26
juin

Musique en L’Ile 2013

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Eglise Saint Germain des Prés

23 St Pet

Nouvelles Voix de St Petersbourg.

Mardi 23 juillet et Dimanche 11 août à 20h45.

Le CHŒUR des NOUVELLES VOIX de SAINT-PETERSBOURG. Russie

Voix mixtes. Direction : Yulian DANSHIN

Un Soir au Musée de l’Ermitage

Chœurs orthodoxes russes. Chants poétiques et populaires de Russie

Prix : 23 €. 19 €. 14 €

Eglise Saint-Louis-en-l’Ile

marani

Dimanche 28 juillet à 16h.

L’Ensemble de Polyphonies Géorgiennes MARANI

Voix d’hommes. Direction : Tariel VATCHADZE

Polyphonies sacrées et profanes de Géorgie

Prix  : 23 €. 19 €. 14 €

23
juin

Saint Nicolas à Nice rouvre ses portesle 1er juillet 2013

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

La cathédrale russe Saint Nicolas  de nouveau rouverte dès le début juillet.

Cathédrale orthodoxe russe Saint Nicolas de Nice © DR

La cathédrale a été construite en 1912 sur les villas Bermont, site de la station principale de la Côte d’Azur. A savoir qu’en 1865 est décédé tsarévitch Nicolas Alexandrovitch. Le terrain sur lequel le temple a été construit fut acquis par Alexandre II. Dans les années 1920, l’association orthodoxe de Nice a commencé à gérer la cathédrale. La Cour de cassation, la plus haute juridiction française, a mis un terme mercredi au litige portant sur la cathédrale orthodoxe Saint-Nicolas de Nice, en confirmant la propriété de la Russie sur cette église, ses biens et le terrain qu’elle occupe, ont annoncé les médias internationaux.
En janvier 2010, le tribunal de grande instance de Nice a reconnu la Russie propriétaire de la cathédrale. Cette dernière était également revendiquée par l’Association cultuelle orthodoxe russe de Nice (ACOR), qui l’avait gérée de 1923 à 2010. L’Association a fait appel de cette décision.
Le 19 mai 2012, la Cour d’appel d’Aix-en-Provence a confirmé les droits de propriété de la Fédération de Russie sur la cathédrale en rejetant l’appel de l’ACOR. Cette dernière a déposé un pourvoi en cassation.
L’arrêt de la Cour de cassation a mis un terme au litige qui dure sept ans.
Inaugurée en décembre 1912, la cathédrale Saint-Nicolas est la plus grande cathédrale orthodoxe russe en dehors de la Russie. Elle est désormais rattachée au diocèse orthodoxe russe de Chersonèse du Patriarcat de Moscou et de toutes les Russies.

De gauche à droite : L’Archiprêtre Nicolas Ozoline, Recteur de la Cathédrale
Saint-Nicolas de Nice, Alexandre Orlov, Ambassadeur de la Fédération de Russie
en France, Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice
Côte d’Azur, et Eric Ciotti, Président du Conseil général des Alpes-Maritimes.
Crédit photo : ©Ville de Nice/Pricillia Renou-Tallon

Faisant suite au souhait légitiment exprimé par les professionnels du tourisme de Nice et de la Côte d’Azur en ce début de saison touristique, le Maire de Nice Christian Estrosi a obtenu de la Fédération de Russie la réouverture du site de la Cathédrale Saint-Nicolas au public.
La Cathédrale Saint-Nicolas, fleuron du patrimoine de la Côte d’Azur, présente, en effet, un fort attrait touristique.

Elle est un des sites les plus visités de la  Côte d’Azur (273 427 visiteurs en 2010, selon l’Observatoire CRT Riviera Côte d’Azur).

Adresse de la Cathédrale Saint-Nicolas de Nice :

Avenue Nicolas II, 06000 Nice.
Ouverture dès le 1er juillet tous les jours de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h. Entrée libre.

21
juin

Larissa Noury au “Tapis rouge” à Colombes

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Renseignements concernant Larissa Noury:

Sur le site Artcorusse: ( CLIQUEZ )

“LE TAPIS ROUGE”

9, rue de la liberté  92700 Colombes

Renseignements et Inscription: 01 47 81 24 91
Accès : Gare SNCF de Colombes –  Départ Gare Saint-Lazare

Près de la Mairie.

20
juin

35ème Festival International du film de Moscou

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Ses organisateurs ont l’intention de privilégier les films des réalisateurs russes. C’est ainsi que les spectateurs verront dans le cadre des programmes russes 25 longs-métrages, 24 documentaires et une cinquantaine de courts-métrages.

Invités lors de l’ouverture du 35ème Festival international .

Le programme russe sera traditionnellement présenté à la Maison du cinéma de Moscou du 21 au 28 juin. Bien qu’aucune compétition ne soit prévue, la Fédération des clubs de cinéphiles attribuera comme toujours un prix au film de son choix.

Le film en ouverture est “La Guerre des mondes Z”.

Cette année le festival attend environ 500 invités de l’étranger, notamment les acteurs Gérard Depardieu, Christian Slater, Costa Gavras , Gabriele Salvatores, Sophie Blondie et bien d’autres.
Dans le programme de la compétition principale de trois peintures russes – Le rôle de Constantine Lopushansky, “Judas” Andrew Bogatyreva et «Slipping” Anton Rosenberg. Rôle” raconte l’histoire d’un acteur Plotnikov pendant la guerre civile en Russie soviétique. Dans le rôle principal Maxim Sukhanov. “Judas” est une réalisation de  Leonid Andreyev “Judas Iscariot”. “Glissant” – sur le drame existentiel de la vie russe contemporaine, où les héros sont des «loups-garous en uniforme.”

Qui obtiendra la statue de “St George”  cette année au Festival du film grand prix international ?

Le jury se compose: des cinéastes Mohsen Makhmalbaf (Iran) et Ursula Mayer (Allemagne), Le président du Festival de Pusan ​​International Film en Corée, Dong-Ho Kim, les acteurs Sergei Garmash et Zurab Kipshidze. et du Président du jury – M.Mahmalbaf.

