Informations Internationales

« La Petite Sirène »

Musique d’Edvard Grieg

 Orchestre philarmonique de Monte-Carlo

Katerina Barsukova, dessin sur sable

Dimanche 22 décembre 2019 à 15h00

Auditorium Rainier III,  98000 Monaco

 

Katerina Barsukova, artiste sur sable de Saint-Pétersbourg, est de retour à Monte-Carlo. Elle présentera avec les musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo l’un des contes les plus fascinantes de H.Ch. Andersen :

« La Petite Sirène ».

d’après le conte de H. Ch. Andersen

Musique d’Edvard Grieg, (Création mondiale)

Katerina Barsukova, dessin sur sable

Musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo :

Véronique Audard , clarinette, Anne Maugue, flûte

Franck Lavogez, basson, Jean-Marc Jourdin, hautbois

Didier Favre,  cor, Sophia STECKELER, harpe

Armelle Gouget, narratrice

Le monde marin et les rêves, l’amour et les sacrifices, la douleur et le pardon, l’attente du bonheur et l’attente de la mort – un tel récit envoutant aux multiples facettes.

Dernière fille d’une famille de six enfants, La Petite Sirène rêve depuis son royaume sous-marin, du monde des hommes. Là-bas, à la surface, le Prince a envahi son cœur. Portée par l’amour, elle passera, dans l’épreuve, du monde de l’eau dont elle est originaire, à celui de la terre, pour finalement rejoindre les « filles de l’air ».

Katerina Barsukova, peintre sur sable.

Diplômée de l’Ecole de beaux-arts Rœrich de Saint-Pétersbourg, de la faculté de peinture et de l’Académie des Beaux-Arts Répine de Saint-Pétersbourg, de la faculté de l’histoire de l’art, Katerina Barsukova a également complété son parcours par les Cours d’écriture du scénario et de mise en scène du studio “Lenfilm”.

Excellente portraitiste et paysagiste, elle explore différents volets de cet art : dessin classique, art graphique, snow graphics, films d’animation sur sable, représentations d’animation sur sable en direct.

Pour Katerina, l’animation sur sable est un petit théâtre dont la scène est une table lumineuse où se déroulent des histoires éphémères. Une poignée de sable prend vie en quelques gestes gracieux de l’artiste. Les œuvres de Katerina se distinguent par l’ingéniosité de ses dessins dans le style symbolisme lyrique, mais aussi par des transformations étonnantes et une grande musicalité.

Elle collabore régulièrement avec des metteurs en scène et réalisateurs de cinéma, des musiciens et comédiens. Elle s’est produite au Théâtre de l’Hermitage de Saint-Pétersbourg, au Mariinski, à l’Alexandrinski, à la Philharmonie de Saint-Pétersbourg, à la Philharmonie d’Erevan (Arménie), au festival russo-chinois « Feu éternel », au Théâtre de l’Europe de Lev Dodine (Saint-Pétersbourg). Arménie, Ukraine, Allemagne, Espagne, Autriche, France, Turquie et différentes villes de la Russie font partie de la géographie des spectacles de Katerina.

b

Auditorium Rainier III

Boulevard Louis II, 98000 Monaco

Tarif unique : 12€

Réservation : CLIQUEZ

” Noël au couleurs de la Russie “

Schola Camille Jacquemin

Invités :

Véronika Voronova, piano et domra

Valentina Liegois, piano.

Samedi 14 décembre 2019 à 20h

Dimanche 15 décembre à 16h 30

Église St Martin,6953 Forrières (Belgique)

Cette année 2019, la Schola Camille Jacquemin a fêté ses 70 ans d’existence et l’achèvera en beauté avec ces concerts vocaux et instrumentaux de Noël aux accents particuliers de la Russie.

Outre les nombreux chants originaires de la Russie Éternelle qui vous seront présentés, la Schola aura le plaisir d’inviter Veronika Voronova, pianiste de talent qui nous présentera également la domra, un instrument de la tradition russe encore peu connu chez nous. Elle sera accompagnée de sa fille, la jeune Valentine Liegeois, qui est elle aussi pianiste

T

 

La nef de l’église St-Martin, de style néo-roman, offre une excellente acoustique grâce à son plafond plat en bois et son chœur hémisphérique. Le son y est admirablement projeté sur toute sa longueur, et aucun auditeur n’est lésé, peu importe où il se situe dans la nef.
Des gradins seront disposés dans le fond de l’église afin d’améliorer encore l’écoute et le visuel.
Il est vivement conseillé de réserver vos places, les sièges seront numérotés et vous seront attribués prioritairement en pré-vente.

Église Saint-Martin, 6953 Forrières, Belgique

Entrée : 10 € / moins de 12 ans : gratuit / Réservation par prévente : 8 €

Réservation à partir du 15 novembre:
Tél :084 21 37 50, Mme Laurent de 19 à 21 heures
Tél : 084 21 01 84, Mme Dehez de 18 à 20 heures

 

Exposition exceptionnelle

 ” Fabergé et bijoutiers de cour “

 Du mercredi 20 novembre 2019 au jeudi 30 avril 2020

Musée historique d’État de Moscou

L’exposition Fabergé et la Cour Jewelers au musée d’histoire est consacré à l’art des bijoux russes de la seconde moitié du 19e siècle – début du 20e siècle, connu dans le monde entier pour sa beauté et sa grâce.

L’exposition présente environ 300 objets de la Renaissance russe, y compris des objets de musées de régiments, qui seront exposés pour la première fois.

Le fournisseur de la cour de la cour impériale russe et de nombreuses cours royales d’Europe, Carl Faberge, a joué un rôle particulier à l’époque des bijoux. Son nom est devenu synonyme de génie des bijoux. Une section distincte de l’exposition est consacrée à son travail, décrivant la contribution du maître à la bijouterie russe, qui a plus de 1000 ans d’histoire.

L’exposition présente l’histoire de la renaissance des bijoux nationaux, le développement des écoles de joailliers de Moscou et de Saint-Pétersbourg. L’époque était caractérisée par le désir de la société d’actualiser le langage artistique. De grands artistes se sont alors tournés vers la création de produits décoratifs et appliqués, notamment d’argent et d’or, et ont commencé à collaborer avec des bijoutiers. La synthèse des arts a abouti à des solutions artistiques inattendues pour les précieux produits de cette période.

L’exposition présente les œuvres de grands maîtres tels que I. Sazikov, I. Chichelev, P. Ovchinnikov, I. Khlebnikov, les propriétaires de la société Bolins, F. Rückert, les frères Grachev et bien d’autres. Ce sont eux qui ont gagné la reconnaissance mondiale lors d’expositions mondiales et nationales et ont reçu les plus hautes distinctions.

Les visiteurs peuvent voir des objets de styles différents: objets des palais royaux, souvenirs, mercerie précieuse, sculptures en argent. Parmi les objets l’on peut adimirer un cadre élégant avec un portrait de la princesse Zinaida Yusupova, fabriqué par Fabergé, est encadré par des muguets de perles, d’or et d’émaux. Le bracelet en or d’Ivan Chichelev  est décoré de rubis et de perles. Le coffret en argent et en porphyre scintille de saphirs, d’émeraudes et de rubis, fabriqué par la firme moscovite Ivan Khlebnikov et présenté à Tsarevich Alexei lors de la célébration du 300e anniversaire de la dynastie des Romanov. À la même date, la noblesse de Nijni-Novgorod a commandé à Khlebnikov un grand plat – avec des médaillons et des pierres précieuses.

Une partie de l’exposition raconte le style historique russe ou le “style de romance nationale”, qui a acquis une grande popularité au tournant du siècle en raison de la prédominance des motifs folkloriques.

Des sections séparées sont également consacrées à des sujets liés aux églises, qui occupent une place particulière dans les arts et métiers, et n’exposent pas les expositions des musées de régiments.

u

 

Le Musée historique d’État est le plus grand musée historique national de Russie. Fondé en 1872, le bâtiment de la Place Rouge de Moscou a été construit en 1875-1883 selon le projet de l’architecte Vladimir Sherwood et de l’ingénieur  Anatoly Semyonov. Le fonds du musée historique d’État moderne contient plus de 5 millions d’articles et 14 millions de feuilles de documents documentaires

 

L’ Institut de Design & des Arts de St Pétersbourg

présente une

Exposition – concours international

” Consonance “

Exposition du 16  au 30  novembre 2019

Université d’État des technologies industrielles et du Design

de  Saint Petersbourg

Ouverture au public mercredi 19 novembre 2019 à 13h

 

Le peintre franco-russe,N. N. Tikhobrazoff présente une de ses toiles, avec ses “lignes qui parlent” , que l’on peut lire en lumière rasante, suivant une technique d’anamorphose.

Toile de N.N. Tikhobazoff au milieu en haut.

Texte écrit en français: ” Il ne suffit pas de se taire, il faut savoir dire autre chose “.

Для тишины недостачно просто замолчть. Вы должны уметь выразить себя по другому

Plus de renseignements sur le peintre : CLIQUEZ

Inauguration de l’exposition.

Ont été présentées les œuvres de 150 d’artistes de Russie  et  50 de l’étranger. Des œuvres d’artistes professionnels ainsi que d’étudiants de diverses universités de Saint-Pétersbourg et de Moscou ont été présentées à l’Université d’État des technologies industrielles et du Design de  Saint Petersbourg (SPbGUPTD), de I’Académie des Beaux Arts I.E. Repin , l’académie A.L.Stieglitz , RSU du nom de A.I. G. Stroganov, l’Académie I.S. Glazunov, etc.), ainsi que d’autres régions de Russie : Universités d’Ekaterinbourg, d’Omsk, Elista, Stavropol, Sochi, Nakhodka, Kazan,  Belgorod, Taganrog, Vladivostok, Perm, Gjel …), ainsi que des artistes de différants pays : Biélorussie, Chine, France, Kazakhstan, Kirghizistan, Moldavie,Vietnam,  etc.

q

Le “ Prix de la peinture abstaite” 2019, a été décerné à Nicolas Tikhobrazoff de France, pour sa toile  intitulée : Для тишины

Il ne suffit pas de se taire, il faut savoir dire autre chose. Для тишины недостачно просто замолчть. Вы должны уметь выразить себя по другому.

Technique mixte toile 65 x 54 cm.

