Archive pour novembre 2018

ACER-MJO

Hommage à Jean Morozov

Dimanche 16 décembre à 16h

Jean Morozov (Ivan Vassiliévitch) est né le 14 août 1919 à Davydov Konets (Estonie),  fut pendant près de 30 ans un pilier de l’ACER mais aussi de l’orthodoxie en France, secrétaire général de l’ACER, directeur des éditions YMCA-PRESS et de la librairie des Éditeurs Réunis, rédacteur de la revue Vestnik ВЕСTНИК РСXД (Messager de l’ACER), enseignant à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge et membre du conseil diocésain.

Il se plongeat dans l’activité bouillonnante de l’ACER des régions Baltes, fondée à l’initiative de Jean Lagovsky, dont le but était « de faire croitre la libre et haute soumission au Christ qui se transforme en filiation » luttant contre les idées du bolchevisme. Jean savait qu’il existait à Paris un Institut de théologie et son rêve était de partir y étudier afin de revenir ensuite dans sa patrie et d’y servir en tant que prêtre.

 Il arriva à Paris en 1938 et intégra l’Institut de théologie Saint Serge.  « Vania impressionnait les autres étudiants ainsi que les professeurs par son esprit de réflexion, son amour passionné pour la pensée religieuse russe, et sa passion pour tout ce qui pouvait l’aider à résoudre les questions théologiques et philosophiques les plus profondes qui le préoccupaient », déclarait le protopresbytre Alexis Kniazeff.

À l’automne 1942, en pleine occupation allemande de Paris, il termina une thèse en théologie dont le sujet était « La liberté de la créature » et qu’il présenta au père Serge Boulgakov. Il fut reçu au titre de « candidat » ès théologie et fut diplômé de premier rang.

La crise politique internationale de l’époque l’empêcha de retourner auprès des siens, il resta en France en tant qu’apatride. En mai 1966, il reçut la nationalité française tout en restant inexorablement russe dans son âme.

Il prit le poste de psaltiste dans l’église N.D. des Affligés, rue de la Tour à Paris, dont le recteur était le hiéromoine Sylvestre (Владика Сильвестp Ченчански). Le 19 novembre 1944, il épousa Alexandra Bourda et eurent trois enfants.

En 1945, le père Basile Zenkovsky, président de l’ACER, lui proposa le poste de secrétaire général, qu’il accepta. Il relança divers cercles d’étude ainsi que les congrès du mouvement.

En 1948, il fut la cheville ouvrière de l’acquisition par l’ACER aidé de la paroisse de la Présentation de la Vierge au Temple, de la maison du 91 rue Olivier de Serres à Paris qui devint le siège du mouvement et le lieu où toutes les activités de l’ACER se concentrent encore jusqu’à aujourd’hui. Jean relança l’organe de presse de l’ACER, le Vestnik ВЕСТНИК РСКД (Messager de l’ACER) et il en fut le premier rédacteur de la période de l’après-guerre.

© Archives paroisse de la Présentation de la Très Sainte Mère de Dieu au Temple à Paris

À partir des années 1950, entouré d’une solide équipe composée de Cyrille Eltchaninoff, de Georges Demidov et du père Alexis Kniazeff, il devint le directeur des camps de l’ACER et le resta jusqu’en 1972. L’été, à Saint Théoffrey (Isère), lui-même lisait à l’auditoire attentif des chapitres des livres d’Alexandre Soljenitsyne, avant même leur parution : « Le premier cercle », « le pavillon des cancéreux » « l’archipel du Goulag ». Très populaire auprès de la jeunesse .

Jean Marozov sous la direction de W. P. Soubotine, créa à l’ACER un groupe théâtral amateur,un spectacle était donné dans la grande salle des fêtes d’Issy-les-Moulineaux, événement théâtral en langue russe, réunissant près de 700 spectateurs.

En 1953, Jean fut nommé par le comité international d’YMCA à la tête de la maison d’édition russe YMCA-PRESS à Paris, rue Saint-Didier dans le 16e arrondissement de Paris. Jean Morozov organisa le déménagement dans un local plus grand et mieux placé: 11 rue de la Montagne Sainte-Geneviève dans le 5e arrondissement. Les grands auteurs de la littérature russe classique et moderne, des livres sur l’histoire et la civilisation russe, sur la pensée philosophique et la théologie orthodoxe y furent édités.

Lorsque la maison d’édition commença à éditer en russe les œuvres d’Alexandre Soljenitsyne elle connut une réputation mondiale. En 1962, le père Basile Zenkovsky, président de l’ACER avant son décés, confia à Jean le mouvement : « Surtout continuez le travail de l’ACER ».

Sur l’avis de ses médecins, en 1972 il dut réduire son rythme de travail et il mit un terme à toutes ses fonctions au sein de l’ACER.  Il resta responsable de la maison d’édition, YMCA-PRESS et continua d’enseigner à l’Institut de Théologie Saint Serge.

Le 6 novembre 1978, Jean Morozov décéda tragiquement. Par sa vie pleine de bonté, d’honnêteté, de foi profonde et de dévouement à la cause de l’ACER, Jean Morozov a incarné l’idéal que l’ACER propose à ses membres, « l’ecclésialisation de leur vie », c’est-à-dire de vivre de façon créatrice à la lumière de l’expérience et de l’enseignement de l’Église.

Maison de l’ACER-MJO

91 rue Olivier de Serres, 75015 Paris.

Métro: Porte de versailles

 

 

 

Depuis 30 ans, le travail du Chœur d’Hommes Anaiki – entre frères, fraternellement – est de promouvoir et de faire découvrir la culture basque par la polyphonie pour chœurs à voix égales du Pays Basque. L’ensemble, composé d’une quarantaine de chanteurs attachés à cette tradition orale séculaire, témoigne d’un très vaste et précieux répertoire, mêlant  les chants populaires médiévaux, les anciennes mélodies oubliées et les plus récentes compositions, en passant par les grandes partitions religieuses.

Anaiki est dirigé par Jean-Marie Guezala, fils du célèbre txistulari (joueur de txistu, flûte basque traditionnelle) Polentzi Guezala (1919 – 2008).

Etabli à Pariseko Eskual Etxea (La Maison Basque de Paris) et présidé par Cyril Bourayne, le chœur anaiki donne de nombreux concerts en France, du Palais de l’UNESCO à l’Olympia, de l’Eglise Saint-Louis-en-l’Ile de Paris et de la Sainte Chapelle aux églises de Saint-Jean-de-Luz ou d’Ainhoa, du Palais des Sports de Bordeaux à la Salle Pleyel …

Anaiki traverse également les frontières, de Moscou à Fès pour le Festival des Musiques Sacrées du Monde ou pour le festival choral International de St Petersbourg, du Pays de Galles à Prague, et travaille avec les plus grands chœurs Russes (chœur de l’opéra d’Etat Moussorgsky de St Petersbourg, chœur du Patriarcat de Moscou, chœur Sirine, la Capella du Musée du Kremlin de Moscou, les Voix de la Néva) avec lesquels il donne chaque année à Paris une suite de concerts intitulés « Un Noël Basque – Un Noël Russe » en partenariat avec l’association musicale La Toison d’Art.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

 Le choeur Moskova est le choeur mixte de la ville de Moscou sous la direction de Pavel Soutchkov très impliqué dans la renaissance de la pratique de l’art choral religieux russe.

 Choeur fondé en 1998 pour présenter à la fois les chants orthodoxes russes écrits par les plus grands compositeurs à partir du XVIIème siècle mais également de nombreux chants issus de la tradition monastique.

Le choeur propose cette tradition russe à travers les chants des grands fêtes de l’église russe et aussi ceux de la liturgie ordinaire, un haut niveau d’exécution musicale et une grande vérité d’interprétation, également à leur répertoire de nombreux chants populaires et de magnifiques mélodies qui ont traversé le temps et l’espace comme celles de la tradition des cosaques de russie. Le chœur se compose des meilleurs éléments du Chœur du Théatre d’Etat d’Opéra Populaire de Moscou et des voix d’hommes du monastère de Novospassky.

Tournée du Chœur Moskova en France.

L’Église Saint-Louis-en-l’Île est une église française située dans l’actuel 4° arrondissement de Paris, sur l’île Saint Louis. L’église se trouve à l’intersection de la  rue de Saint Louis-en-l’île  et de la rue Poulletier. Cet édifice a été construit en plusieurs étapes de 1624 à 1726. Son saint patron est Saint Louis de France qui régna sous le nom de Louis IX. Inscrite aux Monuments historiques depuis 1915, l’église Saint-Louis-en-l’île est consacrée à Saint Louis, qui a régné sur la France au XIIIe siècle sous le nom de Louis IX. Il avait en effet pour habitude de venir prier sur l’île aux Vaches, qui a par la suite été rattachée à l’île Saint-Louis. Au XVIIe siècle, l’église d’origine se révèle trop petite alors que la population de l’île augmente rapidement : on décide donc de la détruire. Les travaux de reconstruction d’une nouvelle église paroissiale plus grande débutent en 1656 et s’achèvent soixante-dix ans plus tard.
Si Saint-Louis-en-l’île perd son orgue et une grand partie de son mobilier lors de la Révolution française, la décoration actuelle de l’église est due à la fortune personnelle de l’évêque Louis-Auguste Napoléon Bossuet, qui consacre ses moyens à l’achat de nombreuses œuvres d’art venues de toute l’Europe (à l’exception des vitraux, offerts par la Ville de Paris), transformant cette église sobre et dépouillée en un édifice baroque. Ce changement de style se poursuit jusqu’en 2005, avec l’inauguration d’un nouveau grand orgue, construit sur le modèle des orgues d’Allemagne du Nord de l’époque baroque, et dont les titulaires actuels sont Vincent Rigot et Benjamin Alard.

Église Saint-Louis-en-l’Île

19 bis rue Saint-Louis-en-l’Île
75004 Paris 4e
Métro : Pont Marie (7)

Tarifs: 30€, 23€ et réduit 19€

Infos et réservation: 01 44 62 00 55

Samedi 16 et dimanche 17 FÉVRIER 2019

Mairie 5, ° 21, place du Panthéon 75005 Paris

10E JOURNÉES EUROPÉENNES DU

LIVRE RUSSE 

ET DES LITTÉRATURES RUSSOPHONES

10-ые Европейские Дни Русской Книги и Русскоязычных Литератур

Programme à venir.

EXPOSITION – VENTE de NOËL

Marché du Carré d’Or, STRASBOURG

23 novembre au 24 décembre 2018

 

Concert de Noël

“Chœur de la Cathédrale russe St Alexandre Nevsky de Paris”

Dimanche 2 décembre 2018 à 16h

 

Le chœur de la cathédrale russe Saint-Alexandre-Nevsky, a été fondé à Paris avec la nomination au poste de maitre de chapelle d’Evguény Evetz en 1962 qui permet une toute nouvelle dynamique. Diplômé du conservatoire de Varsovie et excellent pédagogue, il élargit le répertoire du choeur et crée un nouveau style d’interprétation qui se caractérise par la rigueur, la justesse d’intonation et la précision rythmique. Travailleur infatigable, Evetz fait connaître le choeur de la cathédrale à travers le monde, comme l’un des meilleurs choeur de l’émigration russe.

En 1988 il passe le flambeau à son fils aîné Basile (1937-2008), et en 2007 c’est Alexandre Kedroff qui en prend la direction. Issu d’une génération illustre de musiciens, après des études de musique, complétées par un cursus de théologie à l’Institut St-Serge de Paris, il est ordonné diacre à la cathédrale St-Alexandre-Nevsy, où il seconde le Maître de Chapelle Basile Evetz jusqu’en 2007. Le protodiacre Alexandre Kedroff hérite naturellement du patrimoine culturel familial (le quatuor Kedroff fondé en 1897).

 

Depuis sa nomination à la tête du chœur de la cathédrale, il se consacre entièrement à cette fonction et contribue à l’enrichissement du répertoire par des compositions de son père et de son grand père, ainsi que par des œuvres basées sur les mélodies anciennes russes du chant neumatique « znamenny ».

Le chœur de la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky, en plus de la liturgie, donne des concerts en France et à l’étranger. En 2010 à Saint-Pétersbourg, pour la première fois de son histoire, le chœur traverse les frontières de la Russie et vient chanter sur sa terre d’origine. Le temps d’une soirée, il nous transporte, là-bas, au cœur de cette profonde et émouvante musique orthodoxe qui nous parle d’une culture à la fois proche et lointaine.

ENTRÉE LIBRE, LIBRE PARTICIPATION.

 

CD enregistré à l’occasion des 150 ans de la cathédrale en 2011.

Pour la petite histoire, Alexandre Nevsky est un prince et héros russe du XIIIeme siècle, vainqueur des Suédois dans la bataille de la Néva. La cathédrale orthodoxe russe a été construire en 1861 au 12 Rue Daru dans le VIII ème arrondissement de Paris.

Devenue monument historique en 1983, elle est aujourd’hui le siège de l’Archevêché des Eglises orthodoxes russes en Europe occidentale.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Dès le xvie siècle, une chapelle St Pierre et St Paul se trouvait à cet endroit. En 1790 fut érigée l’église grâce à l’abbé Pierre Herbert (1742-1794), homme dynamique et dévoué, une dénonciation calomnieuse le conduit à l’échafaud le 25 juillet 1794 avec le poète André Chénier.

 Elle offre le rare exemple d’une construction religieuse en pleine tourmente révolutionnaire. Son plan atypique est imposé par l’exiguïté du terrain. Deux nefs dissemblables sont accolées et dessinent un T : la première, de forme elliptique, est coiffée d’une vaste voûte ovale percée d’un oculus central ; la seconde, rectangulaire, est prolongée vers 1868.

Le célèbre appel destiné à venir en aide aux sans-abri, est lancé par l’abbé Pierre le dimanche 31 janvier 1954 du haut de la chaire de l’église Saint-Pierre-Saint-Paul de Courbevoie. Il est relayé le lendemain par différentes stations de radio.

 

 Église Saint-Pierre-Saint-Paul

Place Herot– 92400 COURBEVOIE

Métro : Esplanade de la Défense  

Gare SNCF: Courbevoie

Bus: 175, 275.

 

Vente Art Russe “Русское Искусство”

samedi 8 décembre 21018

Hôtel Drouot, salle 15 11h et 14h

Icones & art religieux, Gravures & lithographies , Archives & manuscrits, Numismatique,  Romanov, Affiches, Argenterie, Émaux ,Objets de vitrine, bijoux & Fabergé , Porcelaine,  Bronzes, Art populaire & folk art, Militaria, Ballets russes, Livres,Tableaux.

Expositions Publiques Vendredi 7 décembre de 11h à 18h

Extraits du catalogue

Belle croix pectorale en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes) sertie de brillants de différentes tailles, surmontée d’une couronne impériale. Médaillon central peint sur métal ornée d’une scène de la Crucifixion. B.E. (quelques manques). Moscou, vers 1890. Orfèvre : A. A. Moukhine. H. 15 x L. 7,3 cm. Poids brut : 57,6 g,1000/1500 €

 

Icône de voyage de la Mère de Dieu de Kazan. Tempera sur bois. Russie, fin du XIXe siècle. Dans sa belle oklad en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes) à décor émaillé polychrome cloisonné. T.B.E. Moscou, vers 1890. Orfèvre : EAK, non identifié. H. 9 x L. 7,5 cm. Poids brut : 103,7 g. Икона Казанской Божьей Матери, путевая. 3000/5000 €

 

Icône du Christ Sauveur de Smolensk. Tempera sur bois. Russie, fin du XVIIIe – début du XIXe siècle. Dans son oklad en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor ciselé et repoussé. Légendes gravées des noms des saints entourant le Christ en pied. B.E. Moscou, 1801. Orfèvre : Alexei Ratkov. H. 38, 2 x L. 32 cm. Poids brut : 2346,0 g. Икона, Христос Спаситель Смоленский. Темпера на дереве. 3000/5000 €.