Fims à voir absolument:

“Éternel retour”

Réalisateur: Kira Mouratova

22 juin 20h15 cinéma “Octobre”, Hall 7

Après la mort de Herman et Balabanov ,Kira Muratova reste, peut-être, le classique incontestédu cinéma d’auteur russophone. «Éternel retour» a participé au Festival du Film de Rome l’année  dernière, les critiques ruses furent enthousiastes. Au centre de l’intrigue, un triangle amoureux, mettant en vedetteles artistes de Kira Mouratova: de Renata Litvinova à Alla Demidova et de Tabakov à Sergei Makovetskiy. Une chance unique de voir ce film sur le grand écran.

“Eli”

Réalisateur: Amat Escalante

23 juin 22h30, cinéma “Octobre”, Hall 7

24 juin 22h15, cinéma “Octobre”, Hall 5

Un des films les plus controversés du dernier Festival de Cannes – par exemple, en montrant certains téléspectateurs presque réalisées de la salle. Dans le film, une adolescente tombe amoureuse d’un flic brutal qui vole quelques kilos de cocaïne et elle s’enfuit avec son jeune amant. Une grande partie de la distribution de ce film de  105 minutes présente la description  physiologique et psychologique de ce couple étrange. Ce film a obtenu le Prix du meilleur réalisateur au Festival de Cannes.

“A touch of sin”

Réalisateur: Jia Chzhanke

22 juin 22h30 cinéma “Octobre”, Hall 1

25 juin 22h15, cinéma “Octobre”, Hall 9

Jia Chzhanke – sinon le plus important, mais certainement le plus connu à l’étranger comme  régissseur représentant  de la modernité chinoise. Son “Still Life” a remporté le précédent film de Venise “Plate-forme” après le fait nommé l’un des meilleurs films. “A touch of sin” -film traditionnel pour le cinéma de Jia Chzhanke composé de plusieurs histoires courtes. Prix du meilleur scénario au Festival de Cannes.

“La connexion française”

Réalisateur: William Friedkin

24 juin 22h30 été “Pioneer”

26 juin 18h30 cinéma “Octobre”, Hall 6

Film classique du Nouvel Hollywood dans la compilation des hits du festival  peut sembler un peu étrange. Cependant, le Festival international de Moscou  a toujours été célèbre non seulement parce qu’il se déroule  un mois après Cannes mais il donne  l’occasion de voir les grands films du festival , mais également ses rétrospectives. Cette année au Festival du film de Moscou propose  un programme “Golden Collection« XX Century Fox, “qui est une collection de la célèbre filmathèque d’ Hollywood.

“Bergman et Magnani. volcans de guerre “

22 juin 13h00 cinéma “Octobre”, Hall 8

L’histoire de la façon avac la quelle travailla le grand metteur en scène Roberto Rossellini, Anna Magnani pour Ingrid Bergman. Epoque ouil y avait  une source inépuisable de sujets pour la chronique scandaleuse des deux côtés de l’océan. En 2012, l’Italien Francesco Paterno a réalisé un documentaire dans lequel cette histoire est étudiée en détail. Non sans les coïncidences étonnantes et des détails incroyables détective théâtre. “Bergman et Magnani” – un film sur le fait que la vie jette souvent des histoires que le film n’a pas rêvé.



20
juin

“Le Zakouski” reçoit l’AG 2013 d’ARTCORUSSE .

   Publié par: artcorusse   dans Vie d'Artcorusse

Depuis deux ans nous organisons  notre Assemblée Générale dans ce lieu, dernier bastion de la culture russe à Paris où il fait bon vivre comme à l’époque de nos parents et grands – parents ces non moins célèbres “RUSSES BLANCS. De très nombreuses photos rares et uniques ornent les murs, et pour certaines nous font souvenirs des : Aliocha Dimitrievitch et sa sœur Valia,  qui chantaient au Raspoutine, Yul Brynner s’accompagnant à la guitare et chantant en duo avec Aliocha, l’orchestre de Saint Georges sous la baguette de  Paul Valochine ,  Kotlarov, Marc de Lutchek, Lopato,  et de biens d’autres qui firent la renommée des folles soirées et nuits russes et tziganes à Paris.

Vraie cuisine russe de notre enfance dans ce cocon ou “Nicolas et son épouse Fabienne ” garde l’âme, l’esprit russe  et cette convivialité que seuls les russes connaissent.

Ambiance russe souvent assurée à partir d’une certaine heure, avec les  artistes jouant dans les différents cabarets de Paris. Ces derniers viennent après leur prestation se détendre et se retrouver entre eux, et finir la nuit au son de leurs balalaïkas, guitare russe (à sept cordes) en chantant de vieilles romances et en dansant au son des chants russes et tziganes !

sall 2013

Cette année le restaurant fut entièrement réservé par l’association Artcorusse, il a même été obligé de refuser des amis de l’association. L’assemblée générale démarra à l’heure prévue, après la présentation du rapport moral par le président d’Artcorusse suivi de la lecture du rapport financier de l’Association par la trésorière et des votes, qui ont tous les deux obtenu une approbation à l’unanimité. Il a été proposé un réajustement de la cotisation de base, passant de 20 à 25€, et de rajouter une cotisation étudiant à 10€, ces propositions furent acceptées à l’unanimité lors des votes qui suivirent.

Le Président Nicolas Tikhobrazoff annonça la fusion dans Artcorusse, de l’Association “Les Amis de Paris-Saint Pétersbourg“, son Président  Monsieur Gérard Pierson n’a pu être présent pour des raison de santé, mais a transmis un message par l’intermédiaire du Président d’Artcorusse ( CLIQUEZ ), lequel  annonça également  le rapprochement avec d’autres associations franco-russe de province et à l’étranger pour des actions dans l’avenir. Il a été remarqué la présence de Jean-Bernard Cahours d’Aspry président de l’association “Le Monde de l’Art et des Lettres“. La parole fut donnée au Président de l’association “ France – Oural” ( CLIQUEZ ), en la personne de Monsieur Dimitri de Kochko , qui présenta les actions communes pour 2013 et 2014, entre autre  le déroulement du Prix Russenko qui va se dérouler pour la seconde fois à la Mairie du V°, début 2014, avec  la participation et  le parrainage de la ville de Saint Pétersbourg.   Une artiste membre de l’association, Larissa Noury présentat son ouvrage  ‘La couleur dans la ville” ainsi que ces expositions en cours ( CLIQUEZ ). Ensuite les membres et amis d’Artcorusse passèrent à la partie festive de la soirée.