 

3

Université d’État des Technologies Industrielles et du Design 

Bolshaya Morskaya St., 18, Saint-Pétersbourg, Russie,

Métro : Nevsky Prospekt / Admiralteyskaya

 

 

Exposition Ilya Efimovich Repin ( 1844 – 1930 )

175ème anniversaire de sa naissance

Jeudi 3 octobre 2019 – lundi 9 mars 2020

Palais Château Mikhailovsky, Saint Petersbourg

 

Ilya Efimovitch Répine est né le 24 juillet 1844 à Kharkov, il est mort le 29 septembre 1930 à l’âge de 86 ans et a été enterré dans le parc de sa succession “Penates”.

2019, marque le 175e anniversaire de la naissance d’Ilya Efimovich Repin, le plus grand peintre de la seconde moitié du XIXe siècle, dont le nom est associé à l’affirmation et à l’épanouissement du réalisme dans les beaux-arts russes. Cette grande exposition anniversaire de l’artiste comprendra des œuvres du musée russe, de la galerie nationale Tretiakov, du musée d’art Ateneum (Finlande), du musée national des beaux-arts nommé d’après A.S. Pushkin, Museum-Estate I.E. Repin “Penates”, le musée-réserve Abramtsevo et d’autres collections de musées et collections privées. L’exposition présentera plus de 250 peintures et œuvres graphiques. Il s’agit de chefs-d’œuvre reconnus du maître et de ses œuvres peu connues, ainsi que des objets commémoratifs liés à la vie et au travail de l’artiste.

En 1902, A.N. Benoit écrit un essai sur Répine pour “Histoire de la peinture russe” : «Repine est une personne complète, mais pour l’histoire, il n’est pas encore prêt… à faire son travail, une évaluation appropriée n’est pas possible pour le moment.
Le maestro lui-même, après la publication de Benoit a réalisé de nombreux travaux très intéressants.
Dès lors, grâce aux efforts de la propagande soviétique (fortement “traité” par l’auteur), Repine bien que n’étant pas le principal peintre russe, devint le maître de tous les temps, incarnant de manière exhaustive son époque et quelques vérités intemporelles sur la Russie, son peuple et son destin historique, apparence et mérite des plus grands maîtres de la culture nationale.

Les bateliers de la Volga 1873 huile sur toile. Médaille de bronze à l’Exposition universelle de 1873 à Vienne.

Il semble que cette exposition devrait aider, au moins à formuler les problèmes de la créativité de l’artiste, en rapport avec l’environnement idéologique, dans la multitude de réponses de ses contemporains, face aux bouleversements artistiques et sociaux, dont Repine était devenu un témoin.

Café de Paris , 1875 huile sur toile

Son grand talent, lui donne le droit à être l’un des plus talentueux visionnaire  de l’histoire, non seulement pour l’art russe, comme le déclare Benoît, arbitre impartial et reconnu.

Zaparog, les cosaques 1880-1891. Huile sur toile.

De ses études académiques, “plâtre antique” et des modèles,  à la nature, aux espaces ouverts de la Volga jusqu’au peuple affligé, le chemin de Répine le mène au sort de l’intelligentsia russe troublée et aux relations ambiguës avec la bureaucratie.

Conseil d’État, 1901-1904,  400 x 877 cm, 48 études de portraits.

Ce qui était prédéterminé pour l’artiste  d’origine modeste, ayant des contacts étroits avec ceux qui recherchent des mises à jour de l’art russe : I. N. Kramsky et V. V. Stassov, F. A. Vasiliev et V. A. Serov.

Le critique d’art Vladimir Stasov et l’écrivain Maxim Gorki en visite à Répine.

Il convient de noter que Repine était un homme de son temps, il admirait:  N. G. Tchernyshevsky, D. I. Pissarev, ainsi que les “seigneurs des esprits” étrangers: C. Darwin, P.-J. Proudhon, L. Buchner. Pendant toute sa vie, il a gardé un vif intérêt, une respectueuse attitude envers les sciences naturelles et les sciences humaines, qui ont sans aucun doute influencé sa créativité.

«Visage, l’âme de l’homme, le drame de la vie, les impressions de la nature, et le sens de sa vie, l’esprit de l’histoire – c’est notre sujet», écrivait le peintre.

 

Sadko, 1876 Huile sur toile.

Konstantin Chukovsky, qui s’est lié d’amitié avec Repine dans ses dernières années, décrit comment, en 1913,  Repine visitant son exposition à St Petersbourg, découvre une nouvel accrochage de ses toiles et une présentation inhabituelle pour lui.

Bolchevique (soustrait le pain d’un enfant)

Probablement un panorama holistique de sa propre créativité, et  l’approbation de l’exposition fut  le plus grand éloge de son auteur.

Maison atelier d’ Ilya Efimovitch Répine “Les Pénates “, à 45km de Saint-Pétersbourg, au bord du Golfe de Finlande.

3

 

Palais Château Mikhailovsky,

Sadovaya, 2, Saint Pétersbourg

Métro : Gostiny Dvor , perspective Nevski , Chernyshevskaya

Horaires :

Fermé le mardi.

Lundi : 10h-18h

Mercredi  : 10h-18h

Jeudi : 10H-21h

Vendredi, samedi et dimanche : 10h-18h

 

” 100 siècle de Présence et de Culture russe. “

en Belgique

NADEJDA de Valérie Felder, chansons de Vadim Piankov

l’ensemble Karandach, Buffet,

Dimanche 1er décembre 2019 à 143

Centre Tour à Plomb, Bruxelles

Maison russe vous invite en famille et entre amis à venir découvrir 100 ans de présence et de culture russe en Belgique avec l’avant-première du documentaire “Nadejda” de Valérie Felder.

Une conversation amicale qui devient un film documentaire. Film réalisé pendant 2 ans.

Maxime découvre les silences de son histoire….

Ce n’est pas un film historique mais plutôt un film sur ce qui peut nous habiter lorsque nous avons une double culture. C’est un long métrage de 100 minutes qui retrace 100 ans de présence et de culture russe en Belgique. Il y a beaucoup de musiques et de chansons dans ce film avec Vadim Piankov

Vadim Piankov est né en 1963 à Krasnodar, la capitale du Sud de la Russie. Il entame sa carrière artistique dans la ville de Saratov où il fait les premiers pas sur les planches. Il part à la conquête de la capitale pour rentrer dans la meilleure école de cinéma en Russie, le VGIK. C’est durant cette période qu’il découvre l’œuvre de Jacques Brel qui a bouleversé son existence et  lui a ouvert un nouveau monde poétique. C’est grâce à ces chansons que Vadim devient francophone et francophile. Il fait ses premières traductions de Brel et les chante devant des spectateurs intrigués sur l’Arbat, la célèbre rue d’expression artistique au centre de Moscou. Cette expérience lui permet de développer son talent d’interprète, de rencontrer de nouveaux publics. Plus tard, il décide de partir à la découverte de la Belgique. Il  débarque dans les cafés chantants de Bruxelles. En 1999, la chaîne de télévision belge RTBF le choisit comme interprète de la chanson de Brel, « Ne me quitte pas », dans l’émission « Chanson du siècle ».

t

Buffet de spécialités russes et la présence du groupe de musique russe Karandash, composé de musiciens d’origine russe, Yashko Golembiovsky, Iliya Stepanow et Iliyoucha Stepanow,  nés en Belgique, de parents ou grands parents issus de l’émigration et Katia Katanova, venue s’ajouter récemment. Elle est violoniste et diplômée des conservatoires de Moscou.

Ils vont vous faire revivre l’expression lyrique russe, qui parle de la haine de la guerre, du goût de la liberté, des peines et des joies de l’amour, de la fraternité humaine, de la tendresse, de la bonté, du courage. Avec le groupe Karandash vous sentirez l’espace d’un instant les plaines de la Russie avec des chevaux volants dans les steppes avec la fougue des tziganes qui les montent.

6

Le Centre culturel et sportif Tour à Plomb est un centre de proximité dédié aux diverses formes de réflexion, d’expression et de création, qu’elles soient culturelles, socioculturelles, artistiques ou sportives. Il dépend du service Jeunesse de la Ville de Bruxelles.

En tant qu’infrastructure de proximité, le Centre Tour à Plomb est mis prioritairement à la disposition des bruxellois et plus spécifiquement des habitants et des groupes structurés (associations sans but lucratif, services et institutions publics,…) du quartier Jardin aux Fleurs.

4

Centre culturel et sportif Tour à Plomb
rue de l’Abattoir, 20-26, 1000 Bruxelles
Tél : 02 279 59 26
PAF : 13€
Réservation : valerie.felder@gmail.com

1ère exposition en Russie

“Iouri Annenkov : Connus et Inconnus”

consacrée au 130e anniversaire de l’artiste

 Samedi 9 au samedi 30 novembre 2019

Georges Pavlovitch Annenkov ( Юрий Павлович Анненков) est né le 18 juillet 1889 à Petropavlovsk (Russie) et mort le 12 juillet 1974 à Paris.

En 1920, dans un manifeste sur le «théâtre de la méthode pure», Iouri Pavlovitch Annenkov a comparé la scène théâtrale à un kaléidoscope géant. Il peut lui-même être comparé au même kaléidoscope puisqu’il touche à tous les domaines de l’art: peinture, littérature, cinéma, poésie et même sculpture. En outre, le destin l’a généreusement récompensé par des réunions et des événements.

Georges Pavlovich a émigré en 1924, étant déjà un artiste de renom. Il n’est jamais retourné dans son pays natal après avoir vécu 50 ans en France. Le travail de l’artiste a donc été divisé en deux périodes: russe et française.

Portrait d’Anna Akhmatova

La période russe est connue et assez bien représentée en Russie – à la galerie Tretiakov et au musée russe. Annenkov est célèbre pour ses portraits d’étoiles du Silver Age, dont le célèbre portrait d’Anna Akhmatova, et ses illustrations pour le poème d’Alexandre Blok «Les Douze».

Portrait de Sergueï Prokofiev 1933

La période française, au contraire, est pratiquement inconnue et étudiée uniquement par des spécialistes. Pendant longtemps, à cause de l’émigration, le nom d’Annenkov n’était même pas mentionné dans les livres d’art. Cependant, cette période est marquée par le travail fructueux de l’artiste. Sa première exposition personnelle à la galerie Bing en 1930 représentait une trentaine de peintures figuratives et plus abstraites.

Portrait de Maxime Gorki (1920)

Le sujet de l’abstraction a toujours intéressé Annenkov. Au cours de sa vie en Russie, l’artiste a associé le futurisme à l’académisme. La dernière page de son travail, de la Seconde Guerre mondiale à la fin de sa vie, appartient à l’abstraction pure.

