25
Nov

Vente art russe Paris Douot

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Vente Art Russe “Русское Искусство”

samedi 8 décembre 21018

Hôtel Drouot, salle 15 11h et 14h

Icones & art religieux, Gravures & lithographies , Archives & manuscrits, Numismatique,  Romanov, Affiches, Argenterie, Émaux ,Objets de vitrine, bijoux & Fabergé , Porcelaine,  Bronzes, Art populaire & folk art, Militaria, Ballets russes, Livres,Tableaux.

Expositions Publiques Vendredi 7 décembre de 11h à 18h

Extraits du catalogue

Belle croix pectorale en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes) sertie de brillants de différentes tailles, surmontée d’une couronne impériale. Médaillon central peint sur métal ornée d’une scène de la Crucifixion. B.E. (quelques manques). Moscou, vers 1890. Orfèvre : A. A. Moukhine. H. 15 x L. 7,3 cm. Poids brut : 57,6 g,1000/1500 €

 

Icône de voyage de la Mère de Dieu de Kazan. Tempera sur bois. Russie, fin du XIXe siècle. Dans sa belle oklad en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes) à décor émaillé polychrome cloisonné. T.B.E. Moscou, vers 1890. Orfèvre : EAK, non identifié. H. 9 x L. 7,5 cm. Poids brut : 103,7 g. Икона Казанской Божьей Матери, путевая. 3000/5000 €

 

Icône du Christ Sauveur de Smolensk. Tempera sur bois. Russie, fin du XVIIIe – début du XIXe siècle. Dans son oklad en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor ciselé et repoussé. Légendes gravées des noms des saints entourant le Christ en pied. B.E. Moscou, 1801. Orfèvre : Alexei Ratkov. H. 38, 2 x L. 32 cm. Poids brut : 2346,0 g. Икона, Христос Спаситель Смоленский. Темпера на дереве. 3000/5000 €.

Cartes de la Russie. Lot de 7 lithographies : Carte des régions limitrophes de la mer Caspienne, c.1728, rehaussée à l’aquarelle. – Carte de l’Empire russe par Eman Bowen, XVIIIe siècle. – Carte de Tartarie, XVIIIe siècle. – Carte de la Russie, atlas Clouet, 1787, rehaussée à l’aquarelle. – Carte de Tartarie, XVIIe siecle, rehaussée à l’aquarelle. – Gravure de Moscou, 1743, rehaussée à l’aquarelle. B.E. Formats divers. Карты России. 7 литографий: карта приграничного Каспия, c.1728, акварель. – Карта Российской империи Эмана Боуэна, XVIII в. – Карта Татарии, XVIII в. – Карта России, атлас Clouet, 1787г., акварель. – Карта Татарии, XVII в., акварель. – Гравировка Москвы, 1743 г., акварель. Состояние хорошее Различные форматы 300/500 €

 

Brevet de nomination au poste de Consul général à Hambourg de l’assesseur de collège Bacheracht, Kameny Ostrov, le 31 août 1825. Signé par Alexandre Ier et le comte Nesselrode. Avec le sceau impérial. Pliures mais complet. On y joint la traduction officielle en allemand du précédent document. Manque le sceau. Pliures. Грамота о назначении на должность генерального консула в Гамбурге колледжского ассесора Бачерахт, Камени Остров, 31 августа 1825 г. Подписано Александром I и графом Нессельроде. Императорская печать. В сложеном виде. Прилагается официальный немецкий перевод предыдущего документа. Печать утрачена. В сложенном виде. 200/300 €

 

Tolstoï et Gorki. Lot de 7 tirages argentiques de presse représentant : – Léon Tolstoï : deux fois seul dont en promenade, une avec sa famille, une avec Maxime Gorki (divers formats). – Maxime Gorki : portrait seul, anniversaire 1868-1936 avec des acteurs, anniversaire avec Mark Twain. 7 фотографий. Изображены Л.Толстой и М.Горький. 150/200 €

 

Pendule en bronze doré et patiné représentant le tsar Pierre le Grand sur le lac Ladoga. L’Empereur se tient à la barre d’une embarcation en pleine tempête. Décor de palmettes et rinceaux. Chiffres romains. B.E. (mouvement vendu en l’état). Russie, milieu du XIXe siècle. H. 35 x L. 26,5 x P. 10 cm Historique : « Alors de Piter (Saint-Pétersbourg) Pierre Ier s’embarqua sur la Neva et sur le Ladoga ; tout à coup la tempête s’élève, une bourrasque, un orage épouvantable. A grand’peine ils arrivèrent au nez de Storojevski. Le tsar débarqua. Entouré des flots, la tête lui tourna de voir la mer bleue. « Allons, toi, mère humide, la terre, ne t’agite pas, ne prends pas exemple sur ce stupide lac. « Aussitôt il ordonna de knouter et de fouetter les vagues irritées. Le lieu, où il les fustigea de ses mains impériales s’appelait l’Ecueil sec, et depuis ce temps on l’appelle l’Ecueil du tsar. Depuis lors le Ladoga est devenu plus paisible ; il a ses jours de calme comme les autres lacs, et vous voyez, continue le narrateur : nous y naviguons, nous y prenons du poisson. » (V. Barsof, Petr Veikii v narodnykh predaniakh Siévernago kraïa (Pierre le Grand dans les traditions populaires du pays septentrional), Moscou, 1872.) Часы, бронза позолоченная и патинированная. Царь Петр I. На циферблате римские цифры. Состояние хорошее. Россия, середина XIX в. 2000/3000 €

 

Alliance Franco-Russe. 1- Foulard de l’alliance. 1896 Kronstadt 1891-Toulon 1893. Paris Louvre 1896. Par G. Laveissière et Chamont. Déville Rouen. 42 x 48. B.E. – 2- Médaille pour la revue des 9-10 octobre 1896 par le Tsar. Liste des bataillons de chasseurs à pied et alpins ayant participé. Diamètre : 39 mm . B.E. 3- Médaille avec l’aigle impériale russe et au revers les armoiries de la république française. Diamètre : 36,5 mm B.E. 4- Médaille à l’ancre entouré de l’Aigle impériale et RF. Souvenir de Cronstadt 1891- Toulon 1893. Diamètre : 25,5 mm B.E. 5- Médaille « France-Russie », Cronstadt-Toulon, 1891-1893. Représentation d’un navire de guerre. 30 x 36 mm. B.E. 6- Bouton à l’effigie de Nicolas II en uniforme. Diamèttre : 31 mm. B.E. 7- Médaille France-Russie, Cronstadt-Toulon . Juillet 1891- Octobre 1893. Représentation de matelots et de navires en rade, éclairés par la « Paix ». Diamètre : 30,5 mm. B.E. 8- Médaille de table Paris octobre 1896, profils de Nicolas II et de l’impératrice. Diamètre :35 mm. B.E. 9- Médaille France- Russie, Nicolas II empereur de Russie. Buste de l’empereur en uniforme. Diamètre : 32,5 mm Sans anneau 10- Deux Petits aigles impériales, avec drapeaux et sans, fabrication française des années 1890- 1900. B.E 11- Médaille souvenir de Paris-Toulon, octobre 1893 ; Revers : Cronstadt-Toulon avec portrait de l’empereur et du président de la République. Diamètre : 43 mm. B.E. 12- Médaille « Vive la Russie, Union et fraternité ». Souvenirs La flotte française à Cronstadt 23 .7.1891, la flotte russe à Toulon 13.10.1893. Avec ruban français et russe impérial combiné. Diamètre : 27,5 B.E. Лот 12 значкоб и медалей Франко-Российский альянс. 600/800 €

Affiche de l’Exposition russe hippique et ethnographique. 1895. Au Champ de Mars. Par Houbrac. Représentations de cosaques de l’escorte impériale. Konvoï. H. 120 x L. 82 cm. Entoilée. T.B.E. Représentations de cosaques de l’escorte impériale. Konvoï. – Афиша русской конно-этнографической выставки. 1895. Марсово Поле. Houbrac. Представления казаков Императорского конвоя. 120 х 82 см. Дублирование. 600/800 €

Quatre planches polychromes de Bilibine, Les contes des mille et une nuits. Fernand Nathan éditeurs. B.E. Lithographies en couleur, numérotées et signées dans la planche. Vers 1932-1938 – Le cheval enchanté – Sindab le marin – Le Chasseur – Alladin ou la lampe merveilleuse H. 34,2 x L. 90,5 cm. Entoilées. B.E. – Четыре полихромных билибинских листа, сказки «Тысяча и одна ночь». Изд. Фернан Натана. Дублирование. – Алладин – Синдбад Мореход – Очарованная лошадь – 34,2 х 90,5 см. Дублирование. 6000/8000 €

 

Rare samovar en argent 84 zolotniks (875 millièmes) repoussé et ciselé, le corps piriforme avec anses élevées, le couvercle pourvu de deux boutons, le fut balustre en partie ajouré à décor floral, la base polylobée reposant sur quatre pieds boules, garnitures en corne, intérieur vermeil. Très bon état, léger accident à la garniture du robinet. Saint-Pétersbourg, 1861. Orfèvre : I. SAZIKOV, avec aigle de Fournisseur de la Cour impériale. Maître-essayeur : A.N Mitine (actif 1842-1877). Porte également les poinçons d’importation du grand-duché de Finlande (d’après 1810, de titre « 813 H » et de la ville d’Helsinki). H. 44 x L. 33 cm. Poids brut : 3925 g (environ). Références : Ignati Pavlovitch Sazikov (1793-1868), fils du fondateur de la firme, Pavel Fedorovitch, reçoit en 1837 le privilège de fournisseur de la Cour impériale de Russie. Références : Ignati Pavlovitch Sazikov (1793-1868), fils du fondateur de la firme, Pavel Fedorovitch, reçoit en 1837 le privilège de fournisseur de la Cour impériale de Russie. Редкий самовар. Серебро, резное и чеканное. Проба 84. Грушеобраный корпус с высокими ручками. Крышка с двума хватками. Поддон украшен цветочным орнаментом, на четырех ножках в виде шариков. Отделка из кости. Внутренняя часть корпуса позолоченная. Состояние очень хорошее. Незначительное повреждение отделки крана. Санкт-Петербург, 1861 г. Ювелир: И. САЗИКОВ, клейма : изображение орла – поставщик Императорского двора. Пробирный мастер: А.Н. Митин (годы службы:1842-1877 гг). Имеются также клейма для импорта в Великое княжество Финляндское (после 1810 г. проба «813 H» и город Хельсинки). 44 x 33 см. Вес брутто: 3925 г (приблизительно). 6000/8000 €

 

Centre de table servant de coupe à fruits en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à double anse en forme de buste de femme, monté sur quatre colonnes corinthiennes reposant sur un socle ovale en onyx vert. Il est gravé d’une dédicace en russe « À notre cher directeur F.F. Proillar. En souvenir. La direction et les ouvriers des verreries du sud de la Russie ». Plaquettes avec les dates 18/VI 1902 et 13/VI 1911. Avec une doublure en cristal taillé. B.E. (usures et petit accident au socle). Moscou, 1908-1917. Orfèvre : Mikhaïl TARASOV. H. 22,5 x L. 32 cm. Poids brut : 3790 g (environ). Украшение центральной части стола. Чаша для фруктов. Серебро. Проба 84. Две ручки в форме женского бюста. На четырех коринфских колоннах, на подставке из оникса. На пластинке выгравировано посвящение «Нашему дорогому директору Ф. Ф. Пройларь. На память. шефы и рабочие зеркальных заводов юга России ‘’. Даты 18 / VI 1902 и 13 / VI 1911. Хрустальная обкладка. Состояние хорошее. (потертости и незначительные повреждения у основания). Москва, 1908-1917 гг. Ювелир: Михаил ТАРАСОВ. 1800/2500 €.

 

Belle paire de cuillères à caviar en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), à décor niellé représentant notamment la cathédrale de l’Annonciation au Kremlin de Moscou, manches torsadés. Dans leur écrin de présentation de la Maison Proudnikov. B.E. (taches). Moscou, 1908-1917. Orfèvre : MC possiblement pour Maria Semenova. L. 18,5 cm. Poids brut total : 170,6 g. Две ложки. Серебро. Черная эмаль 1000/1500 €

 

Étui à cigarettes en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à décor repoussé d’une jeune amazone avec son cheval. Fermoir avec pierre verte. B.E. Inscription gravée : « Cher Robik, de papa et maman, 3/VII/ 51 ». Moscou, 1908-1917. Orfèvre : M.oHb, non identifié. H. 11x L. 8,5 cm. Poids brut : 222,6 g. Портсигар. Серебро. Амазонка и лошадь. Застежка с камнем Клеймо «84» Московский кокошник 1908 г. Ювелир: М. онб, неизвестен. Выгравированная надпись: «Дорогому Робику, от папы и мамы, 3 / VII / 51». 11x 8,5 см 400/600 €

 

Boucle de ceinture caucasienne en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor émaillé polychrome cloisonné de rinceaux feuillagés, se fermant par un kindjal miniature également émaillé. B.E. (légères usures). Saint-Pétersbourg, 1908-1917. Orfèvre : A.K. Dalman. L. 7,5 cm. Poids brut : 54,2 g. Эмалированная кавказская бляха. Серебро. Два полихромных эмалированных элемента, закрытых эмалевым кинжалом. Клеймо, 84, Петербургский кокошник 1908 г. Ювелир А.К. Далман. 7,5 см, 300/500 €.

 

Pot couvert probablement à col en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), à décor émaillé polychrome cloisonné de tulipes stylisées à la manière des émaux de Solvychegodsk ou Usolsk du XVIIe siècle sur un fond crème dans des réserves se dégageant d’un fond vert olive, le corps en forme de bulbe reposant sur un piédouche bordé de perles émaillées rouge. B.E. Moscou, 1899-1908. Orfèvre : Feodor RÜCKERT. H. 7,5 cm. Poids brut : 81,6 g. Сосуд с крышкой, вероятно, для клея. Проба 84. Полихромная эмаль. Москва, 1899-1908 гг. 400/600 €.

 

Épingle en or russe 56 zolotniks (583 millièmes) retenant deux œufs miniatures pendentifs montés en or (750 millièmes, probablement non russes), l’un en pierre dure bleue, l’autre émaillée rouge guilloché. Bon état. Saint-Pétersbourg, 1908- 1917. Orfèvre : illisible. L. 3 cm. Poids brut total : 11,4 g. Булавка русская, золото. Проба 56. Два миниатюрных яйца-подвески, проба 750. Вероятно, не русские. Состояние хорошее. Санкт-Петербург, 1908- 1917 гг.` 200/300 €.

 

Cafetière en porcelaine du service du Cottage de Péterhof. À décor central sur chaque côté du blason du palais à fond bleu figurant une épée traversant une couronne de roses, entouré de l’inscription en russe sur fond or : “Pour la Foi, le Tsar et la Patrie”. Deux éclats à la base, un au bec verseur avec un fêle et anciennes restaurations (en l’état). Manufacture impériale de Porcelaine, Saint-Pétersbourg, époque Alexandre III, datée 1885. H. 21,2 cm. 600/800 € Provenance : Service commandé entre 1827 et 1829 par l’empereur Nicolas Ier (1825- 1855) pour le Palais Alexandria dit “Cottage”, demeure néogothique construite dans le parc Alexandria de Péterhof par l’architecte A. A. Menelaus et offerte par le tsar à son épouse l’impératrice Alexandra Féodorovna. Ce service, utilisé pour le dîner, le dessert et le thé/café, était composé à l’origine de 530 pièces, il fut doublé en 1835 puis réassorti jusqu’au règne de Nicolas II, et était accompagné d’un service en cristal orné du même blason dont nous présentons ci-après un verre. Ce motif intitulé “Fleur Blanche”, conçu par le poète Joukovski, fut inspiré d’un des personnages du roman de “L’Anneau magique” par le chevalier de La Motte-Fouqué, et c’est ainsi que l’on surnommait l’impératrice Alexandra Féodorovna, née princesse Charlotte de Prusse, qui utilisa ce blason pour sa résidence privée du Cottage. Кофейник, фарфор. Из сервиза « Коттеджа » в Петергофе. Каждая сторона украшена дворцовым гербом. 500/700 €.

