22
mai

9ème JOURNÉES DE L’HISTOIRE DE L’EUROPE

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

LES 9ème JOURNÉES DE L’HISTOIRE DE L’EUROPE

1er et 2 juin 2012 – Sorbonne
La France et la Russie dans l’Europe des XIXe et XXe siècles

Les 9es Journées de l’Histoire de l’Europeconsacrées à

L’histoire des relations entre la France et la Russie dans le contexte européen des XIXe et XXe siècles” proposent un programme de plus de 30 conférences d’Histoire, d’Histoire de l’Art et de Géopolitique.
Réunissant d’éminents historiens, ces Journées sont accessibles à un public non scientifique. Leur ambition est de mieux faire connaître et comprendre l’Europe d’aujourd’hui par le biais de son histoire.
Ce programme relatera l’ensemble des relations politiques, économiques et culturelles qui ont existé entre la France et la Russie de 1812 à 2012. Il mettra en lumière les influences réciproques qui en ont découlé, et les regards que Russes et Français ont portés les uns sur les autres au cours de cette période.
Le 9e Salon Européen du Livre d’Histoire se tiendra pendant les Journées et accueillera les éditeurs francophones en histoire, histoire de l’art et géopolitique.
Le Prix du livre d’Histoire de l’Europe, placé sous le haut patronage du Président du Parlement européen, sera remis lors de ces Journées.

Tous renseignements:  http://association.histoire.free.fr

11
mai

Défense du russe dans l’Union Européenne

   Publié par: artcorusse   dans Informations

PETITION

Pour que la langue russe soit reconnu dans l’Union européenne

За признание русского языка в Европейском Союзе.

(A l’initiative des russophones de France, Союз Русофонов Франции )

SIGNEZ sur:

http://www.mesopinions.com/Pour-que-le-russe-soit-reconnu-dans-l-Union-europeenne–petition-petitions-e767309ac47d8a8e7e225eaced799a6c.html

Cette année est entrée en vigueur la possibilité pour les citoyens de l’Union Européenne de prendre des « initiatives citoyennes » au moyen de pétitions devant regrouper au moins un million de signataires dans un minimum de sept pays différents de l’Union.
Pour la France, il s’agit de 54.000 signatures de citoyens de l’UE avec leur état civil, profession et adresse .

A l’initiative de plusieurs associations russophones ou simplement soucieuses d’une véritable prise de conscience de nos concitoyens ouest-européens de la véritable dimension continentale de l’Europe, et en coordination avec tout un réseau d’associations dans tous les pays de l’UE, il a été décidé de présenter à la Commission européenne une proposition d’«initiative citoyenne» visant à une reconnaissance de l’utilisation du russe au niveau officiel dans l’Union européenne.

Une plateforme en sept points avançant les principales raisons pour lesquelles la reconnaissance du russe serait utile à l’UE a été élaborée par l’Union des Russophones de France et présentée aux coordinations française et européenne.
Prenez en connaissance dans l’encadré joint et n’hésitez pas à la diffuser autour de vous si elle vous convient et que vous êtes prêt à signer la pétition d’initiative quand nous, aurons obtenu le feu vert de la Commission européenne. Il nous faut rassembler 54.000 signatures en France pour avoir une chance d’aboutir. (Voir fin de l’article)

En plus des raisons avancées dans la plate-forme, une reconnaissance du russe devrait nous faciliter les choses pour défendre l’enseignement du russe  mis en péril par l’éducation nationale, permettre à nos concitoyens de langue russe (y compris dans certaines régions de l’Union européenne où ils sont des minorités «natives» diversement respectées) de s’adresser dans leur langue aux institutions, de faciliter les échanges entre différentes nationalités au sein de l’Union et même y jouer un rôle intégrateur, parfois conciliateur comme en Belgique où Flamands et Wallons russophones n’ont pas de problèmes ! Enfin, bien sûr, permettre à l’ensemble de l’Europe de se retrouver et de jouer à plein la complémentarité économique et stratégique entre l’est et l’ouest dans le respect des valeurs traditionnelles européennes, de tolérance, de respect réciproque et de démocratie.

