Brèves

Concert unique

Vendredi 24 novembre 2017 de 20h00 à 23h00

Veronika Bulycheva – chant, guitare, acompagnée d’Aleksandre Berlin – violon

La Place Rouge KB (carré rouge) Bar, restaurant franco-russe

Kremlin-Bicêtre, Val de Marne.

Concert exclusif en l’honneur de l’anniversaire de Veronika Bulycheva. Qui est-elle?

Elle fête son demi-centenaire au bar-resto culturel “La Place Rouge” au Kremlin Bicêtre (94), est-ce un hasard?
Cette année est aussi le centenaire de la Révolution russe, elle a eu son berceau à la Commune de Paris, aussi le hasard?

Avec Aleksandre Berlin au violon, sa voix, sa guitare et garmochka (accordéon russe), ils sont déjà quatre.

« Veronica Bulycheva – femme russe, une fille française d’un village lointain Oudmourtie, une femme vivant à Paris, chanteur, auteur-compositeur … Veronica Bulycheva – “homme du monde” (selon sa propre définition), qui a vécu plusieurs vies . Qu’est-ce qui nous donne la force de la suivre?
La musique, qui est la seule chose constante dans sa vie.
Musique de Veronica, qui a absorbé différentes vies, villes, gens, langues …

C’est la musique de la vie et de l’amour qui va du cœur au cœur à travers l’espace et les frontières .

www.veronikabulycheva.com
https://www.facebook.com/pg/LAPLACEROUGE.KB

 

La Place Rouge KB (carré rouge)
Bar, restaurant franco-russe
53 avenue de Fontainebleau
94270-Kremlin Bicêtre
Info: 01 46 72 74 27
Métro: Le Kremlin-Bicêtre, ligne 7

L’entrée est gratuite, le paiement gratuit au chapeau, consommation obligatoire

 

Répertoire lié à la Nativité du Christ.
Le panorama de la musique liturgique et monastique russe, qui sera interprété, illustre la riche histoire de la musique orthodoxe russe monastique depuis l’abandon du chant byzantin à la fin du XVIe siècle.
Depuis leur création en 2013, les « Chantres Orthodoxes Russes » se consacrent au répertoire liturgique russe et plus particulièrement aux œuvres des grands centres spirituels comme la laure de Kiev, mais surtout la laure de la Sainte-Trinité- Saint-Serge ou certains des chantres ont fait leurs classes.
Eglise Saint Louis en l’Île
19 bis rue Saint Louis en l’Île, 75004 Paris
Métro: Pont Marie.
Réservation: 01 44 62 00 55

Marché de Noël de l’ACER-RUSSIE !!

Добро пожаловать !

Samedi 02 décembre 2017 de 11 à 17h

Retenez cette date ! Venez nombreux ! Invitez vos amis ! Faites circuler notre invitation!

Buffet russe (Vatrouchkis, pirojkis, blinis, etc…etc)
Cadeaux, objets russes, châles, livres russes et français, icônes peintes, bijoux, cartes de vœux, matriochki et tant d’autres choses !

N’hésitez pas à nous envoyer ou nous apporter des objets russes, cadeaux, objets neufs ou objets anciens, beaux livres russes ou français, bijoux, etc…
Merci à tous de vos dons et de votre aide fidèle !


ACER-RUSSIE
91, rue Olivier de Serres 75015 Paris
Metro Porte de Versailles ou Convention, Tramway T2 ou T3a
Tel : 01 42 50 53 46

Reconnu par le monde musical comme l’une des formations les plus étonnantes, le Trio Makarenko envoûte les mélomanes les plus exigeants. Virtuosité, rythme, équilibre des instruments, le répertoire de la musique russe qu’ils défendent fait l’unanimité dès la première pièce qu’ils offrent à leur auditoire. Ils inviteront à ce programme l’un des compositeurs français les plus influencés par ses homologues russes en interprétant la sonatine de Ravel.

« Ces trois musiciens ont non seulement un incontestable talent, mais en plus ce charme qui établit d’emblée un lien indéfinissable avec leur public.[…] le piano joint sa sensibilité raffinée aux accents tendres ou passionnés de la balalaïka et le merveilleux l’emporte sur le réel. » J. Navaro – LDL

Fondation Dosne-Thiers
27, place Saint-Georges
75009 Paris
Métro : Saint-Georges (Ligne 12)
Parking : 20 rue Clauzel

Prix des places

Tarif normal : 25 €
Tarif réduit (- 25 ans) : 16 €
Frais de réservation : 2 € par place

Réservation: 01 43 71 60 71

 

Dans le cadre du cycle de conférences 1917 -2017

Samedi 18 novembre 2017 à 18h30
La Datcha, Eguilles 

Conférence de  LOUIS BEROUD
“La chute de la maison Romanov. Une tragédie” 

