce de Yvan Boulgakov, l’un des trois frères et deux sœurs Boulgakov. On parle généralement moins de ce lien de parenté de l’écrivain, que de Nikolaï Boulgakov, bactériologue russe bien connu et prometteur qui secondera le professeur Félix d’Hérelle et fondera le premier Laboratoire de bactériologie privé à Paris en 1922 en travaillant ensemble à l’Institut Pasteur à Paris, où Nikolaï recevra une reconnaissance scientifique.

Selon Hélène Sédakoff-Boulgakov, son grand-père Yvan Boulgakov était un musicien célèbre. Il a créé son propre orchestre de balalaïkas sur des musiques populaires mais elle ignore son parcours et cheminement en France et dans le monde.

Parmi les documents d’archives datant de la première moitié du siècle dernier fièrement présentes aux invités par la descendante des Boulgakovs figure un sur sa participation à un groupe cosaques à Paris en 1962, la pochette de disque lui étant transmise faisant foi.

Hélène Sédakoff-Boulgakov a volontiers partagé ses souvenirs d’enfance sur son grand père et surtout sur Nikolaï Boulgakov chez lequel, petite, elle a vécu une période.

Tous ces documents ont été mentionnés lors de plusieurs téléconférences avec des amateurs russes de l’œuvre de Boulgakov, en se prêtant à diverses questions sur lesquelles elle pouvait répondre, qui ont été organisées le même jour par le CRSC.

Depuis 25 ans, elle s’est engagée dans ses propres recherches sur la famille Boulgakov et notamment sur la vie et l’œuvre de Mikhaïl Afanassiévitch. Elle donne des conférences qui lui ont été demandées, a participé à des émissions de radios pour faire connaitre les poètes russes, et ce sur demande du Club des poètes sur Marseille de sa connaissance /25 émissions/.

Elle a coécrit en collaboration avec une réalisatrice un pitch de film cinématographique en sa possession en recherche d’un producteur qu’elle souhaiterait russe pour le réaliser.

Hélène Sédakoff-Boulgakov a fréquenté de nombreuses conférences de presse littéraires étant un ancien membre de l’association internationale des belles lettres. Les auditeurs écoutent avec intérêt ses récits sur les spectacles de Boulgakov mis en scène qui jouissent d’un très grand succès auprès du public français (Paris, Avignon, Marseille etc.) et dont les œuvres sont bien connues ici.

Un hommage appuyé à feue sa mère décédée en 2000, Irène Boulgakov, qui contribua à faire entrer Boulgakov dans la Bibliothèque de la Pleïade, au même titre que tous les grands auteurs français avec acharnement et pugnacité.

A cette réunion avec la descendante des Boulgakovs, les participants ont convenu de poursuivre leurs échanges et faire mieux connaissance par la suite, ont présenté de nombreux projets prometteurs, en plus de l’aspect littéraire et historique, couvrir des faits peu connus relatifs au patrimoine musical russe en France.

Une attention particulière sera accordée au thème de « l’Exode russe » de 1920, qui a bouleversé la vie des deux frères, celles de Nikolaï et d’Yvan Boulgakov, sans oublier le sort des Russes arrivés en Corse par bateaux. Parmi des conférences de Hélène Sedakoff-Boulgakov figure cet épisode tiré des recherches publiées en France.

 

e k e

 

Mercredi 11 novembre 2020 à 18 h (GMT+2:00) Paris

 

Vladimir Sourovtsev

Scultpteur, Artiste du Peuple Russe

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

 

Le célèbre sculpteur Vladimir Sourovtsev mettra en lumière l’histoire du Corps expéditionnaire russe en France.

La réunion en ligne aura lieu le jour de l’Armistice de Compiègne (1918), accord conclu entre l’Entente et l’Allemagne pour mettre fin aux hostilités de la Première Guerre mondiale.

Vladimir Sourovtsev est né en 1951 à Moscou, diplômé en 1977 de l’Académie des Beaux Arts de Moscou, il expose en Russie et à l’étranger, membre de l’Union des artistes de la Fédération de Russie depuis 1989. L’œuvre la plus célèbre de Vladimir Surovtseva et le bas-relief en bronze “Valkyrie” situé sur les rives de l’Elbe à Strehl (Saxe). En 1998 un buste de Pierre I est posé à Bruxelles. En août 2000, un buste de Pierre I  est installé dans le Musée naval de Saint-Pétersbourg et en Septembre,  un autre est posé à Hambourg, ville jumelle de Saint-Pétersbourg.

En 2000, le sculpteur Vladimir Surovtsev devient lauréat du Service fédéral des frontières de la Russie, “La frontière couronne d’or”, pour une sculpture dédiée à Anna Akhmatova, et obtient un diplôme de l’UNESCO (Paris).

 

 

Le monument de Vladimir Sourovtsev a été l’un des premiers mémoriaux russes dédiés à la « Grande Guerre », comme on l’appelle en France. Il est installé
non loin du pont Alexandre III et du Grand Palais, place du Canada sur le Cour de la Reine, il a été inauguré, en présence du premier ministre russe V. Poutine et de M. Fillon. Cette sculpture commémorative aux soldats du corps expéditionnaire russe qui combattit aux côtés de la France pendant la Première Guerre mondiale le 21 juin. Afin de mettre en lumière l’histoire du Corps expéditionnaire russe (CER) en France (1916–1918).

Le retour sur le thème du CER en France et celui de la Première Guerre mondiale a donné lieu à une compréhension plus juste de toute l’histoire complexe du début du XXe siècle et du rôle de la Russie dans la politique mondiale.

L’installation de l’œuvre sculpturale de Vladimir Sourovtsev a été soutenue par des autorités russes et françaises, elle a été accueillie avec un respect particulier par l’émigration russe et a également trouvé un large écho dans les médias.

Aujourd’hui, de nombreux événements commémoratifs liés à l’histoire russe se déroulent auprès de ce monument.

Le mémorial a éveillé chez de nombreuses personnes en Russie et en France un intérêt pour l’étude de leur histoire familiale. Par ailleurs, le grand-père du sculpteur, Vassili Sourovtsev, a participé à l’offensive Broussilov.

Pour son travail sur ce monument, le sculpteur a été récompensé d’un ordre français. Vladimir Sourovtsev a créé ce monument en collaboration avec son fils Danila. L’auteur estime que la Russie et la France doivent encourager la nouvelle jeune génération patriotique à étudier et à préserver leur passé. Pour cela, la transmission des valeurs et le soutien des figures culturelles sont importants. À travers leur exemple, un grand nombre de personnes façonnent leurs points de vue sur les leçons de l’histoire, sur le rôle et l’image de notre pays en Europe et dans le monde.

La rencontre aura lieu en ligne et sera disponible sur le site web et les pages des réseaux sociaux du CRSC à Paris.

 

e k e

Jeudi 12 novembre 2020 à 16 h

(GMT+2:00) Paris

Forum Éducatif

“LES ÉCOLES RUSSES EN FRANCE”

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

RCSC INVITE DES ÉCOLES RUSSE EN FRANCE
PARLEZ DE VOUS AU SEIN DU FORUM ÉDUCATIF
Le 12 novembre, le Centre russe pour la science et la culture à Paris accueillera le deuxième Forum des écoles russes en France.
Le premier de ces rendez-vous a été organisé au RCSC parisien en face-à-face en octobre 2019 avec la participation de près de 30 écoles, KSORS en France et le responsable du département profil Rossotrudnichestvo.
Lors du nouveau forum, la participation du Président du KSORS en France et de sa Commission respective, ainsi que d’un haut représentant de Rossotrudnichestvo, est également attendue. La possibilité d’une diffusion en direct sur la chaîne d’une des agences de presse russes est à l’étude.
La conférence en ligne vise à réunir plus de 320 écoles de formation continue russes opérant en France aujourd’hui et à collecter des informations générales à leur sujet pour une analyse plus approfondie.
Aujourd’hui, le CRSC a besoin d’informations objectives et complètes sur l’état actuel de l’éducation russe dans le pays hôte et invite toutes les écoles à répondre activement à l’invitation au forum.
Nous devrons évaluer les besoins et opportunités existants en matière d’éducation, identifier des orientations prometteuses pour le développement de l’enseignement scolaire en russe dans l’ensemble de la France.
Nous sommes impatients d’entendre de votre part des histoires et des présentations sur l’expérience d’écoles de premier plan avec de nombreuses années d’expérience dans l’enseignement, une connaissance du leadership et des caractéristiques d’écoles qui nous sont encore moins connues, créées par des compatriotes dans différentes régions de France.
Nous espérons organiser une conversation intéressée et équilibrée entre professionnels et spécialistes, tournée vers l’avenir.
Sur la base des informations reçues du forum, le CRSC préparera ses recommandations pour les activités futures de Rossotrudnichestvo en vue de soutenir l’éducation russe en France et dans d’autres pays.
Veuillez joindre au formulaire de candidature un questionnaire statistique rempli à votre demande. Il comprend des questions sur la composition des étudiants, l’intérêt pour la transition ou l’application partielle du programme et des normes éducatives russes, la présence et le nombre d’étudiants prêts à subir une certification intermédiaire et finale, le besoin d’assistance pour renforcer la base méthodologique ou didactique.
Par ailleurs, le RCSC prévoit d’engager une conversation sur la préparation de nos écoles dans différentes régions de France à contribuer au développement ou à l’ouverture de nouvelles sections russes dans les lycées internationaux français, ainsi qu’à discuter de l’expérience française de l’organisation d’écoles internationales privées internationales.
Vous pouvez confirmer votre participation en suivant le lien sur le site du RCSC Paris.

 

e k e

 

 

Une semaine de

Saisons du théâtre de Saint-Pétersbourg.

En ligne.

En russe et en anglais.

Samedi 14 novembre à 12 h

 

Conférence internationale en ligne sur des problèmes de gestion du théâtre et des festivals dans des conditions actuelles.

Lundi 16 novembre à 13 h

Master class en discours sur scène. Professeur Oleg Veledinsky, Institut d’État Russe des Arts de la Scène (RGISI).

18 h

Rencontre avec l’équipe de spectacle « Le mariage ». Théâtre National de Drama de Russie — Théâtre Alexandrinski.

20 h

« Le mariage » 12+.
Théâtre National de Drama de Russie — Théâtre Alexandrinski
Spectacle de Valery Fokin.

u

Mardi 17 novembre à 12 h

Master class « Le plastique comme clé de rôle ».
Professeur Anna Beligh, Institut d’État russe des arts de la scène.

18 h

Réunion avec l’équipe du spectacle « Gros argent ».
Théâtre de Comédie Académique d’État N.P.Akimov.

20 h

« Gros argent » 12+.
Théâtre de Comédie Académique d’État N.P.Akimov.
Réalisateur — Tatiana Kazakova.

u

Mercredi 18 novembre à 18 h 

Rencontre avec l’équipe du spectacle « L’histoire des sept pendus ».
Institut d’État Russe des Arts de la Scène (RGISI).

20 h

« L’histoire des sept pendus » 12+.
Institut d’État Russe des Arts de la Scène (RGISI).
Réalisateur — Andrzej Bouben.

u

Mercredi 19 novembre à 18 h

Réunion créative avec l’équipe du spectacle « Les âmes mortes ».
Théâtre Académique d’État de Saint-Pétersbourg nommé après de Lensovet.

20 h

« Les âmes mortes » 16+.
Théâtre Académique d’État de Saint-Pétersbourg nommé après de Lensovet.
Réalisateur — Roman Kotcherjevski.

u

Jeudi 20 novembre à 18h

Réunion créative avec l’équipe du spectacle « Les joueurs ».
Théâtre de Saint-Pétersbourg Andrei Mironov.

20 h

« Les joueurs » 16+.
Théâtre de Saint-Pétersbourg Andrei Mironov.
Réalisateur — Anton Yakovlev.

u

Vendredi 21 novembre à 18 h

Rencontre avec l’équipe du spectacle « L’homme de Podolsk ».
Théâtre d’État de Saint-Pétersbourg « L’abri de comédien ».

20 h

« L’homme de Podolsk » 16+.
Théâtre d’État de Saint-Pétersbourg « L’abri de comédien ».
Réalisateur — Mikhail Bytchkov.

u

Samedi 22 novembre à 18h

Réunion avec l’équipe du spectacle « Hamlet. Paravent ».
Grand Théâtre des marionnettes.

20 h

« Hamlet. Paravent » 18+.
Grand Théâtre des marionnettes.
Réalisateur — Rouslan Koudachev.

 

e k e

 

Lundi 16 novembre au 16 décembre 2020

Exposition & documentaire

” Les COSAQUES  pendant la Guerre Civile ”

1917 – 1921 L’EXODE

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

 

Le 100e anniversaire de « l’Exode » de la Crimée de l’Armée russe à l’issue de la guerre civile fratricide.

Exposition historique et documentaire « Les cosaques pendant la guerre civile (1917–1922). L’Exode »

Comité synodal de coopération avec les cosaques de l’église orthodoxe russe.

Archives d’état russe d’histoire sociale et politique .

Maison des russes à l’étranger Alexandre Soljenitsyne.

Musée des cosaques du Don de Novotcherkassk.

En russe et en français.

Une exposition consacrée à l’histoire des cosaques pendant la guerre civile sera présentée sur la plateforme web du CRSC à Paris à l’occasion du 100e anniversaire de l’évacuation de l’Armée russe de la Crimée

Le 16 novembre, à l’occasion du 100e anniversaire de l’évacuation des troupes de l’Armée russe du général Piotr Wrangel et de la population civile de la Crimée, le Centre de Russie pour la science et la culture à Paris présentera une nouvelle exposition historique et documentaire « Les cosaques pendant la guerre civile (1917–1922). L’Exode ».

La date n’a pas été choisie au hasard. Le départ d’importants contingents de Sébastopol, d’Eupatoria et de Feodossiia (Théodosie) a eu lieu les 14 et 15 novembre 1920. Les derniers, plus de 40 000 personnes, ont quitté Kertch le matin du 16 novembre.

Les événements de la Révolution russe de 1917–1922, constituant un point tournant dans l’histoire de la Russie au XXe siècle, ont bouleversé la vie de toutes les couches de sa population. Il existe un grand nombre de travaux qui décrivent le destin tragique de la paysannerie, de l’intelligentsia et du clergé russes.

En repensant à cette époque, il est nécessaire d’accorder une attention particulière aux cosaques, qui se sont retrouvés au milieu de la confrontation militaire et sociopolitique de ces années. Don, Kouban, Terek, Sibérie, Extrême-Orient sont devenus les épicentres de la guerre civile, où passaient les premières lignes de ses fronts. En 1920–1922, les adversaires des bolcheviks sont vaincus. Au printemps 1920, les Forces Armées du Sud de la Russie, sous le commandement d’Anton Dénikine, se replient en Crimée. En mai 1920, les troupes d’Alexandre Doutov quittent le Semiretchie pour la Chine. Après les batailles acharnées des 13 et 16 novembre 1920, les unités de l’Armée russe dirigées par Piotr Wrangel sont évacuées de la Crimée vers la Turquie. En octobre 1922, la guerre civile en Russie se termine par l’évacuation des troupes blanches de Vladivostok.

L’Exode à l’étranger de millions de ceux qui n’ont pas accepté la victoire des bolcheviks dans la guerre civile est devenu l’une des conséquences les plus tragiques des événements révolutionnaires. Les cosaques formaient un groupe assez important et très uni de l’émigration blanche. Dans les années 1920–1930, plusieurs associations des cosaques de la diaspora russe voient le jour, parmi lesquelles figurent le Conseil commun du Don, du Kouban et du Terek, l’Union générale agricole des cosaques, l’Union de la renaissance cosaque, l’Union des cosaques de l’Est, l’Union des cosaques à Shanghai et bien d’autres.

Réalisant les actions de représentation politique des cosaques au niveau international, leurs militants ont tout mis en œuvre pour faciliter l’emploi des cosaques et leur intégration dans les pays d’Europe, d’Asie et d’Amérique, leur fournir une assistance matérielle et mettre en place des activités culturelles et éducatives.

Prenant une part active aux affaires publiques de la diaspora russe, les associations cosaques ont cherché à trouver sa place au cœur du processus politique, dans l’espoir de revenir rapidement au pouvoir après la chute des bolcheviks. Dans le même temps, une partie importante des émigrants ont désiré la réconciliation et l’amnistie, pour pouvoir rentrer chez eux et être auprès de leur famille et de leurs proches.

L’exposition présentera les documents et les photographies d’archives et de musées fédéraux et régionaux, consacrés à l’Exode des cosaques à l’étranger et à la formation de l’émigration cosaque dans les années 1920. Elle abordera également certains événements des années 1930, qui étaient d’une grande importance pour les cosaques, tels que la création de colonies cosaques au Paraguay et d’autres.

L’exposition a été conçue et organisée par le Comité synodal pour l’interaction avec les cosaques de l’Église orthodoxe russe, les Archives nationales russes d’histoire sociale et politique, la Maison des Russes à l’étranger Alexandre Soljénitsyne et le Musée des cosaques du Don de Novotcherkassk.

L’exposition sera présentée sur la plateforme web du CRSC à Paris, en russe et en anglais, et sera ouverte jusqu’au 16 décembre 2020.

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

 

e k e

 

 

Mardi 17 novembre 2020 à 19h

Conférence du maestro

Andreï Chevtchouk

avec

Julien Semenov-Braidi, pianiste

” 17 moments de musique “

 

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

 

Maestro Andreï Chevtchouk est né à Saint-Pétersbourg en 1970. Après une solide formation de chef d’orchestre et de chef de chœur, Andreï Chevtchouk exerce ses fonctions en Russie, en Allemagne, en Belgique, puis en France où il réside actuellement.

