Informations

 

“ DU GABON à LA RUSSIE “

avec Veronika Bulycheva et Jann Halexander

 Jeudi 6 octobre 2022 à 20 h

Le Portail, 94800 Villejuif

Jann HALEXANDER (chant, piano) & Veronika BULYCHEVA (chant, guitare)

 

Ce sont deux artistes venus d’ailleurs, l’un franco-gabonais, l’autre russe naturalisée française. Les deux sont musiciens auteurs compositeurs et interprètes, chacun a son parcours original : ils présentent et mélangent leurs univers personnels à travers leurs chansons et des dialogues poignants.  L’humour et la tendresse ne sont jamais loin. On se retrouve en face de polémiques actuelles autours des clichés et des préjugés liés à leurs pays d’origine : être biculturel est une fragilité et force à la fois. “Urgence de Vous, du Gabon à la Russie” a été présenté depuis 2019 à Paris, Nantes, Clamart, Triel-sur-Seine, Guéméné-Penfao, Bruxelles…

“Nous sommes deux rives d’un seul fleuve nommé ‘humanité’ ! ”

Véronika BULYCHEVA est née d’un père russe et d’une mère oumourte dans un petit village de l’Oural en Russie. Elle commence des études musicales au lycée de Votkinsk, la ville natale de Piotr Illytch Tchaikovski: elle apprend l’accordéon, le chant lyrique, la direction de chœur et la direction d’orchestre.

Jann HALEXANDER est né à Libreville au Gabon en 1982, initié très jeune au piano il se tourne vers les afts de la scène en 2003. E 2013 il fête ses 10 ans de carrière au théâtre Auguste  (ex Espace la Comedia) à Paris. Il est auteur compositeur et interprète, a déja à son actif plus d’une demi-douzaine de disque.

 

LE  PORTAIL, 77 avenue de Paris
94800 Villejuif

Tarifs: 15 et 12€
Réservation : billetreduc.com & 06 16 13 98 32

Métro :  Villejuif-Léo Lagrange (ligne 7)
Bus : 131, 185, 323.

Exposition Photos Territoires d’industrie

“Un autre regard sur l’industrie”

de Dimitri Tolstoï

du lundi 19 au mardi 27 septembre 2022

Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale, 75006 Paris

Missionné par l’Agence nationale de la Cohésion des Territoires (ANCT), le photographe Dimitri Tolstoï a réalisé des reportages dans une trentaine d’entreprises emblématiques de cinq « territoires d’industrie » : le territoire interrégional de Lacq, Pau et Tarbes, la Vallée de l’Huisne, Saint-Nazaire Cordemais, les Vosges et le Nord-Franche-Comté.

Les entreprises photographiées offrent un aperçu représentatif du territoire, par la filière industrielle dans laquelle elles s’inscrivent, leur savoir-faire spécifique, leur capacité d’innovation, leur rayonnement national voire international. L’exposition « Territoires d’industrie » invite ainsi à découvrir l’industrie française sous un jour nouveau, dans ce qu’elle peut avoir de surprenant ou d’impressionnant. Elle met en lumière, à travers un regard d’artiste, une industrie diverse et innovante, qui mobilise des technologies de pointe et apparaît éloignée des stéréotypes. Elle illustre également l’inscription des activités industrielles dans les territoires ruraux, les villes petites et moyennes : en France, 75% de l’emploi industriel est situé en dehors des métropoles.

BONUS – Expo Territoires d’Industrie off de Dimitri Tolstoi
“Le parcours régional qui m’a été confié par le ministère de l’industrie et par l’agence nationale de la cohésion des territoires,m’a permis de voyager en France dans 5 régions,Tarbes Pau,la vallée de l’Huisne,la Nord Franche Comté,les Vosges et St Nazaire afin de photographier 31 pôles industriels en activité, je voulais également vous présenter mon parcours off, à savoir un clin d’oeil photographique régional de ces 5 régions Françaises.
Venez aussi le découvrir !”

L’organisation de l’exposition à l’Hôtel de l’Industrie est proposée à l’occasion de la présentation du guide Renaissance Industrielle – Faire Renaître l’industrie dans les territoires – Les clés du succès – co-publié avec la Banque des TerritoiresBpifrance, l’ANCT et la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale.

Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale,
4 Place Saint-Germain des Prés,
75006 Paris

Horaire d’ouverture : du lundi au vendredi de 13h à 18h
– Entrée libre

Métro : St Germain des Près (ligne N° 4)

Projection de l’un des derniers films russes

« Flash mob »

Comédie musicale (2021)

Jeudi 8 septembre 2022 à 19 h

MRSC 75016 Paris

 

La Maison russe à Paris vous invite à la comédie musicale « Flash mob »

Le 8 septembre, la Maison russe des sciences et de la culture à Paris invite à nouveau ses spectateurs à la projection de l’un des derniers films russes, qui a été chaleureusement accueilli par le public de notre pays.

Ainsi, la MRSC continue de participer à l’organisation de projections de films non commerciales uniques dans les salles des répétitions de Rossotrudnichestvo à l’étranger.

De nouveau, le célèbre club parisien du cinéma russe, « L’oiseau de feu » fondé en 1950 ouvrira ses portes aux invités de la Maison.

Selon l’intrigue, la comédie musicale « Flash mob » (2021, réalisatrice Aliona Roubinshtein), raconte l’histoire d’une fille, Dina.

C’est une mobbeuse débutante* (une personne de tout sexe, âge, race, religion et statut social qui participe aux actions FlashMob).
La journaliste débrouillarde Dina veut désespérément gravir les échelons de sa carrière et fait tout pour faire plaisir à son patron Konstantin Lvovich.
Elle est amenée à rejoindre un groupe de mobbeurs locaux qui organisent périodiquement des flash mobs dans des endroits inattendus de la ville. Cependant, Dina, en train de travailler sur son reportage, tombe amoureuse du leader du group Dan.
Film en russe avec sous-titres anglais (12+).

Début de projection à 19h00.

L’entrée s’effectue strictement sur inscription préalable.

Veuillez vous munir d’une pièce d’identité qui pourra vous être demandée à l’entrée de la MRSC

Maison Russe des Sciences et de la Culture
61 rue Boissière, 75116 Paris
Tél : 01 44 34 79 79

Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp

Maison russe des sciences et de la culture

Expose Agnessa Lefevre (Mechtchanskaia)

 « Impressionisme floral »

Du jeudi 1 er au vendredi 30 septembre 2022

M R S C , 75016 Paris

Des images de personnalités historiques dans des peintures à base de fleurs et de feuilles seront présentées à la Maison russe à Paris

 Une exposition unique d’œuvres d’une talentueuse artiste russe de France.

Elle est la fille d’un professeur d’astronomie russe, elle-même de formation scientifique, journalistique et réalisatrice pour la télévision russe, réside en France depuis 1981  Agnessa Lefevre (Meсhtchanskaïa), elle a aussi été journaliste et réalisatrice pour la télévision russe. Alors qu’elle faisait partie de l’élite scientifique russe, elle a rencontré des artistes qu’elle a aidés à vivre mieux. D’où son engagement dans la presse et les films.

C’est au cours d’un tournage, sur un invalide paralysé, ancien intellectuel qui se retrouvait dans une chaise roulante, s’exprimant au moyen de fleurs séchées, qu’elle a découvert en 1981, cette forme de collage qui est très vite devenu une passion, choisissant des matériaux naturels (tels que feuilles et fleurs) comme palette et moyen d’expression.

Depuis lors, Agnessa Lipmanovna est devenue l’auteur d’un grand nombre d’excellents ouvrages floristiques. Des images vives de Youri Gagarine, d’Alexandre Pouchkine, d’Ivan le Terrible, de Van Gogh et d’autres personnalités célèbres ont été exposées à plusieurs reprises en France.

 

Ses créations sont des plus originales, à base de collages de fleurs séchées. Elle qui vit dans la campagne de Saint-Hilaire-Fontaine, se sert aussi des éléments présents dans son environnement : feuilles, mousses d’arbres, plumes ou encore paille.

Les paysages l’inspirent, mais aussi les visages connus de sa double culture, Gainsbourg, Piaf, Van Gogh, ou encore Tolstoï. Et l’Égypte et ses personnages plein de mystères, Néfertiti ou Toutânkhamon.

Agnessa a connu une vie professionnelle prestigieuse, comme ingénieure scientifique ; elle a étudié les cratères lunaires, puis a été journaliste et auteur de téléfilms en Russie. Elle s’est installée, en France, il y a 32 ans et s’amuse aujourd’hui avec le dessin ; « Cela m’était interdit enfant ».

 

Maison Russe des Sciences et de la Culture
61 rue Boissière, 75116 Paris
Tél : 01 44 34 79 79

Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp

Exposition exceptionnelle de photographies avec

Galina Oulanova

“L’âme du  mouvement – le mouvement de l’âme”

Jeudi 1er au 30 vendredi septembre 2022

CSCOR, 75007 Paris


L’exposition photo consacrée à Galina Oulanova a été élaborée par le Musée théâtral d’état A. Bakhrouchine en utilisant sa riche collection photographique.
Galina Sergueïevna Oulanova (Галина Сергеевна Уланова) est née en 1910 à Saint Pétersbourg, décédée en 1998 à Moscou, dans une famille de  danseur, Elle commence au ballet Kirov de Léningrad en 1928 une carrière qui se poursuit au ballet du Bolchoï de Moscou de 1944 à 1960. Elle est la première ballerine d’URSS à recevoir le titre de Prima ballerina assoluta, conféré autrefois du temps des tsars à Mathilda Kschessinska. Elle quitte la scène en 1960, mais reste une des enseignantes du Théâtr Bolchoï.

Première danseuse en 1931, elle triomphe dans Giselle (1932), dans Roméo et Juliette (1940). Prima ballerina en 1944, elle rejoint le Bolchoï, où elle crée La Fontaine de Bakhtchissaraï (Assafiev, Zakharov) en 1944 et La Fleur de pierre (Prokofiev, Lavrovski) en 1954.

* « Une déesse ordinaire », disait Alexeï Tolstoï à propos d’Oulanova.
« Une personne d’une autre dimension » l’appelait Sergueï Eisenstein.
« Le génie du ballet russe, son âme insaisissable, sa poésie inspirée » –
Sergei Prokofiev.

Elle a interprétée les rôles d’Odette-Odile dans Le Lac des cygnes et de Cendrillon. Dès 1962  elle se consacre à la formation des étoiles à l’école  du Bolchoï.

Galina Oulanova fut la danseuse russe la plus prestigieuse de sa génération, une interprète d’une grande élévation qui sut lier expressivité et sobriété. Elle profita du travail d’épuration du style théâtral, adoptant des demi-gestes qui coupent l’emphase. Détachée de tout prosaïsme, dans Giselle, elle dansait jusqu’au moindre geste, interprétant avec naturel le passage de la joie au malheur.

Le musée du théâtre central d’État AA Bakhrouchine est un musée de Moscou dédié au théâtre. Il a été fondé en 1894 par le marchand et philanthrope russe Alexey Bakhroushine.
La Grande Encyclopédie soviétique le caractérise comme le plus grand musée de théâtre au monde. Ses collections sortent rarement de Russie.

Centre Culturel et Spirituel Orthodoxe Russe
1 Quai Branly, 75007 Paris

Ouvert du mardi au dimanche de 14h à 19h
 
Lieu : Salles d’exposition aux 1er et 2ème étages du bâtiment Branly
 
Entrée libre
 
ACCÉS : Métro Alma-Marceau (ligne 9)
RER C : Pont de l’AlmaOuvert du mardi au dimanche de 14h à 19h

Soirée Exceptionnelle

Ballet National de Géorgie “Sukhishvili”

Samedi 12 novembre 2022 à 19h

au Dôme de Paris, Palais des Sports 75015 Paris

Dès les premiers jours de sa création, ballet “Sukhishvili” est invité pour représentations partout dans le monde entier, surprenant les habitants du globe avec ses danses exceptionnelles. Plus de 90 millions de spectateurs ont regardé leurs grandes performances – on peut dire «le succès du siècle».

Chaque année, la troupe donne environ 300 spectacles. Sukhishvili, un nom Georgien, est facile à lire dans différentes langues, et les billets avec ce nom internationalement connu sont vendus en quelques jours à plus que 100 pays à travers le monde. « Sukhishvili » offre au public des émotions vraiment fortes et vives.

Le ballet géorgien légendaire “Sukhishvili” viendra à Paris ! On l’appelle “La huitième merveille du monde”, “Meilleur spectacle de Broadway”, “Ouragan sur scène”, “Magie géorgienne”, “Phénomène unique”, “Danses dangereuses d’hommes géorgiens”, “Œuvre d’art parfaite” etc.

Ne ratez pas l’occasion! Les billets sont déjà en vente.

C’est en 1960 que le Palais des Sports (rebaptisé Dôme de Paris – Palais des Sports en 2015) ouvre pour la première fois ses portes au public. Œuvre de l’architecte Pierre Dufau, la salle est une véritable prouesse technique : il s’agit du plus grand dôme autoportant en alliage léger au monde. Sa salle modulable de 2 500 à 4 000 places en forme d’arène offre une excellente visibilité et est plébiscitée par les artistes comme les spectateurs pour sa chaleur et sa dimension humaine.

Le Dôme, Palais des Sports.
34 Bd Victor, 75015 Paris

Accès : Porte de Versailles

Réservation: CLIQUEZ

Tarifs: à partir de 79 €, cat.2 = 68€ cat.3 = 56€ Tarif normal : 37

80e anniversaire du match de football dramatique de 9 août1943

Projection de

 « Match » (réalisateur Andreï .Malioukov)

Jeudi 11 août 2022 à 18h

En usse sous titré en français

La projection du film « Match » (réalisateur Andreï.Malioukov, Russie, Ukraine, 2011) dans le cadre du célèbre ciné-club parisien « L’Oiseau de feu » (fondé en 1950) est prévue à l’occasion du 80e anniversaire des événements dramatiques décrit dans le film.

La vie de Nikolaï Ranevitch (Sergueï Bezroukov) est plutôt une réussite : Nikolaï est le gardien de but et la star du Dynamo Kiev, remporte triomphalement une victoire après l’autre, et sa femme bien-aimée, l’enseignante Anna Shevtsova (Elizaveta Boïarskaya), l’inspire à des exploits sportifs.
Mais en 1942, il est allé au front — la guerre battait son plein. Il est capturé par les Allemands et perd soudainement la chose la plus précieuse — la liberté, l’amour et la possibilité de jouer au football.
Pour sauver Nicholas, Anna fait un pas désespéré.
Mais le prix de ce salut est trop élevé — maintenant, ils ne peuvent plus être ensemble.
Après sa libération, Ranevitch a l’opportunité de réintégrer le terrain : les Allemands organisent un championnat entre les équipes locales et l’équipe de la Wehrmacht.
Les Kieviens devraient perdre en signe d’obéissance à l’Allemagne fasciste, mais Nikolai a des plans complètement différents pour ce match.

Film en VO sous-titré en français (16+). Dans la Salle de cinéma et sur le site-web de la MRSC à Paris.

Début à 18h00 (Paris). Le film dure trois heures.

L’inscription préalable est obligatoire.

Veuillez vous munir d’une pièce d’identité qui pourra vous être demandée à l’entrée de la MRSC.

Maison Russe des Sciences et de la Culture
61 Rue Boissière, 75016 Paris
Tél : 01 44 34 79 79
Inscription gratuite : CLIQUEZ

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp.

Dans le cadre du programme “Art du Cinéma Russe”

projection du film

 “Le BOLCHOÏ ” (Большой) 2017 de Valéry Todorovski

Samedi 27 août 2022 a 17h

Kino – Théâtre Alexandre III, 06400 Cannes

Entrée gratuit, inscription obligatoire

La projection organisée par l’association “LES SAISONS RUSSES” et soutenue par la Société de production de Valéry Todorovski, l’association franco-russe Perspectives et Cinématique In Cinéma.

  • Réalisation : Valeri Todorovski
  • Scénario : Anastassiya Palchikova et Illya Tilkine
  • Directio artistique : Vladimir Gooudiline
  • Costume : Aleksander Ossipov
  • Photographe : Sergey Mikhalchuk
  • Montage : Alexeï  Bobrov
  •  Musique : Anna Droubitch et Pavel Karmanov
  • Avec : Alissa Freindlich (Beleckaya),  , Valentina Telichkina (Untilova), Aleksandre Domogarov (Potockiy), Margarita Simonova, Nicolas Le Riche (Antoine), Anna Issaeva, Nikolaï Katchourova , Irina Savitskova .
  • Genres : drame. Durée : 2h10
  • Version : VOSF (Version originale sous titré français)
  • Âge : à partir de 12 ans

    Film avec la participation de Nicolas Le Riche danseur étoile de l’Opéra de Paris.

Bolchoï,  Son univers impitoyable. Ne vous fiez pas à leurs silhouettes éthérées et à leurs tutus vaporeux : les ballerines sont des tueuses. Derrière la grâce et la beauté, un monde sombre s’agite. La concurrence est féroce pour arriver dans la lumière. Tant d’espoir et si peu d’élues. Travail acharné et sacrifices ne suffisent pas toujours. En coulisses, coups bas et remarques perfides sont de mise. Pas de pitié pour les faibles. Toute rivale potentielle devra être écartée.
Nous suivons ici le parcours des futures étoiles Youlia et Karina, de l’école du ballet jusqu’à la scène suprême. Trois périodes s’entremêlent : apprentissage, préparation du spectacle diplômant et la suite. Deux destins pour deux filles que tout oppose : province reculée, origine prolo et corps robuste pour l’une ; Moscou la grandе ville, famille aisée et grâce féline pour l’autre. Et en danseuse de légende devenue maître de ballet crainte et respecté, Alissa Freindlich arbitre ce pas-de-deux violent et réaliste. Et pour ceux que la gloire quitte, les doutes et les regrets

  • Youlia Olchanskaïa, jeune et talentueuse danseuse qui a grandi dans une petite ville minière, a tiré « un billet gagnant » : elle a été remarquée par Pototski, un ancien danseur qui lui prédit un grand avenir de ballerine, digne de la salle la plus prestigieuse du pays. Mais tout diamant brut demande à être taillé et le chemin vers le Bolchoï passe, pour Youlia, par l’école de ballet où elle est prise en charge par une professeure fantasque, la très sévère Galina Beletskaïa. Devenir une étoile exige des sacrifices inouïs et Youlia fait l’expérience que le ballet classique, ce ne sont pas seulement les tutus blancs, les loges dorées et les rubans de soie qui glissent. Mais aucun obstacle ne peut arrêter celle qui a un Grand Rêve.

    Le réalisateur Valeri  Todorovski est né le 9 mai 1962 à Odessa. Réalisateur, acteur, scénariste et producteur, diplômé du VGIK, diplomé de l’Institut national de la Cinématographie en 1984 dans le département du scénario. Finaliste au Forum du Cinéma de Yalta de 1994 avec le film L’Amour. Depuis le 5 mai 2000, Valéri occupe le poste de directeur pour la production cinématographique de la chaîne de télévision Télékanal “Russie” (RTR).

