Projection du film

” DONBASS “

d’Anne-Laure Borel

Jeudi 22 juillet 2021

sur le site de MCRSC

Voir l’article plus bas .

d

Exposition de souvenirs spatiaux

Pour le 60ème anniversaire du vol habité

de Youri Gagarine

Jusqu’au 31 août 2021

Maison Russe des Sciences et de la Culture, 750116  Paris

60 ans du premier vol habité de Youri Gagarine.

Exposition d’artefacts spatiaux originaux

▪ 100 écussons pour les combinaisons spatiales russes de 2009 à 2021.

▪ Les premiers timbres et les journaux dédiés au vol de Youri Gagarine et d’autres pionniers de l’espace.

▪ Combinaison spatiale des cosmonautes russes.

▪ Collection de photos des lancements et d’opérations dans l’espace.

▪ Cartes postales dédiées à la visite du cosmonaute Alexei Léonov en sa qualité du Président honoraire de la Société française Jules Verne à Amiens.

Visites individuelles et en groupe : paris@rs.gov.ru

REGARDEZ l’EXPOSITION : CLIQUEZ

Depuis début avril, une exposition unique est montée dans les locaux de la Maison russe des sciences et de la culture à Paris à l’occasion du 60e anniversaire du premier vol habité dans l’espace, réalisé par notre remarquable compatriote Youri Gagarine.

L’exposition présente une collection originale de timbres russes et français consacrée aux principales étapes et réalisations spatiales de la période 1957–2017. Les raretés ont été mises à disposition par le Club russo-français des philatélistes, fondé en 1952.

En outre, dans le cadre de l’exposition sont présentées des affiches thématiques, colorées et informatives, une édition réimprimée du journal « Izvestia » qui annonçait le vol historique de Youri Gagarine le 12 avril 1961, une authentique uniforme spatiale et même une lettre originale d’un célèbre musicien français, créateur et leader du groupe français « Space » Didier Marouani avec une demande d’envoyer son CD légendaire avec de la musique spatiale à la station russe « Mir ».

La place centrale de l’exposition est occupée par une collection de 101 écussons authentiques se portant sur des combinaisons spatiales et représentant des emblèmes de tous les équipages spatiaux russes et internationaux de 2009 jusqu’aux participants du vol qui a eu lieu le 9 avril de cette année sur le vaisseau spatial baptisé du nom de Gagarine.

Les insignes de missions spatiales exposés ont été aimablement mises à disposition par le collectionneur d’objets liés à la conquête de l’espace, directeur général de la société « Starsem » Viktor Nikolaev.

La conception de l’emblème est un processus complexe dans lequel les cosmonautes eux-mêmes sont directement impliqués. Ils proposent des idées, partagent leurs pensées et leurs émotions avec des artistes et demandent parfois d’y rajouter quelque chose de spécial, d’important pour eux. Les experts évaluent les possibilités d’exécution technique des éléments de broderie, après quoi des artistes professionnels créent plusieurs versions de l’emblème, dont l’une est approuvée par le corps des cosmonautes.

Chaque détail de l’insigne compte. Par exemple, l’emblème de l’équipage du vaisseau spatial Soyouz MS-17, qui s’est rendu dans l’espace en octobre 2020, est de forme ronde, symbolisant notre planète Terre et sa perfection. Le contour bleu de l’emblème et la bande droite qui le traverse ressemblent clairement à la lettre russe « Ф » (« F »), qui signifie l’indicatif d’appel de l’équipage — « Favor ». La partie intérieure de l’emblème représente une section de la surface de la Terre, symbolisant le respect de notre planète et la gratitude envers la terre natale — nourrissante, inspirante, soutenante et donnant de la force.

Au bas de l’emblème se trouve l’inscription « Baïkonour », symbolisant le lien de l’équipage du vaisseau spatial habité Soyouz MS-17 avec le cosmodrome historique.

Au sommet de l’emblème se situe la présentation de la Station spatiale internationale, et ses panneaux solaires ont la forme du chiffre romain XX, symbolisant le 20e anniversaire du vol habité de l’ISS.

Au centre de la composition, au-dessus du lanceur Soyouz-2.1a, se trouve une source de lumière qui illumine la planète et les membres de l’équipage international, dont les noms sont situés le long de la bordure de l’emblème.