Si la direction d’orchestre symphonique reste sa principale vocation, tous types de formations lui offrent l’occasion de livrer un art accompli de chef d’orchestre.

Réside à Lyon, il est actuellement directeur musical du grand chœur classique lyonnais la Schola Witkovski, du festival Opéra et Châteaux de la Drôme, du Festival Opéra des Champs en Charente et du chœur Crescendo d’Amiens.

 

d

 

Julian Semenov-Braidi est né en 1995 dans une famille d’artistes: son grand-père, l’écrivain Julian Semyonov, et son arrière-arrière-grand-père, le peintre Pyotr Konchalovsky. La musique a pris la place principale dans la vie de Julian dans la petite enfance: à l’âge de six ans, il est entré dans une école de musique au piano, à sept ans il est devenu soliste dans le célèbre chœur français “Little Singers of the Holy Cross”.

Diplômé avec mention du Conservatoire Régional de Boulogne-Billancourt en France et devenu le meilleur diplômé de 2019 dans la classe de piano de l’Ecole Supérieure de Musique de Genève (HEI) en Suisse, Julian a été unanimement accepté par le jury pour le programme de master au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (classe de piano, soliste) ) où il étudie en ce moment. Lauréat du concours de pianistes “Résonances” à Paris.

 

 

e k e

 

 

Mercredi 18 novembre 2020 à 19 h (GMT+2:00) Paris

 

Nicolaï TSISKARIDZÉ 

” Une vie de ballet “

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

 

 

Nikolaï Maksimovitch Tsiskaridzé Николай Максимович Цискаридзе danseur russe dorigine géorgienne né à Tbilissi le 31 décembre 1973. Il est certainement l’un des danseurs de ballet les plus brillants, ancien soliste du théâtre Bolchoï, recteur de l’Académie de ballet russe.  Il se dit «géorgien avec de petits rajouts», puisque la grand-mère de son père biologique était française, actrice de profession. il a été élevé dans une famille internationale, sa mère est géorgienne, son beau-père est arménien, sa nounou est ukrainienne, il parle les trois langues.

Sa mère voulait que  son fils reçoive la meilleure éducation et a laissé une vie prospère à Tbilissi (elle était ingénieur dans une centrale électrique)  afin que le garçon puisse étudier à l’école chorégraphique de Moscou, il rentre en 1987, à l’école chorégraphique académique de Moscou, dont il est diplômé dans la classe du professeur Petr Pestov.

 

 

Le 26 août 1992, il est accepté dans la troupe du théâtre Bolchoï. Depuis 1995, il est le premier danseur du théâtre Bolchoï. Il a préparé ses pièces au Théâtre du Bolchoï avec G.S. Ulanova et M.T. Semyonova, N.R. Simachev et N.B. Fadeechev.

En 1996, il est diplômé de l’Institut chorégraphique d’État de Moscou avec un diplôme de professeur adjoint. En 2014, il a obtenu une maîtrise en jurisprudence de l’Université de droit de l’État de Moscou du nom d’O.E. Kutafina (Académie de droit de l’État de Moscou).

Depuis 2004, il est l’hôte permanent de la chaîne de télévision Kultura (programme : Chef d’œuvres du théâtre musical du monde ). Depuis 2005, il a travaillé comme professeur répétiteur pour le théâtre Bolchoï et a également enseigné des cours de perfectionnement.

 

 

Nikolai Tsiskaridze dans le casse-noisette

 

Le 28 octobre 2013, il a été nommé recteur par intérim de l’Académie de ballet russe nommé Vaganova à Saint-Pétersbourg. Professeur du Département des méthodes d’enseignement de la danse classique et duo-classique. Le 29 octobre 2014, par décision de l’Assemblée générale (Conférence) du personnel de l’Académie, il a été élu recteur de l’Académie de ballet russe Vaganova à Saint-Pétersbourg.

 

 

Depuis 2017, membre de la Chambre de Saint-Pétersbourg. De renommée internationale, Nikolai Tsiskaridze a reçu de nombreux prix d’État, lauréat de plusieurs prix prestigieux, détenteur de commandes russes et étrangères. Ce danseur exceptionnelle porte fièrement le titre d’artiste populaire de Russie et de la République d’Ossétie du Nord.

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

e k e

 

Samedi 21 novembre 2020 à 13 h ( GTM de Paris)

« Bénévoles de la Victoire »

organise un quiz historique international

« Au-delà des limites »

 

 

Le mouvement « Bénévoles de la Victoire » organise un quiz historique international « Au-delà des limites » consacré aux événements de la Seconde Guerre mondiale et au procès de Nuremberg. Il s’agit d’un jeu de quête et d’exploration en ligne traitant de faits historiques et basé sur les documents d’archives et des souvenirs réels d’anciens combattants.

A noter que les joueurs auront le choix entre quatre langues disponibles : le français, l’espagnol, le russe, l’anglais.

Selon le scénario du jeu, les participants seront amenés à agir en tant que membres de la communauté journalistique. Pour éviter une catastrophe informatique, ils devront résoudre des défis historiques, mathématiques et logiques, visiter en ligne des musées dans différentes parties du monde, entendre des témoignages d’événements historiques recueillis aux quatre coins de la Terre, et parcourir les documents d’archives authentiques du procès de Nuremberg.

Les vainqueurs de ce quiz seront récompensés par un prix de grande valeur, un voyage pour découvrir une des villes de la Russie !

Pour y participer, veuillez-vous inscrire sur le site VictoryGame.org.

 

e k e

 

Mardi 24 novembre 2020 à 18 h (GMT+2:00) Paris

40 ans de présidence au

CONSERVATOIRE RUSSE de PARIS

SERGE  RACHMANINOFF

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

 

Rencontre en ligne avec le comte Pierre Cheremetiev

40 ans à la tête du Conservatoire russe. S.V. Rachmaninov à Paris.

Avec la participation d’organisations créées en Russie par P.P. Sheremetev.

En russe et en français.

 

 

1923 Création du Conservatoire Russe de Paris, (issu de la création de la Société Musicale Impériale Russe à Saint-Pétersbourg pour contribuer au rayonnement de l’art musical et théâtral russe en 1889 et la création des Conservatoires de Saint-Pétersbourg et de Moscou de 1862/1866) par un groupe d’anciens professeurs des conservatoires impériaux de Russie. Parmi les fondateurs, nous pouvons citer : Tchrepine premier Directeur, Chaliapine, Glazounov, Gretchaninoff, Rachmaninoff premier Président d’Honneur du Conservatoire.
Depuis 1932 Horowitz, Milstein, Piagorsky, Borovsky … ont contribué au rayonnement du Conservatoire en y donnant des concerts.
Depuis 1923, les générations suivantes de musiciens russes, leurs descendants ou nouveaux émigrés, ont repris le flambeau pour maintenir les traditions de la culture musicale russe et les spécificités de son enseignement.
Le Conservatoire, par ses différents cours individuels ou collectifs, offre aux élèves une qualité de formation, comme nulle autre école artistique : musique, mais aussi Histoire de la musique, langue russe, danse, écriture, formation musicale …

Présidée par la Comte Pierre Cheremetieff, la Société Musicale Russe en France est reconnue d’utilité publique en 1983.  Elle ne reçoit aucune subvention de la Ville de Paris.

 

 

Pierre Cheremetieff, dont la lignée remonte à Riourik, son ancêtre, le seigneur Cheremetiev, a décidé il y a 400 ans, avec le patriarche Philarète, de mettre sur le trône le premier Romanov. Un autre Cheremetiev, vaillant gouverneur, arrière-cousin de Pierre le Grand, a libéré l’Europe et la Russie de Charles XII de Suède.

La France exsangue mais auréolée de sa victoire de 14-18, première grande hécatombe mondiale et mondialiste, va accueillir et bénéficier de la diaspora russe blanche, fuyant la révolution qui trouve une grande part de ses racines et de son idéologie dans la révolution permanente française qui a commencé en 1789.

Étrange conjonction entre des contraires, que représente l’assimilation des russes blancs avec la république française. Des russes blancs dont certains, comme le comte Pierre Cheremetieff préservent en France le dépôt des traditions de la Russie tsariste. Il est diplômé avec mention de l’Ecole Supérieure d’Architecture. Selon ses plans, des bâtiments ont été construits à Paris, les capitales des Émirats arabes unis et d’Arabie saoudite.

Plus récemment, pour son anniversaire célébré à Paris. Le CRSC a transmis ses félicitations et a souhaité au recteur permanent du Conservatoire de longues années et une énergie inépuisable pour poursuivre des projets fructueux.

Le héros de la future rencontre est bien connu en Russie et en France comme président de la Société musicale russe à Paris, fondateur et président de longue date du Conseil international des compatriotes russes à l’étranger.

Le comte fait beaucoup d’efforts pour renforcer les liens culturels entre la Russie et la France, le fait-il avec désintéressement, sans aucun bénéfice commercial ou personnel.

Pierre Cheremetev, est membre du Comité d’honneur du Centre pour la langue et la culture russes, il soutient activement les écrivains russophones.

Il est le fondateur et président des centres Cheremetev à Ijevsk, Nijny Novgorod, Tomsk et Yaroslavl. À Ivanovo, en plus du centre Cheremetev, le corps de cadets Ivanovo-Voznesensk, à l’école secondaire d’Ivanovo n ° 43. porte le nom  “Maréchal comte Chremetev

Il déclare lui-même, avoir  hérité son amour de l’art, de son arrière-arrière-grand-mère l’actrice Praskovya Ivanovna Jemtchugova, .

 

a h a

 

Mercredi 25 novembre 2020 à 15 h (GMT+2:00) Paris

Kokochnik

 

 

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

 

Le premier rendez-vous en ligne était consacré au 75e anniversaire du retour des pilotes vainqueurs français sur le sol natal (septembre 1945) le 15 Octobre.

Lors de la téléconférence, le public a rencontré  les pilotes et les mécaniciens russes de l’escadron légendaire, les vétérans du régiment d’aviation « Normandie-Niémen » et leurs enfants.

Dès l’invasion de l’URSS par l’Allemagne en juin 1941, le général de Gaulle envisage d’envoyer des soldats français combattre sur le front de l’est. Quinze mois plus tard, en septembre 1942, une troisième unité de chasse des Forces aériennes françaises libres (après la formation un an plus tôt des groupes Alsace et Île de France) voit le jour : le Groupe de chasse n° 3 Normandie. Constitué à Damas, sous les ordres du commandant Pouoliquen et du commandant Tulasne, le groupe est rapidement informé qu’il a été choisi pour marquer la présence de la France auprès des Soviétiques et aller combattre sur le Front de l’Est. Un total de 62 volontaires, qui ont comptabilisé 5240 missions, 273 victoires officielles revendiquées plus 37 probables et 47 avions endommagés. Sur les 97 pilotes ayant participé aux campagnes russes, 42 ont trouvé la mort où ont disparu, sept ont été blessés et quatre prisonniers.

Après avoir reçu le titre de « Héros de l’Union Soviétique » par Staline, les pilotes et mécaniciens retournent en France le 20 juin 1945. Ils atterrissent triomphalement le 20 juin 1945 sur les pistes du Bourget.

Les légendaires pilotes de Normandie Niémen.

 

 

e h e

 

Vendredi 27 novembre 2020

Nicolaï DRONNIKOV 

” Chronique de l’émigratin russe “

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

 

e h e

 

Samedi 28 novembre 2020  à 15 h

Conférence

” SOUVENIR de GUERRE POUR

BÂTIR LA PAIX “

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

 conférence commémorative-historique “Mémoire de  guerre – pour la paix”.
Des historiens français et russes, des militants des associations mémorielles sont invités à y prendre la parole.
La conférence se tient à l’initiative du Conseil de Coordination des Compatriotes Russes en France, du Centre Russe pour la Science et la Culture à Paris, le mouvement Régiment éternel (Paris) et l’association Mémoire russe.

 Ont été retenus pour la réunion:

  • La Russie et la France pendant la Première Guerre mondiale, mémoire commune: tombes militaires russes sur le territoire de la France, corps expéditionnaire russe.
  • Pages russo-soviétiques-françaises de la Seconde Guerre mondiale: l’écrivain russe Vladimir Varshavsky, participant à la campagne de 1940 en France, prisonniers de guerre soviétiques en France, unités de résistance soviéto-françaises …;
  • Histoire militaire et histoire de la lutte pour la paix: points de croisement et perspectives de dialogue.

PARTICIPANTS :

Georgui SHEPELEV, historien, président de KSORS de France, participera à la conversation en ligne.

Serguei DYBOV, historien, président de l’association Mémoire russe.

René LESAGE, historien, président du Comité historique du Haut-Pays.

Dominique DELVALE, directeur du théâtre Tchekhov (Valenciennes, France).

Maria VASILIEVA, secrétaire scientifique de la Maison de la Russie à l’étranger pour eux. A.I.Solzhenitsyna (Moscou), Maxim CHINYAKOV, historien, Fondation pour l’assistance à la perpétuation de la mémoire des soldats des Brigades spéciales russes sur les fronts français et balkanique (1916-1918).

Serguei LAPENKOV, coprésident du Mouvement du régiment immortel, Yves-Jean GALLA, président du Régiment régional Comité du Mouvement pour la Paix / Mouvement de la Paix (Ile-de-France)

Julia EGGER, Présidente du Centre de Recherche “Mémoire” (Autriche)

Michel SIDOROFF, écrivain, réalisateur.

Alexandra LEMEL, Présidente de l’Association “Ferma-ta” (Toulouse) .

Pour participer à la conférence, qui sera organisée avec traduction simultanée en français et en russe,

merci de vous inscrire sur le site RSCC Paris (crsc.fr).

 

 

e h e 

 

 

Centre de Russie pour la Science et la Culture  à Paris

61, rue Boissière, 75116, Paris 

Téléphone : 01 44 34 79 79

Site:  https://crsc.fr/

 

 

Vente d’Art Russe

Samedi  14  novembre 2020 à 14 h

EXPOSITION PUBLIC

jeudi 12 et vendredi 13 novembre de 10h à 18h

Samedi de 10h à 12h

Osenat -Versailles, 78000 Versailles

 

EXTRAITS du CATALOGUE

Livres rares des XVIII et XIX siècles
Редкие  русскиекниг

 

 

LOT 3 : Shoduar Stanislav
Relation circonstanciée de la campagne de Russie en 1812. Paris, éd. Panckouke et Magimel, 1814, 427 pp. in-8. Deux grandes cartes dépliantes : les batailles de Maloyaroslavets et de Borodino. Reliure en plein veau brun, dos lisse orné, roulettes dorées. A.B.E. (page de titre manquante).
Revue d’anciennes pièces de monnaies russes et étrangères. Avec des dessins et des tableaux. En deux parties. Saint-Pétersbourg, typographie EZGB. 1837-1841. Partie I – 1837, 23 pp., 21 pl. des tableaux, in-8. Partie II–1841, 340 pp., in-8, reliure demi-cuir d’époque. A.B.E. (traces des frottements). Rare.
[Подробное описание Русской кампании 1812 года.]
ЛAБОМ, Евгений (1783–1849)
ШОДУАР Станислав
Париж, изд. Panckouke et Magimel, 1814. На французском языке. 427 стр., 20 х 12,5 см., 2-е раскладные карты сражений:
Бородинского и под Малоярославцем. – Цельнокожаный переплет эпохи с тиснением золотом на корешке и на крышках. Общ.
хор.сост. (утрачен титульный лист, царапины на переплете, потертости).
Обозрение русских денег и иностранных монет, употреблявшихся в России с древних времен. С рисунками и таблицами: [В 2 ч.].
СПб.: В Тип. ЭЗГБ.1837-1841. – Ч. 1: 1837. – 23 стр., 21 л. табл., 58 л. ил.; 23х17 cм. Ч. 2. – 1841. – 4, XII, 340, X с. 23х17 cм. Во владельческом
составном переплете эпохи (потертости корешка). Хор.сост. Редка.
Станислав Иванович Шоду ар (1790-1858) – ру сский археолог, коллекционер -нумизмат, энтомолог, библиофил. Станислав
Иванович имел богатую коллекцию древностей времен Киевской Руси и греческих черноморских колоний, из которых часть
пр иобр ел петер бур гский Эрмитаж, а часть у везена в Англию.

300/400 €
600/800 €

 

zkz

 

 

 

LOT 4 : Riznikov A.I. – Autographe
Abécédaire pour des matelots. Ed. de la typographie Korolev et
Co, Saint-Pétersbourg, 1854. 203 pp., 3 pl. dépliantes avec des
schémas. Reliure en percaline vert d’origine. In-12. Dédicacé par
l’auteur. A.B.E. (légères salissures des pages, notes au crayon).
Très rare.

Riznikov Artem – capitaine de la marine russe. Inventeur d’une méthode
de grammaire il décida de donner des cours à ses matelots. Cette initiative fut très mal vue par les chefs de la marine et rapidement interdite car « un matelot ne doit pas apprendre à lire ». Ce livre fut édité par l ’auteur à son p rop recompte. Il a joué finalement un rôle important pour l’éducation générale de la marine et de l’armée plus tard.