 

Rare assiette en porcelaine, réassort du service “aux camées” de l’impératrice Catherine II. Manufacture impériale de Porcelaine, SaintPétersbourg, époque Nicolas Ier (1825-1855). Marque en bleu sous couverte au chiffre du tsar Nicolas Ier. B.E. (légères restaurations au fond bleu). D. 27 cm. Provenance : – Au mois de Juillet 1776, une commande particulière de l’impératrice Catherine II de Russie parvient à la manufacture royale de Sèvres par l’intermédiaire de son ambassadeur le prince Bariatinsky. Il s’agit d’un service de table pour 60 convives, qui sera le « plus important et le plus onéreux » que la Manufacture ait jamais réalisé. Из сервиза «Камея», императрицы Екатерины II. Осуществлялось пополнение. Императорский фарфоровый завод. Санкт-Петербург, при Николае I (1825-1855). Клеймо синего цвета, вензель Николая I. 4000/6000 €

 

Ensemble de 4 tasses de forme évasée et leurs soucoupes en porcelaine, à décor noir et or sur fond violet ou vert représentant la flèche de l’île Vassilievski à Saint-Pétersbourg et d’un trophée à la Marine avec ancres dans des cartouches de style néoclassique. Bon état. Manufacture Lomonosov, Léningrad, époque soviétique (marquées). H. 9,5 x D. 16 cm. Чашка в форме факела и блюдце. Фарфор с черным и золотым орнаментом на фиолетовом фоне. Памятник гавани и трофей с якорями, для морского флота. 600/800 €.

 

TOURGUENEFF Pierre Nicolaiévich (1854-1912). Cheval au pas. Bronze, signé sur la terrasse “P. Tourgueneff” (manque le rêne fixe sur sa gauche). Fonte du début du XXe siècle. H. 31 x L. 34 cm. П. H Тургенев. Лошадь на прогулке. Бронза. Подпись ‘’’П. Тургенев’’ на основании. Начало XX в. Состояние хорошее. 1800/2000 €.

 

Tirelire en cuivre martelé, de forme circulaire, la prise formée par la figure de Baba Yaga, ouverture à charnière, avec fermoir. B.E. Manufacture Stroganov, vers 1900. Marque au dos. H. 11,7 x L. 11 cm. L’école de Stroganov fut fondée à Moscou par le comte Sergei Grigoryevich Stroganov en 1825 et devint officiellement l’Institut Impérial Stroganov pour les Arts Industriels en 1901 lorsqu’elle fut placée sous le patronat de la sœur de l’impératrice, la grande-duchesse Elisabeth (1864-1918). L’atelier de cuivre de l’Institut ouvrit ses portes en 1902, les étudiants suivaient alors un cursus de 8 ans et étaient encouragés à créer leur propre style en plus de copier les œuvres de renom. Ce plat apparaît comme une composition originale. Pour le Tricentenaire des Romanov en 1913, les étudiants de l’école Stroganov ont réalisé plusieurs objets pour les membres de la Famille impériale, notamment le plat monumental représentant des scènes de l’élection de Michael Romanov au rang de tsar, qui fut présenté à l’empereur Nicolas II. Копилка. Медную, чеканная. Форма круглая. Ручка в виде силуэта Бабы Яги. Шарнирное отверстие с застежкой. Завод: СТРОГАНОВ, около 1900 г. 800/1200 €.

 

Grande aiguière en cuivre, à décor repoussé et martelé de style Art Nouveau, l’anse, le bec verseur et la base dorés. Gravé sur la base circulaire en russe et en latin de la devise : “Au cher Prince de la part de Kostia, Otto, ?, in vino veritas, 1914, II, 25”). Bec verseur à ressouder. Russie, circa 1914. H. 36 cm. Большой кувшин. Медь. Стиль ар-нуво. Ручка и носик позолоченные. Выгравированы на круговой основе на русском и латинском девизе: «Дорогому Князю оть Кости, Отто, Гаврюши, Истина в вине, 1914, II, 25». Носик кувшина нуждается в пайке. 800/1000 €

 

Paire de bottes de jeune fille en cuir brun et polychrome, intérieur en tissu rouge. B.E. Russie, début du Xxe siècle. H. 34 x L. 22 cm (taille environ 33). Пара сапог. Кожа. Коричневый фон и полихромная отделка. Внутренняя отделка из красной ткани. Состояние хорошее. Россия, начало XX в 200/300 €.

 

Plaque de l’ordre de Saint André le Premier grade. Russie, début du XIXe siècle. Modèle typique des fabrications de la première partie du règne d’Alexandre I. Aigle noire brodée avec croix de Saint André sur la poitrine. Inscription pour la Foi et la Fidélité brodée, rayons argent garnis de canetilles. D. 11 cm. E.M. Premier ordre russe créé par Pierre le Grand en 1698. Il ne fut jamais largement attribué, moins de 900 récipiendaires à la fin de la monarchie. D’abord brodées, les plaques en argent et émail commencent à apparaître vers 1812 et ne se généraliseront qu’au milieu du XIXe s. Шитая звезда ордена св. Андрея Первозванного. Начало XIX в. Металические звезды появились только в 1812 г. Типичный образец начала царст. Александра I. 11 см 2500/3000 €.

 

Croix de Saint-Stanislas de 3e classe avec glaives. Or 56 zolotniks (583 millièmes) et émaux. Orfèvre : Vera Dietvald pour Edouard. 1908-1917. Ruban d’origine, avec une boîte ancienne. D. 4 cm. Poids brut : 16,1 g. Крест святого Станислава, «3-й степ. с мечами. Золото. Клеймо: Вера Дитевальд. Эдуард. «56» кокошник 1908 г. Кокошник на рукояти мечей. Собственная лента с коробкой, старого образца. 800/1000 €.

 

Lot de 3 décorations : – Jeton du 4e Tirailleurs de la Famille Impériale. Attribué à A. Tchernichev, 25/VIII/ 1915. 1ere promo. Bronze avec sa chainette. 24,8 mm. B.E. – Médaille pour le zèle. Nicolas II. Argent. 30 mm. – Médaille pour la guerre Russo-Turque. 1877-1878. Bronze foncé. 26,5 mm. On y joint un œuf pendentif à décor émaillé (H. 2 cm) et un bouton de col niellé (D. 3 cm). Жетон л.г. 4-го Стрелкового полка (Императорской семьи). Вручена А.Чернышову, 25/VIII/ 1915. Бронза. 24,8 мм Медаль за усердие. Николай II. Серебро. 30 мм Медаль за Турецкую войну, 1877-1878. Темная бронза. 26,5 мм Небольшое пасхальное яйцо. Бронза. Эмаль. 10 x 19 мм Пуговица, выполненная в кавказском стиле. Диаметр: 30 мм 150/200 €.

 

Uniforme de petite tenue de chambellan, règne de Nicolas II. Bon état et complet, doublure soie. On y a rajouté des pattes d’épaule de fonctionnaire. A la poitrine médaille argent « pour le zèle » et aigle de cuivre fabriquée en France lors de l’Alliance franco russe. Avec une épée de fonctionnaire modèle 1855, de belle qualité, avec fourreau et dragonne en cannetille. Вицмундир придворных чинов 1855-1917 гг. Шпага гражданских чиновников, обр. 1855 г. С темляком 4500/6000 €

 

Giberne d’officier de la cavalerie de la Garde. Mod. 1889. Une pointe de rayon de l’étoile cassée. H:8,5 x L: 16,5 x P: 3,5 cm Лядунка офицерская, Гвардейская кавалерия. Обр. 1889 г. Утрачен кончик одного луча. 1000/1200 €.

 

Sabre caucasien, Daghestan. Début XXe s. Eléments métalliques à gravure profonde, travail de Lak. Garde à croisée entièrement en argent avec tête d’aigle. Lame réglementaire russe mod. 1909 avec monogramme d’Alexandre III (Empereur sous le règne duquel l’officier a été breveté) et sur l’autre face l’aigle impériale. Fourreau bois et cuir, trois garnitures argent niellé, sur une, face intérieur, inscription « Caucase ». Usure au cuir. L. 96 cm. Сабля кавказская. Дагестан. Начало XX в. Крестовина рукояти полностью серебряная с головой орла. Лакская работа. Русский армейский клинок, обр. 1909 г. С вензелем Александра III и Императорским орлом. Ножны из дерева и кожи. Три прибора, черненое серебро. Надпись «Кавказ». Дл. 96 см- 1800/2000 €.

 

Boîte pour sceau impérial en cuivre estampé, frappé de l’aigle impériale de Russie. B.E. Russie, époque Catherine II (1762-1796). D. 17,5 cm. Коробка для хранения печатей. Штампованная медь, с изображением Императорского орла. Царствование Екатерины II. Диаметр 17,5 см, толщина 2,2 см. Хорошее состояние. 400/600 €.

 

BRUCKOY, école russe du début du XXe siècle. Portrait en pied d’un chevalier-garde. Sculpture en régule, sur un socle circulaire inscrit Russie et signé sur la terrasse en lettres latines. Sur un socle rond en bois noirci. Usures, traces de dorure. H. 54 cm (hors socle). Статуэтка. Кавалергард в полный рост. Баббит. На круглом цоколе, надпись «Россия». Основа, деревянная, круглая. 700/1000 €

 

SAINT-PETERSBOURG. Plan-Guide dressé par le Conseil municipal de St. Pétersbourg en 1897, SaintPétersburg, imprimerie P. Jablonsky, 1897, 128 p., in-8, reliure en percaline bleue ornée en couverture du blason de la ville, texte en français. САНКТ-ПЕТЕРБУРГ. ПЛАН-ГИД, 1897 г. 180/250 €.

 

DRONNIKOV Nikolaï (né en 1930). Portrait de Serge Lifar. Encre sur papier, monogrammée en bas à droite et daté 9. VII. (19)81. Encadré. H. 32 x L. 24,5 cm. ДРОННИКОВ Николай (род. в 1930 г) Портрет Сергея Лифаря. Бумага.Чернила. Инициалы внизу справа и дата 9. VII. (19) 81. В раме. 200/300 €

BOGDANOFF-BELSKY Nikolaj (1868 – 1945) Paysan à la croix de l’ordre de Saint Georges. Huile sur toile d’origine 48 x 58 cm Signe en bas à gauche en cyrillique Bogdanoff – Belski. Sera inclus ds le catalogue raisonné d’Alexandre Kuznetscov БОГДАНОВ-БЕЛЬСКИЙ Николай (1868-1945) Крестьянин с крестом ордена Святого Георгия. Масло, холст. Подпись внизу слева на кириллице. 5000/7000 €.

 

ZANKOVSKY Ilya Nicolaiévitch (1832-1919). Vallée dans le Caucase au clair de lune. Huile sur toile, signée en bas à gauche et datée 1919. Restaurations et léger accident. H. 105 x L. 60 cm. Provenance : collection Antonina Klichova (1909- 2002), amie de l’artiste, puis par descendance. Biographie : Zankovsky a suivi des cours à l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg (1862-1863). Il vécut dans le Caucase, à Tiflis, où il a principalement peint des paysages, travaillé la technique de l’aquarelle. Ses peintures ont été exposées à la Société caucasienne pour la promotion des beaux-arts, à la Société d’assistance mutuelle des artistes du Caucase, ainsi qu’a la Société des aquarellistes russes. Ses œuvres sont représentées dans un certain nombre de collections régionales de musées en Russie (musée régional des beaux-arts d’Omsk, musée d’art d’Odessa, musée régional du Daghestan), au Musée national russe ainsi que dans des collections privées et à l’étranger. ЗАНКОВСКИЙ Илья Николаевич (1832-1919). Долина в лунном свете на Кавказе. Холст, масло. Подпись слева внизу. Датировано 1919 годом. Провенанс: Коллекция Антонины Клишовой (1909-2002). 15000/20000 €.

 

KOROVINE Aleksei (1897 -1950) Paysage au manège Huile sur isorel 74,5 x 106 cm Non signé КОРОВИН Алексей (1897-1950). Пейзаж с каруселями. Масло, изорель. Без подписи. 5000/7000 €

 

 

ERTÉ, Romain de Tirtoff dit (1892-1990), d’après. La demoiselle à la balancelle. Miroir rond orné d’une superbe monture en bronze argenté de style Art Nouveau. Signé au dos dans un triangle ERTÉ PARIS 1907. Modèle tiré à 10 exemplaires. H. 45 cm. La Demoiselle à la balancelle est une des premières sculptures, si ce n’est la première, de Roman Petrov de Tyrtov (Erté). Réalisée à l’âge de 15 ans lors d’un premier voyage à Paris en 1907, cette œuvre est d’une facture moins précise que les autres de ses sculptures, mais contemporaine de l’Art Nouveau. Erté l’a tellement considérée comme mineure qu’elle ne parait pas dans sa biographie officielle. ЭРТЕ, Роман Тыртов (1892-1990). Девушка на качелях. Круглое зеркало украшено превосходной серебряной бронзовой рамкой в стиле ар-нуво. Подписано на оборотной стороне ERTÉ PARIS 1907. 1500/2000 €.

 

Constantin TERECHKOVITCH (Moscou 1902 – Monaco 1878) Femme à la voilette Huile sur toile d’origine 62 x 51 cm Signé et daté sur le côté à droite C. Terechkovitch 37 ТЕРЕШКОВ.ИЧ Константин Андреевич (1902-1978). Женщина в фиолетовом. Холст, масло. Подписано C. Terechkovitch и датировано 1937 годом с правой стороны. 2500/3500 €.

 

KALMAKOFF Nicolas (1873 – 1955) Princesse au cerf.  Huile sur carton 38 x 72,5 cm Signé du cryptograme et daté 1925 en bas à gauche КАЛМАКОВ Николай (1873-1955). Принцесса с оленем. Масло, картон. Подпись в виде криптограммы внизу слева. Датировано 1925 годом. 10000/15000 €.

 

LARIONOV Mikhaïl (1881-1964), attribué à. Composition rayonniste. Aquarelle sur papier, monogrammée en bas à droite. H. 24 x L. 39 cm. ЛАРИОНОВ Михаил (1881-1964). Конструктивистская композиция. Акварель, бумага. Присутствует монограмма художника внизу справа. 700/1000 €.

 

RUSAKOV Svetozar Kuzmich (1923-2006). Le loup et le vieux pécheur. Celluloïd. Séquence de film animé, 16e série. Numéroté 67 et 41A. Encadré. H. 25 x L. 32,5 cm. Provenance : conservé par la fille de l’artiste РУСАКОВ Светозар Кузьмич (1923- 2006). Волк и старый рыбак. Целлулоид. Анимированная раскадровка, 16 серия. 67 и 41A номер. 600/800 €.

En vente une série de 28 gouache à vendre également de cet artiste, qui travailla dans le studio d’animation «Soyuzmultfilm» dans le département d’animation dessinée à la main et il etait le chef de production de la plupart des films de V.M. Kotenochkin. 

 

DRONNIKOV Nikolaï (né en 1930). Début de l’hiver. Huile sur toile, monogrammée en bas à droite et datée 1997. Encadrée. H.72 x L.99 cm. ДРОННИКОВ Николай (род. в 1930 г.). Начало зимы. Холст, масло. Имеется монограмма автора внизу справа, Датировано 1997 годом. 600/800 €.

 

Expositions Publiques:  Vendredi 7 décembre de 11h à 18h

Experts:  Maxime CHARRON 124 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris expert@maxime-charron.com 06 50 00 65 51

Gérard GOROKHOFF Tél: 06 75 10 64 94

Hotel Drouot: salle 15 vente à 11h et 14h

9 rue Drouot, 75009 Paris

Métro: Richelieu Drouot (lignes 8 & 9)

Bataille de Borodino ou bataille de la Moskova.

Nous ne pouvons pas inviter l’Autriche-Hongrie, mais nous pouvons inviter l’Autriche“, ainsi que les dirigeants d’autres pays qui n’existaient pas il y a 200 ans, a pour sa part indiqué le chef de l’administration présidentielle russe Sergueï Ivanov, qui présidait la réunion. Il a appelé le ministère à étudier cette question. Plusieurs ambassadeurs seront invités mais pas les chefs d’états.

Reconstitution de la bataille de Borodino

Plusieurs pays européens participeront aux célébrations. Selon le vice-premier ministre russe Alexandre Joukov, un descendant de Napoléon se rendra en Russie pour les festivités. Une traversée équestre de trois mois reliant la Russie à la France est organisée en juin 2012.

