25
Nov

Vente art russe Paris Douot

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Vente Art Russe “Русское Искусство”

samedi 8 décembre 21018

Hôtel Drouot, salle 15 11h et 14h

Icones & art religieux, Gravures & lithographies , Archives & manuscrits, Numismatique,  Romanov, Affiches, Argenterie, Émaux ,Objets de vitrine, bijoux & Fabergé , Porcelaine,  Bronzes, Art populaire & folk art, Militaria, Ballets russes, Livres,Tableaux.

Expositions Publiques Vendredi 7 décembre de 11h à 18h

Extraits du catalogue

Belle croix pectorale en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes) sertie de brillants de différentes tailles, surmontée d’une couronne impériale. Médaillon central peint sur métal ornée d’une scène de la Crucifixion. B.E. (quelques manques). Moscou, vers 1890. Orfèvre : A. A. Moukhine. H. 15 x L. 7,3 cm. Poids brut : 57,6 g,1000/1500 €

 

Icône de voyage de la Mère de Dieu de Kazan. Tempera sur bois. Russie, fin du XIXe siècle. Dans sa belle oklad en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes) à décor émaillé polychrome cloisonné. T.B.E. Moscou, vers 1890. Orfèvre : EAK, non identifié. H. 9 x L. 7,5 cm. Poids brut : 103,7 g. Икона Казанской Божьей Матери, путевая. 3000/5000 €

 

Icône du Christ Sauveur de Smolensk. Tempera sur bois. Russie, fin du XVIIIe – début du XIXe siècle. Dans son oklad en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor ciselé et repoussé. Légendes gravées des noms des saints entourant le Christ en pied. B.E. Moscou, 1801. Orfèvre : Alexei Ratkov. H. 38, 2 x L. 32 cm. Poids brut : 2346,0 g. Икона, Христос Спаситель Смоленский. Темпера на дереве. 3000/5000 €.

Cartes de la Russie. Lot de 7 lithographies : Carte des régions limitrophes de la mer Caspienne, c.1728, rehaussée à l’aquarelle. – Carte de l’Empire russe par Eman Bowen, XVIIIe siècle. – Carte de Tartarie, XVIIIe siècle. – Carte de la Russie, atlas Clouet, 1787, rehaussée à l’aquarelle. – Carte de Tartarie, XVIIe siecle, rehaussée à l’aquarelle. – Gravure de Moscou, 1743, rehaussée à l’aquarelle. B.E. Formats divers. Карты России. 7 литографий: карта приграничного Каспия, c.1728, акварель. – Карта Российской империи Эмана Боуэна, XVIII в. – Карта Татарии, XVIII в. – Карта России, атлас Clouet, 1787г., акварель. – Карта Татарии, XVII в., акварель. – Гравировка Москвы, 1743 г., акварель. Состояние хорошее Различные форматы 300/500 €

 

Brevet de nomination au poste de Consul général à Hambourg de l’assesseur de collège Bacheracht, Kameny Ostrov, le 31 août 1825. Signé par Alexandre Ier et le comte Nesselrode. Avec le sceau impérial. Pliures mais complet. On y joint la traduction officielle en allemand du précédent document. Manque le sceau. Pliures. Грамота о назначении на должность генерального консула в Гамбурге колледжского ассесора Бачерахт, Камени Остров, 31 августа 1825 г. Подписано Александром I и графом Нессельроде. Императорская печать. В сложеном виде. Прилагается официальный немецкий перевод предыдущего документа. Печать утрачена. В сложенном виде. 200/300 €

 

Tolstoï et Gorki. Lot de 7 tirages argentiques de presse représentant : – Léon Tolstoï : deux fois seul dont en promenade, une avec sa famille, une avec Maxime Gorki (divers formats). – Maxime Gorki : portrait seul, anniversaire 1868-1936 avec des acteurs, anniversaire avec Mark Twain. 7 фотографий. Изображены Л.Толстой и М.Горький. 150/200 €

 

Pendule en bronze doré et patiné représentant le tsar Pierre le Grand sur le lac Ladoga. L’Empereur se tient à la barre d’une embarcation en pleine tempête. Décor de palmettes et rinceaux. Chiffres romains. B.E. (mouvement vendu en l’état). Russie, milieu du XIXe siècle. H. 35 x L. 26,5 x P. 10 cm Historique : « Alors de Piter (Saint-Pétersbourg) Pierre Ier s’embarqua sur la Neva et sur le Ladoga ; tout à coup la tempête s’élève, une bourrasque, un orage épouvantable. A grand’peine ils arrivèrent au nez de Storojevski. Le tsar débarqua. Entouré des flots, la tête lui tourna de voir la mer bleue. « Allons, toi, mère humide, la terre, ne t’agite pas, ne prends pas exemple sur ce stupide lac. « Aussitôt il ordonna de knouter et de fouetter les vagues irritées. Le lieu, où il les fustigea de ses mains impériales s’appelait l’Ecueil sec, et depuis ce temps on l’appelle l’Ecueil du tsar. Depuis lors le Ladoga est devenu plus paisible ; il a ses jours de calme comme les autres lacs, et vous voyez, continue le narrateur : nous y naviguons, nous y prenons du poisson. » (V. Barsof, Petr Veikii v narodnykh predaniakh Siévernago kraïa (Pierre le Grand dans les traditions populaires du pays septentrional), Moscou, 1872.) Часы, бронза позолоченная и патинированная. Царь Петр I. На циферблате римские цифры. Состояние хорошее. Россия, середина XIX в. 2000/3000 €

 

Alliance Franco-Russe. 1- Foulard de l’alliance. 1896 Kronstadt 1891-Toulon 1893. Paris Louvre 1896. Par G. Laveissière et Chamont. Déville Rouen. 42 x 48. B.E. – 2- Médaille pour la revue des 9-10 octobre 1896 par le Tsar. Liste des bataillons de chasseurs à pied et alpins ayant participé. Diamètre : 39 mm . B.E. 3- Médaille avec l’aigle impériale russe et au revers les armoiries de la république française. Diamètre : 36,5 mm B.E. 4- Médaille à l’ancre entouré de l’Aigle impériale et RF. Souvenir de Cronstadt 1891- Toulon 1893. Diamètre : 25,5 mm B.E. 5- Médaille « France-Russie », Cronstadt-Toulon, 1891-1893. Représentation d’un navire de guerre. 30 x 36 mm. B.E. 6- Bouton à l’effigie de Nicolas II en uniforme. Diamèttre : 31 mm. B.E. 7- Médaille France-Russie, Cronstadt-Toulon . Juillet 1891- Octobre 1893. Représentation de matelots et de navires en rade, éclairés par la « Paix ». Diamètre : 30,5 mm. B.E. 8- Médaille de table Paris octobre 1896, profils de Nicolas II et de l’impératrice. Diamètre :35 mm. B.E. 9- Médaille France- Russie, Nicolas II empereur de Russie. Buste de l’empereur en uniforme. Diamètre : 32,5 mm Sans anneau 10- Deux Petits aigles impériales, avec drapeaux et sans, fabrication française des années 1890- 1900. B.E 11- Médaille souvenir de Paris-Toulon, octobre 1893 ; Revers : Cronstadt-Toulon avec portrait de l’empereur et du président de la République. Diamètre : 43 mm. B.E. 12- Médaille « Vive la Russie, Union et fraternité ». Souvenirs La flotte française à Cronstadt 23 .7.1891, la flotte russe à Toulon 13.10.1893. Avec ruban français et russe impérial combiné. Diamètre : 27,5 B.E. Лот 12 значкоб и медалей Франко-Российский альянс. 600/800 €

Affiche de l’Exposition russe hippique et ethnographique. 1895. Au Champ de Mars. Par Houbrac. Représentations de cosaques de l’escorte impériale. Konvoï. H. 120 x L. 82 cm. Entoilée. T.B.E. Représentations de cosaques de l’escorte impériale. Konvoï. – Афиша русской конно-этнографической выставки. 1895. Марсово Поле. Houbrac. Представления казаков Императорского конвоя. 120 х 82 см. Дублирование. 600/800 €

Quatre planches polychromes de Bilibine, Les contes des mille et une nuits. Fernand Nathan éditeurs. B.E. Lithographies en couleur, numérotées et signées dans la planche. Vers 1932-1938 – Le cheval enchanté – Sindab le marin – Le Chasseur – Alladin ou la lampe merveilleuse H. 34,2 x L. 90,5 cm. Entoilées. B.E. – Четыре полихромных билибинских листа, сказки «Тысяча и одна ночь». Изд. Фернан Натана. Дублирование. – Алладин – Синдбад Мореход – Очарованная лошадь – 34,2 х 90,5 см. Дублирование. 6000/8000 €

 

Rare samovar en argent 84 zolotniks (875 millièmes) repoussé et ciselé, le corps piriforme avec anses élevées, le couvercle pourvu de deux boutons, le fut balustre en partie ajouré à décor floral, la base polylobée reposant sur quatre pieds boules, garnitures en corne, intérieur vermeil. Très bon état, léger accident à la garniture du robinet. Saint-Pétersbourg, 1861. Orfèvre : I. SAZIKOV, avec aigle de Fournisseur de la Cour impériale. Maître-essayeur : A.N Mitine (actif 1842-1877). Porte également les poinçons d’importation du grand-duché de Finlande (d’après 1810, de titre « 813 H » et de la ville d’Helsinki). H. 44 x L. 33 cm. Poids brut : 3925 g (environ). Références : Ignati Pavlovitch Sazikov (1793-1868), fils du fondateur de la firme, Pavel Fedorovitch, reçoit en 1837 le privilège de fournisseur de la Cour impériale de Russie. Références : Ignati Pavlovitch Sazikov (1793-1868), fils du fondateur de la firme, Pavel Fedorovitch, reçoit en 1837 le privilège de fournisseur de la Cour impériale de Russie. Редкий самовар. Серебро, резное и чеканное. Проба 84. Грушеобраный корпус с высокими ручками. Крышка с двума хватками. Поддон украшен цветочным орнаментом, на четырех ножках в виде шариков. Отделка из кости. Внутренняя часть корпуса позолоченная. Состояние очень хорошее. Незначительное повреждение отделки крана. Санкт-Петербург, 1861 г. Ювелир: И. САЗИКОВ, клейма : изображение орла – поставщик Императорского двора. Пробирный мастер: А.Н. Митин (годы службы:1842-1877 гг). Имеются также клейма для импорта в Великое княжество Финляндское (после 1810 г. проба «813 H» и город Хельсинки). 44 x 33 см. Вес брутто: 3925 г (приблизительно). 6000/8000 €

 

Centre de table servant de coupe à fruits en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à double anse en forme de buste de femme, monté sur quatre colonnes corinthiennes reposant sur un socle ovale en onyx vert. Il est gravé d’une dédicace en russe « À notre cher directeur F.F. Proillar. En souvenir. La direction et les ouvriers des verreries du sud de la Russie ». Plaquettes avec les dates 18/VI 1902 et 13/VI 1911. Avec une doublure en cristal taillé. B.E. (usures et petit accident au socle). Moscou, 1908-1917. Orfèvre : Mikhaïl TARASOV. H. 22,5 x L. 32 cm. Poids brut : 3790 g (environ). Украшение центральной части стола. Чаша для фруктов. Серебро. Проба 84. Две ручки в форме женского бюста. На четырех коринфских колоннах, на подставке из оникса. На пластинке выгравировано посвящение «Нашему дорогому директору Ф. Ф. Пройларь. На память. шефы и рабочие зеркальных заводов юга России ‘’. Даты 18 / VI 1902 и 13 / VI 1911. Хрустальная обкладка. Состояние хорошее. (потертости и незначительные повреждения у основания). Москва, 1908-1917 гг. Ювелир: Михаил ТАРАСОВ. 1800/2500 €.

 

Belle paire de cuillères à caviar en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), à décor niellé représentant notamment la cathédrale de l’Annonciation au Kremlin de Moscou, manches torsadés. Dans leur écrin de présentation de la Maison Proudnikov. B.E. (taches). Moscou, 1908-1917. Orfèvre : MC possiblement pour Maria Semenova. L. 18,5 cm. Poids brut total : 170,6 g. Две ложки. Серебро. Черная эмаль 1000/1500 €

 

Étui à cigarettes en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à décor repoussé d’une jeune amazone avec son cheval. Fermoir avec pierre verte. B.E. Inscription gravée : « Cher Robik, de papa et maman, 3/VII/ 51 ». Moscou, 1908-1917. Orfèvre : M.oHb, non identifié. H. 11x L. 8,5 cm. Poids brut : 222,6 g. Портсигар. Серебро. Амазонка и лошадь. Застежка с камнем Клеймо «84» Московский кокошник 1908 г. Ювелир: М. онб, неизвестен. Выгравированная надпись: «Дорогому Робику, от папы и мамы, 3 / VII / 51». 11x 8,5 см 400/600 €

 

Boucle de ceinture caucasienne en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor émaillé polychrome cloisonné de rinceaux feuillagés, se fermant par un kindjal miniature également émaillé. B.E. (légères usures). Saint-Pétersbourg, 1908-1917. Orfèvre : A.K. Dalman. L. 7,5 cm. Poids brut : 54,2 g. Эмалированная кавказская бляха. Серебро. Два полихромных эмалированных элемента, закрытых эмалевым кинжалом. Клеймо, 84, Петербургский кокошник 1908 г. Ювелир А.К. Далман. 7,5 см, 300/500 €.

 

Pot couvert probablement à col en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), à décor émaillé polychrome cloisonné de tulipes stylisées à la manière des émaux de Solvychegodsk ou Usolsk du XVIIe siècle sur un fond crème dans des réserves se dégageant d’un fond vert olive, le corps en forme de bulbe reposant sur un piédouche bordé de perles émaillées rouge. B.E. Moscou, 1899-1908. Orfèvre : Feodor RÜCKERT. H. 7,5 cm. Poids brut : 81,6 g. Сосуд с крышкой, вероятно, для клея. Проба 84. Полихромная эмаль. Москва, 1899-1908 гг. 400/600 €.

 

Épingle en or russe 56 zolotniks (583 millièmes) retenant deux œufs miniatures pendentifs montés en or (750 millièmes, probablement non russes), l’un en pierre dure bleue, l’autre émaillée rouge guilloché. Bon état. Saint-Pétersbourg, 1908- 1917. Orfèvre : illisible. L. 3 cm. Poids brut total : 11,4 g. Булавка русская, золото. Проба 56. Два миниатюрных яйца-подвески, проба 750. Вероятно, не русские. Состояние хорошее. Санкт-Петербург, 1908- 1917 гг.` 200/300 €.

 

Cafetière en porcelaine du service du Cottage de Péterhof. À décor central sur chaque côté du blason du palais à fond bleu figurant une épée traversant une couronne de roses, entouré de l’inscription en russe sur fond or : “Pour la Foi, le Tsar et la Patrie”. Deux éclats à la base, un au bec verseur avec un fêle et anciennes restaurations (en l’état). Manufacture impériale de Porcelaine, Saint-Pétersbourg, époque Alexandre III, datée 1885. H. 21,2 cm. 600/800 € Provenance : Service commandé entre 1827 et 1829 par l’empereur Nicolas Ier (1825- 1855) pour le Palais Alexandria dit “Cottage”, demeure néogothique construite dans le parc Alexandria de Péterhof par l’architecte A. A. Menelaus et offerte par le tsar à son épouse l’impératrice Alexandra Féodorovna. Ce service, utilisé pour le dîner, le dessert et le thé/café, était composé à l’origine de 530 pièces, il fut doublé en 1835 puis réassorti jusqu’au règne de Nicolas II, et était accompagné d’un service en cristal orné du même blason dont nous présentons ci-après un verre. Ce motif intitulé “Fleur Blanche”, conçu par le poète Joukovski, fut inspiré d’un des personnages du roman de “L’Anneau magique” par le chevalier de La Motte-Fouqué, et c’est ainsi que l’on surnommait l’impératrice Alexandra Féodorovna, née princesse Charlotte de Prusse, qui utilisa ce blason pour sa résidence privée du Cottage. Кофейник, фарфор. Из сервиза « Коттеджа » в Петергофе. Каждая сторона украшена дворцовым гербом. 500/700 €.

 

Rare assiette en porcelaine, réassort du service “aux camées” de l’impératrice Catherine II. Manufacture impériale de Porcelaine, SaintPétersbourg, époque Nicolas Ier (1825-1855). Marque en bleu sous couverte au chiffre du tsar Nicolas Ier. B.E. (légères restaurations au fond bleu). D. 27 cm. Provenance : – Au mois de Juillet 1776, une commande particulière de l’impératrice Catherine II de Russie parvient à la manufacture royale de Sèvres par l’intermédiaire de son ambassadeur le prince Bariatinsky. Il s’agit d’un service de table pour 60 convives, qui sera le « plus important et le plus onéreux » que la Manufacture ait jamais réalisé. Из сервиза «Камея», императрицы Екатерины II. Осуществлялось пополнение. Императорский фарфоровый завод. Санкт-Петербург, при Николае I (1825-1855). Клеймо синего цвета, вензель Николая I. 4000/6000 €

 

Ensemble de 4 tasses de forme évasée et leurs soucoupes en porcelaine, à décor noir et or sur fond violet ou vert représentant la flèche de l’île Vassilievski à Saint-Pétersbourg et d’un trophée à la Marine avec ancres dans des cartouches de style néoclassique. Bon état. Manufacture Lomonosov, Léningrad, époque soviétique (marquées). H. 9,5 x D. 16 cm. Чашка в форме факела и блюдце. Фарфор с черным и золотым орнаментом на фиолетовом фоне. Памятник гавани и трофей с якорями, для морского флота. 600/800 €.

 

TOURGUENEFF Pierre Nicolaiévich (1854-1912). Cheval au pas. Bronze, signé sur la terrasse “P. Tourgueneff” (manque le rêne fixe sur sa gauche). Fonte du début du XXe siècle. H. 31 x L. 34 cm. П. H Тургенев. Лошадь на прогулке. Бронза. Подпись ‘’’П. Тургенев’’ на основании. Начало XX в. Состояние хорошее. 1800/2000 €.

