Sortie d’un timbre à la gloire de St Serge de Radonège,

pour son 700ème anniversaire de sa naissance

Timbr St Sergede Radonej

Le site officiel de la poste russe rapporte que ce timbre représente une procession religieuse dirigée par le Vénérable Serge de Radonège avec le monastère “Sainte Trinité-St. Serge”  en arrière-plan et un troupeau de pigeons dans le ciel, qui symbolisent les adeptes et les disciples de Saint-Serge.
Il ya des figures historiques de la photo (de gauche à droite): le Dmitry Donskoy Grand Prince, le moine légendaire guerrier et Alexander Peresvet, et également des chrétiens orthodoxes contemporains avec des bougies allumées.

Les enveloppes premier jour sont disponibles au bureau de poste  101000 Moscou (Myasnitskaya r., 26 ) au cours des trois premiers jours ouvrables à compter de la date de délivrance avec l’oblitération “Premier Jour”.
Emis à 85000 exemplaires.
A Serguiev Possad près de Moscou, il est présenté à la vente dans un boîtier comprenant des enveloppes  timbrées marquées  premier jour.

Emission d’une pièce de monnaie à l’effigie de St Serge de Radonège.

Pièce or St Serge

La Banque Centre de la Fédération de Russie vient le 19 septembre, d’émettre une série de pièces de monnaie en argent ( valeurs nominales: 3 et 100 roubles)  et série de pièces en or (valeurs nominales: 50 et 10 000 roubles).

La circulation générale des trois roubles en argent est de 7500 pièces. Sur le revers de la pièce se trouve une image en relief d’un fragment de la peinture de Vadim Chelisheva “Serge de Radonège bénédiction Dmitry Donskoy“, et en haut dans un cercle il ya une inscription “Saint Serge de Radonège 700 ans.”
Les pièces en argent de 100 roubles avec un tirage de 300 exemplaires, il y a une image en relief d’un fragment de la peinture de Mikhail Nesterov de “Vision du jeune Barthélemy.” ( voir tabl. en dessous)
Les pièces  en or de 50 roubles, sont émises au nombre de 500 exemplaires, on peut voir l’image de la cathédrale de la Trinité de la Laure d u monastère de  la Sainte Trinité de Saint-Serge,.
Les pièces en or de 10 000 roubles, au tirage de 100 exemplaires. Avec une image en relief de Saint Serge de Radonège, du sculpteur Valentina Chuharkina sur le fond du monastère avec des moines de la Trinité-Saint-Serge
Toutes les pièces sont estampillées avec le titrage du métal précieux et la marque de la “Monnaie Saint-Pétersbourg”, seul organisme habilité pour frapper monnaie en Russie.

Capture d’écran 2014-09-20 à 10.56.01

Histoire de St Serge de Radonège.

800px-Mikhail_Nesterov_001

Vision du jeune Barthélémy, (huile de Mikhaïl Nesterov (1890))

Serge de Radonège (Сергий Радонежский), né aux environs de 1313 et mort le 25 septembre 1392. Il est l’un des saints les plus populaires de la Russie, avec Séraphin de Sarov.
Il fut un grand spirituel et réformateur monastique, Thaumaturge et protecteur de la Russie médiévale. Ses parents, Cyrille et Marie, issus de la noblesse, le prénommèrent Barthélemy, du nom de l’apôtre. Lorsqu’il eut sept ans, on envoya l’enfant étudier, contrairement à ses frères Etienne et Pierre qui apprenaient bien, Barthélémy éprouvait des difficultés. Un jour que son père l’avait envoyé au champs chercher des chevaux, il aperçut un moine âgé sous un chêne, qui priait, il lui demanda de prier pour qu’il arrive à étudier normalement, puis Barthélémy l’invita à la maison de ses parents. Le moine pria pour lui, puis l’assura qu’à compter de ce jour, il saurait étudier. Le soir même, il lut l’office des heures, il avait moins de dix ans. Le starets avant de se séparer d’eux, dit ces paroles énigmatiques : « Cet enfant va devenir la demeure de la Sainte Trinité, et amènera une multitude à la compréhension de Sa volonté ». Il fréquenta assidûment les offices de l’Église, et se mit à lire la Bible. À partir de l’âge de douze ans, il commença à suivre rigoureusement les jeûnes du mercredi et du vendredi1. Sa famille quitta Rostov pour s’installer à Radonège, au nord de Moscou.

Barthélémy resta célibataire, exprimant son désir de devenir moine. Après le décès de ses parents, son frère aîné Etienne, veuf, devint moine au monastère de Khotov. Barthélémy, qui souhaitait une profonde solitude, le convainquit de rechercher un lieu convenant à la vie ascètique. Ayant trouvé un endroit approvisionné en eau et éloigné des chemins battus, à dix verstes de Radonège et de Kotov. Ils bâtirent une cabane, avec une chapelle qu’ils dédièrent, en se rappelant les paroles du starets, à la Sainte Trinité, ce qui était une innovation. C’est là qu’il reçut la tonsure monastique avec le nom de « Serge ». Il avait alors vingt-quatre ans (1337).

Serge demeura ermite dans cette solitude durant trois ans, avec pour seuls livres le psautier et les Évangiles, et pour seul voisinage les animaux sauvages de cette forêt, au nombre desquels les loups et ours n’étaient pas rares. Un de ces ours devint d’ailleurs un habitué de l’ermitage, Serge lui donnant un peu de son pain de temps à autre.

Alors que la Russie était envahie par les Tatars, Serge participa à des missions « politiques » pour favoriser un relèvement de la nation russe.
Il avait aussi fait de son monastère un centre intellectuel, doté d’une bonne bibliothèque.

Blessing_Dmitry_Ivanovich_(Novoskoltsev)

Le moine Serge bénissant le prince Dimitri Donskoï.

En 1380, le prince Dimitri Donskoï interrogea Serge, pour lui demander s’il devait entrer en résistance contre l’envahisseur. Le moine l’engagea à défendre son peuple et le bénit. Au moment de la bataille de Koulikovo, qui fut le commencement de la délivrance de la Russie, Serge priait.

FORUM DES IMAGES

présente un cycle de 90 films sur le thème

” QUELLE CONNERIE LA GUERRE”

du mardi 16 septembre au dimanche 02 novembre

Fdi_120x176-La guerre-BAT

Pour célébrer le centenaire de la Première Guerre mondiale, le Forum des images explore comment l’idée de paix traverse le cinéma mondial sur tout un siècle. De la dénonciation des horreurs des tranchées jusqu’aux images de Sarajevo assiégé, en passant par Munich, la Guerre froide ou les luttes contre celle du Vietnam, le 7e art prend des formes multiples. Et les films explorent de nombreuses nuances pour s’engager dans un combat pour la paix.

Projection de 90 films qui explorent comment l’idée de paix traverse le cinéma mondial sur tout un siècle“.

Samedi 27 septembre Dans le cadre de ce cycle, un hommage au cinéaste russe Alexei Guerman est prévu avec la projection de “La Vérification” (Проверка на дорогах sortie en 1971) et “Vingt Jours Sans Guerre” (Двадцать дней без войны  tourné en 1976) précédée d’une conférence (20 min) d’Eugénie Zvonkine, spécialiste du cinéma russe et soviétique.