L’exploration spatiale est une entreprise risquée et extrêmement complexe qui nécessite l’investissement de toutes les forces psychiques et les émotions intérieures des spationautes. C’est pourquoi les symboles et les traditions sont si proches de leur cœur, c’est pourquoi tant d’attention est accordée à des détails apparemment insignifiants. Et c’est pourquoi chaque emblème, qui est aujourd’hui présenté à l’attention des visiteurs, incarne une partie de l’histoire de cosmonautique, de la grande réalisation de la civilisation humaine.

Pendant la période de restrictions sanitaires et épidémiologiques, l’exposition sera ouverte à la consultation individuelle (à partir du 14 avril).

Après l’ouverture des institutions culturelles en France, la Maison russe pourra recevoir des demandes de visites individuelles et de groupe, y compris des établissements d’enseignement et de formation de Paris et d’autres régions de France.

d

Festival de musique

La Musique ouvre les Frontières

Concert en ligne

« Salon russe dans la Maison Benois »

Vendredi 2 juillet 2021 de 18 h à 19 h 30

Concert en ligne « Salon russe dans la Maison Benois »

Festival de musique « La musique ouvre les frontières ».

Au programme : des airs et des romances de Charles Gounod, de Ruggero Leoncavallo, de Pietro Mascagni, de Giacomo Puccini, d’Alexandre Dubuque, d’Alexandre Borodine, d’Alexandre Gretchaninov, d’Arthur Rubinstein, de Piotr Tchaïkovski, de Sergueï Rachmaninov, de Sergueï Prokofiev, de Reinhold Glière, ainsi que des œuvres lyriques de poètes européens et russes.

Au piano Larissa Gabitova, directrice artistique et chef d’orchestre de Gabbiano Orchestra. En tant que chef d’orchestre, elle a représenté la Russie parmi six chefs d’orchestre européens au Festival « Belaïa siren’ » avec l’Orchestre symphonique d’État de la République du Tatarstan sous la direction artistique d’Alexandre Sladkovski, clôturant le festival avec les lauréats du concours Piotr Tchaïkovski et du grand prix « Grand Piano Competition ».

Victor Korotich (baryton), Artiste émérite de la République d’Ossétie du Nord – Alanie, Lauréat du Prix de l’Opéra nationale « Onéguine » et du Prix du théâtre le plus élevé de Saint-Pétersbourg « Soffite d’or ».

Le concert en ligne sera organisé dans un ancien appartement-musée de Léon Benois, éminent architecte russe, urbaniste de Saint-Pétersbourg et recteur de l’Académie des Arts. Les descendants de sa famille y vivent toujours.

L’appartement familial a conservé les intérieurs historiques du bureau de Léon Benois et de son épouse, une salle de concert avec piano, harmonium et harpe, une salle à manger. Meubles authentiques, tableaux, ameublement restituent l’atmosphère de la vie d’un grand travailleur et d’un heureux père de famille nombreuse. « Une maison vivante et un appartement vivant » — c’est ainsi que les descendants de Léon Benois appellent ce lieu natal pour eux.

Visite guidée : Anastasia Benois,  l’arrière-arrière-petite-fille de l’architecte.

L’auteur du projet est Stella Kalinina, présidente de l’association française « Stella Art International ».

Pour vous inscrire : CLIQUEZ

d

Concert

Christelle Loury

” Chante l’Amour “

Jeudi 8 juillet à 19h

Dans la salle de musique de la MRSC,75116 Paris

Christelle Loury porte la chanson française de New York jusqu’en Russie.

Auteure-compositrice-interprète, Christelle Loury rend hommage aux grands noms de la chanson française dans le monde. Seule en scène ou accompagnée par ses musiciens, elle se produit dans 4 spectacles qu’elle a écrits et mis en scène.
En 2012, Christelle Loury rend un vibrant hommage à Edith Piaf qui la propulse sur la scène internationale (Ukraine, New York, Pologne, Belgique, Monaco) et c’est en Russie qu’elle se produit le plus avec une 6ème tournée en 2019.
Jean-Christophe Kotsiras l’accompagnera au piano. 

Entrée libre. Nombre de places limité.

La pré-inscription est obligatoire (crsc.paris@crsc.fr).

