Brèves

« Le monde radieux de Catherine Sérébriakoff »

du mercredi 05 à 30 décembre 2018

Centre Culturel et Spirituel Orthodoxe Russe

 

Organisée par le diocèse de Chersonèse, par l’Association KULTURA, ainsi que par la Fondation moscovite Zinaïda Serebriakova, l’exposition offrira la belle occasion de découvrir ce monde radieux de Catherine Sérébriakoff.

Catherine Borisovna Sérébriakoff en 2005 dans son atelier à Paris VIème.

Seconde  fille du célèbre peintre russe Zinaïda Serebriakova, Catherine artiste-peintre et aquarelliste russe, née le 28 juin 1913 à Neskoutchnoïe, près de Kharkov, décédée à Paris le 22 août 2014.

Arrivée à Paris en 1924 agée de 11 ans pour rejoindre sa mère, elle pratique avec son frère aîné Alexandre (1907-1994), la rare spécialité de la fabrication d’aménagements intérieurs et du portrait d’intérieur.

Décor intérieur d’atelier .

Elle laisse un témoignage minutieux des décors et fêtes de la haute société française. Le réalisme et la précision quasi photographique de ses œuvres lui valent d’être hautement appréciée par des grands collectionneurs et aristocrates du XX siècle : Charles de Beistegui, Arturo Lopez-Willshaw, le duc et la duchesse de Windsor, les Rothschild.

La famille séjourne à Camaret-sur Mer et à Concarneau  pendant plusieurs étés. Cette exposition réunit des paysages, des natures mortes, des maquettes d’intérieurs et des crèches de Noël en miniature, l’exposition met en lumière l’œuvre jusque-là peu connue de Catherine Sérébriakoff, a consacré sa vie à la conservation de l’héritage artistique de la famille tout en restant volontairement dans l’ombre de sa célèbre mère et son frère.

ENTRÉE LIBRE.

Centre Culturel et Spirituel Orthodoxe Russe

1 quai Branly, 75007 Paris

Heures de visite: 09:30 – 12:30 et 15:00 – 19:00

Métro: Alma Marceau.

RER: Pont de l’Alma, Musée du quai Branly.

Bus: 63, 80.

Présente

 

“NOËL à MOSCOU”

par le Chœur Moskova

Église St Louis en L’Ile

Mardi 25 décembre à 16h

Samedi 29 décembre à 15h

Dimanche 30 décembre à 16h

Lundi 31 décembre à 20h30

Mardi 1er janvier 2019 à 16h

et

Temple de l’oratoire du Louvre

Lundi 31 décembre à 17h

Église Saint-Louis-en-l’Île

19 bis rue Saint-Louis-en-l’Île
75004 Paris 4e
Métro : Pont Marie (7)

Tarifs:

19 et 30 décembre : 23€, 19€ et réduit 14€

Concert de Noêl 25 décembre et 1er Janvier: 25€, 20€ et réduit 16€

Concert du Nouvel An, lundi 31 décembre: 30€ , 23€ et réduit 19€

Infos et réservation: 01 44 62 00 55,

Vente de billets sur place 1h avant les concerts

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Temple Oratoire du Louvre 

145 rue Saint-Honoré – 75001 Paris

Métro: Louvre-Rivoli (1), Palais Royal (1 et 7)

Lundi 31 décembre 17h

Infos et réservation: 01 44 62 00 55

Vente de billets sur place 1h avant les concerts

MARCHÉ DE NOEL pour le MONASTÈRE LESNA 

Samedi 8 et Dimanche 9 décembre 2018 à Paris

de 10h à 18h

  • Artisanat du Monastère: icônes, châles, bougies, confitures, objets en bois…
  • Cadeaux de Noël, calendriers…
  • Livres russes et français, cartes de vœux,
  • Vente à emporter: plats salés et sucrés…
  • Salon de thé, buffet-restaurant: spécialités russes, borchtch, pirojki, canapés, vatrouchkis…

Le Monastère LESNA (27150 Chauvincourt-Provemont) est un monastère orthodoxe installé en Normandie en 1967, mais son histoire nous projette deux siècles en arrière. En 1683, deux garçons près du village de Lesnaya sur la frontière occidentale de l’Empire russe (aujourd’hui en Pologne) découvrent une icône de Notre-Dame.

Icône miraculeuse de la Mère de Dieu Lesninsky 

Pendant deux siècles cette icône sera célébrée par les catholiques. Mais, en 1875, l’icône retourne au village de Lesnaya et elle est désormais intégrée au culte orthodoxe. Dix années plus part, le couvent de Lesna était fondé. Fuyant la Première Guerre mondiale, le monastère s’est déplacé à Saint-Pétersbourg. La révolution de 1917 a forcé le monastère à être évacué vers le diocèse de Kichinev. Mais même si ce n’était pas la fin de ses épreuves, acceptées ici comme des procès, après l’occupation de la Bessarabie par la Roumanie, les forestiers s’établirent à Hopovo (Yougoslavie), d’où les sœurs partirent pour la France en 1950 – d’abord à Fourcque pour finalement s’établir en Normandie à Provemona en 1967. .

ASIEM

6, rue Albert de Lapparent 75007 Paris

Métro : Ségur  ou  Sèvres Lecourbe       Bus 28 : arrêt « Breteuil »

Exposition

Alexandre Soljénitsyne

“Un écrivain en lutte avec son siècle”

Lundi 19 novembre 2018 au 8 janvier 2019

Mairie Vème arrondissement

 

La Mairie du V ème arrondissement de Paris organise cette exposition exceptionnelle en l’honneur du centenaire de la naissance de Soljenitsyne, né le 28 novembre 1918, mais aussi de l’anniversaire des dix ans de sa mort, survenue le 3 août 2008. Venez donc découvrir la vie et le parcours de ce grand homme du 20ème siècle dans l’exposition en entrée libre.  Alexandre Soljenitsyne, un écrivain en lutte avec son siècle.Soljenitsyne aurait eu cent ans cette année (il est mort il y a dix ans), on va reparler de lui, c’est certain, aux dates anniversaires de sa naissance et/ou de sa mort, mais il me semble qu’on ne lui accorde pas encore en France, singulièrement parmi les gens de lettres, la place qui lui revient, c’est-à-dire aux côtés des plus grands écrivains de la Russie communiste: Boulgakov, Grossman, Pasternak, Akhmatova, Babel.