Une fête se déroulera sur le champ de Borodino, théâtre de la fameuse bataille franco-russe de 1812 que les Français appellent la bataille de la Moskova, avec la participation de clubs de l’histoire militaire de France, de Pologne, de Belgique et d’Ecosse. Fêtes lancées en juin, qui se prolongeront jusqu’à la fin de l’année, soit une durée équivalente à celle des combats qui ont fait rage en Russie en 1812.

Carte de la bataille de Borodino le 7 septembre 1812.
En bleu l'armée française et en rouge l'armée russe.

Les informations présentées par le projet présentent de manière détaillée les prémisses et les conséquencesde la guerre, la répartition des forces avant le début des combats et les pertes militaires des pays, les équipements et les armes du début du XIXe siècle et le bilan desbatailles. Les principaux événements de la campagne, la disposition des forces ennemies, les déplacements des armées et les lieux des batailles seront présentés sur une carte interactive.

 Les cuirassiers saxons de Latour-Maubourg attaquent les cuirassiers russes.
La redoute Raevsky se trouve à droite, dans la fumée.
À l'arrière-plan, on distingue l'église de Borodino

Le 26 août 1812, les deux armées immenses – russe, dirigée par Koutouzov et la Grande Armée de l’Empereur français Napoléon se sont rencontrées face à face. Les français fonçaient vers Moscou, l’ancienne capitale russe pour frapper la Russie eau cœur. Koutouzov a décidé de donner l’ assaut général dans le champ de Borodino, ayant  appliqué au préalable la politique de la terre brûlée sur près de 2 000 km entre la frontière russe et Moscou

Le général Koutouzov sur le champ de bataille de Borodino.

Dans le village de Gorki, où était situé son poste de commandement, s’élève le monument à Koutouzov, raconte Ludmilla Tourachova,  employée du musée militaire et historique de Borodino:
” Cet obélisque tétraédrique en granit rouge est couronné par l’aigle de bronze qui plane – le symbole de la victoire. Sur l’obélisque, on voit une  épée dorée – l’avertissement  aux ennemis sur le châtiment. Sur le bas-relief de bronze, est  représenté Koutouzov avec ses compagnons d’armes le jour de la bataille. Sur le piédestal, on peut lire ces paroles : l’Ennemi est rejeté ».

Monument à la gloire du général Koutouzov.

Tout le champ de Borodino est couvert de monuments. Ils s’y trouvent par groupes, ou séparément, au milieu

des vastes prairies. Ce sont des tours, des obélisques, des colonnes,  des pierres de forme irrégulière.

Principal monument (27 mètres de hauteur) à la gloire de cette victoire .

Sur eux, on voit des aigles en  bronze, des bas-reliefs, des couronnes de laurier et des croix de Saint-Georges.

Un des monuments.

Au centre du champ de Borodino, il y a un musée militaire. Le bâtiment moderne a été construit en 1912.

Musée historique de Borodino .

Devant le musée, on voit  les canons de l’armée napoléonienne. Au seuil du 200ème  anniversaire de la bataille de Borodino et le jour de la bataille, le 7 septembre, à Borodino se passeront diverses manifestations. Une fête se déroulera sur le champ de Borodino, théâtre de la fameuse bataille franco-russe de 1812 que les Français appellent la bataille de la Moskova, avec la participation des clubs de l’histoire militaire de France, de Pologne, de Belgique et d’Ecosse.

Un musée de la Guerre de 1812 sera inauguré dans la capitale russe à l’automne prochain, cent ans après l’adoption de la décision portant sur sa création. Il sera rattaché au Musée historique d’Etat“, a déclaré M.Boussyguine intervenant lors d’un congrès des descendants de participants à la Guerre de 1812.

La décision de créer ce musée a été prise en 1912. Une importante collection a été rassemblée grâce aux familles des participants des campagnes de 1812-1814. La Première Guerre mondiale, la révolution bolchévique de 1917 et l’instauration du pouvoir soviétique ont empêché la réalisation de cette initiative.

M. I. Koutouzov sur le champ de bataille de Borodino(toile de Guerasimov) 

Moscou possède un musée-panorama “Bataille de Borodino”, hébergeant une installation panoramique consacrée à l’une des plus grandes batailles de la Guerre de 1812.

Musée du panorama de Borodino à Moscou.(38, Kutuzovsky prospect)

C’est à moins de 150 km de Moscou que se déroula à Borodino, le 7 septembre 1812, l’une des batailles les plus importantes de la campagne de Russie.

Elle opposa les armées françaises de Napoléon (130 000 hommes, 28 000 cavaliers, 587 canons) aux armées russes dirigées par Koutouzov (135 000 hommes, 25 000 cavaliers, 624 pièces d’artillerie).

Korneev et ses cuirassiers contre les troupes françaises.  

Les combats durèrent plus de quinze heures sous un feu ininterrompu, semblable au roulement du tonnerre selon les dires des témoins.

Napoléon a dit:”Des cinquante batailles que j’ai données, la plus affreuse est celle livrée par moi devant Moscou. Les Français s’étaient montrés dignes d’être vainqueurs, les Russes avaient conquis le droit d’être considérés comme invincibles“.

La bataille de Borodino fut terrible en pertes humaines : 20 000 blessés et 10 000 tués chez les Français dont les généraux Montbrun, Caulaincourt, Compère, Plauzonne, Lanabère, Romeuf, Marion et Tharreau ; 35 000 blessés et 15 000 tués chez les russes dont les généraux Bagration, Kutaizov et Toutchkov.

Reconstitution d'une charge .

Le projet spécial “1812. Guerre et Paix. Nouvelle vision” faite suite à la série de programmes éducatifs, informationnels et historiques réalisés par RIA Novosti, comme les projets Titanic, Gogol. 200 ans, Bataille de Poltava, Tchekhov-2010, Gagarine, qui présentent sous une forme accessible et populaire des faits historiques célèbres, en les combinant avec des éléments interactifs divers et variés – jeux, quiz, mots-croisés, concours et contenu multimédia.

Pour le 200ème anniversaire sont attendus pas moins de 300 000 spectateurs venant des quatre coins du monde.
Participeront à la reconstitution près de 3000 fantassins, 250 cavaliers et un grand nombre d’artilleurs et leurs canons.

Les reconstitutions se passeront les 1er et 2 septembre 2012, sur la grande plaine de Borodino à quelque 100km à l’ouest de Moscou. La grande reconstitution ayant lieu le 2 septembre .

Des invités de France, d’Autriche, de Pologne et d’autres pays européens, les représentants des milieux scientifiques, culturels et religieux russes, ainsi que des descendants des participants à la bataille de Borodino de 1812 et les anciens combattants de la Grande guerre patriotique de 1941-1945 participeront aux festivités.

Le président russe Vladimir Poutine assista dimanche 2 septembre à une cérémonie commémorative.

Toute la population s’est élevée contre les envahisseurs. Son héroïsme sans précédent, sa force spirituelle et son attachement profond à sa terre ont donné à notre pays une immense force qui n’avait jamais été observée auparavant“, a déclaré M. Poutine au pied d’un monument érigé sur l’ancien champ de bataille.

Le président russe a ensuite salué les personnalités et notamment Valéry Giscard d’Estaing qu’il a remercié “infiniment” d’être venu à Borodino assister à cette reconstitution à laquelle l’Etat russe a consacré 36 millions de roubles (près de 900.000 euros).

“La France et la Russie ont été du même côté pendant les deux guerres mondiales”, a dit l’ancien président français à M. Poutine, selon les images de la chaîne de télévision publique Rossia 24.

“On a passé plus de temps ensemble qu’à se faire la guerre”, lui a répondu M. Poutine, soulignant que “la France avait presque toujours été un partenaire stratégique de la Russie”.

Sur le champ de bataille entouré d’une forêt, des cavaliers de la garde impériale russe ont affronté des soldats à cheval de la Grande Armée de Napoléon équipés de fusils à silex (l’arme des guerres napoléoniennes).

Fusil à silex Pressol et Martin.

Parmi les 3.000 acteurs, des centaines d’hommes en costume d’époque de part et d’autre, armés de sabres et d’épées, ont avancé en rangs serrés et se sont livrés à des combats sous les yeux et les acclamations de nombreux spectateurs – jusqu’à 300.000 selon les organisateurs – hommes, femmes et enfants qui ont bravé le froid automnal (10 degrés Celsius) et la pluie fine.

Pour vous rendre à ces manisfestations Artcorusse vous propose

de cliquez dans la bannière ci-dessous:

Les adhérents d'Artcorusse ont un avantage non négligeable 
renseignements à notre secrétariat.


Le 12 août à Moscou, les cosaques en cosatumes d'apparat, ont entamé leur route qui
les mènera en Biélorussie, en Pologne, en Lituanie, en Allemagne, puis en France.
Crédits photo : SERGEI KARPUKHIN/REUTERS

Autre fait marquant des célébrations du bicentenaire, une vingtaine de cosaques russes sont

partis début août de Moscou à cheval en direction de Paris, randonnée  organisée par Pavel Mochtchakov, sous la direction de l’Ataman  Alexandre Koliakine.

L'Ataman Alexandre Koliakine

Pour un voyage de plus de 2.500 kilomètres sur les traces de leurs ancêtres qui avaient

poursuivi Napoléon en 1812 après sa campagne en Russie.

Six pays vont être traversés, la Russie, le Bélarus, la Pologne, la Lituanie, l’Allemagne et la France

Video Ria Novosti: (CLIQUEZ)

Ils ne pourront rentrer dans la capitale, le Quai d’Orsay ayant décidé de les recevoir

sollennellement à Fonteinebleau, où Napoléon Ier avait abdiqué en 1814.

Une fois sur place, ils espèrent, mais sans les chevaux cette fois,

aller jusqu’à Paris et se “laver les pieds dans la Seine”,

ironise le chef Alexandre Koliakine.

l'Ataman Alexandre Koliabine

Les cosaques russes, qui participent à une traversée équestre Moscou-Paris à l’occasion du bicentenaire de la victoire russe dans la Guerre patriotique de 1812, ont quitté jeudi 6 septembre Varsovie, soit 26 jours après leur départ de Moscou et ont déja parcourue 1 250 km.

18
Août

Tournée d’automne en Europe de Olena Uutai

   Publié par: artcorusse   dans Informations Internationales

Tournée d’automne 2019

Concerts Olena Uutaï

Voyage au pays de Chamanes

LES VOIX ANIMALES – concert exceptionnel D’OLENA UUTAI,Olga Podluzhnaya
Née le 25 mars 1986 en République de Sakha (Yakoutie) en Russie, Olena commence à jouer de la guimbarde à 6 ans et grandit en se nourrissant des croyances et de la langue du peuple yakoute.

Olena Podluzhnaya  dite UUTAi,  traduction littéraire de la langue yakoute par “Le mystère créé par l’eau”. Olena commencé à jouer du khomus (vargana, guimbarde) à l’âge de 6 ans, elle a participé en 1997 à un concours télévisé républicain “Polar Star”, où, en 1997 et 1998, elle fut la 1ère.

Aujourd’hui internationalement reconnue, elle emmène son public dans le Grand Nord sibérien à travers l’harmonie de la guimbarde, les chants surprenants des peuples de Sibérie et l’imitation à s’y méprendre du hurlement du loup, du hennissement du cheval et du chant des oiseaux de la taïga et de la toundra. Olena a remporté de nombreux titres, lauréate du Grand Prix de divers concours internationaux et festivals de musique ethnique en direct, est la vedette de nombreux projets artistiques mondiaux intéressants. On la surnomme virtuose, mais elle se considère simplement comme une artiste, improvisatrice et expérimentatrice libre. Elle  a publié deux albums de musique instrumentale et vocale “Uutai” et “Facettes de Khomus”.


Accomplissant sa mission de faire revivre les traditions ancestrales du peuple yakoute, elle vient pour la première fois à Paris et offrira, à travers un concert d’exception, un message de respect de la nature destiné à tous les peuple et toutes les générations. Dans ses performances, elle utilise différentes manières de chanter à la gorge, expérimentant des combinaisons de sons authentiques de la harpe et des voix folkloriques avec différents genres et directions dans la musique, de la musique méditative archaïque à la transe de danse électronique

3

Tournée en France, sous réserve.

 

18
Août

Semyon Slepakov, à Paris

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Concert

Semyon Slepakov

Mardi 24 septembre 2019 à 20h30

Salle Asiem, Paris

 

 Pour la première fois en concert à Paris !

Semyon Slepakov est l’auteur de la série ” Notre Russie ” et de la série ” Arrestation à domicile”.

Il est né en 1979 à Piatigorsk en URSS, producteur, scénariste, musicien et chanteur. Il est diplomé de langue française de la faculté de l’Université de Piatogorsk, de 2000 à 2006 il est capitaine de l’équipe KVN, en 2006, il est  producteur de TNT, il a réalisé le projet ” Notre Russie”. En 2006, il était membre du groupe de projets spéciaux de Channel One. Depuis 2010, membre du “Comedy Club”. Il est membre permanent du jury de la chaîne TNT.

En 2008, il est devenu l’un des producteurs et scénariste de la série télévisée “Univer”  et du ilm “Notre Russie, Œufs de destin” Depuis 2011, producteur de la série “Univer “. En 2012, il est devenu l’un des producteurs et scénariste de la série ” Sashatanya”, ainsi que le producteur du carnet de croquis “HB”.

En 2015 , il a été l’ un des écrivains et producteurs de la série  “Préoccupation ou l’amour du mal”.

Le 3 octobre 2018, une vidéo de Semen Slepakov est apparue sur Internet pour la bande dessinée “La chanson de Salzberets” sur Petrov et Boshirov. Cependant, elle a été retirée et des copies de la vidéo ont été bloquées par des sites d’hébergement de vidéos.

 

3

ASIEM
6 Rue Albert de Lapparant, 75007 PARIS
Métro:  Ségur (ligne 10)
Tarifs de:  55€, 45€ et 35 €
Réservation et billéterie : CLIQUEZ

16
Août

Chœur Rimsky-Korsakov en France

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

33ème Festival Musique en l’Île 2019

 

” Sur les bords de la Néva “

Chœur Rimky-Korsakov de Saint Pétersbourg

Liturgue et chœurs orthodoxes, chants poétiques

et chants populaires de Russie

Fondé en 1967, le Chœur Rimsky-Korsakov de Saint-Pétersbourg est composé d’étudiantes du Collège Musical Rimsky-Korsakov et de jeunes chanteuses issues du même Collège. Le Chœur a remporté de nombreux concours nationaux et internationaux et a été Premier Prix
des Concours Internationaux de Lettonie en 2004, Estonie en 2009, Pologne en 2010 et au niveau national de Saint-Pétersbourg en 2011.
Il a donné des concerts dans la Sainte-Laure et dans la Grande Salle de la Philharmonie de Kiev. Il  s’est produit à Galerie Zourab Tsereteli à Moscou, ainsi que dans la Salle d’Etat “Estonie” à Tallinn.
Aujourd’hui le chœur donne de nombreux concerts sur les meilleures scènes de Saint- Pétersbourg, a cappella ou accompagné par des orchestres prestigieux de la Capitale des Tsars.

Ces dernières années, le Chœur Rimsky-Korsakov excelle aussi bien dans le répertoire orthodoxes que dans les chants poétiques et populaires de russsie.  Les voix angéliques de ce magnifique chœur dirigé par Sergueï Ekimov, depuis 2002, donne de ces partitions  “pratiquement l’interprétation parfaite avec l’intonation idéale, la meilleure diction et les plus belles qualités harmonique “ comme le rapporte le Journal du Théâtre Mariinsky de Saint Pétersbourg.

Le programme ” Sur les bords de la Néva “, nous invite à découvrir ces lumineuses musiques du <nord, qu’elle soient orthodoxes, poétiques ou traditionnelles. Elles sonbt chantées par des voix d’exception reconnues pour leur qualités pr les membres des jurys des concours internationaux, les journalistes et les programmateurs de nombreux pays.

