Informations

La Russie va investir sur les autoroutes

françaises en été 2020.

 

La Russie vient au secours de la France.

Suite à la fermeture des services de maternité dans certaines villes françaises, Avec l’accord du ministère des Finances et du ministère de la Santé, des investisseurs russes ont décidé de créer sur certaines autoroutes des aires d’accouchements d’urgence.

Certaines femmes ont perdu leur bébé à cause de la distance à parcourir jusqu’à la maternité la plus proche parfois à 1 h 30 de route.

Un lit sera installé sous une tente pour que la femme enceinte se couche au moment de la naissance du bébé. Dans cette aire d’accouchement, une application pour smartphone est présentée. À travers des vidéos, elle explique les gestes à adopter en cas d’accouchement d’urgence.

 

 

L’observation de l’heure d’été est introduite en Russie le 1er juillet 1917 par le gouvernement provisoire puis abrogée, cinq mois plus tard, par décret du gouvernement soviétique.

Le changement d’heure est réintroduit en URSS le 1er avril 1981 sur décision du Conseil des ministres. L’heure d’été débute le 1er avril et se termine le 1er octobre de chaque année, jusqu’en 1984, date à laquelle l’URSS adopte les règles de changement d’heure européennes, passant à l’heure d’été à 02:00 le dernier dimanche de mars en avançant d’une heure et revenant à l’heure d’hiver à 03:00 le dernier dimanche d’octobre (de septembre, jusqu’en 1995). En juillet 2014, Vladimir Poutine signe le passage définitif à l’heure d’hiver. Le 26 octobre 2014, l’heure russe reculera d’une heure, et le changement d’heure ne s’effectuera plus. La Russie est le premier pays qui, à partir de fin mars a pris le décision de garder définitivement l’heure d’été, d’un bout à l’autre de l’année.

Le 28 mars 2010, le nombre de fuseaux horaires russes passait de 11 à 9, par l’abolition de l’utilisation de UTC+4 et UTC+12 :
l‘Oudmourtie et l’oblast de Samara, initialement à UTC+4 (heure de Samara) passent à UTC+3 (heure de Moscou) ;
l’oblast de Kemerovo, initialement à UTC+7, passe à UTC+6 (heure d’Omsk) ; UTC+7 reste cependant utilisé dans d’autres parties de la Russie ;
la Tchoukotka et le kraï du Kamtchatka, initialement à UTC+12 (heure du Kamchatka) passent à UTC+11 (heure de Magadan).

En France le changement d’heure a été instituée en France en 1975, à la suite du choc pétrolier de 1974.

 

Montre Duc Oger, modèle “Proud Everest”, Paris, Chronographe “Swiss-Made” en or rose 18 carats, squelette, boîtier transparent, numéroté, brillant, muni d’un mouvement mécanique à remontage automatique, 4 horloges.


Fin du changement d’heure ou pas fin du changement d’heure ? La réponse se situe quelque part entre ces deux options, puisque la fin du double changement d’heure saisonnier (d’hiver et d’été) est prévue, mais pas avant l’année prochaine. En attendant, la date du changement d’heure d’été 2020 est donc bien programmée, au dimanche 29 mars 2020 à 2 heures du matin… heure à laquelle les aiguilles sauteront directement à 3 heures.

Le processus lancé par l’Union européenne pour mettre fin au changement d’heure est entamé depuis plus d’un an

 

VIIIe Festival des Centres Extrascolaires

Linguistiques

Dimanche 22 mars 2020

Théâtre Toursky, 13003, Marseille

 

 Suite aux mesures restrictives prises par les autorités face au COVID-19 (Coronavirus), le VIIIe Festival des Centres Extrascolaires Linguistiques est reporté. Une nouvelle date sera communiquée ultérieurement.

B связи с ужесточением правительственных мер по борьбе с распространением коронавируса, 8-й Фестиваль русских школ дополнительного образования,  отменяется. Мы рассматриваем возможность переноса даты, которую сообщим дополнительно.

 

Venez passer votre dimanche avec votre famille et découvrez des jeunes talents et la richesse de la culture russe !

Théâtre Toursky . L’entrée est gratuite.

PROGRAMME

10 h – 11 h 45 – Les ateliers artistiques pour enfants autour de la culture russe, animation interactive par Perspectives – Перспектива de Marseille – le hall d’entrée


12 h – 13 h – un buffet russe vous sera proposé sur place – la cafétéria, la terrasse


13 h 30 – 17 h 30 – Grand gala des écoles russes, en 2 parties avec l’entracte
Participants : «Solnyshko» (Nice), Atelier théâtral et musical de l’Eglise orthodoxe de Toulon (Toulon), «Teremok» (Marseille), «Maison Russe» (Marseille), «Pignata» (Aix-en-Provence), «Kalinka» (Nîmes), «Lastotchka» (Montpellier), «Les enfants russes de Montpellier» (Montpellier), «Kapitochka» (Béziers), «Lezginka Dance Fazu» (Annecy et Paris), «Aprelik» (Paris), «Kalinka» (Paris et Créteil).

Plus de détails: http://afrp.eu/festival/

.

d

.

 Приходите в Théâtre Toursky в Марселе на детский фестиваль. Вход свободный.

Программа фестиваля:

10.00-11.45 – творческие мастерские для детей и интерактивное представление Русско-французской ассоциации «Перспектива», г. Марсель – фойе театра.

12.00-13.00 – обеденный перерыв, работает русский буфет – кафетерий, терраса.

13.30-17.30 – гала-концерт творческих коллективов русских школ в 2-х отделениях с антрактом – большой зал.
Участники: «Солнышко» (Ницца), «Родной бережок» (Тулон), «Теремок» (Марсель), «Русский Дом» (Марсель), «Пиньята» (Экс-ан-Прованс), «Калинка» (Ним), «Ласточка» (Монпелье), «Русские дети Монпелье» (Монпелье), «Капитошка» (Безье), «Лезгинка Данс Фазу» (Анси и Париж), «Апрелик» (Париж), «Калинка» (Кретей и Париж).
.
Подробности: http://afrp.eu/festival/
8
THÉÂTRE TOURSKY
16, Passage Léo Ferré
13003. Marseille

 

 

Tournée du théâtre francophone “Vis-à-vis”, Maykop,
République des Аdyghés, Russie.
présente

La Voix humaine” d’après Jean Cocteau

Mardi 28 avril à 18h –Espace Jeunesse, 13100, Aix-en-Provence
Jeudi 30 avril à 20h – Théâtre Les Gazelles, 13100, Aix-en-Provence

Maytkop est située au pied des contreforts du Caucase, au contact des basses terres du Kouban. Elle est arrosée par la rivière Belaïa, un affluent gauche du Kouban.

Maykop se trouve à 90 km au sud-ouest d’ Armavir, à 101 km au sud-est de, Krasnodar et à 1 250 km au sud de Moscou.

Compagnie théâtrale VIS à VIS présente “La voix Humaine” d’après Jean Cocteau:

Seule, dans une chambre à coucher en désordre, une femme jeune et belle, téléphone à son amant qui lui annonce leur rupture et son intention d’en épouser une autre. Dévastée par le chagrin, au comble d’une souffrance intolérable, cette femme s’accroche au téléphone régulièrement coupé par des interférences extérieures. Dans un face à face terrifiant avec l’absence, le téléphone est à la fois le lien et « l’arme effrayante »”.

