25
Nov

Vente art russe Paris Douot

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Vente Art Russe “Русское Искусство”

samedi 8 décembre 21018

Hôtel Drouot, salle 15 11h et 14h

Icones & art religieux, Gravures & lithographies , Archives & manuscrits, Numismatique,  Romanov, Affiches, Argenterie, Émaux ,Objets de vitrine, bijoux & Fabergé , Porcelaine,  Bronzes, Art populaire & folk art, Militaria, Ballets russes, Livres,Tableaux.

Expositions Publiques Vendredi 7 décembre de 11h à 18h

Extraits du catalogue

Belle croix pectorale en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes) sertie de brillants de différentes tailles, surmontée d’une couronne impériale. Médaillon central peint sur métal ornée d’une scène de la Crucifixion. B.E. (quelques manques). Moscou, vers 1890. Orfèvre : A. A. Moukhine. H. 15 x L. 7,3 cm. Poids brut : 57,6 g,1000/1500 €

 

Icône de voyage de la Mère de Dieu de Kazan. Tempera sur bois. Russie, fin du XIXe siècle. Dans sa belle oklad en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes) à décor émaillé polychrome cloisonné. T.B.E. Moscou, vers 1890. Orfèvre : EAK, non identifié. H. 9 x L. 7,5 cm. Poids brut : 103,7 g. Икона Казанской Божьей Матери, путевая. 3000/5000 €

 

Icône du Christ Sauveur de Smolensk. Tempera sur bois. Russie, fin du XVIIIe – début du XIXe siècle. Dans son oklad en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor ciselé et repoussé. Légendes gravées des noms des saints entourant le Christ en pied. B.E. Moscou, 1801. Orfèvre : Alexei Ratkov. H. 38, 2 x L. 32 cm. Poids brut : 2346,0 g. Икона, Христос Спаситель Смоленский. Темпера на дереве. 3000/5000 €.

Cartes de la Russie. Lot de 7 lithographies : Carte des régions limitrophes de la mer Caspienne, c.1728, rehaussée à l’aquarelle. – Carte de l’Empire russe par Eman Bowen, XVIIIe siècle. – Carte de Tartarie, XVIIIe siècle. – Carte de la Russie, atlas Clouet, 1787, rehaussée à l’aquarelle. – Carte de Tartarie, XVIIe siecle, rehaussée à l’aquarelle. – Gravure de Moscou, 1743, rehaussée à l’aquarelle. B.E. Formats divers. Карты России. 7 литографий: карта приграничного Каспия, c.1728, акварель. – Карта Российской империи Эмана Боуэна, XVIII в. – Карта Татарии, XVIII в. – Карта России, атлас Clouet, 1787г., акварель. – Карта Татарии, XVII в., акварель. – Гравировка Москвы, 1743 г., акварель. Состояние хорошее Различные форматы 300/500 €

 

Brevet de nomination au poste de Consul général à Hambourg de l’assesseur de collège Bacheracht, Kameny Ostrov, le 31 août 1825. Signé par Alexandre Ier et le comte Nesselrode. Avec le sceau impérial. Pliures mais complet. On y joint la traduction officielle en allemand du précédent document. Manque le sceau. Pliures. Грамота о назначении на должность генерального консула в Гамбурге колледжского ассесора Бачерахт, Камени Остров, 31 августа 1825 г. Подписано Александром I и графом Нессельроде. Императорская печать. В сложеном виде. Прилагается официальный немецкий перевод предыдущего документа. Печать утрачена. В сложенном виде. 200/300 €

 

Tolstoï et Gorki. Lot de 7 tirages argentiques de presse représentant : – Léon Tolstoï : deux fois seul dont en promenade, une avec sa famille, une avec Maxime Gorki (divers formats). – Maxime Gorki : portrait seul, anniversaire 1868-1936 avec des acteurs, anniversaire avec Mark Twain. 7 фотографий. Изображены Л.Толстой и М.Горький. 150/200 €

 

Pendule en bronze doré et patiné représentant le tsar Pierre le Grand sur le lac Ladoga. L’Empereur se tient à la barre d’une embarcation en pleine tempête. Décor de palmettes et rinceaux. Chiffres romains. B.E. (mouvement vendu en l’état). Russie, milieu du XIXe siècle. H. 35 x L. 26,5 x P. 10 cm Historique : « Alors de Piter (Saint-Pétersbourg) Pierre Ier s’embarqua sur la Neva et sur le Ladoga ; tout à coup la tempête s’élève, une bourrasque, un orage épouvantable. A grand’peine ils arrivèrent au nez de Storojevski. Le tsar débarqua. Entouré des flots, la tête lui tourna de voir la mer bleue. « Allons, toi, mère humide, la terre, ne t’agite pas, ne prends pas exemple sur ce stupide lac. « Aussitôt il ordonna de knouter et de fouetter les vagues irritées. Le lieu, où il les fustigea de ses mains impériales s’appelait l’Ecueil sec, et depuis ce temps on l’appelle l’Ecueil du tsar. Depuis lors le Ladoga est devenu plus paisible ; il a ses jours de calme comme les autres lacs, et vous voyez, continue le narrateur : nous y naviguons, nous y prenons du poisson. » (V. Barsof, Petr Veikii v narodnykh predaniakh Siévernago kraïa (Pierre le Grand dans les traditions populaires du pays septentrional), Moscou, 1872.) Часы, бронза позолоченная и патинированная. Царь Петр I. На циферблате римские цифры. Состояние хорошее. Россия, середина XIX в. 2000/3000 €

 

Alliance Franco-Russe. 1- Foulard de l’alliance. 1896 Kronstadt 1891-Toulon 1893. Paris Louvre 1896. Par G. Laveissière et Chamont. Déville Rouen. 42 x 48. B.E. – 2- Médaille pour la revue des 9-10 octobre 1896 par le Tsar. Liste des bataillons de chasseurs à pied et alpins ayant participé. Diamètre : 39 mm . B.E. 3- Médaille avec l’aigle impériale russe et au revers les armoiries de la république française. Diamètre : 36,5 mm B.E. 4- Médaille à l’ancre entouré de l’Aigle impériale et RF. Souvenir de Cronstadt 1891- Toulon 1893. Diamètre : 25,5 mm B.E. 5- Médaille « France-Russie », Cronstadt-Toulon, 1891-1893. Représentation d’un navire de guerre. 30 x 36 mm. B.E. 6- Bouton à l’effigie de Nicolas II en uniforme. Diamèttre : 31 mm. B.E. 7- Médaille France-Russie, Cronstadt-Toulon . Juillet 1891- Octobre 1893. Représentation de matelots et de navires en rade, éclairés par la « Paix ». Diamètre : 30,5 mm. B.E. 8- Médaille de table Paris octobre 1896, profils de Nicolas II et de l’impératrice. Diamètre :35 mm. B.E. 9- Médaille France- Russie, Nicolas II empereur de Russie. Buste de l’empereur en uniforme. Diamètre : 32,5 mm Sans anneau 10- Deux Petits aigles impériales, avec drapeaux et sans, fabrication française des années 1890- 1900. B.E 11- Médaille souvenir de Paris-Toulon, octobre 1893 ; Revers : Cronstadt-Toulon avec portrait de l’empereur et du président de la République. Diamètre : 43 mm. B.E. 12- Médaille « Vive la Russie, Union et fraternité ». Souvenirs La flotte française à Cronstadt 23 .7.1891, la flotte russe à Toulon 13.10.1893. Avec ruban français et russe impérial combiné. Diamètre : 27,5 B.E. Лот 12 значкоб и медалей Франко-Российский альянс. 600/800 €

Affiche de l’Exposition russe hippique et ethnographique. 1895. Au Champ de Mars. Par Houbrac. Représentations de cosaques de l’escorte impériale. Konvoï. H. 120 x L. 82 cm. Entoilée. T.B.E. Représentations de cosaques de l’escorte impériale. Konvoï. – Афиша русской конно-этнографической выставки. 1895. Марсово Поле. Houbrac. Представления казаков Императорского конвоя. 120 х 82 см. Дублирование. 600/800 €

Quatre planches polychromes de Bilibine, Les contes des mille et une nuits. Fernand Nathan éditeurs. B.E. Lithographies en couleur, numérotées et signées dans la planche. Vers 1932-1938 – Le cheval enchanté – Sindab le marin – Le Chasseur – Alladin ou la lampe merveilleuse H. 34,2 x L. 90,5 cm. Entoilées. B.E. – Четыре полихромных билибинских листа, сказки «Тысяча и одна ночь». Изд. Фернан Натана. Дублирование. – Алладин – Синдбад Мореход – Очарованная лошадь – 34,2 х 90,5 см. Дублирование. 6000/8000 €

 

Rare samovar en argent 84 zolotniks (875 millièmes) repoussé et ciselé, le corps piriforme avec anses élevées, le couvercle pourvu de deux boutons, le fut balustre en partie ajouré à décor floral, la base polylobée reposant sur quatre pieds boules, garnitures en corne, intérieur vermeil. Très bon état, léger accident à la garniture du robinet. Saint-Pétersbourg, 1861. Orfèvre : I. SAZIKOV, avec aigle de Fournisseur de la Cour impériale. Maître-essayeur : A.N Mitine (actif 1842-1877). Porte également les poinçons d’importation du grand-duché de Finlande (d’après 1810, de titre « 813 H » et de la ville d’Helsinki). H. 44 x L. 33 cm. Poids brut : 3925 g (environ). Références : Ignati Pavlovitch Sazikov (1793-1868), fils du fondateur de la firme, Pavel Fedorovitch, reçoit en 1837 le privilège de fournisseur de la Cour impériale de Russie. Références : Ignati Pavlovitch Sazikov (1793-1868), fils du fondateur de la firme, Pavel Fedorovitch, reçoit en 1837 le privilège de fournisseur de la Cour impériale de Russie. Редкий самовар. Серебро, резное и чеканное. Проба 84. Грушеобраный корпус с высокими ручками. Крышка с двума хватками. Поддон украшен цветочным орнаментом, на четырех ножках в виде шариков. Отделка из кости. Внутренняя часть корпуса позолоченная. Состояние очень хорошее. Незначительное повреждение отделки крана. Санкт-Петербург, 1861 г. Ювелир: И. САЗИКОВ, клейма : изображение орла – поставщик Императорского двора. Пробирный мастер: А.Н. Митин (годы службы:1842-1877 гг). Имеются также клейма для импорта в Великое княжество Финляндское (после 1810 г. проба «813 H» и город Хельсинки). 44 x 33 см. Вес брутто: 3925 г (приблизительно). 6000/8000 €

 

Centre de table servant de coupe à fruits en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à double anse en forme de buste de femme, monté sur quatre colonnes corinthiennes reposant sur un socle ovale en onyx vert. Il est gravé d’une dédicace en russe « À notre cher directeur F.F. Proillar. En souvenir. La direction et les ouvriers des verreries du sud de la Russie ». Plaquettes avec les dates 18/VI 1902 et 13/VI 1911. Avec une doublure en cristal taillé. B.E. (usures et petit accident au socle). Moscou, 1908-1917. Orfèvre : Mikhaïl TARASOV. H. 22,5 x L. 32 cm. Poids brut : 3790 g (environ). Украшение центральной части стола. Чаша для фруктов. Серебро. Проба 84. Две ручки в форме женского бюста. На четырех коринфских колоннах, на подставке из оникса. На пластинке выгравировано посвящение «Нашему дорогому директору Ф. Ф. Пройларь. На память. шефы и рабочие зеркальных заводов юга России ‘’. Даты 18 / VI 1902 и 13 / VI 1911. Хрустальная обкладка. Состояние хорошее. (потертости и незначительные повреждения у основания). Москва, 1908-1917 гг. Ювелир: Михаил ТАРАСОВ. 1800/2500 €.

 

Belle paire de cuillères à caviar en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), à décor niellé représentant notamment la cathédrale de l’Annonciation au Kremlin de Moscou, manches torsadés. Dans leur écrin de présentation de la Maison Proudnikov. B.E. (taches). Moscou, 1908-1917. Orfèvre : MC possiblement pour Maria Semenova. L. 18,5 cm. Poids brut total : 170,6 g. Две ложки. Серебро. Черная эмаль 1000/1500 €

 

Étui à cigarettes en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à décor repoussé d’une jeune amazone avec son cheval. Fermoir avec pierre verte. B.E. Inscription gravée : « Cher Robik, de papa et maman, 3/VII/ 51 ». Moscou, 1908-1917. Orfèvre : M.oHb, non identifié. H. 11x L. 8,5 cm. Poids brut : 222,6 g. Портсигар. Серебро. Амазонка и лошадь. Застежка с камнем Клеймо «84» Московский кокошник 1908 г. Ювелир: М. онб, неизвестен. Выгравированная надпись: «Дорогому Робику, от папы и мамы, 3 / VII / 51». 11x 8,5 см 400/600 €

 

Boucle de ceinture caucasienne en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor émaillé polychrome cloisonné de rinceaux feuillagés, se fermant par un kindjal miniature également émaillé. B.E. (légères usures). Saint-Pétersbourg, 1908-1917. Orfèvre : A.K. Dalman. L. 7,5 cm. Poids brut : 54,2 g. Эмалированная кавказская бляха. Серебро. Два полихромных эмалированных элемента, закрытых эмалевым кинжалом. Клеймо, 84, Петербургский кокошник 1908 г. Ювелир А.К. Далман. 7,5 см, 300/500 €.

 

Pot couvert probablement à col en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), à décor émaillé polychrome cloisonné de tulipes stylisées à la manière des émaux de Solvychegodsk ou Usolsk du XVIIe siècle sur un fond crème dans des réserves se dégageant d’un fond vert olive, le corps en forme de bulbe reposant sur un piédouche bordé de perles émaillées rouge. B.E. Moscou, 1899-1908. Orfèvre : Feodor RÜCKERT. H. 7,5 cm. Poids brut : 81,6 g. Сосуд с крышкой, вероятно, для клея. Проба 84. Полихромная эмаль. Москва, 1899-1908 гг. 400/600 €.

 

Épingle en or russe 56 zolotniks (583 millièmes) retenant deux œufs miniatures pendentifs montés en or (750 millièmes, probablement non russes), l’un en pierre dure bleue, l’autre émaillée rouge guilloché. Bon état. Saint-Pétersbourg, 1908- 1917. Orfèvre : illisible. L. 3 cm. Poids brut total : 11,4 g. Булавка русская, золото. Проба 56. Два миниатюрных яйца-подвески, проба 750. Вероятно, не русские. Состояние хорошее. Санкт-Петербург, 1908- 1917 гг.` 200/300 €.

 

Cafetière en porcelaine du service du Cottage de Péterhof. À décor central sur chaque côté du blason du palais à fond bleu figurant une épée traversant une couronne de roses, entouré de l’inscription en russe sur fond or : “Pour la Foi, le Tsar et la Patrie”. Deux éclats à la base, un au bec verseur avec un fêle et anciennes restaurations (en l’état). Manufacture impériale de Porcelaine, Saint-Pétersbourg, époque Alexandre III, datée 1885. H. 21,2 cm. 600/800 € Provenance : Service commandé entre 1827 et 1829 par l’empereur Nicolas Ier (1825- 1855) pour le Palais Alexandria dit “Cottage”, demeure néogothique construite dans le parc Alexandria de Péterhof par l’architecte A. A. Menelaus et offerte par le tsar à son épouse l’impératrice Alexandra Féodorovna. Ce service, utilisé pour le dîner, le dessert et le thé/café, était composé à l’origine de 530 pièces, il fut doublé en 1835 puis réassorti jusqu’au règne de Nicolas II, et était accompagné d’un service en cristal orné du même blason dont nous présentons ci-après un verre. Ce motif intitulé “Fleur Blanche”, conçu par le poète Joukovski, fut inspiré d’un des personnages du roman de “L’Anneau magique” par le chevalier de La Motte-Fouqué, et c’est ainsi que l’on surnommait l’impératrice Alexandra Féodorovna, née princesse Charlotte de Prusse, qui utilisa ce blason pour sa résidence privée du Cottage. Кофейник, фарфор. Из сервиза « Коттеджа » в Петергофе. Каждая сторона украшена дворцовым гербом. 500/700 €.

 

Rare assiette en porcelaine, réassort du service “aux camées” de l’impératrice Catherine II. Manufacture impériale de Porcelaine, SaintPétersbourg, époque Nicolas Ier (1825-1855). Marque en bleu sous couverte au chiffre du tsar Nicolas Ier. B.E. (légères restaurations au fond bleu). D. 27 cm. Provenance : – Au mois de Juillet 1776, une commande particulière de l’impératrice Catherine II de Russie parvient à la manufacture royale de Sèvres par l’intermédiaire de son ambassadeur le prince Bariatinsky. Il s’agit d’un service de table pour 60 convives, qui sera le « plus important et le plus onéreux » que la Manufacture ait jamais réalisé. Из сервиза «Камея», императрицы Екатерины II. Осуществлялось пополнение. Императорский фарфоровый завод. Санкт-Петербург, при Николае I (1825-1855). Клеймо синего цвета, вензель Николая I. 4000/6000 €

 

Ensemble de 4 tasses de forme évasée et leurs soucoupes en porcelaine, à décor noir et or sur fond violet ou vert représentant la flèche de l’île Vassilievski à Saint-Pétersbourg et d’un trophée à la Marine avec ancres dans des cartouches de style néoclassique. Bon état. Manufacture Lomonosov, Léningrad, époque soviétique (marquées). H. 9,5 x D. 16 cm. Чашка в форме факела и блюдце. Фарфор с черным и золотым орнаментом на фиолетовом фоне. Памятник гавани и трофей с якорями, для морского флота. 600/800 €.

 

TOURGUENEFF Pierre Nicolaiévich (1854-1912). Cheval au pas. Bronze, signé sur la terrasse “P. Tourgueneff” (manque le rêne fixe sur sa gauche). Fonte du début du XXe siècle. H. 31 x L. 34 cm. П. H Тургенев. Лошадь на прогулке. Бронза. Подпись ‘’’П. Тургенев’’ на основании. Начало XX в. Состояние хорошее. 1800/2000 €.

 

Tirelire en cuivre martelé, de forme circulaire, la prise formée par la figure de Baba Yaga, ouverture à charnière, avec fermoir. B.E. Manufacture Stroganov, vers 1900. Marque au dos. H. 11,7 x L. 11 cm. L’école de Stroganov fut fondée à Moscou par le comte Sergei Grigoryevich Stroganov en 1825 et devint officiellement l’Institut Impérial Stroganov pour les Arts Industriels en 1901 lorsqu’elle fut placée sous le patronat de la sœur de l’impératrice, la grande-duchesse Elisabeth (1864-1918). L’atelier de cuivre de l’Institut ouvrit ses portes en 1902, les étudiants suivaient alors un cursus de 8 ans et étaient encouragés à créer leur propre style en plus de copier les œuvres de renom. Ce plat apparaît comme une composition originale. Pour le Tricentenaire des Romanov en 1913, les étudiants de l’école Stroganov ont réalisé plusieurs objets pour les membres de la Famille impériale, notamment le plat monumental représentant des scènes de l’élection de Michael Romanov au rang de tsar, qui fut présenté à l’empereur Nicolas II. Копилка. Медную, чеканная. Форма круглая. Ручка в виде силуэта Бабы Яги. Шарнирное отверстие с застежкой. Завод: СТРОГАНОВ, около 1900 г. 800/1200 €.

 

Grande aiguière en cuivre, à décor repoussé et martelé de style Art Nouveau, l’anse, le bec verseur et la base dorés. Gravé sur la base circulaire en russe et en latin de la devise : “Au cher Prince de la part de Kostia, Otto, ?, in vino veritas, 1914, II, 25”). Bec verseur à ressouder. Russie, circa 1914. H. 36 cm. Большой кувшин. Медь. Стиль ар-нуво. Ручка и носик позолоченные. Выгравированы на круговой основе на русском и латинском девизе: «Дорогому Князю оть Кости, Отто, Гаврюши, Истина в вине, 1914, II, 25». Носик кувшина нуждается в пайке. 800/1000 €

 

Paire de bottes de jeune fille en cuir brun et polychrome, intérieur en tissu rouge. B.E. Russie, début du Xxe siècle. H. 34 x L. 22 cm (taille environ 33). Пара сапог. Кожа. Коричневый фон и полихромная отделка. Внутренняя отделка из красной ткани. Состояние хорошее. Россия, начало XX в 200/300 €.