” Par le souffle du vent sur les vastes étendues, par les forêts profondes et mystérieuses, par les torrents déchaînés et par l’immensité magistrale des fleuves de notre pys, par les berceuses murmurées et par les cathédrales vocales de nos chœurs, s’expriment nos racine et l’âme de notre Russie. ” Anastasiia Shuvalova, (soliste du chœur Rimsky-Korsakov).

r

 

Sergueï Ekimov est compositeur et directeur musical, membre de l’Union des Compositeurs de Russie et de l’Union des personnalités des concerts de Saint-Pétersbourg. Il est directeur artistique du Festival International Choral de Saint-Pétersbourg “Singing World” et directeur artistique et chef du Chœur Féminin de la classe de chef de chœur du Collège Musical Rimsky-Korsakov de Saint-Pétersbourg. Il est chargé de cours dans la classe de chef de chœur du Conservatoire d’Etat Rimsky-Korsakov de Saint-Pétersbourg et dans la classe de chœur académique de la Faculté des Arts de l’Université d’Etat de la Culture et des Arts de Saint-Pétersbourg. Il est également directeur artistique et chef du Chœur de Concert de l’Université d’Etat de la Culture et des Arts de Saint-Pétersbourg et dirige la section de la pratique musicale et des programmes de concerts de cette même Université.

Il est né en 1974. Diplômé du Conservatoire d’Etat Rimsky-Korsakov comme Chef de Choeur en 1998 dans la classe du Maître Emérite des Arts de la Russie, F. M. Kozlov, il étudie parallèlement la composition dans la classe de l’Artiste du Peuple de la Russie, le professeur Yuri Falik.

Il a terminé ses études de Doctorat au Conservatoire d’Etat Rimsky-Korsakov dans la classe de l’Artiste du Peuple de la Russie, le professeur V. V. Uspensky. De 1993 à 2009, il est directeur du Jeune Chœur de Chambre de la Société Philharmonique de Saint-Pétersbourg.

Sergueï Ekimov est l’auteur de nombreuses compositions pour chœur et orchestre et pour ensembles vocaux et instrumentaux. Il écrit de la musique sacrée et profane a cappella, des cycles vocaux, des pièces pour piano et pour chœur d’enfants, de la musique pour les pièces de théâtre, des arrangements pour chœur de chansons populaires russes, ainsi que des mélodies populaires contemporaines, des romances et des chansons de variétés.

Ses œuvres chorales et ses arrangements ont été présentés dans de nombreuses villes de Russie et à l’étranger : en Lettonie, en Lituanie, en Estonie, en Ukraine, en Biélorussie, en Pologne, en Hongrie, en Allemagne, en France, en Espagne, aux Pays-Bas, en Suisse, aux Etats-Unis et au Japon.

Une grande quantité d’œuvres chorales de Sergueï Ekimov figurent au répertoire des principaux chœurs de Russie. Elles sont régulièrement enregistrées sur des CD, diffusées dans des émissions de radio et télévision et éditées en Russie et à l’étranger. Sergueï Ekimov donne des master-classes d’exécution et d’interprétation de la musique chorale des 20e et 21e siècles. Il est souvent invité comme membre ou président de jurys dans le cadre de festivals et concours de chœurs nationaux ou internationaux.

h

TOURNÉE du CHŒUR RIMSKY-KORSAKOV

de SAINT-PÉTERSBOURG

Du 19 juillet au 28 août 2019

Vendredi 19 juillet à 21h FLEURIE (69)  Eglise Saint-Martin 69820 Fleurie Samedi 20 juillet à 20h45 AIX-EN-PROVENCE (13) Eglise Saint-Jean de Malte

Dimanche 21 juillet à 20h30  L’ISLE-SUR-LA-SORGUE (84)Collégiale Notre-Dame des Anges Lundi 22 juillet à 20h30 VICHY (03)  Eglise Saint-Blaise Rue d’Allier 03200 Mardi 23 juillet à 21h30  UZES (30) Eglise Saint-Etienne (30700) Uzès

Jeudi 25 juillet à 21h  SARTENE (20100) Eglise Sainte-Marie Samedi 27 juillet à 20h NASSOGNE (Belgique)  Collégiale Saint-Monon Rue du Parvis (6950)

Dimanche 28 juillet à 16h PARIS (75)  Eglise Saint-Louis-en-l’Ile  75004 Paris  Lundi 29 juillet à 20h30 SAINT-FELICIEN (07)  Eglise de Saint-Félicien 07410

Mardi 30 juillet à 20h30  AUBAZINE (19) Abbatiale Le Bourg 19190 Aubazine Mercredi 31 juillet à 21h LES SABLES-D’OLONNE (85) Eglise Notre-Dame de Bon-Port, 85100 Les Sables 

Jeudi 1 août à 21h ROYAN (17) Eglise Notre-Dame du Parc   Vendredi 2 août à 21h, GUITRES (33) Abbatiale (33230)

Samedi 3 août à 20h30 REALMONT (81)  Eglise Notre-Dame du Taur, Dimanche 4 août à 21h LIT ET MIXE (40) Eglise Notre-Dame de Lit Rue de l’église 40170 Lit et Mixe,  Lundi 5 août à 21h , DAX  (40)Cathédrale Notre-Dame 40100 (Tarif : 18 – 12 €),  Mardi 6 août à 20h30-   CAHORS (46)  Eglise Saint-Barthélémy Rue de la Tour du Pape Jean XXII 46000    Mercredi 7 août à 20h30,  ISSOIRE (63)  Abbatiale Saint-Austremoine Place Saint-Paul 63500   Jeudi 8 août à 20h30,   AMBERT (63) Eglise Saint-Jean Place Saint-Jean 63600 Ambert,  Vendredi 9 août à 21h30, CONQUES-EN-ROUERGUE (12) Abbatiale Sainte-Foy,  Samedi 10 août à 21h, SAINT-AVIT-SENIEUR (24 )  Eglise,  Dimanche 11 août à 17h30 , SEGRE (49) Eglise de la Madeleine 49500  Lundi 12 août à 19h,  MARCILLAC-LANVILLE (16)  Eglise Prieurale 16140 Marcillac-Lanville   Mercredi 14 août à 20h30,  ARCACHON (33)  Basilique Notre-Dame  Jeudi 15 août à 18h,  MORTEMART (87)  Eglise Saint-Hilaire de Poitiers à Mortemart   Vendredi 16 août à 20h45,  TOURNUS (71)  Abbaye Saint-Philibert Place de l’Abbaye 71700

Samedi 17 août à 20h30,  ANNECY (74)  Basilique de la Visitation. Annecy (74000)

t

Lundi 19 août à 21h

PORNICHET (44)  Eglise Notre-Dame des Dunes

Avenue du Général de Gaulle 44380 (Prévente : 15 € – soir concert : 16 €)

Office de Tourisme 3 Bd de la République Tél. : 02 40 61 33 33

Fnac – Géant – Carrefour : 0892 68 36 22 (0,40 € TTC/mn)

t

Mardi 20 août à 20h30

VANNES (56)  Eglise St-Patern Place Ste Catherine 56000

(Tarif : 16 – 9 €) Frais de Rés. en sus. Informations La Toison d’Art : 01 44 62 00 55

Locations et informations :

Fnac – Géant – Carrefour : 08 92 68 36 22 (0,40 € TTC/mn) www.fnac.com

t

Mercredi 21 août à 20h

QUIMPER (29) en l’Eglise Notre-Dame de Locmaria

Place Bérardier 29000 Quimper (Tarif : 17 – 9 €) Frais de rés. en sus.

Office de Tourisme 8 rue Elie Freron 29000 Quimper Tél. : 02 98 53 04 05

Fnac. Carrefour. Géant. Tél. 0892 68 36 22 (0,40 € T.T.C./mn). www.fnac.com

t

Jeudi 22 août à 21h

NOIRMOUTIER-EN-L’ILE (85)  Eglise St-Philbert (Tarif : 17 – 9 €)

Office de Tourisme de Noirmoutier-en-l’Ile rue du Général Passaga 85330

Et Office du Tourisme Rue des Polders 85630 Barbâtre Tél. : 02 51 39 80 71

Fnac. Carrefour. Géant. Tél. 0892 68 36 22 (0,40 € T.T.C./mn). www.fnac.com

t

Samedi 24 août à 20h

REDANGE (Luxembourg) Eglise

Festival Musique dans la Vallée Tél. : 00 32 63 22 78 55

t

Dimanche 25 août à 16h

PARIS (75)  Eglise Saint-Louis-en-l’Ile. Paris 75004 (T5)

Le Chœur du Festival Musique en l’Ile. L’Académie de l’Ile Saint-Louis. Direction :

Chœurs orthodoxes russes. Requiem de Mozart.

Voir Festival Musique en l’Ile Paris

t

Lundi 26 août à 20h30

TOURS (37)Eglise Notre-Dame La Riche Rue Courteline 37000 Tours (Centre Ville)

(Tarif : 16 – 9 €) Frais de rés. en sus.

Office de Tourisme 78-82 rue Bernard Palissy 37000 Tours  Tél. : 02 47 70 37 37

Fnac. Carrefour. Géant. Tél. 0892 68 36 22 (0,40 € T.T.C./mn). www.fnac.com

t

Mardi 27 août à 20h30

DINARD (35) Eglise de Saint-Enogat Rue de la Chapelle (35800)

(Tarif : 18 – 12 €) Office de Tourisme de Dinard : 0821 23 55 00 (0,12 €/ mn)

Fnac – Carrefour – Géant Tél. 0892 68 36 22 (0,34 € TTC/mn) www.fnac.com

Cultura. Centre Commercial La Madeleine 35400 Saint-Malo

Tél. : 02 99 21 34 00 Cultura. Auchan. Leclerc. www.ticketmaster.fr

t

Mercredi 28 août à 20h30

GRANVILLE (50) Eglise Notre-Dame du Cap Lihou

Haute Ville 50400 Granville (Tarif : 17 € – 12 €)

Office de Tourisme 4, Cours Jonville 50400 Tél. : 02 33 91 30 03

Fnac. Carrefour. Géant. Tél. 0892 68 36 22 (0,40 € T.T.C./mn). www.fnac.com

 

3

La Toison d’Art est une association musicale spécialisée dans l’organisation et la diffusion de concerts de musique vocale et particulièrement de musique sacrée.
Depuis plusieurs années, La Toison d’Art collabore avec des solistes, des ensembles vocaux et des chœurs français et étrangers pour faire connaître le répertoire vocal dans lequel ces artistes ou ces formations désirent se présenter au public ou aux programmateurs d’événements musicaux français.
Les différents aspects du chant orthodoxe russe, la musique vocale anglaise ou polonaise, les oratorios, les polyphonies corses ou basques sont proposés régulièrement par les formations qui travaillent avec La Toison d’Art lors de concerts à Paris ou à l’occasion de tournées en France.
A Paris, La Toison d’Art organise la Saison Musique en l’Ile, centrée sur la programmation de concerts en l’Eglise Saint-Louis-en-l’Ile et qui se décline tout au long de l’année avec deux temps forts :

– le Festival Musique en l’Ile en juillet et août
– les Musicales de Décembre, incluant les concerts de Noël et fin d’année.
Pâques, l’été et décembre sont également chaque année les périodes de programmation de tournées, permettant à de nombreux festivals, associations et collectivités locales de recevoir les troupes d’artistes proposées par La Toison d’Art.

Plus de renseignements: Tél / fax : 01 44 62 00 55

www.latoisondart.com/paris.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15
Août

L’Europe face au mystère russe, Anna Gichkina

   Publié par: artcorusse   dans Livres

Vient de sortir en librairie

L’Europe face au mystère russe :

Transcendance, nation, littérature.

Anna Gichkina

Éditions Nouvelle Marge

Anna Gichkina, depuis sa double culture, détaille les ressorts d’un éloignement et explore les particularités des deux filles de l’Eglise que sont la Russie et l’Europe occidentale.

Comment naviguer sereinement vers l’avenir sans perdre de vue notre port d’attache ? La patrie de Tolstoï, entée sur l’Évangile, a su conserver ce qu’un Occident amputé de lui-même, par souci d’universalisme, s’est consacré à déconstruire , donc à annihiler. Selon l’auteur, la Russie nous révèle nos maux à travers son mystère, pour peu que l’on prenne la peine de tourner notre regard vers lui.

La première partie de l’essai montre qu’en Occident, le Temps a pris le pas sur l’Éternité. Abandon de l’héritage chrétien, religion des droits de l’homme : notre civilisation s’abîme dans la perpétuité d’une chute où l’homme lui-même se trouve sacrifié sur l’autel de l’eugénisme. La deuxième partie propose, en miroir, de scruter l’âme russe comme manifestation de l’éternité supérieure au temps. Le mystère ne se comprend pas : il se contemple à travers le chaos historique, la force de l’orthodoxie, la profondeur de la littérature.

Cet essai d’Anna Gichkina est une semonce : il nous faut sortir le nez de notre buzz , s’extraire de notre présentisme, et renouer avec ce désir d’éternité qui fait l’homme.

L’Occident est-il encore seulement capable de déchiffrer ce que la Russie a à lui dire ? Alors que la course en avant de l’hypermodernité achève de désorienter une Europe meurtrie et de la couper de ses racines séculaires, le pays des tsars, quant à lui, incarne plus que jamais un horizon permanent, un nord impérieux. Quelle voie pour l’Europe ? Anna Gichkina, depuis sa double culture, détaille pour nous les ressorts d’un éloignement et explore les particularités des deux filles de l’Eglise que sont la Russie et l’Europe occidentale. 
Comment naviguer sereinement vers l’avenir sans perdre de vue notre port d’attache ? La patrie de Tolstoï, entée sur l’Evangile, a su conserver ce qu’un Occident amputé de lui-même, par souci d’universalisme, s’est consacré à déconstruire , donc à annihiler. Selon l’auteur, la Russie nous révèle nos maux à travers son mystère, pour peu que l’on prenne la peine de tourner notre regard vers lui. La première partie de l’essai montre qu’en Occident, le Temps a pris le pas sur l’Eternité. 
Abandon de l’héritage chrétien, religion des droits de l’homme : notre civilisation s’abîme dans la perpétuité d’une chute où l’homme lui-même se trouve sacrifié sur l’autel de l’eugénisme. La deuxième partie propose, en miroir, de scruter l’âme russe comme manifestation de l’éternité supérieure au temps. Le mystère ne se comprend pas : il se contemple à travers le chaos historique, la force de l’orthodoxie, la profondeur de la littérature”.

g

Anna Gichkina, Russe bilingue  est aujourd’hui docteur ès lettres diplômée de l’Université Paris-Sorbonne. Elle est née en 1982 à Arkhangelsk, ville russe au bord du Dvina septentrionale, . Elle fait sa scolarité en Russie selon le schéma traditionnel : jardin d’enfants, puis l’école (en russe « chkola », établissement que l’on intègre à 7/8 ans et que l’on quitte à 17/18 ans), enfin l’Université. Durant ses études en linguistiques française, anglaise et russe et en enseignement des langues à l’Université Pomorski, Anna Gichkina collabore parallèlement avec le département de philosophie elle traduit vers le russe des extraits des ouvrages des philosophes français contemporains.
En 2005, diplômée d’un Master II, Anna Gichkina vient en France pour y faire les études de la littérature comparée et des relations internationales à l’Université de Haute Alsace à Mulhouse. Le deuxième Master II obtenu, elle entreprend un doctorat qu’elle finance d’abord grâce aux jobs d’étudiants. Anna fait des démarches auprès de la Sorbonne qui finit par lui proposer de rédiger une thèse sur le sujet franco-russe dans le domaine à la fois historique et littéraire. Parallèlement à ces études elle est formatrice puis enseignante dans un collège privé catholique tout en étant gérante de son auto-entreprise de traductions et de contrôle qualité de textes qu’elle crée en 2010.
En 2014, elle soutient brillamment sa thèse sur Eugène-Melchior de Vogüé et la réception de la Russie en France au tournant des XIXe et XXe siècles.
Aujourd’hui, Anna Gichkina écrit des articles scientifiques sur des sujets franco-russes ainsi que sur des problèmes européens. Elle collabore régulièrement avec Le Forum Carolus participant à la mise sur pied de divers projets et manifestations. Elle est également occupée par ses projets personnels d’écriture et d’associations. Elle continue à travailler avec de différentes sociétés françaises et étrangères dans le domaine de la traduction.
Elle est auteur de nombreux articles sur la crise européenne actuelle et sur des sujets russes, auteur de l’ouvrage Eugène-Melchior de Vogüé ou comment la Russie pourrait sauver la France (L’Harmattan, 2018), Président du cercle de réflexion franco-russe à Strasbourg “Cercle du Bon Sens”, membre du comité de lecture dans la revue universitaire française “Academos”.