La bibliothèque nationale russe est située à Saint-Pétersbourg, elle est issue de 
la bibliothèque publique impériale fondée par Catherine II de Russie en 1795. ©NLR


Pour tout cela signez et faites signer AVANT le 30 Mai 2012

En fonction du nombre des réponses, nous saurons si nous avons une chance de recueillir les 54.000 signatures exigées, avant de lancer la pétition à un million dans toute l’Union. Nous aurons alors un an à compter du jour de son lancement. Tout le monde devra s’y mettre pour que les 7 millions de russophones de l’Union soient pleinement reconnus et que l’Europe prenne son vrai visage dans le monde.

VITE SIGNEZ, SIGNEZ VITE Pour le russe, pour l’Europe !

CLIQUEZ

Pourquoi l’UE a-t-elle besoin du russe comme une de ses langues reconnues ?

1) Parce que la langue russe est une des principales langues européenne. On conçoit mal la culture et l’héritage européens sans Gogol, Dostoïevski, Tolstoï, Tchaïkovski, Chagall, Kondratieff, Pavlov ou Gagarine. C’est une langue vecteur essentiel de l’identité européenne.

2) Parce qu’aujourd’hui, le russe n’est plus la langue d’un seul pays mais un patrimoine partagé par plusieurs nations, peuples et individus dans le monde et particulièrement en Europe dans son intégralité. C’est pourquoi, on peut parler d’un espace russophone, comme l’une des composantes de la mondialisation.

3) Parce que le russe est langue de communication entre différentes nationalités, y compris au sein même de l’Union européenne. L’anglais «ONU» reste irremplaçable pour l’utilitaire quotidien mais la communication plus élaborée tenant compte des héritages et des modes de pensée de chacun a besoin d’autres langues passerelles porteuses de notions qui seraient perdues avec une langue unique simplifiée et purement fonctionnelle. C’est une manifestation concrète d’un monde diversifié et multipolaire.

4) Parce que le russe est un vecteur de diffusion dans le monde de différentes cultures qui passent par le russe. Par exemple, les cultures ouzbèk, tadjike ou géorgienne ont peu de chances de se faire connaître dans le monde quechua ou sarakolé sans l’intermédiaire du russe, de l’espagnol et du français. Il en est de même dans les pays de l’Union européenne : peu de passerelles entre Kalmouks et Catalans sans le russe, l’espagnol ou le français !

5) Parce que l’Union européenne compte plus de sept millions de russophones, dans différents pays et en dehors de quelques concentrations historiques (Pays baltes) ou plus récentes (Allemagne), ils sont dispersés dans toute l’Union. De ce fait, le russe n’est pas une langue régionale ou locale et n’a aucun caractère ni ambition séparatiste. Elle est même un facteur d’intégration européenne.

6) Parce que le russe est indispensable au développement économique de l’Europe et particulièrement de l’Union européenne, compte tenu du caractère complémentaire des économies des deux parties de l’Europe. L’usage d’une langue commune est un facteur d’amélioration et de fiabilité des échanges, y compris à un niveau juridique. Et il est tout particulièrement utile compte tenu du partenariat économique entre la Russie et l’UE dans les domaines énergétiques et de l’aérospatial.

7) Parce que le droit pour les russophones d’Union européenne d’utiliser leur langue ou cette langue de communication transnationale de toute l’Europe est un élément d’enrichissement culturel, économique et sans doute géopolitique pour toute l’Union européenne.

8
mai

Paul Chmaroff à l’Espace Cardin

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Exposition de Pavel Chmaroff du 11 au 20 mai

Découvrir l’artiste: (Cliquez)

Espace Pierre Cardin

Plus de 150 œuvres présentées au public parisien, dans le cadre somptueux qu’est l’Espace Cardin.

Paul Chmaroff né 1874 à Voronej, au cœur de la Russie. Brillant élève à Vorinej, il obtient une bourse pour se rendre à Saint Petersbourg

pour y suivre des cours à L’Académie des Beaux Arts.

Salle des dessins à l'Espace Cardin.© Artcorusse

Il reçoit les cours d’Ilya Répine, rentre dans le groupe des Ambulants, voyage en Europe puis en 1923 il décide de s’installer à Paris.

Il laisse une œuvre importante: natures mortes, portraits, paysages, paysages avec des naïades…..