Cartes de la Russie. Lot de 7 lithographies : Carte des régions limitrophes de la mer Caspienne, c.1728, rehaussée à l’aquarelle. – Carte de l’Empire russe par Eman Bowen, XVIIIe siècle. – Carte de Tartarie, XVIIIe siècle. – Carte de la Russie, atlas Clouet, 1787, rehaussée à l’aquarelle. – Carte de Tartarie, XVIIe siecle, rehaussée à l’aquarelle. – Gravure de Moscou, 1743, rehaussée à l’aquarelle. B.E. Formats divers. Карты России. 7 литографий: карта приграничного Каспия, c.1728, акварель. – Карта Российской империи Эмана Боуэна, XVIII в. – Карта Татарии, XVIII в. – Карта России, атлас Clouet, 1787г., акварель. – Карта Татарии, XVII в., акварель. – Гравировка Москвы, 1743 г., акварель. Состояние хорошее Различные форматы 300/500 €

 

Brevet de nomination au poste de Consul général à Hambourg de l’assesseur de collège Bacheracht, Kameny Ostrov, le 31 août 1825. Signé par Alexandre Ier et le comte Nesselrode. Avec le sceau impérial. Pliures mais complet. On y joint la traduction officielle en allemand du précédent document. Manque le sceau. Pliures. Грамота о назначении на должность генерального консула в Гамбурге колледжского ассесора Бачерахт, Камени Остров, 31 августа 1825 г. Подписано Александром I и графом Нессельроде. Императорская печать. В сложеном виде. Прилагается официальный немецкий перевод предыдущего документа. Печать утрачена. В сложенном виде. 200/300 €

 

Tolstoï et Gorki. Lot de 7 tirages argentiques de presse représentant : – Léon Tolstoï : deux fois seul dont en promenade, une avec sa famille, une avec Maxime Gorki (divers formats). – Maxime Gorki : portrait seul, anniversaire 1868-1936 avec des acteurs, anniversaire avec Mark Twain. 7 фотографий. Изображены Л.Толстой и М.Горький. 150/200 €

 

Pendule en bronze doré et patiné représentant le tsar Pierre le Grand sur le lac Ladoga. L’Empereur se tient à la barre d’une embarcation en pleine tempête. Décor de palmettes et rinceaux. Chiffres romains. B.E. (mouvement vendu en l’état). Russie, milieu du XIXe siècle. H. 35 x L. 26,5 x P. 10 cm Historique : « Alors de Piter (Saint-Pétersbourg) Pierre Ier s’embarqua sur la Neva et sur le Ladoga ; tout à coup la tempête s’élève, une bourrasque, un orage épouvantable. A grand’peine ils arrivèrent au nez de Storojevski. Le tsar débarqua. Entouré des flots, la tête lui tourna de voir la mer bleue. « Allons, toi, mère humide, la terre, ne t’agite pas, ne prends pas exemple sur ce stupide lac. « Aussitôt il ordonna de knouter et de fouetter les vagues irritées. Le lieu, où il les fustigea de ses mains impériales s’appelait l’Ecueil sec, et depuis ce temps on l’appelle l’Ecueil du tsar. Depuis lors le Ladoga est devenu plus paisible ; il a ses jours de calme comme les autres lacs, et vous voyez, continue le narrateur : nous y naviguons, nous y prenons du poisson. » (V. Barsof, Petr Veikii v narodnykh predaniakh Siévernago kraïa (Pierre le Grand dans les traditions populaires du pays septentrional), Moscou, 1872.) Часы, бронза позолоченная и патинированная. Царь Петр I. На циферблате римские цифры. Состояние хорошее. Россия, середина XIX в. 2000/3000 €

 

Alliance Franco-Russe. 1- Foulard de l’alliance. 1896 Kronstadt 1891-Toulon 1893. Paris Louvre 1896. Par G. Laveissière et Chamont. Déville Rouen. 42 x 48. B.E. – 2- Médaille pour la revue des 9-10 octobre 1896 par le Tsar. Liste des bataillons de chasseurs à pied et alpins ayant participé. Diamètre : 39 mm . B.E. 3- Médaille avec l’aigle impériale russe et au revers les armoiries de la république française. Diamètre : 36,5 mm B.E. 4- Médaille à l’ancre entouré de l’Aigle impériale et RF. Souvenir de Cronstadt 1891- Toulon 1893. Diamètre : 25,5 mm B.E. 5- Médaille « France-Russie », Cronstadt-Toulon, 1891-1893. Représentation d’un navire de guerre. 30 x 36 mm. B.E. 6- Bouton à l’effigie de Nicolas II en uniforme. Diamèttre : 31 mm. B.E. 7- Médaille France-Russie, Cronstadt-Toulon . Juillet 1891- Octobre 1893. Représentation de matelots et de navires en rade, éclairés par la « Paix ». Diamètre : 30,5 mm. B.E. 8- Médaille de table Paris octobre 1896, profils de Nicolas II et de l’impératrice. Diamètre :35 mm. B.E. 9- Médaille France- Russie, Nicolas II empereur de Russie. Buste de l’empereur en uniforme. Diamètre : 32,5 mm Sans anneau 10- Deux Petits aigles impériales, avec drapeaux et sans, fabrication française des années 1890- 1900. B.E 11- Médaille souvenir de Paris-Toulon, octobre 1893 ; Revers : Cronstadt-Toulon avec portrait de l’empereur et du président de la République. Diamètre : 43 mm. B.E. 12- Médaille « Vive la Russie, Union et fraternité ». Souvenirs La flotte française à Cronstadt 23 .7.1891, la flotte russe à Toulon 13.10.1893. Avec ruban français et russe impérial combiné. Diamètre : 27,5 B.E. Лот 12 значкоб и медалей Франко-Российский альянс. 600/800 €

Affiche de l’Exposition russe hippique et ethnographique. 1895. Au Champ de Mars. Par Houbrac. Représentations de cosaques de l’escorte impériale. Konvoï. H. 120 x L. 82 cm. Entoilée. T.B.E. Représentations de cosaques de l’escorte impériale. Konvoï. – Афиша русской конно-этнографической выставки. 1895. Марсово Поле. Houbrac. Представления казаков Императорского конвоя. 120 х 82 см. Дублирование. 600/800 €

Quatre planches polychromes de Bilibine, Les contes des mille et une nuits. Fernand Nathan éditeurs. B.E. Lithographies en couleur, numérotées et signées dans la planche. Vers 1932-1938 – Le cheval enchanté – Sindab le marin – Le Chasseur – Alladin ou la lampe merveilleuse H. 34,2 x L. 90,5 cm. Entoilées. B.E. – Четыре полихромных билибинских листа, сказки «Тысяча и одна ночь». Изд. Фернан Натана. Дублирование. – Алладин – Синдбад Мореход – Очарованная лошадь – 34,2 х 90,5 см. Дублирование. 6000/8000 €

 

Rare samovar en argent 84 zolotniks (875 millièmes) repoussé et ciselé, le corps piriforme avec anses élevées, le couvercle pourvu de deux boutons, le fut balustre en partie ajouré à décor floral, la base polylobée reposant sur quatre pieds boules, garnitures en corne, intérieur vermeil. Très bon état, léger accident à la garniture du robinet. Saint-Pétersbourg, 1861. Orfèvre : I. SAZIKOV, avec aigle de Fournisseur de la Cour impériale. Maître-essayeur : A.N Mitine (actif 1842-1877). Porte également les poinçons d’importation du grand-duché de Finlande (d’après 1810, de titre « 813 H » et de la ville d’Helsinki). H. 44 x L. 33 cm. Poids brut : 3925 g (environ). Références : Ignati Pavlovitch Sazikov (1793-1868), fils du fondateur de la firme, Pavel Fedorovitch, reçoit en 1837 le privilège de fournisseur de la Cour impériale de Russie. Références : Ignati Pavlovitch Sazikov (1793-1868), fils du fondateur de la firme, Pavel Fedorovitch, reçoit en 1837 le privilège de fournisseur de la Cour impériale de Russie. Редкий самовар. Серебро, резное и чеканное. Проба 84. Грушеобраный корпус с высокими ручками. Крышка с двума хватками. Поддон украшен цветочным орнаментом, на четырех ножках в виде шариков. Отделка из кости. Внутренняя часть корпуса позолоченная. Состояние очень хорошее. Незначительное повреждение отделки крана. Санкт-Петербург, 1861 г. Ювелир: И. САЗИКОВ, клейма : изображение орла – поставщик Императорского двора. Пробирный мастер: А.Н. Митин (годы службы:1842-1877 гг). Имеются также клейма для импорта в Великое княжество Финляндское (после 1810 г. проба «813 H» и город Хельсинки). 44 x 33 см. Вес брутто: 3925 г (приблизительно). 6000/8000 €

 

Centre de table servant de coupe à fruits en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à double anse en forme de buste de femme, monté sur quatre colonnes corinthiennes reposant sur un socle ovale en onyx vert. Il est gravé d’une dédicace en russe « À notre cher directeur F.F. Proillar. En souvenir. La direction et les ouvriers des verreries du sud de la Russie ». Plaquettes avec les dates 18/VI 1902 et 13/VI 1911. Avec une doublure en cristal taillé. B.E. (usures et petit accident au socle). Moscou, 1908-1917. Orfèvre : Mikhaïl TARASOV. H. 22,5 x L. 32 cm. Poids brut : 3790 g (environ). Украшение центральной части стола. Чаша для фруктов. Серебро. Проба 84. Две ручки в форме женского бюста. На четырех коринфских колоннах, на подставке из оникса. На пластинке выгравировано посвящение «Нашему дорогому директору Ф. Ф. Пройларь. На память. шефы и рабочие зеркальных заводов юга России ‘’. Даты 18 / VI 1902 и 13 / VI 1911. Хрустальная обкладка. Состояние хорошее. (потертости и незначительные повреждения у основания). Москва, 1908-1917 гг. Ювелир: Михаил ТАРАСОВ. 1800/2500 €.

 

Belle paire de cuillères à caviar en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), à décor niellé représentant notamment la cathédrale de l’Annonciation au Kremlin de Moscou, manches torsadés. Dans leur écrin de présentation de la Maison Proudnikov. B.E. (taches). Moscou, 1908-1917. Orfèvre : MC possiblement pour Maria Semenova. L. 18,5 cm. Poids brut total : 170,6 g. Две ложки. Серебро. Черная эмаль 1000/1500 €

 

Étui à cigarettes en argent 84 zolotniks (875 millièmes), à décor repoussé d’une jeune amazone avec son cheval. Fermoir avec pierre verte. B.E. Inscription gravée : « Cher Robik, de papa et maman, 3/VII/ 51 ». Moscou, 1908-1917. Orfèvre : M.oHb, non identifié. H. 11x L. 8,5 cm. Poids brut : 222,6 g. Портсигар. Серебро. Амазонка и лошадь. Застежка с камнем Клеймо «84» Московский кокошник 1908 г. Ювелир: М. онб, неизвестен. Выгравированная надпись: «Дорогому Робику, от папы и мамы, 3 / VII / 51». 11x 8,5 см 400/600 €

 

Boucle de ceinture caucasienne en argent 84 zolotniks (875 millièmes) à décor émaillé polychrome cloisonné de rinceaux feuillagés, se fermant par un kindjal miniature également émaillé. B.E. (légères usures). Saint-Pétersbourg, 1908-1917. Orfèvre : A.K. Dalman. L. 7,5 cm. Poids brut : 54,2 g. Эмалированная кавказская бляха. Серебро. Два полихромных эмалированных элемента, закрытых эмалевым кинжалом. Клеймо, 84, Петербургский кокошник 1908 г. Ювелир А.К. Далман. 7,5 см, 300/500 €.

 

Pot couvert probablement à col en vermeil 84 zolotniks (875 millièmes), à décor émaillé polychrome cloisonné de tulipes stylisées à la manière des émaux de Solvychegodsk ou Usolsk du XVIIe siècle sur un fond crème dans des réserves se dégageant d’un fond vert olive, le corps en forme de bulbe reposant sur un piédouche bordé de perles émaillées rouge. B.E. Moscou, 1899-1908. Orfèvre : Feodor RÜCKERT. H. 7,5 cm. Poids brut : 81,6 g. Сосуд с крышкой, вероятно, для клея. Проба 84. Полихромная эмаль. Москва, 1899-1908 гг. 400/600 €.

 

Épingle en or russe 56 zolotniks (583 millièmes) retenant deux œufs miniatures pendentifs montés en or (750 millièmes, probablement non russes), l’un en pierre dure bleue, l’autre émaillée rouge guilloché. Bon état. Saint-Pétersbourg, 1908- 1917. Orfèvre : illisible. L. 3 cm. Poids brut total : 11,4 g. Булавка русская, золото. Проба 56. Два миниатюрных яйца-подвески, проба 750. Вероятно, не русские. Состояние хорошее. Санкт-Петербург, 1908- 1917 гг.` 200/300 €.

 

Cafetière en porcelaine du service du Cottage de Péterhof. À décor central sur chaque côté du blason du palais à fond bleu figurant une épée traversant une couronne de roses, entouré de l’inscription en russe sur fond or : “Pour la Foi, le Tsar et la Patrie”. Deux éclats à la base, un au bec verseur avec un fêle et anciennes restaurations (en l’état). Manufacture impériale de Porcelaine, Saint-Pétersbourg, époque Alexandre III, datée 1885. H. 21,2 cm. 600/800 € Provenance : Service commandé entre 1827 et 1829 par l’empereur Nicolas Ier (1825- 1855) pour le Palais Alexandria dit “Cottage”, demeure néogothique construite dans le parc Alexandria de Péterhof par l’architecte A. A. Menelaus et offerte par le tsar à son épouse l’impératrice Alexandra Féodorovna. Ce service, utilisé pour le dîner, le dessert et le thé/café, était composé à l’origine de 530 pièces, il fut doublé en 1835 puis réassorti jusqu’au règne de Nicolas II, et était accompagné d’un service en cristal orné du même blason dont nous présentons ci-après un verre. Ce motif intitulé “Fleur Blanche”, conçu par le poète Joukovski, fut inspiré d’un des personnages du roman de “L’Anneau magique” par le chevalier de La Motte-Fouqué, et c’est ainsi que l’on surnommait l’impératrice Alexandra Féodorovna, née princesse Charlotte de Prusse, qui utilisa ce blason pour sa résidence privée du Cottage. Кофейник, фарфор. Из сервиза « Коттеджа » в Петергофе. Каждая сторона украшена дворцовым гербом. 500/700 €.

 

Rare assiette en porcelaine, réassort du service “aux camées” de l’impératrice Catherine II. Manufacture impériale de Porcelaine, SaintPétersbourg, époque Nicolas Ier (1825-1855). Marque en bleu sous couverte au chiffre du tsar Nicolas Ier. B.E. (légères restaurations au fond bleu). D. 27 cm. Provenance : – Au mois de Juillet 1776, une commande particulière de l’impératrice Catherine II de Russie parvient à la manufacture royale de Sèvres par l’intermédiaire de son ambassadeur le prince Bariatinsky. Il s’agit d’un service de table pour 60 convives, qui sera le « plus important et le plus onéreux » que la Manufacture ait jamais réalisé. Из сервиза «Камея», императрицы Екатерины II. Осуществлялось пополнение. Императорский фарфоровый завод. Санкт-Петербург, при Николае I (1825-1855). Клеймо синего цвета, вензель Николая I. 4000/6000 €

 

Ensemble de 4 tasses de forme évasée et leurs soucoupes en porcelaine, à décor noir et or sur fond violet ou vert représentant la flèche de l’île Vassilievski à Saint-Pétersbourg et d’un trophée à la Marine avec ancres dans des cartouches de style néoclassique. Bon état. Manufacture Lomonosov, Léningrad, époque soviétique (marquées). H. 9,5 x D. 16 cm. Чашка в форме факела и блюдце. Фарфор с черным и золотым орнаментом на фиолетовом фоне. Памятник гавани и трофей с якорями, для морского флота. 600/800 €.

 

TOURGUENEFF Pierre Nicolaiévich (1854-1912). Cheval au pas. Bronze, signé sur la terrasse “P. Tourgueneff” (manque le rêne fixe sur sa gauche). Fonte du début du XXe siècle. H. 31 x L. 34 cm. П. H Тургенев. Лошадь на прогулке. Бронза. Подпись ‘’’П. Тургенев’’ на основании. Начало XX в. Состояние хорошее. 1800/2000 €.

 

Tirelire en cuivre martelé, de forme circulaire, la prise formée par la figure de Baba Yaga, ouverture à charnière, avec fermoir. B.E. Manufacture Stroganov, vers 1900. Marque au dos. H. 11,7 x L. 11 cm. L’école de Stroganov fut fondée à Moscou par le comte Sergei Grigoryevich Stroganov en 1825 et devint officiellement l’Institut Impérial Stroganov pour les Arts Industriels en 1901 lorsqu’elle fut placée sous le patronat de la sœur de l’impératrice, la grande-duchesse Elisabeth (1864-1918). L’atelier de cuivre de l’Institut ouvrit ses portes en 1902, les étudiants suivaient alors un cursus de 8 ans et étaient encouragés à créer leur propre style en plus de copier les œuvres de renom. Ce plat apparaît comme une composition originale. Pour le Tricentenaire des Romanov en 1913, les étudiants de l’école Stroganov ont réalisé plusieurs objets pour les membres de la Famille impériale, notamment le plat monumental représentant des scènes de l’élection de Michael Romanov au rang de tsar, qui fut présenté à l’empereur Nicolas II. Копилка. Медную, чеканная. Форма круглая. Ручка в виде силуэта Бабы Яги. Шарнирное отверстие с застежкой. Завод: СТРОГАНОВ, около 1900 г. 800/1200 €.

