16
mai

Cabaret russe à Bures sur Yvette et expo d’Anne Sargeant

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Byzance après byzance

Anne Sargeant photographe indépendante.

Exposition Œuvres photographiques d’Anne Sargeant
Du 21 au 31 mai 2013
vernissage samedi 25 mai à 19h

Cette photographe d’origine britannique, installée en France de longue date, a beaucoup

photographié Paris et ses habitants mais elle présente des photos exceptionnelles, d’un ses voyages !

Après la chute de Constantinople en 1453, seuls deux pays orthodoxes restent indépendants et continuent
la grande tradition spirituelle byzantine : la grande Russie et les principautés roumaines.
La continuité artistique est saisissante : les fresques des églises de Bucovine dans le Nord de la Roumanie,
les traditions du Maramures, à la frontière de l’Ukraine, sont de la même essence que celles de
la Grande Russie, de Saint-Pétersbourg notamment. Et les deux tentent de refaire la civilisation byzantine”.

vendredi 24 mai à 21h

Concert Piano/violon

Igor et Maja Lazko

Igor Lazko, pianiste, est un artiste russe qui collabore notamment dans de nombreux orchestres de chambre.

Il possède au plus haut point cet art du « dire » au clavier qui est la marque des plus grands interprètes. Il dispose

d’une technique infaillible et son jeu au lyrisme raffiné, sa projection symphonique du son alliés à la puissance spirituelle

de son discours révèlent des ses interprétations d’une grande authenticité, une fête sonore d’une grande beauté.

Avec lui la musique est limpide, simple et pure. Il se produit dans le monde entier.

Maja Lazko, violoniste. Elève du grand virtuose Leonid Kogan, elle obtient une maîtrise en musique.

Elle fait partie denombreux jurys internationaux.

Elle est actuellement professeur de violon à l’Ecole Nationale de Musique

de Fresnes et au Conservatoire Camille Saint Saëns de Paris

Eglise St-Matthieu
Bures-sur-Yvette
Entrée libre, sur réservation

Au programme : Jean-Sébastien BACH
Capricio en si bémol majeur
Sonates pour violon et piano, n°3 en Mi majeur et n°4
en Ut majeur
Concerto Italien
Sonate pou violon et piano, n°6 en Sol Majeur
Fantaisie chromatique et fugue

Cabaret russe le samedi 25 mai

Bielka et Souliko

Le duo vocal mère-fille, dans la pure tradition de transmission orale.
Deux voix surprenantes, entremêlées dans l’harmonie de l’émotion.Chants populaires rituels
de Russie, prières tziganes, berceuses géorgiennes, chants à danser, ces mélopées
incantatoires évoquent la résurgence d’un chant profond.
Quand sensualité et spiritualité sont en harmonie…

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

NICOLAS KEDROFF

“balalaïka man” la magie de la balalaïka

avec Oleg Ponomarenko , guitare


La “balalaïka” est le symbole musical de la Russie. Petit instrument de musique triangulaire
à trois cordes, son jeu est surprenant et fascinant.


Sur scène, Nicolas Kedroff, ce sont l’intelligence, la virtuosité, les larmes et l’humour. Issu
d’une famille de célèbres artistes russes, sa réputation est internationale. Lauréat du concours
La Coupe du Nord (Russie), le musicien mène une activité concertante et pédagogique. Il s’est
produit dans les cabarets russes parisiens Balalaïka et Raspoutine, dans de nombreuses salles
et prestigieux festivals en France et à l’étranger. On le voit parfois aux côtés de Ivan Rebroff,
Mikhaïl Rojkov, les frères Ferré, ainsi que devant des personnalités artistiques et politiques de
renom, dans d’innombrables soirées évènementielles, dans quantité d’ensembles, émissions de
radio et télévision, une trentaine de disques, aux Opéras de Lausanne, d’Angers-Nantes et de
Lyon (partie de balalaïka du “Nez” de D.Chostakovitch), et avec l’Orchestre National Russe
Ossipov. Nicolas Kedroff est décoré Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres. La presse le
qualifie de “virtuose de son instrument” ou bien d’ “extraterrestre de la balalaïka“.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Ensemble vocal « LADO Polyphonie Russe»

Diréction : Olga Velichkina, ethnomusicologue
L’ensemble LADO de l’université Paris IV Sorbonne s’efforce de partager avec le
public sa passion de la musique traditionnelle villageoise authentique. Les chansons sont
interprétées au plus près de la manière villageoise, sans aucun arrangement, en préservant le
dialecte local.
Le répertoire de LADO comporte des chants populaires de genres divers des
différentes régions de Russie, Ukraine, Biélorussie. Parmi eux figurent des chants rituels de
fêtes paysannes (de Noël, Mardi Gras, début de printemps et de Pentecôte), ainsi que des
complaintes, des chansons à danser…. La plupart se chantent à capella à plusieurs voix,
d’autres sont accompagnés par des instruments de musique.
LADO se présente dans de magnifiques costumes traditionnels faits à la main au début
du siècle dernier.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

LEONID ZELITCHONOK
L’HOMME ORCHESTRE

Toute l’âme de la Russie en chants et en musique
Chanteur, multi-instrumentaliste, il met tout son coeur pour faire découvrir la culture d’un
pays traditionnellement tourné vers la musique, son pays, la Russie.
Instrumentaliste eclectique, Leonid chante et maîtrise parfaitement la Domra, la
Balalaïka, la Lira, le Gousli et la Guitare.
Il joue également le Bayan (accordéon russe) et de divers autres Accordéons.
Sachez que le plus petit ne mesure pas plus de 5 cm et se trouve caché dans le
talon de sa botte. La Cornemuse et toute une gamme de Flûtes traditionnelles n’ont
aucun secret pour lui. La musique classique et sacrée, folklore, romances et
ballades tziganes. Seul ou accompagné d’autres musiciens, il fait découvrir les
instruments traditionnels et fait participer le public.

Centre Culturel Marcel Pagnol

rue Descartes
91440 Bures-sur-Yvette

Réservation : 01 69 18 79 50

Description:
Par Alain Alexis Barsacq
Metteur en scène et Directeur du Théâtre de l’Atalante