MARDI 16 SEPTEMBRE À 20H

“LES VOISINS DE McLAREN ET À L’OUEST, RIEN DE NOUVEAU” (Swashbuckler Films) de Miletone
SOIRÉE D’OUVERTURE  

36398-a-l_ouest-rien-de-nouveau-2---christophel

La transposition au cinéma du chef-d’oeuvre d’Erich Maria Remarque « À l’Ouest, rien de nouveau » par Lewis Milestone en 1930 dénonce les horreurs de la Grande Guerre dans cette période charnière de la fin des années 20 – début des années 30 où les sociétés hésitent entre le pacifisme (“la der des ders”) et la montée du nationalisme (la Revanche). Dans cette production du studio Universal, Milestone insiste sur les  nouveautés sordides de cette guerre : les pilonnages aériens, la mitrailleuse, et surtout les barages d’artillerie incessants et dévastateurs (le bombardement du cimetière). Cette projection en avant-première (le film ressort en salles le 5 novembre) propose une version inédite restaurée par Swashbuckler Films. Elle est précédée par le court métrage en pixilation de Norman McLaren, Voisins, expression de ses expériences en Chine et de ses sentiments à l’égard de la guerre de Corée. Cette oeuvre allégorique dénonce la guerre en racontant l’histoire de deux hommes qui se battent pour une fleur. Ce film de McLaren a remporté un Oscar en 1953.

  SAMEDI 20 SEPTEMBRE à 17H
“CINÉ-CONCERT MAUDITE SOIT LA GUERRE” d’ Alfred Machin
ACCOMPAGNÉ AU PIANO PAR IÑAR SASTRE

(Cinémathèque Royale de Belgique)

36398-maudite-soit-la-guerre-1---d.r.

Alfred Machin, chef des studios Pathé de Bruxelles, livre une oeuvre visionnaire et spectaculaire, réalisée à la vieille de la Seconde Guerre  mondiale avec l’aide de l’armée belge. Souvent considéré comme le premier film pacifiste, il signe un acte d’accusation indéniable contre la guerre. Comme si Alfred Machin avait senti l’imminence du premier conflit mondial… Sorti en juin 1914, à peine deux mois avant le début des hostilités, Maudite soit la guerre est distribué mondialement alors que la France rappelle son réalisateur sous les drapeaux. Hautement symbolique du cycle “Quelle connerie la guerre !”, ce moyen métrage est accompagné au piano par Iñar Sastre, élève de la classe d’improvisation au piano de Jean-Francois Zygel.

MERCREDI 17, SAMEDI 20 ET MERCREDI 24 SEPTEMBRE À 19H
CONFÉRENCES ET TABLES RONDES “DU PACIFISME AUX ACCORDS DE MUNICH”

Il existe deux acceptions possibles du terme « pacifisme » : l’action des partisans de la paix ou une doctrine de la non-violence. Pour mieux cerner ces différentes nuances, plusieurs moments de réflexion sont proposés :  l’historien Tramor Quemeneur évoque la désobéissance militaire et l’objection de conscience. Cette rencontre est
suivie de la projection d’un film consacré à un grand pacifiste, Louis Lecoin. Le cours d’une vie. Une table ronde réunit les historiens Christian Ingrao, Nicolas Patin et Emmanuel Saint-Fuscien sur la question du consentement et de l’effort de guerre. Quant à Vincent Lowy, docteur en sciences de l’information et de la communication, il donne une conférence sur l’année « 1938 – Le moment munichois à l’écran », emblématique d’une mauvaise conscience des pacifistes.

SAMEDI 27 SEPTEMBRE À 16H30, DIMANCHE 28 SEPTEMBRE À 16H ET 20H
ÉVÉNEMENT “LA TRILOGIE PACIFISTE DE MASAKI KOBAYASHI”

Oeuvre maîtresse du cinéaste japonais Masaki Kobayashi, la fresque La Condition de l’homme, adaptée du roman autobiographique de Junpei Gomikawa, est un film monstre de près de neuf heures, sorti en trois parties en 1959 et 1961. La trilogie suit la vie de Kaji (Tatsuya Nakadai), un jeune intellectuel pacifiste japonais qui tente de survivre à l’époque du Japon fasciste et impérialiste de la Seconde Guerre mondiale. Comme son héros,  Kobayashi a subi les atrocités de la guerre. Souvent présenté comme antimilitariste, le film dresse un portrait très dur de l’enseignement militaire. Mais il questionne aussi la nature de l’homme et sa compatibilité avec les valeurs fondamentales de la société japonaise.

SAMEDI 27 SEPTEMBRE À 19H ET 21H30
“LA VÉRIFICATION” ET “VINGT JOURS SANS GUERRE” (Arkeion)
HOMMAGE À ALEXEI GUERMAN

Герман,_Алексей_Юрьевич

Alexeï Iourievitch Guerman (en russe : Алексей Юрьевич Герман), né le 20 juin 1938 à Leningrad et décédé le 21 février 2013 à Saint-Pétersbourg . Fils de l’écrivain et scénariste Iouri Guerman, il a signé deux films inspirés des écrits de son père. Bien qu’il soit considéré comme l’un des plus grands réalisateurs russes de la seconde moitié du xxe siècle siècle, Alexeï Guerman n’a réalisé que six films en plus de quarante ans. Trois ont été censurés dont “La Vérification” (1971) et “Vingt jours sans guerre “(1976) ce dernier n’a pu sortir qu’au moment de la perestroïka. Tous ses films ont été tournés dans les studios Lenfilm à Saint-Pétersbourg, dont il fut un temps administrateur.

Capture d’écran 2014-09-17 à 19.20.41

Affiche des films “La Vérification” (1971) et “Vingt jours sans guerre “(1976)

La projection de ces deux films sera précédée d’une conférence (20 min) d’Eugénie Zvonkine, spécialiste du cinéma russe et soviétique.
Le diptyque d’Alexei Guerman propose une vision nouvelle de la Seconde Guerre mondiale en Union soviétique : les personnages, empêtrés dans leur temporalité, manquent d’horizon et hésitent terriblement sur les décisions à prendre, la guerre semble frapper au hasard, comme une catastrophe naturelle plutôt que des attaques calculées par un ennemi. Guerman va plus loin encore, en opposant, au sein même du second film, la représentation soviétique standard à celle que lui souhaite donner de cet événement indicible. Eugénie Zvonkine, spécialiste du cinéma russe et soviétique.

EXPOSITION

Exposition de 100  dessins de Presse par l’Association Cartoon for Peace  (ENTRÉE LIBRE)
Du 1er au 31 octobre, le Forum des Halles, le Forum des images et l’UGC Ciné Cité Les Halles exposent dans leurs espaces plus d’une centaine de dessins signés Ares, Boligán, Boukhari, Dilem, Glez, Kichka, Plantu, Willis from Tunis, Zlatkovsky…

FORUM DES IMAGES

2 Rue du cinéma
75001 Paris, France
+33 1 44 76 63 00
forumdesimages.fr‎

data=pZd4UFfp7iFoJAHYKsbXEexzp85Wcg_tJyUBpwYNdgvDUvaQ7DYOHA0MMTyA_gEtw53XHyW3scWJ5vbULElx3_x45L_B3NSV_Q

La communauté russe en exil est en deuil.

princenicolasderussie

Le prince Nicolas est décédé en Toscane à l’âge de 92 ans. Son décès a été annoncé ce lundi 15 septembre, par le prince Dimitri, son frère cadet Dimitri Romanov. “C’est une grande perte pour nous tous !” a -t-il déclaré.
Le prince Nicolas Romanovitch Romanov (né le 13 septembre 1922 à Antibes) est le chef actuel de la Maison impériale de Russie. Il appartient à la Maison de Holstein-Gottorp-Romanov, arrière-petit-fils du tsar Nicolas Ier de Russie et le fils du grand-duc Roman Petrovitch et de la comtesse Prascovia Dimitrievna Cheremetieff. Il a épousé le 21 janvier 1952, en l’église russe de Cannes, la comtesse Zveva della Gherardesca, fille du comte Walfredo della Gherardesca et de la marquise Nicoletta de Picolellis. Il a trois enfants, Natalia, Elisabeth et Tatiana.

