25
Nov

Vente art russe Paris Douot

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Vente Art Russe “Русское Искусство”

samedi 8 décembre 21018

Hôtel Drouot, salle 15 11h et 14h

Icones & art religieux, Gravures & lithographies , Archives & manuscrits, Numismatique,  Romanov, Affiches, Argenterie, Émaux ,Objets de vitrine, bijoux & Fabergé , Porcelaine,  Bronzes, Art populaire & folk art, Militaria, Ballets russes, Livres,Tableaux.

Expositions Publiques Vendredi 7 décembre de 11h à 18h

Extraits du catalogue

Belle croix pectorale en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes) sertie de brillants de différentes tailles, surmontée d’une couronne impériale. Médaillon central peint sur métal ornée d’une scène de la Crucifixion. B.E. (quelques manques). Moscou, vers 1890. Orfèvre : A. A. Moukhine. H. 15 x L. 7,3 cm. Poids brut : 57,6 g,1000/1500 €

 

Icône de voyage de la Mère de Dieu de Kazan. Tempera sur bois. Russie, fin du XIXe siècle. Dans sa belle oklad en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes) à décor émaillé polychrome cloisonné. T.B.E. Moscou, vers 1890. Orfèvre : EAK, non identifié. H. 9 x L. 7,5 cm. Poids brut : 103,7 g. Икона Казанской Божьей Матери, путевая. 3000/5000 €

 

Icône du Christ Sauveur de Smolensk. Tempera sur bois. Russie, fin du XVIIIe – début du XIXe siècle. Dans son oklad en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor ciselé et repoussé. Légendes gravées des noms des saints entourant le Christ en pied. B.E. Moscou, 1801. Orfèvre : Alexei Ratkov. H. 38, 2 x L. 32 cm. Poids brut : 2346,0 g. Икона, Христос Спаситель Смоленский. Темпера на дереве. 3000/5000 €.

Cartes de la Russie. Lot de 7 lithographies : Carte des régions limitrophes de la mer Caspienne, c.1728, rehaussée à l’aquarelle. – Carte de l’Empire russe par Eman Bowen, XVIIIe siècle. – Carte de Tartarie, XVIIIe siècle. – Carte de la Russie, atlas Clouet, 1787, rehaussée à l’aquarelle. – Carte de Tartarie, XVIIe siecle, rehaussée à l’aquarelle. – Gravure de Moscou, 1743, rehaussée à l’aquarelle. B.E. Formats divers. Карты России. 7 литографий: карта приграничного Каспия, c.1728, акварель. – Карта Российской империи Эмана Боуэна, XVIII в. – Карта Татарии, XVIII в. – Карта России, атлас Clouet, 1787г., акварель. – Карта Татарии, XVII в., акварель. – Гравировка Москвы, 1743 г., акварель. Состояние хорошее Различные форматы 300/500 €

 

Brevet de nomination au poste de Consul général à Hambourg de l’assesseur de collège Bacheracht, Kameny Ostrov, le 31 août 1825. Signé par Alexandre Ier et le comte Nesselrode. Avec le sceau impérial. Pliures mais complet. On y joint la traduction officielle en allemand du précédent document. Manque le sceau. Pliures. Грамота о назначении на должность генерального консула в Гамбурге колледжского ассесора Бачерахт, Камени Остров, 31 августа 1825 г. Подписано Александром I и графом Нессельроде. Императорская печать. В сложеном виде. Прилагается официальный немецкий перевод предыдущего документа. Печать утрачена. В сложенном виде. 200/300 €

 

Tolstoï et Gorki. Lot de 7 tirages argentiques de presse représentant : – Léon Tolstoï : deux fois seul dont en promenade, une avec sa famille, une avec Maxime Gorki (divers formats). – Maxime Gorki : portrait seul, anniversaire 1868-1936 avec des acteurs, anniversaire avec Mark Twain. 7 фотографий. Изображены Л.Толстой и М.Горький. 150/200 €

 

Pendule en bronze doré et patiné représentant le tsar Pierre le Grand sur le lac Ladoga. L’Empereur se tient à la barre d’une embarcation en pleine tempête. Décor de palmettes et rinceaux. Chiffres romains. B.E. (mouvement vendu en l’état). Russie, milieu du XIXe siècle. H. 35 x L. 26,5 x P. 10 cm Historique : « Alors de Piter (Saint-Pétersbourg) Pierre Ier s’embarqua sur la Neva et sur le Ladoga ; tout à coup la tempête s’élève, une bourrasque, un orage épouvantable. A grand’peine ils arrivèrent au nez de Storojevski. Le tsar débarqua. Entouré des flots, la tête lui tourna de voir la mer bleue. « Allons, toi, mère humide, la terre, ne t’agite pas, ne prends pas exemple sur ce stupide lac. « Aussitôt il ordonna de knouter et de fouetter les vagues irritées. Le lieu, où il les fustigea de ses mains impériales s’appelait l’Ecueil sec, et depuis ce temps on l’appelle l’Ecueil du tsar. Depuis lors le Ladoga est devenu plus paisible ; il a ses jours de calme comme les autres lacs, et vous voyez, continue le narrateur : nous y naviguons, nous y prenons du poisson. » (V. Barsof, Petr Veikii v narodnykh predaniakh Siévernago kraïa (Pierre le Grand dans les traditions populaires du pays septentrional), Moscou, 1872.) Часы, бронза позолоченная и патинированная. Царь Петр I. На циферблате римские цифры. Состояние хорошее. Россия, середина XIX в. 2000/3000 €

 

Alliance Franco-Russe. 1- Foulard de l’alliance. 1896 Kronstadt 1891-Toulon 1893. Paris Louvre 1896. Par G. Laveissière et Chamont. Déville Rouen. 42 x 48. B.E. – 2- Médaille pour la revue des 9-10 octobre 1896 par le Tsar. Liste des bataillons de chasseurs à pied et alpins ayant participé. Diamètre : 39 mm . B.E. 3- Médaille avec l’aigle impériale russe et au revers les armoiries de la république française. Diamètre : 36,5 mm B.E. 4- Médaille à l’ancre entouré de l’Aigle impériale et RF. Souvenir de Cronstadt 1891- Toulon 1893. Diamètre : 25,5 mm B.E. 5- Médaille « France-Russie », Cronstadt-Toulon, 1891-1893. Représentation d’un navire de guerre. 30 x 36 mm. B.E. 6- Bouton à l’effigie de Nicolas II en uniforme. Diamèttre : 31 mm. B.E. 7- Médaille France-Russie, Cronstadt-Toulon . Juillet 1891- Octobre 1893. Représentation de matelots et de navires en rade, éclairés par la « Paix ». Diamètre : 30,5 mm. B.E. 8- Médaille de table Paris octobre 1896, profils de Nicolas II et de l’impératrice. Diamètre :35 mm. B.E. 9- Médaille France- Russie, Nicolas II empereur de Russie. Buste de l’empereur en uniforme. Diamètre : 32,5 mm Sans anneau 10- Deux Petits aigles impériales, avec drapeaux et sans, fabrication française des années 1890- 1900. B.E 11- Médaille souvenir de Paris-Toulon, octobre 1893 ; Revers : Cronstadt-Toulon avec portrait de l’empereur et du président de la République. Diamètre : 43 mm. B.E. 12- Médaille « Vive la Russie, Union et fraternité ». Souvenirs La flotte française à Cronstadt 23 .7.1891, la flotte russe à Toulon 13.10.1893. Avec ruban français et russe impérial combiné. Diamètre : 27,5 B.E. Лот 12 значкоб и медалей Франко-Российский альянс. 600/800 €

Affiche de l’Exposition russe hippique et ethnographique. 1895. Au Champ de Mars. Par Houbrac. Représentations de cosaques de l’escorte impériale. Konvoï. H. 120 x L. 82 cm. Entoilée. T.B.E. Représentations de cosaques de l’escorte impériale. Konvoï. – Афиша русской конно-этнографической выставки. 1895. Марсово Поле. Houbrac. Представления казаков Императорского конвоя. 120 х 82 см. Дублирование. 600/800 €

Quatre planches polychromes de Bilibine, Les contes des mille et une nuits. Fernand Nathan éditeurs. B.E. Lithographies en couleur, numérotées et signées dans la planche. Vers 1932-1938 – Le cheval enchanté – Sindab le marin – Le Chasseur – Alladin ou la lampe merveilleuse H. 34,2 x L. 90,5 cm. Entoilées. B.E. – Четыре полихромных билибинских листа, сказки «Тысяча и одна ночь». Изд. Фернан Натана. Дублирование. – Алладин – Синдбад Мореход – Очарованная лошадь – 34,2 х 90,5 см. Дублирование. 6000/8000 €

 

Rare samovar en argent 84 zolotniks (875 millièmes) repoussé et ciselé, le corps piriforme avec anses élevées, le couvercle pourvu de deux boutons, le fut balustre en partie ajouré à décor floral, la base polylobée reposant sur quatre pieds boules, garnitures en corne, intérieur vermeil. Très bon état, léger accident à la garniture du robinet. Saint-Pétersbourg, 1861. Orfèvre : I. SAZIKOV, avec aigle de Fournisseur de la Cour impériale. Maître-essayeur : A.N Mitine (actif 1842-1877). Porte également les poinçons d’importation du grand-duché de Finlande (d’après 1810, de titre « 813 H » et de la ville d’Helsinki). H. 44 x L. 33 cm. Poids brut : 3925 g (environ). Références : Ignati Pavlovitch Sazikov (1793-1868), fils du fondateur de la firme, Pavel Fedorovitch, reçoit en 1837 le privilège de fournisseur de la Cour impériale de Russie. Références : Ignati Pavlovitch Sazikov (1793-1868), fils du fondateur de la firme, Pavel Fedorovitch, reçoit en 1837 le privilège de fournisseur de la Cour impériale de Russie. Редкий самовар. Серебро, резное и чеканное. Проба 84. Грушеобраный корпус с высокими ручками. Крышка с двума хватками. Поддон украшен цветочным орнаментом, на четырех ножках в виде шариков. Отделка из кости. Внутренняя часть корпуса позолоченная. Состояние очень хорошее. Незначительное повреждение отделки крана. Санкт-Петербург, 1861 г. Ювелир: И. САЗИКОВ, клейма : изображение орла – поставщик Императорского двора. Пробирный мастер: А.Н. Митин (годы службы:1842-1877 гг). Имеются также клейма для импорта в Великое княжество Финляндское (после 1810 г. проба «813 H» и город Хельсинки). 44 x 33 см. Вес брутто: 3925 г (приблизительно). 6000/8000 €

 

Centre de table servant de coupe à fruits en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à double anse en forme de buste de femme, monté sur quatre colonnes corinthiennes reposant sur un socle ovale en onyx vert. Il est gravé d’une dédicace en russe « À notre cher directeur F.F. Proillar. En souvenir. La direction et les ouvriers des verreries du sud de la Russie ». Plaquettes avec les dates 18/VI 1902 et 13/VI 1911. Avec une doublure en cristal taillé. B.E. (usures et petit accident au socle). Moscou, 1908-1917. Orfèvre : Mikhaïl TARASOV. H. 22,5 x L. 32 cm. Poids brut : 3790 g (environ). Украшение центральной части стола. Чаша для фруктов. Серебро. Проба 84. Две ручки в форме женского бюста. На четырех коринфских колоннах, на подставке из оникса. На пластинке выгравировано посвящение «Нашему дорогому директору Ф. Ф. Пройларь. На память. шефы и рабочие зеркальных заводов юга России ‘’. Даты 18 / VI 1902 и 13 / VI 1911. Хрустальная обкладка. Состояние хорошее. (потертости и незначительные повреждения у основания). Москва, 1908-1917 гг. Ювелир: Михаил ТАРАСОВ. 1800/2500 €.