 

Plaque de l’ordre de Saint André le Premier grade. Russie, début du XIXe siècle. Modèle typique des fabrications de la première partie du règne d’Alexandre I. Aigle noire brodée avec croix de Saint André sur la poitrine. Inscription pour la Foi et la Fidélité brodée, rayons argent garnis de canetilles. D. 11 cm. E.M. Premier ordre russe créé par Pierre le Grand en 1698. Il ne fut jamais largement attribué, moins de 900 récipiendaires à la fin de la monarchie. D’abord brodées, les plaques en argent et émail commencent à apparaître vers 1812 et ne se généraliseront qu’au milieu du XIXe s. Шитая звезда ордена св. Андрея Первозванного. Начало XIX в. Металические звезды появились только в 1812 г. Типичный образец начала царст. Александра I. 11 см 2500/3000 €.

 

Croix de Saint-Stanislas de 3e classe avec glaives. Or 56 zolotniks (583 millièmes) et émaux. Orfèvre : Vera Dietvald pour Edouard. 1908-1917. Ruban d’origine, avec une boîte ancienne. D. 4 cm. Poids brut : 16,1 g. Крест святого Станислава, «3-й степ. с мечами. Золото. Клеймо: Вера Дитевальд. Эдуард. «56» кокошник 1908 г. Кокошник на рукояти мечей. Собственная лента с коробкой, старого образца. 800/1000 €.

 

Lot de 3 décorations : – Jeton du 4e Tirailleurs de la Famille Impériale. Attribué à A. Tchernichev, 25/VIII/ 1915. 1ere promo. Bronze avec sa chainette. 24,8 mm. B.E. – Médaille pour le zèle. Nicolas II. Argent. 30 mm. – Médaille pour la guerre Russo-Turque. 1877-1878. Bronze foncé. 26,5 mm. On y joint un œuf pendentif à décor émaillé (H. 2 cm) et un bouton de col niellé (D. 3 cm). Жетон л.г. 4-го Стрелкового полка (Императорской семьи). Вручена А.Чернышову, 25/VIII/ 1915. Бронза. 24,8 мм Медаль за усердие. Николай II. Серебро. 30 мм Медаль за Турецкую войну, 1877-1878. Темная бронза. 26,5 мм Небольшое пасхальное яйцо. Бронза. Эмаль. 10 x 19 мм Пуговица, выполненная в кавказском стиле. Диаметр: 30 мм 150/200 €.

 

Uniforme de petite tenue de chambellan, règne de Nicolas II. Bon état et complet, doublure soie. On y a rajouté des pattes d’épaule de fonctionnaire. A la poitrine médaille argent « pour le zèle » et aigle de cuivre fabriquée en France lors de l’Alliance franco russe. Avec une épée de fonctionnaire modèle 1855, de belle qualité, avec fourreau et dragonne en cannetille. Вицмундир придворных чинов 1855-1917 гг. Шпага гражданских чиновников, обр. 1855 г. С темляком 4500/6000 €

 

Giberne d’officier de la cavalerie de la Garde. Mod. 1889. Une pointe de rayon de l’étoile cassée. H:8,5 x L: 16,5 x P: 3,5 cm Лядунка офицерская, Гвардейская кавалерия. Обр. 1889 г. Утрачен кончик одного луча. 1000/1200 €.

 

Sabre caucasien, Daghestan. Début XXe s. Eléments métalliques à gravure profonde, travail de Lak. Garde à croisée entièrement en argent avec tête d’aigle. Lame réglementaire russe mod. 1909 avec monogramme d’Alexandre III (Empereur sous le règne duquel l’officier a été breveté) et sur l’autre face l’aigle impériale. Fourreau bois et cuir, trois garnitures argent niellé, sur une, face intérieur, inscription « Caucase ». Usure au cuir. L. 96 cm. Сабля кавказская. Дагестан. Начало XX в. Крестовина рукояти полностью серебряная с головой орла. Лакская работа. Русский армейский клинок, обр. 1909 г. С вензелем Александра III и Императорским орлом. Ножны из дерева и кожи. Три прибора, черненое серебро. Надпись «Кавказ». Дл. 96 см- 1800/2000 €.

 

Boîte pour sceau impérial en cuivre estampé, frappé de l’aigle impériale de Russie. B.E. Russie, époque Catherine II (1762-1796). D. 17,5 cm. Коробка для хранения печатей. Штампованная медь, с изображением Императорского орла. Царствование Екатерины II. Диаметр 17,5 см, толщина 2,2 см. Хорошее состояние. 400/600 €.

 

BRUCKOY, école russe du début du XXe siècle. Portrait en pied d’un chevalier-garde. Sculpture en régule, sur un socle circulaire inscrit Russie et signé sur la terrasse en lettres latines. Sur un socle rond en bois noirci. Usures, traces de dorure. H. 54 cm (hors socle). Статуэтка. Кавалергард в полный рост. Баббит. На круглом цоколе, надпись «Россия». Основа, деревянная, круглая. 700/1000 €

 

SAINT-PETERSBOURG. Plan-Guide dressé par le Conseil municipal de St. Pétersbourg en 1897, SaintPétersburg, imprimerie P. Jablonsky, 1897, 128 p., in-8, reliure en percaline bleue ornée en couverture du blason de la ville, texte en français. САНКТ-ПЕТЕРБУРГ. ПЛАН-ГИД, 1897 г. 180/250 €.

 

DRONNIKOV Nikolaï (né en 1930). Portrait de Serge Lifar. Encre sur papier, monogrammée en bas à droite et daté 9. VII. (19)81. Encadré. H. 32 x L. 24,5 cm. ДРОННИКОВ Николай (род. в 1930 г) Портрет Сергея Лифаря. Бумага.Чернила. Инициалы внизу справа и дата 9. VII. (19) 81. В раме. 200/300 €

BOGDANOFF-BELSKY Nikolaj (1868 – 1945) Paysan à la croix de l’ordre de Saint Georges. Huile sur toile d’origine 48 x 58 cm Signe en bas à gauche en cyrillique Bogdanoff – Belski. Sera inclus ds le catalogue raisonné d’Alexandre Kuznetscov БОГДАНОВ-БЕЛЬСКИЙ Николай (1868-1945) Крестьянин с крестом ордена Святого Георгия. Масло, холст. Подпись внизу слева на кириллице. 5000/7000 €.

 

ZANKOVSKY Ilya Nicolaiévitch (1832-1919). Vallée dans le Caucase au clair de lune. Huile sur toile, signée en bas à gauche et datée 1919. Restaurations et léger accident. H. 105 x L. 60 cm. Provenance : collection Antonina Klichova (1909- 2002), amie de l’artiste, puis par descendance. Biographie : Zankovsky a suivi des cours à l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg (1862-1863). Il vécut dans le Caucase, à Tiflis, où il a principalement peint des paysages, travaillé la technique de l’aquarelle. Ses peintures ont été exposées à la Société caucasienne pour la promotion des beaux-arts, à la Société d’assistance mutuelle des artistes du Caucase, ainsi qu’a la Société des aquarellistes russes. Ses œuvres sont représentées dans un certain nombre de collections régionales de musées en Russie (musée régional des beaux-arts d’Omsk, musée d’art d’Odessa, musée régional du Daghestan), au Musée national russe ainsi que dans des collections privées et à l’étranger. ЗАНКОВСКИЙ Илья Николаевич (1832-1919). Долина в лунном свете на Кавказе. Холст, масло. Подпись слева внизу. Датировано 1919 годом. Провенанс: Коллекция Антонины Клишовой (1909-2002). 15000/20000 €.

 

KOROVINE Aleksei (1897 -1950) Paysage au manège Huile sur isorel 74,5 x 106 cm Non signé КОРОВИН Алексей (1897-1950). Пейзаж с каруселями. Масло, изорель. Без подписи. 5000/7000 €

 

 

ERTÉ, Romain de Tirtoff dit (1892-1990), d’après. La demoiselle à la balancelle. Miroir rond orné d’une superbe monture en bronze argenté de style Art Nouveau. Signé au dos dans un triangle ERTÉ PARIS 1907. Modèle tiré à 10 exemplaires. H. 45 cm. La Demoiselle à la balancelle est une des premières sculptures, si ce n’est la première, de Roman Petrov de Tyrtov (Erté). Réalisée à l’âge de 15 ans lors d’un premier voyage à Paris en 1907, cette œuvre est d’une facture moins précise que les autres de ses sculptures, mais contemporaine de l’Art Nouveau. Erté l’a tellement considérée comme mineure qu’elle ne parait pas dans sa biographie officielle. ЭРТЕ, Роман Тыртов (1892-1990). Девушка на качелях. Круглое зеркало украшено превосходной серебряной бронзовой рамкой в стиле ар-нуво. Подписано на оборотной стороне ERTÉ PARIS 1907. 1500/2000 €.

 

Constantin TERECHKOVITCH (Moscou 1902 – Monaco 1878) Femme à la voilette Huile sur toile d’origine 62 x 51 cm Signé et daté sur le côté à droite C. Terechkovitch 37 ТЕРЕШКОВ.ИЧ Константин Андреевич (1902-1978). Женщина в фиолетовом. Холст, масло. Подписано C. Terechkovitch и датировано 1937 годом с правой стороны. 2500/3500 €.

 

KALMAKOFF Nicolas (1873 – 1955) Princesse au cerf.  Huile sur carton 38 x 72,5 cm Signé du cryptograme et daté 1925 en bas à gauche КАЛМАКОВ Николай (1873-1955). Принцесса с оленем. Масло, картон. Подпись в виде криптограммы внизу слева. Датировано 1925 годом. 10000/15000 €.

 

LARIONOV Mikhaïl (1881-1964), attribué à. Composition rayonniste. Aquarelle sur papier, monogrammée en bas à droite. H. 24 x L. 39 cm. ЛАРИОНОВ Михаил (1881-1964). Конструктивистская композиция. Акварель, бумага. Присутствует монограмма художника внизу справа. 700/1000 €.

 

RUSAKOV Svetozar Kuzmich (1923-2006). Le loup et le vieux pécheur. Celluloïd. Séquence de film animé, 16e série. Numéroté 67 et 41A. Encadré. H. 25 x L. 32,5 cm. Provenance : conservé par la fille de l’artiste РУСАКОВ Светозар Кузьмич (1923- 2006). Волк и старый рыбак. Целлулоид. Анимированная раскадровка, 16 серия. 67 и 41A номер. 600/800 €.

En vente une série de 28 gouache à vendre également de cet artiste, qui travailla dans le studio d’animation «Soyuzmultfilm» dans le département d’animation dessinée à la main et il etait le chef de production de la plupart des films de V.M. Kotenochkin. 

 

DRONNIKOV Nikolaï (né en 1930). Début de l’hiver. Huile sur toile, monogrammée en bas à droite et datée 1997. Encadrée. H.72 x L.99 cm. ДРОННИКОВ Николай (род. в 1930 г.). Начало зимы. Холст, масло. Имеется монограмма автора внизу справа, Датировано 1997 годом. 600/800 €.

 

Expositions Publiques:  Vendredi 7 décembre de 11h à 18h

Experts:  Maxime CHARRON 124 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris expert@maxime-charron.com 06 50 00 65 51

Gérard GOROKHOFF Tél: 06 75 10 64 94

Hotel Drouot: salle 15 vente à 11h et 14h

9 rue Drouot, 75009 Paris

Métro: Richelieu Drouot (lignes 8 & 9)

Bataille de Borodino ou bataille de la Moskova.

Nous ne pouvons pas inviter l’Autriche-Hongrie, mais nous pouvons inviter l’Autriche“, ainsi que les dirigeants d’autres pays qui n’existaient pas il y a 200 ans, a pour sa part indiqué le chef de l’administration présidentielle russe Sergueï Ivanov, qui présidait la réunion. Il a appelé le ministère à étudier cette question. Plusieurs ambassadeurs seront invités mais pas les chefs d’états.

Reconstitution de la bataille de Borodino

Plusieurs pays européens participeront aux célébrations. Selon le vice-premier ministre russe Alexandre Joukov, un descendant de Napoléon se rendra en Russie pour les festivités. Une traversée équestre de trois mois reliant la Russie à la France est organisée en juin 2012.

Une fête se déroulera sur le champ de Borodino, théâtre de la fameuse bataille franco-russe de 1812 que les Français appellent la bataille de la Moskova, avec la participation de clubs de l’histoire militaire de France, de Pologne, de Belgique et d’Ecosse. Fêtes lancées en juin, qui se prolongeront jusqu’à la fin de l’année, soit une durée équivalente à celle des combats qui ont fait rage en Russie en 1812.

Carte de la bataille de Borodino le 7 septembre 1812.
En bleu l'armée française et en rouge l'armée russe.

Les informations présentées par le projet présentent de manière détaillée les prémisses et les conséquencesde la guerre, la répartition des forces avant le début des combats et les pertes militaires des pays, les équipements et les armes du début du XIXe siècle et le bilan desbatailles. Les principaux événements de la campagne, la disposition des forces ennemies, les déplacements des armées et les lieux des batailles seront présentés sur une carte interactive.

 Les cuirassiers saxons de Latour-Maubourg attaquent les cuirassiers russes.
La redoute Raevsky se trouve à droite, dans la fumée.
À l'arrière-plan, on distingue l'église de Borodino

Le 26 août 1812, les deux armées immenses – russe, dirigée par Koutouzov et la Grande Armée de l’Empereur français Napoléon se sont rencontrées face à face. Les français fonçaient vers Moscou, l’ancienne capitale russe pour frapper la Russie eau cœur. Koutouzov a décidé de donner l’ assaut général dans le champ de Borodino, ayant  appliqué au préalable la politique de la terre brûlée sur près de 2 000 km entre la frontière russe et Moscou

Le général Koutouzov sur le champ de bataille de Borodino.

Dans le village de Gorki, où était situé son poste de commandement, s’élève le monument à Koutouzov, raconte Ludmilla Tourachova,  employée du musée militaire et historique de Borodino:
” Cet obélisque tétraédrique en granit rouge est couronné par l’aigle de bronze qui plane – le symbole de la victoire. Sur l’obélisque, on voit une  épée dorée – l’avertissement  aux ennemis sur le châtiment. Sur le bas-relief de bronze, est  représenté Koutouzov avec ses compagnons d’armes le jour de la bataille. Sur le piédestal, on peut lire ces paroles : l’Ennemi est rejeté ».

Monument à la gloire du général Koutouzov.

Tout le champ de Borodino est couvert de monuments. Ils s’y trouvent par groupes, ou séparément, au milieu

des vastes prairies. Ce sont des tours, des obélisques, des colonnes,  des pierres de forme irrégulière.

Principal monument (27 mètres de hauteur) à la gloire de cette victoire .

Sur eux, on voit des aigles en  bronze, des bas-reliefs, des couronnes de laurier et des croix de Saint-Georges.

Un des monuments.

Au centre du champ de Borodino, il y a un musée militaire. Le bâtiment moderne a été construit en 1912.

Musée historique de Borodino .

Devant le musée, on voit  les canons de l’armée napoléonienne. Au seuil du 200ème  anniversaire de la bataille de Borodino et le jour de la bataille, le 7 septembre, à Borodino se passeront diverses manifestations. Une fête se déroulera sur le champ de Borodino, théâtre de la fameuse bataille franco-russe de 1812 que les Français appellent la bataille de la Moskova, avec la participation des clubs de l’histoire militaire de France, de Pologne, de Belgique et d’Ecosse.

Un musée de la Guerre de 1812 sera inauguré dans la capitale russe à l’automne prochain, cent ans après l’adoption de la décision portant sur sa création. Il sera rattaché au Musée historique d’Etat“, a déclaré M.Boussyguine intervenant lors d’un congrès des descendants de participants à la Guerre de 1812.

La décision de créer ce musée a été prise en 1912. Une importante collection a été rassemblée grâce aux familles des participants des campagnes de 1812-1814. La Première Guerre mondiale, la révolution bolchévique de 1917 et l’instauration du pouvoir soviétique ont empêché la réalisation de cette initiative.

M. I. Koutouzov sur le champ de bataille de Borodino(toile de Guerasimov) 

Moscou possède un musée-panorama “Bataille de Borodino”, hébergeant une installation panoramique consacrée à l’une des plus grandes batailles de la Guerre de 1812.

Musée du panorama de Borodino à Moscou.(38, Kutuzovsky prospect)

C’est à moins de 150 km de Moscou que se déroula à Borodino, le 7 septembre 1812, l’une des batailles les plus importantes de la campagne de Russie.

Elle opposa les armées françaises de Napoléon (130 000 hommes, 28 000 cavaliers, 587 canons) aux armées russes dirigées par Koutouzov (135 000 hommes, 25 000 cavaliers, 624 pièces d’artillerie).

Korneev et ses cuirassiers contre les troupes françaises.  

Les combats durèrent plus de quinze heures sous un feu ininterrompu, semblable au roulement du tonnerre selon les dires des témoins.

Napoléon a dit:”Des cinquante batailles que j’ai données, la plus affreuse est celle livrée par moi devant Moscou. Les Français s’étaient montrés dignes d’être vainqueurs, les Russes avaient conquis le droit d’être considérés comme invincibles“.

La bataille de Borodino fut terrible en pertes humaines : 20 000 blessés et 10 000 tués chez les Français dont les généraux Montbrun, Caulaincourt, Compère, Plauzonne, Lanabère, Romeuf, Marion et Tharreau ; 35 000 blessés et 15 000 tués chez les russes dont les généraux Bagration, Kutaizov et Toutchkov.

Reconstitution d'une charge .

Le projet spécial “1812. Guerre et Paix. Nouvelle vision” faite suite à la série de programmes éducatifs, informationnels et historiques réalisés par RIA Novosti, comme les projets Titanic, Gogol. 200 ans, Bataille de Poltava, Tchekhov-2010, Gagarine, qui présentent sous une forme accessible et populaire des faits historiques célèbres, en les combinant avec des éléments interactifs divers et variés – jeux, quiz, mots-croisés, concours et contenu multimédia.

Pour le 200ème anniversaire sont attendus pas moins de 300 000 spectateurs venant des quatre coins du monde.
Participeront à la reconstitution près de 3000 fantassins, 250 cavaliers et un grand nombre d’artilleurs et leurs canons.

Les reconstitutions se passeront les 1er et 2 septembre 2012, sur la grande plaine de Borodino à quelque 100km à l’ouest de Moscou. La grande reconstitution ayant lieu le 2 septembre .

Des invités de France, d’Autriche, de Pologne et d’autres pays européens, les représentants des milieux scientifiques, culturels et religieux russes, ainsi que des descendants des participants à la bataille de Borodino de 1812 et les anciens combattants de la Grande guerre patriotique de 1941-1945 participeront aux festivités.

Le président russe Vladimir Poutine assista dimanche 2 septembre à une cérémonie commémorative.

Toute la population s’est élevée contre les envahisseurs. Son héroïsme sans précédent, sa force spirituelle et son attachement profond à sa terre ont donné à notre pays une immense force qui n’avait jamais été observée auparavant“, a déclaré M. Poutine au pied d’un monument érigé sur l’ancien champ de bataille.

Le président russe a ensuite salué les personnalités et notamment Valéry Giscard d’Estaing qu’il a remercié “infiniment” d’être venu à Borodino assister à cette reconstitution à laquelle l’Etat russe a consacré 36 millions de roubles (près de 900.000 euros).

“La France et la Russie ont été du même côté pendant les deux guerres mondiales”, a dit l’ancien président français à M. Poutine, selon les images de la chaîne de télévision publique Rossia 24.

“On a passé plus de temps ensemble qu’à se faire la guerre”, lui a répondu M. Poutine, soulignant que “la France avait presque toujours été un partenaire stratégique de la Russie”.

Sur le champ de bataille entouré d’une forêt, des cavaliers de la garde impériale russe ont affronté des soldats à cheval de la Grande Armée de Napoléon équipés de fusils à silex (l’arme des guerres napoléoniennes).

Fusil à silex Pressol et Martin.

Parmi les 3.000 acteurs, des centaines d’hommes en costume d’époque de part et d’autre, armés de sabres et d’épées, ont avancé en rangs serrés et se sont livrés à des combats sous les yeux et les acclamations de nombreux spectateurs – jusqu’à 300.000 selon les organisateurs – hommes, femmes et enfants qui ont bravé le froid automnal (10 degrés Celsius) et la pluie fine.

