25
Nov

Vente art russe Paris Douot

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Vente Art Russe “Русское Искусство”

samedi 8 décembre 21018

Hôtel Drouot, salle 15 11h et 14h

Icones & art religieux, Gravures & lithographies , Archives & manuscrits, Numismatique,  Romanov, Affiches, Argenterie, Émaux ,Objets de vitrine, bijoux & Fabergé , Porcelaine,  Bronzes, Art populaire & folk art, Militaria, Ballets russes, Livres,Tableaux.

Expositions Publiques Vendredi 7 décembre de 11h à 18h

Extraits du catalogue

Belle croix pectorale en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes) sertie de brillants de différentes tailles, surmontée d’une couronne impériale. Médaillon central peint sur métal ornée d’une scène de la Crucifixion. B.E. (quelques manques). Moscou, vers 1890. Orfèvre : A. A. Moukhine. H. 15 x L. 7,3 cm. Poids brut : 57,6 g,1000/1500 €

 

Icône de voyage de la Mère de Dieu de Kazan. Tempera sur bois. Russie, fin du XIXe siècle. Dans sa belle oklad en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes) à décor émaillé polychrome cloisonné. T.B.E. Moscou, vers 1890. Orfèvre : EAK, non identifié. H. 9 x L. 7,5 cm. Poids brut : 103,7 g. Икона Казанской Божьей Матери, путевая. 3000/5000 €

 

Icône du Christ Sauveur de Smolensk. Tempera sur bois. Russie, fin du XVIIIe – début du XIXe siècle. Dans son oklad en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor ciselé et repoussé. Légendes gravées des noms des saints entourant le Christ en pied. B.E. Moscou, 1801. Orfèvre : Alexei Ratkov. H. 38, 2 x L. 32 cm. Poids brut : 2346,0 g. Икона, Христос Спаситель Смоленский. Темпера на дереве. 3000/5000 €.

Cartes de la Russie. Lot de 7 lithographies : Carte des régions limitrophes de la mer Caspienne, c.1728, rehaussée à l’aquarelle. – Carte de l’Empire russe par Eman Bowen, XVIIIe siècle. – Carte de Tartarie, XVIIIe siècle. – Carte de la Russie, atlas Clouet, 1787, rehaussée à l’aquarelle. – Carte de Tartarie, XVIIe siecle, rehaussée à l’aquarelle. – Gravure de Moscou, 1743, rehaussée à l’aquarelle. B.E. Formats divers. Карты России. 7 литографий: карта приграничного Каспия, c.1728, акварель. – Карта Российской империи Эмана Боуэна, XVIII в. – Карта Татарии, XVIII в. – Карта России, атлас Clouet, 1787г., акварель. – Карта Татарии, XVII в., акварель. – Гравировка Москвы, 1743 г., акварель. Состояние хорошее Различные форматы 300/500 €

 

Brevet de nomination au poste de Consul général à Hambourg de l’assesseur de collège Bacheracht, Kameny Ostrov, le 31 août 1825. Signé par Alexandre Ier et le comte Nesselrode. Avec le sceau impérial. Pliures mais complet. On y joint la traduction officielle en allemand du précédent document. Manque le sceau. Pliures. Грамота о назначении на должность генерального консула в Гамбурге колледжского ассесора Бачерахт, Камени Остров, 31 августа 1825 г. Подписано Александром I и графом Нессельроде. Императорская печать. В сложеном виде. Прилагается официальный немецкий перевод предыдущего документа. Печать утрачена. В сложенном виде. 200/300 €

 

Tolstoï et Gorki. Lot de 7 tirages argentiques de presse représentant : – Léon Tolstoï : deux fois seul dont en promenade, une avec sa famille, une avec Maxime Gorki (divers formats). – Maxime Gorki : portrait seul, anniversaire 1868-1936 avec des acteurs, anniversaire avec Mark Twain. 7 фотографий. Изображены Л.Толстой и М.Горький. 150/200 €

 

Pendule en bronze doré et patiné représentant le tsar Pierre le Grand sur le lac Ladoga. L’Empereur se tient à la barre d’une embarcation en pleine tempête. Décor de palmettes et rinceaux. Chiffres romains. B.E. (mouvement vendu en l’état). Russie, milieu du XIXe siècle. H. 35 x L. 26,5 x P. 10 cm Historique : « Alors de Piter (Saint-Pétersbourg) Pierre Ier s’embarqua sur la Neva et sur le Ladoga ; tout à coup la tempête s’élève, une bourrasque, un orage épouvantable. A grand’peine ils arrivèrent au nez de Storojevski. Le tsar débarqua. Entouré des flots, la tête lui tourna de voir la mer bleue. « Allons, toi, mère humide, la terre, ne t’agite pas, ne prends pas exemple sur ce stupide lac. « Aussitôt il ordonna de knouter et de fouetter les vagues irritées. Le lieu, où il les fustigea de ses mains impériales s’appelait l’Ecueil sec, et depuis ce temps on l’appelle l’Ecueil du tsar. Depuis lors le Ladoga est devenu plus paisible ; il a ses jours de calme comme les autres lacs, et vous voyez, continue le narrateur : nous y naviguons, nous y prenons du poisson. » (V. Barsof, Petr Veikii v narodnykh predaniakh Siévernago kraïa (Pierre le Grand dans les traditions populaires du pays septentrional), Moscou, 1872.) Часы, бронза позолоченная и патинированная. Царь Петр I. На циферблате римские цифры. Состояние хорошее. Россия, середина XIX в. 2000/3000 €

 

Alliance Franco-Russe. 1- Foulard de l’alliance. 1896 Kronstadt 1891-Toulon 1893. Paris Louvre 1896. Par G. Laveissière et Chamont. Déville Rouen. 42 x 48. B.E. – 2- Médaille pour la revue des 9-10 octobre 1896 par le Tsar. Liste des bataillons de chasseurs à pied et alpins ayant participé. Diamètre : 39 mm . B.E. 3- Médaille avec l’aigle impériale russe et au revers les armoiries de la république française. Diamètre : 36,5 mm B.E. 4- Médaille à l’ancre entouré de l’Aigle impériale et RF. Souvenir de Cronstadt 1891- Toulon 1893. Diamètre : 25,5 mm B.E. 5- Médaille « France-Russie », Cronstadt-Toulon, 1891-1893. Représentation d’un navire de guerre. 30 x 36 mm. B.E. 6- Bouton à l’effigie de Nicolas II en uniforme. Diamèttre : 31 mm. B.E. 7- Médaille France-Russie, Cronstadt-Toulon . Juillet 1891- Octobre 1893. Représentation de matelots et de navires en rade, éclairés par la « Paix ». Diamètre : 30,5 mm. B.E. 8- Médaille de table Paris octobre 1896, profils de Nicolas II et de l’impératrice. Diamètre :35 mm. B.E. 9- Médaille France- Russie, Nicolas II empereur de Russie. Buste de l’empereur en uniforme. Diamètre : 32,5 mm Sans anneau 10- Deux Petits aigles impériales, avec drapeaux et sans, fabrication française des années 1890- 1900. B.E 11- Médaille souvenir de Paris-Toulon, octobre 1893 ; Revers : Cronstadt-Toulon avec portrait de l’empereur et du président de la République. Diamètre : 43 mm. B.E. 12- Médaille « Vive la Russie, Union et fraternité ». Souvenirs La flotte française à Cronstadt 23 .7.1891, la flotte russe à Toulon 13.10.1893. Avec ruban français et russe impérial combiné. Diamètre : 27,5 B.E. Лот 12 значкоб и медалей Франко-Российский альянс. 600/800 €

Affiche de l’Exposition russe hippique et ethnographique. 1895. Au Champ de Mars. Par Houbrac. Représentations de cosaques de l’escorte impériale. Konvoï. H. 120 x L. 82 cm. Entoilée. T.B.E. Représentations de cosaques de l’escorte impériale. Konvoï. – Афиша русской конно-этнографической выставки. 1895. Марсово Поле. Houbrac. Представления казаков Императорского конвоя. 120 х 82 см. Дублирование. 600/800 €

Quatre planches polychromes de Bilibine, Les contes des mille et une nuits. Fernand Nathan éditeurs. B.E. Lithographies en couleur, numérotées et signées dans la planche. Vers 1932-1938 – Le cheval enchanté – Sindab le marin – Le Chasseur – Alladin ou la lampe merveilleuse H. 34,2 x L. 90,5 cm. Entoilées. B.E. – Четыре полихромных билибинских листа, сказки «Тысяча и одна ночь». Изд. Фернан Натана. Дублирование. – Алладин – Синдбад Мореход – Очарованная лошадь – 34,2 х 90,5 см. Дублирование. 6000/8000 €

 

Rare samovar en argent 84 zolotniks (875 millièmes) repoussé et ciselé, le corps piriforme avec anses élevées, le couvercle pourvu de deux boutons, le fut balustre en partie ajouré à décor floral, la base polylobée reposant sur quatre pieds boules, garnitures en corne, intérieur vermeil. Très bon état, léger accident à la garniture du robinet. Saint-Pétersbourg, 1861. Orfèvre : I. SAZIKOV, avec aigle de Fournisseur de la Cour impériale. Maître-essayeur : A.N Mitine (actif 1842-1877). Porte également les poinçons d’importation du grand-duché de Finlande (d’après 1810, de titre « 813 H » et de la ville d’Helsinki). H. 44 x L. 33 cm. Poids brut : 3925 g (environ). Références : Ignati Pavlovitch Sazikov (1793-1868), fils du fondateur de la firme, Pavel Fedorovitch, reçoit en 1837 le privilège de fournisseur de la Cour impériale de Russie. Références : Ignati Pavlovitch Sazikov (1793-1868), fils du fondateur de la firme, Pavel Fedorovitch, reçoit en 1837 le privilège de fournisseur de la Cour impériale de Russie. Редкий самовар. Серебро, резное и чеканное. Проба 84. Грушеобраный корпус с высокими ручками. Крышка с двума хватками. Поддон украшен цветочным орнаментом, на четырех ножках в виде шариков. Отделка из кости. Внутренняя часть корпуса позолоченная. Состояние очень хорошее. Незначительное повреждение отделки крана. Санкт-Петербург, 1861 г. Ювелир: И. САЗИКОВ, клейма : изображение орла – поставщик Императорского двора. Пробирный мастер: А.Н. Митин (годы службы:1842-1877 гг). Имеются также клейма для импорта в Великое княжество Финляндское (после 1810 г. проба «813 H» и город Хельсинки). 44 x 33 см. Вес брутто: 3925 г (приблизительно). 6000/8000 €

 

Centre de table servant de coupe à fruits en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à double anse en forme de buste de femme, monté sur quatre colonnes corinthiennes reposant sur un socle ovale en onyx vert. Il est gravé d’une dédicace en russe « À notre cher directeur F.F. Proillar. En souvenir. La direction et les ouvriers des verreries du sud de la Russie ». Plaquettes avec les dates 18/VI 1902 et 13/VI 1911. Avec une doublure en cristal taillé. B.E. (usures et petit accident au socle). Moscou, 1908-1917. Orfèvre : Mikhaïl TARASOV. H. 22,5 x L. 32 cm. Poids brut : 3790 g (environ). Украшение центральной части стола. Чаша для фруктов. Серебро. Проба 84. Две ручки в форме женского бюста. На четырех коринфских колоннах, на подставке из оникса. На пластинке выгравировано посвящение «Нашему дорогому директору Ф. Ф. Пройларь. На память. шефы и рабочие зеркальных заводов юга России ‘’. Даты 18 / VI 1902 и 13 / VI 1911. Хрустальная обкладка. Состояние хорошее. (потертости и незначительные повреждения у основания). Москва, 1908-1917 гг. Ювелир: Михаил ТАРАСОВ. 1800/2500 €.

 

Belle paire de cuillères à caviar en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), à décor niellé représentant notamment la cathédrale de l’Annonciation au Kremlin de Moscou, manches torsadés. Dans leur écrin de présentation de la Maison Proudnikov. B.E. (taches). Moscou, 1908-1917. Orfèvre : MC possiblement pour Maria Semenova. L. 18,5 cm. Poids brut total : 170,6 g. Две ложки. Серебро. Черная эмаль 1000/1500 €

 

Étui à cigarettes en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à décor repoussé d’une jeune amazone avec son cheval. Fermoir avec pierre verte. B.E. Inscription gravée : « Cher Robik, de papa et maman, 3/VII/ 51 ». Moscou, 1908-1917. Orfèvre : M.oHb, non identifié. H. 11x L. 8,5 cm. Poids brut : 222,6 g. Портсигар. Серебро. Амазонка и лошадь. Застежка с камнем Клеймо «84» Московский кокошник 1908 г. Ювелир: М. онб, неизвестен. Выгравированная надпись: «Дорогому Робику, от папы и мамы, 3 / VII / 51». 11x 8,5 см 400/600 €

 

Boucle de ceinture caucasienne en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor émaillé polychrome cloisonné de rinceaux feuillagés, se fermant par un kindjal miniature également émaillé. B.E. (légères usures). Saint-Pétersbourg, 1908-1917. Orfèvre : A.K. Dalman. L. 7,5 cm. Poids brut : 54,2 g. Эмалированная кавказская бляха. Серебро. Два полихромных эмалированных элемента, закрытых эмалевым кинжалом. Клеймо, 84, Петербургский кокошник 1908 г. Ювелир А.К. Далман. 7,5 см, 300/500 €.

 

Pot couvert probablement à col en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), à décor émaillé polychrome cloisonné de tulipes stylisées à la manière des émaux de Solvychegodsk ou Usolsk du XVIIe siècle sur un fond crème dans des réserves se dégageant d’un fond vert olive, le corps en forme de bulbe reposant sur un piédouche bordé de perles émaillées rouge. B.E. Moscou, 1899-1908. Orfèvre : Feodor RÜCKERT. H. 7,5 cm. Poids brut : 81,6 g. Сосуд с крышкой, вероятно, для клея. Проба 84. Полихромная эмаль. Москва, 1899-1908 гг. 400/600 €.

 

Épingle en or russe 56 zolotniks (583 millièmes) retenant deux œufs miniatures pendentifs montés en or (750 millièmes, probablement non russes), l’un en pierre dure bleue, l’autre émaillée rouge guilloché. Bon état. Saint-Pétersbourg, 1908- 1917. Orfèvre : illisible. L. 3 cm. Poids brut total : 11,4 g. Булавка русская, золото. Проба 56. Два миниатюрных яйца-подвески, проба 750. Вероятно, не русские. Состояние хорошее. Санкт-Петербург, 1908- 1917 гг.` 200/300 €.

 

Cafetière en porcelaine du service du Cottage de Péterhof. À décor central sur chaque côté du blason du palais à fond bleu figurant une épée traversant une couronne de roses, entouré de l’inscription en russe sur fond or : “Pour la Foi, le Tsar et la Patrie”. Deux éclats à la base, un au bec verseur avec un fêle et anciennes restaurations (en l’état). Manufacture impériale de Porcelaine, Saint-Pétersbourg, époque Alexandre III, datée 1885. H. 21,2 cm. 600/800 € Provenance : Service commandé entre 1827 et 1829 par l’empereur Nicolas Ier (1825- 1855) pour le Palais Alexandria dit “Cottage”, demeure néogothique construite dans le parc Alexandria de Péterhof par l’architecte A. A. Menelaus et offerte par le tsar à son épouse l’impératrice Alexandra Féodorovna. Ce service, utilisé pour le dîner, le dessert et le thé/café, était composé à l’origine de 530 pièces, il fut doublé en 1835 puis réassorti jusqu’au règne de Nicolas II, et était accompagné d’un service en cristal orné du même blason dont nous présentons ci-après un verre. Ce motif intitulé “Fleur Blanche”, conçu par le poète Joukovski, fut inspiré d’un des personnages du roman de “L’Anneau magique” par le chevalier de La Motte-Fouqué, et c’est ainsi que l’on surnommait l’impératrice Alexandra Féodorovna, née princesse Charlotte de Prusse, qui utilisa ce blason pour sa résidence privée du Cottage. Кофейник, фарфор. Из сервиза « Коттеджа » в Петергофе. Каждая сторона украшена дворцовым гербом. 500/700 €.

 

Rare assiette en porcelaine, réassort du service “aux camées” de l’impératrice Catherine II. Manufacture impériale de Porcelaine, SaintPétersbourg, époque Nicolas Ier (1825-1855). Marque en bleu sous couverte au chiffre du tsar Nicolas Ier. B.E. (légères restaurations au fond bleu). D. 27 cm. Provenance : – Au mois de Juillet 1776, une commande particulière de l’impératrice Catherine II de Russie parvient à la manufacture royale de Sèvres par l’intermédiaire de son ambassadeur le prince Bariatinsky. Il s’agit d’un service de table pour 60 convives, qui sera le « plus important et le plus onéreux » que la Manufacture ait jamais réalisé. Из сервиза «Камея», императрицы Екатерины II. Осуществлялось пополнение. Императорский фарфоровый завод. Санкт-Петербург, при Николае I (1825-1855). Клеймо синего цвета, вензель Николая I. 4000/6000 €

 

Ensemble de 4 tasses de forme évasée et leurs soucoupes en porcelaine, à décor noir et or sur fond violet ou vert représentant la flèche de l’île Vassilievski à Saint-Pétersbourg et d’un trophée à la Marine avec ancres dans des cartouches de style néoclassique. Bon état. Manufacture Lomonosov, Léningrad, époque soviétique (marquées). H. 9,5 x D. 16 cm. Чашка в форме факела и блюдце. Фарфор с черным и золотым орнаментом на фиолетовом фоне. Памятник гавани и трофей с якорями, для морского флота. 600/800 €.

 

TOURGUENEFF Pierre Nicolaiévich (1854-1912). Cheval au pas. Bronze, signé sur la terrasse “P. Tourgueneff” (manque le rêne fixe sur sa gauche). Fonte du début du XXe siècle. H. 31 x L. 34 cm. П. H Тургенев. Лошадь на прогулке. Бронза. Подпись ‘’’П. Тургенев’’ на основании. Начало XX в. Состояние хорошее. 1800/2000 €.

 

Tirelire en cuivre martelé, de forme circulaire, la prise formée par la figure de Baba Yaga, ouverture à charnière, avec fermoir. B.E. Manufacture Stroganov, vers 1900. Marque au dos. H. 11,7 x L. 11 cm. L’école de Stroganov fut fondée à Moscou par le comte Sergei Grigoryevich Stroganov en 1825 et devint officiellement l’Institut Impérial Stroganov pour les Arts Industriels en 1901 lorsqu’elle fut placée sous le patronat de la sœur de l’impératrice, la grande-duchesse Elisabeth (1864-1918). L’atelier de cuivre de l’Institut ouvrit ses portes en 1902, les étudiants suivaient alors un cursus de 8 ans et étaient encouragés à créer leur propre style en plus de copier les œuvres de renom. Ce plat apparaît comme une composition originale. Pour le Tricentenaire des Romanov en 1913, les étudiants de l’école Stroganov ont réalisé plusieurs objets pour les membres de la Famille impériale, notamment le plat monumental représentant des scènes de l’élection de Michael Romanov au rang de tsar, qui fut présenté à l’empereur Nicolas II. Копилка. Медную, чеканная. Форма круглая. Ручка в виде силуэта Бабы Яги. Шарнирное отверстие с застежкой. Завод: СТРОГАНОВ, около 1900 г. 800/1200 €.

 

Grande aiguière en cuivre, à décor repoussé et martelé de style Art Nouveau, l’anse, le bec verseur et la base dorés. Gravé sur la base circulaire en russe et en latin de la devise : “Au cher Prince de la part de Kostia, Otto, ?, in vino veritas, 1914, II, 25”). Bec verseur à ressouder. Russie, circa 1914. H. 36 cm. Большой кувшин. Медь. Стиль ар-нуво. Ручка и носик позолоченные. Выгравированы на круговой основе на русском и латинском девизе: «Дорогому Князю оть Кости, Отто, Гаврюши, Истина в вине, 1914, II, 25». Носик кувшина нуждается в пайке. 800/1000 €

 

Paire de bottes de jeune fille en cuir brun et polychrome, intérieur en tissu rouge. B.E. Russie, début du Xxe siècle. H. 34 x L. 22 cm (taille environ 33). Пара сапог. Кожа. Коричневый фон и полихромная отделка. Внутренняя отделка из красной ткани. Состояние хорошее. Россия, начало XX в 200/300 €.

 

Plaque de l’ordre de Saint André le Premier grade. Russie, début du XIXe siècle. Modèle typique des fabrications de la première partie du règne d’Alexandre I. Aigle noire brodée avec croix de Saint André sur la poitrine. Inscription pour la Foi et la Fidélité brodée, rayons argent garnis de canetilles. D. 11 cm. E.M. Premier ordre russe créé par Pierre le Grand en 1698. Il ne fut jamais largement attribué, moins de 900 récipiendaires à la fin de la monarchie. D’abord brodées, les plaques en argent et émail commencent à apparaître vers 1812 et ne se généraliseront qu’au milieu du XIXe s. Шитая звезда ордена св. Андрея Первозванного. Начало XIX в. Металические звезды появились только в 1812 г. Типичный образец начала царст. Александра I. 11 см 2500/3000 €.

 

Croix de Saint-Stanislas de 3e classe avec glaives. Or 56 zolotniks (583 millièmes) et émaux. Orfèvre : Vera Dietvald pour Edouard. 1908-1917. Ruban d’origine, avec une boîte ancienne. D. 4 cm. Poids brut : 16,1 g. Крест святого Станислава, «3-й степ. с мечами. Золото. Клеймо: Вера Дитевальд. Эдуард. «56» кокошник 1908 г. Кокошник на рукояти мечей. Собственная лента с коробкой, старого образца. 800/1000 €.

 

Lot de 3 décorations : – Jeton du 4e Tirailleurs de la Famille Impériale. Attribué à A. Tchernichev, 25/VIII/ 1915. 1ere promo. Bronze avec sa chainette. 24,8 mm. B.E. – Médaille pour le zèle. Nicolas II. Argent. 30 mm. – Médaille pour la guerre Russo-Turque. 1877-1878. Bronze foncé. 26,5 mm. On y joint un œuf pendentif à décor émaillé (H. 2 cm) et un bouton de col niellé (D. 3 cm). Жетон л.г. 4-го Стрелкового полка (Императорской семьи). Вручена А.Чернышову, 25/VIII/ 1915. Бронза. 24,8 мм Медаль за усердие. Николай II. Серебро. 30 мм Медаль за Турецкую войну, 1877-1878. Темная бронза. 26,5 мм Небольшое пасхальное яйцо. Бронза. Эмаль. 10 x 19 мм Пуговица, выполненная в кавказском стиле. Диаметр: 30 мм 150/200 €.

 

Uniforme de petite tenue de chambellan, règne de Nicolas II. Bon état et complet, doublure soie. On y a rajouté des pattes d’épaule de fonctionnaire. A la poitrine médaille argent « pour le zèle » et aigle de cuivre fabriquée en France lors de l’Alliance franco russe. Avec une épée de fonctionnaire modèle 1855, de belle qualité, avec fourreau et dragonne en cannetille. Вицмундир придворных чинов 1855-1917 гг. Шпага гражданских чиновников, обр. 1855 г. С темляком 4500/6000 €

 

Giberne d’officier de la cavalerie de la Garde. Mod. 1889. Une pointe de rayon de l’étoile cassée. H:8,5 x L: 16,5 x P: 3,5 cm Лядунка офицерская, Гвардейская кавалерия. Обр. 1889 г. Утрачен кончик одного луча. 1000/1200 €.