 

Grande aiguière en cuivre, à décor repoussé et martelé de style Art Nouveau, l’anse, le bec verseur et la base dorés. Gravé sur la base circulaire en russe et en latin de la devise : “Au cher Prince de la part de Kostia, Otto, ?, in vino veritas, 1914, II, 25”). Bec verseur à ressouder. Russie, circa 1914. H. 36 cm. Большой кувшин. Медь. Стиль ар-нуво. Ручка и носик позолоченные. Выгравированы на круговой основе на русском и латинском девизе: «Дорогому Князю оть Кости, Отто, Гаврюши, Истина в вине, 1914, II, 25». Носик кувшина нуждается в пайке. 800/1000 €

 

Paire de bottes de jeune fille en cuir brun et polychrome, intérieur en tissu rouge. B.E. Russie, début du Xxe siècle. H. 34 x L. 22 cm (taille environ 33). Пара сапог. Кожа. Коричневый фон и полихромная отделка. Внутренняя отделка из красной ткани. Состояние хорошее. Россия, начало XX в 200/300 €.

 

Plaque de l’ordre de Saint André le Premier grade. Russie, début du XIXe siècle. Modèle typique des fabrications de la première partie du règne d’Alexandre I. Aigle noire brodée avec croix de Saint André sur la poitrine. Inscription pour la Foi et la Fidélité brodée, rayons argent garnis de canetilles. D. 11 cm. E.M. Premier ordre russe créé par Pierre le Grand en 1698. Il ne fut jamais largement attribué, moins de 900 récipiendaires à la fin de la monarchie. D’abord brodées, les plaques en argent et émail commencent à apparaître vers 1812 et ne se généraliseront qu’au milieu du XIXe s. Шитая звезда ордена св. Андрея Первозванного. Начало XIX в. Металические звезды появились только в 1812 г. Типичный образец начала царст. Александра I. 11 см 2500/3000 €.

 

Croix de Saint-Stanislas de 3e classe avec glaives. Or 56 zolotniks (583 millièmes) et émaux. Orfèvre : Vera Dietvald pour Edouard. 1908-1917. Ruban d’origine, avec une boîte ancienne. D. 4 cm. Poids brut : 16,1 g. Крест святого Станислава, «3-й степ. с мечами. Золото. Клеймо: Вера Дитевальд. Эдуард. «56» кокошник 1908 г. Кокошник на рукояти мечей. Собственная лента с коробкой, старого образца. 800/1000 €.

 

Lot de 3 décorations : – Jeton du 4e Tirailleurs de la Famille Impériale. Attribué à A. Tchernichev, 25/VIII/ 1915. 1ere promo. Bronze avec sa chainette. 24,8 mm. B.E. – Médaille pour le zèle. Nicolas II. Argent. 30 mm. – Médaille pour la guerre Russo-Turque. 1877-1878. Bronze foncé. 26,5 mm. On y joint un œuf pendentif à décor émaillé (H. 2 cm) et un bouton de col niellé (D. 3 cm). Жетон л.г. 4-го Стрелкового полка (Императорской семьи). Вручена А.Чернышову, 25/VIII/ 1915. Бронза. 24,8 мм Медаль за усердие. Николай II. Серебро. 30 мм Медаль за Турецкую войну, 1877-1878. Темная бронза. 26,5 мм Небольшое пасхальное яйцо. Бронза. Эмаль. 10 x 19 мм Пуговица, выполненная в кавказском стиле. Диаметр: 30 мм 150/200 €.

 

Uniforme de petite tenue de chambellan, règne de Nicolas II. Bon état et complet, doublure soie. On y a rajouté des pattes d’épaule de fonctionnaire. A la poitrine médaille argent « pour le zèle » et aigle de cuivre fabriquée en France lors de l’Alliance franco russe. Avec une épée de fonctionnaire modèle 1855, de belle qualité, avec fourreau et dragonne en cannetille. Вицмундир придворных чинов 1855-1917 гг. Шпага гражданских чиновников, обр. 1855 г. С темляком 4500/6000 €

 

Giberne d’officier de la cavalerie de la Garde. Mod. 1889. Une pointe de rayon de l’étoile cassée. H:8,5 x L: 16,5 x P: 3,5 cm Лядунка офицерская, Гвардейская кавалерия. Обр. 1889 г. Утрачен кончик одного луча. 1000/1200 €.

 

Sabre caucasien, Daghestan. Début XXe s. Eléments métalliques à gravure profonde, travail de Lak. Garde à croisée entièrement en argent avec tête d’aigle. Lame réglementaire russe mod. 1909 avec monogramme d’Alexandre III (Empereur sous le règne duquel l’officier a été breveté) et sur l’autre face l’aigle impériale. Fourreau bois et cuir, trois garnitures argent niellé, sur une, face intérieur, inscription « Caucase ». Usure au cuir. L. 96 cm. Сабля кавказская. Дагестан. Начало XX в. Крестовина рукояти полностью серебряная с головой орла. Лакская работа. Русский армейский клинок, обр. 1909 г. С вензелем Александра III и Императорским орлом. Ножны из дерева и кожи. Три прибора, черненое серебро. Надпись «Кавказ». Дл. 96 см- 1800/2000 €.

 

Boîte pour sceau impérial en cuivre estampé, frappé de l’aigle impériale de Russie. B.E. Russie, époque Catherine II (1762-1796). D. 17,5 cm. Коробка для хранения печатей. Штампованная медь, с изображением Императорского орла. Царствование Екатерины II. Диаметр 17,5 см, толщина 2,2 см. Хорошее состояние. 400/600 €.

 

BRUCKOY, école russe du début du XXe siècle. Portrait en pied d’un chevalier-garde. Sculpture en régule, sur un socle circulaire inscrit Russie et signé sur la terrasse en lettres latines. Sur un socle rond en bois noirci. Usures, traces de dorure. H. 54 cm (hors socle). Статуэтка. Кавалергард в полный рост. Баббит. На круглом цоколе, надпись «Россия». Основа, деревянная, круглая. 700/1000 €

 

SAINT-PETERSBOURG. Plan-Guide dressé par le Conseil municipal de St. Pétersbourg en 1897, SaintPétersburg, imprimerie P. Jablonsky, 1897, 128 p., in-8, reliure en percaline bleue ornée en couverture du blason de la ville, texte en français. САНКТ-ПЕТЕРБУРГ. ПЛАН-ГИД, 1897 г. 180/250 €.

 

DRONNIKOV Nikolaï (né en 1930). Portrait de Serge Lifar. Encre sur papier, monogrammée en bas à droite et daté 9. VII. (19)81. Encadré. H. 32 x L. 24,5 cm. ДРОННИКОВ Николай (род. в 1930 г) Портрет Сергея Лифаря. Бумага.Чернила. Инициалы внизу справа и дата 9. VII. (19) 81. В раме. 200/300 €

BOGDANOFF-BELSKY Nikolaj (1868 – 1945) Paysan à la croix de l’ordre de Saint Georges. Huile sur toile d’origine 48 x 58 cm Signe en bas à gauche en cyrillique Bogdanoff – Belski. Sera inclus ds le catalogue raisonné d’Alexandre Kuznetscov БОГДАНОВ-БЕЛЬСКИЙ Николай (1868-1945) Крестьянин с крестом ордена Святого Георгия. Масло, холст. Подпись внизу слева на кириллице. 5000/7000 €.

 

ZANKOVSKY Ilya Nicolaiévitch (1832-1919). Vallée dans le Caucase au clair de lune. Huile sur toile, signée en bas à gauche et datée 1919. Restaurations et léger accident. H. 105 x L. 60 cm. Provenance : collection Antonina Klichova (1909- 2002), amie de l’artiste, puis par descendance. Biographie : Zankovsky a suivi des cours à l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg (1862-1863). Il vécut dans le Caucase, à Tiflis, où il a principalement peint des paysages, travaillé la technique de l’aquarelle. Ses peintures ont été exposées à la Société caucasienne pour la promotion des beaux-arts, à la Société d’assistance mutuelle des artistes du Caucase, ainsi qu’a la Société des aquarellistes russes. Ses œuvres sont représentées dans un certain nombre de collections régionales de musées en Russie (musée régional des beaux-arts d’Omsk, musée d’art d’Odessa, musée régional du Daghestan), au Musée national russe ainsi que dans des collections privées et à l’étranger. ЗАНКОВСКИЙ Илья Николаевич (1832-1919). Долина в лунном свете на Кавказе. Холст, масло. Подпись слева внизу. Датировано 1919 годом. Провенанс: Коллекция Антонины Клишовой (1909-2002). 15000/20000 €.

 

KOROVINE Aleksei (1897 -1950) Paysage au manège Huile sur isorel 74,5 x 106 cm Non signé КОРОВИН Алексей (1897-1950). Пейзаж с каруселями. Масло, изорель. Без подписи. 5000/7000 €

 

 

ERTÉ, Romain de Tirtoff dit (1892-1990), d’après. La demoiselle à la balancelle. Miroir rond orné d’une superbe monture en bronze argenté de style Art Nouveau. Signé au dos dans un triangle ERTÉ PARIS 1907. Modèle tiré à 10 exemplaires. H. 45 cm. La Demoiselle à la balancelle est une des premières sculptures, si ce n’est la première, de Roman Petrov de Tyrtov (Erté). Réalisée à l’âge de 15 ans lors d’un premier voyage à Paris en 1907, cette œuvre est d’une facture moins précise que les autres de ses sculptures, mais contemporaine de l’Art Nouveau. Erté l’a tellement considérée comme mineure qu’elle ne parait pas dans sa biographie officielle. ЭРТЕ, Роман Тыртов (1892-1990). Девушка на качелях. Круглое зеркало украшено превосходной серебряной бронзовой рамкой в стиле ар-нуво. Подписано на оборотной стороне ERTÉ PARIS 1907. 1500/2000 €.

 

Constantin TERECHKOVITCH (Moscou 1902 – Monaco 1878) Femme à la voilette Huile sur toile d’origine 62 x 51 cm Signé et daté sur le côté à droite C. Terechkovitch 37 ТЕРЕШКОВ.ИЧ Константин Андреевич (1902-1978). Женщина в фиолетовом. Холст, масло. Подписано C. Terechkovitch и датировано 1937 годом с правой стороны. 2500/3500 €.

 

KALMAKOFF Nicolas (1873 – 1955) Princesse au cerf.  Huile sur carton 38 x 72,5 cm Signé du cryptograme et daté 1925 en bas à gauche КАЛМАКОВ Николай (1873-1955). Принцесса с оленем. Масло, картон. Подпись в виде криптограммы внизу слева. Датировано 1925 годом. 10000/15000 €.

 

LARIONOV Mikhaïl (1881-1964), attribué à. Composition rayonniste. Aquarelle sur papier, monogrammée en bas à droite. H. 24 x L. 39 cm. ЛАРИОНОВ Михаил (1881-1964). Конструктивистская композиция. Акварель, бумага. Присутствует монограмма художника внизу справа. 700/1000 €.

 

RUSAKOV Svetozar Kuzmich (1923-2006). Le loup et le vieux pécheur. Celluloïd. Séquence de film animé, 16e série. Numéroté 67 et 41A. Encadré. H. 25 x L. 32,5 cm. Provenance : conservé par la fille de l’artiste РУСАКОВ Светозар Кузьмич (1923- 2006). Волк и старый рыбак. Целлулоид. Анимированная раскадровка, 16 серия. 67 и 41A номер. 600/800 €.

En vente une série de 28 gouache à vendre également de cet artiste, qui travailla dans le studio d’animation «Soyuzmultfilm» dans le département d’animation dessinée à la main et il etait le chef de production de la plupart des films de V.M. Kotenochkin. 

 

DRONNIKOV Nikolaï (né en 1930). Début de l’hiver. Huile sur toile, monogrammée en bas à droite et datée 1997. Encadrée. H.72 x L.99 cm. ДРОННИКОВ Николай (род. в 1930 г.). Начало зимы. Холст, масло. Имеется монограмма автора внизу справа, Датировано 1997 годом. 600/800 €.

 

Expositions Publiques:  Vendredi 7 décembre de 11h à 18h

Experts:  Maxime CHARRON 124 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris expert@maxime-charron.com 06 50 00 65 51

Gérard GOROKHOFF Tél: 06 75 10 64 94

Hotel Drouot: salle 15 vente à 11h et 14h

9 rue Drouot, 75009 Paris

Métro: Richelieu Drouot (lignes 8 & 9)

 

Le festival a été lancé en 2013, à l’initiative du Gosfilmofond de Russie et de la Ville de Nice, ainsi que sous l’égide de Gérard Depardieu.

Les Niçois et les touristes de la Côte d’Azur pourront de nouveau voir les trésors du Gosfilmofond de Russie : des chefs-d’œuvre du cinéma soviétique ainsi que de nouveaux films russes dont les séances se tiendront en présence des réalisateurs, acteurs et spécialistes du cinéma.

Les projections ont lieu avec la participation de comédiens, réalisateurs et filmologues russes

Mardi 4 décembre

Pathé Gare du Sud

– Cérémonie d’ouverture

19h: « Mathilda »
Réalisation : Alexeï OUTCHITEL, 2017, 109 mn, couleur, TPO Rock

Matilda est un film biographique sur Mathilde Kschessinska, célèbre ballerine des théâtres impériaux russes. En 1890, à 18 ans, elle intègre la troupe du Théâtre Mariinsky. Si la danseuse a interprété de nombreux rôles mémorables et ouvert sa propre école de danse, elle a marqué l’histoire aussi du fait de ses relations complexes avec la famille Romanov. Ses mémoires mentionnent notamment, au début des années 1890, sa relation avec le tsarévitch Nicolas (qui deviendra l’empereur Nicolas II). L’histoire prend toutefois fin après les fiançailles de Nicolas, en 1894. Mathilde mourra à Paris en 1971, à l’âge de 99 ans.

Mercredi 5 décembre

Cinémathèque de Nice 

14h: Projection de dessins animés
« Le Maître de Clamecy », réalisation : Vadim KOURTCHEVSKI, 1972, 24 mn, couleur, Soyuzmultfilm
« Cendrillon », réalisation : Ivan AKSENTCHOUK, 1979, 17 mn, couleur, Soyuzmultfilm
« Le chat botté », réalisation : Valentina et Zinaïda BRUMBERG, 1968, 19 mn, couleur, Soyuzmultfilm
« Le Petite Poucet », réalisation : Olga KHODATAEVA, 1938, 11 mn, noir et blanc, Soyuzmultfilm

18h : « Le Fantôme qui ne revient pas » “Привидение, которое не возвращается”

Réalisation : Abram ROOM, 1929, 77 mn, noir et blanc, Sovkino

Dans un pays d’Amérique du Sud, Jose Real, activiste anti-gouvernemental, a été condamné à la prison à vie. Selon l’usage, après dix ans d’incarcération, il bénéficie d’une journée de sortie. Les ouvriers du pétrole, sur le point de se mettre en grève, comptent sur Real pour prendre la tête du mouvement. Quant à l’administration pénitentiaire, elle pense pouvoir profiter de l’occasion pour se débarrasser physiquement de ce contestataire embarrassant…

20h: « Tartarin de Tarascon »
Réalisation : Dmitri ASTRAKHAN, 2002, 140 mn, couleur, Rossija TV, Racoon-Kino

Adaptation cinématographique du roman du romancier et dramaturge français Alphonse Daudet, qu’il a écrit en 1872. Il convient de noter que Daudet est l’auteur de nombreux romans et pièces de théâtre magnifiques, mais les plus célèbres de ses œuvres sont Lettres de mon Moulin  et Tartarin de Tarascon. Ses œuvres littéraires ont été projetées plus d’une fois. Enfin, c’est au tour du public russe de voir le héros du voyageur français, présenté par le réalisateur Dmitry Astrakhan et le scénariste Oleg Danilov.

Jeudi 6 décembre

Cinémathèque de Nice 

14h: Projection de dessins animés. Séance réservée aux scolaires sur réservation.
« Le Maître de Clamecy », réalisation : Vadim KOURTCHEVSKI, 1972, 24 mn, couleur, Soyuzmultfilm

« Cendrillon », réalisation : Ivan AKSENTCHOUK, 1979, 17 mn, couleur, Soyuzmultfilm


« Le chat botté », réalisation : Valentina et Zinaïda BRUMBERG, 1968, 19 mn, couleur, Soyuzmultfilm


« Le Petite Poucet », réalisation : Olga KHODATAEVA, 1938, 11 mn, noir et blanc, Soyuzmultfilm

18h : « Gobseck »
Réalisation : Konstantin EGGERT, 1936, 70 mn, noir et blanc, Mezhrabpromfilm

20h :  « Histoire d’une nomination », “История одного назначения”

Réalisation : Avdotia SMIRNOVA, 2018, 112 mn, couleur, Globus-film

Le régiment d’infanterie de la région de Toula, où est affecté Grigori Kolokoltsev, jeune lieutenant de Saint-Pétersbourg animé par des idées progressistes, est le théâtre d’un crime. Le soldat accusé du crime risque de passer devant le tribunal militaire et d’être exécuté. Kolokoltsev demande au comte Tolstoï de l’aider à défendre un innocent.