Pour vous rendre à ces manisfestations Artcorusse vous propose

de cliquez dans la bannière ci-dessous:

Les adhérents d'Artcorusse ont un avantage non négligeable 
renseignements à notre secrétariat.


Le 12 août à Moscou, les cosaques en cosatumes d'apparat, ont entamé leur route qui
les mènera en Biélorussie, en Pologne, en Lituanie, en Allemagne, puis en France.
Crédits photo : SERGEI KARPUKHIN/REUTERS

Autre fait marquant des célébrations du bicentenaire, une vingtaine de cosaques russes sont

partis début août de Moscou à cheval en direction de Paris, randonnée  organisée par Pavel Mochtchakov, sous la direction de l’Ataman  Alexandre Koliakine.

L'Ataman Alexandre Koliakine

Pour un voyage de plus de 2.500 kilomètres sur les traces de leurs ancêtres qui avaient

poursuivi Napoléon en 1812 après sa campagne en Russie.

Six pays vont être traversés, la Russie, le Bélarus, la Pologne, la Lituanie, l’Allemagne et la France

Video Ria Novosti: (CLIQUEZ)

Ils ne pourront rentrer dans la capitale, le Quai d’Orsay ayant décidé de les recevoir

sollennellement à Fonteinebleau, où Napoléon Ier avait abdiqué en 1814.

Une fois sur place, ils espèrent, mais sans les chevaux cette fois,

aller jusqu’à Paris et se “laver les pieds dans la Seine”,

ironise le chef Alexandre Koliakine.

l'Ataman Alexandre Koliabine

Les cosaques russes, qui participent à une traversée équestre Moscou-Paris à l’occasion du bicentenaire de la victoire russe dans la Guerre patriotique de 1812, ont quitté jeudi 6 septembre Varsovie, soit 26 jours après leur départ de Moscou et ont déja parcourue 1 250 km.

 

Ivan Constantinovich AÏVAZOVSKY  est un artiste né en 1817 à Théodosie (Crimée) il est mort en 1900 dans la même ville, d’origine arménienne. C’est un des maîtres de la peinture de marine qui a marqué l’histoire et les périodes romantiques et ralistes de l’art russe. L’adjudication la plus ancienne enregistrée sur le site est une peinture vendue en 1983 chez Sotheby’s et la plus récente est un dessin-aquarelle vendu en 2020.

Le tableau “Golfe de Naples”, créé par Ivan Aivazovsky en 1878, a été vendu deux fois plus que son coût estimé soit près de trois millions de dollars jeudi 4 juin 2020.

Lors de la même vente aux enchères, ils ont acheté une autre toile d’Aivazovsky. Un connaisseur de l’art russe a donné plus d’un demi-million de dollars pour “Bateau sous le clair de lune” (1868).

 

Les collectionneurs ont également été invités à voir «Harvest» de Pyotr Konchalovsky, «Vue sur Moscou» d’Alexeï Savrasov (1830-1897) et un portrait de sa femme, peint par Konstantin Makovsky.

.

«Vue sur Moscou» d'Alexeï Savrasov 1873 Huile sur toile.


h

Le programme de la prochaine vente aux enchères, qui se tiendra du 9 au 17 juin, comprendra plus de deux cents articles en argent et en porcelaine et des produits de la société Carl Faberge. Sotheby’s London.

Tél: +44 207 293 5000

enquiries@sothebys.com

5
Juin

Journée internationale de la langue russe CRSC: A. POUCHKINE

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Journée internationale de la langue russe 

221 ième anniversaire d’Alexandre Pouchkine

( 6 juin 1799 )

Christine Zeytounian-Beloüs

fait la lecture de ses traductions

des œuvres d’Alexandre Pouchkine 

Nadezhda Kondakova présente l’essai

“Des quantités incommensurables de Pouchkine”

Pouchkine comme notre contemporain 

Samedi 6 juin 2020 

Site Web : crsc.fr

 

Première des traductions en français des œuvres d’Alexandre Pouchkine sur le site du CRSC à Paris

Le 6 juin, dans le cadre des événements du CRSC à Paris pour la Journée internationale de la langue russe, célébrée par l’ONU à l’occasion de l’anniversaire du grand poète russe Alexandre Pouchkine, aura lieu une première.

Le 6 juin 2020, marque le 221e anniversaire de la naissance du grand poète russe Alexandre Sergueïevitch Pouchkine. Le temps nous éloigne du poète, écrivain en prose, dramaturge exceptionnel, mais son héritage et ses œuvres ingénieuses continueront sans aucun doute à vivre pour toujours.

À l’occasion de la Journée internationale de la langue russe, le samedi 6 juin, officiellement célébrée par les Nations Unies, le jour de l’anniversaire du grand poète russe, une vidéo exceptionnelle sera présentée sur le site-web du Centre de Russie pour la science et la culture à Paris (crsc.fr). Les étudiants français des Cours de russe du CRSC se préparent depuis longtemps à ce projet : ils ont sélectionné des œuvres qui leur tiennent à cœur, ont révisé le vocabulaire, amélioré les compétences de prononciation et pratiqué les compétences de récitation.

 

g

 

La célèbre traductrice littéraire Christine Zeytounian-Beloüs présentera ses nouvelles traductions des poèmes d’Alexandre Pouchkine.

Christine Zeytounian-Beloüs est née à Moscou et vit à Paris depuis son enfance. Elle est l’auteur de traductions du russe vers le français de plus de 30 livres de nombreux poètes, classiques et contemporains russes, tel que Andreï Biély, Andreï Bitov, Venedikt Erofeïev, Anatoli Kim, Vladimir Makanine, Alexeï Slapovski et d’autres.

En 2019, son travail avec le livre documentaire de Grisha Bruskine a été récompensé par le prix Russophonie–2019, dont elle devient lauréate pour la meilleure traduction d’une œuvre de littérature contemporaine du russe vers le français.

Depuis de nombreuses années, elle est rédactrice en chef de la revue bilingue « Lettres russes », dédiée aux nouveaux noms de la littérature russe et russophone.

Christine Zeytounian-Beloüs compose ses propres œuvres poétiques en russe et en français, récite remarquablement les classiques, expose en tant qu’artiste peintre.

À la demande du CRSC à Paris pour des concours et des projets internationaux, elle réalise avec virtuosité des traductions littéraires de célèbres chansons soviétiques dédiées à la Grande Guerre patriotique.

C’est grâce aux traductions littéraires que la renommée européenne de Pouchkine acquiert des forces déjà de son vivant. Écrivain, historien et traducteur français, Prosper Mérimée était fasciné par les œuvres du classique russe, les traduisait et comparait le poète à George Gordon Byron.

Aujourd’hui comme hier, les romans de Pouchkine sont adaptés au cinéma, des opéras et des pièces de théâtre sont mis en scène d’après ses œuvres, ses ouvrages sont régulièrement réédités et traduits.

Parfois, l’élégance du texte original n’est pas entièrement préservée lors de la traduction. Il existe de tels exemples dans la littérature mondiale. Certes, pour transmettre le génie d’un écrivain, il faut avoir un talent unique.

Christine Zeytounian-Beloüs a une sensibilité particulière au texte original. Ses traductions des œuvres d’Alexandre Pouchkine seront présentées en avant-première au public du CRSC à Paris.

Le recueil complet de ses traductions des œuvres du grand poète russe sera publié en 2021 aux éditions Circé dans la collection « Pouchkine, Les plus beaux poèmes d’amour ». Ce livre prendra certainement sa place dans la bibliothèque personnelle des amateurs de la littérature russe.

Les lectures se dérouleront en ligne, en russe et en français, dans la rubrique « Archives littéraires du CRSC » sur le site crsc.fr.

h

 

Nadezhda Kondakova présente l’essai “Des quantités incommensurables de Pouchkine” Pouchkine comme notre contemporain “”

Poète, traducteur, dramaturge, chercheur en art A.S.Pouchkine.

En russe sans traduction.

N.V.Kondakova – poète, traducteur littéraire, dramaturge, historiographe, chercheur en littérature et créativité russes A.S.Pouchkine.
Elle a étudié à la Faculté de Philologie de l’Université d’État de Saratov, diplômée de l’Institut littéraire. A.M. Gorky. Elle était en charge du département de poésie du magazine Banner et du magazine October.

Publié en tant que poète depuis 1966. Auteur des livres «Wonderful Day» (1975), «House in the Open Field» (1981), «Arrow» (1983), «Non-migratory Bird» (1985), «Nomad» (1986), « J’aime – et c’est pourquoi j’ai raison »(1989),« Double Vision »(1991)« Incognito. Poèmes du siècle dernier »(2001),« Moscow Letters »(2009),« Choice »(en bulgare et en russe, Plovdiv, 2010),« Sea of ​​Life »(2014),« Book of Love »(2018). Publié dans les almanachs «Day of Poetry», «Literary Newspaper», «Literary Russia», magazines «Youth», «New World», «Twinkle», «October», «Our Contemporary», «Rural Youth», «Continent», «Volga», «Golden Age», etc.

Ses poèmes sont présentés dans les anthologies populaires “Stanzas of the Century” (1995), “Russian Poetry of the XXI Century (2001),” Russian Poetry of the XXI Century “(2010), etc. Ils ont été traduits en anglais, bulgare, hongrois, allemand, polonais, roumain, Serbe, ukrainien, finnois, suédois et ont été publiés dans des anthologies de poésie publiées en Hongrie, aux États-Unis, en Suède, en Finlande.

L’invité du RCSC est l’auteur de plus de 10 livres de traductions des langues des peuples de l’URSS, a également traduit des poètes américains, finlandais, polonais. Pour les traductions et la vulgarisation de la poésie bulgare, elle a reçu un diplôme et une médaille du ministère de la Culture de Bulgarie (2008).

Nombreux et fructueusement engagés dans le travail de A.S. Pouchkine, la littérature et l’histoire russes. À l’occasion du 200e anniversaire du poète, avec leur mari V.V. Chepkunov, ils ont créé un projet culturel unique – «Calendrier Pouchkine» (1999).

En 2014, la pièce de N.V. Kondakova, «L’amour et la mort de Marina Mnishek», est sortie. Il est l’auteur de la chanson populaire “Viburnum is bitter …” et d’autres œuvres interprétées par des chanteurs tels que Nani Bregvadze, Maya Kristalinskaya, Tanya Bulanova, Lyuba Uspenskaya et d’autres.

Lauréat du Prix d’État de Moscou dans le domaine de la littérature et de l’art (2011). Lauréate du prix russe Pouchkine “Captain’s Daughter” (2014), prix nommé d’après S.T. Aksakov (2014), “Prix nommé d’après P. Rychkov”, Prix du magazine “Golden Age”, etc.

«Nadezhda Kondakova, après des malheurs personnels qui l’ont imprégnée toute sa vie, a progressivement forgé son talent, devenant l’auteur de poèmes philosophiques, mais en même temps frappant par le fait qu’elle a presque disparu dans la poésie – avec la capacité d’aimer passionnément. (…) Pour elle, la poésie est le salut de soi et la purification non seulement de la sienne, mais aussi de nombreuses âmes », a écrit E.A. Evtushenko à propos de Nadezhda Kondakova.

Selon le célèbre slave slave René Guerra, «Nadezhda Kondakova est un poète très spécial, pas comme les autres poètes, ni les poètes précédents, ni ses contemporains, mais un vrai poète de Dieu. (…) La principale propriété de la poésie de Kondakova est la prière, qui est tellement dans la poésie de Pouchkine. “

Spécialement pour la célébration du jour de Pouchkine cette année, N.V. Kondakova a écrit un essai, «Des quantités incommensurables de Pouchkine. Pouchkine comme notre contemporain », qui est d’abord présenté sur le site du RCSC parisien.

L’auteur analyse l’unicité et la pertinence de Pouchkine, l’incommensurable de son génie, révèle le mystère de son attrait inépuisable et la futilité de toute tentative de «le faire tomber du navire de la modernité».

Pouchkine n’est pas seulement pas du tout à jour, mais en lui, ceux qui vivent aujourd’hui, sont ouverts à de telles significations et révélations qui, peut-être en son temps, n’étaient pas revendiquées ou ne sont toujours pas essentielles pour la société russe et le développement russe“, écrit le chercheur, en s’appuyant sur citations de N.V. Gogol, P.N. Milyukov, V.V. Rozanov et des extraits de poèmes et de lettres du poète lui-même.

Pouchkine Kondakova est chère et proche, comme s’il n’y avait pas de différence entre lui et notre époque en deux siècles. Il connaît des épidémies avec nous, notant avec sagesse que ce n’est pas tant le choléra qui est dangereux que «le moral et le découragement». Avec nous, il dépasse la confrontation russe entre «occidentaux» (libéraux) et «slavophiles» (patriotes), déplore les imperfections de la société, mais admet que «je ne voudrais jamais changer la patrie». Il se dispute avec nous avec P.Ya Chaadaev, confirmant la grandeur de l’histoire de la patrie et du destin spécial de la Russie, qui “a englouti l’invasion mongole avec ses vastes étendues” et a sauvé la civilisation chrétienne (car cela fait écho à la bataille d’aujourd’hui pour notre victoire dans la Grande Guerre patriotique!).

Le secret de l’éternité et l’unicité du grand Pouchkine, selon N.V. Kondakova, est dans sa véracité et l’absence absolue de divergences entre les versets et la vie

 

CRSC à PARIS

 

61, rue Boissière
75116 Paris, France

1
Juin

Concours de dessin et de poèsie Boréalia

   Publié par: artcorusse   dans Informations

 

CONCOURS DE DESSIN et de POÉSIE

” Le Réveil de la Nature “

Date limite des remises des œuvres : lundi 15 juin

en mains propres chez Boéralia, 33 rue de la Villette, 79019 Paris

 

b

 

L’objectif est de célébrer le 21 juin, le premier jour de l’été, en l’illustrant par le dessin

ou un poème sur le renouveau et la diversité de la nature.

 

Conditions de participation :
– être âgé de 6 ans et plus (courant année 2020)
– réaliser une œuvre illustrant le réveil de la nature :
un dessin (tous supports, toute technique, taille A4 recommandée)
ou une poésie (de 4 à 8 vers)
– l’apporter chez Borealia au 33 rue de la Villette Paris 19ème ***
– si vous étiez primé, pouvoir participer à la remise
des prix le 21 juin 2020 chez BOREALIA.
Aucune œuvre envoyée par mail ou par courrier ne sera examinée.
Seuls les dépôts sur place peuvent participer.
.
.
DELPHINE AZOULAY-GONIK (de Récréations Pour Tous) – Animatrice Patrimoine et festivités, a grandit dans un environnement où les voyages, l’Histoire et la nature sont omniprésents. Après avoir travaillé 20 ans en milieu urbain dans les directions financière et qualité, elle crée en 2016, Récréations Pour Tous propose de: présenter, partager, animer, faire sourire avec des récits et son expression artistique. Nomade par son activité, Delphine sillonne la France, l’Europe, l’Asie et l’Afrique, se nourrissant des modes de vies et différences culturelles dans le monde. Sa devise : Osez vivre ses rêves, sa vie.
g
ISABELLE SALMON, sourde  de naissance, a très vite compensé son handicap en dessinant. Après des études à l’Académie de Port Royal et l’Institut Supérieur d’Enluminure, elle obtient son diplôme d’enlumineur et continue pendant quelques années à faire des enluminures sur son thème préféré : le monde féérique. Aujourd’hui illustratrice professionnelle, elle est très impliquée dans le milieu artistique et auprès des sourds.
g
LUC ARBOGAST, compositeur, musicien, chanteur contreténor et artiste peintre. Né en 1975, c’est à l’âge de 10 ans qu’il commence le théâtre puis il grandit en s’intéressant à la forêt, la magie, le dessin et l’Histoire. Dans les années 90 il s’essaye aux styles musicaux  punk-metal mais l’univers médiéval le passionne et va l’amener à jouer de nombreux instruments, chanter, faire des spectacles de rues en France et l’étranger durant 25 ans. Dès les années 2000 il compose ses premières musiques et premiers albums. Le succès est au rendez-vous. En 2013, l’émission” The Voice” fait découvrir, au grand public, ce musicien à la voix de contreténor. Luc sera une des figues marquantes de la saison 2, comme l’a prouvé son 6e album “Odysseus”. Ses chansons remportent un franc succès, les concerts dans les églises et salles prestigieuses s’enchaînent jusqu’à l’Olympia . Artiste complet, il va également régulièrement rencontrer les artisans et parler du patrimoine …mais aussi s’ exprimer par la peinture (depuis plusieurs années) et finit par créer: l’Atelier Arbogast Créations;  Il continue, en parallèle, ses tournées musicales, les concerts intimistes, les grandes scènes et ses apparitions dans les fêtes médiévales européennes.
g
PETR VINOKUROV, né en Yakoutie à l’extrême-est de la Sibérie, a toujours fréquenté le milieu artistique. Après avoir travaillé à Moscou durant plusieurs années et s’être formé au cinéma, il s’installe à Paris en 2015 pour continuer sa formation. Petr Vinokurov vit aujourd’hui à Paris, où il travaille comme monteur et réalisateur. Il réalise des films de fiction, des comédies musicales ainsi que des documentaires de société.
g
JOCELYN LEGAULT est québécois. Ancien designer en mécanique, il a réalisé toutes les cannes d’équilibres du Cirque des 7 Doigts de la Main.  Depuis des années, il met de la lumière dans les yeux des enfants avec ses traîneaux Art’ic, des traîneaux de naissance inspirés des traîneaux d’attelage des peuples du Nord.
.
7
.
.
k l k
.

BOREALIA

33 rue de la Villette 75019, Paris

Métro : Jourdain (ligne 11)

Tél :  06 07 62 93 77

Plus de renseignements : CLIQUEZ

1
Juin

Art brut russe, Marseille

   Publié par: artcorusse   dans Informations

EXPO

“L’ART BRUT EN RUSSIE”

Prolongation jusqu’au 25 juin

Galerie Polysémie, 13002, Marseille

 

A partir du mercredi 3 juin, nouveaux horaires

Du Mercredi au Samedi de 14h30 à 18h30
et sur RDV
 

Mesures à respecter :
              – Nombre limité de visiteurs à 2 personnes
              – Port d’un masque
              – Respect de la distance de sécurité

 

Pijova, Vassili Romanenkov, Yura Zeleny

Natalia Kuznetsova, Kospirovitch, Makarov, Leonov,

Lobanov, Kornilova, Medvedeva, Sarafanov…

 

La Galerie Polysémie est une galerie privée, dédiée à l’art

contemporain,  elle présente des artistes actuels et confirmés,

Polysémie favorise l’émergence de jeunes artistes ayant une forte

personnalité avec un fort positionnement international.

La Galerie Polysémie s’intéresse également aux artistes

autodidactes appartenant au monde magique de l’art brut et

plus largement de l’art singulier.

 

Yura Zeleny – 75eme anniversaire de la victoire

Yura Zeleny né le 14 février 1850,  malgré ses 69 ans passé en majeure partie, en fauteuil roulant à cause d’une maladie congénitale paralysante. Yura est un personnage souriant et charismatique. Devenu orphelin très jeune il fut placé à l’orphelinat Pavlovsk pour déficients moteurs. En 2009 on l’envoya à Zelenogorsk ou il vit et travaille encore. Il a peint toute sa vie, malgré ses déficiences, accumulant un nombre incroyable de dessins, retrouvés froissés, déchirés, cachés dans un vieux sac. Il a appris seul à lire et à écrire, étudia par lui même la littérature, y incluant le cinéma. Grâce à ses recherches sur la spiritualité, il est un personnage subtil, ayant de l’humour et un goût esthétique prononcé.

Son travail a un certain magnétisme interpelant les spectateurs, grâce  aux combinaisons mêlant naïveté , douceur, et la caricature du genre humain. On y trouve des événements historiques, religieux et des portraits de personnages soviétiques. On voit dans ses œuvres l’ironie et une réflexion sur l’existentialité. L’artiste a sa propre technique  qui est déterminée non pas, par son handicap, mais par son âme étonnante, rayonnante de lumière et de chaleur.

Les peintures de Yuri sont la quintessence d’une envie créative de vivre malgré les obstacles environnants. Il vit dans un monde où peindre est sa chance de rester avec un esprit clair et de se sentir comme une vraie personne.

Expositions personnelles à St Petersbourg en 2015  et à Moscou en 2017, et de nombreuses expositions de groupe de 2014 à nos jours, en Russie et en France au salon Art Fair en 2019 .

m

 

Singuliers, naïfs, symbolistes, handicapés… la Russie ne cherche pas à enfermer ces artistes dans les multiples catégories chères à nos compatriotes. Ce sont des artistes comme les autres, tout simplement non académiques, généralement autodidactes, souvent nommés «primitivistes».