Spectacle en russe et en français suivi d’une danse classique, de la présentation de
la région d’Aduguée


Entrée libre sur réservation

3

Mardi 28 avril à 18h

-Espace Jeunesse, 37 boulevard Aristide Briand, Aix-en-Provence

Arrêt de bus: Aristide Briand Face au collège Campra

c

Jeudi 30 avril à 20h

Théâtre Les Gazelles, 31 avenue Jules Ferry, Aix-en-Provence


Renseignements et réservations :
04 42 92 68 78 / 06 20 97 35 68
contact@datchakalina.com
www.datchakalina.com

contact@datchakalina.com

Concert

EOUKOUNAT & MALINKA

Samedi 21 mars 2020  à 18 h

Chapelle orthodoxes des Saints Archanges,

13100, Aix -en-Provence

 

L’atelier de polyphonie Malinka a été créé en 2011 au sein de l’association franco-russe Datcha Kalina.
Son chef de chœur, Florence Croisy qui a étudié la langue russe a très vite élargi le répertoire slave enseigné initialement, aux Balkans et au Caucase.
Les choristes interprètent ainsi aujourd’hui des chants russes, ukrainiens, géorgiens, bulgares, tziganes albanais arméniens, voire lettons…
Des stages sont régulièrement organisés par Florence ainsi que des résidences qui permettent des échanges fructueux et sympathiques avec d’autres chorales. A l’issue de ces rencontres, des concerts sont offerts à un public toujours très enthousiaste.
Les choristes de Malinka se sont rendues en 2017 en Sibérie pour participer à un stage de chants chez les vieux-croyants du village de Tarbagatay qui leur ont fait découvrir leurs coutumes et cette belle région proche du lac Baïkal.
Malinka a rapporté de cette expérience inoubliable des chants sacrés et des chants traditionnels, cosaques et russes.
L’atelier Malinka est parfois accompagné à l’accordéon par David Lelièvre et par des membres du groupe Eoukounat, un autre atelier de chants du monde dirigé par Florence.
3
Chapelle orthodoxes des Saints Archanges
13 rue Bédarrides,
13100 Aix-en-Provence
Participation aux frais
Renseignements et réservations:
Datcha Kalina: contact@datchakalina.com
06 20 97 35 68 / 04 42 92 68 78

Conférence-concert

« Deux siècles d’art lyrique russe »

Maestro : Andreï Chevtchouk

avec

Marina Matveeva (soprano) & Vitaly Efanov (basse)

Vendredi 27 mars 2020 19 h 30

Centre de Russie pour la Science et la Culture à Paris, XVI°, Paris

 

Maestro Andreï Chevtchouk est né à Saint-Pétersbourg en 1970. Après une solide formation de chef d’orchestre et de chef de choeur, Andreï Chevtchouk exerce ses fonctions en Russie, en Allemagne, en Belgique, puis en France où il réside actuellement.

Si la direction d’orchestre symphonique reste sa principale vocation, tous types de formations lui offrent l’occasion de livrer un art accompli de chef d’orchestre.

Réside à Lyon, il est actuellement directeur musical du grand chœur classique lyonnais la Schola Witkovski, du festival Opéra et Châteaux de la Drôme, du Festival Opéra des Champs en Charente et du chœur Crescendo d’Amiens.

 

2

 

Centre de Russie pour la Science et la Culture
61 rue Boissière, 75116 Paris

Tél : 01 44 34 79 79
Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)

Bus : 22, 30, 52, 82

Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp

PROLONGATION AU 31 MARS

Exposition de dessins d’enfants

« La Grande Victoire pour la paix dans le monde ».

organisée avec l’ association “Pour Kungur” et le CRSC

Du lundi 2  au 1 4 mars 2020

Centre Russe pour la Science et la Culture, Paris

 

 Le CRSC à Paris et l’association « Pour Kungur » de la ville française de Gargilesse-Dampierre, Présidente Hélène Texier, ont proposé aux enfants et jeunes de différents pays d’illustrer leur attitude à l’égard des événements de la Seconde Guerre mondiale, de l’importance de la Grande Victoire et de la préservation de la paix dans le monde.

 

Ce projet a suscité un vif intérêt. Des enfants de Russie, de France, d’Argentine, de Grande-Bretagne, d’Irlande, d’Espagne, d’Italie, des États-Unis et de Suisse ont envoyé leurs créations artistiques, saisissantes et originales, remplies de respect pour l’exploit des pays qui avaient contribué à la défaite du nazisme et d’une profonde inquiétude pour le sort du monde d’aujourd’hui.

 

 

Plus d’un tiers des participants sont des enfants russes adoptés par des familles de pays étrangers.

 

Les jeunes compatriotes n’ont pas caché leur joie de participer à l’exposition et leur fierté de l’histoire de leur pays d’origine.

 

Selon les organisateurs, les enfants ont fait preuve d’une approche informelle au projet. Pour beaucoup, le travail sur le dessin est devenu l’occasion de réfléchir sérieusement à la question de la paix dans le monde d’aujourd’hui et du prix inestimable payé pour son acquisition.

Au total, le CRSC avait reçu plus de 150 œuvres. Vu que l’espace dédié à l’exposition ne pouvait pas accueillir tous les dessins à la fois, il a été décidé de renouveler son contenu à trois reprises afin de présenter au public parisien le maximum d’œuvres reçues, chacune méritant une attention particulière.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

D’autre part les dessins font tous parties de 2 albums qui sont consultables dans le cadre de l’exposition “« Le Chemin vers la Victoire : Juifs soviétiques pendant la Seconde guerre mondiale » : CLIQUEZ 

Constantin M. Volkov directeur du CRSC, Hélène Texier Pdte de Kungur, Victor N. Scriabine commissaire de l’exposition.

Le commissaire de l’exposition, qui durera jusqu’au 10 avril, est le conseiller de Rossotroudnitchestvo Victor N. Scriabine.

3

CRSC À PARIS

61, rue Boissière, 75116 Paris, France

Téléphone : 01 44 34 79 79

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)

Bus : 22, 30, 52, 82

Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp

Horaires : Lundi–Jeudi : 9 h–19 h, Vendredi : 9 h–18 h,
Samedi : 9 h–16 h. Pause déjeuner : 13h00–15h00.

 

 

 

Théâtre francophone “Bravo” de Novossibirsk

“Le Petit Prince”

d’après l’œuvre d’Antoine de Saint-Exupéry.

Mardi 24 mars à 14 h et 18 h  à Aix en Provence

Jeudi 26 mars à 9 h, à Eguilles

 

L’école de théâtre ” Bravo ” est un collectif qui a une expérience créative, Elle a reçu de Grand Prix lors de festivals et compétitions internationales et nationales. Il a sa propre histoire , ses propres traditions. Parmi les diplômés de l’école de théâtre , il y a les étudiants qui, ayant choisi la profession d’artiste, sont des élèves d’établissements d’enseignement supérieur de théâtre de Russie; il y a ceux qui jouent dans les théâtres professionnels et dans des films en Russie. La

La compagnie « Bravo » vous présentera :


“Le Petit Prince”


Spectacle en russe et en français


Entrée libre sur réservation
Spectacle  ½ heure

5

 


– Présentation de la ville de Novossibirsk, de la Russie et des costumes traditionnels russes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


– Présentation d’un numéro de mime
– Confection de petites poupées en tissu

3

Le mardi 24 mars – Espace Jeunesse, 37 boulevard Aristide Briand, Aix-en-Provence
Le jeudi 26 mars  –
Salle Duby, Eguilles


Renseignements et réservations :
Tél : 04 42 92 68 78 / Mobile : 06 20 97 35 68
contact@datchakalina.com
www.datchakalina.com

 

EXPO

“L’ART BRUT EN RUSSIE”

Jeudi 12 mars au samedi 25 avril 2020

Galerie Polysémie, 13002, Marseille

 

Pijova, Vassili Romanenkov, Yura Zeleny

Natalia Kuznetsova, Makarov, Leonov, Lobanov

Kornilova, Medvedeva, Sarafanov…

 

La Galerie Polysémie est une galerie privée, dédiée à l’art

contemporain,  elle présente des artistes actuels et confirmés,

Polysémie favorise l’émergence de jeunes artistes ayant une forte

personnalité avec un fort positionnement international.

La Galerie Polysémie s’intéresse également aux artistes

autodidactes appartenant au monde magique de l’art brut et

plus largement de l’art singulier.

 

Yura Zeleny – 75eme anniversaire de la victoire

Yura Zeleny né le 14 février 1850,  malgré ses 69 ans passé en majeure partie, en fauteuil roulant à cause d’une maladie congénitale paralysante. Yura est un personnage souriant et charismatique. Devenu orphelin très jeune il fut placé à l’orphelinat Pavlovsk pour déficients moteurs. En 2009 on l’envoya à Zelenogorsk ou il vit et travaille encore. Il a peint toute sa vie, malgré ses déficiences, accumulant un nombre incroyable de dessins, retrouvés froissés, déchirés, cachés dans un vieux sac. Il a appris seul à lire et à écrire, étudia par lui même la littérature, y incluant le cinéma. Grâce à ses recherches sur la spiritualité, il est un personnage subtil, ayant de l’humour et un goût esthétique prononcé.

