Informations

Concerts Spirituels de St Sévrin

“Chants Sacrés Orthodoxes
pour le Carême et Pâques”

Chœur Znaménié de Paris

Samedi 9 avril 2022 à 16 h
Église St Séverin, 75005 Paris

 

Au programme:

 Chœur russe de Paris Znaménie et solistes, au programme : « Via Crucis » de Liszt, chants sacrés orthodoxes.
Anna Homenya (orgue), Gabrielle Savelli (mezzo-soprano), Matthias Rossbach (baryton), Nikita Krougly-Encke (basse), Ekaterina Yanoff (soprano).

Le chœur russe de Paris Znaménie :

Ensemble formé depuis 2009, sous la direction d’Ekaterina Anapolskaya. Le noyau en est constitué par la chorale paroissiale de l’Eglise orthodoxe Notre-Dame-du Signe (« Znamenie » en russe signifie « le Signe »),
87 Bd Exelmans Paris XVIème.

Le répertoire de l’ensemble est constitué de plus de soixante pièces de musique liturgique russe bien souvent écrites par les plus illustres compositeurs russes (Tchaïkovski, Rachmaninoff, Balakirev, Tchesnokov, Gretchaninoff, …) mais aussi de musique profane : chœurs d’opéra, musique de chambre, chants populaires.

Le chœur se produit régulièrement en concert (le plus souvent à Paris) dans le cadre de manifestations consacrées à la musique liturgique orthodoxe russe : concerts de Noel et de Pâques, célébration des 150 ans de la cathédrale orthodoxe russe de Paris, heures musicales de Saint-Roch… .
De plus, la présence en son sein de nombreux solistes permet à l’ensemble d’assurer l’interprétation d’extraits d’opéra. C’est ainsi que l’ensemble a pu proposer récemment des soirée-concerts plus spécifiquement consacrées à l’ exécution de larges extraits (chœurs et ensembles) de certaines œuvres phares du répertoire : Rigoletto et la Traviatta de Verdi, Eugène Onéguine et La Dame de Piques de Tchaïkovski, Prince Igor de Borodine, Roussalka de Dargomijski.

Joyau de l’architecture de style gothique flamboyant du XVe siècle. A la fin XIIe siècle, l’Université de Paris, créée par Philippe Auguste, attire maîtres et étudiants de toute l’Europe. Saint-Séverin devient la paroisse des étudiants et le siège des assemblées générales de l’Université. Vers 1230, on l’agrandit  ; un nouveau sanctuaire est élevé. Un incendie le détruit en partie vers 1448. Mais la guerre de Cent Ans va bientôt s’achever par une victoire totale des troupes françaises (hormis Calais, tout le territoire est libéré) et une reprise économique s’amorce. Saint-Séverin sera rebâtie avec une certaine magnificence ; le chantier va se poursuivre jusqu’au XVIIe siècle.
La Révolution ne l’endommage pas, Saint-Séverin devient dépôt de poudre, puis entrepôt de fourrage et de cloches. L’église est rendue au culte en 1803.

Église St Séverin, 2 rue des prêtes St Séerin
75005  Paris

Tarif: Participation aux frais

ACCÉS :
Métro :St Michel (4 et RER C) , Cluny-Sorbonne (10)
Bus : 27, 38, 47, 63, 96

Exposition  peintures et scuptures

” Images d’Image – Mémoire “

de Boris Lejeune

CLÔTURE  jeudi 21 avril 2022  à  17h 30

Centre Spirituel et Culturel Orthodoxes Russe, 75009 Paris

Sculpteur, peintre et poète français né à Kiev en 1947. Diplomé de l’Académie des Beaux Arts Répine de Saint Petersbourg en 1974, il est arrivé en France en 1980, passionné par Jeanne d’Arc qui, entre autres œuvres, a déjà sculpté la statue de Jeanne à Notre-Dame de Bermont, là où Jeanne, enfant, allait prier la Très Sainte Vierge Marie chaque samedi. C’est un artiste singulier, cherchant sa quête d’éternité par les voies de la sculpture de la peinture et de la poésie.

En 1983, Boris Lejeune est primé au concours national Expressions – Sculptures. En 1987, il remporte le concours pour l’installation de cinq sculptures monumentales dans les jardins du Boulevard Pereire à Paris. Il est également l’auteur d’une plaque commémorative dédiée au poète russe Ossip Mandelstam, située rue de la Sorbonne à Paris.
Par la suite, Boris Lejeune réalise des sculptures pour un grand nombre de villes de France et du Luxembourg, et participe à plusieurs expositions en France et à l’étranger. En 1994, un film est tourné à l’occasion de la création de la sculpture Vignes de Laon.
En 2002, Boris Lejeune réalise la sculpture Cep de vigne pour le lycée Clemenceau à Reims.
En 2006, il sculpte une stèle de Robert-Jean de Vogüe, ancien président de la Maison Moët & Chandon. La stèle est installée dans la ville d’Épernay.
En avril 2010, il réalise la sculpture L’Ange au pied de vigne pour le Domaine de la Romanée-Conti, à Vosne-Romanée en Bourgogne.
En 2012, il réalise une sculpture de Bernard Stasi qui est installée à Épernay, sur la place des Arcades nouvellement renommée Place Bernard Stasi. La même année, il participe à l’exposition franco-russe “Les couleurs et les lettres”, à l’Orangerie du Sénat à Paris.

Peinture de Boris , Rideau II, 2019-2020 (huile, 146x89cm)

Frontière 2010 146X89 cm


En septembre 2013, une grande sculpture de Jeanne d’Arc est inaugurée à l’ermitage de Bermont, près de Domremy, village natal de Jeanne.
En parallèle de la sculpture, la peinture et l’écriture (poésie, essais) occupent une place importante dans son œuvre.
Il publie trois recueils de poésie aux Éditions de la Différence. Après la mort de son ami Jean-Marie le Sidaner, en 1992, il fonde et dirige la revue Présages, puis, quelques années plus tard, inaugure un rapprochement entre poètes russes et français par l’intermédiaire d’une nouvelle publication bisannuelle, Dépôt. Un grand nombre de ses poèmes ont été traduits dans d’autres langues, et inclus dans l’anthologie de poésie russe Poètes russes d’aujourd’hui.
Septembre 2021 : Installation du monument Jeanne d’Arc à Saint-Petersbourg, dans le quartier Admiralteiskii, à l’intersection de 4-a Krasnoarmeyskaya et de la ruelle Sovetskiy. (CLIQUEZ)

Entrée libre sans réservation.

VERNISSAGE prévu le 24 est reporté à une date ultérieure.

Conformément aux  mesures anti-Covid-19, prises par les autorités françaises, la présentation du pass vaccinal ou du certificat de vaccination par Spoutnik-V est obligatoire pour accéder à cet événement.

Centre Spirituel et Culturel Orthodoxe Russe de Paris
1-5 Quai Branly, 75007 Paris

1er & 2ème étage Bâtiment, Quai Branly

ENTRÉE GRATUITE
Horaires : Tous les jours ( sauf lundi) de 14 h à 19 h.

Métro : Alma Marceau.
RER: Pont de l’Alma, Musée du Quai Branly.
Bus: 63, 80.

.

Voir article plus bas .

La Maison russe des sciences et de la culture à Paris,
regrette de vous annoncer, que la MRSC est contrainte de reporter les événements à une date ultérieure.
Pour des raisons administratives les portes de la Maison russe seront également temporairement fermées.
 
 

Exposition extérieure

“Le Ballet et l’Architecture”

Du Mardi 1 au jeudi 31 mars 2022

La Maison russe des sciences et de la culture à Paris présente sur ses panneaux extérieurs une exposition unique d’œuvres d’un photojournaliste spécial de l’agence de presse internationale et de la radio “Spoutnik” Valery Melnikov.

Le ballet russe est traditionnellement associé à la Russie dans la culture mondiale. Ce projet s’appuie sur la grande tradition chorégraphique russe présentée à travers le prisme de la photographie, l’un des arts les plus marquants de l’époque moderne. Le projet «Le ballet et l’architecture» présente plus de 20 œuvres de Valeri Melnikov, lauréat de plusieurs concours russes et internationaux, notamment du prix le plus réputé de la photographie mondiale le World Press Photo.

Ces images illustrent le passé triomphal et l’histoire contemporaine de la danse russe dans le décor des villes russes, notamment de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Les photos de l’exposition s’accompagnent d’extraits d’œuvres des poètes russes célébrant la beauté de la danse et de l’architecture.

L’exposition est associée par ses organisateurs à la Journée mondiale du ballet, fêtée le 2 octobre.

La Maison russe à Paris tiens à consacrer cette exposition au 150e anniversaire de la naissance de l’éminente figure théâtrale et artistique russe Sergueï Diaghilev (le 19 mars), dont le nom est inextricablement lié au développement du ballet russe et français.

Voir l’exposition : CLIQUEZ

Rencontre avec Christelle Louri.

Pour les Journées de la femme

” AMOUR, TENDRESSE, SOUVENIRS “

Jeudi 10 mars 2022 à 19H

 

Christelle Lourie, célèbre chanteuse française, lauréate du Concours international de télévision vocale “Route pour Yalta” (2020), participante à de nombreux concerts à Moscou et dans d’autres villes de Russie, présentera un programme spécial de 15 œuvres françaises les plus romantiques.

Le concert “Amour, Tendresse, Souvenirs” est un cadeau de l’actrice aux femmes – le public de la Maison Russe à Paris – pour les Fêtes de Printemps et de la Femme .

J’ai choisi un nouveau format. L’idée est de laisser les chansons vivre d’elles-mêmes et que le public puisse ressentir les paroles des chansons. Je veux faire appel aux différents sentiments que les femmes éprouvent : joie, passion, amour, tendresse, solitude, souvenirs d’enfance, liberté et affirmation de soi ….. Je veux parler avec eux de nos principales pensées et préoccupations, de ceux qui nous sont chers ... ” a déclaré Christel Lourie.

Jean-Christophe Cotsiras (piano) se produira en tant qu’accompagnateur.
La Maison Russe invite tout le monde à une soirée musicale festive.

Entrée libre. Nombre de places limité.

Une pré-inscription est obligatoire (crsc.paris@crsc.fr).

L’admission s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un certificat de vaccination (pass-vaxinal).

Projection et rencontre avec l’auteur

Film documentaire de 

Cédric Gras

” Oural, à la poursuite de l’automne ”

Lundi 28 mars à 18 h

REPORT à UNE DATE ULTÉRIEURE

Centre de la Société Russe de Géographie à la Maison Russe des Sciences et de la Culture à Paris rassemble les passionnés de voyages et les spectateurs du célèbre Paris Film Club « Firebird ».

Voyageur passionné, écrivain, membre de la Société Française des Explorateurs Cédric Gras, qui a vécu plus de 10 ans en Russie et en Ukraine, et son co-auteur. Présentation du film par Christian Reylat.

Les spectateurs verront une vue française de l’un des endroits les plus significatifs de Russie – la ligne de partage des eaux entre l’Europe et l’Asie, le berceau des contes de fées de P.P. Bazhov, la source des richesses incalculables extraites des profondeurs de ces montagnes légendaires. L’Oural est très varié. Les paysages de l’Oural, saisissants par leur beauté, la vie des peuples autochtones locaux du nord de l’Oural, le sud industriel – tout cela est présenté dans le film.

Après la projection, le public rencontrera son auteur Cédric Gras et des Uralologues russes – voyageur, blogueur et le photographe Oleg Chegodaev et géographe, membre de la branche Oural de la Société géographique russe O.Yu Gouryevskikh.

La conversation aidera les téléspectateurs à regarder l’Oural de différents points de vue, à comprendre sa place dans la culture et la conscience du soi russe, et découvrir son riche potentiel touristique.

La prochaine session du ciné-club aura lieu dans la salle de conférence avec une diffusion en ligne avec traduction en russe et en français.

Entrée à l’événement sur rendez-vous. Nombre de places limité.

Pour participer à la conférence en ligne, vous devez également vous inscrire.

Maison Russe des Sciences et de la Culture
61 Rue Boissière, 75016 Paris
Tél : 01 44 34 79 79
Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp.

Soirée
Nikolaï Fiodorov

Présentation de l’ouvrage

” Philosophie de l’œuvre commune “

par Françoise Lesourd.

Lundi 14 mars 2022 à 18 h 30

Centre Culturel Alexandre Soljenitsyne , 75005 Paris

Dans le cadre des soirées
Présentation du livre “Philosophie de l’œuvre commune”, avec Françoise Lesourd, qui a coordonné aux éditions des Syrtes la traduction de l’ouvrage.
Sa présentation du philosophe et de ses écrits sera suivie d’un dialogue avec Michel Eltchaninoff, rédacteur en chef de Philosophie magazine, qui vient de faire paraître aux éditions Solin/Actes -Sud son livre sur le cosmisme Lénine a marché sur la lune.

Nikolaï Fiodorov (1829-1903) est un philosophe, russe orthodoxe, fondateur du mouvement cosmisme, ayant exercé comme géographe et bibliothécaire. Il croyait en la possibilité du prolongement de la vie, en celle de l’immortalité physique et de la résurrection des morts par des moyens scientifiques.Véritable autorité intellectuelle, surnommé le « Socrate » moscovite, il a été pendant de nombreuses années bibliothécaire au Musée Roumiantsev à Moscou. Il croit en la possibilité ́ du prolongement de la vie, de l’immortalité physique et de la résurrection des morts par des moyens scientifiques. De son vivant, Fiodorov n’a publié que quelques articles sous pseudonyme, le reste de ses travaux a été consigné et transmis sous forme de cours. Poursuivant un idéal ascétique, il était réticent à diffuser son œuvre. La Philosophie de l’œuvre commune a vu le jour entre 1906 et 1913 grâce aux travaux des disciples du penseur, Vladimir Kojevnikov et Nikolaï Peterson..

INSCRIPTION OBLIGATOIRE : CLIQUEZ

Centre culturel russe Alexandre Soljénitsyne
Librairie Les Éditeurs Réunis
11 rue de la Montagne Sainte Geneviève
75005 Paris
Tél: 01 43 54 74 46

Métro: Maubert Mutalité (ligne 10)


Exposition d’Icônes

5 ans de l’École d’Iconographie Orthodoxe 
Saint-André-Roublev

du dimanche 6 au dimanche 13 mars 2022

Cathédrale St Alexandre Nevsky, 75008 Paris

L’école a été créée en 2017 avec pour vocation de former des iconographes au service de l’Église, capables de répondre au besoin des paroisses, et aussi des fidèles particuliers. Depuis lors, l’école assure un enseignement sur les différents aspects de l’iconographie orthodoxe.

A l’occasion de son 5e anniversaire, l’école d’iconographie ouvre ses portes à un large public en proposant la visite d’une exposition des œuvres artistiques réalisées par les enseignants et les élèves de l’établissement.

Les visiteurs auront l’occasion de découvrir, en plus des icônes, les différents aspects de l’apprentissage de l’écriture des icônes, avec des travaux présentés par des étudiants de tous les niveaux (exercices préparatoires, dessins, études, calligraphie, peinture etc.).

L’icône n’est pas une simple image religieuse ; avant tout elle est un phénomène« liturgique » et « théologique ». Un peintre d’icônes doit être familiarisé avec les différents aspects de la théologie

L’art de l’icône est une forme de prédication. L’icône est l’incarnation de la prière et de l’enseignement de l’Église, la manifestation de l’unité et de la catholicité de celle-ci, puisée dans l’expérience liturgique. Son statut théologique et dogmatique impose aux iconographes de nombreuses exigences spirituelles et morales, comparables à celles du clergé.

Il est évident qu’avant d’être capable de guider la prière des autres fidèles, un iconographe doit y avoir lui-même été initié.

Une partie importante de l’exposition sera consacrée à la présentation des travaux des étudiants qui ont terminé le cursus complet du 1er niveau, et qui recevront leurs diplômes lors d’une cérémonie de remise des diplômes qui aura lieu le 12 mars en la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky.

La cathédrale Saint Alexandre Nevsky, un des monuments historiques de Paris, construite dans le style byzantino-russe, consacrée en 1861, est dédiée à Saint Alexandre Nevsky, héros russe célèbre pour ses victoires militaires, principalement celle contre les Suédois à la bataille de Néva, d’où son nom “Nevsky” . Elle verra, des années plus tard le mariage de Pablo Picasso et d’une danseuse russe avec comme témoins Jean Cocteau, Max Jacob et Guillaume Apollinaire. Saint-Alexandre-Nevsky est classée aux monuments historiques depuis 1983.

Cathédrale St Alexandre Nevsky
Salle de réception
12 Rue Daru, 75008. Paris

Accès: Métro Courcelles (ligne 2), Ternes ligne 2)

Horaires : tous les jours de 12h à 19h30
Samedi 12 mars de 15h à 19h30
Dimanche 13 mars de 12h à 19h30

Concert pour la Paix en Ukraine

Chants liturgiques orthodoxes de

tradition russes

Chœur Znamenie et participation d’autres
Chorales.

Dimanche 13 mars 2022 à 19h 30

Église Protestante Unie de l’Étoile, 75017  Paris

LE CHŒUR RUSSE DE PARIS ZNAMÉNIE :
Cet ensemble a été formé depuis 2009, sous la direction d’Ekaterina Anapolskaya. Le noyau en est constitué par la chorale paroissiale de l’Eglise orthodoxe Notre-Dame-du Signe (« Znamenie » en russe signifie « le Signe »),
Le répertoire de l’ensemble est constitué de plus de soixante pièces de musique liturgique russe bien souvent écrites par les plus illustres compositeurs russes (Tchaïkovski, Rachmaninoff, Balakirev, Tchesnokov, Gretchaninoff, …) mais aussi de musique profane : chœurs d’opéra, musique de chambre, chants populaires.

g

Ensemble ” SLAVA”, est composé d’une quinzaine d’artistes qui s’attachent à travailler et à faire connaître le répertoire sacré orthodoxe à la croisée des sources orientales et des influences occidentales. Sous la direction de Marina Pervichine-Poulet

.

h

Chœur de la cathédrale russe Saint-Alexandre-Nevsky

Le chœur de la cathédrale russe Saint-Alexandre-Nevsky, a été fondé à Paris avec la nomination au poste de maitre de chapelle d’Evguény Evetz en 1962 qui permet une toute nouvelle dynamique. Diplômé du conservatoire de Varsovie et excellent pédagogue, il élargit le répertoire du choeur et crée un nouveau style d’interprétation qui se caractérise par la rigueur, la justesse d’intonation et la précision rythmique. Travailleur infatigable, Evetz fait connaître le chœur de la cathédrale à travers le monde, comme l’un des meilleurs chœur de l’émigration russe.

En 1988 il passe le flambeau à son fils aîné Basile (1937-2008), et en 2007 c’est Alexandre Kedroff qui en prend la direction. Issu d’une génération illustre de musiciens, après des études de musique, complétées par un cursus de théologie à l’Institut St-Serge de Paris, il est ordonné diacre à la cathédrale St-Alexandre-Nevsy, où il seconde le Maître de Chapelle Basile Evetz jusqu’en 2007. Le protodiacre Alexandre Kedroff hérite naturellement du patrimoine culturel familial (le quatuor Kedroff fondé en 1897).

Collecte au profit de l’aide humanitaire des victimes
de la guerre.


Église protestante Unie de L’Étoile
 54 – 56 Av de la Grande Armée,
75017 Paris

Contact : 06 30 42 85 51
Entrée libre :
Collecte au profit de l’aide humanitaire des victimes de la guerre

Métro : Argentine (Ligne 1), RER Porte Maillot

 

Voir l’article plus bas .

Conférence avec

Ioury Vaguin

” Harry Potter , comme guide de psychologie
des profondeurs “

Mardi 1er février 2022 à 19h

Salles des conférences et site de la MRSC

Rencontre avec un psychologue de renom : “Harry Potter comme guide de la psychologie des profondeurs

Le 1er février, la Maison russe des sciences et de la culture à Paris invite les téléspectateurs à une conférence avec la participation du célèbre scientifique russe, auteur d’études et d’une série de livres sur la psychologie populaire Yuriy Vaguin.

Un psychothérapeute, psychologue clinicien, candidat en sciences médicales dira comment, à première vue, un conte de fées ordinaire révèle non seulement des problèmes psychologiques profonds, mais offre également des solutions, parfois plus équilibrées et adéquates que les manuels de psychologie.

En utilisant l’exemple du célèbre livre pour enfants, une conversation avec un spécialiste se concentrera sur la façon de nouer des relations correctement, ce qu’est la véritable amitié, comment les souvenirs de moments heureux de la vie aident une personne à faire face à la dépression.