Vendredi 7 décembre

Cinémathèque de Nice 

18h: « Les Enfants du capitaine Grant »
Réalisation : Vladimir VAÏNCHTOCK, 1936, 85 mn, noir et blanc, Mosfilm

Le navire “Duncan” fait le tour du monde à la recherche du capitaine Grant, qui s’est écrasé quelque part dans l’hémisphère sud. De braves voyageurs ont traversé l’Amérique du Sud, l’Australie, ont atteint les côtes de la Nouvelle-Zélande, mais leur recherche presque sans espoir s’est avérée infructueuse …

20h: « L’été de l’argousier »,”Облепиховое лето”
Réalisation : Viktor ALFIOROV, 2018, 91 mn, couleur, Lendok

«Le thème principal du film est l’histoire de Vampilov et de son père. Valentin Nikitich Vampilov a été arrêté et abattu en tant que «participant actif au sabotage contre-révolutionnaire et à l’organisation insurgée panmongol», alors que le futur dramaturge n’avait pas un an. Probablement, à partir de là, le sentiment d’orphelin, qui est un fil rouge dans ses pièces. Dans «L’été de l’argousier», le thème de l’orphelinat est si transparent », explique le réalisateur Viktor Alferov, pour qui l’été de l’argousier fait ses débuts dans le long métrage.
«Vampilov est Gagarine du drame domestique. Il a fait un grand pas en avant, il a apporté la vérité sur scène », a déclaré l’acteur principal Andrei Merzlikin.
Le tournage de «L’été de l’argousier» a eu lieu au studio de cinéma LENDOK (Saint-Pétersbourg) et à Baikal, où le bateau du Vampilov s’est renversé le 17 août 1972. Il est mort d’insuffisance cardiaque en touchant à peine le rivage. Il avait presque 35 ans. Cette année, il aurait eu 81 ans.

Samedi 8 décembre

Cinémathèque de Nice 

14h : « Ne t’en fais pas ! »
Réalisation : Gueorgui DANELIA, 1969, 89 mn, couleur, Mosfilm, Gruzia-film

Géorgie, fin du XIXe siècle. Benjamin Glonti a récemment étudié en tant que médecin et est rentré chez lui dans sa ville natale. Il n’est pas pressé de payer ses frais de scolarité et de commencer à soigner ses patients, mais il passe son temps à boire et à boire avec des amis. Pour le garder et le reste de la grande famille a sa soeur Sofiko. Essayant de raisonner son frère par le mariage, elle l’emmène avec une fille d’une famille riche d’un médecin local. La vie insouciante de Benjamin est soudainement compliquée.

16h: Projection de dessins animés

« Le Maître de Clamecy », réalisation : Vadim KOURTCHEVSKI, 1972, 24 mn, couleur, Soyuzmultfilm
« Cendrillon », réalisation : Ivan AKSENTCHOUK, 1979, 17 mn, couleur, Soyuzmultfilm
« Le chat botté », réalisation : Valentina et Zinaïda BRUMBERG, 1968, 19 mn, couleur, Soyuzmultfilm
« Le Petite Poucet », réalisation : Olga KHODATAEVA, 1938, 11 mn, noir et blanc, Soyuzmultfilm

Pathé Gare du Sud

– Cérémonie de clôture

19h: « Mouvement vertical »
Réalisation : Anton MEGUERDITCHEV, 2017, 133 mn, couleur, Studio “TriTê”

Il y a des victoires qui changent le cours de l’histoire. Esprit de victoire, la victoire du pays, la victoire du monde entier. Les légendaires «trois secondes» ont remporté un tel succès: ils ont battu l’équipe de basket-ball de l’URSS lors des fatals Jeux olympiques de Munich en 1972. Pour la première fois en 36 ans, l’équipe américaine est «invincible». Personne ne pouvait même penser qu’il était possible de battre les magnifiques Américains infaillibles aux Jeux Olympiques! Personne, sauf les basketteurs soviétiques (Russes et Géorgiens, Ukrainiens et Kazakhs, Biélorusses et Lituaniens). Quand une défaite impliquait la défaite du pays, la nécessité de sortir et de se battre dans une atmosphère torride à cause de l’acte terroriste commis, le grand entraîneur de l’équipe nationale soviétique était prêt à tout pour aider ses joueurs à briser le mythe américain de l’équipe de rêve insupportable. Après tout, il savait qu’il avait créé la plus forte équipe de la planète et qu’au début, il le faisait croire à ses joueurs, puis au monde entier.

 

ENTRÉE GRATUITE

Cinémathèque de Nice
3 Esplanade Kennedy – 06300 Nice
Тел.: 04 92 04 06 66
www.cinematheque-nice.com

Cinéma Pathé Gare du Sud
9 Allée Charles Pasqua – 06000 Nice

VIII ème édition du festival
Soirées du cinéma russe
de Bordeaux

du vendredi 30 nov au mercredi 5 déc. 2018

 

La VIIIème édition du festival Soirées du cinéma russe de Bordeaux se tiendra dans le centre de la Région Nouvelle Aquitaine avec le soutien du Ministère de la Culture de la Fédération de Russie, sous le patronage de l’Ambassade de la Fédération de Russie en France et grâce à la participation personnelle de Monsieur Alexandre Miller de la Cerda, Consul Honoraire de la Fédération de Russie dans la région Nouvelle-Aquitaine.

Le festival vise à favoriser le développement territorial et économique de Bordeaux Métropole, du département de la Gironde et de la région Nouvelle-Aquitaine. L’enjeu essentiel du projet est de promouvoir l’image positive de la culture et de la cinématographie russe dans le sud-ouest de la France et de mettre en place des échanges culturels et éducatifs afin de renforcer les liens d’amitié et de coopération entre les deux peuples.

Au programme 2018, 23 films pour tous les goûts! Cinq jours des projections, des rencontres et des débats avec des artistes et des cinéastes, des expositions des photos et des peintures, des soirées musicales, des cocktails et des festivités à Bordeaux et ses alentours!

Dates et horaires des projections

 

Date Heure Manifestation Lieu Billets
 

Vendredi

30 Novembre

 

10h00-12h00 Film documentaire

« Expédition de Sibiryakov »

Collège Cassignol Réserver
14h00-16h00

Film documentaire

« 24 Neiges »

 

Espace créatif La Grande Poste Billets
17h00-19h30

AVANT PREMIERE !

Film « Histoire d’une nomination »

Cinéma Utopia Billets
19h30-21h00  

Cérémonie d’Ouverture du Festival

 

Mairie de Bordeaux Réserver
21h30-23h30  

Concert du groupe

« Davai »

 

Espace La Grande Poste Réserver
23h30-01h30  

After-party avec

DJ Lyuba Konechno

Espace La Grande Poste Billets

Samedi

1er décembre

 

09h30-11h00  

Courts métrages du concours

« In Ciné Veritas »

Cinéma Utopia Billets
11h30-14h00

Film de fiction

« Kococo »

 

Cinéma Utopia Billets
14h30-18h00

Film de fiction

« Moscou ne croit pas aux larmes »

Médiathèque Mériadeck Réserver
18h30-20h45

Film de fiction

« Dovlatov »

Cinéma Utopia Billets
21h30-23h30  

Concert Daяoga
Dasha Baskakova, chant/percussions & Robin Dietrich, guitare

Café Simeone dell’Arte Billets

Dimanche 

2

décembre

 

09h30-11h00

Courts métrages du concours

“In Ciné Veritas”

Cinéma Utopia Billets
11h30-13h45  

Film de fiction

« Deux personnes »

Cinéma Mégarama Billets
12h25-13h00  

Cours de ciné-yoga

« Athletic flow & Art of moving »

Adage Studio Billets
14h00-15h45  

`AVANT PREMIERE !

Film de fiction

« Zoya »

Cinéma Mégarama Billets
16h00-18h00

Film de fiction

« Spitak »

Cinéma Mégarama Billets
18h30-20h30  

Film de fiction

« Un amour de Tchekhov »
Invitée d’honneur: Marina VLADY

Cinéma Utopia Billets
21h30-23h30 Concert

« Dialogue des mondes amoureux »
Invitée d’honneur: Marina VLADY
Solistes du Ballet & Maria ZARIFA Trio
• Maria ZARIFA, chant
• Jean-Luc Roumier guitare
• Nicola Sabato contrebasse
Aydar Sharafetdin, «Communauté des Acteurs de Taganka»

Espace La Grande Poste Billets
23h30-01h30  

 

DJ Lyuba Konechno

 

 

Espace La Grande Poste Réserver

Lundi

3

décembre

 

11h00-12h30  

Films documentaires

« Yaptik-Hasse »/ « Nation »
« Bienvenue dans la jungle : Moscou »

Maison des étudiants
Université Bordeaux Montaigne
Réserver
15h30 Film documentaire

« Expédition de Sibiryakov »

 

Cinéma Grand Ecran (Arcachon) Billets
16h30-17h30  

Conférence

du Consul Honoraire de Russie à Biarritz:
Alexandre de Miller de la Cerda

Institut
du Journalisme Bordeaux Aquitaine IJBA
Réserver
17h30-19h15

Film de fiction

« Les éléphants peuvent jouer au foot »

Cinéma Mégarama Billets
19h30  

Films d’animation

25ème anniversaire de l’école-studio SHAR”

Cinéma Le Festival (Bègles) billets sur place
21h00  

Rétrospective de films d’animation de Garri Bardine
Invité d’honneur – réalisateur Garri Bardine

Cinéma Le Festival (Bègles) billets sur place
 

Mardi

4

décembre

08h30-18h00 Rétrospective des classiques

du cinéma russe

Pôle universitaire de Sciences de Gestion (PUSG)/ Salle de réunion B002 Bastide Réserver
19h30-21h00  

Cérémonie de Clôture du Festival

Mairie de Bordeaux Réserver
21h30-01h30  

Concert de Clôture du Festival & DJ Lyuba Konechno

Espace La Grande Poste Billets
 

Mercredi

5 Décembre

 

18h30 Film documentaire

« Vostok n°20 »

Médiathèque Mériadeck Réserver

Prix des places

Tarif Unique 7 €
UTOPIA/ Megarama/Bègles

Tarif Competition « In Ciné Veritas » 4 €
UTOPIA (Films en compétition)

Concerts dans l’Espace Grande Poste 20 € (Concert et dégustation d’un verre de vin. Menu à commander à part)
Concert, Café Siméon Samedi 1 Décembre 10 € (Concert et dégustation d’un verre du vin. Menu à commander à part)

Participation aux frais libres:
Universités BX Montaigne, Bordeaux Bastide,
Mériadeck, Institut du journalisme Bordeaux Aquitaine

Abonnement/Pass : 50€
pour 10 entrées non nominatives ou 3 concerts dans l’Espace Grande Poste
(Disponible en ligne ou au bureau du Festival uniquement)

Abonnement/Pass        Billets

Demande de renseignements: daria.centerfest@gmail.com
Téléphones: +33(0)6 42 00 12 80.

Adresses

IJBA:  1 rue Jacques Ellul 33080 BORDEAUX Cedex
Mairie de Bordeaux:  Place Pey-Berland 33077 Bordeaux
Cinéma Utopia:   5 pl Camille Jullian 33000 Bordeaux
Maison des étudiants Domaine Universitaire Université de Bordeaux Montaigne:
F33607 Pessac Cedex   (Au bout de la galerie couverte au pied du bâtiment G)
Cinéma Le Festival, Bègles: 151 boulevard ALBERT 1er (barrière de Bègles) 33130 Bègles
Médiathèque Mériadeck:  85, cours du Maréchal Juin 33000 Bordeaux
Université Bordeaux Campus Bastide Pôle universitaire de Sciences de Gestion (PUSG)
(Salle de réunion B002):  15 rue Abadie 33100 Bordeaux
Cinéma Mégarama:  7 quai Queyries 33100 Bordeaux
Collège Cassignol:  63 Rue E. Laroche 33000 Bordeaux
Cinéma « Grand Écran », Arcachon:   9B Avenue Gambetta 33120 Arcachon Bassin d’Arcachon
Espace Grande Poste  :  7, rue du Palais Gallien 33000 Bordeaux
Simeone del l’Arte:  10, Place Camille Julian 33000 Bordeaux

Exposition-vente de dessins et peintures d’archives,

Serge Tziganov & travaux de ses élèves

Samedi 24 novembre de 10 à 19 h

St Etienne (Loire)

 

 

Serge Tziganov, né en 1959 en Union Soviètique, artiste peintre Portraitiste  arrive en France de sa Russie natale en 1982, à 23 ans.

 

 Il est doté d’une bonne formation grâce à des enseignants réputés, le graphiste Vladimir Françousov et le peintre moscovite Théodore Thézik, et un emploi prestigieux comme peintre décorateur au théâtre de l’Armée rouge.

Hommage à Répine (Les Cosaques écrivant au Sultan).©Alain Colombet.

Dès son arrivée en France il participe à de nombreuses expositions de groupes, ou personnelles à Lyon, Deauville, Saint-Etienne.
En 1996, il ouvre à Saint-Etienne son Ecole de Dessin Académique.

 

Village russe, dessin sépia, 40X60

De facture classique, sa peinture s’inspire autant de sa Russie natale, des icônes, de la Renaissance que des années 20, avec toujours un trait d’humour qui n’enlève rien au sérieux du tableau mais nous adresse un clin d’oeil complice qui nous enchante.Il est « inclassable » et même en « instabilité permanente », dit-il. Figuratif, cubiste, fauviste, réaliste pour ne citer que quelques chapelles, autant de courants qui font sens pour lui sans être des dogmes : « Je ne peux pas me laisser enfermer dans un style ! »

 

Nu ,aquarelle, 40×50 cm

Depuis 1996, il dirige, à Saint-Étienne, l’école de dessin académique. Depuis plusieurs années, il est dessinateur de presse pour La Tribune-Le Progrès.

 

Les jumelles, huile sur toile 80X100

 

Exposition:

1, boulevard Alexandre-de-Fraissinette (derrière le Quick) à Saint-Étienne.

Possibilité d’ouverture ultérieure sur rendez-vous, Tél : 06.85.68.11.50.

 

Hommage à Sergei Chepik (1953-2011)

Salons du Vieux Colombier, Mairie du VI ème, Paris

du jeudi 15 novembre au samedi 8 décembre 2018

 

Sergei Mikhaïlovitch CHEPIK, peintre franco-russe, a été pendant plus de vingt ans salué par la presse anglo-saxonne comme ” un visionnaire fulgurant ” et ” l’un des plus grands peintres vivants de la Russie “. Présent dans de grandes collections britanniques, russes et américaines, cet artiste ” inclassable ” qui a peint le portrait de Rudolf Noureev et de Margaret Thatcher, et qui a réalisé pour la Cathédrale Saint-Paul de Londres La Voie, la Vérité, la Vie, quatre toiles monumentales inaugurées en janvier 2005, vit et travaille depuis 1988 à Paris.

Sergei Chepik et son épouse Marie-Aude Albert

Né à Kiev en 1953 dans une famille d’artistes, Chepik a commencé la peinture à l’âge de cinq ans. Admis à la prestigieuse Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg, il en sort brillamment diplômé en 1978 et travaille aussitôt à ses premières œuvres en sillonnant la Russie.

Rostov le Grand 1983 technique mixte sur toile 35X35

Sergei se perfectionne dans la classe de l’académicien Andreï Mylnikov, élève d’Igor Grabar, l’un des théoriciens du mouvement du Monde de l’Art animé par Serge de Diaghilev et Alexandre Benois.

 

“La Maison des Morts”. 168×178 cm. Technique mixte sur toile. 1979-1987

La Maison des Morts, son chef d’œuvre interdit d’exposition en URSS, a décidé de son exil volontaire en France et a reçu en 1988 le grand prix du Salon d’Automne. En 1990, la première exposition rétrospective de Chepik à Londres, à la Roy Miles Gallery, connaît un succès inouï, et Margaret Thatcher, alors Premier ministre, reçoit Chepik au Parlement.

 

Sergei Chepik travaillant dans son atelier montmartrois.© Guillon

Depuis lors, Chepik a exposé chaque année à Londres, mais aussi à Paris, où il a pu présenter une rétrospective en 2004 à l’Espace Pierre Cardin, ainsi qu’à Milan en 2008 où s’est tenue au Centre Culturel Français une grande exposition de peinture religieuse.

Dernière touche finale d’une toile

Rompu à toutes les techniques, de l’aquarelle à l’huile en passant par l’eau-forte, la céramique et la sculpture, maîtrisant tous les genres, du portrait où il excelle à la composition qui a sa préférence, aimant se mesurer aux grands maîtres qu’il admire plutôt que de céder à la tentation facile de la table rase, Chepik, hier comme aujourd’hui, a peint à contre-courant des modes et de tout art officiel.

