25
Nov

Vente art russe Paris Douot

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Vente Art Russe “Русское Искусство”

samedi 8 décembre 21018

Hôtel Drouot, salle 15 11h et 14h

Icones & art religieux, Gravures & lithographies , Archives & manuscrits, Numismatique,  Romanov, Affiches, Argenterie, Émaux ,Objets de vitrine, bijoux & Fabergé , Porcelaine,  Bronzes, Art populaire & folk art, Militaria, Ballets russes, Livres,Tableaux.

Expositions Publiques Vendredi 7 décembre de 11h à 18h

Extraits du catalogue

Belle croix pectorale en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes) sertie de brillants de différentes tailles, surmontée d’une couronne impériale. Médaillon central peint sur métal ornée d’une scène de la Crucifixion. B.E. (quelques manques). Moscou, vers 1890. Orfèvre : A. A. Moukhine. H. 15 x L. 7,3 cm. Poids brut : 57,6 g,1000/1500 €

 

Icône de voyage de la Mère de Dieu de Kazan. Tempera sur bois. Russie, fin du XIXe siècle. Dans sa belle oklad en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes) à décor émaillé polychrome cloisonné. T.B.E. Moscou, vers 1890. Orfèvre : EAK, non identifié. H. 9 x L. 7,5 cm. Poids brut : 103,7 g. Икона Казанской Божьей Матери, путевая. 3000/5000 €

 

Icône du Christ Sauveur de Smolensk. Tempera sur bois. Russie, fin du XVIIIe – début du XIXe siècle. Dans son oklad en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor ciselé et repoussé. Légendes gravées des noms des saints entourant le Christ en pied. B.E. Moscou, 1801. Orfèvre : Alexei Ratkov. H. 38, 2 x L. 32 cm. Poids brut : 2346,0 g. Икона, Христос Спаситель Смоленский. Темпера на дереве. 3000/5000 €.

Cartes de la Russie. Lot de 7 lithographies : Carte des régions limitrophes de la mer Caspienne, c.1728, rehaussée à l’aquarelle. – Carte de l’Empire russe par Eman Bowen, XVIIIe siècle. – Carte de Tartarie, XVIIIe siècle. – Carte de la Russie, atlas Clouet, 1787, rehaussée à l’aquarelle. – Carte de Tartarie, XVIIe siecle, rehaussée à l’aquarelle. – Gravure de Moscou, 1743, rehaussée à l’aquarelle. B.E. Formats divers. Карты России. 7 литографий: карта приграничного Каспия, c.1728, акварель. – Карта Российской империи Эмана Боуэна, XVIII в. – Карта Татарии, XVIII в. – Карта России, атлас Clouet, 1787г., акварель. – Карта Татарии, XVII в., акварель. – Гравировка Москвы, 1743 г., акварель. Состояние хорошее Различные форматы 300/500 €

 

Brevet de nomination au poste de Consul général à Hambourg de l’assesseur de collège Bacheracht, Kameny Ostrov, le 31 août 1825. Signé par Alexandre Ier et le comte Nesselrode. Avec le sceau impérial. Pliures mais complet. On y joint la traduction officielle en allemand du précédent document. Manque le sceau. Pliures. Грамота о назначении на должность генерального консула в Гамбурге колледжского ассесора Бачерахт, Камени Остров, 31 августа 1825 г. Подписано Александром I и графом Нессельроде. Императорская печать. В сложеном виде. Прилагается официальный немецкий перевод предыдущего документа. Печать утрачена. В сложенном виде. 200/300 €

 

Tolstoï et Gorki. Lot de 7 tirages argentiques de presse représentant : – Léon Tolstoï : deux fois seul dont en promenade, une avec sa famille, une avec Maxime Gorki (divers formats). – Maxime Gorki : portrait seul, anniversaire 1868-1936 avec des acteurs, anniversaire avec Mark Twain. 7 фотографий. Изображены Л.Толстой и М.Горький. 150/200 €

 

Pendule en bronze doré et patiné représentant le tsar Pierre le Grand sur le lac Ladoga. L’Empereur se tient à la barre d’une embarcation en pleine tempête. Décor de palmettes et rinceaux. Chiffres romains. B.E. (mouvement vendu en l’état). Russie, milieu du XIXe siècle. H. 35 x L. 26,5 x P. 10 cm Historique : « Alors de Piter (Saint-Pétersbourg) Pierre Ier s’embarqua sur la Neva et sur le Ladoga ; tout à coup la tempête s’élève, une bourrasque, un orage épouvantable. A grand’peine ils arrivèrent au nez de Storojevski. Le tsar débarqua. Entouré des flots, la tête lui tourna de voir la mer bleue. « Allons, toi, mère humide, la terre, ne t’agite pas, ne prends pas exemple sur ce stupide lac. « Aussitôt il ordonna de knouter et de fouetter les vagues irritées. Le lieu, où il les fustigea de ses mains impériales s’appelait l’Ecueil sec, et depuis ce temps on l’appelle l’Ecueil du tsar. Depuis lors le Ladoga est devenu plus paisible ; il a ses jours de calme comme les autres lacs, et vous voyez, continue le narrateur : nous y naviguons, nous y prenons du poisson. » (V. Barsof, Petr Veikii v narodnykh predaniakh Siévernago kraïa (Pierre le Grand dans les traditions populaires du pays septentrional), Moscou, 1872.) Часы, бронза позолоченная и патинированная. Царь Петр I. На циферблате римские цифры. Состояние хорошее. Россия, середина XIX в. 2000/3000 €

 

Alliance Franco-Russe. 1- Foulard de l’alliance. 1896 Kronstadt 1891-Toulon 1893. Paris Louvre 1896. Par G. Laveissière et Chamont. Déville Rouen. 42 x 48. B.E. – 2- Médaille pour la revue des 9-10 octobre 1896 par le Tsar. Liste des bataillons de chasseurs à pied et alpins ayant participé. Diamètre : 39 mm . B.E. 3- Médaille avec l’aigle impériale russe et au revers les armoiries de la république française. Diamètre : 36,5 mm B.E. 4- Médaille à l’ancre entouré de l’Aigle impériale et RF. Souvenir de Cronstadt 1891- Toulon 1893. Diamètre : 25,5 mm B.E. 5- Médaille « France-Russie », Cronstadt-Toulon, 1891-1893. Représentation d’un navire de guerre. 30 x 36 mm. B.E. 6- Bouton à l’effigie de Nicolas II en uniforme. Diamèttre : 31 mm. B.E. 7- Médaille France-Russie, Cronstadt-Toulon . Juillet 1891- Octobre 1893. Représentation de matelots et de navires en rade, éclairés par la « Paix ». Diamètre : 30,5 mm. B.E. 8- Médaille de table Paris octobre 1896, profils de Nicolas II et de l’impératrice. Diamètre :35 mm. B.E. 9- Médaille France- Russie, Nicolas II empereur de Russie. Buste de l’empereur en uniforme. Diamètre : 32,5 mm Sans anneau 10- Deux Petits aigles impériales, avec drapeaux et sans, fabrication française des années 1890- 1900. B.E 11- Médaille souvenir de Paris-Toulon, octobre 1893 ; Revers : Cronstadt-Toulon avec portrait de l’empereur et du président de la République. Diamètre : 43 mm. B.E. 12- Médaille « Vive la Russie, Union et fraternité ». Souvenirs La flotte française à Cronstadt 23 .7.1891, la flotte russe à Toulon 13.10.1893. Avec ruban français et russe impérial combiné. Diamètre : 27,5 B.E. Лот 12 значкоб и медалей Франко-Российский альянс. 600/800 €

Affiche de l’Exposition russe hippique et ethnographique. 1895. Au Champ de Mars. Par Houbrac. Représentations de cosaques de l’escorte impériale. Konvoï. H. 120 x L. 82 cm. Entoilée. T.B.E. Représentations de cosaques de l’escorte impériale. Konvoï. – Афиша русской конно-этнографической выставки. 1895. Марсово Поле. Houbrac. Представления казаков Императорского конвоя. 120 х 82 см. Дублирование. 600/800 €

Quatre planches polychromes de Bilibine, Les contes des mille et une nuits. Fernand Nathan éditeurs. B.E. Lithographies en couleur, numérotées et signées dans la planche. Vers 1932-1938 – Le cheval enchanté – Sindab le marin – Le Chasseur – Alladin ou la lampe merveilleuse H. 34,2 x L. 90,5 cm. Entoilées. B.E. – Четыре полихромных билибинских листа, сказки «Тысяча и одна ночь». Изд. Фернан Натана. Дублирование. – Алладин – Синдбад Мореход – Очарованная лошадь – 34,2 х 90,5 см. Дублирование. 6000/8000 €

 

Rare samovar en argent 84 zolotniks (875 millièmes) repoussé et ciselé, le corps piriforme avec anses élevées, le couvercle pourvu de deux boutons, le fut balustre en partie ajouré à décor floral, la base polylobée reposant sur quatre pieds boules, garnitures en corne, intérieur vermeil. Très bon état, léger accident à la garniture du robinet. Saint-Pétersbourg, 1861. Orfèvre : I. SAZIKOV, avec aigle de Fournisseur de la Cour impériale. Maître-essayeur : A.N Mitine (actif 1842-1877). Porte également les poinçons d’importation du grand-duché de Finlande (d’après 1810, de titre « 813 H » et de la ville d’Helsinki). H. 44 x L. 33 cm. Poids brut : 3925 g (environ). Références : Ignati Pavlovitch Sazikov (1793-1868), fils du fondateur de la firme, Pavel Fedorovitch, reçoit en 1837 le privilège de fournisseur de la Cour impériale de Russie. Références : Ignati Pavlovitch Sazikov (1793-1868), fils du fondateur de la firme, Pavel Fedorovitch, reçoit en 1837 le privilège de fournisseur de la Cour impériale de Russie. Редкий самовар. Серебро, резное и чеканное. Проба 84. Грушеобраный корпус с высокими ручками. Крышка с двума хватками. Поддон украшен цветочным орнаментом, на четырех ножках в виде шариков. Отделка из кости. Внутренняя часть корпуса позолоченная. Состояние очень хорошее. Незначительное повреждение отделки крана. Санкт-Петербург, 1861 г. Ювелир: И. САЗИКОВ, клейма : изображение орла – поставщик Императорского двора. Пробирный мастер: А.Н. Митин (годы службы:1842-1877 гг). Имеются также клейма для импорта в Великое княжество Финляндское (после 1810 г. проба «813 H» и город Хельсинки). 44 x 33 см. Вес брутто: 3925 г (приблизительно). 6000/8000 €

 

Centre de table servant de coupe à fruits en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à double anse en forme de buste de femme, monté sur quatre colonnes corinthiennes reposant sur un socle ovale en onyx vert. Il est gravé d’une dédicace en russe « À notre cher directeur F.F. Proillar. En souvenir. La direction et les ouvriers des verreries du sud de la Russie ». Plaquettes avec les dates 18/VI 1902 et 13/VI 1911. Avec une doublure en cristal taillé. B.E. (usures et petit accident au socle). Moscou, 1908-1917. Orfèvre : Mikhaïl TARASOV. H. 22,5 x L. 32 cm. Poids brut : 3790 g (environ). Украшение центральной части стола. Чаша для фруктов. Серебро. Проба 84. Две ручки в форме женского бюста. На четырех коринфских колоннах, на подставке из оникса. На пластинке выгравировано посвящение «Нашему дорогому директору Ф. Ф. Пройларь. На память. шефы и рабочие зеркальных заводов юга России ‘’. Даты 18 / VI 1902 и 13 / VI 1911. Хрустальная обкладка. Состояние хорошее. (потертости и незначительные повреждения у основания). Москва, 1908-1917 гг. Ювелир: Михаил ТАРАСОВ. 1800/2500 €.

 

Belle paire de cuillères à caviar en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), à décor niellé représentant notamment la cathédrale de l’Annonciation au Kremlin de Moscou, manches torsadés. Dans leur écrin de présentation de la Maison Proudnikov. B.E. (taches). Moscou, 1908-1917. Orfèvre : MC possiblement pour Maria Semenova. L. 18,5 cm. Poids brut total : 170,6 g. Две ложки. Серебро. Черная эмаль 1000/1500 €

 

Étui à cigarettes en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à décor repoussé d’une jeune amazone avec son cheval. Fermoir avec pierre verte. B.E. Inscription gravée : « Cher Robik, de papa et maman, 3/VII/ 51 ». Moscou, 1908-1917. Orfèvre : M.oHb, non identifié. H. 11x L. 8,5 cm. Poids brut : 222,6 g. Портсигар. Серебро. Амазонка и лошадь. Застежка с камнем Клеймо «84» Московский кокошник 1908 г. Ювелир: М. онб, неизвестен. Выгравированная надпись: «Дорогому Робику, от папы и мамы, 3 / VII / 51». 11x 8,5 см 400/600 €

 

Boucle de ceinture caucasienne en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor émaillé polychrome cloisonné de rinceaux feuillagés, se fermant par un kindjal miniature également émaillé. B.E. (légères usures). Saint-Pétersbourg, 1908-1917. Orfèvre : A.K. Dalman. L. 7,5 cm. Poids brut : 54,2 g. Эмалированная кавказская бляха. Серебро. Два полихромных эмалированных элемента, закрытых эмалевым кинжалом. Клеймо, 84, Петербургский кокошник 1908 г. Ювелир А.К. Далман. 7,5 см, 300/500 €.

 

Pot couvert probablement à col en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), à décor émaillé polychrome cloisonné de tulipes stylisées à la manière des émaux de Solvychegodsk ou Usolsk du XVIIe siècle sur un fond crème dans des réserves se dégageant d’un fond vert olive, le corps en forme de bulbe reposant sur un piédouche bordé de perles émaillées rouge. B.E. Moscou, 1899-1908. Orfèvre : Feodor RÜCKERT. H. 7,5 cm. Poids brut : 81,6 g. Сосуд с крышкой, вероятно, для клея. Проба 84. Полихромная эмаль. Москва, 1899-1908 гг. 400/600 €.

 

Épingle en or russe 56 zolotniks (583 millièmes) retenant deux œufs miniatures pendentifs montés en or (750 millièmes, probablement non russes), l’un en pierre dure bleue, l’autre émaillée rouge guilloché. Bon état. Saint-Pétersbourg, 1908- 1917. Orfèvre : illisible. L. 3 cm. Poids brut total : 11,4 g. Булавка русская, золото. Проба 56. Два миниатюрных яйца-подвески, проба 750. Вероятно, не русские. Состояние хорошее. Санкт-Петербург, 1908- 1917 гг.` 200/300 €.

 

Cafetière en porcelaine du service du Cottage de Péterhof. À décor central sur chaque côté du blason du palais à fond bleu figurant une épée traversant une couronne de roses, entouré de l’inscription en russe sur fond or : “Pour la Foi, le Tsar et la Patrie”. Deux éclats à la base, un au bec verseur avec un fêle et anciennes restaurations (en l’état). Manufacture impériale de Porcelaine, Saint-Pétersbourg, époque Alexandre III, datée 1885. H. 21,2 cm. 600/800 € Provenance : Service commandé entre 1827 et 1829 par l’empereur Nicolas Ier (1825- 1855) pour le Palais Alexandria dit “Cottage”, demeure néogothique construite dans le parc Alexandria de Péterhof par l’architecte A. A. Menelaus et offerte par le tsar à son épouse l’impératrice Alexandra Féodorovna. Ce service, utilisé pour le dîner, le dessert et le thé/café, était composé à l’origine de 530 pièces, il fut doublé en 1835 puis réassorti jusqu’au règne de Nicolas II, et était accompagné d’un service en cristal orné du même blason dont nous présentons ci-après un verre. Ce motif intitulé “Fleur Blanche”, conçu par le poète Joukovski, fut inspiré d’un des personnages du roman de “L’Anneau magique” par le chevalier de La Motte-Fouqué, et c’est ainsi que l’on surnommait l’impératrice Alexandra Féodorovna, née princesse Charlotte de Prusse, qui utilisa ce blason pour sa résidence privée du Cottage. Кофейник, фарфор. Из сервиза « Коттеджа » в Петергофе. Каждая сторона украшена дворцовым гербом. 500/700 €.

 

Rare assiette en porcelaine, réassort du service “aux camées” de l’impératrice Catherine II. Manufacture impériale de Porcelaine, SaintPétersbourg, époque Nicolas Ier (1825-1855). Marque en bleu sous couverte au chiffre du tsar Nicolas Ier. B.E. (légères restaurations au fond bleu). D. 27 cm. Provenance : – Au mois de Juillet 1776, une commande particulière de l’impératrice Catherine II de Russie parvient à la manufacture royale de Sèvres par l’intermédiaire de son ambassadeur le prince Bariatinsky. Il s’agit d’un service de table pour 60 convives, qui sera le « plus important et le plus onéreux » que la Manufacture ait jamais réalisé. Из сервиза «Камея», императрицы Екатерины II. Осуществлялось пополнение. Императорский фарфоровый завод. Санкт-Петербург, при Николае I (1825-1855). Клеймо синего цвета, вензель Николая I. 4000/6000 €

 

Ensemble de 4 tasses de forme évasée et leurs soucoupes en porcelaine, à décor noir et or sur fond violet ou vert représentant la flèche de l’île Vassilievski à Saint-Pétersbourg et d’un trophée à la Marine avec ancres dans des cartouches de style néoclassique. Bon état. Manufacture Lomonosov, Léningrad, époque soviétique (marquées). H. 9,5 x D. 16 cm. Чашка в форме факела и блюдце. Фарфор с черным и золотым орнаментом на фиолетовом фоне. Памятник гавани и трофей с якорями, для морского флота. 600/800 €.

 

TOURGUENEFF Pierre Nicolaiévich (1854-1912). Cheval au pas. Bronze, signé sur la terrasse “P. Tourgueneff” (manque le rêne fixe sur sa gauche). Fonte du début du XXe siècle. H. 31 x L. 34 cm. П. H Тургенев. Лошадь на прогулке. Бронза. Подпись ‘’’П. Тургенев’’ на основании. Начало XX в. Состояние хорошее. 1800/2000 €.