L’auteur du chef-d’oeuvre “L’archipel du Goulag”, écrit dans la clandestinité et dans lequel il se faisait le porte-parole des victimes du tristement célèbre goulag de l’Union Soviétique, Monsieur Alexandre Soljenitsyne fait parti des auteurs qui ont eu l’honneur de recevoir le Prix Nobel de littérature, en 1970. Mais l’écrivain était aussi historien, penseur, dissident… Bref, un multi-tâche à qui Paris a décidé de rendre hommage.

Dans cette exposition, vous pourrez découvrir de nombreux objets de valeur : des archives venant de Russie, des manuscrits du temps de la “charachka”, des dactylogrammes, les premières rédactions de ses romans, un album de photos prises par l’auteur, des exemples de samizdat, le chapelet qui lui permit de retenir mentalement des milliers de vers, des lettres, des photos, le fameux tube dans lequel L’Archipel du Goulag est resté enterré en Estonie pendant des années…

Bref, un voyage passionnant dans l’univers d’Alexandre Soljenitsyne !

Ebranlés par L’Archipel du Goulag, des millions de lecteurs ont suivi avec passion la lutte solitaire Alexandre Soljenitsyne contre un empire qui semblait établi pour un bon millénium.
Le présent livre rend compte des multiples facettes de ce géant de l’écriture. Ce catalogue d’exposition rassemble des études d’ensemble, articles ciblés (la réception de l’écrivain, les biographies qui lui ont été consacrées) et témoignages (ses deux principaux traducteurs, son éditeur en russe, son agent littéraire mondial, le compositeur Gilbert Amy, sa dernière biographe). Il compte également des inédits : plusieurs lettres dont l’émouvante lettre à Spiridon (le concierge de la charachka), une longue lettre à Lydia Tchoukovskaïa, des fragments du Journal R-17, trois textes qui sont des lectures faites par Soljenitsyne : Mon Lermontov, Ivan XChmeliov, et son Soleil des morts, le Pétersbourg d’Andreï Biely.

ENTRÉE LIBRE

Mairie du 5 ème arrondissement

Agora Jacqueline de Romilly
21 Place du Panthéon,  75005 Paris 5

Tarifs: Gratuit

Horaires: Mardi, mercredi,vendredi : 14h-17h30,  jeudi : 14h-19h,  samedi : 10h-17h30

Accés: RER Station Luxembourg.

Exposition-vente de dessins et peintures d’archives,

Serge Tziganov & travaux de ses élèves

Samedi 24 novembre de 10 à 19 h

St Etienne (Loire)

 

 

Serge Tziganov, né en 1959 en Union Soviètique, artiste peintre Portraitiste  arrive en France de sa Russie natale en 1982, à 23 ans.

 

 Il est doté d’une bonne formation grâce à des enseignants réputés, le graphiste Vladimir Françousov et le peintre moscovite Théodore Thézik, et un emploi prestigieux comme peintre décorateur au théâtre de l’Armée rouge.

Hommage à Répine (Les Cosaques écrivant au Sultan).©Alain Colombet.

Dès son arrivée en France il participe à de nombreuses expositions de groupes, ou personnelles à Lyon, Deauville, Saint-Etienne.
En 1996, il ouvre à Saint-Etienne son Ecole de Dessin Académique.

 

Village russe, dessin sépia, 40X60

De facture classique, sa peinture s’inspire autant de sa Russie natale, des icônes, de la Renaissance que des années 20, avec toujours un trait d’humour qui n’enlève rien au sérieux du tableau mais nous adresse un clin d’oeil complice qui nous enchante.Il est « inclassable » et même en « instabilité permanente », dit-il. Figuratif, cubiste, fauviste, réaliste pour ne citer que quelques chapelles, autant de courants qui font sens pour lui sans être des dogmes : « Je ne peux pas me laisser enfermer dans un style ! »

 

Nu ,aquarelle, 40×50 cm

Depuis 1996, il dirige, à Saint-Étienne, l’école de dessin académique. Depuis plusieurs années, il est dessinateur de presse pour La Tribune-Le Progrès.

 

Les jumelles, huile sur toile 80X100

 

Exposition:

1, boulevard Alexandre-de-Fraissinette (derrière le Quick) à Saint-Étienne.

Possibilité d’ouverture ultérieure sur rendez-vous, Tél : 06.85.68.11.50.

 

CONCERT ANNULER

 

 

Une des formations les plus étonnantes, ou virtuosité, rythme et instruments qui sont si différents: piano, balalaïka et  hautbois forment un mariage surprenant pour l’auditoire.

Le Duo Piano avec Anne et à la balalaïka Micha a été crée en 1981,  qui devient un Trio lorsque Pierre au hautbois leur fils, les rejoint en 2000 à l’occasion du festival du millenium à Louxor, organisé par France Clidat. Depuis, c’est en Trio qu’ils parcourent le monde. Ils ont donné des concerts à travers la France ainsi qu’à l’étranger, entre autres un récital à la Philharmonie de Berlin.

 

La balalaïka russe, le piano orchestral, le hautbois aérien, ce trio de musique de chambre tout à fait hors du commun vous entrainent au cœur de l’âme tourmentée et joyeuse de la Russie.
Musiques traditionnelles et classiques transcrites et interprétées par le Trio Makarenko, vous donne à entendre un répertoire tout à découvrir.
La lune brille, Valse russe, Le bouleau, Je vous ai rencontrée, Seul sur la route, Kalinka… dressent devant vous leurs paysages de neige et de rêve pour vous inviter au voyage.
Depuis quand… ou plutôt… n’avez-vous jamais déjà entendu le son d’une balalaïka ? Vous savez, cet instrument triangulaire, à seulement trois cordes…vous ne pouvez imaginer l’amplitude et la richesse de sa palette sonore sous les doigts d’un véritable virtuose de la balalaïka, Micha Makarenko.