Ayant lu Anna Karénine à l’âge de 16 ans, j’ai été marqué dès l’adolescence par la littérature russe. Mais il a fallu que sonne l’heure de ma retraite, après avoir servi dans le Commissariat de la Marine, pour que je me plonge avec ferveur dans l’histoire de la Russie. Dès lors la Russie a envahie mes loisirs. C’est ainsi que je suis devenu conférencier et écrivain de l’histoire russe. Jusqu’à entreprendre l’écriture d’une pièce de théâtre que j’ai baptisée « Au musée de l’âme russe ». Elle s’entend comme une promenade amoureuse parmi des personnages de la Russie que j’admire : religieux, souverains, poètes, écrivains, compositeurs, savants. Cette pièce, je l’ai jouée pour la première fois en octobre 2010, seul en scène, au théâtre Denis à Hyères, puis dans plusieurs villes, y compris Paris.

Approfondir l’histoire de la Russie, c’est aller à la rencontre d’un peuple riche de son passé, de sa culture, de sa foi orthodoxe. Je suis toujours frappé et à la fois émerveillé de constater que les aspirations des hommes et des femmes de ce pays sont à cent lieues des nôtres. La nourriture, l’argent, les vacances sont pour eux des commodités, non des valeurs. La lecture, le théâtre, la musique, la marche dans la forêt, l’hospitalité, voilà les vraies valeurs russes. Malgré la précarité de leurs ressources, les Russes trouvent le moyen d’acheter des livres et de remplir les théâtres, les opéras, les salles de concert. La culture en Russie n’a aucun rapport avec la richesse, ni matérielle, ni spirituelle. On court entendre Tchaïkovski, Rachmaninov, Chostakovitch, Pouchkine, Tchekhov, non pour satisfaire des usages convenus, mais parce que ces compositeurs et ces poètes descendent de l’Autre Royaume et nous parlent de Dieu.

Au milieu du 19ème siècle le poète et diplomate Fiodor Tioutchev écrit des vers stupéfiants qui déconcertent les étrangers. Le lecteur russe, lui les comprend parfaitement en 1866, l’année de leur publication, comme il est comprend aussi parfaitement aujourd’hui. Les vers de Tioutchev deviennent l’explication la plus populaire de la situation en Russie, au tournant du troisième millénaire.

 

Conférence de  LOUIS BEROUD
“La chute de la maison Romanov. Une tragédie”

La connaissance de l’issue finale colore les souvenirs du passé. En 1914, éclate la première guerre mondiale, puis en mars 1917 Nicolas II abdique. Il est aisé de trouver les causes de l’effondrement de l’empire tsariste au début du 20 siècle. Beaucoup entendent craquer le gigantesque édifice de l’empire. Les historiens soviétiques, convaincus que Marx leur a donné la clé permettant de comprendre le passé, le présent et l’avenir l’affirment – la révolution d’octobre était inéluctable.

Il est bien sur impossible de démontrer ou de réfuter pareille affirmation. Les faites seuls méritent l’attention. Ils indiquent qu’à la veille de la guerre la Russie connait une période remarquablement florissante.

Quatre ans plus tard, la Russie impériale s’écroule. Pourquoi ? C’est la question à laquelle tentera de répondre la conférence de Louis Beroud.

Renseignements et réservations :
04 42 92 68 78 / 06 20 97 35 68
contact@datcha-kalina.com

4° Fête des Auteurs-Compositeurs-Interprètes

KREATIKA 4

Jeudi 16 novembre 2017 à 20H

Cirque ROMANES


La billetterie est ouverte sur Billetréduc.
L’élite des créateurs de chansons vous attend pour vous offrir leurs plus belles réalisations, en présence d’un comité d’honneur composé d’éminentes personnalités.
Avec le soutien de l’Alliance Francophone.
Venez nombreux retrouver ou découvrir les plus beaux talents actuels, dans une ambiance de fête confortée par la poésie et la ferveur du Cirque Romanès.

Comité d’Honneur:
Fabienne Thibeault, symbole même de la chanson francophone
Jean R. Guion, président de l’Alliance Francophone
Pierre Sébaoun, président du Centre de la Chanson Francophone
Patrice Laffont, comédien et animateur d’émissions de télévision
Patrick Adler, comédien-humoriste
Christian Montagnac, de La Compagnie Créole
et, bien sûr, le poète reconnu, Alexandre Romanès

AU PROGRAMME, ponctué de belles surprises:

1) Les “Vétérans” (qui ont déjà participé à Kréatika)
Jean-Paul Gaido-Daniel
Guillaume Muller (Vétéran âgé de 20 ans), Vincent Ahn, Thelma, Jean-Michel Brac, Claude et Franck Viguié, Marc Havet

2) Les “Enrôlés” (pour la première fois à Krétatika)
Isabelle Sojfer, Julie Allainmat et Djahîz Gil, Camille de Courcy, Christiane Bélert, Jean-Paul Raynaud

et d’autres surprises…

BIENVENUE A TOUS CEUX QUI AIMENT LA CHANSON ET LA JOIE!

