Informations Internationales

Festival d’été de Monte-Carlo 2019

Dîner et concert avec

Philip Kirkorov

Samedi 27 juillet 2017

Salle des Étoiles, Sporting de Monte-Carlo.

Le célèbre festival d’ été de Monte – Carlo (Monte – Carlo Sporting Summer Festival ) accueille deux interprètes russophone.

Nous nous sommes habitués à ce que chaque été Monaco offre à ses habitants et à ses invités des concerts de stars mondiales. Des divas d’opéra aux musiciens de rock. Mais récemment, des artistes russes se sont rendus en tournée dans la Principauté. L’année dernière, les habitants de Monaco ont pu découvrir la créativité de Stas Mikhailov, du groupe de Leningrad et de la chanteuse ukrainienne Svetlana Loboda. Cette année sur la Côte d’Azur a décidé d’accueillir le roi de la musique pop russe Philip Kirkorov. Sa représentation est prévue pour le 27 juillet à la “Salle des Etoiles”. Le concert aura lieu avec un dîner de gala et le prix du billet est de 457 euros. Ainsi que la chanteuse ukrainienne Svetlana Loboda.

Phillip Kirkorov a choisi le destin de l’éternel vagabond, échangeant le confort de son foyer contre la “kibitka nomade” de l’artiste … Cependant, le destin lui-même l’a plutôt choisi pour ses routes. Lorsque le petit Philippe tomba gravement malade, ses parents, qui vivaient alors en Bulgarie, se rendirent chez la célèbre prophétesse Vanga. Elle leur a dit: “Je vois votre fils sur une haute montagne, il se lève et brandit un bâton de métal.” Quelques années plus tard seulement, il était clair que cette montagne était un Olympe musical, et le «bâton de métal» était un micro ordinaire …

Philipp Kirkorov (son vrai nom – Philip Kirkorov Bedros ), né le 30 avril 1967 à Varna en Bulgarie. Chanteur russe de pop, acteur, compositeur et producteur. Artiste de la Fédération de Russie en 2008, artiste du peuple d’Ukraine en 2008, artiste du peuple de Moldavie en 2018. D’origine arménienne par son père qui avait changé son nom  Krikorian en Kirkorov, car c’était une condition préalable à l’entrée dans l’école bulgare.

Dès l’âge de cinq ans, il part en tournée avec ses parents. Enfant, il a vécu à Moscou. On pense que pour la première fois, Philip a assisté au concert de son père , dans le théâtre de Petrozavodzk. Bedros a chanté sa chanson autobiographique «Son», dédiée aux tankistes soviétiques rencontrés en 1944 à Varna. À la fin de la chanson, Philip entra sur la scène et offrit un œillet à son père . Il est diplômé de l’école de Moscou numéro 413 avec une médaille d’or.

Il fait ses études à l’école musicale Gnessine de Moscou en 1985-1988 qu’il termine avec un diplôme rouge (équivalent de la mention très bien). Il commence sa carrière dès 1985 avec son apparition à la télévision dans une chanson bulgare Aliocha, mais c’est en 1987 qu’elle prend un véritable tournant avec une tournée à Berlin Est et sa rencontre quelques mois plus tard avec la célèbre chanteuse Alla Pougatcheva qui l’invite à ses spectacles télévisés Rencontres de Noël.

Alla Pougatcheva avec Philip Kirkorov

Les années 1990 consacrent sa popularité avec de nombreuses chansons et dès lors Kirkorov ne quitte plus le devant de la scène dans toute la Russie et les anciens pays du bloc soviétique.

Huit fois vainqueur du prix Ovation, cinq fois vainqueur du World Music Awards en  tant que chanteur le plus populaire de Russie, plusieurs fois vainqueur du Golden Gramophone.

Le 31 décembre 2014, il chante à la télévision russe la chanson de Mireille Mathieu:  Tous les enfants chantent avec moi en français pour le réveillon. En 2017 il est décoré de l’Ordre de l’Honneur par le président Vladimir Poutine.

h

SPORTING MONTE-CARLO

Salle des Étoiles 
26 Avenue Princesse Grace
98000 – MONACO

Dîner spectacle: 465€

Réservation : CLIQUEZ

Le 28 mai 2019, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le représentant plénipotentiaire présidentiel, Igor Shchegolev, le Chef du Département de la culture de Moscou, Alexander Kibovsky, le Directeur de la DRZ, Viktor Moskvin, membres du Conseil mondial de coordination des compatriotes russes (WKS),  Natalya Soljenitsyne la veuve de l’écrivain , conseillère présidentielle pour les affaires culturelles de la Fédération de Russie, Vladimir Tolstoï, chef du département des relations extérieures de Moscou,ont inauguré ce nouveau musée dans un bâtiment de la rue Nizhnyaya Radischevskaya à Moscou.
.

L’inauguration du premier musée d’État de la diaspora russeà l’étranger, présente une exposition  consacrée à l’histoire des communautés russes multinationales et multiconfessionnelles à l’étranger. Le vingtième siècle a été très difficile pour le peuple russe. Beaucoup de Russes ont été forcés de quitter leur pays. Cependant, malgré des conditions de vie difficiles, ils ont réussi à préserver leur identité culturelle et civilisationnelle et à la transmettre à leurs enfants et petits-enfants. Ces émigrés ont sauvé des héritages de famille, des photographies, des journaux intimes, des lettres qui en disent long sur le destin dramatique du destin de leurs propriétaires, sur l’histoire de notre pays dans son ensemble.

Les expositions situées au rez-de-chaussée portent sur le thème : «Dans l’épître: l’émigration russe dans le monde» et au second étage : «En exil: la première vague d’émigration russe».
L’exposition commence par un historique de l’émigration russe. Les visiteurs découvriront les différentes étapes de la formation de l’émigration russe post-révolutionnaire, de sa formation et de son développement.
Des reliques de musée, des documents d’archives, des objets typologiques, des installations, du contenu multimédia, des programmes vidéo et audio les y aideront. Les visiteurs découvriront l’histoire du célèbre “Philosopher’s Steamer” (objets exposés dans l’espace muséal pour la première fois, dont un fragment d’une couverture tricotée appartenant à Tsarevich Alexei, un album photo du légendaire yacht “Standart” de la famille Botkin, des dessins authentiques du futur empereur Alexandre II de la garde russe époque et plus.
Au total, le musée possède plus de 1.2 mille pièces authentiques, offertes à la Maison des Russes de l’étranger par des émigrés russes de la “première vague” ou leurs descendants.
Une vitrine distincte est consacrée au travail de Soljenitsyne sur la préservation du patrimoine de l’émigration russe.

Le prince Alexandre Troubetzkoï,  membre du Conseil mondial de coordination des compatriotes russes, a fait don de reliques du régiment de grenadiers à cheval  au premier musée national des Russes à l’étranger. Il a qualifié l’ouverture du musée de la diaspora russe de moment très important dans l’histoire de la Russie. Les membres de la famille Sikorsky, descendants d’un scientifique et d’un concepteur aéronautique renommés, ont remis leurs archives au Musée.

Comme l’a dit Alexandre Troubetzkoï, le 29 mai 2019, une réunion a eu lieu à la Maison des russes de l’étranger, au cours de laquelle des personnalités originaires de Suisse, d’Australie et de France ont participé, pour apporter des documents souvenirs pour le Musée. Lors de la table ronde, ils ont évoqué les contributions des compatriotes à l’étranger à l’économie russe, ainsi que les questions relatives à l’extension de l’action “Immortal Regiment” à la Deuxième guerre mondiale, mais également à la Première Guerre mondiale et à toutes les guerres du XXe siècle.

Les expositions du Musée ont été rassemblées grâce à des compatriotes à l’étranger – plus de 500 donateurs du monde entier ont déjà fait don de leurs souvenirs.

3

Musée de l’Émigration Russe

Nizhnyaya Radischevskaya ul., 2, Moscou, Russie

Tél :  +7 495 915 10 47

Ouvert jusqu’à 19h.

Métro : Taganskaya (5)

Exposition

«L’échelle dans l’esprit, la vie et l’art»

avec André et Vladimir Hofmann

Jusqu’au 29 septembre 2019

Centre Mikhaïl Chémiakine, Saint Petersbourg.

 

«L’échelle dans l’esprit, la vie et l’art» ouvre un nouveau sujet de recherche pour plus d’un demi-siècle de recherches intitulé «Musée imaginaire» de l’artiste et sculpteur Mikhail Chemiakine. 700 images vous présenteront l’image de l’escalier dans les œuvres de différents maîtres de l’Antiquité à nos jours. À travers le prisme du thème choisi, vous verrez de l’art primitif, des complexes de temples anciens, une icône russe, des manuscrits médiévaux, des affiches de cirque, des performances et toutes sortes d’expositions d’art moderne.