C’est en 2003, que l’histoire du festival « Le Cosmos russe » à commencé par l’évocation, entre Kirill Terr, chanteur, musicien et vice-président de la « Communauté russe de France », et moi-même, d’une association de nos forces de création.
Je suis né en France. Ma mère d’origine russe est née à Saint-Pétersbourg ; et mon père, André Barsacq, de parents français, est né en Crimée où il a vécu jusqu’à vingt ans, sa première langue étant le russe. Il a construit plusieurs théâtres. Il a travaillé avec le célèbre metteur en scène et
acteur Charles Dullin. Il a tourné un film avec Michel Simon, star du cinéma français. On a donné son nom à une rue du haut Montmartre.
Tout ceci m’a donné une grande attirance pour la culture russe et dès le milieu des années 90, j’ai créé un théâtre devenu notamment un lieu de rencontres, de festivals et de spectacles russes.
Au début des années 2000, le théâtre de l’Atalante a commencé à être l’un des théâtres français les plus connus des acteurs russes. En 2008 le théâtre de l’Atalante s’est placé parmi l’un des meilleurs théâtres en France et a été nominé au Molière, l’un des plus prestigieux prix théâtraux français.
En 2005, nous avons lancé, Kirill Terr et moi-même, le projet du “Cosmos russe”, un festival musical de quatre jours, dont le but était de populariser la langue et la culture russes, ainsi que de réunir des russophones et des français sympathisant de la Russie et s’intéressant à la culture russe.
En 2012, du 25 au 28 avril, ce sera la septième fois qu’aura lieu ce festival. Au fil des ans, il a été fréquenté par un public de plus en plus large, mais il a attiré aussi des artistes, aussi bien de jeunes artistes, que des artistes très connus en Russie : E.Grichkovets et A.Pogrebnitchko de Moscou, le “Théâtre des jeunes Na Fontankè” de Saint-Petersbourg, dirigé par l’artiste du peuple de Russie, S.Spivak, le “Jeune théâtre” de Kazan, des groupes musicaux russes de Moscou, de Tver, de Saint-Petersbourg, de Petrozavodsk, de Minsk, d’autres villes, d’Allemagne, de Belgique, de
France et d’autres pays. Parmi ces groupes, le violoniste Alekséï Aïgui, le barde Viktor Leonidov de Moscou, les groupes légendaires ” Mify ” et ” Sankt-Péterbourg’ “. Notre estival est en pleine croissance et est devenu un lieu de rencontre important pour les défenseurs de la culture russe sur le sol français.

Théâtre de l’ATALANTE

10 Place Charles Dullin

75018 Paris

Information et réservations: 01 42 23 17 29

Abesses (ligne 12), Anvers (ligne 2)

Anvers

16
mai

Les tentations d’Aliocha au Théâtre de l’Aquarium

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

D’après Les frères Karamazov de Fiodor Dostoïevski
Traduction André Markowicz, Ed. Actes Sud
Adaptation Véro Dahuron et Guy Delamotte
Mise en scène Guy Delamotte

Avec Véro Dahuron, David Jeanne-Comello, Anthony Laignel, Gilles Masson, Timo Torikka, Catherine Vinatier et la participation de Piotr Semak du Théâtre Maly de Saint-Petersbourg et de Laura Malmivaara du Théâtre Kom d’Helsinki

Il y a un père impossible, à la fois tyran et bouffon, travaillé par l’amour des femmes et de Dieu que l’on retrouve mystérieusement assassiné… Il y a ses quatre fils qui se soupçonnent mutuellement, tandis que leurs amantes tentent malgré eux de les sauver… Il y a aussi ce saint moine, père spirituel adoré des Karamazov, mais dont le cadavre se mettra à puer: preuve scandaleuse que le prêtre avait en fait gravement péché! Alors la foi chancelle, la justice s’effondre et c’est le cri de désespoir jeté à la face du ciel…

Dernière chef-d’œuvre de Dostoïevski, Les Frères Karamazov imbrique magistralement histoires d’amour, intrigue policière et réflexion métaphysique: quel est ce dieu qui nous fit libres et donc sujets à la tentation et donc potentiellement criminels?

Fascinés par le grand maître russe ( ils en sont à leur quatrième adaptation!), V. Dahuron et G. Delamotte ont rêvcé ce qu’aurait pu être le projet annoncé par Dostoïevski d’écrire une suite aux Karamazov à travers la figure du plus jeune frère, Aliocha: Aliocha le pur, promis à la prêtrise et qui, de tentations en désillusions, se reniera tout pour virer terroriste !

Crédit Photos © Tristan Jeanne-Valés

Réservation:

Téléphone : 01 43 74 99 61
mardi au samedi – 14h à 19h

TARIFS DES SPECTACLES

  • 20€ plein tarif
  • 14€ moins de 30 ans, collectivités
  • 12€ adhérents Ticket-Théâtre(s)*, demandeurs d’emploi
  • 10€ étudiants et scolaires

SPECTACLES
du mardi au samedi à 20h30
le dimanche à 16h

ACCÉS:

En métro: À 4 stations de Nation !  Ligne 1, arrêt Château de Vincennes (sortir en tête de rame)
Suivre la sortie n°6 Bois de Vincennes/Cartoucherie

En bus

Les bus 46, 56, 112, 114, 115, 118, 124, 210, 318, 325 et 328
mènent à la station RATP « Château de Vincennes »

Puis vous avez le choix:

  • Navette Cartoucherie Gratuite
Gratuite, elle vous attend à la sortie n°6 « Bois de Vincennes » (en tête de rame), juste derrière la station de taxi.
Premier départ : 1h avant le spectacle. Elle tourne ensuite régulièrement jusqu’à son dernier passage, 10mn avant le début du spectacle. Durée du trajet 6 mn.
Retour assuré au métro à la fin du spectacle, 1 heure durant.
  • Bus 112
Il circule toutes les 20mn. Descendre à l’arrêt Cartoucherie (en zone 3).

14
mai

St Roch à l’heure russe

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

L’église St Roch à Paris à l’heure russe


Bâtie entre 1653 et 1722 sur les plans initiaux de Jacques Le Mercier. C’est l’une des plus vastes de Paris. L’édifice est classé au titre des monuments historiques depuis le 7 décembre 19141.

Le parvis de l’église fut le théâtre de combats durant l’insurrection royaliste du 13 vendémiaire an IV soit le 5 octobre 1795. Pillée à la Révolution, l’église a récupéré une partie de son patrimoine ainsi que de nombreuses œuvres d’art provenant d’autres églises parisiennes. Elle reste connue comme étant la paroisse des artistes, par allusion au nombre d’entre eux qui y ont été inhumés ou dont on y a célébré les obsèques, et de la riche collection d’œuvres d’art qui y est conservée.

Jeudi 14 juin à 20h 45

Chants Liturgiques Orthodoxes

Chœur de la Cathédrale Saint Irénée

Direction: Diacre Brunio Houver

Chœur Saint Nicolas

Direction: Cyril Vassilieff

Ensemble Slava

Direction: Marina Pervychine-Poulet

Ensemble Xopex

Direction: Kamil Tchalaev

Ensemble Chersonèse

Direction: Georges Soloviev

Chœur de la Présentation de la Vierge au Temple

Direction: Oleg Lavroff

ENTRÉE  LIBRE

EN COLLABORATION AVEC L’ASSOCIATION
CHANTS LITURGIQUES ORTHODOXES

Église Saint-Roch:

296 rue saint Honoré (métro: Pyramides et Tuileries) .

Pour d’autres informations (chorales qui y participent).

14
mai

Théâtre Bolchoï diffusé dans les cinémas russes

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Les ballets du Bolchoï diffusés en direct

dans les cinémas russes

Le 11 juin, ce ballet pourra être vu par les habitants de Novossibirsk, Riazan, Mourmansk, Syktyvkar, Krasnodar et Voronej. Depuis quelques années la société française Pathé Live organise la projection de certains spectacles à travers le monde. En France depuis trois ans et cette années dans 69 cinémas du réseau Gaumont Pathé.

Il y eu la diffusion d’un des ballets les plus significatifs du Bolchoï: Roméo et Juliette, interprété pour la première fois à Moscou en 1979, et joué jusqu’en 1995. Le metteur en scène Iouri Grigorovitch le remis dans le répertoire du Bolchoï en 2010.

Le chorégraphe Youri Grigorovitch.

Les habitants de Moscou et de Saint-Pétersbourg vont payer leur billet  450 roubles et pour les autres villes de Russie le billet sera de 350 roubles.