 

En savoir plus  sur le Trio Makarenko : CLIQUEZ

L’église de St Rémy l’honoré a été confortée par les religieuses de Haute-Bruyère dans la seconde moitié du XII siècle,  Elle était desservie par le Prieur de Haute-Bruyère, qui était en même temps curé de la paroisse. Il est presque certain qu’avant la construction de cette église, il devait y avoir un autre lieu de culte, chapelle ou petit sanctuaire, puisque le village existait et qu’il portait déjà l’appellation de “Saint Rémy”. On n’en trouve pas de trace, il subsiste certaines parties, qui datent de cette époque. Un porche a été rapporté en avant de l’ancienne entrée de l’église, au début du XIXe siècle (1842). La tour du clocher apparaît comme la partie la pus ancienne de l’édifice (XIII siècle), elle renferme la cloche Rosalie Hieronyme, prénom de la femme de son parrain, Messire Philipperaux de Pontchartrain, propre chancelier de Louis XIV.. Le bas coté Sud, a été rebâti en 1842, mais sans modification de ses dispositions architecturales.

Église de St Rémy L’Honoré

1 place de l’Église 78690 Saint Rémy l’Honoré

Tarif: 15€

Renseignements : 06 60 71 75 65

 

 

Marché de Noël de l’ACER-RUSSIE

Samedi 1er décembre 2018

Buffet russe (Vatrouchkis, pirojkis, blinis, etc…etc)

Cadeaux, objets russes, châles, livres russes et français, icônes peintes, bijoux, cartes de vœux, matriochki et tant d’autres choses !

N’hésitez pas à nous envoyer ou nous apporter des objets russes, cadeaux, objets neufs ou objets anciens, beaux livres russes ou français, bijoux, etc…

Merci à tous de vos dons et de votre aide fidèle ! Téléphonez nous au 01 42 50 53 46 !

ACER-RUSSIE

91, rue Olivier de Serres 75015 Paris

Metro Porte de Versailles ou Convention, Tramway T2 ou T3a

Présentation

“Le Livre du Prophète Daniél”

Illustré par Ekaterina Posetselskaya

Samedi 10 novembre 2018 à 16h

Dans le cadre de l’exposition « PAYSAGE AU BOUT DE LA NUIT », ayant lieu à « I-Gallery. Intelligence » du 22 octobre au 18 novembre 2018 (CLIQUEZ),  l’artiste Ekaterina Posetselskaya fera une présentation du livre « Le livre du prophète Daniel » contenant ses illustrations et ayant paru en 2017 aux éditions « Vita Nova » de Saint Petersbourg.

“Le livre de Daniel” fait référence aux œuvres d’un genre biblique particulier – l’apocalypse (traduit du grec – “révélation“). À travers la vision de l’auteur, le sens providentiel de l’histoire est révélé: dans ce livre, l’image du Fils de l’Homme apparaît pour la première fois, à laquelle «le pouvoir, la gloire et le royaume seront donnés afin que toutes les nations, tous les peuples et toutes les langues le servent», puis la calamité et le péché cesseront.
L’annexe de cette édition contient des fragments du deuxième livre (syrien) non canonique du prophète Baruch, qui est un exemple des apocalyptiques de l’Ancien Testament. L’annexe est complétée par des articles et des notes permettant de comprendre le texte biblique, ainsi que par un article détaillé de l’historien de l’art Ruslan Bakhtiyarov sur l’interprétation du livre du prophète Daniel dans le monde des beaux-arts et, en particulier, dans les œuvres de l’artiste de Saint-Pétersbourg Ekaterina Poseselskaya, qui l’a réalisée spécialement pour cette édition en 2016. Les exemplaires de 1 à 50 sont numérotés et contiennent la lithographie d’ Ekaterina Posetselskaya.

Ex-libris sur des copies numérotées.

Les copies 1 à 12 sont accompagnées d’une pochette spéciale – un dossier contenant une série de 7 lithographies originales de  Ekaterina Posetselskaya .

 

Elle a réalisé des illustrations de livres pour différentes maisons d’édition de Saint-Pétersbourg et de Moscou (Vita Nova, Azbuka, Lenizdat, Detgiz). La plupart de ses dessins sont destinés à la littérature pour enfants, mais elle illustre également les œuvres des grands écrivains du XXe siècle, comme Varlam Shalamov, Konstantin Vaguinov, Marina Tsvetaïeva ou Joseph Brodskij.

En 2017 Ekaterina est devenue Lauréate du Concours international d’illustration de livre «L’image du livre» («Obraz knigi») pour ses illustrations du «Livre du prophète Daniel» (éditions «Vita Nova»).

En 2018 un exemplaire de ce livre et une série de sept lithographies de l’artiste ont été offerts au Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg.

Année de publication: 2017
ISBN: 978-5-93898-607-7
Pages: 256
Illustration: 66
Circulation: 1000 exemplaires
Prix: 5000 roubles
Exemplaires numérotés de 1 à 12:  60500 roubles. De 13 à 50: 18700 roubles

I-Gallery-Intelligence

1 quai Voltaire, 75007  Paris

Ouvert de 14h à 19h du mercredi au dimanche

Tél: 09 50 44 99 10

Métro: Palais Royal, RER: Musée d’Orsay

Bus: 24, 27, 39,48,68, 75, 95

La chanteuse de rock

OUMKA

Café Le Kibele

Mardi 27 Novembre à 21 h 15

Anna Georgievna Gerasimova (А́нна Гео́ргиевна Гера́симова) dit OUMKA est née le 19 avril 1961 à Moscou, auteur-compositrice de rock russe, chef du groupe Oumka et Bronevik, elle est aussi poète, traductrice littéraire, chercheuse en littérature, voyageuse et une personnalité du mouvement hippie russe. elle a créé son propre groupe de rock à Moscou en 1995.Maigre, avec sa coupe courte de jeune fille en fleurs , elle lit les vers et joue le blues à la guitare.

Les chansons écrites et chantées par Umka sont connues des hippies soviétiques depuis 1986. En 1986-1987, elle a enregistré cinq albums maison avec différents musiciens, et ces albums ont été largement diffusés en URSS et à l’étranger.

En 1988, elle a cessé d’écrire des chansons. En 1995, elle retourne à la composition et à l’interprétation de ses compositions. Elle a commencé à jouer avec des musiciens occasionnels dans un certain nombre de concerts et a enregistré plusieurs albums maison. Finalement, son groupe a reçu le nom de Bronevichok (“petit véhicule blindé”; en 2005, son nom a été changé pour Bronevik , “véhicule blindé”), avec Boris Kanunnikov, guitare principale il est né en 1972 à Sébastopol, Mikhail Trofimenko , guitare basse, né en 1966 à Naltchik dans le Caucase, Boris Markov, batterie et Igor Oistrakh , harpiste, né en 1972 à Moscou.