L’art brut et outsider est d’une richesse extraordinaire en Russie, malheureusement méconnu en France car jamais montré à l’exception de quelques artistes.

 

m

 

Vassili Romanenko (1953-2013), crayon encre et stylo bille sur papier collé sur isorel.

 

m

 

Natalia Kuznetsova

Natalia Kuznetzova née à Moscou, vit et travaille aujourd’hui en Israël.

Les œuvres exposées apportent un éclairage original sur l’œuvre de Natalia Kuznetzova. Elles sont réparties en 2 séries distinctes.

1 – les « Little Gulliver » petits personnages singuliers, réalisés sur de grands papiers, peints à l’acrylique. La réunion de tous ces petits personnages crée comme une étrange symphonie dont le thème serait un géant en miniature. Pour qui veut se livrer au jeu de l’interprétation, c’est autour de l’absurde et du paradoxe terminologique et pictural que se trouve le secret de l’artiste.

Au premier regard, il semble que tous ces travaux soient identiques, impression renforcée par leur format. Pourtant, à bien y regarder, les différences apparaissent vite. Ici un observateur avec sa canne, là, un homme béatement heureux avec sa poupée, puis un dur, surveillant des traditions avec son chien, enfin un enquêteur-éventreur inspectant le cadavre d’un coq à la loupe.

Humeurs changeantes, vie intérieure, profondeurs de l’Ame, émotions dramatiques, sont autant de messages envoyés par l’artiste et les preuves de son affection pour les « Little Gulliver ». La recherche d’un au-delà de l’innocence dans sa peinture, voilà le secret que Natalia nous propose de redécouvrir.

2 –  L’on découvre un autre aspect du talent de l’artiste avec des travaux plus divers. Deux triptyques, « Adam et Eve » et « Sans titre » dans lesquels philosophie, allégorie, et tension psychologique tendent vers la parabole. L’observateur remarquera la maitrise de l’artiste pour interpréter la réalité qui devient alors la matière de l’art. Cela est particulièrement vrai dans le travail « La Traite »

Expositions personnelles (sélection) : Galerie Polysemie, Marseille, Comparison, Artist House, Jérusalem, Israël .

 

m

 

Medvedeva – Sans titre

 

m

 

Alexander Pavlovitch Lobanov (1924-2003)

Né en 1924 à Mologa, au bord d’un affluent de la Volga, Aleksander Lobanov serait, à l’âge de 6 ans, devenu sourd et muet, à la suite d’une méningite Ayant suivi sa famille à Yaroslav, il travaille dans un premier temps dans une usine, puis à 23 ans, après le décès de son père, est interné dans un établissement psychiatrique, en raison de son attitude agressive. En 1947 il sera transféré dans un autre hôpital à Affonino, où il demeurera jusqu’à la fin de sa vie.

A trente ans, il commence à dessiner, au dos d’affiches de propagande soviétique. Suite à sa rencontre avec un employé de l’hôpital, chasseur pendant ses heures de loisir, il se découvre une passion pour les armes à feu qui deviennent le sujet essentiel de son œuvre. Dans ses dessins, il trace un cadre, délimitant l’espace dans lequel, il installe scènes de chasse ou portraits , généralement autoportrait ou bien celui de Lénine ou Staline. Quelque soit le sujet, les armes à feu sont omniprésentes.

Aleksander Lobanov a également réalisé un nombre important de photographies étonnantes où il se représente entouré de décors en papier qu’il a réalisé lui-même.

m

 

Pijova, Maison de retraite.

m

Vladimir Sarfonov, Taureau 1997

Vladimir Sarfonov est né en 1947, en Allemagne de l’est, dans la ville de Brandebourg, près de Berlin. Il est autodidacte, il a travaille comme dessinateur pour le journal «Znanie-silo» ( La Connaissance est  le Pouvoir) de 1967-2004,. Il a coopéré à d’autres journaux : Science et technologie, Jeune technicien et le quotidien le Marché de la littérature.

 V.Sarafonov, La licorne

Entre 1980 et 1997 ses œuvre sont  exposée à Moscou à la Grunzinskaya Street. Dans les bureau du journal «La Connaissance est le pouvoir», à la galerie A3 et la galerie Nikar. En 1997, Vladimir avec le photographe d’Art Viktor Brel sous le titre «Frère d’armes» exposèrent à la maison des Artistes. de Moscou. Ses œuvres ont été exposés en Géorgie et aux USA. Elles sont dans des collections privées en Russie, Allemagne, Italie, Pologne, France ainsi que dans la Galerie La Palette Moscovite et celle de la Galerie Nikor; Il est décédé brutalement à l’âge de 56 ans.

 

b

 

Les artistes d’art brut, les Outsiders, appartiennent à cette catégorie d’artistes qui s’affranchissent des règles de l’académisme et des milieux culturels en créant des œuvres qui dépassent l’entendement du grand public. Ces artistes marginaux, nous procurent une pluralité de compositions tantôt inquiétantes, naïves, ou encore fascinantes. La richesse de l’art brut en Russie s’explique par les multiples répressions subies par les populations et notamment les acteurs de la scène artistique. Les conditions de vie deviennent précaires suite à la disparition du régime socialiste à la tête du pays. C’est alors que nous pouvons voir émerger des thèmes récurrents dans les œuvres d’art brut russes comme la politique, la religion, les paysages ruraux synonymes d’un attachement particulier à l’identité de la Russie, mais aussi un rapport particulier aux traditions et à la culture. L’art brut en Russie s’émancipe à contre-courant de la pensée qui émerge en France en Suisse et en Allemagne dans les années 1940 lorsque Jean Dubuffet commence à s’intéresser aux œuvres marginales. Nous considérons alors l’art brut Russe comme une catégorie à part, qui s’apprécie pour sa sincérité et le témoin sociétal, politique et culturel qu’elle représente du paysage Russe de la seconde moitié du XXe siècle à nos jours. 

b

 

La galerie Polysémie propose la découverte d’une importante sélection d’œuvres dont la variété et la qualité apportent un regard nouveau sur un art authentique trop longtemps méprisé par le petit monde de l’art officiel.

Galerie Polysémie

12 rue de la Cathédrale, 13002 Marseille

Horaires : du mercredi  au samedi : 14h30 à 18h30 et sur RDV
Tél+33 (0)4 91 19 80 52 / 06 07 27 25 58

Courriel : contact@polysemie.com

www.polysemie.com

RÉÉDITION du Vol N° 1

.

 

Emigration russe en photos, 1917-1947. Ce livre contient un échantillon de photographies prises durant l’entre-deux-guerres.
Elles concernent sans doute la meilleure part du peuple russe, celle qui à été arrachée à sa patrie. Toutes les photos sont légendées.

À L’OCCASION DU 20E ANNIVERSAIRE du célèbre album ÉMIGRATION RUSSE EN PHOTOS, 1917-1947
par l’historien-iconographe Andreï Korliakov voici la 2e édition minutieusement révisée et corrigée, la langue française est ajoutée et complétée de 30 nouvelles photos et sous le nouveau titre Histoire illustrée de l’émigration russe, France 1917-1947.
Tirage limité !

Réédition bilingue ( français – russe ).

Commandez-le en français ou en russe

Avec le Bon de Souscription de la réédition du célèbre 1er album
Histoire illustrée le l’émigration russe, France 1917-1947
Qui a donné le nom à la série ” Émigration russe en photos, 1917-1947
et sept albums par la suite sur le sujet.
Plus de renseignements : CLIQUEZ
.
.
Faites, votre souscription –  50 euros + Frais de port – en renvoyant le Bon de souscription avec le règlement à l’adresse suivante :
.
Andreï KORLIAKOV – 16 rue Frémicourt – 75015 PARIS, FRANCE
.
280 photos (N/B) – textes bilingues Français-Russe, 192 pages, 24 x 29 cm, 1,2 kg
ISBN 978-2-85065-279-0
.
En vente à la Librairie
“Les Éditeurs Réunis-Ymca Press,
11 rue de la Montagne Sainte Geneviève, V° Paris .
&
Vente en directe sur RV

 ‭06 10 39 04 35

29
Mai

Vente Art Russe chez Coutau-Bégarie & Assoc.

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

VENTE  D’ ART  RUSSE

Vendredi 12 juin 2020 à 14h

du n°309 au n°554

 

 

Expositions publiques selon les conditions sanitaires en vigueur à la

Galerie Deux 6,  66 avenue de la Bourdonnais 75007 Paris

Mercredi 10 juin – 10h00 à 19h00 Jeudi 11 juin

et vendredi 12 juin – 10h00 à 12h00

 

b

 

SOUVENIRS HISTORIQUES, ÉMAUX POLYCHROMMES, BIJOUX OBJETS DE VITRINE, MILITARIA, ARGENTERIE, MOBILIER, PORCELAINE, TABLEAUX, LIVRES – DOCUMENTS PHOTOGRAPHIES, COLLECTION ADOLPHE DUPUIS, ICÔNES, ART POPULAIRE.

 

EXTRAITS  du CATALOGUE.

 

Lot 309 : École russe du XIXe siècle.  Portrait de l’ambassadeur Pierre Ivanovitch Potemkine (1617-1700).Huile sur toile. Quelques restaurations et manques sur les bords, mais bon état général. H. : 61 cm — L. : 50 cm.

2 000/3 000 €

Historique : Pierre Ivanovitch Potemkine fut l’envoyé spécial du tsar Alexis Mikhaïlovitch à la cour d’Espagne puis à la cour de France en 1668. Dans son ouvrage publié en 1855, intituler « Récit du voyage de Pierre Potemkine » le prince Emmanuel Galitzine, raconte l’épopée de cette intéressante aventure. Référence : ce tableau est à rapprocher d’une version en pied représentant l’ambassadeur de Russie, réalisée en 1681, par Juan Carreño de Miranda (1614-1685), se trouvant au Musée du Prado à Madrid.

 

g

 

Lot 12 : ALEXANDRE Ier, empereur de Russie (1777-1825).Tabatière de forme ronde en loupe de buis et écaille, ornée sous verre bombé d’un profil repoussé en laiton doré représentant le souverain couronné en César, signé Brenet.

Bon état. Diam. : H. : 8, 5 cm — E. : 2, 5 cm.

300/500 €

 

g

 

Lot 313 : LEFRANCY L. L. ÉCOLE FRANÇAISE DU XIXe SIÈCLE. Portrait du tsarévitch Alexandre Nicolaïévitch de Russie[futur Alexandre II (1818-1881)] en costume turc.Dessin à la mine de plomb avec rehauts de gouache sur papier, signé en bas à droite et daté 1859. Légères déchirures sur les bords, mais bon état général.

H. : 54, 5 cm — L. : 44 cm.

400/600 €

Historique : Une œuvre similaire se trouve dans les collections du palais de Tsarskoïé-Sélo, réalisée par O. Brevern en 1862, d’après une miniature ayant disparu

 

g

 

Lot 317 : Maria Féodorovna, impératrice de Russie (1847-1928). Enveloppe manuscrite de sa main, datée du 20/10/1913, adressée à sa sœur la reine Alexandra de Grande-Bretagne, avec cachet en cire noire au revers de sa résidence près de Copenhague, Hvidore, et ornée du monogramme de la tsarine M. F. sous couronne impériale, conservée dans un bel encadrement moderne à baguette noire et argent.

Cadre : H. : 19 cm — L. : 23 cm.

200/300 €

 

g

 

Lot 319 : Alexis Alexandrovitch,
grand-duc de Russie (1831-1891).
Portrait photographique signé Charles Bergamasco (1830-
1896) à Saint-Pétersbourg, représentant le grand-duc en
uniforme d’officier de la Marine impériale russe, avec au bas
du document sa signature autographe : « Alexis », conservé
dans un bel encadrement moderne à baguette noire et or.
Tirage albuminé monté sur carton, format cabinet. Bon état.
Cadre : H. : 30 cm — L. : 24, 5 cm.

500/800 €

 

g

 

 

Lot 321 : Michel Mikhaïlovitch,
grand-duc de Russie (1861-1929).
Grand tirage photographique représentant le grand-duc
posant sur le seuil de sa propriété en Angleterre entouré d’une
assemblée d’amis, représentant Lord et Lady Twendmouth,
Lord et Lady Huntingdon, comte Mansdorff, Lady Lillian
Wings, Marquis et Marquise Greville, Prince et Princesse
Demidoff, Sir E. Colbrock, capitaine H. Ron. Greville, la
Comtesse Torby, Sir John Willoughby, Melle Bortwich, Lady
Colebrook. Tirage N&B, monté sur carton.
Accidents, en l’état. H. : 37 cm — L. : 48 cm.

180/250 €

 

g

 

Lot 327 : Maison Impériale de Russie.
Album contenant environ 95 clichés, de formats divers,
représentant les membres de la famille impériale, dont
l’impératrice Maria Féodorovna à cheval, le grand-duc Serge
Alexandrovitch en calèche avec sa femme la grande-duchesse
Élisabeth, le grand-duc Wladimir Alexandrovitch assistant à
des manoeuvres militaires, la grande-duchesse Maria Pavlovna
à cheval, la grande-duchesse Maria Pavlovna en calèche
avec sa fille Hélène, le grand-duc Paul Alexandrovitch,
l’impératrice Maria Féodorovna en calèche, le grand-duc
Nicolas Nicolaïévitch à cheval, le grand-duc Kyril en tenue de
marin, la grande-duchesse Hélène enfant portant un chapeau,
le grand-duc Wladimir Alexandrovitch à cheval, le grandduc
Michel Alexandrovitch enfant en compagnie du grandduc
Boris et de la grande-duchesse Hélène passant à cheval
avec ses troupes, la grande-duchesse Anastasia Nicolaïévna, la
grande-duchesse Maria Pavlovna et ses trois fils en calèche,
le grand-duc Boris enfant, la grande-duchesse Hélène à
bicyclette, etc. Usures du temps à l’album, photographies en
bon état, découpage sur la première page.
Tirages albuminés collés sur carton, vers 1888/1892.
Album : H. : 34 cm — L. : 48, 5 cm.

3 000/5 000 €

 

g

 

Lot 330. Nicolas II, empereur de Russie (1868-1918).
Clé de chambellan en bronze doré finement ciselé, ornée de
l’aigle bicéphale de l’empire russe et appliquée au centre du
chiffre de l’empereur Nicolas II et d’une guirlande de feuilles
de chêne. Conservée avec son ruban d’origine en taffetas de
soie moirée bleu ciel aux couleurs de l’Ordre de Saint-André.
Usures à la dorure, en l’état.
Travail russe – Période : Nicolas II (1894-1917).
H. : 14, 5 cm – L. : 6 cm.

2 000/3 000 €

 

g

 

Lot 339 : Olga Nicolaïevna ,
grande-duchesse de Russie (1896-1918).
Carte postale autographe signée « Olga — 1911 », adressée à
Miss Cécil Nona Kerr (1875-1960), dame d’honneur de la
princesse Victoria de Battenberg, marquise de Milford Haven,
soeur de l’impératrice Alexandra Féodorovna de Russie. Texte
en anglais, conservée dans un encadrement moderne en bois
doré. Bon état.
À vue : H. : 9 cm — L. : 14 cm.
Cadre : H. : 32 cm — L. : 22 cm.
Traduction : « A happy Easter to you darling Nona, many kisses (…) affectionate »

500/800 €

 

g

 

Lot 347 :  École russe en émigration du XXe siècle. Portrait du grand-duc Kyril Wladimirovitch de Russie (1876-1938).Silhouette découpée et collée sur papier, avec signature autographe du grand-duc en bas droite « Kyril, 7 janvier 1934», conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. À vue : H. : 45 cm — L. : 35, 5 cm.Cadre : H. : 58, 5 cm — L. : 49 cm.

1 000/1 500 €

 

g

 

Lot 346 :  Grandhomme-Nozal  Julie (1880-1966).Portrait de la princesse Louis-Ferdinand de Prusse, née grande-duchesse Kyra Kyrilovna de Russie (1909-1967).Dessin au fusain et gouache sur papier, signé en bas à gauche par l’artiste, daté 1936 et situé à Saint-Briac, conservé dans un encadrement moderne en bois doré.

Bon état. À vue : H. : 101 cm — L. : 68, 5 cm.Cadre : H. : 106 cm — L. : 74 cm.

1 000/1 500 €

g

 

Bel ensemble d’œuvres réalisées par 

ALEX-CESLAS  RZEWUSKI  (1893-1983)

Lot 352 :  RZEWUSKI Alex-Ceslas (1893-1983).Portrait de la princesse Léon Radziwill, née Dolorès (Dolly) Radziwill (1886-1966). Pointe-sèche rehaussée de couleur et de craie blanche sur vieux japon, signée en bas à gauche à la mine de plomb par l’artiste. Planche extraite de l’album n° 3 sur un tirage numéroté à 10 exemplaires, publié à Paris en 1925.

Bon état.H. : 28 cm — L. : 36 cm.

600/800 €

Historique : La princesse Dolorès fut d’abord mariée au prince Stanislas Radziwill (1880-1920) son cousin mort durant la guerre russo-polonaise, elle épousa ensuite un autre de ses cousins le prince Léon (1880-1927), « Loche », Radziwill, ami de Marcel Proust, fut l’un des modèles pour le personnage de Robert de Saint-Loup dans « À la Recherche du temps perdu ». À la mort de ce dernier, elle épousa le peintre et décorateur danois Mogens Twede (1897-1977).

 

g

 

Lot 356 : RZEWUSKI Alex-Ceslas (1893-1983). Portrait de Madame Mabelle Gilman Corey (1874-1960). Pointe-sèche rehaussée de couleur et de craie blanche sur papier vieux japon, signée en bas à gauche à la mine de plomb par l’artiste. Planche extraite de l’album n° 3 sur un tirage numéroté à 10 exemplaires, publié à Paris en 1925.

Bon état.H. : 28 cm — L. : 36 cm.

600/800 €

Historique: Mabelle Giman était une actrice américaine. En 1905 elle est l’une des plus grandes stars de la comédie musicale à Broadway. Deux ans plus tard, elle épouse William Ellis Corey (1866-1934). En 1923, le couple divorce et Mabelle devient successivement Madame Robert Scott, puis Madame Hernando Rocha. Elle sera surnommée par la presse américaine la « reine des diamants », la « plus belle blonde de Broadway » ou bien encore la « fiancée à 25 000 dollars par jour », cette Américaine qui n’eut que des maris millionnaires partageait son temps entre la Côte d’Azur et les États-Unis. À la fin de sa vie, elle se dépouilla de sa fortune et entra dans un couvent où elle finit ses jours, à New York.

 

g

 

Lot 357 : RZEWUSKI Alex-Ceslas (1893-1983). Portrait de S. A. I. la grande-duchesse Maria Pavlovna de Russie (1890-1958).Pointe-sèche rehaussée de couleur et de craie blanche sur vieux japon, signée en bas à gauche à la mine de plomb par l’artiste. Planche extraite de l’album n° 3 sur un tirage numéroté à 10 exemplaires, publié à Paris en 1925. Bon état.H. : 28 cm — L. : 36 cm.

600/800 €

Historique : fille aînée du grand-duc Paul Alexandrovitch de Russie, oncle du tsar Nicolas II, elle épousa en 1908, le prince Guillaume de Suède (1884-1965). Mariage malheureux, le couple divorce en 1914. Installée en exil après la Révolution russe à Paris, où elle rencontre l’artiste, elle se trouve très proche du prince et de la princesse Youssoupoff, par l’intermédiaire de son frère le grand-duc Dimitri Pavlovitch, avec qui le prince participa à l’assassinat de Raspoutine.

 

g

 

Archives manuscrits et correspondance du

Prince SERGE  GUEORGUÏÉVITCH  ROMANOVSKY

(1890-1974)

et divers.

Le prince Serge Romanovsky, fut un homme doué de multiples talents. À travers ses écrits et sa correspondance, nous découvrons, d’abord un officier de l’armée impériale russe, un héros de guerre, mais surtout un homme fidèle à ses engagements moraux envers le tsar Nicolas II et les siens. Puis lorsqu’il se trouve en exil, démuni de tout, il organise avec une grande volonté l’aide aux réfugiées russes en France et en Italie. Les archives que nous mettons en vente révèlent également que le prince est aussi l’auteur de nombreux articles scientifiques et historiques, mais aussi un homme d’esprit et un excellent politicien. Ses textes et ses pièces de théâtre montrent ses qualités d’écriture.