En tant que psychothérapeute, psychologue clinicien, candidat ès sciences médicales, Iouri Vaguine parlera de la façon dont un conte fantastique, à première vue, ordinaire nous révèle non seulement des problèmes psychologiques profonds, mais propose également des solutions, parfois plus équilibrées et adéquates que celles exposées dans les manuels de psychologie.
A l’exemple du célèbre livre pour enfants, le spécialiste se focalisera sur la façon de construire correctement des relations, sur ce qu’est la véritable amitié et la façon dont le souvenir de moments heureux de la vie aide une personne à faire face à la dépression. Il abordera également ce que signifie réellement la peur de mourir, pourquoi il ne faudrait pas avouer son amour hâtivement, sans omettre de parler de la trahison, des valeurs de la vie, du danger des fantasmes et de plusieurs autres points psychologiques importants.

« Au début, je pensais que c’était un livre ordinaire pour enfants et adolescents, mais quand j’ai constaté avec surprise que non seulement les enfants lisaient Harry Potter, mais aussi les “ sorciers de la sagesse ”, à savoir les professeurs et enseignants dans les universités et lycées professionnels, quand j’ai découvert que ils trouvaient un sens profond dans le roman, des idées brillantes et des leçons pour la vie réelle, j’ai prudemment pris le premier volume, je l’ai ouvert et j’ai vu de brillantes étincelles de sagesse luire à chaque page », écrivait le célèbre philosophe américain contemporain Tom Morris.

L’univers magique créé par Joanne Kathleen Rowling cohabite avec nous depuis vingt ans. Il y a suffisamment de secrets, d’énigmes et de magie, mais ce qui constitue le miracle, la magie et le mystère majeurs, c’est le roman lui-même et son auteur.
Depuis plus de vingt ans, Iouri Vaguine se sert du roman de Joanne Kathleen Rowling pour travailler avec lui-même, ses clients et ses patients. Les sujets qu’y sont abordés (l’amour, l’amitié, la fidélité, le courage, le choix, la solitude, le désespoir, la trahison, le sacrifice, l’injustice) sont toujours d’actualité et pour de très nombreux.

L’invité de la Maison russe racontera en détail tout ce qu’il a identifié professionnellement dans cette oeuvre surprenante.

En 2021, Iouri Vaguine a sorti son livre « Docteur, pourquoi Harry Potter ? » à la maison d’édition moscovite « AST ». La première édition a été épuisée instantanément, et actuellement le livre est à nouveau réimprimé.

Iouri Vaguine répondra aux questions du public présent dans la salle et en ligne. La conférence sera organisée en français et diffusée en direct sur Zoom et sur la chaîne YouTube de la MRSC à Paris.

La conférence avec cet expert en psychologie de l’enfant serait particulièrement intéressante à de nombreuses écoles russes d’enseignement complémentaire en France et d’autres établissements d’enseignement pour enfants.

Entrée libre, sur inscription préalable. Nombre de places limité.

L’entrée à la MRSC s’effectue à condition de port obligatoire du masque et de respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un passe sanitaire.

Iouri Robertovitch Vaguine (brève notice biographique)

1988 — diplômé de l’Académie de médecine d’Etat de Perm. (AMEP)
1990 — résidanat clinique auprès du Département de psychiatrie et de psychologie médicale, AMEP.
1990–2004 — assistant au Département de psychiatrie et psychologie médicale, AMEP.
1994 — soutenance de la thèse à Novossibirsk sous la direction du professeur César Korolenko pour le diplôme de candidat ès sciences médicales. Le thème de la thèse est « Particularités des conduites addictives chez les adolescents qui abusent des inhalants ».
1994–2004 — activités pratique, théorique et pédagogique au sein du centre psychothérapeutique MUZ 7 GB à Perm.
2004–2006 — professeur associé à l’Institut de psychologie de l’Université pédagogique de Perm.
2006–2009 — professeur agrégé de l’AMEP.
2009 – jusqu’à présent — directeur du Centre psychologique du docteur Vaguine à Perm.

Exposition des peintres français et russes

“Échanges croisés entre Tikhvine et Hérouville

autour de l’eau”

Du lundi 7 au lundi 21 février 2022

Dans la salle de marbre de la MRSC

A l’occasion des 30 ans du jumelage de Tikhvine avec les Français d’Hérouville – une exposition croisée d’artistes des deux pays

Parmi la cinquantaine de couples jumelés entre les villes de Russie et de France, il y a ceux qui ont atteint une véritable amitié, ayant réussi à remplir le programme des relations intercommunales avec des événements bilatéraux vraiment intéressants et pratiques qui sont nécessaires d’un point de vue pratique .

Tikhvine et Hérouville-Saint-Clair font partie de ces ensembles partenaires depuis maintenant trente ans. Depuis 30 ans, environ 500 événements communs ont été mis en place entre les villes. Certains d’entre eux sont suivis par la Maison Russe à Paris.

A l’aube du partenariat, ses initiateurs ne pouvaient ignorer le fait que les deux villes – la ville clé en 1942 pour la défense de Leningrad et Hérouville, banlieue cannoise, sont unis par une histoire mémorielle militaire pour chérir la mémoire des ancêtres, dans l’histoire française de la Seconde Guerre mondiale , Chaque année, des jeunes et des vétérans organisent des actions commémoratives et rendent hommage à leurs libérateurs.

Un tissu d’interaction très dense d’actions culturelles sont réalisées avec la participation des deux villes. Un programme culturel spécial, dans le cadre duquel pendant un mois entier (15 novembre – 15 décembre), les citadins se sont vu proposer divers événements dédiés au 30e anniversaire de l’établissement des relations entre villes sœurs, qui a été célébré en 2021.

Le 7 février, la Maison russe des sciences et de la culture à Paris accueillera l’inauguration d’une exposition d’art croisé avec la participation de maîtres des beaux-arts de Tikhvine et d’Hérouville. Le sujet d’inspiration créative des auteurs russes et de leurs collègues français était l’élément eau.

L’exposition, présentée précédemment à l’Hôtel de Ville et au Conservatoire d’Hérouville-Saint-Clair, associe des œuvres de peintres de Tikhvine et d’Hérouville.

La peinture à l’huile est techniquement plus difficile… mais beaucoup plus belle esthétiquement que les peintures à l’eau… Mais c’est “l’eau” qui est devenue le principal thème fédérateur de l’exposition. Après tout, l’eau est un élément vital qui, de par sa nature, ne peut être représenté qu’en mouvement, ou plutôt dans les effets qu’il produit sur l’environnement. Le spectateur de la Maison russe devra découvrir comment les artistes des deux pays ont fait face à cette tâche.

Notre rendez-vous culturel à Paris revêt une grande importance dans les deux villes – une importante délégation conduite par le maire d’Hérouville, Rodolphe Thomas, prévoit d’arriver spécialement pour le vernissage à la Maison Russe. Des membres de l’administration municipale et des artistes, auteurs des peintures exposées l’accompagneront.

Parmi les invités, la présidente de l’Association d’amitié et de solidarité avec Tikhvine, Nina Hervie, et ses proches, membres de cet organisme public, qui a été la principale « courroie de transmission » pour le développement de la coopération entre villes jumelées, sont attendus.

Des représentants de l’administration municipale de la ville de Tikhvine, avec qui les partenaires français auront à nouveau un dialogue direct et intéressé, ont été invités à l’ouverture pour s’exprimer en ligne.

L’exposition est disponible pour des visites individuelles et de groupe.

Entré sur inscription gratuite: CLIQUEZ

L’admission au RDNC s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des autres règles sanitaires établies.


Concert exceptionnel

Arseny Mun, lauréat des concours internationaux (piano)

Jeudi 10 février 2022 à 19 h

Salle de musique de la MRSC à Paris

Arseny Mun est né en 1999 à Saint-Pétersbourg.
À l’âge de six ans, il a commencé à jouer du piano sous la direction d’Eléna Ziabréva.
Entre 2010 et 2017, il a fait ses études auprès d’Alexandre Sandler : d’abord à l’école secondaire spéciale de musique du Conservatoire national Nikolaï Rimski-Korsakov à Saint-Pétersbourg, ensuite au Conservatoire.

Actuellement il est élève de Sergueï Babayan à la Juilliard School de New York. En 2009, il a fait ses débuts avec un orchestre symphonique à l’Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg, et en 2014, il a donné son premier concert solo à la Maison Mozart à Vienne.

Il est lauréat de nombreux concours internationaux.

Il a remporté le IIIe prix et le prix spécial au concours pour jeunes e-Piano à Minneapolis (Etats-Unis), le IIe prix Van Cliburn à Fort Worth (Etats-Unis), le Ier prix au Concours International de Piano Arthur Rubinstein in memoriam à Bydgoszcz (Pologne), le 1er Prix au Concours International de Piano à Saint-Priest (France).
Il est également lauréat du prix du gouvernement de Saint-Pétersbourg. Entre 2010 et 2016, il a gagné la bourse Sviatoslav Richter de la Fondation Mstislav Rostropovitch. En 2016, il a reçu le prix personnel de Iouri Temirkanov. La même année, il reçoit le prix spécial du meilleur pianiste de la Verbier Festival Academy.

Il s’est produit au Festival international Iouri Bachmet à Minsk, aux festivals « Visages de pianistes contemporains » (Saint-Pétersbourg), « Visite chez Larissa Guerguieva » (Vladikavkaz), « Moscou accueille ses amis ». Il est participant régulier aux programmes de la Maison de la musique de Saint-Pétersbourg.

Il a joué entre autres avec l’Orchestre de chambre de Tallinn, l’Orchestre symphonique académique d’État de Saint-Pétersbourg, le Grand orchestre symphonique Piotr Tchaïkovski, l’Orchestre symphonique d’État « Nouvelle Russie », l’Orchestre de chambre de Lituanie, l’Orchestre de l’Ermitage, l’Orchestre symphonique de Fort Worth, l’Orchestre du Minnesota et l’Orchestre « Symphonie du Nord ». Il a collaboré avec les chefs d’orchestre Alexandre Titov, Dmitri Liss, Alexandre Skulski, Fabio Mastrangelo, Stanislav Kotchanovski, May-Ann Chen, Mark Russell Smith, Ian Hobson, Zaürbek Gougkaev, Yaroslav Zaboyarkin et bien d’autres.

Il se produit avec des orchestres et en solo dans de grandes salles en Europe, aux États-Unis et en Russie (salle de concert du théâtre Mariinsky, Centre Krannert pour les arts du spectacle (Urbana, Illinois), Salle Cortot à Paris, etc.). A l’automne 2019, il a effectué une tournée dans les villes européennes (Strasbourg, Luxembourg, Paris, Bruxelles), et a également donné un concert sur Radio France. Parmi ses engagements pour la saison 2020–2021 figurent des concerts solo en Russie, en Suisse, en France et en Pologne.

Depuis 2019, il est artiste officiel de la compagnie Yamaha.

Au programme :

  • Sonate n° 31 op. 110
  • Impromptu op. 90 n° 3
  • Andante spianato et Grande Polonaise brillante op. 22
  • Mazeppa

Entrée sur inscription préalable. Nombre de places limité.

L’entrée à la MRSC s’effectue à condition du port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un pass sanitaire.

INSCRIPTION PRÉALABLE : CLIQUEZ

Conférence dans le cadre des
13èmes Journées du livre russe

” La France, la deuxième Patrie Littéraire
d’Alexandre Zinoviev “

avec Olga Ziniviev son épouse
et des écrivains contemporains

Dimanche 13 février 2022 à 14 h

Salle de Conférences et sur le site de la MRSC

Programme spécial dédié à Alexandre Alexandrovitch Zinoviev.

En 2022, tout le monde célébrera le 100e anniversaire de la naissance d’Alexandre Alexandrovitch Zinoviev (1922-2006), écrivain, philosophe, logicien, sociologue, poète, artiste, idéologue, combattant, patriote et citoyen d’exception. Capitaine des gardes des avions d’attaque de la Grande Guerre patriotique, a reçu des ordres militaires.

Le monde découvre le phénomène d’Alexandre Zinoviev – une personnalité de type Renaissance, l’un des mystères les plus frappants et les plus attrayants des XXe et XXIe siècles, un héros de notre temps, un homme du futur.

Il a consacré toute sa vie au service de la Vérité. Récompensé par l’étoile d’or de l’Université d’État de Moscou “Pour la fidélité à la vérité“.

Membre des Académies des sciences de Finlande, d’Italie, de l’Académie bavaroise des beaux-arts, de nombreuses académies russes ; prix internationaux et européens – Médicis, 1978; Tevere, 1992; Prix ​​de littérature française du meilleur roman, 1979 ; Prix ​​européen du meilleur roman de science-fiction, 1980 ; le seul lauréat soviétique et russe du prix international Alexis de Tocqueville pour l’humanisme (reçu pour la création de la théorie du communisme réel), 1982 et autres.

Nominé en 1984 et 1999 pour le prix Nobel de littérature en tant que créateur d’un nouveau genre (ne l’a pas accepter en raison d’une position ferme sur le bombardement de la Serbie).

Citoyen d’honneur des villes de France et d’Italie (Avignon, Orange, Ravenne), à ​​titre posthume – Kostroma.

Le président russe V.V. Poutine classe Alexander Zinoviev parmi la galaxie des écrivains russes exceptionnels.

Le génie d’AA Zinoviev a été admiré par Mstislav Rostropovich, Vladimir Ashkenazy, Mikhail Shemyakin, Eugene Ionesco, Federico Fellini, Valery Giscard d’Estaing, Jorge Luis Borges, Daniel Barenboim, Ekaterina Maksimova, Vladimir Vasiliev, Ernst Neizvestny, Valery Panov, Kirill Kondrashin , Friedrich Dürrenmatt, Mikhail Rud, Gidon Kremer, Hans Magnus Enzentsberger, Cardinal Gianfranco Ravasi, Raymond Aron, Simone Weil, Karl Popper, Max Gallo, Jurgen Habermas…

Au cours des événements à la Maison russe, une série de rencontres aura lieu le 13 février, avec des écrivains russes contemporains et l’épouse du philosophe O.M. Zinovieva. Des films documentaires et une exposition consacrée à la vie et à l’œuvre du brillant écrivain seront projetés.

L’entrée est gratuite, sur rendez-vous. Nombre de places limité.

L’admission au RDNC s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un certificat sanitaire (pass-sanitaire).
En ce qui concerne les films, nous ne pouvons certainement pas faire de traduction. YouTube a la capacité de traduire automatiquement les sous-titres. La traduction n’est pas importante mais à mon avis il sera possible de l’utiliser. Nous aimerions un film de Shargunov 12 min et Grigoriev 26 min.

Jusqu’ici, les noms de deux scénaristes avec qui on va échanger sur zoom ne suffisent pas.

VOIR la CONFÉRENCE : CLIQUEZ

Concert avec le maestro
Andreï Chevtchouk

« Enfants à l’Opéra »

Mardi 15 février à 19 h  

Ce concert était prévue le 18 janvier a été reporté à mardi 15 février.

Maestro Andreï Shevtchouk et le chœur d’enfants de l’Académie SheremetyevGrad sous la direction d’Ekaterina Ferrari présenteront à votre attention une conférence – concert “Les enfants à l’opéra”.

L’art lyrique est-il réservé aux adultes ? Bien sûr que non. De nombreuses sujets d’opéra ont des choses en commun avec le folklore, avec des histoires romantiques, il y a beaucoup d’imaginaire en eux, ce qui est si proche des enfants. D’ailleurs, si vous regardez bien, il y a beaucoup d’enfants sur les scènes d’opéra. Ils participent à l’action comme des acteurs à part entière : ils jouent leurs rôles, dansent et chantent.

Vous découvrirez les personnages d’enfants dans des opéras célèbres, parmi lesquels Boris Godounov de Moussorgski, Madame Butterfly de Puccini et bien d’autres, et vous serez également surpris par la variété des chœurs d’enfants que l’on entend et dans « Roussalka » de Dargomyzhsky et dans « La Dame de piques » de Tchaïkovski et , bien sûr, dans ” Carmen ” Bizet. Les enfants, dont on ne remarque souvent pas la présence, se concentrant sur les artistes adultes, occupent une place importante sur la scène lyrique.

Si vous vous posez la question « comment attirer les enfants vers l’opéra classique ? – venez écouter cette conférence avec eux. Vos enfants feront connaissance avec des œuvres célèbres de l’opéra en interprétation classique, auront l’occasion de voir comment les autres enfants chantent et, pourquoi pas, ils s’imagineront dans la peau de vrais artistes.

La Maison russe invite à la soirée musicale qui se déroulera, comme d’habitude, en russe et en français.

L’entrée à l’événement est gratuite. L’inscription préalable à paris@rs.gov.ru est obligatoire, le nombre de places est limité.

INSCRIPTION : CLIQUEZ

L’entrée à la MRSC s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un pass sanitaire.

Concert Conférence avec le maestro
Andreï Chevtchouk

” Le Monde musical d’ Alexandre Scriabine “

avec la participation du professeur Igor Lazko

REPORTÉ le Jeudi 14 avril  2022 à 19h

Salle de musique de la MRSC

Dans les murs de la Maison russe à Paris, où le Conservatoire Alexandre Scriabine existe depuis plus d’une décennie, le maestro Andreï Chevtchouk, auteur et présentateur permanent de l’Encyclopédie musicale, parlera de la vie et du parcours créatif de Scriabine, de son séjour en France, puis s’entretiendra avec le célèbre pianiste et professeur exceptionnel, Igor Lazko, sur la musique de Scriabine.
 
Des pianistes jeunes, mais déjà reconnus, lauréats de concours internationaux, Josquin Otal, John Gade et Elizaveta Frolova, interpréteront les oeuvres du grand compositeur, dont les sonates n° 3 et n° 5, «Deux poèmes» op.32 et le poème «Vers la Flamme» op.72.

Alexandre Nikolaïevitch Scriabine ou Skriabin ( Александр Николаевич Скрябин) est un pianiste et compositeur russe né à Moscou en 1871 (6 janvier 1872 dans calendrier grégorien), mort à Moscou le 14 avril 1915 ( 27 avril dans calendrier grégorien)

Personnalité singulière par le symbolisme flamboyant de son langage musical et atypique par le refus de toute référence au folklore national, il n’en demeure pas moins un compositeur marquant de la musique russe de la fin du xixe siècle. Longtemps incompris des critiques et du public, ce mystique de l’extase influencé par la théosophie et la synesthésie laisse une œuvre profondément originale d’où se détachent son corpus imposant de dix soniates pour piano, son Poème de l’extase pour grand orchestre, son Prométhée ou Poème du feu et de nombreux préludes et études  au style virtuose et coloré.

Dans les murs de la Maison russe à Paris, où le Conservatoire Alexandre

Inscription préalable souhaitée : CLIQUEZ

Point de vue des juristes russes et français

” Problèmes actuels du droit Russe et Français “

Lundi 21 février 2022 à 15h

 

La Maison Russe des Sciences et de la Culture à Paris accueille sur sa plateforme virtuelle la présentation d’une monographie collective d’auteurs russes et français intitulée « Problèmes actuels du droit en Russie et en France : le point de vue des juristes russes et français ». L’ouvrage est consacré à l’étude des problèmes d’actualité du droit en Russie et en France dans le contexte des transformations socio-économiques contemporaines au niveau mondial.

La conférence en ligne est organisée dans le cadre d’un accord de coopération signé en octobre 2021 entre l’Université d’État juridique de Moscou Oleg Koutafine (angl. MSAL) et Rossotroudnitchestvo.

La monographie est publiée sous la direction du professeur Victor Blajeïev, recteur de la MSAL, juriste émérite de la Fédération de Russie, coprésident de l’Association des juristes de la Russie, membre du Conseil russe des affaires internationales (CRAI), et sous la direction de la professeure Maria Egorova, chef du Département de coopération internationale de la MSAL, coprésidente de l’Alliance internationale des Juristes et Economistes (France), membre du Conseil russe des affaires internationales (CRAI).

La publication a été préparée avec le soutien de Rossotroudnitchestvo et de l’Ambassade de France en Russie.

Renforçant l’intérêt mutuel envers l’étude du droit russe et français, les chercheurs en droit portent une attention particulière aux méthodes appliquées dans la régulation juridique de nouveaux domaines, tels que l’intelligence artificielle, les crypto-monnaies, les technologies numériques en droit médical, environnemental et en droit d’auteur.

Le livre est destiné aux enseignants, chercheurs et praticiens, fonctionnaires, étudiants en Licence, Master et Doctorat, ainsi qu’à tous ceux qui s’intéressent aux problèmes et orientations du développement de la science juridique contemporaine.