Le premier album studio de son groupe est sorti sur cassettes en 1997; le premier disque compact intitulé The CD a été publié en 1998. Au cours de ces années, ils ont généralement été considérés comme des musiciens «underground».

Oumka et son groupe Bronevik à Chicago 2009

Depuis 1998, environ 20 albums ont été publiés sur CD. Oumka et son groupe voyagent beaucoup; ils ont effectué des tournées dans de nombreuses villes de l’ex-URSS et de nombreux pays à bord (États-Unis, Royaume-Uni, Israël, Allemagne, Pays-Bas). Le nombre total de chansons publiées est supérieur à 250; beaucoup de chansons n’ont jamais été publiées.

ENTRÉE LIBRE

Café-Restaurant Le Kibele 
12, rue de l’Echiquier
75010 Paris
Métro :  Bonne Nouvelle

Festival “C’est pas Classique”

Dessin de sable de Katerina Barsukova,Dlitri Makhtin violon

Orchestre régional de Cannes-Provence-Alpes-Côte d’Azur

Vendredi 2 novembre 2018, 20h30

Palais des Congrès Acropole, Salle Apollon 

 

Zoltan Kodai: Danses de Galanta 
Sergei Prokofiev: Concerto pour violon n ° 2 
Igor Stravinsky: Pulcinella, suite

Dmitry Makhtin, violon 
Katerina Barsukova, animation de sable. 
Orchestre régional de Cannes 
Benjamin Levy, chef d’orchestre

Première mondiale pour le festival “C’est pas classique” à Nice. Le public assistera à une performance incroyable: une poignée de sable s’animera dans les gestes gracieux de l’artiste Katerina Barsukova et des peintures éphémères fusionneront progressivement avec les œuvres musicales de grands compositeurs du XXe siècle interprétées par le violoniste Dmitry Makhtin et l’orchestre régional de Cannes dirigé par Benjamin Levy.

Diplômée de l’Ecole de beaux-arts Roerich de Saint-Pétersbourg, de la faculté de peinture et de l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg, de la faculté de l’histoire de l’art, Katerina Barsukova a également complété son parcours par les Cours d’écriture du scénario et de mise en scène du studio “Lenfilm”.

Elle est lauréate du concours international du sand-art “La Touche” en 2015, 2016. En 2017, elle est récompensée par le Grand-Prix pour le projet Bach sur le sable avec Dmitri Makhtin. Excellente portraitiste et paysagiste, elle explore différents volets de cet art : dessin classique, art graphique, snow graphics, films d’animation sur sable, représentations d’animation sur sable en direct.

Pour Katerina, l’animation sur sable est un petit théâtre dont la scène est une table lumineuse où se déroulent des histoires éphémères. Une poignée de sable prend vie en quelques gestes gracieux de l’artiste. Les œuvres de Katerina se distinguent par l’ingéniosité de ses dessins dans le style symbolisme lyrique, mais aussi par des transformations étonnantes et une grande musicalité.

Elle collabore régulièrement avec des metteurs en scène et réalisateurs de cinéma, des musiciens et comédiens. Elle s’est produite au Théâtre de l’Hermitage de Saint-Pétersbourg, au Mariinski, à l’Alexandrinski, à la Philharmonie de Saint-Pétersbourg, à la Philharmonie d’Erevan (Arménie), au festival russo-chinois « Feu éternel », au Théâtre de l’Europe de Lev Dodine (Saint-Pétersbourg). Arménie, Ukraine, Allemagne, Espagne, Autriche, France, Turquie et différentes villes de la Russie font partie de la géographie des spectacles de Katerina.

En 2016, elle est commissaire de la première exposition internationale de l’art graphique sur sable« Hors du temps » présenté au Mariinski Concert Hall. Parmi ses œuvres : Entre le bien et le mal,  Siège de Leningrad (7ème Symphonie de Chostakovitch), Guerre et Paix d’après L. Tolstoï, Youri Gagarine, Contemplation  sur la musique de Bach, contes sur sable Pinocchio, Hérisson dans la brume, Casse-Noisette au Théâtre Mariinski, Ours de Kamtchatka (pour “Lesfilm”), conte Poisson d’or d’A. Pouchkine. En 2017, Katerina a produit à Saint-Pétersbourg son premier spectacle d’après O. Wilde l’Enfant-Etoile  pour lequel elle a reçu une bourse du gouvernement russe.

Parmi les grands projet de la saison 2017-2018: les productions avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France et l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg dans le programme Le coin d’enfant sur la musique de Debussy Children’s Corner et Fauré Dolly Suite, ainsi qu’avec l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo dans le programme de Moussorgsky Tableaux d’une exposition , l’Orchestre philharmonique royal de Liège dans le programme de Tchaikovsky La Belle au bois dormant,

Conceto pour violon n°2  de Prokofiev et Pulcinella de Stravinsky avec l’Orchestre régional de Cannes et Dmitri Makhtin, violon, dans le cadre du Festival “C’est pas classique” à Nice et un programme unique avec le violoniste Dmitri Makhtin Bach sur le sable.

Dmitri Makhtin est né à Saint-Petersbourg en 1975. Il obtient en 1989 le premier prix du concours des violonistes russes.
En 1990, il reçoit une bourse de la Young Musicians Foundation ainsi qu’une autre de l’Idyllwild School of Music de Californie.
En 1992, il s’installe aux Pays-Bas et se perfectionne à Utrecht avec Philippe Hirschhorn. Il est lauréat des concours internationaux Kloster Schontal, Paganini, Spohr, Tibor Varga, Montréal, Sibelius et Praetoria.

Dmitri Makhtin fait ses débuts en France à Paris en 1997 en concerto avec l’Orchestre symphonique russe sous la direction de feu Evgueni Svetlanov et en récital à l’Auditorium du Louvre.
Il donne régulièrement des récitals à Paris, New-York, San Francisco, Los Angeles, Dallas, Genève et en Afrique du Sud. Il joue en soliste avec les orchestres de Saint-Petersbourg, Novossibirsk, Sydney, Monte-Carlo et la Haye sous la direction de feu Evgueni Svetlanov, Valery Gergiev, Leonard Slatkin, Lev Markiz, James de Priest, Sakari Oramo, Jiri Belohlavek, Alexander Dmitriev, Jerzy Semkow, Yuri Temirkanov, Nikolaï Alexeev.