 

g

 

Lot 353 et lot 364

 

Lot 363BIRUKOFF, Eugène Alexandrovitch (1870-1934).Conseiller d’État.Lettre dactylographiée, signée « E. Birukoff», vers 1930, 6 pages, in-folio, texte en russe.

Bon état.

150/200 €

Courrier concernant le capital financier appartenant au prince Maximilien duc de Leuchtenberg se trouvant à Londres.

 

Lot 364DONDOUKOFF-IZIEDINOFF, Uriy prince (1891-1967), lieutenant-général au Régiment des Hussards de la Garde. Lettre autographe signée « Uriy Dondoukoff-Iziedinoff », datée du 22 janvier 1930, adressée au prince Serge Gueorguévitch Romanovsky, 8e Duc de Leuchtenberg (1890-1974), 1 page, in-folio, texte en russe.

Bon état.

200/300 €

Traduction : « Votre Altesse, je réponds tout de suite après avoir reçu votre lettre. L’adresse de Nicolas Orloff est “« Buisson Luzas », Salbris Loire et Cher. Je sais qu’il est parti en Italie, il va bien et les yeux de maman voient mieux. Je me souviens toujours avec une grande reconnaissance de toute votre bonté et de l’attention pendant sa maladie. Fidèle à vous, votre humble serviteur”.

 

g

 

 

Lot 385 : OZNOBICHINE Dimitri Ivanovitch (1869-1956), officier dans l’Armée impériale de Russie.Alliance Franco-Russe. Ensemble de documents sur bristol imprimé établis au nom du capitaine d’État-major Oznobichine, comprenant l’invitation officielle au nom du Président de la République française Félix Faure pour le déjeuner du 16 septembre 1898 à l’occasion des manœuvres de la Loire, le programme de la revue, le menu (7 exemplaires), le bristol de placement de table, ainsi que l’invitation au déjeuner du 11 septembre. Formats divers.

Bon état.

200/300 €

 

g

 

 

Lot 400 : ROMANOVSKY, prince Serge Gueorguévitch,8e duc de Leuchtenberg (1890-1974). Pièce de théâtre en 3 actes et 5 scènes écrite par le prince, selon l’adaptation historique de la vie du tsar Ivan IV, dit Ivan le Terrible intitulée : « Les éclaires terribles », texte autographe manuscrit en russe, rédigé sur un cahier de 118 pages, couverture en percaline noire.

En l’état.

300/500 €

 

La pièce se déroule à Moscou en juin 1547. Elle met en scène Ioanne Vassiliévitch qui recevra plus tard le nom d’Ivan le Terrible autour duquel évoluent différents personnages historiques, les boyards Kleshnine, Adashev, Zachariyne, le prince Tiemkine, le métropolite, Anastasia l’épouse du Tsar, Silvestre (le prêtre et mentor spirituel d’Ivan le Terrible), ainsi que le bouffon du Tsar. La pièce débute par la description de la solitude et des difficultés avec lesquelles grandit le Tsar. Il perd ses deux parents lorsqu’il est jeune et ne connait ni l’amour ni l’affection familiale. Il est éduqué par les boyards dans une cruauté qu’il ne pardonnera pas. Il n’oubliera jamais son enfance malheureuse. À treize ans, Ivan Vassilievitch décide d’assoir fermement son pouvoir. Il élimine la classe des puissants, en faisant exécuter le prince Andreï Chouïski. Après ce retour dans le passé, l’auteur nous ramène en 1547 où le Tsar affronte de douloureuses réflexions, perdu par la dualité de son être. Il est un homme brillant et de bonne nature, mais aussi brutal et sanguinaire. Le duc de Leuchtenberg décrit ensuite une succession d’évènements. Au mois de janvier, Ioanne Vassiliévitch accède au trône sous le nom d’Ivan IV. Son mariage six mois plus tard est suivi d’un terrible incendie qui détruit un tiers de la ville de Moscou. Puis une révolte éclate dans la capitale contre la famille maternelle du Tsar, les Ylinski. L’incendie et les émeutes sont perçus par le jeune souverain comme une punition divine. Il considère ne pas avoir répondu aux attentes du peuple et ne parvient pas à surmonter cette grave crise. Cette pièce de théâtre est écrite avec beaucoup de passion dans un style littéraire soigné.

 

g

 

 

Lot 406 : BOÎTE À PILULES EN ARGENT.Par RUCKERT et FABERGÉ, Moscou, 1908-1917.De forme ovale, légèrement aplatie, couvercle à charnières s’ouvrant par une prise en argent uni ornée d’une plaque émaillée polychrome représentant une jeune femme en tenue traditionnelle russe dans un entourage de motifs stylisés d’inspiration Art nouveau en émaux polychromes cloisonnés, intérieur vermeil. Légers accidents, mais bon état général. Poinçon titre : 88, Moscou, 1908-1917.Poinçon d’orfèvre : K. Fabergé avec marque du privilège impérial et numéro d’inventaire : 32 399. Poinçon du maître orfèvre : Théodore Rückert (1840-1917).

H. : 1, 5 cm – Diam. : 5 cm.Poids brut : 50 grs.

3 000/5 000 €

 

g

 

 

Lot 408 : FLACON À PARFUM. Par SCHEIDS, Vienne, 1872-1921.En cristal de forme cylindrique en cristal, à décor d’une monture à motifs floraux polychromes. Bon état. Poinçon titre : 800, Vienne, 1872-1921.Poinçon d’orfèvre : George Adam Scheid (1837-1921).

H. : 6 cm – Diam. : 5 cm. Poids brut : 214 grs.

800/1 200 €

 

g

 

Lot 409 : KOVCH EN VERMEIL.À décor sur la partie haute d’une large frise d’arabesques et de motifs floraux polychromes sur fond amati or, serti au centre d’une pièce ancienne à l’effigie de l’empereur Pierre II (1715-1730), datée 1728, la prise est décorée de deux têtes de paons sur fond de plume sertie de cabochons de saphir et de rubis.

 

Accidents, mais bon état général. Poinçon titre : 84, Saint-Pétersbourg, avant 1896.Poinçon d’orfèvre : illisible.

H. : 3 cm — L. : 12 cm – P. : 7 cm. Poids brut : 82 grs.

2 400/3 000 €

 

g

 

Lot 415 : Étui pour boîte d’allumettes en argent.
Par MAKSELIUS, Saint-Pétersbourg, avant 1896.
De forme rectangulaire, à décor de deux coqs ailés en émaux
polychromes champlevés encadrant un cartouche.
Petits accidents.
Poinçon titre : 84, Saint-Pétersbourg, avant 1896.
Poinçon d’orfèvre : Otto Makselius, actif de 1891 à 1898.
L. : 6 cm – P. : 4 cm – H. : 2 cm
Poids brut : 43 grs

400/600 €

 

Lot 413 : Cuillère de service à thé en vermeil.
Par KUZMICHOFF, Moscou, avant 1896.
De forme courbée, à décor d’un motif floral en émaux
polychromes cloisonnés sur fond émaillé bleu lavande, alterné
d’un décor plique à jour et gravé sur la partie avant des initiales
H. B. E. Bon état.
Poinçon titre : 88, Moscou, avant 1896.
Poinçon d’orfèvre : André Kuzmichoff, actif de 1856 à 1897,
et n° d’inventaire : 3348.
L. : 8, 5 cm – P. : 10 cm. Poids brut : 54 grs.

500/700 €

 

g

 

Lot 419 :  Marque page en argent .
À décor double face d’un aigle bicéphale en émaux
polychromes cloisonnés sur fond émaillé bleu et motif plique
à jour. Sans poinçon apparent.
L. : 11 cm – L. : 4 cm.
Poids brut : 23 grs.

200/300 €

 

g

 

Lot 425 : Chaîne en or ornée de 15 petits œufs miniatures pendentifs. 
Dont un œuf en or serti d’un cabochon de saphir avec bélière
en or (sans poinçons apparents) ; un œuf en agate, avec bélière
en or (56, illisible) ; un œuf en œil-de-tigre, avec bélière en or
(sans poinçons apparents) ; un œuf en or à décor d’arabesques
et de motifs en émaux polychromes cloisonnés, avec bélière
en or (56, Moscou, 1908-1917, Carl Fabergé) ; un œuf en
chrysoprase, avec bélière en or (56, Saint-Pétersbourg, avant
1896, Andreas Makkonen) ; un œuf en cornaline, avec bélière
en or (56, Moscou, avant 1896, Alexis Stepanoff) ; un œuf en
jaspe vert, avec bélière en or (sans poinçons apparents) ; un
œuf en purpurine, avec bélière en or (illisible) ; un œuf en or
à décor d’une torsade sertie de roses de diamant, avec bélière
en or (sans poinçons apparents) ; un œuf en aventurine, avec
bélière en or (sans poinçons apparents) ; un œuf en or à décor
coquille, avec bélière en or (56, Saint-Pétersbourg, avant
1896, illisible) ; un œuf en agate grise, avec bélière en or (56,
Saint-Pétersbourg, 1899-1908) ; un œuf en oeil-de-tigre, avec
bélière en or (sans poinçons apparents) ; un œuf en or ciselé
d’une turquoise, avec bélière en or (56, Saint-Pétersbourg,
1899-1908, illisible). Usures du temps, petits accidents, mais
bon état général.
Poinçon titre : 56, Saint-Pétersbourg, 1908-1917.
Poinçons d’orfèvres : I. D., non identifié.
Poids total brut : 41 grs.

2 000/3 000 €

 

g

 

Lot 439 :  Ensemble de six œufs miniatures pendentifs.
Dont l’un en argent est orné d’une croix de Malte en émail
blanc sur fond émaillé rouge translucide. Manque la bélière
d’attache, accidents importants, en l’état ; un en argent
émaillé de bleu turquoise translucide sur fond guilloché de
« grain d’orge ». Manque la bélière, accidents importants, en
l’état ; un en argent entièrement émaillé de bleu translucide
sur fond guilloché de « grain d’orge ». Manque la bélière,
accidents importants, en l’état ; un en cristal taillé à facettes
[probablement une topaze], orné au centre d’une fleur sertie
d’un saphir. Attache en vermeil, avec bélière non d’origine,
bon état ; un en forme de petit lapin tenant sur son dos un
oeuf en calcédoine. Manque l’attache et la base, en l’état ; un
formant un petit poussin sculpté dans un bloc de quartz rose.
Manques, en l’état. Travail russe du début du XXe siècle.
Poids brut total : 18, 6 grs.

1 200/1 500 €

 

g

 

 

Lot 435 : Montre de poche savonnette en or.

Présent offert par le tsar Nicolas II.
Par BUHRÉ, Saint-Pétersbourg, avant 1896.
De forme ronde, à doubles boîtiers guillochés, ornée sur la
face avant de l’aigle impérial des Romanoff niellé avec ruban
émaillé bleu. Écran émaillé blanc, chiffres romains pour les
heures, chiffres arabes pour les minutes, seconde à 6 heures,
aiguilles en or. En état de fonctionnement.
Bon état, manque son verre.
Poinçon d’orfèvre : Paul Pavlovitch Buhré [1842-1892].
N° d’inventaire : 19 286.
E. : 1, 5 cm — Diam. : 5 cm.
Poids brut : 97 grs.

4 000/4 500 €

 

g

 

Lot 442 : BARRETTE POUR SIX DÉCORATIONS.
Contenant la médaille commémorative de la mobilisation
général de la Première Guerre mondiale en bronze doré, avec
ruban aux couleurs de l’ordre de l’Aigle blanc, la médaille
de l’Ordre du prince Danilo de Monténégro et rubans aux
couleurs des ordres de Sainte-Anne, de Saint-Stanislas, de
Saint-Wladimir et des Romanoff. Manques, en l’état.
H. : 11, 5 cm — L. : 21, 5 cm.

600/800€

 

g

 

Lot 446 : ORDRE DE SAINT-STANISLAS.
Modèle de 1re classe. Composé de son insigne, de sa
plaque et de son ruban écharpe en taffetas de soie
moirée rouge et blanc. L’ensemble est conservé dans
son écrin d’origine, intérieur capitonnée.
Or, vermeil, émail. Bon état général.
Poinçon tire : 84, 56, Saint-Pétersbourg, 1899-1908.
Poinçons d’orfèvre : Alexandre Keibel fournisseur
officiel de la cour impériale de 1882 à 1910, avec
marque du privilège impérial.
Insigne : H. : 6, 5 cm — L. : 6, 5 cm
Poids total brut : 83 grs.

4 000/6 000 €

 

g

 

Lot 455 : Ensemble de six salerons de table en argent.
Par FENT, Moscou, 1888.
De forme circulaire légèrement évasée vers le bas, à décor
gravé d’un cartouche entouré de motifs floraux, intérieur
vermeil, avec leur pelle à sel. L’ensemble est conservé dans son
écrin d’origine en bois, intérieur à la forme en velours et soie
de couleur bleue, avec marque en lettres d’or du revendeur.
Bon état général.
Poinçon titre : 84, Moscou, 1888.
Poinçon d’orfèvre : Karl Fent, actif de 1883 à 1908).
H. : 2, 5 cm – Diam. : 4, 5 cm.
Poids total : 147 grs.

600/800 €

 

g

 

Lot 459 :  Étui à cigarettes en argent.
Par FABERGÉ, Moscou, 1908-1917.
De forme rectangulaire, couvercle à charnières, à décor sur
chaque face d’un motif ciselé de cannelures triangulaires,
prise d’ouverture en or sertie d’un saphir cabochon, intérieur
vermeil. Accidents à la charnière.
Poinçon titre : 88, Moscou, 1908-1917.
Poinçon du maître orfèvre : Mikaël Evlampievitch Perchin
(1860-1903).
Poinçon d’orfèvre : Fabergé.
L. : 8 cm — L. : 6, 5 cm – E. : 1, 5 cm.
Poids : 123 grs.

400/600 €

 

g

 

Lot 464 :  POLENOVA Élena Dimitriévna (1850-1898).
Petit cabinet mural ou Polotchka, de forme horizontale, en pin
teinté, à décor sculpté de motifs géométriques et de rosaces
polychromes, réalisé d’après un dessin signé par l’artiste, dont
un modèle similaire est visible au Musée d’Abramtsevo. La
partie basse s’ouvre par une porte coulissante latérale et la partie
haute est ornée d’une colonne sculptée à motifs polychromes
et d’un compartiment s’ouvrant par une petite porte à décor
central d’un motif floral polychrome sur fond bleu surmonté
de boutons de fleurs or. Avec attaches de suspension au dos.
Légères usures du temps, mais bon état général.
H. : 45 cm – L. : 37 cm – P. : 15 cm.

2 000/3 000 €

 

g

 

Lot 468 : Presse-papier.
À décor d’un traîneau portant un baquet en bronze doré
reposant sur un socle rectangulaire en plaquage de lapis-lazuli.
Légères usures du temps et petits manques.
Travail russe du milieu du XIXe siècle, vers 1780/1800.
H. : 9, 5 cm – L. : 14 cm – L. : 9, 5 cm.

1 500/1 800 €

 

g

 

Lot 470 : Service de table pour le couronnement

de l’Empereur Nicolas II de Russie. 
Assiette en porcelaine blanche bordée d’un double filet or et
ornée sur le haut du marli du blason polychrome aux armes de
la Maison impériale des Romanov. Usures du temps, cheveux.
Travail russe de la fin du XIXe siècle. Manufacture impériale,
avec marques au revers aux chiffres de Nicolas II datées 1896.
Diam. : 23, 5 cm.

200/300 €

 

g

 

Lot 476 : D’après Ivan Iakovïevitch Bilibine ’(1876-1942).
Portrait du tsar Boris Godounov.
Plaque en porcelaine signée en bas à gauche des initiales de
l’artiste. Bon état. Travail russe en émigration du XXe siècle.
H. : 17, 5 cm — L. : 12, 5 cm.

200/300 €

 

g

 

Lot 480 : Attribué à Jean-Balthazar de la Traverse – Circa  1790.
Pavillon Rinaldi vu du côté de la Neva.
Aquarelle sur papier, contrecollée et conservée dans un
encadrement à baguettes dorées. Porte sous la marie-louise
une inscription manuscrite en français d’identification du
lieu. Rousseurs, mais bon état général.
À vue : H. : 23 cm – L. : 34 cm.
Cadre : H. : 36 cm – L. : 46, 5 cm.

2 000/3 000 €

Historique : en 1743, le baron Sergueï Grigorievitch Stroganoff acquit
une maison, ses dépendances et un jardin face à l’île Kammeny à Saint-
Pétersbourg (située entre la grande et la petite Neva) et la rivière Krestovka.
En 1754, il commande à l’architecte italien Antonio Rinaldi (1710-1794) la
construction d’un pavillon de plaisance sur le bord de la Neva, qui fut baptisé
du nom de son constructeur.

 

g

 

Lot 484 : VASNETSOFF Victor Mikhaïlovitch (1848-1926).
Jeune fille en tenue traditionnelle russe.
Aquarelle signée en bas à gauche, conservée dans un
encadrement ancien en bois naturel.
Traces d’humidité, mais bon état général.
À vue : H. : 24 cm – L. : 15, 5 cm.
Cadre : H. : 38 cm – L. : 29, 5 cm.

500/700 €

 

g

 

Lot 489 : ROBERT Paul (1867-1934). Tous Saint-Pétersbourg
en caricature, Série 1, édité par T. R. Golike et A. Vilborg,
Saint-Pétersbourg, 1903, exemplaire n°16 sur un tirage à
200 exemplaires, imprimé sur vélin, in-folio, illustré de 48
caricatures en N&B, représentant les principaux personnages
du monde du théâtre et de la dance à Saint-Pétersbourg, dont
Chaliapine, la Balletta, Anna Pawlowa, Rimski-Korsakoff,
Karazine, etc. Légères usures du temps au dos, mais bon état
général.

500/600 €

 

g

 

Lot 491 : Armée Impériele Russe .
Ensemble de 4 grands tirages photographiques, vers
1890, représentant les officiers de u Régiment d’Artillerie
Dunabourg, du 98ème Régiment d’Infanterie Dunabourg, du
5ème Régiment des Cosaques et du 99ème Régiment d’infanterie
Dunabourg. Bon état. Tirages albuminés montés sur carton.
H. : 18 cm – L. : 23, 5 cm.

200/300 €

 

g

 

Lot 493 : VLASTO Ludmilla, née de Nittey (1899-1989).
Ensemble de 14 portraits photographiques en N&B la
représentant à divers moments de son existence lors de sa
vie en Russie. On y joint un lot de correspondances datant
de 1938 à 1939, comprenant 2 L.A.S. du prince Vladimir
Léonidovitch Viazemki (1889-1960), 8 L.A.S. de son mari
Constantin Vlasto et divers, 7 C.P.A.S. diverses et 12 C.P.A.S.
adressées aux sénateurs et à Madame de Timroth, datées de
1920 à 1940.

300/500 €

Historique : jeune fille, Ludmilla fut une célèbre danseuse russe qui épousa
Constantin (Kostia) Vlasto (1883-1967), issue d’une famille de banquier grec
installée en Roumanie. Durant la guerre des Balkans 1912-1913, ayant son
brevet de pilote, il s’engage à 29 ans dans l’armée grecque, pour libérer la terre de
ses ancêtres. Puis lors de la Première Guerre mondiale, il devient correspondant
pour le journal français Le Temps sous pseudonyme d’Étienne Labranche.

 

g

 

Lot 494 : AKHMATOVA Anna (1889-1966).
Portrait photographique en N&B représentant vers la fin de
sa vie la plus grande poétesse russe du XXe siècle posant assise
dans un fauteuil près de sa machine à écrire.
Tirage sur papier. Bon état.
H. : 20 cm — L. : 28 cm.

150/200 €

 

g

 

Lot 497 :  ÉCOLE RUSSE DU DÉBUT DU XXe SIÈCLE.
Ensemble de quatre portraits représentant la femme de l’Amiral Koltchak,
née Sophia Féodorovna Omirova (1876-1956), et ses enfants.
Dessins à la mine de plomb rehaussés à la gouache signés
« Dolly » datés 1907 et 1920. Bon état.
H. : 28 cm — L. : 21 cm.

200/300 €

 

g

 

COLLECTION DE MONSIEUR ADOLPHE DUPUIS (1824-1891).