 

Sabre caucasien, Daghestan. Début XXe s. Eléments métalliques à gravure profonde, travail de Lak. Garde à croisée entièrement en argent avec tête d’aigle. Lame réglementaire russe mod. 1909 avec monogramme d’Alexandre III (Empereur sous le règne duquel l’officier a été breveté) et sur l’autre face l’aigle impériale. Fourreau bois et cuir, trois garnitures argent niellé, sur une, face intérieur, inscription « Caucase ». Usure au cuir. L. 96 cm. Сабля кавказская. Дагестан. Начало XX в. Крестовина рукояти полностью серебряная с головой орла. Лакская работа. Русский армейский клинок, обр. 1909 г. С вензелем Александра III и Императорским орлом. Ножны из дерева и кожи. Три прибора, черненое серебро. Надпись «Кавказ». Дл. 96 см- 1800/2000 €.

 

Boîte pour sceau impérial en cuivre estampé, frappé de l’aigle impériale de Russie. B.E. Russie, époque Catherine II (1762-1796). D. 17,5 cm. Коробка для хранения печатей. Штампованная медь, с изображением Императорского орла. Царствование Екатерины II. Диаметр 17,5 см, толщина 2,2 см. Хорошее состояние. 400/600 €.

 

BRUCKOY, école russe du début du XXe siècle. Portrait en pied d’un chevalier-garde. Sculpture en régule, sur un socle circulaire inscrit Russie et signé sur la terrasse en lettres latines. Sur un socle rond en bois noirci. Usures, traces de dorure. H. 54 cm (hors socle). Статуэтка. Кавалергард в полный рост. Баббит. На круглом цоколе, надпись «Россия». Основа, деревянная, круглая. 700/1000 €

 

SAINT-PETERSBOURG. Plan-Guide dressé par le Conseil municipal de St. Pétersbourg en 1897, SaintPétersburg, imprimerie P. Jablonsky, 1897, 128 p., in-8, reliure en percaline bleue ornée en couverture du blason de la ville, texte en français. САНКТ-ПЕТЕРБУРГ. ПЛАН-ГИД, 1897 г. 180/250 €.

 

DRONNIKOV Nikolaï (né en 1930). Portrait de Serge Lifar. Encre sur papier, monogrammée en bas à droite et daté 9. VII. (19)81. Encadré. H. 32 x L. 24,5 cm. ДРОННИКОВ Николай (род. в 1930 г) Портрет Сергея Лифаря. Бумага.Чернила. Инициалы внизу справа и дата 9. VII. (19) 81. В раме. 200/300 €

BOGDANOFF-BELSKY Nikolaj (1868 – 1945) Paysan à la croix de l’ordre de Saint Georges. Huile sur toile d’origine 48 x 58 cm Signe en bas à gauche en cyrillique Bogdanoff – Belski. Sera inclus ds le catalogue raisonné d’Alexandre Kuznetscov БОГДАНОВ-БЕЛЬСКИЙ Николай (1868-1945) Крестьянин с крестом ордена Святого Георгия. Масло, холст. Подпись внизу слева на кириллице. 5000/7000 €.

 

ZANKOVSKY Ilya Nicolaiévitch (1832-1919). Vallée dans le Caucase au clair de lune. Huile sur toile, signée en bas à gauche et datée 1919. Restaurations et léger accident. H. 105 x L. 60 cm. Provenance : collection Antonina Klichova (1909- 2002), amie de l’artiste, puis par descendance. Biographie : Zankovsky a suivi des cours à l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg (1862-1863). Il vécut dans le Caucase, à Tiflis, où il a principalement peint des paysages, travaillé la technique de l’aquarelle. Ses peintures ont été exposées à la Société caucasienne pour la promotion des beaux-arts, à la Société d’assistance mutuelle des artistes du Caucase, ainsi qu’a la Société des aquarellistes russes. Ses œuvres sont représentées dans un certain nombre de collections régionales de musées en Russie (musée régional des beaux-arts d’Omsk, musée d’art d’Odessa, musée régional du Daghestan), au Musée national russe ainsi que dans des collections privées et à l’étranger. ЗАНКОВСКИЙ Илья Николаевич (1832-1919). Долина в лунном свете на Кавказе. Холст, масло. Подпись слева внизу. Датировано 1919 годом. Провенанс: Коллекция Антонины Клишовой (1909-2002). 15000/20000 €.

 

KOROVINE Aleksei (1897 -1950) Paysage au manège Huile sur isorel 74,5 x 106 cm Non signé КОРОВИН Алексей (1897-1950). Пейзаж с каруселями. Масло, изорель. Без подписи. 5000/7000 €

 

 

ERTÉ, Romain de Tirtoff dit (1892-1990), d’après. La demoiselle à la balancelle. Miroir rond orné d’une superbe monture en bronze argenté de style Art Nouveau. Signé au dos dans un triangle ERTÉ PARIS 1907. Modèle tiré à 10 exemplaires. H. 45 cm. La Demoiselle à la balancelle est une des premières sculptures, si ce n’est la première, de Roman Petrov de Tyrtov (Erté). Réalisée à l’âge de 15 ans lors d’un premier voyage à Paris en 1907, cette œuvre est d’une facture moins précise que les autres de ses sculptures, mais contemporaine de l’Art Nouveau. Erté l’a tellement considérée comme mineure qu’elle ne parait pas dans sa biographie officielle. ЭРТЕ, Роман Тыртов (1892-1990). Девушка на качелях. Круглое зеркало украшено превосходной серебряной бронзовой рамкой в стиле ар-нуво. Подписано на оборотной стороне ERTÉ PARIS 1907. 1500/2000 €.

 

Constantin TERECHKOVITCH (Moscou 1902 – Monaco 1878) Femme à la voilette Huile sur toile d’origine 62 x 51 cm Signé et daté sur le côté à droite C. Terechkovitch 37 ТЕРЕШКОВ.ИЧ Константин Андреевич (1902-1978). Женщина в фиолетовом. Холст, масло. Подписано C. Terechkovitch и датировано 1937 годом с правой стороны. 2500/3500 €.

 

KALMAKOFF Nicolas (1873 – 1955) Princesse au cerf.  Huile sur carton 38 x 72,5 cm Signé du cryptograme et daté 1925 en bas à gauche КАЛМАКОВ Николай (1873-1955). Принцесса с оленем. Масло, картон. Подпись в виде криптограммы внизу слева. Датировано 1925 годом. 10000/15000 €.

 

LARIONOV Mikhaïl (1881-1964), attribué à. Composition rayonniste. Aquarelle sur papier, monogrammée en bas à droite. H. 24 x L. 39 cm. ЛАРИОНОВ Михаил (1881-1964). Конструктивистская композиция. Акварель, бумага. Присутствует монограмма художника внизу справа. 700/1000 €.

 

RUSAKOV Svetozar Kuzmich (1923-2006). Le loup et le vieux pécheur. Celluloïd. Séquence de film animé, 16e série. Numéroté 67 et 41A. Encadré. H. 25 x L. 32,5 cm. Provenance : conservé par la fille de l’artiste РУСАКОВ Светозар Кузьмич (1923- 2006). Волк и старый рыбак. Целлулоид. Анимированная раскадровка, 16 серия. 67 и 41A номер. 600/800 €.

En vente une série de 28 gouache à vendre également de cet artiste, qui travailla dans le studio d’animation «Soyuzmultfilm» dans le département d’animation dessinée à la main et il etait le chef de production de la plupart des films de V.M. Kotenochkin. 

 

DRONNIKOV Nikolaï (né en 1930). Début de l’hiver. Huile sur toile, monogrammée en bas à droite et datée 1997. Encadrée. H.72 x L.99 cm. ДРОННИКОВ Николай (род. в 1930 г.). Начало зимы. Холст, масло. Имеется монограмма автора внизу справа, Датировано 1997 годом. 600/800 €.

 

Expositions Publiques:  Vendredi 7 décembre de 11h à 18h

Experts:  Maxime CHARRON 124 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris expert@maxime-charron.com 06 50 00 65 51

Gérard GOROKHOFF Tél: 06 75 10 64 94

Hotel Drouot: salle 15 vente à 11h et 14h

9 rue Drouot, 75009 Paris

Métro: Richelieu Drouot (lignes 8 & 9)

Bataille de Borodino ou bataille de la Moskova.

Nous ne pouvons pas inviter l’Autriche-Hongrie, mais nous pouvons inviter l’Autriche“, ainsi que les dirigeants d’autres pays qui n’existaient pas il y a 200 ans, a pour sa part indiqué le chef de l’administration présidentielle russe Sergueï Ivanov, qui présidait la réunion. Il a appelé le ministère à étudier cette question. Plusieurs ambassadeurs seront invités mais pas les chefs d’états.

Reconstitution de la bataille de Borodino

Plusieurs pays européens participeront aux célébrations. Selon le vice-premier ministre russe Alexandre Joukov, un descendant de Napoléon se rendra en Russie pour les festivités. Une traversée équestre de trois mois reliant la Russie à la France est organisée en juin 2012.

Une fête se déroulera sur le champ de Borodino, théâtre de la fameuse bataille franco-russe de 1812 que les Français appellent la bataille de la Moskova, avec la participation de clubs de l’histoire militaire de France, de Pologne, de Belgique et d’Ecosse. Fêtes lancées en juin, qui se prolongeront jusqu’à la fin de l’année, soit une durée équivalente à celle des combats qui ont fait rage en Russie en 1812.

Carte de la bataille de Borodino le 7 septembre 1812.
En bleu l'armée française et en rouge l'armée russe.

Les informations présentées par le projet présentent de manière détaillée les prémisses et les conséquencesde la guerre, la répartition des forces avant le début des combats et les pertes militaires des pays, les équipements et les armes du début du XIXe siècle et le bilan desbatailles. Les principaux événements de la campagne, la disposition des forces ennemies, les déplacements des armées et les lieux des batailles seront présentés sur une carte interactive.

 Les cuirassiers saxons de Latour-Maubourg attaquent les cuirassiers russes.
La redoute Raevsky se trouve à droite, dans la fumée.
À l'arrière-plan, on distingue l'église de Borodino

Le 26 août 1812, les deux armées immenses – russe, dirigée par Koutouzov et la Grande Armée de l’Empereur français Napoléon se sont rencontrées face à face. Les français fonçaient vers Moscou, l’ancienne capitale russe pour frapper la Russie eau cœur. Koutouzov a décidé de donner l’ assaut général dans le champ de Borodino, ayant  appliqué au préalable la politique de la terre brûlée sur près de 2 000 km entre la frontière russe et Moscou

Le général Koutouzov sur le champ de bataille de Borodino.

Dans le village de Gorki, où était situé son poste de commandement, s’élève le monument à Koutouzov, raconte Ludmilla Tourachova,  employée du musée militaire et historique de Borodino:
” Cet obélisque tétraédrique en granit rouge est couronné par l’aigle de bronze qui plane – le symbole de la victoire. Sur l’obélisque, on voit une  épée dorée – l’avertissement  aux ennemis sur le châtiment. Sur le bas-relief de bronze, est  représenté Koutouzov avec ses compagnons d’armes le jour de la bataille. Sur le piédestal, on peut lire ces paroles : l’Ennemi est rejeté ».

Monument à la gloire du général Koutouzov.

Tout le champ de Borodino est couvert de monuments. Ils s’y trouvent par groupes, ou séparément, au milieu

des vastes prairies. Ce sont des tours, des obélisques, des colonnes,  des pierres de forme irrégulière.

Principal monument (27 mètres de hauteur) à la gloire de cette victoire .

Sur eux, on voit des aigles en  bronze, des bas-reliefs, des couronnes de laurier et des croix de Saint-Georges.

Un des monuments.

Au centre du champ de Borodino, il y a un musée militaire. Le bâtiment moderne a été construit en 1912.

Musée historique de Borodino .

Devant le musée, on voit  les canons de l’armée napoléonienne. Au seuil du 200ème  anniversaire de la bataille de Borodino et le jour de la bataille, le 7 septembre, à Borodino se passeront diverses manifestations. Une fête se déroulera sur le champ de Borodino, théâtre de la fameuse bataille franco-russe de 1812 que les Français appellent la bataille de la Moskova, avec la participation des clubs de l’histoire militaire de France, de Pologne, de Belgique et d’Ecosse.

Un musée de la Guerre de 1812 sera inauguré dans la capitale russe à l’automne prochain, cent ans après l’adoption de la décision portant sur sa création. Il sera rattaché au Musée historique d’Etat“, a déclaré M.Boussyguine intervenant lors d’un congrès des descendants de participants à la Guerre de 1812.

La décision de créer ce musée a été prise en 1912. Une importante collection a été rassemblée grâce aux familles des participants des campagnes de 1812-1814. La Première Guerre mondiale, la révolution bolchévique de 1917 et l’instauration du pouvoir soviétique ont empêché la réalisation de cette initiative.

M. I. Koutouzov sur le champ de bataille de Borodino(toile de Guerasimov) 

Moscou possède un musée-panorama “Bataille de Borodino”, hébergeant une installation panoramique consacrée à l’une des plus grandes batailles de la Guerre de 1812.

Musée du panorama de Borodino à Moscou.(38, Kutuzovsky prospect)

C’est à moins de 150 km de Moscou que se déroula à Borodino, le 7 septembre 1812, l’une des batailles les plus importantes de la campagne de Russie.

Elle opposa les armées françaises de Napoléon (130 000 hommes, 28 000 cavaliers, 587 canons) aux armées russes dirigées par Koutouzov (135 000 hommes, 25 000 cavaliers, 624 pièces d’artillerie).

Korneev et ses cuirassiers contre les troupes françaises.  

Les combats durèrent plus de quinze heures sous un feu ininterrompu, semblable au roulement du tonnerre selon les dires des témoins.

Napoléon a dit:”Des cinquante batailles que j’ai données, la plus affreuse est celle livrée par moi devant Moscou. Les Français s’étaient montrés dignes d’être vainqueurs, les Russes avaient conquis le droit d’être considérés comme invincibles“.

La bataille de Borodino fut terrible en pertes humaines : 20 000 blessés et 10 000 tués chez les Français dont les généraux Montbrun, Caulaincourt, Compère, Plauzonne, Lanabère, Romeuf, Marion et Tharreau ; 35 000 blessés et 15 000 tués chez les russes dont les généraux Bagration, Kutaizov et Toutchkov.

Reconstitution d'une charge .

Le projet spécial “1812. Guerre et Paix. Nouvelle vision” faite suite à la série de programmes éducatifs, informationnels et historiques réalisés par RIA Novosti, comme les projets Titanic, Gogol. 200 ans, Bataille de Poltava, Tchekhov-2010, Gagarine, qui présentent sous une forme accessible et populaire des faits historiques célèbres, en les combinant avec des éléments interactifs divers et variés – jeux, quiz, mots-croisés, concours et contenu multimédia.

Pour le 200ème anniversaire sont attendus pas moins de 300 000 spectateurs venant des quatre coins du monde.
Participeront à la reconstitution près de 3000 fantassins, 250 cavaliers et un grand nombre d’artilleurs et leurs canons.

Les reconstitutions se passeront les 1er et 2 septembre 2012, sur la grande plaine de Borodino à quelque 100km à l’ouest de Moscou. La grande reconstitution ayant lieu le 2 septembre .

Des invités de France, d’Autriche, de Pologne et d’autres pays européens, les représentants des milieux scientifiques, culturels et religieux russes, ainsi que des descendants des participants à la bataille de Borodino de 1812 et les anciens combattants de la Grande guerre patriotique de 1941-1945 participeront aux festivités.

Le président russe Vladimir Poutine assista dimanche 2 septembre à une cérémonie commémorative.

Toute la population s’est élevée contre les envahisseurs. Son héroïsme sans précédent, sa force spirituelle et son attachement profond à sa terre ont donné à notre pays une immense force qui n’avait jamais été observée auparavant“, a déclaré M. Poutine au pied d’un monument érigé sur l’ancien champ de bataille.

Le président russe a ensuite salué les personnalités et notamment Valéry Giscard d’Estaing qu’il a remercié “infiniment” d’être venu à Borodino assister à cette reconstitution à laquelle l’Etat russe a consacré 36 millions de roubles (près de 900.000 euros).

“La France et la Russie ont été du même côté pendant les deux guerres mondiales”, a dit l’ancien président français à M. Poutine, selon les images de la chaîne de télévision publique Rossia 24.

“On a passé plus de temps ensemble qu’à se faire la guerre”, lui a répondu M. Poutine, soulignant que “la France avait presque toujours été un partenaire stratégique de la Russie”.

Sur le champ de bataille entouré d’une forêt, des cavaliers de la garde impériale russe ont affronté des soldats à cheval de la Grande Armée de Napoléon équipés de fusils à silex (l’arme des guerres napoléoniennes).

Fusil à silex Pressol et Martin.

Parmi les 3.000 acteurs, des centaines d’hommes en costume d’époque de part et d’autre, armés de sabres et d’épées, ont avancé en rangs serrés et se sont livrés à des combats sous les yeux et les acclamations de nombreux spectateurs – jusqu’à 300.000 selon les organisateurs – hommes, femmes et enfants qui ont bravé le froid automnal (10 degrés Celsius) et la pluie fine.

Pour vous rendre à ces manisfestations Artcorusse vous propose

de cliquez dans la bannière ci-dessous:

Les adhérents d'Artcorusse ont un avantage non négligeable 
renseignements à notre secrétariat.


Le 12 août à Moscou, les cosaques en cosatumes d'apparat, ont entamé leur route qui
les mènera en Biélorussie, en Pologne, en Lituanie, en Allemagne, puis en France.
Crédits photo : SERGEI KARPUKHIN/REUTERS

Autre fait marquant des célébrations du bicentenaire, une vingtaine de cosaques russes sont

partis début août de Moscou à cheval en direction de Paris, randonnée  organisée par Pavel Mochtchakov, sous la direction de l’Ataman  Alexandre Koliakine.

L'Ataman Alexandre Koliakine

Pour un voyage de plus de 2.500 kilomètres sur les traces de leurs ancêtres qui avaient

poursuivi Napoléon en 1812 après sa campagne en Russie.

Six pays vont être traversés, la Russie, le Bélarus, la Pologne, la Lituanie, l’Allemagne et la France

Video Ria Novosti: (CLIQUEZ)

Ils ne pourront rentrer dans la capitale, le Quai d’Orsay ayant décidé de les recevoir

sollennellement à Fonteinebleau, où Napoléon Ier avait abdiqué en 1814.

Une fois sur place, ils espèrent, mais sans les chevaux cette fois,

aller jusqu’à Paris et se “laver les pieds dans la Seine”,

ironise le chef Alexandre Koliakine.

l'Ataman Alexandre Koliabine

Les cosaques russes, qui participent à une traversée équestre Moscou-Paris à l’occasion du bicentenaire de la victoire russe dans la Guerre patriotique de 1812, ont quitté jeudi 6 septembre Varsovie, soit 26 jours après leur départ de Moscou et ont déja parcourue 1 250 km.

15
Nov

Concert de Noël, à Paris

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Choeur d’hommes

“Chantres Orthodoxes Russes” 

Dimanche 1er décembre à 16h.

Église Notre-Dame-du Rosaire, 14ème Paris

Depuis leur création en 2013, l’ensemble vocale les “ Chantres Orthodoxes Russes ” composé de12 choristes, se consacrent au répertoire liturgique russe et plus particulièrement aux oeuvres des grands centres spirituels comme le monastère des grottes de Kiev, et plus particulièrement la laure de la Trinité Saint-Serge non loin de Moscou.

Le panorama de la musique qui sera interprété, illustre la riche histoire de la musique monastique orthodoxe russe depuis l’abandon du chant byzantin à la fin du XVIe siècle. Le programme sera articulé autour de chants emblématiques des chants consacrés à la fête de Noël.

 

d

 

Paroisse Notre-Dame du Rosaire
194 rue Raymond Losserand
75014 Paris – France
Tél : 0145431316

  • Métro : Porte de Vanves
  • Bus : 59
  • Tram : T2

Tarifs : 15€, 10€, gratuit moins de 10 ans.

Billeterie sur place.

Réservations : CLIQUEZ

Renseignements : www.acer-mjo.org

 

14
Nov

Borealia en Alsace en Novembre

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

 Salon du livre De la nature du Livre au Ciné-Bussière.

  Samedi 16 et dimanche 17 novembre 2019

Centre d’Initiation, 155 Rue Kemps,

Strasbourg

t

Salon du livre de Colmar 

– Samedi 23 et dimanche 24 novembre 2019

 

Vous pourrez rencontrer Emilie Maj durant ces salons

h

jeudi 21 novembre à STRASBOURG vous pourrez retrouver Munkhzul Renchin, traductrice de l’anthologie mongole Coeur de bronze,

q

 

Emilie Maj, éditrice et ethnologue, et Isabelle Salmon, illustratrice spécialiste des animaux polaires et des lutins lors d’une PROJECTION DU FILM ENFANCES NOMADES

Chez Radouga, 8, rue Livio – 67100 Strasbourg. Stand de livres, épicerie et artisanat.  Pensez à vos cadeaux de Noël ! Participation 5 euros.

Réservations : 06.07.62.93.77

 

– Samedi 23 et dimanche 24 novembre à COLMAR : visitez le stand des éditions Borealia au Salon du livre de Colmar et rencontrez Munkhzul Renchin, traductrice de l’anthologie mongole Coeur de bronze, Emilie Maj, éditrice et ethnologue, Karen Hoffmann-Schickel, auteure jeunesse, et Isabelle Salmon, illustratrice spécialiste des animaux polaires et des lutins : https://festivaldulivre.colmar.fr/

13
Nov

Chroniques Cannoises, aux Éditeurs Réunis, Paris

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Présentation au Centre culturel Alexandre Soljenitsyne

” Chroniques Cannoises ” (2006 – 2016)

de Daniil Dondureï, Lev Karakhan et Andreï Plakhov

Lundi 25 novembre 2019 à 18h30

Librairie Les Éditeurs Réunis, Vème Paris

 

Présentation du livre CHRONIQUES CANNOISES, 2006-2016 de Daniil Dondureï, Lev Karakhan et Andreï Plakhov, traduction de Macha Aprelleff, publié aux éditions YMCA-Press en mai 2019.
En présence des auteurs Lev Karakhan et Andreï Plakhov, .

Les Chroniques cannoises sont un recueil d’entretiens menés régulièrement de 2006 à 2016 par des critiques de cinéma russes en vue à l’issue du Festival de Cannes pour la prestigieuse revue de cinéma Iskusstvo Kino (L’Art du cinéma), la plus ancienne d’Europe, créée à Moscou en 1931. Elles constituent une tentative unique de suivre au fil des ans non seulement les tendances de la programmation au Festival de Cannes, mais aussi celles de la culture dans son ensemble avec ses codes et ses représentations. Trois articles de fond écrits spécialement pour ce livre permettent de tracer des perspectives et d’esquisser un bilan. Par sa démarche, illustrant le passage de l’analyse des œuvres concrètes aux problèmes les plus brûlants de la culture et des sociétés actuelles, ce livre s’adresse à un large public international et avant tout au lecteur français pour qui le Festival de Cannes constitue toujours un événement culturel majeur.