Dmitri Makhtin a comme partenaire de musique de chambre Boris Berezovsky, Alexander Kniazev, Alexander Paley, Brigitte Engerer, Renaud Capuçon et le quatuor Ysaÿe.

Benjamin Levy directeur musical et chef d’orchestre permanent de l’Orchestre Régional de Cannes Provence Alpes Côte d’Azur depuis le 1er novembre 2016 pour une période de 3 ans renouvelable. Il succède  à Wolfgang Dœrner et Philippe Bender à la tête de cet orchestre.
Formé aux Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon (Premier Prix de percussion) et de Paris (Prix d’analyse et classe de direction d’orchestre), Benjamin Levy parfait sa formation à l’American Academy of Conducting d’Aspen aux Etats-Unis et à l’Academia Chigiana de Sienne en Italie. Il a ensuite régulièrement assisté le chef Marc Minkowski (Opéra de Paris, Oper Leipzig, Festival de Salzburg) et a passé deux saisons comme chef assistant des Orchestres de la Radio Néerlandaise. En 2005, il est nommé Révélation musicale de l’année par le syndicat de la critique dramatique et musicale. Il reçoit trois ans plus tard le prix Jeune Talent – Chef d’Orchestre de l’Adami et deux Diapasons d’Or pour ses enregistrements DVD avec la compagnie les Brigands. Fondateur de l’Orchestre de Chambre Pelléas, il a donné avec cette formation au fonctionnement collégial de nombreux concerts en France et en Europe.

Palais des Congrès Acropole, Salle Apollon 
1 Esplanade John Fitzgerald Kennedy, 06000 Nice

Renseignements et Réservation : 08 00 740 656

Natalia Svetlova

“A la lumière de Tourgueniev”

Samedi 10 novembre 2018

à La Datcha.

 

Natalia Svetlova, auteur, compositeur interprète russe, est diplômée du Collège musical d’Ust-Katav (Oural, Fédération de Russie), et lauréate de concours régionaux d’accordéon russe (bayan).

Auteur compositeur et musicienne russe, diplômée du Collège musical d’Ust-Katav (Oural, Fédération de Russie), lauréate des concours régionaux d’accordéon russe (bayan), Natalia Svetlova est aussi chanteuse. Elle interprète des romances russes et chansons populaires en s’accompagnant à la guitare. Son répertoire est vaste avec des romances et chansons sur les poèmes de Tourgueniev, Iessenine, Simonov, Tsvetaieva. Natalia Svetlova est une des rares chanteuse russes, à s’être spécialisée dans l’interprétation de ces œuvres en russe et en français. Après la sortie de deux CD en tant qu’auteur compositeur, elle a publié l’année dernière un nouveau CD « Etoile d’Amour », une douzaine de chants et romances traduits en français par Vladimir Sergueev. Natalia Svetlova a reçu de multiples récompenses : lauréate de concours régionaux et de toute la Russie, Yourmala, Ylmenski. Début 2012 elle a été lauréate du Festival International de Moscou “Vremya pet’/Il est temps de chanter”. Ses albums “Ma nouvelle guitare”, “Océans d’amour” et “Etoile d’Amour” remportent un vif succès. Natalia Svetlova ajoute à son répertoire des romances russes de la fin du XVIII siècle ainsi que de des chansons de Vladimir Vyssotski et de Boulat Okoudjava.

Le programme de Natalia ne se limite pas par un genre musical, elle chante des romances, des chansons d’auteur, des chansons françaises. Les concerts de Natalia sont le triomphe de la musique, de l’âme, de l’espoir et de la beauté…

www.datchakalina.com

La Datcha Kalina

315, Chemin des Petites Fourques 13510 Eguilles

Renseignements et réservations :
04 42 92 68 78 / 06 20 97 35 68

Participation aux frais: 14€
Adhérents: 12€

 

D’après Anton Tchekhov.  Mise en scène Susana Lastreto. Huit comédiens et deux musiciens proposent une vision de La Cerisaie habitée par le comique et la passion voulues par Tchekhov et entretissée par ses lettres au metteur en scène Stanislavsky et à sa femme Olga pendant les répétitions. Dépouillée et musicale, c’est aussi un hommage empreint de nostalgie à l’inoubliable Cerisaie mise en scène par Peter Brook.

La Cerisaie  aborde des thèmes qui résonnent particulièrement aujourd’hui : la perte d’un lieu que l’on aime et qu’il faut quitter, l’argent qui achète tout, la transformation d’une société… Et aussi l’espoir d’une nouvelle vie.

Les comédiens et musiciens se partagent les rôles, passant de l’un à l’autre. Nous avons cherché à retrouver l’esprit baroque de certains auteurs russes, loin de la retenue qu’on prête parfois à Tchekhov. Il racontait qu’il avait écrit une comédie… Notre Cerisaie est donc drôle. Et parfois grotesque, violente. Et comme on aime « la fabrication », l’écriture, notre Cerisaie navigue entre les lettres de Tchekhov à propos de son écriture et les quatre actes de la pièce. Elle est musicale : musique originale de nos compositeurs, chansons du répertoire. Parce que la musique touche immédiatement nos cœurs, notre capacité d’émotion.

Enfin, notre Cerisaie fait la part belle aux acteurs : pas de décors, mais des accessoires et une immense toile blanche de parachute. Elle rend hommage à l’imagination et aux artistes de façon simple et, nous l’espérons, jouissive.

 

 

Théâtre de l’Atalante

10 Place Charles Dullin, 75018 Paris
Métro: Abbesses, Anvers, Pigalle
Tarifs de 10 à 22€
Réservation: 01 46 06 11 90

Mardi, mercredi et vendredi à 20h30

Jeudi et samedi à 19h, dimanche à 17h

Exposition d’Ekaterina Posetselskaya

«Paysage au bout de la nuit» 

du mercredi 24 octobre au dimanche 18 novembre 2018

Ekaterina Posetselskaya , peintre, graphiste, illustrateur des livres et designer de Saint-Pétersbourg, née en 1965 à Léningrad . En 1988, elle sort diplômée avec mention de l’École supérieure des arts appliqués Moukhina (aujourd’hui connue sous le nom de l’Académie des arts du Baron Stiglitz)à Saint Petersbourg, département des arts textiles.elle est la petite cousine du célèbre peintre Marc Chagall. Elle transporte en elle l’esprit de l’artiste; On retrouve dans ses œuvres une plénitude spirituelle et mystique afférent à Chagall, la même attention aux relations complexes et dramatiques de la lumière et de l’ombre. Néanmoins, contrairement à son célèbre parent, Ekaterina se focalise d’avantage sur les paysages urbains méditatifs et déserts qu’elle perçoit à ses yeux comme un objet de valeur en soi.