Pendant six mois, le Centre pour Mikhail Chemiakine a organisé un concours d’artistes contemporains sur le thème «L’échelle dans l’art», associé aux recherches du Musée imaginaire de Mikhail Chemiakine. Au total, environ 300 demandes de participation. Parmi les sélectionnés primés du concours, figurent les Frères Hofmann, Vladimir et Andreï dit Sadko.

f

Vladimir Hofmann, sculpteur d’origine russe né et vivant à Paris comme il aime à le dire “Je suis Russe parisien“, français de papiers mais russe de cœur. Descendent d’une illustre famille pétersbourgeoise, le russe que toute la famille parlait à la maison fut sa première langue, il n’a appris le français qu’à l’école.  Son credo artistique a été influencé par son origine russe et l’ambiance familiale, oscillant entre la musique, la danse et les arts plastiques.

Vladimir Hofmann devant une sculpture

Depuis les années 1970, il expose en France et à l’étranger avec son frère jumeau, André dit Sadko (décédé en décembre 2016), et, depuis 2001, en Russie, terre de ses ancêtres, où il effectue de fréquents séjours, notamment à Saint-Pétersbourg, le berceau familial.

Andreï Hofmann dit Sadko

(10 novembre 1945 – 18 décembre 2016) 

“L’artiste donne a voir ce qui est inaccessible a l’oeil; il montre l’invisible… Par son art, il révèle son propre univers et sa personnalité.” Vladimir Hofmann.

Vladimir Hofmann, en sculpture, est titulaire de la médaille de vermeil de la Ville de Paris. Ses œuvres se trouvent dans les collections privées de par le monde.

3

Le Centre Mikhail Сhémiakine organise régulièrement des conférences, des master classes, des pièces de théâtre, des concerts et bien sûr des expositions d’œuvres de Shemyakin et de ses contemporains.

3

Centre Mikhaïl Chémiakine

Sadovaya St. N°7, Saint Petersbourg, Russie.

Tél: +7(921)849-41-89

Horaires: du mardi au dimanche de 11h00 à 20h00.

Fermeture les 28 et 29 mai 2019.

Musée de l’ERMITAGE

à la

BIENNALE DE VENISE 2019

11 mai – 24 novembre 2019 

La 58e Biennale de Venise dure plus de six mois depuis les deux dernières éditions. 90 pavillons nationaux qui, de l’Albanie (commissaire, la toute jeune Alicia Knock du Centre Pompidou) à la Russie (pour la première fois, une institution, l’Ermitage de Saint-Pétersbourg en est le commissaire! ) y défendent leurs scènes et leurs artistes, dans une compétition moins feutrée qu’il n’y paraît.

Vue aérienne de la Biennale de Venise.

Le Musée de l’Ermitage occupera le pavillon  russe de la biennale de Venise
Le musée d’art ancien de Saint-Pétersbourg sera à la fois le sujet et le commissaire du pavillon russe à la prochaine Biennale de Venise. Une configuration aussi inédite qu’incongrue en matière d’art contemporain.
Fâché avec l’art contemporain, mais contraint de participer à la 58e Biennale de Venise pour une question d’image, le pouvoir russe pense avoir trouvé un compromis astucieux.


Le pavillon russe sera consacré au Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg.
L’Ermitage sera à la fois le thème central, le partenaire de l’exposition, mais aussi le commissaire de l’exposition.

Artistes : Alexandre Sokourov (cinéaste), Alexander Shishkin-Hokusai (décorateur de théâtre) et des étudiants de l’Académie des arts de Saint-Pétersbourg
Commissaire de l’exposition : Semion Mikhaïlovsky,recteur de l’Académie Repine de peinture, sculpture et architecture.

d

Le pavillon russe est l’un des rares pavillons nationaux construits avant la Première Guerre mondiale en 1914 sous Nicolas II. C’est le célèbre architecte russe qui l’a conçu,Alexeï Viktorovitch Chtchoussev (Алексе́й Ви́кторович Щу́сев, en roumain : Aleksei Victorovici Șciusev), né le 26 septembre 1873 à Kichinev (Moldavie) décédé le 24 mai 1949 à Moscou.

Chtchoussev était un architecte demandé en Russie, mais il a également beaucoup travaillé à l’étranger, notamment en Italie, où il a construit les églises russes de Bari et de San Remo. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que ce soit lui qui fut chargé de créer le pavillon russe à Venise. Il s’est inspiré des images anciennes russes pour construire le pavillon russe à Venise, sans toutefois oublier sa destination : le toit de celui-ci est vitré pour laisser entrer la lumière du jour.

Dans les années 1930 le pavillon a été abandonné par l’Union soviétique n’envoyant plus de délégation à la Biennale de Venise. Le bâtiment qui n’avait pas été utilisé, est donc devenu vétuste. Ce n’est qu’au XXIème siècle qu’il a été entièrement rénové suivant les plans de Chtchoussev. Aujourd’hui le pavillon est classé monument historique et architectural

d

 

Directeur artistique de la 58ème Biennale 2019

Ralph RugoffMark Atkins

Le directeur artistique de la prochaine Biennale de Venise sera Ralph Rugoff, néé à New York, Rugoff est directeur de la Hayward Gallery de Londres depuis 2006, où il a organisé des expositions telles que Invisible: l’art sur l’invisible 1957-2012 (2012) et Le facteur humain: la figure de la sculpture contemporaine (2014).  Il a également été commissaire de la 13e Biennale de Lyon (La Vie Moderne) en 2015. Il a été nommé directeur de l’Institut des arts contemporains CCA Wattis à San Francisco en 2000.

d

Plan Biennale 2019

 

Renseignements: CLIQUEZ

Tél. : +39 041 5218 828

Fermé le lundi (sauf les 13 mai, 2 septembre et 18 novembre)

ENTRÉES: “Giardini” ouvert de 10h à 18h
“Arsenale” ouvert de 10h à 18h

Tarifs: Plein tarif 35 €
Étudiants et moins de 26 ans:  25 €

 

Conférence

“50 ans d’amour conjugal

Lettres de Nabokov à Véra”

par la Princesse Laure Troubetzkoy

Jeudi 2 mai 2019 à 19h30

La Vénerie, Watermael-Boitsfort, Belgique

Tout au long du demi-siècle que dura leur mariage, Vladimir et Véra Nabokov furent rarement séparés. Cela n’empêcha pas Nabokov d’écrire un nombre considérable de lettres à sa femme. Au début correspondance à sens unique (Véra ayant détruit ses propres lettres)dans les années qui ont suivi leur rencontre, en mai 1923, à Berlin, où leurs familles respectives avaient fui le pouvoir bolchevique. L’obligation pour Véra de partir se soigner dans un sanatorium de la Forêt Noire, la visite de Vladimir à sa famille réfugiée à Prague, son départ pour Paris, où Véra refuse de le rejoindre, puis, plus tard, ses conférences dans le sud des États-Unis sont autant de raisons qui ont suscité ces lettres. On y voit la passion de Nabokov pour sa femme, les bouleversements auxquels tous deux sont confrontés dans leurs vies matérielles et affectives, le dénuement qui est le sien lors de ses débuts à Paris, sa quête d’un refuge pour sa famille en France, en Angleterre ou aux États-Unis, l’intérêt croissant suscité par son oeuvre auprès des éditeurs et d’un public éclairé, l’importance du jugement de Véra sur son travail. Ces lettres, nous éclairent sur son travail d’écrivain, son énergie créatrice, la pléthore de sujets qui surgissent, l’intensité de son travail – et laissent entrevoir ce qui constitue la spécificité de son style : sa veine parodique, poétique, virtuose et ses jeux de mots.

h

Laure Troubetzkoy, née Spingler,  professeur des universités Directrice de l’UFR d’Études slaves – Centre Malesherbes Responsable du Master d’Études slaves Section 13 : Langues et littératures slaves Domaines d’enseignement et de recherche : Littérature russe des XIXe et XXe siècles. L’espace russe et ses représentations ; littérature et voyages ; littérature et arts.

3

La Vénerie/Les Ecuries
Place Antoine Gilson, 3
Watermael-Boitsfort, Belgique
Tél:02/663.13.50

Exposition

“La Vie après la vie”

Jusqu’au 22 mai 2019

au Manège de St Pétersbourg

3

Cette exposition montre comment le sujet de la “Mort et de l’Immortalité” est révélé dans les beaux-arts (peinture, graphisme, sculpture) d’artistes de Saint Pétersbourg.

 Le miroir de l’immortalité, début. XIX siècle. Musée de l’Ermitage

Cette exposition est organisée en coopération avec plus de 20 musées, le musée de l’Ermitage, le musée d’État de Russie, la galerie d’État Trétiakov et d’autres musées de Saint-Pétersbourg, Moscou et les villes russes de Krasnodar à Pskov.

