20
Nov

Noël de France et de Russie à L’Église Saint Louis en l’Ile

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Capture d’écran 2015-11-12 à 17.34.37

TractRecto

800px-Eglise_St_Louis_en_l_Ile_-_Inside_the_church

Église Saint Louis en l’Ile

19 bis rue Saint-Louis-en-l’Île

75004 Paris 4e

Métro : Pont Marie (7)

Soirée exceptionnelle

à l’occasion de la sortie du livre

“Héritage Industriel et Peinture”

de Nadège Martinova

Héritage

Capture d’écran 2015-11-15 à 13.09.45

L’ASSOCIATION EUROPEENNE DE SAINT VLADIMIR, fondée en 1987 par le Prince Constantin MOUROUSY, a pour objectif de resserrer l’amitié millénaire entre la France et la Russie. Composée de bénévoles, elle organise des manifestations culturelles qui mettent en valeur les liens entre la France et la Russie. Ces événements ont permis de récolter des fonds et de les distribuer à diverses oeuvres d’aide à l’enfance et aux personnes âgées en Russie et de soutenir l’Église Russe Orthodoxe.
Depuis 20 ans, elle mène une action déterminée en faveur de l’Hôpital pour enfants Sainte Marie-Madeleine à Saint- Pétersbourg (190 ans).
Elle lui a offert, grâce à la générosité de mécènes, de ses membres et des amis artistes, divers équipements représentant une valeur totale de 500.000€ environ.
« PAQUES RUSSES » à Monaco, en Avril 2015, a permis d’acquérir un Système de Radiographie Digitale (Samsung) d’une valeur de 60.000€.
L’Eglise Orthodoxe Russe de Menton a pu recevoir un don de 30.000€ pour sa restauration.

coupon

Réservation:

ASSOCIATION EUROPÉENNE DE SAINT VLADIMIR
8, rue Garancière 75006 Paris.

Tél : 01 43 54 17 18

Courriel: associationsaintvladimir@gmail.com

13e SEMAINE DU NOUVEAU CINÉMA RUSSE A PARIS

” Regards de Russie 2015″

du 11 au 17 novembre 2015

2015 : UNE ÉDITION PLACÉE SOUS LE SIGNE DE LA LITTÉRATURE RUSSE

13E-SEMAINE-DU-CINE-RUSSE-1117-NOV-15-5

Suite aux événements survenus vendredi 13

certaines projections de REGARDS DE RUSSIE sont ajoutées. Merci de faire passer l’information :

Lundi 16 nov

Le film Territoire d’Alexandre Melnik (157mn) qui était initialement programmé samedi, sera projeté à 13h30  au cinéma L’Arlequin.

une séance supplémentaire du film Les Mouettes, real. Ella Manjeeva,   à 14h au cinéma Le Reflet Médicis (3 rue Champollion 75005) . Cette séance remplace la séance du samedi soir  .

Mardi 17 novembre

L’Idiot ! sera projeté le 17 novembre mardi a  11 heures à l’Arlequin.

Toutes les séances de 21h30 sont annulées ce lundi et demain mardi :
“Fin d’une magnifique époque” de S.Govoroukhine : lundi 16 à 21h30 ANNULÉE

  • “Le Carrosse vert” de O.Assadouline : mardi 17 à 21h30 ANNULÉE

Depuis 13 ans, « Regards de Russie » s’est imposé comme un événement majeur de la vie culturelle parisienne, en proposant chaque année un panorama du nouveau cinéma russe tous genres confondus et surtout, des rencontres avec les réalisateurs, acteurs, producteurs : instants privilégiés plébiscités par le public.

“La réflexion sur l’homme et le temps, la présence de la littérature dans la vie russe et son influence sur l’homme seront au cœur des sujets évoqués cette année par les réalisateurs.”

16 films : longs et courts métrages de fiction, documentaire et films d’animation. Le meilleur de la production du cinéma russe d’aujourd’hui dans toute sa diversité : du film d’aventure aux films biographiques, de guerre, drames ethniques, mélodrames lyriques et tragi-comédies sociales.

kinopoisk.ru

Les amateurs de littérature russe se réjouiront avec le nouveau film du célèbre cinéaste Stanislav Govoroukhine « Fin d’une magnifique époque », tourné en noir et blanc, d’après le récit de Sergueï Dovlatov « Le Compromis » et la présentation du film d’aventure épique d’Alexandre Melnik tiré du roman éponyme culte d’Oleg Kouvaev : « Le Territoire » .

Affiche moyen

Le film de Youri Bykov « Idiot ! » qui sortira sur les écrans en France, le 18 novembre 2015, est fait de dialogues et de codes, largement connus en Russie, mais qui pourraient également être très facilement reconnus par le public français.

A-zori-zdes-tihie1

Renat Davletiarov présentera une nouvelle adaptation à l’écran du récit de Boris Vassiliev « Ici, les aubes sont calmes… » qui relate le destin de cinq jeunes filles, servants d’une batterie de DCA, et de leur commandant. Le thème de la femme à la guerre est développé dans le drame biographique « La Bataille de Sébastopol » (réal. S. Mokritski), basé sur des événements réels de la vie de Ludmilla Pavlitchenko, Héros de l’Union Soviétique, légendaire tireuse d’élite. Le fameux scénariste russe Alexandre Mindadzé analyse, dans son troisième film en tant que réalisateur « Cher Hans, brave Piotr », le trouble de l’homme face au pressentiment d’une guerre imminente.

En VO sous-titrée français :

14 longs métrages

« FIN D’UNE MAGNIFIQUE ÉPOQUE » de S.Govoroukhine – 95’

FILM D’OUVERTURE

kinopoisk.ru

D’après le récit de Sergueï Dovlatov « Le Compromis ». L’histoire d’une époque, où on créait malgré les interdictions, où on faisait l’amour, alors que le sexe n’existait pas et où on se battait pour être entendu, malgré le contrôle universel. Une époque, dont on craignait et attendait la fin… Une époque qui, malgré tout, était magnifique. Andreï Lentoulov, jeune journaliste et écrivain, connu pour la spontanéité et la liberté de ses opinions, pour son franc-parler, se voit proposer de déménager de Leningrad à Tallinn pour travailler au journal local. Là, Andreï cède à une aventure pleine de contradictions avec la rédactrice Marina, se lance dans d’innombrables liaisons sans lendemain, mais surtout livre une violente résistance au système. Comment le rebelle, le chéri des femmes et le « collaborateur le plus immoral » va-t-il lutter contre la pire des censures, la filature et la tartuferie, et qui sortira vainqueur de cette lutte contre le système ?

Film d’ouverture du 26 Festival national du film « Kinotaure-2015 », à Sotchi. Stanislav Govoroukhine Acteur, réalisateur, scénariste. Diplômé du VGIK (Atelier de Y.Seguel). Lauréat de trois Prix nationaux « Nika », il est l’auteur de films cultes tels que « La Verticale » (1967), « On ne change pas le lieu du rendez-vous » (1979). Parmi ses films : « Le Tireur d’élite » (1999), « Bénie soit la femme » (2003), « L’homme ne vit pas seulement de pain » (2005). Artiste du Peuple de Russie (2006).

– « ARCHIPEL » de T.Voronetskaïa – 120’

Capture d’écran 2015-10-21 à 10.37.37

Scénario : Vsevolod Benigsen, Tatiana Voronetskaïa avec la participation d’Andreï Bogatyrev Distribution : Dimitri Serguine, Alexeï Chevtchenkov, Andreï Bogatyrev, Olga Stachkevitch, Garik Kharlamov, Olga Axionova, Denis Kouznetsov, Vladimir Snegourtchenko, Pavel Abramenkov, Youri Gorine, Timour Kourbangaleev, etc. Images : Sergueï Baskoïev Décors : Stella Denemark Costumes : Elena Barine Musique : Vladimir Snegourtchenko Producteur : Tatiana Voronetskaïa Produit par la société de production « Rossfilm » Farce tragique, d’après le roman de Vsevolod Benigsen « GénAcId » [«Guénéralnaïa natsionalnaïa idéïa » – idée nationale générale].

Des acteurs, des show-men, de simples villageois ont joué dans ce film, dont le titre a été modifié par les auteurs (par rapport à l’abréviation du roman) dans une logique qui suit le fil de l’œuvre de Benigsen : un lopin de terre se décroche de la Russie et le village d’Arkhipovka, où se déroule l’action du film, change de nom pour devenir Archipel.

Sur ordre des autorités, Arkhipovka fait l’objet d’une expérience en vue d’implanter une idée nationale de ralliement du peuple sur l’amour de la littérature russe. Chaque « sujet d’expérience » se doit d’apprendre l’extrait d’une œuvre littéraire, de Pouchkine à Brodsky. Les habitants se lancent, à contrecœur, dans l’expérience, puis, contre toute attente, y prennent goût. Cependant, un incident tragique fait que tout s’achève par une révolte « absurde et impitoyable », selon le propre terme de Pouchkine.

Sélection officielle du 37e Festival International du film de Moscou, en 2015.

Tatiana Voronetskaïa Réalisatrice, productrice. Diplômée de la faculté des scénaristes et critiques de cinéma et doctorante du VGIK, elle est la fondatrice de la société de production « Rossfilm ». Après avoir produit et réalisé 45 documentaires, elle débute, en 2002, dans le cinéma de fiction avec le film « La Recette de la sorcière », primé lors de festivals nationaux majeurs, y compris le Festival national du film « Kinotaure ». A réalisé « Archipel » en tant que productrice, scénariste et réalisatrice.

« CHER HANS, BRAVE PIOTR » d’A. Mindadzé – 123’

Capture d’écran 2015-10-21 à 10.38.35

Scénario et réalisation : Alexandre Mindadzé Distribution : Jakob Diehl, Andryus Dariala, Mark Waschke, Roza Khaïroullina, Birgit Minichmayr, Mark Hosemann, Svetlana Kossolapova, Anna Skidanova Images : Oleg Moutou Décors : Kirill Chouvalov Musique : Valéry Siver Producteurs : Alexandre Mindadzé, Lisa Antonova, Leonard Blavatnik, Heino Deckert Produit par les studios « Passgyr », Al Film, Ma.Ja.De. Fiction Gmbh

Récit sur le pressentiment de la guerre imminente, sur la confusion d’un homme qui ne comprend pas ce qui se passe avec lui, comme si un premier obus avait déjà éclaté en lui.

Au printemps 1941, une équipe allemande travaille avec des spécialistes russes, dans une usine de verres optiques, en URSS. L’ingénieur allemand Hans commet une erreur qui provoque l’explosion du four et des victimes. Piotr est le seul et unique témoin des manœuvres de Hans. Leur méfiance réciproque se transforme en une muette sympathie, et, plus tard, en amitié. Le destin fait que, bientôt, Hans revient dans cette même contrée, mais portant un uniforme d’officier. Hier encore un ingénieur, Hans regarde dans ses jumelles, à travers les verres qu’il a lui-même créés : cette vie, récemment, si paisible a-t-elle seulement existée ?..

Sélection officielle du 37e Festival International du film de Moscou, en 2015.

Alexandre Mindadzé Réalisateur, scénariste, producteur. Diplômé de la faculté des scénaristes du VGIK (Atelier de K.Vinogradskaïa), scénariste de plus de 20 films, dont « Plumbum ou jeu dangereux » (Médaille d’or du Président du Sénat italien, Mostra de Venise, 1987), « Pièce pour un passager » (Ours d’argent pour performance individuelle remarquable, Berlinale, 1995). En 2006, il crée les Studios « Passagyr ». Son début de réalisateur (long-métrage « Séparation », sélection de la Mostra de Venise) date de 2007. Son deuxième film « Un Samedi comme les autres » était en compétition officielle de la Berlinale, en 2011. Alexandre Mindadzé s’est vu décerner le Prix « Nika » et de nombreuses autres récompenses.