L’abstraction artistique d’Annenkov consiste en des œuvres en relief composées de divers éléments, que l’artiste a lui-même appelés des «naissances optiques», car elles ont tendance à changer lorsque le sens de l’éclairage change.

En plus de la peinture, Annenkov a été attirée par le théâtre et le cinéma pendant de nombreuses années. De 1945 à 1955, Annenkov fut président du Syndicat français des techniciens de cinéma.

L’artiste a réussi à faire plus de 60 films et à collaborer avec les dramaturges Eugene Ionesco et Jean Tardieu ainsi qu’avec de nombreux réalisateurs célèbres, dont Max Ofyuls.

Annenkov, film «Le plaisir» de Max Ophüls 2 dessins de costume pour Simone Simon dans le rôle de Joséphine.

L’exposition contient des œuvres représentant toutes les périodes et tous les domaines du travail de l’artiste (peintures, graphiques de livres, portraits, croquis de théâtre, œuvres pour le cinéma et l’animation). Toutes les œuvres de Yuri Annenkov proviennent de collections privées.

 Dans l’atelier de Georges Annenkov, rue Campagne-Première, XIVème  Paris.

Plus de renseignements sur ARTCORUSSE : CLIQUEZ

3

Maison de la Russie hors frontières, Alexandre Soljenitsyne

Nizhnyaya Radischevskaya ul.,  2, Moscou

Métro : Taganskaya

Exposition Viktor Tatarenko

« Le rayon d’or du soleil ou voyage dans les lieux Saints »

Jusqu’au samedi 30 novembre 2019

Parc des exposition Ermitage de Vyborg ,

région de St Petersbourg, Russie

 

Victor Alexeïevitch Tatarenko est né en 1950 à Donetsk (Ukraine). Il est diplômé de l’Université des Arts d’Odessa en 1973. Puis en 1980, il est diplômé de l’école supérieure d’art industriel, Académie Stieglitz de Sainbt Petersbourg, département de peinture monumentale et décorative. Membre de l’Union des artistes de l’URSS (1985), de l’Association internationale des mosaïques contemporaines (Ravenne, Italie) en 1992, de l’Association internationale des artistes d’art, de la Société des aquarellistes (1998), de l’Association internationale des arts plastique de l’UNESCO, AIAP (Paris, France).

Il a étudié l’art des maîtres anciens à Pskov, à Novgorod sur les îles Solovetsky et à Valaam. Il a restauré des fresques de Dionysos dans le monastère de Ferapontov, en les répétant avec les mêmes couleurs que celles utilisées par l’ancien peintre d’icônes. Les projets monumentaux de l’artiste ont été gelés par l’effondrement du financement de l’URSS en décomposition. L’artiste a commencé à travailler dans le genre de vivacité de chevalet et c’est ici que son incroyable cadeau ironique s’est ouvert. Muraliste, mosaïste, peintre.

Les œuvres de Viktor Tatarenko, sont des louanges à Dieu. L’artiste lui-même a noté que sans Dieu, il n’aurait rien pu réaliser. “J’ai commencé à travailler sur des sujets orthodoxes à l’époque soviétique, quand il était dangereux d’en parler. La plus grande joie, c’est de faire quelque chose pour l’église. Si Dieu donne du talent, il doit le servir. La préparation au travail est un poste et prière: sans l’aide de Dieu, il est impossible de faire quoi que ce soit. Le Seigneur s’humilie et ne lui permet pas de tomber dans l’orgueil “, a admis le maître.

Victor Tatarenko a réalisé des peintures murales, des mosaïques et des vitraux dans 25 objets architecturaux de Lituanie, de Finlande, d’Estonie et de Russie.

T

.

L’Hermitage-Vyborg  est une branche de l’Ermitage et un centre d’exposition à Vyborg, région de Saint Pétersbourg, qui a ouvert ses portes en juin 2010.

Parc des exposition Ermitage

Rue P.F. Ladanova, 1, Vyborg, Russie.

Horaires : tous les jours de 10h à 18h

 

 

Pour le 220ème anniversaire de Pouchkine

&

Le 20ème anniversaire de la Fondation Internationale Pouchkine

” Gala Patrimoine – Russie “

Vendredi 22 novembre 2019 à 19h

Château du Lac, 1332, Genval, Belgique

 

Grâce à son œuvre, Alexandre S. Pouchkine est aujourd’hui encore perçu comme le fondateur de la langue russe moderne et il est honoré dans toute la Russie et à l’étranger. Et comme les russes le disent toujours:

” Pouchkine est notre tout! Пушкин наше всё.

Soirée placée sous le Haut Patronage de son Excellence Monsieur A.A. Tokovine, Ambassadeur de la Fédération de Russie  au royaume de Belgique .

Alexandre et Macha Pouchkine,  descendants du poète mondialement connu ( Alexandre étant le descendant mâle), ont voulu honorer la mémoire de leur trisaïeul par le biais de la Fonfation International Pouchkine (F.I.P.) qu’ils ont crée en 1999 à Bruxellesavec un groupe d’amis et de connaisseurs de  l’œuvre de Pouchkine. La fondation a pour but de populariser l’œuvre du plus important représentant du patrimoine littéraire russe et travaille à la promotion des activités littéraires et culturelles liées à Son œuvre.

L’absence d’enfants, éternel regrets d’Alexandre et de Macha, a suscité chez eux une geste merveilleux d’abnégation et de générosité: soutenir les enfants gravement malades de Russie et de la CEI, ainsi que les enfants apprenant le russe dans le monde. Ces deux activités se complètent harmonieusement. L’une et l’autre sont, comme de bien entendu, dépourvues du moindre but lucratif.

Les fonds rassemblés lors de différentes manifestations organisées par la Fondation sont entièrement consacrés aux œuvres de bienfaisances.

d

PROGRAMME du GALA

k  Accueil des incités, cocktails.

k Concert de l’ensemble folklorique russe ” USLADA “.

k Dîner de gala. (boissons incluses).

k Cérémonie de remises des Prix ” Patrimoine-Russe “.

k En fin de soirée Tombola.

d

 

Le collectif musical “USLADA” et l’un des groupes les plus importants et les plus recherchés de la région de Vladimir-Souzdal. Ayant mérité à juste titre la reconnaissance et l’amour d’un grand nombre de spectateurs en Russie et à l’étranger, le groupe a travaillé pendant de nombreuses années afin d’améliorer la qualité de ses performances. L’ensemble “USLADA” est composé de chanteurs professionnels, de musiciens et de chorégraphe. Au cours des années des spectateurs de plus de 30 pays du monde ont découvert la créativité de eces jeunes artiste talentueux. Chaque année le groupe présente un grand concert nouveau. Chaque œuvre solo est une véritable performance musico-théâtrale avec une conception propre et une réflexion profonde. Uslada ne se produit pas uniquement sur scène.

Douze ans d’expérience dans l’organisation d’évènements, l’ensemble soutiet activement deivers organisations caritatives et fondations en promouvant les traditions du chant russe.

f

INSCRIPTION AVANT LE 12 NOVEMBRE

f

Frais de participation : 150€ (avant le 12 novembre), 175€ (passé cette date).

Numéro du compte de la fondation : BE44 3630 2325 1445, BIC : BRUBEBB

Courriel : alexandre@puchkine.org

Fondation Pouchkine, Av Hyppolyte Boulenger, 36, bte 6 – 1180 Bruxelles.

Si vous souhaitez réserver une chambre(single-twin-double avec petit déjeuner, buffet inclus), préciser votre choix et ajouter 119€ par chambre sur le compte de la Fondation.

Martin’s Château du Lac est un hôtel de luxe 5 étoiles, posé au bord du Lac de Genval, à 20 minutes à peine de Bruxelles, au cœur d’une des plus belles régions de Belgique : le Brabant wallon.

Avec son aménagement mariant à merveille héritage du passé et modernité, ses chambres confortables, son restaurant Genval.

 

3

 

Hôtel Martin’s Château du Lac

Avenue du Lac 87
1332 Genval, Belgique

 

 

Exposition “Constantin Somov (1869-1939)”

du  jeudi 8 oût au lundi 4 novembre 2019

Château Mikhailovsky, Saint Pétersboug

L’arlequin et la femme (1912)

Constantin Somov – l’un des plus grands maîtres de l’art russe de la première moitié du XXe siècle, représentant de l’association de création “le Monde de l’Art”. Somov a créé des portraits de personnages célèbres de l’âge d’argent, des paysages, des livres illustrés et des magazines, participé à la conception de productions théâtrales.

L’exposition présente des œuvres de toutes les périodes de l’œuvre de Somov, du milieu des années 1890 à la fin des années trente.

Portrait d’Anna Karlovna Benois (1896)

 Les œuvres de l’artiste ont été présentées il y a seulement 50 ans, en 1969, à l’occasion du centième anniversaire de l’artiste. L’exposition de cette année présente non seulement les célèbres toiles «Portrait d’Anna Karlovna Benois» (1896), « Baiser volé» (1908), «Arlequin et la femme» (1912), mais également des portraits créés pour le magazine Golden Fleece contemporains du maître: Alexander Blok, Vyacheslav Ivanov, Eugene Lansere et autres. Les visiteurs peuvent également voir des photographies d’archives et du matériel documentaire liés à la vie et au travail de l’artiste.

Constantin Andreevich Somov (Константин Андреевич Сомов) né le 30 novembre 1869 à St Péterbourg, mort le 6 mai 1939 à Paris, Il mena une vie intéressante et réussie. Malgré le long développement de son propre style artistique, il a retrouvé son visage à l’âge de trente ans – il était recherché, sécurisé et reconnaissable.

Mais cela ne le rend pas heureux: l’âme de l’artiste a toujours été tourmentée par la contradiction entre le monde réel et le monde fantastique où il s’est plongé pour créer ses chefs-d’œuvre.

L’autocritique sans fin et destructrice la mange de l’intérieur tout en développant son potentiel créatif.