Une des salles de l'exposition à l'Espace Cardin.© Artcorusse

C’est en 1971 que Joël Garcia a fait l’acquisition d’une toile de Pavel Chmaroff et depuis il s’est constitué une collection impressionnante. Collectionneur infatigable il cherche à travers le monde les œuvres de ce peintre.

Catherine Boncenne (Commissaire de l'exposition)
Joël Garcian (collectionneur des Chmaroff)
Décorés du Grande Ordre de l'Académie Internationale de la Culture
et des Arts de Russie.© Artcorusse

Il présenta au public pour la première fois sa collection à Paris à la Halle Freyssinet puis en Russie à Moscou, à Saint Petersbourg et dans la ville natale de Pavel Cmaroff  à Voronej. Les expositions sont organisées par Catherine Boncenne, commissaire des expositions.

(De gauche à droite) I.Soloviev conseiller culturel de l'Ambassade de Russie,
Catherine Boncenne, Anastasia (attachée culturelle auprès de l'Ambassade Russie) 
et Joël Garcia le collectionneur, le jour du vernissage.© Artcorusse

ESPACE CARDIN

1 – 3 Av Gabriel, 75008 Paris.

Horaires : 11h à 13h et de 14h à 19h – Entrée : 10 € (demi tarif pour les membres d’Artcorusse)

Film: « Pavel Chmaroff » du réalisateur N. Tikhobrazoff sera disponible sur place.

Colloque lundi 14 et mardi 15 mai de 10h30 à 13h et de 14h10 à 18h30


« Les artistes de l’émigration russe en France, de la Révolution d’octobre aux années 1950 »

Colloque consacré aux artistes de l’émigration russe en France de la Révolution d’octobre aux années 1950, qui se déroulera sous le haut patronage des ministères de la culture russe et français, de l’ambassade de la Fédération de Russie,et de l’association Dialogue franco-russe.

THEME

La problématique de l’art et des artistes au sein de l’émigration reste en marge de l’intérêt des chercheurs. Parmi les milliers de Russes arrivés en France après  les  événements d’Octobre (la Révolution), on note un grand nombre de peintres, sculpteurs, graveurs. Parmi les plus connus on peut citer : Chagall, Larionov, Gontcharova, Kandinsky mais aussi Benois, Bakst, Sérébriakova, Annenkov, Iakovleff, ou encore Chmaroff… De nombreux Russes furent élèves d’artistes français (tels que Laurens, Bouguereau)… Ils trouvèrent dans leur pays d’adoption, la France pour certains, une liberté de création. Certains restèrent fidèles à leur style, d’autres s’adaptèrent au nouvel environnement artistique. Quelques-uns commencèrent parallèlement une réflexion sur leur identité et leur appartenance nationale, comme en témoigne l’ « Union des Artistes russes » en France. L’apport de la création artistique russe n’est d’ailleurs pas toujours apprécié à sa juste valeur en France et beaucoup d’artistes finiront leur vie dans la misère.

C’est dans ce contexte que participeront les chercheurs russes et français à une réflexion sur ces artistes en partie oubliés par les historiens d’art et créer ainsi des échanges pour promouvoir les travaux scientifiques sur l’histoire culturelle de l’émigration russe en France.

Programme et horaires du Colloque

7
mai

Chants et musique russes ensemble Kalina

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Concert exceptionnel

11 mai à 20h

Eglise des Billettes

Un trésor a été découvert lors des travaux de restauration d’un l’hôtel particulier du 18 siècle, rue Tchaïkovski, à Saint-Pétersbourg. La famille aristocratique Narychkine-Troubetskoï, propriétaire de l’hôtel, a quitté la Russie après la révolution Bolchevik, en novembre 1917.

Le porte  parole de la société Intarsi chargée de la restauration de ce manoir a annoncé la découverte du trésor  le 19 mars.

Ces objets étaient dissimulés dans une petite pièce secrète située sous  un plancher  entre le deuxième et le troisième étages du bâtiment. Les objets avaient  été enveloppés dans du papier et des journaux datant de mars, juin, août et septembre 1917.