 

Les tableaux d’Ekaterina représentent sa ville natale, Saint-Pétersbourg, et Paris, une ville à laquelle elle se sent proche dans son esprit. Ce n’est pas que seulement deux villes, mais deux archétypes. Les peintures de l’artiste représentant des paysages sont d’ordre atmosphériques, sensuels, flous, poétiquement généralisés. Ces peintures sont le fruit de longues promenades et d’interminables réflexions ; ses toiles sont le témoignage de toute sa vie. Les couleurs bougent, se superposent, à la manière des nuages dans le ciel de Saint-Pétersbourg. La technique du pastel sec permet de parvenir à une certaine pureté du style. C’est grâce à ce procédé-là qu’une sensation de « tangibilité, de velouté sans éclat et de la profondeur de toile » se crée.

Elle a reçu de nombreux prix et récompenses dont le Prix Maxim Juan (Fondation Taylor), remis dans le cadre du « Salon du dessin et de la peinture à l’eau » au Grand Palais (Paris), les médailles d’or, d’argent de la Fédération internationale des artistes (IFA), le diplôme et le Prix de l’Académicien Vladimir Vetrogonski, remis dans le cadre de la Triennale internationale des œuvres graphiques (Saint-Pétersbourg, Russie). En 2017 l’artiste a aussi reçu le Diplôme de la meilleure œuvre graphique à l’exposition anniversaire «85 ans de l’Organisation de l’Union des artistes de Leningrad» qui a eu lieu dans la Salle centrale d’exposition «Manège».

En 2017 Ekaterina est devenue Lauréate du Concours international d’illustration de livre «L’image du livre» («Obraz knigi») pour ses illustrations du «Livre du prophète Daniel» (éditions «Vita Nova»). En 2018 un exemplaire de ce livre et une série de sept lithographies de l’artiste ont été offerts au Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg. Elle a illustré une vingtaine de livres pour enfants.

Livre de M. Tsvetaeva «Un conte de Sonia»,llustrations d’Ekaterina Poseselskaya 

Ekaterina a participé à plus de 150 expositions en Russie et à l’étranger, «Salon des indépendants», «Salon du dessin et de la peinture à l’eau» et «Salon des artistes français» au Grand Palais à Paris. Expositions personnelles ont eu lieu à la Représentation commerciale de la Fédération de Russie en France, aux galeries à Paris, Reims, Orléans, Moscou et Saint-Pétersbourg.

Les œuvres de l’artiste sont présentes dans les collections de nombreux musées: musée d’État de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, musée «La collection Tsarskoselski», du Fonds d’art de la Fédération de Russie, du Musée du drapeau russe (Paris), du Musée des beaux-arts de la république de Carélie (Petrozavodsk), de l’Association des musées «La culture artistique de la Russie du nord» (Arkhanguelsk), du Musée régional d’art de Toula, du Musée régional d’art Ivan Pojalostine de Riazan et dans d’autres collections privées et muséales en Russie, France, Belgique, Allemagne,Estonie, aux Pays-Bas et aux États-Unis.

Vernissage jeudi 25 octobre de 18h à 21h en présence de l’artiste.

I-Gallery-Intelligence

1 quai Voltaire, 75007  Paris

Ouvert de 14h à 19h du mercredi au dimanche

Tél: 09 50 44 99 10

Métro: Palais Royal, RER: Musée d’Orsay

Bus: 24, 27, 39,48,68, 75, 95

Concert unique

Chopin par Yakov Ayvaz au piano

lundi 29 octobre 2018 à 19h30

Centre Spirituel et Cuturel Orthodoxe Russe de Paris

Véritable virtuose du piano, dont la renommée n’est plus à faire.

Yakov Aramovitch AYVAZ né le 7 février 1946 dans la ville d’Yevpatoria en Criméedans une famille Karaïte, noble de musiciens professionnels, mère cantatrice d’opéra et père pianiste-compositeur. Ses dons de musicien sont apparus très tôt et Yakov a commencé à suivre des cours de musique avec son père dès l’âge de 5 ans. En 1954, il intègre l’école spéciale de musique de Saint-Pétersbourg pour enfants surdoués, dans la classe du professeur Zelikhman.  A l’âge de 15-16 ans à cause de son origine noble et parce qu’il ne voulait pas adhérer au komsomol (l’adhésion pour les jeunes à cette organisation était obligatoire car le komsomol était l’organisation officielle de la jeunesse en URSS. Les non-adhérents étaient considérés comme des exclus et ne pouvaient, en aucun cas, pas faire carrière), ce garçon surdoué commence à ressentir une pression de la part de l’administration de l’école et des difficultés de communication avec les professeurs prosoviétiques. Il change d’école et suit des cours à l’école de musique de Rimsky Korsakov. Il est considé comme une personne suspecte politiquement, ce qui influence directement sa carrière de musicien. Il n’était plus question pour lui d’une carrière de soliste.

En 1965, il entre à l’Institut de musique de Gniessinikh de Moscou qui forme les musiciens et les
professeurs de musique . En 1970, le conservatoire d’Etat de Kazan lui a offert un poste de professeur. En 1973, l’Institut des Beaux-Arts de Rostov lui propose un poste de professeur. De 1974 à 1976, Yakov Ayvaz passe son doctorat de musique à Saint-Pétersbourg. De 1977 à 1979, il est soliste du Philarmonique d’Ivanov où il initie un cycle de 7 concerts de « L’intégrale des sonates de Beethoven» qu’il exécute à la perfection.

De 1979 à 1986, Yakov Ayvaz remporte le concours de « concertmaister » du philharmonique d’État de Moscou et commence peu à peu à obtenir le droit de jouer en soliste. Yakov Ayvaz a été en butte aux persécutions et tracasseries dans l’exercice de sa profession, le faisant passer pour un arriviste et un mégalomane.