294 pages 16X24 cm

Prix : 23€

ISBN : 978-2-85065-289-9

3

 

Librairie les Éditeurs Réunis-YMCA-Press

11 rue de la Montagne Ste Geneviève, 75005, Paris

Téléphone : 01 43 54 74 46
Métro : Maubert-Mutualité.

Librairie ouverte: du mardi au samedi – de 10 h à 18 h 30

 

 

 

 

12
Nov

Les Services de Natacha : Traiteur

   Publié par: artcorusse   dans Informations

 

NATACHA TRAITEUR

 

Cuisine russe livrée chez vous

Coktails, buffets chauds et froid, repas de fêtes

Natacha prend soin de préparer la vraie cuisine traditionnelle comme le faisait sa grand-mère et selon les vieux livres de recettes. Les produits sont achetés dans des fermes bio et tout est préparé et livré avec le plus grand soin, dans le respect de la chaîne du froid.

p

Liste de plats et devis sur demande.

Zakouski viande et poissons, salades et champignons …

Le borchtch et ses pirojki, tourtes …


Gibier, oie et porcelet de Noël (jamais entier !) 
….

Les desserts typiquement russes de réveillons et  jours de fête ….

g

Devis et commandes:

06 43 94 11 05

zedzed43@orange.fr

 

12
Nov

27e Festival du cinéma russe de Honfleur 2019

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

27e édition du Festival du cinéma russe de Honfleur

Thème ” La Famille “

Du mardi 19 au dimanche 24 novembre 2019

Horaires à venir…

L’ours rouge, la mascotte du Festivaldu cinéma russe d’Honfleur (Calvados) dessinée par l’artiste Kinkas

Le Festival est organisé par l’Association des Amis du Festival (Honfleur) avec le soutien de la ville de Honfleur, de la DRAC, de la Région Basse-Normandie et du Département du Calvados. Créé en 1995, c’est le plus ancien et le plus important des festivals de cinéma russe en France.

JURY 2019

Le président du festival 2019 est Gérard Krawczyk, scénariste, acteur, et réalisateur, notamment des films « Taxi ». Après une maîtrise de gestion et d’économie et une formation de réalisation et prises de vues à l’IDHEC-FEMIS, ses premiers courts-métrages sont primés dans des festivals et nommés aux Césars. En 1986 il réalise son premier long-métrage, En 2001 il tourne au Japon Wasabi sur un scénario de Luc Besson. Avec Taxi 3 (2003) il atteint le 2e rang au box-office et réalise la même année Fanfan la Tulipe, qui fait l’ouverture du 56e Festival de Cannes. Il revient alors à un cinéma plus intimiste, La Vie est à nous ! (2005). Sur l’insistance du public, il tourne Taxi 4 (2007), tout en préparant son 10e film, L’Auberge rouge, en collaboration avec Christian Clavier et Michel Delgado.
A côté de la réalisation, il est aussi acteur et apparaît dans ses propres films (Héroïnes, Taxi 3). En 2014, il met en scène les deux derniers épisodes de la série TV Taxi : Brooklin, co-production internationale inspirée de ses films. En 2018 il a publié un roman, Foudroyés (Le Cherche-Midi) et a achevé le tournage d’un film en Chine. Il a actuellement un projet de tournage en Russie.

f

Julie Delarme (« Caïn», « Monsieur et Madame Adelman ») Le film qui l’a révélée serait celui qui résume le plus joliment sa carrière, C’est la tangente qu’elle préfère, de C.Silvera. Depuis elle mène une carrière où cinéma, théatre et télévision s’équilibrent harmonieusement.

f

Aline Issermann.(« Cherche fiancé tous frais payés », « L’Amant magnifique »). Après des études de Sciences-Eco, elle est salariée agricole pendant trois ans. Auteur-dessinatrice de bandes dessinées. Journaliste dans la première équipe qui fonde le journal Libération. Puis auteur-metteur en scène de courts métrages, de longs métrages, ainsi que de 27 téléfilms et une douzaine de clips pour Bernard Lavilliers, Julien Clerc, Claude Nougaro .… Son premier long-métrage, Le destin de Juliette, est sélectionné en 1983 à la Semaine de la Critique à Cannes. Parmi ses autres films, Depuis 2003 elle a dirigé deux ateliers de cinéma à l’EICAR (mise en scène, direction d’acteurs), s’occupe d’ateliers de cinéma aux lycées de Honfleur et de Trouville.  Elle est coach pour le scénario et la mise en scène sur des tournages de courts-métrages. Elle prépare actuellement un scénario, Alive ! tiré du best-seller Brûlée vive, éd. XO, dont le tournage est prévu en 2020.

f

Marie-Pierre Thomas actrice et réalisatrice (« Julie Lescaut », « Femmes de loi », « Section de Recherches »). Après des études de mathématiques, et un bref passage au C.E.A, Marie-Pierre Thomas quitte les “chiffres” pour “les lettres “.
Elle collabore à plusieurs ouvrages de Marc Ferro (L’internationale, Les sociétés malades du progrès, Le choc de l’Islam, Histoire de France), et pendant sept ans sur son émission Histoire Parallèle, diffusée sur Arte. Puis elle se consacre entièrement à l’écriture de scénarios.

f

Guy KONOPNICKI, journaliste, écrivain, scénariste, Il commence sa carrière de journaliste dans l’hebdomadaire culturel France-Nouvelle. Il collabore à Libération, puis au Matin de Paris. Il participe au Panorama de France-Culture, à partir de 1980, jusqu’à la disparition de cette émission, en 1999. Il a travaillé aussi dans les années 93-94 à Globe-Hebdo. Sous le pseudonyme de Konop, il est auteur de romans policiers (Salades russes à l’ancienne, Poulet Kasher). Il a aussi écrit et réalisé le documentaire Bienvenue à Vitrolles.
Actuellement Guy Konopnicki est chroniqueur à l’hebdomadaire Marianne.

d

 

Trophée du Festival d’Honfleur

r

 

Deux événements musicaux :

Samedi 23 Novembre, 20h au Grenier à Sel :

Récital du baryton Vladislav KOSAREV.

Réservez vos places de concert en laissant vos coordonnées au :
cinerusse.honfleur@orange.fr
ou par téléphone : + 33 2 31 89 25 59

Tarif : 20€

 

Vladislav Anatolyevich Kosarev est né le 5 décembre 1975 à Smolensk, diplômé de l’Académie de musique russe.  Il est  soliste et chef principal du chœur d’hommes Peresvet. Depuis 2009, il a commencé sa carrière en solo.
Au cours de sa carrière créative, Vladislav a joué à la fois comme chanteur classique et pop dans les meilleures salles de la capitale – le Palais des congrès du Kremlin, la grande salle du conservatoire de Moscou, salle de concert nommée d’après P.I. Tchaïkovski, salle des conseils d’église de la cathédrale du Christ-Sauveur et autres. A participé à plusieurs reprises à des concerts télévisés (Channel One, Russie, TVC, Culture), participe régulièrement au programme Romance of Romance de la chaîne de télévision Russia-Culture et a participé à l’enregistrement de musique pour des films.
Le répertoire de la chanteuse comprend des romances, des chansons folkloriques russes, des chansons des années de guerre, les meilleures chansons de pop russe et étrangère, des chansons napolitaines et espagnoles, des airs d’opéras et d’opérettes.
V. Kosarev est lauréat du premier prix et du titre de lauréat au concours international de chefs d’orchestre nommé d’après A. Yurlova. Il a reçu l’Ordre de la Foi, Espoir, Amour et l’Ordre Doré du Service à l’Art.

r

.

Dimanche 24 Novembre, 14h30 : “Passeport Nansen”, concert de Vadim SHER, piano et Dimitri ARTEMENKO, violon.

Vadim Sher et Dimitri Artemenko, musiciens russes, sont nés et ont grandi en Estonie à l’heure de l’Union Soviétique. Ils se sont rencontrés à l’école maternelle, puis se sont retrouvés au conservatoire de Tallinn où Vadim apprenait le piano et Dimitri le violon. Enfants, ils forment un duo et commencent à participer à des concerts de jeunes musiciens dans les usines, hôpitaux et colonies de vacances… Dimitri poursuit sa formation professionnelle à l’Académie de Musique Estonienne, tandis que Vadim étudie à l’École Supérieure de Musique Moussorgski de Saint-Pétersbourg.

Dimitri arrive à Paris en 1992, où Vadim le rejoint un an plus tard pour relancer le duo créé quand ils étaient enfants. Du métro parisien, qui fut leur scène durant les premiers temps de leur émigration, à la Philharmonie de Paris, qui les invite pour la création d’un ciné-concert en 2016, plus de vingt ans de chemin musical.  Des centaines de concerts unissent les deux musiciens autour d’un large éventail de musiques – classique, ancienne, de chambre, folklorique. Leurs propres compositions, souvent réalisées « à quatre mains », occupent aujourd’hui une place majeure dans leur répertoire.

3

 

Film d’ouverture avec :

’’Divorçons’’ (Давай разведёмся)

Russie, 2019, couleur, durée 92 mn

Réalisation : Anna Parmas, Avec Anna Mikhalkova, Anton Filipenko, Fedor Lavrov, Nadezhda Markina

Macha, médecin – gynécologue complètement absorbée par son travail, apprend que son mari la quitte pour une jeune et jolie coach de fitness. Son ancien monde s’écroule, mais sa nouvelle vie s’avère beaucoup plus passionnante.

r

.

Lev Yachine, le gardien en or ( Лев Яшин)

Russie, 2019, couleur, durée120 mn

Réalisation : Vassili Chiginsky , Avec Alexander Fokine, Yulia Khlynina, Aleksei Guskov, Alexei Kravchenko

Dans les années 50-60, Lev Yachine est devenu, avec l’équipe du Dynamo, le meilleur gardien de but mondial, idole de millions de fans. Le film retrace les hauts et les bas de sa carrière : adulé, détesté, puis à nouveau remis sur son piédestal, seul gardien de l’histoire du football à avoir reçu le Ballon d’Or.

r

 

COMPÉTITION

Dans le port du cap, (Порт)réalisateur Alexander Veledinski,

2018, durée 110 mn

Avec : Evgeni Tkatchuk, Vladimir Steklov, Alexander Robak, Yulia Aug, Sergei Sosnovski

 

Marin, Pahan et Salazonok. Ils ne se sont rencontrés qu’une fois: à l’été de 1945, en Extrême-Orient, les armes à la main et avec de sérieuses intentions. Tout s’est terminé par une fusillade et chacun des participants est certain d’avoir tué les deux autres. Cependant, le destin leur a donné à tous une vie longue et mouvementée. Plus d’un demi-siècle s’écoulera et un jour, dans différentes parties de la Terre, seproduiront des événements liés à cette réunion fatidique de l’été de 1945.
.
r
.

Il était une fois dans l’est, (Однажды в трубчевске), réalisatrice Larissa Sadilova, 2019, durée 80 mn

Avec : Egor Barinov, Kristina Schneider, Maria Semenova, Yuri Kiselev

Dans une petite ville, tout est en vue. Peu importe la façon dont vous cachez les randonnées sur la gauche, les signaux d’alarme parviendront à la famille. Et ensuite, vous devez faire un choix: construire sur un pied d’égalité une alliance avec le nouveau “demi” ou obéir à l’ancien et revenir au cours de la vie habituelle. Avant un tel choix, Anna et Yegor doivent faire face.

r

.

L’éléphant, (Элефант). Réalisateur Alexei Krasovski,

2019, durée 80 mn

Avec : Aleksei Guskov, Polina Agureyeva, Frédéric Beigbeder, Yan Tsapnik

 

L’écrivain Valentin Shubin vit dans l’isolement depuis de nombreuses années. Très jeune, il a écrit une série de livres pour enfants sur l’ours d’éléphant, publiés en Russie et dans le monde entier. Aujourd’hui, il préfère être oublié et ne pas être dérangé. Une série d’événements étonnants suscite un nouvel intérêt pour la personnalité et le travail de l’écrivain solitaire, violant ainsi sa solitude. Les adultes et les jeunes lecteurs ont hâte de lire de nouveaux livres, mais Shubin ne veut pas les écrire.    

r

.

Le kérosène, (Керосин), réalisateur Yussup Razykov,

2019, durée 77 mn

Avec : Elena Susanina, Valeri Maslov

 

C’est l‘histoire de mères et de leurs familles qui survivent dans les conditions de vie les plus difficiles, de leur amour, de leur dévouement et de leur beauté.

r

 

.

Le loup imaginaire, (мысленный волк), réalisatrice  Valeria Gai Germanika, 2019, durée 70 mn

Avec : Yulia Vysotskaya, Elizaveta Klimova

 

L’intrigue se concentre sur l’historique de la relation entre deux femmes: une mère et sa fille. Les héroïnes, d’un esprit totalement étranger, ne peuvent s’entendre les unes des autres qu’après avoir été effrayées par le loup cannibal inventé par la mère.

r

.

Texto, (Текст). Réalisateur Klim Shipenko,

2019, durée 131 mn

Avec : Alexander Petrov, Christina Asmus, Ivan Yankovsky

 

Le personnage principal du film est Ilya Goryunov, qui a passé sept ans en prison sous de fausses accusations de trafic de drogue. Une fois qu’il est en liberté, il réalise que l’ancienne vie a été détruite et qu’Ilya ne pourra plus y retourner. Ne voyant aucune autre issue, il décide de se venger de l’homme qui l’a envoyé en prison. La réunion avec le délinquant se termine par la mort, après quoi Ilya a le numéro de téléphone de la victime. Avec lui, il a accès à la vie d’un jeune homme – photographies, correspondance et étrange, plein d’omissions et de menaces de négociation avec ses collègues. Alors Ilya se transforme en un homme qui a brisé sa vie il y a sept ans.
.
r
.

 Dimanche, (Воскресунье) réalisatrice  Svetlana Proskurina,

2019, durée 82 mn

Avec : Alexei Vertkov, Vera Alentova, Vladimir Ilyin, Alexandra Rebenok

Un responsable bien connu du bureau du maire d’une ville de province russe reçoit une note: “Vous allez bientôt mourir.” Sans y attacher d’importance, il se prépare à passer le dimanche suivant à l’horaire prévu: problèmes familiaux, personnels, au travail, divers … Mais ce dimanche passera différemment. Le matin, il dévalera la montagne en balayant tous les plans du chemin, du bien-être extérieur et, éventuellement, de la vie.
r

.

Un simple crayon, (Простой карандаш). Rélisatrice  Natalia Nazarova,
2019, durée 92 mn
Avec : Nadezhda Gorelova, Vladimir Mishukov, Olesya Ivantsova
.

Antonina, artiste de taille moyenne, originaire de Petersburger, se rend dans l’arrière-pays pour rendre visite à son mari, qui purge actuellement une peine dans une colonie locale pour activités politiques excessives. Elle travaille dans une école locale en tant que professeur de dessin et est surprise de constater que le pouvoir dans l’école appartient à Misha Ponomarev, un garçon de 12 ans, dont le frère, son félon et son imbécile, tient tout le village entre ses mains. Antonina entre dans la lutte pour les enfants et le crayon avec lequel ses élèves commencent à dessiner devient une arme dans la lutte pour le talent et la personnalité d’une personne.

3

PANORAMA : REGARDS SUR LE PASSE

La selle turque, (Турецкое себло). Réalisateur Yussup Razykov,

2017, durée 87 mn

Avec : Ambartsoum Kabanian, Alexandre Kouznetsov, Veronika Kouznetsova

.

Ilyich ne comprend pas ce qui lui arrive. Ancien mouchard, agent de surveillance externe au KGB, puis au FSB, instructeur expérimenté, il est maintenant à la retraite. La solitude le pousse à continuer à suivre ceux qui éveillent sa curiosité. Un médecin diagnostique qu’il souffre du “Syndrome de la Sella Turcida vide”, la sella turcida désignant l’hypophyse du cerveau en forme de selle turque. Pour la société, il ne représente pas un danger …

Avec Valeri Maslow, Veronika Kuznetsova, Vi

.

      r

.

Fraternité, (Братство). Réalisateur Pavel Longuine,

2010, durée 115 mn

Avec : Kirill Pirogov, Mikhail Kremer, Aleksandr Kuznetsov, Yan Tsapnik

.

1988. La guerre en Afghanistan se termine, mais le chemin emprunté par nos soldats passe par les dangereux territoires contrôlés par les Moudjahidines. Le jeune lieutenant Vasily Zheleznyakov, surnommé le Grec, est courageux et débrouillard et attire immédiatement l’attention des services de renseignement. Maintenant, cela dépend de son passage en toute sécurité par le col, qui contrôle l’un des bandits les plus brutaux. Pour que la division retourne dans son pays d’origine avec le moins de pertes possible, le Grec devra rester lui-même pris en otage. Le prix de toute erreur est la vie. Le film est basé sur des événements réels. Prix du Meilleur Scénario du 22e FIF de Shanghai.

r

 

.

Le taureau, (Бык) 1er long-métrage du réalisateur Boris Akopov,

2019, durée 99 mn (Film de début)

Avec : Yuri Borisov, Stasya Miloslavskaya, Serguei Dvoinikov

Années 90. Des étals vides dans les magasins, un gouffre économique, des drames qui se déroulent pratiquement à chaque coin de rue. Anton Bykov, surnommé “Byk” (Le taureau), jeune leader d’une organisation criminelle, est obligé de gagner sa vie par n’importe quel moyen, pour faire vivre sa famille. Après une fusillade de quartier, Anton se retrouve au poste de police, d’où le sort un des chefs mafieux de Moscou. En échange, il demande à notre héros un service, petit, mais dangereuxPrix du jury du FIF de Karlovy Vary.

.

r

.

L’humoriste, (Юморист). Réalisateur Mikhaïl Idov,

2019, durée 100 mn ( Film de début)

Avec : Alexei Agranovitch,, Alissa Khazanova, Yuri Kolokolnikov, Polina Aug

 

Le film se déroule au milieu des années 1980. L’intrigue se concentre sur le célèbre comédien soviétique Boris Arkadyev, qui, malgré l’amour universel et la reconnaissance du public, manque de liberté de création, ce qui le rend dangereux pour la société.

r

 

Une jeunesse russe, (Мальчик русский).

Réalisateur Alexandre Zolotoukhine,

2018, durée 72 mn (Film de Début)

Avec : Vladimir Korolev, Mikhail Buturlov, Artem Leshchik

 

Un simple gars du village, Aliocha se porte volontaire pour le front de la Première Guerre mondiale. Après une attaque au gaz lors de la première bataille, il perd la vue mais ne rentre pas chez lui. Le gars est cloué sur la batterie anti-aérienne et devient une “aide auditive” – ​​une sentinelle qui devrait avertir les autres de l’approche des avions ennemis. En parallèle, le scénario sur les répétitions de l’orchestre Tauride à Saint Ptersbourg moderne et cours d’élaboration . Il se prépare à l’exécution du concert N° 3 et des «Danses symphoniques» de Serge Rachmoninov. Sélection de la 69e Berlinale.

3

 

PANORAMA : LA FAMILLE AUJOURD’HUI

La petite sœur,(Сестрёнка). Réalisateur Alexander Galibine,

2019, durée 94 mn

Avec : Arslan Krymtchourine, Marta Timofeeva, Youssouf Rakhmetov, Ilguiza Guilmanova

 

Pour autant que Yamil se souvienne, il y a toujours eu la guerre. Mais Yamil attend vraiment avec impatience quand cela se terminera – car alors le Père reviendra, que Yamil ne connaît que par des photographies et des lettres. Un jour, maman part pour une ville lointaine et emmène une fille silencieuse, Oksana, et transmet l’ordre du Père pour s’occuper d’elle en tant que sœur autochtone …

.

r

.
Les proches, (Блиские). Réalisatrice Xénia Zueva,
2017, durée 91 mn (Film de Début)

Avec : Andrei Stoyanov, Elena Chekmazova, Nadezhda Ivanova, Danila Mozhaev

.

L’histoire d’une famille vivant à la périphérie de Moscou. Les membres de la famille sont embourbés dans des querelles de famille, vivent dans un climat de chagrin et se sentent mal à l’aise et se transmettent leurs émotions négatives, oubliant l’amour, oubliant qui ils appartiennent, oubliant la compassion et Dieu. Une grande tragédie les fera se réveiller, changer et faire l’expérience de la catharsis, mais il sera trop tard.

 r

.

Les Van Gogh, (Ван Гоги). Réalisateur, Serguei Livnev,

2018, durée 103 mn

Avec : Alexei Serebriakov, Daniel Olbrychski, Elena Koreneva, Natalia Negoda

.

Le père est un chef d’orchestre renommé. Le fils est un artiste talentueux mais inconnu. Leur relation s’est longtemps transformée en amour-haine, dans laquelle il y a plus de haine que d’amour. Ils vivent dans différentes parties du monde et essaient de ne pas se voir inutilement. Quand un tel besoin apparaît soudainement, les personnes les plus proches et les plus éloignées devront emprunter un chemin difficile vers la réconciliation.

3

PANORAMA : LA FAMILLE DANS LES GRANDS CLASSIQUES DE MOSFILM

La fille américaine, (Американская дочь). Réalisateur, Karen Shakhnazarov,   1995, durée 98mn

Avec :  Vladimir Mashkov, Allison Whitbeck, Maria Shushkina

.

Le héros du film, musicien dans un restaurant moscovite, s’envole pour San Francisco pour … enlever sa fille. La petite Annie a été secrètement emmenée par son ex-femme, après avoir épousé un Américain respectable.
Après une rencontre émouvante entre père et fille, commence leur périple en auto-stop à travers l’Amérique, riche en situations comiques et en aventures …

r

.

Le miroir, (Зеркало). Réalisateur Andreï Tarkovski,

1974, durée 108 mn

Avec : Margarita Terekhova, Oleg Yankovski, Philip Yankovski, Alla Demidova

 

Alexei, malade et alité pour une “blanche, blanche journée”, profite de son oisiveté forcée pour s’adonner à un long monologue intérieur. Il se laisse, pour d’obscures raisons, aller à un soudain besoin irrépressible de replonger dans sa propre mémoire. Il y voit notamment défiler ses sentiments ambivalents pour sa mère, et le souvenir amère d’un père poète, ayant trop tôt déserté le foyer familial. Par ce voyage intime qui le mène au cœur de son enfance, Alexei espère éclaircir les mystères de son devenir. Il le renvoie pourtant irrémédiablement à sa propre situation et celle de son fils, confronté comme lui à une séparation parentale et au départ du père…

r

 

Oncle Vania, (Дядя Ваня). Réalisateur Andreï Konchalovski,

1970, durée 104 mn

Avec : Innokenti Smoktounovski, Irina Kouptchenko, Serguei Bondartchouk

Basé sur le jeu de A.P. Chekhov.