14
mai

Hommage à Noureev au Palais des Congrés

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Une quinzaine d’étoiles du monde entier rendront hommage à Rudolf Noureev, mort il y a vingt ans, lors d’un gala reprenant ses ballets emblématiques les 31 mai et 1er juin au Palais des Congrès à Paris. Le 6 mars dernier, c’est l’Opéra Garnier qui célébrait celui qui fut son directeur de la danse dans les années 80.

Le gala organisé sous le patronage de la Fondation Noureev  présentera des extraits des grands ballets de Marius Petipa repris par Noureev, comme “Raymonda” ou “La Bayadère”, mais aussi de “Manfred”, une de ses créations, ainsi que de ballets de chorégraphes dont il était proche, comme Frederick Ashton (“Marguerite et Armand”).

Aurélie  Dupont lors de Hommage de l’Opéra de Paris à Rudolf Noureev le 6 mars 2013

Le gala, dont l’Orchestre Pasdeloup assurera la partition musicale, entend fêter le 75e anniversaire de la naissance de la star, plutôt que le 20e anniversaire de sa mort du sida à Paris.

Mathias Heyman de l'Opéra de Paris.

Parmi les étoiles invitées à danser figurent Aurélie Dupont et Mathias Heymann de l’Opéra de Paris, Federico Bonelli du Royal Ballet de Londres, Dmitry Gudanov et Evgenia Obraztsova du Bolchoï, Evgeni Ivanchenko, Yekaterina Kondaurova, Anastasia Matvienko et Alina Somova du Mariinski de Saint-Pétersbourg, ou encore Vadim Muntagirov de l’English National Ballet, qui a bénéficié d’une bourse de la Fondation Noureev .

Palais des Congrés

2 place de la Porte Maillot

75016 Paris

Durée du spectacle: 2h 30

Billets de 45€ à 125 €

Renseignements: CLIQUEZ

14
mai

Chichkine à l’honneur

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Le peintre russe Gueorgui Chichkine vient d’être primé pour le dessin de son timbre qu’il a fait édité à l’occasion du

400ième anniversaire de la maison des Romanoff.

Prix du meilleur timbre édité en Russie” .

Gueorgui Chichkine vit entre Paris et Monaco, il a réalisé de nombreuses expositions en France et à Monaco.

Outre ses tableaux il a réalisé de nombreuses planches de timbres.

Timbre édité pour le 1150ième anniversaire de l'utilisation de l'écriture
cyrillique en Russie par St Cyrille et St Méthode.(*)

(de gauche à droite) Le prince Albert II, Fondation Prince Pierre de Monaco
et Boris Pasternak.


Le Prince Albert II et la Princesse Charlène de Monaco pour commémorer leur mariage.

Dernier timbre-poste crée par G. Chichkine, pour le Centenaire du ballet
"Le Sacre du Printemps" (émission le 22 mai 2013).

Gueorgui Chichkine réalisant le portrait de Gérard Depardieu.

Guéorgui Chichkine en 1958 à l’âge de 10 ans,  a été admis à l’école des Beaux-Arts, Le jeune Chichkine a voyagé à travers les nombreuses villes anciennes de son pays, muni de son chevalet. Dans le Cathédrale d’Assomption de Vladimir,  il est très impressionné par les fresques d’Andreï Roublev, considéré comme le premier peintre russe.

Diplômé de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts et d’Architecture de Sverdlovsk (Académie) en 1975, stagiaire à l’École nationale supérieure des Arts Stroganoff de Moscou, il a été professeur de dessin et de peinture, pendant dix ans, à l’École supérieure où il fut étudiant.

A partir de 1974, Guéorgui Chichkine participe à des expositions artistiques des professionnels. Dans la même année, il a devenu lauréat du concours national des jeunes créateurs de Russie et invité pour participation à l’Exposition du prestige à Moscou.

En 1992, a l’issue de voyages à l’étranger, en Allemagne de l’Ouest et en Hollande (à partir de 1989), Gueorgui Chichkine, en quête de ses racines, a commencé peindre ses tableaux du cycle “Rêves Russes”, où il tend exprimé le contenu spirituel d’existence en unissant l’abstraction et la réalité.
Sa venue à Paris (1993) et à Monaco (1995) lui apporte le rencontre avec les “Russes blancs” et une nouvelle impulsion pour son cycle.

G. Chichkine devant son triptyque"Temps des troubles" ("Boris Godounov").

Il est connu notamment comme auteur du cycle de tableaux «Rêves russes». Maître du portrait contemporain, auteur de portraits de personnalités des arts et de la culture, il a consacré plusieurs tableaux au Théâtre et, notamment, au Ballets Russes de Diaghilev.

G. Chichkine devant ses œuvres consacrées aux Ballets russes de Diaghilev.

Invité à créer des timbres-postes pour la Principauté de Monaco en 2005, il a remporté  le concours pour son profil de S.A.S. le Prince Albert II. En mai 2009, deux de ses timbres-postes ont été édités pour le centenaire des Ballets Russes de Diaghilev (ci-dessous un de ses timbres)

Outre ses tableaux, il a créé 25 timbres-poste pour la Principauté de Monaco et 2 carnets de timbres pour la Russie.
L’artiste a participé à de nombreuses actions caritatives et humanitaires au profit des enfants de Russie.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

(*):  En 863, à la requête du Prince Slovène RASTISLAV (nommé dans les textes
« RASTIC » et jamais « ROSTIC »), du patriarche Photius de Bysance et de l'
empereur Michel III de Rome. A l'époque la chrétienté a encore le sentiment de
former
un seul corps, malgré la tension qui s'accroît entre l'Orient et l'Occident. 
Ce n'est qu'en 1054 qu'l y eu la séparation ou
schisme entre les églises d'Occident et d'Orient.
les missionnaires grecs CYRILLE (CONSTANTIN) et METHODE arrivent en pays Slaves,
connus comme« les Apôtres des Slaves », c'est-à-dire ceux qui ont évangélisé
les peuples slaves de
l'Europe centrale.
Ils prêchent en langue Slovène, inventent l’alphabet glagolitique qui est dérivé
du grec et traduisent les Ecritures Saintes en langue Slovène ou slavone.
Ils fondent une école en Russie. plus exactement en Ukraine.
En 870 à ROME, METHODE est consacré Evêque et promu au titre d’Archevêque.
Le christianisme slave, les orthodoxes de Russie utilisent de nos jours le "slavon",
langue d'église, une langue morte tout comme le latin chez les catholiques.

6
mai

Exposition à Paris: ” Palette Russe”

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Première édition des Rencontres annuelles avec la création artistique russe.

A cette occasion les galeries parisiennes qui exposent régulièrement les artistes russes se réunissent pour proposer le parcours thématique avec un large panorama de la création russe moderne et contemporaine. Ces galeries, très différentes dans leur approche, présenteront une palette très riche qui va de l’art figuratif à l’abstraction, de la sculpture, photographie, jusqu’aux installations.
Du 15 au 18 mai le public pourra découvrir une sélection des œuvres phares des artistes russes présentée au Centre de Russie pour la Science et la Culture.
Pendant la journée des portes ouvertes Paquita Escofet Miro présentera sa collection des artistes russes non- conformistes, ainsi que des artistes de l’avant et post- perestroïka.
La Palette russe avec son parcours thématique donne la possibilité de découvrir l’art russe dans toute sa diversité ainsi que les noms de la nouvelle génération d’artistes qui perpétuent les traditions de leurs illustres prédécesseurs. Ce parcours est encore une occasion de découvrir l’originalité nationale de l’École artistique russe, son importance dans l’histoire de l’art du XXe siècle et sa capacité d’assimilation du meilleur tout en gardant sa particularité.