 

Tirelire en cuivre martelé, de forme circulaire, la prise formée par la figure de Baba Yaga, ouverture à charnière, avec fermoir. B.E. Manufacture Stroganov, vers 1900. Marque au dos. H. 11,7 x L. 11 cm. L’école de Stroganov fut fondée à Moscou par le comte Sergei Grigoryevich Stroganov en 1825 et devint officiellement l’Institut Impérial Stroganov pour les Arts Industriels en 1901 lorsqu’elle fut placée sous le patronat de la sœur de l’impératrice, la grande-duchesse Elisabeth (1864-1918). L’atelier de cuivre de l’Institut ouvrit ses portes en 1902, les étudiants suivaient alors un cursus de 8 ans et étaient encouragés à créer leur propre style en plus de copier les œuvres de renom. Ce plat apparaît comme une composition originale. Pour le Tricentenaire des Romanov en 1913, les étudiants de l’école Stroganov ont réalisé plusieurs objets pour les membres de la Famille impériale, notamment le plat monumental représentant des scènes de l’élection de Michael Romanov au rang de tsar, qui fut présenté à l’empereur Nicolas II. Копилка. Медную, чеканная. Форма круглая. Ручка в виде силуэта Бабы Яги. Шарнирное отверстие с застежкой. Завод: СТРОГАНОВ, около 1900 г. 800/1200 €.

 

Grande aiguière en cuivre, à décor repoussé et martelé de style Art Nouveau, l’anse, le bec verseur et la base dorés. Gravé sur la base circulaire en russe et en latin de la devise : “Au cher Prince de la part de Kostia, Otto, ?, in vino veritas, 1914, II, 25”). Bec verseur à ressouder. Russie, circa 1914. H. 36 cm. Большой кувшин. Медь. Стиль ар-нуво. Ручка и носик позолоченные. Выгравированы на круговой основе на русском и латинском девизе: «Дорогому Князю оть Кости, Отто, Гаврюши, Истина в вине, 1914, II, 25». Носик кувшина нуждается в пайке. 800/1000 €

 

Paire de bottes de jeune fille en cuir brun et polychrome, intérieur en tissu rouge. B.E. Russie, début du Xxe siècle. H. 34 x L. 22 cm (taille environ 33). Пара сапог. Кожа. Коричневый фон и полихромная отделка. Внутренняя отделка из красной ткани. Состояние хорошее. Россия, начало XX в 200/300 €.

 

Plaque de l’ordre de Saint André le Premier grade. Russie, début du XIXe siècle. Modèle typique des fabrications de la première partie du règne d’Alexandre I. Aigle noire brodée avec croix de Saint André sur la poitrine. Inscription pour la Foi et la Fidélité brodée, rayons argent garnis de canetilles. D. 11 cm. E.M. Premier ordre russe créé par Pierre le Grand en 1698. Il ne fut jamais largement attribué, moins de 900 récipiendaires à la fin de la monarchie. D’abord brodées, les plaques en argent et émail commencent à apparaître vers 1812 et ne se généraliseront qu’au milieu du XIXe s. Шитая звезда ордена св. Андрея Первозванного. Начало XIX в. Металические звезды появились только в 1812 г. Типичный образец начала царст. Александра I. 11 см 2500/3000 €.

 

Croix de Saint-Stanislas de 3e classe avec glaives. Or 56 zolotniks (583 millièmes) et émaux. Orfèvre : Vera Dietvald pour Edouard. 1908-1917. Ruban d’origine, avec une boîte ancienne. D. 4 cm. Poids brut : 16,1 g. Крест святого Станислава, «3-й степ. с мечами. Золото. Клеймо: Вера Дитевальд. Эдуард. «56» кокошник 1908 г. Кокошник на рукояти мечей. Собственная лента с коробкой, старого образца. 800/1000 €.

 

Lot de 3 décorations : – Jeton du 4e Tirailleurs de la Famille Impériale. Attribué à A. Tchernichev, 25/VIII/ 1915. 1ere promo. Bronze avec sa chainette. 24,8 mm. B.E. – Médaille pour le zèle. Nicolas II. Argent. 30 mm. – Médaille pour la guerre Russo-Turque. 1877-1878. Bronze foncé. 26,5 mm. On y joint un œuf pendentif à décor émaillé (H. 2 cm) et un bouton de col niellé (D. 3 cm). Жетон л.г. 4-го Стрелкового полка (Императорской семьи). Вручена А.Чернышову, 25/VIII/ 1915. Бронза. 24,8 мм Медаль за усердие. Николай II. Серебро. 30 мм Медаль за Турецкую войну, 1877-1878. Темная бронза. 26,5 мм Небольшое пасхальное яйцо. Бронза. Эмаль. 10 x 19 мм Пуговица, выполненная в кавказском стиле. Диаметр: 30 мм 150/200 €.

 

Uniforme de petite tenue de chambellan, règne de Nicolas II. Bon état et complet, doublure soie. On y a rajouté des pattes d’épaule de fonctionnaire. A la poitrine médaille argent « pour le zèle » et aigle de cuivre fabriquée en France lors de l’Alliance franco russe. Avec une épée de fonctionnaire modèle 1855, de belle qualité, avec fourreau et dragonne en cannetille. Вицмундир придворных чинов 1855-1917 гг. Шпага гражданских чиновников, обр. 1855 г. С темляком 4500/6000 €

 

Giberne d’officier de la cavalerie de la Garde. Mod. 1889. Une pointe de rayon de l’étoile cassée. H:8,5 x L: 16,5 x P: 3,5 cm Лядунка офицерская, Гвардейская кавалерия. Обр. 1889 г. Утрачен кончик одного луча. 1000/1200 €.

 

Sabre caucasien, Daghestan. Début XXe s. Eléments métalliques à gravure profonde, travail de Lak. Garde à croisée entièrement en argent avec tête d’aigle. Lame réglementaire russe mod. 1909 avec monogramme d’Alexandre III (Empereur sous le règne duquel l’officier a été breveté) et sur l’autre face l’aigle impériale. Fourreau bois et cuir, trois garnitures argent niellé, sur une, face intérieur, inscription « Caucase ». Usure au cuir. L. 96 cm. Сабля кавказская. Дагестан. Начало XX в. Крестовина рукояти полностью серебряная с головой орла. Лакская работа. Русский армейский клинок, обр. 1909 г. С вензелем Александра III и Императорским орлом. Ножны из дерева и кожи. Три прибора, черненое серебро. Надпись «Кавказ». Дл. 96 см- 1800/2000 €.

 

Boîte pour sceau impérial en cuivre estampé, frappé de l’aigle impériale de Russie. B.E. Russie, époque Catherine II (1762-1796). D. 17,5 cm. Коробка для хранения печатей. Штампованная медь, с изображением Императорского орла. Царствование Екатерины II. Диаметр 17,5 см, толщина 2,2 см. Хорошее состояние. 400/600 €.

 

BRUCKOY, école russe du début du XXe siècle. Portrait en pied d’un chevalier-garde. Sculpture en régule, sur un socle circulaire inscrit Russie et signé sur la terrasse en lettres latines. Sur un socle rond en bois noirci. Usures, traces de dorure. H. 54 cm (hors socle). Статуэтка. Кавалергард в полный рост. Баббит. На круглом цоколе, надпись «Россия». Основа, деревянная, круглая. 700/1000 €

 

SAINT-PETERSBOURG. Plan-Guide dressé par le Conseil municipal de St. Pétersbourg en 1897, SaintPétersburg, imprimerie P. Jablonsky, 1897, 128 p., in-8, reliure en percaline bleue ornée en couverture du blason de la ville, texte en français. САНКТ-ПЕТЕРБУРГ. ПЛАН-ГИД, 1897 г. 180/250 €.

 

DRONNIKOV Nikolaï (né en 1930). Portrait de Serge Lifar. Encre sur papier, monogrammée en bas à droite et daté 9. VII. (19)81. Encadré. H. 32 x L. 24,5 cm. ДРОННИКОВ Николай (род. в 1930 г) Портрет Сергея Лифаря. Бумага.Чернила. Инициалы внизу справа и дата 9. VII. (19) 81. В раме. 200/300 €

BOGDANOFF-BELSKY Nikolaj (1868 – 1945) Paysan à la croix de l’ordre de Saint Georges. Huile sur toile d’origine 48 x 58 cm Signe en bas à gauche en cyrillique Bogdanoff – Belski. Sera inclus ds le catalogue raisonné d’Alexandre Kuznetscov БОГДАНОВ-БЕЛЬСКИЙ Николай (1868-1945) Крестьянин с крестом ордена Святого Георгия. Масло, холст. Подпись внизу слева на кириллице. 5000/7000 €.

 

ZANKOVSKY Ilya Nicolaiévitch (1832-1919). Vallée dans le Caucase au clair de lune. Huile sur toile, signée en bas à gauche et datée 1919. Restaurations et léger accident. H. 105 x L. 60 cm. Provenance : collection Antonina Klichova (1909- 2002), amie de l’artiste, puis par descendance. Biographie : Zankovsky a suivi des cours à l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg (1862-1863). Il vécut dans le Caucase, à Tiflis, où il a principalement peint des paysages, travaillé la technique de l’aquarelle. Ses peintures ont été exposées à la Société caucasienne pour la promotion des beaux-arts, à la Société d’assistance mutuelle des artistes du Caucase, ainsi qu’a la Société des aquarellistes russes. Ses œuvres sont représentées dans un certain nombre de collections régionales de musées en Russie (musée régional des beaux-arts d’Omsk, musée d’art d’Odessa, musée régional du Daghestan), au Musée national russe ainsi que dans des collections privées et à l’étranger. ЗАНКОВСКИЙ Илья Николаевич (1832-1919). Долина в лунном свете на Кавказе. Холст, масло. Подпись слева внизу. Датировано 1919 годом. Провенанс: Коллекция Антонины Клишовой (1909-2002). 15000/20000 €.

 

KOROVINE Aleksei (1897 -1950) Paysage au manège Huile sur isorel 74,5 x 106 cm Non signé КОРОВИН Алексей (1897-1950). Пейзаж с каруселями. Масло, изорель. Без подписи. 5000/7000 €

 

 

ERTÉ, Romain de Tirtoff dit (1892-1990), d’après. La demoiselle à la balancelle. Miroir rond orné d’une superbe monture en bronze argenté de style Art Nouveau. Signé au dos dans un triangle ERTÉ PARIS 1907. Modèle tiré à 10 exemplaires. H. 45 cm. La Demoiselle à la balancelle est une des premières sculptures, si ce n’est la première, de Roman Petrov de Tyrtov (Erté). Réalisée à l’âge de 15 ans lors d’un premier voyage à Paris en 1907, cette œuvre est d’une facture moins précise que les autres de ses sculptures, mais contemporaine de l’Art Nouveau. Erté l’a tellement considérée comme mineure qu’elle ne parait pas dans sa biographie officielle. ЭРТЕ, Роман Тыртов (1892-1990). Девушка на качелях. Круглое зеркало украшено превосходной серебряной бронзовой рамкой в стиле ар-нуво. Подписано на оборотной стороне ERTÉ PARIS 1907. 1500/2000 €.

 

Constantin TERECHKOVITCH (Moscou 1902 – Monaco 1878) Femme à la voilette Huile sur toile d’origine 62 x 51 cm Signé et daté sur le côté à droite C. Terechkovitch 37 ТЕРЕШКОВ.ИЧ Константин Андреевич (1902-1978). Женщина в фиолетовом. Холст, масло. Подписано C. Terechkovitch и датировано 1937 годом с правой стороны. 2500/3500 €.

 

KALMAKOFF Nicolas (1873 – 1955) Princesse au cerf.  Huile sur carton 38 x 72,5 cm Signé du cryptograme et daté 1925 en bas à gauche КАЛМАКОВ Николай (1873-1955). Принцесса с оленем. Масло, картон. Подпись в виде криптограммы внизу слева. Датировано 1925 годом. 10000/15000 €.

 

LARIONOV Mikhaïl (1881-1964), attribué à. Composition rayonniste. Aquarelle sur papier, monogrammée en bas à droite. H. 24 x L. 39 cm. ЛАРИОНОВ Михаил (1881-1964). Конструктивистская композиция. Акварель, бумага. Присутствует монограмма художника внизу справа. 700/1000 €.

 

RUSAKOV Svetozar Kuzmich (1923-2006). Le loup et le vieux pécheur. Celluloïd. Séquence de film animé, 16e série. Numéroté 67 et 41A. Encadré. H. 25 x L. 32,5 cm. Provenance : conservé par la fille de l’artiste РУСАКОВ Светозар Кузьмич (1923- 2006). Волк и старый рыбак. Целлулоид. Анимированная раскадровка, 16 серия. 67 и 41A номер. 600/800 €.

En vente une série de 28 gouache à vendre également de cet artiste, qui travailla dans le studio d’animation «Soyuzmultfilm» dans le département d’animation dessinée à la main et il etait le chef de production de la plupart des films de V.M. Kotenochkin. 

 

DRONNIKOV Nikolaï (né en 1930). Début de l’hiver. Huile sur toile, monogrammée en bas à droite et datée 1997. Encadrée. H.72 x L.99 cm. ДРОННИКОВ Николай (род. в 1930 г.). Начало зимы. Холст, масло. Имеется монограмма автора внизу справа, Датировано 1997 годом. 600/800 €.

 

Expositions Publiques:  Vendredi 7 décembre de 11h à 18h

Experts:  Maxime CHARRON 124 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris expert@maxime-charron.com 06 50 00 65 51

Gérard GOROKHOFF Tél: 06 75 10 64 94

Hotel Drouot: salle 15 vente à 11h et 14h

9 rue Drouot, 75009 Paris

Métro: Richelieu Drouot (lignes 8 & 9)

Bataille de Borodino ou bataille de la Moskova.

Nous ne pouvons pas inviter l’Autriche-Hongrie, mais nous pouvons inviter l’Autriche“, ainsi que les dirigeants d’autres pays qui n’existaient pas il y a 200 ans, a pour sa part indiqué le chef de l’administration présidentielle russe Sergueï Ivanov, qui présidait la réunion. Il a appelé le ministère à étudier cette question. Plusieurs ambassadeurs seront invités mais pas les chefs d’états.

Reconstitution de la bataille de Borodino

Plusieurs pays européens participeront aux célébrations. Selon le vice-premier ministre russe Alexandre Joukov, un descendant de Napoléon se rendra en Russie pour les festivités. Une traversée équestre de trois mois reliant la Russie à la France est organisée en juin 2012.

Une fête se déroulera sur le champ de Borodino, théâtre de la fameuse bataille franco-russe de 1812 que les Français appellent la bataille de la Moskova, avec la participation de clubs de l’histoire militaire de France, de Pologne, de Belgique et d’Ecosse. Fêtes lancées en juin, qui se prolongeront jusqu’à la fin de l’année, soit une durée équivalente à celle des combats qui ont fait rage en Russie en 1812.

Carte de la bataille de Borodino le 7 septembre 1812.
En bleu l'armée française et en rouge l'armée russe.

Les informations présentées par le projet présentent de manière détaillée les prémisses et les conséquencesde la guerre, la répartition des forces avant le début des combats et les pertes militaires des pays, les équipements et les armes du début du XIXe siècle et le bilan desbatailles. Les principaux événements de la campagne, la disposition des forces ennemies, les déplacements des armées et les lieux des batailles seront présentés sur une carte interactive.

 Les cuirassiers saxons de Latour-Maubourg attaquent les cuirassiers russes.
La redoute Raevsky se trouve à droite, dans la fumée.
À l'arrière-plan, on distingue l'église de Borodino

Le 26 août 1812, les deux armées immenses – russe, dirigée par Koutouzov et la Grande Armée de l’Empereur français Napoléon se sont rencontrées face à face. Les français fonçaient vers Moscou, l’ancienne capitale russe pour frapper la Russie eau cœur. Koutouzov a décidé de donner l’ assaut général dans le champ de Borodino, ayant  appliqué au préalable la politique de la terre brûlée sur près de 2 000 km entre la frontière russe et Moscou

Le général Koutouzov sur le champ de bataille de Borodino.

Dans le village de Gorki, où était situé son poste de commandement, s’élève le monument à Koutouzov, raconte Ludmilla Tourachova,  employée du musée militaire et historique de Borodino:
” Cet obélisque tétraédrique en granit rouge est couronné par l’aigle de bronze qui plane – le symbole de la victoire. Sur l’obélisque, on voit une  épée dorée – l’avertissement  aux ennemis sur le châtiment. Sur le bas-relief de bronze, est  représenté Koutouzov avec ses compagnons d’armes le jour de la bataille. Sur le piédestal, on peut lire ces paroles : l’Ennemi est rejeté ».

Monument à la gloire du général Koutouzov.

Tout le champ de Borodino est couvert de monuments. Ils s’y trouvent par groupes, ou séparément, au milieu

des vastes prairies. Ce sont des tours, des obélisques, des colonnes,  des pierres de forme irrégulière.

Principal monument (27 mètres de hauteur) à la gloire de cette victoire .

Sur eux, on voit des aigles en  bronze, des bas-reliefs, des couronnes de laurier et des croix de Saint-Georges.

Un des monuments.

Au centre du champ de Borodino, il y a un musée militaire. Le bâtiment moderne a été construit en 1912.

Musée historique de Borodino .

Devant le musée, on voit  les canons de l’armée napoléonienne. Au seuil du 200ème  anniversaire de la bataille de Borodino et le jour de la bataille, le 7 septembre, à Borodino se passeront diverses manifestations. Une fête se déroulera sur le champ de Borodino, théâtre de la fameuse bataille franco-russe de 1812 que les Français appellent la bataille de la Moskova, avec la participation des clubs de l’histoire militaire de France, de Pologne, de Belgique et d’Ecosse.

Un musée de la Guerre de 1812 sera inauguré dans la capitale russe à l’automne prochain, cent ans après l’adoption de la décision portant sur sa création. Il sera rattaché au Musée historique d’Etat“, a déclaré M.Boussyguine intervenant lors d’un congrès des descendants de participants à la Guerre de 1812.

