Archive pour novembre 2020

” Programme décembre 2020 “

Programme de diffusions en ligne

” Culture Russe en libre accés “

 

Diffusion dès 9h du matin  le jour programmé:

https://centrerusbranly.mid.ru/fr FR/

 

Conférence

” EXODE RUSSE 100ème ANNIVERSAIRE “

Mardi 1 décembre 2020 à 15 h

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

 

Préparation en mars 2020 de la conférence,

(de gauche à droite) Alexandre Troubetskoï, Asya Ovchinnikova, Pierre-Brun de Saint Hippolyte, Catherine-Brun-de-Saint-Hippolyte, Konstantin Volkov directeur du CRSC , Alexander Poustobajev et Viktor Skriabine.

 

Conférence historique :

Exode russe. 100e anniversaire

  • Ambassadeur Alexey Meshkov
  • Claude Brun de Saint Hippolyte
    ▪ Alexandre Jevakhov
    ▪ Pierre Brun de Saint Hippolyte (Pdt du Cercle de la Marine Impériale Russe)
    ▪ Alexandre Troubezkoï
    ▪ Alain Briskine
    ▪ Alexis Grigorieff
    ▪ Dmitri Schakhovskoy

 

En russe et en français.

L’INSCRIPTION PRÉALABLE EST OBLIGATOIRE:

CLIQUEZ

 

La semaine de commémoration consacrée au 100e anniversaire de «l’exode russe» dans le RCSC parisien sera ouverte par une conférence historique avec la participation des descendants des officiers de l’armée russe

Cet événement ouvre le cycle de conférences dans le cadre de la Semaine du souvenir des participants à la tragique évacuation de l’armée russe et de la population civile de Crimée en 1920.

Il y a 100 ans, l’exode russe a eu lieu, qui a ouvert l’ère de l’émigration russe et a finalement achevé l’histoire de l’Empire Russe.

Trois ans après les événements révolutionnaires de 1917, d’anciens sujets de l’Empire russe ont fui la Crimée, ne voulant pas devenir citoyens soviétiques. Ils ont tout laissé dans leur patrie, gardant l’espoir de retourner un jour dans l’ancienne Russie.

Ils ont tout perdu à la fois : beaucoup de parents, de maison, de propriété, leur mode de vie habituel. Les tombes de leurs ancêtres sont restées dans leur patrie, tandis que dans une terre étrangère une incertitude totale les attendait.

Pour la première conversation sur ces événements, le RCSC a invité les descendants de célèbres familles et historiens russes. La réunion en ligne sera suivie par l’arrière-petite-fille de la princesse M.S. Troubetskoï, C. P. Brun de Saint-Hippolyte, président d’honneur de l’Assemblée maritime russe en France, A. B. Jevakhov, président de l’Assemblée maritime russe en France ,P. G. Brun de Saint- Hippolyte, président de la Société pour la mémoire de la garde impériale, A. A. Troubetskoï, membres de l’Assemblée maritime russe en France,  A. V. Briskine, P. V. Romanovsky et A. P. Grigorieff, président de l’Union de la noblesse russe et D. M. Shakhovskoy, écrivain, historiens publiciste N.G. Ross.

Les thèmes suivants ont été retenus pour la discussion: les origines de la révolution; correspondance de la princesse M.S. Troubetskoï, Guerre civile. Le commandement de A.I.Denikine, le déroulement des hostilités, Guerre civile. L’ordre de P.N. Wrangel, Aspects politiques, mesures d’assistance de la France, progrès de l’évacuation; le sort de ceux évacués de Constantinople; diaspora à l’étranger.

Pendant la conférence, les téléspectateurs entendront de vraies histoires de famille, pourront poser leurs questions sur les sujets les plus intéressants liés à l’évacuation de Crimée.

Pour participer à la réunion en ligne, qui se tiendra avec traduction simultanée en russe et en français, veuillez vous inscrire sur le site Web du RCSC crsc.fr.

 

 

Vente ART RUSSE

Lundi 7 décembre 2020 à 14 h

Expert : Nicolas Filatoff

Salle Favart – 3 rue Favart – 75002 Paris

EXTRAIT du CATALOGUE

LOT 3 : Yuly Yulevitch KLEVER (1850-1924)
Vue sur le lac au soleil couchant, 1881
Huile sur toile. Signée et datée en bas à gauche.
57 x 91 cm

10 000 / 15000 €

j k j

LOT 6 : Alexandre Alexandrovitch OSMERKIN (1892-1953)
Nature Morte
Huile sur toile. Signée en bas à droite.
65 x 80 cm

12 000 / 15 000 €

j k j

LOT 7 : Serge KISLAKOFF (1897-1980)
Montmartre sous les parasols rouges
Huile sur toile.
Signée en bas à droite. Située au dos.
81 x 100 cm
Exposition :
Montmartre la nuit, Galerie de Cannes, 16 janvier – 6 février 1950.