L’action se déroule dans une province russe où la vie est ennuyeuse et semble gâchée. Pour Oncle Vanya (Innokenty Smoktunovsky), la déception et la dévastation sont aggravées par l’amour non partagé d’une femme que le destin a depuis peu jeté dans un domaine provincial.

r

 

La parentèle, (Родня), réalisateur Nikita Mikhalkov,

1981, durée 98 mn

Avec : Nonna Mordioukova, Svetlana Krioutchkova, Andrei Petrov, Nikita Mikhalkov

Maria, une paysanne d’âge mur, prend le train pour aller en ville, rendre visite à sa fille Nina, ainsi qu’à sa petite fille Irichka. Dans son compartiment, elle fait la connaissance d’un ingénieur, Youri Liapine, qui ne tarde pas à lui témoigner un vif intérêt. Puis maria retrouve Nina, mais tout dans ce qu’elle découvre la choque, la tenue comme l’allure de Nina, l’éducation d’Irischka, la séparation des parents de la petite fille…
3

JEUNE PUBLIC

L’esprit de la maison,  Evgueni Bedarev,

2019, durée 100 mn

Avec :  Serguey Chrikov, Ekaterina Guseva, Olga Ostroumova-Gutshmidt

La charmante fille Alina vit avec une mère extrêmement décisive et indépendante. Récemment, les filles ont dû déménager dans un nouvel appartement, où le beau sexe semblait assez confortable et spacieux. Ils ne soupçonnaient pas une créature inhabituelle d’y vivre depuis longtemps – la maison. Il est très déçu par les gens et fait des tours sournois pour que les propriétaires ne restent pas longtemps dans l’appartement. Il y était pour la plupart lui-même. La situation change radicalement quand Alina décide de se lier d’amitié avec une créature mystérieuse et qu’une sorcière maléfique constitue un danger pour le brownie et son cher ami.
.
r

.

Ariol prend l’avion, dessin animé de Amandine Fredon, Yulia Aronova
Svetlana Andrianova,  Eugenia Zhirkova,

2018, durée 47 mn

3

DOCUMENTAIRES
avec le soutien de la société de production CINEDOC

La fabrique à rêves du camarade Staline,

(«Фабрика грез» для товарища Сталина)

réalisateur Boris Karadzhev, 2017, durée 65 mn

Étude des circonstances et du déroulement du drame qui s’est déroulé dans la seconde moitié des années 1930 autour du projet de création en URSS «Soviet Hollywood» – un centre de l’industrie cinématographique à l’image et à la ressemblance de la «fabrique de rêves» américaine. Drame, dans lequel les personnages humains, les conflits de vision du monde et l’esprit de l’époque se sont clairement manifestés …
.
r

.

Ce n’est pas si loin,  (Не за горами)réalisateur Alexey Evstigneev, 2018, 14 mn

Un jour dans la vie du dernier chemin de fer à voie étroite traversant les montagnes du Caucase. Il y a des gens d’âges et de niveaux différents dans la voiture, leurs conversations et un conducteur solitaire qui souhaite remplacer son meilleur ami pendant 20 ans après sa mort.

r

 

Le maître des cerfs, réalisatrice Xénia Yelyan, 2018, durée 72 mn

La famille Zharkov – le père, la mère et deux très jeunes fils – appartient à la communauté Dolgan, l’un des derniers peuples autochtones menant une vie traditionnelle de nomades à l’extrême nord de la Sibérie.

r

 

Où va donc ta fiancée ? (Куда пошла твоя невеста?)

Réalisateurs Tair Polad-Zadeh et Philip Zadorokhn,

2018, 34 mn

Court documentaire sur le football féminin dans le Caucase du Nord. Des filles se mesurent à des gars pour savoir qui joue le mieux au football.

r

.

Les mangeurs de pommes de terre, (Едоки картофеля)Réalisatrice Angelina Morozova

2018, durée 57 mn

Qu’arrivera-t-il si le tableau du grand peintre hollandais se met à vivre dans un village russe à demi abandonné?

    r

 

Piatiorka, Mikhaïl Gorobbchuk, 2017, 32 mn

«Mon voisin est une personne ordinaire. Mais après tout, si vous observez une personne assez longtemps, elle cesse d’être simple, ordinaire. ” Le réalisateur a tourné ce film par la fenêtre de son appartement pendant plusieurs années. Il tirait sur un voisin et sa vieille voiture bien-aimée – une petite amie qui se bat, une créature à laquelle il est infiniment attaché. Mais au final, il s’est avéré que le film ne concernait pas une personne en particulier, mais la vie en général.

r

 

Les coeurs solitaires, (Одинокие сердца).

Réalisatrice Angelina Morozova, 2019, durée 28 mn

Les couples de personnes âgées Valentina et Vladimir se sont rencontrés lors d’une annoncedans le journal du Club des cœurs solitaires. Le héros vient du territoire de l’Altaï à Saint-Pétersbourg pour commencer une nouvelle vie et créer une famille. Mais cela s’est avéré être pas si simple. Comment leur vie a-t-elle changé en six mois de surveillance par caméra? Quels sont les héros prêts à faire pour leur bonheur?
r

.
La double vie – Petite histoire de la sexualité en URSS, réalisatrice Inara Kolmane
2018, durée 60 mn

Inara Kolmane, réalisatrice lettone née URSS, dresse avec un regard impertinent une histoire inédite de l’URSS abordée par le prisme de la sexualité. Plongée dans l’intimité d’un peuple qui a vécu une double vie secrète pendant les 70 ans du régime communiste.

r

 

Platskart – voyage en troisième classe, (Плацкарт)

réalisateur Rodion Ismailov
2018, durée 82 mn

Voyageant sur le plus long chemin de fer du monde. Les histoires et les destins des Russes ordinaires qui se sont rencontrés par hasard dans le train Moscou-Vladivostok. Un kaléidoscope d’histoires de passagers est formé dans un portrait social de la société russe moderne, et la route sans fin devient une métaphore d’un pays qui se déplace constamment quelque part.
– “Meilleur documentaire” Der neue Heimatfilm Festival / Autriche
– “Prix spécial”, Festival international du film de Yalta “Pont Eurasien” / Russie
– “Prix spécial”, Festival international du film “Saratov Suffering”, Russie

r

 

Pavlenski. La vie nue, (Павленский. Голая жизнь)

réalisatrice Daria Khrenova,2016, durée 70mn

Russie. Deux forces opposées se combattent: l’Artiste et le Pouvoir. Piotr Pavlenski dans sa lutte contre la pression grandissante et la propagande n’a qu’un seul moyen: son corps nu. Parfois il est plus fortque l’énorme mécanisme qui brise ses propres pièces détachées. Les actes de protestation de Pavlenski transforment tous ceux qui y sont confrontés.

3

COURTS-METRAGES
avec le soutien de la société PIONER DISTRIBUTION

Le carburant, (Топливо) de Mikhail Arkhipov,

Un homme part à la recherche de carburant pour son tracteur. Mais alentour ce n’est que terre inculte, mauvaises herbes et vent. Pour nourrir sa machine l’homme entame un combat avec la nature indifférente. Quand on trouvera une source d’énergie, commencera le XXe siècle.

r

.

Léo et l’ouragan, (Лео и ураган), de Pavel Emelin, durée 22 mn

Une diva diva excentrique, Rita Hurricane, fait irruption dans la vie monotone et prévisible d’un agent de sécurité de l’arrière-cour du centre commercial, transformant avec ses tours aventureux le quart de nuit habituel parmi les poubelles en une nuit d’aventures passionnantes avec une travestie excentrique et ses actions hasardeuses, elle transforme le service de nuit ordinaire au milieu des poubelles en une nuit d’aventures saisissantes.

r

 

Au bout de la mer, (В объятиях моря), de Dmitri Moïseev, durée 19 mn

Un jour férié comme les autres Vova, Liokha et Vassia ont décidé d’aller à la campagne. Mais Vassia est changé en poisson. C’est ainsi qu’un banal jour de congé s’est transformé en un étrange voyage pour comprendre les souvenirs et l’amitié.

r

.
Une maison sur la tête de Klausererz, (Дом на голове Клаузеверца),
de Dmitri Boulgakov, durée 21mn

A.P. Klaouzevertz est un homme ordinaire, avec une vie ordinaire. Mais un événement minime vient tout perturber: une maison lui pousse sur la tête.

                r

 

@Fiancé, (Жених), de Elisabeth Stishova, durée 20 mn

Pour une femme d’âge moyen, il faut atteindre Vale par correspondance. Valya se prépare pour une réunion: faire des tartes, acheter du linge, maudire avec sa vieille mère, se disputer avec des voisins du village. Les villageois sont sceptiques quant au mariage avec un homme qui sort de prison …

 

3

Les principaux événements du Festival ont lieu dans les Greniers à Sel (XVIIe siècle) situés rue de la Ville,
et également au Cinéma Henri-Jeanson (Cours des Fosses), à l’Auditorium de la Médiathèque, et dans les salles municipales.

Grenier à sel : 9B Rue de la ville, 14600 Honfleur

.

c

.

Cinéma Henri Janson : 27 Cours des Fossés, 14600 Honfleur

.

b

.

Auditorium de la Médithèque : Place de la Porte de Rouen, 14600 Honfleur

.

b

Salle Communauté de Communes :  33 Cours des Fossés, 14600 Honfleur

 

d

Plus de renseignements sur le Festival : CLIQUEZ

RÉSERVATIONS

BADGES : 30 euros par personne.
Badge donnant accès à toutes les projections du Festival.

Récital du baryton Vladislav KOSAREV.
Samedi 23 Novembre à 20h30 au Grenier à Sel.  Tarif :20€

Réservez vos badges dès maintenant !

En laissant vos coordonnées :
Par mail : cinerusse.honfleur@orange.fr
Par téléphone : + 33 2 31 89 25 59

 

 

12
Nov

100 ans de présence russe en Belgique

   Publié par: artcorusse   dans Informations Internationales

” 100 siècle de Présence et de Culture russe. “

en Belgique

NADEJDA de Valérie Felder, chansons de Vadim Piankov

l’ensemble Karandach, Buffet,

Dimanche 1er décembre 2019 à 143

Centre Tour à Plomb, Bruxelles

Maison russe vous invite en famille et entre amis à venir découvrir 100 ans de présence et de culture russe en Belgique avec l’avant-première du documentaire “Nadejda” de Valérie Felder.

Une conversation amicale qui devient un film documentaire. Film réalisé pendant 2 ans.

Maxime découvre les silences de son histoire….

Ce n’est pas un film historique mais plutôt un film sur ce qui peut nous habiter lorsque nous avons une double culture. C’est un long métrage de 100 minutes qui retrace 100 ans de présence et de culture russe en Belgique. Il y a beaucoup de musiques et de chansons dans ce film.

Buffet de spécialités russes et la présence du groupe de musique russe Karandash, composé de musiciens d’origine russe, Yashko Golembiovsky, Iliya Stepanow et Iliyoucha Stepanow,  nés en Belgique, de parents ou grands parents issus de l’émigration et Katia Katanova, venue s’ajouter récemment. Elle est violoniste et diplômée des conservatoires de Moscou.

Ils vont vous faire revivre l’expression lyrique russe, qui parle de la haine de la guerre, du goût de la liberté, des peines et des joies de l’amour, de la fraternité humaine, de la tendresse, de la bonté, du courage. Avec le groupe Karandash vous sentirez l’espace d’un instant les plaines de la Russie avec des chevaux volants dans les steppes avec la fougue des tziganes qui les montent.

6

Le Centre culturel et sportif Tour à Plomb est un centre de proximité dédié aux diverses formes de réflexion, d’expression et de création, qu’elles soient culturelles, socioculturelles, artistiques ou sportives. Il dépend du service Jeunesse de la Ville de Bruxelles.

En tant qu’infrastructure de proximité, le Centre Tour à Plomb est mis prioritairement à la disposition des bruxellois et plus spécifiquement des habitants et des groupes structurés (associations sans but lucratif, services et institutions publics,…) du quartier Jardin aux Fleurs.

4

Centre culturel et sportif Tour à Plomb
rue de l’Abattoir, 20-26, 1000 Bruxelles
Tél : 02 279 59 26
PAF : 13€
Réservation : valerie.felder@gmail.com
12
Nov

Regards de Russie, Nouveau cinéma russe à Paris

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

17e Semaine du nouveau cinéma russe à Paris

” REGARDS DE RUSSIE “

Du mercredi 13 au mardi 19 novembre 2019

Cinémas l’Arlequin (6e ) et Majectic Passy (16e)

Comme chaque année, les films les plus remarquables ayant remporté un succès en salles en Russie ou dans les festivals nationaux et internationaux seront à l’affiche de cette 17e édition.

Le programme de la Semaine du cinéma 2019 est composé de 16 longs métrages russes tous genres confondus – du mélodrame au drame – Tous projetés en VOST français.

Les rencontres avec les cinéastes sont traduites par un interprète.

Programme :

Mercredi 13 novembre à 20h
Film en Ouverture

En présence du comédien Igor Vélidinski

  • ” Dans le port de Cape Town” (Порт) d’ Alexandre Vélédinski  (2019)

durée 107 mn

Marin, Pahan et Salazonok. Ils ne se sont rencontrés qu’une fois: à l’été de 1945, en Extrême-Orient, les armes à la main et avec de sérieuses intentions. Tout s’est terminé par une fusillade et chacun des participants est certain d’avoir tué les deux autres. Cependant, le destin leur a donné à tous une vie longue et mouvementée. Plus d’un demi-siècle s’écoulera et un jour, dans différentes parties de la Terre, seproduiront des événements liés à cette réunion fatidique de l’été de 1945.

r

Jeudi 14 novembre

14h

“Le bonheur c’est … “(СЧАСТЬЕ – ЭТО…) Film à sketch de Irina Bas, Elena Voïtovitch, Angelle Debop, Zourad Djidjilav, Ioulia Machikova, Anna Mitafidi, Anastasia Timofeieva.  (2019)

Durée 100 mn.

Histoires courtes :

  • La nouvelle «Frères» raconte comment la peur d’un frère aîné aide un garçon de sept ans à trouver la force de surmonter tous les dangers, même s’ils ne sont pas réels.
  • La nouvelle «Rodnaya» raconte l’histoire de la relation entre la mère et sa fille, une journaliste qui, grâce au secret révélé lors de l’entretien avec la célèbre actrice, a pu constater que le vrai bonheur était toujours là.
  • L’intrigue de la nouvelle «Le joueur le plus important» est basée sur le fait que chacun de nous a ses propres forces, il vous suffit de les accepter.
  • Dans le roman «Chances in Dancing», le personnage principal devient un employé du service de nettoyage Lyonya, qui s’efforce de réaliser son rêve, quoi qu’il arrive.
  • Le roman «Fantazer» révèle l’idée que la fantaisie est une grande force qui aide à unir les gens.
  • Le roman «Photo for Happiness» raconte l’histoire de deux amoureux des photographes Andrei et Tony, qui, l’un pour l’autre, devraient être en mesure de surmonter le conflit associé à des points de vue si différents sur l’art de la photographie.
  • La nouvelle «Allegro Moderato» raconte l’histoire du musicien Vasily, qui, pour réaliser son rêve, devra non seulement auditionner avec un maestro de renommée mondiale, mais également démêler l’intrigue de son rival.

r

16h30

  • “Le Dimanche”  (Воскресунье) de Svetlana Proskourina (2019)

Durée 82mn

Un responsable bien connu du bureau du maire d’une ville de province russe reçoit une note: “Vous allez bientôt mourir.” Sans y attacher d’importance, il se prépare à passer le dimanche suivant à l’horaire prévu: problèmes familiaux, personnels, au travail, divers … Mais ce dimanche passera différemment. Le matin, il dévalera la montagne en balayant tous les plans du chemin, du bien-être extérieur et, éventuellement, de la vie.

r

19h

  • “Il était une fois dans l’Est” (Однажды в трубчевске) de Larissa Sadilova (2019)

Durée 80 mn

Dans une petite ville, tout est en vue. Peu importe la façon dont vous cachez les randonnées sur la gauche, les signaux d’alarme parviendront à la famille. Et ensuite, vous devez faire un choix: construire sur un pied d’égalité une alliance avec le nouveau “demi” ou obéir à l’ancien et revenir au cours de la vie habituelle. Avant un tel choix, Anna et Yegor doivent faire face.

r

21h

  • Kérosène,  (Керосин) de Youssoup Razykov (2019)

Durée 77 mn

C’est l‘histoire de mères et de leurs familles qui survivent dans les conditions de vie les plus difficiles, de leur amour, de leur dévouement et de leur beauté

r

Vendredi 15 novembre

14h

  • Une Jeunesse russe, (Мальчик русский) réalisé par Alexandre Zolotoukhine,(2018). Diplômé de l’atelier d’Alexandre Sokourov.

Durée 72 mn

Un simple gars du village, Aliocha se porte volontaire pour le front de la Première Guerre mondiale. Après une attaque au gaz lors de la première bataille, il perd la vue mais ne rentre pas chez lui. Le gars est cloué sur la batterie anti-aérienne et devient une “aide auditive” – ​​une sentinelle qui devrait avertir les autres de l’approche des avions ennemis. En parallèle, le scénario sur les répétitions de l’orchestre Tauride à Saint Ptersbourg moderne et cours d’élaboration . Il se prépare à l’exécution du concert N° 3 et des «Danses symphoniques» de Serge Rachmoninov. Sélection de la 69e Berlinale.

r

16h30

  • Le Taureau , (Бык) 1er long-métrage du réalisateur Boris Akopov (2019).

Durée 99 mn

 Années 90. Des étals vides dans les magasins, un gouffre économique, des drames qui se déroulent pratiquement à chaque coin de rue. Anton Bykov, surnommé “Byk” (Le taureau), jeune leader d’une organisation criminelle, est obligé de gagner sa vie par n’importe quel moyen, pour faire vivre sa famille. Après une fusillade de quartier, Anton se retrouve au poste de police, d’où le sort un des chefs mafieux de Moscou. En échange, il demande à notre héros un service, petit, mais dangereux. Prix du jury du FIF de Karlovy Vary.

r

19h

“Le bonheur c’est … “(СЧАСТЬЕ – ЭТО…) Film à sketch de Irina Bas, Elena Voïtovitch, Angelle Debop, Zourad Djidjilav, Ioulia Machikova, Anna Mitafidi, Anastasia Timofeieva.  (2019)

Durée 100 mn.

r

21h

  • “Les maitresses” (Любовницы)  d’Elena Khazanova (2019)

Durée 97 mn

Trois Moscovites ordinaires – une infirmière, une étudiante et une actrice – se rencontrent par hasard dans un bar et découvrent qu’ils viennent tout juste de rompre avec leurs hommes, qui étaient mariés. D’abord, les filles décident de se venger de leur ex. Mais, lorsque l’objectif est atteint, les petites amies ont une idée: en utilisant leur ingéniosité et leurs capacités artistiques, aidez les sœurs malheureuses à mettre les maris infidèles à l’eau et punissez les amants duplicats. Après tout, il y a des milliers de personnes comme eux …

r

CINÉMA MAJESTIC

20h

“Odessa” (Одесса) de Valery Todorovskii  (2019)

Durée 130 mn.

Odessa, août 1970. La chaleur même. La ville est pleine de vacanciers. Lors d’une visite chez le beau-père avec sa belle-mère, Grigory Iosifovich et Raisa Irovna Davydov, leur beau-frère Boris, journaliste international, et son fils Valerik, âgé de huit ans, arrivent de Moscou. Mais le jour de leur arrivée à Odessa, la quarantaine du choléra est annoncée, la ville est fermée. Ainsi, le gendre moscovite qui est arrivé depuis deux jours est plongé dans un monde transformé par un grave danger. Les secrets de famille seront révélés, des événements incroyables se produiront et un grand amour interdit se produira.

r

Samedi 16 novembre

11h

“Un oiseau deux agneaux et tous les autres”  (Птичка два барашка и все – все)

Desins animés pour enfants.

Durée 45 mn

r

15h 15

Conférence :

« le Cinéma russe contemporain en France» proposée par Joël Chapron et Eugénie Zvonkine,  spécialistes du cinéma russe.

Eugénie Zvonkine, docteur en cinéma, chargée de cours à l’Université Paris 8, a mené le projet centré sur « Le cinéma russe depuis 1991, ruptures et continuités », financé par l’équipe ESTCA et le Labex Arts H2H. Actuellement, deux livres sont en préparation suite à ce colloque (un en français et un en anglais).
Elle poursuit par ailleurs un travail sur l’oeuvre soviétique et post-soviétique du cinéaste Alexeï Guerman.

y

Joël Chapron né à Paris en 1960, spécialiste des cinématographies d’Europe centrale et orientale, et, plus particulièrement, de celles de l’ex-Union soviétique, responsable de cette zone au sein d’Unifrance Films pour la promotion du cinéma français. Interprète et traducteur de russe, il a sous-titré près d’une centaine de films, et écrit des ouvrages publiés en France et en Russie. Correspondant étranger du Festival de Cannes depuis plus de 20 ans pour les pays de l’ex-URSS, il y a été à 7 reprises l’interprète attitré des membres du jury russes.

r

16h30

  • Petite sœur, (Сестрёнка) d’Alexandre Galibine (2018)

Durée 94 mn

Pour autant que Yamil se souvienne, il y a toujours eu la guerre. Mais Yamil attend vraiment avec impatience quand cela se terminera – car alors le Père reviendra, que Yamil ne connaît que par des photographies et des lettres. Un jour, maman part pour une ville lointaine et emmène une fille silencieuse, Oksana, et transmet l’ordre du Père pour s’occuper d’elle en tant que sœur autochtone …

r

19h

  • Fraternité, (Браство) de Pavel Lounguine (2018)

Durée 72 mn

Ce film provoque la colère des anciens combattants russes, qui l’accusent de donner une image peu reluisante du retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan il y a 30 ans.

1988, veille du retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan. Le commandement de la 108ème division de carabiniers motorisés prévoit de se retirer dans le col de Salang, contrôlé par un groupe d’ingénieurs moudjahidines Hohem. Les services de renseignement tentent de négocier un cessez-le-feu avec les Dushmans, mais le problème est que le pilote militaire soviétique est capturé par Hochem. Un jeu difficile commence, dans lequel les intérêts contradictoires de nombreuses personnes différentes s’entremêlent: membres du personnel, islamistes, forces spéciales, renseignements, responsables du gouvernement afghan, employés des services spéciaux soviétiques, Tadjiks et Pachtounes. Et au centre même de ce tourbillon se trouvent des soldats de reconnaissance, pour qui la règle reste plus importante que toute considération politique – n’abandonnez pas la vôtre. Prix du Meilleur Scénario du 22e FIF de Shanghai.

r

21h30

  • Une Jeunesse russe, (Мальчик русский) réalisé par Alexandre Zolotoukhine,(2018). Diplômé de l’atelier d’Alexandre Sokourov.

Durée 72 mn

r

Dimanche 17 novembre

14h

  • Un documentaire :How Big is the Galaxy?  (Хозяин оленей ) 

de Xenia Eliane, (2018)

Durée 72 mn.

La famille Zharkov appartient à la communauté Dolgan, l’un des derniers peuples autochtones qui poursuit un mode de vie traditionnel nomade à l’extrême nord de la Sibérie.

Ksenia Elyan suit le quotidien de la famille et principalement le regard des deux enfants qui s’épanouissent dans un environnement rude (pour nous), radical, extrême, froid et enneigé. « How big is the galaxy? » nous sort de notre confort européen.

Lorsque l »on vient de voir « Blue» de Karina Holden, on ne peut que constater que la pèche, les poissons et les océans n’ont pas la même valeur pour les populations de cette planète terre.