РИЗНИКОВ А.И. – Автограф
Русская азбука для матросов. Санктпетербургъ, изд. в типографии
Королева и Ко. 1854 г. 203 стр., 3 раскладные схемы. Зеленый коленкоровый переплет эпохи с золототисненым названием по корешку.
21,5х 14,5 см. Общ.хор.сост. (легкие загрязнения страниц, лисьи пятна, пометы карандашом). Дарственная надпись «
» орешковыми чернилами. Редка.

2 500€ / 3000€

 

 

zkz

 

De La Bibliothèque de la grande Duchesse Maria Aleksandrovna

 

 

LOT 6 : Jésus Christ et ses sept mots sur la croix.

Sixième édition. Saint-Pétersbourg, éd. Edouard Pratz, 1859. 120 pp., in-12. Reliure demi-cuir d’époque. Ex-libris de la bibliothèque de la Grande Duchesse Maria Aleksandrovna (fille de l’empereur Aleksander II, duchesse d’Édimbourg et de Saxe-Cobourg et Gotha en Allemagne). A.B.E.

Иисус Христос на голгофе или семь слов его на кресте.
Изд. шестое с тремя картинками. Санктпетербург, изд. в типографии Эдуарда Праца; 1859 г. 120 стр., 19,3х 12 см. Общ.хор.сост. (легкий надрыв титульного листа, редкие лисьи пятна). Оригинальный кожаный переплет эпохи (надрыв корешка, потертости по корешку). Инвентарный номер на корешке, экс-либрис библиотеки Великой княжны Марии Александровны герцогини Эдинбургской и Саксен-Кобург-Готской (дочери императора Алексанлра II) из библиотеки  Саксен-Кобур г-Готском в Германии.

150/200 €

 

zkz

 

 

LOT 10 : La Russie ancienne dans ses monuments de l’architecture et ses églises.
Sous la rédaction de A. Martinov, texte par N.M. Snegirev . Deuxième édition avec des ajouts. Quatrième année. Ed. typographie de la police de Moscou. Moscou, 1853. 140 pp., 18 pl. d’illustrations, in-8. Reliure de l’éditeur (salissures, dos partiellement détaché). En l’état (salissures des pages, traces des cachets).

Русская старина в памятниках церковного и гражданского зодчества сост. А. Мартынов, текст. Н.М. Снегирев. Издание второе с переменами и дополнениями. Год четвертый. М.: Тип. Ведом. Моск. Гор. Полиции, 1853. 140 стр., 18 л. ил. 23×15,6 см. В издательском
картонажном переплете. Потертости и загрязнения переплета, надрыв корешка, нехватка части стр.139-140, следы штампов.

400/500 €

 

zkz

 

 

LOT 12 :  Comprenant 4 éditions révolutionnaires interdites.
-Kibalchich Nicolas. La volonté du peuple. Genève, 1882. 24 pp., in-12.
-Tikhomirov L.A., Deitch L.G. Sophia Lvovna Perovskaya. Les données biographiques. Genève, 1882. 24 pp., in-12.
-Zhelyabov Andreï. Recueil. Genève, 1882. 47 pp., in-12.
– Stasulevitch Makhail. «Tcherny Peredel» des réformes d’Alexandre II. Lettres de Moscou. Berlin, 1882. 82 pp., in-12.
Sont joints : Gubarev Dmitri. Étude sur les exploitations agricoles. Saint-Pétersbourg, 1884. 102 pp., in-12.

– КИБАЛЬЧИЧ Николай Иванович. [1854-1881]. [Женева]: загран. тип. «Народной воли», 1882. – 24 с.; 17,5х 12 см. На тит. л. вымышл. место
изд.: Лондон. В издательской обложке. Незначительные временные пятна.
– ТИХОМИРОВ Л.А., Дейч Л.Г., Хотынская Е.А. Софья Львовна Перовская: (Материал для биографии); [Под ред. С.М. Степняка-Кравчинского]. [Женева]: загран. тип. «Народной воли», 1882. – 24 с.; 17,5х 12 см. На обл. вымышл. место изд.: Лондон. В издательской обложке. Незначительные загрязнения обложки. Без тит. л. Первое издание. СК запрещенной печати. №1855.
– ЖЕЛЯБОВ Андрей Иванович: [Сборник]. [Женева: загран. тип. «Народной воли»], 1882. – 47 с.; 17,5х 12 см. На тит. л. и обл. вымышл. вых. дан.: Лондон, Вольн. рус. тип. Содерж.: [Л.А. Тихомиров]. Андрей Иванович Желябов: (Материалы для биогр.); Студенческие годы А.И. Желябова (Конец 60-х и начало 70-х гг.). В издательской обложке. Редкие временные пятна.
– СТАСЮЛЕВИЧ Михаил Матвеевич (1826-1911). Черный передел реформ императора Александра II: Письма из Москвы за границу par вonté (не по почте). Берлин: B. Behr (E. Bock), 1882. – VIII, 82 с.; 19х 13 см. В издательской обложке. Несколько страниц отделены от блока. Владельческая надпись «Арнольди» на лицевой обложке. Автор установлен по изд.: Вольная русская печать в Рос. публичной библиотеке. Пг., 1923. №421. СК запрещенной печати. №1751.
Прилагаем: ГУБАРЕВ Дмитрий Николаевич. О народном хозяйстве. СПб.: типо-лит. П.И. Шмидта, 1884. – 102 с.; 17х 11,5 см. В конце текста: Г.Д. Без обложки. Последние страницы отделены от блока, временные пятна.
Автор установлен по изд.: Масанов И.Ф. Словарь псевдонимов. М., 1956. Т. 1. С. 262; Масанов, №9365.

400€/600€

 

zkz

 

 

 

LOT 17 : DELINES Michel
Russie. Nos alliés chez eux . Ed. Société française d’éditions d’art. L.-Henry May, Paris. 1897. En français. 336 pp., in-folio, reliure bleue en tissu, ornée de motifs fleuris. B.E. (traces d’humidité).

ДЕЛИНЬ Мишель Россия, наши союзники. Изд. Общество французских издателей. Л-Анри Май, Париж, 1897 г. 336 стр., 33х25
см., в издательском тканевом синем переплете, украшенном золототиснеными буквами и цветами. Общ.хор.сост. (следы влажности на задней крышке).

150€/200€

 

zkz

 

 

LOT 20 : LA FAMILLE STROGANOFF. Album de dessins et des plan accompagnés par un manuscrit. [A .A . VOLOGDIN] Album de dessins et de plans présentant l’histoire de la fameuse famille Stroganoff : 1558-1908. Circa 1910. 19 planches lithographiques rehaussées d’aquarelle (19 pl. sur 21, il manque les planches n°12 et n°13). 50 X 35,5 cm. Les planches contiennent des tableaux comparatifs, des plans et des schémas sur l’histoire de la famille et de ses propriétés. Présentées dans leur emboitage d’origine en percaline vert et maroquin noir titré en lettres d’or,
avec fermoir métallique. In-plano. En russe et en allemand. A.B.E. Daté et situé par l’auteur « 1912, Illinskoe ».
Nous y joignons : [A .A . VOLOGDIN] Explication pour l’album des plans et des dessins sur l’histoire de la famille Stroganoff et de leurs propriétés à Perm. Manuscrit en deux parties. Circa 1910. 175 pp., in-folio.
Un ouvrage unique réalisé pour les 350 ans de l’obtention des terres par le comte Stroganoff à Perm par un décret d’Ivan le Terrible. Contient des copies des cartes anciennes et des plans actuels pour l’année 1910 de toutes les propriétés de la famille, des usines et des domaines. Le manuscrit présente une explication de toute l’histoire de la famille Stroganoff depuis l’époque d’Ivan le Terrible, leur généalogie et l’explication du rôle historique des certains comtes Stroganoff
pour la Russie.
Alekseï Vologdin (1861-1941) – historien, travaillait à Perm près des domaines des comtes Stroganoff. En 1921 participe
à la création du musée historique de la ville de Perm et occupe la place de son directeur entre 1921-1933. Auteur de
plusieurs articles et livres sur l’histoire de la région.
Famille Stroganoff – la plus grandes famille noble de la région de Perm entre les XVI-XIX siècles. A partir du XVIII
siècles la famille dirige les plus grandes usines de l’Oural. Les comtes Stroganoff ont participé à la création de la marine baltique auprès de Pierre Ier, puis à la guerre du 1812, ont occupé des postes de ministres et de diplomates, ils ont activement contribué à la vie culturelle et scientifique. L’édition de cet album a été publiée en très petit nombre, n’existe pas dans les bibliothèques principales de Russie. Très rare.

2 800€ / 4 000€

 

zkz

 

LOT 33 : Portrait photographique de Sophia Féodorovna Koltchak (1876-1956) par Franck Swaine, vers 1912. Sépia sur papier argentique. Épreuve montée sur carton de
présentation avec le nom du photographe au dos. Signature à l’encre noire et cachet du photographe sur le passe-partout. Porte une mention manuscrite de la main d’Alex andre Rostislavovitch Koltchak (1933-2019) au dos. 195 x 138 mm.
(photographie) ; 285 x 225 mm. (carton de présentation).

600€ / 800 €

 

zkz

 

 

LOT 38 : Les Feux. Almanach de Noël pour les enfants de bas âge. 25 décembre 1912. Sous la rédaction de V. Lenin. Ed. I.D. Sitin, Moscou, 1912. Reliure de l’éditeur, proj et de V. Komarov. 60 pp., in-4, nombreuses illustrations de V. Spasski, E. Bem, V. Komarov
dans le texte. B.E.

ОГОНЬКИ. Рождественский альманах для детей младшего возраста. 25 декабря
1912 года. Под редакцией В. Ленина. Издание т-ва И.Д. Сытина.
Москва. 1912 г. Иллюстрированная издательская обложка авторства
Портрет. Гравюра резцом, изд. «Воскресенье», Мюнхен. 350 х 255 мм. В. Комарова. 60 стр., 27×22 см., иллюстрации В. Спасского, В.
Хор.сост. Комарова, Е. Бем в тексте. Общ.хор.сост.

100€ / 150€

 

zkz

 

 

LOT 45 : [Journal de la Révolution de février] Journal «Izvestia de la semaine de la Révolution». 1-10 (27 février-5 mars). Ed. Comité des j ournalistes de
Petrograd. Typographie de A.S. Souvorov . 1917, 65×56 cm. A.B.E. (traces de pliage, légères déchirures). Très important bulletin qui a remplacé les journaux pendant
la première semaine de la Révolution de février, édité en urgence pour informer le public. Très rare.

 

zkz

 

 

 

LOT 51 : DOBUJINSKI Mstislav Saint-Pétersbourg en 1921. Préface par S. Yaremitch. Ed. Comité de la promotion des éditions des Beaux-Arts. Saint-Pétersbourg, 1923. 8 pp. et 12 pl. d’illustrations (gravures sur pierre faites par M. Dobuj inski). Grand in-folio, reliure de l’éditeur. Exemplaire N803 sur 1000, signé par l’auteur. T.B.E.

Mstislav Dobujinski (1875-195 7) est un peintre russo-lituanien,
connu pour ses p ay sag es urbains où il dép eint la croissance exp losive
et la décadence de la ville au début du XX siècle.

400€ / 600€

 

zkz

 

 

LOT 77 : LIFAR Serge (1906-1986) Autographe. Le Livre de la danse, Les éditions du  journal musical français, Paris, 1954. En français. Exemplaire n°488 sur 3000, 226 pp.,
in-8, reliure de l’éditeur. Dédicacé par l’auteur. On y joint une photographie dédicacée par Serge Lifar (15 x 10,5 cm.). B.E.

ЛИФАРЬ Серж (1905-1986) Книга о танце. Изд. Французского музыкального журнала, Париж, 1954 г. На французском. Экземпляр 488 из 3000, 226 стр., 23 x 18,5 см. Бумажная типографская обложка. Дарственная подпись с рисунком от автора. Хор.сост. Прилагаем фотографию  с подписью (15 x 10,5).

250 € / 300€

 

zkz

 

 

 

LOT 87 : BOUNINE, Ivan (1870-1953). Les Allées sombres. Paris: Zeluck, La Presse fr. et etrangère, 1946. Première édition. In-8, reliure de l’éditeur (par B. Grosser), 325 pp. A.B.E. (légère déchirure au dos, légère déchirure de la reliure, légères salissures).

БУНИН Иван (1870-1953) Темные аллеи. Изд. Французская и иностранная пресса, O.Zelluck, Париж. 1946 г. 325 стр., в издательской бумажной обложке (работы В. Гроссера). 19х 12 см. Надрыв корешка, надрыв задней крышки, легкие загрязнения обложки. Первое издание. Над «Темными аллеями» Бунин работал в эмиграции с 1937 по 1944 г. Многие рассказы были написаны во время Второй мировой войны на юге Франции в городе Грасе, в очень стесненных условиях вишистского режима

200€ / 300€

 

zkz

 

 

LOT 103 : Russie, XIX siècle
Tempera sur bois, oklad en argent ciselé Russie, XIX siècle
Poinçons : ?. 1858 ; (Verkhovtsev Feodor), 84, 27 x 22,7 cm. T.B.E.

Икона «Богоматерь Владимирская», Россия, XIX век  Темпера, дерево, оклад серебро, чеканка, гравировка 32 х 27 см. Хор. сост. Клейма: ?.М 1858 в щитка, Ф.В. (Верховцев Федор), 84, Санкт-Петербург
27 х 22,7 см. Хор. сост.

1 000 € : 1 500 €

 

zkz

 

 

 

LOT 105 : PANGHIAIcône ovale représentant sur une face «saint Nicolas» et sur
l’autre «La Vierge du Don» protectrice des cosaques.
Russie, XIX siècle
Tempera sur métal, oklad en argent
Poinçons : Ф. В. (probablement Verkhovtsev Feodor)
10,5 x 9,3 cm. B.E.
Accompagnée d’un encadrement rectangulaire (pas d’origine),
monture en vermeil. Poinçons: A.K. 1843, 84, saint Georges,
13,5 x 11 cm., Moscou, 1843. A.B.E.

ПАНАГИЯ Двусторонняя икона, представляющая с одной стороны икону
«Святой Николай», с другой стороны «Богоматерь донская» (покровительница казачества) Россия, XIX век Темпера, дерево, оклад серебро, чеканка
Клейма: Ф.В. (вероятно Верховцев Федор) 10,5 х 9,3 см. Общ.хор.сост.
Сопровождается не родной рамой из дерева и вермея. Клейма: А.К 1843 (Ковалевский Андрей), 84, св. Георгий, Н.М. 13,5 х 11 см.,
Москва, 1843 г., общ.хор.сост.

1 000 € / 1 500 €

 

 

zkz

 

 

 

LOT 108 : Icône «Notre-Dame de Kazan»
Russie, Moscou, XIX siècle Tempera sur bois. Oklad en argent, vermeil et émail
Poinçons : 1876 (Viktor Savinkov), 84 et saint Georges tourné à droite, I.C
31 x 26,5 cm.

Икона «Казанской Божией Матери»
Россия, Москва, 1876 год Темпера, дерево. Оклад серебро, вермей, выемчатая эмаль Клейма: ВС 1876 (Виктор Савинков), 84 и святой Георгий вправо, I.C
31 х 26,5 см.
3 000 € / 4 000 €

 

zkz

 

 

LOT 112 : Croix. Décorée de plaques en porcelaine avec des petites icônes émaillées
Russie, Moscou, 1836, Argent, or, porcelaine, émail, Poinçons : 84, ? 1836, saint Georges tourné à droite, 27 x 16 cm., avec son cofret d’origine.

КРЕСТ
Украшен эмалевыми иконками Россия, Москва, 1836 г. Серебро, золото, фарфор, эмаль Клейма: 84, ?Д 1836, святой Георгий вправо,
27 х 16 см., с оригинальной коробкой

3 000€ / 4 00 €

 

zkz

 

 

LOT 119 : Icône “Saint Nicolas”, Rusie, XIX siècle Tempora en bois, 36 X 30 cm

Икона «Святой Николай чудотворец»n Россия, XIX век Темпера,

дерево 36 х 30 см. Хор.сост.

800 € / 1 200 €

 

zkz

 

 

LOT 129 : ÉCOLE d’Ivan AIVAZOVSKY
Marine Vue sur Notre Dame
Huile sur toile Trace d’une signature en bas à gauche
47 x 101 cm. XIX siècle

Школа Ивана Айвазовского, Морской пейзаж
Холст, масло След подписи слева внизу
47 х 10 1 см. XIX век

6 000 € / 10 000 €

 

zkz

 

LOT 31 : KOROVIN Konstantin (1861-1939)
Boulevard Saint-Denis Huile sur carton
Signé en bas à droite 21 x 30 cm. (à vue)

10 000 € / 13 000 €

 

zkz

 

 

LOT 113 : ANNENKOV Georgs (1889-1974). Collage avec une danseuse de ballet. Technique mixte
Signée en cyrillique et datée « G. Annenkov 1922 » en bas à gauche.
Réalisé dans les années 1960.44 x 32 cm. (à vue)

12 000 € / 15 000 €

 

zkz

 

LOT 136 : SORIN Sawelij (1878-1953), Vue de Prtovence, Huile sur toile. Signé én ba à droite et daté “29”, 60 X 73 cm

3 000 € / 4 000 €

 

zkz

 

 

LOT 141 : SORIN Sawelij (1878-1953), Portrait de S. Poliakov-Litovstzev,

lithographie, 31 X 25 cm

200€ / 300 €

 

zkz

 

 

LOT 143 : SORIN Sawelij (1878-1953), Mlle Vava, Lithographie 28 X 23

200€ / 300€

 

zkz

 

LOT 144 : SOUDBININE Séraphin (1867-1944), Penseur, Plâtre teintée
Signé et daté « S.Soudbinines Paris 3(?)9 » (un morceau de plâtre manquant sur le chifre 3). 56 x 33 x 66 cm.
Provenance : Atelier du peintre Sawelij SORIN (1878-1953). Est resté dans la famille du peintre j usqu’à la période actuelle.
Seraphin Soudbinine arrive à Paris en 1904 et devient l’assistant d ’A ug uste Rodin. En menant sa propre carrière de sculpteur, il reste pendant dix ans assistant de Rodin et travaille dans son atelier. La sculpture présentée aux enchères a été retrouvée dans l ’atelier du p eintre
Sawelij Sorin et est restée dans la famille jusqu’à nos j ours. Seraphin Soudbinine était un ami proche de Sawelij Sorin.
En 1923, les deux artistes exposent ensemble à la galerie Knoedler à New York.