Cirque Romanès,

Boulevard de l’Amiral Bruix, Paris 16+

Métro: Porte Maillot

Réservation: (CLIQUEZ)

Exposition de photographies de l’Emigration Russe

d’Emile Marcovitch

13 au 25 novembre 2017

Centre Culturel Alexandre Soljenitzyne

 Les Éditeurs Réunis et les YMCA-PRESS

Emile Isidorovitch Markovitch, né en russie en 1894, décédé le 15 janvier 1981 à New York. Photographe, collectionneur, historien de la philatélie.

Au début des années 1920, il a émigré en France. En 1923, il ouvre le Studio de Photographie d’Art à Paris (60, rue de Passy, ​​16ème). En 1927, avec d’autres artistes russes il a participé à l’exposition de la Horde Society Montparnasse ( «La Horde de Montparnasse»). Il y a exposé en tant que photographe de l’Opéra Russe à Paris. Il a créé des portraits de K. A. Korovina, S.A. Kusevitskogo, A. F. Kerenskogo, F. I. Chalyapine, S. I. Rahmaninov, et d’autres. En 1929, les photos furent envoyées pour participer à une loterie au profit de l’aide du Comité pour les écrivains russes et scientifiques

Il est également collectionneurs de vignettes non fiscal le thème de croix rouge et de timbres postaux de la vieille Russie, étrangers (français, allemand et austro-hongrois) sur le thème russe. Il a sorti plusieurs albums tirés de sa collection. Il a également recueilli des œuvres d’art russe. Dans les années d’après-guerre, il a vécu aux États-Unis.

Tirage argentique d’époque 17.5×13.5 cm (1931) Photographe Emile Marcovitch (signé au recto) Ecriture et tampon au verso, colle aux deux angles gauches

Exposition présentée par Andréï Korkiakov, historien-Iconographe

Plus de renseignements (CLIQUEZ)

 

Centre Culturel Alexandre Soljenitzyne

 Les Éditeurs Réunis et les YMCA-PRESS

11 rue de la montagne Ste Geneviève

75005  Paris

Métro Maubert Mutualité.

Concert exceptionnel

Jeudi 30 novembre 2017 à 19h

Cathédrale Alexandre Newsky, rue Daru 75008 paris

Les chants sublimes des moines du monastère de l’île de Valaam, chorale du célèbre monastère russe de Valaam situé sur le lac Ladoga en Carélie, au nord-ouest de la Russie.Elle est connue pour son exceptionnelle et harmonieuse tradition vocale.

Valaam, archipel d’une cinquantaine d’îles, figées six mois par an dans les glaces de l’immense lac Ladoga, abrite le plus ancien monastère de Russie.

Les premières traces du monastère remontent au Xè et XIè siècle, selon la tradition deux saints: Serge et Germain qui étaient des hiéromoines grecs venus à Novogorod avec les premiers missionnaires orthodoxes au XIème siècle,sont venus à Valaam et ils y fondèrent la vie monastique, qui devint un monastère célèbre en Russie. Le monastère abrite sept égises, dont la cathédrale Valaam (nom finois signifiant “Hautes terre de montagnes”). Le monastère a connu deux périodes d’âge d’or, au XVIè et au milieu du XIXè lorsque de nombreuses églises, chapelles et ermitages y ont été construits et quand des ateliers de joailleries et de peinture sacrée y furent introduit. Le rayonnement du monastère fut alors considérable.

La prière au monastère de Valaam s’est interrompue pendant près de 50 ans, lorsque le régime communiste utilisa l’espace à des fins militaires en expulsant et en massacrant les moines de l’île dans les années 1940. Le monastère  a été transformé en une prison aux conditions extrèmes ! Mais en 1989, six moines accostent à Valaam, pour restaurer une vie monastique dont le fil avait été brisé. Désormais le monastère renaît de ses cendres et rayonne par la profondeur de la prière et par la particularité de sa tradition musicale emplie de sérénité, de paix et d’harmonie.

Le monastère-ermitage Nokolski sur les îles Valaam, lorsque les eaux du lac Ladoga, qui l’abrite sont gelées en hiver et où vivent actuellement 300 moines et novices.