« ICI, LES AUBES SONT CALMES… » de R.Davletiarov – 120’

A-zori-zdes-tihie1

Scénario : Youri Korotkov, Artiom Vitkine, Renat Davletiarov Distribution : Piotr Fiodorov, Anastassia Mikoultchina, Evguenia Malakhova, Agnia Kouznetsova, Sofia Lebedeva, Christina Asmous, Ekaterina Vilkova, Anatoli Belyï, Daria Moroz, Victor Proskourine, Maxime Drozd, Alexeï Barabach, Olga Lomonossova, Iliya Alexeev, Valéry Grichko, Stefan Welke, Benjamin Spieler, etc. Images : Sémion Yakovlev Décors : Artiom Kouzmine Costumes : Alexandre Ossipov Musique : Roman Dormidochyne Producteurs : Vlad Riachyne, Renat Davletiarov Produit par les sociétés de production « Real-Dakota », « Interfest » et «Star-Media» avec le soutien de la Fondation du cinéma russe Distribué par la Société de production « Naché Kino » Nouvelle adaptation du récit éponyme de Boris Vassiliev.

Mai 1942. L’URSS est en pleine guerre, mais loin du front, les nazis envoient, vers une voie d’évitement perdue, un commando qui a pour but d’atteindre la voie ferrée de Kirov et le Canal de la Mer Blanche. Ce ne sont pas de simples soldats d’infanterie, mais des agents de diversion entraînés et chevronnés, l’élite des troupes SS, des « surhommes ». Et pour leur faire face il n’y a que l’adjudant Vaskov et cinq très jeunes filles, servants d’une batterie de D.C.A. On pourrait croire que c’est un combat local, mais l’enjeu est une voie de transport stratégique reliant les villes majeures du pays. L’adjudant pourra-t-il avec ses nouvelles et fragiles recrues arrêter le commando nazi ? Et à quel prix ?

Sélection officielle du 5e Festival International du film de Pékin, en 2015.

Renat Davletiarov Réalisateur, producteur. Après des études supérieures d’ingénieur, il commence sa carrière cinématographique, en 1985, en tant que décorateur aux studios « Mosfilm » pour devenir, par la suite, directeur de production et directeur de studios de cinéma. De 1999 à 2006 il est Directeur Général du Festival International du Film de Moscou. Il produit également les Semaines du cinéma russe à New York (jusqu’en 2008), Paris et Berlin (jusqu’à présent), ainsi que le Festival International du film « 2 in 1 » (jusqu’en 2012). En 2011, il débute en qualité de réalisateur avec la comédie « Ma délirante famille » ; le thriller « Le papillon d’acier » (2012) est son second long-métrage. Il tourne « Un jour viendra », le thriller « De l’art pur » et « Ici, les aubes sont calmes… », film historique consacré au 70e anniversaire de la Victoire dans la guerre de 1940-1945. Il est Président de la Guilde des Producteurs de Russie.

« IDIOT ! » de Y.Bykov – 116’

Affiche moyen

Distribution : Artiom Bystrov, Daria Moroz, Natalia Sourkova, Youri Tsourilo, Boris Nevzorov, Kirill Poloukhine, Maxime Pinsker, Sergueï Artsybachev, Lioubov Roudenko, Piotr Barantcheev, Irina Nizina Images : Kirill Klepalov Musique : Youri Bykov Producteurs : Alexeï Outchitel, Kira Saxaganskaïa Produit par les Studios « Rock » Distribué en France par Kinovista Troisième long-métrage de Youri Bykov, réalisé d’après son propre scénario.

Un simple plombier qui est aussi un honnête homme, lutte avec le système représenté par des fonctionnaires corrompus. Au bout du compte, il s’agit des vies de 800 habitants d’un immeuble vétuste sur le point, de toute évidence, de s’effondrer dans la nuit.

Prix du meilleur rôle masculin (Artiom Bystrov), Prix Cinéma et Jeunesse et Prix du jury œcuménique du Festival de Locarno, en 2014. Sélection officielle du 25e Festival national du film « Kinotaure », en 2014.

Youri Bykov. Acteur, réalisateur, scénariste, compositeur. Diplômé de la faculté des acteurs du VGIK (Atelier de V.Grammatikov), a joué dans des théâtres à Moscou, ainsi que dans des films. En 2009, son premier court-métrage est récompensé par le 20e Festival national du film « Kinotaure ». Le public de la Semaine du cinéma a déjà pu voirson premier long-métrage « Vivre » (2010). Le drame policier « Le Major » (2013) a obtenu de nombreux prix de festivals du film.

« LA BATAILLE DE SÉBASTOPOL » de S. Mokritski – 123’

Bitva-za-Sevastopol1

Scénario : Maxime Boudarine avec la participation de Sergueï Mokritski, Leonid Korine, Egor Olessov Distribution : Youlia Peressild, Evgueni Tsyganov, Polina Pakhomova, Nikita Tarassov, Oleg Vassilkov, Anatoli Kot, Joan Blackham, Vladimir Lilitski, Sergueï Barkovski, Sergueï Pouskepalis Images : Youri Korol Décors : Youri Grigorovitch Musique : Evgueni Galpérine Producteurs : Natalia Mokritskaïa, Egor Olessov Produit par la société de production « Novyié lioudy », les studios « Kinorob » avec le soutien de la Fondation du cinéma russe Droits : société de production « Novyié lioudy », mok69@mail.ru Histoire vraie de Ludmilla Pavlitchenko, légendaire tireur d’élite, Héros de l’Union Soviétique. Étudiante, en 1937, tireur d’élite dans les premières années de la guerre, diplomate à partir de 1942, elle fut chargée, au sein d’une délégation soviétique envoyée aux États-Unis, de convaincre les Américains d’ouvrir le Second Front.

Vivre son amour sous le feu continu de l’ennemi, être amie avec Eleanor Roosevelt, faire aux États-Unis une intervention, devenue célèbre et qui a influencé l’ouverture du Second Front, la soif de vivre et la peur de perdre l’homme qu’elle aime – est-ce qu’une femme fragile pourra assumer tout ça ? Pour les soldats de l’Armée rouge Ludmilla Pavlitchenko était un exemple à suivre, tandis que les ennemis avaient lancé contre elle une véritable chasse à l’homme. Elle avait vu la mort et les souffrances, sur des champs de bataille, mais une bien plus grande épreuve l’attendait : son amour emporté par la guerre.

Prix du Meilleur rôle féminin (Y.Peressild) au 5e Festival International du film de Pékin, en 2015.

Sergueï Mokritski Réalisateur, caméraman. Diplômé de la faculté des caméramans du VGIK (Atelier d’A. Galpérine). Caméraman de plus de 30 films de fiction et documentaires, notamment « Jouer les victimes » (réal. Kirill Serebrennikov), « Parallèles vocales » (réal. Roustam Khamdamov). A débuté comme réalisateur avec le long-métrage « Les Quatre âges de l’amour » (2008). Le public de la Semaine du cinéma russe le connaît également grâce à son film « La Journée d’un prof ».

« LA PROF » d’A.Pétroukhine – 134’

Capture d’écran 2015-10-21 à 10.56.22

Scénario : Ekaterina Asmous, Alexeï A. Pétroukhine Distribution : Irina Kouptchenko, Roza Khaïroullina, Anna Tchourina, Andreï Merzlikine, Alissa Grebenchtchikova, Alexeï Ogourtsov, Olga Egorova, Rouslan Kalimoulline, Alexeï Loukine, Anastassia Ponomariova Images : Ilya Kondratiev Décors : Alla Savina Musique : Alexandre Bakhaus Producteurs : Alexeï A. Pétroukhine, Piotr Tcherenkov Produit par Start Film Group, Russian Film Group, Arcada Entertainment

Un coup de feu résonne dans le silence des couloirs d’une école. Poussée à bout, une prof d’histoire prend toute une classe en otage. Mais bientôt la situation change radicalement et c’est la prof qui est prise en otage… Alors qu’un dénouement s’annonce, les forces spéciales entrent en jeu. Il ne reste donc que quelques minutes aux élèves de cette classe pour recevoir la leçon la plus précieuse de leur vie …

Grand-Prix et Prix des spectateurs « Barque d’Or » au 23e Festival du cinéma russe « Fenêtre sur l’Europe », à Vyborg, en 2015.

Alexeï A. Pétroukhine Producteur, réalisateur, acteur, scénariste. Diplômé de l’Académie d’État de Culture Physique (« Économie et gestion du sport »), de l’Université du Ministère de l’Intérieur (Moscou). Est dans le business cinématographique depuis 2002. A fondé la Société de production « Russian Film Group » (RFG jusqu’en 2008). A participé à la réalisation du film « Shoes », nominé aux Oscars en 2013. A produit le film russe qui a fait le plus d’entrées en 2014 – « Viï 3D ». Le film expérimental « Être ou ne pas être » (2011), primé à des festivals, est son début de réalisateur. « La Prof » est son deuxième long-métrage.

« LE CARROSSE VERT » d’O. Assadouline – 94’

Capture d’écran 2015-10-21 à 11.00.35

Scénario : Artiom Vitkine Distribution : Andreï Merzlikine, Victoria Issakova, Sergueï Youchkévitch, Vladimir Menchov, Ania Tchipovskaïa, Alexandre Mitchkov, Yan Tsapnik, Evguenia Malakhova, Dimitri Astrakhan, Andreï Leonov, Dimitri Smirnov, Xénia Entélis, Victoria Klinkova, Igor Vernik, Anastassia Podkaminskaïa, Ivan Chmakov Images : Andreï Ivanov Décors : Olga Tsyba Musique : Evgueni Roudine, DJ Groove Producteurs : Renat Davletiarov, Andreï Alkema, Grigori Podzemelny, Vitali Maly, Constantin Vitkine, Artiom Vitkine, Anastassia Belskaïa Produit par Propeller Production, Revolutsia Film, Real-Dakota, Artistocrate avec le soutien du Ministère de la Culture de Russie

Autrefois, ils étaient les meilleurs amis au monde et aimaient chanter en jouant de la guitare. De tout leur groupe, le destin a été bienveillant uniquement à Vadim Raïevski. Il est devenu un réalisateur célèbre, on le reconnaît dans la rue, les journalistes l’assaillent, il est entouré de femmes. Il a tous les attributs d’une vie réussie : une belle voiture, une maison. Le dernier film de Vadim est nominé aux Oscar. Mais, soudain, le destin lui porte un coup cruel – le héros perd un être proche. Ne croyant pas à la nature accidentelle de la tragédie, Vadim veut tout élucider et trouver les coupables. L’enquête qu’il mène débouche sur des résultats auxquels il ne s’attendait pas…

Film de clôture du 26 Festival national du film « Kinotaure-2015 », à Sotchi.

Oleg Assadouline Réalisateur, producteur. A fait des études à l’École d’Art et d’Industrie de Saint-Pétersbourg, puis à l’Académie des Beaux-arts de Berlin (chaire du cinéma expérimental et de l’art vidéo). Parallèlement a travaillé en tant que décorateur de film. A tourné 2 documentaires. Diplômé de l’École du cinéma et de la télévision de Berlin (2007), a travaillé en Allemagne pour, ensuite, poursuivre une carrière de réalisateur à Moscou.