Célèbre acteur français joua de 1860 à 1877 au Théâtre Michel (ou Théâtre français) à Saint-
Pétersbourg. Son talent fut très vite reconnu et apprécié par les membres de la Cour de Russie. L’Impératrice Maria Alexandrovna l’attacha personnellement à ses fils en qualité de professeur de diction française, puis il devient lecteur des enfants du tsar Alexandre II et l’organisateur des fêtes littéraires données à la Cour impériale.

 

Lot 512 : SANSON Justin-Chrysostome (1833-1910).
Buste d’Adolphe Dupuis (1824-1891).
Terre cuite signée au dos par l’artiste « J. Sanson », datée 1876.
On y joint un socle carré en bois noirci.
Petits accidents, mais bon état général.
H. : 53 cm — L. : 48 cm. 300/500 €

g

 

Lot 515 : Programme officiel.
D’une charade en trois tableaux intitulée « Amischka », jouée
le 5 avril 1871, au théâtre Michel à Saint-Pétersbourg, en
l’honneur de l’empereur Alexandre II, dont les personnages
principaux furent joués par des membres importants de la
cour et de la famille impériale : Comtesse Keller, prince Jean
Galitzine, les grands-ducs Wladimir et Alexis Alexandrovitch,
le baron Freedericksz, le prince Eugène de Leuchtenberg,
la Comtesse Apraxine, etc.… Texte imprimé en russe et en
français, illustrations colorisées et rehaussées à l’or par Adolphe
Charlemagne (1826-1901), imprimées par A. Paterson,
surmontées du monogramme de l’empereur Alexandre II et de
son épouse l’impératrice Maria Alexandrovna sous couronne
impériale. Usures du temps, en l’état.
H. : 38 cm — L. : 26 cm.

180/200 €

 

g

 

Lot 516 : DUPUIS Adolphe (1824-1891).
Très intéressant journal manuscrit autographe, rédigé par
Adolphe Dupuis contenant l’inventaire précis de tous les
spectacles, comédies et pièces de théâtre jouées au Théâtre
Michel à Saint-Pétersbourg et à la cour impériale de Russie
durant la période de son engagement datant du 15 septembre
1860 au 29 mai 1877, suivi de tous les comptes, recettes et
dépenses durant cette période pour tous les spectacles en
question. Chaque jour il note le nom du spectacle joué, le
nom des acteurs principaux, dont le sien lorsqu’il joue sur
scène, les lieux où sont donnés ces évènements, mais surtout
il précise par une lettre majuscule le nom des membres de la
famille impériale assistant à la représentation. Par exemple E :
Empereur Alexandre II ; I : impératrice Maria Alexandrovna ;
GDH : grand-duc Héritier (futur Alexandre III) ; GDHe :
grande-duchesse Héritière (future Maria Féodorovna) ;
GDA : grand-duc Alexis Alexandrovitch ; GDW : grand-duc
Wladimir Alexandrovitch ; GDH : grande-duchesse Hélène
Petrovna ; GDMa : grande-duchesse Maria Alexandrovna ;
GDM : grand-duc Michel Nicolaïévitch ; GDG : grand-duc
Georges : GDMl : grand-duc Michel Nicolaïévitch, etc… Il
note également quelques évènements politiques importants,
obligeant de ce fait le théâtre à fermer ses portes. Texte en
français, 172 pages, format in-folio, reliure en percaline
violette, usures du temps, en l’état

800/1 000 €

 

g

 

Lot 521 : FAMILLE IMPÉRIALE DE RUSSIE.
Album en cuir contenant 12 portraits photographiques,
signés Charles Bergamasco (1830-1896), à Saint-Pétersbourg,
représentant le grand-duc Wladimir Alexandrovitch (1847
— 1909) ; le grand-duc Alexis Alexandrovitch (1850-1908) ;
le grand-duc Wladimir Alexandrovitch (1847-1909) ; le
grand-duc Constantin Nicolaïévitch (1827-1892) ; la grandeduchesse
Olga Féodorovna (1839-1891) ; le prince de Galles
(1841-1910), futur roi Édouard VII de Grande-Bretagne ; la
grande-duchesse Alexandra Petrovna (1838-1900) ; le grandduc
Nicolas Nicolaïévitch (1831-1891) ; la grande-duchesse
Maria Pavlovna (1854-1920) ; le duc Alfred d’Édimbourg
(1844-1900) ; la duchesse d’Édimbourg, née grande-duchesse
Maria Alexandrovna (1853-1920) ; le grand-duc Georges
de Mecklembourg-Strelitz (1824-1876) ; le gouverneur du
Caucase et sa suite ; le grand-duc Serge Alexandrovitch (1857-
1905). Tirages d’époque, vers 1875, montées sur carton,
couleur sépia, avec cachet à sec au nom du photographe en
bas du document. Format cabinet. Accident à l’album.
Rousseurs, en l’état.

600/800 €

 

g

 

Lot 524 : VIERGE À LA JOIE.
Tempera sur bois conservée sous riza en argent avec nimbe en
émaux polychromes cloisonnés. Avec inscriptions historiques
en caractères cyrilliques, expliquant que cette icône de la
Vierge à la Joie inattendue a été peinte d’après le récit de
saint Dimitri, évêque de Rostov. Elle représente un pécheur
exprimant sa joie et sa reconnaissance envers son sauveur.
Usures du temps, mais bon état général.
Poinçon de titre : 84, Moscou, 1843.
Poinçon d’orfèvre : K. B., non identifié.
H. : 18 cm – L. : 15 cm.
Poids brut : 427 grs.

1 000/1 500 €

 

g

 

Lot 530 : LA CÈNE.
Surmontant la Crucifixion.
Icône russe du XIXe siècle, tempera sur bois peinte sur fond
or. Petits manques, mais bon état général.
H. : 40, 5 cm – L. : 35, 5 cm.

800/1 000 €

 

g

 

Lot 550 :  Exceptionnel kovsh en bois. 
De forme oblongue, à décor polychrome gravé de motifs
feuillagés, se terminant d’une part par une double tête de
cheval et de l’autre par une queue de cheval stylisée. Avec sa
suite de six petits kovshs en bois à décor polychrome ornés de
même. Porte une inscription en caractères cyrilliques sous la
base : « Parshine-Filiunine. Zagorsk 88 ».
Usures du temps, mais bon état général.
L. : 73 cm – L. : 20 cm – H. : 20 cm.

600/800 €

 

f

 

TÉLÉCHARGER le CATALOGUE : CLIQUEZ

 

3

 

Ordres d’achat
E-mail : information@coutaubegarie.com
24h avant la vente

Expert de la vente : Cyrille Boulay
Membre agréé de la F.N.E.P.S.A. – CEDEA
+33 (0)6 12 92 40 74
cyrille.boulay@wanadoo.fr
www.cyrilleboulay.com

28
Mai

Exposition Extérieure: Coopération au nom de la Victoire CRSC

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Exposition en extérieure:

“Coopération au nom de la Victoire. Téhéran”

du Lundi 1er au mardi 30 juin 2020

 

Année de la mémoire et de la gloire.

Exposition extérieure « Coopération au nom de la victoire. Téhéran »

Les principaux résultats de la participation des dirigeants des trois puissances alliées I.V.Staline, F.D.Roosevelt et W.Churchill à la Conférence de Téhéran (1943) :

  1. La partie soviétique a atteint l’obligation des États-Unis et de la Grande-Bretagne de débarquer les forces alliées en Normandie en mai 1944 ;
  2. L’avenir d’après-guerre de l’Allemagne, de la Pologne, de l’Iran et d’autres pays a été fixé ;
  3. Sur l’insistance des alliés ; l’URSS s’est engagée à commencer une guerre contre le Japon après la victoire sur le fascisme allemand ;
  4. Les questions de la coopération d’après-guerre et de l’instauration d’une paix durable ont été traitées.

 

3

 

Exposition sur les grilles du CRSC

 

Centre de Russie pour la Science et la Culture
61 rue Boissière, 75116 Paris

Tél : 01 44 34 79 79
Contacts : info@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)

Bus : 22, 30, 52, 82

Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp

27
Mai

Le CSCOR, Quai Branly offre …

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

LA CULTURE RUSSE en LIBRE ACCÉS

https: //centrerusbranly.mid.ru/

 

CLIQUEZ : https://centrerusbranly.mid.ru/fr_FR/culturerusse

25
Mai

Le monde après la pandémie. Conférence au CRSC

   Publié par: artcorusse   dans Informations

CONFÉRENCE en LIGNE

Le Monde après la pandémie:

sera-t-il comme avant?

par lAlexeï Portanskiy de l’ Académie des sciences russe

Lundi 1 er juin 2020 à 18h (heure de Paris)

(En français sans traduction).

 

Conférence en ligne «Le monde après la pandémie : sera-t-il comme avant ? »

Le point de vue du docteur en économie, chercheur de l’Institut de l’économie mondiale et des relations internationales de l’Académie des sciences russe Alexeï Portanskiy.

 

L’économie mondiale pendant et après la pandémie – conférence en ligne au CRSC à Paris

Le Centre de Russie pour la science et la culture à Paris soutenu par l’Institut de l’économie mondiale et des relations internationales de l’Académie des sciences russe (IMEMO) organise le 1 juin la conférence en ligne avec Alexeï Portanskiy, chercheur à l’IMEMO, professeur de l’Ecole des hautes études économiques à Moscou.

Suite à l’épidémie du coronavirus, la vie des gens est divisée en « avant » et « après ». Il ne s’agit que du confinement ou de la quarantaine mis en place dans certains pays mais aussi du sentiment de danger et d’incertitude qui s’est emparé de tous.

Tout – s’agit-il des réservations de voyage pour des vacances ou autres affaires personnelles aux stratégies de développement des projets économiques ou recherches scientifiques – tout est soumis à la révision et redéfinition. De nombreuses décisions importantes sont reportées en attendant que les choses se calment.

L’un des meilleurs experts russes du commerce international Alexeï Portanskiy établira pour le public du CRSC ses prévisions à court et à long terme et répondra aux questions des spectateurs en ligne.

Vous pouvez envoyer vos questions à l’intervenant à eduscience@crsc.fr ou bien les poser lors de la conférence en ligne dans la section « Questions-réponses »

La conférence se tiendra à 18h (Paris) en français (sans traduction).

L’inscription préalable est obligatoire. (CLIQUEZ)

25
Mai

Report fin août du VI° Festival du cinéma russe à Niort

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

VIème Festival du Cinéma Russe de  Niort

6й Фестиваль Русского Кино в Ньоре

 

” ROMANCES RUSSES … “

 

du mercredi 26 au samedi 29 août 2020

 

Ce n’est encore qu’une hypothèse mais le Festival de cinéma russe de Niort pourrait se tenir fin août. Jean-Marc Batsch, chargé de la promotion du festival, annonce en effet que vient d’être proposée une une nouvelle date à la direction du cinéma CGR de Niort, du 26 au 29 août, compte tenu des dernières informations qui annoncent une réouverture probable des cinémas au début du mois de juillet.

Ce serait une excellente nouvelle.

 

Méga CGR, 79000 Niort

 

Depuis 2015 le paysage culturel de « la capitale des mutuelles d’assurances », comme on appelle souvent Niort, s’est enrichi de nouvelles couleurs. Le projet du festival du film russe, le premier dans les Deux-Sèvres, est né au sein de l’association FCRN- “Festival de Cinéma Russe de Niort”, grâce à ses fondateurs, Aline Efimova et Jean-Marc Batsch, animée aujourd’hui par une quinzaine des membres dont 4 personnes d’origine russe. Nous organisons tous les ans un Festival afin de faire connaitre au public de Niort et de sa région le meilleur du cinéma russe avec deux cycles : des films des décennies passées et des films actuels. Les films sont diffusés en version originale sous-titrée en français.

Thème de cette nouvelle édition :

” Romances de Russie… “

Invité cette année les actrices

Valérie Mairesse et Anna Scherbinina

b

 

Mercredi 10 juin (?)

9 h 30

5 films d’Animation (Tarif : 2€50)

Durée 50 mn

8

14 h

Les ailes (Крылья) 1966, réalisatrice Larissa Chepito,

Durée 1 h 47

Scénario : Valentin Ezhov et Natalya Riazantseva

Avec : Maïa Bougakova, Janna Bolotova, Evgueni Evstegneev, Léonid Diatchkov.

” Nadejda était aviatrice pendant la guerre, elle est devenue directrice d’une école d’apprentissage. Chacun la respecte mais sa vie personnelle est solitaire et triste. La guerre a pris fin il y a longtemps, mais pour l’héroïne du film, un ancien aviateur, seules ces années ont été remplies de vrai sens. Elle éprouve profondément la discorde avec la réalité, le manque de contact avec sa fille. Elle n’arrive pas à s’adapter à cette vie paisible et ordinaire, son envie perçante de voler ne s’éteint pas … “

 

La réalisatrice Larissa Chepitko commence sa carrière comme actrice, puis suit les cours de l’Institut du cinéma de Moscou, le VGIK, dans la classe d’Alexandre Dovjenko. Tourné aux studios Kirghizfilm, son premier long métrage, Chaleur torride (Znoï, 1963), est inspiré de la nouvelle de Tchinguiz Aïtmatov dont l’action se déroule en Kirghizie. Elle obtient la consécration avec son dernier film, L’Ascension, couronné d’un Ours d’or à la Berlinale 1977. Prématurément disparue au cours d’un accident de voiture, elle préparait alors un film adapté d’un roman de Valentin Raspoutine, Les Adieux à Matiora qui a été terminé par son époux, le réalisateur Elem Klimov.

 

8

 

17 h 30

Neuf jours et un matin (9 дней и одно утро) 2014, rélisatrice Vera Storojeva

Durée 1 h 27

Scénario : Anna kozlova et Vera Storojeva

Musique : Gary Miller

Avec : Svletana Toma, Anna Scherbinina, Xavier Gallais, Olga Popova, Sergueï Pouskepalis.

Présentation du film en présence d’Anna Scherbinina

Anna, mannequin parisienne, le visage d’une entreprise cosmétique bien connue avec un événement caritatif arrive dans une vieille ville russe. Son enfance s’est passée ici à l’orphelinat, mais il y a de nombreuses années, Anna a été adoptée par un couple marié de France. Il semblerait que la vie de la jeune fille se soit bien déroulée. Mais dans neuf jours, Anna devra découvrir le secret de sa vraie famille et se retrouver …

Vera Storojeva est née le 7 septembre 1958. Diplômée de l’Institut National de la culture de Moscou en 1983 et des Cours Supérieurs de scénaristes et réalisateurs en 1993, elle a réalisé plus de vingt documentaires pour la télévision. Auteur du scénario du court métrage Le divorce. Co-auteur du scénario de Trois histoires de Kira Mouratova “Le film”, “Le ciel” et “L’avion”. ” La jeune fille” est son premier long métrage.

8

 

20 h

Le sacrifice, (Жертвоприношение) 1986, réalisateur Andreï Tarkovski

Durée 2 h 35

Scénario : Andreï Tarkovski

En présence de Valérie Mairesse qui a joué le rôle de Julia.

Que faut-il sacrifier pour sauver le monde d’une catastrophe imminente? Sa propriété, son mode de vie et peut-être sa vie? Que mettra le héros du film sur l’autel du Créateur Tout-Puissant, si ce dernier, bien sûr, existe?!

Andreï Tarkovski  est né le 4 avril 1932 à Zavroje, sur les bords de la Volga, près d’Ivanovo. Après des études de musique, e peinture et d’arabe, Andreï travaille comme géologue en Sibérie de 1932 à 1956 avant d’entrer à l’Institut National de la Cinématographie (VGIK). En 1962, L’enfance d’Ivan a partagé avec Journal intime, de Valério Zurlini, le Lion d’Or du Festival de Venise. En 1969 Andreï Rublev reçoit le Prix de la Critique International de Cannes, et le film le fit connaître dans le monde entier.

 

8

 

Jeudi 11 juin (?)

14 h 30

Romance de bureau (Служебный роман) 1977, réalisateur Eldar Riazanov

Durée 2 h 39

Scénario : Eldar Riazanov, Emile Braguinski

Avec : Alissa Freindikh, Andreî Miagdov, Lia Akhedjakova, Oleg Basilachvili

 

Anatoly Efremovich Novoseltsev, un employé ordinaire d’un bureau de statistique, est une personne timide et timide. Ce serait bien pour lui d’obtenir un poste vacant à la tête. département, mais il ne sait pas comment aborder cette entreprise. Un vieil ami Samokhvalov lui conseille de frapper Lyudmila Prokofievna Kalugina, un cracker en jupe et le directeur de l’établissement …

Classique du cinéma soviétique qui connut un immense succès à sa sortie en 1977 en URSS. Une romance entre un employé timide et sa directrice qui va finalement aboutir à une relation véritablement humaine et une union aussi profonde qu’inattendue.

Eldar Riazanov est né à Samara, ville sur les deux rives de la Volga. Il a fait ses études à la prestigieuses ècoe de cinématographie Guerasimov (VGJK) à Moscou. Il a réalisé plus de 30 films de 1948 à 2006. Après la chute de l’URSS en 1991, Eldar a continué de tourner des films, mais ils n’ont jamais connu le même succès. Ses film ont acquis une popularité telle dans les années 1960 et 1970 qu’aujourd’hui encore la majorité des Russes, mas également les habitants des ex-républiques soviétiques en connaissent par cœur les dialogues ou les chansons….

8

 

17 h 30

L’Amour (Любовь), 1991, de Valeri Todorowski

Durée 1 h 49

Scénario : Valeri Todorowski

Avec : Evgueni Mironov, Natalia Petrova, Via Artmané, Lev Dourov, Inna Slobodskaïa.

Deux amis étudiants rencontrent des filles lors d’une fête. Le premier couple a à la fois une salle de réunion luxueuse et une compréhension visible qui mène au mariage. L’un Vadim est grand et beau plait beaucoup aux filles l’autre Sacha se satisfait des aventures racontées par son ami, il espère rencontrer l’amour. Un jour il tombe amoureux de Macha, mais elle est juive…L’amour des personnages principaux est compliqué par la différence entre les personnages et les attitudes familiales …

Valeri Todorovski est né le 9 mai 1962 à Odes. Réalisateur, acteur, scénariste et producteur, diplômé du VGIK, Institut national de la Cinématographie en 1984 dan le département du scénario. Finaliste au Forum du Cinéma de Yalta de 1994 avec le film L’Amour. Depuis le 5 mai 2000, Valéri occupe le poste de directeur pour la production cinématographique de la chaîne de télévision Télékanal “Russie” (RTR).

 

8

20 h 30

Le Journal de sa femme (Дневник его жены) 2000, réalisateur Alekseï Outchitel

Durée 1 h 50

 

Film d’ Alekseï Outchitel

Scénario : Avdotia Sminovaï

Avec : Ecgueni Moronov, Andreï Smirnov, Olga Boudina, Galina Tiounina

 Le récit au sujet de la vie privée compliquée, déroutante du grand écrivain russe Ivan BOUNINE. Des relations amoureuses difficiles entre le célèbre écrivain, sa femme Véra et la jeune poétesse Galina Polotnikova, la chanteuse d’opéra Marga Kovtoun et l’écrivain Léonid Gourov.. Une histoire tragique sur l’amour et la solitude … sur la vie privée inconnue du grand écrivain russe Ivan Bunin. 

Le réalisateur Aleksei Outchitel est né à Léningrad le 31 août 1951. Fils du réalisateur et opérateur Outchitel, il baigne dès l’enfance dns l’ambiance des studions. Diplômé de l’Institut national de la cinématographie en 1975, il tourne ne quinzaine de documentaires pour les Studios Lenfilm. En 1ç!!, son long métrage Rock dressant un portrait des principaux musiciens du genre en Russie et un des films les plus imortants de la perestroïka et il devient un des cinéastes du dégel. Il crée s maison de production Rock Films en 1992.

 

 

8

 

Vendredi  12 juin (?)

14 h 30

L’Étoile d’un merveilleux bonheur (Звезда пленительного счастья) 1975,  réalisateur Vladimir Motyl.

Durée 2 h 57

Scénario : Vladimir Motyl et Marc Zaharov

Avec : Alekseï Batalov, Natalia Bondartchouk, Ikor Kostolevski, Irina Kouptchenko, Eva Shikoulskaïa.

Après le soulèvement sur la place du Sénat, les événements se sont déroulés tragiquement: cinq décembristes ont été exécutés, la plupart ont été envoyés en Sibérie. Et après eux, à travers le gel et les épreuves, leurs femmes sont parties.