 

Tirelire en cuivre martelé, de forme circulaire, la prise formée par la figure de Baba Yaga, ouverture à charnière, avec fermoir. B.E. Manufacture Stroganov, vers 1900. Marque au dos. H. 11,7 x L. 11 cm. L’école de Stroganov fut fondée à Moscou par le comte Sergei Grigoryevich Stroganov en 1825 et devint officiellement l’Institut Impérial Stroganov pour les Arts Industriels en 1901 lorsqu’elle fut placée sous le patronat de la sœur de l’impératrice, la grande-duchesse Elisabeth (1864-1918). L’atelier de cuivre de l’Institut ouvrit ses portes en 1902, les étudiants suivaient alors un cursus de 8 ans et étaient encouragés à créer leur propre style en plus de copier les œuvres de renom. Ce plat apparaît comme une composition originale. Pour le Tricentenaire des Romanov en 1913, les étudiants de l’école Stroganov ont réalisé plusieurs objets pour les membres de la Famille impériale, notamment le plat monumental représentant des scènes de l’élection de Michael Romanov au rang de tsar, qui fut présenté à l’empereur Nicolas II. Копилка. Медную, чеканная. Форма круглая. Ручка в виде силуэта Бабы Яги. Шарнирное отверстие с застежкой. Завод: СТРОГАНОВ, около 1900 г. 800/1200 €.

 

Grande aiguière en cuivre, à décor repoussé et martelé de style Art Nouveau, l’anse, le bec verseur et la base dorés. Gravé sur la base circulaire en russe et en latin de la devise : “Au cher Prince de la part de Kostia, Otto, ?, in vino veritas, 1914, II, 25”). Bec verseur à ressouder. Russie, circa 1914. H. 36 cm. Большой кувшин. Медь. Стиль ар-нуво. Ручка и носик позолоченные. Выгравированы на круговой основе на русском и латинском девизе: «Дорогому Князю оть Кости, Отто, Гаврюши, Истина в вине, 1914, II, 25». Носик кувшина нуждается в пайке. 800/1000 €

 

Paire de bottes de jeune fille en cuir brun et polychrome, intérieur en tissu rouge. B.E. Russie, début du Xxe siècle. H. 34 x L. 22 cm (taille environ 33). Пара сапог. Кожа. Коричневый фон и полихромная отделка. Внутренняя отделка из красной ткани. Состояние хорошее. Россия, начало XX в 200/300 €.

 

Plaque de l’ordre de Saint André le Premier grade. Russie, début du XIXe siècle. Modèle typique des fabrications de la première partie du règne d’Alexandre I. Aigle noire brodée avec croix de Saint André sur la poitrine. Inscription pour la Foi et la Fidélité brodée, rayons argent garnis de canetilles. D. 11 cm. E.M. Premier ordre russe créé par Pierre le Grand en 1698. Il ne fut jamais largement attribué, moins de 900 récipiendaires à la fin de la monarchie. D’abord brodées, les plaques en argent et émail commencent à apparaître vers 1812 et ne se généraliseront qu’au milieu du XIXe s. Шитая звезда ордена св. Андрея Первозванного. Начало XIX в. Металические звезды появились только в 1812 г. Типичный образец начала царст. Александра I. 11 см 2500/3000 €.

 

Croix de Saint-Stanislas de 3e classe avec glaives. Or 56 zolotniks (583 millièmes) et émaux. Orfèvre : Vera Dietvald pour Edouard. 1908-1917. Ruban d’origine, avec une boîte ancienne. D. 4 cm. Poids brut : 16,1 g. Крест святого Станислава, «3-й степ. с мечами. Золото. Клеймо: Вера Дитевальд. Эдуард. «56» кокошник 1908 г. Кокошник на рукояти мечей. Собственная лента с коробкой, старого образца. 800/1000 €.

 

Lot de 3 décorations : – Jeton du 4e Tirailleurs de la Famille Impériale. Attribué à A. Tchernichev, 25/VIII/ 1915. 1ere promo. Bronze avec sa chainette. 24,8 mm. B.E. – Médaille pour le zèle. Nicolas II. Argent. 30 mm. – Médaille pour la guerre Russo-Turque. 1877-1878. Bronze foncé. 26,5 mm. On y joint un œuf pendentif à décor émaillé (H. 2 cm) et un bouton de col niellé (D. 3 cm). Жетон л.г. 4-го Стрелкового полка (Императорской семьи). Вручена А.Чернышову, 25/VIII/ 1915. Бронза. 24,8 мм Медаль за усердие. Николай II. Серебро. 30 мм Медаль за Турецкую войну, 1877-1878. Темная бронза. 26,5 мм Небольшое пасхальное яйцо. Бронза. Эмаль. 10 x 19 мм Пуговица, выполненная в кавказском стиле. Диаметр: 30 мм 150/200 €.

 

Uniforme de petite tenue de chambellan, règne de Nicolas II. Bon état et complet, doublure soie. On y a rajouté des pattes d’épaule de fonctionnaire. A la poitrine médaille argent « pour le zèle » et aigle de cuivre fabriquée en France lors de l’Alliance franco russe. Avec une épée de fonctionnaire modèle 1855, de belle qualité, avec fourreau et dragonne en cannetille. Вицмундир придворных чинов 1855-1917 гг. Шпага гражданских чиновников, обр. 1855 г. С темляком 4500/6000 €

 

Giberne d’officier de la cavalerie de la Garde. Mod. 1889. Une pointe de rayon de l’étoile cassée. H:8,5 x L: 16,5 x P: 3,5 cm Лядунка офицерская, Гвардейская кавалерия. Обр. 1889 г. Утрачен кончик одного луча. 1000/1200 €.

 

Sabre caucasien, Daghestan. Début XXe s. Eléments métalliques à gravure profonde, travail de Lak. Garde à croisée entièrement en argent avec tête d’aigle. Lame réglementaire russe mod. 1909 avec monogramme d’Alexandre III (Empereur sous le règne duquel l’officier a été breveté) et sur l’autre face l’aigle impériale. Fourreau bois et cuir, trois garnitures argent niellé, sur une, face intérieur, inscription « Caucase ». Usure au cuir. L. 96 cm. Сабля кавказская. Дагестан. Начало XX в. Крестовина рукояти полностью серебряная с головой орла. Лакская работа. Русский армейский клинок, обр. 1909 г. С вензелем Александра III и Императорским орлом. Ножны из дерева и кожи. Три прибора, черненое серебро. Надпись «Кавказ». Дл. 96 см- 1800/2000 €.

 

Boîte pour sceau impérial en cuivre estampé, frappé de l’aigle impériale de Russie. B.E. Russie, époque Catherine II (1762-1796). D. 17,5 cm. Коробка для хранения печатей. Штампованная медь, с изображением Императорского орла. Царствование Екатерины II. Диаметр 17,5 см, толщина 2,2 см. Хорошее состояние. 400/600 €.

 

BRUCKOY, école russe du début du XXe siècle. Portrait en pied d’un chevalier-garde. Sculpture en régule, sur un socle circulaire inscrit Russie et signé sur la terrasse en lettres latines. Sur un socle rond en bois noirci. Usures, traces de dorure. H. 54 cm (hors socle). Статуэтка. Кавалергард в полный рост. Баббит. На круглом цоколе, надпись «Россия». Основа, деревянная, круглая. 700/1000 €

 

SAINT-PETERSBOURG. Plan-Guide dressé par le Conseil municipal de St. Pétersbourg en 1897, SaintPétersburg, imprimerie P. Jablonsky, 1897, 128 p., in-8, reliure en percaline bleue ornée en couverture du blason de la ville, texte en français. САНКТ-ПЕТЕРБУРГ. ПЛАН-ГИД, 1897 г. 180/250 €.

 

DRONNIKOV Nikolaï (né en 1930). Portrait de Serge Lifar. Encre sur papier, monogrammée en bas à droite et daté 9. VII. (19)81. Encadré. H. 32 x L. 24,5 cm. ДРОННИКОВ Николай (род. в 1930 г) Портрет Сергея Лифаря. Бумага.Чернила. Инициалы внизу справа и дата 9. VII. (19) 81. В раме. 200/300 €

BOGDANOFF-BELSKY Nikolaj (1868 – 1945) Paysan à la croix de l’ordre de Saint Georges. Huile sur toile d’origine 48 x 58 cm Signe en bas à gauche en cyrillique Bogdanoff – Belski. Sera inclus ds le catalogue raisonné d’Alexandre Kuznetscov БОГДАНОВ-БЕЛЬСКИЙ Николай (1868-1945) Крестьянин с крестом ордена Святого Георгия. Масло, холст. Подпись внизу слева на кириллице. 5000/7000 €.

 

ZANKOVSKY Ilya Nicolaiévitch (1832-1919). Vallée dans le Caucase au clair de lune. Huile sur toile, signée en bas à gauche et datée 1919. Restaurations et léger accident. H. 105 x L. 60 cm. Provenance : collection Antonina Klichova (1909- 2002), amie de l’artiste, puis par descendance. Biographie : Zankovsky a suivi des cours à l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg (1862-1863). Il vécut dans le Caucase, à Tiflis, où il a principalement peint des paysages, travaillé la technique de l’aquarelle. Ses peintures ont été exposées à la Société caucasienne pour la promotion des beaux-arts, à la Société d’assistance mutuelle des artistes du Caucase, ainsi qu’a la Société des aquarellistes russes. Ses œuvres sont représentées dans un certain nombre de collections régionales de musées en Russie (musée régional des beaux-arts d’Omsk, musée d’art d’Odessa, musée régional du Daghestan), au Musée national russe ainsi que dans des collections privées et à l’étranger. ЗАНКОВСКИЙ Илья Николаевич (1832-1919). Долина в лунном свете на Кавказе. Холст, масло. Подпись слева внизу. Датировано 1919 годом. Провенанс: Коллекция Антонины Клишовой (1909-2002). 15000/20000 €.

 

KOROVINE Aleksei (1897 -1950) Paysage au manège Huile sur isorel 74,5 x 106 cm Non signé КОРОВИН Алексей (1897-1950). Пейзаж с каруселями. Масло, изорель. Без подписи. 5000/7000 €

 

 

ERTÉ, Romain de Tirtoff dit (1892-1990), d’après. La demoiselle à la balancelle. Miroir rond orné d’une superbe monture en bronze argenté de style Art Nouveau. Signé au dos dans un triangle ERTÉ PARIS 1907. Modèle tiré à 10 exemplaires. H. 45 cm. La Demoiselle à la balancelle est une des premières sculptures, si ce n’est la première, de Roman Petrov de Tyrtov (Erté). Réalisée à l’âge de 15 ans lors d’un premier voyage à Paris en 1907, cette œuvre est d’une facture moins précise que les autres de ses sculptures, mais contemporaine de l’Art Nouveau. Erté l’a tellement considérée comme mineure qu’elle ne parait pas dans sa biographie officielle. ЭРТЕ, Роман Тыртов (1892-1990). Девушка на качелях. Круглое зеркало украшено превосходной серебряной бронзовой рамкой в стиле ар-нуво. Подписано на оборотной стороне ERTÉ PARIS 1907. 1500/2000 €.

 

Constantin TERECHKOVITCH (Moscou 1902 – Monaco 1878) Femme à la voilette Huile sur toile d’origine 62 x 51 cm Signé et daté sur le côté à droite C. Terechkovitch 37 ТЕРЕШКОВ.ИЧ Константин Андреевич (1902-1978). Женщина в фиолетовом. Холст, масло. Подписано C. Terechkovitch и датировано 1937 годом с правой стороны. 2500/3500 €.

 

KALMAKOFF Nicolas (1873 – 1955) Princesse au cerf.  Huile sur carton 38 x 72,5 cm Signé du cryptograme et daté 1925 en bas à gauche КАЛМАКОВ Николай (1873-1955). Принцесса с оленем. Масло, картон. Подпись в виде криптограммы внизу слева. Датировано 1925 годом. 10000/15000 €.

 

LARIONOV Mikhaïl (1881-1964), attribué à. Composition rayonniste. Aquarelle sur papier, monogrammée en bas à droite. H. 24 x L. 39 cm. ЛАРИОНОВ Михаил (1881-1964). Конструктивистская композиция. Акварель, бумага. Присутствует монограмма художника внизу справа. 700/1000 €.

 

RUSAKOV Svetozar Kuzmich (1923-2006). Le loup et le vieux pécheur. Celluloïd. Séquence de film animé, 16e série. Numéroté 67 et 41A. Encadré. H. 25 x L. 32,5 cm. Provenance : conservé par la fille de l’artiste РУСАКОВ Светозар Кузьмич (1923- 2006). Волк и старый рыбак. Целлулоид. Анимированная раскадровка, 16 серия. 67 и 41A номер. 600/800 €.

En vente une série de 28 gouache à vendre également de cet artiste, qui travailla dans le studio d’animation «Soyuzmultfilm» dans le département d’animation dessinée à la main et il etait le chef de production de la plupart des films de V.M. Kotenochkin. 

 

DRONNIKOV Nikolaï (né en 1930). Début de l’hiver. Huile sur toile, monogrammée en bas à droite et datée 1997. Encadrée. H.72 x L.99 cm. ДРОННИКОВ Николай (род. в 1930 г.). Начало зимы. Холст, масло. Имеется монограмма автора внизу справа, Датировано 1997 годом. 600/800 €.

 

Expositions Publiques:  Vendredi 7 décembre de 11h à 18h

Experts:  Maxime CHARRON 124 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris expert@maxime-charron.com 06 50 00 65 51

Gérard GOROKHOFF Tél: 06 75 10 64 94

Hotel Drouot: salle 15 vente à 11h et 14h

9 rue Drouot, 75009 Paris

Métro: Richelieu Drouot (lignes 8 & 9)

Bataille de Borodino ou bataille de la Moskova.

Nous ne pouvons pas inviter l’Autriche-Hongrie, mais nous pouvons inviter l’Autriche“, ainsi que les dirigeants d’autres pays qui n’existaient pas il y a 200 ans, a pour sa part indiqué le chef de l’administration présidentielle russe Sergueï Ivanov, qui présidait la réunion. Il a appelé le ministère à étudier cette question. Plusieurs ambassadeurs seront invités mais pas les chefs d’états.

Reconstitution de la bataille de Borodino

Plusieurs pays européens participeront aux célébrations. Selon le vice-premier ministre russe Alexandre Joukov, un descendant de Napoléon se rendra en Russie pour les festivités. Une traversée équestre de trois mois reliant la Russie à la France est organisée en juin 2012.

Une fête se déroulera sur le champ de Borodino, théâtre de la fameuse bataille franco-russe de 1812 que les Français appellent la bataille de la Moskova, avec la participation de clubs de l’histoire militaire de France, de Pologne, de Belgique et d’Ecosse. Fêtes lancées en juin, qui se prolongeront jusqu’à la fin de l’année, soit une durée équivalente à celle des combats qui ont fait rage en Russie en 1812.

Carte de la bataille de Borodino le 7 septembre 1812.
En bleu l'armée française et en rouge l'armée russe.

Les informations présentées par le projet présentent de manière détaillée les prémisses et les conséquencesde la guerre, la répartition des forces avant le début des combats et les pertes militaires des pays, les équipements et les armes du début du XIXe siècle et le bilan desbatailles. Les principaux événements de la campagne, la disposition des forces ennemies, les déplacements des armées et les lieux des batailles seront présentés sur une carte interactive.

 Les cuirassiers saxons de Latour-Maubourg attaquent les cuirassiers russes.
La redoute Raevsky se trouve à droite, dans la fumée.
À l'arrière-plan, on distingue l'église de Borodino

Le 26 août 1812, les deux armées immenses – russe, dirigée par Koutouzov et la Grande Armée de l’Empereur français Napoléon se sont rencontrées face à face. Les français fonçaient vers Moscou, l’ancienne capitale russe pour frapper la Russie eau cœur. Koutouzov a décidé de donner l’ assaut général dans le champ de Borodino, ayant  appliqué au préalable la politique de la terre brûlée sur près de 2 000 km entre la frontière russe et Moscou

Le général Koutouzov sur le champ de bataille de Borodino.

Dans le village de Gorki, où était situé son poste de commandement, s’élève le monument à Koutouzov, raconte Ludmilla Tourachova,  employée du musée militaire et historique de Borodino:
” Cet obélisque tétraédrique en granit rouge est couronné par l’aigle de bronze qui plane – le symbole de la victoire. Sur l’obélisque, on voit une  épée dorée – l’avertissement  aux ennemis sur le châtiment. Sur le bas-relief de bronze, est  représenté Koutouzov avec ses compagnons d’armes le jour de la bataille. Sur le piédestal, on peut lire ces paroles : l’Ennemi est rejeté ».

Monument à la gloire du général Koutouzov.

Tout le champ de Borodino est couvert de monuments. Ils s’y trouvent par groupes, ou séparément, au milieu

des vastes prairies. Ce sont des tours, des obélisques, des colonnes,  des pierres de forme irrégulière.

Principal monument (27 mètres de hauteur) à la gloire de cette victoire .

Sur eux, on voit des aigles en  bronze, des bas-reliefs, des couronnes de laurier et des croix de Saint-Georges.

Un des monuments.

Au centre du champ de Borodino, il y a un musée militaire. Le bâtiment moderne a été construit en 1912.

Musée historique de Borodino .

Devant le musée, on voit  les canons de l’armée napoléonienne. Au seuil du 200ème  anniversaire de la bataille de Borodino et le jour de la bataille, le 7 septembre, à Borodino se passeront diverses manifestations. Une fête se déroulera sur le champ de Borodino, théâtre de la fameuse bataille franco-russe de 1812 que les Français appellent la bataille de la Moskova, avec la participation des clubs de l’histoire militaire de France, de Pologne, de Belgique et d’Ecosse.

Un musée de la Guerre de 1812 sera inauguré dans la capitale russe à l’automne prochain, cent ans après l’adoption de la décision portant sur sa création. Il sera rattaché au Musée historique d’Etat“, a déclaré M.Boussyguine intervenant lors d’un congrès des descendants de participants à la Guerre de 1812.

La décision de créer ce musée a été prise en 1912. Une importante collection a été rassemblée grâce aux familles des participants des campagnes de 1812-1814. La Première Guerre mondiale, la révolution bolchévique de 1917 et l’instauration du pouvoir soviétique ont empêché la réalisation de cette initiative.

M. I. Koutouzov sur le champ de bataille de Borodino(toile de Guerasimov) 

Moscou possède un musée-panorama “Bataille de Borodino”, hébergeant une installation panoramique consacrée à l’une des plus grandes batailles de la Guerre de 1812.

Musée du panorama de Borodino à Moscou.(38, Kutuzovsky prospect)

C’est à moins de 150 km de Moscou que se déroula à Borodino, le 7 septembre 1812, l’une des batailles les plus importantes de la campagne de Russie.