(Le rapport moral ainsi que le rapport financier 
sont à la disposition des membres à jour  de leur cotisation, sur simple demande.) 

Petia jouant png

Pétia Jacquet ( CLIQUEZ ) envouta l’assemblée aux sons de sa balalaïka et son complice André Chestopaloff ( CLIQUEZ )chanta de  nombreuses chansons et romances russes qui ont fait couler quelques larmes. Certaines romances  furent reprises par l’assistance et la soirée se termina tard dans la nuit au moment ou la pluie recommença à marteler les pavés  de Paris.

petia et andre ag artcorusse

“Le Zakouski”, ce Bistrot Russe comme l’appellent  Nicolas et Fabienne, est un lieu à découvrir et à faire connaître.

Andrei entree jpg

“Quand on y vient une fois, l’on y revient toujours”.

FILMOTHÉQUE du QUARTIER LATIN

mardi 25 juin 2013  à  20H15

Le mardi 25 juin 2013 à 20H15  La Filmothèque du Quartier Latin propose une projection exceptionnelle du film IVAN LE TERRIBLE de Sergueï Eisenstein de 1944 (3h) en version originale sous-titrée.

La projection sera précédée d’une présentation par Jean Douchet, critique et historien du cinéma, et Jean-Louis Leconte, auteur du livre « Ce qu’il y a de terrible avec Ivan… » qui vient de paraître aux éditions Hermann.

C’est en feuilletant un vieux carnet jaune qu’un père et son fils en viennent à parler de la vie et du cinéma. Spectateur boulimique, mais exigeant, Jean-Louis Leconte prend l’exemple du chef-d’œuvre d’Eisenstein pour nous livrer ses réflexions personnelles, tant sur la nécessité d’apprendre à voir un film que sur certains aspects de la « Russie éternelle ».

Filmothèque

du Quartier Latin

9 rue Champollion 75005 PARIS
01.43.26.73.57.
www.lafilmotheque.fr

19
juin

Hommage à Gogol Place de la Bourse à Paris

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Irina RECKHAN présidente du

COMITÉ  LITTÉRAIRE  FRANCO – RUSSE

JEUDI 20 juin 2013 à 11 h

Dévoilement de la plaque en hommage de Nicolaï Gogol

12 Place de la Bourse 75002 Paris.

Le Conseil de Paris a décidé  d’apposer une plaque commémorative en hommage à l’écrivain russe Nicolas Gogol ( né en 1809) sur la façade du 12 place de la Bourse, dans le deuxième arrondissement à Paris, où il a vécu.  Aprés avoir quitté la Russie en 1836, il parcours l’Europe durant 12 ans et travaille sur LES AVENTURES DE TCHITCHIKOV OU LES ÂMES MORTES
(Похождения Чичикова, или Мёртвые души), dont il écrit la majeur partie dans cet immeuble du 12 place de la Bourse. Il est décédé à Moscou en 1852.

Le Conseil de Paris a décidé  d’apposer une plaque commémorative en hommage à l’écrivain russe Nicolas Gogol sur la façade du 12 place de la Bourse, dans le deuxième arrondissement à Paris, où il a vécu.

Nicolaï Gogol.

« Gogol a tellement apporté à la littérature russe, à la littérature mondiale,

que si Paris peut à son humble niveau lui rendre hommage aujourd’hui, nous en

sommes évidemment très heureux, mais la plus belle preuve du lien entre les

français et la littérature russe, c’est le fait que l’école de la République

a décidé que dans le socle commun du savoir, la littérature russe doit

être systématiquement enseignée à tous les élèves français », a indiqué

Bruno Julliard, l’adjoint à la Culture du de Paris, lors de

la cérémonie d’inauguration place de la Bourse.

Plaque apposée au 12 place de la Bourse , 75002 Paris.

Comité Littéraire France – Russe

17 rue du Four

75006 Paris

Tél.: 33 6 20 46 52 77

18
juin

Les russes prennent la Bastille le 21 juin 2013

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Fête de la Musique

Праздник музыки

L’événement sera l’occasion de présenter des genres musicaux russes divers à travers un mélange de chants folkloriques, de romances, de chansons d’auteur, de musiques de films, de rock et de jazz. Plus de 15 musiciens prendront successivement part à la soirée, parmi lesquels Serguei Gromov, Slava Ardachev, Vassily Rudenko, Yadviga Ivanova, le pianiste de jazz Kruzz et d’autres.

La Librairie du Globe

67 BD Beaumarchais 75003 Paris

Métro : Chemin vert.

LE CHŒUR RUSSE DE PARIS ZNAMENIE :
Ensemble formé depuis 2009, sous la direction d’Ekaterina Anapolskaya.
Le répertoire de l’ensemble est constitué de plus de soixante pièces de musique liturgique russe bien souvent écrites par les plus illustres compositeurs russes (Tchaïkovski, Rachmaninoff, Balakirev, Tchesnokov, Gretchaninoff, …) mais aussi de musique profane : chœurs d’opéra, musique de chambre, chants populaires.
Le choeur se produit régulièrement en concert (le plus souvent à Paris) dans le cadre de manifestations consacrées à la musique liturgique orthodoxe russe : concerts de Noel et de Pâques, célébration des 150 ans de la cathédrale orthodoxe russe de Paris, heures musicales de Saint-Roch… .
De plus, la présence en son sein de nombreux solistes permet à l’ensemble d’assurer l’interprétation d’extraits d’opéra. C’est ainsi que l’ensemble a pu proposer récemment des soirée-concerts plus spécifiquement consacrées à l’ exécution de larges extraits (chœurs et ensembles) de certaines œuvres phares du répertoire : Rigoletto et la Traviatta de Verdi, Eugène Onéguine et La Dame de Piques de Tchaïkovski, Prince Igor de Borodine, Roussalka de Dargomijski.