« LE TERRITOIRE » d’A. Melnik – 157’

Capture d’écran 2015-10-21 à 11.08.09

Distribution : Constantin Lavronenko, Constantin Chelestoun, Egor Beroïev, Grigori Dobryguine, Constantin Balakirev, Andreï Nazimov, Oleg Sokolov, Victor Jalsanov, Guerassim Vassiliev, Dimitri Charakoïs, Vladislav Abachine, Evgueni Tsyganov, Xenia Koutepova, Piotr Fiodorov, Olga Krasko, Tamara Oboutova Images : Igor Griniakine Décors : Édouard Guizatoulline costumes : Goulia Beïchenova Musique : Tuomas Kantelinen Producteur : Anton Melnik Produit par la Société de production « Andreevski flag » Droits internationaux : ANTIPODE Sales& Distribution http://antipode-sales.biz

Selon la prose éponyme d’Oleg Kouvaïev sur les géologues-prospecteurs. Le roman-culte des années 1970 a été adapté pour le cinéma par un réalisateur ayant une formation d’hydrologue et une expérience de travail dans le Grand Nord. Le film a été tourné durant un an et demi, notamment au-delà du Cercle Polaire, sur plateau de Poutorana et en Tchoukotka. Années 1950. Une cité de géologues se dresse, au bord de l’Océan Arctique, au centre du Territoire. Après la guerre, le pays a besoin d’or, mais le Territoire ne fournit toujours que de l’étain. Un ordre arrive de la ville enjoignant de fermer le Service géologique. Mais le légendaire Boudha, le maître du Territoire Ilya Tchinkov, est persuadé que, là-bas, l’or existe. Il se charge de le trouver au cours d’une campagne de prospection. Pour gagner ce pari, il lui faut des gens qui croiront au Territoire comme lui-même y croit.

Alexandre Melnik Réalisateur, scénariste. Diplômé de l’Institut hydrométéorologique d’Odessa. A créé, à Moscou, les éditions « Andreevski flag » et la fondation d’Andreï le Protoklite, a fondé la société de production « Andreevski flag ». En 2008, a débuté en tant de réalisateur avec le long-métrage de fiction « Terre nouvelle » (Prix du festival national « Kinotaure »). « Le Territoire » est son second film.

« LES MOUETTES » d’Ella Manjeeva – 87’

Capture d’écran 2015-10-21 à 11.51.51

Distribution : Evguenia Mandjieva, Sergueï Adianov, Evgueni Sangadjiev, Lioubov Oubouchieva, Images : Alexandre Kouznetsov Musique : Anton Silaev Producteurs : Elena Glickman, Yaroslav Jivov Produit par la société de production « Telesto » avec le soutien du Ministère de la Culture de la Fédération de Russie Droits Internationaux : ANTIPODE Sales&Distribution, www.antipode-sales.biz

Film fable tourné, pour la première fois depuis 30 ans, par une réalisatrice kalmouke, en langue kalmouke et sur le territoire de la Kalmoukie.

Femme de pêcheur, Elsa habite, en Kalmoukie, dans une ville du littoral. Elle veut quitter son mari, mais n’ose pas le faire, car elle ne sait pas ce qui l’attend. Pourtant, un jour, son mari meurt brusquement. Et sa mort contraint Elsa à analyser et à revoir ses jugements sur la vie, le bonheur, la liberté…

Sélection officielle de la 65e Berlinale et du 26e Festival National du cinéma « Kinotaure », à Sotchi, en 2015.

p11527

Ella Manjeeva Réalisatrice. Diplômée de l’Université du Cinéma et de la Télévision de St-Pétersbourg (option : ingénieur du son) et des Cours supérieurs des scénaristes et réalisateurs (Atelier de V.Khotinenko, P.Finn, V.Fentchenko), elle travaille d’abord en tant qu’ingénieur du son, puis réalise des documents et des courts-métrages de fiction. Le film « Les Mouettes » est son début de réalisatrice de long-métrage.

« ORLÉANS » d’A.Prochkine – 110’

Capture d’écran 2015-10-21 à 11.16.09

Scénario : Youri Arabov Distribution : Elena Liadova, Victor Soukhoroukov, Vitali Khaev, Oleg Yagodine, Pavel Tabakov, Timofeï Tribountsev Images : Youri Raïski Décors : Youri Karassik musique : Alexeï Aïgui, The Tiger Lillies (OST) Producteurs : Igor Michine, Natalia Gostiouchina Produit par la Société de production CTN-Film, Aprel-Mig Pictures Distribué par CentralPartnership http://centpart.ru

Après le film « La Horde », c’est la deuxième réalisation commune du réalisateur Andreï Prochkine et du scénariste Youri Arabov.

L’apparition, dans un bled provincial portant bizarrement le nom d’Orléans, d’un monsieur étrange se disant être un exécuteur, fait l’effet d’une bombe. De manière très excentrique il ouvre les yeux aux habitants sur les « squelettes dans leurs placards » et promet des tourments éternels de leur vivant. Désormais, la vie de la belle coiffeuse Lida, du chirurgien de l’hôpital local Rudik et du juge d’instruction Nevoline ne sera plus jamais comme avant.L’exécuteur est omniprésent et en plus, il s’avère absolument indispensable…

Prix « St-Georges d’Argent » (Elena Liadova, meilleur rôle féminin) au 37e Festival international du film de Moscou, en 2015.

Andreï Prochkine Réalisateur. Diplômé de la faculté de journalisme de l’Université de Moscou et des Cours supérieurs des scénaristes et réalisateurs (Atelier de M. Khoutsiev), il débute, en 2002, avec le long-métrage « Spartak et Kalachnikov » qui reçoit de nombreux prix, notamment « L’Aigle d’or » (meilleur début de réalisateur). Sa filmographie inclut des films comme « Jeux de papillons » (2004), « Le Décaméron des soldats » (2005), « Le Jus d’orange » (2010), « La Horde » (2012) qui obtient le Prix « StGeorges d’Argent » (meilleur réalisateur) au Festival international du film de Moscou. Président de « KinoSoyouz ».

« 14 + » d’A.Zaïtsev – 106’

Capture d’écran 2015-10-21 à 11.21.01

Distribution : Gleb Kalioujny, Ouliana Vaskovitch, Olga Ozollapinia, Alexeï Filimonov, Dimitri Barinov, Xenia Pakhomova, Daniil Pikoula, Elizaveta Makedonskaïa Images : Kirill Bobrov, Shandor Berkesi Décors : Olga Khlebnikova Costumes : Alana Snetkova Producteurs : Olga Granina, Andreï Zaïtsev Produit par les Studios « Sentiabr » Distribué par CentralPartnership http://centpart.ru

Histoire moderne de Roméo et Juliette. Les deux adolescents vivent dans les réseaux sociaux et dans la rue qui leur dicte des codes implacables que les amoureux refusent de suivre. Il leur faudra surmonter beaucoup d’obstacles pour être ensemble. Leurs écoles respectives se sont déclarées la guerre, si bien que l’amour des deux personnages est considéré comme une trahison de leurs quartiers et de leurs groupes de copains. Ils se heurteront également à l’indisposition de leurs parents à admettre qu’un adolescent puisse faire son propre choix. Le véritable amour peut tout vaincre : les complexes, la peur d’être rejeté…

Compétition officielle (Generation 14plus) de la 65e Berlinale, 2015.

Andreï Zaïtsev Réalisateur de documentaires et de films de fiction. Diplômé de la faculté de journalisme de l’Université de Moscou et des Cours supérieurs de scénaristes et réalisateurs (Atelier d’A. Mitta). Lauréat à deux reprises du Prix national « Aigle d’or » pour le montage du film de Nikita Mikhalkov « 12 » (2007) et du documentaire « Victor Astafiev, le joyeux soldat » (2010). Fondateur des studios « Sentiabr ». Ce film est le second long-métrage du réalisateur.

« LE BONHEUR C’EST…» Film-almanach, 2015– 115’

Scénario : Alexeï Kharitonov, Marietta Zakharian, Alexandre Borodianski, Tatiana Goulina, Marina Elatomtseva, Elizaveta Troussevitch, Tatiana Zagadaï Réalisation : Artiom Prokhorov, Leonid Zalesski, Anna Yanovskaïa, Tatiana Goulina, Victoria Kozeltseva, Tatiana Ponomariova, Sergueï Bourov Distribution : Egor Beroïev, Andreï Merzlikine, Boris Chtcherbakov, Valéry Garkaline, Vladimir Grammatikov, Sergueï Pousképalis, Stanislav Doujnikov, Svetlana Ivanova, Pavel Priloutchny, Pavel Tabakov, Vassili Rakcha, Anna Potebnia, Fiodor Bavtrikov, Evguenia Dmitrieva, Galina Zviaguintseva, Sergueï Lavyguine, Pavel Lioubimtsev, Roman Nabatov, Anastassia Panina, Daria Petritchenko, Alexandre Petrov, Dimitri Savkine, Youlia Khlynina Produit par les Studios « Disney »

Ce film-almanach composé de sept récits sur le bonheur est le résultat d’un concours national organisé par les studios pour les jeunes cinéastes. D’éminents cinéastes russes ont fait partie du jury du projet : Vladimir Grammatikov, Alexandre Borodianski, Pavel Lounguine, Sergueï Oursouliak, Alexeï Outchitel, Vladimir Khotinenko, Pavel Tchoukhraï, Véra Soumenova.

« Le Bonheur à portée de main » relate comment l’achat d’un vélo a donné au personnage du film la chance de rencontrer l’amour. Le court-métrage « Bon voyage » est l’histoire de deux sœurs qui, avec le temps, se sont éloignées l’une de l’autre, et seul un tragique accident leur fait véritablement apprécier leurs liens familiaux. « La Princesse du cirque » raconte comment le choix d’un prénom pour une petite fille, née dans une famille d’artistes de cirque, se transforme en kaléidoscope de récits émouvants. Le sujet de « L’Aventure commence » est basé sur les paradoxes de l’ère numérique et les opportunités que l’on découvre, quand on est privé des outils de communication électroniques. Le personnage du récit « Le Dernier point » est un homme d’affaires qui croit avoir réussi sa vie. « Tous deux ensembles » parle de la rencontre de deux personnes totalement différentes, tandis que « Le Cupidon de 1ère classe » raconte l’histoire d’un ange, victime d’un amour sans réciprocité.

LA PATRIE” de P. Bouslov – 180’

Capture d’écran 2015-10-21 à 11.27.13

Scénario : Andreï Migatchev, Alexeï Chipenko, Piotr Bouslov Distribution : Andreï Smoliakov, Piotr Fiodorov, Lioubov Novikova, Pavel Lytchnikov, Ekaterina Volkova, Sergueï Badiouk, Andreï Merzlikine, Kirill Kiaro, Alexandre Robak, Maxime Lagachkine Images : Fiodor Liass Décors : Valentin Guidoulianov Musique : Alexandre Simonenko Producteurs : Sergueï Selianov, Piotr Bouslov, Sergueï Yakhontov Produit par la Société de production STV, « Aktiabr film » Distribution : Société de production « Naché kino »

Pour réaliser ce film, le cinéaste a dû se fondre dans la communauté de Goa et devenir un Goapeople. Le tournage a duré 2 mois et demi en Inde et quelques jours à Moscou.

Ici, les nuits sont aveuglantes de lumière grâce aux feux des raves, les journées sont bercées par le bruit des vagues, le sable ressemble à l’or, l’argent n’est que du papier. Vis et ne t’en fais pas. Et avec un peu de chance, tu verras Dieu. C’est l’Inde, Goa, où les gens du monde entier viennent pour se trouver ou se perdre. Ève, la fille d’un riche Russe, se retrouve ici bien malgré elle – son père a piqué une crise et, une nuit, il l’a débarquée de son avion privé, sur le premier terrain d’atterrissage. Quand le père s’est ravisé, la jeune fille s’était déjà laissée embarquer dans un labyrinthe de destins. Il y a Makar, un gars de Novossibirsk, en quête avide d’illumination – il ne lui reste qu’une journée avant la fin de ses congés. Il y a Alexeï et Christine qui font leurs adieux au bonheur familial, tandis que les deux bouffons à moto Dima et Lionia éprouvent la solidité de ce monde. Il y a le Gourou (mais il ne faut surtout pas l’appeler comme ça !) Cosmos qui donne des substances réduisant à un seul clic la voie vers une autre réalité. Il y a différents destins et des gens différents, mais ils n’ont tous qu’une Patrie. Qu’il est facile de ne pas aimer, quand elle est là, à côté.

