10-ème anniversaire
“Soirées du cinéma russe de Bordeaux”

du jeudi 9 au mardi 14 décembre 2021

“Théâtre Pergola”, Bordeaux.

Tous les films en version originale seront sous-titrés en français.

 

Le festival aura lieu du 9 au 14 Décembre 2021 sous le patronage de l’Ambassade de Russie en France , avec la participation personnelle du consul honoraire de Russie en Nouvelle-Aquitaine, M. Alexandre Miller de la Cerda. Le festival a été créé en 2009 à l’initiative de l’Université Bordeaux Montaigne et de la Ville de Bordeaux, dans le cadre de la coopération entre les villes de Bordeaux — Saint-Pétersbourg et avec le soutien de la Mairie de Bordeaux, du ministère de la Culture de la Fédération de Russie et de la Maison Russe des Sciences et de la Culture à Paris.

 

Le programme du festival comprend les évènements suivants:
– Concours de court-métrage des réalisateurs-débutants
«In Ciné Véritas»,
– Rétrospective du cinéma soviétique,
– Le nouveau cinéma russe:
films documentaires et d’animation,
– Le tournoi d’échecs
«Rapide Franco-Russe de Bordeaux».

Des concerts-dégustations, des spectacles, des expositions, un club pour enfants (programme éducatif «In Cinécole”

Films présentés

Vendredi 10 décembre  à 19:30

“Les cadets de Podolsk

Réalisateur : Vadim Shmelev
Scénaristes : Vadim Shmelev, Igor Ugolnikov
Studio « VoyenFilm » avec le soutien du ministère de la Culture de Russie et de la Fondation du cinéma.
Histoire-drame Durée : 136 minutes.

Réalisé en 2020, ce film, devenu un événement cinématographique en l’année du 75e anniversaire de la Grande Victoire de la guerre de 1941-1945, n’est pas moins pertinent en ce 80e anniversaire du début de la Grande Guerre patriotique.

Mardi 14 décembre à 20:15

Cinéma Grand Ecran la Teste Rue Cap Océan, 33260 La Teste-de-Buch

« Docteur Liza »

Réalisatrice : Oxana KARAS
Drame-biographie Durée : 120 minutes.

Un jour de la vie d’Elisaveta Pétrovna Glinka. Elisaveta et son mari se préparent à fêter leur trente ans de mariage. Enfants et amis proches ont été invités. Liza a bien sûr libéré sa journée pour la passer avec sa famille. Elle doit juste, auparavant, passer à la gare Paveletski où, ce jour-là, “Le Secours équitable” qu’elle a fondé, reçoit les patients. Mais cette visite sera pleine d’événements inattendus car, dans un hôpital de la banlieue de Moscou, une petite fille de cinq ans est en train de mourir faute d’antalgiques. Le père de la fillette, en dernier recours, appelle Liza. “Docteure Liza” tentera l’impossible pour la sauver…

Jeudi 9 décembre à 20:15

Cinéma Grand Ecran, Arcachon

«Spacewalker»

 
Réalisateur : Dmitrï Kiselev

Bazelev, Russie, 2017, durée 2h20 (Fiction. Aventure, biographie, histoire)

Film historique russe sur le premier voyage dans l’espace. Dans les rôles principaux : Evgueni Mironov et Constantin Khabenski.
Le cosmonaute Alekseï Léonov était le héros principal et le conseiller du film en même temps. Pour les organisateurs du cinéclub, l’arrivée de ce film dans le programme n’est pas un choix aléatoire.
L’histoire racontant les faits réels a influencé de nombreuses générations d’adolescents soviétiques du siècle dernier, qui rêvaient non seulement de devenir cosmonaute mais aussi d’être actifs, avancer, surmonter les difficultés et être leadeurs.

Dimanche 12 décembre   à 21:30

Théâtre Pergola

«Moloko»

Réalisateur : Karen Oganesian
Producteurs : Karen Oganesian, Irina Voronova, Polina Ivanova
Drame, Russie, 2021
Durée : 119 minutes.