10 000€ / 20 000 €

 

zkz

 

 

LOT 145 : ARONSON Naoum (1873-1943)
Portrait d ’une j eune f emme
Provenance : Collection particulière, France
Vente de l ’atelier de Jose Pillon, 6/ 12/2010, Dupont & Associés S VV, Morlaix. L351.
Plâtre Signé « N. Aronson » 50 x 58 x 68 cm.

6 000€ / 8 000 €

 

 

zkz

 

 

LOT 152 : SEREBRYAKOVA Ekaterina (1913–2014), Paysage de campagne
Huile sur toile montée sur carton 53 x 75 cm. Circa 1900.
Aquarelle sur papier Signée en bas à gauche 28 x 37 ,5 cm. (à vue).

600€ / 1 000 €

 

zkz

 

 

LOT 169 : A. KOJANOVSKY (XX), Vue sur la Chapelle, aquarelle sur papier, signé en bas à droite, 41 X 28 cm

150€ / 200€

 

zkz

 

LOT 178 : VITRINE ART NOUVEAU
Bois du noyer, bois d’érable Cachet « Fournisseur de la cour impériale, manufacture de P.A. Shmit » au dos. 180 x 35 x 87 cm.
Manufacture de Paul Shmit (Shmidt), c.1900, Moscou.

800€ / 1 200 €

 

zkz

 

 

LOT 181 : COFFRET DE MARIAGE,  Empire russe, région d’Arkhangelsk près de Kholmogory Fin XVII – début XVIII siècle, 17 x 20 x 16 cm. Avec sa clé d’origine.
Provenance : collection p articulière, Londres.

10 000€ / 15 000 €

 

zkz

 

 

 

LOT 182 : ASSIETTE provenant du légendaire service du comte Orloff. Faite par le maître orfèvre Jacques-Nicolas Roettiers sur commande de l’impératrice Catherine II en 1770. Argent, vermeil Poinçons : J NR (de J -N Roettiers), R sous la couronne, G, 74, N74 (gravé). 25 cm., 671g., France, 1770.
L’un des cadeaux légendaires aits par l’impératrice Catherine II a son favori le comte Grégory Orlof. Grandiose service pour 60 personnes en argent et vermeil composé de 3000 pièces, parmi lesquelles environ 576 assiettes, le service coprenant au total deux tonnes d’argent, a été fabriqué en une année. Après la mort du comte, Catherine II a pu racheter le service aux héritiers. Il restait dans la collection royale et servait aux grandes occasions. En 1930, une grande partie de ce service a été vendue à Berlin avec de nombreuses autres oeuvres d’art par les bolcheviks. Nous retrouvons actuellement plusieurs parties de ce service dans les collections des grands musées (Louvre, Metropolitan, Ermitage).
Provenance : Collection p articulière, Paris, Gouvernement soviétique jusqu’aux années 1930,  Collections impériales russes, Catherine II de Russie (1 72 9-1 796)
Comte Gregory Orlof (1 734-1 783)

2 000€ / 4 000 €

 

zkz

 

 

 

LOT 184 : SERVICE. Comprenant : une cafetière, une théière, un sucrier, un pot à lait, trois tasses, neuf sous-tasses, un vase pour les fruits.
Porcelaine, dorure. Marques : Manufacture de M.S. Kuznetsov à Moscou (vert) ; numéro 1173 ; Manufacture de M.S. Kuznetsov D.F. sous l’aigle
bicéphale (bleu) ; 39 (dans la masse).
1891– 1917. Manufacture de M.S. Kuznetsov (Dmitrovo et Moscou). B.E.

2 500 € / 3 000 €

 

zkz

 

 

LOT 200 : PIERRE LE GRAND. Métal argenté, jade
21 cm. (avec la base), 13 cm. (sculpture) Russie, XIX siècle.

1 500 € / 2 000 €

 

zkz

 

 

LOT 204 : ORDRE de Saint Stanislas de 2 classe, Avec son ruban et son coffret d’origine. Or, émail. Poinçons : 56, VD (mal lisible), Edouard (mal lisible)
51 х 48 mm., 23,16 g. 1908 – 19 17. B.E.

600 € / 800 €

 

zkz

 

 

LOT 205 : PISTOLET d’un soldat, modèle 1848
Manufacture d’Izhevsk, 1852 Bois (bouleau), garnitures en laiton.
Marques : t N 221 (0.3) ; 1852 sous une fèche ;
1852 ; ; 1852 à côté d’une fèche
41 cm., 1230 gr. B.E. (légères griffures sur le bois). ИЖЪ М

400 € / 600 €

 

zkz

 

 

LOT 210 : TCHERKESKA d’enfant. Décorée des « cartouchières » avec 9 tubes à poudre décoratis.
Accompagné de son « bashlik » en soie bleu.
Laine, soie.
Début du XX siècle, Caucase. Numéro d’inventaire à
l’intérieur. T.B.

1 000 € / 1 200 €

 

zkz

 

 

 

LOT 212 : MONTRE DE GOUSSET, cadeau de l’empereur Nicolas II. Décorée d’un aigle bicéphale et des rubans bleus de saint Andreï. En or et émail bleu
Poinçons : écureuil, 0.583, 376225.  Gravée «Paul Buhré fournisseur de la Cour impériale 376225». 1899-1917 D: 5 cm. 95 g. En état de marche.

4 000 € / 5 000 €

 

zkz

 

 

LOT 224 : ÉTUI à CIGARETTE par Fabergé.  Argent, orné de trois rubis, d’un saphir, d’une émeraude, d’un diamant et d’un grenat.
Poinçons : Fabergé sous l’aigle bicéphale, AN (Anders Nevalainen), 88, tête de femme tournée à gauche et 88, numéro d’inventaire Fabergé (mal lisible).
8,3 x 1,5 x 5 cm., 93,88 g., Russie, Saint-Pétersbourg, 1899-1908
Expositions : objet ayant figuré dans l’exposition « Fabergé et Cartier », du 27 septembre au 10 octobre 1979 à Paris.
Accompagné par une copie du certifcat signé par Alexandre de Solodko.
Provenance : Collection particulière, Paris.

15 000 € / 20 000 €

 

zkz

 

 

LOT 228 : BOUGEOIR par SAZIKOV, Argent, émail cloisonné, Poinçons : 88 et saint Georges tourné à droite, И. С.(Ignatii Sazikov)
11 7,5 cm., 128 g., Russie, Moscou, deuxième moitié du XIX siècle.

1 000 € / 1 600 €

 

zkz

 

 

 

LOT 233 : PORTE-VERRE par KHLEBNIKOV. Argent gravé
Décoré de l’inscription «A la chère Anastasia Andreevna en souvenir afectueux de M.A. Razvozova et des barons G. Am. AA. Osten-Drisen 19.II/III 11 »
Poinçons : KHLEBNIKOV sous l’aigle bicéphale, tête de femme tournée à droite et 84
7 9,5 cm., 149,77 g., Moscou, 1899-1917
Provenance : Famille des amiraux A .V. Koltchak et A . Razvozov, Paris
Vente « Manuscrits d’Alexandre Koltchak », 2 1.11.2019,
Tessier Sarrou, Paris, l.388

700 € / 900 €

 

zkz

 

 

 

LOT 236 : SALIERE par KHLEBNIKOV. Argent, émail bleu
Poinçons : KHLEBNIKOV sous l’aigle bicéphale, 1874,
91 6 7,5 cm., 200 g., Moscou, 1874.

800 € / 1 200 €

 

zkz

 

 

 

LOT 240 : PORTE-VERRE dans le style « Chinoiserie »,
par SAZIKOVAvec son couvercle d’origine. Argent, ciselure, vermeil
Poinçons : SAZIKOV sous l’aigle bicéphale, 1863 (Victor Savinkov), 84, saint Georges tourné à droite 10,5 12 7,5 cm., 291 g., Moscou, 1863.
Rare exemple d’un magnifque travail fait par un des meilleurs maitres orfèvres de Moscou. Porte-verre décoré d’une figurine asiatique sur le couvercle et de paysages dans le style chinoiserie dans les médaillons.
Pavel Sazikov – l’un des meilleurs maîtres orfèvres de Moscou, fournisseur de la cour impériale depuis 1846.

2 000 € / 3 000 €

 

zkz

 

 

 

LOT 251 : BOÎTE A THÉ par OVTCHINNIKOV. Argent gravé
Poinçon : P. OVTCHINNIKOV sous l’aigle bicéphale, 1878 (Viktor Savinkov), 84 et saint Georges tourné à droite,
MIP.8 et tête de femme tournée à droite et 875 (dans une pelle) pour une confirmation formelle d’époque soviétique. Porte une ancienne étiquette de la galerie Parke-Bernet aux Etats-Unis (galerie achetée par Sotheby’s dans les années
1960).
12 x 7,7 x 7,7 cm., 310 g., Russie, Moscou, fn XIX siècle

4 000 € / 5 000 €

 

zkz

 

CATALOGUE SUR DEMANDE

Mariia VIKHROVA
Département Art Russe
+33 (0)1 80 81 90 32
artrusse@osent.com

 

HÔTEL DES VENTES du CHÂTEAU

OSENAT VERSAILLES
13 avenue de Saint-Cloud 78000 Versailles
Tél. : +33 (0)1 64 22 27 62
www.osenat.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En raison du CORONAVIRUS

ANNULATION

 

Librairie Lamartine à Neuilly sur Seine

Rencontre et dédicace avec Alexandre Orlov

pour son  livre

” Un ambassadeur à Paris”

Éditions Fayard

Samedi 14 novembre 2020 de 16h à 20h

 

Les Mémoires d’un grand diplomate russe qui est né et a tracé sa carrière diplomatique pendant l’ère soviétique pour devenir durant la décennie 2010 ambassadeur de France durant neuf ans.
Il a commencé sa carrière diplomatique en France sous Pompidou et l’a terminée sous la présidence Macron. En faisant revivre les cinquante dernières années de la Russie et de la France, Alexandre Orlov nous fait comprendre tout ce qu’elles ont en commun.
.
Nombre de pages : 270
Dimensions : 21.5×13.8×1.8
Prix : 20€
.
.

Librairie Lamartine

102 Av. Achille Peretti, 92200 Neuilly sur Seine

 

 

 

« Voyage au pays des Ouïghours »
Rencontre  avec Sylvie Lasserre
et retransmission en direct  par zoom-audio. 
MARDI 13 OCTOBRE à 19h00
.
.
Au Turkestan oriental, les Ouïghours subissent depuis des années une répression violente de la part du gouvernement chinois.
Aujourd’hui, plus de trois millions d’individus issus de cette minorité turcophone et musulmane sont détenus dans des camps, endurant tortures et travail forcé dans l’Ouest de la Chine. La journaliste Sylvie Lasserre rassemble ici un reportage effectué en 2007 et des interviews récentes de militants en exil, notamment Mme Rebiya Kadeer, présidente du Congrès mondial des Ouïgours.
Sylvie lasserre vous présentera son ouvrage, « Voyage au pays des Ouïghours », qui retrace la situation au Xinjiang de 1997 à nos jours, en présentant la culture et l’histoire de ce peuple.
.
.
Sylvie Lasserre se passionne pour l’Asie centrale, le monde turcophone et le Pakistan depuis une vingtaine d’années. Parmi ses collaborations en tant que reporter : Radio Suisse Romande, Asies, le Monde 2, le Soir, le Temps, die Welt, la Stampa, Courrier international, Elle et Marie Claire international, l’Actualité, Chatelaine, l’Hebdo, Internazionale, Cosmopolitan, la Presse, le Monde, Libération, l’Express mag, the Guardian…
Ses travaux l’ont menée au Kazakhstan, au Kirghizistan, en Iran, en Ouzbékistan, au Turkménistan, en Turquie, au Tadjikistan, au Turkestan oriental, au Pakistan…
Née au Maroc, elle a vécu en France, en Belgique, en Italie, au Pakistan et en Turquie. Docteur en physique (Faculté des Sciences d’Orsay, 1990), elle quitte en 2004 la carrière d’ingénieur qu’elle mène depuis plus d’une dizaine d’années pour se lancer dans le reportage et l’écriture. Elle est diplômée de l’EPHE (Ecole Pratique des Hautes Etudes) en anthropologie sociale, 2019.
Depuis 2008, elle est membre de la Société asiatique. Elle est également présidente fondatrice de « La Maison d’Asie Centrale », une association destinée à diffuser la culture centrasiatique en France et dirige les Editions d’Asie Centrale.
.
Sur inscription lors de l’achat du livre :
.
.
.
Éditions Hesse, Paris, 2020, 240 pages, 22 euros.
.
Q
.
Chez BOREALIA
33 rue de la Villette
75019 PARIS
Métro : Jourdain (ligne 11) et Botzaris (ligne 7bis)
Renseignements : 06 07 62 93 77
Courriel : contact@borealia.eu
Site de Borealia : www.borealia.eu

 

Activités du CRSC Paris

31 Octobre 2020

Site-Web du CRSC, Paris

 

h

 

a h a

 

2 Expositions jusqu’au 16 octobre et 14 novembre 2020

 

Plus de renseignements voir plus bas.

 

L’Inscription préalable est obligatoire : coursderusse@fra.rs.gov.ru

 

U

 

Mercredi 1 octobre 2020 à 11 h

Les Anciens combattants et les jeunes

“Mémoire commune de la Victoire”

 

sur le site du CRSC, Paris

 

Le 1 octobre à 11 heures (Paris) sur l’initiative des écoliers de Moscou se tiendra la téléconférence « Les anciens combattants et les jeunes : la mémoire commune de la Victoire ».

Cette manifestation sera soutenue par l’Agence fédérale Rossotroudnitchestvo, les diplomats russes, l’Ambassade de France en Russie et plusieurs associations d’histoire militaire et groupes scolaires de France.

L’année 2020 marquée par le 75ème anniversaire de la Grande Victoire, nous porterons l’attention à l’une des pages les plus héroïques des relations russo-françaises, la fraternité d’armes des pilotes français et mécaniciens russes « Normandie-Niémen ».

Aux exploits du régiment sont consacrés plus de dizaines musées auprès des écoles en Russie préservant précieusement la mémoire des courageux de la « France libre » ayant combattu côte à côte avec les soldats soviétiques dès l’automne 1942, avant l’éclatante Victoire à Stalingrad qui s’est révélée un grand tournant de la Guerre.

Dans le cadre de la téléconférence, la première présentation du projet d’un nouveau monument dédié aux héros du régiment « Normandie-Niémen » aura également lieu.

Les écoles françaises et tous les organismes intéressés sont invités à y participer.

Nous vous prions de bien vouloir vous faire parvenir vos demandes à l’adresse électronique du CRSC à Paris paris@rs.gov.ru

 

h

 

Samedi 3 octobre 2020 à 12h30

Exceptionnel

125 ème anniversaire  du grand poète russe

Sergueï ESSENINE

avec

Sergueï Bezroukov

EN RUSSE

Site-Web du CRSC, Paris :  https://crsc.fr/

 

 

Sergueï Essinine en 1924

Sergueï Essenine  publie deux recueils en 1920-1922 : le plus illustre est la Confession d’un voyou. Malgré son engagement sociétal, le poète ressent encore sa solitude et écrit : “un poète lyrique ne devrait pas vivre très longtemps”.

Plus de renseignements sur Sergueï ESSENINE : CLIQUEZ

Sergei Vitalievich Bezrukov  né en 1973 à Moscou, acteur russe.

En 1994, il est diplômé du département de théâtre de l’école d’art de Moscou avec un diplôme en théâtre dramatique et acteur de cinéma, immédiatement après quoi il a été accepté dans la troupe du Studio de théâtre de Moscou sous la diection d’Oleg Tabakov.

Il a joué dans la série télévisée “Brigade”,  “Plot”, ”Maître et Marguerite”, “Essenine”,  ainsi que dans les longs métrages  “Service chinois”, “Azazel”, Combat dans l’ombre”, “Le dernier duel Pouchkine”, “Visovtski Merci d’être en vie”…..

Pendant plusieurs années (1995-2000), il a travaillé dans le programme satirique divertissant sur la chaîne NTV. Depuis le 26 juillet 2010, il est membre du Conseil patriarcal pour la culture pour le patriarcat de Moscou et de l’Église orthodoxe.  En mars 2013, il a été nommé directeur artistique de la Maison régionale des arts de Moscou “Kuzminki”. Membre du Conseil public du ministère russe de la Défense (avril 2013). Directeur artistique du Théâtre dramatique de Moscou (janvier 2014), depuis 2016 il est producteur général de la société cinématographique Sergueï Bezroukov.