Son film Le Blochoï a obtenu :

  • Le Prix du meilleur scénario au 16ème Cérémonie des Aigles d’Or .
  • Le Prix de la meilleure actrice dans un second rôle au 31ème cérémonie des Nika pour Beleckaya interprétée par Alissa Freindlich,  et le Prix du meilleur son.

    Entrée Gratuite, Inscription obligatoire :

     07 81 99 91 81

Théâtre Alexandre III
19 boulevard Alexandre III
06400 Cannes

Inscriptions et Renseignements :  07 81 99 91 81

Dans la première section (section 1 : catégorie adulte – poésie), nous vous proposons d’exprimer vos talents par la traduction d’une œuvre poétique de Isaak BRODSKY, « LA SOLITUDE ».

Isaak Alexandrovitch BRODSKY est un poète russe, lauréat du prix Nobel de littérature (1987). Il est considéré comme le dernier classique du 20ème siècle. Sa vie compliquée et son parcours créatif ont débuté à Saint-Pétersbourg (Leningrad) pour s’achever par l’émigration en Amérique.

À l’âge de 19 ans, il écrit le poème « LA SOLITUDE». Cette œuvre est pour le jeune poète une sorte d’introspection pour tracer son chemin, à 20 ans il anticipe déjà combien difficile serait son parcours poétique.

 

Les deuxième et troisième sections concernent la prose contemporaine d’écrivains russes actuels. Ils sont connus en Russie et mais pas encore assez à l’étranger. Il est possible que certains parmi vous les connaissent déjà, mais leurs œuvres restent largement à découvrir.  Nous ne faisons pas de parallèle littéraire entre ces auteurs et ne cherchons pas à les relier par un thème commun.

L’objectif est plutôt de découvrir leurs œuvres et leurs personnalités. Quel sera l’avenir de ces écrivains, seront-ils considérés comme des classiques des 20ème et 21ème siècles ? L’avenir nous le dira…  Comment devient-on des classiques ? Nous évoquerons ce sujet et bien d’autres lors de la dernière étape de notre concours de traduction.

 

Section 2 : Catégorie adulte – prose. Un extrait du roman « LAVR » ou « LES QUATRE VIES D’ARSENI », d’Evgueni VODOLAZKINE. Le roman « LES QUATRE VIES D’ARSENI » s’apparente à une vie de saint écrite dans le langage littéraire moderne. L’écrivain lui-même caractérise son œuvre comme un roman non historique. La particularité de ce roman réside dans le fait que les moyens linguistiques modernes, et parfois l’argot, alternent avec du russe ancien. Cette combinaison est parfois très inattendue et évite la lourdeur d’un roman historique.

Eugène Vodolazkine, docteur en philologie et spécialiste de la littérature et de la langue russes médiévales, jongle avec le langage de la narration dans son roman, ainsi qu’avec les époques temporelles. Le temps dans le roman n’est pas linéaire. L’un des messages de ce roman, selon l’auteur lui-même, est que le temps n’existe pas.

« LAVR » ou « LES QUATRE VIES D’ARSENI » est devenu le lauréat de nombreux prix littéraires prestigieux et à été adapté dans une pièce de théâtre. Le roman a été traduit en plusieurs langues.

Le héros du roman, Arseni, est un guérisseur médiéval qui n’a pas pu sauver sa bien-aimée, morte en couches avec leur bébé. Arséni décide de lui consacrer sa vie terrestre et se sacrifie constamment pour expierson péché et sauver son âme, puisqu’elle est morte sans confession. Il se rend en pèlerinage à Jérusalem avec son ami Ambrojo. Le passage proposé est consacré à leur arrêt sur le chemin de Jérusalem.

Section 3 : Catégorie enfants – prose. Extrait du roman de Boris AKOUNINE « LIVRE POUR LES GARÇONS ». Boris AKOUNINE est un écrivain, traducteur, spécialiste du Japon et personnalité publique russe, surtout connu pour ses romans policiers. Le héros de ses romans est Eraste FANDORINE, un enquêteur perspicace et observateur. L’œuvre choisie raconte l’histoire d’un élève de sixième qui vit une vie ordinaire jusqu’à ce que des choses incroyables commencent à lui arriver.

 

Nous espérons que dans la variété de nos propositions pour la  traduction vous trouverez un passage intéressant et ce qui vous donnera l’occasion de vous familiariser avec ces auteurs.

Nous souhaitons une beaucoup d’inspiration et bon courage à tous les candidats !

Contacts et renseignements : concours.traduction.nany@gmail.com

Pour le 150e anniversaire de la naissance de l’explorateur

polaire Roald Amundsen, documentaire

“Exploit dans les glaces”

par Boris Dvorkine, réalisateur

Jeudi 21 juillet 2022 à 17h 30

Sur le site Web de la MRSC, en russe.

Pour le 150e anniversaire de la naissance de l’explorateur polaire Roald Amundsen.

Documentaire « Exploit dans les glaces » (URSS, 1928)

Sur le sauvetage de l’expédition d’Umberto Nobile avec participation de l’expédition de recherche de Roald Amundsen.

Le film présente par Boris Dvorkine, réalisateur, membre de l’Union des cinéastes de Russie, auteur et producteur du projet « Héros inconnus du Nord ».

Un film documentaire de 1928 et une conférence sur les 150 ans de Roald Amundsen sont disponibles sur le site de la Maison russe à Paris

En collaboration avec la Société russe de géographie et la salle de conférence de Moscou, nous continuons à montrer des documentaires sur le développement de l’Arctique à partir de la collection des archives russes cinématographiques et photographiques d’Etat.

L’événement est organisé par le studio « Pozitiv-Film » dans le cadre du projet « Les héros inconnus du Nord » financé par la Fondation des bourses présidentielles avec le soutien de la Société russe de géographie.

En 1928, le constructeur italien de dirigeables Umberto Nobile fait une nouvelle tentative pour atteindre le pôle Nord.

Le dirigeable est parti de Svalbard. Dans la nuit du 23 au 24 mai, « L’ Italia » passe au-dessus du pôle. Le dirigeable n’a pas pu descendre à cause des vents violents, il a plané à une altitude d’un kilomètre à une vitesse d’environ 50 km/h. Jusqu’à présent, tout s’est bien passé en général, et « L’Italia » a pris le cap de retour. Cependant, c’est là que les vrais ennuis ont commencé.

Tout d’abord, le dirigeable est entré dans un band de brouillard épais. Il a dû descendre et planer à une hauteur de seulement 150 mètres. « L’Italia » a commencé à être recouverte d’une croûte de glace. Le 25 mai 1928 vers onze heures et demie du matin , « L’Italia » complètement glacée a commencé à descendre de manière incontrôlable. Avec un terrible crash, le dirigeable s’est écrasé contre des bancs de glace. La nacelle du moteur s’est séparée du dirigeable après quoi ce dernier, déjà plus léger, est parti dans le ciel, emportant six personnes qui ne pouvaient plus le contrôler.
Personne ne les a jamais revus.

Deux voyageurs, Nobile lui-même et un mécanicien, se sont cassé les jambes, le météorologue Malmgren s’est cassé le bras. Les autres s’en sont sortis avec des blessures moins graves, mais à ce moment-là neuf personnes, dont trois gravement blessées, et le chien du capitaine sont restés sur la glace. Une partie importante de l’équipement s’est envolée sur « L’Italia » maudit.

Pendant ce temps, Malmgren et deux autres explorateurs polaires ont eu l’idée de se rendre seuls au bord de la glace. Nobile n’a pas aimé ce plan, mais les membres de l’équipe l’ont convaincu d’autoriser la prospection. Trois sont sortis, dont l’énergique Malmgren. Les six autres se trouvaient dans des conditions extrêmement difficiles. Rester assis sous une tente pendant des jours, mal nourris, est une épreuve importante, même si la mort de faim ne les menaçait pas. Le pire était l’inconnu : Biaggi émettait encore et encore des signaux par ondes que personne ne recevait.

En URSS, ils ont réagi à la perte de « L’Italia » presque plus vivement qu’en Italie même. Les Russes avaient une vaste expérience dans toutes sortes de travaux dans l’Arctique, ils ont donc rapidement compris ce qui se passait. Un comité spécial d’Osoaviakhim (la Société pour la promotion de la défense, de l’aviation et de la construction chimique) a été formé pour sauver l’équipage de « L’Italia ». Le 3 juin, Nikolaï Schmidt, radioamateur de vingt-deux ans, du village de Vokhma, a capté un signal envoyé par l’opérateur radio italien. Schmidt a immédiatement envoyé un télégramme à Moscou, d’où le message est rapidement transmis à Rome. Les coordonnées ont été transmises de la banquise. Plus de mystère sur le site du crash de « L’Italia », désormais il s’agissait d’une opération de sauvetage.

Les brise-glaces « Malyguine » et « Krassine », des pilotes polaires soviétiques et étrangers, dont l’équipage de Roald Amundsen, ont pris part à des événements ultérieurs non moins dramatiques.

Début à 17h30 (heure de Paris).

À propos de l’intervenant : le film est présenté par Boris Dvorkine, réalisateur, membre de l’Union des cinéastes de Russie, auteur et producteur du projet « Héros inconnus du Nord » financé par la Fondation des bourses présidentielles avec le soutien de la Société russe de géographie.

Site Web de la MRSC à Paris : https://crsc.fr

Exposition de peintures 

«Lumière de Russie»

d’Oleg Jouravlev

Jusqu’au dimanche 31 juillet 2022

Grille extérieures MRSC, 75016 Paris

Du 1er au 31 juillet, en plein été caniculaire et à la veille de la Journée de la famille, de l’amour et de la fidélité, nouvelle exposition de peinture intitulée « La lumière de Russie ».

Ses peintures du cycle « La Russie, sa nature et ses curiosités » seront présentées sur les panneaux extérieurs de la Maison russe. Les vues de la petite ville de Ples occupent l’une des places importantes dans cette série. Ples, située sur le fleuve Volga dans la région de la ville Ivanovo, est un lieu de curiosité russe célèbre où habita et travailla le peintre russe Isaac Lévitan.

Oleg Jouravlev est l’un des plus brillants successeurs des traditions du réalisme russe, à l’époque de l’art russe moderne. Jouravlev promeut aussi les succès de l’art domestique à l’étranger.

L’artiste est né en 1981 dans la ville de Fourmanov (région d’Ivanovo) dans la famille du peintre.

En 2003, il est diplômé de l’École régionale d’art d’Ivanovo Mark Malioutine, et en 2009 diplômé de la faculté de peinture de l’Université d’art d’État de Vassili Sourikov de Moscou.

Membre de l’Union des peintres russes (2012), de l’Union Créative des peintres russes (2004), de l’Union des peintres de Moscou et de la Société russe de géographie (2014), membre correspondant de l’Académie internationale de la culture et des arts.

Le commissaire des projets de plein-air russes et internationaux qui a bien réussi avec « Le Bruit vert 2012 », « Green noise 2012 Cyprus », « Le Bruit vert 2013 », « Le Bruit vert 2014 », « Mercredi du cocher (Sereda Yamskaya) – V », « La Baie d’Or – 2015 », « Le Fleuve du temps — (2015–2017) », « Le Collier des Manoirs de la Banlieue de Moscou » (2014–2019), « La Fidélité » (2018–2019).

Il est connu comme un chef de projets à grande échelle, de projets internationaux, y compris de plein-air, de la Fondation des initiatives sociales et culturelles de Svetlana Medvedeva (2010–2017).

Jouravlev a fait partie plusieurs fois du jury du concours nationaux d’œuvres d’art « La Famille — l’âme de la Russie » de la Fondation d’initiatives sociales et culturelles consacrée à la fête nationale « La Journée de la famille, de l’amour et de la fidélité » (2017–2020).

L’artiste a fondé et préside le Club d’Art « Tradition », qui s’emploie activement à promouvoir de jeunes talents et qui propose des initiatives culturelles significatives dans la diversité géographique russe.

Il crée et supervise divers projets internationaux de la promotion de la tradition de la peinture russe, des programmes de développement du réalisme russe à l’étranger (en Bulgarie, en Italie, à Chypre, aux Pays-Bas, aux États-Unis, en France, etc.).

.

Oleg Jouravlev est auteur d’autres cycles thématiques : « Moscou », « Crimée », « Souzdal » et « Diveevo », que la MRSC à Paris souhaiterait présenter également à ses spectateurs à l’avenir.

La Maison russe à Paris remercie Galina Azéeva, président du Conseil d’administration du bureau régional d’Ivanovo de la Fondation publique internationale « Fondation russe pour la paix », notre ancien partenaire actif, pour son excellente idée de la tenue du projet artistique d’Oleg Jouravlev à Paris et de son accompagnement organisationnel.

Maison Russe des Sciences et de la Culture
61 rue Boissière, 75116 Paris
Tél : 01 44 34 79 79

Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp

Documentaire pour son 350ème anniversaire

 « Pierre le Grand. Histoire avec une voix française »
Par Andreï Kiyanitsa (documentaliste)

Mardi 5 juillet 2021 à 19h

Sur le site de la MRSC de Paris

Ivan Chouvalov, conseiller de l’impératrice Elisabeth 1er (Petrovna), a persuadé Voltaire d’écrire la biographie de Pierre le Grand.

Les archives du célèbre philosophe et libre penseur Voltaire acquises par le Trésor public russe se trouvent actuellement en Russie.

projection en ligne du documentaire « Pierre le Grand. Histoire avec une voix française », réalisé avec le soutien de la Fondation « Histoire de la Patrie ».

Il y a 340 ans, le 5 juillet 1682, le couronnement d’un garçon de dix ans, Pierre (le Grand), futur premier empereur de la Russie, a eu lieu. C’était lui qui était destiné à changer radicalement le cours du développement de la Russie, à établir et à renforcer les liens diplomatiques avec les pays européens.

Le documentaire d’Andreï Kiyanitsa racontera comment Ivan Chouvalov, conseiller de l’impératrice Elisabeth Ier (Petrovna), a persuadé Voltaire, principal libre penseur d’Europe, d’écrire la biographie de Pierre le Grand, comment ce processus se déroulait et comment la Russie était présentée dans ce livre.

Qui d’autre a eu une influence aussi forte sur les esprits européens que Voltaire ? Qui a pu glorifier la Russie et Pierre mieux que Voltaire ? Surtout qu’une fois, le premier écrivain des Lumières a proposé « d’ériger un monument pour glorifier Pierre en français, la langue que presque tous les cours européens parlaient ».

Ivan Chouvalov a passé la commande du livre par les ambassadeurs. Après, il a fallu près de vingt ans à Voltaire, l’intellectuel le plus ironique et le plus scandaleux des Lumières, pour écrire « Histoire de l’Empire Russe sous Pierre le Grand ».

Il peignait sa toile historique avec de larges coups de pinceau, il savait qu’elle pourrait plaire au public européen et il ne s’est pas trompé.

« Histoire de l’Empire de Russie sous Pierre le Grand » a eu un grand succès. « Votre plume vaut le coût de toute l’armée », a écrit Chouvalov tout à fait satisfait à l’auteur.

Toutes les archives de Voltaire ont été acquises par le trésor russe et se trouvent actuellement en Russie.
La Bibliothèque de Voltaire est l’une des collections les plus précieuses et en outre un monument de la politique culturelle de Catherine II. C’est seulement grâce au fait qu’elle a acquis cette collection que cette bibliothèque est la seule des bibliothèques françaises du XVIIIe siècle qui a été conservée dans son intégralité pour des chercheurs et des lecteurs contemporains.

Un important groupe international d’experts prend part au documentaire de recherche : des chercheurs de la Bibliothèque nationale de Russie, du Musée historique D’État de Moscou, de l’Université nationale de recherche D’État de Saratov, de Institut de l’Académie des Sciences de la littérature russe et de l’Université de Lyon (Université Lumière Lyon 2).

Le film sera projeté pour la première fois en France.
La traduction en français a été réalisée par la MRSC à Paris.

Nous apprécierons les avis et les commentaires des spectateurs après la projection du film (paris@rs.gov.ru).

Pour le centenaire de la Cathédrale Saint Alexandre Newski

Liturgie présidée par son Éminence le Métopoilte Jean
entouré des évêques et du clergé de l’Archevêché

Dimanche 26 juin 2022

Rue Daru, 75008 Paris

Liturgie suivie d’un Buffet.
Conférence vers 14h30

Par Oleg Kobteff, ancien professeur au ST Herman Theoilogical Seminary à Kodiak (Alaska)

Franco-américain avec des liens familiaux avec de nombreuses régions frontalières de la Russie et de l’Ukraine, il est titulaire de diplômes d’histoire et de géographie de l’Université Panthéon Sorbonne où il a obtenu son doctorat (1981-1985). Il a travaillé comme assistant de recherche à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (1993-1995) et au Collège de France (1995-1999).

Ses connaissances pratiques et théoriques sur la recherche en géographie historique française, américaine et slave l’a conduit à effectuer des missions pour le Centre Nationales d’Études Spatiales (rencontres franco-soviétiques), le US National Parks Service et des institutions scientifiques en Alaska où il a enseigné pendant quatre ans au sein d’une communauté autochtone, a co-fondé un musée et un grand magazine d’affaires maritimes.

Présentation du site internet pour le centenaire .

Diffusé sur la chaine Youtube de la cathédrale : Cliquez

Cathédrale Saint Alexandre Nevsky
12 rue Daru, 75007 Paris

Métro : Ternes ou Courcelles

Comédie musicale

” La Glace ” Лед

d’Oleg Trofime

Jeudi 23 juin 18h 30

sous titré en français

Salle de Cinéma de la MRSC, 75016 Paris 

Avec le soutien de l’Association franco-russe « Perspectives » et de la Cinémathèque « In Cinéma » (Marseille).

«La glace»

Comédie musicale réalisée par Oleg Trofime (Russie, 2018)

 histoire d’une patineuse artistique blessée à cause d’une erreur de son partenaire, mais c’est l’amour qui l’aidera à se surmonter …

Les rôles principaux sont joués par Maria Aronova, Aglaya Tarassova, Aleksandre Petrov et Miloch Bykovitch.

Le film a été tourné dans le genre de la comédie musicale, elle est dédiée aux patineurs artistiques et aux chemins difficiles des athlètes ayant choisi la carrière sportive de haut niveau.

Le jour de la projection du film coïncide avec la Journée olympique internationale, car c’est justement le 23 juin 1894 que le père du mouvement olympique contemporain, le baron français Pierre de Coubertin, annonça la création de la plus grande organisation sportive au monde : le comité olympique international. Les jeux Olympiques demeurent l’un des évènements sportifs les plus importants au monde, et bien évidemment le rêve de tous les athlètes.

La projection est soutenue par l’Association franco-russe « Perspectives » et la Cinémathèque « In Cinéma » (Marseille).

L’évènement est dédié aux patineurs russes, qui traditionnellement montrent le plus haut niveau de maîtrise et occupent systématiquement des places sur les podiums lors des compétitions internationales.