Aaron fait traverser les âmes  des morts, Alexandre Litovchenko (1835-1890)

Dans l’espace du Manège, des œuvres créées par des artistes tels que Alexei Venetsianov, Karl Brullov, Petr Klodt, Fiodor Bruni, Mark Antokolsky, Viktor Borisov-Musatov, Nicolaï Ivanovitch Tikhobrazov, Mikhaïl Vrubel, Vasily Sourikov, Victor Vasnetsov, Vasily Polenov, Alexander Golovine, Ilia Repine, Kuzma Petrov-Vodkine, Ivan Bilibine, Nikolaï Rœrich, Mtislav Dobouzhinsky, Alexander Benois, Vladimir Sterligov, Alexander Arefyev, Pavel Kondratiev, Marc Chagall, Evseï Moiseïenko, Andrei Mylnikov, Orykh – Yuldus Bakhtiozina.

“Vision du prophète Ezechiel”, Fiodor Bruni (1799 – 1875), Cathédrale St Issac

 Les œuvres des maîtres modernes y sont également exposées, parmi lesquelles figurent :  Anatoly Belkin, Alexander Zagoskin, Vladimir Kustov, Vyacheslav Mikhailov, Denis Patrakeev, Vitaly Pushnitsky, Nikolai Sazhin, Constantin Simoun, Dmitry Shagin, Mikhail Chemyakin et beaucoup d’autres.

 

Hercule libérant Prométhée, Petite médaille d’or, N.I. Tikhobrazov 1843

 Le hall d’exposition central “Manège”, est le plus grand espace d’exposition de Saint-Pétersbourg. Ce sont 130 artistes issus des collections de 23 musées et galeries, ainsi que de 30 collections privées. L’exposition compte plus de 300 œuvres.

Le dernier jour de Pompeï, Karl Brullov 1830-1833

«Ici, vous pouvez voir toute une gamme de réflexions sur la vie, la mort et l’immortalité : de la perte tragique de la  vie et de la peur de l’incertitude mystique aux images magiques et fabuleuses qui reflètent le principal secret de l’humanité», explique Elizaveta Pavlycheva, commissaire de l’exposition.

Voici l’héroïsme et le dépassement, et le jeu avec la mort: tout est rempli d’expériences émotionnelles philosophiques profondes des auteurs.”

L’exposition donne un effet qui peut être exprimé par : «En général, tout le monde est mort». Deux étages du Manège, remplis de gradins, se dressent devant les yeux, chacun comportant trois peintures dont chacune meurt … A l’entrée de l’exposition, il y a un mur sur lequel, comme dans un columbarium, il y a des citations, chacune d’elles comporte le mot “mort“.
La perfection, c’est presque la mort” (Marc Chagall).  Vasily Polenov déclaré : “La mort d’une personne qui a réussi à réaliser certains de ses desseins est un événement naturel, non seulement triste, mais plutôt joyeux, c’est-à-dire repos, paix, sa non-existence, mais son être reste et entre dans ce qu’il a créé.” . «Je pense que la mort est importante pour chaque personne. A partir du moment où nous commençons à penser à qui nous sommes, nous commençons à penser”. La scénographie de l’exposition joue un rôle majeur : en regardant l’exposition, le visiteur parcourt un labyrinthe de plans noirs obliques, suspendu au-dessus de celle-ci.

Le Manège organisera tous les jours des visites guidées : en semaine à 15h00 et à 18h00, le week-end à midi et à 15h00. Inscription obligatoire. 

3

Le Manège est construit dans le style du classicisme de 1804 à 1807 sur le projet de Giacoma Quarengui, façon d’évoquer le Parthénon et pour l’entraînement hivernal et estival, ainsi que par le dressage équestre  du régiment des Cavaliers de la Garde.

 

Enseignement hivernal des cavaliers à la fin du XIX°

3

Central Exhibition Hall “Manege”
Place Saint-Isaac, 1 Saint-Pétersbourg

Tél : +7 812 611 11 00

Tarifs : adultes – 300 roubles.
étudiants (tous les pays) – 150 roubles.

 Visites guidées : en semaine à 15h00 et à 18h00, le week-end à midi et à 15h00. Inscription obligatoire. 

 

 

Conférence

“Chamanisme et tradition musicale”

par Emilie Maj

 

Concert de Spiridon Shishigin

virtuose de Guimbarde.

 

Stage de 16h à 18h

Galerie Hozo-Vision

 

Jeudi 25 avril 2019 à 19h30

” Au Cazard “, Lausanne, Suisse

 

Au Nord-Est de la Sibérie, la République Sakha est connue comme l’endroit le plus froid du monde.
Au fil des siècles, le peuple sakha (ou yakoute) a perpétué un mode de vie ancestral en relation étroite avec la nature.
Même si une grande partie de la population vit aujourd’hui dans les villages ou les villes, les éleveurs de chevaux et de rennes sont encore bien présents dans la taïga.

Dans la vie moderne, l’attachement à la nature se traduit par un amour de la guimbarde, instrument considéré comme don des esprits et dont tous les Yakoutes, des plus petits aux plus grands, savent jouer.

Pour la première fois en Suisse, le virtuose de guimbarde Spiridon Shishigin, Directeur d’une grande école au sud de Iakousk, il est l’un des personnages qui ont joué un rôle prépondérant dans le renouveau de la guimbarde en République Sakha (Yakoutie). L’un des premiers Sakhas à jouer à l’étranger, il a notamment interprété en 1995 la bande son du film «Chamane» de Bartabas.

Maître de guimbarde et des traditions musicales yakoutes, Spiridon est virtuose de guimbarde.
Dans son style, il a préservé le «jeu long», une technique ancienne oubliée par la jeune génération.
Spiridon ne se rend jamais à un concert sans emporter avec lui un petit sac mystérieux. A l’intérieur : des guimbardes des toutes sortes… qui s’apprennent les unes aux autres à jouer. Certaines y demeurent quelques jours, d’autres quelques mois… ou plusieurs années. Jusqu’à ce que Spiridon décide qu’elles sont enfin capables d’interpréter les mélodies de son pays natal.

 

d

 

Son concert suivra la conférence de l’éditrice Emilie Maj, ethnologue, directrice de Boéralia. Après avoir soutenu sa thèse de doctorat dirigée par Roberte Hamayon, spécialiste du chamanisme en Mongolie et en Sibérie en 2007, Emilie Maj a axé ses recherches sur les relations interculturelles entre le peuple iakoute dominant et les minorités sibériennes en République de Sakha (Iakoutie) au département d’anthropologie du Scott Polar Research Institute, de Cambridge.

Depuis 2008, elle occupe un poste au Centre for Landscape and Culture, à l’université de Tallinn, en Estonie, où son travail l’amène à une approche combinant la perspective anthropologique et l’horizon géographique.

Instruments rituels chamiques.

Elle mène le programme de recherches «Se tourner vers les ancêtres pour mieux voir le futur : paysage, société et religion en Iakoutie postcommuniste».

3

Stage

3

Le Cazard

15, Pré du Marché, CH-1004 Lausanne

Tél. 021 320 52 61

Tarif: Chf 25.

Billeterie: Galerie Ozho-Vision : +41 (0) 21 691 02 87

 

 

 

Vente publique

 “Ballets russes”

mardi 2 avril 2019 à 15h

Hôtel des ventes de Monte-Carlo

Exposition  du jeudi 28 mars au 1er avril

de 10h à 13h et de 14h À 18h 30

Exceptionnel ensemble de 300 œuvres graphiques composées d’aquarelles, de dessns, et de gouaches, signées des plus grands artistes….Le choix de la mise en vente de ce trésor artistique à Monaco est aussi hautement symbolique, de par la place importante que la principauté de Monte-Carlo a prise en accueillant chaque année la Saison des Ballets Russes durant plus d’un demi-siècle. Dès 1910, la troupe de Diaghilev se fixe en principauté, où suivra chaque année la « Saison des Ballets Russes de Monaco ». La tradition de la danse sera perpétuée à partir de 1947 par le Marquis de Cuevas et le Grand Ballet de Monte-Carlo, puis en 1975 par la création de l’Académie de Danse Princesse Grace, et depuis plus de 30 ans, par la Compagnie des Ballets de Monte-Carlo fondée par S.A.R. la Princesse Caroline de Hanovre. Cette collection de près de 300 œuvres est le témoignage de la révolution esthétique provoquée par les Ballets Russes, dans l’art scénique de la danse, en termes de chorégraphies, mais aussi de décors et de costumes. Autour de la danse, les plus grands chorégraphes et danseurs ont formé un art total fusionnant œuvres graphiques, musique et costumes, avec les compositeurs et les peintres les plus brillants de l’avant-garde internationale. En conclusion laissons à Alexandre Benois le soin de dire : « le ballet est la plus intéressante forme d’art, qui, par miracle, a survécu en Russie alors qu’elle a disparu partout ailleurs ». Cyrille Boulay

d

Extraits du catalogue

 