La décision de créer ce musée a été prise en 1912. Une importante collection a été rassemblée grâce aux familles des participants des campagnes de 1812-1814. La Première Guerre mondiale, la révolution bolchévique de 1917 et l’instauration du pouvoir soviétique ont empêché la réalisation de cette initiative.

M. I. Koutouzov sur le champ de bataille de Borodino(toile de Guerasimov) 

Moscou possède un musée-panorama “Bataille de Borodino”, hébergeant une installation panoramique consacrée à l’une des plus grandes batailles de la Guerre de 1812.

Musée du panorama de Borodino à Moscou.(38, Kutuzovsky prospect)

C’est à moins de 150 km de Moscou que se déroula à Borodino, le 7 septembre 1812, l’une des batailles les plus importantes de la campagne de Russie.

Elle opposa les armées françaises de Napoléon (130 000 hommes, 28 000 cavaliers, 587 canons) aux armées russes dirigées par Koutouzov (135 000 hommes, 25 000 cavaliers, 624 pièces d’artillerie).

Korneev et ses cuirassiers contre les troupes françaises.  

Les combats durèrent plus de quinze heures sous un feu ininterrompu, semblable au roulement du tonnerre selon les dires des témoins.

Napoléon a dit:”Des cinquante batailles que j’ai données, la plus affreuse est celle livrée par moi devant Moscou. Les Français s’étaient montrés dignes d’être vainqueurs, les Russes avaient conquis le droit d’être considérés comme invincibles“.

La bataille de Borodino fut terrible en pertes humaines : 20 000 blessés et 10 000 tués chez les Français dont les généraux Montbrun, Caulaincourt, Compère, Plauzonne, Lanabère, Romeuf, Marion et Tharreau ; 35 000 blessés et 15 000 tués chez les russes dont les généraux Bagration, Kutaizov et Toutchkov.

Reconstitution d'une charge .

Le projet spécial “1812. Guerre et Paix. Nouvelle vision” faite suite à la série de programmes éducatifs, informationnels et historiques réalisés par RIA Novosti, comme les projets Titanic, Gogol. 200 ans, Bataille de Poltava, Tchekhov-2010, Gagarine, qui présentent sous une forme accessible et populaire des faits historiques célèbres, en les combinant avec des éléments interactifs divers et variés – jeux, quiz, mots-croisés, concours et contenu multimédia.

Pour le 200ème anniversaire sont attendus pas moins de 300 000 spectateurs venant des quatre coins du monde.
Participeront à la reconstitution près de 3000 fantassins, 250 cavaliers et un grand nombre d’artilleurs et leurs canons.

Les reconstitutions se passeront les 1er et 2 septembre 2012, sur la grande plaine de Borodino à quelque 100km à l’ouest de Moscou. La grande reconstitution ayant lieu le 2 septembre .

Des invités de France, d’Autriche, de Pologne et d’autres pays européens, les représentants des milieux scientifiques, culturels et religieux russes, ainsi que des descendants des participants à la bataille de Borodino de 1812 et les anciens combattants de la Grande guerre patriotique de 1941-1945 participeront aux festivités.

Le président russe Vladimir Poutine assista dimanche 2 septembre à une cérémonie commémorative.

Toute la population s’est élevée contre les envahisseurs. Son héroïsme sans précédent, sa force spirituelle et son attachement profond à sa terre ont donné à notre pays une immense force qui n’avait jamais été observée auparavant“, a déclaré M. Poutine au pied d’un monument érigé sur l’ancien champ de bataille.

Le président russe a ensuite salué les personnalités et notamment Valéry Giscard d’Estaing qu’il a remercié “infiniment” d’être venu à Borodino assister à cette reconstitution à laquelle l’Etat russe a consacré 36 millions de roubles (près de 900.000 euros).

“La France et la Russie ont été du même côté pendant les deux guerres mondiales”, a dit l’ancien président français à M. Poutine, selon les images de la chaîne de télévision publique Rossia 24.

“On a passé plus de temps ensemble qu’à se faire la guerre”, lui a répondu M. Poutine, soulignant que “la France avait presque toujours été un partenaire stratégique de la Russie”.

Sur le champ de bataille entouré d’une forêt, des cavaliers de la garde impériale russe ont affronté des soldats à cheval de la Grande Armée de Napoléon équipés de fusils à silex (l’arme des guerres napoléoniennes).

Fusil à silex Pressol et Martin.

Parmi les 3.000 acteurs, des centaines d’hommes en costume d’époque de part et d’autre, armés de sabres et d’épées, ont avancé en rangs serrés et se sont livrés à des combats sous les yeux et les acclamations de nombreux spectateurs – jusqu’à 300.000 selon les organisateurs – hommes, femmes et enfants qui ont bravé le froid automnal (10 degrés Celsius) et la pluie fine.

Pour vous rendre à ces manisfestations Artcorusse vous propose

de cliquez dans la bannière ci-dessous:

Les adhérents d'Artcorusse ont un avantage non négligeable 
renseignements à notre secrétariat.


Le 12 août à Moscou, les cosaques en cosatumes d'apparat, ont entamé leur route qui
les mènera en Biélorussie, en Pologne, en Lituanie, en Allemagne, puis en France.
Crédits photo : SERGEI KARPUKHIN/REUTERS

Autre fait marquant des célébrations du bicentenaire, une vingtaine de cosaques russes sont

partis début août de Moscou à cheval en direction de Paris, randonnée  organisée par Pavel Mochtchakov, sous la direction de l’Ataman  Alexandre Koliakine.

L'Ataman Alexandre Koliakine

Pour un voyage de plus de 2.500 kilomètres sur les traces de leurs ancêtres qui avaient

poursuivi Napoléon en 1812 après sa campagne en Russie.

Six pays vont être traversés, la Russie, le Bélarus, la Pologne, la Lituanie, l’Allemagne et la France

Video Ria Novosti: (CLIQUEZ)

Ils ne pourront rentrer dans la capitale, le Quai d’Orsay ayant décidé de les recevoir

sollennellement à Fonteinebleau, où Napoléon Ier avait abdiqué en 1814.

Une fois sur place, ils espèrent, mais sans les chevaux cette fois,

aller jusqu’à Paris et se “laver les pieds dans la Seine”,

ironise le chef Alexandre Koliakine.

l'Ataman Alexandre Koliabine

Les cosaques russes, qui participent à une traversée équestre Moscou-Paris à l’occasion du bicentenaire de la victoire russe dans la Guerre patriotique de 1812, ont quitté jeudi 6 septembre Varsovie, soit 26 jours après leur départ de Moscou et ont déja parcourue 1 250 km.

20
Sep

Concert Boris Berezovsky, Théâtre des Champs Elysées

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

OUVERTURE DE SAISON PIAS  2020 – 2021

Concert exceptionnel

” Jeu de miroir entre les répertoires russe et françai “s

Boris Berezovsky, piano

Vendredi 25 septembre 2020 à 20h

 

Figure de colosse à la technique fulgurante, acquise au conservatoire de Moscou, incarne le piano russe dans la plus pure tradition. Virtuosité et poésie illustrent ainsi brillamment ses interprétations à la scène comme au disque. Fidèle du Théâtre des Champs-Elysées, l’artiste est de retour à Paris avec un programme spécialement remanié, pour vous offrir 1h10 de musique sans entracte.

.

Programme

Scriabine 3 préludes op.16 – Fantaisie op.28 – 2 )àèmes op. 51 – Sonates n°5

Ravel Miroirs (Noctuelles – Oiseaux tristes – Une barque sur l’océan – Alborada del gracioso – La vallée des cloches) , Sonatine
Messiaen 3 préludes – La Colombe – les sons impalpables du rêve – un reflet dans le vent
Gershwin Rapsody in Blue

 

r u r

.

 

 

Boris Vadimovitch Berezovsky (Борис Вадимович Березовский) est l’un des plus grand pianistes russes actuels, il est né le 4 janvier 1969 à Moscou,  commence le piano à l’âge de cinq ans. Il entre au Conservatoire de Moscou dans la classe d’ Elisabeth Virssaladze. Il fait ses débuts à Londres à l’âge de 19 ans, puis se produit à Leipzig et Dresde lors d’une tournée de l’Orchestre Symphonique de Leningrad. En 1990, il reçoit son Premier Prix au Concours International Tchaïkovski de Moscou lance sa carrière. Il joue avec des orchestres
et des chefs prestigieux : le Philharmonia de Londres avec Leonard Slatkin, l’Orchestre symphonique de la Radio de Francfort avec Dmitri Kitaïenko, l’Orchestre symphonique national du Danemark avec Leif Segerstam, ou encore l’Orchestre de l’Oural avec lequel il tourne régulièrement. Il donne des récitals dans le monde entier, à Londres, Berlin, Amsterdam, Salzbourg, Montréal, Vienne, Budapest, Tokyo. En France, le public l’applaudit souvent au Théâtre des Champs-Elysées, à la salle Pleyel ou à la Roque d’Anthéron.
Ses disques sont encensés par la critique : Chopin (Intégrale des Etudes ), Ravel (Gaspard de la nuit, Sonatine, La Valse …), Liszt (Concertos pour piano ). Il s’associe avec le violoniste Vadim Repin pour l’enregistrement des sonates de Prokofiev, Ravel et Medtner, et forme aussi un trio avec le violoniste Dmitri Makhtin et le violoncelliste Alexander Kniazev. En 2004, les trois musiciens enregistrent le Trio op 50 « A la mémoire d’un grand artiste » de Tchaïkovski en vidéo. Le DVD est récompensé par un Diapason d’Or puis diffusé sur Arte. La même année, leur CD de Chostakovitch et Rachmaninov est récompensé par la presse internationale. En 2006, Boris Berezovsky enregistre la révision des Etudes de Chopin par Godovsky. L’année suivante, il découvre la musique de Karol Beffa. La révélation est telle qu’il commande au compositeur un concerto qu’il crée en 2009. Berezovsky a une fille, Evelyne (née en 1991), qui est aussi pianiste. Après avoir un temps vécu à Bruxelles il s’est installé depuis à Moscou. Boris est un excellent pianiste de jazz et en joue régulièrement avec son trio.

 

3

 

Costruit en 1913 par un groupe d’artistes (Henry Van de Velde, les frères Perret, Antoine Bourdelle, Maurice Denis), il est le premier théâtre parisien à être entièrement construit en béton armé et perpétue depuis un siècle la tradition d’une programmation éclectique et de haut niveau (opéra, récital, orchestre, danse). Sa naissance reste marquée par le « scandale » de la création du Sacre du Printemps de Stravinsky et Nijinski, une œuvre qui choqua tout autant par sa musique que par sa chorégraphie. L’aventure artistique du Théâtre des Champs-Élysées est depuis illustrée par la présence des artistes les plus prestigieux de l’histoire de la musique, de l’opéra et de la danse. Le bâtiment abrite en réalité trois salles : le Théâtre des Champs-Élysées (1 905 places), la Comédie des Champs-Élysées (601 places) et le Studio des Champs-Élysées (230 places) et un restaurant : le Restaurant Maison Blanche avec vue panoramique.

 

Tout est aménagé au sein du théâtre pour vous assurer de passer une belle soirée dans les règles de sécurité et distanciation. Port du masque obligatoire et gel hydroalcoolique à disposition dans la salle et les parties communes.

 

Bénéficiez de l’offre tarifaire pour ARTCORUSSE

-30% avec le CODE RSBORIS, cliquez sur le lien :

https://cutt.ly/wfK6zIJ

Théâtre des Champs Élysées
15 Avenue Montaigne, 75008 Paris

Tarifs CAT. 1 :  75 €,  CAT. 2 : 55 €,  CAT. 3 :  40 €

CAT. 4 : 28 €CAT. 5 : 10 € CAT. 6 : 5 €
TARIFS Jeunes 10€ pour les moins de 26 ans.
.

Réservation : 01 49 52 50 50 de 11h à 18h

Métro:  station Alma-Marceau (ligne 9) ou Franklin-Roosevelt (ligne 1)
RER:  station Pont de l’Alma (ligne C) / Attention : station fermée jusqu’au 25 août 2019
Bus: lignes 42, 63, 72, 80, 92

Station de taxi: Place de l’Alma, angle avenue George V

20
Sep

Natacha & Nuits de Princes, Arênes de Montmartre

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Concerts Natacha & Nuits de Princes

” NUITS de MONTMARTRE”

Jeudi 24 septembre 2020 de 20h à 21h30

LAS  FAMATINAS

Vendredi 25 septembre 20210 de 20h à 21h30

“CONCERT  NATACHA NUITS de PRINCES”

Samedi 26 septembre 2020 de 20H À 21h30

Jardin des Arênes de Montmartre, 75018 Paris

 

 

NUIT de MONTMARTRE

 

Un comédien – Pascal Monge, une chanteuse – Natacha Fialkovsky et deux musiciens – Olivier Cahours et Pascal Storch vous emmènent dans le Paris des années 30. Soutenus par des textes de Kessel, et des musiques russes et tsiganes ils vous racontent avec force et tendresse,ces personnages – princes ou voyous qui faisaient alors battre le coeur de Montmartre à la mode russe!

En 1927, Joseph Kessel a 30 ans lorsqu’il écrit “Nuits de Montmartre”. Ce roman correspond à une période de sa vie, où l’écrivain se laisse emporter par la vie trépidante aux multiples excès des cabarets russes russes de Montmartre. Aujourd’hui un comédien, une chanteuse et deux guitaristes ouvrent le rideau sur une aventure de plus d’une heure, mêlant musiques et texte. Ils nous racontent avec force et tendresse ces personnages, princes ou voyous, tous émouvants et frôles dans un Paris à la mode russe.

” Il me fallait ces mélodies, ces accents qui, pour exprimer joie et détresse, possèdent une frénésie, une brûlure que l’on ne trouve nulle part ailleurs. ” Joseph Kessel.

 

.

Pascal Monge élève de Jacques Mauclair, Teddy Bilis et Yves Gasc au Centre de la rue Blanche (ENSATT), après le Cours Jean Périmony (Prix Henri Rollan), Pascal complète sa formation théâtrale par des études musicales lors de concerts avec l’Ensemble vocal et instrumental de l’Oratoire Massillon. Pascal a joué entre autres Scapin dans « les Fourberies de Scapin », Pasquin dans « le Jeu de l’Amour et du Hasard » , « Voulez-vous jouer avec Moa » , au Théâtre Montansier à Versailles, « Architruc » de Robert Pinget, au Festival du Marais la pièce de Goldoni « L’Eventail » mise en scène de Daniel Ceccaldi, au Studio des Champs-Elysées « l’Exil »  de Henry de Montherlant, et la pièce de Marc-Gilbert Sauvajon, « 13 à Table » dans la mise en scène de Pierre Palmade. Il a également travaillé avec la Compagnie Antoine Bourseiller-Chantal Darget, puis au Théâtre de la Huchette, au Théâtre de la Potinière et Edouard VII, et au Théâtre Saint-Georges. Il participe à la lecture de textes sur France 2 (Le Jour du Seigneur), sur Fréquence Protestante (dernièrement quatre émissions sur Michael Lonsdale) ainsi que des textes de Martine Lecoq. Il est le narrateur de romans policiers de Tito Taupin et de « La Femme de trente ans » d’Honoré de Balzac (Editions Frémeaux) et de Nuits de Montmartre d’après Joseph Kessel. Pour le cinéma, Il a tourné avec Pierre Boutron : Le Rainbow Warrior, Robin Davis : La Pompadour, Pascal Chaumeil : L’Etat de grâce.

Pascal est cofondateur avec Maxime Mardoukhaev de l’Association Artistique Constantin Stanislavski, au sein de laquelle il propose plusieurs spectacles : le groupe « Natacha et Nuits de Princes », « l’Ensemble Kalina » ainsi que “Nuits de Montmartre”

.

g t g

.

LAS FAMATINAS.

 

 

Musique d’Argentine avec trois femmes chanteuses et instrumentistes, elles nous proposent un voyage dans le rythme et la poésie d’Argentine, tout en délicatesse, rempli de joie et de sensibilité.

Ninon Valder : chant, bandonéon, flûtes.

Chloé Breillot : chant, ukulélé.

Valentine Jé : chant, flûtes

.

8

.

.NATACHA  NUITS  de  PRINCES

.

.
.
Natacha Fialkovsky: Chant/Balalaïka
Olivier Cahours: Guitare/arrangement
Natalia Trocina: Domra
Pascal Storch: Guitare/Chant/Percussions
.
hiu
.
Natacha Fialkovsky – chant et balalaïka
.
.
Issue d’une famille de Russes blancs, Natacha se passionne pour la musique russe depuis sa plus tendre enfance. Après des études de balalaïka au conservatoire Rachmaninov de Paris, et une formation de chant auprès de Galina Danilina, Nadia Golovikhina, Marie France Lahore et Martina Catella, elle se produit avec les formations slaves les plus connues : Bratsch, le Cabaret Raspoutine, Ivan Rebroff, Marc de Loutchek, le Chœur tzigane Kazansky, l’Orchestre de balalaïkas Saint-Georges. En 1998, Natacha fonde simultanément « l’Ensemble Kalina » chants polyphoniques traditionnels russe à capella, ainsi que le groupe « Natacha et Nuits de Princes » tourné vers le jazz et les musiques du monde avec lesquels elle se produit régulièrement sur scène. Elle participe à la Bande originale de plusieurs films dont « Rire & Châtiment » d’Isabelle Doval avec José Garcia et « Hell » de Bruno Chiche avec Sarah Forestier http://www.nuitsdeprinces.com/
..
gdgdg
.
Natalia Trocina: Domra
.
.
Elle est née à Obninsk, Natalia commence comme toutes les petites filles russes à étudier la domra à 7 ans au conservatoire. A 15 ans, elle intègre le prestigieux conservatoire Gnessine à Moscou. Ayant obtenu ses diplômes, elle devient lauréate des concours de musique traditionnelle russe à Moscou, Kalouga, Novossibirsk. Elle retourne à Obninsk, pour y enseigner la domra au conservatoire et jouer dans l’orchestre d’instruments traditionnels de la ville. Arrivée en France, elle intègre très rapidement, l’orchestre du Raspoutine, L’Orchestre de Balalaïkas Saint Georges, et Natacha & Nuits de Princes.issue du prestigieux conservatoire Gnessine de Moscou).
.
gdgdg
.
Olivier Cahours: Guitare classique
.
.
Au départ musicien de jazz, mais jouant sur une guitare classique, Olivier écrit des mélodies “sur mesure” pour Natcha & Nuit des Princes. Il parvient avec ingéniosité à mettre chaque instrument en valeur et à dégager le son du groupe. Compositeur, interprète et arrangeur, il l’est également pour ses propres formations (Solo, Duo, Trio et Sur la Route). Olivier Cahours est l’invité de nombreux festivals: Parc floral de Paris, Flâneries de Reims, Grenoble Jazz Festival, Jazz en touraine, Masters Guitare de Pau…… Il a joué avec Jean-François Jenny Clark, Eric Barret, Peter King, Bertrand Renaudin, Enrico Rava, Palle Danielson, Sharon Evans…
.
gdgdg
.
Pascal Storch : Guitare, chant
.
.
D’origine russe, polonaise, roumaine et française, Pascal étudie tout d’abord la guitare classique et brésilienne puis fonde le groupe brésilien Parioca. Il côtoie alors Joao Bosco, Les Etoiles, Roland Dyens et Tonino Ramos…. Suite à une rencontre fortuite avec Natacha qui l’embarque d’abord dans le Chœur Kazansky, puis dans le groupe « Natacha & Nuits de Princes », puis enfin dans le spectacle « Nuits de Montmartre », il se tourne définitivement vers les musiques de l’Est et joue également dans des formations de musiques judéo-espagnoles et Klezmer avec Yankélé, Marlène Samoun et Eve Grumer.
Vous pourrez déguster des zakouskis avec des boissons lors de ces soirées.
.
gdgdg
.