INSCRIPTION SOUHAITABLE : CLIQUEZ

Maison Russe des Sciences et de la Culture
61 rue Boissière, 75116 Paris
Tél : 01 44 34 79 79

Contacts : info@crsc.fr

Inscription souhaitable : CLIQUEZ

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp

Soirée Balalaïka

Concert à 19h 30

Nicolas Kedroff, Balalaïka
Oleg Ponomarenko, guitare & chant
Ensemble Kedroff, balalaïka

Pique – nique géant à 20h 45

Dimanche 26 juin 2022

Maison de l’ACER 75015 Paris

Nicolas Kedroff est issu d’une famille de célèbres artistes russes, sa réputation est internationale. Il a été séduit par le son et le caractère de cet instrument. «La balalaïka, c’est sa vie, mon destin», dit-il, lorsqu’on lui demande pourquoi le choix de cet instrument. Lauréat de plusieurs concours, Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres. Il a su extraire de ce petit instrument triangulaire à trois cordes une telle richesse d’expression musicale qu’on l’a décrit comme «Le Paganini de la balalaïka» (Le Parisien). Il a su créer son propre style de jeu, à la fois mélancolique et plein d’humour, intelligent et brillant grâce à une virtuosité à couper le souffle

 Oleg Ponomarenko, né en France dans une famille issue de l’émigration russe. Il s’est très tôt intéressé à la guitare et au chant russe. Il a été le premier à faire connaître en France les chansons les plus connues en Russie : Les Millions de Roses, Krokodi… et a accompagné de nombreux ensembles en tant que guitariste et chanteur.

Ensemble Kedroff Balalaïka, réé en 2001 et dirigé par Nicolas Kedroff, balalaïkiste de réputation internationale, l’ Ensemble de Balalaïkas Kedroff est l’une des deux principales formations du genre en France. Originale et simple, il se compose uniquement de balalaïkas dites PRIMAS, la “soprano” de la famille des balalaïkas.

Initialement conçu dans un but pédagogique, l’ensemble dont la configuration est aujourd’hui multiple, comporte trois à dix (voire plus) musiciens de tous niveaux et âges, et sa vocation peut être amatrice comme professionnelle.
Les membres de l’Ensemble de Balalaïkas Kedroff sont d’origine russe ou non, réunis par l’amour de l’instrument et de la musique russe.

L’ensemble compte aujourd’hui à son actif une trentaine de concerts et s’est produit entre autres à l’Ambassade de Russie, au Conservatoire russe Serge Rachmaninov, en l’Eglise Saint-Germain l’Auxerrois à Paris et au Musée des Cosaques de la Garde Impériale à Courbevoie.
Il est accompagné par une guitare.

PIQUE – NIQUE GÉANT

Chacun apporte un peu de nourriture et de boisson

En cas de pluie le picnic aura lieu dans la salle.

Entrée libre – Participation libre

Maison de l’ACER

91 rue Olivier de Serres, 75015 Paris
Métro : Porte de Versailles

 

10ème Salon des Arts Meudonnais

“Le Carnaval”

Peinture, sculpture, iconographie, photographie…,

Mardi 7 au dimanche 26 juin 2022

Orangerie du Meudon, 92 Meudon

Les artistes amateurs et professionnels meudonnais exposent leurs œuvres sous les voûtes de l’Orangerie à l’occasion du traditionnel Salon des arts meudonnais. Peinture, sculpture, photographie… la richesse créative des habitants s’exprime sous toutes les formes. Pour la 10e édition de cette manifestation, le Bastion est occupé par l’association Ré-création qui présente le travail de ses adhérents sur le thème “Le carnaval”.

Vous découvrirez 3 icônes de Lydia Lioudovikovna Khripouchina : une totalement de sa facture, une partagée avec deux superbes iconographes qui ont joué un rôle important dans l’atelier du père Egon Sendler, des années 70 à 90, mais qui en ont été “effacées” (c’est l’occasion de rendre hommage à leur talent), une 3e élaborée avec un élève Russe Blanc d’origine ukrainienne, Valentin Zelenk, à partir d’une icône syrienne de la Fuite en Egypte (Lydia voit dans cette petite création, un sens symbolique très fort, vu le contexte actuel).

Icône de la Mère de Dieu sur fond de malachite. ©L. K.

Lydia Lioudovikovna Khripouchina, descendante des “Russes Blancs”, développe son intérêt pour la création, l’étude, la conservation des œuvres d’art avec une préférence pour les arts sacrés. Initiée à l’iconographie byzantine et russe, au Centre d’Etudes Russes Saint-Georges de Meudon, dans l’atelier du père Egon Sendler (dit “père Igor”). 
 
Puis elle se perfectionne auprès de l’iconographe russe Galia Bitty-Kicheev (diplômée des Beaux-Arts de Moscou). Puis elle se rend à l’atelier de l’archiprêtre mitré Georges Drobot – de l’école iconographique russe de Paris et, sur ses conseils, commence des recherches sur les icônes anciennes. 
 
Elle passe simultanément les concours d’entrée des grandes écoles d’art et poursuit des études supérieures artistiques, à Paris.  Elle sort diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art – ENSAAMA (2d cycle)…et diplômée de l’École du Louvre en histoire générale de l’art et peinture étrangère (1er cycle) puis muséologie (2d cycle)…
Elle obtient, également, du Ministère du Tourisme, l’agrément professionnel de conférencière officielle en histoire de l’art.
 
 
VERNISSAGE JEUDI 9 JUIN À PARTIR DE 19 H
 

Exposition dans le dernier vestige du vieux château, c’est à Abel Servien que l’on doit sa construction en 1667. Une partie du domaine du marquis de Louvois qui fit créer le parc par André Le Nôtre. Acquis par Louis XIV pour son fils aîné le Grand Dauphin. Dépendance de l’Observatoire de Paris installée en 1878.
 
.
ORANGERIE du Domaine National de Meudon
5 Place Janssen, 92190 Meudon
 
Horaires : tous les jours de 14 h à 19 h
.
ACCÉS : RER Gare de Meudon Val Fleury.
Bus : 162, 169, 289, 389

Pour l’ anniversaire Alexandre Pouchkine

Exposition de Photos du 1er musée Pouchkine

En Russie

Jusqu’au jeudi 30 juin 2022 .

Panneaux extérieurs de la MRSC, 75116 Paris, 

Pour l’anniversaire d’Alexandre Pouchkine.

Exposition photo-documentaire «Le plus ancien en Russie»

Le premier musée Pouchkine en Russie. Musée national Alexandre Pouchkine (Saint-Pétersbourg) retrace son histoire depuis la fondation du premier musée du poète en 1879 au Lycée impérial Alexandre.

A l’occasion de la langue russe — l’anniversaire d’Alexandre Pouchkine, la Maison russe à Paris vous invite à une exposition sur le premier musée Pouchkine en Russie

La très riche collection du Musée national Alexandre Pouchkine s’est constituée au cours de nombreuses décennies. Cependant, elle avait été fondée sur la collection du Lycée impérial Alexandre, dans les murs duquel le premier Musée Pouchkine a ouvert ses portes en Russie le 19 octobre 1879.

Les amis du poète – Vassili Joukovski, Piotr Viazemski, Konstantin Danzas, Vladimir Dahl et d’autres, sont devenus les premiers gardiens des reliques de Pouchkine. Les camarades du poète du Lycée de Tsarskoïe Selo ont conservé de nombreux documents présentant un intérêt historique. C’est ici, au Lycée, que l’idée de créer le premier Musée Pouchkine en Russie est née.Exposition organisé Le Musée Pouchkine de Saint-Pétersbourg a eu la chance de devenir propriétaire et conservateur de la meilleure collection de Pouchkine, qui n’a pas d’égal ni en Russie, ni à l’étranger. Ce musée possède la collection la plus complète d’objets personnels de Pouchkine, de membres de sa famille et de ses contemporains célèbres. La mémoire des objets préserve soigneusement des idées créatives et des petites habitudes du poète, recrée son environnement familial, amical et littéraire et raconte des événements historiques.

Le mérite indiscutable dans la constitution de la collection du musée appartient aux élèves du lycée de différentes promotions : ce sont eux qui ont fondé la base de la collection du Musée Pouchkine. L’une des premières pièces du musée était l’autographe du poème « 19 octobre », soigneusement conservé par le directeur du Lycée, Mikhaïl Yakovlev, et placé dans un étui spécialement conçu à cet effet.

Diplôme accordé au lycée de Tsarskoïe Selo par l’empereur Alexandre Ier.

22 septembre 1811. Couverture : carton, glacis d’or, fil d’argent, soie, moiré ; feuilles : parchemin, aquarelle, gouache, peinture dorée, encre noisette ; argent : bronze doré. Technique mixte : broderie or, gaufrage ; graphique, manuscrit. 65 × 35. 12 л. KP-12882.

La Charte du Lycée est un livre à couverture rigide, relié en soie brodée, avec un cadre ornemental et le monogramme en relief d’Alexandre Ier sur la couverture avant et l’aigle bicéphale sur la couverture arrière. Sur le côté droit de la couverture supérieure se trouve une tache rouge – la trace d’un sceau de cire qui a fondu lors d’un incendie en 1820.

Créé à l’initiative de professeurs et d’étudiants du Lycée, le Musée Pouchkine a été très activement enrichi avec de nouvelles pièces de valeur ; en 1899, leur nombre atteignit 2 500.

La collection du musée a grandi, de même que sa popularité. En 1899, le Musée Pouchkine est devenu l’un des sites touristiques de la capitale. Le dimanche, ont été organisées des visites, qui attiraient non seulement des élèves des lycées et des écoles professionnelles publiques, mais aussi des citoyens ordinaires et même des membres de la famille impériale.

Chaque année, la veille du 19 octobre, le Lycée impérial Alexandre a publié un hors-série consacré aux nouveaux objets exposés au Musée et informant de l’importance de l’acquisition de nouvelles pièces. L’édition de 1899 disait : « Le Lycée impérial Alexander voudrait avoir au Musée Pouchkine toute pièce concernant l’éminent lycéen, et espère que la noblesse russe, dans son ensemble, répondra à cet appel pour reconstituer et maintenir au plus haut niveau le seul Musée Pouchkine en Russie ».

La même année 1899, l’architecte Valentin Demianovski a développé un projet pour la construction du Musée Pouchkine, qui ne fut néanmoins pas mis en œuvre. La décision sur le sort à réserver à la maison au 12, quai de la Moïka n’a pas été réalisée immédiatement. En 1905, le célèbre pouchkinologue Nikolaï Lerner a exprimé l’espoir que « les princes de Volkonsky [les propriétaires du manoir] ne refuseraient pas sans doute de vendre la maison au Musée national Alexandre Pouchkine ».

Cependant, la décision de créer un musée dans le dernier appartement du poète n’a été prise que vingt ans plus tard. L’année de la révolution de 1917, après le vol de précieuses reliques du Musée Pouchkine du Lycée impérial Alexandre, ses pièces furent transférées à l’Académie des sciences. En 1953, l’ensemble du complexe du Musée Pouchkine a été séparé de l’Académie des sciences de l’URSS en une institution indépendante – le Musée soviétique Alexandre Pouchkine. Depuis 1992, il devient le Musée national Alexandre Pouchkine.

Les événements complexes et dramatiques de l’histoire de la Russie se sont reflétés dans le destin du plus ancien Musée Pouchkine, mais la tradition de transmission s’est toujours perpétuées à toutes les étapes de son existence. Aujourd’hui, le musée, consacré à Alexandre Pouchkine, vit, se développe et s’enrichit de nouvelles pièces.

Exposition organisée avec le soutien de la Fondation « Arbre de la vie » (Saint-Pétersbourg).

Maison Russe des Sciences et de la Culture
61 Rue Boissière, 75016 Paris
Tél : 01 44 34 79 79
Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp.

Pichon & Noudel-Deniau (Azur Enchères)

Vente de 2 toiles de

 Dimitri Semenovitch STELLETSKY

VENTE mardi 14 juin à 14 h

Exposition les jeudi 9, vendredi 10 et lundi 13 juin de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00

Le matin de la vente de 10h à 12h00

Dimitri Siméonovitch Stelletsky, (1875 à Brest-Litovsk, mort en 1947 à Ste Geneviève des Bois) une figure phare du célèbre mouvement en faveur d’un renouveau profond des arts plastiques dans la Russie du début du XXe siècle, du « Monde de l’art » (mir iskustva), est aujourd’hui connue dans le monde entier. Sa pièce maîtresse, le chef d’œuvre absolu de cet artiste, est précisément l’ensemble des icônes et des peintures murales de l’église Saint-Serge à Paris.

Église St Serge,75019 Paris 

Deux œuvres exceptionnelles en vente
mardi 14 juin 2022, à Cannes.

Lot 47 –  Dimitri Semenovich STELLETSKY (1875-1947). Autoportrait (circa 1948).

Aquarelle et mine de plomb sur papier, non signé. Annoté sur le passe-partout en français « Dimitri Stelletsky dans sa villa Le Toit à La Napoule – Autoportrait 1940 ». H. 26,5 x L. 20,5 cm.

Villa Le Toit à Mandelieu La Napoule Dimitri Stelletsky vivait à Paris jusqu’en 1918 avant de démanger pour le Sud de la France et de s’installer à Cannes de 1918 à 1927 puis à Mandelieu La Napoule de 1927 à 1944. En 1929, il acquiert à Mandelieu La Napoule, sur les hauteurs de l’Esterel, un petit terrain de 460 m2 sur lequel il bâtira lui-même une maisonnette-atelier, qu’il nommera simplement Le Toit. Aujourd’hui détruite, sa maison était peinte à l’intérieur de fresques inspirées par les bylines russes, aujourd’hui connue grâce à des photographies où on voit Stelletsky assis dans un fauteuil au milieu de ses œuvres et fresques.

Estimation : 6 000- 8 000€
Voir catalogue : CLIQUEZ

Lot 48 – Dimitri Semenovich STELLETSKY (1875-1947).

La danse autour du feu.

Gouache sur papier, signée en bas à droite. Une bande à droite recollée.

  1. 46 x L. 62 cm.

Provenance de ces œuvres : – Offert par Dimitri Stelletsky à Dimitri Nikolaevich Tikhobrazoff (1886-1974), officier à la première brigade d’artillerie de sauveteurs de la Garde puis membre du mouvement blanc après la 2nde Guerre Mondiale.

Estimation : 8 000 – 10 000€
Voir catalogue : CLIQUEZ

Pichon & Noudel-Deniau (Azur Enchères)

31, boulevard d’Alsace 06400 Cannes, France

Tél : +33 4 93 39 01

Concerts Spirituels de St Sévrin

“Chants Sacrés Orthodoxes
pour le Carême et Pâques”

Chœur Znaménié de Paris

Samedi 9 avril 2022 à 16 h
Église St Séverin, 75005 Paris

 

Au programme:

 Chœur russe de Paris Znaménie et solistes, au programme : « Via Crucis » de Liszt, chants sacrés orthodoxes.
Anna Homenya (orgue), Gabrielle Savelli (mezzo-soprano), Matthias Rossbach (baryton), Nikita Krougly-Encke (basse), Ekaterina Yanoff (soprano).

Le chœur russe de Paris Znaménie :

Ensemble formé depuis 2009, sous la direction d’Ekaterina Anapolskaya. Le noyau en est constitué par la chorale paroissiale de l’Eglise orthodoxe Notre-Dame-du Signe (« Znamenie » en russe signifie « le Signe »),
87 Bd Exelmans Paris XVIème.

Le répertoire de l’ensemble est constitué de plus de soixante pièces de musique liturgique russe bien souvent écrites par les plus illustres compositeurs russes (Tchaïkovski, Rachmaninoff, Balakirev, Tchesnokov, Gretchaninoff, …) mais aussi de musique profane : chœurs d’opéra, musique de chambre, chants populaires.

Le chœur se produit régulièrement en concert (le plus souvent à Paris) dans le cadre de manifestations consacrées à la musique liturgique orthodoxe russe : concerts de Noel et de Pâques, célébration des 150 ans de la cathédrale orthodoxe russe de Paris, heures musicales de Saint-Roch… .
De plus, la présence en son sein de nombreux solistes permet à l’ensemble d’assurer l’interprétation d’extraits d’opéra. C’est ainsi que l’ensemble a pu proposer récemment des soirée-concerts plus spécifiquement consacrées à l’ exécution de larges extraits (chœurs et ensembles) de certaines œuvres phares du répertoire : Rigoletto et la Traviatta de Verdi, Eugène Onéguine et La Dame de Piques de Tchaïkovski, Prince Igor de Borodine, Roussalka de Dargomijski.

Joyau de l’architecture de style gothique flamboyant du XVe siècle. A la fin XIIe siècle, l’Université de Paris, créée par Philippe Auguste, attire maîtres et étudiants de toute l’Europe. Saint-Séverin devient la paroisse des étudiants et le siège des assemblées générales de l’Université. Vers 1230, on l’agrandit  ; un nouveau sanctuaire est élevé. Un incendie le détruit en partie vers 1448. Mais la guerre de Cent Ans va bientôt s’achever par une victoire totale des troupes françaises (hormis Calais, tout le territoire est libéré) et une reprise économique s’amorce. Saint-Séverin sera rebâtie avec une certaine magnificence ; le chantier va se poursuivre jusqu’au XVIIe siècle.
La Révolution ne l’endommage pas, Saint-Séverin devient dépôt de poudre, puis entrepôt de fourrage et de cloches. L’église est rendue au culte en 1803.

Église St Séverin, 2 rue des prêtes St Séerin
75005  Paris

Tarif: Participation aux frais

ACCÉS :
Métro :St Michel (4 et RER C) , Cluny-Sorbonne (10)
Bus : 27, 38, 47, 63, 96

Exposition  peintures et scuptures

” Images d’Image – Mémoire “

de Boris Lejeune

CLÔTURE  jeudi 21 avril 2022  à  17h 30

Centre Spirituel et Culturel Orthodoxes Russe, 75009 Paris

Sculpteur, peintre et poète français né à Kiev en 1947. Diplomé de l’Académie des Beaux Arts Répine de Saint Petersbourg en 1974, il est arrivé en France en 1980, passionné par Jeanne d’Arc qui, entre autres œuvres, a déjà sculpté la statue de Jeanne à Notre-Dame de Bermont, là où Jeanne, enfant, allait prier la Très Sainte Vierge Marie chaque samedi. C’est un artiste singulier, cherchant sa quête d’éternité par les voies de la sculpture de la peinture et de la poésie.

En 1983, Boris Lejeune est primé au concours national Expressions – Sculptures. En 1987, il remporte le concours pour l’installation de cinq sculptures monumentales dans les jardins du Boulevard Pereire à Paris. Il est également l’auteur d’une plaque commémorative dédiée au poète russe Ossip Mandelstam, située rue de la Sorbonne à Paris.
Par la suite, Boris Lejeune réalise des sculptures pour un grand nombre de villes de France et du Luxembourg, et participe à plusieurs expositions en France et à l’étranger. En 1994, un film est tourné à l’occasion de la création de la sculpture Vignes de Laon.
En 2002, Boris Lejeune réalise la sculpture Cep de vigne pour le lycée Clemenceau à Reims.
En 2006, il sculpte une stèle de Robert-Jean de Vogüe, ancien président de la Maison Moët & Chandon. La stèle est installée dans la ville d’Épernay.
En avril 2010, il réalise la sculpture L’Ange au pied de vigne pour le Domaine de la Romanée-Conti, à Vosne-Romanée en Bourgogne.
En 2012, il réalise une sculpture de Bernard Stasi qui est installée à Épernay, sur la place des Arcades nouvellement renommée Place Bernard Stasi. La même année, il participe à l’exposition franco-russe “Les couleurs et les lettres”, à l’Orangerie du Sénat à Paris.