KOUSTODIEV Boris Mikhaïlovitch (1878-1927). Projet de costume probablement pour le personnage de Salomé dans le Ballet «La tragédie de Salomé». Aquarelle et mine de plomb signée en bas à droite par l’artiste et datée 1914. Conservée dans son encadrement d’époque en bois sculpté. Bon état général. A vue : H. : 44, 5 cm – L. : 28 cm. Cadre : H. : 58 cm – L. : 41, 5 cm. 10 000/15 000 €

h

Masque

MELLER Vadim Gueorguievitch (1884-1962). Étude de costume pour l’un des personnages du spectacle le «Masque» de Bronislava Nijinska (1891-1972), joué au Téâtre de Kiev. Gouache et mine de plomb sur carton, signée en bas à droite par l’artiste circa 1919. Conservée dans son encadrement d’origine en bois noirci. Traces d’humidité, petites déchirures, mais bon état général. A vue : H. : 46 cm – L. : 31 cm. Cadre : H. : 71 cm – L. : 56, 5 cm. 5 000/6 000 €

h

NARBOUT Georges Ivanovitch (1886-1920). Projets de costumes pour les personnages du «Cœur Ardent». Aquarelle, encre et mine de plomb sur carton, non signée, avec annotations manuscrites en haut et au revers du document. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Légères usures du temps, mais bon état. A vue : H. : 44, 5 cm – L. : 55 cm. Cadre : H. : 61, 5 cm – L. : 72 cm. 1 500/2 000 €

h

Turandot (1922)

PETRITSKI Anatoli Galaktionovitch (1895-1964). Projet de costume pour un personnage de l’opéra «Turandot» d’après une œuvre du comte Carlo Gozzi (1720-1806). Aquarelle, encre, rehaut d’or et collage sur papier, signée en haut à droite par l’artiste et datée 1922. Conservée dans un encadrement moderne en bois naturel. Bon état général. A vue : H. : 41, 5 cm – L. : 28, 5 cm. Cadre : H. : 68, 5 cm – L. : 55 cm. 6 000/8 000 €

d

SCHWARTZ Paul Fridrikhovitch (1875-1934). Projet de costume du bourreau pour l’opéra «Turandot» sur une musique de Giacomo Puccini (1858-1924). Aquarelle et encre sur papier, signée en bas à droite par l’artiste. Conservée dans un encadrement moderne. Rousseurs, mais bon état général. A vue : H. : 48 cm – L. : 37 cm. Cadre : H. : 62, 5 cm – L. : 50 cm. 1 500/2 000 €

h

BAKST Léon, né Lev Samoïlovitch Rosenberg (1866-1924). Projet de costume pour l’opéra «Le Dieu bleu». Lithographie rehaussée à l’aquarelle, or et argent sur papier, découpage collé sur fond noir, signée en bas à droite et datée 1912. Conservée sous verre. Bon état général. H. : 50 cm – L. : 50 cm. 800/1 000 €

h

La Dame Fantôme (1924)

EXTER Alexandra Alexandrovna (1882-1949). Esquisse d’un projet de costume pour le personnage du spectacle de «La dame-fantôme» adapté d’une œuvre de Pedro Calderon de la Barca, produit par Mikhaïl Tchekhov et mis en scène par Ignati Nivinsky (1880-1933), joué le 9 avril 1924 au Téâtre des arts de Moscou. Aquarelle et mine de plomb sur papier, signée par l’artiste en bas à droite et datée 1924. Conservée dans un encadrement ancien bois noir et doré. Rousseurs et pliures, mais bon état général. A vue : H. : 36 cm – L. : 28 cm. Cadre : H. : 74 cm – L. : 57 cm. 8 000/10 000 €

h

Aïda (1925)

SCHWARTZ Paul Fridrikhovitch (1875-1934). Décor de scène pour l’opéra «Aïda» joué en 1925. Aquarelle et mine de plomb sur carton, signée en bas à droite par l’artiste et datée 1925, avec annotations manuscrites et étiquette au revers. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état général. A vue : H. : 35, 5 cm – L. : 51 cm. Cadre : H. : 52 cm – L. : 68, 5 cm. 1 500/2 000 €

h

Trimbi (1925)

ATTRIBUÉ À YOURI YOURIÉVITCH PAVLOVITCH (1872-1947). Projet d’un décor de scène pour le ballet «Trimbi». Aquarelle, encre et rehaut d’or et d’argent sur carton, avec annotations manuscrites au revers, circa 1925. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Légères usures du temps, mais bon état général. A vue : H. : 49 cm – L. : 39, 5 cm. Cadre : H. : 66 cm – L. : 56 cm. 2 000/3 000 €

h

Faust (1925)

MULLER Vladimir Nicolaïévitch (1887-1979). Projet de costume pour le personnage de Méphistophélès dans l’opéra «Faust» joué en 1925. Gouache et mine de plomb sur papier, signée par l’artiste en bas à gauche et datée 1925, avec identification manuscrite en caractères cyrilliques du sujet en haut à droite du document. Porte des annotations manuscrites en caractères cyrilliques. Conservée dans un encadrement moderne. Légères pliures, bon état. A vue : H. : 26 cm – L. : 16, 5 cm. Cadre : H. : 39 cm – L. : 30, 5 cm. 1 500/2 000 €

h

Lohengrin (1925)

FEDOROVSKI Feodor Feodorovitch (1883–1955). Projets de costumes d’un noble du Brabant et d’Henri l’Oiseleur pour l’opéra «Lohengrin» joué en 1925. Gouache, mine de plomb et rehaut d’or sur papier, signée des initiales de l’artiste en bas à droite et datée 1925, avec identification manuscrite du sujet en caractères cyrilliques au bas du document, annotations, cachet à l’encre au revers et porte le n°58. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue : H. : 33 cm – L. : 42, 5 cm. Cadre : H. : 50 cm – L. : 69, 5 cm. 6 000/8 000 €

h

Tsar Saltan (1925)

GOLOVINE Alexandre Iakovlevitch (1863-1930). Projet de costume pour le personnage de la 3ème jeune fille dans l’opéra «Le conte du Tsar Saltan» joué en 1925 sur une musique de Nicolas Rimski-Korsakov (1844-1908) adapté d’une œuvre d’Alexandre Pouchkine (1799-1837). Aquarelle et encre marouflée sur carton, signée en bas à droite des initiales de l’artiste, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques. Planche portant le n°3. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état général. A vue : H. : 31 cm – L. : 23 cm. Cadre : H. : 48 cm – L. : 40 cm. 6 000/8 000 €

h

Bagatelle (1926)

GONTCHAROVA Natalia Sergueïevna (1881-1962). Projet de décor de scène pour «Bagatelle». Aquarelle et mine de plomb sur papier signée par l’artiste en bas à gauche et datée 1926. Porte au dos l’étiquette de l’exposition «Les Maitres Russes» organisée par la Galleria del Levante à Milan et au dos du projet le titre de l’œuvre. Conservée dans son encadrement d’origine en bois noirci. Bon état général. A vue : H. : 15 cm – L. : 24 cm. Cadre : H. : 32 cm – L. : 41 cm. 8 000/10 000 €

h

AKIMOV Nicolas Pavlovitch (1900-1968). Projet de costume pour le personnage d’Evgraf l’aventurier. Gouache, encre et rehaut d’argent sur carton, signée des initiales de l’artiste en bas à gauche, datée (19)26. Collage sur carton conservé dans un encadrement moderne en bois argenté. Pliures, bon état. A vue : H. : 38 cm – L. : 23 cm. Cadre : H. : 65, 5 cm – L. : 53, 5 cm. 2 000/3 000 €

h

 La tempête sur la mer (1928)

VOLNENKO Anatoli Nikonovitch (1902-1965). Étude de costume pour l’un des personnages de la pièce «La tempête» de Vladimir Naumovitch Bill-Belotserkoski (1884-1970). Dessin à la mine de plomb sur papier, non signé, avec annotations manuscrites au bas du document. Conservé dans un encadrement moderne en bois doré. Légères rousseurs, mais bon état général. A vue : H. : 23, 5 cm – L. : 15 cm. Cadre : H. : 40 cm – L. : 31 cm. 2 000/3 000 €

h

Marko en enfer (1929)