800 / 1 200 €

j k j

LOT 22 : Alexandre Borissovitch POPOV (né en 1951)
Hiver à Moscou, 1984
Huile sur toile.
Signée, datée et titrée au dos. 39 x 49 cm à vue

200 / 300 €

j k j

LOT 36 : École Russe du XIXe siècle, c. 1860
Georgien Aquarelle. 33 x 19,5 cm

400 / 600 €

j k j

LOT 40 : David Osipovitch WIDHOPFF (1867-1933)
Allégorie de la vigne en larmes
Fusain et rehaut de gouache blanche. Signé en bas à droite.
52 x 46,5 cm

150 / 200 €

j k j

LOT 82 : Les Ballets Russes à Mogador Juin 1922
Couverture illustrée par Natalia GONTCHAROVA.
Michel de Brunhoff, Paris. [8+4] p. 31,5 x 24,5 cm

250 / 300 €

j k j

LOT 91 : Normandie-Niemen
Deux albums tapuscrits avec reproductions de photographies retraçant l’histoire de l’Escadrille, sous la rédaction de Sergueï Davidovitch Agavelian (1913-1995) et de Nikolaï Mikhaïlovitch Touniev (1925-2003). Signature autographe de N. M. Kouniev.
Paginations diverses. Plus de 120 pages en tout.
Un classeur de 15 pochettes avec des courriers de diverses personnalités et militaires adressés à Claude Chauveau. On y joint le tome VI d’Icare consacré au Normandie-Niemen.

500 / 600 €

j k j

Lot 93 : Evgueny Alexandrovitch LANCERAY (1848-1886)
Grande amazone Bronze à patine couleur chocolat.
Signature de Lanceray « ЛѢП Е. ЛАНСЕРЕ » sur la terrasse avec
la date de 1885. Signature de Félix CHOPIN (1817-1892), fondeur à
Saint-Pétersbourg. Hauteur : 45 cm ; terrasse : 45 x 26 cm

Bibliographie :
Evgueny LANCERAY. Albom skulpturnykh modeleï, édité par le
Musée Historique. Moscou, 2011, page 248.
Au catalogue de la collection de sculptures de la Galerie Trétiakov, cette œuvre est donnée comme le portrait de la femme de N. P. Malioutine, propriétaire de haras.

15 000 / 20 000 €

j k j

LOT 95 : Naoum Lvovitch ARONSON (1872-1943)
Salomé, 1923 Plâtre et cire. Signé à l’arrière.
(Éclat à la cire à la base) 24 x 24 x 32 cm

1 000 / 1 500 €

j k j

LOT 99 : Icône de la Vierge Fleur Immarescible. russie
occidentale. XIXe siècle.
Dans un cadre en bois sculpté et doré. 29 x 25 cm ; 67 x 52 cm

600 / 800 €

j k j

LOT 102 : Triptyque de la Vierge d’Ivérie avec Saint Serge de Radonèje et séraphin de sarov. début XXe siècle.
La Vierge est représentée sur le panneau central, Saint Serge sur le panneau latéral gauche et saint Séraphin sur celui de droite.
Les peintures sur plaques en étain, recouvertes d’un oklad en tôle d’argent gravée avec un encadrement en laiton doré.
Le dos gravé d’une dédicace « À Boris Ivanovitch Boutchinsky de la part du remplaçant [du père pour son mariage] 26 IV 1910 ».
Poinçons des oklad : « СГ » (Semen Grigorievitch Galkin).
Il est fort probable que l’ensemble du travail soit de l’atelier de Galkin qui était spécialisé dans les objets religieux. 9,2 x 7 cm (fermé)

500 / 700 €

j k j

LOT 108 : Icône des grandes fêtes de
l’Orthodoxie. Russie, XIXe siècle.
35,5 x 30 cm

200 / 300 €

j k j

LOT 115 : Croix en laiton et émail cloisonné à décor de cabochons. Fin du XVII – début du XVIIIe siècle. Cuivre doré, émail polychrome, cabochons de pierres dures et semi-précieuses.
La croix au centre du type à couronne et à rayons, modèle de la fin du XVIIe siècle. La
décoration florale est également de cette époque. Bien que le volume suggérerait une
croix reliquaire, il ne semble pas que ce soit la destination de cette croix. Potentiellement croix pectorale de vieux-croyant.
Longueur : 11,5 cm avec l’attache

400 / 600 €

j k j

LOT 120 : Fabrique de Nicolas Ivanovitch Batashev
vers 1890. Samovar en laiton nickelé, forme conique à pans.
Avec son plateau. Hauteur : 50 cm