Le Centre de Russie pour la science et la culture

61 Rue Boissière – 75116 Paris Tél. : 01 44 34 79 79 www.russiefrance.org

Le CRSC fait parti du réseau des centres culturels appartenant à l’Agence fédérale pour la CEI, la diaspora russe à l’étranger et la coopération internationale culturelle et en sciences humaines (Rossotroudnitchestvo) auprès du Ministère des affaires étrangères de Russie. Sa vocation est la promotion de la culture et de la science russes, ainsi que l’enseignement de la langue russe.

La Galerie Russkiy Mir

7 rue de Miromesnil – 75008 Paris –  Tél : 01 44 71 07 41 www.facebook.com/GalerieRusskiyMir

La Galerie Russkiy Mir a ouvert ses portes en 2008 et a inauguré son arrivée rue de Miromesnil par le vernissage et l’exposition du peintre russe Illarion Golitsyn, de la fameuse lignée aristocratique dont les œuvres font partie de l’exposition permanente de la Galerie Trétyakov. Depuis, la galerie se spécialise sur les artistes russes de la deuxième moitié du XXème siécle. Que ce soient les artistes contemporains, ou les artistes dits « non officiels », l’objectif est de faire redécouvrir et de promouvoir l’art russe au sens large du terme dans toute sa diversité. Du 15 mai au 3 juin la galerie présente l’exposition d’œuvres de Vladimir Kara et Yana Bystrova, «Une pause: le temps de contempler!». Le vernissage aura lieu le 15 mai à 18 h.

Galerie Albert Benamou

24 rue de Penthièvre – 75008 Paris –  Tél. : 01 45 63 12 21

Depuis 1987, la Galerie Albert Benamou s’est spécialisée dans l’art contemporain européen, asiatique et américain.
Située au cœur du VIIIème arrondissement de Paris, la galerie représente certains artistes du Nouveau Réalisme et du mouvement Fluxus (Nam June Paik, Kudo), des artistes américains des années 80 (Jack Goldstein, Robert Longo, Steve Miller), des artistes français (Philippe Perrin, Pierrick Sorin) et la photographe japonaise Kimiko Yoshida.
Ces dix dernières années, la galerie est devenue une référence dans l’art contemporain chinois. Le regard à l’Est, la galerie accueille également des artistes russes tels que Vlad Monroe, Blue Noses, AES+F, Oleg Kulik ou Sergey Maximishin.

Galerie Drouart

16 Rue de la Grange Batelière – 75009 Paris –  Tél. : 01 47 70 52 90     www.galerie-drouart.com

La galerie Drouart a été fondée en 1975 par Arthur Cavanna et Daniel Schidlover, troisième génération de marchands d’art.    D’abord orientée sur la présentation d’œuvres d’artistes français et étrangers du XIXème siécle, la galerie Drouart a rapidement manifesté sa volonté de faire découvrir à un large public, des artistes et des courants de la création artistique qui ont pris aujourd’hui une importance dans l’histoire de l’art que personne ne peut nier. En 1989 : rétrospective Del Marle, 50 ans d’avant-garde, du futurisme au groupe Espace, en 1991 : Qu’est-ce que le Musicalisme ?… En 2006 : Réalités Nouvelles, 1946-1955. En 2007, Rétrospective Carmelo Arden Quin, fondateur du mouvement MADI en 1946 et l’un des artistes majeurs de la deuxième moitié du XXème siècle. La Russie est présentée dans la galerie par œuvres de Catherine Zoubtchenko, Lise Levitsky (première épouse de Serge Gainsbourg) de Masha Schmidt et de Irina Bellaye.

Galerie Fleury

36 Avenue Matignon – 75008 Paris – Tél. : 01 42 56 46 11       www.galerie-fleury.com

La Galerie Fleury est spécialisée en peinture moderne. Les œuvres présentées par la galerie vont du postimpressionnisme aux peintures des années 80 (Dufy, Manquin, Marquet, Signac, Valtat, Van Dongen, Vlaminck, Atlan, Buffet, Csaky, Estève, Hartung, Lanskoy, Mathieu, Sarthou, Van Velde, Zadkine…) A l’occasion de la Palette russe la galerie présente les artistes abstraits des années 50 et surtout une œuvre exceptionnelle de Serge Poliakoff. « Sa peinture est celle d’un contemplateur et d’un magicien de la couleur. Ses formes sont limitées. L’ensemble prend une dimension cosmique, au sens physique, sans prolixité ni fermeture » (Pierre Givodan). Poliakoff redéfinit «l’abstraction comme capacité à réfléchir l’énigme de la visibilité» (Monographie sur Serge Polaikoff de Gérard Durozoi, aux éditions Expressions Contemporaines, Angers, 2001).

Galerie Frangulyan

105 rue Quincampoix – 75003 Paris – Tél. : 01 71 60 80 57       www.galeriefrangulyan.com

Crée en 2011, à deux pas du Centre Pompidou, la Galerie Frangulyan est installée, dans un quartier historiquement artistique. La galerie a pour ambition de présenter des œuvres contemporains internationaux, tout en mettant à l’honneur les cultures russe, géorgienne, ou encore arménienne.
Par sa programmation variée et performe, la Galerie Frangulyan affirme son engagement à défendre ses choix artistiques, en présentant des artistes établis mais aussi en soutenant des talents émergeants. La galerie Frangulyan affirme sa présence hors les murs, en participant aux foires internationales d’art contemporain et en maintenant un lien étroit avec le bureau d’architecture intérieur de Moscou qui porte le même nom.

I-Gallery « Instant »

12 rue Durantin – 75018 Paris Montmartre – Tél. : 06 63 87 42 09      www.i-gallery.fr

I-Gallery « Instant » est située en plein cœur de Paris à Montmartre et participe à la promotion d’œuvres artistiques contemporains. La galerie soutient des artistes actuels internationaux et propose différents styles, genres et orientations dans l’art. Du 20 mai au 15 juin 2013, I-Gallery «Instant» présente l’exposition « 30 ans après ». En commençant par des travaux contemporains, fait par Igor Bitman, Masha Schmidt et Vladimir Kara, les artistes connus à Paris depuis trente ans, la galerie expose ensuite des œuvres de Natalia Kolobova, Konstantin Sutyagin, Irina Alaverdova – les nouveaux noms qui continuent la tradition de nombreux Russes de l’Ecole de Paris. Le début du XXème siècle est présenté par les œuvres d’un artiste Vladimir Lille et d’un célèbre peintre Boris Smirnov-Rusetsky (1905-1993), élève de Roerich, dont le concept a été marqué par les mouvements du « cosmisme » russe et mysticisme oriental.

Galerie Michéle Hayem Ivasilevitch

5 rue de Beaune – 75007 Paris – Tél. : 09 54 20 08 74 – Mob : 06 62 67 79 02

www.facebook.com/pages/Galerie-Michele-Hayem-Ivasilevitch

www.carrerivegauche.com/Galerie-Michele-Hayem-Ivasilevitch

La Galerie Michèle Hayem Ivasilevitch expose des artistes russes de la deuxième moitié du XXème siècle, art contemporain, tableaux et sculptures. Issue de trois générations d’antiquaires, Michèle Hayem Ivasilevitch est spécialiste des peintres non-conformistes et particulièrement de l’œuvre d’Oscar Rabine.