Parmi les participants à la présentation de la monographie seront :

  • Polikanov Dmitri, chef adjoint de Rossotroudnitchestvo ;
  • Benjamin Danlos, Magistrat de liaison en Russie à l’Ambassade de France en Russie ;
  • Alain Duflot, avocat, maître de conférences à l’Université Jean Moulin Lyon 3, coprésident de l’Alliance internationale des Juristes et Economistes (France) ;
  • Béatrice Espesson-Vergeat, docteur en droit, maître de conférences à la faculté de droit de l’université Jean Monnet (Saint-Etienne) et de l’université de Lyon, membre du Centre d’études juridiques critiques, membre de l’UMR 5137 du Centre national de la recherche scientifique ;
  • Evdokimova Maya, docteur en philosophie, vice-recteur à la recherche de l’Académie d’État russe de la propriété intellectuelle ;
  • Claude Ferry, docteur en droit, professeur à la faculté de droit du Centre du droit de l’entreprise de l’Université de Montpellier (France) ;
  • Koubychkine Alexeï, avocat au cabinet d’avocats « SanktaLex » (n° 36) du barreau « Ordre des avocats de barreau de Moscou », partenaire de la collaboration scientifique « Alliance des développements juridiques dans le domaine du génome (LeGenDA) », docteur en droit ;
  • Marine Michineau, docteur en droit, Maître de conférences à l’Université Paris Nanterre, Directrice du Master 2 Analyse et pratique du droit des affaires ;
  • Ponomareva Daria, docteur en droit, chef adjoint du département de droit pratique de l’Université d’État juridique de Moscou Oleg Koutafine (MSAL) ;
  • Slepak Vitaliy, docteur en droit, professeur associé au Département d’intégration et de droit européen, l’Université d’État juridique de Moscou Oleg Koutafine (MSAL) ;
  • Tsitoviеch Lyubo, docteur en droit, professeur associé, département de droit civil et commercial de l’Académie russe de la propriété intellectuelle.

En outre, des scientifiques de Russie et de France représentant de grandes universités russes et françaises, des enseignants l’Université d’État juridique de Moscou Oleg Koutafine (MSAL), le Conseil russe des affaires internationales, l’Association des diplomates russes, des scientifiques d’Italie et d’Espagne ont reçu une invitation à la conférence.

Pour participer à la conférence, l’inscription est obligatoire : https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_XLfRX71oS0iG0ssSmbUHMA.

La conférence Zoom sera organisée en russe et en français avec traduction simultanée et possibilité de communication directe avec les invités.

La diffusion en direct peut être visionnée sur la chaîne de la MRSC à Paris sur YouTube (sans traduction).

A partir de 15h (heure de Paris) / 17h (heure de Moscou).

L’enregistrement complet de la réunion sera publié en deux versions linguistiques sur les sites Internet et des réseaux sociaux de la MSAL et de la MRSC.

Conférence

” Secrets français des russes à l’étranger “

Sépultures russes en France

Mardi 22 février à 18 h 

Salle de conférence et sur le site de MRSC

la Maison russe des sciences et de la culture à Paris poursuit les discussions sur les lieux culturels et historiques russes d’une valeur particulière.

L’une des directions importantes du travail historique et mémoriel complet de Rossotrudnichestvo est la préservation des lieux de sépulture d’une importance historique et mémorielle particulière situés à l’étranger.

Les mesures d’entretien et de préservation de ces lieux à l’étranger sont prises dans le cadre d’une liste spéciale du gouvernement de la Fédération de Russie, qui comprend aujourd’hui des cimetières situés dans 14 pays.

Deux de ces lieux spéciaux sont situés en France : « Le secteur russe du cimetière municipal de Sainte-Geneviève-des-Bois, Léo Lagrange » et « Ivry-sur-Seine”, lieu de sépulture des artistes Natalya Sergeevna Goncharova et Mikhail Fedorovich Larionov …..

Dans le même temps, il est évident que pour la “capitale de la diaspora russe“, qui est à juste titre considérée comme la France, la liste gouvernementale des tombes russes particulièrement précieuses dans ce pays doit être recontituée. Dans le même temps, le travail d’évaluation et de sélection de ces lieux doit être systématiquement organisé et réfléchi. Une expertise scientifique sérieuse et un débat public responsable sont nécessaires. C’est pour tenter de réaliser un projet d’inventaire de nos sépultures particulièrement précieuses, à savoir cette catégorie de monuments historiques russes, à l’exception des sépultures militaires, que Rossotrudnichestvo a été chargé de traiter, la MRSC a invité les hommes les plus éminents de Russie et de France pour parler.

T.V.Anguladze (Marseille), spécialiste du domaine de la danse
D.B. de Koshko, journaliste et personnalité publique
F. Kutseff, Président de l’Association des Russes de Provence, écrivain 
A.N. Miller de la Cerda, historien, consul honoraire de Russie à Biarritz 
K.I. Mogilevsky, Membre du Présidium du Conseil, Président du Conseil d’administration de la Société historique russe, Directeur exécutif et Président du Conseil d’administration de la Fondation Histoire de la Patrie
V.A. Moskvin, Directeur de la Maison des Russes de l’étranger 

T.E. Mozhenok, écrivain, chercheur, historien de l’art 
D.M. Shakhovskoy, historien, président de l’Assemblée des Nobles de Russie 
A. Shevchuk,  chercheur du patrimoine musical russe en France, le maestro A. Shevchuk – telle est la composition des experts invités à cette passionnante conférence.

Le résultat devrait être des propositions sélectionnées pour l’inclusion d’un projet dans la liste gouvernementale, en tenant compte de la discussion sur la signification historique, la valeur spirituelle, l’état de conservation et la hiérarchisation approximative des sépultures russes.
La conférence sera organisée dans un format hybride (en salle et en ligne) en russe et en français, avec traduction simultanée et diffusion en direct sur Zoom et sur la chaîne YouTube MRSC  à Paris.

Des experts répondront aux questions des invités dans le hall et des téléspectateurs en ligne.

L’entrée est gratuite, sur rendez-vous. nombre de places limité.

 RV à 18h00 (Paris).

L’admission à la MRSC s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un certificat sanitaire (pass-sanitaire).

INSCRIPTION à LA DISCUSSION : CLIQUEZ

Inscription pour assister dans la salle : CLIQUEZ

Stella International expose

” ESPRIT RENCONTRE “

12 artistes 

du mardi 22 au lundi 28 février 2022

Salle de marbre de la MRSC

L’association « Stella Art International », association fondée par Stella Kalinina est un véritable lien entre les artistes et le public. Les artistes vous proposent de découvrir une exposition diversifiée de l’art contemporain…

Stella Art International est une association à but non lucratif, fondée en 1999 à l’initiative de Stella Kalinina, passionnée d’art.

L’association est située au cœur de Paris, à deux pas de l’Arc de Triomphe, au Centre de Russie pour la Science et la Culture, partenaire de l’association pour la plupart des grands évènements. Son but est de favoriser la création artistique et culturelle, en organisant un grand nombre d’évènements internationaux dans le domaine des arts : peinture, musique, mode, littérature, cinéma, théâtre et danse.

Elle présente une grande diversité de styles, de techniques et de modes d’expression, toujours à la recherche de nouveaux talents.

” L’effervescence créative du début du XX siècle russe doit énormément à une brillante pléiade de connaisseurs inspirés qui ont accompagné et soutenu bon nombre d’artistes.
Que serait cette prodigieuse époque sans Tretiakov, Morozov, Diaghilev? Véritables passeurs entre les créations et le grand public, ils savaient qu’au savoir-faire d’un artiste il fallait ajouter le “Faire-Savoir” d’une médiation. Aujourd’hui quand la pression de la culture de masse devient écrasante, l’artiste a plus que jamais besoin de ces interprètes passionnés qui traduisent sa démarche créatrice auprès d’un monde de plus en plus sourd et technocratique.
C’est une noble mission que se donne Stella Kalinina.
Stella Art International est devenue un trait d’union irremplaçable entre les artistes et le public. La vivifiante synergie que naître son activité a déjà donné des exemples très convaincants.
Le ballet, la peinture, la musique, la poésie trouvent, grâce à cette médiatrice engagée, un champ d’action plein de promesses.”
Andreï Makine

Maison Russe des Sciences et de la Culture
61 rue Boissière, 75116 Paris
Tél : 01 44 34 79 79

Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp

Concert exceptionnel

MICHA & BORIS Gerchevitch KINER

Dimanche 27 mars 2022 de 19h 30 à 21h 30

Institut protestante théologique, 75014 Paris

Boris Kiner est le parolier avec ses poèmes, Mikhaïl Kiner est le compositeuret écrit des chansons , un duo à ne pas manquer pour ce concert unique à Paris. Boris est né en 1952, près de Moscou, diplômé de l’école numéro 9 de la ville de Kolomna en 1973. A étudié au Département de mathématiques de l’Institut pédagogique de Kolomne (1973-1976). En 1980, il est diplômé  de l’Institut de théâtre Boris Shchukin). De 1981 à 1988 travaillé au Mosconcert et de 1988 à 1990 a travaillé dans le théâtre-studio “Notre Théâtre” .

 

Depuis 1967, il a commencé à composer des chansons sur les vers de son frère aîné Mikhail ( http://www.kiner.ru ) et d’autres poètes. De 1979 à 1982, il se produit en duo avec son frère. Boris Gershevich a écrit de la musique pour des films, joue et est engagé dans des activités d’enseignement.

Et en 1980, le premier festival de la chanson de l’auteur de Moscou a eu lieu, les frères Kiner participent en tant qu’auteurs et interprètes, et sont devenus lauréats dans les deux catégories. De plus, en tant qu’interprètes, ils ont remporté le Grand Prix. Mais le plus précieux pour les frères était le prix du public.

Depuis 1967, il a commencé à composer des chansons sur les vers de son frère aîné Mikhail ( http://www.kiner.ru ) et d’autres poètes. De 1979 à 1982, il se produit en duo avec son frère. Boris Gershevich a écrit de la musique pour des films, joue et est engagé dans des activités d’enseignement.

   Après le festival, en deux ans, Boris et Mikhail Kiner ont parcouru presque tout le pays, de Vladivostok à Tachkent et Chisinau, déjà en tant que bardes « respectables » ou invités d’honneur. Boris Kiner se souvient :
« Quelque part on continuait à participer à des concours, quelque part on était déjà membres du jury. Au début des années 80, mon frère Mikhail était impliqué dans des festivals et des compétitions, tout comme mon « duelliste » Mikhail Tsitrinyak traite aujourd’hui de questions similaires. J’ai toujours été plus intéressé par la chanson elle-même. En 1982, mon frère, Mikhail Kiner, est parti vivre en France, et notre duo des deux Kiner a cessé d’ exister .”

Institut protestante théologique

83 Bd Arago, 75014 Paris

Tarifs : 20€ adultes, 15€ réduit, 10€ adhérent au club, 5€ enfants

Réservation et informations : ksp.paris@gmail.com

Métro : ligne 6 – station Saint-Jacques

VOTRE  ATTENTION

Spectacle du Slava’s Snowshow 

au Trianon REPORTÉ à l’hiver 2022

du 21 décembre 2022 au 8 janvier 2023

 

REPORT – Compte tenu des incertitudes et du manque de visibilité sur les prochains mois, nous sommes dans l’obligation de reporter le spectacle du Slava’s Snowshow prévu au Trianon à l’hiver 2022.

⚠️ Les billets ne sont plus valables pour les séances de 2021. Nous vous invitons à vous faire rembourser auprès des points de ventes habituels.
 
 
TOURNÉE À VENIR
en Russie et en France
 
 

LE TRIANON
80 Bd Rochechouart
PARIS –

.

” MA RUSSIE “ Traditions et modernité

Un film de Michel Drachoussoff
Présenté sur scène avec le réalisateur

Dimanche 30, lundi 31 janvier et mardi 1er février 2022
à Bourg en Bresse

Michel Drachoussoff passionne et enchante à chacune de ses projections de films-conférences , consacrés à son pays d’origine la “Russie”. On vit avec émotion sa recherche de la propriété des ses ancêtres, suivie d’un voyage fluvial faisant découvrir les  merveilles de la Russie historique. Ce dernier volet offre des images exceptionnelles, une vision particulièrement personnelle des lieux les plus connus (Moscou, Saint Petersbourg), et de nombreux autres qui le sont beaucoup moins (Mer Blanche, Carélie).
Le commentaire de Michel  est fort, sans complaisance, plongeant dans la réalité de la Russie contemporaine à la recherche de ses racines et tend de réaliser son devoir de mémoire.
Un voyage très personnel, d’une grande beauté et d’une grande poésie, présentant les réalités et les mystères de ce pays fascinant.

`

Espace  Culturel Alpha, 24 Avenue Lamartine
69260 Charonnières-les-Bains
Tarif : 8 €
 Réservation et contact: Yvette Poix : 06 80 12 14 35 `

MULTIPLEX AMPHI,
1 Allée des Brotteaux,
01000 BOURG-EN-BRESSE

Tarifs : 9,50€; réduit : 8,50€; moins de 25 ans : 6€ ; moins de 12 ans : gratuit.

Plus de renseignements plus bas

fkf

Jusqu’au 14 janvier 2022,  nouvelle exposition haute en couleurs
« Le Nouvel An russe » sur les panneaux extérieurs.

La MRSC est située dans un quartier populaire et central de Paris. Plusieurs centaines de personnes la fréquentent chaque jour. D’autres encore, entraînés par la course de la vie, passent devant nos locaux, mais s’arrêtent invariablement pour regarder les expositions sur les panneaux consacrées à la Russie, que la Maison russe présente régulièrement.

Dans le cadre de l’exposition à l’occasion du Nouvel An, on a rassemblé des reproductions de peintures démontrant avec quelle tendresse et avec quel amour les artistes russes dépeignent l’atmosphère de leur fête préférée.

D’ailleurs, on peut y voir des photos de Moscou, Saint-Pétersbourg, Kaliningrad, Veliki Oustioug, Kazan et d’autres villes dans toute leur splendeur festive. Et pour les enfants, on propose une sélection des images de dessins animés dans l’esprit du Nouvel An, car après tout, les regarder lors des vacances d’hiver est devenu une autre bonne tradition en Russie.

Le Nouvel An est l’une des fêtes préférées en Russie. Les Russes commencent à s’y préparer bien à l’avance : les villes s’embellissent par des guirlandes et des lanternes multicolores, des sapins décorés pour le Nouvel An sont installés sur les places et les rues, une ambiance de joie, d’espoir, de contes de fées pénètrent dans chaque foyer.

Et pourtant, la célébration du Nouvel An en Russie est une tradition relativement récente. Avec l’adoption du christianisme en 988, on célébrait le début de l’année le 1er mars et à partir de 1492 le jour du nouvel an a été reportée au 1er septembre. Ce jour-là, commençait une nouvelle année qui était célébrée avec un service divin particulier intitulé « Pour raccompagner l’année ».

La coutume de célébrer le début du nouvel an dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier s’est établie sous Pierre le Grand en 1699, lorsque, par un décret spécial, le tsar a introduit un nouveau système de chronologie (avant on suivait le système byzantine, « depuis la création du monde », ainsi l’an 7208 est devenu 1700). En même temps, Pierre Ier a laissé le calendrier julien, alors qu’en Europe le calendrier grégorien était depuis longtemps entré en usage. Selon le décret du tsar, les citadins devaient décorer leurs maisons avec des branches de sapin, se féliciter pour le début de la nouvelle année, organiser des feux d’artifice sur les places de la ville et s’amuser jusqu’au 7 janvier.

Sous le règne de l’impératrice Elisabeth Ire, les bals masqués du Nouvel An sont devenus très populaires et sous Catherine II, a apparu la tradition d’échange de cadeaux. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du XIXe siècle que s’est imposée la coutume de décorer un sapin pour le Nouvel An. Des artels spéciaux ont commencé à produire des jouets du Nouvel An. Dans les pâtisseries, on pouvait acheter cette beauté verte, déjà ornée de toutes sortes de bonbons, c’était un plaisir accessible aux personnes très riches. Ceux qui ne pouvaient pas se permettre ce luxe préféraient des décorations fait maison.

C’est à cette même époque qu’apparaît l’idée que le Nouvel An est une fête pour les enfants. Un arbre fabuleux, une mascarade, des cadeaux sous le sapin pour ceux qui se sont bien comportés tout au long de l’année, la joie et le plaisir ont finalement rendu cette fête mondaine.

A la fin du 19ème siècle, se forme l’image d’un gentil Grand-père Gel (Père Noël). Son origine est associée à l’ancienne divinité païenne des tempêtes et du mauvais temps. Mais au fil du temps, le patron rigoureux des blizzards et du froid a acquis les traits d’un sage vieillard qui non seulement règne sur la nature, mais également fait des sermons. Morozko, Grand-père Gel, Moroz Ivanovitch se sont fermement ancrés dans le folklore russe.

Le Grand-père Gel moderne est un magicien qui chasse les mauvais esprits et apporte des cadeaux à tous les enfants sages. Il est invariablement accompagné de la petite-fille, la Fille des neiges, habillée en un manteau de fourrure bleu et blanc, ce qui symbolise des eaux gelées.

En 1918, après la révolution la Russie est passée au calendrier grégorien européen, ce qui a fait qu’une différence de 13 jours a apparu par rapport au calendrier julien de l’Église, le soi-disant style ancien. La célébration du Nouvel An a été annulée, mais une nouvelle fête du « Blizzard rouge » a été établie pour le jour du début de la révolution mondiale. Il ne s’est pas enraciné parmi le peuple. Les gens ont continué à décorer secrètement les arbres de Nouvel An et à se faire des cadeaux.

Et ce n’est qu’en 1935 que la bonne tradition de célébrer le Nouvel An a été rétablie.
Depuis 1937, DED-MOROZ le Grand-père Gel est devenu un invité régulier de la fête. Et aujourd’hui, le début du Nouvel An dans chaque foyer en Russie est accompagné de cadeaux, du Grand-père Gel avec SNEGOUROUCHKA sa Fille des neiges, ainsi que de champagne, de la salade russe, des félicitations du chef du pays, du carillon de la tour Spasskaïa du Kremlin, de la foi en un avenir prospère de chacun en particulier et du pays dans son ensemble.

La Maison russe des sciences et de la culture à Paris a le plaisir de souhaiter à ses visiteurs et partenaires une Bonne Année 2022 et un Joyeux Noël !

Exposition

Liée à l’Odysée

Jacques Cousteau sur le lac Baïkal.

Jusqu’au 28 Février 2022.

Exposition rare qui s’est déroulée en décembre, reprend pour le plaisir des visiteurs qui l’ avait ratée  .
Ceux qui le souhaitent peuvent voir les objets originaux associés au légendaire capitaine Jacques-Yves Cousteau, transférés chez nous pour stockage temporaire par Francine Cousteau.

A noter que même en France il n’y a pas d’exposition permanente ou de musée dédié à ce chercheur étonnant.