EKATERINA ANAPOLSKAYA est diplômée de l’université pédagogique de Moscou-faculté de musique. Elle est également titulaire d’un master en musicologie à la Sorbonne (Paris IV) et prépare actuellement un doctorat. Ekaterina compte parmi ses professeurs : Maya Pouchkina, soliste du Bolchoï et de la troupe de l’Opéra du conservatoire Tchaïkovski de Moscou et Luciana Serra (professeur à l’Académie de la Scala de Milan) dont Ekaterina suit le master class.
De 1992 à 1998, elle participe à des tournées et festivals avec l’ensemble des solistes « Slavianski Lik » en Russie comme à l’étranger. Entre 1994 et 2004, elle a interprété les rôles de Madame Larina (Eugène Onéguine – Tchaïkovski), de Yaroslavna (Prince Igor – Borodine), de Liza (La Dame de Piques – Tchaïkovski) à l’occasion de représentations et concerts. Au sein de « Slavianski Lik », Ekaterina reçoit en 1998, le prix de la « Voix d’ange de Russie ». Récemment, elle a participé à des concerts en Italie à Ancone (théâtre Del Muse – 2011 et 2012) et au festival Val d’Eure musical (2012).
Ekaterina est également à la tête de l’association artistique «ADEA» qui organise des concerts de musique classique avec différents chanteurs et instrumentistes. En plus de l’organisation et de la direction artistique, elle participe à ces concerts en tant que soliste et chef du chœur russe de Paris Znamenie.

Temple Protestant Passy-Annonciation.

Temple protestant Passy-Annonciation

19, rue Cortemberg

75016  Paris

Métro: Rue de la Pompe

14
juin

Festival du Dessin Animé Annecy

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

La Russie au Festival International de Dessins Animés

d’Annecy du lundi 10 au  samedi 15 juin 2013

Le festival permet de définir le succès commercial des nombreux projets russes. Parmi les produits présentés par la partie russe, les dessins animés bien connus dans le monde, comme les “Smechariki”.Mais aussi des films d’animation récents, comme “La tour Soukharev“,que le représentant de la Russie à Annecy Alexandre Guerassimov a qualifié de fiction historique. Il a noté que récemment, à Cannes, des représentants du business cinématographique avaient manifesté leur intérêt pour ce projet.

la Russie est représentée par “La rancune”,du réalisateur Anna Boudanova, originaire de la ville d’Ekaterinbourg, capitale de l’Oural. Сe film raconte l’histoire d’une petite fille dont la rancune est incarnée dans un personnage étrange. Le film a remporté leraconte l’histoire d’une petite fille dont la rancune est incarnée dans un personnage étrange. Le film a remporté le premier prix au festival de dessins animés de Souzdal.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2013_06_14/Les-dessins-animes-russes-sur-le-marche-international-3378/

14
juin

Concert de l’Ensemble Kalina le 22 juin

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Concert Samedi 22 juin 2013

Eglise du Luxembourg – Paris

Ensemble Kalina.

Les voix a capella de Natacha Fialkovsky ( à droite sur la photo) et d’Aliona Apréleff-Pritkoff ( à gauche sur la photo) perpétuent les chants traditionnels russes villageois, s’interpellent, se répondent, se suivent et s’unissent, entre impétuosité populaire et complainte nostalgique.
Et lorsque Pétia Jacquet- Pritkoff ( à gauche tenant la balalaïka), accompagné par la vigoureuse guitare d’Andreï Chestopaloff (au centre de la photo ), fait sonner la balalaïka, lorsque son index caresse les trois cordes de cet instrument infiniment russe, alors de très profonds sentiments résonnent en nous.
Les instrumentistes et les voix se rejoignent pour partager chansons mélancoliques ou endiablées, et nous emporter, très précisément, au cœur de la Russie.

Eglise du Luxembourg

58, Rue Madame

75006 Paris

Accés:

Métro: St Sulpice- Rennes

Participation aux Frais : 15€/12€ (étudiants)

Gratuit moins de 12 ans.

RÉSERVATION:

06 70 02 73 10

11
juin

Crétion du Centre Orthodoxe russe de Paris, kafkaienne…

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Rappel des faits : le 17 mars 2011, l’équipe de Sade/Arch Group est proclamée lauréate du concours international de maîtrise d’oeuvre, devant Wilmotte & Associés/Mosproekt 2 et Frédéric Borel & associés.

Voir sur le sitele Projet ,   Résultat du concours et   Copie du projet …revue,

Les mois passent… Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, pas franchement convaincu par la proposition aux cinq bulbes dorés, exprime sa “très nette opposition” au projet en déplorant une “architecture de pastiche” avec “une ostentation tout à fait inadaptée au site des berges de la Seine classé au patrimoine mondial de l’Unesco”…
Fin 2012, la Russie retire la demande de permis de construire qu’elle avait déposée.
L’histoire rebondit ce 5 juin… Dans un communiqué de presse, l’avocat de Sade, Me Louis Fauquet, annonce le dépôt d’une plainte auprès de la Cour de justice de la République (CJR) contre la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, pour “abus d’autorité publique, délit prévu et réprimé par l’article 432-1 du code pénal”. Par ailleurs, il demande au juge des référés du tribunal de grande instance (TGI) de Paris de “suspendre la résiliation de son contrat que vient de lui notifier la Fédération de Russie et d’interdire à son confrère Jean-Michel Wilmotte d’intervenir sur ce projet”.
Enfin, Sade a “donné assignation à monsieur Bertrand Delanoë en paiement de la somme de 10 millions d’euros à titre de dommage-intérêts pour violation des obligations contractuelles découlant du concours auquel la Ville de Paris avait participé en qualité de membre du jury”.

Sources: le Moniteur et l’Expres

8
juin

Ier Festival du Cinéma Russe à Nice avec G. Depardieu

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Festival du Cinéma Russe pour les  400 ans des Romanov

PROGRAMME et DATES.

Pour la première fois en France projection de films originaux issus des archives du Fonds d’Etat des Films de Russie, du fond “Gosfilmofond“. Gosfilmofond  possède près de 70.000 titres et 450.000 affiches, scénarios originaux ou photographies de cinéma  constitue le plus grand établissement de collection de films au monde.