Ce trésors se compose de services de table d’apparat , en argent massif, vermeil provenant des plus grands orfèvres de la moitié  du XIX° et du début  du XX°, comme  Sassikov, Ovchenikov, Khlebnikov, les Frères Grachev et Fabergé (Сазиков, Овчинников, Хлебников, братья Грачевы, Фаберже).

Soit près de 2 168 objets  comprenant 4 services complets pour divers occasions ( service de table, à café, à déssert) fin XIX° et début XX°.  Le tout se trouvait dans des sacs en tissu, emballé dans du papier et des journaux datés de mars juin aout et septembre 1917, imbibé de vinaigre permettant un état de conservation  parfait , prêt à être dressé sur une table.

Soupière aux armoiries de la famille Narichkine

Une autre partie de ce trésor se trouvait dans des  écrins en bois à tiroirs pour les couverts, l’ensemble également imbibé de vinaigre. Sur beaucoup d’objets se trouvent les armes de la famille Narichkine,objets fabriqués par les meilleurs ateliers d’orfévreries et de bijoutiers russes du milieu du XIX.

L’on a trouvé des plats caractéristiques de Fabergé, salières, quelques bijoux pascals sur une chaine en sautoir et une montre.

Le vaisselle de table est en argent et en vermeil, les couteaux sont français à manche de perles et porcelaine peinte dans  les écrins à tiroirs. Se trouvent également des objets aux armes impériales, des décorations : St Vladimir avec épées, des médailles en souvenir du 300° anniversaire de la Maison des Romanov et une médaille du 100° anniversaire de la guerre de 1812 ainsi qu’une décoration de l’ordre de la Serbie et du Monténegro.

Il n’est pas rare de découvrir à l’occasion de restauration ou de transformation des objets qui furent cachés dans les murs d’appartements au moment de la Révolution de 1917.

Il y a une dizaines d’années, l’on a découvert une pièce murée dans laquelle le propriétaires avait installé, dans l’espoir de revenir: de la nourriture, du tabac, des allumettes des bougies des livres et un modeste mobilier. A la suite de cette découverte beaucoup de propriétaires de logement se sont mis  à fouiller: les murs, les plafond et les planchers à la recherche de trésors.

La cache du fabuleux trésor Narichkine.

Pour Intarsi ce n’est pas la première fois que l’on fait des découvertes lors de restauration  à Saint Petersbourg durant ces 20 dernieres années, souvent lors de restaurations l’on découvre des choses étonnantes. Quelques œuvres artistiques  ont une certaine valeurs d’autres seulement culturelle. Le trésor Narichkine est une découverte comme jamais nous n’en avons eue, déclare M. Novikov porte parole de la société. L’on a découvert lors de la restauration de l’Arc de Triomphe une étonnante collection de 5000 fume cigarettes représentant une valeur culturelle. Lors de travaux aux Griffons au Pont de la Banque l’on a découvert 1860  pièces de monnaies anciennes, dans un hôtel particulier sur la Moïka 122 pièces de monnaies sous le plancher, et sous un couche de plâtre des fresques et des panneaux décoratifs de sgraffites( techniques de finitions décoratives).

Certains particuliers inventeurs de trésor ne dirent mot !

Toutes les hypothèses sont envisagées pour le placement de ce trésor , soit au Palais Constantin ou directement au manoir Narichkine  ou  dans un musée comme l’Ermitage ou le musée de Pavlosk ou ailleurs, en attendant la fin des investigations du gouvernement, des experts, des fonctionnaires et bien sûr des propriétaires, s’il y en a ?

Un des représentants de la famille Narichkine, Piotr Narichkine, âgé de 65 ans, vit en Afrique du Sud. Il n’exclut pas être un prétendant pour hériter du trésor familial à Saint Petersbourg. Mais il n’est pas le seul descendant de la famille Narichkine !

Le musée de l’Ermitage souhaite obtenir ce trésor ainsi que le musée de Pavlosk.

15
avr

Conte populaire russe au Théâtre Darius Milhaud

   Publié par: artcorusse   dans archives

L’histoire d’Ivan Tsarevitch,  prince d’un royaume de Russie dont la devise  est :

« De la musique tu vivras,  jamais la guerre ne feras »

Ivan arrivera-t-il à retrouver l’âme d’Anne la Belle, cachée dans un violon ensorcelé ?