Vladimir Motyl est né le 26 juin 1927 à Lepel en Biélorussie. Il a fait ses études à l’Institut du Théâtre de Sverdlov, et a obtenu sonn diplôme d’acteur en 1948. Il a commencé à travailler comme metteur en scène de théâtre et comme acteur. De 1955 à 1960 il est réalisateur dan les Studios de Sverdlovsk. som premier film, Les Enfants du Pamir, sort en 1963. En 1967, les bonnes critiquessont récoltées par la comédie Zhénia, Zhenetchka et Katioucha dont le scénario et co-écrit avec son ami Boulat Okoudjava. Vladimir acquiert une notoriété nationale avec son son ostern Le Soleil blanc du désert en 1969. Il est décédé en 2010.

 

8

18 h

Le Journal de sa femme (Дневник его жены) 2000, d’ Alekseï Outchitel

Durée 1 h 50

( Voir jeudi 2 avril scéance 2 avril )

8

 

De longs adieux (Долгие проводы) 1971, réalisatrice Kira Mouratova

Durée 1 h 35

Scénario : Natalya Riazantseva

Avec : Zinaïda Chrko, Oleg Vlaiminski, Youri Kaiourov, Lidia Dranovskaïa.

 

Sacha était le sens de sa vie. Maintenant que son fils a grandi, elle a plus de temps libre et elle a permis à la sensible Nikolaï Sergeïevich de prendre soin d’elle-même. Après le voyage d’été du fils chez son père, elle a commencé à remarquer des changements à Sacha. Lisant secrètement la lettre de son père, elle a découvert que son fils voulait partir.

Kira Mouratova ( nom de jeune fille Koratkova) est née le 5 septembre 1934 à Soroko (actuellement en Moldavie). Après des études de philologie à l’université de Moscou, elle étudie au VIGK. Pendant les 5 années qui ont suivi la réalisation des “Long Adieux”, Kira sera privée de moyens de tournage. Avec la perestroïka, la révélation aux publics soviétiques et étranger des premiers films de Kira Mouratova, fera de la réalisatrice l’une des plus populaires de l’Union sopviétique. Ses films ultérieurs feront souvent l’objet de discussions psionnées et contradictoires. Ils ont souvent déconcertants, parfois provocateurs. Décédée le 6 juin à Odesa des suites d’une longue mala

die.

 

8

Samedi  13 juin (?)

11 h

Neuf jours et un matin (9 дней и одно утро) 2014, rélisatrice Vera Storojeva

Durée 1 h 27

( Voir 1er avril scéance 17h30 )

 

8

 

14 h 30

Le légendaire N° 17, (Легенда №17) 2013, réalisateur Nikolaï Lebedev

Durée 2 h 14

Scénario : Mikhaïl Mestetski, Nokolaï Koulkov

Avec : Danila Kozlovski, Oleg Menchikov, Svetlana Ivanova, Boris Cherbakov, Götz Otto

 

2 septembre 1972. Montréal L’équipe de hockey de l’URSS avec un score écrasant de 7: 3 a battu des professionnels canadiens de la LNH lors du match d’ouverture de la super série USSR-Canada. Ce n’était pas seulement un match, c’était une bataille pour leur pays, qui a bouleversé la vision du monde du hockey.
Maintenant, le monde entier le connaissait simplement par le numéro 17. Valery Kharlamov, qui a marqué 2 buts dans ce match, a instantanément décollé au sommet de sa gloire. Son rêve est devenu réalité – la persévérance, le talent sportif et les dures leçons du grand entraîneur Anatoly Tarasov ont fait du «numéro 17» la légende du hockey mondial.

Nikolaï Lebedev, est un réalisateur et sacénariste russe, né le 16 novembre 1966 à Kichinev, en RSS de Moldavie (URSS). Il est diplômé de la faculté de scénariste à l’Institut Fédérale d’État du Cinéma (VIGK), en 1993. Il a réalisé plusieurs films et émissions pour la télévision moldave, et il est coauteur de plusieurs romans policiers.

 

8

17 h

La glace (Лед) 2017, réalisateur Oleg Trofim

Durée 1 h 58

Scénario : Oleg Malovitchko, Andreï Zolotarev

Avec : Aglaïa Tarassova, Milos Bikovic, Aleksnder Petrov, Maria Aronova, Ksenia Rappoport.

Dès l’enfance, Nadia croyait aux miracles. Elle s’imaginait sortir sur la glace sous l’ovation du public et danser sa plus belle danse. Et maintenant, grâce à la foi et à la persévérance, Nadia devient une célèbre patineuse artistique. Mais quand ses rêves de grandes victoires, d’une belle vie et d’un beau prince semblent prêts à se réaliser, le destin lui présente un véritable test. Et pour le passer, il faudra à nouveau, comme dans l’enfance, croire en un rêve. Après tout, peut-être que la victoire ne doit pas toujours être bruyante, et le beau prince n’a pas à se déplacer sur un cheval blanc? ..

Ce film a reçu le prix du public du Festival Universciné Russe de Nantes en 2019.

Oleg Trofim est né le 12 octobre 1989 à Naryan-Mar. Diplômé de l’institut de la Culture de Saint Pétersbourg avec un diplôme en réalisation cinématographique et télévisuelle. Oleg a tourné des clips pour des musiciens indépendants, des publicités. En 2013, il a commencé à coopérer avec la société “Hype Production”. Pendant ce temps, il a travaillé avec les plus grandes marques : Coca Cola, Nike, Google, Yandex, Adidas, etc…. Nominé à pklusieurs reprises pour les prestigieux “Berlin Music Vidéo” Awards pour la rélistion et le montage. En 2017,  il fait ses débuts avec le film “Ice“.

 

HORAIRES (sous réserve)

 

3

Cinéma CGR

Place de la brèche, 79000 Niort

Tarifs unique : 5€50.

Abonnement 10 films : 25€

Abonnement Tarif membre FCRN : 12€

Réservation billeterie : 08 92 68 85 88

 

 

 

22
Mai

“Aquarium” de L. Ulziitugs éd. Borealia

   Publié par: artcorusse   dans Livres

 

 Borealia vous fait plonger dans le monde intérieur de l’auteur mongole Luvsbdorj  Ulziitugs. Mystérieuse et subtile, Ulziitugs est la poétesse  contemporaine la plus connue de Mongolie.  Originaire d’ Oulan-Bator, Ulziitugs est résolument moderne et pleine de surprises. La steppe, les nomades… ne sont qu’allusions. La ville même, n’est qu’un contexte. Les personnages d’Ulziitugs, sont des hommes et des femmes qui nous ressemblent, qui pourraient être nous. Les 13 nouvelles de son recueil “Aquarium, nouvelles de la Mongolie d’aujourd’hui” nous immergent dans 13 histoires différentes, 13 parcours de vie, 13 instants cruciaux qui rendront différentes les femmes au centre des histoires.

C’est succulent, c’est fort et doux à la fois. Une auteure à découvrir que vous aimiez ou non la Mongolie, l’ Asie. Son écriture simple et percutante, fluide et poétique, parlera à chacun.

i

En ce moment, Borealia vous invite au voyage en Mongolie à la découverte de la société mongolle   Avec « Cœur de bronze », à travers 22 nouvelles par les plus grands classiques de la littérature   mongole, initiez vous à l’histoire de la Mongolie, aux secrets du bouddhisme et à la réalité de la vie mongole d’hier et d’aujourd’hui. Offrez « Comment j’ai découvert le monde », le plus grand classique de la littérature jeunesse. Délectez-vous d’« Aquarium, nouvelle de la Mongolie d’aujourd’hui », 13 histoires de femme par Ulziitugs,  la plus grande poétesse actuelle.

 

Best-seller dans son pays, auteure d’une centaine d’oeuvres littéraires, L. Ulziitugs fait partie de la jeune génération d’écrivains et de poètes mongols, des écrivains urbains fiers de la culture des cavaliers des steppes et de leur spiritualité.

Son premier livre paru en France, Aquarium. Nouvelles de la Mongolie d’aujourd’hui, est composé de  13 nouvelles issues de trois de ses ouvrages les plus reconnus. Elle est traduite par R. Munkhzul, récompensée en 2016 par le Ministère mongol des Affaires Étrangères pour son œuvre de traduction de la littérature mongole.

Prix : 15€

 

e

 

En ce moment, Borealia vous invite au voyage en Mongolie à la découverte de la société mongolle   Avec « Cœur de bronze », à travers 22 nouvelles par les plus grands classiques de la littérature   mongole, initiez vous à l’histoire de la Mongolie, aux secrets du bouddhisme et à la réalité de la vie mongole d’hier et d’aujourd’hui. Offrez « Comment j’ai découvert le monde », le plus grand classique de la littérature jeunesse.

 

s

 

BOREALIA

33 rue de la Villette 75019, Paris

Métro : Jourdain (ligne 11)

Tél :  06 07 62 93 77

Commandez: CLIQUEZ

Plus de renseignements : CLIQUEZ

22
Mai

Annulation Concert Odessa, Château de Flaugergues

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

ATTENTION

Concert

Groupe ODESSA

Musiques russes d’hier et aujourd’hui.

 

Reporté une première fois, le concert est annulé 

en raison du décés le vendredi  22 mai de son chef

Leon Nicolaevitch 

TOURTZEVITCH

 

Château de Flaugergues, 34000 Montpellier.

ODESSA est un orchestre dédié à la musique russe créé à Montpellier en 2014, à l’initiative de Lev Tourtzevitch, un français d’origine russe. Cet orchestre qui s’est donné pour ambition de faire découvrir la richesse de l’immense répertoire de la musique populaire russe, présente, dans ses concerts, un panorama des nombreux genres de la musique russe : folklore, romances, chansons dites « de bardes », variété russe contemporaine, sans oublier les musiques tziganes et quelques compositions originales.

Catherine Delaunay(violon), Ludcia Commoy (chant), Lev Tourtzevitch (chant et guitare), Elisabeth Carenco,(basse) et Jean-Marc Torchy (accordéon).

 

7

 

Léon (Lev) Tourtzevitch

Né en France de parents russes, il s’initie à la musique dans une institution dédiée aux enfants d’immigrés russes, (l’internat St Georges de Meudon). Il chante, joue de la dombra ( instrument proche de la mandoline) et danse. Apprend la guitare à l’adolescence et fonde plusieurs orchestres de musique populaire. Après des études d’économie, il exerce quelques années le métier d’enseignant, puis suit une formation musicale à l’université de Vincennes. Compositeur, arrangeur, il partage sa vie professionnelle entre la musique et l’enseignement des sciences économiques.

En 2013, il réunit à Montpellier quelques musiciens-chanteurs qui constitueront la base du Groupe ODESSA.

Malheureusement la maladie l’a emporté lors de son dernier combat, dans la soirée du vendredi 22 mai 2020 chez lui, entouré des siens.

 

8

 

Ludcia Commoy-Guibadoulina

Née en Russie en Oural( Russie). Dès l’âge de 14 ans, elle chante en soliste et dans divers ensembles. Dotée d’une voix exceptionnelle, elle participe à des concours de chant locaux et régionaux qu’elle remporte régulièrement et reçoit au festival ARGO  1999, de la région de Primorié ( Extrême Orient) la plus haute distinction et l’appellation de « Voix d’or du Primorié ». Suit parallèlement des études pour devenir enseignante en musique et devient pédagogue auprès d’enfants et adolescents. Repérée par le chef d’un orchestre de variétés, elle devient chanteuse professionnelle et animatrice-organisatrice de fêtes et d’évènements. Mariée à un Français qu’elle rencontre en Russie, elle vit dans le sud de la France depuis 10 ans.

Chanteuse complète et très expérimentée, elle intègre le Groupe ODESSA au cours de l’automne 2016.

 

8

 

Catherine Delaunay

Violoniste expérimentée  et professeur de violon  dans la région de Montpellier. A l’aise dans tous les styles, ayant quelques origines russes. Elle intègre le groupe ODESSA au début de l’année 2019.

 

8

 

 Jean-Marc Torchy

 Athlète de l’accordéon qu’il adore pratiquer. II sait tout jouer, du classique, bien sûr, ou du musette en passant par tous les folklores. Marcel AZZOLA et Joë ROSSI lui font découvrir les basses chromatiques et le répertoire classique. il interprète avec talent les œuvre de, Rossini, Bach, Katchatourian etc … Lauréat du prix du Président de la République, lauréat des Coupes Mondiales à Hambourg, Jean-Marc a acquis une grande notoriété de concertiste. Il fut Professeur de musique à l’Education Nationale et Professeur en conservatoire. Auteur-compositeur, interprète, membre de la SACEM.

 

8

 

Elisabeth Carenco

 

8

 

Natalia Nucubidze

 

3

 

Construite à la fin du XVIIe, Flaugergues est l’une de ces demeures appelées “folies” édifiées dans la campagne montpelliéraine. “Maisons dans les feuillages”, elles sont le fait d’une nouvelle aristocratie enrichie au service du roi.

En 1696, Etienne de Flaugergues, conseiller à la Cour des Comptes de Montpellier, fait l’acquisition d’un domaine auquel il donnera son nom. Pendant 45 ans, il agrandit et embellit cette “maison des champs” pour lui donner son aspect définitif. Il semble bien que l’usage et la disposition des lieux où fut construit Flaugergues, ses jardins, la qualité simple et soignée de ses bâtiments, aient servi de modèle à de nombreuses “folies” de la région.
En 1811, Flaugergues devient une des résidences de plaisance des Boussairolles, propriétaires du château voisin.
Ainsi transmis de génération en génération, Flaugergues témoigne aujourd’hui du mode de vie des notables montpelliérains de l’époque.

Depuis 2006, Pierre de Colbert a repris entièrement la direction du vignoble suivant ainsi une tradition familiale de vignerons. Le vignoble du château de Flaugergues, d’une superficie de 28 hectares, se situe au cœur de l’AOC Languedoc, sur le terroir La Mejanelle dans la zone climatique des Grés de Montpellier. Depuis 2015, le Château de Flaugergues est membre de l‘Association Terre de Languedoc-Roussillon, certifiée ISO 14001.

h

ARTCORUSSE adresse toutes ses codoléances à sa famille, ses compagnons de musiques et à tous ses Amis.

ВЕЧНАЯ ПАМЯТЬ

Monument d’Alexandre III pour le 175 anniversaire

de sa naissance

va être placé à Gatchina

 

Il y a un an La Société historique russe (RIO) a annoncé les résultats du concours pour la création d’un monument à la mémoire de l’empereur Alexandre III, pour être installé dans la cour du grand palais de Gatchine dans la ville de Gatchina, près de Saint Petersbourg.

La première pierre du socle à été posée il y a un an, en présence du directeur de la salle de concert d’État de Gatchina: Vasily Pankratov, du président de la Société historique russe: Sergey Naryshkin, de la ministre adjointe à la Culture: Alla Manilova, du gouverneur de la région de Léningrad:  Alexander Drozdenko

“Le jury à privilégier le projet de Vladimir Brodsky”, a déclaré Sergueï Naryschkine président de la société Historique russe .

 

Vladimir Brodsky est diplômé de l’Institut universitaire d’État de peinture, de sculpture et d’architecture de Saint-Pétersbourg du nom de I.E. Repine,  il a été l’ élève des sculpteurs Albert Tcharkine et Grigory Yastrebenetsky

Vladimir Brodsky, présentant son projet.

 Une des œuvres du jeune artiste était présentée à la Biennale d’art contemporain de Venise 2019 – le «Fils prodigue» de Rembrandt, une sculpture pour le pavillon russe.

Concours de projet

Le président de RIO a noté que l’initiative d’ériger un monument à Alexandre III dans la cour de la place d’Arsenal restaurée était une volonté du musée de Gatchine, quatre candidatures ont été retenues pour le concours.

Les 4 projets retenus, avec une croix rouge

celui de Vladimir Brodsky retenu.

La conception du monument devait être créée sur la base des premières esquisses existantes du monument à l’empereur Alexandre III du sculpteur Paul Troubetskoy (1866 – 1938 à Pallanza, Italie), dit Paolo puisqu’il est né en Italie (Intra) d’un pére diplomate, représentant le monarque assis dans un fauteuil.

 

,Troubetskoy a créé une statue équestre de l’empereur, qui a été placée dans la cour du palais de marbre de Saint-Pétersbourg.

Georgy Vilinbakhov, directeur général adjoint du Musée national de l’Ermitage pour la recherche, maître héraldique d’État de la Fédération de Russie, a noté que le projet de Brodsky était plus proche de l’esquisse de Troubetskoy par rapport aux autres projets participants au concours.

Alexandre III à Gatchina

Cet endroit n’a pas été choisi par hasard – le souverain a vécu à Gatchina pendant 13 ans.

“Alexandre III a passé une partie importante de sa vie ici, dans les murs du Grand Palais Gatchina: ici, il était également engagé dans les affaires publiques, a passé du temps avec sa famille et, bien sûr, a prêté attention à la Société historique russe, dont il était le président honoraire depuis sa création”, a déclaré S. Naryshkin.

 

Alexandre III de Russie (Alexandre Alexandrovitch Romanov, Алекса́ндр Алекса́ндрович Рома́нов), né le 26 février 1845 (le 10 mars suivant le calendrier grégorien) et mort le 20 octobre 1894 (le 1er novembre suivant le calendrier grégorien , est l’avant-dernier tsar de Russie du 2 mars 1881 ( 14 mars 1881 suivant le clendrier grégorien )  jusqu’à sa mort.

Voir article sur Artcorusse : CLIQUEZ

 

g

 

Le directeur de la réserve du musée d’État de Gatchina, Vasily Pankratov, a exprimé l’espoir que le projet d’installation du monument sera mis en œuvre d’ici, l ‘été 2020 lors des célébration du 175e anniversaire d’Alexandre III .

18
Mai

Festivités au mois de mai 2020 au CRSC

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

La pandémie du coronavirus s’est emparée du monde entier et a notamment interféré avec le calendrier des célébrations du 75ème anniversaire de la Victoire contre le fascisme forçant leur report à une date ultérieure. Cependant, il n’y a rien qui puisse nous empêcher de présenter nos vœux aux anciens combattants dans un même mouvement de rassemblement et d’honorer le souvenir de ceux qui sont tombés en sacrifiant leurs vies afin de nous permettre de vivre la nôtre.

 

 

Marathon musical sur le thème des

grandes chansons de la Victoire dans la Seconde Guerre mondiale

 

e

 

Mercredi 20 mai 2020

 

À l’occasion du 75ème anniversaire de la Grande Victoire.

 

Maestro Andreï Chevtchouk est né à Saint-Pétersbourg en 1970. Après une solide formation de chef d’orchestre et de chef de chœur, Andreï Chevtchouk exerce ses fonctions en Russie, en Allemagne, en Belgique, puis en France où il réside actuellement.

Si la direction d’orchestre symphonique reste sa principale vocation, tous types de formations lui offrent l’occasion de livrer un art accompli de chef d’orchestre.

Réside à Lyon, il est actuellement directeur musical du grand chœur classique lyonnais la Schola Witkovski, du festival Opéra et Châteaux de la Drôme, du Festival Opéra des Champs en Charente et du chœur Crescendo d’Amiens.

                                                             Site Web :    https://crsc.fr

.

e

 

Vendredi 22 mai 2020

À l’occasion du 120ème anniversaire du réalisateur-animateur Ivan Ivanov-Vano

Quiz en ligne pour enfants ” Dessins Animés Soviètiques”

Site Web du CRSC : https://crsc.fr

 

e

 

Lundi 25 mai 2020

 

“Langue et littérature russe”

Lectures littéraires en ligne avec Mikhaïl Tarkovsky,

présentation du célèbre écrivain sibérien

” Le Temps Gelé “

                                                                       Site Web :    https://crsc.fr
.

e

 

Vendredi 29 mai 2020 à 19h

À l’occasion du 100ème anniversaire de “l’Exode Russe”

Réalisateur Nikita Mikhalkov 2014, “ Cолнечный удар

D’après l’histoire et les journaux éponymes d’Ivan Bunin «Les jours maudits».

Le film raconte les derniers jours d’un capitaine sans de l’ armée vaincue de Wrangel dans le camps des rouges en novembre 1920. Il est périodiquement visité par des visions d’un adultère  de longue date et éphémère quand il n’ était que lieutenant. Dans le même temps, il se demande: “Qui est responsable de ce qui est arrivé à la Russie?” Seul le chargement du capitaine et de tous les prisonniers de guerre du camp sur une péniche  ne cesse de le tourmenter sous prétexte de transport à Ochkovo. Après le chargement, les rouges, remorquant un vieux navire à une profondeur, l’inondent et le coulent.