” Gosfilmofond” , Госфильмофонд Р оссии

Jeudi 6 juin, c’est avec une légitime fierté que Christian Estrosi a présenté ce nouvel événement, le premier festival du Cinéma Russe à Nice, qui devrait devenir un événement culturel majeur dans les prochaines années.

Pour la ville de Nice cette commémoration cinématographique des “400 ans de la Maison Romanov” est un symbole des liens, qui hier comme aujourd’hui, unissent Nice à la Russie. Présence patrimoniale, présence économique, présence touristique, présence affective, la Russie a noué avec Nice une belle relation, a déclaré le premier magistrat qui avait à ses côtés l’ambassadeur de Russie en France M. Alexandre Orlov et Gérard Dépardieu  revenu en France pour promouvoir le cinéma… russe !

Monsieur Christian Estrosi, député maire de Nice entouré de
S.E. l'ambassadeur de la Fédération de Russie en France M. Orlov et Gérard Depardieu.
© Guillaume Bertolino

Accueilli par le député-maire de Nice Christian Estrosi à la Villa Massena, Gérard Depardieu a déclaré “très ému” d’être à Nice, “la ville la plus russe de France“, terre d’accueil de la Maison Romanov. Quelque 10 000 Russes y vivent aujourd’hui et 200 000 touristes de ce pays s’y rendent chaque année.

Monsieur Christian Estrosi, député maire de Nice et Gérard Depardieu, © AFP.

Quand je suis arrivé, j’étais très heureux, mon cœur n’avait pas changé de frontière”, a conclu Gérard Depardieu.

J’habite 1, rue de la Démocratie, à l’angle du boulevard du Bolchévisme et je m’y sens très bien“, a lancé Gérard Depardieu à la presse avec un large sourire.

Journalistes lors de la conférence de presse, © Chichkine.

Gérard Depardieu est largement à l’initiative de ce nouveau Festival du cinéma russe à Nice. Les classiques présentés viendront des archives centrales publiques du cinéma en Russie, Gosfilmofond.

Je porte ma culture française ailleurs. J’apprends le russe, je connais leur culture parce que j’ai appris à lire avec les classiques de la littérature russe comme Pouchkine ou Dostoïevski”, a-t-il souligné.

Cette manifestation, qui célèbre les 400 ans de la Maison Romanov, proposera, des projections de films originaux, en version originale avec sous-titrage en français, issus des archives du Fonds d’État des films de la Russie et des rencontres avec les acteurs et les réalisateurs des films.

Le film Raspoutine (2011) de la réalisatrice française Josée Dayan, avec Gérard Depardieu dans le rôle principal, sera présenté la veille de la clôture du festival le dimanche 16 juin, en présence de Gérard  Depardieu.

Gosfilmofond – qui possède près de 70 000 titres et 450 000 affiches, scénarios originaux ou photographies de cinéma – constitue le plus grand établissement de collection de films au monde.

Venu parler essentiellement de cinéma, Gérard Depardieu est toutefois revenu sur son départ en Russie.
Cela fait quinze ans que je vis moins de cinq mois en France et je paie mes impôts, mais ce n’est pas ça l’important, j’ai toujours été un voyageur et un citoyen du monde“, a-t-il commenté.

Je suis très heureux d’être citoyen russe, de payer mes impôts en Russie et aussi, rassurez-vous, en France… Je ne fuis pas le fisc. Sinon, je serais parti depuis longtemps” .

J’adore les Français. Je ne suis pas dans les salons, je suis souvent dans la rue et souvent avec des gens qui travaillent. J’ai transmis des choses, j’ai une centaine d’employés, j’essaie de faire ce que je peux», a précisé Gérard Depardieu, avant de déclarer avec un trait d’humour qu’il était «parfois un peu trop amoureux de la vie. Je m’endors parfois sur un scooter, mais la police est très gentille avec moi“.

© Eric Gaillard Reuters

Pour sa part, le député-maire de Nice, Christian Estrosi, a rendu un hommage chaleureux au “plus grand acteur français des 50 dernières années”. “Qui peut contester à Gérard Depardieu d’avoir été l’un des meilleurs ambassadeurs qui soient de la culture française ? Cet homme a été traîné dans la boue par le gouvernement français. Je le regrette. Ce n’est pas une bonne manière de se comporter à l’égard de ceux qui ont tant donné pour notre pays” a-t-il déclaré, avant de remettre à l’acteur la médaille de la ville.

Deux expositions aura lieu dans le cadre du Ier Festival du Cinéma Russe à Nice :
– Exposition consacrée à la dynastie des Romanov, œuvres du peintre Gueorguïe Chichkine…
– Exposition dédiée au 65e anniversaire du Gosfilmofond de Russie.

(Publi-Reportage Tatiana Chichkine)

Parmi les invités: Irina Alferova, Vadim Abrachitov, Sviatoslav Belza, Stanislas Govoroukhine, Svetlana Belza, Irina Mirotchnenko, Alexandre Mitta, Alexandre Mikhaïkov, Nikita Mikhaikov, Alexeï Petrenko, Alexandre Prochkine, Lev Prygounov, Serguei Soloviev Marlen Khoutziïev, Gérard Depardieu….

Dans le cadre du 1er Festival du Cinéma Russe à Nice :

– Exposition “65 ans au Gosfilmofond de Russie“.

Vendredi 14 juin, à 17h 30

Cinémathèque de Nice: Acropolis

GOSFILMOMOND – Documentaire, SARL “Studio 217″, 2010 , 50 mn réalisateur Ivan Tverdovsky.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Dessins animés en couleurs restaurées:

La Tarte Sucrée“, URSS 1937,  11 mn, réalisateur Dmitri Babitchenko.

“Le Conte d’Hiver“, URSS 1945, 12 mn réalisateur Ivan Ivanov-Vano.