Son travail a un certain magnétisme interpelant les spectateurs, grâce  aux combinaisons mêlant naïveté , douceur, et la caricature du genre humain. On y trouve des événements historiques, religieux et des portraits de personnages soviétiques. On voit dans ses œuvres l’ironie et une réflexion sur l’existentialité. L’artiste a sa propre technique  qui est déterminée non pas, par son handicap, mais par son âme étonnante, rayonnante de lumière et de chaleur.

Les peintures de Yuri sont la quintessence d’une envie créative de vivre malgré les obstacles environnants. Il vit dans un monde où peindre est sa chance de rester avec un esprit clair et de se sentir comme une vraie personne.

Expositions personnelles à St Petersbourg en 2015  et à Moscou en 2017, et de nombreuses expositions de groupe de 2014 à nos jours, en Russie et en France au salon Art Fair en 2019 .

m

 

Singuliers, naïfs, symbolistes, handicapés… la Russie ne cherche pas à enfermer ces artistes dans les multiples catégories chères à nos compatriotes. Ce sont des artistes comme les autres, tout simplement non académiques, généralement autodidactes, souvent nommés «primitivistes».

L’art brut et outsider est d’une richesse extraordinaire en Russie, malheureusement méconnu en France car jamais montré à l’exception de quelques artistes.

 

m

 

Vassili Romanenko (1953-2013), crayon encre et stylo bille sur papier collé sur isorel.

 

m

 

Natalia Kuznetsova

Natalia Kuznetzova née à Moscou, vit et travaille aujourd’hui en Israël.

Les œuvres exposées apportent un éclairage original sur l’œuvre de Natalia Kuznetzova. Elles sont réparties en 2 séries distinctes.

1 – les « Little Gulliver » petits personnages singuliers, réalisés sur de grands papiers, peints à l’acrylique. La réunion de tous ces petits personnages crée comme une étrange symphonie dont le thème serait un géant en miniature. Pour qui veut se livrer au jeu de l’interprétation, c’est autour de l’absurde et du paradoxe terminologique et pictural que se trouve le secret de l’artiste.

Au premier regard, il semble que tous ces travaux soient identiques, impression renforcée par leur format. Pourtant, à bien y regarder, les différences apparaissent vite. Ici un observateur avec sa canne, là, un homme béatement heureux avec sa poupée, puis un dur, surveillant des traditions avec son chien, enfin un enquêteur-éventreur inspectant le cadavre d’un coq à la loupe.

Humeurs changeantes, vie intérieure, profondeurs de l’Ame, émotions dramatiques, sont autant de messages envoyés par l’artiste et les preuves de son affection pour les « Little Gulliver ». La recherche d’un au-delà de l’innocence dans sa peinture, voilà le secret que Natalia nous propose de redécouvrir.

2 –  L’on découvre un autre aspect du talent de l’artiste avec des travaux plus divers. Deux triptyques, « Adam et Eve » et « Sans titre » dans lesquels philosophie, allégorie, et tension psychologique tendent vers la parabole. L’observateur remarquera la maitrise de l’artiste pour interpréter la réalité qui devient alors la matière de l’art. Cela est particulièrement vrai dans le travail « La Traite »

Expositions personnelles (sélection) : Galerie Polysemie, Marseille, Comparison, Artist House, Jérusalem, Israël .

 

m

 

Medvedeva – Sans titre

 

m

 

Alexander Pavlovitch Lobanov (1924-2003)

Né en 1924 à Mologa, au bord d’un affluent de la Volga, Aleksander Lobanov serait, à l’âge de 6 ans, devenu sourd et muet, à la suite d’une méningite Ayant suivi sa famille à Yaroslav, il travaille dans un premier temps dans une usine, puis à 23 ans, après le décès de son père, est interné dans un établissement psychiatrique, en raison de son attitude agressive. En 1947 il sera transféré dans un autre hôpital à Affonino, où il demeurera jusqu’à la fin de sa vie.

A trente ans, il commence à dessiner, au dos d’affiches de propagande soviétique. Suite à sa rencontre avec un employé de l’hôpital, chasseur pendant ses heures de loisir, il se découvre une passion pour les armes à feu qui deviennent le sujet essentiel de son œuvre. Dans ses dessins, il trace un cadre, délimitant l’espace dans lequel, il installe scènes de chasse ou portraits , généralement autoportrait ou bien celui de Lénine ou Staline. Quelque soit le sujet, les armes à feu sont omniprésentes.

Aleksander Lobanov a également réalisé un nombre important de photographies étonnantes où il se représente entouré de décors en papier qu’il a réalisé lui-même.

m

 

Pijova, Maison de retraite.

m

Vladimir Sarfonov, Taureau 1997

Vladimir Sarfonov est né en 1947, en Allemagne de l’est, dans la ville de Brandebourg, près de Berlin. Il est autodidacte, il a travaille comme dessinateur pour le journal «Znanie-silo» ( La Connaissance est  le Pouvoir) de 1967-2004,. Il a coopéré à d’autres journaux : Science et technologie, Jeune technicien et le quotidien le Marché de la littérature.

 V.Sarafonov, La licorne

Entre 1980 et 1997 ses œuvre sont  exposée à Moscou à la Grunzinskaya Street. Dans les bureau du journal «La Connaissance est le pouvoir», à la galerie A3 et la galerie Nikar. En 1997, Vladimir avec le photographe d’Art Viktor Brel sous le titre «Frère d’armes» exposèrent à la maison des Artistes. de Moscou. Ses œuvres ont été exposés en Géorgie et aux USA. Elles sont dans des collections privées en Russie, Allemagne, Italie, Pologne, France ainsi que dans la Galerie La Palette Moscovite et celle de la Galerie Nikor; Il est décédé brutalement à l’âge de 56 ans.

VERNISSAGE JEUDI 12 MARS 2020 à PARTIR DE 18 H

b

 

La galerie Polysémie propose la découverte d’une importante sélection d’œuvres dont la variété et la qualité apportent un regard nouveau sur un art authentique trop longtemps méprisé par le petit monde de l’art officiel.

Galerie Polysémie

12 rue de la Cathédrale, 13002 Marseille

Horaires : du mardi au samedi : 10 h – 12 h 30 / 14.00 h -18 h 30

Tél+33 (0)4 91 19 80 52 / 06 07 27 25 58

Courriel : contact@polysemie.com

www.polysemie.com

Exposition aquarelles et pastels

Véronique Belosselsky Belozersky

du mardi 3 au samedi 14 mars 2020

Ventre Culturel Assantza, 64 Cambo-les-Bains

 

Véronique Belosselsky Belozersky née en 1954 à Paris dans une famille d’origine russe. En 2008,  s’installe comme peintre dans le Périgord. elle a une double formation publicitaire et Beaux Arts. Durant une vingtaine d’années, elle a travaillé en région parisienne, dans un atelier de décoration puis dans une imprimerie avant sa venue dans le Périgord. Véronique réalise principalement des pastels et des aquarelles et illustre des livres pour enfants.

 Elle expose régulièrement en France, principalement en Région parisienne, en Normandie, en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie.

Au balcon-(Aquarelle)

En 2019, elle monte deux expositions personnelles : Les Cabanes Bleues à Audenge (33) et à la Médiathèque de Cambo-les-Bains (64) et participé à deux expositions collectives à la Galerie V&A à Sarlat (24), participe régulièrement à des concours et a obtenu de nombreux prix et distinctions en particulier à Étretat, Périgueux, Brive….

Histoire Emilie et Elliott, Pastel

Les œuvres de Véronique Belosselsky Belozersky se trouvent dans des collections publiques et privées en Europe : France, Finlande, Angleterre, Écosse et Allemagne. En Russie (Musée Gorki à Moscou) et aux Etats Unis (New York, Christmas miniature show, Château de Chelsea)…

7

Le Domaine d’Assantza est l’un des plus anciens lieux de Cambo. Il comprenait une grande partie du plateau du Haut Cambo y compris l’église. Il a donné son premier nom au village, d’après un document de 1199. Le nom de Cambo n’apparaît qu’en 1350. Ce lieu a été acquis par la commune en 2012 pour le dédier à la Culture. Outre des expositions temporaires, deux ont un caractère permanent. La première dédiée au peintre Pablo Tillac, la seconde au sculpteur Jesús Echevarria, deux artistes ayant vécu à Cambo.