3

Édition Nouvelle Marge :  collection Mauvaise Nouvelle.

  • Date de parution 15/08/2019
  • ISBN : 978-2-9556200-6-9
  • EAN : 9782955620069
  • Format : 14,0 cm × 20,0 cm × 0,8 cm
    Grand Format
  • Présentation : Broché
  • Nb. de pages : 100 pages
  • Prix : 14€

 

15
Août

Exposition “Jardin Urbain ” Orangerie du Sénat

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Exposition de peintures

” Jardin Urbain “

Jeudi 22 août au lundi 2 septembre 2019

Orangerie du Sénat, Jardin du Luxembourg

 

 L’association culturelle « Jardin Urbain », présente sa première exposition. Les 12 artistes qui travaillent dans des domaines d’art de techniques différentes seront ravis de vous accueillir à l’espace très honorable à plein cœur de Paris « l’Orangerie du Sénat ». C’est une bonne opportunité pour les connaisseurs et admirateurs  de rencontrer l’art de l’Ecole Russe moderne, contemporaine et classique figuratif. Tous les artistes seront présents pendant toute la durée de d’exposition.

Les 12  artistes utilisent des techniques différentes dans le domaine des Beaux-Arts, présentent leurs œuvres dans cet espace prestigieux au cœur de Paris qu’est l’Orangerie du Sénat.

Plus de renseignement sur les artistes et l’association: CLIQUEZ

ENTRÉE LIBRE

3

Le Jardin du Luxembourg a été acquis par Marie de Médicis entre 1614 et 1631, le jardin du Luxembourg subit de nombreuses modifications, jusqu’aux travaux d’Haussmann, qui lui donnent son tracé actuel.

Plusieurs orangeries se sont succédé jusqu’à nos jours. L’orangerie actuelle, située dans la partie ouest du jardin, date de 1839. Elle abrite environ 180 plantes en caisse dont 60 agrumes, principalement des bigaradiers (oranges amères au nombre de 34), mais aussi des palmiers-dattiers (19 phoenix, 7 chamaerops), des lauriers roses (46) et des grenadiers (24). Les plus beaux et les plus anciens exemplaires de bigaradiers sont exposés chaque année dans le jardin, de mai à octobre, le long de la façade sud du Palais. Leur âge est estimé à environ 250 à 300 ans.

 

Orangerie du Sénat – Jardin du Luxembourg

Porte Férou, 19 bis rue de Vaugirard 75006 Paris 6e

Horaires : Août de 11h à 20h, septembre de 11h à 19h30

Métro: Odéon, Mabillon, Saint Sulpice

RER: Luxembourg

Parking: Saint Sulpice, Marché Sainbt Germain.

 

 

14
Août

Peintres de Saint Petersbourg à Vaux le Vicomte

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Exposition d’artistes de Saint Petersbourg

Jusqu’au 15 septembre 2019

Château de Vaux le Vicomte

 

Le Château de Vaux-le-Vicomte accueille actuellement l’exposition d’œuvres des peintres de Saint-Pétersbourg. En mai 2019, le groupe d’artistes est venu à Vaux-le-Vicomte pour peindre les vues du parc et le château.

Le groupe d’artistes fut emmené par leur mécène Galina Stepanova, actuelle propriétaire du Domaine Maryino ( Palais-Musée privée -résidence historique de la famille princière Stroganoff-Galitsyne a coté de Saint-Pétersbourg, Russie) et accueillie par la famille de Vogué, propriétaire du Château.
Parmi les artistes des professeurs et des étudiants de l’Académie des beaux-arts d’Ilya Repin à Saint-Pétersbourg, des lauréats des prix dans le domaine des beaux- arts, tous membres de l’Union des artistes et participants permanents des expositions à Saint-Pétersbourg.
Sergey Danchev, Vera Trofimova, Natalia Delieva, Sergey Lyubimov et Samir Rahmanov.

Artistes russes accueillis par les représentants de Famille de Vogüé et l’équipe du château.

Les œuvres réalisés à Vaux sont présentés aux visiteurs du Château en été, elles peuvent être acquis en s’adressant à la boutique du Château. En automne la collection prendra place dans l’exposition itinérante qui avec le soutien des Institut Français présente les paysages des plus beaux parcs et jardins français dans les différentes villes de provinces russes.

g

Ces plein airs artistiques russes dans les hauts lieu du patrimoine français et des expositions parallèles d’artistes de Saint-Pétersbourg en France ont déjà une longue histoire et Galina Stepanova soutenue par Festival Cultures Croisées et sa présidente Anna Filimonova ne sont pas à leur coup d’essai.

g

Chef d’œuvre du 17e siècle, Vaux-le-Vicomte fut le théâtre d’événements historiques marquants et le témoin de l’éviction tragique de son créateur, Nicolas Fouquet, emprisonné à la suite d’un procès rocambolesque.

Claude-Louis-Hector de Villars, Maréchal et Pair de France, l’acquiert et apprécie le charme pendant de longues années. Son fils le vend en 1764 au Duc de Praslin. Ses descendants le conserveront pendant plus d’un siècle, dont 30 ans d’abandon, avant de le remettre en vente.

En juillet 1875, alors que le château est vide et que le jardin à la française n’est plus qu’un lointain souvenir, le domaine de Vaux-le-Vicomte est mis aux enchères publiques. Un amateur d’art, Alfred Sommier, l’achète et commence un immense travail de restauration. Ses enfants poursuivront son œuvre après sa mort, et, aujourd’hui, ses descendants directs, Patrice et Cristina de Vogüé, épaulés par leurs enfants Jean-Charles, Alexandre et Ascanio poursuivent l’œuvre commencée il y a 140 ans.

g

Château de Vaux-le-Vicomte

77950 Maincy – France

Pour plus d’informations : Tél : +33 (0)1.64.14.41.90

Château de Vaux-le-Vicomte


M Eric Naudin:  e.naudin@vayx-le-vicompte.com , tel 0661124290

http://www.Festival-cultures-croisees.eu
Anna Filimonova :  0661912398

ACCÉS:

  • Prendre le train ligne P (direction Provins) à Paris Gare de l’Est
  • Descendre à la gare SNCF de Verneuil l’Etang (Trains directs toutes les 60 min, durée 35 min)
  • Prendre la navette Châteaubus. La navette se situe devant la sortie de la gare SNCF. La navette part à l’heure : merci de ne pas vous attarder dans la gare.

g

14
Août

Église du Palais Catherine , Tsarskoïe Selo

   Publié par: artcorusse   dans Informations Internationales

Église de la Résurrection, Palais Catherine

à Tsarkoïe Selo.

 

OUVERTE au PUBLIC

 

Le public depuis cet été 2019 a la possibilité de visiter l’église de la Résurrection du Christ au palais Catherine à Tsarskoïe Selo. Cette chapelle palatine a été construite et des membres du clergé y sont rattachés à partir du 23 mars 1713. Elle possédait une iconostase aux tons bleus et dorés, dont les icônes étaient peintes sur des toiles et aussi un trône recouvert d’un toit en bois et de représentations symboliques des quatre évangélistes.

Le 8 août 1745 en présence de l’impératrice Elizabeth Petrovna, héritière du grand-duc Peter Fedorovich (futur Peter III) et de son épouse, la grande-duchesse Catherine Alexeyevna (future Catherine la Grande). Initialement, l’église a été construite selon le projet de S. Chevakinsky.

F. B. Rastrelli a introduit des modifications dans sa conception, qui a commencé en 1750. C’est la première chapelle du palais. Transférée en 1930 au musée du Palais Catherine, l’iconostase de la chapelle disparaît à l’époque de l’occupation de la ville par les Allemands  durant le siège de Léningrad ainsi que la chambre d’ambre et le trône.

 

Le palais fut entièrement détruit lors de la seconde guerre mondiale.

État de la salle de bal en 1945.

A la retraite de l’armée allemande en janvier 1944, les occupants incendient méthodiquement la totalité du palais, occasionnant l’effondrement de la toiture et des planchers.

C’est une immense carcasse vide aux murs calcinés et aux plafonds effondrés, aux décors détruits ou vandalisés que les soviétiques découvrent avec lamentation le 27 janvier 1944 après le départ des armées allemandes. Le fastueux palais Catherine semble alors définitivement perdu mais c’est sans compter sur l’énergie farouche du peuple russe et des conservateurs du domaine à sauvegarder cet exceptionnel patrimoine historique.

C’est en 1956 que débutent les travaux de restauration du palais avec l’ambition de le reconstruire à l’identique. Après une longue et soigneuse réfection de la couverture, des façades et le rétablissement des étages, commence la restauration des appartements et salle d’apparat. Durant plus de 20 ans, menuisiers, sculpteurs, ébénistes, marbriers, doreurs et staffeurs vont procéder à une restauration patiente et méticuleuse des appartements impériaux afin de permettre la réouverture du palais au public .

Restauration d’un salle du palais

Vestiges de l’église après la seconde guerre (1945)

L’église de la Résurrection  a été peinte avec un vernis au bleu cobalt, sur un fond épais où se détachent brillamment des ornements en or de style rocaille, sculptés, densément dorés. Le peintre L. Karavak et après lui Groot et Weber ont peint une toile dans le caractère de cette architecture.

Intérieur de l’église palatine. Dessin des années 1850

De nombreux artistes russes et étrangers ont participé à sa décoration. Toutes les sculptures sur bois sont réalisées par des maîtres russes. Grigory Kuritsyn, le charpentier Sukhoi, Anton Yakov avec 36 camarades, Valekhin et les charpentiers Okhten ont travaillé sous la direction du sculpteur allemand Dunker. Le travail exigeait des compétences et des qualités artistiques. À l’aide d’un couteau, d’un burin et d’un ciseau à bois, le sculpteur a traité des pièces de bois en leur donnant les formes sophistiquées créées par la fantaisie créative de Rastrelli. La dorure de sculptures en bois était dirigée par un doreur Leprens.

Le 30 mai 1756, l’ église est nommée solennellement  “Église de la Résurrection du Christ” en présence de l’impératrice Elizabeth Petrovna. L’église a été consacrée par l’archevêque de Saint-Pétersbourg et Shlisselburg Sylvester.

Le 29 au soir, en provenance des habitants  de Tsarskoïe, l’évêque de Saint-Pétersbourg, Sylvester, est arrivé avec l’archimandrite Sofroniy du monastère de l’épiphanie Kostroma de Saint-Pétersbourg. Le 30 au matin, commença la lecture de l’évangile  et la consécration de l’eau bénite en présence de sa Majesté Impériale.  Il y eut la procession avec tous les invités et la foule,  à son arrivée, l’évêque commença les cérémonies de  la consécration de l’église. Il y eut une salve de 51 armes à feu. Puis la liturgie  commença suivie d’un sermon” .

Après la consécration F.-B. Rastrelli a présenté le résultat de ses travaux à l’impératrice et au corps diplomatique qui l’accompagnait. Ce jour est considéré comme l’anniversaire du palais du Grand Tsarskoïe Selo. De superbes célébrations ont été organisées, que l’impératrice a données à ses invités.

Toute cette splendeur a été gravement endommagée lors de l’incendie du 12 mai 1820. Le tsar Alexandre Ier a décidé de reconstruire le palais et l’église dans sa forme originale.

Les deux parties de l’intérieur (hall et autel) sont organisées indépendamment. Si une coupole en bois était érigée au-dessus de l’autel, marquée à l’extérieur par une coupole décorative à cinq coupoles, reconstituée dans ses formes originales, le plafond de la salle était alors, comme auparavant, plat avec un immense plafond peint sur toile. Le plafond brûlé est attribué à l’artiste Giuseppe Valeriani. Stasov appelle également le nom d’un autre artiste – Francesco Fontebasso. Il a écrit: “Comme la publication des plafonds de Fonte Basso, qui servait à peindre le plafond décoratif, n’a pas été trouvée dans les différentes bibliothèques lors de la fouille, elle consistait en une série d’informations confirmant ce qui restait dans ma mémoire.”

Eglise de la Résurrection en 1917

L’esquisse, réalisée par V.K.Shebuev d’après les mémoires de Stasov et basée sur des analogies, fut approuvée en septembre 1820. Shebuyev a terminé le plafond en mai 1823, après la consécration de l’église. Les enfants de la maison de Romanov nés à Tsarskoïe Selo furent baptisés ici, parmi lesquels les futurs empereurs Nicolas Ier et Nicolas II. En 1908, le mariage de la grande-duchesse Maria Pavlovna (fille du grand-duc Pavel Alexandrovich) et du prince Guillaume de Suède a eu lieu dans l’église du palais.

Plafond de l’église en 1915.

Le plafond de l’autel en plâtre a été peint par l’artiste D. I. Antonelli. Le nouveau plafond des chorales destiné à remplacer l’ancien, œuvre de D. Valeriani, a été réalisé par les peintres Otto Ignatius et Gustave Gippius.

1917. L’intérieur de l’église de la Résurrection. Couleur autochrome. A. Zeesta.

Pendant la Révolution ( la Grande Guerre patriotique), un garage a été construit dans les locaux de l’église du palais et son intérieur a été pillé ou gravement endommagé. L’église a été fermée en 1922, Quatre-vingt-dix-huit icônes restantes dans l’ église ont été volées et ont disparu. Sur les 114 icônes du 18ème siècle peintes sur bois ou sur toile, quatre ont survécu. Il a été décidé de recréer les images perdues de l’iconostase. Les icônographe  modernes ont peint plus de quarante icônes, à partir, notamment des aquarelles d’Eduard Gau, des photographies en noir et blanc d’avant-guerre, des peintures de la cathédrale Saint-Nicolas-Épiphanie à Saint-Pétersbourg et de l’église Saint-André à Kiev. Comme il n’y a pas d’images d’icônes des murs de l’église, il seront couverts de toiles peintes

Le plafond a été perdu lors de l’occupation du village Pouchkine en 1941-1944. Seuls des fragments  pittoresques de 16 pièces en mauvais état d’une superficie totale de 37 mètres carrés ont été conservés,et un fragment de 3,80 x 8,94 m, retrouvé sur le territoire de Pouchkine après la guerre.

 

Dans les années d’après-guerre, le bâtiment de l’église a été transformé en entrepôts, c’est tout ce qui a survécu dans le palais. Ce n’est qu’en 1957 que des travaux de restauration ont été entrepris.

En 2015-2016 , des échafaudages ont été installés, une partie des travaux de restauration et de conservation ont été effectués, ainsi qu’une étude de la structure et de la composition des couches colorées sur les murs de l’église.

Fragments de décoration originaux conservés pour faire de copies

 

Restauration des panneaux muraux en bois avec remplacement des pertes dans les matériaux historiques.

 

Iconotase de l’église avec les portes royales, cloison de bois  qui sépare les lieux où se tient le clergé célébrant les offices religieux du reste de l’église où se tiennent le chœur, le clergé non célébrant et les fidèles.  Derrière les lambris de l’iconostase, les restaurateurs ont trouvé 182 pièces de décoration soigneusement pliées. Ils ont probablement été enlevés par le personnel du musée dans l’après-guerre, dans l’espoir qu’un jour …. Deux anges décorant le dais de l’autel ont été retrouvés dans le “trésor” derrière un panneau.

En remettant en état des détails intérieurs en papier mâché, les restaurateurs ont trouvé des notes avec les noms des artisanes qui les ont créées : Akulina Nikiforova et Paraskeva Maximova.

L’autel occupe la place principale de l’église il se trouve derrière l’iconotase. Sa partie centrale est soulignée de six colonnes dorées entrelacées de guirlandes de fleurs et de six pilastres. Un fronton triangulaire avec deux figures d’anges ailés sur les pentes et un grand rayonnement au centre complète la porte centrale.

Le plafond de l’autel est fermé par le plafond pittoresque «Gloire du Saint-Esprit», sur lequel les têtes d’anges de l’académicien Andrei Belloli sont représentées dans les nuages.