L’accès à la salle de musique de la MRSC s’effectuera selon un protocole sanitaire en vigueur : le port obligatoire du masque dans tous les locaux de la Maison et le strict respect de la distanciation sanitaire.

d

Entretien en ligne

Ioulia Peressild

Comédienne d’une nouvelle génération

Mercredi 14 juillet 2021 à 19 h

En russe et en français.

Ioulia Sergueïevna Peressild (Юлия Сергеевна Пересильд), née le 5 septembre 1984 à Pskov, actrice de cinéma.

Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, elle a rejoint la faculté de philologie russe de l’Institut pédagogique de Pskov, en 2006, elle est diplômée de l’Académie russe des arts du théâtre. Depuis 2003, elle est apparue dans plus de 30 films et depuis 2007, elle est l’une des actrices de premier plan du Théâtre des Nations.

Elle sera membre de l’équipage de Soyouz MS-19 en octobre 2021 . Elle devrait participer au premier film réalisé dans la sation spatiale internationale avec le réalisateur Klim Chipenko, portant le titre provisoire “Challenge”.  Elle retournera sur terre à bord de Soyouz MS-18.
Elle a reçu de nombreux prix et récompences, le Prix de la meilleure actrice lors de la 14ème cérémonie des Aigles d’Or dans le film Résistance de Lioudmila Palitchenko (2015).

Ecouter et voir sur ZOOM : CLIQUEZ

d

Musique en Russie et en France

Concert du maestro

Andreï Chevtchouk

avec

Elena Rakova ( mezzo-soprano, guitare)

Antoine Trouvé ( violoncelle)

Mardi 13 juillet à 19 h

Salle de musique du MRSC, 75116  Paris

Le chef d’orchestre et pianiste Andreï Chevtchouc, né à Saint-Pétersbourg en 1970. Après une solide formation de chef d’orchestre et de chef de chœur, Andreï Chevtchouk exerce ses fonctions en Russie, en Allemagne, en Belgique, puis en France où il réside actuellement.

Elena Rakova est née en Russie où elle a suivi une formation de guitariste classique et de chanteuse, Elena s’installe à Paris en 2002. Elle y travaille la technique vocale auprès d’Eva Saurova et Sylvie Sullé. Elle rencontre Michel Sénéchal et Agnès Mellon qui l’aident dans l’interprétation du répertoire français et dans la prosodie de la langue française. Elena Rakova tient divers rôles dans des œuvres telles que Didon et 1ère Sorcière de “Didon & Enée”, 2nd Fairy et 2nd Woman dans “The Fairy Queen” de Purcell, ainsi que le rôle de 3ème dame dans “La flûte enchantée” de Mozart et al. Elle chante régulièrement dans les oratorios (alto solo) avec le quatuor “Dimitri” ainsi qu’avec diverses orchestres baroques. En 2011 la mezzo-soprano interprète les rôles de Caecila et de Historicus dans “Caecilia virgo et martyr” de Charpentier sous la direction de Michel Laplénie et l’orchestre baroque de l’Académie du Périgord Noir. Elena Rakova a été sélectionnée pour interpréter le rôle de l’Architecture dans “Les Arts Florissants” de Charpentier dans le cadre de la formation professionnelle “La Pépinière des Voix”, parrainée par William Christie. Lauréate du concours de chant lyrique “Tenore Claudio Barbieri” en Italie en 2013, Elena Rakova interprète le rôle de Maddalena et Giovanna dans “Rigoletto” en Italie..

Antoine Trouvé, jeune violoncelliste de 22 ans, il fut découvert en 2015 lors de son premier concert à Saint-Sulpice d’Excideuil. Il dirige le festival international de violoncelle de Beauvais depuis quelques années.

d

Projection du film

“ALBATROS, les Russes blancs à Paris “

d’Alexandre Moix

Jeudi 15 juillet 2021 à 19 h

Salle de cinéma de la MRSC, 75116 Paris.

Dans la nuit du 8 février 1920, à Yalta, au sud de la Russie, un groupe de cinéastes russes embarque clandestinement sur un cargo en partance pour la France. Ce sont des Russes Blancs qui fuient la terreur bolchévique. Ils sont producteurs de cinéma, réalisateurs, acteurs, actrices, scénaristes, cameramen, décorateurs, costumiers… A leur arrivée, ils s’installent à Montreuil près de Paris, dans un studio désaffecté appartenant à la société Pathé. Chassés de leur pays, ces hommes et ces femmes se regroupent et se réconfortent dans la chaleur de leurs âmes russes. Pour se reconstruire, ils vont devoir s’affranchir de leur identité d’origine, trouver la force de s’ouvrir à une nouvelle culture, l’embrasser et se faire adopter par un autre pays : la France.