En 1986, il doit abandonner son travail à la philharmonie et ses tentatives de poursuivre sa carrière de soliste, considéré toujours comme “personne suspecte” dans la  situation politique de cette époque. Le destin amène Yakov à Tachkent dans ses recherches de travail. Il devient le soliste de la philharmonie Nationale d’Ouzbékistan. Yakov y trouve sa forme et fait son métier avec enchantement. Ces concerts de soliste y compris les concerts avec l’orchestre national d’Ouzbékistan lui apportent un grand succès.

Le cycle « l’intégrale des sonates de Beethoven» lui redonne vie. Les rumeurs d’un miracle venu de nul par attirent vite l’attention du public. Les représentants du corps diplomatique commencent à s’intéresser au musicien.

En 1997, Yakov reçoit l’invitation de l’Ambassadeur d’Italie en Ouzbékistan pour son concert de soliste à Benevento, petite ville dans les environs de Rome, concert remportant un grand succès. Le chef d’Orchestre Italien Paolo Ciardi Ponziano lui offre la possibilité de jouer en tournée avec l’orchestre de Budapest en 1999. Cette même année, il vient en France pour une tournée tournée de soliste avec 6 programmes différents. Depuis 2000, il vit à Paris et poursuit son activité de concertiste. Le succès et l’amour du public deviennent ses compagnons permanents.

 

Centre Spirituel Et Culturel Orthodoxe Russe
1 quai Branly, 75015 Paris

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
INSCRIPTION OBLIGATOIRE – ambrusbranly@mail.ru

 

Soirée exceptionnelle

pour le bicentenaire de la naissance d’Ivan Tourgueniev

Lundi 22 octobre 2018 à 18h30

Boris Zaïtsev (Зайцев, Борис Константинович), né à Orel le 10 février 1881, décédé à Paris en 1972,écrivain, romancier, nouvelliste, dramaturge, traducteur. Il quitte définitivement la Russie en 1922 pour Berlin puis l’Italie et enfin  s’installe en France en décembre 1923. L’œuvre de Zaïtsev continue la tradition d’Ivan Tourgueniev et Anton Tchekhov par sa perception religieuse du monde, par son désintérêt pour la course à la prospérité matérielle et à la vie bien rangée. Il est aussi souvent comparé à un autre auteur russe exilé en France, Ivan Bounine, pour son sens aigu de la beauté. Mais sa mélancolie et sa tendresse délicate l’éloignent du pessimisme de Bounine.

Dans ce livre il médite et retrace la vie d’Ivan Tourgueniev qui l’interroge et le pousse à la création. Cette biographie romancée est proposée pour la première fois au public français. Le volume comprend également les essais de Zaïtsev sur Tourgueniev ainsi que quelques échos critiques parus dans la presse de l’émigration russe.

Ouvrage traduit par Anne Kichilov, tarif 19€ Éditions Ymca.

 

Ivan Tourgueniev ( 28 Octobre  [29 novembre] en 1818 à Orel, Empire ruse  – 22 Août [3 septembre] 1883 à Bougival,  écrivain russe réaliste, poète, ppoète, dramaturge. Un des classiques de la littérature russe, qui a apporté la contribution la plus significative à son développement dans la seconde moitié du XIXe siècle, il membre correspondant de l’Académie impériale des sciences, section catégorie langue et littérature russes (1860), il est Docteur honoris causa e l’Université d’Oxford en 1860 et devient membre honoraire de l’Université de Moscou en 1880.

Le système artistique qu’il a créé a eu un impact sur la poétique non seulement du roman russe, mais aussi du roman ouest-européen de la seconde moitié du XIXe siècle. Ivan Tourgueniev a été le premier dans la littérature russe à étudier la personnalité du «nouvel homme» – ses années 1860, ses qualités morales et ses caractéristiques psychologiques . Grâce à lui, le terme “nihilisteété largement utilisé en russe . Propagandiste de la littérature et de la dramaturgie russes en Occident. L’étude des œuvres de I. S. Tourgueniev fait partie des programmes obligatoires des établissements d’enseignement général en Russie. 

Michel Vinaver, de son vrai nom Michel Grinberg, est un dramaturge et écrivain français né len  janvier 1927 à Paris d eparents originaires de Russie, petit-fils de Maxim Vinavera personnalité politique russe du début du XXe siècle, membre de la 1re Douma. Il étudie en France, obtient son baccalauréat es arts de la Wesleyan University en 1947….  de 1953 à 1980, il rentre chez Gillette pour en devenir son PDG de 1969 à 1978, tout en commencant à s’essayer au théâtre. En 2006, il reçoit le Grand Prix du Théâtre de l’Académie français.

 

Centre Culturel Alexandre Soljenitsine

Librairie les Éditeurs réunis

11 rue de la Montagne Ste Geneviève, 75005, Paris
(Métro : Maubert-Mutualité).

Téléphone : 01 43 54 74 46

Librairie ouverte: du mardi au samedi – de 10 h à 18 h 30

VERONIKA BULYCHEVA

Sortie du nouveau maxi-single “Of the Ural” (Za-Pred-Oural)

Dimanche 28 octobre 2018 à 17h00

Péniche Anako, Bassin de la Villette

Veronica Bulycheva – chant, guitare
Caroline Berry – alto
Emek Evchy – contrebasse
Olivia Petijan – percussion

Veronica Bulychev  originaire de la région de Perm, elle a grandi en Oudmourtie, alors étudiante de l’Institut de la Culture de Leningrad, elle a étudié au département pop la guitare jazz, il est en France avec toute la richesse et la diversité des étendues russes.
Commencée en tant que compositrice et interprète en Russie, Veronika a poursuivi ses expériences musicales et son chant à Paris. Ici, peu à peu, son genre original s’est formé, l’intonation de l’auteur s’est développée et a pris forme. Pour la première fois, Veronika donne place à sa fille Mya BLT pour interpréter une de ses nouvelles chansons.