 

Belle paire de cuillères à caviar en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), à décor niellé représentant notamment la cathédrale de l’Annonciation au Kremlin de Moscou, manches torsadés. Dans leur écrin de présentation de la Maison Proudnikov. B.E. (taches). Moscou, 1908-1917. Orfèvre : MC possiblement pour Maria Semenova. L. 18,5 cm. Poids brut total : 170,6 g. Две ложки. Серебро. Черная эмаль 1000/1500 €

 

Étui à cigarettes en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à décor repoussé d’une jeune amazone avec son cheval. Fermoir avec pierre verte. B.E. Inscription gravée : « Cher Robik, de papa et maman, 3/VII/ 51 ». Moscou, 1908-1917. Orfèvre : M.oHb, non identifié. H. 11x L. 8,5 cm. Poids brut : 222,6 g. Портсигар. Серебро. Амазонка и лошадь. Застежка с камнем Клеймо «84» Московский кокошник 1908 г. Ювелир: М. онб, неизвестен. Выгравированная надпись: «Дорогому Робику, от папы и мамы, 3 / VII / 51». 11x 8,5 см 400/600 €

 

Boucle de ceinture caucasienne en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor émaillé polychrome cloisonné de rinceaux feuillagés, se fermant par un kindjal miniature également émaillé. B.E. (légères usures). Saint-Pétersbourg, 1908-1917. Orfèvre : A.K. Dalman. L. 7,5 cm. Poids brut : 54,2 g. Эмалированная кавказская бляха. Серебро. Два полихромных эмалированных элемента, закрытых эмалевым кинжалом. Клеймо, 84, Петербургский кокошник 1908 г. Ювелир А.К. Далман. 7,5 см, 300/500 €.

 

Pot couvert probablement à col en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), à décor émaillé polychrome cloisonné de tulipes stylisées à la manière des émaux de Solvychegodsk ou Usolsk du XVIIe siècle sur un fond crème dans des réserves se dégageant d’un fond vert olive, le corps en forme de bulbe reposant sur un piédouche bordé de perles émaillées rouge. B.E. Moscou, 1899-1908. Orfèvre : Feodor RÜCKERT. H. 7,5 cm. Poids brut : 81,6 g. Сосуд с крышкой, вероятно, для клея. Проба 84. Полихромная эмаль. Москва, 1899-1908 гг. 400/600 €.

 

Épingle en or russe 56 zolotniks (583 millièmes) retenant deux œufs miniatures pendentifs montés en or (750 millièmes, probablement non russes), l’un en pierre dure bleue, l’autre émaillée rouge guilloché. Bon état. Saint-Pétersbourg, 1908- 1917. Orfèvre : illisible. L. 3 cm. Poids brut total : 11,4 g. Булавка русская, золото. Проба 56. Два миниатюрных яйца-подвески, проба 750. Вероятно, не русские. Состояние хорошее. Санкт-Петербург, 1908- 1917 гг.` 200/300 €.

 

Cafetière en porcelaine du service du Cottage de Péterhof. À décor central sur chaque côté du blason du palais à fond bleu figurant une épée traversant une couronne de roses, entouré de l’inscription en russe sur fond or : “Pour la Foi, le Tsar et la Patrie”. Deux éclats à la base, un au bec verseur avec un fêle et anciennes restaurations (en l’état). Manufacture impériale de Porcelaine, Saint-Pétersbourg, époque Alexandre III, datée 1885. H. 21,2 cm. 600/800 € Provenance : Service commandé entre 1827 et 1829 par l’empereur Nicolas Ier (1825- 1855) pour le Palais Alexandria dit “Cottage”, demeure néogothique construite dans le parc Alexandria de Péterhof par l’architecte A. A. Menelaus et offerte par le tsar à son épouse l’impératrice Alexandra Féodorovna. Ce service, utilisé pour le dîner, le dessert et le thé/café, était composé à l’origine de 530 pièces, il fut doublé en 1835 puis réassorti jusqu’au règne de Nicolas II, et était accompagné d’un service en cristal orné du même blason dont nous présentons ci-après un verre. Ce motif intitulé “Fleur Blanche”, conçu par le poète Joukovski, fut inspiré d’un des personnages du roman de “L’Anneau magique” par le chevalier de La Motte-Fouqué, et c’est ainsi que l’on surnommait l’impératrice Alexandra Féodorovna, née princesse Charlotte de Prusse, qui utilisa ce blason pour sa résidence privée du Cottage. Кофейник, фарфор. Из сервиза « Коттеджа » в Петергофе. Каждая сторона украшена дворцовым гербом. 500/700 €.

 

Rare assiette en porcelaine, réassort du service “aux camées” de l’impératrice Catherine II. Manufacture impériale de Porcelaine, SaintPétersbourg, époque Nicolas Ier (1825-1855). Marque en bleu sous couverte au chiffre du tsar Nicolas Ier. B.E. (légères restaurations au fond bleu). D. 27 cm. Provenance : – Au mois de Juillet 1776, une commande particulière de l’impératrice Catherine II de Russie parvient à la manufacture royale de Sèvres par l’intermédiaire de son ambassadeur le prince Bariatinsky. Il s’agit d’un service de table pour 60 convives, qui sera le « plus important et le plus onéreux » que la Manufacture ait jamais réalisé. Из сервиза «Камея», императрицы Екатерины II. Осуществлялось пополнение. Императорский фарфоровый завод. Санкт-Петербург, при Николае I (1825-1855). Клеймо синего цвета, вензель Николая I. 4000/6000 €

 

Ensemble de 4 tasses de forme évasée et leurs soucoupes en porcelaine, à décor noir et or sur fond violet ou vert représentant la flèche de l’île Vassilievski à Saint-Pétersbourg et d’un trophée à la Marine avec ancres dans des cartouches de style néoclassique. Bon état. Manufacture Lomonosov, Léningrad, époque soviétique (marquées). H. 9,5 x D. 16 cm. Чашка в форме факела и блюдце. Фарфор с черным и золотым орнаментом на фиолетовом фоне. Памятник гавани и трофей с якорями, для морского флота. 600/800 €.

 

TOURGUENEFF Pierre Nicolaiévich (1854-1912). Cheval au pas. Bronze, signé sur la terrasse “P. Tourgueneff” (manque le rêne fixe sur sa gauche). Fonte du début du XXe siècle. H. 31 x L. 34 cm. П. H Тургенев. Лошадь на прогулке. Бронза. Подпись ‘’’П. Тургенев’’ на основании. Начало XX в. Состояние хорошее. 1800/2000 €.

 

Tirelire en cuivre martelé, de forme circulaire, la prise formée par la figure de Baba Yaga, ouverture à charnière, avec fermoir. B.E. Manufacture Stroganov, vers 1900. Marque au dos. H. 11,7 x L. 11 cm. L’école de Stroganov fut fondée à Moscou par le comte Sergei Grigoryevich Stroganov en 1825 et devint officiellement l’Institut Impérial Stroganov pour les Arts Industriels en 1901 lorsqu’elle fut placée sous le patronat de la sœur de l’impératrice, la grande-duchesse Elisabeth (1864-1918). L’atelier de cuivre de l’Institut ouvrit ses portes en 1902, les étudiants suivaient alors un cursus de 8 ans et étaient encouragés à créer leur propre style en plus de copier les œuvres de renom. Ce plat apparaît comme une composition originale. Pour le Tricentenaire des Romanov en 1913, les étudiants de l’école Stroganov ont réalisé plusieurs objets pour les membres de la Famille impériale, notamment le plat monumental représentant des scènes de l’élection de Michael Romanov au rang de tsar, qui fut présenté à l’empereur Nicolas II. Копилка. Медную, чеканная. Форма круглая. Ручка в виде силуэта Бабы Яги. Шарнирное отверстие с застежкой. Завод: СТРОГАНОВ, около 1900 г. 800/1200 €.

 

Grande aiguière en cuivre, à décor repoussé et martelé de style Art Nouveau, l’anse, le bec verseur et la base dorés. Gravé sur la base circulaire en russe et en latin de la devise : “Au cher Prince de la part de Kostia, Otto, ?, in vino veritas, 1914, II, 25”). Bec verseur à ressouder. Russie, circa 1914. H. 36 cm. Большой кувшин. Медь. Стиль ар-нуво. Ручка и носик позолоченные. Выгравированы на круговой основе на русском и латинском девизе: «Дорогому Князю оть Кости, Отто, Гаврюши, Истина в вине, 1914, II, 25». Носик кувшина нуждается в пайке. 800/1000 €

 

Paire de bottes de jeune fille en cuir brun et polychrome, intérieur en tissu rouge. B.E. Russie, début du Xxe siècle. H. 34 x L. 22 cm (taille environ 33). Пара сапог. Кожа. Коричневый фон и полихромная отделка. Внутренняя отделка из красной ткани. Состояние хорошее. Россия, начало XX в 200/300 €.

 

Plaque de l’ordre de Saint André le Premier grade. Russie, début du XIXe siècle. Modèle typique des fabrications de la première partie du règne d’Alexandre I. Aigle noire brodée avec croix de Saint André sur la poitrine. Inscription pour la Foi et la Fidélité brodée, rayons argent garnis de canetilles. D. 11 cm. E.M. Premier ordre russe créé par Pierre le Grand en 1698. Il ne fut jamais largement attribué, moins de 900 récipiendaires à la fin de la monarchie. D’abord brodées, les plaques en argent et émail commencent à apparaître vers 1812 et ne se généraliseront qu’au milieu du XIXe s. Шитая звезда ордена св. Андрея Первозванного. Начало XIX в. Металические звезды появились только в 1812 г. Типичный образец начала царст. Александра I. 11 см 2500/3000 €.

 

Croix de Saint-Stanislas de 3e classe avec glaives. Or 56 zolotniks (583 millièmes) et émaux. Orfèvre : Vera Dietvald pour Edouard. 1908-1917. Ruban d’origine, avec une boîte ancienne. D. 4 cm. Poids brut : 16,1 g. Крест святого Станислава, «3-й степ. с мечами. Золото. Клеймо: Вера Дитевальд. Эдуард. «56» кокошник 1908 г. Кокошник на рукояти мечей. Собственная лента с коробкой, старого образца. 800/1000 €.

 

Lot de 3 décorations : – Jeton du 4e Tirailleurs de la Famille Impériale. Attribué à A. Tchernichev, 25/VIII/ 1915. 1ere promo. Bronze avec sa chainette. 24,8 mm. B.E. – Médaille pour le zèle. Nicolas II. Argent. 30 mm. – Médaille pour la guerre Russo-Turque. 1877-1878. Bronze foncé. 26,5 mm. On y joint un œuf pendentif à décor émaillé (H. 2 cm) et un bouton de col niellé (D. 3 cm). Жетон л.г. 4-го Стрелкового полка (Императорской семьи). Вручена А.Чернышову, 25/VIII/ 1915. Бронза. 24,8 мм Медаль за усердие. Николай II. Серебро. 30 мм Медаль за Турецкую войну, 1877-1878. Темная бронза. 26,5 мм Небольшое пасхальное яйцо. Бронза. Эмаль. 10 x 19 мм Пуговица, выполненная в кавказском стиле. Диаметр: 30 мм 150/200 €.

 

Uniforme de petite tenue de chambellan, règne de Nicolas II. Bon état et complet, doublure soie. On y a rajouté des pattes d’épaule de fonctionnaire. A la poitrine médaille argent « pour le zèle » et aigle de cuivre fabriquée en France lors de l’Alliance franco russe. Avec une épée de fonctionnaire modèle 1855, de belle qualité, avec fourreau et dragonne en cannetille. Вицмундир придворных чинов 1855-1917 гг. Шпага гражданских чиновников, обр. 1855 г. С темляком 4500/6000 €

 

Giberne d’officier de la cavalerie de la Garde. Mod. 1889. Une pointe de rayon de l’étoile cassée. H:8,5 x L: 16,5 x P: 3,5 cm Лядунка офицерская, Гвардейская кавалерия. Обр. 1889 г. Утрачен кончик одного луча. 1000/1200 €.