Site:  https://crsc.fr/

f

 

Mardi 6 octobre 2020 à 19 h (GMT+2:00) Paris

« Présent et futur de l’espace russe » 

Dmitri Loskoutov, directeur général de la société « Glavkosmos »

Interviewé par Nicolas Pillet, chef de projet « Kosmonavtika.com ».

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

Le 6 octobre à 19h00 démarre le nouveau projet du CRSC à Paris « Rencontres avec les acteurs de l’espace russe ».

Un nouveau cycle de téléconférences, où seront invitées les personnalités clés du programme spatial russe, a toutes les chances de passionner les amateurs de l’Espace.

L’invité de la première édition sera Dmitri Loskoutov, directeur général de la société « Glavkosmos ». Une des sociétés principales de l’industrie spatiale russe, qui gère des projets internationaux : du lancement des vaisseaux spatiaux habités au développement de réseaux de satellites et de laboratoires scientifiques dans l’espace.

Le thème de la réunion en ligne sera l’état actuel et les perspectives de l’industrie spatiale en Russie, au cours de laquelle les téléspectateurs intéressés par la recherche et les programmes spatiaux russes pourront poser leurs questions.

Le CRSC a invité Nicolas Pillet, responsable du projet web Kosmonavtika.com dédié à l’histoire et à l’exploration spatiale contemporaine, en tant que modérateur de cette première rencontre.

A l’avenir, dans le cadre du nouveau cycle, le Centre envisage de poursuivre les rencontres avec les interlocuteurs les plus compétents : cosmonautes, académiciens, scientifiques, chefs d’entreprises et directeurs d’instituts. Ainsi, les participants aux rencontres du CRSC découvriront toutes les actualités de la recherche des planètes éloignées et proches de « première main ».

Le dialogue avec Dmitri Loskoutov sera diffusé avec la traduction simultanée en français sur la plateforme Zoom et sur la page Facebook du CRSC.

 

g

 

Jeudi 15 octobre 2020  à 15 h

Télé conférence

“NORMANDIE-NIEMEN”

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

 

Tout un cycle de conférences dédié au sujet de l’histoire de la guerre est prévu cette année de commémoration de la Grande Victoire. Le premier rendez-vous en ligne sera consacré au 75e anniversaire du retour des pilotes vainqueurs français sur le sol natal (septembre 1945). En outre, nous aborderons les pages, tant connues qu’inconnues, du passé de l’escadre légendaire, l’importance de préserver la mémoire des actes héroïques et la fraternité combattante de nos peuples pendant la Seconde Guerre mondiale.

Lors de la téléconférence, le public rencontrera les pilotes et les mécaniciens russes de l’escadron légendaire, les vétérans du régiment d’aviation « Normandie-Niémen » et leurs enfants.

Le chef de Rossotroudnitchestvo Evguéni Primakov s’adressera aux participants à la réunion dans une allocution de bienvenue.

La participation à la conférence a été aimablement confirmée par l’Ambassadeur de Russie en France Alexey Meshkov, les associations qui préservent la mémoire des exploits du « Normandie-Niémen » en Russie et en France, la Fondation française Charles de Gaulle, les archives d’État de Russie (Ivanovo et Toula), des scientifiques et des chercheurs en histoire du régiment, des écoles russes et bien d’autres participants.

Le thème de la perpétuation de la mémoire des héros de l’escadron sera traité lors d’une rencontre avec le sculpteur du peuple de Russie Vladimir Sourovtsev, auteur du célèbre monument « Normandie-Niémen », et la direction du musée de l’Air et de l’Espace du Bourget, où se trouve ce mémorial.

Une nouvelle œuvre sculpturale de l’équipe d’auteurs russes, proposée pour une installation en France, sera également présentée.

Mikhaïl Kourakine, rédacteur en chef adjoint de la revue « Mejdounarodnaïa jizn’ » (« Les affaires internationales ») sera le modérateur de cette conférence.

La réunion en ligne se déroulera avec l’interprétation simultanée en français et sera disponible sur le site (crsc.fr) et sur les pages des réseaux sociaux du CRSC à Paris.

 

 

Dès l’invasion de l’URSS par l’Allemagne en juin 1941, le général de Gaulle envisage d’envoyer des soldats français combattre sur le front de l’est. Quinze mois plus tard, en septembre 1942, une troisième unité de chasse des Forces aériennes françaises libres (après la formation un an plus tôt des groupes Alsace et Île de France) voit le jour : le Groupe de chasse n° 3 Normandie. Constitué à Damas, sous les ordres du commandant Pouoliquen et du commandant Tulasne, le groupe est rapidement informé qu’il a été choisi pour marquer la présence de la France auprès des Soviétiques et aller combattre sur le Front de l’Est.

 

Polotniane Zavod, premier terrain de guerre du “Normandie”.

En novembre 1942, les premiers pilotes et mécaniciens partent du Liban pour l’Union soviétique qu’ils atteignent après un périple de plus de quinze jours. La première base se trouve à Ivanovo, à 250 kilomètres au nord-est de Moscou. Là, les Français vont percevoir des avions russes et s’entraîner sur Yak 7 biplace et Yak 1 monoplace. Le choix, laissé à l’appréciation du commandement français, se porte sur le Yak 1.

Les conditions climatiques, très rudes, sont difficilement supportables, les températures variant entre -25° et -30°. L’entraînement des 58 Français, pilotes et mécaniciens se prolonge jusqu’au mois de mars 1943. Le 22 mars 1943, l’unité s’envole avec ses 14 Yak pour s’installer à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Moscou, sur la base de Polotniane Zavod. Le dégel rend les décollages et les atterrissages très périlleux, d’autant plus que les pistes ne sont, le plus souvent, que de simples champs ; il faut trois hommes sous chaque aile pour rouler les avions sur la piste. Le terrain de Polotniane Zavod est distant de 50 km du front.

 

f

 

Vendredi 16 octobre 2020 à 19 h

Conférence du Maestro Andreï Chevtchouk

“Un siècle de Chanson”

avec

Christelle Loury

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

 

Maestro Andreï Chevtchouk est né à Saint-Pétersbourg en 1970. Après une solide formation de chef d’orchestre et de chef de chœur, Andreï Chevtchouk exerce ses fonctions en Russie, en Allemagne, en Belgique, puis en France où il réside actuellement.

Si la direction d’orchestre symphonique reste sa principale vocation, tous types de formations lui offrent l’occasion de livrer un art accompli de chef d’orchestre.

Réside à Lyon, il est actuellement directeur musical du grand chœur classique lyonnais la Schola Witkovski, du festival Opéra et Châteaux de la Drôme, du Festival Opéra des Champs en Charente et du chœur Crescendo d’Amiens.

Christelle Loury porte la chanson française  jusqu’en Russie. Auteur-compositrice-interprète, Christelle Loury rend hommage aux grands noms de la chanson française dans le monde. Seule en scène ou accompagnée par ses musiciens, elle se produit dans 4 spectacles qu’elle a écrits et mis en scène. En 2012, elle rend un vibrant hommage à Edith Piaf qui la propulse sur la scène internationale (Ukraine, New York, Pologne, Belgique, Monaco) et c’est en Russie qu’elle se produit le plus avec une 6ème tournée en 2019.

 

g

 

Mercredi 21 octobre à 19 h (GMT+2:00) Paris

Télé conférence

Cycle en ligne «Parlons en russe correctement»

Téléconférence sur la langue russe. Questions-réponses.

 Avec Marina Koroliova, journaliste, philologue, professeur

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

 

Téléconférence sur la langue russe. Questions-réponses.

 

Marina Koroleva, journaliste, philologue, professeur de l’École des hautes études en sciences économiques, dramaturge, présentatrice de nouvelles et de programmes populaires sur la langue russe rédactrice chef adjoint de la station de radio “Echo de Moscou”. Auteur de programmes et de livres sur la langue russe. Auteur du projet de réseau “Le Russe par Cartes”. En 1990, elle a soutenu sa thèse en psycholinguistique (“Analyse psycholinguistique des automatismes de la parole“). Elle a travaillé comme consultante en langue russe et présentatrice de nouvelles dans plusieurs stations de radio (All-Union Radio, Radio Russia, Open Radio). De 1994 à 2015 y”.

Elle a animé des programmes télévisés et des chroniques sur la langue russe sur les chaînes de télévision NTV, Bibigon, Caroussel, Cultura.

Marina Koroleva a une chronique hebdomadaire “Nous parlons russe” dans Rossiyskaya Gazeta.

Pour les étrangers qui apprennent la langue russe et pour les compatriotes en Russie et à l’étranger.

g

 

Jeudi 22 octobre à 19 h

Télé conférence

Pour le 150ème anniversaire de la naissance

d’Ivan Bounine

par René Guerra

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

Ivan Alexeïevitch Bounine (Иван Алексеевич Бунин), né à Voronej (Empire russe)  le 10 octobre 1870 (22 octobre suivant le calendrier grégorien) et mort à Paris  le 8 novembre 1953,  écrivain russe, auteur de poèmes, de nouvelles et de romans, lauréat du Prix Nobel de littérature en 1933. Il est considéré comme l’un des plus grands prosateurs russes du XXème siècle.

Ses parents sont poétes, à dix-sept ans, il publie son premier poème dans un magazine littéraire de Saint Pétersbourg, La Patrie, et devient correcteur pour un journal local, Le Moniteur d’Orel.

Il publie à Orel son premier recueil de poèmes en 1891, puis Sous le ciel ouvert en 1898 puis Automne, pour lequel il reçoit le prix Pouchkine en 1901. En 1889, il suit son frère à Kharkov et correspond avec Anton Tchekhov, dont il fait la connaissance en 1895 et avec Maxime Gorki et Léon Tolstoï. Il voyage à travers l’Inde, la Palestine, l’Egypte l’Italie. Il fuit la révolution russe quittant Moscou en  pour s’installer dans le sud du pays, tenu par les armées blnches. Il quitte la Russie  1920 pour s’installer en France, où il vit à Paris au 1 rue Jacques-Offenbach dans le XVIème et à Grasse sur la côte d’Azur. Il publie son journal extrêmement critique à l’égard du régime bolchévique.

 

 

Sculpture de Bounine (hauteur 2 m) offerte en cadeau à la ville de Grasse par le sculpteur Andreï Kovalchuk et la Fédération de Russie, à l’initiative de la Renaissance française en Russie. Placée dans le jardin de la Villa St Hilaire le 3 juin 2017 .

Des extraits de ses récits paraissent régulièrement dans La Pensée Russe et certains sont traduits en français, mais il faut attendre 1980 pour que son œuvre soit diffusée de manière plus large en France. Son œuvre est interdite en URSS et n’y est publiée qu’après la mort de Staline. Il meurt d’une crise cardiaque à Paris en 1953, il est enterré à Ste Geneviève des Bois.

René Guerra, niçois d’origine,  Docteur ès lettres de l’Université de Paris. Chercheur en histoire de l’art et spécialiste de la littérature russe, collectionneur, conservateur du patrimoine culturel de l’émigration russe. Propriétaire de la plus grande collection au monde des œuvres des artistes, des poètes et des écrivains de la première émigration russe. Auteur ou coauteur de livres sur les écrivains et artistes-peintres émigrés dont certains en russe. Plus de 400 articles et publications scientifiques sur la culture de l’émigration russe. Décoré de l’Ordre de l’Amitié (Russie).

Président-fondateur de l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine culturel russe en France, ce collectionneur érudit est l’homme qui a sauvé de l’oubli cette autre culture, celle développée en France par les Russes exilés entre 1920 et 1970. Il a consacré sa vie à rassembler la plus grande collection privée, hors Russie. Au total, plus de 4 000 œuvres réunissant projets de décor, œuvres sur papier et tableaux signés Korovine, Bakst, Benois, Somov, Tchékhonine, Annenkoff, Gontcharova ou Poliakoff ont trouvé refuge chez René Guerra.

Comme on le sait, Ivan Bounine a aidé de nombreux écrivains russes à s’installer en France, y compris Ivan Chmeliov, avec qui, plus tard, ils ont été liés par l’amitié et le respect créatif mutuel.

René Guerra possède les connaissances les plus rares sur Ivan Bounine : en tant que secrétaire et ami de la famille de Boris Zaïtsev, il a eu la chance d’entendre de la bouche même de l’écrivain ses souvenirs.

Les inestimables archives d’Ivan Bounine léguées à René Guerra lui ont permis d’obtenir de nouvelles informations uniques sur l’œuvre et la vie du grand écrivain russe.

 

En russe et en français.

 

t

 

Mardi 27 octobre à 18 h

Conférence

du peintre

Erik Boulatov

 

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

Erik Boulatov naît en 1933 à Sverdlovsk (Russie)  Ses parents sont des communistes convaincus et son éducation se fait selon les normes soviétiques (pionnier puis komsomol). Passionné par la peinture, il entre en 1947 à l’École des jeunes artistes et apprend la peinture dans un contexte particulier, où toute peinture étrangère, hostile au régime ou en dehors des aspirations officielles est interdite. Même les Impressionnistes sont dissimulés. Cet étouffement pousse peu à peu Boulatov à rompre avec le système soviétique.

Boulatov s’impose comme le meilleur élève de son école, il obtient la bourse Lénine pour rentrer à l’Institut Sourikov et il est autorisé à voyager en Inde. Il prend la tête de la révolte contre l’enseignement de l’Institut pour changer le programme académique, car « la vraie création et l’art officiel étaient devenus irréconciliables » et « en Russie, (son) ennemi était l’idéologie car elle était l’ennemi de l’art ». Il rencontre alors des professeurs renvoyés de l’Institut qui lui enseignent une autre vision de la peinture, ainsi que des artistes partageant ses idées, comme Ilya Kabakov. Pour ne pas trahir son idéologie artistique, il fait des illustrations pendant plus de trente ans, ce qui lui permet de survivre et de peindre en secret. Sa peinture est d’ailleurs influencée par le Pop art qu’il découvre en 1957 au Festival de la jeunesse à Moscou, manifestation qui marquera durablement en Union Soviétique.

 

 

Son travail est présenté pour la première fois en occident, à Paris  en 1973 à la Galerie Dina Vierny lors de l’exposition « Avant-Garde Russe – Moscou 73 ».

 

 

Dans la peinture de Boulatov s’oppose apparemment une vision quasi photographique du monde et la représentation du langage, car elle est l’aboutissement d’une longue réflexion sur l’abstraction, la lumière et la sémiologie.

 

Chaque tableau est le fruit d’un processus trouvant son origine dans une quête incessante de l’espace pictural et une interrogation sur la représentation de l’espace social.

 

 

« Pour moi, le tableau représente le modèle de l’univers. Sa place se trouve entre moi et le monde extérieur qui n’a rien de fiable : tout vogue, se transforme, il n’y a rien sur quoi s’appuyer. Il n’y a que le tableau qui peut servir d’appui sûr et c’est pourquoi je me tourne vers lui pour essayer de donner une structure au chaos de l’univers qui m’entoure. »

Boulatov est le seul artiste russe dont le travail a été exposé à la fois au Louvre et au Centre national d’art et de culture Georges Pompidou.
Aujourd’hui, Eric Boulatov est appelé le meilleur artiste contemporain.

L’événement central de cette année créative d’E. Boulatov a été une invitation à l’inauguration de sa gigantesque peinture murale dans le parc industriel d’art de rue des aciéries de Vyksa, situé dans la région de Nijni Novgorod.

Pour participer à la conférence, vous devez vous inscrire : CLIQUEZ

t

 

Jeudi 29 octobre à 18 h

Téléconférence

” DESTINS CROISÉES “

Vie et œuvre d’Alexandre Ivanovitch Poukrine

(1870 – 1938)

avec Tatyana Marchenko & Sergueï Kaznatcheev

Lectures littéraires

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

Alexandre Ivanovitch Kouprine est né à Narovtchat dans le district de Penza dans la famille d’un fonctionnaire d’origine noble le 26 août 1870 (7 septembre 1870 suivant le calendrier grégorien) et il est mort le 25 août 1938 à Léningrad, écrivain, aviateur explorateur et aventurier.

Ayant perdu son père tôt, il a passé son enfance à Moscou, à l’âge de six ans, il a été envoyé à l’orphelinat du pensionnat Razoumovsky, puis à dix ans et est entré dans le 2e corps de cadets de Moscou, d’où, sept ans plus tard, il entre à l’école militaire Alexandre.

 

Il termine ses études en 1890, au grade de sous-lieutenant, il entre dans le 46ème Régiment d’infanterie du Dniepr, où il est témoin de la vie quotidienne d’un officier, constituant l’essentiel de ses premières œuvres.

Au cours de ces années, il a commencé à publier.  Kouprine prend sa retraite et  déménage à Kiev, sans profession. Il erre en Russie, faisant des travaux  différents. Il a commencé peu à peu, à devenir célèbre en tant qu’écrivain. En 1901, il a déménagé à Saint-Pétersbourg, où il travaille comme secrétaire du Journal pour tous. Avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale, il ouvrit un hôpital militaire dans la maison et, en novembre 1914, il fut mobilisé et envoyé en Finlande en tant que commandant d’une compagnie d’infanterie.

 

Le lieutenant A. Kouprine

Après la révolution de février, Kouprine sympathisa avec des révolutionnaires et, en 1919, il rejoignit l’armée blanche, il devient rédacteur en chef d’un journal de l’armée. Après la défaite de l’armée du Nord-Ouest il part pour Paris par Reval et Helsinki, où il passe les 17 années suivantes de sa vie.