Le personnage principal du film, Zoya, une cuisinière de cafétéria scolaire, vit à Kirovsk, dans la région de Mourmansk. Elle souffre d’infertilité, mais un jour sa vie change radicalement : elle découvre que les aurores boréales d’une beauté inhabituelle affectent soudain son corps. Du lait aux propriétés merveilleuses sort de la poitrine de la fille, avec lequel elle guérit les blessures mentales des gens.

Lundi 13 décembre à 19h

Théâtre Pergola

«De la tristesse à la joie»

Réalisateur : Edward Parry
Producteurs : Ekaterina Sarycheva, Fedor et Victor Dobronravov
Mélodrame, comédie, Russie, 2020
Durée : 1 heure 34 minutes

Au centre de l’intrigue se trouve l’histoire d’une famille Trifonov forte et amicale, toute une dynastie de travailleurs qui travaille dans une entreprise locale de formation de villes. Volodia Trifonov est le chef de famille, chef de file du travail, participant et vainqueur de concours d’usine de performances amateurs, un homme gentil avec un sens de l’humour. Tout dans la famille va bien jusqu’à ce que le plus jeune fils Pashka tombe amoureux d’une femme de l’atelier de peinture, qui est beaucoup plus âgée que lui, et même avec trois enfants … Le lieu de tournage principal était l’usine d’hélicoptères de Kazan. Également sélectionné pour le tournage de Saint-Pétersbourg et de la région de Léningrad

Samedi 11 décembre à 15h45 

Musée d’Aquitaine

«Alexandre Nevski»

Réalisateur : Sergei Eisenstein et Dmitri Vasilyev
Studio ” Mosfilm ” (Gosfilmofond) URSS, 1938
Durée : 112 minutes

En 2021 se célèbre le 800ème anniversaire de la naissance de l’homme d’État, diplomate et chef d’armée canonisé par l’Église orthodoxe russe le Prince Alexzndre Nevski.

Dans le cadre de cet événement, « Soirées du cinéma russe à Bordeaux »
présentera le film de Sergei Eisenstein « Alexandre Nevsky » 1938.

Le film retrace un événement phare de l’histoire de la Russie au xiiie siècle : l’opposition du prince Alexandre Nevski à l’invasion des chevaliers teutoniques et notamment la bataille du lac Peïpous qui mit fin à leur expansion orientale. La musique d’Alexandre Nevski a été composée pour le film par Prokofiev, le compositeur ayant travaillé de façon très étroite avec Eisenstein.

L’évenement en partenariat avec la Paroisse Orthodoxe de St. Seraphin de Sarov de Bordeaux.
Avant la projection – présentation du sujet par le Père Alexandre Brunet.

Samedi 11 décembre à 10:30

«Grand Maître»

Réalisateur : Serge Mikaelian
Studio “Lenfilm” (Gosfilmofond) URSS, 1972
Durée : 88 minutes

Le film révèle les problèmes de la carrière et de la vie personnelle d’un célèbre joueur d’échecs. Le film commence par une partie d’échecs, qui est diffusée aux téléspectateurs, dont le petit Seryozha Khlebnikov avec son père. De retour après le tournoi, le père du garçon est décédé dans un accident de voiture et le jeune joueur s’enferme dans le monde d’échecs. Devenu un jeune homme, il n’abandonne pas sa passion. Il rencontre une fille Elena, et des sentiments romantiques surgissent entre Elena et Seryozha, mais le déménagement d’Elena les sépare. Ils se rencontrent de nouveau à l’âge adulte – la traductrice Elena Andreevna Dontsova et le joueur d’échecs Sergei Aleksandrovich Khlebnikov. Plus tard, ils se marient. Elena veut « refaire » son Sergei. Mais à la fin elle voit tout le génie de son mari et attend. Le film met en vedette les grands maîtres d’échecs Mikhail Tal, Yuri Averbakh, Mark Taïmanov, Viktor Korchnoï.