 

Sabre caucasien, Daghestan. Début XXe s. Eléments métalliques à gravure profonde, travail de Lak. Garde à croisée entièrement en argent avec tête d’aigle. Lame réglementaire russe mod. 1909 avec monogramme d’Alexandre III (Empereur sous le règne duquel l’officier a été breveté) et sur l’autre face l’aigle impériale. Fourreau bois et cuir, trois garnitures argent niellé, sur une, face intérieur, inscription « Caucase ». Usure au cuir. L. 96 cm. Сабля кавказская. Дагестан. Начало XX в. Крестовина рукояти полностью серебряная с головой орла. Лакская работа. Русский армейский клинок, обр. 1909 г. С вензелем Александра III и Императорским орлом. Ножны из дерева и кожи. Три прибора, черненое серебро. Надпись «Кавказ». Дл. 96 см- 1800/2000 €.

 

Boîte pour sceau impérial en cuivre estampé, frappé de l’aigle impériale de Russie. B.E. Russie, époque Catherine II (1762-1796). D. 17,5 cm. Коробка для хранения печатей. Штампованная медь, с изображением Императорского орла. Царствование Екатерины II. Диаметр 17,5 см, толщина 2,2 см. Хорошее состояние. 400/600 €.

 

BRUCKOY, école russe du début du XXe siècle. Portrait en pied d’un chevalier-garde. Sculpture en régule, sur un socle circulaire inscrit Russie et signé sur la terrasse en lettres latines. Sur un socle rond en bois noirci. Usures, traces de dorure. H. 54 cm (hors socle). Статуэтка. Кавалергард в полный рост. Баббит. На круглом цоколе, надпись «Россия». Основа, деревянная, круглая. 700/1000 €

 

SAINT-PETERSBOURG. Plan-Guide dressé par le Conseil municipal de St. Pétersbourg en 1897, SaintPétersburg, imprimerie P. Jablonsky, 1897, 128 p., in-8, reliure en percaline bleue ornée en couverture du blason de la ville, texte en français. САНКТ-ПЕТЕРБУРГ. ПЛАН-ГИД, 1897 г. 180/250 €.

 

DRONNIKOV Nikolaï (né en 1930). Portrait de Serge Lifar. Encre sur papier, monogrammée en bas à droite et daté 9. VII. (19)81. Encadré. H. 32 x L. 24,5 cm. ДРОННИКОВ Николай (род. в 1930 г) Портрет Сергея Лифаря. Бумага.Чернила. Инициалы внизу справа и дата 9. VII. (19) 81. В раме. 200/300 €

BOGDANOFF-BELSKY Nikolaj (1868 – 1945) Paysan à la croix de l’ordre de Saint Georges. Huile sur toile d’origine 48 x 58 cm Signe en bas à gauche en cyrillique Bogdanoff – Belski. Sera inclus ds le catalogue raisonné d’Alexandre Kuznetscov БОГДАНОВ-БЕЛЬСКИЙ Николай (1868-1945) Крестьянин с крестом ордена Святого Георгия. Масло, холст. Подпись внизу слева на кириллице. 5000/7000 €.

 

ZANKOVSKY Ilya Nicolaiévitch (1832-1919). Vallée dans le Caucase au clair de lune. Huile sur toile, signée en bas à gauche et datée 1919. Restaurations et léger accident. H. 105 x L. 60 cm. Provenance : collection Antonina Klichova (1909- 2002), amie de l’artiste, puis par descendance. Biographie : Zankovsky a suivi des cours à l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg (1862-1863). Il vécut dans le Caucase, à Tiflis, où il a principalement peint des paysages, travaillé la technique de l’aquarelle. Ses peintures ont été exposées à la Société caucasienne pour la promotion des beaux-arts, à la Société d’assistance mutuelle des artistes du Caucase, ainsi qu’a la Société des aquarellistes russes. Ses œuvres sont représentées dans un certain nombre de collections régionales de musées en Russie (musée régional des beaux-arts d’Omsk, musée d’art d’Odessa, musée régional du Daghestan), au Musée national russe ainsi que dans des collections privées et à l’étranger. ЗАНКОВСКИЙ Илья Николаевич (1832-1919). Долина в лунном свете на Кавказе. Холст, масло. Подпись слева внизу. Датировано 1919 годом. Провенанс: Коллекция Антонины Клишовой (1909-2002). 15000/20000 €.

 

KOROVINE Aleksei (1897 -1950) Paysage au manège Huile sur isorel 74,5 x 106 cm Non signé КОРОВИН Алексей (1897-1950). Пейзаж с каруселями. Масло, изорель. Без подписи. 5000/7000 €

 

 

ERTÉ, Romain de Tirtoff dit (1892-1990), d’après. La demoiselle à la balancelle. Miroir rond orné d’une superbe monture en bronze argenté de style Art Nouveau. Signé au dos dans un triangle ERTÉ PARIS 1907. Modèle tiré à 10 exemplaires. H. 45 cm. La Demoiselle à la balancelle est une des premières sculptures, si ce n’est la première, de Roman Petrov de Tyrtov (Erté). Réalisée à l’âge de 15 ans lors d’un premier voyage à Paris en 1907, cette œuvre est d’une facture moins précise que les autres de ses sculptures, mais contemporaine de l’Art Nouveau. Erté l’a tellement considérée comme mineure qu’elle ne parait pas dans sa biographie officielle. ЭРТЕ, Роман Тыртов (1892-1990). Девушка на качелях. Круглое зеркало украшено превосходной серебряной бронзовой рамкой в стиле ар-нуво. Подписано на оборотной стороне ERTÉ PARIS 1907. 1500/2000 €.

 

Constantin TERECHKOVITCH (Moscou 1902 – Monaco 1878) Femme à la voilette Huile sur toile d’origine 62 x 51 cm Signé et daté sur le côté à droite C. Terechkovitch 37 ТЕРЕШКОВ.ИЧ Константин Андреевич (1902-1978). Женщина в фиолетовом. Холст, масло. Подписано C. Terechkovitch и датировано 1937 годом с правой стороны. 2500/3500 €.

 

KALMAKOFF Nicolas (1873 – 1955) Princesse au cerf.  Huile sur carton 38 x 72,5 cm Signé du cryptograme et daté 1925 en bas à gauche КАЛМАКОВ Николай (1873-1955). Принцесса с оленем. Масло, картон. Подпись в виде криптограммы внизу слева. Датировано 1925 годом. 10000/15000 €.

 

LARIONOV Mikhaïl (1881-1964), attribué à. Composition rayonniste. Aquarelle sur papier, monogrammée en bas à droite. H. 24 x L. 39 cm. ЛАРИОНОВ Михаил (1881-1964). Конструктивистская композиция. Акварель, бумага. Присутствует монограмма художника внизу справа. 700/1000 €.

 

RUSAKOV Svetozar Kuzmich (1923-2006). Le loup et le vieux pécheur. Celluloïd. Séquence de film animé, 16e série. Numéroté 67 et 41A. Encadré. H. 25 x L. 32,5 cm. Provenance : conservé par la fille de l’artiste РУСАКОВ Светозар Кузьмич (1923- 2006). Волк и старый рыбак. Целлулоид. Анимированная раскадровка, 16 серия. 67 и 41A номер. 600/800 €.

En vente une série de 28 gouache à vendre également de cet artiste, qui travailla dans le studio d’animation «Soyuzmultfilm» dans le département d’animation dessinée à la main et il etait le chef de production de la plupart des films de V.M. Kotenochkin. 

 

DRONNIKOV Nikolaï (né en 1930). Début de l’hiver. Huile sur toile, monogrammée en bas à droite et datée 1997. Encadrée. H.72 x L.99 cm. ДРОННИКОВ Николай (род. в 1930 г.). Начало зимы. Холст, масло. Имеется монограмма автора внизу справа, Датировано 1997 годом. 600/800 €.

 

Expositions Publiques:  Vendredi 7 décembre de 11h à 18h

Experts:  Maxime CHARRON 124 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris expert@maxime-charron.com 06 50 00 65 51

Gérard GOROKHOFF Tél: 06 75 10 64 94

Hotel Drouot: salle 15 vente à 11h et 14h

9 rue Drouot, 75009 Paris

Métro: Richelieu Drouot (lignes 8 & 9)

Bataille de Borodino ou bataille de la Moskova.

Nous ne pouvons pas inviter l’Autriche-Hongrie, mais nous pouvons inviter l’Autriche“, ainsi que les dirigeants d’autres pays qui n’existaient pas il y a 200 ans, a pour sa part indiqué le chef de l’administration présidentielle russe Sergueï Ivanov, qui présidait la réunion. Il a appelé le ministère à étudier cette question. Plusieurs ambassadeurs seront invités mais pas les chefs d’états.

Reconstitution de la bataille de Borodino

Plusieurs pays européens participeront aux célébrations. Selon le vice-premier ministre russe Alexandre Joukov, un descendant de Napoléon se rendra en Russie pour les festivités. Une traversée équestre de trois mois reliant la Russie à la France est organisée en juin 2012.

Une fête se déroulera sur le champ de Borodino, théâtre de la fameuse bataille franco-russe de 1812 que les Français appellent la bataille de la Moskova, avec la participation de clubs de l’histoire militaire de France, de Pologne, de Belgique et d’Ecosse. Fêtes lancées en juin, qui se prolongeront jusqu’à la fin de l’année, soit une durée équivalente à celle des combats qui ont fait rage en Russie en 1812.

Carte de la bataille de Borodino le 7 septembre 1812.
En bleu l'armée française et en rouge l'armée russe.

Les informations présentées par le projet présentent de manière détaillée les prémisses et les conséquencesde la guerre, la répartition des forces avant le début des combats et les pertes militaires des pays, les équipements et les armes du début du XIXe siècle et le bilan desbatailles. Les principaux événements de la campagne, la disposition des forces ennemies, les déplacements des armées et les lieux des batailles seront présentés sur une carte interactive.

 Les cuirassiers saxons de Latour-Maubourg attaquent les cuirassiers russes.
La redoute Raevsky se trouve à droite, dans la fumée.
À l'arrière-plan, on distingue l'église de Borodino

Le 26 août 1812, les deux armées immenses – russe, dirigée par Koutouzov et la Grande Armée de l’Empereur français Napoléon se sont rencontrées face à face. Les français fonçaient vers Moscou, l’ancienne capitale russe pour frapper la Russie eau cœur. Koutouzov a décidé de donner l’ assaut général dans le champ de Borodino, ayant  appliqué au préalable la politique de la terre brûlée sur près de 2 000 km entre la frontière russe et Moscou

Le général Koutouzov sur le champ de bataille de Borodino.

Dans le village de Gorki, où était situé son poste de commandement, s’élève le monument à Koutouzov, raconte Ludmilla Tourachova,  employée du musée militaire et historique de Borodino:
” Cet obélisque tétraédrique en granit rouge est couronné par l’aigle de bronze qui plane – le symbole de la victoire. Sur l’obélisque, on voit une  épée dorée – l’avertissement  aux ennemis sur le châtiment. Sur le bas-relief de bronze, est  représenté Koutouzov avec ses compagnons d’armes le jour de la bataille. Sur le piédestal, on peut lire ces paroles : l’Ennemi est rejeté ».

Monument à la gloire du général Koutouzov.

Tout le champ de Borodino est couvert de monuments. Ils s’y trouvent par groupes, ou séparément, au milieu

des vastes prairies. Ce sont des tours, des obélisques, des colonnes,  des pierres de forme irrégulière.

Principal monument (27 mètres de hauteur) à la gloire de cette victoire .

Sur eux, on voit des aigles en  bronze, des bas-reliefs, des couronnes de laurier et des croix de Saint-Georges.

Un des monuments.

Au centre du champ de Borodino, il y a un musée militaire. Le bâtiment moderne a été construit en 1912.

Musée historique de Borodino .

Devant le musée, on voit  les canons de l’armée napoléonienne. Au seuil du 200ème  anniversaire de la bataille de Borodino et le jour de la bataille, le 7 septembre, à Borodino se passeront diverses manifestations. Une fête se déroulera sur le champ de Borodino, théâtre de la fameuse bataille franco-russe de 1812 que les Français appellent la bataille de la Moskova, avec la participation des clubs de l’histoire militaire de France, de Pologne, de Belgique et d’Ecosse.