 

A. Kouprine  près de  Paris à Ville d’Avray,1922

Ses livres sont traduits en français et paraissent dans la Collection blanche de Gallimard et trouvent un certain succès. Il est contraint de retourner dans son pays d’origine en raison d’une situation financière tendue, d’une détérioration de sa santé et, en particulier, de sa vue (associée à l’alcoolisme). En 1937, Kouprine reçut la permission du gouvernement soviétique de revenir au pays, et l’année suivante, il mourut à Leningrad d’un cancer de l’œsophage. Il a été enterré à Leningrad au cimetière Volkovskoïe, à côté du grand écrivain Ivan Sergueïevitch Tourgueniev.

Parmi ses autres œuvres notables, on peut citer Moloch (1896), La sorcière Olésia (1898), Le Capitaine Rybnikov (1906) et Le Bracelet de grenats (1911).

L’on a dit qu’il était «le Kipling russe, pour ses histoires pathétiques d’aventuriers déracinés, souvent névrotiques et vulnérables », certains l’ont même qualifié  de Maupassant russe, pour sa façon de construire un conte bref autour d’une intrique bien agencée et accompagnée d’une analyse précise des sentiments.

 

t

 

Une exposition intéractive exceptionnelle.

 Le projet est élaboré par la Fondation « Blavatnik Archive » (New-York Etats-Unis) et l’Agence Rossotrudnichestvo avec le soutien de mécènes à l’occasion du 75ème anniversaire de la Grande Victoire sur le fascisme. La Fondation « Blavatnik Archive » est une organisation à but non lucratif fondée en 2005 par L.Blavatnik, philanthrope et industriel américano-britannique.

Léonid Valentinovitch Blavatnik (Леонид Валентинович Блаватник)

L’activité de la fondation vise à rassembler, préserver et disséminer un large éventail de documents et de mémoires destinés au grand public. Ils recouvrent des aspects divers de l’histoire juive et mondiale du XXème siècle où la période de la Seconde guerre mondiale occupe une place particulièrement importante.

Des histoires personnelles inoubliables d’anciens combattants sont présentées dans des entretiens vidéo, des photographies, des lettres et des journaux intimes issus de la collection des « Archive Blavatnik ».

A voir sur le Site  : https://crsc.fr/

 

d v d

 

Samedi 31 octobre 2020

12 h

Cérémonie d’Ouverture du Forum

avec la participation du

Gouverneur de la région de Volgograd : A.I. Bocharov

12h30 – 14h

Podium de discussion format Studio expert :

” Les leçons de la Seconde Guerre Mondiale “

15h à 17h

Podium de discussion:

Relations internationales à l’ère du changement :

Les voies du dévellopement”

Dimanche 1 novembre 2020

10 h à 12 h

Table ronde

“Diplomatie des villes pur la Paix et le développement durable :

du Passé au Présent  ( au 75e anniversaire de la Victoire dans la Grande Guerre Patriotique 1941-1945 )  “

13 h à 15 h

Table ronde

” Diplomatie des villes pur la Paix et le développement durable :

Tendnces modernes de la coopération Internationale “

13 h à 15 h

Table ronde

” Réhabilitation post Covid 19 “

14h à 16 h

Table ronde

“Russie et Pères à l’étranger:

Rencontre sur la Volga”

15 h 30 à 18 h

Table ronde

 ” Dialogue Russo-Allemand : Problèmes et oportunités de coopération “

Plus de renseignements sur ce forum : CLIQUEZ

 

Centre de Russie pour la Science et la Culture  à Paris

61, rue Boissière,75116, Paris 

Téléphone : 01 44 34 79 79

Site:  https://crsc.fr/

A  la

Librairie du Coupe Papier

 

“Phédre”

 

de Marina Tsvetaeva 

avec le traducteur, Florian Voutev

Jeudi 22 octobre 2020 à 18:00

Librairie du Coupe Papier, VI°, Paris

 

 

Venez découvrir la Phèdre de Marina Tsvetaeva en compagnie du traducteur, Florian Voutev, de madame Caroline Bérenger spécialiste de Tsvetaeva et de monsieur Florent Delporte, Président de l’association Marina Tsvetaeva.

Soirée organisée par Vibration Editions et Florian  Voutev

Plus de renseignements sur l’ouvrage : CLIQUEZ

.

S

.

 

Marina Tsvetaeva (1892-1941) est aujourd’hui reconnue comme l’un des grands poètes du XXe siècle. Femme de tous les paradoxes, à la fois russe et universelle, prosaïque et sublime, elle commence très jeune à écrire et à publier. Prise dans la tourmente révolutionnaire après l’écrasement de l’Armée blanche dans laquelle son mari s’est engagé comme officier, elle vit un douloureux exil de dix-sept ans à Berlin, à Prague, puis à Paris. De retour dans son pays natal en 1939, elle se suicide deux ans plus tard. Il est des talents si impétueux que les évènements les plus dévastateurs de l’histoire ne sauraient les étouffer. Réduite à néant par la terreur stalinienne, Marina Tsvétaïéva ne cesse aujourd’hui de revivre et de rayonner. Cette « Danseuse de l’âme », ainsi qu’elle se nommait, traverse, subit et transcende les malédictions de l’Histoire comme une comète fracassée. Par sa poésie, fulgurante, rétive et exaltée, elle fraternise d’emblée avec toutes les victimes. La singularité tragique de son itinéraire, d’une indestructible intégrité, garde aujourd’hui toute sa charge libératrice.

 

Florian Voutev

 

Florian Voutev, après la fin de sa carrière de danseur de ballet,  fait des études de russe à l’Université de Caen et à la Sorbonne – Paris IV. Passionné par la traduction littéraire versifiée, il se met à publier ses travaux sur le tard et à participer à la vie culturelle franco-russe à Moscou, à Paris, à Strasbourg et à Lyon. Il remporte deux fois, en 2019 et en 2020, le troisième prix du concours de traduction poétique, organisé par l’Association Teremok de Nancy et le Centre Pouchkine de Paris.

Il vient de traduire Phèdre de Marina Tsvetaeva pour Vibration éditions. Cette collaboration doit se poursuivre avec une proposition bilingue de Eugène Onéguine en 2021, ainsi qu’un recueil d’une soixantaine de poèmes de Goumilev (Goumilev Poésies choisies) pour publication en juin 2021. Il est déjà engagé sur une nouvelle traduction de Ariane de Marina Tsvetaeva en 2022.

 

Caroline Bérenger

 

 

Maître de Conférences, membre d l’équipe ERLIS, Directrice adjointe du Département de russe et de polonais, responsable des échanges avec la Russie, Directrice des études. A participé au suivi éditorial du catalogue Alexandre Soljenitsyne, Le courage d’écrire, aux éditions des Syrtes (2011).

 

 

Florent Delporte

 

Historien, enseignant, compositeur, Florent Delporte a fondé l’Association Etoiles- Averses dont le but est de faire découvrir l’œuvre et la vie de Marina Tsvetaeva. Découvrant la poétesse russe, Florent Delporte tomba à tel point amoureux de son œuvre qu’il commença à apprendre la langue russe et monter des spectacles à son nom qui, maintenant, sont présentés en Russie et en France.

 

S’INSCRIRE : CLIQUEZ

 

 4

 

“Le Coupe-Papier”, située au cœur du Quartier latin, est une librairie spécialisée dans les ouvrages liés au théâtre. Créée au début des années 60, elle compte près de 20 000 références.

 

Le Coupe Papier

19 rue de l’Odéon, 75006, Paris

Tél  : 01 43 54 65 95

Métro : Odeon (lignes 4, 10)

RER B : Luxembourg

 

 

Activités du CRSC Paris

Septembre 2020

Site-Web du CRSC, Paris

 

 

Plus de renseignement plus bas.

La participation avec la possibilité de poser une question dans le chat de la téléconférence nécessite l’inscription, qui sera ouverte sur le site web du CRSC à Paris.

Dans le même temps, une diffusion en direct sans inscription préalable sera effectuée sur la page Facebook du CRSC.

Sur le site : https://crsc.fr/

 

7 7

 

 

Exposition d’ouvrages des Éditeurs russes, dans les salons du Centre.

Du Mercredi 16 septembre au vendredi 16 octobre 2020

g

 

Sur le site : https://crsc.fr/

 

3

 

Mercredi 2 septembre 2020

DICTÉE en RUSSE

” VICTOIRE” – “ПОБЕДЫ”

sur le site du CRSC, Paris

Mercredi 2 septembre à partir de 11h

 

 

Voir sur le site ARTCORUSSE : CLIQUEZ

 

h

 

Mercredi 3 septembre 2020

 

 

A voir sur le Site  : https://crsc.fr/

 

h

 

Mardi 8 septembre 2020 à 19 h

Pour le 150ème anniversaire

IVAN BOUNINE

Soirée exceptionnelle :

Vidéo-conférence, artistes, musiciens, récitants

 

Voir sur ARTCORUSSE : CLIQUEZ

 

h

 

Exposition

Du lundi 14 septembre au mercredi 14 octobre 2020

“Le chemin vers la victoire”

 

Une exposition intéractive exceptionnelle.

 Le projet est élaboré par la Fondation « Blavatnik Archive » (New-York Etats-Unis) et l’Agence Rossotrudnichestvo avec le soutien de mécènes à l’occasion du 75ème anniversaire de la Grande Victoire sur le fascisme. La Fondation « Blavatnik Archive » est une organisation à but non lucratif fondée en 2005 par L.Blavatnik, philanthrope et industriel américano-britannique.

 

Léonid Valentinovitch Blavatnik (Леонид Валентинович Блаватник),

dit Len Blavatnik.

L’activité de la fondation vise à rassembler, préserver et disséminer un large éventail de documents et de mémoires destinés au grand public. Ils recouvrent des aspects divers de l’histoire juive et mondiale du XXème siècle où la période de la Seconde guerre mondiale occupe une place particulièrement importante.

Des histoires personnelles inoubliables d’anciens combattants sont présentées dans des entretiens vidéo, des photographies, des lettres et des journaux intimes issus de la collection des « Archive Blavatnik ».

A voir sur le Site  : https://crsc.fr/

 

 

h

 

100ème anniversaire de l’Exode de la Crimée

Mardi 15 septembre 2020

Film

” Des russes blancs” d’ Yves Riou

 

 

Au lendemain de la révolution d’octobre, 400 000 « russes blancs » arrivent en France. Un exil souvent douloureux pour ces princes et princesses déchus. L’ « âme russe » va ainsi rencontrer le coeur français par le biais des cabarets, de la littérature, ou de la musique. Une immigration qui va bouleverser la vie artistique française…

 

 

Qui sont ces 400 000 russes surnommés sommairement “russes blancs” qui débarquèrent en France après octobre 1917 ? Des aristocrates certes, mais aussi des membres de la grande et petite bourgeoisie ainsi que des juifs, des artistes et toutes sortes de gens qui, fuyant la guerre civile et la Russie des soviets.  ils trouvèrent des emplois comme ouvriers dans les usines Renault, Nina Berberova raconte ces princes embauchés comme manœuvres, qui recréèrent une petite Russie autour des usines. Joseph Kessel, l’amoureux des tziganes et amateur de vodka, nous fait revivre la folie des cabarets russes de la capitale. Macha Méril nous décrit “l’âme russe” en exil, cette nostalgie galopante et cette croyance chevillée au corps d’un retour au pays débarrassé des Bolcheviks. Marina Vlady n’oublie pas que ses concitoyens se faisaient traiter de “sales russkofs”. Malgré cela, l’historien Ralph Shor nous dépeint cette mode russe qui déferla sur Paris dans les années 20 : la musique avec Stravinsky, la danse avec Diaghilev, la littérature avec Henri Troyat, mais aussi les beautés russes devenues mannequins, les spectacles, les actrices…. Une princesse russe ayant eu 50 personnes à son service dut se reconvertir en dame pipi, d’autres en péripatéticiennes, au point qu’il était du plus chic de “se faire une princesse russe”. Mais lesquelles étaient véritables ?

Yves Riou.

Auteur et réalisateur, il a signé avec Philippe Pouchain de très nombreux documentaires sur le monde artistique, parmi lesquels Entre deux Mai 1968-1981 – Les artistes et la politique et Des artistes au pouvoir ? 1981-1988 (sélections compétition, Pessac 2015 et 2016) ou Michel Audiard. “J’parle pas aux cons, ça les instruit” (2015). Metteurs en scène, acteurs, ils ont joué dans des films au cinéma et à la télévision et présenté leurs propres spectacles dans de nombreux théâtres et festivals.

Sur le site : https://crsc.fr/

 

h

 

Exposition de livres

Du mercredi 16 septembre au vendredi 16 octobre 2020

 

Exposition et présentation de livres par l’association des Éditeurs russes

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.

h

 

Conférence

Mardi 22 septembre 2020 à 19 h

” Histoire de la photo russe “

 

Olga Sviblova Lvovna (né le 6 Juin 1953 à Moscou. Critique d’art soviétique et russe, documentaire cinéaste , docteur en histoire de l’ art, professeur. Initiateur de la création et directeur de la Maison de la photographie de Moscou, aujourd’hui Multimédia Art Muséum).

Depuis 1984, elle a été le commissaire de nombreuses expositions d’art et de photographie, y compris à l’étranger. Depuis 1986, elle réalise des films sur l’art (réalisateur, scénariste); quatre films ont été récompensés par des festivals internationaux de films documentaires entre autres en 1995 – “Dina Verny” (prix du Festival du film de l’UNESCO. En 2007 et 2009, elle a été commissaire des pavillons russes des 52ème et 53ème Biennale d’art de Venise.

Le cycle de conférences en ligne sera consacré à l’art photographique russe de la fin du IXe siècle à nos jours. Il révèlera de nombreux aspects historiques : comment s’est développé l’art de la photographie en Russie, à quoi ressemblaient les communautés photographiques internationales, les œuvres de quels photographes russes ont été présentés lors d’expositions de l’époque, les nouvelles tendances et perspectives dans le contexte des réalités contemporaines, etc.

La première conférence sera dédiée à Alexandre Grinberg, l’un des représentants les plus brillants et les plus talentueux du « pictorialisme », une tendance stylistique populaire dans la photographie russe de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

L’idée de ce fascinant projet en ligne est née lors d’une rencontre avec Olga Sviblova au CRSC à Paris, à laquelle elle a participé en tant qu’experte lors d’une soirée artistique d’une figure centrale de l’art contemporain, Erik Boulatov.

Il ne serait pas exagéré de dire que tout ce qui est associé au nom d’Olga Sviblova est synonyme d’excellence. Elle fait partie des 50 personnes les plus influentes de l’art russe contemporain et classée parmi les 100 personnes les plus influentes du monde de l’art. C’est une chance d’avoir un tel conférencier.

Son histoire personnelle est étroitement liée avec Paris. Outre l’exposition d’Alexandre Grinberg, dont elle était la commissaire en 1996, nombreux autres projets internationaux, ainsi qu’un véritable amour l’unit avec cette ville.

La rencontre aura lieu sur la plateforme Zoom.

La participation avec la possibilité de poser une question dans le chat de la téléconférence nécessite l’inscription, qui sera ouverte sur le site web du CRSC à Paris.

Dans le même temps, une diffusion en direct sans inscription préalable sera effectuée sur la page Facebook du CRSC.

Sur le site : https://crsc.fr/

 

h

.

Dialogue musical

Jeudi 24 septembre 2020 à 19 h

” Tchaïkovski et la France “

animé par le maestro Andreï Chevtchouk

et le pianiste Igor Alekseevich Lazko

 

 

Cette rencontre musicale, qui sera consacrée au 180e anniversaire de la naissance du grand compositeur Piotr Tchaïkovski, promet d’être exceptionnelle.

Les œuvres du compositeur seront interprétées en ligne par le pianiste de renom, professeur au Conservatoire Russe Alexandre Scriabine, Igor Lazko (voir plus bas). Le célèbre cycle pour piano de Piotr Tchaïkovski Les Quatre Saisons deviendra une sorte de reflet du cycle temporel avec des chroniques biographiques de la vie du compositeur.

Même du vivant du compositeur, les journaux ont parlé de son « impressionnante puissance de maestria ». Piotr Tchaïkovski est entré dans l’histoire de la musique classique mondiale en tant qu’auteur d’opéras, de ballets et de symphonies.

Lors de cette nouvelle conférence musicale, l’auteur et animateur immuable du projet Andreï Chevtchouk présentera la biographie du compositeur à travers le prisme de sa relation avec la France, où il venait souvent et où il aimait composer et créer.

Au cours de la conférence Tchaïkovski et la France, le Maestro mettra la lumière sur les racines françaises du grand compositeur russe, ses projets et son inspiration créatrice.

 

 

Pyotr Ilitch Tchaïkovski  est né le 25 avril – (7 mai) 1840,  province de Vyatka  – décédé le 25 octobre – (6 novembre) 1893, Saint Petersbourg. Compositeur, enseignant, chef d’orcjestre et critique musical russe.

En tant que compositeur professionnel, Tchaïkovski a émergé dans les années 1860-1870, marqué par une grande recrudescence de la vie sociale et culturelle de l’Empire russe : le développement multiforme de la musique, de la littérature et de la peinture russes, l’épanouissement des sciences naturelles rusesdes russes et des réalisations marquantes dans le domaine de la philosophie et de l’esthétique.