Peinture de Boris , Rideau II, 2019-2020 (huile, 146x89cm)

Frontière 2010 146X89 cm


En septembre 2013, une grande sculpture de Jeanne d’Arc est inaugurée à l’ermitage de Bermont, près de Domremy, village natal de Jeanne.
En parallèle de la sculpture, la peinture et l’écriture (poésie, essais) occupent une place importante dans son œuvre.
Il publie trois recueils de poésie aux Éditions de la Différence. Après la mort de son ami Jean-Marie le Sidaner, en 1992, il fonde et dirige la revue Présages, puis, quelques années plus tard, inaugure un rapprochement entre poètes russes et français par l’intermédiaire d’une nouvelle publication bisannuelle, Dépôt. Un grand nombre de ses poèmes ont été traduits dans d’autres langues, et inclus dans l’anthologie de poésie russe Poètes russes d’aujourd’hui.
Septembre 2021 : Installation du monument Jeanne d’Arc à Saint-Petersbourg, dans le quartier Admiralteiskii, à l’intersection de 4-a Krasnoarmeyskaya et de la ruelle Sovetskiy. (CLIQUEZ)

Entrée libre sans réservation.

VERNISSAGE prévu le 24 est reporté à une date ultérieure.

Conformément aux  mesures anti-Covid-19, prises par les autorités françaises, la présentation du pass vaccinal ou du certificat de vaccination par Spoutnik-V est obligatoire pour accéder à cet événement.

Centre Spirituel et Culturel Orthodoxe Russe de Paris
1-5 Quai Branly, 75007 Paris

1er & 2ème étage Bâtiment, Quai Branly

ENTRÉE GRATUITE
Horaires : Tous les jours ( sauf lundi) de 14 h à 19 h.

Métro : Alma Marceau.
RER: Pont de l’Alma, Musée du Quai Branly.
Bus: 63, 80.

.

Voir article plus bas .

La Maison russe des sciences et de la culture à Paris,
regrette de vous annoncer, que la MRSC est contrainte de reporter les événements à une date ultérieure.
Pour des raisons administratives les portes de la Maison russe seront également temporairement fermées.
 
 

Exposition extérieure

“Le Ballet et l’Architecture”

Du Mardi 1 au jeudi 31 mars 2022

La Maison russe des sciences et de la culture à Paris présente sur ses panneaux extérieurs une exposition unique d’œuvres d’un photojournaliste spécial de l’agence de presse internationale et de la radio “Spoutnik” Valery Melnikov.

Le ballet russe est traditionnellement associé à la Russie dans la culture mondiale. Ce projet s’appuie sur la grande tradition chorégraphique russe présentée à travers le prisme de la photographie, l’un des arts les plus marquants de l’époque moderne. Le projet «Le ballet et l’architecture» présente plus de 20 œuvres de Valeri Melnikov, lauréat de plusieurs concours russes et internationaux, notamment du prix le plus réputé de la photographie mondiale le World Press Photo.

Ces images illustrent le passé triomphal et l’histoire contemporaine de la danse russe dans le décor des villes russes, notamment de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Les photos de l’exposition s’accompagnent d’extraits d’œuvres des poètes russes célébrant la beauté de la danse et de l’architecture.

L’exposition est associée par ses organisateurs à la Journée mondiale du ballet, fêtée le 2 octobre.

La Maison russe à Paris tiens à consacrer cette exposition au 150e anniversaire de la naissance de l’éminente figure théâtrale et artistique russe Sergueï Diaghilev (le 19 mars), dont le nom est inextricablement lié au développement du ballet russe et français.

Voir l’exposition : CLIQUEZ

Rencontre avec Christelle Louri.

Pour les Journées de la femme

” AMOUR, TENDRESSE, SOUVENIRS “

Jeudi 10 mars 2022 à 19H

 

Christelle Lourie, célèbre chanteuse française, lauréate du Concours international de télévision vocale “Route pour Yalta” (2020), participante à de nombreux concerts à Moscou et dans d’autres villes de Russie, présentera un programme spécial de 15 œuvres françaises les plus romantiques.

Le concert “Amour, Tendresse, Souvenirs” est un cadeau de l’actrice aux femmes – le public de la Maison Russe à Paris – pour les Fêtes de Printemps et de la Femme .

J’ai choisi un nouveau format. L’idée est de laisser les chansons vivre d’elles-mêmes et que le public puisse ressentir les paroles des chansons. Je veux faire appel aux différents sentiments que les femmes éprouvent : joie, passion, amour, tendresse, solitude, souvenirs d’enfance, liberté et affirmation de soi ….. Je veux parler avec eux de nos principales pensées et préoccupations, de ceux qui nous sont chers ... ” a déclaré Christel Lourie.

Jean-Christophe Cotsiras (piano) se produira en tant qu’accompagnateur.
La Maison Russe invite tout le monde à une soirée musicale festive.

Entrée libre. Nombre de places limité.

Une pré-inscription est obligatoire (crsc.paris@crsc.fr).

L’admission s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un certificat de vaccination (pass-vaxinal).

Projection et rencontre avec l’auteur

Film documentaire de 

Cédric Gras

” Oural, à la poursuite de l’automne ”

Lundi 28 mars à 18 h

REPORT à UNE DATE ULTÉRIEURE

Centre de la Société Russe de Géographie à la Maison Russe des Sciences et de la Culture à Paris rassemble les passionnés de voyages et les spectateurs du célèbre Paris Film Club « Firebird ».

Voyageur passionné, écrivain, membre de la Société Française des Explorateurs Cédric Gras, qui a vécu plus de 10 ans en Russie et en Ukraine, et son co-auteur. Présentation du film par Christian Reylat.

Les spectateurs verront une vue française de l’un des endroits les plus significatifs de Russie – la ligne de partage des eaux entre l’Europe et l’Asie, le berceau des contes de fées de P.P. Bazhov, la source des richesses incalculables extraites des profondeurs de ces montagnes légendaires. L’Oural est très varié. Les paysages de l’Oural, saisissants par leur beauté, la vie des peuples autochtones locaux du nord de l’Oural, le sud industriel – tout cela est présenté dans le film.

Après la projection, le public rencontrera son auteur Cédric Gras et des Uralologues russes – voyageur, blogueur et le photographe Oleg Chegodaev et géographe, membre de la branche Oural de la Société géographique russe O.Yu Gouryevskikh.

La conversation aidera les téléspectateurs à regarder l’Oural de différents points de vue, à comprendre sa place dans la culture et la conscience du soi russe, et découvrir son riche potentiel touristique.

La prochaine session du ciné-club aura lieu dans la salle de conférence avec une diffusion en ligne avec traduction en russe et en français.

Entrée à l’événement sur rendez-vous. Nombre de places limité.

Pour participer à la conférence en ligne, vous devez également vous inscrire.

Maison Russe des Sciences et de la Culture
61 Rue Boissière, 75016 Paris
Tél : 01 44 34 79 79
Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp.

Soirée
Nikolaï Fiodorov

Présentation de l’ouvrage

” Philosophie de l’œuvre commune “

par Françoise Lesourd.

Lundi 14 mars 2022 à 18 h 30

Centre Culturel Alexandre Soljenitsyne , 75005 Paris

Dans le cadre des soirées
Présentation du livre “Philosophie de l’œuvre commune”, avec Françoise Lesourd, qui a coordonné aux éditions des Syrtes la traduction de l’ouvrage.
Sa présentation du philosophe et de ses écrits sera suivie d’un dialogue avec Michel Eltchaninoff, rédacteur en chef de Philosophie magazine, qui vient de faire paraître aux éditions Solin/Actes -Sud son livre sur le cosmisme Lénine a marché sur la lune.

Nikolaï Fiodorov (1829-1903) est un philosophe, russe orthodoxe, fondateur du mouvement cosmisme, ayant exercé comme géographe et bibliothécaire. Il croyait en la possibilité du prolongement de la vie, en celle de l’immortalité physique et de la résurrection des morts par des moyens scientifiques.Véritable autorité intellectuelle, surnommé le « Socrate » moscovite, il a été pendant de nombreuses années bibliothécaire au Musée Roumiantsev à Moscou. Il croit en la possibilité ́ du prolongement de la vie, de l’immortalité physique et de la résurrection des morts par des moyens scientifiques. De son vivant, Fiodorov n’a publié que quelques articles sous pseudonyme, le reste de ses travaux a été consigné et transmis sous forme de cours. Poursuivant un idéal ascétique, il était réticent à diffuser son œuvre. La Philosophie de l’œuvre commune a vu le jour entre 1906 et 1913 grâce aux travaux des disciples du penseur, Vladimir Kojevnikov et Nikolaï Peterson..

INSCRIPTION OBLIGATOIRE : CLIQUEZ

Centre culturel russe Alexandre Soljénitsyne
Librairie Les Éditeurs Réunis
11 rue de la Montagne Sainte Geneviève
75005 Paris
Tél: 01 43 54 74 46

Métro: Maubert Mutalité (ligne 10)


Exposition d’Icônes

5 ans de l’École d’Iconographie Orthodoxe 
Saint-André-Roublev

du dimanche 6 au dimanche 13 mars 2022

Cathédrale St Alexandre Nevsky, 75008 Paris

L’école a été créée en 2017 avec pour vocation de former des iconographes au service de l’Église, capables de répondre au besoin des paroisses, et aussi des fidèles particuliers. Depuis lors, l’école assure un enseignement sur les différents aspects de l’iconographie orthodoxe.

A l’occasion de son 5e anniversaire, l’école d’iconographie ouvre ses portes à un large public en proposant la visite d’une exposition des œuvres artistiques réalisées par les enseignants et les élèves de l’établissement.

Les visiteurs auront l’occasion de découvrir, en plus des icônes, les différents aspects de l’apprentissage de l’écriture des icônes, avec des travaux présentés par des étudiants de tous les niveaux (exercices préparatoires, dessins, études, calligraphie, peinture etc.).

L’icône n’est pas une simple image religieuse ; avant tout elle est un phénomène« liturgique » et « théologique ». Un peintre d’icônes doit être familiarisé avec les différents aspects de la théologie

L’art de l’icône est une forme de prédication. L’icône est l’incarnation de la prière et de l’enseignement de l’Église, la manifestation de l’unité et de la catholicité de celle-ci, puisée dans l’expérience liturgique. Son statut théologique et dogmatique impose aux iconographes de nombreuses exigences spirituelles et morales, comparables à celles du clergé.

Il est évident qu’avant d’être capable de guider la prière des autres fidèles, un iconographe doit y avoir lui-même été initié.

Une partie importante de l’exposition sera consacrée à la présentation des travaux des étudiants qui ont terminé le cursus complet du 1er niveau, et qui recevront leurs diplômes lors d’une cérémonie de remise des diplômes qui aura lieu le 12 mars en la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky.

La cathédrale Saint Alexandre Nevsky, un des monuments historiques de Paris, construite dans le style byzantino-russe, consacrée en 1861, est dédiée à Saint Alexandre Nevsky, héros russe célèbre pour ses victoires militaires, principalement celle contre les Suédois à la bataille de Néva, d’où son nom “Nevsky” . Elle verra, des années plus tard le mariage de Pablo Picasso et d’une danseuse russe avec comme témoins Jean Cocteau, Max Jacob et Guillaume Apollinaire. Saint-Alexandre-Nevsky est classée aux monuments historiques depuis 1983.

Cathédrale St Alexandre Nevsky
Salle de réception
12 Rue Daru, 75008. Paris

Accès: Métro Courcelles (ligne 2), Ternes ligne 2)

Horaires : tous les jours de 12h à 19h30
Samedi 12 mars de 15h à 19h30
Dimanche 13 mars de 12h à 19h30

Concert pour la Paix en Ukraine

Chants liturgiques orthodoxes de

tradition russes

Chœur Znamenie et participation d’autres
Chorales.

Dimanche 13 mars 2022 à 19h 30

Église Protestante Unie de l’Étoile, 75017  Paris

LE CHŒUR RUSSE DE PARIS ZNAMÉNIE :
Cet ensemble a été formé depuis 2009, sous la direction d’Ekaterina Anapolskaya. Le noyau en est constitué par la chorale paroissiale de l’Eglise orthodoxe Notre-Dame-du Signe (« Znamenie » en russe signifie « le Signe »),
Le répertoire de l’ensemble est constitué de plus de soixante pièces de musique liturgique russe bien souvent écrites par les plus illustres compositeurs russes (Tchaïkovski, Rachmaninoff, Balakirev, Tchesnokov, Gretchaninoff, …) mais aussi de musique profane : chœurs d’opéra, musique de chambre, chants populaires.

g

Ensemble ” SLAVA”, est composé d’une quinzaine d’artistes qui s’attachent à travailler et à faire connaître le répertoire sacré orthodoxe à la croisée des sources orientales et des influences occidentales. Sous la direction de Marina Pervichine-Poulet

.

h

Chœur de la cathédrale russe Saint-Alexandre-Nevsky

Le chœur de la cathédrale russe Saint-Alexandre-Nevsky, a été fondé à Paris avec la nomination au poste de maitre de chapelle d’Evguény Evetz en 1962 qui permet une toute nouvelle dynamique. Diplômé du conservatoire de Varsovie et excellent pédagogue, il élargit le répertoire du choeur et crée un nouveau style d’interprétation qui se caractérise par la rigueur, la justesse d’intonation et la précision rythmique. Travailleur infatigable, Evetz fait connaître le chœur de la cathédrale à travers le monde, comme l’un des meilleurs chœur de l’émigration russe.

En 1988 il passe le flambeau à son fils aîné Basile (1937-2008), et en 2007 c’est Alexandre Kedroff qui en prend la direction. Issu d’une génération illustre de musiciens, après des études de musique, complétées par un cursus de théologie à l’Institut St-Serge de Paris, il est ordonné diacre à la cathédrale St-Alexandre-Nevsy, où il seconde le Maître de Chapelle Basile Evetz jusqu’en 2007. Le protodiacre Alexandre Kedroff hérite naturellement du patrimoine culturel familial (le quatuor Kedroff fondé en 1897).

Collecte au profit de l’aide humanitaire des victimes
de la guerre.


Église protestante Unie de L’Étoile
 54 – 56 Av de la Grande Armée,
75017 Paris

Contact : 06 30 42 85 51
Entrée libre :
Collecte au profit de l’aide humanitaire des victimes de la guerre

Métro : Argentine (Ligne 1), RER Porte Maillot

 

Voir l’article plus bas .

Conférence avec

Ioury Vaguin

” Harry Potter , comme guide de psychologie
des profondeurs “

Mardi 1er février 2022 à 19h

Salles des conférences et site de la MRSC

Rencontre avec un psychologue de renom : “Harry Potter comme guide de la psychologie des profondeurs

Le 1er février, la Maison russe des sciences et de la culture à Paris invite les téléspectateurs à une conférence avec la participation du célèbre scientifique russe, auteur d’études et d’une série de livres sur la psychologie populaire Yuriy Vaguin.

Un psychothérapeute, psychologue clinicien, candidat en sciences médicales dira comment, à première vue, un conte de fées ordinaire révèle non seulement des problèmes psychologiques profonds, mais offre également des solutions, parfois plus équilibrées et adéquates que les manuels de psychologie.

En utilisant l’exemple du célèbre livre pour enfants, une conversation avec un spécialiste se concentrera sur la façon de nouer des relations correctement, ce qu’est la véritable amitié, comment les souvenirs de moments heureux de la vie aident une personne à faire face à la dépression.

En tant que psychothérapeute, psychologue clinicien, candidat ès sciences médicales, Iouri Vaguine parlera de la façon dont un conte fantastique, à première vue, ordinaire nous révèle non seulement des problèmes psychologiques profonds, mais propose également des solutions, parfois plus équilibrées et adéquates que celles exposées dans les manuels de psychologie.
A l’exemple du célèbre livre pour enfants, le spécialiste se focalisera sur la façon de construire correctement des relations, sur ce qu’est la véritable amitié et la façon dont le souvenir de moments heureux de la vie aide une personne à faire face à la dépression. Il abordera également ce que signifie réellement la peur de mourir, pourquoi il ne faudrait pas avouer son amour hâtivement, sans omettre de parler de la trahison, des valeurs de la vie, du danger des fantasmes et de plusieurs autres points psychologiques importants.

« Au début, je pensais que c’était un livre ordinaire pour enfants et adolescents, mais quand j’ai constaté avec surprise que non seulement les enfants lisaient Harry Potter, mais aussi les “ sorciers de la sagesse ”, à savoir les professeurs et enseignants dans les universités et lycées professionnels, quand j’ai découvert que ils trouvaient un sens profond dans le roman, des idées brillantes et des leçons pour la vie réelle, j’ai prudemment pris le premier volume, je l’ai ouvert et j’ai vu de brillantes étincelles de sagesse luire à chaque page », écrivait le célèbre philosophe américain contemporain Tom Morris.

L’univers magique créé par Joanne Kathleen Rowling cohabite avec nous depuis vingt ans. Il y a suffisamment de secrets, d’énigmes et de magie, mais ce qui constitue le miracle, la magie et le mystère majeurs, c’est le roman lui-même et son auteur.
Depuis plus de vingt ans, Iouri Vaguine se sert du roman de Joanne Kathleen Rowling pour travailler avec lui-même, ses clients et ses patients. Les sujets qu’y sont abordés (l’amour, l’amitié, la fidélité, le courage, le choix, la solitude, le désespoir, la trahison, le sacrifice, l’injustice) sont toujours d’actualité et pour de très nombreux.

L’invité de la Maison russe racontera en détail tout ce qu’il a identifié professionnellement dans cette oeuvre surprenante.

En 2021, Iouri Vaguine a sorti son livre « Docteur, pourquoi Harry Potter ? » à la maison d’édition moscovite « AST ». La première édition a été épuisée instantanément, et actuellement le livre est à nouveau réimprimé.

Iouri Vaguine répondra aux questions du public présent dans la salle et en ligne. La conférence sera organisée en français et diffusée en direct sur Zoom et sur la chaîne YouTube de la MRSC à Paris.

La conférence avec cet expert en psychologie de l’enfant serait particulièrement intéressante à de nombreuses écoles russes d’enseignement complémentaire en France et d’autres établissements d’enseignement pour enfants.

Entrée libre, sur inscription préalable. Nombre de places limité.

L’entrée à la MRSC s’effectue à condition de port obligatoire du masque et de respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un passe sanitaire.

Iouri Robertovitch Vaguine (brève notice biographique)

1988 — diplômé de l’Académie de médecine d’Etat de Perm. (AMEP)
1990 — résidanat clinique auprès du Département de psychiatrie et de psychologie médicale, AMEP.
1990–2004 — assistant au Département de psychiatrie et psychologie médicale, AMEP.
1994 — soutenance de la thèse à Novossibirsk sous la direction du professeur César Korolenko pour le diplôme de candidat ès sciences médicales. Le thème de la thèse est « Particularités des conduites addictives chez les adolescents qui abusent des inhalants ».
1994–2004 — activités pratique, théorique et pédagogique au sein du centre psychothérapeutique MUZ 7 GB à Perm.
2004–2006 — professeur associé à l’Institut de psychologie de l’Université pédagogique de Perm.
2006–2009 — professeur agrégé de l’AMEP.
2009 – jusqu’à présent — directeur du Centre psychologique du docteur Vaguine à Perm.