 

Cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky de Paris

12 rue Daru 75008 Paris,

Métro: Courcelles ou Ternes

Participation aux frais: 15€ (9€ TR)

Réservation obligatoire: 07 60 95 91 37 // 07 52 93 39 11 // 06 24 92 11 50 // vallam.concert@gmail.com

Tournée en France

Dimanche 29 octobre 2017: Cathédrale de la Sainte Trinité, quai Branly Paris

Dimanche 3 décembre 2017: Eglise des Saints François
21 Rue des Aiguerelles, 34000 Montpellier

 

11ème Festival International

” Héritage des talents “

Samedi 28 octobre 2017 à 16h.

 

Laissez vous impressionner par l’étendue des talents et de la virtuosité des jeunes artistes.


Les artistes de la troupe Piligrim& Spoutnik  se fera une joie de vous faire découvrir un spectacle  mises en valeur par leur costumes flamboyants.

Le cinéma est le plus grand des arts. L’apparition du cinéma a eu lieu au tournant des XIXe et XXe siècles. Maintenant, le cinéma a réussi à maîtriser les esprits et les cœurs des gens de tous les pays, toutes les nationalités, classes, professions, âges et tempéraments et devenir une partie indispensable de la vie intellectuelle et de la vie quotidienne de l’humanité.

Ce grand spectacle de cirque « Film Film Film » a été présenté à une représentation de charité pour les familles à faible revenu, qui a fait une grande impression à la fois sur les spectateurs petits et adultes. sur la scène DK Pavlovsky Pokrovsky, en mai 2017 l’invitation de la Chambre de commerce et de musique de cirque quartier des affaires.

Rozhkovskaya Natalia Borisovna – la directrice  des collectifs de cirque pour enfants “Spoutnik” et “Pilgrim”. Travailleur de la Culture de Pavlovski Possad district municipal, a reçu à plusieurs reprises la reconnaissance et de gratitude pour le professionnalisme et l’organisation d’activités culturelles et de loisirs de la Douma régionale de Moscou, le ministère de la Défense de la Culture, l’administration du district Pavlovski Possad. Gagnant répété du prix “Pour la meilleure direction”.

Spectacle à ne pas manquer

ENTRÉE LIBRE

 Centre culturel Marcel Marceau,

5 place Albert Schweitzer 67100 Strasbourg .

Tél: 03 88 34 38 50

Exposition de Julia LEVITINA

“NE REVEILLEZ PAS JUNIPERE”

SCULPTURES ET DESSINS

Du 27 octobre au 14 novembre 2017

Exposition de Julia LEVITINA et quelques conversations implicites avec A. Rodin à l’occasion de son centenaire.

Julia Lévitina est née à Odessa, en Ukraine. Elle habite et travaille actuellement à Philadelphie, aux Etats Unis. Lévitina sculpte des personnages et des animaux élégants et puissants en bronze.

Elle réalise elle-même toutes ses sculptures en bronze depuis l’ébauche en terre, le moulage, le travail de fonte et la patine, dans une fonderie qu’elle a construit elle-même dans son atelier à Philadelphie.

Le Vieux et la mer, bronze, 38 x 8 1/2 x 8 1/2 cm | Старик и море, бронза

Sa maîtrise de la fonderie lui permet d’exploiter les nuances de chaque processus pour obtenir le résultat optimal et très personnel en final.


“L’histoire de l’art n’est qu’un discours entre les œuvres des grands artistes. C’est une conversation transcendante, située au-delà des siècles et des limitations temporelles et géographiques dont le résultat est une source inépuisable de créativité qui pose un fondement solide pour le développement de l’art qui suivra. Il s’agit d’une espèce d’une généalogie artistique, reconnue par Auguste Rodin, qui fut au départ fortement imprégné de l’héritage classique de Phidias et de Michel-Ange. Sculpteur figuratif contemporain d’inspiration classique, je me sens liée à cette évolution esthétique, qui cherche à transcrire dans la matière le caractère héroïque, universel et en même temps tragique de la condition humaine.

Le Petit Bouleau, bronze, 73 x 15 x 9 cm


Je suis passionnée par la figure humaine, par le corps que j’étudie sans cesse. J’espère communiquer à travers mes œuvres la beauté de la vie et la puissance qu’on y retrouve.

L’Ancien, bronze, 62 x 16 1/2 x 14 cm | Старец, бронза.

Le corps chez Rodin est un vecteur dont la fonction est d’exprimer l’âme par la tension, le mouvement de la ligne du corps entier, la palpitation imperceptible des chairs. C’est le corps entier qui traduit, jusque dans le moindre de ses muscles, un reflet des émotions intérieures de l’homme, le véritable sujet de Rodin qu’il a su replacer au centre de la représentation. C’est là que son héritage restera un point d’ancrage, la dernière leçon possible entre deux siècles de sculpture et pour moi une présence informative implicite dans mon œuvre. 