Espace culturel Assantza

9 Allées Edmond Rostand,  64250 Cambo-les-Bains

Tél : 05 59 25 76 28

Horaires : du Mardi au samedi de 14h à 18h

Festival Vent d’Est

Xème Stage “Chœur des Cîmes”

avec Véronika Bulycheva

Lundi 10 au samedi 15 août 2020

La Rosière 1850, (Savoie)

Stage de chants réservé aux Français apprenant le russe, pour les Russes vivant en France ainsi qu’à toutes personnes désireuses de connaître la culture russe à travers le chant ! Avec Véronika Bulycheva, chanteuse, guitariste, compositeur, interprète, professeur de musique.

Le Festival “Vent d’Est” se veut lieu de rencontres de l’identité savoyarde avec la culture des pays de l’Est. Chaque été une cinquantaine d’artistes majoritairement venus de Russie et d’Ukraine sont accueillis sur le principe de l’échange: l’intégralité de leur séjour, sont totalement pris en charge par l’association locale Maslinitsa.
Elle permet d’offrir au plus grand nombre une ouverture sur le monde, la culture, les traditions et les facettes de toutes les Russies.

Le Festival ” Vent d’Est”  a lieu chaque année au mois d’août à La Rosière en Savoie. Véonika Bulycheva  anime un stage de chant choral russe pendant la semaine des festivités.  Je vous invite à rejoindre cette ambiance franco-russe dans un cadre unique – station de ski en été, à 1850m d’altitude.

Renseignement sur le Festival : CLIQUEZ

 

u

 

Au programme : 3h de chant choral en russe (phonétique pour  les non russophones) l’après-midi, randonnées dans la nature le matin et les concerts, conférences, expos, ou projections le soir.

A chaque coin de rue de ce petit village, vous entendrez parler le russe – un vrai dépaysement.”

3

Véronika Bulycheva est née d’un père russe et d’une mère oumourte dans un petit village de l’Oural en Russie. A 15 ans, commencez les études musicales au lycée de Votkinsk, la ville natale de Piotr Illytch Tchaikovski: elle étudie l’accordéon, le chant lyrique, la direction de chœur et la direction d’orchestre.

En 1989, elle était entre l’Académie des Arts de Saint-Pétersbourg et elle convenait à un cours de guitare jazz et apprend la composition. Ses études achevées, fort de ses plus belles expériences de sa scène et confiante dans son talent, elle quitte Saint-Pétersbourg en 1992 pour Paris.

b

.

PUBLIC : La chorale est destinée aux français qui apprennent le russe, tout autant qu’aux russophones, ou qu’à toute personne qui s’intéresse à la culture russe en général. Le fait de chanter en russe permet d’approcher la langue étrangère de plus près et de travailler sur l’accentuation et la prononciation.
Il n’est pas nécessaire de connaître le solfège pour participer. Sont bienvenues toutes les personnes qui ont envie d’apprendre à chanter, qui aiment chanter, qui n’osent pas chanter, qui pensent que le chant pourrait leur faire du bien ou contribuer à leur apprentissage de la langue et de la culture russe !
Effectif : minimum  12, maximums 24 participants
.
b
.
PROGRAMME : Technique vocale quotidienne, collective et individuelle. Spécificité du chant en langue russe, le chant de gorge est la musique traditionnelle. Travail sur la posture, le souffle, la détente et la coordination musculaire, la résonance,  la respiration. Apprendre à s’accorder à l’unisson, former un accord musical à 2 et 3 voix, la diction et l’harmonisation, exploration des différents tempi : régularité, accélération, ralentissement. Préparation 2 ou 3 chansons  et représentation sur scène à la fin du stage.
.

DATES et HORAIRES : du lundi 10 à samedi 15 août 2019 de 14h – 17h Samedi 15 aout répétition et participation au gala concert. Toutes les répétitions auront lieu au Chalet « Les Balcons » de la Rosière.

FRAIS PÉDAGOGIQUES :  6 jours – Adulte : 110€, Enfant (moins de 16 ans) : 55€

HÉBERGEMENT: 

.

Chalet “Les Balcons“, Les Eucherts, 73700 La Rosiere Montvalezan
– Vous souhaitez partager un appartement avec d’autres stagiaires au chalet “Les Balcons” : apps. pour 14 personnes, 7 chambres double avec salle de bain et wc privatifs, séjour + cuisine communes. Lingerie (draps, serviettes, etc.) est compris dans le prix du forfait.
Taxe d’habitation : 10,50€ par personne/semaine
– Vous souhaitez gérer vous-même : centrale de réservation de la Rosière  Tél : 04 79 06 83 92
.
.
Restauration : à charge des stagiaires (possibilité de cuisiner dans les appartements
Vous souhaitez gérer vous-même : centrale de réservation de la Rosière – www.larosiere.net / Tél : 04 79 06 83 92
b
PRIX FORFAITAIRE :
Logement 7 jours au chalet Les Balcons : du 09 à 16 aout (dimanche – dimanche)
1 personne (chambre single) : 7 nuits* + stage = 280€
1 personne (chambre double) : 7 nuits* + stage = 230€
1 enfant (chambre double/triple avec parents: 7 nuits + stage = 175€
* Taxe d’habition comprise.
.

ГЕОГРАФИЧЕСКОЕ ПОЛОЖЕНИЕ: Лыжная станция Ля Розиер находится на высоте 1850м близ города Бур сан Морис (Bourg St Maurice)

РУКОВОДИТЕЛЬ: Вероника БУЛЫЧЕВА

Певица, гитарист, композитор, преподаватель музыки и пения www.veronikabulycheva.com

ЦЕЛЕВАЯ АУДИТОРИЯ : русские, проживающих во Франции или французы, учащие русский язык, которые хотели бы учиться петь по-русски. К участию приглашаются исполнители разных возрастных категорий, иметь музыкальную подготовку не обязательно.

Кол-во : минимум 12, максимум 24 человек

РАБОЧАЯ ПРОГРАММА: Дыхательные упражнения, разогрев голосового аппарата, вокальные упражнения, точное интонирование, напевность голоса, четкая и ясная дикция. Специфичность русского языка в пении, разница между народным и академическим пением. Разучивание 3-х песен: русская народная веселая, лиричная «a`cappella» и одно произведение из классического репертуара

.

3

.

RÈGLEMENT :
Selon le choix de la chambre et pour ceux qui se logent au chalet avec les stagiaires un acompte de 110€ (double) ou 160€ (single) à régler avant le 15 juin 2020
– par chèque à l’ordre de MASLINITSA, envoyer à l’adresse ASS MASLINITSA, chez Mr Mme MOLIN, Le CHATELARD 73700 MONTVALEZAN ou
– par virement IBAN : FR76 1027 8088 9300 0203 2230 167
Le solde à régler le premier jour du stage.
INSCRIPTION : bulletin d’inscription en ligne
ou formulaire à  télécharger
RENSEIGNEMENTS :
Contenu du stage : +33 (0)6 63 45 75 67 contact@veronikabulycheva.com
Organisation : +33 (0)6 86 65 17 24 carrefour.montagne.larosiere@outlook.fr  (Alain GRANGEON)

 

FERMETURE  TEMPORAIRE DU THÉÂTRE  DE  L’ATALANTE

SUITE aux RECOMMANDATIONS GOUVERNEMANTALES

ANNULATION du : 

2ème STAGE DU

GITIS DE MOSCOU 

THÉÂTRE DE L’ATALANTE

Lundi 6 au samedi 18 Avril 2020

STAGE REPORTÉ à UNE DATE ULTÉRIEURE

h

INSCRIPTION  DÈS  MAINTENANT

 

Une immersion unique durant deux semaines au sein de la plus grande école théâtrale Russe.

En suivant un ou plusieurs stages, vous connaîtrez les bases de l’enseignement théâtral russe transmis par les disciples direct des maîtres Russes : StanislavskiMeyerholdMikhaïl Tchekhov. Les fondements du système : analyser le texte, construire une stratégie pour le pénétrer, libérer la créativité de l’acteur…

Les secrets de la mise en scène à travers l’art de l’acteur.