Un musée de la Guerre de 1812 sera inauguré dans la capitale russe à l’automne prochain, cent ans après l’adoption de la décision portant sur sa création. Il sera rattaché au Musée historique d’Etat“, a déclaré M.Boussyguine intervenant lors d’un congrès des descendants de participants à la Guerre de 1812.

La décision de créer ce musée a été prise en 1912. Une importante collection a été rassemblée grâce aux familles des participants des campagnes de 1812-1814. La Première Guerre mondiale, la révolution bolchévique de 1917 et l’instauration du pouvoir soviétique ont empêché la réalisation de cette initiative.

M. I. Koutouzov sur le champ de bataille de Borodino(toile de Guerasimov) 

Moscou possède un musée-panorama “Bataille de Borodino”, hébergeant une installation panoramique consacrée à l’une des plus grandes batailles de la Guerre de 1812.

Musée du panorama de Borodino à Moscou.(38, Kutuzovsky prospect)

C’est à moins de 150 km de Moscou que se déroula à Borodino, le 7 septembre 1812, l’une des batailles les plus importantes de la campagne de Russie.

Elle opposa les armées françaises de Napoléon (130 000 hommes, 28 000 cavaliers, 587 canons) aux armées russes dirigées par Koutouzov (135 000 hommes, 25 000 cavaliers, 624 pièces d’artillerie).

Korneev et ses cuirassiers contre les troupes françaises.  

Les combats durèrent plus de quinze heures sous un feu ininterrompu, semblable au roulement du tonnerre selon les dires des témoins.

Napoléon a dit:”Des cinquante batailles que j’ai données, la plus affreuse est celle livrée par moi devant Moscou. Les Français s’étaient montrés dignes d’être vainqueurs, les Russes avaient conquis le droit d’être considérés comme invincibles“.

La bataille de Borodino fut terrible en pertes humaines : 20 000 blessés et 10 000 tués chez les Français dont les généraux Montbrun, Caulaincourt, Compère, Plauzonne, Lanabère, Romeuf, Marion et Tharreau ; 35 000 blessés et 15 000 tués chez les russes dont les généraux Bagration, Kutaizov et Toutchkov.

Reconstitution d'une charge .

Le projet spécial “1812. Guerre et Paix. Nouvelle vision” faite suite à la série de programmes éducatifs, informationnels et historiques réalisés par RIA Novosti, comme les projets Titanic, Gogol. 200 ans, Bataille de Poltava, Tchekhov-2010, Gagarine, qui présentent sous une forme accessible et populaire des faits historiques célèbres, en les combinant avec des éléments interactifs divers et variés – jeux, quiz, mots-croisés, concours et contenu multimédia.

Pour le 200ème anniversaire sont attendus pas moins de 300 000 spectateurs venant des quatre coins du monde.
Participeront à la reconstitution près de 3000 fantassins, 250 cavaliers et un grand nombre d’artilleurs et leurs canons.

Les reconstitutions se passeront les 1er et 2 septembre 2012, sur la grande plaine de Borodino à quelque 100km à l’ouest de Moscou. La grande reconstitution ayant lieu le 2 septembre .

Des invités de France, d’Autriche, de Pologne et d’autres pays européens, les représentants des milieux scientifiques, culturels et religieux russes, ainsi que des descendants des participants à la bataille de Borodino de 1812 et les anciens combattants de la Grande guerre patriotique de 1941-1945 participeront aux festivités.

Le président russe Vladimir Poutine assista dimanche 2 septembre à une cérémonie commémorative.

Toute la population s’est élevée contre les envahisseurs. Son héroïsme sans précédent, sa force spirituelle et son attachement profond à sa terre ont donné à notre pays une immense force qui n’avait jamais été observée auparavant“, a déclaré M. Poutine au pied d’un monument érigé sur l’ancien champ de bataille.

Le président russe a ensuite salué les personnalités et notamment Valéry Giscard d’Estaing qu’il a remercié “infiniment” d’être venu à Borodino assister à cette reconstitution à laquelle l’Etat russe a consacré 36 millions de roubles (près de 900.000 euros).

“La France et la Russie ont été du même côté pendant les deux guerres mondiales”, a dit l’ancien président français à M. Poutine, selon les images de la chaîne de télévision publique Rossia 24.

“On a passé plus de temps ensemble qu’à se faire la guerre”, lui a répondu M. Poutine, soulignant que “la France avait presque toujours été un partenaire stratégique de la Russie”.

Sur le champ de bataille entouré d’une forêt, des cavaliers de la garde impériale russe ont affronté des soldats à cheval de la Grande Armée de Napoléon équipés de fusils à silex (l’arme des guerres napoléoniennes).

Fusil à silex Pressol et Martin.

Parmi les 3.000 acteurs, des centaines d’hommes en costume d’époque de part et d’autre, armés de sabres et d’épées, ont avancé en rangs serrés et se sont livrés à des combats sous les yeux et les acclamations de nombreux spectateurs – jusqu’à 300.000 selon les organisateurs – hommes, femmes et enfants qui ont bravé le froid automnal (10 degrés Celsius) et la pluie fine.

Pour vous rendre à ces manisfestations Artcorusse vous propose

de cliquez dans la bannière ci-dessous:

Les adhérents d'Artcorusse ont un avantage non négligeable 
renseignements à notre secrétariat.


Le 12 août à Moscou, les cosaques en cosatumes d'apparat, ont entamé leur route qui
les mènera en Biélorussie, en Pologne, en Lituanie, en Allemagne, puis en France.
Crédits photo : SERGEI KARPUKHIN/REUTERS

Autre fait marquant des célébrations du bicentenaire, une vingtaine de cosaques russes sont

partis début août de Moscou à cheval en direction de Paris, randonnée  organisée par Pavel Mochtchakov, sous la direction de l’Ataman  Alexandre Koliakine.

L'Ataman Alexandre Koliakine

Pour un voyage de plus de 2.500 kilomètres sur les traces de leurs ancêtres qui avaient

poursuivi Napoléon en 1812 après sa campagne en Russie.

Six pays vont être traversés, la Russie, le Bélarus, la Pologne, la Lituanie, l’Allemagne et la France

Video Ria Novosti: (CLIQUEZ)

Ils ne pourront rentrer dans la capitale, le Quai d’Orsay ayant décidé de les recevoir

sollennellement à Fonteinebleau, où Napoléon Ier avait abdiqué en 1814.

Une fois sur place, ils espèrent, mais sans les chevaux cette fois,

aller jusqu’à Paris et se “laver les pieds dans la Seine”,

ironise le chef Alexandre Koliakine.

l'Ataman Alexandre Koliabine

Les cosaques russes, qui participent à une traversée équestre Moscou-Paris à l’occasion du bicentenaire de la victoire russe dans la Guerre patriotique de 1812, ont quitté jeudi 6 septembre Varsovie, soit 26 jours après leur départ de Moscou et ont déja parcourue 1 250 km.

23
Jan

Correspondance, Marina Tsvetaeva & Boris Pasternak, Syrtes Poche

   Publié par: artcorusse   dans Livres

En librairie depuis le 17 janvier 2019
Réédition en
“Collection de Poche”

Marina Tsvetaeva et Boris Pasternak

d   Correspondance 1922-1936   w

 

Réédition collection de poche, (1ère édition en 2005)
Traduit du russe, présenté et annoté par Eveline Amoursky et Luba Jurgenson

La rencontre annoncée dans cette correspondance entre deux génies de la poésie russe du XXe siècle est un événement littéraire exceptionnel. Boris Pasternak et Marina Tsvetaeva s’étaient en effet rencontrés à Moscou en 1918. Ce n’est qu’en 1922 qu’ils se sont véritablement découverts à travers leurs écrits respectifs. Pendant quatorze années, ils ont entretenu une correspondance d’une intensité rare où se tissent, étroitement mêlées, passion sentimentale et poésie, sur fond d’époque historique et d’histoire littéraire. Dessinant une courbe en arc de cercle, la relation se noue, suit un mouvement ascendant jusqu’à atteindre un pic paroxystique, décroît, se dénoue et finit par se défaire définitivement.

 Plus des trois quarts de ces lettres échangées entre ces deux êtres radicalement différents sont inédits.

Il faut lire les lettres de Tsvetaeva et de Pasternak comme leur poésie, comme une œuvre à part entière. Véritable laboratoire d’écriture, mais également laboratoire de la vie, car c’est au gré de ces lettres que se façonnent les événements majeurs de leur biographie. Les mots échangés, sont dérobés à la vie, au quotidien, à la famille.

3

Marina Tsvetaeva (1892-1941), grande poète russe, qui a passé la majeure de sa vie en exil, après la révolution de 1917. Elle a entretenue des relations épistolaires fortes avec des personnages célèbres, mais également avec des inconnus.

Signature de Marina Tsvetaeva

En 1939, peu avant la guerre, elle est retournée en URSS et a mis fin à ses jours à Yelabouga, le 31 août 1941.

3

Boris Pasternak (1890-1960), couronné par le Prix Nobel de littérature en 1958, il est l’auteur de nombreux recueils de poésie dont “Ma sœur la vie” ou “La seconde naissance“.

 

Signature de Boris Pasternak

C’est en Italie, en 1957, que fut publié son premier roman “Le Docteur Jivago“, interdit en Union Soviétique jusqu’en 1988, mais qui connaît un succès planétaire.

3

Éditions des Syrtes, Colllection Syrtes Poche

976 pages,  Format: 110 x 175 mm

Prix : 16€

ISBN 9782940628094

 

23
Jan

Valerya au Casino de Paris

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Première fois à Paris, concert unique de

“Valeriya”

26 février 2019 à 20h

 

Casino de Paris, Paris

 

Valériya est une chanteuse avec une voix très forte et belle! Elle est lauréate de 13 prix « Grammophone d’or », quatre prix « Muz-TV » (« Meilleure interprète 2004 », « Meilleure interprète 2010 », « Meilleure vidéo 2014 », « Meilleure interprète de la décennie 2015 ») et de deux récompenses MTV Russia Music Awards. Elle a obtenu 13 fois le prix de la « Chanson de l’année ».
Le secret du succès des concerts de Valeria ? En plus de magnifiques chansons (son répertoire est constamment enrichi de nouveaux hits) et d’une tessiture de deux octaves et demi, elle offre à ses spectateurs un show inoubliable.

Son programme est  “Le chemin du soleil” – tous les meilleurs vieux et nouveaux succès!  Spectacle crée par Andreï Sytchev, en décembre 2017.

b y b

Casino de Paris 
16 rue de clichy, 75009 Paris

Métro: Trinité

Tarifs: de 55 à 115€

Billets en ligne: vladimir-events.com
tel. pour les réservations: 06 16 12 63 55

22
Jan

“Ce fameux baron de Münhausen” éd. Triartis

   Publié par: artcorusse   dans Livres

Nouvelle parution.

 

«Mais mon cher, qui pouvait savoir que tout cela allait tourner comme ça? Nous étions parfaitement de bonne foi dans nos errements. C’est le temps qui nous a ouvert les yeux!»

3

Grigori Izraïlevitch Gorine de son vrai nom Grigori Ofstein, né le 12 mars 1940 à Moscou et mort le 15 juin 2000 dans la même ville, écrivain, dramaturge et scénariste russe.

Dès 1960, il écrit sous des feuilletons, des histoires humoristiques et des sketches. Puis il dirige le département d’humour du magazine «Youth», rubrique populaire pour le compte de Galka Galkina. Il a publié des histoires humoristiques dans la section humour «Club des 12 chaises» de la Gazette littéraire.
En 1963,   il est diplômé du 1er Institut médical de Moscou, Il a ensuite travaillé pendant plusieurs années en tant que médecin ambulancier. ll prend comme nom d’écrivain Gorine, deformation de Gorinsky, nom de jeune fille de sa mère qui était médecin.

En 1964 et 1965 – il obtient le prix “Veau d’or”. En 1965, le Théâtre de la Satire de Moscou a organisé la première pièce commune de Gorin et Arkanov intitulée «Mariage dans toute l’Europe».