Malgré l’exil, le grand-duc Roman Petrovitch de Russie et son épouse ont élevé Nicolas et son frère Dimitri selon l’esprit russe, dans le respect de l’Église orthodoxe russe. Le prince Nicolas Romanovitch de Russie a toujours porté un grand intérêt au pays de ses ancêtres, et a suivi avec attention les changements survenus en Russie ces dernières décennies.

Il était le président de « L’Union des Membres de la Maison des Romanov ».

Au décès du grand-duc Vladimir Kirillovitch de Russie survenu le 21 avril 1992, Nicolas Romanovitch de Russie fut élu nouveau prétendant au trône de Russie le 31 décembre 1992 par les membres de la fondation Association famille Romanov. Cette élection sera confirmée le 18 juillet 1998 à Saint-Pétersbourg lors des funérailles de Nicolas II de Russie et de sa famille.

En juin 1992, le prince se rendit pour la première fois en Russie, d’autres visites suivront. Depuis 1998, Nicolas Romanovitch de Russie se rend une fois par an en Russie.

Le prince Nicolas Romanovitch assista en tant que chef de la famille impériale de Russie aux cérémonies données à l’occasion des funérailles du dernier tsar Nicolas II de Russie le 16 juillet 1998.

Le défunt accordait une importance toute particulière au rétablissement de l’unité canonique de l’Eglise orthodoxe russe (2007) divisée par la situation qui a suivi la révolution de 1917 et la guerre civile.

Le 27 juin 1992, à Paris eut lieu la réunion des Sept princes. Les princes Nicolas Romanovitch de Russie, Dimitri Romanovitch de Russie, Michel Feodorovitch de Russie, Nikita Nikitich de Russie, Alexandre Nikitich de Russie et Rostislav Rostislavovitch de Russie fondèrent le Fonds de bienfaisance des Romanov, cette fondation a pour but de venir en aide aux enfants russes de Moscou et de Saint-Pétersbourg. En 1993, le prince Dimitri Romanovitch de Russie fut élu président de cette fondation. Le prince Nicolas se consacrait à aider les hôpitaux et les crèches de Russie.

En juillet 1998, les membres de la fondation Association de la famille Romanov se réunirent pour la première fois en Russie, cette réunion se tint au « chalet » à Peterhof.

ROMANOV-ENG-100

Le prince Nicolas Romanov dans sa maison en Suisse.

A partir de 1998 le prince Nicolas coordonne l’action des Romanov visant à obtenir des funérailles dignes pour les victimes de la tragédie d’Ekaterinbourg.

“ВЕЧНАЯ ПАМЯТЬ”

15
sept

“Femmes Sacrées…” au Théo-Theâtre

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

 

10599702_911335008893825_8568346623703078057_n

Tout public Durée : 1h15

Compagnie : Ethno Ballet Dana Mussa
Mise en scène : Dana Mussa
Avec : Dana Mussa, Daniyar Jilkenov

Quand le classique devient Sacré… La grâce se mêle aux Rites du nomadisme, à l’ère des prémices du Geste dansé… Prêtresse, Louve, Amazone…
Le solo de trois femmes aux pouvoirs ultimes dialoguant avec la perfection des temps actuels. La rythmique de Dana Mussa (Kazakhstan) est partagée entre Ravel et son Boléro ainsi que les percussions de la culture des steppes. Son univers chamaniste nous invite à puiser dans une source intarissable… de mouvements envoûtants.

Le THEO-THEATRE (situé au fond de l’impasse)
20 Rue Théodore Deck ( au niveau du 206 de la rue de la Croix Nivert )
75015 Paris

Mercredi 17 septembre et jeudi 18, séance à 19h30

Vendredi 19 et samedi 20, séance à 21h30

Dimanche 21, séance à 17h3O

Tarifs: 13€uros et 10€uros

 RESERVATIONS au 01 45 54 00 16

ACCES

Métro ligne 12 : M° Convention ou M° Porte de Versailles
Métro ligne 8 : M° Boucicaut
Bus : 80 – 62 – 39 – Tram N°3

plantheo

15
sept

Concert “Gamayun” avec Natacha & Nuits de Princes

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Natacha 17 sept 2014

Quintette au répertoire singulier inspiré des romances slaves, Natacha & Nuits de Princes, dont le nom fait référence au livre de Kessel relatant la magie des cabarets russes dans les années vingt, offre un voyage musical insolite.

Capture d’écran 2014-07-05 à 17.33.11

Les mélodies slaves, enrichies d’accents brésiliens, de rythmes latins, et de sonorités jazzy associées à la voix de velours de Natacha, nous plongent au coeur des pays, à forte empreinte musicale, de fêtes et de paradis perdus : de la Russie profonde au Brésil en passant par l’Espagne et la France.

Très loin d’un tour de chant folklorique, Gamayun est un prétexte pour évoquer l’exclusion et le droit à la différence. La musique devient, avec Natacha & Nuits de Princes, une langue universelle qui nous invite à un tour du monde féérique.

logo

7, rue des Plâtrières
75020 Paris

Réservation: du lundi au samedi de 9h30 à 19h au 01 48 65 97 90
Les billets sont en vente sur place, uniquement 1h avant chaque représentation au guichet.
Internet > SRC Spectacles, FNAC … (avec commission).
Métro :
– Ligne 2 – Station Ménilmontant
– Ligne 3 – Station Gambetta (sortie n°5 Place Martin Nadaud)
Bus :
– Ligne 96 – Arrêt Henri Chevreau

plan

 

Capture d’écran 2014-09-14 à 12.53.17

Le livre de Bruno Vianey,  préfacé par le professeur Jean Malaurie, retrace la genèse des premières relations franco-russes au XVIe siècle.

Le point de départ de ces échanges est le voyage de Jean Sauvage en Russie en 1586; parti des côtes de France sur un navire marchand, ce Dieppois est le premier Français à s’aventurer dans la mer Blanche. Ce fut une odyssée longue et périlleuse: ayant contourné le cap Nord, il s’aventura dans l’océan Glacial et fit une escale mémorable aux confins de la Norvège. Grand explorateur, Sauvage est aussi et surtout le premier Français à avoir écrit une relation de voyage sur la Moscovie (ainsi nommait-on la Russie à l’époque). Son récit ne fut publié pour la première fois qu’en 1834 et reste aujourd’hui encore méconnu, alors qu’il constitue une source d’une richesse exceptionnelle pour l’histoire de France, de Russie, de Scandinavie et de la Baltique. Le voyage en lui-même est digne d’un roman. Si les aventures de Jean Sauvage sont le point de départ des relations franco-russes (premier traité de commerce, premiers échanges épistolaires entre souverains, premier dictionnaire “franco-moscovite”), le périple apparaît aussi comme un aboutissement. II n’aurait jamais eu lieu sans les efforts incessants de celui qu’on a appelé le “père des relations franco-russes”: Charles de Danzay. Ce diplomate hors du commun fut ambassadeur de France au Danemark de 1548 à 1589. Personnage des plus touchants, sa correspondance croustillante mérite amplement d’être découverte. Elle est une mine d’informations pour comprendre l’Europe de cette époque. Cet ouvrage, préfacé par Jean Malaurie. réunit pour la première fois en un volume toutes les sources écrites autour de ce voyage, dont beaucoup sont inédites. Agrémenté de nombreuses cartes et documents, c’est le récit d’une aventure extraordinaire où se mêlent le courage, la témérité et l’esprit de découverte”.