Mais en traversant la forêt russe, attention à la  terrible Baba Yaga…

Les 17, 18, 19 avril 2012 à 14h30

Les 24, 25, 26 avril 2012 à 10h30.

Théâtre Darius Millhaud

80, Allée Darius Millhaud

75019  Paris

Réservations: 01 42 01 92 26

Métro: Porte de Pantin ou PC : Porte Chaumont

Tarifs: 8€         Groupes: 5€

Renseignemets : www.theatredariusmilhaud.fr

14
avr

8ème Salon du Livre Historique Russe

   Publié par: artcorusse   dans archives

8ème SALON DU LIVRE HISTORIQUE RUSSE

Dimanche 22 avril de 12 h 00 à 19 h 00

Le Salon du Livre Historique Russe est devenu au fil des années un rendez-vous incontournable pour tous ceux qui s’intéressent à la Russie ancienne et contemporaine.

Au cours de cette importante manifestation, un trés grand choix de livres sera proposé aux visiteurs qui pourront,  rencontrer les auteurs entres autres: Wladimir FEDOROVSKY, Marie-Pierre REY, Alexandre JEVAKHOFF et bien d’autres, et pourrons dialoguer avec eux et leur faire signer des dédicaces personnalisées.
Les librairies dont l’une proposera des livres édités en Russie et les maisons d’édition seront également présentes avec des ouvrages rares, bien souvent à tirage limités, aujourd’hui épuisés. Deux stands proposeront aussi des livres anciens sur la Russie.

Un buffet sera organisé avec des spécialités russes, comme des Pirochkis et pour les fêtes de Pâques Koulitch et Pashka, afin de donner aux visiteurs la possibilité de se rencontrer et de discuter dans un espace de convivialité.

Salon organisé par l’AAOMIR

Association des Anciens Officiers de la Marine Impériale Russe.

Maison des Anciennes de Sainte-Marie

7, rue de Poitiers – 75007 PARIS

Accés: Métro Solferino (ligne 12)   RER C , Gare d’Orsay

Parking: angle Rue du Bac/ Montalembert

Entrée libre : de 12 h 00 à 19 h 00 7

Renseignements: (CLIQUEZ)

14
avr

Chorale russe à Enghien les Bains

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

10
avr

Exposition Irina Alaverdova

   Publié par: artcorusse   dans archives

Toits de Paris.

Née à Moscou. Membre de l’Union des artistes de la Russie Membre actif de l’Académie Sv.Bonifatsiya au Vatican (Rome, Italie) Docteur Honoraire des Arts Academy Pro Deo au Vatican (Rome, Italie) Membre de l’Académie Internationale d’Art (Moscou, Russie) Membre actif de l’Académie Européenne des Sciences Naturelles (EANS, Hannover, Allemagne)
Ses œuvres se trouvent dans des collections privées, du Musée du Vatican, du musée-réserve étatique de Vladimir-Souzdal, du Fond russe de la Culture, du Musée d’Art Moderne, du Musée d’Art Contemporain du Haut- Karabakh, du Musée d’Etat de Khanty-Mansiysk, ainsi que dans des collections privées de la Russie, de la Suisse, de Monaco, de la France, de Bretagne, des Etats-Unis , de la Tchèque.

Récompenses et Prix:
2004 Prix de la Coupe nationale de Monaco.
2005 Prix de l’Exposition Internationale de Nice (France) pour l’oeuvre dans de technic pastels.
2007 Médaille de EANS «Leonardo da Vinci» de l’Académie européenne des sciences naturelles
2008 Grande Médaille d’Argent “Goethe” EANS.
2009 Médaille de l’Académie internationale des arts pour sa contribution au développement de la science et l’art. Médaille de Sats. Académie Internationale d’Art.Moscou
2011 Premier Prix pour pour l’oeuvre dans de technic pastels au festival international en France.

Galerie 104
L’Atelier du Peintre

13, Rue Alasseur – Village Suisse 75015 Paris

- Tel. 01 .40.50.79.37

Courriel:  contact@latelierdupeintre.fr -

M° Motte-Piquet Grenelle

7
avr

Poutine au secours des musées !