Par contre, ce qui est tout aussi étonnant, c’est de voir comment – aussi éloignée de toute civilisation – la famille Zharkov est accro (surtout les enfants) à l’écran du smartphone familiale.

r

16h

“Odessa” (Одесса) de Valery Todorovskii  (2019)

Durée 130 mn.

r

19h

  • “Le Dimanche”  (Воскресунье) de Svetlana Proskourina (2019)

Durée 82 mn

r

Lundi 18 novembre

14h

  • Kérosène,  (Керосин) de Youssoup Razykov (2019)

Durée 77 mn

r

16h30

  • “Les maitresses” (Любовницы)  d’Elena Khazanova (2019)

Durée 97 mn

r

19h

  • Le Taureau , (Бык) 1er long-métrage du réalisateur Boris Akopov (2019).

Durée 99 mn

r

Centre Spirituel et culturel , Quai Branly

19h30

  • Une projection spéciale du film

“Salyut-7” (Салют-7), réalisé par Klim Schipenko(2017).

Durée 11 mn.

Au CSCOR 1, quai Branly 75007 Paris.

Scéance sur inscription à l’adresse : ambrusbranly@mail.ru

En février 1985, la station spatiale soviétique  Salyut 7, inoccupée depuis six mois, cesse de répondre aux signaux envoyés depuis le Centre de contrôle des vols spatiaux TSUP et ne parvient visiblement plus à contrôler son orientation. Les autorités redoutent la chute de l’installation sur la Terre, ce qui peut produire de nombreuses victimes et causer des ennuis importants à l’Union soviétique dans le contexte de la  guerre froise. Pour essayer de sauver la station, il est décidé de lancer deux cosmonautes les plus qualifiés, Vladimir Fedorov et Viktor Alekhine, à bord de Soyouz T-13 pour rattraper la station morte, identifier l’origine du problème et le corriger. Le rendez-vous spatial se déroule avec succès. Les deux cosmonautes commencent à travailler à la réparation de la panne, tout en comprenant que leur retour sur la Terre peut être compromis.

r

21h30

  • Ayka (Айка) de Sergueï Dvortsevoy (2018).

Durée 100 mn

Ayka vient d’accoucher. Elle ne peut pas se permettre d’avoir un enfant, n’a pas de travail, a trop de dettes à rembourser, et n’a même pas une chambre à elle. Mais c’est compter sans la nature, qui reprendra ses droits. Prix d’interprétation féminine du 59e Festival de Cannes à l’actrice Samal Yeslamova.

r

Mardi 19 novembre

14h

  • Petite sœur, (Сестрёнка) d’Alexandre Galibine (2018)

Durée 94 mn

r

16h30

  • Fraternité, (Браство) de Pavel Lounguine (2018)

Durée 72 mn

r

19h

  • “Une grande fille” (Дылда) de Kantemir Balagov, (2019).

Durée 2 h 10 min

1945. La Deuxième Guerre mondiale a ravagé Léningrad. Au sein de ces ruines, deux jeunes femmes, Iya et Masha, tentent de se reconstruire et de donner un sens à leur vie. Prix de la Mise en Scène « Un Certain Regard » 60e Festival de Cannes.

r

21h30

Sous réserve

“Le port”, (Порт)  d’Alexandre Streliahaia (2018)

Durée 87 mn

Quelqu’un perd les chances d’une vie heureuse, quelqu’un les obtient de la manière la plus inattendue. Un désir irrésistible de ressentir la vie plus profondément conduit les héros à des erreurs et des révélations propres à la jeunesse.

Le personnage principal de Kira est impliqué dans un accident. Le père de Kira, entraîneur de boxe, agit contrairement aux circonstances et croit sincèrement que le simulateur qu’il a créé aidera sa fille à se rétablir. C’est durant cette période difficile de sa vie qu’Andrei se rend au gymnase pour s’entraîner. Avec ce vif sentiment d’amour, l’espoir et les événements font partie de la vie de la fille, ce à quoi personne ne s’attendait. La bataille principale pour chaque héros est encore à venir. Seul un désir irrésistible de vivre et d’aimer peut les mener à la victoire, à travers les erreurs et les révélations inhérentes à la jeunesse.

r

3

Cinéma “l’Arlequin”

76 rue de Rennes – 75006 Paris,

Métro : St Sulpice

g

Cinéma “Le Majestic” Passy ”

18 rue de Passy – 75016 Paris,

Métro : Passy

Tarifs : 8€ soirée d’ouverture – 7€ plein tarif – 6€ étudiant – 5,50€ scolaires – 4€ enfant – 40€ le pass 10 séances (sauf ouverture & hors les murs).

 

11
Nov

Ecclesiaste, illust. I. Kuleff, édit. de la Présentation.

   Publié par: artcorusse   dans Livres

Étonnant livre bilingue russe-français
Texte de “l’Ecclésiaste”
Illustré par des gouaches d’ Ivan Kuleff
 Préface bilingue de Marc Andronikof.
L’Ecclésiaste (traduction grecque de l’hébreu קהלת Qohelet, « celui qui s’adresse à la foule ») est un livre de la Bible hébraïque, faisant partie des Ketouvim. L’Ecclésiaste semble s’harmoniser avec les autres écrits bibliques partageant des thèmes communs. L’Ecclésiaste s’accorde avec la Genèse quant à la provenance de l’homme, soit un corps composé de la poussière du sol, et possédant un esprit (ou force de vie) venant de Dieu, ainsi qu’un souffle le soutenant.
.
.
L’Ecclésiaste réaffirme aussi le précepte toranique selon lequel la création de l’homme est parfaite et vertueuse, mais que ce dernier a choisi de son propre chef de désobéir à Dieu. Finalement, l’Ecclésiaste reconnaît Dieu comme étant Créateur de l’Univers.
.
v
.
“Étonnant livre bilingue russe-français, composé du texte de l’Ecclésiaste illustré de manière suivie par des gouaches d’Ivan Kuleff, peintre dont on a pu admirer une rétrospective au centre culturel et spirituel orthodoxe russe en février 2019.
 Préface bilingue de Marc Andronikof. »
b
.
Ivan Kuleff, né en Russie en 1893 à Rostov-sur-le-Don, il est mort à Montmorency (prés de Paris) en 1987. A la fin de ses études de peintures à Moscou, puis à Saint Pétersbourg, il est envoyé  combattre sur le front turc dendant la Prem!ère Guerre Mondiale. La révolution russe de 1918 le contraint à l’exil. Il travaille alors comme peintre, décorateur de théâtre, restaurateur de fresque dan les Balkans, puis s’installe définitivement en France en 1927.
Dans les années 1940, il écrit des cycles de peintures sur les thèmes de la Divine Comédie, de l’Apocalypse et du Livre de Job de Dante. Pour des illustrations de la “Divine Comédie”, il a reçu le prix du salon Meudon. En 1947-1948, il organise des expositions personnelles à Bruxelles, La Haye et Meudon (près de Paris).
.
.
Voir sur Artcorusse : CLIQUEZ
3
118 pages.
Format 30,5 cm x 20 cm
Prix : 30€
Vente : Librairie des Éditeurs Réunis, 11 Rue de la montagne Ste Geneviève, 75005
Paroisse de la Présentation, 91 rue Olivier de Serres 75015 Paris
(avant ou après les offices).
11
Nov

Douce, théâtre Lepic

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

” DOUCE “

d’après la nouvelle de Dostoïevski

Vendredi, samedi 19h 30 et dimanche 16h

A partir du vendredi 15 novembre

au dimanche 8 décembre 2019

Théâtre Lepic (ex Ciné 13), 75018 Paris

DOUCE, d’après la nouvelle de Dostoïevski

Adaptation et mise en scène André Oumansky
Avec :

Anna Stanic, Nicolas Natkin, Rose Noël et Maxime Gleizes

Création Lumières :  Yohann Marionnet

h

André Oumansky adapte au théâtre la nouvelle de l’écrivain russe Fédor Dostoïevski, La Douce, publiée en novembre 1876 dans Le Journal d’un écrivain.

Douce nous livre le désarroi d’un homme qui vient de découvrir le suicide de sa femme. L’histoire de leur couple nous est dévoilée rétrospectivement. Les profondeurs de l’âme humaine, chères à l’auteur de Crime et Châtiment, sont ici peintes avec force. L’homme transi de doutes et de remords, sa femme Douce, entre silence et révolte, s’affrontent et se fuient sans jamais se rencontrer.

Une peinture du couple aux accents très modernes. Aimer est -il possible ? L’amour existe-il ? N’est-il que calcul mû par les intérêts personnels ? N’est-il pas mépris de l’autre ? N’est-il pas aliénation et étouffement du conjoint ?

André Oumansky, acteur français retrouve le comédien Nicolas Naktin et sa compagnie Le Goéland, après Le Misanthrope, en 2016, ils nous présentent Douce, un huis clos intense signé par un grand maître !

z

Théâtre LEPIC (ancien ciné 13 Théâtre)
1 avenue Junot – 75018 PARIS-

www.theatrelepic.com

Tarifs : de 12 à 22 €

Réservation : 01 42 54 15 12 et billeterie@theatrelepic.com

BilletRéduc : CLIQUEZ

11
Nov

Chants liturgiques et musiques populaires russes, Courbevoie

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Chants Liturgique

Chœur de la Cathéfrale St Alexandre-Nevsky

Musique Populaires russes

Ensemble Kedroff (Balalaïkas)

Dimanche 17 novembre 2019 à 16h

Église St Pierre-St Paul, 92, Courbevoie

Kedroff alexandre nevsky Coubevoie

L’histoire du choeur est étroitement liée à celle de la cathédrale orthodoxe russe de la Trinité St Alexandre Nevsky depuis 1861 début de la construction de la cathédrale. Le chœur de la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky fondé à Paris par Eugène Evetz en 1963. En 2007 c’est le protodiacre Alexandre Kedroff en prend la direction. Il est issu d’une génération illustre de musiciens, Alexandre Kedroff hérite naturellement du patrimoine culturel familial.

 Après des études de musique, complétées par un cursus de théologie à l’Institut St-Serge de Paris, il est ordonné diacre à la cathédrale St-Alexandre-Nevsy, où il seconde le Maître de Chapelle Basile Evetz jusqu’en 2007.

Depuis sa nomination à la tête du chœur de la cathédrale, il se consacre entièrement à cette fonction et contribue à l’enrichissement du répertoire par des compositions de son père et de son grand père, ainsi que par des œuvres basées sur les mélodies anciennes russes du chant neumatique « znamenny ».


Le chœur de la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky, en plus de la liturgie, donne des concerts en France et à l’étranger. À Saint-Pétersbourg en 2010 où pour la première fois de son histoire, le chœur traverse les frontières de la Russie et vient chanter sur sa terre d’origine. Le temps d’une soirée, il vous transportera, là-bas, au cœur de cette profonde et émouvante musique orthodoxe qui nous parle d’une culture à la fois proche et lointaine.

h

Nicolas Kedroff est un balalaïkiste réputé, issu d’une famille d’artistes russes renommés, il a grandi dans la communauté russe “blanche” de Paris où il découvre la balalaïka, passion de sa vie, qu’il étudiera avec Micha Makarenko et Sergeï Cheglovitov (Moscou). Nicolas Kedroff est le premier balalaïkiste étranger de l’histoire, lauréat d’un concours russe (La Coupe du Nord – 1992). Il mène une activité concertante et pédagogique (conservatoire S.Rachmaninov – années 90).
Il s’est produit en duo, trio ou ensemble comme dans quantité de formations, en accompagnement de chanteurs et chanteuses, dans les cabarets russes parisiens Balalaïka et Raspoutine, dans d’innombrables soirées évènementielles, émissions de radio et télévision et prestigieux festivals et salles en France et à l’étranger.

 Nicolas Kedroff crée en 2001 l’ensemble “Balalaïka” qu’il dirige.  L’ Ensemble de Balalaïkas Kedroff est l’une des deux principales formations du genre en France. Originale et simple, il se compose uniquement de balalaïkas dites PRIMAs, la “soprano” de la famille des balalaïkas. Initialement conçu dans un but pédagogique, l’ensemble dont la configuration est aujourd’hui multiple, comporte trois à dix (voire plus) musiciens de tous niveaux et âges, et sa vocation peut être amatrice comme professionnelle.
Les membres de l’Ensemble de Balalaïkas Kedroff sont d’origine russe ou non, réunis par l’amour de l’instrument et de la musique russe.

k

ENTRÉE LIBRE

3

Dès le xvie siècle – et peut-être même avant – une chapelle placée sous le vocable de St Pierreet St paul s’élève à cet endroit. la création et sa construction débute en 1790 par l’abbé Pierre hébert avec l’architecte Louis de Masson (1743-1826). Elle offre le rare exemple d’une construction religieuse en pleine tourmente révolutionnaire. Son plan atypique est imposé par l’exiguïté du terrain. Deux nefs dissemblables sont accolées et dessinent un T : la première, de forme elliptique, est coiffée d’une vaste voûte ovale percée d’un oculus   central ; la seconde, rectangulaire, est prolongée vers 1868.

Le célèbre appel à la solidarité nationale, destiné à venir en aide aux sans-abri, est lancé par l’abbé Pierre le dimanche 31 janvier 1954 du haut de la chaire de l’église Saint-Pierre-Saint-Paul de Courbevoie. Dans les années 1990, l’édifice fait l’objet d’une campagne de restauration intérieure et extérieure.

Saint-Pierre-Saint-Paul Courbevoie 

Place Hérold– 92400 COURBEVOIE

Libre participation aux frais

 

11
Nov

Vladislav Kosarev au CRSC

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Soirée de musique russe

Vladislav Kosarev (baryton)

Igor Toukalo : Piano

Vitali Kis : Guitare

 Jeudi 21 novembre 2019 de 19h à 21h

Centre de Russie pour le Science et la Culture,

XVI°, Paris

Vladislav Anatolyevich Kosarev est né le 5 décembre 1975 à Smolensk, diplômé de l’Académie de musique russe.  Il est  soliste et chef principal du chœur d’hommes Peresvet. Depuis 2009, il a commencé sa carrière en solo.
Au cours de sa carrière créative, Vladislav a joué à la fois comme chanteur classique et pop dans les meilleures salles de la capitale – le Palais des congrès du Kremlin, la grande salle du conservatoire de Moscou, salle de concert nommée d’après P.I. Tchaïkovski, salle des conseils d’église de la cathédrale du Christ-Sauveur et autres. A participé à plusieurs reprises à des concerts télévisés (Channel One, Russie, TVC, Culture), participe régulièrement au programme Romance of Romance de la chaîne de télévision Russia-Culture et a participé à l’enregistrement de musique pour des films.
Le répertoire de la chanteuse comprend des romances, des chansons folkloriques russes, des chansons des années de guerre, les meilleures chansons de pop russe et étrangère, des chansons napolitaines et espagnoles, des airs d’opéras et d’opérettes.
V. Kosarev est lauréat du premier prix et du titre de lauréat au concours international de chefs d’orchestre nommé d’après A. Yurlova. Il a reçu l’Ordre de la Foi, Espoir, Amour et l’Ordre Doré du Service à l’Art.

Au programme :

Romances russes, Musique folklorique.
Variété soviétique, Musique de film.

z

.

Centre de Russie pour la science et la culture

61 Rue Boissière, 75008 Paris
Tél : 01 44 34 79 79

Inscription préalable:  crsc.paris@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)

Bus : 22, 30, 52, 82

Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp.

 

11
Nov

Ensemble vocal “Jérusalem”, à Cannes et Nice

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Pour le 125ème anniversaire de

l’Église  de Saint-Michel-Archange à Cannes

L’ensemble vocal “Jérusalem”

donne 3 concerts de musique sacrée

et folklorique.

  Vendredi 15 novembre 2019 à 19h,

Cathédrale St Nicolas, Nice

°

 Vendredi 22 novembre à 19h,

Chapelle Saint Roch, Cannes

°

 Vendredi 29 novembre à 19h,

Église Saint Joseph Nice

 

En 1904, plus de huit cents Russes résident à Cannes. Il devient nécessaire de construire une église.

Léglise orthodoxe Saint-Michel Archange a été conçue à la fin du XIXe siècle par un architecte cannois, Louis Nouveau, en 1894 l’église russe fut construite pour l’épouse du tsar Alexandre III, Maria Alexandrovna. Elle s’inspire de la tradition russe elle a un plan en croix grecque, le toit en tuiles vernissées, surmonté d’un clocheton à bulbe en ciel étoilé. L’église est consacrée le 22 novembre 1894 par  Mg r  Palladius Raev(1827—1898), métropolite de Saint Petersbourg et par l’archiprêtre Grégoire Ostrooumoff, des clergés russes de Nice, Menton et grec de Marseille, en présence de membres de la famille impériale, de l’aristocratie russe ainsi que des autorités de la ville de Cannes et des Alpes-Maritimes.

Le clocher a été terminé plus tard ; il est béni le 17 mars1896. Les sept cloches amenées de Russie ont été offertes par Ivan Ivanovitch Elaguine. Un presbytère est ajouté (l’actuelle villa Saint-Michel), achevé en 1897. L’église de Cannes est élevée au rang d’évêché le 24 janvier 1939 par Mgr Séraphin Loukianov de Berlin avec à sa tête  Grégoire Ostrooumoff. Ce dernier est promu archevêque le 6 novembre 1946 par le Patriarche Alexis de Moscou. L’évêché est supprimé à sa mort, mais rétabli en 1982 pour Mgr Varnara Prokofieff. Église orthodoxe russe hors frontières / Patriarcat de Moscou.

r

L’ensemble vocal “Jérusalem” de la Paroisse orthodoxe St Michel Archange de Cannes est réputé parmi les chorales orthodoxes russes. La chorale se compose d’un Trio:

 Anna Kobrina (au centre)chef du chœur, a effectué ses études au Séminaire Théologique de Saint-Pétersbourg ayant 25 ans d’expérience professionnelle.
– Elizaveta Daychman (à droite), elle a effectué ses études  à Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, elle est musicologue et professeur de chant, chanteuse à la chorale de Nice.
– Anastasia Troinova (à gauche), formation effectuée à l’École des Arts Musicaux de Belci, chanteuse de la chorale de Nice et de Cannes.

Vendredi 15 novembre 2019 à 19h,

Cathédrale St Nicolas, Nice

La tsarine Alexandre Féodorovna lance une souscription  dès 1856 et l’église St Nicolas et Ste Alexandra est inaugurée trois ans plus tard, rue Longchamp. Elle est alors la première église russe d’Europe de l’Ouest.

À la suite de décés du prince Nicolas Alexandrovitch fils du tsar Alexandre II, un oratoire fut construit sur le terrain qu’il avait acheté sur se fonds propres, et en 1903 près de ce dernier,commencent les travaux de construction d’une cathédrale, la future Cathédrale Saint-Nicolas, selon les plans de l’architecte Mikhaïl Préobrajenski  , professeur d’architecture à l’académie Impériale des <beaux Arts de Sint Pétersbourg. Elle est inaugurée en 1912.

Cathédrale St Nicolas , Avenue Nicolas II, 06000 Nice

r

Chapelle Saint-Roch,, Cannes

Au lendemain de la peste de 1720, les Cannois érigent la chapelle Saint-Roch à proximité de l’actuelle rue Saint-Dizier. Détruite durant la Révolution, reconstruite durant la Restauration, elle est une nouvelle fois démolie en 1860 pour laisser place au nouveau tracé du chemin de fer puis à nouveau reconstruite, accolée au vieil hôpital Saint-Jacques.

Chapelle Saint Roch, 9 rue Saint Dizier, 06400, Cannes

r

Église Saint Joseph, Nice

L’église Saint-Joseph fut construite par les architectes Rabagliati et Lusso ; elle fut consacrée le 19 mars 1911.
En 1963-1964, la toiture de l’édifice fut démolie au profit d’une simple terrasse, travaux menés sous la houlette des architectes Buzzi et Rottier (PC n° 115/63 datant de février 1963).
En 2010 fut entamée la réhabilitation complète de l’église. Ainsi, sous la conduite de l’architecte Bernard Camous, l’intérieur fut rénové, les façades repeintes dans des tons ocre et crème, la toiture en tuiles reconstruite, et le clocher reçut une nouvelle croix supportée par une structure légère en chêne

Eglise Saint Joseph, 21 rue Smolett, 06000 Nice

11
Nov

Natacha & Nuits de Princes, Savigny le Temple

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Concert – Natacha & Nuits de Princes

Vendredi 15 novembre 2019 de 20h30 à 22h

Espace Prévert, 77176 Savigny-Le-Temple

À Prévert, nous n’avons pas souvent eu l’occasion d’accueillir des musiciens russes. Alors venez nombreux plonger dans l’âme slave avec la grande chanteuse Natacha Fialkovsky.

.

Le temps d’une soirée exceptionnelle, sensuelle, mélancolique et passionnée, le groupe Natacha et Nuits de Princes vous donnera la main pour un voyage sauvage, tendre et ô combien unique !

Nous suivrons l’oiseau mythique nommé « gamaïoun ». Un oiseau, né du tréfonds des âges pour survivre à la nuit des temps. Jusqu’à présent, personne n’a pu le voir ; mais ceux qui ont pu l’entendre l’ont entraperçu, et nous en ont transmis les attributs essentiels : deux immenses ailes noires, une queue sertie de plumes de feu, un visage et un buste de femme d’une beauté à couper le souffle. Cet oiseau migre entre deux mondes, celui des morts et celui des vivants. Il sait tout des hommes et de la création.


Olivier Cahours, Pascal Storch, Thierry Colson, Natalia Trocina

& Natacha Fialkovsky.

En Russie, il aime se nicher sur les arbres qui bordent les routes pour, à travers ses chansons, dévoiler l’avenir à tous ceux qui y passent — vagabonds, exilés, aventuriers, enfants perdus, rôdeurs et badauds. Hélas, il est très difficile à entendre car son chant se fond avec le bruissement du vent ; surtout, il ne se révèle pas à tout le monde, mais uniquement à ceux qui savent accueillir un secret.

Aujourd’hui, en France, c’est en Natacha & Nuits de Princes qu’il s’est incarné. Ce gamaïoun-là s’écrit « gamayun ». Une voix magique à la sensualité païenne nous transmet, entre une romance de Pouchkine et un air de Fet, ses propres accents, incomparables. Ce sont des arrangements enchanteurs, qui subliment l’union de toutes les cordes : la domra et la contrebasse, les guitares et la balalaïka. C’est l’Est tsigane et l’Ouest brésilien, le russe des steppes et le français des Balkans ; c’est le traditionnel et le jazz en extase.

Il chante l’amour, il chante la liberté ; il chante si juste. À nous donc, passants que nous sommes, de savoir lui prêter une oreille absolue.

3

Soirée avec repas possible dès 19h30
Sur réservation, une semaine avant l’événement : participation 10€ (hors boisson)

3

Espace Prévert

9 Place Miroir d’Eau
77176 Savigny-le-Temple
Tél : Patrice Kouakou  01 64 10 55 10
Tarif plein : 21 €-   réduit : 19 € –
Tarif – de 12 ans : 13 €
11
Nov

Le Lac des Cygnes, Dôme de Paris

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Saint Pétersbourg Ballet théâtre

Tournée mondiale

IRINA KOLESNIKOVA

Le lac des cygnes

 Vendredi 31 janvier et samedi 01 février 2020

Scéances à 20h

Dôme de Paris, Porte de Versailles

Après une tournée mondiale qui a vu les théâtres de Londres, Séoul, Sydney, Hong-Kong afficher “COMPLET”, la désormais légendaire “prima ballerina” Irina Kolesnikova revient à Paris, en compagnie des étoiles du Saint Pertersbourg Ballet Théâtre pour y donner une sensationnelle et magique production du Lac des Cygnes.