100 / 150 €

j k j

LOT 121 : Kovsh en argent à décor gravé floral, après 1908.
Style Moderne russe (Art Nouveau). Monogramme « НМ » en façade (attention le monogramme est en cyrillique). Poinçons : 84, Moscou après 1908 et maître orfèvre « В.А. » (Vassily Ivanovitch Andreev). Hauteur : 15,5 cm ; longueur : 14 cm ; poids : 278 g

1 200 / 1 800 €

j k j

LOT 125 : Saleron en forme de trône en vermeil. Décorée en trompe-l’oeil imitant un siège en bois avec un dossier trapézoïdal ajouré, gravé et à bordure découpée de triangles, dans le style néo-russe. Sur l’assise, une devise gravée dont le
sens est : « Sans sel et sans pain, ce n’est qu’un demi-repas ». Au dos de l’assise sur charnière, une suite de quatre lettres « АЕСК » avec la date du 24 juillet 1867. Il s’agit sans doute d’une date de mariage d’un couple aux initiales « АЕ » et
« СК ». Poinçons : 84, Moscou, 1867, essayeur « В•С »
(Veniamin Vassilievitch Savinsky) et orfèvre « ВС »
(Vassily Semenovitch Semenov). 6,4 cm x 5,2 x 4,1 cm ; Poids : 117 g

300 / 500 €

j k j

LOT 128 : Pochette d’allumettes en vermeil et émail cloisonné.
Décor de rinceaux polychromes à bordure de perles blanches. Le dos lisse et gravé d’une
dédicace « JA à GR ». Poinçons : 84, Saint-Pétersbourg après 1908 et
orfèvre « ГП » (Grigory Grigorevitch Pankratiev). 6 x 5 cm ; Épaisseur : 1 cm ; Poids brut : 59,1 g

300 / 400 €

j k j

LOT 137 : Pavel Akimovitch OVTCHINNIKOV (1830-1888) [firme de]
Service en argent composé d’un plateau, d’une corbeille à biscuits, d’une cafetière, d’une
théière, d’un sucrier et d’un pot à crème ; toutes les pièces gravées d’un monogramme
formé des lettres « WGA » entrelacées dans un cartouche ceinturé par un tour de feuilles de lauriers d’où partent des fleurs.
1) Grand plateau ovale à deux poignées. Le bord intérieur souligné d’une frise.
57,2 x 41 cm
2) Corbeille à biscuit à anse mobile. Hauteur (sans l’anse) : 6 cm ; 26 x 21 cm
3) Cafetière. Hauteur : 18 cm ; Diamètre à la panse : 11 cm
4) Théière. Hauteur : 13,8 cm ; Diamètre à la panse : 11,5 cm
5) Sucrier. Hauteur : 12 cm ; Diamètre à la panse : 11,5 cm
6) Pot à crème. Hauteur : 9 cm ; Diamètre à la panse : 7,8 cm
Les bords supérieurs et inférieurs de toutes les pièces sont soulignés d’une frise simplifiée par rapport à celle du plateau, sauf la cafetière qui porte la même frise que le plateau.


Poinçons sur chaque pièce : 84, Moscou, 1893,essayeur « Л•О » (Lev Fedorovitch Oleks) et orfèvre « П. ОВЧИННИКОВЪ » avec l’aigle de fournisseur à la Cour (firme fondée par Pavel Akimovitch Ovtchinnikov).
Poids total : 4439,3 g

4 000 / 5 000 €

j k j

LOT 138 : Gobelet en vermeil et nielle, à col évasé.
Le corps souligné aux deux tiers d’une grecque sous laquelle se développe une composition de coquilles, fleurs stylisées et rinceaux sur fond
partiellement amati.
Poinçons : 84, Moscou, 1836, essayeur « Н•Д » (Nikolaï Loukitch Doubrovine) et orfèvre « П.С. » (sans doute Pavel Fedorovitch Sazikov).
Hauteur : 8 cm ; Diamètre : 7,5 cm ; Poids : 115 g

500 / 600 €

j k j

LOT 147 : Théière en argent. Le corps à larges godrons sur piédouche. Couvercle à charnière surmonté d’un fretel végétal. Le bord supérieur ainsi que le bec soulignés d’une frise rocaille. L’anse possède deux isoloirs en os.
Poinçons : 84, Saint-Pétersbourg, 1843, essayeur « Д•Т » (Dmitry Ilitch Tverskoy) et orfèvre « HR » (Heirich Franz Rüssel, reçu maitre en 1832).
Hauteur : 15 cm ; Dimensions : 28 x 16 cm ; Poids brut : 550 g