Le plafond de la salle principale de l’église était recouvert d’un grand plafond pictural «Ascension du Christ». Au XVIIIe siècle, le plafond a été peint par l’artiste Giuseppe Valeriani, et après l’incendie de 1820, il a été peint par le professeur de peinture Vasily Shebuev. Au cours de la Grande Guerre patriotique, la composition centrale multifigurée du plafond a été perdue.

Restauratrice travaillant à la redorure de la partie centrale représentant le symbole divin avec l’inscription en hébreu du nom de Dieu, situé au dessus des portes royales entre deux anges.

 

Nous regrettons que le plafond de l’église n’a pas été préservé. Il a été décidé de le laisser vierge de toute décoration. Il est prévu de remplacer le plafond peint par une démonstration interactive visuelle soigneusement réalisée.

Le président russe Vladimir Poutine lors de sa visite pour la fin de travaux de restauration de l’église de la Résurrection du Christ dans le palais Catherine à Tsarskoïe Selo. 10 avril 2019. La restauration de l’Église de la Résurrection du Christ du Palais de Catherine a été rendue possible grâce au soutien financier du PJSC Gazprom.

 

14
Août

Théâtre Vakhtangov de Moscou à Paris

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

THÉÀTRE VAKHTANGOV (Moscou) 

 100ème anniversaire

12 représentations exceptionnelles

Eugène Onéguine “

du vendredi 20 au jeudi 26 septembre 2019

” Oncle Vania “

du vendredi 27 septembre au jeudi 3 octobre 2019


L’histoire officielle du Théâtre Vakhtangov a commencé en 1921 avec la première du spectacle “Le miracle de Saint Antoine” d’après la pièce de Maurice Maeterlinck mise en scène par Evgeny Vakhtangov, célèbre élève de Konstantin Stanislavski. L’adresse est toujours la même : 26 rue Arbat, au cœur du Moscou historique.
En 1922 les acteurs du Théâtre Vakhtangov ont joué la première du spectacle “La princesse Turandot” d’après Carlo Gozzi. Pour plusieurs décennies ce spectacle est devenu la carte de visite du Théâtre.

Depuis 2007 le directeur artistique du Théâtre est Rimas Tuminas, une nouvelle ère a débuté. En plus de la scène historique principale qui peut accueillir 1055 spectateurs, 5 autres salles de théâtre ont été ouvertes. Le répertoire du Théâtre Vakhtangov compte plus de 50 titres et près de 700 spectacles sont joués chaque année. Tournées mondiales, invitations de metteurs en scène internationaux… le Théâtre Vakhtangov est aujourd’hui le fleuron de la culture nationale russe. Une des plus grandes institutions théâtrales mondiales qui est considéré comme La Comédie-Française russe.

g

12 représentation exceptionnelles au Théâtre Marigny :

Eugène Onéguine d’Alexandre Pouchkine et Oncle Vania d’Anton Tchekov.

g

Eugène Onéguine

D’après Alexandre Pouchkine
Adaptation et mise en scène: Rimas Tuminas
Scénographie : Adomas Jacovskis
Costumes : Marina Danilova
Musique : Faustas Latenas
Lumières : Maya Shaudatuashvili

.

Il n’est finalement pas fréquent de monter Eugène Onéguine au théâtre. On le présente la plupart du temps dans ses versions opératique ou chorégraphique. Et même si tout le monde connaît Pouchkine en Russie, peu sont capables de comprendre la portée du poète.
Rimas Tuminas a choisi de ne mettre en scène que la ligne principale de l’œuvre, à savoir l’amour que porte Tatiana à Onéguine. Avec cette mise en scène, il pénètre au cœur de l’âme russe avec lyrisme et passion.

g

Oncle Vania

D’après Anton Tchekov
Adaptation et mise en scène : Rimas Tuminas
Scénographie et Costume : Adomas Jacovskis
Musique : Faustas Latenas
Lumières : Maya Shaudatuashvili

.

Déjà présenté dans le monde entier (Russie, Grande-Bretagne, Espagne, Italie, Suisse, Etats-Unis et Canada), cette mise en scène d’Oncle Vania sera jouée pour la première fois à Paris. Théâtre, mime, musique… tous les arts sont réunis autour d’une vision propre à Rimas Tuminas qui s’est rapproché le plus possible du texte de Tchekov. La tragédie et la farce sont ici étroitement liées et on retrouve ce que Tchekov appelait « comédie ».
La scène est le champ de bataille des passions, des illusions perdues et des espoirs non concrétisés.
Cette mise en scène d’Oncle Vania, drôle et bouleversante à la fois, est portée par des comédiens exceptionnels.

3

THÉÂTRE MARIGNY

 

En 1835, un physicien-prestidigitateur propose ses attractions au carré Marigny. Après la révolution de 1848, une petite salle, le Château d’enfer, dirigée par Lacaze et régie par un certain Hippolyte Léon Denizard Rivail présente des spectacles de « physique amusante, fantasmagorie et curiosité ».

Jacques Offenbach jugeant l’emplacement idéal dans la perspective de l’exposition universelles de 1855  obtient d’en disposer, il ouvre le théâtre des Bouffes-Parisiens en 1855. En 1859, à l’expiration du bail d’Offenbach, la salle devient le théâtre Deburau, du nom de son directeur, avant de devenir en 1865 les Folies-Marigny, sous la direction du ménage Montrouge.

Le théâtre est démoli en 1881 pour un panorama construit par Charles garnier on y voir des diaporamas de Paris à travers les âges en huit tableaux. Le Panorama est transformé en théâtre en rotonde en 1894. La salle est encore agrandie et modernisée en 1925 par son nouveau directeur, Léon Volterra, à la tête du théâtre de Paris et de l’Eden.

En 1946, il cède la gestion de la salle à son épouse, qui fait appel à des anciens membres de la Comédie française pour constituer une troupe « maison » autour de Jean-Louis Barrault, la compagnie est née. En 1954, Jean-Louis Barrault aménage dans le théâtre une seconde petite salle, le Petit-Marigny. Puis se succéda Elvire Popesco (1965-1978), holding Artémis de François Pinault, Robert Hossein, Pierre Lescure .

g

Théâtre Marigny

 Carré Marigny, 75008 Paris

(à l’angle de l’Av. des Champs-Élysées et de l’Av. de Marigny)

Métro : Champs Élysées (ligne 1)

Tarifs : De 17 à 45 euros

Réservation ticket master : CLIQUEZ, 

Billeterie Parisien étudiant: CLIQUEZ

 

14
Août

Festival d’Art russe à La Rochelle & Marans

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 Festival International d’Art Russe Contemporain

« OISEAU DU BONHEUR  »

ПТИЦА СЧАСТЬЯ

Vendredi 30 août au dimanche 15 septembre 2019

à La Rochelle et à Marans.

 

3ème édition de ce festival qui permet de faire connaître l’art et la culture russe contemporaine et de partager avec le public des moments festifs à l’occasion, entre autre, de la création d’une gigantesque sculpture en terre réalisée sur place pendant 2 semaines. 18 artistes venus de France, de Russie, d’Europe centrale.

ARTISTES 
PEINTURES :
Elvira Kovaleva-Ranché ( Narbonne ),  Elena Gayda ( Paris ), Alexey Terenin ( Prague )
Irina Rakova ( Paris ), Volodia Popov-Massiaguine ( Paris ), Lada V’Dovina ( La Rochelle )
Artem Gapurov ( Makhachkala )

SCULPTURES :
Svetlana K-Lié ( Brighton ), Nikolay Lioubimov ( Moscou ), Larissa Lioubimova ( Moscou )
Natalia Schtireva ( Ryazan ), Victor Kudriavtsev ( Ryazan ), Andrei Zaderii ( Omsk )

PHOTOS : 
Alisa Gill ( Saint Peterbourg ), Natalia Taran ( Prague ), Natalia Duplinskaya ( Paris )

DESIGN :
Olga Warfolomeewa ( Rochefort )

MUSIQUE : 
Viacheslav Ardachev ( Paris )

PROGRAMME COMPLET : 

 

La Porte Maubec,  La Rochelle

Vendredi 30 août – jeudi 12 septembre de 14h – 19h
Exposition de peintures, sculptures, photos, installations, ateliers d’artistes

Vendredi 5 septembre 18h00 vernissage

r

Vendredi 6 septembre 17h30 conférence par Olga Garbuz :

« Le Marché de l’art contemporain russe histoire et perspectives »

Film : « D’ici et d’ailleurs » ( 2003 ) réalisatrice Carole Trébor

3

Médiathèque Laleu-La Pallice, La Rochelle

Vendredi 30 août – jeudi 12 septembre Exposition d’artistes

Mercredi 4 septembre 15h00 – 17h00 atelier d’artistes,
17h30 vernissage
10 rue Montréal (aux heures d’ouverture)

3

 

Eden Ouest Hôtel :

samedi 31 août – 15 septembre 14h – 19h Exposition d’artistes
31 août 18h30 vernissage et performance d’Olga Warfolomeewa

3

 

Atelier Terra Amata, La Rochelle

Samedi 31 août – dimanche 15 septembre 
14h-18h, Construction de la sculpture, ateliers de céramique
Samedi 14 septembre
11h – 18h ateliers de céramique
16h atelier de création d’ Elvira Kovaleva « Redonner la vie à des objets de récupération ».
19h soirée et concert
20h30 performance de « Sculpture de Feu » par : Nikolay Lioubimov, Victor Kudryavtsev, Natalia Shtyreva et Andrey Zaderii.

21h soirée et film sur l’événement

3

Dimanche 15 septembre
14h00 – 18h00 clôture du festival, extraction des objets après la cuisson

3

Halle aux Poissons, Marans :


Samedi 7 septembre 11h

– Exposition d’artistes, ateliers de création, ateliers de céramique
Journée de la Culture Russe avec Vlacheslav Ardachev
15h Concert de musique

Ateliers de céramique:
Décorez et emportez votre objet en céramique après la cuisson (10 euros)
1. Création de petites sculptures : jouets, sifflet, « Ocarina », hochets,bijoux…
Création de plaquettes décoratives avec la technique du colombage.
Cuisson au four raku. (A partir de 6 ans)
2. Atelier de poterie artisanale sur tour de potier
Les œuvres créées (d’une taille maximale de 10 cm) seront cuites dans un
four de fabrication « primitive » – « four raku » ou « four-papier » (A partir de 10 ans)
3. Création de poteries selon la technique « Flyandrovka » au tour de potier :
décoration à l’engobe coloré à l’aide de poires en caoutchouc.
4. Décoration de poteries et de plaquettes selon la technique des engobes,
coloration au jus de tabac.
5. Décoration d’objets selon la technique « Obvarka » : méthode traditionnelle
de décoration utilisant des plantes naturelles : céleris, chou, racines…

3

31 août, 1, 4, 8, 11, 13 septembre 14h00 – 18h00, Atelier Terra Amata
15 septembre – clôture du festival, l’extraction des objets après la cuisson à Terra Amata

Lieux:

Porte Maubec, 6 Rue Saint-Louis, 17000 La Rochelle

Médiathèque de Laleu-La Pallice, 10 Rue de Montréal, 17000 La Rochelle

Hôtel Eden-Ouest, 33 Rue Thiers, 17000 La Rochelle

Atelier Terra Amata,  50 Chemin des Chirons Longs, 17000 La Rochelle

Renseignements et contacts : tél. : 06 47 84 47 25
ladavdovina@hotmail.fr
www.facebook.com/Oiseau-du-Bonheur-588490481484813

14
Août

Festival de l’Art Russe, Deauville

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

2ème Saison Russe

Du jeudi 22  au dimanche 24 août 2019

à Deauville

 

Le génie, la folie et la splendeur de l’âme russe sur la scène historique de Deauville. L’Histoire de Deauville et des Ballets russes sont intimement liées, lors de la saison inaugurale du nouveau casino de Deauville, en août 1912, le Théâtre du Casino, a accueilli durant deux semaines les Ballets russes de Serge de Diaghilev pour sa toute première série de représentations françaises hors Paris. Durant deux semaines Deauville aura été le témoin de cet âge d’or de la troupe de Diaghilev. Les places se vendaient au marché noir. L’étoile de cette troupe était Vaslaw Nijinski, devenu chorégraphe, il venait de créer fin mai, sa version très décriée de L’après-midi d’un Faune. Lorsqu’il dansait sur la scène du Théâtre du Casino dans « Le spectre de la Rose », la presse locale trouvait « qu’il s’envolait dans les airs comme la brise estivale de Deauville».

f

La mission du Festival de l’ Art Russe de Deauville est de prolonger et réinventer les liens artistiques forts, tissés depuis des siècles, entre la France et la Russie. Il associe donc, dans sa programmation, les reprises des grandes œuvres du répertoire classique mises en parallèle et en perspective avec le meilleur de la création artistique russe d’aujourd’hui, portée par des artistes émergents.

d

Jeudi 22 août 2019

Présentation du projet artistique «Moon Pool»

Présentation “Moon Pool” à Figeac.

Présentation du projet artistique «Moon Pool» – Décors pour le ballet imaginaire, interprétées par le peintre et le céramiste peintre et le céramiste Nikolay Koshelev né en 1987 à Moscou, peintre et céramiste, vit à Moscou et à New York.

 Nikolay Koshelev peintre et le céramiste

Il est le plus jeune artiste russe présenté en vente publique internationale de la maison Phillips. Ses œuvres ont été acquises par des collectionneurs internationaux et des musées, au Danemark, en Russie et en Allemagne. Son projet “Moon Pool” a été initié il y a cinq ans. Moon Pool est une redéfinition du contexte historique du symbolisme artistique russe et du patrimoine  artistique des célèbres Saisons russes de Diaghilev.

La première partie du projet Moon Pool prendra la forme d’une exposition lors du Festival d’art russe de Deauville.

17:00
Salle des fêtes de Deauville

Cocktail d’ouverture du Festival (Presse et Invités VIP)

18:30

Ouverture publique de l’exposition 
ainsi que chaque jour jusqu’au 25 août

d

 

Vendredi 23 août 2019

Première du programme créé par le directeur artistique du Festival Sergey Filin et l’étoile du Bolchoï Artem Ovcharenko.

19:00
Théâtre Casino Barrière

Les chorégraphies célèbres ainsi que les nouvelles œuvres de chorégraphes contemporains interprétées par Artem Ovcharenko avec la participation de quatorze étoiles et solistes de ballet des principaux théâtres russes.

Artem Ovcharenko  – Étoile du Bolchoï

Anna Tikhomirova  – Première du Bolchoï

Semen Chundi – Étoile du Bolchoï

Nina Kaptsova – Étoile du Bolchoï

Denis Savin – Étoile du Bolchoï

Natalia Filina – Danseuse du Bolchoï

Tatyana Tkachenko – Soliste du théâtre Mariinsky de Saint-Petersbourg

Ivan Oskorbin– Étoile du Mariinsky Ballet de Saint-Petersbourg

Elena Solomyanko – principale danseuse de ballet soliste de la troupe de ballets du théâtre académique musical de Moscou. K.S. Stanislavsky et V.I. Danchenko

Innocenty Yuldaschev – Étoile du théâtre académique musical de Moscou. K.S. Stanislavsky et V.I. Danchenko

Maria kochetkova – Étoile de ballets russes et américains.

Sebastian Kloborg – Danseur diplômé du Royal Danish Ballet, chorégraphe, soliste dans les plus grands théâtres du monde

Oleg Gabyschev – Premier Danseur  du Ballet Eifman de Saint-Pétersbourg

Lyubov Andreyeva – Première Danseuse du Ballet Eifman de Saint-Pétersbourg

Gala – Dîner SAVVA

.

Andreï Shmakov compte parmi les meilleurs chefs cuisiniers de Russie, le chef de marque de l’hôtel Metropol de Moscou et le restaurant SAVVA.

Après son installation à Moscou, il a repensé et réinventé la cuisine traditionnelle de l’Hôtel historique Metropol. Le guide Gault & Millau lui a décerné en 2018 le titre de ” Meilleur chef cuisinier d’Hôtel”. Andrei Shmakov anime aussi une émission culinaire à la télévision. Il est invité régulièrement comme juré de concours.  Internationaux et a publié: “Four Seasons: Les meilleures recettes de ma cuisine”.  Le restaurant SAVVA de l’Hotel Metropol figure dans le classement des12 Forward de White Guile et de La Liste.