Mon Montmartre, mon village, huile sur toile 71X61

Ses thèmes sont extrêmement variés, mais forment un univers particulier immédiatement reconnaissable : vastes compositions historiosophiques sur la Russie ; peinture religieuse monumentale ; sujets rapportés de ses nombreux voyages à travers l’Europe et la France: Venise et son carnaval,

Arles et sa Feria ; le monde du spectacle : cirques et saltimbanques, rings de boxe et coulisses du Moulin Rouge ; et, bien sûr, paysages ou compositions inspirés de sa vie quotidienne à Paris :

Notre Dame de Paris, technique sur toile, 78X148

Gargouilles de Notre-Dame, ponts de la Seine, escaliers de Montmartre, ….

Marie-Aude Albert

Sergei Chepik © Guillon

Vue d’ensemble de l’exposition. © Vera Medvedeva

Inauguration de l’Exposition en présence de S.E. l’ambassadeur de la Fédération de Russie en France A. Y. Menshkov

© Vera Medvedeva

Visite guidée de l’exposition par Marie-Aude Albert avec l’ambassadeur de Russie.

© Vera Medvedeva

Marie-Aude Albert organisatrice e l’exposition devant des œuvres de Sergei Chepik.

ENTRÉE LIBRE

Le bâtiment actuel de la mairie du VI ème arrondissement a été construit à la demande de Rambuteau * de 1847 à 1849 par les architectes Rolland et Leviconte, dans le but d’y installer la « Maison commune » de ce qui était jusqu’en 1859 le XIème arrondisement.

  • (Claude-Philibert Barthelot, comte de Rambuteau, est un préfet et administrateur français, né à Mâcon en saône et Loire en 1781, décédé à Charnay les Mâcon en 1869. Haut fonctionnaire français de la première moitié du XIXème,  il fut conseiller d’Etat et pair de France, il a joué un rôle important en tant que préfet de Seine de 1833 à 1848).

Dans la cour sont exposés un groupe en marbre: Le Combat du Centaure (1888-1900) de Gustave Crauck (1827 -1905) – Combat avec un Lapithe qui a été exposé à l’Exposition Universelle de 1900. La mairie est composée de trois travées rythmées par trois baies en plein cintre, flanquées de pilastres cannelées d’ordre dorique avec entablement. L’étage supérieur ouvre sur la place par des fenêtres à meneaux, encadrés par des colonnes corinthiennes engagées couronnée d’une frise à beffroi avec une horloge. En 1886, le bâtiment est aggrandi vers les rues de Mézières et Madame et sur la place de Gnain. La cage de l’escalier d’honneur, en pierre est orné d’une allégorie du Travail, peinte par H. Martin en 1914

Mairie du VI ème arrondissement

Place Saint Sulpice – 78 rue Bonaparte, 75006 Paris

Métro: Saint Sulpice, ligne  4

Ouvert: du lundi au vendredi de 10h30 à 17h

Jeudi  de 10h30 à à 19h et samedi de 10h à 12h

Samedi 24 novembre et samedi 1er décembre de 15h à 18h

Nicolas Berdiaev (1874-1948)

Colloque organisée par l’ACER-MJO en collaboration avec la revue « Le messager Orthodoxe » et la mairie de Clamart. Au programme : dix conférences, une table-ronde, une pièce de théâtre, visite de la maison de Nicolas Berdiaev, une exposition de photos.

Nicolas Berdiaev est né  le 19 mars 1874, près de Kiev dans une famille de la haute noblesse. Il passa son enfance et son adolescence à Kiev. Marxiste convaincu en 1900,  mais s’en détourne dès les débuts de la Révolution conduite par Lénine. Il a rencontré au cours d’un voyage à Paris Dimitri Mérejkovski , puis créé sa propre revue avec Boulgakov. Le philosophe réagit peu à la révolution de 1917 et au coup d’état bolchevik mais fut élu président de l’Union des écrivains (1918) et rédigea “La Philosophie de l’inégalité“, une attaque contre le bolchevisme qui ne sera pas publiée. En 1920 il est arrêté, interrogé par Dzerjinsky, le fondateur de la Tcheka qui deviendra plus tard le KGB, et il sera finalement expulsé en 1922 sur le fameux «bateau des philosophes», avec 160 intellectuels jugés indésirables. Berdiaev passa deux ans à Berlin puis s’installa à Clamart, prés de Paris; où il vécut jusqu’à sa mort le 23 mars1947. C’est là qu’il écrivit l’essentiel de son œuvre. Il fut le chantre de l’esprit et de la liberté, plaçant la personne au cœur de la perspective chrétienne. Son œuvre, trop méconnue, s’avère aujourd’hui prophétique.

La foi en la Russie: cette foi en la renaissance de la Russie est un fil conducteur. En 1946 Berdiaev écrit dans “L’idée Russe” ces paroles d’espérance” : « Il y a la Russie de Kiev, la Russie sous le joug tartare, la Russie de Pierre le Grand et la Russie soviétique, et il est possible qu’il y ait encore une Russie nouvelle. » Son « seul espoir était que le bolchevisme fût vaincu de l’intérieur. Le peuple russe devait être son propre libérateur », disait-il. Vision prophétique qui annonçait peut-être la Fédération de Russie d’aujourd’hui.

 

PROGRAMME DU COLLOQUE

Vendredi 23 novembre : Avant-Colloque

  • 16h : Cimetière communal de Clamart (26 avenue du Bois Tardieu 92140 Clamart). Commémoration du 70 e anniversaire de la mort de Nicolas Berdiaev. Office de Requiem célébré par le père Joseph Pavlinciuc.

  • 17h :Visite de la chapelle de la paroisse St Constantin et Ste Hélène (4 bis rue Henry 92 140 Clamart).
  • 18h : Visite de la maison de Nicolas Berdiaev (83 rue du Moulin de pierre 92 140 Clamart) par le père Joseph Pavlinciuc

Bureau et bibliothèque de Nicolas Berdiaev (Clamart)

SAMEDI 24 NOVEMBRE 

  • 9h/9h45 : Ouverture du colloque, remerciements, introduction
  • 9h45/10h30 : I. Sollogoub : De Kiev à Clamart : la vie de N. Berdiaev (1874-1948)
  • 10h45/11h15 : C. Sollogoub : Berdiaev et la communauté russe de Clamart
  • Pause
  • 11h45/12h30 : F. Damour : Berdiaev et les robots

Déjeuner – Exposition de photos – Stand Librairie

  • 14h15/15h : C. Marangé : Nicolas Berdiaev et la question sociale
  • 15h15/16h : A. Arjakovsky : Place de la pensée de Berdiaev dans la Russie actuelle
  • Pause
  • 16h30/17h15 : G. Lurol : Berdiaev, Mounier, Maritain : des « dimanches de Meudon » aux « dimanches de Clamart »
  • 17h30/18h30 : Echanges avec le public

Exposition de photos – Stand librairie – Diner

  • 20h30 : Pièce de théâtre inspirée de “l’autobiographie spirituelle” de Berdiaev par la Compagnie Frontale

DIMANCHE 25 NOVEMBRE 

  • 7h45/9h 30 : Liturgie Eucharistique dans la maison de Nicolas Berdiaev 83 rue du Moulin de Pierre à Clamart 
  • 10h15/11h : M. Fromaget : Liberté, Beauté et Vérité dans la philosophie de Berdiaev
  • 11h15/12h15 : Ph. Dautais : La personne et la divino-humanité selon N. Berdiaev
  • 12h15/ 12h30 : Moniale Zosima : Généalogie de Berdiaev
  • 12h30/ 13h : Echanges avec le public

Déjeuner – Exposition de photos – Stand Librairie

  • 15h/15h45 : J.M. Gourvil : Etat et société dans la pensée de Berdiaev
  • 16h/16h45 : B. Vergely : La souffrance et le mal dans la pensée de Berdiaev
  • 17h/18h30 : Table-ronde, échanges avec le public, clôture du colloque

 

Salle Jacky Vauclair

Place Maurice Gunsbourg, 92140 Clamart

Renseignements et inscriptions: :  Secrétariat de l’ACER-MJO  : secretariat@acer-mjo.org

Tél: +33 1 42 50 53 66. Secrétariat ouvert le mardi et jeudi de 12h à 18h.

Tarifs: 15€, étudiants: 5€

Accès : Voiture : parking Pierre et Marie Curie ou parking du Trosy Bus : 190 arrêt “Mairie de Clamart” 189 arrêt “Centre culturel Jean Arp” 191 arrêt “Mairie de Clamart”

URGENT CASTING HOMME RUSSE 40 – 65 ANS

POUR FILM AVEC GERARD DEPARDIEU.

– Casting ouvert aux non comédiens

Pour le prochain film de Guillaume Nicloux avec Gérard Depardieu, nous recherchons un homme de langue maternelle RUSSE, entre 40 et 65 ans, aux TRAITS FINS et au PHYSIQUE TRÉS SVELTE en région parisienne.

– Une journée de tournage prévue le 11 décembre prochain – Rémunération : 250,00€ brut, tarif syndical silhouette parlante cinéma.

Pour vous inscrire, envoyez un mail à : jepostule.casting@gmail.com

En précisant dans l’objet « HOMME RUSSE» avec photos du jour en couleurs :

portraits face et profil + photo en pied PRÉCISER OBLIGATOIREMENT:

– NOM – PRÉNOM – DATE DE NAISSANCE – TÉLÉPHONE – CODE POSTAL et VILLE DE RÉSIDENCE – NATIONALITÉ – LANGUES PARLÉES ET NIVEAU – TAILLE – POIDS.

Exposition Chagall
“Du noir & blanc à la couleur”
Hôtel de Caumont, Aix en Provence
Du 1er novembre 2018 au 24 mars 2019
 Le Cirque, 1961. Gouache et pastel sur papier. 57,5 x 51 cm.
© Marc Chagall ADAGP
Découverte d’une dimension inexplorée de l’oeuvre de Marc Chagall, célébre maître de la couleur par les artistes et les critiques de son temps. L’exposition, consacrée à la deuxième partie de la carrière de l’artiste, met en lumière son renouvellement artistique et révèle chaque étape de création de son oeuvre à partir de l’année 1948 jusqu’à son décès, en 1985.
© Culturespaces / S. Lloyd
130 oeuvres (peintures, dessins, lavis, gouaches, collages, sculptures, céramiques) témoignent de l’exploration du noir et blanc vers une maîtrise revisitée de couleurs particulièrement lumineuses, intenses et profondes.
© Culturespaces / S. Lloyd

Marc Chagall (Марк Захарович ШагалMark Zakharovitch Chagal ; Марк Захаравiч ШагалMark Zakharavitch Chagal), né Moïche Zakharovitch Chagalov (Мойшe Захарович Шагалов),Peintre, graveur, né le 7 juillet 1887 à Lenzna en Biélorussie ( intégré à l’empire russe)naturalisé français en 1937 mort le 28 mars 1985 à Saint Paul de Vence.

 

Chagall est l’un des plus célèbres artistes installés en France en 1910, son œuvre, sans se rattacher à aucune école, présente des caractéristiques du surréalisme et du néo-primitivisme. Inspirée par la tradition juive, la vie du village juif en Europe de l’Est) et du folklore russe, elle élabore sa propre symbolique, autour de la vie intime de l’artiste. Chagall s’est essayé, outre la peinture sur toile, à la gravure, la sculpture, la poèsie, le vitrail, la peinture sur l’émail, …..

Célébré maître de la couleur par les artistes et les critiques de son temps, Marc Chagall instaure dans son oeuvre un dialogue incessant entre la couleur et le noir et blanc. Cette démarche est peu connue et pourtant décisive pour le renouvellement de son art, au tournant des années 1950.

Ce dialogue commence dans les oeuvres des années 1920 et 1930. La maîtrise de la couleur, déjà affirmée chez le jeune artiste, anticipe et nourrit la conception de dessins et de gravures en noir et blanc. Après son retour de l’exil américain, en 1947 il travaille: lavis, gouache, gravure, peinture, mais aussi sculptures en marbre, en plâtre, en bronze et objets en céramique.

 


L’exposition bénéficie des prêts exceptionnels de “L’Arlequin” de la Taisei Corporation à Tokyo et des Amoureux au poteau de la collection Odermatt et présente des œuvres très rarement exposées en Europe, issues de collections privées.
Certains collages de l’exposition, tous sortis de l’atelier de l’artiste après son décès, n’ont encore jamais été exposés, tels que les Esquisse pour Le concert, Esquisse pour Le Clown rouge devant Saint-Paul et Esquisse pour Personnages de l’Opéra.

 

Esquisse pour Le Rappel, 1968-1971 © Marc Chagall ADAGP

Pour la première fois, les grandes huiles des années 1968-1971 (L’Arlequin, Le Nu mauve et Le Village fantastique) sont présentées avec leurs esquisses et collages préparatoires.
Autant de facettes d’une œuvre totale, où la compréhension des contrastes, des tonalités, du clair-obscur, des lumières, des ombres et des demi-teintes donne vie à des couleurs audacieuses, éclatantes et monumentales.

 

Hôtel de Caumont

Le 4 avril 1715, dans le nouveau quartier Mazarin, François Rolland de Réauville, marquis de Cabannes, souhaite construire un hôtel particulie, son déces ne met pas un terme au projet. Grâce aux plans de Robert de Cotte, ses descendants poursuivent le chantier terminé, en 1745. le bâtiment est vendu à François Bruny de la Tour-d’Aigues, le plus riche armateur, marchand et banquier de Marseille. L’hôtel prend ainsi le nom d’Hôtel de Bruny. A sa mort son fils, collectionneur, botaniste et membre de l’académie de peinture de Marseille, y rassemble de nombreuses œuvres d’art mais aussi des minéraux et fossiles. Sa sœur, Pauline, hérite de la demeure, elle avait épousé le marquis de Caumont, Amable de Seytres. C’est ainsi que l’hôtel prend le nom d’Hôtel de Caumont.

Durant la Seconde Guerre Mondiale débute, l’hôtel est divisé en plusieurs appartements tenus par Hélène Ardevol (1892-1976), concierge de l’immeuble et membre de la Résistance. Elle y héberge courageusement de nombreux résistants

L’hôtel dans son ensemble est classé Monument Historique. 65 ans plus tôt, en 1925, l’hôtel avait déjà fait l’objet d’une reconnaissance de la part des Monuments Historiques. Début 2013 démarre la retauration du site pour lui redonner le lustre d’antan,  en premier la façade afin de retrouver le style “baroque aixois”, puis tout l’intérieur. L’Hôtel de Caumont, rebaptisé Caumont Centre d’Art, ouvre ses portes, après restauration, le 6 mai 2015. Il accueille chaque année deux expositions temporaires dédiées aux grands noms de l’art. En parallèle, le film « Cézanne au pays d’Aix » est diffusé tous les jours. Concerts, performances musicales et conférences complétent la programmation.

Hôtel de Caumont-Centre d’art
3, rue Joseph Cabassol. 13100 Aix-en-Provence
T. 04 42 20 70 01

Horaires
— 1er novembre 2018 > 24 mars 2019
— Tous les jours, y compris les jours fériés: 10h-18h.
— (Dernière entrée 30 minutes avant la fermeture).

Tarifs
— Plein tarif : 14 €
— Tarifs réduits : https://www.caumont-centredart.com/fr/preparer-sa-visite/tarifs

CONCERT ANNULER

 

 

Une des formations les plus étonnantes, ou virtuosité, rythme et instruments qui sont si différents: piano, balalaïka et  hautbois forment un mariage surprenant pour l’auditoire.

Le Duo Piano avec Anne et à la balalaïka Micha a été crée en 1981,  qui devient un Trio lorsque Pierre au hautbois leur fils, les rejoint en 2000 à l’occasion du festival du millenium à Louxor, organisé par France Clidat. Depuis, c’est en Trio qu’ils parcourent le monde. Ils ont donné des concerts à travers la France ainsi qu’à l’étranger, entre autres un récital à la Philharmonie de Berlin.

 

La balalaïka russe, le piano orchestral, le hautbois aérien, ce trio de musique de chambre tout à fait hors du commun vous entrainent au cœur de l’âme tourmentée et joyeuse de la Russie.
Musiques traditionnelles et classiques transcrites et interprétées par le Trio Makarenko, vous donne à entendre un répertoire tout à découvrir.
La lune brille, Valse russe, Le bouleau, Je vous ai rencontrée, Seul sur la route, Kalinka… dressent devant vous leurs paysages de neige et de rêve pour vous inviter au voyage.
Depuis quand… ou plutôt… n’avez-vous jamais déjà entendu le son d’une balalaïka ? Vous savez, cet instrument triangulaire, à seulement trois cordes…vous ne pouvez imaginer l’amplitude et la richesse de sa palette sonore sous les doigts d’un véritable virtuose de la balalaïka, Micha Makarenko.