Elle opposa les armées françaises de Napoléon (130 000 hommes, 28 000 cavaliers, 587 canons) aux armées russes dirigées par Koutouzov (135 000 hommes, 25 000 cavaliers, 624 pièces d’artillerie).

Korneev et ses cuirassiers contre les troupes françaises.  

Les combats durèrent plus de quinze heures sous un feu ininterrompu, semblable au roulement du tonnerre selon les dires des témoins.

Napoléon a dit:”Des cinquante batailles que j’ai données, la plus affreuse est celle livrée par moi devant Moscou. Les Français s’étaient montrés dignes d’être vainqueurs, les Russes avaient conquis le droit d’être considérés comme invincibles“.

La bataille de Borodino fut terrible en pertes humaines : 20 000 blessés et 10 000 tués chez les Français dont les généraux Montbrun, Caulaincourt, Compère, Plauzonne, Lanabère, Romeuf, Marion et Tharreau ; 35 000 blessés et 15 000 tués chez les russes dont les généraux Bagration, Kutaizov et Toutchkov.

Reconstitution d'une charge .

Le projet spécial “1812. Guerre et Paix. Nouvelle vision” faite suite à la série de programmes éducatifs, informationnels et historiques réalisés par RIA Novosti, comme les projets Titanic, Gogol. 200 ans, Bataille de Poltava, Tchekhov-2010, Gagarine, qui présentent sous une forme accessible et populaire des faits historiques célèbres, en les combinant avec des éléments interactifs divers et variés – jeux, quiz, mots-croisés, concours et contenu multimédia.

Pour le 200ème anniversaire sont attendus pas moins de 300 000 spectateurs venant des quatre coins du monde.
Participeront à la reconstitution près de 3000 fantassins, 250 cavaliers et un grand nombre d’artilleurs et leurs canons.

Les reconstitutions se passeront les 1er et 2 septembre 2012, sur la grande plaine de Borodino à quelque 100km à l’ouest de Moscou. La grande reconstitution ayant lieu le 2 septembre .

Des invités de France, d’Autriche, de Pologne et d’autres pays européens, les représentants des milieux scientifiques, culturels et religieux russes, ainsi que des descendants des participants à la bataille de Borodino de 1812 et les anciens combattants de la Grande guerre patriotique de 1941-1945 participeront aux festivités.

Le président russe Vladimir Poutine assista dimanche 2 septembre à une cérémonie commémorative.

Toute la population s’est élevée contre les envahisseurs. Son héroïsme sans précédent, sa force spirituelle et son attachement profond à sa terre ont donné à notre pays une immense force qui n’avait jamais été observée auparavant“, a déclaré M. Poutine au pied d’un monument érigé sur l’ancien champ de bataille.

Le président russe a ensuite salué les personnalités et notamment Valéry Giscard d’Estaing qu’il a remercié “infiniment” d’être venu à Borodino assister à cette reconstitution à laquelle l’Etat russe a consacré 36 millions de roubles (près de 900.000 euros).

“La France et la Russie ont été du même côté pendant les deux guerres mondiales”, a dit l’ancien président français à M. Poutine, selon les images de la chaîne de télévision publique Rossia 24.

“On a passé plus de temps ensemble qu’à se faire la guerre”, lui a répondu M. Poutine, soulignant que “la France avait presque toujours été un partenaire stratégique de la Russie”.

Sur le champ de bataille entouré d’une forêt, des cavaliers de la garde impériale russe ont affronté des soldats à cheval de la Grande Armée de Napoléon équipés de fusils à silex (l’arme des guerres napoléoniennes).

Fusil à silex Pressol et Martin.

Parmi les 3.000 acteurs, des centaines d’hommes en costume d’époque de part et d’autre, armés de sabres et d’épées, ont avancé en rangs serrés et se sont livrés à des combats sous les yeux et les acclamations de nombreux spectateurs – jusqu’à 300.000 selon les organisateurs – hommes, femmes et enfants qui ont bravé le froid automnal (10 degrés Celsius) et la pluie fine.

Pour vous rendre à ces manisfestations Artcorusse vous propose

de cliquez dans la bannière ci-dessous:

Les adhérents d'Artcorusse ont un avantage non négligeable 
renseignements à notre secrétariat.


Le 12 août à Moscou, les cosaques en cosatumes d'apparat, ont entamé leur route qui
les mènera en Biélorussie, en Pologne, en Lituanie, en Allemagne, puis en France.
Crédits photo : SERGEI KARPUKHIN/REUTERS

Autre fait marquant des célébrations du bicentenaire, une vingtaine de cosaques russes sont

partis début août de Moscou à cheval en direction de Paris, randonnée  organisée par Pavel Mochtchakov, sous la direction de l’Ataman  Alexandre Koliakine.

L'Ataman Alexandre Koliakine

Pour un voyage de plus de 2.500 kilomètres sur les traces de leurs ancêtres qui avaient

poursuivi Napoléon en 1812 après sa campagne en Russie.

Six pays vont être traversés, la Russie, le Bélarus, la Pologne, la Lituanie, l’Allemagne et la France

Video Ria Novosti: (CLIQUEZ)

Ils ne pourront rentrer dans la capitale, le Quai d’Orsay ayant décidé de les recevoir

sollennellement à Fonteinebleau, où Napoléon Ier avait abdiqué en 1814.

Une fois sur place, ils espèrent, mais sans les chevaux cette fois,

aller jusqu’à Paris et se “laver les pieds dans la Seine”,

ironise le chef Alexandre Koliakine.

l'Ataman Alexandre Koliabine

Les cosaques russes, qui participent à une traversée équestre Moscou-Paris à l’occasion du bicentenaire de la victoire russe dans la Guerre patriotique de 1812, ont quitté jeudi 6 septembre Varsovie, soit 26 jours après leur départ de Moscou et ont déja parcourue 1 250 km.

25
Fév

Forum franco-russe sur l’intelligence artificielle

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

 

Vendredi 26 février 2021 à partir de 9h

1er Forum franco-russe sur l’intelligence artificielle 

en visioconférence

 

Dans le cadre de l’événement, il est prévu de discuter l’application des technologies utilisant l’intelligence artificielle dans des domaines suivants: Santé, Environnement, Industrie, Transports, Energie.

Les représentants des milieux d’affaires français et russes, des organisations scientifiques, des instituts du développement et des autorités exécutives chargées de ce sujet, ainsi que des représentants de l’Alliance pour le développement de l’intelligence artificielle des deux pays sont invités à participer au Forum.

Le Forum est organisé à l’initiative de la Mission commerciale de Russie en France avec le soutien du Ministère russe du Développement économique , sous la tuttelle de la plateforme franco-russe des sociétés civiles «Dialogue de Trianon» et en partenariat avec le Centre de Russie pour la science et la culture à Paris.

Langues de travail: russe et français.

Pour participer au Forum l’inscription préalable est obligatoire:

CLIQUEZ

15
Fév

7ème Festival du film russe, Niort

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

7 ème Festival du Cinéma Russe de Niort

” Beaux Baisers de Russie “

du mercredi 24 au samedi 27 mars 2021

Cinéma CGR, Niort

Sacha Tarantovitch

Invitée du 7ème Festival de Cinéma Russe de Niort: SACHA TARANTOVITCH, jeune actrice russe qui réside en France, élève du Cours Florent de 2008 à 2011, elle est connue des téléspectateurs pour sa participation dans la série populaire PLUS BELLE LA VIE, elle a joué dans plusieurs films et pièces de théâtre.

I.

CYCLE de l’acteur DANILA  KOZLOVSKI

VIKING – LA NAISSANCE D’UNE NATION, Histoire, 2016 – 2H13

(Викинг)

Réalisation : Andrei KRAVTCHOUK

Le film est inspiré de la Chronique des temps passés, annales du XIIe siècle. C’est l’histoire du Prince Vladimir de Novgorod qui s’empare du pouvoir en Russie et qui convertit le pays à l’Orthodoxie.

Andreï Iourievitch Kravtchouk (Андрей Юрьевич Кравчук) est un réalisateur et scénariste russe, né le 13 avril 1962 à Léningrad en URSS. Diplômé avec mention de la Faculté de mathématiques et de mécanique de l’Université d’Etat de Léningrad. Mais ayant rencontré Alexeï German qui lui a proposé de travailler comme assistant réalisateur dans le film d’Efim Gribov “Nous allons en Amérique“. Après le tournage, Andreï Kravtchouk est entré à l’Université de cinéma et de télévision de Saint Pétersbourg dans le cours de Semiyon Aranovitch, après quoi il rentre  dans le studio Lenfilm.

Il a commencé comme auteur et scénaristes de courts métrage et de documentaire , il a l’opportunité de créer une image artistique de la vie autour de lui. Lorsque, au début des années 2000, en l’honneur du 85e anniversaire de Lenfilm, a commencé la création du cycle Réalisateur: Profession et Destin, l’étudiant a filmé le film de 38 minutes «Semyon Aranovich. La dernière image.

 La biographie de Kravtchouk a commencé en 2005, lorsqu’il a présenté  le long métrage “L’Italien“, qui a fait vibrer ses collègues et a été nominé pour un Oscar dans la nomination “Meilleur film étranger”.  Ensuite, il réalisa “Admiral”, qui a été dans les cinq films les plus rentables du cinéma russe moderne. Ce film a remporté la deuxième place au box-office en 2008 et  a reçu de nombreux de prix, dont le prestigieux Golden Eagle Award.

m

AMELESS, Fiction, 2011 – 2H45

(ДухLess)

Réalisation : Roman PRYGOUNOV

Inspiré par le roman de Serguei Minaev, l’action se déroule dans le Moscou branché des années 2000 . Le héros un jeune cadre d’une banque franco-russe, avide de sensations, achète un night-club avec un ami…les ennuis commencent…

m

L’ESPION, Fiction, 2012 – 1H44

(Шпион)

Réalisation : Alekseï ANDRIANOV

En 1941 avant le début de la guerre entre l’Allemagne et l’URSS , les services allemands veulent tromper Staline au sujet de l’invasion de l’URSS . Le major Oktiabrski et le lieutenant Dorine se battent pour contrer les agents d’Hitler.

II.

CYCLE  ANDREÏ  KONTCHALOVSKI

d’hier et d’aujourd’hui

Metteur en scène complet, Andreï Kontchalovski est attentif à tous les aspects de ses films. Avant d’entreprendre des études de cinéma, il est dans sa prime jeunesse un pianiste émérite au Conservatoire de Moscou. Plus tard, il attache toujours une profonde importance à la musique dans ses films. Kontchalovski  appartient à la génération des années 1960, la plus brillante du cinéma soviétique depuis celle des années 1920, celle qui, grâce au dégel khrouchtchévien, redonne tout son éclat au cinéma de son pays. Contrairement à d’autres cinéastes attachés à un style unique, son œuvre frappe par sa diversité…

Andreï Sergueievitch Mikhalkov, (en russe : Андрей Кончаловский), transcrit Andrei Konchalovsky à l’anglo-saxonne, du fait de sa carrière hollywoodienne), né le 20 août 1937 à Moscou, est un scénariste, réalisateur, producteur, acteur et compositeur soviétique, puis russe. Il est le fils de l’écrivain Sergueï Mikhalkov, et le frère du cinéaste Nikita Mikhalkov. Il se consacre à la musique en qualité de pianiste, sa rencontre en 1960 avec Andreï Tarkovski, avec qui il coécrit plusieurs scénarios (Le Rouleau compresseur et le violon, L’Enfance d’Ivan, Andreï Roublev), l’oriente vers le cinéma.  Académicien de l’Académie nationale des arts et des sciences cinématographiques (2002), Officier de l’Ordre des arts et des lettres de France (2005), Ordre de la Légion d’honneur de France (2010). Président de la Nika Film Academy (2013).

Il fait son premier long-métrage en 1964: Le Premier Maître. Cinéaste prolifique, Kontchalovski se tourne alors vers l’adaptation de classiques russes, Tourgueniev et Tchekhov, avant de réaliser la fresque épique Sibériade qui remporte un succès d’estime ainsi que le Prix spécial du jury au Festival de Cannes 1979, rendant possible son exil aux États-Unis en 1980. Son long-métrage La Maison de fous (2002), décrivant la vie d’un asile psychiatrique en Tchétchénie, lui vaut le Grand prix du jury à la Mostra de Venise. Il obtient ensuite le Lion d’argent du meilleur réalisateur pour “Les nuits blanches du facteur” (2014), narrant la vie d’un facteur qui est le seul lien entre les habitants d’un village reculé de Russie et le monde extérieur.

Concernant sa biographie créative, Andrei Sergeievich Konchalovsky a écrit 34 scénarios, tourné 27 films, réalisé 8 représentations théâtrales sensationnelles, dont 5 productions d’opéra, publié 6 livres et plus de 100 articles journalistiques, reçu de nombreux prix, récompenses, titres.

Pendant plus de cinquante ans, Andrei Konchalovsky a travaillé avec dignité et professionnalisme dans le grand cinéma et le théâtre, restant toujours un artiste moderne qui a de grands projets créatifs.

« Aujourd’hui »

CHERS CAMARADES, Drame, 2020 – 2H01

(Дорогие товарищи !)

Réalisation : Andreï KONTCHALOVSKI

Le film se déroule dans la ville de Novotcherkassk en 1962, à la suite d’une grève les autorités font appel à l’armée pour rétablir l’ordre, plusieurs grévistes sont tués. L’héroïne du film interprétée par Youlia Vyssotskaia est adhérente au parti communiste et membre du comité local, au cours de la manifestation sa fille adolescente disparaît…Le film a reçu le prix spécial du jury de la Mostra de Venise.

m

« Hier »

UN NID DE GENTILHOMMES,  Drame, 1969 – 1H51

(Дворянское гнездо)

Réalisation : Andreï KONTCHALOVSKI

D’après un roman de Tourgueniev ce film évoque la vie de la noblesse russe dans les années 1840, Lavretski qui vient de séjourner en Europe, rentre en Russie où il retrouve son domaine, au cours d’une visite chez ses voisins les Kalitine il rencontre Lisa le coup de foudre est immédiat…

III. 

SAINT  PETERSBOURG  AU  CINÉMA

PITER FM, Comédie romantique, 2006 – 1H30

(Питер FM)

Réalisation : Oksana BYTCHKOVA

L’action se déroule à Saint Pétersbourg, Macha est une animatrice de radio, elle doit épouser un ancien camarade de classe. Macha perd son portable et Maxime le trouve.

m

SAINT PETERSBOURG SEULEMENT PAR AMOUR,  Drame, 2016 – 1H51

( Петербург только по любви !)

Réalisation : Oksana BYTCHKOVA, Aksinia GOG, Natalia KOUDRIACHOVA, Renata LITVINOVA, Natalia NAZAROVA, Anna PARMAS, Avdotia SMIRNOVA

Le film est composé de 7 histoires tourné par des réalisatrices à Saint Pétersbourg une des plus belles villes de Russie. Chacune raconte l’amour, la solitude, le hasard et l’espoir, un cinéma sur les gens et pour les gens.

IV.

CYCLE  DANSE

POLINA DANSER SA VIE,  Drame, 2016 – 1H48

(Мечта Полины)

Réalisation : Valérie MULLER et Angelin PRELJOCAJ.

Polina est une danseuse classique dirigée par Bojinski un professeur exigeant. Après avoir assisté à un spectacle de danse contemporaine, elle renonce au Bolchoï pour se rendre en France à Aix en Provence pour travailler avec la Chorégraphe Liria Elsaj interprétée par Juliette Binoche.

Le film est une adaptation de la BD Polina de Bastien Vivès.

m

SUR LA POINTE DES PIEDS,  Documentaire, 2007- 56 min

Réalisation : Liliane de Kermadec

Le Théâtre Mariinsky ouvre ses portes pour un gala de danse et un concert pour le Nouvel An 2007, donné dans la salle de concert Mariinsky 3. Valery Gergiev dirige l’orchestre du Théâtre Mariinsky pour accompagner les danseurs dans des extraits de ballets de Tchaïkosvki et du Carnaval des Animaux de SaintSaëns. Le soliste star de ce gala est le pianiste Yefim Bronfman qui interprète le Concerto pour piano n°2 de Franz Liszt. Ce documentaire juxtapose des images de représentations et de répétitions, ainsi qu’une visite des coulisses du théâtre historique de Saint-Pétersbourg, où l’étoile du ballet du théâtre Mariinsky, Uliana Lopatkina, nous offre une interview.

V. 

HORS  CYCLE  COUP  DE  CŒUR

IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’EST (Chronique du village de Troubtchëvsk),  Mélodrame, 2019 – 1h30

(Однажды на Востоке)

Réalisation : Larissa SADILOVA

Anna une femme ordinaire vit à Troubtchëvsk une petite ville de Russie. Chaque semaine elle se rend à Moscou pour vendre des vêtements, son voisin un chauffeur routier est son amant, ils se retrouvent à quelques kilomètres de la ville pour vivre leur amour caché. Dans une petite ville, tout est en vue. Peu importe la façon dont vous cachez les randonnées sur la gauche, les signaux d’alarme parviendront à la famille. Et ensuite, vous devez faire un choix: construire sur un pied d’égalité une alliance avec le nouveau “demi” ou obéir à l’ancien et revenir au cours de la vie habituelle. Avant un tel choix, Anna et Yegor doivent faire face.

Cinéma CGR

Place de la brèche, 79000 Niort

Tarifs unique :    . Sauf mercredi 14 h =

Abonnement 10 films :   €

Abonnement Tarif membre FCRN :   €

Réservation billeterie : 08 92 68 85 88

Association “Festival du Cinéma Russe de Niort”

Renseignements et adhésion :

Jean-Marc Batsch Chargé de la promotion du festival: 06 30 58 50 93

FACEBOOK: https://www.facebook.com/cinerusseniort

12
Fév

Collection Morozov , Fondation Louis Vuitton

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Fondation louis Vuitton.

 

COLLECTION MOROZOV

PRÉVUE

De février à juillet 2021 est 

 

REPOUSSÉE  À  MAI

 

Dès le 12 mai, jusqu’au 10 octobre 2021.

 

Fondation Louis Vuitton, Paris

 

 

La Fondation Louis Vuitton a annoncé qu’en raison d’une amélioration sanitaire

pas avant plusieurs mois:

“L’exposition consacrée à la Collection Morozov, qui devait ouvrir le 14 octobre puis du mercredi 24 février 2021 en raison de la pandémie sera, espérons – le, ouverte au public au mois de mai.”

Après l’exposition “Icônes de l’art moderne, la collection Chtchoutkine voici une extraordinaire exposition.