Alexandre Moix, écrivain, journaliste et réalisateur français, né en 1972 à Orléans,frère cadet du chroniqueur Yann Moix, après un bac C des études de médecine et un licence ès lettres à la Sorbonne, il se tourne vers les journalismes. Il est directeur de la Sciences et Avenir chez Hachette puis il collabi-ore au Nouvel Observateur et se spécilise dans les films en noir et blanc. Il réalise en 2003 “Patrick Deware, l’enfant du siècle”, en 2005 “La ballade de Faitbanks”, ….. en 2014 ” François Truffaut, l’insoumis ” …. et en 2017 “Albatros, les russes blancs en exil” avec Lenny Borger, Françoise Navailh, Andreï Korliakov,  Alexandre Jevakhoff, la voix de Macha Meril….

INSCRIPTION OBLIGATOIRE : crsc.paris@crsc.fr

d

Projection du film

” DONBASS “

d’Anne-Laure Borel

Jeudi 22 juillet 2021

sur le site de MCRSC

La guerre oubliée, le documentaire choc.
Un film de Anne-Laure Bonnel. Une production «Les films de Sacha».
Image Anne-Laure Bonnet. Montage Paul Pirritano. Son Gabriel Mathé.
Etalonnage Jade de Brito.
Post-production Film Factory.
Production déléguée Les films de Sacha, produit par Alexandre Bonnardieu.

 

Anne-Laure Bonnel, reporter de guerre, directrice de projets audiovisuels,  photojournaliste, en 2015, alertée sur le conflit armé russo-ukrainien à l’Est de l’Ukraine, Anne-Laure Bonnel part dans la région du Donbass. Elle en revient avec des images aussi rares que terribles, rassemblées dans un film documentaire témoignant des atrocités de la guerre sur les populations civiles.

Anne-Laure Bonnel, jeune réalisatrice et mère de famille française, décide d’accompagner Alexandre, un père de famille d’origine ukrainienne, dans la région du Donbass, à l’est de l’Ukraine en zone pro-russe.
Au cœur de la guerre, elle capte les images terribles d’un conflit meurtrier et d’un désastre humanitaire sans précédent. Donbass est un road-movie immersif, un film documentaire saisissant dans un pays déchiré.
Filmer la guerre, ce n’est pas filmer les combats.
Si la guerre est un spectacle, on a souvent tendance à oublier ce qui s’y trouve autour. Dans son hors-champs, des populations entières essaient de vivre ou plutôt de survivre. Donbass leur donne la parole. À travers son documentaire, Anne-Laure Bonnel se penche sur le conflit dans son universalité et filme cet “à côté” qu’on ne nous montre pas assez.

d

Dans le cadre du cycle de la littérature
Russe et la France

Entretien en ligne avec

Victor EROFEEV

Pouchkine  : les derniers jours

Mercredi 30 juillet à 18h (heure de Paris)

Qui est responsable du duel entre Pouchkine et Dantès ? Mieux vaut demander : qui n’est pas à blâmer ? Amour mutuel du Français et de Natalie. Le personnage jaloux de Pouchkine, pour qui le coureur de jupons français est devenu sa propre caricature dans sa jeunesse. Des amis qui ont tourné le dos au poète, à l’exception de Joukovski. Lumière supérieure hostile. Tout a inévitablement conduit à la tragédie …

La Maison russe de la science et de la culture à Paris présente au public la deuxième partie du quatrième numéro du cycle d’auteurs du célèbre écrivain et critique littéraire Viktor Erofeev.

Une série de podcasts consacrés à la littérature russe ont été publiés en Russie avec un grand succès sur la plateforme web de radio Spoutnik et sous les auspices de RIA Novosti. Le RDNK à Paris a préparé une version française du cycle pour ses auditeurs. Il y avait des podcasts spécialement sélectionnés couvrant la vie et la contribution au développement de la littérature d’éminents éducateurs, écrivains et hommes politiques russes, dont les activités étaient d’une manière ou d’une autre liées à la fois à la Russie et à la France.