Dans toutes les bonnes librairies

Editeur: L’Âge d’Homme

EAN13 : 9782825143049
ISBN :978-2-8251-4304-9
Prix : 27 €uros
Date Parution :12/06/2014
Collection :SLAVICA
Nombre de pages :564
Dimensions : 22 x 15 x 3 cm
Poids : 874 g

12
sept

Films de G. Panfilov & M. Kalatozov en coffrets DVD

   Publié par: artcorusse   dans Cinéma, DVD Films, Evenements

Sortie en Octobre et novembre de 2 coffrets DVD

autour de deux réalisateurs russes:

Gleb PANFILOV & Mikhaïl Kolatozov

 Capture d’écran 2014-09-12 à 13.01.42

SORTIE LE 7 OCTOBRE

Coffret Gleb Panfilov / Inna Tchourikova.

Le réalisateur Gleb Panfilov (né en 1934 à Magnitogorsk) et l’actrice Inna Tchourikova débutent ensemble leur carrière au cinéma à la fin des années 60. Si Panfilov s’impose aux côtés de Tarkovski, Mikhalkov et Kontchalovski comme l’un des cinéastes les plus doués de sa génération, Tchourikova, à la fois rêveuse, fragile, brûlante d’émotions et de tendresse se distingue comme une actrice extrêmement originale. Elle inspire incontestablement l’œuvre du cinéaste qui résume ici les choses simplement : “ Elle a un registre d’emploi très étendu et quant à son jeu, il n’y a pas de limite à ce qu’elle peut faire. ”

Le coffret réunit leurs quatre premiers films:
•  PAS DE GUÉ DANS LE FEU ((В огне брода нет)

kinopoisk.ru
Russie / 1967, durée 95 min / Noir & Blanc / 2.35 / VOSTF
Léopard d’or – Locarno 1969
Juillet 1918. Une jeune infirmière dans un train de l’Armée rouge tente d’échapper à l’horreur de la guerre civile en peignant.
Supplément : présentation du film ( 9’ ) + Panfilov / Tchourikova, un couple unique ( 6’ ) par Françoise Navailh

LE DÉBUT (Начало)

Постер_фильма_«Начало»_(СССР,_1970)
Russie / 1970 / 91 min / Noir & Blanc / 2.35 / VOSTF
Lion d’argent – Venise 1970
Une jeune ouvrière passionnée de théâtre est remarquée par un réalisateur qui cherche une actrice pour jouer Jeanne d’Arc”.
Supplément : présentation par Françoise Navailh ( 7’ )

JE DEMANDE LA PAROLE ((ПРОШУ СЛОВA)

1370761518
Russie / 1975 / 145 min / Couleurs / 1.85 / VOSTF
Prix spécial – Karlovy Vary 1976
Malgré la mort accidentelle de son fils, la maire d’une petite ville continue de faire face à ses responsabilités”.
Supplément : présentation par Françoise Navailh ( 13’ )

LE THÈME ((Тема)

200px-1986_tema
Russie / 1979 / 98 min / Couleurs / 1.33 / VOSTF
Ours d’or – Berlin 1987
Un écrivain célèbre en mal d’inspiration vient se ressourcer dans une petite bourgade enneigée.
Supplément : présentation par Françoise Navailh ( 11’ )

QUATRE FILMS résolument engagé et réflexif, le cinéma de Gleb Panfilov et Inna Tchourikova est habité par la question de la place de l’art et de l’artiste. Une même idée irrigue les films du coffret, celle d’être libre et créatif dans une société inerte qui semble avoir oublié les idéaux de la révolution : ainsi les peintures de la jeune Tania dans Pas de gué dans le feu, la vocation d’actrice de Pacha dans Le Début, l’idéalisme d’Elizaveta dans Je demande la parole et la foi perdue de l’écrivain Kim dans Le Thème.
Tous ont été distingués dans les plus grands festivals à l’image du Thème qui, bloqué par la censure pendant sept ans, reçut l’Ours d’or à la Berlinale en 1987.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

SORTIE LE 4 NOVEMBRE

Capture d’écran 2014-09-12 à 13.04.20

Coffret Mikhaïl Kalatozov

Mikhail Kalatozov

Mikhaïl Kalatozov (1903-1973), contemporain de Vsevolod Poudovkine, Serge Einsenstein et de Lev Kouleshov, débute au cinéma dans les années 20. Il poartage avec eux un goût évident et prononcé pour les expérimentations techniques et formelles. Tour à tour opérateur, décorateur et acteur, il réalise son premier film important en 1930: “Le Sel de Svanétie”. En 1932, son film “Le Clou dans la Botte” est interdit. Devenu un haut fonctionnaire du régime soviètique, il est vice-ministre du cinéma de l’URSS et attaché culturel à Los Angeles de 1946 à1948. Conciliant hautes responsabilités et tournages, c’est à 54 ans, avec plus d’une dizaine de films à son actif qu’il obtient, en tant que cinéaste, une reconnaissance internationale.
Le coffret réunit les 3 derniers films réalisés par Mikhaïl Kalatozov, soit l’intégralité des films marquants sa collaboration avec le génial chef-opérateur Sergueï Ouroussevski.

Le présent coffret réunit l’intégralité des films du duo Kalatozov/Ouroussevski. Trois véritables chefs-d’œuvre, fruits d’une alchimie miraculeuse entre le réalisateur et son chef opérateur. Pourtant, les deux films qui suivront “Quand passent les cigognes” furent longtemps oubliés. Jusqu’à ce qu’en 1992, projeté poour la première fois au Festival de Telluride puis à San Fransisco, sous les yeux ebahis de Francis Coppola et Martin  Scorsese, soit exhumé le désormais culte “Soy Cuba“. La troisième pépite née de cette collaboration magique reste à découvrir, le film: “La Lettre inachevée” qui est à ce jour, inédit en France.

Quand passent les cigognes (Летят журавли)

Letat-Juravli

En 1958, une fresque historique venue de l’Est s’impose en sélection du festival de Cannes. L’URSS est en pleine période de dégel post stalinien et le film dénonce d’avantage les ravages de la guerre qu’il n’exalte les vertus du patriotisme. Prouese techniques, trouvailles visuelles, lyrisme et cette jeune actrice d’un sincérité qui crève l’écran: Tatiana Sarmoïlova.

” ‘Il y a un avant et un après “Quand passent les cigognes” dans le cinéma mondial”  déclara Françoise Navhail, le film marque également le début d’une collaboration fructueuse entre Mikhaïl Kalatozov et Sergueï Ouroussevski, son chef opérateur.

Le film obtient l’unique Palme d’Or Russo-Soviétique à Cannes en 1958 . (Film URSS de 1957, durée 91 min./ noir et blanc 1.37-4/3 DUAL-MONO/VOSTF)

“Moscou 1941, Véroniqua et son fiancé Boris s’aiment éperdument. Pourtant lorsque l’Allemeagne envahit la Russie, Boris choisit de partir sur le front russe. Sans nouvelle de lui Véronika finit par céder aux avances de Mark, le cousin de bortis: elle l’épouse à contrecœur, et garde le secret espoir du retour de Boris”.

La Lettre inachevée  (Неотправленное Письмо Inédit en France)

Capture d’écran 2014-09-12 à 12.48.14

“Quatre géologues partent en expédition au cœur des terres de Sibérie, à la recherche d’un gisement de dimants. Le chef de l’expédition, Andreï, écrit chaque soir à sa femme une longue lettre qu’il ne pourra envoyer avant de retrouver le monde civilisé”.

(Film URSS de 1959, durée 92min./noir et blanc/1.37-4/3/DUAL-MONO/VOSTF)

Soy Cuba (Я – Kуба)

Я_-_Куба

“La havane, 1958. Cuba n’est qu’un vaste terrain de jeux pour riches américains et propriétaires terriens sans scrupules. C’est le règne de la corruption, de l’argent et de la luxure. Les étudiants et révolutionnaires partisants de Fidel Castro se regroupent pour organiser la lutte” .