Conçue par Anne Baldassari, commissaire général, l’exposition déploiera cet ensemble dans une muséographie originale occupant la totalité des espaces de la Fondation Louis Vuitton. Cette exposition  présentera les chefs d’œuvres de l’une des collections les plus célèbres d’art moderne français : Matisse, Bonnard, Picasso, Guguin, Van Gogh, Dega, Monet, Renoir, Maurice Denis, Cézanne …..

 

 

des peintres ruses : Vroubel, Chagall, Malevitch, Répine, Larionov, Serov ….

 

Valentin Sérov, Portrait du collectionneur de la peinture moderne russe et française Ivan Abramovitch Morozov , 1910, Gal Trtiakov, Moscou.

 

Toutes ces œuvres ont été réunis par les grands mécènes et collectionneurs moscovites du début du 20ième siècle, les frères Mikhaïl Abramovitch Morozov (1870-1903) et Ivan Abramovitch Morozov (1871-1921). Plus de 200 chefs-d’œuvres.

Exposition avec la collaboration remarquable des musées russes: Musée de l’Ermitage, Musée d’État ds Beaux-Art Pouchkine, et la Galerie Trétiakov. C’est pour Parisu  évènement exceptionnel, jamais présentée hors de Russie

 

 

Ivan Morozov (1871 – 1921), Héritier d’une illustre dynastie marchande, dès l’âge de neuf ans, Ivan avec son frère aîné Mischa ont fréquenté l’atelier d’art d’Ivan Martynov, pris des leçons de dessin et de peinture du peintre paysagiste itinérant Yegor Moiseevich Khruslov (1861-1913) et Konstantin Korovin. À l’issue de ses études universitaires en Suisse, il abandonna la peinture et se lança dans la gestion des usines familiales de tissage. Toutefois, son amitié avec les peintres moscovites réveilla rapidement son intérêt pour l’art. La valeur estimée de la collection d’Ivan Morozov est un peu plus modeste que celle de Chtchoukine (3,9 milliards d’euros) mais elle serait tout de même l’une des collections privées les plus précieuses de l’histoire. Parmi les hits réunis par Morozov : Filletteauballon de Picasso, Le Café de nuit de van Gogh et Portrait de Jeanne Samary de Renoir. Couplée au legs de Chtchoukine, la collection de Morozov servit, dans les années 20-40 du XXe siècle, de base pour le Musée d’État du nouvel art occidental. Puis, les toiles furent réparties entre l’Ermitage et le musée Pouchkine de Moscou, où vous pouvez les admirer jusqu’à présent.

Au début du XXe siècle, les familles Morozov et Chtchoukine ont eu un impact énorme sur la vie culturelle de Moscou. Grâce à leurs activités, le concept de «mécène de l’art» est apparu. Ils ont directement contribué à la reconnaissance internationale des artistes français contemporains.

Aujourd’hui, l’Ermitage et le Musée des Beaux-Arts de l’Etat à eux . COMME. Pouchkine unissent leurs efforts pour organiser des expositions qui deviendront une couronne de mémoire pour des collectionneurs remarquables. En 2020, à Paris, à la Fondation Louis Vuitton, se tiendra une exposition commune consacrée aux collections MorozovБ

Ce sont les frères Morozov, qui ont attiré l’attention de la société russe sur un phénomène aussi nouveau de la culture mondiale que l’impressionnisme français, et ce n’est pas un hasard si le tableau de Claude Monet, Boulevard des Capucines, qui a déclenché le plus grand scandale lors de la première exposition d’impressionnisme en 1874, a été porté à Moscou par Ivan Morozov.

 

 

Mikhail Morozov est celui qui a découvert Paul Gauguin et Pierre Bonnard pour la Russie; son jeune frère est allé encore plus loin et a commandé à Bonnard le triptyque «Au bord de la Méditerranée», et Maurice Denis – la décoration pittoresque du salon de musique de son hôtel particulier.

Mikhaïl Abramovitch Morozov, en 1894, la deuxième exposition du MTX s’ouvre à Moscou, sont exposées des toiles de  Konstantin Korovine  : “Paris Boulevard” et “Northern Idyll”. Mikhail Morozov achète ces œuvres, jetant les bases de sa collection. Par la suite, son frère Ivan commence à collecter une collection de peintures .

En 1900, au Musée l’École d’Art du Baron Stieglitz , lors de la deuxième exposition du magazine le Monde, Mikhail Morozov acheta le tableau «La Princesse du cygne» à Mikhaïl Vroubel pour 300 roubles. Lors de la prochaine exposition “Le Monde l’Art ” en 1901, Morozov 18 mille francs acheta “Extravagance intime ” de Paul Benard et ” Homme cueillant des fruits dans un arbre  ” de Paul Gauguin.

Maison Morozov rue Smolensk, Moscou

À partir de 1893-1894, un grand cercle d’artistes se réunit dans la maison de Mikhail, dont les membres permanents étaient Mikhaïl Vrubel, Valentin Serov, Konstantin Korovin.

Bureau avec des tableaux .

 

Acte-Sud a publier l’ouvrage “Les frères Marozov collectionneurs et mécènes”

de Natalia Semenova,traduction Michèle Kahn.

Voir dans la rubrique  livres : CLIQUEZ

 

i

 

Métro : Sablons (ligne 1)

Bus : Ligne 63, 244 et 73 La Garenne-Colombes – Charlebourg
BILLETERIE : CLIQUEZ
Tarifs : de 5€ à 16€

Horaires

Lundi : de 11h à 20h, Mercredi, jeudi : de 11h à 20h, Vendredi : de 11h à 21h

Samedi, dimanche : de 9h à 21h

 

10
Fév

“Détective du tsar” de Kochko, Ed. Macha

   Publié par: artcorusse   dans Livres

 

Dans vos  librairies  début  mars  2021

 

” DÉTECTIVE du TSAR “

d’Arkadi de Kochko

par son arrière-petit-fils, traducteur,

Dimitri de Kochko

aux Éditions Macha-Publishing

 

 

En tombant sur des pages et des pages signées de la plume de son arrière grand-père, Dimitri de Kochko ne se doute pas du trésor qu’il vient de trouver. Avec patience et minutie, il reconstitue peu à peu les chapitres de la vie de cet aïeul pas si éloigné, Arkadi de Kochko, chef de la police de Moscou, durant les dernières années du pouvoir tsariste, avant la révolution d’Octobre qui l’a obligé à quitter la Russie. Les histoires racontées, les faits divers, les affaires d’État… ces morceaux de vie nous paraissent tout droit sortis des aventures de Sherlock Holmes. Et pourtant, tout est vrai.

Traduit et annoté par Dimitri de Kochko, notamment pour situer l’action dans son contexte historique et éclairer le lecteur sur les tenants et aboutissants de ces dernières années impériales, ce journal miraculeusement arrivé jusqu’à nous est une mine d’or pour tous les passionnés d’histoire et de romans policiers.

 En direct du salon du livre russe le vendredi 12 février à 20 h, Dimitri de Kochko a raconté l’histoire incroyable de son arrière-grand-père dont il a traduit et annoté les récits dignes de Conan Doyle.

 

Editions Macha-Publishing :
38 rue de Berri, 75008  Paris
 
https://macha-publishing.com/maison/

OFFRE  EXCEPTIONNELLE

tarif préferentiel: 15€

Bon de commande avant la sortie,,

(valable jusqu’au 26 fevrier)

 

9
Fév

Chants liturgiques 2ème édition de Micha Ossorguine

   Publié par: artcorusse   dans Livres

 

Tome I, 2ème édition

” Recueil de chants liturgiques russes

pour chœur d’hommes “

par Micha Ossorguine.

 

 

CHANT  LITURGIQUE à l’église  SAINT-SERGE de Paris. `
Biographies – Partitions – photos – Manuscrits…

Le dessein de ce recueil de chants liturgiques est de montrer comment s’est conservée et développée, pendant 90 an à l’église Saint-Serge à Paris, la tradition russe du chant d’église grâce à trois générations de la famille Ossorguine:

Mikhaïl Mikhaïlovitch, fondateur des chœurs de la paroisse et de l’Institut théologique puis ses trois fils et, maintenant de son petit-fils auteur de cette publication.

 

Les étudiants de l’Institut de théologie (automne 1928), au second rang, le 1er à gauche: Michel M. Ossorguine l’ancien(1887-1950). Le petit garçon assis au centre est son fils aîné Michel.

 

Outre la reproduction de manuscrits originaux et de photographies anciennes conservées dans la famille, le lecteur trouvera des partitions d’œuvres inédites.

 

 

Tropaire de St Serge de Radonège.

 

Dans ces dernières, l’auteur s’est autorisé à ajouter des indications rythmiques et dynamiques, lorsque  la partition originale n’en proposait pas.

 

Ce travail n’est ni une chronique de la famille ni une reconstitution historique. Il se propose de répondre à l’intérêt du lecteur pour ce répertoire, dans lequel les mélodies anciennes épousent les paroles de la prière, selon l’esprit du chant traditionnel liturgique russe.

 

g

 

CHANT LITURGIQUE RUSSES, POUR CŒUR D’HOMMES
de Micha Ossorguine.
60 pages
Format : 20,5cm X 29,7cm
Tarifs : 20€ port compris
Commande : michkin3@gmail.com

 

Pour le 20e anniversaire de la canonisation de la Sainte Famille

 

Exposition dédiée à la Mémoire de la Famille Impériale

 

Dimanche 7 février à décembre 2021

 

Eglise-Monument du Sang, Ekaterinbourg.

 

 

L’exposition présentera des objets de la maison de N. N. Ipatiev, des documents témoignant de la mort tragique de l’empereur Nicolas II et de sa famille, et des matériaux révélant l’histoire ultérieure de la “maison à usage spécial”.

 

La maison a été démolie en juillet 1977 sur l’ordre de Michal Souslov, membre du Politburo. Boris Eltsine, alors Premier secrétaire du parti communiste de Sverdlovsk (nom d’Ekaterinbourg de 1924 à 1991), futur président de la Fédération de Russie fut chargé de sa démolition, ceci afin d’éviter des pélérinages.

 

 

L’exposition comprend également des objets liées à la vénération de la famille royale avant la glorification, avec la canonisation des porteurs de la Sainte Passion royale par l’Église orthodoxe russe et l’Église orthodoxe russe hors de Russie,

 

 

avec la construction de l’Église  sur le Sang en 2000, dans le Nom de tous les saints en terre russe qui ont brillé et préservé la mémoire des saints porteurs de la passion royale de notre temps …

 

Après l’ouverture de l’exposition, un concert aura lieu avec la participation du collectif “Nikolin Rodnik”, la directrice artistique Ulyana Demidova, ont ajouté les organisateurs.

 

Le 7 février 2021, commémore le jour de la célébration du Concile des Nouveaux Martyrs et Confesseurs de l’Église Russe, à la fin de la Divine Liturgie dans la galerie de l’Église-Monument sur le Sang, inauguration de l’exposition du Musée de la Sainte Famille Royale “Et leur mémoire” … en bénédiction jusqu’au siècle “(1 Mac. 3: 7)” consacrée au 20e anniversaire de la canonisation de la Sainte Famille royale.

Le processus de canonisation de la famille royale de l’Église orthodoxe russe s’est terminé le 20 août 2000, lorsqu’au Conseil des évêques jubilaires de l’Église orthodoxe russe, 1097 personnes ont été glorifiées par leur nom, constituant le Conseil des nouveaux martyrs et confesseurs de Russie , révélé et non manifesté.

La famille royale a été glorifiée en tant que martyrs et canonisée ainsi que :

 

 

la femme de chambre de la tasrine Anna Stepanova Demidova, le médecin de la famille Evgueni Botkine, le valet de chambre Alexeï Egorovitch Trupp, et le cuisinier Ivan Kharitonov, assassinés avec eux, ont déclaré les organisateurs de l’exposition ainsi que des représentants du centre culturel et éducatif Tsarsky.

 

Lire sur Artcorusse : CLIQUEZ

 

5
Fév

Journées du livre russe & Prix Russophonie 2021

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

” 12 èmes Journées du Livre Russe”

” Prix Russophonie “

2021, deux rendez-vous au lieu d’un !

Vendredi 12 février à 18h 
&
Samedi 13 Février à 15h
PROGRAMME CI-DESSOUS
En ligne sur Zoom et les réseaux sociaux
.
.
À année exceptionnelle, conditions exceptionnelles !
.
Les rendez-vous de 2021
.
Mais pour ne pas perdre la bonne habitude de se retrouver au mois de février, des Journées du Livre Russe en ligne auront lieu
.
Vendredi 12 février 2021 à 18.00
et samedi 13 février à 15.00
.
En ligne sur la plateforme Zoom ® et les réseaux sociaux
Elles permettront de nous retrouver malgré tout comme tous les ans en février pour assister à une série de tables-rondes, des présentations d’ouvrages par leurs auteurs, ainsi qu’à une brève rétrospective des Journées du Livre Russe et du Prix Russophonie. Leur programme sera accessible sur notre site et les réseaux sociaux très prochainement.
.
r
.
.
Les samedi 2 et dimanche 3 octobre 2021
à la Mairie du V ème arrondissement.
.
.
.
Auront lieu les 12èmes Journées du Livre Russe dans leur format traditionnel, qui permet d’organiser de vraies rencontres du public avec les auteurs, les éditeurs, les traducteurs, les slavistes et les spécialistes du monde russophone, ainsi que la remise du 15e Prix Russophonie de la meilleure traduction du russe.
Leur programme sera annoncé le moment venu et pourra être consulté sur une toute nouvelle version du site internet des Journées du Livre Russe et des Littératures Russophones qui sera accessible très prochainement.
h
.
Programme des journées
vendredi 12 & samedi 13 février 2021
.
programme complet, que nous présenterons plus en détail, avec toutes les informations et liens pour participer aux événements, dans les jours et les semaines qui viennent.
.
.
Vendredi 12 février
.
– 18 h – 19 h 30
..
Table Ronde:
«Soigner les maux par les mots»
Avec Evguéni Vodolazkine, Maxim Ossipov , Alexeï Salnikov
Modération : Anne Coldefy-Faucard
.
.
– 19 h 30 – 20 h
..
.
«Mikhail Boulgakov» d’ Alexei Varlamov – rencontre consacrée à la biographie qui sort chez Louison éditions
Avec Alexei Varlamov et la traductrice, Marie Starynkevitch.
.
– 20 h– 20 h 30
.
.
.
«Détective du Tsar. Les incroyables enquêtes du Sherlock Holmes russe, dernier chef de la police judiciaire de l’empire des Romanov» de Arkadi de Kochko, à paraître aux Editions MACHA Publishing
Avec le traducteur et arrière petit-fils de l’auteur Dimitri de Kochko et l’éditrice Marie Renault.
Arkadi de Kochko, Ancien chef de la Police judiciaire de Moscou, Ancien directeur du Service central des recherches judiciaires de l’Empire russe.
Directeur de la police de Riga, A. de Kochko assure la sécurité de la famille impériale à partir de 1905 avant de diriger la police criminelle de Moscou jusqu’à la Première Guerre mondiale. À la révolution, il s’enfuit en Crimée puis gagne la France.
..
Samedi 13 février
.
– 15 h – 16 h 30
.
«Guérison et vie éternelle dans le roman de Boris Pasternak Le Docteur Jivago»
Table ronde avec Georges Nivat, Irina Emélianova, Anna Serguéeva-Klatis
Modération : Yves Gauthier
Suivi de la lecture bilingue des poèmes de Iouri Jivago
par Anatoli Béliy, acteur du Théâtre d’Art de Moscou et Marina Keltchewsky, comedienne française.
.
 16 h 30 – 17 h
.
.
.
«Les Alpinistes de Staline» de Cédric Gras, paru aux Editions Stock
Avec Cédric Gras et le journaliste Pierre Glachant.
.
.
– 17 h – 17 h 30
.
.
.
«Huit milliards de Cendrillon» de Marina Akhmedova, Iouri Arabov, Sacha Filipenko, Andreï Guelassimov, Chamil Idiatoulline Anna Kozlova, Sergueï Lebedev, Vladislav Otrochenko et Evgueni Vodolazkine, paru aux Editions L’Inventaire
Présentation du recueil par l’éditrice et traductrice Anne Coldefy-Faucard et l’écrivain et critique littéraire Eléna Balzamo.
.
Retrouvez des informations détaillées sur http://www.journeesdulivrerusse.fr
.
Afin de recevoir toutes les informations et liens nécessaires pour assister à l’une ou à plusieurs de ces rencontres, vous pouvez vous inscrire. Nous vous enverrons un e-mail 24 à 48 heures avant le début de l’événement. 
.
Pour s’inscrire : CLIQUEZ

Le Conservatoire Russe de Paris Rachmaninoff, est issu de la Société Musicale Impériale Russe crée en 1849 à Saint-Pétersbourg.La création du Conservatoire Serge Rachmaninoff de Paris a lieu en 1923, par d’anciens professeurs des Conservatoires impériaux de Russie, émigrés à Paris suite à la Révolution de 1917. Parmi eux le pianiste et compositeur Serge Rachmaninoff, qui en devient le premier Président d’honneur, le chanteur Fédor Chialipine, le compositeur et chef d’orchestre Alexandre Glazounov, le compositeur et professeur d’écriture Alexandre Gretchaninov.

Le prince Serge Wolkonsky devient en 1932, le premier directeur du Conservatoire. Puis en alternance : Nicolas Tcherepnine, le compositeur Pavel Kovalev, le compositeur Arkadj Ougritchitch-Trebinsky, Vladimir Pol, etc.

L’on peut citer parmi les premiers professeurs et  musiciens russes :  Fédor Chaliapine, Nicolas Tcherepnine, Eugène Gounst, Nicolas Kedroff (senior), sa femme Sofia Gladkaya (les parents de Lila Kedrova), Nikolaï Medtner, Alexandra Iacovleva (la sœur d’Alexandre Iacovleff), Yelena Terian-Korganova, Varvara Strakhova, Nicolas Zverev, Serge Lifar, Yuliy Konus, Marya Slavina etc.

 En plus de la prestation de ses professeurs, ce lieu magique reçoit dans ses salons, pour n’en citer que quelques uns : Vladimir Horowitz, Nathan Milstein, Gregor Piatigorsky, ou encore Alexander Borovsky et dernièrement Renaud Capuçon.

Depuis 1986, la Société Musicale Russe en France est présidée par le Comte Pierre Cheremetieff.