Stage dirigé par :

  • Vladimir BAÏTCHERdoyen du département de mise en scène du GITIS, directeur de la Fondation « Mikhaïl Tchekhov », a créé plus de 30 spectacles sur les scènes professionnelles de Moscou.

  • Natalia ZVEREVA, une des plus anciennes professeures au département de mise en scène du GITIS, assistante de longue date de Maria Knebel, elle-même collaboratrice privilégiée de Stanislavski.

Le GITIS (Institut National des arts du théâtre) est le plus ancien établissement de formation théâtrale de Russie. Son histoire commence en 1878 avec une école de musique et de théâtre,  qui cinq ans plus tard fut dénommée « Institut musical et dramatique ».

C’est là que de 1891 à 1901 enseigna Vladimir Nemirovitch-Dantchenko dont toute une promotion forma, en 1898, la première troupe du Théâtre d’art qu’il dirigea avec Constantin Stanislavski. Mais c’est avec Vsevolod Meyerhold que cet institut prend le nom de GITIS.

Après avoir créé à Petrograd les premiers Cours de mise en scène en Europe (1918-1919), Meyerhold s’installa à Moscou. Là il en fit la fusion avec les Ateliers supérieurs nationaux de théâtre qu’il avait organisé et cela donna naissance en 1922 au GITIS.

Sous l’égide de ces grands noms du théâtre russe,  le GITIS n’a cessé de se développer et de multiplier  les disciplines enseignées. Les maîtres les plus renommés y ont été invités à enseigner. La célèbre pédagogue Maria Knebel, élève de Mikhaïl  Tchekhov et disciple de Stanislavski, y a développé la méthode de l’analyse par action.

Parmi les anciens élèves du GITIS, on compte Jerzy Grotowski, Anatoli Vassiliev, Eimuntas Nekrosius. Et c’est du GITIS qu’est sortie une promotion formée par Piotr Fomenko : elle devint une troupe qui enchanta l’Europe entière.

L’annexe de cette grande école de théâtre qui s’ouvre maintenant à Paris, à l’Atalante, propose des master-classes, dirigées par des professeurs du GITIS, consacrées à la formation des acteurs sachant que traditionnellement, l’art de l’acteur est au centre de l’enseignement de la mise en scène en Russie.  (Béatrice Picon-Vallin)

Plus de renseignements : CLIQUEZ

.

u

.

Les admissions se déroulent en 2 temps :

Vous devez envoyer votre C.V. à l’adresse mail suivante : latalante.gitis@gmail.com ou par courrier au Théâtre de l’Atalante, 10 place Charles Dullin, 75018 Paris

La confirmation de votre inscription vous sera adressée après examen de votre parcours par les professeurs du GITIS. Votre inscription deviendra effective à la suite de votre règlement.

.

3

.

Théâtre de l’Atalante

10 place Charles Dullin – 75018 Paris

Administration: 01 42 23 17 29

Courriel : latalante.rp@gmail.com

Réservation : 01 46 06 11 90

Courriel : latalante.resa@gmail.com

www.theatre-latalante.com

Métro : Anvers, Abbesses, Pigalle
Bus : 30 ou 54 (arrêt Anvers)

 

 

 

 

Voyage exceptionnel à Moscou

“Les drapeaux des immortels”

Jeudi 7 au lundi 11 mai 2020

RÉSERVEZ MAINTENANT

 

« Tsar Voyages » a le plaisir de vous proposer un voyage exceptionnel vers Moscou qui se tient du 7 au 11 Mai 2020 autour des célébrations de l’armistice de la Seconde Guerre Mondiale. Ce voyage commémoratif sera l’occasion, outre de voir les préparatifs du défilé militaire qui se tient sur la Place Rouge, de participer à la grande marche populaire, appelée « marche des immortels » où des centaines de milliers de personnes défilent le 9 Mai dans le centre de Moscou, pour certains en costumes, en tenant un portrait d’un soldat victime de la Guerre.

Ce voyage vous permettra également de visiter d’autres sites liés à l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale, ainsi que les sites incontournables de Moscou, le tout accompagné par un guide francophone spécial.

Pour plus d’information veuillez nous contacter : 01 75 43 74 86

PRIX : 865 par personne*

*Tarif individuel sur une base en chambre double, hors visa et hors billets d’avion

Courriel : contact@tsarvoyages.com.

https://www.tsarvoyages.com/fr/voyage/les-drapeaux-des-immortels-4267

 

7

TSAR VOYAGES Paris

58, rue de Paradis – 75010 Paris

Tel: 01 75 43 74 83

k n p

 

NATACHA TRAITEUR

Coktails, buffets chauds et froid,

repas de fêtes

 

Cuisine russe livrée chez vous

Natacha prend soin de préparer la vraie cuisine traditionnelle comme le faisait sa grand-mère et selon les vieux livres de recettes. Les produits sont achetés dans des fermes bio et tout est préparé et livré avec le plus grand soin, dans le respect de la chaîne du froid.

p

Devis sur demande suivant liste de plats, exemple :

i Bocaux de champignons: (Cèpes, crème de champignons divers, golmotes au naturel & cuisinées, champignons divers marinés, au naturel, nébuleux à l’huile épicée…)

  g Zakouski viande et poissons, salades et champignons …

g Le borchtch et ses pirojki, tourtes …

g Les desserts typiquement russes de   jours de fête ….

g

Devis et commandes:

06 43 94 11 05

zedzed43@orange.fr

 

Conférence

“Ma Russie, mon Transsibérien”

par Christian Garcin

Vendredi 6 mars 2020 à 18 h 30

Tsar Voyages, agence spécialisée dans les voyages  en Russie,  invite Christian Garcin, écrivain, voyageur a beaucoup arpenté la Russie. Il a vogué sur la Léna et le Ienisseï. Il a aussi poussé jusqu’en Extrème-Orient par le Transsibérien à trois reprises.

Christian Garcin

Il est  né en 1959 à Marseille. Jusqu’au début des années 2000 il a exercé diverses activités professionnelles, comme guide-interprète, accompagnateur de voyages, ou enseignant de lettres. En 1992, il envoie son premier manuscrit, chez Gallimard,

Son œuvre est constituée d’une dizaine de romans, des carnets de voyages, de quelques ouvrages en littérature jeunesse, ainsi que d’un livre de photos, Le Minimum visible (2013).

Il reçoit en 2012 le prix Roland-de-Jouvenel  de l’Académie française et le prix Roger-Caillois  pour l’ensemble de son œuvre, à l’occasion de la parution de son essai Borges, de loin. Ses nombreux voyages ont, depuis des années, nourri quelques-uns de ses romans et carnets de route.

Plusieurs de ses ouvrages sont inspirés de ces périples: des romans comme “Les nuits de Vladivostok” ou “La Piste Mongole“, des carnets de route comme “Le Lausanne-Moscou-Pékin” et même des livres pour enfants comme “Aux Bords du Baïkal“.

 

q

 

Une nuit moite au cœur de Vladivostok la blafarde. Dans un local poisseux où ne parviennent que des lambeaux de conversations et des effluves de diesel et de cigarette, Thomas Rawicz est enchaîné à un radiateur face à un Chinois convaincu d’avoir mis la main sur le coupable qu’il traque depuis plusieurs semaines. Ce coupable, c’est Tomas Krawczyk, un malfrat qui flirte avec les mafias russe et chinoise et se trouve impliqué dans de sordides histoires de prostitution.

Tsar Voyages Moscou-Vladivostok (16 jours) : CLIQUEZ

 

q

 

La journée s’annonce sans histoire aux bords du lac Baïkal. Sans histoire, vraiment ?


Dans le ciel d’un bleu intense, l’aigle Lelio Lodoli s’apprête à fondre sur la malheureuse marmotte Stavroula Spassiba. Indifférent au drame, Malmousque Gourbi le glouton paria discute avec une pâquerette très fine et très spirituelle, pendant que Dianda l’Esprit du Lac rôde dans les fourrés. Non loin de là, l’escargot Dwayne Dodo s’élance vers un carré de salades, alors que Nastiouchka Pilipili, la pie borgne et un peu médium, converse avec les animaux morts depuis moins d’un mois et demi.