80 ans des P’tits Poulbots aux arênes de Montmartre

avec le chanteur Turban.

.

A l’origine, les arènes de Montmartre furent créées par une association de quartier montmartroise nommée “les P’tits Poulbots” en 1941. Cette dernière avait pour objectif de venir en aide aux enfants en difficulté du quartier.

Semblant tout droit sorti d’un décor de l’empire romain, les arènes de Montmartre se situent au beau milieu de verdure et de beaux immeubles. La forme d’hémicycle des arènes les rend idéales pour assister à un spectacle, et depuis ses gradins les plus hauts, on aperçoit des jolies vues des environs.

.

.

Très librement inspirées des arènes de l’Antiquité, ce lieu de la butte Montmartre nous fait voyager dans le temps, à tel point qu’on ne serait pas étonné d’y voir soudainement apparaître Jules César.

 

Le Jardin des Arènes-de-Montmartre

25 rue Chappe 75018 Paris

Métro : Abesses (ligne 12), Anvers (ligne 2), funiculaire.

TARIF unique : 15€, gratuit pour les enfants de moins de 12 ans

Réservations : 06 70 02 73 10

Billeterie :

 

18
Sep

Conférence, Pierre Cubat, Mairie VII° Paris

   Publié par: artcorusse   dans Informations

 Conférence

“Pierre Cunat (1844-1922), cuisinier des tsars”

par

Nicolas de la Bretèche

Jeudi 1er octobre 2030 à 18 h 30

Salle du Conseil, Mairie VII° Paris

 

 

A la table des tsars : la fabuleuse ascension de Pierre Cubat à la Cour des empereurs russes Pierre Cubat a tout fait par passion. Cuisinier d’origine modeste, il quittera son foyer pour se lancer à la conquête de Saint-Pétersbourg. Une audace et un talent qui lui permettront de devenir le cuisinier et le confident des trois derniers tsars et le favori des réceptions de la Cour Impériale.

Un beau livre à la fois riche en informations historiques et unique avec des recettes reconstituées par un grand chef, très complet grâce à un agencement ciselé combinant esthétisme, cuisine mais également histoire. L’auteur, homme passionné, a mis à profit tous ses talents d’enquêteur-archiviste pour faire état de détails insolites, précis, et exposer le résultat d’un travail de documentation fouillé sur la cuisine des trois derniers tsars de Russie.

Plus de renseignements sur l’ouvrage : CLIQUEZ

 

t

 

Nicolas de la Bretèche journaliste, écrivain et conférencier. Passionné d’Histoire, de gastronomie et de musique, il a à cœur de faire revivre, à travers des biographies toujours très documentées, les destinées exceptionnelles qui ont marqué le XIXe et le XXe siècle. Il est l’auteur de « La Diva flamboyante », qui retrace la vie de la cantatrice Marthe Chenal (1881-1947), et de «A la table des tsars» édité en novembre 2019 chez MachaPublishing.

 

d

 

 

L’hôtel de Villars et les tsars de Russie

L’actuelle mairie du VIIe arrondissement occupe un hôtel du XVIIe siècle qui a subi de nombreuses transformations au cours des temps. De 1645 à 1647, Jacques le Coigneux, président à mortier au Parlement de Paris, fait bâtir rue de Grenelle une maison à l’architecture noble pour “jouir de la tranquillité des champs et respirer tout à son aise.” L’hôtel est ensuite acquis 1685 par Philippe de Montault, duc de Navailles, maréchal de France, puis en 1710 par Louis-Hector, duc de Villars, maréchal de France. L’Hôtel est alors réaménagé par l’architecte Germain Boffrand.

En 1717, lors de la visite à Paris du tsar Pierre le Grand, le duc de Villars donne un souper pour honorer l’illustre visiteur. On raconte que lors de cette soirée suivie d’un feu d’artifice, on joua une symphonie militaire; le tsar prit un tambour et le maréchal des cymbales…

 

Mairie du VIIe arrondissement

116 rue de Grenelle, 75007 Paris

Métro:  Solferino (ligne 12)

 

 

17
Sep

Lecture-dédicace chez Boréalia

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

LECTURE-DÉDICACE

pour la sortie du


 “PETIT RENNE”

 

Dimanche 27 septembre à 11 h et 11h 30

Avant ;  à 10h30,  initiation à la langue mongole

Éditions Boréalia, XIX° Paris

 

 

Lecture et dédicace à l’occasion de la sortie du “PETIT RENNE”
bilingue mongol-français
avec Khishig-Erdene GONCHIG
(traductrice)
& Anar DAMDIN (lectrice)
.
à 10h30
Atelier  LA LANGUE MONGOLE
présentation de la langue, lexique, dictons
par Khishig-Erdene GONCHIG.
Participation 7€ pour l’atelier de langue
.
La participation comprend un thé et des petits gâteaux offerts.
L’atelier sera suivi de la lecture en français et en mongol d’un livre pour enfant traduit aux éditions Borealia par l’intervenante.

.

.
Khishig-Erdene GONCHIG diplômée de l’École des relations internationales auprès de l’Université nationale de Mongolie et de l’Université de Rouen. Dotée d’une grande expérience dans les secteurs du tourisme et de l’éducation, elle est aujourd’hui porteuse de nombreux projets culturels et éducatifs au profit de l’ONG « Erdem Uram San » qui soutient depuis 2011 l’éducation et la santé dans des communes rurales de Mongolie. Elle a traduit notamment une vingtaine de contes mongols pour enfants. Son dernier grand ouvrage – L’Histoire secrète des Mongols, dans une version illustrée et adaptée au grand public francophone à partir de 10 ans – est un chef-d’œuvre de la littérature mongole dévoilant comment un seul homme a réussi à réunir sous sa bannière tant de cultures et de civilisations pour bâtir l’histoire de l’Empire mongol.
.
Évènement sur inscription !
.
Inscription auprès de Khishigee :   07.87.98.29.48
.
y t y
.

BOREALIA

33 rue de la Villette 75019, Paris

Métro : Jourdain (ligne 11)

Tél :  06 07 62 93 77

Plus de renseignements : CLIQUEZ

16
Sep

Expo Alexandre Beridze, Paris

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

en partenariat avec “Galerie Hors-Champs”

exposent

‘Alexandre Beridze

“Figurative Mentale”

du jeudi 17 septembre au jeudi 1er octobre 2020

20 rue des Gravilliers 75003 Paris

 

Alexandre Beridze est né le 31 juillet 1975, en Russie. En 1996,  il est diplômé de l’Académie des Beaux-Arts de Tbilissi (Géorgie).
.
.

Son grand-père, Feodor Kholvenkov était lui-même peintre et Alexandre Beridze a suivi ses traces en faisant ses études aux Beaux-Arts de Tbilissi en Géorgie.

Il débute tout d’abord une carrière en tant que graphiste designer à Paris aux services de la publicité, gardant à l’esprit la devise de Philipe Starck « Less is more ». Alexandre Beridze va côtoyer les plus grandes marques et travailler pour eux comme designer d’intérieur de maisons privées et de boutiques. Il crée ainsi l’identité visuelle de Sonia Rykiel, Kenzo ou encore les Galeries Lafayette, se faisant plus qu’un nom dans la profession, mais devenant un véritable leader de tendances. De Paris à Moscou, il parcourt les pays du monde entier pour répondre aux attentes de ses icônes de la mode.

.

.

Depuis 2005 Alexandre participe aux expositions et aux différentes manifestations artistiques à Paris, Londres, Monaco et Moscou. En 2014 selon «Le Journal du Net», Alexandre fait partie des 10 peintres français sur lesquels il faut miser. Depuis 2013 ses tableaux sont vendus aux ventes de la société Phillips à New York, n°1 de l’art contemporain. Ses œuvres se trouvent dans plusieurs collections privées, notamment celles d’Ivana Trump, Joan Collins et beaucoup d’autres. En 2014 il a reçu le prix Sandro Botticelli qui récompense chaque année un artiste contemporain à Florence.
.

Alexandre Beridze exprime par sa peinture ce qu’il éprouve de son monde mental, ce que d’autres tentent d’exprimer par l’écriture. Ce sont des percepts, des impressions immédiates, plutôt que des concepts et des théories. Raison pour laquelle nous pouvons le qualifier de peintre figuratif impressionniste mental, ou bien encore de cartographe de notre esprit, couronné de “roi de l’abstrait” dans le monde de l’art.

Vernissage  le jeudi 17 septembre de 18h à 21h
7 5 7
Galerie Hors-Champs
20 rue des Gravilliers 75003 Paris.
Tél : 06 14 23 78 88
Horaire : du mardi au samedi de 11 h à 19 h, dimanche de 14 h à 19 h
WWW.I-Gallery.fr
contact@i-gallery.fr
15
Sep

Vente M° Ader salle 11 Hôtel Drouot

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

Vente à Drouot

” Haute décoration ”

Mercredi 23 septembre 2020, à 13 h 30

Drouot – Salle 11

 

 

Exposition :
Mardi 22 septembre de 11 h à 18 h
Mercredi 23 septembre de 11 h à 12h

ORFÈVRERIE

OBJETS DE VITRINE

PIERRES DURES

CHINOISERIES

 

Quelques objets russes ( lot 48 à 54),

(extraits du catalogue)

 

 

 

LOT 48 – Encrier décoratif quadripode en néphrite à monture en argent fondu ciselé. Vermeillé à l’intérieur, émaillé sur fond rouge dans deux médaillons ovales de part et d’autre, il porte les mentions en russe : « En souvenir du Couronnement » et sur l’autre face un chiffre imitant celui de Nicolas II. Il repose sur des pieds griffes prolongés de feuilles d’acanthe et de la représentation d’un animal fantastique ailé, lié aux autres par des guirlandes de fleurs et de fruits. Le couvercle à charnière présente un décor de larges godrons sommés de deux dauphins.
Porte des poinçons apocryphes.
Poids brut : 2724,78 g – hauteur : 14 cm

Estimation : 2 000 / 2 500 €

 

h

 

 

LOT 49 – Ensemble de quatre boîtes de Fedoskino, les couvercles peints de miniature.
– OLEG IVANOVITCH CHAPKINE (NÉ EN 1955)
Combat de coqs. Situé et daté 1990 en bas à gauche, signé et numéroté (415) en bas à droite.
Boîte rectangulaire. Longueur 12,5 cm – hauteur : 4,5 cm – largeur 7,5 cm.

– O. DAVYDOV; Aliona et Kiribeevitch (protagonistes du « Chant du tsar Ivan Vassiliévitch, du jeune opritchnik et du vaillant marchand Kalachnikov » de M. Yu. Lermontov)
Situé et daté 1995 en bas à gauche, signé en bas à droite. Boîte ovale.
Longueur : 7,5 cm – hauteur – 3 cm – largeur : 9,7 cm.

– E. PANARINA, Sur le chemin de la source Daté 1995, situé titré et signé en pied.
Boîte ovale. Longueur : 7,5 cm – hauteur : 3 cm – largeur : 9,7 cm.

– MARGARITA PITCHOUGUINA, Princesse Zinaïda Nikolaïevna Youssoupova en costume russe (d’après le tableau de Konstantin Egorovitch MAKOVSKY)
Situé, daté 1995 et signé en pied. Rectangle ovalisé à angles coupés Longueur : 6,5 cm – hauteur : 4 cm – largeur : 5,5 cm

Estimation : 120 / 180 €

 

h

 

LOT 50 – MARIA KOROLIOVA (NÉE VERS 1970 ?) Fedoskino. Trois boîtes en papiermaché,
les couvercles peints de portraits miniatures.

Alexandra Ossipovna Smirnova née Rosset (d’après une aquarelle de Petr Fedorovitch SOKOLOV)
Situé, daté 1995 et signé en pied. Longueur : 6 cm – hauteur : 3 cm – largeur : 7,3 cm.

Comtesse Varvara Petrovna Chouvalova née princesse Shakhovskaya (d’après une miniature de Pierre de ROSSI) Situé, daté 1995 et signé en pied. Longueur : 6,1 cm – hauteur : 2,9 cm –
largeur : 7,2 cm

Natalia Nikolaevna Pouchkina née Gontcharova (d’après une aquarelle de Alexandre Pavlovitch BRIOULLOV) Situé, daté 1995 et signé en pied. Longueur : 6,3 cm – hauteur : 3 cm –
largeur : 7,4 cm

Estimation : 150 / 200 €.

 

h

 

 

LOT 52 – IGOR ALEXANDROVITCH ISSAEV (NÉ EN 1956) Fedoskino. Trois boîtes en papier-maché, les couvercles peints de portraits en costumes folkloriques.

Inconnue au costume russe (d’après un tableau de Ivan Petrovitch ARGOUNOV) Situé, daté 1994, titré et signé en pied. Boîte ovale Longueur : 9 cm – hauteur : 3 cm – largeur : 11,5 cm

Christinia, paysanne de Torjok (d’après un tableau de Vladimir Loukitch BOROVIKOVSKY) Situé, daté 1994, titré et signé en pied. Boîte ovale Longueur : 7,5 cm – hauteur : 3 cm – largeur : 9,5 cm.

Princesse Zinaïda Nikolaïevna Youssoupova en costume russe (d’après le tableau de Konstantin Egorovitch MAKOVSKY) Situé, daté 1994, titré et signé en pied. Rectangle ovalisé.
Longueur : 8 cm – hauteur : 2,4 cm – largeur : 10,5 cm

Estimation : 180 / 250 €

 

h

 

 

LOT 54 – IGOR ALEXANDROVITCH ISSAEV (né en 1956) Fedoskino. Deux boîtes en papier-maché, les
couvercles peints de portraits de femmes de l’aristocratie.

Idalia Grigorievna Poletika née d’Obertey, fille illégitime du comte Grigory Alexandrovitch
Stroganov (d’après une aquarelle de Petr Fedorovitch SOKOLOV) Situé, daté 1994, titré et signé en pied. Rectangle ovalisé. Longueur : 8 cm – hauteur : 3,2 cm – largeur : 10,5 cm

Princesse Sophia Grigorievna Volkonskaya, née princesse Volkonskaya (d’après une miniature de
Jean-Baptiste ISABEY) Situé, daté 1994, titré et signé en pied. Boîte ovale.
Longueur : 8 cm – hauteur : 3 cm – largeur : 9 cm

Estimation 120 / 180 €

 

h

 

 

Hôtel Drouot
9, rue Drouot 75009 Paris

 

ADER, Société de Ventes Vo l o n t a i re s
3 , r u e F a v a r t 7 5 0 0 2 P a r i s
www.ader- p a r i s . f r – contact@ader- p a r i s . f r
Tél. : 01 53 40 77 10 – Fax : 01 53 40 77 20

Expert Nicolas FILATOFF
russie.expertise.ngf@gmail.com
Tél. : 07 82 55 60

TÉLÉCHARGER le catalogue : CLIQUEZ

 

14
Sep

CRSC Paris en septembre

   Publié par: artcorusse   dans Informations

 

Activités du CRSC Paris

Septembre 2020

Site-Web du CRSC, Paris

 

Plus de renseignement plus bas.

La rencontre aura lieu sur la plateforme Zoom.

La participation avec la possibilité de poser une question dans le chat de la téléconférence nécessite l’inscription, qui sera ouverte sur le site web du CRSC à Paris.

Dans le même temps, une diffusion en direct sans inscription préalable sera effectuée sur la page Facebook du CRSC.

Sur le site : https://crsc.fr/

7 7

 

 

Exposition d’ouvrages des Éditeurs russes, dans les salons du Centre.

Du Mercredi 16 septembre au vendredi 16 octobre 2020

g

 

Sur le site : https://crsc.fr/

 

3

 

Mercredi 2 septembre 2020

DICTÉE en RUSSE

” VICTOIRE” – “ПОБЕДЫ”

sur le site du CRSC, Paris

Mercredi 2 septembre à partir de 11h

 

 

Voir sur le site ARTCORUSSE : CLIQUEZ

 

h

 

Mercredi 3 septembre 2020

 

 

A voir sur le Site  : https://crsc.fr/

 

h

 

Mardi 8 septembre 2020 à 19 h

Pour le 150ème anniversaire

IVAN BOUNINE

Soirée exceptionnelle :

Vidéo-conférence, artistes, musiciens, récitants

 

Voir sur ARTCORUSSE : CLIQUEZ

 

h

 

Exposition

Du lundi 14 septembre au mercredi 14 octobre 2020

“Le chemin vers la victoire”

 

Une exposition intéractive exceptionnelle.