Membre C.E.C.O.A. Chambre Européenne des Experts-Conseils en Œuvres d’Art, elle a été commissaire d’expositions dans des musées en Russie et en France. Michèle Hayem Ivasilevitch preésente aussi des artistes post-perestroïka ainsi que du mobilier-sculpture d’artistes contemporains.

Galerie Natalie Boldyreff

136 rue Saint-Honoré – 75001 Paris – Tél. : 01 44 50 12 12      www.galerie-boldyreff.com

La galerie, spécialisée en art russe contemporain, est située au cœur de Paris, dans le quartier prestigieux du musée du Louvre. Natalie Boldyreff présente plus de 200 artistes russes contemporains aux publics français et international. Ses conseils éclairés en tant qu’expert en Art Russe vous guideront dans la galerie, lieu dédié aux grands maîtres contemporains, à la créativité et à l’imagination. Fondée en 1988, la galerie organise tout au long de l’année des expositions personnelles, des expositions croisées de différents artistes mais également des ventes aux enchères. La Galerie Natalie Boldyreff propose d’autres activiteé enrichissantes telles qu’un atelier de découverte et de sensibilisation à l’art pour les enfants. Dans le cadre de la Palette russe, Natalie Boldyreff présente l’expo- sition « Hommage… » qui se déroulera du 14 mai au 15 juin 2013.

Galerie le Minotaure

2 rue des Beaux-Arts – 75006 Paris – Tél. : 01 43 54 62 93     www.galerie-leminotaure.com

La Galerie le Minotaure, créée en 2002, est située rue des Beaux-Arts, à l’ancienne adresse de la célèbre librairie dont elle a conservé le nom. Son fondateur, Benoit Sapiro, est passionné par les artistes russes et d’Europe centrale de la première moitié du XXème siècle. L’action intense et passionnée que méne Benoit Sapiro, depuis plus de 20 ans, s’inscrit indéniablement dans l’explosion du marché de l’art russe et la redécouverte d’artistes originaires de Russie ou des pays de l’Est, de la première moitié du XXème siècle, et qui avaient été un temps écartés. Par ailleurs, l’importance de ses collections lui permet de collaborer régulièrement à des expositions références avec de grands musées tels que les Musées d’Etat russes, le musée Pouchkine. La Galerie le Minotaure est bien sûr présente aux grands rendez-vous artistiques comme Moscou World Fine Art Fair, la Biennale des Antiquaires, la FIAC, The Salon Art + Design et Le Festival Photo St Germain des Prés. Benoit Sapiro est expert à la Compagnie Nationale des Experts, membre du Syndicat National des Antiquaires, membre du Bureau du Comité Professionnel des Galeries d’Art, et vice preéident du Festival Photo St-Germain.

Galerie Rabouan Moussion

121 rue Vieille du Temple – 75003 Paris – Tél. : 01 48 87 75 91

www.galerie-rabouan-moussion.com

La galerie Rabouan Moussion défend la création russe depuis de nombreuses années et a contribué à faire connaître en France des artistes comme Oleg Kulik ou Kirill Chelushkin. Au fil de ces années de collaboration, Jacqueline Rabouan et Caroline Moussion ont effectué de nombreux voyages en Russie, à la découverte d’une scène artistique absolument spécifique, imprégnée de l’immensité du territoire russe en même temps que du sentiment d’être au sein même de l’histoire en train de se faire.

Galerie Saphir

69 avenue de Villiers – 75017 Paris 69 rue du Temple – 75003  Paris – Tél. : 01 42 72 61 39

www.facebook.com/pages/Galerie-Saphir

Fondée en 1979 par Francine et Elie Szapiro, la Galerie Saphir compte aujourd’hui trois établissements, deux à Paris (dans le Marais et dans le 17e) et un en Bretagne à Dinard. Du 26 mai au 25 juillet la galerie présente les œuvres des artistes internationaux dans l’exposition « Méditerranée – la mer des rencontres ». Méditerranée, Mer au milieu des terres, au milieu des hommes et de leur diversité. Chrétiens ou musulmans, juifs, athées, tous les artistes des bords méditerranéens, l’italien Birga, le russe Kara, le tchéque Steiner, l’algéroise Zoulid, le franco-israelien Perez et leurs prédécesseurs – Bismouth, P.E. Colin, Dehodencq, Hayden, Lellouche, Pascin… disent avec éclat, à la Galerie Saphir, leur découverte de la lumière méditerranéenne et de ses jeux éblouissants, à Jérusalem comme à Tunis, à Alger comme à Venise, à Tanger comme à Istamboul.

Galerie Visio Dell’Arte

13 rue de Miromesnil – 75008 Paris-  Tél. : 01 42 65 05 31     www.visiodellarte.com

Fondée à l’image des grands marchands promoteurs d’il y a plus d’un siècle, Visio Dell’Arte présente en permanence des artistes parmi les meilleurs de l’élite de Vlad Mamyshev Monroe, Polonius, 2012
l’art contemporain. A l’occasion de l’événement la Palette russe, la galerie présente l’artiste russe Anatoly Bourykine, né à Moscou en 1950. Il est repéré en 2008 par galeriste Max Laniado qui pour la cinquieème fois, lui offre une grande exposition à Paris où ses toiles sont désormais présentées en exclusivité par la galerie Visio Dell’Arte. Bourykine exprime une vision philosophique et métaphysique où le réel transparait derrière l’imaginaire subconscient. Ce message s’exprime par des toiles aux couleurs merveilleuses, aux transparences mystérieuses et au symbolisme gravé dans la peinture.

La collection privée de Mme Paquita Escofet Miro

7, rue Réaumur – 75003 Paris   Courriel: paquitaescofet@hotmail.com

Paquita Escofet Miro commence à collectionner l’art soviétique non-officiel au début des années 80, alors qu’elle vit en Russie. Elle se lie d’amitié trés vite avec de jeunes artistes de l’underground de Léningrad et Moscou en rupture totale avec l’art sots-réaliste. De cette relation privilégiée naîtra une collection exceptionnelle d’œuvres de l’avant et post-perestroïka qui fut une période artistique d’une incroyable intensité.
Paquita Escofet Miro continue à enrichir sa collection d’œuvres d’artistes contemporains russes.
Elle aura le plaisir de présenter une partie de sa collection chez elle, dans le Marais, les 18 et 19 mai, de 14 h à 19 h, ainsi que le tout nouveau catalogue de la collection « UndergroundS», récemment présenté par ArtCurial à ArtParis.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Contact

Galerie Russkiy Mir : galerierusskiymir@gmail.com

Association des peintres russes à Paris : kara@binalog.com

Le 25 Avril, s’est ouverte au Musée d’Impression de Saint Petersbourg une  exposition proposant plus de 300 cartes postales à partir d’une riche collection de Pâques du Musée d’Etat de cartes de Saint-Pétersbourg de la fin des XIXe et XXe siècles.