Sélection officielle du programme « Projection spéciale » du 26e Festival national du cinéma « Kinotaure », à Sotchi, en 2015.

Piotr Bouslov Acteur, réalisateur. Diplômé de la faculté de réalisation du VGIK (d’abord atelier de K. Chakhnazarov, puis atelier de V. Abdrachitov). En 2e année, il a réalisé en collaboration avec le caméraman Daniil Gourévitch son film d’étudiant « Le Dur labeur des vieilles Parques ». En 2003, il a débuté en tant que réalisateur de longs métrages avec le film « La Béhème » qui est également son film d’étudiant et pour lequel il a reçu le Prix « Nika » (Meilleur réalisateur). La suite, «La Béhème-2» est sorti sur les écrans en 2006. Le film « Vyssotski. Merci d’être vivant » (2011) qui a reçu le prix « Aigle d’Or » et « Nika », est un des leaders du box-office russe.

DOCUMENTAIRE

CES VEINARDS DES ANNÉES 60” de Galina Dolmatovskaïa Documentaire, 2012, 88 min.

Capture d’écran 2015-10-21 à 11.34.52

Images : Pavel Koulakov, Youri Sobolkov, Victor Dobronitski Musique : Alexeï Kozlov Producteurs : Mira Todorovskaïa, Igor Kabichtchev Produit par les Studios « Mirabel » Dans le cadre de l’Année de la Littérature en Russie.

Le film de Galina Dolmatovskaïa, qui inclut des images documentaires très rares et qui a été réalisé par l’auteur durant 12 ans, est un regard sentimental sur cette génération presque disparue, mais non perdue. La réalisatrice s’est adressée et a « cité » dans son film les archives personnelles des « soixantards » Vassili Axionov, Robert Rojdestvenski, Evgueni Evtouchenko. Les personnages de cette époque du « dégel » apparaissent, jusqu’à présent, dans des romans, des poésies et des traités philosophiques avec leurs traits contradictoires : admiration et condamnation, indulgence, voire même mépris. Alla Demidova, Evgueni Evtouchenko, Alexeï Kozlov, Elena Kambourova, Vladimir Voïnovitch, Boris Messerer, Vadim Abdrachytov parlent de cette époque de tous les espoirs. Diplôme spécial de la Guilde des réalisateurs de Russie au 18e Festival International du film des droits de l’homme « Stalker », à Moscou.

Galina Dolmatovskaïa Écrivaine, réalisatrice, critique de cinéma. Diplômée de la faculté de journalisme de l’Université de Moscou (MGU). Débute à la revue « Literatournaïa gazeta ». Depuis 1974, travaille pour l’Institut de recherche du cinéma. Docteur en arts, professeur. Lauréat du Prix de Moscou. Auteur de livres, dont « La France parle d’elle-même », « Rod Steiger », « Remarques sur le passé », « Pages du calendrier lunaire ». A réalisé, d’après ses propres scénarios, des documentaires dont « Viens dans la rue des Trois étangs… » (1992), « Au bout du monde » (1995), « Ivan Mosjoukhine, ou L’Enfant du carnaval » (1998), « La femme au Mausolée » (2002), « Ilya Ilf – double exposition », « Sans entracte » (2007), « Les Veinards des années 60 » (2012), etc. Lauréate de festivals du cinéma.

FILM D’ANIMATION

“ENFANCE ET CINÉMA“.

HISTOIRES SUR MOI ”  Sélection de dessins animés, 2014, 48 min.,

Capture d’écran 2015-10-21 à 11.49.36

3+ Scénario et réalisation : Natalia Malguina, Natalia Beriozovaïa, Alexei Zaitsev, Anastassia Jouravliova, Aliona Oyatieva, Maria Sosnina, Sergueï Antonov, Anna Kaline, Maria Stepanova, Olga Sivakova-Vassina, Tatiana Kournaeva Histoires captivantes et amusantes, créées par des réalisateurs du fameux studio de dessins animés de l’ « École-Studio » Globe , d’après d’illustres œuvres littéraires pour enfants. L’« Histoire sur moi », d’après le récit de Xénia Dragounskaïa, raconte comme il est difficile d’être un rouquin, surtout pour un enfant. Mais c’est pourtant, pendant l’enfance, qu’on se fait de véritables amis et que nous arrive les aventures les plus invraisemblables et de vrais miracles. « La Promenade de Zina », d’après le poème de Zinaïda Guippius, parle des relations entre enfants et adultes, dans la cour d’une maison, au début du 20e siècle. « Histoire d’animaux et d’hommes » est une fable qui affirme que les animaux ont aussi des défenseurs et que, si les hommes n’apprennent pas à vivre en harmonie avec le règne animal qui les entoure, un jour il pourrait bien disparaître. « Attention à l’ouverture des portes » montre une journée de la vie d’un métro de poche. « Une dangereuse promenade », d’après le poème de Daniil Kharms, apprendra aux petits spectateurs à éviter les dangers qui les guettent pendant les promenades. Dans l’histoire « Le Combat naval », d’après le poème de Boris Zakhoder, de sérieuses batailles ont lieu, pendant un cours ordinaire, à l’école. « Les Deux princesses » est un récit féérique sur une princesse ensorcelée, d’après le conte populaire anglais « Kate casse-noisettes ». « Le Violoncelle » relate comment une aventure arrivée à un petit garçon, l’a aidé à apprendre à jouer du violoncelle et à aimer la musique. Studio de dessins animés de l’« École-Studio » Globe Fondé en 1993 par les célèbres réalisateurs de dessins animés Fiodor Khitrouk, Édouard Nazarov, Youri Norstein, Andreï Khrjanovski, le studio a formé, au cours de ces années d’activités, toute une pléiade de jeunes réalisateurs et a produit plus de 70 films. Les dessins animés de l’École-studio se sont vus décerner de nombreux prix de festivals nationaux et internationaux et ont été nominés à des prix prestigieux.

Capture d’écran 2015-10-21 à 09.58.07

L’Arlequin : 76 Rue de Rennes, 75006

Majestic Passy : 18 Rue de Passy, 75016, séance : 12 novembre 2015

Reflet Médicis : 3/7 Rue Champollion, 75005, séances: 13 et 14 novembre 2015

Renseignements: Tel : 01 45 44 28 80 – E-mail : arlequin@lesecransdeparis.fr

TARIFS : 7€ la place – 6€ étudiant – 5,50€ lycéen – 4€ enfant – 40€ le pass 10 séances (sauf soirée d’ouverture)

11
Nov

Chœur du monastère Vyssooko- Petrovsky de Moscou à Paris

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Concerts les mardi 1er, dimanche 6 et samedi 12  Décembre

à l’Église St Louis en l’Île

et

jeudi 10 décembre

à l’Église St Germain des Prés

Capture d’écran 2015-11-11 à 17.16.53

Se-recueillir-au-Monastère-Vyssoko-Petrovski

Exemple de l’architecture baroque à Moscou, le Monastère Vyssoko-Petrovsky de Moscou a été construit à la fin du XVIIe siècle par la famille Narichkine, parente du Tsar Pierre Le Grand. L’Eglise de la Vierge de Bogolioubovo a été édifiée en mémoire de la révolte des Streltsy durant laquelle de nombreux parents de Pierre Le Grand furent tués. L’Eglise Saint-Serge fut construite en 1690 en témoignage de la victoire de Pierre sur sa rivale Sofia. Le Monastère fut fermé après 1917. Il célèbrera son 700ème anniversaire en 2017.
Les services religieux ont repris en l’Eglise Saint-Serge en 1992 et le Monastère est devenu une résidence du Patriarche de Moscou et de toute la Russie, Sa Sainteté Alexis II.

Le Chœur du monastère Vyssoko- Petrovsky de Moscou vous propose cette tradition à travers les chants des grandes fêtes de l’Eglise Russe et aussi ceux de la liturgie ordinaire, tels que peuvent les entendre les fidèles se rendant aux offices en Russie aujourd’hui, avec un haut niveau d’exécution musicale et une grande vérité d’interprétation.
IMG_2029

Comme pour les concerts du Chœur Moskova, ceux du  Chœur du monastère Vyssoko- Petrovsky de Moscou sont généralement bâtis autour de thèmes qui sont illustrés par des chants de différentes époques afin de montrer au public les aspects très variés du chant orthodoxe russe dont la forme s’est modifiée tout au long de l’histoire de la Russie faite de cassures, de conflits et d’influence diverses.
C’est donc toute la diversité et la richesse de l’expression orthodoxe qui intéressent et passionnent Pavel SOUTCHKOV et ses chanteurs : le chant orthodoxe ancien – les œuvres des compositeurs soumis à la forte influence occidentale (polonaise, allemande, italienne) période de l’apparition d’une musique d’église « officielle » sous l’autorité de l’Etat à travers la Chapelle Impériale de Saint-Pétersbourg – les chefs-d’œuvre de l’Ecole de Moscou et le retour à un chant plus authentiquement russe – les chants de la liturgie usuelle et festive, à travers la tradition monastique – le travail des compositeurs d’aujourd’hui désirant renouer avec la tradition du chant ancien.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Eglise_saint_louis_en_l'ile

L’Église Saint-Louis-en-l’Île est une église française située dans l’actuel 4° arrondissement de Paris, sur l’île Saint Louis. L’église se trouve à l’intersection de la  rue de Saint Louis-en-l’île  et de la rue Poulletier. Cet édifice a été construit en plusieurs étapes de 1624 à 1726. Son saint patron est Saint Louis de France qui régna sous le nom de Louis IX.

Capture d’écran 2015-11-11 à 17.36.47

IMG_2023

Eglise Saint Louis en l’Ile

19 rue Saint-Louis en l’Ile 75004 Paris
Métro : Pont Marie
Accès : M° Pont Marie, ligne 7 / Bus 67

Réservation: 01 44 61 00 55

ParSGDP01

Église Saint Germain des Prés.

Avant l’abbatiale de Saint-Denis et jusqu’au roi Dagobert, l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés était la nécropole royale des rois mérovingiens (VIe et VIIe siècles). De nombreux rois de la première dynastie et leurs épouses y furent inhumés. Il y avait là une basilique et un monastère qui furent dédiés à saint Germain vers 754, en mémoire de l’évêque de Paris.
L’abbaye est détruite par les Normands à la fin du IXe siècle, réédifiée à la fin du Xe. Les bâtiments monastiques sont reconstruits au début du XIIIe siècle. Jusqu’au XVIIIe siècle, l’abbaye est un centre spirituel, intellectuel et artistique, célèbre pour ses moines copistes. À la Révolution, l’abbaye est dissoute. Les bâtiments servent de raffinerie de salpêtre, ce qui cause des dégâts considérables. Elle est rendue au culte en 1803. Au XIXe siècle, des restaurations sont entreprises par les architectes Godde et Baltard. C’est avec Baltard que l’église s’orne de nombreuses fresques et de tableaux.
Malgré les transformations au fil du temps, Saint-Germain-des-Prés a gardé les éléments d’origine qui lui confèrent un aspect roman indéniable. C’est l’une des rares églises de Paris à pouvoir se rattacher au style roman.

Église Saint Germain des Prés

3 Place Saint-Germain des Prés, 75006 Paris
Métro: Saint Germain des Prés.

Réservation: 01 44 61 00 55

11
Nov

Chœur du monastére Vyssoko-Petrovsky en tournée en France

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

CHŒUR du MONASTÉRE VYSSOKO-PETROVSKY  de MOSCOU

“Un Noël Russe”

Liturgie et chœurs orthodoxes de Noël.

Chants traditionnels de Noël et chants populaires russes.