Portrait du poète V. Ivanov, 1906

 Entre 1888 ret 1897, il étudie la peinture à l’Académie Impériale des Beaux Arts et fréquente pendant trois ans l’atelier d’ Ilia Répine avec Igor Grabar, Philippe Maliavine, Anne Ostroumova-Lebedeva. Il affectionne en particulier l’art rococo, à la manière de Fragonard et de Watteau, et privilégie la peinture à la gouache. Il se lie pendant ses études avec Alexandre Benois, Serge Diaguilev et Léon Bakst et se rend avec eux à Paris en 1897. Somov fréquente alors les ateliers de Whitler et de l’Académie Colarossi. Lors de leur retour en Russie, Somov contribue par ses illustrations à la revue Mir Iskousstva  que ses trois compagnons fondent en 1899.

Portrait M.G. Lukyanov 1919

Pendant les années 1910 , Somov illustre les œuvres d’Alexandre Block et réalise notamment une série de personnages de la commedia dell’arte.

Ses peintures sont exposées au Salon d’Automne à Paris en 1906, et en Allemagne, où une première monographie lui est consacrée en 1907.   Il devient membre de l’Académie impériale en 1913 et il est nommé professeur à l’École des beaux-arts de Pétrograd (Saint-Pétersbourg) en 1918.

Livre érotique “Marquise” 1918

En 1923, il émigre aux États Unis, ou il ne reste qu’un an dans ce pays qu’il déclare incompatible avec son tempérament artistique. Il s’installe alors à Pari,s où il illustre entre autres Manon Lescaut, Daphnis et Chloé et les poèmes de Puchkin.

Pouchkine 1899

Vers la fin de sa vie, il peint surtout des portraits. À sa mort en 1939, il est inhumé aucimetière de Ste Genviève des Bois.

Femme à la robe bleue

Le coeur de Konstantin Andreevich Somov s’est arrêté à l’âge de 69 ans. À ce jour, sa peinture “Rainbow” (vendue aux enchères de Christie’s en 2007 pour 3,7 millions de livres sterling) est incluse dans la liste des peintures les plus chères des artistes russes.

Portrait d’Alexandra Levchenko 1914

Mais beaucoup plus complet sur  Somov dans l’art russe sont les mots de son ami Alexandre Benoit:

«Même si le domaine de la créativité de Somov est limité, laissez-le ne rien révéler de nouveau , ne développez pas nos connaissances, ne soyez pas occupé à résoudre des problèmes insolubles et ne fondez pas un nouvel enseignement de l’esthétique, laissez-le se conclure du début à la fin. quelque chose de modeste en soi, cependant, cette fonctionnalité vit dans celle-ci qui reste plus précieuse que toutes les innovations, tous les “élans de l’inatteignable”, tout ce dont nous en avons marre maintenant à satiété complète et ce qui donne envie de fuir sans réfléchir. La principale caractéristique de cet art “modeste” est son inspiration incontestable – la véritable “miséricorde de Dieu”. Et nous devons penser que lorsque tout ce brouillard, tout le cauchemar des mensonges qui ont maintenant inondé le royaume de l’art, sera vaincu.”

Portrait Benois

Les spectateurs recevront plus de 100 peintures et œuvres graphiques des collections du musée russe, de la galerie Tretiakov, du musée Pouchkine nommé d’après A.S. Pouchkine, Musée de la recherche de l’Académie des arts de Russie et des collections privées.

3

Palais Château Mikhailovsky

Sadovaya, 2, Saint Pétersbourg

Métro : Gostiny Dvor , perspective Nevski , Chernyshevskaya

 

Horaires :

Lundi 10h00-18h00
Palais Mikhaïlovski et bâtiment Benois ouverts jusqu’à 20h00
Mardi Jour de congé
Le mercredi 10h00-18h00
Jeudi 13h00-21h00
Vendredi 10h00-18h00
Samedi 10h00-18h00
Le dimanche 10h00-18h00

 

Tzigane “

Pétia Iortchenko

Mercredi 6 novembre 2019 à 20h

Alhambra, Genève

 

Un spectacle dans lequel le chorégraphe Petia Iourtchenko et la metteure en scène Johanna Boyé ont décidé de créer un univers qui revisite, modernise et réinvente les idées reçues sur ce peuple nomade.

C’est au travers d’une dizaine de tableaux inspirés l’artistes tels que Hugo, Le Caravage, Mérimée, Picasso, Manet ou Pouchkine, qu’un vieux peintre nous raconte l’histoire de sa vie et de son peuple : un voyage initiatique et poétique entre danse et théâtre, entre liberté et fascination ;  3 musiciens, une chanteuse et 8 danseurs, des rencontres de femmes fières, impudentes, lascives et passionnées et d’hommes bagarreurs, jaloux et possessifs ; un voyage rythmé par le son des chaussures martelant le sol, les volants des jupes virevoltantes et la voix chaude, profonde et enivrante de la chanteuse Lilia Roos-Dalskaïa, accompagnée de ses musiciens : l’accordéoniste Dario Ivkovic, le guitariste Pascal Rondeau et le contrebassiste Fréderick Fraysse. 

Un véritable hommage au peuple tzigane.

.

Pétia IOURTCHENKO est né à Donetzk en 1957, dans la tribu des «Vlach». A l’âge de 16 ans, il passe le concours du prestigieux «Théâtre Romen» de Moscou. Il participe aux spectacles et devient alors le plus jeune comédien, danseur, chanteur dans l’histoire du théâtre. Il se forme parallèlement à l’institut «Gnesenikh», où il étudie l’art dramatique, la danse, le chant et l’histoire de l’art. Entre 1974 et 1988, Pétia se produit dans toute la Russie, ainsi qu’à l’étranger (Japon, Inde, Yougoslavie, France…) En 1988, il joue avec la troupe pour la première fois à Paris au «Théâtre Mogador». En 1989, il quitte le «Théâtre Romen» pour revenir à Paris, pour se produire dans différents cabarets. En particulier au «Balalaïka», où tous les artistes de l’Est sont passés. Il rencontre Pascal De Loutchek, chanteur, guitariste d’origine russe; et Lilia Dalskaïa, chanteuse et ex-comédienne du «Théâtre Romen». Ils forment alors le trio «Arbat». Le trio se produit à New-York, Londres, Oslo, Madrid, Budapest … dans différents festivals et enregistre trois albums.

En 1994, Pétia fonde à Paris la compagnie ROMANO ATMO (l’âme tzigane), avec l’aide de sa femme Anne-Marie IOURTCHENKO. Cette compagnie a été créée dans l’objectif de préserver la culture, la tradition et la danse tzigane. 

4

 

L’architecte Paul Perrin construit l’Alhambra entre 1918 et 1920. La salle est d’abord un théâtre cinématographique. Son nom d’origine : Omnia, dont l’inscription est visible encore au-dessus du péristyle de l’entrée. Elle dispose d’un orchestre symphonique pour accompagner les films.

Entre 1924 et 1926, l’Alhambra  est remplacé par des revues, opérettes, vaudevilles, conférences ou même soirées sportives. L’Alhambra, qui en 1929 reçoit la première installation de cinéma sonore du pays.

Dans le courant du xxe siècle, l’Alhambra change plusieurs fois de propriétaire. En 1961, la Société immobilière Domus vend l’Alhambra à l’État de Genève. Ce dernier possédera la salle jusqu’en l’an 2000, lorsqu’il remettra la salle à la Ville de Genève. En 1995 il frôle la destruction, son comité l’en empèche. En 1996, l’Alhambra est classé monument historique. Après restauration L’Alhambra est inaugurée lors de la 24 ème Fête de la Musique de Genève le 19 juin 2015. L’Alhambra reprend officiellement son activité le

q

ALHAMBRA

Rue de la Rôtisserie 10
1204 Genève
 
Tarifs : Catégorie 1 48 CHF Catégorie 2 : 36 CHF
 
Billets : Fnacspectacle :  CLIQUEZ

Tél :078 966 07 97

LIGNES : 2, 3, 4, 5, 7, 10, 12, 14, 18, 19, 36, D,

ARRÊTS : Molard, Bel-Air

.

Concert exceptionnel

Vladimir Spivakov

et

l’Orchestre des Virtuoses de Moscou

Mercredi 23 octobre 2019 à 20h 30

Centre des Congrès Auditorium Rainier III, Monaco.

 

Vladimir Spivakov – Artiste mondial de l’UNESCO, président de la Maison internationale de la musique de Moscou ainsi que fondateur, directeur artistique et chef d’orchestre de l’orchestre philharmonique national de Russie et de l’orchestre de chambre «Moscow Virtuosi». Le violoniste virtuose s’est produit avec les plus prestigieux orchestres symphoniques du monde. Spivakov a fait ses débuts dans un nouveau rôle de chef d’orchestre avec le Chicago Symphony Orchestra il y a 40 ans. Les critiques l’ont admiré comme l’un des meilleurs maestros du monde.

Spivakov a fondé l’orchestre Virtuoses de Moscou en 1979. Aujourd’hui, il figure à juste titre parmi l’un des orchestres de chambre les plus recherchés. «Virtuosi» se produit dans des salles de concert légendaires telles que «Musikverein» (Vienne), «Albert Hall» (Londres), «Théâtre des Champs Elysées» (Paris) et «Carnegie Hall» (New York). Les musiciens donnent environ 100 concerts par an dans le monde entier. Le lien émotionnel délicat entre musiciens et auditeurs, associé à une performance magistrale, fascine le public et ne laisse personne indifférent.

i

Le vendredi 25 octobre concert au Musikverein Wien, Autriche.

4

CENTRE DE CONGRÉS AUDITORIUM RAINIER III

BOULEVARD LOUIS II 98000 MONACO 

Réservation: Billets Atrium Casino de Monte-Carlo
Horaire des guichets – du mardi au samedi 10h00-17:30

Tél.: (+377) 98 06 28 28

Tarifs : VIP = 150€, Cat 1 = 129€, Cat 2 = 65€

et sur ​​le site: www.montecarloticket.com

 

EXPOSITION

” Regards d’artistes russes sur les villages de la Basilicate”

Mardi 15 au lundi 28 octobre 2019

Musée d’art de l’Académie Stieglitz, Saint Petersbourg

 

La communauté culturelle mondiale célèbre un événement marquant pour la Basilicate et l’ensemble de l’Italie: la ville de Matera (Unesco) a été déclarée Capitale européenne de la culture en 2019.

L’exposition “Villages de la Basilicate à travers les yeux d’artistes russes” coïncide avec cet événement. A.L. Stieglitz, avec le soutien de l’association culturelle «Maison russe à Basilicate» (Italie) et du consulat général d’Italie à Saint-Pétersbourg. L’exposition présentera des œuvres d’artistes, de participants de plein air italiens et d’enseignants SPGHPA. A.L. Stieglitz.