Après s’être rencontrés sur le navire, les héros débarquent dans la petite ville de Pavlino, où ils passent une seule nuit à l’hôtel. Le lendemain matin, la femme disparaît – son mari et sa fille l’attendent à la maison. Et le lieutenant, des années plus tard, ne peut pas oublier cette histoire d’amour choquante ….

Site Web :    https://crsc.fr

 

 

 

 

 

 

16
Mai

Nuit des musées en Russie

   Publié par: artcorusse   dans Informations Internationales

NUIT des MUSÉES en RUSSIE

Samedi 16 mai 2020

 

La nuit des musées est la seule période de l’année où les institutions culturelles de la capitale travaillent tard, et certaines  jusqu’au matin seront inhabituelles.

Les nuits des musées 2020 à Moscou

L’action aura lieu le 16 mai (c’est traditionnellement samedi). Les résidents et les invités de la capitale sont à nouveau invités à visiter autant de musées, galeries, centres d’art et théâtres qu’ils peuvent maîtriser. Mais cette fois – en ligne. Et cela signifie que nous pouvons voir plus sans quitter votre propre logement. De plus, chaque institution participant à l’action prépare un programme spécial pour ses visiteurs. Des productions théâtrales, des concerts, des expositions virtuelles, des master classes, diverses conférences et excursions seront diffusés.

De plus, vous pouvez voir gratuitement tous les événements de la Nuit des musées à Moscou 2020

Plus de renseignements : CLIQUEZ

 

r

 

Nuit des musées 2020 à Saint-Pétersbourg

Le programme déclaré de la Nuit des musées de Saint-Pétersbourg est l’un des plus riches. Le programme compte déjà plus de 340 événements en ligne. Et de nombreuses conférences, films, visites guidées, quiz en ligne de musées, critiques vidéo de livres de bibliothèques affiliées et même des performances de théâtres célèbres sont disponibles non seulement le 16 mai, mais tout le mois – jusqu’au 31 mai.

Voici quelques projets intéressants (avec liens):

 

Plus de renseignements : CLIQUEZ

 

r

 

Nuit des musées à Iekaterinbourg

À Ekaterinbourg, la culture est également bonne, en elle et dans la région de Sverdlovsk plus activement que de nombreuses villes sont intéressées à organiser la Nuit des musées cette année.

Préparation d’événements en ligne Musée des beaux-arts d’Ekaterinbourg (Voevodina, 5),Musée d’art naïf ,Musée d’histoire et d’archéologie de l’Oural , Musée du premier président de la Russie B. Eltsine, Parc historique «Russie – Mon histoire. Région de Sverdlovsk », salle de concert de Lavrov.

Quels sont les projets des sites d’Ekaterinbourg qui devraient prêter attention en premier lieu:

Au total, dans la région de Sverdlovsk lors de la Nuit des musées 2020 en ligne, plus d’une centaine de projets ont été enregistrés. Et vous pouvez suivre les mises à jour du programme non seulement surCulture.RF , mais aussi sur uneLe site régional de la Nuit des musées , qui se tiendra le 16 mai de 18 à 24 heures.

Plus de renseignements : CLIQUEZ

 

r

 

La nuit des musées à Novossibirsk

À Novossibirsk, les projets cognitifs en ligne ont développé trois sites principaux: Musée des traditions locales , Musée de la nature, Bibliothèque scientifique régionale de Novossibirsk.

Nous vous conseillons de voir:

Plus de renseignements : CLIQUEZ

 

r

 

La nuit des musées à Kazan

Les projets en ligne de Kazan sont consacrés à l’histoire de la région, à la Grande Guerre patriotique, à la culture et à l’éducation, aux expositions individuelles des musées et à de nombreuses classes de musées en ligne pour les enfants.

Une sélection de divers événements des sites du musée de Kazan:

Plus de renseignements :  CLIQUEZ

 

r

 

Voir aussi les projets de Nuit des Musées en Crimée et Rostov-sur-le-Don .

13
Mai

Cœur de bronze, chez Borealia

   Publié par: artcorusse   dans Livres

RÉOUVERTURE de la BOUTIQUE

BORÉALIA

 

“Cœur de Bronze”

Antologie des écrivains mongoles

du XXième siécle

Editions Boréalia, collection “Les Nordiques ” (7)

 

“Laissez-vous conter l’histoire du berger Sampil et de ses amours nostalgiques, elle du moine Lodon pris au piège de la belle Tserenlkham, ou encore celle de Baldan, le chasseur de loups du désert de Gobi. Fzites-vous surprendre par le destin du Vénérble moine à la Rectte d’Or ou de l(homme qui lançait des peirres à la Femme-Chat, par la force de l’amour de Dunjaa pour son fils unique ou encorre par l’énigme de l’apparition de la mystérieuse Fille du Ciel sur les campements de yourtes… Tous, dejà, au delà des rêves et des fantasmes sont entrés dans la légende d’une Mongolie éternelle et insoumise.”

32 nouvelles rythmée par le vent des steppes. Des récits arides et sauvages par les plus grands écrivains mongols du XX° siècle, qui célèbrent la mongolie ancestrale et l’héritage de la culture nomade. Autant d’invitations au voyages qui font découvrir, à ravers son patrimoine littéraire, un visage de la Mongolie.

ISBN : 9791093466477

Prix : 18€

 

d

 

t

 

Borealia a besoin de tout le monde en ce début de déconfinement, car la maison d’édition a, comme nombreuses petites entreprises, bien souffert ces deux derniers mois….
Vous trouverez de belles guimbardes (yakoutes et altaïennes dans des boîtes ours, panthère des neiges, loups… etc) et de l’artisanat russe, en plus des livres de Borealia et de la librairie du Nord  que vous trouverez  sur le site :  www.borealia.eu

Vente à la boutique:  Borealia éditions, 33 rue de la Villette, 74019 Paris

Renseignements : 06 07 62 93 77

7
Mai

“Saisons russes” Semaine Musicale

   Publié par: artcorusse   dans Informations

SEMAINE MUSICALE DE CÉLÉBRATION DE LA

GRANDE VICTOIRE DE 1945

Vendredi 8 mai 2020 à 19h (heure de Paris)

 

Retransmission du concert-hommage russo-allemand

« Ensemble dans les moments difficiles »

(“Gemeinsam in schwierigen Zeiten“),

dédié au 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Ce projet est né des efforts conjoints de musiciens renommés et de jeunes interprètes russes et allemands, dont des représentants du Konzerthaus de Berlin, de la Philharmonie nationale de Moscou et du théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg.

 https://russianseasons.org/

Le but de ce concert vidéo est de nous rappeler la victoire sur le nazisme comme exemple de ce que nous pouvons accomplir lorsque nous sommes unis, et de faire preuve de bonne volonté à travers une tradition musicale commune, en vue du renforcement de la paix et de l’entente mutuelle entre les peuples. En préparation de ce projet, les représentations des différents interprètes ont été enregistrées la veille au Konzerthaus de Berlin, à la Philharmonie de Moscou et au théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg (tout en respectant les mesures de restriction en vigueur).

Au cours des 60 minutes que durera ce concert, on jouera des œuvres issues du patrimoine des compositeurs russes et allemands des époques classique et romantique, dont J. S. Bach, D. Chostakovitch, P. Tchaïkovsky, M. Moussorgsky et S. Rachmaninov. On mettra un accent particulier sur les œuvres directement liées aux thématiques militaires : le Quartet d’O. Messiaen, créé par ce compositeur alors qu’il était prisonner dans un camp de concentration (1941), et l’Adagio du compositeur états-unien S. Barber (1936). Les organisateurs ne se sont d’aileurs pas limités aux participants russes et allemands : ils ont aussi invité de jeunes musiciens des États-Unis, de France et du Royaume-Uni à prendre part à ce concert. Ce geste a été concédé en gage de reconnaissance aux participants du front de l’Ouest.

Pendant le concert, le célèbre acteur allemand Martin Wuttke et l’actrice russe Elizaveta Boïarskaïa liront des extraits des œuvres d’A. Akhmanova, d’O. Bergholtz et d’I. Bachmann.La qualité sonore sera assurée par les chefs d’orchestre mondialement célèbres que sont Valeri Guerguiev, Daniel Barenboim et Christoph Eschenbach, ainsi que par le pianiste Denis Matsouïev.

Le projet « Ensemble dans les temps difficiles », réalisé par l’Académie musicale russo-allemande en collaboration avec ses partenaires russes et allemands, se tiendra sous le patronage des ministres des Affaires étrangères de Russie et d’Allemagne, MM. Sergueï Lavrov et Heiko Maas, ainsi que du ministère de la Culture de la Fédération de Russie.

La diffusion commencera à 19h00, heure de Paris.

« Le programme de la nouvelle semaine des Saisons russes est un grand évènement pour tous les amoureux de la culture russe. Après le festival haut en couleurs « Tour Saint-Sauveur » et le concert de l’orchestre de l’Académie musicale russo-allemande, nous passerons à un nouveau format de manifestation culturelle, réalisé en ligne au moment de la pandémie, la diffusion conjointe du concert de célébration de fin de la Seconde Guerre mondiale. La musique est une grande force spirituelle unificatrice, qui, j’en suis convaincue, a le pouvoir d’aider les gens à devenir plus humains, et à mieux se comprendre les uns les autres, que ce soit lors des temps durs ou en période de paix », a fait remarquer M. Alexeï Lebedev, directeur de l’association « Les Saisons russes ».

 

Pour toute information complémentaire: CLIQUEZ

7
Mai

75 ème anniversaire de la Victoire

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

8 mai en France et le 9 mai en Russie *

Quelques films et  documentaires que vous pourriez visionner.
Liste non exhaustive :

 

“Quand passent les cigognes” (Palme d’Or à Cannes en 1958)

Une histoire de personnes dont le destin a été impitoyablement envahi par la guerre. Tout le monde n’a pas pu passer ce test avec honneur. Au centre de l’histoire du film se trouve l’histoire tragique de deux amants séparés par la guerre.

(version française)

https://uptostream.com/0t8c3x7xtk55

Летят журавли

(version russe)

https://www.youtube.com/watch?v=2OccZQmxKac

 

r

 

Une série “17 moments du printemps”

17 Мгновений весни

– En Allemagne, à la veille de la victoire dans la Grande Guerre patriotique. L’officier du renseignement soviétique, le colonel Isaev, qui est également le SS Standartenfuhrer Stirlitz, remplit les dernières tâches du Centre dictées par le cours des hostilités et des intrigues politiques des belligérants.

(version russe avec sous-titres en français)

https://www.youtube.com/watch?v=Ka9KeaTN6aw

r

 

“La forteresse de Brest”

Le film raconte la défense héroïque de la forteresse de Brest, qui a pris le premier coup des envahisseurs nazis le 22 juin 1941. Les événements survenus au début de la défense sont décrits avec une précision documentaire. Le film raconte les trois principaux centres de résistance, dirigés par le commandant du régiment Pyotr Gavrilov, le commissaire Yefim Fomin et le chef du 9e poste frontière Andrei Kizhevatov.

(version russe avec sous-titres en anglais)

https://www.youtube.com/watch?v=lw3mDJ0qdp0

(version russe)

https://www.youtube.com/watch?v=isL62qzE1E4

 

r

 

“La bataille de Sébastopol” (“Résistance” en français)

L’amour sous le feu sans fin de l’ennemi, l’amitié avec Eleanor Roosevelt, s’exprimant lors d’une conférence qui a influencé l’issue de la Seconde Guerre mondiale, le désir de vivre et la peur de perdre un être cher – une femme fragile fera-t-elle face à tout cela?

C’est la vraie histoire de Lyudmila Pavlichenko – la légendaire femme tireuse d’élite. Les soldats se sont battus avec son nom sur les lèvres et les ennemis l’ont pourchassée. Sur le champ de bataille, elle a vu la mort et la souffrance, mais le test le plus sérieux pour elle a été l’amour que la guerre pouvait lui enlever.

(version russe)

https://www.youtube.com/watch?v=m4Z3GV-DT6Q

r

 

Documentaire :

“La formidable aventure de l’escadrille Normandie-Niemen”

Pour la première fois en France, des documents secrets des archives soviétiques ! Le groupe de chasse “Normandie- Niemen” , engagé sur le front germano-russe, de mars 1943 jusqu’à la victoire finale en 1945, livra 869 combats. Il remporta 210 victoires, ce qui lui valut 7 citations à l’ordre de l’armée soviétique et 5 décorations. 97 pilotes en firent partie, 42 y laissèrent la vie. Ces deux années aux côtés des pilotes russes furent une formidable aventure guerrière et humaine.

(version française)

https://youtu.be/8ixQMGurszc

“Нормандия-Неман. В небесах мы летали одних”

version russe

https://www.youtube.com/watch?v=QublsiJUwSc&t=28s

 

r

 

Documentaire :

“Les Alliés. Honneur et Vérité”

(Союзники верой и правдой)

Le film contient des preuves uniques de participants à la Seconde Guerre mondiale: anciens alliés, vétérans des armées des pays de la coalition anti-hitlérienne – l’Union soviétique, les États-Unis, l’Angleterre, la France et leurs anciens ennemis – vétérans de l’armée fasciste. Ils partageront leurs souvenirs et donneront leur évaluation de ce qui se passait. Le film présente également des séquences d’actualités uniques provenant des archives d’Europe occidentale et des États-Unis.

(version russe avec sous-titres en anglais)

https://www.youtube.com/watch?v=V5WWkkhJRl0

 

*: Pourquoi les français célèbre le 8  et les russes le 9 mai.

– La capitulation est signée le 8 mai 1945 à Berlin, peu avant minuit. Staline invoque donc le décalage horaire existant entre Berlin et Moscou pour imposer le 9 mai comme date de commémoration en URSS.

Un premier acte de reddition de l’armée allemande a été signé à Reims (France) le 7 mai 1945 à 2 heures 41 du matin. Cet acte de reddition reconnaît la capitulation sans condition du Troisième Reich et ordonne la cessation des combats le 8 mai à 23 heures 01.

Staline ayant demandé que l’acte soit signé dans la capitale d’Hitler (Berlin), une seconde signature de l’acte de capitulation a eu lieu à Berlin dans la soirée du 8 mai 1945, à 23 heures 01 (heure d’Europe centrale), mais donc le 9 mai à 01 heure 01, heure de Moscou, compte tenu du décalage horaire.

h

Merci au Cercle Franco Russe d’Annecy

5
Mai

CD du Groupe ODESSA est sortie …

   Publié par: artcorusse   dans Musique

CD  du

Groupe ODESSA

Editions Marianne Mélodie

 

Groupe ODESSA : Musiques Russes d’hier et d’aujourd’hui, comme un prisme le fait pour la lumière, ce nouveau CD révèle émotions et sentiments qui habitent la Musique Russe. Ferveur, nostalgie, déraison ou folle gaité emportent vers un monde intense et coloré dont les impressions demeurent au-delà de la dernière note .

Le Groupe Odessa et ses Amis.

Le Groupe ODESSA est un orchestre dédié à la musique russe qui s’est constitué au cours de l’automne 2014 à Montpellier autour de Léon Tourtzevitch, un Français d’origine russe. Il se compose actuellement de cinq musiciens et chanteurs.

 

h

 

Ludcia Commoy-Guibadoulina

Née en Russie dans l’Oural. Dès l’âge de 14 ans, chante en soliste et dans divers ensembles. Dotée d’une voix exceptionnelle, elle participe à des concours de chant locaux et régionaux qu’elle remporte régulièrement et reçoit au festival ARGO  1999, de la région de Primorié ( Extrême Orient) la plus haute distinction et l’appellation de « Voix d’or du Primorié ». Suit parallèlement des études pour devenir enseignante en musique et devient pédagogue auprès d’enfants et adolescents. Repérée par le chef d’un orchestre de variétés, elle devient chanteuse professionnelle et animatrice-organisatrice de fêtes et d’évènements. Mariée à un Français qu’elle rencontre en Russie, elle vit dans le sud de la France depuis 10 ans.

Chanteuse complète et très expérimentée, elle intègre le Groupe ODESSA au cours de l’automne 2016.

 

h

 

Natalia Nutsubidze

 Elle a été bercée dans la tradition caucasienne. Son père, général de l’armée nationale en charge de la musique, est professeur de clarinette. Sa mère enseigne le piano, tandis que ses deux sœurs se partagent piano et percussions. « J’ai choisi le chant… Quand j’avais deux mois, ma mère jouait du piano et je venais chanter, tant bien que mal, près d’elle ».. En 2016,  elle quitte la Géorgie pour venir vivre en France. Elle explique comment, en l’espace de deux ans, sa vie a basculé.  Elle a Intégré le groupe Odessa le temps d’un concert en 2018. Elle est devenue la voix inépuisable du Caucase, sa sœur Ekaterina Nutsubidze pianiste, vient la voir, l’une est au piano,  l’autre au chant.

 

h

Tatiana Derevitskaïa. 

Née en France dans une famille de musiciens d’origine russe, elle joue de la guitare depuis l’âge de 10 ans, puis se passionne pour la balalaïka, qu’elle étudie d’abord pendant cinq ans avec NIcolas Kedroff, la référence en France pour cet instrument, puis à l’institut Gnessine de Moscou avec Valery Zajiguine. Devenue une virtuose de la balalaïka, elle a fait partie de l’Orchestre de Saint-Georges, se produit régulièrement avec Nicolas Kedroff, en duo avec Leon Tourtzevitch à la guitare et avec le trio Zima. Elle rejoint le groupe ODESSA au début de l’année 2017.

 

h

 

Elisabeth Carenco

h

 

Violoniste expérimentée  et professeur de violon  dans la région de Montpellier. A l’aise dans tous les styles, ayant quelques origines russes. Elle intègre le groupe ODESSA au début de l’année 2019.

 

h

 

Jean-Marc Torchy. 

 

Compositeur et chef d’orchestre, il est également accompagnateur de plusieurs chanteurs sur scène, dont Leny Escudero, François Valery et David Martial. Il en est à son 50 e album, compose avec les grands noms de l’accordéon et coproduit CD et DVD pour de nombreux artistes de la génération montante de l’accordéon. Accordéoniste à l’aise dans tous les styles, il rejoint le Groupe ODESSA en février 2017

 

h

Léon (Lev) Tourtzevitch

Né en France de parents russes, il s’initie à la musique dans une institution dédiée aux enfants d’immigrés russes, l’internat St Georges (Meudon). Chante, joue de la dombra ( instrument proche de la mandoline) et danse. Apprend la guitare à l’adolescence et fonde plusieurs orchestres de musique populaire.

Après des études d’économie, exerce quelques années le métier d’enseignant, puis suit une formation musicale à l’université de Vincennes. Compositeur, arrangeur, il partage sa vie professionnelle entre la musique et l’enseignement des sciences économiques.

En 2013, il réunit à Montpellier quelques musiciens-chanteurs qui constitueront la base du Groupe ODESSA.

 

3

 

Prix : 14, 90€

Commande chez Marianne Mélodie : CLIQUEZ

 

3
Mai

Les Cornes magiques d’Ogaïlo, ed. Boréalia

   Publié par: artcorusse   dans Livres

” Les cornes magiques d’Ogaïlo, contes du Baïkal”

de Vassili Starodoumov traduction par P. Guichardaz

Illustrations par Raïssa Bardina

 

Les contes du Baïkal proviennent de la riche tradition orale des Evenks et des
Bouriates, peuples de chasseurs, pêcheurs et éleveurs vivant dans les immenses
steppes et forêts de la région de la Mer sacrée – le lac Baïkal, avant
l’arrivée des Russes au 17e siècle.

Un premier recueil, publié en russe à
la fin des années 1960, a connu un succès qui ne se dément pas aujourd’hui.
C’est ce recueil, traduit en japonais en 1992, qui est disponible désormais
en français, dans une édition reprenant les remarquables illustrations de
Raïssa Bardina, sous le titre :
 “Les cornes magiques d’Ogaïlo, contes du Baïkal”.

 

g

 

44 p. 16×21 – 15,00 €

Commandez :

. Envoi par la poste, franco de port, à réception du
chèque de règlement à l’ordre de Guichardaz,

à Philippe Guichardaz,

118, chemin des Huches  74200 ALLINGES