300 / 400 €

j k j

LOT 153 : Tcharka en vermeil. Russie (?). Fin du XVIIe siècle.
Un disque en émail peint de rinceaux de couleurs jaune et bleue est serti à l’intérieur de la coupe qui repose sur trois pieds boule qui sont en réalité des grelots. La prise en argent fondu à décor de fleurs en bas-reliefest gravée des trois lettres « I K N ».
Hauteur : 3 cm ; diamètre de la coupe : 8,4 cm ; longueur avec l’anse : 11,3 cm ; poids brut : 137,20 g

Provenance :

Succession de la descendance de Nicolas Maximilianovitch, Duc de Leuchtenberg, Prince Romanovsky.
Le lot 153 a été décrit conjointement avec Claire Badillet, expert en orfèvrerie, membre de la CNES (06 07 58 89 89).

2 000 / 3 000 €

j k j

LOT 166 : Deux couverts de service de Khkebnikov.
1) Une louche en argent, modèle uniplat. Poinçons : 84, Moscou, 1878, essayeur « ИК »
(Ivan Efimovitch Konstantinov) et orfèvre « ХЛЕБНИКОВ » (Ivan Petrovitch Khlebnikov)
avec la marque de fournisseur du grand-duc Konstantin Nikolaevitch. Longueur : 27,5 cm ;Largeur : 9 cm ; Poids : 213 g
2) Passe-thé en argent, intérieur du cuilleron vermeil. Manche de style néo-russe.
Poinçons : 84, Moscou 1883, essayeur « В.С » (Viktor Vassilievitch Savinsky) et orfèvre « П•Х » (Pavel Petrovitch Khlebnikov). Longueur : 16 cm ;
Largeur : 5,5 cm ; Poids : 54 g

200 / 300 €

j k j

Catalogue visible : CLIQUEZ

ADER, Société de Ventes Volontaires
3 , rue Favart,  75002,  Paris

Courriel : fr-contact@ader-paris.   Site : frwww.ader-paris .
Téléphone : 01 53 40 77 10    –   Fax : 01 53 40 77 20

Pour toutes informations :

Magdalena MARZEC : magda.marzec@ader-paris.fr
Assistée de Marie-Axelle COUPPÉ : macouppe@ader-paris.fr
Téléléphone : 01 78 91 10 08

La librairie ” Les Éditeurs Réunis “

 

ouvre ses portes pour vous accueillir , de 14h à 18h30

La librairie propose un vaste choix de livres en russe et en français.

Au second étage est toujours visible l’exposition des gravures de l’artiste Paul Kichilov réalisées pour illustrer les poèmes du Docteur Jivago.

Inspirées du cycle poétique du Docteur Jivago de Boris Pasternak.
10 gravures en noir et blanc destinées au recueil à paraître en novembre aux éditions Ymca Press dans une édition bilingue dans une traduction d’Hélène Péras.
10 gravures en couleurs qui leur font écho.

 

Voir article sur Artcorusse : CLIQUEZ

 

k

 

Implantée au cœur du quartier latin depuis un demi-siècle, la librairie Les Editeurs Réunis propose un vaste choix de livres neufs et d’occasion en russe et en français. Vous y trouverez les grands auteurs de la littérature russe classique et moderne, des livres sur l’histoire et la civilisation russe,sur la pensée philosophique et la théologie orthodoxe, ainsi que des manuels,  des dictionnaires et des guides pour vos voyages. Nikita Struve (1931-2016), professeur, philosophe, Président du Groupe de recherches sur l’Émigration russe, était le directeur d’YMCA Press. Cette maison d’édition a été fondée à Berlin en 1920 puis transférée à Paris en 1925. Il décrit d’ailleurs ce lieu : « Au fil des années “Les Éditeurs réunis” est devenu une maison d’édition de livres russes d’orientation chrétienne orthodoxe bien que créée par des missionnaires américains protestants. »

C’est ici qu’a été publié l’Archipel du goulag d’Alexandre Soljenitsine en 1973/74 pour la première fois.

 

 

Centre Culturel Alexandre Soljenitsine

Librairie les Éditeurs Réunis

11 rue de la Montagne Ste Geneviève, 75005, Paris

Téléphone01 43 54 74 46

Courriel : les-editeurs-reunis@orange.fr


Métro : Maubert-Mutualité.

Du mardi à samedi : 10h – 18h30

 

 

 

ANNULATION SUR ORDRE GOUVERNEMENTAL.

EN RAISON de la PENDÉMIE !

 

Conférence

”  Il était une fois le Conte russe

de 7 à 77 ans “

par Elisabeth Rossary

Mercredi 25 novembre à 16h 30

Maison des Associations, 42000 St Etienne

 

 

Le conte folklorique russe est un travail de créativité orale du peuple russe, l’un des types de prose folklorique. Vladimir Propp, un chercheur du conte de fées russe, estime que le ” conte de fées russe contient une sorte de valeurs éternelles et immuables “.