Vyssoko2R

 

Figure importante du monde choral moscovite, Pavel SOUTCHKOV, lui-même baryton soliste, dirige le CHŒUR du MONASTERE VYSSOKO-PETROVSKY de MOSCOU. Il met à la disposition de cet ensemble toute son expérience acquise au fil des années, notamment au sein du Chœur du Monastère de Novospassky et du Chœur Sirine de Moscou, pour présenter à la fois les chants orthodoxes russes écrits par les grands compositeurs mais également de nombreux chants issus de la tradition monastique et des chants traditionnels et populaires russes.

Pour cette nouvelle tournée en France, les grandes voix d’hommes du CHŒUR du MONASTERE VYSSOKO-PETROVSKY de MOSCOU nous proposent la tradition vocale russe de Noël avec un haut niveau d’exécution musicale et une grande vérité d’interprétation.

La diversité et la richesse de l’expression vocale russe passionnent Pavel SOUTCHKOV et ses chanteurs.

C’est pourquoi figurent dans ce programme de Noël les chants de l’Eglise Russe à travers les extraits de la liturgie et les chœurs orthodoxes mais également les chants traditionnels et populaires.

Des chants très nostalgiques ou plein d’énergie et qui reflètent, tout comme les chants religieux, la poésie, la spiritualité et la joie de la Nativité, dans toute la richesse de l’âme russe.

 

GUEBWILLER (68) Vendredi 4 décembre à 20h

photos_12954453040351

Eglise Saint-Léger 2 Place St-Léger

Prix des places : 16 €. 12 €. (Tarif réduit)

Office de Tourisme 71 rue de la République 68500 Guebwiller Tél. : 03 89 76 10 63

Fnac – Carrefour – Géant et 08 92 68 36 22 (0,34 € TTC/mn.) www.fnac.com

STRASBOURG (67) 3 concerts Samedi 5 décembre à 20h et Mardis 8 et 15 décembre 20h

strasbourg_temple_neuf_1

Temple neuf Place du Temple Neuf 67000 Strasbourg

En collaboration avec RHIN-VOLGA

Prix des places : 19 €. 14 €. (Tarif Réduit)

Information et rés. la Toison d’Art Tél : 01 44 62 00 55

Fnac – Carrefour – Géant Tél. 0892 68 36 22 (0,34 € TTC/mn)

METZ (57) Mercredi 9 décembre 20h30

gr_eglise_immaculee_conception

Église de l’Immaculée Conception, 47 rue des Trois Evêchés. METZ-QUEULEU (57070)

En collaboration avec LES AMIS DE LA RUSSIE et LORRAINE RUSSIE

Prix des places : 16 €. 9 €. (Réduit)

Vente des billets : Office de Tourisme 2 Place d’Armes 57000 Metz 03 87 55 53 76

et Fnac – Carrefour – Géant Tél. 0892 68 36 22 (0,34 € TTC/mn) www.fnac.com

A l’entrée de l’Eglise dès 19h le jour du concert.

NANCY (54) Dimanche 13 décembre 16h

basiliq Nancy

Basilique du Sacré Coeur,57 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny 54000 Nancy.

Prix des places : 19 €. 14 €. (tarif réduit)

En collaboration avec LORRAINE RUSSIE

NANCY TOURISME Place Stanislas 54000 Nancy Tél. : 03 83 35 22 41

Fnac – Carrefour – Géant. Tél. 0892 68 36 22 (0,34 € TTC/mn) www.fnac.com

Auchan – Leclerc  – Auchan. Tél. 0892 390 100 (0,34 € TTC/mn) www.ticketmaster.fr

VOIRON (38) Mercredi 16 décembre à 20h30.

Capture d’écran 2015-11-11 à 16.41.01

Eglise Saint-Pierre. rue Sermorens. VOIRON (38500)

Prix des places : 16 €. 9 €. (Tarif réduit)

Office du Pays Voironnais 30, Cours Becquart Castelbon Tél. : 04 76 05 00 38

ANNECY (74) Jeudi 17 décembre 18h

Annecy_Saint-Francois_2

Eglise St-François de Sales

(Eglise des Italiens) Place Saint-François de Sales

Mardi 22 décembre  18h

cathedrale-saint-pierre

Cathédrale Saint-Pierre, Rue Jean-Jacques Rousseau.

Prix des places :19 €. 14 €. (Tarif réduit)

Office de Tourisme du lac d’Annecy Tél. : 04 50 45 00 33

Fnac – Carrefour – Géant Tél. 0892 68 36 22 (0,34 € TTC/mn) www.fnac.com

CIBOURE (64) Dimanche 20 décembre à 16h

280px-Ciboure_(Pyr-Atl,_Fr)_St.Vincent,extérieur_part_2

Eglise St Vincent

Avec la participation du Chœur d’Hommes Basque Aizkoa

Prix des places : 14 €. 9 €. (Tarif réduit)

MONTPELLIER (34) Lundi 21 décembre 2015 à 20h

Eglise_Saint-Roch

 Sanctuaire Saint-RochPlace Saint-Roch 34000 Montpellier

Prix des places : 16 € – 9 € (Réduit)

Office de Tourisme 30 Allée Jean de Lattre de Tassigny 34000 Montpellier Tél. : 04 67 60 60 60

Fnac – Carrefour – Géant Tél. 0892 68 36 22 (0,34 € TTC/mn) www.fnac.com

GERARDMER (88) Lundi 28 décembre  à 20h30

88196_2_photo1_g

Église Saint-Barthélémy

Prix des places : 16 €. 12 €. 9 € (Tarif réduit)

En collaboration avec LORRAINE RUSSIE

Association des concerts Saint Barthélémy Tél. : 03 29 60 05 82 et 06 07 65 30 70

BOURG SAINT-MAURICE (73) Mardi 29 décembre à 20h30

Capture d’écran 2015-11-11 à 16.59.40

Église de Bourg St-Maurice

Prix des places : 19 €. 16 €. 12 €. (Tarif réduit)

Office de Tourisme Place de la Gare 73700 Bourg Saint-Maurice Tél. : 04 79 07 12 57

MORZINE (74) Mercredi  30 décembre 17h30

dsc_839

Église Sainte-Marie Madeleine Place de l’Eglise 74110 Morzine.

Prix des places : 19 €. 14 € (tarif réduit)

Vente des billets : Office de Tourisme 26 Place du Baraty 74110 Morzine Tél. : 04 50 74 72 72

11
Nov

“Douce” Théâtre Toursky à Marseille

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

 

Douce_Toursky_Recto

Artistes : Thomas Metge, Polina Komarova   
Metteur en scène : Amvrosiy Svertlogorskiy    

Spectacle franco-russe, un théâtre d’incarnation et d’action. Sa portée est essentielle : l’amour de l’autre.

Avec Dostoïevski, c’est l’immersion dans une situation dramatique, avec un climat, dans une véritable catharsis.
C’est l’action et la pensée en temps réels, où les personnages se retrouvent transformés, depuis une situation de crise intérieure jusqu’au calme lumineux.C’est ici le théâtre russe de Stanislavski, avec sa sincérité, son dénuement et la ” vie sur scène “. En dépit d’un ” quatrième mur “, le regard du public y est en fait fondamental, dans une mise à nue brutale de sentiments profonds, qui résonne longtemps encore après le final…

Ce spectacle a été créé à Saint Pétersbourg, avec une équipe franco-russe ; il est joué en français.

Théâtre Toursky

16 Passage Léo Ferré

13003 Marseille
Métro : National
Réservation en ligne : (CLIQUEZ)
9
Nov

Mikhaïl Boulgakov à Nantes

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

Affiche-BOULGAKOV-

La nouvelle “Cœur de chien a été écrite pour le journal littéraire Les Entrailles (Niedra) en 1925, mais elle ne sera pas publiée alors car elle est jugée contre-révolutionnaire. Publiée à l’étranger, elle le sera pour la première fois en URSS dans le numéro 6 du journal l’Etendard (Znamia) en 1987.    La Russie soviétique bénéficie encore d’une relative liberté créatrice avant la nuit noire du stalinisme qui s’annonce. L’écrivain, bien qu’il tienne à rester en marge des courants littéraires, en profite de façon inespérée. En d’autres temps, le sujet de son roman lui aurait valu quelques années de goulag pour ne pas imaginer pire. Que l’on en juge !

12241344_1615096262087675_6638058913108931511_n

Un illustre professeur, spécialisé dans le rajeunissement des êtres humains, tente une expérience sur un brave chien ramassé dans les rues de Moscou. Il lui greffe l’hypophyse d’un individu qui vient de mourir. Résultat inattendu : l’animal se métamorphose en un petit homme ivrogne, grossier et méchant. L’explication est simple : le ” donneur ” était un voyou alcoolique et sans scrupule. Et voilà notre professeur harcelé et poursuivi par des comités et des commissions étatiques et prolétariennes en tout genre, guidés et fanatisés par le chien devenu homme. Et pire, homme de parti ! Comme toujours chez Boulgakov, l’irrationnel, la dérision et la folie rejoignent une cauchemardesque réalité. L’écrivain demeure le plus grand et le plus lucide des chroniqueurs satiriques de cette époque totalitaire et tragique. “ Il est de ceux qui entreront dans l’histoire de la littérature “, écrivait Maxime Gorki à Romain Rolland.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Bułhakow

Mikhaïl Afanasievitch Boulgakov est né le 3 [15] mai, 1891 à Kiev, la capitale actuelle d’Ukraine. Il a grandi dans une famille de 7 enfants. Son père était professeur à l’Académie Théologique. Après avoir fini son école primaire au Gymnase local Boulgakov s’est inscrit à la Faculté de Médecine de l’Université du Saint-Vladimir à Kiev, où il a obtenu son diplôme en 1916. Avant cela, il avait fait connaissance à Tatiana Nikolaïevna Lappa (Tasia), avec qui il a regardé l’opéra Faust de Gounod au moins dix fois en 1912.  En 1913 il s’est marié avec elle.

Tatyana-Lappa-1910th

Tatiana Nikolaievna Lappa

Il a commencé à travailler à l’Hôpital Militaire et ensuite à l’hôpital Tchernovtsy, tous les deux à Kiev. Avec Tatiana dite Tasia il a déménagé à la campagne, à Smolensk, pour devenir un docteur local. Ses expériences là ont été décrites dans Carnets d’un jeune médecin.

En 1918 Boulgakov est revenu à Kiev, où différents partis luttaient l’un contre l’autre. Il a commencé à pratiquer la médecine à Andreïevski spousk n°13, dans une maison qu’il a abondamment décrit dans son roman La Garde Blanche. La maison est maintenant devenu le musée Boulgakov. En 1932, Boulgakov se marie pour la troisième fois à Yelena Shilovskaya, qui se révélera être sa muse pour le personnage de Margarita dans son roman le plus célèbre, commencé en 1928.

2qk7xjk

Yelena Sergueievna Shilovskaya

Au cours de la dernière décennie de sa vie, Boulgakov continué à travailler sur Le Maître et Marguerite, il écrit des pièces, des œuvres critiques, des histoires, et a fait plusieurs traductions et des dramatisations de romans, de livrets.

C’était à la fin de la Première Guerre mondiale, quand les nationalistes Ukrainiens, l’Armée Rouge (les bolcheviques) et l’Armée Blanche (les antibolcheviques) luttaient l’un à l’autre que Bulgakov a connu dix différents changements de pouvoir. À maintes reprises les gouvernements successifs ont mobilisé le jeune docteur dans leur service. En 1919 il a été mobilisé par l’Armée Blanche, de nouveau comme docteur militaire et ensuite il a été transféré au nord du Caucase. Là il est tombé sérieusement malade. Après cette maladie, en 1920, il a abandonné sa carrière de docteur pour celle d’auteur. Dans son autobiographie, Boulgakov se souvient comment il a commencé à écrire: Une fois en 1919  je voyageais la nuit en train et j’ai écrit un conte. Dans la ville où le train s’est arrêté, j’ai donné l’histoire à l’éditeur du journal qui l’a publié“. Ses premières pièces, Autodéfense et Les Frères Tourbine, ont été écrites à Vladikavkaz et ont été jouées dans le théatre local avec un grand succès.