Etude de “Russie” dessin 32X36 cm


Mes sculptures se vivent du début à la fin comme une révélation. Cette révélation est un moment d’intense réflexion qui invite la beauté du réel à se présenter à l’imagination. J’essaie de capter ces instants de la vie qui sont à la fois éphémères et transcendants, qui paraissent insignifiants mais qui s’avèrent en fait avoir une portée universelle.

Elles nous permettent de remettre en question les habitudes, les certitudes et les normes usuelles afin de parvenir à une expérience humaine plus riche, plus profonde. L’art ne va que dans un sens : d’un être humain à un autre. Il reste la forme supérieure de l’espoir”.
Julia Lévitana Юлия Левитина

Jeune fille sur un élan d’aprés G. Vigeland 32 x 36 cm

 

Vernissage Vendredi 27 octobre de 18h00 à 21h00

 

I-Gallery

12, rue Durantin, 75018 Paris
Ouverture de la Galerie du mardi au samedi
de 16 à 19 heures et sur rendez-vous 07 53 56 71 07Métro: Abbesses, ligne 12/bus 95 et 80
olgakhlopova@yahoo.fr

Vendredi 20 octobre 2017 à 18h30

 

“Major”  – Drame policier russe 2013 réalisateur et scénariste Yuri Bykov . Dans les rôles principaux – Denis Shvedov et le réalisateur Yuri Bykov. Le slogan du film est “Le Major n’est qu’un homme”  .

THE MAJOR

Régisseur : Youri Bykov (2013) en VOST – Séance 131

Dialogues Russes l Sous-Titres Français

Grand Prix de l’Etrange Festival  2013 

“Réveillé par une cloche tôt, le major de police Sergei Sobolev se précipite à l’hôpital à l’hôpital pour sauver sa femme. Sur une route glissante d’hiver, il renverse un garçon de sept ans avant de mourir devant sa mère malheureuse. Le major comprend qu’il est coupable, mais il y a une grande tentation à se justifier, il a deux options : aller en prison ou cacher le crime…” en utilisant sa position officielle et ses relations. Sans le vouloir, il commence toute une série de morts. Pour l’arrêter, Sobolev devra aller à l’encontre du système qui l’a amené. .”

Un impitoyable jeu de rôle dans des paysages hivernaux…

 

Yuri Anatoleyvich Bykov (Юрий Анатольевич Быков), né le 15 août 1981, cinéaste, scénariste et acteur russe. Il est surtout connu pour avoir dirigé les films The Major, The Fool et la série télévisée The Method .

Entrée Libre
(dans la limite des places disponibles)

Consulat Général de Russie

6 Place Sébastien Brant, 67000  Strasbourg

 

Conférence sur Ludwig Heinrich von Nicolay

 le «Russe alsacien»

Mardi 17 octobre 2017 de 10h00 à 17h00

Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg

Ludwig Heinrich von Nicolay  (1737-1820) (après être devenu sujet russe : Андрей Львович) était un poète du Siècle des Lumières, bibliothécaire, précepteur et secrétaire particulier de l’empereur Paul Ier de Russie et président de l’Académie des Sciences de saint Peterbourg.

Il est né à Strasbourg, il devint le secrétaire privé du Prince Dmitri Mikhaïlovitch Golitsin, alors ambassadeur de Russie à Vienne, puis le précepteur du comte Alexeï Kirilovitch Razoumovski, fils aîné du maréchal Razouminski, qui deviendra plus tard ministre de l’instruction publique (1810-1816). Il reçoit une invitation à la cour de Saint-Pétersbourg en 1766. En 1769, Nicolay devint, sur la demande Catherine II le précepteur du Grand-Duc Paul, qui, une fois devenu Paul Ier, le prit comme secrétaire particulier. Il devient président de l’académie des sciences de Saint Pétersbourg (1798-1803).

En 1782, le nom de von Nicolay lui fut conféré par l’empereur Jospeh II et reçut le titre de baron de Paul Ier.

En 1788, Nicolai acquiert la propriété Monrepos, propriété des barons de Nicolae jusqu’en 1944. Il mourut en 1820 dans son domaine de Monrepos en Russie, situé près de la frontière Finlandaise

Le thème de la conférence scientifique n’a pas été choisi au hasard. Un lien historique s’est établi entre la région nord-ouest de la Russie et l’Alsace, avant tout grâce à la qualité de l’enseignement de l’Université de Strasbourg. Au milieu du XVIIIe siècle, plus d’un tiers des étudiants de l’Université de Strasbourg venaient de Russie. Le troisième propriétaire de Monrepos,  Ludwig Heinrich von Nicolay, n’était pas seulement originaire de cette ville: il était également diplômé de la faculté juridique de l’Université de Strasbourg.