21:30

Salon des Ambassadeurs du Casino Barrière de Deauville

Voyage gastronomique historique dans l’atmosphère de L’âge d’ Argent de la Russie. Auteur du menu – Andreï Shmakov, compte parmi les meilleurs chefs cuisiniers de Russie,

L’ illustre chef du Restaurant SAAVA de l’hôtel Metropol à Moscou. En établissant le menu du dîner de gala du Festival de l’ Art Russe de Deauville, Andreï s’inspire des plats servis au Metropol en 1904 lors d’un dîner donné en l’honneur de Serge de Diaghilev.

d

Le programme vocal cette année est présenté par Daria Davidova,

invitée soliste du Bolshoi. Ce programme sera composé d’œuvres célèbres de grands maîtres de l’opéra russe (N. A. Rimsky-Korsakov, P. I. Tchaïkovski, A. Borodine) et de compositeurs français (C. Gounod, C. Debussy, L. Delibe, F. Poulenc, etc). En outre, Daria chantera des compositions de chambre originales, parmi lesquelles est le cycle vocal de L. Bernstein “La cuisine française”, un chef-d’œuvre musical rare sur un thème gastronomique.

d

Samedi 24 août 2019

«Boîte à musique»
Soirée Gala des étoiles

19:00
Théâtre du Casino Barrière

Les chefs-d’œuvre du ballets légendaires, ainsi que les choreographies originelles créées sur la musique des grands compositeurs russes d’hier (Tchaikovsky, Rachmaninov, Stravinsky, etc) et d’aujourd’hui les œuvres de compositeurs russes contemporains: Rodion Chtchedrine, Yuri Krasavin, Leonid Desyatnikov et Ilya Demutsky interprétées par des danseurs de ballet des principaux théâtres russes, sous la direction de Sergey Filin (le directeur artistique du théâtre Bolchoï 2011 à 2016, lauréat du prix Benois de la danse, artiste émérite de Russie).

3

CASINO BARRIÈRE DEAUVILLE
2 Rue Edmond Blanc
+33 (0)2 31 14 31 14

Contacts : www.festivalrusse.com/main-fr

Renseignements et réservations: 02 31 98 66 00
Réservation en ligne : CLIQUEZ

Tarifs: Vendredi 23 août
Votre soirée de Gala : la place en 1ère série pour le ballet à 19h et le dîner de Gala à 21h30 : 500€

Samedi 24 août : la “Boîte à musique” – Soirée Gala des Étoiles à partir de 125€

Contacts : www.festivalrusse.com/main-fr

14
Août

“Tsarkoïe Selo” au CCSOR

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Tsarskoïe Selo.

” La résidence du dernier empereur de Russie “

du samedi 6 juillet au dimanche 25 août 2019

Centre Cultuel et Culturel Russe (2ème étage),

VIIème Paris.

 

L’exposition est organisée en collaboration avec le musée réserve de  «Tsarskoïe Selo», qui  présente la collection de 27 autochromes et 11 photos de la famille Imperiale comprenant certaines des premières images en couleurs dans l’histoire de l’art de photographie.
La collection des diapositives-autochromes en couleurs faites en 1917, avec les vues des intérieurs des palais et des objets des collections du musée peut être appelée à juste titre une collection unique.

Entrée gratuite

Voir au 1er étage

“Plein Air. Paysages historiques de Russie”

f

Centre culturel et spirituel Orthodoxe russe

  1 quai Branly, 75007 Paris

Métro : Alma Marceau,  RER Pont de l’Alma
Ouvert: de 10h à 17h tous les jours sauf lundi.

14
Août

Visite de l’Église orthodoxe d’Ugine

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

EXCEPTIONNEL

 

Visite guidée de l’église orthodoxe

Saint-Nicolas-Saint Alexis

Mercredi 14 août à 10h30

Ugine, Savoie

Cette église est le dernier témoin visible de l’histoire d’une communauté russe venue s’installer dans la commune, à partir de 1923, pour travailler à l’aciérie.

Liturgie dominicale.© A.Jaguello

C’est l’unique église orthodoxe des deux Savoie.

Église orthodoxe Saint-Nicolas-Saint Alexis

Avenue Paul Girod, 73400 Ugine

Tarif : 4 € ; gratuit pour les moins de 10 ans.

Réservation: Tél. 04 79 32 04 22.

 

13
Août

Expo Anna Doumler à Céret

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Exposition Annna Doumler

” De l’âme des lieux à l’âme des gens “

Du mercredi 7 au samedi 17 août 2019

Salle Manolo, 66400 Céret

 

 

Cette exposition montre le travail d’Anna Doumler, qui s’oriente vers une recherche de “l’indicible“, que cela soit au niveau des paysages ou des personnages. Le travail d’Anna s’apparente à l’expressionnisme figuratif, invitant le visiteur à parcourir un chemin complexe allant du visible vers l’invisible. Sa peinture permet de voir, puis de sentir la beauté et enfin de découvrir l’état d’âme d’un lieu ou d’un personnage.

.

Anna Doumler est née en 1964 à Saint-Pétersbourg, riche de ses origines germaniques et de sa culture russe, elle suit une formation de designer puis de céramiste, à l’Ecole Supérieure d’Arts Décoratifs Appliqués de 1981 à 1990, l’Académie Stieglitz de Saint Pétersbourg (CLIQUEZ).

Arrivée en France en 1991,  elle continue son chemin artistique par la création de porcelaines peintes, sans abandonner la peinture et  toutes les matières qui l’intéressent : tissu, papier, argile…

 Déodat de Séverac, 46X38 Huile sur toile

En même temps, elle se forme à la restauration de céramiques et travaille dans ce domaine jusqu’en 1999. En 2000, elle crée un atelier d’Art thérapie (peinture et céramique) dans un EHPAD en région parisienne. Atelier qu’elle animera jusqu’à fin 2015.

Depuis 2012, elle approfondit sa pratique de la peinture à l’huile et crée plusieurs séries de toiles empruntes de souvenirs liés à ses voyages dans l’Océan Indien, la Corse, Israël…

Depuis son installation en Périgord, elle peint des paysages symbolisant le caractère et la poésie des lieux.

Anna peint également des portraits et depuis la rencontre avec Liliane, elle a une ouverture et un enrichissement dans le choix de ses modèles picturaux.

Aude, 61X50, huile sur toile.

Sa rencontre ensuite avec Aude, va lui apporter un nouvelle expression picturale, intégrant les portraits dans des “environnements” signifiants, ajoutant un dimension compréhensive de “l‘essence” du modèle.

Une portugaise, 41×32 cm, huile sur toile

Anna expose régulièrement en France à Paris et en Province (Le Puy en Velay, Calvi, Sarlat… ). Depuis 2000, elle a participé à plus de 15 expositions individuelles ou collectives. Elle expose aussi à l’étranger (Chine et Israël en particulier).

 

Les œuvres d’Anna Doumler se trouvent dans des collections particulières en France, Allemagne, Chine, USA et Russie.

ENTRÉE LIBRE

3

Salle Manolo, entrée de l’exposition Anna Doumler.

Salle Manolo
1 Avenue Georges Clémenceau, 66400 Céret

Tel : 04 68 87 00 53

Horaires : Tous les jours de 10h à 19h

13
Août

Gargilesse d’Or au profit de “Pour Kungur”

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Cérémonie des ” Gargilesse d’Or “

Samedi 17 août 2019 à 20h30

La Chaumerette, 36190 Gargilesse Dampierre

Depuis sa création en 2012, l’association “Pour Kungur” s’est fixé comme objectif
de favoriser le lien entre les familles adoptives et les maisons d’enfants de la région de Perm, pendant leur parcours d’adoption, et après. Plus largement, elle crée des liens entre la France et la Russie.
““Pour Kungur” crée, entre autre, des projets associant aide matérielle aux maisons d’enfants, échanges culturels, échanges de nouvelles.
En juillet 2019, l’association est aller présenter un spectacle “Le Petit Prince est de retour” par le GargilesseBand, dans le cadre du Festival des Enfants du Monde, dans la région de Perm, pour les enfants des orphelinats, familles d’accueil, centres pour enfants malades.
Voir l’article sur Artcorusse: (CLIQUEZ)
GargilesseBand

Clôturant le festival “Amitié – les enfants du Monde” …

r

Samedi  17 août à Gargilesse: 

Nouveau Spectacle du GargilesseBand!

La scène est prète…, on vous y attend.

Une quarantaine d’ados sur scène… mais aussi des gens du village! Danse, théâtre, musique, humour… Bonne humeur garantie!

Tenue de gala conseillée pour les spectateurs .

N’hésitez pas à apporter boissons et grignotages

pour la soirée qui suivra.

Participation libre au profit de l’association

“Pour Kungur”

 

RENSEIGNEMENTS :  02 54 47 83 11 et ‭06 60 84 06 77‬

 

13
Août

Baba Yaga à Valbonne

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

BABA – YAGA

Dimanche 25 août à 17h 30

Spectacle pour enfants

Pétit Théâtre de Valbonne, 06 Valbonne

 

“Vassilissa la belle habitait un village de la campagne russe et lorsque sa méchante marâtre l’envoie chercher une aiguille et du fil chez sa tante, elle ne sait pas qu’elle se rend chez Baba Yaga la terrible ogresse”.

Une belle histoire qui transportera grands et petits dans les profondes forêts de Russie, jusque chez Baba Yaga la sorcière qui vit dans une étrange maison montée sur des pattes de poules…

Vassilissa la belle, illustration d’Ivan Bilibine(1876-1942)

Vivez en famille cette aventure haletante dans un monde magique où les arbres et les animaux parlent.

g

Petite isba de Baba Yaga, illustration I. Bilibine

Baba Yaga  Баба Яга,  est une figure marquante du conte russe et plus généralement slave. La baba Yaga est la figure féminine surnaturelle la plus fréquente du conte russe, n’existant pas ailleurs, ni dans la littérature russe, ni dans le reste du flokhlore russe, la version originale est restée inconnue. On en connaît trois variantes russes et deux ukrainiennes.

Illustration du conte Vassilissa la Belle d’I. Bilibine 1899

Les folkloristes russes en ont donné diverses interprétations, depuis la divinité chasseresse jusqu’à la simple sorcière, en passant par le chef travesti du rite d’initiation des sociétés primitives, comme le veut Vladimir Propp (qui fit connaître en occident les contes d’Afanassiev). Bien que toujours vieille, elle revêt des aspects différents. Elle a une fonction double, étant à la fois l’adversaire du héros et la principale donatrice.

3

Le Petit Théâtre de Valbonne

29, Place des Arcades, 06560 Valbonne

Tél : 07.60.27.07.07

Tarif : 13 €

12
Août

Ouvrages “Émigration Russe” Ed. Ymca Press

   Publié par: artcorusse   dans Informations

 

Collections d’ouvrages uniques

 

ÉMIGRATION  RUSSE  1917 – 1947

d’Andréï Korliakov, aux Éditions Ymca-Press

 

g

André Korliakov né en 1957, en URSS à Ekaterinbourg, vit et travaille en France depuis 1991. Historien et iconographe de l’émigration russe. Il y a 20 ans en 1999 : Il a réuni, trié, scanné, retouché des milliers de clichés, tous identifiés, indexés .. Des heures de recherche, des jours, des nuits d’examens minutieux, de recoupements, pour vous servir ces albums,  certains déjà épuisés mais déja en cours de réédition, après avoir été révisés et enrichis …

Il organises des conférences avec projection de photos, des visites personnalisées sur les thèmes de l’émigration russe, salons des livres, à Paris comme en province.

Il peut retoucher vos photos anciennes.

g

Uniquement pour que la mémoire demeure, Andreï a su éditer des volumes d’une œuvre maîtresse, résidant dans l’intérêt historique du livre, dictionnaire biographique abondamment et utilement illustré. Il a réussi à dépasser l’histoire, qu’il aborde en filigrane, de la première à la dernière page, la philosophie de l’histoire, car elle pousse, lorsqu’on lit les courtes biographies (en français et en russe)et plus encore lorsqu’on observe dans le détail les photographies, à s’interroger sur son sens… ou à lui en donner un.

 

Andreï Korliakov sur le stand de Radio Courtoisie avec N. Tikhobrazoff (2018 Espace Champerret, Paris XVII°)

Andreï Korliakov, est devenu la mémoire des “Russes Blancs”, Ses livres commémorent l’exode des victimes et des opposants de la révolution bolchevique de 1917. Ils sont une référence pour les historiens, les russophones et les bibliophiles.

g

Tout démarra il y a maintenant 20ans, en 1999, avec l’édition du Volume I, épuisé, très rapidement, en cours de réédition !

En vente fin août 2019!

Vol I : Emigration russe en photos, 1917-1947, 2650 photos, 160 pg L’émigration russe en photos. Ce livre contient un échantillon de photographies prises durant l’entre-deux-guerres.
Elles concernent sans doute la meilleure part du peuple russe, celle qui à été arrachée à sa patrie.

Photos extraites du Vol I.

La plupart des clichés reproduits dans ce livre n’a jamais été publiée. De nombreuses photos sont l’œuvre d’amateurs. Elles présentent autant d’intérêt que les autres, car on peut leur appliquer ce qu’écrivait le peintre Alexandre Benois : « il y a des portraits – photos qui par leur humour et leur élégance ne le cèdent en rien aux portraits de Gainsbourg et d’Ingres, en particulier les scènes de la vie quotidienne, scènes d’intérieur ou champêtres. On ne se lasse pas de les regarder, elles suscitent un émoi particulier et offrent un instantané poétique de la vie ». Espérons que la réédition de cet album Vol I, permettra de ressentir à nouveau le souffle de cette époque difficile, à la fois tragique et douce, et de se représenter visuellement les émigrés russes, tels qu’ils étaient en ces années-là.

g

Ce premier ouvrage publié en 1999 est exclusivement en russe. Il fait partie de la collection d’ouvrages sur l’émigration russe. Il sera réédité avec toutes les légendes des photos en français et en russe, comprenant de nouvelles images découvertes  et de 160 pages il passera à 200 pages.

Réédition pour le fin août 2019, à l’occasion des 2O ans de cette merveilleuse collection et à la mémoire de la mère d’Andreï Korliakov et de son père.

Les parents d’Andreï Korliakov :
Tatiana Kapitonova & Alfred Korliakov

Le premier ouvrage avait été financé en grande partie par sa mère, qui vivait avec son mari à Ekaterinbourg et Andreï, lui,  à Paris. Elle n’avait aucune notion de l’existence des Russes Blancs, elle fit confiance à son fils, dans cette démarche insolite et inhabituel de rétablir l’histoire, tout au moins un pan ignoré pas la majorité du monde, surtout en Russie

3

Dés maintenant commander votre réédition du Vol I

Expédition fin août, du colis le jour même de réception du règlement. Références de suivi ou recommandé communiqués par courriel. Le délai de réception est de 48 heures à 10 jours. Le colis est soigné : les albums et surtout les angles sont protégés avec du papier-bulle. La boîte du COLISSIMO RECOMMANDÉ est très solide et supporte facilement 1-3 albums.

Toutes les livraisons à Paris sont gratuites !

Préciser si vous voulez une dédicace de l’auteur.  Possibilité d’envoi en Amérique (USA, Canada, Argentine…) par bateau, au prix de 15 euros ( l’envoi prend de 2 à 3 mois)

Adressez la commande à : korliakov@emigrationrusse.com

” L’ÉMIGRATION RUSSE en PHOTOS” VOL I bis

50€

Plus de renseignements: CLIQUEZ

 

3

Prochainement va sortir le Volume VII

3

Plus de renseignements sur Emigration Russe et Andreï Korliakov: CLIQUEZ

Librairie les Éditeur Réunis, Ymca Press

11 rue de la Montagne Ste Geneviève, 75005, Paris

Tél: 01 43 54 74 46

Horaires :du mardi au samedi – de 10 h à 18 h 30

 

 

10
Août

Ensemble Cyrillique à Eguilles

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Concert

Ensemble des Solistes de Saint-Pétersbourg

Jeudi 22 août à 19h

Église st Julien, Eguilles

.

 


L’ensemble de solistes CYRILLIQUE est lauréat des concours de Russie, lauréat du concours international “Le monde chantant”.