Irina Kolesnikova est incomparable dans le rôle d’Odette/Odile qu’elle a dansé près de mille fois. C’est de ce fait, véritablement devenu sa signature artistique. Née à Saint-Pétersbourg. Dès son plus jeune âge, elle se passionne pour la danse et intègre, à 10 ans, le Vaganova Ballet Academy, où enseignent les plus prestigieux professeurs de Russie. Elle intègre, plusieurs années plus tard, le Konstantin Tatchkin St Petersburg Ballet Theatre en tant que soliste après avoir été refusée par une autre compagnie. En seulement deux ans, elle devient danseuse principale puis Première ballerine de la troupe

 

Son incarnation du double rôle promet à chaque spectateur de partager un moment d’émotion dont il se souviendra très longtemps.

Ce ballet classique, dans ce qu’il a de meilleur, sera donné dans son intégralité et la musique de Tchaikovsky sera jouée par l’Orchestre du Saint Peterbourg Ballet Théâtre.

Le Saint Petersbourg Ballet Théâtre, fondé en 1994, a acquis une réputation mondialement reconnue grâce non seulement à l’ensemble de ses productions scéniques, parmi lesquelles Giselle, Don Quichotte, La Bayadère, Roméo et Juliette, Casse Noisette ou encore La Belle au bois dormant mais aussi grâce au grand professionnalisme de ses danseurs tous disciples de Vaganova.

La popularité de la  Compagnie est telle qu’elle donne plus de 200 représentations chaque année.

La Direction se réserve le droit de modifier la distribution quelle qu’en soit la raison, une courte biographie serait alors fournie.

 

d

 

Le Dôme de Paris – Palais des Sports
34 Boulevard Victor, 75015 Paris
Métro : Porte de Versailles

Prix des places : Carré Or : 69€, Catégorie 1 : 58€, Catégorie 2 : 48€

Catégorie 3 : 33€
Tournée nationale en 2020
CALENDRIER DE LA TOURNÉE : CLIQUEZ
RÉSERVEZ DÈS MAINTENANT
10
Nov

Vente Russe, à St François-Xavier, Paris

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Vente Russe

au profit de La voix de l’Orthodoxie

Dimanche 17 novembre 2019 de 12h à 19h

Communauté St François-Xavier, VII° Paris

 

La Voix de l’Orthodoxie a été fondé en France en 1977. Que le chemin parcouru !

Le but de La Voix de l’Orthodoxie est de réaliser des émissions religieuses en langue russe en Russie.

Nous avons commencé à émettre en 1979, puis, le temps ont changé et nous nous sommes adaptés aux situations nouvelles. Aujourd’hui, cette œuvre importante n’a rien perdu de sa nécessité. Elle n’existe que grâce aux dons des orthodoxes et amis dispersés ou membre d’associations de soutien à la Voix de l’Orthodoxie.

Nous possédons un fonds d’émissions d’une richesse exceptionnelle et continuons à l’alimenter. Pour cela, nous avons toujours besoin de collaborateurs au studio qui se trouve près de Paris. Les sujets des émissions, largement inspirés par l’Institut Saint Serge, concernant l’Ancien et le Nouveau Testament, les questions dogmatiques et liturgiques ainsi que l’histoire de l’Église.

Actuellement, notre site www.voix-orthodoxie.eu reprend le premières émissions, qui n’ont rien perdue de leur actualité. La gestion de notre réserve d’émissions et de notre site est très importante et toute aide dan ce domaine est la bienvenue.

Par ailleurs, nous avons largement contribué à la fondation de la radio diocésaine de Saint Pétersbourg “GRAD PETROV” que nous soutenons de notre mieux. Il n’existe pratiquement pas de stations-radio orthodoxe de ce niveau en Russie. Nos émissions y sont reprises tous les jourset bénéficient d’une bonne audience de même que sur le site  : www.grad-petrov.ru.

Chaque année, la Vente, organisée par les Amis de la Voix de l’Orthodoxie en France, le troisième dimanche de novembre, nous est extrêmement précieuse, aussi bien sur le plan matériel que sur le plan du rayonnement de notre œuvre.

La Voix de l’Orthodoxie est un témoignage exceptionnel de la vie de l’Église occidentale ainsi que de sa contribution à l’enseignement religieux et à l’épanouissement de la foi.

Le président, Père Wladimir Yagello.

r

 Artisanat russe • Brocante• Livres• Disques• Loterie

Ambiance musicale   –     

 Bar-traktir (à partir de 12h00) et Buffet russe (à partir de 13h30)

ENTRÉE LIBRE

h

Communauté Saint François Xavier
7, rue de Poitiers, Paris 7ème
Métro Solférino ou Gare d’Orsay (RER C)
• Parking angle rue du Bac / Montalembert

 

Pour le 220ème anniversaire de Pouchkine

&

Le 20ème anniversaire de la Fondation Internationale Pouchkine

” Gala Patrimoine – Russie “

Vendredi 22 novembre 2019 à 19h

Château du Lac, 1332, Genval, Belgique

 

Grâce à son œuvre, Alexandre S. Pouchkine est aujourd’hui encore perçu comme le fondateur de la langue russe moderne et il est honoré dans toute la Russie et à l’étranger. Et comme les russes le disent toujours:

” Pouchkine est notre tout! Пушкин наше всё.

Soirée placée sous le Haut Patronage de son Excellence Monsieur A.A. Tokovine, Ambassadeur de la Fédération de Russie  au royaume de Belgique .

Alexandre et Macha Pouchkine,  descendants du poète mondialement connu ( Alexandre étant le descendant mâle), ont voulu honorer la mémoire de leur trisaïeul par le biais de la Fonfation International Pouchkine (F.I.P.) qu’ils ont crée en 1999 à Bruxellesavec un groupe d’amis et de connaisseurs de  l’œuvre de Pouchkine. La fondation a pour but de populariser l’œuvre du plus important représentant du patrimoine littéraire russe et travaille à la promotion des activités littéraires et culturelles liées à Son œuvre.

L’absence d’enfants, éternel regrets d’Alexandre et de Macha, a suscité chez eux une geste merveilleux d’abnégation et de générosité: soutenir les enfants gravement malades de Russie et de la CEI, ainsi que les enfants apprenant le russe dans le monde. Ces deux activités se complètent harmonieusement. L’une et l’autre sont, comme de bien entendu, dépourvues du moindre but lucratif.

Les fonds rassemblés lors de différentes manifestations organisées par la Fondation sont entièrement consacrés aux œuvres de bienfaisances.

d

PROGRAMME du GALA

k  Accueil des incités, cocktails.

k Concert de l’ensemble folklorique russe ” USLADA “.

k Dîner de gala. (boissons incluses).

k Cérémonie de remises des Prix ” Patrimoine-Russe “.

k En fin de soirée Tombola.

d

 

Le collectif musical “USLADA” et l’un des groupes les plus importants et les plus recherchés de la région de Vladimir-Souzdal. Ayant mérité à juste titre la reconnaissance et l’amour d’un grand nombre de spectateurs en Russie et à l’étranger, le groupe a travaillé pendant de nombreuses années afin d’améliorer la qualité de ses performances. L’ensemble “USLADA” est composé de chanteurs professionnels, de musiciens et de chorégraphe. Au cours des années des spectateurs de plus de 30 pays du monde ont découvert la créativité de eces jeunes artiste talentueux. Chaque année le groupe présente un grand concert nouveau. Chaque œuvre solo est une véritable performance musico-théâtrale avec une conception propre et une réflexion profonde. Uslada ne se produit pas uniquement sur scène.

Douze ans d’expérience dans l’organisation d’évènements, l’ensemble soutiet activement deivers organisations caritatives et fondations en promouvant les traditions du chant russe.

f

INSCRIPTION AVANT LE 12 NOVEMBRE

f

Frais de participation : 150€ (avant le 12 novembre), 175€ (passé cette date).

Numéro du compte de la fondation : BE44 3630 2325 1445, BIC : BRUBEBB

Courriel : alexandre@puchkine.org

Fondation Pouchkine, Av Hyppolyte Boulenger, 36, bte 6 – 1180 Bruxelles.

Si vous souhaitez réserver une chambre(single-twin-double avec petit déjeuner, buffet inclus), préciser votre choix et ajouter 119€ par chambre sur le compte de la Fondation.

Martin’s Château du Lac est un hôtel de luxe 5 étoiles, posé au bord du Lac de Genval, à 20 minutes à peine de Bruxelles, au cœur d’une des plus belles régions de Belgique : le Brabant wallon.

Avec son aménagement mariant à merveille héritage du passé et modernité, ses chambres confortables, son restaurant Genval.

 

3

 

Hôtel Martin’s Château du Lac

Avenue du Lac 87
1332 Genval, Belgique

 

10
Nov

Polyphonies géorgiennes à Nantes

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Polyphonies géorgiennes

avec l’ensemble

CHVENEBUREBI et LELA NAKEURI

Dimanche 17 novembre 2019 à 18h

Salle festive Nantes Nord, 44300 Nantes

 

Le groupe de musique folklorique géorgienne Chveneburebi est composé d’artistes représentant une région différente du pays qui influence considérablement le caractère de leur musique et de leur chanson. Tous les membres du groupe chantent la chanson folklorique géorgienne à trois voix, accompagnée d’instruments de musique folklorique géorgienne et de danses traditionnelles.

Chveneburebi se rend régulièrement dans différentes régions de la Géorgie dans le but d’absorber la tradition musicale locale et de la maintenir en vie. Ces voyages créent souvent des collaborations musicales avec des groupes locaux.

La nouvelle est Lela Nakeuri, chanteuse géorgienne et musicienne de Pschavi. Le projet commun porte le titre de Caucase.

Pschavi est une région montagneuse de l’est de la Géorgie avec une caractéristique musicale très particulière qui caractérise la chanson et les compositions Nakeuris.

Le concert mettra en vedette des dégustation de produits géorgien et du mtswadi, des brochettes de porc grillées et du vin géorgien.

L’association Nantes-Tbilissi a été créée à Nantes en 1991 par Gaston Bouatchidzé, universitaire franco-géorgien, professeur de littérature française et comparée à l’Université d’État de Tbilissi de 1960 à 1990 puis à l’université de Nantes de 1991 à 2001.

q

 

Salle festive Nantes Nord
73, avenue du Bout-des-Landes
44 300 Nantes
Tél. 02 40 41 31 60

Tarifs: 15€ plein, 10€ réduit, 5€ enfants de 10à 15 ans, gratuit -10 ans

Dégustation des produits culinaires géorgiens : 2/3/5€

Réservation : 06 62 44 21 67

10
Nov

Vente d’art Russe, Hôtel Drouot

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Vente d’ ART RUSSE

Coutau-Bégarie & Associés

” Noblesse et Royauté “

Vendredi 15 novembre 2019, 14h du n°1 au n°346

g

” Art Russe “

Samedi 16 novembre 2019, 14h du n°347 au n° 631

Hôtel Drouot, Salle 11, IX° Paris

t

Expositions publiques à l’hôtel Drouot

Jeudi 14 novembre – 11h00 à 21h00

Vendredi 15 novembre – 11h00 à 12h00

Samedi 16 novembre – 11h00 à 12h00

Liste des catégories :

Souvenirs historique, Objets de Vitrine – Bijoux, Étuis à cigarettes, Argenterie, Collection d’un amateur suisse, Porcelaine, Bronze, Ballet Russe, Œuvres de Jadwiga Matawowska, Œuvres de Tamara de Lempicka, Tableaux, Icônes, Autographes, Livres, Art populaire.

Extraits du catalogue :

Souvenirs historiques

Antokolski Marc Matveïevitch (1843-1902). L’empereur Pierre Le Grand de Russie (1672-1725).
Statuette en bronze à patine médaille, reposant sur un socle carré, représentant l’empereur coiffé d’un bicorne, d’après l’œuvre sculptée par l’artiste en plâtre en 1873, exécutée en bronze en 1898. Cette œuvre fut érigée en 1903 dans la ville de Taganrog. Bon état. Travail russe du début du XXe siècle.
H. : 20 cm – L. : 8, 5 cm. 1 800/2 500 €

t

Bibliothèque de l’Empereur Alexandre 1er de Russie.
CESSART Louis-Alexandre de. Description des travaux hydrauliques. Publié aux éditions Baudoin, imprimeur de l’institut de France, 2 volumes format grand in-4°, 1806 et 1808, 316 et 358 pages dorées sur tranches, illustrés de 67 planches gravées, belles reliures d’époque en veau rouge, ornées au centre de chaque plat des armes de la Maison impériale de Russie encadrée de trois frises dorées au petit fer , dos ornés du monogramme de l’empereur Alexandre Ier (A) sous couronne impériale avec titre en lettres d’or, intérieurs en soie moirée bleue, avec ex-libris de la bibliothèque de l’État-Major Général. Usures du temps, mais bon état général. 6 000/8 000 €

t

Manufacture Impériale de Tapisserie de Saint Pétersbourg
” Asia. Grande tapisserie en laine et soie, représentant le continent Asie, symbolisé par une déesse portant une robe bleue, coiffée d’une couronne ornée d’un croissant et tenant dans ses mains un brûle- parfum, sous le regard admiratif d’un putto lui présentant un nautile richement serti. Elle pose dans un somptueux décor où sont déposés à ses pieds trophées, drapeaux et fruits exotiques. En arrière-plan apparait une pagode chinoise dans un jardin luxuriant et un dromadaire coiffé de plumes d’autruche monté par un putto portant une ombrelle. La bordure est tissée à l’imitation d’un large cadre à moulures dorées, à décor de godrons et de mascarons en écoinçons, surmonté sur la partie haute du monogramme de l’impératrice Elisabeth Ière de Russie E. P. (Elisabeth Petrovna) et portant l’inscription sur la partie basse dans un cartouche : Asia.
Quelques restaurations dans la bordure et dans la composition, bordure supérieure en partie coupée (manque partiellement la couronne impériale), petits accidents, mais très bon état général. Saint-Pétersbourg – Epoque : Elisabeth Ière 1744 -1747.
H. : 310 cm – L. : 210 cm. 40 000/60 000 €

t

Famille Impériale de Russie. Ensemble de 8 portraits photographiques représentant l’empereur Alexandre II, l’empereur Alexandre III, l’impératrice Maria Alexandrovna, le grand-duc Wladimir Alexandrovitch, la grande-duchesse Maria Alexandrovna, duchesse d’Edimbourg et la princesse Dagmar (future impératrice de Russie). Tirages anciens montés sur carton, avec noms imprimés des photographes. Bon état. Format carte de visite. 300/500 €

t

André Wladimirovitch, grand-duc de Russie (1879-1956). Grand portrait photographique le représentant en tenue de boyard à l’occasion du grand bal costumé qui se déroula au palais d’Hiver en février 1903, avec dédicace autographe signée en caractères cyrilliques en haut du document : «A mon cher maitre en signe de reconnaissance sincères pour son hospitalité cordiale le 18 aout 1914 à Peterhof, André». Conservé sous verre dans son encadrement d’époque en bois gainé d’un lampas bicolore. Épreuve argentique d’époque, montée sur carton. Importantes usures au cadre, manque le pied chevalet, mais bon état général.
À vue : H. : 29 cm – L. : 24 cm. Cadre : H. : 70 cm – L. : 54 cm. 600/800 €

t

André Alexandrovitch, prince de Russie (1897-1981). Album de photographies de forme carrée, reliure d’époque en percaline verte, contenant 96 petites photographies kodak en N&B, tirages argentiques d’époque sur papier. Datant de 1921. Contenant des portraits photographiques des membres de la famille impériale en diverses situations, des vues d’extérieur et des vues d’intérieur des résidences où vécurent le prince et sa famille. Notamment : sa femme la princesse Elisabeth à Beaulieu, la princesse Xénia enfant ; le prince Roman Petrovitch de Russie à Beaulieu ; promenade du couple à Saint Martin- Vésubie ; la princesse Irina Youssoupoff ; le prince Roman et la princesse Irina Youssoupoff à Cannes ; le prince Rostislav Alexandrovitch de Russie ; V. F. Trantenberg, promenade dans les rues de Saint Martin-Vésubie, en compagnie de la princesse Irina Youssoupoff et de son frère le prince André ; le prince Rostislav avec le prince Vassili et la princesse Irina à Beaulieu ; la princesse Irina en costume de bain à Beaulieu ; baignade en famille sur la plage de Cannes ; le prince Roman et le prince Vassili ; la princesse Irina déguisée ; réunion de famille à Antibes ; les fils de la grande-duchesse Xénia posant ensemble à la « Villa Wenden » à Cannes ; intérieur de la « Villa Douchka » à Beaulieu ; baignade familiale sur la plage à Cannes ; etc… La plupart des photographies de l’album sont légendées et identifiées de la main du prince, en cyrilliques. Bon état, usures du temps à l’album. Photo : H. : 8 cm – L. : 8 cm.
Album : H. : 26 cm – L. : 25 cm. 1 000/1 500 €

t

Olga Nicolaïevna , grande-duchesse de Russie (1819-1876).
Ensemble de trois serviettes à thé en damassé de lin, bordées de franges à décor dans chaque angle du monogramme de la grande-duchesse Olga Nicolaïévna (O.H.) sous couronne impériale, au centre apparait l’aigle bicéphale des Romanoff. Manufacture impériale, Saint-Pétersbourg, XIXe siècle. Bon état. H. : 45 cm – L. : 45 cm. 600/800 €

t

Objets de Vitrines, Bijoux.

Montre d’homme à gousset en or. Par Paul BUHRÉ, Saint-Pétersbourg, circa 1896. Gravée au revers de l’aigle impérial de Russie sur fond d’un décor ciselé en or rose. Cadran en émail blanc, heures en chiffres romains, minutes en chiffres arabes, compteur des secondes à 6h00. Verre usé. Diam.: 4, 5 cm – Poids brut total: 67 grs.

2 500/2 800 €

t

Large bracelet. Composé de huit rangs de perles, alternés de barrettes à décor de fleurs serties de roses de diamants et de cabochons de turquoise retenues par un large fermoir rectangulaire en or, finement ciselé de guirlandes de fleurs en or rose et en or jaune sur fond amati d’une autre couleur d’or, orné de cabochons de turquoise dans un entourage de diamants et de roses. Bon état. Poinçon d’orfèvre : H., non identifié. L. : 20 cm – L. : 5, 5 cm. Poids brut : 125 grs.

5 000/6 000 €

t

Thermomètre de table,  par Fabergé, Saint-Pétersbourg, 1899-1908.
De forme rectangulaire, en bois d’amarante, allongé aux angles, orné de rosaces finement ciselées en vermeil, le sommet est rehaussé d’un nœud enrubanné en vermeil retenant une guirlande de feuilles de laurier suspendue à deux boutons en vermeil. Au centre apparaît le thermomètre sur fond émaillé blanc, entouré d’un motif de perles en argent, la bordure d’encadrement final est ornée d’une frise de filets en argent. L’ensemble repose sur deux pieds ronds et pointus en vermeil. Dos en bois d’amarante, avec anneau de fixation et pied chevalet ajouré en vermeil. Accident sur la plaque et manque une vis mais bon état général.
Poinçon titre: 88, Saint-Pétersbourg, 1899-1908. Poinçon d’orfèvre: Fabergé.
Poinçon de maitre d’atelier : Johan Victor Aarne (1863-1934).
Numéro de commande: 2236. H.: 22, 5 cm – L.: 7, 5 cm.
Poids brut : 226 grs.
3 000/5 000 €

t

Étuis à cigarettes.

Rare tabatière en argent et vermeil. Par VELIKY USTYUG, Moscou, 177?. De forme rectangulaire, ornée sur chaque face d’un décor niellé de personnages sur fond mati or. Le couvercle à charnière est décoré d’une scène galante et d’un chérubin dans un encadrement de style rocaille, intérieur vermeil. Usures du temps, en l’état. Poinçon titre : 84, Moscou, 177?. Poinçon d’orfèvre : illisible, travail des frères Afanasy et Stephan Popoff à Veliky Ustyug. H.: 3, 5 cm – L.: 8 cm -P. : 5 cm. Poids : 148 grs.

7 000/8 000 €

t

 Petite boîte à sel en argent. Par Yegaroff, Moscou, 1880.
En forme de chaise, couvercle à charnière, gravé sur une face d’une inscription en caractères cyrilliques et sur l’autre face d’un cop, bordure à décor ciselé, intérieur vermeil. Bon état. Poinçon titre : 84, Moscou, 1880.
Poinçon d’orfèvre : Alexandre Yegaroff, actif de 1865 à 1897. H.: 6 cm – L.: 5, 5 cm – P.: 5 cm. Poids : 60 grs. 300/500 €

t

 Étui à cigarettes en argent. Par Adamz, Moscou, 1899-1908. De forme rectangulaire, couvercle à charnières, à décor appliqué du monogramme M.H. en or, prise d’ouverture en or sertie d’un saphir cabochon, intérieur vermeil. Avec compartiment à aluettes, grattoir pyrogène et compartiment à amadou. Usures du temps. Poinçon titre : 84, Moscou, 1899-1908. Poinçon du maitre orfèvre : Adamz.
L.: 10, 5 cm – L.: 7, 5 cm – E.: 2 cm. Poids : 261 grs. 600/800€

t

 Étui à cigarettes en argent. Par Adler,  Moscou, 1882. De forme rectangulaire, bombé sur les angles, à décor sur chaque face d’une femme nue en émail champlevé, intérieur vermeil. Usures du temps. Poinçon titre : 88, Moscou, 1882. Poinçon d’orfèvre : Maria Adler, active de 1879 à 1882. L.: 10, 5 cm – L.: 6 cm – E.: 2, 5 cm. Poids : 203 grs. 1 500/2 000 €

t

tui à cigarettes en cuivre rouge. Par FABERGE, Saint-Pétersbourg, 1914-1915.
De forme rectangulaire légèrement arrondie sur les angles, couvercle à charnières s’ouvrant sur la partie gauche par deux prises en cuivre jaune, à décor repoussé d’un écusson rond orné de l’aigle bicéphale des Romanoff et des inscriptions en caractères cyrilliques Guerre 1914-1915 et K. Fabergé. Légères usures du temps, petites bosses, mais bon état. Poinçon d’orfèvre : K. Fabergé (Carl Fabergé).
L.: 9, 5 cm – L.: 6 cm – E.: 2 cm. 1 800/2 000 €

t

Grand miroir de psyché. Par Tegelsten, Saint-Pétersbourg, 1844.
Beau modèle en argent repoussé et finement ciselé à décor de grands rameaux feuillagés de style rocaille, surmonté sur la partie haute d’un blason d’alliance sous couronne de marquis. Miroir au mercure. Bon état, manque son pied chevalet. Poinçon titre : 84, Saint-Pétersbourg, 1844. Poinçon d’orfèvre : Carl Tegelsten, actif de 1821 à 1855. H.: 85 cm – L. : 60 cm.
Poids brut : 8 k 500 grs. 3000/4000€

t

Set de voyager en argent. Commercialisé par Nemiroff-Kolodkin, Moscou, 1899-1908. Comprenant un rond de serviette, une salière avec sa cuillère, une cuillère à dessert et une cuillère à caviar, chaque pièce est gravée du monogramme J.M. L’ensemble est conservé dans son écrin d’origine en bois naturel, intérieur en velours et soie frappé en lettres d’or au nom de la Maison Nemiroff- Kolodkin à Moscou. Bon état. Poinçon titre : 84, Moscou, 1899-1908. Coffret:H.:6,5cm–L.:23cm.
Poids total : 173 grs. 2 000/2 500 €

t

Ensemble de trois belles carafes. Par Klingert, Saint-Pétersbourg, avant 1896.
En cristal, col à pans coupés, de forme bombée à décor de larges cannelures torsadées, monture argent, avec bec verseur, intérieur vermeil. Bon état.
Poinçon titre : 84 Saint-Pétersbourg, avant 1896. Poinçon d’orfèvre : Gustave Klingert.
H. : 25 cm et 21 cm. 3 500/4 000 €

t

Collection d’un amateur suisse et divers.