Une partie de l’exposition.

Des artistes de Russie, d’Allemagne, de Lettonie, d’Estonie participent à l’exposition.
Ils ont  étaient dans la région de la  Basilicat, en Italie à l’occasion  d’un  “Plein air” organisé par l’association culturelle “Maison russe en Basilicate”.

Prêts à être accrochés.

Les  professeurs du département de peinture de l’Académie Art-Industriel. A.L. Stieglitz exposants :
Yan Antonishev (Ян Антонышев), Olga Abramenkova (Ольга Абраменкова), Elena Bazanova, (Елена Базанова),  Andrey Bazanov (Андрей Базанов), Youri Vassiliev (Юрий Васильев), Natalya Vishniakova (Наталья Вишнякова), Azat Galimov (Азат Галимов), Elena Grin (Елена Гринь), Alexandre Gushchin (Александр Гущин), Xenia Drozd (Ксения Дрозд), Andreï Dubov (Андрей Дубов), Lev Dutov (Лев Дутов), Dmitry Egoupov (Дмитрий Егупов), Anna Esipova (Анна Есипова), Alexander Zimine ( Александр Зимин), Olga Ivleva (Ольга Ивлева), Alexander Klimenko (Александр Клименко), Natalia Kozhevnikova (Наталья Кожевникова), Irina Kopeïkina (Ирина Копейкина), Andreï Koroltchouk (Андрей Корольчук),  Vladimir Krachmer (Владимир Крачмер),  Tamara Kudravtseva, (Тамара Кудрявцева),  Valéry Kourtou (Валерий Курту), Vladimir Lobanov (Владимир Лобанов), Olga Loutsko (Ольга Луцко), Tatiana Louchnikova (Татьяна Лушникова), Sergueï Lioubimov (Сергей Любимов), Mikhail Liamkine (Михаил Лямкин), Valery Mironov (Валерий Миронов), Sergueï Pen (Сергей Пен), Alla Polkovnitchenko( Алла Полковниченко), Ekaterina Romanova (Екатерина Романова), Alexander Riaptsev (Aлександр Рябцев), Sergueï Roudnev (Сергей Руднев), Véra Stanishevskaya (Вера Станишевская), Alexeï Talaschuk (Алексей Талащук),  Oleg Tchertkov (Олег Чертков),  Elena Tchertkova (Елена Черткова)), Olga Shayounova ( Ольга Шаюнова), Maria Shevchuk (Мария Шевчук), Elena Yaroslavtseva (Елена Ярославцева).

“Rythmes nocturnes”, Matera , 2019 aquarelle de L. Dutov.

 

L’inauguration de l’exposition s’est déroulée en présence des hautes autorités russes et iatliennes.

(De gauche à droite ) : Dr. Djani Mapaniou de la ville de Matera, l’interprète italienne, la Vice-Consul d’Italie à Saint Petersbourg Monica Portone, l’Artiste du peuple de Russie, académicien de l’Académie des arts de Russie, directeur de la création du SPGHPA. A.L. Shtieglittz Alexeï Iourevitch Talatchouk, la recteur de l’académie d’État de l’Art et de l’Industrie e Saint Petersbourg A. L. Stieglitz Anna Nicolaievna Rislitsina, le curateur de l’exposition Lev Dutov et  la responsable de la “Maison russe de Basilicate” Victoria Petrova.

Au centre nous reconnaissons la responsable de la “Maison russe de Basilicate” Victoria Petrova, entourée d’artistes qui ont participé au “plein air”, russes, italiens, lithuaniens, allemands et des professeurs de l’Académie Stieglitz.

 

3

L’école est fondée par décret du tsar Alexandre II en 1876, grâce aux moyens financiers  le  baron von Stieglitz  (1814-1884), banquier et industriel. L’académie prépare des dessinateurs industriels et techniques et de futurs professeurs de dessin des écoles secondaires techniques. Elle enseigne aujourd’hui à environ 1 500 étudiants répartis en trois facultés, art monumental, design et arts décoratifs. Son corps professoral compte quelque deux cent-vingt enseignants. L’Académie à célèbré son 140 ème anniversaire en 2016.

t

 

Musée des Arts Appliqués, Académie Stieglitz

Solyanoi pereulok  15 , Saint- Pétersbourg 191028

Téléphone :+7 812 273-38-04

Ouvert du mardi au samedi de 11h à 17h.

 

 

CATTO GALLERY

Exposition-Hommage

Sergei Chepik

Du jeudi 12 au 30 septembre 2019

Galerie Catto, Londres.

 

Sergei Chepik est certainement l’un des plus grands peintre issu de l’Union Soviétique. Il est né à Kiev en 1953, il s’est installé à Paris en 1988 ou il a vécu et travaillé jusqu’à son décès en 2011.

Le Banc, 1989, technique mixte sur toile, 66 x 102 cm.

L’exposition présente plus de 30 œuvres, dont certaines n’ont pas été exposées depuis  30 ans.

Son chef d’œuvre la “Maison des Morts“, peint en 1987 a été censuré et interdit d’exposition en URSS. Ce tableau l’a contraint à venir s’exiler en France, cette toile en 1988 a été exposée au Salon d’Automne  où elle a obtenu le Grand Prix des Amis du Salon d’Automne.

Le carton préparatoire  sera exposé pour la première fois.

Carton préparatoire de La maison des morts 168×178 cm.

Technique mixte sur carton. 1979-1987

Détail de La Maison des Morts. En bas à gauche.

Il a réalisé les portraits de Noureev, de Margaret Thatcher … , ainsi qu’une série de quatre toiles monumentales pour la cathédrale Saint Paul de Londres.

3

You are invited to the private view of an exhibition of paintings by
Russian Artist Sergei Chepik
Thursday 12th September 6pm – 8.30pm
r

Catto Gallery

100 Heath Street, London, NW3 1DP

Tél : +44 (0) 207 435 6660

Mail : art@cattogallery.co.uk

Open : du lundi au samedi 10h – 18h , dimanche de 12h30 à 18h

XXIème Congrès de Mendeleev

sur la Chimie Générale et Appliquée

Lundi 9 au vendredi 13 septembre 2019

Saint Pétersbourg

 Le XXIème Congrès de Mendeleev sur la chimie générale et appliquée se tiendra du 9 au 13 septembre 2019 à Saint-Pétersbourg. Sous les auspices de l’UICPA et dans le cadre de l’Année internationale du tableau périodique des éléments chimiques.

Le congrès de Mendeleïev a lieu tous les trois ou quatre ans en Russie et commence en 1907, à la mort de Dimitri Mendeleïev. Il diffère des autres grandes conférences sur la chimie en ce qu’il réunit un nombre considérable de participants (environ 3 000 personnes) et couvre également tous les aspects de la chimie et de la technologie chimique.

En 2019, lors de la session plénière, sont attendus les rapports de deux chimistes français remarquables, le Prix Nobel Jean-Pierre Sauvage et le Professeur du Collège de France Jean-Marie Tarascon.

D. I. Mendeleev (1834 – 1907)

Le premier congrès de Mendeleïev tenu à Saint-Pétersbourg en 1907 était dédié à la mémoire du grand scientifique russe D.I. Mendeleev (1834-1907). Des congrès se sont tenus à Moscou, Léningrad (Saint-Pétersbourg), Kazan, Kharkov, Kiev, Almaty, Bakou, Tachkent, Minsk et Volgograd. Le précédent XX Congrès de Mendeleïev avait eu lieu en 2016 à Ekaterinbourg. En 2019, 150ème anniversaire de la création du  tableau périodique des éléments chimiques de D.I. Mendeleev,  la plus célèbre réalisation scientifique de la Russie dans le monde depuis toutes les époques de l’existence de la science russe. Il est également important de célébrer en 2018 les 150 ans de la Société chimique russe (maintenant la Société chimique russe), créée à l’initiative de D.I. Mendeleev à l’Université de Saint-Pétersbourg. C’est pourquoi le XXIe Congrès s’est tenu à Saint-Pétersbourg – un centre majeur de la chimie et de l’industrie en Russie. Les congrès de Mendeleïev ont lieu tous les 4 à 5 ans dans les principaux centres scientifiques et culturels de la Russie et déterminent les grandes orientations du développement de la chimie et de l’industrie chimiques dans notre pays.

Le XXIe Congrès de Mendeleev sur la chimie générale et appliquée aura lieu au complexe multifonctionnel de Gorny (sur l’île Vassikevki), à l’hôtel Park Inn by Radisson Baltic et université d’État de Saint Petersbourg. Sont attendus 2 200 à 2 500 personnes pour participer aux travaux du 21ème Congrès Mendeleïev à Saint-Pétersbourg, dont 300 scientifiques étrangers, y compris le lauréat du prix Nobel  de chimie 2016.

Jean Pierre Sauvage, Prix Nobel de chimie 2016,  de l’Institut de Science et d’Ingénierie Supramoléculaires, Strasbourg, France.

r

 

Jean-Marie Tarascon, Professeur au Collège de France depuis janvier 2014 à la chaire Chimie du solide et énergie.

r

 

Renseignements sur le XXIème Congrès : CLIQUEZ

 

r

 

CONTACTS :

Secrétaire scientifique Julia Gorbunova (Membre correspondant de l’Académie des sciences de Russie)
E-mail: mendeleev2019@gmail.com
Tel: +7 495 954 54 83

Pour des questions d’inscription en ligne, procédure de soumission des résumés,  paiement des frais d’inscription, réservation d’hôtel et le paiement, les transferts individuels, les billets d’avion et de train, veuillez contacter le partenaire technique du congrès:
Coordinateur du projet Dmitry Alekseev 
E-mail: mendeleev2019@mesol.ru
Tél.: +7 921 433 94 51

 Festival Tour Spasskaïa 2019

Vendredi 23 août au dimanche 1er septembre

2019

Place Rouge, Moscou

Le plus grand défilé d’orchestres militaires au monde se déroule  pied des murs du Kremlin de Moscou depuis 2007.

Le message principal de cette célébration haute en couleurs des meilleures formations militaires du monde: “La musique est le langage de la paix, pas de la guerre.”

Chaque année, des dizaines de milliers de spectateurs et invités de la tour Spasskaïa lancent un spectacle coloré dans lequel ils ont réussi à combiner la grâce des unités de gardes d’élite des chefs d’État, l’élégance des meilleurs groupes de cavalerie, le son époustouflant des ensembles militaires et folkloriques de nombreux pays du monde et les performances de stars de la pop mondiale.