KOSSAREV Boris Vassilievitch (1897-1944). Ensemble de neufs esquisses pour le maquillage des personnages du ballet de G. Kotcherguine «Marko en enfer» joué en 1929 au théâtre Artéma de Donetsk. Gouaches et mines de plomb sur papier marouflé sur carton, signées en bas à droite par l’artiste et datée en bas 17. III. 1929, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques au revers du document. Conservées dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue : H. : 16, 5 cm – L. : 10 cm. Cadre : H. : 51, 5 cm – L. : 80 cm. 2 000/3 000 €

d

KOSSAREV Boris Vassilievitch (1897-1944). Projet de costume du personnage du Démon Bélier pour le ballet «Marko en enfer». Gouache sur papier, signée en bas à droite et datée du 15 X 1928, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques et cachet à l’encre du théâtre d’état de l’usine de la ville de Kherson. Planche portant le n°14. Conservé dans un encadrement moderne en bois doré. Légères rousseurs, bon état. A vue : H. : 38 cm – L. : 28, 5 cm. Cadre : H. : 55, 5 cm – L. : 45, 5 cm. 2 000/3 000 €

h

Le signe de Zorro (1929),

VOLNENKO Anatoli Nikonovitch (1902-1965). Projet de costume pour l’un des personnages de la comédie musicale «Le signe de Zorro» d’après une œuvre de M. Borisov, jouée en 1929. Gouache sur carton non signée, conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue: H. : 23, 5 cm – L. : 13, 5 cm. Cadre: H. : 39, 5 cm – L. : 30 cm. 2 000/3 000 €

h

Jeux d’amour – Le Diamant (1935)

ADEN Victor Bogdanovitch (1880-1942). Décor du studio pour le film «Jeux d’amour». Intérieur du restaurant. Dessin à l’encre et mine de plomb sur papier, signé par l’artiste en bas à droite et daté 1935, avec inscriptions manuscrites en caractères cyrilliques, conservé dans un encadrement moderne. Bon état. A vue : H. : 21, 5 cm – L. : 27, 5 cm. Cadre : H. : 34, 5 cm – L. : 41 cm. 400/600 €

h

La foire de Sorotchinsy (1937)

KRICHEVSKY Vassili Gregoriévitch (1872-1952). Projet de costume pour l’un des personnages du film «La Foire de Sorotchinsy» tourné en 1937, d’après une nouvelle de Nicolas Gogol (1809-1842). Aquarelle et mine de plomb sur papier, signée en bas à gauche par l’artiste et datée 1937, avec annotations manuscrites au bas et revers du document. Planche portant le n°94. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Petit accident, mais bon état. A vue : H. : 31, 5 cm – L. : 22 cm. Cadre : H. : 47 cm – L. : 35 cm. 1 200/1 500 €

h

Perekop (1938)

PETRITSKI Anatoli Galatianovitch (1895-1964). Costume du personnage du Général Johnson pour l’opéra «Perekop» sur une musique de Yuli Meïtus (1903- 1997), joué en 1938. Aquarelle et mine de plomb sur papier, signée en bas à droite par l’artiste et datée 1938, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques sur la partie haute et au revers du document. Planche portant le n°13. Conservée dans un encadrement moderne. Légères déchirures, mais bon état. A vue : H. : 28 cm – L. : 19, 5 cm. Cadre : H. : 40, 5 cm – L. : 30, 5 cm. 3 000/5 000 €

h

Le Revizor (1938)

ERDMAN Boris Roberovitch (1899-1960). Costume du personnage de Rostakovski (le fonctionnaire à la retraite) pour la pièce «Le Revizor» écrite par Nicolas Gogol en 1836. Aquarelle et mine de plomb sur papier, non signée, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques en bas et au revers du document. Planche portant le n°2. Conservée dans un encadrement moderne. Petites tâches, mais bon état général. A vue : H. : 20 cm – L. : 15 cm. Cadre : H. : 36 cm – L. : 30, 5 cm. 600/800 €

h

Taras Shevchenko (1940)

PETRITSKI Anatoli Galatianovitch (1895-1964). Projets de costumes pour le docteur (Kouliaba) et Petrisky, pour l’opéra «Taras Shevchenko» joué en 1940 au Théâtre National d’Ukraine. Aquarelle et mine de plomb sur papier, avec inscriptions manuscrites en caractères cyrilliques sur le document et au revers. Conservée dans un encadrement moderne. Légères déchirures et pliures, en l’état. A vue : H. : 41 cm – L. : 30, 5 cm. Cadre : H. : 55 cm – L. : 44, 5 cm. 3 000/5 000 €

h

Les Dames et les Hussards (1946)

DOUKHNOVSKI Nicolas Ivanovitch (1908-1999). Décor de scène pour l’opéra «Les dames et les hussards» d’Alexandre Fredro (1793-1876), joué en 1946 au Théâtre Lessia Ukraïnka à Kiev, sur une adaptation de Nicolas Sokolov. Gouache sur carton, signée en bas à droite par l’artiste et datée (19)46, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques en haut et au revers du document. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue : H. : 47, 5 cm – L. : 69 cm. Cadre : H. : 65 cm – L. : 86, 5 cm. 1 000/1 500 €

h

La Chanson du Bois (1958)

VOLNENKO Anatoli Nikonovitch (1902-1965). Décor de scène pour le ballet «La chanson du bois». Gouache sur papier, signée par l’artiste en bas à droite datée 1958, avec annotations manuscrites au revers du document. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue : H. : 62, 5 cm – L. : 97 cm. Cadre : H. : 80 cm – L. : 115 cm. 2 000/3 000 €

h

Nazar Stodolya (1960)

VOLNENKO Anatoli Nikonovitch (1902-1965). Costumes des personnages des marieurs pour l’opéra «Nazar Stodolya» joué au Téâtre de l’Opéra et du Ballet de Kiev en 1960, sur une musique de Constantin Dankevych (1905-1984). Gouache sur papier, non signée, avec annotations manuscrites en caractères cyrilliques en haut et au revers du document. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Légères déchirures, mais bon état. A vue : H. : 63 cm – L. : 47 cm. Cadre : H. : 80 cm – L. : 65 cm. 2 000/3 000 €

h

Les Noces de Figaro (1969)

PISARENKO Léonid Opanasievitch (1907-1979). Projet de costume du personnage d’Antonio pour l’opéra «Les noces de Figaro» de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), joué en 1969. Aquarelle, gouache et mine de plomb sur carton, non signée, avec inscriptions manuscrites en caractères cyrilliques sur le document et au revers. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Usures du temps, mais bon état général. A vue : H. : 37, 5 cm – L. : 28 cm. Cadre : H. : 55 cm – L. : 45 cm. 1 000/1 500 €

h

Aïda (1976)

ZLOCHEVSKI Piotr Afanasievitch (1907-1987). Décor de scène pour l’opéra «Aïda» de Giuseppe Verdi (1813-1901), joué en 1976 au Téâtre d’Opéra et de Ballet d’Odessa. Gouache et rehaut d’or sur papier non signée, datée en bas à gauche 1976 et située à Odessa, avec annotations manuscrites et étiquette au revers document. Conservée dans un encadrement moderne en bois doré. Bon état. A vue : H. : 49 cm – L. : 73 cm. Cadre : H. : 57 cm – L. : 44, 5 cm. 1 000/1 500 €

h

Par Magie (1978)

DOUKHNOVSKI Nicolas Ivanovitch (1908-1999). Projet de costume du trompettiste, joué en 1978 au Téâtre des marionnettes de Kiev. Aquarelle, mine de plomb et rehaut d’argent sur papier, signée en bas à gauche des initiales de l’artiste et datée (19)78, avec inscriptions manuscrites en caractères cyrilliques au revers. Conservée dans un encadrement moderne. Bon état. A vue : H. : 42, 5 cm – L. : 31 cm. Cadre : H. : 57 cm – L. : 44, 5 cm. 600/800 €

h

Madame Butterfly (1985)

WAKHEVITCH Georges (1907-1984). Ensemble de sept projets de costumes pour des ballets et opéras russes. Gouaches et mines de plomb signées en bas à droite, certaines titrées avec des échantillons d’étoffes, conservées dans des encadrements modernes. Bon état. À vue environ : H. : 41, 5 cm – L. : 28, 5 cm. 500/700 €

h

 

Hôtel des Ventes de Monte Carlo

10-12 Quai Antoine Ier, 98000 Monaco.

Tél: 00377 93 25 88 89 • info@hvmc.com

Expert: Cyrille Boulay, Membre de la FNEPSA

Tél: 00 33 (0)6 12 94 40 74

 

 

Transfert du trésor Naryschkine à Tsarskoïe Selo.

 

Plus de deux mille objets découverts en mars 2012 dans une pièce secrète  d’un ancien hôtel particulier nommé  Troubetskoy-Naryshkine à Saint-Pétersbourg, sous l’égide du ministère de la Culture de la Fédération de Russie, ont été déposés dans la réserve-musée de Tsarskoïe Selo, pour y être exposés.