Exposition des peintres français et russes

“Échanges croisés entre Tikhvine et Hérouville

autour de l’eau”

Du lundi 7 au lundi 21 février 2022

Dans la salle de marbre de la MRSC

A l’occasion des 30 ans du jumelage de Tikhvine avec les Français d’Hérouville – une exposition croisée d’artistes des deux pays

Parmi la cinquantaine de couples jumelés entre les villes de Russie et de France, il y a ceux qui ont atteint une véritable amitié, ayant réussi à remplir le programme des relations intercommunales avec des événements bilatéraux vraiment intéressants et pratiques qui sont nécessaires d’un point de vue pratique .

Tikhvine et Hérouville-Saint-Clair font partie de ces ensembles partenaires depuis maintenant trente ans. Depuis 30 ans, environ 500 événements communs ont été mis en place entre les villes. Certains d’entre eux sont suivis par la Maison Russe à Paris.

A l’aube du partenariat, ses initiateurs ne pouvaient ignorer le fait que les deux villes – la ville clé en 1942 pour la défense de Leningrad et Hérouville, banlieue cannoise, sont unis par une histoire mémorielle militaire pour chérir la mémoire des ancêtres, dans l’histoire française de la Seconde Guerre mondiale , Chaque année, des jeunes et des vétérans organisent des actions commémoratives et rendent hommage à leurs libérateurs.

Un tissu d’interaction très dense d’actions culturelles sont réalisées avec la participation des deux villes. Un programme culturel spécial, dans le cadre duquel pendant un mois entier (15 novembre – 15 décembre), les citadins se sont vu proposer divers événements dédiés au 30e anniversaire de l’établissement des relations entre villes sœurs, qui a été célébré en 2021.

Le 7 février, la Maison russe des sciences et de la culture à Paris accueillera l’inauguration d’une exposition d’art croisé avec la participation de maîtres des beaux-arts de Tikhvine et d’Hérouville. Le sujet d’inspiration créative des auteurs russes et de leurs collègues français était l’élément eau.

L’exposition, présentée précédemment à l’Hôtel de Ville et au Conservatoire d’Hérouville-Saint-Clair, associe des œuvres de peintres de Tikhvine et d’Hérouville.

La peinture à l’huile est techniquement plus difficile… mais beaucoup plus belle esthétiquement que les peintures à l’eau… Mais c’est “l’eau” qui est devenue le principal thème fédérateur de l’exposition. Après tout, l’eau est un élément vital qui, de par sa nature, ne peut être représenté qu’en mouvement, ou plutôt dans les effets qu’il produit sur l’environnement. Le spectateur de la Maison russe devra découvrir comment les artistes des deux pays ont fait face à cette tâche.

Notre rendez-vous culturel à Paris revêt une grande importance dans les deux villes – une importante délégation conduite par le maire d’Hérouville, Rodolphe Thomas, prévoit d’arriver spécialement pour le vernissage à la Maison Russe. Des membres de l’administration municipale et des artistes, auteurs des peintures exposées l’accompagneront.

Parmi les invités, la présidente de l’Association d’amitié et de solidarité avec Tikhvine, Nina Hervie, et ses proches, membres de cet organisme public, qui a été la principale « courroie de transmission » pour le développement de la coopération entre villes jumelées, sont attendus.

Des représentants de l’administration municipale de la ville de Tikhvine, avec qui les partenaires français auront à nouveau un dialogue direct et intéressé, ont été invités à l’ouverture pour s’exprimer en ligne.

L’exposition est disponible pour des visites individuelles et de groupe.

Entré sur inscription gratuite: CLIQUEZ

L’admission au RDNC s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des autres règles sanitaires établies.


Concert exceptionnel

Arseny Mun, lauréat des concours internationaux (piano)

Jeudi 10 février 2022 à 19 h

Salle de musique de la MRSC à Paris

Arseny Mun est né en 1999 à Saint-Pétersbourg.
À l’âge de six ans, il a commencé à jouer du piano sous la direction d’Eléna Ziabréva.
Entre 2010 et 2017, il a fait ses études auprès d’Alexandre Sandler : d’abord à l’école secondaire spéciale de musique du Conservatoire national Nikolaï Rimski-Korsakov à Saint-Pétersbourg, ensuite au Conservatoire.

Actuellement il est élève de Sergueï Babayan à la Juilliard School de New York. En 2009, il a fait ses débuts avec un orchestre symphonique à l’Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg, et en 2014, il a donné son premier concert solo à la Maison Mozart à Vienne.

Il est lauréat de nombreux concours internationaux.

Il a remporté le IIIe prix et le prix spécial au concours pour jeunes e-Piano à Minneapolis (Etats-Unis), le IIe prix Van Cliburn à Fort Worth (Etats-Unis), le Ier prix au Concours International de Piano Arthur Rubinstein in memoriam à Bydgoszcz (Pologne), le 1er Prix au Concours International de Piano à Saint-Priest (France).
Il est également lauréat du prix du gouvernement de Saint-Pétersbourg. Entre 2010 et 2016, il a gagné la bourse Sviatoslav Richter de la Fondation Mstislav Rostropovitch. En 2016, il a reçu le prix personnel de Iouri Temirkanov. La même année, il reçoit le prix spécial du meilleur pianiste de la Verbier Festival Academy.

Il s’est produit au Festival international Iouri Bachmet à Minsk, aux festivals « Visages de pianistes contemporains » (Saint-Pétersbourg), « Visite chez Larissa Guerguieva » (Vladikavkaz), « Moscou accueille ses amis ». Il est participant régulier aux programmes de la Maison de la musique de Saint-Pétersbourg.

Il a joué entre autres avec l’Orchestre de chambre de Tallinn, l’Orchestre symphonique académique d’État de Saint-Pétersbourg, le Grand orchestre symphonique Piotr Tchaïkovski, l’Orchestre symphonique d’État « Nouvelle Russie », l’Orchestre de chambre de Lituanie, l’Orchestre de l’Ermitage, l’Orchestre symphonique de Fort Worth, l’Orchestre du Minnesota et l’Orchestre « Symphonie du Nord ». Il a collaboré avec les chefs d’orchestre Alexandre Titov, Dmitri Liss, Alexandre Skulski, Fabio Mastrangelo, Stanislav Kotchanovski, May-Ann Chen, Mark Russell Smith, Ian Hobson, Zaürbek Gougkaev, Yaroslav Zaboyarkin et bien d’autres.

Il se produit avec des orchestres et en solo dans de grandes salles en Europe, aux États-Unis et en Russie (salle de concert du théâtre Mariinsky, Centre Krannert pour les arts du spectacle (Urbana, Illinois), Salle Cortot à Paris, etc.). A l’automne 2019, il a effectué une tournée dans les villes européennes (Strasbourg, Luxembourg, Paris, Bruxelles), et a également donné un concert sur Radio France. Parmi ses engagements pour la saison 2020–2021 figurent des concerts solo en Russie, en Suisse, en France et en Pologne.

Depuis 2019, il est artiste officiel de la compagnie Yamaha.

Au programme :

  • Sonate n° 31 op. 110
  • Impromptu op. 90 n° 3
  • Andante spianato et Grande Polonaise brillante op. 22
  • Mazeppa

Entrée sur inscription préalable. Nombre de places limité.

L’entrée à la MRSC s’effectue à condition du port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un pass sanitaire.

INSCRIPTION PRÉALABLE : CLIQUEZ

Conférence dans le cadre des
13èmes Journées du livre russe

” La France, la deuxième Patrie Littéraire
d’Alexandre Zinoviev “

avec Olga Ziniviev son épouse
et des écrivains contemporains

Dimanche 13 février 2022 à 14 h

Salle de Conférences et sur le site de la MRSC

Programme spécial dédié à Alexandre Alexandrovitch Zinoviev.

En 2022, tout le monde célébrera le 100e anniversaire de la naissance d’Alexandre Alexandrovitch Zinoviev (1922-2006), écrivain, philosophe, logicien, sociologue, poète, artiste, idéologue, combattant, patriote et citoyen d’exception. Capitaine des gardes des avions d’attaque de la Grande Guerre patriotique, a reçu des ordres militaires.

Le monde découvre le phénomène d’Alexandre Zinoviev – une personnalité de type Renaissance, l’un des mystères les plus frappants et les plus attrayants des XXe et XXIe siècles, un héros de notre temps, un homme du futur.

Il a consacré toute sa vie au service de la Vérité. Récompensé par l’étoile d’or de l’Université d’État de Moscou “Pour la fidélité à la vérité“.

Membre des Académies des sciences de Finlande, d’Italie, de l’Académie bavaroise des beaux-arts, de nombreuses académies russes ; prix internationaux et européens – Médicis, 1978; Tevere, 1992; Prix ​​de littérature française du meilleur roman, 1979 ; Prix ​​européen du meilleur roman de science-fiction, 1980 ; le seul lauréat soviétique et russe du prix international Alexis de Tocqueville pour l’humanisme (reçu pour la création de la théorie du communisme réel), 1982 et autres.

Nominé en 1984 et 1999 pour le prix Nobel de littérature en tant que créateur d’un nouveau genre (ne l’a pas accepter en raison d’une position ferme sur le bombardement de la Serbie).

Citoyen d’honneur des villes de France et d’Italie (Avignon, Orange, Ravenne), à ​​titre posthume – Kostroma.

Le président russe V.V. Poutine classe Alexander Zinoviev parmi la galaxie des écrivains russes exceptionnels.

Le génie d’AA Zinoviev a été admiré par Mstislav Rostropovich, Vladimir Ashkenazy, Mikhail Shemyakin, Eugene Ionesco, Federico Fellini, Valery Giscard d’Estaing, Jorge Luis Borges, Daniel Barenboim, Ekaterina Maksimova, Vladimir Vasiliev, Ernst Neizvestny, Valery Panov, Kirill Kondrashin , Friedrich Dürrenmatt, Mikhail Rud, Gidon Kremer, Hans Magnus Enzentsberger, Cardinal Gianfranco Ravasi, Raymond Aron, Simone Weil, Karl Popper, Max Gallo, Jurgen Habermas…

Au cours des événements à la Maison russe, une série de rencontres aura lieu le 13 février, avec des écrivains russes contemporains et l’épouse du philosophe O.M. Zinovieva. Des films documentaires et une exposition consacrée à la vie et à l’œuvre du brillant écrivain seront projetés.

L’entrée est gratuite, sur rendez-vous. Nombre de places limité.

L’admission au RDNC s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un certificat sanitaire (pass-sanitaire).
En ce qui concerne les films, nous ne pouvons certainement pas faire de traduction. YouTube a la capacité de traduire automatiquement les sous-titres. La traduction n’est pas importante mais à mon avis il sera possible de l’utiliser. Nous aimerions un film de Shargunov 12 min et Grigoriev 26 min.

Jusqu’ici, les noms de deux scénaristes avec qui on va échanger sur zoom ne suffisent pas.

VOIR la CONFÉRENCE : CLIQUEZ

Concert avec le maestro
Andreï Chevtchouk

« Enfants à l’Opéra »

Mardi 15 février à 19 h  

Ce concert était prévue le 18 janvier a été reporté à mardi 15 février.

Maestro Andreï Shevtchouk et le chœur d’enfants de l’Académie SheremetyevGrad sous la direction d’Ekaterina Ferrari présenteront à votre attention une conférence – concert “Les enfants à l’opéra”.

L’art lyrique est-il réservé aux adultes ? Bien sûr que non. De nombreuses sujets d’opéra ont des choses en commun avec le folklore, avec des histoires romantiques, il y a beaucoup d’imaginaire en eux, ce qui est si proche des enfants. D’ailleurs, si vous regardez bien, il y a beaucoup d’enfants sur les scènes d’opéra. Ils participent à l’action comme des acteurs à part entière : ils jouent leurs rôles, dansent et chantent.

Vous découvrirez les personnages d’enfants dans des opéras célèbres, parmi lesquels Boris Godounov de Moussorgski, Madame Butterfly de Puccini et bien d’autres, et vous serez également surpris par la variété des chœurs d’enfants que l’on entend et dans « Roussalka » de Dargomyzhsky et dans « La Dame de piques » de Tchaïkovski et , bien sûr, dans ” Carmen ” Bizet. Les enfants, dont on ne remarque souvent pas la présence, se concentrant sur les artistes adultes, occupent une place importante sur la scène lyrique.

Si vous vous posez la question « comment attirer les enfants vers l’opéra classique ? – venez écouter cette conférence avec eux. Vos enfants feront connaissance avec des œuvres célèbres de l’opéra en interprétation classique, auront l’occasion de voir comment les autres enfants chantent et, pourquoi pas, ils s’imagineront dans la peau de vrais artistes.

La Maison russe invite à la soirée musicale qui se déroulera, comme d’habitude, en russe et en français.

L’entrée à l’événement est gratuite. L’inscription préalable à paris@rs.gov.ru est obligatoire, le nombre de places est limité.

INSCRIPTION : CLIQUEZ

L’entrée à la MRSC s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un pass sanitaire.

Concert Conférence avec le maestro
Andreï Chevtchouk

” Le Monde musical d’ Alexandre Scriabine “

avec la participation du professeur Igor Lazko

REPORTÉ le Jeudi 14 avril  2022 à 19h

Salle de musique de la MRSC

Dans les murs de la Maison russe à Paris, où le Conservatoire Alexandre Scriabine existe depuis plus d’une décennie, le maestro Andreï Chevtchouk, auteur et présentateur permanent de l’Encyclopédie musicale, parlera de la vie et du parcours créatif de Scriabine, de son séjour en France, puis s’entretiendra avec le célèbre pianiste et professeur exceptionnel, Igor Lazko, sur la musique de Scriabine.
 
Des pianistes jeunes, mais déjà reconnus, lauréats de concours internationaux, Josquin Otal, John Gade et Elizaveta Frolova, interpréteront les oeuvres du grand compositeur, dont les sonates n° 3 et n° 5, «Deux poèmes» op.32 et le poème «Vers la Flamme» op.72.

Alexandre Nikolaïevitch Scriabine ou Skriabin ( Александр Николаевич Скрябин) est un pianiste et compositeur russe né à Moscou en 1871 (6 janvier 1872 dans calendrier grégorien), mort à Moscou le 14 avril 1915 ( 27 avril dans calendrier grégorien)

Personnalité singulière par le symbolisme flamboyant de son langage musical et atypique par le refus de toute référence au folklore national, il n’en demeure pas moins un compositeur marquant de la musique russe de la fin du xixe siècle. Longtemps incompris des critiques et du public, ce mystique de l’extase influencé par la théosophie et la synesthésie laisse une œuvre profondément originale d’où se détachent son corpus imposant de dix soniates pour piano, son Poème de l’extase pour grand orchestre, son Prométhée ou Poème du feu et de nombreux préludes et études  au style virtuose et coloré.

Dans les murs de la Maison russe à Paris, où le Conservatoire Alexandre

Inscription préalable souhaitée : CLIQUEZ

Point de vue des juristes russes et français

” Problèmes actuels du droit Russe et Français “

Lundi 21 février 2022 à 15h

 

La Maison Russe des Sciences et de la Culture à Paris accueille sur sa plateforme virtuelle la présentation d’une monographie collective d’auteurs russes et français intitulée « Problèmes actuels du droit en Russie et en France : le point de vue des juristes russes et français ». L’ouvrage est consacré à l’étude des problèmes d’actualité du droit en Russie et en France dans le contexte des transformations socio-économiques contemporaines au niveau mondial.

La conférence en ligne est organisée dans le cadre d’un accord de coopération signé en octobre 2021 entre l’Université d’État juridique de Moscou Oleg Koutafine (angl. MSAL) et Rossotroudnitchestvo.

La monographie est publiée sous la direction du professeur Victor Blajeïev, recteur de la MSAL, juriste émérite de la Fédération de Russie, coprésident de l’Association des juristes de la Russie, membre du Conseil russe des affaires internationales (CRAI), et sous la direction de la professeure Maria Egorova, chef du Département de coopération internationale de la MSAL, coprésidente de l’Alliance internationale des Juristes et Economistes (France), membre du Conseil russe des affaires internationales (CRAI).

La publication a été préparée avec le soutien de Rossotroudnitchestvo et de l’Ambassade de France en Russie.

Renforçant l’intérêt mutuel envers l’étude du droit russe et français, les chercheurs en droit portent une attention particulière aux méthodes appliquées dans la régulation juridique de nouveaux domaines, tels que l’intelligence artificielle, les crypto-monnaies, les technologies numériques en droit médical, environnemental et en droit d’auteur.

Le livre est destiné aux enseignants, chercheurs et praticiens, fonctionnaires, étudiants en Licence, Master et Doctorat, ainsi qu’à tous ceux qui s’intéressent aux problèmes et orientations du développement de la science juridique contemporaine.

Parmi les participants à la présentation de la monographie seront :

  • Polikanov Dmitri, chef adjoint de Rossotroudnitchestvo ;
  • Benjamin Danlos, Magistrat de liaison en Russie à l’Ambassade de France en Russie ;
  • Alain Duflot, avocat, maître de conférences à l’Université Jean Moulin Lyon 3, coprésident de l’Alliance internationale des Juristes et Economistes (France) ;
  • Béatrice Espesson-Vergeat, docteur en droit, maître de conférences à la faculté de droit de l’université Jean Monnet (Saint-Etienne) et de l’université de Lyon, membre du Centre d’études juridiques critiques, membre de l’UMR 5137 du Centre national de la recherche scientifique ;
  • Evdokimova Maya, docteur en philosophie, vice-recteur à la recherche de l’Académie d’État russe de la propriété intellectuelle ;
  • Claude Ferry, docteur en droit, professeur à la faculté de droit du Centre du droit de l’entreprise de l’Université de Montpellier (France) ;
  • Koubychkine Alexeï, avocat au cabinet d’avocats « SanktaLex » (n° 36) du barreau « Ordre des avocats de barreau de Moscou », partenaire de la collaboration scientifique « Alliance des développements juridiques dans le domaine du génome (LeGenDA) », docteur en droit ;
  • Marine Michineau, docteur en droit, Maître de conférences à l’Université Paris Nanterre, Directrice du Master 2 Analyse et pratique du droit des affaires ;
  • Ponomareva Daria, docteur en droit, chef adjoint du département de droit pratique de l’Université d’État juridique de Moscou Oleg Koutafine (MSAL) ;
  • Slepak Vitaliy, docteur en droit, professeur associé au Département d’intégration et de droit européen, l’Université d’État juridique de Moscou Oleg Koutafine (MSAL) ;
  • Tsitoviеch Lyubo, docteur en droit, professeur associé, département de droit civil et commercial de l’Académie russe de la propriété intellectuelle.

En outre, des scientifiques de Russie et de France représentant de grandes universités russes et françaises, des enseignants l’Université d’État juridique de Moscou Oleg Koutafine (MSAL), le Conseil russe des affaires internationales, l’Association des diplomates russes, des scientifiques d’Italie et d’Espagne ont reçu une invitation à la conférence.