Cinq solistes constituent l’Ensemble Cyrillique crée en 2004 : Nadezda Snegova, Nadezda Isaeva, Daniil Sokolov, Ilya Demutskiy et Alexander Minchenko. Le chef artistique du groupe, Ilya Demutskiy est lauréat de plusieurs Concours Internationaux (notamment aux Etats Unis, en Italie ou le Président de la République l’a décoré personnellement). L’ensemble se produit trois fois par an en France dont l’objectif est de porter la culture musicale russe à l’occident

L’ensemble chante a capella. Le groupe est composé de solistes, ce qui lui permet d’interpréter également des soli de soprano, mezzo-soprano, de ténor et basse accompagnés de chants du groupe. Perpétuant ainsi les traditions russes du chant d’ensemble, « Cyrillique » inclut dans son répertoire les meilleures œuvres de musique sacrée, des mélodies de célèbres compositeurs russes, des chants populaires faisant partie du patrimoine folklorique russe. Plusieurs oeuvres interprétées par l’ensemble sont arrangées par son chef musical.

Ilya Demutsky

Le groupe CYRILLIQUE chante a capella les meilleures oeuvres sacrées et mélodies des compositeurs russes et chansons traditionnelles sous la direction du compositeur mondialement connu Ilya Demutsky, lauréat du prix national Masque d’or, du prix europeen Oscar, auteur de la musique pour quelques ballets qui sont mis en scene au theatre Bolchoy de Moscou, aux Etats Unis, de deux operas et de plusieures oeuvres pour le choeur etc.

L’une des particularites de ce groupe consiste dans le fait qu’il est compose exclusivement de chanteurs et chanteuses solistes, ce qui permet au groupe d’interpreter des soli de soprano, de mezzo-soprano, de  tenor et de basse.


Le groupe vient chanter régulierement en France depuis 2004 surtout dans des églises et des cathédrales. A Paris il a chante deux fois a l’église de La Madeleine, deux fois à  la chapelle Saint-Louis de l’Ecole Militaire, plusieurs fois au Conservatoire Serguey Rachmaninov de Paris. Il a été invité 16 fois à la cathédrale de Chartres, d’Auxerre, de  Bayonne, de Rodez, de Rouen, de Tulles. Au total  il a fait plus de quatre cent cinquante concerts dans de différents coins de la France.

Le concert sera compose de deux parties:

  1.  Chants sacrés

2.  Mélodies et chansons traditionnelles.

3

Église saint Julien d’Eguilles

Pour remplacer l’Eglise paroissiale, tombée en ruines, en 1681 est rebâtit une église, qui mesure 30 m de long, 14 m de large, 18 m de haut. En  1761, il y a orgues, cloche, galopin. En 1889, l’église menace de tomber en ruines, en mars 1909, une souscription est ouverte pour les réparations ; croyants et incroyants  participent généreusement à cette souscription. Si bien que fin avril, les travaux sont bien avancés quand le tremblement de terre du 11 Juin 1909 remet tout en question. Ce fut un désastre dans tout le pays. Le Petit Marseillais , journal local écrit :  «A Eguilles, l’église et le château sont en très piteux état et les maisons ne valent guére mieux ».

       Grâce à un emprunt municipal et au dévouement de la nouvelle municipalité, que les travaux commencèrent en avril 1912. Le 8 Juin 1913, eut lieu la bénédiction de la nouvelle Eglise. Le drapeau de la France flotte au sommet de la vieille tour du château. Quand Mgr Bonnefoy arrive à 9 h, l’Eglise est envahie. A 10 h, il fait son entrée, entouré de nombreux prêtres. Les chants sont exécutés par la schola de Salon : messe en grégorien du Xéme siécle et par les paroissiens. Au milieu d’une foule à genoux , Monsieur le curé apporte le Saint Sacrement dans sa nouvelle demeure. C’est là qu’a lieu tous les 30 Août la bénédiction des chevaux à l’occasion de la fête de la Saint Julien.

  u

Eglise Saint-Julien

place Gabriel Payeur, 13 510 EGUILLES

Renseignements et inscriptions : 04 42 92 68 78 / 06 20 97 35 68

Contacts : contact@datchakalina.com
www.datchakalina.com

 

Exposition “Constantin Somov (1869-1939)”

du  jeudi 8 oût au lundi 4 novembre 2019

Château Mikhailovsky, Saint Pétersboug

L’arlequin et la femme (1912)

Constantin Somov – l’un des plus grands maîtres de l’art russe de la première moitié du XXe siècle, représentant de l’association de création “le Monde de l’Art”. Somov a créé des portraits de personnages célèbres de l’âge d’argent, des paysages, des livres illustrés et des magazines, participé à la conception de productions théâtrales.

L’exposition présente des œuvres de toutes les périodes de l’œuvre de Somov, du milieu des années 1890 à la fin des années trente.

Portrait d’Anna Karlovna Benois (1896)

 Les œuvres de l’artiste ont été présentées il y a seulement 50 ans, en 1969, à l’occasion du centième anniversaire de l’artiste. L’exposition de cette année présente non seulement les célèbres toiles «Portrait d’Anna Karlovna Benois» (1896), « Baiser volé» (1908), «Arlequin et la femme» (1912), mais également des portraits créés pour le magazine Golden Fleece contemporains du maître: Alexander Blok, Vyacheslav Ivanov, Eugene Lansere et autres. Les visiteurs peuvent également voir des photographies d’archives et du matériel documentaire liés à la vie et au travail de l’artiste.

Constantin Andreevich Somov (Константин Андреевич Сомов) né le 30 novembre 1869 à St Péterbourg, mort le 6 mai 1939 à Paris, Il mena une vie intéressante et réussie. Malgré le long développement de son propre style artistique, il a retrouvé son visage à l’âge de trente ans – il était recherché, sécurisé et reconnaissable.

Mais cela ne le rend pas heureux: l’âme de l’artiste a toujours été tourmentée par la contradiction entre le monde réel et le monde fantastique où il s’est plongé pour créer ses chefs-d’œuvre.

L’autocritique sans fin et destructrice la mange de l’intérieur tout en développant son potentiel créatif.

Portrait du poète V. Ivanov, 1906

 Entre 1888 ret 1897, il étudie la peinture à l’Académie Impériale des Beaux Arts et fréquente pendant trois ans l’atelier d’ Ilia Répine avec Igor Grabar, Philippe Maliavine, Anne Ostroumova-Lebedeva. Il affectionne en particulier l’art rococo, à la manière de Fragonard et de Watteau, et privilégie la peinture à la gouache. Il se lie pendant ses études avec Alexandre Benois, Serge Diaguilev et Léon Bakst et se rend avec eux à Paris en 1897. Somov fréquente alors les ateliers de Whitler et de l’Académie Colarossi. Lors de leur retour en Russie, Somov contribue par ses illustrations à la revue Mir Iskousstva  que ses trois compagnons fondent en 1899.

Portrait M.G. Lukyanov 1919

Pendant les années 1910 , Somov illustre les œuvres d’Alexandre Block et réalise notamment une série de personnages de la commedia dell’arte.

Ses peintures sont exposées au Salon d’Automne à Paris en 1906, et en Allemagne, où une première monographie lui est consacrée en 1907.   Il devient membre de l’Académie impériale en 1913 et il est nommé professeur à l’École des beaux-arts de Pétrograd (Saint-Pétersbourg) en 1918.

Livre érotique “Marquise” 1918

En 1923, il émigre aux États Unis, ou il ne reste qu’un an dans ce pays qu’il déclare incompatible avec son tempérament artistique. Il s’installe alors à Pari,s où il illustre entre autres Manon Lescaut, Daphnis et Chloé et les poèmes de Puchkin.

Pouchkine 1899

Vers la fin de sa vie, il peint surtout des portraits. À sa mort en 1939, il est inhumé aucimetière de Ste Genviève des Bois.

Femme à la robe bleue

Le coeur de Konstantin Andreevich Somov s’est arrêté à l’âge de 69 ans. À ce jour, sa peinture “Rainbow” (vendue aux enchères de Christie’s en 2007 pour 3,7 millions de livres sterling) est incluse dans la liste des peintures les plus chères des artistes russes.

Portrait d’Alexandra Levchenko 1914

Mais beaucoup plus complet sur  Somov dans l’art russe sont les mots de son ami Alexandre Benoit:

«Même si le domaine de la créativité de Somov est limité, laissez-le ne rien révéler de nouveau , ne développez pas nos connaissances, ne soyez pas occupé à résoudre des problèmes insolubles et ne fondez pas un nouvel enseignement de l’esthétique, laissez-le se conclure du début à la fin. quelque chose de modeste en soi, cependant, cette fonctionnalité vit dans celle-ci qui reste plus précieuse que toutes les innovations, tous les “élans de l’inatteignable”, tout ce dont nous en avons marre maintenant à satiété complète et ce qui donne envie de fuir sans réfléchir. La principale caractéristique de cet art “modeste” est son inspiration incontestable – la véritable “miséricorde de Dieu”. Et nous devons penser que lorsque tout ce brouillard, tout le cauchemar des mensonges qui ont maintenant inondé le royaume de l’art, sera vaincu.”

Portrait Benois

Les spectateurs recevront plus de 100 peintures et œuvres graphiques des collections du musée russe, de la galerie Tretiakov, du musée Pouchkine nommé d’après A.S. Pouchkine, Musée de la recherche de l’Académie des arts de Russie et des collections privées.

3

Palais Château Mikhailovsky

Sadovaya, 2, Saint Pétersbourg

Métro : Gostiny Dvor , perspective Nevski , Chernyshevskaya

 

Horaires :

Lundi 10h00-18h00
Palais Mikhaïlovski et bâtiment Benois ouverts jusqu’à 20h00
Mardi Jour de congé
Le mercredi 10h00-18h00
Jeudi 13h00-21h00
Vendredi 10h00-18h00
Samedi 10h00-18h00
Le dimanche 10h00-18h00
6
Août

Troïka ballet russe à Six Fours les Plages

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Comité de fêtes de Six Fours les plages

Spectacle Ballets Russes

Ensemble Troïka

Vendredi 09 août 2019 à 21h30

Parc de la Méditerranée, 83140, Six Fours les Plages

 

Un des plus prestigieux spectacles en matière de danses, chants et musiques slaves.
L’ensemble Troïka emporte son public sur les plus belles mélodies traditionnelles du pays de l’Est.
.
.
Sous la direction d’ Alexeï Birioukov, maître de la balalaïka, accompagné par Andreï au bviolon, Galina Biriukova spécialiste des chants traditionnels russes et tziganes,au bayan Guennadi Kopeika, le chanteur basse Valéri Orlov. Neuf danseurs présentent de tableaux flamboyant tel: Kozatchoc, l’hiver slave ou Gopak….
.
SANS RÉSERVATION.
.
3
.
Le Parc de la Méditerranée s’étend sur environ 10 hectares.

Son positionnement à la pointe du Cap Nègre offre des vues panoramiques sans nulle autre pareille sur les éléments remarquables du grand paysage : la lagune du Brusc, l’archipel des Embiez et la baie de Sanary-sur-Mer, le massif du Cap Sicié et au loin le bec de l’aigle ciotadin et le parc national des Calanques.

Propice à la rêverie et aux promenades, on s’y presse en famille pour profiter de la buvette, des manèges et aires de jeux.

Parc de la Méditerranée 
Corniche de la Coudoulière
83140 Six-Fours-les-Plages

 

 

5
Août

Chœur du Patriarcat russe de Moscou en France

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 Chœur du Patriarcat russe de Moscou

en France

du lundi 12 au jeudi 15 août 2019

Festival “Voix et Musique au Prieuré”,

Musiques du monde” de l’Abbaye de Sylvanès

et le Festival de musique du Comminges.

 

Le Chœur du Patriarcat russe de Moscou sous la direction d’Anatoly Gindenko de retour en France.
Les trois grands festivals accueilleront ce collectif bien connu pour l’originalité de son répertoire et la beauté des voix qui le compose: Festival “Voix et Musique au Prieuré”, Festival “Musiques sacrées – Musiques du monde” de l’Abbaye de Sylvanès et le Festival de musique du Comminges.

t

Fondé par Anatoly Grindenko au Monastère Laure de la Trinité Saint-Serge, près de Moscou, le Chœur du Patriarcat russe de Moscou voit le jour en 1980. Selon la tradition, il se compose de 12 à 13 membres. Les chanteurs sont tous d’éminents chercheurs passionnés par le répertoire pour voix d’hommes, depuis la musique d’église orthodoxe jusqu’à celle des dernières années du régime soviétique. À cette époque, le chœur a passé plusieurs années à décoder d’anciens manuscrits et à donner les premières représentations d’œuvres restées dans l’ombre pendant plusieurs siècles. Avec l’effondrement de l’Union soviétique, le chœur a pu s’ouvrir et se produire en Europe et en Amérique afin de diffuser cette musique à un large public. Ainsi, de concerts en enregistrements, le chœur s’est bâti une réputation internationale à la hauteur de la beauté des voix qui le composent. En 1988, le chœur est récompensé par le Grand Prix à l’Ohrid Summer Festival en Macédoine.

Très souple dans son choix de répertoire, le chœur aborde des styles de musique très différents : la musique ancienne et la musique spirituelle bien entendu, telles qu’elles étaient interprétées autrefois dans les églises, mais aussi des chants traditionnels issus du folklore russe. Ce prestigieux chœur fait revivre, selon le style monodique ou en bourdon, le répertoire russe du XIVe au XIXe siècle, les chansons populaires ainsi que les œuvres de musique sacrée des grands noms de la musique russe tels que Tchaïkovsky, Rachmaninov, Gretchaninov ou Sviridov.

t

Lundi 12 août 2019, 21h00

Festival “Voix et Musiques au Prieuré”

Le Prieuré de Grammont

“Gloire à la Mère de Dieu”

La Mère de Dieu occupe une place très importante dans l’orthodoxie russe. Toute la souffrance de l’humanité et l’admiration devant le monde céleste se prosternent devant Sainte Marie. Vénérée comme une dièse, très proche de Dieu, elle demeure par ailleurs très liée à l’humanité en représentant son espoir, son refuge et la Mère miséricordieuse. Elle garde le mystère de la création divine qu’elle partage avec l’humanité dans l’intimité maternelle.

t

Mercredi 14 août 2019, 17h00

Festival “Musiques sacrées – Musiques du monde”

de l’Abbaye de Sylvanès

“Gloire à la Mère de Dieu”

Dans l’orthodoxie russe Sainte Marie est demeurée vierge avant, pendant et après l’enfantement. Cette virginité n’étant pas à prendre au sens organique ou physiologique du terme, mais au sens d’une virginité psychologique et spirituelle: « il faut être vierge pour devenir mère » dans le sens où notre psychisme doit devenir totalement silencieux pour entendre et engendrer le Logos (la Vie). Un programme de ce concert des polyphonies et chants znamenny et extraits de la Liturgie Mariale orthodoxe russe du 16e au 20e siècles.
Un univers sonore dense et profond qui fait apparaître un monde de couleurs !

t

Jeudi 15 août 2019, 20h30

Festival de musique du Comminges

Cathédrale Notre-Dame de Saint-Bertrand-de-Comminges

Liturgie orthodoxe du XIX siècle & Chansons populaires russes

« Le Chœur du Patriarcat russe de Moscou est reconnu pour son excellent niveau d’interprétation et la qualité de ses recherches musicales. Il semble avoir, ce jeudi soir, conquis le cœur des spectateurs présents dans la petite église Notre-Dame du Cap-Lihou » Ouest-France Granville

3

Prieuré de Grammont 85110 Saint-Prouant
Placement libre assis
Tarif plein : 14 euros, Tarif réduit* : 8 euros, Gratuit pour les moins de 7 ans                                Réservation: par téléphone au 02 28 85 85 70.

3

Abbatiale Abbaye de Sylvanès 12360 Sylvanès

Tarifs: A: 25€, B : 20€ Tarif C: 20€                                                                                                                  Réservation: Tel.+33(0)5 65 98 20 20

3

Cathédrale Notre-Dame de Saint-Bertrand-de-Comminges 31510 Saint-Bertrand-de-Comminges

Tarifs: A: 25€, B : 20€ , Tarif C: 11€                                                                                                                  Réservation: Tel.+33(0)5.61.88.32.00