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Dans les six ans à venir, plus de 67 milliards de roubles (soit 1,7 milliard d’euros) seront débloqués par les autorités russes pour soutenir les musées, essentiellement pour construire et moderniser les musées et réserves, a annoncé jeudi le premier ministre Vladimir Poutine.

Il a rappelé que, dans le cadre du programme ciblé « Culture de la Russie », 15 milliards de roubles avaient été alloués de 2006 à 2011 au développement des musées, l’argent n’étant destiné qu’à la construction de musées, et non à leur entretien.

« Lors des six ans à venir – de 2012 à 2018 – les fonds budgétaires alloués aux musées vont quadrupler et dépasseront 67 milliard de roubles. L’essentiel de l’argent servira à financer la construction et la modernisation des musées et réserves, ce qui est un impératif objectif« , a déclaré le chef du gouvernement lors d’une rencontre avec les représentants des musées du pays.

Restauration de Palais Alexandre (Tsarskoe Sélo)
3
avr

Cosmos Russe N°7 à l’ATALANTE

   Publié par: artcorusse   dans archives

COSMOS RUSSE N°7
Du mercredi 25 au samedi 28 avril
à 20h30


PROGRAMMATION


Coproduction Kyrill Terr (Communauté russe d’Europe)

Théâtre de l’Atalante

10 Place Charles Dullin

75018 Paris

Métro: Anvers, Pigalle, Abbesses.

site : www.theatre-latalante.com


2
avr

Victor Léonidov à l’Art-Bistrot Da -Niet

   Publié par: artcorusse   dans archives

Cioncert du barde victor Leonidov

Vendredi 25 avril à 19h30

au DA-NIET

Victor Leonidov à édité 6 livres comprenant plus de 600 poèmes sur le théme de la Victoire et de la Tragédie de l’Emigration. Il a participé aux émissions radiophoniques  » Le bruit des autres villes » et dans des émissions télévisées « Cultura ». Permettant ainsi de faire mieux connaitre les russes émigrés. Il est l’auteur de ballades sur le thème « Les russes sans Russie ».

Sur les murs expositions permanentes d’artistes russes

Possibilité de dîner sur réservation.

Art-Bistrot Da-Niet

5, rue de Lancry

75010 Paris.

Mètro République.

Réservations:

Tél: 01 44 52 91 63

Courriel: bistrot.daniet@gmail.com

1
avr

Concerts liturgiques russes Bortniannski dans le Loiret

   Publié par: artcorusse   dans archives

L’ensembe vocal Bortnianski de Jargeau dans le Loiret a vu le jour début septembre 2010 autour d’une poignée d’amoureux du chant choral et particulièrement de la musique Slave.
L’ensemble est placé sous la direction de Daniel Veron, chef de choeur.

Plusieurs week-end ou après-midi de découverte  du chant Slave, après-midi ouverte à toutes et à tous sans connaissance musicale particulière y compris aux choristes débutants afin de faire découvrir à un maximum de personne ces répertoires exceptionnelles et fabuleux.

Tous les ans, est organisé un grand stage sur la musique liturgique orthodoxe russe. La direction musicale de ces stages  sont placés sous la direction de chefs de choeurs de hauts niveaux spécialisés dans l’interprétation de ces oeuvres.

les concerts 2012 sont sous la direction de Sergueï Tcherkassoff,

Violonceliste et chef de chœur.

Né en UnionSoviétique, il obtientà 17 ans  le Prix d’interprétation du Concours National de Jeunes Musiciens.

En 1982, il entre au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou et, parallèlement à ses études, il collabore avec de grands artistes russes, notamment le Quatuor Beethoven.
Il s’établit en Suisse, en 1992 et collabore  avec l’Orchestre de Chambre Romand de Berne. En même temps il enseigne à l’Ecole de musique du Pays d’Enhaut et donne des cours de russe à l’Ecole-Club Migros de Lausanne. Il est membre de la Société Suisse de Pédagogie Musicale (SSPM).

En avril 2005 avec le chœur « Intervalles » il participe au Festival « Le Printemps Musical » à Chamonix (France).

Depuis 2005, il est régulièrement invité en Russie pour diriger des chœurs professionnels.