Apparu à la fin du XIX siècle, la carte postale connu de nombreux changements.Pendant les premières images de guerre mondiale avec des colombes, des anges, les amateurs ont changé la campagne et des histoires de guerre. Pendant la révolution de l’image d’un œuf de Pâques rouge est devenu un symbole des événements qui se déroulent en Russie. À l’époque soviétique, les cartes ont été faites secrètement à la maison, la célébration de Pâques était interdite. Revers particulièrement intéressant de textes de félicitations, les noms et adresses des destinataires.

Cartes toutes sur le thème de Pâques comprennent les atours festifs traditionnels et symboliques: des anges, des Koulitchi (gâteaux de Pâques), des œufs colorés, des brindilles de saule et des images de vacances. Fait intéressant, les cartes de Pâques sont devenus   une véritable source historique, en regardant une carte, il est possible de dire exactement quand eurent lieu  des événements  en Russie et même dans le monde.


Les visiteurs pourront également être en mesure de voir le verso des cartes, où sont écrites salutations, noms et adresses des expéditeurs et des destinataires.


En outre, l’exposition rejoindra la collection d’affiches de concerts festifs et charitable, des affiches et des calendriers, de la porcelaine, des œufs de Pâques, “Pâques”, des cartes de visite, ainsi que des journaux et des magazines consacrés à Pâques.

Musée d’Impression

Moïka Embankment 32

Saint Petersbourg

L’association “Dialogue Franco-Russe” présente  le samedi 11 mai 2010 à l’occasion de la Fête de la Victoire de la fin de Seconde Guerre Mondiale. Artcorusse s’associe à cette commémoration historique ainsi que l’association “Graltan”

Les Alliés “par la Foi et la Vérité”

Le documentaire “Les Alliés. Foi et la vérité », réalisé par Sergei Zaitsev, est né lors des commémorations de la bataille de l’Elbe. L’auteur : Alexander Smolko voulait changer le thème du patriotisme du soldat russe qui était le fer de lance pour un certain nombre de films réalisés par les studios “à la russe”.


La Seconde guerre mondiale, est vue par ceux qui l’ont faite – anciens combattants d’Angleterre, des USA, de France, d’Allemagne et de Russie. Le film est consacré au thème de l’alliance de la Russie avec les démocraties occidentales dans la lutte contre le nazisme. Il rétablit la vérité historique. Le film est la reconnaissance de l’héroïsme et du sacrifice des alliés sur le front de l’Est. Il porte une appréciation sincère de l’aide des alliés à l’Union Soviétique, de leur précieuse contribution à la Victoire. Une combinaison de matériel documentaire d’archives et des monologues très personnels . L’histoire prend un visage humain. Il est étonnant, ce sentiment de noblesse de ces gens merveilleux, des anciens combattants.Parmi les héros du film des vétérans français, américains, allemands, anglais et russes.

Grand Prix “Eagle d’or» du VIII Festival international du film de la Russie (Briansk, Sept 2010) – Médaille “Pour Dignité civile” du V Festival documentaire russe (Mozhaisk, Septembre 2010) Diplôme « Prix du Coeur » de l’Association américaine des anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale (New York, Septembre 2010) Prix du V Festival international ” Le Monde des connaissances ” (Saint-Pétersbourg, Novembre 2010) Prix spécial du IV Festival International de “L’homme et la guerre» (Ekaterinbourg, Décembre 2010) Prix du VII Festival international du film patriotique Diplôme du XV Festival international des films et des programmes de télévision (Moscou, Déc 2010)

Cinéma Le Balzac

1, rue Balzac, 75008 Paris

Accés:
George V (ligne 1)

George V

ENTRÉE GRATUITE


27
avr

Alexey Begov à l’ Espace culturel La Filature

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Alexis Sergueïevitch Begov, peintre russe  né le 27 mars 1951 dans la ville Kozine Région de Kiev en Ukraine. Il a fait ses études de 1969 à 1972, à l’Académie d’Alma Atinsk de peinture dans l’atelier de G. P. Kabatchovo. Il vit en Ukraine de 1951 à 1961 puis au Kazakhstan de 1961-1974, au Kyrgyzstan de 1974 à 1978 de nouveau au Kazakhstan de 1978 à 1983, puis à Moscou jusqu’en 1998 et il arrive à Paris.

Alexey Begov à Paris en 1994

Il fit dés 1980 de nombreux voyages en Russie et dans les anciennes républiques de l’Union soviétiques (il a été sur le lac Baïkal en Géorgie en Crimée et sur le lac de Senetch). Dans les années 1990 il fait de courts voyages aux USA et en Europe. Il devient membre des peintres d’URSS en 1969.  En 1995 il a une exposition personnel à la Galerie Trétiakov de Moscou puis il enseigne à l’institut pédagogique au Kyrgyztan, section de dessin de 1974 à 1978, puis de 1978 à 1979 à l’académie des Beaux Arts de Alma Ata. De 1999 à 2004 il vit en France ou il a travaillé sur les murs de la chapelle St Nicolas  près du château de Gilloisin aux environs de Paris .

Le Mirage.

Dans les années 1990, il a créé un tableau de 10 mètres intitulé  «La fin du XX e siècle» dans le cadre de la communauté internationale “Mur de la Paix”. C’était une occasion rare de créer en un espace unique, une seule image, En 2006 il revient dans sa patrie pour exposer au Manège à Moscou. En 2007 il est nommé membre de l’Académie des peintres de Russie.

La mère et l'Enfant.

A partir de 2008 il vit dans son atelier de Montmartre à Paris.

Espace Culturel La Filature

1 rue de la Filature.

51100 Bazancourt.

Renseignements : 03 26 48 65 00

Pélérinage à Saint Hilaire le Grand à Mourmelon

Chapelle russe dessinée par Alexandre Benoit à St Hilaire le Grand.

Soldats portant les uniformes d'époque © DdK 

Un pélerinage  pour commémorer les quelque 5.000 Russes morts au combat en terre française lors de la Première guerre mondiale s’est déroulé comme chaque année, le dimanche de la Pentecôte au cimetière militaire russe de saint-Hilaire le Grand, près du camp militaire de Mourmelon, dans l’est de la France (département de la Marne).

Soldats russes chantant la liturgie en 1914.

Un peu moins d’un millier de soldats russes du corps expéditionnaire de quelque 50.000 hommes qui fut envoyé en France et dans les Balkans de 1916 à 1918, y sont enterrés autour d’une chapelle orthodoxe et d’un monument aux morts, qui existe depuis 1916 et est entretenu depuis 1925 par les autorités françaises. Une association des officiers, anciens combattants du corps expéditionnaire, remplacée depuis la disparition du dernier survivant, dans les années 90, par l’association pour le souvenir, organise chaque année un pélerinage et veille à la mémoire du rôle du Corps expéditionnaire en France et pour les relations franco-russes. La Russie a délaissé durant toute la période soviétique la mémoire de ses quelque trois millions de morts dans l’effroyable guerre de 14-18.

Soldats russes lors d'une prise d'armes en France vers 1914.

Oubli qui a commencé à être réparé avec la participation d’ambassadeurs de la Russie, après la Perestroïka, aux cérémonies annuelles à Mourmelon.

Cette année, l’ambassadeur de Russie en France, Alexandre Orlov, a rappelé que dorénavant le 1er août serait en Russie jour de mémoire des victimes de la Ière guerre mondiale et qu’une collecte auprès des Russes du monde est lancée pour édifier un monument aux morts à Moscou.