Exposition d’objets et documents liés à l’expédition du Capitaine  Jean Couteau sur le lac Baïkal.
L’année 2021 est marquée par le 25ème anniversaire du plus grand réservoir d’eau douce de la planète, du lac Baïkal, le réservoir d’eau le plus ancien, le plus profond, le plus propre et le plus mystérieux de la planèteinscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.
Les pièces sont exposées avec l’aimable accord de Francine Cousteau et Franck Machu.
2021 marque le 25e anniversaire de l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO du lac Baïkal – .
En commémoration de cet événement le plus important pour la science russe et mondiale, la Maison russe de la science et de la culture à Paris a organisé le 30 novembre une soirée unique.
Les partenaires intéressés étaient l’Association pour le dialogue franco-russe et le Centre de la société géographique russe à Paris, qui ont chacun apporté une contribution significative à la préparation de la réunion.
La présidente des associations Cousteau (France, USA), la veuve de la légendaire capitaine Francine Cousteau et archiviste de l’association Frank Macchau, collectionne méticuleusement les documents historiques et scientifiques liés aux grands français depuis plus de 40 ans.
Les spectateurs de la Maison russe ont pu découvrir la fascinante et rare beauté du tournage sous-glace, un film biographique scientifique “À travers le miroir du Baïkal“, tourné par l’équipe Cousteau en 1996-1997, et qui est devenu une partie de la célèbre série ” L’Odyssée sous-marine de l’équipe Cousteau.
Le film est dédié à la mémoire de Jacques-Yves Cousteau, dont les jours se sont terminés lors du montage du film. Le courageux explorateur du « continent bleu » a beaucoup fait pour rendre les secrets et secrets des océans accessibles à tous les habitants de la planète. C’est lui qui a inspiré nombre de ses disciples à prêter attention à l’écologie de notre planète, faisant de la protection de l’environnement l’une des principales tendances humanitaires du monde moderne.
Au cours de sa vie, l’océanographe a réalisé des milliers de plongées et réalisé plus de 120 films à son sujet. Grâce aux travaux de Jacques-Yves Cousteau, les gens ont appris à quoi ressemble le monde sous-marin.
Francine Cousteau était membre de l’équipe de l’expédition et scénariste du film.
Les invités français ont partagé leurs souvenirs de cette mission et d’autres du célèbre capitaine, discuté avec le public des défis actuels de l’humanité et de l’avenir écologique de la Terre, révélé les plans de l’Association pour de nouvelles recherches à bord du célèbre navire Cousteau Calypso , y compris en Russie.
Au nom du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO, Irena Caquet a pris la parole lors de la soirée, soulignant l’importance mondiale du plus grand site naturel russe, inscrit sur la Liste du patrimoine de l’UNESCO il y a 25 ans. L’expert international a souligné les activités visant à préserver la valeur universelle exceptionnelle de l’unique réservoir d’eau russe, qui est le principal critère de reconnaissance de l’importance des objets par les pays membres de l’Organisation humanitaire mondiale.
La rencontre, qui a réuni des spectateurs intéressés de différents âges et groupes professionnels, a été inspirée par l’animatrice expérimentée de conférences polémiques, la responsable du Dialogue franco-russe, Irina Dubois.
Avec la médiation active de la directrice du Centre de la Société géographique russe en France, Daria Loyola, il a été possible d’organiser une liaison directe de Saint-Pétersbourg au célèbre océanologue russe, membre des expéditions de J.-I. Cousteau du côté russe, Vitaly Ivanovich Sychev. Le scientifique a évoqué l’interaction avec le chercheur français dans le cadre de la mission au Baïkal et d’autres projets sous-marins communs.
Avec l’aimable consentement de Francine Cousteau, une exposition d’équipements de plongée et d’autres objets personnels du capitaine français, des pièces documentaires de sa collection, ainsi que des photographies de travail du lac Baïkal, réalisées par J.Y. Cousteau lors de cette expédition mémorable, ont été ouvertes dans le salles de la MRSC.

L’enregistrement vidéo complet de la réunion est publié sur les ressources Web de la Maison russe à Paris. CLIQUEZ

Par conséquent, il est possible de voir l’équipement de plongée inventé par lui, le premier caisson dans lequel il est devenu possible de réaliser des tournages sous-marins, des boîtes avec des films signés de sa propre main, des lettres personnelles de ML Rostropovitch, des diplomates russes en France, et bien plus, seulement ici.

Les enfants en Russie et en France dessinent leur chanson préférée du Nouvel An.
Pour prolonger les périodes de fêtes en janvier, la MRSC et l’association française “Pour Kungur”, présidée par Hélène Texier GargilesseBand, vous préparent l’exposition de dessins

“Ma chanson préférée du Nouvel An”.

Les enfants de Russie, de France et les enfants adoptés en Russie qui vivent maintenant dans un autre pays du monde (Espagne, Irlande, Etats-Unis, Italie…) ont envoyé, avec enthousiasme, leurs dessins afin de de faire découvrir leur chanson préférée.

L’association “Pour Kungur”, depuis 2012, organise des projets qui “réconcilient” les enfants adoptés en Russie avec leur pays de naissance, entre autres avec des projets d’échanges avec les enfants russes, avec qui ils partagent leurs différentes cultures.

Depuis quelques années, les projets se sont largement étendus aux écoles, centres culturels, et les enfants ont manifesté l’envie de partager leurs échanges avec le public.

Pour les expositions de l’hiver, sur le thème des chansons de Noël et du Nouvel An, plus de 700 dessins ont été réceptionnés par “Pour Kungur”. 357 ont été sélectionnés par l’association , et une centaine sera installée pour l’exposition finale sur les panneaux extérieurs de la MRSC du 17 au 31 janvier.

En France, l’école primaire d’Orsennes, le collège d’Eguzon et le Cercle des beaux arts d’Argenton sur Creuse ont participé.

En Russie, nous notons la participation des centres pour enfants sans soins parentaux de Kungur, Kudimkar et Chaikovski, du sanatorium pour enfants tuberculeux “Irène à Nevolino, du cercle du joyeux parc de Smeovka (Кружок “Веселый парк” д. Змеевка) , du centre culturel des ingenieurs de la mécanique de Kungur (Дворец культуры машиностроителей,.

De nombreuses écoles ont également répondu à l’appel.

Dans la région de Perm, les écoles 22, 135 et 127 de Perm, les écoles 1, 2, 10, 18 de Kungur, le Gymnase N°16 de Kungur, l’école pour enfants handicapés de Kungur, mais aussi les écoles des villages de Plekhanovo ( «Плехановская СОШ») , Mazunina (Мазунинский филиал МАОУ Ленская СОШ ) et Krasnovichersk (Красновишерск) .

L’association “Pour Kungur” organise des projets essentiellement avec la région de Perm, mais de plus en plus, d’autres régions russes manifestent leur intérêt et leur envie de participer, grâce au relais de la bibliothèque de Kungur et à l’Alliance française de Perm…

Ainsi, des dessins ont été reçus de la région de Rostov (‘école 4 de Donetsk), de la région de Vologda (école 1 de Veliky Ustyug), de la région de Krasnodar (école 7 de Sotchi), de la région de Belgorod ( club de dessin de Krasnoyaruzhky -Клуб любителей рисования “Юный художник”. Краснояружского района).

En attendant la grande exposition à la Maison russe des sciences et de la culture à Paris, les enfants peuvent être fiers de savoir leurs dessins exposés dans de nombreuses structures pour personnes âgées et centres de soins en France, où ils font la joie des résidents.

Une grande partie des dessins est également exposée à l’espace “Vanik Berberian”, dans le village de Gargilesse, siège de l’association “Pour Kungur” ( au moins jusqu’au 2 janvier)

Très bientôt, les 357 dessins seront en ligne sur ce site dédiés aux expositions des enfants de “Pour Kungur”.

Les dessins seront associés à des liens grâce auxquels vous pourrez découvrir les chansons illustrées par les enfants. Vous pourrez également voter pour vos 5 dessins préférés ( avant le 31 janvier, à cette adresse: pourkungur@gmail.com ), et envoyer des commentaires qui seront transmis aux enfants. Des prix du public seront décernés.
Très prochainement également, vous découvrirez sur le site de la MRSC les 100 dessins qui seront sélectionnés pour l’exposition finale.
Un jury exceptionnel constitué de personnalités russes et françaises attribuerons des prix spéciaux

« Enfants à l’Opéra » – un nouveau concert-conférence dans le cadre du cycle populaire « Encyclopédie Musicale » de la Maison russe à Paris

Anulation du Mardi 18 janvier, REPORTÉ AU 15 FÉVRIER dans la nouvelle édition du cycle de l’Encyclopédie musicale à partir de 19 h .
L’entrée est gratuite.
L’inscription préalable à :  paris@rs.gov.ru est obligatoire,
le nombre de places est limité.

Maestro Andreï Shevtchouk et le chœur d’enfants de l’Académie SheremetyevGrad sous la direction d’Ekaterina Ferrari présenteront à votre attention une conférence – concert “Les enfants à l’opéra”.

L’art lyrique est-il réservé aux adultes ? Bien sûr que non. De nombreuses sujets d’opéra ont des choses en commun avec le folklore, avec des histoires romantiques, il y a beaucoup d’imaginaire en eux, ce qui est si proche des enfants. D’ailleurs, si vous regardez bien, il y a beaucoup d’enfants sur les scènes d’opéra. Ils participent à l’action comme des acteurs à part entière : ils jouent leurs rôles, dansent et chantent.

Vous découvrirez les personnages d’enfants dans des opéras célèbres, parmi lesquels Boris Godounov de Moussorgski, Madame Butterfly de Puccini et bien d’autres, et vous serez également surpris par la variété des chœurs d’enfants que l’on entend et dans « Roussalka » de Dargomyzhsky et dans « La Dame de piques » de Tchaïkovski et , bien sûr, dans ” Carmen ” Bizet. Les enfants, dont on ne remarque souvent pas la présence, se concentrant sur les artistes adultes, occupent une place importante sur la scène lyrique.

Si vous vous posez la question « comment attirer les enfants vers l’opéra classique ? – venez écouter cette conférence avec eux. Vos enfants feront connaissance avec des œuvres célèbres de l’opéra en interprétation classique, auront l’occasion de voir comment les autres enfants chantent et, pourquoi pas, ils s’imagineront dans la peau de vrais artistes.

La Maison russe invite à la soirée musicale qui se déroulera, comme d’habitude, en russe et en français.

L’entrée à l’événement est gratuite. L’inscription préalable à paris@rs.gov.ru est obligatoire, le nombre de places est limité.

L’entrée à la MRSC s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un pass sanitaire.

JEUDI 20 janvier à 19 h en ligne, entretien avec l’historien et journaliste Christian Lardier qui présentera les joyaux de sa collection personnelle
jusqu’au 28 février d’archives sur la cosmonautique russe au public de la Maison russe à Paris

En 2022, on célèbre toute une constellation d’anniversaires spatiaux.
Le 40e anniversaire du lancement de la station orbitale soviétique Saliout 7 (avril 1982), le 65e anniversaire du lancement du premier satellite artificiel de la Terre (octobre 1957) et, enfin, le 40e anniversaire du vol spatial du premier cosmonaute français, Jean-Loup Chrétien, en 1982 dans le cadre de la mission soviéto-française.

Ce n’est pas un hasard si le programme de la Maison russe des sciences et de la culture à Paris pour la nouvelle année commence par une rencontre unique symbolisant la coopération russo-française dans l’exploration spatiale.
 
Pendant 65 ans Christian Lardier a méticuleusement rassemblé tout ce qu’il a réussi à trouver sur les programmes spatiaux soviétiques et russes.
De rares livres, des photographies historiques, des originaux d’articles sur les percées les plus importantes des cosmonautes.
Fasciné par les exploits des pionniers de l’espace, il a appris le russe en autodidacte, à partir de livres sur Konstantin Tsiolkovski et Friedrich Tsander.
Au cours de nombreuses années, ce chercheur a sélectionné des livres rares et des magazines sur l’espace pour sa collection à Paris et à Moscou, il a systématisé des articles et des publications.
La passion profonde pour l’exploration spatiale a amené Christian Lardier dans le journalisme, en outre, la connaissance de la langue russe lui a permis de devenir un spécialiste reconnu se repérant bien dans le programme spatial soviétique.

Journaliste accrédité à Moscou, il a personnellement assisté à des dizaines de lancements depuis le cosmodrome de Baïkonour et il a préparé des supports réussis pour le magazine français spécialisé Air&Cosmos.
En partant en voyage de groupe au Spitzberg, là où une photo mémorable pour lui a été prise (voir ci-dessous), Christian Lardier a emporté avec lui une image de son héros qui est Youri Gagarine.

Au cours de la conférence à la Maison russe, Christian Lardier, membre honoraire de l’Académie russe de cosmonautique
Konstantin Tsiolkovski et lauréat de la médaille d’or Youri Gagarine parlera en détail de l’histoire des programmes de vols habités russes.
L’invité répondra aux questions du public présent dans la salle et en ligne.

La conférence sera en français avec la diffusion en direct sur le Zoom et sur la chaîne YouTube de la MRSC.

L’entrée est gratuite, l’inscription préalable est nécessaire. Nombre de places limité.
L’événement débute à 19h00 (Paris).
 
L’exposition sera ouverte dans les salles de la MRSC du 20 janvier au 18 février.

Entrée sur inscription préalable.

Appuyez ici pour vous inscrire en ligne.

La MRSC accepte des demandes de visites de groupe et individuelles.
L’accès à la MRSC s’effectue avec le respect rigoureux de règles sanitaires, dont la présentation obligatoire du pass sanitaire.
 

Projection en ligne

du court métrage

” Sachka. Journal d’un soldat “
de

Kirill Zaitsev

Lundi 24 janvier à 19 h

Discussion en ligne : Mercredi 26 janvier

Participant du XIX Festival du film Pokrov-2021
Réalisation : Kirill Zaitsev, 38 min., Russie, 2021.
Avec sous-titres anglais.
Basé sur l’histoire “Sachka” de l’écrivain de première ligne Viatcheslav Kondratiev.
Le film a été présenté en première à Moscou le 24 avril 2021 dans le cadre du programme russe du 43e Festival international du film de Moscou.
Parmi les lettres et photographies, un vétéran de la Grande guerre Patriotique retrouve son journal. Le vieil homme feuillette le journal et les souvenirs l’envoient immédiatement dans le feu de la guerre.
Au milieu du feu, du sang et de la boue, au milieu de la haine bestiale et de l’inimitié, lui, alors encore jeune soldat Sacha, dans une terrible bataille à mains nues capture un garçon allemand de même âge. L’Allemand attend la mort, mais Sachka lui donne sa parole que les russes ne fusillent pas des prisonniers.
Au quartier général du régiment, le commandant du bataillon, dont la petite amie a été tuée lors du bombardement du village le matin, ordonne en colère de tirer sur le fasciste capturé. Le soldat russe est face à un choix.
 
Le 26 janvier à 14h00 (Paris), vous pouvez participer à la discussion en ligne (en russe) de ce film avec des spectateurs d’autres pays.

Veuillez vous envoyer vos demandes d’inscription à la discussion et vos questions écrites (au plus tard le 25 janvier) à notre adresse e-mail : paris@rs.gov.ru
 
 
f k f
 

Le MARDI 25 janvier à 19h à l’occasion de la Fête des étudiants russes, Journée de Sainte Tatiana, le Centre de la Société russe de géographie en France et la Maison russe des sciences et de la culture à Paris organisent un jeu intellectuel pour les étudiants et des jeunes diplômés au sujet de la Russie.

Nous vous invitons à plonger dans l’atmosphère du club-casino intellectuel à l’instar du jeu télévisé russe Chto? Gde? Kogda ? (Quoi ? Où ? Quand ?). Les participants tenteront de jouer à la « roulette intellectuelle » avec trois séries de questions sur la Russie (géographie et histoire). Pas besoin de préparation pour participer à cette bataille intellectuelle : votre logique et votre érudition vous guideront pour trouver des versions de réponse et la discussion en équipe d’en déterminer la bonne.

Le jeu se joue en équipe de 6 personnes contre d’autres équipes. Vous pouvez vous y inscrire collectivement – en tant qu’équipe, ou individuellement pour rejoindre une équipe en cours de création.

Le jeu sera en français.

JEUDI 27 janvier à 18 h

Nécropole russe à Sainte-Geneviève-des-Bois

Présentation du plan interactif

Comité pour l’entretien des sépulture orthodoxe russe.

Cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois.

Nicolas Lopoukhine, président du Comité pour l’entretien des sépultures orthodoxes russe à Sainte-Geneviève-des-Bois, qui a créé le plan interactif, ses concepteurs, des historiens et des experts.
Voir plus de renseignements sur le cimetière russe de Ste Geneviève des Bois:
CLIQUEZ

En russe et en français.

Sur le site web et dans la Salle des conférences de la MRSC à Paris.

Entrée sur inscription préalable.

Appuyez ici pour vous inscrire en ligne.

Maison Russe des Sciences et de la Culture
61 rue Boissière, 75116 Paris
Tél : 01 44 34 79 79

Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp

Exposition 

Larissa Noury

du vendredi 5 novembre 2021 au dimanche 9  janvier 2022

Auberge de la Truite, 78790 Rozay

La fondatrice de l’Association CEC , Larissa Noury est architecte, diplômée de l’École polytechnique de Minsk, et artiste. Elle expose régulièrement en France et à l’étranger. En 2004, elle a soutenu une thèse de doctorat en histoire de l’art à l’université de Bordeaux intitulée : Rôle de la polychromie dans l’environnement architectural et spatial de la ville (président du jury, Michel Pastoureau). Elle a réalisé plusieurs études chromatiques pour des villes, notamment à Caen, à Vilnius, à La Rochelle, à Daegu en Corée et à Yaoundé au Cameroun, Montbard en Bourgogne et Joinville en Champagne. Elle a été chercheur invitée à l’Institut scandinave de la couleur à Stockholm de 1994 à 1996, et a enseigné la couleur comme professeur invitée à l’université de Bordeaux III et à l’École supérieure des arts et techniques de Paris. Actuellement Professeur de la Couleur à l’Ecole ITECOM ART&DESIGN, Paris, elle participe régulièrement à des colloques sur la question de la couleur dans la ville. En 1997, elle a obtenu un prix pour son projet Écologie de la couleur et stratégie environnementale, préfigurant la création d’un centre international de la couleur. www.larinoury.fr

L’Auberge de la Truite
1 Rue de Boinvilliers, 78790 Rosay

Réservation : 09 84 44 13 70 

Concert exceptionnel

Odessa 
musiques russes d’hier et d’aujourd’hui

” Lettres de Russie “

vendredi 17 décembre 2021 à 20 h  30

Espace Lionel de Brunélis, 34990 Juvignac

L’association Plaisir de Lire propose une soirée musicale avec le groupe Odessa, orchestre de quatre musiciens dont le répertoire, vivant et entraînant, a de forts accents russes.

Organisé par l’association Plaisir de Lire
Ludcia Commoy : chant
Catherine Delaunay : violon
Elisabeth Carenco : violoncelle
Jean-Marc Torchy : accordéon

Créée à Montpellier en 2014 à l’initiative de Lev Tourtzevitch (1946-2020), un Français d’origine russe, qui nous a quitté il y a peu. La formation s’est donnée pour ambition de faire découvrir la richesse de l’immense répertoire de la musique populaire russe : folklore, romances, musiques dites « de bardes », « chansons des années de guerre », musiques tziganes et variété contemporaine.

Ce concert est en même temps un hommage  à son créateur.
Plus de renseignement sur le groupe Odessa: CLIQUEZ

“Nous avions programmé ce concert en 2019, mais avec la crise nous n’avons cessé de le remettre! Enfin , nous sommes heureux d’inviter le Groupe Odessa à cette soirée festive.” a déclaré La présidente de l’association Monserrat Lorenzo.

Espace Lionel de Brunelis,
Rue des Cigales, 34990 Juvignac

Tarif : 5€
Réservation : 06 62 53 19 84
Par courriel : contact@plaisirdelire.fr

Organisé par “Perspectives”

Spectacle du Nouvel An Russe

Dimanche 26 décembre 2021 à 11h – 15 – 18h

Théâtre Toursky, 13003 Marseille

L’Association Franco-Russe « Perspectives », avec le soutien du Théâtre Toursky, de la Ville de Marseille et du Consulat général de Russie à Marseille.
.


Le spectacle musical en langue russe avec la traduction ponctuelle en français. Un conte musical du Nouvel an russe, le voyage dans un nouveau monde féerique.

C’est un spectacle interactif avec le sapin de Noël, des jeux, chants et danses, avec des personnages de contes traditionnels russes : Père Gel, Fille des Neiges, Baba Yaga, Vassilissa la très-sage…

3 spectacles dans la journée de 1h chacun, comédie musicale interactive qui enchantrons les enfants les parents et les grands-parents

Le 30 octobre 1970,  une poignée d’artistes écrivit le nom du poète Axel Toursky sur le fronton d’une salle de quartier, à Saint-Mauront,  la Compagnie Richard Martin était née.

En 1971, Richard Martin fonde le Théâtre Toursky sur ce qui n’était qu’un hangar. C’était, disait-on en ce temps, une grande folie que de rêver installer dans un quartier populaire.  En 1974, l’orientation artistique et citoyenne de Richard Martin débouche sur une création pionnière. Il équipe un autobus, le Théâtrobus, et égrène ses spectacles dans les cités.

THÉÂTRE TOURSKY INTERNATIONAL
16 passage Léo Ferré – 13003 MARSEILLE
Standard : 04 91 02 58 35

Billetterie : 04 91 02 54 54

Tarifs
• Adulte : 15€
• Enfant :12€
• Enfants de moins de 3 ans : gratuit

Réservation ligne : CLIQUEZ

AccèsmétroLigne 2 (rouge), station National
Bus: N°89, arrêt Auphan / Vaillant
Voiture: dans le quartier de Saint-Mauront, le Théâtre Toursky est indiqué à l’angle du boulevard National et de la rue Félix Pyat. Depuis l’autoroute A7, emprunter la sortie « Cinq avenues/Belle de Mai ». Au feu, tourner à droite dans la traverse de Gibbes, puis suivre le fléchage vers le Théâtre. Depuis le boulevard de Plombières, le Théâtre est indiqué au bout du boulevard, sur votre gauche.