 

En savoir plus  sur le Trio Makarenko : CLIQUEZ

L’église de St Rémy l’honoré a été confortée par les religieuses de Haute-Bruyère dans la seconde moitié du XII siècle,  Elle était desservie par le Prieur de Haute-Bruyère, qui était en même temps curé de la paroisse. Il est presque certain qu’avant la construction de cette église, il devait y avoir un autre lieu de culte, chapelle ou petit sanctuaire, puisque le village existait et qu’il portait déjà l’appellation de “Saint Rémy”. On n’en trouve pas de trace, il subsiste certaines parties, qui datent de cette époque. Un porche a été rapporté en avant de l’ancienne entrée de l’église, au début du XIXe siècle (1842). La tour du clocher apparaît comme la partie la pus ancienne de l’édifice (XIII siècle), elle renferme la cloche Rosalie Hieronyme, prénom de la femme de son parrain, Messire Philipperaux de Pontchartrain, propre chancelier de Louis XIV.. Le bas coté Sud, a été rebâti en 1842, mais sans modification de ses dispositions architecturales.

Église de St Rémy L’Honoré

1 place de l’Église 78690 Saint Rémy l’Honoré

Tarif: 15€

Renseignements : 06 60 71 75 65

 

 

Exposition

Nataliia Kolobova

“Croisement”

du mardi 20 novembre au dimanche 9 décembre 2018

 

Exposition de Nataliia Kolobova est un événement, mais  pas uniquement pour la galerie qui l’expose, mais pour de nombreux amateurs et collectionneurs en France.

L’artiste-peintre Nataliia Kolobova est née en 1963 à Kostroma . En 1985 elle termine la faculté des arts de l’Institut pédagogique de N.A. Nekrasov à Kostroma. Entre 2003 et 2006 Nataliia est en tête de l’Organisation régionale de Kostroma “L’Union des artistes de Russie”. En tant que présidente du Conseil d’administration de cette organisation elle lance un grand nombre d’expositions de peintres de sa région à Kostroma,  à Moscou, à Saint-Pétersbourg, et à Iaroslavl.  Ces dernières années, dans le but d’étudier et d’exposer, Nataliia voyage et découvre la France, l’Italie, l’Espagne, la Grèce et le Portugal. Les travaux de l’artiste sont exposés dans les musées des Beaux-Arts à Kostroma et à Belgorod, ainsi que dans des collections privées en Russie et à l’étranger. Le principal sujet de ses œuvres est le paysage urbain.

La créativité de Nataliia s’ouvre par des angles inattendus: paysages de la Russie centrale, natures mortes et bouquets exquis, art urbain. Le batik décoratif et expressif, à l’improviste.

Il n’y a pas de contradiction entre les styles ou entre  les expériences dans sa palette, elle ne change pas sa coloration sourdine, avec son gris délicieux, qui se manifeste en blanc, noir, bleu, vert foncé.

Mais tout à coup, le coucher du soleil clignote en orange et une tension dramatique intérieure devient alors claire, quand sous une couleur de fond sourdine il y a une explosion de couleur et de la passion.

Perspective imprévu change la composition tout à fait réaliste et le travail est né, un travail comme “Fountain” de Stravinsky que le Jury de la Compétition de Leonardo da Vinci à Florence en 2013 a attribué le premier prix,  en 20l4 le Prix de la Fondation Taylor pour son tableau « Vielle ville » (dans le cadre du salon Art Capital, France), en 2015 le diplôme « La toile d’or » pour son batik « Quai de la Seine » (France), la Médaille d’or du mérite artistique de l’Union des Artistes de Russie.

Le 21 novembre 2019 Nataliia Kolobova recevra le Prix de l’Académie des Beaux Arts de Paris récompensant chaque année les meilleurs artistes de France. Participation régulière au Salon des Artistes Français et du Salon de Dessin & peinture à l’eau au Grand Palais.

Cérémonie de remise Prix de l’Académie des Beaux Arts de Paris (21/11/2018)

Nataliia Kolobova a participé à plus de 70 expositions en Russie et en Europe. Ses travaux sont inclus dans les collections au travers de nombreux pays du monde. La nouvelle exposition, surprend encore une fois  par la largeur et la diversité du talent de l’artiste de Kostroma, qui est devenu le patrimoine artistique de la France.

Vernissage en présence de l’artiste jeudi 22 novembre de 18h à 21 h.

 

IG- Gallery Intelligence
1 Quai Voltaire 75007 Paris, France
 
RER: Musée d’Orsay,
Métro: Palais Royal, Solferino, St Germain des Près.
Bus:24, 27, 39, 48, 68, 75, 95

Ouverture: Mardi – Dimanche 14h – 19h

Tél:033 9 50 44 99 10

o.khlopova@i-gallery.fr

 

La Russie a reçu les effets historiques  de l’empereur Alexandre II

 

Le tsar Alexandre II (né en 1818 à Moscou, mort en 1881 à Saint Petersbourg), peu de monarques ont été honorés dans l’histoire de l’épithète “libérateur”. Alexander Nikolaevich Romanov méritait cet honneur. De plus, Alexandre II est appelé le tsar réformateur, il dirige les écoles militaires et préside les commissions secrètes sur les affaires paysannes de 1846 et 1848. Il comprend très bien les problèmes des paysans et comprend que les changements et les réformes sont attendus depuis longtemps. Alexandre II, prenant le trône en 1855, reçut un lourd héritage. Pendant 30 ans au pouvoir, son père n’a réussi à résoudre aucun des nombreux problèmes graves et anciens de l’État.

À la fin de l’été 1856, à l’occasion du couronnement, le roi pardonna aux décembristes et aux participants au soulèvement de la Pologne. Il a également suspendu les recrutements pendant 3 ans et liquidé les colonies militaires. Le temps était venu de résoudre la question paysanne. L’empereur Alexandre II a décidé d’abolir le servage, qui faisait obstacle au progrès. Alexandre II dans l’histoire russe est considéré comme un réformateur et un libérateur.

 

Lors d’une soirée de gala, célébrant le bicentenaire de la naissance du tsar Alexandre II, dans les salons de  l’hôtel Intercontinental, rue Scribe, organisée par le Prince Alexandre Troubetzkoï, président de l’association Alliance Franco-Russe, à Paris le vendredi 9 novembre,  les effets “reliques” historiques du tsar Alexandre II, furent restituées officiellement et remis à son Excellence Alexey Meschkov, ambassadeur de la Fédération de Russie en France, en présence de Monseigneur Nestor par monsieur Louis Philippe Cadias, conservateur auprès du ministère de la culture(CDAOA Alpes-Maritimes).

Les reliques du tsar Alexandre II, avaient été subtilisées par une association russe de Nice.

 

Parmi lesquel il y avait :  la chemise ensanglantée de l’empereur Alexandre II, qu’il portait dans les dernières heures de sa vie, ainsi qu’un portrait réalisé de son vivant.

Outre la chemise et le gilet d’Alexandre II, dans lesquels il était vêtu lors de l’attentat  du 13 mars 1881, l’ambassadeur de Russie a reçu trois foulards portant les initiales de l’empereur, ainsi que son uniforme et son portrait.

Il est à noter que l’attentat a eu lieu le jour où l’empereur avait décidé de lancer le projet constitutionnel véritablement révolutionnaire de M. T. Loris-Melikov, après quoi la Russie devait suivre le chemin de la constitution.  Il y a eu huit tentatives d’attentat contre le tsar. Une voyante lui avait annoncé qu’il aurait 7 tentatives d’attentats contre lui, et que le dernier lui serait fatal ! La première a été commise par un paysan, Alexei Petrov, alors que le souverain se dirigeait des portes du jardin d’été à sa voiture. La seconde remonte à 1867, quand un émigré polonais manqua et frappa un cheval. La troisième a eu lieu en 1879, explosion préparée par des terroristes. L’année suivante, l’empereur était de nouveau confronté à une explosion, mais par hasard, il était en retard pour le déjeuner et seuls les gardes sont morts pendant l’incident. Le 1er mars 1881, la mort d’Alexandre II est due à la troisième explosion d’une bombe.  Ignatius Grinevitsky lança cette dernère bombe directement sous les pieds du souverain, au bord du canal Catherine (actuellement, canal Griboïedov) à Saint Petersbourg.

L’empereur mourut des suites de ses blessures. Sur le lieu de l’attentat fut construit l’église du Saint Sauveur sur le Sang Versé.

Après la mort de l’empereur en 1881, toutes ces objets ont été apportées à Nice par son épouse, la veuve d’Alexandre II, Ekaterina Mikhailovna Dolgorukova, (morte à Nice le 15 février 1922, agée de 72 ans, la maîtresse puis l’épouse morganatique de l’empereur), qui vivait en France après son assassinat. Elle  avait légué plusieurs biens de l’empereur à la cathédrale Saint-Nicolas qui devait les garder et les conserver, (construite en 1912 avec l’argent de la dynastie des Romanov).

 

Alexandre II et Catherine Dolgoroukova

Mais après la révolution, la cathédrale s’est retrouvée entre les mains d’une association russe de Nice. Récemment, avec l’aide du gouvernement français, les objets ont réussi à revenir dans la cathédrale St Nicolas de Nice. Ils ont été remis officiellement  à l’ambassadeur de Russie en France, Alexey Meshkov.

 

Les affaires personnelles de l’empereur, objets du patrimoine historique,  seront visibles dans la crypte de la cathédrale Saint-Nicolas de l’Église orthodoxe russe de Nice, où elles avaient été conservées naguère.

Dimanche 18 novembre a eu lieu la cérémonie de la remise officielle des effets d’Alexandre II à la cathédrale Saint Nicolas de Nice.

Christian Estrosi, maire de Nice, découvrant les reliques historiques, avec S.E. Alexey Meschkov, ambassadeur de la Fédération de Russie en France et auprès de la Principauté de Monaco.

S.E. Alexey Meschkov, ambassadeur de la Fédération de Russie en France et Monsieur Christian Estrosi, maire de Nice.© J. Kourdukoff

En présence de personnalités du monde russe et de Nice, du Consul général russe Stanislas Aranski de Villefranche, un historique  a été relaté par le conservateur des antiquités et objets d’art, Louis Philippe Cadias ainsi que des discours de remerciements par le maire de Nice et S.E. l’ambassadeur de Russie en France.

Reliques du tsar Alexandre II, exposées dans la crypte de la Cathédrale Saint Nicolas.© J. Kourdukoff

Gilet que portait le tsar Alexandre II lors de l’attentat meurtrier, maculé de son sang.

Soirée de rêves

“Natacha & Nuits de Princes”

Vendredi 23 novembre 2018

de 20h30 à 22h

Péniche Anako

Il sont cinq sur la scène, Natacha chanteuse à la balalaïka,soutenue par un groupe de musiciens hors pair, sa voix, savant mélange de violence et de sensualité, descend en droite ligne de celle des grandes chanteuses de blues ou de flamenco et tzigane. Voix grave et profonde, parfois sensuelle et douce, elle aborde avec beaucoup d’aisance des rythmes qui mêlent chansons tziganes et jazz. Natacha chante en français, anglais, russe, roumain, serbe ou portugais, elle traverse les frontières avec mélancolie, car «  mon pays est chimère sans frontières », dit-elle.

Accompagnée de ces musiciens, Natalia Trocina à la domra, les guitaristes Olivier Cahours l’arrangeur du groupe et Pascal Storch, avec le bassiste Thierry Colson. Ils nous emmènent dans les steppes de la Russie et dans la bohème aristocratiques, grâce aux instruments et aux voix de ces artistes chantant, romances et berceuses russes, airs tziganes et parfois des chants en français. Plus de renseignements sur le groupe: CLIQUEZ

 

Anako fut l’un des douze derniers survivants d’un grand peuple d’Amazonie. Il symbolise à lui seul l’importance qu’il y a à nous mettre à l’écoute des peuples et de leurs diversités culturelles, indispensables à l’équilibre de la famille humaine dans son ensemble. Passerelle entre les cultures des peuples du monde et les générations, insolite et conviviale, la Péniche ANAKO est une invitation au voyage et à la rencontre de l’autre au fil des chemins non balisés. Grands témoins, cueilleurs de mémoires ou nomades passionnés, tous vous invitent à les rejoindre sur la Péniche ANAKO pour donner voix à l’oubli. Monter à bord pour naviguer vers l’autre, c’est déjà s’éloigner du quai figé du quotidien pour partager une part essentielle de l’existence…  Embarquons ?

 

Sortie Avenue Secrétan/Jaurès au Café LE FORMIDABLE vous traversez et arrivez sur le quai de la Loire du bon côté.

 

Péniche ANAKO

Bassin de la Villette
face au 34 quai de la Loire
75019 Paris
Métro Stalingrad ou Jaurès

Tarif 16€

Réservation: 06 70 02 73 10

Concert exceptionnel

Kedroff balalaïka trio avec Vladimir Gomba, basse.

Dimanche 2 décembre 2018 à 17h.

Église saint Nicolas, Toulouse

(De gauche à droite) Oleg Ponomorenko, Gaspar Panfiloff et Nicolas Kedroff.

Nicolas Kedroff est issu d’une famille de célèbres artistes russes, sa réputation est internationale. Il a été séduit par le son et le caractère de cet instrument. «La balalaïka, c’est sa vie, mon destin», dit-il, lorsqu’on lui demande pourquoi le choix de cet instrument. Lauréat de plusieurs concours, Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres. Il a su extraire de ce petit instrument triangulaire à trois cordes une telle richesse d’expression musicale qu’on l’a décrit comme «Le Paganini de la balalaïka» (Le Parisien). Il a su créer son propre style de jeu, à la fois mélancolique et plein d’humour, intelligent et brillant grâce à une virtuosité à couper le souffle. Nicolas enregistre actuellement un nouveau disque solo. Il participe à trois formations: un duo avec Oleg Ponomarenko, né en France dans une famille issue de l’émigration russe. Il s’est très tôt intéressé à la guitare et au chant russe. Il a été le premier à faire connaître en France les chansons les plus connues en Russie : Les Millions de Roses, Krokodi… et a accompagné de nombreux ensembles en tant que guitariste et chanteur. Un trio créé en 2009 avec, en plus, Gaspard Panfiloff, qui a été initié par son père dès son plus jeune âge à la musique russe. Adolescent, il rencontre Nicolas Kedroff avec lequel il poursuit passionnément sa formation. A dix-neuf ans, il étudie la balalaïka et la direction d’orchestre à la renommée Académie de Musique Gnessin à Moscou, auprès des plus grands maîtres, il forge son caractère de musicien à travers de nombreux voyages dans le monde entier.

Nicolas Kedroff dirige un ensemble professionnel de balalaïka d’une dizaine de personnes. Il donne également des cours de balalaïka à Paris

Vladimir Gomba, chanteur basse originaire de Crimée, qui entame une carrière en France. Diplômé de l’Université Nationale de la Culture de Crimée. Il a chanté lors des premières productions en Crimée de La Couronne de Pouchkine de Sviridov sur un texte de Pouchkine, de Chimes (Les carillons) de Gavrilin, de L’Ange scellé de Shchedrin, les Chants de Devotion de Denissova ainsi que de l’opéra folklorique ukrainien Koupalo – La Fleur de Fougere de Stankovitch. Vladimir Gomba a participé en tant que soliste à plusieurs enregistrements du Chœur de Crimée. Habitué des premiers prix des concours nationaux (russes) du chant liturgique, Vladimir Gomba possède une remarquable voix de basse.  Il est chanteur invité du Chœur du Théâtre du Capitole de Toulouse et travaille également avec l’Opéra de Monte-Carlo, Monaco.

Il sera parfaitement à sa place au cœur du chœur de l’église Saint Nicolas. Soliste exceptionnel, il saura nous faire quitter les rives verdoyantes de la Garonne, pour d’autres rives, d’autres paysages !

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Église Saint Nicolas

Cette église, à l’origine du nom du quartier éponyme, est dédiée au saint patron « de tous ceux qui vont par eaux et craignent naufrage ». Un saint qui a dû être bien souvent sollicité dans un quartier tel que Saint-Cyprien, victime des crues annuelles de la Garonne, comme celle, tragique, de 1875.

Reconstruit en 1300 dans un style typique du gothique méridional, son clocher octogonal de style toulousain imite ceux de St Sernin  et de l’église des Jacobins : comme eux, il présente des baies géminées couvertes d’arcs en mitre.  À noter les mirandes visibles sous la couverture de la nef qui indiquent la présence d’un chemin de ronde couvert.

Le portail s’ouvre, à la base du clocher, sur la Grande rue Saint Nicolas. Sur le tympan : un haut-relief classé comme groupe sculpté au titre des monuments historiques, représentant l’adoration des mages.

Eglise St Nicolas

36 Grande Rue de Saint Nicolas, 31300 Toulouse

Métro: Eglise st Nicolas, Saint Cyprien, Toulouse

Tarifs: 20€ et 15€

Réservation : 07 60 95 91 37, 07 52 93 39 11

 

 

2018 mettra en avant la femme dans l’industrie cinématographique, puisque parmi les œuvres présentées nombreuses seront celles ayant été produites sous la supervision de représentantes de la gent féminine. D’ailleurs, le jury sera lui aussi cette année composé exclusivement de femmes et présidé par l’actrice Gabrielle Lazure. les spectateurs vont découvrir’une dizaine de films récents de jeunes cinéastes, et une rétro de films classiques. Chaque année, une sélection de 6 à 8 films récents est proposée au jury. Des dessins animés sont aussi programmés pour les enfants, ainsi que des documentaires et courts métrages.