Grand plateau de présentation en cuivre. De forme ronde, à décor central d’une rosace stylisée et sur le contour d’une large frise à motifs alternés en émaux polychromes cloisonnés. Usures du temps et accidents. Travail russe de la fin du XVIIe début du XVIIIe siècle. Diam.: 34, 5 cm. 2 000/3 000 €

t

Kovsh en vermeil. À décor sur la partie haute d’une large frise d’arabesques et de motifs floraux polychromes sur fond amati or, serti au centre d’une pièce ancienne à l’effigie de l’empereur Paul II datée 1728, la prise est décorée de deux têtes de paons sur fond de plume serties de cabochons de saphir et de rubis. Accidents. Poinçon titre : 84, Saint-Pétersbourg, avant 1896. Poinçon d’orfèvre : illisible.
H. : 3 cm – L. : 12 cm – P.:7 cm. Poids brut : 82 grs. 3 000/4 000 €

t

Flacon à parfum. Par Scheids, Vienne, 1872-1921. En cristal de forme cylindrique en cristal, à décor d’une monture à motifs floraux polychromes. Bon état.
Poinçon titre : 800, Vienne, 1872-1921. Poinçon d’orfèvre : George Adam Scheid (1837-1921). H. : 6 cm – Diam. : 5 cm. Poids brut : 214 grs. 1 500/1 800 €

t

Grand Kovsh en argent. Par Ovtchinokoff, Moscou, 1908-1917. Entièrement décoré sur la partie haute d’une frise de fleurs et d’arabesques stylisées en émaux polychromes cloisonnés, d’inspiration Art Nouveau, gravé d’une dédicace en caractères cyrilliques (offert à l’occasion d’un XXVe anniversaire de mariage), et datée «27 janvier 1902/1927». Poinçon titre: 84, Moscou, 1908-1917. Bon état général.
Poinçon d’orfèvre: Ovtchinikoff, et marque du privilège impérial. H.: 12 cm – L.: 16 cm.
Poids brut: 197 grs. 3 000/5 000 €

t

Grand kvosh en vermeil. Par le 6ème Artel, Moscou, 1908-1917. À décor de larges godrons ornés de motifs floraux et d’arabesques stylisées en émaux polychromes cloisonnés, sur fond amati or. Petits accidents. Poinçon titre: 84, Moscou, 1908-1917.
Poinçon d’orfèvre: 6ème Artel de Moscou. H.: 13, 5 cm – L.: 66 cm – P. : 15, 5 cm.
Poids brut: 583 grs. 12 000/15 000 €

t

Flûte à champagne en vermeil. Par Zvereff, Moscou, 1899-1908. À décor de motifs d’arabesques fleuries polychromes sur fond amati or, encadré d’une bande de perles émaillées blanches et gravée sur le pied d’initiales P.E.R. en caractères cyrilliques et du chiffre romain 60. Assez bon état. Poinçon titre : 84, Moscou, 1899-1908.
Poinçon d’orfèvre : Nicolas Nicolaïévitch Zvereff, actif de 1898 à 1914.
H. : 16, 5 cm – Diam. : 5, 5 cm. Poids brut : 148 grs. 1 200/1 500€

t

Kovsh en vermeil. Par Akimoff,  Moscou, 1899-1908. À décor de motifs végétaux stylisés en émaux polychromes cloisonnés sur fond amati or bordé de part et d’autre d’une frise de perles émaillées banches, surmonté sur la partie avant de l’aigle impériale et au dos du manche du blason de la ville de Saint-Pétersbourg sur fond émaillé rouge. Petits accidents. Poinçon titre: 84, Moscou, 1899-1908. Poinçon d’orfèvre: V. Akimoff, actif de 1895 à 1917. H.: 8, 5 cm – L.: 17, 5 cm – P. : 8, 5 cm. Poids brut : 157 grs. 2 500/3 000 €

t

Kovsh en vermeil. Beau et rare modèle en forme de paon, entièrement décoré d’un motif en émaux polychromes cloisonnés, finissant sur une base de larges godrons sertie de cabochons de grenat. Bon état. D’après un modèle de Natalia Semenova. Poinçons : 84, Moscou, 1891. H.: 8, 5 cm – L.: 17, 5 cm – P. : 8, 5 cm. Poids brut : 638 grs. 7 000/8 000 €

t

Tasse à café en vermeil. Par le 11ème Artel, Moscou, 1908-1917.
De forme cylindrique reposant sur une base circulaire, à décor d’arabesques feuillagées, de motifs floraux et géométriques d’inspiration Art Nouveau en émaux polychromes cloisonnés sur fond amati or, conservée avec sa sous-tasse et sa petite cuillère. Bon état. Poinçon titre: 84, Moscou, 1908-1917. Poinçon d’orfèvre: 11e Artel de Moscou. H.: 8 cm – Diam.: 6 cm et 10 cm. Poids total brut : 205 grs. 3 000/5 000€

t

Bobonnière en cristal. Par Alexieff, Moscou, 1899-1908. Monture en vermeil et émaux polychromes cloisonnés, à décor d’une guirlande de fleurs sur fond émaillé blanc, dans un entourage alterné de bandes en perles émaillées bleues. Poinçon titre : 84, Moscou, 1899-1908. Poinçon d’orfèvre : Nicolas Alexeïeff, actif de 1885 à 1896. H. : 9 cm – Diam. : 10 cm. Poids brut total: 308 grs. Bon état. 2 000/3 000 €

t

Œuf en argent. Parhlebnikoff, Saint-Pétersbourg, 1872. À décor de motifs émaillés polychromes champlevés et portant l’inscription en caractères cyrilliques « Christos Voskrese », intérieur vermeil. Petits accidents et usures du temps. Poinçon titre : 91, Saint-Pétersbourg, 1872. Poinçon d’orfèvre : Ivan Khlebnikoff. H. : 8 cm – Diam.: 6 cm.
Poids brut: 128 grs. 1 500/2 000 €

t

Porcelaine

Paire de kovsh en faïence vernissée. En forme de canard à décor d’une frise polychrome rehaussée d’or sur fond vert. Accidents et manques sur l’un. Marques en creux au revers dans la pâte datées 1903. Travail russe du début du XXe siècle de la Manufacture de Stoganoff. H. : 14 cm – L. : 26 cm. 3 000/5 000 €

Historique : L’école Stroganoff fut fondée à Moscou par le comte Serge Grigorovitch Stroganoff en 1825. Elle devint officiellement l’Institut impérial Stroganoff pour les Arts Industriels en 1901 lorsque l’établissement fut placé sous le patronage de la sœur de l’impératrice Alexandra Féodorovna, la grande- duchesse Elisabeth Féodorovna. Les étudiants y suivaient un cursus de 8 ans et ils étaient encouragés à créer leurs propres dessins ainsi qu’à s’inspirer d’œuvres d’art déjà existantes. Les étudiants de l’école étaient formés par la branche de Moscou, et s’ils étaient sélectionnés pour devenir professeurs alors leurs revenus pouvaient augmenter par le biais de commandes spéciales, ou bien en imaginant des styles ou modèles pour la firme. Sous la direction de Georges Monakhoff, les ateliers de céramique de l’école Stroganoff expérimentaient de nouvelles techniques de glaçures qui simulaient la couleur et la texture d’autres types de matériaux comme le métal, les gemmes ou le bois. L’école reçut une médaille d’or à l’exposition universelle de Paris en 1900 pour ses créations en céramique. De nos jours, l’école subsiste sous le nom de l’Université d’État de Moscou Stroganoff pour les Arts et l’Industrie.

t

Pot à lait en porcelaine blanche. À décor d’une scène militaire polychrome dans un encadrement doré sur une face, et sur l’autre de trois aigles bicéphales russes aux ailes éployées, le goulot orné de motifs floraux en or. Couvercle orné du même motif que le goulot et terminant par une prise à l’imitation d’un bouton de fleur partiellement doré. Usures à la dorure mais bon état. Porte une marque bleue « P » sous couronne impériale. Travail de la manufacture impériale de porcelaine.
Époque : Paul Ier (1796-1801). H. : 11 cm – L. : 9, 5 cm. 3 000/4 000 €

Référence : voir dans le catalogue de la vente Coutau-Bégarie, des 22 & 23 mai 2013, une paire de tasses de ce même service, mis en vente sous le n°306. D’autre part nous connaissons également l’existence du plateau, de quatre tasses à café et de six soucoupes exposés en 2001 au Haggerty Museum of Art (Marquette University) à Milwaukee (Etats Unis), provenant de la collection de Raymond F. Piper. Cet ensemble à l’origine devait certainement faire partie d’un cabaret unique, commandé par l’empereur Paul Ier en vue d’un présent officiel.

t

 Le général Wrangel (1878-1928) en tenue d’ataman des cosaques. Figurine en faïence vernissée, reposant sur un socle de forme hexagonale. Porte au dos les initiales de l’artiste en caractères cyrilliques : « N. Ch. ». Restaurations, mais bon état général. H. : 33 cm – L. : 12, 5 cm. 1 500/2 000 €

t

Bronze

Ours sur le tronc d’un arbre. Ours allongé. En bronze doré reposant sur un socle de forme hexagonale en placage de malachite. Travail russe du XIXe siècle. Usures du temps, mais bon état général. H : 20 cm – L.: 14, 5 cm.  2 000/2 500 €

t

École de la fin du XIXe siècle. Ours allongé. Bronze doré, reposant sur un socle en cristal de roche. Usures du temps. H. : 7 cm – L. : 14 cm – P. : 10 cm. 400/600 €

t

École de la fin du XIXe siècle. Troïka au galop tirée par trois chevaux. Bronze doré à patine médaille, reposant sur un socle rectangulaire en marbre. Petits manques, en l’état. H. : 9 cm – L. : 17, 5 cm – P. : 13 cm. 400/600 €

t

Antilope se désaltérant. Lavroff Georges (1895-1991). Sculpture en bronze à patine verte signée G Lavroff sur la patte postérieure gauche, conservée sur un socle en onyx vert. Bon état. H. : 21 cm – L. : 15 cm – P. : 28 cm. 1 200/1 500 €

t

Ballet russe

Décor préparatoire pour un ballet russe. Bakst Léon Samaïlovitch (1866-1924). Gouache sur carton signée en bas à droite en caractères cyrilliques, conservée dans un encadrement moderne. Au dos figure une autre étude non aboutie réalisée par l’artiste, représentant une datcha. Légères usures sur les bords, mais bon état général. À vue : H. : 47 cm – L. : 52 cm. Cadre : H. : 51 cm – L. : 56 cm. 4 000/6 000 €

t

Projet de costume pour une jeune femme. Tchekhonine Serge (1878-1936). Lithographie rehaussée à l’aquarelle, signée en bas au centre du monogramme de l’artiste en caractères cyrilliques et datée 1925. Conservée dans un bel encadrement en bois doré. Bon état. À vue : H. : 35 cm – L. : 23 cm. Cadre : H. : 52 cm – L. : 38 cm. 450/500 €

t

Projet de costume pour l’opéra Madame Butterfly de Giacomo Puccini.Zamora José de (1889-1971). Aquarelle sur papier avec deux petits empiècements de tissu sur le côté gauche, signée en bas à droite José Zamora et conservée dans un encadrement moderne en bois naturel. Bon état. À vue : H. : 38, 5 cm – L. : 27 cm. Cadre : H. : 46, 5 cm – L. : 36 cm. 400/600 €

t

Étude pour un décor de ballet. Lapchine Georges (1885-1951).
Technique mixte sur carton signée en bas à gauche G. Lapchine et portant à droite la mention manuscrite autographe de l’artiste « I act Kiteg ». Au dos du carton se trouvent différentes esquisses réalisées au crayon de bois, ainsi que l’adresse parisienne manuscrite autographe de l’artiste. Usures mais bon état général.
H. : 35 cm – L. : 51 cm. 1 200/1 500 €

t

Portrait de Vaslav Nijinski dans le rôle du Faune dans le ballet L’Après-midi d’un faune. Mullock Dorothy (1888-1973).Technique mixte sur papier signée en bas à gauche Dorothy Mullock et conservée dans un encadrement en bois doré. Bon état. À vue : H. : 33 cm – L. : 23 cm. Cadre : H. : 46 cm – L. : 38 cm. 900/1 000€

t

Portrait de Vaslav Nijinski (1889-1950). Lepape  Georges (1887-1971).
Technique mixte sur papier signée en bas à droite Georges Lepape et conservée dans un encadrement en bois noirci et teinté bordeaux. Usures au cadre mais bon état général. À vue : H. : 20 cm – L. : 15 cm. Cadre : H. : 40 cm – L. : 33, 5 cm. 350/400 €

t

Le prince et la grenouille. Bilibine Ivan (1876-1942). Gouache sur carton signée en bas à gauche en caractères cyrilliques et représentant une scène du fameux conte russe éponyme. Conservée dans son encadrement d’origine en bois naturel. Bon état. À vue : H.: 12 cm – L.: 17 cm. Cadre : H.: 28 cm – L.: 34 cm. 800/1 000 €

t

Ensemble d’œuvres, de correspondance et de documents de

l’artiste polonaise Jadwiga Matawowska (1874 – 1963)

Femme artiste très célèbre en son temps, Hedda- Jadwiga Stoffrengen de Matawowska, est née à Leipzig en Pologne. Très jeune, elle arrive à l’Académie de peinture de Paris, où elle suit les cours de Jules Le Febvre (1834-1912), peintre académicien et auteur de « Lady Godiva ». Découverte au salon des artistes français, son travail est couronné de succès par une médaille d’or en 1899. Dans ses œuvres elle sait allier à ses origines polonaises la force germanique, l’originalité slave à l’élégance latine….

t

Portrait d’une jeune femme vue de profil, portant une fleur dans les cheveux.Matawowska Jadwiga (1874-1963).
Miniature sur ivoire, signée en bas à droite, conservée sous
verre dans son encadrement d’origine en bois argenté. Avec
pied chevalet au dos. Petits accidents au cadre.
À vue: H. : 14 cm – L. : 9, 5 cm. Cadre : H. : 24 cm – L. : 15 cm. 1 500/2 000 €

t

Ensemble de cinq natures mortes, dont des lys, une rose et des œillets. Matawowska Jadwiga (1874-1963). Huiles sur toile marouflée et sur carton, dont l’une est signée et datée 1927. Bon état. Formats divers. 300/500 €

t

Portrait de l’impératrice Alexandra Féodorovna de Russie (1872-1918). MAatawowska Jadwiga (1874-1963). Dessin à mine de plomb, signé en bas à droite, conservé sous verre dans son encadrement d’origine en bois argenté. Avec pied chevalet au dos. Bon état, petit accidents au cadre. À vue: H. : 21 cm – L. : 13 cm. Cadre : H. : 30 cm – L. : 16 cm. 2 000/3 000 €

t

Ensemble d’œuvres de Tamara de Lempicka (1898-1980),

offert à la fin de sa vie à l’actuel propriétaire lors de son

séjour au Mexique.

Portrait aboutit de la dame en jaune ©

Étude pour le « Portrait de la jeune femme en jaune ». De Lempicka  Tamara (1898-1980).Dessin à la mine de plomb, signé par l’artiste en bas à droite, circa 1929, porte au dos l’inscription manuscrite : « Mrs Carman Weswore Knoedler, 17 place Vendôme ». Légères rousseurs et pliures. H. : 9 cm – L. : 14 cm. 15 000/18 000 €

Il s’agit d’un dessin préparatoire pour le Portrait de la dame en jaune, tableau réalisé par l’artiste lors de son premier voyage aux États-Unis en octobre 1929. Comparativement au tableau final, seuls quelques détails diffèrent : la robe devient plus ample au col, une bretelle disparaît et les jambes apparaissent. L’idée de profondeur du fond, qui deviendra gris sur la version finale, est ici donnée par un jeu de hachures. Cette étude démontre l’influence des publicités de l’extrême fin des années 1920 dans l’œuvre de Lempicka. En effet on voit ici de fortes similitudes avec une publicité parue dans le journal Femina vers 1928-1929 pour une marque de toile de soie naturelle.

Référence : voir la représentation de cette œuvre dans le catalogue de l’exposition « Tamara de Lempicka la Regina del Moderno », exposé à Rome du 11 mars au 10 juillet 2011, texte de Gioia Mori, édition Skira, page 370 et 371. Elle fut également présentée dans le cadre de l’exposition « Victor Manuel Contreras y Tamara de Lempicka – Un encuentro de dos culturas », à l’Instituto Cultural Cabanas, Mexico, en 2012, page 59. Et elle se trouve dans le catalogue raisonné de l’artiste établis par Alain Blondel, « Catalogue raisonné 1921-1979 », publié Lausanne, 1999, reproduit en page 464.

t

Cheval. De Lempicka Tamara (1898-1980). Dessin à la mine de plomb, sur papier, signé par l’artiste en bas à droite, extrait d’un des carnets à dessin de l’artiste. Légères rousseurs et pliures. H. : 30 cm – L. : 23 cm. 10 000/12 000 €

Référence : voir la représentation de cette œuvre dans le catalogue de l’exposition « Victor Manuel Contreras y Tamara de Lempicka – Un encuentro de dos culturas », à l’Instituto Cultural Cabanas, Mexico, 2012, page 62.

Provenance : ancienne collection de la Fondation Victor Contreras, offert directement par l’artiste.

t

Étude pour la jeune fille à la fenêtre. De Lempicka Tamara (1898-1980). Dessin à la mine de plomb, signé par l’artiste en bas à gauche. Circa 1932. Légères pliures. H. : 13 cm – L. : 10 cm. 12 000/14 000 €

Il s’agit d’un dessin préparatoire pour le tableau La jeune fille à la fenêtre, exposé au salon des Tuileries de 1933, qui est totalement différent de ce que sera la version finale du tableau. En effet la fenêtre se trouve ici à gauche, et la fille, abaissée, regarde vers le bas. Ses boucles de cheveux sont traitées de manière plus naturelle ici que dans le tableau final, au contraire de ses mains et de ses bras dont les positions ici ne sont pas anatomiquement réalistes. Par ailleurs la robe que porte la fille diffère aussi de la version finale, notamment au niveau du col.

Référence : voir la représentation de cette œuvre dans le catalogue de l’exposition « Tamara de Lempicka la Regina del Moderno », exposé à Rome du 11 mars au 10 juillet 2011, texte de Gioia Mori, édition Skira, page 357. Cette œuvre se trouve dans le catalogue raisonné de l’artiste établis par Alain Blondel, « Catalogue raisonné 1921-1979 », publié Lausanne, 1999, reproduit en page 471. Cette étude fut présentée lors de l’exposition « Victor Manuel Contreras y Tamara de Lempicka – Un encuentro de dos culturas », à l’Instituto Cultural Cabanas, Mexico, en 2012, page 63 ainsi que dans le cadre de l’exposition « Tamana de Lempicka » en 2010 à Tokyo au Bunkamura Museum of Art, page 157.

Provenance : ancienne collection de la Fondation Victor Contreras, offert directement par l’artiste.

t

Étude d’une femme nue allongée. De Lempicka Tamara (1898-1980). Dessin à la mine de plomb, sur papier, contrecollé sur carton, signé par l’artiste en bas à droite. Pliures. H. : 44, 5 cm – L. : 28 cm. 10 000/12 000 €

t

Portrait aboutit,Suzanne au bain ©

 

Étude pour « Suzanne au bain ». De Lempicka Tamara (1898-1980). Dessin à la mine de plomb, sur papier, signé par l’artiste en bas à gauche, circa 1938. Bon état. H. : 27 cm – L. : 20 cm. 15 000/18 000 €

Il s’agit de l’étude initiale pour le tableau intitulé Suzanne au bain qui représente une femme se baignant aux abords d’un bosquet mais sans la présence des Vieillards. Cette étude partage des similitudes avec la version définitive, notamment le visage de la jeune femme, plein de candeur, ainsi que le quasi gigantisme des bras et des jambes. A contrario, notre étude ne fait pas apparaître le fond floral, ainsi que la coiffe de Suzanne, typique des années 1930.

Référence : voir la représentation de cette œuvre dans le catalogue de l’exposition « Tamara de Lempicka la Regina del Moderno », exposé à Rome du 11 mars au 10 juillet 2011, texte de Gioia Mori, édition Skira, page 352. Cette œuvre se trouve dans le catalogue raisonné de l’artiste établis par Alain Blondel, « Catalogue raisonné 1921-1979 », publié Lausanne, 1999, reproduit en page 476. Cette étude fut présentée lors de l’exposition « Victor Manuel Contreras y Tamara de Lempicka – Un encuentro de dos culturas », à l’Instituto Cultural Cabanas, Mexico, en 2012, page 60.

Provenance : ancienne collection de la Fondation Victor Contreras, offert directement par l’artiste.

t

Tableaux

Le concert des oiseaux. SEUPEL Johann Friedrich (act. ca. 1780-1795). Huile sur toile signée en bas à gauche I.F. Seupel Pinx, conservée dans un cadre ancien en bois  À vue : H. : 76 cm – L. : 71 cm. Cadre : H. : 99, 5 cm – L. : 95 cm. 6 000/8 000 €

Historique : né en Allemagne, Johann Friedrich Seupel connut une belle carrière en Russie où il fut actif durant le règne de l’impératrice Catherine II (1729- 1796). Ses sujets de prédilection étaient des scènes de chasses et des natures-mortes aux animaux..

t

Portrait d’une jeune femme au châle. Ratchkoff  Nicolas Efimovitch (1825-1895). Huile sur toile signée à droite et conservée dans un cadre en bois et stuc doré à motif de rinceaux feuillagés et d’acanthes. Rentoilage et petits manques mais bon état général. À vue : H. : 43, 5 cm – L. : 33, 5 cm. Cadre : H. : 64 cm – L. : 54 cm.

700/900

t

 

Hutte paysanne dans un village d’Ukraine. Svetloslavski Serge Ivanovitch (1857-1931). Huile sur toile signée en bas à droite en caractères cyrilliques et datée 1905. Conservée dans un encadrement en bois doré. Petits accidents au cadre mais bon état général. À vue : H. : 35 cm – L. : 52 cm. Cadre : H. :44 cm – L. :61 cm.