(Film Cuba-URSS de 1964, durée 135 min./noir et blanc/1.37-4/3/DUAL-MONO/VOSTF)

Exposition “Urjupinsk … Moscou … Paris … Volgograd en plein air .”

XXième anniversaire

27 septembre au 11 octobre 2014

Maison Centrale des Artistes , Moscou.

Print

A l’occasion du vingtième anniversaire de “Plein-Air”, exposition des artistes peintres et sculpteurs, qui ont participé durant ces 20 dernières années, soit plus de soixante artistes venant de la Fédération de Russie de France et de la région de Volgograd, présenteront leurs œuvres du 27 septembre au 11 octobre.

L’ensemble du groupe ” Khaper”seront présent, venus spécialement d’Urjupinsk.

02

Ensemble traditionnel "Khaper"(Хапер)d'Urjupinsk dirigé par V. Bartsov.

Exposition organisée par l “Association Amicale de VolgogradЗОB” , avec le soutien du Ministère de la Culture de la Fédération de Russie,du Ministère de la Coopération Inter-Régionale de Volgograd et de la Région de Moscou

En mémoire d’Ivan Porto instigateur de “Plein-Air”.

Salles 22-27

Expo. 9871

Artistes devant l'affiche avec la présidente de l'association L.RUMYANTSEVA 
(au centre tenant un bouquet de fleurs).

expo 1428

Jour du vernissage, discours de Liouba  RUMYANTSEVA présidente de l'Association.

Expo moscou 1436

Discours d'un des artistes: Vladislas Koval de Volgograd.



Maison Centrale des Artistes

Moscou, 119049, Krimsky Val, 10
m. Parc Kultury, Octobre.

10
sept

«Ambassade de musical maestria» au CRSC de Paris

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Concert exceptionnel

mercredi 17 septembre 2014

au Centre de Russie pour la Science et la Culture

maestria

Concert avec  les lauréats de multiples concours, le violoniste  Dmitry Smirnov et le pianiste Andrei Telkov dans le cadre du cycle «Ambassade de musical maestria». Les jeunes musiciens de Saint-Pétersbourg joueront les meilleurs fragments de leurs programmes de concert. La priorité sera donnée à la musique russe: Prokofiev, Stravinski, « Les saisons » de Tchaïikovski, il y aura égalementdes œuvres françaises et belges: des pièces de Claude Debussy  et d’Eugène Isaÿe.

Copy-20of-20Dmitry-Smirnov-0

Dmitry Smirnov.

Dmitry Smirnov est né en 1994 à Saint Petersbourg, il étudia dès l’âge de 4 ans la musique. Etudiant de l’Ecole supérieure de musique de Lausanne en Suisse (classe du professeur Pavel Vernikov), vainqueur du concours international du fonds de bienfaisance Gartov (Saint-Pétersbourg, 2007), lauréat de la II prime du Concours International Ménoukhine (Cardiff, 2008), lauréat de la II prime du Concours musical russe (Moscou, 2011).

telkov

Andrei Telkov 

Andrei Telkov, est né en 1991 à Voronej, il a commencé la musique en 1996, en 1998 il entre à l’Académie de musique de Voronej  pour apprendre le piano. étudiant du Conservatoire d’Etat de Saint-Pétersbourg (classe de l’Artiste émérite de Fédération de Russie, Aleksandes Sandler), lauréat de la II prime du Concours International des pianistes Chopin (Estonie, 2008). Il prend part aux concerts de la Maison de musique de Saint-Pétersbourg depuis 2011.

banner_maestria

ENTRÉE LIBRE

«Ambassade de musical maestria » est un projet unique de la Maison de la musique de Saint-Pétersbourg et de Rossotroudnitchestvo réalisé avec le soutien du Ministère de la culture de la Fédération de Russie et comportant des rencontres avec les meilleurs musiciens de Russie et des tournées des jeunes solistes dans les centres russes pour la science et la culture dans les pays européens.

La Maison de musique de Saint-Pétersbourg est un établissement fédéral de culture fondé en 2006 en vue de préparer les jeunes musiciens russes aux concours et festivals internationaux et occupe le palais du Grand Prince Alexis Romanov au 122, Moïka.

Le directeur artistique en est l’éminant violoncelliste , artiste du Peuple de Russie, le professeur Serguei Roldouguine. Renseignements en russe ( Cliquez )

 Prochains concerts de Dmitry Smirnov et d’Andrei Telkov en  Belgique et au Luxembourg les 18 au 19 septembre.

Capture d’écran 2014-09-10 à 14.51.46

Le Centre de Russie pour la Science et la Culture de Paris

61, rue Boissière,  75116 Paris

Téléphone : 01 44 34 79 79

Métro : Boissière (6), Victor Hugo (2)

Bus : 22, 30, 52, 82

Parking : Victor Hugo, Kléber, Longchamp

www.russiefrance.org.ru

9
sept

Journée du Patrimoine au Musée Ivan Tourguéniev

   Publié par: artcorusse   dans archives

 

1518678_674015109360914_4534851359193401626_o10495590_674015002694258_1979794791197457740_o

Journées du Patrimoine
Le Musée Tourguéniev sera ouvert de 10h à 17h30 samedi 20 et dimanche 21 septembre 2014.
Visites guidées : 11h30 et 15h30, samedi et dimanche.
Prix d’entrée : 3 euros

 Manifestations culturelles
– Samedi 20 septembre 2014 à 18h :
Concert lyrique, rétrospective de la romance russe de Tchaïkovski à Sviridov.
Avec Mariam Sarkissian, mezzo-soprano, Daria Ulantseva, piano
Prix : 15 euros ( tarif incluant : visite libre du musée, concert, verre de l’amitié)
Réservation : 01 45 77 87 12 / 01 39 18 22 30
– Dimanche 21 septembre 2014 à 18h :
Lecture de lettres de George Sand et Ivan Tourguéniev par Valérie Jeannet et Antoine Campo.
Prix : 15 euros (tarif incluant : visite du musée, spectacle, verre de l’amitié)
Réservation : 01 45 77 87 12 / 01 39 18 22 30

Informations pratiques :
Le Musée sera ouvert tous les week-end de septembre à octobre 2014.
Fermeture du Musée : samedi 1 novembre 2014 au samedi 4 avril 2015 inclus.
Ouverture du Musée : dimanche 5 avril 2015.
Visites de groupes
Le Musée Tourguéniev organise des visites de groupes toute l’année sur rendez-vous.
La visite prévoit pour un minimum de 20 personnes une conférence et, en option, un thé russe au samovar avec gâteau typique.

Adhésion à l’A.T.V.M. (Association des Amis d’Ivan Tourguéniev, Pauline Viardot, Maria Malibran) :
Soutenez notre action et devenez membre de l’ATVM, gestionnaire du Musée Tourguéniev de Bougival et propriétaire des collections.
Vous pouvez vous procurer un formulaire d’adhésion sur :
www.tourgueniev.fr ou www.tourgueniev.biz
L’adhésion permet le service gracieux d’un exemplaire des Cahiers, bulletin littéraire et musical du XIXe siècle, publié annuellement par l’ATVM.
Vous serez informé des activités musicales et littéraires qui ont lieu au Musée.
De plus, l’adhésion offre l’accès libre au Musée et aux expositions.
Le dernier Cahiers en cours de publication aura pour titre Marko Vovtchok, une George Sand ukrainienne.
Pour l’achat des publications de l’ATVM, les membres bénéficient d’une réduction de 30%.