Tout cela se marie harmonieusement aux éléments théâtraux mis en scène avec talent, aux installations lumineuses et aux feux d’artifice à couper le souffle.

La tour Spasskaïa est le meilleur exemple de la manière dont l’art unit les nations, le désir des peuples du monde entier de créer, d’expérimenter audacieusement dans le domaine des plus grands dons de l’humanité – la musique et la danse “, a déclaré Alexander Mikheev, directeur général de « Rosoboronexport. »

La géographie des pays participant au projet couvre traditionnellement toutes les régions du monde. Arrivera cette année à Moscou l’Orchestre central des forces terrestres des forces d’autodéfense du Japon, l’école supérieure militaire de l’Azerbaïdjan, Heydar Aliyev, l’orchestre Armoni des forces armées turques, l’orchestre militaire de l’armée populaire de la RPDC, le groupe de musique Khan-Nuri de la République de Corée, Orchestre Tireurs alpins «Tridentina» d’Italie, fanfares «Stremsgodset» et «Twight Union» de Norvège, Orchestre exemplaire de la garde nationale de la République du Kazakhstan, Égypte Symphonie militaire, Exposition exemplaire L’Orchestre des forces armées de la République de Biélorussie, ainsi que l’Orchestre mixte celtique des cornemuses et tambours et l’équipe internationale de danse celtique.

 Pour les enfants, le Festival a préparé le programme “Tour Spasskaya pour les enfants” – un concours de fanfare pour enfants.

Des groupes d’enfants de différentes villes et pays, des gardes d’honneur se produisent dans un lieu spécialement construit pour les invités, des concerts, des programmes interactifs, des studios de création et des animations éducatives sont également organisés.

Une partie importante du festival Spasskaïa Tower est un vaste programme caritatif prévoyant la distribution gratuite de plusieurs milliers de billets entre des groupes de personnes socialement non protégés, ainsi que dans des institutions et des écoles pour enfants à Moscou, dans la région de Moscou et dans d’autres régions de la Russie.

k

PROGRAMME

Vendredi 23 août 2019 , 20h-22h30

Cérémonie d’ouverture avec parmi les participants:

– L’orchestre supérieur de l’école militaire azerbaïdjanaise doit son nom à Heydar Aliyev.

  • Orchestre exemplaire des forces armées de la République de Biélorussie

– Cornemuse celtique internationale et orchestre de tambours

– Orchestre Symphonique Militaire Egyptien

– L’orchestre de tir alpin “Tridentina” porte le nom du caporal principal Andrea Morand

– Orchestre modèle de la garde nationale de la République du Kazakhstan

– Orchestre de l’ Armée Populaire de Libération de la République Populaire de Chine

– Marching Orchestra Stremsgodset

– Armoni Orchestra des Forces Armées de Turquie

– Armée militaire de la République populaire démocratique de Corée

– Groupe musical “Khan-nuri”.

– Orchestre Central des Forces Terrestres Japonais.

– Orchestre présidentiel du Kremlin de Moscou.

– Compagnie de la garde spéciale du régiment présidentiel du service du Kremlin de Moscou.

– Orchestre militaire central du ministère de la Défense de la Fédération de Russie.

– Le Concert Central Orchestre Modèle de la Marine de la Fédération de Russie N. A. Rimsky- Korsakov.

– Garde d’honneur modèle militaire orchestre.

– L’Orchestre Suvorov du Collège de  musique militaire de Moscou Lieutenant général V.M. Khalilov.

  • Ensemble de percussions du pensionnat pour élèves du ministère de la Défense de la Fédération de Russie.

– Orchestre Militaire du Quartier Général de l’ Ordre du Nord – Ouest de l’Etoile Rouge du District de la Garde Nationale Troupes de la Fédération de Russie.

– Orchestre Militaire (Garnison de Moscou) du 154ème Régiment Commandant Séparé de la Transfiguration.

  • Orchestre de démonstration de l’EMERCOM de Russie.

– Ensemble central des frontières du Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie.

k

Samedi 24 août 2019

 14h 30 :  ” Club équestre ” Ecole d’équitation du Kremlin “

 

18h 30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie.

k

Dimanche 25 août 2019

 

10h : Concours de sauts d’enfants pour le prix du festival Spasskaya Tower

14h 30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie.

18h 30 : Performance de manège du Kremlin, cascade équestre.

k

Lundi 26 août 2019

14h 30 à 15h 30 : Spectacle équestre, au profit des pupilles du Conseil public des parents élevant des enfants handicapés au Département de la protection sociale de la ville de Moscou.

  • “Le départ solennel de la police montée de Moscou”, prestation des cavaliers du 1er régiment de police opérationnelle de la direction générale du ministère de l’Intérieur de la Russie devant la ville de Moscou
  • Spectacle lumineux et fougueux avec des étalons andalous et des chevaux miniatures de l’élevage Hidalgo de Saint-Pétersbourg
  • Salle de magie avec pegasus et licornes formés du théâtre équestre de Yana Shanikova
  • Un spectacle coloré avec des chevaux miniatures du complexe de créateurs équestres et de l’Association russe des chevaux miniatures américains,
  • Prestation du groupe de cérémonie équestre pour les enfants de l’école d’équitation du Kremlin.

 

18h30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie

k

Mardi 27 août 2019

14h30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie.

18h30 : Association autonome ” Club équestre ” Ecole d’équitation du Kremlin “.

k

Mercredi 28 août 2019

14h30 : Association autonome ” Club équestre ” Ecole d’équitation du Kremlin “.

18h30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie

k

Jeudi 29 août 2019

14h30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie.

18h30 : Association autonome ” Club équestre ” Ecole d’équitation du Kremlin “

k

Vendredi 30 août 2019

10h : Concours de Djiguitovka pour enfants en lice pour le prix du festival Spasskaya Tower.

Djiguitovka est une exercice militaire historique de la culture équestre nationale. La jiguitovka était un élément important de l’entraînement des cavaliers et avait une signification appliquée par l’armée .

Vingt lauréates et lauréats du concours de sélection de djiguitovka, se dérouleront dans le cadre du 3ème festival Open Moscow de l’ art et du sport équestres pour enfants et jeunes .

Les jeunes athlètes démontreront leurs succès et compétences dans l’exécution d’éléments tels que: «hirondelle», «couché sur la selle», «pendaison de cosaque», «falaise de cosaque», «chevauchant sur la selle», «debout sur l’étrier», «ciseaux» , “Assis sur le cou” et d’autres sur la marche et le trot.

18h30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie.

k

Samedi 31 août 2019

14h30 : Association autonome ” Club équestre ” Ecole d’équitation du Kremlin “

18h30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie.

k

Dimanche 1er septembre 2019

10h30 : Escorte honoraire de cavalerie du régiment présidentiel du service du commandant du Kremlin de Moscou de la Garde fédérale de la Fédération de Russie.

18h30 : Association autonome ” Club équestre ” Ecole d’équitation du Kremlin “

3

Vous pouvez acheter des billets officiels pour le festival international de musique militaire Spasskaya Tower 2019 à Moscou

LLC “Ticket”

Adresse actuelle: 109029, Moscow, st. Kalitnikovskaya SR., D. 15, apt. 2

Adresse légale: 109029, Moscou, st. Kalitnikovskaya SR., D. 15, apt. 2

 

Église de la Résurrection, Palais Catherine

à Tsarkoïe Selo.

 

OUVERTE au PUBLIC

 

Le public depuis cet été 2019 a la possibilité de visiter l’église de la Résurrection du Christ au palais Catherine à Tsarskoïe Selo. Cette chapelle palatine a été construite et des membres du clergé y sont rattachés à partir du 23 mars 1713. Elle possédait une iconostase aux tons bleus et dorés, dont les icônes étaient peintes sur des toiles et aussi un trône recouvert d’un toit en bois et de représentations symboliques des quatre évangélistes.

Le 8 août 1745 en présence de l’impératrice Elizabeth Petrovna, héritière du grand-duc Peter Fedorovich (futur Peter III) et de son épouse, la grande-duchesse Catherine Alexeyevna (future Catherine la Grande). Initialement, l’église a été construite selon le projet de S. Chevakinsky.

F. B. Rastrelli a introduit des modifications dans sa conception, qui a commencé en 1750. C’est la première chapelle du palais. Transférée en 1930 au musée du Palais Catherine, l’iconostase de la chapelle disparaît à l’époque de l’occupation de la ville par les Allemands  durant le siège de Léningrad ainsi que la chambre d’ambre et le trône.

 

Le palais fut entièrement détruit lors de la seconde guerre mondiale.

État de la salle de bal en 1945.

A la retraite de l’armée allemande en janvier 1944, les occupants incendient méthodiquement la totalité du palais, occasionnant l’effondrement de la toiture et des planchers.

C’est une immense carcasse vide aux murs calcinés et aux plafonds effondrés, aux décors détruits ou vandalisés que les soviétiques découvrent avec lamentation le 27 janvier 1944 après le départ des armées allemandes. Le fastueux palais Catherine semble alors définitivement perdu mais c’est sans compter sur l’énergie farouche du peuple russe et des conservateurs du domaine à sauvegarder cet exceptionnel patrimoine historique.

C’est en 1956 que débutent les travaux de restauration du palais avec l’ambition de le reconstruire à l’identique. Après une longue et soigneuse réfection de la couverture, des façades et le rétablissement des étages, commence la restauration des appartements et salle d’apparat. Durant plus de 20 ans, menuisiers, sculpteurs, ébénistes, marbriers, doreurs et staffeurs vont procéder à une restauration patiente et méticuleuse des appartements impériaux afin de permettre la réouverture du palais au public .

Restauration d’un salle du palais

Vestiges de l’église après la seconde guerre (1945)

L’église de la Résurrection  a été peinte avec un vernis au bleu cobalt, sur un fond épais où se détachent brillamment des ornements en or de style rocaille, sculptés, densément dorés. Le peintre L. Karavak et après lui Groot et Weber ont peint une toile dans le caractère de cette architecture.