En 2020, l’équipe de la Société Musicale Russe en France s’étoffe , pour enrichir l’offre musicale et développer les relations internationales avec d’autres conservatoires prestigieux.

 

 

Arnaud Frilley devient Président, succèdant au Comte  Pierre Cheremetieff qui devient Président d’honneur. Arnaud Frilley s’entoure d’une nouvelle équipe dont Stephan Gaubert pour diriger les études musicales et de Yulia Mosman pour la communication et les relations institutionnelles.

Voir sur le site les enseignants: CIQUEZ

 

Conservatoire Russe de Paris Rachmaninoff

26 Avenue de New-York, 75116  Paris.

Tel : (33) 1 47 235 144

Courriel :  contact@conservatoire-rachmaninoff.com

Plus de renseignementsCLIQUEZ

Métro : Alma-Marceau

Bus : 72,  arret Musée d’art moderne .

 

29
Jan

Programme CRSC de Paris en février

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Activités du CRSC Paris

Février  2021

Site-Web du CRSC, Paris

g

Jeudi 25 février à 16 h

 Présentation du livre Patrimoine  

Par Irina Alekséeva Kenia et René Guerra

” Philanthrope russe Princesse Maria Tenicha”

Sur le site Web CRSC

Rencontre en russe et en français

Article ci-dessous et inscription (obligatoire) :

INSCRIPTION : CLIQUEZ

d

PROGRAMME  COMPLET  CI-DESSOUS

d

Du lundi 1 au dimanche 28 février 2021

EXPOSITION EXCEPTIONNELLE

“La parole créatrice de l’artiste”

Exposition extérieure et en ligne sur le site : crsc.fr

Année croisée de la coopération interrégionale Russie—France.

Exposition photo-documentaire pour le 100e anniversaire (2020) de l’écrivain russe, d’une personnalité publique éminente Fiodor Alexandrovitch Abramov, originaire de la région d’Arkhangelsk.

Fiodor Abramov est un célèbre écrivain soviétique et russe, critique littéraire, publiciste, officier de contre-espionnage militaire, professeur de philologie et personnalité publique du XXe siècle.

Avec Vassili Choukchine, Victor Astafiev et Valentin Raspoutine, il était l’un des principaux représentants de la « prose rurale » — un mouvement significatif dans la littérature russe des années 1960–1980.

Les œuvres les plus célèbres de Fiodor Abramov sont des romans du cycle « Les Priasline » (« Frères et Sœurs », « Deux hivers et trois étés », « À la croisée des chemins », « La Maison »), où sont dépeintes toutes les épreuves endurées par les villageois pendant la Grande guerre Patriotique (1941) : les années de famine, la réception des avis de décès de soldats, les dures journées de travail.

Le credo de vie d’Abramov est « Faire lever, par tous les moyens, faire lever l’Humain dans l’homme ». Cet appel est aussi important aujourd’hui qu’il l’était à l’époque.

Le CRSC à Paris présente une exposition photo-documentaire sur les panneaux d’affichage exterieurs « La parole créatrice de l’artiste », qui raconte la vie de l’écrivain Fiodor Abramov — son enfance troublée, ses études à l’université, son service militaire, son cheminement créatif difficile et son activité publique. Mais aussi ses inquiétudes sur le sort du pays et de son village natal, sur le sort d’un simple ouvrier. Elle raconte le patrimoine et les messages moraux qu’il nous a laissés, sa position citoyenne, littéraire et de vie.

Ce récit est enrichi de citations tirées des œuvres et des discours publics de Fiodor Abramov, il est illustré avec des photographies de l’écrivain, de ses parents, de ses compatriotes et de ses amis, ainsi que de son village natal de Verkola.

La présentation de l’exposition à l’étranger ne relève pas du hasard. L’œuvre de Fiodor Abramov est connue non seulement des lecteurs russes, mais aussi des lecteurs étrangers. Ses livres ont été publiés dans de nombreux pays du monde — aux États-Unis, en Allemagne, en Angleterre, aux Pays-Bas, en Serbie, en Chine et en France. L’écrivain lui-même a beaucoup voyagé à l’étranger.

Cette exposition, organisée par le CRSC à Paris en coopération avec l’Administration de la région d’Arkhangelsk, s’inscrit dans le cadre du programme de l’Année croisée de la coopération interrégionale Russie-France et a pour ambition de faire découvrir la contribution littéraire et autres richesses de cette belle région russe.

d

Jeudi 4 février 

vidéo avec Mikhaïl Veller

sur le site Web CRSC 

Mikhail Iossifovitch Veller est né en 1948 en Ukraine dans un milieu médical. Jusqu’à 16 ans il change souvent d’école, en fonction des affectations de la famille, en 1969 sur un différend familial il part de Léningrad pour se rendre au Kamtchatka. En 1971 il réintégre l’université, il publie son histoire pour la première fois dans le journal du mur de la faculté “Philolog”. En 1972, il défendit à deux reprises sa thèse de fin d’étude sur le thème: “Types de composition de l’histoire soviétique russe moderne” .

De 1973 à 1986 il travaille dans différents secteurs ( ouvrir du baâtiment, guide, correspondant de presse, chasseur, pêcheur, archéologue…). De 1987 à 1990 il est chef du département de littérature russe du magazine Raduga à Tallinn. De 2006 à 2014, il a animé une émission hebdomadaire sur Radio Russie  “Parlons avec Mikhail Veller” et du 18 octobre 2015 au 27 avril 2017 – l’émission de l’auteur “Think Only” à la radio ” Echo Moscou “.

d

Lundi 8 février 2021 à 14h

Conférence internationale

” Le Futur et la Pandémie “

Sur ZOOM

En partenariat avec :
La Mission culturelle russe au Danemark;
L’Association dano-russe;
La Représentation de Rossotroudnitchestvo en France

Les défis de la nouvelle décennie :

LES ÉPIDEMIES ET LES PANDÉMIES.

Les approches innovantes à la prévention et la lutte contre la propagation des virus et infections.
Les impacts sociaux .

Recherchez des moyens de prévenir et de combattre la propagation de nouvelles infections.

L’événement réunira des spécialistes et des experts de premier plan, des scientifiques et des travailleurs médicaux, de grands instituts scientifiques et universités d’État en Russie, au Danemark, en France et aux États-Unis.

En russe et en anglais.

Le lien : https://us02web.zoom.us/j/82365607497

d

Vendredi 12 février 2021

Conférence  de Victor Erofeev

Antioche Cantemir

sur le site Web CRSC 

Le prince Antioche Dimitriévitch Cantemir, fils du souverain moldave Dimitri Cantemir, il est né en 1708 à Constantinople, considéré comme le fondateur de la poésie russe moderne. Ambassadeur de Russie à Paris de 1738 à 1744, il avait une parfaite connaissance de la langue française, il a poursuivi se travaux littéraires, et composa ses dernières satires  sur le modèle d’Horace et de Boileau, et où l’inspiration des Caractères de La Bruyère se fait nettement sentir. Leurs premières édition russe ne date que de 1762. Dans ses œuvres poétiques, Cantemir utilise des vers syllabiques qui, après la «Lettre sur les règles de la poésie russe» de Lomonosov (1739), cèdent progressivement la place à la  vérsification syllabo-tonique.

Le prince fait ce qu’on appellerait aujourd’hui la « diplomatie culturelle », qui est particulièrement remarquable. Sa prestance et son aménité font merveille dans les salons. Par sa formation et ses écrits, il est un « digne fils des Lumières », recherché par les philosophes, comme Voltaire avec qui il correspond. Il renforce les échanges entre savants russes et français, fait entrer son ami Maupertuis à l’Académie russe, et tente la même démarche en faveur du mathématicien Clairaut. Il fréquente également les artistes, appuyant ceux que tentent les opportunités offertes par la Russie. Mais sa santé fragile se détériore de plus en plus, malgré des cures à Plombières, et il meurt le 11 avril 1744.

Victor Erofeev est lauréat du prix Vladimir Nabokov (1992), titulaire de l’Ordre des Arts et des Lettres de France (2006) et de l’Ordre de la Légion d’honneur (2013). Il est l’auteur d’ouvrages sensationnels tels que « La Belle de Moscou », « La vie avec un idiot », « Le dernier jugement », « L’encyclopédie de l’âme russe », « La souris rose », dont beaucoup ont été traduits et publiés en dizaines des langues.

L’écrivain a passé une partie de son enfance en France, à Paris, où son père Vladimir Erofeev a travaillé dans le service diplomatique. L’écrivain a conservé une attitude très chaleureuse et personnelle envers ce pays.

À l’invitation du CRSC, Alexandre Miller de la Cerda, le Сonsul honoraire de Russie à Biarritz, a aimablement accepté de faire entendre la version française du podcast sur le diplomate russe exceptionnel. Qui plus est, Monsieur Miller de la Cerda a préparé son propre commentaire sur le podcast de l’histoire du service diplomatique russe en France d’antan.

d

Mardi 17 février de 16 h à 17 h

” Séminaire méthodique … “

Natalia Soldatkina

sur le site Web CRSC 

▪ Apprentissage rapide de la perception des matériaux sonores auditifs
▪ Étudier la grammaire, le vocabulaire et les études régionales basé sur des documents audios

Thème « La météo ».

Natalia Soldatkina, professeur de russe langues étrangère. Expérience professionnelle de plus de 20 ans.

Auteur de plusieurs méthodes didactiques du russe langue étrangère :
▪ grammaire appliquée,
▪ littérature russe,
▪ civilisation russe.

Travaille avec des enfants ainsi qu’avec des adolescents et adultes. Quelle que soit leur maitrise de la langue russe (А1–С2).

La géographie de carrière professionnelle : France, Suisse, Italie.

En russe.

INSCRIPTION : CLIQUEZ

d

Jeudi 18 février à 16 h

Rencontre avec

Kirill Privalov

” L’arme secrète de l’Histoire “

sur le site Web CRSC 

 

Kirill Privalov, journaliste de renom, spécialiste littéraire sur Radio Cultura et Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres, est aujourd’hui une personnalité respectée dans le milieu intellectuel russe. Il est l’auteur de plusieurs livres en russe et en français dont l’essai satirique Un Soviet au pays de Tonton, publié en 1991 chez Robert Laffont – premier livre avec le nouveau drapeau russe paru en France, vendu à plus de 5 000 exemplaires. Il a vécu plus de vingt ans en France, il a été correspondant de plusieurs médias russes, mais a également collaboré avec des médias français comme Courrier du dimanche, Paris Match ou Le Monde.

Si, en 2018, l’affaire Skripal a rappelé au monde l’existence du poison comme arme mortelle, son utilisation est pourtant récurrente à travers les siècles.

La mort de Hannibal, la malédiction d’Alexandre le Grand, la vengeance de Gengis Khan, Les poisons de la “sainte famille” Borgia, le principe toxique de Talleyrand, le Novitchok aux origines ouzbèkes — ce livre est un recueil d’histoires liées aux intrigues et aux complots de pouvoir.

C’est un essai qui foisonne d’une multitude de faits historiques, d’histoires liées aux intrigues et complots politiques, est une mine d’informations qui se lit comme un roman. Aboutissement d’une longue recherche documentée. En levant le voile sur les coulisses de notre mémoire collective, ce livre vous fait découvrir les événements réels parfois très sombres à l’origine de ces bouleversements qui ont façonné notre Histoire, et vous révèle le rôle incontournable et stratégique joué par l’utilisation de poisons en tous genres, à l’origine de bouleversements majeurs qui ont façonné notre Histoire. Éditions Macha.

Voir sur Youtube : CLIQUEZ

d

Vendredi 19 février à 10 h

Visioconférence pour les jeunes

” L’Éspace de la Réunion “

en direct

Youtube CRSC Bratislava

d

Mardi 23 février à 19 h

film documentaire de 

Didier Feldman

” Chroniques de Volga “

sur le site Web CRSC 

” Chroniques de la Volga ” de Didier Feldman est un hommage à la mémoire des soldats, du peuple soviétique, qui ont vaincu les nazis. En mai 2020, le monde a célébrer le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les Chroniques de la Volga ont le devoir de se rendre compte que c’est l’URSS qui a joué un rôle décisif dans la victoire sur le fascisme et a payé le prix le plus élevé pour la libération de l’Europe du nazisme: avec 16 millions de civils et 10 millions de soldats.
Didier Feldman a souligné que «Chroniques de la Volga» est un reflet cinématographique de la guerre passée «sans images d’archives, sans pathos ni performances». Et les formes scéniques et les émotions seront véhiculées par des mots.
L’auteur présente le film comme un souvenir de ses ancêtres – arrière-grands-mères et grands-pères, ainsi que d’un grand-père du côté de son père, né dans la ville de Nikolaev en Ukraine.
Le titre  “Chroniques de la Volga” est un manifeste nécessaire à la société moderne pour rappeler les jours tragiques de l’histoire du monde et la grande victoire sur le mal mondial sur les rives de la Volga dans l’héroïque Stalingrad.
Le film est une vue d’un citoyen français sur la bataille de Stalingrad, sur son rôle et son importance dans le sort de ses proches, dans le sort de son pays et du monde entier.
Le film a été tourné avec le soutien actif de l’organisation à but non lucratif de Volgograd, la Battle of Stalingrad Foundation.
L’histoire de la création du film a commencé en février 2018. La Fondation de la bataille de Stalingrad a présenté l’exposition «Stalingrad dans le sort de la France» au Centre spirituel et culturel orthodoxe russe à Paris. L’un des visiteurs de l’exposition était le parisien Didier Feldmann. Lors d’une conversation avec les dirigeants de la Fondation de la bataille de Stalingrad, il a parlé de son rêve de faire un film sur la bataille de Stalingrad.

Ce film a reçu le Grand Prix du Festival “Flamme de Volgograd” en septembre 2020

La projection du film en première était prévue en janvier à Paris au cinéma St-André-des-Arts, mais repoussée vers juin prochain à cause des restrictions contre la pandémie.

Nous vous invitons à l’avant-première du film de Didier Feldmann sur le web-site du CRSC à Paris en vous souhaitant un bon visionnage.

d

Mercredi 24 février à 11 h

Rencontre avec

Sergueï et Nikita Zimov

” Le Futur de l’Antartique “

sur le site Web CRSC

Rencontre en russe et en français

Le parc du Pléistocène  est une réserve naturelle au nord-est de la Yakoutie dans le cours inférieur de la rivière Kolyma, à 30 kilomètres au sud du village de Chersky, à 150 kilomètres au sud de la côte de l’océan Articque. Le créateur et responsable scientifique de la réserve est l’écologiste russe Sergueï Afanassievitch Zimov.

Une expérience est en cours dans la réserve pour recréer l’écosystème toundra-steppe mammouth du pléistocène qui existait dans de vastes zones de l’hémisphère nord lors de la dernière glaciation.

Unir les efforts pour la “préservation des écosystèmes arctiques”, mis en œuvre par notre association avec le soutien du forum civil “Trianon Dialogue” et du Centre Russe pour la Science et la Culture à Paris.

Réunion en ligne aura lieu avec les scientifiques Sergueï et Nikita Zimov, qui mettent en œuvre le projet de parc du Pléistocène sur la côte de l’océan Arctique, où la tâche grandiose de restaurer la «forêt-toundra mammouth» – un paysage naturel écologiquement équilibré.

S.A. Zimov est chercheur principal à la branche Extrême-Orient de l’Académie russe des sciences, l’un des scientifiques russes les plus cités dans le domaine des sciences de la terre.
Les événements se déroulent à distance et seront accompagnés d’une traduction simultanée en deux langues (russe et français). Après une brève présentation des conférenciers principaux, les participants pourront poser des questions.

L’objectif du projet est de faire découvrir l’Arctique et de vous familiariser avec des projets environnementaux et scientifiques uniques mis en œuvre dans cette région par des organisations à but non lucratif russes.
Les participants pourront obtenir des informations de première main sur les défis auxquels sont confrontés les habitants de l’Arctique russe, y compris ceux liés au changement climatique, ainsi que sur les efforts déployés par l’État et la société civile.

 

Voir sur Youtube : CLIQUEZ

 

d

JEUDI 25 février 2021 à 16 h

Présentation du livre Patrimoine

” Philanthrope russe Princesse Maria Tenicheva”

par Irina Alekséevna Kenia et René Guerra

 

Présentation d’un nouveau livre Patrimoine de M.K.Tenicheva.

” Philanthrope russe Princesse Maria Tenicheva “

Maria Klavdievna Tenisheva par I. Répine (1896)

La princesse Maria Klavdievna Tenisheva, née en 1858 Saint Petersbourg décédée  à Paris en 1928 (née Pyatkovskaya ), noble , figure publique, artiste travaillant l’émail , professeur, philanthrope et collectionneur. Fondatrice d’un studio d’art à Saint Petersbourg , d’une école de dessin et d’ un musée sur l’Antiquité russe à Smolensk,  d’une école d’artisanat à Bejiitsa, ainsi que d’ateliers d’art et d’industrie sur son propre domaine de Talachkino. 

Elle  épousa Rafail Nikolaevich Nikolaev en 1876, le mariage battant de l’aile Maria Klavdievna avec sa petite fille partit pour Paris pour étudier le chant elle était mezzo soprano, elle y rencontre I. Tourguenev, K. Makovsky et A. Rubinstein. De retour en Russie elle s’installe à Talashkino et fonde sur les conseils d’Ilya Repin, un atelier d’atelier, où les étudiants étaient préparés à être admis à l’Académie des Arts. La princesse a également cofondé le magazine “Le Monde de l’Art”, parrainant des expositions du monde de l’art. En parallèle, elle a commencé à collectionner des peintures, elle a ensuite transféré de nombreuses peintures au Musée russe. En 1893, elle acquiert un domaine à Talashkino et en fait un centre culturel, non inférieur aux ateliers d’Abramtsevo. Repin, Bakst, Vroubel, Serov et d’autres artistes célèbres sont venus ici. Elle crée également une école pour enfants de paysans. A Moscou elle rencontre le prince  le prince Viacheslav Nicolaïevitch Tenishev, un grand industriel russe, Maria l’épousa en 1892.