Tsar Voyages Baïkal Terre Sacrée (12 jours) : CLIQUEZ

 

q

 

Où l’on part à la recherche d’Eugenio Tramonti, le protagoniste du Vol du pigeon voyageur et de La Jubilation des hasards, disparu quelque part en Mongolie. Pour le retrouver il faudra traverser des états de réalité peu ordinaires et accepter de se laisser guider par quelques personnages emblématiques : un Chinois qui présente la particularité de maîtriser ses rêves ; une chamane mongole qui s’absente parfois quelques jours pour voyager dans d’autres mondes dont elle ne se souvient pas ; une Sibérienne qui fréquente assidûment les choses invisibles ; un jeune garçon, apprenti chaman, qui vient interférer dans les rêves du Chinois ; une vieille femme aux identités mouvantes ; une divinité lacustre aux faux airs de renard ; des juments, un aigle et un loup ; sans compter quelques narrateurs, anonymes ou pas, disséminés entre Oulan Bator et Pékin, le lac Baïkal et les hauts sommets de l’ouest de la Mongolie. 

 

q

 

En hommage à Blaise Cendrars et à La Prose du transsibérien paru en 1913, une équipe de la radio suisse, accompagnée par Christian Garcin, est partie un siècle plus tard sur les traces de ce voyage mythique. De 1913 à 2013, un siècle défile derrière les fenêtres du transsibérien sur un itinéraire de plus de 9000 km entre Moscou et Pékin. Christian Garcin évoque les villes traversées, les rencontres, les paysages, la grande Histoire et les petites histoires de la Russie, tout cela nourri de ses nombreuses lectures.
Une chronique personnelle du voyage, où il est question de la Russie des Tsars, de guerres, de révolutions, d’une princesse de l’Altaï, de l’amiral Koltchak, de steppes infinies, d’amis et de nombreux écrivains russes. Un journal, une chronique des évènements qui oscille entre littérature et histoire, science et géopolitique.

 

q

 

PLACES LIMITÉES

IBNSCRIPTION OBLIGATOIRE

CLIQUEZ

 

q

 

LITTÉRATURE ET SIBÉRIE

TSAR VOYAGES

58 rue de Paradis, 75010 Paris

  : 01 75 43 96 77

Métro : Poissonnière (Ligne 7) : 3 min
Notre Dame de Lorette (Ligne 12) : 11 min
Bus : 26,  43, 45 (Square Montholon), 32 (Hauteville), 39 (Paradis)

Plus de renseignements : CLIQUEZ

 

 

Centre culturel Alexandre Soljénitsyne

Librairie ” Les Éditeurs Réunis “

150ème anniversaire de la naissance de

Zinaïda Hippuis (1869-1945)

Présentation par Anne Hogenhuis

du livre

” Zinaïda ou la Liberté “

Lundi 9 mars 2020 à 18h30

Librairie ” Les Éditeurs Réunis “, V° Paris

Soirée consacrée au 150ème anniversaire de la naissance de
Zinaïda Hippuis (1869-1945),
poète, critique littéraire, dramaturge et écrivain russe,

Portrait de Zinaïda Hippius à Saint Petersbourg

Anne Hogenhuis, historienne, viendra nous présenter son livre
Zinaïda ou la liberté

Zinaïda Hippius est une star du XXe siècle. Poète et écrivain original, sa personnalité anticonformiste en fait une icône du genre. En Russie, elle milita pour réformer l’Eglise, puis, liée à des terroristes, elle sanctifia la violence. La Révolution d’octobre a trahi son rêve. Détruit aussi son ménage à trois qui faisait scandale. Repliée à Paris avec son mari, elle s’imposa pour sauver du naufrage la culture de l’Age d’Argent. Mission réussie : après soixante-dix ans d’oblitération, son œuvre suscite un grand intérêt. Sa vie aussi, dont les aspects épars sont réunis dans ce récit biographique.

 

De g. à dr. Philosophoff, Merejkovski, Z. Hippius et Zlobine (vers 1920)

Avec son mari Dimitri Merejkovski  forment un couple littéraire original et prolifique qui marque le Siècle d’argent  de l’histoire de la littérature russe. Elle est considérée comme une théoricienne du symbolisme russe.

L’auteur:


Pour Anne Hogenhuis, les relations entre la France et la Russie Tonnent un pont entre les deux cultures qu’elle partage. Historienne, elle a publié plusieurs ouvrages pour éclairer ce thème d travers les évènements du XIXe et du XXe siècle. Elle y privilégie toujours le rôle joué par les personnes, avec une préférence marquée pour les artistes et les poètes qui sont les prophètes de leur temps.

q

Présentation du film
«Декадентская мадонна русского символизма:
история создания портрета Зинаиды Гиппиус» 

.

” La Madone décadente “

 


(Н. Сименко и В. Петросянц, en langue russe)
par Alina Bikineeva, directrice du web-journal “Я эмигрантка”.

 

3

Librairie les Éditeurs Réunis & Centre culturel Alexandre Soljénitsyne

11 rue de la Montagne Ste Geneviève, 75005, Paris

Téléphone : 01 43 54 74 46
Métro : Maubert-Mutualité.

MASLENITSA

Lundi 24 février au dimanche 1er mars 2020

 

Maslenitsa, équivalent russe du carnaval ou du Mardi Gras, ancienne fête païenne slave, qui symbolise l’adieu à l’hiver et l’anticipation joyeuse du printemps. Elle est l’une des fêtes traditionnelles les plus joyeuses en Russie,  l’église a finit par inscrire cette fête dans son calendrier.

Maslenitsa est célébrée 8 semaines avant Pâques, la date est liée à la Pâques orthodoxe, dont la date change chaque année : en 2020 Pâques orthodoxe est le 19 avril (Pâques catholique le 12 avril).

On considère que c’est là que le printemps arrive et qu’il est temps de faire les adieux à l’hiver. La semaine de Maslenitsa est suivie du Grand Carême, période de purification spirituelle et de grandes restrictions alimentaires, et qui finie le dimanche de Pâques .
On dit que le nom de cette fête remonte au début  de l’orthodoxie, durant la période de Maslenitsa, la viande est exclue, mais les produits laitiers restent autorisés. Cela donne de grandes tablées de crêpes à la crème fraîche, de barankiet, souvent, de syrniki à base de fromge blanc.

Les slaves savaient s’amuser, à en juger par l’ampleur des fêtes populaires de la semaine de Maslenitsa. Tout le monde se promenait à cheval, alors que les jeunes couples attelaient des traineaux et organisaient des courses.

A cela s’ajoutent les déguisements, les pugilats et les tablées croulant sous les mets. Le rituel de mise à feu de l’épouvantail en paille de l’hiver est la tradition du dernier jour de Maslenitsa.

La “mascotte” de Maslenitsa est généralement une effigie habillée de couleurs vives (rouge, orange, jaune,…) qui s’appelle “Dame Maslenitsa”.

Les crêpes (en russe les blinis, un blin) sont le plat central de Maslenitsa. Pendant cette période, les recettes pour leur préparation ont subi de nombreux changements. Par tradition, chaque femme a sa propre recette pour faire les blinis.

Ils sont cuits à partir de différents types de farine ( blé, sarrasin, parfois les deux mélangées). A ce jour, les blinis, crêpes russes sont  considérées comme un plat traditionnel.

 

On les mange avec du beurre, de la crème sure, du miel, des œufs, des poissons. Quel est le meilleur acommodement ? Il est difficile de dire, tout le monde a sa propre opinion à cette question. Certains mangent les blinis uniquement avec la crème sure, tandis que d’autres ajoutent des garnitures sucrées, et d’autres du hareng ou des œufs de poissons nommé “Caviar” (d’esturgeon, de saumon, de truite, de lump). On peut les acommoder avec plusieurs types de poissons: du hareng, du maquereau fumé, du saumon rose fumé froid, le choix est grand. Les blinis sont mangés également en dessert, arroser avec de miel, de confiture, du sirop d’érable ou tout simplement avec du sucre.

Contrairement au stéréotype établi, les crêpes aux œufs de saumon sont un plat relativement récent et celles au caviar d’autant plus. Généralement, les «crêpes au caviar» sont servies avec des œufs de saumon.

Et comme boisson, bien entendu de la vodka (bien fraîche) .
Un blin (en russe : блин, pluriel блины bliny, blini parfois retranscrit comme blinis. Le mot blin vient du vieux slave mlin, qui signifie « moudre ».

.

.