En 1989, l’adaptation de sa pièce “Pominalnaïa molitva” au théâtre du Lenkom est un événement marquant de l’époque de la perestroïka.

g

Véronique Schiltz

Traduite pour la première fois en français, par Véronique SchiltzCe fameux baron de Münchhausen” est une pièce alerte et d’une extrême drôlerie, devenue en Russie un grand classique. Grigori Gorine, met en scène un baron de Münchhausen à la personnalité résolument russe, entre Gogol et Tchekhov, entre réalisme et utopie. Tout en assumant sereinement ses aventures hors du commun, il ferraille contre conformisme et mensonge, opposant à ceux qui courbent l’échine devant les puissants et virent de bord au gré des circonstances un amour sans concession de la vérité vraie.

 

3

Éditions Triartis

Espace TriArtis, 19, rue Pascal, 75005 Paris

Tél. : 09.51.74.96.29

ISBN : 978-2-490198-00-9

 Prix: 10€

 

 

 

21
Jan

“Le maître d’armes” A. Dumas, Edit Syrtes-Poche

   Publié par: artcorusse   dans Livres

Collection Syrtes Poche

En librairie à partir du 17 janvier

Réédition du titre en collection de poche

Publié pour la première fois en 1840 et aux Éditions des Syrtes en 2002.

Alexandre Dumas n’a pas laissé la Russie hors de sa géographie romanesque, ni de ses itinéraires personnels. Bien avant son voyage de 1858, il écouta avec attention le récit de son maître d’armes, Augustin Grisier (1791-1865), revenu d’un séjour de dix ans au pays des tsars, où il enseignait l’art de l’escrime aux jeunes aristocrates de Saint-Pétersbourg et de Moscou. Parmi ceux-ci figurait Ivan Alexeïevitch Annenkov, déporté en Sibérie pour avoir participé à la conspiration de décembre 1825. Une jeune Française, Pauline Gueble, modiste dans la capitale russe, partagea son sort et passa le reste de sa vie à ses côtés. Dumas fit de Grisier le narrateur, et de son récit la base du Maître d’armes.

En 1826, la France est ruinée par les campagnes napoléoniennes et la Russie apparaît comme un pays de cocagne. En quête de gloire et de fortune, Grisier part donc pour Saint-Pétersbourg.

Après un voyage éprouvant, il se lie d’amitié avec Louise Dupuis, une modiste française expatriée, ainsi que son amant le comte Alexis Vaninkov, jeune lieutenant de la garde de l’empereur. À la mort du tsar Alexandre, des conspirateurs, avec lesquels Alexis s’est laissé entraîner par désœuvrement, profitent du trouble pour essayer d’instaurer une république. Cependant, mal préparé, ce complot des décembristes, est un échec. Tous les protagonistes sont arrêtés et le comte Alexis est condamné à l’exil perpétuel en Sibérie. S’ensuivent des ennuis inattendus pour notre maître d’armes. À la croisée de ces destins, périls et prouesses, complots abjects et intrigues amoureuses se succèdent sous la plume d’Alexandre Dumas dans un style palpitant. Il met ici tout son amour pour une Russie qui le fascine et qu’il s’efforce de comprendre. Le Maître d’armes dévoile une facette surprenante de conteur et d’écrivain-voyageur.

Lorsque Dumas se rend en Russie en 1858-1859, le gouverneur de Nijni Novgorod lui fait la surprise de lui présenter Pauline (personnage de Louise), et le comte Ivan Annenkov (Alexis) qui avaient été autorisés par Alexandre II à revenir d’exil.

3

Du même auteur aux éditions des Syrtes: Romans caucasiens (2001)

 

336 pages – 110 X – 175
Prix: 11€
ISBN 9782940 6281 00
21
Jan

Trio Makarenko à Berlin

   Publié par: artcorusse   dans Informations Internationales

Concert du Trio Makarenko 

 

” Voyage  à Saint  Petersbourg”

” Reise  nach Sankt  Petersbourg”

 

Luni 11 février  2019

 

à la Philharmonie de Berlin (Allemagne)

 

Trio MAKARENKO
Anne Makarenko, piano
Micha Makarenko, balalaïka
Pierre Makarenko, hautbois

La balalaïka russe, le piano orchestral, le hautbois aérien, ce trio de musique de chambre tout à fait hors du commun vous entrainent au cœur de l’âme tourmentée et joyeuse de la Russie.

 

Le Voyage à St Pétersbourg, avec ses musiques traditionnelles et classiques transcrites et interprétées par le Trio Makarenko, vous donne à entendre un répertoire tout à découvrir.
La lune brille, Valse russe, Le bouleau, Je vous ai rencontrée, Seul sur la route, Kalinka… dressent devant vous leurs paysages de neige et de rêve pour vous inviter au voyage.
Depuis quand… ou plutôt… n’avez-vous jamais déjà entendu le son d’une balalaïka ? Vous savez, cet instrument triangulaire, à seulement trois cordes…vous ne pouvez imaginer l’amplitude et la richesse de sa palette sonore sous les doigts d’un véritable virtuose de la balalaïka, Micha Makarenko.

 

Berliner Philharmonie
Herbert-von-Karajan-Str. 1
10785 Berlin
Deutschland
Tel.: +49 (0)30 254 88-0

 

 

20
Jan

Nouveau livre de Vladimir Fédorovski

   Publié par: artcorusse   dans Livres

 

La manipulation est partout : de l’empoisonnement d’ex-espions russes à Londres à l’affaire de l’immixtion des amis du Kremlin dans l’élection de Donald Trump, en passant par le détournement des données de Facebook. Elle est devenue une obsession de ce début de XXIe siècle, relayée et amplifiée par les réseaux sociaux et les nouveaux médias.
Familier des arcanes du Kremlin, Vladimir Fédorovski a mené pour nous une enquête d’une brûlante actualité, nourrie de témoignages originaux et d’archives inédites. On y croise des personnages envoûtants, maîtrisant à la perfection l’art de la manipulation : un James Bond soviétique influençant le président Kennedy, des agents de la CIA qui intriguent pour la réélection de Boris Eltsine, un jeune agent du KGB nommé Poutine qui manœuvre pour s’imposer au Kremlin.
Vladimir Fédorovski nous livre aussi le manuel de séduction du KGB au masculin et… au féminin. Un ouvrage fascinant pour apprendre, auprès des plus grands manipulateurs de ce siècle, à devenir irrésistible.
Dans ce monde en miroir, la réalité dépasse souvent la fiction et les faits historiques sont parfois dignes des plus grands romans policiers.
.
d
.
Vladimir Fédorovski (russe : Владимир Федоровски) écrivain et ancien diplomate russe. Il a d’abord été élève à l’Institut d’État des relations internationales de Moscou (MGIMO). Ayant acquis une parfaite connaissance des langues anglaise, française et arabe, il travaille comme attaché à l’ambassade soviétique de Mauritanie, puis dans les années 1970 il est interprète au Kremlin, assistant Léonid Brejnev dans ses rencontres avec les dirigeants des pays arabes. En 1977, il est nommé à l’ambassade soviétique à Paris et en 1985, passe un doctorat d’État en histoire sur le rôle des cabinets dans l’histoire de la diplomatie française.
De retour à Moscou, il travaille au ministère des affaires étrangères comme chef de cabinet du vice-ministre Vladimir Petrovski (qui écrit les discours de Léonid Brejnev et du ministre Gromyko). Il fait la connaissance d’Alexandr Iakovlev, émince de Gorbatchev et futur inspirateur de la perestroïka. Puis Fédorovski est nommé conseiller diplomatique pendant la période de la glasnost. Partisan de Gorbatchev, il est porte-parole du Mouvement des réformes démocratiques pendant le putsch de Moscou d’août 1991, s’opposant à la ligne « dure » du Parti communiste.
Devenu écrivain, il enseigne à HEC à partir de 1992, officier des Arts et des Lettres, il  obtient la nationalité française en 1995. Membre de la Société des auteurs de Normandie, il est également conseiller historique au Mémorial de Caen pour la période de la guerre froide.
Il reçoit plusieurs prix littéraires dont le prix d’histoire André Castelot en 2006. Il a publié son premier roman en 1997, Les Deux sœurs (Lattès), puis une série romanesque de l’histoire russe en trois volumes (Le Roman de Saint-Petersbourg, Le Roman de Moscou, et Le Roman de la Russie insolite) de 2003 à 2004 ; il dirige par ailleurs la collection « Le Roman des lieux magiques » des Éditions du Rocher et est Président d’honneur de la Fédération Française des Salons du livre.
.
V. Fédorovski sera présent dimanche 17 février à  13h, aux 10émes Journées Européennes du livre Russe et des littératures Russophones 
Mairie du V° arrondissement de Paris.
” Saint-Pétersbourg, un voyage insolite” Entretien avec Dimitri de Kochko
(Salle des mariages de la mairie.)
Mairie du V°, Place du Panthéon, 75005 Paris
h
Édition Flammarion
Hors collection – Documents, témoignages et essais d’actualité
Paru le 07/11/2018
272 pages – 146 x 220 mm
Prix: 20,90 euros en version papier et 14,99 euros en version numérique.
  • EAN : 9782081405714
  • ISBN : 9782081405714
19
Jan

Exposition Ivan Kuleff au CSCOR Paris

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Exposition Ivan Kuleff

 

“Le Génie Humble”

 

du Ier au 24 février 2019

 

Centre Spirituel et Culturel Orthodoxe Russe

Paris

 

 

Ivan Artiomovitch Kuleff (1893-1987), peintre peu connu de l’émigration russe, contemporain de Chaïm Soutine et de Marc Chagall. Né à Rostov-sur-le-Don, il finira ses jours à Montmorency, près de Paris.

Après des études aux Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg auprès du portraitiste Valentin Serov (1865-1911) (Portrait du Tsar Nicolas II de 1900, La Jeune Fille aux pêches de 1887) et de Constantin Korovine (1861-1939) (Portrait Ivan Morozov de 1903, Grands Boulevard près de Bastillede 1930), Ivan Kuleff entreprend un voyage à travers Constantinople, Croatie et la Macédoine. De 1914 à 1917, il servit dans l’ armée sur le front turc . Après l’ armée il a vécu en Croatie pendant  deux ans .

 

 

Artiste mystérieux et mystique, ses tableaux sont imprégnés de piété et d’ataraxie. Par les couleurs argentées : du bleu, du vert, des touches de rouges et l’orangé, les peintures sont apaisantes, méditatives et poétiques.

 

Il rejoignit Paris fin 1920, au cours e ce voyage se toiles disparaissent dans un accident ferroviaire, le même malheur eut lieu lors de la seconde guerre mondiale, ses toiles devaient être exposées à Bruxelles, une bombe tomba sur le wagon!

Heureusement pour lui, l’après guerre lui fut plus favorable, expositions à Bruxelles, La Haye, en 1948 il y eut une analyse élogieuse de ses œuvres par G. Morel à Meudon, puis à Florence il présente deux œuvres majeures, illustration à la tempera de la Divine Comédie de Dante et celles du Livre de Job à l’encre de Chine. Il exposa régulièrement aux grands Salons parisiens (salon d’Automne, salon des Indépendants …).

Au début des années 1930, il entra dans la société “Icon”, il étudia la peinture d’icônes auprès du vieux croyant P. M. Sofronov. Plus tard, il participa aux expositions de la société et dirigea les cours de dessin du département d’iconographie du mouvement étudiant chrétien russe (depuis 1931). En collaboration avec le moine Gregory (Cercle), il a conçu et interprété l’icône vivante de St. Andrei Roublev et de la cathédrale des Saints peintre d’icônes russes. Il a écrit des icônes pour l’Église de la Présentation de la Très Sainte Mère de Dieu,  rue Olivier de Serres à Paris où il fut également professeur de dessin.

En 1967, il participe à l’exposition d’icônes modernes de l’École de Paris, programmée pour le 40e anniversaire de la fondation de la Icon Society.

.

hhh

.