 Le projet est élaboré par la Fondation « Blavatnik Archive » (New-York Etats-Unis) et l’Agence Rossotrudnichestvo avec le soutien de mécènes à l’occasion du 75ème anniversaire de la Grande Victoire sur le fascisme. La Fondation « Blavatnik Archive » est une organisation à but non lucratif fondée en 2005 par L.Blavatnik, philanthrope et industriel américano-britannique.

 

Léonid Valentinovitch Blavatnik (Леонид Валентинович Блаватник),

dit Len Blavatnik.

L’activité de la fondation vise à rassembler, préserver et disséminer un large éventail de documents et de mémoires destinés au grand public. Ils recouvrent des aspects divers de l’histoire juive et mondiale du XXème siècle où la période de la Seconde guerre mondiale occupe une place particulièrement importante.

Des histoires personnelles inoubliables d’anciens combattants sont présentées dans des entretiens vidéo, des photographies, des lettres et des journaux intimes issus de la collection des « Archive Blavatnik ».

A voir sur le Site  : https://crsc.fr/

 

 

h

 

100ème anniversaire de l’Exode de la Crimée

Mardi 15 septembre 2020

Film

” Des russes blancs” d’ Yves Riou

 

 

Au lendemain de la révolution d’octobre, 400 000 « russes blancs » arrivent en France. Un exil souvent douloureux pour ces princes et princesses déchus. L’ « âme russe » va ainsi rencontrer le coeur français par le biais des cabarets, de la littérature, ou de la musique. Une immigration qui va bouleverser la vie artistique française…

 

 

Qui sont ces 400 000 russes surnommés sommairement “russes blancs” qui débarquèrent en France après octobre 1917 ? Des aristocrates certes, mais aussi des membres de la grande et petite bourgeoisie ainsi que des juifs, des artistes et toutes sortes de gens qui, fuyant la guerre civile et la Russie des soviets.  ils trouvèrent des emplois comme ouvriers dans les usines Renault, Nina Berberova raconte ces princes embauchés comme manœuvres, qui recréèrent une petite Russie autour des usines. Joseph Kessel, l’amoureux des tziganes et amateur de vodka, nous fait revivre la folie des cabarets russes de la capitale. Macha Méril nous décrit “l’âme russe” en exil, cette nostalgie galopante et cette croyance chevillée au corps d’un retour au pays débarrassé des Bolcheviks. Marina Vlady n’oublie pas que ses concitoyens se faisaient traiter de “sales russkofs”. Malgré cela, l’historien Ralph Shor nous dépeint cette mode russe qui déferla sur Paris dans les années 20 : la musique avec Stravinsky, la danse avec Diaghilev, la littérature avec Henri Troyat, mais aussi les beautés russes devenues mannequins, les spectacles, les actrices…. Une princesse russe ayant eu 50 personnes à son service dut se reconvertir en dame pipi, d’autres en péripatéticiennes, au point qu’il était du plus chic de “se faire une princesse russe”. Mais lesquelles étaient véritables ?

Yves Riou.

Auteur et réalisateur, il a signé avec Philippe Pouchain de très nombreux documentaires sur le monde artistique, parmi lesquels Entre deux Mai 1968-1981 – Les artistes et la politique et Des artistes au pouvoir ? 1981-1988 (sélections compétition, Pessac 2015 et 2016) ou Michel Audiard. “J’parle pas aux cons, ça les instruit” (2015). Metteurs en scène, acteurs, ils ont joué dans des films au cinéma et à la télévision et présenté leurs propres spectacles dans de nombreux théâtres et festivals.

Sur le site : https://crsc.fr/

 

h

 

Exposition de livres

Du mercredi 16 septembre au vendredi 16 octobre 2020

 

Exposition et présentation de livres par l’association des Éditeurs russes

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.

h

 

Conférence

Mardi 22 septembre 2020 à 19 h

” Histoire de la photo russe “

 

Olga Sviblova Lvovna (né le 6 Juin 1953 à Moscou. Critique d’art soviétique et russe, documentaire cinéaste , docteur en histoire de l’ art, professeur. Initiateur de la création et directeur de la Maison de la photographie de Moscou, aujourd’hui Multimédia Art Muséum).

Depuis 1984, elle a été le commissaire de nombreuses expositions d’art et de photographie, y compris à l’étranger. Depuis 1986, elle réalise des films sur l’art (réalisateur, scénariste); quatre films ont été récompensés par des festivals internationaux de films documentaires entre autres en 1995 – “Dina Verny” (prix du Festival du film de l’UNESCO. En 2007 et 2009, elle a été commissaire des pavillons russes des 52ème et 53ème Biennale d’art de Venise.

Le cycle de conférences en ligne sera consacré à l’art photographique russe de la fin du IXe siècle à nos jours. Il révèlera de nombreux aspects historiques : comment s’est développé l’art de la photographie en Russie, à quoi ressemblaient les communautés photographiques internationales, les œuvres de quels photographes russes ont été présentés lors d’expositions de l’époque, les nouvelles tendances et perspectives dans le contexte des réalités contemporaines, etc.

La première conférence sera dédiée à Alexandre Grinberg, l’un des représentants les plus brillants et les plus talentueux du « pictorialisme », une tendance stylistique populaire dans la photographie russe de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

L’idée de ce fascinant projet en ligne est née lors d’une rencontre avec Olga Sviblova au CRSC à Paris, à laquelle elle a participé en tant qu’experte lors d’une soirée artistique d’une figure centrale de l’art contemporain, Erik Boulatov.

Il ne serait pas exagéré de dire que tout ce qui est associé au nom d’Olga Sviblova est synonyme d’excellence. Elle fait partie des 50 personnes les plus influentes de l’art russe contemporain et classée parmi les 100 personnes les plus influentes du monde de l’art. C’est une chance d’avoir un tel conférencier.

Son histoire personnelle est étroitement liée avec Paris. Outre l’exposition d’Alexandre Grinberg, dont elle était la commissaire en 1996, nombreux autres projets internationaux, ainsi qu’un véritable amour l’unit avec cette ville.

La rencontre aura lieu sur la plateforme Zoom.

La participation avec la possibilité de poser une question dans le chat de la téléconférence nécessite l’inscription, qui sera ouverte sur le site web du CRSC à Paris.

Dans le même temps, une diffusion en direct sans inscription préalable sera effectuée sur la page Facebook du CRSC.

Sur le site : https://crsc.fr/

 

h

.

Dialogue musical

Jeudi 24 septembre 2020 à 19 h

” Tchaïkovski et la France “

animé par le maestro Andreï Chevtchouk

et le pianiste Igor Alekseevich Lazko

 

 

Cette rencontre musicale, qui sera consacrée au 180e anniversaire de la naissance du grand compositeur Piotr Tchaïkovski, promet d’être exceptionnelle.

Les œuvres du compositeur seront interprétées en ligne par le pianiste de renom, professeur au Conservatoire Russe Alexandre Scriabine, Igor Lazko (voir plus bas). Le célèbre cycle pour piano de Piotr Tchaïkovski Les Quatre Saisons deviendra une sorte de reflet du cycle temporel avec des chroniques biographiques de la vie du compositeur.

Même du vivant du compositeur, les journaux ont parlé de son « impressionnante puissance de maestria ». Piotr Tchaïkovski est entré dans l’histoire de la musique classique mondiale en tant qu’auteur d’opéras, de ballets et de symphonies.

Lors de cette nouvelle conférence musicale, l’auteur et animateur immuable du projet Andreï Chevtchouk présentera la biographie du compositeur à travers le prisme de sa relation avec la France, où il venait souvent et où il aimait composer et créer.

Au cours de la conférence Tchaïkovski et la France, le Maestro mettra la lumière sur les racines françaises du grand compositeur russe, ses projets et son inspiration créatrice.

 

 

Pyotr Ilitch Tchaïkovski  est né le 25 avril – (7 mai) 1840,  province de Vyatka  – décédé le 25 octobre – (6 novembre) 1893, Saint Petersbourg. Compositeur, enseignant, chef d’orcjestre et critique musical russe.

En tant que compositeur professionnel, Tchaïkovski a émergé dans les années 1860-1870, marqué par une grande recrudescence de la vie sociale et culturelle de l’Empire russe : le développement multiforme de la musique, de la littérature et de la peinture russes, l’épanouissement des sciences naturelles rusesdes russes et des réalisations marquantes dans le domaine de la philosophie et de l’esthétique.

Fin décembre 1875, Tchaïkovski se rend en Europe avec son frère Modeste, que les parents de son futur élève Kolya Konradi envoient à Lyon pendant un an pour étudier les méthodes d’enseignement des sourds-muets. Les frères ont passé environ deux semaines à Berlin, Genève et Paris, puis se sont séparés. A Paris, le compositeur a entendu l’opéra “Carmen” de Bizet, qui a été frappé par sa simplicité et sa sincérité, il «l’a appris presque par cœur, du début à la fin ».

En été 1876, après un traitement sur les eaux de Vichy, de Tchaïkovski , avec la famille de Modest Ilitch, se reposa en France dans la ville de Palavas sur la mer Méditerranée.

 

g

 

 

Maestro Andreï Chevtchouk est né à Saint-Pétersbourg en 1970. Après une solide formation de chef d’orchestre et de chef de chœur, Andreï Chevtchouk exerce ses fonctions en Russie, en Allemagne, en Belgique, puis en France où il réside actuellement.

Si la direction d’orchestre symphonique reste sa principale vocation, tous types de formations lui offrent l’occasion de livrer un art accompli de chef d’orchestre.

Réside à Lyon, il est actuellement directeur musical du grand chœur classique lyonnais la Schola Witkovski, du festival Opéra et Châteaux de la Drôme, du Festival Opéra des Champs en Charente et du chœur Crescendo d’Amiens.

 

j

 

 

Igor Alekseevich Lazko (né en 1949, Leningrad) – pianiste soviétique et français. À l’âge de 14 ans, il devient lauréat du Concours International. JS Bach à Leipzig. Il est diplômé de l’École secondaire spéciale de musique du conservatoire de Lénimgrad, puis du Conservatoire de Moscou (classe du professeur Y. Zak). Il a donné de nombreux concerts à travers le monde. En 1981, il devient lauréat du Concours International de Musique Contemporaine de Saint-Germain-en-Laye,

Il est professeur au Conservatoire russe. A. Scriabine et à la “Schola Cantorum” à Paris. Fondateur et organisateur en France des concours internationaux de pianiste eux. Nikolai Rubinstein (1996), nommé d’après Alexander Scriabin (2001) et le concours international nommé d’après A.K. Glazunova (violon, alto, violoncelle) depuis 2000.

Une rencontre en ligne sera organisée sur le site web du CRSC à Paris.

Le site : https://crsc.fr/

 

h

 

Conférence

Mercredi 30 septembre 2020 à 19 h

” La Science et les défis mondiaux”

 

 

Sur le site : https://crsc.fr/

.

t e t

 

Centre de Russie pour la Science et la Culture  à Paris

61, rue Boissière,75116, Paris 

Téléphone : 01 44 34 79 79

Site:  https://crsc.fr/

13
Sep

Sortie “Humour Russe” de Nathalie Gigounova-Komarovs

   Publié par: artcorusse   dans Livres

Sortie de

” 100 BLAGUES, SANS BLAGUES  “

 HUMOUR RUSSE

 

NATHALIE GIGOUNOVA -KOMAROVA

 

.

Dans ce livre, prennent place des plaisanteries et des histoires drôles ainsi que de
nombreuses expressions, des discours conventionnels selon l’usage, des toasts issus de la
culture et de la langue russe, livre bilingue

 

.

Les boutades, les espiègleries sont un florilège de l’esprit populaire, de son essence et de
son originalité.
Bien souvent, ce sont des histoires vraies, devenues une allégorie, une fable, une parabole
ou bien un emblème de l’époque…

Ce recueil s’adresse à toutes celles et tous ceux qui souhaitent enrichir leurs connaissances
lexicales et culturelles ou, tout simplement, se préparer pour visiter la Russie et… qui aiment
rire, se divertir et ainsi embellir ce monde par le sourire.

 

HUMOUR RUSSE 100 (sans) blagues, regard festif

De Nathalie Gigounova-Komarova, dessins d’ Anna Kamarova

ISBN : 979-1-093328-07-2

Format : 11 x 18 cm

Pages : 148 pages, bilingue

Prix : 17 euros

 

 

 

11
Sep

Icônes de Lydia Lioudovikovna au salon des Arts Meudonais

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

 

Icônes de Lydia Lioudovikova

9° Salon des Arts Meudonnais

du samedi 12 septembre au dimanche 4 octobre 2020

Orangerie du Domaine National, 92190  Meudon

 

.

Le 9e salon des arts meudonnais ouvre ses portes à l’Orangerie avec une centaine d’exposants amateurs et pour la première fois un concepteur meudonnais de maquettes d’avions et de bateaux.
Parallèlement au salon, le bastion de l’Orangerie est occupé par l’association Ré-création qui présente le travail de ses adhérents. Les peintres et sculpteurs ont travaillé sur le thème « À la manière de ».

.

 
Lydia Lioudovikovna Khripouchina, descendante des “Russes Blancs”, développe depuis sa plus tendre enfance elle ses talents et son intérêt pour la création, l’étude, la conservation des œuvres d’art avec une préférence pour les arts sacrés.
Elle est initiée à l’iconographie byzantine et russe, au Centre d’Etudes Russes Saint-Georges de Meudon, dans l’atelier du père Egon Sendler (dit “père Igor”). 
Puis elle se perfectionne auprès de l’iconographe russe Galia Bitty-Kicheev (diplômée des Beaux-Arts de Moscou). Puis elle se rend à l’atelier de l’archiprêtre mitré Georges Drobot – de l’école iconographique russe de Paris et, sur ses conseils, commence des recherches sur les icônes anciennes. 
Elle passe simultanément les concours d’entrée des grandes écoles d’art et poursuit des études supérieures artistiques, à Paris.  Elle sort diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art – ENSAAMA (2d cycle)…et diplômée de l’École du Louvre en histoire générale de l’art et peinture étrangère (1er cycle) puis muséologie (2d cycle)…
Elle obtient, également, du Ministère du Tourisme, l’agrément professionnel de conférencière officielle en histoire de l’art.
.
Elle expose avec elle des travaux de ses élèves
.
Plus de renseignements : CLIQUEZ
.
VERNISSAGE le mardi 15 septembre à 19h
.
ACCÉS LIBRE
..
.
Dernier vestige du vieux château, c’est à Abel Servien que l’on doit sa construction en 1667. Une partie du domaine du marquis de Louvois qui fit créer le parc par André Le Nôtre. Acquis par Louis XIV pour son fils aîné le Grand Dauphin. Dépendance de l’Observatoire de Paris installée en 1878.
.
ORANGERIE du Domaine National de Meudon
5 Place Janssen, 92190 Meudon
Horaires : tous les jours de 14 h à 19 h
.
ACCÉS : RER Gare de Meudon Val Fleury.
Bus : 162, 169, 289, 389
.

 

 

” La  GATOMAQUIA “ (La Bataille des chats) !
ISRAEL GALVAN (Dansuer de Flamenco)
et le CIRQUE TZIGANE ROMANES
Du  mardi 15 au dimanche 27 septembre 2020
Espace Chapiteaux, La Villette, XIX° Paris

 

La star du flamenco Israel Galván et le cirque tzigane Romanès de Paris ont beaucoup en commun : le sens de la fête, de l’accueil, de l’autodérision, de l’irrévérence.

Alors, quand Galván crée un solo au cirque Romanès, il ne danse pas tout à fait seul. Outre son génial et historique acolyte, le guitariste Caracafé, toute la famille danse et chante avec lui, tandis que les numéros de cirque se succèdent et que les chats rôdent, défient, ignorent ou observent.

 

Alexandre Romanès et Israel Galvàn.

 

Dans cette famille spontanément recomposée, dans cette chaleur complice, Galván excelle avec simplicité, juché sur des socques japonais ou des talons. Sur le métal ou sur le bois, il joue, frappe, percute ou griffe, résonne, frôle puis suspend le silence.

.

 

Israel Galván dansant avec Daria Romanes.

(Cirque Romanes 2018)

Fils des danseurs José Galván et Eugenia de los Reyes, Israel Galván, né en en 1973 à Séville, grandit dans l’atmosphère, des tablaos, des académies de danse flamenco et des fêtes. En 1994, il intègre la Compañía Andaluza de Danza de Mario Maya. En 1998, il crée son premier spectacle, ¡Mira! / Los zapatos rojos, immédiatement salué par la critique spécialisée.

Suivent notamment La Metamorfosis (2000), Arena (2004), La Edad de oro (2005), El Final de este estado de cosas (présenté au Festival d’Avignon en 2009), La Curva (2010), Lo Real/Le Réel/ The Real (2012), FLA.CO.MEN (2013), La Fiesta(2017 – présenté dans la Cour d’honneur du Festival d’Avignon), Coplas Mecánica (2018) avec Niño de Elche, Gatomaquia avec la Famille Romanès (2018), El Amor Brujo de De Falla. Il se forge une stature internationale grâce à des créations audacieuses nées d’une parfaite maîtrise de la culture chorégraphique flamenca, composées à partir de ses états intérieurs. Ouvert à toutes les audaces stylistiques, le chorégraphe alterne formes intimistes, grands spectacles et collaborations avec des artistes contemporains tels qu’Enrique Morente, Pat Metheny, Sylvie Courvoisier, et Akram Khan (TOROBAKA, 2015). De nombreux prix honorent son travail dont le Prix national de Danse (Espagne), le New York Bessie Performance Award, le National Dance Award for Exceptional Artistry (UK). En 2016, il est promu chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres en France. Israel Galván est artiste associé au Théâtre de la Ville, Paris, et au Teatros del Canal, Madrid.

 

 

RESTAURATION sur place – ouverture des portes 1H avant le spectacle.