Intérieur de l’église palatine. Dessin des années 1850

De nombreux artistes russes et étrangers ont participé à sa décoration. Toutes les sculptures sur bois sont réalisées par des maîtres russes. Grigory Kuritsyn, le charpentier Sukhoi, Anton Yakov avec 36 camarades, Valekhin et les charpentiers Okhten ont travaillé sous la direction du sculpteur allemand Dunker. Le travail exigeait des compétences et des qualités artistiques. À l’aide d’un couteau, d’un burin et d’un ciseau à bois, le sculpteur a traité des pièces de bois en leur donnant les formes sophistiquées créées par la fantaisie créative de Rastrelli. La dorure de sculptures en bois était dirigée par un doreur Leprens.

Le 30 mai 1756, l’ église est nommée solennellement  “Église de la Résurrection du Christ” en présence de l’impératrice Elizabeth Petrovna. L’église a été consacrée par l’archevêque de Saint-Pétersbourg et Shlisselburg Sylvester.

Le 29 au soir, en provenance des habitants  de Tsarskoïe, l’évêque de Saint-Pétersbourg, Sylvester, est arrivé avec l’archimandrite Sofroniy du monastère de l’épiphanie Kostroma de Saint-Pétersbourg. Le 30 au matin, commença la lecture de l’évangile  et la consécration de l’eau bénite en présence de sa Majesté Impériale.  Il y eut la procession avec tous les invités et la foule,  à son arrivée, l’évêque commença les cérémonies de  la consécration de l’église. Il y eut une salve de 51 armes à feu. Puis la liturgie  commença suivie d’un sermon” .

Après la consécration F.-B. Rastrelli a présenté le résultat de ses travaux à l’impératrice et au corps diplomatique qui l’accompagnait. Ce jour est considéré comme l’anniversaire du palais du Grand Tsarskoïe Selo. De superbes célébrations ont été organisées, que l’impératrice a données à ses invités.

Toute cette splendeur a été gravement endommagée lors de l’incendie du 12 mai 1820. Le tsar Alexandre Ier a décidé de reconstruire le palais et l’église dans sa forme originale.

Les deux parties de l’intérieur (hall et autel) sont organisées indépendamment. Si une coupole en bois était érigée au-dessus de l’autel, marquée à l’extérieur par une coupole décorative à cinq coupoles, reconstituée dans ses formes originales, le plafond de la salle était alors, comme auparavant, plat avec un immense plafond peint sur toile. Le plafond brûlé est attribué à l’artiste Giuseppe Valeriani. Stasov appelle également le nom d’un autre artiste – Francesco Fontebasso. Il a écrit: “Comme la publication des plafonds de Fonte Basso, qui servait à peindre le plafond décoratif, n’a pas été trouvée dans les différentes bibliothèques lors de la fouille, elle consistait en une série d’informations confirmant ce qui restait dans ma mémoire.”

Eglise de la Résurrection en 1917

L’esquisse, réalisée par V.K.Shebuev d’après les mémoires de Stasov et basée sur des analogies, fut approuvée en septembre 1820. Shebuyev a terminé le plafond en mai 1823, après la consécration de l’église. Les enfants de la maison de Romanov nés à Tsarskoïe Selo furent baptisés ici, parmi lesquels les futurs empereurs Nicolas Ier et Nicolas II. En 1908, le mariage de la grande-duchesse Maria Pavlovna (fille du grand-duc Pavel Alexandrovich) et du prince Guillaume de Suède a eu lieu dans l’église du palais.

Plafond de l’église en 1915.

Le plafond de l’autel en plâtre a été peint par l’artiste D. I. Antonelli. Le nouveau plafond des chorales destiné à remplacer l’ancien, œuvre de D. Valeriani, a été réalisé par les peintres Otto Ignatius et Gustave Gippius.

1917. L’intérieur de l’église de la Résurrection. Couleur autochrome. A. Zeesta.

Pendant la Révolution ( la Grande Guerre patriotique), un garage a été construit dans les locaux de l’église du palais et son intérieur a été pillé ou gravement endommagé. L’église a été fermée en 1922, Quatre-vingt-dix-huit icônes restantes dans l’ église ont été volées et ont disparu. Sur les 114 icônes du 18ème siècle peintes sur bois ou sur toile, quatre ont survécu. Il a été décidé de recréer les images perdues de l’iconostase. Les icônographe  modernes ont peint plus de quarante icônes, à partir, notamment des aquarelles d’Eduard Gau, des photographies en noir et blanc d’avant-guerre, des peintures de la cathédrale Saint-Nicolas-Épiphanie à Saint-Pétersbourg et de l’église Saint-André à Kiev. Comme il n’y a pas d’images d’icônes des murs de l’église, il seront couverts de toiles peintes

Le plafond a été perdu lors de l’occupation du village Pouchkine en 1941-1944. Seuls des fragments  pittoresques de 16 pièces en mauvais état d’une superficie totale de 37 mètres carrés ont été conservés,et un fragment de 3,80 x 8,94 m, retrouvé sur le territoire de Pouchkine après la guerre.

 

Dans les années d’après-guerre, le bâtiment de l’église a été transformé en entrepôts, c’est tout ce qui a survécu dans le palais. Ce n’est qu’en 1957 que des travaux de restauration ont été entrepris.

En 2015-2016 , des échafaudages ont été installés, une partie des travaux de restauration et de conservation ont été effectués, ainsi qu’une étude de la structure et de la composition des couches colorées sur les murs de l’église.

Fragments de décoration originaux conservés pour faire de copies

 

Restauration des panneaux muraux en bois avec remplacement des pertes dans les matériaux historiques.

 

Iconotase de l’église avec les portes royales, cloison de bois  qui sépare les lieux où se tient le clergé célébrant les offices religieux du reste de l’église où se tiennent le chœur, le clergé non célébrant et les fidèles.  Derrière les lambris de l’iconostase, les restaurateurs ont trouvé 182 pièces de décoration soigneusement pliées. Ils ont probablement été enlevés par le personnel du musée dans l’après-guerre, dans l’espoir qu’un jour …. Deux anges décorant le dais de l’autel ont été retrouvés dans le “trésor” derrière un panneau.

En remettant en état des détails intérieurs en papier mâché, les restaurateurs ont trouvé des notes avec les noms des artisanes qui les ont créées : Akulina Nikiforova et Paraskeva Maximova.

L’autel occupe la place principale de l’église il se trouve derrière l’iconotase. Sa partie centrale est soulignée de six colonnes dorées entrelacées de guirlandes de fleurs et de six pilastres. Un fronton triangulaire avec deux figures d’anges ailés sur les pentes et un grand rayonnement au centre complète la porte centrale.

Le plafond de l’autel est fermé par le plafond pittoresque «Gloire du Saint-Esprit», sur lequel les têtes d’anges de l’académicien Andrei Belloli sont représentées dans les nuages.

Le plafond de la salle principale de l’église était recouvert d’un grand plafond pictural «Ascension du Christ». Au XVIIIe siècle, le plafond a été peint par l’artiste Giuseppe Valeriani, et après l’incendie de 1820, il a été peint par le professeur de peinture Vasily Shebuev. Au cours de la Grande Guerre patriotique, la composition centrale multifigurée du plafond a été perdue.

Restauratrice travaillant à la redorure de la partie centrale représentant le symbole divin avec l’inscription en hébreu du nom de Dieu, situé au dessus des portes royales entre deux anges.

 

Nous regrettons que le plafond de l’église n’a pas été préservé. Il a été décidé de le laisser vierge de toute décoration. Il est prévu de remplacer le plafond peint par une démonstration interactive visuelle soigneusement réalisée.

Le président russe Vladimir Poutine lors de sa visite pour la fin de travaux de restauration de l’église de la Résurrection du Christ dans le palais Catherine à Tsarskoïe Selo. 10 avril 2019. La restauration de l’Église de la Résurrection du Christ du Palais de Catherine a été rendue possible grâce au soutien financier du PJSC Gazprom.

 

Radio Russe, Russian Media Groupe

et SOVA Production.

mardi 13, mercredi 14  et jeudi 15 août

2019  à 20h

Espace Fontvieille, Monaco

L’animateur du festival, Dmitry Olenin,
.
est l’un des présentateurs et animateurs les plus recherchés de Russie, le présentateur de la radio russe, dont la voix est connue et aimée par des millions d’auditeurs. 

Mardi 13 août

Les spectateurs du Festival entreront dans l’histoire ! Le festival présentera comme concert sur la Côte d’Azur Leningrad Band  ! Véritables icônes de la scène musicale russe, lauréats de nombreux prix musicaux, artistes exceptionnels, garantie d’un spectacle inoubliable !

g

Mercredi 14 août,

La scène du Festival réunira trois divas qui sont au sommet de leur popularité :

LOBODA une véritable star lauréate de nombreux prix musicaux, qui vient de terminer avec succès sa tournée européenne.

e

MARUV, l’une des principales découvertes de l’année, auteur-comositrice et interprète.

e

Lena Temnikova, connue depuis longtemps par le public russophone.  Elle a fait partie du groupe Serebro.

g

Jeudi 15 août 

Place aux hommes sur la scène.

Dima Bilan, artiste qui a conquis le cœur de l’Europe et est devenu le vainqueur de “Eurovision 2008”. Il a également été membre du jury de “The Voice. Russie”.

e


Vous serez émus par chaque chanson romantique de EMIN qui sera une véritable déclaration d’amour !

e

 Zemlyane Band qui célèbre cette année ses 40 ans, saura plaire comme toujours avec des nouvelles chansons. Le responsable et directeur musical en est Sergueï Skachkov. C’est un groupe de rock soviétique et russe, l’un des groupes les plus en vue de la période de VIA dans la musique soviétique, qui a introduit des éléments de la musique rock sur la scène soviétique.

3

Espace Fontvieille
5, avenue des Ligures
98000 Monaco
TARIFS:

Abonnement pour 3 jours de concert: VIP*: 1 200 €, Premium: 500€, Basique: 220€

Parterre: 100€

Prix du billet pour chaque concert: VIP*: 500€, Premium: 250€, Basique: 100€,

Parterre: 50€

*VIP – le prix comprend: coin salon, service de bar à la carte, service de voiturier

SUPER VIP (pour groupes de 15 personnes) – 800 euros par personne. Pour plus d’informations sur ce tarif, appelez le 06 40 62 79 79

RÉSERVATION:
Russian Music Festival
https://www.billetweb.fr/rmf
Tél. : +33 763 95 33 33

Exposition organisée par

La Banque de Russie

250 ans de papier-monnaie russe ” .

 Jeudi 1er  au vendredi 30 août 2019

Rue Arbat et Boulevard Tverskoï, Moscou

Il présentera 30 photographies de billets de banque appartenant à la collection du musée de la Banque de Russie, illustrant l’évolution des méthodes de fabrication de l’argent. En outre, les visiteurs pourront voir des billets de banque modernes, démontrant le design et les avancées technologiques de nos jours.