Un catalogue bilingue, richement illustré, permet d’approfondir la connaissance que l’on peut avoir en 2019 de ce peintre, un génie resté humble.

Nocturne le 15 février sera animée par des conférences de spécialistes, à partir de 19h : “Les Russes blancs dans les Balkans”, par A. Jevakhoff. “Les Vieux-croyants et la diffusion de l’art russe”, par G. Aslanoff. “Les peintres émigrés russes et le marché de l’art”, par M. Charron.

hhh

 

 

Centre Culturel et Spirituel Orthodoxe Russe

1 quai Branly – 75007 Paris.

tel: +337 67 09 81 01

Ouvert tous les jours sauf le lundi de 11h à 13h et de 14h à 18h

RER : Pont de l’Alma – Musée du quai Branly

Métro : Alma – Marceau, ligne 9

Bus : 42, 63, 72, 80, 92.

 

Journée de la science russe et des étudiants russes

Invité le professeur Grigory KANTOROVICH

vendredi 8 février 2019 à 19 h

Centre Russe pour la Science et la Culture au Luxembourg 

Grand Duché de Luxembourg

 

le vendredi 8 février, des scientifiques russes célèbrent leur fête professionnelle, la Journée de la science russe, à la mémoire de Pierre le Grand décret portant création de l’Académie des sciences de Russie.

La coopération scientifique internationale joue un rôle important dans le développement de la science nationale. Pour résoudre les problèmes auxquels la science russe est confrontée, il est prévu d’attirer activement des scientifiques étrangers de renom afin d’accroître le degré d’ouverture et de mobilité universitaire.

Tenant compte du fait que la faculté de droit, d’économie et de finance est la faculté la plus populaire de l’Université du Luxembourg parmi les étudiants russes, le RCSC a été invité à participer à l’événement.

Le chef du Laboratoire scientifique et pédagogique de modélisation macro-structurelle de l’économie russe, membre du Conseil académique de la Faculté HSE -Mn., Le professeur  Grigory KANTOROVICH , qui parlera de l’expérience de HSE dans le développement de la coopération internationale, fera part de ses réflexions et répondra aux questions.

Le consul de Russie Ivan Sergeevich Krylov est également invité à l’événement et sera prêt à donner son avis sur des questions de nature consulaire.

Un jeune saxophoniste russe, lauréat de concours internationaux, Valentin Kovalev,  prendra également la parole avec son saxophone.

Inscription obligatoire  au plus tard  le 6 février à:  http://bit.ly/RusSciDay.

 

Centre Russe pour la Science

et la Culture au Luxembourg

32, rue Goethe, L-1637, Luxembourg, Gd Duché de Luxembourg.

18
Jan

Vente d’art russe à Drouot

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Vente d’Art russe

Samedi  2  février  2019  à  14 h

Salle  de  vente Drouot-Paris

 

Expert de la vente: Arthur Gamaliy avec la participation de Nicolas Tchernetsky.

Exposition publique samedi 2 février de 11h à 13h, Vente à 14h.

Table de matière du catalogue:

h

Extraits du catalogue

 

COLOMBO, Giuseppe. Giacomo Quarenghi Bergamasco : Architetto alla Corte Imperiale di Pietroburgo. Torino, 1879.  (100 / 150 €)

p

Alexandre BENOIS, Saint-Pétersbourg dans la poésie russe. Berlin, Sever, 1923. On y trouve quatre poèmes du tout jeune Vladimir NABOKOV (1899-1977).

p

Médaille commémorative de la Paix de Tilsit en 1807. Bronze. Prusse, d’après A. Abramson. (250/300€)

p

Médaille de la prise de Paris en 1814. Gros module en argent. Médailleur le comte Fédor Petrovitch Tolstoï (sans signature). Ruban postérieur aux couleurs des Romanov. 3,3 x 2,9 cm. Poids brut : 14 g. T.B. à T.T.B. (88 / 1000€)

p

Laurent de l’Ardèche, P.-M. Histoire de l’empereur Napoléon. Illustrée par Horace Vernet.
Paris, éd. J.-J. Dubochet et Cie, 1840, in-4, 44 gravures rehaussées à l’aquarelle. Demi-maroquin rouge, dos orné avec titre en lettres dorées. Provenance de la biblothèque du Général Osnobichine (800 / 1 000 €)

p

Paire de jumelles de théâtre en laiton doré et nacre. Circa 1900. Troussevitch à Saint-Pétersbourg, au numéro 56 de la Perspective Nevsky. Rare, avec étui. 58 x 106 mm. Très bon état. (600 / 700 €)

p

Programme officiel des Ballets russes. 7ème Saison des Ballets russes organisée par M. Serge de Diaghilew avec le concours de M. Gabriel Astruc, Directeur de la Société Musicale.
Théâtre du Châtelet. Mai-Juin 1912. Brochure  agrafée, cordon. (800 / 1 000 €)

p

ANNENKOV, Georges (1889-1974) Affiche « Ballet russe, Irina Grjebina». Paris. Lithographie. 159 x 120 cm. (300 / 400 €)

p

 

VIGÉE LE BRUN, Élisabeth (1755-1842)
Portrait de l’impératrice Élisabeth Alexeïevna de Russie. Après 1801 Huile sur carton, collé sur panneau. 23,7 х 18,4 cm. Au dos, une ancienne inscription illisible. (8 000 / 10 000 €)

p

9e compagnie combiné du 12e équipage de la Flotte, équipage de la reine des Hellènes Olga Konstanti- novna, fille du grand-duc Konstantin Nikolaevitch, Général-Amiral, et épouse du roi de Grèce Georges II, au centre le capitaine Belov. Épreuve argentique. Entre 1891 et 1907. 19,5 x 29,5 cm. (400 / 600 €)

p

Casque d’officier de cuirassier de la Garde Impériale russe. Modèle de l’uniforme pour tous les jours. 30 х 29,5 cm. (1 000 / 1 500 €)

p

Insigne du cinquantenaire des zemstvo (Confirmé le 03 01 1914). Bronze et émail . (100 / 110 €)

p

Pendule à la figurine de Pierre le Grand en bateau sur le lac de Ladoga. France, vers 1840. Laiton, bronze doré. 45,7 x 13,2 x 31,5 cm. Mouvement à restaurer. (1 600 / 2 000€)

p

Ensemble de 12 cuillères à dessert en argent, chiffrées. Russie, vers 1900. Orfèvre: «IP». (150 / 200 €)

p

Vase en forme d’amphore dite «fuseau» en placage de malachite sur fond de mortier noir, le piédouche et la bordure supérieure en placage de lapis-lazuli, monté en métal doré. Porte sous la base une dédicace gravée en cyrillique : «Le jour de l’ange de sainte Olga, de la part de grand-maman O. I. Maklakoff». 40 x 20 cm. Russie, fin du XIXe – début du XXe siècle. (2 000 / 3 000 €)

p

Spiess, August Karlovitch (1817-1904), [Modèle de vase d’ornement représentant des putti-pêcheurs, orné de motifs floraux. Vers 1870
Manufacture impériale de porcelaine, Saint-Pétersbourg, règne d’Alexandre II Modèle d’August Spiess, 38,4 х 21,1 х 17,6 cm. Sans marque. Quelques infimes accidents. (8 000 / 10 000 €)

p

Coupe à punch de l’Alliance franco-russe, sur piédouche en verre soufflé gravé, émaillé et rehaussée or, de l’aigle russe à deux têtes, croix de Lorraine St-André, chardon « Qui s’y frotte s’y pique », ancre de marine « plus penser que dire » et ruban « Les fidèles Lorrains ». Non signée
H.: 10.5 cm (fissure). (2 000 / 3 000 €)

p

Grande icône dans des médaillons ovales le Mandylion au centre, entouré aux angles de quatre saints. Tempera sur bois, conservé sous une oklad en vermeil repoussé à décor de rinceaux feuillagés. Petits accidents. Présenté sur un cadre en velours vert. Russie, XIXe siècle. H. 51 x L. 41,4 cm. (350 / 400 €)

p

Récits sur la vie de la Sainte Mère de Dieu. St. Pétersbourg, 1869. (450 / 500 €)

p

OUSTRIALOFF, Nicolas. Dans la lutte pour la Russie. Harbin, 1920. Rarissime. (300 / 400 €)

p

DEMIDOFF, (Anatole). Voyage dans la Russie méridionale et la Crimée par la Hongrie, la Valachie et la Moldavie. Illustré par RAFFET. Paris, Bourdin, 1854 ; gr. in-8°, demi-chag. vert, tr. dor. (Reliure de l’époque). Portrait de Nicolas I, vignette sur le titre, 10 planches de costumes en couleurs, 16 planches en noir et 2 grandes cartes repliées, 1 planche de musique. (1 000 / 1 200 €)

p

CHOUBINSKI, Serge. Récits tirés de l’histoire russe. Saint-Pétersbourg, A. Souvorine, 1908. In-4°. (800 / 1 000 €)

p

“Les Cosaques libres”. Revue bi-mensuelle littéraire et politique. Prague, Paris, 1928-1939. Numéros 17, 18, 21, 38-40, 43-49, 51-57, 59, 61-65, 68, 72, 73, 110- 115, 119-138, 245, 246, 261. (1 000 / 1 500 €)

p

Recueil des récits militaires des officiers qui participèrent à la Guerre de 1877-1878. St. Pétersbourg, Prince Meschcherski, 1879. 6 vol. avec l’Atlas. (3 000 / 3 300 €)

p

Histoire du Régiment de chasseurs de la garde de 1796 à 1869. Saint-Pétersbourg, 1896. (4 000 / 5 000 €)

p

ROSS, Nicolas. Commémoration du millénaire du baptême de la Russie. Paris, 1989. (180 / 200 €)

h u h

Hôtel des Ventes de Drouot

14 rue Drouot, 75009 Paris.

Métro: Richelieu-Drouot

Commissaires-Priseurs: Florent MAGNIN – François WEDRYCHOWSKI

Tel. : 01 47 70 41 41

Experts: Arthur Gamaliy +33 (0)6 63 96 63 18

Nicolas Tchernetsky +33 (0)6 62 64 99 51

 

18
Jan

Concerts Natacha & Nuit des princes

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Concerts

Natacha et Nuits des Princes

 

Natacha Fialkovsky : Chant et balalaïka
Olivier Cahours : Guitare, arrangements et composition
Natalia Trocina: Domra
Pascal Storch: Chant, Guitare, Cavaquinho
Thierry Colson: Contrebasse

Parti d’un répertoire de splendides chansons et romances russes, héritage dont Natacha Fialkovsky, fille d’immigré russe, reçu dès l’enfance l’enseignement de ses ancêtres. Le groupe Natacha & Nuits de Princes, ne perd pas de vue ce climat émotionnel initial, tout en évoluant pas à pas vers des adaptations ou des créations de chansons écrites en français par la douce Natacha, et arrangées ou composées avec un talent aisé par le guitariste et directeur artistique du groupe, Olivier Cahours.
Ses arrangements généreux donnent à chaque instrument un timbre complémentaire : balalaïka, domra russes, cavaquinho brésilien, guitare classique et guitare à cordes acier — tous instruments à plectre — l’occasion de trouver leur place naturelle et de développer leurs registres singuliers suaves et attaqués, amplifiés par la contrebasse.

h

Jeudi  17 Janvier de 19h 15 à 21h30


Micadanses
20, rue Geoffroy Lasnier 75004 Paris
www.compagnie Isao

h


Samedi  26 Janvier à 20h 30


Natacha & Nuits de Princes
Théâtre de l’Epopée
18, avenue du président Salvator Allende 94140 Arcueil
Réservation indispensable: 06.70.02.73.10

h

Dimanche  27 Janvier à 16h

 

 

Nuits de Montmartre
Théâtre de l’Epopée
18, avenue du président Salvator Allende 94140 Arcueil
Réservation indispensable: 06.70.02.73.10

18
Jan

Chœur russe, Église d’Avon

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Le collectif pour la Sauvegarde du Château

et du Domaine de BelleFontaine

organise un concert avec le

“Chœur des séminaristes orthodoxes”

Dimanche 27 janvier 2019 à 17h

Égilse St Pierre d’Avon, Avon/Seine.

f f f

Partie du parc du château de Bellefontaine.