 

Chapiteau du Cirque Romanès
211 avenue Jean-Jaurès Parc de La Villette – 75019 Paris 19e
Métro :  Porte de la Vilette (7)
En bus : Porte de la Villette (Cité des Sciences) : 75, 139, 150, 152, PC2
PC3, Station Porte de la Villette
26 € plein tarif, 15 € abonnés et adhérents, 10 € jeunes.
Réservation : 01 40 03 75 75

Du mardi au vendredi à 20h, Samedi à 15 h &19h
Dimanche à 15h,   Relâche lundi

 

8
Sep

REPORT Denis Matsuev au Théâtre des Champs Élysées

   Publié par: artcorusse   dans Informations

 

CONCERT REPORTÉ

 

Concert exceptionnel de la rentrée

” Denis  Matsuev ” , piano

Mardi 29 septembre 2020 à 20h

Théâtre des Champs Élysées, VIII° Paris

© Pavel Antonov 

PROGRAMME

Haydn : Sonate Hob. XVI:52
Schubert : Sonate n° 14 op. 143 D. 784
Chopin : Ballade n° 4 op. 52
Stravinsky : Petrouchka

Denis Léonidovitch Matsuev (Денис Леонидович Мацуев) est né à Irkoutsk en 1975, dans une famille de musiciens, sa mère professeur de piano et son père est compositeur et pianiste reconnu. Il commence l’étude du piano sous la tutelle de son père puis poursuit ses études musicales à l’école de musique d’Irkoutsk jusqu’à l’âge de 15 ans. À côté de ses activités musicales, Denis Matsuïev pratique le hockey sur glace et le football.

En 1990, Matsuïev part avec ses parents pour Moscou, où il parfait son éducation au conservatoire de musique de Moscou. En 1993, il participe à son premier concours international de piano en Afrique du Sud  où il remporte le premier prix. La même année, il entre au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou sous la direction d’Alekseï Nassedkine puis de Sergueï Dorenski.

À l’âge de 23 ans, en 1998, il gagne le premier prix au prestigieux  au Concours International  Tchaïkovski, événement qui marque le tournant de sa carrière. Par la suite, Matsuïev donne des concerts à travers le monde, jouant avec de célèbres chefs d’orchestre tels que Ievgueni Sveltlov, Vladimir Spivakov et Claudio Abbado.

Matsuïev donne aujourd’hui près de 150 concerts par an. Il se produit dans des salles prestigieuses telles que la Salle Gaveau, la Salle Pleyel, le Carnegie Hall, le Mozarteum, ou encore le Tokyo Opera City. Il est l’organisateur de deux festivals en Russie : Stars on Baikal et Crescendo. Il est Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO depuis avril 2014.

Denis Matsuev interprète les œuvres tel un démiurge. Son charisme est tel que dès qu’il s’assoit, chacun retient son souffle prêt à entendre et voir la maîtrise exceptionnelle dont fait preuve ce musicien fascinant. Son récital est dédié à Haydn, Schubert, Chopin et Stravinsky. 

 

.

Tout est aménagé au sein du théâtre pour vous assurer de passer une belle soirée dans les règles de sécurité et distanciation. Port du masque obligatoire et gel hydroalcoolique à disposition dans la salle et les parties communes.

.

Théâtre des Champs-Elysées

15 avenue Montaigne, 75008 PARIS

Métro station Alma-Marceau (ligne 9) ou Franklin-Roosevelt (ligne 1)
RER station Pont de l’Alma (ligne C)
Bus lignes 42, 63, 72, 80, 92

Station de taxi Place de l’Alma, angle avenue George V
Station Vélib’ en face du Théâtre

Parc de stationnement Alma-George V

Téléphone réservation 01 49 52 50 50

Billeterie : CLIQUEZ

Tarifs :  CAT. 1 :  75 €,  CAT. 2 : 55 €,  CAT. 3 :  40 €

CAT. 4  : 28 € CAT. 5 10 €,  CAT. 6 :5 €
.

 

8
Sep

Concert V. Bulycheva à La Comédie Dalayrac Paris

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

Concert exceptionnel

Veronika Bulycheva

Théâtre de la Comédie Dalayrac

Vendredi 18 septembre à 21h

 

Véronika BULYCHEVA est née d’un père russe et d’une mère oumourte dans un petit village de l’Oural en Russie. Elle commence des études musicales au lycée de Votkinsk, la ville natale de Piotr Illytch Tchaikovski: elle apprend l’accordéon, le chant lyrique, la direction de chœur et la direction d’orchestre.

Elle entre en 1989 à l’Académie des Arts de Saint-Pétersbourg Ses études achevées, fort de plusieurs années d’expériences de la scène et confiante dans son talent, elle quitte Saint-Pétersbourg en 1992 pour Paris.

Véronika est une chanteuse unique et inoubliable, dont la voix était profonde et volatile pour prendre d’assaut les octaves – 5 octaves – de bas en haut, de contralto à alto. Une autre caractéristique du monde créatif de Bulycheva est sa volonté de travailler avec des significations riches, des textes poétiques complexes et significatifs. Ici, la grande culture de communication du compositeur avec le mot.

 

Veronika Bulycheva, chanteuse et guitariste, compositeur et interprète, vous emmènera dans son univers poétique au fil de son histoire. L’étonnante combinaison de la musique classique et de la palette vocale de Veronika donnent vie aux images de poésie entre le folklore et la variété, la chanson à texte et l’art lyrique. Une bouffée d’air frais en cette période compliquée, sur des thèmes familiers.

Parmi ses chansons Veronika interprétera des romances sur des poèmes de Marina Tsvetaeva et Alexandre Vertinskiy.

 

r

 

 

Petit théâtre parisienne La Comédie Dalaryac située en plein cœur du quartier Opéra,

mitoyen au théâtre des Bouffes Parisiens.

 

Comédie Dalayrac

36 rue Dalayrac, 75002 Paris

Métro :Quatre Septembre, Pyramides, Opéra
Entrée : 15€ (Plein Tarif), 10€ (Tarif Réduit)
Réservation conseillé (compte-tenu du nombre limité de places, 50 personnes)
Par courriel : contact@veronikabulycheva.com

Réservation en ligne  : CLIQUEZ

Plus de renseignements : 07 67 60 77 49

 

 

 

ANNULATION 

 

Venue exceptionnelle à Paris

de la ” tsarine de la danse ”

Svetlana Zakharova

pour célébrer l’univers de Gabrielle Chanel.

Samedi 24  à 20 h et dimanche 25 octobre à 16 h

Théâtres de Champs Elysées, VIII° Paris

 

 

Voilà bien deux dates automnales qui feront courir le tout Paris tant l’événement est somptueux et exceptionnel. En premier lieu, la présence de la « tsarine de la danse » Svetlana Zakharova, immense artiste pour laquelle tous les superlatifs d’excellence sont insuffisants. Entourée des solistes du Ballet du Bolchoï, elle vient présenter un spectacle qui lui tient particulièrement à cœur, celui de célébrer « l’amitié entre le ballet et la mode » au travers de la personnalité et de la vie de Gabrielle Chanel. Pour cela, 85 costumes ont été créés dans les ateliers de couture du temple de la danse moscovite sur les « croquis exclusifs » de la Maison Chanel. Pour autant, il ne faudrait pas réduire le projet à un défilé de mode car il s’agit bien d’un ballet qui retrace la vie de Gabrielle Chanel, symbole du chic à la française et figure de la libération de la femme, une femme qui aux yeux de l’Etoile a doublement « révolutionné la notion de mode féminine et celle de liberté ». Tout est ainsi réuni pour que ces deux soirées soient l’événement « le plus chic et le plus couru » de la danse cette saison.

.

H g G

.

 

Svetlana Iourievna Zakharova (Светлана Юрьевна Захарова), prodigieuse ballerine russe surnommée « La tsarine de la danse ». Elle est prima Ballerina du ballet Bolchoï et de la Scala de Milan, considérée comme l’une des plus grandes danseuses classiques.

Svetlana Zakharova est née le 10 juin 1979 à Loutsk (Ukraine), époque où ce pays faisait partie de l’URSS  Elle est donc de nationalité russe. Âgée de 10 ans, Svetlana Zakharova est admise à la Kiev Choreographic School.  Svetlana doit quitter l’école de danse quatre mois plus tard pour suivre ses parents, lorsque la famille revient en Ukraine, elle se présente de nouveau au concours d’entrée et réintègre la Kiev Choreographic School où elle étudie sous la houlette de Valeria Souleguina.

En 1995, elle remporte la médaille d’argent du Concours international des Jeunes Danseurs de Moscou, ce qui lui permet de prétendre à la classe de promotion de l’Académie Vaganova,  vivier des futurs danseurs de la troupe du Mariinky. À 17 ans, Svetlana Zakharova rejoint l’effectif de la compagnie du Mariinsky, son ascension au sein de la troupe sera fulgurante, puisqu’elle n’attendra qu’un an avant d’être nommée « principale », c’est-à-dire danseuse étoile.

La carrière de Svetlana Zakharova ne prend véritablement son essor qu’en 2003, lorsqu’à la suite d’un différend avec le Mariinski elle rejoint la compagnie rivale, Le Théâtre Bolchoï (qui l’avait déjà invitée alors qu’elle débutait au Mariinsky) . Elle commence alors à travailler avec Ludmila Semenyaka (également diplômée de l’Académie Vaganova). Elle est également sous contrat avec la Scala de milan, devenant la première Russe à y obtenir le titre de Prima Ballerina, et y danse régulièrement : Le Lacdes cygnes, Giselle, La Belle au boia dormant et la Baladay§re avec Roberto Bolle, partenaire privilégié.

.

H g G

.

PROGRAMME

COME UN RESPIRO

Georg Friedrich Haendel | musique
Mauro Bigonzetti | chorégraphie
Helena De Medeiros | costumes
Carlo Cerri | lumières
Svetlana Zakharova | Etoile du Bolshoï Ballet

avec Denis Savin, Jacopo Tissi, Mikhail Lobukhin, Vyacheslav Lopatin, Ana Turazashvili, Anastasia Stashkevich, Victoria Litvinova, Marfa Fyodorova, Tatiana Osipova, Anita Pudikova, Karim Abdullin, Alexei Gaynutdinov, Anton Gaynutdinov

 

GABRIELLE CHANEL

Ilya Demutsky | musique
Yuri Possokhov | chorégraphie
Alexei Frandetti | livret
Maison Chanel | costumes originaux
Maria Trebugova | décors
Ilya Starilov | vidéo
Ivan Vinogradov | lumières
Svetlana Zakharova | Etoile du Bolshoï Ballet

avec Ana Turazashvili, Mikhail Lobukhin, Jacopo Tissi, Nelli Kobakhidze, Svetlana Pavlova, Victoria Litvinova, Anita Pudikova, Vyacheslav Lopatin, Denis Savin, Karim Abdullin, Vasily Danilchuk, Dmitry Efremov, Alexei Gaynutdinov, Anton Gaynutdinov, Marfa Fyodorova, Anna Grigorieva, Tatiana Osipova

La deuxième partie est consacrée au ballet « Gabrielle Chanel », une histoire basée sur la vie et le travail de la grande couturière, figure emblématique de la mode du XXe siècle. Gabrielle Chanel entretenait des liens forts avec la Russie : elle a aussi vécu une aventure amoureuse avec le Grand-Duc Dimitri Pavlovich en 1922-23 et a fait travailler la Grande-Duchesse Maria Pavolvna en tant que brodeuse. Elle a également financé la reprise du Sacre du Printemps, le ballet de Serge de Diaghilev sur une musique d’Igor Stravinsky et elle a hébergé le compositeur russe et sa famille pendant plusieurs mois dans sa maison de Garches.

.

Conçu spécialement pour Svetlana Zakharova, le ballet retrace le parcours de la jeune provinciale inconnue à la fondatrice de l’une des maisons de mode les plus influentes de la planète. Les 85 costumes ont été créés à partir de « croquis exclusifs » de la Maison CHANEL et conçus par les ateliers du Bolchoï.

La danseuse de 40 ans, au Bolchoï depuis 2003, fait revivre sur scène une Gabrielle Chanel « majestueuse et solitaire » et parle d’une femme « qui a révolutionné la notion de la mode féminine, la notion de sa liberté ».

(Musique enregistrée)

.

Tout est aménagé au sein du théâtre pour vous assurer de passer une belle soirée dans les règles de sécurité et distanciation. Port du masque obligatoire et gel hydroalcoolique à disposition dans la salle et les parties communes.

.

Théâtre des Champs-Elysées

15 avenue Montaigne, 75008 PARIS

Métro station Alma-Marceau (ligne 9) ou Franklin-Roosevelt (ligne 1)
RER station Pont de l’Alma (ligne C)
Bus lignes 42, 63, 72, 80, 92

Station de taxi Place de l’Alma, angle avenue George V
Station Vélib’ en face du Théâtre

Parc de stationnement Alma-George V

Téléphone réservation :01 49 52 50 50

Billeterie : CLIQUEZ

Tarifs : de 20€ à 130€

7
Sep

Soirée russe à St Maur de Fossés

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

 

 

Association des Amis de l’Art

Organise une

Soirée russe

avec

Timur ABDIKEYEV, basse

Alexandra TENISHEVA, soprano

 Samedi 19 septembre 2020, de 17 h 30 à 20 h 30

Manoir en plein coeur de St-Maur-de-Fossés 94100

 

 

Soirée exceptionnelle à la russe en plein air dans le jardin privée d’un manoir de prestige en plein cœur de St-Maur-de-Fossés.

Au programme des airs classiques et des chansons russes, italiennes et orientales interprétés par le célèbre chanteur d’opéra, soliste du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg Timur ABDIKEYEV et la soprano Alexandra TENISHEVA.

 

 

Timur ABDIKEYEV

Timur Abdikeyev, né en 1979 à Bakou (République d’Azerbaïdjan) dans une famille tatare, diplômé en 1990 d’une école musicale (accordéon et piano). En 1996, il entre au Conservatoire Gadjibekov à Bakou. En 2000, il remporte les prix et les distinctions lors de deux concours : Concours républicain Shovget Mamedova (Azerbaïdjan) et au concours international Bul-Bul. Il reçoit le prix « Nadejda » (Espoir) du fonds d’Irina Arkhipova. Ce prix reçu des mains de la grande cantatrice russe ouvre au chanteur basse, les portes d’une carrière internationale.

Timur est lauréat du concours international des vocalistes (présidé par Vladimir Atlantov) et finaliste du concours du théâtre La Scala à Milan (présidé par Leila Gendger).

En 2004, il débute avec succès sur la scène du Théâtre Mariinsky (Saint-Pétersbourg) où il donnera la plupart de ses récitals. Depuis, il s’est produit sur cette scène dans plus d’une soixantaine de rôles, comme dans beaucoup de salles du monde : l’Opéra Bastille à Paris, l’Opéra Royal de Stockholm, le Barbican Hall à Londres, le Teatro Real à Madrid, le Bolchoï à Moscou, le John F. Kennedy Center à Washington et le Carnegie Hall à New York.

Il participe aux concerts de gala donnés à l’occasion du 300e anniversaire de la ville de Saint-Pétersbourg et au 1000e anniversaire de la ville de Kazan (Tatarstan), diffusion télévisée de ses récitals et des concerts des solistes du Théâtre Mariinsky, participation à une vingtaine de premières du Théâtre, concerts avec des artistes émérites tels que Vladimir Galousine, Maria Goulegina, Nicolai Poutiline, Anna Netrebko, Ferruccio Furlanetto, avec des chefs d’orchestre tels que Valerii Guergiev, Gienandrea Noseda, Keri-Lynn Wilson, Rafael Fruhbeck de Burgos.

 

En septembre 2004 Timur Abdikeyev a donné son premier récital au Suntory Hall au Japon. Ce concert a eu un grand retentissement qui lui a apporté un succès et une renommée internationale. Sa carrière prend de plus en plus d’ampleur et s’étend désormais aux États-Unis, à la Grande-Bretagne, à l’Italie, l’Allemagne, l’Autriche, la Hongrie, la France, au Japon, à la Lettonie, à la Russie, à la Turquie, et à l’Azerbaïdjan. Le 27 août 2010 le Président de la République du Tatarstan (Fédération de Russie) a décoré Timur Abdikeyev du titre de l’Artiste émérite de la République du Tatarstan.

 

agz

 

ALEXANDRA TENISHEVA

Artiste soprano au style ”slave”, Alexandra Tenisheva suscite l’émotion, la joie, la sentimentalité et la mélancolie lorsqu’elle vous plonge dans l’univers de son spectacle où les grands airs classiques, les tubes internationaux, et de merveilleux chants russes coexistent en parfaite harmonie, ce qui rend cette artiste unique en son genre. Chef de chœur, professeur de chant et de piano au Conservatoire Rakhmaninov à Paris.

Un verre d’amitié avant le concert et un cocktail à la fin de la soirée sont inclus au prix du billet.

 

7

 

Jardin privé d’un manoir

Avenue du Général Leclerc, 94100 Saint-Maur-des-Fossés

Tarif : 40€ plein tarif

INSCRIPTION OBLIGATOIRE : CLIQUEZ

7
Sep

Exposition Y. Chapoval, Paris

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Exposition rétrospective

du peintre

YOULA  CHAPOVAL (1919 – 1951)

 

Jusqu’au 31 octobre 2020

Galeries:

Alain Le Gaillard, Laurentin et Le Minotaure

 

 

3 galeries de la Rive Gauche s’associent pour rendre hommage à Youla Chapoval.

Galeries Alain Le Gaillard, Antoine Laurentin et Le Minotaure. Dans ce contexte de crise sans précédent, cette collaboration participe à l’effort de relance et de valorisation des galeries. Permettant de donner une ampleur et un écho plus importants à l’exposition de l’œuvre de Youla Chapoval, un artiste encore trop peu connu du public.

 

 

CHAPOVAL Julius (Yula, Jules) est né à Kiev le 3 novembre 1919, il est mort à Paris 16 décembre 1951.

Issu d’une riche famille juive de joaillier, malgré la période difficile – premières années de la révolution russe, il aura une petite enfance choyée. En 1924, ses parents partent en Allemagne, puis viennent à Paris, pays rêvé pour beaucoup de russes de cette époque qui voient en la France le pays de la liberté et de la douceur de vivre.