PROGRAMME de la journée

10h00-10h30 : Accueil des participants

10h30-11h00 : Mots de bienvenue: • Mot de bienvenue d’Alain Colas, Administrateur de la BNU • Mot de bienvenue d’Irini Jacoberger, Vice-Présidente de l’Université de Strasbourg en charge des relations internationales • Mot de bienvenue d’Alexandre Drozdenko, Gouverneur de la région de Leningrad

11h00-11h30 : Conférence introductive: Rodolphe Baudin, Professeur à l’Université de Strasbourg, «Russes à Strasbourg, Strasbourgeois en Russie: Louis-Henri de Nicolaï et l’histoire des mobilités croisées entre Alsace et Russie dans la deuxième moitié du 18e siècle».

11h30: Section 1: autour de Nicolaï: histoire des relations intellectuelles entre Strasbourg et la Russie au 18e siècle. Présidence de séance: Isabelle Laboulais

11h30-12h00 Dorothée Rusque, Doctorante à l’Université de Strasbourg, «Jean Hermann, botaniste et professeur à l’Université de Strasbourg et ses contacts russes»

12h00-12h30: Rodolphe Baudin, Professeur à l’Université de Strasbourg et Wladimir Berelowitch, Directeur de recherche à l’EHESS, Professeur honoraire à l’Université de Genève, «Christophe-Guillaume Koch, historien et professeur à l’Université de Strasbourg et ses contacts russes»

12h30-13h30: déjeuner: cafétéria de la BNU

13h30:  Section 2: la vie et l’œuvre littéraire de Nicolaï. Présidence de séance: Alexandre Saksa

13h30-14h00: Anna Ananieva, Mary, Londres, «L’œuvre littéraire de Louis Henri de Nicolaï dans son contexte européen»

14h00-14h30: Alexandra Veselova, Chargée de recherches à la Maison Pouchkine, Institut d’étude de la littérature russe de l’Académie des sciences de Russie (IRLI), Saint-Pétersbourg, «“Un secrétaire académicien allemand”: l’image de Nicolaï dans la tradition biographique du 19e siècle»

14h30-15h00: pause café.

15h00-16h30:  Section 3: Les lieux de la vie de Nicolaï et ses réseaux de sociabilité. Présidence de séance: Alexandra Veselova

15h00-15h30: Alexandre Saksa, Directeur de recherche à l’Institut d’Histoire de la culture matérielle (IIMK) de l’Académie des sciences de Russie, «Son rivage: Nicolaï et Monrepos»

15h30-16h00: Natalia Prokhorenko, Directrice de recherches aux Archives de l’Académie des sciences de Russie à Saint-Pétersbourg, «Louis Henri de Nicolaï, président de l’Académie impériale des sciences»

16h00-16h30: Oksana Zakharova, Professeur à l’Université Lomonosovde Moscou (MGU), «Histoires de familles, Histoire de la Russie: les Vorontsov et Nicolaï»

16h30-17h00: Conclusions Rodolphe Baudin

ENTRÉE LIBRE

 

Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg

 Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

 6 Place de la République, 67000 Strasbourg

Tél: 03 88 25 28 00

Conférence au grand auditorium. 1er étage
Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

L’oschestre de St Georges constitué exclusivement de balaïkas, 6 tailles pour 6 registres, de la piccolo à contrebasse. L’aventure démarre en 1993, lorsque Pétia Jacquet-Pritkoff réunit des musiciens principalement d’origine russe, issus de l’émigration russe dite “blanche”. Autour d’un noyau d’anciens de l’Institut St Georges de Meudon, qui a accueilli des enfants russes, lesquels tout en faisant leurs études y découvrirent et ont appris à jouer de la balalaïka, dont la pratique était encouragée et enseignée, notamment pour toute une génération, par Pavel Volochine. Ce fut un réel “petit conservatoire de la balalaïka en France”.

Pétia Jacquet-Pritkoff dirige l’orchestre, il a rajouté à l’usuel quator de balalaïka, la piccolo et la basse chantante. Il compose des pièces inédites, des concertos et écrit les arrangements sur des thèmes traditionnels russes, mettant toujours en valeurs les différents pupitres d’instruments.

Aujourd’hui l’orchestre se compose d’une vingtaine de musiciens qui se produisent en concert: Sainte Chapelle, Kremlin de Moscou, Théâtre du Chatelet, festival “Le violon sur le sable”, enregistrement de la bande originale dufilm ” The Grand Budapest Hotel” de Wes Anderson….. Il est professeur de balalaïka au conservatoire russe Serge Rachmaninoff à Paris et anime un atelier d’initiation  à la balalaïka au “Potager du Dauphin” à Meudon.

 

L’eglise Saint Pierre de Plaisir est bâtie au XIIIe siècle, inscrite sur l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en avril 1947, l’église Saint-Pierre de Plaisir est l’un des joyaux du patrimoine architectural des Yvelines.

Sérieusement dégradée et menaçant de s’écrouler, elle a suivi un vaste plan de restauration en 2011. Deux ans de travaux ont été nécessaires pour consolider les maçonneries, remplacer les pierres de taille abîmées et restaurer les parements extérieurs, mais aussi rénover les charpentes, reconstruire l’épi de faîtage et créer un parvis extérieur. Depuis novembre 2013 elle est de nouveau rouverte au public.

Église Saint-Pierre

Place Saint-pierre Centre Ville78370 – Plaisir


 

Librairie Les Éditeurs Réunis

11 rue de la Montagne Ste Geneviève

75005 ème  Paris

Métro: Maubert Mutualité.

 

Colloque du comité Soljénitsyne sur

“Cent ans d’abominations communistes”

Samedi 14 octobre de 14h à 19h

Maison de la Chimie

 

C’est un devoir vis-à-vis des victimes passées et présentes de ce totalitarisme de ne pas les oublier et de commémorer à notre enfance le centenaire de la révolution d’octobre.

Programme:

3 tables rondes

Introduction : Guillaume de Thieulloy

Les racines du communisme

  • La complaisance des intellectuels français pour le communisme : Stéphane Buffetaut
  • Nazisme et communisme : Didier Rochard

La terreur rouge

  • Terreur rouge et résistance : Bernard Antony
  • Résistance de la Pologne catholique : Marek Jurek
  • La terreur au Cambodge : Billon Ung Bun-Hor
  • Pourquoi j’ai quitté le Vietnam : Isabelle Thi Thuyet

Actualité du communisme

  • Le communisme tue toujours des chrétiens : Daniel Hamiche
  • Le « grand soir » par d’autres moyens : François Billot de Lochner
  • Le multiculturalisme, mutation du communisme : Jean-Pierre Maugendre

Un procès du communisme est toujours nécessaire : Bernard Antony

 

Inscriptions: (CLIQUEZ)

MAISON DE LA CHIMIE

28 Rue St Dominique 75007  Paris

PAF: 15€ et 10€

L’Eglise Saint-Thomas a été surnommée la “petite fille de la cathédrale”, et aussi, du fait de son rang dans le protestantisme, “la cathédrale du protestantisme alsacien”. L’édifice actuel, une église-halle gothique à cinq nefs d’égale hauteur, a fêté ses 800 années d’existence en 1996 !

Lieu de culte luthérien, édifice marqué par l’histoire houleuse de la région, autant du point de vue politique que religieux, cette église est aussi un centre de rayonnement culturel. Nos pages vous le montrent en abondance !

Église St Thomas

Rue Martin Luther,  67000 Strasbourg

Arrêt tram (lignes A et D) : Langstross   //    Arrêt bus n°10 : St Thomas

 

“Les artistes russes à l’épreuve de la révolution d’octobre”

par Gérard Conio 

Mercredi 25 octobre 2017, 19h

Centre Pompidou, Petite salle (Forum, niveau -1)

Lissitzki préléminaire pour une affiche 1939.

Les artistes russes à l’épreuve de la révolution d’octobre (Kandinsky, Tatline, Malévitch, Lissitzki, Rodtchenko, Melnikov, Meyerhold, Eisenstein). Conférence présentée par Nicolas Liucci-Goutnikov

En faisant table rase du passé, la révolution d’octobre a ouvert aux artistes russes un champ d’expérimentation qui donnait à leurs recherches une nouvelle destination.

Einsenstein pendant le montage d’ Octobre 1928

« L’art de gauche » qui avait eu jusque-là une signification purement esthétique, retrouvait un sens dans une « synthèse des arts » tournée vers la construction de la vie.

 “L’Ouvrier et la Kolhozienne” de l’artiste soviétique Vera Ignatievna Moukhina.

Lorsque le pragmatisme idéologique a prévalu sur la liberté d’invention, c’est la révolution elle-même qui s’est trahie en se pliant aux contraintes d’une réalité sans âme. (Gérard Conio)

Conférence en français. ENTRÉE LIBRE

Programme réalisé dans le cadre du projet de recherche « Russie XXe siècle », avec le soutien de la “Vladimir Potanin Foundation”.

 

Gérard Conio, Professeur émérite de l’Université de Nancy

Il est agrégé de lettres modernes, auteur d’un doctorat de 3e cycle Sources françaises et références occidentales dans la poésie russe de 1892 à 1930 et d’un doctorat d’Etat Crise des valeurs et renouvellement des modes d’expression dans la vie culturelle russe de 1892 à 1930.

Après plusieurs années de lectorat dans les universités de Lodz, Alma-Ata, Odessa, Bratislava, il enseigne à l’université de Besançon puis de Nancy II où il est responsable de la section de russe et de serbo-croate.

Il est également traducteur de nombreux auteurs russes (Tchitchérine, Rozanov, Tchoukovski, Khadjiev, Trénine) et polonais (Karpinski, Wat, Witkiewicz) et auteur de nombreux ouvrages sur l’art et le cinéma : “L’art contre les masses”, “Le constructivisme russe” (2 volumes), “Eisenstein : le cinéma comme art total”.

 

Centre Pompidou, Petite salle (Forum, niveau 1)

31, rue Beaubourg, 75004 Paris

Métro : Rambuteau (ligne 11), Hôtel de Ville (lignes 1 et 11), Châtelet (lignes 1, 4, 7, 11 et 14)
RER : Châtelet Les Halles (lignes A, B, D)
Bus : 29, 38, 47, 75

 

L’ART MUSICAL DANS LE FEU DE LA RÉVOLUTION RUSSE

Voici déjà cent ans que la révolution russe a changé la face du monde. Son histoire écrite avec un grand H nous a permis observer à distance les vagues artistiques, les “ismes”, les destins des artistes, des compositeurs et des poètes balayés par le nouveau pouvoir, par les nouvelles institutions et par la dictature du prolétariat, qui veut imposer sa politique et son goût.

Entrée libre sur réservation 

Hôtel de Ville

Uniquement sur réservation:
06 20 97 35 68 / 06 48 30 16 25

“Nos grands-mères”

Théâtre documentaire
Spectacle de Nathalie Conio – Thauvin

Samedi 14 et dimanche15 octobre 2017 à 18H00

Maison des Arts et des Loisirs Créatifs
 Marseille (Malmousque)

Concept et mise en scène:  Nathalie Conio

Dramaturgie/texte : Laurent Dubost

Distribution : Rachel Auriol, Nathalie Conio, Laurent Dubost, Elios Dubost-Auriol, Francesca Giromella, Wilma Levy, Lima Lisboa, Maroussia Thauvin, Adèle Quartier de Andrade, Irina Vavilova et aussi: Gaspard et Augustin Dubost, Marius Thauvin (enfants)

Création son et Musique originale: Romain Quartier

Elements de décors et accessoires: Paulina Komarova

Création vidéo: Romain Quartier et Luc Thauvin

Lumières: Marc Martinez, Hakim Bouata avec la complicité de Richard Psourtseff

Nos grands-mères” est un spectacle documentaire et familial bâti sur le témoignage de deux femmes pendant la guerre: Jacqueline Auriol et Valentina Vavilova, qui racontent leur histoire
à leurs petites filles: Nathalie Conio-
Thauvin et à Rachel Auriol, pendant la seconde guerre mondiale.

Au travers des fenêtres de la grande maison qui sert de décor, deux regards sur la Grande Histoire se tracent. Le spectacle Nos grands-mères ouvre ses portes aux témoignages d’autres femmes, grands-mères, petites filles par la réalisation de films-témoins réalisés dans chaque ville
visitée par le spectacle.
Le spectacle Nos grands-mères est programmé dans le cadre de l’événement documentaire, familial et interactif sur la mémoire de la seconde guerre mondiale, co-organisé “par l’association Gratte semelle Roucas’ pieds ” & la Compagnie IVA avec le soutien du CD13, en partenariat de la Mairie du 1/7, et la Gare Franche.

Maison des Arts et des Loisirs Créatifs
233, Corniche Kennedy
13007 Marseille (Malmousque)

Tél : 04 91 31 40 29.

Places limitée, merci de réserver: lesgrandsmeres.resas@gmail.com

contact pros auprès d’Isalyne Cassant : compagnieiva@gmail.com

 

 

Musique spirituelle russe à travers cinq siècles

Lundi 9 et mardi 10 octobre 20178 à 19h30

La Chorale Synodale de Moscou (direction artistique et musicale de Alexei Puzakov) se produira à l’occasion de deux concerts au Centre Culturel et Spirituel sur le thème “la musique spirituelle russe à travers cinq siècles. Rétrospective du chant ecclésial russe des XV°-XXI° siècles”

Le programme musical de ces concerts qui entreront dans le cadre des journées de la culture spirituelle russe en France sera construit autour de compositions de Sviridov, Degtiarev, Tchaïkovsky, Arkhanguelsky, Kastalsky, Bortniansky et du métropolite de Volokolamsk Hilarion.

Entrée libre.

Cathédrale de Sainte-Trinité

1, quai Branly – 75007 Paris.