(Au premier plan) Georges de Brevern Pdt de l'association. © DdK

La journée de commémoration a vu deux cérémonies : une première « russe » le matin au cimetière à forte participation religieuse autour de l’association pour le souvenir du Corps expéditionnaire, présidée par M. Georges de Brevern (ITW)  et avec la participation de nombreux jeunes Vitiaz, une organisation de jeunesse russe créée dans l’émigration.

Jeunes Vitiaz. © DdK


Défilé devant la chapelle russe dessinée par Alexandre Benoit

La seconde, en présence du sous-préfet de Reims, M. Michel Bernard, de la maire de saint-Hilaire, Mme Agnés Person, de l’ambassadeur de Russie et de nombreux officiers supérieurs français. Le sous-préfet a rappelé le rôle détérminant de la Russie pour la victoire de la Marne au début de la guerre.

Taxis de la Marne, Le dernier survivant de ces chauffeurs 
de la Marne fut Kléber Berrier.

Si les légendaires taxis ont joué un rôle, ce dernier est plus symbolique que le retrait de plusieurs divisions allemandes contraintes d’aller faire face à l’offensive que la Russie a lancé à la demande de la France contre la Prusse orientale, alors que son armée n’était pas prête ce qui lui a valu des pertes considérables. C’est pourquoi, la Russie sera associée l’an prochain  aux commémoration du centenaire de l’infernale guerre civile européenne du début du siècle dernier. Près de 500 personnes ont bravé la pluie pour participer à la commémoration qui perpétue la mémoire des morts russes pour la France et la Russie.

Dimitri de Kochko.(Russie d'Aujourd'hui)

Il a été rappelé dans le discours du président Georges de Brevern le récent décès du Prince Obolensky (http://artcorusse.org/?p=4402) qui fut le président de l’ACERF et ensuite son président d’honneur .

Après plusieurs anneées de queête de documents visuels inédits, témoins vivants de l’exil russe, l’historien et iconographe Andrei Korliakov livre, dans son nouvel ouvrage Culture russe en exil, Europe 1917-1947, un récit émouvant, destiné à tous ceux qui s’intéressent à la culture et à l’émigration russes en Europe, mais aussi à ceux qui se passionnent pour l’art.
Ce recueil de documents visuels, pour la plupart rarissimes, paru aux éditions YMCA-PRESS le 12 mars 2013, est le cinquième et le plus gros volume de la série l’Émigration russe en photos, 1917-1947 ; 2 100 images de tous genres, évoquant ceux qui contribuèrent à conserver et à développer en exil leur culture d’origine, s’étalent sur les 720 pages de ce nouveau volume.
Des photographies professionnelles ou d’amateurs, des dessins, des cartes postales, mais encore des images publicitaires, des affiches, des coupures de presse et des négatifs sont mis au cœur de Culture russe en exil, Europe 1917-1947, composé autour de huit volets thématiques. Ce sont la photographie et le théâtre, le cinéma et les arts plastiques, la musique, le ballet et les danses populaires russes, la littérature, les maisons d’édition et la presse, les expositions et les journées de la culture russe.

Andrei Korliakov est l’auteur de cinq albums de photographies sur l’émigration russe :
Histoire illustrée de l’émigration russe, 1917-1947, Paris, YMCA-PRESS, 1999, 250 photos (N/B), 160 p.
Honneur et dignité maintenus, 1917-1947, Paris, YMCA- PRESS, 2001, 750 photos (N/B), 410 p.
Vers le succès, 1917-1947, Paris, YMCA-PRESS, 2005, 1 000 photos (N/B), 464 p. – Prix VERITAS 2005.
Le Grand Exode russe, Europe 1917-1939, Paris, YMCA- PRESS, 2009, 1 650 photos (N/B), 720 p.
Culture russe en exil, Europe 1917-1947, Paris, YMCA- PRESS, 2013, 2 100 photos (trichromie), 720 p.
Il est coauteur avec Gérard Gorokhoff de l’album Le Corps expéditionnaire russe en France et à Salonique, 1916-1918, Paris, YMCA-PRESS, 2003, 1 005 photos (N/B), 656 p.
Depuis 1996, il a organisé vingt-cinq expositions sur l’histoire illustrée de l’émigration russe en France, 1917-1947.

CULTURE RUSSE EN EXIL, EUROPE 1917-1947 par Andrei Korliakov, PARIS, YMCA-PRESS, 2013, 2 100 photos (trichromie), 720 pages. • Livre relié • 2 100 photographies en trichromie • Textes en français ou en russe • 720 pages • Format : 24 × 29 cm • Poids : 3,5 kg • Prix : 80 € • ISBN : 978-2-85065-275-2 • Sortie : 12 mars 2013
www.emigrationrusse.com

22
avr

Bazancourt à l’heure russe

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

21
avr

“André Roussard” nous a quittés !

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Montmartre en deuil.

André Roussard nous a quitté le samedi 20 avril 2010

(de gauche à droite) N. Tikhobrazoff, André Rousssard, V. Tchernychev et C. Bogrow.

André Roussard présenta les peintres de Montmartre depuis 1945, dans sa galerie de la rue du Mont Cenis. Nous l’avons connu depuis les années 1973, véritable puis de connaissances, une des clés de voûte de Montmartre, un ami fidèle et sincère . Nous avons eu l’honneur d’être dans un des ses ouvrages  “Dictionnaire des peintres à Montmartre” sortie en  1999, aux Éditions André Roussard, véritable encyclopédie ou le chercheur, l’historien, le lecteur pourra trouver les artistes qui vécurent à Montmartre, soit près de 4285 biographies, sur une période allant de 1800 à 1999, comprenant les peintres d’avant-garde depuis le Romantisme jusqu’au Surréalisme, les peintres académiques et les petits maîtres, ainsi que les peintres d’aujourd’hui. De nombreuses biographies sont inédites et jamais encore publiées (CLIQUEZ). Lors de l’exposition en 2010 “Le peintres russes à Montmartre”, André exposa dans sa galerie du 13 rue du Mont Cenis, trois peintres russes: Catherine Bogrow ( calligraphe), Vladimir Tchernichev ( peintre et illustrateur) et Nicolas Tikhobrazoff ( peintre) au milieu des peintres de sa galerie: Marko Stupar, Lanskoy, Delval, Gen Paul…….. ( Voir photo ci-dessus)

André Roussard et Nicolas Tikhobrazoff.

Personnage haut en couleur qui fut non seulement un galeriste découvreur de talent, mais également un mécène, un expert et spécialiste de certains peintres. Il eut sur Montmartre des responsabilités tel que Directeur du Syndicat d’Initiative de la Butte, membre de nombreuses associations comme “Les Amis de Francisque Poulbots”, “La République de Montmartre”, “Les P’tits Poulbots”, ” Montmartre à la Une”, “Paris Montmartre”, Le Clos Montmartre” ainsi que bien d’autres associations….

André Roussard à droite expertisant une toile d'aprés photo, à gauche Raymond Lansoy
rédacteur en chef de "Montmartre à la Une" et un collectionneur.

Montmartre et le monde des Arts viennent de perdre une mémoire et un Ami d’Artcorusse.

Nous nous associons à la douleur de son épouse Maryse, son fils Julien, sa belle-fille,  ainsi qu’à tous ses amis.