Ses frères ont été exilés à Paris. Nikolai (1898-1966) est devenu un bactériologiste notoire, Ivan (1900-1968) est devenu, comme le stéréotype d’un émigrant russe Blanc, d’abord joueur de balalaïka et ensuite chauffeur de taxi. Mikhael Bulgakov n’a jamais quitté la Russie, il n’a jamais reçu les documents pour rendre visite à ses frères en France.

Boulgakov décéde deux semaines après qu’il ait dicté de nouvelles corrections pour Le Maître et Marguerite.

Pendant sa maladie, et jusqu’au début de mars, il reçoit la visite d’Annna Akhmatova et de  Nikolaï Liamine (clandestinement, car ils sont interdits de séjour à Moscou). Le 10 mars  à 16 h 39, il meurt à l’issue de plusieurs heures de souffrance. Deux jours plus tard, son corps est incinéré et ses cendres placées dans une urne au cimetière de Novodivitch à Moscou.

Bulgakow_Grab

8
Nov

Hommage à Alexey Begov à Boulogne Billancourt

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Hommage au peintre Alexey Begov (1954-2014)
du 6 au 25 novembre 2015.
Espace Landowski à Boulogne-Billancourt.

Capture d’écran 2015-11-08 à 17.14.00

Le Salon d’Automne de la Société des Beaux-Arts de Billancourt présente une cinquantaine d’artistes et rend un hommage à Alexey Begov avec une quinzaine de ses toiles. Peintre russe qui nous a quitté en 2014.

Alexis Begov

Alexey Sergueïevitch Begov (1951-1914)

Alexey Sergueïevitch Begov, peintre russe  né le 27 mars 1951 dans la ville Kozine Région de Kiev en Ukraine. Il a fait ses études de 1969 à 1972, à l’Académie d’Alma Atinsk de peinture dans l’atelier de G. P. Kabatchovo. Il vit en Ukraine de 1951 à 1961 puis au Kazakhstan de 1961-1974, au Kyrgyzstan de 1974 à 1978 de nouveau au Kazakhstan de 1978 à 1983, puis à Moscou jusqu’en 1998 et il arrive à Paris.

begov

Plus de renseignements sur Alexey Bekov (CLIQUEZ)

 

Espace Landowski

28, avenue André-Morizet, Boulogne-Billancourt.

Métro: Marcel-Sembat (ligne 9).

Entrée libre tous les jours de 8h à 21h.

3
Nov

Marché de Noël à l’ACER

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

 

12184965_10208284155285193_8516124662296617716_o

Retenez la date du samedi 28 novembre 2015 ! Marché de Noël de l’ACER-RUSSIE.
Vous pouvez nous envoyer ou nous apporter des cadeaux, objets russes, beaux livres, objets anciens qui assureront le succès de notre désormais traditionnel Marché de Noël! Merci à tous pour votre aide fidèle.

Sigle année russ Monaco

Concert exceptionnel

“Les virtuoses de Moscou”

Sous la direction de Vladimir Spivakov.

Samedi 21 novembre 2015 à 19h.

concert monaco

“Virtuoses de Moscou” est le plus célèbre Orchestre de chambre de Russie, en 2014 il a célébré son 35e anniversaire. Chaque année, l’équipe donne plus de 100 concerts à travers le monde, y compris la capitale culturelle internationale. Au cours des dernières années, l’orchestre a joué avec des musiciens de renom tels que Denis Matsuev, Vadim Repin, Pinchas Zukerman, Maxim Vengerov, Julian Rachlin, Mischa Maisky, Michel Legrand et d’autres.

Moscow Virtuosi. Bridge 2

L’orchestre interprtera sous la baguette de Vladimir Spivakov des œuvres de Tchaïkovski, L. Delibes, John. Verdi, Boccherini et Piazzolla.

Avec pour le plaisir du public, les solistes – lauréats de concours internationaux :

hqdefault

Alina Iarovaya (soprano, Grand Théâtre)

article_image_51865

Alexei Nekludov (théâtre de ténor “Novaya Opera”)

nikita

Nikita Vlassov (accordéon).

Programme:

Tchaïkovski. Valse de Sérénade pour cordes.
J. Rossini. Sonata No 3. L. Boccherini. Symphonie en ré mineur.
C. A. Bixio. Parlami d’amore, Mariù (Parlez-moi d’amour, Maria). L. Denza. Funiculì, Funiculà (sur la balançoire). Soliste – soliste “Novaya Opera” Alexey Nekludov (ténor)
John. Puccini. L’air de Lauretta de l’opéra “Gianni Schicchi”. L. Arditi. Baiser. Soliste – lauréat de concours internationaux Alina printemps (soprano)
F. Gould. Hymne à la beauté. E. Kannio. O surdato ‘Nnamurato (Les soldats Amant).
Soliste – Alexei L. Delibes Nekludov. . Chanson Espagnol
Soliste – Alina Printemps
J. Verdi. Violetta et Alfredo duos de l’opéra «La Traviata» («Parigi, o cara», «Brindisi»). Solistes – Alina et Alex Printemps Nekludov
A. Piazzolla. 3 Tango: Oblivion, Milonga, Angel. Soliste – lauréat de concours internationaux Nikita Vlassov (accordéon)

Renseignements sur Vladimir Spivakov (CLIQUEZ).

CCAM-Tissey1

 

CENTRE DE CONGRÉS AUDITORIUM RAINIER III

BOULEVARD LOUIS II 98000 MONACO 

Réservation: Billets Atrium Casino de Monte-Carlo en vente du 4 Novembre.
Horaire des guichets – du mardi au samedi 10h00-17:30

Tél.: (+377) 98 06 28 28

et sur ​​le site: www.montecarloticket.com

31
Oct

“ILS NE SONT PAS ENCORE TOUS LA…” Théâtre du Soleil

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

  • “ILS NE SONT PAS ENCORE TOUS LA…”

  • D’APRES LA CERISAIE DE TCHEKHOV

Numériser


Chantier-Mise en scène Chantal Morel

Musique Patrick Najean
Scénographie et accessoires Sylvain Lubac

Avec : Marie Payen, Nicolas Struve, Line Wiblé

durée 1h20

“Holderlin et Tchékhov sont en chemin à nos côtés. Ne pas pouvoir dire, raconter précisé- ment ce que le public découvrira quand il viendra… Cela est il empêchant ? Hormis pour le commerce, pas celui qui nous engage dans une relation auprès d’autrui, mais celui qui s’occupe de vendre des marchandises. Le théâtre n’est pas une marchandise qui se vend mais un instant de lucidité, un face à face qui n’est pas celui du miroir, mais celui d’une déviation vers l’incontrôlable, l’invérifiable… Quand vous viendrez nous aurons travaillé, travaillé à ce que se crée (ou s’éprouve) une faille, un présent, un infini, un moment, un écart. Nous serons sans doute loin d’avoir atteint cela, mais nous aurons tenté de toute notre âme de nous y diriger… Nous viendrons à vous, sans doute en tremblant, sans doute porteur de bribes, de fragments, loin d’une totalité. La refusant par prudence, par choix, par résistance… Pour que rien ne recouvre la richesse de la vie. Et que tout reste ouvert, anxieusement ouvert. Pour croire encore un peu, que le moment du théâtre n’est pas un moment décrit mais restitué dans sa vie même… « Au nom de la rationalité il faudrait faire abstraction de l’expérience vécue, de la souffrance, de la mort, de l’invérifiable, c’est-à-dire de tout ce que l’homme ne peut maîtriser, mais à quoi il est assujetti. »* Pour pouvoir éprouver encore la vaste liberté de la joie, nous ne sommes pas rationnellement en mesure de vous dire ce que vous allez venir voir.
Mais un chemin se trace. Il y a entre l’apparition de Holderlin et la présence de Tchékhov, une fraternité, celle du proche. Quelque chose ira de l’un à l’autre. De l’autre à l’un. Rendre proche. C’est Holderlin qui s’avance en vie et se nomme Friedrich, avec un petit nom Fritz, dont il se sert pour écrire à sa mère… Partir en quête d’une existence ordinaire, ce n’est pas l’abolition du génie, c’est sa restitution au peuple. Le signe divin est pour tous, le poète doit le répercuter dans le peuple.

Et dans Tchékhov, il y a la vie, juste la vie que l’on vit. Personne pour s’en retirer. Pour éprouver à la place de, penser à la place de, parler à la place de…

Une des origines de notre assemblée au travail est « La Cerisaie ». L’envie forte de travailler ce texte. Mais il n’y avait pas assez d’argent. Ne pas avoir assez d’argent, donc pas assez d’acteurs/trices pour « monter La Cerisaie », n’est-ce pas une invitation à vivre notre métier sur un autre mode ?”        Chantal Morel septembre 2015

Capture d’écran 2015-10-31 à 12.46.35

La Cartoucherie.

THÉÂTRE DU SOLEIL

Rte du Champ-de-Manoeuvre
75012   Paris

Métro: (ligne 1) Château de Vincennes, sortie N°6 en tête. Prendre la navette gratuite.

Dates: Du 9 au 23 novembre, les 28 et 29 novembre et les 5 et 6 décembre 2015.

Représentations du lundi au samedi à 20h, le dimanche à 15h (samedi 21 novembre et samedi 5 décembre représentations à 15h et à 20h). Relâches exceptionnelles les 14, 15, 16, 17 novembre.

Prix des places : 20 € (tarif plein), 15 € (collectivités, demandeurs d’emploi), 10 € (groupes scolaires, étudiants – de 26 ans)

Réservations : 01 43 74 24 08 tous les jours de 11h à 18h.

Capture d’écran 2015-10-31 à 12.39.47

 

31
Oct

Soirée Gala «Belle Époque : reflets d’or»

   Publié par: artcorusse   dans Informations

La Russie Francophone organise:

CCIFR: Soirée Gala d’Hiver

unnamed

 Rendez-vous traditionnel de la communauté d’affaires franco-russe  le 27 novembre 2015

Le temps d’une soirée, vous serez transportés à l’âge d’or de l’Art nouveau. Au programme : danse, musique et champagne.
Atmosphère et esprit de la Belle Époque, cette période de développement fulgurant pour les secteurs automobile et aéronautique, les sciences et la médecine, qui vit également naître les inventions des frères Lumière et le cinéma. Les spectacles de théâtre et de danse reflèteront pour un soir l’apogée artistique de cette époque.
logoCCIFRlrf
Golden Palace
Yamskogo Polya 3Rd St, House 15, Moscow
de 19:00 à 23:00

Vous pouvez vous procurer vos billets pour le Gala dans les locaux de la CCI France Russie (10 Milioutinski per. bât.1) tous les jours, sauf les samedis et dimanches, de 9h00 à 18h00 ou par virement bancaire – plus d’information + 7 495 721 38 28.