Voir article ARTCORUSSE ( CLIQUEZ ) et le film reportage ( CLIQUEZ )

Autres informations pratiques :
Musée Européen Ivan Tourguéniev : 16 rue Ivan Tourguéniev, 78380 Bougival.
Tel : 01 39 18 22 30
Renseignements : 01 45 77 87 12
Contact : musee.tourgueniev@wanadoo.fr
Blog du Musée : www.tourgueniev.fr
Boutique en ligne : www.tourgueniev.biz

8
sept

Mostra de Venise: Lion d’argent pour Andreï Kontchalovski

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Capture d’écran 2014-09-08 à 11.42.39

Le film russe The Postman’s White Nights (Les nuits blanches du facteur Alexeï Triapitsyne) d’Andreï Kontchalovski a remporté samedi le Lion d’argent du meilleur réalisateur à la 71e Mostra de Venise.
Le film décrit la vie quotidienne d’un petit village russe perdu.

Voir notre article  annonçant la Mostra : ( CLIQUEZ )

8
sept

Exposition “14-18” à Sainte Geneviève des Bois

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

” DANS LES PAS D’UN POILU GÉNOVÉFAIN”

du 17 septembre au 5 octobre 2014

Salle Gérard Philipe, Sainte Geneviève des Bois, 91700

10604102_823016161065662_4362453777414650947_o10665369_823016471065631_4587515332522419928_n

Compte tenu de la spécificité de Sainte-Geneviève-des-Bois avec sa nécropole orthodoxe, la plus grande de l’émigration russe en dehors de la Russie, la municipalité de Sainte Geneviève des Bois  a souhaité vivement mettre l’accent sur le Corps expéditionnaire russe qui, avec plus de 40 000 hommes, est venu renforcer les troupes françaises en se lançant dans de féroces combats en Champagne entre 1916 et 1918.

Gérard Gorokhoff donnera une conférence  samedi 4 octobre à 15h00 sur le thème « Les russes en Champagne ou l’histoire du Corps expéditionnaire en France 1916-1918 » Durée environ 90 mn

Salle Gérard Philipe
Rue Marc Sangnier
91700 Sainte-Geneviève-des-Bois

7
sept

“Cinq Soirées” film de N. Mikhalkov au Grand Action

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Cinéma « Grand Action »
Club Ciné-Ma-Russie
Jeudi 18 septembre 2014 à 20h
présente

5 soirée de Mikhailkov

Réalisateur : Mikhalkov, Nikita
Acteurs : Larissa Kouznetsova, Stanislav Lioubchine, Valentina Telitchkina
Genre : Comédie dramatique, Romance
Nationalité : Russe
Date de sortie :   1979

 Un homme et une femme se retrouvent, après vingt ans de silence. Pour cinq soirées qui vont peut-être changer leur vie.

“Iline est revenu à Moscou, qu’il a quitté en 1941. Il s’installe chez Zaïa, une amie. Un soir, il vient rendre visite à Tamara Vassilieva, l’amie d’une époque lointaine qu’il n’a pas revue depuis dix-huit ans ! Tamara n’est toujours pas mariée et mène une vie rangée, consacrée à ses activités professionnelles et à l’éducation de son neveu Slava. Le contact, après ces longues années de silence, est plutôt froid. Iline se prétend ingénieur en chef alors qu’il n’est que camionneur. Tamara se déclare heureuse de sa vie et lui offre de rester pendant la durée de son séjour. Iline accepte et se lie d’amitié avec Slava et son amie, Katia. Le troisième soir, il avoue à Tamara son désir de tout abandonner pour revivre avec elle; mais, ne voulant pas évoquer la vérité sur sa situation, il quitte la maison et part se réfugier chez Timofeev, un vieil ami d’avant-guerre, également professeur de Slava.

Le lendemain, Tamara, rendant visite à Timofeev, apprend le secret de Iline de la bouche même du professeur. Elle lui confie sa solitude et son angoisse. Après le départ de Tamara, Iline qui a tout entendu de la conversation, quitte Timofeev. Déboussolé, il raconte tout à Zaïa lors de la cinquième soirée de son séjour. Zaïa, qui l’aime, essaie de lui redonner courage et force; en vain, Iline, malgré l’intervention énergique de Slava et de Katia, est décidé à quitter Moscou sans avoir revu Tamara. Chez Tamara, une sonnette retentit; déception… c’est Timofeev qui apporte le cadeau d’adieu d’Iline. Cependant, peu après, la sonnette se fait à nouveau entendre…”

Nikita-Mikhalkov_portrait_w193h257

Issu d’une famille artistique, Nikita Mikhalkov est un acteur et réalisateur russe.
Son arrière petit-fils du peintre Vassili Sourikov, petit-fils du peintre Piotr Kontchalovski, fils du poète Sergueï Mikhalkov (auteur de l’hymne russe) et frère du réalisateur Andrei Konchalovsky, Nikita Mikhalkov nait dans une famille portée sur l’art.

Macha_Méril

Macha Méril, née princesse Maria-Magdalena Wladimirovna Gagarina, actrice française.

AVT_Marc-Ruscart_1842

Marc Ruscart, producteur délégué, producteur exécutif, producteur.

Pierre-Murat-3952

Pierre Murat étudie les langues orientales et les lettres modernes à l’université. Il y rédige un mémoire sur Henri Colpi et consacre son doctorat au cinéma d’espionnage. Il collabore aux Fiches du cinéma de 1971 à 1980. Il collabore à la revue Télérama depuis 1980 et participe au Masque et la Plume depuis 1992. Il est  critique de cinéma français.

Capture d’écran 2014-09-07 à 10.54.16

Nikolaï Elkine, il est russe né à Moscou, vit à Paris depuis plus de dix ans, a fondé le ciné-club. Ciné-ma-Russie, participe à l’organisation du festival du cinéma russe à Paris et en Bretagne.

Grand Action

Cinéma Le Grand Action
5 rue des Écoles  75005 Paris
Tél: 01 43 54 47 62
Métro : Cardinal Lemoine ou Jussieu

5
sept

“La Belle et le Tailleur” à La Parole Errante

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Les 17, 18, 19 septembre, à 20h30
à la PAROLE ERRANTE

10394513_286428938218652_2698997267633555500_n

Mise en espace : Claude Merlin
BIELKA: chant, guitare , gusli
Nicolas KEDROFF: balalaïka
Charles RAPPOPORT: violon

La Belle et le Tailleur
Bielka conte et chante l’histoire d’un petit tailleur juif de Russie contraint de s’exiler vers la France au début du XXe siècle. Chants russes, yiddishs , ukrainiens, …puis, les pays traversés par le tailleur sont évoqués à travers un répertoire qui va de la mer Noire au pourtour méditerranéen.
Au delà de l’histoire du tailleur, ce sont tous les émigrés qui sont imagés ici, aussi bien ceux qui quittèrent leurs shtetls ( villages juifs d’Europe centrale) que ceux que compta le petit peuple cosmopolite d’Odessa : artisans Grecs, Arméniens , Turcs, Juifs Séfarades et Tsiganes…
Bielka donne vie à ces personnages, qui au delà de la nostalgie des pays qu’ils durent quitter, surent chanter et jouer ensemble, mêler leurs voix et leurs instruments, leurs légendes, leurs souvenirs et leurs espoirs…

 

La Parole Errante

9, rue François Debergue

93100 Montreuil

Métro: Croix de Chavaux (ligne N° 9)

Informations et réservations: 06-80-36-98-75

ou par mail bielkabielka@hotmail.com

www.bielka.org
Tarif : 10 €

2
sept

2ème Festival du Cinéma Russe à Nice

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

2ème Festival du Cinéma Russe

à Nice du

lundi 22 au dimanche 28 septembre 2014

2° Festiv cinema nice Sept 2014

    Le président de l’Association franco-russe « Perspectives », de Marseille, Oleg Aguichine a été nommé le représentant officiel du Gosfilmofond (Fonds d’Etat des films de la Russie) pour le Sud de la France.