 A Paris il fait ses études à Janson de Sailly et Claude Bernard. En 1939, il entre à la faculté de médecine de la Sorbonne,

En 1940, il est mobilisé dans l’armée française. Peu de temps après la capitulation de la France, il abandonne la médecine  et reprend sa vie au milieu d’artistes, de poète et d’amateurs d’art. Il fait la connaissance de Maurice SACHS et de Jean COCTEAU et se consacrer à la peinture, en suivant des cours de peinture à l’Académie de la Grande Chaumière.

En juillet 1942, au début des arrestations massives de juifs, il s’enfuit de Paris vers la zone franche de Marseille (sa mère et sa sœur Manya, restées à Paris, sont déportées en Pologne, où elles meurent). A Marseille, il entre à l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts. Là, il rencontre l’historien d’art et critique R. Van Gindertael, dont les conseils ont une forte influence sur lui. En 1943, il s’installe à Toulouse, où il rencontre Jeanne Dépujol, qui devient en 1946 son épouse.

De retour à Paris en 1944, il s’installe au 46 avenue Montaigne, rencontre Picasso et J. Cocteau, commence à travailler fructueusement et à vendre ses tableaux. En mars 1946, il fait la connaissance du marchand Henri BENEZIT qui lui achète une vingtaine de toiles et envisage pour lui une exposition l’année suivante. Il souhaite une exposition à la Galerie de France et fait venir chez le peintre un Grand collectionneur, Henri DUTILLEUL, qui contribuent à sa promotion pour préparer l’exposition. En mai 1947, il obtient le 2ème prix de la Jeune Peinture « Prix CARREFOUR » pour l’une de ses toiles intitulée « La petite salière » et tient sa première exposition personnelle à la galerie Jeanne Bucher.

 

 

La petite salière, signée et datée en bas à droite,

titrée au dos,huile sur toile 81 x 100 cm,

Heureux lauréat, il en est néanmoins déçu, considérant que le premier prix attribué à GUIGNEBERT,  aurait du lui revenir.

La Galerie Jeanne BUCHER en octobre 1947 s’intéresse à son travail et les rapports avec le petit fils de Madame BUCHER sont excellents et vont permettre l’organisation d’une exposition du 7 au 28 novembre 1947.

 

 

Sous l’impulsion de PICASSO, il réalise une série de lithographies chez MOURLOT, 1948 voit ses premières compositions abstraites, rythmées par de longues diagonales ; il participe à une exposition de groupe à la Galerie Jeanne BUCHER  et du 22 Octobre au 22 Novembre à la Galerie Denise RENÉ qui présente les « Tendances de l’Art Abstrait ». Il est entouré de professionnels ou d’amateurs qui son devenus des amis comme Pierre et Huguette BERES et les époux GRUERE etc…

 

 

Il obtient en 1949 le prix KANDINSKY conjointement avec Marie RAYMOND à la galerie Denise RENÉ. L’État lui achète une œuvre intitulée  “La Houille”. Il participe en Octobre à l’exposition de groupe “Les Mains Éblouies”  à la Galerie MAEGHT.

 

Sans titre (Ovale jaune et gris au cordage) – 1950 –

huile sur toile et cordage – 41 x 32 cm

 

Il expose au Salon de Mai et au Salon des REALITES NOUVELLES obtienan des critiques élogieuses.

 

 

Musicien cubiste

 

C’est au Salon de Mai en 1951 qu’il est remarqué par le collectionneur Liégeois, (né en Ukraine en 1903) Fernand GRAINDORGE qui lui achète une œuvre « portant le n° 36 » qu’il lèguera au Musée de Liège à sa mort et qui s’y trouve encore aujourd’hui. En 1951, il revient à la peinture figurative, il réalise trois grandes peintures murales pour l’École Langevin de Suresnes près de Paris.

 

La Vie scolaire – 1951 – huile sur papier marouflé sur toile

signée et datée en bas à droite(effacé) – 200 x 400 cm, Lycée Langevin 

 

À la fin de ce travail, il s’est suicidé, dont les raisons sont restées floues.

En juin 1951, il quitte l’Avenue Montaigne pour s’installer au 35 avenue Junot.

 

 

Malgré une reconnaissance incontestée de son œuvre,  Youla Chapoval  ne parvient pas à trouver sérénité et « bonheur ». Le 19 décembre 1951, sa sœur et ses amis Worms, inquiets de son silence, font ouvrir son domicile. Il est retrouvé mort, allongé dans son lit, un livre à la main : “Il paraissait endormi et calme”. il s’est suicidé, dont les raisons sont restées floues dans la nuit du 16 au 17 décembre âgé de 32 ans.

 

 

  Personnage cubique assis – 35,2 x 33 cm –

lithographie, imprimerie Mourlot 

Il nous laisse environ 800 œuvres. Ses expositions commémoratives ont eu lieu au Salon d’Automne (1952), à la galerie Henri Benezit (1957), à la galerie La Bussola à Turin (gouache, 1958), à la galerie Bergamini à Milan (1959), au salon des nouvelles réalités (1959), au musée d’art moderne de la ville de Paris (1964) ) et au Centre d’art contemporain de Villeneuve d’Asq (Villeneuve-d’Asq, dép. Nord, 1991). En 2008, une cinquantaine de ses toiles sont exposées à la Biennale des Antiquaires à la Galerie Laurentin à Paris.

A cette occasion un catalogue a été édité

 

 

TEXTES : Roger Grenier, James Lord, Jennine Worms, Léa Boudon.
123 PAGES
PRIX : 20 EUROS

 

7

 

Galerie LAURENTIN, 23 Quai Voltaire, 75007 Paris

Tél : 01 42 97 43 42

Horaires : du mardi au vendredi de  10  h 30 -13 h et 14 h-18 h 30

samedi 14h – 18h

 

8

 

 

Galerie ALAIN LE GAILLARD, 19 rue Mazarine 75006 Paris

Tél : 01 43 26 25 35

Horaires : tous les jours, sauf WE de 14 h à 19 h 30

 

8

 

 

Galerie Le MINOTAURE, 2 rue des Beaux Arts, 75006 Paris

Tél : 01 43 54 62 93

Horaires :  du mardi au samedi de 11 h à 13 h et de  14 h À 19 h

 

 

3
Sep

Michel Ange, cinéma l’Arlequin

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

Projection en avant-première du film

” Michel Ange “

d’ Andreï Konchalovsky

en sa présence

Mardi 15 septembre à 19h45
Cinéma L’arlequin, VI° Paris
.
Projection en avant première de MICHEL-ANGE, dernier film du cinéaste russe Andreï Konchalovsky, en présence du réalisateur (une rétrospective lui est consacrée à la Cinémathèque Française du 14 septembre au 17 octobre. 51 Rue de Bercy, 75012 Paris,
renseignements : CLIQUEZ )
Durée : 2 h 14 min
avec  : Alberto Testone, Jakob Diehl, Orso Maria Guerrini.
.
Michel-Ange (1475-1564), échevelé, barbu, les mains sales, les ongles cassés, les cheveux pleins de poussière – interprété par Alberto Testone choisi pour sa ressemblance physique et totalement habité par son personnage exalté . «J’ai voulu montrer non seulement l’essence de Michel-Ange, mais également les couleurs, les odeurs et les saveurs de son époque, sanglante et cruelle, mais pleine d’inspiration et de beauté», précise encore Andreï Konchalovsky.
Michel-Ange à travers les moments d’angoisse et d’extase de son génie créatif, tandis que deux familles nobles rivales se disputent sa loyauté. ce Michel Age est d’une toute autre matière, œuvre complexe et rugueuse qui trace du maître italien un portrait riche et contrasté. Le cinéaste russe a d’ailleurs…
f d f
;

Andreï Sergueievitch Mikhalkov, (en russe : Андрей Кончаловский, transcrit Andrei Konchalovsky à l’anglo-saxonne, du fait de sa carrière hollywoodienne), né le 20 août 1937 à Moscou, est un scénariste, réalisateur, producteur, acteur et compositeur soviétique, puis russe. Il est le fils de l’écrivain Sergueï Mikhalkov, et le frère du cinéaste Nikita Mikhalkov. Il se consacre à la musique en qualité de pianiste, sa rencontre en 1960 avec Andreï Tarkovski, avec qui il coécrit plusieurs scénarios (Le Rouleau compresseur et le violon, L’Enfance d’Ivan, Andreï Roublev), l’oriente vers le cinéma.  Académicien de l’Académie nationale des arts et des sciences cinématographiques (2002), Officier de l’Ordre des arts et des lettres de France (2005), Ordre de la Légion d’honneur de France (2010). Président de la Nika Film Academy (2013).

Il fait son premier long-métrage en 1964: Le Premier Maître. Cinéaste prolifique, Kontchalovski se tourne alors vers l’adaptation de classiques russes, Tourgueniev et Tchekhov, avant de réaliser la fresque épique Sibériade qui remporte un succès d’estime ainsi que le Prix spécial du jury au Festival de Cannes 1979, rendant possible son exil aux États-Unis en 1980. Son long-métrage La Maison de fous (2002), décrivant la vie d’un asile psychiatrique en Tchétchénie, lui vaut le Grand prix du jury à la Mostra de Venise. Il obtient ensuite le Lion d’argent du meilleur réalisateur pour “Les nuits blanches du facteur” (2014), narrant la vie d’un facteur qui est le seul lien entre les habitants d’un village reculé de Russie et le monde extérieur.

Concernant sa biographie créative, Andrei Sergeevich Konchalovsky a écrit 34 scénarios, tourné 27 films, réalisé 8 représentations théâtrales sensationnelles, dont 5 productions d’opéra, publié 6 livres et plus de 100 articles journalistiques, reçu de nombreux prix, récompenses, titres.

Pendant plus de cinquante ans, Andrei Konchalovsky a travaillé avec dignité et professionnalisme dans le grand cinéma et le théâtre, restant toujours un artiste moderne qui a de grands projets créatifs.

 

f

Le cinéma, ouvert vers 1930, ayant pour nom le Lux-Rennes, en raison de l’immeuble appartenant à EDF (Lux = Lumière) dans lequel il est logé. Jacques Tati décide de reprendre la salle en 1962, la rebaptise « L’Arlequin ». Il fait refaire la décoration parGeorges Peynet et y réalise en 1964 la première projection de la deuxième version en couleur de Hour de Fête. Le cinéma est ensuite exploité dans lesannées 1970 par Parafrance Films (Circuit Paramount des frères Siritzky).

De 1978 à 1993, la salle est programmée par l’organisme d’exportation du cinéma soviètique  par le biais de sa filiale française Les Films Cosmos afin de lui servir de vitrine, permettant de faire découvrir des réalisateurs comme Andreï Tarkovski ou Andreï Kontchalovski. Durant cette période, le cinéma se nomme Le Cosmos et programme principalement les films Sovexport russes, géorgiens et des pays baltes.

Redevenu L’Arlequin durant les années 1990, elle est actuellement l’une des rares salles parisiennes équipées pour accueillir les malvoyants et les malentendants. L’Arlequin accueille chaque année le festival du cinéma russe.

Cinéma L’Arlequin
76 rue de Rennes 75006 Paris
Tél : 01 45 44 28 80
Métro : St Sulpice (ligne 4)
Bus :  48, 83, 84, 89, 94, 95, 96
Tarifs : 9,80€,  7,50€ réduit,  5€ -de 15ans
Réservation : CLIQUEZ
3
Sep

Soirée Boulgakov, librairie du Canal Paris

   Publié par: artcorusse   dans Livres

Soirée littéraire pour la sortie de la nouvelle traduction

du chef d’œuvre de Mikhaïl Boulgakov

” Le Maître et Marguerite”

en présence des traducteurs:

André Markowicz et Françoise Morvan

Mercredi 16 septembre 2020 à 19h 30

Librairie du Canal, X° Paris

 

 

Soirée exceptionnelle avec André Markowicz et Françoise Morvan à l’occasion de leur traduction du chef d’œuvre de Boulgakov “Le Maitre et Marguerite” (ed Inculte)

Moscou, années 1930, le stalinisme est tout puissant, l’austérité ronge la vie et les âmes, les artistes sont devenus serviles et l’athéisme est proclamé par l’État. C’est dans ce contexte que le diable décide d’apparaître et de semer la pagaille bouleversant les notions de bien, de mal, de vrai, de faux, jusqu’à rendre fou ceux qu’il croise.

Chef-d’œuvre de la littérature russe, livre culte à travers le monde, Le Maître et Marguerite dénonce dans un rire féroce les pouvoirs autoritaires, les veules qui s’en accommodent, les artistes complaisants, l’absence imbécile de doute.

André Markowicz a une mère russe et un père français d’origine polonaise. Il s’est fait connaître par la nouvelle traduction qu’il a donnée des œuvres complètes de Fiodor Dostoïevsk, entreprise commencée en 1991. Il a traduit le théâtre d’Anton Tchekhov avec Françoise Morvan, qu’il a rencontré en 1985. Leur traduction de Platonov a été récompensée par un Molière en 2006.  Il a traduit des œuvres d’Alexandre Pouchkine et de Nicolas Gogol. En 2019, il crée la société Les Éditions Mesures, dont il est le président.

 

 

Librairie du Canal 

2 rue Eugène Varlin, 75010 Paris

Tél : 01 42 08 72 78

1
Sep

Visite du cimetière russe de Ste Geneviève des Bois

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Journées du Patrimoine 2020

 L’association des « Amis de l’histoire de Sainte-Geneviève-des-Bois »

” Visite du cimetière russe “

Samedi 19 et dimanche 20 septembre 2020 à 10h, 14h et 16h

 

 

VISITE GRATUITE, INSCRIPTION OBLIGATOIRE

RV Rue Léo Lagrange, 91700 Sainte Geneviève des Bois

 

 

L’origine du cimetière provient de l’accueil fait aux émigrés russes qui furent, dès 1927, inhumés dans le petit cimetière communal de l’époque.

 

 

Aujourd’hui, on compte environ 5200 tombes parmi lesquelles celles de personnages illustres tels que le danseur Rudolph Noureev, le premier prix Nobel de littérature russe Ivan Bounine , le prince Félix Youssoupov et sa femme Irina nièce du Tsar Nicolas II, un des petits fils de l’écrivain Léon Tolstoï, des militaires, des sculpteurs, des peintres, des religieux, des acteurs et bien d’autres.La partie orthodoxe de ce cimetière a été classée monument historique en 2001.

 Les visites sont gratuites, durée 2 h .

 

Inscription obligatoire : 06 50 46  49 74.

Point de départ des visites : Rue Léo Lagrange devant la grille d’entrée côté piscine.

 

1
Sep

Journée littéraire château de Meslay

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

 

4ème Édition de

” Journée Littéraire au Château de Meslay “

plus de 20 auteurs.

Table ronde animée par :

Patrick Tudoret, écrivain du Vendomois

avec

Nicolas de la Bretèche pour son ” A la Table des Tsars”

Guillemette de Sairigné pour son “Pechkoff le magnifique”

Goudji  pour le “Goudji” de Jacques Sautrot

Dimanche 13 septembre 2010 de 13h à 18h

 

  Débat aura lieu à 14h30sur la terrasse du château.

– Nicolas de la Bretèche animera une table-ronde dédiée à l’âme russe avec

À la Table des Tsars

L’histoire extraordinaire de Pierre Cubat, chef des cuisines impériales à la Cour de Russie sous les tsars Alexandre II, Alexandre III et Nicolas II.  Il est né en 1844 et mort à Alet-les-Bains en 1922, Pierre Cubat a régné sur les cuisines des trois derniers tsars de Russie.

(Voir sur Artcorusse : CLIQUEZ)

 

6

 

– Guillemette de Sairigné pour son livre “Pechkoff le magnifique”, l’histoire du fils adoptif de Gorki.

 

Fils adoptif de Gorki, héros de la Légion étrangère, homme d’influence, ambassadeur de France, grand séducteur, Zinovi Pechkoff, surnommé le ” Manchot magnifique “, est une légende oubliée du XXe siècle. Nijni-Novgorod, années 1900. Un adolescent traîne sur les bords de la Volga. Il est pauvre, il est juif, un moins que rien dans la Russie tsariste. Mais il croise la route de l’immense Maxime Gorki qui en fait son assistant et l’adopte. Yeshua Sverdlov devient Zinovi Pechkoff.

 

6

 

–  L ‘orfèvre Goudji  pour le livre “Goudji l’orfèvre du sacré”  de Jacques Sautrot

À sa manière si singulière, Goudji a élaboré un art sans limites, sans limites dans le temps puisqu’il regarde à la fois vers le passé, le présent et le futur ; sans limites dans ses racines puisqu’il récapitule toutes les traditions, de l’orfèvrerie des Achéménides à l’orfèvrerie des Carolingiens, selon une vision placée, de fait, au-devant de nous, comme Salah Stétié l’a si bien défini : Goudji possède le privilège de faire une oeuvre éternelle. La netteté physique de son travail a une résonance métaphysique.

 

6

 

Le débat sera animé par Patrick Tudoret, écrivain du Vendomois et coorganisateur de cette journée littéraire.

 

3

 

 

Le château de Meslay fut construit pour Jean François de la PORTE (fermier général et proche du Cardinal de Fleury, principal ministre de Louis XV) lors d’un chantier gigantesque : démolition de l’ancien château (où logea Henri IV lors du siège de Vendôme en 1589), déplacement du village autour de l’église et du presbytère actuel, et création d’une manufacture de cotonnades vendues jusqu’à Paris et à la Cour à Versailles. Entrez au cours de la visite guidée dans l’intimité d’une famille prestigieuse : vous découvrirez les magnifiques salles de réception au mobilier remarquable d’origine familiale , et un rarissime gnomon (calendrier solaire) incrusté dans le parquet. Vous visiterez 400 m2 de cuisines en cave très spectaculaires. Videos, fonds sonores, hologrammes rythmeront votre visite.

 

Château de Meslay
19, allée du château
41100 MESLAY
Tél :02.54.89.50.42
Courriel : amisduchateaudemeslay@gmail.com

Entrée : Visite des dépendances + film : 4€, gratuit enfants _ 15 ans.