La profonde signification biblique, évangélique, orthodoxe et morale et psychologique des contes de fées russes a été identifiée par Alexandre Ouzhankov sur la base de l’approche qu’il a développée pour l’interprétation symbolique de leur texte.

Dans les contes de fées russes, on raconte toujours quelque chose d’invraisemblable dans la vie réelle, mais une fiction fantastique contient une idée, c’est-à-dire que dans la fiction, il y a aussi une vérité de la vie. Les contes de fées de différentes nations sont similaires les uns aux autres. Mais chaque nation a ses propres contes de fées. Tous les contes de fées russes portent l’empreinte de la vie ancienne, des coutumes, des ordres.

La littérature russe, ou conte est un genre épique littéraire en prose ou en poésie, est fondée sur la tradition du conte populaire russe, combinant l’originalité de l’auteur et les traditions folkloriques russes, absorbant le folklore et les principes littéraires. Le conte de fées littéraire russe a été créé par l’intention de l’auteur, reprenant l’expérience spirituelle, les idéaux, les idées sur le bien et le mal du conte populaire russe.

Le conte littéraire russe, avec le roman et l’histoire, était le genre le plus populaire et le plus répandu en Russie dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

 

Baba-Yaga 1900

 

Les créatures démoniaques sont Baba Yaga,  Koshei l’immortel, le Dragon Garinisch. Les personnage sont représentés soit par des hommes : Ivan le Fou, Ivan Tsrévitch, Emeylia,  soit par des femmes : Vassilissa la belle, Vassilissa la Sage, Elena la Belle, Maria l’Artisane, tous  des personnages de fiction.

y

Certainement le plus grand illustrateur en est Ivan Iakovlevitch Bilibine, né en 1876 à Tarkhovo prés de Saint Pétersbourg, mort en 1942 à Léningrad.

.

.

Peintre russe, illustrateur de livres et décorateur de théâtre, membre de l’association Le Monde de l’Art. Il quitte la Rusie en 1920 pour vivre en Egypte au Caire, puis s’installe à Paris en 1925, et revient en Russie devenu l’URSS en 1936 pour y mourir au moment du blocus de 1942.

.

.

Il est le premier dans l’histoire du livre russe à avoir réussi une synthèse des principes de la peinture et de ceux de l’art graphique imprimé. La fermeté de son trait lui avait valu le surnom d‘Ivan Main-de-fer.

 

RÉSERVATION OBLIGATOIRE

 

t

 

Maison des Association, Salle 4

Rue André Malraux, 42000 St Etienne

Réservation Obligatoire : 06 70 66 52 96

Une semaine de

Saisons du théâtre de Saint-Pétersbourg.

du 14 au 22 novembre 2020

En ligne.

En russe et en anglais.

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

Samedi 14 novembre à

12 h

Conférence internationale en ligne sur des problèmes de gestion du théâtre et des festivals dans des conditions actuelles.

 

&k&

 

Lundi 16 novembre à

13 h

Master class en discours sur scène. Professeur Oleg Veledinsky, Institut d’État Russe des Arts de la Scène (RGISI).

18 h

Rencontre avec l’équipe de spectacle « Le mariage ». Théâtre National de Drama de Russie — Théâtre Alexandrinski.

20 h

« Le mariage » 12+.
Théâtre National de Drama de Russie — Théâtre Alexandrinski
Spectacle de Valery Fokin.

 

&k&

 

Mardi 17 novembre à

12 h

Master class « Le plastique comme clé de rôle».
Professeur Anna Beligh, Institut d’État russe des arts de la scène.

18 h

Réunion avec l’équipe du spectacle « Gros argent ».
Théâtre de Comédie Académique d’État N.P.Akimov.

20 h

« Gros argent » 12+.
Théâtre de Comédie Académique d’État N.P.Akimov.
Réalisateur — Tatiana Kazakova.

 

&k&

 

Mercredi 18 novembre à

18 h 

Rencontre avec l’équipe du spectacle « L’histoire des sept pendus».
Institut d’État Russe des Arts de la Scène (RGISI).

20 h

« L’histoire des sept pendus » 12+.
Institut d’État Russe des Arts de la Scène (RGISI).
Réalisateur — Andrzej Bouben.

 

&k&

 

Mercredi 19 novembre à

18 h

Réunion créative avec l’équipe du spectacle « Les âmes mortes».
Théâtre Académique d’État de Saint-Pétersbourg nommé après de Lensovet.