Elle eut un grand succès en travaillant l’émail qu’elle remit au goût du jour, sa véritable passion était les antiquités russes qu’elle collectionnait, exposée à Paris. Elle fit en 1911 don de sa collection qui est devenue la base du Musée de l’antiquité russe à Smolensk. A Talashkino elle développe le concept de «domaine idéologique», c’est-à-dire un centre de lumières, de renaissance de l’art populaire traditionnel et, en même temps, de développement de l’agriculture, elle ouvre une école d’agriculture unique à l’époque, rassemblant d’excellents professeurs et une riche bibliothèque. L’utilisation des réalisations les plus avancées de la science agricole a permis à l’école de former des agriculteurs très efficaces, stimulée par la réforme de Stolypine.En 1903 so époux décéde et  bientôt toutes ses créations bien-aimées périrent. Après la révolution, la vie dans «l’Athènes russe», comme on l’appelait Talashkino, a cessé. Les pommes de terre étaient stockées dans l’église construite par la princesse et peinte par Rœrich, la tombe de Tenishev a été détruite, les ateliers ont été fermés.

En 1919 en raison des évènement révolutionnaires elle quitte la Russie pour Paris. Maria Tenisheva organise avec Serge Diaguilev une exposition d’objets d’art décoratif et appliqué de sa collection  Paris était submergé par la mode des motifs russes. Lors de la première guerre mondiale, la princesse a vu la trahison des élites en Russie, elle s’est fermement prononcée sur les positions du peuple, même lorsque ce n’était pas à la mode et provoquait le ridicule de certaines personnes arrogantes. Parmi les nombreux artistes avec lesquels M.K.Tenisheva est entré en contact, il y avait Vrubel et Rœrich qui étaient  très proches et particulièrement agréables.

Les auteurs :

René Guerra, célèbre professeur des études slaves, collectionneur et conservateur du patrimoine culturel russe à l’étranger;

Irina Alekséevna Kenia, Doctorat en droit, Maître de la conférence de la filiale de l’Académie russe de l’économie nationale et du service public à Briansk, Président de l’administration de la Fondation caritative frères Moguilevtsev.

En russe et en français.

INSCRIPTION obligatoire : CLIQUEZ

 

d

Vendredi 26 février 2021 à partir de 9h

1er Forum franco-russe sur l’intelligence artificielle 

en visioconférence

Dans le cadre de l’événement, il est prévu de discuter l’application des technologies utilisant l’intelligence artificielle dans des domaines suivants: Santé, Environnement, Industrie, Transports, Energie.

Les représentants des milieux d’affaires français et russes, des organisations scientifiques, des instituts du développement et des autorités exécutives chargées de ce sujet, ainsi que des représentants de l’Alliance pour le développement de l’intelligence artificielle des deux pays sont invités à participer au Forum.

Le Forum est organisé à l’initiative de la Mission commerciale de Russie en France avec le soutien du Ministère russe du Développement économique , sous la tuttelle de la plateforme franco-russe des sociétés civiles «Dialogue de Trianon» et en partenariat avec le Centre de Russie pour la science et la culture à Paris.

Langues de travail: russe et français.

Pour participer au Forum l’inscription préalable est obligatoire:

CLIQUEZ

d

Dimanche 28 février 2021

Conférence d’ Andreï Chevtchouk

Film

” Chaliapine en France “

sur le site Web CRSC

Rencontre en russe et en français

e h e 

CALENDRIER du PROGRAMME COMPLET

Centre de Russie pour la Science et la Culture  à Paris

61, rue Boissière, 75116, Paris 

Téléphone : 01 44 34 79 79

Site:  https://crsc.fr/

24
Jan

Groupe vocal Gymel recrute

   Publié par: artcorusse   dans Petites annonces

 

 

Le Groupe vocal Gymel recrute des chanteurs

dans tous ses pupitres

(amateurs, lecteurs et voix solides !)

Le projet : 

LITURGIE DE ST. JEAN CHRYSOSTOME

opus 41 (1878)

de Piotr Ilitch Tchaïkovski

Les répétitions hebdomadaires en tutti sont actuellement suspendues mais reprendront dès que possible… Cependant, des répétitions partielles, en très petits groupes, avec toutes précautions requises, sont organisées.

Le matériel de travail est fourni : Documents donnant traductions, translittérations et annotations ; Fichiers-son  (format .mp3) donnant prononciation des textes ; Fichiers-Son (format .mp3) tuteurs d’apprentissage des parties vocales pour les non-lecteurs ainsi que la réduction au piano en accompagnement.

La partition utilisée (très bon marché) est celle des éditions Carus-Verlag (référence : 40.175/01). Titre : Sieben Chöre sur Chrysostomos-Liturgie, Heft 1. 

(N. B. : les pièces ne figurant pas dans cette édition sont fournies par la direction au format .pdf).

Les commandes sont à effectuer auprès de :

Librairie musicale FALADO (délai de commande très court) :

6, rue Léopold Robert, 75014 Paris

Téléphone: 01 43 20 56 78. – Télécopie: 01 45 38 57 73.

Courriel: info@falado.fr  

Métros: Vavin-Ligne 4 / Raspail-Lignes 4 & 6   – Bus : lignes 58 / 68 / 91. 

En voiture : possibilité de stationnement directement devant le magasin. 

Horaires : Lundi : 14h – 19h ; Mardi au vendredi : 10h – 19h ; Samedi: 10h – 13h et 14h – 18h30

.

T

.

Concerts en juin et septembre-octobre-novembre 2021

prévus à Paris, Le Mans et en Touraine.

Direction : Pierre Louis Godeberge,

fondateur à Paris en 1999 du ” Groupe vocal GYMEL “, ensemble consacré à la musique chorale a cappella du XIXe au XXIe siècle, notamment du répertoire musical slave. Il crée avec cet ensemble des œuvres de jeunes compositeurs (Missa Conquensis pour chœur, orgue et violoncelle de Lamberto Curtoni, Festival de Conques, 2014).

En coproduction avec le :

Chœur Départemental de la Sarthe (Le Mans)

et le Chœur ChanteMarne (Saint-Maur).

 

Renseignements, contacts et inscriptions :

choeurchantemarne@gmail.com

Secrétariat : (33) 06 86 10 09 87

23
Jan

Conférence-Concert solistes Opéra de Moscou

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

 

Conférence de Maestro Andreï Chevtchouk

Concert des solistes

du nouvel Opéra de Moscou

Samedi 30 janvier 2021

Sur le site web du CRSC : crsc.fr

 

 

Les traditions des entrepreneurs théâtraux russes, si brillamment poursuivies par Sergei Diaghilev en Europe, ont été posées en Russie au XIXe siècle, loin des sentiers battus des théâtres impériaux officiels de Saint-Pétersbourg et de Moscou.

Il y en avait beaucoup de petits, n’apparaissant que pour une saison ou deux, et disparaissant tout aussi vite, «entreprise», comme on les appelait alors à la française. Dans son nouveau programme, le maestro Andrei Chevtchouc parle des théâtres musicaux les plus grands et les plus célèbres, à savoir: l’Ermitage d’été de Moscou de Mikhail Lentovsky, l’opéra privé de Moscou de Savva Mamontov et, bien sûr, l’imagination impressionnante, le jardin d’été reconstruit et le nouvel Ermitage. “- la création de Yakov Chtchoukine, où des stars européennes sont venues se produire. Au même endroit à la fin du XIXe et au XXe siècles. avant le départ définitif de la Russie, la remarquable basse russe Fyodor Chaliapine a brillé.

Au XXe siècle, le Théâtre d’été de Moscou, rue Karetny Ryad, a poursuivi ses activités. Cependant, ce lieu vraiment emblématique est devenu un symbole théâtral à l’époque de la nouvelle Russie, lorsque, dans les années 90, grâce à l’énergie du chef-symphoniste, figure théâtrale Evgeny Vladimirovich Kolobov, le théâtre d’opéra Novaya a été lancé dans le jardin d’été.

L’attachée de presse de ce théâtre unique Oksana Volkova nous racontera l’histoire de son origine et sa continuité créative.

L’auteur et animateur du cycle, le maestro Andrey Chevtchouc, présentera au public les solistes du Nouvel Opéra, parlera du patrimoine culturel musical, des traditions et de la modernité, chefs-d’œuvre de la musique russe et française.

Le programme montrera des vidéos rares d’archives personnelles, gracieusement fournies par l’artiste émérite de Russie Vitaly Efanov (bsse), Irina Kostina (soprano).  En outre, des rencontres auront lieu avec la soprano Irina Kostina (Efinova), chef du département du répertoire du théâtre, et le chef invité du New Opera, président de l’Artistic College, le maestro Jan Latham-Kœnig (Grande Bretagne).

 

                      Vitaly Efanov, Irina Kostina, Irina Kostina & Jan Latham-Kœnig

 

Le chef d’orchestre et pianiste Andreï Chevtchouc, né à Saint-Pétersbourg en 1970. Après une solide formation de chef d’orchestre et de chef de chœur, Andreï Chevtchouk exerce ses fonctions en Russie, en Allemagne, en Belgique, puis en France où il réside actuellement.

Si la direction d’orchestre symphonique est sa principale vocation, tous types de formations lui offrent l’occasion de livrer un art accompli de chef d’orchestre : la valorisation des œuvres et des musiciens de l’orchestre, la pédagogie, l’énergie et l’investissement auprès du public, sont les maîtres mots de ce chef d’orchestre charismatique et polyvalent.

Dans le domaine lyrique, il est invité régulièrement au festival d’opérettes d’Aix les Bains, à Grenoble, à Boulogne sur Mer, et s’est produit au festival de Lamalou. Le désir de partager son expérience de professionnel de haut niveau le conduit à donner régulièrement des conférences en France et à l’étranger. Il collabore avec des solistes nationaux et internationaux.

 

 

j

 

Nouvel Opéra de Moscou

 

.

En 1991 Evgueni Kolobov, chef d’orchestre  démissionne du Théâtre académique musical de Moscou et il trouve un appui auprès du maire de Moscou qui donne son accord pour la fondation du « Nouvel Opéra », dont il devient le chef d’orchestre et le directeur artistique. Son épouse, Natalia Popovitch, est nommée chef des chœurs.

La programmation s’ouvre à de grandes œuvres en version concert, comme Le Trouvère, La Pucelle d’Orléans ou Le Prince Noir. Le Nouvel Opéra fait de nombreuses tournées à l’étranger et s’est produit en France au Théâtre des Champs Elysées.

 

 

 

22
Jan

Les frères Morozov collectionneurs, Actes Sud

   Publié par: artcorusse   dans Livres

 

Sortie le 13 janvier 2021

” Les Frères Morozov collectionneurs et mécènes “

de Natalia Semenova

Traduction Michèle Kahn

 

 

Les Morozov et les Chtchoukine, les deux principales familles qui ont dominé la vie culturelle moscovite du début du XXe siècle, ont inventé le concept de philanthropie artistique et directement contribué à la reconnaissance internationale des peintres modernes français. Leurs deux collections d’art moderne, parmi les plus belles, aujourd’hui réparties entre Moscou et Saint-Pétersbourg, forment un ensemble majeur de chefs-d’œuvre avec des toiles exceptionnelles de Cézanne, Gauguin, Van Gogh, Renoir, Monet, Bonnard, Denis, Matisse, Derain, Picasso…

Sergueï Chtchoukine et les frères Morozov avaient fait fortune dans le textile avant la Révolution et étaient partis à la conquête du “nouveau monde” artistique dans le Paris de l’époque. Dépensant sans compter, ils réunirent très vite un ensemble exceptionnel d’œuvres impressionnistes, postimpressionnistes, modernes. Nationalisées, ces collections furent heureusement mises à l’abri — ne disait-on pas que bolcheviks et anarchistes se faisaient des bottes dans des toiles de Rembrandt ! Pour finir, les tableaux furent envoyés dans les deux plus grands musées du pays mais ne furent exposés qu’à partir des années 1960, sans que jamais ne soit mentionné le nom de leurs anciens propriétaires.

 

v

 

 

Natalia Yurievna Semenova née en 1951, est  historienne de l’art russe, docteur en histoire de l’art, rédactrice, éditrice. Elle se spécialise dans l’art russe et d’Europe occidentale du 19 ème au début du 20 ème siècle, l’histoire des collections. Membre de l’Association internationale des critiques d’art AICA. Elle parle couramment l’anglais, le français et l’italien.

Auteur de plusieurs monographies, livres d’histoire de l’art, biographies de la série ZhZL, ainsi que de nombreux articles. Elle a commencé sa carrière en 1971 en tant qu’assistante de laboratoire au département des manuscrits du musée Pouchkine, chercheur à l’Institut central de recherche en théorie et histoire de l’architecture de  1975–1985, elle est rédactrice en chef et co-fondatrice de la maison d’édition Trelistnik. De 1988-1991, elle était à la tête de “Russian Patrons” dans le magazine  ” Ogoniok” ou elle écrit des articles sur Sergueï Chtchoukhine , Mikhaïl Morozov, Alexander Stieglitz, A.L. Tarasov, Pavel et Grigory Strogonoff.

Naralia fait ressusciter ici, la saga de ces incroyables collectionneurs et mécènes qu’auront été les frères Morozov.

 

 

EAN13 : 9782330139599
ISBN : 978-2-330-13959-9
Nombre de pages : 320
Dimensions : 24 x 14 x 2 cm
Poids : 414 g
Prix : 22€80
Numérique : 19€99
21
Jan

Expo Mon Conte de Noël et du Nouvel An, CRSC Paris

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

 

Exposition de dessins d’enfants de Russie, de France

et d’enfants russes adoptés dans le monde entier.

du Mardi 12 au dimanche 31 janvier 2021

 

Exposition en extérieure et en ligne : CRSC.fr

 

 

 

L’association “Pour Kungur” a pour origine un collectif de familles ayant adopté leur(s) enfant(s), ou en cours d’adoption à la Maison d’enfants de Kungur (Russie).

Depuis 2007, un véritable lien s’est créé entre les familles  adoptives et le personnel de  l’orphelinat de Kungur, composé de femmes exceptionnelles, qui, avec très peu de moyens, aident les enfants qu’elles ont en charge à se reconstruire et à grandir.
En 2009, nous créons le collectif de familles “From Kungur”

Ces échanges entre familles, et avec la Maison d’enfants sont d’une grande aide psychologique pour les familles, et les enfants adoptés.

Les familles du collectif vivent en France, Espagne, Italie, Suisse, Royaume Uni, Irlande, USA, Argentine, Canada

k
.
Derniers projets réalisés:
.
– Un bus pour la maison de enfants (avril 2014)
– Une pièce de motricité pour le enfants (fév 2015)
– Tous pour Perm (avril 2015)
– Une aire e jeux pour la maison des enfants de Kungur (octobre 2015)
– Fêtes de fin d’année 2015-2016
– Solidarité inondations ( mai 2016)
– Festival “Amitié les Enfants du Monde” Juillet et décembre 2016, 2017
– Carte de Noël “Un Sourire” décembre 2016-janvier 2017
– Partageons nos traditions 2017 ” Pâques”
– Quizz de l’Amitié (Avril 2017)
– Tous à Perm 2017
– Une carte de Noël “Un Sourire” décembre 2017-janvier 2018
– Vidéo collective ” danse des enfants pour l’Amitié Internationale”
– Expo et concours de dessins 2017 & 2018
– Voyage de printemps et projets 2018
– Soutien à la famille Okoulova  (février -mai 2018)
– Jeu vidéo franco-russe : Où? Qui? Quoi?
– Exposition Printemps /Été 2018
– Tous pour Perm (novembre décembre 2018)
– Une carte de Noël “Un Sourire” novembre 2018-févier 2019
– Concours / Expos 2018-2019
– Festival ” Amitié les Enfants du Monde ” (juillet – août 2019)
– Tous pour Perm 2019
– Expositions et spectacles 2019 – 2020
– – Une carte de Noël “Un Sourire” décembre 2019-févier 2020
.
i
.
Sélection de quelques dessins :
.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.
Plus de renseignements sur ” Pour Kungur” : CLIQUEZ
et sur : ARTCORUSSE
Exposition sur les grilles.
.
Plus de 700 œuvres (120 au final) d’enfants de Russie, de France et de nos enfants adoptés vivant aujourd’hui dans leers nouvelles familles dans de nombreux pays du monde.
Nous vous invitons à voter et à soutenir les jeunes artistes.
Pour eux, cela peut être une étape importante dans leur vie future!
.
.

.

Exposition sur les grilles extérieures du Centre Russe pour la Science et la Culture

61 rue Boissières, 75016 Paris

Métro : Victor Ugo et Boissière.

Exposition en ligne : CRSC.fr

 

21
Jan

Conférence-visite du musée de l’Ermitage

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Conférence en ligne

” Musée de l’Ermitage “

par Tatiana Prosycheva

Mercredi 24 février à 18 h 30

Le musée de l’Ermitage :
les plus grands chefs-d’œuvre de l’art européen,
vous pourrez visiter les salles d’exposition du musée de
l’Ermitage et ces chefs-d’œuvre les plus impressionnants !

Le musée de l’Ermitage est un des plus grands musées du monde. Plus de 3
millions d’objets sont répertoriés et conservés dans les réserves.
Lors de cette visite conférence, vous pourrez admirer les plus grandes merveilles
de l’art européen : les tableaux de Leonard de Vinci et de Raphaël, la peinture
hollandaise et notamment les 28 tableaux de Rembrandt…

Et l’incontournable : la collection des impressionnistes français, considérée la meilleure
en dehors de la France !  Nous parlerons aussi de l’architecture des salles
et de l’histoire de la collection. Comment les collections ont été constituées ? Pourquoi
autant de tableaux des impressionnistes se trouvent en Russie ?


Tatiana Prosychava, guide-conférencière russe, résidant à Saint Pétersbourg, vous proposera une sélection d’œuvres et d’images afin de découvrir les mareille de cette collection extraordinaire !

Conférence accessible pendant 1 semaine
Tarif : 8€

Réservez votre place : CLIQUEZ

20
Jan

Rencontre avec Dina Rubina sur Zoom

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Univerciné russe Nantes et les éditions Macha-Publishing

 

Entretien avec

DINA  RUBINA

Samedi 13 février 2021 à 17 h

Sur ZOOM

 

 

L’équipe d’Univerciné russe et les éditions Macha vous propose une rencontre en ligne, avec la célèbre écrivain Dina Rubina. L’auteur y parlera notamment des ses deux romans parus récemment en traduction française, Le Syndrome de Petrouchka (aux éditions Macha) et Du côté ensoleillé de la rue (aux éditions Poket). Cette rencontre sera aussi l’occasion d’évoquer l’adaptation de ses ouvrages, et plus particulièrement du Syndrome de Petrouchka, au cinéma.

Cette rencontre aura lieu en amont de la projection du film Le Syndrome de Petrouchka, adapté de son roman.