Samedi 27 novembre à 20:30
Lundi 6 décembre à 8h -10h


Collège Cheverus

«La Grande Voie du Nord»

Réalisateur Leonid Kruglov
Russie, studio “Zvezda”
Historique et journalistique Durée: 75 min.

Le photographe et voyageur Leonid Kruglov s’est lancé dans un voyage à travers l’Arctique sur la route de Semyon Dezhnev, pionnier et explorateur qui, au 17ème siècle, a repoussé la frontière de l’Empire russe vers l’Est. Parcourant dix mille kilomètres sur des chiens, des cerfs, des bateaux, et même des paralets, risquant sa vie dans l’adversité, Leonid est allé d’Arkhangelsk au détroit de Béring. Tout cela pour éclairer des évènements vieux de 400 ans, qui devaient à jamais changer le cours de l’histoire russe et mondiale…

Samedi 11 décembre 2021 à 14 h – 15h 30

Musée d’Aquitaine

“Constantin Kouznetzoff. Le Retour”

Réalisateur : Daria Budanova
Producteurs : Daria Tsukanova, Evgeny Alekseev
Interprètes :
Ekaterina Bogomolova, Marina Ayrapetova, Yaroslavna Saraykina
Durée : 16 minutes.

Fondation pour la préservation du patrimoine créatif de Constantin Kouznetsoff
Film documentaire sur la découverte d’un nouveau nom de l’art russe — le peintre Constantin Kouznetsoff. Constantin Kousnetzoff (1863-1936) est pratiquement inconnu en Russie. Issu d’une famille de riches marchands nijégorodiens, à l’âge de 30 ans, il décide de devenir artiste peintre. En 1896, il part à Paris et ne retournera jamais dans son pays d’origine, bien qu’il n’ait pas changé de nationalité. Kousnetzoff était membre permanent, et des plus importants, des salons d’expositions en France. Des critiques d’art ont suivi sa naissance en tant qu’artiste et son évolution créative, appréciant sa manière impressionniste, son instinct coloriste, et son émotivité et vantaient en lui un « talent fin », « lyrique », «un goût particulier et un équilibre dans les nuances », « une grandeur naturelle », « une beauté… sans immersion dans les détails », « une véritable maîtrise ».

Samedi 11 décembre  à 14 h — 15h30

 Musée d’Aquitaine

“Le Passeport à l’envers”

Réalisateurs : A. Mirochnitchenko et V. Bazynkov
Scénariste : A. Adamovich
Producteur : Fedor Popov
Durée : 44 minutes.

Studio « VGIK-début » avec le soutien du Ministère de la Culture

En URSS, Oskar Rabin a peint un tableau intitulé « Passeport », où il représentait son propre passeport, document indispensable du citoyen, fixant son « lieu de domiciliation » (propiska). Plus tard, Rabin a dû s’exiler, dépouillé de sa citoyenneté soviétique. Dans un nouveau pays, avec un nouveau passeport, il a dû changer de vie. Quels sujets peindre, comment vivre dans une autre culture ? Ce « passeport renversé », cette idée d’une vie transformée, par désir ou nécessité, est au cœur du film.
Quatre personnages, quatre époques différentes, quatre générations. Ce film raconte l’histoire de plusieurs héros qui habitent en France, mais dont les racines, les origines ou tout simplement la vie, sont liées à la Russie. Chacun a son propre « monde russe » et sa propre image de la culture française. Aujourd’hui, ils vivent dans le même pays – la France. Mais chacun a son propre « lieu de domiciliation » (propiska) façonné qu’il est par le temps, l’époque, la culture, les racines, l’enfance et la famille. Cela rend chaque personnage exceptionnel, nous pousse à admirer ses réalisations et nous demander : « Quel est donc le mystère de son passeport à l’envers ? »

Dimanche 12 décembre à 13 h 30 — 15 h 00

 

Chacun à sa manière : « Nuits blanches» sur les écrans du monde

VIDÉOCONFÉRENCE

réalisateur : Lyudmila Lebedeva
studio « Lune blanche »

Projet en coopération avec

  • « Association des musées et des expositions de Manege » à Moscou ;
  • Musée-appartement de F.M. Dostoïevski à Saint-Pétersbourg.