20 h

« Les âmes mortes » 16+.
Théâtre Académique d’État de Saint-Pétersbourg nommé après de Lensovet.
Réalisateur — Roman Kotcherjevski.

 

&k&

 

Jeudi 20 novembre à

18h

Réunion créative avec l’équipe du spectacle « Les joueurs».
Théâtre de Saint-Pétersbourg Andrei Mironov.

20 h

« Les joueurs» 16+.
Théâtre de Saint-Pétersbourg Andrei Mironov.
Réalisateur — Anton Yakovlev.

 

&k&

 

Vendredi 21 novembre à

18 h

Rencontre avec l’équipe du spectacle « L’homme de Podolsk».
Théâtre d’État de Saint-Pétersbourg « L’abri de comédien ».

20 h

« L’homme de Podolsk» 16+.
Théâtre d’État de Saint-Pétersbourg « L’abri de comédien ».
Réalisateur — Mikhail Bytchkov.

 

&k&

 

Samedi 22 novembre à

18h

Réunion avec l’équipe du spectacle « Hamlet. Paravent ».
Grand Théâtre des marionnettes.

20 h

« Hamlet. Paravent» 18+.
Grand Théâtre des marionnettes.
Réalisateur — Rouslan Koudachev.

 

Inscriptions sur le site : https://crsc.fr/

 

 

FUTUR de L’ARCTIQUE

 

 

L’association

“Globe, histoire et géographie de la France et de la Russie”

vous invite à participer au projet

“Avenir de l’Arctique, unir les efforts

pour la préservation des écosystèmes arctiques”

Mercredi  9 décembre 2020 à 10 h

Rencontre avec les chefs du projet :

“LE  PARC  de  PLEISTOCENE”

Inscription, mentionnez Artic :

globusassociation@gmail.com

 

 

Unir les efforts pour la “préservation des écosystèmes arctiques”, mis en œuvre par notre association avec le soutien du forum civil “Trianon Dialogue” et du Centre Russe pour la Science et la Culture à Paris.
L’objectif du projet est, dans le cadre de deux cours en ligne, de faire découvrir l’Arctique aux écoliers et aux étudiants en France et de les familiariser avec des projets environnementaux et scientifiques uniques mis en œuvre dans cette région par des organisations à but non lucratif russes.
Les participants pourront obtenir des informations de première main sur les défis auxquels sont confrontés les habitants de l’Arctique russe, y compris ceux liés au changement climatique, ainsi que sur les efforts déployés par l’État et la société civile.
Le 18 novembre, de 13 heures à 14 heures, heure de Paris, le forum en ligne Trianon Dialogue accueillera la première réunion avec l’Organisation éco-sociologique publique interrégionale verte de l’Arctique, qui développe un certain nombre de projets de volontariat à Yamal (Extrême-Nord de la Russie), y compris des expéditions environnementales internationales. afin de nettoyer la côte arctique des débris anthropiques.
Le 9 décembre, une réunion en ligne aura lieu avec les scientifiques Sergei et Nikita Zimovy, qui mettent en œuvre le projet de parc du Pléistocène sur la côte de l’océan Arctique (Chersky, Yakoutie), où la tâche grandiose de restaurer la «forêt-toundra mammouth» – un paysage naturel écologiquement équilibré, y compris son animal monde.
S.A. Zimov est chercheur principal à la branche Extrême-Orient de l’Académie russe des sciences, l’un des scientifiques russes les plus cités dans le domaine des sciences de la terre.
Les événements se déroulent à distance et seront accompagnés d’une traduction simultanée en deux langues (russe et français). Après une brève présentation des conférenciers principaux, les participants pourront poser des questions.

Pour vous inscrire à des événements en ligne (en groupe ou individuellement), vous pouvez envoyer une demande à l’adresse: globusassociation@gmail.com (marquez «Arctic»).

Une pré-inscription est requise

 