Les principaux événements du Festival ont lieu dans les Greniers à Sel (XVIIe siècle) situés rue de la Ville,
et également au Cinéma Henri-Jeanson (Cours des Fosses), à l’Auditorium de la Médiathèque, et dans les salles municipales. Mais également à Deauville et Pont L’Évêque
En marge du festival, un marché artisanal réunit des exposants russes et français aux Greniers à Sel.

 

Jury 2018

Gabrielle LAZURE, actrice (Габриэль Лазюр, актриса), Présidente du Jury 2018.Actrice, réalisatrice, chanteuse et auteur, Gabrielle Lazure naît à Philadelphie et grandit à Montréal.
En 1978, alors qu’elle est étudiante en psychologie, elle s’installe à Paris et devient  comédienne. Elle débute au cinéma avec Alain Robbe-Grillet dans « La Belle Captive ». Elle tourne dans plus de 70 films et téléfilms, principalement en France, mais aussi au Canada et aux Etats-Unis. En août 2018 elle tient un rôle principal dans «Une Manière de Vivre », le dernier long-métrage de Micheline Lanctôt, avec Laurent Lucas.

Membres du jury:

Sylvie BRAIBANT, journaliste, Dinara DROUKAROVA, actrice, réalisatrice russe, Sylvie VERHEYDE, réalisatrice, scénariste, actrice, Sandrine VEYSSET, réalisatrice, scénariste, productrice.

Jury 2018

FILMS

 

Cérémonie d’ouverture du Festival aura lieu le mercredi 21 novembre à 18h00

“La vie éternelle” d‘Alexandre Christoforov,  réalisateur Evgeni Shelyakin / réalisateur Yevgeny Shelyakin, 2018, Russie, couleur, 104 mn

Alexander Christoforov, dit Alec, a été acteur célébré à l’époque soviétique pour son fils dans «Eugène Onéguine». Aujourd’hui, il gagne péniblement sa vie en jouant un gladiateur dans un parc d’attraction. Méprisé par son ex-femme, igoré par son fils, il est devenu aigri et misanthrope, l’acte qu’un acteur plus jeune et al mustelé louis vole la vedette dan le spectacle Mais il se pourrait que ce soit un tour de force.
Avec Aleksei Guskov, Polina Pushkaruk, Oxana Fandera, Timofey Tribuntsev, Igor Ugolnikov, Roman Kurtsyn, Stanislav Lubshin, Sergei Pokhodaev

Le film d’ouverture du Festival sera une nouvelle comédie du réalisateur Evgeny Shelyakin “La vie éternelle d’Alexandre Khristoforov”, qui sortira sur les écrans russes le 18 octobre 2018. Alexey Guskov, Oksana Fandera, Igor Ugolnikov, Timofey Tribuntsev, Roman Kurtsyn et Polina Pushkaruk ont ​​joué le rôle principal dans le film. Le film raconte l’histoire d’un acteur âgé travaillant comme animateur dans un parc d’attractions. Au moment où, dans sa vie, il semblerait que rien de bon ne se produise, le destin lui offre un cadeau inattendu: une femme bien-aimée et l’occasion de changer le monde qui l’entoure.

Le réalisateur Yevgueny Shelyakin Né le 18 septembre 1976. diplômé de l’Institut de droit de Krasnodar.
En 2008, il est diplômé de l’Institut d’État de la cinématographie dans la spécialité “Direction de films de fiction”.est déjà connu du grand public pour les films «Friday», «B / W», «About Love». Pour adultes seulement.

Films en compétitions

L’Ange a une angine(У ангела ангина) – réal. Oxana Karas
Scénario: Dimitri Novosselov d’après le récit de Vadim Chefner « La Sœur du chagrin » Le scénario est basé sur le récit autobiographique du romancier Vadim Chefner « la Sœur du chagrin ». Le titre du film reprend un vers de cet auteur léningradois.

L’ancien pupille d’orphelinat Tolia Kovrigyne, alias Tchoukhna, a 18 ans. Lui et ses amis Kostia Siniavy et Volodia Chkilet habitent dans la même pièce d’un foyer de l’île Vassilevski, à Leningrad. Siniavy drague les filles, Chkilet écrit des poèmes et rêve de faire des études dans une école militaire. Ils sortent, boivent du vin, dansent le foxtrot et croient en leur avenir heureux. C’est le temps des nuits blanches et du printemps tardif de 1940. Le front, le siège de Leningrad, la mort de leurs proches et l’inévitable maturation des trois amis sont imminents. Mais, là, ils sont jeunes, insouciants et heureuxPrix spécial du Jury du 26e festival du cinéma « Fenêtre sur l’Europe » (Vyborg).

OKSANA KARAS elle est née à Kharkov. En 2004, elle est diplômée de la faculté de droit de l’Université de l’amitié entre les peuples de Russie. En 2009, elle est diplômée de VGIK (atelier de V.Ya.Lonsky). Depuis 1998, elle travaille à la télévision en tant que présentatrice, correspondante, commentatrice sportive, réalisatrice, auteure et réalisatrice de documentaires (chaînes NTV-PLUS Sport, VGTRK Kultura). Elle habite à Moscou.

La Guerre d’Anna, – réal. Alexei Fedorchenko
Toute la famille de l’héroïne a péri dans un massacre de masse. Elle-même est restée en vie par miracle grâce à sa mère qui l’a couverte de son corps. Pendant plus de deux ans la fillette a vécu dans une cheminée inutilisée de la Kommandantur jusqu’à ce que le village soit libéré des nazis. Cela paraît incroyable mais Anna réussit non seulement à survivre mais à garder son humanité.
Avec : Marta Kozlova.

Alekseï Stanislavovitch Fedortchenko (Алексей Станиславович Федорченко), né le 29 septembre 1966 à Sol-Iltesk, il entre à l’Institut polytechnique de l’Oural à Iekaterinbourg pour faire des études d’ingéniérie et d’économie. Il se lance dans le cinéma aux “Studios de Sverdlovsk” . Pendant 10 ans, il s’occupe de production dans les studios et ilest à l’origine d’un grand nombre de films et de leur critique, il suit en même temps à l’Institut National de la cinématographie  des études de scénariste de 1998 à 2000. Lors du festival Kinotrav 2015, il remporte le Prix de la mise en scène pour Angels of Revolution. Son film La Guerre d’Anna (Война Анны) est sélectionné en compétition officielle au festival  2018 de Kinotavr.

 

L‘homme qui a surpris tout le monde (Человеклоторий удивилвсеч). Réalisation et scénarioNatacha Merkoulova, Alexeï Tchoupov,

Le chasseur sibérien Egor la quarantaine est un père de famille exemplaire et un homme respecté dans son village et mène un combat sans relâche contre les braconniers. Un jour, il découvre qu’il a une maladie incurable et qu’il ne lui reste plus que 2 mois à vivre. Mais, ni la médecine traditionnelle, ni la sorcellerie des chamans ne peuvent rien contre sa maladie et, en fin de compte, Egor se résout à un acte désespéré : il tente de devenir quelqu’un d’autre afin de tromper la mort proche. Prix du Meilleur rôle féminin (Natalia Koudriachova) de la 75e Mostra de Venise (sélection d’« Orizzonti »).

Avec : Evgeni Tsyganov, Natalia Kudrjashova.

 

Natalia Merkoulova (Меркулова, Наталья Фёдоровна), née en 1979, elle termine ses études à l’université d’Irkousk  en spécialité journalisme. Pendant deux ans (2002 à 2004) elle est rédactrice en chef de la chaîne NTS à Irkoutsk (canal 21). En 2010 elle termine une spécialisation aux cours ds scénaristes et réalisateurs à Moscou . Elle fait ses débuts avec le court métrage La Fille (en 2009 elle participe à la présentation des films d’étudiants Les nouveaux Russes au Festival de Cannes. Ensuite avec le documentaire Kletka sur les enfants de la région d’Irkoutk atteints par le sida. En 2010 elle est réalisatrice et metteur en scène du premier film musical russe en relief, “Aide-moi du groupe de rock Gorod 312. En 2013, elle débute le tournage de Lieux intimes qui remporte un prix au festival Kinotavr. Puis toujours avec Tchoupov elle réalise la série La crise du jeune âge. L’homme qui a surpris tout le monde est sorti en 2018,  présenté à Paris en novembre 2018 pour la semaine du ciném russe.

 

Casse-cou, Jumpman ( Подбросы) Réalisateur et scénaristeIvan I. Tverdovski.

Atteint d’une maladie rare, un jeune homme vit en institution. Sa mère, contre toute attente, le reprend chez elle. À Moscou, le personnage devient, involontairement, le complice d’une association de malfaiteurs. Prix du « Meilleur rôle féminin » (Anna Sliou) et du « Meilleur Caméraman » (Denis Alarcon-Ramirez) du 29e Festival national du cinéma « Kinotaure » (Sotchi).Avec: Denis Vlasenko, Anna Slyu, Danil Steklov.

Fils d’un célèbre documentariste soviétique, Ivan Tverdovski, né en 1988 à Moscou, s’est également lancé dans les documentaires. Toutefois, la célébrité est venue avec des films de fiction. Aussi bien Classe à part (2014) que Zoologie (2016) ont figuré au programme du Festival international du film de Karlovy Vary et Ivan Tverdovski n’est pas reparti les mains vides. Le premier film s’est vu attribuer le Prix du meilleur débutant et le second a décroché le Prix spécial du jury des films en compétition.

Ivan Tverdovski est aujourd’hui le représentant le plus éclatant de la génération des jeunes réalisateurs aux prises avec les problématiques du cinéma européen, il se penche sur le problème d’« autrui », au sens large du mot. Et dans le groupe de mots « science-fiction sociale », le réalisateur insiste pour mettre l’accent sur l’aspect social.  Il a reçu en 2016 le prix de la guilde des critiques de cinéma et critiques de cinéma «Elephant» pour le film “Zoologie” au 27ème festival du film Kinitavr.

 

Les Rivières profondes,(Глубокие реки) – réal. Vladimir Bitokov (Début)

Le plus jeune fils rentre chez lui pour aider son père et ses frères à exécuter une commande lucrative d’exploitation forestière. Pendant son absence, rien n’a changé: untravail épuisant pour un morceau de pain, confrontation avec les habitants du village voisin, incapacité des membres de la famille d’exprimer leur amour et leur compréhension aux plus proches habitants. Et la rivière, qui à tout moment va déborder et emporter la maison des parents, qui se trouve sur son rivage même.

Avec: Oleg Gusseynov, Denis Mouratov, Mukhamed Sabiev

Vladimir Bitokov est né en 1985 à Naltchik. En 2010, il est entré au “Studio des réalisateurs de cinéma et de télévision” de A.N. Sokurov à l’Université d’État Kabardino-Balkarian.

Après l’obtention de son diplôme, il a travaillé pour la Kabardino-Balkarie, une entreprise de radiodiffusion télévisuelle et radiophonique d’État entièrement russe, en tant que réalisateur.

Le Sang, (Кровь)- réal. Artem Temnikov, 2e long-métrage
Valera Romeev est un jeune artiste peintre qui a quitté sa petite ville minière à l’est de l’Ukraine pour chercher son bonheur à Moscou. Après avoir abandonné ses études dans un institut des Beaux Arts, il végète sur l’Arbat à faire des portraits pour les passants. Il demande de l’aide à son frère aîné Vadim, un homme d’affaires qui a réussi et qu’il n’a pas vu depuis longtemps. Mais Vadim, jaloux de son indépendance, refuse de l’aider. La rencontre fortuite de Valera avec un ami d’école va radicalement changer la vie des frères Romeev.
Avec: Alexander Novine, Anastassia Klyueva, Yuri Nikolaenko, Agrippina Steklova, Evgeni Sidikhine.

Artem de Temnikov  est né à Moscou. En 1998, il est diplômé de l’Université pédagogique d’État de Kaluga, en 1993 – du département de directeur de l’Institut panrusse de reconversion et de formation avancée des travailleurs de l’industrie cinématographique de l’Institut cinématographique d’État de la Fédération de Russie. Depuis 2006, membre de l’Union des écrivains de Russie. En tant que scénariste et réalisateur, il a tourné des dizaines d’émissions télévisées et de documentaires dans plus de 90 pays, travaillé dans des points chauds, réalisé des documentaires pour des émissions télévisées sur les voyages “Around the World”, “Russian Extreme”, “In Search of Adventures”, “Far and Farther”. et d’autres. Le premier réalisateur de films «No Comment», créé en 2015 dans le cadre du festival du film Orkof «Kinotavr», est devenu participant et lauréat de nombreux festivals de films russes et internationaux. Il a reçu le prix du meilleur film du programme russe Vostok-Zapf, Grand prix du festival du film russe à Honfleur, prix spécial. Anatoly Pristavkin au Festival international du film Stalker sur les droits de l’homme, Grand Prix et Prix du public du Full Arthouse Festival.

 

Spitak (Спитак) Drame, Russie-Arménie, 2018, 1h38 Réalisation: Alexandre Kott. Scénario: Maria Sotchinskaïa. Film-requiem sur le tremblement de terre le plus dévastateur, ayant causé un très grand nombre de victimes (25 000 personnes), en Arménie, le 7 décembre 1988.

Histoire de Gor qui, après avoir quitté l’Arménie en quête d’une meilleure vie, revient après ce tremblement de terre afin de retrouver sa maison, sa famille. Mais trop tard. TSur place, il découvre le chaos. Au milieu des ruines, parmi les sauveteurs et les gens traumatisés, il cherche désespérément à retrouver ceux qu’il avait abandonnés et dont il comprend soudain à quel point ils lui sont chers. Tout a été détruit par le séisme. Il doit donc réapprendre à aimer ce que lui-même a détruit.

La structure de “Spitak” est familière aux grands drames hollywoodiens. C’est une série d’épisodes cauchemardesques liés les uns aux autres par les héros qui apparaissent et vont nulle part. Prix « Saint-Georges d’Argent » (Meilleur réalisateur) du 40e Festival international du film de Moscou.

Avec: Lernik Arutyunian, Ermine Stepanian, Oleg Vasilkov, Joséphine Japy, Olivier Pagès

Alexandre Constantinovitch Kott, (Александр Константинович Котt), est né en 1973 à Moscou. Diplômé de l’école d’éducation esthétique au théâtre Krasnaïa Presnia en 1990, il travailla comme photographe, en 1994, il entra au studio VGIK, et il débuta au cinéma avec un court-métrage Le photographe, sélectionné dans plus de 30 festivals internationaux, reçut moult récompenses. Toujours en 1997, commandé par ARTE,  il réalisa le court-métrage Voyage suivi par La corde en 1998. En 2000, il obtint son diplôme du VGIK et il tourna L’épouvantail . Il remporte le Grand Prix au festival Kinotavr 2014 avec son film Le Souffle (Испытание).

Il remporte le prix du meilleur réalisateur au Festival international du film de Moscou 2018,  pour le film Spitak. Ce dernier film a été  présenté lors de la 16ème semaine du film russe à Paris en novembre 2018.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Le festival proposera également au public local un programme hors concours des plus variés, comprenant tant des films artistiques que documentaires, mais aussi des réalisations destinées aux enfants et à la jeunesse.

 

HORS COMPÉTITION:

– PROGRAMME : LES RÉALISATRICES

L’Argilière (Hommage) réal. Vera Glagoleva
Les Hirondelles mortes, réal. Natalia Pershina, Début
L’Histoire d’une promotion, réal. Avdotia Smirnova
Ma branche toute fine, réal. Dinara Droukarova, Court-métrage, Début
Personne, nulle part, jamais, réal. Marina Sark
Tchistopol, réal. Galina Dolmatovskaya, documentaire
Vova Nina, réal. Natalia Nazarova, documentaire

 

PANORAMA : VU DANS LES SALLES EN RUSSIE

Panorama: MIRA, réalisateur Denis Shabaev

 

« Le Brouillon »,Film fantastique, 2018, 1h56, réalisateur Sergei Mokritsky. Scénario: Maxime Boudarine, Denis Kourychev, Sergueï Artimovitch, Olga Sobenina, Sergueï Mokritski . Adaptation à l’écran du roman du célèbre écrivain de science-fiction Serguei Loukianenko, auteur des scénarios des superproductions « Les Sentinelles du jour » et « Les Sentinelles de la nuit »Avec : Nikita Volkov, Evgueni Tkatchouk, Evgueni Tsyganov, Olga Borivskaia, Yulia Pereseld. Producteur: Natalia Mokritskaya.

Le jeune Moscovite Kirill est un brillant concepteur de jeux vidéo. Un beau jour, il se retrouve totalement effacé de la mémoire de tous ceux qu’il connaissait et qu’il aimait. Kirill apprend qu’il a été choisi pour une importante et mystérieuse mission. Il est voué à être un douanier entre des dizaines de mondes parallèles au sein de l’Univers. Kirill sera-t-il capable de percer le mystère de ces mondes mystérieux et qui les contrôle et pourquoi? Et notre Terre est-elle vraiment juste une “ébauche” imaginaire, un monde parallèle qui en réalité n’existe pas? Pourra-t’il pénétrer leur secret ?