Le but de la conférence est de démontrer la diversité de la perception des œuvres de Dostoïevski, à travers diverses versions cinématographiques, d’en analyser les interprétations et les moyens artistiques mis en œuvre à leur service.

Pour cette conférence ont été sélectionnées huit versions cinématographiques du roman de Dostoïevski « Nuits blanches » créées en URSS, en Russie, en Italie, en France, en Inde, aux États-Unis, en République de Corée. Les versions des films mentionnés seront projetés entre mars et juin 2022 dans le club de cinéma.

Dimanche 12 décembre  à 17 h 30

Théâtre Pergola

“Le tramway va au front”

Réalisateur : Anatoly Agraphenin
Studio de cinéma « KinoMelnitsa »
avec le soutien du gouvernement de Saint-Pétersbourg
Historique et publicitaire
Durée : 44 min.

Le 15 avril 1942, après le premier hiver de blocus de Leningrad, sévère et terrible, les tramways furent rendus à Leningrad. Le retour du tram est une première victoire des citoyens de Leningrad sur l’ennemi, la faim, la privation et la mort. Pour eux, le tramway devint dès lors symbole d’espoir, de la défaite inévitable de l’ennemi.

Lundi 13 décembre  19 h
 
Théâtre Pergola

“Natan”

Réalisateur : Alexandre Kuprin
Durée : 21 minutes.

Le film est consacré à la façon dont le cinéma montre la peinture. Nathan est le pseudonyme de l’artiste Natalia Shevchenko.
Pendant plus de 20 ans elle a créé des portraits d’écrivains et compositeurs célèbres, de chorégraphes et d’athlètes. Sur ses toiles, les sujets bibliques et les événements de l’une des pages les plus terribles de la Grande Guerre patriotique – Leningrad assiégé. Plus de 800 toiles, et dans chacune d’elles, on peut ressentir l’énergie et l’admiration pour la vie. Désormais, les toiles de l’artiste regardent le spectateur depuis l’écran. Le cadre du tableau est dans le cadre de caméra, la texture du tableau dans l’esthétique du cinéma. La lumière dans laquelle vivent les personnages du film se conjugue à la lumière magique des tableaux. Le réalisateur devient co-auteur et adversaire, narrateur et spectateur.

Dimanche 12 décembre à 19h30

Théâtre La Pergola
Remise des prix du concours In Ciné Veritas Le prix principal du concours est le tournage d’un film en collaboration avec le château LA GRACE DIEU DES PRIEURS de Saint-Emilion.

Concert à 20 h 30
Club des amis du festival Concert DUO Daroga Dasha Baskakova, Robin Dietrich (1h) DAROGA est un duo guitare/chant qui vous fera voyager à travers leur musique qui n’a pas de frontières : chanson française, russes, variété internationale mais aussi des chants Italiens, tziganes, espagnols. Dasha Baskakova vocal, Robin Dietrich guitare
Dégustation proposée en partenariat avec les châteaux partenaires du festival

Le point central du festival avec un café-ciné cozy sera installé au théâtre Pergola, dans le quartier de Bordeaux le Caudéran.

Tous les évènements seront gratuits, sauf:

* dégustations – concerts
– dîner + concert: 45 euros
– dégustation – concert – 15 euros

 

* projections à Arcachon, à La Test et au Biarritz – veuillez consulter les prix sur les sites des salles de cinéma

Tous les films en version originale seront sous-titrés en français.

Contacts/

Courriel  :cffr@centerfest.ru 

Téléphone: +33642001280 (WhatsApp)