Traditions pour Maslenitsa.

Avant le Carnaval, le Dimanche, selon la tradition de l’époque, il était obligatoire de rendre visite  aux parents, aux voisins et aux amis, et de les inviter à leur tour ( en russe Gosti). Maslenitsa est un festival folklorique plein de gaité et de joie. Chaque  jour de la semaine a son propre nom et son symbole.

Pendant la fête de Maslenitsa on s’habille « à l’ancienne » : les femmes portent un « châle »  traditionnel en laine qui les préserve du froid, les hommes portent la « Chapka » (coiffe en fourrure) et la « Kossovorotka » (chemise brodée à col officier). Les femmes portent aussi un collier en bois de bouleau avec un  bijou en ambre, c’est une amulette dédiée au soleil qui porte bonheur pour toute l’année.

 

Lundi, le premier jour du Carnaval est appelée «rencontre». Dans les temps anciens les habitants croyaient que la poursuite en traîneau, plus le bruit et le rire de la glissade sur glace, la récolte serait meilleure ainsi que la récolte du lin.

Mardi , ce jour – là, il était de coutume de commencer les jeux et divertissements créés pour des crêpes amusantes. Les jeunes le matin jouaient aux montagnes russes et manger des crêpes. Cette journée a été particulièrement excitante pour les filles célibataires,  ou l’on arrangait les mariages.

Mercredi , ce jour – là, toutes les maîtresses préparent divers gourmandises en grandes quantités et  décorent une table riche, mais avec des blinis bien sûr. Aussi ce jour  la mère montre son  affection pour son fils et  l’inviter à une fête.

Jeudi, de ce jour, les festivités du carnaval sont  déclinées  sont toutes leur version. Marché du matin au soir, danse, rondes, chansonnettes, chants. Les gens se livrent à toutes sortes de plaisir, montagnes russes en glace , bains , bagarres, réjouissances bruyantes. Ce jour – là le soleil est célébré pour bannir l’hiver.

Vendredi, un certain nombre de coutumes ce jour est destiné à accélérer et à faciliter les mariages des jeunes à trouver un bon parti.

Samedi, ce jour – là, la jeune fille  invite les parents du promis où les filles convoquent les copines, si elles dont mariés, alors on appele les amis ou les parents des mariés. Mardi Gras était, alors un prétexte pour se rassembler et papoter.

Dimanche du Pardon», ce jour-là est réservé pour demander pardon à tous les parents ainsi qu’à ses proches des offenses causées et de certains méfaits. De pardonner avec un cœur pur de leur propre pour les mêmes actions qui ont été accidentellement ou intentionnellement causé.

.

Ce Dimanche doit être  un beau jour radieux

avant le début du Carême.

 

v

 

Recette pour faire des blinis:

  • 1 . Clarifier les œufs (séparer les blancs des jaunes). Garder les blancs.
  • 2 . Dans une casserole, faire tiédir le lait et la crème (la température ne doit pas dépasser 40 °C) et délayer la levure dedans.
    Placer la farine dans un saladier et la mélanger avec les jaunes d’oeufs, incorporer progressivement le mélange à base de lait. Mélanger soigneusement, puis couvrir le tout d’un linge humide et laisser reposer pendant 1 h à 2 h.
  • 3 . Battre les blancs en neige et les incorporer délicatement à la pâte. Ajouter le sel et le sucre.
  • 4 . Dans une poêle antiadhésive chaude, verser un peu de pâte pour former des cercles de 10 cm de diamètre et laisser cuire pendant 1 min. Retourner ensuite les blinis avec une spatule et les cuire sur l’autre face.
  • 5 . Servir aussitôt ou conserver sous un torchon propre jusqu’à dégustation, napper de crème fraîche puis mettre du saumon ou du caviar ou des harengs …..

.

3

 

Conférence

« La Sibérie, Trésor Touristique ? »

par le Cercle Kondratieff

Mercredi 26 février 2020 de 18 h 30 à 21 h 15

Tsar Voyages, X° Paris

 

La Sibérie reste très mal connue des Européens, et surtout les Français. Cependant, cette immense région comprend de multiples richesses qui ne manqueront pas d’éveiller la curiosité des voyageurs : de la Yakoutie à la Bouritie, comme de l’Oural à l’Oussouri.

L’attrait touristique majeur la région reste le lac Baïkal, avec son île d’Olhron, un lieu sacré, couvert de mystères et de légendes. Mais la demande évolue. La péninsule de Yamal et le territoire des Nenets (peuple éleveur de rennes), connaissent un succès croissant auprès du public français après la multiplication des reportages sur le grand Nord et les populations locales dans la presse.

« La Sibérie reste un lieu privilégié pour les touristes en mal de dépaysement et de sensations fortes. Et pour  les investisseurs dans le domaine du tourisme, elle reste une région encore très inexploitée ».

C’est dans cet esprit que l’association Cercle Kondratieff en partenariat avec l’agence Tsar Voyages se sont associés pour apporter une vision de spécialistes du tourisme sibérien.

Texte extrait de la revue Russia Beyond – Rédigé le 20 décembre 2015 par Maria Tchobanov –  journaliste et membre du Cercle Kondratieff

Participation gratuite, le nombre de places étant limité,

il est bon de s’inscrire :

CLIQUEZ

 

3

 

TSAR VOYAGES

58 rue de Paradis, 75010 Paris

  : 01 75 43 96 77

Métro : Poissonnière (Ligne 7) : 3 min
Notre Dame de Lorette (Ligne 12) : 11 min
Bus : 26,  43, 45 (Square Montholon), 32 (Hauteville), 39 (Paradis)

Hommage à  Sergueï Eisenstein (1898 – 1948)

Cinéaste à la croisée des Arts.

 Samedi 28 septembre 2019 au 24 février 2020

Centre Pompidou – Metz (57000)

 Sergueï EisensteinL’Œil Extatique, monstre sacré du 7ème art, le Centre Pompidou de Metz  présente le parcours du cinéaste à la croisée des arts : décorateur et metteur en scène de théâtre, dessinateur, réalisateur, innovateur, collectionneur, théoricien et historien de cinéma… Visionnaire, cet artiste total a inventé un nouveau langage visuel basé sur une esthétique du montage.

Le Centre Pompidou Metz avait à cœur depuis sa création, il y a 9 ans déjà, de consacrer une exposition sur cet artiste légendaire à la croisée des arts. Une exposition qui a vocation à « montrer comment il s’inscrit dans une histoire mondiale des arts, passée et contemporaine » pour Ada Ackerman, commissaire de l’exposition et chercheuse au CNRS.

Cette exposition est comme une grande machine de montage, une « fabrique des images einsteiniennes ». Dès l’entrée, un triptyque d’extraits connus des films de l’artiste est monté en parallèle. De manière aléatoire naissent des échos en raison de motifs récurrents dans l’œuvre de l’artiste : foules, visages en souffrance, ferveur populaire et ombres inquiétantes se reflètent presque sur le sol métallique de la Grande Nef.

Sergueï Eisenstein est né à Riga le 10 (22) janvier 1898, en 1907 lors de la Ière révolution russe la famille part pour Paris, pour revenir à Riga, ou il fait sa scolaririté. Il apprend l’art de la photographie, il aime faire ds dessins animés et ds caricatures. Après de divorce de ses parents il vit à Saint Petersbourg avec sa mère. En 1915 il obtint un diplôme qui lui a permis de rentrer à l’institut des ingenieurs civils.

Après la révolution d’octobre il coupe les ponts avec sa famille. Au printemps 1917, il fut appelé au service militaire et inscrit à l’école des adjudants des troupes de génie, puis il rejoignit l’armée rouge. Pendant près de deux ans, Eisenstein a également voyagé avec le train, pendant ce temps, il a tenu des journaux détaillés, où il a enregistré ses voyages, ses réflexions sur l’art et le théâtre en particulier  Au même moment, il travailla comme décorateur dans des groupes de théâtre de l’armée rouge. En 1921, Eisenstein entra dans les studios du directeur supérieur de l’État. Eisenstein a commencé sa carrière dans le cinéma en rééditant le film de Frtiz Lang “Docteur Mabuse, le joueur”. Eisenstein conçut un cycle de huit films intitulé “Vers une dictature”. Le réalisateur commence immédiatement à tourner avec la cinquième photo intitulée ” le coup”, qui est publiée le 28 avril 1925.Elle contenait divers éléments novateurs (notamment des angles de caméra inhabituels et des métaphores de film) et avait reçu des critiques mitigées de la part de la presse et du public. On l’appelait révolutionnaire et novatrice, mais en même temps, on lui reprochait la complexité du langage cinématographique. En 1925 il sort le film ” le Cuirassé Potemkine “, qui remporta un énorme succès tant en URSS qu’à l’étranger.