6 000/8 000 €

t

Vue d’un yacht au mouillage en pleine nuit. Krychitsky Constantin Yakovlevitch (1858-1911). Huile sur toile signée en bas à gauche en caractères cyrilliques. Restaurations, rentoilage. H. : 67 cm – L. : 98 cm.

3 000/5 000 €

t

Groupe de cavaliers cosaques en bataille. Kovalievski Pavel Ossipovitch (1843-1903). Huile sur toile signée en bas à droite en caractères cyrilliques et datée 81. Conservée dans son cadre d’origine en bois doré à décor sculpté de feuilles de chêne et de glands. Restaurations, manques au cadre mais bon état général.

À vue : H. : 40 cm – L. : 75 cm. Cadre : H. : 59 cm – L. : 94 cm. 5 000/7 000 €

t

Vue d’un chemin en forêt. Pogadaïeff  Georges de (1897-1971).
Huile sur toile signée en bas à gauche « Georges A. de Pogedaieff » et conservée dans un encadrement en bois doré. Rentoilage, bon état. À vue : H. : 58 cm – L. : 79 cm. Cadre : H. : 64 cm – L. : 85 cm. 1 200/1 500€

t

Deux maisons dans la campagne russe. Aladjaloff  Manuel (1862-1934). Huile sur panneau signée en bas à gauche en caractères cyrilliques, conservée dans un encadrement en bois doré. Bon état. À vue : H.: 10 cm – L.: 15 cm. Cadre : H.: 20, 5 cm – L.: 26, 5 cm. 350/400 €

t

Coucher de soleil à Taroudant. Pavil  Élie Anatole (1873-1948).
Huile sur toile signée en bas à droite E A Pavil. Porte au dos une étiquette attestant de la provenance du tableau et signée par la fille de l’artiste Lina Pavil : « Tableau peint par mon Père : Elie Anatole Pavil. Coucher de soleil Taroudant 1942 provenant de ma collection personnelle ». Bon état.
H. : 35 cm – L. : 51 cm. 1 500/1 800 €

t

Portrait d’une jeune fille marocaine. Serebriakova Zinaïda (1884-1967). Aquarelle et mine de plomb sur papier signée en bas à droite « Z. Serebriakova » représentant 4 différentes esquisses du profil d’une jeune femme. Conservé dans un encadrement en bois naturel. Bon état. À vue : H.: 30 cm – L.: 21 cm.
Cadre : H.: 43 cm – L.: 34, 5 cm. 1 800/2 500 €

t

Troïka au galop près d’un lac gelé. Svertchkoff  Nicolas Egorovitch (1817-1898).
Dessin sur papier signé en bas à droite par l’artiste en caractères cyrilliques, conservé dans un encadrement ancien en bois à décor laqué d’inspiration indienne avec anneau de suspension. Porte au dos une étiquette n° 44374 du ministère du commerce de la RSFSR datée du 4 juin 1959. Bon état. À vue : H. : 14 cm – L. : 23 cm.
Cadre : H. : 24 cm – L. : 33 cm. 1 200/1 500 €

t

Icônes

La descente aux enfers et la Résurrection du Christ.
Entourées de 16 scènes de sa vie, surmontées de Dieu le Père et de quatre saints protecteurs aux angles. Icône tempera sur bois conservée sous une très belle riza en vermeil. Restaurations, bon état général.

Poinçon de titre : 84, Moscou, 1873.
Poinçon d’orfèvre : Dimitri Orloff, actif de 1840 à 1872.
H. : 53, 5 cm – L. : 44 cm.
Poids : 1 k 680 grs. 12 000/1 5000 €

t

La Sainte Face du Christ ou Mandylion.
Icône russe, tempera sur bois conservée sous riza et oklad en vermeil. Bon état général.
Poinçon de titre : 84, Moscou, 1886. Poinçon d’orfèvre : I. J., non identifié.
H. : 31 cm – L. : 26, 5 cm.
Poids : 207 gr. 2 000/3 000€

t

Calendrier.  Entouré de tous les types de Vierge. Rare modèle. Icône russe, tempera sur bois conservée sous riza en vermeil. Usures du temps et manques, mais bon état général.
Poinçon de titre : 84, Saint-Pétersbourg, 1881.

Poinçon d’orfèvre : I. E., non identifié. H. : 36 cm – L. : 31 cm.
Poids : 714 grs.

4 500/5 000 €

t

La présentation de la Vierge au Temple.
Rare représentation avec saint Gabriel avant et après l’Annonciation, surmontée de Dieu. Icône russe du XIXe siècle, tempera sur bois. Restauration, bon état général.

H. : 31 cm – L. : 26 cm. 1 500/1 8000 €

t

Saint Nicolas le Thaumaturge. Rare modèle intégré dans un encadrement orné de 16 scènes de sa vie. Icône russe du XIXe siècle, tempera sur bois.
Bon état. H. : 54 cm – L. : 44, 5 cm. 8 000/10 000 €

t

Saintes martyrs Vera, Nadejda, Liuobov et leur mère Sofia.  Icône russe du XIXe siècle, tempera sur bois. Bon état.
H. : 44 cm – L. : 35 cm. 2 200/2 500 €

t

Le Prokoff de la Vierge Marie.  Icône russe, tempera sur bois conservée sous riza en vermeil. Usures du temps mais bon état.
Poinçon de titre : 84, Moscou, 1861. Poinçon d’orfèvre : illisible.

H. : 27 cm – L. : 22, 5 cm.
Poids brut : 802 grs. 1 800/2 000 €

t

Panaghia . Représentant sur une face la Vierge Marie priant le Christ sur sa Croix, au dos figure une représentation de l’archange Michel, de saint Nicolas le thaumaturge et de saint Gabriel. Icône tempera sur métal, conservée sous riza en métal doré repoussé, sertie de pierres de couleurs. Conservée dans un écrin à la forme. Travail russe de la fin du XVIIIe siècle. Usures du temps, mais bon état dans l’ensemble.

H. : 13 cm – L. : 10 cm. 3 000/4 000 €

t

Médaillon reliquaire pendentif.  En argent contenant une icône miniature représentant un Christ Pantocrator, conservé dans une monture en argent retenue par une chaine à maillons en or. Travail russe du XIXe siècle. Usures du temps, en l’état.
H. : 5 cm – L. : 2, 5 cm.
Poids : 22 grs.  400/600 €

t

Autographes et livres.

Maison Impériale de Russie.  Ensemble de documents comprenant le menu du dîner du 14 juillet 1908, le programme de cette soirée, le menu du déjeuner du 15 juillet 1908, d’une invitation à bord du Montcalm par le président Emile Loubet et deux invitations à déjeuner à bord du Yacht impérial de l’Empereur Nicolas II le « Standart », en date des 14 et 15 juillet 1908. Impression sur bristol. On y joint le panorama souvenirs des fêtes de l’alliance franco-russe. Formats divers. 300/500 €

t

Famille des Comtes Stroganoff.  Album des illustrations sur l’histoire de la famille des comtes Stroganoff et leur domaine indivisible à Perm. Composé de dix-neuf planches aquarellées rehaussées d’or par Alexis Alexandrovitch Vologdin. Planches 1 à 21, manquent les planches 12 et 13, format in-plano, conservées dans leur emboitage d’origine en percaline verte et maroquin noir titré en lettres d’or, avec fermoir métallique. Texte en russe et en allemand. En l’état. On y joint deux ouvrages manuscrits en russe intitulés Les explications de l’album des cartes et dessins sur l’histoire de la famille des comtes Stroganoff et leur domaine indivisible à Perm chapitres 1 et 2. 3 000/5 000 €

Historique : Rare ouvrage édité afin de commémorer les 350 ans de l’illustre famille russe Stroganoff, traitant de la généalogie, de l’histoire et des possessions tant territoriales que physiques de cette dernière, depuis l’année 1558 jusqu’à l’année 1908, au travers de dix-neuf planches richement ornées représentant entre autres des arbres généalogiques, des cartes, des graphiques, des panoramas et des vues de bâtiments, ainsi que des fac-similés d’envois.

t

Serge Georguievitch, prince Romanovsky, duc de Leuchtenberg (1890-1974).
Manuscrit autographe intitulé « Les bases de l’organisation de l’état nation », projet politique rédigés par le prince sur sa vision de l’avenir de la Russie après la chute du tsarisme. Texte en russe, 41 pages, in-folio. Il est intéressant de savoir que ce texte n’a jamais été publié. Bon état. 300/500 €

Le duc de Leuchtenberg consacre cet ouvrage à la mémoire solennelle de ceux qui ont perdu la vie pendant la période des grands troubles révolutionnaire en Russie. Il réfléchit aux questions du nationalisme russe, à l’organisation de l’état, à la chute de l’empire russe, à la guerre civile, à l’émigration ainsi qu’à d’autres thèmes. Le duc de Leuchtenberg affirme que l’état doit être dirigé de manière unitaire, et que les pouvoirs législatifs et exécutifs doivent être rassemblés en une même main. Selon lui, il ne faut garder du passé que des leçons utiles pour l’avenir. L’identité du nationalisme exige de la population : 1) l’amour de la patrie 2) des sacrifices pour cette dernière 3) la glorification de la patrie par des paroles et des actions 4) la défense du territoire national, de sa propre famille et de ses traditions 5) la défense du chef de l’état par des paroles et des actions, ainsi que la défense du système et de ses lois. Le nationalisme découle du chef de l’état et il demande une implication de toute la population d’un pays. La politique c’est la bataille d’un état pour son existence. L’organisation militaire d’un état est le meilleur exemple de l’organisation que devrait avoir un peuple pour la défense de son pays. Ce manuscrit est l’œuvre d’un brillant et brave officier qui combattit, après la Première Guerre mondiale, avec les armées blanches contre les bolchéviques. Il aida beaucoup d’émigrants russes partis en Italie grâce à sa parenté avec le roi d’Italie. Sa fine connaissance de l’organisation politique de la Russie lui permit de développer sa vision et ses théories pour une meilleure organisation de l’état.

t

École miliaire Alexandre II.  Diplôme de félicitation adressé au Général Arsène Anatoliévitch Goulevitch (1866-1947), à l’occasion de son 50ème anniversaire de service par ses anciens camarades de l’école militaire Alexandre II. Une page dactylographiée, portant au bas du document six signatures autographes : Eugène Bogdanovitch, Feor Ivanoff, Nicolas Kolosovskiy, Serge Ousoff, André Ivansky et Nicolas Palosovski, conservée dans une reliure cartonné illustrée d’une patte d’épaule au chiffre d’Alexandre II, de l’insigne de l’Ecole et des dates 1885 et 1935, retenue par un ruban aux couleurs de l’ordre de saint Georges. On y joint un fascicule de 15 pages édité à l’occasion du 25ème anniversaire (1908-1933) du commandement de Régiment Preobrajensky, daté du 22 octobre 1933.

Texte en russe. Format à l’italienne. Bon état. 300/500 €

t

École militaire Nicolas. Miller Ievgueni Carlovitch (1867-1939).
Discours de félicitations adressé aux membres de l’Union des anciens combattants Russes à l’occasion du 100ème anniversaire de l’Ecole Militaire Nicolas, texte calligraphié à l’encre de Chine, daté du 26 novembre 1932, avec signature autographe du général Ievgueni Carlovitch Miller, au bas du document : « I. Miller », conservé dans une belle reliure en velours et soie représentant une vue de l’école militaire Nicolas et surmontée de l’insigne de l’école entouré des dates 1892 et 1932. Texte en russe. Format in-folio, Usures du temps. 650/700 €

t

[Bibliothèque du Général Dimitri Osnobichine (1869-1956)].
Campagne de Russie. Bertin Georges. La campagne de 1814, d’après des témoins oculaires, éditions Ernest Flammarion, Paris, 1837, in-4°, reliure d’époque en cuir bleue, 354 pages, dos lisse, titre en lettres d’or. Porte l’ex-libris de la bibliothèque du général Osnobichine. Texte en français. Usures du temps. 250/300 €

t

[Bibliothèque du Prince Paul Demidoff (1839-1885)].
Kock Charles-Paul de (1793-1871). Un tourlourou, Paris, Gustave Barba, 1840. Petit in-8°, 488 pp., reliure en maroquin violet à longs grains, dos à nerfs orné au petit fer or, titre en lettres d’or, volume 23 des œuvres complètes de C.-Paul de Kock. Légères usures mais bon état. Texte en français. 400/600 €

Provenance : reliure aux armes de Paul Demidoff, 2e prince de San Donato (1839-1885) et portant le cachet de la bibliothèque de San Donato.

t

Dictionnaires encyclopédiques russe.

Sous la direction du professeur I. E. Andreiéff, 86 volumes de 1890 à 1907, format in-4°, reliures en percaline verte, dos lisses, titres en lettres d’or, nombreuses illustrations. Texte en russe. En l’état. 600/800 €

t

Dostoïevski Fédor Mikhaïlovitch (1821-1881). Œuvres complètes, Frères Panteleïeff, Saint-Pétersbourg, 1892. Petit in-8°, 12 tomes en 6 volumes, demi-reliures en veau marron, dos à nerfs, titres en lettres d’or. Texte en russe.
En l’état. 180/250 €

t

Von Schiller Friederich (1759-1805). Compilation, Brokgaouz et Efron, Saint-Pétersbourg, 1901. In-4°, volumes 1 à 4, reliures en percaline grise richement ornées et titrées en lettres d’or, dos à nerfs ornés, titres en lettres d’or, tranches marbrées. Texte en russe. En l’état. 150/180 €

t

Pouchkine  Alexandre (1799-1837). Le coq d’Or, publié à Moscou, le 7 juin 1903, in-folio, 12 pages, belles illustrations couleurs de B. Zvorikine, couverture d’époque en cartonnage. Accidents et manques à la reliure. 200/300 €

t

Polonsky  Yakov Petrovitch (1819-1898). Œuvres complètes, A. F. Marx, Saint-Pétersbourg, 1896. In- 12°, volumes 1 à 5, demi-reliures en percaline verte titrées en lettres noires, dos à nerfs ornés, titres en lettres d’or. Texte en russe.

En l’état. 150/180 €

t

Tourguenieff  Ivan Sergueïevitch (1818-1883). Œuvres complètes, Glazounoff, Saint-Pétersbourg, 1884. In- 8°, volumes 1 à 10, reliures en percaline violette estampée et dorée, dos lisses ornés, titres en lettres d’or. Texte en russe. En l’état. 200/300 €

t

Tolstoï Lev Nicolaïévitch (1828-1910). Guerre et Paix, I. N. Kouchnereff, Moscou, 1909. In-8°, volumes 1 à 4, demi-reliures en percaline violette, dos à nerfs à filets d’or, titres en lettres d’or. Texte en russe. En l’état. 150/180 €

t

Pouchkine Alexandre (1799-1837). Œuvres complètes, A.C. Souvorine, Saint-Pétersbourg, 1887. In-8°, 7 tomes réunis en 4 volumes, reliures en percaline rouge estampée, dos lisses ornés, titres en lettres d’or. Texte en russe. En l’état 180/250 €

t

ART POPULAIRE

Grande boîte en bois. De forme rectangulaire, couvercle à charnière à décor sculpté d’une scène polychrome représentant une troïka dans un décor hivernal, encadrée de motifs ornés de paons. Conservée avec sa clé. Usures du temps, mais bon état général. Travail russe du début du XXe siècle.
H.: 6, 5 cm – L.: 29, 5 cm – P. : 18, 5 cm. 300/500 €

t

Pot à tabac. De forme ronde, en papier mâché laqué jaune, couvercle orné d’une scène populaire polychrome représentant un couple dans une troïka au galop sur fond d’un décor hivernal, intérieur laqué argent. Usures du temps. Manufacture de Vichniakoff, Moscou, 1882-1888. H. : 9, 5 cm – L. : 10, 5 cm. 400/600€

t

Coquetier en bois. À décor peint d’une scène polychrome représentant une ferme dans la campagne. Usures du temps, mais bon état général. Travail russe du début du XXe siècle. H.: 8 cm – L.: 4 cm. 150/200 €

t

Boîte en bois. De forme rectangulaire, couvercle à charnière à décor sculpté d’une scène polychrome représentant une jeune femme en tenue traditionnelle et bordé d’une frise géométrique. Conservée avec sa clé. Usures du temps, mais bon état général. Travail russe du début du XXe siècle.
H.: 10 cm – L.: 20, 5 cm – P. : 11 cm. 400/600€

t

Luge. En bois teinté et doré, l’assise gainée de laine rouge damassée de volutes de feuillages est soutenue par deux arceaux en fer forgé. Patins rapportés, en l’état.
Travail russe du XIXe siècle.

H. : 77 cm – L. : 67 cm – L. : 120 cm. 1 200/1 500 €

Provenance : Offerte par la princesse Tatiana Grigorievna Gagarine (1884-1925) à la comtesse de Villechaize, née Margueritte Baudoin-Gournelle (1859- ?).

t

Portrait d’un enfant en tenue de soldat durant la guerre de 1812. Boehm Élisabeth (1843-1914).

Aquarelle signée par l’artiste en bas à droite en caractères cyrilliques avec la date 1812 et comportant l’inscription en russe « On a froid, on a faim / On est loin de chez nous ». Conservée dans un encadrement en bois sculpté de forme rectangulaire, avec attache de suspension. Usures du temps, mais bon état général.

À vue : H.: 16 cm – L.: 9, 5 cm.
Cadre : H.: 26, 5 cm – L.: 20 cm. 800/1 000 €

 

3

Expert : Cyrille Boulay, mem agrée de la F.N.E.P.S.A. – CEDEA

Tél : +33 (0)6 12 92 40 74

Courriel : cyrill.boulay@wanadoo.fr

e

Paris – Hôtel Drouot – Salle 11

9, rue Drouot – 75009
Tél. de la salle : 00 33 (0)1 48 00 20 11

Métro : Richelieu-Drouot.

10
Nov

Concert « Avanturisme musical » au CRSC

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Concert

« Avanturisme musical »

Viktor Korotich, baryton

Olga Chelova, piano

Mardi 19 novembre 2019 à 19h

Centre de Russie pour la Science et la Culture, Paris

 

Viktor Korotich (baryton), soliste du Théâtre Mariinsky (Saint-Pétersbourg), artiste émérite de la République d’Ossétie de Nord – Alania, lauréat et diplômé des concours internationaux.

Victor Korotitch est né à Nijnevartovsk. En 2005, il obtient son diplôme à l’Académie de musique de Donetsk Sergueï Prokofiev. De 2002 à 2007, il est soliste du Théâtre d’opéra et de ballet Anatoli Solovianenko de Donetsk. En 2007, il intègre l’Académie des jeunes chanteurs du Théâtre Mariinsky et, en 2015, il rejoint la troupe d’opéra du Mariinsky en tant que soliste. Viktor Korotitch se produit régulièrement au Festival de Pâques de Moscou et au Festival Étoiles des nuits blanches de Saint-Pétersbourg.

En 2015, il remporte le concours pour le rôle de Figaro à Clermont-Ferrand (France) et, en 2018, deux Prix d’opéra, « Soffite d’or » et « Onéguine », pour le rôle de Grigori Griaznoï dans l’opéra « La fiancée du Tsar ».


Olga Chelova (Piano).

Au programme :

– Nikolaï Rimski-Korsakov
– Giuseppe Verdi
– Charles Gounod
– Maurice Ravel
– Anton Rubinstein
– Hector Berlioz
– Sergueï Rachmaninov

Une mosaïque époustouflante du répertoire musical varié qui exprime son grand talent de baryton.

3

Centre de Russie pour la Science et la Culture

61 rue Boissière , 750016  Paris

Téléphone : 01 44 34 79 79.

Inscription préalable:  crsc.paris@crsc.fr

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)

Bus : 22, 30, 52, 82

Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp.

9
Nov

Je veux voir Mioussov, Théo Théâtre

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Spectacle

” Je veux voir Mioussov “

de Valentin Kataïev

Tous le jeudis à 21h

jusqu’au 19 décembre 2019

Théo Théâtre, XV° Paris

 

Auteur : Valentin Kataïev

Metteurs en scène : Céline Lesage & Steven Drévillon

Artistes : Céline Lessage, Gilles Rouillet, Maï Sarlabous, Maryanne Kovacs, Pascale Aoudé, Steven Drévillon, Thomas Meurgey, Yann Amri

Durée : 1h20

” Zaïtsev, un homme sain d’esprit et de bonne volonté, arrive à la maison de repos “Les Tournesols” et veut voir Mioussov pour une signature. Rien de plus simple au prime abord. Celui-ci, honorable fonctionnaire et habitué des lieux, devrait se reposer tranquillement dans sa chambre selon sa routine dominicale. Malheureusement, rien ne se passe comme prévu…

.

Zaïtsev reçu par le portier et la directrice

Victime de la complexité administrative, Zaïtsev est obligé de mentir pour entrer dans l’établissement. Il n’imagine pas alors qu’il vient de mettre le pied dans un engrenage de quiproquos dont il ne sortira pas indemne. Pour ne rien arranger, cette manie de vouloir voir Mioussov se propage comme un virus dans la maison, et celui-ci, terrorisé, se cache d’autant plus. La pelote de laine s’emmêle, les situations ubuesques s’enchaînent et la folie fait gentiment son nid dans la tête de nos personnages. ”

s

L’auteur Valentin Kataïev est né en 1897 à Odessa (Empire russe, aujourd’hui en Ukraine) et meurt à Moscou en 1986. Après la révolution Russe de 1917, il est engagé dans l’Armée Rouge avant d’effectuer une carrière comme journaliste. En 1922, il s’installe à Moscou et commence à écrire. Il publie des poèmes, des nouvelles, des romans puis du théâtre. Fer de lance du “réalisme soviétique”, mais malgré tout éloigné de la doctrine du pouvoir, il se veut l’écho de la voix du peuple. Ses textes sont souvent satiriques, comiques et politiquement engagés. Il s’impose rapidement comme un grand auteur et devient correspondant étranger de l’Académie Goncourt. En 1928, il crée sa première comédie : La Quadrature du Cercle, qui sera jouée au théâtre d’Art de Moscou. Durant la seconde guerre mondiale, il est correspondant de guerre pour la Pravda. Après cette période difficile, il continuera à écrire, alternant parfois les romans avec des pièces de théâtre, comme “Je veux voir Mioussov” en 1947.

3

Créé par Florence Fouéré Olivier Courbier et François Teyssier, le Théo-Théâtre est né en novembre 1995 de leur volonté commune de créer un espace d’échange culturel professionnel et convivial, un lieu dans lequel toutes les énergies artistiques pourront s’épanouir et exister en toute liberté. La vocation du Théo-Théâtre est de défendre et de soutenir les jeunes compagnies, les projets naissants et de permettre la rencontre d’auteurs de toutes époques, cultures et styles.

Le Théo-Théâtre
20 Rue Théodore Deck, 75015 Paris
Réservations :  01 45 54 00 16
Métro : ligne 12= Convention ou Porte de Versailles, ligne 8 = Boucicaut
Bus : 80 – 62 – 39 
Tram : N°3
Tarifs : Plein tarif 22€ Tarifs réduits 17€ (Chômeurs, seniors, étudiants, familles nombreuses, habitants du 15e)