 

.

Voir l’article plus bas

Exposition

Liée à l’Odysée

Jacques Cousteau sur le lac Baïkal.

De Mercredi 1er au vendredi 31 décembre 2012

Exposition d’objets et documents liés à l’expédition du Capitaine  Jean Couteau sur le lac Baïkal.
L’année 2021 est marquée par le 25ème anniversaire du plus grand réservoir d’eau douce de la planète, du lac Baïkal, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Dans le cadre des
“Maître de l’Art et de la Musique”

Concert Conférence du maestro Andreï Chevtchouk

avec

 Marcelle Guillet-Lubrano, Présidente d’honneur de l’Association
et les maîtres des Arts et de la Musique,  

Catherine Manadaza, soprano,

Jeudi 2 décembre 2021 à 19 h

Salle de musique la la MRSC rue Boissière.

INSCRIPTION LIBRE : CLIQUEZ

Une soirée d’opéra à la Maison Russe à Paris : les « Maitres d’Art » français et Catherine Manandaza

 Nouvelle conférence-concert du maestro Andreï Chevtchouk, faisant partie de son cycle populaire « Encyclopédie musicale ».

Cette fois, le maestro présentera aux invités de la MRSC l’Association des Ateliers des Maîtres d’Art et de leurs Elèves, qui regroupe des artistes professionnels ayant reçu le titre élevé des Maîtres des Arts pour desréalisations importantes relatives à la maîtrise dans des spécialités artistiques rares par la décision du Ministère de la Culture.

L’association est un symbole de la diffusion réussie des compétences artistiques et de la maîtrise dans un environnement créatif. Elle offre des opportunités de stabilité professionnelle dès le plus jeune âge. En effet, un nombre important d’élèves de l’association ont ouvert leurs propres ateliers d’art, alors que d’autres ont remplacé les maîtres qui y travaillaient.
Les Maîtres de l’Association et leur Présidente d’Honneur Marcelle Guillet-Lubrano parleront des projets internationaux de l’association et des liens créatifs avec la Russie, qu’ils entendent préserver et enrichir. Madame Guillet est elle-même issue d’une famille de peintres qui créaient les fleurs pour décorer les opéras et les ballets pour notamment l’Opéra de Paris, les ballets du Marquis de Cuevas et encore d’autres. Elle a eu l’occasion de travailler avec les plus grandes maisons de couture et couturiers français, comme par exemple : Christian Lacroix, Lanvin, Jean Franco Ferré, Christian Dior, Nina Ricci, Sonia Rykiel, Thierry Mugler, Guy Laroche, Valentino, Yves Saint-Laurent, Rochas, Armani, Dolce & Gabbana, Louis Vuitton, etc…

Maestro Andreï Chevtchouk ajoutera comme d’habitude à la conversation à propos des maîtres et de l’association des illustrations musicales avec des airs d’opéras ayant une renommée mondiale.

Au programme sont des œuvres de Guiseppe Verdi (La Traviata), Giacomo Puccini (airs de Madame Butterfly et Tosca), Charles Gounod (Faust) et Piotr Ilich Tchaïkovski (La Dame de Pique), interprétées par Catherine Manandaza dont la merveilleuse soprano a été notée au niveau mondial. Après la recommandation de la Maison russe à Paris, Catherine Manandaza a participé avec le maestro Andrei Chevtchouk au Festival international de chant « La route vers Yalta – 2021 », où elle a reçu le prix spécial pour des hautes compétences d’interprétation vocale.

 La soirée musicale festive qui se déroulera, comme d’habitude, en russe et en français.

 L’inscription préalable gratuite  est obligatoire,
le nombre de places est limité.
CLIQUEZ 

L’entrée à la MRSC s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un pass sanitaire.

Exposition

” NOUVEL  AN  RUSSE “

Du lundi 6 décembre 2021 au 14 janvier 2022

sur les panneaux extérieurs, 61 rue Boissière, 75016 Paris

À la veille des Fêtes de Noël , du 6 décembre 2021 au 14 janvier 2022 la Maison russe de la science et de la culture à Paris présentera une nouvelle exposition colorée “Nouvel an russe” sur les oanneaux extérieurs.
L’immeuble est situé dans un des lieux central de Paris. Plusieurs centaines de personnes lui rendent visite chaque jour. Encore plus de gens se rendant à leur travail, s’arrêtent pour admirer les expositions sur les panneaux de la Maison Russe de la Science et de la Culture.

Dans le cadre de l’exposition du Nouvel An, des reproductions de peintures ont été recueillies, montrant avec quelle tendresse et quel amour les artistes russes dépeignent l’ambiance de leur fête préférée.

De plus, vous pouvez voir des photos de Moscou, Saint-Pétersbourg, Kaliningrad, le grand Ustyug, Kazan et d’autres villes dans toute leur splendeur festive. Et pour les enfants, une sélection de photos de dessins animés de Noël a été proposée – après tout, les regarder pendant les vacances est devenu une autre bonne tradition en Russie.

Le Nouvel An est l’une des fêtes préférées en Russie. Les Russes commencent à s’y préparer à l’avance : ils sont transformés par une variété de guirlandes colorées et de lanternes de ville, sur les places et les rues, des sapins de Noël décorés sont installés, une atmosphère de joie, d’espoir, des contes de fées pénètrent utiliser.

Pendant ce temps, la célébration du Nouvel An en Russie a commencé relativement récemment. Avec l’acceptation du christianisme en 988, le début de l’année a été célébré le 1er mars, et depuis 1492, la date de la nouvelle année a été déplacée au 1er septembre. Ce jour-là, la nouvelle année de l’église a commencé, qui a été célébrée par un service spécial “Sur l’été”.
La coutume de marquer l’arrivée de la nouvelle année dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier est apparue à Pierre Ier en 1699, lorsque le tsar a introduit un nouveau système de calendrier par un décret spécial (jusqu’à présent, c’était dans le système byzantin – “du création du monde”, ainsi, 7208 l’année est devenue 1700 ans). En même temps, l’auto-détenteur a quitté le calendrier julien, alors qu’en Europe ils utilisent le grégorien depuis longtemps. Les citoyens étaient censés décorer leurs maisons avec des branches d’épinette, se féliciter mutuellement pour la nouvelle année, organiser des feux d’artifice sur les places de la ville et s’amuser jusqu’au 7 janvier.
Sous le règne de l’impératrice Elizabeth I, les bals masqués de Noël sont devenus très populaires, et sous Catherine II, une tradition d’échange de cadeaux apparaît. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du XIXe siècle qu’on a pour coutume de décorer un sapin de Noël Des artistes spéciaux ont commencé à produire des jouets du Nouvel An. Dans les magasins de confiserie on pouvait acheter des personnages, habillée de toutes sortes de bonbons – c’était un plaisir pour les personnes aisées. Ceux qui ne pouvaient pas se permettre un tel luxe préféraient les décorations faites maison.
Puis l’idée vint que la nouvelle année soit une fête pour les enfants. Un arbre fabuleux, des déguisements, des cadeaux sous le sapin pour ceux qui se sont bien comportés durant l’année, la joie et le plaisir ont enfin rendu ces fêtes lumineuses.
A la fin du XIXe siècle, l’image d’un bon père Noël : Ded Moroz, est née. Son origine est liée aux anciennes tempêtes de la divinité païenne et au mauvais temps. Mais au fil du temps, le dur maître de la vogue et du froid a acquis les caractéristiques d’un vieil homme sage, qui non seulement contrôle la nature, mais aussi enseigne. Morozko, Santa Moroz, Moroz Ivanovitch sont fortement entrés dans le folklore russe.
Le Père Noël moderne est un magicien qui vainc l’impureté et apporte des cadeaux à tous les bons enfants. Il est constamment accompagné de sa petite fille Snegourochka revétue de sa fourrure en bleu et blanc
 symbole des eaux gelées.
En 1918, après la révolution en Russie, nous sommes passés au calendrier grégorien européen, ce qui a entraîné une différence avec le calendrier julien de l’église de 13 jours, t. n. à l’ancien style. La célébration du Nouvel An a été annulée, mais au moins ils ont établi un nouveau jour férié “Red Vyuga” – le jour du début de la révolution mondiale. Il n’a pas enthousiasmé le peuple. Les gens continuaient à se remonter le moral en décorant les arbres et à se faire des cadeaux.
Et ce n’est qu’en 1935 que la bonne tradition de célébrer la nouvelle année est revenue, célébrée le 13 janvier et Noël le 6 janvier. Suivant le calendrier Julien.

Depuis 1937, Ded Moroz est un invité régulier des Fêtes. Et aujourd’hui l’arrivée de la nouvelle année dans chaque maison en Russie est accompagnée de cadeaux, père Noël avec flocon de neige, de champagne, de salade d’olives, des félicitations du chef du pays devant  la tour spassky du Kremlin, présentant ses vœux pour un l’avenir prospère pour tout le monde .
La Maison Russe de la Science et de la Culture à Paris est heureuse de féliciter nos téléspectateurs et partenaires pour le
Nouvel An et Noël à venir !
 

Rencontre avec l’écrivain Julia Kristeva

à l’occasion de la sortie de son ouvrage:

« Dostoïevski face à la mort ou le sexe hanté du langage ».

avec

Eléna Galtsova, Institut de la littérature mondiale A.M.Gorki de l’Académie des sciences de Russie, docteur d’Etat ès lettre
Lecture  par Sophie Costerg et Grégoire Lopoukhine.

Mardi 7 décembre 2021 à 18 h sur le site et à la MRSC.

ENTRÉE LIBRE

A l’occasion du 200e anniversaire de la naissance de Fiodor Dostoïevski, à la Maison Russe à Paris se tiendra la soirée « Dostoïevski et Kristeva : polyphonies »

 La Maison russe des sciences et de la culture à Paris, avec la participation de l’Institut de littérature mondiale Maxime-Gorki de l’Académie des sciences de Russie (RAS), organise la présentation d’un nouveau livre de l’écrivaine et critique littéraire française Julia Kristeva « Dostoïevski face à la mort, ou le sexe hanté du langage ».
La publication du livre par la maison d’édition Fayard a été organisée à l’occasion du 200e anniversaire de la naissance du grand écrivain russe.

L’interlocutrice de Julia Kristeva sera une célèbre critique littéraire russe, spécialiste de la littérature française des XX–XXI siècles et des relations littéraires russo-françaises, la chercheuse en chef de l’Institut de littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie, docteure en philologie, professeure Eléna Galtsova.

Julia Kristeva figure emblématique de notre temps, une classique vivante de la philosophie et de la psychanalyse de la seconde moitié des XX–XXI siècles, qui ne se lasse pas de faire de plus en plus de nouvelles découvertes dans la sphère la plus subtile de la recherche de nos émotions et de nos sentiments, de notre conscience et de notre subconscience. Elle est connue pour ses travaux sur la théorie de la littérature et de la culture, la sémiotique, la philosophie, pour ses recherches dans le domaine du genre. Docteur honoris causa des universités d’Europe et des États-Unis, membre de l’Académie Britannique, lauréate de nombreux prix littéraires, Julia Kristeva s’est récemment vu remettre le titre de Grand maître de l’ordre de la Légion d’honneur.

Elle s’était tournée vers Dostoïevski dès le début de sa carrière dans les années 1960, principalement en lien avec le livre de Mikhaïl Bakhtine « Problèmes de la poétique de Dostoïevski », ainsi que dans de nombreux articles et livres, dont « Le pouvoir de l’horreur », « Soleil noir de la mélancolie », etc.
En 2020, les Éditions Buchet-Chastel ont publié son livre « Dostoïevski » dans le cadre de la série « Les auteurs de ma vie ».
« En fixant des yeux “ L’Idiot ”, mon père m’a strictement déconseillé de le lire : “ Destructeur, démoniaque et intrusif, ça suffit, tu n’aimeras pas du tout, allez, laisse ! ” (…) Bien sûr, comme d’habitude, je n’ai pas écouté les instructions de mon père et je me suis plongée dans Dostoïevski. Et j’étais aveuglée, abasourdie, absorbée par lui », raconte Julia Kristeva.

Lors de la rencontre, la scientifique française expliquera comment Dostoïevski est devenu l’écrivain de sa vie, à qui elle revient constamment, son compagnon de tous les jours depuis de nombreuses années. Elle présentera un nouveau livre et répondra aux questions des participants à la présentation et des auditeurs en ligne.

Les comédiens français Sophie Costerg et Grégoire Lopoukhine liront en français et en russe des textes des œuvres de Dostoïevski et des extraits du nouveau livre.

La soirée se poursuivra par une séance de dédicaces avec l’invitée de la MRSC.

La rencontre se déroulera en russe et en français dans un format hybride : dans les locaux de la Maison russe et en ligne, sur son site Internet avec la possibilité de communication directe avec les invités.

L’entrée  gratuite, sur inscription préalable (paris@rs.gov.ru).
Le nombre de places est limité.

À l’occasion de l’anniversaire de Fiodor Dostoïevski 

A l’occasion de l’Anniversaire de Fiodor Dostievski

Projection en ligne du film de Yegor Kholmogorov

” Fiodor Mikhaïlovitch .
L’Essai cinématographique de Yzegor Kholmogorov “

Jeudi 2 décembre 2021 à 20 h

Sur le site  WEB de la MRSC

Projection en ligne du film de Yegor Kholmogorov « Fiodor Mikhaïlovitch. L’Essai cinématographique de Yegor Kholmogorov à l’occasion de l’anniversaire de Fiodor Dostoïevski ».

Dostoïevski est l’un des plus grands écrivains autant dans l’histoire de la littérature russe, que mondiale. Mais comment cela se fait-il, car après tout beaucoup pensent qu’il écrit maladroitement et dépeint les aspects les plus laids de la vie et des personnages tordus — tout ce que nous avons l’habitude d’appeler « la manière de Dostoïevski » ? Mais n’est-ce pas parce que nous sommes habitués à percevoir Dostoïevski à travers un prisme et que nous ne savons rien de sa vie spirituelle, de ses opinions politiques et religieuses ?

Durant toute sa vie, Dostoïevski s’est posé des questions sur les choses les plus importantes. Et après être entré dans l’éternité, il nous a laissé des réponses dans ses romans et ses travaux journalistiques.
Les humiliés et offensés, ont-ils toujours raison ? L’homme reste-t-il homme même dans son abomination complète ? Que vaut une larme d’enfant et pourquoi ne peut-elle être protégée que par la force des armes russes ? Quelle est la mission du peuple russe, et ce peuple peut-il vivre sans l’orthodoxie ? Comment Dostoïevski a-t-il prédit la Révolution et de quoi a-t-il avertie la Russie.

La chaîne RT Russia présente un film d’auteur réalisé par Yegor Kholmogorov.
Accompagnés du publiciste et philosophe, nous parcourrons les lieux liés à la vie de Fiodor Mikhaïilovitch, et tenterons de trouver ces réponses de Dostoïevski aux principales questions russes.

Volets :

00:00 — PROLOGUE
02:51 — GRAND-RUSSE. PETIT-RUSSE. BIÉLORUSSE. D’où viennent les Dostoïevski ?
04:59 — UNE FAMILLE RUSSE ET PIEUSE. Le père de Dostoïevski était-il un monstre ?
09:33 — PAUVRES GENS. Les humiliés et offensés, ont-ils toujours raison ?
12h15 — DISCUSSION SUR LE CHRIST. Comment l’athée Belinski a causé des ennuis à l’écrivain
16:18 — EXÉCUTION. Une dure leçon de la part de l’Empereur
23:54 — RESURRECTION DANS LA MAISON DES MORTS. Comment Dostoïevski a cessé d’être libéral
27:06 — INSTIGATEURS. Comment Dostoïevski a essayé d’éteindre le feu de la révolution
30:57 — CAPITAL. Comment Dostoïevski a devancé Marx
39:16 — AFFAIRE AVEC UN CROCODILE. Ne touchez pas au reptilien…
43:32 — JOUEUR. Comment Dostoïevski a remporté le plus important au jeu à la roulette
49:19 — IDIOT. Quelle est la différence entre « aussi humain » et l’Humain
55:00 — NETCHAEVCHTCHINA. Invocation de démons dans le parc Pétrovski
59:27 — DÉMONS. Dieu russe ou camp de concentration rouge ?
1:08:49 — ORTHODOXIE OU CARACTÈRE NATIONAL. La fameuse phrase que Dostoïevski n’a jamais prononcée
1:13:02 — JOURNAL DE L’ÉCRIVAIN. Comment Dostoïevski est devenu le premier blogueur en Russie
1:19:38 — QU’EST-CE LA FORCE, FRÈRES ? Les significations de l’épopée « Les Frères Karamazov »
1:22:46 — LARME D’ENFANT. Les dernières questions à Dieu
1:27:15 — GUERRE POUR LE SALUT. Grand humaniste, impérialiste, nationaliste
1:35:29 — DISCOURS DE POUCHKINE. Le génie de tous les peuples et, d’ailleurs, le sien…
1:40:33 — ISSUE. Quand l’horloge s’est arrêtée
1:43:56 — LA PATRIE DE DOSTOÏEVSKI. Pourquoi Dostoïevski est devenu nous et nous sommes devenus Dostoïevski

100ème anniversaire de la naissance d’Anne Golon, romancière.

” Concert et soirée de Gala en l’ honneur d’Anne Golon “

Exposition, projection et photos d’anne Golon
Conférence par sa fille :Nadine Golloubinoff

Mardi 14 décembre 19 h

Dans la Salle de cinéma de la Maison Russe de la Culture et des Arts

Soirée exceptionnelle pour le 100èmeanniversaire de

Simone Changeux dite Anne Golon, née le 17 décembre 1921  à Toulon, décédée le 14 juillet 2017 au Chesnay. Elle est une romancière française auteur de la série des Angélique.
Publiée en 13 épisodes, cette épopée a été traduite en une trentaine de langues et s’est vendue à une centaine de millions d’exemplaires, entre 1957 et 1985, dans le monde entier.

Reporter écrivain reporter et écrivain sous le pseudonyme de Joëlle Danterne. elle  se marie avec Vsevolod Sergueïvitch Goloubinoff dit Serge Golon né en 1903 à Boukhara (Empire de Russie) décédé en juillet 1972,  écrivain français d’origine russe. Simone Goloubinoff, est assistée de son mari dans ses premières recherches de documentation pour Angélique. Le pseudonyme de Serge Golon est imposé par l’agence O.P. comme coauteur dans l’édition française en 1957.

Soirée exceptionnelle avec sa fille Nadine Soloubinoff

Qui parlera de ses parent et plus spécialement de l’épopée d'”Angélique marquise des Anges”.
Nadine déclra : « Sous couvert de roman d’aventure, la saga est une œuvre initiatique, parlant de liberté de foi, de vie, combattant de bout en bout le fanatisme religieux »
.
R
oman historique sur le XVII° suivant la vie de son héroïne fictive Angélique, surnommée Marquise des Anges, contemporaine de Loouis XVI. Angélique paraît d’abord en 1956 en Allemagne  en , sous le nom d’Anne Golon, puis l’année suivante dans France-Soir, sous le nom d’Anne et Serge Golon, et en 1958 aux USA, sous celui de Sergeanne Golon. 13 tomes de cette saga historique paraissent entre 1953 et 1985, et font l’objet de traductions en plus de 20 langues. Entre 1964 et 1968, les aventures de l’héroïne sont adaptées au cinéma dans cinq films Angélique, réalisés par Bernard Borderie.

L’entrée  gratuite, sur inscription préalable (paris@rs.gov.ru).
Le nombre de places est limité.

Soirée de fin d’Année des cours de russes

“Adventurisme musical de Nouvel An “

avec :
Vicor Korovitch : baryton
Anna Sherbakova : chant
Olga Shelova : piano

Vendredi 17 décembre à 19 h 

Salle de concert,
Inscription obligatoire.


Concert de Noël.

Pour les compatriotes Russes

Organisateur de la soirée:
Maestro Andreï Chectchouc

Mardi 21 décembre à 19 h Salle de concert

Centre de Russie pour la Science et la Culture
61 rue Boissière, 75116 Paris
Tél : 01 44 34 79 79

Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp

Lire l’article plus bas

Présentation du livre

” Art et Réalité Russe “

Mardi 2 novembre 2021 à 19 h

Salle des conférences et sur le site de la MRSC

L’éminent artiste russe Erik Bulatov, le remarquable écrivain Viktor Erofeev et le célèbre éditeur de livres Cyril Zola, descendant du classique français, se rencontreront dans les salles de la Mrsc.