 Le château de Bellefontaine fut la propriété de Nicolas Bergasse  , député du tiers Etat, conseiller de Louis VI à qui il proposa d’être son avocat. Après la mort de sa femme en 1807, il revendit le château. Plus tard, il fut la propriété du prince Nicolas Troubetskoï (1807-1874), ambassadeur du Tsar de Russie à Paris, puis du prince Vladimir Nicolaievitch Orloff (1869-1927)

Au XXème,  il fut un centre de colonies de vacances avant d’être loué pour des réceptions et des séminaires pour le personnel municipal de Samois-sur-Seine.

Lancé en 2006, un projet d’aménagement n’a pas abouti et le château se retrouve dans un état très dégradé. Le projet de vente, prévu pour deux millions d’euros, a été présenté au conseil municipal du 13 mai 2011. En mai 2011, la ville de Paris, propriétaire du domaine depuis 1944, s’est résolue à le mettre en vente. Le 10 octobre 2018, le Conseil de Paris a voté en faveur de la vente du site de Bellefontaine au Communauté d’agglomération du Pays de Fontainebleau,  afin  d’en faire une aire  d’accueil des gens du voyage.

h z h

Église St Pierre

1 Rue Père Maurice, 77210 Avon

17
Jan

Nina expose à IG Gallery

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Exposition de Nina

« Clin d’oeil »

Mercredi 23 janvier au dimanche 3 février 2019

 

 

h o h

 

Nina Khemchyan dite NINA est née en 1964 à Erevan (Arménie),  elle vit et travaille à Paris. Après avoir reçu une formation très complète d’arts plastiques à l’Académie Nationale des Beaux-Arts de sa ville natale, elle expose ses œuvres jusqu’en 1993 dans les galeries et principaux Salons d’Art Contemporain d’Erevan. Puis de 1996-1998 NINA poursuit ses études à l’Ecole Nationale des Arts Appliqués et Métiers d’Arts de Paris tout en présentant ses œuvres au public parisien. D’ Erevan à Paris, de Luxembourg à Los Angeles, de Milan à New-York et encore et toujours à Paris, les sculptures de céramique de Nina enchantent la planète.

Femme aux boucles d’oreilles

NINA sculpteur à part entière a choisi la céramique pour s’exprimer.

Champagne (2018)

La grande pureté de ses formes, la synthétisation des corps, le sens remarquable de la mise en espace, les raccourcis employés, tant dans l’expression conceptuelle que plastique, la sobriété exemplaire avec laquelle elle utilise les oxydes, définissent son travail.

Nina parmi ses sphères.

NINA joue avec les représentations de la terre et des êtres qui la peuplent.
Elle crée et se récrée, travaillant le trait, gravant des corps sur un support sphérique.

Depuis 1990, Nina a exposée dans de nombreux Salons français et à l’étranger, et a déja d e très nombreuses exposition personnelles. Ses œuvres sont dans des collections privées et dans les Collections Permanentes du Musée National d’Art Contemporain d’Arménie.

 Vernissage de l’exposition  le jeudi 24 janvier de 18 à 21 heures, en présence de l’artiste

b q b q b

 

I-GALLERY Intelligence
1, Quai Voltaire 75007 Paris, France

Contact: o.khlopova@i-gallery.fr

Ouvert de 14h à 19h du mercredi au dimanche

Tél: 09 50 44 99 10

Métro: Palais Royal, RER: Musée d’Orsay

Bus: 24, 27, 39,48,68, 75, 95

17
Jan

Récital de Alissa SADIKOVA, jeune harpiste

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Récital de Alissa Sadikova

jeune harpiste

 

Mardi 22 janvier 21019 à 19h

 

CRSC

 

En 2010, Alisa Sadikova a remporté le premier prix du concours international de la jeunesse à New York. En 2011, elle a remporté le premier prix du concours international de talent musical à Hahntätten, en Allemagne. En 2012, elle a été nommée lauréate de la fondation internationale pour les initiatives culturelles du maestro Yui Temirkanov.
En 2014 elle a participé au concert des lauréats du concours avec Vladimir Spivakov et son Orchestre des « Virtuoses de Moscou », en soliste au Carnegie Hall, au Congrès International de la Harpe à Sydney (Australie).

h

Alissa Sadikova et Vladimir Spivakov

En février 2016, elle donne un concert solo au centre culturel Elena Obraztsova, à Saint-Pétersbourg. En mars, il y a eu deux concerts solo en Italie et elle a également joué en Italie avec l’Orchestre Philharmonique Gioachino Rossini (chef d’orchestre Federico Mondelci, Italie), et en avril, elle a joué à Saint-Pétersbourg avec l’Orchestre symphonique international Taurida (chef d’orchestre Günter Neuhold, Autriche). Décembre 2016 – représentation à l’Opéra d’État de  Viennepuis à l’Académie norvégienne de musique d’Oslo. En mai 2017, elle a participé au 25ème festival de cinéma russe Vivat et a foulé le tapis rouge avec la réalisatrice Irina Taimanova.En juin elle joue au 13e Congrès mondial de harpe à Hong Kong. De novembre à décembre 2017, Alisa a participé au spectacle “Gala royal de Noël”, (soit 25 concerts dans plus de 10 pays européens). En 2018 elle joue au Grand Hall Philarmonia de Saint Pétersbour avec Polina Osetinskaya et Kseniya Rappoport, puis 5 concerts en solo à Paris, 2 à Tel Aviv, 2 à Vologda, à Barcelone, au festival Musica Mundi en Belgique

zhzhz

 

Alissa Sadikova 

Alisa Sadikova (Алиса Садикова), née le 30 mars 2003 à Saint Petersbourg.

La harpiste et amie de la famille Olga Shevelevich a remarqué le talent de la jeune fille lorsqu’elle a montré à Sadikova un morceau de musique  que la fillette a commencé à jouer tout de suite à la harpe. Shevelevich devint par la suite son professeur de musique. Actuellement, Larissa étudie également au Conservatoire spécial de musique de Saint Petersbourg, avec Karina Maleeva sous le parrainage du maître Vladimir Spivakov.

Alissa Sadikova a deux soeurs plus âgées qui sont également des musiciennes classiques: Svetlana qui étudie le violon et Anna le piano forte, elles ont un frère plus jeune, Pavel.

zhzhz

 

Centre Culturel et Scientifique Russe de Paris

61 Rue Boissière, 75116 Paris

Métro: Victor Ugo ou Boissères

Inscription préalable au: crsc.paris@crsc.fr

16
Jan

“Les quatre saisons en Russie”

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Ensemble de danse “Obraz”

“Les Quatre Saisons en Russie”

r

 

Samedi 26 janvier à 19 h,

L’Antéres à Vauréal

r

 

Dimanche 27 janvier à 15h30 

Forum Armand  Peugeot  à Poissy

 

L’ensemble de danse « Obraz » a été créé en 1996 par Elena Golub à Kalouga, en Russie. En 2001, il a reçu le titre honorifique de l’Ensemble populaire. L’ensemble réunit des passionnés de danse de 4 à 35 ans.
L’école de danse « Obraz » forme des danseurs universels qui sont capables d’interpréter des danses classiques, traditionnelles russes et danse de caractère du monde.

Direction artistique : Elena Golub

Chorégraphes : Nikolaï Sorokine, Svetlana Gourouleva, Elena Ivanichina et Olga Chemarykina

Durée : 2h avec entracte – buffet avec spécialités Russes.

 

Le spectacle « Quatre saisons en Russie » vous fera voyager à travers le pays à différentes époques de l’année et découvrir les fêtes et les traditions de nombreuses régions russes

Au programme :

Kalinka, Valse de neige, Souvenir russe, Lezginka, Danse tzigane et autres.

h

26 janvier: Cinéma L’Antarès,  1, place du Coeur battant à Vauréal

h

27 janvier: Forum Armand Peugeot, 45, rue Jean-Pierre TimbaudPoissy 78300 

Métro : Poissy  

Tarifs:15€ plein tarif/ 10€ tarif réduit

Billeterie: CLIQUEZ

Informations : linguarik@gmail.com – 06 31 89 97 50
15
Jan

Exposition du graveur Michine, St Petersbourg

   Publié par: artcorusse   dans Informations Internationales

 

Exposition Valéry Michine

Réalisme résiduel”

Centre d’exposition de la Maison des artistes

29 janvier – 3 février 2019

 

Valéry Andreevitch Michine, né en 1939 à Simferopol (Crimée), il a commencé son histoire graphique dans les années 60, dans la presse écrite Herman Paharevskogo. expositions gazanevskih membres et membre du Groupe des Huit – « Escalier ». Le thème de « l’homme » a ses origines à la fin des années 60 (thèse à l’Académie Mukhina). En 1968 , il est diplômé du département de la peinture monumentale et décorative à l’Académie  Stieglitsz, (LVHPU. V. Mukhina).
Membre de l’Union de la Russie Artistes, membre de la Fédération internationale des artistes (AIAP UNESCO).
Travaux de chevalets, illustration de livres et impression de gravures, peinture, objets, installations.
Depuis 1966 , participe à des expositions en Russie et à l’étranger (plus de 300 expositions, dont plus de 20 personnelles, y compris dans la salle d’ exposition centrale du Manege.

En 1987 , il a reçu le prix spécial de la Chambre des Humour et Satire à Gabrovo, le Grand Prix de la première Biennale Internationale d’Art Graphique à Saint – Petersburg 2002. 1967 – 1968 – 60 Guys premier (proto) série de 9 lithographies
1981 – 1986 – un homme de 80 séries les plus connus de 15 estampes et dessins 6
1996 – 1997 – Muzhikov 90 dessins au livre Yu Novolodsky “potins”
2008 – libris K. Abel Muzhikov 00 de
2010 à 2012 – Muzhikov série de 7 copies “Sept subtilités”

Suivant les traditions du modernisme, l’art de la première moitié du XXe siècle, Michine a créé  une méthode artistique qu’il a qualifiée de «réalisme» ou de «réalisme résiduel» (réalisme re-résiduel). Il crée des impressions à partir d’objets réels, de plantes, de poissons et crée une variété de compositions, traduisant ces objets sur la feuille de papier. Selon l’auteur, il s’agit de: “La méthode, selon laquelle l’artiste travaille non pas du général au particulier, plan et constructions – aux détails, mais à partir des détails, parfois inattendus, à l’ensemble“. La pratique créative de Michine révèle un lien avec la méthode du “métrage” de Max Ernst et d’autres surréalistes.

 

Dame de pique, 18 eaux fortes .

 

hhh

.

Batiment de la “Société impériale pour l’encouragement des artistes” (1912)

Société impériale pour l’encouragement des Arts (SPO), qui existait à Saint Petersbourg jusqu’en 1929, était la plus ancienne en Russie, son histoire remonte à 1820. Avant, il avait été appelé Société pour l’encouragement des artistes. Depuis 1882 , la société est connue comme la “Société impériale pour l’encouragement des artistes“, ce nom et les dates « 1820-1890 » peuvent être vu sur la façade du bâtiment. Ils ont été mis dans une mosaïque lors de la restructuration du bâtiment en 1890-1893 dans le cadre du projet de Jérôme Sevastyanovitch Kitner.  Avec cette restructuration du bâtiment de la rue Bolshaya Morskaya, il fut  installé sur le toit une sculpture en acier, représentant une figure allégorique du « génie triomphant ». La sculpture a été créée parR. R. Bahom sur la conception I. S. Kitnera,

Maison de l’Union des artistes

hhh

.

Maison de l’Union des artistes

Bolchaya Morskaia  n° 38, Saint Pétersbourg

Horaire: de 12h à 19h fermé le lundi.