Vous pouvez acheter vos billets en ligne
(Pour les membres de la CCI France Russie, merci de demander votre code promotionnel à votre responsable de compte adhérent ou par mail : moncontact@ccifr.ru)

Plus de renseignements: (CLIQUEZ)

Prix des billets 

Prévente  : Sur place :
  • 3 500 roubles pour les membres de la CCI France Russie
  • 5 500 roubles pour les non-membres
  • 4 000 roubles pour les membres de la CCI France Russie
  • 6 000 roubles pour les non-membres
30
Oct

Exposition de “SHALVAK” Galerie Russkiy Mir

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 Du 5 novembre au 5 décembre 2015

Galerie Russkiy Mir

Série de photos sur toile et sur papier d’aquarelle

RUSSKIY-MIR-SHALVAK-EXPO-IMPR

Artiste photographe Shalva Khakhanashvili

dit “SHALVAK”

Shalva-Khakhanashvili

Né le 04 Mai 1964 en Géorgie (ex URSS), Université d’état de Tbilissi, Histoire d’Art, diplôme. Institut des langues étrangères de Tbilissi, diplôme. Directeur et fondateur du Centre d’Art Contemporain à Tbilissi. Résidence à Kunstlerhaus Bethanien et Bourse du Sénat de la Culture du Berlin, Organisateur et co-commissaire des expositions a IFA galerie (Institut des Relations Culturelles Etrangeres), Berlin et a l’UNESCO, Paris.
Membre de Bureau du Coordination de SEECAN, Réseau d’Echanges Artistiques Sud – Est Européen. Depuis 2000 Directeur du Centre de Coordination Culturelle Caucase – Europe. En 2002 – 2003 Chargé de mission (apollonia), Commissaire projet Caucase. Des expositions à Thessalonique (Grèce), Strasbourg (France) et Bruxelles (Belgique).

shalvak_paris_composiions_80x80cm_photo_on_canvas_2013_3
Depuis 2002 fondateur et organisateur annuel du programme « Caravansaraï », Forum International des Arts Contemporaines et Les Evènements Artistiques – Programme d’échanges artistiques entre les pays de l’Est (Balkans, Caucase, Asie Centrale) et l’Europe Occidentale.
Expositions personnelles et collectives à Berlin, Moscou, Tbilissi, Paris, Strasbourg, Bruxelles, Cologne, Thessalonique, Istanbul, Tachkent, Boukhara, Baku, …..

GALERIE RUSSKIY MIR

La galerie est le prolongement de l’activité sur le sol français de la Maison d’édition moscovite du même nom, dirigée depuis plus de 15 ans par la famille Volkov.

Depuis sa création, la galerie Russkiy Mir participe activement à la promotion de l’art contemporain sous toutes ses formes et plus particulièrement, soutient toute création artistique, peinture, sculpture, installation, photo, édition, écriture.

La Galerie Russkiy Mir a ouvert ses portes en 2008 et a inauguré son arrivée rue de Miromesnil par le vernissage et l’exposition du peintre russe Illarion Golitsyn de la fameuse lignée aristocratique dont les œuvres font partie de l’exposition permanente de la Galerie Trétyakov. Depuis, la galerie se spécialise sur les artistes russes de la deuxième moitié du XXe siècle. Que ce soient les artistes contemporains, ou les artistes dits «non officiels», l’objectif est de faire redécouvrir et de promouvoir l’art russe au sens large du terme dans toute sa diversité.

Galerie RUSSKIY MIR

7 Rue de Miromesnil, 75008 Paris
Tél: 01 44 71 07 41

Ouverture du Mardi au samedi : 12h00 – 19h00.

Métro: Miromesnil / Champs-Elysées – Clémenceau

Capture d’écran 2015-10-30 à 18.51.54

5104f10C77L

Ce CD, réunit 19 mélodies de Tchaïkovsky interprétées par la voix rare d’Alexis Vassiliev, révèle un répertoire inconnu et bouleversant

Tchaïkovsky : populaire et méconnu

Tchaïkovsky (1840-1893) est un nom universellement connu, ses œuvres instrumentales, ses ballets, mêlés de traditions russe et occidentales, sont produits partout dans le monde. Son immense popularité, hier comme aujourd’hui, son romantisme presque expressionniste et sa maîtrise orchestrale, pourtant, laissent percevoir l’obscure vérité d’une nature profonde et tourmentée.

Le secret d’une vie au cœur des mélodies

Cette sombre sensibilité, cette absolue « russité », on la trouve dans les mélodies (plus d’une centaine), où le compositeur a laissé parler son âme secrète, pleine d’ambiguïté et de mystère, comme le fut sa vie. Elles abritent le jardin secret où s’exprime le plus intime, le plus douloureux d’un être torturé par un amour interdit.

201104121725

Alexis Vassiliev & Katia Nemirovitch-Dantchenko

La musique, les textes, la voix de contre-ténor contralto : une alchimie révélatrice

Tchaïkovsky aimait la musique du XVIIIe siècle, il connaissait l’art des castrats. Ce n’est pas un hasard si le timbre rare du contre-ténor contralto exalte si justement les couleurs du compositeur dans ce qu’elles ont d’ombreux. Alors se révèle un Tchaïkovsky méconnu, servi par la voix envoûtante d’Alexis Vassiliev.

imgres

Alexis Vassiliev est un contre-ténor d’origine russe. Il vit et travaille à Paris depuis 1991. Dès son plus jeune âge, il étudie le piano en même temps que le chant, auquel bientôt il se consacre complètement. Formé d’abord dans la tradition du XIXe siècle, il se dirige ensuite vers le style et la technique de chant du XVIIIe et la musique baroque. Il est lauréat de nombreux prix nationaux et internationaux.

Elève de l’Ecole de Régine Crespin et de Viorica Cortez, Alexis Vassiliev a une voix proche du timbre mezzo du castrat, d’une expressivité et d’une intensité exceptionnelles, qu’il déploie dans un répertoire étendu du XVIIe au XXIe siècle. Chanteur baroque, il excelle aussi dans un domaine plus inhabituel pour un contre-ténor : le romantisme russe.

8221_image

Katia Nemirovitch-Dantchenko, née à Moscou, est issue d’une dynastie d’artistes très connue en Russie. Elle commence le piano à l’âge de cinq ans, entre au Conservatoire Tchaïkovski où elle obtiendra les diplômes de pianiste concertiste, professeur de piano et accompagnatrice avec la mention d’excellence dans les trois disciplines. Elle a été l’élève de Tatiana Nicolaievna et de Dimitri Bashkirov, et à Nancy l’assistante de Christine Stutzmann. Elle a donné de nombreux concerts en Allemagne, où elle s’est produite avec les orchestres Mainzer Kammerorchester et Staatsorchester Braunschweig, et en Russie, Etats-Unis, France, Belgique, Italie, Grèce, Suisse, Espagne, Turquie, Égypte… Elle collabore régulièrement avec des artistes tels que Valery Oistrakh, Sacha Rojdestvenski, Ingolf Turban, Young Chang Cho, Jane Peters, Julia Fischer, Alexander Trostiansky… Ses qualités de chambriste lui valent d’être invitée à accompagner les master class d’Anne-Sophie Mutter et Maxim Vengerov, ainsi que les concours internationaux (Tchaïkovski, Long-Thibaud, Tibor Varga).

Katia Nemirovitch-Dantchenko a enregistré avec le violoniste Ingolf Turban deux CD, consacrés aux œuvres d’Ottorino Respighi, et à des pièces de Mozart et Schubert ainsi que deux CD de Mendelssohn et Schumann (Leipzig, Internationale Mendelssohn-Stiftung).

Titres:

  1. La nuit/The Night
  2. Ne me quitte pas/Don’t Leave Me
  3. Les lettres brûlées/Burned Letters
  4. Les lumières/The Lights Were Being Put out
  5. Première rencontre/This, our First Reunion
  6. Ne me crois pas/Heed not my Love
  7. Chanson tzigane/Gipsy Song
  8. Avoir si vite oublié/To Have so Quickly Forgotten
  9. Pimpinella, chanson florentine/Pimpinella, Florentine Song
  10. Dis-moi de quoi/Tell Me What
  11. Au milieu du bal/In the Middle of the Ball
  12. Où vas-tu ?/Where Are You Flying to ?
  1. Nuits folles/Nights of Delirium
  2. Mon génie, mon ange/My Genius, my Angel
  3. Sérénade de don Juan/Serenade of Don Juan
  4. Exploit/Exploit
  5. Les étoiles paisibles/The Stars Look so Tenderly
  6. De nouveau seul/Once Again Alone
  7. Toi seul/Only You
  • Label: Calliope
  • ASIN : B00X6DWOIO
  • Distribution SOCADISC/NAXOS

27
Oct

23e Festival du Cinéma Russe à Honfleur

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 24 au 29 novembre 201quatre

23° festival Honfleur

JURY 2015

Président du Jury : Stéphane Freiss, comédien.

Membres du Jury :
Mei-Chen CHALAIS, productrice, présidente d’honneur,
Mylène DEMONGEOT, actrice et écrivain,
Hervé KORIAN, scénariste,
Frédéric NIEDERMAYER, producteur,
Olivier ORBAN, éditeur et écrivain,
Anna SIGALEVITCH, actrice et pianiste,
Robert SENDER, journaliste.

Ils décerneront quatre Prix : le Grand prix de la ville de Honfleur pour le meilleur film, le prix François-Chalais du meilleur scénario, le prix de la meilleure actrice et le prix du meilleur acteur.

Huit films en compétition :

Adieu Moskvabad de Daria Poltoratzkaia. « Un film qui traite d’un thème très actuel, les passeurs qui vendent à prix élevés de faux papiers aux migrants ». Frère Deyan de Bakur Bakuradzé. « La vie imaginée du dernier jour du général serbe Deayn Stanitch. »Insight d’Alexander Kott. « Une belle histoire d’amour. »Les mouettes d’Ella Manzheeva. « Un des meilleurs films sur le destin d’une femme. »Norvegd’Alean Zvantsova. « Sur le ton de la comédie, la réalité de la vie de labeur des immigrés. »14 + de Andrei Zaitsev. « Un Roméo et Juliette dans la Russie moderne qui apporte un regard sur la société actuelle. »Sans commentaire d’Artem Temnikov. « Sur le thème très actuel de l’islamisme, un jeune Allemand est enrôlé en Tchétchénie. »La trouvaille de Viktor Dement. « Un excellent film. »

Deux comédies:

Le gars de notre cimetière de Hya Chizhikov et Anton Chizhikov. Honey Money d’Arsen Agadzhanyan.

Deux films de guerre

La bataille pour Sébastopol de Sergueï Mokritski.Le bataillon de Dimitri Meskhiev.

Plus de renseignements sur : festival-honfleur.fr

Informations pratiques:

Accueil du Festival au petit Grenier à Sel à partir du Mardi 24/11 à 10 h.

Les projections ont lieu au Cinéma Henri-Jeanson, au grand Grenier à Sel, à la salle CCPH (documentaires) et à la Médiathèque (dessins animés).

Badge : 20 euros donnant accès à toutes les projections

Dîner de gala le Samedi 28/11, animé par le Quartet “Just for Cab” (jazz manouche et folklorique) : 70 euros

Renseignements et réservations par mail : cinerusse.honfleur@orange.fr

ou par téléphone : 02 31 89 25 59

Exposition du 22 Octobre 2015 – Janvier 2016

Pavel Fedotov (1815-1852)

Musée Russe aile Benoit.

148self

Pavel Andreevitch Fedotov(auto portrait) 1848, aquarelle sur papier.

L’exposition consacrée au 200e anniversaire de Pavel Fedotov (1815 à 1852),  célèbre peintre russe et dessinateur, fondateur du réalisme critique dans le genre, académicien de peinture (1849), Un auteur du poème “Le Mariage de Major” (1847) .. P. Fedotov est personnage solitaire et tragique dans l’art russe du milieu du XIX siècle. Comme beaucoup de gens talentueux de ce moment, il vécut et mourut incompris et peu appréciée par ses contemporains. Le destin ne lui donne pas toute tranquillité d’esprit, ou le bien-être matériel, ni les joies humaines, ni même une mort digne. Fedotov a été le premier des artistes qui ont réussi dans leurs œuvres de genre à détruire l’armure esthétique, académique du classicisme. Il est le précurseur d’un nouveau courant  le « réalisme») de la peinture russe, qui va particulièrement s’exprimer dans les peintures de Perov et Vladimir Makovsky.

Pawel_Andrejewitsch_Fedotow_005
Portrait de A. I. Fedotov, père de l’artiste. 1837.

Aquarelle sur carton

Un des artistes russes les plus éminents du XIXe siècle comprend environ 40 peintures et plus de 100 oeuvres graphiques de la collection du Musée d’Etat russe, Galerie nationale Tretiakov, État Musée historique et Musée d’art régional Ivanovo. L’exposition présente Pavel Fedotov comme un maître polyvalent, l’auteur de célèbres tableaux de genre et portraits en suspens et le génie du dessin.