Visite guidée du château (selon tarifs habituels) :  8€ – Tarif réduit : 6€ – Enfants 4,5€
– Groupe 5,5€ – Famille 18€ (2 adultes / 2 enfants)

1
Sep

14° Festival International de Musique d’Hyères

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

14ème Édition du Festival International de Musique d’Hyères

 

du jeudi 17 au dimanche 20 septembre 2020

 

Théâtre Denis, 83400 Hyères

 

 Proposé par le service culture de la Ville et organisé par l’association les Amis du Festival International de Musique d’Hyères

Le Festival international de musique d’Hyèrescréé en 2007 à l’initiative de la Mairie d’Hyères, avec le soutien de l’association des amis du Festival et le violoniste virtuose Vadim Tchijik, qui en assure la direction artistique.

Chaque année cet événement associé aux journées du patrimoine a pour but d’attirer un large public à des concerts de très grande qualité dans un lieu d’exception, le Théâtre Denis. Depuis sa création le festival a connu un immense succès.

Rendez-vous culturel incontournable des Hyèrois et hôtes de la ville, le festival depuis sa création a accueilli des artistes tels que Marielle Nordmann, Philippe Bernold, Dominique de Williencourt, Vanessa Wagner, François Salque, Yves Henry, mais aussi de nombreux autres.

4

Vadim Tchijik, directeur artistique

Vadim Tchijik est né en 1975, il commence à étudier le violon à l’âge de six ans et donne son premier concert à huit ans. Il termine ses études avec la mention « Excellent » à l’Ecole Centrale Spéciale de Musique du Conservatoire Tchaïkovski de Moscou. Ensuite il se perfectionne en France, en Allemagne, et aux Etats-Unis.  Il a étudié avec Boris BELKIN, Ivry GITLIS, Herman KREBBERS, Eduard SCHMIEDER, Mihaela MARTIN et Irina BOTCHKOVA.

En 2004 le magazine « Diapason » lui consacre une page intitulée « Déjà Maître » et en 2007 le célèbre magazine « String » lui consacre un entretien exclusif de trois pages.

Lauréat de plusieurs prix internationaux de violon, dont les prestigieux concours N. PAGANINI à Gênes, P. I. TCHAIKOVSKI à Moscou, R. LIPIZER à Gorizia, Premier Prix du concours international de Portogruaro, il est également Lauréat des Fondations NATEXIS
Banque Populaire, G. CZIFFRA, N. et L. Boulanger, O. et V. Ritter et il est nommé Lauréat JUVENTUS par le Conseil de l’Europe.

Vadim Tchijik est professeur de violon au CRR de Toulouse et donne des master classes en Europe, en Amérique et en Asie. Il s’occupe par ailleurs de rédaction des partitions du grand répertoire violonistique pour les éditions “Zen-On” au Japon.

 

 

Ensemble “Les Virtuoses”

 

Il est Directeur Artistique de plusieurs festivals de musique: Festival International de Musique d’Hyères, “Les Musicales de Saint-Martin”, “L’Automne Musical du Vésinet” et “Les Heures Musicales de Binic “.Fondateur et directeur de l’Ensemble “Les Virtuoses” et directeur du Concours de Cordes des Virtuoses du Cœur, il joue sur un violon de Ferdinando Gagliano fait à Naples en 1775.

 

Programme 2020

 

Jeudi 17 septembre à 20h30

« Chez Vivaldi à Venise »

Vivaldi, Albinoni

– Ensemble Les Virtuoses; Vadim Tchijik, violon et direction

 

4

 

Vendredi 18 septembre à 20h30

« Soirée concertante »

Bach concertos pour piano et pour violon

– Ensemble Les Virtuoses; Vadim Tchijik, violon et direction – Eloisa Cascio, piano

 

4

 

Samedi 19 septembre à 20h30 

« Hommage à Beethoven »

A l’occasion du 250e anniversaire de la naissance du compositeur

– Sonates pour violon et piano Le Printemps et A Kreutzer

– Vadim Tchijik, violon, Alberto Urroz, piano 

 

4

 

Dimanche 20 septembre à 11h 

« Les romantiques allemands »

Schumann, Brahms, Mendelssohn

– Eloisa Cascio, piano

 

à 17h

– « Hommage à Henri Vieuxtemps »

– A l’occasion du 200e anniversaire de la naissance du compositeur, Henri François Joseph Vieuxtemps, né le  à Verviers et mort le à Mustapha, violoniste et compositeur belge, l’un des plus célèbres du XIXe siècle.

– Vieuxtemps, Leukeu, Servais

– Vadim Tchijik, violon; Anna Mikulska, violoncelle; Philippe Argenty, piano

 

Entrée gratuite sur réservation

 

h

 

 

Théâtre Denis 12, cours de Strasbourg, 83400 Hyères

Réservations : 04 94 00 82 41
A partir du lundi 7 septembre (du lundi au vendredi de 14h à 17h)
Billetterie en ligne sur : hyeres.fr/billetterie
Samedi 5 septembre de 8h30 à 12h30 : sur place à l’hôtel de ville

Plus de renseignements : www.festivalhyeres.org
Association Les Amis du Festival International de Musique d’Hyères
2 Résidence St-Louis des Horts – Allée de l’Oléastre, 83400 HYERES
Courriel :  hyeresfestival@gmail.com
 
Pour soutenir le festival, le bulletin d’adhésion

1
Sep

Conférence en ligne “150 ans d’Ivan Bounine”

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Pour le 150ème anniversaire

IVAN BOUNINE

Soirée exceptionnelle :

Vidéo-conférence, artistes, musiciens, récitants

Mardi 8 septembre 2020 à 19 h

Sur le site : https://crsc.fr/

 

 

 

Ivan Alexeïevitch Bounine (Иван Алексеевич Бунин), né à Voronej (Empire russe)  le 10 octobre 1870 (22 octobre suivant le calendrier grégorien) et mort à Paris  le 8 novembre 1953,  écrivain russe, auteur de poèmes, de nouvelles et de romans, lauréat du Prix Nobel de littérature en 1933. Il est considéré comme l’un des plus grands prosateurs russes du XXème siècle.

Ses parents sont poétes, à dix-sept ans, il publie son premier poème dans un magazine littéraire de Saint Pétersbourg, La Patrie, et devient correcteur pour un journal local, Le Moniteur d’Orel.

Il publie à Orel son premier recueil de poèmes en 1891, puis Sous le ciel ouvert en 1898 puis Automne, pour lequel il reçoit le prix Pouchkine en 1901. En 1889, il suit son frère à Kharkov et correspond avec Anton Tchekhov, dont il fait la connaissance en 1895 et avec Maxime Gorki et Léon Tolstoï. Il voyage à travers l’Inde, la Palestine, l’Egypte l’Italie. Il fuit la révolution russe quittant Moscou en  pour s’installer dans le sud du pays, tenu par les armées blnches. Il quitte la Russie  1920 pour s’installer en France, où il vit à Paris dans le XVIème au 1 rue Jacque-Offenbach et à Grasse. Il publie son journal extrêmement critique à l’égard du régime bolchévique.

A voir sur le Site  : https://crsc.fr/

INSCRIPTION OBLIGATOIRE : CLIQUEZ

 

t

 

Centre de Russie pour la Science et la Culture  à Paris

61, rue Boissière,75116, Paris 

Téléphone : 01 44 34 79 79

Site:  https://crsc.fr/

 

 

1
Sep

Art Cinéma Russe, film “A l’Ouest du Soleil” Cannes

   Publié par: artcorusse   dans Informations

 

Projection du film dans le cadre du programme “Art du Cinéma Russe”

“À l’ouest du Soleil”  Темный мир

d’  Anton Meguerditchev en 3D

Dimanche 13 septembre 2020 à 16h

Théâtre Alexandre III, 06400 Cannes

 

 

Réalisation: Anton Meguerditchev 2010

Avec : Svetlana Ivanova, Ivan Zhidkov, Elena Panova…

Genres : fantastique, thriller

Nationalité : russe

 Version originale en russe, sous-titres français. Durée : 105 mn. Âge: +12

 

Un groupe d’étudiants en anthropologie, partent en expédition dans des villages reculés du nord de la Laponie. Ils rencontrent une vieille femme, après une querelle d’amoureux dans le groupe, ils se retrouvent dans un cimetière ou ils découvrent un vieux bouclier. Marina se retrouve à la suite d’un simple contact avec cette relique, possédée et dotée de pouvoirs surnaturels terrifiants.

..

.

L’on raconte qu’une guerre a longtemps été menée entre les humains et les «démons» pour le contrôle de la Terre. Suite à la chute d’une météorite tombée sur Terre, qui a apporté avec elle “l’Esprit des Ténèbres”, cachant des connaissances insupportables pour les mortels. Le sorcier local a voulu prendre possession de ces connaissances. En échange, il a offert son corps, mais l’Esprit des Ténèbres a trompé le sorcier, il  lui a pris non pas son corps, mais son âme. Marina va devoir remplir la mission de combattre les forces du Mal.

 

g j g

Anton Evgenievich Megerdichevь né le 22 juillet 1969 à Moscou, réalisateur et scénariste.Diplomé de l’institut des ingénieurs ferroviare de Moscou, Il a travaillé comme directeur de l’émission télévisée “Portrait en arrière plan” de léonid Parfionov, comme  réalisateur et directeur de l’édition de ses projets documentairesde 1993 à 2005. En 2000, il a reçu le prix TEFI  prix spécial de la nomination de l’Académie de la télévision russe pour le projet documentaire commun «Pouchkine en vie», en 2004 – finaliste du concours TEFI en tant que réalisateur du documentaire télévisé ” Assassinat de Kenndy”. Réalisateur en 2007 du film ” Mouvement en haut”, devenu le film russe le plus rentable, dépassant 3 milliards de roubles au box-office brut en Russie et dans la CEI.

 

Inscription gratuite mais obligatoire !

 

V

 

 

 

Théâtre Alexandre III
19 boulevard Alexandre III
06400 Cannes

Tél : 04 97 06 44 90

Les billets gratuitement en ligne : CLIQUEZ

1
Sep

Le violon de Rothschild, Courbevoie

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Dans le cadre des

“Saisons russes en France – 2020”,

Le Théâtre de la Nouvelle Génération de Moscou

présente

“Le Violon de Rothschild”

adaptation d’Anton Tchékhov par Kama Guinkas

Reprogrammation du spectacle pour les

Samedi 12 et dimanche 13 septembre 2020

Centre Évenementiel, 92400, Courbevoie

 

RÉSERVEZ DÉS MAINTENANT

 

 

Représentation du Théâtre de la Nouvelle Génération de Moscou pour jeunes spectateurs:

«Le violon de Rothschild» basé sur l’histoire d’Anton Tchekhov

Adaptation et mise en scène : Kama Guinkas
Scénographie : Sergey Barkhin
Musique : Leonid Dessiatnikov
Lumières : Gleb Filshtinsky
Avec : Iakov Bronza : Valery Barinov (lauréat du Prix Stanislavski)
Rothschild :  (lauréat du Prix Stanislavski), Marfa : Arina Nesterova
Infirmier : Anton Korchunov

Représentation en russe sous-titres en français.
Durée : 1h30 sans entracte

Le spectacle « Le Violon de Rothschild » est la dernière partie de la trilogie de spectacles d’après Tchekhov « La Vie est belle» de Kama Guinkas. Les deux autres spectacles « Le Moine Noir » (1999) et « La Dame au petite chien » (2001) sont toujours au répertoire du théâtre et ont un grand succès auprès du public.

“Iakov Bronza, fabricant de cercueils d’une petite ville de campagne, rêve que les gens meurent plus souvent afin que ses affaires soient plus florissantes. Pour arrondir les fins de mois, il joue du violon dans l’orchestre du village. Il éprouve une réelle aversion pour Rothschild, flutiste juif de l’orchestre.
Quand Marfa, femme de Iakov, tombe malade puis décède, il commence à se rendre compte qu’il est passé à côté de beaucoup de belles choses de la vie”.

Le spectacle « Le Violon de Rothschild » a été créé en 2004 et fait partie du Fonds national russe de spectacles ayant obtenu les récompenses les plus prestigieuses : « The Golden Mask », « The Crystal Turandot », Prix Stanislavski. C’est une partie finale de la trilogie de spectacles de Kama Guinkas « La vie est belle. D’après Tchekhov ».

q

Kama Guinkas est né en Lituanie en 1941. Il a fait ses études à l’Institut d’Etat de musique et de cinéma de Leningrad dans la classe de Gueorguï Tovstonogov. Pendant deux ans il est le Directeur artistique du Théâtre du Jeune Spectateur de Krasnoïarsk. Depuis 1981, il travaille en tant que metteur en scène pour les grandes scènes théâtrales moscovites : MKHAT, Théâtre d’O. Tabakov, Théâtre de Mossoviet…

.

.

Depuis 1983, il collabore avec le Théâtre de la Nouvelle Génération de Moscou, En 2001, Kama Guinkas met en scène une performance théâtrale particulièrement ingénieuse pour le 3ème Theatre Olympics à Moscou : La Polyphonie du monde.Kama Guinkas est l’invité d’honneur aux plus grands festivals internationaux en Allemagne, France, Italie, Belgique, Suède, Finlande, Yougoslavie, Turquie, Corée du Sud, Brésil, Colombie et d’autres pays. Parmi ses mises en scène à l’international : N.F.B. de V. Kobekin (Allemagne) ; La Dame au petit chien d’A. Tchekhov (Turquie) ; Salle n°6 d’A. Tchekhov, Crime et Châtiment de F. Dostoïevski, La Mouette d’A. Tchekhov, La Vie est belle d’après l’œuvre d’A. Tchekhov, Macbeth de W. Shakespeare (Finlande), La Dame au petit chien et Le Violon de Rothschild d’A. Tchekhov (commande du Yale Repertory Theatre et du théâtre « Guthrie », Etats-Unis).

.

.

Il est professeur à l’Académie de théâtre de Helsinki en Finlande et également à l’Ecole du Théâtre d’art de Moscou (MKHAT). Il donne régulièrement des master classes pour des nombreuses écoles de théâtres et des universités en Grande Bretagne, aux Etats-Unis, au Canada, en France, Norvège et Finlande.

5

Centre Événementiel de Courbevoie
29, rue de Gaultier 92400 Courbevoie

Tarifs : Cat 1 : à partir de 27€50, Cat 2 : à partir de 22€

Accès :

  • Bus : 275, 278, 163 et 164, arrêt Paix/Verdun
  • Gares SNCF : Courbevoie ou Bécon-Les-Bruyères
28
Août

Galitzine Sisters, Cercle Suédois Paris

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

Les Galitzine Sisters présentent

la comédie musicale

” Y’ a de l’embrouille dans l’air !  “

Jeudi 19 novembre à 20h

Cercle Suédois, 1er Paris

 

 

Interprétée par les Galitzine Sisters, Alceo Passéo, pianiste et Gwénaël Raillet, récitant,
c’est l’histoire pourrie et abracadabrantesque de deux chanteuses qui ne parviennent pas à faire décoller leur numéro de duettiste !

.

.

Sophie et Catherine Galitzine  vous proposons d’assister à la première de leur nouvelle comédie musicale, ” Y’a de l’embrouille dans l’air! “.

C’est l’histoire de deux sœurs, chanteuses de cabaret, qui tardent à rencontrer le succès. Fatalement, cela joue sur leurs relations… mouvementées. Toute ressemblance avec des personnages réels …

Spectacle accompagné musicalement par le merveilleux pianiste, Alceo Passeo. Le narrateur est le chanteur-comédien, Gwenaël Raillet.

Le livret et l’idée sont de Catherine Galitzine. Les musiques sont parmi les plus belles compositions de Bernstein, Gerschwin, Irving Berlin, Stephen Sondheim, Benjamin Britten et quelques autres…

 

Les sisters Galitzine, sont d’origine russe, issues de la deuxième plus grande maison princière de Russie.

.

Catherine Galitzine

  • Catherine est l’auteur de plusieurs livrets.

.

  • Sophie (soprano, opéra, musique sacré, mélodie russe), Titulaire d’une licence d’Études Théâtrales (Sorbonne), Sophie Galitzine a étudié le chant auprès de Simone Blanc, chef de chant de l’Opéra de Paris, de Gabriel Bacquier et de Marina Zviadadzé. Elle a participé à plusieurs productions lyriques en France et en Europe. Elle a notamment interprété les rôles de Constance dans L’Enlèvement au séraïI et  Suzanne dans Les Noces de Figaro de Mozart, de Clara dans La vie parisienne d’Offenbach, de Norina dans le Don Pasquale de Donizetti et créé le rôle de la Rose Noire dans l’ Opera CIown de Cecconi.

 

  • Alceo Passeo, pianiste-compositeur
    Italien, de formation classique, Alceo obtient son premier Prix de piano au conservatoire “V.Bellini” de Catane. Il suit les master-classes de J.Demüs, S.Perticaroli, V.Gornosteava, J.Martin et E.Heidsieck. En 1995 il s’installe à Paris. Disciple d’Aldo Ciccolini, avec qui il joue le double concerto de Poulenc sous la direction de M.Plasson, il obtient également le Diplôme d’Etudes
    Musicales français avec une médaille d’or du C.N.R. de Reims. Lauréat de nombreux concours, il enregistre son premier disque à la Salle Cortot de Paris avec des musiques de Chopin, Liszt et des pièces de sa propre production. Alceo s’intéresse aussi à la composition de musiques de films et participe à la réalisation de bandes-son d’une vingtaine de films dont : “La Môme” d’Olivier Dahan, “Les Enfants du Siècle” de Diane Kurys, et la série TV “Joséphine Ange Gardien”. Il accompagne les chanteurs lyriques, avec lesquels il enregistre les airs du grand répertoire.

 

  • Gwaenal Raillet, baryton et comédien, soliste de la trooupe d’opérette “Les Fous Lyriques”.

 

6

 

 

Cercle suédois

242 rue de Rivoli – 75001 Paris

Tarif : 30€

Réservaton : CLIQUEZ

27
Août

VI° Festival du cinéma russe à Niort, Fin août

   Publié par: artcorusse   dans Evenements