Aujourd’hui, après quatre albums studio, Veronika Bulycheva propose un mini-album «Of the Ural» (en russe signifiant «For the Cis-Ural») de trois titres au style folk-électro-pop. À la différence des albums précédents enregistrés avec des musiciens live, ici, le guitariste et arrangeur de musique électronique Maxim Delpierre assume la direction du processus de studio. Veronika invite sa petite amie de longue date et collègue du projet «Mammy», la chanteuse et violoniste Natalia Yermilova, à chanter. La balalaïka Philippe Bodez, donne au mieux la saveur russe dans la chanson “travail de fou”. Reprend soudainement et dynamiquement le thème “Matin de mai”, fille adulte de Veronica, Mia BLT. Et le nom de l’album n’est pas accidentel, car les auteurs des trois chansons sont les poètes de l’Oural: Nikolai Izhboldin (Kigbaevo, Oudmourtie), Tatiana Zhuikova (Votkinsk, Udmurtiya) et Irina Krasnykh (Moscou).

La Anako peniche 
Bassin de la Villette,
Face au 34 Quai de la Loire, 75019 Paris
Informations: 01 43 94 92 88

Billets: 13 € (pré-vente)
15 € (plein tarif), 10 € (tarif spécial pour étudiants, chômeurs et groupes)

Métro: Riquet, Stalingrad òû Jaurès

La 10e édition des Journées Européennes du Livre Russe et des Littératures Russophones se tiendra les 16 et 17 février dans le cadre de la mairie du 5e arrondissement de Paris.

Cette année, le thème central sera le voyage sous le titre « Itinérances littéraires – Voyageurs entre Est et Ouest ».

                Un large programme de tables-rondes, conférences, rencontres et présentation d’ouvrages sera proposé au public ainsi que des ateliers de traduction, expositions et lectures bilingues. L’association Française des Russisants remettra également son prix annuel destiné aux élèves des écoles, collèges et lycées. Pour la 13e fois, le Prix Russophonie, qui récompense la meilleure traduction littéraire du russe vers le français, dévoilera son lauréat le samedi en fin de journée.

                Un salon du livre réunit traditionnellement libraires, maisons éditions, auteurs indépendants et associations franco-russe.

De nombreux écrivains, russes, russophones et francophones participent à notre manifestation. Des séances de dédicaces sont proposées après chaque intervention sur les stand des éditeurs et libraires présents sur notre salon.

 

Entrée libre

Horaires : de 10 h à 21 h

Mairie du 5e arrondissement

–21 place du Panthéon – 75005 – Paris

Organisateur : Association France Oural – 14, rue des Tapisseries – 75017 – Paris
www.journeesdulivrerusse.fr – www.prix-russophonie.fr – www.france-oural.fr
Contact : 
contact.france.oural@gmail.com – Tel. +33 9 83 66 40 77

 

Expertises MILLON-Riviera

“Haute Joaillerie et Art russe”

Jeudi 4 octobre,  Mougins-Sophia-Antipolis

Vendredi 5 octobre, Nice-Millon-Riviera

Mougins Antipolis: E. Space Park-Bât. D-45, Allée des Ormes

Nice: 2 rue du Congrés

Sur rendez-vous les matins et sans les APM, 

Contact: Maître Delphine Chevreux-Missoffe 06 50 48 50 95

Expert: Maxime Charron: +33 6 5000 6551

 

 

Il est marié et père d’un adolescent. Sa femme et son fils sont partis en vacances pour la semaine. Lui n’a pas pris de vacances, il travaille. Il est resté cloué à Paris. Célibataire donc !

Elle, jolie brune souriante et esseulée, elle était ce soir-là dans ce bar, tout comme lui. Ils ont vite sympathisé et, assez vite, il lui a proposé de venir boire un dernier verre chez lui. Il n’a pas exactement son âge, mais disons qu’il a le physique avantageux des hommes qui grisonnent avec élégance.

 

 

Théâtre de l’Atalante

10 place Charles Dullin – 75018 Paris
M° Anvers, Abbesses, Pigalle
Bus 30 ou 54 (arrêt Anvers)

Réservation: 01 46 06 11 90

Ciné club CinéRussia de Niort

projection de  “Classe à part” d’Ivan Tverdovsky

Lundi 15 octobre à 20H

film sera suivi d’un débat sur l’handicap.

 

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.
“Lena est une adolescente brillante, qui se déplace en fauteuil roulant, pressée de retourner sur les bancs de l’école après des années de déscolarisation. Elle rejoint une classe adaptée aux élèves atteints de troubles physiques ou mentaux. La jeune fille s’intègre à la vie de l’école, mais le bonheur qu’elle affiche avec Anton, l’un de ses camarades de classe, n’est pas du goût de tout le monde, non seulement de l’administration, mais aussi des idées rétrogrades de leurs familles et de la cruauté de leurs camarades….”
Le premier long métrage du jeune cinéaste russe Ivan I. Tverdovsky n’est simple, ni dans son sujet, ni dans la façon dont il l’approche. En suivant le parcours de Lena, adolescente ambitieuse privée de l’usage de ses jambes par une myopathie, Ivan I. Tverdovsky établit d’emblée un fossé entre le monde de ces adolescents pas comme les autres et celui des adultes.

Ivan Ivanovitch Tverdovski (Иван Иванович Твердовский), né en 1988 à Moscou, réalisateur, scénariste, opérateur, peintre russe. En 2011 il termine sa maîtrise en ralisation expérimentale est réalisée à l’ Institut national de la cinématographie. Depuis 2012, il est organisateur du programme de court métrage au sein du Festival International du film de Moscou. Il est lauréat de festivals internationaux russes dans le domaine documentaire et de séries télévisés (Rameau de Laurier).

Il est actif dans le domaine de la peinture à l’École d’aquarelle Sergueï Andriak. En long métrage, il débute avec son film Classe à part. En 2014, lors du 25ème Festival KInotavr à Sotchi ce film reçoit deux prix: celui du jury des distributeurs et le prix du meilleur film de débutant. Ce film a encore reçu d’autres prix lors de festivals russes et internationaux divers comme par exemple au Festival du cinéma à Honfleur 2014, lauréat du Festival international du film de Karlovy Vary en 2014.

En 2015, Tverdovski est membre du jury de À l’Est de l’Ouest lors du 50e anniversaire du festival de Karlovy Vary et aussi du jury du concours de court métrage du festival Kinotavr.

En 2016, il reçoit le prix de la Guilde des critiques de cinéma russe et le prix Slon pour son film zoologie. au 27ème Festival Kinitrav. Son film Jumpman (Подбросы) est sélectionné en compétition officielle de ce  festival,  en 2018  il reçoit une mention spéciale du jury.

CGR Cinéma

Place de la Brèche, 79000 Niort

Réservations: 08 92 68 85 88