L’ exposition Bd Tverskoï rassemblera des photographies de bâtiments (monuments historiques et culturels d’importance fédérale, régionale et locale) dans lesquelles se trouvent les institutions de la Banque de Russie.

g

L’impératrice Catherine II a signé le manifeste sur l’établissement de “banques d’État pour l’échange de billets de banque” le 29 décembre 1768 (sur le nouveau style – 9 janvier 1769). Ce fut le début de la circulation de la monnaie de papier en Russie. Les premières notes ont été imprimées la même année 1769.
Le papier pour les premiers billets a été fabriqué dans une usine de papier à Krasnoe Selo, l’imprimerie du Sénat se livrant à l’impression. Et depuis 1818, la production de papier et l’impression de papier-monnaie ont été combinées dans une entreprise – l’Expédition de l’approvisionnement en papiers d’État (depuis 1919 – Goznak).

Les premiers billets – appelés assignations – ont été imprimés sous Catherine II. Les billets étaient devenus indispensables, car le Trésor manquait de pièces d’argent : le pays dépensait des sommes importantes pour ses besoins militaires et les notes étaient réglées en pièces d’or et d’argent, surtout avec les fournisseurs étrangers. La première émission s’est élevée à un million de roubles en billets de 25, 50, 75 et 100 roubles. Ces assignations se prêtaient facilement à la contrefaçon et les billets de 25 roubles devenaient souvent des billets de 75.

g

1897 – Fin de la réforme monétaire qui a établi l’étalon-or, un système dans lequel l’unité monétaire est définie en référence à un poids fixe d’or. Les billets émis portaient l’inscription suivante : « La Banque nationale convertit les billets en or sans aucune restriction ».

g

1898 – Année de parution, pour la première fois, de la plus grosse coupure d’un montant de 500 roubles.

g

1907 – Sur fond de perfectionnement des moyens d’impression, l’Etat émet progressivement de nouveaux billets de 3, 5, 10, 25, 100 et 500 roubles.

g

1912 – Une nouvelle coupure de 50 roubles paraît. Les dimensions du billet de 1912 sont de 275×126 mm

g

1917 – Titres de compte du gouvernement soviétique. Après la Révolution d’Octobre de 1917, l’Empire russe a cessé d’exister. La République socialiste fédérative soviétique de Russie (RSFSR) se devait d’avoir sa monnaie. En 1919, elle émet de nouveaux roubles avec les armoiries de l’Etat. Officiellement, ce sont des « titres de compte » et non de l’argent, car le gouvernement soviétique se fixe pour objectif d’édifier une société communiste où l’argent n’existera plus.

g

1921 – L’aspect du rouble a été simplifié pour des raisons d’économie.

g

1922 – A cette date, l’émission de billets a pris une ampleur catastrophique. Le rouble se situant parmi les monnaies les plus faibles, les ménages les plus modestes comptaient l’argent en millions. Au final, le pays a créé un nouveau rouble en supprimant plusieurs zéros : 1 rouble de 1922 valait 10 000 anciens roubles. Les nouvelles coupures avaient une finition graphique plus soignée.

g

1923 – Billets de l’URSS d’une valeur de 10 00, 15 000 et 25 000 roubles. Les billets sont frappés, pour la première fois, des armoiries de l’URSS (formée en décembre 1922) avec un ruban qui s’enroule six fois autour des épis, d’après le nombre de républiques regroupées au sein de l’Union soviétique. Les inscriptions sur les billets sont également faites en six langues : russe, biélorusse, ukrainien, géorgien, arménien et azerbaïdjanais.

g

1924 – Rouble soviètique. Les billets de 1923 ont été rachetés à la population à raison d’un rouble d’or en billets de trésorerie contre 50 000 anciens roubles. A l’issue de toutes ces réformes, le pays a obtenu le rouble soviétique valant 50 milliards de roubles d’avant 1922.

g

1925 – Les coupures de 3 et 5 roubles changent de look.

g

1924 – Nouveau changement esthétique pour les billets de 1, 3 et 5 roubles. Ils comportent désormais la signature du commissaire du peuple des Finances, Grigori Grinko. Toutefois, ce dernier a été arrêté et il a été décidé de réémettre des billets de même valeur et de même apparence, mais sans sa signature.

g

1938 – Les billets de 1, 3 et 5 roubles changent encore une fois de look et arborent les images d’un mineur, d’un soldat de l’Armée Rouge et d’un pilote. Les coupures de valeur supérieures sont nominées en tchervonets (monnaie intérieure valant 10 roubles).

g

1947 – Réforme monétaire. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la population recevait les produits alimentaires et ménagers contre des cartes de rationnement à des prix fixes. Suite à la réduction de la vente au détail, le pays comptait des billets superflus en circulation. Il a été décidé que 10 anciens roubles vaudraient 1 nouveau rouble. Le pays a émis plusieurs coupures d’une valeur allant de 1 à 100 roubles.

g

1961 – L’argent, les prix et les tarifs sont évalués en nouveau rouble valant 10 anciens roubles. De nouvelles coupures, d’une valeur de 1 à 100 roubles, et des pièces sont mises en circulation. L’argent « version 1961 » a été celui qui a duré le plus longtemps de toute l’histoire de l’Union soviétique : jusqu’à la réforme du 23 janvier 1991.

g

1991 – Réforme dont l’objectif est d’éliminer une masse fiduciaire superflue. Selon les projets, les coupures de 50 et 100 roubles de 1961 devaient être échangées contre des billets moins importants toujours de 1961 et des billets de 50 et 100 roubles de 1991. Toutefois, les conditions étaient strictes : pas plus de 1000 roubles par personne. Ceci a permis de retirer de la circulation 14 milliards de roubles en espèces.

g

1992 – L’Union soviétique a cessé d’exister fin 1991, mais les billets à armoiries de l’URSS ont continué à être émis. 1992 a vu apparaître des coupures réactualisées d’une valeur de 50 à 1000 roubles : ce furent les derniers billets soviétiques.

g

1993 – Unique moyen de paiement. Réforme monétaire qui a mis hors circulation les billets de toutes les émissions précédentes et reconnu en qualité d’unique moyen de paiement les coupures de la Banque de Russie de 1993.

g

1995 – Le pays fait imprimer de nouveaux billets de 1000 à 500 000 roubles avec des changements au niveau esthétique et mieux sécurisés. Les coupures représentent des vues de villes russes comme Vladivostok, Novgorod, Krasnoïarsk, Saint-Pétersbourg et Moscou.

g

1998 – Le pays a supprimé plusieurs zéros de sa monnaie et a imprimé de nouveaux billets de 5, 10, 50, 100 et 500 roubles.

g

2013 – Mise en circulation d’un billet de 100 roubles avec la date « 2014 » consacré aux Jeux olympiques de Sotchi.

g

2018 – Le 22 mai, un nouveau billet de banque commémoratif consacré à la Coupe du Monde de la FIFA 2018 a été lancé. Le revers de la nouvelle facture est un garçon avec un ballon de football à la main et un gardien de but dans un saut pour le ballon. La figure du gardien de but capture facilement l’image du célèbre footballeur russe Lev Yashin. Au verso du billet se trouve un ballon de football, stylisé en globe terrestre, sur lequel, outre les losanges habituels – pentagones, le territoire de la Fédération de Russie est mis en évidence en couleur.

3

En outre, l’exposition «Maison de la banque» ouvrira ses portes le 1 er août . L’exposition sur le boulevard Tverskoï rassemblera des photographies de bâtiments (monuments historiques et culturels d’importance fédérale, régionale et locale) dans lesquelles se trouvent les institutions de la Banque de Russie.

Entrée est gratuite.

 

Restauration

de

” Mamayev Kurgan ” à Volgograd.

Juin 2019 – mai 2020

Dans la région de Volgograd, une restauration à grande échelle du monument « Mamayev Kurgan », a été lancée à l’aide de matériaux et de technologies de pointe, permettant de le préserver pour les générations futures. Pour la première fois depuis sa construction,  « Aux héros de la bataille de Stalingrad » sur Mamayev Kurgan est revêtue d’un échafaudage.

La Statue de la Mère-PatrieРодина-мать зовёт!, littéralement : « L’Appel de la Mère-Patrie » ou « La Mère-Patrie appelle ! »), est une statue gigantesque érigée sur la colline Kurgan (anciennement Stalingrad), qui fut, durant la bataille de Stalingrad, l’enjeu de combats acharnés et décisifs pour la chute du troisième Reich en Europe.

 

Construction de la sculpture en 1965

La statue est haute de 85 m, elle est composée de 5 500 tonnes de béton et 2 400 tonnes de métal. L’épée mesure 33 m et pèse 14 tonnes, tandis que la partie suspendue du châle en porte à faux, pèse 250 tonnes. L’épée, longue de 33 mètres pèse 14 tonnes, était à l’origine en acier inoxydable doublé de feuilles de titane, a été remplacée en en 1972, par une autre entièrement en acier. L’épaisseur de béton de la statue ne dépasse pas 25 cm à 30 cm.

 

Cette sculpture gigantesque est due au sculpteur Evgueni Voutchetitch et à l’ingénieur Nikolaï Nikitine, sur un projet de l’architecte Iakov Bielopolski, construite de 1959 terminée en 1967.

g

Le vent fort n’a pas effrayé les travailleurs de grimper à 187 mètres au-dessus du sol. © Peter Lukashin

Début de l’échafaudage.

Des “forêts” atypiques de configuration complexe, soutenant et ceinturant des poutres métalliques, des sols pour réduire la charge du vent ont été réalisées, Les échafaudages eux-mêmes ont pris presque deux mois, sans oublier la construction d’accès routier. Les restaurateurs devront réparer toutes les fissures et les éclats apparus sur la sculpture au fil des ans sous l’influence de la pluie et du vent, du soleil et de la neige.

Echafaudage en juillet 2019.

 Le monument sera recouvert d’un composé hydrofuge de coloration spéciale, qui sera dans la couleur du béton.

À l’occasion de l’anniversaire du 75e anniversaire de la victoire de ” Mamaev Kurgan ” dans la Grande Guerre patriotique, la visite du président de la Fédértion de Russie, qui appréciera la qualité de la restauration de ce haut sommet de la Russie, n’est pas exclue.