A l’invitation du directeur de la Maison russe de la Culture et des Sciences, Constantin Volkov, les invités échangeront sur les origines et les caractéristiques des œuvres d’art russes du XIXe siècle. Cette période de la peinture russe est devenue le sujet de recherche du nouveau projet littéraire d’Igor Sokologorsky, qui sera l’hôte de la prochaine rencontre.

Au fil des années, la maison d’édition française Nouvelles Éditions Place a créé une collection spéciale de livres dédiée aux œuvres d’art et à leurs auteurs. Parmi eux se trouvent des artistes russes contemporains : Erik Bulatov, Grisha Bruskin, Pavel Pepperstein. Des textes de Dmitry Prigov et Andrey Monastyrsky seront publiés prochainement.

En novembre, dans cette série de la maison d’édition, un nouveau livre est publié : « Art et réalité russes : regards modernes sur la peinture russe du XIXe siècle ». Comprenant des commentaires et des essais d’historiens de l’art, de spécialistes de la civilisation russe, d’écrivains sur des tableaux célèbres, ainsi que des critiques et des œuvres d’artistes contemporains.

Erik Bulatov et Viktor Erofeev, entre autres, ont fourni leurs commentaires pour cet ouvrage.

Contrairement aux icônes et à l’avant-garde du début du XXe siècle, la peinture russe du XIXe siècle est très peu connue en France. Alors qu’une exposition d’I. Repine s’ouvre à Paris, un nouveau livre et une rencontre à la Maison russe visent à montrer que cette peinture est la clé de la compréhension de la civilisation russe, non moins importante que la littérature. Il nous permet de comprendre non seulement la réalité russe inhérente à son époque, mais aussi divers aspects de la Russie moderne.

Aujourd’hui peinture du XIXème siècle. demeure l’un des principaux points de référence pour tous les acteurs de l’art.

L’entrée gratuite, sur rendez-vous (paris@rs.gov.ru). Nombre de places limité.

La réunion se tiendra dans un format hybride : dans la salle de la Maison russe et en ligne, sur son site Internet. En russe et en français.

INSCRIPTION : CLIQUEZ

Science autour de nous

Rencontre scientifique pour le écoliers

“Victor Kleptsyn”

Mercredi 3 novembre 2021 à 16h

Rencontre avec la science pour enfants et adultes à la Maison russe à Paris

La Fête de la science en France est terminée, mais la Maison russe des sciences et de la culture à Paris continue de faire découvrir aux enfants et aux adultes les hommes de science, leurs travaux, leurs réalisations, et aussi de parler simplement de choses complexes.

À la veille du Congrès international des mathématiciens, qui se tiendra à Saint-Pétersbourg en juillet 2022, et à l’occasion de l’Année de la science et de la technologie en Russie, une rencontre de vulgarisation scientifique pour élèves « La science autour de nous » se tiendra à la Maison russe à Paris.

Cette fois-ci, nous avons invité Victor Kleptsyn, mathématicien, vulgarisateur des sciences, (CNRS, l’Université de Rennes–1, et le Centre de la formation mathématique continu de Moscou).

Victor est un invité fréquent des lektoriums scientifiques russes, il avait donné des conférences au centre éducatif « Sirius » à Sochi, il est un tuteur expérimenté au sein du projet « Math en Jeans » en France.

Le chercheur a préparé aux participants des expériences scientifiques fascinantes qui démontrent clairement la nature des phénomènes. Il les expliquera de manière lucide et divertissante sans oublier ses mathématiques bien-aimées — elles sont tout autour de nous, les maths !

L’événement aura lieu le 3 novembre à la Maison russe des sciences et de la culture à Paris. Les adultes et les enfants âgés de 9 ans et plus qui parlent russe sont invités à y participer.

L’accès à l’événement est gratuit. L’inscription préalable est obligatoire (paris@rs.gov.ru). Le nombre de places est limité.

À partir de 16h00.

Exposition en ligne

“IMPOSSIBLE d’OUBLIER”

Lundi 8 novembre 2021

Sur le site Web de la MRSC

2021année du 80e anniversaire du début de la Grande Guerre patriotique, la Maison russe à Paris rappellera aux Parisiens les atrocités des nazis sur le territoire de l’URSS.

Le 8 novembre, la Maison russe de la science et de la culture à Paris présentera l’exposition “Impossible d’oublier” dans un format en ligne.

La première exposition sous la forme d’une exposition d’affiches l’année du 80e anniversaire du début de la Grande Guerre patriotique russe a eu lieu le 3 septembre et a été programmée pour coïncider avec le jour de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Les matériaux de l’exposition, préparés par la Société historique russe, témoignent avec éloquence et accusent à nouveau les troupes fascistes et leurs complices pour les atrocités qu’ils ont commises sur le territoire de l’URSS.
Aujourd’hui, on entend de plus en plus souvent que la propagande soviétique a exagéré les atrocités des nazis dans les territoires occupés de l’URSS, mettant parfois même en doute les décisions du tribunal de Nuremberg.
Cependant, les documents témoignent du contraire : la terreur planifiée et systémique a été complétée par l’arbitraire et l’impunité totale des troupes allemandes et des autorités d’occupation. Dès les premiers jours de la guerre, les Einsatzgruppen de la police de sécurité et du SD – les escadrons de la mort paramilitaires de l’Allemagne nazie, ont commis des massacres de communistes, de membres du Komsomol et de familles de commandants.
L’Armée rouge et des civils innocents. Suivant leur idéologie, les nazis ont délibérément exterminé des patients dans des hôpitaux psychiatriques, des personnes handicapées, des juifs et des Roms.

SS, Gestapo et contre-espionnage, bureaux militaires, police des complices nazis, services de sécurité de la Wehrmacht – tous ces services ont participé à l’organisation d’exécutions de masse, menées avec une brutalité sauvage.

L’une des pages les plus terribles de l’occupation a été le meurtre d’enfants devant leurs parents lors d’exécutions de masse et l’extermination de communautés ethniques « comme ça ».

Les atrocités, comme bien d’autres choses, étaient justifiées par l’idéologie raciale, qui n’empêchait cependant pas l’utilisation d’enfants comme donneurs de sang pour les soldats blessés, ce qui entraînait la mort inévitable de petits donneurs.

Les nazis n’avaient pas prévu de fournir aux habitants des territoires occupés le nécessaire. Au contraire, la famine a été reconnue par les dirigeants nazis comme l’une des mesures les plus efficaces pour réduire la population des « territoires de l’Est ». Les décès dus à la faim étaient particulièrement élevés dans les camps de concentration, où non seulement des prisonniers de guerre étaient détenus, mais aussi des civils détenus.

La population des zones de première ligne est poussée au travail forcé : construction de fortifications, d’usines, réfection des routes. Des personnes ont été utilisées lors des opérations de déminage ; leur refus de travailler ou leur suspicion de sabotage conduisaient toujours à l’arrestation et à l’exécution.

Lorsque, après avoir subi des défaites militaires, l’Allemagne a fait face à une pénurie de main-d’œuvre, les dirigeants nazis ont ordonné le transfert de travailleurs de Pologne, d’URSS et d’autres pays vers le pays. L’écrasante majorité des “travailleurs de l’Est”, les Ostarbeiters, y ont été emmenés de force et, en fait, transformés en esclaves.

En quittant les territoires occupés, les nazis ont cherché à détruire les colonies et à retirer le plus de personnes possible à l’arrière. Les troupes soviétiques se sont retrouvées dans un « désert » désert ; Les nazis ont délibérément distribué des denrées alimentaires empoisonnées pour causer des pertes de vie massives.

Craignant des représailles pour leurs crimes, les nazis ont tenté de les cacher, détruisant les fosses communes et les corps des morts.

La nouvelle exposition témoigne de ces faits et d’autres.

Voir sur le site de la MRSC : CLIQUEZ

Performance artistique

” Les Démons”

de Fiedor Dostoïevski

Pièce de l’Atelier Brouskine

Mardi 9 novembre 2021 à 18 h (h de Paris)

La performance Brusnikin essaie de trouver le point d’intersection des dernières tendances théâtrales avec la lecture des manuels du roman, de trouver un équilibre entre le désir d’innovation et le respect des classiques.

Maître et directeur artistique :  Dmitry Brousnikine.

Directeur-enseignant : Mikhail Mokeev, Mikhail Rakhline.
Concepteur de production et auteur photo : Sergei Tyryshkin.

Artistes:

Vasily Butkevich, Alexey Martynov, Vasily Mikhailov, Piotr Skvortsov, Mikhail Plutakhin, Marina Vasilyeva, Daria Vorokhobko, Maria Krylova, Yuri Mezhevich, Alexey Lyubimov, Sergueï Karaban, Timofey Fotiev, Anastasia Velikorodnaya, Roman Kalotukhin, Roman Kalotukhin, Dakhib Yenzhaeva, Alisa Kretova, Alina Nasibullina

Metteur en scène : Valentina Yelina,
directrice de la photographie – Artem Anisimov, monteur en chef – Tatiana Belichenko, bande son – Alexey Lukashevich, directeur du montage – Ksenia Kirsanova, graphisme – Konstantin Larionov, caméraman – Grigory Apalyais, ingénieur du son Yuri Grishin, producteur – Valentina Elina.

« Les Demons » est une tentative de faire approcher Dostoïevski sous forme de « nouveau dramme ».

La pièce a été composée spécialement pour l’espace mystérieux des Chambres des boyards. Les acteurs se déplacent avec le public de salle en salle, changeant simultanément d’esthétique, passant d’une pratique du jeu d’acteur à une autre avec une interprétation traditionnelle du roman.

La pièce essaie de trouver un point d’intersection des dernières tendances théâtrales avec une lecture de manuel du roman, pour trouver un équilibre entre le désir d’innovation et le respect des classiques.

En russe.

En 2018, Dmitry Brousnikine est devenu le chef du Centre de théâtre expérimental pour le nouveau drame “Praktika” à Moscou, et 2 jours avant sa mort, il a été nommé directeur artistique du théâtre.

La troupe d’acteurs “Brusnikina Workshop” a été formée à partir du cours des diplômés de l’école de théâtre d’art de Moscou en 2015. Le maître du cours D.V. Brousnikine a suggéré qu’après avoir obtenu son diplôme de la Studio School, ne pas dissoudre le cours dans les théâtres et rester ensemble en tant que troupe d’acteurs indépendante.

La caractéristique clé du nouveau théâtre est l’absence d’une idée artistique, le “dictat” d’un metteur en scène, l’ouverture à différentes directions artistiques, le travail avec différents artistes. Il emploie des acteurs de l’école de théâtre d’art de Moscou, adeptes du théâtre moderne, spécialistes du nouveau théâtre. Des artistes contemporains de premier plan collaborent avec les Brusnikinites.

Dans l’original, la pièce Brousnikine “Demons” dure 2,5 heures et a une limite d’âge de 18 ans et plus.

Le film “Demons” (1 heure, 12+), fourni à la Maison Russe à Paris, ne se propose pas simplement d’être une version vidéo de la pièce, mais est en lui-même une œuvre complète sur les Démons, les acteurs, le procès et FM Dostoïevski. C’est comme une immersion dans l’atmosphère et une déclaration indépendante basée sur la performance.

La pièce a été composée spécialement pour l’espace mystérieux des chambres des boyards de l’Union des travailleurs du théâtre de Russie. Il s’agit d’un espace de créativité, situé en plein centre de Moscou.

La projection sera suivie par la discussion autour du film avec les acteurs et réalisateurs en mode conférence Zoom

Inscription : CLIQUEZ

Conférence – Vidéo

“Chacun à sa manière”

8 adaptations “des Nuits Blanches ” de

Fiodor Dostoievski

Jeudi 11 novembre 2021 19 h

salle de cinéma de la MRSC, Paris 

Conférence artistique en vidéo « Chacun à sa manière »

Huit adaptations à l’écran du roman « Les nuits blanches » de Fiodor Dostoïevski.

Chef de projet Irina Tolpina.

Auteur de l’idée et curatrice Tatiana Soltanovskaya.

  • Oleg Ogiy. En français Yann Sotty.
  • Lyubov Mochalina. En français Natalia Lubimova.

Réalisatrice et scénario Lyudmila Lebedeva.

Auteurs de la conférence Tatiana Soltanovskaya et Irina Krasnova.

Traduction en français Gabrielle de Groër.

Le jour d’anniversaire de F.Dostoïevski — dans la Salle de cinéma de la MRSC à Paris.

INSCRIPTION OBLIGATOIRE

Voyage intellectuel en Russie

Dictée géographique

Samedi 14 novembre à partir e 10h30

  MRSC à Paris au 61, rue Boissière 75016.

La Maison russe des sciences et de la culture à Paris en coopération avec le Centre de la Société russe de géographie en France invitent le public à participer à la Dictée géographique 2021.

La dictée géographique est une action globale de la Société russe de géographie réalisée une fois par an depuis 2015, dans plus de 100 pays du monde simultanément.

Son objectif principal consiste à vulgariser les connaissances géographiques et d’accroître l’intérêt pour la géographie. En 2017, la dictée a pour la première fois acquis une dimension internationale : elle a été écrite dans 25 pays du monde sur 2 224 sites.

Comme d’habitude, des questions intéressantes sur l’histoire des découvertes géographiques, de grands voyageurs, des lieux célèbres et remarquables de la Russie attendent les participants.

Les questionnaires de la Dictée seront disponibles en russe, en anglais et en français.

En 2021, le projet en France a été soutenu par le Conseil de coordination des compatriotes russes en France et le magazine « Klutch ».

La dictée a attiré l’attention de la Société  de géographie de France, la plus ancienne au monde : le célèbre voyageur Jean-Louis Gouraud, membre de la Société, auteur du livre « Le Pérégrin émerveillé », dédié à son voyage équestre de Paris à Moscou, interviendra dans le cadre du programme de la Dictée en France. Il a parcouru 3 333 km en 75 jours.

La dictée géographique est une action familiale dans le cadre de laquelle une leçon de géographie amusante et un quiz sont préparés pour les jeunes géographes. De plus, les enfants peuvent soumettre une demande de présentation et partager leur expérience de  voyage  en  Russie : une géographie aussi vivante en sera la meilleure illustration des manuels et des cartes.

Vous pouvez vous inscrire à la Dictée géographique à Paris ici et maintenant. Pour soumettre la demande d’une présentation (uniquement pour les écoliers), veuillez faire parvenir le formulaire à csrg.fr@gmail.com au plus tard le 10 novembre.

Nous attirons l’attention des représentants des écoles russes sur le fait que toute l’école peut aussi devenir une plateforme de la Dictée géographique. Pour cela, il vous suffira de vous enregistrer indépendamment sur le site Web de la Société russe de géographie ou soumettre une candidature  pour la création d’une telle plateforme à l’adresse : csrg.fr@gmail.com. A la veille de l’action, vous recevrez toutes les informations nécessaires par courriel.

Programme de la Dictée pour adultes :
(MRSC à Paris, Salle de conférence)

  • 10h30–11h00 – enregistrement des participants
  • 11h00 — Dictée
  • 11h30 — conférence de Jean-Louis Gouraud

Programme de la dictée pour enfants :
(MRSC à Paris, Salle de marbre)

  • 11h05 — cours de géographie pour écoliers
  • 11h45 — quiz pour les écoliers

Après une amorce intellectuelle, tous les participants seront invités à un goûter russe.

L’entrée à l’événement est gratuite, sur l’inscription préalable. Le nombre de places est limité. L’entrée à la MRSC s’effectue avec le port du masque obligatoire et le respect des règles sanitaires établies.

Présentation d’un pass-sanitaire en cours de validité et d’une pièce d’identité est strictement requise.

Conférence Ballet russe

Par Natalia Boulatoff, experte en ballet
Lioubov Blok, historienne du ballet.

Mardi 16 novembre 2021 à 19 h

Salle de marbre de la MRSC, Paris

Cette conférence est dédiée à Lioubov Dmitrievna Blok, fille du scientifique russe de génie D. Mendeleev, épouse du poète de génie A. Blok.
Toute sa vie, L. Blok a cherché sa propre voie, elle ne voulait pas rester seulement la fille de D. Mendeleev ou la veuve de A. Blok.
L’héroïne de la conférence est diplômée des cours Bestoujev, a pris des cours de théâtre dramatique, a travaillé en troupes avec Meyerhold, a lu les poèmes de Blok sur scène (elle a été la première à lire le poème “Les Douze” en 1918).
Dans certains rôles, elle a eu un réel succès, mais en général, elle a obtenu peu, a connu de graves déceptions, a perdu confiance en elle pendant un certain temps, mais ensuite, après avoir franchi le seuil fatal de cinquante pour presque toutes les femmes, elle était pour ainsi dire, né de nouveau, a trouvé sa vraie vocation et son vrai don est un don rare d’un historien du ballet classique.
C’est alors que ses premiers articles critiques ont commencé à paraître dans la presse écrite, puis elle a commencé à développer ses principaux sujets.
La danse classique était la passion de Liouba Blok et constituait le sujet principal de ses études d’art. Elle savait tout de la danse classique, plus que quiconque à son époque, plus que quiconque maintenant. Ses connaissances dans ce domaine étaient complètes et encyclopédiques.
Liouba a acquis une compétence professionnelle, très spécifique et, en règle générale, la propriété des professionnels eux-mêmes, danseurs et danseurs de la classe Vaganova, observant longtemps ses cours et aidant Vaganova à écrire le livre “Les fondamentaux de la danse classique“.
Elle  a acquis sa compétence historique par elle-même, principalement à travers ses propres quêtes, ce qui a considérablement élargi le champ du connu et réduit le cercle des problèmes non résolus.
En conséquence, il est devenu possible de créer un cours systématique, de montrer la préhistoire de la danse classique dans l’Antiquité et au Moyen Âge, de retracer son évolution au cours des siècles passés – c’est-à-dire de décrire non pas des jalons individuels, mais un processus continu, le développement de la danse classique dans sa genèse et ses métamorphoses ultérieures. Cet ouvrage, modestement intitulé « L’émergence et le développement de la technique de danse classique », est une encyclopédie du ballet, une épopée d’histoire de l’art.

Natalia Godzina (Bulatova) est une experte en ballet et historienne de la danse. Elle a travaillé comme chercheuse principale au musée du théâtre central de l’État de Bakhrushin AA.
Le compilateur de la collection « Blok L.D. Danse classique : histoire et modernité ” – Moscou : Art, 1987
Auteur d’un certain nombre d’articles sur l’histoire du ballet, publiés dans le célèbre magazine spécialisé “Ballet soviétique”: “Giselle russe”, “Secrets de la chaussure de ballet”, “Maria Taglioni en Russie”, “Fanny Elsler en Russie” , “L’historien du ballet Lyubov Blok”.
“Le travail substantiel de Natalia Godzina (1983), est basé sur l’analyse des chaussures de ballet de Taglioni, tire des conclusions sur la nature de sa danse des doigts”, a été mentionné par l’historienne et critique de ballet Inna Sklyarevskaya dans sa recherche “Taglioni. Phénomène et Mythe.”
Elle participe à des conférences sur l’histoire de la danse classique et du ballet.
L’entrée à l’événement est gratuite, sur rendez-vous (paris@rs.gov.ru). Nombre de places limité.

L’admission à la MRSC  s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies.
La présentation d’un pass sanitaire et d’une pièce d’identité en cours de validité est obligatoire

Concert-conférence

“Les grands compositeurs russes à quatre mains”

Duo de pianistes “Mains” : Alexandra Roshchina et Alain Jacon (Conservatoire de Lyon).

Par le maestro Andrey Shevtchouk .

Mardi 23 novembre 2021 à 19h

Concert “Grands compositeurs russes à quatre mains” dans le cadre du format populaire “Encyclopédie musicale”. dans la continuité d’un concert dédié aux compositeurs russes, qui aura lieu à l’occasion du vernissage de l’exposition de peintures d’I. Repine au Petit Palais de Paris en octobre de cette année, le célèbre duo “Hands” de Lyon présente un programme d’œuvres de SV Rachmaninov, S.V. Prokofiev et I.F. Stravinsky.

Des arrangements pour piano à quatre mains soit par les compositeurs eux-mêmes (“Petrushka” de I. Stravinsky), soit par des pianistes ayant la particularité de jouer à quatre mains (“Roméo et Juliette” de S.V. Prokofiev, “Vocalise” de S.V. Rachmaninov) , donnent le auditeur un plaisir unique de l’intégrité et de l’originalité du texte, tout en préservant la réalité de l’idée de l’auteur.