Pavel Fedotov Andreevich – célèbre peintre russe et dessinateur, fondateur du réalisme critique dans le genre, académicien de peinture (1849), Un auteur du poème “Le Mariage de Major” (1847) .. P. Fedotov – un personnage solitaire et tragique dans l’art russe du milieu du XIX siècle.Comme beaucoup de gens talentueux de ce moment, il vécut et mourut pas bien comprise et appréciée par ses contemporains. Le destin ne lui donne pas toute tranquillité d’esprit, ou de bien-être matériel, ni un simple joies humaines, ni même la mort digne. Pendant ce temps Fedotov a été le premier des artistes qui ont réussi leurs œuvres Genre détruire armure esthétique académique de classicisme et ouvrir la voie à une nouvelle direction dans l’art russe .

Capture d’écran 2015-10-23 à 17.55.56

Proposition du major (1848)

Pavel Fedotov est généralement appelé «Gogol dans la peinture”: ses œuvres expressive et sincèrement décrivent l’homme de la période controversée et compliquée du XIXe siècle.

Capture d’écran 2015-10-23 à 17.59.36

Bivouac de la Garde du Régiment Pavlovski (1842-1843)

En 1833, Fedotov est diplômé avec mention au 1er Corps de Cadets de Moscou et il est affecté comme officier de la Garde Impériale de Finlande à Saint Petersbourg. Comme beaucoup de ses collègues à l’époque, il est intéressé par les arts. Il joue de la flûte et en 1834 il assiste à des cours du soir à l’Académie des beaux-arts. En 1844, Fedotov décide de se consacrer entièrement à la peinture et il quitte l’armée.

Pawel_Andrejewitsch_Fedotow_007

Nadejda Jdanovitch au clavecin, (1849)

Deux ans plus tard, le peintre abandonne l’aqurelle et le crayon pour la peinture à l’huile. Dans les années 1846-1850, il réalise une série de portraits de membres de la famille Jdanovitch. En 1848 Fedotov crée sa plus importante peinture « Fiançailles d’un major» et la présente devant le Conseil d’Académie des beaux-arts ; le titre d’académicien des beaux-arts lui est décerné. Fedotov connait une brève période de succès public aux expositions de Saint-Pétersbourg de 1849 et 1850. À la suite de la révolution en 1848 en France, ses liens étroits avec le Cercle de Petrachevski font de lui une cible du gouvernement. Fedotov meurt à 37 ans dans une clinique psychiatrique.

1024px-Pavel_Fedotov_-_Encore,_again_Encore!

“Encore et Encore!” – Dernièr œuvre  inachevée  de Fedotov (1851-1852)

tour_img-192141-90

Musée russe
4 rue Injenernia
191186, St-Pétersbourg

Heures d’ouverture : 10h00 – 18h00 Lundi-mercredi -jeudi- vendredi- samedi.

dimanche ; 10h00 – 17h00 –

Fermeture : le mardi

23
Oct

Vente au profit de la Voix de l’Orthodoxie

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

 

Capture d’écran 2015-10-23 à 13.30.14

La Voix de l’Orthodoxie est une association à but non lucratif créée en France en 1979 pour préparer et diffuser en Russie des émissions radiophoniques en langue russe. Elle a pour objectif d’apporter un soutien spirituel à ceux qui cherchent à dépasser leur quotidien.
Nous consacrons nos forces au témoignage de la tradition Orthodoxe et sommes particulièrement sensibles au destin spirituel du peuple russe, privé de la Parole de Vie durant de longues années.
Il y a 36 ans, l’éducation religieuse était interdite par le pouvoir soviétique, aussi un groupe d’orthodoxes a créé l’association « La Voix de l’Orthodoxie » pour porter, par la voie des ondes, le Message de Dieu et un enseignement catéchétique en Russie.

Depuis 1989, la liberté confessionnelle est officiellement rétablie mais les besoins spirituels restent immenses. Si l’édition et la presse religieuses sont maintenant largement développées, le média audio dans ce domaine reste marginal : la Voix de l’Orthodoxie est l’une des rares radios religieuses en Russie. Nos émissions, diffusées par sa radio-soeur « Grad Petrov »* de Saint-Pétersbourg, cherchent à apporter aux auditeurs réconfort, force et consolation.

Association sans but lucratif, nous ne subsistons que grâce à des dons. Ces dons proviennent d’Églises et de différentes institutions chrétiennes, ainsi que de particuliers. Cinq associations « Les Amis de la Voix de l’Orthodoxie » situées en France, Suisse, Royaume-Uni, Suède et aux Pays-Bas, se consacrent à faire connaître notre action, à collecter les fonds nécessaires à la réalisation de notre travail et à sauvegarder notre indépendance si précieuse à la transmission du témoignage de la foi Orthodoxe dans toute sa plénitude.
*Les émissions de “La Voix de l’Orthodoxie” sont diffusées en russe par “Radio Grad Petrov” (Saint-Pétersbourg), sur la bande FM : 73,1 FM, tous les soirs de 22h30 à 23h00 (heure de Moscou). Les émissions de “Grad Petrov” peuvent également être écoutées sur le site Internet www.grad-petrov.ru de 7h00 à 02h00 (heure de Moscou).

Association Dialogue Franco-Russe
et Rivages Russie Evènements présentent
Soirée exceptionnelle – Projection du Prix du public
du 1er Festival du Film russe
“Quand les Russes rient”

Festival qd les russ rient

Le 1er Festival du film russe “Quand les russes rient” s’est déroulé du 26 au 29 mars 2015

Avec 2800 entrées sur billetterie CNC, le premier Festival du film russe « Quand les Russes rient », qui s’est tenu à Paris au cinéma Le Grand Action du 26 au 30 mars 2015, a reçu un succès inattendu, refusant des spectateurs aux séances en soirée et devenant pendant ces cinq jours un lieu de rencontres et d’échanges entre le public et les cinéastes français et russes dans une ambiance cinéphile et chaleureuse.

Entre 22 long-métrages de 1950 à 2012, 7 court-métrages récents en compétition, une séance pour enfant et une table ronde « L’humour russe existe-t-il ? », ce festival de comédies a permis de découvrir la Russie et le cinéma russe sous leurs facettes très peu connues en France, contribuant ainsi à rapprocher les Français et les Russes à travers une fresque profondément révélatrice sur ce pays énigmatique.

 (CLIQUEZ)

kinopoisk.ru

Romance de bureau (Служебный роман)
Un film d’Eldar Ryazanov avec Alissa Freindlikh, Andrei Miagkov, Liya Akhedjakova, Tatiana Nemoliaeva, Oleg Bassilachvili.
1977, durée 145’, VOST français
Comédie/mélodrame
La vie terne d’un employé divorcé et timide va brusquement changer le jour où il décide de séduire la patronne de son administration, une femme sévère et distante qui ne manifeste aucun intérêt en dehors du travail. Un rôle sur mesure pour la grande Alissa Freïndlikh. Prix du public du Festival « Quand les Russes rient ».

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

77304

Un sur deux (Каждый первый)
Court-métrage de Nikolaï Kotiash.
2014, durée 26’, VOST français 
Comédie sociale
Un inspecteur de police est appelé dans un restaurant pour prendre la déposition d’une cliente. On lui aurait volé son portefeuille. Faisant preuve de grand professionnalisme l’inspecteur va vite comprendre qu’un petit crime peut en cacher plein d’autres. Grand-prix Meilleur court-métrage du Festival « Quand les Russes rient ».

Cocktail offert à l’issue de la projection.

Grand-Action

Cinéma Le Grand Action
5, rue des Ecoles, Paris 5e

Métro : Cardinal Lemoine ou Jussieu

Infos pratiques :
Places disponibles à la caisse du cinéma Le Grand Action :
Tél. 01 43 54 47 62
www.legrandaction.com

www.dialoguefrancorusse.com

19
Oct

Conférence “Alexandre Scriabine” Aix en Provence

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

emotionheader

 

Capture d’écran 2015-10-19 à 11.05.16

Capture d’écran 2015-10-19 à 11.10.24

Alexandre Scriabine (1872 – 1915)

La brillante musicologue Elena Dolgouchine nous présentera la vie, le destin et l’œuvre d’Alexandre Scriabine, ce compositeur qui révolutionna la musique.

Cet artiste révélé par  le célèbre  «Poème de l’Extase», est l’ auteur de trois Symphonies monumentales, dont  la troisième intitulée «Divin Poème ». Il fut un créateur infatigable, toujours à la recherche d’harmonies nouvelles, de mélodies mystérieuses, de sonorités inédites au cours de sa vie plutôt brève et tourmentée (quarante ans).

La tête dans les étoiles, le cœur brulant et débordant  d’idées philosophiques, Scriabine est le premier musicien à écrire une partition sur la lumière (luce). Cette lumière s’ajoute au chœur, au piano, à l’orgue et à un immense orchestre symphonique  pour inonder la salle moscovite en 1911,  lors de la création du Poème du Feu, ou Prométhée , pour cette grande première.

Pour célébrer les 100 ans de sa disparition, Elena Dolgouchine propose une conférence – portrait de Scriabine, cet incroyable  Musicien-Visionnaire.

A l’issue  de l’exposé nous nous interrogerons sur un sujet  d’apparence absurde.

Y a-t-il un lien entre une belle et généreuse Moustache bien soignée et l’originalité et le progrès dans la création musicale ?

ENTRÉE LIBRE

 Hôtel de ville, Aix-en-Provence

Salle des mariages

Réservations et renseignements: 04 42 92 68 78     et     06 20 97 35 68

Capture d’écran 2015-10-19 à 11.29.37

19
Oct

Exposition Michael Yakhilevitch à IG gallery

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Mercredi 21 octobre au  dimanche 1 novembre 2015

unnamed

yakhilevich_0

Le hasard a voulu que Michael Yakhilevich trouve à Moscou ses gouache d’enfant,
et il n’a pas hésité d’opposer deux mythes de lui-même : le myth féerique de son
enfance et celui d’aujourd’hui – tragique, éxpérimenté, ironique. Les deux nous
présentent une sorte de généralisation poétique qui nous fait voir non seulement
la vie de l’auteur, mais la vie de chacun entre nous. Chacun a eu un enfance et
chacun s’en souvient de temps en temps (ou non, ce qui est aussi remarquable),
chacun continue et arrête de traiter des sujets apparus dans l’enfance. Yakhilevich
choisit de les traiter, de les remplir d’un nouveau sens et de les introduire dans un
nouveau contexte.
images
Dans le projet de  Yakhilevich « Deux Mythes » le myth enfantin et le myth
« adulte » ne s’opposent pas, leurs liens et leurs différences sont recherchés,
le perdu et le retrouvé est mis en valeur.
thumbs_mi3_3
L’artiste adulte reprend avec enthousiasme les sujets existentiels qu’il avait trouvé
intuitivement et exprimé en gouaches vives, légères et ensoleillées : les saisons,
la maladie et la santé, le dialogue. Les compositions créées par la mise en place
des œuvres enfantins et des œuvres « adultes » sont unies par les souvenirs de
l’auteur qui enchaînent le temps fuyant comme le sable.
Mi3_4
Le cycle est percé par le motif de reflet. C’est une métaphore du mémoire qui fait
revivre le passé et réunit les temps. Tout s’est réuni, tout s’est reflété, tout s’est
relié – l’enfance et l’adultisme, les rêves d’enfance et les déceptions de la vie adulte,
la naïveté d’autrefois et la sagesse d’aujourd’hui, le talent spontané d’enfant et
l’artistisme raffiné d’adulte. (Vera Tchaikovskaya)

IG-Gallery

12, rue Durantin

75018 Paris France

Métro: Abbesses (ligne 12)

Ouverture de la galerie du mardi au dimanche  de 16h à 20h et sur rendez-vous.