Entrée libre invitation à retirer : Cinémathèque de Nice

3 esplanade Kennedy, 06364 Nice

CINÉMATHÉQUE DE NICE

3 Place Kennedy

06364 Nice

Renseignements:

Tél: 0492040666

www.cinémathèque-nice.fr

5
juin

Andrey Esionov au Village Suisse

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Exposition du 6 au 10 juin 2013

ANDREY ESIONOV
De nationalité russe, Andrey Esionov né en 1963 à Tachkent en Ouzbékistan. Diplômé en 1981 de l’École d’Art Républicain ainsi que du département de peinture de l’Institut Ostrovski d’Art Dramatique de Tachkent. Membre de l’Union des Artistes Russes depuis 1995, il a reçu de nombreux prix et distinctions internationaux, notamment la médaille d’or de l’Académie Russe des Arts, la médaille d’argent de l’Union des Artistes de Russie et le Grand Prix de Peinture du 6e Festival International des Arts de Moscou.

Il est présenté au public parisien à la galerie ART GALLERIES EUROPE de Paris

Partenaire de cette exposition parisienne :

Union Art – Dialogue Franco Russe- Art Galleries Europe

RENSEIGNEMENTS
Art Galleries Europe
78, avenue de Suffren. Village suisse, Gallery 66. 75007 Paris
T. 33 1 76 63 32 03
Mail : parisgallery@artgalleriesaurope.com
Metro : La Motte Picquet Grenelle (sortie Village suisse)
Site : www.artgallerieseurope.com

Commissaires: Anna Vassilenko & Bella Belka Lassaire
Association Dialogue franco-russe + Union Art Moscou http://unionartcompany.ru/index

4
juin

Trio Kedroff au conservatoire Serge Rachmninoff

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Le Conservatoire de Serge Rachmaninoff se trouve dans le 16ème arrondissement .
(Metro Iena, la ligne 9).

Serguei Vassilievitch Rachmaninov (russe : Сергей Васильевич Рахманинов), né le 1er avril 1873 du calendrier grégorien (20 mars 1873 du calendrier julien) à Semyonovo, près de Novgorod, et mort le 28 mars 1943 à Beverly Hills, était un compositeur, pianiste et chef d’orchestre russe.

En 1877 Serguei Rachmaninov a 4 ans. Anna Ornazkaya, diplomée du College Russe de Musique fondé par Anton Rubinstein en 1862 (le futur Conservatoire de St Petersbourg) est engagée à demeure pour donner à Serguei Rachmaninov ses premières vraies leçons de piano.

Rachmaninov commence alors à 20 ans une carrière brillante de virtuose et de compositeur. Il écrit de nombreuses œuvres, le Concerto n° 1, Prelude en ut diese mineur, Trio élégiaque n° 2 à la mémoire de son cher Tchaikovski,… Le succès est au rendez-vous.

Il écrit la Sonate pour violoncelle et piano, la cantate Le printemps et épouse sa cousine germaine Natalia, très bonne pianiste elle aussi (avec l’autorisation du tsar). De cette union naîtront deux filles, Irina et Tatiana, toutes deux musiciennes.

C’est dans ce cadre prestigieux que le TRIO KEDROFF va présenter le concert de l’été.

Nicolas Kedroff: balalaïka.
Gaspard Panfiloff: balalaïka.
Oleg Ponomarenko: guitare.

De gauche à droite: Gaspard Panfiloff, Nicolas Kedroff et Oleg Ponomarenko.

Nicolas Kedroff est issu d’une famille de célèbres artistes russes, sa réputation est internationale. Il a été séduit par le son et le caractère de cet instrument. «La balalaïka, c’est sa vie, mon destin», dit-il, lorsqu’on lui demande pourquoi le choix de cet instrument. Nicolas enregistre actuellement un nouveau disque solo. Il participe à trois formations: un duo avec Oleg Ponomarenko, un trio avec, en plus, Gaspard Panfiloff et un ensemble professionnel de balalaïka d’une dizaine de personnes. Il donne aussi des cours à Paris

Plus de renseignements: labalalaika.com.

CONCERVATOIRE  RACHMANINOFF

26 av. de New york, 75116 Paris

Tarifs: 15€, 10€ pour les membres de la SMRF (Société Musicale russes en France).

Réservation conseillée: 01 47 23 51 44

4
juin

Journée russe à L’ACER rue Olivier de Serres Paris XV°

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

4
juin

“La Guerre Froide vue d’en bas

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

L’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP), unité propre de recherche du CNRS, a été fondé en 1978. Dépositaire d’une histoire, qui remonte aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, ses recherches s’inscrivent dans le renouveau de l’histoire contemporaine. Dans ce cadre, il anime également un réseau d’une cinquantaine de correspondants départementaux, historiens chevronnés répartis sur toute la France, en vue de conduire des enquêtes collectives. Ce réseau, original dans le monde de la recherche, héritier de celui mis en place en 1944 par la Commission d’Histoire de l’Occupation et de la Libération de la France, a reçu depuis son origine le soutien du ministère de l’Éducation nationale qui a, entre autres, attribué des heures de délégations puis des heures supplémentaires aux membres du réseau, professeurs d’histoire-géographie en poste devant élèves. Tous les enseignants qui forment actuellement ce réseau ont été ou sont dans cette situation administrative. La recherche de ce réseau inscrite dans le cadre du programme quadriennal de l’IHTP bénéficie de la direction scientifique de Philippe Buton, Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Reims, et Michel Hastings, Professeur de Science politique à l’Institut d’Etudes Politiques de Lille, et est animée et coordonnée par Olivier Büttner, ingénieur de recherche CNRS à l’IHTP.

Après quatre ans de travail au niveau local, le temps est venu de restituer l’ensemble de ce travail. L’IHTP et ce réseau organisent donc sous la présidence de la direction de INSHS du CNRS et de la DGESCO du Ministère de l’Education nationale les 6 et 7 juin prochains un colloque sur la « Guerre froide vue d’en bas » dans l’Auditorium Marie Curie au siège du CNRS à Paris.