CENTENAIRE  DE  L’EXODE  DE  L’ARMÉE  RUSSE
DE SEBASTOPOL  1920-2020
Communication et présentation
de
“Souvenirs”
2 générations d’émigrants
par l’ Archiprêtre Wladimir Yagello
Dimanche 15 novembre à 17h.30
sur facebook
.
.
A l’occasion du centenaire de l’exode de l’Armée russe de Sébastopol en novembre 1920, cet ouvrage de souvenirs a été publié à Moscou le 15 octobre 2020. Cette conférence sera agrémentée de chants de l’Armée Blanche sous la direction d’André Chestopaloff. Cette séance sera transmise sur facebook à 17h30 et prendra fin vers 19h.
Les lecteurs auront une histoire consacrée à la vie de deux générations de l’émigration russe, couvrant la période de 1920 à 2020. Le livre représente les souvenirs personnels de l’archiprètre Vladimir et son père V.P. Yagello, contraint de quitter son pays natal avec un groupe d’exilés et les restes de l’armée de volontaires russes, partant de Sébastopol pour Constantinople en 1920.
Le P. Vladimir ramène son histoire à nos jours, aux «troubles de l’Église parisienne» qui se sont fait sentir au début des années 2000. Le livre commence par des réflexions sur la révolution russe de 1917 et sur les voies de l’émigration russe et de l’Église russe en exil. Sur les pages du livre, nous rencontrons de nombreuses personnalités de la diaspora russe, y compris des généraux blancs, des professeurs de l’Institut Saint-Serge à Paris, prot. N. Afanasyev, B. Bobrinsky, A. Schmemann, A. Knyazev et de nombreuses autres personnalités bien connues de la culture, de l’Église et de la science russes à l’étranger. Un thème distinct pour plusieurs chapitres est la rencontre de l’auteur avec la nouvelle Russie, telle qu’elle est devenue à la suite de l’effondrement de l’URSS. Sur les pages du livre ici et là, les noms de nos contemporains sont mentionnés – Archiprêtre. Vl. Vorobiev, V. Asmus, protod. A. Kuraeva, prot. A. Stepanova (Saint-Pétersbourg), Rév. Panteleimon (Shatova) et autres.
Le père Vladimir Yagello parle du travail de la société “Icône” à Paris, de l’organisation nationale des chevaliers russes, de la radio “Voix de l’orthodoxie” et, bien sûr, de la chapelle du “Signe de la Mère de Dieu” sur le boulevard. Exelmans, ou le P. Vladimir  se consacre depuis de nombreuses années.
Nous avons devant nous non seulement des mémoires, mais aussi des réflexions profondes de l’auteur sur les événements du passé et d’aujourd’hui (jusqu’au début de la pandémie de coronavirus). Le texte est pourvu de nombreuses photographies des archives de l’auteur, dont la qualité souffre parfois, quelque peu.
Les souvenirs de nos contemporains sont un genre rare et une source historique unique. Les mémoires de ces représentants de l’émigration qui ont quitté leur patrie pendant de nombreuses décennies ne sont pas courantes de nos jours, de tels documents sont très intéressants et pour les historiens, ils sont très utiles.
i d i
.
Vladimir Vladimirovitch Yagello est né en 1943 à Paris. Il a étudié dans un lycée français et à l’école d’ Antoine Ossorguine. Il a terminé l’institut des langues orientales de Paris l’institut théologique St Serge (Paris), il est ordonné prètre en 1994. Déjà très jeune il fit parti des scouts russes Vittiaz et actuellemeent il s’occupe des jeunes scouts sur le pln des animations culturelles et religieuses. Il fait partie de la radio “Voix Orthodoxe”. Auteurs de nombreux ouvrages. Il et recteur de la paroisse orthodoxe Notre-Dame du Signe à Paris.

Un livre fascinant !

 

Тайны замка Арсин ” 

“Les secrets du château d’Arsine”

Une pension de l’émigration russe

de Kira Ruchti

Éditions ЛЕТО, fév 2019

( livre en russse )

 

 

 

 Il y a un château ancien, un ancien pensionnat russe. Son histoire, les destins de ses pensionnaires et les légendes qui y sont associés sont devenus le contenu du livre-album «Les secrets du château Arsine».

 

 

Le livre-album raconte l’histoire du château d’Arsine, situé en France en Haute-Savoie dans les Préalpes à 20 kilomètres de Genève, sur la route de Chamonix, au pied même des Alpes, se trouve une petite ville discrète :  Saint-Pierre-en-Faucigny.

Cyrille d’Ennemond d’Aurémont de Coiffy de Fresnes, né en Russie en 1851, marié à Anne, née de Gavrilov en 1855 à Saint Pétersbourg qui permettra par cette acquisition auprés Louis Rivérieulx de Chambost en 1909 et de créer un foyer d’ « émigration russe ».

L’ouvrage parle des événements qui se sont passés ici dans le premier tiers du XXe siècle, jusqu’en 1937. Le livre décrit les propriétaires et certains pensionnaires du château qui est devenu une pension pour les Russes de la première vague d’émigration de la Russie bolchevique. Ici un prêtre russe servait des services religieux et après il a été inclus par l’église dans le corps glorieux ; ici ont eu lieu des réunions des hauts responsables de l’État dans l’ambiance informelle. Ici Marina Tsvetaeva et ses enfants ont passés les étés de 1930 et 1936 ; Serguei Efron est venu ici à plusieurs reprises.

.

Marina Tsvetaeva et son chien Saboia.

.

Ce livre contient de nombreuses photographies rares de ces années, il y a des photos modernes intéressantes.