Le film eut une forte influence sur la cinématographie de ces années et fut par la suite qualifié de «meilleur film de tous les temps».

En 1927  il réalisa le film ” Octobre “, dans lequel l’image de Lénine était présentée pour la première fois dans des longs métrages (interprétée par le travailleur Nikandrov).

En octobre 1928 Eisenstein et son équipe de tournage, part à l’étranger pour étudier l’expérience occidentale. Voyage officiel dont le but était de permettre à Eisenstein et à son équipe de tournage d’approfondir ses connaissances sur le cinéma de qualité, ainsi que de présenter personnellement des artistes soviétiques célèbres à l’Occident capitaliste. A son retour en 1932,  il se consacra aux activités scientifiques et pédagogiques, devint le chef du département de réalisation de l’Institut dÉtat de la cinématographie.

En 1938,  Eisenstein écrivit le scénario du film historique et patriotique Alexandre Nevski . Il a reçu un doctorat en histoire de l’art (sans défendre de thèse). Sur le tournage du film, la collaboration créative de S. Eisenstein avec Serge Prokofiev le compositeur commenca.

En 1941-1945, le réalisateur tourne le film “ Ivan le Terrible“. Le tournage a commencé à Moscou, puis, après l’évacuation du studio Mosfilm en 1942, s’est poursuivi à Alma-Ata.  Le rôle principal a été joué par Nicolaî Tcherkassov.

La première série de peintures a été publiée au début de 1945.

Cet espace de la Grande Nef a été spécialement choisi pour cette exposition en raison de sa grande hauteur sous plafond (près de 20 mètres) ce qui a permis au scénographe de réaliser un observatoire au centre de l’exposition, tour d’échafaudages et d’écrans faisant référence au projet architectural et cinématographique avorté de la « Glass House ». Eisenstein voulait tourner un film dans un building de verre à l’architecture moderne et se servir des jeux de transparence pour créer un « cinéma de l’apesanteur ».

On découvrira ses expérimentations théâtrales, ses dessins riches de symboles ou ds projets inachevés qui font de lui :

” Le Léonard de Vinci russe “

k

L’exposition est accompagnée d’une riche programmation d’évènements associés :

– Les chefs d’œuvres du cinéaste sont projetée dans l’Auditorium Wendel, les vendredi, samedis et dimanches.

– Une programmation de spectacles, un ciné-concert de la Grève par Pierre Jodlowski ou d’Alexandre Nevski par l’orchestre national de Metz, une “Nuit des Morts” avec une projection de Que Viva Mexico et le,concert pop psychadélique du Xixa, pour finir par une représentation exceptionnlle de l’École de théâtre du Gitis de Moscou, inspiré par l’œuvre d’Einsenstein, lui-même metteur en scène.

3

Le Centre Pompidou-Metz est la première décentralisation d’un établissement culturel public national. Le Centre Pompidou porte en région son modèle et met à disposition son savoir-faire et ses collections, dans un partenariat inédit avec les collectivités territoriales qui apportent le financement tout en garantissant l’autonomie des choix scientifiques et culturels.

k

Centre Pompidou-Metz
1, parvis des Droits-de-l’Homme
57000 Metz
Tél : +33 (0)3 87 15 39 39

À pied à 2 min de la gare TGV de Metz Ville, à 10 min du centre historique.

Tarifs : 7€, 10€, 12€

Horaire : Mercredi au lundi  10h à 18h, Vendredi, samedi et dimanche de 10h à 19h

Fermé le mardi.

 

 

Exposition

“MÉMOIRE des MURS”

Alena Vasilyeva et Olga Kataeva-Rochford

Samedi 8 et dimanche 9 février 2020

Mairie du Vème, Paris

Lors du XI° Journées du Livre Russe

 

Mémoire des murs, mémoire des rues, à travers l’architecture de Paris et de Saint- Pétersbourg, Alena Vasilyeva et Olga Kataeva s’attachent à faire revivre la vie artistique et littéraire des deux villes et le regard d’artistes russes sur Paris et d’auteurs français sur Saint- Pétersbourg.

Conçue comme une approche comparative, l’exposition permet d’interroger les rapports des écrivains voyageurs franco-russes avec le milieu urbain étranger qu’ils découvrent, explorent et qui devient le milieu et le matériau même de leur création. Chaque feuillet des séries graphiques exposées est consacré à l’un de ces auteurs, dont les périples vont de brèves visites officielles aux déplacements forcés ayant duré toute une vie. Chacun de ces voyages peut être interprété à la fois comme un déplacement dans l’espace-temps et comme un processus de transformation intérieure, de recherches créatives.

Olga Kataeva

Dans les descriptions de Saint-Pétersbourg réalisées par les littérateurs français la ville se présente sous les traits solennels de ses lieux « de culte » et des grandes fêtes de Cour. Contrairement à cette image d’une capitale brillante, Paris, a révélé son genius loci à travers les œuvres des écrivains russes exilés du XXe siècle.

Olga Kataeva est née à Saint-Pétersbourg, elle vit et travaille en France. Artiste peintre, dessinatrice, docteure en cinéma et études audiovisuelles, elle est membre de l’Association des artistes, peintres, sculpteurs, architectes, graveurs, dessinateurs de la Fondation Taylor (Paris), de l’Association des Critiques d’Art (l’AIS). Enseignante du dessin et du croquis à l’École Nationale d’Architecture de Paris la Villette. Sa thèse (l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, 2018) porte sur « Le statut de dessin dans l’œuvre de Sergueï Eisenstein : mise-en-scène, montage, intermédialité ».

Olga Kataeva a fait l’objet de quatre expositions personnelles et a participé à plus de 40 expositions régionales et internationales.

Bounine, 2020

L’univers fragile d’un Paris « russe », le sentiment d’être sans abri, la précarité et l’inconstance d’une vie en exil sont explorés par Olga Kataeva-Rochford à partir de fragments découpés dans la presse d’émigrants russes et des matériaux qui se trouvent dans les tiroirs des bureaux d’écrivains dont le destin était étroitement lié à la France. Parmi eux : Ivan Bounine, Anna Akhmatova, Marina Tsvétaïéva, Zinaïda Hippius et Dimitri Mérejkovski, Constantin Balmont, Ivan Chméliov, Gaïto Gazdanov…

 

4

 

Alena Vasilyeva est née en 1975 à Leningrad. Elle est diplômée du Lycée national académique
d’art de Saint-Pétersbourg Ioganson de l’Académie des Beaux-Arts de la Russie (1993), du département des arts plastiques (1998) et de l’école doctorale du département de dessin (2003) de l’Université pédagogique d’Etat de Russie Herzen. Elle a approfondi ses compétences à l’Institut académique d’Etat de peinture, sculpture et architecture Repine (2009). Depuis 1999 elle travaille à l’Université pédagogique d’Etat de Russie Herzen: maître de conférences, vice-doyenne de la faculté d’arts plastiques.
Docteur en histoire de l’art (2003). Membre de l’Association internationale des critiques d’Art (AICA).
Membre de l’Union des artistes russes (2004). Membre de l’Union des aquarellistes de Saint-Pétersbourg.
.
Maisons 2019
(1998). Elle a été récompensée par un diplôme d’honneur de l’Académie russe des Beaux-Arts pour son intense activité créative, reçu un diplôme d’honneur du Ministère de l’enseignement et de la recherche de la Fédération de la Russie dans la catégorie des arts graphiques, Alena à reçu une bourse du Président de la Fédération de la Russie, une subvention du Ministère de la culture de la Fédération de la Russie dans la catégorie «L’Art et l’architecture» et une bourse du gouvernement de Saint-Pétersbourg.
ENTRÉE  LIBRE

Mairie du Vème

21 Place du Panthéon , 75005 Paris

RER : Luxembourg

Horaires : Samedi et dimanche de 11h à 20h