Dans le projet Conspiracy of Classics, nous parlons d’un phénomène culturel unique – la renaissance littéraire russe. En termes d’importance, il n’est pas inférieur à la Renaissance italienne. Nos classiques, du milieu du XVIIIe siècle à nos jours, ont créé un système de valeurs d’importance mondiale, ont ouvert la Russie sur le monde. “Les nouvelles de notre côté nous sont chères”, a écrit Derjavin, “de la Patrie et la fumée nous est douce et agréable”. Enfin, nos écrivains ont aidé, comme le disait Dostoïevski, « à trouver une personne dans une personne ». Définissons leurs recherches et découvertes.

Viktor Erofeev, un classique moderne de la littérature mondiale, veut répéter l’exploit de Mendeleev – créer un tableau périodique, mais pas des éléments chimiques, mais des écrivains et des poètes russes.

Le texte de l’auteur du podcast traduit par le RDNK à Paris et ses propres ajouts littéraires pour l’édition Pouchkine ont été enregistrés par la célèbre actrice française Anne Lefol

 

d

 

Exposition de photos

Yaroslav – Poitiers 50ans d’amitié

Lundi 19 juillet au mardi 31 août 2021

Salles d’expositions de la MRSC 

Horaires de 9 h à 19 h.

 

Dans le cadre de l’Année croisée de la coopération décentralisée ‘Russie-France’. 19 juillet – 31 août Exposition photo  “50 ans d’amitié : Yaroslavl – Poitiers” Galerie photo de deux villes liées par des relations de jumelage d’un demi-siècle, leur héritage historique dans le contexte culturel contemporain 19 juillet | 19:00 Présentation ‘ Yaroslavl, une perle contemporaine de l’Anneau d’Or de Russie ‘ Sur la ville comme l’un des centres les plus prisés du circuit touristique ‘ L’Anneau d’Or de Russie ‘ et ses sites les plus intéressants. En russe et en français.

Le Jumelage de Iaroslavl et Poitiers célèbre ses 50 ans

En 1970, aux derniers jours du mois d’août, une délégation de Poitiers est venue à Iaroslavl, à la suite d’un échange de lettres entre le Maire de Poitiers Pierre Vertadier, le Président du Comité exécutif du Conseil municipal de Iaroslavl Iouri Kirillov, l’Ambassadeur de Russie, le Ministre de l’Intérieur de France, le Président du Comité « France – URSS » de Poitiers Michel Bloch.
La ville russe et ses habitants ont enchanté les Poitevins, c’était les débuts d’une nouvelle amitié. Un an plus tard, la pemière délégation de Iaroslavl a fait sa visite à Poitiers, et, le 19 juillet 1971, le protocole entre les deux villes a été signé consacrant leur jumelage.

De nombreux échanges – scolaires, universitaires, culturels — ont marqué la période de 50 ans suivant la signature.

Le 14 juillet 2001, la Maison de l’Amitié Iaroslavl-Poitiers a ouvert ses portes. Aujourd’hui, outre ses fonctions de centre francophone, elle abrite l’Office du tourisme de Iaroslavl.
Au cours du dernier demi-siècle, la ville de Iaroslavl a accueilli plusieurs personnes francophones célèbres, dont les Ambassadeurs de France en Russie Jean de Glianiasty et Jean-Maurice Ripert.

En 2020, à l’occasion de la célébration du Jubilé des cinquante ans du jumelage Iaroslavl-Poitiers, nos deux villes ont déroulé une série des conférences, jeux-concours, expositions photos, tout en attendant le moment de redynamiser des échanges et ouvrir de nouvelles perspectives.

 

d

6 7 6

Le Centre de Russie pour la science et la culture (CRSC) à Paris est la représentation en France de l’Agence fédérale pour la CEI, la diaspora russe à l’étranger et la coopération internationale culturelle et en sciences humaines (ROSSOTROUDNITCHESTVO). Sa vocation principale est la promotion de la culture et de la science, ainsi que l’enseignement du russe. Les Cours de russe ainsi que les stages linguistiques en Russie proposés par le CRSC sont largement connus à Paris et dans les villes de la province française. Il vient de changer d’intitulé :
Maison Russe de la Science et de la Culture.

Centre de Russie pour la Science et la Culture
61 rue Boissière, 75116 Paris
Tél : 01 44 34 79 79

Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)
Bus : 22, 30, 52, 82
Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp