Art-chéologie

Découverte d’un squelette de 5 000ans

” Homme – oiseau “

 

Deux sépultures uniques de la période Odinov (Bronze ancien) ont été découvertes sur le site d’Ust-Tartas, dans la région de Novossibirsk. À l’intérieur de l’une d’elle, les chercheurs ont trouvé plusieurs dizaines de longs becs et crânes de grands oiseaux assemblés en un objet ressemblant à un collier, une coiffe ou une armure.

Rien de ce genre n’a jamais été trouvé dans la culture Odinov dans toute la Sibérie occidentale“, a déclaré la chercheuse Lilia Kobeleva de l’Institut d’archéologie et d’ethnographie de Novossibirsk. «Pourquoi pensons-nous que cela faisait partie des vêtements? Les becs étaient assemblés à l’arrière du crâne, le long du cou, comme si c’était un collier qui protégeait le propriétaire quand il vivait ici. »

Une autre version est, que les becs – au nombre  au moins de 30 à 50 – faisaient partie d’un costume rituel.

Les ornithologues détermineront plus tard le type d’oiseaux, mais il s’agissait probablement de grues ou de hérons. On ne sait pas non plus comment les becs ont été attachés les uns aux autres ou au tissu, car les scientifiques n’ont pas trouvé de trous de montage. Il faudra des mois pour séparer et étudier les becs.

Comme les bijoutiers, les restaurateurs de l’institut de Novossibirsk devront utiliser les meilleurs instruments et les plus petites brosses afin de révéler toute la merveille de cette création ancienne.

Qui était cette personne qui, il y a 5 000 ans, portait des vêtements ou une armure en bec d’oiseau?

Près de la sépulture de «l’homme oiseau», l’équipe d’archéologues a découvert une tombe à deux étages avec deux enfants âgés d’environ 5 ans et de 10 ans enterrés en haut.

Au-dessous d’eux, séparés par une couche de bois, se trouvent un squelette d’homme adulte et un trésor d’objets. La pièce la plus excitante ressemblait à une paire de lunettes composée de deux hémisphères de bronze et d’un pont de bronze.

Il se trouvait juste à côté du crâne de l’homme.  Des traces de matière organique ont été trouvées à l’intérieur des hémisphères des «lunettes». Les experts pensent que l’article aurait pu faire partie d’un masque de sépulture ou d’un casque.

Près du bras gauche de l’homme et autour de la taille se trouvaient cinq pendentifs en pierre polis en forme de croissant, utilisés pour les rituels.

“Ce sont des objets uniques“, a déclaré Lidia Kobeleva.

«Les deux hommes doivent avoir joué un rôle particulier dans la société. Je le dis parce que nous travaillons sur ce site depuis un certain temps et avons mis au jour plus de 30 sépultures. Ils ont tous eu des trouvailles intéressantes, mais rien de ce que nous avons découvert auparavant n’a été aussi impressionnant que des découvertes dans ces deux tombes. Nous supposons que les deux hommes étaient une sorte de prêtres.”

Lieux des fouilles sur le site d’Ust-Tartas, région de Novossibirsk.

Un groupe de chercheurs de l’Institut de paléontologie de l’Académie des sciences de Russie et de l’Université fédérale de Crimée a découvert, les ossements d’un oiseau fossile géant,dans la grotte de Travrida en Crimé. la grotte a été trouvée près du village de Zuya dans le district de Belogorsk. Dans la grotte, des scientifiques ont découvert des restes d’ animaux préhistoriques – des os de mammouth, un mouton à cornes, un rhinocéros de Merck, une antilope et d’autres mammifères.Il pesait 450 kg et mesurait 3,5 mètres de hauteur, il ne volait pas. C’est un  Pachystruthio dmanisensis qui a disparu au Pléistocène.

Le fémur du Pachystruthio est comparé au même os de l’autruche africaine moderne (angles différents). Leurs liens familiaux ne sont toujours pas tout à fait clairs.

Le poids d’un oiseau est trois fois supérieur à celui d’une autruche africaine moderne, qui ne pese pas plus de 150 kilogrammes. La taille de la pachystruthio n’était pas inférieure à celle de Madagascar epiornis et elle surpassait également de manière significative les moas géants de Nouvelle-Zélande, dont le poids ne dépassait pas 270 kilogrammes.

L’âge de la découverte est estimé à environ 1,5 à 1,8 million d’années. Ainsi, les oiseaux géants pourraient exister simultanément avec l’homme antique. Selon les scientifiques, pachystruthio, malgré sa taille énorme, il cohabitait avec des prédateurs tels que les chats à dents de sabre, les hyènes géantes, dont les os ont également été retrouvés dans la grotte de Tavrida.

L’histoire évolutive du pachystruthio reste incertaine. Les scientifiques pensent que la disparition de cet oiseau au milieu du Pléistocène n’est guère due à l’exposition humaine, mais bien à l’évolution des conditions environnementales causée par le changement climatique.

Le plus gros diamant d’Europe a été trouvé

dans la région d’Arkhangelsk (Russie)

Un diamant unique de teinte citron rare, pesant 47,61 carats, a été extrait du gisement V. Grib dans la région d’Arkhangelsk. ( l’embouchure de la Dvina srptentrionale, à environ 25 km de la mer Blanche, à 591 Km au sud est de Mourmansk à 735 Km de Saint Petersbourg et à 990 Km au nord de Moscou).  Les experts ne marquent que la forme correcte de la gemme et sa pureté irréprochable.

 

Diamant jaune pesant 47,61 carats

Le ministère a rappelé que le 8 juillet, un autre gros diamant de qualité géologique d’un poids de 81,02 carats avait été extrait sur le même gisement et qu’au début de mai, des diamants uniques pesant entre 222,09 et 127,34 carats avaient été découverts ici.

С’est le plus important de l’histoire de l’extraction du diamant dans la région et le plus important trouvé en d’Europe. Avant cela, la plus grosse pierre trouvée dans le gisement Grib était également de 181,68 carats et portait le nom de celui-ci” Archange Michael. “La pierre qui a été extraite va maintenant recevoir un nom”, a déclaré le service de presse.

En outre, le rapport indique que le 13 juillet 2019 sur le terrain. V. Griba, un diamant de très rare teinte citronée et de qualité gemme pesant 47,61 carats a été extrait, et le 8 juillet, un gros diamant de qualité gemme pesant 81,02 carats y a été trouvé.

 

Gemme pesant 81,02 carats

Toutes les pierres seront envoyées à Anvers et vendues là-bas sur le marché mondial. “Nous vendons des pierres sur le marché mondial, les principaux acheteurs sont Israël et la Belgique. Nos diamants seront envoyés à Anvers“, a déclaré la source de l’agence Diamond.

Diamond les dépose. V. Griba, dans le district de Mezensky, est l’un des plus grands au monde, se classant au quatrième rang pour les réserves en Russie et au septième rang dans le monde.

3

Le terme de  « carat » vient du grec ancien sous la forme « κεράτιον », et qui signifie « cornes ». Il serait passé à l’italien par l’arabe قيراط  / qīrāṭ(« graine de caroubier; petit poids (24e partie du denier à la Mecque ; 20e partie en Iraq) »). Le terme désigne le caroubier, les graines de caroubes ayant servi d’ étalon de masse.

La graine conserve le même poids malgré les changements d’hydrométrie. Il a donc ensuite été emprunté par la langue italienne(carato). En joaillerie le carat est une unité de poids utilisée pour les gemmes à ne pas confondre avec le carat des bijoutiers désignant la pureté d’un métal dans certains pays. En 1907 , le carat (métrique) est défini par la 4ème Conférence générale des poids et mesures (CGPMcomme étant égal à 200 mg, soit 5 carats pour 1 gramme.

 Des sépultures du VIe siècle avant notre ère,

vraisemblablement de représentants de la noblesse

sarmate, découverte à Nikolskoïe, dans la région

d’Astrakhan.

 

Un paysan a découvert cette tombe contenant un vieux vase en bronze, les archéologues ont suggéré qu’il pourrait s’agir d’une des tombes royales- le site des anciennes sépultures de nomades sarmates.

Les Sarmates sont des tribus nomades qui ont habité les steppes de la Russie, de l’ Ukraine et du Kazakhstan actuels au cours des 5–3 siècles av. À l’époque, il n’y avait pas de langue écrite. Toutes les connaissances à leur sujet proviennent donc précisément de découvertes archéologiques. Par conséquent, chacune de ces découvertes revêt une grande importance pour l’étude de notre histoire.

 

Trois autres tombes contenant du matériel funéraire avec  de nombreux articles ménagers, des armes et des ornements d’or, ont déjà été découvertes sur une superficie de 750 mètres carrés et une tête de cheval dans un harnais richement décoré est à côté d’un des cercueils, ce qui suggère un statut élevé de l’inhumé.

Des centaines d’objets, notamment des bijoux uniques en or et en argent, dont certains avec des accents de turquoise, ce qui était une rareté. Parmi les articles les plus précieux – feuille d’or avec turquoise sous la forme d’une tête de chameau.

La tombe est constituée de plusieurs couches et les découvertes que les experts font chaque jour au fur et à mesure les plongent dans l’histoire. Vraisemblablement, la tombe royale de Nikolsky date du troisième millénaire avant notre ère. Ils ont découvert un adolescent avec près de lui un vase en stuc et un jeu d’alchik (astragale).

Les archéologues sont tombés par hasard sur deux sépultures où se trouvait des têtes de chevaux enterrées et coupées, typiques de la culture nomade : ” La tête que nous avons trouvée était dans un harnais à rayures argentées et en bronze falar (décorations reliant le harnais de chevaux.) “
Dans la sépulture «or» se trouvait un homme de plus de deux mètres, ce qui est tout à fait inhabituel pour les nomades de cette période. La tombe était recouverte d’un épais tissu à rayures dorées. Les vêtements sont également brodés avec des fils d’or.

3

Les trésors les plus célèbres de la région d’Astrakhan :

1958 : Près du village de Gandurino, dans le district de Kamyzyaksky, des pêcheurs ont trouvé plus de 200 pièces de cuivre russes de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle.

1975 : Dans le district de Limansky, des pêcheurs ont découvert des pièces de monnaie suédoises des XVIIe et XVIIIe siècles.

1984 :  À la périphérie du village de Kosika, dans le district de Yenotayevsky, lors de l’excavation d’une tranchée, un ouvrier a découvert la sépulture d’un dirigeant sarmate du Ier siècle avant notre ère, avec beaucoup d’objets en or, service luxueux, armes et vêtements.

1990 : En Astrakhan, en creusant une tranchée pour l’ eau, sur la rue Quay 1 M excavateur Alexey Zaitsev a trouvé une cruche, où il y avait 389 ducats d’or hollandais et 17.250 kopecks argent russe du XVII siècle. Ce genre de trésor sur le territoire de la Russie moderne est très rare.

2010 : Deux jeunes pêchant dans la rivière près du village de la zone Bakhtemir Trinity Ikryaninskiy, ont découvert des bijoux en or Sarmates (IV siècle avant JC – .. IV-V siècle avant notre ère ..). Le poids total du trésor = 1,15 kg.

2013 : Sur le territoire de la colonie de Selitrenny, dans le district de Kharabalinsky , les archéologues ont découvert 500 pièces d’argent datant de l’époque de la Horde d’Or.

2018 : Sur le territoire du site de peuplement de l’ancienne colonie, des archéologues de l’Université d’État de Mari ont découvert un trésor de 157 pièces d’argent datant de la fin du XIVe siècle.

f

Il se peut donc que de nouvelles découvertes soient

encore à venir !

En Sibérie, des chercheurs ont découverte d’une tête de loup datant de 40.000 ans enfouie dans la glace en Sibérie. Sur les bords de la rivière Tirekhtyakh, dans la République russe de Sakha (Yakoutie), enfouie dans le pergélisol, cette couche de glace qui ne dégèle jamais.

L’animal était adulte et vraisemblablement âgé de 3 ou 4 ans quand il est mort. Cette tête est remarquable par sa grande taille, plus de 40 cmь, sit deux fois la taile d’un loup actuel. Elle devait appartenir à un loup géant de plus de 2 mètres. A côté du loup se trouvaient les restes également bien préservés, d’un lionceau appartenant à l’espèce dite lion des cavernes. Ses muscles, ses organes et son cerveau sont bien conservés.

Crocs, organes, pelage de l’animal: la tête découpée est en très bon état de conservation. “La particularité de cette découverte est que nous avons trouvé la tête d’un loup adulte avec une parfaite préservation des tissus et du cerveau”, précise Albert Protopopov, directeur du département de paléontologie de l’Académie des sciences de la république de Sakha au journal russe.

« Il s’agit d’une découverte unique des premiers vestiges d’un loup du Pléistocène adulte avec ses tissus préservés. » a déclaré Albert Protopopov.

En Sibérie, des restes bien conservés de mammouths ont été découverts. Le plus célèbre d’entre eux est le mammouth Lyuba, trouvé en 2007, et le bébé mammouth trouvé en 2010, nommé Yuka, (voir article sur ARTCORUSSE),  ainsi que les corps de trois lions en 2017. Ils étaient tous petits et moururent peu après la naissance. L’un d’eux, a reçu le surnom de Spartak, par les chercheurs, la longueur de son corps est de 40 centimètres et le poids de 800 grammes.

 

Découverte étonnante près de Voronej.

d

 

 Une découverte inhabituelle a été transférée au musée régional des traditions locales – une épée scythienne du 4ème siècle avant JC. 

En septembre 2018 , alors qu’il travaillait sur le terrain, un ouvrier de l’un des villages du district d’Ostrogorzhsky a découvert l’épée, a déclaré la responsable du département des recherches du musée d’histoire locale de la région de Voronezh, Elena Selezneva.

L’artéfact découvert, est en fer et a une longueur de 40 cm.

 De telles épées ou acinace ont été rencontrées dans cette région et tous les camps scythes sont connus depuis longtemps. Et celui-ci a été retrouvé pratiquement à la surface – il était sous le sol à environ un demi-mètre. Donc, cette découverte est tout simplement unique!

Les Scythes étaient un ensemble de peuples indo-européens d’Eurasie en grande partie nomades et parlant des langues iraniennes. Originaires d’Asie centrale ils ont vécu leur apogée entre le viie siècle av. J.-C. et la fin de  l’Antiquité, notamment dans les steppes de l’Eurasie centrale, une vaste zone allant de l’Ukraine à l’Altaï, en passant par la Russie et le Kazakhstan.

Selon l’ancien historien grec Hérodote, selon lui, les Scythes n’établissent ni villes ni fortifications, mais étant d’excellents cavaliers, ils sont nomades. “Comment peuvent-ils ne pas être invincibles et inaccessibles aux attaques“, écrit l’historien. Une confirmation frappante de ses propos fut la campagne infructueuse d’une immense armée perse dirigée par le roi Darius Ier contre Scythia en 512 av JC, disposant d’une armée bien équipée et disciplinée.

Darius, le roi bâtisseur 522-486 av JC, combattant un lion.

Les historiens notent que l’épée, étant une arme de combat rapproché, “elle n’a jamais joué un rôle primordial dans l’armement des guerriers scythes“. Les nomades étaient connus pour être d’excellents archers .

Plaque en or, représentant deux archers scythes. 400 à 350 av. J.-C. environ.

En général, les épées parmi les armements des nomades n’occupaient que la troisième place, bien sûr, après l’arc avec des flèches et des lances. L’acinace était réservé aux chefs et faisait en grande partie intégrante de la prétendue aristocratie militaire, mais les guerriers ordinaires n’avaient pas souvent ce type d’armes dans leur équipement.

v

Ancienne épave datant de 400 av. J.C. découverte en mer Noire

© Black Sea MAP, EEF Expeditions

 Un navire marchand datant de 400 av. J.-C. est la plus ancienne épave intacte retrouvée à ce jour, par 2 000 m de profondeur. Le navire de 23 mètres de long retrouvé au fond de la mer Noire en 2017 est bien l’épave  la plus vieille du monde. Son âge (400 ans av. J.-C.) vient d’être vérifié par datation au carbone 14, qui permet de mesurer la radioactivité résiduelle dans les matériaux organiques. Situé au large de la Bulgarie, à 80 kilomètres au large de la ville de Burgas, ce trésor archéologique fait partie du véritable cimetière marin découvert au fond de la mer Noire.

L’épave se trouve dans un état de conservation remarquable : gouvernail, banc des rameurs et contenu de la cale sont quasiment intacts. À 2.000 mètres sous la surface, l’eau est pauvre en oxygène évitant ainsi la dégradation des matériaux.

Ce type de bateau n’avait jusqu’ici été observé que sur les décorations des anciennnes poteries grecques.

 L’or des steppes des Monts Tarbagatai

Kourgane Saka des Monts Tarbagatai

Un trésor d’orfèvrerie de 2800 ans appartenant aux Scythes orientaux ou Sakas a été mis au jour dans un tertre funéraire, à l’est du Kazakhstan, en Asie centrale. Délicates boucles d’oreilles, merveilles aux décors animaliers incrustées de gemmes précieux… La découverte d’un fastueux ensemble de 3000 éléments de parures en or, a été officiellement annoncée fin juillet 2018 dans les lointaines montagnes de Tarbagatai (« massif des Marmottes »), au nord-est de la république du Kazakhstan.

Œuvres des Sakas, -nom donné par les Perses aux Scythes orientaux-, un vaste kourgane princier de 2800 ans, affilié à ce peuple nomade d’Asie centrale, a été dégagé par une équipe de recherche conduite par Zainolla Samashev, directeur de l’Institut d’Archéologie Margulan, à Astana, la capitale du Kazakhstan. Éminent spécialiste des cultures de la steppe, l’expert étudie depuis quelques années le plateau d’Eleke Sazy où ces fragiles trésors sont extraits.

Les recherches archéologiques dans la région de Tarbagatai  (région du Kazakhstan oriental) ont commencé relativement récemment. À ce jour, les enquêtes ont été menées dans les districts et les villages du Aksuat des pâturages d’été, Ekpin, Kok zhyrau Akka, des expéditions de recherche Shybyndy EKSU. S. Amanzholova, Université nationale du Kazakhstan. Al-Farabi et la branche de l’Institut d’archéologie. A.H. Margulan à Astana. En raison du fait que ces monuments étaient situés à proximité des zones peuplées et les routes très fréquentées – presque tous à plusieurs reprises pillées et, par conséquent trouve peu d’objets.Plusieurs fois, des travaux de reconnaissance ont été menés pour identifier et certifier de nouveaux monuments archéologiques, historiques et culturels.

 C’est le résultat d’un d’entre eux a été révélé le monument archéologique le plus remarquable sur le territoire de Tarbagataï – monticules d’élite de l’ancienne époque de l’époque et le plateau turcique Saks Eleke Sazy. Au cœur d’un imposant tumulus dissimulé sous des cairns de gros blocs de pierre, une chambre funéraire en bois contiendrait encore les dépouilles des occupants. Comme traditionnellement pour les sépultures gelées de l’Altaï, des équidés sacrifiés figurent au nombre des offrandes. Larges de plusieurs dizaines de mètres de diamètre, ces riches mausolées scythes sont généralement situés au carrefour d’un immense territoire s’étirant de la Sibérie, au Kazakhstan en passant par la Mongolie et la Chine voisines. “Rencontrer de tels sites inviolés de nos jours demeure rare.  Les pillages sont fréquents. C’est d’ailleurs de cette région reculée que proviennent diverses pièces de la célèbre collection ‘Sibérienne’ du Tsar Pierre le Grand (1672-1725)”, déclare l’historien Iaroslav Lebedinsky. Appelés Scythes de l’Altaï, Sakas (ou Saces),  les écumeurs des steppes qu’étaient ces peuples nomades se passionnaient pour l’or, les armes et les chevaux. Leurs orfèvres confectionnaient des bijoux admirables.

Jusqu’à de l’or laminé en feuilles très minces d’à peine une quinzaine de microns d’épaisseur. Les Scythes Sakas ont sillonné les plaines d’Asie centrale au moment même où les Zhou orientaux (771-256 av. J.-C.) et par la suite les Royaumes combattants (Ve av.J.C- IIIe av.JCJ) dominaient la Chine.

A en juger par l’abondance du patrimoine historique et culturel des montagnes Tarbagataï ont été peuplée depuis les temps anciens, il est pas surprenant compte tenu du fait que le climat favorable, les pâturages riches et le manque d’insectes suceurs de sang sur les hauts plateaux idéalement adaptés au bétail nomades et semi-nomades – le type d’agriculture principale des anciennes tribus et peuples régions de steppe de montagne de l’Eurasie centrale.

Les études archéologiques des tumulus Elke Saza n’ont pas été réalisées à ce jour. Au cours de l’année en cours, les débuts de ces remarquables monuments de la science archéologique ont été couronnés de succès. Un peu sur l’histoire de la découverte: au cours des activités d’exploration au cours des années précédentes par la population locale, l’information a été reçue que sur un haut plateau Eleke Sazy il y a beaucoup de variété et différents monticules de dimensions et structures de pierre. Un voyage à la zone spécifiée vraiment surpris – ont été découverts nécropole royale des bâtiments funéraires et commémoratifs Sakas et l’élite de l’ancienne époque turque, très similaire aux célèbres monuments de Bilge Kagan et Kultegin sur le territoire de la Mongolie moderne. En général, sur le plateau d’Eleke Saza, 7 sépultures ont été découvertes, soit plus de 300 tumulus. Le plus grand a un diamètre de 120 m, une hauteur de 5 m. Selon ses sites présentés sont proches des mêmes schémas de structures de monument historique, aussi bien dans le Kazakhstan sous-région et de l’Altaï et de la Sibérie du Sud. La partie principale des tumulus du 1er millénaire avant notre ère. rannesakskomu peuvent être corrélés au temps – à l’oeil nu sont vus parallèlement à monticules Shiliktinskimi zone Zaysansky EKO, les monuments avec un cercle Arzhanskogo Tyve également tracé des éléments similaires avec des objets NÉCROPOLE Besshatyr région Almaty.

Des tribus Saces se sont installées en Inde du nord, créant des royaumes durables. Les Scythes orientaux ont perduré plus longtemps que les Scythes d’Europe. Hérodote (Ve siècle av.J.-C) évoque ces populations de Sakas ou Scythes asiatiques de façon sporadique, quand il traite de l’armée Perse. “Un renouveau Saka a toutefois eu lieu au début de notre ère, avec l’apparition des royaumes indo-Scythes”.

L’historien Iaroslav Lebedinsky déclre :”Le saka était toujours parlé dans le bassin du Tarim, au Xinjiang (Chine), au Moyen Age”. Et il n’est pas exclu que des peuples de langue iranienne vivant actuellement au Pamir descendent de ce groupe.

Des manuscrits inconnus de Jean-Jacques Rousseau ont

été découverts près de Saint-Pétersbourg

Des manuscrits, dont l’auteur était censé être le philosophe français Jean-Jacques Rousseau, ont été retrouvés dans le sous-sol d’un immeuble résidentiel près de Saint-Pétersbourg.

A propos de cette découverte le résident de Gatchina Alexei Belyaev  raconte qu’un homme l’a approché pour lui proposer des lettres découvertes. Belyaev a pris connaissance de leur contenu, mais au moment où il a de nouveau contacté le vendeur, ce dernier a déclaré que les manuscrits avaient déjà été achetés par un autre collectionneur.

Comte Grigori Grigorievitch Orlov

L’authenticité des lettres pour le moment n’est pas confirmée,

“Nous avons découvert que la première page du manuscrit indique que le comte Orlov a invité l’auteur à Gatchina. La date de son écriture n’est pas claire “, a écrit Belyaev.

Auparavant, on pensait que le philosophe français refusait l’invitation  du comte Orlov à venir en Russie. Si l’authenticité des lettres est confirmée, elles prouveront que le philosophe français a visité la Russie incognito. Leur contenu éclairera la biographie de Jean Jacques Rousseau d’un angle nouveau

 

Un casque corinthien découvert en

Russie

Les archéologues ont trouvé sur la péninsule de Taman, dans le territoire de Krasnodar, un casque grec en bronze. Comme indiqué dans le communiqué de presse de l’Institut d’Archéologie de l’Académie des Sciences de Russie, l’artefact a été trouvé dans une tombe du 5ème siècle avant JC.

Au VIème siècle avant notre ère, sur le territoire de la péninsule de Taman, les Grecs, venus d’Asie Mineure, fondèrent plusieurs politiques. Vers 480 avant JC, la fusion des cités grecques, est sur la rive du Bosphore Cimmérien (détroit de Kertch) en Crimée et sur la péninsule de Taman, formant le Royaume de Bosphore.

L’une des colonies grecques se trouvait dans le sud-ouest de la péninsule, à côté du village moderne de Volna. A quatre kilomètres du village, il y avait une nécropole sous le nom de “Vague-1”, explorée pour la troisième année consécutive par l’expédition de Sochi de l’Institut d’Archéologie sous la direction de Roman Mimohod. Au cours de leur travail, les archéologues ont enquêté sur plus de 600 tombes.

Les chercheurs ont découvert des sépultures de guerriers équestres, enterrés avec les chevaux et les brides. Avec les soldats enterrés les archéologues ont découverts des armes, des armures et des amphores en céramique, sur certains desquels il y a des graffitis avec des noms grecs. Les sépultures datent de la seconde moitié du 5ème siècle avant JC.

Dans l’une des tombes a été trouvé un casque en bronze de type corinthien. Les casques corinthiens fermés sont apparus en Grèce au 7ème siècle avant JC, période où les Grecs participaient aux guerres gréco-perses du 5ème siècle avant JC. Un tel casque protégeait complètement la tête,fabriqué à partir d’une tôle de bronze, la calotte des casques corinthiens se prolongeait d’une seule pièce par un nasal, des couvre-joues (paragnathides) très saillants et un couvre-nuque. A l’intérieur, un rembourrage en tissu ou en cuir protégeait le crâne du guerrier. Souvent leur sommet était surmonté d’un cimier (lophos) à panache de crin. Hautement protecteurs car totalement enveloppant, ces casques représentaient une pièce essentielle de l’équipement des hoplites grecs, les célèbres fantassins des phalanges.  À la fin du 5ème siècle BC, les casques de type corinthien ont été remplacés par des casques de Chalkid, dans lesquels le nasal était moins ou inexistant.

 

Le casque se réfère au type corinthien, le groupe” Hermione “et date du premier quart du 5ème siècle avant JC. Le seul casque de ce genre sur le territoire de l’ancien Empire russe a été trouvé au milieu du XIXe siècle dans la province de Kiev, dans le tumulus près du village de Romeykovka. Dans les villes grecques de la région du nord de la mer Noire, de tels casques n’ont jamais été rencontrés », explique Roman Mimohod. Selon le scientifique, le casque appartenait au guerrier qui est mort au combat. Peut-être a-t-il participé à la guerre du royaume du Bosphore contre Syndica, l’état de la tribu Sindi locale qui était au sud de la péninsule de Taman.

 

Apparemment, c’est un guerrier qui est mort dans la bataille et a été enterré non pas dans sa ville natale, mais près de l’endroit de sa mort. C’est pourquoi la tombe n’est pas une crypte, mais une simple sépulture. preuve casque de son statut de citoyen à part entière d’une cité, très probablement l’une des villes Bosporus, ainsi qu’un certain niveau de bien-être », – ajoute le chef du Département de l’archéologie classique IA RAS Vladimir Kuznetsov.

 

Un sceau en plomb du 13ème siècle en Russie

Des fouilles archéologiques menées en été 2017, dans le centre de la ville russe de Yaroslavl avant l’installation d’un nouveau système d’égouts ont mis au jour un ancien sceau en plomb du début du 13ème siècle au Mitropolichy Palat (Chambre Métropolitaine des Évêques), la plus ancienne structure de la ville. Il avait appartenu à l’épouse de Vladimir Sviatoslavitch (ou Vladimir Le Grand) et mère de Iaroslav le Sage.

Yaroslav Vladimirovitch, le Sage, ou le Boîteux, est né très certainement en 979, à Vychhorod (région de Kiev). Il est décédé le 19 ou 20 février 1054

Grâce à cette découverte, on connait maintenant le nom de la Grande Duchesse qui était Maria.

« Dans la Russie médiévale, tous ceux qui avaient une position d’autorité (grands princes et princesses, et les hauts rangs du clergé) avaient leur propre sceau, qui était apposé sur tous les documents officiels et décrets. Nous avons plusieurs milliers de tels sceaux datant de l’ère pré-mongole, mais en trouver un ayant appartenu à une femme est cependant très remarquable » précise le Dr Pyotr Gaidukov, directeur adjoint de l’Institut d’Archéologie.Le Dr Gaidukov fait autorité sur les timbres et les sceaux de la Rus’ de Kiev, et est responsable de cette récente découverte.

Cette découverte donne aux archéologues des raisons de croire que près de la Chambre Métropolitaine, qui date du 17ème siècle, devait se tenir la célèbre cour du Prince Vsevolod. Il avait été tué en 1238 au cours de la légendaire bataille contre le chef de guerre mongol Batu-Khan sur les rives de la rivière Sit.

Chef mongol Batu-Khan (1205, mort en 1255 à Saraï, dans l’actuelle Russie), petit-fils de Gengis Khan, est le premier khan de la Horde d’or 

Le sceau en plomb a été trouvé en bon état, près des fondations de la structure en bois; il porte les images de Saint Constantin et Marie. Il a été mise au jour dans une couche culturelle datant du tournant du XIIIe siècle.

Le Dr Gaidukov a expliqué que les sceaux royaux au 12ème et 13ème siècles en Russie portaient généralement les images des saints patrons du propriétaire, d’après lesquels les dirigeants tiraient leur prénom.

Le fait que ce sceau montre à la fois un saint homme et femme signifie qu’il a appartenu à une princesse royale, puisque l’image de l’autre saint se référait à son mari. « La datation exacte de ce sceau, ainsi que de son lieu de découverte, nous donne des raisons de croire qu’il appartenait à la femme de Vladimir Le Grand (1186-1218) » rapporte le chercheur. Le nom de sa femme était inconnu jusqu’à présent. Tout ce que l’on savait sur elle était que, après la mort de son mari, elle avait pris le voile sous le nouveau nom d’Agafya (Agatha).

« Cependant, l’image de Sainte Marie sur le sceau prouve que son nom de baptême était Marie. Enfin, la princesse mystérieuse a repris son nom. » ajoute le Dr Gaidukov, « ce type de sceau en plomb était essentiel pour un dirigeant, il donnait autorité à tous les documents légaux, comme ceux qui confirmaient la propriété des terres. Une duchesse qui avait son propre sceau avait automatiquement le droit d’accorder des droits de propriété en son nom propre ».

Des archéologues ont trouvé une «Vénus paléolithique» datant de la période de glaciation dans la région de Briansk (l’ouest de la Russie). Le site est situé près du canal moderne de Desna, à 25 kilomètres de Bryansk.

Cette statuette est sculptée dans une défense de mammouth date de l’ère de glaciation a été trouvée par des scientifiques de l’Institut d’archéologie de l’Académie des sciences de Russie lors de fouilles dans la région de Briansk, dans l’ouest de la Russie. D’après le service de presse de l’Institut d’archéologie, cette découverte est très importante, car il n’y aurait que quelques dizaines de figurines semblables dans le monde entier.

La « Vénus » en question n’est pas très grande — un peu plus de 5 cm. Sculptée dans une défense de mammouth, elle représente une femme corpulente, a le ventre plutôt gros — peut-être est-elle enceinte — et une bonne poitrine. Une partie de son ventre et de sa poitrine s’est effritée le long d’une lézarde naturelle dans la défense. La figurine a été découverte à côté d’un entassement de grandes plaques de silex et des fragments d’ossements de mammouths colorés avec de l’ocre. Apparemment, elle a été placée à côté des os d’un mammouth, sur le sol, et non pas « enterrée » comme les autres « Vénus ». 

D’après le chef de l’expédition, Constantin Gavrilov, cette statuette remontrait au milieu du Paléolithique supérieur, et la couche d’occupation où elle a été trouvée serait vieille de 23 000 ans.

À l’époque, le glacier en Europe avait déjà reculé au nord et couvrait seulement le territoire de la péninsule Scandinave et de la région Baltique.

Les statuettes des « Vénus paléolithiques » sont typiques de la phase du Gravettien du Paléolithique supérieur. Après cette époque, qui a pris fin il y a environ 19 à 20 000 ans, ce type de figurine est rarissime. La première découverte d’une statuette semblable a été faite en 1864, lors de fouilles à Laugerie-Basse, dans le sud-ouest de la France. Depuis, on en a souvent trouvées en Europe, en Russie centrale et en Sibérie. Leur taille varie de 5 à 15 cm. Certaines sont en argile cuite et en calcaire, mais le plus souvent elles étaient sculptées dans des défenses de mammouth.

Découverte en Altaï.

d

Un berger découvre un morceau de métal rouillé !

Non loin du village de Klyuchi, sur le territoire de l’Altaï, le berger a trouvé un morceau de fer rouillé et l’a emporté le vendre comme ferraille; pendant deux semaines, la découverte a été laissée sans surveillance jusqu’à ce qu’elle attire l’attention du propriétaire du centre d’accueil, elle ressemblait beaucoup à une épée, il a décidé de porter la découverte au musée, et il s’est avéré que le métal indéfinissable est une épée scythique unique datant du 6ème siècle avant JC.

Longue de plus de 80 cm, elle est en fer et le manche est orné d’une tresse en fil d’or et de calques recouverts d’applications de feuille d’or.
Cette arme appartenait fort probablement à un noble guerrier, voire à un chef.  L’épée de fer est scythienne avec des griffons sur le pommeau, les archéologues reconnaissent facilement le style traditionnel scythian-sibérien.

Certaines tribus scythes habitaient le territoire de Gorny Altai. La première fouille a commencé avec l’archéologue Sergei Ivanovich Rudenko, qui a découvert la caserne de Pazyryk en 1924, il a étudié,et décrit la culture de Pazyr.

L’épée découvert, selon les hypothèses des archéologues, a été fabriquée au Moyen-Orient, l’artefact est très bien conservé, il se commence de trois feuilles de métal.

 

Tumulus de Tunnug 1 (Arzan 0), république de Touva.

Un archéologue de l’Université de Berne a découvert un tumulus scythe intégralement préservé au coeur d’un marais de la république russe de Touva (Респу́блика Тыва́). Tout indique qu’il s’agit du plus grand tombeau princier scythe du sud de la Sibérie et aussi du plus ancien.

Ce n’est pas à l’aide d’une pelle que Gino Caspari a fait la plus importante découverte de sa carrière, mais sur son ordinateur. Cet archéologue soutenu par le Fonds national suisse (FNS) a repéré une structure en forme de cercle sur des images satellite de la vallée de l’Ujuk, en Sibérie.

Une première fouille effectuée cet été par le scientifique en collaboration avec l’Académie des sciences de Russie et le musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg a confirmé sa supposition: il s’agit bien d’un kourgane, une tombe princière scythe.

L’archéologue et son équipe ont pu démontrer que ce kourgane, nommé Tunnug 1 (ainsi que Aržan 0), ressemble de par sa structure à Aržan 1, un autre kourgane situé à dix kilomètres au nord-est et découvert dans les années 1970.

Aržan 1 était jusqu’à présent considéré comme la plus ancienne tombe princière scythe de la région, surnommée la ‘Vallée des rois sibérienne’ en raison du grand nombre de kourganes qui s’y trouvent.

En cercle

Les plus anciennes tombes princières se composent d’une couche de pierres sous laquelle des chambres sont disposées en cercle. Les parois des chambres sont faites en bois de mélèze. Les offrandes funéraires scythes comprennent des armes, des harnais de chevaux et des bijoux qui s’inscrivent dans l’art animalier.

Les poutres de bois trouvées par Gino Caspari lors des fouilles d’essai datent du IXe siècle avant Jésus-Christ. Elles sont plus anciennes qu’Aržan 1, qui remonte environ au passage du IXe au VIIIe siècle. ‘Nous avons là une chance énorme’, se réjouit Gino Caspari, cité jeudi dans un communiqué du FNS.

‘Depuis les années 1970, les méthodes archéologiques se sont considérablement affinées’, poursuit le chercheur: ‘Nous avons aujourd’hui de bien meilleures possibilités d’examiner le matériel et d’en apprendre davantage sur le passage de l’Âge du bronze tardif à l’Âge du fer’.

La génétique, l’analyse des isotopes et les méthodes géophysiques, ainsi que les nouveaux systèmes d’information géographique et la télédétection apportent un regard neuf sur l’ère préhistorique.

Couche de protection en glace

Situé dans les marais, le tumulus d’Aržan 0 est difficilement accessible, ce qui le protège des pillards. ‘Ce kourgane est situé à cinq heures de trajet en véhicule tout terrain de la localité la plus proche’, explique Gino Caspari. Il est probablement intact et pourrait receler des trésors semblables à ceux d’Aržan 2.

Entre 2001 et 2004, une équipe d’archéologues allemands y avait découvert une chambre funéraire intégralement préservée contenant les plus riches ornements jamais trouvés dans la steppe eurasienne. Les deux défunts de la chambre principale étaient entourés de plus de mille objets en or ainsi que d’armes somptueusement décorées, de vaisselle et de chevaux parés de harnais précieux.

En or massif, le collier du prince scythe d’Aržan 2 pèse deux kilos. Ce tombeau date toutefois du VIIe siècle avant Jésus-Christ, ce qui le place déjà loin dans l’Âge du fer.

Permafrost protecteur

Les particularités du sol sibérien nourrissent les espoirs de Gino Caspari. Dans la vallée de l’Ujuk, le permafrost commence généralement à quelques mètres seulement sous la surface du sol. Ce qui est situé au-dessus dégèle en été et les matières organiques pourrissent, mais l’épaisse couche de pierres qui protège les kourganes empêche les rayons du soleil de dégeler le sol.

‘Il arrive qu’une lentille de glace se forme même juste sous les kourganes’, explique Gino Caspari. La glace empêche la décomposition des matières organiques et conserve les matériaux délicats. ‘Si nous avons de la chance, nous trouverons peut-être même des sculptures sur bois bien conservées, des tapis ou une momie de glace’.

Les résultats de la fouille préliminaire ont été publiés dans la revue Archaeological Research in Asia.

Lors de fouilles sous-marines pendant la construction du pont de Kertch, en Crimée, des archéologues ont découvert un grand fragment d’une sculpture en terre-cuite en forme de tête d’homme.

L’artefact, trouvé dans la baie près du cap Aq-Burun, pourrait être la représentation d’un dieu grec réalisé sous la forme d’un buste ou d’une statue.

C’est une découverte unique pour la côte nord de la mer Noire car les archéologues n’ont jamais trouvé de sculptures similaires. Afin de déterminer son but, son origine et sa date, les meilleurs experts de l’art grec antique ont été sollicités. Les archéologues comptent aussi étudier la composition de l’argile en laboratoire.

« Pour le moment, nous supposons que la tête en terre cuite a été fabriquée en Asie mineure au Ve siècle avant J.-C. », a déclaré le chef de l’unité d’archéologie sous-marine Sergueï Olkhovskiï. Mais d’autres savants mettent en doute l’authenticité de cet artéfact déclarant que c’est un faux. Affaire à suivre !

D’anciens monuments en pierre découverts près de la Mer Caspienne

 Structure en pierre massive, remontant à 1500 ans, découverte le long de la Mer Caspienne.  ©Evgeniï Bogdanov
Un complexe massif en pierre vieux de 1500 ans, probablement construit par des tribus nomades, a été découvert près de la côte est de la Mer Caspienne au Kazakhstan.L’époque et la région désignent les Huns, mais pas le style de ces artéfacts. Un nouveau mystère !

Le complexe comprend de nombreuses structures en pierre éparpillées sur 120 hectares.Les plus petites structures en pierre ne font que 4x4m et les plus grandes 34x24m. Elles sont “faites de dalles de pierre insérées verticalement dans le sol“, ajoutent les archéologues. Certaines des pierres, qui ressemblent un peu à celles de Stonehenge, ont des gravures représentant des armes et des créatures, site plus ancien que le célèbre site britannique érigé en plusieurs époques à partir, au moins, de 2.800 avant J.C. et est aussi nettement plus petit.

L’une des plus spectaculaires découvertes sont les restes d’une selle faite en partie avec de l’argent et recouverte d’images de verrats, de cerfs et de “bêtes de proies” qui pourraient être des lions. Les images ont été gravées en relief, ressortant sur le fond en argent. “Les décorations en relief ont été imprimées sur la face avant” écrivent Astafiev et Bogdanov.

Les deux chercheurs pensent que d’anciens artisans ont conçu les images en cuir avant de les coller sur des planches de bois. “Au final, des plaques d’argent auraient été posées sur les formes avant d’être fixées” disent-ils.

Les recherches sont toujours en cours et l’équipe prévoit de publier un autre article sur les recherches concernant la selle en argent en 2017. Elle espère informer le public du site récemment trouvé.

Incroyable découverte d’un pont datant de la fin du XVIIIème à l’époque de Catherine II.

Un pont de pierre de l’époque de l’impératrice Catherine II a été découvert dans la zone de construction de l’autoroute  “Tauride” dans le district de Belogorsky, le 19 octobre 2017. Selon l’estimation des experts, la structure pourrait être construite à la fin du XVIIIème siècle à l’occasion d’une visite de la péninsule de Catherine II.


Les archéologues l’ont trouvé lors de fouilles près du village de Nekrasovo, dans le district de Belogorsky.”Le pont a été reconstruit plusieurs fois et réparé. Dans quelles conditions , nous ne l’avons pas encore compris. Ces travaux furent effectués dans la première moitié du XIXe siècle, le pont  existait déjà et a été construit très probablement à la fin du XVIIIe siècle », a déclaré le chef de l’expédition archéologique du ministère de l’équipement de Crimée et de l’Institut d’archéologie  Sergey Vnukov.

Sur le pont il y avait des inscriptions trouvées, vraisemblablement gravés avec un objet pointu: “1861” et des initiales en cyrillique.

En outre, lors de l’excavation du pont, plusieurs pièces de cuivre de l’époque de Nicolas Ier, des fers à cheval et des céramiques ont été trouvés.

« En Crimée, il y a peu d’objets liés à la phase initiale de la Russie en Crimée après son adhésion à la Russie en 1783. Trouvé ce pont montre l’activité des autorités russes pour le développement de la Crimée. Nous considérons que cet structure est très intéressante pour témoigner de la période des débuts de l’histoire de la Crimée russe “, a déclaré M. Zarubin, chef du Comité d’État qui a noté que ce pont de pierre est une structure d’ingénierie unique, et qu’il sera placé sous protection, en l’ inscrivant au régistre du  “patrimoine culturel historique”.

Tablier en pierre du pont, lors des travaux d’autoroute Tauride.

À ce jour, plus de 80 000 artefacts ont été trouvés sur le chantier de la future autoroute Tauride et plus de 90 sites archéologiques. En particulier, une fortification de l’âge du bronze et les vestiges d’un cimetière de guerriers nomades médiévaux.

Idole de Shigir

 

L’idole de Shigir (Шигирский идол) est une énigme pour les scientifiques depuis sa découverte en 1890 dans une tourbière à proximité du lac Shigir (Sibérie). Aujourd’hui gardée au musée d’histoire et d’archéologie d’Ekaterinbourg, la statue mesure 2,30 mètres de hauteur. Âgée de plus de 11 000 ans, l’idole trouve comme seul équivalent le site archéologique de Gobekli Tepe  (Turquie) datant de plus de 10 000 ans.

« C’est une sculpture unique, il n’y a rien d’équivalent au monde… », déclarait Mikhaïl Zhilin de l’Institut d’archéologie de l’Académie des sciences de Russie pour un article du Siberian Times  publié le 15 juin 2017.

Dessin de Vladimir Tolmachev, 1916

Des archéologues russes ont analysé les outils ayant servi à sculpter l’idole de Shigir, retrouvée il y a environ 130 ans en Sibérie. Datant de plus de 11 000 ans, il s’agit de la plus vieille au monde.

La sculpture en bois de mélèze comporte une multitude de symboles géométriques ainsi que huit visages placés sur tout son long. Posée sur un socle de pierre durant les cinquante années suivant sa création, l’idole est ensuite tombée pour se retrouver prisonnière dans la tourbière où celle-ci a été découverte.

Crédit photo © Xekaterina Osinetseva

« La surface de la statue a été polie à l’aide d’un abrasif au grain fin, après quoi ses décors ont été gravés au ciseau — au moins trois ont été utilisés . Ils ont été sculptés en dernier, avec des outils très intéressants : les moitiés inférieures de mâchoires de castors ! », déclarait Mikhaïl Zhilin.

Musée d’histoire et d’archéologie de l’Oural
Av Lenina 69/10, Ekaterinburg
Stop: Hôtel « Iset
Bus 27, 28, 31, 50
Tramways: 2, 6, 13,15, 18, 20, 26
Tél.: +7 (343) 350-67-75

Des mégalithes de 3000 tonnes découverts en Sibérie.shoria18

Les chercheurs s’interrogent sur l’origine de ces énormes blocs. Certaines des pierres travaillées sont deux fois plus lourdes que le précédent détenteur du « record de poids », le mégalithe de Baalbek.

mount-shoria-monolith

Un mégalithe (grec megas (μέγας), « grand », et lithos (λίθος), « pierre ») est un monument lié au mégalithisme et constitué d’une ou plusieurs pierres de grandes dimensions, érigées (ou levées) par les hommes, sans l’aide demortier ou de ciment pour fixer la structure.

mégalithes sibérie

Ces grands mégalithes ont été découverts dans l’oblast de Kemerovo, dans le sud de la Sibérie à  l’est des montagnes de l’Altaï . Les chercheurs estiment que certaines des pierres découvertes pèsent 3000 tonnes et le site date de 100 000 ans. Les blocs ont des côtés rectangulaires et sont délimités par des surfaces plates. Ils ont été empilés l’un sur l’autre jusqu’à 40 m de hauteur, avec une grande précision sur 200 mètres. La longueur des pierres qui composent la construction est d’environ 20 mètres de longueur et la hauteur est de 5-7 mètres. Les mégalithes considérés auparavant comme les plus grands sur Terre sont situés à Baalbek, au Liban.

magalit Baabek

Mégalithe de Baalbek.(20mX4m)

Les larges pierres trouvées à Baalbek ne pèsent « que » 1500 tonnes. Les mégalithes découverts dans le Kemerovo en 2014 pèsent jusqu’au double.

megalit

Ces blocs taillés sont faits de granite, un matériau particulièrement dur et difficile à travailler. Les mégalithes sont de plus sur le sommet d’une montagne et ont dû être transportés jusque là.

maga + personnages

Comment des pierres de 3000 tonnes ont-elles pu être découpées, transportées sur une montagne et empilées à 40 m de hauteur avec une exactitude extrême, sans avoir la technologie moderne ?

Les archéologues ont découvert dans le centre de Moscou objets des périodes mésolithiques et néolithiques, sur Sretenke des ouvriers ont trouvé un couteau en silicium de l’époque néolithique (millénaire V-III avt J.C.), « Le couteau est l’un des instruments universels du travail de l’homme ancien.

doc6ve8cxzb3vseillv4kk_800_480

 Il est dans son intégralité, y compris le pétiole avec des rainures symétriques latéraux pour la fixation d’une poignée en os, en corne ou en bois. Ce tranchant est l’une des découvertes plus anciennes découvertes sur l’amélioration du programme « My Street ». Il complète la période de l’âge de pierre, quand les habitants utilisaient la pierre, des os et des outils en bois.

Pokrovsky Boulevard découverte d’un grattoir Mésolithique (VII millénaire avant notre ère), outils  utilisé pour le traitement de l’os, les peaux, les cornes et certains types de pierre. Sa largeur est de 2,5 cm, longueur – près de 4 cm.

pic_62c5bd81466820bd8cfb9a938984e7df
Le grattoir découvert a été fait dans une pierre de forme allongée avec une lame tranchante à l’extrémité. Le grattoir et la coupe ont une similitude avec les artéfacts découverts par les archéologues se rapportant  aux siècles XVI-XVII  en Colombie – Britannique. Très probablement, ils étaient sur la surface des couches culturelles profondes et anciennes accidentellement lors de travaux d’excavation, qui ont été effectués il y a dans 400-500 ans.