Le duo d’interprètes franco-russe “Hands” avec la participation d’Alain Jacon et Alexandra Roshchina réunit différentes écoles pianistiques et crée des images sonores uniques, le son orchestral et la profondeur du chant qui se reflètent clairement dans les grandes œuvres des compositeurs russes.

Comme d’habitude, lors du concert “live” au RDNK, il y aura une histoire sur les œuvres interprétées et leurs compositeurs célèbres, présentée par l’auteur et animateur du maestro “Encyclopédie musicale” Andrey Shevchuk.

Russian House invite tout le monde à une soirée musicale.

Entrée libre. Nombre de places limité.

Une pré-inscription est obligatoire (paris@rs.gov.ru).

L’admission à la salle de concert du RDNK s’effectuera avec le port obligatoire du masque durant tout le séjour et le strict respect des règles sanitaires établies en France le jour du concert.

Conférence  pour les 100 ans de Léon Tolstoï

Musée-Domaine de Léon Tolstoï

“Yasnaïa Poliana”

Mercredi 24 novembre 2021 à 18h

Sur le site web de la MRSC

Le grand écrivain russe Léon Tolstoï a vécu à Yasnaïa Poliana pendant près de 60 ans où il a créé les chefs-d’œuvre de la littérature mondiale « Guerre et paix » et « Anna Karénine ».

Depuis juin 1921, le domaine a eu le statut de musée.

Alexandra Lvovna Tolstaïa, fille  cadette de Léon Tolstoï, est devenue la première directrice du musée et a continué l’activité de sa mère Sofia Tolstoï sur la préservation de l’originalité et l’unicité du musée, qui compte environ 43 milles objets appartenant à Lev Nikolaïevitch et à sa famille.

Pendant la Grande guerre Patriotique, grâce aux efforts de la petite-fille de l’écrivain Sofia Andréevna Tolstaïa-Essénina, directrice des musées réunis de Léon Tolstoï, la bibliothèque personnelle de Léon Tolstoï et d’autres pièces exposées ont été évacuées en automne 1941 à l’Université d’État de Tomsk.

Depuis 1994, le musée est dirigé par l’arrière-petit-fils de l’écrivain, aujourd’hui conseiller du Président de la Fédération de Russie, Vladimir Tolstoï. Il a réussi à trouver de nouvelles dimensions du développement du musée.

En 2011, la bibliothèque de Léon Tolstoï est inscrite sur le Registre du patrimoine documentaire mondial de l’UNESCO au programme « Mémoire du monde ».

En 2012, c’est Ekatérina Tolstaïa, épouse de Vladimir Tolstoï, qui est à la tête du musée.

Lors d’une conférence en ligne le 24 novembre sur la plate-forme web de la MRSC, Vladimir et Ekatérina Tolstoï évoqueront les étapes de la création du musée, les principaux jalons de son histoire, les grands projets internationaux, les perspectives du futur développement, l’œuvre de la famille Tolstoï.

Pour Vladimir et Ekatérina Tolstoï, il est important de préserver les liens familiaux de la dynastie Tolstoï, non seulement en Russie, mais aussi à l’étranger. Plus de 300 descendants vivent dans de différents pays du monde. Dimitri Tolstoï, qui vit en France, est également invité à participer à la conférence.

Le président de l’association « Les Amis de Léon Tolstoï » Dimitri Tolstoï venait souvent au Congrès international familial de Tolstoï à Yasnaïa Poliana. Prenant le relais de ses parents Sergueï Mikhaïlovitch et Colette Tolstoï, Dimitri continue fervemment de préserver le patrimoine de Léon Tolstoï en France.

L’invité d’honneur de la rencontre internationale sera le membre de l’Académie française, l’écrivain français Dominique Fernandez. En 2008, Dominique Fernandez est venu à Yasnaïa Poliana. En 2010, ce voyage lui a servi de base pour la mise en œuvre du livre « Avec Tolstoï ». L’auteur y partage son point de vue sur la vie et le style de Léon Tolstoï.

Une autre participante à la rencontre internationale sera Anne Lefol. C’est une célèbre comédienne, artiste, membre du bureau de l’association française « Les Amis de Léon Tolstoï », qui s’est produite à plusieurs reprises sur la scène de la Maison russe à Paris.

En février 2020, elle a présenté la première du spectacle « La Vie dans l’art » avec la comédienne Aloyisia Delahaut d’après les mémoires de Sofia Tolstaïa « Ma vie ».

En outre, Galina Alekseeva (modérateur de la conférence), directeur scientifique du musée-domaine « Yasnaïa Poliana », organisateur de conférences scientifiques internationales à Yasnaïa Polyana, auteur de nombreux articles de recherche sur Léon Tolstoï, ainsi que Galina Ovchinnikova, professeur, responsable des projets de recherche scientifique et pratique  d’étudiant  liés à la traduction de fragments d’œuvres d’écrivains français contemporains sur Léon Tolstoï interviendront lors de la conférence.

Pour participer, l’inscription sur le site de la Maison russe (crsc.fr) est obligatoire.

La conférence Zoom sera organisée en russe et en français avec traduction simultanée et possibilité de communication directe avec les participants.

Dans le même temps, la diffusion pourra être visionnée en direct sur la chaîne YouTube de la MRSC à Paris (sans traduction).

A partir de 18h00 (heure de Paris).

L’enregistrement complet de la réunion sera publié en deux versions linguistiques sur le site Web et sur les pages des réseaux sociaux de la MRSC.

INSCRIPTION EN LIGNE : CLIQUEZ

Concert exceptionnel

“Violon entre les mains d’ un maître”

Pour les 75 ans de Vladislas Halapsis

Jeudi 25 novembre 2021 à 19 h,

Salle de musique de la MRSC, Paris

Le concert de gala du violoniste éminent Vladislav Halapsis aura lieu à la Maison Russe à Paris,  concert unique « Un violon entre  les mains d’un maître », dédié au 75e anniversaire du violoniste et professeur Vladislav Halapsis (Grèce) et aux 50 ans de ses activités pédagogiques et solo.

Le violoniste est né et a grandi en Sibérie. Il a étudié au Conservatoire d’État de Kiev et au Conservatoire Piotr Tchaïkovski de Moscou. À l’âge de 10 ans, il a donné son premier concert solo.
En 1958, il a reçu le premier prix du Concours des jeunes musiciens de la Russie, où il a été écouté par descompositeurs célèbres dont Aram Khatchatourian et Dmitry Kabalevsky.

Jusqu’en 1989, il fut soliste au Bureau des concerts et des tournées d’État de l’URSS « Soyouzconcert ». Depuis 1989, il vit et travaille en permanence à Athènes (Grèce), participe régulièrement à des festivals de musique internationaux. En tant que membre du jury, il participe à des concours internationaux, organise des ateliers et organise avec succès des concerts en Europe, en Asie et en Amérique. De plus, il collabore étroitement avec la FondationInternationale de bienfaisance de Vladimir Spivakov.

Son répertoire contient presque toutes les œuvres importantes pour le violon.

Vladislav Halapsis a donné des concerts monographiques, comprenant six sonates et partitas de Johann Sebastian Bach et vingt-quatre caprices de Niccolo Paganini. Avec la pianiste Alla Halapsis, il a interprété toutes les sonates de Ludwig Van Beethoven, Johannes Brahms, Wolfgang Amadeus Mozart, Franz Schubert, Robert  Schumann, Edvard Grieg et autres.

Il est actuellement professeur de violon et de musique de chambre au Conservatoire historique Athenaeum du Centre culturel international Maria Callas.

D’ailleurs, à l’invitation de l’artiste, d’autres musiciens assisteront également au concert : Igor Lazko, pianiste exceptionnel, lauréat de concours internationaux, professeur du Conservatoire russe Alexandre Scriabine auprès de la MRSC ; Alexandros Halapsis, violoniste et chef d’orchestre, lauréat de concours internationaux, professeur au Conservatoire d’Athènes, fondateur et directeur artistique du Festival international Zeus, représentant officiel de la Fondation internationale de bienfaisance de Vladimir Spivakov en Grèce. Ils seront accompagnés par Polina Streltsova, violoncelliste, lauréate de divers concours internationaux.

Le concert comprendra des œuvres de Johann Sebastian Bach, Tomaso Antonio Vitali, Francesco Maria Veracini, Johannes Brahms, Gaspar Cassado, Dmitri Chostakovitch et Astor Piazzolla. L’interprétation des œuvres de A.Piazzolla sera dédiée au 100e anniversaire de la naissance du compositeur.

Le concert sera animée de nouveau par la musicologue Stela Kalinina, auteur de ce projet.

L’accès à l’événement est gratuit. L’inscription préalable est obligatoire (paris@rs.gov.ru). Le nombre de places est limité.

À partir de 19h00.

L’entrée à la MRSC s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires en vigueur.

Projection du film,

pour 25e anniversaire de l’inscription du lac Baïkal
sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

” Lac Baïkal, derrière le miroir”

La dernière Odyssée du Commandant Cousteau.

Mardi 30 novembre 2021  à 19h

Salle du cinéma et sur le site de la MRSC,  Paris

La dernière Odyssée du Commandant a eu lieu au lac Baïkal.

En présence de Francine Cousteau, présidente de l’Équipe Cousteau et la Cousteau Society, créées par le Commandant.
A la frontière entre Russie orientale et Mongolie, le lac Baïkal, baptisé “la perle de Sibérie”, constitue la plus grande réserve d’eau douce en Asie, inscrit par l’Unesco au patrimoine de l’humanité en 1996 pour la richesse de son écologie. Formé dans une faille au point de rencontre entre deux plaques tectoniques, traversé chaque année par quelque 2 000 séismes, c’est le plus ancien lac au monde. Vieux de quelque 25 millions d’années, alimenté par 336 cours d’eau et riche de près de 15 000 espèces ; faune d’eau douce parmi les plus originales de la planète. Autant de paramètres hors normes, à l’aune des splendeurs saisies par la caméra de Cousteau.
Ce documentaire est aussi l’un des plus fascinants de la collection. Compte rendu – signé par Francine Cousteau et livré par la voix de Pierre Vaneck – d’une entreprise parmi les plus éprouvantes qui furent pour l’équipe et, simultanément, recueil d’images fabuleuses arrachées dans des conditions géographiques et climatiques extrêmes.

En russe et en français.

Dans la Salle de cinéma et sur le site de la MRSC à Paris.

Entrée sur inscription préalable.

Dans le cadre de la littérature

“Dostoïevski, pathologiste
d’une Âme humaine “

par Victor Erofeev

Mardi 30 novembre 2021

Créée par le célèbre écrivain, critique littéraire, animateur de télévision et de radio russe Viktor Erofeev, la série de podcasts de l’auteur est diffusée sur la plateforme et sous les auspices de RIA-Novosti et s’est implantée avec beaucoup de succès en Russie. En 2021, le projet a été lancé avec succès par la MRSC à Paris dans la version française et a reçu des réponses positives de ceux qui s’intéressent à la langue et la culture russe.
En collaboration avec l’écrivain, MRSC à Paris présente les podcasts les plus intéressants mettant en évidence la contribution au développement de la littérature d’éminents éducateurs, écrivains et hommes d’État russes, reflétant les événements les plus importants pour la culture russe et française.
Fiodor Dostoïevski est devenu le héros de la nouvelle recherche.

 « Dostoïevski. Pathologiste d’une âme humaine vivante.”
Fils de docteur, il termine ses études dans une école d’ingénieur. Il n’a pas servi – il s’est entièrement consacré à la littérature, et pour cause.
A 22 ans, il écrit son premier roman, Poor People. Nekrasov et Belinsky étaient ravis de lui.
Pour avoir lu en cercle la lettre Petrashevsky de Belinsky à Gogol, il fut condamné en 1849 à une exécution publique, remplacée par quatre ans de travaux forcés.
De retour de la servitude pénale, il écrit « Notes de la maison des morts ».
De grands romans suivent.
Epileptique, amant malheureux, prédicateur de bonté et voluptueux, il trouve enfin le bonheur familial avec une jeune sténographe.
Il décède en grand écrivain reconnu de tous.

Centre de Russie pour la Science et la Culture
61 rue Boissière, 75116 Paris
Tél : 01 44 34 79 79

Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp

Rock Russe Chez Hammad

Kirill Terr ( Novaia Avstralia)

et Andreï Kamaev

Dimanche 12 décembre 2021 à 19h

Café Chez Ammad, 18 rue Véron, 75018 Paris

ENTRÉE  LIBRE

Après la réussite de l’événement de Cosmos Festival, au théâtre Atalante,

Novaia Avsralia organise un programme d’avant Noël dans le lieu
emblématique de Montmartre :
le café Chez Ammad.

ROCK RUSSE CHEZ AMMAD
 
Kirill Terr (Novaia Avstralia)
et Andrei Kamaev

Partie 1 – “Néo australien Blues”
2 partie -” Nuit de rock russe “
 

CHEZ HAMMAD
18 Rue Véron, 75018 Paris.

Métro: Abbesses (Ligne 12) Blanche (Ligne 2)

Association Matriochka avec l’Association Kalinka

Soirée Gala Russe

Samedi 4 décembre 2021 de 17:00 À 23:00

Salle Adrien Scarantino, 83183 Six-Fours Les Plages 

Grande soirée de musique et de cuisine russes organisée par l’Association MATRIOCHKA, en partenariat avec l’Association Kalinka Marseille.

Conférence sur l’implantation des russes dans le sud de la France par Georges Klimoff, Georges Klimoff, ancien vice-président de l’association d’astronomie Antarès dans le Var, il s’intéressa à l’ufologie également, s’il est seynois, n’a jamais oublié ses origines et dès qu’il parle de la Russie, son regard s’allume. C’est lui qui, lorsqu’il est venu se reposer quelques jours à Bendor, a accueilli et servi de traducteur à Youri Gagarine.

L’animation musicale russe/tzigane par le Duo Kalinka (Viktor & Boris).  Créé à Marseille en 1998 par deux musiciens passionnés, ce duo violon et accordéon d’une extrême précision nous emporte dans la diversité et la richesse des musiques russes, tziganes de Hongrie et de l’Europe de l’Est.
Boris Skhakoumidov, russe établi en France depuis plusieurs années est au chant et à l’accordéon.
Victor Mohacsi, tzigane hongrois fut le soliste des 100 violons tziganes, un violoniste exceptionnel !

 
Salle Scarantino
45 rue du Stade
83140  Six-Fours-les-Plages

Tarifs : 38 € la soirée / 19 € pour les enfants de -12 ans.
Tél : 06 70 09 01 80

Réservation obligatoire avant le 26 novembre.

Vente ART RUSSE

Salle des ventes Favart, 75002 Paris

Mardi 30 novembre 2021 à 14 h

Exposition
Lundi 29 novembre 2021 de 11h à 18h
Mardi 30 de 11h à 12h

EXTRAITS du CATALOGUE

LOT 5 – Konrad FILIP (1874-1940)
Portrait de Vladimir Nikolic de Podrinje (1853-1933)
Huile sur toile. Signée et située en bas à droite. Titrée en haut à droite.
151 x 100 cm
Cadre en bois sculpté et stuc.
Le titre latin de « Supremus comes modrussensis ac fluminensis » (qui comporte une erreur : fiuminensis) est une interprétation flatteuse du terme de Obergespan qui représente plus une fonction administrative et judiciaire qu’un titre nobiliaire : juge en chef du comté de Modrus-Fiume.

4 000 / 6 000 €

k

LOT 11 – Ossip Emmanouilovitch BRAZ (1873-1936)
Novgorod, 1927 Huile sur toile. Titrée, signée et datée en bas à droite.
58 x 75,5 cm
3 000 / 4 000 €

k

LOT 15 – Nikolaï Dmitrievitch MILLIOTI (1874-1962)
Le jardin du Luxembourg à Paris, 1930
Huile sur carton. Signée et datée en bas à droite.
38 x 46 cm
1 800 / 2 500 €

k

LOT 19 – Georges (Gueorgui Alexandrovitch) LAPCHINE (1885-1950)
Les Pâques Russes (à Kolomenskoe?) Huile sur isorel.
Signée en bas à gauche. 65 x 91,5 cm

Provenance :
Ayant appartenu au Directeur de la Pensée Russe.

20 000 / 30 000 €

k

Lot 30 – Boris Abramovitch TCHOUBANOF
(né en 1946) Reflets du ciel, 2018
Huile sur toile. Signée en bas à droite.
Signée, datée et titrée au dos.
65 x 54 cm

600 / 800 €

k

LOT 33 – Victor Alexeevitch BOBROV (1842-1918)
Portrait de petite fille, 1898 Aquarelle.
Signée et datée sur le côté gauche. Au dos du montage, une annotation à la mine de plomb « Marguerite Schauerberg – Despret / enfant ?? »
27 x 22,5 cm (à vue)
Dans un cadre d’origine avec au dos, une étiquette du magasin d’estampes et de tableaux d’Alphonse Felten.
Succédant à son père, Alphonse Frantzevitch Felten (1849 – ?) était un des plus gros marchands et surtout expert en tableaux et estampes de Saint-Pétersbourg. Il avait une passion pour les estampes et les livres rares. Il avait des agents à l’étranger et suivait les ventes aux enchères internationales. son portrait a justement été gravé par V. A. Bobrov.

500 / 600 €

k

LOT 36 – Léopold SURVAGE (Léopold Frédéric Léopoldovitch Stürzwag e dit) (1879-1968) Icône – Vierge à l’enfant, 1944
Caséine sur panneau. Signée et datée en bas à droite.
Annotée au dos : « Bon Dieu je vous adore » avec le dessin d’une tulipe et d’autres annotations au crayon de couleur rouge.
12,5 x 10 cm

2 000 / 3 000 €


k

LOT 45 –  Serge (Sergueï Anatolievitch) KISLAKOFF
(1897-1980) Bâteau de pêche, port de Suède
Encre. Signée en bas à droite. 31 x 39 cm

120 / 150 €


k

LOT 64 – Lettre adressée à Ludwig Moritzovitch [Metzl] lui conférant le titre de Membre d’Honneur de la Caisse d’Épa rgne auprès de
sa maison de commerce Moscou, 20 janvier 1913.
Document décoré sur la gauche par un dessin aquarellé aux armes de Moscou. 38 x 25,5 cm

Ludwig Metzl (1864-1933) est le fondateur de la maison «L. Metzl & Co», première agence de publicité en Russie. Son portrait peint par Léonide Ossipovitch Pasternak se trouve au musée d’Orsay.

100 / 150 €

k

LOT 68 – Texte de la proclamation du couronnement de Nicolas II et Alexandra Feodorovna, 1896 Chromolithographie sur papier couché.
Dessinée par l’architecte Ivan Pavlovitch PETROV-ROPET (1845-1908) et imprimée à Moscou chez un des meilleurs imprimeurs de
l’époque, « A. A. Levenson ». Au-dessous un cartouche d’époque :
« Proclamation distribuée à Moscou / par les Hérauts d’armes le jour du couronnement de S. M. I. / Nicolas II / Don de S. A. I. le grand-duc Alexis ».
40 x 28 cm
Cadre.
Version la plus rare de cette proclamation.

500 / 700 €

k

LOT 81 – Album de photographies d’artistes des
troupes dramatiques, d’opéra et de ballets des théâtres impériaux de Saint-Pétersbourg et Moscou. 1900 – 1910
Épreuves argentiques et sur papier citrate. 100 pages dont la première avec une, 9 avec deux, 77 avec trois et 13 avec quatre photographies, soit au total 302 photographies. Plus de soixante artistes sont identifiés dont
Féodor CHALIAPINE, Léonide SOBINOFF, Alexandre LENSKI, David IOUZHIN, Bogomir KORSOV, Lydia KYASHT, Maria DEÏCHASIONITSKAÏA,
Elisaveta AZERSKAÏA, Antonina NEZHDANOVA, Alma Evelina FOHSTRÖM
Certains sont présents sur plusieurs photographies, en particulier Chaliapine (x 17), Sobinov (x9), Azerskaïa (x 10) etc.
Quelques photographies d’artistes de la troupe de ballets de Varsovie. Une photographie de Serge RACHMANINOV jeune lorsqu’il était chef
d’orchestre du théatre Bolchoï. La grande majorité des portraits est annotée
avec le nom (en russe ou en allemand) et parfois avec le titre de l’œuvre et le rôle tenu.
34 x 22 cm

600 / 800 €

k

LOT 89 – Ivan Yakovlevitch BILIBINE (1876-1942)
[illustrations d’] – Le Tapis Volant. Le Tuyau d’Ivoire et la Pomme
Magique. Conte des Mille et Une Nuits, raconté par Marguerite Reynier (1881-1950), Flammarion, Albums du Père Castor, 1935.
– Conte du Petit Poisson d’Or. Vieux conte populaire russe, raconté par Rose Celli (1895- 1982), Flammarion, Albums du Père Castor, s.d.
[1933]. 24 x 28 cm, 16 pp., agrafé.