Pour participer à la conférence, l’inscription est obligatoire : https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_XLfRX71oS0iG0ssSmbUHMA.

La conférence Zoom sera organisée en russe et en français avec traduction simultanée et possibilité de communication directe avec les invités.

La diffusion en direct peut être visionnée sur la chaîne de la MRSC à Paris sur YouTube (sans traduction).

A partir de 15h (heure de Paris) / 17h (heure de Moscou).

L’enregistrement complet de la réunion sera publié en deux versions linguistiques sur les sites Internet et des réseaux sociaux de la MSAL et de la MRSC.

Conférence

” Secrets français des russes à l’étranger “

Sépultures russes en France

Mardi 22 février à 18 h 

Salle de conférence et sur le site de MRSC

la Maison russe des sciences et de la culture à Paris poursuit les discussions sur les lieux culturels et historiques russes d’une valeur particulière.

L’une des directions importantes du travail historique et mémoriel complet de Rossotrudnichestvo est la préservation des lieux de sépulture d’une importance historique et mémorielle particulière situés à l’étranger.

Les mesures d’entretien et de préservation de ces lieux à l’étranger sont prises dans le cadre d’une liste spéciale du gouvernement de la Fédération de Russie, qui comprend aujourd’hui des cimetières situés dans 14 pays.

Deux de ces lieux spéciaux sont situés en France : « Le secteur russe du cimetière municipal de Sainte-Geneviève-des-Bois, Léo Lagrange » et « Ivry-sur-Seine”, lieu de sépulture des artistes Natalya Sergeevna Goncharova et Mikhail Fedorovich Larionov …..

Dans le même temps, il est évident que pour la “capitale de la diaspora russe“, qui est à juste titre considérée comme la France, la liste gouvernementale des tombes russes particulièrement précieuses dans ce pays doit être recontituée. Dans le même temps, le travail d’évaluation et de sélection de ces lieux doit être systématiquement organisé et réfléchi. Une expertise scientifique sérieuse et un débat public responsable sont nécessaires. C’est pour tenter de réaliser un projet d’inventaire de nos sépultures particulièrement précieuses, à savoir cette catégorie de monuments historiques russes, à l’exception des sépultures militaires, que Rossotrudnichestvo a été chargé de traiter, la MRSC a invité les hommes les plus éminents de Russie et de France pour parler.

T.V.Anguladze (Marseille), spécialiste du domaine de la danse
D.B. de Koshko, journaliste et personnalité publique
F. Kutseff, Président de l’Association des Russes de Provence, écrivain 
A.N. Miller de la Cerda, historien, consul honoraire de Russie à Biarritz 
K.I. Mogilevsky, Membre du Présidium du Conseil, Président du Conseil d’administration de la Société historique russe, Directeur exécutif et Président du Conseil d’administration de la Fondation Histoire de la Patrie
V.A. Moskvin, Directeur de la Maison des Russes de l’étranger 

T.E. Mozhenok, écrivain, chercheur, historien de l’art 
D.M. Shakhovskoy, historien, président de l’Assemblée des Nobles de Russie 
A. Shevchuk,  chercheur du patrimoine musical russe en France, le maestro A. Shevchuk – telle est la composition des experts invités à cette passionnante conférence.

Le résultat devrait être des propositions sélectionnées pour l’inclusion d’un projet dans la liste gouvernementale, en tenant compte de la discussion sur la signification historique, la valeur spirituelle, l’état de conservation et la hiérarchisation approximative des sépultures russes.
La conférence sera organisée dans un format hybride (en salle et en ligne) en russe et en français, avec traduction simultanée et diffusion en direct sur Zoom et sur la chaîne YouTube MRSC  à Paris.

Des experts répondront aux questions des invités dans le hall et des téléspectateurs en ligne.

L’entrée est gratuite, sur rendez-vous. nombre de places limité.

 RV à 18h00 (Paris).

L’admission à la MRSC s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un certificat sanitaire (pass-sanitaire).

INSCRIPTION à LA DISCUSSION : CLIQUEZ

Inscription pour assister dans la salle : CLIQUEZ

Stella International expose

” ESPRIT RENCONTRE “

12 artistes 

du mardi 22 au lundi 28 février 2022

Salle de marbre de la MRSC

L’association « Stella Art International », association fondée par Stella Kalinina est un véritable lien entre les artistes et le public. Les artistes vous proposent de découvrir une exposition diversifiée de l’art contemporain…

Stella Art International est une association à but non lucratif, fondée en 1999 à l’initiative de Stella Kalinina, passionnée d’art.

L’association est située au cœur de Paris, à deux pas de l’Arc de Triomphe, au Centre de Russie pour la Science et la Culture, partenaire de l’association pour la plupart des grands évènements. Son but est de favoriser la création artistique et culturelle, en organisant un grand nombre d’évènements internationaux dans le domaine des arts : peinture, musique, mode, littérature, cinéma, théâtre et danse.

Elle présente une grande diversité de styles, de techniques et de modes d’expression, toujours à la recherche de nouveaux talents.

” L’effervescence créative du début du XX siècle russe doit énormément à une brillante pléiade de connaisseurs inspirés qui ont accompagné et soutenu bon nombre d’artistes.
Que serait cette prodigieuse époque sans Tretiakov, Morozov, Diaghilev? Véritables passeurs entre les créations et le grand public, ils savaient qu’au savoir-faire d’un artiste il fallait ajouter le “Faire-Savoir” d’une médiation. Aujourd’hui quand la pression de la culture de masse devient écrasante, l’artiste a plus que jamais besoin de ces interprètes passionnés qui traduisent sa démarche créatrice auprès d’un monde de plus en plus sourd et technocratique.
C’est une noble mission que se donne Stella Kalinina.
Stella Art International est devenue un trait d’union irremplaçable entre les artistes et le public. La vivifiante synergie que naître son activité a déjà donné des exemples très convaincants.
Le ballet, la peinture, la musique, la poésie trouvent, grâce à cette médiatrice engagée, un champ d’action plein de promesses.”
Andreï Makine

Maison Russe des Sciences et de la Culture
61 rue Boissière, 75116 Paris
Tél : 01 44 34 79 79

Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp

Concert exceptionnel

MICHA & BORIS Gerchevitch KINER

Dimanche 27 mars 2022 de 19h 30 à 21h 30

Institut protestante théologique, 75014 Paris

Boris Kiner est le parolier avec ses poèmes, Mikhaïl Kiner est le compositeuret écrit des chansons , un duo à ne pas manquer pour ce concert unique à Paris. Boris est né en 1952, près de Moscou, diplômé de l’école numéro 9 de la ville de Kolomna en 1973. A étudié au Département de mathématiques de l’Institut pédagogique de Kolomne (1973-1976). En 1980, il est diplômé  de l’Institut de théâtre Boris Shchukin). De 1981 à 1988 travaillé au Mosconcert et de 1988 à 1990 a travaillé dans le théâtre-studio “Notre Théâtre” .

 

Depuis 1967, il a commencé à composer des chansons sur les vers de son frère aîné Mikhail ( http://www.kiner.ru ) et d’autres poètes. De 1979 à 1982, il se produit en duo avec son frère. Boris Gershevich a écrit de la musique pour des films, joue et est engagé dans des activités d’enseignement.

Et en 1980, le premier festival de la chanson de l’auteur de Moscou a eu lieu, les frères Kiner participent en tant qu’auteurs et interprètes, et sont devenus lauréats dans les deux catégories. De plus, en tant qu’interprètes, ils ont remporté le Grand Prix. Mais le plus précieux pour les frères était le prix du public.

Depuis 1967, il a commencé à composer des chansons sur les vers de son frère aîné Mikhail ( http://www.kiner.ru ) et d’autres poètes. De 1979 à 1982, il se produit en duo avec son frère. Boris Gershevich a écrit de la musique pour des films, joue et est engagé dans des activités d’enseignement.

   Après le festival, en deux ans, Boris et Mikhail Kiner ont parcouru presque tout le pays, de Vladivostok à Tachkent et Chisinau, déjà en tant que bardes « respectables » ou invités d’honneur. Boris Kiner se souvient :
« Quelque part on continuait à participer à des concours, quelque part on était déjà membres du jury. Au début des années 80, mon frère Mikhail était impliqué dans des festivals et des compétitions, tout comme mon « duelliste » Mikhail Tsitrinyak traite aujourd’hui de questions similaires. J’ai toujours été plus intéressé par la chanson elle-même. En 1982, mon frère, Mikhail Kiner, est parti vivre en France, et notre duo des deux Kiner a cessé d’ exister .”

Institut protestante théologique

83 Bd Arago, 75014 Paris

Tarifs : 20€ adultes, 15€ réduit, 10€ adhérent au club, 5€ enfants

Réservation et informations : ksp.paris@gmail.com

Métro : ligne 6 – station Saint-Jacques

VOTRE  ATTENTION

Spectacle du Slava’s Snowshow 

au Trianon REPORTÉ à l’hiver 2022

du 21 décembre 2022 au 8 janvier 2023

REPORT – Compte tenu des incertitudes et du manque de visibilité sur les prochains mois, nous sommes dans l’obligation de reporter le spectacle du Slava’s Snowshow prévu au Trianon à l’hiver 2022.

⚠️ Les billets ne sont plus valables pour les séances de 2021. Nous vous invitons à vous faire rembourser auprès des points de ventes habituels.
 
 
TOURNÉE À VENIR
en Russie et en France
 
 

LE TRIANON
80 Bd Rochechouart
PARIS –

Plus de renseignements plus bas

fkf

Jusqu’au 14 janvier 2022,  nouvelle exposition haute en couleurs
« Le Nouvel An russe » sur les panneaux extérieurs.

La MRSC est située dans un quartier populaire et central de Paris. Plusieurs centaines de personnes la fréquentent chaque jour. D’autres encore, entraînés par la course de la vie, passent devant nos locaux, mais s’arrêtent invariablement pour regarder les expositions sur les panneaux consacrées à la Russie, que la Maison russe présente régulièrement.

Dans le cadre de l’exposition à l’occasion du Nouvel An, on a rassemblé des reproductions de peintures démontrant avec quelle tendresse et avec quel amour les artistes russes dépeignent l’atmosphère de leur fête préférée.

D’ailleurs, on peut y voir des photos de Moscou, Saint-Pétersbourg, Kaliningrad, Veliki Oustioug, Kazan et d’autres villes dans toute leur splendeur festive. Et pour les enfants, on propose une sélection des images de dessins animés dans l’esprit du Nouvel An, car après tout, les regarder lors des vacances d’hiver est devenu une autre bonne tradition en Russie.

Le Nouvel An est l’une des fêtes préférées en Russie. Les Russes commencent à s’y préparer bien à l’avance : les villes s’embellissent par des guirlandes et des lanternes multicolores, des sapins décorés pour le Nouvel An sont installés sur les places et les rues, une ambiance de joie, d’espoir, de contes de fées pénètrent dans chaque foyer.

Et pourtant, la célébration du Nouvel An en Russie est une tradition relativement récente. Avec l’adoption du christianisme en 988, on célébrait le début de l’année le 1er mars et à partir de 1492 le jour du nouvel an a été reportée au 1er septembre. Ce jour-là, commençait une nouvelle année qui était célébrée avec un service divin particulier intitulé « Pour raccompagner l’année ».

La coutume de célébrer le début du nouvel an dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier s’est établie sous Pierre le Grand en 1699, lorsque, par un décret spécial, le tsar a introduit un nouveau système de chronologie (avant on suivait le système byzantine, « depuis la création du monde », ainsi l’an 7208 est devenu 1700). En même temps, Pierre Ier a laissé le calendrier julien, alors qu’en Europe le calendrier grégorien était depuis longtemps entré en usage. Selon le décret du tsar, les citadins devaient décorer leurs maisons avec des branches de sapin, se féliciter pour le début de la nouvelle année, organiser des feux d’artifice sur les places de la ville et s’amuser jusqu’au 7 janvier.

Sous le règne de l’impératrice Elisabeth Ire, les bals masqués du Nouvel An sont devenus très populaires et sous Catherine II, a apparu la tradition d’échange de cadeaux. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du XIXe siècle que s’est imposée la coutume de décorer un sapin pour le Nouvel An. Des artels spéciaux ont commencé à produire des jouets du Nouvel An. Dans les pâtisseries, on pouvait acheter cette beauté verte, déjà ornée de toutes sortes de bonbons, c’était un plaisir accessible aux personnes très riches. Ceux qui ne pouvaient pas se permettre ce luxe préféraient des décorations fait maison.

C’est à cette même époque qu’apparaît l’idée que le Nouvel An est une fête pour les enfants. Un arbre fabuleux, une mascarade, des cadeaux sous le sapin pour ceux qui se sont bien comportés tout au long de l’année, la joie et le plaisir ont finalement rendu cette fête mondaine.

A la fin du 19ème siècle, se forme l’image d’un gentil Grand-père Gel (Père Noël). Son origine est associée à l’ancienne divinité païenne des tempêtes et du mauvais temps. Mais au fil du temps, le patron rigoureux des blizzards et du froid a acquis les traits d’un sage vieillard qui non seulement règne sur la nature, mais également fait des sermons. Morozko, Grand-père Gel, Moroz Ivanovitch se sont fermement ancrés dans le folklore russe.

Le Grand-père Gel moderne est un magicien qui chasse les mauvais esprits et apporte des cadeaux à tous les enfants sages. Il est invariablement accompagné de la petite-fille, la Fille des neiges, habillée en un manteau de fourrure bleu et blanc, ce qui symbolise des eaux gelées.

En 1918, après la révolution la Russie est passée au calendrier grégorien européen, ce qui a fait qu’une différence de 13 jours a apparu par rapport au calendrier julien de l’Église, le soi-disant style ancien. La célébration du Nouvel An a été annulée, mais une nouvelle fête du « Blizzard rouge » a été établie pour le jour du début de la révolution mondiale. Il ne s’est pas enraciné parmi le peuple. Les gens ont continué à décorer secrètement les arbres de Nouvel An et à se faire des cadeaux.

Et ce n’est qu’en 1935 que la bonne tradition de célébrer le Nouvel An a été rétablie.
Depuis 1937, DED-MOROZ le Grand-père Gel est devenu un invité régulier de la fête. Et aujourd’hui, le début du Nouvel An dans chaque foyer en Russie est accompagné de cadeaux, du Grand-père Gel avec SNEGOUROUCHKA sa Fille des neiges, ainsi que de champagne, de la salade russe, des félicitations du chef du pays, du carillon de la tour Spasskaïa du Kremlin, de la foi en un avenir prospère de chacun en particulier et du pays dans son ensemble.

La Maison russe des sciences et de la culture à Paris a le plaisir de souhaiter à ses visiteurs et partenaires une Bonne Année 2022 et un Joyeux Noël !

Exposition

Liée à l’Odysée

Jacques Cousteau sur le lac Baïkal.

Jusqu’au 28 Février 2022.

Exposition rare qui s’est déroulée en décembre, reprend pour le plaisir des visiteurs qui l’ avait ratée  .
Ceux qui le souhaitent peuvent voir les objets originaux associés au légendaire capitaine Jacques-Yves Cousteau, transférés chez nous pour stockage temporaire par Francine Cousteau.

A noter que même en France il n’y a pas d’exposition permanente ou de musée dédié à ce chercheur étonnant.

Exposition d’objets et documents liés à l’expédition du Capitaine  Jean Couteau sur le lac Baïkal.
L’année 2021 est marquée par le 25ème anniversaire du plus grand réservoir d’eau douce de la planète, du lac Baïkal, le réservoir d’eau le plus ancien, le plus profond, le plus propre et le plus mystérieux de la planèteinscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.
Les pièces sont exposées avec l’aimable accord de Francine Cousteau et Franck Machu.
2021 marque le 25e anniversaire de l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO du lac Baïkal – .
En commémoration de cet événement le plus important pour la science russe et mondiale, la Maison russe de la science et de la culture à Paris a organisé le 30 novembre une soirée unique.
Les partenaires intéressés étaient l’Association pour le dialogue franco-russe et le Centre de la société géographique russe à Paris, qui ont chacun apporté une contribution significative à la préparation de la réunion.
La présidente des associations Cousteau (France, USA), la veuve de la légendaire capitaine Francine Cousteau et archiviste de l’association Frank Macchau, collectionne méticuleusement les documents historiques et scientifiques liés aux grands français depuis plus de 40 ans.
Les spectateurs de la Maison russe ont pu découvrir la fascinante et rare beauté du tournage sous-glace, un film biographique scientifique “À travers le miroir du Baïkal“, tourné par l’équipe Cousteau en 1996-1997, et qui est devenu une partie de la célèbre série ” L’Odyssée sous-marine de l’équipe Cousteau.
Le film est dédié à la mémoire de Jacques-Yves Cousteau, dont les jours se sont terminés lors du montage du film. Le courageux explorateur du « continent bleu » a beaucoup fait pour rendre les secrets et secrets des océans accessibles à tous les habitants de la planète. C’est lui qui a inspiré nombre de ses disciples à prêter attention à l’écologie de notre planète, faisant de la protection de l’environnement l’une des principales tendances humanitaires du monde moderne.
Au cours de sa vie, l’océanographe a réalisé des milliers de plongées et réalisé plus de 120 films à son sujet. Grâce aux travaux de Jacques-Yves Cousteau, les gens ont appris à quoi ressemble le monde sous-marin.
Francine Cousteau était membre de l’équipe de l’expédition et scénariste du film.
Les invités français ont partagé leurs souvenirs de cette mission et d’autres du célèbre capitaine, discuté avec le public des défis actuels de l’humanité et de l’avenir écologique de la Terre, révélé les plans de l’Association pour de nouvelles recherches à bord du célèbre navire Cousteau Calypso , y compris en Russie.
Au nom du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO, Irena Caquet a pris la parole lors de la soirée, soulignant l’importance mondiale du plus grand site naturel russe, inscrit sur la Liste du patrimoine de l’UNESCO il y a 25 ans. L’expert international a souligné les activités visant à préserver la valeur universelle exceptionnelle de l’unique réservoir d’eau russe, qui est le principal critère de reconnaissance de l’importance des objets par les pays membres de l’Organisation humanitaire mondiale.
La rencontre, qui a réuni des spectateurs intéressés de différents âges et groupes professionnels, a été inspirée par l’animatrice expérimentée de conférences polémiques, la responsable du Dialogue franco-russe, Irina Dubois.
Avec la médiation active de la directrice du Centre de la Société géographique russe en France, Daria Loyola, il a été possible d’organiser une liaison directe de Saint-Pétersbourg au célèbre océanologue russe, membre des expéditions de J.-I. Cousteau du côté russe, Vitaly Ivanovich Sychev. Le scientifique a évoqué l’interaction avec le chercheur français dans le cadre de la mission au Baïkal et d’autres projets sous-marins communs.
Avec l’aimable consentement de Francine Cousteau, une exposition d’équipements de plongée et d’autres objets personnels du capitaine français, des pièces documentaires de sa collection, ainsi que des photographies de travail du lac Baïkal, réalisées par J.Y. Cousteau lors de cette expédition mémorable, ont été ouvertes dans le salles de la MRSC.