18
avr

Ciné conférence “Monastères russes” à Bazancourt

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

“Voyage de Yaroslav à Saint Petersbourg” en bâteau sur la Volga. Visites insolites hors de chemins touristiques. Permettant de visiter le monastère de Spasski restauré, on peut même dire reconstruit, puisqu’il servi pendant l’ère soviétique de prison, redevenu depuis 1997 un convent de nonnes orthodoxes.

Monastère Cyrille-Bièlozierski

Le monastère Cyrille-Bièlozierski, construit en 1397 par Saint Cyrille dominant le lac Siverskoïe. Ce monastère à partir du XVème siècle devint un centre religieux influent avec une interruption pendant près de 70ans , durant la période soviétique.

Monastère de Féropontov

Le merveilleux monastère de Féropontov, construit à partir de 1398 par le Féropontov. L’on pourra admirer des fresques peintes par Dionissi en 1502.

Monastère Saint Alexandre Svirrski

Le monastère Saint Alexandre Svirrski, qui construit ce monastère après avoir eu la visite des Saints Archanges en 1485. Ce monatère servie à l’ère soviétique d’hopital psychatrique. Béatifié en 1547, on verra ses “reliques” .

Espace Culturel La Filature.

Ciné-Conférences”Les monatères de Yaroslav  Saint Petersbourg

Samedi 20 avril à 15h 30

Conférencier et réalisateur du film: N. Tikhobrazoff

Espace Culturel “La Filature”

1, rue de la Filature

5110 Bazancourt

Renseignements  CLIQUEZ et réservation: 03 26 48 65 00

ENTRÉE LIBRE.

18
avr

Jouy en Josas reçoit le ‘”Chœur Kouban”

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

18
avr

Olga Volodina au Théâtre Hayda

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

18
avr

” LE COQ D’OR” au Théâtre Chatillon

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Spectacle musical illustré
d’après Pouchkine et Korsakov

durée 1h tout publics

Percussion Claviers de Lyon

Alexandre Pouchkine

Malgré la renommée mondiale d’Alexandre Pouchkine, ses contes restent peu connus en France. Le Coq d’Or, le roi Saltan, Rousslan et Ludmilla, pour ne citer que ces trois titres, sont dans notre pays, des oeuvres rarement entendues, en dehors des versions opératiques de Nicolaï Korsakov pour les deux premiers, et Mikhaïl Glinka pour le troisième.
Les Percussions Claviers de Lyon invitent Jean Lacornerie à revisiter Le Coq d’Or, une lecture inédite, une adaptation contemporaine, une nouvelle trame musicale, la recréation d’une complicité entre deux géants de la culture russe, pour proposer au final un spectacle musical, une nouvelle production dédiée à un public jeune et familial.
Après Trois Contes qui réunit Ravel et Perrault, une nouvelle aventure musicale, moderne et spectaculaire pour de nouvelles émotions.
Gérard Lecointre, novembre 2011
Si Rimsky Korsakov s’est inspiré du Coq d’Or pour en faire un opéra, la version ici proposée n’est pas une adaptation de cet opéra. Nous nous emparerons du texte originale de pouchkine, l’adapterons pour notre spectacle, en inventant une forme ou des musiques choisies du compositeur croiseront une nouvelle fois l’oeuvre de l’écrivain.

Rimsky Korsakov

L’HISTOIRE
Dans ce conte, un roi guerrier, un mage, un coq en or, une reine mystérieuse sont les principaux personnages d’une histoire merveilleusement curelle et drôle. Le Roi Dadon utilise pour protéger les frontières de son royaume un coq magique, donné par un mystérieux castrat et mage de son état, en échange de la réalisation d’un voeu. Le coq d’or chante à chaque fois qu’une armée ennemie se présente et le roi a tout le temps d’organiser son armée pour résister à l’envahisseur. mais un jour le coq signale l’arrivée de la reine Sharagale. Le Roi tombe éperdument amoureux de cette femme mystérieuse et décide de l’épouser. C’est alors que le mage vient formuler le coeu que le Roi lui avait promis d’exhausser en échange du coq d’or. Il réclame la Reine elle-même. Mais que pourrait bien faire un castrat d’une si belle femme ?
LA MUSIQUE

Musiciens percussionnistes : Raphaël Aggery, Sylvie Aubelle, Gilles Dumoulin, Jérémy Daillet et Geérard Lecointe.
Pour ce nouveau Coq d’Or, la trame musicale se nourrira bien sûr d’extraits de l’opéra, mais la musique seule de cette oeuvre ne pourrait servir complètement le propos de cette nouvelle production. Il ne s’agit plus ici d’une version chantée. Alors de l’oeuvre complète du compositeur russe seront extraites les pages les plus imagées et les plus signifiantes pour couvrir l’intégralité du récit ; musique dramatique, musique guerrière, musique pour la danse, musique féérique et onirique… Et l’on entendra des extraits de Shéhérazade, du Conte du Tsar Saltan, de La Grande Pâque Russe, de La Demoiselle des neiges… et du Coq d’Or bien sûr.
SUR SCENE

Le récit sera porté essentiellement par l’image et la musique. Seuls les cinq musiciens des Percussions Claviers de Lyon seront sur scène. Le public pourra suivre l’histoire grâce à la projection des dessins de l’illustrateur Etienne Guiol.

Théâtre Chatillon

3 rue Sadi Carnot

92320 Châtillon

Réservation: 01 55 48 06 90

ACCÈS
: Ligne 13 terminus Châtillon-Montrouge. Sortie Montrouge : navette gratuite à 20h (réservation indispensable 48h avant la représentation).

: 388arrêtMairiedeChâtillon 162/194 arrêt d’Estienne d’Orves – Division Leclerc 195/295 arrêt J-P. Timbaud.

VOITURE : De la Porte de Châtillon, direction Versailles. Dans Châtillon : direction Centre Ville, puis Mairie. 1ère à gauche dans la rue de la Mairie.


18
avr

OFFRE DE STAGE A L’OCDE à Paris au mois de Mai.

   Publié par: artcorusse   dans Petites annonces

OFFRE DE STAGE A L’OCDE à Paris au mois de Mai 2013.

URGENT

Ce stage est d’une durée d’un mois, lieu de ce stage
www.oecdbetterlifeindex.org au siège de paris. Il est nécessaire d’ avoir le russe comme langue maternelle ou la parler couramment.

Disponibilité à plein temps être étudiant savoir maîtriser Word Press être disponible à partir du 2 mai 2013.

Travail :

≈ formation sur Word Press,  une demie journée

≈ Vérification de la traduction en russe. 4 jours.

≈ mise en pages des textes russes sur Word Press, 10 jours

≈ Soutien de l’équipe (BLI) indicateur du vivre mieux durant la semaine à l’OCDE. 4 jours

Si vous ètes interessé écrire à:      Nyaika.kamurasi@oecd.org

URGENT

1 month internship at the OECD working on www.oecdbetterlifeindex.org
<http://www.oecdbetterlifeindex.org/>. Native / fluent Russian speaker. Full time availability working at the OECD Headquarters in Paris for the month of May. You have to be a student, WordPress experience is preferable and be available from May 2.

Tasks include:

.         Training on WordPress (content management system):                            0.5 day
·         Check Russian text after translation:                                                                 4 days
·         Upload Russian text onto WordPress:                                                             10 days
·         Support the BLI team during OECD week:                                                      4 days

If you are interested please email:      Nyaika.kamurasi@oecd.org