 

Voir l’article d’Artcorusse: CLIQUEZ

 

Rappelons qu’en 2012, lors de la rénovation du manoir situé rue Tchaïkovski au 29, des ouvriers ont trouvé ce trésor.

 

Hôtel particulier de Troubetskoï-Narychkine

 

d

 

Certains objets avaient été emballés dans les journaux Russkaya Volya, datés de juillet à septembre 1917.

Tous les objets sont parfaitement conservés, pour la plupart en métaux précieux.

 


Le Trésor des Naryshkine peut être considéré comme le plus important de l’histoire de la Russie (presque toutes les familles nobiliaires de Russie après la révolution avaient été exilées, expropriées, les objets précieux volés, cédés à des musées ou vendus séparément).

Ce trésor est unique à bien des égards : il comprend plus de deux mille objets en argent du XIXe-début du XXe siècle (la plupart des objets sont estampillés du poinçon  des joailliers de la fin du XVIIIe siècle).

Toute la collection appartenait à la même famille. Sur la plupart des objets, il y a le blason princier de la famille Naryshkine, sur certains d’entre eux celui des Somov.

Armoiries des Narychkine et Somov, sur un plat

Sergei Somov, lieutenant du régiment de hussards de sauveteurs, aurait été le dernier propriétaire du trésor, selon des chercheurs de “Tsarskoïe Selo”. Il était marié à Natalia Naryshkina, la fille du propriétaire du manoir, un responsable du ministère des Affaires étrangères, Vassily Narychkine.

Le trésor comprend  de la vaisselle et argenterie de table, des objets allant des passoires à des samovars de cinq kilogrammes en argent, des boules, des articles ménagers en provenance de Russie et de l’étranger,  de minuscules épingles, des peignes, bijoux, montres,  des articles de toilette jusqu’à  des candélabres pesant près de 20 kilogrammes en argent.

 “Les spécialistes ont pesé et déterminé le contenu en argent, en or et en platine. Près de 412 kg d’argent ont rempli notre collection“, a déclaré Tatiana Serpinskaya, conservatrice principale de la réserve-musée Tsarskoïe Selo.

L’ essentiel du trésor est l’œuvre de maîtres russes, des célèbres frères Sazikovs et Grachevs. Mais il y a des articles de bijoutiers français. Ils ont été amenés à Saint-Pétersbourg pour y être refaits, afin de ne pas se distinguer du style général de l’ensemble du service. Ce trésor a été collecté par des générations du clan Naryshkine

d

 La première fois que le nom de Naryshkine  est cité: Natalia Kirillovna Naryshkina , la deuxième épouse d’Alexei Mikhailovich et la mère de Pierre le Grand.

Les trois frères de la tsarine Natalia Kirillovna étaient des boyards; il n’y avait que 8 boyards dans la famille Naryshkine.

D’après l’ouvrage de référence “Tout Pétersbourg” pour 1916, Lev Vassilyevich (1875), Kirill Vassilyevich (1877), Vassily Vassilyevich (1885) et leur sœur, la comtesse Irina Vorontsova-Dashkova (1879.R.) Les frères avec leur mère après la révolution de février se sont rendus en Finlande, puis en France. Fevroniya Pavlovna est décédé en 1930. Dans le même annuaire téléphonique “Tout Petrograd”, il est dit que, dans la maison de Serguiyevskaya, vivaient Pavel et Alexander Vassilyevich Naryshkine, ainsi que Natalia Somova. 

C’étaient peut-être les enfants illégitimes du propriétaire de la maison, car dans les mémoires de contemporains, il est souvent fait référence au comportement volage de Vassily Lvovich et au caractère effacé de son épouse Fevronia Pavlovna.

 

 

 

Concours international d’exposition

“Palette moderne”

 

du 14 au 28 mars 2019

Académie Schtieglitz, Saint Petersbourg.

 

4C4A3488

Le 14 mars 2019, le grand hall d’exposition de l’Académie Stieglitz a accueilli l’inauguration du concours international d’exposition «Palette moderne», devenu la 13ème édition du projet «Nous sommes différents, nous sommes ensemble».

 

L’exposition présente les enseignants et les étudiants de l’Académie  A. L. Stieglitz, ainsi que des artistes venus de nombreux pays du monde: États-Unis, Chine, Corée du Sud, Espagne, Inde, Éthiopie, France, Estonie, Moldavie, Arménie, ainsi que des enseignants d’Académies amicales.

d

“Il ne suffit pas de se taire, il faut savoir dire autre chose” huile sur toile 61X46

Nicolas Tikhobrazoff ,représentant la France, expose une toile en anamorphose.

L’exposition présente un large éventail de travaux créatifs sur le dessin, la peinture, la sculpture et les arts décoratifs et appliqués.

Le but de l’exposition est de stimuler l’activité créatrice des étudiants, des enseignants et du personnel des Académies, de soutenir et de populariser les arts visuels et décoratifs modernes, de promouvoir l’interaction et l’enrichissement de différentes écoles d’art et de cultures.

d

Le jour de l’inauguration par le Recteur de l’Académie de Stieglitz, Anna Nikolaevna Kislitsyna , était accompagnée d’ invités et des participants à l’exposition:

Alexey Yuryevich Talashchuk – Académicien de l’Académie des arts de Russie, Artiste du peuple de Russie, directeur artistique de l’Académie de Stieglitz.
Alexander Evgenievich Reife,  – Recteur de l’Institut de biotechnologie.
Andrey Sklyarenko – Vice-Recteur de l’Institut Académique. I. E. Repin.
Sh. Jayasekara Pushpakumara – Professeur à l’Université internationale d’éducation fondamentale (IUFS), membre du personnel de l’UNESCO;
Hwang San Qun – Professeur, République de Corée;
Beibutyan Leva – Professeur du département de sculpture monumentale et décorative de l’académie de Stieglitz;
Alexander Bartenev – Directeur du musée des arts appliqués de l’Académie de Stieglitz;
Azbeha Negga Tesfaye – originaire d’Éthiopie, participant au projet, professeur associé du département de peinture et de dessin SPBSTDD;
Victor Y. Semenov – Professeur au département de dessin de l’Académie Stieglitz, président du comité d’organisation de l’exposition.

h

L’école est fondée par un oukaze d’Alexandre II de 1876, grâce aux moyens financiers de son fondateur, le baron von Stieglitz (1814-1884), banquier et industriel.

 

Académie Schtieglitz

13-15 rue Solianoï (Соляной пер., 13-15)

Heures d’ouverture: 12h00 – 16h00 tous les jours, sauf le dimanche.

Originaux détruits d’ œuvres du musée 

Andrei Rublev à jamais perdus.

 

Lors d’un incendie survenu au cours du week-end dans un entrepôt de peintures situé dans la rue principale de Moscou, à savoir:

62 copies des anciennes fresques de Théophane le Grec et une copie de l’autel de l’église de la Nativité de la Vierge dans le monastère de Ferapontov en taille réelle.

40 œuvres ont été exportées vers des expositions à l’étranger. Ils ont connu un énorme succès, car les originaux sont perdus. Des objets exposés du musée de la science Andrei Rublev ont été détruit.

Des chefs-d’œuvre et des pièces exceptionnelles gérés par le Musée central de la culture et des arts russes, baptisés du nom d’Andrei Rublev, sont restés intacts. Des copies du XXe siècle ont été endommagées, a déclaré vendredi 15 mars, Svetlana Lipatova, directrice adjointe du musée du développement. Ce ne sont pas les objets d’expositions, mais les copies du XXe siècle qui ont souffert de l’incendie.

Selon le ministère des Situations d’urgence, le feu a pris dans dans un local voisin, l’entrepôt était en train de brûler du troisième au premier étage sur une superficie d’environ 2 000 mètres carrés et c’est propagé à l’entrepôt de peinture d’Anton Rublev

100 ANS d’ÉMIGRATION RUSSE

Dimanche 24 mars 2019 à 16h annulé

REPORT DU CONCERT:

SAMEDI 6 AVRIL à 16 h

Salle Sapiens, Brussels

 

2019 marque le début des commémorations du centenaire de présence Russe en Europe qui se poursuivront jusqu’en 2023. Tout au long de cette période nous ferons de notre mieux pour faire connaître notre histoire, valoriser notre patrimoine, susciter de nouvelles initiatives.
Maison Russe asbl commence par le concert de Groupe Karandash qui est composé de musiciens d’origine russe, Yashko Golembiovsky, Iliya Stepanow et Iliyoucha Stepanow,  nés en Belgique, de parents ou grands parents issus de l’émigration.

Ils vont vous faire revivre l’expression lyrique russe, qui parle de la haine de la guerre, du goût de la liberté, des peines et des joies de l’amour, de la fraternité humaine, de la tendresse, de la bonté, du courage. Avec le groupe Karandash vous sentirez l’espace d’un instant les plaines de la Russie avec des chevaux volants dans les steppes avec la fougue des tziganes qui les montent.