En 2006, il est directeur artistique du Stage Choral de Liturgie Orthodoxe à Crêt-Bérard (VD).

En 2010, il est engagé pour diriger l’Atelier de musique orthodoxe russe dans le cadre de la Fête Cantonale de Chant du Valais (Fully).

il dirige deux sociétés chorales : « La Lyre » de Moudon et le chœur « Saint-Amédée » de Lausanne.
Depuis 2011, il est directeur artistique du Stage Choral de lithurgie Russe à Orléans (France).

30
mar

MAXIM KANTOR au Musée du Montparnasse

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

présente les œuvres de MAXIM KANTOR

« VULCANUS »

du 6 avril au 6 mai 2012

Maxim Kantor.

Maxime Karlovitch Kantor (en russe : Максим Карлович Кантор) peintre russe né en 1957 à Moscou, célèbre pour avoir écrit Outchebnik rissovania (Manuel de dessin), un livre controversé sur la Russie post-soviétique.
Il est le fondateur en 1983 du groupe de peintres Krasny Dom (Maison rouge).
Il publie un recueil d’essais, Medliennyé tcheliousty demokratii (Les mâchoires lentes de la démocratie) comparant la démocratie au totalitarisme1. Il écrit en 2009 le roman V tou storonou, qui compare la crise financière à un cancer.

« Le peintre »

Il fut « découvert » par l’Occident au début des années 1990 comme un peintre dissident.

« Le transporteur ».

Il n’a pas cessé de jeter sur la société russe post-soviétique le même regard sans complaisance. Entre 1999 et 2001, il crée une série de 71 eaux-fortes exposées  publiées sous la forme d’un immense livre, accompagné de textes et intitulé Terrain Vague. Atlas (Wasteland. The Atlas).

« Le satire dans tous les sens ».

Maxim Kantor  fait partie du milieu « underground » de Moscou.

Sa peinture traduit son expérience, du totalitarisme à la démocratie actuelle. Il dénonce le système mais il veut y apporter du changement. L’exposition se compose également d’une dizaine de peintures , toutes sur le thème d’une Europe en plein effondrement.

Maxim Kantor fait partie du projet « Satires dans tous les sens ».

Le Musée du Montparnasse part du principe qu’un artiste ne doit pas être brimé et surtout pas par la politique. Il se targue donc d’accueillir des artistes de toutes origines, avec ou sans visa, pour leur permettre de s’exprimer.

Soirées « 5 à 7 » « satires dans tous les sens » :

jeudi 19 avril : Soirée sur le refus des visas aux artistes étrangers.
jeudi 26 avril : Film débat : Femme en révolution avec l’intervention de Camille Arno
jeudi 3 mai : Jean Bothorel présentera son livre « Requiem pour les français ».

Musée du Montparnassse :

21, avenue du Maine

75015 Paris

Tél.:01 42 22 91 96
Horaires d’ouverture : Tous les jours, sauf lundi, de 12h30 à 19h

29
mar

« Un roman d’Aventures » Nadejda Teffi

   Publié par: artcorusse   dans Livres

Sortie le 3 avril 2012

aux Editions de Fallois

Traduit du russe et précédé d’une préface par Mahaut de Cordon-Prache

« Natacha » est un mannequin dans une célèbre maison de couture. Le héros, un danseur mondain, dont la personnalité demeure mystérieuse.

Cette ouvragea été salué par la critique lors de sa publication en 1931 comme une œuvre originale et déroutante, ce roman a pour cadre le Paris de l’émigration  russe.

S’agit-il d’un roman policier ou d’un roman d’amour, comme le suggèrent les premières pages du livre, qui nous plongent dans l’atmosphère trouble d’un cabaret de Montmartre ?

Dans cette histoire, qui n’est pas sans nous rappeler « Le Rêve« , un des récits les plus énigmatiques de Tourgueniev, se mêlent l’amour, la solitude, l’exil, le sentiment de l’irréalité de l’existence.

Rapellons que Nadejda Alexandrovna Lokhvitskaïa ( Née en 1872 à Saint Petersbourg décédée à Paris en 1952), plus connue sous le pseudonyme de Teffi, elle fut incontestablement l’auteur le plus lu dans la diaspora russe entre 1920 et 1940, aussi bien à Berlin, Varsovie, Shanguaï qu’à Paris, où elle sera l’une des figures centrale de la colonie russe.