PROGRAMME

Jeudi 6 juin
Matin
8h45  – Accueil des participants

9h30 – Ouverture du colloque
Patrice Bourdelais, Directeur Scientifique de l’INSHS-CNRS et Jean-Paul Delahaye
Directeur Général de la DGESCO, Ministère de l’Éducation nationale
• Une collaboration entre le CNRS et le Ministère de l’Éducation nationale :
le réseau des correspondants départementaux de l’IHTP
• Intervention de Madame Pascale Bourrat-Housni, Directrice
de la recherche et de l’enseignement supérieur Région Île-de-France
Christian Ingrao, Directeur de l’IHTP
• « La Guerre froide vue d’en bas »

10h15 Présidence : Isabelle Chave, responsable du Département de l’Exécutif et
du Législatif des Archives nationales
Maintenir l’ordre
Olivier Büttner (IHTP CNRS), Annie Martin (Correspondante départementale
IHTP)
• « L’ennemi intérieur et les exercices de défense du territoire
(DIT) en période de Guerre Froide
»
Alain Bancaud (IHTP CNRS)
• « Une justice d’Etat trop sensible aux bruits de la rue 1948 – 1953 »
Pascal Girard (Correspondant départemental IHTP)
• « La perception de la menace communiste en France et en
Italie au début de la Guerre Froide
»

13h – Déjeuner

Après-midi
14h – Présidence : Jean-Christophe Baudoin, Directeur Général de l’Assemblée des
Départements de France
« Les départements dans la Guerre Froide : trois monographies »
Jean-Louis Étienne (Correspondant départemental IHTP)
• « Les enjeux de la Guerre Froide et leurs implications dans un
département frontalier : la Meurthe-et-Moselle
»
Jean-Claude Lahaxe (Correspondant départemental IHTP)
• « Débattre de la paix et défendre les chasseurs : les motions
des conseils municipaux des Bouches-du-Rhône
»
Alain Olivier (Correspondant départemental IHTP)
• « La Guerre Froide à travers les bulletins paroissiaux en Mayenne »

16h – Pause

16h30 – « Le contact avec l’autre »
Mireille Conia et Jean-Louis Étienne (Correspondants départementaux IHTP)
• « Les bases américaines »
Hélène Chaubin (Correspondante départementale IHTP)
• « Etrangers ou agents de l’étranger ? »

20h – Dîner

Vendredi 7 juin
Matin
9h15 – Présidence : Alain Bergounioux Inspecteur Général de l’Éducation nationale
« Les émotions »
Michel Hastings (Professeur de science politique, IEP de Lille)
• « Les dynamiques émotionnelles »
Isabelle Miclot (Correspondante départementale IHTP)
• « Les émotions nucléaires : la population française face
à la menace de la guerre nucléaire 1950-1960
»
Nicolas Monod (Correspondant départemental IHTP)
• « L’impact des évènements de Hongrie »
Corine Defrance (Directrice de recherche IRICE Paris I) et Ulrich Pfeil
(Professeur de civilisation allemande, Université de Lorraine, Metz)
• « La Protection civile en France et en Allemagne.
Réflexions sur une approche comparée
»

11h45 – Pause

12h – « La Mémoire au prisme de la Guerre Froide »
Philippe Buton (Professeur d’histoire, Université de Reims)
• « Les dynamiques mémorielles »
Danielle Chevalier (Correspondante départementale IHTP)
• « Les fêtes de Jeanne d’Arc à Orléans »

13 h – Déjeuner

Après-midi
14h – Présidence : « Association des Maires de France »
« Représentations
»
Alain Monchablon (Correspondant départemental IHTP)
• « La Guerre Froide vue des campus »
Joëlle Beurier (Professeure agrégée Université de Reims)
• « La Guerre Froide dans la presse illustrée »
Gilles Morin (Correspondant départemental IHTP)
• « Les communistes et Jules Moch, représentations et
pratiques au temps de la guerre froide
»

15h45 – Pause

16h – « Les politiques municipales »
William Richier (Correspondant départemental IHTP)
• « Les jumelages entre Guerre Froide et enjeux locaux »
Xavier Desbrosse (Correspondant départemental IHTP)
• « Héros de l’Ouest, héros de l’Est : toponymie et Guerre Froide »
17h15 – Conclusion du Colloque
Henry Rousso, Directeur de recherche CNRS, IHTP, Coordinateur du GDRE
EURHISTXX

CNRS

3 rue Michel-Ange 75016 Paris
Campus Gérard Mégie – Auditorium « Marie Curie »
Le Campus Gérard Mégie est accessible aux personnes à mobilité réduite
Moyens d’accès
ligne : 22, 72, 52, 62, arrêt Michel-Ange Auteuil
ligne : 9, 10, station Michel-Ange Auteuil
Inscriptions jusqu’au 31 mai à l’adresse suivante :
coll.Guerre-Froide@ihtp.cnrs.fr
Même adresse pour toutes informations complémentaires

30
mai

Présentation des médailles pour Sotchi 2014

   Publié par: artcorusse   dans Informations

A Saint Petersbourg lors de la séance du comité exécutif du Comité international olympique (CIO) et la XI Convention Internationale «SportAccord».
a été présenté les médailles pour les Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi 2014. Convention  qui se tient comme d’habitude  l’année précédant les Jeux. Rappelons qu’elle a à sa tête Jean Claude Killy directeur exécutif du Comité International, Xavier Gonzales pour le Comité International des Jeux Paralympique et Dimitry Chernychenko Président du Comité d’Organisation “Sotchi-2014″.

C’est la championne de patinage de vitesse 2006 aux jeux Olympiques d’hiver de  Turin, Svetlana Sergeïevna Jourova qui a eu le privilège de montrer les médailles. Elle a déclaré avec beaucoup d’émotion qu’en regardant cette médaille personne ne pourra douté qu’elle fut gagnée en Russie: ” Tous les codes, les symboles et les emblèmes de la tradition russe y sont gravés.

Svetlana Zhurova présente aux invités et aux journalistes une médaille d'Or. 

L’avers  ou la face de la pièce dépeint les anneaux olympiques et le revers ou verso le nom du type de compétition dans la langue anglaise et le logo des Jeux “Sotchi-2014″. Le nom officiel de la discipline est gravée sur la tranche en russe, en anglais et en français .

Médaille de Bronze des Jeux Olympiques  "Sotchi 2014".

Il faut pour la réalisation d’une médaille 18h de travail. La Médaille d’Or olympique pèse 531 grammes (il faudra 3kg de feuille d’or à 999 carat pour la réalisation de toutes les médailles d’Or)) , en  Argent  525 gr  et en  Bronze  460 gr. Les médailles paralympiques ont certaines  inscriptions en braille et pèsent  entre 585 à 686 grammes. Toutes les médaille ont un diamètre de 100 mm.