Retrouvez sur notre site plus d’informations sur Dina Rubina et sur Le Syndrome de Petrouchka. ( Синдром Петрушки )

Le lien pour assister à cette visioconférence sur Zoom sera disponible sur cette page et sur nos réseaux sociaux quelques jours en amont de la rencontre.

Vous pouvez également le recevoir sur demande en envoyant un mail à univercinenantes@gmail.com, et en précisant pour objet « inscription rencontre avec Dina Rubina ».

 

Plus de renseignement sur Univerciné russe Nantes:

Horaires des séances

 

Editions Macha-Publishing :
https://macha-publishing.com/maison/

Exposition unique

” Le chemin de fer le plus long au monde le Transiberien

26 mars au 5 septembre 2021

National Railway Museum, York

 

Œuf Faberge ” Le Transibérien” offert par le tsar Nicolas II à sa femme, l’impératrice Alexandra Fedorovna.

Fabergé aussi commençait à introduire des innovations techniques dans ses créations. Il a dédié cet œuf à la plus grande réalisation russe de l’année : le transsibérien. Il a été mis en service en 1900. 9 ans auparavant Nicolas II avait posé à Vladivostok la première pierre du terminus est de la ligne.
Sur l’œuf d’argent est gravé le tracé de la ligne de chemin de fer de Moscou jusqu’à Vladivostok. Une fois remonté avec sa clé d’or, le train miniature qu’il renferme parcours quelques mètres. Fabergé était très fier de ce travail qui a fait sensation à Paris, même si tous les éloges devaient en revenir à la Russie d’avoir construit la plus longue voie ferrée du monde. Elle avait montré ainsi de quoi elle était capable. La miniature contenue dans l’œuf est rigoureusement fidèle à l’original. Cinq wagons portent  les inscriptions  1ère classe, 2ème classe, compartiment pour dames, fumeurs et non fumeurs. Dans l’un des wagons il y a même une chapelle. L’œuf est porté par les trois chimères des armoiries des Romanov et est surmonté de l’aigle impérial Russe.
L’œuf de chemin de fer transsibérien de Fabergé sera présenté en Angleterre l’année prochaine, pour cette exposition ′′ Transibérien : le chemin de fer le plus long du monde ′′ au National Railway Museum en mars 2021.
L’ exposition présentera des objets inestimables de la Russie, dont l’œuf de chemin de fer transsibérien de Fabergé, prêté par le musée du manège militaire du Kremlin à Moscou, ainsi que des modèles de transports d’un train express transsibérien et des documents et dessins intrigants des archives.
Avec un fragment d’une peinture panoramique de près de 1000 mètres de une section d’une peinture panoramique de près de 1000 mètres de Pavel Piassetski qui est apparue à l’Exposition de Paris de 1900 qui est apparue à l’Exposition de Paris de 1900.
Un ensemble de prêts consentis par des musées, des galeries, des archives et des bibliothèques en Russie et au Royaume-Uni sont également disponibles.
.
Entrée du pavillon russe présentant le Transsibérien.
.
C’est en 1890 que le tsar Alexandre III décide la construction d’une voie de chemin de fer allant de Moscou à Vladivostok, le train “Rossiya” va couvrir 9 288 km  (5 772 miles)  à travers sept fuseaux horaires, traversant 990 gares, le chemin de fer transsibérien a été achevé le 5 octobre 1916 après 25 ans d’ingéniosité, d’innovation et de travail éreintant.
.
Maquette du pavillon russe Exposition Universelle 1900 Paris

.

Cette exposition explorera l’extraordinaire défi technique derrière la construction du chemin de fer, son impact social et économique sur la Russie et l’expérience unique de voyager à bord.

.

.

Il donnera vie à l’histoire de l’un des voyages en train les plus célèbres au monde, avec des objets des voitures miniatures d’un train Transsibérien Express et des documents et des dessins intrigants des archives.

 

′′ Transsibérie : le plus long chemin de fer du monde ′′ ouvre au public le 26 mars 2021, avec l’exposition au National Railway Museum et un petit spectacle au Science Museum de Londres jusqu’au 5 septembre 2021.
National Railway Museum,
Leeman Road, York YO26 4XJ

 

COMITÉ EUROPÉEN DE MUSIQUE

LITURGIQUE ORTHODOXE

2ème Conférence Européenne de chant liturgique orthodoxe

en cette période de crise

 

Jeudi 28 au 30 janvier 2021

 

En ligne

 

Traduction simultanée en français

(Informations: m.malinine@gmail.com).

 

Journées sous l’égide de la commission de musique liturgique auprès du synode de l’église orthodoxe russe hors frontière. Avec la bénédiction de son éminence le métropolite de Berlin et d’Allemagne, Marc, et de son excellence l’évêque de Londres et d’Europe occidentale, Irénée

La conférence est ouverte à tous les chefs de chœur d’église, les chanteurs, les lecteurs et toutes les autres personnes intéressées par la musique chorale orthodoxe russe. Pour les participants francophones une traduction simultanée en français sera organisée.

 

La conférence comprendra :

  • – Les cours donnés par des spécialistes internationaux de renom dans le domaine du chant choral et de la musique d’église ;
  • – Les ateliers aideront les participants à élever leur propre niveau de compétences et à clarifier leurs préoccupations;
  • – Les tables rondes donneront l’occasion aux participants à la conférence de se joindre aux discussions sur les questions les plus urgentes auxquelles sont confrontés les chœurs aujourd’hui.

 

h

 

PROGRAMME DÉTAILLÉ

Jeudi 28 janvier

 14 h : Petit office d’action de grâce. Mot d’accueildePereAndrePapkov

14h 30 : Présentation des membres et des activités du comité

15h : Conférence 1 «Questions concernant la pratique des offices religieux et le chant liturgique au concile de 1917-1918». (A. A. Andreev)

19 h : Interruption – Pause

20 h – 21 h 30 : Table ronde 1 “Organisation  de la chorale dns une petite paroisse“. (Méciateurs : V. Kashlyaev et P. Fekula)

 

Vendredi 29 janvier

 

14 h : Conférence 2 «Histoire de l’église orthodoxe russe hors frontière en Europe et les problèmes au kliros». (Père Nicolas Artiomov)

15 h : Conference 4 «Conservant les traditions, scrutant la foi: études de ce qu’a apporté B.M. Ledkovsky». (E. Ledkovskaia)

16 h : Interruption -Pause

17 h : Conference 5 «Le chant d’église dans une petite paroisse: quelques observations pendant l’isolation». (Père Steven Platt)

18 h : Travaux pratiques 2 «Les 8 tons: structure et modèles mélodiques pour chanter les textes liturgiques». (M. Malinine)

19 h : Interruption – Pause

20 h – 21 h 30 : Travaux pratiques 3 «Les aspects de la lecture des textes liturgiques». (Modérateurs: Protodiacre I. Drobot, P. Fekula et M. Malinine)

 

Samedi 30 janvier

 

9 h : Conférence 6 «Les choeurs de la Laure de la Trinité Saint Serge de 1946 à 2009». (C. Sadikova)

10 h : Conférence 7 «Le chant liturgique russe pendant la période de la 2ème guerre mondiale: Russie et Diaspora». (S. G. Svereva)

11 h : Interruption – Pause

11 h 30 : Table ronde 2 «Les problèmes essentiels au kliros». (Modérateurs: I. du Quenoy, M. Malinine et V. Kashlyaev)

12 h 30 : Interruption – Pause

13 h 30 : Conclusion Échange au sujet du congrès, discussions, questions, organisation des activités futures, remarques des participants

15 h : Fin du congrès

 

h

 

L’inscription pour la participation à la conférence

 est terminée.

Prix de la participation varie de 39 à 79 euros, selon le nombre de jours que vous avez choisi (de 1 à 3). Les activités en ligne auront lieu les 28 et 29 janvier de 14h00 à 21h30 et le 30 janvier de 9h00 à 15h00 (heure de Paris).
Pour s’inscrire, il est nécessaire de remplir le formulaire sur le site du comité !

Demandes de renseignements : contact@aecmc.org

 

4
Jan

Entretien avec Alexandre Filippenko, CRSC

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

Entretien avec  Alexandre Filippenko

« Envoûté par l’auteur »

Artiste de théâtre et de cinéma

Dialogue avec le public (en russe)

Mardi 26 janvier à 16h ( heure de Paris )

sur le site du CRSC.

 

 

Filippenko Alexander Georgievitch, né le 2 septembre 1944 à Moscou, diplômé de l’école numéro 54 d’ Alma-Ata avec une médaille d’or. C’est au Kazakhstan que le jeune Alexander  s’est intéressé au théâtre. En 1962  il est membre de l’équipe étudiante du KVN MIPT  (champions du Club 1962/1963). Diplômé de l’institut de physique et de technologie de Moscou en 1967,  Faculté de physique moléculaire et chimique (FMHF) avec un diplôme en physique des processus rapides. Pendant deux ans, il a travaillé comme ingénieur principal à l’Institut de géochimie de l’Académie des sciences de l’URSS.

 Il était un participant actif dans des performances amateurs, des sketchs, KVN en 1962-63.
Depuis 1964, acteur principal du théâtre étudiant de l’Université d’État de Moscou “Notre maison”.
En 1969, après la fermeture du théâtre, il rejoint la troupe Lyubimov au Théâtre Taganka.
En 1970, il entre à l’école de théâtre Chtchoukine, dont il est diplômé en tant qu’acteur (en 1977) et réalisateur, tout en continuant à travailler sur scène et au cinéma.
En 1975, il s’installe au Théâtre Académique. Eug. Vakhtangov.
Depuis 1995, l’artiste travaille sous contrat dans différents théâtres de Moscou.
Depuis 1996, il est à la tête du Mono-Duo-Trio Theatre du Mosconcert.

Sa carrière cinématographique a commencé en 1969 et compte en tout plus de 80 films. Il incarne la plupart du temps les personnages maléfiques.

célèbre acteur de théâtre et de cinéma soviétique et russe, artiste du peuple de Russie. Connu pour ses rôles de personnages complexes dans les films “L’étoile et la mort de Joaquin Murieta”, “Il est difficile d’être Dieu”, “Le maître et Marguerite”, ” Paul Ier. Volonté”.

Le dernier film avec la participation d’Alexandre Filippenko est sorti en 2011. Mais dans les années suivantes, l’acteur a travaillé avec succès dans le domaine théâtral. Depuis 2015, l’acteur est apparu sur la scène du théâtre Mossovet avec une performance solo “Un jour à Ivan Denisovich” basée sur le travail d’Alexandre Soljenitsyne. En outre, l’artiste peut être vu à l’École des arts dramatiques dans le rôle du colonel Richard Cantwell dans la production “The Last Date in Venice”.

Dialogue avec le public.
En russe.

Inscription obligatoire : CLIQUEZ

 

 

1
Jan

vente chez Mathias & Oger-Blanchet à Drouot

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

 

Vente aux enchères publiques

Objets russes

Vendredi 29 janvier 2021 à 14 h

Hôtel Drouot salle 19, rue Drouot à Paris IX°

VENTE EN LIGNE : CLIQUEZ

 

 

Expositions publiques :

Mercredi 27 janvier de 11 h à 18 h

Jeudi 28 janvier de 11 h à 20 h

Vendredi 29 janvier de 11 h à 12 h

 

Catégories :


– Collection d’intailles

– Tableaux anciens

– Art d’Asie

– Mobilier et objets d’art

 

e

 

LOT 207 : Manche en argent au décor en émail polychrome cloisonné aux motifs symétriques de fleurs et de rosaces.

Poids brut 158,16 gr – L. 23,5 cm

Poinçon de titre : 84, Moscou, 1908-1917

.II-e artel.

200 / 300 €

 

eje

 

 

LOT 208 : Gobelet russe du XVIIIe siècle en argent à décor ciselé d’oiseaux et de rinceaux feuillagés reposant sur trois petites sphères.

Poids 49 gr – H. 6 cm – D. 6,3 cm

Poinçon de la ville de Yaroslav.

Poinçon d’orfèvre : MA, maître inconnu.

300 / 500 €

 

eje

 

 

LOT 212 :Triptyque, Russie, XIXe siècle Vierge à l’Enfant, Hodigiria surmontée d’un Père bénissant, dans chaque volet un archange.

Tempéra sur panneau dans un bel oklad en cuivre finement ciselé.

H. 28,5 cm – Larg. 1,5 cm fermé et 34 cm ouvert

400 / 600 €

 

eje

 

 

LOT 212 bis : Belle et importante chope et un présentoir au modèle à couvercle à charnière en argent et vermeil décorés de motifs ciselés de coqs et de frises géométriques reprenant les figures des tissages nordiques, au centre un décor d’isba, reprise du décor sur le plateau.

Poids total : 1 875 gr. Haut. de la chope : 29 cm. Diamètre du plateau : 29 cm

Chope : Poinçon de titre : 84 Saint-Pétersbourg, 1880

Orfèvre : maître inconnu

Présentoir : Poinçon de titre : 84, Saint-Pétersbourg, 1887

Orfèvre : Khlebnikov, avec marque du privilège impérial.

1 000 / 1 500 €

 

eje

 

 

LOT 212 ter : Plateau en argent légèrement chantourné à deux prises latérales formant un bel entrelac végétal.

Poids : 2050,40 gr. 36,5 x 55 cm

Poinçon de titre : 84, Saint-Pétersbourg, 1867

Orfèvre : Karl Jârveläinen

800 / 1 200 €

 

eje

 

LOT 213 : Trésor de la Laure Saint-Serge, XVIIe siècle Rare coupelle, bratina, du XVIIe siècle, région de Moscou, en argent uni, au rebord orné d’une frise gravée de motifs feuillagés entourant une l’inscription slave : « Les frères du monastère Trinité saint Serge » en vermeil.

Diam. 12 cm – H. 7,5 cm.Poids 219 gr.

2 000 / 3 000 €

 

 

Provenance : Ancien trésor de la Laure de la Trinité-Saint-Serge, N°6/7. Acquis dans les années 1930 par un diplomate français,dans les officines soviétiques chargées de vendre les biens confisqués à l’Église. C’est durant cette période que l’ancêtre du propriétaire actuel aurait acquis cette pièce majeure de l’histoire de l’orfèvrerie russe.

 

eje

 

 

HÔTEL DROUOT,  SALLE 1

9 Rue Drouot, 75009 Paris

Métro : Richelieu Drouot (ligne 8 & 9)

Vente en ligne : CLIQUEZ

 

 

 

Cabinet : 22 rue Drouot 75009 Paris

MATHIAS – BOURNAZEL : 01 47 70 00 36

Courriel : contact@jj-mathias.fr

OGER BLANCHET : 01 42 46 96 95

Courriel : contact@ogerblanchet.fr

Expert pour l’Art Russe : Ivan BIRR : 07 50 35 80 58

 

1
Jan

Exposition Icônes émaux, gal. du Vert Galant

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

HORIZON

GALERIE DU VERT-GALANT

 

EXPOSITION d’ICÔNES, RESTAURATIONS

et ÉMAUX

Dom Georges-Marie Bourel,  Dom Arnaud de Saint – Chamas,

Georges Drobot, Marie-cécile Froment

 Lydia Khripouchine

Du mercredi 23 décembre 2020 au dimanche 10 janvier 2021

 

PROLONGATION 

jusqu’au  jeudi 28 janvier

 

Galerie du Vert Galant, 75001 Paris.

 

 

Exposition avec :

 

Rencontre de St Anne & St Joachim à la Porte Dorée.

Dom Georges-Marie Bourel, iconographe et
Maître de chapelle à l’abbaye bénédictine Notre-Dame de Fontgombault (Indre).
.
.i
.
Christ Pantocrator, grisaille d’or sur cuivre émaillé.
.
Dom Arnaud de Saint-Chamas, émailleur,
Moine à l’abbaye Notre-Dame de Fontgombault.
.
.
.i
.
.
(Photo : G. D. peignant une fresque à Cargese, Corse, 1990)
.
Georges Drobot,  icônographe ;
Membre de l’association “L’Icône”, Historien d’art,
Enseignant au Petit-Palais et à Paris-Ateliers, place Souham Paris XIIIe ;
Fils de l’archiprêtre Georges Drobot (iconographe et théologien).
.
.i
.
.
(Photo : M-C. F. commentant les fresques romanes d’Areines,
Loir-et-Cher, 1992)
.
Marie-Cécile Froment, iconographe ,
Commissaire de l’exposition,Membre de l’association “L’Icône”,
Historienne d’art ,
Enseignante au Centre Culturel Chrétien de Beaugrenelle Paris XVe.
.
.i
.
 L. Kh. restaurant la peinture murale de la chapelle Saint-Georges de Meudon, 2008
.
Lydia Khripouchine, iconographe ;
Secrétaire de l’association “L’Icône”, Historienne d’art ;
Restauratrice des peintures spécialisée en icônes ;
Enseignante à Meudon.
.
Lydia Lioudovikovna Khripouchina, descendante des “Russes Blancs”, développe depuis sa plus tendre enfance elle ses talents et son intérêt pour la création, l’étude, la conservation des œuvres d’art avec une préférence pour les arts sacrés.
.
Elle est initiée à l’iconographie byzantine et russe, au Centre d’Etudes Russes Saint-Georges de Meudon, dans l’atelier du père Egon Sendler (dit “père Igor”).
.
.
Puis elle se perfectionne auprès de l’iconographe russe Galia Bitty-Kicheev (diplômée des Beaux-Arts de Moscou). Puis elle se rend à l’atelier de l’archiprêtre mitré Georges Drobot – de l’école iconographique russe de Paris et, sur ses conseils, commence des recherches sur les icônes anciennes.
.
Elle passe simultanément les concours d’entrée des grandes écoles d’art et poursuit des études supérieures artistiques, à Paris.  Elle sort diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art – ENSAAMA (2d cycle)…et diplômée de l’École du Louvre en histoire générale de l’art et peinture étrangère (1er cycle) puis muséologie (2d cycle)…
Elle obtient, également, du Ministère du Tourisme, l’agrément professionnel de conférencière officielle en histoire de l’art.
.
Plus de renseignements : CLIQUEZ
.
k
.
Pour raisons sanitaires, la visite de l’exposition se fera sur rendez-vous en téléphonant au : 01 45 41 13 49. 
.
3
.
.
.
.
Galerie du Vert-Galant,
52, quai des Orfèvres, 75001, Paris,
Métro :  Pont-Neuf.
 