 

“Pas des étrangers.” Hommage à la réalisatrice Vera Glagoleva. C’est le dernier film qui a été tourné par Vera Glagoleva en 2017, d’après la pièce “Clay pit” d’Olga Pogodina-Kuzmina. Confirmant la puissance du talebt et de l’esprit de sa réalisatrice Vera Glagoleva. C’est un beau film. Intelligent, profond, excitant. Très artistique – si on parle de cinéma, et exceptionnellement mince – si on parle de psychologie

C’est l’histoire de gens ordinaires dans une ville de province ordinaire. L’histoire d’une vie sans espoir dans laquelle il y a peu de joie et de plaisir. Peu de sens et presque pas d’amour du tout. Il n’y a que l’ivresse, la saleté, la pauvreté et la stupidité. Cela nous semble donc au début. Histoire sur le thème du “n’aime pas”. C’est ce que Mila pense quand elle décide de retourner chez sa mère après son échec pour « conquérir Moscou ». Entretemps, sa sœur Galia est sur le point de se marier avec Roustam, un beau jeune homme venu d’Asie Centrale. À cause de lui, les passions se déchaînent. De terribles bouleversements attendent les protagonistes de ce drame familial.

Les merveilleuses œuvres de Sanjar Madi, Tatiana Vladimirova, Liliya Volkova, Anna Kapaleva, Dmitry Krivochurov, Ivan Tityaev, Olga Prikhudaylova, Bibigul Suinshalina rendent le récit absolument vital, passionnant, dynamique. Cependant, habitués par notre cinéma de ces dernières années au fait que tout est sans espoir et qu’il n’ya pas d’issue, nous attendons avec impatience une fin terrible …

Avec Tatiana Vladimirova, Lilia Volkova, Sanjar Madi, Anna Kapaleva.

Véra Glagoleva est née en 1956 à Moscou elle est décédé en 2017 à Baden Baden en Allemagne, acrice de théâtre et de cinéma, réalisatrice, scénariste et productrice. Pour la première fois, elle joue dans un film après avoir quitté l’école dans  «To the World’s End» de Rodion Nakhapetov. Le film a remporté un prix au Festival du film de Ljubljana. En 1990, Glagoleva fait ses débuts en tant que réalisatrice avec le film «Broken Light», dans lequel elle joue le rôle principal. Puis elle a pris des photos de “Order”, “Ferris Wheel”. La quatrième œuvre de Glagoleva – le drame «One War» a remporté plus d’une douzaine de prix de cinéma avant sa sortie.

Véra Glagoleva et son équipe lors du tournage “Pas d’étranger”

Prix honorifique “Kinotavr”, remis à sa fille  Anna Nakhapetova en juin 2018

En 2011, Glagoleva a reçu le titre d’artiste populaire de Russie. Elle reçoit à titre posthume le prix honorifique “Kinotavr” lors du 29ème festival Kinotavr à Sotchi , qui fut remis à sa fille (danseuse et actrice) Anna Nakhapetova des mains d’Alexander Rodnyansky.

« Le Selfie », réalisateur Nikolai Khomeriki. Avec: Konstantin Khabenski, Yulia Khlynina. D’après le roman de Sergei Minaev.

Le monde du XXI siècle offre aux amateurs de Show Business la possibilité d’atteindre la vie des idoles à travers des réseaux sociaux et Instagram par lesquels il est facile de connaître le quotidien des célébrités. Ces réseaux sont aussi un outil publicitaire, une preuve de popularité, qui peut se vendre cher. L’écrivain Vladimir Bogdanov partage ces vues cyniques qui permettent de se construire une carrière. Mais il va devoir regarder le monde autrement. Il l’a complètement copié – des gestes, des expressions faciales et même une blague pour que personne ne soupçonne une substitution. Bogdanov a regardé l’écran, comme dans un miroir. Le double conduit son émission de télévision, a rencontré ses fans, lecteurs, a vécu avec ses femmes, a bu dans un bar avec ses amis.

 Nikolai Khomerik est né le 17 avril 1975 à Moscou.  En 1996 Il est diplômé du département d’économie de l’Université internationale.  En 2000 diplômé de la VKSR (atelier de V. Khotinenko, P. Finn, V. Fenchenko).  La première œuvre de Nikolai Khomeriki était une étude de trois minutes intitulée «A Drop», qui a reçu le prix du Festival du film de Sopot. Il reçoit une bourse du ministère des Affaires étrangères français pour étudier, en 2005 il termine le  troisième cycle au département de réalisation de l’école publique de cinéma Ma Fémis à Paris.  À la fin de ses études, Philip Garrel  l’invite à travailler en tant qu’assistant sur le film “Constant Lovers”,   qui obtient un lion d’argent à la Mostra de Venise. En 2005, le court métrage de Nikolai Khomeriki, «Together», a participé au Festival de Cannes du concours de  travail étudiant Cinéfondation et il a remporté le deuxième prix.

 

 « Eh bien bonjour, Oxana Sokolova! » , réalisateur Kirill Vasiliev

L’acteur frustré Ilya a enfin de la chance. À compter de demain, sa voix sera diffusée sur Men’s Radio. Comment ne pas mentionner un tel événement! Mais le matin, le présentateur nouvellement né ne peut pas dire un mot – la voix après la fête tumultueuse a complètement disparu. Une demi-heure avant la diffusion, aux heures de grande écoute, un contrat signé – Ilya est pris de panique … La seule issue est un coup dans les cordes vocales. Selon le médecin, seul cela peut sauver la situation. Et voici le présentateur au micro. Tout est prêt pour la diffusion. Compte à rebours Ilya accueille les auditeurs de la radio … d’une voix féminine! Devenu l’otage d’une situation ridicule, le héros s’efforce de retrouver la voix et ne manque pas sa chance.

Kirill Vasilyev est né à Moscou en 1976. Dès son enfance, il a fréquenté divers milieux, y compris le théâtre. À l’école, a participé à toutes les fêtes. Après avoir obtenu son diplôme, il a décidé de choisir une profession d’acteur. Il s’est inscrit à des cours préparatoires au Théâtre académique des arts de Moscou,De 1992 à 2004, l’artiste en herbe a collaboré avec le cirque russe pour réaliser des programmes en solo dans des cirques. En 2004-2006, Kirill Vasilyev a participé à des projets indépendants (la pièce “Pommes”). En 2006-2007, il a travaillé au théâtre de Serpoukhovka (théâtre de clownerie de Tereza Durova). En 2006, il fait ses débuts en tant que metteur en scène de théâtre en mettant la pièce de théâtre “Fool”. Au cinéma Kirill Vasiliev est apparu pour la première fois en 1993, après avoir joué dans l’épisode du film “Barabaniada”. La prochaine œuvre n’est que treize ans plus tard, lorsque l’acteur apparaît dans la série télévisée “Tout a été mélangé dans la maison …”. En 2018, Vasiliev a présenté son premier long métrage de réalisateur “Eh bien, bonjour, Oksana Sokolova!”

« Je maigris », réalisateur Alexey Nyzhniy Avec: Alexandra Bortich, Irina Gorbacheva, Sergei Shnurov

L’action se déroule à Nijni-Novgorod. Anya travaille comme chef pâtissier, adore manger et, en conséquence, grossie  beaucoup. C’est pourquoi son petit ami, l’athlète Zhenya, la jette à la poubelle. Anya se fixe comme objectif de perdre du poids. Un jour, elle rencontre un gars nommé Nikolai, qui veut aussi perdre du poids pour pouvoir participer à des compétitions sportives. Malgré son apparence loin d’être idéale, Nikolai s’avère être une personne extraordinaire: il est extrêmement résolu et confiant, ainsi qu’un psychologue délicat. Grâce à lui, Anya non seulement lui rend sa forme physique perdue, mais elle surestime elle-même et ses idées sur la vie.

 

Alexey Nuzhniy est né en 1984 à Yoshkar-Ola, a étudié à la New York Film Academy. En 2012, Alexey Nuzhniy  se distingue comme scénariste et réalisateur avec le  court métrage «Envelope» avec dans le rôle principal Kevin Spacey. Il a qualifié Alexei de génie et a conseillé aux producteurs nationaux de faire attention. Il est  l’un des gagnants du concours Jameson First Shot, Sorti en 2015, le film” Le coq a reçu le prix principal du Festuval international du cinéma de rueet le prix du meilleur scénario au Festival in Short. Après une série de courts métrages, en 2015, Alexey Nuzhniy écrit la série populaire pour la chaîne de télévision TNT,  “Olga”.

AGENDA des SCÉANCES

Légendes : (C) Compétition (1e) Première (P) Panorama (R) Réalisatrices (E) Evénements (D) Documentaires (JP) Jeune Public
Les séances en rouge sont réservées en priorité au Jury et aux invités. Ouvertes aux festivaliers dans la limite des places disponibles.

 

Cinéma Henri-Jeanson:

Mardi 20 novembre:

11h  (P) Le Boullion

15h  (P) “Histoire d’une promotion” 112mn
20h30  (R) “Les Hirondelles mortes” 93mn

MERCREDI 21 NOVEMBRE

15h  (C) “L’Ange a une angine” 95mn
17 h  (C) “Spitak” 98mn
21h30  (C) “L’Homme qui a surpris tout le monde” 105mn
_____________________________________________________

JEUDI 22 NOVEMBRE

11h  (C) “Les Rivières profonde” 75mn
14h  (E) “Mira” 70mn
16h  (C) “La Guerre d’Anna” 73mn
18h30   (C) “Le Sang” 108mn
21h   (C) “Jump” 95mn
_____________________________________________________

VENDREDI 23 NOVEMBRE

11h  (C) “Le Sang 108mn
14 h  (C) “La Guerre d’Anna” 73mn
16h  (C) “L’Homme qui a surpris tout le monde” 105mn
19h30  (C) “Les Rivières profondes” 75mn
21h30  (R) “Les Hirondelles mortes” 93mn

_____________________________________________________

SAMEDI 24 NOVEMBRE

11h  (C) “Spitak” 98mn
14h  (C) “L’Ange a une angine” 95mn
17h (C) “Jump “95mn
21h  (R) “Histoire d’une promotion” 112mn
_____________________________________________________

DIMANCHE 25 NOVEMBRE
10h30  (E) “Mira” 70mn
15h  (R) “Personne, nulle part, jamais” 20 mn
(D) “Tchistopol” 62 mn
16h30  (E) “Tania” 59mn
_____________________________________________________


GRAND GRENIER À SEL

MARDI 20 NOVEMBRE
14h30  (JP) “Dessins animés” 40mn VF
15h30 (P) “Je maigris” 102mn
21h  (P) “Eh bien bonjour Oxana Sokolova” 100mn
_____________________________________________________

MERCREDI 21 NOVEMBRE
11h  (E) “Moscou ne croit pas aux larmes” 150mn
18h CÉRÉMONIE D’OUVERTURE
19h Film d’ouverture :
(1e) “La vie éternelle d’Alexandre Christoforov” 104 mn
_____________________________________________________

JEUDI 22 NOVEMBRE
11h30  (R) “VovaNina” 70mn
14h30  (E) “Tania” 59mn
16h30  (P) “Le Brouillon” 116mn
19h  (R) “Ma branche toute fine” 15mn
(R) “L’Argilière” 77 mn
21h30  (R) “Le Selfie” 112 mn
_____________________________________________________

VENDREDI 23 NOVEMBRE
11h  (P) “Eh bien bonjour Oxana Sokolova” 100mn
14h30  (R) V”ovaNina” 70mn
16h30  (E) “La Cacophonie du Donbass” 62mn
19 h  (1e) “La vie éternelle d’Alexandre Christoforov” 104 mn
22h ( P) “Je maigris” 102mn
_____________________________________________________

SAMEDI 24 NOVEMBRE
10h30  (P) “Le Selfie” 112mn
14h30  (E) “Leto” 126mn
19h  PALMARÈS
_____________________________________________________

DIMANCHE 25 NOVEMBRE
11h (E) La Cacophonie du Donbass 62mn
14h30 (JP) Dessin animé long-métrage VF


MÉDIATHÈQUE

MERCREDI 21 NOVEMBRE
14h30 (D) Une Nation 67mn
16h (D) L’Âme rouge 95mn
_______________________________________________
JEUDI 22 NOVEMBRE
14h30 (D) The Road movie 60mn
16h30 (D) Vostok n° 20 50mn
_______________________________________________

VENDREDI 23 NOVEMBRE
14h30  (D) “L’Amour en Sibérie” 80mn
15h40  (D) “Les Ours du Kamtchatka. Début d’une vi”. 52mn
16h40  (D) “Manger à la soviétique” 52mn
_______________________________________________
SAMEDI 24 NOVEMBRE
14h30  (D) “Oscar” 90mn
16 h30  (D) “Pour la Russie pour la foi” 40mn
_______________________________________________

PETIT GRENIER

VENDREDI 23 NOVEMBRE
18 h Signature
Librairie du Globe

SAMEDI 24 NOVEMBRE
20h30 Dîner de gala
(voir plus bas pour les réservations)
_______________________________________________

CCPHB

La communauté de communes du pays de Honfleur-Beuzeville

33 cours des fossés – 14600 HONFLEUR

VENDREDI 23 NOVEMBRE
14h30  “Table ronde”, animée par Joël Chapron
___________________________________________________________________________

SÉANCES EXTÉRIEURES

Deauville, Cinéma du Casino

Mardi 20 Novembre à 19h30
L’Argilière”, de Vera Glagoleva.

Entrée libre.

Pont-L’Evêque, Cinéma Le Concorde
Vendredi 23 Novembre à 17h
“Moscou ne croit pas aux larmes”, de Vladimir Menshov.

Entrée libre.
_________________________________________________________________________________

Plus de renseignements sur le Festival: CLIQUEZ

RÉSERVATIONS

BADGES : 30 euros par personne.
Ce badge donne accès à toutes les projections du Festival.

DÎNER DE GALA : 70 euros par personne.
Samedi 24 Novembre à 20h30 au Grenier à Sel. Animation musical avec le Group Just 4 Cab.

 

Réservez vos badges dès maintenant !
En laissant vos coordonnées :
Par mail : cinerusse.honfleur@orange.fr
Par téléphone : + 33 2 31 89 25 59

Les principaux événements du Festival ont lieu dans les Greniers à Sel (XVIIe siècle) situés rue de la Ville,
et également au Cinéma Henri-Jeanson (Cours des Fosses), à l’Auditorium de la Médiathèque, et dans les salles municipales.

 

Conférence par Elizaveta Sergeeva

Phénomène de Marc Chagal”

Jeudi 15 novembre 2018 à 18h
Fondation Vasarely, Aix-en-Provence

Conférence donnée par Elizaveta Sergeeva “Phénomène de Marc Chagal”
Cette conférence est une réflexion sur le paradoxe de Chagall. Son monde, peuplé d’amoureux, de chèvres et de poules, de créatures un peu étranges, de couleur transparente, se révèle touchant, intime, presque enfantin. Et son créateur a la grandeur affirmée d’un patriarche de la peinture moderne. 
 
Entrée libre
Elizaveta Sergeeva est guide conférencière, diplômée en muséologie de l’Ecole du Louvre.
En Russie elle a étudié à l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg et a obtenu un diplôme d’Histoire de l’Art (Master 2, reconnu par ENIC-NARIC).
 
Elizaveta Sergeeva a eu l’opportunité de faire un stage au musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg (Art antique, Dessin).
Guide de la ville et des musées de Saint-Pétersbourg et des alentours (touristes anglophones) pour Intourist, Art Festival, Ego-Translaiting Son intérêt pour les visites guidées lui a permis d’accueillir des groupes d’adultes scolaires, et des visites privées.
Elizaveta Sergeeva a souvent accompagné ses collègues européens lors d’échanges scientifiques pour des visites privées.
Conservatrice de la Collection des Dessins et des Estampes d’Architecture au Musée-Château de Tsarskoe Selo (Saint-Pétersbourg) elle était chargée de recherches :
– Inventaire, recollement et surveillance des objets de la collection
Rédaction de notes en vue de restauration des monuments
– Assistance aux chercheurs.
On ne compte plus ses nombreuses traductions pour les musées et châteaux (France) ainsi que ses articles scientifiques (Russie)
Stagiaire au Louvre, dans le département d’Art contemporain Elizaveta Sergeeva a participé à l’exposition dans le cadre de l’Année croisée France Russie en 2010 et a collaboré à l’accrochage de l’exposition « Le Contrepoint Russe » ce qui lui a permis de faire les traductions et corrections du catalogue pour cette exposition.
Découvrez l’oeuvre de Marc Chagall à l’exposition “Du noir et blanc à la couleur” au Centre Caumont  
  • Renseignements et réservations :
  • 04 42 92 68 78 / 06 20 97 35 68
  • contact@datchakalina.com.