Il sera produit un ensemble d’ environ 1300 médailles .

30
mai

Concert des solistes de l’opéra russe à l’UNESCO

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Gala des solistes de l’Opéra Russe

à l’UNESCO

La Délégation Permanente de la Fédération de Russie auprès de l’UNESCO

organise le  GALA DES SOLISTES DE L’OPÉRA RUSSE
Théâtres Bolchoi, Mariinski, Mikhailovski

avec la participation de l’Orchestre Colonne (France)
sous la baguette de Mikhail TATARNIKOV (Russie, Théâtre Mikhailovski)

LE PROGRAMME COMPRENDRA DES AIRS CÉLÈBRES
de Verdi, Puchini, Offenbach, Tchaikovski interprété par

Ekaterina SERGEEVA – mezzo-soprano (Théâtre Mariinski, Bolchoi)
Oksana SHILOVA – soprano (Théâtre Mariinski )
Vladimir GALOUZINE – ténor (Théâtre Mariinski )
Khachatur BADALYAN – ténor (Théâtre Mariinski )

Invitation électronique ( CLIQUEZ ) , vous pouvez chercher l’originale à l’entrée de l’UNESCO le jour de l’évènement à partir de 18.30.
L’invitation est valable pour deux personnes dans la limite des places disponibles.

Le concert dans la Salle I de l’UNESCO à 19H 30
Veuillez vous munir d’une pièce d’identité,   pas de réservations  des places dans la salle.

Entrée:  125 avenue de Suffren Paris 7e

30
mai

Pluie d’or à la 55ème Biennale de Venise 2013

   Publié par: artcorusse   dans Brèves

Pavillon russe à la 55ème Biennale de Venise

1er juin – 24 novembre 2013

C’est l’un des quelques pavillons nationaux construits avant la Première Guerre mondiale . Le pavillon et a été construit en 1914 par le grand architecte russe Alexey Shchusev. La construction a commencé  quand le tsar gouvernait encore la Russie, et s’est terminée plus de trente ans plus tard, lorsque le pays était déjà l’Union Soviétique.

Shchusev né le 26 September 1873 à Kishinev, Moldova, architecte  très populaire, on lui doit des stations de métro à Mosou, le mausolé de Léline de nombreuses églises russe en Russie et à l’étranger comme celle du Christ Sauveur de San Rémo …. Il a beaucoup travaillé à l’étranger. En Italie, il a construit les églises de Bari et de San Remo. Il était donc naturel qu’il ait été choisi pour construire le pavillon russe à Venise. Shchusev était aimé par les nobles de la Russie et a été l’un des architectes favoris de la famille impériale. Il s’est vu confier des projets très prestigieux. Le style de néo-russe de Shchusev était tout à fait approprié à l’humeur du temps, au moment où le pays avait beaucoup d’intérêt pour l’ancienne Russie et les origines de la nation.

Cette année le pavillon russe, cette année est une interprétation conceptuelle et allégorique du mythe de Danaé.
Depuis 1895, quand Venise a accueilli la première exposition d’art internationale, il y eu des changements, des pays participants au style de l’art lui-même, mais les métamorphoses ont été le plus souvent associée  à l’évolution  de l’art. La Biennale ne reflète pas la gamme complète de tous les arts. Cette année 2013, la Biennale présente 88 pays, 10 d’entre eux pour la première fois par exemple: l’Angola, les Bahamas et les Maldives, le Koweït, le Paraguay, le Kosovo.
Peut-être le plus surprenant des nouveaux arrivants est le Vatican, sous le pape Francis le clergé a soudainement décidé qu’il était erroné de les éloigner de l’art moderne.

Homologues artistiques du Saint-Siège sont les Milanais avec le groupe Studio Azzurro, le photographe tchèque Josef Koudelka et l’artiste américaine Carol Lawrence,  montrent leur travail sur le thème “Création”, “destruction” et “Transformation” (source d’inspiration du livre de la Genèse).

Une nouvelle  fois  cette  année c’est la Fondation Stella de Moscou responsable du Pavillon qui a pris Vadim Zakharov pour l’installation du décor, (la Russie convoite le grand prix de la Biennale de Venise, le Lion d’Or, en exposant une impressionnante installation). Il faut se rendre à la caverne à l’or où il pleut des pièces d’or. Cependant, il est nécessaire de l’appui des femmes, et ce distingo des sexes définit immédiatement l’exposition sonore et plonge le visiteur dans le mythe grec antique de Danae.” Son père, Acrisios, l’emprisonne dans une tour d’airain quand un oracle lui prédit qu’il sera tué par son petit-fils. Zeus parvient toutefois à se présenter à elle pour la séduire sous la forme d’une pluie d’or”. Cependant, comme on le sait, les précautions n’ont pas empêché Zeus de pénétrer l’abri de la pluie d’or et de voir la lumière de Persée. Prérogative des femmes de rentrer dans la caverne munies de parapluies.

Les hommes étant  interdits d’accès et sont obligés d’admirer le spectacle du haut d’une galerie, donc il leur faut commencer la visite non par le rez de chaussée ou se trouve “la caverne à l’or” mais par les étages supérieurs, en montant ils verront au deuxième étage  sur une poutre près du plafond assis comme sur une selle un homme en costume, qui méthodiquement décortique des cacahouettes et jette leurs coquilles sur le sol.

La deuxième chambre  avec  un  plafond en miroir avec des ouvertures  d’où l’on entendra et l’on verra de l”argent tomber. Au premier étage est sculptée une balustrade en bois afin de former un atrium clos  avec des coussins moelleux permettant de se mettre à genoux et se retenir la balustre entourant une sorte de patio et de jeter des pièces que l’on s’est procurées avant de rentrer dans le pavillon.


© Sergey Shahidzhanyana

L’inauguration s’est déroulée en présence du ministre de la culture de la Fédération de Russie Vladimir Medynski,  prit une pièce de monnaie en souvenir.

Vladimir Medynski ministre de la culture de la Fédération de Russie et sa pièce .

Vidéo de cette installation: ( CLIQUEZ )