Soyez les bienvenus !
Ce projet est soutenu par la Service de Relations internationales de Commune de Saint-Josse-ten-Noode

L’entrée est gratuite, le buffet est proposée avec les prix démocratiques.

Salle Sapiens

1, Rue Merines 1210 Bruxelles

 

BLINIS

Dimanche 2 mars 2019 vers 12h

Paroisse St Pantéléimon et St Nicolas

Bruxelles

Как каждый год, наш приход празднует Масленицу широким застольем! Блины в Церкви Святого Николая и Пантелеймона воистину событие объединяющее, как новых прихожан, так и глубоко верующих, для который наш приход стал частью жизни. 

Comme chaque année, la paroisse Saint Pantéléimon et Saint Nicolas organise les blinis qui se tiendront le dimanche 3 mars dans la salle paroissiale après la Divine Liturgie vers 12h.
Si vous désirez réserver, vous pouvez contacter notre starosta Elena au numéro suivant : 0484 11 55 75
L’entrée est de 20 euros : blinis, zakouski et boissons.
Vous pouvez payer le jour même ou envoyer les 20 euros sur le compte suivant : BE04 0017 31676231 avec mention “blinis de la part de ………”

h

Eglise St Pantéléimon et St Nicolas

47, rue Jean-André de Mot, 1040 Bruxelles (Etterbeek)

Réservation: Tél: 0484 11 55 75

Cirque Russe sur glace

“Un conte d’hiver”

Dimanche 10 février 2019 à 16h

Théâtre Royal de Liège. Opéra Royal de Wallonie,

Liège (Belgique)

Le théâtre royal de Liège va se transformer en… patinoire! 

Le premier cirque sur glace au monde présente son dernier spectacle pour toute la famille : “Un conte d’hiver”. Un feu d’artifice de danse et de cirque sur glace.
Avec un nouveau spectacle sur glace impressionnant (une fusion de danse, de patinage et des arts du cirque,), le “Cirque Russe sur glace” emmène le public dans un voyage enchanteur à couper le souffle.
Dans une terre lointaine de contes et de légendes, vivait autrefois la charmante Fée d’Hiver. À l’approche de son anniversaire, elle invita tous ses amis, des plus proches au plus lointains, pour un grand bal. Le jour tant attendu arriva ! Le château scintillait et la fanfares annoncait l’arrivée de tous les invités du monde des Contes de Fées : Casse-Noisette, Alice au Pays des Merveilles, la Princesse du Cirque, Elsa et Anna, les Princes et les Fées …

Des nouvelles technologies, des décors élaborés, des accessoires fascinants, des éclairages spectaculaires et des projections 3D rendent ce spectacle sur glace exceptionnel ! Il s’agit d’une expérience inoubliable mêlant le cirque, les performances artistiques, le glamour et la perfection technique.

Le public sera emporté dans un monde féerique fait de formidables chorégraphies, d’un tourbillons de plus de costumes, d‘acrobaties à couper le souffle le tout accompagné par une musique palpitante.
Tous amenèrent un somptueux cadeau à la Fée d’Hiver. La fête pouvait commencer…
Chacun vous racontera son histoire dans une merveilleuse performance.
g

L’opéra royal de Wallonie, ou l’Opéra royala, est situé place de l’Opéra, en plein centre de Lège en Belgique. Il est, avec La Monnaie et le Vlaamse Opèra  l’un des trois grandes théâtre d’opéra du royaume. Depuis l’origine, l’institution occupe le Théâtre royal à Liège, bâtiment prêté par la ville (inauguré le 4 novembre 1820).
Construit selon le plan de l’architecte Auguste Duckers, le théâtre de style Néoclassique style, de forme parallélépipédique massive. Sa façade principale est décorée d’une colonnade de marbre, limitée par une balustrade et surmontant les arcades du rez-de-chaussée.

Opéra Royal de Wallonie-Liège 
place de l’Opéra 4000 Liège ( Centre-ville )

Tarifs: Cat 1: 47,4€-67,20€ / 45,09€-63,90€

Cat 2: 42,01€-49,50 €

Cat. 3: 38,16€-54,00€
Сайт/Site : https://www.ticketmaster.be/event/russian-circus-on-ice-billets/32109?language=fr-be

” Concert international pour la Paix “

Jeudi 8 février 2019 à 20h

Hôtel de Ville de Bruxelles

 

Ne manquez pas de participer à ce concert unique au bénéfice des oeuvres soutenues par nos 2 Clubs Rotary Bruxelles et Bruxelles-Renaissance, – réunissant de jeunes prodiges Belges, Russes & Ukrainiens – dans la célèbre Salle Gothique de l’Hôtel de Ville de Bruxelles .

Salle Gothique de l’Hôtel de Ville de Bruxelles .

g

PROGRAMME

Première partie 
Thaïs Defoort, violoncelle, Belgique (J. S. Bach)
Lolita Tsotsonava, piano, Russie (F. Chopin, S. Rachmaninov, F. Liszt)
Vitaly Liashko, clarinette, Ukraine (W. Mozart, L.Shulkaylo, A. Messager)

Seconde partie
Zinoviia Nesterenko, violon, Russie (C. Saint-saens, A Bazzini, M. Castelnuovo-Tedesco)
Nikita Burtsev, bariton, Ukraine (G. Handel, W. Mozart, F. Schubert, D. Arakishvili, P. Tchaikovsky, P. Bulakhov)

g

N’attendez pas, le nombre de places est limité à 250 places à 25€

Les membres du Rotary Club Bruxelles-Renaissance règle au compte BE95 3100 8053 6358 of Rotary de Bruxelles avec: Nom Prénom et nombre de places.

Vos places vous attendront à l’entrée et si possible munissez-vous de votre preuve de paiement. Attention par mesure de sécurité, il n’y aura pas possibilité de payer sur place.

r

 

Hôtel de Ville de Bruxelles

 Grand Place 1, 1000 Bruxelles, Belgique

g3 POP-UP ART GALLERY

exposition d’Alexandre Bernidze

du 31 janvier au 8 février 2019

Alexandre Bernidze est né à Saint Peztersbourg en 1975, il est le petit-fils de FédorKholenkov. Il fait des études à l’Académie des Beaux Arts de Tbilissi en Géorgie, il part en France pour continuer son apprentissage dans des agences de publicité et des bureaux de design. Il fait un master class par Philippe Starck. Depuis 2005, Alexandre expose dans différents salons et lieux événementiels , à Paris, Londres, Monaco et Moscou.

Il a reçu le Prix Sandro Botticelli en 2014, distinction remise chaque année à Florence, à un artiste.

« g3 art » soutient, promeut et diffuse des artistes belges ou ayant un lien avec la Belgique, avec une ouverture à l’internationale afin de favoriser les échanges et les partenariats. Acquérir une œuvre originale proposée via g3 art contemporain, c’est participer activement au travail d’une association sans but lucratif, puisque tous les bénéfices sont investis dans le développement de projets artistiques afin de supporter, de promouvoir des artistes et de diffuser leurs œuvres.
Un lieu éphémère pour vivre intensément l’art contemporain.

h

g3 POP-UP GALLERY

Rue de la Madeleine 51

1000 Bruxelles, Belgique

Tél: +32 491 63 44 48

Concert du Trio Makarenko 

 

” Voyage  à Saint  Petersbourg”

” Reise  nach Sankt  Petersbourg”

 

Luni 11 février  2019

 

à la Philharmonie de Berlin (Allemagne)

 

Trio MAKARENKO
Anne Makarenko, piano
Micha Makarenko, balalaïka
Pierre Makarenko, hautbois

La balalaïka russe, le piano orchestral, le hautbois aérien, ce trio de musique de chambre tout à fait hors du commun vous entrainent au cœur de l’âme tourmentée et joyeuse de la Russie.

 

Le Voyage à St Pétersbourg, avec ses musiques traditionnelles et classiques transcrites et interprétées par le Trio Makarenko, vous donne à entendre un répertoire tout à découvrir.
La lune brille, Valse russe, Le bouleau, Je vous ai rencontrée, Seul sur la route, Kalinka… dressent devant vous leurs paysages de neige et de rêve pour vous inviter au voyage.
Depuis quand… ou plutôt… n’avez-vous jamais déjà entendu le son d’une balalaïka ? Vous savez, cet instrument triangulaire, à seulement trois cordes…vous ne pouvez imaginer l’amplitude et la richesse de sa palette sonore sous les doigts d’un véritable virtuose de la balalaïka, Micha Makarenko.