27
Déc

Alfred Parland

   Publié par: artcorusse   dans Articles de fond

 

Créateur d’un monument architectural unique,

le Sauveur à Sang Versé

Alfred Alexandrovich Parland (1842-1919) 

 

 

Alfred Alexandrovich Parland a été injustement oublié, une première exposition en Russie en 2019, lui a été entièrement consacrée,  à sa vie et à son œuvre, celle d’un véritable artiste de l’architecture, qui s’est réalisé dans divers domaines.

Exposition intitulée  “Pour la première fois, Parland” , l’exposition a présenté des œuvres scientifiques créées par Parland, qui n’ont pas perdu de leur pertinence aujourd’hui. Ainsi, selon son livre “Les temples de la Grèce antique”, publié en 1890 sur la base des documents de ses conférences à l’Académie impériale des arts, des étudiants des départements d’architecture étudient toujours, des plans architecturaux des musées de Saint-Pétersbourg, pour lesquels des dizaines de bâtiments ont été construits dans tout l’empire russe, y compris la célèbre église Saint-Pétersbourg du Sauveur sur le Sang Versé.

 L’exposition s’est déroulée au musée de la recherche de l’Académie des arts de Russie.

 

Alfred Alexandrovich Parland – architecte,  Le père du futur architecte John Parland est venu en Russie d’Écosse à la fin du XVIIIe siècle et est devenu professeur d’anglais de  la famille de l’empereur Paul Ier. Alfred a étudié au lycée de Saint-Pétersbourg (4ème Gymnase), puis à l’école polytechnique de Stuttgart.   De confession luthérienne, il se spécialisa dans l’architecture sacrée de style histororicide et surtout néo-bysantin, enseignant et archéologue russe. Il a étudié l’architecture à l’Académie Impériale des Arts de Saint Petersbourg, ses succès en dessin et en architecture lui ont valu cinq médailles.

 

Immédiatement après l’obtention de son diplôme,  en 1871, il fut chargé de la construction de l’église de la Résurrection du Christ dans le désert de la Trinité-Serge dans le style byzantin. Les travaux sur la cathédrale de la Résurrection du Christ “sur le sang versé” ont rendu la gloire célèbre à Parland – ils ont commencé en 1883 et n’ont pris fin qu’en 1907.

Dessin du futur temple (projet) avant de finaliser le projet par l’architecte Parland, 1883

Le projet a été exécuté dans le «style russe» avec l’imitation de la cathédrale Saint-Basile à Moscou. Situé dans le centre historique de Saint-Pétersbourg, sur les rives du canal Griboïédov, près du jardin Mikhailovsky et de la place Konyushennaya.

 

 

Alexandre III voulait que le temple soit construit sur «des principes primordialement russes». Le concours a été remporté par le projet conjoint de Parland et de l’abbé de l’ermitage de la Trinité-Sergius, l’archimandrite Ignatius. Archimandrite Ignatius (dans le monde – I.V. Malyshev) était dans le passé étudiant à l’Académie des Arts. AA Parland a écrit: «Le projet de l’Église de la Résurrection, qui a été approuvé par le Très Haut de Gatchina le 1er mai 1887, a été élaboré par moi sous la direction de Sa Majesté dans le style de l’époque des tsars de Moscou du XVIIe siècle. Des exemples remarquables de cette époque sont l’église Saint-Basile le Bienheureux à Moscou et tout un groupe d’églises à Yaroslavl, Rostov, etc. Étudier ces merveilleux monuments de l’antiquité russe, en essayant de percevoir non seulement avec l’esprit, mais aussi avec le cœur ces voies et méthodes, les moyens utilisés par les architectes de cette époque essayer, dans la mesure du possible, de comprendre le secret de leur travail...”

Parland a abandonné l’habituel fondation de pieux de Saint-Pétersbourg sous la fondation, les remplaçant par une base en argile dur.
Pour empêcher la pénétration des eaux souterraines et des eaux du canal, une enceinte d’argile a été érigée le long du périmètre du bâtiment. Il se composait de deux, et du côté du canal, de trois rangées de rainures dont l’espace entre les deux était rempli d’argile dur.

 La construction a nécessité le réaménagement de tout le territoire adjacent au bâtiment. En conséquence, un trottoir a été créée autour du temple. Les côtés sud, est et nord de la place étaient décorés d’une clôture en forme d’arc, conçue par Parland. La clôture se composait de 52 maillons aux motifs floraux stylisés. Une partie de la clôture a survécu à ce jour et avec l’église de la résurrection du Christ (“Sauveur sur le sang versé”) est un lieu incontournable pour les touristes et les invités de Saint-Pétersbourg.

La hauteur de l’église à neuf dômes est de 81 m, sa capacité est de 1600 personnes. C’est un musée et un monument de l’architecture russe.

Rappelons qu’en 2017, l’ église du Sauveur sur le sang a commencé à être restaurée . Le coût de la première étape, à savoir la restauration des structures de soutien, a été estimé à 38,4 millions de roubles, dont près de 6,5 millions provenaient de fonds extrabudgétaires. Aux termes du deuxième appel d’offres, le gagnant devra effectuer des travaux de restauration dans la partie centrale du bâtiment, réparer le toit et le dôme.

24
Déc

Réouverture ” Éditeurs réunis “, Paris

   Publié par: artcorusse   dans Informations

La librairie ” Les Éditeurs Réunis “

 

ouvre ses portes pour vous accueillir , de 14h à 18h30

La librairie propose un vaste choix de livres en russe et en français.

Au second étage est toujours visible l’exposition des gravures de l’artiste Paul Kichilov réalisées pour illustrer les poèmes du Docteur Jivago.

Inspirées du cycle poétique du Docteur Jivago de Boris Pasternak.
10 gravures en noir et blanc destinées au recueil à paraître en novembre aux éditions Ymca Press dans une édition bilingue dans une traduction d’Hélène Péras.
10 gravures en couleurs qui leur font écho.

 

Voir article sur Artcorusse : CLIQUEZ

 

k

 

Implantée au cœur du quartier latin depuis un demi-siècle, la librairie Les Editeurs Réunis propose un vaste choix de livres neufs et d’occasion en russe et en français. Vous y trouverez les grands auteurs de la littérature russe classique et moderne, des livres sur l’histoire et la civilisation russe,sur la pensée philosophique et la théologie orthodoxe, ainsi que des manuels,  des dictionnaires et des guides pour vos voyages. Nikita Struve (1931-2016), professeur, philosophe, Président du Groupe de recherches sur l’Émigration russe, était le directeur d’YMCA Press. Cette maison d’édition a été fondée à Berlin en 1920 puis transférée à Paris en 1925. Il décrit d’ailleurs ce lieu : « Au fil des années “Les Éditeurs réunis” est devenu une maison d’édition de livres russes d’orientation chrétienne orthodoxe bien que créée par des missionnaires américains protestants. »

C’est ici qu’a été publié l’Archipel du goulag d’Alexandre Soljenitsine en 1973/74 pour la première fois.

 

 

Centre Culturel Alexandre Soljenitsine

Librairie les Éditeurs Réunis

11 rue de la Montagne Ste Geneviève, 75005, Paris

Téléphone01 43 54 74 46

Courriel : les-editeurs-reunis@orange.fr


Métro : Maubert-Mutualité.

Du mardi à samedi : 10h – 18h30

 

 

24
Déc

Festival du cinéma russe d’Honfleur en deuil

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Le Festival du cinéma russe d’Honfleur est en deuil.


Galina Evgueievna Dolmatovska est décédée, à Honfleur. Elle était impliquée dans le Festival du cinéma Russe, où elle avait l’habitude de programmer les documentaires.
Galina Evgueievna Dolmatovska est née le 11 mars 1939, son père est le poète Evgueni Dolmatovski. Réalisatrice, critique de cinéma, écrivain, diplômée de la faculté de journalisme de l’Université de Moscou (MGU) et de l’institut des Sciences de l’Art. D’abord journaliste à Literatournaïa Gazeta à Moscou, depuis 1974, elle était chef du département de cinéma documentaire à l’Institut de recherche du cinéma.

Docteur ès-arts, elle est auteur de plusieurs ouvrages parmi lesquels Rod Steiger (1976),  Qui est qui dans le cinéma soviétique  (1979, avec I. Chilova), La France parle d’elle-même (1980), Remarques sur le passé (1983, quatre décennies de cinéma français sur l’époque de la Seconde guerre mondiale), Les pages du calendrier lunaire (La guerre du Vietnam et le cinéma mondial,1985).
Auteur des scénari des films documentaires sur les intellectuels persécutés par les autorités : Quelque part près de la Terre de Feu et Muse de l’exil (1990), réalisés par M.Litviakov, Partir…Rester…(1992), réalisé par I. Mordmillovitch. Elle a réalisé des films sur les écrivains et les artistes. Parmi ses films figurent “Ilf – double exposition” sur Ilia Ilf et Evguéni Petrov, “Les Serebriakoff ». “Études françaises”, sur le célèbre acteur russe du cinéma muet: “Ivan Mosjoukine, ou l’enfant du carnaval“, “La femme au mausolée” sur Katerina Furtseva, (membre à part entière du Présidium du soviet suprème (1957-1960), a servi comme ministre de la culture de l’URSS (1960-1974).
Elle tournait ses propres images sur pellicule. Galina passait beaucoup de temps dans les archives cinématographiques à la recherche d’images et de documents rares, elle était en contact avec la sœur d’Andreï Tarkovski, Marina Arsenievna.
Elle avait présentée le film documentaire sur le peintre Pavel Chmarov en 2010 au 4ème Festival Zerkola de Tarkovsky à Ivanovo près de Moscou du réalisateur N.N. Tikhobrazoff, film qui a été primé.

Elle a écrit le livre “Vers une terre lointaine...” dédié à son père ainsi qu’au poète Konstantin Simonov et au légendaire “photographe de l’Union soviétique” Evgeny Khaldei. Ils étaient amis et ont parcouru des centaines de kilomètres en tant que correspondants de guerre pendant la grande guerre patriotique. Un trio célèbre !

Galina Dolmatovskaya est morte à Honfleur, à 82 ans, des suites d’une crise cardiaque.
Ces dernières années, elle a vécu principalement en Normandie, revenant souvent à Moscou. Mais la pandémie qui a envahi le monde l’a confinée à Honfleur. Chaque jour, Galina Evgenievna téléphonait à ses proches, principalement à sa fille, dont elle était très fière – Tatiana Dolmatovskaia, qui travaille comme costumière, pour les films de Valeria Gaï Germanika, Kirill Serebrennikov et bien d’autres.

Dernèrement ses proches ont été inquiets car elle ne donnait plus signe de vie. Ils ont appris qu’elle est décédée – le 19 janvier 2021

“Belle dans la vie, belle dans l’art”, a déclaré l’acteur Veniamin Smekhov à propos de cette femme extraordinaire.

A Festival du cinéma russe d’Honfleur, Galina Dolmatovskaya avait présenté ses films, comme « Tchistopol. De la vie d’une petite ville“, associé aux noms de Marina Tsvetaeva et Arsene Tarkovsky. En 2016, une rétrospective de sa vie a été présentée et elle a reçu la médaille de la ville d’Honfleur.
Lorsque Galina Yevgenyevna se promenait dans ses rues, on la saluaient et lui parlait longuement. Elle savait parfaitement s’exprimer en français. Elle aimait beaucoup Honfleur, qui était devenu son dernier port d’attache.

24
Déc

Cycle littérature russe , Nikolaï Novikov

   Publié par: artcorusse   dans Informations

 

CYCLE de la LITTÉRATURE RUSSE

” Nikolaï Novikov “

1er éducateur russe

avec Victor Erofeev

 Mercredi 27 janvier 2021

Sur le site du CRSC :

 

Nikolaï Ivanivitch Novikov (1744 – 1818), une une des plus grandes figures des Lumières en Russie. Il visait à élever le niveau culturel et éducatif des Russes. Souvent considéré le premier journaliste russe.

 

 

En 1767, Novikov faisait partie des jeunes à qui on avait confié la tenue de procès-verbaux   dans la commission des députés pour la rédaction du projet de “Nouveau Code”. En 1769, après l’achèvement des travaux de la Commission, Novikov prit sa retraite et commença à publier le magazine satirique hebdomadaire ” Drone “. Ce magazine (1769-1770) promouvait l’idée de l’injustice du servage, protestait contre les abus du pouvoir des propriétaires fonciers, dénonçait l’injustice, la corruption, etc… . L’une des tâches les plus importantes de Novikov était  pour les fondements nationaux de la culture russe. Parallèlement à des magazines satiriques, il publie un certain nombre de publications historiques. Parmi eux figurent le livre “Expérience du dictionnaire historique des écrivains russes” (1772).

Les premiers liens de Novikov avec la franc-maçonnerie ont commencé en 1775 à Saint Petersbourg.  En 1778 le  prince Η. Η. Troubetskoy a rejoint le système suédois Nikolaï l’a suivi.

En 1787, “Velvet Book” a été publié par N. I. Novikov sous le titre “Livre généalogique des princes et des nobles de Russie et de l’étranger” et est un document précieux pour la recherche généalogique.

 

djd

 

 

Victor Vladimirovitch Erofeev (Ви́ктор Влади́мирович Ерофе́ев), diplômé de la faculté de Philologie de l’Université d’État de Moscou.

En 1973, il fait ses débuts comme spécialiste de la littérature dans le magazine “Woprosy Literatury” et rédige plusieurs études philologiques; il signa un texte sulfureux sur Sade. Six ans plus tard, Erofeev aggrava son cas en publiant une revue clandestine, Métropole, qui réunissait quelques intellectuels hostiles à Brejnev. Le rebelle fut immédiatement exclu de l’Union des écrivains.

Victor Erofeev – Lauréat du prix V.V. Nabokov (1992), titulaire de l’Ordre des Arts et des Lettres (2006) et de l’Ordre de la Légion d’honneur (2013). Auteur d’ouvrages sensationnels tels que ” La Beauté russe”, “Vivre en idiot”, “Le dernier jugement”, “Encyclopedia of the Russian Soul”, “la Souris rose”, dont beaucoup ont été traduits et publiés dans des dizaines de langues. L’écrivain a passé une partie de son enfance en France, à Paris, où son père Vladimir Erofeev a travaillé dans le service diplomatique. L’écrivain a conservé une attitude très chaleureuse et personnelle envers ce pays. Présentant le prix à sa résidence de Moscou, l’Ambassadeur Jean de Gliniasty a qualifié V.V. Erofeev «d’homme de culture mondiale» particulièrement attaché à la France. «Vos qualités personnelles font de vous un conducteur de réflexion entre les cultures de la France et de la Russie», disait alors l’ambassadeur de France à propos de l’écrivain.

 

ehe

 

Centre de Russie pour la Science et la Culture  à Paris

61, rue Boissière, 75116, Paris 

Téléphone : 01 44 34 79 79

Site:  https://crsc.fr/

 

 

 

24
Déc

Trio Makarenko au Musée Jacquemart

   Publié par: artcorusse   dans Informations

A & A et Autour du Piano

TRIO MAKARENKO

” LA  RUSSIE EN TROÏKA “

Balalaïka – Hautbois- Piano

 

Concert annulé, suite aux

dernières

annonces gouvernementales.

 

Vendredi 29 janvier 2021 à 19 h

Musée Jacquemart, 75008  Paris

 

Le Trio Makarenko est très heureux et ému de pouvoir enfin retrouver son public après presque une année entière mise en pause suite aux événements tragiques…

 

 

Reconnu par le monde musical comme l’une des formations les plus étonnantes, le Trio Makarenko envoûte les mélomanes les plus exigeants. Virtuosité, rythme, équilibre des instruments, le répertoire de la musique russe qu’ils défendent fait l’unanimité dès la première pièce qu’ils offrent à leur auditoire.
Invités à la Philharmonie de Berlin en janvier 2015 puis de nouveau en février 2019 où ils ont joué à guichet fermé, ils reçurent une « standing ovation » d’une salle convaincue de s’être rendue, l’espace d’un concert avec eux… à Saint- Pétersbourg !
Plus d’informations sur le Trio : CLIQUEZ

Réservez vite, les places sont très limitées!!!

 

g j g

 

 

Musée Jacquemart

158 Bd Haussmann 75008  Paris

Réservation : 01 43 71 60 71

 

 

Exposition virtuelle

” ROMANCE  D’ HIVER “

du jeudi 24 décembre 2020 au jeudi 21 janvier 2021

 

 

Organisée par la section peinture du TSHR, en partenariat avec la Maison de Moscou des Nationalités et l’ Université Lomonossov de Moscou (Faculté de droit), Chef du projet Andrey Dubov,  commissaire de l’exposition de l’exposition Fruleva Tatiana.

La romance, belle et enthousiaste, sensuelle et lyrique, avec des images hautes et rêveuses, au rythme de la vie trépidante moderne devient souvent quelque chose d’inaccessible et de sortant.
L’artiste-créateur a toujours été et reste un romantique cherchant à incarner des intrigues fascinantes et des images émotionnelles et poétiques dans ses œuvres.

Le banc d’hiver, Lev Dutov (St Petersbourg)

Le thème de l’exposition collective “Romance d’Hiver” n’est pas venu par hasard. C’est l’hiver, blanc et argenté, doux, avec de la neige duveteuse, de la glace et du gel, qui est la période la plus romantique de l’année. L’hiver arrive et tout ce qui est familier devient différent: magique, fabuleux, propre, renouvelé. L’hiver est inextricablement lié aux plus brillants, préférés des vacances d’enfance – Nouvel An, Noël et Épiphanie. Toutes ces vacances se succèdent les unes après les autres, chacune avec ses propres traditions et son humeur particulière.

 

Patineurs, Dubov

L’hiver est un arbre de Noël élégant, des décorations de Noël, des cadeaux de Noël, des montagnes russes, des skis et des patins, des arbres et des maisons enneigés, des motifs givrés sur les fenêtres, des visages rouges des gens et une humeur générale de joie en prévision des miracles. Chaque année, l’hiver nous offre sa propre expérience. Et comme il est toujours intéressant de voir la romance hivernale à travers les yeux des artistes.

Le public verra des paysages d’hiver et des natures mortes, des compositions de genre, des croquis urbains et des portraits romantiques, des fantasmes et motifs abstraits d’hiver, ainsi que des œuvres philosophiques révélant les images de l’hiver.

Plus de 151 artistes, parmi lesquels nous pouvons citer:  Anikeeva Daria de Moscou, Bitsenko Roman de Koursk, Chaiounova Olga de St Petersbourg,  Dubov Andrey de Moscou, Dutov Lev de Saint Petersbourg, Gerasimov Vladimir de Moscou, Ivanova-Meer Olga de St Pétersbourg, Lo