200 / 250 €

k

LOT 69 – Opéra Russe à Paris. Théâtre des ChampsÉlysées.
Printemps 1930 Six programmes : Rouslan et Ludmila, Sadko, La
Fiancée du Tzar, La Roussalka, Prince Igor (x2). Couverture illustrée par Ivan BILIBINE.

600 / 800 €

k

117
LOT 117 – Trois programmes de ballets et une plaquette
de danseur.
1) La Danse. Paris, novembre 1920 Numéro 2 de la revue La Danse, entièrement consacrée à la première saison des Ballets Suédois au Théâtre des Champs-Élysées à Paris (23 octobre-6 décembre 1920).
2) Programme de la grande saison des ballets russes de Monte-Carlo au Palais de Chaillot, juin 1939. La couverture d’après Henri MATISSE.
3) Boris KNIASEFF (1900-1975) [consacrée à] Plaquette Boris KNIASEFF – 25 années de danse 1918 -1943 « Éditions-publicité » 1943
4) Ballets des Champs Élysées 1946 Direction artistique de Boris KOCHNO. Maître de ballet Roland PETIT. Exemplaire N° 214

300 / 400 €

k

LOT 125 – Boris Borissovitch BOJNEV (1898-1969)
1) Nu féminin Crayon de couleur. 31 x 24 cm (découpé en trois
morceaux pour servir de notes).
2) Six morceaux de papier avec des notes et pensées, trois avec signature
« Bojnev » et trois avec monogramme « B. » 12 x 16 cm (environ)
3) Un cahier de brouillon Cyrano avec des citations, des éléments
sur l’histoire ancienne et une vingtaine de notes éparses sur des
fragments de papier.

400 / 600 €

k

ICÔNES

LOT 128 – Icône de Saint Nicolas. XVIIe siècle
Tempera sur bois. Basma et oklad en argent. Poinçons : orfèvre « К / ЛР ». Un nimbe en argent et vermeil XIXe siècle est joint.
Poinçons : 84, Moscou, orfèvre « АГ ».
32 x 26,5 cm ; poids brut : 1282 g ; poids du nimbe : 73 g

3 000 / 4 000 €


k

LOT 131 – Icône des 12 fêtes principa les. Fin du XVIIIe siècle
Tempera sur bois. Oklad en vermeil. Poinçons : 84, Moscou, 1788, essayeur
« А•В » (Alexeï Ivanov Vikhliaev) et orfèvre « I•Г » (Ivan Grigoriev).
32 x 26 cm ; poids brut : 1706 g

2 800 / 3 600 €

k

LOT 133 – Icône de la Vierge au Buisson Ardent. Fin du XVIIIe siècle
Tempera sur bois. Oklad en métal argenté repoussé et gravé.
45 x 39 cm

1 500 / 2 000€

k

LOT 148 – Icône de la Résurrection avec les douze principales fêtes de l’orthodoxie. Fin du XIXe siècle
Tempera sur bois. 45 x 37 cm

400 / 600 €

k

LOT 172 – L’Adoration des bergers. Icône en nacre. 1900
Une étiquette portant le cachet du patriarcat orthodoxe de Jérusalem à la cire rouge (daté de 1897) est liée à l’icône par un lacet tressé, portant la mention : « Avec la bénédiction du patriarche de Jérusalem Damian, Pâques 1900. Jérusalem ». Diamètre : 17 cm

Provenance :
Archiprêtre Nicolas (Vassilievitch) Popov (1873-1951). Prêtre de la paroisse de Biarritz et de Pau (1907-1914), puis à Madrid, Nice, Copenhague (où il eut comme paroissienne assidue l’Impératrice douairière Maria Feodorovna), puis de nouveau à Pau avant de finir savie au Maroc.

250 / 350 €

k

LOT 176 – Ciboire en argent et vermeil. XIXe siècle Gravé en façade de la Crucifixion. Manque les ustensiles intérieurs. Poinçons : 84, Moscou, 184.., essayeur « А•? » (Alexandre Antonovitch Kovalsky) et orfèvre
« СД » (Semien Dementiev). 11,5 x 6 x 3 cm ; poids : 122 g

300 / 400 €

k

LOT 177 – Importante pièce de présentation en argent supportant un cristal
d’émeraude, présent de l’Empereur NICOLAS I à Alexandre de HUMBOLDT. Circa 1860.
Un important cristal d’émeraude de l’Oural est inséré dans un présentoir en argent fixé sur un socle hexagonal en bois noirci. Le présentoir en argent est en forme de colline rocheuse avec des éléments de végétation. Six gnomes mineurs y sont figurés : l’un s’extrait d’une galerie, un deuxième escalade la colline, un troisième arrive près du sommet portant une barre à mine et une pelle, un quatrième éclaire la scène avec une torche tandis qu’un cinquième maintient le cristal que le sixième attaque sans doute à la barre à mine (manquante). Les manches des outils et la flamme de la torche sont en or.
Une plaque gravée est insérée en façade entre la colline et le socle portant l’inscription : « Geschenkd. Caren Nicolaus I. an Alex. v. Humboldt. / 1829 » (Cadeau du tsar Nicolas I à Alexandre von Humboldt. / 1829).
Poinçons : aucun poinçon apparent. Le titre de l’argent est du 12 lot (750/1000e) et celui de l’or du 14 K (585/1000e).
Hauteur : 24 cm ; dim. du socle : 28,5 x 23 cm ; Poids brut du présentoir :
2052 g
Dimensions du cristal : 10 x 6,5 x 4 cm ; Poids : 396 g


30 000 / 40 000 €

k

179
LOT 179 – Croix de l’ordre de Saint-Vladimir de III classe. Circa 1960
Bronze doré et émail rouge. Pas de marquage apparent.
5 x 5 cm Usure importante à la dorure.
Ordre de l’Église orthodoxe russe (Patriarcat de Moscou) créé en 1958 pour service rendu à l’église. Il comprend 3 classes. Jusqu’en 1961, seuls les étrangers pouvaient le recevoir. Avant 1961 (?), il ne comportait pas de texte autour du médaillon central.

200 / 300 €

k

LOT 184 – Coiffe en soie brodée. Fin du XIXe ou début
du XXe siècle Probablement Russie septentrionale. Moire de soie crème, brodée de fleurs de soie au point damassé ; résilles de fil d’argent et d’or en applique, galon d’argent. Le bord supérieur est souligné par une rangée de sequins (manques) ainsi que le contour des motifs en façade.
Intérieur en coton. Hauteur : 15 cm ; 26 x 22 cm (le haut de la coiffe)

500 / 600 €

k

LOT 185 – Fabrique de samovar de Egor Alexandrovitch
VANYKINE. Toula, fin du XIXe – début du XXe siècle Samovar à deux rangées de ventilation sur le col. Avec sa cheminée (poignée de remplacement).
Hauteur : 33 cm (sans la cheminée)

180 / 250 €

k

LOT 186 – Manufacture Impériale de Porcelaine Coupe à fruits du service « feuilles de choux ». Petit modèle. Saint-Pétersbourg, 1848-1853.
Porcelaine à décor polychrome de fleurs sur couverte, dorure. Marquage : marque bleue sous couverte de Nicolas I. Marquée « 18 » dans la pâte sur une des deux poignées. Hauteur : 15 cm ; diamètre supérieur : 25 cm ; diamètre au pied : 12,3 cm
Une des pièces du service de 5570 pièces, commandé par Nicolas I pour la salle à manger du grand Palais de Peterhof, salle à manger tapissée en brocatelle bleue au dernier quart du XIXe siècle, ce qui lui a valu le nom de Salon bleu. Le service « feuilles de choux » de Sèvres (circa 1765) a servi de modèle. Le service de la Manufacture Impériale a été augmenté et complété sous les règnes d’Alexandre III et Nicolas II.

3 000 / 4 000 €
Nous remercions Monsieur Maurice BARUCH d’avoir expertisé ce lot.

k

LOT 190 – Paul BUHRÉ Montre oignon en or avec une aigle impériale
appliquée, avec sa chaîne. Dans une boîte d’origine de la maison Buhré.
Porte le numéro 236769, ce qui la date de 1909. L’aigle est une aigle simple avec seulement le ruban de Saint-André émaillé (accident à l’émail).
Cadeau non nominatif provenant du Cabinet de l’Empereur qui pouvait être distribué par des membres de la famille Impériale.
Poinçons de la chaîne : 56 (585 / 1 000), Saint- Pétersbourg après 1908 et orfèvre « FR ».
Diamètre de la montre : 4,7 cm ; longueur de la chaîne : 30 cm ; poids brut total : 116 g Dimensions de l’écrin : 14 x 10,8 x 3 cm
Manque le verre.

2 500 / 3 500 €

k

LOT 196 – Paire de chandeliers en argent. Odessa 1850
Poinçons : 84, Odessa 1850, essayeur « АК » (Appolon Vassilievitch Klechtchev) et orfèvre « Н. САНТ » (Nicolas Santamaria).
Hauteur : 28 cm ; poids : 927 g

1 000 / 1 500 €

k

LOT 202 – Evgueny Lvovitch (Eugen- Johann) NAPS (1848- après 1917)
Fauconnier tsarien Bronze à patine brune.
Signé sur la terrasse « ЛЪП. Е. НАПСЪ » (E. Naps [a] modelé).
Fondeur : pas de signature, mais trace du cachet rond de Woerfell.
Hauteur : 28,5 cm ; dimensions de la terrasse : 20 x 9 cm

1 000 / 1 500 €

k

LOT 206 – Brochette de 7 décorations miniatures en or et argent émaillés montées sur une chaînette. Légion d’Honneur, palmes académiques, Saint-Anne, Saint-Stanislas, Saint-Vladimir, ordre royal de Saint-Sava
(Serbie) et ordre du Double Dragon (Chine).
Fabrication française.
Une croix de Saint-Stanislas miniature uniface en métal doré et émail.
Dimensions des décorations : 12 x 12 mm environ. Longueur de la chaînette : 10 cm (hors épingle) ; poids brut : 11 g

600 / 800 €

k

LOT 208 – Chachka de dragon modèle 1881 / 1909. Pour
officier. Lame de Osman OMAROV, gravée au talon du
monogramme de Nicolas II. Avec sa dragonne (usure).
Longueur : 92 cm

1 000 / 1 500 €

k

LOT 209 – Patte d’épaule de Général-Adjudant de Nicolas II
Général «plein». Avec son bouton et le lacet.
14 x 6,5 cm

800 / 1 200 €

k

LOT 220 – Gobelet en vermeil et nielle, à col évasé
Le corps est souligné aux deux tiers d’une grecque sous laquelle se développe une composition de coquilles, fleurs stylisées et rinceaux sur fond partiellement amati. Poinçons : 84, Moscou, 1836, essayeur « Н•Д »
(Nikolaï Loukitch Doubrovine) et orfèvre « П.С. »
(sans doute Pavel Fedorovitch Sazikov).
Hauteur : 8 cm ; diamètre : 7,5 cm ; poids : 115 g

300 / 400 €

k

LOT 224 – Deux cuillères à sel en argent et émail cloisonné. Moscou. Début XXe siècle Poinçons : 84, Moscou après 1908 orfèvre « ДН » (non répertorié).
Longueurs : 7,8 cm et 7,2 cm ; poids brut : 10 g

180 / 250 €


k

LOT 231 – Sucrier carré polylobé en argent, intérieur vermeil. 1850
Il repose sur quatre pieds boule, et avec une anse mobile.  Poinçons : 84, Moscou 1850, essayeur « А•К » (Alexandre Antonovitch Kovalsky) et orfèvre « САЗИКОВЪ » (Ignaty Pavlovitch Sazikov) avec l’aigle de fournisseur à la Cour. Hauteur : 6 cm ; poids : 227 g

400 / 600 €

k

LOT 237 – Théière balustre en argent. 1880 Le corps gravé de fleurs et feuillages. Poinçons : 84, Moscou 1880, essayeur « А•К »
(Alexandre Stakhevitch Koudrine) et orfèvre « А.К. » (Antip Ivanovitch Kouzmitchev ?). Hauteur : 16,5 cm ; Poids brut : 528 g
Accidents et déformations.

200 / 300 €

k

LOT 249 – Porte-verre en argent estampé « Les cygnes » Poinçons : 875, Bakou, après 1958 et « БЮ .. » (fabrique d’argenterie de Bakou entre 1953 et
1968 ; le chiffre donnant la date a été effacé). Hauteur : 13 cm ; poids : 130 g

60 / 80 €

CATALOGUE COMPLET : CLIQUEZ

ADER, Société de Ventes Volontaires
3 , rue Favart,  75002,  Paris

Courriel : fr-contact@ader-paris.   Site : frwww.ader-paris .
Téléphone : 01 53 40 77 10    –   Fax : 01 53 40 77 20

Pour toutes informations :
Magdalena MARZEC : magda.marzec@ader-paris.fr
Assistée de Marie-Axelle COUPPÉ : macouppe@ader-paris.fr
Téléléphone : 01 78 91 10 08

Expert objets russes:
Nicolas FILATOFF
russie.expertise.ngf@gmail.com
Tél. : +33(0)7 82 55 60 60

Sortie en salle du film

” La Fièvre de Petrov “

de Kirill Serebrennikov

Mercredi 1er décembre 2021

le Film “La Fièvre de Pétrov” a été présenté en compétition au Festival de Cannes 2021.
Du réalisateur Kirill Serebrennikov
Durée 2h25, drame (interdit aux moins de 12 ans)
Avec : Semyon Servin, Choulpan Khamatova, Youri Borisov.

 
Affaibli par une forte fièvre, Petrov est entraîné par son ami Igor dans une longue déambulation alcoolisée, à la lisière entre le rêve et la réalité. Progressivement, les souvenirs d’enfance de Petrov ressurgissent et se confondent avec le présent…
 
Le roman Les Petrov, la grippe, etc., de l’écrivain Alexey Salnikov, établi à Yekaterinburg, a d’abord été publié dans le magazine Volga en 2016, puis a gagné le National Bestseller Award et le prix littéraire « Le Nez » en 2019. Il a suscité en un temps record l’admiration des critiques, mais aussi l’amour des lecteurs. La narration moderniste, le style inhabituel et le langage vivant de l’auteur sont ce qui a attiré avant toute chose Ilya Stewart, le producteur, qui a acquis les droits d’adaptation du livre.
« À ce moment-là, Kirill Serebrennikov et moi étions en train de terminer notre travail sur Leto et nous réfléchissions à ce que nous allions faire après. C’est alors que nous avons eu l’idée d’écrire un script inspiré de ce livre », se souvient Ilya Stewart.
« Par coïncidence, au même moment, Kirill avait organisé l’adaptation sur scène de Les Petrov, la grippe, etc. au Centre Gogol. Ça nous a semblé être un signe du destin, même si, bien sûr, c’étaient des projets totalement différents et indépendants l’un de l’autre. Mais cela montrait combien le
texte d’Alexey Salnikov est riche, car il peut être interprété de façons totalement différentes au théâtre et au cinéma. »
« Les Petrov, la grippe, etc. foisonne de thèmes, de motifs, de points de convergence. Ce roman a la structure d’une symphonie : des intrigues naissent, d’autres meurent, certaines se répètent inlassablement, à l’image de ce qui se passe dans l’esprit du personnage grippé dans le roman… J’adore la narration symphonique de Salnikov », dit Kirill Serebrennikov.
 

Kirill Serebrennikov est né est le à Rostov sur le Don.

En 1992, il est diplômé en sciences physiques à l’Université de Rostov.   Avant même d’avoir terminé ses études, il fait de la mise en scène au studio d’amateurs “69” et à partir de 1990, il fait des mises en scènes remarquées dans différents théâtres. À partir de 1991, il réalise des films pour la télévision de différents types (documentaires, publicités, téléspectacles…). En 1999, il a reçu le Prix national de la meilleure réalisation télévisée TEFI   et, en 2006, le prix du Festival international du film de Rome. En , Kirill Serebrennikov est nommé directeur  du Théâtre dramatique de Moscou, Nikola Gogol.
C’ est un réalisateur accompli, ses films ayant été
projetés dans les festivals de cinéma les plus prestigieux au monde,
tels que Cannes, Venise et Karlovy Vary. Son film Le Disciple (2016) a
concouru dans la section Un Certain Regard au Festival de Cannes
et a remporté le prix François Chalais. Son dernier film, Leto (2018)
a été présenté en Compétition Officielle du Festival de Cannes et
a été largement salué par les cinéphiles du monde entier ainsi que
par la presse, Le Figaro lui décernant sa Palme du coeur. Le film
est également cité dans la prestigieuse liste des meilleurs films de
l’année publiée par les Cahiers du Cinéma.
Kirill Serebrennikov a été le directeur artistique du Gogol-Center
entre 2012 et 2021.
En août 2018, Kirill Serebrennikov a été décoré de l’Ordre des Arts
et des Lettres par la ministre de la Culture Françoise Nyssen pour
sa « contribution significatives aux arts et à la littérature en France
et dans le monde »
Parmi ses œuvres cinématographiques figurent : Jouer les victimes,
Histoires de lit, Jour sans fin à Youriev, Court-circuit (ou Cinq
histoires d’amour), L’Adultère, Le Disciple, et Leto.
Au cours de sa carrière, Kirill Serebrennikov a remporté de nombreux
prix internationaux parmi lesquels le prix Stanislavsky, le prix du
Masque d’or, le prix principal du Festival du film de Rome, le prix
du jury jeune au Festival du film de Locarno, le prix de la mise en
scène au festival Kinotavr ainsi que le prix Europe Nouvelles réalités
théâtrales.

Hommage à Lev Tolstoï

Bibliothèque Raoul Mille, Bibliothèque Louis Nucéa,
Théâtre Francis Gag
NICE

du jeudi 18 novembre au samedi 4 décembre 2021

ENTRÉE LIBRE

Du jeudi 18 novembre au 23 décembre 2021 
 
Bibliothèque Raoul Mille
 
Exposition, (Musée Tolstoï, 15 panneaux retraçant la vie et l’œuvre de l’écrivain; vitrine consacrée à la bibliophilie avec les ouvrages XIX° conservés à la Bibliothèque Patrimoniale Romain Gary; Tchékhov à Nice, chez TolstoÏ, photos de l’époque : 17 reproductions de documents du Musée littéraire Tchekhov de Moscou; tableaux d’un auteur contemporain).
 
Conférence inaugurale par la commissaire de l’exposition
 
Vendredi 19 novembre à 18h
 
En présence de M. Jean-Luc Gagliolo, adjoint au maire et du Dr Christiane Amiel ,adjointe au maire, déléguée aux relations internationales et aux jumelages.

 

” Les Voyages de Tolstoï en Europe”

par M. Sergueï Arkhangelov, Directeur de Musée d’État Léon Toltoï de Moscou

 
Bibliothèque Louis Nucéra
 
Mardi 23 novembre à 15h

Ciné mardi avec
” Anna Karénine”

« Toutes les familles heureuses se ressemblent, chaque famille malheureuse est malheureuse à sa façon » C’est par cette phrase que débute le livre le deuxième grand roman de Léon Tolstoï “Anna Karénine“. Léon Tolstoï a déjà en tête l’écriture de ce roman dès l’année 1870, mais son écriture commence après le suicide près de chez lui d’une femme abandonnée par son amant. Le roman paraît définitivement en 1877 juste après avoir fait l’objet d’une publication sous le mode du feuilleton dans la revue littéraire “Le Messager Russe”.
Cette adaptation d’Alexandre Zarkhi, considérée comme étant l’une des plus fidèles reconstitution du roman de Tolstoï, évoque la tragique histoire d’Anna Karénine. Anna, venue a Moscou pour réconcilier son frere Oblonski et sa femme Dolly, rencontre le comte Vronski, officier du Tsar. Elle s’efforce de surmonter le sentiment qu’elle éprouve pour lui paralysée par la peur d’abandonner son fils Serge qu’elle aime, et son mari, un grand personnage influent de la haute aristocratie.
L’actrice principale, Tatiana Samoïlova, qui joue Anna Karénine est considérée comme faisant partie des meilleures actrices de l’époque en URSS mais aussi en Occident.
Durée : 150 minutes
Acteurs : Tatiana Samoilova , Nikolai Grichenko , Yusuf Özpolat , Vassili Lanovoi , Boris Goldayev, Yuriy Yakovlev, Anastassia Vertinskaia, Iya Savvina.
Images : Leonid Kalachnikov.
Musique : Rodion Chtchedrine.