 

Berliner Philharmonie
Herbert-von-Karajan-Str. 1
10785 Berlin
Deutschland
Tel.: +49 (0)30 254 88-0

 

 

Exposition de Lev Dutov

“Срез Времени”“Tranches de temps”

Samedi 2 février au jeudi 7 février 2019
Salle de marbre, Musée Éthnographique, Saint Petersbourg

Лев Дутов: «Срез времени»

C 2 по 7 февраля 2019 года в Мраморном зале Российского этнографического музея при поддержке фонда Вячеслава Заренкова «Созидающий мир» состоится выставка Льва Дутова «Срез времени». В едином пространстве будет представлено более двухсот произведений живописи и графики, созданных художником более чем за 30-летний период творческой деятельности – с 1987 по 2018 год.

Il exposera 30 ans de créations, soieut plus de 200 peintures et dessins allant de 1987 à 2018. Exposition divisée en plusieurs tranches d’époques: période de l’Union Soviètique, de la Perestroika, de la chute de l’idéologie communiste, le retour de l’Église, du patriotisme et de l’Amour de la Patrie.

Каждый раздел выставки Льва Дутова – определенный «срез времени», отражающий миропонимание художника, живущего в этом времени. Представлено время СССР, время «перестройки», время развала коммунистических идеалов, возвращения в лоно церкви, потом разочарования и последующих единения государства и подъема патриотизма и любви к Родине. Все это, сказанное языком живописи, знаками и символами в композициях произведений, можно увидеть на выставке.

Le travail de Lev Dutov est avant tout basé sur  la réflexion  sur le monde réel, ainsi qu’une étude analytique des propriétés de la forme. Il réfléchit dans les images en s’appuyant sur leurs prototypes réels, il se confond dans le langage des formes, et les mots de ce langage deviennent des objets, des choses, des objets.

Живопись Льва Дутова – это размышление художника о реальном мире, а также аналитическое изучение свойств формы. Предметность творческой реальности определяется выбором художника, его индивидуальной позицией в искусстве. Художник размышляет образами, опираясь на их реальные прототипы, он «разговаривает» на языке форм, и словами этого языка являются предметы, вещи, объекты.

La spécificité des œuvres de Lev Dutov est très diverse, le sujet principal étant précisément la chose, l’image-objet, dont la signification est composée des qualités de la forme, quelle que soit l’intrigue du sujet choisi. Une telle approche, ou l’auteur montre que, s’inscrivant dans les conventions traditionnelles, il s’oriente vers une culture de l’art moderne, toujours de la même visualité et, ce qui est plus important encore, souligne un style propre à son auteur.

Жанровая специфика работ Льва Дутова достаточно разнообразна, основным акцентом в них является именно вещь, образ-объект, смысл которого складывается из качеств формы независимо от сюжетности той или иной картины. В подобном подходе автор показывает, что он, придерживаясь традиционных условностей, все-таки идет в сторону современной художественной культуры, все той же визуальности и, что еще более важно, подчеркивает таким образом свой авторский стиль.

Lev Dutov est né en 1959 à Sakhaline, en 1984 il est diplômé de l’école supérieure d’art industriel de Leningrad V. Mukhine. En 1985 il participa à l’exposition de la jeunesse de Leningrad de l’Union des artistes, où il a été récompensé et admis au sein de l’Association de la jeunesse de l’Union des artistes de l’URSS. En 1990, il devient membre de l’Union des artistes de l’URSS, dans  la section peinture.

Лев Дутов родился в 1959 году на Сахалине. В 1984 году окончил Ленинградское высшее художественно-промышленное училище имени В. И. Мухиной. В 1985 году дебютировал на Ленинградской молодежной выставке Союза художников, где был отмечен и принят в Молодежное объединение Союза художников СССР. В 1990 году принят в секцию живописи Союза художников СССР.

 Actuellement il est professeur associé de peinture à l’Académie d’État de l’art et de l’industrie de Saint-Pétersbourg, du nom de A. L. Stieglitz.

В настоящее время – доцент кафедры живописи Санкт-Петербургской государственной художественно-промышленной академии имени А. Л. Штиглица.

Membre de l’Union des artistes de Russie et de l’Union créative des artistes de Russie. Participe en permanence aux expositions municipales, nationales et internationales. Depuis 2016 – participant au projet «Création du Monde» de la fondation Vyacheslav Zarenkov. Les œuvres de l’artiste se trouvent dans des musées publics et des collections privées en Russie et à l’étranger.

Член Союза художников России и Творческого союза художников России. Постоянный участник городских, всероссийских и международных выставок. С 2016 года – участник проекта Вячеслава Заренкова «Созидающий мир». Работы художника находятся в государственных музеях и частных коллекциях в России и за рубежом.

3

 

Carton d’invitation

3

Salle de marbre.

Lev Dutov dédicaçant le catalogue de son exposition.

h

Musée Russe d’Éthnographie

Rue Inzhenernaya , 4/1, Saint-Pétersbourg 191011

Телефон: + 7 (921) 375-04-36

Horaires: Mardi de 10h00 à 21h00, Mercredi-samedi de 10h à 18h
Dimanche de 11h à 19h

 

8ème Festival New Generation

samedi 2 février à 14h30 et 19h

dimanche 3 février à 15h : spectacle avec remise des prix.

 

Réservez vos billets en ligne, par téléphone et sur place.
La billetterie au Chapiteau de Fontvieille est ouverte tous les jours 10h-13h et 14h-18h.

Réservation par téléphone : +377 92 05 23 45.

Les meilleurs espoirs du Cirque au monde entreront en compétition !

En concours cette année :

Troupe acrobatique de Chongqing « Météores » (Chine)

Aleksandr Maslianov – Rola rola (Russie)

Marcel Krämer – Bisons / Anes (Allemagne)

Tim Kriegler – sangles (Allemagne)

Le Duo Fireworks – équilibristes (Ukraine)

Without Socks – Clowns (Russie)

Noel Aguilar – Jongleur (Mexique)

Adam & Benjamin – mat chinois (Hongrie)

Abdurahim & Abele – main à main (Ethiopie)

2 Garcons au fil élastique de la Troupe acrobatique de Shanghai (Chine)

Duo Zontli – Hair hanging (Mexique)

Famille de Joy Gärtner – les éléphants (France)

Francesco Fratellini – comédie (France)

Femina Sports – Acrogym (Monaco)

Jeremy Gasser (Suisse)

Thomas Judit – le Junior (France)

Lionel Goutelle – Monsieur Loyal (France)

  • New Generation est une compétition de Cirque lors de laquelle les talents de demain rivalisent de vituosité à travers des numéros exceptionnels et modernes.
  • Des artistes, clowns, magiciens et animaux du monde entier se produisent devant un jury international présidé par Pauline, fille ainée de S.A.S La Princesse Stéphanie.
  • Les plus talentueux auront la chance de se voir remettre le Junior d’Or, le Junior d’Argent ou le Junior de Bronze.

3

Chapiteau Fontvielle, Monte-Carlo.

Réservez vos billets en ligne, par téléphone et sur place.
La billetterie au Chapiteau de Fontvieille est ouverte tous les jours 10h-13h et 14h-18h.

Réservation par téléphone : +377 92 05 23 45.

 

Journée de la science russe et des étudiants russes

Invité le professeur Grigory KANTOROVICH

vendredi 8 février 2019 à 19 h

Centre Russe pour la Science et la Culture au Luxembourg 

Grand Duché de Luxembourg

 

le vendredi 8 février, des scientifiques russes célèbrent leur fête professionnelle, la Journée de la science russe, à la mémoire de Pierre le Grand décret portant création de l’Académie des sciences de Russie.

La coopération scientifique internationale joue un rôle important dans le développement de la science nationale. Pour résoudre les problèmes auxquels la science russe est confrontée, il est prévu d’attirer activement des scientifiques étrangers de renom afin d’accroître le degré d’ouverture et de mobilité universitaire.

Tenant compte du fait que la faculté de droit, d’économie et de finance est la faculté la plus populaire de l’Université du Luxembourg parmi les étudiants russes, le RCSC a été invité à participer à l’événement.

Le chef du Laboratoire scientifique et pédagogique de modélisation macro-structurelle de l’économie russe, membre du Conseil académique de la Faculté HSE -Mn., Le professeur  Grigory KANTOROVICH , qui parlera de l’expérience de HSE dans le développement de la coopération internationale, fera part de ses réflexions et répondra aux questions.

Le consul de Russie Ivan Sergeevich Krylov est également invité à l’événement et sera prêt à donner son avis sur des questions de nature consulaire.

Un jeune saxophoniste russe, lauréat de concours internationaux, Valentin Kovalev,  prendra également la parole avec son saxophone.

Inscription obligatoire  au plus tard  le 6 février à:  http://bit.ly/RusSciDay.

 

Centre Russe pour la Science

et la Culture au Luxembourg

32, rue Goethe, L-1637, Luxembourg, Gd Duché de Luxembourg.