L’enregistrement vidéo complet de la réunion est publié sur les ressources Web de la Maison russe à Paris. CLIQUEZ

Par conséquent, il est possible de voir l’équipement de plongée inventé par lui, le premier caisson dans lequel il est devenu possible de réaliser des tournages sous-marins, des boîtes avec des films signés de sa propre main, des lettres personnelles de ML Rostropovitch, des diplomates russes en France, et bien plus, seulement ici.

Les enfants en Russie et en France dessinent leur chanson préférée du Nouvel An.
Pour prolonger les périodes de fêtes en janvier, la MRSC et l’association française “Pour Kungur”, présidée par Hélène Texier GargilesseBand, vous préparent l’exposition de dessins

“Ma chanson préférée du Nouvel An”.

Les enfants de Russie, de France et les enfants adoptés en Russie qui vivent maintenant dans un autre pays du monde (Espagne, Irlande, Etats-Unis, Italie…) ont envoyé, avec enthousiasme, leurs dessins afin de de faire découvrir leur chanson préférée.

L’association “Pour Kungur”, depuis 2012, organise des projets qui “réconcilient” les enfants adoptés en Russie avec leur pays de naissance, entre autres avec des projets d’échanges avec les enfants russes, avec qui ils partagent leurs différentes cultures.

Depuis quelques années, les projets se sont largement étendus aux écoles, centres culturels, et les enfants ont manifesté l’envie de partager leurs échanges avec le public.

Pour les expositions de l’hiver, sur le thème des chansons de Noël et du Nouvel An, plus de 700 dessins ont été réceptionnés par “Pour Kungur”. 357 ont été sélectionnés par l’association , et une centaine sera installée pour l’exposition finale sur les panneaux extérieurs de la MRSC du 17 au 31 janvier.

En France, l’école primaire d’Orsennes, le collège d’Eguzon et le Cercle des beaux arts d’Argenton sur Creuse ont participé.

En Russie, nous notons la participation des centres pour enfants sans soins parentaux de Kungur, Kudimkar et Chaikovski, du sanatorium pour enfants tuberculeux “Irène à Nevolino, du cercle du joyeux parc de Smeovka (Кружок “Веселый парк” д. Змеевка) , du centre culturel des ingenieurs de la mécanique de Kungur (Дворец культуры машиностроителей,.

De nombreuses écoles ont également répondu à l’appel.

Dans la région de Perm, les écoles 22, 135 et 127 de Perm, les écoles 1, 2, 10, 18 de Kungur, le Gymnase N°16 de Kungur, l’école pour enfants handicapés de Kungur, mais aussi les écoles des villages de Plekhanovo ( «Плехановская СОШ») , Mazunina (Мазунинский филиал МАОУ Ленская СОШ ) et Krasnovichersk (Красновишерск) .

L’association “Pour Kungur” organise des projets essentiellement avec la région de Perm, mais de plus en plus, d’autres régions russes manifestent leur intérêt et leur envie de participer, grâce au relais de la bibliothèque de Kungur et à l’Alliance française de Perm…

Ainsi, des dessins ont été reçus de la région de Rostov (‘école 4 de Donetsk), de la région de Vologda (école 1 de Veliky Ustyug), de la région de Krasnodar (école 7 de Sotchi), de la région de Belgorod ( club de dessin de Krasnoyaruzhky -Клуб любителей рисования “Юный художник”. Краснояружского района).

En attendant la grande exposition à la Maison russe des sciences et de la culture à Paris, les enfants peuvent être fiers de savoir leurs dessins exposés dans de nombreuses structures pour personnes âgées et centres de soins en France, où ils font la joie des résidents.

Une grande partie des dessins est également exposée à l’espace “Vanik Berberian”, dans le village de Gargilesse, siège de l’association “Pour Kungur” ( au moins jusqu’au 2 janvier)

Très bientôt, les 357 dessins seront en ligne sur ce site dédiés aux expositions des enfants de “Pour Kungur”.

Les dessins seront associés à des liens grâce auxquels vous pourrez découvrir les chansons illustrées par les enfants. Vous pourrez également voter pour vos 5 dessins préférés ( avant le 31 janvier, à cette adresse: pourkungur@gmail.com ), et envoyer des commentaires qui seront transmis aux enfants. Des prix du public seront décernés.
Très prochainement également, vous découvrirez sur le site de la MRSC les 100 dessins qui seront sélectionnés pour l’exposition finale.
Un jury exceptionnel constitué de personnalités russes et françaises attribuerons des prix spéciaux

« Enfants à l’Opéra » – un nouveau concert-conférence dans le cadre du cycle populaire « Encyclopédie Musicale » de la Maison russe à Paris

Anulation du Mardi 18 janvier, REPORTÉ AU 15 FÉVRIER dans la nouvelle édition du cycle de l’Encyclopédie musicale à partir de 19 h .
L’entrée est gratuite.
L’inscription préalable à :  paris@rs.gov.ru est obligatoire,
le nombre de places est limité.

Maestro Andreï Shevtchouk et le chœur d’enfants de l’Académie SheremetyevGrad sous la direction d’Ekaterina Ferrari présenteront à votre attention une conférence – concert “Les enfants à l’opéra”.

L’art lyrique est-il réservé aux adultes ? Bien sûr que non. De nombreuses sujets d’opéra ont des choses en commun avec le folklore, avec des histoires romantiques, il y a beaucoup d’imaginaire en eux, ce qui est si proche des enfants. D’ailleurs, si vous regardez bien, il y a beaucoup d’enfants sur les scènes d’opéra. Ils participent à l’action comme des acteurs à part entière : ils jouent leurs rôles, dansent et chantent.

Vous découvrirez les personnages d’enfants dans des opéras célèbres, parmi lesquels Boris Godounov de Moussorgski, Madame Butterfly de Puccini et bien d’autres, et vous serez également surpris par la variété des chœurs d’enfants que l’on entend et dans « Roussalka » de Dargomyzhsky et dans « La Dame de piques » de Tchaïkovski et , bien sûr, dans ” Carmen ” Bizet. Les enfants, dont on ne remarque souvent pas la présence, se concentrant sur les artistes adultes, occupent une place importante sur la scène lyrique.

Si vous vous posez la question « comment attirer les enfants vers l’opéra classique ? – venez écouter cette conférence avec eux. Vos enfants feront connaissance avec des œuvres célèbres de l’opéra en interprétation classique, auront l’occasion de voir comment les autres enfants chantent et, pourquoi pas, ils s’imagineront dans la peau de vrais artistes.

La Maison russe invite à la soirée musicale qui se déroulera, comme d’habitude, en russe et en français.

L’entrée à l’événement est gratuite. L’inscription préalable à paris@rs.gov.ru est obligatoire, le nombre de places est limité.

L’entrée à la MRSC s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un pass sanitaire.

JEUDI 20 janvier à 19 h en ligne, entretien avec l’historien et journaliste Christian Lardier qui présentera les joyaux de sa collection personnelle
jusqu’au 28 février d’archives sur la cosmonautique russe au public de la Maison russe à Paris

En 2022, on célèbre toute une constellation d’anniversaires spatiaux.
Le 40e anniversaire du lancement de la station orbitale soviétique Saliout 7 (avril 1982), le 65e anniversaire du lancement du premier satellite artificiel de la Terre (octobre 1957) et, enfin, le 40e anniversaire du vol spatial du premier cosmonaute français, Jean-Loup Chrétien, en 1982 dans le cadre de la mission soviéto-française.

Ce n’est pas un hasard si le programme de la Maison russe des sciences et de la culture à Paris pour la nouvelle année commence par une rencontre unique symbolisant la coopération russo-française dans l’exploration spatiale.
 
Pendant 65 ans Christian Lardier a méticuleusement rassemblé tout ce qu’il a réussi à trouver sur les programmes spatiaux soviétiques et russes.
De rares livres, des photographies historiques, des originaux d’articles sur les percées les plus importantes des cosmonautes.
Fasciné par les exploits des pionniers de l’espace, il a appris le russe en autodidacte, à partir de livres sur Konstantin Tsiolkovski et Friedrich Tsander.
Au cours de nombreuses années, ce chercheur a sélectionné des livres rares et des magazines sur l’espace pour sa collection à Paris et à Moscou, il a systématisé des articles et des publications.
La passion profonde pour l’exploration spatiale a amené Christian Lardier dans le journalisme, en outre, la connaissance de la langue russe lui a permis de devenir un spécialiste reconnu se repérant bien dans le programme spatial soviétique.

Journaliste accrédité à Moscou, il a personnellement assisté à des dizaines de lancements depuis le cosmodrome de Baïkonour et il a préparé des supports réussis pour le magazine français spécialisé Air&Cosmos.
En partant en voyage de groupe au Spitzberg, là où une photo mémorable pour lui a été prise (voir ci-dessous), Christian Lardier a emporté avec lui une image de son héros qui est Youri Gagarine.

Au cours de la conférence à la Maison russe, Christian Lardier, membre honoraire de l’Académie russe de cosmonautique
Konstantin Tsiolkovski et lauréat de la médaille d’or Youri Gagarine parlera en détail de l’histoire des programmes de vols habités russes.
L’invité répondra aux questions du public présent dans la salle et en ligne.

La conférence sera en français avec la diffusion en direct sur le Zoom et sur la chaîne YouTube de la MRSC.

L’entrée est gratuite, l’inscription préalable est nécessaire. Nombre de places limité.
L’événement débute à 19h00 (Paris).
 
L’exposition sera ouverte dans les salles de la MRSC du 20 janvier au 18 février.

Entrée sur inscription préalable.

Appuyez ici pour vous inscrire en ligne.

La MRSC accepte des demandes de visites de groupe et individuelles.
L’accès à la MRSC s’effectue avec le respect rigoureux de règles sanitaires, dont la présentation obligatoire du pass sanitaire.
 

Projection en ligne

du court métrage

” Sachka. Journal d’un soldat “
de

Kirill Zaitsev

Lundi 24 janvier à 19 h

Discussion en ligne : Mercredi 26 janvier

Participant du XIX Festival du film Pokrov-2021
Réalisation : Kirill Zaitsev, 38 min., Russie, 2021.
Avec sous-titres anglais.
Basé sur l’histoire “Sachka” de l’écrivain de première ligne Viatcheslav Kondratiev.
Le film a été présenté en première à Moscou le 24 avril 2021 dans le cadre du programme russe du 43e Festival international du film de Moscou.
Parmi les lettres et photographies, un vétéran de la Grande guerre Patriotique retrouve son journal. Le vieil homme feuillette le journal et les souvenirs l’envoient immédiatement dans le feu de la guerre.
Au milieu du feu, du sang et de la boue, au milieu de la haine bestiale et de l’inimitié, lui, alors encore jeune soldat Sacha, dans une terrible bataille à mains nues capture un garçon allemand de même âge. L’Allemand attend la mort, mais Sachka lui donne sa parole que les russes ne fusillent pas des prisonniers.
Au quartier général du régiment, le commandant du bataillon, dont la petite amie a été tuée lors du bombardement du village le matin, ordonne en colère de tirer sur le fasciste capturé. Le soldat russe est face à un choix.
 
Le 26 janvier à 14h00 (Paris), vous pouvez participer à la discussion en ligne (en russe) de ce film avec des spectateurs d’autres pays.

Veuillez vous envoyer vos demandes d’inscription à la discussion et vos questions écrites (au plus tard le 25 janvier) à notre adresse e-mail : paris@rs.gov.ru
 
 
f k f
 

Le MARDI 25 janvier à 19h à l’occasion de la Fête des étudiants russes, Journée de Sainte Tatiana, le Centre de la Société russe de géographie en France et la Maison russe des sciences et de la culture à Paris organisent un jeu intellectuel pour les étudiants et des jeunes diplômés au sujet de la Russie.

Nous vous invitons à plonger dans l’atmosphère du club-casino intellectuel à l’instar du jeu télévisé russe Chto? Gde? Kogda ? (Quoi ? Où ? Quand ?). Les participants tenteront de jouer à la « roulette intellectuelle » avec trois séries de questions sur la Russie (géographie et histoire). Pas besoin de préparation pour participer à cette bataille intellectuelle : votre logique et votre érudition vous guideront pour trouver des versions de réponse et la discussion en équipe d’en déterminer la bonne.

Le jeu se joue en équipe de 6 personnes contre d’autres équipes. Vous pouvez vous y inscrire collectivement – en tant qu’équipe, ou individuellement pour rejoindre une équipe en cours de création.

Le jeu sera en français.

JEUDI 27 janvier à 18 h

Nécropole russe à Sainte-Geneviève-des-Bois

Présentation du plan interactif

Comité pour l’entretien des sépulture orthodoxe russe.

Cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois.

Nicolas Lopoukhine, président du Comité pour l’entretien des sépultures orthodoxes russe à Sainte-Geneviève-des-Bois, qui a créé le plan interactif, ses concepteurs, des historiens et des experts.
Voir plus de renseignements sur le cimetière russe de Ste Geneviève des Bois:
CLIQUEZ

En russe et en français.

Sur le site web et dans la Salle des conférences de la MRSC à Paris.

Entrée sur inscription préalable.

Appuyez ici pour vous inscrire en ligne.

Maison Russe des Sciences et de la Culture
61 rue Boissière, 75116 Paris
Tél : 01 44 34 79 79

Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp

.

” MA RUSSIE “ Traditions et modernité

Un film de Michel Drachoussoff
Présenté sur scène avec le réalisateur

Dimanche 30, lundi 31 janvier et mardi 1er février 2022
à Bourg en Bresse

Michel Drachoussoff passionne et enchante à chacune de ses projections de films-conférences , consacrés à son pays d’origine la “Russie”. On vit avec émotion sa recherche de la propriété des ses ancêtres, suivie d’un voyage fluvial faisant découvrir les  merveilles de la Russie historique. Ce dernier volet offre des images exceptionnelles, une vision particulièrement personnelle des lieux les plus connus (Moscou, Saint Petersbourg), et de nombreux autres qui le sont beaucoup moins (Mer Blanche, Carélie).
Le commentaire de Michel  est fort, sans complaisance, plongeant dans la réalité de la Russie contemporaine à la recherche de ses racines et tend de réaliser son devoir de mémoire.
Un voyage très personnel, d’une grande beauté et d’une grande poésie, présentant les réalités et les mystères de ce pays fascinant.

`

Espace  Culturel Alpha, 24 Avenue Lamartine
69260 Charonnières-les-Bains
Tarif : 8 €
 Réservation et contact: Yvette Poix : 06 80 12 14 35 `

MULTIPLEX AMPHI,
1 Allée des Brotteaux,
01000 BOURG-EN-BRESSE

Tarifs : 9,50€; réduit : 8,50€; moins de 25 ans : 6€ ; moins de 12 ans : gratuit.

Exposition 

Larissa Noury

du vendredi 5 novembre 2021 au dimanche 9  janvier 2022

Auberge de la Truite, 78790 Rozay

La fondatrice de l’Association CEC , Larissa Noury est architecte, diplômée de l’École polytechnique de Minsk, et artiste. Elle expose régulièrement en France et à l’étranger. En 2004, elle a soutenu une thèse de doctorat en histoire de l’art à l’université de Bordeaux intitulée : Rôle de la polychromie dans l’environnement architectural et spatial de la ville (président du jury, Michel Pastoureau). Elle a réalisé plusieurs études chromatiques pour des villes, notamment à Caen, à Vilnius, à La Rochelle, à Daegu en Corée et à Yaoundé au Cameroun, Montbard en Bourgogne et Joinville en Champagne. Elle a été chercheur invitée à l’Institut scandinave de la couleur à Stockholm de 1994 à 1996, et a enseigné la couleur comme professeur invitée à l’université de Bordeaux III et à l’École supérieure des arts et techniques de Paris. Actuellement Professeur de la Couleur à l’Ecole ITECOM ART&DESIGN, Paris, elle participe régulièrement à des colloques sur la question de la couleur dans la ville. En 1997, elle a obtenu un prix pour son projet Écologie de la couleur et stratégie environnementale, préfigurant la création d’un centre international de la couleur. www.larinoury.fr

L’Auberge de la Truite
1 Rue de Boinvilliers, 78790 Rosay

Réservation : 09 84 44 13 70 

Concert exceptionnel

Odessa 
musiques russes d’hier et d’aujourd’hui

” Lettres de Russie “

vendredi 17 décembre 2021 à 20 h  30

Espace Lionel de Brunélis, 34990 Juvignac

L’association Plaisir de Lire propose une soirée musicale avec le groupe Odessa, orchestre de quatre musiciens dont le répertoire, vivant et entraînant, a de forts accents russes.

Organisé par l’association Plaisir de Lire
Ludcia Commoy : chant
Catherine Delaunay : violon
Elisabeth Carenco : violoncelle
Jean-Marc Torchy : accordéon

Créée à Montpellier en 2014 à l’initiative de Lev Tourtzevitch (1946-2020), un Français d’origine russe, qui nous a quitté il y a peu. La formation s’est donnée pour ambition de faire découvrir la richesse de l’immense répertoire de la musique populaire russe : folklore, romances, musiques dites « de bardes », « chansons des années de guerre », musiques tziganes et variété contemporaine.

Ce concert est en même temps un hommage  à son créateur.
Plus de renseignement sur le groupe Odessa: CLIQUEZ

“Nous avions programmé ce concert en 2019, mais avec la crise nous n’avons cessé de le remettre! Enfin , nous sommes heureux d’inviter le Groupe Odessa à cette soirée festive.” a déclaré La présidente de l’association Monserrat Lorenzo.

Espace Lionel de Brunelis,
Rue des Cigales, 34990 Juvignac

Tarif : 5€
Réservation : 06 62 53 19 84
Par courriel : contact@plaisirdelire.fr

Organisé par “Perspectives”

Spectacle du Nouvel An Russe

Dimanche 26 décembre 2021 à 11h – 15 – 18h

Théâtre Toursky, 13003 Marseille

L’Association Franco-Russe « Perspectives », avec le soutien du Théâtre Toursky, de la Ville de Marseille et du Consulat général de Russie à Marseille.
.


Le spectacle musical en langue russe avec la traduction ponctuelle en français. Un conte musical du Nouvel an russe, le voyage dans un nouveau monde féerique.

C’est un spectacle interactif avec le sapin de Noël, des jeux, chants et danses, avec des personnages de contes traditionnels russes : Père Gel, Fille des Neiges, Baba Yaga, Vassilissa la très-sage…

3 spectacles dans la journée de 1h chacun, comédie musicale interactive qui enchantrons les enfants les parents et les grands-parents

Le 30 octobre 1970,  une poignée d’artistes écrivit le nom du poète Axel Toursky sur le fronton d’une salle de quartier, à Saint-Mauront,  la Compagnie Richard Martin était née.

En 1971, Richard Martin fonde le Théâtre Toursky sur ce qui n’était qu’un hangar. C’était, disait-on en ce temps, une grande folie que de rêver installer dans un quartier populaire.  En 1974, l’orientation artistique et citoyenne de Richard Martin débouche sur une création pionnière. Il équipe un autobus, le Théâtrobus, et égrène ses spectacles dans les cités.