Адрес: Большая Морская ул. 38
Время работы: 12.00 – 19.00 (понедельник – выходной)

14
Jan

Prolongation exposition C. Sérébriakoff

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

« Le monde radieux de Catherine Sérébriakoff »

 

Jusqu’au  dimanche  27 janvier   2019

 

Centre Culturel et Spirituel Orthodoxe Russe

 

.

Voir le dossier de l’exposition

sur Artcorusse: CLIQUEZ

14
Jan

Concert exceptionnel à St Serge

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Concert de soutien

pour les travaux de la colline Saint-Serge 

 

Dimanche 20 janvier 2019 à 15h

 

Le concert se passe dans grande salle sous l’Eglise Saint-serge.

hhh

.

Eglise de l’institut St Serge.

 

Colline St Serge

93 rue de Crimée, 75019  Paris

Tarif: 12 €, enfants gratuit

Réservation: 06 86 73 95 68

Métro: Laumière

Bus: 48, 60, 75 (arrêt Mairie 19°)

13
Jan

Concert exceptionnel Dmitry Kharatyan

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Apollo Théatre

Concert unique à Paris en russe

 

6 DMITRY  KHARATYAN 6

 

Mardi 16 avril 2019 à 20h

Dmitri Vadimovitch Kharatian est né à Almaky, province de Tachkent en Ouzbeskistan. Après sa naissance, la famille  en 1963, s’installe à Krasnogorsk dans la région de Moscou , Dmitri est diplômé 1982 de l’Ecole supérieur d’art dramatique Mikhaïl Chtchepkine. Il a joué dans plus d’une centaine de rôles mémorables dans des films, de
nombreux projets télévisés de la 1ère chaîne et des concerts.

Au Programme:

– Des chansons de films célèbres !
– Des chansons du répertoire de bardes bien-aimes : B. OKUDZHAVA, V. VYSOTSKY, O. MITYAEV, YU. VIZBOR, etc….
– Des vers de poètes russes et soviètiques:: A. PUSHKIN, B. PASTERNAK, G. SHPALIKOVA, E. EVTUSHENKO, I. BRODSKY, Y. LEVITANSKY ET D’AUTRES
– Des histoires de la vie de l’acteur
– Des extraits de films avec sa participation.

 

PRENEZ VOS BILLETS  dès maintenant:

www.vladimir-events.com

Tarifs: Cat 1: 39€  Cat 2: 29€

 

hhh

APOLLO THÉÂTRE

18 Rue Du Faubourg Du Temple
75011 Paris

Metro : République (lignes 3, 5, 8, 9, 11)

Bus : République (bus 20, 75, 56, 65)

Parking : Alhambra, Rue De Malte

13
Jan

La Cerisaie au théâtre de la Tempête

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Théâtre de la Tempête

 

” La Cerisaie

 

du 10 janvier au 2 février

 

Salle Serreau , La Cartoucherie.

 

” La Cerisaie “ d’Anton Tchekhov
texte français:  Nicolas Liautard, mise en scène:  Nicolas Liautard et Magalie Nadaud

tytytytytytyty

Avec:

Thierry Bosc: Firs
Sarah Brannens: Ania
Jean-Yves Broustail: Gaev
Emilien Diard-Detoeuf: Lopakhine
Jade Fortineau: Douniacha
Nanou Garcia Lioubov: Andréevna
Emel Hollocou: Charlotta
Marc Jeancourt: Epikhodov
Fabrice Pierre: Pichtchik
Simon Rembado: Trofimov
Célia Rosich: Varia
Christophe Battarel, Paul-Henri Harang ou Nicolas Roncerel: Yacha

Scénographie: Nicolas Liautard et Magalie Nadaud
Costumes: Sara Bartesaghi Gallo et Simona Grassano
Lumières: Muriel Sachs assistée de Emeric Teste
Son: Thomas Watteau
Stagiaire mise en scène :Suzie Baret-Fabry
Construction du décor: Jipanco

 

La pratique du servage a été abolie en Russie en 1860. Les premières générations de paysans affranchis. Pour accéder à la liberté, les serfs (les âmes) devaient racheter la parcelle de terre qu’ils cultivaient auparavant .
Ne possédant rien, l’État leur consentait un prêt qu’ils remboursaient pendant 49 ans. Ils pouvaient également choisir de se voir attribuer gratuitement une parcelle minuscule, insuffisante à leur subsistance, qu’ils revendaient pour aller grossir le nombre de ceux qui partaient
travailler en usine. L’objectif était atteint : la mobilité de la main-d’oeuvre. Du temps du servage, le paysan non libre était juridiquement un bien mobilier.
La Cerisaie se déroule précisément 43 ans après la fin du servage. La première génération de paysans n’a toujours pas fini de rembourser sa dette à l’Etat. Tchekhov, dans La Cerisaie, inverse le paradigme de la dette. Ce ne sont plus les paysans, mais les anciens maîtres qui ont contracté une dette, morale celle-ci, à l’endroit de leurs anciens « meubles » et cette dette s’étalera sur plusieurs siècles….

Le médecin Tchekhov devient anthropologue, et en bon scientifique, il essaie d’éviter les pièges d’une lecture idéologique du monde : il observe, il note, il rend compte du réel sans hiérarchie dans les faits. Il nous livre une matière première à laquelle l’acteur apporte son étincelle. La vie apparaît et le spectateur prend toute sa place, car c’est lui qui donne le sens en reliant les informations, devinant ce qui n’est pas dit, anticipant l’action, prenant la mesure des enjeux sociétaux…
Assiste-t-il à un drame familial ? Une comédie champêtre ? Une pièce politique ? Un témoignage historique ? Une fantaisie ? Avec Tchekhov, peut-être plus qu’avec tout autre, c’est dans l’esprit et le coeur du spectateur qu’a lieu le théâtre.

Nicolas Liautard & Magalie Nadaud

hjhjh

Nicolas Liautard
A notamment mis en scène Le Procès de F. Kafka, La République de Platon, La Folie du Jour de M. Blanchot, Hyménée et Le
Nez de N. Gogol, Ajax de Sophocle, Amerika * de F. Kafka, Pouvais-je te demander… de C. Tarkos, L’Avare et Le Misanthrope
de Molière, Zouc par Zouc de H. Guibert, Meine Bienen. Eine Schneise de K. Händl, pièce musicale d’Andreas Schett (au
Festival de Salzburg), Littlematchseller d’après Andersen et J. Williamson, Blanche Neige, Il faut toujours terminer qu’estce
qu’on a commencé d’après A. Moravia, Scènes de la vie conjugale et Après la répétition * de I. Bergman, Trahison de
H. Pinter, Balthazar de N. Liautard. Directeur artistique de la Scène Watteau – scène conventionnée de Nogent-sur-Marne.

ghgh

 

Magalie Nadaud
Formation à la Sorbonne Nouvelle – Paris III (Études Théâtrales) et au CFPTS (Régie lumière). Codirige avec Nicolas Liautard
la compagnie Robert de profil. Collaboratrice artistique sur les spectacles : Blanche Neige, Littlematchseller, Il faut toujours
terminer qu’est-ce qu’on a commencé, Scènes de la vie conjugale, Après la répétition *, Trahison. Éclairagiste avec Fabrice
Pierre Pièces en un acte de Tchekhov et avec le Spartacus Tofanelli Airlines Une brève histoire de Rouen.

 

klmklmklm

 

TARIFS SPÉCIAL POUR ARTCORUSSE: 13€ au lieu de 22€

 

klmklmklm

 

 

Théâtre de la Tempête
Cartoucherie
Rte du Champ-de-Manoeuvre
75012 Paris
Infos et réservations: www.la-tempete.fr
Tél:  01 43 28 36 36

Tarifs de 22 à 10€

Accès: métro ligne 1 jusqu’au terminus Château de Vincennes (sortie 6)
puis bus 112 ou navette Cartoucherie

13
Jan

Groupe Odessa à Castelnau le Lez

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

Concert Groupe ODESSA

 

” Il était une fois en Russie …”

 

Samadi 19 janvier 2019 à 17h & 20h30

 

Centre André Malraux, Castelnau le Lez

 

Le Groupe ODESSA est un orchestre dédié à la musique russe qui s’est constitué au cours de l’automne 2014 à Montpellier autour de Léon Tourtzevitch, un Français d’origine russe. Il se compose actuellement de cinq musiciens : 

(de gauche à droite) Lino Messina, Léon Tourtzevitch, Ludcia Guibadoulina, Jean Marc Torchy

Ludcia Guibadoulina (ep.Commoy ). Née en Russie dans l’Oural. Dès l’âge de 14 ans, chante en soliste et dans divers ensembles. Dotée d’une voix exceptionnelle, elle participe à des concours de chant locaux et régionaux qu’elle remporte régulièrement et reçoit au festival ARGO  1999, de la région de Primorié ( Extrême Orient) la plus haute distinction et l’appellation de « Voix d’or du Primorié ». Suit parallèlement des études pour devenir enseignante en musique et devient pédagogue auprès d’enfants et adolescents. Repérée par le chef d’un orchestre de variétés, elle devient chanteuse professionnelle et animatrice-organisatrice de fêtes et d’évènements. Mariée à un Français qu’elle rencontre en Russie, elle vit dans le sud de la France depuis 10 ans.Elle intègre le Groupe ODESSA au cours de l’automne 2016.

sgsgsgsgsggs

Tatiana Derevitskaïa. Née en France dans une famille de musiciens d’origine russe, elle joue de la guitare depuis l’âge de 10 ans, puis se passionne pour la balalaïka, qu’elle étudie d’abord pendant cinq ans avec NIcolas Kedroff, la référence en France pour cet instrument, puis à l’institut Gnessine de Moscou avec Valery Zajiguine. Devenue une virtuose de la balalaïka, elle a fait partie de l’Orchestre de Saint-Georges, se produit régulièrement avec Nicolas Kedroff, en duo avec Leon Tourtzevitch à la guitare et avec le trio Zima. Elle rejoint le groupe ODESSA au début de l’année 2017.

Lino Messina. Né en Italie, il apprend le violon dès l’âge de six ans.  Alors qu’il est devenu un violoniste confirmé, les suites d’un accident l’obligent à renoncer à cet instrument. Il se tourne alors vers le Luth et le Théorbe, suivant les enseignements de Paul Beier et d’Eugene Ferré aux conservatoires de Milan et d’Aix en Provence. Découvre ensuite la contrebasse, intégrant les classes du conservatoire de Nîmes ainsi que l’un de ses orchestres symphoniques.C’est également un chanteur confirmé, qui a participé aux meilleurs ensembles classiques et baroques du sud de la France.  Auteur de plusieurs spectacles qui ont comme toile de fond la période baroque. Parallèlement à son intense activité musicale, il fait des études poussées de droit : spécialiste en droit immobilier, il est sans doute l’un des rares contrebassistes à savoir gérer une AFUL (Association Foncière Urbaine Libre). Fait partie d’ODESSA depuis les débuts du groupe.

Jean-Marc Torchy. Compositeur et chef d’orchestre, il est également accompagnateur de plusieurs chanteurs sur scène, dont Leny Escudero, François Valery et David Martial. Il en est à son 50 e album, compose avec les grands noms de l’accordéon et coproduit CD et DVD pour de nombreux artistes de la génération montante de l’accordéon. Accordéoniste à l’aise dans tous les styles, il rejoint le Groupe ODESSA en février 2017

 Leon (Lev) Tourtzevitch Né en France de parents russes, il s’initie à la musique dans une institution dédiée aux enfants d’immigrés russes. Chante, joue de la dombra ( instrument proche de la mandoline) et danse. Apprend la guitare à l’adolescence et fonde plusieurs orchestres de musique populaire. Après des études d’économie, exerce quelques années le métier d’enseignant, puis suit une formation musicale à l’université de Vincennes. Compositeur, arrangeur, il partage sa vie professionnelle entre la musique et l’enseignement des sciences économiques.

En 2013, il réunit à Montpellier quelques musiciens-chanteurs qui constitueront la base du Groupe ODESSA.

dededededed

Centre André Malraux

10 Av de la Moutte, 34170 Castelnau de Lez.

Tarif: 15€

Billets: (CLIQUEZ)