La pension fondée dans le château est devenue un refuge et un lieu de rencontre pour les membres de « l’Union de retour dans la patrie », qui a été sous tutelle des organes de NKVD de Moscou. La pension a été fermée en 1948.

C’est pour ça que les locaux appelaient le château d’Arsine “Le château rouge”. La réalisation des rêves des pensionnaires – le retour dans leur patrie – ont devenue fatale pour beaucoup d’entre eux.

 

e t e

 

 

L’auteur du livre, Kira Ruchti est née à Moscou, après avoir obtenu son diplôme de l’Institut d’ingénierie électronique, elle a travaillé à Genève, où elle a rencontré son marie. Elle est la présidente de l’Association Autour de la Russie , qui fournit une assistance aux institutions pour enfants dans le besoin en Russie et travaille en étroite collaboration avec la Maison des Russes de l’étranger à Moscou.

 

3

 

ISBN 978-5-94509-089-7

Tirage limité

Prix : 20€

Commandez à :

Association Autour de la Russiekiraruchti@sfr.fr

 

” Novembre 2020 “

Programme de diffusions en ligne

” Culture Russe en libre accés “

 

 

Diffusion dès 9h du matin :

https://centrerusbranly.mid.ru/fr FR/

Conférence en ligne

150ème anniversaire de la mort

d’Alexandre Herzen

Vendredi  20 novembre 2020 à partir de 14h

Bibliothèque Louis Nucéra, 06000 Nice

 

Inscription obligatoire : CLIQUEZ

 

 

A l’occasion du 150e anniversaire de la mort d’Alexandre Herzen, grand écrivain et penseur russe.

 

 

Alexandre Herzen, Александр Иванович Герцен, est né à Moscou en 1812 mort à Paris en 1870, fils illégitime d’un riche propriétaire foncier Ivan Alekseevich Yakovlev et d’une jeune servante allemande de 16 ans, Henriette Wilhelmina Luisa Haag, le père a donné à l’enfant le nom de famille Herzen (du mot allemand herz – cœur).

Alexandre Herzen est : écrivain et publiciste, philosophe et enseignant, auteur des mémoires, il était l’un des critiques les plus ardents du servage, et au début du XXe siècle, il était un symbole de la lutte révolutionnaire. Jusqu’en 1905, Herzen est resté un écrivain interdit en Russie et les œuvres complètes de l’auteur n’ont été publiées qu’après la révolution d’octobre. D’extrème gauche il est  connu comme “le père du socialisme populiste russe” .

En Europe, Herzen était défini comme le plus républicain radical que les socialistes aient eu, bien qu’il ait commencé la publication d’une série d’articles sous le titre “Lettres de l’avenue Marigny” (forme révisée par la suite publiée dans “Lettres de France et d’Italie”), qui a choqué ses amis – les libéraux occidentaux – avec leur pathétique anti-bourgeoisisime. Il fréquente les cercles radicaux de l’émigration européenne, rencontré en Suisse après la défaite de la révolution en Europe, et, en particulier Giuseppe Garibaldi. En juillet 1849, Nicolas 1er confisqua tous les biens d’Herzen et de sa mère en tant que révolutionnaires. Il s’installe à Nice ou les grandes lignes de sa vie et de son œuvre se sont affirmées. Mais suite à des tragédies familiales, (mort de sa mère d’un fils dans un naufrage, la mort de sa femme et de son nouveau-né) Herzen  déménage à Londres pour y fonder l’Imprimerie “Russie Libre”  pour y imprimer des publications interdites et en 1857 et il a publié un hebdomadaire : “La Cloche“. Puis il s’installe en Suisse prend la nationalité de ce pays, l’imprimerie de Londres déménage en Suisse.

Alexandre Herzen mourut d’une pneumonie  le 9 (21) janvier 1870 à Paris, où il s’installa peu de temps auparavant, il a été enterré d’abord à Paris, au cimetière du Père Lachaise , puis sa dépouille a été transférée à Nice au cimetière du Château.

 

z

 

 

Hélène Grabowska-Metlov, professeur de russe et musicienne, parlera des grandes lignes de sa vie et de son œuvre en général, et quelques détails sur sa vie et ses relations dans la période niçoise.

Sébastien Cagnoli, spécialiste des langues finno-ougriennes, traducteur, se concentrera sur ses relations avec Garibaldi.

Avec des illustrations musicales pour faire revivre cette époque…

La conférence qui aurait dû être internationale,

restera niçoise.

 

INSCRIPTION OBLIGATOIRE : CLIQUEZ

 

7

 

Association Maison de la Russie

20 rue Cyrille Beset
06100 Nice

Reneignements:

Mob : 06 12 22 58 62

courriel : delarussie.maison@gmail.com