Fin décembre 1875, Tchaïkovski se rend en Europe avec son frère Modeste, que les parents de son futur élève Kolya Konradi envoient à Lyon pendant un an pour étudier les méthodes d’enseignement des sourds-muets. Les frères ont passé environ deux semaines à Berlin, Genève et Paris, puis se sont séparés. A Paris, le compositeur a entendu l’opéra “Carmen” de Bizet, qui a été frappé par sa simplicité et sa sincérité, il «l’a appris presque par cœur, du début à la fin ».

En été 1876, après un traitement sur les eaux de Vichy, de Tchaïkovski , avec la famille de Modest Ilitch, se reposa en France dans la ville de Palavas sur la mer Méditerranée.

 

g

 

 

Maestro Andreï Chevtchouk est né à Saint-Pétersbourg en 1970. Après une solide formation de chef d’orchestre et de chef de chœur, Andreï Chevtchouk exerce ses fonctions en Russie, en Allemagne, en Belgique, puis en France où il réside actuellement.

Si la direction d’orchestre symphonique reste sa principale vocation, tous types de formations lui offrent l’occasion de livrer un art accompli de chef d’orchestre.

Réside à Lyon, il est actuellement directeur musical du grand chœur classique lyonnais la Schola Witkovski, du festival Opéra et Châteaux de la Drôme, du Festival Opéra des Champs en Charente et du chœur Crescendo d’Amiens.

 

j

 

 

Igor Alekseevich Lazko (né en 1949, Leningrad) – pianiste soviétique et français. À l’âge de 14 ans, il devient lauréat du Concours International. JS Bach à Leipzig. Il est diplômé de l’École secondaire spéciale de musique du conservatoire de Lénimgrad, puis du Conservatoire de Moscou (classe du professeur Y. Zak). Il a donné de nombreux concerts à travers le monde. En 1981, il devient lauréat du Concours International de Musique Contemporaine de Saint-Germain-en-Laye,

Il est professeur au Conservatoire russe. A. Scriabine et à la “Schola Cantorum” à Paris. Fondateur et organisateur en France des concours internationaux de pianiste eux. Nikolai Rubinstein (1996), nommé d’après Alexander Scriabin (2001) et le concours international nommé d’après A.K. Glazunova (violon, alto, violoncelle) depuis 2000.

Une rencontre en ligne sera organisée sur le site web du CRSC à Paris.

Le site : https://crsc.fr/

 

h

 

Conférence

Mercredi 30 septembre 2020 à 19 h

” La Science et les défis mondiaux”

 

 

Le membre correspondant de l’Académie des Sciences Vladimir Viktorovich Ivanov est l’invité du premier numéro. Ses intérêts de recherche comprennent la recherche sur les processus mondiaux, la théorie de la révolution humanitaire et technologique, l’écologie de la technologie et le développement de systèmes nationaux d’innovation.

V. V. Ivanov a accordé beaucoup d’attention au développement de territoires à forte concentration de potentiel scientifique et technique. Ces dernières années, il a travaillé sur les prévisions, la planification stratégique, la science, la technologie et la politique d’innovation.

Le thème de son discours est «La science. Global Challenges of Our Time »est plus que jamais d’actualité: crises économiques, changement climatique, catastrophes d’origine humaine, la pandémie COVID-19 a particulièrement mis l’accent sur le rôle de la science dans la société moderne, appelée à trouver des réponses aux défis et menaces majeurs. Aujourd’hui, les enjeux de la vie humaine dans les nouvelles conditions économiques, dans l’environnement changé sont en train de prendre le dessus.

Pour cette conférence, vous devez vous inscrire sur le site Web du RCSC et recevoir un lien d’invitation. La conversation aura lieu sur les plateformes Zoom en russe et en français. Ainsi, les participants auront l’opportunité de recevoir des réponses de nos invités à leurs questions.

À la fin de la téléconférence, des liens vers le dossier complet seront affichés sur le site Web et les pages des médias sociaux du RCSC de Paris.

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

.

t e t

 

L’Inscription préalable est obligatoire : coursderusse@fra.rs.gov.ru

 

Centre de Russie pour la Science et la Culture  à Paris

61, rue Boissière,75116, Paris 

Téléphone : 01 44 34 79 79

Site:  https://crsc.fr/

 

CONCERT REPORTÉ

 

Concert exceptionnel de la rentrée

” Denis  Matsuev ” , piano

Mardi 29 septembre 2020 à 20h

Théâtre des Champs Élysées, VIII° Paris

© Pavel Antonov 

PROGRAMME

Haydn : Sonate Hob. XVI:52
Schubert : Sonate n° 14 op. 143 D. 784
Chopin : Ballade n° 4 op. 52
Stravinsky : Petrouchka

Denis Léonidovitch Matsuev (Денис Леонидович Мацуев) est né à Irkoutsk en 1975, dans une famille de musiciens, sa mère professeur de piano et son père est compositeur et pianiste reconnu. Il commence l’étude du piano sous la tutelle de son père puis poursuit ses études musicales à l’école de musique d’Irkoutsk jusqu’à l’âge de 15 ans. À côté de ses activités musicales, Denis Matsuïev pratique le hockey sur glace et le football.

En 1990, Matsuïev part avec ses parents pour Moscou, où il parfait son éducation au conservatoire de musique de Moscou. En 1993, il participe à son premier concours international de piano en Afrique du Sud  où il remporte le premier prix. La même année, il entre au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou sous la direction d’Alekseï Nassedkine puis de Sergueï Dorenski.

À l’âge de 23 ans, en 1998, il gagne le premier prix au prestigieux  au Concours International  Tchaïkovski, événement qui marque le tournant de sa carrière. Par la suite, Matsuïev donne des concerts à travers le monde, jouant avec de célèbres chefs d’orchestre tels que Ievgueni Sveltlov, Vladimir Spivakov et Claudio Abbado.

Matsuïev donne aujourd’hui près de 150 concerts par an. Il se produit dans des salles prestigieuses telles que la Salle Gaveau, la Salle Pleyel, le Carnegie Hall, le Mozarteum, ou encore le Tokyo Opera City. Il est l’organisateur de deux festivals en Russie : Stars on Baikal et Crescendo. Il est Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO depuis avril 2014.

Denis Matsuev interprète les œuvres tel un démiurge. Son charisme est tel que dès qu’il s’assoit, chacun retient son souffle prêt à entendre et voir la maîtrise exceptionnelle dont fait preuve ce musicien fascinant. Son récital est dédié à Haydn, Schubert, Chopin et Stravinsky. 

 

.

Tout est aménagé au sein du théâtre pour vous assurer de passer une belle soirée dans les règles de sécurité et distanciation. Port du masque obligatoire et gel hydroalcoolique à disposition dans la salle et les parties communes.

.

Théâtre des Champs-Elysées

15 avenue Montaigne, 75008 PARIS

Métro station Alma-Marceau (ligne 9) ou Franklin-Roosevelt (ligne 1)
RER station Pont de l’Alma (ligne C)
Bus lignes 42, 63, 72, 80, 92

Station de taxi Place de l’Alma, angle avenue George V
Station Vélib’ en face du Théâtre

Parc de stationnement Alma-George V

Téléphone réservation 01 49 52 50 50

Billeterie : CLIQUEZ

Tarifs :  CAT. 1 :  75 €,  CAT. 2 : 55 €,  CAT. 3 :  40 €

CAT. 4  : 28 € CAT. 5 10 €,  CAT. 6 :5 €
.

 

 Conférence

“Pierre Cubat (1844-1922), cuisinier des tsars”

par

Nicolas de la Bretèche

Jeudi 1er octobre 2030 à 18 h 30

Salle du Conseil, Mairie VII° Paris

 

 

A la table des tsars : la fabuleuse ascension de Pierre Cubat à la Cour des empereurs russes Pierre Cubat a tout fait par passion. Cuisinier d’origine modeste, il quittera son foyer pour se lancer à la conquête de Saint-Pétersbourg. Une audace et un talent qui lui permettront de devenir le cuisinier et le confident des trois derniers tsars et le favori des réceptions de la Cour Impériale.

Un beau livre à la fois riche en informations historiques et unique avec des recettes reconstituées par un grand chef, très complet grâce à un agencement ciselé combinant esthétisme, cuisine mais également histoire. L’auteur, homme passionné, a mis à profit tous ses talents d’enquêteur-archiviste pour faire état de détails insolites, précis, et exposer le résultat d’un travail de documentation fouillé sur la cuisine des trois derniers tsars de Russie.

Plus de renseignements sur l’ouvrage : CLIQUEZ

 

t

 

Nicolas de la Bretèche journaliste, écrivain et conférencier. Passionné d’Histoire, de gastronomie et de musique, il a à cœur de faire revivre, à travers des biographies toujours très documentées, les destinées exceptionnelles qui ont marqué le XIXe et le XXe siècle. Il est l’auteur de « La Diva flamboyante », qui retrace la vie de la cantatrice Marthe Chenal (1881-1947), et de «A la table des tsars» édité en novembre 2019 chez MachaPublishing.

 

d

 

 

L’hôtel de Villars et les tsars de Russie

L’actuelle mairie du VIIe arrondissement occupe un hôtel du XVIIe siècle qui a subi de nombreuses transformations au cours des temps. De 1645 à 1647, Jacques le Coigneux, président à mortier au Parlement de Paris, fait bâtir rue de Grenelle une maison à l’architecture noble pour “jouir de la tranquillité des champs et respirer tout à son aise.” L’hôtel est ensuite acquis 1685 par Philippe de Montault, duc de Navailles, maréchal de France, puis en 1710 par Louis-Hector, duc de Villars, maréchal de France. L’Hôtel est alors réaménagé par l’architecte Germain Boffrand.

En 1717, lors de la visite à Paris du tsar Pierre le Grand, le duc de Villars donne un souper pour honorer l’illustre visiteur. On raconte que lors de cette soirée suivie d’un feu d’artifice, on joua une symphonie militaire; le tsar prit un tambour et le maréchal des cymbales…

 

Mairie du VIIe arrondissement

116 rue de Grenelle, 75007 Paris

Métro:  Solferino (ligne 12)

 

 

Le Shtandart, « étendard »

du vendredi 25 septembre au vendredi 2 octobre 2020.

Quai de la Fosse, Ponton Belem, 44000 Nantes

 

Il est arrivé en avance sur son programme jeudi 24 sept .

C’était le premier bateau de guerre du tsar Pierre le Grand, lancé en 1703 en service jusqu’en 1727.  La réplique du Shtandart a été construite de 1995 à 1999, au bord de la Neva, à Saint-Pétersbourg.

La frégate “STANDART” est amarrée au ponton Belem. Avec ses 34,5 m de long pour 7,5 m de large, le trois-mâts est la réplique du premier bateau de guerre du Tsar Pierre le Grand de 1703 et a été lancé en 1999.

 

 

Ce navire est un trois mats et un voilier école, il participe à de nombreuses fêtes maritimes, régates et courses de grands voiliers, comme la Tall Ship Race, partout en Europe.

 

La frégate STANDART a reçu en juillet 2020, une immatriculation d’État à part entière en tant que navire d’entraînement sportif, avec un équipage de 36 personnes et une zone de navigation 2 (cela signifie à 200 miles du port-abri, et une force de vent jusqu’à 28 m / sec. et des vagues jusqu’à 7 mètres).

Plus d’info sur : www.shtandart.ru

 

4 2 4

 

Quai de la Fosse

Ponton Belem, 44000 Nantes

HORAIRES : de 10 h à 12 h 30 et de 13 h 30 à 20 h 30 (jusqu’à 22 h vendredi et samedi).

Tarifs : 4 € ; enfants, 2 € ; gratuit pour les moins de 12 ans.

 

 

Projection du film dans le cadre du programme “Art du Cinéma Russe”

“À l’ouest du Soleil”  Темный мир

d’  Anton Meguerditchev en 3D

Dimanche 13 septembre 2020 à 16h

Théâtre Alexandre III, 06400 Cannes

 

 

Réalisation: Anton Meguerditchev 2010

Avec : Svetlana Ivanova, Ivan Zhidkov, Elena Panova…

Genres : fantastique, thriller

Nationalité : russe

 Version originale en russe, sous-titres français. Durée : 105 mn. Âge: +12

 

Un groupe d’étudiants en anthropologie, partent en expédition dans des villages reculés du nord de la Laponie. Ils rencontrent une vieille femme, après une querelle d’amoureux dans le groupe, ils se retrouvent dans un cimetière ou ils découvrent un vieux bouclier. Marina se retrouve à la suite d’un simple contact avec cette relique, possédée et dotée de pouvoirs surnaturels terrifiants.

..

.

L’on raconte qu’une guerre a longtemps été menée entre les humains et les «démons» pour le contrôle de la Terre. Suite à la chute d’une météorite tombée sur Terre, qui a apporté avec elle “l’Esprit des Ténèbres”, cachant des connaissances insupportables pour les mortels. Le sorcier local a voulu prendre possession de ces connaissances. En échange, il a offert son corps, mais l’Esprit des Ténèbres a trompé le sorcier, il  lui a pris non pas son corps, mais son âme. Marina va devoir remplir la mission de combattre les forces du Mal.

 

g j g

Anton Evgenievich Megerdichevь né le 22 juillet 1969 à Moscou, réalisateur et scénariste.Diplomé de l’institut des ingénieurs ferroviare de Moscou, Il a travaillé comme directeur de l’émission télévisée “Portrait en arrière plan” de léonid Parfionov, comme  réalisateur et directeur de l’édition de ses projets documentairesde 1993 à 2005. En 2000, il a reçu le prix TEFI  prix spécial de la nomination de l’Académie de la télévision russe pour le projet documentaire commun «Pouchkine en vie», en 2004 – finaliste du concours TEFI en tant que réalisateur du documentaire télévisé ” Assassinat de Kenndy”. Réalisateur en 2007 du film ” Mouvement en haut”, devenu le film russe le plus rentable, dépassant 3 milliards de roubles au box-office brut en Russie et dans la CEI.

 

Inscription gratuite mais obligatoire !

 

V

 

 

 

Théâtre Alexandre III
19 boulevard Alexandre III
06400 Cannes

Tél : 04 97 06 44 90

Les billets gratuitement en ligne : CLIQUEZ

Masterclass d’Accordéon

avec ROMAN JBANOV

du Vendredi 30 octobre au dimanche 1er novembre 2020

Château de Coudrée, 74140 Sciez (près de Thonon les bains)

 

 

•Pour les élèves de tous âges et tous niveaux.
•Tarif: 60€/ jour (120 € pour 3 jours) avec 2 cours/ jours et entraînements
•Logement possible au Château de Coudrée :
tarif spécial stagiaire: 80€/ nuit avec petit déjeuner
Les repas sont pris ensemble ou individuellement (en supplément)
•Le Programme de la masterclass
Deux cours individuel /collectif par jour et sessions de travail selon le niveau de chaque élève sont au programme.
L’enseignement de Roman Jbanov est basé sur l’équilibre corporel, l’imaginaire, et les techniques du soufflet.
L’objectif est développer votre aisance dans l’interprétation et votre plaisir dans le jeu en analysant la dynamique des morceaux. Les axes de travail sont: le travail les sons, le toucher, la coordination des mouvements corporels aux articulations de la musique et au maniement du soufflet.

 

 

Roman Nicoalaevitch Jbanov  – joueur de bayan lauréat de concours internationaux, professeur au Centre International Bayan en France. Membre permanent du duo avec Dominique Emorin “Paris-Moscou”.

 

Roman Jbanov est né en Ukraine en 1976. À l’âge de 6 ans, ses parents envoient Roman apprendre à jouer de l’accordéon à boutons. À l’âge de 12 ans, il entre à l’école-lycée du Conservatoire d’État de Novossibirsk du nom de M.I. Glinka dans la classe du lauréat du concours international, professeur agrégé du N.I. Glinka A. V. Krupina. Il est devenu lauréat Au concours zonal de jeunes joueurs d’accordéon à Novossibirsk est devenu lauréat. en 1992  il devient lauréat au Concours Open Sibérien des Jeunes Bayanistes de Biysk. Roman est diplômé en 1994, du lycée et entre au Conservatoire d’État de Novossibirsk. Glinka. En même temps, il mène activement ses activités de concert. Lauréat  en 1995 au XXXIIème Concours International Bayan à Klingenthal en Allemagne. Roman a obtenu un diplôme au Concours International de Mondragon en Espagne. Remporte la 1ère place au Concours International “Baltika-Harmonica de Saint Petersbourg en 1996. En 1998 il remporte le  “Trophée de la Paix” dans la ville d’Escaldes-Ingordan, et prend la 1ère place au concours international “Prix de Joe Rossi” (France).

Roman Jbanov est régulièrement en tournée en Pologne, Yougoslavie, Lituanie, Danemark, Chine, Allemagne, Italie, Portugal et France. Il vit  de façon permanente à Clermont-ferrand, il part souvent en tournée en Russie.

  • Depuis 2000 – Il est professeur au Centre International Bayan Jacques Morne.
  • Depuis 2009 – Président de l’Association russo-française “Sunsiberi”.

Possibilité d’enseignement en Russe et en Français!

 

y

 

Hotellerie du Château de Coudrée

Hôtel **** – Restaurant – Bar – Espace Culture – Lac Léman.

Avenue de Coudrée – 74140 Sciez-sur-Léman, France

Courriel :  chateau@coudree.fr| 

Tél:   +33 (0)4 50 72 62 33

 

 

4 ème Festival International de Peinture

en plein air.