Le devoir du représentant officiel consiste à réaliser des projets pour promouvoir la cinématographie russe en France. Selon Nikolaï Borodatchiov, directeur général du Gosfilmofond, il doit participer à l’organisation de la Semaine du cinéma lors du Festival russe au théâtre Toursky à Marseille, la renaissance du festival de cinéma à Nantes, du festival du cinéma russe à Nice (prévu chaque année), sont  les premiers projets du fonds en France.

sigle Gosfilm
Les organisateurs du festival sont : le gouvernement de la Fédération de Russie, le Fonds d’Etat des films de la Russie (Gosfilmofond), et la ville de Nice. Durant les six jours du festival, les films originaux (sous-titrés en français), dont les films exceptionnels de 1914 et 1915, issus de Gosfilmofond, l’un des plus grands établissements des archives du cinéma au monde, seront projetés à la Cinémathèque de Nice.
Le programme du festival s’articule autour de deux dates importantes de l’année 2014, liées à l’histoire de la Russie.
Le 200e anniversaire du célèbre poète russe Mikhaïl Lermontov (1814-1841), les spectateurs pourront voir des films réalisés d’après les œuvres célèbres du poète, notamment  “Un héros de notre temps”, “Léviathan”, “Vadim”, “Bela”, “Mascarade”, etc.
Dans le cadre des commémorations du centenaire du début de la Première Guerre mondiale, le public du festival pourra assister aux projections de célèbres films consacrés à cette époque, comme “Le roi”, “La loi et la liberté”, “La guerre oubliée”, “Les sœurs”, “La Fille de la Pologne meurtrie”, etc.
Outre les films historiques, le festival présentera des films célèbres de l’époque soviétique – “L’amour et les pigeons”, “Monologue”, “Le septième compagnon” – des dessins animés soviétiques préférés du public, ainsi que des films russes contemporains dont “L’Amiral”, “Les zazous”, “Des monstres et des hommes”, etc.
Le programme comprend plusieurs projections thématiques dont le thème principal est le 100e anniversaire du début de la Première Guerre mondiale. Les projections des films auront lieu avec la participation des artistes, réalisateurs, et filmologues, venus de Russie.
Pour les petits Niçois, quatre programmes de dessins animés sont prévus.

PROGRAMME COMPLET : http://www.jfrp.fr/images/programme-Nice-2014.pdf

Cinémathèque de Nice: 3 Esplanade Kennedy, 06364 Nice

Cinéma Rialto: 4 rue de Rivoli, 06000 Nice

Palais des Congrès Acropolis: 1 Esplanade Kennedy , 06364 Nice.

Tél: 04 92 04 06 66        www.cinematheque-nice.com

1
sept

Exposition de 12 artistes russes à I-Gallery

   Publié par: artcorusse   dans Brèves, Evenements

Exposition du 16 septembre au 4 octobre 2014

I-Gallery « Instant » et La Palette Russe

10505514_10152347398411188_7109756179798493264_n

 I-Gallery « Instant » et La Palette Russe présentent l’exposition de douze peintres :

Igor Andreev, Konstantin Altounine,Yulia Bogatova, Viacheslav Begidzhanov, Galina Bystritskaya, Faina Kremerman, Vladimir Kara, Tatiana Lyssac- Polischyk, Evgenia Saré, Masha.S. Schmidt, Daria Surovtseva et
Michael Yakhilevich.

igor-andreev-photo

Igor Andreev.

Né en 1952 à Léningrad (Saint Péters bourg), Igor quitte la Russie à l’âge de 20 ans à bord d’un bateau de pêche pour débarquer ensuite au Canada. Ses préoccupations d’alors étaient plus poétiques que politiques. Après un séjour de 8 ans en Amérique du Nord, il vient en France en 1981 et se met aussitôt à peindre car, dit-il « la peinture est plus directe que l’écriture, plus immédiatement lisible ».

Konstantin_Couv_Copier_

Konstantin Altounine

Le peintre russe est l’auteur de la toile “Travestis”, montrant le président Vladimir Poutine et son Premier ministre Dmitri Medvedev en sous-vêtements féminins, a demandé l’asile politique en France en 2013.

2509014

Yulia Bogatova

Capture d’écran 2014-09-01 à 13.16.07

Faina Kremerman

SOIR-DE-FETE-VLADIMIR-KARA

Vladimir Kara

Les tableaux de Vladimir Kara nous font pénétrer dans d’étranges histoires, des contes modernes, quand ce ne sont pas des légendes plus antiques, plus barbares, qui laissent une mélancolie diffuse.

zodiaques

Evguenia Saré

Evgenia Saré est née en 1959 en Arménie, diplômée de l’Institut National des Beaux-Arts de Erevan, Saré vit et travaille à Paris depuis 1991. Ses œuvres font partie de plusieurs collections particulières et des musées.
“Un monde fantastique peuplé de personnages tout à la fois proches de la caricature et présentés dans leur vérité dérisoire. Critique, féroce souvent, qui se rattache par l’esprit à bien des artistes des siècles passés. Privilège du créateur que de pouvoir ainsi exprimer par le trait, l’image humoristique, plaisante ou terrible, des ses semblables. Galerie de portraits remarquablement gravée par Saré, au tracé évocateur et fin où la lumière fait ressortir les parties sombres de l’œuvre. Visages au nez démesuré, têtes coiffées de chapeaux surmontés de ville, ridicule danseuse sur les pointes, accessoires excentriques, un vrai régal tragi-comique révélateur du talent de cet artiste d’origine arménienne vivant à Paris depuis plusieurs années. (Nicole Lamothe)

accueil

Masha.S. Schmidt

Masha.S. Schmidt et née à Moscou rentrée à l’âge de 17ans à l’Ecole des Beaux Arts de Moscou (dite Stroganoff) qui forme en son sein les artistes accomplis capables de contribuer à la gloire de leur patrie par leurs réalisations en Arts Plastiques tout autant qu’en Arts Appliqués . En d’autres termes, nous devions faire deux écoles en une : le cursus intégral de l’Ecole des Beaux-Arts à l’Ancienne avec les cours d’anatomie plastique, dessins de nu, peinture, sculpture, Histoire de l’Art… mais également un cours de Design Industriel comprenant la résistance des matériaux , la géométrie appliquée, l’histoire du Design et de l’architecture, la création de maquettes…

2sculptures1w

Daria Surovtseva

Daria SUROVTSEVA et ses surprenantes et délicates sculptures en porcelaine et plexiglass vous envoûteront.

michael-yakhilevich-landscape-with-goat

Michael Yakhilevich.

Le lien qui unit le artistes de la Palette Russe  est à rechercher non pas dans leurs origines et générations différentes dans leur vécu et destinée communs. Tous ont eu et ont encore le souvenir des épreuves similaires traversées. Chacun, à sa manière, est parvenu à les surmonter mais c’est dans leur cheminement artistiques et leurs moyens d’expression qu’on retrouve l’essentiel, leur communauté de destin que l’on pourrait appeler un destin russe.

 Le vernissage va dérouler en présence des artistes le vendredi 19 septembre entre 18h et 21h, ou lors des horaires d’ouverture de la galerie du mardi au samedi de 16h à 20h et sur rendez-vous.

I Galerlery

12 Durantin, 75018 Paris
Renseignements et RV:
Olga Karasseva 0663874209
Olga Khlopova 0632773588

30
août

“Le roman des Russes à Paris” d’Alexandre Jevakoff

   Publié par: artcorusse   dans Brèves, Livres

PARUTION LE 18 SEPTEMBRE 2014

jevakoff lLe roman des r107

Alexandre Jevakhoff a choisi de nous entraîner
dans la fascinante histoire des Russes à Paris.