Editions de Fallois

22 rue de la Boétie

75008 Paris


22
mar

Bicentenaire de la Campagne de Russie à Sceaux

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Vendredi 30 mars à 20h

1812 – 2012

« Bicentenaire de la Campagne de Russie »

à

Ancienne Mairie de Sceaux

Pavel Vassilievitch Tchitchagov (en russe : Павел Васильевич Чичагов), 
né le 27 juin 1767 à Saint-Pétersbourg, décédé le 20 août 1849 à Paris.

Conférence de Gérard Pierson (Président des « Amis de Paris- Saint Petersbourg).

Evocation de cette campagne  « Effroyable tragédie« , qui se terminera par la dramatique retraite de la Bérézina.

L’amiral russe Pavel Vassilievitch Tchitchagov n’ayant pas réussie à faire prisonnier Napoléon, lors de cette capagne, s’exila et s’installa à Sceaux où il vécu pendant 20 ans de 1822 à 1842.

Sa maison existe encore. Il fut enterré au cimetière de Sceaux avec so frère et sa fille.

Livre évoqué, « l’effroyable tragédie » de Marie Pierre Rey Editions Flammarion

Organisée par l’Association « Aimer Sceaux Ensemble »

Ancienne Mairie de sceaux

68 rue Houdan.

92071  Sceaux.

Participation: 5€, gratuit pour les scolaires.

Accés RER B:  station Sceaux

20
mar

Heure d’été 24/25 mars + 1 heure

   Publié par: artcorusse   dans Informations

Dans la nuit du samedi 24 au dimanche 25 mars, pensez à avancer votre montre, votre réveil ou votre pendule d’une heure.

À 2h, il sera en fait 3h.
Le passage à l’heure d’été aura lieu dimanche 25 mars 2012 à 2 heures du matin.
Vous devrez rajouter 60 minutes à l’heure légale. Il sera alors 3 heures.
C’est donc une heure de sommeil de perdue.

Le changement d’heure a été instauré en France à la suite du choc pétrolier de 1973-1974, dans le but de réaliser des économies d’énergie en réduisant les besoins en éclairage en fin de journée. Depuis 1998, les dates de changement d’heure ont été harmonisées au sein de l’Union européenne. Dans tous les pays membres, le passage à l’heure d’été s’effectue le dernier dimanche de mars et le passage à l’heure d’hiver, le dernier dimanche d’octobre.

Le passage à l’heure d’hiver aura lieu dimanche 28 octobre 2012, (- 1h)

La Russie a arrété de changer les horaires d’été et d’hiver en 2011. Lire l’article ( CLIQUEZ )

20
mar

Espace Faubourg expose Larissa Noury

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Larissa Noury expose ses œuvres

à

L’Espace Faubourg

du 3 au 14 avril  2012

Site Larissa Noury; ( CLIQUEZ )

19
mar

Tchaïka-Dromença sur le bateau Daphné le 8 avril

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

Fêter ensemble la « Pâque orthodoxe » le dimanche 8 janvier 2012 à 19h.

Il est de tradition, chez les russes, de dire des poèmes, de chanter et de danser,

toutes les occasions sont bonnes,

Venez partager ces instants de rêveries, de joie et de nostalgie.


Avec le groupe de musique tzigane russe Tchaïka-Dromença :

Pétia Jacquet-Pritkoff (Balalaïka), Matriona Iankovskaîa (chant, danse, tambourin)

et Andreï Chestopaloff » (guitare & chant).


Sur la péniche Daphné, ambiance russe et tzigane assurée.

Bateau Daphné.

Bateau Daphné est amarré

Face N° 11 quai Montebello.

Escalier « Batobus Notre-Dame »

Métro : St Michel ou Maubert Mutualité.

Parking Lagrange

Réservations : 01 30 36 18  88 ou info@bateaudaphne.com
participation Concert-Cocktail : 20 € par personne


16
mar

Exposition Larissa Noury

   Publié par: artcorusse   dans Evenements

ART COULEUR NATURE

Exposition jusqu’au 17 avril 2012