THÉÂTRE TOURSKY INTERNATIONAL
16 passage Léo Ferré – 13003 MARSEILLE
Standard : 04 91 02 58 35

Billetterie : 04 91 02 54 54

Tarifs
• Adulte : 15€
• Enfant :12€
• Enfants de moins de 3 ans : gratuit

Réservation ligne : CLIQUEZ

AccèsmétroLigne 2 (rouge), station National
Bus: N°89, arrêt Auphan / Vaillant
Voiture: dans le quartier de Saint-Mauront, le Théâtre Toursky est indiqué à l’angle du boulevard National et de la rue Félix Pyat. Depuis l’autoroute A7, emprunter la sortie « Cinq avenues/Belle de Mai ». Au feu, tourner à droite dans la traverse de Gibbes, puis suivre le fléchage vers le Théâtre. Depuis le boulevard de Plombières, le Théâtre est indiqué au bout du boulevard, sur votre gauche.

 

.

Voir l’article plus bas

Exposition

Liée à l’Odysée

Jacques Cousteau sur le lac Baïkal.

De Mercredi 1er au vendredi 31 décembre 2012

Exposition d’objets et documents liés à l’expédition du Capitaine  Jean Couteau sur le lac Baïkal.
L’année 2021 est marquée par le 25ème anniversaire du plus grand réservoir d’eau douce de la planète, du lac Baïkal, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Dans le cadre des
“Maître de l’Art et de la Musique”

Concert Conférence du maestro Andreï Chevtchouk

avec

 Marcelle Guillet-Lubrano, Présidente d’honneur de l’Association
et les maîtres des Arts et de la Musique,  

Catherine Manadaza, soprano,

Jeudi 2 décembre 2021 à 19 h

Salle de musique la la MRSC rue Boissière.

INSCRIPTION LIBRE : CLIQUEZ

Une soirée d’opéra à la Maison Russe à Paris : les « Maitres d’Art » français et Catherine Manandaza

 Nouvelle conférence-concert du maestro Andreï Chevtchouk, faisant partie de son cycle populaire « Encyclopédie musicale ».

Cette fois, le maestro présentera aux invités de la MRSC l’Association des Ateliers des Maîtres d’Art et de leurs Elèves, qui regroupe des artistes professionnels ayant reçu le titre élevé des Maîtres des Arts pour desréalisations importantes relatives à la maîtrise dans des spécialités artistiques rares par la décision du Ministère de la Culture.

L’association est un symbole de la diffusion réussie des compétences artistiques et de la maîtrise dans un environnement créatif. Elle offre des opportunités de stabilité professionnelle dès le plus jeune âge. En effet, un nombre important d’élèves de l’association ont ouvert leurs propres ateliers d’art, alors que d’autres ont remplacé les maîtres qui y travaillaient.
Les Maîtres de l’Association et leur Présidente d’Honneur Marcelle Guillet-Lubrano parleront des projets internationaux de l’association et des liens créatifs avec la Russie, qu’ils entendent préserver et enrichir. Madame Guillet est elle-même issue d’une famille de peintres qui créaient les fleurs pour décorer les opéras et les ballets pour notamment l’Opéra de Paris, les ballets du Marquis de Cuevas et encore d’autres. Elle a eu l’occasion de travailler avec les plus grandes maisons de couture et couturiers français, comme par exemple : Christian Lacroix, Lanvin, Jean Franco Ferré, Christian Dior, Nina Ricci, Sonia Rykiel, Thierry Mugler, Guy Laroche, Valentino, Yves Saint-Laurent, Rochas, Armani, Dolce & Gabbana, Louis Vuitton, etc…

Maestro Andreï Chevtchouk ajoutera comme d’habitude à la conversation à propos des maîtres et de l’association des illustrations musicales avec des airs d’opéras ayant une renommée mondiale.

Au programme sont des œuvres de Guiseppe Verdi (La Traviata), Giacomo Puccini (airs de Madame Butterfly et Tosca), Charles Gounod (Faust) et Piotr Ilich Tchaïkovski (La Dame de Pique), interprétées par Catherine Manandaza dont la merveilleuse soprano a été notée au niveau mondial. Après la recommandation de la Maison russe à Paris, Catherine Manandaza a participé avec le maestro Andrei Chevtchouk au Festival international de chant « La route vers Yalta – 2021 », où elle a reçu le prix spécial pour des hautes compétences d’interprétation vocale.

 La soirée musicale festive qui se déroulera, comme d’habitude, en russe et en français.

 L’inscription préalable gratuite  est obligatoire,
le nombre de places est limité.
CLIQUEZ 

L’entrée à la MRSC s’effectue avec le port obligatoire du masque et le respect des règles sanitaires établies, dont la présentation obligatoire d’un pass sanitaire.

Exposition

” NOUVEL  AN  RUSSE “

Du lundi 6 décembre 2021 au 14 janvier 2022

sur les panneaux extérieurs, 61 rue Boissière, 75016 Paris

À la veille des Fêtes de Noël , du 6 décembre 2021 au 14 janvier 2022 la Maison russe de la science et de la culture à Paris présentera une nouvelle exposition colorée “Nouvel an russe” sur les oanneaux extérieurs.
L’immeuble est situé dans un des lieux central de Paris. Plusieurs centaines de personnes lui rendent visite chaque jour. Encore plus de gens se rendant à leur travail, s’arrêtent pour admirer les expositions sur les panneaux de la Maison Russe de la Science et de la Culture.

Dans le cadre de l’exposition du Nouvel An, des reproductions de peintures ont été recueillies, montrant avec quelle tendresse et quel amour les artistes russes dépeignent l’ambiance de leur fête préférée.

De plus, vous pouvez voir des photos de Moscou, Saint-Pétersbourg, Kaliningrad, le grand Ustyug, Kazan et d’autres villes dans toute leur splendeur festive. Et pour les enfants, une sélection de photos de dessins animés de Noël a été proposée – après tout, les regarder pendant les vacances est devenu une autre bonne tradition en Russie.

Le Nouvel An est l’une des fêtes préférées en Russie. Les Russes commencent à s’y préparer à l’avance : ils sont transformés par une variété de guirlandes colorées et de lanternes de ville, sur les places et les rues, des sapins de Noël décorés sont installés, une atmosphère de joie, d’espoir, des contes de fées pénètrent utiliser.

Pendant ce temps, la célébration du Nouvel An en Russie a commencé relativement récemment. Avec l’acceptation du christianisme en 988, le début de l’année a été célébré le 1er mars, et depuis 1492, la date de la nouvelle année a été déplacée au 1er septembre. Ce jour-là, la nouvelle année de l’église a commencé, qui a été célébrée par un service spécial “Sur l’été”.
La coutume de marquer l’arrivée de la nouvelle année dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier est apparue à Pierre Ier en 1699, lorsque le tsar a introduit un nouveau système de calendrier par un décret spécial (jusqu’à présent, c’était dans le système byzantin – “du création du monde”, ainsi, 7208 l’année est devenue 1700 ans). En même temps, l’auto-détenteur a quitté le calendrier julien, alors qu’en Europe ils utilisent le grégorien depuis longtemps. Les citoyens étaient censés décorer leurs maisons avec des branches d’épinette, se féliciter mutuellement pour la nouvelle année, organiser des feux d’artifice sur les places de la ville et s’amuser jusqu’au 7 janvier.
Sous le règne de l’impératrice Elizabeth I, les bals masqués de Noël sont devenus très populaires, et sous Catherine II, une tradition d’échange de cadeaux apparaît. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du XIXe siècle qu’on a pour coutume de décorer un sapin de Noël Des artistes spéciaux ont commencé à produire des jouets du Nouvel An. Dans les magasins de confiserie on pouvait acheter des personnages, habillée de toutes sortes de bonbons – c’était un plaisir pour les personnes aisées. Ceux qui ne pouvaient pas se permettre un tel luxe préféraient les décorations faites maison.
Puis l’idée vint que la nouvelle année soit une fête pour les enfants. Un arbre fabuleux, des déguisements, des cadeaux sous le sapin pour ceux qui se sont bien comportés durant l’année, la joie et le plaisir ont enfin rendu ces fêtes lumineuses.
A la fin du XIXe siècle, l’image d’un bon père Noël : Ded Moroz, est née. Son origine est liée aux anciennes tempêtes de la divinité païenne et au mauvais temps. Mais au fil du temps, le dur maître de la vogue et du froid a acquis les caractéristiques d’un vieil homme sage, qui non seulement contrôle la nature, mais aussi enseigne. Morozko, Santa Moroz, Moroz Ivanovitch sont fortement entrés dans le folklore russe.
Le Père Noël moderne est un magicien qui vainc l’impureté et apporte des cadeaux à tous les bons enfants. Il est constamment accompagné de sa petite fille Snegourochka revétue de sa fourrure en bleu et blanc
 symbole des eaux gelées.
En 1918, après la révolution en Russie, nous sommes passés au calendrier grégorien européen, ce qui a entraîné une différence avec le calendrier julien de l’église de 13 jours, t. n. à l’ancien style. La célébration du Nouvel An a été annulée, mais au moins ils ont établi un nouveau jour férié “Red Vyuga” – le jour du début de la révolution mondiale. Il n’a pas enthousiasmé le peuple. Les gens continuaient à se remonter le moral en décorant les arbres et à se faire des cadeaux.
Et ce n’est qu’en 1935 que la bonne tradition de célébrer la nouvelle année est revenue, célébrée le 13 janvier et Noël le 6 janvier. Suivant le calendrier Julien.

Depuis 1937, Ded Moroz est un invité régulier des Fêtes. Et aujourd’hui l’arrivée de la nouvelle année dans chaque maison en Russie est accompagnée de cadeaux, père Noël avec flocon de neige, de champagne, de salade d’olives, des félicitations du chef du pays devant  la tour spassky du Kremlin, présentant ses vœux pour un l’avenir prospère pour tout le monde .
La Maison Russe de la Science et de la Culture à Paris est heureuse de féliciter nos téléspectateurs et partenaires pour le
Nouvel An et Noël à venir !
 

Rencontre avec l’écrivain Julia Kristeva

à l’occasion de la sortie de son ouvrage:

« Dostoïevski face à la mort ou le sexe hanté du langage ».

avec

Eléna Galtsova, Institut de la littérature mondiale A.M.Gorki de l’Académie des sciences de Russie, docteur d’Etat ès lettre
Lecture  par Sophie Costerg et Grégoire Lopoukhine.

Mardi 7 décembre 2021 à 18 h sur le site et à la MRSC.

ENTRÉE LIBRE

A l’occasion du 200e anniversaire de la naissance de Fiodor Dostoïevski, à la Maison Russe à Paris se tiendra la soirée « Dostoïevski et Kristeva : polyphonies »

 La Maison russe des sciences et de la culture à Paris, avec la participation de l’Institut de littérature mondiale Maxime-Gorki de l’Académie des sciences de Russie (RAS), organise la présentation d’un nouveau livre de l’écrivaine et critique littéraire française Julia Kristeva « Dostoïevski face à la mort, ou le sexe hanté du langage ».
La publication du livre par la maison d’édition Fayard a été organisée à l’occasion du 200e anniversaire de la naissance du grand écrivain russe.

L’interlocutrice de Julia Kristeva sera une célèbre critique littéraire russe, spécialiste de la littérature française des XX–XXI siècles et des relations littéraires russo-françaises, la chercheuse en chef de l’Institut de littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie, docteure en philologie, professeure Eléna Galtsova.

Julia Kristeva figure emblématique de notre temps, une classique vivante de la philosophie et de la psychanalyse de la seconde moitié des XX–XXI siècles, qui ne se lasse pas de faire de plus en plus de nouvelles découvertes dans la sphère la plus subtile de la recherche de nos émotions et de nos sentiments, de notre conscience et de notre subconscience. Elle est connue pour ses travaux sur la théorie de la littérature et de la culture, la sémiotique, la philosophie, pour ses recherches dans le domaine du genre. Docteur honoris causa des universités d’Europe et des États-Unis, membre de l’Académie Britannique, lauréate de nombreux prix littéraires, Julia Kristeva s’est récemment vu remettre le titre de Grand maître de l’ordre de la Légion d’honneur.

Elle s’était tournée vers Dostoïevski dès le début de sa carrière dans les années 1960, principalement en lien avec le livre de Mikhaïl Bakhtine « Problèmes de la poétique de Dostoïevski », ainsi que dans de nombreux articles et livres, dont « Le pouvoir de l’horreur », « Soleil noir de la mélancolie », etc.
En 2020, les Éditions Buchet-Chastel ont publié son livre « Dostoïevski » dans le cadre de la série « Les auteurs de ma vie ».
« En fixant des yeux “ L’Idiot ”, mon père m’a strictement déconseillé de le lire : “ Destructeur, démoniaque et intrusif, ça suffit, tu n’aimeras pas du tout, allez, laisse ! ” (…) Bien sûr, comme d’habitude, je n’ai pas écouté les instructions de mon père et je me suis plongée dans Dostoïevski. Et j’étais aveuglée, abasourdie, absorbée par lui », raconte Julia Kristeva.

Lors de la rencontre, la scientifique française expliquera comment Dostoïevski est devenu l’écrivain de sa vie, à qui elle revient constamment, son compagnon de tous les jours depuis de nombreuses années. Elle présentera un nouveau livre et répondra aux questions des participants à la présentation et des auditeurs en ligne.

Les comédiens français Sophie Costerg et Grégoire Lopoukhine liront en français et en russe des textes des œuvres de Dostoïevski et des extraits du nouveau livre.

La soirée se poursuivra par une séance de dédicaces avec l’invitée de la MRSC.

La rencontre se déroulera en russe et en français dans un format hybride : dans les locaux de la Maison russe et en ligne, sur son site Internet avec la possibilité de communication directe avec les invités.

L’entrée  gratuite, sur inscription préalable (paris@rs.gov.ru).
Le nombre de places est limité.

À l’occasion de l’anniversaire de Fiodor Dostoïevski 

A l’occasion de l’Anniversaire de Fiodor Dostievski

Projection en ligne du film de Yegor Kholmogorov

” Fiodor Mikhaïlovitch .
L’Essai cinématographique de Yzegor Kholmogorov “

Jeudi 2 décembre 2021 à 20 h

Sur le site  WEB de la MRSC

Projection en ligne du film de Yegor Kholmogorov « Fiodor Mikhaïlovitch. L’Essai cinématographique de Yegor Kholmogorov à l’occasion de l’anniversaire de Fiodor Dostoïevski ».

Dostoïevski est l’un des plus grands écrivains autant dans l’histoire de la littérature russe, que mondiale. Mais comment cela se fait-il, car après tout beaucoup pensent qu’il écrit maladroitement et dépeint les aspects les plus laids de la vie et des personnages tordus — tout ce que nous avons l’habitude d’appeler « la manière de Dostoïevski » ? Mais n’est-ce pas parce que nous sommes habitués à percevoir Dostoïevski à travers un prisme et que nous ne savons rien de sa vie spirituelle, de ses opinions politiques et religieuses ?

Durant toute sa vie, Dostoïevski s’est posé des questions sur les choses les plus importantes. Et après être entré dans l’éternité, il nous a laissé des réponses dans ses romans et ses travaux journalistiques.
Les humiliés et offensés, ont-ils toujours raison ? L’homme reste-t-il homme même dans son abomination complète ? Que vaut une larme d’enfant et pourquoi ne peut-elle être protégée que par la force des armes russes ? Quelle est la mission du peuple russe, et ce peuple peut-il vivre sans l’orthodoxie ? Comment Dostoïevski a-t-il prédit la Révolution et de quoi a-t-il avertie la Russie.

La chaîne RT Russia présente un film d’auteur réalisé par Yegor Kholmogorov.
Accompagnés du publiciste et philosophe, nous parcourrons les lieux liés à la vie de Fiodor Mikhaïilovitch, et tenterons de trouver ces réponses de Dostoïevski aux principales questions russes.

Volets :

00:00 — PROLOGUE
02:51 — GRAND-RUSSE. PETIT-RUSSE. BIÉLORUSSE. D’où viennent les Dostoïevski ?
04:59 — UNE FAMILLE RUSSE ET PIEUSE. Le père de Dostoïevski était-il un monstre ?
09:33 — PAUVRES GENS. Les humiliés et offensés, ont-ils toujours raison ?
12h15 — DISCUSSION SUR LE CHRIST. Comment l’athée Belinski a causé des ennuis à l’écrivain
16:18 — EXÉCUTION. Une dure leçon de la part de l’Empereur
23:54 — RESURRECTION DANS LA MAISON DES MORTS. Comment Dostoïevski a cessé d’être libéral
27:06 — INSTIGATEURS. Comment Dostoïevski a essayé d’éteindre le feu de la révolution
30:57 — CAPITAL. Comment Dostoïevski a devancé Marx
39:16 — AFFAIRE AVEC UN CROCODILE. Ne touchez pas au reptilien…
43:32 — JOUEUR. Comment Dostoïevski a remporté le plus important au jeu à la roulette
49:19 — IDIOT. Quelle est la différence entre « aussi humain » et l’Humain
55:00 — NETCHAEVCHTCHINA. Invocation de démons dans le parc Pétrovski
59:27 — DÉMONS. Dieu russe ou camp de concentration rouge ?
1:08:49 — ORTHODOXIE OU CARACTÈRE NATIONAL. La fameuse phrase que Dostoïevski n’a jamais prononcée
1:13:02 — JOURNAL DE L’ÉCRIVAIN. Comment Dostoïevski est devenu le premier blogueur en Russie
1:19:38 — QU’EST-CE LA FORCE, FRÈRES ? Les significations de l’épopée « Les Frères Karamazov »
1:22:46 — LARME D’ENFANT. Les dernières questions à Dieu
1:27:15 — GUERRE POUR LE SALUT. Grand humaniste, impérialiste, nationaliste
1:35:29 — DISCOURS DE POUCHKINE. Le génie de tous les peuples et, d’ailleurs, le sien…
1:40:33 — ISSUE. Quand l’horloge s’est arrêtée
1:43:56 — LA PATRIE DE DOSTOÏEVSKI. Pourquoi Dostoïevski est devenu nous et nous sommes devenus Dostoïevski

100ème anniversaire de la naissance d’Anne Golon, romancière.

” Concert et soirée de Gala en l’ honneur d’Anne Golon “

Exposition, projection et photos d’anne Golon
Conférence par sa fille :Nadine Golloubinoff

Mardi 14 décembre 19 h

Dans la Salle de cinéma de la Maison Russe de la Culture et des Arts

Soirée exceptionnelle pour le 100èmeanniversaire de

Simone Changeux dite Anne Golon, née le 17 décembre 1921  à Toulon, décédée le 14 juillet 2017 au Chesnay. Elle est une romancière française auteur de la série des Angélique.
Publiée en 13 épisodes, cette épopée a été traduite en une trentaine de langues et s’est vendue à une centaine de millions d’exemplaires, entre 1957 et 1985, dans le monde entier.

Reporter écrivain reporter et écrivain sous le pseudonyme de Joëlle Danterne. elle  se marie avec Vsevolod Sergueïvitch Goloubinoff dit Serge Golon né en 1903 à Boukhara (Empire de Russie) décédé en juillet 1972,  écrivain français d’origine russe. Simone Goloubinoff, est assistée de son mari dans ses premières recherches de documentation pour Angélique. Le pseudonyme de Serge Golon est imposé par l’agence O.P. comme coauteur dans l’édition française en 1957.

Soirée exceptionnelle avec sa fille Nadine Soloubinoff