” DANS  LE  BERCEAU  DE  L’IMPRESSIONNISME “

 

du jeudi  27 au 30 août 2020  à  Paris

 

 

L’association « Festival Cultures Croisées » fête ses 20 ans en 2020, ce festival 2020 sera bien plus modeste qu’on espérait mais… corona oblige !

Il aura bien lieu et c’est l’essentiel.

 

u

 

Programme

Jeudi 27 août

Dans le 17ème arrondissement de Paris, grâce aux accords conclus avec la Mairie du 17ème  , cette journée se déroulera précisément dans le quartier Ternes/Etoile autour de « l’Atelier de l’Etoile » où se situera notre point d’accueil :

Ateliers de l’Étoiles : 5, rue de l’Arc de Triomphe 75017 Paris ,

Accueil dès 10h du matin pour la réception des supports ( toiles aux 3 formats réglementés 40×80, 60X80, 80×80 cm) , badges et cadeaux de sponsors.

 

u

 

Vendredi 28 août

 La journée se passera au Bois de Boulogne près de l’étang à la porte Dauphine.

 

 

u

 

Samedi 29 août

Autour de rue de Douai, rue Lafontaine, place St Georges et place Pigalle.

En accord avec la Mairie du 9-ème arrondissement

Accueil dès 10h à la galerie « Trapelune » 33, rue de Douai 75009 Paris

Les trois premiers jours sont réservés aux séances de peinture, piques-niques et rencontres.

Le programme précis de la journée du 30 août et le lieu de l’exposition finale seront publiés après l’obtention de l’autorisation finale de la Mairie de Paris vers 20 août.

Mais en tout état de causes nous pourrons passer un dimanche festif ensemble et observer les démonstrations de nos invités d’honneur.

Cette année on a le joie d’accueillir 2 invités d’Honneur

La grande aquarelliste russo-allemande Victoria Prischedko 

En plus de sa démo courte au Festival Victoria donnera un stage exceptionnelle du 21 au 23 oût à l’atelier de l’Étoile 

Inscription en cours, nombre de place limité

Notre deuxième invité d’honneur 2020 est Thierry Lefort,

Thierry-Lefort

 peintre français né en 1967. Formé à lʼatelier de La Vigne à Etampes par Philippe Lejeune. Reconnu pour sa maîtrise de la peinture à lʼhuile pour ses nus, ses portraits, ses natures mortes mais surtout pour ses grands paysages urbains réalisés sur place qui ont fait sa renommée. Il donne des cours de peinture à Paris dans plusieurs ateliers. Mais aussi des stages de peinture à travers le monde : France, Maroc, Italie, Californie… Il est Président de la section peinture figuration subjective du Salon dʼautomne au Grand Palais à Paris.

 

Lors de nos démonstrations et pauses amicales nous prendrons le plaisir de déguster le bon cidre Normand

 

g

L’exposition des œuvres crées pendant ces 3 jours aura lieu en présentiel dans les Salons Aguado de la Mairie du 9e du 31 août au 2 septembre inclus

Suivi pendant 2 mois sur notre plateforme dans la rubrique « événements ».

Le jury international se compose de : François Legrand (France), Olga Litvinenko (Russie), Prafull Sawant (Inde), Michael Richardson (Grande Bretagne). Ce jury déterminera les gagnants au cours de l’exposition virtuelle – ce qui veut dire que toutes les œuvres réalisées dans les formats réglementées seront photographiées chaque soir et présentées ensuite sur notre site.

Un vote public sera également organisé.

Inscrivez-vous ! Si vous hésitez encore, sachez que le principe du quota par pays pour les nominés est supprimé pour cette année, mais le nombre total de nominés est limité à 20 personnes,

 


Visitez notre site pour découvrir les noms et les profils des nominés qui seront publiés vers le 18 août 2020.

Au plaisir de vous accueillir ! En attendant : bel été à vous !

Les sponsors 2020

 

INSCRIPTIONS

Anna Filimonova
Présidente de l’Association « Festival-Cultures Croisées »
http://www.festival-cultures-croisees.eu

anna@filimonova.fr – Tél: 33 (0)6 61 91 23 98

La Terrasse Tzigane Du Cabaret Sauvage

Dimanche 6 septembre 2020 de 17h à 01h

Cabaret sauvage, Parc de la Villette, XIX° Paris

 

 

Après six mois d’absence les Soirées Tziganes font leur grand retour au Cabaret Sauvage.
Un voyage magique au cœur des Musiques Tziganes, d’Europe de l’Est, des Balkans, Klezmer … Concerts et dj’s, un vrai moment de bonheur, de partage et de paix qui vous transporte, le temps d’une soirée, dans un univers sans frontières…

Musique Tzigane de Balkan. C’est toute la richesse et le mystère des Balkans qui s’expriment à travers leur musique. Un mélange subtil de guitares manouche et tzigane, de percussions orientales, d’une voix chaude et colorée et du swing de la contrebasse… Reprenant la tradition de métissage culturel et musical des tziganes, le répertoire d’O’djila s’appuie sur les divers folklores des pays que le peuple Rom a traversé en y apportant sa sensibilité particulière. Le groupe revisite ainsi les chansons populaires léguées par ces voyageurs au gré de leurs pérégrinations en Europe de l’Est. On se sent pris dans un tourbillon qui nous transporte vers l’essence même de l’âme.

 

CAPTAIN CUMBIA

Multi-instrumentiste, chanteur, dj et producteur, El Súper Desperado » de Ménilmontant est un spécialiste de Cumbia et des musiques balkaniques. De par son héritage familial, il a grandi dans le métissage des cultures. Dans son labo cumbiero, il s’amuse à mixer, remixer, « mashuper » la cumbia amazonica, colombienne, mexicaine, argentine avec d’autres styles comme la musique klezmer, tzigane, hip-hop, dancehall, etc …
Sur scène, il passe simultanément des platines au mélodica, du chant au güiro, sur des productions de son cru ou des chansons traditionnelles de la cumbia et des balkans.

 

O’DJILA

Musique Tzigane de Balkan C’est toute la richesse et le mystère des Balkans qui s’expriment à travers leur musique. Un mélange subtil de guitares manouche et tzigane, de percussions orientales, d’une voix chaude et colorée et du swing de la contrebasse… Reprenant la tradition de métissage culturel et musical des tziganes, le répertoire d’O’djila s’appuie sur les divers folklores des pays que le peuple Rom a traversé en y apportant sa sensibilité particulière.

.

.

Le groupe revisite ainsi les chansons populaires léguées par ces voyageurs au gré de leurs pérégrinations en Europe de l’Est. On se sent pris dans un tourbillon qui nous transporte vers l’essence même de l’âme tzigane !

 

DJ TAGADA

Dj Selecta incontournable de la scène Electro World & Balkan, Tagada explore depuis 2004, le son traditionnel d’Europe centrale et orientale.

.

.

;Fondateur des soirées BalkanBeats Paris, il mène la transe à coup de danses populaires et farandoles déjantées.Cet indépendantiste de la piste a réalisé deux albums avec la diva des Balkans “Rona Hartner” ( Gadjo Dilo ) et a collaboré avec Rwan ( Java ),
Le Soviet Suprem et La Caravane Passe .
Indispensables, ses Dj Sets sont déjantés , festifs et synonymes de partage.
La Révolution du dance Floor et du son electro-tradi c’est lui.

★ DJAM ORKESTAR
Fanfare mythique de Belleville, savant mélange entre la musique du sud de la Serbie et l’énergie alternative de Paris. Surement la fanfare de l’Est la plus à l’Ouest du moment, à la scène comme à la rue, DjAM ORKESTAR malaxe ses cuivres et ses percussions autour du répertoire festif serbe et gitan. Ajoutez-y une pincée de musique latino, de rock, de compositions personnelles… et c’est la fête !”

 

 

CABARET SAUVAGE – Parc de la Villette
59 Boulevard Macdonald – 75019 Paris.

Tél : 01 42 09 03 09

Renseignements : info@cabaretsauvage.com

Métro : Porte de la Villette (igne 7),  Porte de Pantin (ligne 5)
Tramway : Ella Fitzgerald ou Porte de la Villette

 

 

Rencontre avec la Russie

Jeudi 3 septembre 2020 de 13h à 20h

 

 

A voir sur le Site  : https://crsc.fr/

u

 

 

A l’occasion du 175ème anniversaire de la Société russe de géographie

Jeu concours : CLIQUEZ

 

u

Jeudi 20 au dimanche 30 août 2020

 

Exposition extérieure et virtuelle

« La bataille de Koursk »

A voir sur le Site  : https://crsc.fr/

 

u

Jusqu’au au 22 août 2020

Exposition extérieure

“L’EXODE  RUSSE”

 La Tragédie et la Grandeur

1920 – 1922

Sur les panneaux extérieurs et le site du CRSC à Paris.

 

L’exposition « L’Exode russe. La tragédie et la grandeur (1920–1922) » a été créée par la Maison des Russes à l’étranger Alexandre Soljénitsine en coopération avec le Département de la culture de la ville de Moscou à l’occasion d’une date spéciale et mémorable dans l’histoire de la Russie – le 100e anniversaire de l’exode de plusieurs millions de compatriotes vers une terre étrangère en 1920.

L’Armée blanche, qui a subi une défaite militaire, a quitté sa côte natale après une lutte difficile et inégale, dans laquelle elle a défendu tout ce qui était cher et sacré. D’autres gens sont partis sans se battre, fuyant la persécution, la peur quotidienne et la menace de mort, ou bien ont été expulsés à l’étranger comme « ennemis du pouvoir soviétique ». Grand est également le nombre de ceux qui, à la suite de l’effondrement de l’Empire russe, se sont retrouvés du jour au lendemain sur le territoire de pays étrangers, sans même avoir quitté leurs foyers.

Tous sont devenus exilés, rejetés par leur Patrie, privés de la citoyenneté russe par le nouveau gouvernement. En réponse, les « vaincus » ont créé la Russie à l’étranger du peuple russe dispersé à travers le monde.

Cette exposition photo-documentaire met en lumière la grande catastrophe qui a frappé la Russie il y a un siècle et est dédié à la mémoire des exilés.

 

L’exposition s’adresse à des contemporains qui ne sont pas indifférents au sort de leur pays, et vise à attirer une fois de plus l’attention sur le phénomène sans précédent de l’histoire russe et mondiale, qu’est l’Exode.

À Paris, l’ouverture de l’exposition « L’Exode russe. La tragédie et la grandeur (1920–1922) » sera précédée d’une introduction spéciale de Viktor Moskvin, chef de projet, directeur de la Maison des Russes à l’étranger Alexandre Soljénitsyne. Il précise notamment que « le thème de l’Exode est particulièrement important pour notre Maison et notre nouveau musée, où par cet événement commence son exposition permanente. Et en plus ce sujet est fortement lié à la France, à Paris, considérée comme la capitale des Russes à l’étranger. Des centaines de milliers d’exilés russes y ont trouvé leur abri et du travail. »

L’exposition comprend des documents uniques, des photographies et des publications consacrés à deux lieux importants de l’Exode — la Crimée et le Primorié. Elle aborde de manière approfondie les périodes de l’évacuation des troupes et des réfugiés russes vers Gallipoli, l’île Lemnos, Bizerte et Shanghai, qui sont devenues des symboles de fermeté, de courage et de volonté de poursuivre la lutte pour la Russie.

 

 

De rares documents numérisés proviennent de la collection d’Alexandre Plotto (France), descendant d’officiers de marine russes, qui a quitté Sébastopol dans son enfance sur les navires de l’Escadron russe.

Auteurs de l’exposition : experts de la Maison des Russes à l’étranger I.V.Domnin, I.Y.Domnina, A.S.Kroutchinin, N.A.Kouznetsov, A.A.Petrov, A.V.Marynyak, N.D.Egorov et I.N.Balabanova.

La version française et la traduction de l’exposition ont été réalisées en interne dans leur intégralité par le CRSC à Paris.

l’exposition sera présentée en deux langues sur les panneaux extérieurs, le site web et les pages des réseaux sociaux du CRSC à Paris et restera disponible jusqu’au 20 août.

Il est prévu que l’exposition se poursuive dans de nombreux autres pays, y compris francophones, le long de la route de l’Exode et de la résidence actuelle des descendants de nos compatriotes.

 

u

 

Dimanche 9 août 2020 à 16h

« Rencontre avec le Russie ». 

Festival international des films et des programmes TV sur le tourisme.

Film documentaire

« Grands fleuves de Russie. La Volga »

 

 

Le film documentaire « Grand fleuves de Russie. La Volga »

Auteurs et réalisateurs Anton et Andrey Podkolzin.

Une série documentaire sur la Volga marque le début d’un grand cycle de films « Grands fleuves de Russie ».

La Volga n’est pas un simple fleuve pour la Russie. Son destin et celui du pays sont étroitement liés. Près d’une centaine de peuples différents vivent ici, avec leurs propres traditions, langues et culture, mais ce sont tous des Volzhans, des Volgariens. Des centaines de personnes célèbres, des artistes talentueux ont été inspirés par la beauté naturelle des environs de la Volga, et le fleuve est devenu l’héroïne de poèmes, chansons, épopées, peintures, films. Donc, dans notre série documentaire, la Volga est le personnage principal, notre récit tourne autour d’elle – de la source à la bouche.

A voir sur le Site  : https://crsc.fr/

 

u

 

Jeudi 13 août 2020

Exposition en-ligne

« La mémoire des générations.

Le Jour de la Victoire à travers les regards

des participants

au concours “ Le plus beau pays ” »

 

 

Exposition en ligne, en russe.

A voir sur le Site  : https://crsc.fr/

 

u

 

Dimanche 16 août 2020 à 16h

« Rencontre avec le Russie ». 

Festival international des films et des programmes TV sur le tourisme.

Film documentaire

“Voyage sur la Volga”

 

 

A voir sur le Site  : https://crsc.fr/

 

Le film documentaire « Voyage sur la Volkhov »

  • Auteur : Alexandre Ilyin
  • Réalisateur : Evguéni Barkhanov

 

Des chercheurs des mythes d’origine passent le long de l’ancienne route commerciale sur un petit bateau « Filine », faisant de arrêts dans des lieux historiques liés aux légendes et traditions associées au fleuve Volkhov.

Voyagez le long du Volkhov – la principale voie navigable sur le chemin “des Varègues aux Grecs”. Sur le petit bateau “Hibou”, des chercheurs de légendes anciennes passent le long de l’ancienne route commerciale, faisant des arrêts dans des lieux historiques, associés aux légendes et aux traditions de la rivière Volkhov. Kurgan d’Oleg le Prophète. Ermitage de Perynsky. Monastère de Yuriev, monastère de Varlaam-Khoutinsky, caserne de Selishchensky, Grouzino – domaine de A.Arakcheev. Et parallèlement à cela, en suivant les héros du film “Voyage le long de Volkhov”, les secrets et la signification sacrée de la rivière Volkhov sont révélés.

Version originale sous-titrée en anglais.

A voir sur le Site  : https://crsc.fr/

 

u

 

Jeudi 20 au dimanche 30 août 2020

 

Exposition extérieure et virtuelle

 

« La bataille de Koursk »

 

 

Année de la mémoire et de la gloire.

Exposition extérieure  sur les grilles du centre

et virtuelle

« La bataille de Koursk »

Connue également sous le nom de

“Bataille des Ardennes de Kousrk”

Битва на Курской дуге”

Le Musée de la Victoire présente l’exposition “La bataille de Koursk “, consacrée à l’une des batailles les plus grandioses, féroces et sanglantes de la Seconde Guerre mondiale – la bataille de Koursk.

L’exposition est basée sur des matériaux provenant des fonds du Musée de la Victoire. Les auteurs de l’exposition ont tenté de recréer la chronologie d’une bataille grandiose, y compris la préparation aux batailles, une bataille défensive stratégique délibérée et deux opérations de contre-offensive: Oryol et Belgorod-Kharkov.

La dernière section de l’exposition est consacrée aux résultats de la bataille de l’Arc de feu, qui a contribué à bien des égards à l’achèvement d’un tournant fondamental de la guerre, au renforcement supplémentaire de la coalition anti-hitlérienne et à l’effondrement du bloc fasciste, à la suite de quoi le reste de l’Union soviétique a été libéré des occupants, puis des États d’Europe de l’Est.

g

Humilié par la reddition de la VIe armée allemande à Stalingrad, à l’hiver 1942-1943, au terme de la plus grande bataille de l’Histoire,  Hitler veut enrayer le recul de ses armées.

 

 

Le 5 juillet 1943, le Führer lance une gigantesque contre-offensive dans le saillant de Koursk, à mi-distance entre Moscou et Kiev, avec une concentration exceptionnelle de chars et d’avions. Lourdement défaite, la Wehrmacht ne va plus dès lors cesser de reculer.

Le saillant est situé au sud-ouest de la Russie, à la limite de l’Ukraine, entre Orel au nord et Belgorod au sud.

 

Cette bataille nuance la thèse du rouleau compresseur soviétique jusqu’à Berlin : le premier semestre de l’année 1943 constitue en fait sur lle front russe une phase d’équilibre, de récupération et de préparation à l’ultime tentative du Troisième Reich de reprendre l’initiative contre l’armée rouge après ses échecs successifs  devant Moscou et Stailgrad

 

Il s’agit de la plus grande bataille de chars de l’Histoire.

 

 

A voir sur le Site  : https://crsc.fr/

En russe.

u

Dimanche 23 août 2020 à 17h

« Rencontre avec le Russie ». 

Festival international des films et des programmes TV sur le tourisme.

Film documentaire

« la Grande Route du Nord Russe »