Ils  ne sont pas venus pour prendre mais pour donner.
Les Russes sont particulièrement présents dans l’histoire
de Paris qui a toujours représenté pour eux une ville unique.

Interrogez un Parisien ou  n’importequel Français-sur les Russes à Paris. Il vous répondra:  le pont Alexandre III, la cathédrale de la rue Daru, les Ballets russes, Chaliapine et Chanel, les officiers devenus chauffeurs de taxi,  les boîtesdenuit…

Le Roman des Russes à Paris retrace tous ces épisodes d’une histoire d’amour qui dure depuis dix siècles, avec l’arrivée d’Anne de Kiev pour épouser le roi de France.
Cette chronique est l’occasion de découvrir bien d’autres rendez-vous entre les Russes et Paris, de la confrontation entre les révolutionnaires et les espionnes du Tsar à l’expulsion des Russes en Corse pendant la visite de Khrouchtchev, en passant par ce cousin de Tolstoï chargé d’influencer la presse parisienne et le camp soviétique de Beauregard.
Dix siècles de passion et de déceptions, de mystères et de héros en tous genres.

Alternant événements historiques, anecdotes et clins d’œil personnels, l’auteur, né à Paris et petit-fils de quatre Russes blancs, nous raconte cette histoire d’amour unique sur un ton documenté et malicieux, sans hésiter à faire appel à l’imaginaire. “

Alexandre Jevakhoff est un historien et haut fonctionnaire français. Inspecteur général des finances, il a été un collaborateur de Michèle Alliot-Marie. Ancien élève d’HEC, de Sciences-po, de l’ENA, il est président du Cercle de la Marine Impériale Russe et membre de l’Union de la Noblesse Russe. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment “Les Russes blancs” paru en 2007 aux éditions Tallandier.

Editions du Rocher

28 rue Comte Felix Gastaldi

98015  Monaco

301 pages  22 €uros

30
août

Restauration achevée de la cathédrale de Souzdal

   Publié par: artcorusse   dans Informations

800px-Russia-Suzdal-St_Euthymius_Monastry-Transfiguration_Cathedral-Belfry

Monastère Saint-Euthymius, cathédrale de la Transfiguration et beffroi

Souzdal vient de célèbrer le 9 août 2014 son 900 ème anniversaire, en même temps la restauration des fresques de Gury Nikitin dans la cathédrale de la Sainte Transfiguration est achevé. La restauration des 600 mètres carrés de fresque du XVIIe siècle, a nécessité 46 ans.

ItarTass©V. Smirnov

Fragments de fresques © V. Smirnov

“C’est sans aucun doute  le complexe pictural le plus précieux de Souzdal. Toute personne entrant dans la cathédrale devient muet, enveloppé  des scènes de la Bible. Étonnamment,  le maître avait le don de la mesure, la compréhension de la couleur, les couleurs naturelles du XVII siècle. C’est un livre qui peut être lu à l’infini”

avt restau suzdal

Fresque  avant restauration.

La restauration de la cathédrale a commencé en 1968, mais les travaux furent interrompus puis reportés….  En 2013-2014, il a été décidé de la restauration complète des fresques, sous la direction du chef  de restauration scientifique et artistique interrégionale du ministère de la Culture de la Fédération de Russie,   Vladimir Sarabyanova.
Il y a eu beaucoup de découvertes artistiques, l’on a constaté que dans le processus de mise à jour des fresques, des maîtres différents ont remplacé des images de quelques  saints. Pourtant, il est  reconnu que Nikitin est à l’origine des fresque et de l’utilisation d’ocres dorés dans les halos  autour des têtes et non de la peinture à l’or  utilisée seulement au XVIIIe siècle.

Gury Nikitin (1620-1691 ans) est le dernier des grands peintres russes et de mettre son nom sur le même pied d’égalité que l’iconographe André Roublev et Théophane le Grec. Sous la direction de Nikitin a été peint cathédrale de la Trinité à Kostroma, l’église d’Elie le prophète à Yaroslavl. La cathédrale de la Transfiguration de Souzdal  est une de ses dernières œuvres, qu’il a peint en 1689, deux ans avant sa mort.

29
août

Le Chœur Bortnianski recrute à Orléans

   Publié par: artcorusse   dans Petites annonces

 

Capture d’écran 2014-08-29 à 18.19.13

Les membres du Chœur Bortnianski d’Orléans vous informent de la reprise des répétitions, le samedi 6 septembre 2014.
Nous y travaillerons la polyphonie du répertoire sacré orthodoxe slave, sous la direction du maestro Sergueï Tcherkassov.
Répétitions: un week end par mois dans la chapelle du Petit Cormier au 65, avenue de Verdun à St Jean de Braye (Loiret)
L’agenda 2014 est le suivant : 06-07 septembre, 11-12 octobre, 08-09 novembre, 06-07 décembre.

ch

Chœur Bortnianski 2014

Les dates pour 2015 vous seront communiquées à la rentrée.
Le chœur, créé en 2011, réunit des choristes amateurs, dont la motivation et l’assiduité ont permis de répondre aux exigences du répertoire.

Si vous souhaitez nous rejoindre, vous pouvez nous contacter : 06 82 29 11 43 / 06 23 90 01 02

courriel: choralebortnianski@sfr.fr

Venez dès le 6 septembre à 14h pour un week end d’essai.

Chapelle du Petit Cormier

61 Av. de Verdun

45800  St Jean de Braye

27
août

Décés à 101 ans de Catherine Serebriakova

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

La célèbre peintre Catherine Serebriakova

est décédée à Paris le 26 août 2014

3830962

Catherine  Serebryakova la fille de Zinaïda Serebryakova,  (venue à Paris dans les années 1905 ) devenu artiste peintre ,membre de l’association “Le Monde de l’art et des lettres». Catherine Serebriakova  nous a quitté dans son atelier parisien  à l’âge de 101 ans.
Catherine Serebriakova  est née le 28 Juin 1913  1913 à Tsarskoïe Selo, le « Versailles russe ». Quittant définitivement la Russie soviétique en 1924, agée de 15 ans  avec son frère plus âgé, Alexandre Serebriakoff.  Ils ont rejoint leur mère Zinaïda à Paris. Catherine va s’inscrire dans une tradition mineure mais recherchée de la peinture russe, celle du “portrait d’intérieur”, laissant également un témoignage minutieux des décors et fêtes de la haute société française..

Elle a contribué à la préservation du patrimoine des œuvres de sa mère Zinaïda Serebryakova (1884 à Neskoutchnoïe, Russie -Paris 1967)
Selon le diplomate français, officier de l’Ordre de la Légion d’Honneur Irene Zayonchek: ” La créativité de Serebryakova  Junior a ouvert une nouvelle page dans l’histoire d’une famille unique.

Un destin incroyable, de gens extraordinaires», – a déclaré  la présidente de l’association  “Les Amis de Léon Tolstoï” la comtesse  Colette Tolstoï.

Serebriakoff-1(1)

Les pêcheurs, Collioure aquarelle 1930.

Une exposition lui fut consacrée en  juin 2013 à la Résidence de l’Ambassadeur de Russie à Paris ouvrant exceptionnellement ses portes au public pour présenter une exposition de ses œuvre.
«Le monde de la culture russe a subi une perte irréparable, a déclaré l’ambassadeur de Russie en France Alexandre Orlov, Catherine Serebriakova était un vrai maître, une personne à l’âme incroyable.”

pic_24ac44609336ecad3ef3c898303f304a

Les funérailles de Catherine Serebryakova auront lieu au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois.

ВЕЧНАЯ ПАМЯТЬ